lexique symbolique

Commentaires

Transcription

lexique symbolique
LEXIQUE SYMBOLIQUE
croix
Ce symbole est ancien ; on le retrouve dans les
civilisations sumériennes, hittites… A l’ère pré chrétienne,
les criminels étaient exécutés sur une croix. C’était
alors un signe d’opprobre et de honte. Pour les disciples
du Christ, la croix fut considérée après sa crucifixion
comme le signe sacré de son sang, le signe de la victoire
sur le péché et la mort par sa résurrection.
croix
au cœur
Amour et charité (pris comme insigne par les
combattants de la Chouannerie, dans le sens :
amour de la Religion).
croix
basque
Probablement signe solaire comme la Svastika –
figure sur les stèles à disque des tombes basques
– même récentes – mais doit être aussi ancien que
le peuple basque, dont l’histoire ancienne et l’origine
posent problème. Actuellement c’est le signe identitaire
du Peuple Basque.
croix
celtique
Longue : référence aux « high crosses »
qui étaient dressées dans les monastères irlandais.
Courte : rappel des stèles tombales.
croix
d’Égypte
Signe égyptien signifiant la vie.
Repris par les chrétiens d’Egypte au IV° siècle.
Il était mis dans la main des morts.
Se compose d’un « TAU » surmonté d’une bride.
(ou croix de vie)
croix de
Camargue
Cette croix pattée du trident des manadiers combine
les symboles des vertus théologales : la croix (la foi),
le cœur (la charité), l’ancre (l’espérance).
1
croix de
Jérusalem
Portée par les participants aux croisades vers Jérusalem,
et par les pèlerins qui y avaient suivi le Chemin de
Croix. C’est une croix grecque potencée, avec quatre
branches supplémentaires agencées en carré dont les
coins forment croix autour de la croix principale.
Les cinq plaies du Christ en croix sont ainsi représentées.
croix
de Malte
Emblème de l’ordre des hospitaliers de saint Jean de
Jérusalem, reconnu par le pape en 1113, avant d’être
celui des chevaliers de l’ordre de Malte, où s’installèrent
les hospitaliers en 1530.
croix
fleurdelisée
Croix pattée aux lys.
Souvent portée sur le costume traditionnel.
croix
grecque
Dotée de branches de longueur égale,
c’est la forme fondamentale de la croix chrétienne.
croix
huguenote
Les premières sont des croix de Malte fleurdelisées,
avec colombe suspendue. Une variante remplace la
colombe par une larme, symbole des pleurs versés sur
la révocation de l’Edit de Nantes, ou représentation
de la fiole contenant l’huile du sacre des rois de France,
symbole de l’attachement des protestants au Roi,
malgré les persécutions.
croix
jeannette
Type de bijou traditionnellement porté en de
nombreuses régions (dont la Bretagne, la Normandie,
la Savoie, la Provence…).
croix
latine
Appelée aussi croix de la Passion, sa branche inférieure
est allongée.
2
croix
occitane
La croix du Languedoc, croix de Toulouse ou encore
croix occitane, est un croix grecque, à branches égales
rectilignes, cléchée (ses extrémités sont en forme
d’anneaux de clefs), dont les extrémités des branches
sont triples bouletées et perlées. Croix aux douze points,
ceux-ci peuvent figurer les 12 maisons du zodiaque,
ou le Christ crucifié entouré de ses douze apôtres.
croix
orthodoxe
Croix latine dont la poutre horizontale est doublée
d’une petite poutre. La poutre longitudinale est doublée
de la stylisation d’un repose pied, sur lequel dans les
représentations du haut moyen âge, les pieds du Christ
étaient cloués. Croix « bâton » seule dans sa forme la
plus simple, sur fond de croix tréflée avec des inscriptions
cyrilliques dans sa version plus élaborée.
croix
scoute
Croix grecque potencée, variante de la croix de
Jérusalem, choisie comme emblème par le scoutisme.
croix
tréflée
Croix latine dont les branches finissent en feuille de
trèfle.
crucifix
Représentation du christ en croix.
dizainier
Anneau surmonté d’une croix et portant dix sailllies
utilisées à l’instar des grains d’un chapelet pour prier
par dizaines.
entrelacs
Ils dérivent probablement de l’art du Vannier, du
tisserand, du cordier et se transposent dans la sculpture
du bois ou de la pierre (ou dans l’orfèvrerie).
Les entrelacs romans, irlandais sont bâtis sur des
trames géométriques faites au compas – souvent très
compliquées en apparence, mais toujours géométriques.
3
fleur de lis
Symbole de la pureté, associé à la Vierge Marie.
Emblème des rois de France, également de la ville de
Florence. Elle indiquait le nord sur les cartes, à ce titre,
symbole scout (éclaireur).
la colombe
Depuis l’Antiquité, représente l’amour et la constance.
Symbole de bonnes nouvelles et de paix (colombe de
l’arche de Noé). Symbole chrétien du Saint-Esprit.
le cœur
Symbole de l’amour, tant sacré que profane.
Le cœur de costume, souvent porté sur un ruban
et complété d’une croix, est un bijou fréquemment
associé aux costumes traditionnels régionaux.
hermine
Petit mustélidé dont la fourrure d’hiver est blanche,
seule la pointe de la queue reste noire. Sa peau,
utilisée dans les parures au Moyen Age, a été stylisée
dans l’art des blasons, l’Héraldique. Symbole de la
pureté sa devise est « plutôt la mort que la souillure ».
Elle est un emblême de la Bretagne.
triskel
Probablement signe solaire : marche du soleil qui
tourne dans le ciel. Cerclé, il est associé à la roue,
elle-même signe solaire. Certains pensent que le triskel
représente les trois éléments nécessaires à la vie : la
terre, l’eau et le feu.
A Newgrange (comté de Meath en Eire), un grand
triskel figure sur la porte d’un monument funéraire de
4000 ans environ avant Jésus-Christ, orienté sur le lever
du soleil à l’équinoxe d’hiver.
4

Documents pareils