Cours n°6 Classe de 4ème Partie 2 : la Révolution et l`Empire

Commentaires

Transcription

Cours n°6 Classe de 4ème Partie 2 : la Révolution et l`Empire
Cours n°6
Classe de 4ème
Partie 2 : la Révolution et l’Empire
Chapitre 2 : les fondations d’une France nouvelle
POINT DE DEPART : J’ANALYSE UNE GOUACHE.
LESUEUR Jean-Baptiste, Plantation d'un arbre de la Liberté, vers 1791
Gouache sur carton découpé collé sur une feuille lavée de bleu.
*Fiche « Histoire des Arts » : les gouaches de Lesueur (livre p.72)
CHAPITRE 6 : LES FONDATIONS D’UNE FRANCE NOUVELLE
PENDANT LA REVOLUTION ET L’EMPIRE.
INTRODUCTION :
Dès juillet 1789, les Parisiens s’arment et prennent la Bastille. Puis, lors de la
Grande Peur, ce sont les paysans qui pillent des châteaux à travers le royaume.
En août 1792, c’est encore le peuple parisien qui envahit les Tuileries et provoque
la chute de la royauté.
 Quel rôle joue le peuple dans la Révolution et l’Empire ?
 Quels sont les différents changements politiques, économiques,
sociaux et culturels qui vont se mettre en place en France ?
*Fiche élève n°1 : Comment le peuple s’affirme-t-il dans la
Révolution ?
I.
Le peuple et la Révolution.
A. L’exemple des sans-culottes
Les sans-culottes* sont les acteurs principaux de la période
révolutionnaire entre 1792 et 1794. A Paris, ils appartiennent au petit peuple
urbain du faubourg Saint Antoine (artisans, boutiquiers, ouvriers) : ils sont très
préoccupés par le prix du pain et la vie chère.
Les sans-culottes rédigent des pétitions* qu'ils présentent à l'Assemblée
législative ; ils exercent ainsi une forte pression sur les députés. Mais surtout,
ils réclament l’égalité politique et veulent la fin du suffrage censitaire*, mis en
place par la Constitution de 1791. Ainsi, pour la première fois en 1792, la
Convention est élue au suffrage universel masculin*.
Les sans-culottes ont aussi recours à la violence, participant aux
insurrections comme la prise des Tuileries du 10 août 1792 ou aux massacres de
septembre 1792. Pendant la Terreur, ils font partie des tribunaux
révolutionnaires créés pour dénoncer et punir les ennemis de la République.
B. Le peuple, acteur de la Révolution
La DDHC transforme les hommes en citoyens* : dorénavant, ils ne sont plus
les sujets du roi. Ils disposent de droits comme la liberté d'expression, de
réunion..., et peu à peu le peuple revendique un rôle politique.
Même si tous les citoyens ne sont pas des électeurs, le peuple prend la parole
par divers moyens :
- Dans les clubs*, qui sont des lieux de débat politiques (ex. : les Jacobins)
- Dans les journaux qui véhiculent les idées nouvelles (« L’Ami du Peuple » de
Marat » ou « le Père Duchesne »)
- Dans les chansons (comme la Carmagnole) et dans les fêtes (avec la
plantation d'arbres de la liberté)
Vocabulaire n°1 :
*Sans-culottes : groupes de révolutionnaires défenseurs d’une République
égalitaire.
*Pétition : requête adressée par écrit à une autorité.
*Suffrage censitaire : voir leçon précédente
*Suffrage universel masculin : reconnaissance du droit de vote à l'ensemble des
citoyens masculins d’une nation.
*Citoyens : voir leçon précédente
*Clubs politiques : association dont les membres se réunissent régulièrement
pour débattre des sujets politiques.
*Fiche élève n°2 : quels changements la Révolution et l’Empire
apportent-ils à la France ?
II.
Les changements politiques, économiques, sociaux et culturels
sous la Révolution.
A. Quelles transformations connaît la France sous la Révolution ?
Sous la Révolution, la vie politique se développe : les députés débattent à
l’Assemblée et les citoyens créent des clubs* et lisent la presse politique.
La France connait aussi des transformations dans d’autres domaines.
Concernant la religion, dès 1789 l’Assemblée établit la liberté de culte, et
l’influence de l’Eglise catholique sur la société est fortement réduite par une
politique de déchristianisation. Le mariage et le divorce civils sont instaurés.
Les partisans de la Révolution se reconnaissent dans des symboles comme
la cocarde, la Marseillaise, le drapeau tricolore ou le bonnet phrygien.
B. Quelles institutions napoléoniennes donnent naissance à une
France nouvelle ?
Napoléon Bonaparte poursuit l'œuvre de la Révolution en centralisant le
pouvoir : il place des préfets* (1 800) à la tête des départements, créés en 1790.
Il désigne également les membres de l'administration, les maires et les juges.
Pour apaiser les tensions religieuses héritées de la Révolution, le
Concordat* est signé en 1801. Il consacre la liberté religieuse, mais l'Église est
placée au service de l'État.
Pour former une nouvelle élite et récompenser le service de l'État,
Napoléon Bonaparte institue en 1802 le Lycée et la Légion d'honneur. Avec le
Code civil de 1804, Napoléon unifie les lois et réaffirme les conquêtes de la
Révolution : égalité devant la loi, droit de propriété, liberté personnelle.
Conclusion :

Documents pareils

Partie A, Ch.2 : La République française : valeurs, principes et

Partie A, Ch.2 : La République française : valeurs, principes et Égalité, Fraternité ». Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. » L’origine des couleurs du drapeau français date de la révolution. Le 17 juillet 1789, le maire d...

Plus en détail

FICHE DE COURS : LES EXPERIENCES POLITIQUES DE 1789 A

FICHE DE COURS : LES EXPERIENCES POLITIQUES DE 1789 A Portrait 1 p 216 tient drapeau français symbole de la nation française -au sens peuple - , montrer ainsi qu’il détient son pouvoir du peuple. Mais déçoit assez vite : pbs sociaux, répressions de ré...

Plus en détail