Les bonnes pratiques d`ouverture à la diversité sexuelle et de genre

Commentaires

Transcription

Les bonnes pratiques d`ouverture à la diversité sexuelle et de genre
*
Atelier: les enjeux et les défis
* LGBTQ : lesbiennes, gais, bisexuel.le.s,
transsexuel.le.s/transgenres/trans, en
questionnement/queer
- Dès 1977, l’orientation sexuelle est un motif
interdit de discrimination dans la charte des droits
et libertés
- En 2009, adoption de la Politique québécoise de
lutte contre l’homophobie visant à assurer la pleine
reconnaissance des LGBT dans toutes les sphères
d’activités
- En 2011, mise en place du Plan d’action
gouvernemental de lutte contre l’homophobie qui
propose des mesures afin de concrétiser les
orientations de la politique
*
* Plusieurs recherches ont été faites afin de documenter les
manifestations de l’homophobie, tout comme la violence,
l’intimidation et la cyber-intimidation qui revêtent souvent
un caractère homophobe.
* Plusieurs initiatives témoignent d’une volonté d’agir
-
notamment :
Adoption d’un plan d’action ministériel La violence à l’école,
ça vaut le coup d’agir ensemble
La loi 56, visant à prévenir et à combattre l’intimidation et
la violence à l’école
La table nationale de lutte contre l’homophobie et la
transphobie des réseaux de l’éducation
La table provinciale de concertation sur la violence
Etc.
*
* Milieu secondaire très médiatisé, beaucoup de
recherches sur le sujet, etc.
* Les milieux collégiaux et universitaires sont
souvent oubliés
- Visibilité médiatique moindre
- Homophobie semble de moindre gravité
* Pourtant comportements homophobes présents
et réalité hétérosexiste dans l’organisation et
le fonctionnement des institutions toujours
présente.
* Étude menée en 2008 auprès de 1844
cégépien.ne.s (Chamberland et coll. 2011)
- Le quart rapporte avoir subi au moins un
incident à caractère homophobe (Potins,
rumeurs, insultes, rejet, etc.)
- 7/10 étudiants rapportent entendre souvent ou
à l’occasion des remarques dénigrantes (c’est
fif, c’est tapette)
* On sait également que les manifestations
d’homophobie ne visent pas uniquement les
personnes LGBT mais également toute
personne qui est non-conforme à son genre
(Richard et Chamberland, 2014)
* Les jeunes trans vivent homophobie et
transphobie
* Ils sont confrontés à :
- Être étiquetés comme gais ou lesbiennes
- Refus des autres de reconnaître le genre
auquel ils s’identifient
- Vivre du rejet, du harcèlement, des agressions
verbales et physiques. (Chamberland, Baril et
Duchesne, 2011)
*
* Lorsque mesurée à partir d’une échelle d’homonégativité,
-
l’attitude des garçons est significativement plus négative que
celle des filles envers les personnes gaies et lesbiennes.
Les programmes à forte concentration masculine
représentent donc une plus grande problématique face au
comportements homophobes. (Chamberland et coll. 2011)
* Activités sportives particulièrement problématiques
- Manifestations d’homophobie diffèrent selon le sexe :
-
hommes, craignent d’être considérés comme incompétents
et femmes étiquetées comme lesbiennes
Les trans sont marginalisés lorsque les activités et les
infrastructures sont séparées selon le sexe (Lajeunesse,
2008)
* Le climat scolaire varie donc d’une réalité à une autre selon
les programmes, le type d’activité et les personnes
concernées
*
- Réussite scolaire : absentéisme, insécurité,
difficultés de concentration, faible sentiment
d’appartenance et aspirations scolaires plus
limitées. Effets annonciateurs de décrochage et de
moindre persévérance scolaire… (Chamberland,
Richard et Bernier, 2011)
- Santé mentale : troubles de l’humeur (tristesse,
repli sur soi, anxiété), détresse psychologique,
sentiments de honte, faible estime de soi, épisode
dépressif, risque accru d’idéation et de tentatives
de suicide. (Cénat et coll. 2015)
* Les impacts à victimisation égale sont plus
prononcés chez les étudiants LGBTQ, car moins
susceptibles de compter sur le soutien de leurs
proches.
*
- Facteurs personnels (acceptation de soi,
coming out)
- Facteurs interpersonnels (soutien des étudiants
et du personnel)
- Facteurs communautaires (présence de groupe
de soutien)
* La création d’un environnement scolaire
accueillant et sécurisant demande donc, non
seulement la prévention de
l’homophobie/transphobie, mais également la
reconnaissance et la valorisation de la diversité
sexuelle et de genre.
*
*
Les personnes LGBTQ vivent des réalités fort différentes les unes des autres qu’il est important
de prendre en compte lors de la conception et de l’implantation de pratiques d’ouverture à la
diversité sexuelle et de genre.
Exemple : Les lesbiennes confrontées à L’invisibilité du lesbianisme, coming out plus tardif,
davantage de violences sexuelles qui les visent comme femmes et lesbiennes.
Les gais, plus de violences physiques
*
Les bisexuel.le.s confrontés à l’invalidation de leur orientation sexuelle, au stéréotype de
promiscuité sexuelle, etc.
*
Les trans vivent des difficultés dans les activités et les lieux sexués, l’absence de mesures
inclusives les force à raconter leur vie à plusieurs personnes et à s’en remettre à leur bon vouloir
concernant l’utilisation des pronoms, etc.
*
Les LGBTQ issus des minorités ethnoculturelles peuvent vivre des tensions et des conflits
identitaires entre leurs groupes d’appartenance, etc.
*
Les LGBTQ qui veulent devenir parents également vivent des difficultés face aux institutions qui
n’ont le plus souvent pas changé leurs formulaires et leurs services afin de reconnaître leur
différence.
*
* Constat :
Les études menées sur l’homophobie ne s’intéressent en général
qu’aux interventions qui ont lieu dans les cours, très peu d’entre elles
abordent la question des bonnes pratiques adoptées à l’extérieur des
classes.
* But du guide
Dresser un portrait des mesures qui peuvent être instaurées avec profit
dans les milieux collégiaux et universitaires en vue de réduire les
manifestation d’homophobie. Guide concret.
* Ce guide s’adresse :
- Aux intervenants de première ligne
- Aux gestionnaires des affaires étudiantes
- À la direction/administration
- Aux enseignants
- Aux étudiants, aux parents
- Tous les acteurs du milieu de l’éducation supérieure
*
- Recherche documentaire
- Série d’entrevues
• 9 collèges/ 2 universités
• 18 professionnel.le.s
*
* Mettre en place des actions pratiques de façon
concertée
* Rendre les politiques institutionnelles facilement
accessibles, parfaitement compréhensibles et
inclusives (nommer les personnes LGBTQ de façon
explicite)
* Définir des cibles précises, tangibles et réalistes
* En attribuer la responsabilité à des personnes
spécifiques
* Sonder les étudiant.e.s directement
* S’informer directement auprès du personnel pour
les besoins de formations
* Sensibilisation et formation primordiales
* (Faire connaître les actions pro-LGBTQ, diffuser des
ressources, rendre accessibles les connaissances sur
le sujet…)
*
* Les attitudes générales
* Les politiques institutionnelles
* Les résidences et accès aux infrastructures
* La vie étudiante et associative
* La prévention et la formation
*
* Comportements et attitudes à adopter
- Agir dans le respect
- Assurer la confidentialité
- Utiliser les pronoms et prénoms choisis
- Ne pas présumer de l’orientation sexuelle…
* Visibilité
- Diffuser les initiatives anti-homophobie
- Poser des affiches
- Informer sur les espaces sécuritaires
*
* Politique de non-discrimination à l’échelle institutionnelle
* Diverses formes :
- Politique de lutte à l’homophobie
- Code de conduite
- Déclaration contre l’homophobie….
* Y inclure l’identité et l’expression de genre et l’orientation
sexuelle
* Les rendre inclusives et cohérentes entre elles
* Les faire connaître de diverses façons (internet, agenda,
courriel, etc.
*
* Incidents de nature hostile ou discriminatoire
envers les personnes de minorités sexuelles et
de genre
- Mettre en place une procédure afin de
rapporter les incidents ayant lieu envers les
minorités sexuelles
- S’assurer qu’elle soit connue, simple et facile
- Garantir la confidentialité
- Inclure les personnes concernées dans la
recherche de solution
- Ne pas imposer la conciliation
- Assurer un suivi des deux côtés
* Aide et soutien institutionnels au personnes
LGBTQ
- Mettre en place une coordination LGBTQ
- Donner des mandats spécifiques à des
personnes spécifiques pour soutenir les
personnes LGBTQ (ex: conseiller.ère en
éducation, travailleur de milieu, ressources
humaines…)
- Harmoniser les interventions des différentes
unités administratives
- Faire connaître les ressources
- Travailler avec les organismes qui soutiennent
les LGBTQ
- Favoriser l’accès à des conseiller.ère.s
compétent.e.s, sensibles et disponibles
* Aide spécifique aux personnes trans :
- Procédure simple permettant d’utiliser le
prénom et pronom choisis dans les documents
internes (Si les documents d’identité à l’état
civil n’ont pas été modifiés, les documents
officiels ne pourront être changés. Cependant,
dossier connexe facile)
- S’assurer que l’information concernant ces
changements soit acheminée à l’ensemble des
personnes et services concernés
- Développer un guide comprenant :
• Accès aux salles de bain, vestiaires
• Photo et carte étudiante
• Demande de relevés de notes
• Questions de harcèlement….
* Bibliothèques et accès à la documentation
- Mettre à disposition des livres traitant des
minorités sexuelles
- S’assurer que les œuvres de fictions reflètent
la diversité sexuelle
- S’assurer que ces documents soient repérables
via les moteurs de recherche
* Formulaires
- Modifier les formulaires afin de les rendre
inclusifs
- Case sexe: masculin, féminin, transgenre,
autre
- Case parents: Parent 1 et Parent 2
* Salle de bain et vestiaires
- Permettre aux trans d’utiliser la salle de bain
du sexe auquel ils s’identifient
- Aménager des salles de bain neutres ou mixtes
et s’assurer de leur disponibilité partout sur le
campus
- Aménager des espaces-vestiaires et douches
individuelles
*
* Assignation des résidences et des colocataires
- Permettre au trans d’être logé selon leur genre
- Mettre en place des résidences mixtes
- Aider les LGBT à changer de colocataires s’il y
a situation hostile
* Climat
- Que le personnel soit accueillant et aidant
- Que celui-ci confronte les comportements
homophobes
- Personnel former aux questions LGBT
- Afficher des signes de soutien aux LGBT
- Établir les attentes en terme de
comportements lors des rencontres d’accueil
et offrir une introduction aux enjeux LGBT
- Envisager la possibilité de résidences ouvertes
aux LGBT (personnes résidentes sensibilisées
aux enjeux)
* Les associations LGBT ou en appui aux personnes
LGBT
- Soutenir la mise en place de groupes étudiants ou
de soutien aux LGBT qui peuvent :
• Organiser des activités
• Briser la solitude
• Prendre en charge l’inclusion des nouveaux arrivés
• Mettre en place un système de mentorat
• Lancer des campagnes de lutte à l’homophobie…
*
* Facteurs favorisant la pérennité de tels
groupes
- Accès facile et rapide à un local
- Ligne téléphonique directe
- Recevoir un soutien financier de l’institution ou
de l’association étudiante
- Recevoir du soutien d’un membre du personnel
- Inclure un membre permanent afin d’assurer la
transition d’année en année
- Que l’institution ait conscience de
l’importance de la pérennité du groupe…
* Activités parascolaires et sportives
- S’assurer de l’absence d’obstacles pour les
personnes LGBT à participer aux activités
- Permettre aux personnes trans de joindre
l’équipe sportive de leur genre sans avoir à
dévoiler leur transidentité s’ils ne le
souhaitent pas
* Journée internationale contre l’homophobie et
la transphobie
* Journée officielle 17 mai déplacée au 17 avril
- Idées d’activités
• Projeter des films et documentaires LGBT
• Présenter une conférence sur le sujet
• Monter une table d’information
• Activités de sensibilisation avec les étudiants
internationaux
• Activités ludiques (ex : assermentation contre
l’homophobie)
• Fabriquer des affiches maison présentant des
personnes connues
* Prévention
- Sonder les étudiants afin de connaître leurs
besoins
- Élaborer un plan stratégique avec des actions
et des cibles précises
- Créer des espaces sécuritaires et soutenir les
groupes pro-LGBT
- Développer un programme d’allié.e.s
*
* Formation
- S’informer directement auprès du personnel par
rapport à leurs besoins de formation
- Besoin souvent rapportés :
• Personnes trans
• LGBT-phobie dans les sports
• Interventions concrètes dans une situation
d’homophobie
• Interventions hétérosexistes
• Formation du personnel des cliniques et des
services médicaux face aux LGBT
- Offrir une diversité de formules de formation :
ateliers, cours, conférences, etc.
- S’assurer que le personnel le plus directement
impliqué auprès des LGBT ait accès à ces formations
- Distribuer des études et des publications sur les
enjeux LGBT au personnel….
* Pourquoi avoir des formations ?
- Pour auto-évaluer nos propres pratiques
- Pour se tenir au courant des avancées faites au
Québec
- Pour découvrir davantage de ressources
- Pour repenser les choses et les améliorer au
sein de notre propre établissement
*
* « Rien n’est plus important que de bâtir un
monde dans lequel tous nos enfants auront la
possibilité de réaliser pleinement leur
potentiel et de grandir en bonne santé, dans la
paix et la dignité. »
- Kofi Annan –
Questions ?
Merci!