GABA Brochure Dentiste Implant 0313

Commentaires

Transcription

GABA Brochure Dentiste Implant 0313
Implants dentaires
Informations sur la maintenance
implantaire à destination
des professionnels dentaires
GUIDE DESTINÉ AUX PROFESSIONNELS DENTAIRES
Introduction
La réussite d’une thérapeutique implantaire ne dépend
pas uniquement de la précision de la technique
chirurgicale ou de la qualité des implants, mais
également de l’entretien à long terme de l’intégration
entre l’implant et les tissus qui l’entourent. La technique
chirurgicale et la qualité de l’implant sont déterminantes
pour la réussite de l’ostéo-intégration de l’implant et
sa stabilité à court terme ; elles permettent au dentiste
de procéder à la restauration prothétique et d’offrir au
patient la fonction et l’esthétique souhaitées. La
performance à long terme repose principalement sur la
prévention du développement de pathologies des tissus
péri-implantaires pouvant provoquer une destruction
tissulaire et une résorption osseuse autour des implants.
Pour remédier à ces problèmes, il convient de mettre en
place des mesures de prévention et de détection
précoces de ces changements inflammatoires afin
d’intervenir rapidement et d’obtenir ainsi une guérison
complète et le maintien de tissus péri-implantaires
sains. Tel est le principal objectif de la thérapeutique
implantaire de soutien, essentielle à la réussite
à long terme.
Auteurs :
Søren Jepsen
Maurizio G. Araujo
Farid Ayad
Louis DePaola
Lijian Jin
Angelo Mariotti
Andrea Mombelli
Stefan Renvert
Mariano Sanz
Anna Solovyeva
Vous trouverez dans ce guide toutes les informations
détaillées sur la maintenance des implants dentaires
garantissant la réussite à long terme de la thérapeutique
implantaire. Le guide comprend les rubriques suivantes :
Pathologie péri-implantaire
Définitions des maladies péri-implantaires
Prévalence des maladies péri-implantaires
Histopathologie des maladies péri-implantaires
Facteurs de risque des maladies péri-implantaires
Page 4
Page 5
Page 5
Page 7
Examen clinique et surveillance du patient
Signes cliniques d’une péri-implantite
Questions spécifiques de l’évaluation
Page 8
Page 12
Thérapeutique de soutien implantaire
Organisation de la maintenance pour les patients porteurs d’implants
Page 13
Traitement de la péri-implantite
Étapes de base d’un traitement péri-implantaire
Page 16
Soins du patient à domicile
Hygiène bucco-dentaire et implantaire
Page 18
Pathologie péri-implantaire
Définitions des maladies péri-implantaires
La mucosite péri-implantaire se caractérise par une
inflammation de la muqueuse autour de l’implant, sans
signe de perte de l’os alvéolaire. Les premiers signes
cliniques d’une mucosite péri-implantaire sont une
rougeur et un gonflement des tissus mous avec
saignement au sondage ; ce sont également les
principales caractéristiques de cette affection.
Photo et radio reproduites avec l’aimable autorisation de S. Renvert ; Mucosite péri-implantaire : inflammation
avec rougeur et gonflement de la muqueuse péri-implantaire, sans perte osseuse sur la radio de la zone.
La péri-implantite, outre l’inflammation de la muqueuse,
se caractérise par une perte de l’os alvéolaire. La lésion
de la muqueuse est souvent associée à une suppuration
et une augmentation de la profondeur des poches ; elle
s’accompagne toujours d’une perte de l’os marginal de
soutien.
Photo et radio reproduites avec l’aimable autorisation de A. Mombelli ; Péri-implantite : inflammation de la
muqueuse péri-implantaire avec perte osseuse clinique visible sur la radio.
4
Pathologie péri-implantaire
Prévalence des maladies péri-implantaires
Les études consacrées à la prévalence de la mucosite périimplantaire et de la péri-implantite sont rares, mais les données
disponibles semblent indiquer une prévalence élevée. Une
mucosite péri-implantaire a été observée chez plus de 75 %
de l’ensemble des patients et pour près de 50 % des implants.
Une péri-implantite avec perte osseuse significative a été
rapportée chez 10 à 28 % des patients, 5 à 10 ans après
la pose de l’implant.
Histopathologie des maladies péri-implantaires
On considère que les tissus mous péri-implantaires présentent
de nombreux caractères identiques à ceux des tissus gingivaux
autour des dents naturelles. En revanche, dans la muqueuse
péri-implantaire, les fibres de collagène sont orientées
parallèlement à la surface de l’implant n’étant pas comme
les fibres de Sharpey, insérées dans le cément.
Dent
Implant
Schéma des tissus mous entourant l’implant ou la dent.
Pathologie péri-implantaire
5
Les bactéries buccales colonisent la surface de l’implant
comme elles adhèrent à la surface des dents. De la
même façon, elles doivent résister aux mécanismes
naturels de nettoyage de la cavité buccale et aux
propriétés antibactériennes de la salive. Dans les zones
de rétention, qui ne bénéficient pas de cette
protection antibactérienne, les bactéries adhèrent et
forment des biofilms matures pouvant déclencher un
processus inflammatoire.
Au début d’une gingivite ou d’une mucosite, la réponse
de l’hôte à l’attaque bactérienne semble identique, qu’il
s’agisse d’une dent ou d’un implant. Les lésions
inflammatoires résultant d’une mucosite péri-implantaire
et d’une gingivite semblent similaires en dépit des
différences histo-pathologiques entre les lésions
péri-implantaires et parodontales. Dans le cas d’une
péri-implantite, la lésion inflammatoire évolue en
direction apicale de l’épithélium de la poche jusqu’à
la crête osseuse.
Dent
Schéma de la lésion s’étendant à l’os.
6
Pathologie péri-implantaire
Implant
Facteurs de risque des maladies péri-implantaires
On dispose actuellement d’un nombre limité de données
scientifiques sur les facteurs augmentant le risque de maladie
péri-implantaire ; néanmoins, une mauvaise hygiène
bucco-dentaire, des antécédents de parodontite et le
tabagisme sont des facteurs favorisant le développement
d’une péri-implantite. D’un point de vue clinique, il est
indispensable que le patient sache qu’une bonne hygiène
bucco-dentaire est essentielle à la réussite de la thérapeutique
implantaire. Afin de favoriser une bonne hygiène
bucco-dentaire, la conception de la prothèse sur implant doit
permettre un nettoyage adéquat de l’implant par le patient.
Photo reproduite avec l’aimable autorisation de S. Jepsen ; Prothèse permettant une bonne hygiène bucco-dentaire.
Il convient de surveiller tout particulièrement les patients ayant
des antécédents de parodontite en raison du risque accru de
maladie péri-implantaire. Le tabagisme étant également un
facteur de risque de maladie péri-implantaire, un sevrage
tabagique doit être envisagé afin de réduire le risque
de péri-implantite.
Pathologie péri-implantaire
7
Examen clinique et surveillance du patient
Un examen visuel ne permet pas toujours de détecter les
premiers signes de pathologie péri-implantaire (mucosite
péri-implantaire), en dépit de la rougeur et du
gonflement fréquents des tissus mous marginaux. À ce
stade, les patients ne présentent généralement aucun
symptôme subjectif. L’examen clinique des tissus
péri-implantaires lors des visites de rappel est donc
essentiel au suivi des patients ayant reçu une
restauration implantaire. Cet examen doit être effectué
avec une sonde parodontale, comme pour les tissus
parodontaux. Il convient de noter la profondeur de
sondage, mais également l’apparition de saignement au
sondage, l’un des principaux signes de péri-implantite.
Photo reproduite avec l’aimable autorisation de M. Sanz ; Saignement au sondage de la muqueuse péri-implantaire.
Lorsque la pathologie des tissus péri-implantaires est
diagnostiquée et que les changements inflammatoires
des tissus marginaux sont manifestes, le sondage
péri-implantaire permet d’établir les profondeurs de
sondage donnant lieu à un saignement et parfois même
à une suppuration. Dans ce cas, il est indispensable
de prendre une radiographie afin d’évaluer les niveaux
osseux en contact avec la surface de l’implant. En cas de
péri-implantite, les changements inflammatoires des
tissus mous entourant l’implant sont toujours
accompagnés d’une perte de l’os marginal de soutien.
8
Examen clinique et surveillance du patient
Photo et radiographie reproduites avec l’aimable autorisation de S. Renvert ; Inflammation avec suppuration au
niveau d’un implant avec perte osseuse radiographique.
Afin de documenter correctement ces changements des tissus durs, il est important
de prendre une radiographie de référence au moment du placement de la
restauration définitive. Il sera ainsi possible de savoir si la perte osseuse est due au
processus inflammatoire ou au début du remodelage osseux résultant du placement
chirurgical de l’implant.
Signes cliniques d’une péri-implantite
Les signes suivants sont caractéristiques de lésions péri-implantaires :
Gonflement et rougeur des tissus marginaux de degré variable.
L’élargissement des tissus mous est plus fréquent si les implants
sont situés dans une zone de muqueuse non kératinisée ou si la
suprastructure est amovible.
La maladie est associée à la formation d’une poche péri-implantaire.
Un saignement et/ou une suppuration peut apparaître après un
simple examen par sonde parodontale.
Il existe une preuve radiologique évidente de destruction osseuse
autour de l’implant. La lésion a généralement la forme d’une
soucoupe bien délimitée autour de l’implant.
La destruction osseuse évolue sans augmenter la mobilité de
l’implant. La mobilité indique une perte complète d’ostéo-intégration.
La douleur n’est pas un signe distinctif.
Examen clinique et surveillance du patient
9
Pour diagnostiquer une péri-implantite, il convient
d’exclure les autres pathologies inflammatoires
péri-implantaires (mucosite péri-implantaire)
n’entraînant pas de perte osseuse. Par ailleurs, la perte
osseuse autour des implants ne résulte pas toujours
d’une péri-implantite et peut être due au remodelage
osseux ou à des états anatomiques préexistants.
Radiographies reproduites avec l’aimable autorisation de S. Renvert ; Radiographies attestant la stabilité de l’implant
sur une période de 13 ans.
Une lésion péri-implantaire avancée est facile à
diagnostiquer sur une radio : la perte osseuse est visible
autour de l’implant. La mobilité de l’implant caractérise
le stade final de la maladie péri-implantaire : il s’agit
d’une perte totale de l’interface directe os-implant.
Naturellement, il convient de diagnostiquer la maladie
péri-implantaire le plus tôt possible afin de permettre
une intervention avant que la perte de l’os de soutien ne
soit significative. L’examen radiographique et l’évaluation
de la mobilité ne suffisent pas à évaluer la fonction de
l’implant et la santé des tissus péri-implantaires pendant
la période de maintenance.
Le sondage du sillon péri-implantaire avec une sonde
parodontale permet d’évaluer la profondeur de
sondage, l’élargissement ou le rétrécissement des tissus
mous, le saignement au sondage et une éventuelle
suppuration. Avec un implant en bon état, la pénétration
10
Examen clinique et surveillance du patient
au sondage est généralement d’environ 3 mm. L’emplacement
du niveau de l’os péri-implantaire se trouve normalement à
1 mm de la position de l’embout de la sonde en direction
apicale. La forme du pilier et de la prothèse a une influence
sur la pénétration de la sonde. La rugosité superficielle et les
spirales peuvent donner lieu à une sous-estimation de la
profondeur de la poche. Les poches ayant une profondeur
de sondage d’au moins 5 mm sont susceptibles de fournir
un milieu protégé pour d’éventuels pathogènes et être le
signe d’une péri-implantite. Les lésions péri-implantaires étant
circulaires, quatre mesures par implant (mésiale, vestibulaire,
distale, linguale/palatine) sont requises.
La perte d’os de soutien après la mise en place d’un implant
peut être due en partie à une insertion profonde de l’implant
ou au remodelage pendant la phase de cicatrisation suivant
la mise en place de l’implant. C’est pourquoi, il est conseillé
de réaliser une radiographie dès la pose de la suprastructure
prothétique comme référence pour les évaluations
ultérieures. Le diagnostic microbiologique n’est pas très fiable
pendant la phase de maintenance, mais peut être utile pour la
planification du traitement une fois la maladie diagnostiquée.
Il est conseillé de commencer l’examen par un contrôle
de la mobilité des implants et des suprastructures et une
recherche des signes d’inflammation (rougeur et gonflement,
par exemple) et de toute autre modification des tissus mous.
Il conviendra ensuite d’examiner l’espace péri-implantaire au
moyen d’une sonde parodontale. Ces examens sont très
efficaces et leurs résultats immédiats. Une évaluation
radiographique peut être effectuée en complément,
si nécessaire, selon les premiers résultats cliniques.
Examen clinique et surveillance du patient
11
L’évaluation doit permettre de répondre aux questions
suivantes dans l’ordre indiqué :
L’implant et/ou la prothèse sont-ils mobiles ?
La mobilité est-elle due à une perte d’ostéo-intégration
de l’implant ?
Existe-t-il des poches péri-implantaires de plus de 3 mm ?
Le patient présente-t-il des signes d’inflammation
et/ou d’infection : gonflement, rougeur, saignement
au sondage, suppuration, présence de fistule ?
Observe-t-on une perte d’os péri-implantaire par rapport
à l’évaluation de référence ?
La perte osseuse peut-elle être due à d’autres causes
que la péri-implantite ?
Contrôle de la mobilité
des implants et des
suprastructures
L’implant est-il stable ?
OUI
NON
Examen clinique
Sondage péri-implantaire
Existe-t-il des
signes d’inflammation ou
d’infection : gonflement,
rougeur, saignement au
sondage, suppuration,
fistule ?
OUI
Radiographie
NON
Existe-t-il
des poches de plus
de 3 mm de profondeur ?
OUI
NON
Observe-t-on une
perte d’os péri-implantaire
par rapport à l’évaluation
de référence ?
OUI
NON
La perte osseuse
n’a-t-elle pas d’autre cause
plausible (remodelage) ?
OUI
NON
Traitement de la
péri-implantite
Schéma reproduit avec l’aimable autorisation de A. Mombelli.
12
Examen clinique et surveillance du patient
Retirer l’implant
(la mobilité indique une perte d’ostéo-intégration)
Poursuivre la maintenance
Améliorer le contrôle de plaque,
traitement de la mucosite
Améliorer le contrôle de plaque,
traitement de la mucosite
Améliorer le contrôle de plaque,
traitement de la mucosite
Thérapeutique de soutien implantaire
Ces maladies inflammatoires chroniques affectant les tissus
péri-implantaires (mucosite et péri-implantite) étant de nature
infectieuse, le principal objectif des stratégies de prévention
doit être le contrôle de l’infection. Le patient doit, au
quotidien, empêcher la formation du biofilm (accumulation de
plaque) au moyen de mesures d’hygiène bucco-dentaire. Les
patients doivent être encouragés et formés à l’utilisation des
aides et des techniques adéquates d’hygiène bucco-dentaire
afin de nettoyer toutes les faces de l’implant.
En dépit d’une motivation adéquate et de bonnes techniques
d’hygiène, il est difficile de nettoyer correctement les
prothèses sur implant ; les efforts personnels du patient
doivent être complétés par une prophylaxie professionnelle,
un élément essentiel de la maintenance implantaire. Le
chirurgien-dentiste, en fonction des facteurs de risque de
maladie péri-implantaire propres au patient, doit adapter
l’intervalle entre les visites de maintenance. Pour les patients à
haut risque (fumeurs, patients ayant des antécédents de
parodontite) ou en présence de prothèses difficiles à nettoyer,
ces visites doivent être plus fréquentes.
Patient recevant une prophylaxie professionnelle.
Thérapeutique de soutien implantaire
13
Organisation de la maintenance pour les patients
porteurs d’implants
Tous les patients ayant des restaurations prothétiques
avec implants dentaires doivent bénéficier d’une
maintenance adaptée et personnalisée afin d’assurer la
santé à long terme des tissus de soutien de l’implant.
Les patients doivent être contrôlés 3 à 4 mois après la
mise en place de la restauration finale afin d’évaluer
leur capacité à nettoyer et à entretenir la santé de la
muqueuse péri-implantaire. La fréquence des rappels
ultérieurs sera déterminée en fonction de la capacité du
patient à contrôler correctement la plaque dentaire, mais
devra être au moins annuelle même pour les patients à
faible risque et forte observance.
Les mesures suivantes doivent être réalisées au cours
de la visite de rappel périodique d’un patient porteur
d’implant :
a. Examen et réévaluation de la muqueuse
péri-implantaire, ainsi que la capacité du patient
à assurer un contrôle adéquat de la plaque dentaire.
Cet examen doit être effectué au moyen d’une
sonde parodontale autour de tous les piliers, quelle
que soit la conception de la prothèse. Il est destiné
à identifier d’éventuels changements inflammatoires
dans les tissus, à déterminer la profondeur de la
poche au sondage et la présence de plaque
dentaire et à mettre en évidence un saignement
et une suppuration déclenchés par le sondage.
Comme indiqué précédemment, en cas de
pathologie tissulaire, des radiographies appropriées
devront être prises pour déterminer les niveaux
osseux péri-implantaires.
b.
14
La consultation de maintenance doit toujours
débuter par une motivation du patient à l’adoption
de mesures appropriées de contrôle de plaque
dentaire ; il convient également de lui donner
les instructions et les démonstrations nécessaires
pour utiliser les différentes aides d’hygiène buccodentaire adaptées aux divers modèles de prothèses.
Thérapeutique de soutien implantaire
Photo reproduite avec l’aimable autorisation de S. Jepsen ; Instruction relative à l’utilisation d’aides d’hygiène
bucco-dentaire adaptées au modèle de prothèse.
c. Le débridement mécanique a pour objectif l’élimination
de la plaque dentaire et du tartre des surfaces
implantaires et la préservation de la régularité de la
surface du pilier, ce qui évite la rétention et l’accumulation
de la plaque. Ce débridement sera effectué, de
préférence, au moyen d’instruments spécialement conçus
pour les surfaces implantaires ou de dispositifs à ultrasons
équipés d’embouts à revêtement spécial (téflon, silicone,
etc.) conçus pour le nettoyage des surfaces métalliques.
Photo reproduite avec l’aimable autorisation de S. Jepsen ; Débridement mécanique au moyen d’instruments
spécialement conçus pour les surfaces implantaires.
Thérapeutique de soutien implantaire
15
d. La visite doit se terminer par l’élimination appropriée de tout dépôt résiduel et de toute coloration
au moyen d’une pâte de polissage non abrasive.
En cas de diagnostic de mucosite sur le site périimplantaire, le débridement doit être très minutieux,
effectué au dessus et en dessous de la gencive afin de
débarrasser les surfaces du tartre et de la plaque dentaire.
Chez ces patients, l’utilisation d’un dentifrice antibactérien
et d’un bain de bouche peut être recommandée.
Traitement de la péri-implantite
Lorsqu’un diagnostic de péri-implantite a été établi sur
un site péri-implantaire, le chirurgien-dentiste doit
déterminer avec soin le traitement complémentaire à
mettre en place. Il peut s’agir d’un traitement
antibiotique, d’approches chirurgicales résectives ou
régénératives et même le retrait de l’implant. Le patient
peut également être adressé à un spécialiste.
La péri-implantite est une maladie due à des
micro-organismes ; l’élimination du biofilm de la surface
implantaire pour faire disparaître la lésion inflammatoire,
est donc l’objectif principal. Comme la lésion est
circulaire, le traitement, quel qu’il soit, doit atteindre
toutes les surfaces pour être efficace. Les spirales des
implants et la rugosité des surfaces implantaires de la
plupart des implants utilisés aujourd’hui contribuent
également à la difficulté d’élimination du biofilm au
moyen des traitements mécaniques non chirurgicaux
traditionnels. Il peut être nécessaire de retirer la prothèse
implanto-portée et de procéder à une intervention
chirurgicale pour pouvoir effectuer un débridement et
une décontamination superficielle. Ces mesures sont
indispensables à la cicatrisation et à la régénération
après lésions péri-implantaires.
Dans le cas de lésions classiques en forme de soucoupe
et des zones esthétiquement sensibles, un traitement
régénératif peut être envisagé.
16
Traitement de la péri-implantite
Photo reproduite avec l’aimable autorisation de S. Renvert ; Perte osseuse étendue due à une péri-implantite
avancée.
Étapes de base d’un traitement péri-implantaire
Les étapes de base d’un traitement péri-implantaire sont similaires
à celles d’un traitement parodontal :
1
Contrôle de l’infection
2
Traitement chirurgical de correction
3
Traitement régénératif, le cas échéant
4
Thérapeutique de soutien
5
Réévaluation prothétique
Traitement de la péri-implantite
17
Soins du patient à domicile
Hygiène bucco-dentaire et implantaire
Le professionnel de santé bucco-dentaire doit motiver
le patient et lui apprendre les méthodes pour optimiser
l’élimination quotidienne de la plaque dentaire par un
brossage efficace des dents et l’utilisation de fil dentaire.
Le patient doit procéder régulièrement à un nettoyage
minutieux autour des dents et des implants. La
méthode la plus efficace dépend du stade du traitement ;
donnez les informations appropriées à votre patient.
Immédiatement après la pose de l’implant, la plaie
est souvent très sensible ; le patient ne peut donc pas
utiliser de brosse à dents dans cette zone buccale. Le
patient peut prévenir l’accumulation de plaque par
l’utilisation de bains de bouche et/ou de dentifrices
antibactériens que vous lui recommanderez. Un à deux
jours après la pose de l’implant, le patient peut utiliser
une brosse à dents spéciale très souple pour nettoyer
cette zone.
Pour une pose d’implant en deux temps, procédez de
même après l’exposition de l’implant ; le patient peut
parfois utiliser immédiatement une brosse à dents
spéciale extra-souple.
Utilisation d’une brosse à dents spéciale extra-souple après l’exposition de l’implant.
18
Soins du patient à domicile
Une fois la structure prothétique dentaire (couronne/
appareil dentaire) en place, le patient peut commencer à
brosser la zone autour de l’implant. Afin d’optimiser
l’élimination quotidienne de la plaque autour de l’implant, un
dentifrice et/ou un bain de bouche antibactérien peut être
indiqué. Le patient doit se brosser soigneusement les dents.
Vous devez montrer au patient la méthode la plus efficace pour
éliminer la plaque dentaire.
Comme la brosse à dents n’atteint pas les espaces
interdentaires et autres niches, le patient doit savoir utiliser
des brossettes interdentaires et du fil dentaire. Si le patient
porte des couronnes et/ou des bridges, il doit utiliser du fil
dentaire et des brossettes interdentaires spécifiques pour
ces zones. Il est important que le patient nettoie la prothèse,
même si elle est provisoire.
Les patients porteurs de prothèses amovibles doivent savoir
comment assurer l’hygiène de l’appareil dentaire.
Le fil dentaire spécial permet au patient de nettoyer les espaces interdentaires autour de l’implant en douceur,
mais minutieusement.
Soins du patient à domicile
19
Le personnel du cabinet dentaire est invité à remettre aux
patients la brochure destinée au patient porteur d’implant
qui accompagne ce guide de maintenance implantaire.
Références :
Claffey N, Clarke E, Polyzois I, Renvert S. (2008) Surgical treatment of
peri-implantitis. Journal of Clinical Periodontology 35 (Suppl. 8): 316–332.
Fransson C, Lekholm U, Jemt T, Berglundh T. (2005) Prevalence of subjects
with progressive bone loss at implants. Clinical Oral Implants Research
16: 440-446.
Heitz-Mayfield LJ.(2008) Peri-implant diseases: diagnosis and risk indicators.
Journal of Clinical Periodontology, 35 (Suppl. 8): 292-304.
Koldsland OC, Scheie AA, Aass AM. (2010) Prevalence of peri-implantitis related
to severity of the disease with different degrees of bone loss. Journal of
Periodontology: 231-238.
Lang NP, Berglundh T. (2011) Peri-implant diseases: where are we now?
Consensus of the Seventh European Workshop on Periodontology. Working
Group 4 of Seventh European Workshop on Periodontology. Journal of Clinical
Periodontology, 2011 Mar; 38 (Suppl. 11): 178-81.
Lindhe J, Meyle J. Group D of European Workshop on Periodontology. (2008)
Peri-implant diseases: Consensus Report of the Sixth European Workshop on
Periodontology. Journal of Clinical Periodontology, 35 (Suppl. 8): 282-285.
Mombelli A. (2002) Microbiology and antimicrobial therapy of peri-implantitis.
Periodontology 2000, 28: 177-189.
Roos-Jansåker AM, Renvert H, Lindahl C & Renvert S. (2006) Nine-to-fourteenyear follow-up of implant treatment. Part III: factors associated with
peri-implant lesions. Journal of Clinical Periodontology, 33: 296-301.
Zitzmann NU, Berglundh T. (2008) Definition and prevalence of peri-implant
diseases. Journal of Clinical Periodontology, 35 (Suppl. 8): 286-291.
Ce guide a pu être réalisé grâce
à une subvention de recherche de

Documents pareils