Spécial Luxe Bénéteau Brasil Swift Trawler 50 Sense 46

Commentaires

Transcription

Spécial Luxe Bénéteau Brasil Swift Trawler 50 Sense 46
numéro 10 - Décembre 2012 - www.beneteau.com
Swift Trawler 50
Star de l’automne
Autumn star
Spécial Luxe
Luxury Special
Bénéteau
Brasil
Destination Angra dos Reis
Sense 46
Sous le regard de Roberta Mari
As seen by Roberta Mari
1
2
3
EDITO
Carla Demaria
General manager
Demain, la grande chose !
En paraissant en décembre ce nouveau numéro de Bénéteau Magazine est à la
fois l’occasion de clore l’année en beauté et d’ouvrir de jolies perspectives sur
l’année qui s’annonce.
Et me vient à l’esprit le vers de Victor Hugo “Oh ! Demain, c’est la grande
chose !”. Certes, mais les grandes choses se préparent aujourd’hui. Tout ce que
vous découvrirez dans ces pages vous confirmeront que chez Bénéteau l’avenir
se dessine avec du style, de l’enthousiasme et les quelques longueurs d’avance
qui signent notre différence. Nouveaux bateaux - toujours plus spacieux et
confortables - nouveau siège de la marque, nouveau site de production en
Amérique du Sud… Mais aussi un dossier “Spécial Luxe” dans lequel vous
verrez se dessiner, à travers les témoignages de grands acteurs de l’univers du
luxe, les contours d’une notion finalement plus précise qu’on ne l’imagine. Un
dossier qui donne à comprendre mais aussi à rêver…
Je vous souhaite une excellente lecture et la réalisation de grandes choses pour
l’année nouvelle !
n Great things are for the future!
© ARS MEDIA
Being published in December, this new issue of Beneteau Magazine is both an opportunity to
end the year with a flourish and to open up some good prospects for the year to come.
The line, “Oh! Great things are for the future!” by Victor Hugo comes to mind. Admittedly, but
we prepare great things today. Everything that you will discover in these pages will confirm
that with Beneteau the future is taking shape with style, enthusiasm and the few steps ahead
that make us different. New increasingly spacious and comfortable boats, new head office,
new production site in South America, etc. Furthermore, there is also a “Special Luxury” report
in which, through the observations of the great players of the world of luxury, you will see
the outlines of an idea that is much more accurate than you could imagine. It is a report that
affords an understanding, but will also have you dreaming.
I hope you really enjoy your reading and I wish you great things for the New Year!
4
5
Sommaire
CONTENTS
Le luxe
Luxury
40
30
by
70
52
10 C’EST DANS L’AIR / IT’S IN THE AIR
Bénéteau Yacht Club
Rassemblement de Swift Trawler - Swift Trawler gathering
Barracuda 7
Convention Bénéteau - Beneteau Convention
Nouveau siège Bénéteau - Beneteau’s new head office
21 PLACE TO BE
Düsseldorf, bien débuter l’année ! - Düsseldorf, getting the year off to a good start!
Miami, the show must go on
Moscou, vitesse de croisière pour le salon moscovite - Moscow, cruising speed for the Moscow Boat Show
Hainan, rendez-vous sur la riviera chinoise - Hainan, rendez-vous on the Chinese Riviera
Rio de Janeiro - A riot of the senses
30 EMBARQUEMENT IMMÉDIAT / NOW BOARDING
Sense 46
Swift Trawler 50
Pierre-Emmanuel Taittinger - Taittinger
Laurent Dulau - Caviar Sturia
Alain Marty - Wine & Business Club
Francis Kurkdjian - Maison Francis Kurkdjian
Pier Luigi Loro Piana - Loro Piana
Clients Bénéteau : votre bateau, un luxe ? - Beneteau customers: Do you consider your boat a luxury?
70 inspiration
Christofle, la création pour désir
Christofle, desirous creation
6
© ALESSANDRO TALARICO - jérôme kélagopian - Gilles Martin-raget - chistofle
52 Special luxe / LUXURY SPECIAL
7
Sommaire
CONTENTS
78
88
94
84
74 SHOPPING
78 L’AVENTURE EN BENETEAU / ADVENTURE IN A BENETEAU
Trois ans dans un nid
Three years in a nest
84 COULISSES / BEHIND THE SCENES
Nouvelle tête de pont Bénéteau en Amérique du Sud
© Haïke et Willem Stellamans - beneteau brasil - ostill / fotolia - Christian Suaudeau
New Beneteau vantage point for South America
88 DESTINATION
Angra dos Reis & Ilha grande
94 COOK IN
Émulsion culturelle avec Laurent Suaudeau
Cultural emulsion with Laurent Suaudeau
Directeur de la Publication Carla Demaria
Impression VAL PG
Responsable de la Rédaction Gaëlle Violleau
Réalisation respectueuse de l’environnement. Papier sans chlore, sans azurant
optique et garantissant un développement
durable de la forêt, encres végétales.
Conception/rédaction et coordination
Anne-Sophie Coroller - [email protected]
BENETEAU MAGAZINE N°10
DÉCEMBRE 2012
[email protected]
8
Ont participé à la rédaction
Julie Lebouc, Karen Delarge
Création graphique / Réalisation
Valérie Dubois-Thiercelin
[email protected]
Produced with respect for the environment.
Chlorine-free paper, using no optical bleaching
agent, vegetable-based ink and guaranteeing
sustainable forest development.  
Traduction Miranda Joubioux - www.art4u.fr
Dépôt légal : à paraître. ISSN : en cours.
Régie publicitaire Vincent Besse / 01 46 94 84 24
Profil 18-30 / Groupe Publicis
Directeur Pôle Loisirs-Consumer / 06 89 10 34 85
Photo de couverture : Jérôme Kélagopian
SPBI ETABLISSEMENT BENETEAU
Z.I. des Mares - BP 66
85270 Saint-Hilaire-de-Riez - France
www.beneteau.com
Document non-contractuel.
La reproduction, même partielle,
des articles et illustrations publiés dans
BENETEAU MAGAZINE est interdite.
Non contractual document.
Any full or partial reproduction of
the articles and illustrations published
in BENETEAU MAGAZINE is prohibited.
9
C’EST DANS L’AIR
Pari gagné
bENEteau yacht club
n The gamble has paid off for Beneteau Yacht Club
The great enthusiasm for private social media, which reveal a need to
meet up with an initiated public to share values or joint passions with
them, has really taken off. From 2008, Beneteau Yacht Club (BYC), the
first brand-specific social media in the nautical industry, was ahead of
its time in offering owners new contacts and privileged discussions on
a membership basis. The success was immediate and the club-network
continues to develop. Today, the BYC brings together 1,500 members,
who find appeal in the international club spirit (fifty nationalities are
represented). Extremely different in their manner of sailing but united
by a strong feeling of belonging, the members admit to having found
an exclusive place where they can express themselves and share their
passions and dreams in this Club.
Apart from the services offered, Beneteau Yacht Club also knows how
to instil the desire to take these meetings further. A little by luck, Francis
Maeckelberghe, Belgian owner of a first 41s5, discovered BYC in its
early days and joined. He was immediately filled with enthusiasm: “My
joining the BYC came in answer to my desire to meet soul mates. I
am very satisfied with the Club spirit; a federator and generator of
contacts between keen sailors. It enabled me to correspond with a New
Zealander, owner of a boat similar to my own. We began by swapping
information and photos of our boats. Why not swap our boats in the
long term? I find the Between Us concept wonderful! I like the Beneteau
family spirit and its vitality. So I naturally wanted to take this further
by creating a local antenna at Nieuwpoort in Belgium. There are a lot
of Beneteau owners here and paradoxically very few of them know
about the BYC. During the CapOkaz boat show, where 10,000 visitors
are expected, I will be there, flying the BYC colours, to bear witness to
the club’s advantages and encourage owners to join us. The aim is to
share our passions, sail together, and, of course, have a drink together
afterwards to think up new sailing projects.”
With its primary vocation being to unite Beneteau owners on the web,
the BYC has also become a privileged means of meeting up on shore,
and, of course, sailing beautiful seas. Although the varying forms of this
club-network are multiple, its spirit remains unique.
© ivan fois
Révélateur d’un besoin de se retrouver entre publics d’initiés pour
partager des valeurs ou des passions communes, l’engouement
pour les réseaux sociaux privatifs connaît une véritable explosion.
Dès 2008, le Bénéteau Yacht Club (BYC), premier réseau social
de marque dans le nautisme, fut précurseur en proposant aux
propriétaires relations et échanges privilégiés sur la base d’un
membership. Le succès fut immédiat et le réseau-club continue
à se développer. Aujourd’hui, le BYC regroupe 1500 membres,
séduits par l’esprit club sans frontière (cinquante nationalités
sont représentées). Extrêmement différents dans leur façon de
naviguer mais unis par un fort sentiment d’appartenance, les
membres reconnaissent avoir trouvé au sein du Club un lieu
exclusif d’expression, de partage de leurs passions et de leurs
rêves.
Outre les services proposés, le Bénéteau Yacht Club sait
également susciter l’envie d’aller plus loin dans les rencontres.
Francis Maeckelberghe, propriétaire belge d’un first 41s5, a
rejoint le BYC à ses débuts en le découvrant un peu par hasard.
Il s’enthousiasme immédiatement : « Mon adhésion au BYC
répondait à ma volonté de rencontrer des âmes sœurs. Je suis très
satisfait par l’esprit Club, fédérateur et générateur de contacts entre
passionnés. Cela m’a même permis de correspondre avec un néozélandais, propriétaire d’un bateau similaire au mien, nous avons
commencé par échanger des informations et des photos de nos
bateaux. Pourquoi pas échanger nos bateaux à terme ? Je trouve
le concept de Between Us formidable ! J’aime l’esprit de famille de
Bénéteau et sa dynamique. J’ai donc naturellement voulu aller plus
loin en créant une antenne locale à Nieuport en Belgique. Ici les
propriétaires de Bénéteau sont nombreux et paradoxalement encore
trop peu à connaître le BYC. Lors du salon de CapOkaz où 10 000
visiteurs sont attendus, je serai présent sous les couleurs du BYC pour
témoigner des avantages du club et inciter les propriétaires à nous
rejoindre. Les objectifs sont de partager nos passions, de naviguer
ensemble, et bien entendu de boire ensuite un verre pour élaborer de
nouveaux projets de navigation. ».
À sa vocation première de rassembler les propriétaires Bénéteau
sur la toile, le BYC est devenu aussi un moyen privilégié de se
rencontrer sur la terre ferme, et bien entendu sur les mers. Si les
déclinaisons de ce réseau-club sont multiples, l’esprit demeure
unique.
www.beneteauyachtclub.com
10
11
C’EST DANS L’AIR
Sous le soleil des îles d’or
Rassemblement Swift TrawleR
Pour sa deuxième édition, le rassemblement Swift Trawler
organisé par Bénéteau a remporté le vif succès que laissait
présumer la première édition de 2011. En juin dernier les
propriétaires de vingt-trois Swift Trawler de 34 à 52 pieds
se sont retrouvés à Porquerolles, la perle des îles d’or, pour
trois journées ensoleillées, conviviales et festives. Dans un
dépaysement total bien qu’à une brassée de milles au large
de Hyères, l’escale a conquis les cent-deux équipiers âgés
de 8 à 86 ans, tous amateurs de plaisance, de voyage et
de partage. La météo optimale - soleil, mer belle et faible
vent - a contribué à la réussite de l’événement : pour la
plupart, naviguer autour de Port Cros et de Porquerolles
dans de telles conditions restera un souvenir inoubliable.
Huit équipages, sur les neufs de la première édition,
avaient répondu à nouveau présent et ils ont réservé un
accueil plus que chaleureux aux nouveaux arrivants !
Au port de Porquerolles, cent mètres de ponton étaient
exclusivement dédiés à la majestueuse flotte de Swift Trawler. Tour de Port Cros le vendredi, de Porquerolles
le samedi, avec déjeuners à bord des bateaux, dans des mouillages paradisiaques. Un mémorable concours de
cocktails “maison”, soit vingt-trois en tout (un par bateau), au mouillage de la plage des Langoustiers donnera
le ton de la soirée du samedi. Parties de pétanque très disputées sur la place d’Armes du village, suivies de
la soirée de gala au Domaine de l’île, au cœur de 16 hectares de vignes, clôtureront un rassemblement
désormais inscrit dans le calendrier des propriétaires de Swift Trawler comme un must de la saison.
Le rendez-vous est pris pour 2013 et, pour satisfaire des demandes de plus en plus pressantes de la part des
propriétaires, Bénéteau étudie l’idée de créer des rassemblements similaires sur d’autres zones de navigation.
© jean-batiste d’enquin
n Swift Trawler gathering in the sunshine of the Iles d’Or
12
For the second year running, the Swift Trawler gathering organized by
Beneteau was a great success as could have been expected from the
gathering in 2011. Last June, the owners of twenty three 34 to 52 foot
Swift Trawlers met up at Porquerolles, the pearl of the Îles d’or (golden
islands), for three sunny, friendly and festive days. In a complete change
of scene, despite being only a short haul from Hyères, the stopover won
over the 102 crew members, aged between 8 and 86, all lovers of boating,
travelling and sharing. The optimum weather conditions, with sunshine,
smooth sea and light air, contributed to the success of the event. For the
majority of the participants, driving around Port Cros and Porquerolles in
such weather conditions will remain an unforgettable memory. Eight crews
out of the nine from the first gathering came back again and they gave
the newcomers a particularly warm welcome! At the Porquerolles marina,
one hundred metres of pontoon were especially dedicated to the majestic
Swift Trawler fleet. There was a tour of Port Cros on Friday, Porquerolles
on Saturday, with lunch on board the boats at heavenly anchorages. A
memorable “house” cocktail competition, 23 in all (one per boat), at the
Langoustiers beach anchorage set the tone on the Saturday evening.
Highly competitive Pétanque contests on the village’s Place d’Armes,
followed by the gala night at the Domaine de l’Île, at the heart of 16
hectares of vineyards brought a close to this gathering, now a must for
the season in the Swift Trawler owners’ calendars. So a date has been
set for 2013, and to satisfy the increasingly insistent requests of owners,
Beneteau is studying the idea of creating other gatherings in different
areas of navigation.
13
C’EST DANS L’AIR
n Ready to take on anything!
Born in spirit two years ago and on the seas a few months later, the Barracuda has made a name for itself on
many stretches of water as an attractive, seafaring pilothouse boat that is easy to use. Little brother of the 9, the
Barracuda 7 is a variation of the sea adventurer concept, with a 2.72 m beam and 6.44 m long hull. Trips, fishing,
diving, relaxing: this sleek outboard motor boat, with a very reassuring deck plan and excellent performance at
sea is ready to take on anything! This is evident from the welcome it received when it was launched at the recent
autumn boat shows. The sport fishing by Beneteau has a central pilothouse, surrounded by a large walkaround, in
the Norwegian style, as well as an original hull giving it exceptional seakeeping and driveability. Generous in its
living spaces, fittings, and equipment, it adopts a particularly clever modular system. The first visitors found the
clear and convivial forward space attractive, as well as the spacious and protected cockpit, the starboard fish tank
to the rear, and the storage places available everywhere. Inside, the Barracuda 7 favours comfort when cruising. The
two lateral doors on the pilothouse provide both natural ventilation and great fluidity of movement on board. The
driver’s bolster seat, the control panel ready to receive full electronic equipment and the 360° visibility contribute to
safety and the pleasure of driving. As for the small galley, double berth and separate heads, these are fittings that
are seldom found on this size of boat. The Barracuda 7 has achieved the feat of combining elegance, intelligence and
power, giving rise to unforgettable trips at sea, making it a real winner.
Prêt à tout !
Né dans les esprits il y a deux ans et sur les mers quelques
mois plus tard, le Barracuda s’est imposé sur de nombreux
plans d’eau comme un timonier séduisant, marin et simple
à utiliser. Petit frère du 9, le Barracuda 7 décline le concept
du baroudeur des mers sur une coque de 2,72 m de large
et 6,44 m de long. Balade, pêche, plongée, farniente : ce
hors-bord au design racé, au plan de pont très sécurisant et
aux performances marines excellentes est prêt à tout ! En
témoigne l’accueil qui lui a été réservé lors de son lancement
sur les derniers salons d’automne.
Le sportfishing by Bénéteau emprunte au style nordique sa
timonerie centrale cerclée d’un large walkaround ainsi que
sa carène inédite lui conférant une tenue à la mer et une
maniabilité exceptionnelles. Généreux dans ses espaces
à vivre, ses aménagements et ses équipements, il adopte
une modularité particulièrement astucieuse. Les premiers
visiteurs ont notamment été séduits par l’espace avant dégagé
14
et convivial, le cockpit spacieux et protégé, le vivier tribord
arrière et le volume des rangements partout disponibles. À
l’intérieur, le Barracuda 7 privilégie le confort en navigation.
Les deux portes latérales sur la timonerie assurent à la fois une
ventilation naturelle et une grande fluidité des déplacements
à bord. Le siège pilote bolster, le tableau
de bord prêt à
recevoir des équipements électroniques complets, la visibilité
à 360° concourent à la sécurité et au plaisir du pilotage.
La kitchenette, le double couchage et le cabinet de toilette
indépendant, relèvent pour leur part d’aménagements peu
communs sur cette taille de bateau.
Un petit conquérant qui réussit le tour de force d’allier
élégance, intelligence et puissance pour d’inoubliables parties
de mer.
© jérôme kélagopian
barracuda 7
15
C’EST DANS L’AIR
Sous les ors de Trieste
Le Réseau BENETEAU
16
n The Beneteau Network in the gold of Trieste
It was in Trieste, an Italian pearl nestling on the Adriatic coast between
Slovenia and Croatia, that Beneteau brought together its 400 dealers
from all over the world, last June. This annual convention, through which
each dealer can discover the new models before they are publicly shown,
is also a unique moment of discussions focussing on company goals and
strategy.
By awarding its patronage to the event, the city of Trieste made an
exception and placed its magnificent Teatro Verdi at the disposal of the
brand, which was to accommodate a non-cultural event for the first time.
“But in Trieste, are boats not an integral part of the culture?” questions
the very grateful Managing Director of Beneteau, Carla Demaria, in
amusement. A few kilometres to the North, a tour of the Monte Carlo
Yachts Boatyard in Monfalcone sealed the synergy already existing
between the two brands of the Group. Monte Carlo is an evolution of
the Monte Carlo Yachts range towards models under 60 foot long: a real
complementarity, which the network applauds and which, by expanding
the offer, allows us to accompany owners as their desires change. Thus
the MC5, first model of the Monte Carlo range, whose great international
launch is announced for the next Dusseldorf boat show, results from
collaboration with the large Nuvolari & Lenard design office, at the origin
of Monte Carlo Yachts.
© ivan fois - massimo ferrari
© ivan fois
C’est à Trieste, perle italienne nichée sur la côte adriatique
entre Slovénie et Croatie, que Bénéteau a réuni en juin
dernier ses 400 concessionnaires venus du monde entier.
Cette convention annuelle, qui permet à chacun de découvrir
les nouveaux modèles avant leur présentation publique, est
aussi un moment unique d’échanges autour des objectifs et
de la stratégie de l’entreprise.
En accordant son haut patronage à l’événement, la ville
de Trieste avait exceptionnellement mis à disposition de la
marque le somptueux Teatro Verdi qui accueillait pour la
première fois un événement non culturel… « Mais à Trieste, le
bateau ne fait-il pas partie intégrante de la culture ?! », interroge
amusée et très reconnaissante Carla Demaria, Directrice
Générale de Bénéteau. À quelques kilomètres au nord, la
visite des installations des Chantiers Monte Carlo Yachts à
Monfalcone a permis de sceller la synergie déjà existante entre
les deux marques du Groupe. En effet, Monte Carlo constitue
une évolution de la gamme Monte Carlo Yachts vers les
modèles de moins de 60 pieds : une réelle complémentarité
qu’applaudit le réseau à qui l’élargissement de l’offre permet
d’accompagner les propriétaires au fil de leurs aspirations.
Le MC5, premier modèle de la gamme Monte Carlo dont le
grand lancement mondial est annoncé pour le prochain salon
de Düsseldorf, est ainsi issu d’une collaboration avec le grand
cabinet de design Nuvolari & Lenard, à l’origine des Monte
Carlo Yachts.
17
C’EST DANS L’AIR
Élégant et durable
Le siège que mérite la marque
18
de la marque imposait des choix cohérents avec ce que nous
sommes. Le résultat sera un bâtiment sérieux, intelligent, mais
non ostentatoire. Protection solaire, géothermie, photovoltaïque
discret visuellement mais bien présent apporteront leur raison à
ce bâtiment basse consommation, à même de produire une bonne
part de l’énergie qu’il consomme ».
La façade est composée
de verre et d’un écran en
métal perforé qui joue avec la
lumière pour laisser deviner
l’emblématique hippocampe
de la marque. Sur le plan de
l’esthétisme et du sens, c’était
un des parti-pris forts du projet
qui nous a conduit à retenir
l’agence Périot parmi les quatre
architectes compétiteurs.
N. Millet
n A head office the brand deserves
© dr bénéteau
Élégant, contemporain, lumineux et sobre en énergie.
C’est ainsi que se présente, dans ses grandes lignes et sur
les esquisses, le nouveau siège social de Bénéteau dont la
construction vient de commencer. Il accueillera dès l’été
prochain les 160 collaborateurs de la Direction Générale
mais aussi des bureaux d’études, services commerciaux, aprèsvente et marketing. « L’évolution considérable du design et de
l’architecture de nos bateaux n’était plus suffisamment reflétée
par le siège actuel de Saint-Hilaire, confie Carla Demaria, à la
tête des Chantiers depuis maintenant un an. Outre la nécessité
d’accompagner notre croissance, il y a dans ce grand projet la
volonté de rendre plus lisible notre positionnement de leader
mondial par un siège à la hauteur de ce que méritent nos clients
et qui reflète l’image de la marque. » Chaque année en effet,
plusieurs centaines de propriétaires - venant parfois de l’autre
bout du monde - se déplacent pour visiter l’entreprise, et il
convient que le réceptif offert soit cohérent avec une stratégie
qui place le client au cœur de toutes ses décisions. Un point,
parmi de nombreux autres, du Premium Service Program que
Bénéteau est en train de parachever.
Un cadre spacieux, moderne, mais sans faste. Une sobriété
que les concepteurs internes, aidés par le cabinet vendéen
P.A.D (Périot Architecture Durable) revendiquent clairement
pour l’ensemble de l’ouvrage : « La réalisation d’un nouveau
siège social est un investissement qui doit être durable dans tous
les sens du terme, explique Nicolas Millet, responsable des
investissements immobiliers pour le groupe Bénéteau. Certes, nous
avons été attentifs au confort de travail, à la vie quotidienne des
collaborateurs, mais notre volonté de refléter fidèlement l’image
Elegant, contemporary, bright and energy efficient. This is how the broad
outlines and drawings look of the new Beneteau head office, whose
construction has just begun. As of next summer, it will accommodate the
160 General Management employees, as well as the design offices, sales
departments, after-sales and marketing. “The considerable change in the
design and architecture of our boats was no longer sufficiently reflected
in the current head office at Saint-Hilaire”, says Carla Demaria, Managing
Director of the Boatyards for a year now. Apart from the need to support
our growth, there is the desire in this project to make our position as
world leader more legible, through a head office that is equal to what
our customers are worthy of and reflecting the image of the brand. ”Every
year, several hundred owners come to visit our company - sometimes
from the other side of the world, and it is important that the incoming
reception facilities offered are coherent with a strategy that places the
customer at the centre of all his decisions. This a point among many
others of the Premium Service Programme that Beneteau is finalizing.
It is a spacious and modern environment, lacking ostentation. A
simplicity that the in-house designers, helped by the P.A.D (Durable Périot
Architecture) architects from Vendée, are clearly proud of for the whole
construction: “The building of a new head office is an investment that
must be sustainable in every sense of the word”, explains Nicolas Millet,
in charge of property investments for the Beneteau group. “Admittedly,
we paid attention to the daily working comfort of our employees, but
our desire to faithfully mirror the image of the brand required choices
consistent with what we are. The result will be an impressive, intelligent,
and unpretentious building. It will have solar protection, geothermics,
and solar panels. These will be visually discrete but there to give a reason
for this low-energy building, capable of producing a good share of the
energy it consumes”.
“The façade is made of glass and a perforated metal screen which plays with
the light in such a way that you can guess the outline of the brand’s symbolic
seahorse. In terms of aesthetics and meaning, one of the strong choices of the
project led us to select the Périot office among the four competing architects.”
N. Millet
19
PLACE TO BE
19 to 27 January 2013
n Getting the year off to a good start!
The Düsseldorf Boat Show is one of the largest
international boat shows. Sea lovers meet here to begin
the year with a flourish, and discover new ranges and
market trends. If you head to the Düsseldorf Boat Show,
the whole of the Ruhr metropolis, in the economic and
cultural centre of Europe, is open to the visitor. The city
still has traces of its prestigious past and its multiple
facets combine tradition, modernity and charm.
• A must, the old city centre runs along the left bank of
the Rhine. Food lovers will really enjoy themselves in this
historical part of the city which has nearly 300 restaurants
and cafés. It is the best place to enjoy “Altbier”, a highfermentation, copper-coloured beer brewed for the most
part in the area. It flows freely and goes well with all
sorts of “Wurste”, dipped in homemade Düsseldorfer
Lowensenf mustard; a Rhineland gastronomic delight.
• Take your time and follow in the steps of fashion in
the elegant and luxurious Königsallee (King’s Avenue),
to which the city owes its flattering nickname of “Little
Paris”.
• Bubbling with activity, the Medienhafen district offers
a real review of contemporary and futuristic architecture.
Celebrities such as Frank Gehry, Steven Holl or David
Chipperfield have contributed to its transformation.
• For art lovers, the Kunstsammlung NRW is a must.
Its collection represents the main movements from the
Modern art of Klee and Picasso to the representatives of
the American genres, not forgetting impressionism with
Kandinsky.
© Messe Düsseldorf
• Just as great, Robert Schumann, Felix Mendelssohn
and Johannes Brahms composed and conducted
musical works at Düsseldorf and thus contributed to its
reputation as a musical city. These days the classical
repertory is mostly performed in the “Tonhalle”, the
Robert-Schumann Hall and the “Kammermusiksaal”
(chamber music hall) of the Wittgenstein Palace.
20
Düsseldorf
Bien débuter l’année !
Le Salon Nautique de Düsseldorf est l’une des plus grandes
manifestations internationales de la plaisance. Les passionnés de
la mer s’y retrouvent pour débuter l’année en beauté, découvrir
les nouveautés du moment et les tendances du marché. Au Salon
Nautique de Düsseldorf, c’est toute la métropole de la Ruhr, en plein
centre économique et culturel de l’Europe, qui s’offre au visiteur.
La ville conserve les traces de son passé prestigieux et ses multiples
visages allient tradition, modernité et charme.
Incontournable, le vieux centre-ville longe la rive gauche du Rhin. Les
gourmands se régaleront dans cette partie historique de la ville qui
possède près de 300 restaurants et cafés. C’est le meilleur endroit
pour déguster la Altbier, une bière de fermentation haute brassée
essentiellement dans la région, à la couleur cuivrée. Elle coule à flot
et s’accompagne de “Wurste” de toutes sortes qui se trempent dans la
moutarde maison Düsseldorfer Löwensenf, un régal de la gastronomie
rhénane.
Prendre son temps pour suivre les pas de la mode dans l’élégante et
luxueuse avenue Königsallee, qui confère à la ville son surnom flatteur
de “Petit Paris”.
En pleine effervescence, le quartier Medienhafen offre un véritable tour
d’horizon de l’architecture contemporaine et futuriste. Des célébrités
comme Frank Gehry, Steven Holl ou David Chipperfield ont contribué à
sa métamorphose.
Pour les amateurs d’art, le Kunstsammlung NRW est un must. Sa
collection représente les principaux courants de l’art moderne de Klee et
Picasso aux représentants des genres américains et de l’impressionnisme
en passant par Kandinsky.
Tous aussi géniaux, Robert Schumann, Felix Mendelssohn et Johannes
Brahms ont composé et dirigé des œuvres musicales à Düsseldorf et
ont ainsi contribué à sa réputation en tant que ville de musique. Le
répertoire classique prend surtout place aujourd’hui dans la “Tonhalle”,
la salle Robert-Schumann et la “Kammermusiksaal” (salle de musique de
chambre) du Palais Wittgenstein.
21
AGENCE QUAI DES ORFÈVRES
PLACE TO BE
The Show must go on
L’immense salon nautique de Miami, qui se positionne parmi les plus
grands du monde, concilie avec brio un salon d’exposition (plus de 3 000
bateaux, 2 000 exposants venus du monde entier) avec des spectacles,
des démonstrations, des conférences, des régates. Il est un véritable
parc d’attraction comme seuls les Américains en détiennent la formule :
très professionnel et très ludique à la fois. Cinq jours de festivités et une
merveilleuse opportunité de découvrir les différentes atmosphères de
la septième agglomération des États-Unis. Miami ne se résume pas aux
palmiers et au sable doré, c’est aussi une ville qui se découvre par des
ambiances différentes selon les quartiers et les parcs.
Art Deco District de South Beach (SoBe) se compose de près de 800 bâtiments
bien conservés dont les plus magnifiques sont situés le long d’Ocean Drive. Ce
splendide étalage de structure incarne l’interprétation exceptionnelle du style
art déco qui a déferlé sur Miami et le monde dans les années 1920 et 1930.
Cette partie de la Floride est parfois appelée Tropical Deco. Ici, le mercure a la
réputation de grimper… à la tombée de la nuit. Tenue correcte exigée dans les
très sélectives boîtes de nuit.
Little Havana est un quartier cubain en plein cœur d’une ville américaine ! Bâti
par des immigrés cubains, il a conservé toute son authenticité et son cachet.
Qui évoque la colonie cubaine pense automatiquement à Freedom Tower sur
Biscayne Boulevard. À ses origines en 1925, ce bâtiment appartenait à un
quotidien local, mais est devenu un véritable monument pour les nombreux
immigrés cubains. Il héberge aujourd’hui une galerie d’art qui détient
notamment des œuvres du peintre espagnol Goya.
Design District rassemble comme son nom l’indique, boutiques à la mode,
galeries d’art, antiquaires, cabinets d’architecture et bâtiments de style art
déco. Un boom qui date de 2009, depuis le jour où le grand chausseur de luxe,
Christian Louboutin, a décidé d’investir les lieux.
Le parc national d’Everglades est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, il
abrite certaines espèces menacées comme la panthère de Floride. Très agréable
pour s’y promener, la baignade y est déconseillée (alligators, crocodiles,
requins, barracudas…) !
Le Biscayne National Park, près de Homestead, est un paradis pour la plongée
sous-marine en grande profondeur et pour la plongée tout court. Pas besoin
d’un équipement sophistiqué pour découvrir le monde merveilleux et envoûtant
de cet “aquarium” tropical grandeur nature : lunettes ou masque de plongée
suffisent.
22
n The show must go on
The huge Miami boat show, positioned among the
largest in the world, brilliantly combines a trade show
(more than 3,000 boats and 2,000 exhibitors from all
round the world) with entertainment, demonstrations,
conferences, regattas. It is a real American theme park,
of which only they hold the secret: very professional and
great fun at the same time. It is five days of festivities
and a wonderful opportunity to discover the various
atmospheres of the seventh city of the United States.
Miami does not stop at palm trees and golden sand, it
is also a city, the different characters of which can be
explored in its districts and parks.
• The Art Deco District of South Beach (SoBe) is
comprised of nearly 800 well-preserved buildings, the
most beautiful being located along Ocean Drive. This
splendid architectural display embodies the exceptional
interpretation of the Art Deco style which swept through
Miami and the world in the 1920s and 30s. This part
of Florida is often referred to as Tropical Deco. Here,
temperatures have the reputation of climbing as night
falls. Correct dress is required in the very selective
nightclubs.
Porsche a choisi
• Little Havana is a Cuban district right in the centre
of an American city! Built by Cuban immigrants, it has
preserved its character and charm. Whoever refers to
the Cuban colony automatically thinks of Freedom Tower
on Biscayne Boulevard. Originally in 1925, this building
belonged to a local daily newspaper, but has become a
real monument for the many Cuban immigrants. It now
houses an art gallery in which, notably, works of the
Spanish painter, Goya, are exhibited.
et
Il y a plus fort que l’attraction terrestre. Nouvelle 911 Carrera 4S.
• As its name indicates, Design District is a collection of
fashion stores, art galleries, antique dealers, architects’
offices and Art Deco style buildings. The boom dates
back to 2009, when the great luxury footwear specialist,
Christian Louboutin, decided to move in.
• The national Everglades park is listed as a World
Heritage Site by UNESCO. It is home to some threatened
species such as the Florida panther.
• Although a very pleasant place to walk, bathing there
would be ill-advised (alligators, crocodiles, sharks,
barracudas, etc.)! National Biscayne Park, close to
Homestead, is a paradise for deep-sea diving, scuba
diving and snorkelling. There is no need for sophisticated
equipment to explore this wonderfully captivating reallife tropical “aquarium” world. Goggles or a diving mask
are sufficient.
© rabbit75_fot - Fotolia
Miami
14 to 18 February 2013
911 Carrera 4S - En association avec l’option boîte PDK - Consommation (l/100 km) : mixte 9,1 - Emissions de CO2 (g/km) : 215
23
PLACE TO BE
EXPOSITIONS
UNIVERSELLES
Anvers 1894 - Paris 1900 - Hanoï 1902
St-Louis (U.S.A.) 1904 Liège 1906 - Bruxelles
1910 - Marseille 1906 - Arts Décoratifs 1926
Vitesse de croisière pour le salon moscovite
Pour sa 6ème édition, le salon nautique de Moscou s’agrandit et expose en
exclusivité les dernières réalisations technologiques. Tous les secteurs de
la plaisance sont désormais présentés lors de cet événement qui a atteint
sa vitesse de croisière. Lui rendre visite sera l’occasion de parcourir la
ville la plus peuplée d’Europe. Les dix dernières années ont entièrement
transformé Moscou qui est devenue une métropole européenne colorée et
dynamique. Moscou est sans conteste la ville russe qui explose.
Le Kremlin, une ville à l’intérieur de la ville, avec ses églises, ses musées et
le siège du gouvernement. La tour de la Trinité, du XVe siècle, est un poste
d’observation de premier ordre sur les cathédrales, églises et autres tours.
Visiter le musée du Kremlin c’est admirer les diamants, les fantastiques
costumes historiques et bien sûr les incroyables œufs de Fabergé, de véritables
merveilles miniatures.
Sur la place Rouge, les “tourelles de crème fraîche” de la Cathédrale Saint
Basile, érigée du temps d’Ivan le Terrible. L’une des constructions religieuses
les plus singulières du globe. À l’intérieur notamment, une dizaine de chapelles
qui ressemblent à des bonbonnières.
Pour les amoureux de l’art, une visite de la Galerie Tretiakov s’impose. Cette
galerie d’art est sans doute le musée le plus “russe” du monde. Fondée à partir
de la collection privée du marchand Pavel Tretiakov qui en fit cadeau à la ville
de Moscou à la fin du XIXe siècle, la galerie Tretiakov réunit aujourd’hui plus
de 130 000 œuvres. Sa collection retrace toute l’histoire du pays, tragique
et tumultueuse. Plusieurs stations du métro moscovite sont à elles seules des
musées : Komsomolskaya, Kievskaya, Mayakovskaya... Staline voulait rendre
l’art accessible au peuple, avec des cristaux, bronzes, mosaïques, marbres
et vitraux. Si les escalators sont interminables, les rames sont rapides et
fréquentes.
Découvrir la gastronomie russe. À Moscou, on peut manger des mets exquis.
Il faut certes s’habituer à certaines saveurs, notamment la crème acide, ou
le célèbre et épicé potage Borsjt, à base de betteraves rouges. Se restaurer
au Eliseyevsky Gastronome, Ulitsa Tverskaya 14, en dégustant comme le tsar
d’autrefois : caviar, fromage, poisson et vodka. Se rendre au Café Pouchkine, le
célèbre café de Moscou situé sur le Tverskoie Bulvar 26, où la société moscovite
et les hommes d’affaires se retrouvent autour d’une bonne table. Au menu
l’authentique Bœuf Stroganov, puis pour clôturer le repas, une petite liqueur
Nalivkase...
24
HORLOGER
DE LA MARINE DE L’ÉTAT
de l’Observatoire du Bureau des Longitudes,
du Service Géographique de l’Armée et
du Conservatoire National des Arts et Métiers
12 to 17 March 2013
n MOSCOW
Cruising speed for the Moscow Boat Show
For the 6th Moscow boat show, it will be increasing in
size and exhibiting exclusively the latest technological
achievements. All the boating sectors are now present
for this boat show, which has reached cruising speed. A
visit is an opportunity to tour the most populated city
in Europe. The ten last years have entirely transformed
Moscow which has become a colourful and dynamic
European metropolis. Without contest, Moscow is THE
booming Russian city!
• The Kremlin, a city inside the city, with its churches,
museums and seat of government. The Trinity tower,
dating from the 15th century, is a first-rate observation
post looking over the cathedrals, churches and others
towers. To visit the Kremlin museum is to admire
diamonds, fantastic historical costumes and of course
the incredible Fabergé eggs, truly wonderful miniatures.
• On Red Square we find St. Basil’s Cathedral’s “turrets of
whipped ice-cream”, built in the time of Ivan the Terrible.
This is one of the most unusual religious constructions in
the world. Inside, in particular, are ten chapels that look
like bonbonnières.
Légende.
• For art lovers, a visit to the Tretiakov Gallery is a
must. This art gallery is undoubtedly the most “Russian”
museum in the world. Founded from the merchant Pavel
Tretiakov’s collection, left to the city of Moscow at the
end of the 19th century, the Tretiakov gallery now has
more than 130,000 works. Its collection recounts the
tragic and tumultuous history of the country. Several
Muscovite subway stations are museums in their own
right: Komsomolskaya, Kievskaya, Mayakovskaya, etc.
Stalin wanted to make art accessible to the people, with
crystals, bronzes, mosaics, marbles and stained glass.
Although the escalators are interminable, the trains are
quick and frequent.
• Discover Russian gastronomy. In Moscow, it is perfectly
possible to enjoy exquisite dishes. Admittedly, you need
to be used to some of the flavours, in particular sour
cream, or the well-known spicy Borsjt soup, made with red
beetroots. Enjoy a meal at the Eliseyevsky Gastronome,
Ulitsa Tverskaya 14, and eat as a tsar would have in
the past: caviar, cheese, fish and vodka. Go to the Café
Pushkin, the famous Moscow café located on Tverskoy
Bulvar 26, where Muscovite society and businessmen
meet up for a dinner of traditional Beef Stroganoff, and
end the meal with a small Nalivkas liqueur.
Un siècle et demi de tradition Horlogère
au service de la Marine de l’État.
© zheltikov - Fotolia
Moscou
MÉDAILLE D’OR
GRAND PRIX
HORS CONCOURS
MEMBRE DU JURY
Auricoste équipe toujours la majeure partie des bâtiments
de la Marine Nationale Française, des Sous-Marins Types SNA
jusqu’au prestigieux Porte-Avions Charles-de-Gaulle.
Aujourd’hui, la Spirotechnique (inventeur du scaphandre autonome
de plongée dans sa forme actuelle) renouvelle sa confiance
à la Maison Auricoste pour l’édition de sa nouvelle montre.
Pendant plus de 20 ans, Auricoste et la Spirotechnique,
ont équipé les nageurs de combat de la Marine Nationale
avec leurs montres de plongée.
Sa fiabilité ainsi que sa robustesse ont contribué à faire rentrer
ce garde-temps dans la légende des montres de plongée.
MODÈLE TRAITÉ, ALL BLACK PVD/LDC, BOÎTE ACIER BROSSÉ
INOXYDABLE 316 L, LUNETTE POLIE DIAMANT. DIAMÈTRE : 42 MM,
LIVRÉ AVEC UNE COLLECTION DE 3 BRACELETS PROFESSIONNELS.
LISTE DES POINTS DE VENTE AU 01.45.78.61.11
AURICOSTE.FR
25
PLACE TO BE
30 March to 2 April 2013
Rendez-vous sur la Riviera Chinoise
Le Hainan Rendez-Vous rassemble le marché du luxe où l’on croise yachts,
avions d’affaires, voitures de luxe, immobilier de prestige, joaillerie,
spiritueux… Cette 4ème édition mérite largement un petit séjour sur l’île
de Hainan. C’est en effet le seul endroit de Chine où il est de bon ton
d’exhiber librement sa fortune. Afficher sa solidité sociale et financière
n’est jamais considéré comme un affront mais véritablement comme un
honneur fait à autrui. Compte tenu de la richesse géographique, culturelle
et historique du lieu, se rendre au Hainan Rendez-vous ne se limitera pas
à une immersion dans l’industrie du luxe.
L’île de Hainan, la plus petite province de Chine, est un paradis tropical
situé au nord-est de la mer de Chine méridionale. Sanya, la capitale de l’île,
accueille le luxueux Hainan Rendez-Vous dans la marina du Visun Royal Yacht
Club. Jumelée avec la ville de Cannes, elle est considérée par les Chinois
comme la Riviera du pays et ses kilomètres de plages de sable fin, ses eaux
cristallines riches en poisson et en coraux, sa température annuelle de 25°C,
son ensoleillement de 300 jours par an, ses palaces, ses villas, ses golfs et
ses marinas… contribuent amplement à ce parallèle.
Faire des découvertes culturelles uniques en partant à la rencontre des ethnies
Li et Maio, premières populations installées sur l’île, découvrir leurs us et
coutumes, leurs jeux de tambours, leurs chants et leurs danses. Admirer la
statue de la déesse Guanyin, quatrième plus grande du monde (108 mètres),
située à l’extrémité d’une jetée artificielle construite sur la mer à Sanya.
Explorer à loisir l’espace maritime de Sanya, classé réserve nationale de récifs
coralliens et visiter le zoo des animaux sauvages près du lac Dongshan. C’est le
plus grand zoo d’animaux sauvages tropicaux en Chine et le plus grand d’Asie.
Déguster les spécialités de fruits de mer ainsi que toutes sortes de mets raffinés,
chèvre rôtie (près du cratère du volcan de Qiongshan), canard de Jiaji (dans
la région de la rivière Wauquan de Qiongshan), carpe de Wanquan, plantes
sauvages comestibles…
n Rendez-vous on the Chinese Riviera
The Hainan Rendez-Vous, gathers together the luxury
market, where you will see yachts, business planes,
luxury cars, prestigious real estate, jewellery, spirits, etc.
This 4th Rendez-Vous is worthy of a short stay on the
Island of Hainan. It is the only place in China where it
is considered good form to exhibit one’s fortune freely.
Displaying one’s social and financial solidity is never
considered an affront, but really as an honour to others.
Considering the geographical, cultural and historical
wealth of the site, if you go to the Hainan Rendez-Vous
you will not just be reduced to immersing yourself in the
luxury industry.
M
J
CM
• The island of Hainan, the smallest province of China,
is a small tropical paradise located northeast of the
South China Sea. Sanya, the island’s capital, holds the
luxurious Hainan Rendez-Vous at the Visun Royal Yacht
Club marina. Twinned with the town of Cannes, it is
considered by the Chinese to be the country’s Riviera
and its kilometres of sandy beaches, limpid waters rich
in fish and coral, annual temperature of 25°C, 300 days
of sunshine per year, luxury hotels, villas, golf courses
and marinas all contribute greatly to this comparison.
MJ
CJ
CMJ
N
• There are unique cultural discoveries to be made
by going to the meeting of the Li and Maio ethnic
groups, the first populations to settle on the island, and
discovering their customs and habits, sets of drums,
songs and dances. Admire the statue of the Guanyin
goddess, the fourth largest statue in the world (108
metres), located at the far end of an artificial pier built
in the sea at Sanya.
• Explore at your leisure the Sanya maritime centre,
a national nature reserve of coral reefs, and visit the
tropical safari park near Dongshan Lake. It is the largest
tropical safari park in China and also the largest in Asia.
• Enjoy seafood specialities as well as all sorts of refined
dishes, roast goat (close to the crater of the Qiongshan
Volcano), Jiaji duck (in the region of Qiongshan’s River
Wauquan), Wanquan carp, edible wild plants, etc.
26
C
© Patrycja Caban - Fotolia
Hainan
27
.
PLACE TO BE
25 April to 1 rst May 2013
Le salon nautique de Rio est devenu, au fil des ans, l’un des premiers
événements nautiques d’Amérique Latine. Le nautisme au Brésil se
développe et constitue l’une des filières prometteuses et prioritaires du
gouvernement brésilien, qui souhaite attirer sur ses côtes les plaisanciers du
monde entier. Son potentiel de navigation est exceptionnel et les conditions
de navigation idéales. Cet immense pays offre plus de 7 000 kms de littoral
atlantique et recèle bien d’autres richesses dont sa musique, son soleil, sa
population, ses cultures, ses carnavals et bien entendu sa ville phare : Rio
de Janeiro, la “Belacap”. En fait, n’importe quel événement est une bonne
excuse pour découvrir sous son jour le plus exubérant cette ville fascinante
où tous les sens sont mis en ébullition.
Le gigantesque bloc de granit Pao de Açucar, le “pain de sucre” haut de 400 m.
Il se situe à l’entrée de la Baia de Guanabara. Les plus courageux partent à son
assaut à pied, les autres prendront le téléphérique pour en rejoindre facilement
le sommet. La vue panoramique sur la ville est sublime : les belles plages de
sable fin de Copacabana et les nombreuses îles de la baie.
Encore plus haut, (710 m de dénivelé), le Corcovado avec la gigantesque
statue du Christ Rédempteur (Cristo Redentor) domine la forêt de Tijuca. La
célèbre statue aux bras ouverts protégeant Rio est le symbole de la fraternité
chrétienne universelle.
Tout amateur de football fera un détour à l’Estádio do Maracanã, l’un des plus
grands stades au monde, considéré dans ce royaume du ballon rond comme
un temple sacré. Il a ouvert ses portes en 1950 à l’occasion du championnat
du monde qui se tenait au Brésil - et qui y reviendra d’ailleurs en 2014. Pour
s’imprégner de la culture sportive brésilienne, le plus simple est d’assister à un
match : impressionnant !
La gastronomie à Rio de Janeiro est extrêmement variée et colorée, aux
influences portugaises et africaines : le Churrasco est l’une des préparations
favorites des Cariocas, une viande cuite au barbecue, rehaussée d’oignons
et servie avec du manioc. Le plat national, la Feijoada, est une savoureuse
cocotte, non piquante, de fèves noires et de viande de porc. Elle est servie
accompagnée de petits morceaux d’orange, de farine de manioc, de riz blanc
et de chou. Quant à l’eau de coco, elle se boit directement à la paille dans la
noix. Mais le cocktail typique brésilien reste la Caipirinha, mélange de citron
vert, de glace pilée, de sucre et de cachaça : un délice...
28
Over the years, the Rio boat show has become one
of the leading nautical events in Latin America.
The nautical industry is developing in Brazil and is
considered promising and given priority to by the
Brazilian government, who wishes to attract sailors from
all over the world. Its boating potential is outstanding
and the sailing conditions ideal. This huge country offers
more than 7,000 km of Atlantic coast and conceals
many other treasures, among which its music, sun,
population, culture, carnivals and, of course, its leading
city: Rio de Janeiro, the “Belacap” (beautiful capital).
In fact, any event is a (good) excuse to discover the
most exuberant side of this fascinating city, where the
effervescence reaches out to your very soul.
• The gigantic block of granite called Pao de Açucar,
the “sugar loaf”, 400 m high is located at the entrance
to the Baia de Guanabara. The most courageous climb
it on foot; others take the cable car, the easy way to
get to the summit. The panoramic view of the city is
magnificent: the beautiful sandy beaches of Copacabana
and the many islands of the bay.
• Even higher, (710 m difference in height), the Corcovado
with a gigantic statue of Christ the Redeemer (Cristo
Redentor) overlooks the forest of Tijuca. This famous
open-armed statue protects Rio and is the symbol of
the Universal Christian Brotherhood.
• Any football fan will take a detour to the Estádio C
Maracanã, one of the greatest stadiums in the world
and considered a sacred temple in this kingdom of
football. It opened its doors in 1950 for the World
Championship which was held in Brazil - and which,
moreover, will return there in 2014. To soak up Brazilian
sports culture, the simplest thing to do is attend a
match. It is impressive!
• The gastronomy of Rio de Janeiro is very varied and
colourful, with Portuguese and African influences.
Churrasco is one of the favourite preparations of
Cariocas, meat cooked on the barbecue, flavoured
with onions and served with manioc. The national
dish, Feijoada, is a tasty, mildly spiced casserole of
black beans and pork. It is served with small pieces of
orange, manioc flour, white rice and cabbage. As for
coconut water, it is drunk directly from the nut with a
straw. However, the typical Brazilian cocktail remains
the Caipirinha, a mixture of lime, crushed ice, sugar and
cachaça; a pure delight.
© jér$ome kélagopian
Tous les sens en éveil
n A riot of the senses
© sfmthd - Fotolia
Rio de Janeiro
29
EMBARQUEMENT IMMéDIAT
46
Sense
Compositions photographiques disposées dans d’élégants cadres, vases totems
évoquant les balises en mer, quelques plaids tout doux en jetés de lit, camaïeux
apaisants… À la veille de l’ouverture du Festival de la Plaisance, on visse, on fignole,
on amarre, on astique et… on décore.
© GILLES MARTIN-RAGET
Photographic compositions arranged in elegant frames, totem vases reminding us of
beacons at sea, a few soft plaids as bedspreads, soothing shades, etc. The day before
the opening of the Boat Festival, everyone is screwing things tight, putting the finishing
touches to, tying down and polishing up their work, and, of course, decorating.
30
31
EMBARQUEMENT IMMéDIAT
Scène 2
« Je pourrais rester longtemps, très longtemps ici, assise dans
ce salon où l’éclat de la mer s’infiltre à travers les ouvertures,
véritables fenêtres qui laissent le spectacle du voyage s’inviter
à toute heure. J’aime ce design aux lignes simples et élégantes
associé à l’ingéniosité des équipements. La décoration de cet
espace doit rester très sobre pour ne pas altérer la sérénité
naturelle du lieu. »
Sous l’œil de Roberta Mari
sense 46
Sur les quais du port de Cannes, c’est l’effervescence tandis qu’à bord des seize bateaux présentés par Bénéteau,
Roberta Mari, décoratrice milanaise, prête son talent à créer des ambiances intimes qui donneront immanquablement aux visiteurs
l’envie de s’attarder et la sensation d’être déjà chez eux… S’arrêtant parfois sur ces imperceptibles détails qui font la différence, son
œil aiguisé et sa sensibilité nous emmènent à la découverte du nouveau Sense 46.
The Sense 46 as seen by Roberta Mari.
On the quays of Cannes’ marina, there is a hive
of activity on board the sixteen boats shown by
Beneteau and Roberta Mari, Milanese decorator,
is lending her talent to creating cosy atmospheres
that will inevitably make the visitor wish to stay
longer and give him the feeling of being at home.
Occasionally lingering on those imperceptible
details that make the difference, her keen eye and
her sensitivity lead us to explore the new Sense 46.
Multicolor ceramic with decoration
in nautical rope and leather
“I could stay here a very long time, sitting in this saloon where the brightness of the sea filters in
through the openings, these real windows which bring home the spectacle of the voyage at any time. I
like this design with simple elegant lines combined with the ingenuity of the equipment. The decoration
of this space has to remain very plain so as not to alter the natural peace emanating from it.”
Ceramic bowls in natural color
Scène 1
« Lorsque j’ai pénétré pour la première fois à
l’intérieur de ce nouveau Sense, je suis restée
debout longtemps en bas de cette descente
en pente douce qui lie, sans aucune rupture,
l’intérieur au cockpit. J’ai laissé le bateau se
raconter à moi et il m’a parlé de légèreté,
de lumière, d’espace. Très rapidement j’ai
eu envie de blanc, de teintes claires et de
matières minérales qui sauraient restituer
cette atmosphère unique sur un bateau de
cette taille. »
“When I entered this new Sense for the first time, I remained standing for
a long time at the bottom of this gently sloping companionway linking
the interior to the cockpit, without any interruption. I let the boat tell
me its story and it talked about lightness, light, and space. Very quickly,
I felt the desire for white, light colours and mineral materials, which
would reproduce this unique atmosphere on a yacht of this size.”
Lanterns for deck double glass color
32
© alessandro talarico
Photo frame
33
EMBARQUEMENT IMMéDIAT
Scène 3
« J’adore naviguer mais je ne suis jamais le maître à bord !
Pourtant, cette table à cartes avec vue ouverte sur le cockpit
m’inspire beaucoup dans ce bateau où rien n’arrête jamais
le regard… »
“I love sailing, but I am never in charge! However I find this chart table with an open view of the
cockpit very inspiring, in this boat in which nothing hinders the eye.”
Scène 4
« Ce que je trouve extraordinaire c’est l’art de conjuguer l’ouverture au monde, la vie
ensemble avec une remarquable intimité. Admirez plutôt cette chambre propriétaire
avec son island-bed, ses éclairages indirects et son accès privé à sa pièce d’eau. Les
invités sont également accueillis ici dans la douceur d’un confort cotonneux. »
© GILLES MARTIN-RAGET - Nicolas claris
“What I find extraordinary is the art of combining opening up to the world and life together
with remarkable privacy. Admire this owner room, an island-bed, indirect lighting and private
access to its shower room. The guests are also accommodated here in particularly cosy comfort.”
34
35
EMBARQUEMENT IMMéDIAT
Scène 5
« Certes, je m’intéresse davantage aux ambiances intérieures mais je me
suis fait expliquer l’architecture générale du bateau par ses concepteurs
et j’ai même eu l’immense privilège de naviguer il y a quelques jours en
Baie de Saint-Tropez à bord du Sense 46. J’ai été bluffée par sa stabilité
et sa vitesse. Nous étions deux à bord et je n’ai rien eu d’autre à faire que
me régaler et dessiner, confortablement installée dans le cockpit. »
© GILLES MARTIN-RAGET
“Admittedly, I am more interested in interior moods, but have had the general architecture of the boat explained
to me by its designers and have even had the great privilege of sailing on board the Sense 46 for a few days in the
Bay of St. Tropez. I was impressed by her stability and speed. There were just two of us on board and I had nothing
more to do than to enjoy her and draw, settled comfortably in the cockpit.”
36
37
EMBARQUEMENT IMMéDIAT
La référence Sense
Depuis sa création il y a deux ans, le concept Sense s’est
imposé comme la référence des monocoques de croisières
pour des navigations à la fois simples, libres et apaisantes.
Le concept totalement novateur de cette gamme a
rencontré un tel accueil que ses développeurs lui ont
rapidement donné toute son ampleur. Avec le lancement
à l’automne dernier du Sense 46, les amoureux de la
navigation hédoniste ont désormais le choix entre quatre
modèles uniques (43’, 46’, 50’ et 55’) qui renouvellent
l’art de vivre la mer.
Le Sense 46 reprend toute la puissance innovante du
premier Sense 50. Bateau d’intelligence, de confort, et
d’intimité, son architecture horizontale affranchit la
navigation et la vie à bord de nombreuses contraintes
pour un bien-être inégalé sur un monocoque de croisière.
Privilégiant le bonheur de la vie familiale ou amicale, le
Sense 46 accueille deux cabines spacieuses à l’avant et
conserve la trame d’aménagement qui a fait le succès du
concept. La vie à bord s’organise ainsi en trois espaces, de
la poupe à la proue :
• Un espace de vie sur la mer avec un large cockpit, une
belle plage de bains et un accès libéré à la mer.
• Une aire de vie intérieure propice aux moments partagés
entre un vaste carré qui prend des airs de salon et une
spacieuse cuisine.
• Enfin, la sphère de vie nocturne située à l’avant offre
deux spacieuses cabines doubles, agrémentées chacune de
leurs espaces d’eau privatifs. n
The Sense reference
The Sense 46 has the same innovative power as the first Sense
50. She is an intelligently designed, comfortable and cosy yacht.
Her horizontal architecture frees navigation and life on board
from many constraints, providing a well-being second to none on
a cruising monohull. Putting the pleasure of life with family and
friends to the fore, the Sense 46 has two spacious forward cabins
and keeps the general layout that made the concept so successful.
Life on board is organized into three spaces, from the bow to the
stern:
• A living space at sea with a large cockpit, a beautiful bathing
platform, and easy access to the sea.
• An indoor living space that favours spending time together
between a huge saloon which has all the atmosphere of a sitting
room and a spacious galley.
• Lastly, the night space located to the fore offers two spacious
twin cabins, each with their own private showers.
38
© GILLES MARTIN-RAGET
Since its creation two years ago, the Sense design has made a name
for itself as the reference in cruising monohulls, for calm, simple,
worry-free yachting. This range’s completely innovative concept has
met with such success that its developers were quick to extend the
range. With the launching of the Sense 46, keen pleasure sailors
now have the choice between four unique models (43’, 46’, 50’ and
55’) which bring new meaning to lifestyle at sea.
39
EMBARQUEMENT IMMéDIAT
Swift
Trawler
50
Star de l’automne - Présenté en avant-première mondiale au Festival de la Plaisance de
Cannes, le nouveau Swift Trawler 50 figurait à l’automne dernier parmi les guest stars des grands
salons européens et américains. De Gênes à Southampton, d’Annapolis à Fort Lauderdale,
visiteurs et journalistes se sont précipités pour embarquer le temps de quelques minutes ou de
quelques milles à bord de ce cinquante pieds qui promet mers et merveilles. Sans limite.
© JÉRÔME KÉLAGOPIAN
Autumn star - Shown for the first time internationally at the Festival de la Plaisance de
Cannes (Cannes Boat Show), the new Swift Trawler 50 was one of the guest stars of the major
European and American boat shows last autumn. From Genoa to Southampton, Annapolis to
Fort Lauderdale, visitors and journalists rushed to embark for a few minutes or a few miles on
board this fifty footer that promises unlimited wonders.
40
41
EMBARQUEMENT IMMéDIAT
La conquête de l’espace
Swift Trawler 50
En créant il y a dix ans la gamme Swift Trawler, Bénéteau a donné un nouveau souffle à un marché resté jusque là très ancré dans la
tradition. Sans renier les fondamentaux qui font le charme de ces bateaux inspirés des chalutiers, le Swift Trawler arbore un style
étonnamment contemporain tout en apportant des réponses exceptionnelles aux questions clés de l’autonomie et de l’efficacité
énergétique. Taillé pour le grand voyage, le nouveau Swift Trawler 50 marque une évolution sensible dans l’adaptation aux modes de
vie à bord. Il est le fruit d’une complicité désormais installée entre le bureau d’études moteur Bénéteau, l’architecte Michel Joubert
et le designer Pierre Frutschi, que nous avons rencontré.
Comment percevez-vous l’évolution de la famille Swift Trawler ?
J’ai commencé à collaborer avec Bénéteau lors de la création du
Swift Trawler 52. L’idée de la gamme était de “révolutionner”
le concept du trawler originel en lui apportant un confort de
navigation et de vie à bord qui en ferait un bateau de plaisir
et de sensations. Chaque nouveau modèle n’a cessé d’enrichir
cette proposition et le Swift Trawler 50 décline cette idée à
l’extrême. Les lignes s’affinent encore, les volumes intérieurs
et extérieurs sont exploités au maximum et la priorité donnée
à la sécurité s’affirme dans les moindres détails.
Se protéger de la mer et vivre pleinement la mer, comment
concilier ces deux désirs ?
Pour vivre le voyage en mer dans la plus grande sérénité, chacun
doit se sentir en sécurité quelles que soient les conditions
de navigation. Les mains courantes, partout présentes, et
les francs bords d’une hauteur suffisante pour garantir une
sécurité maximale en navigation n’empêchent aucunement de
profiter au mouillage d’un accès à la mer large, généreux et
astucieux. Le portillon arrière, qui se verrouille en navigation,
s’ouvre sur une magnifique plateforme de bains hydraulique,
véritable terrasse qui comblera toutes les envies de bains, de
plongeons, de farniente…
42
© JÉRÔME KÉLAGOPIAN
Pierre Frutschi
Présentez-nous l’esprit de ce bateau…
Ce nouveau modèle est né sous le signe de la cohérence.
Cohérence des lignes entièrement affinées, retendues pour une
allure toujours plus séduisante. Cohérence dans les espaces de
vie avec les deux niveaux intérieurs que l’on retrouve sur le
fly, contribuant à rééquilibrer les lignes tout en conservant
les hauteurs sous barrots. Le rehaussage de tous les pavois
confère une sécurité réelle et une sécurité visuelle propres à
créer un sentiment de grande sérénité à bord. Nous sommes
en présence d’un bateau rassurant qui saura nous protéger de
la mer et conférer à la vie à bord une intimité intelligente. Plus
qu’un bateau, le Swift Trawler 50 est un port d’attache !
43
© JÉRÔME KÉLAGOPIAN
EMBARQUEMENT IMMéDIAT
44
45
EMBARQUEMENT IMMéDIAT
Si vous nous invitiez à une visite intérieure ?
Je vous dirais avant toute chose que je vous invite à
respirer. Tout l’art de l’aménagement intérieur a consisté
à conférer aux espaces la plus grande générosité tout en
préservant l’intimité. La cabine invités à l’avant offre
des volumes et des aménagements dignes d’une cabine
propriétaire. À l’arrière, la cabine propriétaire prend des
allures de suite. On conserve la possibilité de choisir
entre trois belles cabines doubles (6 couchettes) ou deux
cabines doubles accompagnées d’un bureau avec couchage
d’appoint (5 couchettes). Les 8 m 3 de rangements et
penderies permettent d’aborder les longues périodes
d’autonomie en toute sérénité. Inspirée de celle du Swift
Trawler 52, la vaste cuisine en U invite à s’adonner à
toutes les fantaisies culinaires. Quant au passe-plat entre
la cuisine et le flybridge, on se demandera rapidement
comment on pouvait s’en passer avant !
Lorsque l’on s’attaque au design d’un nouveau
bateau, où puise-t-on son inspiration ?
J’ai la chance de porter en moi un triple
parcours d’architecte en bâtiment, de
designer et de navigateur au long cours. Mais
l’inspiration, l’air du temps, je le respire dans
les échanges permanents que j’entretiens avec
les propriétaires et les chantiers. J’ai ainsi eu
la chance au printemps dernier de me joindre
aux propriétaires de Swift Trawler lors de leur
festif rassemblement annuel à Porquerolles.
Une expérience inoubliable qui m’a donné à
voir, à entendre, à observer chacun dans sa
relation intime avec son bateau. Nous venions
d’achever la conception du Swift Trawler 50
et j’ai éprouvé le formidable sentiment que les
choix réalisés étaient les bons : les amoureux
de la gamme vont se reconnaître pleinement
dans cette nouvelle unité, quant à ceux qui
découvriront le Swift Trawler par ce 50 pieds,
ils seront inévitablement conquis… n
46
© nicolas claris
Comment avez-vous pu gagner tant d’espace ?
Un bateau est un tout et en redessinant intégralement les
œuvres vives du Swift Trawler 50, son architecte Michel
Joubert a conçu une nouvelle carène pour un choix de
motorisation avec pods de propulsion IPS (2 IPS 600).
Outre l’amélioration de la performance énergétique et
de la manœuvrabilité, ce choix de motorisation - plus
compact et ramené à l’arrière du bateau - a permis de
gagner en volume intérieur et confort acoustique.
47
EMBARQUEMENT IMMéDIAT
Pods solution
En abandonnant la propulsion en ligne d’arbre au profit des pods IPS,
le nouveau Swift Trawler 50 gagne une aisance considérable dans les
manœuvres. Bénéteau est le premier fabricant européen à avoir développé
des carènes spécifiques de bateaux à moteur pour la technologie IPS de
Volvo. Ce choix de propulsion très efficace pour les unités de plus de 45
pieds, offre des avantages exclusifs en terme de manœuvrabilité, de confort
à bord et de performance. Ludique, précis, intuitif, le joystick enthousiasmera
les pilotes les plus exigeants autant que les équipages plus hésitants…
By dropping the shaft propulsion systems in favour of IPS pods, the new Swift Trawler
50 gains significantly in ease of manoeuvring. Beneteau is the first European boat
maker to have developed specific motorboat hulls for Volvo’s IPS technology. This
choice of propulsion is very efficient for boats of over 45 feet, offering exclusive
advantages in terms of manoeuvrability, seakeeping and performance. Fun, precise
and intuitive, the joystick will fill the most demanding pilots with enthusiasm, and also
the most hesitant crews.
Conquering space
© JÉRÔME KÉLAGOPIAN
By creating the Swift Trawler range ten years ago, Beneteau gave a new lease of life to a market that had remained greatly anchored
in tradition. Without denying the basic features that give these boats inspired by trawlers their charm, the Swift Trawler sports a
surprisingly contemporary style, while providing outstanding solutions to the key issues of autonomy and energy efficiency. Cut out for
long voyages, the new Swift Trawler 50 marks a significant development in adapting to lifestyles on board. It is the fruit of an established
collaboration between Beneteau’s design office, the architect, Michel Joubert, and the designer, Pierre Frutschi, who we met.
48
How do you perceive the development of the
Swift Trawler family?
“I started working with Beneteau during the
creation of the Swift Trawler 52. The idea of the
range was ‘to revolutionize’ the concept of the
original trawler while providing it with good
seakeeping and living comfort on board, which
would make it a boat giving both pleasure and
sensations. Each new model has continued
to enrich this offer and the Swift Trawler 50
is a variation of this idea in the extreme. The
lines have become more slender and the most
is made of interior and exterior spaces. In
addition, priority is given to safety down to the
smallest detail.”
How do you reconcile the need to protect
yourself from the sea and enjoying it to the
full?
“To enjoy life at sea serenely, everyone must
feel safe no matter what the sailing conditions.
The handrails everywhere, and the freeboards
sufficiently high to provide maximum safety
when sailing do not prevent you from enjoying
an anchorage via a generously wide and cleverly
designed access to the sea. The small door to
the rear, which is locked when sailing, opens
onto a magnificent hydraulic bathing platform,
providing a real terrace that will satisfy any
desire to go bathing, diving or just laze in the
sun.”
Tell us about this boat’s spirit.
“This new model is marked by coherence:
coherence in the completely refined lines
tautened to give her a more appealing
appearance and coherence in the living spaces
with two interior levels, which we find again on
the flybridge, contributing to rebalancing the
lines while maintaining headroom. Raising the
height of all the bulwarks provides both real and
visual safety and this works towards creating a
feeling of great confidence on board. We are in
the presence of a reassuring boat that protects
us from the sea, giving life on board intelligent
intimacy. More than a boat, the Swift Trawler 50
is a home port!”
What if you were to take us on a tour of the
interior?
“The first thing I would say is take a deep
breath. All the art of fitting out the interior
lies in conferring it with the greatest amount
of space, while maintaining one’s privacy. The
forward guest cabin offers spaces and fittings
worthy of an owner cabin. To the rear, the
owner cabin looks much like a suite. You can
still choose between three beautiful double
cabins (6 berths) or two double cabins together
with an office and an extra berth (5 berths). The
8m3 of stowage and hanging lockers mean that
you can confidently consider long periods of
autonomy. Inspired by that of the Swift Trawler
52, the huge U-shaped galley is an invitation
to indulge in culinary extravagances. As for
the service-hatch between the kitchen and the
flybridge, you will quickly wonder how you ever
did without it!“
How did you gain so much space?
“A boat is a whole entity and while completely
redesigning the bottom of the Swift Trawler
50, Michel Joubert, its architect, designed
a new hull for IPS propulsion pod (2 IPS 600)
motorization. In addition to an improvement in
energy performance and manoeuvrability, this
more compact choice of motorization brought
to the rear of the boat, enabled us to increase
the interior space and acoustic comfort.“
When you tackle the design of a new boat,
where do you draw your inspiration from?
“I am lucky to have had a career in which I
have had three different jobs: architect in the
building industry, designer and ocean-going
sailor. However, I take in inspiration and current
trends, through the continuing discussions I
have with owners and boatyards. I therefore
had the opportunity last spring to meet up
with the Swift Trawler owners during their
festive annual gathering in Porquerolles. It was
an unforgettable experience, which allowed
me to see, hear, and observe each person’s
personal relationship with his boat. We had just
completed the design of the Swift Trawler 50
and I had the wonderful feeling that the choices
we made were the right ones. Fans of the range
will recognize themselves fully in this new boat.
As for those who discover the Swift Trawler
through this 50 footer, they will inevitably be
won over.”
49
SPÉCIAL LUXE
L
Luxury
Le luxe
by
a mode, les grands vins, la gastronomie, le parfum, et
plus généralement les belles choses sont les chouchous
des magazines “lifestyle” et ces secteurs, dès lors qu’ils
acquièrent cette indéfinissable aura qui les propulse
dans l’univers du luxe, sont aussi particulièrement à l’honneur
dans la presse économique et financière : ne connaissant pas
la crise, ils affichent une santé souvent qualifiée d’insolente. La
vocation de Bénéteau Magazine n’est pas de se prêter à l’analyse
économique mais plutôt de raconter de belles histoires, alors nous
avons choisi pour vous des personnalités et des marques dont
Taittinger
nous nous sentons proche par leur histoire et leur perception de
ce qui constitue le luxe aujourd’hui. Nous les avons interrogé et
Sturia
leurs réponses dessinent avec des points communs ce contour,
parfois un peu flou, de ce que nous appelons communément le
Wine & Business Club
luxe. Nous avons également eu envie de donner la parole à des
Maison Francis Kurkdjian
propriétaires de bateau d’horizons différents.
Les mots qui viennent à l’esprit en lisant tous ces témoignages
Loro Piana
sont ceux de qualité, d’universalité, de valeurs fortes et de savoirfaire. Un secret, une magie ? Non. Juste un véritable supplément
d’âme qui invariablement ouvre la porte du rêve.
Fashion, great wines, food, perfume, and on a more general note, beautiful things, are much
loved by “lifestyle” magazines, and when these sectors acquire that indefinable aura that propels
them into the world of luxury, they are also particularly honoured by the economic and financial
press. Unaware of the crisis, they often display brazenly good health. The vocation of Beneteau
Magazine is not to engage in economic analysis, but rather to tell good stories. So we have
chosen for you the celebrities and brands we feel close to, because of their history and perception
of what constitutes luxury today. We have questioned them and their answers, with points in
common, depict a sometimes vague outline of what we commonly refer to as luxury. We also
wanted to call on owners of boats from different horizons.
The words which come to mind as we read these observations are those of quality, universality,
© Gilles Marin-Raget
strong values and savoir-faire. A secret? Magic? No. Just an added touch of sensitivity which
52
invariably opens the doorway to dreams.
53
SPÉCIAL LUXE
Pierre-Emmanuel
Taittinger
Président du Champagne Taittinger
Atypique, tenace et dévoué… Les adjectifs pour qualifier PierreEmmanuel Taittinger ne manquent pas. Difficile cependant de faire
entrer cet héritier (il est le petit-fils du fondateur de la Maison de
Champagne Taittinger) dans une seule case. Celui qui racheta en 2006
l’entreprise familiale à un fonds de pension américain connaît le prix
de l’exclusivité… À l’image de son champagne, dont le prestige rayonne
aux quatre coins du monde, Pierre-Emmanuel Taittinger révèle une
personnalité pétillante et généreuse.
Chairman of Champagne Taittinger
Atypical, tenacious and devoted; there is no lack of
adjectives to describe Pierre-Emmanuel Taittinger. It is
difficult however to fit this heir (he is the grandson of
the founder of the Taittinger Champagne House) into
a single box. He, who bought the family company in
2006 from an American pension fund, knows the price
for this exclusive right. In the image of the champagne,
whose prestige extends to the four corners of the
world, Pierre-Emmanuel Taittinger reveals a sparkling
and generous personality.
In a world in crisis, how do you explain that the luxury
products and services sector continues to demonstrate
vitality, creativity and rock-solid health?
Very simply because the excellence from which luxury results
creates dreams and because it can be exported. Luxury, in its
constancy and immutability, carries a beauty that knows no
boundaries. Beauty is immediate, spontaneous and always
finds its public on a global scale. Provided that we make the
products accessible and that we are capable of preserving
know-how in excellence, luxury has a bright future.
Cette approche conditionne-t-elle votre relation personnelle au luxe ? Quelle est-elle ?
© Dominique Cabrelli - Amadou Sow : Studio 106
Mon plus grand luxe consiste à randonner sur les sentiers du massif du Mont-Blanc. Il me suffit donc d’une
paire de chaussures, que je change tous les cinq ans, et de la présence de la montagne pour atteindre une
véritable plénitude. Je contemple cette beauté millénaire gratuitement et pourtant, à mes yeux, il s’agit du
summum du luxe !
www.taittinger.fr
Tous les deux ou trois ans, un grand artiste
rencontre une grande cuvée millésimée…
Le flacon devient la toile et le vin, la muse…
Depuis 1983, la Maison Taittinger invite ainsi un
nom reconnu de l’art contemporain international
à s’emparer de son Champagne. En 2011, c’est le
plasticien sénégalais Amadou Sow qui signait la
dernière pièce de cette collection d’art singulière.
Does this approach condition your personal relationship
with luxury goods? What is it?
My greatest luxury is walking along the footpaths of the Mont
Blanc massif. All I need to achieve a real feeling of plenitude
is a pair of shoes, which I change every five years, and the
presence of the mountain. I contemplate this thousand-yearold beauty free of charge and yet, to my eyes, it is the height
of luxury!
Pour moi, le luxe est avant tout une notion d’excellence. Elle est portée par un projet humain de haute qualité
et concrétisée par des savoir-faire précieux, qui touchent à la perfection. Mais cette excellence doit savoir se
rendre accessible. Je suis fier lorsque l’on dit de notre champagne qu’il est “démocratique” : la part de rêve liée
au luxe se partage. On ne boit pas du champagne tous les jours, mais accéder à ce plaisir de temps en temps est
une valeur forte que je défends. D’ailleurs, pour aller plus loin, je considère que les trois principaux secteurs
du luxe en France sont la Sécurité Sociale, le TGV et bien sûr, le groupe LVMH !
Par ailleurs, ce qui définit le luxe et qui permet à certaines marques comme la nôtre de rayonner mondialement,
c’est la constance de la qualité. Le luxe réclame de savoir durer dans le temps, de décennie en décennie…
Très simplement parce que l’excellence dont est issu le luxe suscite le rêve et parce qu’il s’exporte. Le luxe,
par sa constance, son immuabilité, porte une beauté qui ne connaît pas les frontières. Le beau est immédiat,
spontané et trouve toujours son public à l’échelle de la planète. Pourvu qu’on rende les produits accessibles et
qu’on sache préserver les savoir-faire d’excellence, le luxe a de beaux jours devant lui.
Pierre-Emmanuel Taittinger
In relation to your business, how do you define luxury?
For me, luxury is primarily a notion of excellence. It is guided
by a high quality human-scale project and is given concrete
expression to by precious know-how, touching on perfection.
However, this excellence must find a way to make itself
available. I am proud when people refer to our champagne as
“democratic”: the dream element linked with luxury should be
shared. You don’t drink champagne every day, but enjoying
this pleasure occasionally is a strong value which I defend.
Moreover, to take it further, I consider that the three main
luxury sectors in France are Social Security, the TGV (highspeed train) and of course, the LVMH group!
Furthermore, it is the constancy of quality that defines
luxury and enables some brands to exert their influence
internationally. Luxury needs to last for a long time, from
decade to decade.
Comment, au regard de votre activité définissez-vous le luxe ?
Dans un monde en crise, comment expliquez-vous que le secteur des produits et services de luxe
continue à afficher un dynamisme, une créativité et une santé à toute épreuve ?
Taittinger Collection
Taittinger Collection
Every two or three years, a great artist meets
a great vintage cuvée. The bottle becomes the
painting and the wine, the muse. Since 1983,
the Taittinger Champagne House has invited a
well-known contemporary international artist
to take possession of its Champagne. In 2011,
the Senegalese visual artist, Amadou Sow,
created the latest piece in this unique art collection.
54
55
SPÉCIAL LUXE
Laurent Dulau
Managing Director of Sturia
Laurent Dulau
Uncompromising aesthete and passionate lover
of beautiful products, a year ago Laurent Dulau
took over as managing director of Sturia, the brand
of “ top qualit y” caviar located in southwest
France. Following twenty years in the wine sector,
this specialist in the sensory analysis of wines now
embodies the requirements of the Sturia brand. This
is a fish-farmed caviar reputed to be one of the best in
the world, founded on twenty years of know-how and
scrupulous care for the fish and the environment. The
result is an outstanding product of constant quality
that captivates connoisseurs from Dubai to Shanghai.
Directeur Général de Sturia
Esthète intransigeant et amoureux fou des beaux produits, Laurent
Dulau a pris il y a un an la direction de Sturia, la marque de caviar
“Haute-Couture” implantée dans le sud-ouest de la France. Après
vingt années passées dans le secteur viti-vinicole, ce spécialiste de
l’analyse sensorielle des vins incarne désormais l’exigence de la marque
Sturia. Un caviar d’aquaculture réputé pour être l’un des meilleurs au
monde, fondé sur vingt ans de savoir-faire et un respect scrupuleux des
poissons et de l’environnement. À la clé, un produit d’exception dont la
qualité constante captive les amateurs, de Dubai à Shanghai.
In relation to your business, how do you define luxury?
Luxury is based permanently on the ability to create exclusivity,
and offer a perfect product that touches on the sublime. For
Sturia, it is the alchemy between the authenticity of origin,
exclusiveness of rare selections and perfect control of a knowhow that is both traditional and industrial. And then there is
the magical side. A brand penetrates the luxury world when
it escapes from market contingencies. It offers a dream and
that changes everything. However, in my opinion, luxury
is beautiful but never bling-bling. Full of meaning, it must
play a part in our society and show concern for sustainable
development, in all its aspects. Brands must be responsible;
they have this ability.
Does this approach condition your personal relationship
with luxury goods? What is it?
Absolutely. Luxury is experiencing proven pleasure faced with
beauty. It inspires great respect and is what I feel with regards
to the generosity and wealth of the Basque Country market in
the early morning, the immensity and peacefulness of a night
watch on a yacht, and also the end of a meal whose dishes
and the accompanying wines are matched to perfection.
Comment, au regard de votre activité définissez-vous le luxe ?
Le luxe repose définitivement sur la capacité à créer l’exclusivité. À proposer un produit parfait qui touche
au sublime. Pour Sturia, c’est l’alchimie entre l’authenticité d’une origine, l’exclusivité de sélections rares et
la maîtrise parfaite d’un savoir-faire à la fois artisanal et industriel. Et puis il y a cet aspect magique : une
marque pénètre dans l’univers du luxe lorsqu’elle échappe aux contingences des marchés. Elle offre du rêve
et cela change tout. Cependant, à mes yeux, le luxe est beau mais n’est jamais “bling-bling”. Plein de sens, il
doit jouer un rôle dans notre société et se préoccuper du développement durable, dans tous ses aspects. Les
marques doivent être responsables, elles en ont les capacités.
Philippe Etchebest, l’ambassadeur étoilé de Sturia
Cette approche conditionne-t-elle votre relation personnelle au luxe ? Quelle est-elle ?
À la tête de l’Hostellerie de Plaisance***** à Saint-Emilion, le Chef Philippe
Etchebest a obtenu deux étoiles au prestigieux Guide Michelin. En fervent
défenseur des produits d’Aquitaine, il est l’ambassadeur des produits
Sturia. Sur le site de la marque, on découvre les créations exclusives qu’il a
mises au point pour le producteur de caviar : terrines d’esturgeon nature
ou aux épices, filet d’esturgeon mariné… Le luxe se met à table !
Tout à fait. Le luxe est l’expérience du plaisir éprouvé face à la beauté. Elle inspire un respect immense et
c’est ce que je ressens face à la générosité et à la richesse d’un marché du pays basque au petit matin, face à
l’immensité et à la sérénité d’un quart de nuit sur un voilier ou encore face à l’aboutissement d’un repas qui
associe à la perfection les mets et les vins.
Dans un monde en crise, comment expliquez-vous que le secteur des produits et services de luxe
continue à afficher un dynamisme, une créativité et une santé à toute épreuve ?
Philippe Etchebest, the starred Sturia ambassador
Owner of the Hostellerie de Plaisance***** in St. Emilion, the Chef Philippe
Etchebest was awarded two stars in the prestigious Michelin Guide. A fervent
defender of products from Aquitaine, he is the ambassador of Sturia’s products.
On the brand’s website, we find exclusive creations which he developed for the
caviar producer: plain or spicy sturgeon terrines, fillet of marinated sturgeon.
Luxury comes to the dinner table!
56
© STURIA
Le luxe vend du rêve et nous le désirons tous ardemment. Les personnes riches le sont de plus en plus : elles
veulent accéder à des produits hors du commun. Et, sans en avoir forcément les moyens, les autres s’imposent
des choix afin de tester le luxe et de s’offrir, elles aussi, une part du rêve…
www.caviar-sturia.com
In a world in crisis, how do you explain that the luxury
products and services sector continues to demonstrate
vitality, creativity and rock-solid health?
Luxury sells dreams and we all desire them ardently. There
is an increasing number of rich people. They want to have
access to unusual products. And, without necessarily having
the resources, the others set down choices to test luxury and
also offer themselves a share of the dream.
57
SPÉCIAL LUXE
Alain Marty
Chairman and Founder of the Wine & Business Club
First European club of company directors and wine amateurs.
Alain Marty
Grandson of a Catalan wine grower, Alain Marty
created his first company exporting luxury products
in China 19 years ago. In 1991, he founded the Wine
& Business Club on a threefold theme combining
economy, gastronomy and wine. Thus, the epicureans
of the business world meet up once a month at the
sixteen clubs in Europe for an economic conference,
wine tasting and gourmet dinner organized by three
wine growers. The evenings always take place in
prestigious hotels, welcoming a well-known company
director. The W&B Club now numbers 2,500 sponsored
members and its ambition is to maintain a hundred
international Clubs by 2016. It will then be the top
international wine-tasting network.
This insatiable entrepreneur and fervent campaigner
for luxury is also the author of seven books (among
which “Ils vont tuer le vin français”) and editor on BFM
radio and TV.
PDG et Fondateur du Wine & Business Club
Premier club européen de chefs d’entreprise, amateurs de vins.
Petit-fils de vigneron catalan, Alain Marty a créé sa première entreprise
d’exportation de produits de luxe en Chine à 19 ans. En 1991, il fonde le
Wine & Business Club autour d’une triple thématique alliant économie,
gastronomie et vin. Seize Clubs en Europe réunissent ainsi une fois par
mois les épicuriens du monde des affaires autour d’une conférence
économique, d’une dégustation de vins animée par trois vignerons
et d’un dîner gastronomique. Les soirées se déroulent toujours dans
de prestigieux hôtels accueillant pour l’occasion un chef de renom.
Le W&B Club compte aujourd’hui 2500 membres parrainés et porte
l’ambition de faire vivre une centaine de Clubs dans le monde à
l’horizon 2016. Il sera alors le premier réseau mondial de dégustation
de vins. Cet insatiable entrepreneur, ardent militant du luxe, est
également auteur de sept livres (dont “Ils vont tuer le vin français”) et
chroniqueur sur BFM radio et tv.
With regard to your activities, how do you define luxury?
In the world of wine, I would say that we are in the presence of
a luxury product when the mark takes us beyond the product
and its name alone is enough to transport us. If you are
served an Yquem or Lafitte, you know that there is no need
to ask whether the wine is good. Moreover, I am battling
against great wines being given scores which makes no sense.
The luxury product is a product whose quality is obvious,
has nothing more to prove, and which requires no thought
in its evaluation. It is a product beyond the product, whose
brand is enough to distinguish it. We enter the realms of pure
pleasure, in which we indulge without doubt or reservation.
Comment, au regard de votre activité définissez-vous le luxe ?
Dans l’univers du vin, je dirais que nous sommes en présence d’un produit de luxe lorsque la marque nous
porte au delà du produit et que seule son évocation suffit à nous transporter. Si l’on vous sert un Yquem ou
un Lafitte, vous savez que vous n’avez pas à vous demander si le vin est bon. Et je mène d’ailleurs un combat
contre la notation des très grands vins, qui n’a aucun sens. Le produit de luxe est celui dont la qualité est
une évidence, celui qui n’a plus rien à démontrer et vis à vis duquel la réflexion n’est pas nécessaire à son
évaluation : un produit au-delà du produit, dont la marque suffit à le distinguer. On passe alors la porte du
plaisir pur, celui auquel on s’abandonne sans aucun doute, aucune arrière-pensée.
Wine & Business dans le monde
Paris (Bristol, Shangri-la)
Province : Reims, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Rennes, Tours,
Strasbourg, Angers, Perpignan, Lille.
International : Genève, Monaco, Bruxelles, Luxembourg
Ouvertures en 2013 : Londres, Milan, Barcelone, Düsseldorf, Shanghai, Pékin.
Thème de la dernière conférence : le e-commerce est-il compatible avec le
monde du luxe ?
Cette approche conditionne-t-elle votre relation personnelle au luxe ? Quelle est-elle ?
Très probablement. J’aime l’univers du luxe qui évoque pour moi un refuge dans l’excellence, quelque chose
d’extrêmement reposant. J’ai construit ma vie dans le luxe et c’est un mot qui se teinte pour moi de beauté,
d’esthétisme, de perfection et d’élégance. La notion de prix en est la contrepartie mais en aucun cas la condition.
Dans un monde en crise, comment expliquez-vous que le secteur des produits et services de luxe
continue à afficher un dynamisme, une créativité et une santé à toute épreuve ?
Wine & Business throughout the world
Paris (Bristol, Shangri-la)
French provinces: Reims, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Rennes, Tours,
Strasbourg, Angers, Perpignan, and Lille.
International: Geneva, Monaco, Brussels, Luxemburg
Opening in 2013: London, Milan, Barcelona, Düsseldorf, Shanghai, and Beijing.
Theme of the last conference: is E-commerce compatible with the world of luxury?
www.winebusinessclub.com
58
In a world in crisis, how do you explain that the luxury
products and services sector continues to demonstrate
vitality, creativity and rock-solid health?
The world has reached a pyramidal structure which has
resulted in an increasing number of rich people. Among
them, new populations have appeared on the luxury product
demand scene. The Chinese and Russians, to name but
two, are hungry for luxury. This is one of the most obvious
explanations.
© 100% photos
Le monde a atteint une structure pyramidale qui fait que les gens riches y sont de plus en plus nombreux.
Parmi eux, de nouvelles populations sont apparues sur l’échiquier de la demande de produits de luxe. Chinois
et Russes, pour ne citer qu’eux, ont faim de luxe. C’est une des explications qui me semble la plus évidente.
Does this approach condition your personal relationship
with luxury goods? What is it?
Most likely. I like the world of luxury, which for me conjures
up a refuge in excellence, something that is extremely
restful. I have built my life on luxury and, as far as I am
concerned, it is tinged with beauty, aestheticism, perfection
and elegance. The price notion is the counterpart, but under
no circumstances is it the condition.
59
SPÉCIAL LUXE
Francis Kurkdjian
Maison Francis Kurkdjian Creator Perfumer
Francis
He talks about perfume like no one else, with images
that speak to everyone. Born an artist, Francis Kurkdjian
became a perfume composer, out of an association of
ideas, out of an ability to breathe in his era, out of
curiosity for combinations and all the raw materials,
out of the pleasure of pleasing, and out of a taste for
taking risks; an antidote to boredom.
Going against the trend of mass-produced perfume,
he was the first to open his tailor-made perfume
workshop in 2001. In 2009, clearly undaunted by the
economic crisis and an industry that left little place
to the perfumer, he created Maison Francis Kurkdjian,
with Marc Chaya. It takes courage to swim against
the tide. This Maison is free of constraint, bathed in a
sensual and delicate perfectionism. Over the months
it has been enriched with many-faceted creations,
contemporary and freely expressed in the pure
tradition of fine French perfumery.
Kurkdjian
Créateur Parfumeur Maison Francis Kurkdjian
Il raconte le parfum comme personne avec des images qui parlent à
tout le monde. Né artiste, Francis Kurkdjian est devenu compositeur
de parfums. Par association d’idées. Par aptitude à humer son époque.
Par curiosité pour les rencontres et toutes les matières premières.
Par plaisir de faire plaisir. Par goût du risque aussi, antidote à l’ennui.
À contre courant de la vague de démocratisation du parfum, il est le
premier à ouvrir en 2001 son atelier de parfum sur mesure. En 2009,
comme une évidente synthèse au beau milieu d’une crise économique
et d’une industrie qui laissait peu de place au parfumeur, il crée avec
Marc Chaya la Maison Francis Kurkdjian : il faut du beau pour résister à
la pression de l’époque. Cette Maison est libre, d’un perfectionnisme
sensuel et délicat. Au fil des mois elle s’enrichit de créations aux
multiples visages, expression contemporaine et libre conçue dans la
pure tradition de la belle parfumerie française.
Fête de la musique à L’ambassade
de France à New-York : installation
olfactive et visuelle. Champagne !
Bulles roses et esprit de Paris.
Au lieu de s’installer confortablement dans un départ de carrière
éblouissant, Francis Kurkdjian
ouvre le champ des possibles
et prête son nez à de multiples
expériences artistiques. En se
lançant dans la re-création du
parfum de Marie-Antoinette, il
remonte dans le temps jusqu’aux
sources de son métier, tout là-bas
dans le XVII ème siècle. Il crée
également des installations olfactives dans des espaces gigantesques
et donne à rêver avec d’éphémères et spectaculaires performances
parfumées : Grandes Eaux Nocturnes de Versailles. Nuit européenne
des musées au Grand Palais Paris, Exposition universelle de Shanghai,
Lumière des Innocents à Florence...
Comment, au regard de votre activité définissez-vous le luxe ?
Le luxe en parfum c’est le travail bien fait. C’est maîtriser son art, la technique de composition et raconter
une belle histoire qui fait rêver. Dans ma Maison, j’ai exprimé cette vision qui se résume pour moi par le luxe
des détails, des finitions bien faites et réfléchies. Ces détails sont partout: dans la forme des flacons dont la
taille du verre est réalisée comme celle d’un flacon cristal, dans le logo gravé à même le verre, dans le col des
flacons, les bouchons, le packaging, le choix de la tonalité d’or... Tout est fait avec soin, temps et attention.
Cette approche conditionne-t-elle votre relation personnelle au luxe ? Quelle est-elle ?
Ma relation au luxe est la même que celle que j’ai pour ma Maison. Je recherche des choses bien faites, de
bonne facture, qu’il s’agisse d’huile d’olive, d’un sac de voyage ou d’une montre. Tourner chaque chose avec
une forme d’élégance et de raffinement c’est ça le luxe. Chacun son raffinement, chacun son élégance.
Dans un monde en crise, comment expliquez-vous que le secteur des produits et services de luxe
continue à afficher un dynamisme, une créativité et une santé à toute épreuve ?
www.franciskurkdjian.com
60
© N.Baetens
Luxe et créativité sont intimement liés, puisque c’est avec des moyens que la haute technologie, tout comme
les artisanats d’art, servent l’expression artistique. L’industrie du luxe permet à tout cela de continuer d’exister
et on ne peut que s’en réjouir. Et je crois qu’il n’est pas juste de dire que le monde est en crise. C’est le monde
occidental qui est en crise.
Music Festival at the French Embassy in New York: olfactory and visual
installation. Champagne! Pink bubbles and the spirit of Paris.
Instead of settling comfortably into the beginnings of a dazzling career,
Francis Kurkdjian widened the field of possibilities and lent his nose to multiple
artistic experiments. By embarking on the re-creation of the fragrance worn
by Marie Antoinette, he steps back in time to the origins of his trade, all
the way back to the 17th century. He also creates olfactory installations in
huge spaces and sets one dreaming with spectacular short-lived fragrant
performances: Grandes Eaux Nocturnes in Versailles. European Night at
the Grand Palais Museums in Paris, Shanghai World Expo, La Lumière des
innocents in Florence, etc.
In relation to your business, how do you define luxury?
Luxury in perfume is work well done. It is controlling your art,
the composition technique and telling a beautiful story that
makes people dream. In my Maison, I have expressed this
vision, which, for me, can be summarized by the luxury of
details, of well-achieved and well-thought out results. These
details are everywhere: in the shape of the bottles whose
glass is cut like that of crystal, in the logo engraved in the
glass, in the neck of the bottles, the stoppers, the packaging,
the choice of gold colour, etc. Everything is done with time,
care, and concern.
Does this approach condition your personal relationship
with luxury goods? What is it?
My relationship with luxury is the same as my relationship
with my Maison. I look for things that are well-made, of good
workmanship, whether it be olive oil, a travelling bag or a
watch. Crafting each item with an elegant and refined shape,
that is luxury. To each his own refinement and elegance.
In a world in crisis, how do you explain that the luxury
products and services sector continues to demonstrate
vitality, creativity and rock-solid health?
Luxury and creativity are intimately linked, since it is with the
right means that high technology serves artistic expression, as
do arts and crafts. The luxury industry is what enables all this
to continue to exist and we can only rejoice in that. I believe
that it is not right to say that the world is in crisis. It is only
the Western world that is in a state of crisis.
61
SPÉCIAL LUXE
Dans un monde en crise, comment expliquez-vous que
le secteur des produits et services de luxe continue à
afficher un dynamisme, une créativité et une santé à
toute épreuve ?
Pier Luigi
La crise a conduit les consommateurs à se rapprocher
des valeurs refuges, qui résistent au temps. Devenus plus
exigeants, ils ont rassemblé leurs investissements sur des biens
de qualité. De ce fait Loro Piana se doit de continuer à accéder
aux meilleures matières premières du monde, de poursuivre la
recherche de l’excellence dans le choix des matières, la création
et la réalisation de produits 100% Made in Italy.
Loro Piana
CEO de Loro Piana
Fidèles héritiers de la tradition familiale, Pier Luigi et Sergio, fils
de Franco Loro Piana, ont conjointement repris dans les années 70
les responsabilités de leur père à la tête de l’entreprise fondée par
leur aïeul à la fin du 19ème siècle. Ils en assurent la présidence par
alternance tous les trois ans. Au fil de six générations, l’entreprise
qui fournit des tissus de cachemire et de laines exclusives a atteint
l’excellence de la transformation du cachemire. Vêtements,
accessoires et cadeaux, sont réalisés en Italie, avec les meilleures
matières premières disponibles dans le monde. En conjuguant la
technologie à la tradition italienne de l’artisanat et de la couture,
le nom de Loro Piana s’est imposé comme une référence dans
l’univers du luxe. En passionné de voiliers, Pier Luigi, s’exprime pour
la marque.
Faithful heirs to the family tradition, in the 1970s, Pier Luigi and
Sergio, sons of Franco Loro Piana, jointly took over the responsibilities
of their father at the head of the company founded by their great
uncle Pietro Loro Piana in 1924.. In alternation every three years,
they ensured the chairmanship. Over six generations, the company,
supplying exclusive cashmere and wool fabrics, achieved excellence
in processing cashmere. Their clothing, accessories and gifts, are
made in Italy, with the best available raw materials in the world. By
combining technology with the Italian craft and designer clothing
tradition, Loro Piana made a name for itself as a reference in the
world of luxury.
In relation to your business, how do you define luxury?
You want me to say how I would define luxury. I would prefer to speak
either about the quality of the products, or about the brand. In my eyes, the
pyramidal triple A (Accessible, Aspirational and Absolute) segmentation of
luxury defined by Bain&Co seems the most realistic and, in this configuration,
Loro Piana can be situated in Absolute.
For six generations, we have built our brand’s reputation on the exclusive
use of the finest raw materials, but also, and this is less well known, on
that of innovative technology. We treat equally cashmere from Mongolia,
Baby Cashmere and the exceptional Vicuna - an animal originating from
the Andes, which was threatened with extinction a few years ago and was
saved thanks to the expertise we placed at the disposal of the Peruvian
government. Loro Piana rediscovered the Lotus flower, an ancestral raw
material, which enabled him to market it outside Burma. A little by chance, I
encountered this plant during my travels: it is lighter than summer cashmere
and all mixtures of flax and silk, much less creaseable than flax, much softer
and, above all, rarer than all these materials. It is also more valuable. Our
philosophy of the luxury product is based primarily on the search for true
quality and the ability to adapt the values of our clients to our clothing
through an excellent knowledge of their lifestyles.
Comment, au regard de votre activité définissez-vous le luxe ?
Parler de définition du luxe… Je préfère parler soit de la qualité des produits, soit de la marque. À mes yeux, la
segmentation pyramidale du luxe par le triple A (Accessible, Aspirational et Absolute) définie par Bain & Co me parait
être la plus réaliste et, dans cette configuration, Loro Piana se situe dans l’Absolute.
Depuis six générations, nous avons construit la réputation de notre marque sur l’utilisation exclusive des plus belles
matières premières mais aussi, et cela se sait moins, sur celle de la technologie innovante. Nous traitons avec le même
sens de l’exclusivité le cachemire provenant de Mongolie, le Baby Cachemire, l’exceptionnelle Vigogne - cet animal
originaire des Andes qui était il y a quelques années en voie d’extinction a d’ailleurs été sauvé grâce à l’expertise que
nous avons mise à disposition du gouvernement péruvien. Loro Piana a redécouvert la fleur de Lotus, matière première
ancestrale pour lui donner la possibilité d’être commercialisée à l’extérieur de la Birmanie. J’ai rencontré ce végétal un
peu par hasard, à l’occasion d’un de mes voyages : il est plus léger que le cachemire d’été et que tous les mélanges lin et
soie, beaucoup moins froissable que le lin, plus doux et surtout plus rare que toutes ces matières. Plus précieux aussi…
Notre philosophie du produit de luxe se base essentiellement sur la recherche de la qualité authentique et sur la capacité
à transposer dans nos vêtements les valeurs de nos clients par une excellente connaissance de leur style de vie.
Les prochaines régates attendues pour 2013 sont la “Loro Piana
Caribbean Superyacht Regatta & Rendez-Vous 2013” dans les Îles
Vierges britanniques du 20 au 23 mars et la “Loro Piana Superyacht
Regatta” du 4 au 8 Juin à Porto-Cervo.
Cette approche conditionne-t-elle votre relation personnelle au luxe ? Quelle est-elle ?
Does this approach condition your personal relationship with luxury
goods? What is it?
It does indeed. My approach is reflected in my life by seeking excellence and
quality in products, techniques and nature. Many items of Loro Piana clothing
were designed in answer to our own demands during our spare time. My
brother Sergio and I have shared true family passions for generations: sailing,
horse riding, and classic cars. My brother has a preference for horsemanship
and me for sailing. Since childhood, sailing and the sea have always been
my passion. As often as I can during the year, I sail my boat My Song, a Maxi
class. Loro Piana encourages sailing and horse-riding, with its own sports
teams, not as a marketing choice, but thanks to a passion for nature, the
challenge and sharing sensations with others. These passions are an open-air
laboratory and from this unconditional love was born our exclusive “Storm
System” patent, making it possible to make fibre water and wind proof and
resistant. It was initially applied to our own sports requirements.
In a world in crisis, how do you explain that the luxury products and
services sector continues to demonstrate vitality, creativity and rock-solid
health?
The crisis has led consumers to draw closer to safe-havens, which stand up
to time. More demanding, they have gathered together their investments in
quality goods. Due to this, Loro Piana must continue to use the best raw
materials in the world, the search for excellence in the choice of materials,
and the creation and manufacture of products 100% Made in Italy.
© LORO PIANA
En effet, mon approche se reflète dans ma vie en cherchant l’excellence et la qualité dans les produits, les techniques,
la nature. Beaucoup de vêtements Loro Piana ont été conçus en réponse à nos propres exigences lors de notre temps
libre. Mon frère Sergio et moi partageons de véritables passions de famille depuis des générations : voile, équitation,
et automobile classique. Mon frère a une préférence pour l’équitation et moi pour la voile. Depuis l’enfance, la voile
et la mer m’ont toujours passionné. Je barre mon bateau My Song, catégorie Maxi, le plus souvent que je peux durant
l’année. Loro Piana encourage la voile et l’équitation, avec ses propres équipes sportives, non pas par choix marketing,
mais par passion pour la nature, pour le challenge et le partage de sensations. Ces passions sont un laboratoire à
ciel ouvert et de cet amour inconditionnel est né notre brevet exclusif “Storm System”. Permettant de rendre la fibre
imperméable et résistante à l’eau et au vent, il s’est d’abord appliqué à nos besoins dans le sport.
Pier Luigi Loro Piana - CEO
The next regattas planned for 2013 are “Loro Piana Caribbean Superyacht
Regatta & Rendezvous 2013” in the British Virgin Islands from 20 to 23 March
and the “Loro Piana Superyacht Regatta” from 4 to 8 June in Porto-Cervo.
www.loropiana.com
62
63
SPÉCIAL LUXE
Votre bateau,
un luxe ?
Do you consider your boat a luxury?
China
Deng Fan - Shenzhen
Sense 43
Brasil
Selon vous, être propriétaire d’un bateau est-il synonyme de luxe ?
Quatre propriétaires Bénéteau
des quatre coins du monde
parlent de leur vision du luxe.
Four Beneteau owners
from four corners of the world
give their views on luxury.
Non, personnellement je ne pense pas que posséder un bateau rime avec
le luxe. C’est un sport d’eau très amusant, qui me permet d’affronter
un grand nombre de défis : ceux qu’on relève dans la réalité.
Luis Roberto Nickel - Curitiba
Swift Trawler 44
Côtoyez-vous d’autres milieux du domaine du luxe, que ce soit à
l’ échelle de petites ou grandes choses, et lesquelles ?
Je dirais les voyages. Avant que je ne commence à naviguer, c’était le
domaine le plus “luxueux” de ma vie.
Selon vous, être propriétaire d’un bateau est-il synonyme
de luxe ?
Qu’est pour vous le nec plus ultra du luxe ?
Oui, c’est sûr, mais je possède un bateau pour mon plaisir
et pour passer des moments agréables en famille. J’ai n’ai
pas acheté un bateau pour le montrer ou pour concurrencer
quelqu’un.
Naviguer à travers le monde avec mes amis et ma famille, sans aucune
limite de temps, ni aucune contrainte concernant les affaires ou le
travail.
Pourquoi avoir choisi Bénéteau ? Pourquoi ce modèle spécifique ?
Côtoyez-vous d’autres milieux du domaine du luxe, que ce
soit à l’ échelle de petites ou grandes choses, et lesquelles ?
Le premier bateau que j’ai acheté était une vedette, un Sea Ray 270.
J’ai d’abord participé à la régate “China Cup” en 2010 avec un de mes
amis qui avait un Océanis 50. Après ça, je suis tombé amoureux de la
voile et j’ai commencé à chercher un voilier. Mon ami, Angel Zhou,
le directeur général de la société Simpson Marine Ltd, m’a conseillé
de commencer par un petit voilier : un Sense 43. À ce moment-là, il y
en avait peu sur le marché. Alors quand j’ai vu la brochure, j’ai su que
c’était celui-là que je cherchais.
Non, seulement mon bateau, c’est ma passion.
Are you used to other areas of luxury in your life, in relation to small or large
objects or items. If so, which ones?
I would say travelling. This is the most luxurious part of my life before I started sailing.
© jÉRÔME KÉLAGOPIAN
As far as you are concerned, what is the real ultimate Luxury?
Sailing around the world with friends and family, with no time limits, business or
work.
64
Sillonner les hautes mers, traverser les océans avec ma famille.
Pourquoi avoir choisi Bénéteau ? Pourquoi ce modèle
spécifique ?
Are you used to other areas of luxury in your life, in relation to
small or large objects or items. If so, which ones?
No. Just my boat. My boat is my passion.
Surtout la réputation de la marque. Bénéteau est connu comme
étant le meilleur constructeur de voiliers. J’ai vu un Swift
Trawler au salon nautique de Rio de Janeiro et j’ai eu comme
un coup de foudre. Dès que je suis monté sur le bateau, j’ai
réalisé que ce serait le mien. J’ai vu un 34 mais j’ai décidé
d’acheter un 44 pour les balades en famille, il me fallait un
plus gros bateau. Nos croisières comptent 6 à 10 personnes,
soit 3 générations !
Does owning a mean luxury for you?
Please explain your vision and feelings? No, personally, owning a boat does not
conjure up an image of luxury. It is a most agreeable water sport that brings with
it a lot of challenges: the kind you feel and face up to in real life.
What influenced you in choosing Beneteau and this specific model?
The first boat I bought is a Sea Ray 270, which is a power boat. I first took part in
the China Cup regatta in 2010 with a friend of mine who has an Oceanis 50. After
that, I fell in love with sailing, then I started to look for a sailing boat and my friend –
Angel Zhou who is the general manager of Simpson Marine Ltd - recommended that
I start with a small sailing boat: a Sense 43. At that moment there were not many
on the market. When I first looked at the brochure, I said to myself that it was the
one I was looking for.
Qu’est pour vous le nec plus ultra du luxe ?
Does owning a mean luxury for you?
Yes, it certainly means luxury, but I own a boat just for my pleasure
and to spend leisure time with my family. I didn´t buy a boat to
show it to others or to compete with anyone.
As far as you are concerned, what is the real ultimate Luxury?
Cruising the open seas, crossing the ocean with my Family.
What influenced you in choosing Beneteau and this specific
model?
Especially the brand tradition. Beneteau is known for producing the
best sailboats. I saw a Swift Trawler at Rio de Janeiro Boat show
and it was like love at first sight. As soon as I entered the boat I
realized that it would be mine. I saw a 34 but decided to buy a 44
because of my family. I needed a larger boat. We take six to ten
people on our cruises: three generations!
Luxury
65
SPÉCIAL LUXE
Votre bateau,
Do you consider your boat a luxury?
un luxe ?
United states
Russia
Robert Taishoff - Annapolis, Maryland
Boris Latkin - Saint-Pétersbourg
Oceanis 50
Sense 55
Selon vous, être propriétaire d’un bateau est-il synonyme
de luxe ?
Selon vous, être propriétaire d’un bateau est-il synonyme de luxe ?
Posséder un bateau, c’est vraiment le summum du luxe. Les liens de
notre famille se resserrent au fil des balades en mer et nous sommes
extrêmement heureux, à notre aise sur notre Océanis 50, notre
“chez-nous-loin-de-chez-nous”.
Je ne crois pas que le fait de posséder un voilier soit synonyme
de luxe. En commençant par acheter un Sense 50 et maintenant
un Sense 55, j’ai cherché un rapport qualité-prix raisonnable.
Côtoyez-vous d’autres milieux du domaine du luxe, que ce
soit à l’ échelle de petites ou grandes choses, et lesquelles ?
Côtoyez-vous d’autres milieux du domaine du luxe, que ce soit à
l’ échelle de petites ou grandes choses, et lesquelles ?
Je possède une maison au bord de la plage en Floride, ainsi qu’un
chalet de montagne dans le Montana. Ce sont deux endroits
merveilleux où je passe du temps avec ma famille et mes amis, mais
rien de comparable au temps passé à bord de nos bateaux Bénéteau
à sillonner la baie de Chesapeak dans le Maryland et la Virginie. Ce
n’est pas un hasard si tous mes bateaux portent le nom de Promise.
Qu’est pour vous le nec plus ultra du luxe ?
Je dois dire que le luxe ultime serait de posséder un des yachts
Monte Carlo, pourquoi pas le MCY 76 ?
Pourquoi avoir choisi Bénéteau ? Pourquoi ce modèle spécifique ?
Does owning a boat mean luxury for you?
Owning a boat really is the ultimate luxury. Our entire family
grows closer as we spend time on the water together and we are
extremely happy and comfortable on our home-away-from-home,
our Oceanis 50.
Qu’est pour vous le nec plus ultra du luxe ?
Pour moi, le luxe, c’est la santé, la famille et avoir tout le temps
de naviguer sur mon Sense 55 !
Are you used to other areas of luxury in your life, in relation to
small or large objects or items. If so, which ones?
I own a house on the beach in Florida as well as a Ski home in
Montana both are wonderful places to spend with family and friends,
but nothing compares to our time aboard our Beneteau boats, sailing
on the Chesapeake Bay in Maryland and Virginia. It is not by chance
that all my boats have had the name Promise.
Pourquoi avoir choisi Bénéteau ? Pourquoi ce modèle
spécifique ?
Are you used to other areas of luxury in your life, in relation to small
or large objects or items. If so, which ones?
In my ordinary everyday life there are few expensive things in a style of
luxury. Well there might be my car ... Well perhaps I could say a couple
of watches... showing off costly items is not my style.
As far as you are concerned, what is the real ultimate Luxury?
Really luxury for me is health, a family and free time for sailing in my
Sense 55!
What influenced you in choosing Beneteau and this specific model?
The Sense 50 was my first sailing yacht. The innovative design of the
cockpit and unusual interior was most pleasing. I had also heard good
reviews about the Beneteau brand. I arrived at Beneteau factory,
looked at the boat and made the decision. But very quickly I decided
to upgrade and I’ve just bought the Sense 55! I’ve christened it Marusia
and I’ve chosen Montenegro as its home port: a beautiful country with
a convenient geographical situation.
Le Sense 50 a été mon premier voilier. Le design novateur du
cockpit et le style original de l’intérieur sont ceux qui m’ont
plu le plus. J’avais aussi entendu de bonnes choses à propos de
la marque Bénéteau et quand je suis arrivé à l’usine, j’ai vu le
bateau et l’ai tout de suite choisi. Mais très vite j’ai décidé de
passer à la gamme au-dessus et j’ai aussitôt acheté le Sense 55 !
Je l’ai baptisé Marusia et j’ai choisi le Monténégro comme port
d’attache, un petit pays aux conditions géographiques idéales.
As far as you are concerned, what is the real ultimate Luxury?
I would have to say the ultimate luxury would be to own one of the
New Monte Carlo Yachts perhaps the MCY 76.
What influenced you in choosing Beneteau and this specific model?
I have owned several Beneteau boats and Beneteau has great value
and holds its value extremely well on the brokerage market. It is
important to have boats that are up-to-date, when you love sailing.
I owned a Beneteau 343, a Beneteau 40 and I currently own an
Oceanis 50. We also own a Beneteau Monte Carlo 42. I appreciate the
design, layout below deck and sailing characteristics.
© GILLES MARTIN-RAGET
J’ai eu plusieurs bateaux Bénéteau, l’entreprise a un bon rapport
qualité-prix et maintient extrêmement bien sa valeur sur le marché
du courtage. Lorsqu’on aime naviguer, il est important d’avoir des
bateaux récents. J’ai déjà eu un Bénéteau 343, un Bénéteau 40 et
je suis actuellement propriétaire d’un Océanis 50 ainsi que d’un
Bénéteau Monte Carlo 42. J’apprécie le design, l’aménagement des
intérieurs et le comportement de ces bateaux en mer.
Je possède quelques petites choses chères, de style plus ou
moins luxueux et qui font partie de ma vie quotidienne. Eh
bien, on pourrait dire ma voiture… Ou bien, peut-être une ou
deux montres… Mais je ne suis pas du genre à me vanter, ce
n’est pas mon style.
Does owning a boat mean luxury for you?
I do not consider owning a sailing yacht to be in the category of luxury.
By getting the Sense 50 and now the Sense 55 yacht, I started with
reasonable value for money.
66
67
Here’s how we have upsized
boats under 60 feet.
Monte Carlo Yachts presents Monte Carlo.
Because style is not a matter of size.
Monte Carlo Yachts has created a timeless style, upholding new standards in the world of yachting.
Today this style also lives in Monte Carlo. By Monte Carlo Yachts, by Beneteau. The know-how
of the world’s biggest boat manufacturer and the magical pencil of designers Carlo Nuvolari and
Dan Lenard, assisted by Pierangelo Andreani for the layout of the interiors, have given life to
a new dimension of luxury. Come and discover it in Düsseldorf. The MC5 is ready and waiting.
montecarlo.beneteau.com
INSPIRATION
Christofle
éation pour désir
La création pour désir
Depuis trois ans, les hôtes du Hainan Rendez-Vous, le salon chinois qui rassemble
le nec plus ultra de l’univers du luxe, peuvent admirer le fruit d’un mariage parfait
bien que surprenant. En effet, embarquées dans les splendides intérieurs des Monte
Carlo Yachts, les pièces argentées du maître-orfèvre Christofle font étinceler les
bateaux. Les précieuses créations ne pouvaient rêver plus bel écrin… Voyage au
cœur d’un siècle et demi de tradition, de luxe et d’innovation, à la découverte
d’une marque qui continue d’écrire son élégante histoire au présent, co-signée par
les plus grands noms du design international.
Depuis 1830
Issu d’une famille d’industriels spécialisés dans le travail du
métal précieux, Charles Christofle fonde l’entreprise en 1830.
Bijoutier à ses débuts, le jeune entrepreneur se tourne vers
l’orfèvrerie et fonde la marque qui va alors traverser les époques
et s’imprégner du parfum de l’Histoire. “Orfèvre du Roi”,
“Fournisseur de l’Empereur”, l’entreprise produit des objets
en métal argenté qui égalent la beauté et le faste de l’argent
massif. L’ingéniosité de l’entrepreneur fait mouche. Après
que Napoléon III s’en soit remis à lui pour réaliser l’ensemble
des services de table officiels de l’Empire, les commandes
des souverains étrangers affluent, du Mexique à la Russie.
Aujourd’hui encore, la prestigieuse tradition se perpétue et
Christofle demeure fournisseur du Palais de l’Elysée.
© christofle
L’argent dans tous ses états
70
Constamment perfectionné, le savoir-faire Christofle puise son
aura dans sa matière fondatrice : l’argent. Parallèlement aux
superbes pièces produites en séries (majoritairement destinées
aux arts de la table et de la maison), l’entreprise s’illustre, dès
la fin du 19ème dans des créations d’envergure, résultats de
véritables prouesses techniques. En 1868, Christofle réalise
ainsi les monumentales statues toujours en place sur la toiture
de l’Opéra Garnier à Paris, créées par l’artiste Albert-Ernest
Carrier-Deleuze. Depuis quelques années, la marque renoue
avec ses racines, le bijou, en s’entourant des créateurs les plus
talentueux de notre époque : Arik Levy, Adeline Cacheux,
Andrée Putman, Ora-Ito…
71
INSPIRATION
L’alchimie du luxe
Christofle, desirous creation
Du côté du Hainan Rendez-vous…
Durer, traverser les siècles sans prendre une ride est un doux rêve que
caresse tout grand nom du luxe. Seuls certains ont le génie de savoir
conjuguer dans une alchimie qui leur est propre tradition, innovation,
modernité et créativité qui leur permettent de surprendre sans jamais
décevoir. Chez Christofle cela s’est concrétisé, décennie après décennie,
collection après collection, par des collaborations époustouflantes avec
les plus grands noms de l’art contemporain. Des architectes avantgardistes tels que Gio Ponti, Jean Dubuisson aux designers les plus
pointus comme Roger Talon, Andrée Putmann, Martin Szekely ou
plus récemment Ora-Ito : tous ont mêlé leur encre sensible à la saga
Christofle. Tous ont contribué à faire prospérer qualité et élégance. n
For three years, the hosts of the Hainan RendezVous, the Chinese show gathering the height of
sophistication in the world of luxury, can admire
the fruit of a perfect although surprising union. It is
true, Christofle, the master silversmith’s silver-plated
ware brought into the splendid interiors of the Monte
Carlo Yachts, gives a sparkle to the boats. These
precious creations could not imagine a better setting.
A journey into the centre of one and a half centuries
of tradition, luxury and innovation, to discover the
mark which continues to write its elegant history in
the present, co-designed by one of the greatest names
in international design.
Tous les ans, au début du mois d’avril, le monde du
luxe prend ses quartiers chinois sur l’île d’Hainan, déjà
surnommée la Riviera chinoise. L’édition 2012 aura été
marquée par le deuxième partenariat entre le Groupe
Bénéteau et la marque Christofle.
En habitué de la manifestation, Benjamin Bilteryst,
Directeur Asie-Pacifique de Christofle, revient sur les
atouts charmes de cette collaboration “so Frenchy, so
chic”.
Y-a-t-il longtemps que Christofle s’est implanté en Chine ?
Dès 1996, nous avons installé des points de vente destinés aux particuliers et, en
parallèle, nous équipons des lieux professionnels : des hôtels, restaurants, espaces
VIP de certains clubs… Nous répondons souvent à des demandes uniques.
Equiper des jets, des bateaux et des avions fait partie de nos activités.
Since 1830
From a family of industrials specialized in working with
precious metals, Charles Christofle founded the company in
1830. Jeweller when he started out, the young businessman
turned to orfèvrerie and founded the mark which would
travel through periods and become steeped with a
flavour of History. “Orfèvre du Roi” (King’s Silver smith),
“Fournisseur de l’Empereur” (Supplier to the Emperor),
the company produces silver-plated ware that equal the
beauty and splendour of solid silver. The ingenuity of the
businesssman was spot on. After Napoleon III asked him
to make the official Empire table service set, orders from
foreign sovereigns flooded in from Mexico to Russia. Still
today the prestigious tradition continues and Christofle
remains the supplier of the Elysée Palace.
Comment est né le partenariat entre Bénéteau et Christofle ?
Par de belles rencontres, comme la plupart des beaux projets ! J’ai fait la
connaissance de François Rodrigues (Directeur Asie-Pacifique pour Bénéteau),
puis nous avons discuté de la collaboration avec Carla Demaria. Cette
union paraissait évidente. Outre la référence française qui est ici un atout
incontestable, nos deux marques partagent les mêmes valeurs : une éminente
exigence de qualité qui passe par un design soigné et des finitions parfaites.
Qu’apporte la collaboration aux deux marques ?
L’allure racée des Monte Carlo Yachts est un écrin splendide pour les produits
Christofle ! L’élégance et le confort des bateaux nous permettent d’y mettre en
valeur nos objets de décoration. Pour les clients potentiels MCY, découvrir
un yacht décoré et équipé leur permet de se l’approprier immédiatement. Cet
environnement gagne encore en esthétisme et en chaleur. La mise en scène de
Christofle doit donner l’impression au visiteur qu’il est ici chez lui.
All forms of silver
Constantly perfected, Christofle’s savoir-faire draws its
aura from its founding material: silver. Parallel to the
magnificent mass-produced items (predominantly aimed
at homeware and tableware), the company became
famous, from the end of the 19th century for its ambitious
creations, the result of real technical achievements. In this
way, in 1868, Christofle created the monumental statues
still situated on the roof of the Opera Garnier in Paris,
created by the artist, Albert-Ernest Carrier-Deleuze. In the
last few years, the mark has returned to its roots, jewellery,
while surrounding itself with the most talented creators
of our time: Arik Levy, Adeline Cacheux, Andrée Putman,
Ora-Ito, etc.
L’histoire se perpétue… En clin d’œil aux statues permanentes de l’Opéra
de Paris, Christofle s’exposera désormais en permanence à l’Opéra de
Shanghai ! L’œuvre « LOVE » de l’artiste Wang Xiao Hui, a été réalisée
dans les ateliers de haute-orfèvrerie de la marque, en Normandie. Il
aura fallu un an pour offrir le corps d’argent à cette sculpture issue de la
collection “Fruits of Life” de l’artiste.
First collaboration with the Chinese artist Wang Xiao Hui
History continues… As an allusion to the permanent statues of the Paris Opera,
Christofle will now exhibit permanently at the Shanghai Opera! The “LOVE” work,
by the artist Wang Xiao Hui, was made in the “Haute Orfèvrerie” workshop of the
mark, in Normandy. It took one year to give this sculpture from the artists “Fruits of
Life” collection a silver body.
72
The alchemy of luxury
Timelessly lasting and crossing the centuries is a sweet
dream entertained by any great name in luxury. Only some
of these have the genius to know how to combine tradition,
innovation, modernity and creativity in an alchemy of
their own, which enables them to surprise without ever
disappointing. With Christofle this has been given concrete
expression, decade after decade, collection after collection,
through staggering collaborations with the greatest names
in contemporary art. From avant-gardist architects, such as
Gio Ponti and Jean Dubuisson, to the best designers, such
as Roger Talon, Andrée Putmann, Martin Szekely or more
recently Ora-Ito, they have all participated in a delicate
writing of the Christofle saga. They have contributed to the
prosperity of quality and elegance.
Every year, in early April, the world of luxury takes up
its Chinese quarters on the island of Hainan, already
known as the Chinese Riviera. 2012’s Hainan Rendezvous was marked by the second partnership between
the Beneteau group and the Christofle mark.
As a regular visitor to this event, Benjamin Bilteryst,
Managing Director of Christofle Asia-Pacific, looks back
on this ‘so Frenchy, so chic’ collaboration’s strength of
appeal.
Has Christofle been established in China for a long
time? We set up retail outlets aimed at the private
sector as of 1996, and parallel to this we equipped
professional sites: hotels, restaurants, VIP spaces in
certain clubs, etc. We often meet unique demands.
Equipping jets, boats and planes is one of our activities.
How did the partnership between Beneteau and
Christofle come about? From great meetings, as is the
case for most great projects! I met François Rodrigues
(Beneteau’s Managing Director for Asia-Pacific), then
we discussed the collaboration with Carla Demaria.
This union was self-evident. Apart from the French
reference which is an unquestionable strength, our
two brands share the same values: an extremely high
quality requirement which needs careful design and a
perfect finish.
What does the collaboration of the two brands bring?
The sleek look of the Monte Carlo Yachts is a wonderful
setting for Christofle products! The boats’ elegance and
comfort enable us to highlight our decorative objects.
For potential MCY customers, to explore a yacht that
is decorated and equipped is an opportunity to take
possession of it immediately. This environment wins
again in its attractiveness and warmth. The Christofle
presentation must give the visitor the feeling that he
is at home.
Has this collaboration given rise to envy? Yes: we
have been copied and requested elsewhere. On the
other hand, we reserve exclusive items for Beneteau.
The Vertigo collection by Andrée Putman, who remains
a must all over the world, is only shown on the Monte
Carlo Yachts, and it is the only place where you can
admire one of our exceptional items: a dragon made of
solid silver, approximately 45 centimetres high and of
which there are only eight copies in existence.
© christofle
Première collaboration avec l’artiste chinoise Wang Xiao Hui
Cette collaboration a-t-elle suscité des envies ?
Oui : nous avons été copiés… et sollicités ailleurs. En revanche, nous réservons
des exclusivités à Bénéteau. La collection Vertigo d’Andrée Putman, qui demeure
un must partout dans le monde, n’est présentée que sur les Monte Carlo Yachts.
Et c’est le seul endroit où l’on peut admirer une de nos pièces exceptionnelles : un
dragon en argent massif, haut d’environ 45 centimètres et dont il n’existe
en tout et pour tout que huit exemplaires.
As far as the Hainan Rendez-vous is concerned
73
Shopping
Agrandissez votre horizon avec des boîtiers d’exception
Chaque édition spéciale des boîtiers Leica M réalisée à la main avec beaucoup de soin et
de précision pour des occasions particulières est toujours un objet rare, très apprécié des
collectionneurs et reconnaissable à ses gravures et à ses matériaux particuliers. Après le Leica MP
et le Leica M7, voici le troisième modèle spécial d’un système M qui a été créé en collaboration
avec la célèbre maison parisienne Hermès. Cette édition revêtue de cuir est disponible dans 2
différents sets dont seuls quelques passionnés peuvent bénéficier depuis juin 2012.
Broaden your horizons with special cameras. Every limited edition of the Leica M cameras is
always a rare item. Handmade with great care and precision for special occasions, they are
much appreciated by collectors and recognizable by their engravings and the use of specific
materials. Following the Leica MP and Leica M7, this is the third in a line of premium special
editions of the Leica M-System to be created in collaboration with the renowned Parisian
Maison Hermès. This leather finish camera is available in a choice of 2 different sets, which
only a few keen photographers have been able to benefit from since June 2012.
Miracle de mer
Leica M9-P Édition Hermès
Prix : 20 000 € TTC pour le set à 300 exemplaires avec un objectif
et 40 000 € TTC pour le set à 100 exemplaires avec un kit de 3 objectifs
Uniquement dans les Leica Stores et certaines boutiques Leica
www.leica-camera.com
De Vuitton à la Manufacture des Rigoles
Après un parcours initiatique chez Louis Vuitton Malletier pendant 5 ans, Félicie Bajard
témoigne de son expérience et de son savoir-faire en créant sa propre marque en 2008, une
griffe distinguée qui se veut luxueuse et intemporelle. Un design épuré mêlant praticité et
élégance. La créatrice joue sur les contrastes et les décalages. Des produits exclusivement
“French Touch” fabriqués entre St Malo, Limoges et Paris. Voici un sac en lin métallisé avec ses
poignées en cuir vieilli et sa petite pastille en porcelaine de Limoges qui fait voyager nos sens !
De Vuitton at the Manufacture des Rigoles. After beginning her career with Louis Vuitton
Malletier for 5 years, Felicie Bajard demonstrated her experience and know-how by creating
her own brand in 2008, a distinguished designer label intended to be luxurious and
timeless. A refined design mixing practicality and elegance. The creator plays on contrasts
and differences. Her exclusively “French Touch” products are made between St. Malo,
Limoges and Paris. Here is a sliver-coloured linen bag with distressed leather handles and a
small Limoges porcelain disc that will take your senses on a journey!
Sac en lin métallisé Manufacture des Rigoles : 230 € TTC
Un pied en mer, l’autre sur les toits de Paris
Au point de départ de l’aventure d’Hélène, un atelier escamotable installé
à la fenêtre de son 5ème étage parisien qui allait donner un nom à ses
créations : Sur les toits de Paris. Avec une spontanéité d’autodidacte,
elle imagine que tout est possible en combinant à l’infini ses matériaux
de prédilection : chaînes, pierres de couleur et tissu. Ainsi, à chaque
collection, c’est une nouvelle histoire et une petite partie de son univers
qu’elle partage à travers ses bijoux comme avec le collier Purple Flower en
laiton vieilli d’inspiration années 20, tressé de ruban de satin et de tissu.
One foot at sea, the other on the Paris roofs. The starting point for
Hélène’s adventure was a foldaway workshop which she set up in
the window of her 5th floor flat in Paris. This was to give her the
name for her creations: Sur les Toits de Paris (On the Roofs of Paris).
With the spontaneity of the self-taught, she imagined that everything
was possible by combining her favourite materials infinitely: chains,
coloured stones and fabric. Thus, with each collection, we are part
of a new story and a small part of her world, shared through her
jewellery, such as the Purple Flower necklace made of antique brass,
inspired by the 1920s, braided with satin ribbon and fabric.
Le Concentré de la Mer est la formule qui détient la plus forte concentration du
légendaire Miracle Broth™, une formule réputée dans le monde entier pour ses
propriétés régénératrices.
L’infusion d’extraits de citron vert combinée aux algues marines, aux vitamines et aux
minéraux, forme une barrière qui protège des agressions extérieures, réduit la sensation
de tiraillement, permet à la peau de se réparer et de se restaurer elle-même. Un soin
métamorphose pour protéger et redonner un second souffle aux peaux malmenées par
le sel, le soleil et les embruns.
Sea miracle. The Concentrate from Crème de la Mer is the formula containing
the greatest concentration of the legendary Miracle Broth™; a formula that is
internationally reputed for its regenerative properties. The infusion of lime extracts
combined with marine algae, vitamins and minerals, forms a barrier which protects
from external aggressions, reduces the feeling of tightness, and enables the skin to
repair and renew itself. Transformational skin care which protects and gives a new
lease of life to skins weathered by salt, sun and spray.
Le Concentré Crème de la Mer : 285 € TTC (30 ml) - 410 € TTC (50 ml)
www.cremedelamer.fr
Collier Purple flower Sur les Toits de Paris : 225 € TTC
www.manufacturesdesrigoles.com
www.surlestoitsdeparis.com
Timing jusque dans la Grande Bleue
On se souvient de la collection Black Limited Edition, avec ces Rolex noir mat du plus bel
effet. C’est cette fois-ci une entreprise allemande, Blaken, qui est la seule au monde à pouvoir
réaliser à la main cet effet de dépôt diamond-like carbon (DLC), pour ainsi créer les éditions
exclusives des Rolex Explorer, Submariner, Deepsea, Milgauss et GMT-Master II. Introduite
en 2008, la Rolex Deepsea se voit aujourd’hui améliorée dans sa version expérimentale
nommée Deepsea Challenge. À bord du Deepsea Challenger, avec James Cameron pour le
compte de National Geographic, celle-ci ira plus profondément que l’exploration passée,
enregistrée à 10 916 mètres.
Timing in the ocean depths. Do you recall the Rolex Black Limited Edition collection, with
the very attractive matt black finish effect? This time the German company called Blaken,
the only one in the world capable of achieving this diamond-like carbon (DLC) deposit
effect, has created the exclusive Rolex Explorer, Submariner, Deepsea, Milgauss and GMTMaster II watches. Introduced in 2008, the Rolex Deepsea has now been improved in its
experimental version called Deepsea Challenge. On board the Deepsea Challenger, with
James Cameron for the National Geographic, this watch plumbed to a much greater
depth than the previous exploration, recorded at 10, 916 metres.
Des mailles renouvelables avec Fish&Chic
Dans un monde où les vêtements sont produits en masse, Fish&Chic croit que la meilleure manière
de créer un bon produit est de le créer à la main. Ressources renouvelables et matériaux 100%
naturels : la qualité et le luxe Fish&Chic Paris ! Des côtes bretonnes aux rives de la Méditerranée,
Fish&Chic “tricote” petit à petit son histoire. Douce à souhait, cette écharpe en mohair et
cashmere avec franges en agneau plongées vous accompagne partout.
Renewable knit with Fish&Chic. In a world in which clothes are mass-produced, Fish&Chic believe
that the best way of creating a good product is to make it by hand. Renewable resources and 100%
natural materials: Fish&Chic Paris quality and luxury! From the coasts of Brittany to the shores of
the Mediterranean, little by little Fish&Chic “weaves” its story. Soft to perfection, you will take this
mohair and cashmere scarf with plonge lambskin fringes with you everywhere.
écharpe en mohair et cashmere avec franges : 280 € TTC
Le Bon Marché - Paris - www.lebonmarche.com
Rolex Deepsea Challenge : à partir de 8 730 € TTC
www.blaken.com
74
75
SHOPPING
Objet flottant non identifié
Une technologie originale pour des lampes qui le sont tout autant. Les Floating Lamps intrigueront
par leur style unique : à l’aide d’électro-aimants, la partie supérieure des Silhouette et Eclipse flotte
au-dessus de leur support, tandis que l’inférieure vous éclairera selon différentes intensités avec ses
multiples LED. Disponible en noir uniquement pour le premier modèle, et noir ou argenté pour le
second.
Unidentified Floating Object. Original technology for lamps that are equally unusual. The unique
style of these Floating Lamps will intrigue you. Using electromagnets, the upper section of the
Silhouette and Eclipse float over their base, while the lower part provides light at different
intensity thanks to its multiple LEDs. Available exclusively in black for the first model, and black
or silver for the second.
Floating lamps Lighter than Light
Modèle Silhouette ou Eclipse : 980 € TTC
www.floating-lamps.com
Une collection de parfums rares conçue comme un vestiaire olfactif
À l’ère de l’écologie
Nombreuses sont les solutions pour recharger votre smartphone, très gros consommateur
d’énergie. Le Window Solar Charger de XD Design est probablement la solution la plus originale de
toutes. Pouvant être collé à une vitre ou un hublot, il fait directement face au soleil et peut délivrer
1300 mAh d’autonomie en plus grâce à sa batterie intégrée. En mer ou chez vous son format
réduit et son port USB compatible avec tous les téléphones actuels ne manqueront pas de vous
rendre service, même lorsque le beau temps n’est plus au rendez-vous ! Disponible en argenté,
bleu ou vert.
In an ecological era. There are many ways to charge your smartphone, a very large energy
consumer. The XD Design Window Solar Charger is probably the most unusual solution of
them all. Stuck to a window or porthole, it faces the sun directly and can deliver 1300 mAh
of additional autonomy thanks to its integrated battery. At sea or at home, you will find it
handy for its limited size and its USB port compatible with all current phones, even when good
weather is not forecast! Available in silver-plated, blue or green.
Window solar charger XD Design : 50 € TTC
www.xddesign.eu
Avis de grand froid
For very cold weather. Always artfully combining style and
functionality, Musto has created the Shadow Down Jacket for
addicts of the brand. It is lightweight, comfortable and warm for
the harsh days of winter. Black or Midnight Ocean.
Shadow Down Jacket : 389 € TTC
www.musto.com
76
Nathalie Baëtens
Toujours dans l’art de combiner le style et la fonction, Musto crée pour
les addicts de la marque la Shadow Down Jacket : légèreté, confort
et chaleur pour les rudes journées d’hiver. Black ou Midnight Ocean.
Boutique 5, rue d’Alger Paris 1er
77
L’AVENTURE EN BENETEAU
Trois ans dans
A SMALL NEST
un nid
Juillet 2012 : retour à Bruxelles pour Haïke et Willem Stellamans et leurs trois enfants. La fin d’une aventure hors du commun qui
marquera à jamais la vie de la famille. Pendant trois ans, ils ont parcouru les océans à bord de A Small Nest, leur Oceanis 46. Des
souvenirs en cascades, des paysages et des rencontres extraordinaires : à l’arrivée, toute la famille a conscience d’avoir réalisé
un rêve un peu fou et surtout, d’avoir appris à vivre différemment.
Bye-bye Bruxelles ?
Willem naviguait depuis l’enfance et nourrissait le rêve de
tout quitter pour un tour du monde. Pour Haïke, l’aventure
n’allait pas de soi : « D’abord, je suis malade en bateau ! Et puis
je ne connaissais pas grand chose à la voile… Mais mon mari a
finalement réussi à vaincre mes réticences. Une fois que notre décision
d’un tour du monde de trois ans a été prise, tout est allé très vite »
explique la pédo-psychiatre. En octobre 2008, le couple se met
à la recherche du bateau idéal. Les critères de choix semblent
évidents : un bateau suffisamment grand et confortable pour
une longue croisière à cinq, suffisamment simple à piloter pour
que tout le monde en profite, dans des conditions de sécurité
maximales !
Un Oceanis nommé A Small Nest
Willem étudie et compare les embarcations. Son choix s’arrête
finalement sur un Oceanis 46, neuf : « le meilleur rapport
qualité-prix, assure Haïke. Avec la sérénité d’une garantie de trois
ans en prime. » Fin mai 2009, nos futurs globe-trotters partent
chercher leur bateau aux Sables d’Olonne puis le rapatrient à
Nieuport. Une fois A Small Nest équipé de panneaux solaires
et d’un téléphone satellite, la famille est prête pour le grand
départ ! « La date était fixée au 25 juillet 2009, se souvient Haïke,
et ce n’est que le 24 juillet que les enfants ont passé leur première nuit
à bord ! » Leur fille Sepke, 11 ans et leurs deux garçons, Ward,
10 ans et Flor, 7 ans, vont vite s’adapter, les parents n’ont aucun
doute…
© Haïke et Willem Stellamans
Sous le signe du soleil
78
Haïke énumère les pays visités et les mers traversées comme
autant de paradis effleurés : de l’Espagne aux Canaries, des
Caraïbes au Vénézuela, Colombie, Panama… Route vers le
Pacifique et ses îles lumineuses : Les Marquises, Cook Island,
Fidji, Tonga, Vanuatu, Nouvelle Calédonie… Une halte en
Australie, puis l’Indonésie, l’Afrique du Sud, la Namibie…
La famille effectue ensuite une longue traversée de 27 jours
pour rejoindre les Açores et regagner l’Europe. Des coups de
79
L’AVENTURE EN BENETEAU
Aux Marquises,
nous avons nagé avec
des dauphins d’Electre :
ils sont venus très
près de nous, c’était
absolument magique…
Des coups de cœur mais pas de frayeur
Parmi les souvenirs inoubliables de l’équipage de A Small
Nest, il y a les rencontres. Dans les îles Tonga, la famille a
été accueillie à bras ouverts : « les gens nous ont organisé une
fête, offert des cadeaux, nous avons vécu des instants très forts et
nous nous efforçons de garder le contact, d’obtenir des nouvelles.
Mais ils n’ont pas facilement accès à Internet. » Au Vanuatu,
les habitants ont montré la même gentillesse envers nos
voyageurs.
Les épisodes d’inquiétude resteront rares : quelques
tempêtes forcent nos marins à la plus grande prudence mais
Haïke adresse ses félicitations aux concepteurs de l’Oceanis !
« Nous n’avons jamais connu de véritable avarie avec A Small
Nest et, lorsque nous rencontrions une difficulté ou qu’il fallait
réparer quelque chose, notre concessionnaire en Belgique nous
aidait immédiatement. » Un zéro faute pour le bateau, donc !
80
Revenir…
Au bout de trois ans, les enfants vont retourner à l’école, leur
maman ne leur fera plus la classe… « Ils ne se sont jamais plaints,
jamais ennuyés : le tour du monde est une aventure perpétuelle,
ils ont découvert et appris une chose nouvelle chaque jour. Sur
l’eau, on croise également une vraie communauté de plaisanciers
qui ont embarqué leurs enfants dans l’aventure : les petits font vite
amis-amis. » À la rentrée de septembre 2012, toute la famille
Stellamans arpentait les rues de Bruxelles avec des souvenirs
plein la tête et un léger pincement au cœur : dès le retour, en
juillet, ils ont mis A Small Nest en vente, à Nieuport… « Mais
nous avons accompli un rêve incroyable et si nous voulons revivre
une expérience de ce genre, d’ici 10 ans, peut-être, il faut d’abord
tourner cette page-ci. » n
© Haïke et Willem Stellamans
cœur ? Haïke parvient difficilement à faire un choix tant les
moments d’exception ont rythmé chaque journée de leur
voyage. « Aux Marquises, nous avons nagé avec des dauphins
d’Electre : ils sont venus très près de nous, c’était absolument
magique… »
81
ADVENTURE IN BENETEAU
Three years in a nest
A Small Nest
July 2012: back to Brussels for Haïke and Willem Stellamans, and their three children. The end of an extraordinary adventure which will
mark the family’s life forever. For three years, they crossed the oceans on board A Small Nest, their Oceanis 46. A string of memories,
landscapes and amazing encounters. On arriving, the whole family is aware that it has fulfilled a slightly crazy dream and, above all,
that it has learned how to live differently.
Goodbye Brussels?
Willem has been sailing since childhood and
nourished the dream of dropping everything to
sail around the world. For Haïke, the adventure
was far from straightforward: “Firstly, I am
seasick on boats! And I didn’t know much
about sailing. But my husband finally succeeded
in overcoming my reluctance. Once we had
made the decision to sail round the world,
everything went very quickly” explains the
child psychiatrist. In October 2008, the couple
started to look for the ideal boat. The criteria
for choosing seemed obvious: a boat sufficiently
large and comfortable for a long cruise with five
on board, and sufficiently easy to steer, so that
everyone could enjoy sailing in maximum safety
conditions!
An Oceanis called A Small Nest
Marked by sun
Haïke lists the countries visited and the seas
crossed like so many fleeting paradises: from
Spain to the Canaries, from the Caribbean to
Venezuela, Colombia, Panama, etc. Then they
set sail for the Pacific and its glorious islands: the
Marquesas, Cook Island, Fiji, Tonga, Vanuatu,
New Caledonia, etc. A stop off in Australia, then
Indonesia, South Africa, Namibia, etc. The family
then made a 27-day long crossing to return
to the Azores and head back to Europe. Any
preferences? Haïke finds it difficult to make a
82
choice; so much was each day of their travels
interspersed with exceptional moments. “At
the Marquesas, we swam with melon-headed
whales: they came very close to us, it was
absolutely magic”
Preferences but no frights
Among the unforgettable recollections of A
Small Nest’s crew are the people they met. In
the Tonga Islands, the family was welcomed
with open arms: “the people organized a party
and offered us gifts. We experienced some very
powerful moments and we are trying to remain
in contact with them and obtain news. However,
they do not have easy access to the Internet.” In
Vanuatu, the residents demonstrated the same
kindness to the travellers.
The worrying episodes remained rare: a few
storms forced our sailors to be even more
prudent, but Haïke congratulates the Oceanis
designers! “We never had any real damage with
A Small Nest and when we met with difficulty or
had to repair something, our dealer in Belgium
helped us immediately.” So, the boat has zero
defects!
Going back
After three years, the children are going to
return to school. Their mother will not be their
teacher any more. “They never complained and
were never bored. Sailing round the world is
a continuous adventure. They discovered and
learned something new every day. On the
water, you also meet a real sailing community,
who have embarked their children with them in
this adventure. The kids quickly make friends.”
Back to school in September 2012, the whole
Stellamans family walked the streets of Brussels
with heads full of memories and a slight feeling
of regret. As soon as they got back in July, they
put A Small Nest up for sale in Nieuwpoort. “But
we have fulfilled an incredible dream and if we
want to relive this kind of experience in 10 years’
time; perhaps, we need to turn this page first.”
© Haïke et Willem Stellamans
Willem studied and compared boats. He finally
settled his choice on a new Oceanis 46: “the
best value for money”, assures Haïke. “With
the peace of mind of a three-year warranty
to boot”. End May 2009, our future globetrotters went to look for their boat at Les Sables
d’Olonne, and brought it back to Nieuwpoort.
Once A Small Nest was equipped with solar
panels and a satellite telephone, the family was
ready for the great departure! “The date was
set for 25 July 2009” remembers Haïke, “and it
wasn’t until 24 July that the children were able
to spend their first night on board!” The parents
had no doubt that their 11-year old daughter,
Sepke, and their two boys, Ward, aged 10 and
Flor, aged 7, would quickly adapt.
83
COULISSES
A terme, y seront produits les bateaux à moteur
de 30 et 49 pieds les plus plébiscités au sein du
Mercosul, le marché commun sud-américain.
Une nouvelle tête de pont Bénéteau
en Amérique du Sud
ANGRA DOS REIS
Avec ses 6 000 kilomètres de côtes et ses multiples cours d’eau à explorer, le Brésil offre un potentiel
de navigation unique et Bénéteau s’est imposé en quelques années comme un acteur incontournable du
nautisme de ce côté-ci de l’Atlantique. À l’instar du choix stratégique qui a conduit la marque à implanter
dans les années 80 une unité de production aux États-Unis, Bénéteau a décidé de fonder un site industriel
à proximité de Rio de Janeiro. Objectif : devenir dans les dix prochaines années un leader de la production
nautique en Amérique du sud. Rencontre avec Loïc Gelebart, Directeur de cette nouvelle entité.
Un aventurier en col blanc qui n’a pas peur de retrousser ses manches et prend la mer dès que son emploi
du temps lui en offre le loisir…
© beneteau
Lorqu’il y a deux ans, Bénéteau a pris la décision d’accompagner son
envol commercial au Brésil par l’implantation d’un site de production,
quels étaient les ressorts de cette nouvelle orientation ?
Au regard du contexte économique, rappelons qu’avec ses 190 millions
d’habitants, un taux de croissance supérieur à 5% et un niveau de
vie en forte augmentation, le Brésil est aujourd’hui la 6ème puissance
économique du monde. Marcos Soares, qui dirige depuis quelques
années le développement commercial de Bénéteau au Brésil a permis
à la marque d’y prendre pied et de se forger une excellente réputation.
Mais pour gagner une place significative dans cette partie du monde,
les taxes d’importation sont telles qu’elles limitent notre compétitivité.
Produire localement s’est alors imposé assez naturellement pour notre
marque. La décision a donc été prise en octobre 2010 et, en moins de
deux ans, nous avons mobilisé une énergie phénoménale pour démarrer
en juin dernier la production des premiers bateaux dans notre usine
flambant neuve d’Angra dos Reis. Je vous laisse imaginer la fierté des
équipes lorsque nous avons livré, en juillet dernier, la première unité
“Made in Brazil”.
84
Loïc Gelebart, Directeur du nouveau site de production brésilien.
Loïc Gelebart, Managing director of the new Brazilian production site.
Comment se présente cette unité de production brésilienne ?
Implanté sur la marina de Verolme, au cœur d’une magnifique région
maritime qui accueille 80% des bateaux de plaisance brésiliens, notre
atelier de 3500 m² est destiné à assembler dans un premier temps deux
modèles de bateaux à moteur : les Gran Turismo 34 et 38. À l’heure où
je vous parle, un second atelier de 2500 m² est en cours d’achèvement
pour le moulage qui devrait commencer à produire, fin 2012, les pièces
en polyester. Bénéteau disposera alors d’une capacité de production de
50 bateaux par an pour un effectif de 50 personnes. Mais les chiffres
que nous avons en tête, notre ambition, c’est 200/200 : 200 personnes
pour 200 unités par an. À terme, y seront produits les bateaux à moteur
de 30 et 49 pieds les plus plébiscités au sein du Mercosul, le marché
commun sud-américain. S’il est trop tôt pour indiquer une échéance
précise - nous allons nous donner le temps qu’il faut pour valider nos
choix et consolider notre ancrage - l’objectif est bien là.
85
COULISSES
A new Beneteau vantage point for South America
With a 6,000 kilometre coastline and many rivers to explore, Brazil offers unique sailing potential
and, within a few years, Beneteau has dominated as an important player in the boating industry on
this side of the Atlantic. After the fashion of the strategic choice that led the brand to establish a
production unit in the United States in the 1980s, Beneteau has decided to found an industrial site
near Rio de Janeiro. Goal: to become a leader in boat production in South America in the next ten
years. Meeting with Loïc Gelebart, Managing director of this new entity. A white-collar adventurer
who is not scared of rolling up his sleeves and who sets out to sea whenever his schedule permits.
When Beneteau made the decision, two years ago,
to assist its soaring sales in Brazil by establishing a
production site there, what were the responsibilities
of this new orientation? In relation to the economic
context, let us recall that with 190 million inhabitants,
a growth rate of over 5% and a rapidly increasing
standard of living, Brazil is now the 6th economic
power in the world. Marcos Soares, who has managed
sales development in Brazil for Beneteau for many
years, has enabled the brand to gain a foothold
and forge itself an excellent reputation. However,
to win a significant place in this part of the world
is not easy. Import taxes are such that they limit our
competitiveness. So producing boats locally became a
natural choice for our brand. Therefore, the decision
was made in October 2010. In less than two years we
mobilized phenomenal energy, starting the production
of our first boats in our brand new factory in Angra
dos Reis in June 2012. You can imagine the pride of
the teams when we delivered the first boat “made in
Brazil” last July.
Dans des délais si courts, et avec le niveau d’exigence de qualité de
la marque, comment a pu se réaliser le transfert de savoir-faire ?
C’était effectivement un défi majeur que j’ai abordé en
commençant par recruter très en amont – dès avril 2011 – des
Brésiliens, opérateurs et ingénieurs, pour compléter l’équipe
de quatre Français en constitution et profiter de la période de
préparation du projet pour les initier en France à nos techniques
de production ; ce contact avec nos usines et bureaux d’études
86
leur a permis d’intégrer notre niveau d’exigence et créer les liens
qui leur permettent aujourd’hui de trouver les bonnes solutions
avec leurs collègues français. De nombreux départements du
Groupe ont inévitablement pris part à cette transmission et la
réactivité légendaire de l’entreprise a une nouvelle fois pris toute sa
dimension. Depuis le lancement de la production, il y a quelques
mois, des experts des usines françaises se succèdent ici pour veiller
au transfert du savoir-faire et aider l’équipe brésilienne à atteindre
les standards de qualité du groupe dès le démarrage.
À titre personnel, quelle satisfaction retirez-vous de ces deux
années menées au rythme de la samba ?
Celle d’avoir vécu et de continuer à vivre une aventure humaine
exceptionnelle qui mélange esprit pionnier, mixité culturelle,
souplesse et adaptabilité, patience et humilité tout en faisant
appel à une grande détermination et beaucoup de rigueur. Sur
un plan plus factuel, il y a eu l’émotion du premier bateau
achevé mais aussi un plaisir immense à lire la confiance dans
les yeux de l’équipe commerciale de Bénéteau Brasil qui a très
rapidement adopté le site pour en faire un merveilleux argument
commercial. n
© beneteau
Quand on se voit confier la mission de mener à bien un tel projet,
par quel bout l’aborde-t-on ?
J’avais déjà l’expérience de l’implantation de sites de production
puisque j’avais été recruté en 2001 par Bénéteau pour créer le
site de Belleville-sur-Vie, initialement conçu pour produire des
voiliers, catamarans et bateaux à moteurs de plus de 40 pieds.
Puis en 2004, j’avais dirigé la création du site de Poiré-sur-Vie,
guidé par l’idée de “produire autrement”. Il m’a donc suffi de
commencer par apprendre le portugais ! Puis tout s’est accéléré :
créer une équipe, définir le rôle de chacun pour penser l’atelier,
trouver un architecte, une entreprise pour construire le bâtiment,
obtenir un permis de construire environnemental, comprendre
les démarches d’importation, définir et commander les outillages,
former des Brésiliens en France, leur apprendre les bateaux,
suivre le chantier de construction, organiser la logistique, se
coordonner avec l’usine française... Finalement nous avons réussi
dans les meilleurs délais possibles, gagné le respect des acteurs
économiques locaux brésiliens et c’est un point fondamental pour
construire durablement.
Tell us a bit about this Brazilian production unit.
Located at the Verolme marina, in the middle of a
splendid maritime region, where 80% of the Brazilian
leisure boats are catered for, our 3,500 m² is intended,
initially, for the assembly of two motorboat models:
the Gran Turismo 34 and 38. As I am speaking to you,
a second 2,500 m² workshop is being completed for
moulding. It should start to produce polyester parts
by end 2012. Beneteau will then have a production
output of 50 boats per year, for a workforce of 50
people. However, our ambition and the figures which
we have in mind area 200/200: 200 people for 200
boats a year. In the end, 30 and 49 foot motorboats
will be produced there. These are the most successful
in the Mercosul, the South American Common Market.
Although it is too early to give a specific date - we
are going to take the time to confirm our choices and
consolidate our foothold - this is the objective.
When you are entrusted with successfully conducting
such a project, where do you start? I already had
experience in setting up production sites, since I was
recruited by Beneteau in 2001 to create the Belleville
sur Vie site, initially designed to produce yachts,
catamarans and motorboats of over 40 feet. Then in
2004, I managed the creation of the Poiré-sur-Vie site,
guided by the idea of “producing differently”. So all
I had to do was start by learning Portuguese! Then
everything began to move quickly with the creation
of a team, defining each person’s role to organize the
workshop, finding an architect, a contractor to build
the building, obtaining an environment-friendly building
permit, understanding import procedures, defining
and ordering the moulds, training Brazilians in France,
teaching them about boats, following the construction
site, organizing logistics and coordinating everything
with the French factory. Finally we succeeded within
the best timeframe possible and we won the respect
of the local economic players in Brazil, which is a
fundamental point if you wish to build in the long term.
Within such short timeframes, and with the brand’s
quality requirement standards, how did you
manage to transfer skills? This was indeed a major
challenge, which I approached by starting to recruit
Brazilian operators and engineers well beforehand as of April 2011 - to supplement the French team of
4 being formed, and I took advantage of the project
preparation period to teach them our production
techniques in France. This contact with our factories
and engineering and design office enabled them to
integrate our level of requirements and create links
which now helps them find the right solutions with
their French colleagues. Inevitably, many of the Group’s
departments took part in this transmission and, once
again, the company’s legendary responsiveness can be
fully appreciated. Since the launching of production,
a few months ago, experts from the French factories
have followed on from one another here, to ensure the
transfer of skills and help the Brazilian team reach the
group’s quality standards right from the start.
On a purely personal basis, what satisfaction do you
get from these two years led to the rhythm of the
samba? That of having experienced and continuing to
experience an exceptional human adventure in which
there is a mixture of pioneering spirit, cultural diversity,
flexibility, patience, and humility, while calling upon
great determination and a great deal of rigour. On a
more factual level, there was the thrill of completing
the first boat, but also the huge pleasure of reading
the trust in the Beneteau Brazil’s sales teams’ eyes,
who very quickly adopted the site, and made it into a
wonderful sales pitch.
87
DESTINATION
Angra dos reis
© ostill
& Ilha Grande
88
89
DESTINATION
Angra dos Reis - Ilha Grande
Quelques jours d’évasion pour caboter
Littoral démesuré, îles par milliers, fleuves navigables d’une extrême beauté, courants maritimes favorables : le Brésil offre des
conditions de navigation variées mais toujours exceptionnelles. Outre l’exubérance naturelle et des infrastructures de qualité pour
accueillir les plaisanciers, le pays a récemment porté le délai de séjour des bateaux de croisière à deux ans : le temps minimum pour
découvrir ses milliers de kilomètres de côtes ! Pour qui ne dispose pas de deux années devant lui, débuter par Angra dos Reis et son
île principale, Ilha Grande, est une parfaite entrée en matière.
La ville d’Angra Dos Reis se situe sur la Côte Verde Fluminense,
entre les états de São Paulo et de Rio de Janeiro. Si elle fut
autrefois l’un des ports d’échanges les plus importants du
littoral, c’est aujourd’hui un point de repère majeur du
tourisme national et international au Brésil. La baie d’Angra
dos Reis compte 365 îles : une infinité de baies, de criques,
de plages abritées parsemées de rochers et de cavernes, idéales
pour profiter de sites paradisiaques en toute quiétude. Les
plages de Lopes Mendes et Cachadaco sur Ilha Grande, sont
réputées parmi les plus belles du Brésil. Les fonds marins sont
de toute beauté, une mer calme et des eaux claires raviront les
plongeurs qui seront envoûtés par les mystères des épaves de
galions engloutis et autres bateaux de pirates. La pratique de
la voile étant récente au Brésil, les mouillages idylliques et peu
fréquentés sont nombreux.
Ilha Grande, havre tropical
Véritable île au trésor de 193 km2 sortie d’un roman d’aventure,
Ilha Grande est la star de la baie. Recouverte de forêt tropicale,
de cascades, habitée par des singes, des colibris et autres
animaux exotiques, l’île culmine à près de 1000 mètres. Une
grande part de l’île est protégée par une réserve biologique,
ce qui assure la préservation de 95% de la forêt originelle,
sillonnée de dizaines de sentiers qui sont autant d’invitations
à la balade. On peut se promener tout seul dans la jungle sans
guide, grâce à une bonne signalisation et des chemins balisés
en empruntant les sentiers jadis parcourus par les Indiens et
les esclaves. On découvre alors intactes les beautés cachées et
fascinantes de l’île. L’ascension du sommet offre un panorama
exceptionnel sur la baie d’Angra dos Reis. Comptez 3h pour
monter et 2h pour descendre. Les restaurants et les pousadas se
90
concentrent à Vila do Abrão, le seul village de l’île, où accostent
les goélettes en provenance d’Angra dos Reis. Les rues du village
sont recouvertes de sable. On ne se déplace d’ailleurs qu’à pied,
la voiture est exclue du panorama. Pas de bruit, ni de pollution
donc, un avant-goût de paradis en somme…
Itinéraire de croisière
Après vous être avitaillés dans l’une des deux marinas d’Angra
dos Reis (Marina Piratas ou Marina Velrome), naviguez vers
Ilha Grande et ses 109 plages de sable fin... Au cours de la
traversée vers la baie de Vila do Abrão (12 milles), arrêtez-vous
dans les belles criques du Nord Est d’Ilha Grande. Profitez de
cette journée pour admirer cette nature grandiose et généreuse,
plonger dans les eaux translucides et nager avec les tortues.
Bien abritée du vent et du clapot, la Baie de Vila do Abrão
offre un mouillage protégé mais animé la nuit par de nombreux
bars et restaurants.
En poursuivant la navigation vers le sud, l’île se contourne par
l’est et il est impossible de résister à l’appel de la somptueuse
plage de Lopes Mendes : une étendue déserte de 2 km de sable
fin, ourlée d’une eau transparente. Déguster une caïpirinha,
en contemplant depuis le mouillage le coucher du soleil, fait
partie de ces instants que l’on voudrait éternels…
Le lendemain, poursuivez votre navigation vers la plage
déserte d’Avantureiro (8 milles). Au calme de ce second havre
paradisiaque, dégustez votre pêche du jour avant de remonter
pour la nuit vers Proveta (2.5 milles), une charmante anse bien
animée. Débarquez à terre pour savourer les saveurs locales et
danser sur des airs de samba.
Après ces quelques jours de courte navigation, cap à l’ouest
et retour sur le continent à Paraty (25 milles) pour les plus
motivés, ou vers d’autres petites îles alentours. Paraty, ville
© Luiz Antonip Da Silva - ostill - dlrz4114
Angra dos Reis 23º 00’ 25’’ S, 44º 19’ 04’’ W
Les Marina Velrome ( 22º 59´52,48’’ S - 44º 14´59,91’’ W) et la Marina
Piratas (23° 00´131’’ S - 44° 18´ 004’’ W) à Angra dos Reis sont deux grands
pôles nautiques au Brésil, très bien équipés.
Services proposés : Capitainerie - Sanitaires et douches - Eau et électricité
aux pontons - Carburant - Accastillage - Supermarché et tous types de
commerces en centre-ville, à proximité de la marina - Prévision météo Parking Gardiennage - Piscine - Wifi.
The Velrome Marina (22º 59´52, 48“ S - 44º 14´59, 91“ W) and Piratas
Marina (23° 00´131» S - 44° 18´ 004» W) at Angra dos Reis are two very
well-equipped sailing centres in Brazil.
Services offered: Harbour master’s office - Toilet and shower facilities Water and electricity on the pontoons - Fuel - Marine hardware Supermarket and all types of shops in the city centre, close to the
marina - Weather forecast - Secure car park - Swimming Pool - Wi-Fi.
coloniale, classée patrimoine historique, conserve aujourd’hui
l’un des plus harmonieux ensembles architecturaux du pays.
Les maisons ont ici conservé leurs caractéristiques originelles
depuis la fondation de la ville, au XVIème siècle. Des rues
remarquablement pavées mènent vers le fort, les musées,
quelques boutiques d’artisanat et les églises. Elle offre un
paysage somptueux aux plaisanciers en escale. De nombreuses
célébrités (Mick Jagger, Tom Cruise, Catherine Deneuve)
aiment prendre leurs quartiers d’été dans cette charmante
ville du Brésil. Galeries d’arts et restaurants réputés pour
les épicuriens. Bars aux nombreux concerts de jazz pour les
mélomanes.
Après ces cinq jours de voyage, il sera peut-être temps d’amorcer
votre retour vers Angra dos Reis (30 milles). En vous laissant
porter par le vent, profitez d’une dernière nuit dans une des
365 îles de la baie pour un ultime mouillage magique au cœur
des réserves naturelles. n
Angra dos Reis
Ilha
Grande Vila do Abrão
Proveta Avantureiro
Paraty
91
Beneteau an indispensable partner for major events
DESTINATION
Get away for a few days and sail along the coast
Inordinately long coastline, thousands of islands, navigable rivers of outstanding beauty, favourable currents at sea: Brazil offers varied
sailing conditions that are always exceptional. Apart from the natural exuberance and quality infrastructures accommodating sailors,
the country has recently increased the length of time boats can stay to two years: the minimum time needed to explore its thousands
of kilometres of coastline! For those of you who do not have two years ahead of you, starting with Angra dos Reis and its main island,
Ilha Grande, is a perfect introduction.
The town of Angra Dos Reis is located on the
Costa Verde Fluminense, between the States
of São Paulo and Rio de Janeiro. Although, in
the past, it was one of the greatest trading
seaports on the coast, today it is a major
landmark of national and international tourism
in Brazil. Angra dos Reis Bay has 365 islands:
a countless number of bays, creeks, sheltered
beaches dotted with rocks and caves, ideal for
enjoying heavenly sites completely undisturbed.
The beaches of Lopes Mendes and Cachadaco
on Ilha Large are reputed to be among the
most beautiful in Brazil. The seabeds are of
outstanding beauty, and a calm sea with
clear waters will delight divers, who will be
captivated by the mysteries of the galleon
wrecks and other pirate ships, swallowed by
the sea. Sailing being a recent leisure activity
in Brazil, idyllic moorings are infrequent and
scarce in number.
Ilha Grande, tropical haven
A real 193 km2 Treasure Island straight from
an adventure book, Ilha Grande is the star
of the bay. Covered with a tropical forest
and waterfalls, inhabited by monkeys,
hummingbirds and other exotic animals, the
island culminates at nearly 1,000 metres.
A great part of the island is protected by a
biological nature reserve, which safeguards
95% of the original forest, criss-crossed with
dozens of paths, all an invitation to take
a stroll. You can walk alone in the jungle
without a guide, thanks to good signage and
signposted trails if you follow the paths walked
by Indians and slaves in the past. You will then
discover unaltered the fascinating concealed
beauty of the island. A climb up the mountain
92
offers a fabulous view of the Angra dos Reis
Bay. Count 3 hours to climb to the top and
2 to go down. Restaurants and pousadas are
concentrated in Vila do Abrão, the only village
on the island, where the schooners from Angra
dos Reis moor. The village streets are covered
in sand. People move about the island on foot.
Cars are not part of this panoramic view. There
is no noise and so no pollution. In sum, it is a
foretaste of paradise.
Cruising itinerary
After having refuelled in one of the two
marinas of Angra dos Reis (Piratas Marina or
Velrome Marina), sail to Ilha Grande and its
109 sandy beaches. During the crossing to the
Bay of Vila do Abrão (12 miles), stop off at the
beautiful creeks northeast of Ilha Grande. Enjoy
this day to admire the grandeur of the natural
surroundings, dive into translucent water and
swim with turtles. Well sheltered from the wind
and chop, the Bay of Vila do Abrão offers a
protected mooring that is lively at night with
its many bars and restaurants.
By continuing south, you can sail round the
island by the east and it is impossible to resist
the call of the sumptuous Lopes Mendes beach:
a deserted 2 km stretch of fine sand, fringed
with limpid waters. Enjoying a caïpirinha, while
gazing at the sunset from your mooring, is one
of those moments you would like to be eternal.
The following day, continue sailing towards the
deserted Avantureiro beach (8 miles). In the
quiet of this second haven of paradise, enjoy
your catch of the day before heading up to
Proveta (2.5 miles), a charming and lively cove,
for the night. Head ashore and enjoy the local
food and dance to the rhythm of the samba.
After a few days of short sailing trips, set a
course west and, for the more motivated,
return to the mainland at Paraty (25 miles),
or to the small islands in the area, for the
others. Paraty, a colonial city, listed as a
world heritage site, conserves one of the
most harmonious architectural ensembles in
the country. The houses here have kept their
original characteristics, since the city was
founded in the 16th century. Remarkably paved
streets lead to the fort, museums, some craft
shops and churches. It offers a magnificent
landscape to the sailor who makes it his port of
call. Many celebrities (Mick Jagger, Tom Cruise,
and Catherine Deneuve) like to go into summer
quarters in this charming Brazilian city. There
are well-known art galleries and restaurants
for epicureans. There are also bars with many
jazz concerts for music lovers.
After five days of travelling, perhaps it is time
to begin to head back to Angra dos Reis (30
miles). Carried by the wind, enjoy a last night
on one of the 365 islands in the bay, and one
last magical mooring in the heart of the nature
reserves.
© Luiz Antonip Da Silva
Angra dos Reis,
23º 00’ 25” S, 44º 19’ 04” W
Bénéteau partenaire incontournable des plus grands événements
COOK IN
J’ai comme pressenti
que le renouveau
démocratique du pays
allait s’accompagner
d’un virage dans les
traditions culinaires.
Émulsion culturelle
Laurent Suaudeau
Depuis le début des années 80, la cuisine brésilienne a connu une évolution sensible.
Reconnu comme l’un des premiers acteurs de cette révolution gastronomique, Laurent
Suaudeau se fait aujourd’hui l’interprète de recettes contemporaines mêlant racines
françaises et produits du terroir brésilien. Parce qu’il sait d’où il vient, ce fils d’ouvrier du
Maine-et-Loire a la ferme volonté de démocratiser un art souvent perçu comme élitiste
et il a placé son envie de transmettre au cœur de ses multiples activités. En quelques
années, il est parvenu à redorer le blason de la cuisine contemporaine du pays qui a fait
de lui une star.
Vendéen sous influence
Audacieux, créatif et engagé, Laurent Suaudeau est actuellement le chef français le plus
renommé du Brésil. Parti de Cholet il y a exactement 30 ans, il n’a jamais renié ses racines
ni les traditions culinaires de son enfance : « Je me souviens notamment des sorties en mer
de mon père qui, durant la saison d’été, pêchait le bar près de Saint-Vincent-sur-Jard, à
800 mètres de la maison Clémenceau. » Il se rappelle également ces grandes entreprises,
telles Bénéteau, qui grandissaient en dehors des frontières régionales et que l’on citait en
exemple… Avant de quitter définitivement la France en 1980, le disciple d’Yvon Garnier,
Jean Guérin, Michel Guérard, Jean Ramet et Paul Bocuse, mène sa carrière en fonction
de ses affinités et de ses coups de cœur.
© laurent suaudeau - Juliana Neumann - WONG SZE FEI
Instigateur d’une “conscience gastronomique”
94
Auteur ambitieux d’une gastronomie de talent, il s’envole pour Rio de Janeiro en 1980.
« Je travaillais déjà avec le Chef Paul Bocuse, dans le fameux restaurant “Collonges-au-Montd’Or”. Il m’a envoyé au Brésil en 1980, comme sous chef au Saint-Honoré, le restaurant du
Méridien. » L’accueil de la brigade et l’ouverture d’esprit des gens ont conquis le jeune
cuisinier ; sans oublier cet élan créatif et culinaire
qui s’éveille à chaque coin de rue. « J’ai comme
pressenti que le renouveau démocratique du pays
allait s’accompagner d’un virage dans les traditions
culinaires. » Après avoir créé plusieurs restaurants
de 1981 à 1986, à Rio puis à São Paulo, cet acteur
de la nouvelle cuisine devient un personnage
incontournable de la gastronomie au Brésil en
collectionnant les récompenses et les honneurs. En
1986, son restaurant Le Laurent est porté au pinacle
par le guide brésilien Quatro Rodas qui lui décerne
le plus grand nombre d’étoiles jamais attribuées ;
en 1989 il reçoit du Gouverneur de l’État de Rio le
titre d’Ambassadeur de Rio de Janeiro et la médaille
du Mérite International ; de mai 2003 à décembre
2004, son restaurant Le Laurent cumule les sept
principaux prix de la gastronomie. D’honneurs en
95
COOK IN
Je suis actuellement
en train de mettre en place
l’Institut Laurent, un centre
de formation avec son
restaurant d’application
qui s’adressera uniquement
aux jeunes les plus démunis
et issus des favelas, que
je côtoie déjà grâce à mon
travail dans une ONG de
São Paulo. Ce programme
de deux ans leur servira de
tremplin professionnel.
96
Une cuisine de valeurs
Le Brésil aiguise et nourrit ainsi les rêves d’entrepreneur du
Chef français. On le retrouve aujourd’hui à la tête d’une école
de formation, d’un centre de développement et d’évaluation
des petits producteurs et d’un espace pour déjeuners et dîners
corporatifs. À l’école de cuisine viennent se perfectionner
des professionnels de tout le pays et des jeunes qui veulent
embrasser la profession. « Je suis actuellement en train de mettre
en place l’Institut Laurent, un centre de formation avec son
restaurant d’application qui s’adressera uniquement aux jeunes
les plus démunis et issus des favelas, que je côtoie déjà grâce à
mon travail dans une ONG de São Paulo. Ce programme de
deux ans leur servira de tremplin professionnel. » L’art culinaire
de Laurent est avant tout porté par des valeurs – générosité,
respect des traditions culturelles, ouverture à la connaissance –
mais si l’instinct et la sensibilité sont primordiaux, il demeure
nécessaire d’incorporer une bonne dose de discipline dans
l’exécution.
À 55 ans, le chef bouillonne encore de projets. Il s’associe à
l’ouverture prochaine d’un luxueux Resort à Gramado, dans
le sud du pays, qui accueillera 15 chambres et son propre
restaurant. « L’idée, encore une fois, sera de mettre en avant le
travail de nos petits producteurs locaux pour travailler une cuisine
inspirée et respectueuse des traditions locales. » n
Ingrédients
1,2 kg de cigale de mer - 60 ml d’huile d’olive - Sel, poivre selon les goûts
Sauce Yemanjà
15 gr d’oignon - 15 gr de poireau - 15 gr de gingembre - 60 gr de carotte - 15 gr
de coriandre frais - 15 gr de poivron rouge et jaune - 3 gr de curry et de paprika
piquant - 200 ml de jus d’orange frais - 200 ml d’eau de coco - 150 ml de lait de
coco - Sel, poivre selon les goûts
Tapioca
70 gr de tapioca brisé - 30 gr de coco râpée - 150 ml de lait de coco - 100 ml de
lait - Sel, poivre selon les goûts
Velouté de Coco
150 ml de fond de volaille - 60 ml de lait de coco - Sel, poivre selon les goûts
Finalisation
15 ml d’huile de palme - 20 gr de pousses d’herbes - 5 gr de poudre de crevette
séchée - 5 ml d’huile de palme
Méthodologie
Sauce
Faire suer à l’huile d’olive tous les légumes pour enlever le maximum d’humidité
et ensuite les épices. Incorporer le jus d’orange et l’eau de coco. Faire cuire à feu
doux pendant 1 h. Filtrer le jus de cuisson au chinois pour ne garder que la partie
claire de la sauce. Ajouter le lait de coco, faire réduire de moitié et réserver.
Velouté
Réduire la demi glace, sauce réalisée à partir du fond de volaille. Ajouter le lait de
coco, réduire et réserver.
© laurent suaudeau - nikitos77 - mike flippo
livres à succès, la toque française s’impose comme la référence
en son pays d’adoption et les sociologues de l’alimentation le
considèrent comme l’une des composantes historiques de la
“conscience gastronomique brésilienne naissante”.
Derrière les fourneaux, Laurent affectionne tous les poissons
et crustacés mais son ingrédient de prédilection reste le citron
confit au sel. Il avoue un certain penchant pour la cigale de
mer et le pitu autant que pour le prejereba – bar local qui se
nomme également robalo – ainsi que pour quelques poissons
d’Amazonie comme le tambaqui cutunaré et le pirarucu.
Cigale de mer grillée à la sauce Yemanjà,
Velouté de Coco et tapioca rôti
Escola das Artes Culinárias Laurent
Rua Groenlândia, 372 - Jardim Europa
São Paulo SP CEP 01434-000
Tel. 55 11 3887-0170
www.laurent.com.br
Tapioca rôti
Mélanger bien tous les éléments à la main en prenant soin de bien les malaxer et
laisser reposer pour que le tapioca ramollisse. Disposer ensuite dans un moule ou
sur une plaque à rôtir puis laisser encore reposer au froid pendant 12 heures. Au
moment de servir, découper le tapioca de la grandeur désirée et le rôtir au four
5 mn th.180ºC.
Montage
• Griller la cigale de mer et réserver
• Napper l’assiette de sauce Yemanja et de velouté de coco
• Mettre le tapioca rôti sur le côté
• Décorer avec quelques pousses
• Disposer la cigale de mer
• Finaliser avec un fil d’huile de palme et de la poudre de crevettes.
97
COOK IN
Cultural emulsion with Laurent Suaudeau
Native of Vendée under influence
Daring, creative and committed, Laurent Suaudeau is currently the best-known French
Chef in Brazil. He left Cholet exactly 30 years ago and has never renounced his roots or the
culinary traditions of his childhood: “I particularly remember trips to sea with my father,
who fished for bass in the summer, near Saint-Vincent-sur-Jard, 800 metres from George
Clémenceau’s house”. He also recalls the large companies, such as Beneteau, which grew
outside regional frontiers and which were often referred to. Before leaving France once
and for all, in 1980, the disciple of Yvon Garnier, Jean Guerin, Michel Guérard, Jean Ramet
and Paul Bocuse, led his career according to his affinities and what he loved most.
Instigator of a “gastronomic awareness”
Ambitious creator of talented gastronomy, he flew to Rio de Janeiro in 1980. “I was already
working with the Chef, Paul Bocuse, in the famous “Collonges-au-Mont-d’Or” restaurant.
He sent me to Brazil in 1980, as sous chef of the southern Saint-Honore restaurant.” The
team’s welcome and the people’s open-mindedness, not to mention the creative and
culinary fervour which came to life on every street corner, won over the young cook.
“I sort of sensed that the democratic renewal of the country was going to come with
a change in direction in culinary traditions. ”After having created several restaurants in
Rio and then Sao Polo, between 1981 and 1986, this player in nouvelle cuisine became
a quintessential figure of Brazilian gastronomy, reaping many awards and honours. In
1986, his restaurant, Le Laurent, was praised to the skies by the Brazilian guide, Quatro
Rodas, which bestowed on him the greatest number of stars ever awarded. In 1989 he
received the title of Ambassador for Rio de Janeiro and the international award of merit
from the Governor of the State of Rio. From May 2003 to December 2004, his restaurant,
Le Laurent was the holder of seven major gastronomic prizes simultaneously. Honoured
in bestsellers, the French chef stands out as the reference in his country of adoption and
the food sociologists consider him to be one of the historical ingredients of the “growing
Brazilian gastronomic awareness”.
Behind the stove, Laurent loves all kinds of fish and shellfish, but his favourite ingredient
is lemon crystallized with salt. He admits to having a fondness for slipper lobster and
pitu, as much as for the prejereba - local bass which is also called robalo - as well as for
several fish from the Amazon, such as the tambaqui, cutunaré and pirarucu.
Cuisine of values
Thus Brazil stimulates and feeds the business dreams of the French Chef. Today we find him
at the head of a training school, a small farmers’ development and assessment centre, as
well as a centre for corporate lunches and dinners. From all over the country, professional
cooks and young people wishing to embrace the profession come to perfect their skills
at the cookery school. “I am currently setting up the Institut Laurent, a training centre
with a training restaurant, which is intended solely for the most disadvantaged youths of
the favelas, who I am already in contact with thanks to my work in an NGO in Sao Polo.
This two-year programme will provide them with a professional springboard.”Laurent’s
culinary art is first and foremost guided by values - generosity, respect for cultural
traditions, openness to knowledge - however, although instinct and sensitivity are of
primary importance, a good amount of discipline in the execution still needs to be
incorporated.
At the age of 55, the Chef is bubbling over with projects. He is partner in the imminent
opening of a luxurious Resort in Gramado, in the south of the country, which will have
15 rooms and its own restaurant. “Once again, the idea will be to highlight the work
of our local small farmers, to produce an inspired cuisine respectful of local traditions.”
98
Grilled slipper lobster in Yemanjà sauce
Cream of Coconut and roast tapioca
Ingredients
1.2 kg slipper lobster - 60 ml olive oil - Salt, pepper to
taste
Yemanjà sauce
15 g onions - 15 g leeks - 15 g ginger - 60 g carrots
15 g fresh coriander - 15 g red and yellow pepper
3 g curry and hot paprika - 200 ml fresh orange juice
200 ml coconut water - 150 ml coconut milk
Salt, pepper to taste
Tapioca
70 g crushed tapioca - 30 g grated coconut
150 ml coconut milk - 100 ml milk - Salt, pepper to taste
Cream of coconut
150 ml chicken stock - 60 ml coconut milk
Salt, pepper to taste
Finish
15 ml palm oil - 20 g baby salad leaves
5 g dried shrimp powder - 5 ml palm oil
Preparation
Sauce:
1) Sweat all the vegetables in olive oil to remove as
much water as possible and then the spices. Add the
orange juice and coconut water. Simmer on a low heat
for 1 hour.
2) Strain the cooking juices and only keep the clear part
of the sauce. Add the coconut milk, reduce it by half
and set aside.
Cream of coconut:
1) Reduce the meat based sauce, made from the chicken
stock.
2) Add the coconut milk, reduce and set aside.
Roast tapioca:
Mix all the ingredients listed above by hand, taking care
to blend them well and leave to sit so that the tapioca
softens. Then place in a mould or on a sheet to roast,
then leave to sit again in a fridge for 12 hours.
When serving, cut the tapioca to the size required and
roast in the oven for 5 minutes at 180°C.
Arrangement:
1) Grill the slipper lobster and set aside
2) Coat the plate with Yemanjà sauce and cream of
coconut
3) Place the roast tapioca on one side
4) Decorate with a few baby salad leaves
5) Place the slipper lobster on top
6) Finish the dish with a drizzle of palm oil and shrimp
powder
© laurent suaudeau
Since the start of the 1980s, Brazilian cooking has undergone a noticeable
change. Recognized as one of the first players of this gastronomic revolution,
Laurent Suaudeau is now interpreter of modern recipes combining French roots
and regional products from Brazil. Because he is proud of his origins, this son
of a worker from Maine-et-Loire has the firm intention of bringing an art often
perceived as elitist into more widespread use, and his desire to pass on his skills
has become central to his many activities. In a few years, he has managed to
improve the image of the country’s contemporary cuisine and this has made
him a star.
99
© HERBELIN
Peu importe l’heure,
seule compte la magie de l’instant
www.michel-herbelin.com
100
Opération Garantie 5 ans du 09 novembre 2012 au 08 janvier 2013

Documents pareils