L`élevage charolais au fil des saisons

Commentaires

Transcription

L`élevage charolais au fil des saisons
L’élevage charolais
Au fil des saisons…
L’hiver : la saison des vêlages
La saison préférée d’Arnaud est l’hiver. Toutes les vaches sont rentrées et c’est le
moment des vêlages. La journée débute toujours par le pansage. Arnaud se lève à 7h. Il
commence par aller voir si les petits veaux sont en bonne santé. Puis il donne à manger
aux 140 vaches. Elles se nourrissent principalement de foin, d’ensilage d’herbe et de
céréales. Pendant que les vaches mangent, Arnaud s’occupe des veaux. L’après-midi,
le jeune éleveur termine le pansage et il consacre le reste de son temps à la tonte des
bovins. Le soir, Arnaud retourne une dernière fois voir les petits veaux puis il paille
toutes les bêtes.
La nuit, Arnaud et son père se relayent pour surveiller les vaches prêtes à vêler. Pour
éviter de se lever, ils disposent d’une caméra qui leur permet de surveiller les bêtes
depuis leur télévision.
Le printemps : le pâturage et les foins
Le printemps débute par le lâcher des
animaux. Cela représente beaucoup de travail
car il faut charger les quelque 450 bêtes dans
une bétaillère et les conduire dans les
différentes parcelles de l’exploitation. L’autre
pointe de travail correspond aux récoltes de
fourrages en juin. En général, Arnaud part
faucher vers 6 heures du matin jusqu’à midi.
Pendant ce temps, son père donne à manger
aux animaux à l’engraissement et fait la
tournée des bêtes au pré. L’après-midi,
Arnaud fane le foin pendant que son père
commence à le mettre en andain. Puis Arnaud
part presser jusqu’au soir. Il peut ainsi rentrer
les bottes de foin.
L’automne : la saison des concours
Au début de l’automne, a lieu le sevrage des veaux. Cela
consiste à séparer les veaux de leurs mères qui ne peuvent
plus donner de lait. C’est à cette période aussi que
commence la préparation des animaux pour les concours.
Dès l’été, les taureaux reçoivent tous les matins une ration
plus importante afin de les faire grossir un peu. A partir du 15
septembre, ils sont rentrés tous les jours pour être brossés.
En octobre, ils sont lavés régulièrement jusqu’au jour du
concours. Trois semaines avant le concours, Arnaud
apprend progressivement à ses taureaux à marcher au licol.
Il commence aussi à les habituer à la foule.

Documents pareils