Safi: Une maison d`hôtes à Souiria Page 1 sur 2 L`Économiste 03/02

Commentaires

Transcription

Safi: Une maison d`hôtes à Souiria Page 1 sur 2 L`Économiste 03/02
L'Économiste
Page 1 sur 2
Safi: Une maison d’hôtes à Souiria
· Un investissement de plus de 10 millions de DH sur une superficie de 17.000 m2
· Aire de jeu pour les enfants et espace caravaning
Les travaux de construction de la première maison d’hôtes de la station balnéaire Souiria Laqdima (une trentaine de km au sud
de Safi) sont bien avancés.
La maison, baptisée «l’Arganier Solitaire», est en phase de finition et a été érigée sur une colline surplombant la petite ville aux
couleurs ocres et l’océan.
Le projet, situé sur une propriété s’étendant sur 17.000 m2, nécessitera à terme plus de 10 millions de DH, explique son
promoteur, Khalil El Achy. Ce dernier, professeur à la Faculté des sciences Semlalia à Marrakech, a eu le coup de foudre pour
la station balnéaire. Il a opté pour le départ volontaire pour se consacrer entièrement à son investissement.
La maison d’hôtes est construite sur trois niveaux sur une superficie couverte de 600 m2. La capacité d’accueil de l’Arganier
Solitaire est d’une vingtaine de personnes. Les clients seront richement reçus dans une architecture pensée dans les plus
antiques traditions marocaines. La maison se compose de 6 chambres et 3 suites dont l’une s’étend sur 70 m2. En plus d’une
salle polyvalente pour séminaires et réunions de travail.
Le restaurant est situé au 2e niveau avec une terrasse d’une centaine de mètres carrés d’une capacité de 100 couverts.
En plus de la gastronomie générale, le restaurant aura essentiellement pour spécialité l’art culinaire traditionnel de Marrakech.
Les fins gourmets viendront savourer des plats classiques cuisinés selon les méthodes et le savoir-faire de femmes «Dada» en
voie de disparition. Les Dada étaient les seules femmes pouvant mijoter des mets dont le secret se perd avec le temps.
Les équipements et les aménagements sont adaptés pour la préparation de tanjias, ou encore de tagines salés ou sucrés,
indique Khalil El Achy. Un petit bain maure est en construction à l’arrière de la maison.
Son «farnatchi», mode de chauffage ancestral, servira à faire mitonner la tanjia. Pour les moments de détente, les suites et les
chambres donnent sur des terrasses individuelles spacieuses avec vue panoramique sur l’océan, l’embouchure de l’Oued
Tensift et la station balnéaire.
Les murs et les arcades ont été savamment apprêtés avec le tadellaket. Les supports sont travaillés en pierre reconstituée et
sculptée selon des techniques anciennes.
Le revêtement du sol est en zellige beldi, Bajmat de Fès, et en marbre travaillé selon des méthodes traditionnelles des anciens
riads de la ville de Marrakech.
Le plafond est en plâtre beldi aussi avec des sculptures conçues par Abdelmajid (56 ans) et Hadj Allal (62 ans), de grands
maîtres artisans dans le domaine.
Le fer forgé à la traditionnelle sera utilisé en motifs décoratifs de l’ameublement, du mobilier et de la literie de la maison, indique
http://www.leconomiste.com/print_article.html?a=64947
03/02/2006
L'Économiste
Page 2 sur 2
le promoteur du projet. Il a été fait appel à des tribus de Chiadma pour tisser les couvre-lits et les parties apparentes des
meubles de chambre. Les tapis sont aussi fabriqués dans la région de Chichaoua.
A l’extérieur, une piscine est en construction, entourée d’une terrasse de 4.000 m2. Cet espace comprendra une scène et des
gradins pour recevoir des troupes folkloriques et autres. Une aire de jeu aussi sur 2000 m2 et un espace de 10.000 m2 pour le
caravaning et le camping-car.
Pour ce dernier, le plan prévoit des parcelles individualisées avec des installations pour l’électricité et l’eau, explique Khalil El
Achy. Le promoteur tient à préciser qu’il a été très sensible aux encouragements du wali pour l’aboutissement de son projet.
De notre correspondant, Mohamed RAMDANI
http://www.leconomiste.com/print_article.html?a=64947
03/02/2006

Documents pareils

Rien n`arrête la mafia du cuivre

Rien n`arrête la mafia du cuivre la CNSS se sont bien améliorées en cinq-six ans et ce avec une amélioration plus forte des salaires déclarés que du nombre de personnes cotisantes. Un phénomène tout à fait remarquable, contredisan...

Plus en détail