dossier de presse - Festival Premières

Commentaires

Transcription

dossier de presse - Festival Premières
DOSSIER DE PRESSE
CONTACT
Au TNS Chantal Regairaz 03 88 24 88 38 / 06 85 57 39 69 / presse[email protected]
Au Maillon Céline Coriat 03 88 27 61 73 / 06 79 63 72 22 / [email protected]
À Paris Anita Le Van 01 42 81 25 39 / 06 20 55 35 24 / [email protected]
A KARLSRUHE Christine Johner 0049 721 3557232 / [email protected]
Cette 9ème édition du festival a été conçue par Barbara Engelhardt,
responsable artistique de la programmation, avec Olivier Chabrillange,
Bernard Fleury et Jan Linders, et réalisée par les équipes du Maillon,
du TNS et du Badisches Staatstheater Karlsruhe.
Le Maillon, Théâtre de Strasbourg est
subventionné par la Ville de Strasbourg
et la Communauté Urbaine, le Ministère
de la Culture et de la Communication –
Drac Alsace
Le TNS est subventionné
par le Ministère de la Culture
et de la Communication
SOMMAIRE
Premières depuis sa création
p.4
ÉDITION 2014 : ÉDITO
p.5
programmation EN UN COUP D’ŒIL
p.6
spectacles
p.7-11
retombées professionnelles
pour les COMPAGNIES invitéEs
p.12-16
AUTRES RENDEZ-VOUS
p.17
PREMIÈRES pratique
p. 18-22
parcours
p.23
CONTACTS PRESSE ET PROFESSIONNELS
p.24
3
Premières
depuis sa création
Dès 2003, le Maillon et le TNS réfléchissaient ensemble aux
moyens d’organiser à Strasbourg un temps fort qui permette au
public de découvrir, en même temps que les professionnels, les
meilleurs travaux des jeunes metteurs en scène européens, tout
juste sortis d’école.
Parce qu’aujourd’hui la mise en scène tient, dans nos programmes
respectifs, une place centrale ; parce que le public strasbourgeois
se souvient avec bonheur du festival Turbulences (au Maillon de
1991 à 1999) et du festival de l’Union des Théâtres d’Europe (au
TNS en 1999) ; parce que l’École supérieure d’art dramatique du
TNS accueille depuis 2001 une nouvelle section Mise en scène /
Dramaturgie ; parce que Strasbourg doit aujourd’hui disposer d’un
événement artistique où l’Europe, dont elle est capitale, tienne le
rôle principal, nous avons décidé en 2005 de créer le festival
Premières consacré à la jeune mise en scène européenne.
Qu’est ce que « mettre en scène » et qu’en est-il de la mise en
scène en Europe aujourd’hui ? Quels en sont les nouveaux
inventeurs ? Comment ont-ils été formés çà et là de façon si
différente ? Qu’en est-il du théâtre : quels en sont les nouvelles
figures, les dernières tendances, les futurs artisans ? Comment se
transmet-il ici et là de maître à élève ? Quel est le parcours d’un
jeune metteur en scène en Europe aujourd’hui ?
Premières a pour objectif de faire régulièrement le point sur ces
questions, en présence du public et avec les professionnels.
Tout d’abord, il s’agit de mieux se connaître, tant nos histoires
respectives, d’une école à l’autre, d’un théâtre à l’autre, d’un pays
à l’autre, sont différentes.
Ensuite, il s’agit d’entrer dans un processus d’échanges, peut-être
plus complexe mais certainement plus ouvert qu’au seul champ
national, pour avancer ensemble quelques idées sur ce qu’est la
création.
Premières, enfin, offre une plateforme internationale à de jeunes
artistes qui entrent dans le métier. Aujourd’hui, le festival Premières
non seulement fait connaître mais aussi reconnaître de jeunes
metteurs en scène au sein de la profession. Le parcours des
« élus » des éditions précédentes en témoigne.
En 2013, sa 8ème édition s’est déroulée à Karlsruhe : par ce
passage outre-Rhin et à trois partenaires, Premières est ainsi
devenu le premier festival franco-allemand qui change chaque
année de pays.
Pour cette 9ème édition, neuf nouvelles mises en scène, venues des
quatre coins de l’Europe, sont présentées à Strasbourg.
Bernard Fleury, Directeur du Maillon
Julie Brochen, Directrice du TNS et de son École
Peter Spuhler, Directeur général du Badisches Staatstheater Karlsruhe
Jan Linders, Directeur de la section théâtre au Badisches Staatstheater Karlsruhe
Olivier Chabrillange, Conseiller à la programmation au TNS
Barbara Engelhardt, Responsable artistique de la programmation
4
édition 2014
ÉDITO
Cette 9ème édition du festival Premières esquisse le portrait d’une
jeune génération dont le regard se porte sur le monde dans son
ensemble, bien au-delà de ses préoccupations propres.
Les uns dissèquent, par le truchement de l’Histoire, les
mécanismes décisionnels et de manipulation, les autres analysent
les bouleversements de l’ordre social dans des époques et
systèmes en pleine mutation. Mais tous ont en commun la
recherche d’un langage théâtral propre. Avec aplomb et radicalité
parfois, ils interrogent les genres et traditions artistiques et ouvrent
la scène aux arts plastiques, à la musique et à la danse. Avec
plaisir et inventivité, ils jouent ainsi à questionner les modes de
représentation théâtrale sur le plateau.
Pendant quatre jours, avec neuf mises en scène venues de huit
pays, Premières propose un aperçu contrasté des formes les plus
diverses que revêt aujourd’hui la mise en scène en Europe. La
diversité des sujets abordés et l’inventivité de ces jeunes metteurs
en scène sont pour le théâtre une enthousiasmante promesse
d’avenir.
Barbara Engelhardt
Responsable artistique de la programmation
5
PROGRAMMATION
EN UN COUP D’ŒIL
POLOGNE
amatorki
D’APRÈS Les Amantes d’Elfriede Jelinek
Mise en scène Ewelina Marciniak
JEU 5 juin 19h30 / VEN 6 juin 18h30 - TNS, salle koltès
LETTONIEFINLANDE
lEgionnaires A DISCUSSION WITH FIGHT
Mise en scène Valters Sīlis
AUTEURS Carl Alm, Ieva Kauliņa, Kārlis Krūmiņš, Valters Sīlis
JEU 5 juin 21h45 / VEN 6 juin 18h30 - TNS, ESPACE GRÜBER (STUDIO)
SUISSE
PAst is present
Mise en scène Corinne Maier
JEU 5 juin 21h45 / VEN 6 juin 21h15 - MAILLON-WACKEN, HALL 1
ITALIE
WHAT THE HELL IS HAPPINESS?
CONCEPT ET Mise en scène Codice Ivan (Anna Destefanis, Leonardo Mazzi,
Benno Steinegger)
VEN 6 juin 21h15 / SAM 7 juin 15h - TJP, PETITE SCÈNE
ALLEMAGNE OPA ÜBT
Mise en scène Fux (Stephan Dorn, Falk Röβler, Nele Stuhler)
SAM 7 juin 17h / DIM 8 juin 14h30 - TNS, ESPACE GRÜBER (hall)
BELGIQUE
dehors
De Thomas Depryck
CONCEPT ET Mise en scène Antoine Laubin
SAM 7 juin 19h / DIM 8 juin 16h30 - MAILLON-WACKEN, HALL 2
HONGRIE
reflex
TEXTE Péter Závada
Mise en scène Dániel D. Kovács
SAM 7 juin 19h30 / DIM 8 juin 16h30 - TNS, SALLE GIGNOUX
SUISSE
WHEN I DIE A GHOST STORY WITH MUSIC
Mise en scène, CONCEPT, SCÉNOGRAPHIE Thom Luz
SAM 7 juin 21h30 / DIM 8 juin 19h - TNS, SALLE KOLTÈS
FRANCE
EN CHAQUE HOMME IL Y EN A DEUX QUI DANSENT
Mise en scène Vilma PitrinaIte, Thomas Pondevie
SAM 7 juin 22h / DIM 8 juin 19h - MAILLON-WACKEN, HALL 1
6
spectacles
AMATORKI
D’APRÈS Les Amantes d’Elfriede Jelinek
MISE EN SCÈNE Ewelina Marciniak
AVEC Dorota Androsz, Małgorzata Brajner, Katarzyna Dałek,
Piotr Biedroń, Piotr Domalewski, Krzysztof Matuszewski, Zofia
Wądołowska Wiącek
DRAMATURGIE Michał Buszewicz
SCÉNOGRAPHIE Marta Stoces MizBeware
RÉGIE PLATEAU Katarzyna Wołodźko
DIRECTION MUSICALE Ala Masskotka, Piotr Kubiak
CHORÉGRAPHIE Dominika Knapik
Production Teatr Wybrzeże
Dans ses premiers textes, Elfriede Jelinek, prix Nobel
de littérature en 2004, jette un regard incisif sur le
quotidien, celui des femmes en particulier : quel peut
être l’avenir d’une ouvrière ? Paula et Brigitte veulent
prendre leur vie en main en se mariant. Mais l’amour
ne tient pas ses promesses. Désormais sans illusions,
les deux femmes sont livrées à toutes les
oppressions : les hommes, les autres femmes,
l’entourage social. Ewelina Marciniak met en scène la
dynamique violente d’une lutte entre les personnages,
mais aussi entre rêve et réalité. Elle retrace ces
parcours en mêlant la présence physique débordante
des comédiens et une étrange légèreté musicale.
POLOGNE
Après son cursus universitaire, Ewelina
Marciniak (1976) intègre l’Académie
théâtrale Ludwik Solski de Cracovie. Elle est
l’assistante de différents metteurs en scène
polonais et monte avec succès des pièces
de Witkiewicz, Michał Buszewicz ou Roland
Schimmelpfennig, et, plus récemment,
Molière.
En polonais surtitré en français et allemand
LEGIONNAIRES A DISCUSSION WITH FIGHT
MISE EN SCÈNE Valters Sīlis
AUTEURS Carl Alm, Ieva Kauliņa, Kārlis
Krūmiņš, Valters Sīlis
LETTONIE-FINLANDE
AVEC Carl Alm, Kārlis Krūmiņš
SCÉNOGRAPHIE ET COSTUMES Ieva Kauliņa
LUMIÈRE Māra Jarovoja
RÉGIE PLATEAU Dāvis Burmeisters
Production Ģertrūdes ielas teātris
Recrutés souvent de force par l’armée allemande
pendant la seconde guerre mondiale, beaucoup de
Lettons trouvèrent ensuite refuge en Suède, mais
l’URSS demanda leur extradition. La décision du
gouvernement suédois pouvait avoir des
conséquences fatales : un retour valait condamnation
à mort. Pour les habitants d’une Lettonie désormais
partie intégrante du bloc de l’Est se posait la question
du rapport à ceux qui en étaient exclus. Les deux
acteurs de Legionnaires – un Suédois de Finlande et
un Letton – retracent dans toute sa complexité le
processus historique : où chercher les responsabilités,
les refoulements ? Un véritable travail de mémoire,
dans lequel est aussi impliqué le spectateur.
En anglais et français, épisodes en letton, suédois, finnois et
allemand. Non surtitré.
Valters Sīlis (1985) achève ses études de
mise en scène à l’École supérieure des arts
de Lettonie en 2012. Depuis, il travaille aussi
bien avec des théâtres indépendants que
dans des grandes institutions comme le
Théâtre national de Riga. Il est considéré
comme l’un des metteurs en scène les plus
prometteurs de sa génération.
7
PAST IS PRESENT
MISE EN SCÈNE Corinne Maier
SUISSE
AVEC Shaheen Dill-Riaz, Anne Haug
DRAMATURGIE Kris Merken
SCÉNOGRAPHIE Valerie Hess
CRÉATION SON Bernhard La Dous
BUREAU DE PRODUCTION Stranger in company
Production Kaserne Basel
Quelles représentations de la famille partageons-nous ?
Comment la mondialisation influence-t-elle nos relations
familiales ? Une famille s’identifie-t-elle toujours à une
langue, une religion, un quotidien partagé et des valeurs
communes ? Le réalisateur Shaheen Dill-Riaz habite à
Berlin, ses parents vivent au Bangladesh, son frère aux
États-Unis, sa sœur à Sydney et son fils à Varsovie.
Après plusieurs documentaires, Shaheen nous présente
ici sa propre famille, éclatée aux quatre coins du monde,
à travers des extraits de films et des fragments de
récits… un matériau vécu dont s’empare la jeune
metteuse en scène Corinne Maier : de quoi sont faits
aujourd’hui ces fameux liens qui composent une
famille ?
Corinne Maier (1981) a étudié les sciences
de la culture et les pratiques esthétiques à
Hildesheim, avant de travailler comme
performeuse et metteuse en scène. Elle a
créé des lectures-performances sur la
philosophie de Martin Heidegger et Hannah
Arendt et vient de créer The Only Real
Fucking Is Done On Paper dans le cadre du
festival wildwuchs à Bâle.
En allemand et anglais surtitré en français
WHAT THE HELL IS HAPPINESS?
ITALIE
CONCEPTION ET MISE EN SCÈNE Codice Ivan
(Anna Destefanis, Leonardo Mazzi,
Benno Steinegger)
AVEC Anna Destefanis, Leonardo Mazzi, Benno Steinegger
SCÉNOGRAPHIE Codice Ivan
MUSIQUE Private Culture
Production Codice Ivan / Coproduction Centrale Fies
Codice Ivan fait partie de Fies Factory, un projet de Centrale Fies
Le bonheur est une idée fixe de l’humanité, sa poursuite
une obsession : selon Schopenhauer, il s’agirait là de la
seule erreur innée de l’Homme. Quel prix sommes-nous
prêts à payer pour éprouver ce bonheur ? Quels sont les
liens entre nos biens et notre bien-être ? La compagnie
Codice Ivan explore ces questions avec humour dans
une performance qui renvoie aussi bien à l’agitprop qu’à
la culture pop. Peu à peu, le plateau se remplit de
pancartes, tandis que le sol se couvre d’écritures à la
craie. En refusant de considérer le bonheur comme un
objet privé, les performeurs déploient les enjeux sociaux
et politiques de cette quête sans fin. La question
centrale demeure : comment devons-nous vivre ?
What the Hell is Happiness? est le second
travail de Codice Ivan et fait partie d’un
projet de recherche artistique sur le thème
du bonheur. Pour son premier spectacle, le
collectif – Anna Destefanis (1980),
Leonardo Mazzi (1976) et Benno
Steinegger (1980) – a reçu le prix
d’encouragement à la création Premio
Scenario.
En anglais et italien surtitré en français et allemand
8
OPA ÜBT
MISE EN SCÈNE COLLECTIF FUX
(Stephan Dorn, Falk Rössler,
Nele Stuhler)
ALLEMAGNE
PAR ET AVEC Stephan Dorn, Falk Rößler, Nele Stuhler
SCÉNOGRAPHIE Annatina Huwiler
TECHNIQUE Jost von Harleßem
Bureau de production Franziska Schmidt/Stranger in company
Production Fux, Festival Treibstoff
L’opéra ne fonctionne d’ordinaire qu’avec un grand
nombre de personnes : musiciens, chanteurs,
danseurs, techniciens… et beaucoup de moyens.
Dans Opa übt, de la jeune compagnie FUX, trois
comédiens interrogent à eux seuls tout un genre. Ils
s’attaquent à un travail de « déconstruction » du
théâtre lyrique et se penchent sur la partition et le
livret d’une œuvre concrète. En quête d’une
esthétique alternative de l’opéra, ils en révèlent les
exigences, les structures et les traditions. Mais leur
recherche radicale n’est pas exclusivement formelle :
Heiner Müller disait que l’opéra pourrait être un
« réceptacle » pour l’utopie. Quelle forme donner
aujourd’hui à ce réceptacle et à cette utopie ?
Nele Stuhler (1989), Stephan Dorn (1987) et
Falk Rößler (1983) ont formé le collectif FUX
durant leurs études à l’Institut des sciences
théâtrales appliquées de Gießen. FUX croise
des éléments empruntés à la performance, à
la musique, au théâtre et à la chorégraphie
pour donner naissance à des formes
hybrides complexes et ludiques.
En allemand, épisodes en anglais et français, surtitré en
français
DEHORS
DE Thomas Depryck
CONCEPTION ET MISE EN SCÈNE
Antoine Laubin
belgique
AVEC Caroline Berliner, Coraline Clément, Hervé Piron, Denis
Laujol, Jérôme Nayer, Renaud Van Camp
ASSISTANAT À LA MISE EN SCÈNE Christelle Alexandre
CRÉATION LUMIERE Gaspard Samyn
RÉGIE VIDÉO Ledicia Garcia
SCÉNOGRAPHIE, COSTUMES Aurélie Forges
CRÉATION VIDÉO Sung-A Yoon
CRÉATION SON David Vranken
DIFFUSION Habemus Papam
Production De Facto
Coproduction Théâtre de Namur – Centre dramatique, la
Maison de la Culture de Tournai, L’L – Lieu de recherche et
d’accompagnement pour la jeune création (Bruxelles)
Soutien Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles, service
du Théâtre
Omniprésents dans l’espace public, les sans-abris
restent pourtant en-dehors de nos existences. La
politique n’y trouve pas de remède et on semble
s’arranger de cette misère. Dans son travail, Antoine
Laubin se réfère aux écrits de l’anthropologue Patrick
Declerck : l’exclusion de ceux qui ne s’adaptent pas
n’est-elle pas, pour le politique, le moyen de garantir
la stabilité du système ? Dans cette performance, les
acteurs tirent au sort les scènes à jouer et donnent
ainsi une nouvelle forme à chaque représentation.
Alternant fiction et documentation, scènes écrites et
improvisées, ils explorent le sujet dans ses
contradictions, en se gardant autant des réponses
faciles que du discours moral.
En français surtitré en allemand
Antoine Laubin (1980) a reçu plusieurs prix
pour sa première mise en scène, Les
Langues paternelles, avant de poursuivre
son travail avec Dehors (2012) et L.E.A.R
(2013). Outre des projets de recherche qu’il a
poursuivis au Théâtre L’L (Bruxelles), il
enseigne la dramaturgie et publie
régulièrement sur le théâtre.
9
REFLEX
TEXTE Péter Závada
MISE EN SCÈNE Dániel D. Kovács
HONGRIE
AVEC Miklós Béres, Gábor Fábián, Károly Hajduk, Péter
Jankovics, Pál Kárpáti, Dániel Király, Lôte Koblicska, Niké
Kurta, Kata Petô, Nóra Rainer-Micsinyei, Zoltán Szabó
CONSULTANT DRAMATURGIE Tamás Turai
COSTUMES, SCÉNOGRAPHIE Júlia Balázs
CHORÉGRAPHIE Máté Hegymegi
MUSIQUE ET SON Gábor Keresztes
DIRECTRICE DE PRODUCTION Ildikó Ságodi
Production Association Divádelná Nitra avec
Szputnyik Shipping Company dans le cadre du projet Parallel
Lives – 20th Century through the Eyes of Secret Police
Hongrie, 1956 : une scientifique est placée en asile
psychiatrique. S’agit-il d’une vraie schizophrénie ?
A-t-elle été mise à l’écart pour raisons politiques ?
Dans Reflex, Dániel D. Kovács interroge la possibilité
d’un regard objectif sur la réalité. Sa mise en scène
traduit le flou de notre perception du monde, toujours
influencée par des stratégies politiques ou
relationnelles. Ici, l’histoire d’une équipe de
scientifiques est interrompue par des moments
surréels, ludiques et musicaux, dans une mise en
scène où règne néanmoins une atmosphère
oppressante. Car le climat de surveillance et de
suspicion qui caractérise le point de départ historique
du travail nous concerne aujourd’hui encore.
Dániel D. Kovács (1986) fait des études de
mise en scène à l’Université de théâtre et de
cinéma de Budapest où il est, entre autre,
élève du metteur en scène Viktor Bodó,
invité lui-même à Premières en 2005. Il crée
la pièce Reflex de Péter Závada (1982) avec
Szputnyik Shipping Company, compagnie
réputée de Viktor Bodó.
En hongrois surtitré en français et allemand
WHEN I DIE A ghost story with music
MISE EN SCÈNE, CONCEPT,
SCéNOGRAPHIE Thom Luz
AVEC Suly Röthlisberger, Jack McNeill, Daniele Pintaudi,
Samuel Streiff, Mathias Weibel
DRAMATURGIE Markus Dross
COSTUMES ET LUMIÈRE Tina Bleuler
DIRECTION MUSICALE Mathias Weibel
SON Martin Hofstetter
Coproduction Thom Luz avec Gessnerallee Zürich, Spielart
Festival München, Kaserne Basel, Südpol Luzern, Theater Chur
Rosemary Brown (1916-2001), veuve et mère de deux
enfants, vit à Londres. Elle reçoit en 1964 la visite du
fantôme de Schubert, puis de Brahms, Rachmaninov,
Debussy... qui lui demandent de terminer une œuvre
restée inachevée. Alors Rosemary se met au travail et
règle toute sa vie sur cette dictée de l’au-delà. Partant
de ses partitions, Thom Luz compose une soirée pour
quatre musiciens et une comédienne où, au-delà des
non-sens spirituels et des débats ésotériques, se
jouent les thèmes de la mort et du réel dans l’art. La
musique devient alors un élément dramaturgique du
discours et du jeu qui nous mènent, entre doute et
croyance, au cœur de cette incroyable histoire vraie.
En anglais, allemand et français surtitré en français
SUISSE
Thom Luz (1982) est metteur en scène,
musicien et chanteur. Après des études de
comédien à la Haute École d’art de Zurich, il
conduit ses propres mises en scène dès
2007 et commence à se faire un nom dans le
domaine du théâtre musical. Ses spectacles
ont été présentés de nombreuses fois depuis
en Suisse et en Allemagne.
10
EN CHAQUE HOMME IL Y EN A DEUX
QUI DANSENT
FRANCE
LIBRE ADAPTATION DE Oxygène d’Ivan Viripaev
et Le Lac des Cygnes de Tchaïkovski
MISE EN SCÈNE Vilma Pitrinaite,
Thomas Pondevie
AVEC Vilma Pitrinaite, Romain Pierre, Duncan Evennou
DRAMATURGIE Thomas Pondevie
CHORÉGRAPHIE Vilma Pitrinaite
SCÉNOGRAPHIE Zoé Bouchicot
COSTUMES Lorenzo Albani, Zoé Bouchicot
RÉGIE GÉNÉRALE, LUMIÈRE, VIDÉO Fanny Perreau
CRÉATION SON, RÉGIE SON Florian Méneret
Production École Supérieure d’Art Dramatique du Théâtre
National de Strasbourg
À partir d’un texte emblématique des Nouvelles
écritures russes, Oxygène d’Ivan Viripaev et du Lac
des cygnes, œuvre chorégraphique majeure de Piotr
Ilitch Tchaïkovski, trois interprètes composent un
drame à deux personnages pour donner vie à une
œuvre pluridisciplinaire. Orchestrée en quatre
mouvements, elle célèbre l’amour fou et questionne
l’oppression et la liberté, dont l’absence peut
conduire à l’asphyxie. Détournant les fictions
originelles, les acteurs en parcourent les méandres,
en auscultent les pulsations, en révèlent l’incroyable
vitalité, tels des danseurs en équilibre sur une corde
raide tendue entre danse et théâtre.
Tous les deux issus de l’École du TNS, Vilma
Pitrinaite (1985) y a intégré la section mise en
scène après des études en gymnastique et en
arts plastiques et un début de carrière de
danseuse, alors que Thomas Pondevie (1987) y
suit le cursus de dramaturgie après un Master
d’études théâtrales consacré à Guy Cassiers.
En français surtitré en allemand
11
retombées professionneLles
POUR LES compagnies invitées
Depuis dix ans, le festival Premières inscrit dans
le paysage théâtral français contemporain de
jeunes metteurs en scène européens. Sillonnant
l’Europe d’Est en Ouest, du Nord au Sud à la
recherche de nouveaux talents, Premières a
réussi ce pari dès la première édition : ces
jeunes talents se confirment depuis leur premier
passage à Strasbourg.
Sans citer la totalité des parcours réalisés,
voici quelques exemples représentatifs des
retombées professionnelles successives à
l’invitation au festival depuis sa création.
Notons que la programmation du Festival
d’Avignon 2014 ne compte pas moins de quatre
metteurs en scène invités par Premières.
Tilmann Köhler, le jeune metteur en scène allemand
de Amoklauf mein Kinderspiel (Jeu de massacre, jeu
d’enfant) est nommé l’année suivante au
Nationaltheater de Weimar et fait sensation aux
Berliner Festspiele en 2007. Il est actuellement
metteur en scène associé au Staatsschauspiel de
Dresde où il a monté avec succès Sainte Jeanne des
abattoirs de B. Brecht en 2009 et La Nuit italienne de
Horváth. En 2011-2012, il y met en scène Le
Marchand de Venise de Shakespeare, Hedda Gabler
d’Ibsen et Nichts. Was im Leben wichtig ist de J.
Teller. Après la création de l’opéra Teseo de G. F.
Händel à l’opéra de Francfort en 2013, il se lance à
l’assaut de La Résistible ascension d’Arturo Ui de B.
Brecht (première à Dresde le 28 mars 2014).
2005
L’année successive à Premières, Hachémouludisparu
du Hongrois Viktor Bodó entre au répertoire du
théâtre Katona de Budapest et est invité à Francfort,
Berlin, Dublin.... Metteur en scène invité au
Deutsches Theater de Berlin, Viktor Bodó est ensuite
accueilli au Schauspielhaus de Graz où il crée en
2007 Alice d’après Les Aventures d’Alice au pays des
merveilles de Lewis Carroll et reçoit pour ce
spectacle le Prix Nestroy des meilleures
scénographies et costumes à Vienne. En 2008, il
fonde à Budapest sa propre troupe : Szputnyik
Shipping Company avec laquelle il met en scène Les
Âmes mortes de N. Gogol. Il est nominé en 2009
pour le Prix Nestroy de la meilleure mise en scène et
crée Liliom de Ferenc Molnár au Schauspielhaus de
Graz. En 2013, il aborde la question de l’immigration
et du territoire à travers The Last Man in Europe,
d’après 1984 de G. Orwell (coproduction hongroise,
autrichienne et allemande et tournée dans le cadre
de l’UTE) qu’il crée au Schauspielhaus de Graz, ainsi
qu’Amerika d’après la nouvelle de Kafka. La même
année, Anamnesis, créé au théâtre Katona tourne
également en Europe via l’UTE et notamment à la
Comédie de Reims.
Né en 1977 à Zurich, le metteur en scène suisse
Roger Vontobel est invité à Premières avec
[fi’lo:tas], puis à plusieurs festivals dont Impulse en
Rhénanie du Nord-Palatinat et le Fringe Festival
d’Edimbourg. Nommé meilleur jeune metteur en
scène par la revue Theater heute en 2006, il travaille
ensuite au Schauspiel Essen, aux Kammerspiele de
Munich et au Schauspielhaus de Hambourg. Avec
Don Carlos de Schiller, il obtient le Prix Faust 2010
du meilleur metteur en scène. En mai 2012, il
présente Dans la jungle des villes de B. Brecht à La
Colline-théâtre national (Paris) et Nibelungen de
Hebbel au Schauspielhaus de Bochum en octobre
2013.
Formé à l’Académie de théâtre de Varsovie en
section jeu et à l’Académie de théâtre de Prague en
section mise en scène, Michaï Artur Sieczkowski
joue dans plusieurs films dans ces deux pays et
travaille en tant qu’assistant auprès de
K. Warlikowski et K. Lupa dans les théâtres
Rozmaitosci et Dramatyczny de Varsovie. Après
avoir présenté Sallinger de Bernard-Marie Koltès à
Premières, il met en scène plusieurs spectacles
dont À l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie d’après la
nouvelle d’Hervé Guibert en 2008 sur plusieurs
scènes de Varsovie. Puis Wyłącz system/Swich-off
the system, texte écrit en collaboration avec
Wojciech Krzeminski au DDT - Teatr Polski à
Varsovie en 2011, spectacle entré au répertoire. Il
est depuis 2010 secrétaire général du Teatr Polski
tout en poursuivant sa carrière d’acteur et de
metteur en scène en Pologne et en République
tchèque.
2006
Le français Simon Delétang a créé plusieurs
spectacles depuis Premières où son Petit camp a été
invité : On est les champions de Marc Becker
(présenté dans de nombreuses villes en France),
Shopping and Fucking de Marc Ravenhill, ADN de
Dennis Kelly, Le 20 novembre, Froid de Lars Norén,
et Forever Müller. De 2008 à 2012, il est co-directeur
12
des Ateliers deLyon et pour la saison 2009/2010,
metteur en scène associé au collectif artistique de
la Comédie de Reims. Entre 2010 et 2013, il
participe à de nombreux festivals et crée Manque
de S. Kane au Théâtre Les Ateliers, tourne en
France Le 20 novembre de L. Norén, Angoisse
cosmique de C. Lollike et Le Guide du Démocrate
d’E. Arlix. Enfin, en mai 2013, il crée Chef d’œuvre
de C. Lollike aux Ateliers de Lyon.
Marta Gil Polo, la metteuse en scène espagnole de
No és fàcil de dir, réalise deux mises en scène au
Schauspiel de Cologne et y est nommée artiste
associée jusqu’en 2007. Elle monte Roméo et
Juliette à l’Oldenburger Stadttheater, Todo Blanco
d’après La Cerisaie en 2008 à Barcelone, Chance
d’après Kosinsky à Hambourg (Hamburger
Sprechwerk) et Berlin (Ballhaus Ost) ainsi que
Eileen Shakespeare de Fabrice Melquiot, spectacle
qui tourne pendant un an en Espagne. Elle reçoit le
prix Rolf Mares de la meilleure mise en scène. En
septembre 2010, elle présente Œdipe roi du pop au
festival catalan Temporada Alta. Elle est accueillie
au Festival Théâtre en mai de Dijon en 2011 avec
Plus loin que les étoiles co-écrit avec Albert Tola.
Après la présentation d’Outrage au public de Peter
Handke, le spectacle de Miran Kurspahić est en
tournée européenne jusqu’en 2013. Parmi les mises
en scène de Miran Kurspahić, on peut noter
Geography victims 2 – the Return of the victim,
dont la première s’est jouée au Festival Spielart de
Munich en 2009. Il travaille ensuite en Croatie sur le
roman de S. Rushdie Haroun et la mer des
Histoires. En 2013, il écrit et met en scène Vente à
l’ITD Théâtre de Zagreb et joue dans Tri kavaljera
frajle Melanije (Trois cavaliers Mademoiselle
Mélanie) mis en scène par Georgij Paro. Il vient de
créer This Casting au Théâtre Rugantino de Zagreb,
dans lequel il joue également. Le spectacle est
actuellement en tournée.
2007
Little red (play): ‘herstory’, le spectacle allemand et
néerlandais de Nicola Nord&Co, est présenté aux
Wiener Festwochen (mai 2008), au Fringe Festival
de Dublin, au Theaterzwang Festival de Dortmund
et au Theater Frascati d’Amsterdam. Depuis,
la compagnie tourne régulièrement plusieurs
spectacles en Europe. Elle crée notamment City
Circus Zero Work au Schauspielhaus de Hanovre et
Pandämonium Germanicum: Lenz im Loop au HAU,
Berlin (janvier 2011). En 2012, c’est L’Insurrection
créé au Théâtre Frascati d’Amsterdam et présenté au
Staatstheater Oldenburg dans le cadre du festival Go
West.
Après avoir présenté Liebe 1968, Alexander
Charim travaille aux KunstFestSpiele et à l’opéra
de Hanovre ainsi qu’au Deutsche Oper à Berlin.
Parmi ses mises en scène, on peut citer Omeros/
Combattimento d’après D. Walcott et C. Monteverdi
(2007), Rigoletto de G.Verdi (2008), Roméo et Juliette
de W. Shakespeare (2009), Orfeo – Love will tear us
apart de C. Monteverdi (2010), Le Barbier de Séville
de G. Rossini (2012), Teorema d’après P.-P. Pasolini
(2012). Deux créations en 2014 : en janvier, Weh
dem, der lügt, de F. Grillparzer au Landestheater
Niederösterreich et en mars, Immer noch Sturm de
P. Handke au Theater Osnabrück.
Depuis la création de La Ménagerie, Arnaud
Anckaert a mis en scène Les Chaises (2006/2007)
et Ha la la… (2008/2009) d’après Ionesco, collabore
avec la compagnie de cirque Un Loup pour l’Homme
pour Appris par corps, met en scène Ma/Ma - Un
souvenir qui pourrait nous rester dans le cœur
(2009-2010). Implanté dans le Nord de la France
avec sa compagnie le Théâtre du Prisme, il collabore
à de nombreux festivals et événements artistiques
avec l’ensemble des institutions de la région. Il crée
Orphelins de D. Kelly (2011) dans la traduction de
Philippe Le Moine, puis Sœur de de Lot Vekemanset
et récemment Constellations, première création
française du texte de N. Payne (créée à la Comédie
de Béthune et en tournée actuellement).
Avec Medeaedem, Diana Dobreva reçoit le
prix Coup de cœur du Club de la presse du
Festival d’Avignon en 2011. Elle crée Macbeth de
Shakespeare au Théâtre national de Rhodopes en
Bulgarie et obtient le prix de l’Innovation théâtrale au
festival de Blagoevgrad et celui de l’Union nationale
des théâtres bulgares (prix Ikar). Sa dernière pièce,
Casanova, Requiem for Love, est créée à partir de
textes de Giacomo Casanova et Søren Kierkegaard
et fait partie de la programmation 2011-2012 du
Théâtre Durance (Alpes de Haute- Provence). Elle
présente en 2013 au Théâtre de l’Épée de Bois à
Paris Médée, l’insomnie de l’amour monstre, d’après
13
les textes de Borges, Ovide, Euripide, Müller.
Après Premières où il présente Sutta Scupa,
Giuseppe Massa est programmé au Festival
International de Théâtre de Sibiu (Roumanie), au
Théâtre Piccolo de Milan et au Festival Frontière
Liquide à Syracuse. Il est actuellement en
tournée avec sa nouvelle pièce Who’s afraid of a
maidservant?, dont la première a eu lieu en 2012 au
Festival Emergency Entrance à Graz.
L’auteure et metteuse en scène de Mady-baby.
edu, Gianina Carbunariu est auteure associée au
Théâtre-Studio d’Alfortville depuis septembre 2005.
Son dernier spectacle Solidaritate sera présenté
au prochain Festival d’Avignon du 19 au 27 juillet
2014.
2008
The Frankenstein Project de Kornél Mundruczó,
présenté en avant-première française à Strasbourg,
est programmé ensuite au Festival Temps d’Images
de la Ferme du Buisson en Seine-et-Marne, aux
Wiener Festwochen, à l’Internationale Keuze
du Rotterdamse Schouwburg et en 2009 au
Kunstenfestivaldesarts de Bruxelles. Le spectacle
est également accueilli au Festivalzentrum du
Theater der Welt de Mülheim et au Théâtre National
de Bordeaux en Aquitaine. Déjà présent au Festival
de Cannes 2008 pour son film Delta, il est de
nouveau en compétition en 2010 avec un film
réalisé d’après le spectacle présenté à Premières :
Tender Son – The Frankenstein Project. En 2012, il
est invité au Kunstenfestivaldesarts et au Festival
d’Avignon avec Disgrace d’après le roman de
J.M. Coetzee (repris au Maillon en février 2014).
Dementia, création 2014, est présentée à Berlin et
Dresde puis Budapest.
Don’t wanna die watching Spiderman 3 des
Allemands Antú Romero Nunes, Simon Bauer
et Nils Kahnwald, a été repris à l’ENSATT (Lyon),
au Théâtre de l’Université Paul Valéry-Montpellier,
au Standard Idéal de la MC93 Bobigny (2009),
au Heidelberger Stückemarkt et au Badisches
Staatstheater Karlsruhe. Antú Romero Nunes y
met en scène Kohlhaas en février 2012 et présente
Invasion dans le cadre d’Impatience, festival
de jeunes compagnies de l’Odéon. En 2013, il
présente plusieurs spectacles dans des institutions
européennes majeures : Die Räuber de F. Schiller au
Maxim Gorki Theater de Berlin, Alice im Wunderland
de L. Carroll au Schauspielhaus de Zurich (avec son
camarade Nils Kahnwald) et Don Giovanni Letzte
Party - eine Bastardkomödie, d’après Mozart et
Da Ponte au Thalia Theater de Hambourg (créé en
janvier 2013 et repris au Festival d’Avignon du 8 au
11 juillet 2014).
Chuck Norris doesn’t sleep, he waits… de Diederik
Peeters (en collaboration avec Danai Anesiadou
et Hans Bryssinck) a été accueilli au Festival
Plateaux, au Beursschouwburg, centre d’arts
bruxellois, puis dans de nombreux pays d’Europe.
L’artiste pluridisciplinaire présente des spectacles
et installations, notamment Thriller en 2009-2010 à
Bruxelles, Lausanne, Budapest et Amsterdam, puis
Zahahoria à Amsterdam, Bruxelles et Vienne durant
la saison 2011-2012. Sa dernière pièce Red Herring
est en tournée européenne depuis 2011 et sera
présentée au Centre Pompidou à Paris du 21 mai au
23 mai 2014.
Après la présentation de La Perspective Nevski
d’après N. Gogol, Timofey Kuljabin poursuit sa
carrière à l’opéra et au théâtre avec Le Prince Igor
de A. Borodin, Masquerade de M. Lermontov en
2009, Eugène Onéguine de Pouchkine, Greatcoat de
Gogol en 2010, Hedda Gabler de H. Ibsen en 2012 à
Novosibirsk. Il est nommé « Personnalité de l’année »
en 2010 pour son travail et son investissement pour
le développement culturel et artistique de la ville de
Novosibirsk.
2009
(a+b)³ et Lev de Claudia Sorace ont été présentés
ces dernières années dans de nombreux théâtres
et festivals internationaux parmi lesquels :
Sophiensaele (Berlin), Festival Clipa Aduma (Tel
Aviv), Festival International des arts de Castilla et
Léon ( Salamanque)… En 2011, elle reçoit le prix
de la meilleure mise en scène pour Lev au Festival
International de théâtre de Fajr (Iran). Récemment,
Displace a été présenté pour la première fois dans
le cadre du Romaeuropa Festival, coproducteur du
projet et au Festival Delle Colline à Turin. Elle vient de
créer Pictures from Gihan qui tourne à travers toute
l’Italie et repris en Belgique, au Kunstencentrum
Vooruit de Gent et en Iran au Fadjr International
Theater Festival.
14
Avec Will you ever be happy again?, Sanja Mitrović,
la jeune metteuse en scène serbe, a suscité un
très large enthousiasme. À la suite de Premières, le
spectacle est invité au Theaterspektakel de Zurich,
au festival euro-scene de Leipzig, au MESS Festival
de Sarajevo, au festival Mettre en Scène de Rennes,
au Théâtre de la Vignette à Montpellier, puis dans
de nombreux autres lieux européens : aux PaysBas (Lowlands Festival, Theater Kikker), en Autriche
(Wiener Festwochen), en Belgique (Festival De
Verwarring), au Portugal (Teatro Carlos Alberto) et
de nouveau en France (Bastia, Reims, Lyon…). En
2010, ce spectacle reçoit le prix de la meilleure mise
en scène aux Pays-Bas. Elle crée ensuite plusieurs
spectacles qui sont repris dans de nombreux théâtres
européens (France, Allemagne, Pays-Bas) : A Short
History of Crying, Daydream House, Crash course
Chit Chat (au Maillon en juin 2013 et à Belfort en mars
2015), Seven lucky episodes regarding resistance ou
Everyone expects to grow old but no one expects
to get fired… Enfin, elle crée en mai 2013 SPEAK!
au Kunstenfestivaldesarts, qu’elle présente ensuite
aux Pays-Bas puis en tournée. Le spectacle sera à
l’affiche du Théâtre de la Bastille du 2 au 8 février
2015.
Sur les deux spectacles présentés par le Français
Matthieu Roy, repris en Avignon Off en juillet 2009,
L’Amour conjugal rencontre un vrai succès public
et professionnel. Une tournée est programmée
pour les saisons 2010-2011 et 2011-2012 durant
lesquelles la Compagnie du Veilleur est accueillie
dans de nombreuses villes (Bruxelles, Angoulême,
Poitiers, Petit-Quevilly-Mont-Saint-Aignan, Noisyle-Sec…). Matthieu Roy développe un projet de
compagnonnage avec l’auteur Christophe Pellet
qui écrit Qui a peur du loup ? pour sa compagnie et
dont il monte également La Conférence et Un doux
remaniement. En 2013, il crée Même les chevaliers
tombent dans l’oubli (Peau de lune) de Gustave
Akakpo repris en tournée en France en 2014,
notamment au Festival d’Avignon du 14 au 20 juillet.
Il tourne actuellement sa dernière création Martyr de
Marius von Mayenburg.
2010
Fabrice Murgia présente Le Chagrin des ogres, créé
au Festival de Liège en 2009 et repris au Théâtre
national de la Monnaie où il est artiste associé. Ce
spectacle sillonne la France et l’Europe depuis sa
création. Il crée en 2011 Life: Reset/Chronique d’une
ville épuisée, en tournée en Europe et au Japon,
puis Exils au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles. En
avril 2012, il crée Les Enfants de Jéhovah au Théâtre
Vidy-Lausanne, auquel succèdera en septembre
2012 le premier volet de Ghost Road au Rotterdamse
Schouwburg, coproduit et invité par le Maillon en
2013. En 2014, il est invité par le Festival d’Avignon
à créer Notre peur de n’être au Gymnase du Lycée
Aubanel (du 21 au 27 juillet 2014). En décembre
2014, il présentera au Maillon Daral Shaga, écrit
avec la compagnie Feria Musica, le compositeur Kris
Defoort et l’auteur Laurent Gaudé.
Avec Dit is mijn vader, Ilay den Boer a été invité au
Festival Sens Interdits à Lyon (2011), à l’Akademie für
Darstellende Kunst (Bade-Wurtemberg), au Festival
MESS de Sarajevo (2010), au Theaterspektakel de
Zurich (2010), au Teatro Filodrammatica de Milan. Il
est invité au Standard Idéal de la MC93 à Bobigny
et fait l’objet de critiques très élogieuses dans la
revue allemande Theater der Zeit. En mai 2012, il est
repris à Strasbourg dans le cadre du Colloque sur
la mémoire de la Shoah organisé par le Conseil de
l’Europe.
Avec Land Without Words de Dea Loher, Lydia
Ziemke poursuit sa carrière à Sarajevo (International
MESS Festival), Londres, Plymouth et Berlin. Elle
dirige ensuite de courtes pièces contestataires à
l’English Theatre Berlin et met en scène trois pièces
au Heimathafen Neukölln (Berlin) : Rückzug du Syrien
Mohammad Al Attar, 603 du Palestinien Imad Farajin
(tournées en Palestine et en Allemagne) et Hassan
Leklichee du Marocain Jaouad Essounani (tournée au
Maroc). En 2010, elle met en scène Les Monologues
de Gaza avec Uta Plate à la Schaubühne de Berlin.
En 2011-2012, elle est en résidence au Dabateatr
de Rabat (Maroc), travaille comme dramaturge au
Ballhaus Naunynstrasse (Berlin) où elle participe à
la programmation du festival Voicing Resistance. En
2013, elle crée deux spectacles : Hadda de Jaouad
Essounani et Jetzt bitte direkt in die Kamera de
Mohammad Al Attar.
2012
Le public de Premières est happé par le chœur de
femmes mis en scène et en voix par Marta Górnicka
(Pologne) dans Magnificat. Le spectacle tourne
ensuite en Allemagne (Festival de la jeune mise en
15
scène de Braunschweig), en France (Festival Mettre
en scène de Rennes, International Arts Festival
Next de Villeneuve d’Ascq, festival Sens interdit de
Lyon), en Hollande (Spring Performing Arts Festival).
Son premier chœur Tu Mowi Chor a également
tourné en Europe en 2013, pendant qu’elle créait
Requiemachine, coproduit par la Filature de
Mulhouse, le Maillon et le TNS, présenté dans
chacun de ces théâtres avant de tourner en Pologne,
et invité au premier festival de théâtre participatif
(Bürgerbühnenfestival) de Dresde en mai 2014.
ou dieu, famille, patrie) d’après Merlin ou la terre
dévastée de Tankred Dorst, créé en 2012 au Örkény
István Theatre, en co-production avec la compagnie
HOPPart, le Hongrois Csaba Polgár remporte
un succès unanime. Son dernier projet avec la
compagnie HOPPart et la compagnie de Viktor Bodó,
Sputnik Shipping, est un projet de concert théâtral,
une « déclaration d’indépendance musicale ». Avec
la troupe du Münchner Volkstheater, il monte Julius
Cäsar en 2012, et travaille également à Vienne et
Berlin.
Après l’accueil de The End mis en scène par les
Italiens Valeria Raimondi & Enrico Castellani, le
spectacle a été repris par le festival Les Vagamondes
2013 de la Filature à Mulhouse puis à La Nef de
Saint-Dié-des-Vosges en février 2014. À l’automne
2012, les artistes participaient au Wake up! de
l’Union des Théâtres de l’Europe.
Après son passage à Premières, Fatih Gençkal
présente Olmamiș mi? au festival Theaterformen de
Hanovre en juin 2013.
Le spectacle CMMN SNS PRJCT de Laura Kalauz
& Martin Schick (Suisse) a été invité dans les plus
grands festivals européens : en Suisse (Fribourg,
Nouveau monde / Berne, Festival Auawirleben /
Genève, ADC / Lausanne, Arsenic), Grande-Bretagne
(Brighton,The Basement), France (Paris, TJCC de
T2Gennevilliers), Norvège (Oslo, Dramatikkens Hus),
Belgique (Bruxelles, Beursschouwburg / Kortrijk,
Kunstencentrum Buda) et au-delà : en Argentine
(Buenos Aires, La Carpinteria Teatro), Afrique du
Sud (Cape Town, Live Arts festival). Il était dans la
programmation du Théâtre de la Bastille à Paris en
février 2013.
La metteuse en scène hongroise Anna Lengyel a
été invitée à présenter son Szóról szóra (Mot pour
mot) aux Subsistances de Lyon (octobre 2013) dans
le cadre du festival Sens interdits organisé par le
Théâtre des Célestins.
La Maison des métallos a accueilli en novembre
2013 le triptyque sur le monde globalisé réalisé par
la metteuse en scène hollandaise Marjolijn van
Heemstra, comptant le Mahabharata présenté à
Premières et deux autres spectacles : Family ’81
et Garry Davis (ce dernier également accueilli à
Rennes). Un nouveau spectacle, Jeremia, parcourt
actuellement l’Europe.
2013
Avec Merlin Avagy Isten, Haza, Család (Merlin
Blickakte de Daniel Schauf sera repris en juin 2014 à
Gennevilliers dans le cadre du festival TJCC.
Après I Would Prefer Not To, Selma Alaoui crée
L’amour, la guerre en octobre 2013 au Théâtre
Les Tanneurs de Bruxelles, librement inspiré de
Shakespeare. Le spectacle jouera ensuite en
Belgique à la Maison de la Culture de Tournai.
En février 2014, Bram Jansen (Kijken naar Julie) crée
Anatol d’Arthur Schnitzler au Théâtre d’Oberhausen.
En mai 2014, il mettra en scène Tina und Ich de
Daniel Metzger au Schauspielhaus de Zurich dans le
cadre de la plateforme internationale Transit Zürich
dédiée à la jeune création.
Suite à Premières, Prodromos Tsinikoris présente
avec Anestis Azas Telemachos-Should I stay or
should I go? à Berne en mai 2014, puis à Berlin et à
Sarrebruck dans le cadre du festival Perspectives.
Il prépare actuellement X-FIRMEN, projet urbain qui
sera créé à Mannheim en juin 2014 dans le cadre du
festival Theater der Welt.
Avec La Loi d’interaction ou l’histoire de la girafe qui
fait (trop) peur, le duo Katy Hernan et Adrien Rupp
est invité à l’automne 2013 au Théâtre du Passage
de Neuchâtel. Ils créent également le spectacle
CABANE! Un spectacle interdit aux enfants.
L’Allemand Timo Krstin crée en septembre 2013
Roma Romeo und Sinti Carmen au Badisches
Staatstheater Karlsruhe. Gesicht aus Glas est son
premier travail au Théâtre de Lucerne (Suisse).
16
AUTRES RENDEZ-VOUS
SOIRÉES MUSICALES
MAILLON-WACKEN
Une programmation musicale proposée par le
Badisches Staatstheater de Karlsruhe.
VEN 6 JUIN / 22H30-1H
THE REAL BABA DUNYAH (Berlin)*
Baba Dunyah regroupe les musiciens Anton
Berman (voix) et Kostia Rapoport (synthé et
Touchscreen). Leur musique très entraînante est un
envol expérimental vers des galaxies
d’improvisation vocale et instrumentale, sur fond de
Hip-Hop afro-norvégien. Le groupe se produit
notamment à la Volksbühne de Berlin et au Maxim
Gorki Theater Berlin et tourne depuis 2013 à travers
la Russie et Israël.
SAMEDI 7 JUIN / 23H30-3H30
DJ Gerry Tale (Berlin)*
Un DJ qui remue avec ses « Groovy Breaks’n
Beats », sa douceur et ses bass omniprésentes,
ses mélodies fabuleuses et ses rythmes endiablés.
*Entrée libre sur présentation d’un billet d’un spectacle
de Premières, dans la limite des places disponibles
parvis du TNS
DIM 8 JUIN / 21H30-1H
BAL**
Rendez-vous sur le parvis du TNS pour clore
ensemble (artistes, professionnels et spectateurs)
et en musique ce marathon théâtral qu’est
Premières.
**Entrée libre
BRUNCH AVEC LES ARTISTES
DIMANCHE 8 JUIN / 11H
MAILLON-WACKEN
Débat PUBLIC entre artistes et
spectateurs
Animé par Thomas Flagel,
journaliste au magazine Poly
Premières est l’occasion de tisser des liens
durables entre les artistes et les spectateurs,
amateurs ou professionnels. Cette année, réunis
autour d’un brunch, public et artistes pourront
échanger et revenir sur cette 9ème édition du festival.
Entrée libre
PREMIÈRES NOUVELLES
Le journal du festival
Ce bulletin quotidien bilingue est conçu et rédigé
par une équipe d’étudiants qui travailleront pour la
première fois à des portraits et interviews d’artistes,
présentations et critiques de spectacles et retours
sur la création et la formation théâtrale en Europe.
Distribué gratuitement tous les jours sur tous les
lieux du festival et consultable sur le site.
PREMIÈRES CONNECTÉ
Programmation, billetterie, informations pratiques,
le festival en temps réel, photos, vidéos, blog :
www.festivalpremieres.eu
FACEBOOK FestivalPremieres
TWITTER @FestPremieres
DAILYMOTION FestivalPremieres
#FP9
17
PREMIÈRES PRATIQUE
Tarifs
CARTE PREMIÈRES
13€ Plein tarif
7€ Abonnés Maillon, TNS, Badisches
Staatstheater, TJP
Avantageuse dès 3 spectacles, la carte Premières
donne droit au tarif préférentiel de 7€ pour tous les
spectacles.
BILLETS À L’UNITÉ
13€ Plein tarif
7€ Tarif réduit (carte Premières, professionnel du
spectacle vivant, étudiant)
5,50€ Carte Culture, Atout-Voir, Saphir, allocataire
du RSA, demandeur d’emploi, groupe scolaire
Réservations
Maillon 03 88 27 61 81 / www.maillon.eu
TNS 03 88 24 88 24 / www.tns.fr
Badisches Staatstheater 0049 721 933 333
www.festivalpremieres.eu
4 LIEUX
MAILLON-WACKEN (HALL 1, 2 & 3)
Parc des Expositions
7, place Adrien Zeller
Tram Lignes B et E / Arrêt Wacken
TNS (SALLE KOLTÈS & GIGNOUX)
1, avenue de la Marseillaise
Tram Lignes B, C, E and F / Arrêt République
ESPACE GRÜBER (STUDIO & HALL)
18, rue Jacques Kablé
Tram Lignes B and E / Arrêt Lycée Kléber
TJP / Petite scène
1, rue du Pont Saint-Martin
Tram Lignes A and D
Arrêt Langstross-Grand’Rue
BUS
AU DÉPART DE KARLSRUHE
5€ Tarif unique A-R
Badisches Staatstheater 0049 721 933 333
www.festivalpremieres.eu
18
PREMIÈRES PRATIQUE
LES SALLES DU FESTIVAL
LIGNE B
LIGNE E
ARRÊT WACKEN
1
ARRÊT LYCÉE KLÉBER
3
LIGNES B+E
ARRÊT RÉPUBLIQUE
LIGNES A+C+D
2
ARRÊT ALT WINMÄRIK
VIEUX MARCHÉ AUX VINS
LIGNES C+E+F
GARE
ARRÊT LANGSTROSSGRAND’RUE
LIGNES B+F
4
LIGNES A+D
1 MAILLON-WACKEN
Parc des Expositions
7, place Adrien Zeller
Tram Lignes B et E
arrêt Wacken
2 TNS
1, avenue de la Marseillaise
Tram Lignes B, C, E et F
arrêt République
LIGNE D
3 ESPACE GRÜBER
18, rue Jacques Kablé
Tram Lignes B et E
arrêt Lycée Kléber
4 TJP / PETITE SCèNE
1, rue du Pont Saint-Martin
Tram Lignes A et D
arrêt Langstross-Grand’Rue
19
STRASBOURG PRATIQUE
TRAM & VEL’HOP
TRAM - Réseau urbain CTS
www.cts-strasbourg.eu
LOCATION DE VÉLOS AVEC VEL’HOP
www.velhop.strasbourg.eu / 7j/7, 24h/24
Il y a 11 stations réparties au cœur de l’agglomération strasbourgeoise
Carte : http://www.velhop.strasbourg.eu/sag_vls_stations.html
Stations centrales de location à la gare et Parking Broglie
Tarif à l’heure : 1€/h
Tarif à la journée : 5 €, soit maximum 5 € jusqu’à 12 h de location
Au-delà, 5 € par tranche de 12 h jusqu’à 72 h (3 jours)
20
STRASBOURG PRATIQUE
ACCÈS
SE RENDRE A STRASBOURG
EN TRAIN
www.sncf.com
La gare de Strasbourg est située au centre-ville. Tram A et C arrêt Gare Centrale.
Paris-Strasbourg en TGV : 2h21, 15 trains directs par jour
Lille-Strasbourg via Paris / Marne-La-Vallée : 4h
Lyon-Strasbourg : 3h30 (direct)
Marseille-Strasbourg : 5h50 (direct)
Zurich-Strasbourg via Bâle : 2h30
Berlin-Strasbourg via Offenbourg : 6h30
EN AVION
Vol direct Lille-Strasbourg (Entzheim) : 1h
Vol direct Lyon-Strasbourg (Entzheim) : 1h
Vol direct Marseille-Strasbourg (Entzheim) : 1h20
Vol direct Londres-Gatwick ou Londres-Stansted-Strasbourg (Entzheim) : 1h30
Berlin-Tegel > Karlsruhe Baden-Baden : 1h30 puis bus jusquà Baden-Baden Gare
puis train via Appenweier : 2h
21
STRASBOURG PRATIQUE
HÉBERGEMENT
HÉBERGEMENT
Grand hôtel***
12 Place de la Gare / 0033 3 88 52 84 84 / [email protected]
www.le-grand-hotel.com
A 100 mètres de la Gare SNCF, à 10 minutes à pied de l’hyper-centre
Tarif partenaire : 77€ avec petit déjeuner
Hôtel Kléber**
29 place Kléber / 0033 3 88 32 09 53
www.hotel-kleber.com
Chambre simple entre 60 et 90€, 9€ petit déjeuner buffet
Hôtel Lutétia***
2 bis rue du Général Rapp / 03 88 35 20 45
[email protected]
Chambre simple à partir de 80€
Best western Hôtel de France****
20 rue du Jeu des enfants / 03 88 32 37 12 / www.hotel-france-strasbourg.com/chambres
Centre ville à 10 mn à pied de la gare et à 5 mn en tram
85€ avec petit déjeuner (réservation sur internet)
Résidence Kléber
16 rue Hannong / 03 88 32 64 85
strasbourg.klé[email protected]
Hôtel Graffalgar
17 rue Déserte / 03 88 24 98 40
Chambre simple à partir de 60€
Adagio Access
27 rue de Wasselonne / 03 90 29 27 00
D’autres suggestions pour lesquelles vous obtiendrez un meilleur prix en réservant depuis www.booking.fr :
Hôtel Villa d’Est (12 rue Jacques Kablé) - Idéal si vous venez en voiture
www.hotel-villa-est.com
Hôtel Hannong (15 rue du 22 Novembre) - Centre ville
www.hotel-hannong.com
Hôtel Gutenberg (31 rue des Serruriers) - Centre ville
www.hotel-gutenberg.com
Hôtel Suisse (4 rue Râpe) - Proche cathédrale
www.hotel-suisse.com
22
PARCOURS
Jeu Do 5.6.
17.30 — 19.00
19.15 — 19.30
19.30 — 21.00
21.45 — 23.05
21.45 — 23.45
23.30 — 01.00
Ven Fr 6.6.
16.30 — 18.00
18.30 — 20.00
18.30 — 20.30
21.15 — 22.35
21.15 — 22.15
22.30 — 01.00
22.45 — 00.15
Bus 4,5
Bus1,2,3
P1 P2 P3
Aller Bus 1 / Abfahrt Bus 1 Gare / Hbf Ka - Tns
Inauguration Festivaleröffnung
Amatorki
Past Is Present
Legionnaires
retour Bus 1 /
Bus 1 rückfahrt
°
Tns
Tns
MAillon-WAcKen
espAce GrüBer
X
X
X °
X °
Maillon-Wacken - Ka
Aller Bus 2 / Bus 2 Abfahrt Gare / Hbf Ka - Tns
Tns
Amatorki
X
espAce GrüBer
Legionnaires
X
X °
MAillon-WAcKen
Past Is Present
X
°
Tjp / peTiTe scène X
What The Hell…
X °
party
MAillon-WAcKen
retour Bus 2 /
Tjp / petite scène - Ka
Bus 2 rückfahrt
SAm SA 7.6.
13.00 — 14.30
17.00 — 18.30
15.00 — 16.00
17.00 — 18.10
19.00 — 20.45
19.30 — 20.55
21.30 — 22.50
22.00 — 23.15
23.30 — 03.30
21.30 — 23.00
01.00 — 02.30
DIm So 8.6.
12.30 — 14.00
11.00 — 13.00
14.30
16.30
16.30
19.00
19.00
21.30
—
—
—
—
—
—
15.40
17.55
18.15
20.20
20.15
01.00
20.30 — 22.00
Aller Bus 3 / Bus 3 Abfahrt Gare / Hbf Ka - Tjp
Gare / Hbf Ka Aller Bus 4 / Bus 4 Abfahrt
Maillon-Wacken
Tjp / peTiTe scène
What The Hell…
espAce GrüBer
opa Übt
MAillon-WAcKen
Dehors
Tns
reflex
Tns
When I Die
en Chaque Homme… MAillon-WAcKen
MAillon-WAcKen
Party
retour Bus 3 /
Tns - Ka
Bus 3 rückfahrt
retour Bus 4 /
Maillon-Wacken - Ka
Bus 4 rückfahrt
retour Bus 5 /
Bus 5 Abfahrt
rencontre – Brunch
Brunch - podium
opa Übt
reflex
Dehors
When I Die
en Chaque Homme…
Party
retour Bus 5 / Bus 5
rückfahrt
X
°
X X X °
X
X
°
X
°
°
X X X
°
Tns
Maillon-Wacken
espAce GrüBer
Tns
MAillon-WAcKen
Tns
MAillon-WAcKen
Tns
Maillon-Wacken - Ka
PARCOURS 1 : festival complet : 9 spectacles / 4 jours
PARCOURS 2 : 8 spectacles du vendredi au dimanche
PARCOURS 3 : 7 spectacles du jeudi au samedi
X
X
X X
°
°
°
°
23
contactS prESSE
AU MAILLON
Céline Coriat
03 88 27 61 73 / 06 79 63 72 22
[email protected]
AU TNS
Chantal Regairaz
03 88 24 88 38 / 06 85 57 39 69
[email protected]
Suzy Boulmedais
03 88 24 88 69 / 07 89 62 59 98
[email protected]
À PARIS
Anita Le Van
01 42 81 25 39 / 06 20 55 35 24
[email protected]
À KARLSRUHE
Christine Johner 0049 721 3557232
[email protected]
contact
PROFESSIONNELS
Céline Coriat
Maillon
03 88 27 61 73 / 06 79 63 72 22
[email protected]
premières connecté
www.festivalpremieres.eu
FACEBOOK FestivalPremieres
DAILYMOTION FestivalPremieres
TWITTER @FestPremieres
#FP9

Documents pareils