Entretien avec Kévin Finel

Commentaires

Transcription

Entretien avec Kévin Finel
ENTRETIEN AVEC
KEVIN FINEL
Octobre 2014
Svelte et élégant, Kévin Finel n'en est pas moins l'Obélix de l'hypnose !
Tombé dans la marmite de l'hypnose à l'âge de douze ans (!), sa passion pour cette discipline n'a
cessé de grandir. Après avoir suivi diverses formations, il cofonde en 2002 (il avait alors 19 ans)
l'ARCHE1 (Académie de Recherche et de Connaissance en Hypnose Ericksonienne), devenue
depuis une référence internationale. Hypno-praticien, formateur, conférencier et auteur de
nombreux ouvrages, Kévin Finel était à Montreux en automne 2014 pour un premier cabinet public
d'hypnose en Suisse.
Kevin, qu'est-ce qu'un cabinet d'hypnose et comment vous en est venue l'idée ?
En fait, j'ai proposé longtemps des conférences sur l'hypnose afin que le public s'y intéresse, s'y
familiarise et la comprenne mieux. Mais je me suis rendu compte qu'une conférence reste trop
théorique et que l'hypnose est quelque chose qui doit se vivre pour être compris et apprivoisé.
J'ai donc décidé de faire des démonstrations publiques, accompagnées d'explications : Je commence
en général par expliquer comment nous créons notre réalité à partir de nos cinq sens et des
représentations internes que construit notre cerveau ; je parle des différentes parties de nousmêmes : l'inconscient, la conscience, les émotions, le corps, et le les liens entre tout cela. J'explique
ensuite en quoi l'hypnose, l'état de transe, est un état naturel et en quoi cet état nous rend plus
réceptif aux suggestions. Ces dernières sont utilisées par tout praticien en hypnose pour tout état qui
était bloqué jusque-là. J'explique aussi en quoi il s'agit d'une technique, et qu'une technique cela
s'apprend. Tout cela est accompagné de deux ou trois démonstrations avec des personnes du public
intéressées à expérimenter cet état par rapport à une problématique ou un but qu'ils ont à ce
moment-là.
Au-delà des querelles actuelles autour de l'hypnose, il semble en effet important de développer
et de mettre en avant sa dimension pédagogique : Apprendre aux gens, enseignants, médecins,
psychothérapeutes, et autres corps de métier, à l'utiliser pour eux-mêmes et avec leurs élèves,
clients, patients, etc.
Absolument ! Pratiquer l'hypnose – et encore plus l'autohypnose -, permet de partir de soi pour
devenir encore plus soi-même.
C'est un formidable outil de liberté, à disposition de tous ceux qui se donnent les moyens de
l'apprendre, car elle permet d'aller à l'essentiel : Découvrir le point d'assemblage qu'il y a entre les
différentes parties de nous-mêmes afin d'être plus cohérents, et, d'une certaine façon, plus heureux.
Pour moi l’hypnose n’est pas une thérapie, mais un outil pédagogique.
Ce n'est pas, semble-t-il, le but poursuivi par l'hypnose de spectacle qui, contrairement aux
suggestions des hypno-praticiens visant à un mieux-être de la personne hypnotisée, les
suggestions d'hypnose de spectacles visent, elles, à amuser aux dépens de...
Michel Kerouac2, rencontré cet été, propose de développer notre autorité intérieure afin que
dans la rue (Street hypnose) ou dans un spectacle d'hypnose, nous soyons à même de réagir
d'une façon qui respecte notre intégrité, qu'en pensez-vous ?
Je pense qu'il a tout à fait raison et qu'il s'agit aussi d'être conscient de tout ce qui relève de la
séduction : Qu'est-ce qui nous séduit chez l'hypnotiseur qui nous fait des suggestions ? En quoi ces
suggestions sont-elles séduisantes ? Et quel est notre rapport à la séduction en général ? A l'Arche,
1
http://www.arche-hypnose.com
2
http://www.ericksonquebec.org
nous proposons un séminaire intitulé « Self défense mentale » afin que les gens apprennent la
contre-manipulation : Quels sont les mécanismes utilisés pour nous séduire ? Comment et pourquoi
fonctionnent-ils ? Qu'il s'agisse de marketing, d'hypnose, de publicité, de vente, etc., des
mécanismes de séduction nous font réagir au niveau neuronal et inconscient la plupart du temps. Il
est important non seulement d'en être conscient mais aussi de savoir comment se protéger des
manipulations qui ne nous respectent pas.
Dans l'idéal, l'état de transe peut permettre au « moi », tel que nommé en psychanalyse, de se
(re)trouver, d'être une conscience qui se retrouve, et qui approfondit ainsi son libre-arbitre et son
intégrité ; à mon sens, c'est le véritable but de l'hypnose.
Il est donc important de choisir une bonne formation en hypnose ou un bon hypno-praticien,
qu'il soit médecin, psychologue, coach, etc. ; quels sont les pistes et écueils ?
Les certifications en hypnose n'étant pas réglementées, le métier non plus, il est difficile de
comparer les formations ; ces dernières sont d'ailleurs de qualité très variable, tant au niveau
national qu'international ; certains diplômes sont acquis en cinq jours alors que d'autres le sont en
cinquante jours ou plus... Il est difficile de s'y retrouver pour le public.
Il existe en France des D.U. (Diplôme Universitaire) d'hypnose médicale, mais qui sont avant tout
des formations théoriques et non pratiques.
Le plus simple à mon sens est de comparer les différentes formations ainsi que la renommée des
écoles qui les proposent.
De plus, l'hypnose étant un outil et pas une fin en soi (sauf peut-être en ce qui concerne l'hypnose de
rue, et encore tout dépend de qui la pratique et de quelle façon), le but de l'étudiant en hypnose est
tout aussi important : Dans quel cadre va-t-il pratiquer : médical, social, pédagogique, en
accompagnement ? Quelle connaissances nécessite-t-il de développer ?
Un anesthésiste, un dentiste, un urgentiste n'utilisera pas les mêmes procédés qu'un coach, un
thérapeute ou un enseignant.
Il est donc important non seulement d'acquérir des bases solides en hypnose mais aussi de savoir
pourquoi on l'apprend et dans quel contexte on va l'utiliser.
Concernant le choix d'un praticien, sa renommée et le bouche-à-oreille sont, à mon sens, les
meilleurs garants des compétences, éthique et déontologie de celui-ci.
Et que pensez-vous de ce que l'on appelle les niveaux de transe, et qui, selon certains,
varieraient en intensité, allant d'une transe légère – dans laquelle la personne ne réalise pas
qu'elle est en transe - jusqu'à une transe très profonde, dans laquelle la personne peut se
retrouver dans une sorte de coma ou de somnambulisme ?
Jusqu'à ce jour, personne n'a pu prouver qu'il existe bien une hiérarchie de niveaux de transe. Tout
cela reste subjectif car dépendant des critères d’observation.
Pour ma part, je pense qu'il est plus important de se demander – en tant que praticien – quel est le
but que l'on désire atteindre : Pour certains clients ou certaines problématiques, l’hypnose offre une
large palette d’outil que l’on adapte à chaque cas. Une régression peut être facilitée par la création
d’hallucinations, une dissociation le sera par un phénomène de type « lévitation de main ». Mais on
peut avoir des hallucinations dans un état léger, et avoir du mal à obtenir une simple lévitation de
main dans un état profond… il n’y a pas de règle avec les états de conscience ! La question de la
profondeur est alors secondaire, l’important étant de créer l’état adapté au travail à effectuer.
Les transes collectives – positives et négatives - ont existé de tous temps, qu'en pensez-vous ?
Elles ont effectivement toujours existé que ce soit – à ma connaissance – à travers toutes les
civilisations. Et au fond, nous cherchons ces états à travers tout ce que l’on nomme divertissement
dans notre monde moderne : lecture, cinéma, théâtre, musique… Je pense qu’instinctivement nous
sentons tous que cet état nous est utile et peut-être même indispensable.
L’état de transe est naturel à l'être humain : A nous – hypno-praticiens – d’apprendre aux gens
comment utiliser cette technique pour leur propre bien, afin qu'ils sachent le reconnaître, pour
choisir d'y participer, ou pas.
L'Arche est à l’origine de la belle initiative des Hypnos du coeur3 qui agissent dans la région
parisienne, offrant gratuitement leurs services à ceux qui sont en difficulté et sans moyens,
tout en les accompagnant jusqu'à ce qu'un réel changement survienne chez eux. Ne pourraiton faire pareil avec les enfants et adolescents en rupture scolaire, avec les jeunes délinquants,
les jeunes des cités, etc. ?
Oui, bien sûr ! L’ARCHE propose d'ailleurs aux éducateurs de rue un complément de formation en
hypnose, particulièrement en hypnose conversationnelle.
Tout comme nous le faisons également avec des négociateurs qui ont à faire face à des situations de
tension et de fermeture.
Nous sommes à nouveau dans la dimension pédagogique de l'hypnose et dans le fait qu'étant un
outil, un moyen, elle peut être utilisée dans tous les domaines en leur apportant un plus non
négligeable.
Grâce à la technologie (IRM, etc.) qui a été développée, les neurosciences nous permettent
d'observer l'activité du cerveau en direct, tout comme la découverte des neurones-miroir nous
permet de mieux comprendre l'impact des suggestions et des métaphores proposées par les
hypno-praticiens...
Je dirais que l'hypnose est la mise en pratique des neurosciences : Ces dernières nous montrent
comment nous fonctionnons, et l’hypnose permet d’agir sur ces fonctionnements.
Par exemple, notre cerveau prend une décision jusqu’à quelques secondes avant que nous ne la
prenions… alors que nous croyons prendre cette décision en pleine conscience et avec notre librearbitre ! Ça donne à réfléchir ! Et surtout on en déduit que l’action consciente est trop lente… nous
pouvons par contre aller à la rencontre de nos processus de décision inconscients, sous hypnose.
Par-ailleurs, il est intéressant d'observer que c'est grâce à ce que nous démontrent les neurosciences
qu'il nous est possible de lier l'hypnose – ou l'état de transe – à une plus grande conscience. Notion
bien éloignée de la vision d'un Charcot de naguère ou de l'hypnose de spectacle actuelle qui prône la
perte de conscience…
Kevin Finel, finalement… L'hypnose serait-elle la seule passion qui vous anime ?
Non, bien sûr que non ! L'hypnose, en tant que moyen, me donne accès à une plus grande liberté :
J'ai donc beaucoup de passions et de centres d'intérêt car finalement, tout ce qui est plaisir peut
aussi être lié à l'hypnose, qu'il s'agisse de théâtre, de danse, d'une partie d'échecs ou de quoi que ce
soit d'autre !
Propos recueillis par Cécile Wyler Roulet
Enseignante en hypnose et PNL
MentoringCoach, Lausanne
www.sigmasolutions.me
Tous droits réservés
3
http://www.hypnosducoeur.com/

Documents pareils

Programme « Hypnose en Chirurgie Dentaire

Programme « Hypnose en Chirurgie Dentaire Organisme de formation enregistré sous le N° 52 85 014 885 auprès du préfet de la Région des Pays de Loire – Ce numéro ne vaut pas agrément de l’état

Plus en détail

PRESENTATION DU NIVEAU 2 : MAÎTRISER UNE

PRESENTATION DU NIVEAU 2 : MAÎTRISER UNE Déterminer rapidement le profil de l’interlocuteur pour s’y adapter s’exprimer devant un groupe jusqu’au bout et convaincre, peut devenir une activité enthousiasmante. Dynamisme, assurance et maîtr...

Plus en détail