L`Education Physique et Sportive au service des élèves en situation

Commentaires

Transcription

L`Education Physique et Sportive au service des élèves en situation
L’Education Physique et Sportive au
service des élèves en situation de
handicap moteur
• Ludovic BUANEC, professeur d’EPS au Lycée EREA
Toulouse Lautrec de Vaucresson. 11 ans
d’ancienneté dont 8 en établissements spécialisés
pour des élèves en situation de handicap moteur.
• Spécificité de l’établissement : 1/3 d’élèves dit
« valides » et 2/3 d’élèves en situation de handicap
moteur, soit 350 élèves
Ecole Primaire, Collège, Lycée Général et
Technologique
Centre de soins dans la même structure
• Quels sont les bénéfices pour nos élèves en situation
de handicap d’une pratique de l’EPS ?
La pratique de l’EPS, c’est :
- Permettent d’éprouver sa motricité dans des
pratiques compétitives, ludiques, artistiques et
d’entretien
- Réaliser des expériences motrices variées dans des
milieux différents comme le milieu aquatique ou
naturel
- se mesurer au temps, à l’espace, se montrer et se
confronter aux autres.
- acquérir de nouvelles capacités motrices et une
meilleure connaissance de soi, des environnements
et des autres.
- révéler un potentiel ignoré et favoriser une image de
soi positive.
L’aisance et l’efficacité qui
résulte de la pratique de l’EPS :
- peuvent être réinvesties dans la vie quotidienne
en rendant l’environnement plus accessible et en
favorisant une plus grande autonomie.
- aident à concilier une vie physique avec une
pathologie invalidante
Leur différence a souvent été pour eux un obstacle à leur
intégration et une source de mal être
La pratique de l’EPS doit donc répondre à
des besoins qui sont spécifiques à nos élèves
handicapés
Notre rôle d’enseignant est de
concevoir, mettre en place les
tâches, les situations, les
environnements qui permettent
à cette personne particulière de
mobiliser avantageusement sa
motricité. Il est aussi en
d’estomper les risques et les
désavantages sans que les
caractéristiques
éducatives
initiales ne soient dénaturées.
Typologie du handicap dans l’établissement
En 2010/2011
•
•
•
•
•
Accidents périnataux : 47,10%
traumatisme crânien et lésion cérébrale acquise : 4%
pathologie génétique, anomalie chromosomique : 38,60%
autres pathologies (Dyspraxies, agénésie…): 7,70%
pathologie inconnue, non identifiée : 2,60%
Par conséquent :
- Troubles de l’équilibre, de la coordination, de la motricité fine, du
schéma corporel. Raideur articulaire, fragilité osseuse,
hyperémotivité.
- Modes de déplacement variés: fauteuil manuel, fauteuil électrique,
chariot plat, déambulateur, cannes
- Troubles cognitifs : Visuospatiaux, du langage, de la mémorisation,
praxiques, de l’attention, des fonctions exécutives
- Troubles psychologiques : repli sur soi, difficulté à accepter son
handicap, rejet de son corps.
L’EPS a donc un rôle important :
1. Sur le plan physique par l’amélioration de leur
motricité
2. Sur le plan psychologique par la restructuration
de l’image du corps, le renforcement de l’estime
de soi
3. Sur le plan social, notamment par l’accès à
l’autonomie
1. Sur le plan physique par l’amélioration
de leur motricité
• Rappel des caractéristiques motrices des élèves :
- se déplaçant en Fauteuil Manuel, en Fauteuil
Electrique, parfois en chariot plat, en
déambulateur, mal marchant
- Troubles de l’équilibre,
de la motricité fine, de la
coordination,
lenteur
d’exécution, fatigabilité,
fragilité osseuse…
• L’EPS va chercher à développer leur habileté en
fauteuil
Extrait vidéo : Cycle Trial en fauteuil
• L’EPS va chercher à développer la motricité des
élèves : coordination, équilibre, motricité fine
Extrait vidéo : Parcours gymnique
• L’EPS va offrir aux élèves
des moyens de compensation
de leur handicap
Extrait vidéo : Tennis de
table
2. Sur le plan psychologique
• Caractéristiques des élèves :
Pathologies d’origine cérébrale : difficulté
d’intégration, de socialisation dû aux troubles
cognitifs parfois mal compris de l’entourage
Pathologies neuromusculaires dégénératives :
repli sur soi, mal être, déscolarisation fréquentes
pour opération
Pathologies d’origine médullaire : séquelles
d’accidents récents, deuil d’une partie de la
motricité
• L’EPS permet de reprendre goût à l’effort, de découvrir
de nouveau possible en terme de motricité. Le plaisir de
dépasser ses limites et de démontrer ses prouesses
techniques est une façon de rompre avec la déficience
motrice.
L’estime
de
soi
est
meilleure
et
l’épanouissement de la personne en situation de
handicap devient possible du fait de la reconnaissance de
l’autre.
• L’EPS
permet
une
meilleure connaissance de
soi, de ses capacités
corporelles. L’image de son
corps se restructure.
• L’EPS favorise l’entraide, l’esprit d’équipe, la
connaissances des autres, la solidarité
Extrait vidéo : Base Ball adapté
3. Sur le plan social notamment
l’accès à l’autonomie
• Constat :
Surprotection, dépendance importante de certains
de nos élèves, prises de décisions limitées, troubles
cognitifs important rendant souvent le monde
extérieur hostile
• Définition de l’autonomie : nous différencions ici
autonomie -capacité à faire des choix raisonnés- et
indépendance -capacité à effectuer seul les actes de
la vie quotidienne -. Un élève peut être très
dépendant sur le plan fonctionnel (tierce personne
au quotidien, en fauteuil électrique…) et pour autant
complètement autonome.
• L’EPS est avant tout un lieu d’échange et de partage avec
les autres.
• L’EPS permet l’ouverture vers l’extérieur par la réalisation
de projets de classe ou de projets sportifs par exemple.
• L’EPS
permet
le
développement
des
processus
cognitifs
nécessaires à l’accès à
l’autonomie:
- capacité à prendre des informations
- capacité à faire des choix en fonctions de sa motricité, de
ses ressources.
Conclusion
L’EPS pour les élèves en situation de handicap moteur est
enrichissante et sans risque pour leur santé.
Elle leur assure des bénéfices à la fois sur le plan moteur,
sur le plan psychologique et sur le plan social.
Elle doit s’adapter aux caractéristiques motrices
et
cognitives particulières des élèves
(L’accès à une
information médicale claire sur les ressources réelles de
l’élève et ses difficultés spécifiques est alors
indispensable)
Etre exigeants envers les élèves, doser la difficulté des
tâches, avoir une écoute particulière, centrer l’activité
sur le plaisir d’agir, leur donner la possibilité de faire des
choix sont essentiels au développement de nos élèves en
situation de handicap moteur.

Documents pareils