Découvrir - Le Courrier de la Nouvelle

Commentaires

Transcription

Découvrir - Le Courrier de la Nouvelle
Guide touristique officiel acadien 2014
Découvrir
1
Découvrir
English
version
from page
32 to 39.
de la Nouvelle-Écosse
L’ACADIE
de la Nouvelle-Écosse
Sur la route des festivals
Guide touristique
officiel acadien
2014
Lié par l’histoire! • Historically connected!
2
Découvrir Sur la route des festivals - 2014
Guide touristique officiel acadien 2014
Régions acadiennes et francophones de la Nouvelle-Écosse
de la Nouvelle-Écosse
A
UNE PROVINCE À DÉCOUVRIR!
vec ses 921 725 (Statistique Canada) habitants dont 31 000 Acadiens et francophones, la Nouvelle-Écosse est la province la
plus peuplée de l’Atlantique. Le peuple acadien est fier de ce qu’ont pu accomplir ses ancêtres et de l’héritage qui lui a été légué.
Ainsi, en parcourant la Nouvelle-Écosse du nord au sud, vous découvrirez des villages qui vous permettront d’en apprendre
davantage sur la langue et la culture acadiennes.
Le 28 juillet
Dates des festivals acadiens
et journées de commémoration
Journée de commémoration de la proclamation
royale officielle de la Déportation.
1 - Fête de l’Acadie à la Rive-Sud - 15 août
2 - Festival acadien de Wedgeport - 27 juillet au 3 août
Tournoi de thon de Wedgeport - 17 au 23 août
Festival de la barge (Buttes-Amirault) - 5 et 19 juillet
Festival Chez-nous à Pombcoup - 11 au 15 août
3 - Festival acadien de Clare - 26 juillet au 3 août et le 15 août
Festival de la parole de la Baie Sainte-Marie - 1er au 5 octobre
7 - Pique-nique communautaire de Pomquet - 15 août
8 - Festival de l’Escaouette - 13 juillet au 15 août
9 - Festival acadien de l’Ardoise - 24 au 27 juillet
Festival acadien de Petit de Grat - 6 au 10 août
Veuillez noter que les dates des festivals peuvent être sujettes
à changement. D’autres festivals peuvent s’ajouter dans
différentes régions acadiennes.
Cette journée est reconnue depuis 2005, année
du 250e anniversaire du début de la Déportation
des Acadiens.
Le 15 août
Fête nationale de l’Acadie.
En choisissant la fête de Notre-Dame de
l’Assomption, les Acadiens voulaient marquer
leur identité distincte par rapport aux autres
Canadiens français.
Le 5 septembre
Journée de commémoration
de la Déportation des
Acadiens à Grand-Pré.
8
CHÉTICAMP
10
SYDNEY
6
4
2
POMQUET
9
ISLE MADAME
HALIFAX
5
BAIE
SAINTE-MARIE
(CLARE)
RIVE-SUD
PAR-EN-BAS
(ARGYLE)
TRURO
Nouvelle-Écosse
VALLÉE
DE L’ANNAPOLIS
3
7
1
E
n Nouvelle-Écosse, nous sommes fiers
de notre patrimoine diversifié et vivant,
et de notre communauté francophone.
Pour vous permettre d’apprécier davantage votre
séjour encore, la province de la Nouvelle-Écosse
a mis sur pied un programme qui identifie les
établissements où l’on parle français.
3
Guide touristique officiel acadien 2014
Découvrir
L’île Sainte-Croix,
le début d’une aventure
À la fin de juin, après avoir
exploré l’embouchure du fleuve
Saint-Jean, le groupe de Sieur de
Mons a navigué jusqu’à la baie de
Passamaquoddy et a remonté la
rivière. Ces hommes y ont trouvé
une île située à l’intérieur des
terres, près du confluent de ce
qui semblait être trois rivières,
ayant l’allure des bras d’une
croix. De Mons l’a nommée l’île
Sainte-Croix.
Photo : Stephanie LeBlanc
L
’île Sainte-Croix, située
le long de la frontière
entre les États-Unis et le
Canada, en bordure du Maine,
a été l’un des premiers sites
de colonisation européenne en
Amérique du Nord.
de la Nouvelle-Écosse
En mars 1604, cinq navires
transportant 120 hommes ont
mis les voiles au Havre-deGrâce (maintenant Le Havre),
en France, pour venir établir
une colonie au Nouveau Monde.
L’expédition française était
dirigée par Pierre Dugua, Sieur
de Mons.
En plus de Pierre Dugua,
on comptait parmi les
autres membres éminents
de l’expédition l’explorateur
et car tographe Samuel de
Champlain, Jean de Biencourt,
le Sieur de Poutrincour t et
François Gravé, Sieur de Pont
(dit Pont-Gravé).
L’île Sainte-Croix.
L’expédition est arrivée à l’île
de Sable le 1er mai. À partir de
là, trois navires se sont dirigés
vers le fleuve Saint-Laurent pour
faire du commerce. Sieur de
Pont-Gravé a mis les voiles vers
Canso, et de Mons, Champlain
et Poutrincourt ont exploré la
côte sud de la Nouvelle-Écosse
et la baie de Fundy. Le bassin
d’Annapolis a retenu l’attention
de Champlain, qui a vu la
possibilité d’y établir une colonie.
Poutrincourt a tellement apprécié
le havre protégé qu’il a demandé
à de Mons le droit d’y établir
éventuellement une colonie.
Pendant que de Mons
cherchait un endroit approprié
pour y établir la colonie,
Champlain procédait à une
reconnaissance minutieuse des
passages et des havres le long
de la côte escarpée. Bien des
endroits situés le long des côtes
du Maine, du Nouveau-Brunswick
et de la Nouvelle-Écosse portent
encore aujourd’hui les noms que
leur a attribués Champlain.
Tableau de distances
Baie Sainte-Marie
Amherst
Baie Sainte-Marie
Chéticamp
Digby
Halifax
Isle Madame
North Sydney
Par-en-Bas
Pictou
Sydney
Yarmouth
426 km
648 km
34 km
257 km
542 km
637 km
88 km
394 km
629 km
72 km
Chéticamp
414 km
648 km
625 km
425 km
203 km
152 km
687 km
275 km
166 km
729 km
Isle Madame
319 km
542 km
203 km
515 km
315 km
137 km
602 km
177 km
122 km
613 km
Par-en-Bas
470 km
88 km
687 km
126 km
278 km
602 km
681 km
438 km
673 km
27 km
Ils ont immédiatement
commencé à déboiser l’île et
la côte continentale voisine afin
de construire un certain nombre
d’habitations, une cuisine, un
entrepôt, un atelier de forgeron
et une chapelle. Comme la
construction avançait, de Mons
a demandé à Champlain de
poursuivre ses explorations plus
au sud. Au cours de ce voyage,
Champlain s’est rendu jusqu’à
l’île des Monts Déserts, île à qui
il lui a attribué ce nom lui-même.
Champlain a rejoint les autres
membres de l’équipage à la fin
de septembre.
Suite à la page 4
Saviez-vous que...
la Nouvelle-Écosse
occupe une superficie de
55 000 kilomètres carrés.
Les côtes de la NouvelleÉcosse, en imaginant
que l’on puisse les étirer
sur une sur face, feraient
7 400 kilomètres de longueur.
Par ailleurs, la province ne
couvre que 575 kilomètres
de long dans son ensemble;
sa largeur moyenne est de
130 kilomètres.
Les températures
quotidiennes en moyenne,
sont : au printemps, de 2° à
9° C, en été, de 16° à 24° C,
à l’automne, aux environs de
18° C, et en hiver aux alentours
de - 3° C.
4
Guide touristique officiel acadien 2014
Découvrir
L’Habitation de Port-Royal
Photo : Archives
de la Nouvelle-Écosse
Suite de la page 3
Le 6 octobre, les colons
ont été témoins des premiers
signes de l’hiver; la neige. Peu
après, la rivière s’est remplie
et s’est couverte de blocs de
glace, et les hommes établis
sur l’île ont alors été coupés de
la partie continentale. Ils ont
bientôt commencé à souffrir d’un
manque d’eau potable et de bois
de chauffage. Les colons ont été
forcés de boire du vin espagnol
et de la neige fondue.
À cour t de fruits et de
légumes frais, les hommes ont
alors commencé à succomber
au scorbut (causé par le
manque de vitamine C dans
leur alimentation). Avant la fin de
l’hiver, 35 hommes, soit près de
la moitié de l’effectif original de
79 hommes, étaient morts de
cette maladie.
L’Habitation de Port-Royal a été reconstruite à la fin
des années 1930, et est à l’image de celle construite en 1605.
I
l est parfois difficile de décrire et de dépeindre le portrait
d’endroits historiques pour la simple et bonne raison qu’on
doit les visiter soi-même afin d’en saisir toute l’essence.
Si l’histoire vous intéresse et si les paysages magnifiques
vous attirent, voici deux incontournables sites à visiter en
Nouvelle-Écosse : Port-Royal, premier véritable établissement
permanent en Amérique du Nord et Grand-Pré, centre mondial
de la commémoration de la Déportation des Acadiens.
Port-Royal est situé à l’ouest d’Annapolis Royal et de
Granville Ferry, toujours à partir de l’autoroute 101. Dans les
bâtiments reconstitués selon l’époque du 17e siècle, les guidesinterprètes costumés vous feront revivre la vie au temps de la
colonie française alors que le Sieur de Poutrincourt et Samuel
de Champlain avaient la charge de la première Habitation.
Patrimoine historique
Afin de souligner l’aide inestimable des Mi’kmaq avec
lesquels ils entretenaient d’excellentes relations, mais surtout
celle du chef Membertou, lequel veilla au bien du Sieur du
Mons pendant son absence, un monument a été érigé en son
honneur sur les lieux. En plus de « vivre » la vie quotidienne des
ancêtres des Acadiens, une série d’activités intéressantes sont
offertes. Les guides-interprètes expliqueront les techniques de
construction du 17e siècle; ils partageront avec vous les secrets
des Mi’kmaq quant à l’utilisation des plantes médicinales
et vous visiterez la boutique de l’apothicaire reconnu, Louis
Hébert; vous apprendrez entre autres à distinguer la qualité
de divers types de fourrures et d’objets obtenus en échange.
pourquoi de Mons et Champlain
ont continué d’explorer le sud de
la côte, se rendant aussi loin qu’à
Cape Cod, avant de retourner
à l’île Sainte-Croix sans avoir
trouvé de meilleur site. C’est
alors que de Mons a décidé de
s’établir de l’autre côté de la
baie Française (baie de Fundy).
Au début d’août, la colonie
de l’île Sainte-Croix a été
démantelée, et le groupe s’est
plutôt établi dans le bassin
d’Annapolis, en NouvelleÉcosse. Por t-Royal, nommé
ainsi par Champlain, a été le
nouveau site de la colonie. L’île
Sainte-Croix a été revisitée par
les membres de la colonie de
Port-Royal au cours des années
suivantes, mais ils ne s’y sont
jamais établis à nouveau.
Lorsque le navire du Sieur de
Pont-Gravé est arrivé le 15 juin
1605, de Mons avait déjà pris la
décision d’établir la colonie à un
endroit plus convenable. C’est
Cette 14e édition
du Guide touristique officiel acadien
de la Nouvelle-Écosse
est produite par
L’Imprimerie
LESCARBOT
9250, route 1, La Butte
Nouvelle-Écosse
B0W 2L0
Tél. : 902-769-3078
Téléc. : 902-769-3869
1 800 951-9119
L’ÉQUIPE
Denise Comeau Desautels
Rédactrice en chef
Directrice des ventes
[email protected]
Stephanie LeBlanc
Graphisme et montage
[email protected]
Collaboration spéciale :
Nathalie Desautels Comeau
Révision et correction
Sur la route des festivals,
édition 2014, est une
publication spéciale tirée
à 10 000 exemplaires et
distribuée gratuitement.
L’Imprimerie LESCARBOT remercie les personnes qui ont fourni les photos.
Les photos présentes dans ce guide sont la propriété de l’Imprimerie LESCARBOT.
Peinture couverture : Nora Robicheau – [email protected]
©2014 L’Imprimerie LESCARBOT Ltée (Le Courrier de la Nouvelle-Écosse).
Tous droits réservés.
Le seul journal de langue française
en Nouvelle-Écosse depuis 1937
5
Guide touristique officiel acadien 2014
Découvrir
L’Ordre de Bon Temps 
En 1606, Samuel de
Champlain crée un club social
appelé l’Ordre de Bon Temps
pour s’assurer que les hommes
de Port-Royal disposent d’un
régime alimentaire approprié et
d’une source d’activités et de
divertissements pour les aider
à passer les longues soirées
d’hiver. En effet, plusieurs de
ses compagnons ont trouvé la
mort des suites du froid et du
scorbut. Il était pour les hommes
difficile de faire face à ces deux
facteurs. Un club comme celui-là
allait certainement leur changer
les idées le temps d’un hiver.
Les hommes pouvaient se
procurer une grande variété de
viandes, y compris du gibier à
plumes (colvert, oie, perdrix et
autres oiseaux), de l’orignal,
du chevreuil, du castor, de la
loutre, de l’ours, du lapin, du
chat sauvage et du raton laveur.
de la Nouvelle-Écosse
Photos : Archives
À
l’Habitation de Por tRoyal, vous trouverez
de grandes tables en
bois et des couverts en étain,
une reconstitution des repas
abondants offerts à l’époque
de l’Ordre de Bon Temps.
Saviez-vous qu’il est possible
pour vous de devenir membre de
l’Ordre de Bon Temps? En effet,
la province de la Nouvelle-Écosse
invite les touristes qui ont passé
au moins trois jours en NouvelleÉcosse à devenir membres.
Ceci se fait de façon très
symbolique, car il
n’y a pas de droits
d’initiation, ni de
cotisation à payer,
et les membres
ne se réunissent
jamais de façon
formelle.
Salle à manger de l’Habitation de Port-Royal.
Voici, par exemple, quelques
plats qui peuvent nous donner
une idée du menu à l’Ordre de
Bon Temps : potage à la citrouille,
anguille à l’étuvée, esturgeon à
la Sainte-Menehould, fricassée
d’épinards, topinambours en
beignets (artichauts du Canada),
tarte à la chair de pommes et de
poires et massepains
(petits biscuits
ronds faits avec
des amandes,
du sucre et des
blancs d’œuf).
Samuel de Champlain.
La plaque
d’immatriculation
des Acadiens
Photo : Archives
Le peuple acadien de la Nouvelle-Écosse
est très fier de célébrer sa langue et sa
culture. Bienvenue à tous les visiteurs
dans nos régions acadiennes. Venez
prendre goût aux traditions acadiennes
à l’occasion des festivals acadiens.
Vous serez accueillis à bras ouverts.
L
es Acadiens, les francophones et les
francophiles de la Nouvelle-Écosse ont
la possibilité d’afficher leur sentiment
d’appartenance à l’Acadie. La plaque
d’immatriculation en français portant
l’image du drapeau acadien est disponible
depuis janvier 2012.
Amusez-vous bien chez nous!
YARMOUTH
368, rue Main
Pièce 220
Yarmouth, N.-É. B5A 1E9
902-742-6808
[email protected]
WILMOT
14373, route 1
Wilmot, N.-É.
B0P 1W0
902-825-2320
[email protected]
6
Guide touristique officiel acadien 2014
Découvrir
Grand-Pré :
cœur de la patrie ancestrale
Photo : Agence de tourisme de la Nouvelle-Écosse
de la Nouvelle-Écosse
Grand-Pré… hier
G
rand-Pré porte bien son
nom. Située sur la rive
est du bassin des Mines,
dans la baie de Fundy, cette
région offre un spectacle haut en
couleur à partir de la route 101.
Adossée au bassin, Grand-Pré se
cale confortablement entre mer,
collines et vallons, incluant la
rive ouest du bassin des Mines.
On peut s’imaginer les
événements survenus en 1755
lors de la Dépor tation…les
chaloupes transpor tant les
familles acadiennes vers les
navires qui les sépareraient de
leur famille et de leur terre.
Aujourd’hui…
Le lieu historique national
du Canada de Grand-Pré avec
ses jardins et ses étangs,
planqués d’immenses saules,
vous donnent l’occasion de
vous immerser dans l’histoire
acadienne se rattachant au cœur
de l’Acadie.
Les visiteurs ont l’occasion
d’en découvrir davantage en se
dirigeant vers le Centre d’accueil
et d’interprétation du lieu
historique national du Canada
de Grand-Pré. À l’intérieur de ce
bâtiment, ils peuvent assister
à une projection multimédia
pour ensuite se diriger vers la
salle d’exposition où l’on décrit
le mode de vie des Acadiens
grâce, entre autres, aux artéfacts
et à l’installation d’aboiteaux.
Le Centre abrite également
un théâtre, une salle multifonctionnelle et une boutique
offrant cadeaux et souvenirs.
À deux kilomètres de l’église
souvenir se trouve une croix
commémorant la Déportation.
L’histoire des Acadiens vue à travers Évangéline
É
vangéline est l’histoire
de la Déportation des
Acadiens vue à travers les
périples d’un couple.
Évangéline Bellefontaine et
son fiancé Gabriel Lajeunesse
sont cruellement séparés lors
de la Dépor tation de GrandPré en 1755. Les événements
politiques qui règnent entre la
France et l’Angleterre décident
de l’avenir des amants.
Malgré les tour ments,
Évangéline garde toujours
espoir de retrouver son fiancé.
Après maintes années de
recherche, elle le retrouve enfin
à Philadelphie, aux États-Unis,
lorsqu’elle est infirmière dans
un hospice. Malheureusement,
Gabriel est gravement malade et
rend l’âme dans ses bras.
L’histoire a été écrite par
Henr y Wadswor th Longfellow
en 1847 sous le modèle d’un
poème de 1 400 vers.
Ce poème a su démontrer la
force du peuple acadien.
Le prénom Évangéline
n’existait pas dans les
communautés acadiennes avant
la par ution de ce poème.
Évangéline est un personnage
qui incarne la simplicité et la
loyauté. L’amour d’Évangéline
pour Gabriel représente la
confiance éternelle.
Depuis 1920, la statue
d’une jeune fille règne à
l’entrée du lieu historique
national du Canada de GrandPré. C’est Évangéline, l’héroïne
du poème de Henry Wadsworth
Longfellow.
Depuis le 20e siècle,
lors des fêtes
acadiennes, on
choisit toujours une
Évangéline et un Gabriel
afin de représenter la
communauté.
7
Guide touristique officiel acadien 2014
L
a Déportation des Acadiens a sans aucun doute marqué un
point tournant de l’histoire du peuple acadien. Confusion
et horreur étaient les maîtres mots de cette période durant
laquelle des fermes ont été incendiées et des familles séparées
pour toujours.
de la Nouvelle-Écosse
Photos : Archives
La Déportation des Acadiens
Découvrir
À cette époque, un affrontement majeur se profile entre la France
et l’Angleterre pour la suprématie en Amérique du Nord. L’Angleterre
cherche d’abord à y renforcer sa présence militaire. Elle fonde la ville
de Halifax en 1749 et installe des colons sur tout le territoire. On
exige alors des Acadiens un serment d’allégeance sans réserve à
la Couronne britannique afin d’exclure toute possibilité de neutralité.
Le 28 juillet 1755, Charles Lawrence, lieutenant-gouverneur de la
colonie, décide d’exproprier les biens et possessions des Acadiens
et de les expulser.
Plus de 12 000 Acadiens ont été expatriés vers les Treize Colonies
qui s’étendaient du Massachusetts à la Géorgie, aux États-Unis.
D’autres ont été déportés vers l’Europe, certains se sont sauvés
et ont été faits prisonniers, tandis qu’un dernier groupe a réussi à
fuir sans se faire arrêter. La Déportation a causé de nombreuses
morts, que ce soit à cause des maladies, des épidémies, des
déplacements ou des conditions pénibles de l’exil.
Un retour difficile
en Acadie
Illustration : Claude Picard
Plusieurs Acadiens ont choisi de retourner en Acadie. En 1763
par exemple, une soixantaine de familles qui avaient été envoyées
à Boston, aux États-Unis, ont décidé de rentrer à pied (hommes,
femmes et enfants). Leur intention était de réintégrer leurs maisons
et leurs fermes. Ceux qui ont survécu à ce périple de près de
2 900 kilomètres sont arrivés pour découvrir que tout avait changé.
Des familles de langue anglaise occupaient maintenant leurs
terres et leurs maisons. Ils étaient devenus des étrangers dans
ce pays qui leur appartenait pourtant de plein droit. Ils se sont
mis à la recherche d’un coin de pays où ils pourraient s’établir.
Plusieurs Acadiens sont donc revenus en Nouvelle-Écosse, mais
pas forcément sur leurs terres d’origine.
L
’orme majestueux de 175 ans qui se trouvait à Horton
Landing (vieux logis au temps des Acadiens) près de
Grand-Pré est tombé au cours d’une violente tempête
en novembre 2010. Une sculpture de cet orme se trouve
désormais bien en vue dans le hall du centre d’accueil au
lieu historique national de Grand-Pré.
Les visiteurs peuvent l’admirer sous tous ses angles et
prendre connaissance de ses panneaux d’interprétation. La
sculpture rend hommage aux trois cultures présentes dans
la région de Grand-Pré depuis des siècles, et est l’oeuvre de
trois artistes appartenant à chacune de ces cultures : Gerald
Gloade, un Mi’kmaq, Monette Léger, une Acadienne, et Doug
Morse, un descendant de Planters de la Nouvelle-Angleterre.
Lecture de l’Ordre de la Déportation.
8
Guide touristique officiel acadien 2014
Découvrir
de la Nouvelle-Écosse
Les symboles d’identité culturelle
du peuple acadien
Hymne national de l’Acadie
Adaptation française
Ave Maris Stella,
Dei Mater Alma,
Atque semper Virgo,
Felix cæli porta. (bis)
Ave Maris Stella,
Dei Mater Alma,
Atque semper Virgo,
Felix cæli porta. (bis)
Sumens illud Ave
Gabrielis ore,
Funda nos in pace,
Mutans Evae nomen.
Acadie ma patrie
À ton nom, je me lie
Ma vie, ma foi sont à toi
Tu me protégeras. (bis)
Solve vincla reis,
Profer lumen cæcis,
Mala nostra pelle,
Bona cuncta posce.
Acadie ma patrie
Ma terre est mon défi
De près, de loin, tu me tiens
Mon cœur est acadien. (bis)
Monstra te esse matrem,
Sumat per te preces
Qui pro nobis natus,
Tulit esse tuus.
Acadie mon pays
Ton histoire, je la vis
La fierté, je te la dois
En l’avenir, je crois. (bis)
Virgo singularis
Inter omnes mitis,
Nos culpis solutos
Mites fac et castos.
Ave Maris Stella,
Dei Mater Alma,
Atque semper Virgo,
Felix cæli porta. (bis)
o
ot
ph
ck
to
Plusieurs types de drapeaux
ont été proposés, mais c’est
finalement le drapeau de la
France (drapeau tricolore) qui a
été choisi pour servir de base
au drapeau acadien, soulignant
l’appar tenance des Acadiens
à la nation française. Pour se
distinguer, une étoile dorée est
placée dans la partie bleue. Cette
étoile, Stella Maris, qui guide le
marin à travers les orages et les
écueils, est aux couleurs papales
pour montrer l’attachement
du peuple acadien à l’Église
catholique et pour souligner
le rôle de cette dernière dans
l’histoire de l’Acadie.
: iS
Des années plus tard, soit en
1881, réuni lors d’une première
convention à Memramcook, au
Nouveau-Brunswick, le peuple
acadien se choisit une patronne,
Notre-Dame de l’Assomption, et
une fête nationale, le 15 août.
Le temps était donc venu de se
choisir un signe de ralliement.
« Il nous faut avoir un drapeau
national qui flotte sur nos têtes
aux jours de nos réunions ou
célébrations nationales », de dire
l’abbé Marcel-François Richard,
président de la 3e commission
chargée d’étudier le choix d’un
drapeau acadien; choix qui a
été fait le 15 août 1884 lors
de la Convention nationale de
Miscouche, à l’Île-du-PrinceÉdouard. Voilà donc maintenant
plus de 130 ans que les Acadiens
et Acadiennes s’identifient à un
puissant symbole : le drapeau
acadien.
to
A
près huit années difficiles
durant lesquelles quelque
12 000 Acadiens ont été
déportés, la paix s’instaure en
Acadie en 1763. Après plus
d’un siècle d’oubli, l’Acadie
commence peu à peu à renaître.
En 1867 naît le pr emier
journal de langue française
des provinces maritimes, Le
Moniteur acadien, signe d’un
premier pas vers une identité
culturelle.
Ph
o
Le drapeau acadien.
Photo
: Arch
ives
Hymne en latin
9
Guide touristique officiel acadien 2014
Cette liste d’environ 300 patronymes a été établie à partir de registres
paroissiaux, de relevés de recensement et d’autres documents acadiens
ou néo-écossais de la première moitié du XVIIIe siècle. Tous les noms
des familles acadiennes de civils, dont on sait qu’elles vivaient dans
la colonie entre 1700 et 1755, y figurent. La liste ne comprend pas les
noms des membres de la garnison française qui ont servi en Acadie et
ceux de leurs familles.
Abbadie, de Saint Castin d’
Allain
Amirault dit Tourangeau
Angou dit Choisy
Apart
Arcement
Arosteguy
Arseneau
Arnaud
Aubois
Aucoin
Ayot
Babin
Babineau dit Deslauriers
Barillot
Barolet
Bastarache dit (Le) Basque
Bastien
Belliveau dit Bideau
Belliveau dit Blondin
Belou
Benoit dit Labrière
Bergereau
Bergeron d’Ambroise
Bergeron dit Nantes
Berrier dit Machefer
Bernard
Bertaud dit Montaury
Bertrand
Bézier dit Touin dit Larivière
Blanchard
Blanchard dit Gentilhomme
Bodard
Boisseau dit Blondin
Bonnevie dit Beaumont
Bonnière
Borel
Boucher dit Desroches
Boudrot
Bourg
Bourgeois
Boutin
Brassaud
Brasseur dit Mathieu
Breau
Broussard
Brun
Bugaret
Buisson
Bugeaud
Buote
Buteau
Cahouet
Caissy dit Roger
Calvé dit Laforge
Carré
Caylan
Célestin dit Bellemère
Cellier dit Normand
Chauvet
Chênet dit Dubreuil
Chesnay dit Lagarenne
Chiasson dit La Vallée
Chouteau dit Manseau
Clémenceau
Cloistre
Coignac
Comeau
Cormier dit Rossignol
Cormier dit Thierry
Corne
Corporon
Cosset
Coste
Cottard
Cousin
Crépaux
Creysac dit Toulouse
Cyr
Daigre
D’Amours de Chauffours
D’Amours de Clignancour
D’Amours de Freneuse
D’Amours de Louvière
D’Amours de Plaine
Daniel
Darois
David dit Pontif
Delisle
Denis
Denys de Fronsac
Derayer
Deschamps dit Cloche
Desgoutins
Desmoillons
Deprés
Deveau dit Dauphiné
Dingle
Doiron
Dominé dit Saint-Sauveur
Doucet dit Laverdure
Doucet dit Lirlandois
Doucet dit Mayard
Druce
Dubois
Dubois dit Dumont
Dufaut
Dugas
Duguay
Duon dit Lyonnais
Duplessis
Dupuis
Egan
Flan
Fontaine dit Beaulieu
Forest
Forton
Fougère
Fournier
Froiquingont
Gadrau
Galerne
Gallé
Garceau dit Boutin
Garceau dit Richard
Garceau dit Tranchemontagne
Gareau
Gaudet
Gauterot
Gauthier
Gentil
Giboire Duvergé dit Lamotte
Girouard
Gisé dit Desrosiers
Godin dit Beauséjour
Godin dit Bellefeuille
Découvrir
This list which includes approximately 300 family names was
established from parish registers, from census results and from
other Acadian or Nova Scotian documents during the first half of the
18th Century. All the Acadian civil family names that are known to
have lived in the colony between 1700 and 1755 are included. This list
does not include the names of the members of the French garrison
who served in Acadie and those of their families.
Godin dit Bellefontaine
Godin dit Boisjoli
Godin dit Catalogne
Godin dit Châtillon
Godin dit Lincour
Godin dit Préville
Godin dit Valcour
Gosselin
Gourdeau
Gousman
Gouzille
Grandmaison
(Terriot dit Guillot dit)
Granger
Gravois
Grosvalet
Guédry dit Grivois
Guédry dit Labine
Guédry dit Labrador
Guédry dit Laverdure
Guéguen
Guénard
Guérin
Guérin dit Laforge
Guilbeau
Gillot dit Langevin
Guy dit Tintamarre
Guyon
Haché dit Gallant
Hamel
Hamet
Hamon
Hébert dit Manuel
Hélys dit Nouvelle
Henry dit Robert
Hensaule
Héon
Heusé
Hugon
Jeanson
Joseph
Kimine
La Barre
Labat, dit Le Marquis, de
La Bauve
La Chaume
La Choix
La Lande dit Bonappetit
Lambert
Lambourt
Landron
Landry
Langlois
Lanoue
La Pierre dit La Roche
La Vache
Lavergne
La Vigne
Lebert dit Jolycoeur
Le Blanc
Le Blanc dit Jasmin
Le Borgne de Belisle
Le Clerc dit Laverdure
Lecul
Léger dit La Rozette
Le Jeune dit Briard
Le Juge
Le Marquis dit Clermont
de la Nouvelle-Écosse
Le Mire
Le Neuf de Beaubassin
Le Neuf de Boisneuf
Le Neuf de la Vallière
L’Enfant
Le Poupet de Saint-Aubin
Le Prieur dit Dubois
Leroy
L’Eschevin dit Billy
Le Vanier dit Langevin
Lavasseur dit Chamberlange
Levron dit Nantois
Loiseau
Long
Longuepée
Loppinot
Lord dit La Montagne
Lucas
Maffier
Maillet
Maisonnat dit Baptiste
Malboeuf
Mangeant dit Saint-Germain
Marcadet
Marchand dit Poitiers
Marres dit La Sonde
Martel
Martin
Martin dit Barnabé
Massé
Massié
Mathieu
Maucaire
Mazerolle dit Saint-Louis
Melanson dit Laverdure
Melanson dit La Ramée
Mercier dit Caudebec
Messaguay
Meunier
Michel dit La Ruine
Migneau dit Aubin
Mignier dit Lagassé
Mirande
Mius d’Azit
Mius d’Entremont de Plemarais
Mius d’Entremont de Pobomcoup
Monmellian dit Saint-Germain
Mordant
Morin dit Boucher
Morpain
Moulaison dit Rencontre
Mouton
Moyse dit Latreille
Naquin dit L’Etoile
Nogues
Nuirat
Olivier
Onel (O’Neale)
Orillon dit Champagne
Oudy
Ozelet
Part dit Laforest
Pellerin
Petitot dit Saint-Sceine
Petitpas
Pichot
Picot
Pincer
Pinet
Pitre dit Marc
Poirier
Poitevin dit Cadieux
Poitevin dit Parisien
Poitier
Porlier
Poujet dit Lapierre
Poupart
Préjean dit Le Breton
Prétieux
Pugnant dit Destouches
Racois dit Desrosiers
Raymond
Renaud dit Provençal
Richard
Richard dit Sansoucy
Richard dit Beaupré
Richard dit Boutin
Richard dit Lafont
Rimbeau
Rivet
Robichaud dit Cadet
Robichaud dit Niganne
Robichaud dit Prudent
Rodohan
Rodrique dit de Fonds
Rousse dit Languedoc
Roy dit La Liberté
Rullier
Saindon
Saint-Étienne de la Tour, de
Saint-Julien de La Chaussée, de
Samson
Saulnier dit Lacouline
Saulnier dit Forgeron
Sauvage dit Chrystophe
Savary
Savoie
Semer
Serreau de Saint-Aubin
Sicot
Simon dit Boucher
Soulard
Soulevant
Surette
Tandau
Terriot
Testard dit Paris
Thébeau
Thibault
Thibodeau
Tillard
Tourneur
Toussaint dit La Jeunesse
Trahan
Triel dit La Perrière
Turcot
Turpin dit La Giroflée
Vallois
Vescot
Viger
Vigneau dit Maurice
Villatte
Vincent dit Clément
Voyer
10
Guide touristique officiel acadien 2014
Découvrir
Un lien à
l’histoire acadienne
de la Nouvelle-Écosse
Retrouver ses racines
Q
ue les gens habitent en Acadie ou soient des Acadiens
de la diaspora, nombreux sont ceux qui font des
recherches généalogiques. Ce besoin d’établir un lien
avec le passé, de retrouver les noms de ses ancêtres, de
connaître leurs origines, est très fort.
Pour ce faire, il existe plusieurs pistes : fouiller dans les
centres d’archives, appartenir à une association familiale, aller
sur Internet (mais attention, certains sites sont amateurs et
contiennent des erreurs).
Centre acadien de l’Université Sainte-Anne (Pointe-del’Église) : Il contient la collection d’archives acadiennes la plus
importante de la province avec des ressources généalogiques
variées, y compris des documents originaux des années
1600 et 1700. On y trouve une collection de sources primaires
et secondaires touchant le passé et le présent des Acadiens,
regroupant environ 10 000 volumes et de nombreux manuscrits,
ainsi que des collections d’enregistrements de musique ou
d’entrevues sur le mode de vie d’antan. On peut aussi consulter
les collections de photographies portant sur l’Acadie ou la
collection presque complète des journaux francophones des
provinces Maritimes.
www.centreacadien.usainteanne.ca
Musée acadien et Centre de recherches (PubnicoOuest) :  On y trouve entre autres les archives du père Clarence
d’Entremont, historien qui a abondamment écrit sur sa région.
On peut aussi y consulter des documents précieux tels que
plus de 5 000 livres et périodiques d’histoire, des généalogies,
des concessions de terre, des titres de terre, des microfilms,
des cartes géographiques, des photographies ou encore des
registres paroissiaux.
www.museeacadien.ca
Centre Les Trois Pignons, Société Saint-Pierre (Chéticamp)  :
Le centre Les Trois Pignons de Chéticamp rassemble les
archives du père Charles Aucoin. L’historien a amassé une
collection de plus de 100 000 fiches généalogiques sur les
familles acadiennes de sa région.
www.lestroispignons.com
Le paysage de Grand-Pré : un site du patrimoine mondial de
l’UNESCO.
La vieille ville de Lunenburg : le site de la ville a été habité par
des Mi’kmaq et ensuite des Acadiens.
Lieu historique national du Canada Bloody Creek (Bridgetown)
Lieu où Français et Anglais se sont livré bataille deux fois, d’abord
en 1711, puis en 1757.
Lieu historique national du Canada de l’Établissement-Melanson
(Lower Granville) Collectivité agricole acadienne d’avant la
Déportation (1664-1755).
Lieu historique national du Canada du Fort-Anne (Annapolis Royal)
Fortifications construites entre 1695 et 1708.
Lieu historique national du Canada de Port-Royal
Établissement français datant de 1605; édifices reconstruits.
Lieu historique national du Canada de Grand-Pré
Rappel du peuplement de la région par les Acadiens et de leur
Déportation.
Lieu historique national du Canada de la Forteresse-de-Louisbourg
Forteresse française du XVIIIe siècle; reconstruction.
Lieu historique national du Canada du Fort-Sainte-Marie-de-Grâce
(La Hève) Premier établissement français permanent en Acadie.
Lieu historique national du Canada de l’Encampement-d’Anville
(Halifax) Campement en expédition française échouée pour récupérer
l’Acadie, 1746.
Lieu historique national du Canada de Beaubassin
Impor tant établissement acadien; point central de la lutte
géopolitique qui opposa les empires français et britannique aux
XVIIe et XVIIIe siècles en Amérique du Nord.
Archives des actes de l’état civil de la Nouvelle-Écosse
L
e site web des Archives de
l’état civil, maintenu par
les Archives de la NouvelleÉcosse, offre aux gens près d’un
million de possibilités de trouver
leurs racines néo-écossaises et
est disponible en français.
Le site web contient une
base de données consultable
de près d’un million de noms
de personnes. Chaque nom
est rattaché à un acte de
naissance, de décès ou de
mariage, numérisé et accessible
en ligne. Les archives les plus
anciennes remontent au milieu
des années 1700 et les plus
récentes aux années 1960.
Le site web est le seul site
du genre au Canada où les gens
peuvent consulter gratuitement
les archives sur leur généalogie.
Pour faire une recherche
dans le site web des Archives
de l’état civil, allez à l’adresse
www.novascotiagenealogy.
com. Les gens peuvent aussi
acheter des copies électroniques
ou papier de documents en les
commandant en ligne et en
les payant par carte de crédit
au moyen d’une transaction
sécurisée.
Le site web des Archives
de l’état civil comprend des
dossiers transférés des archives
courantes de l’état civil après
100 ans pour les naissances,
50 ans pour les décès et 75 ans
pour les mariages.
11
Guide touristique officiel acadien 2014
Rive-Sud
À noter!
1
:
l’Acadie
e
d
e
t
ê
F
ût
le 15 ao
L
a ville de Bridgewater a été
la première région à être
identifiée et répertoriée par
Samuel de Champlain, en 1604.
Nommée à l’origine Cap de la
Hève, Bridgewater revendique
le titre de première capitale de
la Nouvelle-France, de 1632 à
1636.
Découvrir
de la Nouvelle-Écosse
Le village de Peggy’s Cove, un
des attraits touristiques naturels
de la Nouvelle-Écosse, est
renommé pour son exceptionnelle
beauté.
Le village de Lunenburg est
un site du patrimoine mondial de
l’UNESCO et héberge le Musée
des pêches de l’Atlantique (http://
fisheriesmuseum.novascotia.
ca). Lunenburg du temps des
Mi’kmaq et Acadiens se nommait
Merliguesche (Mirlilguesche,
Merliguesh). La ville de Lunenburg a été
établie par des Allemands, des
Anglais, des Français et des
Suisses, tous protestants. Les
Amérindiens et les Acadiens,
Le début d’une journée de pêche. (Photo : www.accrs.ca)
catholiques, ne seront pas les
bienvenus et ce à la grandeur de
la province. Durant les années de
la Déportation, 2 000 Acadiens
prisonniers ont été forcés de
travailler pour les autorités
britanniques. Un contingent de
ces prisonniers a été forcé de
Le musée Fort Point situé dans le village de La Hève.
(Photo : gracieuseté Société historique du comté de Lunenburg).
C’est le 8 mai 1604 que le navire Le Don de Dieu, a jeté l’ancre pour
la première fois au Nouveau Monde. À bord de ce navire, on retrouvait
Pierre Dugua de Mons accompagné de Jean de Poutrincourt et de
Samuel de Champlain. En 1632, Isaac de Razilly, général français
et vice-roi, débarquait à Fort Point pour remplir le mandat que lui
avait confié son roi, qui était de coloniser ce continent.
travailler à établir la ville de
Lunenburg.
Dans la région de la RiveSud, à Blockhouse, on retrouve
l’Association du Centre
communautaire de la Rive-Sud
(www.accrs.ca)
et le Centre
scolaire de la Rive-Sud (http://
rive-sud.ednet.ns.ca).
12
Guide touristique officiel acadien 2014
Découvrir
de la Nouvelle-Écosse
Argyle
2
Norbert LeBlanc
N
ous vous invitons à vous
rendre dans la région de
Par-en-Bas. Votre premier
arrêt devrait sans doute être à
Pubnico-Ouest, au Musée des
Acadiens des Pubnicos. Vous
apprendrez qu’il a été créé en
1977. Ce musée a ouvert ses
portes grâce à l’appui et les
dons de la communauté, ainsi
que des octrois fédéraux et
provinciaux. Les artéfacts du
musée proviennent de sources
variées. De plus, les visiteurs
pourront trouver des documents
portant sur la généalogie et
l’histoire.
Le musée des Pubnicos est
ouvert au grand public de la
mi-mai jusqu’à la mi-octobre.
Les heures d’ouverture sont de
9 h à 17 h tous les jours sauf
le dimanche. Pendant cette
journée, le musée est ouvert de
12 h 30 à 16 h 30.
La même journée, un arrêt
s’impose au Village historique
acadien de la Nouvelle-Écosse.
Le Village est situé sur 17 acres
de terre à Pubnico-Ouest-le-Bas
et une fois au Village, vous
pourrez voir le beau havre de
Pubnico-Ouest. Pendant votre
visite, vous pourrez admirer
d’anciens édifices, dont une
vieille maison, une forge, un
quai, un théâtre, une barge, un
centre d’accueil et des sentiers
et bien d’autres. Le Village
vous of fre des ser vices de
Organisez votre bureau!
La Shanty à Olen au Village historique des Acadiens.
(Photos : Norbert LeBlanc)
guides touristiques qui pourront
répondre à toutes vos questions
au sujet de la vie à PubnicoOuest au début des années
1900. Roger d’Entremont est
particulièrement content de son
équipe, dont les membres, tous
des descendants des premiers
Acadiens de la région, sont prêts
à vous offrir une expérience réelle
d’autrefois.
La saison au Village
commence le 2 juin et se termine
le 26 septembre. Les heures
d’ouverture sont de 9 h à 17 h,
tous les jours de la semaine. Le
prix d’entrée est 6 $ pour les
adultes, 2 $ pour les étudiants
et 14 $ pour la famille.
Notre région offre d’autres
attraits touristiques tels que
les Archives et le Tribunal de
la région d’Argyle et le Musée
de la pêche sportive au thon
et Centre d’interprétation à
Suite à la page 13
À noter
Festiva
Laissez Cassa personnaliser
votre bureau avec des
meubles de qualité.
Livraison et installation
gratuites.
Route 1, Centre commercial Dayton, Yarmouth (N.-É.)
Tél. : 902-742-7566 Téléc. : 902-742-5987
www.cassanet.com
!
l de la
barge :
les 5 e
t 19 juil
let
Festiva
l acadie
n
de Wed
gepor t
:
du 27 ju
illet au
3 août
Tourno
i de tho
n
de Weg
depor t
:
du 17 a
u 23 ao
ût
Le Musée des Acadiens des Pubnicos.
13
Guide touristique officiel acadien 2014
Découvrir
Suite de la page 12
Wedgeport. Les Archives et le
Tribunal sont ouverts de mai à
octobre. Pendant les mois de
mai, juin, septembre et octobre,
ces installations sont ouvertes
du lundi au vendredi de 8 h
30 à 16 h 30 et pendant les
mois de juillet et août, de 9 h
à 17 h. Quant au Musée de la
pêche sportive au thon et Centre
d’interprétation, les portes sont
ouvertes pendant les mois d’été
de 9 h à 18 h.
www.capeb.ca
www.munargyle.ca
À noter
!
Festiv
al Ch
à Pom ez-nous
du 11 bcoup :
au 15
août
de la Nouvelle-Écosse
Recette
Biscuits à la mélasse
1 ½ tasse de margarine
2 tasses de sucre blanc
2 œufs
½ tasse de mélasse
4 tasses de farine
2 cuillères à thé de bicarbonate de soude
2 cuillères à thé de cannelle
2 cuillères à thé de clous de girofle
2 cuillères à thé de gingembre
Mélangez la margarine, le sucre et les deux œufs
battus. Ajoutez la mélasse et les ingrédients secs.
Roulez en boules d’un (1) pouce de diamètre.
Roulez les boules dans le sucre. Faites cuire dans
le four à 375°C degrés pendant 8 à 10 minutes.
L’amphithéâtre au Village historique des Acadiens de la Nouvelle-Écosse.
Archives et Tribunal
de la région d’Argyle
À Tusket, au centre de
la municipalité, vous
trouverez le plus ancien
tribunal du pays, qui est
devenu un site historique
national. Le bâtiment
abrite également les
archives, grâce auxquelles
vous pourrez faire des
recherches généalogiques
sur toutes les familles
acadiennes de cette partie
de la Nouvelle-Écosse.
14
Guide touristique officiel acadien 2014
Découvrir
Festival de la parole de la Baie Sainte-Marie
Gordon Wilson
de
la Nouvelle-Écosse
Député
de Clare-Digby
Téléphone :
902-769-6683
(Petit-Ruisseau)
902-245-5300
(Digby)
Courriel :
[email protected]
1ive0rseaire!
ann
du 1er au 5 octobre 2014
La Maison la Bouche rouverte
en partenariat avec
La Société acadienne de Clare
Les festivals acadiens à travers
la province sont des rassemblements
qui permettent de célébrer la langue
et la culture acadiennes.
Célébrons ces fêtes en grand nombre!
souhaite la bienvenue
à tous les visiteurs.
795, route 1, Comeauville, C.P. 167
Saulnierville (N.-É.) B0W 2Z0
Téléphone / Télécopieur : 902-769-0955
Courriel : [email protected]
www.festivaldelaparole.ca
DÉCOUVREZ
L’ACADIE
avec Novacadie Tours
Depuis dix-huit ans, Novacadie Tours
organise des circuits guidés et accompagne
groupes et individus en Nouvelle-Écosse,
lieu de nos origines, et partout en Acadie.
Novacadie Tours transmet en français et/ou anglais avec
passion, l’expérience acadienne pour de petits ou de grands
groupes. Heureux de promouvoir la grande perspective
acadienne par des tours « sur mesure » dans toutes nos
régions et en tout temps!
902-678-7560
Disposez de nos services suivants :
Transport air/terre, hébergement, activités nature et
culture de qualité, cuisine acadienne locale, guides
accompagnateurs professionnels, rencontres enrichissantes!
Pour vivre l’expérience acadienne!
VENEZ AVEC NOUS!
[email protected]
www.Novacadie.ca
« Nous possédons deux éléments d’une importance
capitale : les meilleurs fruits de mer au monde
et les meilleures personnes au monde. »
(Marcel R. Comeau, président et directeur général, lors du 50e anniversaire en 1996)
Bel été et beaux festivals
à tous les Acadiens et
Acadiennes.
Depuis sa fondation en 1946, Comeau’s Sea Foods
est devenu l’un des plus gros exportateurs
de poissons et de fruits de mer au Canada.
15
Guide touristique officiel acadien 2014
Baie Sainte-Marie
Découvrir
3
de la Nouvelle-Écosse
À noter!
Festiva
l acadie
n de Cla
du 26 ju
re :
illet au
3 août
et le 15
août
Festiva
l
d
e la pa
de la Ba
ie Saint role
e-Marie
du 1 er a
:
u 5 octo
bre
Gerald Theriault
O
n dit que les couchers de
soleil à la Baie SainteMarie sont parmi les
plus beaux. Ils sont comme
les gens de cette région,
chaleureux, expressifs, ils font
leur apparition tout doucement,
et nous surprennent de temps
en temps.
Si vous demandez aux
touristes qui nous visitent ce
qu’ils pensent de notre région,
ce qui leur vient à l’esprit est
vraisemblablement l’accueil
chaleureux dans les restaurants,
les hôtels, les magasins et les
lieux touristiques de la région.
Si ces mêmes touristes restent
ici pendant quelques jours, ils
nous révèlent aussi qu’ils ont
rencontré des gens intéressants,
aux riches traditions et très fiers
à l’égard de leur région et de leur
mode de vie.
Si en tant que touriste vous
vous rendez aux différents quais
qui caractérisent la région de la
Baie Sainte-Marie, vous pourrez
apercevoir un grand nombre de
pêcheurs en train de gréer leur
bateau. Ces derniers sont aussi
prêts à vous expliquer et à vous
montrer les complexités de la
pêche au quotidien.
Les gens de ce coin de pays
peuvent surprendre à plus
d’une occasion. Que ce soit en
qualité de musiciens qui animent
l’ambiance des restaurants ou
ailleurs, ou comme acteurs sur la
scène de la salle Marc-Lescarbot,
ils savent impressionner les
visiteurs et les gens de la région
en général.
Suite à la page 17
Venez découvrir la culture acadienne de la
Baie Sainte-Marie au centre interprétatif, situé
au Rendez-vous de la Baie à la Pointe-de-l’Église.
(Photo : Stephanie LeBlanc)
Le Petit Bois
Tournées guidées interprétatives
Interpretive Walking Tours
NOUVEA
U
POUR
2014!
mi-juin à octobre / mid-June to October
$ et sur réservation seulement /
$ and reservations required
Centre de visiteurs
Rendez-vous de la Baie
Visitor Centre
Campus de l’Université Sainte-Anne
Route 1, Pointe-de-l’Église, N.-É.
902-769-2345
Défilé du Festival acadien de Clare,
le plus ancien festival acadien au monde. (Photo : Richard Landry)
www.rendezvousdelabaie.ca
16
Découvrir
de la Nouvelle-Écosse
Guide touristique officiel acadien 2014
Clare Dodge
www.caissepopclare.com
3640, route 1, Saint-Bernard, N.-É. B0W 3T0
902-837-5171
Sans frais : 1-866-940-6700
Télécopieur : 902-837-5946
Au service des régions de Digby et Clare
depuis 31 ans.
www.claredodge.ca
Succursale
METEGHAN
Tél. : 902- 645-2661
Téléc. : 902-645-3776
Succursale
SAULNIERVILLE
Tél. : 902-769-2574
Téléc. : 902-769-3555
Succursale
POINTE-DE-L’ÉGLISE
Tél. : 902-769-3132
Téléc. : 902-769-2907
Succursale
ANSE-DES-BELLIVEAU
Tél. : 902-837-5127
Téléc. : 902-837-4944
Nous offrons un service de guichet automatique à chacune de nos succursales :
• Succursale
• Succursale
METEGHAN
SAULNIERVILLE
• Succursale
• Succursale
POINTE-DE-L’ÉGLISE
ANSE-DES-BELLIVEAU
La Cachette 
« Où le point fort de la mode commence. »
9976, route 1, Saulnierville (N.-É.) B0W 2Z0
Téléphone : 902-769-0131
Télécopieur : 902-769-0131
Courriel : [email protected]
Heures d’ouverture :
Lundi-mercredi : 9 h 30 – 17 h 30
Jeudi-vendredi : 9 h 30 – 20 h
Samedi : 9 h 30 – 17 h
CLARENCE SHOPPING MART
ÉPICERIE - CADEAUX - SOULIERS - VÊTEMENTS
Un magasin unique!
Attendez-vous à des surprises.
Grande variété de marchandises.
C.P. 27, Saulnierville (N.-É.) B0W 2Z0
Tél. : 902-769-3458
Courriel : [email protected]
Le Club de golf de Clare
vous souhaite un bel été
en Acadie néo-écossaise.
Heures d’ouverture :
Du 15 avril au 31 octobre
de 7 h à 20 h
Sept jours sur sept
Tél. : 902-769-2124
Tél. restaurant : 902-769-0801
www.claregolf.ca
Guide touristique officiel acadien 2014
Suite de la page 15
Quant à la personnalité des
nôtres… les Acadiens étaient
reconnus pour s’entraider dans
l’ancien temps lors de moments
difficiles. Ils le sont toujours.
Par ailleurs, certains de nos
mots et de nos expressions
typiquement acadiennes de la
Baie trouvent leur origine en
France. Cela pour dire que notre
langue, notre accent, notre
dialecte fascinent les visiteurs
et suscitent leur intérêt, qu’ils
soient Français, Québécois,
Cajuns, Africains-Français,
ou anglophones cherchant
à découvrir leurs racines
acadiennes.
www.saclare.ca
www.clarenovascotia.com
Les membres de la Guilde acadienne de Clare, tout comme
d’autres groupes d’Acadiennes en Nouvelle-Écosse, fabriquent
de magnifiques couvertures piquées qui sont exposées sur des bancs
d’églises, pendant les festivals, au grand plaisir des visiteurs.
17
Constru
ite entre
et 1905
1903
, l’
Sainte-M église
a
plus ha rie est la
ute égli
se en
bois d’A
m
de
Nord. C érique du
e monu
ment
historiq
ue abrit
e
nombre
ux vitra de
ux, trois
cloches
(dont la
grosse
pèse 78 plus
3 kg) e
un mus
t
ée
divers a qui présente
r ticles re
l’histoir
liés à
e
(Photos de l’église.
: Archiv
es)
Découvrir
la Nouvelle-Écosse
18
Découvrir
de la Nouvelle-Écosse
Guide touristique officiel acadien 2014
Vallée de l’Annapolis
4
S
urplombant les marais
et les prés qui tapissent
une vallée de rivières à
marées, le domaine qui loge les
Jardins historiques d’Annapolis
Royal est de toute beauté.
Dix acres aménagés en jardins,
des marais asséchés et des
composent ce décor unique.
Faisant partie des plus beaux
jardins du Canada, les Jardins
historiques d’Annapolis Royal
abritent de nombreux paysages
tous plus enchanteurs les uns
que les autres, ainsi que des
collections et des expositions
thématiques qui illustrent
les dif férentes périodes de
l’histoire. Le Potager, le Jardin
du gouverneur, le Jardin d’époque
victorienne, la Collection de
roses, le Jardin de haies taillées
ou encore le Jardin innovation
sont autant de beautés que vous
pourrez admirer en déambulant
dans ce magnifique domaine.
Les Jardins historiques d’Annapolis Royal. (Photo : Archives)
Ainsi, depuis les méthodes
artisanales du jardinier acadien
au temps de la colonisation
jusqu’aux techniques innovatrices
d’aujourd’hui, les amateurs de
jardinage découvriront l’évolution
de l’horticulture à travers les
siècles.
Les Jardins sont ouverts de
mai à octobre.
www.historicgardens.com
Guide touristique officiel acadien 2014
19
Découvrir
de la Nouvelle-Écosse
20
Découvrir
de la Nouvelle-Écosse
Guide touristique officiel acadien 2014
Guide touristique officiel acadien 2014
21
Découvrir
de la Nouvelle-Écosse
22
Découvrir
de la Nouvelle-Écosse
Guide touristique officiel acadien 2014
23
Guide touristique officiel acadien 2014
Halifax
H
alifax est une ville
por tuaire dynamique,
vivante et diversifiée.
On y trouve de nombreux
musées, des galeries, divers
commerces, des restaurants et
des rues dans lesquelles il fait
bon se promener. Les visiteurs
aimeront aller ici et là et prendre
part aux diverses activités
organisées pendant la saison
estivale. Du front de mer, vous
pourrez admirer les bateaux qui
entrent et sortent du port.
Pour le peuple acadien,
Halifax a autrefois représenté
un lieu de tristesse. En effet,
c’est à Halifax, le 28 juillet
1755, qu’a été prise la décision
de déporter les Acadiens. C’est
pourquoi est situé sur le front
de mer de Halifax, un monument
en mémoire des Acadiens et
Acadiennes déportés. En face
du front de mer se situe l’île
Georges, île sur laquelle des
D
ans le musée Acadian
House, situé à West
Chezzetcook, près de
Halifax, on retrouve plusieurs
documents, photos et autres
a r téfact s q u i d a t e n t d e
la présence des premiers
habitants. On y retrouve aussi
une sculpture créée par l’artiste
Louis Hébert.
Chezzetcook, mot tiré de la
langue mi’kmaq, signifie une eau
courante divisée en plusieurs
chenaux. Vers 1740, le père
Découvrir
5
de la Nouvelle-Écosse
centaines d’Acadiens ont été
faits prisonniers.
Également, vous pourrez vous
rendre au lieu historique national
du Canada de la Citadelle de
Halifax, une fortification en forme
d’étoile qui témoigne du rôle de
Halifax comme principale station
navale de l’Empire britannique
et de son importance dans le
développement du grand pays
qu’est devenu le Canada.
Ne manquez pas le Musée
maritime de l’Atlantique, plus
vieux musée du Canada, une
façon d’en apprendre davantage
sur le passé maritime du pays et
de la Nouvelle-Écosse.
Visitez la Galerie d’art de
la Nouvelle-Écosse qui abrite
q u e l q u e 1 1  0 0 0 œ u v r e s
permanentes d’ar tistes néoécossais, canadiens et étrangers.
www.ccgh.ca
Jean-Louis Le Loutre, qui était
missionnaire, s’est installé avec
les premiers Européens dans la
région et y a fait construire une
chapelle à Grand-Désert.
À cette époque, il y avait à
Chezzetcook et à Grand-Désert
sept ou huit familles acadiennes.
Les Acadiens sont partis dès
1752, mais sont revenus après la
Déportation, vers 1760. GrandDésert et Chezzetcook sont donc
parmi les plus anciens villages
acadiens de la Nouvelle-Écosse.
Célébrations sur le
Harbour Queen avec Blou.
Sur le front de mer de Halifax
(tout près du Quai 21),
un monument est érigé en
mémoire des Acadiens et
Acadiennes déportés. (Photos : Archives)
24
Guide touristique officiel acadien 2014
Découvrir
Le parc Victoria, au cœur
de la ville, est l’un des plus
beaux parcs naturels de l’Est
du Canada. D’une superficie de
plus de 1 000 acres, il abonde
en arbres magnifiques, dont de
très vieilles pruches qui s’élèvent
au-dessus d’un ravin escarpé où
coule un ruisseau et deux chutes.
de la Nouvelle-Écosse
Truro
6
Yvette Saulnier
Alors que vous soyez
adeptes du hockey, du golf ou
de la randonnée, Truro a quelque
chose à vous offrir!
T
ruro compte de nombreux
organismes musicaux et
culturels, et ses habitants
profitent d’une vie culturelle
diversifiée et vivante. Des
chorales, des troupes de théâtre,
des festivals de musique et
des orchestres s’y produisent
fréquemment et des cours de
danse y sont proposés.
✂
Le Centre communautaire
francophone de Truro (CCFT)
a été fondé par un groupe de
citoyens de la région. Ceux-ci
avaient comme objectif d’offrir
des activités sociales, culturelles
et éducatives en français dans
un endroit où la communauté
francophone pour rait se
rassembler et se rencontrer. La
mission du CCFT est de créer
un organisme communautaire
dynamique et accueillant, un
Les premiers habitants de
cette par tie de la NouvelleÉcosse, ancêtres des peuples
Mi’kmaq, l’ont appelé Cobequid,
ce qui signifie « endroit où
l’eau est turbulente ». À la fin
du 17e siècle, les premiers
colons d’origine européenne à
s’installer dans la région ont été
des Acadiens.
Deux comédiennes de la troupe de théâtre du Centre
communautaire francophone de Truro. (Photos : centretruro.org)
lieu de rassemblement où la
population pourra vivre la culture
acadienne et francophone,
un environnement propice à
l’utilisation et à l’épanouissement
de la langue française. L’École
acadienne de Truro se trouve sur
les mêmes lieux que le Centre
communautaire; il s’agit de la
seule école du Conseil scolaire
acadien provincial dans cette
région.
En 1689, Mathieu Martin,
premier enfant né de parents
français en Acadie, a fondé
une seigneurie sur la rivière
Wecobequitk.
http://centretruro.org
CONCOURS
Courez la chance
de gagner le livre :
Le sortilège de Louisbourg
de Daniel Marchildon
Envoyez votre coupon
avant le 10 octobre 2014 à :
✂
Le Courrier de la Nouvelle-Écosse,
9250, route 1, La Butte (N.-É.)
B0W 2L0.
Nom : _______________________________________________
Téléphone : __________________________________________
Adresse : ____________________________________________
Un tirage au sort déterminera la personne gagnante.
Le parc Victoria, au cœur de la ville de Truro.
25
Guide touristique officiel acadien 2014
F
ondée en 1774 par cinq
familles (Doiron, Duon,
Broussard, Vincent et
Lamarre) originaires de SaintMalo en France, la région de
Pomquet borde une partie des
berges de la baie Saint-Georges.
On y trouve des plages
sablonneuses avec des dunes
d’une grande importance. La
plage du parc provincial de
Pomquet s’étend sur près
de 2 kilomètres et demi et
comprend 13 dunes qui couvrent
une longueur de 4 kilomètres
en arrière-plan. Le parc offre
des services de base pour la
baignade et les pique-niques.
7
Photo : La Société de développement de Pomquet
Pomquet
Découvrir
À noteru!e
de la Nouvelle-Écosse
iq
Pique-n ire :
uta
a
n
commu oût
a
5
le 1
La maison Deslauriers. (Photos : Archives)
Un pluvier siffleur.
Cette plage est également
un site de nidification important
des Maritimes pour le pluvier
siffleur, un petit oiseau des
rivages faisant par tie des
espèces menacées.
Le Musée de Pomquet situé
au 1154, chemin Pomquet
Monks Head, abrite de nombreux
objets donnés par les gens de
la communauté, des photos
historiques et des archives
généalogiques. On peut se
procurer des souvenirs à la
boutique.
La région compte deux gîtes
touristiques et un établissement
d’héber gement en chalet.
Chaque vendredi de juillet et
août, la maison Chez Deslauriers
offre des dîners acadiens entre
11 h et 14 h. Le fricot et le pâté
sont deux mets traditionnels de
l’endroit.
Le Sentier acadien de Pomquet
est un sentier de randonnée
pédestre de cinq kilomètres qui
permet de découvrir la côte et les
terres adjacentes à la réserve
provinciale de Monks Head.
Venez visiter nos côtes,
expérimenter l’hospitalité
chaleureuse et la générosité
de nos résidents, déguster un
repas traditionnel acadien, vous
reposer aux gîtes touristiques
ou aux chalets de la région ou
faire du kayak dans notre havre.
Si vous cherchez un endroit
calme, une expérience naturelle
et authentique, venez visiter
Pomquet!
www.societesaintecroix.ca
Le Sentier acadien de Pomquet. (Photo : gracieuseté)
26
Découvrir
Guide touristique officiel acadien 2014
À noter!
de la Nouvelle-Écosse
Chéticamp
8
l de
Festiva tte :
e
u
o
l’Esca
illet
ju
3
du 1
oût
au 15 a
Pendant la saison estivale,
il y a tout pour vous plaire
dans cette magnifique région
acadienne. Les beautés de la
nature, une culture riche et
variée, des mets traditionnels
et des activités pour tous les
goûts sauront certainement
vous enchanter.
Daniel AuCoin
C
héticamp est un village
acadien de 3 500 âmes
situé au nord-ouest de
l’île du Cap-Breton. Avec le golfe
Saint-Laurent en face et les
montagnes derrière, ce coin de
pays constitue un des sites les
plus pittoresques des provinces
maritimes.
Tout au long de l’été,
participez à des activités
mettant en évidence la
culture, le patrimoine et
l’hospitalité incomparable
des Acadiens. Joignez-vous
à la fête lors du Festival de
l’Escaouette 2014 du 13 juillet
au 15 août. Cet événement
offre aux Acadiens d’ici et aux
nombreux visiteurs une occasion
La sple
ndeur
du Par
c natio
n
(Photo al des Haut
es-T
: Danie
l AuCo erres-du-Ca
in)
p-B
reton
de se rassembler et de célébrer
leur culture, leurs traditions et
leur identité.
Musée du tapis hooké
et de la vie chez nous
Bureaux de la Société Saint-Pierre
Centre d’information aux visiteurs
Centre de généalogie père Charles-Aucoin
CHÉTICAMP (N.-É.)
Tél. : 902-224-2642
[email protected]
www.lestroispignons.com
BIENVENUE!
Assurez-vous d’assister aux
spectacles Soleil II et Gélas II Les
Noces présentés à la Place des
arts Père-Anselme-Chiasson. Ce
sera une belle occasion pour
tous les visiteurs de découvrir
la musique et la culture des
Acadiens.
Réser vez du temps pour
visiter le centre culturel Les Trois
Pignons qui abrite une collection
éblouissante de tapis hookés et
d’antiquités ainsi qu’un centre
de ressources généalogiques.
Vous y trouverez l’aide et les
renseignements touristiques
dont vous avez besoin, des
services de réservation ainsi
que des brochures, des cartes
et des guides.
Ne manquez pas de faire une
visite au Centre de la Mi-Carême
de Grand-Étang, à l’église SaintPierre de Chéticamp et au terrain
de golf Le Portage. Rendez vous
aussi dans les boutiques et les
restaurants du coin.
La région de Chéticamp offre
aux amateurs de plein air une
foule de possibilités pour tous les
âges : des sentiers pédestres,
des excursions d’obser vation
des baleines, des promenades
à bicyclette, des terrains de
pique-nique, la baignade en eau
douce ou salée, le golf, le kayak,
entre autres.
Profitez de la capitale de la
randonnée de l’Est du Canada
dans toute sa splendeur au
Parc national des Hautes-Terresdu-Cap-Breton. Une aventure
vous attend à ce parc national,
là où les montagnes et la mer
se côtoient. Parcourez des
sentiers extraordinaires et
admirez certains des paysages
côtiers les plus spectaculaires
du monde.
Suite à la page 27
27
Guide touristique officiel acadien 2014
Découvrir
Suite de la page 26
de la Nouvelle-Écosse
Ne manquez pas de participer
à la randonnée au coucher de
soleil sur le sentier. Laissez la
splendeur d’un véritable chefd’œuvre naturel vous imprégner.
Pour une liste complète des
activités, visitez le centre
d’accueil.
acadienne de Chéticamp.
Nous vous attendons à bras
grand ouverts!
Pour profiter pleinement
de votre visite, procurez-vous
le guide touristique 2014 de
la région de Chéticamp.
www.lestroispignons.com
La piste Cabot, qui serpente
à travers le parc national, est
l’une des plus belles routes
d’Amérique du Nord. Elle grimpe
les montagnes, plonge vers
la mer et longe des côtes
accidentées. La piste
Cabot est considérée
comme l’une des dix
meilleures destinations
au monde pour le vélo.
Des mi-carêmes.
(Photo : Archives)
Un monde de plaisir,
de découver tes et
d’activités vous attend
à Chéticamp. Nous
vous invitons à vous
laisser imprégner de la
chaleur de l’accueil que
vous réserve la région
L’église Saint-P
ierre surplom
Trois mots acadiens de Chéticamp
Raguenasser : radoter, revenir sur les mêmes choses
Achaler : fatiguer, ennuyer quelqu’un
Marabout : difficile de caractère, maussade
Recette
Tchaude au blé d’Inde
1 oignon
4 pommes de terre
1 tasse d’eau bouillante
¼ de tasse de beurre
2 boîtes de blé d’Inde
5 tasses de lait
Sel et poivre
Ciboulette hachée
Peler les pommes de terre et les
couper en petits cubes. Couper
l’oignon en petits morceaux et
mettre, avec les pommes de terre,
dans un pot dans lequel se trouvent
de l’eau et du beurre. Mijoter jusqu’à
ce que les pommes de terre soient
tendres. Ajouter le blé d’Inde, le
lait, le sel, le poivre, la ciboulette et
cuire à feu doux quelques minutes
de plus.
b de village de
Chéticamp. (P
hoto : Daniel
AuCoin)
28
Guide touristique officiel acadien 2014
Découvrir
!
À notl aecardien
de la Nouvelle-Écosse
Isle Madame
9
a
Festiv doise :
de l’Ar
juillet
au 27
du 24
dien
al aca
Festiv de Grat :
it
de Pet
oût
u 10 a
du 6 a
région. Ils vous accueillent et
se soucient de votre bien-être.
Par exemple, si vous tombez
en panne, nul besoin de vous
inquiéter, quelqu’un vous viendra
en aide.
Robert Fougère
Q
u’est-ce qui fait que j’aime
ça vivre ici? Qu’est-ce qui
fait que vous aimerez
votre visite et que vous voudrez
revenir souvent dans ce beau
coin de l’Acadie lors des saisons
estivales?
C’est l’entregent et l’accueil
des gens un peu partout en
C’est la sérénité, le calme,
la détente, la paix, la tranquillité
qu’on y trouve. Vous y goûterez,
comme ceux et celles qui y vivent
à longueur d’année.
Ce sont les magnifiques
couchers de soleil, l’eau
miroitante des nombreux lacs,
la mer qui nous entoure et qui
s’étend à per te de vue, les
vagues déferlantes sur une plage
sablonneuse, dans un coin caché
de l’Isle Madame. Un coin de
Un délice
de la mer,
le crabe.
pays qui peut devenir votre plage
privée le temps d’un après-midi
ensoleillé et paisible.
Ce sont les routes peu
achalandées. Ce sont les gens
qui font leur besogne quotidienne
sans se presser, sans se
bousculer, sans s’énerver.
Ce sont les sentiers moins
battus qui mènent à des
découvertes intéressantes. Ce
sont les randonnées en bateaux
dans les havres variés et bien
abrités, les excursions de pêche
à la ligne à main.
C’est pouvoir marcher le long
des rues principales longeant la
mer et les havres, sur les quais
auxquels sont amarrés des
bateaux aux diverses couleurs
et de formes multiples, et dont
cer tains arborent le drapeau
acadien. C’est voir le clocher
de l’église, dont l’image se
reflète dans l’eau calme, à côté
de ces bateaux de pêche et de
plaisance.
C’est jaser avec les pêcheurs
du coin. Apprendre de quoi ils
vivent et comment la pêche se
pratique. C’est voir entrer les
bateaux et le débarquement
de la journée de pêche. C’est
(Photo : R
obert Fou
gère)
pêcher au bout du quai, parmi
les bateaux qui y sont amarrés.
C’est visiter les usines de
transformation du poisson.
C’est visiter un énorme vivier
de homard et une usine de
transformation du crabe. C’est
aussi goûter à ces délices de
la mer. Ça peut aussi être faire
cuire des coques (moules) sur un
feu de camp, au bord de la mer.
Ce sont aussi les nombreux
festivals acadiens annuels
auxquels on a droit. C’est la
dégustation lors des repas
savour eux préparés pour
l’occasion. Ce sont les mets de
la région qui viennent ajouter
une saveur toute particulière au
moment de se mettre à table.
Les festivals de l’Ardoise et de
Petit de Grat se célèbrent depuis
longtemps et restent toujours
actuels.
V’nez ouère!
Et vous verrez que tout cela
est bon marché. Près de la
nature, les coûts sont moins
élevés. Bon séjour!
www.lapicasse.ca
29
Guide touristique officiel acadien 2014
Découvrir
LA PICASSE, c e n t r e c o m m u n a u t a i r e c u l t u r e l
de la Nouvelle-Écosse
Le centre La Picasse est le carrefour de la
francophonie et de la vitalité acadienne
à l’Isle Madame. Le centre La Picasse offre
divers services :
•
•
•
•
•
•
•
•
Salle de spectacles et de banquets avec service
de traiteur-maison
Petites salles de réunions
Comptoir d’accueil et d’informations touristiques
Boutique d’artisanat
Forfaits-vacances
Location de bureaux aux associations et groupes
Bibliothèque régionale
Site [email protected] de La Picasse
Café-Bistro
L’Acadien
Oyez! Oyez!
Venez goûter les mets acadiens
de chez nous dans un petit café
accueillant situé au bord de la mer.
Linda et Wanda vous attendent…
Bon appétit!
VOUS NOUS TROUVEREZ AU
3435, route 206, C.P. 70,
Petit de Grat, Isle Madame, N.-É. B0E 2L0
Téléphone : 902-226-0149
Télécopieur : 902-226-0549
Courriel : [email protected]
Site web : www.lapicasse.ca
30
Guide touristique officiel acadien 2014
Découvrir
de la Nouvelle-Écosse
Sydney
10
S
ituée sur la côte nord-est
de l’île du Cap-Breton,
Sydney est une ville de
26 000 habitants entourée de
sites historiques et de plages
naturelles. Elle est aussi le cœur
de la deuxième agglomération en
importance en Nouvelle-Écosse,
la Municipalité régionale du
Cap-Breton, née en 1995 de la
fusion de Sydney avec les villes
environnantes de Dominion,
Glace Bay, Sydney Mines,
Louisbourg, New Waterford et
North Sydney. La Municipalité
régionale du Cap-Breton
compte 100 000 habitants
dont environ 1 200 sont
d’expression française.
Sydney possède de
nombreux bâtiments et
monuments historiques,
dont cer tains remontent
au 18e siècle. Avec son
vaste port, elle est une
halte populaire pour les
bateaux de croisière qui
longent la côte est de
l’Amérique du Nord.
Le Centre scolaire
communautaire Étoile de l’Acadie
est le cœur de la vie francophone
dans la région de Sydney. On
y trouve à la fois une école,
une maison des jeunes, une
boutique, les bureaux du conseil
communautaire ainsi que des
Soyez informés en tout temps!
Journal provincial
D
www.lecourrier.com
Radios communautaires
Région de Halifax :
CKRH – 98,5 FM
www.ckrhfm.ca
CIFA - 104,1 FM
www.cifafm.ca
Région de Chéticamp
CKJM – 106,1 FM
Région de l’Isle Madame :
CITU - 104,1 FM
www.citu.ca
salles qui sont mises à la
disposition des organismes et
de la population pour la tenue
d’activités sociales, sportives,
culturelles et éducatives.
La grande région de
Sydney possède plusieurs
sites historiques significatifs
à l’échelle nationale : le lieu
historique Marconi, à Glace Bay;
la Forteresse-de-Louisbourg, à
Louisbourg; le lieu historique
national Alexander-Graham-Bell,
à Baddeck; et le Musée des
mines, à Glace Bay.
epuis plus de 75 ans, les
Acadiens et francophones
de la Nouvelle-Écosse
attendent avec impatience
l’arrivée hebdomadaire de
leur journal, Le Courrier de la
Nouvelle-Écosse, seul journal
provincial de langue française
en Nouvelle-Écosse.
Région du Sud-0uest 
Le p
compr rojet de rem
en
éd
au cha ant les étan iation de l’a
gs de g
rbon, a
ncien s
ou
it
donné
naissa dron et le s e de la Sysc
ite des
nce au
o,
(Photo
nouve
ancie
: Clairm
ont Ch au parc Ope ns fours
arland
n Hear
)
th.
Région de Pomquet
CKJM – 92,5 FM
www.ckjm.ca
ville en 1745, mais la France l’a
reconquise trois ans plus tard.
La paix a été de courte durée
et, en 1758, les Britanniques
se sont emparés de la ville une
deuxième fois. Les fortifications
de Louisbourg ont été détruites
en 1760 et les Britanniques
ont quitté la forteresse huit ans
plus tard.
www.fortressoflouisbourg.ca
www.etoiledelacadie.com
La forteresse de Louisbourg
a été reconstruite en 1961 afin
d’of frir un gagne-pain aux
mineurs de charbon, alors sans
emploi, mais aussi pour faire
connaître la vie dans une ville
fortifiée du 18e siècle. Remparts,
rues, maisons habitées et de
nombreux animateurs costumés
vous feront revivre cette époque
de l’histoire.
Au début du 18 e  siècle,
Louisbourg a vécu paisiblement
pendant trois décennies en
qualité de port de mer de la
colonie française. La NouvelleAngleterre s’est emparée de la
La forteresse de Louisbourg.
(Photo : Archives)
31
Guide touristique officiel acadien 2014
Découvrir
Étudier en français en Nouvelle-Écosse
de la Nouvelle-Écosse
E
n août 1890, le Collège
Sainte-Anne, situé à la
Pointe-de-l’Église, à la Baie
Sainte-Marie, a été inauguré.
L’institution, dont le fondateur
officiel était le père Gustave
Blanche, offrait le cours classique
aux jeunes garçons dont la plupart
étaient destinés à la prêtrise.
Ce sont les pères Eudistes qui
enseignaient le cours. En plus
des difficultés administratives des
années 1890, l’institution connaît
un moment tragique lorsqu’elle
est détruite par les flammes en
1899.
En mai 1977, le Collège SainteAnne change de nom et devient
l’Université Sainte-Anne. En 2003,
l’institution fera l’objet d’une
fusion avec le Collège de l’Acadie,
mais gardera le même nom, soit
l’Université Sainte-Anne.
Le campus de la Pointe-del’Église jouit d’un emplacement
hors de l’ordinaire à deux pas
de la mer. Près de 500 étudiants
provenant de tous les coins du
Canada, des États-Unis, d’Europe
et d’Afrique viennent étudier dans
la seule université francophone en
Nouvelle-Écosse. Cette dernière
of fre des cours universitaires
et collégiaux dans dif férents
domaines. De nombr euses
installations sont au service de
l’étudiant et de la communauté
telles qu’une piscine, un gymnase,
une patinoire, des résidences
étudiantes, une cafétéria, un
théâtre, une bibliothèque et un
centre acadien de recherches sur
l’histoire acadienne. C’est l’endroit
où il fait bon étudier!
L’Université Sainte-Anne a un
campus principal à la Pointe-del’Église où se trouvent les bureaux
administratifs et quatre autres
campus ailleurs dans la province,
soit à Tusket, à Halifax, à Petit de
Grat et à Saint-Joseph-du-Moine.
L
a création du Conseil scolaire
acadien provincial de la
Nouvelle-Écosse (CSAP) en
1996 marquait l’aboutissement
de nombreuses années de lutte
des Acadiens, Acadiennes et
francophones désireux d’obtenir
la gestion de leur propre entité
scolaire à l’échelle provinciale.
Aujourd’hui, on comptera
bientôt 22 écoles situées à
travers la province. On compte
présentement 4 718 élèves dans
les écoles du CSAP et ce nombre
augmente chaque année.
Le Conseil compte au-delà de
600 employés à travers la province,
dont environ 335 enseignantes
et enseignants. Les membres
du personnel administratif sont
répartis dans les trois bureaux
régionaux et au siège social.
et aux personnes francophones une
éducation de première qualité en
français langue première, incluant
l’enseignement de l’anglais langue
première, tout en tenant compte de
l’identité et de la culture acadienne
en Nouvelle-Écosse.
Au cours des dernières années,
le CSAP a mis sur pied plusieurs
nouvelles initiatives et programmes.
Entre autres, on compte le
programme Grandir en français
(programme de francisation des
enfants âgés de 4 ans), les agents
de développement scolaire et
communautaire dans les écoles
secondaires, l’élaboration et
l’implantation des programmes
d’études en langue française et
l’élaboration de cours à distance.
Par sa mission, le CSAP offre
aux personnes d’origine acadienne
Au coeur des régions acadiennes,
visitez la seule université francophone
en Nouvelle-Écosse!
Célébrons notre
patrimoine avec fierté!
Explorez nos programmes
collégiaux et universitaires
en français.
Galerie d’art et théâtre:
renseignez-vous sur nos
expositions et nos spectacles!
Centre acadien: découvrez
l’histoire et la culture de
l’Acadie ou faites des recherches
généalogiques.
Piscine et gymnase ouverts au
public. Promenez-vous dans le Petit
Bois et au bord de l’océan grâce à
nos 5 km de sentiers!
www.usainteanne.ca
facebook.com/usainteanne
Le Conseil scolaire acadien provincial
est fier de transmettre à nos enfants
le goût de poursuivre des études scolaires
en français langue première!
http://csap.ednet.ns.ca
Renseignements : 1-888-533-2727
(appel gratuit en Nouvelle-Écosse)
32
Découvrir
Discover
Nova Scotia’s
de la Nouvelle-Écosse
English
version
from page
32 to 39.
Official
Acadian
Festival
Guide 2014
Guide
touristique
officiel
acadien
Grand-Pré: the heart of the
ancestral homeland
Acadian history through
the eyes of Evangeline
E
vangeline is the story of the Expulsion of the Acadians as lived by
a young couple.
Evangeline Bellefontaine and her fiancé Gabriel Lajeunesse are cruelly
separated during the Grand-Pré Deportation in 1755. The lovers’ fate is
sealed by political events between France and England.
Despite the turmoil, Evangeline never loses hope of being reunited with her
fiancé. Finally, after many years of searching, she finds him in Philadelphia,
in the United States, where she is working as a nurse in a hospice. Sadly,
Gabriel is gravely ill and passes away in her arms.
The story was written by Henry Wadsworth Longfellow in 1847 as a
poem comprised of 1,400 verses. The poem helped raise the spirits of the
Acadian people by demonstrating their strength.
Grand-Pré… Before
G
rand-Pré is aptly named. Located on the eastern shore of the Minas
Basin in the Bay of Fundy, the region offers a colourful landscape
off of Highway 101. Flanked by the Basin, Grand-Pré is nestled
comfortably among the sea, hills and valleys, including the western shore
of the Minas Basin.
It is easy to imagine the events of 1755 during the Expulsion... the boats
transporting Acadian families to ships that would separate them from their
families and their land.
Today…
The name Evangeline did not exist in the
Acadian community prior to the publication
of the poem. Evangeline is a character that
personifies simplicity and loyalty. Her love for
Gabriel represents unwavering faith.
With its gardens and ponds, half-hidden by enormous willow trees, the
Grand-Pré National Historic Site gives you the opportunity to immerse yourself
in Acadian history at the heart of Acadia.
Since 1920, the entrance to the GrandPré National Historic Site has been adorned
with a statue of a young woman. This is
Evangeline, the heroine of the poem by
Henry Wadsworth Longfellow.
Visitors can learn more at the Grand-Pré National Historic Site Interpretation
Centre. There, they can view a multimedia presentation before proceeding
to the exhibition hall, where artifacts and dykes are used to describe the
daily lives of Acadians. The Centre also houses a theatre, a multi-purpose
room and a gift shop.
Since the twentieth century, it has been
tradition to select an Evangeline and a Gabriel
to represent the community during Acadian
festivals.
A cross commemorating the Expulsion can
be found two kilometres from the memorial
church.
The Expulsion of the Acadians
T
he Expulsion of the Acadians marks a turning point in the history
of the Acadian people. Confusion and horror reigned as farms were
burned to the ground and families separated forever.
At the time, confrontation loomed between France and England for
control over North America. Seeking to reinforce its military presence,
England founded the city of Halifax in 1749 and established settlements
across the land. The English
demanded that the Acadians pledge
allegiance to the British Crown in
order to exclude any possibility
of neutrality. On July 28th, 1755,
Charles Lawrence, LieutenantGovernor of the colony, announced
his decision to expel the Acadians
and expropriate their possessions.
More than 12,000 Acadians
were expatriated to the Thirteen
Colonies, which extended from Massachusetts to Georgia in the
United States. Others were deported to Europe. Some tried to flee and
were captured, while a few managed to escape without being arrested.
The Expulsion resulted in many deaths, whether due to illness, epidemics,
travel or the harsh conditions of exile.
A Difficult Return to Acadia
Many Acadians chose to return to Acadia. In 1763, for example,
60 families who had been sent to Boston, in the United States, chose
to make their way home on foot (men, women and children alike). They
intended to rebuild their homes and farms. Those who survived the
journey of nearly 2,900 kilometres arrived to find that everything had
changed. English families now occupied their land and homes. Having
become strangers in their own land, they left in search of a place where
they could settle.
Thus, many Acadians returned to Nova Scotia, but not necessarily
to their ancestral homelands.
33
Guide touristique
officiel Guide
acadien
2014
Official
Acadian Festival
2014
Découvrir
Discover
Nova Scotia’s
Symbols of Cultural Identity
of the Acadian People
I
n 1763, after eight
difficult years during which
some 12,000 Acadians
were depor ted, peace was
re-established in Acadia. After
having been forgotten for almost
a century, Acadia was reborn.
The year 1867 marked the
founding of the first French
language newspaper in
the Maritime provinces,
Le Moniteur acadien, and a first
step towards a true cultural identity.
Years later, in 1881, during a first meeting in Memramcook, New Brunswick,
the Acadian people chose a patron saint, Our Lady of the Assumption, and
a national holiday, August 15th. The time had come to choose a national
symbol. “We need a national flag that will fly above our heads on the days
of our national meetings and celebrations,” said Reverend Marcel-François
Richard, President of the 3rd commission charged with selecting an Acadian
flag, which it did on August 15th, 1884, during the National Convention in
Miscouche, Prince Edward Island. And so, for more than 125 years, Acadians
have rallied around a powerful symbol: the Acadian flag.
Several types of flags were
proposed, but it was ultimately the
flag of France (tricolour) that was
chosen as a base for the Acadian flag,
thus emphasizing the membership of
the Acadians to the French nation. A
gold star placed in the blue part of the
flag serves to distinguish it from its
French counterpart. This star, Stella
Maris, which is said to guide sailors
through storms and reefs, bears the
papal colours to demonstrate the
association of the Acadian people to
the Catholic Church and to emphasize
its role in Acadian history.
de la Nouvelle-Écosse
A Link to
Acadian History
The landscape of Grand-Pré:
a UNESCO World Heritage Site.
Old town Lunenburg: first populated
by the Mi’kmaq and then by Acadian
pioneers.
Grand-Pré National Historic Site
of Canada
Commemoration of the Acadian
settlement of the region and their
Expulsion.
Fortress of Louisbourg National
Historic Site of Canada
18 th centur y French for tress;
reconstruction.
Bloody Creek National Historic Site
of Canada (Bridgetown)
The site of two battles between the
French and the English, first in 1711,
then again in 1757.
Melanson Settlement National
Historic Site of Canada (Lower
Granville)
Acadian farming community prior to
the Expulsion (1664-1755).
Fort Anne National Historic Site
of Canada (Annapolis Royal)
Fortifications built between 1695
and 1708.
Fort Sainte-Marie-de-Grace National
Historic Site of Canada
(LaHave) First permanent French
settlement in Acadia.
D’Anville’s Encampment National
Historic Site of Canada (Halifax)
Encampment of a failed French
expedition to recover Acadia in 1746.
Beaubassin National Historic Site
of Canada
Important Acadian settlement; the
central point of the geopolitical
struggle between the French and
British empires in the 17th and
18th centuries in North America.
Port-Royal National Historic Site
of Canada
French settlement dating from
1605; reconstructed buildings.
Rediscovering Their Roots
M
any people, be they residents of Acadia or members of the
Acadian diaspora, undertake genealogical research. The
need to establish a link with the past, to find the names of
one’s ancestors and know their origins, is very strong.
This can be done in a number of ways: digging through archives,
belonging to a family association, searching the Web (but be careful,
some amateur sites may contain errors).
The Centre Acadian at Université Sainte-Anne (Church Point):
The Centre contains the largest collection of Acadian archives in the
province and offers various genealogical resources, including original
documents from the 1600’s and 1700’s. It is a collection of primary and
secondary sources pertaining to both the past and the present of the
Acadian people, including approximately 10,000 volumes and numerous
manuscripts, as well as recordings of music and interviews about how
people lived. Also available are collections of photographs relating to
Acadia, as well as an almost complete collection of French language
newspapers in the Maritime
provinces.
www.centreacadien.usainteanne.ca
The Acadian Museum and Research Centre (West Pubnico): Here
you will find the archives of Father Clarence d’Entremont, a historian
who wrote extensively on the region. Visitors can also view valuable
documents, including over 5,000 books and historical periodicals,
genealogical accounts, land grants, land titles, microfilm, maps,
photographs and parish registers.
www.museeacadien.ca
The Centre Trois Pignons, Société Saint-Pierre (Chéticamp): The
Centre Trois Pignons in Chéticamp contains the archives of Father
Charles Aucoin, a historian who amassed a collection of more than
100,000 genealogical records on Acadian families in his region.
www.lestroispignons.com
34
Découvrir
Discover
Nova Scotia’s
de la Nouvelle-Écosse
Official
Acadianofficiel
Festival
Guide 2014
Guide
touristique
acadien
te!
Please mnooration
Comme l Dates
tiva
and Fes
Nova Scotia Historical Vital
Statistics archives
Commemoration Days
July 28th
The official Day of Commemoration of the
Royal Proclamation of the Deportation.
Since 2005, on the 250th anniversary of the Deportation
of the Acadians, the day has been declared the official day
of commemoration.
August 15th
National Acadian Day.
August 15th, Assumption Day, was selected as the national
day for the Acadian People to help distinguish their own
identity from other French Canadian people.
September 5th
Archives at the Centre acadien, Université Sainte-Anne.
(Photo : Archives)
A day that commemorates the Deportation of Acadians
in Grand-Pré.
T
Acadian Festivals
This Website provides a searchable database of almost one million
names. Each name is connected to a birth, death or marriage certificate
that is digitized and accessible on line. The earliest records date back to
the mid 1700’s and more recent ones relate to the 1960’s.
South Shore Acadian Day
- August 15th
Wedgeport Acadian Festival
- July 27th to August 3rd
Wedgeport Tuna Tournament
- August 17th to 23rd
Amirault’s Hill
Festival de la barge
- July 5th and 19th
Festival de la parole
de la Baie Sainte-Marie
- October 1st to 5th
Pomquet Community Picnic - August 15th
Festival de l’Escaouette
- July 13th to August 15th
Ardoise Acadian Festival - July 24th to 27th
Chez-nous à Pombcoup Festival
- August 11th to 15th
Petit de Grat Acadian Festival
- August 6th to 10th
Clare Acadian Festival - July 26th to August 3rd
and August 15th
Please note that the festival dates
may be subject to change. More
festivals may be held in various
Acadian regions.
Building a haystack (barge) at the
Festival in Amirault’s Hill.
he Historical Vital Statistics Website, which is maintained by Nova
Scotia Archives, offers almost a million possibilities helping people
find their Nova Scotian roots. The site is available in French.
This is the only Website of its kind in Canada where people can consult,
free of charge, archival genealogy information.
To research the Civil Registry Website, go to: www.novascotiagenealogy.
com. Digital copies or hard copies of documents can be ordered on line and
paid with credit cards or through secured transactions.
The Historical Vital Statistics Website encompasses files transferred
from current vital statistics including births (dating back 100 years), deaths
(dating back 50 years) and marriages (dating back 75 years).
The Acadian Licence Plate
T
he Acadians, Francophones and Francophiles of Nova Scotia can now
display their affinity for all things Acadian. A French licence plate bearing
the image of the Acadian flag was made available in January of 2012.
Guide
officiel Guide
acadien
2014
Officialtouristique
Acadian Festival
2014
The Port-Royal Habitation
I
t can be difficult to describe and
accurately depict historic sites
for the simple reason that they
must be seen in person for their
significance to truly be grasped.
If you are interested in history and
enjoy beautiful scenery, visit these
two majestic sites in Nova Scotia:
Port-Royal, the first real permanent
settlement in North America, and
Grand-Pré, the site of the global
commemoration of the Expulsion of
the Acadians.
Port-Royal is located west of Annapolis Royal and Granville Ferry
on Highway 101. Following the reconstruction of historical 17th century
buildings, costumed heritage interpreters will take you back to the time of
the French colonization when Sieur de Poutrincourt and Samuel de Champlain
headed the first Habitation.
Historical Heritage
To acknowledge the invaluable assistance of the Mi’kmaq, particularly
Chief Membertou who helped ensure the welfare of Sieur de Mons during
his absence, a monument was erected in his honour on the site. In addition
to living the experience of the Acadian ancestors, visitors can take part
in a number of interesting activities. Heritage interpreters will explain the
construction techniques of the 17th century; they will share the secrets of
the Mi’kmaq on the use of medicinal plants and you will visit the shop of
renowned apothecary Louis Hébert; you will learn to spot the quality of
various furs and other objects obtained through trade, and more.
The Order of Good Cheer
A
t the Port-Royal Habitation, we have large wooden tables, pewter
flatware and recreations of the plentiful meals typical of the era of
the Order of Good Cheer.
In 1606, Samuel de Champlain founded a social club called the Order of
Good Cheer to ensure that the men of Port-Royal had a proper diet as well
as activities and entertainment to help pass the long winter nights. Several
of his companions had fallen victim to scurvy or died of cold. These were
two of the most difficult challenges faced by the men at the time. The club
was created in the hope of changing the men’s winter habits.
The men could procure a wide variety of meats, including wildfowl
(mallard, goose, partridge and other birds), moose, deer, beaver, otter,
bear, rabbit and raccoon.
The following dishes give us an idea of the menu at the Order of Good
Cheer: pumpkin soup, stewed eel, sturgeon, roasted spinach, Jerusalem
artichoke (Canadian artichokes), apple and pear pie and marzipan (small
round cookies made with almonds, sugar and egg whites).
Did you know that you too can
become a member of the Order of
Good Cheer? The province of Nova
Scotia invites tourists having spent
at least 3 days in Nova Scotia to
become honorary members. There
are no initiation fees, no dues to pay
and members never meet formally.
35
Discover
Discover
Découvrir
Nova Scotia’s
Nova Scotia’s
Saint Croix Island,
de laadventure
Nouvelle-Écosse
the beginning of an
S
aint Croix Island, located along the
United States - Canada border near
Maine, was one of the first European
settlements in North America.
In March of 1604, five ships carrying
a total of 120 men set sail from Havre-deGrâce (now Le Havre), France, to colonize
the New World. The French expedition was
led by Sieur de Mons.
Other prominent members of the
expedition included the explorer and
cartographer Samuel de Champlain, Jean
de Biencourt, Sieur de Poutrincourt, and
François Gravé, Sieur de Pont (also known
as Pont-Gravé).
The expedition arrived at Sable Island on May 1st. From there, three
ships headed for the St. Lawrence River to trade. Sieur de Pont-Gravé set
sail for Canso, and de Mons, Champlain and Poutrincourt set off to explore
the southern coast of Nova Scotia and the Bay of Fundy. The Annapolis
Basin caught the eye of Champlain, who saw it as a possible location for
a settlement. Poutrincourt’s affinity for the protected harbour was such
that he asked de Mons for permission to establish a colony there.
While de Mons searched for a suitable area for a settlement, Champlain
carried out the meticulous documentation of the inlets and harbours located
along the rugged coastline. Many places along the coasts of Maine, New
Brunswick and Nova Scotia still bear the names given them by Champlain.
At the end of June, having explored the mouth of the Saint John River,
the group led by Pierre Dugua sailed to Passamaquoddy Bay and back
up the river. There, the men found an island located inland, near the
confluence of what appeared to be three rivers, giving it the shape of a
cross. De Mons christened it Saint Croix Island.
They immediately began clearing the island and the adjacent mainland
coast in order to build houses, a kitchen, a warehouse, a blacksmith shop
and a chapel. As the construction progressed, Dugua requested that
Champlain continue exploring further south. During this voyage, Champlain
explored as far as Mount Desert Island, which he named. Champlain joined
the other members of the crew in late September.
On October 6th, the settlers witnessed the first signs of winter: snow.
Shortly thereafter, the river swelled and became covered with blocks
of ice; the settlers on the island were soon cut off from the mainland.
Drinking water and firewood became scarce. The settlers were forced to
drink Spanish wine and melted snow. With few fresh fruits and vegetables,
the men began to succumb to scurvy (caused by a lack of vitamin C in
their diet). Before winter’s end, 35 men, over half of the original crew of
79 had died of the disease.
When the vessel of Sieur de Pont-Gravé arrived on June 15th, 1605,
Dugua had already made the decision to establish the colony in a more
suitable location. And so Dugua and Champlain continued to explore the
southern coast, getting as far as Cape Cod before returning to Saint Croix
Island, having failed to find a better location. It was then that Pierre Dugua
decided to settle on the other side of the Baie Française (Bay of Fundy).
In early August, the settlement on Saint Croix Island was dismantled
and a colony established in the Annapolis Basin, in Nova Scotia. Port-Royal,
so named by Champlain, became the colony’s new location. Members of
the Port-Royal colony continued to visit the island in the following years,
but no settlement was ever established there again.
36
Official
Acadianofficiel
Festival
Guide 2014
Guide
touristique
acadien
Découvrir
Discover
Nova Scotia’s
de la Nouvelle-Écosse
South Shore
1
Lunenbur g was originally
populated by German, English,
French and Swiss Protestants.
Catholic Nor th American Indians
and Acadians would not be welcome
across the entire province. During the
deportation years, 2,000 Acadians
were held prisoner and were forced
to work for the British authorities.
A group of the prisoners was forced
to work at establishing the town of
Lunenburg.
In the South Shore region, in
an area called Blockhouse, we
find the Association du Centre
communautaire de la Rive-Sud (www.
accrs.ca) (South Shore community
centre association) and Centre
scolaire de la Rive-Sud (http://
rive-sud.ednet.ns.ca) (South Shore
school centre).
T
he city of Bridgewater was
the first area to be indentified
and classified by Samuel de
Champlain in 1604. Originally called
Cap de la Hève, Bridgewater claims
the title of the first capital of New
France, from 1632 to 1636.
It is May 8th, 1608 and the ship,
Don de Dieu, drops anchor for the
first time in the new world. On board
the ship were Pierre Dugua de Mons
along with Jean de Poutrincourt and
Samuel de Champlain. In 1632,
Isaac de Razilly, French General and
Viceroy, landed at Fort Point and
carried out the command of his king
which was to colonize the continent.
2
Norbert LeBlanc
W
e suggest paying a visit
to Par-en-Bas (Argyle).
Your first stop should
undoubtedly be West Pubnico
where you will find the Musée des
Acadiens des Pubnicos. The museum
was created in 1977 and opened
its doors thanks to the donations
and support of the community as
well as with the help of federal
and provincial funding. Museum
ar tifacts came from a variety
of sources and visitors will find
documents pertaining to genealogy
and history.
The Musée des Pubnicos
(Pubnicos Museum) is open to
the general public from mid-May to
mid-October. Hours of operation are
from 9 am to 5 pm every day except
Sunday. On Sunday the museum is
open from 12:30 pm to 4:30 pm.
The village of Lunenburg is a
UNESCO World Heritage Site and is
home to the Fisheries Museum of the
Atlantic (http://fisheriesmuseum.
novascotia.ca). The village of
Peggy’s Cove, one of Nova Scotia’s
finest natural tourist attractions
is renowned for its incredible
beauty. The town of Lunenburg
was first known as Merliguesche
(Mirlilguesche, Merliguesh) to the
Mi’kmaq and the Acadians.
3
Baie
Sainte-Marie
Argyle
On the same day, you may want
to stop at the Village historique des
Acadiens (Acadian Historical Village).
The Village is located on a 17-acre
site in Lower West Pubnico. Once
there, you can visit the beautiful
Gerald Theriault
I
t is said that sunsets in
St. Mary’s Bay are among the
most breathtaking you will find.
They are much like the people
themselves, warm, welcoming
and gentle.
When asked what they like about
our area, tourists inevitably say
the warm welcome in restaurants,
hotels, stores and tourist areas.
When asked the same question,
those tourists who stayed a few days
longer say they met very interesting
people, rich in traditions and proud
of their area and way of life.
When visiting the various wharfs
that characterize the St. Mary’s Bay
area, you will find a great number of
fishermen quietly tending to their
boats. They will methodically explain
and demonstrate the complexity of
their daily fishing activities.
Local people in this corner of the
country are often full of surprises. Be
it through their talent as musicians,
enter taining in restaurants or
elsewhere, or as actors performing
on stage at the Marc-Lescarbot
Theatre, they know how to impress
locals and tourists alike.
harbour in West Pubnico. During your
visit, you will find vintage Acadian
structures including an old home, a
blacksmith shop, a wharf, theater,
barge, welcome center, pathways
and much more. The Village offers
the services of tour guides who will
answer all your questions regarding
life in West Pubnico in the early
1900’s. Roger d’Entremont is
particularly pleased with his team
whose members are all descendants
of early Acadians in the area and are
available to demonstrate the ways of
life of days gone by.
The Acadian Historical Village
season starts June 2nd and ends on
September 26th. Hours of operation
are from 9 am to 5 pm every day.
Admission is $6 for adults, $2 for
students, and $14 for a family pass.
Other tourist attractions also
include the Argyle Township Court
House and Archives, the Wedgeport
Sport Tuna Fishing Museum and
Interpretive Centre. The Court House
and Archives are open from May to
October. Hours of operation for May,
June, September and October are
from Monday to Friday, 8:30 am to
4:30 pm and July and August hours
of operation are from 9 am to 5 pm.
The Wedgeport Sport Tuna Fishing
Museum and Interpretive Centre
hours of operation for the summer
months are from 9 am to 6 pm.
Argyle Township Court House and
Archives are located in Tusket, at the
centre of the town where you will find
the oldest standing courthouse in
Canada which has become a National
Historic Site. The building is also
home to archives through which you
will be able to perform genealogical
research about Acadian families in
that area of Nova Scotia.
As for the Acadian personality
trait… They were renowned for
helping one another in the olden
days, during difficult times. They
still do.
Fur ther more, some of the
Acadian words and expressions
originated in France. Regardless of
their origins, visitors seek to discover
their Acadian roots. Our language,
accent and dialect fascinate visitors
and stimulate their interest.
Continued on page 37
37
Official
Acadian Festival
2014
Guide touristique
officiel Guide
acadien
2014
Continued from page 36
Come discover our Acadian
culture at the Interpretive Centre
located at the Rendez-vous de la
Baie Visitor Centre in Church Point.
Members of the Guilde acadienne
de Clare, as other Acadian groups
in Nova Scotia, create magnificent
quilts which are exhibited on church
pews during the Acadian Festival, to
the delight of visitors.
Halifax
Annapolis
Valley
4
I
n a beautiful setting, overlooking
the marshes and meadows that
adorn a tidal river valley, the
estate that is home to the Annapolis
Royal’s Historic Gardens is simply
magnificent. Ten acres showcasing
gardens and dried marshlands
are offered for viewing in unique
surroundings.
As one of the most beautiful
Canadian gardens, the Annapolis
Royal’s Historic Gardens are home
to beautiful landscapes, each one
more fascinating than the last,
as well as theme collections and
exhibitions that showcase by means
of interpretive exhibits, the various
periods of history. The Victorian Era
Garden, the Collection of roses, the
5
Plan a visit to the Maritime
Museum of the Atlantic, the oldest
museum in Canada, and find out more
about Nova Scotia and the country’s
maritime past.
Truro
6
Also visit the Ar t Galler y of
Nova Scotia, home to more than
11,000 permanent works by Nova
Scotian, Canadian and foreign
artists.
www.ccgh.ca
H
alifax is a vibrant, lively
and diversified port city.
There are museums, ar t
galleries, various retail businesses,
restaurants and streets where one
can pleasantly wander. Visitors will
enjoy going from place to place and
taking part in the various summer
activities. From the waterfront,
one can spend time admiring the
spectacle of ships entering and
leaving the harbour.
For the Acadian people, Halifax
once represented a place of
sorrow. Indeed, on July 28th, 1755,
Halifax was the location where the
deportation of the Acadians was
declared. A monument in memory
of deported Acadians is located on
the waterfront in Halifax. Opposite
the harbour is Georges Island, on
which hundreds of Acadians were
held prisoner.
You could also make your way to
the Halifax Citadel National Historic
Site of Canada, a star-shaped
fortification that gives evidence of
Halifax’s role as a principal naval
station in the British Empire and is
a testament of the city’s importance
to Canada’s evolution from colony
to nation.
T
he Acadian House
Museum, located in West
Chezzetcook, near Halifax,
contains a number of documents,
photographs and other artifacts
that refer to the presence of the
first inhabitants. It is also home
to one of artist Louis Hébert’s
sculptures.
Chezzetcook, which comes
from the Mi’kmaq language,
means running water divided into
several channels. Around 1740,
missionary Father Jean-Louis Le
Loutre moved into the area with
the first Europeans and had a
chapel built in the Grand-Désert
community.
At the time, there were
approximately seven or eight
Acadian families living in
Chezzetcook and Grand-Désert.
The families left in 1752 but
returned after the Deportation,
around 1760. Grand-Désert and
Chezzetcook are among the oldest
Acadian villages in Nova Scotia.
Découvrir
Discover
Nova Scotia’s
de la Nouvelle-Écosse
and the Innovation Garden, are some
of the beautiful designs waiting to
be admired on a stroll through this
magnificent estate.
From the old-fashioned Acadian
gardening methods at the time of
colonialism to today’s innovative
techniques, gardening enthusiasts
will discover the history of horticulture
throughout the centuries.
Gardens are open to the public
from May to October.
www.historicgardens.com
to furthering the French language.
École acadienne de Truro is also
found at the same location as the
community centre and is the only
school from the Conseil scolaire
acadien provincial (Acadian and
Francophone School Board) in that
area.
Located at the heart of the city,
Victoria Park is one of the most
beautiful natural parks in Eastern
Canada. Covering over 1,000 acres,
the park is dotted with trees of
great magnificence, including old
hemlock that soar over a steep
ravine, overlooking a stream and two
waterfalls. Whether your interests lie
in hockey, golf or hiking, Truro has
something for you!
T
ruro is home to various musical
and cultural organizations,
and local residents enjoy a
diversified and vibrant cultural
life. As part of this cultural scene,
one finds choirs, theatre groups,
music festivals and orchestras
that perform around town as well
as dance lessons available to local
residents.
The Centre communautaire
francophone de Truro (CCFT) (Truro
Francophone Community Centre)
was founded by a group of local
citizens. Their main objective was to
offer social, cultural and educational
activities in French in a location
where Francophones could come
together and meet. CCFT’s mission
is to create a vibrant and welcoming
community organization, to make
the location a gathering place
where the population can enjoy the
French and Acadian culture and to
generate an environment conducive
The first settlers in that part of
Nova Scotia who were the ancestors
of the Mi’kmaq people called Truro
Cobequid, which means “an area
where water is very turbulent.” At
the end of the 17th Century, the first
settlers of European descent to move
into the area were Acadiens.
In 1689, Mathieu Martin, a child
born of French parents in Acadia,
founded a seigneury along the banks
of the Wecobequitk River.
http://centretruro.org
38
Guide touristique officiel acadien 2014
Découvrir
Discover
Discover
NovaScotia’s
Scotia’s
Nova
de la Nouvelle-Écosse
Pomquet
Chéticamp
8
7
Make sure you attend the popular
shows Soleil II and Gélas II Les Noces
presented at Place des arts PèreAnselme-Chiasson. This is a unique
oppor tunity to discover Acadian
music and culture.
C
T
he area of Pomquet which is
adjacent to St. Georges Bay
embankment, was founded in
1774 by five families (Doiron, Duon,
Broussard, Vincent and Lamarre) all
natives from Saint-Malo in France.
Here you will find sandy beaches
with great sand dunes. The Pomquet
provincial park beach area stretches
nearly two kilometers and a half and
includes 13 sand dunes covering
a length of 4 kilometers in the
background. The park offers basic
swimming and picnicking services.
The beach is also an important
maritime nesting site for the piping
plover, a small shorebird that is
among the endangered species.
The Pomquet museum located
at 1154, Pomquet Monks Head
Road, houses many artifacts donated
by the community as well as historical
photographs and genealogical
archives. There is also a gift shop
on site.
The area includes two Bed
and Breakfasts and one chalet
accommodation establishment.
Each Friday in July and August,
Chez Deslauriers offers Acadian
lunches between 11 am and 2 pm.
Fricot (soup) and pâté are traditional
dishes. The Pomquet Acadian Trails
offer a 5 km hike that allows you
to discover the coast and the land
adjacent to Monks Head Provincial
Park Reserve.
Come and visit our coasts, enjoy
the warm hospitality and generosity
of our residents, indulge in traditional
Acadian feasts, spend the night in a
Bed and Breakfast or chalet or even
enjoy a kayak ride. Looking for a quiet,
friendly, authentic experience? Come
visit Pomquet!
www.societesaintecroix.ca
Festival de L’Escaouette celebrations
from July 13th to August 15th. This
event provides local Acadians with
an opportunity to showcase their
culture, traditions and identity for
everyone to enjoy.
héticamp is an Acadian village
with a population of 3,500,
located on the northwest
side of Cape Breton Island. Facing
the Gulf of Saint Lawrence, with
the mountains in the background,
this part of the country is one of
the most picturesque sites in the
Maritime Provinces.
During the summer months, this
beautiful area offers everything you
may want. Nature’s beauty, a rich and
diverse culture, traditional cuisine.
The area abounds with activities that
are sure to meet everyone’s taste.
Throughout the summer, you may
take part in activities that promote
culture, heritage and the matchless
hospitality of Acadians. Join the 2014
Isle Madame
9
W
hat makes us enjoy living
here? What makes your
visit memorable and what
persuades you to come back to
this beautiful corner of Acadia in
the summer?
Most certainly, local people’s
genuine interest and welcoming
demeanour will make you feel at
home.
Set aside some time to visit Les
Trois Pignons cultural centre which
showcases an amazing collection
of hooked rugs and antiquities as
well genealogical resources. There,
you will find tourist information,
reser vation ser vices, brochures,
maps and guides.
Do not miss a visit to Centre de
la Mi-Carême de Grand-Étang, at the
Saint-Pierre Church and Le Portage
golf course and don’t forget to visit
the boutiques and enjoy the local
restaurants.
Chéticamp area offers outdoor
enthusiasts of all ages a tempting
array of possibilities: hiking, whalewatching excursions, picnics, fresh
and salt water swimming, golf,
kayaking and much more.
You will witness the serenity,
calm, leisurely pace and peace
and tranquility found here. You will
experience these feelings just like
those who live here all year long.
Be it the magnificent sunsets,
the lakes’ glassy appearance, the
sea which borders everything and
stretches as far as the eye can see
or the waves crashing on the sandy
beaches in a hidden corner of the
island, this part of the world will
become your own private oasis over
a long, sunny, peaceful afternoon.
Isle Madame is also quiet roads
and people who go about their daily
businesses, slowly, peacefully,
serenely. Less travelled roads that
lead to surprising discoveries. Boat
rides in well sheltered harbours or
line fishing tours.
Walking along main streets that
hug the sea and harbours; wharfs
where ships of various colours
and shapes are anchored; ships
displaying Acadian flags or the church
steeple which is reflected in the
calm waters right near fishing and
pleasure boats.
Enjoy Eastern Canada’s capital
of hiking in its glory while visiting
Cape Breton Highlands National
Park. Adventure is waiting for you
where the mountains and the sea
meet. Discover fabulous hiking
trails and admire some of the most
outstanding coastal landscapes and
scenery in the world.
Make sure you take part in the
sunset walk. Let a true masterwork
of nature enthrall you with its beauty.
Please visit the welcome centre for a
complete list of available activities.
Cabot Trail which winds through
the national park is one of the
most beautiful, scenic highways in
North America. It climbs mountains,
plunges towards the sea, while
bordering rugged coastlines. Cabot
Trail is considered one of the ten
best cycling destinations in the world.
A world of discovery, pleasure
and countless activities awaits in
Chéticamp. We invite you to come
and appreciate the warmth of
Chéticamp’s welcome, where you will
be greeted with open arms.
The 2014 Chéticamp Visitor’s
Guide will help you make the most
of your visit.
Chatting with local fishermen.
Learning how they live from the
sea and how they ply their trade.
Fishing at the end of the wharf,
among anchored boats. Visiting fish
processing plants or an enormous
lobster pond or perhaps a crab
processing plant. Also not to be
missed is tasting the local seafood
gastronomy which could also mean
cooking mussels over a camp fire
by the sea.
There are annual Acadian
festivals and tasting all the mouthwatering meals prepared for those
celebrations. Local fare adds a
distinctive taste at mealtimes.
L’Ardoise and Petit de Grat festivals
have been a long-standing tradition
and are still popular.
Affordable, close to nature’s
wonders. Enjoy your stay!
www.lapicasse.ca
39
Guide touristique officiel acadien 2014
Sydney
10
L
ocated on the nor theast
coast of Cape Breton
Island, Sydney is a town of
26,000 inhabitants, surrounded
by historical sites, beaches and
wondrous natural beauties. The
town is also the heart of the second
largest metropolis in Nova Scotia.
Cape Breton regional municipality
was created in 1995 from the merger
of Sydney and the surrounding towns
of Dominion, Glace Bay, Sydney
Mines, Louisbourg, New Waterford
and North Sydney. Cape Breton
regional municipality is home to
100,000 inhabitants, including
1,200 who speak French.
and the general population for
hosting social, sports, cultural and
educational activities.
Sydney boasts several historic
buildings and monuments including
some dating back to the eighteenth
century. Sydney’s port is a popular
destination for cruise ships travelling
the east coast of North America.
The Fortress of Louisbourg was
rebuilt in 1961 and offered coal
miners who were then without work a
livelihood, but the fort was also built
to offer a view into an 18th century
walled city. Rampar ts, streets,
inhabited houses and various
costumed interpreters take you back
to that time in history.
The
Centre
scolaire
communautaire Étoile de l’Acadie
(Acadian School and Community
Centre) is at the heart of Francophone
life in Sydney. It comprises a school,
youth centre, boutique, community
council offices and several rooms that
are made available to organizations
The Greater Sydney area has
several nationally renowned historical
sites including the Glace Bay Marconi
National Historic Site, the Fortress
of Louisbourg in Louisbourg, the
Alexander Graham Bell National
Historic Site in Baddeck and the
Glace Bay Mining Museum.
Découvrir
Discover
Nova
Scotia’s
Nova Scotia’s
de la Nouvelle-Écosse
1745 but France recaptured the
city three years later. Peace was
short lived however as the British
captured the city for a second time in
1758. Louisbourg fortifications were
destroyed in 1760 and the British left
the fortress eight years later.
www.fortressoflouisbourg.ca
www.etoiledelacadie.com
At the beginning of the
18th century, Louisbourg peacefully
existed for three decades as a
seaport for the French colony. New
England took control of the city in
Studying in French in Nova Scotia
C
ollège Sainte-Anne,
located in Church Point,
Baie Sainte-Marie, was
inaugurated in August 1890. The
institution which was founded by
Father Gustave Blanche, offered
classical courses to young boys
who were, for the most part,
planning to enter the priesthood.
Eudist Fathers taught the courses.
As well as financial difficulties in
the 1890s, the institution met
with tragic times when it burned
down in 1899.
In May 1977, Collège SainteAnne changed its name and
became Université Sainte-Anne.
In 2003, the institution merged
with Collège de l’Acadie but kept
the same name, Université SainteAnne.
Church Point campus enjoys
an ideal location, only steps from
the sea. Nearly 500 students
from all corners of Canada, the
United States, Europe and Africa
come here to study at the only
French University in Nova Scotia.
Université Sainte-Anne of fers
T
university-level and college-level
courses in various disciplines.
Several facilities are provided to
students and the entire community,
such as a swimming pool, a
gymnasium, a skating rink, student
residences, a cafeteria, a theater,
a library and an Acadian history
research centre. A great place to
pursue one’s studies!
he creation of the Conseil
scolaire acadien provincial
de la Nouvelle-Écosse (CSAP)
(Acadian and Francophone School
Board) in 1966, represented
the culmination of several years
of struggling for Acadians and
Francophones in search of their
own education system at the
provincial level.
The main campus of Université
Sainte-Anne is located in
Church Point where one finds
the administrative offices, and
four other campuses are found
elsewhere in the province, Tusket,
Halifax, Petit de Grat and Saint
Joseph du Moine.
There will soon be a total of
22 schools located throughout
the province. There are currently
4,718 students enrolled in CSAP
schools and the number is growing
every year.
The Board employs more than
600 employees throughout the
province, including approximately
335 teachers. Administrative staff
members are divided among three
regional offices and the Board’s
head office.
The Conseil scolaire acadien
provincial mission is to offer a high
quality primary language French
education to persons of Acadian
descent and to Francophone
persons, including the teaching
of English as a primary language,
while also taking into account
Acadian culture and identity in
Nova Scotia.
Over the past few years, CSAP has
undertaken several new initiatives
and programs. Among others, the
Grandir en français program (a
francization program for 4-yearold children), the Community and
School Development Agents in
high schools, the development
and implementation of French
language study programs and the
development of distance learning
courses.
40
Guide touristique officiel acadien 2014
Découvrir
de la Nouvelle-Écosse
CHÉTICAMP
SYDNEY
ISLE-MADAME
TRURO
VALLÉE
DE L’ANNAPOLIS
BAIE
SAINTE-MARIE
(CLARE)
POMQUET
HALIFAX
RIVE-SUD
PAR-EN-BAS
(ARGYLE)
Photo : Daniel Aucoin

Documents pareils

auteur - Musée des Acadiens des Pubnicos

auteur - Musée des Acadiens des Pubnicos Atlantic Provinces Economic Council Atlantic Canada today Atlantic Provinces Library Association Atlantic Provinces checklist - Volume 1 : A guide to current Atlantic Provinces checklist - Volume 2...

Plus en détail

Les Archives Père Clarence d`Entremont

Les Archives Père Clarence d`Entremont Acadie pour quasiment rien, L' : Guide historique, Acadie Rock Acadie Rock Acadie sans frontières, L' Acadie vivante, L' : Histoire du peuple acadien de ses Acadie, Belle-Isle-en-Mer Acadie, L' : H...

Plus en détail