INTERVIEW D`UN POMPIER 1. Bonjour, comment vous appelez

Commentaires

Transcription

INTERVIEW D`UN POMPIER 1. Bonjour, comment vous appelez
INTERVIEW D'UN POMPIER
1. Bonjour, comment vous appelez-vous? Je m'appelle Olivier Thorigné
2. Quel métier exercez-vous?
Je suis sapeur-pompier professionnel.
3. En quoi consiste votre métier ?
C'est un métier d'urgence : secours à
victime, protection des biens et de
l'environnement, risques d'incendie. Ce
sont les 3 grandes catégories qu'on
retrouve chez les sapeurs-pompiers au
niveau des interventions.
4. Quelles études faut-il faire pour devenir pompier ?
Pour devenir pompier, il faut passer un concours. C'est un concours
national ouvert aux titulaires d'un diplôme de niveau V (CAP, BEP) mais
l'idéal c'est d'avoir le Bac si on veut progresser dans la hiérarchie chez les
sapeurs-pompiers.
5. Quelles sont les risques de ce métier?
Ils sont présents sur toutes les interventions : incendie, explosions,
défaillances du matériel. Les risques sont très variés et inhérents à chaque
domaine. Pour ma part je suis plongeur, le risque majeur serait de rester
bloqué au fond ou subir un accident de décompression.
6. Quels sont les avantages et les inconvénients de ce métier?
Les avantages, il y en a plein : le prestige de l'uniforme, le lien avec la
population, la satisfaction de se rendre utile... Les inconvénients ce serait
par exemple se lever à 3h du matin pour une intervention, faire des nuits
blanches... Mais on en fait vite abstraction car quand on fait ce métier c'est
qu'on l'aime et qu'on a choisi d'aider les personnes quelques soient les
conditions de travail.
7. Quelles qualités faut-il avoir pour faire ce métier?
Les qualités majeures : être patient, sportif et rester motivé.
8. Comment êtes-vous prévenu pour les accidents et les incendies?
Pour Le Blanc, quand vous faites le 18 votre appel est réceptionné par le
CTA/CODIS situé à l'état-major des sapeurs-pompiers de l'Indre à
Montierchaume. C'est un centre d'appel qui réceptionne tous les appels
« 18 » du département. Puis par un système informatique ils vont saisir
l'adresse de l'intervention et, suivant cette adresse, c'est tel ou tel centre de
secours qui va partir sur l'intervention. En plus de l'adresse, seront alors
saisis le motif de l'intervention et le camion qui partira. A partir de là notre
bip va sonner et on a 7 à 10 minutes pour intervenir.
9. Combien de pompiers volontaires et pompiers professionnels y a-t-il
dans votre centre de secours?
Au Blanc il y a entre 40 et 45 pompiers volontaires dont 3 infirmières et 2
médecins et 7 pompiers professionnels.
10. Que doit-on faire pour être pompier volontaire?
Pour être pompier volontaire il faut avoir l'âge minimum de 16 ans, après il
y a une lettre de motivation à écrire au chef du centre de secours et un
entretien à passer. Une commission se réunit pour décider du recrutement.
La formation initiale dure soit une semaine complète soit 5 samedis
d'affilée.
11. Combien d'heures font les pompiers volontaires ?
Il n'y a pas de quotas d'heures. Ils font des astreintes à la semaine, du
vendredi soir au vendredi suivant. Au Blanc, il y a 4 équipes de volontaires
(8 à 9 pompiers) et toutes les 4 semaines ils ont une astreinte.
12. Combien d'heures font les pompiers professionnels ?
Au Blanc on travaille en service « bureau » : 8h-12h et 13h30-17h30. En
plus on a des astreintes la nuit. Sur un mois il faut compter une semaine
d'astreinte plus un week-end.
13. Quel grade avez-vous ?
Je suis sergent-chef. Les 1ers grades sont : sapeur de 2ème classe, sapeur de
1ère classe, caporal et caporal-chef. Ensuite ce sont les sous-officiers avec
sergent, sergent-chef, adjudant et adjudant-chef. Pour la filière officiers, tu
repars 1 an en école pour un métier plus administratif et où tu peux
atteindre les grades de lieutenant, capitaine, commandant et colonel.
Questions pêle-mêle :
• Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?
A l'âge de 18 ans, je devais faire mon service militaire. Je voulais le faire
dans un corps dit utile, c'est pourquoi j'ai choisi les sapeurs-pompiers de
Paris. Cela m'a tellement plu que j'y suis resté 16 ans. Et je suis au Blanc
depuis 5 ans.
• Que se passe-t-il quand la sirène se déclenche ?
Quand on la déclenche, ça veut dire qu'auparavant tous les bips des
pompiers ont sonné et qu'il manque toujours du monde.
• Est-ce qu'il y a des filles pompiers ?
Oui bien-sûr. Il n'y a pas de quotas. La formation est la même pour les
garçons et les filles.
• Quels véhicules avez-vous au centre du Blanc ?
Pour les secours à la victime, on a 2 ambulances et un véhicule de secours
routier pour les accidents de la route. Pour les incendies, on a 2 fourgons,
une grande échelle de 30 m, un porteur d'eau avec 15 000 litres et un autre
camion qui nous permet de faire des établissements sur 2 km (pour
acheminer l'eau par des tuyaux sur plusieurs km).
• Quelles sont les interventions les plus fréquentes ?
70 % des interventions sont du secours à victime.
10-15% pour les incendies et le reste en opérations diverses (nids de
guêpes, fuites d'eau...)
• Y a-t-il une section de JSP (Jeunes Sapeurs-pompiers) au Blanc ?
Oui. Ça commence dès l'âge de 13 ans. Il faut être très motivé car c'est une
formation qui dure 4 ans et se déroule les samedis.
• Avez-vous eu des médailles ?
Oui, j'ai eu une médaille pour acte de courage et dévouement à Paris et
après des médailles sportives et 3 médailles au niveau de la défense
nationale.
• Quelles interventions faites-vous en tant que plongeur ?
Ici on est 7 plongeurs sur le département : 6 à Châteauroux et moi au
Blanc. On intervient sur les risques de noyade dans les cours d'eau, que ce
soit la Creuse ou les lacs comme à Eguzon. On fait des recherches de
corps, les suicides, les voitures qui sont tombées à l'eau, les recherches
d'objets.
Interview réalisée par Jimmy le 20/03/2013

Documents pareils