Les hirondelles de Kaboul de Yasmina Khadra

Commentaires

Transcription

Les hirondelles de Kaboul de Yasmina Khadra
Les hirondelles de Kaboul de Yasmina Khadra
Yasmina Khadra
Roman étudié en
classe
Introduction:
Nous allons vous parler du roman de Yasmina Khadra, les hirondelles de Kaboul, en
évoquant et analysant les textes descriptif des paysages de la campagne de autour
de Kaboul, avec des images pour illustrer nos propos. Nous allons tout d'abord
parler de la chaleur omniprésentes, de la guerre, de la présence des animaux et des
maladie.
YASMINA KHADRA
La guerre:
-La guerre a ravagé le paysage, elle a laissé ces empreintes partout
même dans le ciel. Cette guerre contamine tout, des animaux
aux hommes.
→ «Les terres afghanes ne sont que champs de bataille, arène et
cimetière » (page 7)
→ «Le ciel afghan ... se couvrit de rapaces blindés, sa limpidité
azurée fut zébrée de traînée de poudre les hirondelles effarouchées
se dispensèrent dans le balais des missiles » (page 33)
Le soleil
Le soleil est omniprésent, la chaleur est insoutenable c'est presque la sécheresse.
« calcifiés »
« caniculaires »
Page 7
Page 64
«Le soleil implacable cogne comme un forgeron sur tout ce qui bouge tout ces
éléments rappellent l'enfer. La chaleur cogne inexorablement jusqu'à venir
a bout de tout ce qui est vivant »
Les animaux
Le comportement des animaux est aussi altérée, les animaux ont des attitudes
étranges et son dotés de connotation « morbide».
« Les loups hurlent chaque soir à la mort »
« Le croassement des corbeaux »
« Pas un rapace n'a rassemblé assez
de motivation pour survoler ses proies »
Page 7
Kaboul
La ville de Kaboul est entourée de montagne, elle se situe dans une « cuvette » .
Cette ville est comme isolée du monde, privée de tout contact et en proie a
de nombreux dangers, le paysage est comme atteint par une maladie irréversible qui
le détruit peu à peu.
« Le racloir de l'érosion gratte, désincruste,
Débourre, pave le sol névrotique »
Page 7

Documents pareils