Article Cosplay - Club Photo Marckolsheim

Commentaires

Transcription

Article Cosplay - Club Photo Marckolsheim
LE COSPLAY
Parmi les innombrables sujets à photographier, connaissez vous le cosplay ?
Nous vous proposons de découvrir ce loisir et en quoi il constitue un sujet intéressant pour un photographe. Nous avons eu le
privilège de pouvoir interviewer un couple de cosplayers : ils nous font découvrir leur passion et comment ils la vivent.
Cosplay ... c'est quoi donc ?
Cosplay est la contraction anglaise de "costume" et ..."play". On peut le traduire par "pratiquer le costume", mais ça n'a rien à voir
avec le carnaval. En clair, il s'agit de se costumer en un personnage de fiction et d'en adopter ses attitudes.
Ceux qui s'adonnent au cosplay sont des cosplayers ou
cosplayeurs / cosplayeuses. On parle habituellement de
cosplayers ... mais le fait indéniable est que la majorité des
cosplayers sont des cosplayeuses. Pour la statistique, il suffit
d'arpenter l'un ou l'autre salon pour s'en convaincre.
Un loisir récent
Le Cosplay est intimement lié à l’histoire du manga et des comics.
Le manga désigne la bande dessinée japonaise, avec son sens de lecture et ses codes
graphiques propres. Les comics sont quant à eux sont les bandes dessinées américaines,
essentiellement consacrées aux supers héros.
La notion de cosplay est apparue aux Etats-Unis juste avant la seconde guerre mondiale : des
fans commençaient à se costumer à l’occasion des sorties de films et des salons consacrés à
la science fiction. Le terme cosplay est né au Japon dans le années 50 au milieu de groupes
de fans de héros de manga.
Il a connu son véritable essor dans les années 80 avec la sortie de Star Treck et Star Wars. Il
s’agit donc d’un loisir autour de héros de fiction.
Aujourd’hui (2015), les cosplayers ont étendu leur domaine : les univers sont issus de la
bande dessinée et de la littérature fantastique ou de science-fiction, mais aussi des jeux
vidéos, films, séries télé, dessins animés, jeux de société. Certains courant s'inspirent aussi de
stars du petit écran.
Se costumer en qui ?
C'est une grande famille qui couvre des univers et des personnages très variés. Ils sont issus de thèmes aussi variés que :
- les super héros : Superman, Wonderwoman, Spiderman, Catwoman, Captain America, Capitaine Flam
- les séries TV : Star Treck, Doctor Who,
- les films : Star Wars, X-Men, Ironman, Batman, Tron, Le Seigneur des Anneaux, Harry Potter
- la bande dessinée : les comics (américaines), The Avengers, les 4 Fantastiques ; les manga (japonaises), Blame, Gon, Bleach,
- les jeux vidéos : Halo, Lara Croft de Tomb Raider, World of Warcraft, Rayman
Le cosplay est surtout connu pour ses personnages issus de la culture manga : Akira, Fairy Tail, One Piece, Naruto, Dragon Ball,
Saint Seya, , etc
On y rencontre donc des personnages célèbres issus de grandes compagnies : Disney, Looney Tunes (Bugs Bunny, BipBip et le
Coyote), Hanna & Barbera (Tom et Jerry, Daffy Duck), les anime (prononcer : animè) : série ou film d'animation en provenance du
japon : Vic le Viking, Maya l'abeille, Goldorak, Albator, Dragon Ball Z, Sailor Moon, Pokemon, ...
mais rien n'empêche un cosplayer d'inventer un personnage. Chaque année, les limites de l'imagination des cosplayers sont
repoussées. Il faut dire qu'elles varient selon les sorties de films, BD, séries, jeux vidéos. Le seigneur des anneaux, Harry Potter et
autres Hobbit ont contribué au développement du cosplay ces dernières années.
Un costume, mais aussi une attitude
Un cosplayer ambitionne un costume le plus fidèle
possible au personnage choisi. Mais pas que. Il faut
aussi trouver l'attitude correspondante, la
dynamique, la gestuelle. C'est alors un vrai rôle qui
est interprété, et pas toujours des plus facile
lorsque c'est un personnage purement pictural dont
il n'existe que des représentations 2d.
Au costume, se rajoute toute une panoplie
d'accessoires : la perruque, le maquillage, parfois
un masque, un exosquelette, des bras
supplémentaires, des armes, sans oublier les
bijoux, les ornements, les chaussures, les sacs,
harnachements, etc. Tout pour se rapprocher le
plus fidèlement possible du personnage on vous
dit! Certains costumes nécessitent l'assistance d'un
tiers, qui, au moyen d'une télécommande actionne
la fermeture d'un casque ( Ironman par exemple),
des jets de fumée, des effets lumineux ou
pyrotechniques.
Un costume, oui mais comment ?
Il y a plusieurs moyens pour obtenir un costume : l’acheter, le louer ou le fabriquer soimême.
Internet est d’une grande aide dans les trois cas.
Avant tout achat et comme pour tout investissement, il convient d’étudier, prospecter et
comparer.
Afin de donner un ordre d’idée, pour un personnage donné, on peut trouver un costume
premier prix à 40€, alors que le même, comparable à ceux employés dans le film atteint les
1500€. On vous laisse imaginer la différence de qualité. Dans la grande majorité des cas,
les personnages sont soumis aux lois du copyright, une partie de licence est à inclure dans
le prix.
Ceux qui préfèrent recourir au DIY (do it yourself = fait maison) sont nombreux. La
démarche n’est pas la même par rapport à un achat : le plaisir de fabriquer son costume et
de le porter une fois achevé, fait partie de ce loisir. La qualité des costumes relève de
l’artisanat. Il faut alors recourir à ses dix doigts, d’un peu d’outillage et des matériaux de
toutes natures. Même pour celui qui n’y connaît rien, c’est l’occasion de découvrir les
différentes techniques que requière la confection d’un costume : couture, découpe, collage,
assemblages, peinture, thermoformage, chaudronnerie (voyez le bouclier de Captain
America !)…
Internet regorge de tutoriels, mais ne croyez pas que cela suffise : rien ne vaut la
pratique ; il faut rassembler les idées, les matériaux, un peu d’outillage. Bien souvent, il
faut entièrement élaborer le costume. On commence par un croquis sur la base du
personnage original : dessin tiré de livres, photo, arrêt sur image d’un film. Le premier
challenge est de passer d’un personnage vu en deux dimensions à une représentation en
trois dimensions. Ensuite il faut choisir les matériaux et les techniques d’assemblage,
rassembler l’outillage et déjà penser aux accessoires. La fabrication des ornements
constituent l’une des principales difficultés, mais aussi les perruques, les articles
chaussants, les gants, les masques, les casques, les boucliers, les armes, les ceintures, les
bijoux, … bref, y’a du boulot. Les couturiers font des merveilles dans la confection :
assemblage, doublures, boutonnières, …
Le cosplayer trouve ses fournitures dans les magasins de bricolage, de loisirs créatifs, au
grenier, sue internet, dans une mercerie, ou même un atelier de mécanique auto. Un tapis
de sol, prévu pour la gym ou le camping constituera par exemple, un excellent matériau de
base pour un casque ou une armure.
Des règles mais pas trop
Pour pouvoir prétendre être un
groupe STAR WARS par exemple,
les grandes associations mettent un
point d’honneur à obtenir une
accréditation officielle. Ce précieux
sésame est délivré par la société de
production détentrice des droits de
diffusion, après une rigoureuse
enquête : tout y passé au crible : les
statuts, la qualité des costumes, la
fidélité des accessoires, la nature
des manifestations, etc. +
A contrario, d’aucun peuvent
carrément préférer inventer un
personnage ou s’inspirer d’un
univers qui leur est propre, pour
créer un costume et des accessoires
uniques.
Les cosplayers qui apparaissent en personnages facilement reconnaissables par les fans, (Dark Vador, Naruto, Dr Spock, etc ),
utilisent le nom du dit personnage. Pour les sujets plus généraux ( une reine, un elfe, un guerrier, un troll, une magicienne, etc ), il
convient de se présenter avec un pseudo. Ce dernier est le reflet de la personnalité que veut donner le cosplayer à son personnage.
Le cosplayer connaît son personnage puisqu’il EST le personnage lorsqu’il porte son costume. Il ne l’a pas choisi par hasard (voir
interview).
Ils sont parmi nous
Vous vous dites qu’une fois sorti de son film ou de sa BD, un personnage doit se sentir bien seul, loin de son monde et de ses amis ou
adversaires habituels. Détrompez-vous ! Ils arrivent à se retrouver et se constituent en associations ou autres guildes. Cela va de la
modeste assoc’ locale à des assemblées de portée nationale, voir mondiale. Ils se regroupent alors par affinités, autour de films
(STAR WARS pour Imperial68 de Turckheim ou la 501ième Légion …), séries télévisuelles (STARGATE, …), de manga ( FAIRY
TAIL, AKIRA,…), de jeux (POKEMON, WORLD OF WARCRAFT, STARCRAFT, ) … ou un joyeux mélange de tous ces
mondes. Ainsi, on peut les rencontrer dans les salons du livre ou du jeu, de conventions de science-fiction, à l’occasion de la sortie
d’un film ou encore dans le cadre d’actions caritatives. Depuis quelques années, ils ont également leurs propres salons. Dès lors, on
assiste à des rencontres assez inhabituelles : ennemis dans les histoires, les voilà déambulant ensemble dans les allées d’un
quelconque salon manga ou prenant la pose devant les objectifs de fans venus pour la circonstance.
Un salon ou une convention de cosplay est un rassemblement de passionnés : c’est la royaume de l’image et de la convivialité. Les
animations sont nombreuses : concours de costumes ou de réalisation vidéo, stands de jeux vidéos, littérature, collectionneurs,
marchands d’accessoires ou de matériel de confection … Certaines conventions installent un studio photo pour que chacun puisse
poser. Le spectacle a lieu sur scène mais aussi dans les allées. Vous verrez les cosplayers déambuler dans les allées, c’est un vrai
paradis pour les photographes ou vidéastes.
C’est l’occasion pour les associations de se faire connaître, de rencontrer d’autres amateurs, de faire découvrir leurs activités au
public. Les enfants sont souvent impressionnés à la vue de leurs héros grandeur nature. Les voir s'émerveiller et se diriger
spontanément vers leur héros est un beau moment : aussi bien pour les petits que pour les parents, tout autant pour le cosplayer.
Le cosplayer se rencontre principalement dans les conventions de science-fiction et les salons consacrés au manga. Ils font des
apparitions dans des salons de la BD, des lancements de films, des actions caritatives, salons de loisirs créatifs et même des clips
vidéos. Depuis peu, le cosplay dispose même de ses propres salons.
La passion gagne des familles entières.
Et la photo dans tout ça ? Une créativité visuelle sans limites.
Vous l'aurez compris, un photographe trouvera dans le cosplay d’innombrables occasions de prendre des photos : stands, concours,
expo, ou tout simplement en déambulation.
Outre les conventions, organiser un shooting mettant en scène des cosplayers peut être un projet très intéressant. L'accent est alors
mis sur l'attitude et la mise en scène. Les personnages vivent de nombreuses aventures dans les oeuvres dont ils sont tirés, on a donc
un grand choix de poses. Le shooting peut avoir lieu en studio, mais le mieux est dans un endroit qui rappelle le milieu naturel du
personnage. Faute de vaisseaux spatiaux ou de châteaux flottants dans les airs, il faut recourir à notre imagination, et peut être à l'aide
de photoshop pour rajouter des planètes dans le ciel par exemple. Un décor urbain conviendra très bien pour des personnages
contemporains. Un château en ruine sera un excellent cadre pour des sujets heroïc fantasy.
Hormis la photographie, on peut trouver de nombreuses
vidéos sur le net, rejouant certaines scènes cultes ou
présentant des séquences en hommage à des personnages.
C’est un véritable art visuel qui s’est développé autour de ce
loisir au cours de ces dernières décennies. Les héros en 2D
prennent maintenant corps.
Us et coutumes des conventions
La majorité des cosplayers prendra volontiers la pose devant un objectif, pour peu qu'on lui témoigne un minimum de respect.
Dans un salon, il convient généralement de remettre sa carte aux cosplayers photographiés ou aux organisateurs, afin qu'ils puissent
récupérer les photos.
Certains salons disposent d'un coin studio où les participants peuvent prendre la pose.
Deux cosplayers ont bien voulu se prêter au jeu de l'interview.
Un grand merci à eux de partager leur passion.
Présentation :
Joël et Jennifer, 27 et 25 ans, originaire d'Hilsenheim (67), ont accepté tous les deux de répondre à
nos questions sur leur passion : le travail de recherche en amont, la confection, les obstacles, mais
aussi leurs expériences et leurs rencontres.
LE COSPLAY
Depuis combien de temps faites vous du cosplay?
J & J : Depuis 2010, cela fait donc 5 ans cette année.
Qu'est-ce qui vous attire là dedans? Pourquoi?
Jny : Ce qui nous attire c'est le défi créatif. Arriver à refaire un costume de toutes pièces avec pour
seule référence, très souvent, un unique dessin mais aussi le plaisir de porter nos créations et
recueillir des avis lors de conventions.
Comment en êtes-vous venu à faire du cosplay?
Joël : Après avoir vu un animé, on a recherché des images des personnages, on a trouvé des fan art
mais aussi des photos de personnes habillées comme dans la série, « mais qu'est ce que c'est ? ».
Après des recherches, on découvre le mot « cosplay » et son principe. On a flashé sur un
personnage puis chercher des images de références. On est allé à la Japan Addict (convention) à
Strasbourg pour se faire une idée, on en a discuté et on s'est lancé.
Qu'est ce que ça vous apporte?
Jny : Beaucoup de fierté, d'enrichissement personnel et social. Au fur et à mesure des défis qu'on se
lance, on constate aussi une évolution des techniques et des compétences afin de toujours se
rapprocher du réalisme du personnage.
LES COSTUMES
Combien de costumes avez-vous déjà fait?
J & J : 2010 = Inoue version Arrancar + Ulquirra (BLEACH,manga)
2011 = Sérénity (SAILOR MOON, manga) + Claire (CLAYMORE, manga)
Dante (DEVIL MAY CRY, manga)
2012 = La Belle et La Bête, un noël enchanté (Film Disney)
Eternal Sailor Moon (manga du même nom)
2013 = Gaëa + Sparadrap (NOOB, web série)
Evangéline saison 2 + Tristepin saison 1 (WAKFU, manga)
2014 = Leela et Fry version super héros (FUTURAMA, série)
Evangeline et Tristepin version tango
+ Sérénity Version 2 (j'ai repris le costume de 2011 pour le refaire en mieux!)
Un total de 17 costumes pour ces 4 années.
Sans compter les 2 projets en cours de réalisation pour 2015 : Shaolan et Earthy Card (SAKURA
CARD CAPTOR, manga) et ceux qui sont prévus, mais sans date définitive.
Comment les choississez-vous?
Joël : En règle générale, on regarde une série/film/anime ensemble... et à un moment donné on se
dit "tiens pourquoi pas...", on échange un regard complice et voilà, on s'est compris. C'est souvent le
cas pour le choix des duos (NOOB, WAKFU...).
Jny : Sinon pour les solos ça va être un déclic, une envie subite voir un coup de foudre sur un
personnage qui va ensuite renvoyer à un défi technique intéressant et passionnant.
Joël : En gros, il faut ça nous plaise que l'on connaisse un minimum le personnage et que ça rentre
dans le budget.
Justement, quel est le budget moyen d'un costume?
Entre 100 et 150€ par costume tout compris (tissus, accessoires de merceries, fabrication
accessoires du personnage...)
Quel costume a ou va vous coûter le plus cher? pourquoi?
Jny : Un projet à venir en fait, qui fait partie de ceux "sans
date".
Il s'agit de Hansel et Gretel du film sortie en 2013 "The witch
hunter", car il y a beaucoup de petites fournitures comme des
boucles de ceintures, des rivets, des fermoirs, mais aussi du
tissus spécifiques, comme du simili cuir, du cuir, de la fausse
fourrure doublé aspect faux cuir vieilli, qui représentent un
certain coût.
Ce qui coûte cher c'est le choix des produits utilisés et leurs
quantités.
Faut-il avoir des talents de couturière? ou n'importe qui
peut le faire?
J & J : N'importe qui peut s'y mettre. Il faut de la passion, de
l'huile de coude et de la débrouille... Faut se faire plaisir avant
tout!!
Quel est le moment de la confection qui vous plait le plus?
Jny : Le moment de l'essayage avant les finitions, là où on commence à voir le
résultat.
Joël : La partie "confection/réalisation" en elle-même et faire les armes... le
travail de recherche en amont, j'aime pas (rire).
Quels matériaux utilise-t-on notamment pour les parties "en dur" comme
les armures et les armes?
Joël : Pour les armes, j'utilise essentiellement du médium. Pour les parties plus
"rigide" du costume: partie d'armure, casque... ça dépend.
Pour le demi masque d'Ulquirra (mon 1er cosplay) j'avais utilisé du papier
mâché recouvert d'un enduit plâtre poncé et verni.
Ulquiorra
EN CONVENTION
Une fois terminé, vous portez vos costumes lors de conventions cosplay. Il y en a un peu
partout en France mais surtout dans les grandes ville. Comment cela se passe pour vous sur
place?
J & J : On arrive, on fait un premier tour de repérage des lieux : stands intéressant, les scènes,
programme de la journée... ensuite, on se change sur place ou bien une partie du costume est déjà
portée durant le trajet (ce qui reste discret) et il ne reste plus qu'à enfiler le reste.
On refait un tour cette fois costumés, on retrouve des amis cosplayeurs, on se laisse prendre en
photos par les visiteurs. On a également la possibilité d’assister à des conférences et participer à des
animations (présentation de jeux vidéo, cours de danse collective, atelier cosplay présenté par des
cosplayeurs de haut niveau proposant de découvrir des techniques et matières en direct.)
Que ressentez-vous quand vous portez votre travail fini?
Jny : C'est assez étrange comme sensation.
Nous sommes à la fois très fiers de présenter notre travail car ce
sont des heures incalculables passées à peaufiner chaque détail
pour rendre les costumes le plus réaliste possible, et très contents
de l'attention qu'on nous porte lors des manifestations... mais en
même temps, l'attention portée est parfois plus importante que
celle à quoi on s'attendait ce qui du coup, nous met parfois très
mal à l'aise.
On choisit nos costumes en fonction de nos envies, nos désirs pas
forcément pour attirer l'attention et se faire remarquer. On ne sait
jamais à quoi s'attendre de la part des personnes et dans certain
cas, notamment la fois où nous avons porté les costumes de la
Belle et la Bête, où Joël était enfermé dans le costume de la Bête
telle une mascotte de foot et ne voyait pas grand chose, mais moi
en Belle je voyais la réaction très admirative et impressionnée des
gens et je n'avais qu'une envie c'est de me réfugier dans un trou de
souris (rire).
Quelles réactions ont les gens en général?
J & J : Les gens sont étonnés, enthousiastes parfois ils nous félicitent, voir nous remercient aussi
pour certains de nos projets originaux que les fans ont reconnu comme Leela et Fry version super
héros (visible juste dans un épisode) ou encore Evangeline et Tristepin version tango (étant en fait,
un court rêve de Tristepin dans un des épisodes).
C'est une attention très différente et plus gratifiante car cela renforce l’originalité du projet, du coup
ce n'est pas le costume le plus imposant ou célèbre qui a le plus de succès.
De plus, nous avons également un projet de groupe "Sakura Card captor" prévu pour 2015 qui de la
même manière pourra agréablement en surprendre plus d'un par le choix des différents personnages.
Vous est-il déjà arrivé que l'on vous fasse des commentaires ou réflexions désagréables?
Comment avez-vous réagit?
J & J : Oui, une fois.
On a déjà remarqué que dans les cas où le cosplay est diffusé auprès d'une communauté en
particulier de fans d'une série/manga/jeux vidéo "non-cosplayeur" (forums, page facebook, site
internet spécialisé), on doit s'attendre à des critiques assez voire très désagréables basées sur le
simple fait que l'on ne ressemble pas "trait pour trait" au personnage choisi.
C'est quelque chose que l'on a remarqué de manière générale mais ne l'avons « vécu » qu'avec nos
cosplay de NOOB, qui est une web série ultra connue chez les jeunes, que Joël et moi adorons et
qui connait son moment de gloire.
Suite à une publication sur la page facebook et le profil des membres de la Web série d'une photo de
nous costumés en Gaëa et Sparadrap, personnages très appréciés des fans, il y a eu des petites
piques non constructives touchant plutôt aux caractéristiques physiques que le costume en lui
même.
Notamment, on a dit de Joël qu'il était "trop gros" pour faire Sparadrap et de moi qu'on dirait "un
homme costumé en Gaëa"... certes, ce n'est pas bien grave en soi, mais ce n'est pas très agréable
quand même.
Quelle est la plus belle "récompense" que vous aillez eues pour votre travail?
Les fans des personnages qui nous disent "bravo" ou "merci" et prennent la pose avec nous.
Le regard des enfants qui nous reconnaissent et qui viennent vers nous.
Une grosse surprise aussi une fois lors d'une convention où toute l'équipe de NOOB était présente et
pour l'occasion nous avions porté Gaëa et Sparadrap. Le staff de la convention nous a littéralement
"embarqué" pour nous emmener dans la pièce où se trouvait toute l'équipe en séance de dédicace et
ont préparé deux des protagonistes en les installant devant l'entrée yeux fermés avant de nous laisser
entrer.
C'était vraiment extra, on était un peu intimidé mais c'était super, un accueil chaleureux par une
équipe plus que sympathique.
Il y a de nombreuses pages FACEBOOK de personnes qui font du cosplay et montre le
résultat de leur travail parfois même des WIP (Work in progress) aux personnes qui suivent
leur actualité.
Pourriez-vous citer quelques cosplayeurs dont vous admirez le travail?
J & J : Yaya Han, Nikita cosplay, Annshella, Arlek1, Mick rocks, Shoko et Jérôme, Ayalaure, Kuro
versus wild, LucioleS, Lyel, Nomel... pour ne citer qu'eux !!
Pour quel public s'adresse le cosplay?
Joël : Un public familial qui a un minimum d'intérêt, ou envie de découvrir le japon, les films, les
animes et les mangas.
Il y a aussi des conventions plus ciblées, comme Connection SF à Turckeim qui est plus basée sur
les films/série de sciences fictions où des fans de STAR WARS peuvent se retrouver.
Faut-il obligatoirement être fan de manga pour apprécier?
J & J : Non, pas forcément.
Il y a plein d'autres activités lors des conventions, des ateliers découverte de la culture japonaise
(calligraphie, tradition...), des démonstrations de jeux vidéo, des artistes qui présentent leur création
(caricature, shibi, fanart, papercraft...), conférences, concerts, guess (auteur de manga, anime...) cela
dépend de la convention où vous allez, il faut regarder le programme proposé et cibler.
Si je suis une personne désireuse de découvrir le monde du cosplay, quelles conventions me
conseillez-vous d'aller voir?
Jny : On va généralement à 3 conventions : Anim'Est à Nancy, Senyu à Epinal et Saiten à Dijon.
Du coup, je conseillerai Anim'Est à Nancy au mois de novembre.
Sérénity (SAILOR MOON)
Dante (DEVIL MAY CRY)
Evangeline et Tristepin version "Tango"(WAKFU) ...et Princesse Zelda (ZELDA SKYWARD SWORD)
Page facebook J&J Cosplay : www.facebook.com/JnyandJoCosplay
Pour en savoir plus
Salons, conventions, associations, FRANCE
En Alsace : Turckheim http://www.imperial68.com/sf-connexion/ (fin novembre)
Strasbourg & Haguenau : http://japan-addict.com/jaz/
association StarWars http://www.501stfrenchgarrison.com/ et http://www.rebellegionfrance.com/
Epinal : SenYu http://senyu.fr/
Nancy : http://www.animest.net/
Dijon : Saiten http://www.dijon-saiten.fr/
Paris : Paris Manga, http://www.parismanga.fr/50-cosplay/article.html et Japan expo http://www.japan-expo.com/fr/
à l'étranger :
Tokyo : WCS (World Cosplay Summit) ... LE championnat du monde de cosplay
http://www.worldcosplaysummit.jp/en/
USA : San Diego : BlizzCon
http://eu.battle.net/blizzcon/fr/media/photos/blizzcon-2014/costumes?view=costume-general-153
Sites dédiés :
Omaru https://www.facebook.com/omaru.photo.video
http://psp-tuto.blog.weareplaystation.fr/archive/2013/07/26/sh-100826.html
En conclusion
Dorénavant, lorsque vous croiserez des cosplayers, vous saurez tout le temps et l'investissement qui ont été nécessaires
à la préparation de leur mise en scène. Derrière leur costume, se cachent des passionnés, ils ont plein de choses à
partager et à faire découvrir. Cherchez autour de vous, il y a forcément un cosplayer caché ou en puissance... peut-être
vous ? Faire des photos en costume constitue l'une des finalités de ce loisir, alors à vos appareils, soyez créatifs et
laissez vous porter par la magie de la fiction.
Crédit photo : @Pixl.giulian et Vincent S.