Médiathèque Gen-Ibérica Février 2011 LIVRES AL - Gen

Commentaires

Transcription

Médiathèque Gen-Ibérica Février 2011 LIVRES AL - Gen
Médiathèque Gen-Ibérica
LIVRES
AL-ANDALUS, 711-1492 UNE HISTOIRE DE L’ESPAGNE MUSULMANE
Pierre Guichard
Ed. Pluriel
Les sept siècles de présence musulmane en Espagne de 711 à 1492 ont permis l’émergence d’une civilisation dont
témoignent la mosquée de Cordoue, l’Alhambra de Grenade ou encore la pensée d’Averroès. Cet apport majeur à la
culture de l’Islam médiéval, constitue aussi une étape décisive de l’histoire d’ l’Occident. Sans toutefois mythifier une
Andalousie conviviale, celle du califat, où les trois religions monothéistes auraient vécu en harmonie, l’auteur met en scène
l’histoire précise de cette Andalousie arabe. Il en retrace les conflits et les réalisations culturelles, proposant ainsi une
synthèse de nos connaissances sur la civilisation andalouse.
UN SIECLE D’OR ESPAGNOL
Bartholomé Bennassar
Ed. Robert Laffont
De la démographie à la peinture, en passant par la gastronomie et la poésie, le livre de Bartholomé Bennassar est un
étonnant kaléidoscope d’images étranges et discordantes. Côte à côte : hidalgos, saints et picaros, les nains et les rois,
l’ascèse et la fête, l’orgueil aristocratique et l’idéal évangélique. Un monde foisonnant, bigarré, aux tensions de plus en plus
vives, créatrices d’idées et de théories nouvelles, de formes artistiques insolites, d’une superbe littérature. Pourtant, dès
1640, tous les éléments - démographiques – économiques – militaires, sont réunis pour ruiner le rêve de grandeur nourri
par Charles Quint et Philippe II : un miracle collectif s’achève. L’Espagne glisse dans la décadence, la première en Europe
à être vécue « de l’intérieur » depuis la chute de l’empire romain. Charles Quint, Philippe II, Cervantes, Loyola, Velasquez,
saint Jean de Croix, sainte Thérèse d’Avila, Lope de Vega, El Greco, Calderon, Zurbaran… Entre la Renaissance italienne
et le règne de Louis XIV, le siècle est espagnol. Superpuissance mondiale, l’Espagne n’a alors d’autre adversaire à sa
mesure que le seul empire ottoman. Nation jeune, jouissant longtemps d’une paix et d’une sécurité exceptionnelles pour
l’époque, irriguée par le « fabuleux métal » américain, elle exporte simultanément la guerre, sa monnaie qui fait prime dans
le monde – comme le dollar aujourd’hui – sa théologie et sa mystique, ses modes vestimentaires et littéraires.
AL-ANDALUS ANTHOLOGIE
Traduction et présentation par Brigitte Foulon et Emmanuelle Texier du Mesnil
Flammarion
La Grande Mosquée de Cordoue, le palais de l’Alhambra surplombant Grenade, l’Alcázar de Séville aux patios ombragés
témoignent de l’empreinte de la civilisation arabo-musulmane en Espagne. Pendant près de huit siècles – de 711, date de
la conquête par les musulmans, à 1492, année de la fin de la Reconquista par les Rois Catholiques -, le sol ibérique,
partagé entre Orient et Occident, fut à la croisée des cultures. Composé de récits, de chroniques et de poèmes traduits de
l’arabe, de traités de géographie , de lettres et même de recettes de cuisine, ce volume retrace l’histoire tumultueuse d’alAndalus, l’Espagne musulmane. On y découvrira les hauts faits de valeureux guerriers – Mûsâ et Târiq, les premiers
conquérants, ou le Cid, qui par ses exploits reprit Valence des mains des Maures -, mais aussi la vie du peuple andalou et
tous les chefs-d’œuvre de la littérature d’alors, du Collier de la colombe d’Ibn Hazm aux ouvrages d’Averroès, en passant
par les zadjals, poèmes marqués par le mélange des langues. Faire revivre, par les textes, une civilisation devenue
mythique : voilà le pari superbement relevé par Brigitte Foulon et Emmanuelle Tixier du Mesnil dans cette anthologie à nulle
autre pareille.
L’ANDALOUSIE ARABE - UNE CULTURE DE TOLERANCE – VIII° - XV° SIECLE
María Rosa Menocal
Coll. Mémoires
Dans l’Espagne médiévale, les musulmans, les juifs et les chrétiens ont su inventer la tolérance. La culture andalouse de
cette période est celle des mélanges, une société prospère et riche de splendeurs, où dialoguent et circulent des idées, des
textes, dans des langues elles-mêmes métissées.
Avec érudition et une véritable écriture, María Rosa Menocal retrace l’histoire de l’Andalousie entre le VIII° et le XIV° siècle
à partir de « motifs » ou figures remarquables : poètes, troubadours ou philosophes, hommes de sciences et politiques : le
« joyau d’un monde » c’est aussi les palais, les bibliothèques ou les jardins, les mosquées et les synagogues. Le
rayonnement de cette civilisation et les relations qu’elle développa avec l’Europe et le Bassin méditerranéen se trouvèrent
stoppées par la montée de l’intolérance religieuse, l’avènement de la peste noire, dans une violence extrême, les autodafés
marquèrent la destruction des trésors d’al-Andalus.
Ce récit nous invite à envisager l’histoire des influences intellectuelles européennes d’une autre façon, notamment les
relations entre Orient et Occident. L’auteure montre que cette formidable période fait résolument partie de notre héritage
culturel et sans doute de notre avenir, jusqu’à Paris, Alexandrie, Sarajevo… les contours du monde occidental se
trouveraient ainsi redessinés.
Février 2011
Médiathèque Gen-Ibérica
1492 : UN MONDE NOUVEAU ?
Bartolomé Bennassar / Lucile Bennassar
Ed. Perrin
1492 ? Aujourd’hui partout dans le monde, une réponse évidente de la part des « gens qui savent » : découverte de
l’Amérique, Christophe Colomb… Bien. Mais, au 31 décembre 1492 comme au 1er janvier 1493, personne n’avait la
moindre idée de l’Amérique. Comme le montrent Bartolomé et Lucile Benassar, la grande découverte tardera beaucoup à
prendre sa dimension. On ne songea nullement en 1492 que la conception de l’univers était à réviser. Il fallut dix à douze
ans au moins pour que l’on prenne conscience de l’épaisseur de ce continent. Notre représentation actuelle de 1492 s’est
élaborée très lentement.
Tout au long de l’année 1492, les contemporains avaient mille autres sujets d’actualité, dont l’importance leur paraissait
immense. S’agit-i de l’Europe ? Grenade redevenue chrétienne, la Bretagne mariée à la France par les épousailles d’Anne
et de Charles VIII, Liège enfin « neutre » après tant d’épreuves, Florence où Laurent le Magnifique se meurt tandis que
Savonarole menace des flammes de l’enfer. Les Juifs d’Espagne sont condamnés à l’exil et la chrétienté se donne pour
pape Alexandre Borgia, le concubinaire. L’Europe admire les merveilles des Italies et des Flandres, tente de les imiter… La
traite menace déjà l’Afrique, la Chine s’est enfermée, les « Amérindiens » ne savent pas qu’ils vont être « découverts ».
Pourtant, dans l’ignorance ou l’indifférence générale, et sans en avoir eux-mêmes conscience, ce sont bien Christophe
Colomb, les frères Pinzon et une centaine d’hommes qui, sur la mer ténébreuse, au-delà de l’angoisse, vont renouveler le
monde. Ainsi Bartolomé et Lucile Bennassar se sont-ils attachés, dans ce livre, à distinguer le temps vécu par les
Européens de 1492 et le temps recréé par l’Histoire.
HISTOIRE DES ESPAGNOLS - VI – XX° SIECLE
Bartolomé Bennassar
Robert Lafont
Une aventure collective fascinante avec des temps forts qui provoquent curiosité et passion. L’épanouissement d’un Islam
espagnol, l’apogée des grandes découvertes et l’invention d’un nouveau continent, l’éclosion superbe du siècle d’or, la
résistance nationale à l’occupation napoléonienne, une atroce guerre civile qui attire à elle des combattants du monde
entier, la plus longue dictature personnelle de l’Europe du XX° siècle, la mutation accélérée d’un pays pauvre en l’une des
vingt cinq nations les plus riches du monde, la renaissance de la démocratie dans un régime monarchique.
Histoire des Espagnols et non histoire de l’Espagne. Les auteurs ont accordé la primauté aux hommes et aux femmes qui
furent les acteurs de cette longue traversée, en réduisant à l’indispensable, la part des institutions, des analyses abstraites
et des événements ponctuels. Ils racontent la naissance, la vie, l’éducation, les amours, le travail de ces Espagnols ; ils
décrivent les divertissements, les croyances et les idéaux de ce peuple qui, s’il n’a que faiblement participé à la maîtrise de
la nature et de ses lois, s’est en revanche magnifiquement exprimé dans l’exploration du monde, dans l’invention verbale, la
quête et représentation de la beauté ou la recherche du surnaturel.
CUBA LA FAILLITE D’UNE UTOPIE
Olivier Languepin
Folio
Cet ouvrage est une référence par la qualité de son information comme par sa mise à distance de l’histoire officielle, qu’elle
soit castriste ou anticastriste.
Après une perspective historique critique (« De l’indépendance à la révolution » ; « le socialisme des Caraîbes »), Olivier
Languepin nous conduit dans le vif du sujet : « L’économie cubaine dans la tourmente » ; « Société : la fin des certitudes » ;
« le peuple cubain : tensions et réconciliations » ; enfin, question tenue pour un tabou mais désormais ouvertement posée :
« Quelle transition pour Cuba ? » A l’heure d’une percée diplomatique rendue possible par le basculement de l’Amérique
latine vers la gauche, sociale-démocrate ou populiste, le régime castriste balance entre ouverture et raidissement répressif
contre ses opposants. Quant à l’alternative démocratique à la dictature, elle demeure aujourd’hui encore à construire.
CAMPOS DE CASTILLA (Champs de Castille)
Antonio Machado
Catedra – Letras Hispánica
En 1917, Machado présentait ainsi Champs de Castille : « Cinq années en terre de Soria, aujourd'hui pour moi sacrée –
c'est là que je me suis marié, c'est là que j'ai perdu mon épouse, que j'adorais – ont tourné mon regard et mon cœur vers
l'essentiel castillan [...] Vous trouverez aussi de nombreuses compositions étrangères aux projets que je vous expose.
Nombre d'entre elles répondent à une préoccupation patriotique ; d'autres au simple amour de la Nature, qui chez moi
surpasse infiniment celui de l'Art. Pour finir, quelques rimes révèlent les nombreuses heures de ma vie passées – certains
diront perdues – à méditer sur les énigmes de l'homme et du monde. » (Source : encyclopediaunivesalis.fr)
Février 2011
Médiathèque Gen-Ibérica
DOÑA ROSITA LA SOLTERA O EL LENGUAJE DE LAS FLORES
Doña Rosita, la célibataire ou le langage des fleurs.
Federico García Lorca
Non, madame.
Pour moi, les fleurs sentent l'enfant mort ou le métier de nonne ou l'autel de l'église. Des choses tristes. Là où l'on trouve
une orange ou un bon coing, que les roses du monde s'en aillent. Mais ici ! Des roses à droite, du basilic à gauche, des
anémones, des sauges, des pétunias et ces fleurs d'aujourd'hui, très à la mode, les chrysanthèmes, décoiffés comme les
têtes de petites tziganes. Qu'est-ce que j'ai envie de voir plantés au jardin un poirier, un bananier, un cerisier, un kaki ! "
Avec Doña Rosita la célibataire et Le Petit Tréteau de don Cristóbal et doña Rosita, L'Arche inaugure une nouvelle édition
du théâtre complet de Federico García Lorca.
Comme on le sait, les traductions vivent et meurent avec leur temps. Il était urgent de tenter quelque chose de nouveau.
Sur plus d'un plan, Doña Rosita est une pièce intéressante, bien qu'une lecture futile la fasse paraître assez lointaine : nous
sommes à Grenade, à la fin du XIXe siècle, une fiancée qui attend désespérément son fiancé ne semble pas être un destin
qui nous serait familier. En même temps, la pièce a bien un secret, car l'histoire de Rosita dépasse de loin la " simple "
affaire d'un amour déçu
.
Elle dégage en effet deux perspectives : l'une individuelle et l'autre politique. La perspective politique réside dans la
conscience moderne du temps, reflétant la fracture entre la réalité vécue (ici le désir ardent de Rosita) et l'horizon d'attente
(le retour du fiancé). Les Lumières et la science moderne nous ont montré le chemin vers cette dichotomie, engendrant, en
l'occurrence, amertume et frustration.
Au moment où Lorca écrivait l'histoire de Rosita, un sorcier chamarré prétendait guérir les deux maux : le fascisme. Mais
l'autre perspective, celle-ci biographique, complète bien cet aspect politique. Depuis sa plus tendre jeunesse, Lorca explore
le sentiment d'abandon, de répression provinciale toujours présente chez lui. À 37 ans, lorsque les franquistes
l'assassinent, sans procès, dans une carrière près de Grenade, l'amour épanoui, il ne l'a pas connu.
Il aura attendu, lui aussi, toute sa vie. Cette Emma Bovary qu'il plaint, il l'a bien comprise. (Source : decitre.fr)
RESIDENCE SUR LA TERRE
Pablo Neruda
Poésie
Gallimard
Recueil de poèmes écrits pendant les différentes charges consulaires de Neruda, dont celle de Madrid à la veille de la
guerre civile espagnole (1935), cet ouvrage au ton ésotériques et aux métaphores surréalistes marque un tournant dans
son écriture. (source : www.evene.fr)
LA GUERRE D’ESPAGNE (1936-1939)
Pierre Vilar
Collection Que sais-je ?
LE MEXIQUE
Marc Humbert
Collection Que sais-je ?
HISTOIRE DE L’ESPAGNE
Pierre Vilar
Collection Que sais-je ?
SI MES MAINS POUVAIENT EFFEUILLER…
Federico García Lorca
Poèmes d’amour, de soleil et de mort
Préface de Michel del Castillo
Rayonnant, aimé et inspiré, le poète Federico García Lorca, dont Dalí disait qu’il scintillait comme un diamant fou, chanta
l’Andalousie, l’amour et la vie.
Dans les années qui précédèrent la guerre d’Espagne, l’éblouissement que ses poèmes causent déborde des frontières.
Partout, ses pièces remportent des succès fabuleux ; aux lectures publiques organisées en l’honneur du poète, la jeunesse
reprend en chœur ses vers : le menu peuple les récite et les chante.
Lorca ne symbolise pas l’Espagne, il incarne sa langue et son génie. Aucun autre artiste, depuis des siècles, n’a rencontré
pareille unanimité.
Aux premiers jours de la guerre civile, Lorca sera assassiné par des franquistes. Il avait 38 ans.
Février 2011
Médiathèque Gen-Ibérica
DON QUICHOTTE
Miguel de Cervantes
Tome I
Maxi poche – classiques étrangers
En 1604, Cervantes a cinquante six ans, quand il est autorisé à faire imprimer Don Quichotte commencé, un jour lointain,
en prison. Le livre, mis en vente en 1605, est réédité six fois de suite la même année. Son succès en France est énorme et
les ambassadeurs français qui accompagnent Anne d’Autriche en Espagne, en 1615, tiendront à venir saluer son auteur.
Cervantes, qui savait beaucoup de choses sur la vie, sur son époque, sur les hommes, les femmes et les moulins à vent…
n’a sûrement jamais su qu’il était le contemporain de Shakespeare et de Montaigne et moins encore qu’il fût l’inventeur du
roman moderne.
DON QUICHOTTE
Miguel de Cervantes
Tome II
Maxi poche – classiques étrangers
Alors que Cervantes est en train d’achever la seconde partie de Don Quichotte une suite apocryphe de son roman paraît à
Tarragone. L’auteur anonyme va jusqu’à traiter Cervantes de « vieux et manchot », ce que ce dernier n’apprécie guère. La
suite authentique enfin parue, il aura eu tout juste le temps d’y inclure une réponse à son faussaire inconnu, avant de
mourir le 23 avril 1616.
Dans cette seconde partie, le vrai Don Quichotte va rencontrer ceux qui ont lu la première partie et le tiennent à ce point
pour un personnage réel que c’est son auteur qui, peu à peu, va devenir un personnage romanesque. André Suares
l’assurait : « Je ne vous distingue plus, Don Quichotte et Cervantes. Vous êtes aussi beaux l’un que l’autre. Votre grandeur
est inimitable ; elle devrait faire pleurer, et elle fait rire… »
« L’AFFAIRE RECONQUISTA DE ESPAÑA » : 1942-1944
Charles et Henri Farreny del Bosque
Resistance espagnole dans le Sud Ouest
Edition d’Albret
« L’affaire Reconquista de España » n’est pas une fiction. C’est une histoire vraie, inédite, reconstituée ici à partir
principalement, de l’analyse d’archives policières et administratives méconnues ou inexploitées pendant deux tiers de
siècles. « L’affaire Reconquista de España » fut l’appellation donnée par différentes autorités vichyssoises à une vaste
opération répressive, qui éclata au grand jour en Lot-et-Garonne, au début de juillet 1942, à la suite de plusieurs mois
d’investigations policières autour des réfugiés républicains espagnols. Deux mois plus tard la répression rebondissait en
région toulousaine et s’étendait à divers autres départements. Plus de 200 républicains espagnols furent persécutés.
Injustement et durement, ils furent enfermés dans les prisons d’Agen, Limoges, Toulouse… et dans les camps de Noé et du
Vernet notamment. Une centaine furent déportés vers les camps nazis.
1930/1975 : L’ESPAGNE ET SES REPUBLICAINS POUR TEMOINS DANS LE XX° SIECLE.
Editions Tiresias
Ce catalogue est un outil essentiel pour accéder à l’historicité de la Guerre civile espagnole et ses prolongements dans la
genèse de la tragédie européenne de 1939. Ces pages vont vous permettre de suivre pas à pas les méandres d’un espoir
révolutionnaire mais aussi les alliances, parfois inavouables des diverses forces internationales en présence. Vous
découvrirez les grandes innovations que, durant ces trente deux mois, décrétera la République espagnole. Pays par son
Frente Popular précurseur dans ses avancées sociales mais aussi visionnaire dans l’organisation d’une société basée sur
de justes relations entre citoyens.
Ce peuple se lèvera et des femmes prendront une part primordiale à délivrer la société du joug d’un système féodal
aliénant la totalité des « sujets » vivant sur sa Terre. Pas à pas, nous suivrons cette épopée et vivrons ce que ces
combattantes et combattants portaient en eux d’idéaux révolutionnaires au point de pérenniser leurs luttes jusque dans les
rangs de l’armée de l’ombre ou de l’armée des Forces Françaises libres. Ils nous apprendront à décliner les mots :
résistance, fraternité et liberté, jusque dans les camps de la mort nazis.
Ce livre rétablit des faits et des mérites, sans aucune extrapolation ni fioritures, et nous éclaire enfin, sur les raisons d’un
silence autour du rôle des républicains espagnols pendant la Seconde Guerre Mondiale et signale leur présence nécessaire
dans la société contemporaine française. Il nous divulgue le véritable enseignement d’humanité et d’humilité que ces exilés
nous ont laissé en héritage. Ces pages ont la volonté de s’opposer à toute récupération et aussi de lever la chape de plomb
qui par ce silence trop longtemps a maintenu des générations d’élèves, d’étudiants, dans l’ignorance de leur propre histoire
nationale et a permis une réécriture au profit de quelques versions officielles de bas intérêts ou bien pire, consensuelles.
Février 2011
Médiathèque Gen-Ibérica
ERMO – ESPAGNE 1936
Roman graphique
Bruno Loth
Juillet 1936 en Espagne, éclate une rébellion militaire contre le gouvernement républicain. ERMO, enfant des rues, se
cache dans la roulotte d’un magicien ambulant. Il veut voyager et découvrir le monde, commence un périple, à traverser
une Espagne meurtrie par la bêtise humaine, la haine et le profit. Pour le jeune garçon, le rêve va tourner au cauchemar…
Cette guerre débouchera sur trente six années de dictature.
Cette série suit le parcours qui a été celui de nombreux Espagnols, réfugiés pour beaucoup en France où ils se sont
installés, gardant l’espoir qu’un jour renaîtra la République en Espagne. Le tome IV se déroule en septembre 36, il clôt la
première période, consacrée à la découverte du conflit. L’histoire d’ERMO se prolonge jusqu’à la retirada et la fin de la
guerre civile en avril 1939.
ESPAGNE 1936/1975 : LES AFFICHES DES COMBATTANTS-E-S DE LA LIBERTE
Tome 2
Editions libertaires
Après un premier volume, nous poursuivons la découverte d’un épisode de l’histoire du XX° siècle que certains continuent
d’ignorer, voire de falsifier.
Plus de 200 affiches, cartes postales, timbres retracent l’action de ces femmes et ces hommes qui combattirent pour la
liberté et l’égalité : en Espagne entre 1936 et 1939, en France entre février 1939 et 1945, dans les camps de concentration
français et au sein de la résistance, en Espagne et en France contre le franquisme, dernier avatar du fascisme historique
européen, L’EXPRESSION GRAPHIQUE, en créant une émotion, un choc, a participé à ces combats. affiches, timbres, cartes
postales, etc. notre pari est de montrer comment ces supports classés chronologiquement et thématiquement nous révèlent
plus que leur simple compilation. Par exemple, elles suggèrent la manière dont les émetteurs (graphistes et
commanditaires) considèrent le lecteur : élément central de la victoire sur le fascisme ou simple consommateur, pion
politique ?
CONNAISSANCE DES ARTS : DU GRECO A DALI – LES GRANDS MAITRES ESPAGNOLS
Collection Pérez Simón
LE GARÇON QUI A MORDU PICASSO
Une histoire vraie
Antony Penrose
Ed. Thames & Hudson
Voici un drôle de documentaire qui nous plonge dans l’intimité de Pablo Picasso, à travers les souvenirs d’Anthony Penrose
qui eut le privilège de le connaître alors qu’il était enfant et que le célèbre artiste fréquentait sa famille. Les parents du petit
Tony étaient eux-mêmes artistes, son père peintre et sa mère photographe et ils recevaient Picasso chez eux, dans le
Sussex en Angleterre ou se rendaient chez lui, dans le sud de la France. De ces rencontres, Tony garde le souvenir d’un
personnage fantasque et chaleureux qui aimait les enfants et les autorisait à jouer dans son atelier, ce qu’il refusait aux
adultes. Un jour, en jouant, Tony a mordu Picasso et celui-ci lui a rendu la pareille puis s’est exclamé: «Ça alors, c’est bien
la première fois que je mords un Anglais !»Au-delà de l’anecdote, et de son titre génial, Le garçon qui a mordu Picasso
donne à voir Picasso dans son quotidien et les liens entre l’art, la vie et l’enfance aussi, comme sources d’inspiration pour
l’artiste.
Avec ses photos de la vie privée de Penrose et des Picasso et ses reproductions de quelques œuvres célèbres ou
anecdotiques – comme la petite femme taillée dans un morceau de bois pour servir de jouet à Tony – ce joli livre jaune se
lit aussi bien comme un documentaire que comme une histoire (vraie) racontée par un enfant à d’autres enfants. Avec le
ton et l’humour dont peuvent faire preuve les petits et les artistes qui, s’ils sont grands, ont su garder leur enfance vivace.
(source : http://librairiecomptines-hautefort.com)
Février 2011
Médiathèque Gen-Ibérica
L’ETOILE NOIRE
Lilian Barthelot
Ed. Gulfstream
Barcelone 1936. En cette fin de juillet, Estabán et sa mère quittent leur village pour Barcelone à cinq cents kilomètres de
chez eux. Après une journée d’un voyage long et chaotique, le train à vapeur fait halte à Reus. C’est la guerre. Pas celle
qu’imaginaient les voyageurs en croisant des militaires, mais la guerre civile qui vient juste d’éclater entre nationalistes et
républicains. Dans la confusion qui règne sur le quai, Estebán est blessé par le sabot d’un cheval. Lorsque l’adolescent
parvient à rejoindre le train, c’est pour constater que sa mère a disparu. Il se résout à poursuivre son voyage. Sa mère finira
bien par rejoindre elle aussi la capitale de la Catalogne… Dans Barcelone, secouée par la guerre civile puis une révolution
libertaire, Estebán est soudain confronté à l’ampleur et à la violence d’un monde immense. Après dix jours, il commence à
écrire de longues lettres à Telma, sa sœur aînée restée au village. C’est par la correspondance entre Estebán et Telma que
l’enquête sur la disparition de leur mère progresse, au gré de rencontres généreuses ou terribles et d’événements
tragiques. Une histoire noire où l’amour reste plus fort que les bombes.
FEDERICO GARCIA LORCA : NON AU FRANQUISME
Bruno Doucey
Actes Sud junior
Depuis toujours, il y a dans le monde des hommes et des femmes qui on su dire non à ce qui leur paraissait inacceptable…
Ce dimanche 16 août 1936, dans les locaux des phalangistes, Federico ne peut ni hurler sa détresse ni laisser exploser sa
rage. Ses pensées vont à l’homme bon et généreux que l’on vient d’abattre comme un chien. A sa sœur Conchita, García
Lorca qui a soudain perdu son compagnon de vie. Aux pauvres de Grenade, à tous les pauvres d’Espagne dont le sang
nourrit déjà les racines de la terre. Et qu’a-t-il fait, lui le poète, pour mériter cet emprisonnement… ?
VOYAGE DANS UN TABLEAU DE MIRO
Céline d’Harcourt
Ed. Palette… Le funambule
Entrer dans un tableau, voyager dans un nouvel univers, en explorer tous les coins et les recoins… Promenons-nous au fil
des pages de ce livre dans le Paysage catalan du peintre Joan Miró, un monde fantastique fourmillant de formes et de
symboles.
QUEL DROLE DE GENIE CE DALI ! SALUT L’ARTISTE
Sylvie Girardet / Nestor Salas
Livre jeu
Découvrir…sa vie et ses amis
Retrouver…ses moustaches
Lire…sur les montres molles
Chercher…les erreurs
Deviner…les personnages du tableau
UNE JOURNEE AVEC PICASSO
Coll. L’Art et la Manière
L’art et la Manière est l’une des toutes premières collections de monographies destinées à la jeunesse. Chaque ouvrage
aborde un artiste ou un mouvement artistique de manière claire et ludique, en allant toujours à l’essentiel, et propose aux
jeunes lecteurs, dès l’âge de huit ans, une approche sensible et concrète de l’art.
Pablo Picasso est devenu un véritable mythe du XX° siècle. Mais quel homme était-il vraiment ? Quelle était sa vie ?
Comment travaillait-il ? Quelles étaient ses sources d’inspiration ? Pour le savoir, poussons la porte de la villa de Picasso à
Vallauris et pénétrons dans l’univers intime de l’artiste, un univers peuplé d’amis, de femmes, d’enfants, d’animaux. Cet
ouvrage nous emmène à la rencontre d’une œuvre prolifique, foisonnante et passionnante.
LA PETITE GALERIE – LES MENINES DE VELASQUEZ
Patricia Geis
Coll. Palette
Bienvenue dans l’Espagne du siècle d’or, à l’Alcazar, le Palais Royal de Madrid, où travaille le plus célèbre des peintres
espagnols. Dans ce palais magnifique, Diego Velasquez a imaginé l’une des plus grandes énigmes de l’histoire de la
peinture. Les Ménines sont une œuvre mystérieuse, dont les personnages semblent nous observer, comme s’ils voulaient
nous inviter à entrer à l’intérieur du tableau… L’infante Marguerite et ses dames de compagnies, les Ménines, le roi et la
reine dont on aperçoit le reflet dans un miroir, Velasquez qui s’est représenté lui-même dans le tableau… que nous cachent
les acteurs de cette étrange mise en scène ? Passons de l’autre côté du miroir pour découvrir tous leurs secrets.
Février 2011
Médiathèque Gen-Ibérica
L’EXIL EST MON PAYS
Isabelle Alonso
Une fillette raconte le parcours du combattant de ses parents, Angel et Libertad, réfugiés venus en France pour échapper à
la dictature franquiste. Avec ses mots d’écolière, elle explique comment, à peine arrivés, ils durent démarrer une nouvelle
guerre, non plus pour leurs idées mais pour leur identité.
Elle tente de déchiffrer ce monde où les sentiments, les ressentiments sont à la taille des grands. Dans sa petite tête, un
champ de points d’interrogation. Etrangère, qu’est-ce que cela signifie au juste ? Perception enfantine touchante et drôle de
la différence, du courage des parents, mais aussi des lâchetés et des peurs de tous.
Et puis il y a la langue. Celle d’un pays que l’on ne quitte jamais vraiment, et qui vous ramène sans cesse d’où vous voulez
ou devez partir. Et cette autre langue, apprise par devoir et utilisée avec bonheur pour décrire ceux dont l’ailleurs est le
pays.
BANDES DESSINEES
LES FILS DE L’ALHAMBRA
Paco Roca
Ed. ERKO
Au milieu du XIXème siècle, la forteresse maure de l'Alhambra, en Espagne, était l'une des destinations préférées des
Romantiques d'Europe et d'Amérique. Le français Alexandre Icare fut l'un des artistes en quête d'exotisme et de pittoresque
qui, comme Gustave Doré ou Washington Irving, s'en alla redécouvrir cette terre de légendes imprégnée du génie arabe. A
son arrivée, Icare ne trouve qu'une forteresse en ruines habitée par les déshérités de Grenade. Mais un voile de mystère
entoure les vieux palais maures. Sans raison, certains habitants du lieu deviennent fous et commettent des meurtres
sanglants. Alexandre décide alors d'apporter son aide au Capitaine Inigo Badia de la Forteresse Royale de l'Alhambra. Car
l'origine de la sombre malédiction qui pèse sur les lieux est enfouie au coeur même de la forteresse, tout comme le trésor
des Maures. (source : www.bedetheque.com)
LE JEU LUGUBRE
Paco Roca
Ed. ERKO
Le récit se passe en 1936, à l’aube de la guerre civile, en Espagne. Un jeune homme de Madrid obtient le poste de
secrétaire d’un peintre catalan : Salvator Deseo (lequel ressemble étrangement au célèbre Salvador Dali). Le nouvel
employé doit rejoindre le grand maître surréaliste à Cadaques, petit port de pêche où les villageois se montrent
inhospitaliers lorsqu’ils découvrent le but de cette visite : Deseo leur fait peur ! (source : www.bdselection.com)
MAGAZINES
Histoire(s) de la dernière guerre (1939-45, au jour le jour)
GUERRE D’ESPAGNE : LA REPETITION GENERALE
LE MONDE DES RELIGIONS
Hors série
20 clés pour comprendre
Détours en France
Hors série
L’AVENTURE DE COMPOSTELLE (avec carte Michelin détachable)
Méditerranée Magazine
ANDALOUSIE, TERRE DE PASSION
Destination
BARCELONE – CITE DES PRODIGES
Géo Magazine
LE MADRID DES MADRILENES (octobre 2010)
LA PEINTURE DU SIECLE D’OR DE GRECO A VELASQUEZ
Catalogue de l'exposition au Petit Palais à Paris avril - juin 1976
Le magazine littéraire
Les grands héros de la littérature : DON QUICHOTTE
Février 2011
Médiathèque Gen-Ibérica
DVD
VOLVER
Film de Pedro Almodovar
Prix du scenario / Prix collectif d’interprétation féminine Cannes 2006
5
Madrid et les quartiers effervescents de la classe ouvrière, où les immigrés des différentes provinces espagnoles partagent
leurs
rêves,
leur
vie
et
leur
fortune
avec
une
multitude
d'ethnies
étrangères.
Au sein de cette trame sociale, trois générations de femmes survivent au vent, au feu, et même à la mort, grâce à leur
bonté, à leur audace et à une vitalité sans limites.
LA LANGUE DES PAPILLONS (El lenguaje de las mariposas)
Film de José Luis Cuerda
A la fin de l'hiver 1936, dans un village de Galice, c'est la rentrée des classes pour Moncho (Manuel Lozano), un petit
garçon de huit ans. C'est la première fois qu'il va à l'école et il a peur, car il a entendu dire que les maîtres battent les
enfants.
Arrivé le jour fatidique, il s'enfuit, terrorisé, et passe la nuit dans la montagne. Don Gregorio (Fernando Fernán Gomez), son
vieil instituteur, est obligé d'aller le chercher chez lui. De retour à l'école et à l'initiative du maître lui-même, Moncho est
accueilli par les applaudissements de ses camarades.
A partir de ce moment, l'apprentissage du savoir et de la vie commence pour le jeune écolier.
LE MUR DES OUBLIES (El muro de los olvidados)
Le « Mur des oubliés » traite de l’histoire et de l’amnésie de l’Espagne sur les exécutions des Républicains par les
Franquistes.
Le réalisateur Joseph Gordillo, part sur les traces de son grand-père, fusillé parmi tant d’autres et enterré à la hâte dans
une fosse commune. Il demande avec son père l’exhumation du corps, afin de le réhabiliter et d’en faire un symbole pour
tous ceux qui ont été effacés de la mémoire collective en Espagne.
Cet événement dans le village participe au déliement des langues et ce qui avait débuté comme une simple quête
personnelle se transforme peu à peu en requête collective : les anciens parlent de la dictature, de la terrible répression et
des exécutions sommaires, de l’absence de monuments aux morts ou de commémoration pour les morts de la Jeune
République et ce après trente ans de démocratie.
TALONS AIGUILLES (Tacones lejanos)
Film de Pedro Almodovar
Becky del Páramo, chanteuse célèbre, retrouve sa fille Rebecca, après 15 ans d’absence. Cette dernière, présentatrice à la
télévision s’accuse en direct du meurtre de son mari. Un juge étrange arbitre ces mortelles retrouvailles.
MISSION
Film de Roland Joffé
En 1740, l’empire espagnol s’étend jusqu’en Amérique du Sud. Frère Gabriel (Jeremy Irons), un jésuite idéaliste fonde une
communauté pacifiste chez les Indiens Guarani. Il sera bientôt rejoint par le mercenaire Mendoza (Robert de Niro), ancien
marchand d’esclaves aujourd’hui repenti… Quelques années plus tard, l’Espagne a décidé du sort des missions jésuites :
elles doivent disparaître…
SAINT-JACQUES… LA MECQUE
Film de Coline Serreau
Au décès de leur mère, deux frères et une soeur apprennent qu'ils ne toucheront leur héritage que s'ils font ensemble, à
pied, la marche du Puy-en-Velay à Saint-Jacques-de-Compostelle. Mais ils se détestent autant qu'ils détestent la marche.
Ils se mettent pourtant en route, mus par l'appât du gain. Ils rejoignent leur guide au Puy et découvrent qu'ils marcheront
avec un groupe de six autres personnes, dont un jeune beur qui fait croire à son cousin un peu naïf qu'il l'emmène à La
Mecque, alors qu'il poursuit une jeune pèlerine, l'amour de sa vie...
DISQUES CD
AGNES JAOUI canta
AMPARO SANCHEZ
Tucson Habana
LHASA
The living road
AFRO CUBAN ALL STARS
Février 2011
Médiathèque Gen-Ibérica
LUZ CASAL
La pasión
NIÑA DE ANTEQUERRA
Flamenco
LLANTO POR IGNACIO SANCHEZ MEJIAS
Federico García Lorca, oratorio de Vicente Pradal
Guitar World Emotion
Fraquito
CAMARON
Paris 1987
CAMARON DE LA ISLA
Flamenco – vol. I
CUBA – ALL STARS
Le meilleur de la musique cubaine
HAVANA CAFE
Compay Segundo / Ibrahim Ferrer / Ruben Gonzales / Eliades Ochoa / Orquesta Aragón
Septeto Habanero…
Février 2011

Documents pareils