43 Il est ressuscité vraiment, mon amour et mon espérance La

Commentaires

Transcription

43 Il est ressuscité vraiment, mon amour et mon espérance La
VEDR UNA AUJOUR D0HUI –Feuille Informative – Nº 100 – AVRIL 2015
Il est ressuscité vraiment, mon amour et mon espérance
La grande nouvelle de l'Evangile est que Jésus est ressuscité d'entre les morts.
Les disciples ont fait l'expérience spirituelle de se rencontrer à nouveau avec Jésus. Il était le
même, ils l’ont reconnu. Cette expérience impensable est assurée avec difficultés dans l'intérieur
de chaque disciple et de la communauté. Mais à la
fin, tous ont été transformés par cette rencontre et
sont constitués des témoins joyeux et forts de ce
fait central de l'histoire.
Celui-ci est aujourd’hui aussi le fond de
l'expérience que nous cherchons: un Jésus
ressuscité qui surgit au centre de toute situation de
mort qui se ferme sur l'expérience personnelle ou
communautaire comme la pierre du tombeau.
L'avenir de Dieu, qui est notre avenir plus juste
et plus humain dans ce monde trouvera la forme de
rompre les tombes pour croître, s’échappant non
seulement des contrôles de la synagogue et de la
force militaire de l'empire, mais aussi de la
déception qui paralyse la vie comme un poison.
Nous ne sommes pas seulement responsables du travail, de l'engagement jusqu'à la mort.
Nous sommes aussi responsables de la joie . Mais cette joie seulement peut s’alimenter à partir de
la rencontre avec le Ressuscité qui encourage aujourd'hui la vie et la liberté dans toute situation
humaine. Il ne suffit pas d'être témoins du Ressuscité d’hier, mais de celui qui est vivant et vient à
notre rencontre aujourd'hui. Pour retrouver ce Jésus il faut aller à des situations où la personne est
vouée à l'échec, à l'injustice et à l’angoisse.
Nous pouvons demander au Seigneur ressuscité, sa joie incorruptible, surprenante, parfaite et
simple. Joie qui est un don pour être accueilli et donné; qui est humble et patiente et qui chemine
de la main de pauvres; qui est confiée et vraie; pourchassée et battue, mais immortelle depuis sa
Pâques.
Il est ressuscité vraiment, mon amour et mon espérance !!!
43
L’ÉQUIPE GÉNÉRALE INFORME
Nous avons commencé ce mois-ci avec les visites
programmées. Les SS. Maria Inés et Bonnie sont allées le 2 pour
le Tchad afin de visiter nos SS. Nisha et Teo et pouvoir célébrer
ce Triduum Pascal en leur compagnie. Elles les attendaient dans
la capitale N'Djamena, avec le désir de pouvoir partager ce qui
est leur vie dans cette mission, connaître la réalité dans laquelle
elles travaillent avec nos frères tchadiens. Elles ont célébré
Pâques à N'Djamena, Abéché et finalement à Iriba, où un petit
groupe de chrétiens vive intensément sa foi. C’est remarquable
pouvoir arriver au camp de réfugiés de Touloum en dialogue avec
eux, recevant des invitations de différents groupes. C’est une
expérience de vie que nos remercions pouvoir la partager dans
notre table de travail.
De 8 à 11 a eu lieu à Rome le Congrès international de
formatrices. De notre congrégation ils ont assisté les sœurs
Espérance Tseki et Nuria Juvanteny d’Afrique, Puy Uriarte et
Laura Araujo d’'Europe. Lola Arrieta a participé en tant que
conférencière en plus de diriger un atelier.
Le 14 la commission de Publications se réunit à la maison, dernière réunion pour S. Dolly, qui
retourne dans son pays et première pour S. Joséphine. Dolly appartenait à cette commission et se
chargeait des maquettassions de la revue Dialogue et Rencontre, des traductions en anglais et
coordonnait la page Web. Joséphine la remplace dans cette tâche.
Dans la de prière du soir la communauté remercié Dieu pour ce temps que Dolly a collaboré en
de divers services dans la maison générale. D’ici nous voulons la remercier de cœur pour sa
grande disponibilité et donation à la congrégation.
Du 15 au 18 Maria Inés et Maria Teresa ont visité à Vic le groupe de sœurs du cours de
Spiritualité qui accompagne S. Isabel Ardanza. Elles ont pu partager avec chaque sœur leurs désirs
et inquiétudes, les approcher de la vie de la congrégation et Maria Inés leur offrit approfondir dans
le thème "Entre la gratitude et l’espérance".
Le 20, Maria Inés a participé à l'événement culturel que le Collège de Caceres offrit aux
parents et professeurs dans la célébration des 125 ans de présence éducative dans la ville.
Du 21 au 23 Maria Inés et Mª Lluïsa ont visité la communauté de formation de la Province
d'Europe, comme visite Canonique à cette province. Comme il est habituel, nous dialoguons sur sa
vie dans la réunion de communauté et dans les visites à leurs présences de mission dans le
quartier. Nous nous réunissons avec des jeunes du groupe "Sígueme" qui est continuation de celui
du "Búsqueda". Nous avons découvert une communauté ouverte avec eux et avec toute personne
qui s’approche. Elles accompagnent des femmes dans la paroisse, des groupes d'alphabétisation et
de formation biblique. Une sœur collabore dans le centre éducatif de Villaverde et une autre dans
le quartier périphérique "La Cañada" qui a de nombreux problèmes sociaux. Elles sont également
présentes dans l'association du jardin potagère “El cruce” avec des activités pour les associés et
pour les mêmes enfants du quartier.
La communauté fait partie des équipes de formation et de PJV de la province. Une sœur
appartient au groupe d’Ain Karen.
La 29 Maria Inés, Maria Teresa et Bonnie sont allées au Brésil où elles vont commencer la
visite canonique dans ce pays.
Il a été un mois, d'ailleurs, scellé avec la mort de tant d'immigrants et avec le tremblement de
terre au Népal. Nous nous joignons à leur douleur et nous voulons que ces événements éveillent
notre conscience en faveur de la justice et la fraternité.
44
DE TOUS LES CONTINENTS
CONGRÈS INTERNATIONAL DE FORMATRICES
Du 8 au 11 Avril a eu lieu à Rome le premier Congrès international pour
formateurs/formatrices. Le congrès est encadré dans l'Année de la Vie Consacrée, que nous
sommes en train de célébrer dans l'Église. Nous formions un groupe d’à peu près 1.400 personnes.
De notre famille Vedruna nous avons été invitées à assister: Espérance Tseki, Nuria Juvanteny,
Laura Uriarte et Puy Araujo. Il a été une opportunité pour avoir une vision
ample sur la responsabilité de la formation à la vie religieuse aujourd'hui,
comme une tâche qui dure toute la vie. Pour nous qui avons été là et
partagé en petits groupes et en assemblée, a été une expérience très bonne
que nous remercions beaucoup. Nous avons perçu une grande diversité
ecclésiale et nous avons pu écouter et apporter notre parole et vision depuis
notre mode de vie religieuse Vedruna
Parmi les différentes présentations, nous soulignons l’apport de notre
sœur Lola Arrieta, qui eut lieu le 10 dans la matinée. Parmi d’autres idées
qui nous ont encouragées à l’ouverture, elle nous a animé à continuer le
climat de la santé dans nos communautés pour qu’en elles nous puissions nous exprimer et
grandir en maturité et en liberté les différentes générations. Nous sommes invitées, a-t-elle dit, à
découvrir et à nous passionner avec la Perle Précieuse qui est Jésus, le Seigneur. Donc, "que la
mort ne nous prenne pas sans avoir aimé".
La rencontre s’est terminée par un rendez-vous avec le pape Francisco, qui porte en ses
entrailles la Vie Religieuse. Il a souligné l'importance radicale de donner témoignage de cette vie
avec passion et joie et il a insisté sur le fait que la formation est nécessaire à chaque étape de la
vie, non seulement pour ceux qui s’initient dans cette option. Il nous a encouragé à que nos
familles religieuses soient comme la Galilée où nous rencontrer personnellement avec Jésus et de
sortir
aux
chemins,
l’annonçant à ceux qui
sont le plus abandonnés.
Nous remercions toute
la communauté de la
Maison Générale pour son
accueil et affection.
Laura Uriarte et Puy
Araujo, ccv
Province d’Afrique
Gabon
ASSEMBLÉE DU GABON, MOANDA 2015.
Le jeudi 16 avril dans l’après-midi nous avons pris le train pour une assemblée
provinciale des communautés du Gabon qui s’est tenue à Moanda, du 17 au 19 avril 2015.
Celle-ci avait comme principal objectif: faire le compte rendu du CGE 2015 de Lima
comme on a fait dans toutes nos communautés de l’Afrique.
45
L’assemblée a été présidée par l’équipe
provinciale, qui l’avait introduit par un joli
chant, chanté en espagnole sur la
communion. Après ce chant, l’équipe avait
donné la parole à la personne chargée de
la liturgie pour animer la prière. Apres une
brève prière, un chant à l’Esprit Saint et un
extrait du document Annoncer et défendre
la vie, l’équipe provinciale a introduit
l’assemblée en remerciant le Seigneur et
chaque membre pour leur présence.
Ensuite les deux membres de l’équipe
provinciale présents nous ont fait à tour de
rôle le compte rendu de leur expérience du CGE 2015 de Lima. Nous avons été mises au
courant aussi des certaines informations de l’équipe générale, de l’administration générale,
du laïcat Vedruna, et d’autres.
Le compte rendu du Conseil Général Élargi a recueilli la vie des quatre continents: Afrique,
Amérique, Asie et Europe. Nous avons écouté d’abord les explications et après nous avons
vu les photos et la vidéo. Á continuation nous avons échangé nos impressions sur le CGE,
ce qui nous a touché ou marqué. Cet échange nous a beaucoup aidées.
Après, nous avons reçu la Lettre sur le CGE intitulée: Communion dans la diversité, que
nous avons pu lire attentivement pour répondre aux 5 questions qui nous ont été posées.
Nous avons commencé par la réflexion individuelle pendant une heure, suivie d’un travail
en groupe et ensuite la mise en commun dans le grand groupe.
Le travail a consisté en souligner ce qui nous avait attiré l’attention, les idées nouvelles
que nous trouvons, chercher la signification et le sens de ‘Famille Vedruna en mission’ et
ensuite choisir les priorités et les moyens pour nos communautés de Gabon.
Une prière spéciale a clôturée notre journée avec de différents signes pour exprimer la
communion dans la diversité. Nous avons décoré la salle avec de fleurs et de fils de
différentes couleurs. Toujours dans le cadre de cette même prière nous avons fait une
expérience d’échanger nos sandales pour exprimer notre diversité et nos différences. La
parole de Dieu a été tirée de 1 Co 12, 12-16.
Le jour suivant nous avons mis en commun les priorités choisies pour nos communautés
de Gabon et les moyens que nous aideraient à les vivre. Nous avons partagé très bien.
Ensuite nous avons clôturé notre assemblée avec un chant d’action de grâces.
Niclette Kabila CCV
La communauté de Lomé en collaboration avec
l’équipe Kekeli
Le Centre KEKELI de Sœurs Carmélites de la Charité
VEDRUNA dans le marché Hanoukopé à Lomé, est un
centre de protection qui intervient en deux problèmes
essentiels des violences aux enfants: les enfants
travailleurs et les enfants victimes d'abus sexuels. Le
Centre est ouvert depuis le 20 Novembre 2006; c’est-àdire, il a huit ans d'expérience dans cette matière. Ce
travail trouve beaucoup de difficultés, surtout dans
l’accompagnement des enfants.
46
La loi du Togo veut que chaque enfant soit scolarisé
jusqu'aux 15 ans. Mais ces enfants, qui normalement
devraient être à l'école, sont en train de travailler au
marché. Notre travail de scolarisation de ces enfants est dur
et on nécessite la collaboration des patrons, de tuteurs où
les enfants vivent. Le travail d’accompagnant de ce travail
de scolarisation est semé de difficultés et devient un
calvaire... Le projet "KEKELI" jusqu'à aujourd'hui, a travaillé
avec 122 enfants travailleurs identifiés, dont 92% sont des
filles et le reste des garçons. De 8-18 ans d’âge.
Dans certains cas, lorsque nous donnons les enfants
aux parents, ceux-ci nous promettent que leurs fils seront
scolarisés, mais après ils ne le font pas. Ces enfants sont
des vendeurs ambulants des marchandises de leurs
patrons. Le centre offre aux enfants de diverses activités
éducatives: alphabétisation, sport, bibliothèque, cours,
éducation sexuelle, ateliers manuels, peinture, dessin, jeux,
sorties et d’autres... mais souvent les tuteurs bloquent nos
programmes.
DÈS LE TCHAD
La visite des Sœurs Mª Inés et Bonita
Ce sont été peu de jours mais intenses. Après
beaucoup de retards et de nerfs parce que le visa
n’arrivait pas, tout a été possible: un Triduum pascal vécu
chaque jour dans une communauté chrétienne différente,
Ndjamena, Abéché et enfin où un petit groupe de
chrétiens vit intensément leur foi; un coucher de soleil et
un partage, au hasard, ainsi, en famille, qui se termine
par une discrète jetée de pierres et c’est que nous étions
dans la zone où les enfants ont l’habitude de nous jeter
des pierres, car là seulement les musulmans passent; le
cœur rétréci par les pierres, et, de retour à la maison, tout
à coup une fête entre femmes, invitées à célébrer la dot
d'une d’elles, danse imprévue, une joie immense, sans protocoles... Du rejet à l’accueil en
quelques minutes; et le jour attendu pour être avec nos
frères réfugiés dans le camp de Touloum: beaucoup de
sable, par terre et dans l'air, beaucoup de questions sans
réponse, surprise de ne pas trouver des tentes, mais des
maisons comme dans un peuple, des rues presque
désertes , très peu de femmes dans les rues, des enfants
dans les écoles, et à nouveau une invitation à nous
asseoir parmi des femmes dans leur natte, sans paroles,
avec beaucoup de sourires et avec joie, buvant du thé et
de l'eau qu’elles nous offrent. Peu de jours, mais
intenses, très reconnaissantes d'être famille Vedruna
"unies en un seul cœur".
47
Province de l’Inde
Mingtong
Une nouvelle Communauté
Dès Mintong, en Arunachal Pradesh, la terre du soleil naissant!
Aujourd'hui, nous sommes descendues (une véritable descente du haut de la montagne) à
Tinsukia, une ville en Assam pour l'achat des médicaments nécessaires pour initier le
dispensaire. En attendant l’ouverture des magasins, je profite de cette occasion pour vous écrire
dès le bureau du Directeur à Tinsukia.
Tinsukia, à environ 200 km de Mintong, est la ville qui nous reste plus proche pour tout achat,
même si cela prend 6-7 heures pour arriver ici, car les routes sont très mauvaises et difficile la
traction dans les collines.
Nous avons visité les villages les plus
proches. Cette zone est habitée totalement par
les Wanchos, une tribu primitive, qui vit encore
dans l'âge de pierre. Les personnes âgées vont
presque sans habits.
Dans les villages, les maisons sont très
pauvres et les gens à peine ont quelque chose à
manger. Les personnes âgées n’ont que la peau
et les os, elles passent leur temps assises près
de la cheminée, avec un morceau de tissu pour
couvrir leur corps.
Ici, la plupart des gens sont catholiques,
sauf très peu de maisons et souvent nous
tombent les larmes quand nous entrons pour
prier avec les familles. Nous sentons fortement
le besoin de faire tout le possible pour elles.
La bénédiction des maisons
Ces jours-ci, coïncidant avec le temps pascal,
nous avons gravi de nombreuses "Montagnes du
Sinaï," parce que les peuples sont au sommet de
la montagne. Il y a de petits chemins, assez raids. Nous avons grimpé beaucoup mais nous
n’avons pas atteint un grand nombre... Les gens nous ont offert un bâton et à moi m’ont confiée à
un assistant pour me soutenir quand nous arrivions aux pentes plus raides. Après beaucoup de
montée, nous sommes arrivées à l'église du village, où les deux prêtres et deux sœurs nous
divisons en deux groupes pour aller dans deux directions différentes pour bénir les maisons. Nous
nous arrêtions où il avait 2 ou 3 maisons ensemble, et continuions à monter jusqu'à trouver les
trois prochaines maisons. Nous avons atteint le sommet de cette montagne énorme et, pour le
dimanche de Pâques, nous avions bénie environ 40 maisons.
Les jeunes, qui avaient été des étudiants des salésiens, sont de très bons chanteurs, et ils ont
enseigné le reste du village à chanter et à prier, et, ainsi, dans chaque maison nous avons chanté
et prié avec une grande ferveur.
Les églises de Mintong sont toujours pleines; les gens prient toutes les prières de base que
nous enseignons à nos enfants de "Première Communion"; ils savent tout cela par cœur et ils
récitent aussi le chapelet si le prêtre n’est pas arrivé. Chaque dimanche il y a une longue queue
pour la confession. La Messe commence quand la confession est terminée. Donc les Messes
Dominicales prévues pour les 9h 30 commencent habituellement à 10h30 ou 11, mais les gens ne
se soucient pas, ils continuent à chanter ou à prier, dirigés par les leaders de jeunes ou le
catéchiste. Les prières sont en Wancho tous les dimanches. D’autres jours nous prions en anglais
et dans la même langue nous avons la Messe avec les enfants de l'internat. Beaucoup de gens des
alentours viennent aussi à la messe. Un bon travail pastoral est d’une grande importance. Ici on
soigne beaucoup la formation de la foi.
48
Nous utilisons les livres de la Paroisse pour apprendre Wancho, en attente d'un cours d'une
semaine en mai pour ceux qui veulent apprendre la langue. Il sera à Long Ding, l'endroit le plus
proche, à environ 20 kilomètres de Mintong et nous pourrons y aller.
Nous avons beaucoup de possibilités de travail en ce lieu. Personne ne pouvait imaginer que
les gens vivent dans ces conditions dans ces collines éloignées. Merci à l'Église, qui est toujours à
la recherche de personnes. Les salésiens ont atteint tous les coins de cette région... Leur travail
est admirable.
En ce qui concerne les soins de santé, beaucoup de gens viennent demander des
médicaments. Ils n’ont où aller, parce que l'endroit le plus proche est un ‘magasin de médicine’. Le
propriétaire du magasin distribue quelques médicaments selon les symptômes des personnes,
parce que le médecin vient une fois par semaine. Mais comment les gens peuvent y arriver sans
transport?
Bien que nous ayons prévu de mettre en marche le dispensaire après l'ouverture de la
nouvelle école, nous croyons qu'il est une véritable urgence et nous allons commencer bientôt. Les
Pères ont vidé une chambre dans la paroisse comme dispensaire. Un grand nombre de gens
atteints de morsures de serpent, piqûres d'araignées et d'insectes viennent chez les Pères et ils
leur appliquent les pierres de serpent. Ils viennent cheminant de 5-10 kilomètres à être traités
avec la pierre. Le religieux a un bon assortiment d’elles, et en fait sont nécessaires. Nous
demandons aussi des pierres pour beaucoup de gens en l'absence du Père.
Notre maison est presque prête. C’est un bâtiment de trois étages pour le couvent et l’internat.
En celui-ci il y a 120 lits pour les étudiants et deux salles d'étude avec table et banc, une pour les
internes et l’autre pour les enfants des personnes du village qui viennent étudier. Ils ont beaucoup
d’intérêt pour étudier. L’internat est décoré par les parents.
Les gens sont très contents de notre présence. Ils disent qu'ils attendaient les sœurs. Ils ont
exprimé de plusieurs façons cela dans le premier accueil que nous avons reçu ...
Quand nous sommes arrivées, ils ont dansé dans leur Wancho traditionnel avec des bâtons et
des couteaux à la main, en criant et en chantant...
Celine y Grovilla, ccv
Professions
Le 18 avril a été un grand jour pour toute la famille Vedruna et surtout pour la Province de
l'Inde, quand neuf de nos sœurs: Rosy Pallath, Pratima Bilung, Ashamani Lakra, Prema Minj,
Nirmal Vanita, Alvina Garrea, Sincy Sébastien, Aveline Fernandes et Sunita Dhivar, ont prononcé
leur "OUI" final pour s’engager à vivre une vie plus pleine et la partager avec d'autres dans
l'amour et la liberté.
Leurs cœurs étaient remplis de joie et de gratitude à Dieu pour les avoir appelées par leur
nom pour vivre en plénitude de vie et collaborer avec Lui pour faire présente son Royaume sur la
terre. Nous avions eu une belle célébration eucharistique présidée par l'archevêque de
Ghandinagar, Rev. B. Stanislaus Fernandes,
SJ, et concélébrée par autres dix prêtres.
Environ 475 personnes avec beaucoup de
sœurs de la Province, la famille et les amis de
Sœurs professes, avons été présents pour
prier pour elles et leur souhaiter le meilleur.
Nos sœurs ont exprimé leur ferme décision
de se joindre à cette famille de Sœurs
Carmélites de la Charité Vedruna, embrassant
la pauvreté de nos gens et discernant de
nouvelles
façons
de
répondre,
en
coresponsabilité et participation, à l'appel à
réaliser le rêve de Dieu pour l'humanité.
49
Le 25 ont fait leur première profession les
jeunes Kalpana Kokni, Vimal Chauan et Jostna
Patil.
La vie continue: les premières, dirigées déjà
vers une mission qui les attend avec tous ses
besoins, angoisses et illusions... les autres
affrontant les exigences d'une formation Vedruna
plus complète, mais déjà regardant les
responsabilités que la Congrégation veille les
confier.
Province Vedruna d’Europa
Zone A
Isabelita
Nous pensons qu'on n’a pas besoin de la présenter, que tout le monde
la connaît; mais comme "VEDRUNA AUJOURD'HUI" traverse les barrières
de notre petit monde et arrive loin, loin, jusqu’où les bras de notre Mère
Joaquina s’allongèrent, nous allons vous dire, pour ceux qui ne l’avez pas
connue, qui était-elle et comment elle nous manque.
Dans les années 1932 à 1934 on a conduit à l’Asile d’Orphelines des
Mineurs de L’Union, que nos sœurs dirigeaient, une petite fille de deux à
trois ans, avec un coefficient mentale si bas que, après toute la vie avec
nous, elle était incapable de connaître les couleurs, de signer, ou de
réaliser quoi que ce soit du monde intellectuel. La mort de sa mère et que
sa famille était à court de moyens économiques, ont fait qu’elle restât avec
les Sœurs lorsque l'asile a disparu, quand les mines ont été fermées et
transformées en une école. Donc, Isabelita, est passée à faire partie de la Communauté, restant
au long de plus de quatre-vingts ans comme une référence de cette communauté de ‘La Union’.
À l’aube du mercredi nous avons décidé d'appeler une ambulance pour l'emmener à la salle
d'urgence, même si nous avions été là tout l'après-midi et on nous avait dit qu'elle allait bien. À six
heures, les sœurs qui étaient avec elle nous ont appelées à la maison pour nous dire que son état
était très grave et qu’elle n’arriverait pas à la nuit. À minuit elle décédait. Il semble qu’elle avait eu
une paralysie intestinale.
De son enterrement, seulement souligner une chose: l'attitude des enseignants et du
personnel du Collège. Ils ont attendu notre arrivée avec le cercueil après l’heure de sortie du
Collège pour la faire entrer sur leurs épaules à notre chapelle. Cela nous a émues. Notre
Communauté Religieuse s’est élargie dans la Communauté Éducative et le Laïcat Vedruna en
présence et affection. Le lendemain matin, avec le corps présent et librement, des groupes
d'élèves sont entrés pour prier pour elle, des moments qui nous avons profité pour faire quelques
brèves réflexions.
Deux vertus à mettre en évidence: la générosité, elle voulait partager tout parce que, en plus,
elle était libre de désirs; la société de consommation n’avait pas eu aucune feinte pour entrer en
elle. L'autre vertu était la reconnaissance de ses faillites lorsqu’on lui faisait une remarque et la
facilité de demander pardon. Et comme structure personnelle, la joie et la sympathie avec tout le
monde: ainsi l’a vécu la moitié de la ville et ainsi les gens l’ont manifesté avec leur présence dans
le deuil et leurs commentaires; ainsi ils se souviennent.
Repose en paix dans les niches de la Congrégation, avec les sœurs avec lesquelles elle a vécu
Nous avons fait constat de ceci parce que nous croyons qu'il tombe pleinement dans quelque
chose que notre Fondatrice nous a enseigné et que nous l'avons appris d’elle. La proximité, l’air de
famille, l'accueil qui traverse les frontières et va au-delà de la propre Congrégation et l'option pour
les plus pauvres qui deviennent des donateurs d’une richesse meilleure: l'amour, la joie et la
simplicité.
50
Zone B
Échos du CGA
Les Sœurs de la Zone B voulons aussi vous faire arriver notre expérience de ce qui a signifié
pour nous la communication de ce que nous avons vécu, réfléchi et partagé dans le CGA par les
sœurs qui y ont participé.
Dans notre vaste zone nous avons eu sept rencontres, la première a commencé à Cadix le 20
Mars et le dernier a eu lieu à Orense le 11 Avril. En toutes les trois déléguées étaient présentes:
Maria Carmen Montes, Felisa Rodriguez et Concha
Vous
toutes
savez
comment
a
été
l'organisation de la réunion, donc nous vous
partageons "les ÉCHOS", ces résonances qui sont
comme l'air de la Ruah Sainte, qui nous pousse à
aller à l'autre rive; ou comme le feu qui anime nos
cendres et nous soutient; ou l'eau qui nous purifie
et étanche notre soif; ou comme le sable de la
Mère terre qui nous soutient.
Le premier ÉCHO qui jaillit du cœur est le
R EM ER CIEM ENT: sincère, profond, renouvelé, à
toutes et chacune des sœurs qui ont participé au
CGA et, bien sûr, aux déléguées qui nous ont
partagé leur expérience vitale de manière simple,
proche, profonde, dans l'ambiance familiale qui
nous caractérise. Nous sommes reconnaissantes
parce qu’en ce qu’elles nous communiquent nous
percevons que l'Esprit continue à animer nos pas.
Ils nous arrivent aussi multiples clignes d’œil de
Dieu dans l'ensemble de "l’Interculturalité" qui a
une projection de futur grande, diverse et concrète
pour toutes les communautés, parce que dans les
cinq lignes d'action est perçue, comme tréfonds, la
mission charismatique qui de nouveau nous veule
"brûlées dans l'amour pour embrasser les besoins
de notre monde."
Autre ÉCHO est la nécessité de créer une MENTALITÉ nouvelle qui puise être le "terreau" qui
nous permette de vivre la diversité dedans et dehors de la communauté. Partageant les biens
non seulement économiques mais aussi "spirituelles, charismatiques, humains, pastoraux,
formatifs, économiques pour soutenir notre vie en mission partout dans le monde." (CGA n °18).
Il résonne aussi en nous la "chaleur de l'expérience vécue dans le CGA, car en la
communiquant, nos cendres ont étés remuées" et pour cela nous sentons qu’il s’est AVIVÉ LE
CHAR ISM E que nous portons dedans.
Nous voulons souligner le plan de renforcer les communautés en frontière car chaque fois son
plus et plus diverses les frontières de notre monde. Comme notre Maître, nous ne voulons pas que
rien d'humain nous soit étranger.
Pour tout cela nous voulons dire que VOUS AVEZ DONNE SUR LA CLÉ en soulevant ce thème
de "Communion dans la diversité", pour que chaque sœur et communauté continuons à apporter
notre note caractéristique qui nous invite à suivre par les chemins annonçant, soignant et
défendant la vie! (CGA n° 24)
"EST-CE QUE NOTRE CŒUR N'ETAIT PAS BRULANT QUAND ON NOUS EXPLIQUAIT CE QUI
S’ETAIT PASSE EN PEROU-CGA?
"LE SEIGNEUR A ÉTÉ GRAND POUR NOUS ET NOUS SOMMES JOYEUSES".
51
Puerto de Santa María.- Reconnaissance d’une grande tâche
Comme nous vous avions communiqué déjà dans notre site Web et dans ‘Vedruna
aujourd'hui’, le 15 Avril, la Mairie du Puerto de Santa María nous a fait la livraison de sa plus haute
distinction: La Médaille d'Or de la Ville, en reconnaissance au labeur réalisé par le Carmélites de la
Charité dans ces 125 ans.
Il a été un moment plein d’émotion, de gratitude, de proximité d'une Ville qui a été en mesure
de voir que l’œuvre de Joaquina ne reste pas dans le vide. Le travail inlassable de tant de sœurs à
travers les ans a un sens. Que, malgré que les forces aient diminué, l’œuvre de Joaquina, continue
avec vigueur en toute la communauté éducative qui vit le charisme Vedruna. Elle a toujours été un
symbole d’éducation de qualité, pariant pour une méthodologie ouverte et actuelle, avec un Projet
Éducatif qui avance au rythme des temps et nous amène à concevoir l'éducation non seulement
dans le domaine académique, mais dans des dimensions humaines et spirituelles.
Nous avons eu des "patrons" qui ont conduit à cette reconnaissance, y compris l'Académie des
Beaux-Arts de Sainte Cécile, et d'autres
institutions du Port. À tous, notre
reconnaissance et affection.
Nous sommes été accompagnées
dans cet acte par les déléguées de
zone, SS. Concha Briz et Maria Carmen
Montes, comme d’autres sœurs venues
de Madrid, Jaén et bien sûr de la Baie
ainsi que la communauté laïque, les
cloitre de professeurs, familiers et amis.
Ici, nous continuons avec la tâche
d’aujourd'hui, nous nous sentons
encore impliquées dans toute la tâche
éducative et de service au Port, qui
trouvera notre porte ouverte et notre
main tendue pour une plus grande
collaboration dans nos limites.
Nous remercions le Seigneur pour ces 125 années donnant "TOUT POUR AMOUR RIEN PAR LA
FORCE"
La Communauté du Puerto de Santa María (Cádiz)
Zone C
100 d’âge et 75 de Vie religieuse
La Communauté de Caldes de Malavella célèbre avec beaucoup de joie les 75 ans de vie
religieuse et la vie de 100 ans de la S. Joana Piella
Lundi de Pâques 2015
La Communauté de Caldes a préparé avec une grande joie le 75e anniversaire de V.R. et les
100 ans de vie de la Sœur Joana. 100 ans sont beaucoup, dit-elle, je ne pensais pas pouvoir
arriver, elle ne sait pas comment mais ils sont là.
Ce fut un événement très spécial, toute la communauté a été en train de préparer jusqu’au
dernier détail: dessiner des anges à la porte de sa chambre, écrire les invitations à la famille et aux
amis, qu’elle nous disait qui étaient-ils, où habitaient, afin de ne pas oublier personne…et tout ce
qui fait partie d'une bonne célébration. Il ne pouvait pas manquer la communauté de Girona, avec
laquelle elle a partagé de nombreuses années de travail et offert un excellent service, avant de
venir à notre communauté d’infirmerie de Caldes.
52
Son cousin clarétain, missionnaire au Brésil, a pu avancer les vacances pour pouvoir assister et
présider l’Eucharistie d'action de
grâces pour les nombreux dons
reçus du Seigneur:
"Naître dans une famille
chrétienne et écouter l'appel du
Seigneur à le suivre dans la
Congrégation
des
Sœurs
Carmélites
de
la
Charité
Vedruna".
"Le don qui a signifié pour
nous
toutes:
de
service,
d'attention aux autres, son bon
caractère, sa façon d'être qui
facilite
la
convivialité
communautaire".
Et avec beaucoup de ferveur
et de détermination elle a fait le renouvellement des vœux. Dans les invitations elle a mis
expressément qu’elle n’avait pas besoin de rien, mais si quelqu'un voulait, ils pouvaient contribuer
avec un don pour la mission de son cousin au Brésil. Et ce fut ainsi.
Après avoir partagé la table de l'Eucharistie, pendant le repas nous continuons à partager,
nous souvenant de tant de bons moments passés, de tant d'anecdotes vécues et refaisant les liens
d'amour et d'amitié. Merci, Joana, pour le don de ta vie, donnée au Seigneur et aux frères.
Communauté de Caldes de Malavella
◊◊◊◊◊
DÉCÈS
Sœurs
S. ALEMANY ESTEVE, Montserrat - PVE / Zona C, Barcelona: Gràcia
S. DÍAZ GONZÁLEZ, Amelia - Filipinas, Manila
Parents
La m ère de la Sœur
Muttuchira Myaliyil, Rithamma Abraham - India, Mangaon
Un frère des Sœurs
Anuncibay Azáceta, Felipa - PVE / Zona A, Vitoria: Nuestra Señora de Estíbaliz
Cunillera Sala, Dolors - PVE / Zona C, Tarragona: Comunitat Vedruna
Fiol Sáiz, María Narcisa – PVE, Madrid: Sede del EP
Salord Solé, Rosa Margarida - PVE / Zona C, Vilafranca del Penedés
Olabarría Vallejuelo, María Rosario - PVE / Zona A, Bilbao: Deusto
Salvatella Rotlan, M. Carme - PVE / Zona C, Caldes de Malavella
53
Une Sœur des Sœurs
Fornell Capdevila, Trinitat - PVE / Zona C, Barcelona: Bruc
Martínez Navarro, María Ángeles - PVE / Zona B, Orense: Santa Teresa
Pablo (de) Van-Koningaloo, Isabel – VedrunAmérica / Argentina, Buenos Aires: Residencia Vedruna
Vidal Martí, Adela - PVE / Zona A, Vinalesa: Casa Santa Joaquina de Vedruna
ADRESSES
PVE/Zone A
46011 Valencia
Bº Canyamelar
La communauté change de résidence
Teatro de la Marina, 11, 4º, 7ª
54

Documents pareils

BENEVOLES VEDRUNA EN BOLIVIE

BENEVOLES VEDRUNA EN BOLIVIE analyser la tête froide, c’est que quelque chose nous a changé la vie. Avant de partir, nous avons parlé pour savoir comment serait l’endroit, nous avons imaginé l’extrême pauvreté dans laquelle po...

Plus en détail

Concours - partir

Concours - partir des lavoirs publics construits au XIXe siècle, où les habitants très écologistes viennent encore laver leur linge à l’eau thermale jaillissant à plus de 76 degrés! Et il n’y même pas besoin d’adouc...

Plus en détail