Journal épisodique des collégiens du LYCEE

Commentaires

Transcription

Journal épisodique des collégiens du LYCEE
PORTE D
Journal épisodique des collégiens du LYCEE LYAUTEY
JANVIER 2012 Numéro 3
Prix : 5 DHS
EDITO :
Editard ? Eh ! Dis ! tard ! Oui, nous ne sommes pas en avance. Un numéro après quatre mois, ce
n’est pas très rapide. En même temps, il a été constitué par une nouvelle équipe (ou presque) - avec un petit coup de main des anciens - et arrive à temps pour la nouvelle année. Vous y trouverez des articles inédits, sur les nouveautés de notre lycée : actualité toujours vivante, opinions modernes, illustrations aux
couleurs fraîches … Le passé revisité par nos jeunes talents se pare d’habits neufs.
La nouveauté n’a pas d’heure.
Des professeurs se souviennent p.2
Lyautey et ses talents p.5
Des adultes vous protègent p.3
Rencontre avec le collège
Al Moutanabi p.6
Le saviez-vous : CDI et DAF p.4
Visitez un cimetière p.8
Et toujours des jeux, des critiques de
livres ou de film ...p. 9,10,11, 12
Parlez allemand ou faites du sport p.7
1
ACTUALYAUTEY
HISTOIRE DU LYCEE :
C’ETAIT COMMENT LE LYCEE LYAUTEY AVANT ?
Pour le savoir, nous sommes allés interroger deux de nos professeurs.
Ils nous ont révélé que notre lycée a bien changé.
Et voici l’nterview d’une autre professeur de Lyautey : Madame
EL HACHIMI MUSSO.
A
la sortie d’un cours, nous avons
demandé à Mme Sorange, professeur d’EPS et
ancienne élève du lycée entre 1985 et 1990, quels
changements elle avait pu constater.
Depuis combien de temps enseignezvous à Lyautey ?
J’enseigne ici depuis 1979.
Voici ce qu’elle nous a répondu :
« Lyautey a subi une véritable révolution … Le lycée s’est agrandi, transformé, métamorphosé, ses élèves aussi !
Il n’y avait ni bus, ni cantine … on mangeait dans la cour ou à l’extérieur, dans un restaurant qui existe toujours, et qui était le repère de tous
les lycéens ! A vrai dire, il n’y avait pas grandchose d’autre ! Ce n'est pas comme à présent, où les
rues en face du lycée grouillent de restaurants très
variés !
Je me souviens d’un lycée chaleureux,
fréquenté pas des jeunes sans prétention mais avec
de l’ambition ! Il y régnait une bonne ambiance.
Les élèves étaient moins nombreux, il y avait donc
plus de temps pour chacun d’entre eux …
On avait tous notre petit pain à la récré
distribué par les 3 ou 4 kiosques dans la cour !! Les
bâtiments sont les mêmes et les salles de classe aussi ; seuls les tableaux Velleda (tableaux à feutres)
ont remplacé la craie !
Bref, de belles années !! »
En conclusion, le lycée a énormément
changé, par sa taille, ainsi que par le comportement
des élèves. De nombreux points positifs, et autant
de points négatifs !
A partir de maintenant, vous ne verrez
plus le lycée Lyautey comme avant !
Nada Kassara-Rita Faridi
Y aviez-vous été élève ?
Non j’ai fait mes études en Allemagne,
en France…
Comment était-il à votre arrivée ?
Il était moins beau qu’aujourd’hui.
Photos : Lycée Lyautey
Qu’est ce qui a changé ?
Il y a plus de sécurité, d’ouverture, d’espaces verts…des transformations de locaux ont eu lieu… le CDI a été rénové pour être plus
agréable aux élèves.
Comment êtes-vous arrivée au Maroc ?
Je suis arrivée au Maroc car mon père était militaire, et j’avais le
goût du voyage.
Avez-vous enseigné dans d’autres établissements avant d’arriver?
Avant d’arriver ici, j’ai enseigné à Anatole France (ex Lyautey 3), à
Alain-Fournier (Lyautey 2), Louis Massignon (Lyautey 4) puis je
suis arrivée ici dans ce lycée.
Lyautey 1, 2, 3, 4 ??? Mais qu’est-ce ?
Pour les lecteurs de notre tout premier numéro, ces
noms ne possèdent aucun secret. Pour les autres, quelques
explications restent nécessaires. Le site de notre lycée se révèle fort instructif à ce sujet : dans les années 70, de nombreuses familles demandèrent à scolariser leur enfant dans
l’institution française. Pour répondre à cette demande, des
bâtiments furent annexés à l’actuel lycée Lyautey. C’est ainsi
qu’on parla de Lyautey 2 pour désigner le collège Alain Fournier, place de Reims, de Lyautey 3 pour désigner le collège
Anatole France, et de Lyautey 4 à Aïn-Sebaâ.
ETONNANT !!!
Ce n’est que depuis 2006 qu’il est interdit de fumer au Lycée Lyautey ! Mais Madame Sorange raconte
que les élèves fumaient dans un lieu appelé le « S.A.S », un endroit où les lycéens avaient le droit de fumer !
2
ACTUALYAUTEY
AUTOUR DE NOUS ...
NOUS LES VOYONS TOUS LES JOURS, ILS VEILLENT SUR NOUS :
LES AGENTS DE L’ARPULL
Nous avons voulu en savoir un peu plus sur cette association et nous avons
rencontré l’un de ses fondateurs et l’un de ses agents.
L’ARPULL
(association
des usagers du lycée Lyautey) a été fondée en 2007 par une association de parents d’élèves soucieux du sort de leurs
enfants aux abords du lycée à cause des
vols et des agressions qui commençaient
à devenir récurrents. Cette association est
composée d’agents dirigés par un conseil
d’administration constitué de parents bénévoles et d’autres usagers. Pour pérenniser cette association, chaque année, les
parents versent une cotisation de 170
DHS.
Malgré cela, l’association est
méconnue des élèves : comme le montre
notre sondage, 61 % des élèves interrogés au collège, toutes classes confondues,
ne savent pas ce qu’est l’ARPULL. Un
élève nous a même dit que pour lui ces
agents étaient de simples surveillants. Ils
font partie du paysage pour certains élèves. Les seuls à bien connaître cette association sont les lycéens qui ont connu
l’époque où elle n’existait pas. Depuis
deux ans, nous recevons un « passeport
de sécurité » qui est en fait un document
pour informer élèves et parents sur l’as-
sociation et les gestes de sécurité primordiaux. Ce passeport contient aussi des activités amusantes.
M. Hamed, professeur de mathématiques au lycée, siège depuis plusieurs
années au conseil de l’ARPULL et nous
avons pu le rencontrer. Nous lui avons demandé à quoi servait exactement la cotisation. Il nous a répondu qu’elle servait à
payer ces agents qui ne sont pas bénévoles.
L’ARPULL est la première association de
ce genre au Maroc, nous a-t-il confié. Sa
mise en place a été assez compliquée, surtout pour définir le rôle précis des agents
mais grâce à la persévérance des représentants des parents de l’époque, la sécurité
autour de lycée a été améliorée.
Nous avons aussi interrogé un agent de l’ARPULL pour savoir
s’il avait déjà dû intervenir pour empêcher une bagarre entre élèves : sa réponse a été affirmative. Il a séparé les
bagarreurs et envoyé leurs carnets à la
vie scolaire. Il a aussi souvent empêché
des agressions. Son travail est bien sûr
fatigant mais, d’après lui, pas tellement
parce qu’il doit rester debout longtemps mais à cause de la vigilance importante dont il doit faire preuve.
L’ARPULL est essentielle à
notre protection : on leur doit un grand
respect.
Adhérons naturellement à
cette association.
Ismael Laalou
Ayoub Bourhim
ILS VEILLENT AUSSI SUR NOUS :
LES SURVEILLANTS
Ils ont souvent connu le lycée comme élèves, peuvent dépanner
l’ordinateur des amis, faire du surf ou
de la peinture mais vous les connaissez
sous un autre visage : celui des surveillants, que l’on appelle aussi « assistants
d’éducation ». Nous sommes allés à
leur rencontre pour mieux savoir ce
qu’ils pensaient de leur travail.
A notre question : « Que pensez-vous du lycée Lyautey ? », Yassine
par exemple répond que c’est un bon
établissement qui a un passé, c’est une
« mini-France » au Maroc. En ce qui
concerne le travail au lycée, il le voit
comme un moyen d’avoir une expérience
qui permet de mieux comprendre les élèves, de s’approcher d’eux. Cela donne une
idée de ce que c’est que d’être un enfant.
On « passe de l’autre côté de la barrière ».
Pour un autre surveillant, ce travail offre
l’opportunité de poursuivre des études
dans le sens où il veut être professeur
d’espagnol. C’est donc une première approche pédagogique.
Nous leur avons ensuite demandé
comment ils trouvaient le comportement
des élèves et la réponse a été unanime :
« Ca a vraiment changé , les élèves deviennent trop insistants : ils appellent
ceux qui s’occupent d’eux pour rien ». Le
manque de travail, l’indiscipline, l’usage
abusif des téléphones portables sont encore des reproches que l’on retrouve dans
leur bouche. Ils promettent d’être toujours
plus stricts sur des sujets comme la cigarette. Nos surveillants aimeraient voir
quelques autres modifications au lycée
comme changer la file d’attente du kiosque et son organisation ou bien encore
avoir davantage de salles de permanence.
Ismael Benchekroun, Nasser El Fassi,
Yann Klelifa
3
ACTUALYAUTEY
LE SAVIEZ-VOUS ?
Le Centre de Documentation et d’Information : le CDI.
Le connaît-on si bien ?
L
e CDI est un endroit calme et
agréable où vous pouvez allez pendant
les heures creuses. Vous pouvez vous y
détendre en lisant un livre mais aussi y
faire des recherches.
Nous vous rappelons que vous
ne pouvez pas y faire vos devoirs sauf si
vous vous servez des documents du
CDI.
Des ordinateurs sont aussi mis
à votre disposition.
Chaque année une commande
est effectuée si vous désirez qu’un
livre vous soit accessible, il vous
suffit de poster votre idée dans la boite à commandes.
pédies, revues…
Dépêchez-vous : elle a lieu
bientôt !!
Il y en a pour tous les goûts !
Bien sûr vous pouvez demander
conseil au professeur documentaliste, il
pourra vous aider dans votre choix.
Vous y trouverez toutes sortes de
livres :
Dictionnaires, mangas, romans,
livres documentaires, albums, encyclo-
Sérine Mgouni Idrissi
Hiba Tahri
La DAF ? Au lycée Lyautey ?
Le
4
lycée Lyautey contient
quatre bâtiments dans la partie collège : D ,C, M, L et trois dans la partie
lycée : H, I, K. Si vous vous rendez
vers le bâtiment I, au rez-de chaussée,
vous trouverez l'Intendance.
L'adjointe du D.A.F s’occupe de la
comptabilité budgétaire : elle prévoit le
montant des dépenses de l’année , elle gère
tous les travaux du lycée ainsi que des écoles et des collèges.
Qu’est-ce que l’Intendance
du lycée Lyautey ?
Yacout Hazzaz, Sara Guerrouaz
L’Intendance appelée aussi
la D.A.F (Direction Administrative et
Financière) contient les services qui
s'occupent de la gestion du matériel
du lycée (c’est elle qui achète le matériel : les chaises, les tables…) et de
la gestion financière (elle répartit
l’argent du pôle régional de Casablanca) du lycée Lyautey, de deux collèges : l’un à Casablanca et l’autre à
Mohammedia et de cinq écoles primaires à Casablanca.
ACTUALYAUTEY
ACTIVITES
LES TALENTS CACHÉS DE LYAUTEY.
Sur notre planète qui est le Lycée Lyautey, existent des personnes, assez particulières,
dotées d’un talent caché.
D
e la danse au dessin en passant
par le chant et la poésie, tout le monde a
un talent caché ! Et il n’est jamais banal…
Quand on s’en rend compte, souvent très tard, on se retrouve face à une
lourde décision : que faire ? Est-ce
qu’on doit le cacher à tous, l’oublier en
menant une vie simple et banale ? Ou
bien encore le crier sur tous les toits et
en faire sa passion et sa vie…
Pour ma part, je pense que
trouver un juste milieu serait intéressant ! Pouvoir le partager avec les autres
est excellent, mais en même temps, garder un fond de secret peut être amusant !
Par garder le secret, je veux dire qu’il
pourrait y avoir des choses à dire, prenons l’exemple du dessin, que vous adorez dessiner et que vous êtes plutôt fort,
et pour ce qui est des choses à ne pas
dire, c’est que vous allez faire un
concours car certaines personnes pourraient vous juger égocentrique !
A chaque cas, on trouve
différentes solutions… Certains talents
sont un peu embarrassants, comme savoir émettre des sons incongrus à l’aide de ses aisselles… Il est donc préférable de n’en parler qu’à des personnes
fiables et d’autres ne peuvent se faire
comprendre que par certaines personnes, comme la danse classique pour les
garçons (très rare), seuls les vrais amis
ne se moqueraient pas. Et enfin, il y en
a qui sont très sympathique, comme le
chant et qui sont partagés avec tous !
leur talent, 10 l’ont trouvé et 6 le recherchent !
Il existe également une manifestation pour ceux qui souhaitent exprimer leurs talents en public : « les talents de
Lyautey ». Je vous en parlerai prochainement.
Avis partagé ou
pas ?
Rita Faridi
J’ai mené mon enquête, et
selon un petit sondage effectué, sur 21
élèves, 5 ne portent aucune attention à
SONDAGE
Que pensent les 6° du lycée Lyautey ?
Grâce à un sondage que j'ai fait auprès des élèves de 6ème du lycée Lyautey, j'ai pu avoir leur avis sur
le niveau d'études, l'ambiance, la relation avec les professeurs, la cantine, et bien sûr,
toutes les nouveautés qu'ils ont pu découvrir dans ce nouvel espace proche.
Les
élèves de 6ème m'ont
donné des résultats ce mois d'octobre, et
d'ailleurs, j'ai remarqué qu'aucun élève
que j'ai interrogé ne trouvait les explications des professeurs ni les exercices et
les évaluations difficiles; je présume que
les professeurs doivent être contents
alors...
Dans la cour, et même en
dehors du collège, aucun élève ne se
sent à l'écart, ce qui n'est pas une mauvaise chose.
En classe, si la plupart des
élèves arrivent à discuter avec les professeurs après les cours, à être présent
en classe et à ne pas rester dans leur
coin au fond de la classe, d’autres n'arrivent pas ou ne veulent pas communiquer, ce qui n'est pas très bien.
Pour la cantine... sur la vingtaine
d’élèves que j'ai interrogée, seulement trois
apprécient les plats que l'on nous sert. Tous
les autres n'apprécient pas trop la nourriture.
Maintenant, on oublie le primaire
et nous voilà dans un nouvel établissement,
donc, les élèves des classe de 6ème m'ont
fait part des choses qu'ils trouvent nouvelles :
- le rythme est différent : « J'arrive chez moi
crevé ! »
- les casiers : « Dans nos écoles, on n’avait
pas de casiers »
- la cantine : « On n’avait pas de cantine,
sauf le mois de ramadan »
- les évaluations : « Elles arrivent trop vite. »
- le lieu : « Nous nous trouvons maintenant
dans un très grand établissement par rapport
à avant. »
- les activités sportives : « Nous avons
un très grand espace réservé uniquement au sport. Nous avions seulement
deux terrains de basket et un terrain de
football en goudron par cycle. Cela peut
paraître beaucoup mais quand on regarde ce qu’on a au lycée Lyautey, on voit
que c’est beaucoup mieux ici. »
- le club journal : « C’est nouveau pour
nous, avant il y avait un journal mais on
ne savait pas qui l’avait fait (si c’étaient
les professeurs ou autres…) »
- le club nature «Quand on faisait des
sorties en sciences, c’était seulement à
la forêt de Bouskoura et on n’avait pas
de jardin exclusivement pour nous »
Rendez-vous l’année prochaine avec les
nouveaux élèves de 6ème ...
Myriam Senhaji Rhazi
5
ACTUALYAUTEY
RENCONTRE
Pour la deuxième année consécutive, le collège Al Moutanabi vient nous rendre
visite pour que l’on crée une histoire ensemble.
Le lundi 28 novembre 2011,
ma classe, la 503 et moi, avons rencontré quelques élèves du collège Al
Moutanabi. Cette rencontre a eu lieu au
CDI. Elle a pour but d’écrire un album
jeunesse bilingue en français et en arabe. Une illustratrice professionnelle
viendra nous aider pour les illustrations. La rencontre s’est déroulée l’après-midi.
Lecture d’albums bilingues
première année, la meilleure histoire
sera approfondie pour l’album principal. Toutes les autres seront réunies
dans un recueil. (Vous pouvez d’ailleurs venir lire au CDI celui qui a été
réalisé l’an passé !)
La seule consigne était que
l’histoire de nos albums devait avoir
pour thème : Casablanca, ma ville et le
développement durable. Mon groupe et
moi, composé équitablement d’un garçon du collège marocain, d’un garçon
du lycée Lyautey, d’une fille de notre
lycée et de moi-même avons créé une
histoire où le personnage principal, Mika, conçu de plastique, se retrouvait
avec des pouvoirs magiques capables
d’aspirer les déchets. Son but était
d’enlever toute la pollution du Grand
Casablanca. Il y avait une dizaine
d’histoires plus passionnantes les unes
que les autres qui auraient toutes mériter de gagner mais c’est la nôtre qui a
été choisie.
Nous avons commencé par
nous découvrir, puis une documentaliste du CDI, Mme FASSI-FEHRI nous a
présenté quelques albums de jeunesse
pour bien comprendre le sujet. Des
groupes ont été formés pour créer plusieurs histoires différentes. Comme la
Cela s’est passé tellement bien que
des liens d’amitié se sont noués dés les
premières minutes !
Complicité entre filles..
Complicité entre garçons….
Bien sûr, je vous raconterai dans le
prochain numéro, la rencontre suivante.
Yacout Lahlou
Partage des histoires
Personnellement, j’aime beaucoup ce projet très intéressant car il
nous apprend à travailler avec des personnes qui étudient dans un système
éducatif différent du nôtre. C’est une
bonne manière de nous apprendre à
travailler avec l’autre.
Rédaction appliquée
L’album de l’année dernière.
6
ACTUALYAUTEY
HALLO ! Wie geht es dir ? (1)
L’allemand est enseigné au Lycée Lyautey mais très peu
d’élèves suivent cet enseignement.
L’allemand, est un moyen de
les élèves d’allemand de
converser avec un quart de la population
la classe de 4°9, qui ont comme profes- d’Europe. Son pays d’origine, l’Allemaseur Mme Bourassi. Direction L105.
gne, est le premier partenaire économique
de la France et le quatrième pays le plus
D’abord l’allemand c’est quoi ?
riche du monde. Autant dire que c’est un
avantage pour les futurs économistes.
La plupart des personnes qui ne
veulent pas faire allemand disent « C’est
L’Allemagne est un pays à la
trop difficile, c’est inutile, c’est mo- culture très forte, particulièrement pour
che… ». Ils ont tort. L’allemand ressem- les fêtes de fin d’année : les Allemands
ble à l’anglais et, normalement, les élèves fêtent la Saint-Nicolas (c’est lui qui apont déjà étudié deux ans la langue de porte les cadeaux) et Noël.
Shakespeare. Alors ce n’est pas difficile.
L’allemand est une belle langue à condiVous trouverez plus loin une retion que l’on prononce bien les mots.
cette allemande à tester vous-même
Maintenant parlons de son utilité.
Suivons
Détournement d’images : L.P.
(1) Bonjour, comment allez-vous ?
Dalil Hamed et Yanis Teillard
ASLL
LE CROSS
Un évènement sportif annuel durant lequel se mesurent
et s’amusent les élèves du lycée Lyautey.
C’était l’après midi du 15 novembre 2011 à l’hippodrome d’Anfa.
Comme chaque année, des jeunes coureurs doivent surmonter une épreuve :
celle de l’endurance, organisée par
l’ASLL et UNSS Maroc.
Il s’agit du cross, bien sûr !
Il est divisé en deux parties :
l’enduro et le cross élite.
Le cross élite : course ouverte
aux filles et garçons choisis lors d’une
sélection organisée quelques jours avant
la compétition. La distance à parcourir
est de 2800 mètres pour les garçons et
2400 mètres pour les filles. Les vainqueurs peuvent participer au cross régional (avec d’autres écoles de Casablanca) puis au cross national (avec plusieurs écoles du Maroc)
L’enduro : il consiste à courir le
plus de tours possibles en 14 minutes.
Les coureurs y sont déguisés pour pouvoir être mieux repérés par leurs professeurs. C’est un évènement convivial où
se retrouvent tous les élèves du lycée
Lyautey. Tout le monde était déguisé. Il
y avait un peu de tout : des Schtroumpfs, des zèbres, des clowns, des vampires…
Tous les élèves participant à
l’enduro ont fait de leur mieux pour faire gagner leur classe ; cela a créé une
très bonne ambiance. N’oublions pas de
remercier les parents et professeurs qui
nous ont encouragés.
Chaque classe a choisi son propre déguisement. Nous les 6°9, nous
nous sommes déguisés en zèbres ou en
prisonniers (on ne savait pas trop). Pour
cela, on a dû coller des morceaux de
scotchs noirs sur un haut blanc. C’était
un peu embêtant car le scotch n’arrêtait
pas de se détacher.
Mais il y en a qui ne s’étaient
pas fatigués avec soit un haut à rayures
noires et blanches ou carrément des habits peints.
Comme chaque année on attend
l’année prochaine pour recommencer !
Roqai Chaoui Ghalia et Zineb Mekouar.
7
HORS LES MURS
11 novembre 2011 :
le cimetière de Ben M’ Sick
C
haque 11 novembre, date
anniversaire de la fin de la Première
Guerre mondiale, a lieu chaque année
en France des cérémonies qui
regroupent des élèves et des
autorités locales et nationales.
Casablanca a aussi participé à
ces commémorations militaires
au cimetière de Ben M’Sick …
Le second columbarium,
inauguré le 11 novembre 1963, dispose
de 12 000 alvéoles dont plus de 8600 à
être occupées. Il y a trois plaques commémoratives de l’action des armées
francaises au Maroc. Ainsi la marine
dispose d’une plaque qui était avant Place de la marine à Casablanca, l’armée
de l’air dispose pour sa part d’un menhir
auparavant situé à El Hank . Il y a égale-
africains et canadiens, tombés pendant
la Seconde Guerre mondiale.
Il y a aussi de 344 tombes
allemandes avec 120 corps de la guerre
1914-1918 et 224 de celle de 19391945. On y trouve encore un monument américain qui commémore le débarquement des alliés au Maroc lors de
l'opération Torch (le 8 novembre
1942). Il a été inauguré à
l'occasion du 50ème anniversaire de ces événements.
Le lycée commémore
les soldats le 11 novembre.
Le cimetière militaire
A l’occasion
du 98e anniversaire de
la Première
Guerre
mondiale a eu lieu à Casablanca une cérémonie
en présence du Consul
général de France, des
Consuls américain, britannique et allemand. La
cérémonie s’est déroulée
également en présence
du proviseur du lycée
Lyautey et des proviseurs adjoints du 1 et 2
cycle. Etaient encore
présents des élèves du
lycée Lyautey, du collège Anatole France et
quelques uns de l’école
américaine ainsi qu’une
délégation de scouts invités au Maroc
Il existe sept cimetières
militaires au Maroc : Rabat,
Casablanca, Fès, Meknès, Agadir, Kenitra et Marrakech. Il
sont gérés par le Service des
anciens combattants et victimes
de guerre
Dès 1957, des opérations de centralisation des
sépultures ont été
menées
comme en 1989 où 358 tombes
ont été transférées de Meknès à
Casablanca.
Le cimetière militaire de Ben M'Sick à Casablanca, au Maroc rassemble
des sépultures de militaires
morts au Maroc pendant le protectorat francais de 1907 à
1956 et durant la Première
Guerre mondiale ; il est composée de deux columbariums français,
de carrés français, britannique et allemand, et d’un monument américain.
La partie française de Ben
M'Sick, d'une superficie de 9950 m2,
comprend ainsi les columbariums, trois
carrés militaires et un mémorial.
Le premier columbarium a
été inauguré le 9 avril 1938. Sa crypte,
accueille 1 365 corps. Elle permet de
regrouper les morts des cimetières du
Maroc : 21 pour Fès , 398 pour Taza,
48 pour Meknès, 76 pour Casablanca,
125 pour Tadla, 109 pour Marrakech et
119 pour Tafilelt.
8
ment un mémorial de la déportation qui
renferme de la terre issue de plusieurs
camps de concentration .
Les carrés de Ben M’Sick
Le cimetière de Ben M’Sick
n’est pas seulement un cimetière militaire mais européen .
Le carré français dispose ainsi de 645 tombes mais il y a aussi d’autres corps d’armée étrangers qui y sont
enterrés dont 48 tombes du Commonwealth qui se déclinent comme suit :
aviateurs et marins britanniques, sud-
Au cours de
la cérémonie, les autorités ont procédé
à un dépôt de gerbes qui leur avaient
été remises par les élèves
Certains parmi ces derniers
ont également lu des textes sur la Première Guerre en francais et en arabe
puis en anglais (pour l’école américaine).
Des prières dans les trois
religions ont été également dites.
Kamil Perrussel
Source :
www.cheminsdememoire.gouv.fr/
PAUSE-RECRE
C.D.I.
CRITIQUES LITTÉRAIRES :
ce d’un jeune garçon nommé Martin…
Clara et
A ce moment là, celui-ci lui
Martin
donne la force et le courage pour
de Marie Claude continuer à se battre.
Blérot
Une histoire passionnante de
Marie-Claude Bérot .
Yacout Lahlou
Un livre
nommé « Clara
et Martin » a fait vraiment son
Le grain de riz
effet sur plusieurs lecteurs.
d’Alain Gaussel
Dans cette histoire, l’amitié
et la tristesse sont au rendez-vous.
Une jeune fille dont le nom
est Clara découvre qu’elle a une
Il s’agit d’un
maladie très grave. Elle a une leulivre d’Alain Gaussel.
cémie (un cancer des cellules du
Je l’ai aimé car c'est
sang). Elle nous raconte sa vie
drôle car tout arrive à
monotone à l’hôpital .
cause d'un grain de riz.
Mais, elle fait la connaissanUn jeune homme très, très pauvre trouve un jour un grain de riz
coincé dans un tiroir de sa table.
Comme il a besoin d'un ustensile
pour faire cuire ce riz, il va chez
ses voisins ! Cela donne une série de quiproquos car chacun par
erreur offre plus à manger que
ce que l’autre apporte : le fermier est invité à manger le riz et
se dit que ce serait bien de ne
pas venir les mains vides et donc
prend une poule, la vieille solitaire est aussi invitée au repas et
se dit que ce serait bien de ne
pas venir les mains vides et donc
…
On apprend avec ce livre
comment un petit grain de riz se
transforme en un festin pour
quinze personnes.
Nasser Harti
JEUX
2
Mots croisés
Sudoku
1
4
4
3
2
6
9
8
3
4
9
5
5
6
9
7
8
4
9
7
8
2
7
10
1 : Magasin espagnol de vêtements
connu
2 : Animal rayé vivant dans la savane
3 : Endroit où l’on prend son bain
4 : Insecte ressemblant aux Daltons
5 : Habit pour les jambes
6 : Chapeau pour les cuisiniers
7 : Planète du système solaire
8 : Autre planète du système solaire
9 : Père en latin
10 : La sœur de vos parents
9
1
8
2
8
5
3
6
1
4
4
6
4
4
5
1
9
7
5
9
PAUSE-RECRE
ILS ONT ECRIT...
Les élèves de Mme EL MBAGHRI ont rédigé des réécritures des fables
de La Fontaine. Vous reconnaîtrez tout de suite celle dont il s’agit ici.
La fourmi et la cigale
La fourmi ayant travaillé
Tout l'été,
Tomba de haut puisqu'elle vit
Son voisin le lapin
Grignoter ses récoltes.
La dame noire le chassa et alla
Chez la cigale voisine pour crier famine.
L'insecte ailé ayant gagné sa vie
Dit à son amie la fourmi :
« Ce n'est point mon problème.
- Je vous en prie, Votre majestueuse voix
Vous a aidé à gagner des noix,
Mais la canaille aux grandes oreilles m'a tout volé,
Même ma foi
Et ma confiance en moi.
- Vous avez travaillé encore et encore,
Pourquoi vous arrêter ? Continuez ! »
Si vous voulez de l'aide,
Apprenez à vous aider vous-même.
Moualil Nahel
Idrissi Lina
Elèves de 6°10
10
La cigale, ayant pris des leçons des années passées,
Travailla tout l'été.
Elle bêcha, récolta et stocka de nombreuses provisions,
La Fourmi, elle, ne pensa qu'aux travaux de sa maison ;
Et lors des premiers souffles de vents,
Se trouva privée d'approvisionnement.
Pus une seule miette à l'horizon,
Plus un petit moucheron...
Elle partit donc mendier à manger
Chez la Cigale chantante, son amie d’autrefois
Puis la supplia de tout son être de lui donner
Quelques morceaux de pains pour passer l'hiver.
« - Je vous logerai dans mon nouvel habitat,
Ferai les travaux ménagers.
- Jusqu'ici, vous avez été égoïste,
Alors pourquoi devrais-je vous approvisionner ? »
La Fourmi, assaillie par la faim, périt.
La Cigale, elle mangea et enfla, enfla,
Au point de sombrer dans un monde meilleur.
C'est ainsi que les gens qui n'ont pas assez, périssent ;
Et ceux qui ont trop, meurent, noyés dans leur
avarice.
Mia Brown 6°09
PAUSE-RECRE
FILMS
Voight, le père d’Angelina Jolie)
déclare la guerre au Japon.
Pearl Harbor
Ce long-métrage (réalisé
par Michael Bay et sorti en 2001)
de presque trois heures est l’un des
nombreux films ayant pour sujet la
Seconde Guerre Mondiale et,
contrairement à l’habitude, traite
non pas d’un seul mais de deux
évènement de la guerre.
Rafe McCawley (Ben Affleck) et Danny Walker (Josh Harnett) sont amis depuis leur plus
tendre enfance. Ils s’engagent ensemble dans l’US Air Force et deviennent pilotes de chasse, parmi
les meilleurs. Durant les examens
médicaux, Rafe rencontre Evelyn
Johnson (Kate Beckinsale) et en
tombe amoureux. Plus tard, il est
volontaire pour combattre en Europe, dans la RAF, tandis qu’Evelyn
et Danny sont mutés à Hawaii, sur
la base de Pearl Harbor.
Quelques temps plus tard,
le président F.D. Roosevelt (Jon
Un peu plus tard, Danny
et Rafe acceptent une mission
proposée par le lieutenant-colonel
James H. Doolittle (Alec Baldwin) et reçoivent le grade de capitaine. Ils s’entraînent à faire
décoller des bombardiers B-25
sur une très courte distance
(142m au lieu d’1,5 km) durant
plusieurs mois avant de s’embarquer sur un porte-avion. Là, ils
apprennent qu’ils partent pour le
Japon, pour bombarder Tokyo…
La seule chose que je reproche à ce film est la durée de
certaines scènes (par exemple,
Rafe et Evelyn durant la soirée de
leurs retrouvailles, ça
duuuuuuuure…..).
Sinon le film est très bien
fait, les scènes de guerre (attaque
sur Pearl Harbor, raid de Doolittle) le sont tout autant, et je vous
souhaite de le voir très prochainement, si ce n’est pas déjà fait !
Yacine Benhalima
Détournement d’images : L.P.
RECETTES
Les biscuits de Noël
A l’occasion de Noël, les élèves germanophones ont
réalisé les petits gâteaux typiques de l’Allemagne et de
l’Autriche dont la recette suit.
Pour réussir cette recette, il faut les ingrédients suivants :
- un citron
- 300 g de farine
- 200 g de beurre
- 100 g de sucre roux
- une pincée de sel
- un œuf
Pour la garniture, la gelée de framboises ou d’autres fruits
rouges est nécessaire
Laver le citron et râper la moitié du zeste. Mélanger
le zeste de citron râpé aux autres ingrédients et former une
pâte homogène.
La laisser reposer une heure.
Former des boulettes de pâte de la taille d’une cerise.
Les poser sur une plaque beurrée.
Creuser un puits au centre des boulettes et y verser
un peu de gelée.
Faire cuire 10 minutes à four chaud à 175°.
Laisser refroidir et déguster.
Pour accompagner ces spécialités allemandes…
Un chant de Noel :
« MON BEAU SAPIN… »
O Tannenbaum, o Tannenbaum
Wie treu sind deine Blätter.
Du grünst nicht nur zur Sommerzeit,
Nein auch im Winter, wenn es schneit.
O Tannenbaum, o Tannenbaum
Wie treu sind deine Blätter !.
11
Quand un éléphant entre dans un bar,
que prend-il ?
Quel fruit défend le mieux l’homme ?
A qui le marin doit-il faire attention
dans sa famille ?
Quelles sont les quatre lettres préférées
des parents et professeurs ?
La maîtresse un jour punit Toto. Ce
dernier s’exclame : « Mais pourquoi ?
Je n’ai rien fait ». Elle lui répond
alors : « C’est bien pour ça, tu n’as
rien fait ! ».
12