Résumé - Université de Liège

Commentaires

Transcription

Résumé - Université de Liège
314e conférence
du CERES
Université de Liège
Enjeux et développements
récents des techniques
d’amélioration des sols
Lundi 23 février 2015
M. Nicolas Denies
20h00
17h30
Dîner de gala – Robertissimo (Embourg)
Centre Scientifique et Technique de la Construction
L’amélioration des sols est un des thèmes majeurs de la géotechnique. Au vu de
la croissance démographique mondiale et en réponse aux besoins d’expansion de
notre société, l’amélioration des sols est devenue, au fil du temps, une discipline
phare du génie civil ; celle-ci permet en effet de construire sur des sols mous, à
faible portance et fortement compressibles.
Quand un ingénieur se trouve confronté à un terrain présentant une faible
capacité portante en surface, son premier réflexe est de penser à reporter les
charges plus en profondeur en ayant recours à des pieux. Néanmoins, vu le coût
lié à la réalisation de ces fondations profondes, il est parfois plus avantageux de
renforcer ou d’améliorer le sol en place. En général, plus la taille du projet sera
importante, plus les avantages économiques liés à l’amélioration des sols se
feront ressentir.
Il existe un très grand nombre de techniques d’amélioration des sols :
consolidation dynamique, vibrocompaction, drains, colonnes ballastées, jet
grouting, deep soil mixing, renforcement à l’aide de géosynthétiques… Il est
parfois difficile de savoir, a priori, quelle méthode utiliser en fonction du type de
sol en place, du contexte et des charges à reprendre. Durant les dernières
décennies, le marché de l’amélioration des sols a connu une croissance réelle
que ce soit vis-à-vis de la demande mais aussi en regard des développements
technologiques entourant cette discipline. De nouvelles techniques, machines et
procédures ont été développées et appliquées avec succès dans la pratique.
L’objectif de cette présentation est de passer en revue une partie de ces
techniques d’amélioration des sols, de classer celles-ci selon la manière dont le
sol est renforcé et de donner une vue des tendances récentes, notamment sur le
marché belge où la technique du deep soil mixing, par exemple, s’impose depuis
maintenant une bonne dizaine d’années en raison de ces avantages
économiques, logistiques et environnementaux. Développé à l’origine pour des
projets d’amélioration des sols, le deep mixing s’est progressivement imposé
comme une alternative réelle pour la réalisation d’éléments structuraux tels que
des soutènements ou des éléments de fondation amenant les acteurs du secteur
à s’interroger sur les exigences de dimensionnement, d’exécution, de contrôle et
de durabilité de telles structures..
Auditoire 01
Bât. 37 - Sart Tilman
Président de séance
Frédéric COLLIN

Documents pareils