Télécharger le dossier artiste / artist bio

Commentaires

Transcription

Télécharger le dossier artiste / artist bio
SWOON
[LEMARIÉ
JEUDY]
Biennale de Venise 2009
SWOON consacre sa vie aux voyages, qui la mènent
d’expositions personnelles en projets humanitaires ou
pédagogiques (Haïti, Zambie, Kenya) et en résidence
dans des pays émergents (Egypte, Mexique,
Argentine). Elle a également consacré une partie
de ces dernières années à concevoir, construire et
organiser une flotte de bateaux construits en matériel
de récupération avec un collectif de performers de
rue (musiciens, acteurs), projet d’abord nommé
“Miss Rockaway Armada”, puis, sous sa forme la plus
aboutie, “Swimming Cities of the Switchback Sea”
et “Swimming Cities of Serenissima”, installation
monumentale de sculptures flottantes montrées en
2008 à la galerie Deitch Projects (New York). Trois
de ces radeaux furent ensuite acheminés à Venise à
l’occasion de l’inauguration de la Biennale de 2009.
Pour ses radeaux, Swoon s’est inspirée des denses
paysages urbains découverts lors de ses nombreux
voyages, ainsi que des opaques et complexes marais
de la Floride de sa jeunesse.
Au-delà du contexte artistique, il s’agissait avant tout
de la grande aventure collective d’une génération
de jeunes américains héritiers de Jack Kerouac, qui
se recréent leur propre société utopiste avec les
déchets de celle qu’ils rejettent.
Les murs des villes sont pour elle un musée à ciel
ouvert. Elle recolle souvent les portraits qu’elle rélise
aux endroits même qui ont inspiré ses oeuvres.
Influencée autant par les gravures expressionnistes
allemandes, Egon Schiele, Gustav Klimt, Alphonse
Mucha, que par les marionnettes indonésiennes ou
le travail de Gordon Matta-Clark, SWOON est passée
maître dans l’utilisation du papier découpé pour
jouer sur les formes en positif et en négatif au sein
d’une exploration conceptuelle des environnements
urbains. Elle recouvre les rues de New York et du
monde avec ses affiches caractéristiques de son
travail depuis plus de dix ans. Souvent retrouvés en
un magnifique état de décomposition, ses collages
s’intègrent à la rue de sorte à créer une sorte d’oeuvre
publique temporaire.
A l’invitation de Jeffrey Deitch (devenu par la suite
directeur du Geffen MoCA à Los Angeles), elle
propose sa première exposition personnelle en
galerie à New York chez Deitch Projects en 2005,
une exposition notamment saluée par la critique
Roberta Smith (The New York Times). SWOON est
depuis lors devenue une artiste reconnue sur le plan
international, avec des pièces majeures acquises par
le MoMA, le Brooklyn Museum of Art, la Tate Modern,
le Russian Museum de Saint-Petersbourg.
“Submerged Motherlands”, sa première exposition
personnelle au Brooklyn Museum à New York, a été
présentée d’avril à août 2014.
Brooklyn Museum, New York, 2005
aquatique de marais et de pêcheurs qui est resté
une source d’inspiration dans son travail. Elle vit
et travaille à Brooklyn ; elle est diplômée de Pratt
Institute, Brooklyn (1998-2001).
SWOON propose une vision engagée et humaniste
du monde qui l’entoure à travers le portrait des gens
qu’elle rencontre et des villes qu’elle visite au cours de
ses voyages. Elle nous raconte leur histoire par le biais
de portraits-totems qu’elle grave sur linoleum puis
imprime sur Mylar, papier recyclé ou papier calque,
et les réhausse de couleurs à l’acrylique. Elle les
assemble sous forme d’installations monumentales
et les contrecolle parfois sur des morceaux de bois
trouvés.
SWOON se perfectionne dans la technique de
la gravure pendant ses études d’art ; c’est à cette
période qu’elle commence à coller ses oeuvres dans
la rue et qu’elle initie des projets collectifs engagés
en collaboration avec d’autres jeunes artistes.
Deitch Projects, New York,
e son vrai nom Caledonia Curry, SWOON est
D
une artiste américaine née en 1978 qui a grandi
à Daytona Beach en Floride, un environnement
Sa première monographie, éditée en 2010, est
disponible aux éditions ABRAMS (ISBN 978-08109-8485-1). Des textes de Jeffrey Deitch, Carlos
Mc Cormick ou de ses collaborateurs, retracent
son parcours depuis son enfance avec des parents
hippies, la découverte, très tôt, de son don pour
le dessin, ses premiers voyages révélateurs de ses
influences artistiques à ses projets collectifs engagés
pour lesquels SWOON réussit à rassembler à elleseule des dizaines de jeunes “hobos” qui la suivront
du Mississipi à l’Italie avec une foi sans faille dans la
quête commune d’une société meilleure.
Elle a lancé sa fondation, Heliotrope, en décembre
2014 afin de rassembler les 3 principaux projets
caritatifs dans lesquels elle est engagée, Braddock
Tiles (Pennsylvanie), Konbit Shelter (Haiti) et Music
Box (New Orleans).
[LEMARIÉ
JEUDY]
expositions (sélection)
2015
Unrealism, Moore Building, Miami Design District, Miami
Exposition collective organisée par Larry Gagosian, curator: Jeffrey Deitch.
Coney Island: Visions of an American Dreamland 1861-2008,
Brooklyn Museum, New York
Exposition collective dont une oeuvre de Swoon de la
collection permanente du musée.
Some Place Like Home, Rumney Guggenheim Gallery, Brooklyn
Exposition collective.
Open Source: Engaging Audiences in Public Space, Philadelphia
Mural Arts Programs, Philadelphie
Exposition collective.
Coney Island: Visions of an American Dreamland 1861-2008, Wadsworth Museum, Hartford (Connecticut)
Exposition collective, prêt d’une acquisition de la collection du Brooklyn Museum.
2014
Submerged Motherlands, The Brooklyn Museum of Art, NYC
Exposition personnelle.
Nuit Blanche, Paris
Intervention sur la Gare Masséna, 13e arrondissement.
Expressions Urbaines, Institut Bernard Magrez, Bordeaux
Exposition collective.
2013
Motherlands, Galerie LJ, Paris
Exposition personnelle.
Collage monumental urbain.Hecho en Oaxaca, Museo de
Arte Contemporaneo, Oaxaca
Exposition collective, curateur Carlo McCormick.
2012
Au-delà du street art, L’Adresse Musée de la Poste, Paris
Exposition collective.
Stuck on the City, City Gallery & Municipal Library, Prague
Exposition collective sur le street art.
Second Ural Industrial Biennale of Contemporary Art, Ekaterinburg, Russie
Section “Special Projects”.
The Folding of a Known World, Galleria Patricia Armocida, Milan
Exposition avec M. Canilao et D. McNett.
2011
Murmuration, Black Rat Projects, Londres
Exposition personnelle.
Fourth Moscow Biennale, Moscou
Section “special projects: Arthouse Squat Forum”.
Art in the Streets, Geffen MOCA, Los Angeles
Exposition rétrospective, curateur Jeffrey Deitch.
Anthropocene Extinction, Institute of Contemporary Art, Boston
Installation personnelle monumentale, curateur Pedro
Alonzo.
Thalassa, New Orleans Museum of Art, Nouvelle-Orléans
Installation personnelle monumentale.
2010
Fata Morgana, Galerie L.J., Paris
Exposition personnelle.Viva la Revolucion, Museum of
Contemporary Art San Diego
Exposition collective, curateur Pedro Alonzo.
2009
Swimming Cities of Serenissima, Venise
Projet parallèle à la Biennale de Venise, sculptures
flottantes en matériel de récupération.
Distance don’t matter, Space Gallery, Portland
Exposition collaborative.
Squinches and Pendentives, Urban Art Info, Berlin
Exposition collaborative avec Ben Wolf.
2008
Swimming Cities of Switchback Sea, Deitch Projects, New York
Exposition personnelle.
The Way That We Rhyme, Yerba Buena Center for the Arts, San
Francisco
Exposition collective.
Feral, The Luggage Store, San Francisco
Exposition en collaboration avec Monica Canilao.
Drown Your Boats, New Image Art Gallery, Los Angeles
Exposition personnelle.
2007
Santa’s Ghetto, Bethleem
Projet collectif à l’initiative du street artist Banksy.
Swoon, Chris Stain & The Polaroid Kidd, Galerie L.J., Paris
Exposition collaborative.
Heap, The Black Rat Press, Londres
Exposition collaborative avec M. Canilao et D. Ellis.
Canciones del Mundo al Revés, MU, Eindhoven
Exposition collaborative avec le pochoiriste Pancho.
The Burning House, New Image Art Gallery, Los Angeles
Exposition collaborative avec Faile et David Ellis.
2006
La Boca del Lobo, Black Floor Gallery, Philadelphie
Exposition avec P. Soloveichik et A. Corrie.
Since 2000 : Printmaking Now, MoMA, New York
Exposition collective.
Generation USA, PinchukArtCentre, Kiev
Exposition collective.
2005
Art Basel Miami Beach, Miami
Installation pour le stand Deitch Projects.
SWOON, Deitch Projects, New York
Exposition personnelle.
Greater New York, PS 1 Contemporary Art Center, New York
Exposition collective.
Graffiti, The Brooklyn Museum of Art, New York
Exposition collective.
2004
Good World, Contemporary Arts Center, Publico, Cincinnati
Exposition conjointe à l’exposition Beautiful Losers.
Ever Wanting Streets, Röda Stern, Gothenburg, Suède
Exposition collective.
Ill Communication, Urbis, Manchester
Exposition collective.
Something Else, The Vinyl Factory, Londres
Exposition collective.
2002
Evolutionaere-Zellen, Neue Gesellschaft für Bildende Kunst
(NGBK), Berlin
Exposition collective pour la remise des prix.
Swoon loves Solovei, Urban Art Info, Berlin
Exposition avec P. Soloveichik.
collections permanentes
The Brooklyn Museum of Art
Deitch Projects, Manhattan
Massachusetts Museum of Contemporary Art, North Adams,
Museum of Modern Art, Manhattan
PS1 Contemporary Arts Center, Long Island City, NY
Russian Museum, St. Petersbourg
Tate Modern, Londres
Tudor Investments, New York
Collection Nicolas Laugero-Lasserre, Paris
Collection Bernard Magrez, Bordeaux
The Dean Collection (Kasseem Dean aka Swizz Beatz), New York
Collection Fernand, Montpellier
monographie, catalogues d’expositions, publications (sélection)
J. Deitch (ed.), Art In The Streets, Skira/Rizzoli, 2011
P. Ardenne, M. Maertens, 100 Artistes du Street Art, éd. La Martinière, Paris, 2011
Untitled. III: This Is Street Art, Carpet Bombing Culture Ed., London, 2011
R. Klanten, B. Meyer (éd.), Papercraft 2, Die Gestalten, Berlin, 2011
P. Alonzo/L. Sanroman (eds.), Viva la Revolucion: A Dialogue with
the Urban Landscape, Gingko Press, 2010
P. Nguyen, S. Mackenzie, Beyond The Street. The 100 Leading
Figures in Urban Art, Die Gestalten, Berlin, 2010
Swoon, éd. Abrams, 2009 (textes de Swoon, Jeffrey Deitch et
Carlo McCormick)
R. Reinking/A. Lindhorst, Fresh Air Smells Funny, éd. Kehrer Publishing, Hambourg, 2008
R. Klanten, S. Ehmann, H. Hellige, P. Alonzo (éd.), The Upset,
Young Contemporary Art, Die Gestalten Verlag, Berlin, 2008
Het Domain/New Image Art, The Burning House. Faile / David Ellis
/ Swoon. New Image Art Gallery, Los Angeles, 2007
P. Alonzo, P. Doroshenko, C. McCormick, Spank the Monkey. BALTIC Centre for Contemporary Art, Gateshead, Die Gestalten, 2006
Urban Art Official, Ill Communication 2. Urbis Art Center, Manchester, Urbis Press, 2004
T. Manco, Street Logos, Thames & Hudson, Londres, 2004
C. Hundertmark, The Art of Rebellion, vol. 1, éd. Gingko Press,
2004
S. Peiter, G. Werner, Guerilla Art: World’s Greatest Street Artists,
Laurence King Publishing, 1999
presse (sélection)
Untitled Magazine, “The street artists”, 09.2015
Connaissance des Arts, “Nouveau Talent: Quand Swoon prône la
beauté pour tous”, V. de Maulmin, 05.2015
Beaux Arts Magazine, “Le tour du monde du street art”, H. Vitrani,
05.2015
Télérama, “La nouvelle vague du street art submerge Nuit Blanche:
Swoon, ode à la fragilité”, B. Philippe, 10.2014
The New York Times, “Life of Wonderment: Swoon blurs the line
between art and activism”, M. Ryzik, 08.2014
The Huffington Post, “Swoon: Submerged Motherlands, A Tree
Grows in the Brooklyn Museum”, J. Rojo, S. Harrington, 04.2014
VeryNearlyAlmost, “Swoon” (interview + couverture), R. Henry,
hiver 2014
L’Oeil, “Dossier street art”, 11.2014
La Gazette Drouot, “Swoon: Motherlands”, 11.2013
Juxtapoz, “Swoon”, (couverture + dossier spécial), 04.2012
Los Angeles Times, “Yes we spray can”, S. Mizota, 17.04.2011
Artnews, “Swoon : street smart | Taking it to the street” (dossier +
couverture), A. Landi, 04.2010
Juxtapoz, “Swoon” (couverture + dossier spécial), février 2007
The New York Times, “Urban Outsider Artists Evoques Society’s
Margins”, Roberta Smith, 3.08.2005
The New York Times, “Lawbreakers, Armed with Paint and
Wheast”, K. Semple, 9.07.2004
[LEMARIÉ
JEUDY]
Silvia Elena, Mexico, 2008
Galerie LJ, Paris, 2013
Bethleem, separation wall, 2007
Zahra, New York, 2009
[LEMARIÉ
JEUDY]
Deitch Projects, New York, 2008
Galerie L.J., Paris, 2010
Deitch Projects, New York, 2005
[LEMARIÉ
JEUDY]
Museum of Contemporary Art of Los Angeles (Geffen MoCA), Los Angeles, 2011, “The Ice Queen”
exposition “Art In The Streets”, curateur Jeffrey Deitch
[LEMARIÉ
JEUDY]
New Orleans Museum of Art, Nouvelles-Orléans, 2011, “Thalassa”
installation dans le Grand Hall
[LEMARIÉ
JEUDY]
Institute of Contemporary Art (ICA), Boston, 2011, “Anthropocene Extinction”
installation dans le Grand Hall, curateur Pedro Alonzo
[LEMARIÉ
JEUDY]
The Brooklyn Museum of Art, New York
“Submerged Motherlands”
Exposition personnelle (installation monumentale).
[LEMARIÉ
JEUDY]
SWIMMING CITIES
Le projet Swimming Cities fut initié en 2007 sous
le nom de “Miss Rockaway Armada”: il s’agissait à
l’origine pour Swoon et son groupe d’amis artistes
et performers de descendre en un été le
Mississippi sur des radeaux construits en
matériaux de récupération, en proposant
à chaque étape des spectacles de rue et
des ateliers, auprès d’une population rurale
ayant peu accès à l’art et à la culture, qui
contribuait à l’aventure par leurs dons en
nature et l’accueil de la troupe.
Le projet prend une deuxième dimension
plus artistique et moins sociale lorsqu’il est
associé à l’exposition personnelle de Swoon
chez Deitch Projects en septembre 2008 et
devient “Swimming Cities of the Switchback
Sea” : une flotte de cinq radeaux-sculptures
est (re)construite avec des moteurs plus
performants. Après avoir descendu l’Hudson
River, la flotte est amarrée devant le hangar
de Deitch Projects à Long Island City face
à l’installation de Swoon. Les radeaux
serviront de scène à un spectacle musical et
aquatique donné pendant les premiers jours
de l’exposition. Une pièce de théâtre est écrite pour
l’occasion et jouée sur les radeaux.
La dernière étape du projet, “Swimming Cities
of Serenissima”, est la plus ambitieuse: deux des
radeaux sont démontés et reconstruits en Slovénie,
un radeau de plus est construit avec les matériaux
trouvés sur place. Transformés en véritables
sculptures flottantes, les radeaux ont ensuite
descendu l’Adriatique en longeant la côte pour
rejoindre Venise où ils furent amarrés sur une île
en face de l’Arsenal à l’occasion de l’inauguration
de la Biennale 2009. Pendant quinze jours, les
radeaux seront le lieu de spectacles quotidiens. Le
dernier pari de Swoon et sa troupe sera
de descendre le Grand Canal, ce qu’ils
réussiront à faire malgré l’interdiction de la
police. Les mats des radeaux avaient été
spécifiquement construits pour pouvoir
passer sous les ponts du Canal.
[LEMARIÉ
JEUDY]

Documents pareils

fata morgana

fata morgana Deitch Projects, Manhattan Massachusetts Museum of Contemporary Art, North Adams, Museum of Modern Art, Manhattan PS1 Contemporary Arts Center, Long Island City Russian Museum, St. Petersbourg Tate...

Plus en détail

communique de presse

communique de presse P. Alonzo, P. Doroshenko, C. McCormick, Spank the Monk. Exhibition Catalogue, Baltic Centre for Contemporary Art, Gateshead, Ed. Die Gestalten, 2006 (huit pages) Urban Art Official, Ill Communicati...

Plus en détail