La 3D résout le mystère de la Grande Pyramide www.3ds.com/khufu

Commentaires

Transcription

La 3D résout le mystère de la Grande Pyramide www.3ds.com/khufu
La 3D résout le mystère de la Grande Pyramide
www.3ds.com/khufu
Contacts Presse \
Dassault Systèmes EMEA
Virginie BLINDENBERG
Arnaud MALHERBE
Tel /
+ 33 (0) 1 55 49 84 21
+ 33 (0) 1 55 49 87 73
Mail /
[email protected]
[email protected]
/ Contacts Presse :
Ketchum pour Dassault Systèmes France
Céline ROUHEN
Nawel YOUNSI
Tel /
+ 33 (0) 1 53 32 56 82
+ 33 (0) 1 53 32 56 21
Mail /
[email protected]
[email protected]
\ Sommaire
01_ Édito : Comprendre et transmettre… en 3D !
02_ Kheops, un géant dans le désert
03_ Le mystère de la Grande Pyramide
04_ La naissance d’une théorie,
l’intuition d’un homme
05_ Jean-Pierre Houdin-Dassault Systèmes :
histoire d’une rencontre
06_ La simulation 3D au service de la théorie
07_ La 3D, média du XXIe siècle
08_ La révolution 3D
09_ Annexe 1 : Biographies
10_ Annexe 2 : La théorie en images
11_ Annexe 3 : Glossaire
01_ Edito
_
Comprendre et
transmettre... en 3D !
C’est l’histoire d’une rencontre. D’une rencontre entre
le passé et l’avenir. Entre l’Histoire et la haute technologie. Et surtout entre des hommes que rien ne préparait à une telle aventure en commun.
L¹un cherche à résoudre une énigme multimillénaire ;
les autres, penchés sur leurs écrans d’ordinateur,
s’efforcent de conjuguer le futur au présent. Pour que
leurs routes puissent se croiser, il fallait un lieu de
rencontre. Ce point de ralliement, en fait, fut double : la
pyramide de Kheops et la 3D.
Tout a commencé il y a 4 500 ans, lorsque qu’une civilisation ne possédant ni le fer, ni la roue, ni la poulie,
construisit l’un des monuments les plus mystérieux de
toute l’histoire de l’humanité : la pyramide de Kheops,
en Égypte. Comment ? Nul ne le sait aujourd’hui avec
certitude. C’est précisément cette énigme jamais élucidée qui a conduit les équipes de Dassault Systèmes,
leader mondial de la technologie « 3D temps réel »,
à apporter leur soutien à un architecte, Jean-Pierre
Houdin, auteur d’une théorie révolutionnaire sur cette
fameuse Grande Pyramide.
L’Histoire a souvent prouvé que toute grande théorie
scientifique repose avant tout sur une intuition. Celle
de Jean-Pierre Houdin a changé le cours de sa vie,
puisque depuis maintenant huit ans, il se consacre à
l’élaboration de la première véritable théorie scientifique capable d’expliquer intégralement la construction
de la pyramide de Kheops.
Dassault Systèmes dispose de nouveaux outils de 3D
permettant de concevoir et simuler en trois dimensions
les plus beaux projets industriels de notre temps. Des
projets « irréalisables » hier encore, et qui, aujourd’hui,
défient la raison et bousculent les genres établis. En
permettant, par exemple, de concevoir un avion géant,
un immeuble futuriste ou une simple voiture en un
temps record, les outils de 3D industrielle permettent de penser différemment, donc d’innover. Mais la
notion d’innovation devrait-t-elle forcément être liée au
futur ? Ne pourrait-elle pas aider à revisiter le passé au
service d’idées neuves ? Séduit par la passion de JeanPierre Houdin et motivé par le défi, Dassault Systèmes
s’est mobilisé depuis deux ans afin de passer l’ensemble de sa théorie au crible d’outils scientifiques 3D.
Et parce que nous pensons aussi que la 3D sera l’un
des médias du XXIe siècle, nous avons souhaité partager cette formidable aventure humaine avec le plus
grand nombre. C’est ainsi qu’est né le premier dispositif de réalité virtuelle permettant de remonter le temps
et de visiter en temps réel le chantier spectaculaire de
la pyramide de Kheops. Que ce soit sur l’écran géant
de la Géode ou sur celui d’un ordinateur connecté à
Internet.
C’est à ce fabuleux voyage à travers le temps que nous
vous invitons à présent. Entre passé et futur...
Mehdi Tayoubi
Dassault Systèmes
02_ Kheops, un géant dans le désert
_
La dernière
merveille du monde
Par définition, une pyramide est un grand monument à
base quadrangulaire dotée de quatre faces triangulaires. Pour les historiens, il s’agit d’une sépulture royale
de l’Égypte ancienne. Pour l’humanité tout entière, les
trois pyramides de Kheops, Khephren et Mykerinos,
dressées sur le plateau de Guizeh, aux portes du Caire,
en Égypte, constituent à la fois un trésor et une énigme.
De ces pyramides, on sait qu’elles furent conçues pour
abriter les dépouilles de trois pharaons, près de trois
millénaires avant notre ère. Si le plus impressionnant
de ces colosses de pierres, la pyramide de Kheops, a
été contemplé et photographié un nombre incalculable
de fois, ses entrailles demeurent toujours un mystère,
évocatrices de trésors fabuleux et de malédictions
légendaires.
On dit de la Grande Pyramide qu’elle est la dernière des
sept merveilles du monde encore existante, la seule qui
ait résisté jusqu’ici à la folie des hommes et à la colère
des éléments. Du haut de ses 146 m, elle fut jusqu’à
la construction de la Tour Eiffel le monument le plus
élevé de l’Histoire. Et pourtant on ne sait toujours pas
comment et en combien de temps elle fut construite
par des hommes ne connaissant ni le fer, ni la roue,
ni la poulie. Et l’on ignore aussi quelles découvertes
inattendues elle pourrait bien encore receler sous ses
parois de pierres.
Témoin de 4 500 ans d’Histoire, la pyramide de Kheops
a vu défiler les plus grands hommes de ce monde. Des
hommes qui ont admiré la démesure de ce qu’elle symbolise, qui ont rêvé de conquêtes infinies ou d’une vie
immortelle. Puissants éphémères comme quidams de
tous ces siècles passés sont venus arpenter ses pierres. Certains, enivrés par cette étrange sensation, se
sont dit qu’une telle démesure ne pouvait être humaine
et que seule une civilisation inconnue, lointaine, avait
pu réaliser un tel prodige...
02_ Kheops, un géant dans le désert
03_ Le mystère de la Grande Pyramide
_
La Grande Pyramide
entre mythe et réalité
_
Au travers des âges, le secret de la construction de la
pyramide de Kheops s’est perdu. De sa genèse on a tout
imaginé, de l’impossible à l’extrême farfelu. Les véritables indices sont maigres : quelques lignes sur l’architecte royal Hemiounou, sensé l’avoir édifiée en une
vingtaine d’années seulement afin que le grand Kheops
puisse reposer à temps au cœur de ce vaisseau de calcaire et de granit. Un navire pour l’éternité du Roi.
_
Quelques phrases d’Hérodote. Autre indice peut-être :
le fameux historien grec voyagea en Égypte vers l’an
450 avant JC, soit plus de 2 000 ans après la construction de la pyramide. Il recueillit sur place les légendes
locales qui ont perduré jusqu’à maintenant. Hérodote
décrit ainsi dans son livre un roi tyrannique, des centaines et des centaines d’esclaves traînant des pierres
et, curieusement, des machines placées à flanc d’édifice
qui auraient servi à soulever des pierres d’un étage à
l’autre.
Quatre siècles plus tard, un autre historien grec parla,
lui, d’une immense rampe frontale qui aurait permis
d’acheminer tous les blocs jusqu’au sommet. D’autres
évoquèrent une rampe extérieure hélicoïdale construite
en briques crues qui ne résiste à l’analyse.
_
La thèse des grandes rampes. Ces immenses rampes
demandent un volume de pierres quasiment équivalent
à celui de la pyramide elle-même.
De plus, elles nécessitent d’incessants arrêts de chantier pour être agrandies. Ces rampes sont soit courtes,
mais trop pentues pour être utilisables, soit en pente
douce, mais longues de plusieurs kilomètres. Et qu’estil advenu des matériaux utilisés ?
Il paraît alors déraisonnable de construire toute la pyramide avec une rampe frontale…
_
La thèse des machines. C’est l’hypothèse rapportée par
Hérodote : ces machines auraient permis de monter les
blocs d’une assise à l’autre.
Une théorie décrit aussi l’utilisation de leviers et de
cales pour soulever chaque bloc d’une dizaine de centimètres à chaque poussée. Mais comment hisser ainsi
des blocs de 65 tonnes ? Des hommes feraient contrepoids pour lever le bloc qui serait ensuite amené à sa
position par traction ? Une opération lente, dangereuse
et inopérante pour les gros blocs...
En outre, ces machines nécessitent un support plat. Il
faut donc ravaler la façade à la fin des travaux et les
délais sont bien trop courts pour une telle tâche. Des
machines ont peut-être été utilisées, mais elles ne sont
pas à la base de la méthode de construction.
_
La rampe en spirale. C’est l’hypothèse la plus populaire aujourd’hui. Une rampe extérieure en colimaçon
aurait été construite autour de la pyramide. Elle possède trois avantages :
• constituée de briques crues, elle utilise relativement
peu de matériaux.
• sa construction progressive suit le chantier sans trop
le ralentir.
• elle offre une pente douce et constante de 8%.
Pourtant, en pratique, cela ne peut fonctionner car il
est impossible de contrôler la géométrie de la pyramide masquée par la présence de la rampe. De plus,
la rampe est fragile et s’effondre régulièrement, la
rotation dans les angles est hasardeuse et le passage
est étroit.
_
Alors... Il est temps de trouver une solution rationnelle
au mystère de la pyramide de Kheops ; une solution qui
permette d’expliquer l’intégralité de sa construction en
répondant à toutes les questions qu’elle soulève depuis
si longtemps.
03_ Le mystère de la Grande Pyramide
La thèse des grandes rampes.
La thèse des machines.
La rampe en spirale
04_ La naissance d’une théorie, l’intuition d’un homme
Par Jean Pierre Houdin
_
L’homme derrière
la théorie
Soudain une idée …
Et si elle avait été construite de l’intérieur ?
Je suis né en 1951 à Paris, mais j’ai grandi à Abidjan,
en Afrique, où mon père dirigeait alors une entreprise
de BTP. Petit, je passais ainsi mon temps libre sur les
chantiers, pendant que ma mère, médecin, prenait soin
de ses malades dans un dispensaire de brousse. Mon
intérêt pour le monde de la construction est sans doute
né au cours de cette première époque de ma vie. De
retour à Paris, et après mon baccalauréat, j’ai intégré
naturellement les Beaux-Arts, section architecture...
Diplômé en 1976, je me lance comme architecte indépendant, profession que j’exercerai pendant vingt ans.
Je participe à la construction de nombreux édifices
d’habitations et de bureaux en Ile de France. Parallèlement, avec ma femme Michelle et notre ami Laurent,
nous ouvrons un salon/galerie d’art aux activités avantgardistes (« Les Enfants Gâtés »), qui accueille pendant
dix ans des dizaines de jeunes artistes, et devient un
des lieux du Paris artistique au tournant des années
80/90.
En 1996, Michelle me convainc de tourner
une page et nous décidons de prendre une année
sabbatique à New York !
Je pars sans programme précis mais avec mille idées
en tête : j’ai envie d’apprendre à nouveau et de travailler librement, sans contraintes, mais avec passion…
C’est l’époque rêvée pour ce genre d’idées, puisque ces
années voient Internet se développer de façon incroyable. Cette nouvelle donne apporte au monde de nouvelles perspectives dans tous les domaines, et bien sûr le
travail. J’apprends donc à me servir d’Internet, à dessiner grâce aux premiers outils de dessin numérique,
et je m’engage dans la construction de sites Internet. À
New York d’abord, puis en France, puisque je rentre à
Paris en 1998, avec un nouveau métier et de nouvelles
expériences.
Le 2 janvier 1999, alors que je suis de nouveau à New
York, mon père, ingénieur à la retraite, regarde une
émission présentée par François de Closets, consacrée à la construction des pyramides. Il confronte les
théories avancées à l’époque à son œil d’expert ingénieur en construction. Elles ne résistent pas. Et il a ce
déclic : les pyramides ont été construites de l’intérieur !
Une idée révolutionnaire, puisqu’elle balaie toutes les
autres hypothèses avancées jusqu’alors. Il fait appel
à moi, architecte, rôdé à la 3D pour l’épauler dans ses
recherches.
Dans le courant de l’année 2000, nous rencontrons des
membres de l’équipe ayant travaillé sur le mystère de
la pyramide de Kheops en 1986, sous l’égide de la Fondation EDF. Ils nous présentent des plans sur lesquels
nous découvrons une anomalie dans la construction,
un détail des esquisses qu’aucune des hypothèses ne
peut expliquer. Cette anomalie, baptisée « construction
en spirale », correspond parfaitement à l’allure d’une
rampe construite à l’intérieur et qui aurait servi en
partie à son édification !
04_ La naissance d’une théorie, l’intuition d’un homme
_
« Cette idée révolutionnaire balaie
toutes les autres hypothèses avancées
jusqu’alors. »
En 2003, mon père crée l’Association Construction la
Grande Pyramide (ACGP) afin de soutenir le projet. Elle
va me permettre de rencontrer de nouveaux experts.
En 2005, Dassault Systèmes m’accueille avec enthousiasme au sein de son tout récent programme de
mécénat « Passion For Innovation ». Nous décidons
ensemble de passer la théorie au crible des solutions
de 3D industrielle et scientifique de Dassault Systèmes.
Je vais enfin pouvoir analyser et valider ma théorie
dans le monde virtuel 3D qui permet aux industriels
d’aujourd’hui de bâtir le réel.
La reconstitution en trois dimensions du chantier de
cette construction gigantesque grâce à ces logiciels
nous permet de tester en temps réel si une approche
est plausible, si l’organisation humaine et matérielle
qu’elle implique est optimale et cohérente et si elle ne
s’oppose pas aux lois immuables de la physique et de
la mécanique. Des centaines de calculs et d’algorithmes permettent d’évaluer la cohérence de ce que nous
concevons, de vérifier si nos modèles et hypothèses
défient les lois de la gravité ou vont à l’encontre des
forces et des matières que l’on manipule.
Les simulations viennent valider et enrichir ma théorie en m’incitant sans cesse à me poser de nouvelles
questions pour qu’aucune ombre ne demeure dans le
mystère de la construction de la Grande Pyramide.
Mais il ne suffit pas de valider la théorie, encore faut-il
l’expliquer, la transmettre, partager avec le public le
secret de la construction de l’unique survivante des
sept merveilles du monde.
Nous décidons ainsi ensemble avec Dassault Systèmes
de pousser le défi encore plus loin en nous servant de
la 3D comme média pédagogique et d’offrir le premier
voyage dans le temps interactif et en relief sur l’écran
géant de la Géode, mais aussi sur Internet sur
www.3ds.com/khufu. Une première mondiale, avant la
mission scientifique sur le terrain qui nous permettra
d’aller sonder la pyramide pour apporter les dernières
preuves de l’existence de la rampe interne...
L’apport de la 3D scientifique. Jean-Pierre Houdin explique
l’historique des fissures de la Chambre du Roi, qui a pu être retracé
précisément grâce à la simulation scientifique par éléments finis.
La théorie révélée par son inventeur. Jean-Pierre Houdin,
muni des lunettes 3D relief l’explique.
05a_
Histoire d’une rencontre
Le progamme “Passion for Innovation”
_
Dassault Systèmes
et Jean-Pierre Houdin
Innover, c’est oser sortir des sentiers battus, remettre
parfois en question ce qui paraît immuable. L’innovation anime les hommes les plus passionnés et les
plus téméraires, parce qu’ils vont proposer une nouvelle idée ou une autre façon de voir les choses. Mais
innover, c’est également avoir la bonne intuition, et
connaître suffisamment son domaine pour en repenser
certains aspects, à l’aide des bons outils. Ces derniers
vont permettre d’émettre des hypothèses et de les
valider. Toutes les théories avancées jusqu’à présent
concernant la pyramide s’appuient sur le postulat d’une
construction externe. Et si la Grande Pyramide de
Kheops avait été construite de l’intérieur ?
La passion et l’innovation en commun. Partant de cette
hypothèse, Jean-Pierre Houdin s’attaque à l’un des
plus anciens mystères de l’Histoire en repensant intégralement la construction de la pyramide de Kheops
pour proposer une théorie inattendue. Il bouleverse
ainsi les convictions établies à l’aide de technologies 3D
temps réel, permettant d’envisager sous un angle
nouveau l’un des chantiers les plus emblématiques du
monde.
Jean-Pierre Houdin va travailler sur son projet pendant
six ans, persuadé que la pyramide doit être envisagée
comme le premier grand chantier industriel de l’Histoire, planifié par de véritables ingénieurs sous l’Antiquité. Il imagine, pas à pas, toutes les étapes du chantier.
Lorsque la rencontre avec Dassault Systèmes a lieu, le
modèle théorique et rationnel est établi, les indices du
terrain sont répertoriés.
Le programme de mécénat «Passion for Innovation»
de Dassault Systèmes a pour vocation de contribuer à
la réalisation de projets innovants à but non lucratif en
La Machine à voyager dans le temps du XXIe siècle.
leur apportant son soutien par le biais de prêts de ses
logiciels 3D, de formation et par l’apport de compétences spécifiques.
Jean-Pierre Houdin et les équipes de
Dassault Systèmes pilotées par Mehdi Tayoubi
décident donc de relever un double défi :
1Utiliser les outils 3D industrielle et scientifique pour
valider la théorie. En effet, si ces logiciels permettent
aujourd’hui à tous les clients de Dassault Systèmes
(Boeing, Toyota, Nokia…) de concevoir et simuler à
la fois les produits et les processus d’un programme
industriel dans un environnement virtuel en 3D avant
de passer à la fabrication réelle, il est alors possible de
reconstruire intégralement la pyramide en prenant en
compte tous les aspects du chantier (hommes, matériaux, processus, contraintes historiques…).
05a_ Histoire d’une rencontre
/HVRXWLOV'LQGXVWULHOOHHWVFLHQWL¿TXHGH
Dassault Systèmes sont utilisés pour valider la
théorie de Jean-Pierre Houdin.
2Utiliser la 3D temps réel comme média pédagogique
pour partager, expliquer la théorie : permettre aux internautes du monde entier de visiter librement et vivre
le chantier en 3D temps réel tel qu’il était il y a 4 500
ans, mais également de pouvoir suivre
toutes les étapes de la construction.
Transformer la Géode en plus grand centre de réalité
virtuelle relief au monde avec une expérience 3D immersive unique, pilotée en temps réel par sept ordinateurs connectés en réseau.
Une équipe multidisciplinaire d’une quinzaine
de personnes (ingénieurs, créatifs, développeurs…)
va accompagner quotidiennement le chercheur pendant près de deux ans, la passion repoussant sans
cesse les limites.
Tandis que la pyramide se construit peu à peu dans un
environnement virtuel, validant ainsi les hypothèses
de la théorie, la 3D permet de « voir » différemment et
amène à se poser de nouvelles questions avec, à la
Olivier Begin, manager du service usine numérique et
Jacques Jaworski consultant en gestion de cycle de vie produit
(PLM) devant une simulation de process.
Près d’une quinzaine de passionnés de tous horizons rejoindront
l’aventure au fur et à mesure.
David Nahon et Fabien Barati, Spécialiste Virtools, responsable des
produits et solutions de réalité virtuelle Dassault Systèmes.
clef, de nouvelles simulations. C’est ainsi que la théorie
est affinée et intégralement vérifiée dans un environnement virtuel, véritable antichambre du réel : de la
rampe externe pour bâtir les premières assises, en
passant par la rampe interne en spirale courant
sous les faces de la pyramide et le système de contrepoids pour hisser les poutres de la Chambre du Roi,
jusqu’à l’historique des craquements de ces poutres,
tout est simulé !
Ce travail de modélisation, de calcul et de simulation en
3D confirme à toute l’équipe le respect qu’elle doit à ce
peuple sans roue et sans poulie qui édifia ce bâtiment
de 146 mètres de haut, il y a 45 siècles.
05b_
Histoire d’une rencontre
-
Permettre au public d’arpenter
librement le chantier en 3D temps réel.
décrits dans les outils de 3D.
Un certain nombre d’indices comme les relevés de microgravimétrie d’EDF de 1986 existent déjà. Mettant
en évidence les différences de densité, la microgravimétrie laisse penser qu’il existe des creux à l’intérieur
de la pyramide...
La Géode transformée en labo de réalité virtuelle pour les premiers tests. De gauche à droite : David Nahon, Fabien Barati, Emmanuel Guerriero, Geoffrey Subileau, Sébastien Kuntz.
Une fois ce travail accompli, la deuxième phase du projet démarre pour permettre de partager cette aventure
passionnante en 3D, via Internet, et d’offrir à la Géode
une expérience sans précédent. Munis de leurs lunettes 3D relief, les voyageurs du temps sont plongés
dans un périple interactif et stéréoscopique sur le
plateau de Guizeh, il y a 4 500 ans. Libres de leurs
mouvements, ils suivent Jean-Pierre Houdin qui les fait
pénétrer pour la première fois dans le couloir interne
de la pyramide !
Intuition, hypothèses et vérifications. Comme toute
aventure scientifique, cette dernière a démarré par une
intuition, suivie d’une longue étape d’hypothèses et de
vérifications.
La preuve est faite, et c’est la première fois, que la
pyramide peut être intégralement construite en une
vingtaine d’années, en suivant tous les processus
Les dernières preuves. Il ne reste plus maintenant à
Jean-Pierre Houdin qu’à se rendre sur le terrain au
cours d’une mission officielle scientifique. Celle-ci est
soutenue, entre autres experts, par Rainer Stadelman,
ancien directeur de l’Institut d’archéologie allemand du
Caire, spécialiste des pyramides, Bob Brier, égyptologue, professeur de philosophie expert mondialement
reconnu dans le domaine des momies, et Marc Buonomo, chef de projet de l’innovant et impressionnant
Viaduc de Millau. Objectif : sonder la pyramide et apporter les dernières preuves qui finiront de résoudre le
mystère de la construction de la pyramide de Kheops.
05b_ Histoire d’une rencontre
La première machine à remonter le temps interactive et en relief fonctionne.
Nous sommes prêts à partager en 3D l’émotion de ce passionnant chantier.
06a_
La simulation 3D scientifique au service de la théorie
_
/¶DSSRUWVFLHQWL¿TXH
de la 3D à la théorie
La théorie de Jean-Pierre Houdin est la première à
avoir été validée au moyen des logiciels de modélisation et de simulation 3D les plus performants. Elle est
aussi la première théorie à expliquer la construction
de la Grande Pyramide de bout en bout, en répondant
à toutes les questions. Si l’on devait aujourd’hui reconstruire une pyramide à l’identique en utilisant les
matériaux et les contraintes de l’époque, le chantier
s’étalerait sur une vingtaine d’années. Aucune autre
théorie ne le permettait jusqu’à présent.
plus audacieux et de réussir la fabrication dès le premier essai grâce à l’anticipation de l’ensemble du cycle
de vie du produit avant même de passer à la réalité.
Si l’on considère que la construction de la Grande Pyramide fut un chantier industriel avant l’heure, il paraît
naturel de lui appliquer les mêmes méthodes
et les mêmes outils. La Grande Pyramide a donc été
modélisée en 3D et les processus de construction développés dans la théorie de Jean-Pierre Houdin ont été
simulés scientifiquement.
Dassault Systèmes a mis à la disposition de JeanPierre Houdin l’ensemble de ses solutions,
habituellement utilisées dans l’industrie pour concevoir
et gérer tout type d’objet, de la simple bouteille d’eau
minérale aux systèmes les plus complexes tels qu’un
avion, une automobile ou un bâtiment spectaculaire
conçu par l’architecte Frank Gehry.
La simulation 3D permet aussi de valider l’ensemble de
la chaîne de production (organisation, séquençage des
tâches, ergonomie des postes de travail, relations entre
les centres de production… ).
Seules la conception et la simulation en 3D permettent
aujourd’hui aux industriels de produire rapidement et à
moindre coût, en travaillant sur des « doubles virtuels »
de leurs produits ou de leurs usines.
La 3D temps réel permet de se montrer plus créatif,
La théorie en 3 points :
Modélisation de la pyramide en 3D dans CATIA,
logiciel de conception 3D.
06a_ La simulation 3D scientifique au service de la théorie
/DVLPXODWLRQ'VFLHQWL¿TXHHWLQGXVWULHOOHDX
service de la première théorie complète sur la
construction de la Grande Pyramide
_
La théorie en 3 points
1_
Une rampe externe à double chaussée permet un
approvisionnement massif en gros blocs de pierre
jusqu’au niveau 43 m, représentant 73% du volume
total de la pyramide. Construite dès le départ à sa longueur maximale (environ 400 m) avec une pente de 8%,
chaque chaussée est utilisée tour à tour pour monter
les blocs et rehaussée de deux assises pour permettre la construction de l’assise suivante. Le chantier ne
s’arrête ainsi jamais pour rehausser la rampe au fur et
à mesure
2_
Une rampe interne en spirale court sous la « peau » de
la pyramide avec une pente douce de 7% pour terminer
la pyramide au-delà de 43 m de haut. Construite dès le
départ au pied de la pyramide, cette rampe reste inutilisée durant les premières années de construction. Elle
sera ensuite alimentée par le démontage progressif de
la rampe externe dont les blocs, retaillés pour fournir
des pierres d’environ 2 tonnes, seront hissés par la
rampe interne. À la fin de chaque volée, des paliers en
encoche ménagés à ciel ouvert permettent la rotation
à angle droit des blocs et leur départ dans la volée
suivante au moyen de potences de bois.
En fin de construction, les encoches sont progressivement rebouchées en redescendant vers le pied de
l’édifice au moyen de pierres gardées en réserve sur la
paroi, non loin des encoches.
Analyse de la Chambre du Roi dans SIMULIA – Ce logiciel est
habituellement utilisé par les industriels pour simuler le comportement de leurs produits en fonctionnement et détecter à
l’avance les faiblesses de structure afin d’y remédier dès la phase
de conception. Ici, il a permis d’expliquer l’historique des fissures
de la Chambre du Roi, qui a pu être retracé précisément grâce à la
simulation scientifique par éléments finis.
3_
L’utilisation de la Grande Galerie comme « grue de
chantier » pour faire circuler un chariot-contrepoids
lesté de pierre sur un train de rouleaux de bois. Ce
contrepoids fournit la force motrice pour hisser les
énormes blocs de granit, formant les cinq plafonds de
la Chambre du Roi jusqu’au niveau 60 m. Certains de
ces blocs pèsent près de 63 tonnes.
06b_
La simulation 3D scientifique au service de la théorie
_1
_
Le processus de
validation par la 3D
La modélisation /
Première étape indispensable
La modélisation, déclinée en trois étapes, consiste à
obtenir un « double virtuel » de la pyramide avec un
comportement identique à la véritable pyramide vis-àvis des lois de la physique.
La modélisation géométrique
consiste à créer la pyramide en 3D, avec les cotes exactes disponibles et avec toute la distribution de couloirs
intérieurs et de chambres funéraires. On peut ainsi
manipuler le modèle géométrique à sa guise : le faire
tourner pour l’examiner sous tous les angles, procéder
à des coupes, examiner par transparence la distribution
des couloirs internes et des chambres funéraires etc.
Impossibles à effectuer sur la vraie pyramide, les
manipulations du modèle 3D permettent toutes sortes
d’observations très rapides. Le modèle 3D a notamment permis à Jean-Pierre Houdin d’acquérir une
meilleure connaissance du monument et d’établir des
rapprochements entre certaines mesures (on peut en
effet obtenir instantanément la distance entre deux
points du modèle). Effectuer des recoupements entre
certains dénivelés et la longueur de divers ouvrages
internes de la pyramide fournit des pistes ou des
confirmations à l’architecte dans l’élaboration de sa
théorie.
_2
La modélisation physique
le modèle géométrique ne permettant pas d’effectuer
des simulations, la modélisation physique consiste à
enrichir la géométrie des caractéristiques physiques
des matériaux constituant la pyramide. À l’aide des
logiciels de Dassault Systèmes intégrant les lois de la
physique, il devient possible de simuler le comportement de la pyramide virtuelle comme s’il s’agissait de
la vraie : résistance des matériaux, effet du poids de la
pyramide sur elle-même, etc. On peut facilement savoir
où l’on trouve du calcaire ou du granit, mais aussi
connaître leurs paramètres physiques (densité, élasticité…) et intégrer ces données dans le modèle géométrique qui se rapproche ainsi du modèle réel.
_3
Modélisation de la pyramide en 3D. La pyramide est dessinée en
trois dimensions dans CATIA avec ses côtes exactes. L’ensemble
du monument, avec toute la distribution interne de couloirs et de
chambres funéraires est bien visible. Le modèle 3D peut être manipulé et observé sous tous les angles. Des effets de transparence
permettent même d’examiner l’édifice virtuel comme on ne pourrait le faire avec la vraie pyramide. Le modèle 3D permet également de mesurer instantanément la distance entre deux points
dans l’espace, permettant ainsi de tester rapidement de multiples
hypothèses et de ne retenir que les plus prometteuses. Seule la
modélisation 3D permet de travailler aussi rapidement où que l’on
soit, sur un simple ordinateur portable !
La modélisation fonctionnelle
la théorie de Jean-Pierre Houdin fait intervenir un certain nombre de systèmes mécaniques tels que des traîneaux ou un chariot circulant sur un train de rouleaux
de bois. Ces systèmes sont bien connus en mécanique
avec leurs caractéristiques et leurs différences (ainsi,
les frottements ne sont pas les mêmes pour un patin
qui glisse sur un rail ou une charge se déplaçant sur un
rouleau). Ces caractéristiques sont intégrées dans le
modèle 3D afin d’obtenir un modèle complet possédant
les dimensions, les paramètres physiques et fonctionnels de la véritable pyramide.
06b_ La simulation 3D scientifique au service de la théorie
7RXWHGpPDUFKHVFLHQWL¿TXH
comporte trois étapes :
O¶LQWXLWLRQTXLPqQHjODWKpRULH
la démonstration
et la preuve expérimentale.
La simulation /
Le modèle 3D étant obtenu, on peut donc utiliser toute
la gamme de solutions logicielles de Dassault Systèmes
pour simuler les processus de construction suggérés dans la théorie de Jean-Pierre Houdin et vérifier
leur validité et leur cohérence. Ces logiciels servent
habituellement aux industriels pour simuler dans les
moindres détails les processus de fabrication d’un produit, de la conception des usines jusqu’aux chaînes de
production (disposition et programmation des robots,
vérification de l’ergonomie des postes de travail grâce à
des mannequins virtuels). Ces outils ont donc été appliqués à la construction indiquée par Jean-Pierre Houdin.
Aucune incohérence, ni impossibilité n’a été mise en
évidence. Mieux, la simulation intégrale du processus
de construction permet de valider la théorie suggérée
consistant à estimer la durée du chantier à une vingtaine d’années (durée du règne de Kheops).
En effet, les logiciels Dassault Systèmes prennent en
compte le paramètre très important du temps.
Aujourd’hui, l’industrie fait tout pour raccourcir ce que
l’on appelle « les temps de cycle ». Il faut concevoir et
Validation scientifique du système du contrepoids : dans CATIA, le
fonctionnement du système est intégralement vérifié, avec
notamment les mouvements relatifs de ses différents composants.
produire plus vite, afin de mettre ses produits sur le
marché avant la concurrence. Les logiciels Dassault
Systèmes permettent donc l’optimisation des tâches à
tous les niveaux en intégrant la dimension temporelle.
Du virtuel au réel. Sans se substituer aux observations
effectuées sur le terrain, l’observation du modèle 3D
et la simulation de son comportement permettent de
mieux préparer les missions d’observation.
Toute démarche scientifique comporte trois étapes
dans un ordre immuable :
• L’intuition qui mène à la théorie (« La pyramide a été
construite de l’intérieur »)
• La démonstration rigoureuse de la théorie
• La preuve expérimentale
Modélisation 3D de la grande galerie et de la Chambre du Roi.
Le modèle 3D permet de cacher certains éléments pour mieux
focaliser son attention sur ceux que l’on désire étudier. Cela offre
un réel confort pour l’étude de certains points précis.
La modélisation et la simulation 3D ayant apporté une
démonstration, il faut maintenant aller sur le terrain
et vérifier expérimentalement la présence de la rampe
interne.
À ce stade, le modèle 3D sera encore utile pour aider
au placement des appareils de détection et de mesure
afin d’aboutir à un résultat dans les meilleures conditions, sans endommager le monument.
06c_
La simulation 3D scientifique au service de la théorie
_
La technologie 3D
en images
Validation scientifique avec DELMIA du système de rotation des blocs sur les plateformes en encoche. Les solutions DELMIA sont utilisées dans
l’industrie pour concevoir et valider les chaînes de production. DELMIA intègre autant les aspects mécaniques que les aspects humains. Ainsi,
les personnages visibles ci-dessus sont des « humains virtuels » dont on connaît les limites physiques (force et temps de traction maxima). Cela
permet de vérifier non seulement que le système fonctionne (aspect mécanique) mais aussi que le nombre d’ouvriers nécessaire est compatible
avec l’espace disponible sur la plateforme (aspect humain). Enfin, DELMIA intègre la dimension temporelle, permettant de vérifier que la rotation
d’un bloc prend environ une minute.
06c_ La simulation 3D scientifique au service de la théorie
Simulation intégrale du processus de construction dans DELMIA : ce logiciel permet également de simuler les grandes étapes de la construction, visualisant leur enchaînement logique tout en tenant compte du
facteur temps. Nous sommes ici à la neuvième année du règne, et la rampe externe procure au chantier
un approvisionnement massif en pierres de bonne taille.
Le chantier à la vingtième année du règne : DELMIA a permis de suivre d’un bout à l’autre le déroulement
correct du processus de construction suggéré par la théorie de Jean-Pierre Houdin.
07_
La 3D, média du XXIe siècle
_
La 3D temps réel
pour tous
L’avenir de la communication en générale et du web en
particulier est en 3D, que ce soit au travers des communautés de partage et d’échange en 3D, de services
d’impression d’objets en couleur, de la conception et
de l’agencement de produits en ligne à la demande, de
l’essayage de lunettes ou de vêtements sur son double
virtuel...
La 3D temps réel offre une expérience plus immersive
et interactive, suscitant l’intérêt. Les utilisateurs s’approprient les concepts plus aisément qu’avec tout autre
type de médias. Tout contenu Web interactif gagne donc
en puissance en gagnant une dimension. À peine a-t-on
annoncé la naissance du Web nouvelle génération Web
2.0, que l’on voit donc déjà poindre le Web 3D. Avec sa
technologie de 3D multiplateformes Virtools, par exemple, Dassault Systèmes entend jouer un rôle majeur
dans la 3D au service du plus grand nombre, avec le
développement d’applications interactives sur Internet.
Le projet Kheops et le site
www.3ds.com/khufu sont des illustrations
des possibilités offertes par la 3D temps réel.
La technologie Virtools. Virtools est, par certains aspects, à la 3D ce que Flash est à la 2D. Permettant une
mise en scène aisée du contenu et une gestion simple
des interactions, Virtools est une solution qui donne vie
à la 3D. Elle permet aussi, à partir d’un même
Un seul et même outil pour créer une expérience interactive 3D
multi plateforme
Sur Internet. www.3ds.com/khufu
contenu, de créer une expérience 3D temps
réel en ligne ou dans des dispositifs de réalité virtuelle
par exemple. Si des services comme Second Life ont
montré la voix à de nombreux annonceurs qui se sont
pris au jeu de la 3D et des communautés, avec Virtools,
c’est tout un monde d’expériences en 3D véritablement
différenciantes qui s’ouvre et dont la seule limite est
l’imagination.
Dassault Systèmes et la Géode se sont associés afin de
créer la plus grande salle de réalité virtuelle relief en
3D temps réel du monde. S’appuyant sur les solutions
Virtools de Dassault Systèmes, sept ordinateurs en
En utilisant des dispositifs grand public de Réalité virtuelle
07_ La 3D, média du XXIe siècle
Le média du XXIe siècle :
Web 3D et émotion géante interactive.
réseau permettent de reconstituer en relief le chantier
de Kheops tel qu’il fut il y a 4 500 ans et de naviguer
librement à l’intérieur au gré des questions du public.
Ainsi, après l’inauguration de la « Géode Films 3D »,
de la « Géode HD » et de la « Géode Live », Dassault
Systèmes et la Géode lancent, à présent, la
« Géode Réalité Virtuelle », plus grande salle de réalité
virtuelle 3D relief et temps réel au monde.
Il s’agit d’une première mondiale qui préfigure les installations et mises en scène du futur, combinant réel
et virtuel grâce à l’immersion en relief. La seule limite
de ce dispositif unique au monde est l’imagination des
créateurs de contenu qui peuvent, grâce à Virtools,
aussi bien diffuser leurs créations sur Internet que
Séance de test à la Géode (DS transforme la Géode en plus grande
salle de réalité virtuelle au Monde) ou le contenu est piloté en
temps réel par un « 3dj », vj de la 3D. En fonction des questions de
la salle on se déplace dans le chantier de la pyramide comme les
premiers touristes d’un voyage dans le temps.
sur un écran géant comme celui de la Géode (avec une
image de 25 m de large et une surface de 400 m2 !).
Dassault Systèmes et la Géode vont rendre ces expériences accessibles afin que le grand public les découvre dans ce dôme spectaculaire (26 m de diamètre,
1 000 m2). La révolution 3D est en marche...
L’émotion sur écran géant à la Géode
08_
La révolution 3D
_
Innovation et
création en 3D
Les technologies 3D temps réel,
à l’instar de la représentation en perspective inventée
au XVe siècle, révolutionnent le monde dans lequel
nous vivons. Qu’elle soit scientifique ou support de
communication et de partage, ou encore application
interactive, la 3D devient l’outil et le média incontournable du XXIe siècle. En modifiant notre perception du
monde et en offrant des expériences interactives
inédites, la 3D est par excellence une technologie au
service de l’innovation.
Si elle a déjà bouleversé le monde du jeu vidéo, le cinéma d’animation ou encore le secteur industriel, la 3D
sort de son univers d’initiés pour révolutionner de plus
en plus de domaines. La théorie de Jean-Pierre Houdin
constitue une véritable innovation née de la 3D temps
réel. Elle est aussi dévoilée, partagée et expliquée avec
le grand public, grâce à cette technologie.
La démarche d’innovation
_1
Sans intuition, pas d’innovation !
En favorisant les changements de points de vue, en
permettant de manipuler et de jouer avec les concepts,
la 3D permet de voir les choses différemment et suscite
de nouvelles idées. Ainsi, c’est en voyant les fissures
de la Chambre du Roi apparaître, grâce aux logiciels
utilisés pour simuler par exemple des crashs tests, que
l’intuition de la cause de l’affaissement du mur Sud est
née chez Jean-Pierre Houdin. De nombreux détails de
la théorie ont en outre été affinés grâce à la visite du
chantier en 3D temps réel avec les casques de réalité
virtuelle, l’expérience et l’émotion du virtuel amenant
à perfectionner tous les détails du chantier pour qu’ils
soient le plus réaliste et le plus plausible possible.
_2
Le bon outil
Innover, c’est aussi valider des hypothèses, procéder
à des tests, essayer des voies qui s’avèrent parfois
sans issue, avant de trouver la solution. Les outils 3D
utilisés dans de nombreuses industries permettent de
changer en temps réel les données d’un problème et de
visualiser instantanément le résultat sur son écran. La
théorie de Jean-Pierre Houdin et ses différentes hypothèses ont été analysées et simulées en 3D jusqu’à la
construction intégrale de la pyramide dans un environnement virtuel.
3D temps réel comme outil scientifique au service de l’innovation
08_ La révolution 3D
La vocation de Dassault Systèmes est de
favoriser l’innovation et la créativité du plus
grand nombre grâce à la 3D temps réel.
3_
Apprendre et partager
Innover, c’est aussi être capable de faire comprendre
ce que l’on a inventé pour que le plus grand nombre
reconnaisse et s’approprie une invention.
La 3D, véritable langage visuel universel, permet de
comprendre facilement des concepts a priori complexes. Les applications 3D interactives constituent
dans de nombreuses industries un excellent outil de
formation (par exemple l’apprentissage des gestes de
maintenance dans l’aéronautique). Quand on ajoute à
celles-ci une dimension virtuelle permettant d’immerger complètement l’utilisateur dans un univers sensoriel, reproduction du réel, la 3D temps réel n’en est que
plus puissante par l’émotion qu’elle suscite.
Hier développées en 2D sur des technologies comme
Flash, les applications interactives ludo-éducatives gagnent une dimension supplémentaire pour offrir tant au
grand public qu’aux spécialistes, une expérience d’apprentissage d’un genre nouveau. Dassault Systèmes
en offre une illustration, en donnant au grand public la
possibilité de visiter en 3D temps réel le site de Guizeh
tel qu’il était il y a 4 500 ans. On peut ainsi comprendre
pas à pas la théorie en s’appropriant les contenus, en
les manipulant et en choisissant ses propres points
de vue. Les technologies et les logiques du jeu vidéo
sont mises à disposition du plus grand nombre grâce à
Internet.
3D temps réel comme média au service de l’émotion.
09_
Annexe 1 :
Biographies
_
Biographies
Jean-Pierre Houdin \
Architecte
Né en 1951 à Paris, Jean-Pierre Houdin a grandi à Abidjan, en Afrique, où son père, ingénieur, dirigeait une
entreprise de BTP. Enfant, il a passé son temps libre
sur les chantiers, où son intérêt pour le monde de la
construction est sans doute né. Plus tard à Paris,
il intègre les Beaux-Arts, section architecture.
Diplômé en 1976, il se lance comme architecte indépendant, profession qu’il exerce pendant vingt ans. Il
participe à la construction de nombreux édifices d’habitation et de bureaux en Ile de France. Parallèlement,
avec sa femme Michelle et un ami, il ouvre un salongalerie d’art aux activités avant-gardistes qui devient
un des lieux du Paris artistique au tournant des années
80/90.
Fin 1996, il part à New York, à une période
qui voit Internet se développer de façon considérable.
Il apprend à se servir d’Internet, à dessiner grâce aux
premiers outils de dessin numérique, et s’engage dans
la construction de sites Internet. À New York d’abord,
puis à Paris où il rentre en 1998.
En 1999, son père, assistant à une émission de télévision consacrée à la construction des pyramides,
a l’intuition que les pyramides ont pu être bâties de
l’intérieur. Il fait appel à son fils Jean-Pierre, architecte
rôdé à la 3D pour l’épauler dans ses recherches.
En 2005, Jean-Pierre Houdin rencontre Mehdi Tayoubi
et Richard Breitner dans le cadre du programme de
mécénat « Passion For Innovation » de Dassault Systèmes. L’aventure Kheops est en marche.
/ Mehdi Tayoubi
Directeur marketing & communication online
Directeur du programme «Passion for Innovation»
Né en 1974, à Casablanca, Mehdi Tayoubi grandit dans
un milieu multiculturel. À 17 ans, ce passionné d’innovation dépose un brevet d’invention pour les équipements de valises de voyage. Installé à Paris, il intègre
une prépa HEC, en 1992, avant de plonger dans le monde de l’art où il organise des événements culturels. En
1995, l’arrivée d’Internet lui permet d’établir le lien entre créativité et technologie (création d’une application
pour les experts en arts, site de recrutement…). Fort
de diverses expériences dans les nouveaux médias, il
intègre une agence de communication où il prend en
charge le développement des activités Web avant de
rejoindre l’agence Web Orange Art en 1998, en tant que
consultant pour le compte de clients comme Lexmark,
l’Oréal ou Volkswagen. Convaincu que le Web s’exprimera en 3D, il crée en 2000 la filiale Ultra Orange
spécialisée en 3D temps réel et lance les premières applications Web 3D. Il rejoint Dassault Systèmes, leader
de la 3D industrielle,et prend la direction de la stratégie
marketing et communication online, poste qu’il occupe
depuis 2001. Il crée une équipe pluridisciplinaire où
autodidactes, ingénieurs, créatifs et diplômés d’écoles
de commerce se côtoient pour innover. Il conçoit avec
Richard Breitner le programme de mécénat en ligne
« Passion for Innovation » en 2005. Fin 2006, il lance
avec son équipe la première communauté en ligne de
partage et d’échanges de modèles 3D temps réel,
www.teapotters.com. Il imagine et pilote le projet
Kheops, une aventure où la 3D temps réel industrielle
et la 3D temps réel de l’émotion se mettent au service
de la théorie de Jean-Pierre Houdin.
09_
Annexe 1 :
Biographies
/ Richard Breitner
Chef de projet Web.
Responsable du programme «Passion for Innovation»
Ingénieur de 44 ans, ce passionné d’aviation commence
sa carrière à la SNECMA en 1987, où il est déjà ingénieur-système CATIA, le célèbre logiciel de CFAO de
Dassault Systèmes. Après un bref passage chez IBM
au Centre International de Support CATIA, il rejoint
Dassault Systèmes en 1992 et occupe divers postes en
maintenance et industrialisation sous UNIX. En 1997, il
se passionne pour l’Internet, apprend le langage HTML
en deux heures et élabore ses premiers sites Web. Il
sera à l’origine du développement des premières versions des sites de Dassault Systèmes. En 2001 il rejoint
l’équipe de Mehdi Tayoubi pour mettre en place le
système de gestion de contenu Web. Au fur et à mesure
des versions successives, il gère l’internationalisation du site de Dassault Systèmes, aujourd’hui en dix
langues. L’exemple d’un collègue handicapé qui réalise
de manière autonome un projet personnel sous CATIA
lui donnera l’idée du programme de mécénat technique
«Passion for Innovation» dans lequel s’inscrit le projet
Kheops pour lequel il coordonne notamment les simulations scientifiques 3D. Outre l’Internet et l’Égypte
ancienne, il se passionne également pour la musique,
les philosophies orientales et la poésie japonaise classique. Il a coutume de dire qu’il lui faudrait neuf vies
pour apprendre et faire tout ce qui l’intéresse.
10a_
Annexe 2 :
La théorie en images
5ème année du règne. La rampe externe à double chaussée permet un approvisionnement en pierre massif pour construire les premières assises
de la pyramide. Elle restera en service pour construire les 43 premiers
mètres de l’édifice.
14ème année du règne. Le chantier est au niveau +43m, vu du Nord-Ouest.
La rampe extérieure atteint son niveau maximum, la rampe intérieure
comporte déjà 3 volées mais en raison de sa géométrie, elle ne perturbe pas l’approvisionnement du chantier. Les poutres des plafonds de la
Chambre du Roi sont hissées à ce niveau avec l’aide du contrepoids circulant dans la Grande Galerie.
10a_
Annexe 2 :
La théorie en images
15ème année du règne. La rampe intérieure débouche au niveau +43m,
elle n’est pas encore utilisée pour construire la pyramide mais est déjà
intégrée dans la pyramide depuis le niveau +7m. A droite, le second degré
est en cours de construction pour permettre la mise en place des plafonds
de la Chambre du Roi.
15ème année du règne. La pyramide ressemble à une pyramide à 2 degrés : le premier, définitif, de la base au niveau +43m, le second, en retrait
d’une vingtaine de mètres des faces, du niveau +43m au niveau +54m. Ce
degré est construit autour de la Chambre du Roi, au fur et à mesure de sa
construction. A ce niveau +54m, le 3ème plafond est en cours de mise en
place.
10b_
Annexe 2 :
La théorie en images
15ème année du règne. Les poutres de granit formant la Chambre du Roi
sont montées au moyen du contrepoids et mises en place définitivement
dans chacun des plafonds. Etage par étage, la chambre du Roi est ainsi
construite avec l’assistance du contrepoids qui réduit considérablement
le nombre d’ouvriers nécessaire.
15ème année du règne. Le chantier est aux niveaux +43m et +54m, vu du
Nord-Ouest. Toutes les poutres de la Chambres du Roi sont dans l’enceinte de la pyramide, soit encore sur l’aire de stockage au niveau +43m, soit
déjà en place dans les 3 premiers plafonds. La rampe extérieure est toujours en service et permet d’approvisionner les matériaux pour construire
le second degré.
10b_
Annexe 2 :
La théorie en images
19ème année du règne. Le niveau +113m est atteint. Coupe Nord-Sud vue
depuis le Nord-Est. On distingue les sections de la rampe intérieure dans
la maçonnerie de soutien. La Chambre du Roi est profondément noyée
dans la masse du monument. Les craquements du 1er plafond n’ont pas
encore eu lieu.
19ème année du règne. Le chantier, vu du Nord-Ouest, atteint le niveau
+113m. La Chambre du Roi est terminée depuis longtemps, la pyramide
est construite avec les matériaux récupérés lors du démantèlement de
la rampe extérieure. Les blocs sont dorénavant transportés par la rampe
intérieure jusqu’à leur place définitive.
10c_
Annexe 2 :
La théorie en images
20ème année du règne. La pyramide est terminée, le pyramidion est en
place au sommet du monument.
20ème année du règne. Le sommet est atteint, les travaux de parachèvement vont commencer depuis le sommet et en redescendant : rebouchage
des encoches, démontage de la coursive extérieure, surfaçage des derniers blocs de façade encore bruts.
10c_
Annexe 2 :
La théorie en images
20ème année du règne. La pyramide est terminée, il ne reste de la rampe
extérieure que la partie basse d’accès à la rampe intérieure dans l’angle
Sud-Est. Les travaux de parachèvement vont débuter.
20ème année du règne, vue sous un autre angle. Le chantier principal est
terminé, le pyramidion est en place au sommet ; les travaux de parachèvement vont commencer depuis le sommet.
10d_
Annexe 2 :
La théorie en images
23ème année du règne. Les funérailles de Kheops ont eu lieu, le Roi repose maintenant dans le sarcophage de
sa Chambre au niveau +43m ; les Egyptiens avaient méthodiquement estimé les limites des craquement des poutres des trois premiers plafonds et avaient jugé la Chambre parfaitement capable d’affronter l’Eternité. Le chantier
s’était achevé à la fin de la 21ème année du règne avec le rebouchage des encoches, le démontage de la coursive
extérieure et le ravalement des derniers blocs.
11_
Annexe 3 :
Glossaire
_
Glossaire
Dassault Systèmes est le leader mondial
sur le marché des solutions logicielles de gestion de
cycle de vie des produits (Product Lifecycle Management, ou PLM) s’appuyant sur la puissance de la
représentation en trois dimensions (3D). Ses applications logicielles et services permettent aux entreprises
de toutes tailles de créer et de simuler numériquement
les produits ainsi que les procédés et les ressources
nécessaires à la fabrication et à la maintenance de ces
produits. Dassault Systèmes a pour objectif de proposer des solutions permettant à tous d’imaginer, de
partager et d’expérimenter en 3D afin de favoriser le
partage, dans l’ensemble de l’entreprise, du savoirfaire inhérent au développement du produit, depuis sa
conception jusqu’à sa maintenance.
3D temps réel /
La 3D temps réel consiste à afficher sur un écran
les images d’un environnement en trois dimensions,
ajoutant à la sensation de profondeur une possibilité
d’interaction en temps réel.
L’utilisateur, comme il le ferait dans un jeu en 3D, est
libre de ses mouvements, peut se déplacer « virtuellement » à sa guise, et interagir avec les objets 3D qui
l’entourent.
La 3D temps réel se différencie ainsi de la 3D classique
des films d’animation où l’ensemble de ce l’on voit est
pré-calculé et regardé de manière passive. Le spectateur d’un film d’animation 3D classique ne peut pas, par
exemple, interagir dans le scénario ou changer d’angle
de vue.
La qualité d’affichage de la 3D temps réel dépend de la
puissance du matériel et des cartes graphiques 3D. Ces
dernières se démocratisant et évoluant rapidement, la
qualité des environnements 3D évolue tant au point de
vue du graphisme que du rendu, rejoignant peu à peu
la qualité de la 3D pré-calculée des studios d’animation
de 3D traditionnelle.
• CATIA pour la conception virtuelle des produits
CATIA permet de simuler la totalité des processus de
conception industrielle, du concept initial jusqu’à la
conception du produit, l’analyse et l’assemblage. Les
produits CATIA couvrent tout type de besoins techniques et de concentration et s’intègrent de façon transparente avec les autres produits du portefeuille de
solutions PLM de Dassault Systèmes.
• DELMIA pour la production virtuelle
DELMIA permet de créer, gérer et contrôler les processus de production et de maintenance. Les applications
de DELMIA s’appuient sur le modèle Produit, Processus et Ressources, unique en son genre, qui couvre
l’ensemble des secteurs industriels, notamment l’automobile, l’aéronautique et la construction navale.
• SIMULIA pour la simulation virtuelle
SIMULIA est la plate-forme multi-physique ouverte qui
offre des capacités de simulation réaliste à un large
spectre d’industries traditionnelles ou émergentes. En
remplacement des tests physiques sur les produits,
SIMULIA accélère l’innovation et réduit les coûts de
logiciels propriétaires en termes de simulation réaliste,
tout en optimisant la qualité et les performances.
SIMULIA propose une nouvelle génération de simulation pour des produits faits pour durer.
\ Virtools
La gamme de produits Virtools est une composante
majeure de la stratégie « 3D pour Tous » de Dassault
Systèmes dont la vocation est de permettre au grand
public de bénéficier au quotidien des avantages offerts
par des solutions 3D interactives et réalistes.
Retrouvez dès maintenant le projet Kheops sur
www.3ds.com/khufu
Et aussi lors des neuvièmes Rencontres
Internationales de la Réalité
Virtuelle du 18 au 22 avril 2007.
Plus d’infos sur le site www.laval-virtual.org
—
Et bientôt à la Géode, des conférences
innovantes en 3D temps réel,
ouvertes au public.
Merci à