Untitled - Le Grand Livre du Hamster

Commentaires

Transcription

Untitled - Le Grand Livre du Hamster
Copyrights
Tous droits réservés - Aucune reproduction complète ou partielle.
Merci de respecter le travail de l'auteur et de ne pas distribuer cet e-book.
ISBN : 978-2-8052-0253-7
EAN : 9782805202537
Table des matières
Chapitre 1 : Choix et adoption ....................................................................................................................... 5
Le hamster: le bon choix? ................................................................................................................................... 5
Où trouver son hamster?.................................................................................................................................... 6
Quel hamster choisir? ......................................................................................................................................... 8
Chapitre 2 : Interactions .............................................................................................................................. 11
Les premiers gestes, la première journée ........................................................................................................ 11
Manipulation .................................................................................................................................................... 12
Apprivoisement ................................................................................................................................................ 13
Le hamster m’a mordu ! ................................................................................................................................... 14
Chapitre 3 : Comportement ......................................................................................................................... 15
Cris et expressions corporelles ......................................................................................................................... 15
Les réserves du hamster ................................................................................................................................... 16
L’hibernation..................................................................................................................................................... 16
Les sens du hamster ......................................................................................................................................... 17
Cohabitation ..................................................................................................................................................... 18
Chapitre 3 : Alimentation ............................................................................................................................ 19
Nourriture journalière ...................................................................................................................................... 19
Nourriture complémentaire. ............................................................................................................................ 20
Les aliments à éviter et dangereux ................................................................................................................... 21
A boire! ............................................................................................................................................................. 21
La coprophagie ................................................................................................................................................. 21
Le hamster obèse.............................................................................................................................................. 21
Le hamster trop maigre .................................................................................................................................... 22
Alimentation d’une femelle gestante ............................................................................................................... 22
Intoxication ....................................................................................................................................................... 22
Chapitre 4 : Habitat ..................................................................................................................................... 23
Quel type d’habitat choisir ?............................................................................................................................. 23
Quelle litière choisir? ........................................................................................................................................ 25
Aménagement de la cage ................................................................................................................................. 25
Les sorties ......................................................................................................................................................... 28
Le hamster en vacances .................................................................................................................................... 29
Chapitre 5 : Santé et maladies..................................................................................................................... 30
Mieux vaut prévenir que guérir ! ...................................................................................................................... 30
Quelques maladies du hamster ........................................................................................................................ 31
Soigner son hamster ......................................................................................................................................... 36
Quelques réponses aux questions fréquentes ................................................................................................. 37
Chapitre 6 : Reproduction et élevage ........................................................................................................... 38
Réfléchir avant de reproduire........................................................................................................................... 38
Choisir les parents ............................................................................................................................................ 38
Déroulement de la rencontre ........................................................................................................................... 39
Gestation .......................................................................................................................................................... 40
Naissance et développement des bébés .......................................................................................................... 40
La mère après la séparation ............................................................................................................................. 43
Problèmes de reproduction .............................................................................................................................. 43
La reproduction chez les hamsters nains qui vivent en couple ........................................................................ 43
Quelques faits ................................................................................................................................................... 44
Reconnaitre le sexe d’un hamster .................................................................................................................... 45
La génétique ..................................................................................................................................................... 47
Les shows et expositions de hamsters.............................................................................................................. 59
Chapitre 7 : Les espèces de hamsters domestiques ...................................................................................... 60
Le hamster syrien - mesocricetus auratus ........................................................................................................ 60
Le hamster nain russe - phodopus sungorus .................................................................................................... 84
Le hamster nain de Campbell - phodopus campbelli........................................................................................ 95
Russes, Campbell et hybrides ......................................................................................................................... 103
Le hamster nain de Roborovski - phodopus roborovskii ................................................................................. 105
Le hamster nain chinois - cricetulus griseus ................................................................................................... 108
Références et remerciements .................................................................................................................... 110
Chapitre 1 : Choix et adoption
Le hamster: le bon choix?
Points positifs et négatifs du hamster
Le hamster est souvent adopté pour un enfant, ce qui est une grave erreur car il est nocturne. Il se lève entre
20h et 22h et se recouche vers 5h ou 6h du matin. Les jeunes enfants ne le verront donc pas du tout, et il n’est
pas sain de réveiller l’animal tous les jours pendant la journée.
Il n’est pas particulièrement câlin, très peu de hamsters restent à profiter d’une gratouille, ils sont tout le
temps en mouvement, ils aiment explorer, découvrir et manger. Ils sont par contre très intéressants à observer.
Ce sont des grands acrobates qui aiment faire de drôles de figures.
C’est un animal qui ne prend pas beaucoup de place, juste celle d’une cage convenable et d’un petit parc. Le
temps qu’on doit leur consacrer n’est pas non plus énorme, par rapport à un lapin, chien, chat, … : environ une
à deux heures par jour suffisent. Cependant, à bas les préjugés, l’espace nécessaire est plus important que ne
le croient la majorité des gens, les petites cages « pour hamsters » vendues dans le commerce sont souvent
trop petites, et il vaut mieux se tourner vers les grandes cages pour hamsters, ou celles pour rats (70 à 80cm de
long).
Il a une durée de vie relativement courte, entre 1.5 an et 3 ans. Il est parfois difficile d’expliquer à des jeunes
enfants pourquoi leur animal est mort si tôt. Il a une bonne santé, surtout s’ils proviennent d’un éleveur avec
un suivi de lignée, en comparaison avec les rats et souris qui sont plus fragiles.
Le hamster vous convient-il?
Il faut avant tout prendre en compte son rythme de vie. C’est l’animal idéal pour la personne qui travaille et qui
sera ravie de pouvoir le laisser toute la journée sans qu’il s’ennuie et le retrouver le soir.
Les hamsters vivent seuls, c’est donc idéal pour ceux qui ne désirent pas de groupe d’animaux. Cela facilite
aussi l’apprivoisement.
Comme dit plus haut, les hamsters ne sont pas adaptés aux jeunes enfants parce qu’ils sont nocturnes.
N’oubliez pas que l’enfant ne réfléchit pas à long terme. L'adulte est donc responsable de l'animal (et non
l'enfant, même lorsqu'il s'agit de "son" animal). C'est à l'adulte de veiller à ce que le hamster soit bien logé,
bien nourri, et que l'on s'en occupe bien. Si l'enfant délaisse le rongeur, c'est à l'adulte à s'en occuper jusqu’au
bout, sans prétexte quelconque. Pensez à lui apprendre à bien le manipuler, sans lui faire mal, et à lui faire
respecter son mode de vie (pas de réveil brutal pour le hamster pendant la journée sans quoi il va vite devenir
agressif).
Où trouver son hamster?
La première chose qui vous vient à l’idée pour l’adoption d’un hamster est d’aller en animalerie. C’est bien
normal, puisque c’est en général la seule solution que nous connaissons. C’est cependant loin d’être la
meilleure.
Les animaleries
D’où viennent leurs animaux ? Les rongeurs vendus en animaleries proviennent de grossistes, aussi appelés
éleveurs de gros (Rodent Farm). Ces éleveurs mettent leurs animaux dans de grands hangars, non chauffés et
élèvent en masse tous les rongeurs vendus en magasin. Ils connaissent à peine les espèces (d’ailleurs, certains
ont des sites internet et en y faisant un tour, on peut même voir qu’ils inventent des noms scientifiques qui
n’existent pas, pour des espèces soi-disant rares qui ne sont qu’une couleur d’une espèce connue). Ils élèvent
pour être rentable, donc en minimisant les coûts (nourriture de base peu adaptée, place extrêmement réduite,
reproduction en masse). Ils ne sélectionnent pas leurs lignées et pratiquent une consanguinité non contrôlée et
extrêmement élevée, ce qui donne au fur et à mesure des années des animaux de plus en plus petits, et de plus
en plus fragiles.
Ils ne manipulent pas leurs animaux, ni les adultes, ni les bébés, qui sont donc souvent craintifs et mordeurs.
L’apprivoisement sera entièrement à faire par vos soins, ce qui n’est pas toujours évident, surtout avec un
animal qui a déjà peur de l’homme.
Les animaux sont apportés aux magasins mâles et femelles mélangés, peu de magasins séparent ensuite par
sexe (et bien souvent les vendeurs ne savent même pas les distinguer !), les hamsters étant prolifiques très
jeunes il est fort probable que si vous adoptez une femelle en animalerie, elle soit gestante et que vous vous
retrouviez non pas avec un, mais avec une dizaine de hamsters (sans compter les problèmes que peuvent
engendrer une gestation si jeune pour la maman).
Que ce soit chez le grossiste ou au magasin, les animaux y sont nombreux. Un grand nombre favorise le
développement de maladies, notamment chez les jeunes hamsters la maladie de la queue mouillée, très
contagieuse et très vite mortelle (environ 48 heures).
Les animaux sont souvent sevrés trop tôt (pour être vendus tous petits, que ce soit mignon pour les clients), ils
ont souvent des carences et parfois de graves troubles du comportement dû à un manque des règles
inculquées par la maman durant la croissance.
Il ne faut jamais raisonner en se disant qu’on « sauve » un animal lorsqu’on l’achète en animalerie (« il sera
mieux chez moi ! ») car pour un animal vendu, ce seront deux animaux rachetés par l’animalerie. Vous
alimentez un commerce qui ne respecte en rien les droits des animaux.
Si vous êtes quand même décidés à le prendre en animalerie, il y a un minimum de précautions à prendre.
Demandez à voir les bébés et à les prendre en mains. Prenez votre temps. Vous devez pouvoir les prendre
même sans les acheter pour vous faire une idée de leur caractère. Si le vendeur ne veut pas, allez ailleurs.
Regardez l’allure générale de l’endroit : la propreté des cages, l’état des hamsters, etc. Les cages doivent être
propres, les animaux doivent avoir à boire et à manger. Ils ne doivent pas être exposés en vitrine. Ils doivent
aussi disposer d'un coin où dormir, où ils seront abrités de la lumière, et si possible du bruit. Le vendeur doit
vous laisser observer les animaux à votre aise.
Choisissez un animal qui a le poil brillant, les yeux bien ouverts. Le poil ne doit pas être sale ou souillé. Il ne doit
pas être prostré dans un coin. Le ventre doit être bien rempli sans être trop ballonné. Ne prenez jamais un
animal malade ou même un qui se trouve dans la même cage qu’un malade. Les maladies se transmettent
rapidement chez de tels animaux, et sont souvent mortelles. Veillez à vous y rendre le plus tard possible dans la
journée, pour que les animaux se réveillent plus facilement qu’en pleine journée.
Les éleveurs amateurs
Attention : les éleveurs de gros (ceux qui sont officiels et fournissent les animaleries) ne sont pas à
recommander ! Les animaux ne sont pas sélectionnés, ni manipulés. Ils ne sont qu’une source de revenu et les
mamans reproduisent jusqu’à épuisement, puis sont remplacées. Lorsqu’on parle d’éleveur dans ce livre, on
fait toujours référence aux éleveurs amateurs.
Bien qu’en régions francophones (Belgique, France, Suisse) il existe encore peu d’éleveurs amateurs de
hamsters, la plupart sont aux petits soins pour leurs adoptants. Même situés loin, des covoiturages peuvent
être organisés. Parfois, il vous faudra vous déplacer pour aller chercher l’animal, tout comme pour un chat ou
un chien. Mais ces petits désagréments valent bien tous les bénéfices que vous en tirerez.
Un éleveur amateur, c’est quoi ? Les éleveurs ne font pas d’argent sur le dos de leurs animaux. Ils le font par
passion, ils donnent toujours le meilleur (nourriture adaptée, habitat adapté, sorties, soins vétérinaire, retraite
paisible, etc.). Les lignées sont travaillées et surveillées, pas seulement dans le but d’avoir de beaux et grands
animaux (même si c’est une des raisons) mais aussi (et surtout) pour avoir des animaux sains, sans problèmes
de santé génétiques, avec une longévité supérieure et un caractère en or (le caractère est toujours pris en
compte dans les projets d’élevage). Concrètement, vous aurez un animal dont vous pourrez voir les parents,
qui sera gentil, qui connaitra le contact de l’homme (et l’appréciera), qui sera en bonne santé (et normalement
pour longtemps) et dont vous saurez tout (date de naissance notamment).
Pour trouver un éleveur, le plus simple est de se servir d’Internet. Vérifiez les annonces, les forums, et les clubs
(il existe à présent un club franco-belge de rongeurs : Association Francophone des Amateurs de Rongeurs).
Gardez à l’esprit qu’il n’existe rien d’officiel dans l’élevage de rongeurs ! Toute personne faisant de la
reproduction peut se déclarer « éleveur amateur », ce n’est pas pour autant qu’elle sait ce qu’elle fait. Il est
facile de reproduire deux hamsters, mais sans avoir de projet de reproduction, l’animal ne sera pas
nécessairement sain, ni avec une bonne longévité.
Comment savoir alors ? Si l’éleveur possède un site Internet, parcourrez-le à fond, lisez ses conditions et son
éthique d’élevage (si c’est indiqué !). Puis prenez contact avec lui. Parlez, voyez s’il semble s’y connaitre. Un
bon éleveur connaît à fond son espèce, ses caractéristiques, il doit pouvoir vous aiguiller dans vos choix, vous
dire quel petit aura le meilleur caractère selon ce que vous cherchez. C’est particulièrement important si vous
utilisez un système de covoiturage, vous n’aurez alors pas l’occasion de voir le hamster en vrai pour le choisir.
Si vous habitez assez près, l’idéal est bien sur de pouvoir vous rendre sur place. Gardez à l’esprit qu’un éleveur
amateur fait cela en hobby, il vous reçoit dans sa maison privée, en faisant une « place » dans son planning de
vie de famille. Evitez de le harceler ou de lui parler comme à un vendeur.
N’oubliez pas d’acheter une petite boite de transport dans laquelle vous installerez votre animal pour le trajet.
Elle servira par la suite pour les éventuels trajets (vétérinaire, expositions, etc.).
Les particuliers et les sauvetages
La dernière solution c’est d’adopter un animal qui n’est pas d’un éleveur, mais pas non plus d’une animalerie.
Certaines personnes proposent des animaux via les petites annonces, notamment ceux qui adoptent des
femelles pleines en animalerie et doivent placer les bébés. Evitez autant que possible ceux qui font de la
reproduction volontaire sans se dire éleveur, comme je l’ai expliqué, ces portées ne vous garantissent en aucun
cas ni le caractère, ni la santé de l’animal. Certaines personnes replacent leur animal pour causes diverses
(déménagement, allergies, etc.).
Contactez la personne et demandez le maximum de renseignements, en particulier l’âge de l’animal (n’oubliez
pas qu’un hamster ne vit pas très longtemps), son caractère, sa santé. Prenez rendez-vous et voyez l’animal
directement. Manipulez-le. S’il s’agit d’une portée, manipulez tous les bébés pour faire votre choix. A cinq
semaines, les mâles doivent être séparés des femelles, sinon les femelles risquent d’être gestantes. Dans tous
les cas, n’adoptez pas un animal si le contact ne passe pas ! Cela n’ira pas spécialement en s’améliorant,
surtout si vous n’êtes pas habitués à apprivoiser des hamsters.
Enfin, on voit émerger de plus en plus de refuges spécialisés dans les nouveaux animaux de compagnie. Vous
pourrez parfois y trouver un hamster, ainsi que des conseils pour bien vous en occuper.
Quel hamster choisir?
Le choix du hamster devra bien entendu se faire « au coup de cœur », mais avant cela, il faudra déterminer
l’espèce qui vous convient le mieux. En effet, en plus du physique, les cinq espèces de hamsters ont des
comportements radicalement différents ! Voici quelques pistes pour bien choisir.
Mâle ou femelle?
Généralement, le mâle est plus calme que la femelle, mais il se lève beaucoup plus tard. La femelle est
curieuse, exploratrice, active. Le mâle est plus pépère, plus lent dans ses déplacements, et souvent un peu plus
câlin. Il ne s’agit bien entendu que de généralités, chaque animal possède son caractère. Si l’animal est pour un
enfant, choisissez plutôt un mâle, qui sera plus facile à manipuler et apprivoiser.
Quelle espèce choisir?
Selon l’espèce, le caractère général du hamster varie beaucoup. Que cherchez-vous ?
- Un hamster très actif, acrobate, dans un très grand habitat aménagé mais que vous ne devez pas trop
manipuler ? Optez pour le Roborovski.
- Un hamster cool et tranquille, qui reste dans les mains pour des câlins, avec une bouille d’ourson ? Optez pour
un russe.
- Un hamster avec son caractère, qui fait un câlin puis file le long de votre bras explorer votre cou, pour
redescendre en courant de l’autre côté ? Optez pour un Campbell (nain), chinois (moyen) ou un Syrien (grand)
Chaque animal possède un caractère personnel, ceci n’est qu’une aide au choix. Dans l’idéal, essayez de
découvrir chaque espèce avant de faire votre choix.
Quelle couleur ?
Les poils et les couleurs n’ont aucune influence sur le caractère. Choisissez donc le plus beau à vos yeux.
Un ou plusieurs?
Le hamster est un être fondamentalement solitaire. Vous ne pouvez pas faire un mauvais choix en décidant de
n’en adopter qu’un seul. Il est territorial et protecteur.
Certaines espèces sont dites grégaires, mais attention, ce n’est pas le même type de communauté que les rats
ou les souris par exemple. C’est toujours un peu « chacun pour soi » même au sein d’un groupe. Et les bagarres
peuvent vite éclater et surtout, très vite devenir dangereuses. Un petit récapitulatif par espèce.
Hamsters syriens : uniquement seul. Dans la nature ils vivent seuls, et ne se croisent que pour des bagarres de
territoire et se reproduire. Que ce soit mâle et mâle, mâle et femelle ou femelle et femelle, ça dégénère très
vite, et les bagarres sont souvent jusqu’à la mort (défense du territoire). Les animaux qui ont grandi ensemble
ont parfois une tolérance plus élevée, ils peuvent s'accepter plus longtemps, mais un jour ou l’autre ce sera le
drame. Et dans tous les cas, aucun hamster syrien n’apprécie la compagnie. Vous pouvez toujours la lui
imposer, mais ce sera votre choix et non le leur.
Hamster russe : Le hamster russe est dit grégaire, pourtant son territoire doit être vaste pour supporter ses
congénères. Là si vous voulez vraiment en adopter plusieurs (comme je le rappelle, il est préférable d’en
adopter un seul) il faudra surveiller très attentivement. Les groupes formés, dans de grands espaces, ont plus
de chance de tenir.
Hamster de Campbell : C’est probablement le plus grégaire de tous. Il vaut mieux se référer à l’éleveur pour
connaitre un peu la façon de procéder pour une intégration, et le mieux est que l’éleveur lui-même vous forme
un groupe de jeunes animaux. Dans tous les cas, une surveillance est de mise car certains animaux ne tolèrent
pas du tout d’avoir un territoire restreint. Il faudra également un grand habitat pour les groupes. Un Campbell
peut parfaitement vivre seul, il sera tout aussi « heureux ».
Hamster chinois : Plutôt solitaire, certains éleveurs commencent à les faire vivre en couples unisexes, en
particulier les nouvelles variétés qui ont beaucoup été travaillées. Pour un particulier, il vaut mieux n’en
prendre qu’un seul.
Hamster de Roborovski : Grégaires dans la nature, le Roborovski peut se révéler également très territorial,
c’est donc quitte ou double. Il vaut mieux n’en prendre qu’un, surtout qu’il sera alors plus proche de vous. Vous
pouvez éventuellement tenter l’expérience pour plusieurs, en surveillant énormément.
Quelques remarques
Avec leur poil, on ne remarque parfois les blessures qu’une fois qu’il est trop tard. Les bagarres sont parfois
tellement rapides, que le temps que vous vous en rendiez compte et interveniez, il sera déjà trop tard.
Les animaux jeunes sont évidemment encore en groupe, mais méfiez-vous car avec la montée des hormones
arrivent les premières bagarres (donc entre trois semaines et huit semaines maximum).
Une certaine hiérarchie doit se mettre en place. Cependant, il faut que vous puissiez faire la différence entre
des animaux qui se « crient » dessus pour le partage d’une graine, d’une place, et des animaux qui crient car ils
se battent. La différence n’est pas aussi flagrante que l’on pourrait le croire. Si vous ne pensez pas y arriver,
n’essayez pas de prendre un groupe.
Les hamsters nains, en particulier les Campbell, peuvent s’entretuer sans un bruit. Le dominant s’attaque
directement à la tête du dominé et rien ne vous alerte dans ce cas.
Dans tous les cas, n’oubliez pas que les hamsters vivent la nuit, et donc se battront en pleine nuit, quand vous
dormez. En journée, habituellement, l’instinct de survie prend le dessus, les animaux dorment ensemble pour
préserver la chaleur et ne pas attirer les prédateurs. Ca ne les empêchera en rien de s’entretuer ensuite. Ne
faites pas l’erreur de comparer leurs réactions à des réactions humaines.
A vérifier avant d’adopter le hamster choisi :
Veillez à allez faire votre choix de préférence en fin d’après-midi (ou en début de soirée) car les hamsters
seront alors bien réveillés.
Vérifiez que son poil n'est pas terne ni collé. Quand il est bien réveillé les yeux doivent être bien ouverts et ne
pas couler. Le poil est sec partout (vérifier la région de l'anus, si elle est souillée, il est malade. Les diarrhées
sont des maladies extrêmement difficiles à guérir). On ne doit pas sentir les os sous la peau, sauf au niveau de
la colonne vertébrale. L'animal ne doit pas présenter de blessure quelconque, ni de croûtes. Le ventre doit être
bien rempli sans être trop ballonnant. Ne prenez jamais un animal malade ou même un qui se trouve dans la
même cage qu’un malade. Les maladies se transmettent rapidement chez de tels animaux, et sont souvent
mortelles.
Prenez chaque bébé en main pour essayer de voir leur caractère. Les femelles auront plus tendance à sauter
des mains que les mâles. Mais au bout de quelques essais, ils doivent rester dans les mains quelques secondes
au minimum. Vérifiez ainsi également qu’ils ne mordent pas.
Surtout ne vous laissez pas influencer à prendre un animal que vous ne désirez pas. Choisissez celui qui vous
plaira en tenant compte des quelques conseils ci-dessus. Ne choisissez pas le plus petit, sous prétexte qu’il est
plus jeune ou plus mignon, mais bien le plus gros. Le plus petit ne sera pas nécessairement plus jeune, mais
juste plus faible. Il peut plus facilement couver des maladies qui se déclareront la semaine suivante et dans
tous les cas, sa durée de vie risque d’être assez réduite. Sur une même portée, l’animal le plus gros sera le plus
résistant et celui en meilleure santé.
Chapitre 2 : Interactions
Les premiers gestes, la première journée
Si vous optez pour un hamster d’éleveur, celui-ci vous donnera tous les conseils nécessaires pour
l’acclimatation du petit animal. Dans tous les cas, voici un récapitulatif.
Ramener son hamster à la maison
Choisissez dans le commerce une boite de transport adaptée (soit au rayon animalerie, soit au rayon
aquarium), il en existe diverses sortes et tailles et elles ne coutent pas très cher. Le hamster se sentira plus en
sécurité dans un petit espace qu’il aura vite exploré. Pensez à lui mettre une cachette (foin, papier Essuie-tout
ou petite maison) pour qu’il puisse se cacher, et si le trajet est long un morceau de légume pour qu’il puisse
s’hydrater.
Ne prenez pas la cage de l’animal pour le transport, ce n’est pas adapté. Les cages à barreaux laissent passer les
courants d’air. Les biberons vont couler durant le transport et l’un ou l’autre accessoire pourrait tomber sur
l’animal.
Les magasins fournissent de petits cartons. Mais le hamster rongera ce dernier au bout de quelques minutes. Si
vous n’habitez pas loin, cela tiendra. Mais prudence… un hamster qui se balade dans une voiture peut
provoquer des accidents.
Arrivée à la maison
Si le hamster a été bien manipulé, vous pouvez directement le prendre dans sa boite et le mettre dans sa cage.
Si pas, ouvrez le dessus de la boite et posez-là, ouverture sur le côté, au fond de sa nouvelle cage. Il sortira tout
seul. Laissez-le s’habituer à son nouvel environnement.
Pendant les premières heures, le hamster va probablement fouiller sa cage, changer tout de place, s’organiser.
Laissez-le faire, ne le dérangez pas, ne le sortez pas de la cage. Il faut lui laisser prendre ses marques. Certains
hamsters d’éleveurs ont l’habitude du changement, et iront dormir au bout de quelques minutes, d’autres
peuvent passer des heures avant de dormir.
Dans tous les cas, il faut que le hamster récupère du stress provoqué par le changement de maison. Il faut donc
attendre qu’il ait au moins dormi plusieurs heures avant de commencer à le manipuler ! Idéalement, laissez-le
tranquille pendant au moins 24 heures.
Normalement le lendemain il commencera à trouver son rythme de croisière et dormira la journée. S’il n’est
pas habitué au bruit et que vous l’avez mis dans votre pièce de vie, pas de panique, il va s’y accoutumer. S’il se
réveille beaucoup dans la journée, ne le sortez pas et ignorez-le. Au bout d’une semaine maximum il se sera
accoutumé aux nouveaux bruits de son environnement.
Quelles que soient ses heures de réveil, surtout la première semaine, ne le sortez de la cage que le soir, à
l’heure « normale ». Les hamsters s’habituent facilement aux horaires.
Si le hamster a été beaucoup manipulé, le soir vous pouvez ouvrir la porte de la cage et il viendra souvent vers
vous. N’allez pas chercher le hamster directement dans sa cage, certains sont un peu territoriaux et risquent de
mordre. Attendez de le connaitre avant de pouvoir faire cela. Laissez-le monter sur votre main, ou bien sur la
grille de la petite porte de la cage, ou si ça ne fonctionne pas, enlevez directement tout le dessus de la cage (CF.
la partie sur l’apprivoisement).
Manipulez-le avec précaution au début, vous ne le connaissez pas, et il ne vous connait pas, ses réactions sont
imprévisibles (je ne parle pas seulement des morsures, mais il pourrait prendre peur et sauter dans le vide ou
partir en courant).
Soyez progressif : sortez-le 10 minutes le deuxième jour, 15 minutes les troisième jour et ainsi de suite.
Pour avoir un animal proche de l’homme, n’hésitez pas à l’appeler par son nom juste avant de le sortir, ou de
faire un bruit distinct. Il associera ce bruit à la sortie et viendra de lui-même.
Cela peut sembler bête, mais parlez-lui. Surtout si votre animal se trouve dans une pièce « calme » de la
maison, où il entend peu de bruit. Les voix peuvent leur faire peur s’il ne les entend pas souvent.
Une erreur courante à éviter ! Etablissez à l’avance le temps de sortie de votre animal. Souvent, avec
l’excitation d’un nouveau hamster à la maison, on le sort très longtemps les premiers jours… pour le délaisser
au bout d’un mois. L’animal se sera habitué à sortir et aura cette expectative, qui ne viendra plus. Ne le sortez
que le temps que vous avez déclaré, ou le temps que vous êtes sur de pouvoir lui consacrer au moins trois ou
quatre fois par semaine (vous pouvez par contre alterner un jour où il sort un peu et un jour où il sort
beaucoup).
Remarque importante : ne réveillez pas un hamster qui dort, sauf occasionnellement (une fois par semaine
pour changer la cage par exemple). Le stress causé par de tels réveils peut engendrer des maladies et peut
même entraîner la mort à petit feu de l’animal.
Manipulation
Comment manipuler le hamster? Voici les bons réflexes à avoir...
Pour soulever le hamster, ne l’attrapez jamais par au-dessus, surtout au début quand il ne vous connait pas !
Les prédateurs des hamsters sont principalement les oiseaux, cela leur ferait peur.
Approcher d’abord doucement votre main (pas un doigt tendu !) vers l’animal pour qu’il sente votre odeur,
ensuite mettez les deux mains en coupe autours de lui pour le soulever. Ouvrez vos mains et mettez-les à plat
pour ne pas qu’il se sente prisonnier. Ne faites pas ces gestes trop lentement, et ne lui laissez pas vraiment le
choix. Laissez toujours une ouverture dans votre « cuve » pour qu’il puisse s’échapper (ça évitera qu’il vous
morde de peur). S’il s’échappe, recommencez.
Attention, quand on manipule un hamster craintif, nerveux ou peu sociable, il faut toujours rester près du sol,
pour qu’une éventuelle chute ne lui soit pas fatale. Les premières manipulations se feront de préférence au
dessus d’un lit ou d’un fauteuil.
Remarques pour les plus jeunes enfants :
Les parents doivent faire attention à la façon dont leurs enfants manipulent l’animal. Si par hasard, l’enfant
serre trop fort, après s’être débattu le hamster pourrait mordre. Il faut savoir que ce n’est pas de l’agressivité,
c’est simplement un moyen d’être libéré de la douleur causée. L’enfant doit également comprendre qu’il ne
doit pas avoir peur de son hamster pour autant. L’animal ne le mordra pas à nouveau sauf si l’enfant
recommence.
Les enfants doivent aussi éviter les cris et les gestes brusques qui vont effrayer l’animal. Ils doivent pouvoir
reconnaître si leur compagnon a envie de sortir ou s’il veut qu’on le laisse tranquille.
Apprivoisement
Les techniques de base
Les animaux achetés chez un éleveur sont souvent déjà plus ou moins apprivoisés. Les techniques de bases
sont plutôt destinées aux animaux d’animalerie ou aux sujets craintifs.
- La technique de la graine : tendez une graine de tournesol au hamster (ou toute autre nourriture attrayante :
morceau de fruit, raisin sec, etc.) à l’entrée de sa cage. Laissez-le venir la manger sans le toucher. Au fil des
jours, mettez la graine plus à l’intérieur de votre main pour l’inciter à grimper sur vous pour venir prendre son
gain. Au bout de quelques temps, il vous associera à la récompense.
- La technique de la main : pendant la promenade dans le parc, mettez votre main à plat par terre. Le but est
qu’il passe dessus, puis qu’il s’arrête dessus. Pour cela, vous pouvez y placer des friandises, ou par exemple
mettre votre main à la sortie d’un jeux (tuyau ou autre)… Quand il s’est habitué et qu’il y reste quelques
secondes, vous pouvez commencer à soulever votre main en la refermant un peu. Vous pouvez aussi
commencer à essayer de le caresser légèrement. Il faut quand même savoir que très peu de hamster
apprécient les caresses.
- La technique du forcing (seulement dans certains cas) : surtout pour les hamsters craintifs avec lesquels rien
ne fonctionne, vous pouvez l’attraper et le garder dans les mains, même s’il se débat. Ne le gardez que
quelques secondes et ensuite ouvrez votre main. Au bout d’un temps, il devrait rester plus calmement dans la
main.
Entretient de l’apprivoisement
Un hamster, même apprivoisé, qu’on ne manipule jamais redeviendra sauvage. Il faut à tout prix garder un
certain contact avec l’animal. Le plus important se fera lors de sa sortie. Avant de le mettre dans le parc,
gardez-le un petit moment sur vos genoux et faites le courir sur vous.
Même s’il va sortir plus tard, ou s’il est déjà sorti, s’il est à la porte de sa cage et que vous avez une minute ou
deux devant vous, n’hésitez surtout pas à lui faire une gratouille ou à le manipuler quelques instants. Ces
gestes, même rapides, renforcent l’apprivoisement.
Quelques derniers conseils
Contrairement à ce qu’on peut lire çà et là, il ne faut pas attendre une semaine avant de commencer
l’apprivoisement. Plus vous attendez et plus ce sera difficile de (re-)nouer avec lui. Laissez-le tranquille les
premières 24 heures, mais dès le lendemain vous pouvez commencer les sorties.
Une seule règle d’or : plus vous interagissez avec votre animal et plus il sera sociable !
Le hamster qui attaque ou mord à l’intérieur de sa cage n’est pas agressif, mais uniquement territorial. Si votre
hamster attaque votre main dans sa cage, laissez-le sortir de lui-même (par exemple en mettant quelque chose
de plat devant l’ouverture de la cage). Dans 95% des cas, l’animal ne mordra pas une fois en sortie ou sur vous.
N’oubliez jamais qu’il ne faut pas réveiller le hamster, surtout brutalement. Il en deviendrait craintif, voire
agressif, et l’apprivoisement serait à refaire !
Le hamster m’a mordu !
Avant toute chose il ne faut pas confondre morsure (à sang) et pincement. La plupart du temps, le hamster
pince. Dans quelques rares cas, il va jusqu’à mordre. Les animaux réellement agressifs sont vraiment rares,
dans beaucoup de situations c’est un problème de contexte, et non de comportement. Ce qui veut dire qu’un
hamster qui « mord » (ou pince) une fois ne va pas spécialement recommencer.
Les raisons les plus courantes des « morsures » :
-
vous l’avez surpris ou effrayé, il ne vous a pas vu arriver, ou vous l’avez réveillé en sursaut ;
vous l’avez trop serré, vous lui avez fait mal ;
il avait peur et vous l’avez acculé dans un coin ;
vos doigts portaient une odeur qui l’a incité à « mordre » (nourriture, savon parfumé, chat, etc.)
vous le teniez et un bruit ou un fait extérieur lui a fait peur ;
l’animal est territorial (comme expliqué plus haut) ;
vous avez mal interprété son langage corporel.
Quand vous manipulez votre hamster, lavez-vous toujours les mains à l’eau claire, pour éviter les odeurs sur
vos mains. Approchez-le avec douceur, parlez-lui et montrez-lui que vous êtes là. Laissez-lui une échappatoire,
ne serrez jamais les mains et manipulez-le dans un parc ou sur un fauteuil.
Apprenez à « lire » votre animal, reconnaitre les signes de comportement (quand il veut sortir, quand il veut
être tranquille…). La partie « comportement » de ce livre vous donnera des pistes, mais c’est surtout
l’apprivoisement mutuel entre vous et votre animal qui va jouer. Un exemple simple : la plupart des gens
croient qu’un hamster qui se met sur le dos veut des caresses, alors que c’est la position de défense : il va
mordre.
Chapitre 3 : Comportement
Cris et expressions corporelles
Un hamster serein, reposé et heureux aura une attitude calme, les oreilles ni trop dressées, ni repliées vers
l’arrière. Quand il s’étire et baille, c’est qu’il se sent en confiance. Il en va de même quand il fait longuement sa
toilette.
Les hamsters sont bien moins silencieux que beaucoup le pensent. Ils possèdent une excellente ouïe et ils
communiquent entre eux par des sons de haute fréquence non perceptibles par l’oreille humaine. La
communication orale entre ces animaux est pratiquement aussi importante que celle exercée par l'odorat. Les
hamsters sont en mesure de capter jusqu’aux plus faibles sources sonores de leur entourage. Ils tournent alors
leurs têtes et tendent les oreilles dans tous les sens pour mieux localiser les sons.
Les bébés hamsters appellent leur mère en piaillant. Tout jeune, cela ressemble à un gazouillis de mouette, en
grandissant ça devient plus grave. Ces légers bruits se retrouvent quelques temps après la séparation familiale,
quand l’animal dort, il lui arrive encore de reproduire ce son.
Quand le hamster est fâché ou qu’il se met en position d’attaque, il se dresse sur ses pattes arrières, les pattes
avant pointées devant lui, il gonfle parfois les bajoues et claque des dents. Il peut aussi émettre un son qui
ressemble à un grognement et la plupart du temps, il garde la gueule entr’ouverte. Ce son est également émis
quand on embête l’animal, même s’il n’est pas en position d’attaque.
Quand le hamster a peur, il pousse une série de cris, depuis un feulement léger à un feulement agressif (dans
l’espoir de faire fuir l’adversaire). Les oreilles sont repliées vers l’arrière, et quand on le touche, il peut rouler
sur le dos et tendre les pattes vers le haut pour se protéger (Ce n’est pas une invitation à le caresser sur le
ventre, les hamsters détestent ça!). Certains hamsters domestiqués utilisent parfois (c’est assez rare) les cris
pour communiquer leur impatience ou leur énervement à leur maitre (on a vu des hamsters qui demandaient à
sortir en criant).
Il arrive que le hamster crie, quand il a mal ou est vraiment surpris. Cependant, dans la douleur, le hamster est
un animal plutôt silencieux. N’attendez pas qu’il crie pour aller voir un vétérinaire, en cas de problème.
Le hamster en balade vous montrera beaucoup de comportements différents. Régulièrement, il s’immobilise,
les oreilles dressées et une patte levée, comme un chien de chasse. Il a alors entendu un bruit qu’il ne connait
pas, ou senti une odeur inconnue, et tente de découvrir ce que c’est. Quand il rampe ou marche près du sol,
c’est qu’il ne se sent pas à l’aise, et a peur des prédateurs. S’il se dresse sur ses pattes arrière, les oreilles aux
aguets, c’est qu’il tente d’écouter et sentir son environnement. C’est une position d’observation, sans
agressivité.
Il arrive parfois que le hamster vous lèche la main, ce qui n'est pas un signe d'affection. Soit vous portez l’odeur
d’une femelle ou d’un autre hamster, et en léchant cette odeur il l’identifie. Soit il a une carence en sel et la
comble en léchant le sel sur votre peau.
Dans sa cage, l’animal ne doit pas être apathique, il va généralement faire de la roue, courir un peu de gauche à
droite, grimper aux barreaux, voire même se balader à l’envers sur le dessus de la cage! Rien d’alarmant. Si
l’animal grimpe jusqu’en haut, se laisser tomber et recommence continuellement, c’est qu’il manque
cruellement d’exercice!
Les réserves du hamster
Les bajoues du hamster sauvage lui servent à emporter dans son terrier des graines qu’il trouve en chemin. Ces
graines amassées lui seront utiles pour les périodes de grand froid quand il hibernera. Le hamster domestique à
gardé cet instinct de faire des réserves et s’en donne à cœur joie. Certains utilisent même leur maisonnette
comme réserve à graines alors qu’ils dorment dans un autre nid. Dans la nature, cela correspondrait aux
différents tunnels et caches aménagés dans le terrier. Il ne faut pas chercher à aller contre cette nature, cela le
rassure d’avoir des graines à portée de patte. Veillez cependant à ce qu’il n’y ajoute pas d’aliments périssables.
L’hibernation
Quand on parle d’hibernation, on pense souvent à la marmotte. Mais celle-ci est très différente du hamster. En
effet, la marmotte a un cycle d’hibernation régulier et obligatoire. Le hamster utilise l’hibernation comme
dernière ressource contre le froid. Dans la nature, les hamsters sauvages hibernent aux périodes les plus
froides. Cela leur demande une certaine préparation : entasser des réserves de graines et de matériaux pour le
nid, tels que la mousse, boucher les entrées de son terrier, ralentir progressivement le métabolisme de son
corps pour finalement vivre au ralenti, manger moins et dormir plus. Il n’est donc pas conseillé de laisser un
hamster domestique entrer en hibernation. Cela affaiblirait fortement son système et cela se révèlerait
dangereux pour lui.
Le hamster entre en hibernation quand la température se situe entre 10 et 5°C. Cela varie fortement d’un
animal à l’autre. Celui qui aura passé toute sa vie dans une pièce à 25°C peut très bien hiberner à 13°C. Si vous
trouvez votre hamster en train d’hiberner, surtout ne le changez pas de pièce trop brutalement. Une forte
augmentation de température aurait un effet encore pire. Le mieux est de le mettre dans une pièce tempérée (
à peine un ou deux degrés plus chaud que là où il était) et de le laisser se réveiller. Ne le manipulez pas, ne le
sortez pas de sa maison et n’essayez pas de le réchauffer trop vite.
Les sens du hamster
Le toucher :
C’est un des sens les plus importants. A l’aide de ses vibrisses (grandes moustaches), il peut s’orienter, éviter
les obstacles, et sentir s’il peut passer dans le trou (là où les vibrisses passent, tout le corps passe).
La vue :
Ils ne voient pas très bien comme nous, ils ont des yeux faits pour s’orienter dans le noir, puisqu’ils vivent la
nuit. Ils ont cependant un excellent champ de vision, grâce à l’orientation latérale des yeux. Ils n’ont qu’une
notion des distances réduites.
L’ouïe :
Son ouïe est très développée. Il perçoit les sons et les ultra-sons. Ils sursautent souvent quand ils entendent un
bruit trop aigu. Par ailleurs, ils savent distinguer tous les bruits et reconnaissent bien vite la personne qui
s’occupe d’eux, à la voix.
L’odorat :
Le hamster reconnaît les choses à l’odeur avant tout. Ils se reconnaissent au sein d’un groupe (jeunes hamsters,
mère et ses bébés, groupe de hamsters nains) par l’odeur. Si celle-ci n’est plus présente, il devient impossible
de remettre les animaux ensemble, même si la séparation n’a duré qu’une demi-journée.
Cohabitation
UN HAMSTER PAR CAGE POUR AVOIR UN HAMSTER HEUREUX.
Un hamster, contrairement aux humains, est un animal solitaire. Seul, il se sent parfaitement heureux et
équilibré et ce, quelque soit son espèce.
N’oubliez cependant jamais que les bagarres ont souvent lieu la nuit, quand vous êtes loin d’eux et dans
l’incapacité d’intervenir. Que les bagarres et mises à mort sont en général très rapides. Que vous êtes
responsable de la vie et la santé de vos animaux.
Les hamsters ne "jouent" jamais ensemble! S'ils semblent jouer à la bagarre, ne vous y méprenez pas, ils se
battent! Même si (pour l'instant) il n'y a pas de sang, cela ne tardera pas. Les bébés commencent à "jouer à se
battre" dès quinze jours environ. Cela reste du « jeu » pendant encore une semaine ou deux, puis petit à petit,
ça devient plus sérieux. Les hamsters qui se tolèrent ne jouent jamais ensemble.
Si vous avez un couple ou un groupe, vérifiez régulièrement certains points. Si l’un est plus maigre, c’est
probablement le soumis qui se fait voler sa nourriture par le dominant. Si l’un semble peureux, c’est que le
dominant lui met trop de pression. Dans la majorité des cas, un hamster qui vit en groupe et qui est peureux,
une fois qu’il sera seul pendant quelques temps, retrouvera toute sa joie de vivre et viendra vous voir de bon
cœur. Attention, si vous avez un groupe, il faut former un groupe unisexe. La reproduction n’est pas un jeu, et
il est évident qu’un couple fera portée sur portée.
Evidemment, toutes les règles indiquées valent que ce soit pour une cohabitation permanente ou temporaire
(même « quelques secondes » dans un terrain neutre peuvent mener à de graves blessures). Les animaux qui
appartiennent à un groupe ne doivent, autant que possible, pas être séparés. Il se peut qu’en cas de visite
prolongée chez le vétérinaire par exemple, le groupe ne reconnaisse plus l’animal séparé et se mette à
l’attaquer. Dans tous les cas, si vous avez un groupe, il faut prévoir des cages d’appoint pour pouvoir séparer
dans la minute les animaux qui se font attaquer (ou qui attaquent).
Le hamster ne peut en aucun cas cohabiter avec d’autres rongeurs. Chaque rongeur a un régime alimentaire
qui lui est propre, mélanger les espèces revient à provoquer des problèmes d’alimentation (excès et carences)
pour les espèces en présence. De plus, chaque rongeur possède également son langage corporel propre, et les
« propos » d’un animal peuvent être mal interprétés et mener à des bagarres. Le hamster étant solitaire, son
premier réflexe sera de se battre pour son territoire avec tout animal qu’il croise.
Il vaut mieux éviter tout contact avec les chats, même les plus calmes peuvent se révéler dangereux pour les
hamsters. Il en va de même pour les chiens, il est très difficile de prévoir leur comportement. Le hamster
pourrait également prendre peur et dès lors devenir plus agressif, même avec ses maitres (peur d’être remis en
contact avec le chat/chien).
Chapitre 3 : Alimentation
Nourriture journalière
Le hamster est un animal omnivore à tendance granivore. Il mange donc principalement des graines, mais a des
besoins stricts en protéines. Le mélange idéal se situe avec un apport d’environ 4% de matières grasses pour
16% de protéines. L’apport de protéines devra être plus important pendant la croissance, pendant les
gestations pour les femelles, et être diminué lors des signes de vieillesse pour préserver les reins.
Comme pour tous les animaux, son alimentation doit être le plus possible identique chaque jour. Seuls les
extras peuvent varier. Une alimentation stable est la base pour un hamster en bonne santé.
On vend dans le commerce de très bons mélanges de graines pour hamsters, ainsi que des extrudés (aussi
appelé bouchons ou pellets, ce sont des morceaux compressés). Il faudra tout de même choisir avec soin, car
certaines marques sont plutôt déconseillées. En règle générale, les emballages les plus chers et les plus colorés
sont les moins bons (faites attention aux apports de sucres ! Certaines marques mettent trop de sucres dans
leurs mélanges et/ou friandises). N’hésitez pas à demander aux éleveurs ou aux clubs quelles marques sont les
meilleures. Les mélanges « tous rongeurs » ne conviennent en général pour aucune espèce en particulier, car
chaque rongeur a des besoins nutritionnels spécifiques.
On peut également faire son mélange soi-même, avec l'aide d'une personne qui s'y connait bien (éleveur, club,
...). Attention de bien respecter tous les apports nécessaires.
On vérifiera que le hamster finit bien sa gamelle de graines avant d’en remettre, pour éviter qu’il ne trie et ne
mange que les graines les plus riches. Avec les extrudés, le problème n’existe pas, cependant, certains
hamsters n’aiment pas les extrudés et mangent moins, il arrive dans de rares cas qu’ils deviennent trop
maigres. Il faut donc tester et trouver ce que votre animal préfère. N’oubliez pas de vérifier sa (ses) cachette(s)
avant de lui remettre à manger.
Il ne faut pas changer de mélange trop vite car le hamster a un système digestif fragile. Certains éleveurs
donnent plusieurs mélanges durant la croissance pour éviter tout problème futur, mais par précaution, faites
toujours une transition alimentaire. Il suffit de mélanger les deux produits, à raison d’un quart du nouveau
pour trois quarts de l’ancien la première semaine, puis moitié-moitié la seconde semaine, et enfin un quart de
l’ancien pour trois quarts du nouveau la quatrième semaine. A la cinquième semaine, l’animal mangera
entièrement le nouveau produit. Il en va de même pour tout nouvel aliment que vous donnerez : un tout petit
peu d’abord.
Nourriture complémentaire.
On vend dans le commerce toute une série de friandises pour rongeurs, qui sont fort sucrées et ont un aspect
plutôt commercial. Ces friandises peuvent être utiles pour l’apprivoisement, mais doivent être utilisées avec
parcimonie.
La meilleure des friandises, et la plus appréciée, ce sont les légumes, ainsi que les fruits (en plus petite
quantité, à cause des sucres naturels). N’oubliez pas de donner des tous petits morceaux, et de l’habituer à un
nouveau légume progressivement. Enlevez toujours l’excédant au bout d’une heure ou deux pour éviter qu’il
ne pourrisse. Choisissez des aliments biologiques, ou lavez-les bien pour les pesticides et autres produits
toxiques. Enfin, les aliments frais doivent être donnés à température, et non froids. Les agrumes ne sont pas
toujours bien tolérés à cause de leur acidité. Tous les hamsters n'apprécient pas nécessairement les mêmes
fruits ou légumes. Il faut tester et retenir ce qui leur plait. On peut aussi donner des fruits et légumes séchés,
des plantes, herbes et fleurs (mais pas n’importe lesquelles !). Toutes les herbes fraiches doivent être
ramassées loin des routes et bien lavées.
Quels fruits et légumes peut-on donner ?
Abricot, ananas, banane, cerise, datte, figue, fraise, framboise, kiwi, litchi, mangue, melon, mirabelle, mûre,
noix de coco, pastèque, poire, pomme, pêche, raison, tomate, aubergine, brocoli, carotte, cerfeuil,
concombre, courgette, endive, épinard, fenouil, lentilles, petits pois, poivrons, pousses de soja, radis,
ciboulette, cresson, foin, ortie séchée, pâquerette, pissenlit, …
Le persil ne doit pas être donné aux femelles gestantes et allaitantes, il stoppe la montée de lait.
Quels extras peut-on donner ?
Il y a évidemment d’autres choses que les légumes à donner en friandise. Comme le hamster est omnivore, on
peut lui donner de la viande cuite et froide, non assaisonnée (par exemple du blanc de poulet ou du jambon).
On peut également donner un petit morceau de fromage à pâte dure, même si dans l’ensemble les produits
laitiers doivent être ignorés car les animaux ne les digèrent pas.
Les hamsters apprécient les flocons d’avoine (donnés secs), cet apport peut servir pour les hamsters trop
maigres ou avec un retard de croissance. On peut alors directement en ajouter dans le mélange de graines.
Un excellent apport en protéine, et également une friandise souvent très appréciée, est le vers de ténébrion
(vers de farine). On en trouve soit séchés (parfois ce sont des mélanges de divers insectes), soit vivants (que
l’on peut laisser au frigidaire).
Une croquette pour chat ou chien de temps en temps est aussi une bonne friandise.
Les aliments à éviter et dangereux
En vrac : pépins et noyaux de fruits (contiennent un composé de cyanure), épluchures de fruits et légumes, tige
et feuilles des tomates, pomme de terre, betterave crue, cornichons, amandes, fruits en sirop, salade, oignons
et apparentés (poireaux notamment), avocat, chou-fleur, marron, les agrumes (souvent mal tolérés).
Toute boisson autre que l’eau est nocive ou dangereuse : alcool, café, soda, thé, sirops, jus de fruits, eau
gazeuse, lait (sauf lait de soja), cacao.
Tous ce qui est sucré ou trop salé comme les gâteaux, biscuits, les pâtes à tarte/gâteau, les gâteaux apéritif, le
saucisson, les rillettes, les jambons salés ou braisés, pâtés ou toute autre charcuterie, les poissons fumés, etc.
Le chocolat est toxique pour tous les animaux (des chiens en meurent, alors imaginez le hamster !). Il contient
de la théobromine qui n’est pas digérée par les animaux. Cette substance agit sur le système cardiaque, qui
s’emballe et peut provoquer un arrêt cardiaque. Il n’existe pas d’antidote, on soignera seulement les
symptômes provoqués par l’ingestion. A savoir que si l’animal ne présente pas de troubles en mangeant du
chocolat (trop faible dose par exemple), le chocolat provoque néanmoins une dépendance, avec les
symptômes associés si on stoppe l’apport. Tous les produits contenant du cacao sont à éviter.
Les œufs crus, et le blanc d’œuf sont à proscrire, les bactéries présentes peuvent provoquer des troubles
intestinaux. Le jaune cuit est lui excellent !
La viande crue peut contenir des parasites, mais en aucun cas l’ingestion de viande crue ne va rendre votre
animal agressif ou mordeur.
A boire!
L'eau du robinet, si elle est potable convient tout à fait! L'eau vendue "spéciale hamster" est simplement de
l'eau minérale très chère! Si vraiment vous voulez une eau de qualité, donnez-lui de l'eau en bouteille. Ne rien
ajouter dans l'eau et ne pas donner de lait ou autre boisson.
En cas de prise de médicament mélangé à l'eau du biberon, vous pouvez ajouter UNE GOUTTE de grenadine
pour que le hamster ne refuse pas de boire (uniquement si le hamster ne boit pas !).
Le hamster doit toujours avoir de l’eau fraîche à disposition. Il est préférable d’utiliser les biberons vendus en
magasin plutôt qu’un bol où l’on doit changer l’eau très régulièrement (idéalement toutes les 12 heures).
Nettoyez régulièrement le biberon pour prévenir la formation d’algues.
La coprophagie
La coprophagie est le fait de manger ses propres selles. Le hamster est coprophage dans une certaine mesure.
Il récupère directement une partie de ses selles pour compléter les carences dans son alimentation (vitamine B
notamment).
Le hamster obèse
Un hamster obèse doit, pour son propre bien, être mis au régime. Gare aux régimes trop rapides, ils feraient
dépérir l’animal qui développerait des carences énormes et malheureusement, souvent impossible à récupérer.
Son alimentation doit être allégée, mais en conservant les apports indispensables. Supprimez les noix, graines
de tournesol, le fromage, pensez à vérifier les quantités que vous donnez. L’exercice est un excellent moyen de
leur faire perdre du poids, en particulier pour les hamsters nains. Pensez à leur laisser une roue à disposition.
Pour les syriens, rien de tel qu’une balade en liberté quelques heures par jour.
Le hamster trop maigre
Tout comme pour le hamster obèse, l’alimentation ne peut pas être intégralement changée du jour au
lendemain. Pensez à ajoutez quelques graines de tournesol à son alimentation. Vous pouvez aussi lui donner
plus de céréales. Vérifiez également qu’il n’est pas malade et ne souffre pas de TOC (troubles du
comportement). L’idéal est d’ajouter directement dans son mélange de graines un peu de flocon d’avoine. Les
hamsters nains maigres sont possiblement diabétiques, il faudra alors les tester pour un éventuel traitement
adapté.
Alimentation d’une femelle gestante
Enrichissez son alimentation en protéines (vous pouvez doubler les doses) et donnez environ une fois et demi
la portion de graines ou d’extrudés. Vérifiez bien le biberon car les femelles gestantes boivent énormément.
Attention, n’engraissez pas une femelle gestante, cela aurait des répercutions graves sur sa santé et celle des
bébés. L’alimentation doit rester saine et équilibrée.
Intoxication
De par son anatomie, le hamster est, comme tous les rongeurs, incapable de vomir. Un aliment mangé peut
provoquer la mort de l’animal s’il est toxique.
Quels sont les signes d’une intoxication ? Le hamster a soif, il s’agite, a des spasmes, … Sur le trajet du
vétérinaire, vous pouvez toujours donner ½ à 1 ml de charbon activé.
Chapitre 4 : Habitat
L’habitat du hamster doit être suffisamment spacieux pour qu’il ait divers « endroits » : pour se cacher, pour
dormir, pour faire ses réserves, pour jouer, pour se laver… Les hamsters nains sont plus petits, mais ont autant
besoin d’exercice que les plus grands. L’espace sera donc identique. Il faut prévoir environ 60cm de long au sol
au minimum, dans certains pays les normes sont plutôt autours de un mètre de long. Evidemment, plus
l’habitat est grand mieux c’est ! Les étages « comptent » dans la surface mais sont en général moins utilisés, il
vaut mieux prévoir un habitat en longueur plutôt qu’en hauteur.
Si vous avez un groupe de hamsters nains, n’oubliez pas de prévoir au moins une cage d’appoint par animal
pour pouvoir séparer en cas de pépin.
Quel type d’habitat choisir ?
Il n’y a pas d’habitat « idéal », chaque sorte a ses avantages et inconvénients, et chaque animal aura ses
préférences.
Evitez les cages colorées et « design » qui appâtent les consommateurs, mais ne sont souvent pas adaptées du
tout aux animaux. Les cages qui ont des tuyaux intégrés ne sont pas adaptées pour les Syriens (ils deviennent
vite trop grands et peuvent y rester coincés) et de toute façon ils sentent très vite car les hamsters ont
tendance à uriner dedans. Vérifiez la solidité de la cage (ne sous-estimez jamais les dents du hamster !) ainsi
que les ouvertures.
Cage à barreaux
Ce sont les plus utilisées. Choisissez-en une grande (il existe des modèles pour rats par exemple) mais avec des
barreaux serrés (maximum un centimètre d’écart, sauf pour les jeunes nains et les Roborovski où il faut
compter encore moins). Plus le bac est haut et mieux c’est, pour mettre une épaisse coucher de litière et qu’ils
puissent faire leur activité préférée : creuser. Attention, si le bac n’est pas assez haut, le hamster risque fort
d’envoyer de la litière partout à côté de la cage.
Une cage a barreaux est pratique dans la mesure où elle permet au hamster de grimper et de ronger, d'où
l'utilité d'en prendre une avec des barreaux horizontaux. Cependant, les barreaux sont salissants et doivent
être nettoyés régulièrement, et surtout bien séchés pour éviter qu’ils ne rouillent.
Cage en plastique
Ces cages possèdent un bac souvent opaque, puis un bac inversé en plastique transparent, surmonté d’un
grillage. L’avantage principal c’est que ces cages retiennent et la litière, et les odeurs. Elles ne sont cependant
pas idéales pour l’apprivoisement car on est toujours obligés d’approcher l’animal par le haut. De plus, il faudra
pourvoir en possibilités pour ronger et grimper car il n’aura pas de barreaux à sa disposition.
Cages en bois naturel
De plus en plus présentes sur le marché, les cages en bois naturel sont un retour vers la nature.
Bien traité dès le départ, le bois ne laisse rien filtrer et la cage reste nette et saine. Ces cages en bois,
principalement pour hamsters/souris/gerbilles et cobayes, sont des plus spacieuses, par rapport aux cages à
barreaux traditionnelles. Elles disposent d'un tiroir amovible pour évacuer facilement la litière. Le toit, grillagé
et amovible, permet une bonne circulation de l'air. Ces cages sont livrées en kit mais faciles à monter!
Cependant, certains hamsters aiment ronger le bois, et risquent de s’attaquer à la cage, en particulier les
hamsters syriens. Il vaut également mieux prévoir des « toilettes » en plastique, ou recouvrir le fond et les
étages de papier vinyle autocollant car l’urine peut imprégner le bois. Enfin, le plus gros problème de ces cages
réside dans les maladies. Un animal qui décède d’une maladie transmissible dans une cage en bois va
« infecter » la cage. Il faudra alors s’employer à la désinfecter entièrement, ce qui n’est pas évident.
Cage faite maison (bois, aquarium, terrarium)
Il existe de nombreuses possibilités pour fabriquer sa cage soi-même, soit à base d'un meuble existant en bois
ou en contreplaqué (les bibliothèques font une très bonne base en général). Les meubles sont intéressants
quand on possède plusieurs hamsters, et qu’il faut trouver de la place pour plusieurs habitats spacieux. On
superpose ainsi les habitats tout en gardant un ensemble harmonieux, voire décoratif.
On peut aussi faire d’excellents habitats avec un grand aquarium ou terrarium (attention cependant qu’il soit
bien aéré, il faut un terrarium pour animaux à sang chaud, et non pour reptiles).
Sur Internet, on peut trouver, surtout de sources allemandes, d’excellents exemples d’habitats spacieux et bien
aménagés, au départ d’aquarium et/ou de meubles.
Quelle litière choisir?
Sont déconseillés :
Les copeaux de bois sont toxiques, poussiéreux et peu absorbants. Ils dégagent au contact de l’urine du
phénol, qui attaque les voies respiratoires.
Litière pour chats (quelque soit le type) : à proscrire, bien que douillette, les animaux peuvent avaler des
granulés qui gonflent dans le ventre et ils peuvent en mourir.
Papier journal, papiers : Peu absorbant et toxique à cause de l'encre présente.
Sont conseillés :
Le lin : Bonne litière, très absorbante, non toxique.
Le chanvre : Bonne litière, bien absorbante, non toxique.
Litière de maïs : Assez bien adaptée, mais beaucoup d'animaux développent une intolérance à ce genre de
litière. A tester avant donc.
Litière de foin compressé naturel : Bonne absorption, convenable.
Litière de coton : Très chère, mais très douillette. Elle limite énormément les odeurs.
Aménagement de la cage
Le nid
Dans la nature, le hamster creuse des galeries et fait plusieurs nids dans divers endroits. Certains servent de
réserves, d’autres pour dormir. Dans sa cage, il arrive que le hamster fasse également plusieurs nids. Laissez à
sa disposition du matériel et il fera son nid tout seul, où bon lui semble. Il lui arrivera de le déplacer ou de
changer de place pour dormir. Il est inutile de changer son organisation ou d’aller installer le nid soi-même, le
hamster n’appréciera pas. Veillez cependant à ce que les aliments périssables (fruits et légumes frais) ne soient
pas stockés dans le nid.
On vend dans le commerce des maisonnettes pour hamsters. Choisissez-en une assez spacieuse, selon l’espèce
de votre animal (il est souvent nécessaire de prendre le modèle pour rat, pour les hamsters syriens). Vous avez
une chance sur deux qu’il dorme dedans, sinon il l’utilisera surement soit comme toilette, soit comme réserve
de graines.
Le hamster changeant rarement l’organisation de son lieu de vie, s’il utilise sa maison comme toilette, vous
pouvez prendre une toilette (d’angle, par exemple, les modèles en triangle) et la mettre à cet endroit, bien
laver la maisonnette et la mettre là où il a fait son nid. S’il change de place, c’est qu’il n’aime pas dormir là
dedans, vous pouvez simplement la mettre ailleurs dans la cage, il lui trouvera bien une utilité.
Comme matériel, vous pouvez donner du papier toilette, papier essuie-tout ou mouchoirs non parfumés, que
vous aurez déchirés en lamelles. Une fois qu’il aura compris l’utilité, vous pourrez les donner entiers et il se
chargera du reste. On vend également dans certains commerces des lamelles de papier qui sont très bien (mais
plus chères au final qu’un mouchoir déchiré).
Le foin est aussi régulièrement utilisé, choisissez-en un de bonne qualité, bien sec, et non infesté de parasites.
La paille est trop grossière pour le hamster, elle est souvent poussiéreuse. Il vaut mieux éviter de donner du
tissus, de la laine ou tout autre chose dans ce genre-là.
Attention, le coton (aussi appelé ouate ou douillette), même spécial pour hamster, est dangereux! On a relevé
de nombreux cas d’animaux dont les pattes (voire le cou !) ont été prises dans les fils, qui se resserrent et sont
impossibles à desserrer ou couper. S’il s’agit de la patte, le sang ne circulant plus, elle « meurt », se nécrose. S’il
s’agit du cou, l’animal meurt rapidement. Ce type de matériau est à proscrire.
Les toilettes
Même si ce n’est pas obligatoire dans la cage, le hamster étant un animal propre et ayant toujours son coin à
besoins, il est dès lors plus facile pour vous de lui mettre une toilette à l’endroit qu’il aura choisi. Cela vous
permettre a de changer ses toilettes deux fois par semaine, et pouvoir en général changer l’intégralité de la
cage moins souvent.
Dans les toilettes, il suffit de mettre du sable à chinchilla (aussi appelé terre à bain), qui permettra à l’animal de
garder un pelage propre, et de creuser pour faire ses besoins.
Il ne faut jamais mettre une autre sorte de sable, cela irriterait fortement l’animal, en particulier les yeux. Cela
peut aussi mener à des problèmes de peau.
La roue
Très utile car elle permet au hamster de dépenser son incroyable énergie sans sortir de sa cage. Dans la nature
il parcourt des kilomètres chaque nuit, la roue lui permet donc de faire de l'exercice pour se maintenir en
forme. Malgré une sortie de deux heures chaque soir, l’animal aura encore de longues heures d’éveil devant
lui, et il aura besoin de courir le reste de la nuit.
Les roues dites creuses (avec des barreaux) sont déconseillées car l’animal pourrait se prendre une patte
dedans et se la casser. Préférez donc les roues de type pleine.
La plupart des roues vendues pour hamsters font 15 cm de diamètre. Ces roues ne sont conseillées que pour
les hamsters nains (et encore). Un hamster syrien a besoin d'une roue plus grande (modèles pour rats). En
effet, dans une petite roue, le hamster est courbé, ce qui provoque de graves problèmes à la colonne
vertébrale. Dans l’idéal, on choisira une roue de 20cm de diamètre pour les hamsters nains, et de 28cm de
diamètre pour les hamsters syriens.
Il arrive parfois que l'animal développe ce qu'on appelle de la "stéréotypie". Il court alors dans sa roue sans
arrêt jusqu'à l'épuisement et recommence tous les jours. Il y va sans but, par habitude. Quand le hamster va
trop souvent dans sa roue, qu'il ne fait plus rien d'autre, c'est qu'il cherche au départ à compenser un manque
de place. Ce comportement se répète jusqu'au moment où cela devient un TOC. Les TOC peuvent alors empirer
si rien n’est fait, l’animal dès le réveil va se mettre à tourner en rond constamment, y compris quand on le sort
de sa cage. Reportez-vous au chapitre sur la santé pour en savoir plus.
Si votre hamster ignore sa roue, c’est peut-être parce qu’il ne connait pas, ou que ça ne l’intéresse pas. Laissezlà néanmoins car il se peut qu’il change d’avis ! Vérifiez tout de même qu’elle est bien adaptée.
Les tuyaux
Les tuyaux vendus avec les cages pour hamsters sont adaptés aux hamsters nains. Un syrien adulte risque fort
de s'y coincer en voulant se retourner, il vaut mieux utiliser les tuyaux pour rats.
Les tuyaux ne sont pas indispensables, et plutôt difficiles à nettoyer. Vous pouvez aussi lui mettre dans sa cage
quelques rouleaux de papier toilette vides que vous jetterez chaque fois que vous changez la cage. Facile et
économique! On vend aussi des « demi-tuyaux » en bois (parfois appelés tunnels). L’animal aura l’impression
d’avoir une galerie, mais on garde la litière en-dessous et donc, ça reste propre !
L’eau et la nourriture
Rien d'obligatoire en ce qui concerne la gamelle, vous avez largement l'embarra du choix entre les gamelles
proposées en animalerie et celles que vous pouvez faire maison avec les pots en verre (qui ont contenu par
exemple es yaourts) ou en plastique. Rares sont les hamsters qui y laissent leur nourriture, la plupart vont tout
prendre et tout mettre dans leur(s) réserve(s).
Pour l’eau, certains utilisent un petit récipient, bien que ce soit de mon point de vue plutôt déconseillé. En
effet, pour que l’eau reste saine, il faut la changer plusieurs fois par jour. De plus, le hamster a tendance à
recouvrir les aliments qu’il ne peut pas déplacer, pour éviter de se les faire voler. Il y a donc de fortes chances
que l’eau finisse souillée par de la litière au bout de quelques minutes.
Il vaut donc mieux utiliser un biberon. On en vend divers modèles dans les commerces. Vous choisirez de
préférence un biberon à deux billes et le placerez là où le hamster peut accéder facilement. L’eau doit être
changée régulièrement, de préférence tous les 2 ou 3 jours. Il faut toujours remplir le biberon à ras-bord la
première fois, pour éviter les fuites par la suite. Testez toujours le biberon avec votre doigt, pour voir s’il coule
bien, s’il n’est pas coincé, et s’il ne coule pas trop (il ne doit pas gouter en continu, si c’est le cas, videz-le et
remplissez à nouveau à ras-bord).
Si votre hamster ne sait pas boire au biberon, pas de panique! Le hamster a, comme tous les animaux, un fort
instinct de survie et trouvera rapidement le biberon et son fonctionnement. Si vous voulez vraiment l'aider,
vous pouvez passer légèrement votre doigt sous le biberon lorsque le hamster est occupé à essayer de
comprendre son fonctionnement. Si vous mettez un pot d'eau "en attendant qu'il trouve", il risque de ne pas
chercher à comprendre. Laissez-lui deux jours, je n'ai jamais vu un rongeur qui ne comprenait pas l'utilisation
d'un biberon.
Les autres accessoires
- Une pierre de sel à lécher : Si le mélange de graines est de bonne qualité, il n'en aura pas besoin. Il s'agit
plutôt d'un apport supplémentaire en minéraux, que l'animal lèchera de temps en temps en cas de besoin.
Certains hamsters auront tendance à l'attaquer et la déchiqueter en petits morceaux, sans vraiment en avaler.
- Des jouets en bois : Il peut s’agir de branches ou d’objets plus imposants, en bois naturel. L’avantage est que
l’animal peut grimper et ronger, cela fait partie de son habitat naturel. Il existe de nombreux modèles en
commerce. Si vous prélevez vous-même les branches, choisissez des arbres à feuilles caduques, et passez-les au
four pour les désinfecter.
- divers jeux : on vend beaucoup de jeux dans le commerce, en bois ou en plastique. Ces jeux auront plus leur
place dans le parc lors des sorties que dans la cage, qui ne doit pas être remplie de choses. En effet, le hamster
aime beaucoup courir, il vaut mieux lui laisser la place au sol.
- Hamacs et jeux en tissus : Certains hamsters vont s'attaquer au tissus tout de suite et le hamac ne tiendra pas
deux heures, d'autres adoreront avoir des cachettes en hauteur. Testez une première fois et voyez si votre
hamster apprécie ou non.
Les sorties
Le parc à jeux.
Dans un premier temps, mieux vaut sortir votre animal dans un parc sécurisé pour le garder à l’œil et continuer
son apprivoisement. On vend des parcs pour petits rongeurs mais ils sont souvent adaptés seulement aux
hamsters nains. Les parcs plus grands (furets, lapins) ont des barreaux trop espacés pour un hamster syrien.
L’idéal dès lors est de construire soi-même son parc. On peut le faire avec des panneaux de plexiglas, ou de
plastique, que l’on attachera ensemble. il n’est pas nécessaire de mettre un fond, sauf s’il est posé sur un
carrelage froid.
Que mettre dans le parc ?
Comme il doit s’occuper, il lui faut beaucoup de choses à explorer, creuser, grimper. On peut y mettre divers
jeux, des bacs plus hauts remplis de litière ou de terre de coco pour qu’ils creusent, des tunnels, des cachettes.
On peut ajouter un récipient avec de la terre à bain pour qu’il se nettoie. Des boites vides en carton feront son
bonheur.
Sont à éviter : les objets de nature tranchante, les matières toxiques (exemple : ne pas attacher deux cartons
avec du papier collant) les bacs remplis d’eau (risques de noyade), etc.
En liberté
Quand on a la place et le temps, les meilleures sorties sont évidemment celles en liberté. Choisissez une pièce
qui peut être complètement fermée (pas de trous dans les murs, ni en dessous des portes). Placer hors de sa
portée tous les dangers potentiels : fils électriques, plantes toxiques, sources de chaleur (radiateurs chauds),
attention à l’eau (bol du chien ou du chat). Vérifiez qu’il n’y ait pas d’endroit où il pourrait se coincer (entrer
dans une caisse et ne plus savoir sortir, risques d’étouffement).
Surveillez le hamster régulièrement pour éviter de le perdre, ou qu’il aille se blesser quelque part.
Le hamster en vacances
Lors de vos vacances diverses solutions s’offrent à vous. N’oubliez pas que la meilleure solution pour vous n’est
pas nécessairement la meilleure pour lui... Voici quelques conseils.
Le prendre avec soi
Il s’agit d’une solution qu’on pense simple au premier abord mais qui se révèle bien plus difficile en réalité.
Tout d’abord, pensez bien que le hamster ne supporte bien ni le chaud ni le froid, ni les changements brutaux
de température. De cet fait, un pays chaud pose de nombreux problèmes : le trajet où il faut le protéger de la
chaleur, le séjour où souvent l’air conditionné provoque des refroidissements, ... Il faudra aussi penser à
emporter des quoi l’occuper, de quoi le soigner, ne pas le mettre en contact avec des animaux locaux.
Le laisser à la maison
On se dit souvent que pour un week-end, le hamster sait rester seul. Eh bien, il n’en est rien. Imaginons : vous
partez le vendredi après-midi pour revenir le dimanche soir. Vendredi au soir, le hamster sort faire son tour,
grimpe sur ses barreaux et se prend la patte derrière la roue. Personne pour le secourir. Il ne sait pas bouger. Il
souffre, ne sait ni manger, ni boire, ni dormir. Ou bien sa porte était mal fermée, il sort et va se coincer quelque
part entre deux meubles... Les possibilités sont nombreuses.
Le mettre chez des amis
Choisissez des amis qui connaissent les hamsters et qui sauront s’en occuper convenablement. Il faudra bien
leur donner la nourriture, et toutes les explications nécessaires : heures de lever, exercices, sorties, etc.
Le mettre en pension
De nombreuses personnes se proposent de garder les rongeurs en pension. Essayez de vous renseigner
d’abord, trouvez des gens qui sont allés chez cette personne avant. Pensez à aller faire un tour, avant même de
déposer le hamster. Vérifiez la propreté des cages, et pensez à établir un petit contrat écrit au cas où.
Chapitre 5 : Santé et maladies
Mieux vaut prévenir que guérir !
Il est toujours préférable d’avoir préparé l’adresse et le numéro de téléphone d’un vétérinaire compétent en
rongeurs, comme ça vous n’aurez pas à choisir dans l’urgence si un problème survenait.
La spécialisation NAC (ou rongeurs) n’existe pas en soi. Il s’agit de vétérinaires ayant suivi des séminaires, des
formations et travaillant régulièrement avec des rongeurs. Ces vétérinaires connaissent mieux les dosages, la
manipulation et les spécificités des rongeurs (comme d’autres sont spécialisés équin, par exemple). Un
vétérinaire « chien-chat » peut parfois convenir, mais pas dans tous les cas. Cela arrive que les vétos « essaient
» quand même, même sans rien y connaître et font donc pire que mieux, cela peut parfois aussi provoquer la
mort de l’animal. Quand il est honnête, il dira s’il s’y connaît ou non, et si non, mieux vaut trouver quelqu’un
d’autre.
Pour trouver un bon vétérinaire, rien de mieux que le bouche-à-oreille ! N’hésitez pas à demander à l’éleveur
chez qui vous avez acquis votre animal, ou à d’autres éleveurs passionnés. Les forums, et les clubs d’amateurs
de rongeurs, peuvent se révéler utiles pour trouver des adresses. Il existe maintenant quelques cliniques qui se
spécialisent en NACs et/ou en rongeurs. Si vous êtes trop loin, vous pouvez aussi les appeler pour leur
demander des contacts.
Pourquoi avoir un vétérinaire compétent en rongeurs ?
Pour plusieurs raisons :
- Certains symptômes sont alarmants sur des espèces mais normaux chez d’autres. Par exemple, des joues
« gonflées » chez le hamster sont normales (ce sont les bajoues), alors que chez la souris, cela peut vouloir
indiquer un kyste, un abcès ou autre.
- Les doses de médicaments sont à faire en fonction du poids et de la quantité supportée par l’animal.
- Les réactions doivent être immédiates pour sauver l’animal dans de nombreux cas. Chez un gros animal, on
peut attendre de voir comment évolue la maladie (quelques jours parfois…), chez un hamster, c’est bien
souvent une question d’heures, voire de minutes.
- La manipulation lors de l’inspection et la prise de médicament doit être adaptée. On a vu des vétos jeter des
hamsters par terre de surprise lors d’une morsure à cause d’une injection mal faite (La douleur de l’animal qui
réagit en mordant, le vétérinaire, surpris, secoue la main et l’animal vole. S’il se réceptionne mal, il en meurt.
Ce sont des réactions que l’on a malheureusement vues souvent).
- Les maladies des rongeurs peuvent beaucoup se ressembler, et comme c’est une pratique plus « jeune » que
pour les gros animaux, certaines maladies sont encore mal connues. Les vétérinaires doivent les connaitre au
maximum, et pouvoir se renseigner quand il n’est pas certain.
Alors un seul conseil : Vérifiez. N’hésitez pas à lui demander s’il s’y connait, s’il est capable de le soigner,
vérifier comment il le manipule, … Vous pouvez par exemple demander au téléphone l’un ou l’autre conseil et
voir quel genre de réponse il vous donne.
Quels sont les symptômes qui doivent vous alarmer ?
-
poil terne
derrière souillé, mouillé
perte de poils, trous dans le pelage
croûtes, traces de sang
perte d’appétit
grande soif
yeux souillé, fermés
éternuements, toux, bruits de respiration
pertes d’équilibre
amaigrissement
rondeurs d’estomac, l’animal semble gonflé
tremblements
nez qui coule
bosse, grosseur
Remarques :
Si l’animal dort toute la journée, il n’est pas malade, bien au contraire le hamster est un animal nocturne. Un
grand appétit n’est pas un problème ils font des réserves et les cachent dans leur abris.
Quelques maladies du hamster
La Maladie de la queue mouillée ou Iléite proliférative
Il s’agit d’une infection digestive qui n’affecte presque exclusivement que les jeunes hamsters syriens. Quand
elle se développe, c’est au sevrage, ou juste après, parce que c’est une période extrêmement stressante pour
l’animal.
Les causes sont diverses (le stress, dû notamment à la surpopulation, la malnutrition, des changements trop
importants, …). Il peut s’agir d’une bactérie ou d’un déséquilibre des bactéries naturellement présentes dans
l’estomac et les intestins du hamster.
Même si l’animal ayant la queue mouillée a également une diarrhée, il s’agit d’une maladie bien plus mortelle
qu’il faut impérativement soigner tout de suite. La mort dans les 24/48heures est fréquente. Consultez
d’urgence un vétérinaire, pour être efficace il faut dans l’idéal soigner dans les 6 heures maximum après la
suspicion de la maladie.
Le temps d’incubation est de7 jours, vous pouvez donc acheter un animal sain (mais porteur de la maladie) qui
déclenchera la queue mouillée jusqu’à une semaine après l’achat.
Les symptômes sont :
-
Une forte diarrhée, quasiment de l’eau;
Le hamster a le dos arqué;
Un poil ébouriffé;
Le hamster est léthargique et ne s’alimente plus;
Tout l’arrière train est mouillé.
Le plus souvent, l’animal meurt de déshydratation, ou de manque de nourriture, puisqu’il ne s’alimente plus,
plutôt que de la maladie elle-même.
La maladie étant très contagieuse, le hamster malade devra être isolé et tout le matériel (cage+maison…) devra
être désinfecté.
Quand la diarrhée devient trop forte, il arrive que l’animal fasse un prolapsus rectal, ce qui signifie que les
intestins sont poussés à l’extérieur du corps. Il apparait que les prédispositions à attraper cette maladie chez
les syriens soit partiellement génétique.
Le coryza
Les symptômes du coryza sont :
-
Une respiration bruyante et difficile
Un écoulement nasal et oculaire
Éternuements
Le hamster peut attraper cette maladie par un coup de froid : cage située dans les courants d’air ou par un
autre hamster déjà malade. Une respiration difficile et/ou bruyante doit toujours être traitée rapidement par
un vétérinaire, sans quoi cela dégénère rapidement et mène souvent à la mort de l'animal. Il pourra vous dire
s'il s'agit d'un coryza ou d'un autre problème des voies respiratoires.
L’hypothermie étant très fréquente en cas de coryza il est conseillé de garder votre hamster bien au chaud en
rajoutant des matériaux dans son nid (mouchoirs, foin…) et en plaçant sa cage sur des bouteilles d’eau chaude
(bouillotte) recouvertes d’une serviette. Il est également conseillé de lui donner à boire régulièrement à l’aide
d’une seringue sans aiguille que vous pouvez vous procurer chez un vétérinaire ou dans une pharmacie.
La malocclusion dentaire
Lors de malocclusion les dents poussent mais ne s’usent plus car elles ne sont plus en face les unes des autres.
Les symptômes :
-
Le hamster ne s’alimente plus, bave, a le poil terne,
Perte de poids,
Ecoulement nasal et oculaire fréquent.
Les malocclusion peuvent être dues à un problème héréditaire ou à une dent qui se serrait coincée quelque
part. Une visite chez un vétérinaire s’impose, il coupera les dents de votre hamster et devra le faire
régulièrement. Si les dents ne sont pas coupées, elles n’arrêtent pas de pousser et peuvent percer le palais ce
qui provoquera un abcès.
Donnez à votre hamster des aliments mous qu’il pourra manger sans problèmes : petits pots pour bébés,
compote de pomme, pain trempé dans du lait de soja, ... Attention aux diarrhées, écrasez toujours ses graines
pour mettre dans le mélange.
Abcès et tumeurs
Les abcès apparaissent souvent suite à une blessure qui s’est infectée. Ils peuvent être durs ou mous. Il faut
attendre que l’abcès mûrisse et le laisser percer tout seul ou le faire faire par un vétérinaire. Des antibiotiques
et l'application d'un désinfectant sont généralement nécessaires pour ne pas que la blessure s'aggrave.
Les tumeurs sont souvent un signe de problème génétique, les plus communes étant les tumeurs mammaires
(en particulier dans les "lignées" d'animalerie). Les tumeurs peuvent être enlevées chirurgicalement par un
vétérinaire compétent si l'animal est en bonne forme physique (une chirurgie n'est pas aisée à surmonter pour
l'organisme du hamster). Il faut savoir que les tumeurs peuvent revenir après l'opération, en particulier si c'est
un soucis génétique. Les animaux les plus âgés ne seront pas opérés et il faudra dès lors surveiller que la
tumeur ne fasse pas mal (elle peut appuyer sur des organes internes comme la vessie par exemple) et
envisager alors l'euthanasie.
Abcès dentaire (dentoalvéolaire)
Ils apparaissent souvent à cause d’une dent infectée mais peuvent aussi être associés à une infection
respiratoire (choriza). Une boule se forme au niveau de la bajoue, du nez, ou sous la mâchoire. Le hamster peut
être plus ou moins faible, il dort plus, sort, mange et boit moins. Les abcès dentaires sont difficiles à soigner.
Une visite chez un vétérinaire s’impose.
Abcès rétro-orbitaire
Tout comme les abcès dentaires, les abcès rétro-orbitaires (derrière l'œil) sont dus à une dents infectée ou
apparaissent suite à un choriza mal soigné.
L’œil du hamster ressort, sa tête est difforme, il ne peut pas manger et est faible. L’œil est perdu (le hamster
est aveugle de cet œil) et doit être retiré chirurgicalement mais cette intervention comporte des risques et
l’animal souffre. L'euthanasie est généralement à envisager.
Maladies de la peau
Dermatite ou dermite
Les dermatites sont généralement présentes sur le ventre et peuvent également apparaître au niveau de la
bouche du hamster. Elles sont souvent dues à une allergie. La peau est rouge, croûteuse et infectée (présence
de pus). Un hamster allergique à sa litière peut également développer une dermite au niveau de la plante des
pattes.
Voyez un vétérinaire qui prescrira les médicaments adaptés. Essayez de trouver l’origine de l’allergie en
changeant de litière par exemple.
Gale
La gale est un acarien qui attaque la peau. Elle est traitée avec un antiparasitaire adapté (avec prescription d’un
vétérinaire, les produits vendus en animalerie fonctionnent rarement). La durée du traitement varie, mais il
faut souvent compter plusieurs semaines.
La gale provoque des zones dépoilées entièrement ou partiellement, la peau de la zone est rouge et souvent
crouteuse. L’animal se gratte beaucoup.
Il existe également un type de gale particulier, appelée gale des oreilles, souvent présente chez le rat. Les
acariens n’attaquent que la zone des oreilles, et parfois de la queue, en formant de petites boules.
Une gale qui dégénère peut provoquer des graves problèmes. Pour la gale des oreilles, l’oreille peuvent
atteindre une taille cinq fois supérieure à la normale, provoquant non seulement une gène, mais également
des troubles de l’oreille interne.
Teigne
La teigne est un champignon, c’est une maladie qui peut toucher tous les animaux, et même les humains. La
teigne n’est, en général, pas transmissible entre différentes espèces, mais elle peut être passée à l’homme (en
particulier aux enfants et aux femmes, surtout les femmes enceintes).
L’animal a des zones nettes, sans poils, sur le corps. La plupart du temps, elles sont de forme circulaire (chez
l’homme, il s’agit de ce qu’on appelle « roues de Sainte Catherine »). La peau est en général propre en-dessous,
il y a rarement de rougeur ou de croûte. La teigne est traitée avec un médicament antifongique, le traitement
est souvent très long (minimum quatre semaines).
La gale et la teigne sont des maladies contagieuses par contact, même indirect. Les hamsters atteints doivent si
possible être placés dans une pièce de quarantaine si vous avez d’autres hamsters, et il faut se désinfecter
après les avoir manipulés. N’utilisez pas le même parc ou ne mettez pas d’autres hamsters au même endroit
que l’animal malade. Ils ne tomberont pas forcément malades eux-aussi, mais le risque est grand.
Patte cassée
Le hamster peut se casser une patte en tombant ou en se la coinçant quelque part. Il boîte.
Votre hamster a besoin de repos, enlevez lui sa roue et son étage si il en a un. Placez sa mangeoire et son
biberon à côté de son nid.
Consultez un vétérinaire qui pourra prescrire un anti-inflammatoire si nécessaire.
Le diabète
Il touche principalement les hamsters nains de Campbell et russe, mais peut également se retrouver chez les
autres races.
Les symptômes en sont :
-
test de glucose positif (test en languette)
soif excessive
Urine excessive
Dans les cas les plus graves :
-
Température corporelle basse
tremblements
coma
Traitement : un vétérinaire seul saura vous proposer un traitement adapté. Dans certains cas, l’adaptation de la
nourriture (sans sucre) peut être bénéfique. Il faudra aussi ajouter quelque chose pour contrer la
déshydratation.
Intoxication
De par son anatomie, le hamster est, comme tous les rongeurs, incapable de vomir. Un aliment mangé peut
provoquer la mort de l’animal s’il est toxique.
Quels sont les signes d’une intoxication ? Le hamster a soif, il s’agite, a des spasmes, … Sur le trajet du
vétérinaire, vous pouvez toujours donner ½ à 1 ml de charbon activé.
TOCs
Les troubles obsessionnels compulsifs existent chez le hamster. Il s'agit en fait de troubles du comportement
(comportement automate) liés à un problème souvent environnemental (trop peu d'espace, pas d'exercice...)
et parfois aussi à un problème neurologique génétique.
Cela se manifeste généralement par une utilisation continue de la roue (parfois nuit et jour) jusqu'à
épuisement, ce qui provoque souvent des blessures à la plante des pattes, mais aussi un épuisement physique,
un amaigrissement. Dans les cas les plus graves, l'animal tourne en rond quelque soit l'endroit où on le pose.
Chez les hamsters nains, on voit aussi un comportement de "salto arrière" (l'animal se pose sur les pattes
arrières, et saute en se retournant) répété pendant des heures, il s'agit là d'un problème neurologique (et très
souvent génétique).
Pour soigner un TOC il faut avant tout trouver la cause. Il faut commencer par beaucoup le sortir, le dépenser,
changer sa cage pour un plus grand habitat, retirer la roue s'il se blesse. Un changement d'environnement
radical pour les TOC d'environnement fonctionnent généralement bien (changement de maitre,
d'environnement, d'organisation). Les TOCs neurologiques sont malheureusement presque impossible à
atténuer.
Chaleurs et canicule
Il n’y a pas de réelles température « idéale » pour le hamster (entre 15 et 20°C pour son bien-être), ce sont
d’une part les brusques hausses ou baisses de températures, et d’autre part les fortes chaleurs qui peuvent lui
être fatales.
En cas de fortes chaleurs, canicules, veillez si possible à placer la cage dans une pièce fraiche (les salles de bain
notamment sont souvent adaptées), fermez éventuellement les volets, si vous en avez, avant que le soleil
n’arrive pour garder la fraicheur de la nuit. Vous pouvez placer la cage au sol si l’air y est plus frais (attention
toutefois au stress éventuel d’autres animaux autours de la cage). Gardez une aération suffisante dans la cage
(surtout les terrariums, aquarium et cages en plexi). Ne jamais diriger un ventilateur vers la cage, le hamster
prendrait froid. Faites attention à toutes formes de courant d’air! Quand vous ouvrez grand une fenêtre proche
de la cage, n’hésitez pas à couvrir les parties de la cage exposées au courant d’air.
Quelques trucs pour garder la cage au frais :
- Placer un torchon ou une serviette humide sur la cage. Elle ne doit pas gouter, et elle doit être remplacée
régulièrement.
- Placer une bouteille d’eau au frigo quelques heures puis bien l’entourer d’un torchon et la placer dans la cage.
- Placer un bout de carrelage, préalablement mis au frigo, dans la cage. L’animal se couchera dessus s’il a trop
chaud. Une assiette ou un tasse assez basse peuvent également convenir. Ne pas les placer au congélateur
pour que l’animal puisse se tenir dessus.
- Changer l’eau le plus souvent possible pour la garder fraîche.
Il faut absolument vérifier que les tissus utilisés dans ces méthodes ne soient pas rongés par l’animal.
Comment réagir en cas de coup de chaleur?
Comment le reconnait-on?
L’animal est faible, sa respiration est difficile, il ne réagit plus, ou peu, aux stimuli (il est souvent inerte).
Souvent la queue et les oreilles sont chaudes, et pour les animaux avec une pigmentation claire, les veines sur
les oreilles sont plus visibles.
Que faire ?
Avant toute chose, il faut toujours faire attention de ne pas trop refroidir l’animal! Sa température doit être
stable, et ne pas descendre en-dessous de la normale. Un coup de froid peut très vite dégénérer en de graves
problèmes de santé.
Si vous avez la possibilité d’aller voir très rapidement un bon vétérinaire compétent en rongeurs, n’hésitez pas,
et passez en urgence! Plus le temps de réaction est court, et moins l’animal a de probabilité de mourir. Si, et
seulement si, ce n’est pas possible, alors faites ceci :
Faire baisser la température corporelle en baignant l’animal dans l’eau. Celle-ci doit être tiède, à la
température du corps, elle ne doit pas être froide. Donc ne pas utiliser de pains de glace. Il faut maintenir
l’animal dans l’eau jusqu’à ce que sa température corporelle soit redevenue normale (c’est long, parfois dans
les 10 min). Attention de ne pas mettre la tête sous l’eau, attention aux oreilles.
Le vétérinaire, en plus ce traitement, fera également :
-
Perfusion intraveineuse ou sous-cutanée pour les plus petites espèces.
Valium en cas de crises convulsives. Chez les petits rongeurs, la voie intra-rectale est privilégiée.
La consultation sert à gérer les coups de chaleur qui n’ont pas pu être solutionnés à la maison, le plus prudent
étant de consulter au plus vite pour ne pas perdre le temps d’une tentative infructueuse à domicile. Si l’épisode
a pu être solutionné à la maison, une consultation « après-coup » permet de vérifier qu’il n’y a pas de séquelle
de cette crise (insuffisance rénale, atteinte neurologique, etc.).
/!\ Un coup de chaleur peut avoir des répercutions plusieurs heures après, c’est le cerveau qui est endommagé
et met du temps à se dégrader. En cas de coup de chaleur, il faut réagir immédiatement ET longtemps (passer
l’animal une minute sous l’eau n’aura aucun effet).
Soigner son hamster
Le hamster malade doit toujours être gardé dans une pièce à bonne température (20°C minimum), ni trop
chaude ni trop froide. Moins l’animal bouge, plus il doit faire chaud.
Placez sa cage au calme et si possible dans la semi obscurité. L’animal qui se déplace peu doit avoir tout à
proximité : nourriture, biberon, nid. La litière doit parfois être adaptée, parfois remplacée par du papier essuietout ou du "Dry Bed" pour les animaux qui pourraient se blesser au niveau du ventre, ou qui se déplacent trop
au ras du sol. Il ne faut pas réveiller le hamster qui dort, il est donc plus prudent de ne pas mettre de toit à son
abri pour pouvoir le surveiller sans le déranger.
Ne modifiez pas son alimentation, sauf pour enlever ce qui peut être mauvais. Les changements engendrent du
stress qui serait mauvais pour la guérison. Cependant, la nourriture doit être adaptée, les animaux qui sont
faibles ne doivent pas recevoir de grosses graines ou granulés, pensez à concasser les plus durs avant. Ne le
« gâtez » pas trop, évitez de lui donner des habitudes alimentaires qui se révèleront mauvaises à la longue. On
peut cependant donner une friandise régulièrement pour la prise de médicament.
Pour les prises d’antibiotique régulières, le vétérinaire vous montrera comment procéder. Attendez que
l’animal se réveille de lui-même, si possible. N’arrêtez jamais l’antibiotique avant le temps de prise prescrit par
le vétérinaire, cela rendrait l’animal résistant à l’antibiotique pour la fois suivante et peut mener à des
rechutes.
Evitez de trop manipuler un animal malade, il a besoin, comme nous, de beaucoup de repos. Quand il s’agit
d’une maladie plus bénigne, comme une maladie de la peau, par exemple, on peut continuer les sorties.
Attention cependant qu’il faudra désinfecter l’endroit de sortie après chaque utilisation.
Quelques réponses aux questions fréquentes
Le hamster ne transpire pas. Si votre hamster est mouillé, soit il a dormi dans une petite maison en plastique
dont l’aération n’était pas suffisante (c’est donc de la respiration condensée), soit il est passé sous le biberon,
soit il est malade (maladie de Cushing).
Les courants d’air sont dangereux pour la santé du hamster. Protégez toujours sa cage lorsque vous aérez.
Joues énormes? Le hamster est un animal qui dispose d’un outil très commode pour transporter sa nourriture
sur de longues distances dans le désert. Il s’agit des bajoues. Ce sont des poches faites à l’intérieur de sortes de
fin fils qui retiennent les objets mais n’entrent pas en contact avec la salive et n’entame donc aucun processus
de digestion. L’animal transporte tout ce dont il a besoin avec ses bajoues (matériaux pour le nid, nourriture,
etc.). Ces poches peuvent atteindre une taille impressionnante, en particulier chez les syriens.
Tache sur le flanc? Les hamsters possèdent des glandes odorantes qui leur permettent de marquer leur
territoire. Chez les hamsters syriens, il y en a une située sur chaque flanc, cela ressemble à un grain de beauté.
Chez les hamsters nains, il n’y en a qu’une seule sur le ventre. Les femelles surtout marquent leur territoire en
frottant ces glandes contre les bords de leur cage.
Méfiez-vous toujours des « médicaments » vendus en animalerie. En effet ils ne sont peut-être pas adaptés à
la maladie de votre animal et peuvent entrainer d’autres problèmes. L’idéal est de consulter un vétérinaire.
Les vaccins pour les petits rongeurs n’existent pas. Les maladies les plus importantes/courantes ne disposent
pas de vaccins et les quantités sont trop infimes que pour être dosées correctement. Les plus petits animaux de
compagnie qui demandent des vaccins sont les lapins et les furets.
Chapitre 6 : Reproduction et élevage
Réfléchir avant de reproduire
Beaucoup de personnes ayant un gentil compagnon veulent le faire reproduire. Souvent également, lorsque
l’on possède un male et une femelle, on voudrait « essayer ». Il est dans la nature de l’homme de chercher à
comprendre, à découvrir… Sauf qu’ici, nous jouons avec des vies. Dans le chapitre suivant, sur l’élevage, vous
trouverez de nombreuses questions à vous poser avant de vous lancer.
Faire une portée « comme ça » n’a pas grand intérêt, surtout si vous ne vous renseignez pas correctement
avant (possibilité de la mort des bébés, voire de la maman). Toute portée doit être pensée, étudiée. Les
parents doivent être en bonne santé, non porteurs de tares génétiques (qui ne sont pas forcément visibles de
prime abord), avoir l’âge et la stature corrects pour être parent, … C’est beaucoup plus que de mettre un mâle
et une femelle ensemble.
Faire une portée pour « faire découvrir la vie aux enfants » n’est pas non plus l’idéal, comme je l’ai déjà dit
précédemment, le hamster étant un animal nocturne, les bébés hamsters seront également plus actifs en
soirée et pendant la nuit. De plus, contrairement à d’autres rongeurs qui acceptent facilement l’intrusion de
l’homme, les femelles hamsters sont plus agressives et possessives, toucher leurs bébés peut avoir des
conséquences désastreuses (femelle qui mange ses bébés) et elle fait souvent son nid bien à l’abris des regards.
L’enfant verra finalement peu de tout ce qu’il se passe et n’en tirera pas l’expérience qu’il pourrait avoir avec,
par exemple, une souris.
N’oubliez pas que les bébés à partir de quatre semaines devront être séparés par sexe (il faut prévoir deux
cages de plus), puis à six semaines il faudra commencer à les loger un par cage (une dizaine de cages à prévoir).
A savoir que les bébés hamsters ne se placent pas facilement, il faut également prendre le temps de leur
trouver de bonnes familles, et ne pas les donner aux premiers venus ! Enfin, il y a un budget à prendre en
compte pour le vétérinaire, en cas de complication il faudra consulter immédiatement.
Bref, il est préférable de laisser la reproduction aux éleveurs expérimentés. Mais si vous souhaitez vivre
l’expérience d’une portée, vous pouvez également vous renseigner chez un éleveur et voir pour établir une
relation de confiance qui vous permettrait de vivre une portée avec l’assistance d’une personne expérimentée.
Ceci dit, si vous voulez quand-même tenter l’expérience, lisez à fond le chapitre sur l’élevage, même avec une
seule portée comme but, mieux vaut prévenir que guérir.
Il se peut également que vous ayez acheté une femelle en animalerie, qui se trouve être gestante (ce qui arrive
souvent puisque mâles et femelles sont mélangés dans les cages). Lisez attentivement les chapitres suivants
pour donner le maximum de chances aux bébés qui arrivent.
Choisir les parents
N’importe quel hamster ne peut pas reproduire, et les parents doivent être choisis avec soin. Lire et connaitre
un peu la génétique avant de se lancer n’est pas superflu, et cela permet d’éviter des catastrophes (bébés
déformés, etc.). Cela vous permettra aussi d’avoir des pronostics sur les bébés à venir (couleurs, marquages,
…).
La femelle : elle doit être âgée d’au moins trois mois pour les hamsters de type show (qui sont donc plus grand
et ont souvent une évolution plus rapide) ou de minimum quatre à cinq mois pour les hamsters d’animalerie
(inutile de dire qu’il est déconseillé de reproduire un hamster d’animalerie, les lignées n’étant pas
sélectionnées, il est fort probable qu’ils soient porteur de tares génétiques). Pour une première portée, il vaut
mieux la prévoir avant que la femelle n’ait un an, pour une seconde portée on peut aller jusque quatorze mois.
Elle ne doit pas être trop maigre, ni trop grosse, dans les deux cas ça pourrait fortement compliquer la
gestation. Il est préférable que la femelle soit plus grande que le mâle pour éviter tout souci de mise-bas.
Le mâle : il vaut mieux éviter les mâles trop jeunes, le mieux reste de commencer vers six à huit mois. Au-delà
de seize mois, la reproduction devient plus délicate, les spermatozoïdes sont moins nombreux et plus
paresseux, et cela peut éventuellement mener à des bébés en moins bonne santé.
Dans tous les cas, les parents doivent évidemment être en bonne santé, en bonne forme physique, et avec un
bon caractère.
Si vous n’avez qu’une femelle, il vous faudra trouver un mâle à prêter (en saillie externe), chez un ami ou chez
un éleveur.
Si vous avez acheté une femelle déjà gestante en animalerie, elle sera donc fort jeune et il faudra être
particulièrement attentif aux soins apportés.
Dans un élevage, le choix des reproducteurs est probablement ce qui prend le plus de temps. Il faut étudier les
généalogies, car le physique n’est pas le seul facteur qui entre en ligne de compte (maladies héréditaires,
problèmes comportementaux, etc.). Il faut savoir, par exemple, que l’agressivité, le fait d’être territorial, ou les
problèmes hormonaux sont en partie transmis de manière héréditaire.
Déroulement de la rencontre
Les deux hamsters doivent être mis dans un endroit neutre (aire de jeu, cage aseptisée), idéalement le mâle
d’abord, puis la femelle au bout d’un moment. Il ne faut jamais mettre le mâle dans la cage de la femelle, il se
ferait attaquer. La femelle est en chaleurs tous les quatre jours, il faut donc essayer chaque soir jusqu’à la
saillie. Elle ne sera, habituellement, pas en chaleurs en journée, il faut attendre vingt heures, parfois un peu
plus tard.
Les deux animaux vont se trouver et se sentir. Si la femelle n’est pas en chaleurs, elle va plus ou moins
rapidement s’attaquer au mâle (certaines femelles attaquent tout de suite, d’autres essayent de fuir avant).
Munissez-vous toujours d’un carton, ou d’un bol, pour pouvoir les séparer. Une fois en bagarre, ils forment une
boule bien serrée, il faudra alors insérer quelque chose entre les deux animaux (vos doigts n’y survivraient pas).
Un bol, retourné sur la femelle, fait en général l’affaire (avec l’habitude, on repère les signes avant-coureurs et
on évite les bagarres).
Si la femelle est en chaleurs, il se peut qu’elle fuie un peu avant de s’immobiliser, le dos cambré et la queue
levée dans la position typique dite de « lordose ». Si le mâle se désintéresse d’elle, elle reprendra ses activités.
Le jeune mâle a parfois du mal à comprendre le fonctionnement, alors qu’un mâle expérimenté essayera
immédiatement de la saillir. Si le mâle est trop petit pour la femelle, ou qu’il ne sait pas comment faire, il arrive
qu’il la morde et qu’elle se dégage, mais habituellement, cela ne mène pas à une bagarre pour autant.
Il faut laisser au minimum sept saillies pour être certain d’avoir une fécondation. Les saillies sont courtes de
quelques secondes, puis le mâle descend et se lave. La femelle, si ce n’est pas trop long, reste immobile.
Chez les hamsters nains, les chaleurs ne sont pas visibles. Le rituel de l’accouplement dure beaucoup plus
longtemps, car ce sont des animaux à la base grégaire, qui vont d’abord devoir se reconnaitre et s’habituer l’un
à l’autre avant de se reproduire.
Gestation
La durée de la gestation est normalement de seize jours, mais varie d’une femelle à l’autre entre 15 et 18 jours.
Au bout du dixième jour, le ventre de la femelle va commencer à s’arrondir. Vers le quatorzième jour, il
ressemblera à une balle de golf. Certaines femelles font leur nid à partir du début de la gestation, d’autres le
font très tard. Vous veillerez à lui fournir plus de matière pour le nid qu’à l’habitude (papier toilette, charpie).
Commencez progressivement à augmenter la ration de graines et surtout augmentez son apport en protéines
(via, par exemple, des insectes séchés). Vous changerez sa cage pour la dernière fois vers le treizième jour de
gestation pour qu’elle puisse reconstruire son nid bien avant de mettre bas. Après cela, vous ne la changerez
plus avant que les bébés n’aient 14 jours. Elle peut continuer à sortir jusqu’au treizième jour. Pour les quelques
derniers jours de gestation, laissez-la au calme.
N’oubliez pas d’avoir une cage adaptée pour les jeunes bébés, qui passent facilement à travers les barreaux
(bac très haut, ou cage en plexi). Vous pouvez enlever la roue jusqu’au prochain changement de cage, ça lui
évitera de la transformer en nid (on le voit régulièrement) ou de se désintéresser de ses bébés pour faire de
l’exercice. Ne mettez pas de maisonnette, ou alors une très grande. Evitez les maisons en bois et préférez du
plastique, bien que dans l’idéal, un gros nid à même la litière est plus efficace.
Naissance et développement des bébés
A partir du quinzième jour de gestation, ne stressez plus votre femelle en allant la voir trop souvent. Essayez de
la nourrir au matin plutôt qu’au soir, et si elle ne sort pas, n’insistez pas. Il est parfois difficile de se retenir
d’aller voir toutes les cinq minutes, surtout si on sait que la femelle est en train de mettre-bas, mais cela la
stresserait trop, et pourrait mener à des complications (arrêt de la mise-bas). Vérifiez simplement matin et soir
que tout va bien. Si vous voyez du sang, pas de bébé, et qu’elle vous semble amorphe, appelez le vétérinaire.
Une maman hamster mettra au monde en moyenne entre quatre et dix bébés pour les syriens, et entre deux et
cinq bébés pour les hamsters nains. Il arrive cependant d’avoir une portée d’un seul petit, ou au contraire
jusque quinze bébés, voire plus, chez les syriens. Si la portée est nombreuse, il n’est pas rare que la maman en
tue un ou deux, soit parce qu’elle est trop faible pour allaiter correctement toute la portée, soit parce que le
bébé est trop faible ou malformé. Le bébé tué sera mangé pour éviter toute contamination. Cela semble
barbare, mais c’est une méthode saine et une source supplémentaire de protéines, pour les femelles en
carence.
Quand les bébés naissent, la mère les libère du sac qui les entoure et les lèche pour les sécher, après avoir
rongé le cordon ombilical. Quand elle arrive au ventre, le bébé pousse un cri et la mère s’arrête aussitôt. Si le
bébé est trop faible pour crier, ou s’il est mort, elle continue à le manger pour ne pas infecter les autres bébés
en laissant un mort parmi eux. Les bébés hamsters naissent tout roses, les yeux fermés et les oreilles bouchées.
Ils pèsent environ 2/3 grammes. Ils vont très vite évoluer, et seront sevrés en trois semaines. La mère les garde
au chaud sous elle, les nourrit, les nettoie et stimule leurs fonctions naturelles. Quand elle quitte le nid, il arrive
qu’elle les recouvre de litière pour les cacher aux yeux des prédateurs. Les premiers jours, elle ne fera que de
brèves incursions hors du nid pour se nourrir et faire ses besoins. Au fur et à mesure que les bébés grandiront,
elle recommencera à passer plus de temps hors du nid.
Vous ne pourrez pas toucher aux bébés dès le départ, surtout si la femelle ne vous connait pas bien. La maman
risquerait de sentir votre odeur sur son petit et de le tuer, pour préserver sa portée. Il faut cependant vérifier
d’un coup d’œil rapide chaque jour que tout se passe bien. Attendez que la femelle soit occupée à autre chose
(quand elle reçoit à manger par exemple). On peut laisser une petite cuiller dans un coin de la cage pour retirer
un éventuel bébé mort que la mère n’aurait pas mangé (la cuiller qui reste dans la cage va prendre l’odeur du
nid et donc ne dérangera pas la mère).
Développement :
Jour 0 : les bébés naissent roses, sans poils, aveugles et sourds.
Jour 3 : les taches sombres sur la peau commencent à apparaître et ébauchent les couleurs.
Jour 4 : les oreilles s’ouvrent.
Entre 5 et 10 jours : la fourrure apparaît
Entre 10 et 12 jours : les yeux s’ouvrent. Ils commencent à manger des graines.
Vers 14 jours : ils sortent du nid. Ils commencent à jouer entre eux.
Jour 21 : indépendance vis-à-vis de la mère.
Les bébés sortent du nid
Vers 13 ou 14 jours, les bébés hamsters vont commencer à s’aventurer dehors. Ils ont souvent encore les yeux
fermés, et s’orientent à l’odeur et au bruit. La maman commence à passer son temps à les ramener dans le nid
familial, en les prenant par la peau du cou.
A partir de ce moment, vous pourrez commencer à les toucher, peu de temps au début. Si la maman vous laisse
faire, vous pouvez simplement mettre la main à plat dans la cage et les laisser s’habituer à votre odeur. Puis,
doucement, vous pourrez les soulever de quelques centimètres (pas plus car ils vont sauter), puis les reposer.
Faire ce simple geste chaque soir vous assure déjà d’avoir des jeunes hamsters qui seront plus faciles à
manipuler par la suite. Vous pouvez le faire par exemple une fois le soir et une fois le matin, ou une fois en
début puis une fois en fin de soirée. N’allez pas déranger les bébés qui dorment ou qui sont dans le nid, et
contentez-vous de ceux qui sortent. Dans une seule portée, il y a souvent des plus téméraires et des plus lents,
laissez-les évoluer à leur rythme. Vous pourrez allonger progressivement la durée des manipulations, au fil des
jours. Si la maman vient d’elle-même sur votre main, vous aurez une armée de mini-hamsters qui auront envie
d’y grimper également, puisque les bébés imitent instinctivement le comportement maternel. De même, si la
maman vous mord tout le temps, vos bébés auront tendance à mordre aussi.
C’est également vers 14 jours que leur alimentation change, ils commencent à consommer beaucoup de
graines. Pensez à remplir la mangeoire et le biberon chaque matin.
A partir de la deuxième semaine, et quand les bébés commencent à vous connaitre, vous pouvez commencer
également les sorties. Prenez un parc sécurisé (en plexi par exemple) pour y mettre toute la petite famille, cela
dégourdira les pattes de maman, et habituera les jeunes à autres chose que la sécurité de leur cage.
Le sevrage
Le sevrage physique arrive à 21 jours, cependant, vous pouvez les laisser encore une semaine avec la maman,
pour autant que cette dernière supporte encore ses rejetons. Si elle se met à les attaquer, il vaut mieux alors
remettre la maman dans sa cage à elle. A six semaines maximum, les bébés doivent être séparés par sexe. On
peut, à ce stade, laisser les femelles ensemble, et les mâles ensemble. A partir de là, il faudra
systématiquement séparer les bébés qui attaquent les autres, car les bagarres de territoire vont se mettre en
place (en particulier chez les femelles, qui sont bien souvent plus territoriales que les mâles) et peuvent mener
à des blessures.
Les bébés doivent être manipulés quotidiennement, même si ces manipulations sont courtes, pour les
apprivoiser au maximum, et que leurs futurs maitres aient un gentil compagnon. Il faudra insister sur les petits
plus difficiles ou plus craintifs. On peut faire, par exemple, plusieurs séances réparties sur la soirée, et
éventuellement tôt le matin. Ne sortez pas encore les bébés en liberté, ils sont encore jeunes et pourraient
prendre peur ou trouver un endroit où se cacher. Préférez un parc sécurisé.
La mère après la séparation
La maman va dormir beaucoup pour récupérer ses forces, et son alimentation doit de nouveau être adaptée
comme avant la gestation. Elle pourra reprendre ses sorties quotidiennes. Inspectez régulièrement les
mamelles jusqu’à ce qu’elles soient à nouveau normales. Si l’une reste gonflée et/ou rouge, il faudra consulter
un vétérinaire.
Une seconde portée pour la même femelle n’est pas envisageable de suite, il lui faut le temps de se rétablir.
Dans l’idéal, il faut compter au minimum un mois après le sevrage des bébés pour la remettre au mâle, ce qui
veut dire deux mois après la naissance des bébés. Cependant, pour le bien de la femelle, il vaut mieux espacer
les portées de plusieurs mois. L’éleveur s’assurera que la femelle ne fasse que trois portées maximum, l’idéal
étant de une à deux portées sur sa courte vie.
Problèmes de reproduction
Si malgré plusieurs essais aucun bébé ne voit le jour, plusieurs cas de figure peuvent en être la cause :
- Un des parents est stérile. S’il s’agit de la femelle, il se peut qu’elle soit tout simplement trop vieille. Il arrive
parfois qu’une portée réussisse au bout d’un certain nombre d’essais, cependant les soucis de fertilité
annoncent souvent des animaux à problèmes, les bébés nés d’une telle union peuvent se révéler fragiles, en
plus d’avoir eux aussi des soucis de fertilité.
- Des causes extérieures qui incitent l’organisme à ne pas se reproduire, comme par exemple le froid ou de
grosses chaleurs, un manque de nourriture ou de place.
- Chez le hamster russe, la mue d’hiver rendent, la plupart du temps, le hamster temporairement stérile.
La reproduction chez les hamsters nains qui vivent en couple
Certains hamsters nains sont tenus en couples par les éleveurs. Cela a certains avantages, notamment que l’on
évite de devoir faire un rituel d’accouplement. Cependant, cela a également ses désavantages :
- La femelle va avoir plusieurs portées consécutives. Même si bon nombre de femelles régulent leurs portées,
elles ne le font que pour leur stricte survie, et non pour être en parfaite santé. Certaines femelles font trois à
quatre portées d’affilée avant de faire une pause, ce qui est déjà beaucoup pour l’organisme. D’autres femelles
font une portée de temps en temps, mais elles sont plus rares.
- Les bébés seront là qu’on le veuille ou non, même si les bébés précédents n’ont pas encore trouvé de famille,
il faudra néanmoins séparer les nouveaux venus à six semaines, et leur trouver à leur tour une famille.
- Il s’agit du même couple, donc du même patrimoine génétique à chaque portée. Il faut en général une bonne
raison pour faire naitre autant de bébés d’une même union.
- Il peut arriver que la cohabitation, qui se passait bien avant la portée dégénère et mène à des bagarres,
parfois à des blessures, parfois à l’attaque des bébés par le père. Il se peut aussi que la maman ne supporte pas
d’avoir le papa dans les parages et se mette à l’attaquer.
Le couple a souvent été présenté très jeune (au sevrage) et vit constamment ensemble (des hamsters que l’on
sépare durant une certaine période ne se reconnaitront plus et ne pourront plus vivre ensemble par la suite).
La reproduction commence souvent plus tard, vers trois mois, et la dernière portée a lieu vers le douzième au
quatorzième mois. Les dernières portées sont souvent plus réduites.
Quelques faits
- Le hamster n’a pas de règles, la femelle ne doit absolument pas saigner, sauf durant la mise-bas. Un
saignement provenant de la vulve indique souvent un problème grave et nécessite une visite d’urgence chez le
vétérinaire.
- Les femelles syrien ont une odeur particulière lorsqu’elles sont en chaleurs, bien que certaines soient
beaucoup plus odorantes que d’autres. Les hamsters nains n’émettent pas cette odeur.
- Il n’existe pas de pilule contraceptive pour hamster. Un avortement est parfois possible, pratiqué par un
vétérinaire spécialiste, mais c’est dans la pluparts des cas plus de risques qu’une gestation.
- Les animaux, quels qu’ils soient, n’ont pas la notion de famille que nous, humains, avons. Une femelle en
chaleur se reproduira avec son père, son frère ou son cousin si on les met ensemble!
- Un accouplement de hamsters peut être très rapide. Si un mâle et une femelle ont été en contact, ne jamais
négliger la possibilité d’une portée par la suite, même si vous n’avez détourné les yeux que quelques secondes.
Reconnaitre le sexe d’un hamster
Le mâle a évidemment des testicules apparents, cependant lorsqu’il est stressé ou manipulé, il peut les
contracter et il devient alors un peu plus difficile de distinguer les deux genres. De manière générale, il y a deux
orifices qui sont rapprochés chez la femelle (avec juste un peu de peau entre les deux) et éloignés chez un mâle
(avec des poils entre les deux).
SYRIENS : la différence est plus facile à voir sur les poils courts que sur les angoras, où il faudra écarter le poil.
On voit que la croupe de la femelle est ronde, alors qu’elle est plutôt conique chez le mâle.
RUSSE/ CAMPBELL / ROBOROVSKI : comme chez le syrien, la croupe de la femelle est plus ronde, et plus
conique chez le mâle.
CHINOIS : cette espèce a la particularité de présenter de gros testicules. Le mâle mesure environ 1/4 à 1/3 de
plus que la femelle.
La génétique
Notions
L’animal présente des caractéristiques physiques, appelées phénotype, qui sont codées par des
caractéristiques génétiques (génotype). Un seul phénotype peut être codé par différents génotypes (par
exemple, un hamster génétiquement noir et un hamster génétiquement noir umbrous seront physiquement
identiques, ils auront tous deux le phénotype noir). D’après le phénotype, il est possible de commencer à
déterminer le génotype de l’animal, que l’on complètera si on connait son arbre généalogique, et ensuite s’il a
une descendance.
Chaque détail est codé dans l’ADN de l’animal par des gènes. Ces gènes présentent deux allèles qui se
complètent, des brins qui vont toujours de paire. Chaque gène codera un détail en particulier, dans notre cas
ce qui nous intéresse surtout ce sont la couleur, le marquage et la longueur du poil.
Il existe des gènes récessifs (qui ont besoin des deux allèles pour s’exprimer) et des gènes dominants (un seul
des allèles suffit). Nous verrons les cas particuliers plus loin. La plupart des gènes sont récessifs, à l’exception
des marquages (très souvent dominants) et de certaines couleurs.
Chaque gène est représenté par une lettre, qui nous servira à faire l’échiquier pour réaliser ensuite les
pronostics selon la génétique mendélienne.
Par exemple, la lettre A tient place pour le gène agouti (il s’agit donc de la répartition de couleur que l’on
trouve sur les hamsters sauvages, voir plus loin pour les phénotypes). Le « contraire » de ce gène, le fait de ne
pas le présenter, donne du non-agouti, autrement dit du noir. L’agouti étant la version d’origine, elle est
d’office dominante. Ce qui signifie que :
A/A = agouti, la version « pure » de l’agouti (deux allèles agoutis)
A/a = agouti porteur noir, un agouti dont un des parents est noir par exemple (un allèle agouti, un allèle noir)
a/a = noir (plus de présence du gène agouti) (deux allèles noirs)
Le gène agouti est donc dominant, et le gène noir est récessif. Si on croise un agouti (pur) avec un noir, on
obtiendra uniquement des bébés agouti porteur noir (A/A + a/a = A/a).
Les gènes de couleur de base se cumulent ensuite pour donner d’autres couleurs. S’ajoutent ensuite les gènes
de mutations dominantes qui sont apparues plus tard et sont souvent un dérivé de la couleur agouti.
A la base, il y a en général le A (agouti), B (dilution brune), C (albinisme, présent seulement chez certaines
espèces), D (dilution qui enlève les pigments jaunes) et P (dilution aux yeux rouges).
Le hamster syrien et le fonctionnement général
Lettres représentatives :
Pour plus d’informations, vous retrouverez toujours la génétique sur chaque page de descriptif des couleurs
(dans la partie espèces).
Lorsque la variété est dominante et ne présente pas de différence à l’état homozygote (deux allèles du gène
présents) ou hétérozygote (un seul allèle du gène présent), elle est notée de sa lettre suivie de /- (Exemple : A/signifie que l’animal peut être A/A ou A/a).
La présence de « * » signifie que peu importe ce qui vient avant ou après, l’animal aura le même phénotype.
Attention cependant pour le crème, il est physiquement dominant sur le noir/agouti mais pas sur les autres
couleurs. Le blanc aux oreilles foncées est dominant sur toutes les variétés, à l’exception du p/p.
Couleurs de base :
A/ - : agouti/sauvage
a/a : noir
A/- b/b : rouille
a/a b/b : chocolat
A-/ d/d : bleu agouti
a/a d/d : bleu
* c(d)/c(d) : blanc aux oreilles foncées (DEW)
c(e)/c(e) : extrem dilute
* e/e : crème
A/- p/p : orange/cinnamon
a/a p/p : dove
A/- Lg/lg : gris clair (le gène est léthal à l’état homozygote)
A/- Sg/- gris perle (attention phénotypes différents entre l’homozygote et l’hétérozygote)
A/- dg/dg : gris foncé
Couleurs composées (liste non exhaustive) :
a/a Lg/lg : dingy black
a/a Sg/sg : dingy black
a/a Sg/Sg : silver black
A/- Lg/lg pp : blond
A/- Sg/sg p/p : blond (assez clair)
A/- Sg/Sg p/p : Gris perle aux yeux rouges
A/- dg/dg p/p : Lilas
a/a b/b d/d : lavendel
A/- b/b p/p : orange aux oreilles brunes/rouille aux yeux rouges
a/a b/b p/p : champagne
A/- d/d p/p : Bleu agouti aux yeux rouges
a/a d/d p/p : Bleu aux yeux rouges
A/- dg/dg p/p : Lilas
A/- b/b dg/dg : beige
A/- b/b Sg/- : silver rust ou gris aux oreilles brunes
a/a b/b Sg/- : silver chocolate
a/a p/p Sg/- : silver dove
* e/e Sg/- ou e/e Lg/lg : ivoire
* e/e Sg/- p/p ou e/e Lg/lg p/p : ivoire aux yeux rouges
*e/e p/p : crème aux yeux rouges
c(d)/c(d) p/p : Pink eyed white, blanc aux oreilles claires
e/e U/- : sepia foncé/sable
e/e Lg/lg U/- : light sable / sépia clair
e/e Sg/- U/- : silver sable / sepia clair
e/e p/p U/- : mink
dg/dg e/e p/p U/- : blue mink
e/e Lg/lg p/p U/- ou e/e Sg/- U/- p/p : silver mink
e/e b/b U/- : sepia chocolat/ chocolate sable
Mutation sur le chromosome sexuel :
Le gène To ne peut s’attacher qu’au chromosome X. Le mâles ne peuvent donc en avoir qu’un seul allèle
(To/Y), les femelles un ou deux (To/to ou To/To).
A/- To/To (femelle) et A/- To/Y (mâle) : yellow
a/a To/To (femelle) et a/a To/Y (mâle) : yellow black
A/- p/p To/To (femelle) et A/- p/p To/Y (mâle) : miel
a/a p/p To/To (femelle) et a/a p/p To/Y (mâle) : honeyblack
A/- dg/dg To/To (femelle) et A/- dg/dg To/Y (mâle) : smoke pearl
A/- Lg/lg (ou Sg/sg) To/To (femelle) et A/- Lg/lg (ou Sg/sg) To/Y (mâle) : silver pearl
a/a Lg/lg (ou Sg/sg) To/To (femelle) et a/a Lg/lg (ou Sg/sg) To/Y (mâle) : Silver yellow black
A/- b/b To/To (femelle) et A/- b/b To/Y (mâle): yellow aux oreilles brunes
a/a b/b To/To (femelle) et a/a b/b To/Y (mâle) : Yellow chocolate
* e/e To/To (femelle) et e/e To/Y (mâle) : yellow cream
Marquages :
Ba/- : bande blanche
Ds/ds : dominant spot, dalmatien
Wh/wh (+ e/e) : rouan (crème, sépia, etc)
Wh/wh (sans e/e) : ventre blanc, white bellied
rd/rd : recessive dappled
To/to (femelle) : écaille de tortue
Tot/o Ba/- (femelle) : tricolore
U/- : umbrous
bs/bs : white below/white sprinkled
bs/bs Ds/ds : nominant spot / dalmatieert
Poils :
L/- : poils courts
l/l : angora
Sa/- : satin
rx/rx : rex
hl/hl : nu
Fonctionnement pour déterminer le génotype :
Normalement, il faudrait indiquer les gènes de toutes les caractéristiques mais ce serait trop long. Pour faire les
tableaux, on ne prend que ce dont on a besoin. Par exemple, si je croise deux sujets à poils courts tous les deux
L/L, c’est inutile de l’indiquer puisque tous les descendants auront les poils courts. Idem pour une couleur qui
n’est portée par aucun des sujets (par exemple deux hamsters n’ayant pas de crème dans leur lignée seront, à
priori, E/E tous les deux, il est donc inutile de l’indiquer, puisque tous leurs descendants seront E/E). Il faudra
par contre indiquer les gènes non présents, si l’autre parent présente ledit gène, pour faire les tableaux. Pour
déterminer le génotype, on commence par indiquer son phénotype, puis on ajoute ce dont on est certain, via le
pédigrée, les parents, etc. Enfin, pour les gènes éventuels, il faudra faire plusieurs tableaux de pronostics
différents (avec et sans ledit gène).
Quelques exemples vont vous aider !
Hamster noir angora : on note l/l a/a (angora, récessif, et noir, récessif). On regarde le pédigrée et on se rend
compte qu’il porte l’orange (maman est orange). On ajoute donc P/p (il a d’office un allèle p reçu de maman,
mais l’autres est P car phénotypement il n’est pas orange). Puis on voit que sa grand-mère est crème,
seulement aucun parent direct n’est crème. On aura donc deux génotypes possibles, soit l/l a/a E/E P/p, soit,
en admettant qu’il ait reçu le gène crème de sa grand-mère, par l’intermédiaire de sa mère, l/l a/a E/e P/p
(dans ce cas il porte à la fois orange et crème).
Avec les couleurs composées, les marquages, c’est la même procédure, mais plus longue.
Pour les gènes dominants que l’animal présente au phénotype, il est possible que vous ne sachiez pas
déterminer si le gène est à l’état homozygote ou hétérozygote. Encore une fois, il faudra faire deux pronostics
différents.
Par exemple, un hamster à bande blanche peut être Ba/ba ou Ba/Ba. Si seulement un des parents est bande
blanche, alors l’animal sera automatiquement Ba/ba (il ne peut l’avoir reçu que du seul parent bande blanche).
Si les deux le sont, alors il peut être l’un ou l’autre. La seule manière de le savoir est soit de reproduire l’animal,
soit d’être sur que les deux parents soient eux aussi homozygotes (Ba/Ba).
Les tableaux
On utilise, pour savoir à peu près à quoi s’attendre dans la portée, un tableau de Mendeleïev. Son
fonctionnement est simple, mais parfois laborieux, surtout lorsque beaucoup de gènes entrent en jeu. Les
éleveurs qui ont l’habitude de ces prédictions les font en général sans support papier et beaucoup plus
rapidement.
On va noter le génotype de chaque parent, en incluant tous les gènes qui entrent en ligne de compte. Pour
faire simple, seuls n’apparaissent pas les gènes qui ne sont présents (ni portés) ni chez le père, ni chez la mère.
On sépare ensuite ces gènes par allèle, et on les répartis dans un tableau en mettant l’un des parents en
horizontal, et l’autre en vertical.
Par exemple, reprenons notre hamster noir angora ci-dessus (porteur orange, non porteur du reste). On l’a
donc noté : l/l a/a P/p (on va pour le moment laisser le crème de côté, et imaginer le scénario 1 : il ne le porte
pas). Si on le divise en allèles, avec toutes les possibilités, on a donc : l-a-P et l-a-p (le seul gène qui change est
le orange P ou p). Si la maman a un gène qui n’est pas encore présent dans notre schéma ici (mettons, par
exemple, le gène bleu), il faudra ajouter au génotype qu’il est D/D (non porteur bleu) et donc on aura l-a-D-P et
l-a-D-p (il n’y a toujours que le gène P qui change, bien sur).
Voyons ça dans les tableaux :
1er cas : le plus simple. Les animaux sont de même couleur et n’ont que ce gène là, ils ne sont porteurs
d’aucune autre mutation. Nos deux animaux sont orange, ils sont donc tous les deux p/p (en réalité ils sont A/A
B/B C/C D/D E/E p/p... mais il est évidemment inutile d'indiquer tous ces gènes).
Note : ci-dessous, ce sont tous des p minuscules.
p
p
p
p/p
p/p
p
p/p
p/p
On voit tout de suite que tous les bébés sont orange (p/p) Lorsqu'on a deux fois la même chose à écrire, on
supprime généralement la seconde ligne (et on voit alors qu'il y aura 100% de bébés orange).
2eme cas : Les animaux sont de la même couleur (orange) et porteurs noir tous les deux : A/a p/p. On divise
donc les allèles en possibilités (seul le A change).
Ap
Ap
ap
A/A p/p
A/a p/p
ap
A/a p/p
a/a p/p
Ici, tous les bébés n’ont pas le même génotype, ni le même phénotype. On obtient deux phénotypes : Orange
et dove. Mais pour le phénotype orange, nous avons deux génotypes différents (avec l’agouti homozygote ou
hétérozygote).
On voit quatre cases, donc :
1/2 (deux quarts) des bébés sont orange porteurs noir (agouti hétérozygote) : A/a p/p
1/4 des bébés sont orange pur (agouti homozygote) : A/A p/p
1/4 des bébés sont dove : a/a p/p
3eme cas : les animaux ne sont pas de la même couleur. C’est là que les choses se corsent. Tout d’abord, il faut
lister l’ensemble des gènes en présence, et les indiquer chez chaque parent. Prenons d’abord un exemple où
on est certain du génotype de chaque animal, et mettons une maman orange et un papa noir. Nous sommes
surs que maman est A/A p/p et que papa est a/a P/P (j’aurais du noter a/a, tout simplement, mais maman
étant orange, le gène P entre en jeu et doit être indiqué).
Ap
aP
aP
A/a P/p
A/a P/p
Ap
A/a P/p
A/a P/p
Ce tableau peut être abrégé en une seule ligne et colonne, puisque les deux possibilités de chaque parent sont
identiques (on aurait donc pu noter a P à l’horizontale, et A p à la verticale et supprimer les autres cases). Je l’ai
fait en entier pour votre facilité.
On voit que tous les bébés ont le même génotype : A/a P/p. Ils sont donc agouti, porteur noir et porteur
orange.
Dans ce cas, on était sur du génotype des parents. Admettons qu’on soit sur que maman est bien A/A p/p mais
qu’on ne sait pas si papa porte, ou non, l’orange. Dans ce cas, on effectue deux tableaux : le premier ci-dessus,
hypothèse selon laquelle il ne le porte pas, puis un second dans l’hypothèse où il le porte (et il serait alors a/a
P/p). Dans ce cas, la seconde case du papa (qui était a P) devient « a p», et en résultats nos bébés sont divisés
en deux phénotypes : 50% d’entre eux restent agouti porteurs orange et noir (A/a P/p) mais l’autre moitié sera
orange porteur noir (A/a p/p).
Si on ignore le génotype de la maman également, on pourra ajouter une possibilité avec A/a p/p en plus de son
génotype supposé A/A p/p (ce qui nous ajoutera le dove dans les résultats).
Enfin, il arrive souvent que les deux animaux portent des gènes communs, sans qu’aucun ne le montre.
Admettons que nos deux hamsters portent le crème. Maman serait A/A E/e p/p et papa serait a/a E/e P/P. On
change les cases du tableau, puisqu’on obtient comme possibilité maternelles A E p et A e p, et comme
possibilités paternelles a E P et a e P. Dans les résultats, nous auront donc là A/a E/E P/p et A/a E/e P/p qui ont
le même phénotype (agouti) mais dans le premier cas ils portent uniquement le noir et l’orange, dans le second
cas ils portent le crème également, et A/a e/e P/p, crème porteur noir et orange.
Quelques exemples :
1. Voici le père de couleur agouti, angora, porteur noir : l/l A/a P/P (on note donc le P puisque maman est
orange). La mère est orange poils courts, porteuse noir et angora : L/l A/a p/p.
lAP
laP
LAp
L/l A/A P/p
L/l A/a P/p
Lap
L/l A/a P/p
L/l a/a P/p
lAp
l/l A/A P/p
l/l A/a P/p
lap
l/l A/a P/p
l/l a/a P/p
Pour les couleurs, nous obtenons :
L/l A/A P/p : agouti poils courts, porteur orange et angora (1/8)
L/l A/a P/p : agouti poils courts porteur noir et orange et angora (1/4)
L/l a/a P/p : noir poils courts porteur orange et angora (1/8)
l/l A/A P/p : angora agouti porteur orange (1/8)
l/l A/a P/p : Agouti angora porteur noir et orange (1/4)
l/l a/a P/p : noir angora porteur orange (1/8)
Pour les poils, on remarque directement que la moitié des bébés (les quatre cases supérieures) est à poils
courts porteur angora (L/l) et l’autre moitié est angora (l/l). En phénotype, nous avons donc beaucoup d’agouti
(3/4 de la portée) et un peu de noir (1/4 de la portée).
Second exemple : père dove poils courts (a/a p/p ba/ba), mère noire à bande blanche (hétéroztygote), porteuse
orange (a/a P/p Ba/ba).
a p ba
a P Ba
a/a P/p Ba/ba
a p Ba
a/a p/p Ba/ba
a P ba
a/a P/p ba/ba
a p ba
a/a p/p ba/ba
On obtient :
a/a P/p Ba/ba : noir bande blanche porteur orange
a/a p/p Ba/ba : dove bande blanche
a/a P/p ba/ba : noir porteur orange
a/a p/p ba/ba : dove
Remarque
Les tableaux de Mendeleïev sont théoriques, et il arrive peu souvent d’avoir des résultats conformes aux
tableaux. Il est génétiquement impossible de sortir de ces tableaux (toutes les possibilités sont là), par contre
les aléas de la nature font que toutes les possibilités ne vont pas forcément ressortir, ou que les moins
probables seront les plus nombreuses, etc. Pour faire simple, les portées sont sensées être, selon ces tableaux,
composées de 50% de mâles contre 50% de femelles. Cela arrive, mais rarement. Il arrive d’avoir des portées
entières de femelles, ou de mâles, comme on peut avoir un résultat homogène.
Gène sex-linked : écaille de tortue, yellow et composés.
Il s’agit d’un gène particulier car il est situé sur les chromosomes sexuels (Rappel : X/X pour les femelles, et X/Y
pour les mâles). Le chromosome Y étant vide, les gènes dit « sex-linked » se fixent sur le chromosome X. Les
femelles peuvent dès lors présenter une forme homozygote ou hétérozygote, alors que les mâles ne peuvent
recevoir qu’un seul allèle. Cependant, étant donné que dans ce cas « toutes » les places X sont prises (puisqu’il
n’y en a qu’une seule), la forme sera considérée comme homozygote. Donc, seules les femelles peuvent
présenter la forme hétérozygote du gène.
Le gène de base se compose de poils roux sur le fond de couleur de base. En hétérozygote ce roux est réparti
en taches (écaille de tortue), dans la forme homozygote c’est le poil qui alterne les bandes de couleur et
rousses (yellow).
Par exemple, le plus commun est le noir écaille de tortue, uniquement chez les femelles donc, qui est
génétiquement a/a To/to. Le mâle yellow black sera noté a/a To/Y (le Y remplaçant le chromosome Y), et la
femelle yellow black sera indiquée a/a To/To.
Comme cela se transmet via le chromosome X, le père yellow ne transmettra son gène qu’aux filles, et pour
avoir un fils yellow, il faudra que la mère présente le gène. Evidemment, pour obtenir une femelle homozygote
(yellow, donc), il faudra que les deux parents présentent le gène.
Un tableau rapide pour visualiser, d’une mère noire écaille de tortue (a/a To/to) et d’un père noir (a/a to/Y).
a To
a to
aY
a/a To/to
a/a To/Y
a to
a/a to/to
a/a to/y
Donc ¼ de noires écaille de tortue (a/a To/to), ¼ de mâles yellow black (a/a To/Y), ¼ de femelles noires (a/a
to/to) et ¼ de mâles noirs (a/a to/Y).
Un mâle yellow black avec une femelle noire donne toutes les femelles écaille de tortue noires, et tous les
mâles noirs. Un mâle yellow black avec une femelle noire écaille de tortue, donne la moitié des femelles yellow
black, la moitié noires écaille de tortue, et la moitié des mâles yellow black, et l’autre moitié noirs.
Dominance physique du crème sur le noir
Le crème (e/e) a une dominance physique sur le noir, c'est-à-dire qu’un animal génétiquement noir et crème
apparaitra crème (a/a e/e). On dit qu’il masque le noir. Le gène crème doit, de ce fait, plutôt être travaillé seul,
ou avec des couleurs composées de crème, comme le sépia. Il vaut mieux éviter de mixer du crème dans les
lignées de noir, ou de couleurs de base noir (chocolat, bleu etc.). Ce gène étant particulièrement coriace, il est
souvent difficile d’en débarrasser ses lignées par la suite.
Modifiants
Les marquages ne dépendent pas que d’un seul gène. Il y a beaucoup de modifiants qui entrent en jeu, ce qui
signifie que deux parents très bien marqués (par exemple bande blanche parfaite) ne donneront pas
nécessairement des bébés bien marqués. Le marquage met souvent plusieurs générations à se fixer, mais
lorsqu’on a finalement une lignée au marquage stable, il bougera ensuite très peu. Il en va de même pour les
taches des écaille de tortue, par exemple, mais aussi pour les éventuelles taches blanches sur le ventre des
sujets unis (que l’on évitera au maximum pour coller au standard).
Ce sont également des modifiants qui interviennent par exemple dans le type. Un parent bien typé avec un
autre mal typé donnera principalement des bébés au type mauvais à moyen. Le type est probablement le
travail le plus difficile dans la sélection, qui met le plus longtemps à être travaillé et fixé.
Satin
Le satin est un gène qui creuse le poil et l’affine, ce qui le rend donc plus fragile. Le croisement entre deux
satins n’est pas conseillé. Selon les lignées, il se peut qu’il n’y ait pas de problème, ou que le problème se limite
au moment de la mue. Mais il arrive aussi, relativement fréquemment, que le poil des adultes satins
homozygotes soit pauvre, terne, épars, et surtout mène à des troubles de peau divers. Le satin étant un gène
dominant, il est donc inutile d’en reproduire deux individus pour avoir des bébés satins.
Gènes létaux
Il existe des gènes qui sont létaux (non viables) sous la forme homozygote. Les embryons homozygotes
meurent in utero, et la maman les réabsorbe. Rien n’est physiquement visible de ce processus, qui est tout à
fait inoffensif. Les portées seront seulement réduites, en théorie, d’un quart. Ces gènes sont dalmatien (Ds) et
Gris perle (Lg).
Rouan / Ventre blanc : attention danger !
Ce gène « white belllied – Wh/wh» est un gène dangereux. Physiquement, il prend deux formes : le ventre
entièrement blanc, ou chez les sujets crèmes (et composés) le marquage « rouan ». Ce gène est dominant et ne
peut surtout pas être reproduit en homozygote !
Wh/wh + toujours un animal ne présentant pas le gène (wh/wh) !
Animaux homozygotes Wh/Wh : avec beaucoup de chances ils meurent in utero ou à la naissance. Les
survivants ont des séquelles allant d’un physique normal, mais d’une durée de vie très réduite (six mois
maximum, l’organisme vieillit vite), à l’absence de dents, la cécité, l’absence d’yeux, la surdité… Non seulement
ces animaux ont peu de chance de survivre, mais ils souffrent le martyr bien souvent.
Attention, ce gène est parfois difficile à détecter. Souvent présent chez les dalmatiens, qui présentent presque
tous un ventre blanc, il est impossible de déterminer si l’animal a, ou non, ce gène en plus. Il en va de même
pour les sujets à bande blanche, bien que le gène White Bellied soit souvent moins présent dans les lignées.
Enfin, les sujets blancs sont souvent issus d’une combinaison de dalmatien et de couleur claire. Par mesure de
sécurité, sauf si vous connaissez bien le pédigrée et que vous êtes certain que le gène White Bellied n’est pas
présent, ne croisez jamais blanc – dalmatien – rouan- ventre blanc entre eux.
Rex
Le rex est récessif, mais les poils recourbés (et surtout les moustaches et les poils autours des yeux) peuvent
parfois abimer la peau. Certains éleveurs déconseillent de faire un croisement direct rex x rex, d’autres
recommandent seulement la prudence. Dans tous les cas, vérifiez avant tout que vos lignées de rex soient
solides et sans problèmes de peau, avant de vous lancer dans le rex x rex. Comme pour toutes les mutations
récessives, passer par des porteurs reste une méthode plus efficace.
Nouvelles mutations
Même s’il est souvent tentant de travailler les nouvelles mutations, sachez que ces mutations sont souvent
fragiles, et que tous les effets qu’elles peuvent avoir (ou qui se cachent encore dans les quelques lignées) ne
sont pas encore connus. Il peut s’agir de problèmes physiques, de longévité, de santé, d’immunité ou bien
encore des problèmes neurologiques.
Le hamster de Campbell
A/- : agouti
a/a : noir
A/- b/b : argente yeux noirs
a/a b/b : chocolat
A/- d/d : opal
a/a d/d : bleu
A/- p/p : argente yeux rouges
a/a p/p : dove
*c/c* : albinos
A/- b/b p/p : Beige
a/a b/b p/p : Beige foncé
A/- d/d p/p : Blue fawn
a/a d/d p/p : Lilas yeux rouges
A/- b/b d/d : Lilac fawn
a/a b/b d/d : Lilas
A/- b/b d/d p/p : blue beige
a/a b/b d/d p/p : champagne
Umbrous : u/u
Gris : dg/dg (ou g/g ou gr/gr)
Moscou : m/m
Mottled : Mo/Ruby eyed mottled : Mi/mi
Dilué : di/di
Platinium : Si/- ou Pl/Satin : sa/sa
Rex : rx/rx
Gènes létaux
Le gène Ruby Eyed Mottled (Mi/-) est similaire au White Bellied du syrien, bien souvent létal à l’état
homozygote, l’animal peut néanmoins naître avec de sérieux problèmes (absence de dents, cécité, absence
d’yeux, …) et avec une espérance de vie réduite. Comme pour le dalmatien, il est parfois difficile de discerner
un mottled avec les yeux rubis, en particulier pour les variétés qui présentent déjà des yeux rouges. Le mieux
est de toujours connaitre ses lignées, et dans l’ignorance, mieux vaut s’abstenir de croiser deux mottled
ensemble.
Le hamster russe
A/- : agouti
a/a : noir
A/- m/m : brun (Moscou)
a/a m/m : chocolat
A/- d/d : saphir
a/a d/d : bleu russe
A/- p/p : fauve aux yeux rouges
a/a p/p : dove
A/- b/b d/d : beige
a/a b/b d/d : lilas
A/- Ma/ma : mandarine
A/- d/d Ma/ma : camel
A/- b/b d/d Ma/ma : mandarine beige
A/- Ma/ma p/p : mandarine aux yeux rouges
A/- b/b d/d p/p Mama : mandarine beige aux yeux rouges
A/- d/d p/p Ma/ma : camel aux yeux rouges
A/- d/d p/p : blue fawn
a/a d/d p/p : lilas aux yeux rouges
A/- b/b d/d p/p : blond beige
a/a b/b d/d p/p : champagne
Pe/pe : perle
U/- : umbrous
Me/- : merle
Im/im : Impérial
Mi/mi : Tacheté
Gènes létaux
Le Perle, le Mandarine et l'impérial sont tous létaux à l’état homozygote, non viables, réabsorbés par la mère in
utero, comme le gris clair chez les Syriens. Le gène tacheté est un gène létal à l'état homozygote mais non
réabsorbé. Les jeunes homozygotes peuvent naitre déformés, sans yeux, sans dents.
Le hamster Roborovski
Peu de mutations sont connues. Il n’existe que deux couleurs, l’agouti (A/A) et le cannelle (mutation
récessive) ; et plusieurs marquages :
- White Face (à tête blanche) : mutation dominante
- Husky (une variante du white face) : mutation récessive
- Platinium : gène white face + un allèle du gène husky
- BEW (Blanc aux yeux noirs) : gène white face + deux allèles du gène husky
- Mottled (dalmatien) : il existe un gène récessif et un dominant
- Snowbear : combinaison des deux gènes mottled (récessif et dominant)
Le hamster chinois
Une seule couleur est connue, l’agouti (A/A), déclinée en plusieurs marquages :
- Dalmatien : Ds/ds
- BEW (Blanc aux yeux noirs) : Ds/Ds
- Tachetés : inconnu
- Blanc avec une ligne dorsale : inconnu
Remarque : les BEW étaient au départ létaux (comme le dalmatien chez le syrien), ils ont pourtant été
travaillés jusqu’à obtenir une mutation stable et sans défaut physique, ni neurologique.
Les shows et expositions de hamsters
Au même titre que pour les chats ou les chiens, il existe dans de nombreux pays des shows (jugements) de
rongeurs. Dans certains pays, cette activité est bien développée, et depuis longtemps, et plusieurs clubs
peuvent se côtoyer. Par exemple, le Royaume-Uni comporte plusieurs clubs de hamsters (Sud/Centre/Nord +
une société centrale), un club de souris, de rats etc. Dans la plupart des pays, il s’agit d’un ou plusieurs clubs qui
regroupent tous les rongeurs (comme le fait l’A.F.A.R. en régions francophones).
Il existe donc des standards officiels pour comparer les animaux et pouvoir les juger, ces standards sont édités
dans chaque pays par le(s) club(s) local (-aux), mais sont foncièrement identiques, ils visent une morphologie
idéale, non d’un point de vue esthétique, bien que cela joue, mais surtout du point de vue anatomique. Un
standard ne sert pas à faire la part entre les animaux beaux ou laids, mais bien à effectuer une sélection qui
sera bénéfique à l’espèce, au lieu de la faire dégénérer. Par exemple, le standard indique que le nez ne doit pas
être pincé (quelle que soit l’espèce de rongeur, ce point est identique). Ce n’est pas une question d’esthétique,
mais un nez pincé (et donc des canaux naseaux resserrés) peuvent mener à des problèmes des sinus ou des
voies respiratoires, un cœur qui pompe trop pour suivre la cadence etc.
Choisir un animal que l’on adopte en fonction des standards (en tous cas au niveau de la morphologie) c’est
s’assurer que, de manière globale, on a un animal qui a de bonnes bases de santé pour démarrer sa vie. Le
standard indique aussi la corpulence et la masse musculaire, et s’y référer peut également aider à choisir un
animal en bonne santé.
Il va de soi que les éleveurs doivent en tenir compte, car élever, c’est chercher à améliorer l’espèce. Le
standard faisant officiel d’une « image d’un animal idéal », l’éleveur doit toujours s’y référer pour choisir ses
reproducteurs.
Faire participer vos animaux à des jugements vous permet, en tant qu’éleveur, de savoir où vous en êtes dans
votre travail de sélection, et quel chemin vous avez encore à parcourir. En tant que particulier vous pouvez bien
évidemment participer, même si les enjeux ne sont pas aussi importants. Il est néanmoins intéressant de se
rendre aux expositions de rongeurs, pour voir les jugements, mais également pour rencontrer d’autres
passionnés et des éleveurs. Cela peut être aussi un bon moyen pour trouver votre futur compagnon.
Vous pourrez trouver plus d’information dans votre club local et les standards francophones sont disponibles
auprès de l’A.F.A.R..
Chapitre 7 : Les espèces de hamsters domestiques
Il existe cinq espèces de hamsters domestiques : le hamster syrien et quatre hamsters nains (Russe, Campbell,
Roborovski et Chinois). On parle d’espèces et non de races, puisqu’elles ne sont pas fécondes entre elles et
qu’il ne s’agit pas de variations d’une seule et même espèce (contrairement, par exemple, au cochon d’inde
pour qui il existe de nombreuses races mais une seule espèce, ces races ne sont qu’un groupement de
caractéristiques précises recherchées).
A l’état sauvage, ces espèces existent toujours, de même que bon nombre d’autres espèces et sous-espèces. Le
Grand Hamster d’Europe (ou d’Alsace) est l’espèce sauvage la plus connue, mais il en existe bien d’autres,
comme le hamster des Balkans, le hamster turque, le hamster gris migrateur, …
Il est important de connaitre l’espèce avant d’envisager une adoption, car chacune a des traits de caractère
bien précis, et une adoption « coup de cœur » peut finalement se révéler décevante si vous vous attendiez à un
autre comportement de la part de votre nouveau protégé. Bien entendu, chaque individu va avoir un caractère
propre, avec lequel il faudra composer.
La plupart des espèces de hamsters sont solitaires, les animaux vivant seuls et ne se côtoyant que pour se
reproduire. Il existe cependant des espèces dite grégaires, qui ne le sont pas réellement, pas au même titre que
le rat ou la souris par exemple. Les hamsters dit grégaires vivent seul pour leur plus grand bonheur, mais
peuvent cohabiter entre eux, si l’habitat et le caractère de chacun le permet (habitat bien grand, et accessoires
mis en double/en triple pour que chacun y trouver son compte). Cependant, des bagarres peuvent encore
éclater qui, une fois sur deux, se soldent par une séparation nécessaire et définitive, sans quoi cela peut
dégénérer jusqu’à la mort d’un des hamsters. Dans tous les cas, différentes espèces ne sont pas faites pour
vivre ensemble (il y a bien souvent des continents qui les séparent les unes des autres), leurs langages
corporels sont trop différents pour qu’elles se comprennent.
Cette partie du livre va vous décrire chacune des cinq espèces domestiques, avec toutes les variétés existantes.
Les variétés n’ont pas été classées par ordre alphabétique, mais plutôt par génétique : d’abord les mutations
simples, puis les plus complexes. De nouvelles mutations sont découvertes et travaillées régulièrement, j’ai
essayé d’indiquer ici toutes les mutations connues en 2014.
Le hamster syrien - mesocricetus auratus
Le hamster syrien, aussi appelé doré, ou commun, est habituellement l’espèce la plus connue de hamster
domestique. Il est originaire des déserts de Syrie, où plusieurs chercheurs en ont capturés puis élevés vers le
milieu des années 1700. Les hamsters syriens mènent une vie solitaire, ne tolérant les autres individus que
pour s’accoupler. Les bébés sont élevés rapidement, puis vite chassés hors du nid familial ; ils doivent alors
trouver un territoire qui leur appartiendra. Ils vivent dans des galeries sous-terraines, qu’ils creusent et
aménagent de nombreuses cachettes. Ces galeries peuvent descendre jusqu’à deux mètres de profondeur,
pour fuir la chaleur du désert. Ils y dorment toute la journée, puis une fois la fraicheur du soir revenue, ils
commencent leur période d’éveil. Ils courent beaucoup (jusqu’à sept kilomètres par nuit), pour trouver de la
nourriture qu’ils stockent dans leur bajoues (sortie de poche qu’ils possèdent de chaque côté de leur bouche)
et qu’ils ramèneront ensuite dans une des caches du terrier.
Il s’agit d’un animal qui devient assez grand (150 grammes pour une longueur d’une quinzaine de centimètres),
même si, malheureusement, les élevages industriels qui fournissent les animaleries ont fait une mauvaise
sélection, couplée avec une consanguinité non contrôlée, et fournissent des animaux petits et souvent chétifs
(100 grammes maximum, de manière générale). Il se décline en une multitude de variétés (couleurs,
marquages, et plusieurs types de poils) , et chacun pourra trouver un physique qu’il apprécie.
Un syrien domestique vivra en moyenne deux ans à deux ans et demi. C’est un animal qui se lève assez tard
(minimum 20 heures pour les femelles et en général 22 à 23 heures pour les mâles) et qui, de ce fait, sera peu
adapté aux enfants. Il est en général gentil, se laisse manipuler mais aime explorer et bouger, faire de
l’exercice, découvrir… Demandez toujours conseil à l’éleveur pour savoir le caractère de chaque individu. Il vit
tout seul et est très agressif envers ses congénères. C’est le plus gros de tous les hamsters domestiques.
Le hamster syrien est sans conteste le plus robuste de tous. Son longévité moyenne varie entre 1.5 an et 3 ans,
même s'il arrive que des individus vivent 4 ou même 5 ans! Il est plus calme que le hamster nain, et se laisse
apprivoiser plus facilement, même si des exceptions existent. Il faut en effet savoir qu'un hamster ne naît pas
"apprivoisé", tout reste à faire.
Couleurs agouti
Les couleurs agouti sont toutes composées de la même manière. L'animal a une couleur de couverture, une
sous-couleur (au niveau de la peau, un peu comme un sous-poil), et parfois un ticking (la pointe du poil qui
prend une couleur plus foncée). Le ventre est toujours clair. L'animal agouti possède des cheekflashes (une
bande foncée au niveau de la mâchoire), et juste au-dessus un croissant souvent plus clair. Sur le dessus de la
tête, il a un triangle de la même couleur que les cheekflashes.
Agouti (gold, doré, sauvage)
Il s’agit de la couleur naturelle du hamster syrien. Cette couleur varie beaucoup d’intensité d’un individu à
l’autre, allant du clair au foncé selon les lignées, et les gènes portés. Le poil est d'un riche brun roux, avec un
ticking noir assez prononcé (les animaux non sélectionnés pour le standard ont tendance à avoir un ticking
marron plus léger) et une sous-couleur gris foncé. Le ticking se concentre également autours des yeux. Le
ventre est ivoire, et les croissants presque blancs. Les cheekflashes sont noirs (gris brun sur les hamsters non
sélectionnés). Les oreilles sont grises, les yeux sont noirs.
Génétique : A/-
Rouille(Rust)
Le poil est orange brun prononcé, avec une sous-couleur gris brun et un ticking brun léger. Le ventre et les
croissants sont ivoire, les cheekflashes sont bruns. Les yeux sont marron foncé, les oreilles sont brunes.
Génétique : b/b
Bleu agouti(agouti dilute)
Mutation très peu travaillée et donc peu connue, il s’agit de la dilution de l’agouti, transformant en gris bleuté
les pigments noirs. Le poil est roux fauve avec une sous-couleur ardoise et un ticking gris ardoise. Les
cheekflash sont gris bleu, les croissants sont gris ivoire. Les yeux sont noirs, les oreilles sont grises.
Génétique: d/d
Orange (cannelle, cinnamon)
La mutation aux yeux rouges de l’agouti. Le pelage devient orange cannelle avec un sous-poil gris ardoise. Le
ventre est ivoire avec une teinte bleutée. Les croissants sont ivoires, les cheekflashes marron. Les yeux sont
couleur rubis foncé et deviennent presque noirs avec l’âge. Les oreilles sont couleur chair.
Génétique : p/p
Gris clair (light grey)
Mutation qui n’est pas courante, physiquement assez similaire au gris perle hétérozygote mais en plus crème.
Le poil est gris crème, avec une sous-couleur gris foncé et un ticking gris foncé assez marqué. Les croissants
sont crème, les cheekflashes gris foncé. Le ventre est gris crème clair. Les yeux sont noirs, les oreilles sont
grises.
Génétique : Lg/lg
Gris perle (gris argenté, silver grey)
Cette mutation dominante présente deux phénotypes : en version hétérozygote, il ressemble fortement au gris
clair. En version homozygote, l’animal est plus clair. Le pelage est gris argenté avec une sous-couleur gris
ardoise foncé et un ticking marqué noir. Le ventre est les croissants sont gris argenté pâle, les cheekflashes
sont presque noirs. Les yeux sont noirs, les oreilles sont gris foncé.
Génétique : Sg/sg et Sg/Sg
Gris foncé (dark grey)
Le pelage est gris nacré, avec une sous-couleur gris foncé et un ticking noir prononcé (identique à l'agouti, il se
concentre aussi autours des yeux). Le ventre et les croissants sont ivoire, les cheekflashes sont noirs. Les yeux
sont noirs, les oreilles sont grises.
Génétique : dg/dg
Silverrust
Le poil est gris argenté avec une sous-couleur crème et un ticking brun roux. Les croissants et le ventre sont
ivoire, les cheekflashes sont marron. Les yeux sont marron foncé, les oreilles sont brun clair.
Génétique : b/b Sg/-
Blond
Association du gris clair / gris perle et du orange. Le pelage est gris blond clair, avec des légers cheekflashes
gris. Les yeux sont rubis, les oreilles sont couleur chair.
Génétique : Sg/- p/p ou Lg/lg p/p
Lilas
Version aux yeux rouges du gris foncé, le lilas a le pelage gris lilas avec une pointe de rose. Les sont gris moyen.
Les oreilles sont gris rosé, les yeux sont rubis. Le ventre et les croissants sont ivoire.
Génétique : dg/dg p/p
Beige
Le pelage est gris fauve, la sous-couleur est gris ardoise et le ticking est brun beige foncé. Le ventre et les
croissants sont ivoire gris, les cheekflashes sont brun beige foncé. Les yeux sont marron foncé, les oreilles beige
foncé.
Génétique : b/b dg/dg
Couleurs unies
Les couleurs unies sont, comme leur nom l'indique, uniformes de la racine à la pointe du poil. Il n'y a donc pas
de sous-couleur, pas de ventre d'une autre couleur, ni croissant, ni cheekflash. Le ventre est parfois un peu plus
mat. Les animaux unis peuvent avoir une fine liste blanche qui court depuis le menton vers le ventre, et parfois
aussi un peu de blanc sur le ventre. Le standard demande cependant qu'il y ait le moins de blanc possible.
Noir (black)
Couleur noire uniforme. Les yeux sont noirs, les oreilles sont gris foncé.
Génétique : a/a
Chocolat (chocolate, brown)
Couleur brun chocolaté uniforme. Les yeux sont marron foncé, les oreilles sont brunes.
Génétique : a/a b/b
Dove
Couleur gris marron (comme les tourterelles) uniforme. Les yeux sont rubis, les oreilles sont couleur chair.
Génétique : a/a d/d
Bleu (noir diluted)
Couleur gris bleuté ardoise uniforme. Les yeux sont noirs, les oreilles sont grises.
Génétique : a/a d/d
DEW (dark eared white, blanc aux oreilles foncées)
Pelage entièrement blanc pur. Les oreilles sont gris foncé, les yeux sont rouges. Appelé à tord "albinos",
puisque les oreilles sont colorées et que l'albinos n'existe pas chez le hamster syrien).
Génétique : cd/cd (peu importe les autres gènes - sauf le p/p - l'animal aura toujours cette apparence)
PEW (pink eyed white, blanc aux yeux rouges)
Pelage entièrement blanc pur. Les oreilles sont couleur chair, les yeux sont rouges.
Génétique : cd/cd p/p
BEW (black eyed white, blanc aux yeux noirs)
Pelage entièrement blanc pur. Les oreilles sont grises. Les yeux sont noirs. Il ne peut pas y avoir de trace
d'autres couleurs, ce qui arrive pourtant étant donné que le BEW est souvent obtenu avec des marquages fort
étendus et un gène de dilution.
Génétique : souvent une association du crème et de plusieurs marquages (rouan/dalmatien par exemple), ou
de diverses dilutions (crème + dilution d/d + gris perle homozygote...) ou encore de l'ivoire + un marquage...
Champagne
Pelage gris fauve, légèrement rosé. Il s'agit d'un dove avec le gène rouille, qui roussit donc la couleur. Les yeux
sont rubis, les oreilles sont couleur chair.
Génétique : a/a b/b p/p
Lavendel
Il s'agit d'un chocolat dilué. Le pelage est marron bleuté. Les yeux sont marron foncé, les oreilles sont brunes.
Génétique : b/b d/d
Dingy black
Il s'agit d'un noir dilué par un gène gris. Le pelage est noir légèrement délavé (ce n'est souvent visible que par
comparaison avec un noir pur). Les oreilles sont gris foncé, les yeux sont noirs.
Génétique : a/a Sg/sg et a/a Lg/lg
Noir à gauche et Dingy black à droite
Silver black
Le pelage est gris marron (noir délavé). Les yeux sont noirs, les oreilles gris foncé.
Génétique : a/a Sg/Sg
Silver dove
Dilution du dove avec du gris perle. L'animal est gris légèrement fauve assez pâle, plus clair et moins marron
que le champagne. Les yeux sont rubis, les oreilles sont couleur chair.
Génétique : a/a p/p Sg/-
Silver chocolat
Dilution du chocolat avec du gris perle. L'animal est chocolat plus clair, un peu argenté. Les yeux sont marron
foncé, les oreilles sont brunes.
Génétique : a/a b/b Sg/-
Couleurs de base crème
Le crème masquant le noir, et étant très dominant sur tous les gènes, les couleurs de base crème sont un peu
particulières. Combiné au gène umbrous (qui colore le bout du poil - on appelle cela un ticking), il va former un
groupe de couleurs appelé en français "sépia" (sable en anglais) qui a toute une déclinaison de tons selon les
gènes qui entrent en jeu. Comme les couleurs unies, on peut trouver une liste blanche, et éventuellement des
taches blanches sur le ventre.
Crème aux yeux noirs (black eyed cream)
Le pelage est jaune fauve, et tire vers l'orange une fois adulte. Les yeux sont noirs, les oreilles sont gris foncé.
Génétique : e/e
Crème aux yeux rouges (red eyed cream)
Le pelage est jaune fauve clair. Les yeux sont rubis. Les oreilles sont couleur chair.
Génétique : e/e p/p
Ivoire aux yeux noirs (ivory)
Le pelage est crème clair, les yeux sont noirs, les oreilles sont grises.
Génétique : e/e Sg/- ou e/e Lg/lg
Ivoire aux yeux rouges
Le pelage est crème clair un peu rosé, presque blanc. Les yeux sont rubis. Les oreilles sont couleur chair.
Génétique : e/e Sg/sg p/p ou e/e Lg/lg p/p (un animal e/e Sg/Sg p/p aurait une apparence proche du blanc aux
yeux rouges).
Sépia foncé (sable)
Le pelage est gris foncé presque noir, avec une sous-couleur crème bien marquée. Le contour des yeux est
crème. Le standard demande un animal aussi noir que possible, mais à cause du gène umbrous, beaucoup de
sépia sont bruns, ou brunissent avec l'âge. Les yeux sont noirs, les oreilles gris foncé.
Génétique : e/e U/-
Sépia clair(silver sable)
Le pelage est gris argenté, avec une sous-couleur ivoire. Le contour des yeux est couleur ivoire. Les yeux sont
noirs, les oreilles sont grises. L'animal peut vite brunir à cause du gène umbrous, le standard préfère cependant
un animal bien gris.
Génétique : e/e Sg/- U/- ou e/e Lg/lg U/-
Sépia chocolat (chocolate sable)
Le pelage est couleur chocolat au lait, avec une sous-couleur crème. Le contour des yeux est crème. Les yeux
sont marron foncé, les oreilles sont brunes.
Génétique : b/b e/e U/-
Mink (vison)
Le pelage est brun orangé, avec des lunettes et une sous-couleur crème rosé. Les yeux sont rubis, les oreilles
sont couleur chair.
Génétique : e/e p/p U/-
Blue mink
Le pelage est brun avec une légère teinte mauve, une sous-couleur et des lunettes crème. Les yeux sont rubis,
les oreilles couleur chair.
Génétique : dg/dg e/e p/p U/Silver mink
Le poil est brun roux avec des nuances argentées, la sous-couleur et les lunettes sont ivoire. Les yeux sont
rubis, les oreilles sont couleur chair.
Génétique : e/e Sg/- p/p U/- ou e/e Lg/- p/p U/-
Silver mink - comparaison silver mink et mink adulte
Sépia bleu (blue sable)
Très proche du sépia foncé, le pelage est gris bleuté foncé, avec une sous-couleur et des lunettes crème. Les
yeux sont noirs, les oreilles grises. L'animal peut brunir assez vite à cause du gène umbrous.
Génétique : d/d e/e U/-
Cuivre(copper)
Le pelage est d'un roux cuivré soutenu jusqu'à la base du poil. Les yeux sont rubis, les oreilles sont couleur
chair.
Génétique : b/b e/e p/p U/-
Couleurs de base yellow
Yellow (melanistic yellow, jaune)
Le poil est brun fauve, avec un sous-poil jaune et un ticking marron foncé ou noir (qui, comme l'agouti, peut
fortement varier d'intensité). Le ventre est ivoire. Les cheekflashes sont brunes, les oreilles sont grises et les
yeux noirs. La mutation est dite « sex-linked » et se pose sur le chromosome X.
Génétique : To/Y (mâles), To/To (femelles)
Miel(honey)
Association du yellow et du orange, cela donne une version claire du orange, plus crème, les cheekflashes
moins foncées. Les yeux sont toujours rubis foncé, les oreilles grises.
Génétique : p/p To/-
Yellow black
Le pelage est roux doré avec une sous-couleur crème, et un fort ticking noir. Il n'y a pas de croissants ni de
cheekflashes, le ventre est de la même couleur que le reste du corps. Les yeux sont noirs, les oreilles sont gris
foncé.
Génétique : a/a To/Y (mâle) et a/a To/To (femelle)
Yellow chocolat
Le pelage est brun chocolat, avec une sous-couleur fauve et un ticking marron. Il n'y a pas de croissants ni de
cheekflashes, le ventre est de la même couleur que le reste du corps. Les yeux sont marron foncé, les oreilles
sont brunes.
Génétique : a/a b/b To/Y (mâle) et a/a b/b To/To (femelle)
Smoke pearl
La version yellow du gris foncé. Le pelage est gris crème assez clair jusqu'aux racines. Les croissants et le ventre
sont ivoire. Les cheekflashes sont presque noirs. Les yeux sont noirs, les oreilles gris foncé.
Génétique : dg/dg To/Y (mâles) et dg/dg To/To (femelles)
Yellow rouille (brown eared honey, miel aux oreilles brunes, yellow aux oreilles brunes)
Le pelage est roux doré avec une sous-couleur crème et un léger ticking marron. Les cheekflashes sont marron,
le ventre est ivoire. Les yeux sont marron foncé, les oreilles sont brunes.
Génétique : b/b To/Y (mâle) et b/b To/To (femelle)
Lilac pearl
Le pelage est gris brun assez clair et légèrement rosé, avec un ticking brun léger. Le ventre et les croissant sont
ivoire beige, les cheekflashes sont bruns. Les yeux sont rubis, les oreilles sont couleur chair.
Génétique : dg/dg p/p To/Y (mâle) et dg/dg p/p To/To (femelle)
Silver pearl (silver yellow, yellow gris)
Version argentée du yellow, le pelage du silver pearl est crème doré clair, avec un ticking doré chaud. Le ventre
et les croissants sont crème doré, les cheekflashes sont brun clair. Les yeux sont noirs, les oreilles sont grises.
La version homozygote (Sg/Sg) est encore plus claire et tire vers le blanc.
Génétique : Sg/- To/Y (mâle) et Sg/- To/To (femelle)
Silver pearl black
Le pelage est fauve marron, avec une sous-couleur gris argentée et un ticking marron presque noir. Il n'y a pas
de croissants ni de cheekflashes, le ventre est de la même couleur que le reste du corps. Les yeux sont noirs, les
oreilles gris foncé.
Génétique : a/a Sg/- To/Y (mâle) et a/a Sg/- To/To (femelle)
Honeyblack
Le pelage est roux profond, avec un ticking marron. Il n'y a pas de croissants ni de cheekflashes, le ventre est de
la même couleur que le reste du corps. Les yeux sont rubis, les oreilles sont couleur chair.
Génétique: a/a p/p To/Y (mâle) et a/a p/p To/To (femelle)
Yellow cream
Le pelage est crème, avec un léger ticking marron gris. Il n'y a pas de croissants ni de cheekflashes, le ventre est
de la même couleur que le reste du corps. Les yeux sont noirs, les oreilles grises.
Génétique : e/e To/Y (mâle) et e/e To/To (femelle)
Les marquages
En plus de la couleur, les hamsters peuvent avoir un (ou plusieurs) marquage(s). La plupart des marquages
peuvent entrer en combinaison avec toutes les couleurs (sauf exceptions notées comme telles).
Bande blanche (Banded)
L'animal est parcouru d'une ceinture blanche dont la largeur fait environ 1/3 de la longueur du corps. Le
standard demande une bande nette et bien délimitée, mais beaucoup d'animaux ont une bande discontinue ou
asymétrique. Cependant, un hamster à bande blanche n'a pas de tache blanche sur la tête, contrairement au
dalmatien (auquel il peut parfois ressembler, en dehors de ce trait). Normalement, une ligne de couleur travers
la bande au niveau de la colonne vertébrale. Si cette ligne est absente et que la bande forme une ceinture
parfaite, le marquage est appelé lakenvelder. Le ventre est entièrement blanc.
Génétique : Ba/-
Dalmatien (Dominant Spot)
Le pelage est blanc pur, parsemé de grandes taches de couleur. Le ventre est toujours entièrement blanc, et il y
a toujours au moins une tache sur la tête. Le standard demande une proportion couleur/blanc de 50/50, mais
en général, les animaux sont souvent très colorés avec un peu de blanc et le ventre blanc (ce qui rend
l'identification du gène Ventre blanc impossible sur cette variété).
Génétique : Ds/ds
Dalmatien bande blanche
Combinaison des deux gènes, l'animal est blanc avec des taches sur la tête jusqu'aux épaules, et sur la croupe.
Le ventre est entièrement blanc.
Génétique : Ba/- Ds/ds
Rouan
La mutation rouan et la mutation "ventre blanc" sont en réalité un seul gène, qui agit différemment sur les
couleurs de base crème et sur les autres couleurs. Le pelage rouan est donc blanc, parsemé de poils de couleur
qui forment un aspect marbré. La couleur est surtout concentrée sur le dessus de la tête et les épaules,
l'arrière-train étant souvent beaucoup plus clair.
Note : la version homozygote de ce gène est léthale ou provoque de graves malformations (voir la partie
reproduction).
Génétique : Wh/wh (toujours avec e/e)
Ventre blanc
Même gène que le rouan, il provoque sur les couleurs qui ne sont pas de base crème une autre mutation. Le
ventre est entièrement blanc et le blanc remonte un peu le long des flancs. Le blanc est pur, sans tache de
couleur.
Note : la version homozygote de ce gène est léthale ou provoque de graves malformations (voir la partie
reproduction).
Génétique: Wh/wh (jamais avec e/e)
Dove - noir - rouille
Ecaille de tortue
Il s'agit de la version hétérozygote du gène yellow, sur une femelle uniquement. L'animal est parsemé de
taches jaunes à roux chaud sur tout le corps. Le standard demande de grandes taches bien délimitée, et avec
une proportion couleur/jaune de 50/50, cependant il arrive souvent que l'animal n'ait qu'une ou deux taches
jaunes. Sur les couleurs claires, cela peut se voir peu, voire pas du tout.
Génétique : To/to
Agouti - dove - noir
Tricolore
Le tricolore est l'association de l'écaille de tortue avec un marquage blanc (bande blanche ou dalmatien).
L'animal a donc la couleur d'origine, les taches jaunes et le blanc (il peut donc, en réalité, avoir plus de trois
couleurs s'il est d'une couleur agouti par exemple). Le standard demande une proportion égale des trois
couleur, ce qui est assez peu fréquent. Le dalmatien rendant l'animal assez blanc, il est souvent plus difficile
d'avoir un animal tricolore dalmatien bien marqué.
Génétique : To/to Ba/- ou To/to Ds/ds
Noire - noire - agouti
Dove - chocolat - bleu
Recessive Dappled
Gène presque inexistant en Europe, le tacheté récessif ressemble assez fort au dalmatien bande blanche. Le
pelage est blanc, on retrouve la couleur sur le dessus de la tête (jusqu'à la mâchoire), elle remonte jusque
derrière les oreilles et une ligne blanche descend entre les oreilles jusqu'au front; et sur la croupe la couleur
forme de petites taches.
Génétique : rd/rd
White Sprinkled
Mutation découverte récemment (mais qui semble néanmoins exister depuis des dizaines d'années), le white
sprinkled ne fait effet que sur les couleurs crème (et composées) et sur le yellow (et composés). Sur les autres
couleurs, elle forme ce qui a été appelé le White Below car l'animal possède une tache blanche sur le ventre
assez grande, qui peut parfois remonter sous le menton, mais c'est la seule preuve physique que l'animal
possède le gène. Sur un animal crème ou yellow, le white sprinkled a un effet similaire au rouan, l'animal est
donc parsemé de poils blancs, pour un effet marbré.
Génétique : bs/bs (+ e/e ou T/-)
Polywhite (nominant spot)
Le gène White sprinkled, ajouté au dalmatien, donne un animal dalmatien mais dont les taches sont beaucoup
plus petites, il est donc globalement plus blanc. Avec le gène dalmatien, le white sprinkled affecte toutes les
couleurs de la même façon.
Génétique : bs/bs Ds/ds
Autres mutations
Odd-eyes (yeux dépareillés)
Un hamster peut être odd-eyes sur une couleur basique, mais très souvent, cette mutation apparait avec un
marquage facial (dalmatien). Généralement (mais pas toujours) il s'agit d'un hamster aux yeux rubis, qui a dès
lors un œil rubis et un œil rouge, ou un œil rubis et un œil noir.
Génétique : inconnue
Umbrous
Le gène umbrous cause un ticking assez fort (marron à noir) de tout l'animal, y compris les cheekflashes et le
ventre chez les animaux agouti. La couleur a donc un rendu plus uniforme et moins prononcé, et généralement
plus foncée. L'umbrous a tendance à brunir avec l'âge (comme c'est visible souvent chez les sépias), les
animaux étant noir ou chocolat umbrous brunissent donc plus vite que les animaux non-umbrous.
Génétique : U/-
Agouti - yellow black - gris perle hétérozygote
Extreme Dilute
Mutation très peu répandue, elle est presque introuvable dans le milieu francophone. Comme son nom
l'indique, l'extreme dilute dilue fortement la couleur de l'animal, à l'instar du gris perle homozygote. Un agouti
extreme dilute sera gris avec un ticking noir et une sous-couleur crème, un ventre ivoire, des cheekflashes brun
foncé presque noir et plus de crème sur la tête (le museau est généralement doré). Un noir extreme dilute sera
plutôt gris marron (comme un silver black). En forme hétérozygote (couplé avec un gène DEW - cd/ce) l'effet
sera plus prononcé et donnera une couleur café au lait. Sur les couleurs claires, on obtient un animal presque
blanc, avec la couleur d'origine qui se voit surtout sur le nez.
Génétique : ce/ce
Les types de poils
Poils courts
La variété à poils courts est la variété classique du hamster syrien. Le poil est court, dense et régulier.
Génétique : */*
Angora (poils longs, longhair)
Variété à longs poils, il faut néanmoins faire une différence entre le mâle, dont le poil peut être mi-long à très
long (parfois un poil mi-long avec juste deux traînes à l'arrière), et la femelle dont le poil est régulier et mi-long
(elle a l'air d'une version "nounours" d'un hamster à poils courts). Les jeunes animaux ont généralement le poil
plus long que les plus vieux (il y a évidemment des exceptions).
Génétique : l/l
Satin
Le poil du satin est creux, il reflète donc la lumière et parait dès lors plus brillant. Les animaux satins semblent
plus foncés, la qualité du satin peut fortement varier d'un individu à l'autre. Le ventre est souvent un peu plus
dépilé, ainsi qu'autours des yeux. Le satin affine le poil, l'animal a souvent l'air d'en avoir moins. Le satin peut
être combiné à tous les autres types de poils (angora satin, rex satin, angora rex satin), il est cependant moins
visible sur de l'angora.
Génétique : Sa/- (la plupart des lignées de satin supportent assez mal le gène en homozygote - Sa/Sa, ces
individus ayant généralement des problèmes de peau importants).
Rex
Le poil est implanté verticalement, au lieu d'avoir un "sens du poil". L'animal parait plus "rêche", on voit
directement toutes les couleurs s'il y en a (sous-couleur visible). Généralement, le poil est un peu moins dense,
en particulier sur le ventre et autours des yeux et du museau. Les vibrisses (moustaches) sont bouclées, ou
recourbées vers l'intérieur, voire absentes. Le rex peut-être combiné aux autres types de poils : angora rex
(aussi appelé texel), rex satin, angora rex satin.
Nu
Le hamster nu est très peu répandu, et souvent encore sujet à des problèmes de santé importants. La peau est
lisse, sans poil.
Génétique : hl/hl
Le hamster nain russe - phodopus sungorus
Le hamster nain russe, aussi appelé hamster sibérien, djoungare, dzoungare, est originaire des plaines de
Sibérie, le hamster nain russe est la proie des rapaces, il a donc pour comportement de peur de s’aplatir et
attendre, ce qui en fait un animal peu agressif et plutôt placide. A l’état sauvage, il vit en colonies sur de grands
territoires (ce qui rend la cohabitation dans une cage généralement compliquée et menant à des bagarres).
Il s'agit d'une espèce naine, qui atteint 40 à 50 grammes en moyenne adulte. Ils ont une forme de boule, un
côté un peu "nounours", ce qui en fait souvent l'espèce préférée des enfants. Il existe un grand nombre de
couleurs, plusieurs marquages, et maintenant même divers types de poils, ce qui laisse un choix assez large au
niveau physique.
Un hamster russe vit en moyenne deux ans (généralement moins longtemps que les hamsters syriens). Ils ont
un horaire habituellement moins tardif que les hamsters syriens, certains russes se lèvent même en fin de
journée ou en début de soirée. Ce n'est pas parce qu'il est plus petit qu'il a besoin d'un plus petit habitat, au
contraire c'est un animal très actif et acrobate, qui aime courir et grimper. Ils sont généralement gentils et
faciles à apprivoiser, et peuvent facilement rester tranquille le temps d'un câlin. Demandez toujours conseil à
l’éleveur pour savoir le caractère de chaque individu.
Malgré sa nature de départ grégaire, ils supportent généralement assez mal de vivre à plusieurs dans un espace
réduit, à l'exception d'un couple mâle/femelle (qui ne doivent donc rester ensemble que le temps d'une à deux
portées maximum - cf. partie reproduction). La particularité du russe est son changement de couleur qui doit se
produire normalement en hiver mais qui a souvent lieu à d’autres moments. Il devient alors presque
entièrement blanc. Dans un environnement comme on leur offre à l'heure actuelle (luminosité constante,
chaleur constante) , beaucoup de russes ne font plus de mue.
Note : le hamster russe et le hamster de Campbell se ressemblent beaucoup (voir chapitre suivant), et il faut
savoir que la plupart des hamsters "russes" vendus dans nos animaleries sont des hybrides russes-Campbell.
Mue d'un hamster russe Saphir
Couleurs agouti
Les couleurs agouti sont toujours composées de la même façon : une sous-couleur, une couleur de couverture,
un éventuel ticking (pointe du poil plus foncée), le ventre clair et cette couleur qui remonte sur les flancs en
formant trois arc-de-cercles au-dessus desquels le ticking s'épaissit, et une ligne dorsale qui fait toute la
longueur de l'animal, en s'épaississant seulement au niveau des épaules.
Les mutations suivantes sont des mutations d'origine du hamster russes, et non obtenues avec une hybridation
avec le Campbell.
Agouti (ordinaire, sauvage)
Le pelage est brun foncé, avec une sous-couleur gris foncé et un ticking noir. Le ventre est blanc grisatre, les
arcs sont blancs avec un ticking gris. La ligne dorsale est noire. Les yeux sont noirs, les oreilles sont grises.
Génétique : */*
Saphir (bleu agouti, opal)
Le poil est gris bleu, avec une sous-couleur bleu acier (qui peut parfois être presque blanche, ou plus fauve). Le
ventre est blanc cassé, et les arcs sont blanc cassé avec un ticking léger bleuté. La ligne dorsale est gris bleu. Les
yeux sont noirs, les oreilles sont grises.
Génétique : d/d
Mandarine
Le poil est jaune fauve avec une sous-couleur crème à blanc cassé et un ticking brun. Le ventre et les arcs sont
blanc cassé teintés de gris. La ligne dorsale est brune. Les yeux sont noirs, les oreilles sont grises. Il faut noter
que les mandarines naissent et grandissent en étant orange presque pur, le ticking apparait ensuite fortement,
pour diminuer avec l'âge. Le mandarine réagit extrêmement fort aux gènes portés, ce qui veut dire qu'un
mandarine porteur saphir sera plus bleuté et plus clair, un mandarine porteur noir sera très foncé.
Génétique : Ma/ma
Camel (mandarine bleu, crème)
Association du mandarine et du saphir, le pelage est jaune beige avec une sous-couleur gris clair et un léger
ticking gris bleuté. Le ventre et les arcs sont blanc cassé teintés de gris. La ligne dorsale est gris brun. Les yeux
sont noirs, les oreilles sont grises. Les camel naissent et grandissent couleur crème, puis le ticking apparait
fortement et va finalement en diminuant d'intensité avec l'âge.
Génétique : d/d Ma/ma
Les mutations suivantes ne sont pas d'origine du hamster russes, elles ont été obtenues par hybridation avec le
hamster de Campbell, puis retravaillées pendant des dizaines d'années avec du hamster russe pur, pour revenir
à un type russe. Cependant, il vaut mieux travailler ces mutations en les croisant avec du "pur" (agouti ou saphir
idéalement) car le type peut encore être instable.
Fauve aux yeux rouges (jaune, saumon, argente)
Le poil est jaune orange avec une sous-couleur grise. Le ventre et les arcs sont blanc cassé teintés de bleu. La
ligne dorsale est brune ou bleue, selon les sujets (et les gènes portés). Les yeux sont rubis, les oreilles sont
couleur chair.
Génétique : p/p
Blue fawn
Association du fauve et du saphir, le blue fawn est jaune fauve avec une sous-couleur gris beige et un ticking
gris bleuté. La ligne dorsale est gris clair. Les yeux sont rubis, les oreilles sont couleur chair.
Génétique : d/d p/p
Mandarine aux yeux rouges
Le pelage est jaune orange, sans ticking. Les arcs et le ventre sont blanc cassé. La ligne dorsale est orange. Les
yeux sont rubis, les oreilles sont couleur chair.
Ma/ma p/p
Camel aux yeux rouges
Le poil est beige fauve avec une sous-couleur gris pâle. Le ventre et les arcs sont blanc cassé. La ligne dorsale
est brun orangé. Les yeux sont rubis. Les oreilles sont couleur chair.
Génétique : d/d Ma/ma p/p
Note sur les mandarines : les autres combinaisons n'ont pas été nommées (mandarine + brun, mandarine +
beige, etc) car elles font des couleurs plutôt instables, très pâles, parfois presque blanches. Elles n'ont pas été
particulièrement travaillées.
Brun
Le pelage est beige, avec une sous-couleur grise et un léger ticking marron. Le ventre et les arcs sont blanc
cassé. La ligne dorsale est brune. Les yeux sont rubis très foncé à noirs, les oreilles sont brunes. Il faut noter
que cette mutation est très instable et pose de nombreux problèmes de santé.
Génétique : m/m
Beige( isabelle)
Le pelage est beige, avec une sous-couleur beige gris et une ligne dorsale gris bleu peu visible. Les arcs et le
ventre sont blanc cassé. Les yeux sont noirs (ou rouges très foncé), les oreilles sont brunes. Mutation dérivée
du brun, il faut les nombreux problèmes de santé.
Génétique : d/d m/m
Blond beige (beige aux yeux rouges)
Le poil est jaune clair, avec une sous-couleur gris très clair et une ligne dorsale gris bleu. Les arcs et le ventre
sont blanc cassé. Les yeux sont rubis, les oreilles sont couleur chair. Mutation dérivée du brun, il faut les
nombreux problèmes de santé.
Génétique : d/d m/m p/p
Couleur unies
Les couleurs unies ne possèdent pas le ventre et les arcs clairs, la ligne dorsale est cependant souvent visible
car légèrement plus foncée. Il arrive souvent que l'animal ait des "chaussettes" blanches, une liste blanche sous
le menton et/ou un tache blanche sur le ventre.
Les mutations ci-dessous sont composées à partir du noir, qui a sans doute apparu spontanément dans une
lignée hybride il y a une bonne dizaine d'année. La lignée d'origine étant déjà orientée vers le russe, ces
mutations sont presque pures russes, les problèmes parfois visibles dans les lignées hybrides ne semblent pas se
manifester. Il vaut cependant mieux continuer de les travailler avec du russe pur (agouti, saphir) pour ne pas
appauvrir les couleurs.
Noir
Le pelage est entièrement noir, avec une ligne dorsale d'un noir intense. Les yeux sont noirs, les oreilles sont
gris foncé.
Génétique : a/a
Bleu russe (bleu)
Le pelage est bleu foncé (comme le pelage des chats chartreux), avec une ligne dorsale plus foncée. Les yeux
sont noirs, les oreilles sont grises.
Génétique : a/a d/d
Les mutations suivantes ont été obtenues en travaillant le noir avec des couleurs issues d'hybridation. Même si
elles se stabilisent, il vaut mieux travailler ces mutations en les croisant avec du "pur" (agouti ou saphir
idéalement) car le type peut encore être instable.
Dove
Le pelage est gris brun, avec une ligne dorsale légèrement plus foncée. Les yeux sont rubis, les oreilles sont
couleur chair.
a/a p/p
Chocolat
Le pelage est brun chocolat, avec une ligne dorsale plus foncée. Les yeux sont rubis très foncé à noirs, les
oreilles sont brunes. Mutation dérivée du brun, il faut les nombreux problèmes de santé.
Génétique : a/a m/m
Lilas (lilas yeux noirs, Lilac)
Le pelage est gris beige, avec une ligne dorsale plus foncée. Les yeux sont noirs, les oreilles sont brunes.
Mutation dérivée du brun, il faut les nombreux problèmes de santé.
Génétique : a/a d/d m/m
Lilas aux yeux rouges (RE lilac)
Le pelage est gris moyen, avec une ligne dorsale plus foncée. Les yeux sont rubis, les oreilles sont couleur chair.
Génétique : a/a d/d p/p
Champagne
Le pelage est beige rosé, avec une ligne dorsale plus foncée. Les yeux sont rubis, les oreilles sont couleur chair.
Mutation dérivée du brun, il faut les nombreux problèmes de santé.
Génétique : a/a d/d m/m p/p
BEW (blanc aux yeux noirs)
Le BEW est obtenu de diverses façons, généralement le marquage perle (voir plus loin) avec une combinaison
de couleurs assez claire (camel perle, ou combinaison perle + mandarine + brun + saphir... ), ce qui veut dire
qu'il est rare que l'animal soit blanc parfaitement pur, mais qu'on peut apercevoir parfois des petites taches
beiges ou gris clair. Les yeux sont noirs, les oreilles sont claires (couleur chair, ou brun très clair).
Marquages
Perle
Marquage d'origine du hamster russe, le hamster perle est blanc pur, avec la ligne dorsale visible, selon la
couleur d'origine, et souvent des taches ou des marbrures de couleur. Les arcs sont souvent légèrement
visibles, sauf avec les couleurs trop claires.
Génétique : Pe/pe
Perle agouti et perle fauve yeux rouges
Merle
Mutation spontanée assez récente, qui n'est pas issue de l'hybridation avec du Campbell. Le pelage est
parsemé de taches blanches, principalement derrière les oreilles, et le poil est marbré de blanc.
Génétique : Me/-
Impérial
Mutation naturelle du hamster russe, qui existe même chez les sujets sauvages, l'impérial rend le ventre
entièrement blanc pur au lieu du blanc cassé, sans ticking ni sous-couleur. Il semble qu'en captivité, cette
mutation n'existe plus (il semble en tous cas impossible d'en trouver où que ce soit depuis 2006).
Génétique : Im/im
Umbrous
Il ne s'agit pas d'un marquage à proprement parler. L'umbrous donne un poil plus foncé, en particulier le ventre
et les arcs qui perdent de leur nuance. L'umbrous se voit particulièrement fort sur les pattes et le ventre.
Génétique : U/-
Tacheté
Mutation obtenue à partir d'une hybridation avec le Campbell ruby-eyed mottled. L'animal est blanc, tacheté
de la couleur d'origine. Le ventre est entièrement blanc, et la tête est souvent presque totalement colorée. Il
s'agit d'une mutation létale à l'état homozygote (voir partie génétique).
Génétique : Mi/mi
Piebald (Recessive dappled, tacheté récessif)
Mutation récente apparue aux Etats-Unis et qui n'est pas encore arrivée en Europe. L'animal est blanc, à
l'exception de la ligne dorsale, et parfois quelques marbrures légères.
Génétique : récessif
Brindle / Mosaïque / chimère
On croise de temps en temps un animal bringé, ou tacheté, ou bicolore avec deux nuances qui ne peuvent
normalement pas être présentes en même temps sur l'animal (agouti et fauve yeux rouges, ou blue fawn et
saphir, noir et dove, noir et fauve yeux rouges, ...). Il s'agit de défaut "de copiage" des cellules lors de la
création de l'embryon. Un animal mosaïque est d'une couleur normale, et possède une ou plusieurs taches
d'une autre couleur car la copie des cellules a été enrayée. Généralement, on retrouve un animal fauve yeux
rouges avec une tache noire (on a le même phénomène qui peut se produire avec un hamster syrien crème, qui
a une ou des tache(s) noire(s)). Le mosaïque possède deux ADN différents, car il s'est copié à partir de deux
noyaux de base, au lieu d'un seul. C'est le cas du brindle ou d'animaux qui ont un manteau blanc et coloré avec
des délimitations très nettes (généralement des lignes droites).
Types de poils
Le hamster russe ne possède normalement qu'un seul type de poils, ils sont assez courts et très denses. Une
mutation est cependant apparue récemment et est actuellement (difficilement) travaillée aux Pays-Bas. Il s'agit
du poil ondulé/wavy. La mutation est dominante incomplète, elle est invisible sur les sujets qui ne sont pas
noirs, ou de base noire. Un seul allèle provoque une ondulation des poils à un moment très précis (mue de
bébé, entre 10/12 et 16/18 jours) puis le pelage reprend son lissé original, quoi qu'il arrive parfois qu'il
reboucle par la suite (selon les mues, visiblement). Chez les sujets homozygotes, le poil est bouclé dès la
naissance, et même si au changement de poil, il boucle beaucoup plus, il reste néanmoins ondulé tout le
temps. Le gène fauve yeux rouges semble accentuer l'effet d'ondulation (chez le dove par exemple).
Génétique : dominant incomplet
Le hamster nain de Campbell - phodopus campbelli
Originaire des montagnes Altaï (Russie, Kazakhstan, Mongolie et Chine), le Campbell (ou Campbelli) est la proie
des serpents et autres reptiles. Contrairement au hamster russe, il va plutôt attaquer et fuir pour avoir une
chance de survie, ce qui rend cette espèce plus nerveuse et mordeuse si elle n’est pas bien sélectionnée et
manipulée dès le plus jeune âge.
A l’état sauvage, il vit en colonies qui peuvent être reproduites en captivité dans un environnement adéquat
(grand espace, répétition des points forts comme les gamelles et les roues). Il vaut mieux former le groupe
(unisexe!) quand les animaux sont jeunes (dès le sevrage idéalement). Ajouter un individu au groupe demande
une très bonne connaissance des codes sociaux des animaux, ainsi qu'une surveillance pointilleuse et une
intégration réalisée étape par étape, sinon cela peut se solder par la mort d'un ou de plusieurs des animaux.
Il s'agit d'une espèce naine dont la morphologie est très proche du hamster russe, un proche cousin. Il pèse en
moyenne 40 à 50 grammes. Il existe une multitude de mutations (couleurs, marquages et types de poils).
Contrairement au hamster russe, le Campbell ne mue pas en pelage d'hiver.
Les hamsters de Campbell vivent en moyenne deux ans. Ils ont un horaire moins tardif que les hamsters syrien,
tout comme les hamsters russes, et se lèvent plus facilement en fin de journée ou en début de soirée, parfois
également en début de matinée. Ils ont besoin d'un grand habitat, en particulier pour les individus qui vivent
en groupe. Ils se révèlent gentils et curieux, mais comme précisé plus haut, mieux vaut bien choisir son éleveur,
pour que l'animal ait été manipulé dès la naissance et ne soit pas mordeur.
Note : le hamster russe et le hamster de Campbell se ressemblent beaucoup (voir chapitre suivant), et il faut
savoir que la plupart des hamsters "russes" vendus dans nos animaleries sont des hybrides russes-Campbell.
Couleurs agouti
Les couleurs agouti sont toujours composées de la même façon : une sous-couleur, une couleur de couverture,
un éventuel ticking (pointe du poil plus foncée), le ventre clair et cette couleur qui remonte sur les flancs en
formant trois arc-de-cercles au-dessus desquels le ticking s'épaissit, et une ligne dorsale qui fait toute la
longueur de l'animal.
Agouti (ordinaire, sauvage)
Le pelage est brun foncé, avec une sous-couleur crème et un ticking noir. Le ventre et les arcs sont blanc gris.
La ligne dorsale est noire. Les yeux sont noirs, les oreilles sont grises.
Génétique : */*
Argente yeux noirs (BE argente)
Le poil est brun roux, et la sous-couleur est grise. Le ventre et les arcs sont blanc fauve, la ligne dorsale est
marron orangé. Les yeux sont marron foncé, les oreilles sont brunes.
Génétique : b/b
Argente yeux rouges (RE argente)
Le pelage est roux, avec un sous-poil gris bleuté. Le ventre et les arcs sont blanc bleuté. La ligne dorsale est gris
ardoise. Les yeux sont rubis, les oreilles sont couleur chair.
Génétique : p/p
Opal (bleu agouti, saphir)
Le pelage est gris ardoise bleuté, avec une sous-couleur crème fauve. Le ventre et les arcs sont crème bleuté.
La ligne dorsale est gris moyen. Les yeux sont noirs, les oreilles sont grises.
Génétique : d/d
Gris
Le pelage est gris moyen, avec une sous-couleur gris clair presque blanche. Le ventre et les arcs sont blanc
grisâtre. La ligne dorsale est gris foncé. Les yeux sont noirs, les oreilles sont grises.
Génétique : dg/dg (non officiel)
Blue fawn
Le pelage est gris bleuté, avec une sous-couleur fauve. La ligne dorsale est gris ardoise. Le ventre et les arcs
sont blanc crème. Les yeux sont rubis, les oreilles sont couleur chair.
Génétique : d/d p/p
Lilac fawn
Le pelage est fauve légèrement lilas, avec un sous-poil gris. La ligne dorsale est grise. Les arcs et le ventre sont
blanc crème. Les yeux sont marron foncé, les oreilles sont brunes.
Génétique : b/b d/d
Beige
Le poil est roux fauve, avec une sous-couleur crème. La ligne dorsale est roux marron. Les arcs et le ventre sont
blanc crème. Les yeux sont rubis, les oreilles sont couleur chair.
Génétique : b/b p/p
Blue beige
Le poil est fauve et la sous-couleur est gris bleuté. La ligne dorsale est gris ardoise. Les arcs et le ventre sont
blanc cassé. Les yeux sont rubis, les oreilles sont couleur chair.
Génétique : b/b d/d p/p
Couleur unies :
Les couleurs unies ne possèdent pas le ventre et les arcs clairs, la ligne dorsale est cependant souvent visible
car légèrement plus foncée. Il arrive souvent que l'animal ait des "chaussettes" blanches, une liste blanche sous
le menton et/ou un tache blanche sur le ventre.
Noir
Poil noir aussi intense que possible (on voit généralement encore un peu la ligne dorsale). Les yeux sont noirs,
les oreilles gris foncé.
Génétique : a/a
Chocolat
Couleur marron chaud (souvent avec une ligne dorsale marron foncé). Les yeux sont marron foncé, les oreilles
sont brunes.
Génétique : a/a b/b
Bleu
Le poil est gris ardoise bleuté (avec souvent une ligne dorsale gris foncé). Les yeux sont noirs, les oreilles sont
grises.
Génétique : a/a d/d
Dove
Le poil est gris brun (avec souvent une ligne dorsale marron foncé). Les yeux sont rubis, les oreilles sont couleur
chair.
Génétique : a/a p/p
Albinos (PEW - Pink eyed white, blanc aux yeux rouges)
Le pelage est blanc pur, sans trace de ligne dorsale. Les yeux sont rouges, les oreilles sont couleur chair.
Génétique : c/c
Blanc aux yeux noirs (BEW - black eyed white)
Le pelage est blanc pur, sans trace de ligne dorsale. Les yeux sont noirs, les oreilles sont grises ou couleur chair.
Le BEW est généralement obtenu à partir d'un platinium homozygote (mais il est possible d'avoir d'autres
couleurs claires avec un marquage qui recouvre tout le corps).
Génétique : Pl/Pl (généralement)
Beige foncé (dark beige)
Le pelage est fauve avec une sous-couleur grise. On voit parfois une légère ligne dorsale gris brun. Les yeux
sont rubis, les oreilles sont couleur chair.
Génétique : a/a b/b p/p
Lilas aux yeux noirs (BE lilac)
Le pelage est gris bleuté, un peu lilas, généralement sans trace de ligne dorsale. Les yeux sont noirs, les oreilles
sont grises.
Génétique : a/a b/b d/d
Lilas aux yeux rouges (RE lilac)
Le pelage est gris bleuté, un peu lilas, et qui peut parfois tirer vers le fauve. Les yeux sont rubis, les oreilles sont
couleur chair.
Génétique : a/a d/d p/p
Champagne
Le pelage est fauve rosé. Les yeux sont rubis, les oreilles sont couleur chair.
Génétique : a/a b/b d/d p/p
Variations de couleur
Moscou
Le gène Moscou (présent, mais pas très courant) dilue la couleur de base. La dilution n'est pas très forte, mais
reste constante tout au long de la vie de l'animal (la couleur d'un agouti changera au cours de sa vie, mais pas
celle d'un agouti Moscou). Les yeux noirs deviennent rubis très foncé.
Génétique : mo/mo
Umbrous
Le gène umbrous fonce significativement la couleur d'origine. Cela se voit particulièrement fort sur les couleurs
agouti, dont le ventre et les arcs prennent une teinte plus similaire au dos, moins blanche.
Génétique : u/u
Marquages
Mottled (tacheté)
Le pelage est blanc, avec des larges taches de couleur. Le ventre est toujours blanc. Généralement, la tête est
colorée sur le dessus, et blanche sous les mâchoires. La quantité de couleur peut être très variable d'un
individu à l'autre.
Génétique : Mo/-
Mottled aux yeux rubis (Ruby-eyed mottled)
Simmilaire au mottled classique, sauf que les yeux sont rubis. Le mottled aux yeux rubis pose de graves
problèmes génétique lorsqu'il est homozygote (ils naissent souvent sans yeux, parfois sans dents, et ont une
longévité très courte pour ceux qui survivent).
Génétique : Mi/-
Platinium
Le platinium est un effet "rouan". La pointe du poil est blanche, soit partout, soit à certains endroits du corps
(généralement dans le cou d'abord). La tête reste souvent foncée. Le platinium devient de plus en plus clair au
fil des mues.
Génétique : Pl/pl
Types de poils
Normaux
Le poil normal d'un Campbell est court et dense, un rien plus long cependant que le hamster russe.
Génétique : */*
Satin
Le poil est creux, ce qui reflète la lumière et rend la couleur à la fois plus foncée et brillante. Il est également un
peu plus long que la normale. Le satin donne généralement un aspect un peu "mouillé" à l'animal, sauf lorsque
le poil est vraiment bien dense et bien fourni.
Génétique : sa/sa
Rex
Très peu courante, la variété rex fait onduler le poil et boucler les moustaches. Le poil est souvent plus éparse,
particulièrement quand l'animal est jeune, où il peut être presque nu.
Génétique : rx/rx
Russes, Campbell et hybrides
Hybridation
Les deux seules espèces de hamsters qui sont capables de procréer entre elles sont le hamster russe et le
Campbelli. Un tel croisement peut cependant être fatal pour la femelle (bébés malformés ou trop gros pour
sortir par voie naturelle). De plus, les premières générations seront stériles, ou auront généralement de grosses
complications pour la gestation et la mise-base. Les hybrides, en dehors de caractéristiques physiques
particulières, ont souvent une santé plus fragile, une longévité moins longue, et doivent de préférence vivre
seul, car ils ne connaissent pas les codes sociaux (transmis de manière génétique, différemment selon
l'espèce).
Beaucoup d’éleveurs de gros (fournisseurs d’animaleries) ne connaissent pas l'espèce Campbell et croisent
donc indifféremment les deux ensemble, ce qui fait que beaucoup de hamsters « russes » d’animaleries sont en
réalité des hybrides. Il faut éviter de reproduire ces hamsters hybrides.
Caractéristiques et identification
Nous allons nous attarder sur les détails qui différencient le russe du Campbell, et sur l'identification (parfois
pas facile) des hybrides. Un hybride possède des caractéristiques des deux espèces mélangées. Généralement,
on peut aussi l'identifier par son poil pas très joli, par des replis de peau en trop, des yeux qui restent mi-clos.
Différences russe- Campbell
Le Campbell a une tête qui, vue d’en haut, a une forme triangulaire et le nez assez resserré. Le Russe possède
une tête plutôt ovale et un nez plus large. Le Campbell a des oreilles plus grandes et plus droites que le Russe
qui a les oreilles plus petites et légèrement pliées. Les yeux du Campbell sont plus rapprochés que ceux du
Russe et ils ont un peu proéminents. Les yeux du Russe sont oval et plus écartés, pour avoir une meilleure
vision plus large, là où les campbell ont les yeux sur l’avant pour mieux voir devant eux. De plus, le Campbell
peut facilement plisser des yeux et il ne les ferme pas aussi fort que les Russes en dormant.
Campbell - russe
Le corps du Russe est en « une seule pièce », il a une forme arrondie qui lui donne un air de nounours. Le
Campbell est plus large au niveau des épaules, mais plus fin ensuite, vu d’en haut son corps forme un léger 8.
La ligne dorsale du Campbell est une toute fine ligne, tandis que celle du Russe est bien large. De plus, là où
chez le Campbell la ligne est bien droite tout le long , chez le russe elle s’élargit sur la tête et sur le cou.
La fourrure du russe est plus dense, alors que la fourrure du Campbell est plus ouverte. Les poils du Campbell
sont également plus longs que ceux du Russe. Seuls les hamsters russe peuvent changer de couleur en hivers
pour devenir gris clair à presque complètement blanc. Les trois arcs de cercles du Russe sont bien délimités par
un trait assez foncé, alors que ce n’est pas le cas chez le Campbell. Par contre, ce dernier a une couleur un peu
fauve au niveau de la délimitation. De base, le Russe a une couleur qui tire sur les gris, alors que le Campbell a
une couleur plutôt brun-gris. La queue du Campbell est plus longue que celle du Russe.
Russe - Campbell
L’odeur du Campbell et du Russe est différente. Dans les pièces où ne se trouvent que des Campbell, l’odeur
sera plus comme l’odeur fraiche et parfumée du foin. S’il n’y a que des Russes, ce sera une odeur plus sucrée et
chaude.
Le hamster nain de Roborovski - phodopus roborovskii
Originaire de la Mongolie, de la Russie et du nord de la Chine, il doit son nom au membre d’une expérience
scientifique qui en captura un exemplaire en 1894. A l’état sauvage, il vit en colonies qui peuvent être
reproduites en captivité dans un environnement adéquat (grand espace, répétition des points forts comme les
gamelles et les roues). Il vaut mieux former le groupe (unisexe!) quand les animaux sont jeunes (dès le sevrage
idéalement). Ajouter un individu au groupe demande une très bonne connaissance des codes sociaux des
animaux, ainsi qu'une surveillance pointilleuse et une intégration réalisée étape par étape, sinon cela peut se
solder par la mort d'un ou de plusieurs des animaux.
Le roborovski est le plus petit des hamsters domestiques, avec un poids d'environ 30 grammes. Sa longévité
moyenne est la plus longue chez les hamsters domestiques : 3 ans environ.
Il s'agit d'un animal petit et vif, dont l'apprivoisement peut parfois prendre du temps, et qui, de ce fait, n'est
pas vraiment adapté aux enfants, ni aux gens plus impatients. Il est par contre très amusant à observer, car il
est un acrobate agile et rapide. Il n'est généralement pas mordeur, préférant plutôt la fuite à l'attaque. Il
faudra être encore plus vigilent pour les sorties car il se faufile partout, et choisir un parc bien sécurisé pour
qu'il se dégourdisse les pattes.
Il n'existe actuellement pas beaucoup de mutations, et la plupart des mutations récentes ne sont visibles que
chez les éleveurs qui sélectionnent et importent d'éleveurs étrangers. En animalerie, on retrouve généralement
le classique et le "tête blanche". Le poil du roborovski est légèrement plus long que chez les autres espèces
naines, ce qui laisse beaucoup plus apercevoir la sous-couleur. La plante des pattes est également poilue.
Couleurs et mutations
Agouti (ordinaire, sauvage, classique)
Le pelage est de couleur fauve avec une sous-couleur gris marron foncé. Le ventre est blanc, et le blanc
remonte le long des flancs en formant trois arcs-de-cercles, et remonte également au niveau inférieur du
museau. Il y a un rond blanc (sourcil) au-dessus de chaque oeil. Les oreilles sont gris brun à l'extérieur, et
couleur chair à l'intérieur. Les yeux sont noirs.
Génétique : */*
Cannelle (cinnamon, crème, cream, rust)
La toute première mutation de couleur chez le roborovski, elle est apparue récemment (2010) et est encore
peu travaillée. L'animal naît avec des yeux rubis, qui foncent et deviennent presque noirs à l'âge adulte. Le
pelage est une version diluée de l'agouti, avec une couleur sable crème, et une sous-couleur grise. Les oreilles
sont fauve à l'extérieur, couleur chair à l'intérieur.
Génétique : récessif
Tête blanche (white face, husky)
Le poil est d'une couleur connue, la face est entièrement blanche jusqu'au-dessus des yeux, qui relie
directement le blanc des arcs. Il existe deux gènes différents qui codent cette variante : le tête blanche
classique (Dominant White Face) est dominant, et probablement létal à l'état homozygote. La couleur d'origine
reste bien vive; et le husky (Recessive White Face) qui est une mutation récessive et qui décolore légèrement la
couleur d'origine. Un agouti porteur husky est souvent plus clair au niveau de la tête.
Tête blanche - jeunes Husky
Platinium (Isabelle)
L'animal semble tête blanche quand il est jeune, mais il décolore ensuite progressivement depuis les flancs
(comme un effet rouan). La couleur devient de plus en plus claire.
Génétique : un gène tête blanche dominant, et un seul allèle du gène husky
Blanc aux yeux noirs (BEW)
L'animal est complètement blanc de naissance (il reste parfois quelques traces du sous-poil gris pendant
quelques semaines). Les yeux sont noirs.
Génétique : le gène tête blanche dominant + le gène husky (deux allèles)
Mottled (tacheté, pied, bont)
Mutation également plutôt récente, les informations à ce sujet arrivent au compte-goutte, selon le travail des
éleveurs. Le manteau est blanc, tacheté de la couleur d'origine (généralement des taches assez larges). Le plus
souvent, la tête est blanche, mais il arrive parfois qu'il y ait une tache de couleur. Le ventre est toujours blanc,
ainsi que les arcs. Le mottled ayant tendance à éclaircir les yeux (surtout lorsque le blanc englobe l'œil), les
cannelle mottled ont les yeux généralement rouge rubis.
Génétique : il existe deux gènes qui codent le mottled, l'un est dominant, l'autre est récessif.
Snowbear (étoilé)
Le manteau est blanc, avec seulement une tache de couleur sur le front (généralement de la couleur du souspoil, grise donc). Le reste du corps est parfaitement blanc.
Génétique : mottled dominant + mottled récessif
Le hamster nain chinois - cricetulus griseus
Le hamster chinois est originaire du nord de la Chine et de la Mongolie. Il ne fait pas partie de la même famille
que les autres hamsters nains, mais de la famille des hamsters à queue courte. Bien que présent à l'état
domestique depuis longtemps, il n'est pas très répandu, probablement à cause d'une reproduction souvent
difficile.
Physiquement, c'est un hamster qui se rapproche un peu de la souris : plus allongé, avec une queue courte
(mais plus longue que celle des autres hamsters), il est très agile et grimpe facilement le long des branches (et
des doigts). Le dimorphisme sexuel est très marqué, les testicules des mâles faisant en moyenne un tiers de la
longueur du corps.
Il est plus grand que les autres espèces nains, mais cependant plus petit que le syrien, avec un poids de 80
grammes environ. Sa longévité se situe en moyenne à deux ans.
Comme chez les syriens, on peut voir une palette de caractères très différents les uns des autres : certains sont
craintifs, voire mordeurs, d'autres sont très proches de l'homme. Comme pour toutes les espèces, cela dépend
principalement de la façon dont on les a élevés, et du caractère des parents. Il n'existe qu'une seule couleur,
avec quelques variations de marquages, et un seul type de poil.
Mutations
Agouti (ordinaire, classique, sauvage)
Seule couleur existante, l'agouti a un poil brun fauve, avec une sous-couleur grise et un ticking marron foncé.
Une ligne dorsale presque noire démarre entre les deux yeux et suit la colonne vertébrale jusqu'à la queue. Le
ventre est blanc avec une sous-couleur grise, et la délimitation des couleurs de couverture et du ventre doit
être une belle ligne droite. Les yeux sont noirs, les oreilles sont grises.
Génétique : */*
Dalmatien (Dominant spot)
L'animal est blanc, la ligne dorsale est visible et puis la couleur s'efface vers les flancs, soit avec un aspect
rouanné, soit en formant quelques taches.
Génétique : Ds/ds
Blanc aux yeux noirs (BEW)
L'animal est entièrement blanc pur, avec les yeux noirs. Il ne doit pas y avoir de taches de couleur.
Génétique : Ds/Ds
Autres mutations récentes
Il existe encore quelques mutations très récentes et actuellement travaillées, comme une autre forme de BEW,
un tacheté avec des taches plus délimitées, ou encore le striped (blanc avec uniquement la ligne dorsale
colorée). La génétique de ces mutations, leur stabilité et les problèmes éventuels liés ne sont pas encore
vraiment connus.
Références et remerciements
Je tiens particulièrement à remercier Mr. Martin Braak pour sa patience, ses explications et le prêt de ses
magnifiques photographies. Je vous invite à visiter son site, très complet : http://www.dwerghamster.nl. Même
s'il est en néerlandais, les traducteurs en ligne font des miracles de nos jours.
Un grand merci également à Melle. Katheleen Lemaire pour ses superbes photographies. N'hésitez pas à lui
commander une séance photo de vos animaux : http://www.dfm-mousery.com.
Merci à Leijonas Hamstery pour les photos de syrien lilas, beige et lilac pearl.
Je me dois d'adresse des remerciements aux éleveurs que j'ai contactés en démarrant mon élevage, et qui ont
certainement du en avoir marre de mes nombreuses questions de néophyte... Ils sont aussi souvent derrière
des sites ou des forum qui permettent d'avancer dans la connaissance des hamsters: Linda Price, Melissa
Chamberlain, David Baglin; et tous les éleveurs avec qui je travaille régulièrement.
Merci à ma famille proche, qui comprend (ou essaie de comprendre) ma passion, et me laisse la vivre. Merci à
mes amis que je saoule avec des termes compliqués. Et enfin, merci à Pamela pour son soutient, et sa
motivation, qui m'ont permis de terminer cette deuxième version!
Voici quelques liens intéressants
Mon élevage de hamsters : http://noshamsters.be/stardust.
En 2010, j'ai créé une association (ASBL de loi belge) qui regroupe les amateurs et les éleveurs de rongeurs
autours d'un but : promouvoir les bonnes informations, et améliorer les espèces domestiques, via les shows
notamment. Retrouvez l'A.F.A.R. ici : http://afar-asbl.net.
The River Road Hamstery : ancienne éleveuse, elle a un site bien fait et très complet sur la génétique. Le site
n'est malheureusement plus en ligne, mais des copies ont été faites, notamment ici :
https://web.archive.org/web/20120621024503/http://home.comcast.net/~cricetus/genetics.htm.
AAA Hamsters : site d'une autre éleveuse, avec également de bons articles sur la génétique :
http://www.aaahamsters.org.
National Hamster Council : fédération officielle des hamsters du Royaume-Uni (standards en ligne,
notamment) : http://www.hamsters-uk.org.
Me contacter
N'hésitez pas à me contacter pour toute question qui
(http://noshamsters.be/hamsteropedia) : [email protected]
n'est
pas
traitée
sur
mon
site