Dossier de Presse - Lingerie Française

Commentaires

Transcription

Dossier de Presse - Lingerie Française
Page 1 - 23/05/2012
DOSSIER DE PRESSE Sommaire
Édito .......................................................................................................... 2
L’exposition Lingerie Française, un concept inédit ........................... 3
Les initiateurs .......................................................................................... 5
Sponsors & partenaires .......................................................................... 7
Parcours de l’exposition ........................................................................ 8
Savoir-faire ............................................................................................ 16
Livre ......................................................................................................... 17
Visuels disponibles pour la presse....................................................... 17
Informations pratiques........................................................................ 28
Page 1 - 23/05/2012
Édito
Promincor - Lingerie Française célèbre la Lingerie/Corseterie, et plus
particulièrement la lingerie française au travers d'une exposition unique.
Pour la première fois, les corsetiers de Lingerie Française ont rassemblé tout
leur patrimoine afin de retracer plus d'un siècle d'histoire.
Lingerie Française promeut l’excellence, le savoir-faire, la beauté et le
glamour chic de cette industrie d’exception au travers de ses marques
prestigieuses, véritables icônes du style français. Des marques
emblématiques qui subliment les matières, innovent et proposent des
collections porteuses de sens, d’histoires, qui déclinent leur univers dans la
grande tradition française du design et de la conception.
Communiquer, informer et transmettre ce véritable artisanat d’art est la
vocation de Lingerie Française. Cette "transmission" est aujourd’hui
magnifiquement mise en lumière par cette exposition, véritable écrin pour la
Lingerie Française.
Nous tenons à remercier Catherine Ormen, notre commissaire, pour sa
passion "contagieuse" de l’histoire de la mode et plus particulièrement de
celle de la Lingerie, ainsi que le Défi –La Mode de France, partenaire essentiel
dans la réalisation de nos actions.
Nous avons plus qu’un souhait - que cette magnifique exposition fasse le tour
du monde !
Philippe BERTHAUX
Président de Promincor – Lingerie Française
Page 2 - 23/05/2012
L’exposition Lingerie Française,
un concept inédit
La Lingerie Française s’expose à Paris dans l’Espace Pierre Cardin, du 5 au 26
juillet 2012, avant de dévoiler ses charmes à Londres, Shanghai et Dubaï.
Ouverte à tous, au grand public comme aux professionnels du monde entier,
l'exposition valorise le savoir-faire et la créativité de la lingerie française,
réputée bien au-delà de nos frontières et dont les modèles habillent des
millions de femmes de par le monde.
Une plongée dans les collections d’AUBADE, BARBARA, CHANTELLE,
EMPREINTE, IMPLICITE, LEJABY, LOU, LISE CHARMEL, PASSIONATA,
PRINCESSE TAM.TAM et SIMONE PÉRÈLE a permis d’écrire l’histoire de cette
lingerie portée par des millions de femmes de par le monde…
La rétrospective débute dans les années 1880 et s’achève sur les créations de
demain. Centrée sur les pièces les plus emblématiques de la longue histoire
de la lingerie française, l’exposition est assortie d’installations vidéo qui
viendront redonner chair à ce parcours en montrant les images de publicités,
les films et les photographies les plus marquantes de chaque époque. Enfin,
un « tactilodrome » permettra de toucher différentes matières d’aujourd’hui
et du futur utilisées pour la fabrication de la lingerie, notamment avec la fibre
Lycra®.
Le parcours est à la fois chronologique et thématique. La présentation
imaginée par Dominique Velasco est très contemporaine, volontairement
minimaliste et très épurée pour conserver légèreté, fluidité et transparence.
Chacune des 260 pièces de lingerie que compte l’exposition est traitée à part,
mais replacée dans un groupe thématique. Ainsi, au fil de la visite, différents
axes se dessineront dans l’espace : lingerie chair, blanche, noire, lingerie
mode, sexy, technique ou d’inspiration couture…
La présentation s'achève par un effet "waouh" : la magie d’un hologramme
grandeur nature présentant un strip-tease transhistorique. Le principe est
celui du morphing : la silhouette féminine vivante et mouvante se transforme
au fil des époques, en même temps que la lingerie et la gestuelle… Occasion
de découvrir des modèles issus des archives de chacune des marques et de
nouveau portés.
L’exposition se prolonge par l’édition d’un livre richement illustré, publié aux
Éditions Plon, et qui sera disponible à la vente en librairies à partir de
septembre 2012, dans sa version française et anglaise.
Page 3 - 23/05/2012
Cette manifestation sera, en outre, présentée dans une forme virtuelle sur le
site Internet de l’Association "Promincor - Lingerie Française"
(www.lingeriefrançaise.com), tandis que différentes animations sur les forums
sociaux complèteront le dispositif de diffusion.
Page 4 - 23/05/2012
Les initiateurs
Promincor - Lingerie Française
L’Association pour la Promotion des Industries de la Corseterie "Promincor Lingerie Française" rassemble, autour de valeurs communes, dix-sept
marques françaises prestigieuses : AUBADE, BARBARA, CHANTELLE et
PASSIONATA, EMPREINTE, GERBE, LE CHAT, LEJABY, ANTIGEL, ANTINÉA,
EPRISE, LISECHARMEL, LOU, PRINCESSE tam.tam, ROSY, SIMONE PÉRÈLE et
IMPLICITE.
L’objectif de cette Association, fondée en 1970, est de permettre, aux marques
de lingerie, de s’exprimer d’une seule et même voix sur la scène internationale
et de promouvoir cette profession en exposant ses multiples facettes à tous
les professionnels du secteur, comme auprès du grand public.
Cette promotion se traduit par la participation à des salons spécialisés sous
une bannière commune, par l’organisation de défilés, de showcases, de
conférences de presse, mais aussi par des événements d’une portée plus
culturelle encore, tels que des expositions, publications, ou rétrospectives…
Commissaire : Catherine Ormen
Historienne de la mode et commissaire indépendant, Catherine Ormen est
l’auteur de nombreux ouvrages sur le sujet de la mode, notamment "Histoire
de la Lingerie" (avec Chantal Thomass).
Scénographe : Dominique Velasco
Ancien élève de l’École Boulle, scénographe, Dominique Velasco dirige
actuellement un studio de création. Il imagine, entre autres, les univers
graphiques et les volumes pour le Salon International de la Lingerie, Shanghai
Mode Lingerie, Mode City.
Photographe : Gilles Berquet
Après des études aux Beaux arts, Gilles Berquet se passionne pour la
photographie qui devient rapidement son médium privilégié. Dans les années
80, il travaille régulièrement pour le mythique magazine "Jardin des Modes", et
en particulier sur les sujets de lingerie. Reconnu internationalement pour son
travail d'artiste plasticien sur le corps féminin, il a réalisé les photographies de
Page 5 - 23/05/2012
l'exposition "Secrets" consacrée à l'histoire des dessous féminins qui s'est
tenue au Musée du Textile de Saint-Gall(Suisse) en 2008. Il s'est fait
remarquer par son style unique pour avoir photographié la lingerie en
transparence.
Page 6 - 23/05/2012
Sponsors & partenaires
Défi – La Mode France
Le Défi – La Mode de France, Comité de Développement et de Promotion de
l’Habillement, a pour objectif de promouvoir l'industrie française de
l'habillement et de faire connaître les produits, les savoir-faire et les
entreprises de cette industrie au plan national et surtout international. C'est
dans ce cadre qu'il subventionne ce prestigieux évènement de "Promincor Lingerie Française".
Invista
Invista est l’un des plus grands fabricants intégrés de fibres et de polymères
au monde offrant une valeur ajoutée exceptionnelle à ses clients grâce à ses
innovations technologiques, à sa connaissance du marché, ainsi qu’à son
solide éventail de marques internationales reconnues comme la fibre Lycra®.
Fédération de la Maille & de la Lingerie
La Fédération de la Maille & de la Lingerie rassemble, au sein d’une
communauté unique, 120 entreprises opérant à tous les niveaux de la filière
textile-habillement : les étoffes, le tissu, la confection, les donneurs d’ordre,
les marques, la distribution, autour d’une même vision de projets et de
marchés.
Parallèlement aux initiateurs du projet et aux sponsors principaux, différents
parrains apportent leur aimable soutien au projet : Eurovet avec ses salons
Mode City et Shanghai Mode Lingerie.
Page 7 - 23/05/2012
Parcours de l’exposition
Corset mon amour !
Les débuts
L’exposition débute en un temps où le corset est roi, et son industrie
florissante. Il s’en vend, en France, en 1867, plus de onze millions. Déjà réputée
pour sa créativité dans la mode, douée d'un vrai savoir-faire en corseterie, la
France va même devenir la première exportatrice dans le domaine.
Descendant du corps à baleines, qui pendant des siècles a pallié la "faiblesse"
de la femme et l’a aidée à dominer ses passions, le corset, s’il dessine une
silhouette de rêve, entrave les mouvements. Ajouté à l’ampleur et au poids du
linge et des vêtements, il fait de la femme un bel objet improductif. Les
planches photographiques de Muybridge (courtesy Galerie Françoise Paviot)
mettent en exergue la complexité de l’habillage, une opération qui, pour
certaines femmes, se répétait plusieurs fois par jour afin d’adapter leur
toilette à toutes les circonstances.
Pour lutter contre la rigidité du corset, des fabricants imaginent, dans les
années 1880, de l’assouplir au moyen d’une maille élastique. C’est ce que fait
dès 1875 le Dr. Bernard (à l’origine de la marque Aubade). C’est également à
cela que va s’employer M. Gamichon, dont l’entreprise de tricots élastiques
prendra le nom de Chantelle au siècle suivant, en 1949. Sans oublier les très
populaires sous-vêtements hygiéniques, une spécialité du Dr. Rasurel, la
marque-sœur de Lejaby.
Au tournant des années 1900, le corset est de plus en plus contesté par la
pratique croissante du sport, ainsi que par tout un courant hygiéniste. Le
corset tord la silhouette en "S", propulsant la poitrine vers l’avant, formant
comme un seul sein la croupe vers l’arrière, tout en dessinant une taille de
guêpe. Mais dès 1905, le corset entreprend de se modifier, pour mieux
façonner la silhouette "Empire" en passe de conquérir la mode. Cette
silhouette est rendue célèbre en 1906 par le couturier Paul Poiret à qui l’on
attribue (un peu à tort) la suppression du corset. En réalité, ses robes
conservent dans la doublure, une large ceinture baleinée, mais il est vrai aussi
qu’on ne peut pas ôter du jour au lendemain un corset porté dès l’enfance ! Le
corset descend désormais en dessous de la poitrine et s’allonge presque
jusqu’à mi-cuisses. À la fin de la Belle Époque, la silhouette est droite et les
vêtements commencent à s’éloigner du corps ; ce qui facilite les
Page 8 - 23/05/2012
mouvements. Dès lors, se pose le problème du maintien de la poitrine…
Le premier soutien-gorge a fait l’objet d’un dépôt de modèle par Herminie
Cadolle en 1889 mais il faut attendre 1905 pour que les premières publicités
pour ce nouveau sous-vêtement apparaissent. Soutien-gorge ou maintiengorge, dont deux exemplaires très rares, tirés des collections de Chantelle,
seront présentés dans l’exposition. Ces maintiens-gorge s’accompagnent
d’un corset raccourci qui fait office de serre-taille et maintient les bas au
moyen de jarretelles.
C’est ce corset divisé en deux parties qui s’imposera pendant la Première
Guerre mondiale. On ne l’appelle plus corset. Ce sera alors un soutien-gorge
ou une brassière, accompagné d’une ceinture-gaine. Et l’ancien corset
n’apparaît plus que sur des cartes postales patriotiques destinées à soutenir
le moral des troupes…
Blanc, chair, rose, la gaine !
Le triomphe de la gaine
La période de l’entre-deux-guerres voit triompher la gaine. Il s’agit d’abord,
dans les années 1920, d’une ceinture munie de bandes élastiques qui enserre
les hanches, aplatit le ventre et les fesses. Les femmes se sont transformées
en garçonnes. Elles ont coupé leurs cheveux et portent des robes flottantes
et courtes. Des robes aux genoux, du jamais vu dans l’histoire de la mode !
Ces "robes-chemises" dissimulent les formes du corps plus qu’elles ne les
révèlent et l’on s’emploie à conserver leur ligne droite en gommant la poitrine
sous un aplatisseur (une bande de tissu) ou un soutien-gorge-brassière. Ce
dernier se réalise à la main, au crochet. En revanche, les garçonnes en vogue
alors, recourent aux produits de l’industrie pour leur gaine, même lorsqu’elles
sont enceintes. Deux de ces fameuses ceintures de grossesse à panneau
ajustable sur le devant figureront dans l’exposition (collection Chantelle).
Mais la garçonne s’éclipse bientôt pour laisser place à une femme sculpturale.
La mode rallonge, se fait très ajustée. Les robes moulent le corps. Commence
alors l'impitoyable chasse aux bourrelets qui rend la gaine indispensable tout
au long des années 1930. Celle-ci bénéficie des progrès accomplis dans le
traitement du caoutchouc et d’un savoir-faire qui découle des techniques de
corseterie. Elle comprime et lisse le corps sans l’opprimer et se porte
généralement sous une combinaison ornée de dentelle. Cependant, ce
modèle d’une seule pièce n’a pas fait disparaître les ceintures-gaines qui
tirent également parti des progrès techniques et sur lesquelles l’adjonction
des disgracieuses bandes de caoutchouc n’est plus nécessaire. En témoignent
Page 9 - 23/05/2012
les gaines de la future société Barbara. Ce sont des gaines fully-fashioned
(aux augmentations et diminutions tricotées) qui épousent les courbes du
corps. Les parties en maille -et donc souples- sont renforcées par des
empiècements de coutil (coton broché) couleur chair, pour assurer un bon
maintien. L'offre est désormais variée, pour tous les goûts, toutes les
morphologies, et à tous les prix.
Des progrès sont également accomplis dans les soutiens-gorge. Pour la
première fois de leur histoire, les seins sont nettement séparés, et l’on
s’applique à en respecter le galbe naturel. Les corsetières, à l'image de
Mademoiselle Simone Pérèle qui obtient son diplôme en 1935, ou Lise Charmel
installée à Lyon, travaillent alors essentiellement sur mesure, sinon en séries
très limitées. Un modèle créé par une autre de ces corsetières, Gaby qui
commence sa carrière en 1931, est tout à fait typique de cette production très
raffinée, où les bonnets sont souvent évidés. Cette Gaby, qui confectionnait
ses premiers soutiens-gorge dans l’arrière salle de cinéma de son beau-frère,
est à l’origine de la marque Lejaby.
Premières parures de lingerie
Les glorieuses années 1950
La véritable histoire de la lingerie française commence après la Seconde
Guerre mondiale. Les marques industrielles semblent alors pousser comme
des champignons ! Empreinte et Lou naissent en 1946, l’année où le "fakir
birman", célèbre pour ses prédictions, se reconvertit avec succès dans la
vente de gaines par correspondance sous le nom de Barbara. En 1949, la
famille Kretz met sur le marché la gaine "Chantelle". Le succès là aussi est
immédiat et donne son nom à l’entreprise qui dispose ainsi d’une appellation
plus moderne, chantante et facile à mémoriser. Puis, c’est au tour de Lejaby
de venir en 1951 sur le devant de la scène en imaginant une forme de soutiengorge qui fait pigeonner les seins. Trois ans plus tard, Madame Pérèle dépose
sa marque sous le nom de Simone Pérèle, tandis que Lise Charmel
approvisionne de plus en plus de boutiques lyonnaises. Aubade, enfin, voit le
jour lorsque qu’un couple, M. et Mme Pasquier, rachète l’entreprise du Dr.
Bernarden1958. Incroyable bouillonnement !
L’effet Dior n’est pas étranger au développement de la lingerie. Le 2 février
1947, ce jeune couturier, hier encore inconnu, présente sa première collection
de haute couture qui lance le New Look : une silhouette ultra-féminine qui va
donner aux femmes l’envie de se montrer. Dior dessine une silhouette aux
épaules étroites, à la poitrine haute et saillante, à la taille fine et aux hanches
Page 10 - 23/05/2012
galbées. Une silhouette de pin-up, façonnée par les sous-vêtements que les
femmes du monde entier vont s’appliquer à imiter.
Les marques françaises rivalisent alors d’inventivité, notamment dans le
domaine du soutien-gorge. Chacune aura sa méthode pour faire pigeonner la
poitrine : balconnets, bustiers, soutiens-gorge aux bretelles extrêmement
écartées, aux coussinets trompeurs ou simplement aux coupes ingénieuses
qui rehaussent la poitrine. La mode est aux seins pointus et pigeonnants. Les
matières changent : le polyamide ou Nylon, blanc ou de couleur, une matière
qui se lave facilement, sèche vite et ne se repasse pas, va rapidement se
substituer au coton rose ou chair. L’utilisation de la dentelle de Nylon noire se
répand, induisant un caractère "sexy". Les fanons de baleine disparaissent,
remplacés par des lames d’acier, des plumes de dinde, du Nylon ou de la
matière plastique. Des matières et des techniques nouvelles se font jour
tandis que les réclames très colorées envahissent les magazines. Le prix du
Nylon baisse, et la fabrication industrielle se généralise, entraînant une
démocratisation sans précédent de la lingerie : l’ère de la grande
consommation vient de s'ouvrir…
Un souffle de liberté
La couleur des années 1960
Les tendances de la mode se définissent désormais selon les classes d’âges et
en fonction du mode de vie. C’est "la rue" qui dicte au prêt-à-porter ce qu’elle
veut mettre. La silhouette qui s’impose dès le milieu des années 1960 est celle
d’une jeune fille presque androgyne car à peine sortie de l’enfance. Elle
répudie la lingerie de sa mère, alors même que les féministes conspuent la
lingerie, symbole à leurs yeux d’asservissement… Produits et communication
s’adaptent.
Outre les collants qui apparaissent et permettent l’essor de la mini-jupe,
démodant combinaisons et autres gaines, les soutiens-gorge découvrent le
confort de bretelles élastiques et l'usage de la fibre Lycra® découverte en 1959
par DuPont de Nemours. Lejaby, un temps, en détient l’usage exclusif avant
que la majorité des marques n’y recourent. Le soutien-gorge "Sole Mio" de
Simone Pérèle témoigne par son succès combien cette avancée
technologique bouleverse la notion de confort. C’est aussi l’époque où le
panty triomphe, car, en remodelant le bassin, il favorise l’essor du pantalon.
Et pour répondre aux aspirations de la jeunesse, le style, comme c'est le cas
dans le prêt-à-porter, s’introduit dans la lingerie : la lingerie se colore dans
des gammes acidulées, comme le vichy rose inspiré par Brigitte Bardot chez
Empreinte ou Aubade. Les imprimés couvrent les différentes pièces de
Page 11 - 23/05/2012
lingerie qui désormais sont coordonnées.
Les marques évoluent également dans leur manière de communiquer,
passant de la réclame à la publicité et du dessin à la photographie, dans des
campagnes chocs, comme celles d’Aubade qui rappellent à leur manière que
se joue la révolution sexuelle.
Objets de mode ?
Invisible, fonctionnelle puis sexy durant les années 1970
Au moment où le féminisme bat son plein et où l’on prédit la mort du
soutien-gorge, celui-ci se fait plus technique que jamais, transparent et léger,
comme si le corps était nu (Aubade)… Les modèles "Fête" de Chantelle, avec
sa dentelle en forme de roues, "Pétale" de Simone Pérèle avec ses pétales de
fleurs autant que le "Filet" de Lou sont des best-sellers car la majorité des
femmes, en dépit de tout ce qui peut être dit, demeure profondément
attachée au port du soutien-gorge.
Le succès du film Emmanuelle, sorti sur les écrans français en 1974, encourage
le désir d’une lingerie plus sensuelle. C’est alors qu’Aubade "invite les frustrés
à tourner la page", et lance "l’Agrafe-cœur", un soutien-gorge en broderie
anglaise qui s’attache sur le devant. Le blanc qui n'est plus virginal investit la
lingerie. Un blanc sensuel, qui se retrouve chez Simone Pérèle aussi bien que
chez Lise Charmel rachetée en 1975 par Jacques Daumal, qui contribue à
conjuguer lingerie et mode.
C’est à la fin des années 1970 que la lingerie se mue réellement en un produit
"mode". Des créatrices telles que Vivienne Westwood ou Chantal
Thomassl'intègrent dans leurs collections de prêt-à-porter. Affleurant au
niveau des vêtements, la lingerie se fait de plus en plus visible et marquera la
mode tout au long des années 1980.
Et chic et chic, chic, aïe, aïe, aïe !
Années 1980 : choisir sa lingerie selon son humour
La mode est à la mode et elle souligne la perfection d’un corps façonné par la
Page 12 - 23/05/2012
seule volonté, les régimes amaigrissants, le sport et les anabolisants, les
cosmétiques et déjà, la chirurgie esthétique… Le muscle a remplacé le corset ;
celui-ci est devenu mental. D’utilitaire qu’elle était, la lingerie est rythmée
maintenant avec une saisonnalité précise, celle des collections d’hiver et d'été
qui s’accompagnent d’une communication très audacieuse.
Aux créations nouvelles -le tanga d’Aubade lancé en 1979, mais également le
body qui se généralise-, s’ajoute la panoplie très sexy des années 1950
(guêpière, bas et porte-jarretelles) que la lingerie française remet en scène
avec humour. Tous ces sous-vêtements, qui étaient auparavant
constricteurs, vont séduire non seulement par leur caractère ludique, mais
également par leur confort : la fibre Lycra® a conquis toutes les créations.
À la fois objet de désir et jeu de séduction, la lingerie peut se diversifier à
l’infini. De nouvelles marques apparaissent : Princesse tam.tam en 1985 et
Passionata en 1988 ajoutent, à cette diversité, des propositions fraîches et
pleines d’humour, plus particulièrement destinées aux très jeunes femmes.
Ainsi, pourra-t-on désormais choisir sa lingerie en fonction de son humeur et
plus uniquement en tenant compte de sa morphologie : sportive, classique,
sexy, rétro, glamour... Tout est permis. Y compris porter des dessous dessus !
La lingerie mise à nu
"Nude"…
Après l’euphorie des années 1980, la mode, soudain, fait profil bas. La
dictature qui s’exerçait sur le corps se fait moins prégnante… La douceur
s’impose. On prend soin de soi, et, dans le règne de l’intime qui s’élargit à la
bulle de l’environnement immédiat, la lingerie se fait douce, légère et
caressante grâce, notamment, à l’emploi des microfibres. Pionnière dans ce
domaine, Barbara avait lancé Athéa en 1984. Et cette microfibre, qui imite la
texture de la peau tout en la laissant respirer, se retrouve au cours des
années 1990 dans la plupart des collections.
La peau devient l’un des terrains d’expression privilégiés de la mode. On la
veut nue, sans fard, mais protégée pour mieux y déployer tatouages et
piercings qui, face à une mode devenue uniforme et minimaliste, permettent
de se singulariser. Juste corollaire de la mode du jean taille basse, tangas et
strings -et notamment ceux, très fantaisiste de Lou- suscitent un incroyable
engouement. Ils disparaissent sous les pantalons les plus moulants, mais, par
une broderie ou un bijou (string-minimum® d’Aubade, 2001), ils attirent
Page 13 - 23/05/2012
l’attention sur une zone corporelle qui n’avait jusqu’alors jamais été exposée
aux regards.
La poitrine, elle aussi, s’affiche résolument dans des vêtements extrêmement
moulants. Jamais les push-up et les soutiens-gorge à coques rembourrées
n’auront eu autant de succès ! Les bretelles autant que les bordures des
décolletés s’exhibent. Olivier Noyon, fabricant de dentelle de Calais, se
souvient que la couleur qui était marginale dans ses collections, devient alors
prépondérante (preuve supplémentaire que la lingerie est devenue un
produit de mode). Empreinte propose pour les poitrines les plus fortes, une
très grande variété de tailles, du 85 au 115 avec des profondeurs de bonnets
qui vont du C au H, presque du sur-mesure. Une multiplicité de tailles pour
mieux répondre, sans doute, à la volonté d’individualisme qui va croissant
dans la mode. Chaque femme ose ainsi affirmer sa différence.
En 1995, Lejaby lance le modèle "Nuage", un soutien-gorge invisible à coques
moulées qui sera vendu à plus de dix millions d’exemplaires en dix ans. Toutes
les marques vont également proposer le leur, dans d’infinies variations de
couleur chair, nacre, "nude"… Des soutiens-gorge invisibles, même sous des
tee-shirts de taille XXS ! Effet seconde peau, la lingerie finit même par se
confondre avec la peau… Less is more! Telle est l’une des premières tendances
qui s’affirme depuis le milieu des années 1990.
Une technique d’avant-garde
Annoncée par Lejaby qui fête en 2008 ses 80 ans avec une ligne "Héritage"
qui remet au goût du jour des dessous rétro, un engouement semble se
dessiner pour des sous-vêtements gainants. Pressentant ce phénomène,
Invista partenaire de l’exposition, lance en 2010, un programme de
certification des tissus intitulé Lycra® beauty, The Science of Shaping™, pour
une nouvelle génération de lingerie sculptante. Depuis, plus de mille tissus
spécialisés, avec de très hautes performances, ont été certifiés de par le
monde, parmi lesquels des mailles de Billon ou Bel Maille qui trouvent des
applications dans des lignes de shapewear.
Depuis, plus de mille tissus spécialisés, avec de très hautes performances, ont
été certifiés de par le monde, parmi lesquels des mailles de Billon ou Bel
Maille qui trouvent des applications dans des lignes de shapewear. Chez
Barbara, par exemple, les sous-vêtements très épurés, culottes, culottesserre-taille et même panty -qui revient sur le devant de la scène après trente
ans d’absence-, remodèlent la silhouette. Avec leurs surpiqûres et leurs
empiècements, ils sont à la fois rétro et glamour, mais ce sont avant tout, des
produits issus des technologies les plus avancées.
D’autres innovations techniques ont récemment vu le jour : Aubade et
Page 14 - 23/05/2012
Barbara lancent ainsi des parures en dentelle moulée. C’est par une
collaboration très poussée avec Noyon que ces sous-vêtements
révolutionnaires par leur légèreté et leur confort -le procédé a l’avantage de
faire disparaître les coutures- ont pu voir le jour. Ils ont nécessité plusieurs
mois d’un travail méticuleux pour que décor et contention demeurent à la
bonne place après le moulage, et c’est le fruit d’une étroite collaboration
entre plusieurs corps de métiers qui poussent toujours plus loin l’innovation.
Lingerie mode et lingerie couture
Couleurs, matières et formes de la lingerie française anticipent sur les
tendances pour proposer aux femmes, en temps voulu, les articles dont elles
auront envie. Lou ne déclare-t-elle pas ouvertement créer chaque saison
"une ligne prêt-à-porter inspirée des dernières tendances de la mode" ? C’est
pourquoi les motifs, qu’ils soient pois, rayures, vichy, carreaux, écossais,
imprimés floraux, fauves, "masculin-féminin", baroques ou autres, ne sont
jamais les mêmes…
Ainsi, les fleurs sont récurrentes dans les collections, traitées en dentelle, en
broderies ou, plus rarement -parce que c’est infiniment plus onéreuxrebrodées sur de la dentelle. Et ici, c’est le savoir-faire séculaire des denteliers
qui est sollicité au plus haut niveau. La recherche de dessins originaux ainsi
que la sophistication des techniques mises en œuvre confinent parfois à de
l’artisanat d’art, comme chez Lise Charmel qui place très haut la barre du
savoir-faire et recherche par mille et une manières à se renouveler en
permanence.
À l’inverse, ce peut-être la recherche de l’épure qui motive certaines marques
à l’instar d’Implicite, créée en 2007, par le Groupe Simone Pérèle. Implicite
entend, en effet, développer son propre style en marge des contingences de
la mode. Une indépendance qui correspond à une vision plus conceptuelle et
épurée de la femme actuelle…
C’est cette diversité des productions, ce bouillonnement de la recherche, qui
font la richesse de la lingerie française. Cela se traduit par une multiplicité de
lignes au sein de chaque collection qui proposeront aux consommatrices du
monde entier des produits d’une qualité irréprochable, des produits d’avantgarde qui sauront devancer leurs désirs.
Retracer cette histoire au travers d’une exposition et d’un livre revient donc à
évoquer les grandes mutations morphologiques, sociologiques et culturelles
survenues au cours du siècle et demi qui a précédé.
Page 15 - 23/05/2012
Savoir-faire
Matières et techniques
L’ambition de l’exposition est également de favoriser une meilleure
compréhension de ce que sont les métiers de la corseterie.
De la conception (recherche de thèmes, de matières, de formes, de
couleurs…) à la réalisation de prototypes, qui nécessitent d’ajuster avec une
précision millimétrique les vingt à trente pièces d’un soutien-gorge, en
passant par les multiples essayages, la conception d’un soutien-gorge est une
opération longue et complexe.
Et tout serait plus simple s’il n’y avait une multitude de matières qui
proviennent d’autant de fournisseurs différents : de la dentelle de Calais, de la
broderie de Saint-Gall, du tulle, des rubans, des gros grains, des agrafes, du
coton, de la soie, des matières élastiques d’avant-garde en provenance des
cinq continents…
Il en résulte d’insoupçonnables problèmes de teinture : pour chaque pièce, il
faudra vérifier la conformité de la couleur par un contrôle visuel très attentif
ou une savante colorimétrie effectuée à l’aide d’un spectrocolorimètre. De
plus, il faudra veiller à l’élasticité et à la tension de chaque matière, car le
moindre composant influe sur le confort final de la consommatrice.
Rappelons enfin que la lingerie est la première enveloppe de la peau, en
contact direct et permanent avec elle. Il faut donc tester
dermatologiquement toutes les matières pour qu’elles ne contiennent
aucune substance allergène ou cancérigène. Il faut également que la dentelle,
par exemple, subisse des essais de "pilling" (frottement sur de la laine pour
voir si elle bouloche…), et que ses propriétés résistent jusqu’à trente lavages
d’affilée…
Jadis, la corsetière était seule face à la cliente. Aujourd’hui, les intervenants
sont multiples et, de l’idée première jusqu’au moment où la consommatrice
sortira sa lingerie de son dressing, le corsetier doit mettre en œuvre une
logistique complexe.
Un soutien-gorge "éclaté", une présentation des différentes tailles et
profondeurs de bonnet pour un même modèle, ainsi que les différentes
étapes de la conception à la mise en boutique d'un soutien-gorge, seront
retracés par des audiovisuels. Un "tactilodrome" permettra également au
public de se familiariser avec ce que la fibre Lycra® procure aux tissus quelles
que soient les matières avec lesquelles elle s’associe.
Page 16 - 23/05/2012
Livre
Lingerie française (XIXe -XXIe siècle)
par Catherine Ormen
Il était une fois la lingerie française… Inventée en France, réputée dans le
monde entier, la lingerie française couvre plus de cent ans de créations à
l’honneur dans un beau livre, et racontée tout en légèreté par Catherine
Ormen, historienne de la mode.
Plus de cent ans de créations, d’innovations, de savoir-faire, de luxe et de
séduction ! La longue histoire de la lingerie française célèbre le savoir-faire
des corsetiers français avec quelques-unes de leurs inventions phares : le
corset en tissu élastique, le premier soutien-gorge (il s’appelle alors le
maintien-gorge), la gaine, et désormais la lingerie intelligente, qui mémorise
les courbes du corps féminin ! Un concentré de glamour dans quelques
grammes de fine lingerie…
Corsets, gaines et soutiens-gorge sont entrés dans la légende, mais aussi les
guêpières, combinaisons, culottes, pantys, tangas, strings sans oublier les
porte-jarretelles. Ils retrouvent leur place ici dans la longue histoire des
mœurs françaises, surfant entre les tabous, et particulièrement mis en
beauté par le travail photographique de Gilles Berquet.
Catherine Ormen
Historienne de la mode et commissaire indépendant, Catherine Ormen est
l’auteur de nombreux ouvrages sur le sujet de la mode, notamment une
Histoire de la lingerie (avec Chantal Thomass).
Le livre sera en vente à l'espace Pierre Cardin pendant l’exposition (5 au 56
juillet 2012) et à l'automne en librairie. Prix 25 euros.
Page 17 - 23/05/2012
Visuels disponibles pour la presse
Planche 1
Plus d’un siècle sépare ces deux pièces de lingerie qui partagent pourtant un même
sens du confort, un même goût pour la recherche, l’innovation et l’élégance, qualités
qui ont fait la réputation de la lingerie française depuis la fin du XIXe siècle.
©Gilles Berquet / Lingerie Française
Corset en tricot élastique baleiné à jarretelles élastiques et
réglables. Vers 1910.
PATRIMOINE CHANTELLE
Shorty en dentelle rebrodée. A/H 2012.
PATRIMOINE LISE CHARMEL
Planche 2
À la recherche de plus de confort et de souplesse, le corset, peu avant la Première
Guerre mondiale, entreprend de se diviser en deux parties : un maintien-gorge lacé au
dos pour la poitrine et un serre-taille qui dessine une taille de guêpe et sert à fixer les
bas.
©Gilles Berquet / Lingerie Française
"Maintien-gorge" en tricot élastique, fermé sur le devant
par des boutons de nacre, dos lacé, bretelles en ruban de
satin de coton. Vers 1905-1910. PATRIMOINE CHANTELLE
Serre-taille porte-jarretelles, en tricot élastique baleiné.
Vers 1905-1910. PATRIMOINE CHANTELLE
Page 18 - 23/05/2012
Planche 3
Au lendemain de la Première Guerre mondiale, le corset a disparu. Il est remplacé par
un soutien-gorge et une gaine, qui nécessitent un grand savoir-faire et compteront
parmi les spécialités de la lingerie française.
©Gilles Berquet / Lingerie Française
Soutien-poitrine à bonnets évidés, en satin de coton et
dentelle chair. Années 1930. PATRIMOINE LEJABY
Soutien-gorge sans armatures en satin de coton chair.
Bretelles multi-positions. 1939. PATRIMOINE LEJABY
Gaine haute en tricot élastique "fully-fashioned", renforts
de coutil, baleines au niveau de la taille, jarretelles. Années
1940. PATRIMOINE CHANTELLE
"Ceinture de grossesse", en tricot élastique, empiècement
ajustable, jarretelles. Fermeture sur le devant. Années 1930.
PATRIMOINE CHANTELLE
Planche 4
Le savoir-faire acquis par les corsetiers sur mesure se transmet aux
entreprises industrielles qui prennent leur essor après la Seconde Guerre
mondiale. La silhouette définie par le New de Dior impose alors de faire
pigeonner les seins et d’affiner la taille…
©Gilles Berquet / Lingerie Française
Bustier sans armatures en satin de coton chair.
1955/60.PATRIMOINE LISE CHARMEL
Soutien-gorge à armatures en satin de coton chair.
1955/60.PATRIMOINE LISE CHARMEL
Gaine en tulle élastique jacquard, renforcé par du satin de coton,
non baleinée, jarretelles amovibles. 1949.
PATRIMOINE CHANTELLE
Page 19 - 23/05/2012
Planche 5
Au cours des années 1950, la lingerie française s’empare du nylon pour mettre, à la
portée de toutes les femmes, des productions toujours plus sophistiquées.
©Gilles Berquet / Lingerie Française
Soutien-gorge à armatures en dentelle de nylon bleu
marine et haut du bonnet plissé en nylon blanc. Dos et
bretelles ajustables. Années 1950. PATRIMOINE LOU
Bustier baleiné en nylon blanc comportant un soutiengorge à armatures, dos élastique, bretelles réglables.
Années 1950. PATRIMOINE LEJABY
Porte-jarretelles en dentelle de nylon bleu marine bordé
d’une broderie blanche à trou-trous et d’un ruban marine.
Fin 1950/début 1960. PATRIMOINE EMPREINTE
Porte-jarretelles en dentelle de nylon bleu marine. 1960.
PATRIMOINE SIMONE PERELE
Guêpière en dentelle de nylon bleu marine sur fond blanc,
soutien-gorge à armatures. Porte-jarretelles sous le jupon.
1960. PATRIMOINE SIMONE PERELE
Planche 6
La fantaisie s’immisce toujours davantage sur les productions de la lingerie française
qui se colorent dès le milieu des années 1950. Une tendance qui ne cessera de
s’accentuer.
©Gilles Berquet / Lingerie Française
Soutien-gorge balconnet en coton rayé blanc et argent (lurex),
bretelles ajustables. 1973. PATRIMOINE SIMONE PERELE
Soutien-gorge à armatures en nylon gris et rose, imprimé à fleurs.
Années 1960. PATRIMOINE EMPREINTE
Gaine-porte-jarretelles en maille imprimée à fleurs, double renfort
ventral. Années 1960. PATRIMOINE EMPREINTE
Culotte-gaine porte-jarretelles en tulle jacquard corail, renfort
ventral festonné. Années 1950. PATRIMOINE LOU
Gaine ouverte, porte-jarretelles intégré, en tulle florisé,
incrustation de satin blanc, baleines en renfort ventral.
Jarretelles amovibles. 1959. PATRIMOINE BARBARA
Gaine porte-jarretelles en nylon gris et rose, renfort ventral
en dentelle de nylon gris. 1963. PATRIMOINE LOU
Page 20 - 23/05/2012
Planche 7
Sixties et revival… Un vent de fraîcheur souffle sur la lingerie française des sixties,
devenues, depuis les années 1980, source d’inspiration récurrente pour la mode.
©Gilles Berquet / Lingerie Française
Soutien-gorge à armatures en coton rayé rose et blanc.
1988/89. PATRIMOINE PRINCESSE tam.tam
Culotte bouffante en nylon rayé rose et blanc. Début des
années 1960. PATRIMOINE EMPREINTE
Soutien-gorge sans armatures, en vichy rose (coton), bretelles
ajustables. Années 1960. PATRIMOINE AUBADE
Porte-jarretelles en nylon rayé rose et blanc. Début des
années 1960. PATRIMOINE EMPREINTE
Culotte en vichy rose (coton), coordonnée au soutiengorge. Années 1960.PATRIMOINE AUBADE
Planche 8
Créativité des Sixties… Transparence, légèreté, gaité, et formes inédites: la lingerie
française est au diapason de la mode !
©Gilles Berquet / Lingerie Française
Soutien-gorge à armatures en polyamide
imprimé, bretelles réglables. Fin des années
1960. PATRIMOINE LOU
Panty moulant en polyamide stretch. 1970.
PATRIMOINE CHANTELLE
Combiné-panty, dos nu, soutien-gorge à
armatures, dentelle de nylon. Années 1960.
PATRIMOINE EMPREINTE
Combinaison-short ivoire. Années 60.
PATRIMOINE BARBARA
Page 21 - 23/05/2012
Planche 9
Au début des années 1970, pour mieux répondre aux attentes des femmes, la lingerie
française est technique, légère, invisible…
©Gilles Berquet / Lingerie Française
Soutien-gorge en tulle jacquard marron, bretelles réglables.
Début des années 1970. PATRIMOINE LOU
Panty gainant, jarretelles amovibles, polyamide stretch
chair. Début des années 1970. PATRIMOINE AUBADE
Panty gainant à double renfort et incrustation ventrale de
satin brodé, jarretelles amovibles, polyamide stretch blanc.
Début des années 1970. PATRIMOINE BARBARA
Planche 10
Pour répondre à la prétendue désaffection pour le soutien-gorge, la lingerie française
imagine des modèles invisibles sous les vêtements, modulables et adaptables à tous
les décolletés.
©Gilles Berquet / Lingerie Française
Soutien-gorge sans armatures, dos-nu, en dentelle de
nylon vert nil. Début des années 1970. PATRIMOINE
AUBADE
Soutien-gorge sans armatures en dentelle de nylon jaune.
Début des années 1970. PATRIMOINE LEJABY
Soutien-gorge sans armatures en dentelle de nylon
turquoise. Début des années 1970. PATRIMOINE
EMPREINTE
Soutien-gorge sans armatures, dos-nu, en dentelle de
nylon "nacreperle". Début des années 1970.
PATRIMOINE AUBADE
Page 22 - 23/05/2012
Planche 11
Dès les années 1980, le noir a envahi les garde-robes et le body qui, met en scène un
corps triomphant, est devenu grâce au LYCRA® qui le rend confortable, le symbole
même de la séduction.
©Gilles Berquet / Lingerie Française
Body noir en polyamide et fibre Lycra®.
Années 1980. PATRIMOINE AUBADE
Soutien-gorge à armatures en dentelle
moulée de Noyon. 2012.
PATRIMOINE BARBARA
Body en coton et fibre Lycra®, intégrant un
soutien-gorge à armatures. A/H 1989/90.
PATRIMOINE PRINCESSE tam.tam
Body, maille fibre Lycra®. P/E 2012.
PATRIMOINE IMPLICITE
Planche 12
Froufrous, broderies, dentelles… Blanc romantique et couleurs acidulées pour une
lingerie pleine de douceur et de fraîcheur.
©Gilles Berquet / Lingerie Française
Soutien-gorge Flower push-up sans bretelles en microfibre
et dentelle. 2006. PATRIMOINE PASSIONATA
Bustier, coton blanc et dentelle. Années 1980.
PATRIMOINE LOU
Caraco en tulle brodé vert absinthe. 2005.
PATRIMOINE PASSIONATA
Culotte blanche en dentelle et fibre Lycra® blanc. Années
1980.
PATRIMOINE AUBADE
Combinaison-short en dentelle blanche. Années 1980.
PATRIMOINE AUBADE
Page 23 - 23/05/2012
Planche 13
Masculin-féminin, à pois, ou à rayures et même en cuir, la lingerie française est à
l’unisson avec la mode.
©Gilles Berquet / Lingerie Française
De gauche à droite et de haut en bas :
Soutien-gorge corbeille, coque imprimée à pois, dessus du
bonnet en dentelle de Calais. 2011. PATRIMOINE LEJABY
Soutien-gorge corbeille en agneau blanc.
PATRIMOINE LISE CHARMEL
Soutien-gorge à armatures en coton blanc à pois noirs.
P/E 1989. PATRIMOINE PRINCESSE tam.tam
Soutien-gorge corbeille en coton noir et rayures blanches.
2010. PATRIMOINE PASSIONATA
Culotte flottante en soie ivoire imprimée de pois et de
rayures. Années 1980. PATRIMOINE LOU
Porte-jarretelles noir. P/E 2011. PATRIMOINE IMPLICITE
Planche 14
Variations sur un même thème…
©Gilles Berquet / Lingerie Française
De gauche à droite et de haut en bas :
String chair, invisible. PATRIMOINE CHANTELLE
String anthracite. P/E 2012. PATRIMOINE IMPLICITE
String, modèle "Attitude". 2005. PATRIMOINE LOU
String sans couture. 2012. PATRIMOINE BARBARA
String en coton rayé. 2002. PATRIMOINE LOU
String en coton rayé. 2007. PATRIMOINE LOU
String en polyamide marron et rayures bayadère. 2004.
PATRIMOINE LOU
Page 24 - 23/05/2012
Planche 15
Issus des dernières avancées technologiques, ces soutiens-gorge invisibles,
insoupçonnables, et si confortables procurent un galbe naturel à la poitrine et
d’incomparables sensations.
©Gilles Berquet / Lingerie Française
Soutien-gorge à coques préformées rigides, couleur chair,
bretelles transparentes. 2001. PATRIMOINE PASSIONATA
Soutien-gorge invisible à coques rigides, couleur chair.
P/E 2010. PATRIMOINE IMPLICITE
Soutien-gorge chair en polyamide et fibre Lycra®, bonnets
souples préformés. 1972. PATRIMOINE CHANTELLE
Soutien-gorge en microfibres blanches. Années 1980.
PATRIMOINE BARBARA
Soutien-gorge à bonnets préformés souples, couleur chair.
1995. PATRIMOINE LEJABY
Planche 16
Dentelles les plus raffinées et tulles brodés donnent sur la peau l’effet de magnifiques
tatouages…
©Gilles Berquet / Lingerie Française
Soutien-gorge corbeille en tulle brodé (broderie de Gian
Luigi Locatelli). 2005. PATRIMOINE CHANTELLE
Soutien-gorge corbeille rigide avec application de dentelle
à effet tatouage. 2001. PATRIMOINE LEJABY
Shorty en tulle uni brodé du même coloris uni, puis la
broderie est imprimée de différents coloris pour un effet de
tatouage. 2011. PATRIMOINE CHANTELLE
Page 25 - 23/05/2012
Planche 17
Une lingerie française très haute couture…
©Gilles Berquet / Lingerie Française
Soutien-gorge à coques rigides et dentelle
exclusive. 2012.
PATRIMOINE LISE CHARMEL
Soutien-gorge à coques rigides et dentelle
exclusive parsemée d’éclats de métal
argenté. 2012. PATRIMOINE LISE
CHARMEL
Guêpière en deux parties, en polyamide,
polyuréthane, polyester et élasthanne brun
et noir. 2008.
PATRIMOINE SIMONE PERELE
Planche 18
©Gilles Berquet / Lingerie Française
Soutien-gorge à coques rigides et dentelle exclusive
parsemée d’éclats de métal argenté. 2012.
PATRIMOINE LISE CHARMEL
Soutien-gorge corbeille en dentelle rebrodée imitant le
tweed. 2012. PATRIMOINE LEJABY
Soutien-gorge à armatures, coloris "Crépuscule", bleu nuit
et noir. A/H 2011. PATRIMOINE IMPLICITE
Page 26 - 23/05/2012
Planche 19
Des fleurs qui se brodent et s’impriment forment toujours des parures très féminines…
©Gilles Berquet / Lingerie Française
Soutien-gorge à armatures en dentelle pourpre. 2012.
PATRIMOINE SIMONE PERELE
Shorty en dentelle blanche. Permanent depuis 2008.
PATRIMOINE BARBARA
Soutien-gorge à coques rigides imprimées, recouvertes de
tulle brodé polychrome. 2002. PATRIMOINE LEJABY
Culotte en dentelle rebrodée. A/H 2007/08.
PATRIMOINE BARBARA
Planche 20
Une lingerie aux couleurs de la France !
©Gilles Berquet / Lingerie Française
Soutien-gorge à armatures en dentelle bleu roi. 2012.
PATRIMOINE BARBARA
Soutien-gorge à coques rigides brodées de pastilles
blanches, bretelles invisible, effet tatouage. 2002.
PATRIMOINE LEJABY
Soutien-gorge bandeau à armatures cachées en maille
microfibre stretch et dentelle Textronic. A/H 2011/12.
PATRIMOINE PRINCESSE tam.tam
Panty moulant en polyamide à entre-deux de dentelle. Fin
des années 90.PATRIMOINE PASSIONATA
Page 27 - 23/05/2012
Informations pratiques
Exposition
ESPACE PIERRE CARDIN
1-3 avenue Gabriel, 75008 Paris.
Métro : Concorde
Du 5 au 26 juillet 2012
Tous les jours de 10h00 à 18h00
Exposition gratuite
Relations Médias
FHCOM
+33 1 55 34 24 24 - +33 6 11 70 28 17
[email protected]
Dossier presse et visuels disponibles à la demande.
"Comitéssariat"
(Comité assurant le commissariat de l’exposition)




Catherine Ormen, Commissaire indépendant
Christine Beauduc, Promincor – Lingerie Française
Anne-Laure Linget, Fédération de la Maille & de la Lingerie
Ulyana Sukach, Fédération de la Maille & de la Lingerie
Contact
PROMINCOR - LINGERIE FRANÇAISE
+33 1 55 90 04 00
[email protected]
www.lingeriefrancaise.com
Page 28 - 23/05/2012