Conseils pratiques pour les futurs bénévoles à Bopa

Commentaires

Transcription

Conseils pratiques pour les futurs bénévoles à Bopa
Rapport de Mission à Bopa, Avril 2012
Entre mars et avril de cette année, j’ai passé quatre semaines à Bopa, au Bénin. Ma mission était
d’aider Ambroise, le responsable du programme sur place, à organiser le Festival Culturel de Bopa
qui s’est déroulé entre le 4 et le 8 Avril. C‘était ma première expérience en Afrique. Pour cette
raison, dans ce qui suit, je vais donner quelques petits « conseils » organisateurs et de
comportement dans le pays qui m’auraient aidé avant mon départ. Pour des questions précises
concernant le festival, je t’en pris de t’adresser à mon compte rendu détaillé.
PREPARATION DU VOYAGE
J’ai participé au jour de préparation organisé par Urgence Afrique et je te conseille de le faire si tu
peux. Ça m’a premièrement permis de gagner confiance en l’organisation d’Urgence Afrique et
deuxièmement de poser des questions précises à quelqu’un qui à déjà vécu en Afrique et qui a
fait les mêmes expériences que j’ai fait après et que tu vas faire aussi. En plus, tu rencontreras des
personnes que tu vas potentiellement retrouver en mission qui aide à se faire des amis.
Evidemment, tu vas prendre ton billet d’avion et tes vaccins obligatoires (fièvre jaune) ainsi que le
médicament de ton choix contre le paludisme et une bouteille d’anti-moustique. Si tu y vas
pendant la période chaude, tu ne devrais surtout pas oublié de la crème solaire et tes lunettes de
soleil. En plus de ça, voici quelques objets qui peuvent être très utiles :
a. Téléphone portable débloqué – je m’y attendais pas, mais il y a du réseau partout à Bopa
et dans le reste du pays. Arrivé au Bénin, tu t’achètes une carte SIM dans le village et ta
famille va être très contente de pouvoir te joindre.
b. Lampe-torche pour la tête – il y a des fréquentes coupures d’électricité, surtout les soirs
et pendant la nuit. Amène une lampe pour éviter de ne pas trouver ta brosse à dents.
c. Lessive en poudre – tu ne vas pas réussir à échapper de la poussière qui est partout et
aussi sur tes vêtements. Même avec un bon produit de linge, il peut être très difficile de
l’enlever. Donc, pour bien te préparer pour ton voyage, tu pourras demander à ta grandmère comment on lave des vêtements à la main. Et une chose très importante à retenir :
laisse tes pantalons et hauts blancs à la maison si tu ne veux pas retourner tout rouge.
d. Gouttes pour les yeux – aussi à cause de la poussière, surtout si on prend la moto, tes
yeux vont peut-être piquer. Pour éviter une conjonctivite qui est très désagréable, achète
des gouttes qui peuvent aider.
e. Un livre – de temps en temps, Bopa peut être très calme. Amène quelque chose pour
t’occuper comme un livre que tu n’as pas encore lu et un jeu de cartes.
f. Des €uros – amène des Euros et échange les contre les Franc CFA à l’aéroport de
Cotonou. Cela est sans frais et avec un taux de change fixe (1€ = 650 FCFA). Il faut savoir
qu’il n’y a pas beaucoup de distributeurs au Bénin. On peut s’organiser pour en trouver
mais il est plus facile d’échanger des Euros directement à l’aéroport après ton arrivée. Si
tu préfères d’avoir déjà un peu de la monnaie locale, saches qu’il est presque impossible
de trouver des Franc CFA en France. J’ai trouvé une toute petite boutique de change près
du Gare de Nord à Paris où j’ai pu obtenir des Franc CFA par chance. Mais si tu n’habites
pas à Paris, ne te prends pas la tête et échange au pays.
Ulrike Pasda – Mai 2012
Le montant à amener dépend bien sûr des facteurs comme la longueur de ton séjour, des
activités que tu vas entreprendre sur place et ton comportement d’achat. Je suis restée
pendant un mois, dont deux weekends en voyage et je ne suis pas quelqu’un qui achète
énormément de souvenirs. 250 Euro supplémentaires m’ont largement suffit. Si tu ne
comptes pas voyager, tes dépenses à Bopa sont limitées à des boissons frais, de temps en
temps des déplacements en taxi, par exemple si tu veux aller aux marché et tes dépenses
pour recharger ton portable si tu en as. Pour un tel mode de vie, même 100 Euro
additionnels me paraissent beaucoup pour un mois. De toute façon, si tu en as besoin, on
peut aussi retirer de l’argent plus tard, c’est juste un peu plus loin qu’en France.
g. Le numéro de téléphone du Bureau à Cotonou – si jamais tu rencontres un petit
désagrément en arrivant à Cotonou, ou la personne qui va venir te chercher est en léger
retard, il peut être utile d’avoir le numéro du bureau avec toi. Dans ce contexte, si tu as
acheté ton billet d’avion chez Royal Air Maroc et tu arrive à 4 heure du matin, précise bien
que tu arrive à 4h par exemple dans la nuit de mercredi à jeudi pour qu’il n’ait aucune
chance pour des malentendus.
La dernière des choses et probablement mon conseil le plus important : si tu ne l’as pas encore
fait pendant les préparations précédentes, fait le au moins avant de partir au pays – demande toi
pourquoi tu veux partir en mission humanitaire. Quelles sont tes motivations et à quoi est-ce que
tu t’attends ? Uniquement si tu sais ce que tu cherches, tu vas pouvoir le trouver au pays. Cela va
être très important pour ne pas perdre ta motivation toute suite quand tu rencontres des
problèmes.
COMPORTEMENT SUR PLACE :
J’ose dire que le mode de vie au Bénin est à peu près à l’opposé exact du mode de vie en Europe.
Il n’y a pas beaucoup d’infrastructure, donc il n’y a pas de system de transport en commun, tous
déplacements sont fait en voiture (si on en a) où en moto, sinon à pieds, il n’y a pas des magasins
mais les produits sont vendus sur la rue et l’électricité importée du Ghana peut être interrompu
fréquemment, surtout les soirs. Il n’y a pas toujours de l’eau courante, le choix de nourriture est
plutôt limité, souvent pendant la période chaude, il n’y a presque rien à acheter sur les marchés,
le pays est très sale et bouillant, Cotonou très pollué. Quand je suis arrivée, je me sentais un peu
comme dans un reportage sur l’Afrique, tellement de clichés stéréotypes ai-je pu confirmer : on
voit les tissues hauts en couleur de tous les cotés, les femmes portent des objets géants sur leurs
têtes et des bébés sur le dos en parallèle et tout parait un peu chaotique et improvisé. En même
temps, j’avais l’impression que tout le monde à au moins deux portables, fait des affaires tout le
temps et que le pays est dans une phase de changement significatif. C’est impossible d’expliquer
et il faut y aller et le voir avec ses propres yeux pour vraiment le croire – c’est simplement une
grande merveille. Jusqu’au dernier jour je n’ai pas pu arrêter de prendre des photos parce que
tout est tellement étrange qu’on n’arrive pas à s’y habituer.
Ulrike Pasda – Mai 2012
Pour pouvoir profiter de cette expérience, il faut être très ouvert et prêt à abandonner son
confort européen et reconsidérer sa façon de penser. Je te conseil de comprendre ton séjour au
Bénin comme une chance d’apprendre sur ce monde et surtout toi-même. Au-delà, des tuyaux
qui pourra t’aider d’assurer que ta mission va bien se passer :
1. Echange avec les gens – parle avec eux, passe du temps avec eux, pose des questions,
raconte leurs comment sont les choses en Europe, essaie d’apprendre quelque mots dans
leur langue et n’aie pas peur du contact et tu rendras très heureux les habitants de Bopa
2. Soit respectueux – même si quelque chose te parait plus que bizarre et n’est pas du tout
faite de la même façon qu’a la maison, ne dis pas « c’est faux, ça ne me plait pas », mais
« je vais l’essayer ». Rien n’est faux dans ce monde, mais tout est différent.
3. Fait confiance à Ambroise – il fait son travail très bien depuis plusieurs années et il a donc
eu du beaucoup de temps pour étudier les Européens et notre comportement. Même si
on n’est pas toujours d’accord avec ce qu’il dit, je te suggère de lui croire et céder si
jamais il y a un vrai désaccord. C’est lui qui a grandit au Bénin et à Bopa et c’est pour ça
que son jugement sera toujours plus valide dans ce contexte que le notre. Et oui, c’est vrai
que ça peut faire bizarre s’il y a de nouveau quelqu’un qui te dit de rentrer à la maison à
22 heures, mais il a ses raisons. Et Ambroise est vraiment quelqu’un à qui on peut et à qui
on devrait faire confiance quand ils se présentent des problèmes. Il est très à l’écoute,
intéressé d’assurer que ta mission devienne un succès personnel pour toi et que tu arrives
à gérer des défis potentiels.
POTENTIELS PROBLEMES :
Il y a principalement deux grands problèmes. Premièrement, la vie en Afrique peut être dure.
Arrivé là-bas, on en obligé de sortir de ses habitudes et de s’adapter à des conditions d’un
environnement inconnu. Moi personnellement, je l’ai trouvé très dure de voir les gens être
malades et pauvres. En étant blanc, j’ai souvent été demandé de l’argent parce que les gens
pensent que les Européen sont tous riches. Comme on ne peut pas donner à tout le monde, j’ai
fallu apprendre de dire « non » aux personnes et enfants par rapport auxquels je suis peut-être
pas riche mais au moins bien aisée. Cela peut faire très mal au cœur. En plus, souvent on
rencontre des problèmes de compréhension à cause da la barrière de langue que rendent les
choses encore plus difficiles.
Deuxièmement, il est facile de s’adapter trop vite au mode africain qui est plus lent. Quand il fait
chaud, il est plus confortable de voir les choses d’une manière plus relaxe. Donc, il peut être
compliqué de se motiver de travailler. Surtout dans des missions qui n’ont pas une vie
quotidienne très organisé, comme le tourisme et le développement économique, l’autoorganisation demande une grande motivation personnelle. Si on n’y arrive pas, il on risque de
rentrer à la maison sans être satisfaite de ce qu’on a fait.
A cause de ces deux sources de problèmes, il faut savoir ce qu’on recherche pendant sa mission.
On devrait y aller parce qu’on en a envie, parce qu’on se sent capable et bien dans sa tête et
parce qu’on est motivé d’apporter une toute petite partie à ce beaux pays. Si tu es intéressé par la
culture africaine et si tu aimes faire des rencontres enrichissants et remuants vas y – tu vas
l’adorer.
Ulrike Pasda – Mai 2012
PHOTOS
Village de Bopa
Au bord au Lac Ahémé
La rue pricipale de Bopa
Ulrike Pasda – Mai 2012
Ambroise et Agnès
Agnès nous fait à manger
La cours de la maison d’Ambroise
Ulrike Pasda – Mai 2012
L’intérieure de la maison
Mon lit avec moustiquaire et
ventilateur
La douche avec des seaux à eau
hi
Deplacement en moto
Ulrike Pasda – Mai 2012
Les voisines
Le Bénin danse bien !
Le marché de Lobogo
Ulrike Pasda – Mai 2012
La richesse de ce pays consiste
dans ces enfants
La richesse de ce pays consiste
dans ces enfants
C’était top ! Merci.
Ulrike Pasda – Mai 2012

Documents pareils

Compte rendu du Festival de bopa

Compte rendu du Festival de bopa des compétitions dans trois disciplines, des chants des écoliers, des Zangbetos et des la découverte de cuisine. Les trois disciplines de compétition étaient le Lancer de Filet, la Lutte Traditionn...

Plus en détail