Endymion, John Keats

Commentaires

Transcription

Endymion, John Keats
The Best of English Literature, page 
OPHRYS—PLOTON
SOMMAIRE
John Keats
Endymion
Etudes universitaires récentes :
e
Keats. Twentieth Century Views, edited by Walter Jackson Bate. S-TC-43 (une collection d’essais écrits au XX siècle)
Liens vers d’autres sites :
John Keats. A comprehensive study of the author’s life and work including a chronology, selections from letters,
critical opinion and selections from his poetry (by Marilee)
Portraits including one of Fanny Brawne
A biography (Athenaeum)
Biography, texts of poems, bibliography and selection of essays and links from the Academy of American Poets
Biography and a few poems (Page produced by James Young)
A tribute to John Keats: poems and analysis (Jon Nylander)
e-texts :
Poems (Sonnet Central, an archive of English sonnets)
Poems and letters on line
Traductions :
Keats, John. Seul dans la splendeur. Traduit de l’anglais et présenté par Robert DAVREU. Orphée/La Différence, .
John Keats, Poèmes choisis. Traduction, préface et notes par Albert LAFFAY. Paris : Aubier-Flammarion, 
Traduction du poème page suivante.
Les auteurs remercient d’avance les lecteurs et les internautes qui, par poste ou par mél, leur feront part de leurs
propres découvertes ou recherches en vue d’enrichir cette page.
Adresse postale :
Auteurs
The Best of English Literature
BP 87
05003 GAP Cedex
Courrier électronique, cliquez ici.
Created / updated 14/07/01 at 08:42; page 1 of 2
http://www.e-anthologie.com
The Best of English Literature, page 
OPHRYS—PLOTON
Traduction de Jean Briat :
Ouverture d’Endymion
U
N OBJET de beauté est une joie éternelle
Son charme ne fait que croître ; et jamais
Ne sombrera au néant, mais restera toujours
Pour nous un havre de calme, un sommeil
Plein de doux rêves, de santé et d’un calme respir.
Aussi chaque jour qui passe, nous tressons
Une guirlande de fleurs pour nous lier à la terre,
Malgré le désespoir, l’inhumaine disette
De nobles créatures, malgré les jours lugubres,
Les chemins ténébreux et malsains
Où marche notre quête : oui, en dépit de tout,
Une forme de beauté vient enlever le suaire
De nos esprits en deuil. Ainsi font le soleil, la lune,
Les arbres jeunes ou vieux qui offrent leurs première ombres
[bienfaisantes
Aux humbles brebis ; ainsi les jonquilles
Et ce monde verdoyant où elles vivent ; et les clairs ruisseaux
Qui se font un couvert de fraîcheur
Contre la brûlante saison ; ainsi le fourré au cœur des bois
Richement parsemé de la beauté des roses musquées :
Ainsi pareillement les grandioses destins
Que nous avons imaginés pour les plus grands des morts,
Tous les contes merveilleux, lus ou entendus :
Fontaine intarissable d’un breuvage immortel
Qui coule jusqu’à nous du bord même des cieux
Et ce n’est pas seulement pendant une heure brève
Que ces essences nous pénètrent ; non, comme les arbres
Qui bruissent autour d’un temple bientôt deviennent
Aussi précieux que le temple lui-même, ainsi la lune
La poésie – cette passion – gloires infinies
Nous hantent jusqu’à devenir une lumière de réconfort
Pour nos âmes et s’attacher à nous d’un lien si puissant
Que, dans le soleil ou sous un ciel couvert et sombre,
Il nous faut toujours les garder près de nous – ou mourir.
Created / updated 14/07/01 at 08:42; page 2 of 2
http://www.e-anthologie.com

Documents pareils

To Autumn, John Keats

To Autumn, John Keats Poems (Sonnet Central, an archive of English sonnets) Poems and letters on line

Plus en détail

lire l`article - TransLittérature

lire l`article - TransLittérature Saison de brumes et de moelleuse profusion, Tendre amie du soleil qui porte la maturité, Avec lui conspirant à bénir d'une charge de fruits Les treilles qui vont courant le long des toits de chaume...

Plus en détail