La boutique d`applications de Microsoft se remplit à un bon rythme

Commentaires

Transcription

La boutique d`applications de Microsoft se remplit à un bon rythme
HIGH-TECH & MÉDIAS
14
TÉLÉCOMS
PIXELS
Huawei prépare
la succession
de Ren Zhengfei
LUCASFILM ENTERTAINMENT LTD
La bataille promet d’être
féroce avec Activision
Blizzard. Le nouveau jeu en
ligne, multi-joueurs (MMO),
de l’américain Electronic
Arts a séduit plus de
1 million de joueurs depuis
son lancement le
20 décembre. En tout,
plus de 60 millions d’heures
de jeu ont déjà été
comptabilisées. De quoi
représenter la première
concurrence sérieuse au
leader « World of Warcraft »,
avec 10,3 millions d’abonnés.
EURO
« Le Figaro » a décidé
d’augmenter son prix de
vente de 1,40 à 1,50 euro
à partir du 3 janvier, a
indiqué la lettre spécialisée
« Presse News ». Le
quotidien de Serge Dassault,
qui s’aligne sur le prix du
« Monde » et des « Echos »,
justifie cette hausse par « le
renchérissement des coûts de
production et la volonté de
maintenir une qualité
rédactionnelle équivalente ».
Ces dernières semaines, les développeurs Windows se sont mobilisés. « Il a fallu un peu plus d’un an
pour parvenir à 40.000 apps, mais
seulement 40 jours pour les 10.000
apps suivantes. C’est bon signe pour
Windows Phone en 2012 », commente AAWP. Peut-être faut-il y
voir un effet Nokia. Le constructeur finlandais a sorti en novembre
ses deux premiers Windows
Phone, baptisés Lumia. Le groupe
a promis de jeter toutes ses forces
marketing derrière cette nouvelle
gamme. Il y a une semaine, il a
d’ailleurs discrètement abandonné le nom « Symbian » pour la
plus récente version de son système d’exploitation historique,
voué à l’extinction. Comme s’il n’y
avait plus qu’une plate-forme,
Windows. De son côté, Microsoft
aussi a fait le ménage chez soi, en
décidant dès juillet de pétrifier la
boutique en ligne de la génération
précédente de smartphones, Windows Mobile. Elle sera fermée dès
que possible.
MOBILES
DR
« Il a fallu un peu plus
d’un an pour parvenir
à 40.000 “apps”, mais
seulement 40 jours
pour les 10.000
“apps” suivantes. »
L’ÉTUDE D’AAWP
Reste que le petit nouveau sur le
marché des « apps » est encore loin
derrière ses concurrents. Selon Distimo, en novembre, les 7 principaux
« appstores » cumulaient plus d’un
million d’applications, et Marketplace n’était qu’au sixième rang. La
boutique d’Android est six fois plus
fournie, et celle de l’iPhone huit fois
plus.Toutefois,entermesdejeuxen
ligne, Windows Phone a dépassé
Nokia (Ovi Store) et Blackberry.
La croissance rapide de Marketplacecontrasteaveclesuccèsmitigé
des Windows Phone. Selon Gartner,
Le « petit nouveau » sur le marché des « apps » court derrière les
pionniers Google et Apple. C’est l’un des premiers arguments de vente.
la part de marché mondiale de
Microsoft dans les smartphones est
tombée de 2,7 %, au troisième trimestre 2010, à 1,5 % un an plus tard,
avec seulement 1,7 million d’unités
vendues. Le décollage poussif de
cetteplate-formenetientpasàWindowsPhone7,arécemmentdéclaré
Charlie Kindel. Selon l’ex-évangéliste de Microsoft, ce logiciel est le
meilleur. La faiblesse des ventes
serait due aux règles rigides
qu’impose le groupe aux constructeurs et aux opérateurs télécoms
pour séduire le consommateur.
L’alliance avec Nokia devrait aider à
résoudre cette difficulté culturelle.
SOLVEIG GODELUCK
Les syndicats du constructeur automobile ont signé un accord avec la direction : les managers dotés
d’un smartphone ne recevront plus d’e-mails professionnels en dehors des heures de bureau.
Volkswagen réglemente l’utilisation des BlackBerry
de ses managers hors du lieu de travail
L
78 %
es smartphones attribués par
l’entreprise aux cadres sont-ils
une forme moderne d’esclavagisme ? Les syndicats de Volkswagen en ont eu assez de se sentir corvéables à merci week-ends et jours
fériés. Ils ont donc signé un accord
avec la direction du constructeur
automobile réglementant l’utilisation de leur BlackBerry. Environ
1.150 cadres du groupe allemand
sont concernés : leurs e-mails ne
seront plus envoyés sur leur BlackBerry professionnel en dehors des
heures de travail.
A la demande d’IG Metall, les
serveurs de l’entreprise ne dirigeront désormais plus les e-mails de
ces collaborateurs vers leurs
smartphones tous les jours de
18 h 15, une demi-heure après le
départ du bureau des derniers
INTERNET
Le groupe de presse va
vendre ses 16 journaux
locaux ainsi que diverses
autres activités d’édition
au groupe Halifax Media
Holdings détenant le
« Daytona Beach NewsJournal » pour 143 millions
de dollars. Il souhaite
« poursuivre sa
transformation vers
un ensemble de médias
multiplateformes centré
sur le numérique ».
INQUIÉTUDE SUR LES
VENTES DU LUMIA 800
Exane BNP Paribas a jeté
un froid. La firme de courtage
a revu à la baisse mardi ses
perspectives sur Nokia,
en raison d’un sondage peu
encourageant sur les ventes
du Lumia 800, commercialisé
début décembre. « Avec
seulement 2,2 % des personnes
interrogées qui désirent
fermement acheter le Lumia,
le premier téléphone vedette
de Nokia est loin derrière les
actuels blockbusters, l’iPhone
4S et le Galaxy SII de Samsung », écrit Alexandre Peterc.
Selon l’analyste, il ne s’en
vendra pas 2 millions mais
800.000 durant le trimestre. En
comparaison, la vedette précédente de Nokia, le N8, a atteint
3,5 à 4 millions d’exemplaires
d’octobre à décembre 2010.
DENIS/REA
D
Laurent Schlosser, responsable
du mobile chez Microsoft France,
croit quant à lui à un effet « Windows 8 ». Cette nouvelle version
du fameux système d’exploitation
pour PC, qui équipera également
des tablettes, peut toucher une
cible potentielle de 1 milliard
d’ordinateurs dans le monde.
« Grâce aux outils que nous avons
mis à la disposition des développeurs, et à la simplification de
nos interfaces, il sera très facile de
concevoir à la fois une application
pour Marketplace et pour le futur
Windows Store », assure-t-il. Cette
boutique en ligne devrait ouvrir en
version bêta en février.
SIMON DAWSON/BLOOMBERG
IMAGINECHINA
éjà 50.000 applications sur
Marketplace. Quatorze mois
après son lancement, la boutique en ligne d’applications ou
« apps » de Windows Phone est
déjà bien remplie. Ces chiffres non
confirmés par Microsoft ont été
publiés par AAWP, une société qui
recense les nouveautés (bémol :
elle ne tient pas compte des retraits
d’applications). En comparaison,
Android Market, la boutique de
Google, a mis dix-neuf mois pour
atteindre 50.000 applications, et
iOS App Store, celle d’Apple, l’a fait
en un an.
Développeurs mobilisés
Star Wars a déjà
conquis plus de
1 million de joueurs
Le New York Times
cède ses journaux
locaux à Halifax
Avec près de 50.000 applications, Marketplace est encore loin derrière les boutiques en ligne de l’iPhone ou
celle d’Android. Le succès de cette plate-forme contraste pour l’instant avec les faibles ventes de Windows Phone.
La boutique d’applications de
Microsoft se remplit à un bon rythme
« Un système de rotation
vaut mieux que de se
reposer sur une seule
personne pour le succès
de l’entreprise. » La petite
phrase adressée par
Ren Zhengfei, le fondateur
de Huawei, à ses
130.000 salariés signifie
qu’il veille à sa succession.
A 67 ans, il a initié cette
année une direction
tournante de six mois pour
les principaux cadres
de la société.
1,50
JEUDI 29 DÉCEMBRE 2011 LES ECHOS
Plus d’e-mails professionnels redirigés entre 18 h 15 et 7 h du matin...
salariés, jusqu’à 7 heures le lendemain, une demi-heure avant l’arriv é e d e s p re m i e r s. « En t a nt
qu’entreprise, nous avons besoin
des moyens de communication
moderne et les utilisons, d’un autre
côté, nous avons trouvé cet accord
équilibré », a expliqué un porte-parole du constructeur automobile.
En novembre, le patron du chimiste Henkel avait lui décrété une
trêve d’e-mails entre Noël et le jour
des cadres français jugent
que ce type de technologie
a fait croître les tâches
à traiter en dehors du travail.
de l’An. « Je n’ai pas à lire mes
e-mails simplement parce que,
quelque part, quelqu’un s’ennuie »
et en rédige, avait déclaré le patron
d’Henkel, Kasper Rorsted, à la
« Frankfurter Allgemeine
Zeitung ».
En France, le problème est comparable. dans un sondage réalisé
en mai par OpinionWay pour la
CFE-CGC, 78 % des cadres interro-
gés estiment que les nouvelles
technologies de l’information
« engendrent un nombre croissant
de tâches à traiter en dehors des
horaires ou du lieu de travail ».
Dans l’Hexagone, les entreprises
commencent à réguler timidement. Ainsi, les syndicats de
France Télécom ont signé l’an dernier un accord avec la direction,
qui stipule qu’« il n’y a pas d’obligation de répondre à la messagerie
professionnelle les soirs, les weekends et pendant les congés ». L’envoi
de messages différés est ainsi
« recommandé pendant ces périodes ».
Aux Etats-Unis, une association
tente de rallier la foule à son projet :
organiser un jour sans connexion
le 24 mars prochain.
GUILLAUME DE CALIGNON
La société, créée en Israël, a ouvert un bureau en France il y a deux ans. Spécialisée sur la publicité ciblée,
dans le sillage du français Criteo, elle a multiplié par trois son chiffre d’affaires cette année.
MyThings, concurrent de Criteo dans le ciblage publicitaire
es sociétés spécialisées sur le
ciblage publicitaire ont le vent
en poupe. Dans le sillage de
Criteo, une société française
implantée en Californie depuis
2 0 0 9 e t q u i d e v ra i t ré a l i s e r
200 millions de dollars de chiffre
d’affaires cette année, plusieurs
autres acteurs connaissent une
croissance exponentielle. L’une
d’elles vient même défier Criteo
sur ses terres natales. MyThings,
société créée en Israël, a ouvert un
bureau français il y a deux ans et
L
est désormais implanté sur les
principaux marchés européens, y
compris la Russie. Née en 2004, la
société était d’abord positionnée
sur le stockage en ligne. Avec
l’exemple Criteo, les fondateurs
ont toutefois décelé le potentiel de
la publicité ciblée, confortés par
l’arrivée au capital du géant de
l’e-commerce Pixmania. A la
recherche d’outils de recrutement
efficaces, les acteurs du secteur se
tournent alors vers des sociétés
spécialisées, capables de leur
apporter une audience qualifiée.
Naissent alors des concepts
comme celui de MyThings, qui se
rémunère sur chaque transaction
apportée au client e-commerce, et
non au simple clic comme la plupart des acteurs.
Propriétaire de sa technologie
Le but est donc de diriger une cible
très précise vers le client et d’en
savoir un maximum sur les goûts
des internautes. Pour cela, la
société exploite des données ano-
nymes fournies par des sociétés
spécialistes de la data. « Nous
n’exposons pas l’utilisateur à des
dizaines de bannières tous les jours,
explique Eric-Alexis Forties, directeur général de MyThings France.
L’essentiel est de délivrer une bonne
publicité, au bon moment. »
MyThings a développé sa propre
technologie, mise au point dans
ses laboratoires de recherche et
développement en Israël, afin de
distribuer les publicités de ses
clients aux bons sites et aux bons
internautes. Résultat : la société
revendique des taux de conversion
neuf fois supérieurs à la moyenne.
Il y a un an, Deutsche Telekom est
également entré au capital de
MyThings, qui reste silencieux sur
son chiffre d’affaires (il serait de
plusieurs dizaines de millions
d’euros), mais est passé en un an
de 25 à 65 salariés. En France, la
société emploie 4 personnes mais
travaille avec plusieurs grands
comptes de l’e-commerce.
NICOLAS RAULINE

Documents pareils