histoire, culture et… café

Commentaires

Transcription

histoire, culture et… café
HISTOIRE, CULTURE ET… CAFÉ
De piazza Castello à piazza Vittorio Veneto : au travers d’arcades,
de passages couverts et de ruelles historiques, vous découvrirez
les architectures depuis l’époque romaine jusqu’au XIXe siècle
sans oublier de vous arrêter pour une pause café dans l’un des
nombreux établissements historiques.
Durée: 2 heures en marchant d’un bon pas, 3 heures en vous promenant et en prenant
le temps de vous arrêter dans un café.
Quand: à toute heure et en toute saison.
Conseillé: indiqué à tout le monde et à ceux qui aiment les atmosphères de style baroque
et néoclassique ainsi que le charme des cafés littéraires
« Vous n’êtes jamais allé à Torino ? Il y a des palais ma-gni-fiques ! ».
PIAZZA CASTELLO
Vous vous trouvez dans le coeur historique de Torino qui doit son nom à la résidence centrale de Palazzo
Madama, autrefois Castello dei Principi d’Acaja (Château des Princes d’Acaja) et, à l’époque romaine, Porta
Pretoria. De nombreux monuments et panoramas sont à admirer. Cette place représente le centre historique,
politique et administratif de l’ancienne capitale du royaume de la famille de Savoie. La piazza Castello, dont
le projet d’Ascanio Vitozzi date de 1584, fut modifiée en 1612 et en 1773 par la surélévation d’un étage
des édifices. A remarquer en particulier l’extraordinaire uniformité des façades et les arcades qui entourent
presque entièrement la place quadrangulaire.
Palais Madama : d’un aspect imposant et situé au centre de la place, il résume l’histoire de la ville, de
l’époque romaine au Risorgimento lorsqu’il accueillait le sénat. Il doit sa façade scénographique et baroque
ainsi que son escalier monumental à Filippo Juvarra (1718-1721). Il est possible de visiter à son intérieur le
Museo Civico d’Arte Antica (Musée Municipal d’Art Ancien) qui expose les précieuses collections réparties en
« Lapidario Medievale » (Lapidaire Médiéval), « Gotico e Rinascimento » (Gothique et Renaissance), « Arti
del Barocco » (Arts du Baroque) et « Raccolte di Arte Decorativa » (Collections d’Arts Décoratifs) ainsi qu’une
série magnifique de chefs-d’oeuvre pour l’un des plus grands musées d’Europe. Le palais abrite le célèbre
Ritratto d’uomo (Portrait d’homme) d’Antonello da Messina et le manuscrit enluminé Très Belles Heures de
Notre Dame de Jean de Berry de Jan van Eyck.
Piazzetta Reale : délimitée par la grille du XIXe siècle du sculpteur Pelagio Palagi, avec les statues des Dioscures,
elle est entourée de l’ensemble grandiose de Palazzo Reale.
Palais Royal : il fut la résidence officielle des Savoie jusqu’à 1865. Autrefois Palazzo del Vescovo (Palais de
l’Evêque), il devint le Palazzo Ducale (Palais Ducal) sous Carlo Emanuele II qui transforma le « Palazzo novo
grande » selon les plans d’Ascanio Vitozzi (1584). Agrandi et restructuré suivant la volonté de la première
« Madame Royale », Maria Cristina di Francia, il est devenu un espace riche en oeuvres d’art grâce aux
interventions de Filippo Juvarra (Scala delle Forbici ou Escalier des Ciseaux, 1720), de Benedetto Alfieri et de
Claudio Francesco Beaumont.
Chapelle du Saint Suaire : elle est dédiée à la relique considérée comme étant le suaire dans lequel fut
enveloppé le corps de Jésus-Christ. Bien qu’on y accède par le Dôme, elle fut construite comme partie
intégrante de Palazzo Reale. Le chef-d’oeuvre baroque de Guarino Guarini termina le précédent projet
d’Amedeo di Castellamonte. L’Ostension du Linceul - qui n’est actuellement plus conservé à l’intérieur de la
Chapelle - est un événement exceptionnel. Une copie photographique est exposée dans la première chapelle
de gauche du Dôme.
Jardins Royaux : situés au sein des fortifications antiques (Bastion Verde et de San Maurizio), ils furent élaborés à la
fin du XVIIe siècle par l’architecte paysagiste André Le Nôtre, créateur des jardins de Versailles. Ils sont agrémentés
de statues, de parterres et de fontaines (Fontaine des Néréides et du Triton). Un lieu idéal pour s’offrir une pause
agréable dans la verdure suite à la visite des appartements de Palazzo Reale.
1
HISTOIRE, CULTURE ET… CAFÉ
Église San Lorenzo: elle est la première œuvre de Guarino Guarini (1666) à Torino. Emanuele Filiberto di Savoia la
fit construire afin de célébrer la victoire contre les français lors de la bataille de San Quintino (1557). Elle représente
l’un des plus grands chefs-d’oeuvre du baroque européen. Sa voûte à nervures croisées est remarquable et sa
façade, uniformisée suivant celle des palais de piazza Castello, date en revanche du XIXe siècle.
Bibliothèque Royale, Armurerie Royale et Manège Royal : la structure monumentale représente les
agrandissements du palais royal de la maison de Savoie. À l’intérieur sont conservés des collections de
dessins (parmi lesquels le célèbre « Autoportrait » à la sanguine de Léonard de Vinci), des livres imprimés,
des manuscrits, des parchemins ainsi que de nombreux exemplaires d’armes blanches et à feu. L’exposition
de nombreuses armures à pied et à cheval aménagée dans la Galerie du Beaumont est particulièrement
scénographique.
Archives d’Etat : ils furent expressément conçus pour cette fonction par Filippo Juvarra (1731-34) et
renferment un patrimoine documentaire parmi les plus importants de l’histoire européenne.
Théâtre Regio : il est le temple de la lyrique Turinoise. Suite au désastreux incendie qui détruisit, en 1936, la
totalité de cet édifice du XVIIIe siècle, à l’exclusion de sa façade, le Théâtre Regio fut reconstruit d’après les plans
de Carlo Mollino, Marcello et Aldo Zavellani Rossi, puis fut inauguré de nouveau en 1973. Le haut-relief en
bronze historié (Odyssée Musicale) qui ferme, par une porte coulissante, l’entrée du théâtre, a été réalisé par
le sculpteur Umberto Mastroianni (1994). Avant de quitter piazza Castello, vous pouvez vous arrêter au Caffè
Mulassano, présent sous les arcades depuis 1907. Ce café historique, plein de charme, fut le premier, en 1925,
à importer des Etats-Unis un grille-pain qui fit connaître aux turinois le croque-monsieur (appelé toast en Italie).
Galerie de l’Industrie Subalpine (également appelée Galerie Subalpine)
Élégant passage couvert en fer et en verre réalisé par Pietro Carrera (1873) présentant des ameublements
et des décorations typiques de l’architecture art nouveau du début du XXe siècle. Cette galerie reprend l’idée
des passages commerciaux parisiens et abrite quelques librairies de livres anciens ainsi que quelques-uns des
établissements les plus célèbres de Torino comme la confetteria Baratti & Milano, née en 1875, qui inspira à
Guido Gozzano (1907) une poésie délicieuse.
PIAZZA CARIGNANO
L’un des endroits les plus beaux et intimes de la ville. D’un côté se trouvent le Théâtre Carignano, reconstruit
suivant le projet de l’architecte Benedetto Alfieri (1783), le restaurant historique del Cambio et la gelateria
Pepino et, de l’autre, le Palazzo Carignano. Au centre se dresse la statue de Vincenzo Gioberti, protagoniste
du Risorgimento italien. Vous pouvez avancer encore quelques mètres dans la via Accademia delle Scienze
et visiter le palais du Collegio dei Nobili (Collège des Nobles) qui abrite le Museo Egizio (Musée Egyptien) et
l’Accademia delle Scienze (Académie des Sciences, décrite en détail dans la PROMENADE : une promenade
entre les musées, l’art et la mode).
PALAZZO CARIGNANO
La façade baroque imposante et mouvementée ainsi que la majestueuse entrée de plan elliptique furent
conçues par Guarino Guarini (1679). Le Palais abrita la Chambre des Députés du Royaume de Sardaigne
(Parlement Subalpin) et vit naître Carlo Alberto et son fils Vittorio Emanuele II, premier roi d’Italie. La visite de
l’intérieur, riche en fresques, gravures et stucs, mérite le détour. Siège du Museo Nazionale del Risorgimento
Italiano (Musée National du Risorgimento Italien), le Palais conserve des reliques et des témoignages de
personnages tels que Camillo Benso Conte di Cavour, Giuseppe Garibaldi, Silvio Pellico, Massimo D’Azeglio,
Cesare Balbo et Vincenzo Gioberti. En traversant la cour du palais, vous arriverez du côté de la façade du XIXe
siècle de style éclectique qui donne sur piazza Carlo Alberto.
2
HISTOIRE, CULTURE ET… CAFÉ
VIA PO
Elle vous donne l’occasion de vous promener agréablement parmi des magasins d’antiquités, des librairies et
des établissements historiques comme le Caffè Fiorio sous les larges arcades s’étendant de piazza Castello à
piazza Vittorio Veneto. Cette rue fut construite comme second agrandissement de la ville (1673) par Amedeo
di Castellamonte. Le Palazzo dell’Università (Palais de l’Université), l’église de San Francesco da Paola et le
Palazzo degli Stemmi (Palais des Armoiries)sont remarquables. À l’angle de via Accademia Albertina se trouve
l’institution des Beaux-Arts du même nom qui abrite également, depuis 1837, l’importante Pinacothèque
tandis qu’au bout de cette même rue, en direction de piazza Vittorio Veneto, siège dans un palais élégant le
Museo di Arti Decorative - Fondazione Accorsi (Musée des Arts Décoratifs - Fondation Accorsi) qui rassemble
la collection de décorations italiennes et étrangères de Pietro Accorsi, antiquaire et connaisseur en art.
MOLE ANTONELLIANA
Elle est le symbole de Torino qui, du haut de ses 167,5 mètres, se découpe sur la ville. Commencée en 1862
d’après le projet d’Alessandro Antonelli la destinant à devenir une synagogue turinoise, la Mole fut cédée à
la Mairie en raison d’un manque de fonds et ne fut complétée qu’en 1889, un an après la mort de son auteur
et parallèlement à l’achèvement de la Tour Eiffel de Paris. À l’intérieur peut être visité le Musée National
du Cinéma, unique en Italie et faisant partie des plus importants au monde : des collections consacrées
à l’archéologie du cinéma à l’histoire de la photographie et des affiches et équipements publicitaires au
matériel de scène, le musée offre un voyage exceptionnel et palpitant à travers l’histoire du « Septième
art ». La vue à 360 degrés sur la ville, possible grâce au rapide ascenseur panoramique situé à l’intérieur et
s’élevant jusqu’à une hauteur de 85 mètres, est à ne pas manquer.
PIAZZA VITTORIO VENETO
Elle est l’une des plus belles places au monde et fut conçue par l’architecte Giuseppe Frizzi (1825). Entourée
d’immeubles et d’arcades sur trois de ses côtés, elle donne sur le fleuve à travers les Murazzi e le pont
napoléonien auquel a été attribué le nom de Vittorio Emanuele I et qui mène à l’église de la Gran Madre di
Dio. La place, que les turinois appellent familièrement « Piazza Vittorio », est également très appréciée pour
ses nombreux établissements fréquentés à toute heure du jour.
CURIOSITÉS
• La toile de lin du Saint Suaire parvint à Torino en 1578. Les dernières Ostensions ont eu lieu en 1998 et
en 2000. La toile est conservée dans le Dôme, tandis qu’une copie photographique est exposée dans la
première chapelle de gauche du Dôme.
• À l’intérieur du restaurant del Cambio de piazza Carignano, il est encore possible de voir la table devant
laquelle avait l’habitude de s’asseoir le comte de Cavour. Autrefois, il faisait office de relais pour le
changement des chevaux.
• Au n°1 de via Po se trouve la bijouterie italienne la plus ancienne, Musy, ouverte en 1707.
• La Mole Antonelliana, lors de son inauguration en 1889, représentait la construction de maçonnerie la
plus haute d’Europe.
OFFICES DU TOURISME
TURISMO TORINO E PROVINCIA Offices du Tourisme
PORTA NUOVA
• Piazza Castello/Via Garibaldi
• Via Garibaldi 45a
• Piazza Carlo Felice
Contact centre (+39) 011.535181 - [email protected] - www.turismotorino.org
3
©“ Promenades à la decouverte de la ville ” est un projet du Servizio Centrale Comunicazione Strategica, Turismo e Promozione della Città di Torino en
partenariat avec Turismo Torino e Provincia.