Daniel Ponto…lagan | Rue89 Les blogs

Commentaires

Transcription

Daniel Ponto…lagan | Rue89 Les blogs
THÉÂTRE ET BALAGAN
Chronique ambulante d'un amoureux du théâtre, d'un amateur de l'Est et plus si affinités.
Céramique : Daniel Pontoreau et Shin Gyung Kyun voyagent dans
le centre de la terre
J.-­P. Thibaudat
chroniqueur
Publié le 16/04/2014 à 15h25
L’œuvre de Daniel Pontoreau que l’on découvre depuis la rue (DR)
Quand il passe devant le 58 rue Chapon, à Paris, une rue où les galeries se sont multipliées, tout passant ralentit le pas et, souvent, s’arrête.
Saisi par ce qu’il voit derrière la vitre, étendu au sol. Attirant et énigmatique à la fois.
« C’est quoi ? Une sculpture ? Un tableau ? »
Une sorte d’assemblage où le hasard et l’équilibre semblent jouer des coudes dans une cordiale rivalité, où le mariage des formes et des matières
est à la noce. Une beauté flagrante, joyeusement fulgurante et cependant calme comme le filet d’eau d’un ruisseau laissant miroiter ses cailloux.
L’imagination du passant vagabonde et finit par déceler dans la chose un plateau repas céleste, une offrande de météorites faites par l’homme
et servie aux dieux de la terre, car la terre, cuite, ici est reine. Il n’a jamais vu ça, il le découvre là et cependant il a l’impression de reconnaître
quelque chose.
Le passant en est là de sa douce divagation quand un autre quidam s’approche et, intrigué par ce que regarde le premier, regarde à son tour.
Mais on le sent méfiant, rétif, il n’aime pas les choses sur lesquelles on ne peut pas poser un nom, il a besoin de faire entrer la terre entière dans
des catégories. Interrompant les pensées du passant, il lui pose la question qui l’agite :
« Dites donc, c’est quoi ? Une sculpture ? Un tableau ? Une installation ? »
« C’est une œuvre de Daniel Pontoreau “, répondra la galeriste Fatiha Selam, quand les deux hommes pousseront la porte de la galerie. Les
voici maintenant qui tournent autour de la chose occupant au sol le devant de la galerie.
Quinze grands carreaux de grès, bord à bord, constituent un réceptacle, un socle, un tablier largement recouvert ou plutôt traversé, largement,
par une coulée d’encre gris-noir dont le feu de la cuisson a infléchi la densité. Sur cette lande, en fait non directement posée sur le sol mais
flottant au-dessus, constatent maintenant les deux passants, sont disposés cinq objets en terre cuite (grès, céramique), ‘ des sculptures si l’on
veut ’ dit le premier passant au second qui, rassuré, esquisse une moue de satisfaction.
Daniel Pontoreau, du Marais au Japon
Dans chacune desdites sculptures se joue la tension d’une dualité de formes, de matières et de couleurs.
http://blogs.rue89.nouvelobs.com/balagan/2014/04/16/ceramique-daniel-pontoreau-et-shin-gyung-kyun-voyagent-dans-le-centre-de-la-terre-232721?imprime…
1/3
Le premier passant retrouve cette dualité dans d’autres pièces disposées au fond de la galerie et,
accrochées aux murs, dans des tableaux-sculptures, dont la matière est affirmée et magnifiée par des
creux, comme des points de suspension qui renvoient, en creux justement, aux œuvres disposées au sol. Et
l’œuvre disposée à l’entrée est aussi, à tout prendre, un tableau posé au sol, voire un livre ouvert.
L’autre quidam, voulant plus comprendre que se laisser aller à voir, feuillette pendant ce temps un
catalogue consacré à l’artiste. Il sait désormais tout sur Daniel Pontoreau.
Pièces de Daniel Pontoreau (DR)
Il sait que c’est un autodidacte qui s’est intéressé à la peinture avant et après toute chose, qu’il a œuvré aussi bien pour l’architecture que pour
le théâtre. Il sait que l’homme a traîné ses chaussures de marche autant en Californie qu’au Japon, pays où sa notoriété n’est plus à faire depuis
longtemps. Il sait qu’on a pu aussi le croiser en Chine et en Corée où il a aussi laissé des traces dans des musées.
Justement la Corée. A l’autre bout de Paris, tandis que les deux passants s’éloignaient par les petites rues du Marais, à deux pas du Musée d’art
moderne et du musée Guimet, 2 avenue d’Iéna, le discret centre culturel coréen inaugurait dans son sous-sol une exposition des céramiques de
Shin Gyung Kyun.
Shin Gyung Kyun, de la Corée à Paris
Comme Pontoreau, l’artiste coréen travaille des terres, mais d’une façon fort différente et il ne fait que cela. Autant Daniel Pontoreau est un
inventeur de paysages, de sites, de sculptures aux formes difficilement descriptibles, autant le potier coréen Shin Gyung Kyun s’inscrit dans une
haute tradition qui fait de lui l’héritier de son père, Shin Jung Hee, lui-même connu dans les années 60-70 pour avoir récréé avec finesse et
précision les céramiques de Goryeo datant de plusieurs siècles.
Les jarres en céramiques blanches de Shin Gyung Kyun approchent tant la perfection que leurs courbes
parfaites les font paraître étrangement légères.
Quand on les soulève, on sent leur poids, mais quand on les regarde, elles semblent léviter. Le secret tient
dans une impitoyable exigence. Dans une vidéo projetée en marge de l’exposition, on voit l’artiste-artisan,
petit homme râblé et nerveux au visage carré, prendre les pièces encore chaudes au sortir du four à bois,
les tourner, les retourner et le plus souvent, dans un geste rageur, les jeter au sol où elles se fracassent.
Tous les potiers jettent les pièces mal façonnées, Shin Gyung Kyun est beaucoup plus radical. Là où bien
Jarres de Shin Gyung Kyun (DR)
des potiers s’accommoderaient de la non perfection, Shin Gyung Kyun y répugne.
On peut préférer à ses jarres et à ses longs vases cylindriques, ses grands bols hauts comme des arbustes dont la puissance tournoyante est
fascinante et semble déjouer non seulement l’espace mais aussi le temps. Il ne fallait pas en attendre moins de ce potier qui dialogue
quotidiennement avec ses confrères du XVIIe siècle.
INFOS PRATIQUES
Daniel Pontoreau, Shin Gyung Kyun
Œuvres récentes
Daniel Pontoreau, galerie Fatiha Selam, 58 rue Chapon, 75003 Paris - 09 83 33 65 69 - jusqu »au 10 mai
Shin Gyung Kyun, centre culturel coréen, 2 avenue d »Iéna, 75116 Paris - 01 47 20 83 86 - jusqu »au 30 avril
CallSend SMSAdd to SkypeYou'll need Skype CreditFree via Skype
1013 VISITES | 1 RÉACTIONS
TAGS
Tweeter
1
CÉRAMIQUE • SCULPTURES • POTERIE • GALERIE • COREE •
Note Les notes de blogs ne sont pas toutes mises en forme par l'équipe de Rue89 contrairement aux articles du site.
http://blogs.rue89.nouvelobs.com/balagan/2014/04/16/ceramique-daniel-pontoreau-et-shin-gyung-kyun-voyagent-dans-le-centre-de-la-terre-232721?imprime…
2/3
http://blogs.rue89.nouvelobs.com/balagan/2014/04/16/ceramique-daniel-pontoreau-et-shin-gyung-kyun-voyagent-dans-le-centre-de-la-terre-232721?imprime…
3/3

Documents pareils