Les communautés de lecteurs sur Internet 5 nov. 2013 PDF

Commentaires

Transcription

Les communautés de lecteurs sur Internet 5 nov. 2013 PDF
Internet et la sociabilité littéraire
Jean-Marc Leveratto et Mary Leontsini
Éditions
de
la
Bibliothèque
publique
d’information/Centre Pompidou, 2008
(Études et recherche)
252 p.
26 €
« On lit seul. Mais parler de ses lectures,
échanger avec des amis ou des inconnus sur
ses émotions littéraires est une activité aussi
ancienne que la lecture elle-même. Loin de lui
porter ombrage, Internet ne fait qu’enrichir la
sociabilité qui se développe spontanément autour du plaisir de lire et lui ouvre de
nouveaux territoires. Dans cet ouvrage, qui se veut d’abord une contribution aux
recherches sur la sociabilité littéraire, encore peu développées en France, Internet apparaît
à la fois comme une ressource documentaire et commerciale qui sert le loisir littéraire
offline, comme un lieu où se déploie une florissante sociabilité littéraire online, mais aussi
comme un puissant outil d’observation pour le sociologue. »
Le sociologue américain Paul DiMaggio relève, dans un bilan récent des recherches
sociologiques sur Internet, que l’étude des usages culturels d’Internet est encore peu
développée. Ce constat est particulièrement pertinent en France, où les sociologues
commencent seulement à reconnaître le rôle joué par Internet dans la consommation
culturelle. Pourtant, Internet est en même temps un instrument de communication –
politique, commerciale, sociale, culturelle – et un lieu d’échange entre ses usagers. Il
constitue donc un nouveau cadre d’observation des pratiques culturelles que le sociologue
doit savoir utiliser, en évitant évidemment la fascination pour la puissance technique de
l’objet et la surestimation de son efficacité sociale. Si de nombreux sociologues nous
1
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
alertent, avec raison, sur les inégalités qui affectent l’accès à Internet – comme à d’autres
types d’équipement culturel –, il reste à observer les échanges culturels dont il est le
support, afin d’en mieux comprendre la valeur pour les personnes qui s’y investissent. Cette
valeur ne se réduit évidemment pas au plaisir d’entrer en contact avec des étrangers, mais
s’ancre dans le plaisir procuré par les objets qui motivent l’échange : livres, disques, films,
expositions, etc., et que l’échange sur Internet permet de prolonger et de partager.
Pour ce qui concerne la lecture, l’objectif de notre enquête était double. Il s’agissait d’abord
de rendre compte des échanges sur Internet et de leurs effets sur l’expérience de la lecture.
Mais il s’agissait également de réintégrer cette expérience de la lecture dans les échanges
qui lui donnent sens, et qui ne sont pas que des échanges sur Internet (online) mais des
échanges dans la vie réelle (offline). Bref, de prendre la mesure exacte de la nouveauté
d’Internet en refusant de lui imputer a priori des effets culturels négatifs ou positifs, déduits
des caractéristiques sociales dominantes de l’usage d’Internet.
L’enquête a donc pris la forme d’une observation ethnographique de la consommation
littéraire, d’une approche qui restitue la parole des personnes, leur propre interprétation du
plaisir qu’elles ont retiré des livres qui leur ont plu, et la manière dont elles s’efforcent de
communiquer ce plaisir à autrui. Le livre combine l’étude de lieux de sociabilité littéraire
traditionnels – groupes de lectures, cafés littéraires, réseaux d’échanges – et l’observation
de ces nouveaux lieux de conversation qu’offrent les sites Internet, avis des lecteurs, forums,
blogs, sites communautaires.
Il s’ouvre par un chapitre présentant succinctement le contexte socio-technique
contemporain qui sert de cadre à l’observation, la normalisation d’Internet d’un côté et la
démocratisation du loisir littéraire de l’autre1. Il précise également la notion de sociabilité
littéraire et son intérêt pour l’étude de la culture littéraire, comprise comme une action de
cultiver le plaisir littéraire qui échappe aux déterminismes sociaux traditionnels (nationalité,
classe, sexe, âge…). Internet est particulièrement adapté à cette observation de la sociabilité
littéraire, les différentes formes d’échange oral ou écrit, résultant d’une cristallisation sociale
2
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
d’une passion commune pour la lecture, et qui permettent à chacun d’enrichir son jugement
personnel en disputant de la qualité des choses qu’il a lues.
Le deuxième chapitre propose de rétablir la continuité entre la sociabilité littéraire
traditionnelle, au sens où elle est héritée d’un passé où Internet n’existait pas, et la
sociabilité littéraire en ligne. Il vise à préciser – là encore à travers des études de cas très
variées, qui vont d’un groupe de lecture athénien à un café littéraire mosellan – tout à la fois
l’économie du don (« je te le prête si tu veux ») qui supporte cette sociabilité, et son lien
avec le marché du livre, avec l’achat en librairie. L’opposition systématique entre culture et
marché entraîne une vision caricaturale, en France, de la consommation littéraire et du «
consommateur ». Suivre le consommateur à la trace, permet, à l’inverse de reconnaître son
« devenir-lecteur », c’est-à-dire l’engagement personnel de ce consommateur et l’expertise
personnelle qu’il retire de son expérience du marché du livre, sa prise en compte de la
qualité littéraire qui justifie, ou ne justifie pas, au cas par cas, le prix du livre (qu’il l’achète ou
l’emprunte).
Une fois la notion de sociabilité littéraire et ses différentes configurations contemporaines –
le prêt de livre, la conversation littéraire, le groupe de lecture, le café littéraire, la
présentation en librairie, etc. – établies, le troisième et le quatrièmechapitre se centrent
exclusivement sur l’observation et l’analyse de la sociabilité littéraire numérique, des
échanges littéraires sur Internet. Ils sont construits tous deux sur la restitution et le
commentaire de « scènes » d’interaction enregistrées. Le parti-pris du chapitre III est tout à
la fois de préciser les formes de la communication numérique, d’analyser les sites
d’échanges en tant que systèmes d’activité situés, et de rendre compte de la dimension
rituelle de l’expression d’émotions littéraires.
Le chapitre IV, consacré aux figures du public, représente l’aboutissement de la démarche, et
présente l’aspect le plus innovant de l’enquête. Il s’agit d’analyser la « publication » par les
lecteurs de leur opinion littéraire à des fins d’information, de sensibilisation ou de formation
du public. Différents dispositifs de jugement sont étudiés, du dispositif du vote en ligne à des
fins d’établissement d’un palmarès, au blog littéraire comme dispositif de mise en scène et
de communication d’une expérience personnelle de la lecture.
3
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
Le souci général de l’ouvrage est donc d’offrir un regard sociologique sur ce qui se passe sur
Internet en matière d’échanges entre consommateurs de romans, lecteurs réguliers, qui se
contentent d’utiliser les services offerts, ou lecteurs passionnés soucieux de faire partager à
autrui leur expertise littéraire. Il vise en même temps à redonner à l’expérience de la lecture
toute sa consistance affective et à repeupler le monde littéraire de ses lecteurs « en chair et
en os », et de ses petits et grands romans dont tout amateur reconnaîtra les noms.
Jean-Marc Leveratto, Université de Metz
4
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
Culture numérique. Nouveaux espaces d’expression et de
création adolescentes
Lecture Jeune n°133 – mars 2010
« Les sociabilités littéraires des adolescents sur Internet : de
quelques lieux où l’on parle livres et lectures… »
Par Hélène Sagnet
*Les textes cités, extraits de forums et de blogs d’adolescents,
sont retranscrits littéralement.
Sur la Toile, les adolescents inventent de nouvelles sociabilités et de nouveaux modes
d’expression de soi. Les blogs sont devenus les lieux d’exposition privilégiés du quotidien,
des amitiés et des amours. Il existe également des blogs (moins nombreux certes) dédiés
aux centres d’intérêt des jeunes (musique, sport, cinéma mais aussi littérature), qu’ils
cherchent à partager avec un réseau élargi. Nous avons parcouru ces lieux (blogs, forums,
sites…) où, sur Internet, les adolescents parlent de leurs lectures... Quels livres
plébiscitent-ils ? Comment en parlent-ils ? Avec qui ? Quels nouveaux rapports à la lecture
se créent ?
-
Les blogs : l’exemple des Skyblogs
Skyblog (créé dès 2002) constitue l’une des plus importantes plateformes de blogs (en
janvier 2010, on dénombrait : 30 millions de blogs, 9 millions de profils, 9 000 nouveaux
blogs chaque jour…) et c’est ici que les jeunes créent leurs premières pages Web (avant de
5
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
rejoindre d’autres plateformes plus performantes type Overblog, ou d’autres réseaux
comme Facebook). Difficile de connaître le nombre exact de blogs dédiés au livre1 mais
notons que, sur Skyblog, plus de 170 000 articles font référence à la série Twilight2. Ces blogs
consacrés à un univers d’auteur ou à une série (Harry Potter, Marc Levy…) sont les plus
nombreux, mais on peut également consulter des blogs que l’on pourrait qualifier de
« généralistes », où les adolescents évoquent l’ensemble de leurs découvertes littéraires.
Les blogs généralistes sur la lecture
Ils constituent un espace d’expression des goûts littéraires des jeunes qui laissent une
critique (ou plutôt un avis) sur les livres lus, parfois complétée par des informations sur
l’auteur, les personnages etc. Ces blogs sont créés et fréquentés par des ados cherchant des
conseils de lecture, et quoi de mieux que d’être guidé par ses pairs, qui ont les mêmes goûts
et attentes que soi3. Ainsi Elodie s’explique-t-elle sur la création de son premier blog
Croqueuse 2 livres : « Le blog existe depuis 2006. J’ai découvert les blogs lectures par hasard
et me suis dit pourquoi pas moi ? Autour de moi, je n’avais pas forcément d’amis qui
aimaient lire et ça a été un moyen de partager mes lectures, de rencontrer des gens qui
avaient lu les mêmes livres que moi, alors que parfois je pensais être la seule à les avoir
lus… »4. Il ne s’agit pas tant, nous le verrons, de confronter ses avis, mais plutôt de se
reconnaître dans une communauté de goûts, et également dans ce qui est décrit du plaisir
de lire, faisant écho à sa propre sensibilité de lecteur… Il y a sur ces sites une recherche forte
de convivialité et la lecture prend ici son sens dans l’échange, le partage de ses émotions et
1
L’article « Très à la page, les amazones de la blogosphère », Stéphane Jarno, Télérama, janvier 2010, n° 3131, affirme qu’il
y aurait plus de 400 blogs littéraires francophones (essentiellement féminins).
2
De Stephanie Meyer, Hachette. La série Twilight occupe les trois premières places des meilleures ventes de 2009 du
palmarès Ipsos/Livre Hebdo.
3
Ces pratiques interrogent la notion de prescription et celle de médiation (voir l’article de Sylvie Octobre p. 4). Il semble
bien qu’Internet et les blogs personnels constituent aujourd’hui de nouveaux lieux de promotion et de légitimation des
œuvres. Les éditeurs et les médias l’ont bien compris, et cherchent à y créer le buzz via le marketing viral c’est-à-dire le
bouche à oreille
4
Voir l’entretien p. 30
6
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
sentiments. Via ces discussions avec les pairs, le goût littéraire s’affirme et le parcours de
lecteur se construit.
Livre IV ever5 est un blog littéraire tout à fait représentatif (dans son titre, ses contenus, son
esthétique…). Crée en 2005 par une jeune fille âgée aujourd’hui de 20 ans, il est toujours
très actif6. La première information que nous donne ce blog, c’est son titre, Livre IV ever ;
d’autres sont intitulés : Oh-bOok ; fantastics-books ; love-of-book ; croqueuse2livres ;
Lecture-partagée ; b0ok-addicted ; Lire-Ecrire-Pour-Vivre etc. Rédigés en mode SMS, souvent
accompagnés de mots anglais, ils mettent en avant la notion de plaisir de lecture. Ils
expriment des sentiments forts vis-à-vis de l’acte de lire : passionnés et entiers, comme peut
l’être l’adolescence. Une invitation à la lecture donc, tout comme les bandeaux introductifs
du site. On lira par exemple sur Oh book : « Ici, on parle de livres bien sûr xD7 » et « Un
nouveau blog parlant des livres. Ici, chacun peut donner son avis sur les romans et proposer
de bons livres. Si vous aimez lire ou si vous êtes en manque d’idées de lecture, vous êtes au
bon endroit =D ».
Ces blogs constituent un réseau social, une communauté (celle des lecteurs) qu’on nous
invite à rejoindre, notamment en devenant « ami » du site visité. En termes de contenus,
outre les liens vers les « amis » (d’autres sites de lecture), les blogs préférés et les
« groupes » auxquels on appartient, ces blogs proposent sur leur page d’accueil un index
alphabétique des titres lus, qui renvoie vers une page de présentation de l’ouvrage,
composée de l’illustration de couverture, d’un résumé (souvent la quatrième de couverture),
d’une critique et parfois d’une note. Ainsi l’avis sur l’ouvrage Oh boy de Marie-Aude Murail8,
5
http://livre4ever.skyrock.com/
6
149 185 visites, 419 visites en janvier, 132 articles, 14 975 commentaires, 295 amis
La quasi-totalité des blogs consultés sont créés par des jeunes filles, de 13 à 25 ans environ, avec un pic d’utilisation entre
16 et 18 ans, puis souvent un abandon l’année du Bac, ou le départ vers d’autres plateformes comme Overblog
7
Nous reproduisons les simleys
8
« Magnifique ! J’aime ! Je crois que je n’ai jamais lu un livre aussi rapidement. Je n’ai pas décroché une seconde et il faut
dire que j’ai été très agréablement surprise !! Je ne pensais absolument pas accrocher à ce point à ce livre dont j’avais
seulement entendu parlé sur deux ou trois blog.... A lire d’urgence si ce n’est pas déjà fait; vraiment un gros coup de cœur. »
7
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
publié sur Livre IV ever en 2006, est avant tout un « coup de cœur » que souhaite faire
partager la lectrice. La valeur du discours critique semble bien ici tenir à la sincérité et à
l’authenticité du jugement plutôt qu’à l’analyse. Un critère d’appréciation positive
fréquemment évoquée est le rythme de l’ouvrage9. La présentation d’Oh boy appelle 261
commentaires très brefs, pour signifier qu’on a lu ce livre et qu’on l’a aimé, qu’on a lu
d’autres livres de l’auteur, qu’on s’apprête à le lire parce qu’on l’a vu sur plusieurs blogs, ou
que l’avis publié donne vraiment envie de lire… Ce qui est valorisé ici, c’est l’expression
personnelle de la blogueuse, et l’individualisation du jugement esthétique de chaque
contributeur, mais dans une dimension ouverte et communautaire via les commentaires.
L’administratrice de Livre IV ever a posté 127 critiques de livres ; un étonnant mélange de
classiques (Hugo, Zola, Maupassant), de littérature de jeunesse (Mazard, Murail, Kochka,
Harry Potter, Twilight), de romans « populaires » (Lévy, Musso, Werber, Anna Gavalda), de
chick litt (Renisson), de jeunes auteurs à la mode (Joy Sorman, Lolita Pille, Faïza Guène), etc.
Elle montre ainsi un bel éclectisme dans ces choix10. Outre les critiques de livres, on trouve
sur ces blogs : des interviews d’auteurs (par exemple Marc Levy sur Livre IV ever) ; des
extraits de textes écrits par les blogueurs11 ; des informations sur la blogueuse, ainsi que des
liens vers ses autres blogs ou pages sur des réseaux sociaux12… Les sondages sur les livres
favoris sont extrêmement présents et appréciés ; chaque internaute est invité à
s’exprimer13. Des défis et challenges sont organisés14, des cadeaux sont offerts – les
9
Un livre doit être entraînant, on ne doit pas pouvoir « décrocher », le mieux semblant être une très longue histoire, en
plusieurs tomes, se lisant d’une traite.
10
Par exemple pour la lettre « A » : Absente (l') de Claire Mazard ; Absolutely fantastic de Tyne O'Connell ; Ado perdu (l') de
Dave Pelzer ; Ancêtre disparue (l') de Lorris Murail ; Antigone de Jean Anouilh (théâtre) ; Anruf von Sebastian (ein) d'Irina
Korschunow (livre en allemand) ; À propos d'un gamin de Nick Hornby ; Au clair de la Louna de Kochka ; Autre (l') d'Andrée
Chedid.
11
L’écriture créative a une part très importante sur les blogs et groupes de lecture que nous avons consultés.
12
L’administratrice du blog Livre 4 ever renvoie vers sa page Facebook, laquelle lui permet d’être « amie » avec ses auteurs
préférés disposant eux aussi d’un espace dans ce réseau communautaire (Marc Lévy, Guillaume Musso…).
13
Sur Livre 4 ever : « Vous avez un livre favori ? Ou existe-t-il un livre qui vous a vraiment déçu ? N’hésitez pas une seconde
et exprimez-vous sur cette article ». 1048 personnes se sont prêtés à l’exercice soit 105 pages de commentaires.
8
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
« swaps »15 –, l’évolution de la « PAL » – pile à lire – de la blogueuse est suivie grâce à des
photographies16, etc.
Les blogs dédiés à un auteur ou à une série
Les blogs précédemment cités, « généralistes » de la lecture, affirment le plaisir de lire dans
la diversité des livres lus ; à l’inverse, les blogs dédiés à un univers d’auteur sont réalisés par
des fans ayant un unique objet de passion. Pour prolonger leur expérience de lecture, pour
continuer à vivre avec les personnages qu’ils affectionnent, ils produisent sur leurs blogs de
multiples ressources et créations17 dont les formes peuvent être très élaborées (voir plus
loin les fanart). Ainsi, sur les blogs consacrés à Twilight, avant la sortie du film, on pouvait
consulter18 : des éléments concernant l’actualité et de nombreuses révélations sur
l’intrigue ; des analyses de l’ouvrage (couvertures, biographies des personnages, cartes de
lieux du livre…) ; des jeux et sondages (Élisez vos personnages favoris, Votez pour votre
passage préféré, Meilleures couvertures etc.) ; des informations et des interviews de
l’auteur ; des citations de passages ; des playlists musicales ; et plus étonnant, les recettes
des plats que prépare l’héroïne, sa bibliothèque, etc. ; également de nombreuses créations
(fanfictions, fanart…).
-
Les forums : l’exemple d’ados.fr
14
Les livres lus parmi la liste des 100 titres préférés des Français parue dans Lire ou le challenge « J’aime les classiques » :
lire un classique par mois et le chroniquer
15
Le « swap » fonctionne par binôme : chacun s’offre un colis contenant des livres, objets, carte avec le passage préféré
reproduit, etc. Par exemple un swap organisé autour d’Harry Potter : http://oceanicus-infolio.fr/lire/index.php?post/2010/01/01/Swap-Harry-Potter
16
Voir l’évolution de la PAL d’Elodie sur son blog : http://croqueuse2livres.over-blog.com/
17
Des petits « bricolages » comme les appelle Michel de Certeau
18
Analyse menée à l’automne 2008, nous vous renvoyons à l’article : « Internet, nouvel espace de légitimation adolescente
des œuvres : l’exemple des fanfictions sur Fascination », in Lecture Jeune n° 129, 2009. Aujourd’hui, les blogs évoquent
essentiellement les films et les acteurs stars. Les producteurs proposent aux fans de nombreux produits dérivés (guide du
film, affiche des acteurs, bande annonce des films…). Les pratiques créatives évoluent et les bandes annonces de films
réalisées par les fans remplacent logiquement l’écriture de fanfictions
9
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
Le forum « romans » du site ados.fr19 compte plus de 30 000 contributions. L’un des groupes
de discussion qui a le plus de succès est « Vous lisez quoi en ce moment ? » (76 000 lectures).
Le message qui a lancé la discussion était : « Slt j’aimerais savoir se que vous lisez si c’est
pour les cours ou bien pour le plaisir ☺ :!: dites nous :!: ». Très vite donc s’opère la
distinction entre les lectures scolaires et les lectures personnelles, pour le plaisir. C’est une
problématique qui revient souvent dans les discussions : s’ensuivent de longs échanges sur
les classiques que les jeunes ont aimés ou pas20. Mais ils viennent surtout chercher ici des
conseils de lectures : « Coucou. Alors voila j’aimerais savoir si vous connaissez des livres
fantastiques avec histoire d’amour J’ai lu les livres ci dessous et j’ai adoré : -les quêtes et les
mondes d’Ewilan, les 6 tomes (Pierre Bottero ) -Ellana les 3 tomes(Perre Bottero) -Fascination
et la suite (Stephenie Meyer) - Tara Duncan les 6 tomes ( Sophie Audouin-Mamikonian ) -Le
journal d’un vampire (L-J Smith) -Les vampires de Manhattan les 2 tomes (Melissa Cruz) Uglies et je vais lire la suite (Scott Westerfeld) Donc voila par contre j’ai pas aimé "La nuit
des temps"de Barjavel J’ai trouvé que c’était trp scientifique Donc j’espère que vous
comprenez le style que j’aime. Merci et répondez moi vite !! ;-) ». On définit ses goûts, son
champ d’attente, on cherche des livres « comme » ceux qu’on a aimé ou encore des
ouvrages « sur » (la drogue, l’amour, les vampires…). Sur ces forums on retrouve aussi des
enquêtes, toujours très plébiscitées : Quel est votre auteur préféré ? Le livre le plus nul que
vous ayez lu ? Le livre qui vous a fait pleurer ? Ici encore, les plus importants groupes de
discussion sont ceux liés à Twilight, mais aussi à Harry Potter, Uglies, L’Apprenti
épouvanteur, et Jacqueline Wilson, Bernard Weber, Marc Levy, Stephen King, Dan Brown,
Meg Cabot…
19
Le site a été créé par un jeune homme de 16 ans, puis racheté par le groupe « Doctissimo ». Il combine contenus
éditoriaux et forums de discussion sur tout ce qui fait la culture jeune (scolarité, musique, télé etc.). Le site compte 3,3
millions de pages vues et les forums génèrent 30 % du trafic
20
Par exemple : « Bah moi pour les cours je dois lire l’éducation sentimentale de flaubert. Le problème c’est que je m’endor
à chaque fois au bout de 2/3 pages telement ça ne m’interesse pas. Donc je vais aller acheter un résumé complet en librairie
et tout ça va être plus rapide sinon je suis pas couchée. Il y a un livre que je lis en boucle, dès que j’ai finis de le lire je
recommance, c’est "Moi, Chritiane F, 13 and, droguée protituée". Ce livre je le dévore, il est vraiment très bien. Sinon je lis
aussi un livre de Zola "le rêve", j’aime beaucoup. Signé Bouquineuse ». Nous retrouvons l’éclectisme de goûts évoqué plus
haut…
10
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
-
Les sites et forums dédiés à un auteur
Autre lieu d’échange, les sites et forums dédiés à un univers d’auteur et gérés par une
équipe de jeunes administrateurs. On peut citer par exemple le forum La voie des
marchombres21 autour des œuvres de Pierre Bottero ou le site The Meadow
22
consacré à
Twilight23. Ici on observera des débats et analyses poussés autour des livres : les jeunes
élaborent des hypothèses de lecture, s’attachent à la figure de l’auteur (qualité de l’écriture,
de la traduction..), aux valeurs véhiculées24… Ils partagent un imaginaire commun et cela
crée entre eux des liens très forts qui les conduisent à se rencontrer.
-
Les sites des éditeurs
À l’heure du webmarketing, les éditeurs ne sont pas en reste. Tous créent des sites où ils
offrent des bonus et suppléments. Ainsi, Rageot a développé le site Les mondes imaginaires
autour de ses séries phares : éléments sur les personnages, informations en avant-première,
et surtout, des forums de discussion très actifs auxquels ont été associés les auteurs qui
dialoguent ainsi en direct avec leurs jeunes lecteurs ! Succès garanti25 ! Hachette n’a pas créé
de site officiel Twilight préférant soutenir le blog d’une jeune lectrice26, mais Lecture
academy, le site des mordus de lecture, cherche à promouvoir des ouvrages aux univers
proches de la série à succès. Gallimard propose bien entendu un site sur Harry Potter mais
aussi un Skyblog, On lit plus fort, une page Facebook, etc. Désormais la plupart des
21
http://marchombres.forumactif.fr/
22
http://the-meadow.fr/
23
Nous évoquerons plus longuement ces sites lors de l’entretien avec leurs administratrices Laure et Cécilia, en p. 30.
24
Laure, co-administratrice de La voie des marchombres, explique : « Sur le forum, au début, on avait des réflexions sur
l’œuvre elle-même, les liens qu’il pouvait y avoir entre les différents univers, des spéculations sur les suites. Au fil du temps,
on a appris à se connaître avec les membres du forum, et d’autres sujets ont été abordés, des réflexions plus profondes,
surtout autour du Pacte des marchombres, parce que c’est un livre qui véhicule une philosophie, des valeurs. On a vraiment
réussi à créer une communauté d’amis. Il y a beaucoup de rencontres même si on est éparpillés aux quatre coins de la
France »
25
Lire l’entretien avec les éditions Rageot sur www.lecturejeunesse.com
26
Lire la rencontre avec les éditions Hachette dans Lecture Jeune n° 128 et sur www.lecturejeunesse.com
11
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
lancements d’ouvrages s’accompagnent de sites dédiés, d’envois d’ouvrages aux blogueuses,
de Web campagnes reposant notamment sur des bandes annonces postées sur Dailymotion
ou Youtube : Tara Duncan, Je reviens de mourir, Nous étions des passe muraille 27…
Les livres qui reviennent au fil des blogs adolescents sont, sans surprise, Twilight, Harry
Potter, les ouvrages de Marc Levy, Guillaume Musso, Harlan Coben. Mais on a surtout
constaté un réjouissant éclectisme de goûts faisant se côtoyer sans distinction Zola, Mary
Higgins Clark et Malika Ferdjouk. De quoi reposer la notion de culture légitime… À cette
envie d’échanges autour des livres s’ajoutent des pratiques créatives visant à s’approprier et
prolonger un univers littéraire aimé. À partir de leur livre favori, les adolescents écrivent des
fanfictions28, dessinent des fanart ou réalisent des vidéos. Ainsi la bande-annonce d’une
certaine tiffannyd666 en juin 2008 autour de la sortie du film Twilight a été vue par près de
11 000 000 d’internautes29.
27
Vous pouvez consulter ces vidéos sur Youtube
28
Lire « Internet nouvel espace de légitimation adolescente des œuvres : l’exemple des fanfictions sur Fascination », in
Lecture Jeune n° 129, 2009
29
http://www.youtube.com/watch?v=AsghUBi81qY&feature=player_embedded
12
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
Les jeunes adultes et la littérature
Lecture Jeune n° 137
Mars 2011
« Les jeunes adultes et les sociabilités littéraires »
Par Anne Clerc
Les blogs et les réseaux sociaux, outils dont se sont
emparés massivement les adolescents et les jeunes
adultes, ont influencé les services marketing des maisons
d’édition jeunesse. Les sociabilités littéraires s’étant
largement développées sur Internet, les éditeurs doivent compter sur ces « eprescripteurs » d’un nouveau genre : tout à la fois lecteurs et critiques, ils se constituent
en communautés influentes. Pour revenir sur ces changements, nous avons interviewé
Céline Dehaine et Antoinette Rouverand, respectivement responsables marketing
jeunesse de Gallimard et d’Hachette.
Le cas de Lecture Academy et d’Hachette Jeunesse
Printemps 2008. Le tome 4 de la saga Twilight, Révélation, est annoncé pour le mois
d’octobre30. Les blogueuses31 sont nombreuses à contacter Hachette Jeunesse pour en
savoir plus sur cette parution et le phénomène prend suffisamment d’ampleur pour que
30
« Au début, nous ne saisissions pas tout ce qui se passait sur Internet. Puis nous avons reçu des réactions de lecteurs et
repéré quelques blogs très nourris, avec de nombreux commentaires. Ils m’ont impressionnée, ils en savaient plus que nous
! (…) Nous ne voulions pas être intrusifs, nous avons cherché une bloggeuse pour être notre ambassadrice aux USA, pour la
sortie du tome 4. Via un concours, Noémie a été choisie. Son blog est étonnant, le nombre de visites sidérant ! Elle est allée
à New York, a rencontré Stephenie Meyer et a eu son livre à minuit. Le récit de son voyage a reçu plus de 50 000 visites !
Son blog (http://fascination50.skyrock.com) est devenu le site officiel de Fascination, il est vivant, nourri, mieux qu’un site
institutionnel qui aurait été une pâle « copie », et Skyrock l’a promu. », Antoinette Rouverand, « Le Succès de la série
Twilight », Lecture Jeune n°128, décembre 2008.
31
Selon Antoinette Rouverand, « les jeunes adultes sont à l’origine du phénomène Twilight ! En 2008, les blogueuses qui
nous ont contactées avaient pour la plupart entre 20 et 25 ans »
13
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
l’éditeur accélère la mise en ligne de son site communautaire et participatif : Lecture
Academy32. La plateforme n’a cessé d’évoluer pour répondre aux attentes des « internauteslecteurs ». Outre un catalogue, il présente des « actus » sur les titres à paraître, des films,
etc. Lecture Academy dispose également d’un forum (2009) où les adolescents peuvent
évoquer leurs lectures mais pas seulement : 30 % du trafic est lié à la rubrique « Autres » où
il est question de sujets plus personnels (les problèmes amoureux, l’amitié, etc.). Comme le
souligne Antoinette Rouverand, « le site référence les livres mais nous voulions des
fonctionnalités plus participatives, des commentaires de lecteurs. Nous avons mis en place
des suggestions de lecture : « vous avez aimé (…), vous aimerez aussi ». Dans le même
registre, les romans peuvent être sélectionnés à partir de critères qui peuvent sembler de
prime abord subjectifs : « Dis-nous de quelle humeur tu es aujourd’hui » ; « Dis-nous en un
peu plus sur toi… », etc. Le choix repose non seulement sur les caractéristiques habituelles
(auteur, date de parution, collection, etc.) mais aussi sur ce qui définit l’adolescent. Fin 2010,
le site a été relooké et un « chat » privé a été mis en place, dépassant largement le simple
site d’éditeur.
Lecture Academy s’adapte aux pratiques des adolescents pour qu’ils investissent le site et
qu’ils soient fidèles33. Dans les mois à venir, Antoinette Rouverand souhaite augmenter
encore le trafic sur le site, en « recrutant un nouveau public, qui connaît moins la production
et pour cela, communiquer sur les sites fréquentés par les jeunes : www.ados.fr,
www.teemix.fr, www.melty.fr, etc. »
Du site à la page Facebook…
Il faut noter que le forum est investi par les plus jeunes des lecteurs (12-15 ans), un public
essentiellement féminin. Le site propose des sous-communautés : « Black Moon »,
32
www.lecture-academy.com. 40 000 visiteurs en 2008. Il faut noter que la collection « Black Moon » a été lancée la même
année.
33
Sur le forum, « nanou11 », 19 ans, en parle en ces termes : « J'ai découvert le site au dos d'un livre, Black Moon, et je suis
venue par curiosité. Au départ, j'ai apprécié les concours et les actualités, je n'osais pas aller sur le forum. J'aime beaucoup
être au courant de ce qui se passe dans le monde des livres, même si cela concerne surtout Black Moon. Vous êtes ouverts
à beaucoup de choses et par exemple ma plus belle surprise c'est quand vous avez parlé de Final Fantasy XIII, là je me suis
dit : c'est décidé je pose mes bagages ici ».
14
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
« Fashonista » et « Aventures et Frissons ». Si la première est fortement fréquentée (plus de
15 000 membres), le deux autres ne comptent que 3 000 membres chacune. Cet échec
relatif serait lié au refus des adolescents d’être « dans des cases » là où la collection « Black
Moon » est moins segmentée et investie par les 15-25 ans. On retrouve ces jeunes adultes
sur la page « Facebook34 » (7 598 personnes « aiment » « Black Moon ») où l’on peut en
savoir plus sur les adaptations au cinéma, sélectionner des couvertures, visionner des
trailers35, des entretiens filmés d’auteurs, etc. Les lecteurs peuvent même en savoir plus sur
le travail des éditrices qui communiquent sur l’avancement de leurs projets : « Et voilà ! LE
GUIDE OFFICIEL ILLUSTRÉ de la saga Twilight est fini, il ne reste plus qu'à faire valider la
couverture et tout sera prêt. Sans transition, Isabel V. s'attaque à l'intégration des dernières
corrections du RETOUR DE L'ANGE 1. Objectif : avoir bouclé avant 15h30 pour enchaîner sur
la couverture du CERCLE SECRET 3. Quelle journée ! »
… Et sans oublier les blogueurs !
Au-delà des outils Internet mis en place par Hachette Jeunesse, la communication sur le
Web passe bien entendu par l’envoi de services de presse aux blogueurs les plus influents
sur la toile, pour la plupart des jeunes adultes, devenant des partenaires privilégiés des
attachés de presse. Depuis deux ans, ces derniers les ont intégrés à leur plan de
communication, ciblant ceux qui ont le plus grand nombre de visites et un réseau dense36.
Ces partenariats, plus ou moins formels, reposent sur un échange simple : un livre contre
une critique, qu’elle soit ou non positive… Les internautes sont d’autant plus nécessaires
aujourd’hui, que les médias classiques sont réfractaires à cette littérature young adults.
Comme le rappelle Antoinette Rouverand, « même la presse « grand public » et féminine
comme Biba ou Cosmopolitan ne chronique pas nos romans ! ». Dans ces communautés
34
Cette présence a des répercussions sur la fréquentation du site Lecture Academy et génère 4 % du trafic.
35
Une vidéo « bande-annonce » d’un livre.
36
Et plus précisément, sur les littératures « jeunes adultes » :
-
http://oiseausecret.canalblog.com
http://blogclarabel.canalblog.com/
http://www.miladyevey.com
http://www.place-to-be.fr
http://www.blog-o-book.com
15
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
web, la littérature adolescente et jeunes adultes est évoquée et les frontières entre les
publics et les genres semblent abolies...
Gallimard Jeunesse et « On lit plus fort »
Les éditions Gallimard Jeunesse ont lancé le blog « On lit plus fort » en janvier 2009, en
s’appuyant sur un réseau de 200 chroniqueurs de 12 à 20 ans37, majoritairement féminin et
préalablement « recruté ». Lecteurs de romans en avant-première, blogueurs, ces jeunes
rédacteurs alimentent en partie le blog de « On lit plus fort », installé sur la plateforme
Skyblog. Céline Dehaine revient sur la réflexion qui a présidé au lancement du blog : « avant
2009, nous options pour une stratégie marketing assez classique : de l’achat presse, de la
publicité dans la presse jeunesse (et parentale). Mais, nous sommes rendu compte qu’il y
avait beaucoup de blogs dédiés à la littérature et nous voulions prendre la parole de manière
moins institutionnelle. »
Le blog présente indifféremment les titres du catalogue « ados ». Sur la colonne de droite,
deux groupes sont néanmoins identifiés : « Harry Potter/fantastique » et « Lectures filles »,
dans lesquels on peut lire les avis critiques des adolescents. A l’heure actuelle, le blog ne
bénéficie pas d’une forte fréquentation (7 400 visites depuis son lancement), victime de son
orientation généraliste, qui plus est sur une plateforme investie par et pour les adolescents
et dont les fonctionnalités sont limitées.
Un blog délaissé et une page Facebook plébiscitée !
A contrario, la page Facebook « On lit plus fort » (créée en février 2010) est l’une des plus
actives, tous éditeurs confondus, avec 12 63938 personnes qui « aiment ça » ! On retrouve,
comme chez Hachette Jeunesse, un public sensiblement différent entre le blog (plutôt des
37
Volonté de l’éditeur de ne pas avoir des chroniqueurs âgés de plus de 20 ans.
38
« Voici le Top 5 actuel des pages d’éditeurs francophones les plus importantes en terme de membres :
1. Gallimard jeunesse (On lit plus fort) : 12 639
2. Fluide glacial : 12 004
3. Larousse : 9 773
4. BD Gallimard : 6 502
5. Ankama éditions : 5 385 »
Livres Hebdo, « Les professionnels vont pouvoir renouveler leurs pages Facebook », 15 février 2011.
16
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
11-15 ans) et la page « Facebook » (entre 15 et 25 ans). Gallimard Jeunesse bénéficiant
d’une bonne image auprès des prescripteurs, ils seraient nombreux parmi les membres.
Récemment, sur le « mur » de la page, un appel est lancé en direction des chroniqueurs :
« @chroniqueurs_olpf : venez poster sur le mur vos avis sur les derniers romans que vous
avez reçus ! ». Le réseau est sollicité. En retour, ils peuvent écouter, voir, lire des interviews
d’auteurs, participer à des concours, etc.
Un nouveau métier : le community manager
Qu’il s’agisse d’Hachette ou de Gallimard Jeunesse, cette présence sur les réseaux sociaux a
généré de nouveaux emplois se consacrant exclusivement à la communication sur Internet.
Ainsi, Céline Dehaine a évoqué le rôle du community manager, chargé « d’identifier des
réseaux et de s’infiltrer dans les conversations sur les forums pour parler d’un livre ». Par
ailleurs, le prestige de la maison Gallimard est tel que le secteur jeunesse, pour des
publications plus « littéraires », peut encore s’appuyer sur la presse pour prendre le relais.
Par exemple, La Douane Volante de François Place ou encore la série A comme Association
d’Erik L’Homme et Pierre Bottero ont été chroniqués dans L’Express, Télérama, Lire, Le
Figaro, etc. Les parents sont toujours très prescripteurs, surtout sur les titres destinés aux
plus jeunes, par conséquent, Gallimard Jeunesse communique sur des supports variés afin
de sensibiliser des cibles hétéroclites : adolescents, parents, Education nationale…
D’autres éditeurs jeunesse s’appuient également sur ces réseaux sociaux et repensent leur
communication Web39. Les auteurs prennent part eux aussi au mouvement. Fabrice Colin,
pour son dernier opus, Bal de givre à New York40, a animé la page Facebook du roman (2 500
membres), rencontré des blogueuses, publié, commenté les critiques sur son blog et rédigé
39
Albin Michel Jeunesse propose un nouveau site consacré à la collection « Wiz » offrant également une plus grande
interactivité : www.wiz.fr; Actes Sud Junior consacre un site à sa collection « Romans Ados » : http://www.actes-sudjunior.fr/collections/romans_ado/
40
Bal de Givre à New York, Fabrice Colin, Albin Michel Jeunesse, « Wiz », 2011.
17
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
une préquelle41 « inédite » pour les fans ! Cécile Roumiguière participe activement à la
communication de la série dont elle est directrice de collection, Les Blue Cerises, investit la
blogosphère, Facebook et proposera bientôt une application pour IPhone.
Les réseaux sociaux tendent à modifier chaque maillon de la chaîne du livre, de l’éditeur au
lecteur, en passant par l’auteur ; tous commentent, communiquent, émettent des opinions,
se voient attribuer de nouvelles qualifications. Enfin l’avis du lecteur « jeune adulte » –
relativement rare si l’on s’en tient aux pratiques culturelles42 – semble devenir
incontournable et « sacré ».
41
Le terme « préquelle » est un anglicisme désignant une œuvre réalisée après une œuvre donnée, mais dont l'action se
déroule avant du point de vue de l'univers de fiction. C'est un « épisode précédent mais réalisé après ». Cela pointe la
différence entre le déroulement du temps de la fiction et celui du temps réel.
42
Voir l’article de Claude Poissenot, « La Lecture « détraditionnalisée » » p.14 de ce dossier.
18
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
La fantasy
Le tour d’un genre
Lecture Jeune n° 138
Juin 2011
Communautés web et fantasy
Anne Clerc
Entretiens avec Jérôme Vincent, rédacteur en chef
d’ActuSF , Cyrielle Lebourg et Valérie Lawson, membres
d’Elbakin et Sophie Bogard, fondatrice du site Cocyclis.
En conclusion de son article, Anne Besson observe « l’émergence d’un public
participatif 43». Blogs, sites et forums témoignent de cette effervescence et de la
dimension communautaire associée aux littératures de l’imaginaire. Comment
fonctionnent ces réseaux ?
L’exemple d’ActuSF et d’Elbakin
L’événement à l’origine d’Elbakin44 est l’adaptation cinématographique du Seigneur des
anneaux45. En effet, l’œuvre de Tolkien est le fil conducteur de cette communauté qui
43
Voir l’article d’Anne Besson page 15 de ce dossier.
er
www.elbakin.net Le site est né le 1 septembre 2000 de la collaboration d’Emmanuel Chastelière, Raphaël Cervera et
Jean-François le Gac. Passionnés par l’univers du Seigneur des anneaux, tous les 3 proposaient des sites Internet qu’ils ont
décidé de réunir pour offrir un espace web dédié à Tolkien. Elbakin est une association depuis 2006 et le site a fêté ses 10
ans en septembre 2010 (voir www.elbakin.net/Les-10-ans-d-Elbakin-net/).
45
Emmanuel Chastelière, à propos des 10 ans d’Elbakin : « À l’heure du web 2.0, des blogs et des wikis en tous genres, je
me souviens avec une certaine émotion de ma page perso wanadoo et de son design plus que sommaire ! En parallèle, la
fantasy a également explosé dans les rayons des librairies, dans le sillage des Harry Potter et du Seigneur des anneaux au
cinéma. Nous avons été témoins du phénomène, nous l’avons accompagné, nous en avons aussi certainement profité, en
surfant sur cette vague. Durant les premières années de vie du site, c’est bien le travail d’adaptation de Peter Jackson sur le
Seigneur des anneaux qui animait l’essentiel des conversations, il faut s’en souvenir. »
44
19
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
recense livres, films et colloques dédiés46. Les fans d’imaginaire étant particulièrement
attentifs à l’hybridation de ces univers sur différents supports culturels comme l’a montré
Antoine Dauphragne47. Elbakin relaie des informations variées, des livres aux films, en
passant par les jeux de société et les bandes dessinées. L’association promeut la fantasy via
le prix Elbakin.net (depuis 2010), sa présence sur les festivals, la mise en place d’une
première convention française de fantasy (prévue pour 2012), etc.
Jérôme Vincent rappelle qu’ActuSF48 est né alors que « les romans de Pierre Bordage et
Ayerdhal touchaient un lectorat toujours plus large49 ». ActuSF présente des sujets relatifs à
l’actualité des
auteurs, des publications des littératures de l’imaginaire et des notices critiques. L’une des
orientations singulières du site est sa dimension patrimoniale avec des comptes-rendus de
colloques ou l’analyse de spécialistes sur des titres qui ont marqué la production50. Enfin, sur
le forum51, des personnalités (chercheurs, éditeurs, traducteurs, etc.) répondent aux
questions des internautes.
Dès 2001, ActuSF chronique de la littérature jeunesse52 et cette rubrique connaît une forte
fréquentation : sont critiqués best-sellers ou œuvres polémiques. En 2007, la censure des
Orphelins de Naja par Mango53, a suscité de nombreux commentaires sur le forum. Parmi les
autres sujets phares, notons la bit-lit et ses détracteurs, les séries grand public comme Harry
46
La réalisation par Peter Jackson de Bilbo le hobbit (sortie prévue fin 2012) fait l’objet de nombreux articles et de fils de
discussions sur le forum.
47
Voir l’article d’Antoine Dauphragne page 26 de ce dossier.
48
ème
www.actusf.com Le site a été lancé en mars 2000, sous le titre La 85 dimension, succédant au fanzine éponyme. Très
vite, le fanzine a été arrêté et le site renommé ActuSF, rassemblant les amateurs de science-fiction, de fantastique et de
fantasy. ActuSF est une SARL depuis 2003, date à laquelle sont nées les éditions ActuSF, publiant initialement des recueils
de nouvelles ou des romans courts. Leur direction éditoriale est assurée par Éric Holstein, Jérôme Vincent et Charlotte
Volper.
49
Comme le souligne Jérôme Vincent, « la science-fiction a longtemps compris plusieurs genres : fantastique, sciencefiction, fantasy… Il faut attendre les années 2000 et notamment les premières publications de Bragelonne pour que s’opère
une distinction entre ces segments, rassemblés désormais sous l’expression « littératures de l’imaginaire ».
50
Avec les rubriques « Rétro SF » ; « L’Archiviste »…
51
Au 31 mai 2011, le forum d’ActuSF compte 164 000 messages et 1745 utilisateurs enregistrés.
Une rencontre avec Denis Guiot alors directeur de la collection « Autres Mondes » aux éditions Mango sera à l’origine de
cette nouvelle orientation. Aujourd’hui, les chroniques jeunesses du « comité de lecture ado » des bibliothèques de
Montreuil sont relayées sur le site (texte, audio et vidéo).
53
Les Orphelins de Naja, Nathalie Le Gendre, Mango, 2008. Programmé pour 2007, le roman a d’abord été refusé par la
direction, conduisant Denis Guiot a démissionné de ses fonctions de directeur de collection.
52
20
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
Potter, Eragon, etc. Sur Elbakin, la fantasy jeunesse est désormais représentée, mais il a fallu
attendre 2007 pour l’apparition des chroniques d’ouvrages54.
Qui sont les lecteurs d’Elbakin et d’Actu SF ? Des jeunes adultes entre 20 et 35 ans55. Si les
adolescents sont présents, ils participent peu aux forums. Les clichés concernant les lecteurs
de fantasy sont persistants, mais les barrières d’âge et les préjugés sautent sur la Toile.
Podcasts, Web TV, forums… Les communautés de l’imaginaire56 exploitent toutes les
fonctionnalités du web 2.0 et les sociabilités (de l’auteur au lecteur) semblent simplifiées par
le partage de codes et de références communs.
Du lecteur à l’auteur de fantasy : la « bêta-lecture »
C’est dans cet état d’esprit communautaire que la « bêta lecture » a émergé57. Il s’agit de
réaliser une lecture critique d’un texte, de traquer les éléments qui nuisent à sa
compréhension, dans le fond comme dans la forme. La « bêta-lecture » liste les problèmes ;
l’auteur décide ensuite des corrections à effectuer. Initialement rattachée aux fanfictions
(récits basés sur des univers fictionnels existants), la « bêta-lecture » s’applique à des
romans inédits. Ainsi, le site Cocyclics58 a été lancé en 2006. Sa fondatrice, Sophie Bogard,
souligne qu’il s’agit « [d’] un groupe de bénévoles – des grands lecteurs et des auteurs. Les
genres traités sont la science-fiction, la fantasy et le fantastique. Le forum59 est régi par un
principe simple : si on poste un texte, on doit en bêta-lire un autre ! ». La deuxième étape
54
Au 31 mai 2011, le forum d’Elbakin compte 257 000 messages et 4138 utilisateurs enregistrés. Si L’Apprenti Epouvanteur
ou Artemis Fowl divisent les internautes, À la croisée des mondes fait l’unanimité sur le forum.
55
Jérôme Vincent souligne que ce public est majoritairement masculin.
56
D’autres sites remarquables sont présents sur la Toile, dont fantasy.fr (www.fantasy.fr), la SARL partenaire de Bragelonne
ou le blog http://ifisdead.net.
57
« Bêta-lecture » est la traduction littérale de « betareading », définie uniquement sur Wikipedia :
http://en.wikipedia.org/wiki/Beta_reader
58
http://cocyclics.org
59
Le forum compte plus de 600 membres (extraits de romans et nouvelles y sont soumis à la relecture). Après 3 mois
passés à « bêta lire », les membres peuvent soumettre leur roman à la « bêta lecture », tout en restant « bêta lecteur ».
Cette seconde étape compte une soixantaine d’internautes entre 16 et 60 ans.
21
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
étant de soumettre son manuscrit à une communauté restreinte, jusqu’à ce qu’il puisse être
proposé aux éditeurs partenaires60.
Ce système, inédit en France, a fait ses preuves : 70 nouvelles ont été publiées dans des
anthologies et des recueils et 10 manuscrits ont trouvé un éditeur. Stéphane Marsan,
responsable éditorial de Bragelonne défend la démarche car « il n’est pas facile de trouver
de nouveaux auteurs de littérature de genre en France. C'est une question de culture, nous
n'avons pas de formations scolaires sur l'écriture […]. Ici, la littérature est sacrée. [Elle] n’est
pas considérée comme un savoir-faire, ni comme quelque chose qui s’apprend. […] Cet état
d’esprit empêche les auteurs d’avoir un accès facile à des conseils et à la lecture par leurs
pairs. […] [Cocyclics] peut apporter une preuve légitime qu'un travail a été accompli à travers
un cycle de retours détaillés et de réécriture. C'est une évolution de taille dans le milieu
éditorial français où l'on n’a pas d'agents littéraires pour découvrir, sélectionner, ou agir
comme un filtre de pré-édition pour les écrivains61 ».
La « bêta-lecture » semble être l’antichambre des éditeurs de l’imaginaire, inspirée de la
culture littéraire anglo-saxonne. Néanmoins, ne court-on pas le risque de voir s’uniformiser
les œuvres ? Ce travail préliminaire ne remet-il pas en question celui de l’éditeur ? Au final,
les membres désacralisent le rapport à l’écriture et l’image de l’écrivain dans sa tour d’ivoire.
Le fantasme de « l’inspiration » ou du trait de génie sont balayés par le labeur et le « coworking » en réseau.
60
14 éditeurs qui s’engagent à examiner plus rapidement les manuscrits estampillés « Cocyclics » sont partenaires :
Hachette Jeunesse, Griffe d'Encre, ActuSF, Bragelonne, Mnémos, Hydromel, Gründ, Le Riez, Voy’El, Argemmios, JKA, La
Madolière, Mille Saisons, Malpertuis.
61
Article paru dans la prestigieuse revue américaine Locus, le magazine américain d'information sur la science-fiction, la
fantasy, le fantastique, et relayé sur le site de Cocyclics : http://tintamare.blogspot.com/2011/05/do-you-speakenglish.html
22
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
Les jeunes adultes et la littérature
Lecture Jeune n° 137
Mars 2011
« Les jeunes adultes et les sociabilités littéraires »
Par Anne Clerc
Les blogs et les réseaux sociaux, outils dont se sont
emparés massivement les adolescents et les jeunes
adultes, ont influencé les services marketing des maisons
d’édition jeunesse. Les sociabilités littéraires s’étant
largement développées sur Internet, les éditeurs doivent compter sur ces « eprescripteurs » d’un nouveau genre : tout à la fois lecteurs et critiques, ils se constituent
en communautés influentes. Pour revenir sur ces changements, nous avons interviewé
Céline Dehaine et Antoinette Rouverand, respectivement responsables marketing
jeunesse de Gallimard et d’Hachette.
Le cas de Lecture Academy et d’Hachette Jeunesse
Printemps 2008. Le tome 4 de la saga Twilight, Révélation, est annoncé pour le mois
d’octobre30. Les blogueuses31 sont nombreuses à contacter Hachette Jeunesse pour en
savoir plus sur cette parution et le phénomène prend suffisamment d’ampleur pour que
30
« Au début, nous ne saisissions pas tout ce qui se passait sur Internet. Puis nous avons reçu des réactions de lecteurs et
repéré quelques blogs très nourris, avec de nombreux commentaires. Ils m’ont impressionnée, ils en savaient plus que nous
! (…) Nous ne voulions pas être intrusifs, nous avons cherché une bloggeuse pour être notre ambassadrice aux USA, pour la
sortie du tome 4. Via un concours, Noémie a été choisie. Son blog est étonnant, le nombre de visites sidérant ! Elle est allée
à New York, a rencontré Stephenie Meyer et a eu son livre à minuit. Le récit de son voyage a reçu plus de 50 000 visites !
Son blog (http://fascination50.skyrock.com) est devenu le site officiel de Fascination, il est vivant, nourri, mieux qu’un site
institutionnel qui aurait été une pâle « copie », et Skyrock l’a promu. », Antoinette Rouverand, « Le Succès de la série
Twilight », Lecture Jeune n°128, décembre 2008.
31
Selon Antoinette Rouverand, « les jeunes adultes sont à l’origine du phénomène Twilight ! En 2008, les blogueuses qui
nous ont contactées avaient pour la plupart entre 20 et 25 ans »
13
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
l’éditeur accélère la mise en ligne de son site communautaire et participatif : Lecture
Academy32. La plateforme n’a cessé d’évoluer pour répondre aux attentes des « internauteslecteurs ». Outre un catalogue, il présente des « actus » sur les titres à paraître, des films,
etc. Lecture Academy dispose également d’un forum (2009) où les adolescents peuvent
évoquer leurs lectures mais pas seulement : 30 % du trafic est lié à la rubrique « Autres » où
il est question de sujets plus personnels (les problèmes amoureux, l’amitié, etc.). Comme le
souligne Antoinette Rouverand, « le site référence les livres mais nous voulions des
fonctionnalités plus participatives, des commentaires de lecteurs. Nous avons mis en place
des suggestions de lecture : « vous avez aimé (…), vous aimerez aussi ». Dans le même
registre, les romans peuvent être sélectionnés à partir de critères qui peuvent sembler de
prime abord subjectifs : « Dis-nous de quelle humeur tu es aujourd’hui » ; « Dis-nous en un
peu plus sur toi… », etc. Le choix repose non seulement sur les caractéristiques habituelles
(auteur, date de parution, collection, etc.) mais aussi sur ce qui définit l’adolescent. Fin 2010,
le site a été relooké et un « chat » privé a été mis en place, dépassant largement le simple
site d’éditeur.
Lecture Academy s’adapte aux pratiques des adolescents pour qu’ils investissent le site et
qu’ils soient fidèles33. Dans les mois à venir, Antoinette Rouverand souhaite augmenter
encore le trafic sur le site, en « recrutant un nouveau public, qui connaît moins la production
et pour cela, communiquer sur les sites fréquentés par les jeunes : www.ados.fr,
www.teemix.fr, www.melty.fr, etc. »
Du site à la page Facebook…
Il faut noter que le forum est investi par les plus jeunes des lecteurs (12-15 ans), un public
essentiellement féminin. Le site propose des sous-communautés : « Black Moon »,
32
www.lecture-academy.com. 40 000 visiteurs en 2008. Il faut noter que la collection « Black Moon » a été lancée la même
année.
33
Sur le forum, « nanou11 », 19 ans, en parle en ces termes : « J'ai découvert le site au dos d'un livre, Black Moon, et je suis
venue par curiosité. Au départ, j'ai apprécié les concours et les actualités, je n'osais pas aller sur le forum. J'aime beaucoup
être au courant de ce qui se passe dans le monde des livres, même si cela concerne surtout Black Moon. Vous êtes ouverts
à beaucoup de choses et par exemple ma plus belle surprise c'est quand vous avez parlé de Final Fantasy XIII, là je me suis
dit : c'est décidé je pose mes bagages ici ».
14
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
« Fashonista » et « Aventures et Frissons ». Si la première est fortement fréquentée (plus de
15 000 membres), le deux autres ne comptent que 3 000 membres chacune. Cet échec
relatif serait lié au refus des adolescents d’être « dans des cases » là où la collection « Black
Moon » est moins segmentée et investie par les 15-25 ans. On retrouve ces jeunes adultes
sur la page « Facebook34 » (7 598 personnes « aiment » « Black Moon ») où l’on peut en
savoir plus sur les adaptations au cinéma, sélectionner des couvertures, visionner des
trailers35, des entretiens filmés d’auteurs, etc. Les lecteurs peuvent même en savoir plus sur
le travail des éditrices qui communiquent sur l’avancement de leurs projets : « Et voilà ! LE
GUIDE OFFICIEL ILLUSTRÉ de la saga Twilight est fini, il ne reste plus qu'à faire valider la
couverture et tout sera prêt. Sans transition, Isabel V. s'attaque à l'intégration des dernières
corrections du RETOUR DE L'ANGE 1. Objectif : avoir bouclé avant 15h30 pour enchaîner sur
la couverture du CERCLE SECRET 3. Quelle journée ! »
… Et sans oublier les blogueurs !
Au-delà des outils Internet mis en place par Hachette Jeunesse, la communication sur le
Web passe bien entendu par l’envoi de services de presse aux blogueurs les plus influents
sur la toile, pour la plupart des jeunes adultes, devenant des partenaires privilégiés des
attachés de presse. Depuis deux ans, ces derniers les ont intégrés à leur plan de
communication, ciblant ceux qui ont le plus grand nombre de visites et un réseau dense36.
Ces partenariats, plus ou moins formels, reposent sur un échange simple : un livre contre
une critique, qu’elle soit ou non positive… Les internautes sont d’autant plus nécessaires
aujourd’hui, que les médias classiques sont réfractaires à cette littérature young adults.
Comme le rappelle Antoinette Rouverand, « même la presse « grand public » et féminine
comme Biba ou Cosmopolitan ne chronique pas nos romans ! ». Dans ces communautés
34
Cette présence a des répercussions sur la fréquentation du site Lecture Academy et génère 4 % du trafic.
35
Une vidéo « bande-annonce » d’un livre.
36
Et plus précisément, sur les littératures « jeunes adultes » :
-
http://oiseausecret.canalblog.com
http://blogclarabel.canalblog.com/
http://www.miladyevey.com
http://www.place-to-be.fr
http://www.blog-o-book.com
15
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
web, la littérature adolescente et jeunes adultes est évoquée et les frontières entre les
publics et les genres semblent abolies...
Gallimard Jeunesse et « On lit plus fort »
Les éditions Gallimard Jeunesse ont lancé le blog « On lit plus fort » en janvier 2009, en
s’appuyant sur un réseau de 200 chroniqueurs de 12 à 20 ans37, majoritairement féminin et
préalablement « recruté ». Lecteurs de romans en avant-première, blogueurs, ces jeunes
rédacteurs alimentent en partie le blog de « On lit plus fort », installé sur la plateforme
Skyblog. Céline Dehaine revient sur la réflexion qui a présidé au lancement du blog : « avant
2009, nous options pour une stratégie marketing assez classique : de l’achat presse, de la
publicité dans la presse jeunesse (et parentale). Mais, nous sommes rendu compte qu’il y
avait beaucoup de blogs dédiés à la littérature et nous voulions prendre la parole de manière
moins institutionnelle. »
Le blog présente indifféremment les titres du catalogue « ados ». Sur la colonne de droite,
deux groupes sont néanmoins identifiés : « Harry Potter/fantastique » et « Lectures filles »,
dans lesquels on peut lire les avis critiques des adolescents. A l’heure actuelle, le blog ne
bénéficie pas d’une forte fréquentation (7 400 visites depuis son lancement), victime de son
orientation généraliste, qui plus est sur une plateforme investie par et pour les adolescents
et dont les fonctionnalités sont limitées.
Un blog délaissé et une page Facebook plébiscitée !
A contrario, la page Facebook « On lit plus fort » (créée en février 2010) est l’une des plus
actives, tous éditeurs confondus, avec 12 63938 personnes qui « aiment ça » ! On retrouve,
comme chez Hachette Jeunesse, un public sensiblement différent entre le blog (plutôt des
37
Volonté de l’éditeur de ne pas avoir des chroniqueurs âgés de plus de 20 ans.
38
« Voici le Top 5 actuel des pages d’éditeurs francophones les plus importantes en terme de membres :
1. Gallimard jeunesse (On lit plus fort) : 12 639
2. Fluide glacial : 12 004
3. Larousse : 9 773
4. BD Gallimard : 6 502
5. Ankama éditions : 5 385 »
Livres Hebdo, « Les professionnels vont pouvoir renouveler leurs pages Facebook », 15 février 2011.
16
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
11-15 ans) et la page « Facebook » (entre 15 et 25 ans). Gallimard Jeunesse bénéficiant
d’une bonne image auprès des prescripteurs, ils seraient nombreux parmi les membres.
Récemment, sur le « mur » de la page, un appel est lancé en direction des chroniqueurs :
« @chroniqueurs_olpf : venez poster sur le mur vos avis sur les derniers romans que vous
avez reçus ! ». Le réseau est sollicité. En retour, ils peuvent écouter, voir, lire des interviews
d’auteurs, participer à des concours, etc.
Un nouveau métier : le community manager
Qu’il s’agisse d’Hachette ou de Gallimard Jeunesse, cette présence sur les réseaux sociaux a
généré de nouveaux emplois se consacrant exclusivement à la communication sur Internet.
Ainsi, Céline Dehaine a évoqué le rôle du community manager, chargé « d’identifier des
réseaux et de s’infiltrer dans les conversations sur les forums pour parler d’un livre ». Par
ailleurs, le prestige de la maison Gallimard est tel que le secteur jeunesse, pour des
publications plus « littéraires », peut encore s’appuyer sur la presse pour prendre le relais.
Par exemple, La Douane Volante de François Place ou encore la série A comme Association
d’Erik L’Homme et Pierre Bottero ont été chroniqués dans L’Express, Télérama, Lire, Le
Figaro, etc. Les parents sont toujours très prescripteurs, surtout sur les titres destinés aux
plus jeunes, par conséquent, Gallimard Jeunesse communique sur des supports variés afin
de sensibiliser des cibles hétéroclites : adolescents, parents, Education nationale…
D’autres éditeurs jeunesse s’appuient également sur ces réseaux sociaux et repensent leur
communication Web39. Les auteurs prennent part eux aussi au mouvement. Fabrice Colin,
pour son dernier opus, Bal de givre à New York40, a animé la page Facebook du roman (2 500
membres), rencontré des blogueuses, publié, commenté les critiques sur son blog et rédigé
39
Albin Michel Jeunesse propose un nouveau site consacré à la collection « Wiz » offrant également une plus grande
interactivité : www.wiz.fr; Actes Sud Junior consacre un site à sa collection « Romans Ados » : http://www.actes-sudjunior.fr/collections/romans_ado/
40
Bal de Givre à New York, Fabrice Colin, Albin Michel Jeunesse, « Wiz », 2011.
17
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
une préquelle41 « inédite » pour les fans ! Cécile Roumiguière participe activement à la
communication de la série dont elle est directrice de collection, Les Blue Cerises, investit la
blogosphère, Facebook et proposera bientôt une application pour IPhone.
Les réseaux sociaux tendent à modifier chaque maillon de la chaîne du livre, de l’éditeur au
lecteur, en passant par l’auteur ; tous commentent, communiquent, émettent des opinions,
se voient attribuer de nouvelles qualifications. Enfin l’avis du lecteur « jeune adulte » –
relativement rare si l’on s’en tient aux pratiques culturelles42 – semble devenir
incontournable et « sacré ».
41
Le terme « préquelle » est un anglicisme désignant une œuvre réalisée après une œuvre donnée, mais dont l'action se
déroule avant du point de vue de l'univers de fiction. C'est un « épisode précédent mais réalisé après ». Cela pointe la
différence entre le déroulement du temps de la fiction et celui du temps réel.
42
Voir l’article de Claude Poissenot, « La Lecture « détraditionnalisée » » p.14 de ce dossier.
18
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
La fantasy
Le tour d’un genre
Lecture Jeune n° 138
Juin 2011
Communautés web et fantasy
Anne Clerc
Entretiens avec Jérôme Vincent, rédacteur en chef
d’ActuSF , Cyrielle Lebourg et Valérie Lawson, membres
d’Elbakin et Sophie Bogard, fondatrice du site Cocyclis.
En conclusion de son article, Anne Besson observe « l’émergence d’un public
participatif 43». Blogs, sites et forums témoignent de cette effervescence et de la
dimension communautaire associée aux littératures de l’imaginaire. Comment
fonctionnent ces réseaux ?
L’exemple d’ActuSF et d’Elbakin
L’événement à l’origine d’Elbakin44 est l’adaptation cinématographique du Seigneur des
anneaux45. En effet, l’œuvre de Tolkien est le fil conducteur de cette communauté qui
43
Voir l’article d’Anne Besson page 15 de ce dossier.
er
www.elbakin.net Le site est né le 1 septembre 2000 de la collaboration d’Emmanuel Chastelière, Raphaël Cervera et
Jean-François le Gac. Passionnés par l’univers du Seigneur des anneaux, tous les 3 proposaient des sites Internet qu’ils ont
décidé de réunir pour offrir un espace web dédié à Tolkien. Elbakin est une association depuis 2006 et le site a fêté ses 10
ans en septembre 2010 (voir www.elbakin.net/Les-10-ans-d-Elbakin-net/).
45
Emmanuel Chastelière, à propos des 10 ans d’Elbakin : « À l’heure du web 2.0, des blogs et des wikis en tous genres, je
me souviens avec une certaine émotion de ma page perso wanadoo et de son design plus que sommaire ! En parallèle, la
fantasy a également explosé dans les rayons des librairies, dans le sillage des Harry Potter et du Seigneur des anneaux au
cinéma. Nous avons été témoins du phénomène, nous l’avons accompagné, nous en avons aussi certainement profité, en
surfant sur cette vague. Durant les premières années de vie du site, c’est bien le travail d’adaptation de Peter Jackson sur le
Seigneur des anneaux qui animait l’essentiel des conversations, il faut s’en souvenir. »
44
19
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
recense livres, films et colloques dédiés46. Les fans d’imaginaire étant particulièrement
attentifs à l’hybridation de ces univers sur différents supports culturels comme l’a montré
Antoine Dauphragne47. Elbakin relaie des informations variées, des livres aux films, en
passant par les jeux de société et les bandes dessinées. L’association promeut la fantasy via
le prix Elbakin.net (depuis 2010), sa présence sur les festivals, la mise en place d’une
première convention française de fantasy (prévue pour 2012), etc.
Jérôme Vincent rappelle qu’ActuSF48 est né alors que « les romans de Pierre Bordage et
Ayerdhal touchaient un lectorat toujours plus large49 ». ActuSF présente des sujets relatifs à
l’actualité des
auteurs, des publications des littératures de l’imaginaire et des notices critiques. L’une des
orientations singulières du site est sa dimension patrimoniale avec des comptes-rendus de
colloques ou l’analyse de spécialistes sur des titres qui ont marqué la production50. Enfin, sur
le forum51, des personnalités (chercheurs, éditeurs, traducteurs, etc.) répondent aux
questions des internautes.
Dès 2001, ActuSF chronique de la littérature jeunesse52 et cette rubrique connaît une forte
fréquentation : sont critiqués best-sellers ou œuvres polémiques. En 2007, la censure des
Orphelins de Naja par Mango53, a suscité de nombreux commentaires sur le forum. Parmi les
autres sujets phares, notons la bit-lit et ses détracteurs, les séries grand public comme Harry
46
La réalisation par Peter Jackson de Bilbo le hobbit (sortie prévue fin 2012) fait l’objet de nombreux articles et de fils de
discussions sur le forum.
47
Voir l’article d’Antoine Dauphragne page 26 de ce dossier.
48
ème
www.actusf.com Le site a été lancé en mars 2000, sous le titre La 85 dimension, succédant au fanzine éponyme. Très
vite, le fanzine a été arrêté et le site renommé ActuSF, rassemblant les amateurs de science-fiction, de fantastique et de
fantasy. ActuSF est une SARL depuis 2003, date à laquelle sont nées les éditions ActuSF, publiant initialement des recueils
de nouvelles ou des romans courts. Leur direction éditoriale est assurée par Éric Holstein, Jérôme Vincent et Charlotte
Volper.
49
Comme le souligne Jérôme Vincent, « la science-fiction a longtemps compris plusieurs genres : fantastique, sciencefiction, fantasy… Il faut attendre les années 2000 et notamment les premières publications de Bragelonne pour que s’opère
une distinction entre ces segments, rassemblés désormais sous l’expression « littératures de l’imaginaire ».
50
Avec les rubriques « Rétro SF » ; « L’Archiviste »…
51
Au 31 mai 2011, le forum d’ActuSF compte 164 000 messages et 1745 utilisateurs enregistrés.
Une rencontre avec Denis Guiot alors directeur de la collection « Autres Mondes » aux éditions Mango sera à l’origine de
cette nouvelle orientation. Aujourd’hui, les chroniques jeunesses du « comité de lecture ado » des bibliothèques de
Montreuil sont relayées sur le site (texte, audio et vidéo).
53
Les Orphelins de Naja, Nathalie Le Gendre, Mango, 2008. Programmé pour 2007, le roman a d’abord été refusé par la
direction, conduisant Denis Guiot a démissionné de ses fonctions de directeur de collection.
52
20
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
Potter, Eragon, etc. Sur Elbakin, la fantasy jeunesse est désormais représentée, mais il a fallu
attendre 2007 pour l’apparition des chroniques d’ouvrages54.
Qui sont les lecteurs d’Elbakin et d’Actu SF ? Des jeunes adultes entre 20 et 35 ans55. Si les
adolescents sont présents, ils participent peu aux forums. Les clichés concernant les lecteurs
de fantasy sont persistants, mais les barrières d’âge et les préjugés sautent sur la Toile.
Podcasts, Web TV, forums… Les communautés de l’imaginaire56 exploitent toutes les
fonctionnalités du web 2.0 et les sociabilités (de l’auteur au lecteur) semblent simplifiées par
le partage de codes et de références communs.
Du lecteur à l’auteur de fantasy : la « bêta-lecture »
C’est dans cet état d’esprit communautaire que la « bêta lecture » a émergé57. Il s’agit de
réaliser une lecture critique d’un texte, de traquer les éléments qui nuisent à sa
compréhension, dans le fond comme dans la forme. La « bêta-lecture » liste les problèmes ;
l’auteur décide ensuite des corrections à effectuer. Initialement rattachée aux fanfictions
(récits basés sur des univers fictionnels existants), la « bêta-lecture » s’applique à des
romans inédits. Ainsi, le site Cocyclics58 a été lancé en 2006. Sa fondatrice, Sophie Bogard,
souligne qu’il s’agit « [d’] un groupe de bénévoles – des grands lecteurs et des auteurs. Les
genres traités sont la science-fiction, la fantasy et le fantastique. Le forum59 est régi par un
principe simple : si on poste un texte, on doit en bêta-lire un autre ! ». La deuxième étape
54
Au 31 mai 2011, le forum d’Elbakin compte 257 000 messages et 4138 utilisateurs enregistrés. Si L’Apprenti Epouvanteur
ou Artemis Fowl divisent les internautes, À la croisée des mondes fait l’unanimité sur le forum.
55
Jérôme Vincent souligne que ce public est majoritairement masculin.
56
D’autres sites remarquables sont présents sur la Toile, dont fantasy.fr (www.fantasy.fr), la SARL partenaire de Bragelonne
ou le blog http://ifisdead.net.
57
« Bêta-lecture » est la traduction littérale de « betareading », définie uniquement sur Wikipedia :
http://en.wikipedia.org/wiki/Beta_reader
58
http://cocyclics.org
59
Le forum compte plus de 600 membres (extraits de romans et nouvelles y sont soumis à la relecture). Après 3 mois
passés à « bêta lire », les membres peuvent soumettre leur roman à la « bêta lecture », tout en restant « bêta lecteur ».
Cette seconde étape compte une soixantaine d’internautes entre 16 et 60 ans.
21
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
étant de soumettre son manuscrit à une communauté restreinte, jusqu’à ce qu’il puisse être
proposé aux éditeurs partenaires60.
Ce système, inédit en France, a fait ses preuves : 70 nouvelles ont été publiées dans des
anthologies et des recueils et 10 manuscrits ont trouvé un éditeur. Stéphane Marsan,
responsable éditorial de Bragelonne défend la démarche car « il n’est pas facile de trouver
de nouveaux auteurs de littérature de genre en France. C'est une question de culture, nous
n'avons pas de formations scolaires sur l'écriture […]. Ici, la littérature est sacrée. [Elle] n’est
pas considérée comme un savoir-faire, ni comme quelque chose qui s’apprend. […] Cet état
d’esprit empêche les auteurs d’avoir un accès facile à des conseils et à la lecture par leurs
pairs. […] [Cocyclics] peut apporter une preuve légitime qu'un travail a été accompli à travers
un cycle de retours détaillés et de réécriture. C'est une évolution de taille dans le milieu
éditorial français où l'on n’a pas d'agents littéraires pour découvrir, sélectionner, ou agir
comme un filtre de pré-édition pour les écrivains61 ».
La « bêta-lecture » semble être l’antichambre des éditeurs de l’imaginaire, inspirée de la
culture littéraire anglo-saxonne. Néanmoins, ne court-on pas le risque de voir s’uniformiser
les œuvres ? Ce travail préliminaire ne remet-il pas en question celui de l’éditeur ? Au final,
les membres désacralisent le rapport à l’écriture et l’image de l’écrivain dans sa tour d’ivoire.
Le fantasme de « l’inspiration » ou du trait de génie sont balayés par le labeur et le « coworking » en réseau.
60
14 éditeurs qui s’engagent à examiner plus rapidement les manuscrits estampillés « Cocyclics » sont partenaires :
Hachette Jeunesse, Griffe d'Encre, ActuSF, Bragelonne, Mnémos, Hydromel, Gründ, Le Riez, Voy’El, Argemmios, JKA, La
Madolière, Mille Saisons, Malpertuis.
61
Article paru dans la prestigieuse revue américaine Locus, le magazine américain d'information sur la science-fiction, la
fantasy, le fantastique, et relayé sur le site de Cocyclics : http://tintamare.blogspot.com/2011/05/do-you-speakenglish.html
22
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
Les sites Internet évoqués au cours de la journée…
•
Babelio : www.babelio.com
Babelio est le réseau social des lecteurs sur internet et le premier média en ligne dédié au
livre, avec 1,8 millions de visites chaque mois. Créé en 2007 par 3 amateurs de lecture, le
site réunit maintenant une communauté de près de 90 000 membres, grands lecteurs et
passionnés en tous genres (littérature, essai, bd-polar, pratique, imaginaire etc.). Le site est
également un carrefour d'informations sur le livre en diffusant des critiques de la presse,
vidéos d'auteurs, podcasts radiophoniques etc. Babelio propose aux bibliothèques publiques
d'enrichir leurs catalogues avec ces contenus et services de recommandation
bibliographique, et offre aux maisons d'édition des outils de mise en avant de leurs titres.
•
Mes Imaginaires : www.mesimaginaires.fr
Bienvenue dans Mes Imaginaires, les chroniques littéraires de Sandrine Brugot
Maillard depuis janvier 2004. Chroniqueuse littéraire, formatrice et membre du jury du
Grand Prix de l'Imaginaire, je ne traite ici que de littératures de l'Imaginaire. Bibliothécaire
en disponibilité, je suis aujourd'hui formatrice et animatrice de débats, tout genre littéraire
confondu.
•
Chroniques de la rentrée littéraire.com :
http://chroniquesdelarentreelitteraire.com
Chroniques de la rentrée littéraire est un défi lancé par le monde du livre à la blogosphère
littéraire : chroniquer une majorité des parutions romanesques de l’année. En regroupant
300 bloggeurs littéraires, Chroniques de la rentrée littéraire est un intermédiaire permettant
à chaque livre d’être lu par au moins un lecteur expert, en toute liberté de ton.
• Libsum : www.libsum.com
Libsum est une librairie en ligne accessible partout, que vous soyez connecté ou non, sur
votre ordinateur, votre smartphone, votre tablette ou n'importe quel support. Libsum est un
environnement global qui permet de lire et de partager ses expériences de lecture.
Libsum : la bibliothèque de chacun devient une librairie pour tous.
• WeLoveWords : www.welovewords.com
WeLoveWords est le premier réseau social destiné aux auteurs. (Paroliers, conteurs,
slameurs, humoristes, auteurs dramatiques, romanciers,…). Les auteurs peuvent maintenant
archiver, écrire, publier, partager et protéger leurs textes. WeLoveWords est aussi une
passerelle entre les industries créatives (musique, littérature, audiovisuel, spectacle vivant…)
en recherche de contenus et les auteurs.
• Cocyclics : http://cocyclics.org
CoCyclics propose son aide à tous les auteurs qui souhaitent un regard extérieur sur leurs
écrits Fantasy, Fantastique ou Science-Fiction (SFFF), indépendamment de l'avenir qu'ils
23
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
souhaitent donner à leur texte. Nous n'avons pas de vocation éditoriale, nous aidons tous les
auteurs de bonne volonté. Cependant, CoCyclics est né de la mise en place d’une plateforme d'échanges de bêta-lectures qui décloisonne les auteurs, surtout les débutants qui
n'ont pas encore de réseau pour se faire relire. CoCyclics fonctionne sur l’échange : en
demandant des bêta-lectures, vous vous engagez à bêta-lire en retour, ceci dans le but
d’améliorer les écrits de tous, qu'il s'agisse de romans ou de nouvelles, dans les genres
Fantasy, Fantastique et Science-Fiction (SFFF).
• Hiboo: www.hiboo-project.com
Hiboo est une collection de romans numériques destinée aux adolescents. Hiboo est le
projet de 5 étudiants en formation de Concepteur Réalisateur Multimédia aux Gobelins,
l’école de l’image. Chaque livre est choisi selon une ligne éditoriale basée sur le voyage,
l'aventure et le fantastique. L'apport éditorial consiste à proposer à la fois des outils de
lecture, un environnement immersif, des enrichissements interactifs et des solutions
communautaires, afin d’offrir aux jeunes une nouvelle expérience de lecture adaptée à leurs
envies.
24
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
Lexique et généralités
Médias sociaux
L’expression « médias sociaux » recouvre les différentes activités qui intègrent la
technologie, l’interaction sociale (entre individus ou groupes d'individus), et la création de
contenu. Les médias sociaux sont des groupes d’applications en ligne qui se fondent sur la
philosophie et la technologie du net et permettent la création et l’échange du contenu
généré par les utilisateurs.
Blog
Le blog est un site Web constitué d’articles, appelés « billets ». Ils sont écrits par une
personne physique en général, selon un rythme périodique quelque soit les formes
d’expression utilisées. On retrouve donc dans la blogosphère des videoblogs (forme
audiovisuelle), des weblogs (forme littéraire), des bdlogs (forme graphique), des photoblogs
(publication d’images) et des audioblogs (forme sonore). À l'image d'un journal de bord ou
d'un journal intime, celui qui tient le blog, le blogueur, délivre un contenu souvent textuel,
enrichi d'hyperliens et d'éléments multimédias, sur lequel chaque lecteur peut
généralement apporter des commentaires.
Un tag est un mot clé ou terme associé à de l'information – par exemple une image, un
article ou un clip vidéo – qui décrit ainsi l'objet et permet une classification des informations.
Les tags sont choisis par l'auteur ou le consommateur de l'objet.
Le swap est un échange de cadeaux entre internautes autour d'un thème donné : une
personne prépare un colis et une lettre en fonction des goûts de son/sa « swappé(e) » afin
de lui faire plaisir. Celui qui reçoit le cadeau fera pareil à son tour.
Sur les blogs littéraires, la PAL est la « pile à lire ». Les blogueurs font état sur leur blog de
l’avancement des lectures qu’ils ont prévu.
Forum
Un forum est un espace de discussion publique (ou au moins ouvert à plusieurs participants).
C’est avant tout un lieu d'échange par le biais de messages. Ces publications sont durables,
car les messages ne sont pas effacés mais archivés sur le site. Elles sont par nature le fait de
plusieurs auteurs.
Un topic est un sujet de forum. La plupart des forums sont organisés en « fils » de
discussion, un message initial lance un nouveau fil. Ensuite, chaque nouvelle réponse à ce fil
ouvre un nouveau fil de discussion, en tant que réponse à un message précédent. Tous ces
fils de discussions sont souvent regroupés en thématiques, un même forum pouvant
accueillir plusieurs thématiques, voire plusieurs regroupements de thématiques.
25
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
Buzz
Le buzz est une technique marketing consistant à faire du bruit autour d'un nouveau produit
ou d'une offre. Proche du marketing viral, il en diffère par la maîtrise du message
publicitaire. On peut aussi parler de quelque chose ayant fait son buzz quand il s'agit d'un
contenu qui aura été ébruité le plus possible au point d'avoir été vu par beaucoup de gens
en un temps très court. C'est une sorte de publicité sauvage qui passe par le consommateur
et le fait devenir vecteur du message. Le buzz va donc promouvoir une action, un produit, un
service ou un événement. Enfin, le buzz repose sur un principe de surprise puisque les
moyens utilisés doivent être sans cesse renouvelés pour faire sensation et donc faire parler.
C'est un cas où le média est l'objet de la communication et non son moyen.
Chat
La messagerie instantanée, également désignée par l'anglicisme « chat », permet l'échange
instantané de messages textuels entre plusieurs ordinateurs connectés au même réseau
informatique. Contrairement au courrier électronique, ce moyen de communication est
caractérisé par le fait que les messages s'affichent en temps réel et permettent un dialogue
interactif.
Digital natives/digital immigrants
Un digital native, « natif numérique », est une personne ayant grandi dans un
environnement numérique comme celui des ordinateurs, d’Internet, des téléphones mobiles
et des baladeurs MP3. Un digital immigrant, (im)migrant numérique, est un individu ayant
grandi hors de cet environnement numérique et l'ayant adopté plus tard.
Fanart
Le fanart ou fan art désigne en anglais toute œuvre réalisée par un fan et s’inspirant ou
reproduisant un ou plusieurs personnages, une scène ou l’univers d’une œuvre existante,
qu’elle soit littéraire, picturale ou audiovisuelle. Ce terme se limite aux dessins sur tout types
et tout supports. Le pré requis d'un fanart est avant tout d'être reconnaissable par rapport à
son œuvre d’inspiration.
Fanfiction
Une fanfic ou fanfiction désigne en anglais une fiction écrite par un fan d'une série télévisée,
d'un film, d'un dessin animé, d'un jeu vidéo, d'un livre ou d'une bande dessinée à partir de
l'univers et/ou des personnages de l'œuvre qu'il apprécie.
Hypertexte
L’hypertexte est un système de renvois via des hyperliens, permettant de passer
directement d’une partie d’un document à une autre, ou d’un document à d’autres
documents.
Des réseaux sociaux
26
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com
Facebook
Facebook est un réseau social créé par Mark Zuckerberg et destiné à rassembler des
personnes proches ou inconnues. Facebook permet à ses utilisateurs d'entrer des
informations personnelles et d'interagir avec d'autres utilisateurs. Ces informations
permettent de retrouver les utilisateurs partageant des mêmes centres d'intérêt. Ces
derniers peuvent former des groupes et y inviter d'autres personnes. Les interactions entre
membres incluent le partage de correspondance et de documents multimédias.
Twitter
Twitter est un outil de réseau social et de microbloggage qui permet à l’utilisateur d’envoyer
gratuitement des messages brefs – 140 caractères maximum, soit une ou deux phrases –
appelés tweets, par Internet, par messagerie instantanée ou par SMS. Outre cette concision
imposée, la principale différence entre Twitter et un blog traditionnel réside dans le fait que
Twitter n’invite pas les lecteurs à commenter les messages postés.
27
Ne vois-tu rien venir ?/ http://nevoisturienvenir.blogspot.fr/ www.anne-clerc.com

Documents pareils