Une rentrée sous le signe du développement

Commentaires

Transcription

Une rentrée sous le signe du développement
LANNION ”
LANNUON
N°181
mensuel d’information de la Ville de Lannion octobre - here 2012
En ville...
p10 et 11
Une rentrée sous le signe
du développement durable !
Après le Forum des associations sous le signe du dévéloppement durable et de l’Agenda 21, Lannion s’est mise au vert avec le salon Florescence au cœur du parc Sainte-Anne.
SPOTS+
La première cantine
scolaire au monde
est lannionnaise ! p2
Actualité@
Requalification
urbaine : d’Ar Santé
à... Ker Uhel p6
en
ville...
Présentation des
ateliers culinaires
aux halles
p11
culture(S)
La saison 2012-2013
au Carré Magique
p12
Culture(s)
La médiathèque
à l’heure
médiévale
p13
SPOTS+
er gouloù+
2
Le séchoir est toujours à Kermaria transformé ensuite en lycée de jeunes filles.
D’après ce plan de 1882, le réfectoire qui se trouvait au sein de Kermaria, près du séchoir où se trouve aujourd’hui la Caf, a été déplacé dans le bâtiment qui a accueilli plus tard le foyer des anciens.
La première cantine scolaire
au monde est lannionnaise !
D’après de nombreux documents retrouvés dans les
archives municipales et départementales, la première cantine
scolaire au monde a été créée
à Lannion en 1844 par le maire
de l’époque Emile Depasse...
Un p’tit coup de fil puis un mail de la
correspondante de la télévision japonaise à Paris, Pascale Nozick, à la
mairie de Lannion aura suffi pour
nous faire découvrir une autre “ révolution lannionnaise ”. En effet, bien
avant celle des années 60 avec l’arrivée du Cnet et des télécoms, la
fusion du Grand Lannion, la création
du Radôme et les premières images
TV transatlantique et les nouvelles
technologies du futur, Lannion était
déjà à la pointe du progrès au XVIIe et
XIXe siècle en créant un hôpital général dès 1678, à l’emplacement de l’actuel espace administratif et social de
Kermaria puis, dans les mêmes
locaux, en 1840, une salle d’asile et
d’hospitalité, l’ancêtre de notre école
maternelle, pour accueillir les enfants
défavorisés de 2 à 7 ans qui traînaient dans la rue et qui volaient pour
manger. Une salle d’asile et d’hospitalité créée par le tout nouveau maire,
Emile Toussaint Marie Depasse,
notaire, nommé en 1839, et gérée par
le Bureau de charité de la ville qui
deviendra une cantine scolaire en
1844. La première au monde !
Si le but d’Emile Depasse est tout
d’abord d’éduquer les petits enfants, il
se rend vite compte que cela ne suffit
pas et que, crise économique oblige,
de nombreux parents ne peuvent pas
fournir la gamelle du repas de midi
qu’on réchauffe sur le poêle. “ Grâce
Emile Depasse (1804-1880), maire de Lannion de 1839 à 1849, créa la première cantine scolaire à Kermaria en 1844.
aux dons qu’il sollicite auprès des
nobles et des bourgeois, à raison de
10 000 F chacun, et une petite subvention municipale de 1 000 F, il ouvre
alors un service de restauration pouvant nourrir jusqu’à 150 enfants ”. La
salle est alors équipée d’une cuisine,
des repas simples (pain, soupe et
pommes de terre) et des soins de propreté sont donnés aux enfants qui
paient selon leur situation familiale
(système de bourses qui deviendra
plus tard le quotient familial) comme le
stipule le règlement de la salle d’asile
arrêté au 1er juillet 1847 par le maire.
“ La salle d’asile et d’hospitalité de
Lannion est établie en faveur des
enfants de la classe ouvrière et des
enfants de la classe indigente de deux
à sept ans... Les enfants de la classe
ouvrière pourront être gratuitement
admis à l’asile, pourvu que les parents
leur fournissent la nourriture et qu’ils
les habillent d’une manière décente ;
où qu’ils s’obligent à payer à l’établis-
sement une rétribution qui sera d’un
franc cinquante centimes à deux
francs par mois et qui sera fixée par le
bureau de bienfaisance, d’après le
degré d’aisance des parents...
Les enfants de pauvres pourront également être admis à l’asile.
L’établissement leur fournira l’habillement et la nourriture, ou partie de ces
secours, suivant le degré d’indigence
des parents ”.
Au fil des années, la formule plaît.
L’école et sa cantine, accueille 160
enfants en 1848, 240 en 1849, 360 en
1866 qui apprennent à lire et écrire, à
faire du dessin, tout en étant nourris,
blanchis et soignés. “ Toute une politique sociale s’installe autour de cette
salle d’asile. Les garçons sont ensuite
placés en apprentissage chez les artisans ou dans la Marine, et les filles
apprennent la couture pour être placées au service des familles aisées. ”
La cantine, d’abord située à l’emplacement de la Caf à Kermaria - non loin
du CCAS (belle coïncidence !) - sera
ensuite transformée en salle de classe
et déplacée dans le prolongement du
bâtiment (où se trouvait la cantine des
employés communaux dans les
années 90) avant de prendre place, en
1864, dans les locaux du futur foyer
des anciens, le foyer Dagorn, après la
rue de Kermaria, juste au début de la
rue si bien nommée, pas par hasard,
de... La Bienfaisance (Cf. Plan plus
haut) ! Les bâtiments de Kermaria, qui
ont également accueilli le premier
hôpital lannionnais avant celui de
Sainte-Anne, rue de Kerampont, abriteront ensuite le collège moderne et
technique des jeunes filles avant d’héberger les services techniques de la
Ville dans les salles de classe, le service Enfance-Jeunesse dans l’ancienne chapelle et la caisse d’allocations familiales où se trouve toujours,
en coin de rue, le séchoir en bois où
on mettait à sécher les habits des
enfants de la salle d’asile.
Depuis, l’idée d’Emile Depasse, qui a
rédigé une brochure sur la salle
d’asile par le biais du préfet et de l’assistance publique en 1848, a fait son
chemin et a été copiée à travers le
monde. En 1849, année de la fin de
son mandat de maire, suivant l’exemple de Lannion, la commune de Paris
accorde une aide alimentaire aux
enfants indigents et procède à des
distributions alimentaires dans les
cantines. “ 1880 marque une date historique dans l’histoire des cantines
avec les lois de Jules Ferry rendant
l’instruction obligatoire, gratuite et
laïque. Même si le temps du midi est
oublié dans les premiers textes, le
repas à l’école devient une nécessité
pour beaucoup d’enfants et les cantines émergent un peu partout. Ce
développement largement improvisé
trouvera une cohérence en 1936
quand l’Etat imposera la construction
d’un réfectoire dans chaque nouvelle
école et dans les établissements existants.” Il faudra attendre la circulaire
de 1965 pour voir apparaître le terme
de “ restaurants d’enfants ” gérés à
75 % par des associations et à 25 %
par les mairies à travers la caisse des
écoles, organisme obligatoire pour
les communes qui prennent définitivement le relais des associations
durant les années 80...
Aujourd’hui, Lannion a entamé une
autre révolution en introduisant peu à
peu du bio dans les repas des petits
Lannionnais (Cf. Page 7).
Sources : Archives municipales,
Arssat, “ Histoire de la restauration
scolaire ”, “ Restauration scolaire :
singularité de la crise de la vache folle
de 2000 ” Gilles Marouseau.
actualité@
keloù@
3
Christian Marquet, Maire de Lannion.
Édito / Pennad-Stur
Spot+
Pour une intercommunalité renforcée
sur un projet de territoire pertinent
- La première cantine
scolaire au monde
est lannionnaise !
La réforme territoriale va
prendre un virage important lors de la prochaine
Commission départementale de coopération intercommunale qui se tiendra
le 14 décembre 2012.
En effet, lors de cette rencontre chaque projet sera
examiné et fera l'objet d'un
vote.
La Ville de Lannion,
consciente de ses responsabilités et de son rôle
moteur de ville-centre et
supportant les charges de
centralité, a toujours soutenu la coopération intercommunale et son éventuel développement.
Nous souhaitons que ce
travail s'établisse sur la
base de la volonté des
communes et de leur
conseil municipal avec un
- Réforme des collectivités
territoriales : le conseil
municipal vote contre
la fusion !
- Budget supplémentaire
- Requalification urbaine :
Ker Uhel sur les traces
d’Ar Santé
diagnostic tenant compte
des besoins, des atouts,
des contraintes de chacune d'elles.
C'est sur cette base que
pourrait se construire un
véritable projet de territoire
tenant compte de l'obligation, de par la loi, d'intégrer
les communes isolées
(pour notre territoire Mantallot et Perros-Guirec).
Nous souhaitons également que soit laissée la liberté aux communes de
rechercher des solutions
alternatives comme c'est
actuellement le cas pour
des communes du Centre
Trégor et de Beg Ar C'hra.
Enfin, nous souhaitons profiter du débat qui s'installera fin 2013, début 2014
lors des élections municipales, pour présenter à
nos concitoyens les orientations de chaque liste sur
ce sujet qui va toucher au
quotidien de nos populations et ceci, au nom de la
première des valeurs de la
République, à savoir la Démocratie.
Aujourd'hui de nombreux
chiffres circulent promettant des dotations faramineuses.
Lors de la dernière assemblée générale de l'AMF 22,
chaque intervenant, dont le
préfet, a rappelé qu'il était
important de ne pas bâtir
une intercommunalité sur
les aspects financiers.
En effet, on peut s'interroger sur la logique qui
consisterait à augmenter
les fonds de péréquations
intercommunaux de façon
exponentielle alors que,
dans le même temps, l'Etat
se doit de diminuer ses dépenses de 10 milliards
d'euros, et assurer de nouveaux prélèvements de
l'ordre de 20 milliards pour
assurer l'équilibre budgétaire de nos finances publiques et éviter par làmême une récession de
notre économie.
En conclusion Lannion se
déclare pour une intercommunalité renforcée, librement consentie, sur la
base des souhaits des
communes et sur un projet
de territoire pertinent.
Christian MARQUET
Maire de Lannion
Conseiller régional
actualité@
en ville...
p2
p4
p10
- Une rentrée sous le signe
du développement durable !
- Goût et saveurs : le coin
idée... halles !
Culture(s)
p12
- Saison 2012-2013
au Carré Magique
- La médiathèque
à l’heure médiévale
AGENDA#
p14
infomairie” p15
Tribunes: p16
pratique< p17
actualité@
keloù@
4
Réforme des collectivités territoriales
Le conseil contre la fusion
La réforme
territoriale
Le projet de réforme territoriale a
pour objectif d'achever la carte
intercommunale avec l’obligation
d'intégrer les communes isolées et
de regrouper les communautés de
communes de moins de 5 000
habitants d'une part et d'autre part
d’inciter les autres intercommunalités à des regroupements. Le préfet
propose deux choses. D’une part,
l'intégration obligatoire de PerrosGuirec (7 604 habitants) en tant
que commune isolée. D’autre part,
la fusion de Lannion Trégor
Agglomération (LTA), créée en
2003 et qui regroupe 20 communes soit 56 013 habitants, avec
les communauté de communes de
Beg Ar C’hra (8 communes et 8147
habitants) et du Centre Trégor (8
communes et 6 447 habitants) qui
aura auparavant intégrée la commune de Mantallot (190 habitants).
La future communauté d’agglomération issue de cette fusion représenterait alors un territoire de 38
communes et de 78 000 habitants,
allant de Perros-Guirec au nord à
Loguivy-Plougras au sud de la
RN12 et de Plestin-les-Grèves à
l'ouest à Coatascorn à l'est. Après
consultation des avis des communes concernées avant le 23
octobre et la réunion du CDCI fin
novembre, le préfet prendra les
arrêtés portant sur le périmètre
retenu avant la fin décembre 2012.
Les communes et communautés
seront une dernière fois consultées
à la majorité “ assouplie ” (moitié
des communes représentant la
moitié de la population) de janvier
à mars 2013 avant l’arrêté préfectoral de création de la nouvelle
communauté qui prendra effet au
1er janvier 2014.
Oui à l’entrée de Perros-Guirec
dans la communauté d’agglomération (LTA) au 1er janvier
2013, non à la fusion précipitée
avec la communauté de communes de Beg Ar C’ha et celle
du Centre-Trégor au 1er janvier
2014. Les élus lannionnais ont
voté contre le Schéma départemental de coopération intercommunale proposé par le préfet des Côtes d'Armor. Avant
toute décision définitive, les
élus veulent examiner les questions relatives à la pertinence
du territoire proposé par le préfet et aux futures compétences
de la communauté afin de proposer un périmètre cohérent et
compréhensible par l'ensemble
de la population après les élections municipales de 2014.
Mariage d’amour ? Mariage de raison ou mariage forcé ? Après les
multiples réunions et conférences
de presse des défenseurs et des
opposants au projet de fusion de
Lannion-Trégor Agglomération avec
les communautés voisines de Beg
Ar C’hra et du Centre Trégor, le
conseil municipal de Lannion,
comme beaucoup d’autres, s’est
réuni pour délibérer sur cette “
question majeure qui doit être discutée, débattue et construite avec
tous les citoyens qui y habitent ”
comme l’a annoncé en préambule
Christian Marquet. “ C’est d’abord
cela que nous demandons avant de
partir en marche forcée vers une
fusion de territoire dans lequel les
uns et les autres ne se reconnaissent pas ” a précisé le premier
magistrat de la commune qui a
parlé de parole confisquée et de
manque de démocratie tout en
insistant sur le fait qu’il n’était en
aucune façon contre la coopération
intercommunale mais qu’il souhaitait y travailler avec chacun et mettre en place des formes de coopérations intelligentes. “ Nous voulons
construire un vrai projet pour notre
territoire et non juxtaposer des projets. A trop vouloir opposer le rural
contre l'urbain, nous allons opposer
des habitants qui eux vivent en
bonne intelligence sur le territoire et
sont loin des enjeux et des débats.
Remettre le citoyen au cœur du
débat est un de nos premiers soucis, construire un vrai projet de coopération intercommunale en est un
autre. Il ne s'agit pas pour nous
d'agréger des territoires et de mettre en commun des compétences
mais de travailler sur un territoire
cohérent pour demain. Un territoire
où on se sent bien (...) Je souhaiterai que l'on parle de projet, de coopérations entre les communes, et
que l'on ne soit pas simplement
comptable. Il y a de belles choses à
faire ensemble, n'allons pas par
des oppositions violentes annuler
toute possibilité de construire
ensemble un Vrai projet pour nos
enfants et nos petits enfants. ”.
Le conseil municipal, après un
séance “ particulière ” et un débat
d’une heure et demie quelque peu
agité et passionné, a suivi, en
grande majorité (1) et sans grande
surprise, le maire en approuvant
l’intégration “ obligatoire par la loi ”
de Perros-Guirec dès le 1er janvier
2013 “ afin d'associer pleinement la
commune aux études et discussions en cours sur le devenir de
notre intercommunalité ” et non au
1er janvier 2014 comme le schéma
le propose aujourd’hui, et en donnant un avis défavorable, en l'état
actuel, à la fusion de Lannion
Trégor Agglomération et des communautés de communes de Beg Ar
C'hra et du Centre Trégor tout en “
proposant de poursuivre toutes les
études en cours en prenant en
compte les besoins, les souhaits et
les contraintes des communes, afin
de soumettre les éventuels projets
d'évolution de la carte intercommunale aux populations dans le cadre
du débat démocratique pré-électoral des prochaines échéances
municipales.”
Considérant que
l'élargissement brutal, sur un territoire très étendu, nécessite de procéder par étape avant de passer à
une phase d'intégration ou de
fusion ultérieure et que le calendrier
précipité ne se justifie nullement et
s’oppose même à la démocratie
participative (consultations des
populations, concertation, débat,
information...), le conseil a donc
décidé de laisser le temps au
temps...
(1). L'intégration de Perros-Guirec
au 1er janvier 2013 a été adoptée
par 26 voix pour, 2 contre (JeanYves Callac - Martine Landois) et 4
abstentions (Claudine Féjean Denis Mer - Thérèse Hervé - Marc
Nédélec). 24 voix ont donné un
avis défavorable à la fusion, 2 voix
contre (Jean-Yves Callac - Martine
Landois)
et
6
abstentions
(Claudine Féjean - Denis Mer Thérèse Hervé - Marc Nédélec Joëlle Herlidou - Jean-Jacques
Monnier).
Quels sont les impacts
financiers de la réforme ?
Paul Le Bihan. - Sur les aspects
financiers des projets de fusion
intercommunale, les expériences
passées incitent à la prudence.
Rappelons nous les projections
faites il y a quelques années, et qui
se sont trouvées impactées par les
lois de finances successives
(régime de France Télécom,
réforme de la taxe professionnelle,
…). Le FPIC, introduit par les lois
de finances de 2011, et dont la première mise en œuvre a eut lieu en
2012, a pour but de faire contribuer
les territoires (intercommunalités et
communes) dites plus « riches » au
profit des territoires considérés
comme plus « pauvres ». Ce FPIC
est donc à l’origine effectivement
un excellent moyen de péréquation
entre territoires. LTA et les communautés du Centre Trégor et de Beg
Ar Chr’a en ont été bénéficiaires, à
l’inverse des communes isolées de
Perros-Guirec et de Mantallot. En
cas de fusion élargie, les gains
annoncés paraissent très alléchants à l’horizon de 2016. Là où il
faut s’interroger, c’est sur la mise
en œuvre effective, et sur la montée en puissance de ce fonds, telle
qu’elle peut être présentée par les
artisans de la fusion. Déjà, ce fonds
était prévu au niveau national à
l’origine à 250 M€, et une montée
en puissance sur 4 ans jusque 1
milliard d’euros. Force a été de
constater que dès la première
année, le montant a été revu à 150
M€, et l’étalonnement décidé sur 5
ans. Aujourd’hui, certains parlementaires parlent de revenir sur le
montant prévu pour 2013, en le
fixant à 250 M€, voire 200 M€, au
lieu des 360 M€ initialement prévus
(source La Gazette des communes,
intervention du Président de la
commission des finances de
l’Assemblée nationale).
De plus, il apparaît que les critères
de contributeur et de bénéficiaire
sont appelés à être revus pour tenir
compte plus précisément des
charges de centralité des communes et intercommunalités…
Enfin, en attendant d’y voir plus
clair dans le remaniement de la
carte intercommunale (les arrêtés
de périmètres pouvant intervenir
jusqu’à la fin de l’année), le projet
de loi de finances pour 2013 propose déjà plusieurs mécanismes
de garantie, destinés à éviter les
effets d’aubaine en cas de modification de périmètre (source
Fédération des villes moyennes).
On s’aperçoit donc que les simulations présentées aujourd’hui se
basent sur des règles, qui seront
fortement modifiées dès l’année
2013. A l’heure des restrictions
budgétaires tout azimut, la prudence doit être de mise sur des
gains supposés attendus.
Quant aux dépenses, il faut aussi
prendre en compte qu’une fusion
amènerait inévitablement des harmonisations vers le haut des services à la population. On ne peut
imaginer des fonctionnements et
des coûts pour l’usager différents
selon les communes d’une nouvelle
intercommunalité, ne serait ce que
par souci d’équité et d’égalité
devant le service public. Ceci est
légitime, mais se traduira forcément
par des coûts plus élevés. De la
même façon, une administration
unifiée conduirait à des cohérences
de fonctionnement de services. Par
conséquent, les gains annoncés en
recettes (dotations, etc…) ne
seraient donc pas nets pour la communauté, mais se trouveraient
impactés par une hausse des
dépenses. En conclusion, très
grande méfiance sur des recettes
supplémentaires et des marges de
manœuvre augmentées.
actualité@
keloù@
Budget supplémentaire
Une faible marge
de manœuvre
La Ville de Lannion présente et vote ses budgets
primitifs (BP) très tôt en
début d’année, soit avant la
notification des recettes fiscales et des dotations
d’Etat, et aussi avant
d’avoir
examiné
les
comptes administratifs définitifs (CA) de l’année précédente. Par conséquent, les
budgets supplémentaires
sont l’occasion d’intégrer
ces données et de corriger
au besoin les prévisions
établies en début d’année.
Cette année, les BS examinés se résument, encore
plus que les années précédentes, à des ajustements
mineurs, tant en fonctionnement qu’en investissement,
du fait de la faible marge de
manœuvre restante après le
vote des BP.
En recettes de fonctionnement,
les recettes fiscales (taxe d’habitation et foncier bâti) traduisent une hausse modérée de
2,62 % par rapport à l’an dernier, y compris la revalorisation
des bases de 1,8 %, ce qui permet d’inscrire 229 665 € complémentaire. S’y ajoute pour la
première fois, la dotation du
FPIC (fond de péréquation)
pour un montant de 51 323 €.
Les ajustements sur les dotations d’Etat conduisent à un
quasi statu quo, compte tenu
des baisses complémentaires
enregistrées sur la dotation globale de fonctionnement (DGF)
et sur la dotation de compensation de la taxe professionnelle
(DCTP), compensées par des
hausses sur la dotation nationale de péréquation (DNPTP)
et la dotation de solidarité
urbaine (DSU). Au total, encore
une fois, le montant total des
dotations d’Etat enregistre une
baisse de - 0,5% (- 20 414 € )
par rapport à 2011.
Les autres recettes concernent
uniquement les droits de mutation, et la reprise du résultat de
clôture d’un des budgets
annexes « lotissement communal ».
Par conséquent, nous inscrivons donc uniquement 544 311
€ de recettes nouvelles non
prévues au BP.
Pour les dépenses de fonctionnement, seuls des ajustements
sont prévus à la marge (primes
d’assurance, coût des sinistres,
complément pour l’indemnisation des commerçants de la
place du général Leclerc, sub-
vention d’équilibre aux anciens
parkings à barrières,…), le
reste étant conservé en
réserve.
De ce fait, grâce à la reprise du
résultat du CA 2011 (1, 403
M€) et un autofinancement de
1, 458 M€, ce BS nous permet
d’inscrire les opérations (tennis
et base de plein air) déjà discutées et actées lors de l’examen
du BP, mais aussi quelques
régularisations et ajustements
pour un montant de 2 645 885
€:
- Base de plein air (1 620 000
€) avec des subventions de
420 000 €.
- Acquisition des terrains du
futur complexe de tennis (+ 168
600 €) avec une participation
complémentaire en recette de
125 000 € de LTA.
- Acquisitions CAT sur Nod Uhel
(146 879 €).
- Régularisation sur l’accessibilité des arrêts de bus (122 218
€) avec une recette de 49 500
€ de LTA.
- Serveur et matériel informatique pour les écoles et la
médiathèque (27 124 €) avec
une participation de la Région
pour 13 300 €.
- Des ajustements sur les travaux dans les écoles (25 800
€)
- Instruments pour l'opération
« Orchestre à l’Ecole » (10 530
€) qui démarre cette année et
pour lesquels nous recherchons des financements complémentaires auprès de partenaires.
Les budgets annexes réintègrent uniquement les résultats
des CA précédents, excepté
pour le budget « Lotissement
Communal », où figure l’inscription des opérations sur le
Forlac’h et St Hugeon 3.
Par conséquent, des BS réduits
cette année, sans dérapage
aucun en fonctionnement.
Signalons quand même, le
montant total des travaux et
acquisitions financés sur 2012,
pour 11 M€ environ.
Paul Le Bihan
Maire Adjoint Finances - Personnel
Le budget supplémentaire Ville
a été adopté par 26 voix pour,
5 voix contre (Yannick Guégan Danielle Marec - Jean-Michel Le
Gall - Jean-Jacques Monnier et
Joëlle Herlidou) et 2 abstentions
(Jean-Yves Callac et Martine
Landois).
5
Complexe de tennis
“ Dès le démarrage du mandat,
nous avons travaillé à un schéma
directeur sportif dans lequel ne figurait bien évidemment pas le squash
et pour lequel nous n'avons pas de
ligne budgétaire prévue. Même si le
club de squash cherche à nous
démontrer que nous pouvons
mutualiser des équipements à moindre coût, il n'en reste pas moins que
notre équipe a pris un engagement
auprès du monde sportif en proposant son schéma directeur. Que
diraient les rugbymen, les judokas
qui sont en demande de locaux
adaptés depuis de nombreuses
années si la Ville engageait des travaux de construction d'un squash,
investissement qui n'était pas programmé dans ce mandat. De plus,
notre schéma directeur est inscrit
dans un calendrier très contraint qui
ne peut plus souffrir aucun retard au
risque de perdre les financements
de nos équipements sportifs. Je rappelle que le projet de tennis s'inscrit
dans une opération à tiroirs qui doit
permettre de libérer les courts de
Park Nevez afin de démarrer les
travaux du nouveau gymnase du
lycée-Le-Dantec avant 2014. Nous
parlons d'une subvention d'1,8 M a
”. Après une mise au point très
ferme de Christian Marquet, maire,
concernant le squash qui ne fera
donc pas partie du futur complexe
de tennis de Pégase Sud, rue de
l’Aérodrome, le conseil municipal a
approuvé, conformément aux
orientations du programme, le coût
et le financement du projet estimé à
2, 6 M€ dont 2 M€ à la charge de
la Ville avec les subventions de
l’agglo (125 000 €), de la
Fédération française de tennis (40
500 €) et surtout du Centre national
de développement du sport
( CNDS) pour 390 000 €. Un projet,
toujours au stade de l’esquisse, qui
comprend la réalisation de six
courts couverts et trois courts extérieurs, et la création d'un espace de
vie (bureaux, club house, ves-
tiaires, locaux de rangement).
Le foot féminin et le
foot US à l’offensive !
Fusion
LTA vote pour !
Comme les conseils municipaux
qui ont jusqu’au 23 octobre pour
délibérer sur la fusion de l’agglo
avec Beg Ar C’hra et Centre
Trégor, englobant Perros-Guirec
et Mantallot, les élus communautaires ont également été amené à
se prononcer sur la question. Sur
55 votants, 37 ont voté pour, neuf
contre (Christian Marquet et huit
autres délégués lannionnais,
contre la méthode employée, qui
plaident pour un calendrier plus
souple et qui ne veulent pas se
dessaisir des compétences à la
personne) et neuf se sont abstenus dont Denis Mer, Claudine
Féjean et Thérèse Hervé. Pour
Perros-Guirec, le préfet a déjà
tranché. La cité des Hortensias
devrait intégrer, comme le prévoit
la loi sur la réforme territoriale de
décembre 2010, le 1er janvier
2014 et non le 1er janvier 2013
comme le demandaient le maire,
et notamment, le conseil municipal de Lannion (Cf. Page 4).
Circulation
Lors de la dernière séance du
conseil municipal, le maire qui dit
avoir reçu de nombreux courriers
de riverains et de commerçants
concernant le nouveau sens de
circulation au centre-ville (rue
Geffroy de Pontblanc et rue Jean
Savidan dans le sens montant) a
rappelé qui n’y aurait aucune
modification sauf peut-être dans
le rue Joseph Morand où une
consultation est prévue entre
riverains et usagers.
Démolitions
Si le football (masculin) attire toujours autant d’aficionados, le football (féminin) gagne du terrain et commence à conquérir notre hexagone voire notre
territoire trégorrois (Lannion, Servel...) après les J.O. de Londres où notre
équipe nationale a fini au pied du podium avant de se qualifier pour l’Euro
2013 en écrasant l’équipe irlandaise 4 à 0 au stade du Roudourou à
Guingamp. Une belle victoire pour les Françaises qui se sont entraînées à
Perros-Guirec à deux pas de leurs adversaires Irlandaises en action, quant
à elles, sur le terrain du Stade de Bel Air à Lannion où le maire, Christian
Marquet, s’est vu offrir un beau maillot vert dédicacé par toute l’équipe.
Un bon bol d’Eire pour le foot féminin qui ne manque pas non plus aux nouveaux sports venus d’outre-Atlantique. Ainsi, après l’équipe de base ball, les
Sea Dogs, la nouvelle équipe de football américain de l’ASPTT, les Grizzlys,
est venue, toutes griffes dehors et bien casquée, présenter ses nouveaux
maillots en mairie en poussant son cri de guerre après avoir remis à JeanPaul Le Touzé, un maillot destiné au maire et à Christian Hunaut, adjoint aux
Sports, et un autre à Pierre Adam, président de l’ASPTT.
La ville change et doit s’adapter
aux changements. Pour ce faire,
la mairie envisage les démolitions
de bâtiments qui “ interviendront
à plusieurs dates en fonction des
impératifs de chaque site ”.
Ainsi dans le cadre du réaménagement du parking de Kermaria,
la bâtiment de la gare routière
devra disparaître avant la fin de
l’année. Idem pour la maison
Brizard à Nod Huel dans le cadre
de la requalification de ce quartier
situé en plein centre-ville ainsi
que pour les bâtiments Pégase
Sud dont la démolition s'inscrit
dans le cadre de la construction
du complexe de tennis (Cf.plus
haut). Les bâtiments du stade du
Forlac'h (vestiaires, club house,
buvette, tribune et guichets) vont
subir le même sort pour laisser
place nette au nouveau lotissement ainsi qu’un bungalow à
Buhulien, en très mauvais état,
qui abrite l’association Jardin
Passion qui sera installée dans
l'ancienne école. Le réfectoire de
l'école maternelle du Kroas Hent,
bâtiment préfabriqué non isolé,
sera également démoli dans le
cadre du projet d’extension et de
restructuration du groupe scolaire
estimé à 630 000 €.
actualité@
keloù@
6
Commerçants
indemnisés
15 logements viennent d’accueillir leurs locataires aux Ursulines tandis que les 15 pavillons de la rue des Hortensias sortent de terre à Ker Uhel.
Requalification urbaine
Ker Uhel sur les traces d’Ar Santé
Alors que l’opération de requalification urbaine d’Ar Santé qui a
complètement changé de visage,
touche à sa fin, celle de Ker Uhel
est en route depuis 2009 avec la
construction de nouveaux logements avant les démolitions sur
site comme en témoignent les 15
logements des Ursulines inaugurés en plein centre-ville en septembre dernier...
Si la requalification urbaine lancée
en 2000 consiste à construire pour
loger les habitants avant de démolir
les grandes barres des années 60
et de réaménager les deux grands
quartiers de la ville (Ar Santé et Ker
Uhel), elle permet avant tout de
redistribuer les logements sociaux
sur le territoire et favoriser la mixité
sociale. “ La volonté de la Ville n’a
pas été de tout construire au même
endroit mais de démolir les barres
et de reconstruire des collectifs et
des pavillons dans différents lieux
de la ville. Sous différentes formes
dans le cadre d’une mixité sociale
et générationnelle tout en intégrant
des logements adaptés aux personnes handicapées et en favorisant les économies d’énergies avec
des bâtiments basse consommation ” explique Christian Marquet,
maire, rejoint dans ses propos par
La requalification urbaine en marche sur Ker uhel !
Jean-Jacques Bizien, président de
Côtes d’Armor habitat. “ Nous avons
fait en sorte de reloger tous les locataires en les accompagnant et en
prenant en compte leurs attentes et
de geler certains appartements
avant de les détruire ” précise
Marie-Hélène Battas, directrice de
Côte d’Armor habitat, comme
Isabelle Métayer, adjointe à
l’Urbanisme et à la requalification
urbaine, qui souligne que si le travail
sur le bâti est mené par Côtes
d'Armor Habitat, les espaces exté-
rieurs sont réalisés par la Ville qui
participe également à l‘accompagnement des habitants dans ces
changements avec Côtes d’Armor
habitat, le centre social, le conseil
général et tous ceux qui sont impliqués dans la politique de la ville.
“ On a recherché un équilibre social
dans les différents quartiers de la
ville ou on a créé des lotissements
dans les friches urbaines du centreville ” note l’élue en citant les 15
nouveaux logements de qualité des
Ursulines qui semblent faire l’unani-
Révison du Plan local d’urbanisme
Présentation du PADD
Dans la cadre de la révision générale du Plan local d’urbanisme
(PLU) lancé en janvier 2011, la
Ville a mis en place des ateliers
citoyens avant d’établir un diagnostic de territoire qui a été présenté en
séance public le 18 juin dernier,
salle des Ursulines, et de proposer
un débat d’orientations générales
du Projet d’aménagement et de
développement durable (PADD),
véritable “ clé de voûte ” du PLU,
qui définit les orientations d’urbanisme à long terme et les projets
d’aménagement retenus par la
commune, lors du conseil municipal
du 25 juin dernier.
Une demi-heure avant de présenter
ce plan d’aménagement (Cf. Notre
dernière édition d’été et sur le site
internet de la ville : www.lannion.fr)
lors d’une réunion publique dans la
salle des Ursulines, Isabelle
Métayer, adjointe à l’Urbanisme, a
souhaité faire un retour sur les ateliers citoyens en présence de ceux
qui y ont participer et qui ont contribué à mettre en place ce PADD.
Dans le cadre de la révision du PLU,
les conseils de quartiers seront
conviés à deux réunions de présentation des OAP (orientations d’aménagement et de programmation), les
13 et 14 novembre, dans le même
lieu.
mité des locataires.
Des logements qui font partie des
82 déjà livrés à La Prairie (11
pavillons), Bd Louis Guilloux (15
appartements),
Domaine
de
Kérivon (18 pavillons), Les Hauts
de Kerlann (6 pavillons) et Clos de
Kerlann (16 logements intermédiaires et un pavillon) dans le cadre
de la requalification urbaine de Ker
Uhel (23 M€) où on prévoit la
construction de plus de 200 logements et la démolition de 180. 48
autres logements, livrés en 2013 et
2014, sont en cours de construction, rue de l’Aérodrome (collectif
de 17 appartements ), rue des
Hortensias (15 pavillons) et Bd
d’Armor (16 appartements). D’ici
2016, en parallèle avec l'aménagement de la vallée de Kerous par la
Ville en partenariat avec le centre
social et les habitants qui commencera en 2013, et le réaménagement
du Bd d'Armor, 65 autres logements sont à l’étude à SaintHugeon (20), sur le site des
Cosmos à Ker Uhel (15), rue de la
Bienfaisance (10) et à Ar Santé
avec la construction de 20 logements comprenant un programme
spécifique handicap porté par l'association Main Forte.
Une opération qui, avec un programme collectif d’Armor Habitat
en accession sociale le long de la
rue de Park Nevez, mettra un terme
à la requalification urbaine du quartier d’Ar Santé où 127 logements
ont été démolis, 105 reconstruits
sur le site et 110 sur des sites de
redéploiement répartis sur le reste
du territoire de la commune
(Rosalic, Kerlitous, Buhulien).
Une
première
requalification
urbaine lannionnaise réussie qui a
montré l’exemple et, sans aucun
doute, guidé tous les acteurs qui
s’activent aujourd’hui autour du
quartier de Ker Uhel qui change
petit à petit de visage et se redynamise avec “ la Maison de l’emploi
qui ramène de l’activité et permet le
développement des commerces à
cet endroit là, la réhabilitation du
stade Michel Condom et le futur
complexe de tennis qui sont des
éléments structurants ” sans
oublier, bien entendu, l’extension
de la place Saint-Yves de l’autre
côté du Bd d’Armor après les
démolitions. La Ville va d’ailleurs
choisir un bureau d'études dans les
semaines à venir sur le devenir de
ce secteur ...
Suite aux travaux de la place du
centre (place du Général Leclerc), la Ville “ qui n’était pas
obligé de le faire ” comme l’a fait
remarqué le maire qui a indiqué
que “ c’était une volonté politique
du conseil municipal ”, a indemnisé les commerçants ayant subi
des nuisances. Sur onze dossiers
déposés, huit dossiers ont été
indemnisés pour un montant total
de 34 088 €. “ Les indemnités ont
été calculées sur la perte de
marge brute des commerces et
les nuisances subies par les commerçants allant de la gène au
trouble de jouissance ” a précisé
Paul Le Bihan, adjoint aux
Finances.
Très haut débit
En Bretagne, l’opérateur France
Télécom-Orange a confirmé agir
en tant que seul primo-investisseur sur fonds propres des
déploiements de fibres optiques
qui seront réalisés sur les «
zones concertées » du territoire
breton. Ces zones représentent
environ 40 % des déploiements à
réaliser. Comme quatre ou cinq
villes au départ, Lannion, en
contact avec l’opérateur depuis
2011, est “ potentiellement rentable ” pour l’opérateur qui prendra
donc en charge la totalité du
déploiement de la fibre optique à
très haut débit sur tout notre territoire communal (10 500 logements). Outre le travail du
Département et de la communauté d’agglomération sur le
reste du territoire, Lannion va
donc signer une convention avec
France Télécom - Orange qui
devrait commencer les travaux
en 2014 afin de câbler toutes les
habitations de Lannion en 2019 !
Bus
Depuis le 20 août dernier, les
transports intercommunaux de
Lannion-Trégor
(TILT)
ont
entamé leur phase hivernale
avec quelques changements.
Ainsi la ligne A qui relie l’aéroport
à l’hôpital pousse un peu plus
loin, deux fois le matin et le soir,
pour desservir Ploubezre avec
trois nouveaux arrêts
à “
Keranroux ” , “ Ty Bras ” et “ La
Poste ”). La ligne C, AlcatelKerilis, quant à elle, assure désormais une meilleure desserte
pour Le Goffic avec le remplacement de l’arrêt Bulzulzo par l’arrêt
Caerphilly. La desserte du midi
est maintenue le mercredi. Si
l’expérimentation de la navette
gratuite du centre-ville “ Navéo ”
est prolongée jusqu’au mois de
décembre malgré sa faible utilisation (35 personnes en moyenne),
la ligne 30 Lannion-Morlaix bénéficie désormais d’un départ plus
tardif à 18 h 30 qui remplace celui
de 16 h 37, très peu utilisé.
rentrée%
distro%
7
7 863
Le chiffre
de la rentrée !
Lors de la rentrée scolaire, les élus ont pu apprécier les classes plus lumineuses de l’école Jean Savidan et la nouvelle entrée de l’école de Pen ar Ru.
Ecoles maternelles et élémentaires
Des effectifs en hausse !
2 139 contre 2 096 élèves l’an
dernier ont retrouvé les bancs
des écoles maternelles et élémentaires publiques et privées
de notre ville. Une rentrée
sereine marquée par des effectifs
en hausse qui flirtent avec ceux
de 2010 (2 155 élèves). Une
hausse générale qu’on retrouve
pour une grande part dans le
public avec 1 433 élèves (582
maternelles sans les enfants de 2
ans pré-inscrits au nombre de 7
et 851 élémentaires dont les 32
enfants des trois Clis) contre 1
386 l’an dernier (553 maternelles
et 833 élémentaires). Un ouf de
soulagement avec 43 élèves de
plus après la grosse baisse de
l’an dernier d’une soixantaine
d’élèves qui se chiffraient à 1 448
à la rentrée 2010. Une hausse
qu’on retrouve dans la plupart
des écoles comme Ar Santé (151
élèves, + 11), Pen Ar Ru (151, +
19), Savidan-Morand (155, + 10),
Rusquet (125, + 5), Woas-Wen
(121, + 4), Saint-Roch (188, + 14).
Si la stabilité est de mise à Kroas
Hent avec 196 élèves (122 en élémentaire et 74 en maternelle), on
note cependant une baisse à
Servel (274, - 10) et à Keriaden
(72, - 6).
Du côté des écoles privées, la
hausse des effectifs continue à
l’école Jeanne D’arc qui a ainsi pu
bénéficier d’un demi-poste supplémentaire en CP avec 498
élèves contre 483 l’an dernier et
454 en 2010 tandis que l’école de
Sacré-Cœur continue de jouer la
stabilité autour des 100 (101 l’an
dernier, 95 en 2010) comme
l’école Diwan qui compte cette
année 108 élèves contre 104 l’an
dernier et 106 à la rentrée 2010...
Ecoles publiques
467 700 € de travaux
Outre les nombreux travaux d’entretien récurrents dans toutes les
écoles (peinture, réfection des
sols, installation de rideaux,
réfection de l’enrobé de certaines
cours, remplacement sol jeu
extérieur, ravalement façades,
mise en réseau, etc...) pour la
somme de 75 000 €, l’acquisition
de matériels (13 000 €), de mobilier (12 000 €) et de matériel
informatique (11 500 €), les gros
travaux d’un montant de 325 500
€ ont surtout concerné l’école primaire de Pen Ar Ru avec le remplacement des menuiseries (60
000 €), surtout l’aménagement
d’une nouvelle entrée avec la
construction d’un auvent en élémentaire et la réfection partielle
de la toiture terrasse en maternelle (35 000 €). Des travaux,
engagés en fonctionnement, ont
été réalisés par des entreprises
pour la somme de 27 000 € mais
aussi en régie pour la somme de
33 500 € dont 10 000 € de main
d’oeuvre. Autres gros travaux à
l’école maternelle Jean Savidan
avec la suppression des mezzanines dans deux salles de
classes, la mise en place de plafonds suspendus, la réfection des
sols et des peintures et le remplacement des luminaires. A
l'école Ar Santé, le réfectoire a,
quant à lui, été cloisonné afin de
séparer l'espace élémentaire et
maternelle avec pour objectif
d'améliorer l'acoustique du réfectoire. Par contre, la rénovation de
la cuisine (88 000 €) a été reportée en 2013. En maternelle, le
désamiantage de deux salles de
classes et du couloir a été effectué et les travaux de réfection des
sols sont achevés.
Mise en réseau également des
classes à l’école élémentaire de
Servel (12 000 €) dont les travaux de réfection de toiture terrasse (40 000 €) et la construction du préau (30 000 €) seront
réalisés au second semestre.
A noter également 16 700 € pour
les collèges et 14 000 € pour la
restauration scolaire.
Rentrée studieuse à Servel où des travaux seront réalisés au 2nd semestre.
Si lors de sa traditionnelle visite
de rentrée, Patrice Kervaon,
adjoint aux Affaires scolaires,
accompagné de quelques élus et
de responsables du service des
Affaires scolaires, en a profité
pour faire le point sur les gros travaux réalisés durant l’été à Ar
Santé, Pen Ar Ru, Savidan et
Servel (Lire ci-contre), il s’est,
bien entendu, réjoui de cette
hausse des effectifs tout en
regrettant le refus de la création
d’un
poste
supplémentaire
bilingue à l’école Saint-Roch et la
fermeture d’une classe, décidée
lors de la dernière carte scolaire,
à l’école Joseph Morand où les
parents se sont mobilisés le jour
de la rentrée. Une mobilisation et
une pétition de 88 signatures,
déposée à l’inspection académique, qui ont peut-être produit
leurs fruits puisqu’un demi-poste
a finalement été accordé en fin de
journée à la grande joie de la
municipalité. “ Je me félicite que
l’inspection académique des
Côtes d’Armor ait décidé d'allouer
un demi-poste supplémentaire à
l’école Morand-Savidan. La municipalité de Lannion avait déjà
appelé l'attention des autorités sur
ce dossier par courrier en décembre 2011 et juillet 2012. A cette
rentrée, les parents d'élèves se
sont rapidement et fortement
impliqués pour faire valoir leurs
arguments que j'ai immédiatement relayés auprès de l'inspecteur de la circonscription et de
monsieur l'inspecteur d'académie
des Côtes d'Armor. Nos actions
conjuguées ont ainsi permis de
faire valoir le bien-fondé de cette
demande, qui a été entendue et
prise en compte pour partie.
Cette décision permettra donc à
l'équipe pédagogique et aux
enfants de travailler dans de
meilleures conditions. A l'occasion de l'élaboration de la prochaine carte scolaire, et si les
effectifs se maintiennent ou augmentent, la municipalité restera
vigilante pour demander, au minimum, la pérennisation de ce
poste. Elle s'attachera également
à suivre attentivement la situation
de l'école publique bilingue de
Saint-Roch dont les conditions
d'encadrement ne sont guère
satisfaisantes pour répondre aux
spécificités pédagogiques de
l'enseignement qui y est dispensé. A travers l'exemple de
Morand-Savidan, je note que la
politique du nouveau gouvernement commence à porter ses
fruits : plus de moyens sont
accordés à nos écoles, la priorité
donnée à l'Education trouve ses
premières traductions sur le terrain ” a déclaré, dès le lendemain, dans un communiqué,
Patrice Kervaon, qui a souligné
que les effectifs étaient quasiment les mêmes qu’avant fermeture et que la municipalité avait
accepté, il y a trois ans, une
fusion des écoles Morand et
Savidan avec la garantie d’une
certaine stabilité.
7 863 élèves et étudiants,
soit 77 de plus que l’an dernier
(7 777) sont scolarisés sur l’ensemble des écoles lannionnaises. Un chiffre toujours aussi
éloquent qui montre l’importance
de la jeunesse dans notre ville de
plus de 20 000 habitants.
On dénombre ainsi 2 139 élèves
dans le primaire (2 096 l’an dernier), dont 1 433 dans les écoles
publiques et 706 dans les écoles
privées, 1 935 élèves (1 933 l’an
dernier et 1 830 en 2010) dans
les collèges dont 540 à YvesCoppens, 565 à Charles-LeGoffic et 830 à Saint-Joseph.
Dans les lycées, 2 510 élèves
contre 2 504 l’an dernier et 2 548
en 2010 ont pris le chemin des
cours dont 1 800 à Félix-LeDantec (1 834 l’an dernier) en
comptant les étudiants en BTS et
710 à Bossuet (670 l’an dernier)
en comptant également le BTS
Tourisme.
Dans l’enseignement supérieur,
globalisé avec l’Institut de formation des soins infirmiers (179 dont
149 élèves infirmiers et 30 élèves
aides soignantes) mais sans
compter les BTS (300), on
compte 1 279 étudiants dont 300
à l’Enssat (300) et 800 à l’IUT.
Restaurants scolaires
Bio, c’est bon !
Au fil des ans, la Ville de Lannion
continue sa petite “ révolution
biologique ” qu’elle a entamée en
janvier 2009. Elle l’accélère
même. En effet, après les 100 %
de fruits et légumes frais, les 50
% de produits laitiers (fromages,
yaourts...) et de produits secs
(conserves/épicerie), intégrés
dans les menus depuis trois ans,
le pain bio, semi complet, moulé
et coupé, a fait son apparition sur
les tables. Un nouvel aliment plus
sain, bien accueilli par les 1 340
enfants des 16 restaurants scolaires, dans les garderies, dans
les trois crèches (70 enfants) et
dans les deux centres de loisirs
(120 enfants). Désormais 40 %
des dépenses engagées pour les
cantines concernent les aliments
biologiques alors que les recommandations pour les cantines
d’Etat sont de 20 % pour 2012...
avec un prix de repas bloqué
depuis deux ans ! Si la viande
n’est toujours pas issue de l’agriculture biologique, elle est de
qualité constante comme pour le
boeuf qui est produit et abattu
localement afin de favoriser les
circuits courts. Un critère d’ailleurs intégré dans le groupement
de commandes, piloté par la Ville
de Lannion, qui regroupe treize
communes et deux lycées (Le
Dantec à Lannion et Savina à
Tréguier).
rentrée%
distro%
8
Collèges et lycées
Une rentrée sereine...
Ni grandes réformes ni révolutions dans les collèges et lycées
à part la présence remarquée du
nouveau bâtiment administratif
de Saint-Jo-Bossuet qui pointe
fièrement son nez moderne sur
la rue de la Bienfaisance, sécurisée par un nouveau plateau mis
en place par les services techniques de la Ville. Pas de
grandes nouveautés non plus du
côté des effectifs où on note surtout une quasi stabilité avec 1
935 élèves dans les collèges (540
à Coppens, 565 à Le Goffic et 830
à St Jo) contre 1 933 l’an dernier
et 1 830 en 2010. La baisse des
effectifs de Coppens (561 élèves
l’an dernier) étant compensée
par la hausse des effectifs de Le
Goffic (532 l’an dernier) avec l’arrivée de Pen Ar Ru dans son
giron. Très très légère fluctuation
à la baisse dans les lycées avec
2 510 élèves contre 2 504 élèves
l’an dernier et 2 548 en 2010.
Une légère érosion qui se fait
surtout sentir au lycée Félix-LeDantec qui perd une nouvelle
fois une trentaine d’élèves avec
un effectif total de 1 800 contre 1
834 l’an dernier et... 1 898 en
2010 ! Une baisse compensée
par l’augmentation continue des
effectifs du lycée Bossuet qui
affiche cette année 710 élèves à
la rentrée contre 670 l’an dernier
et 650 en 2010...
Yves-Coppens. - Malgré une
légère baisse des effectifs (540
élèves contre 561 l’an dernier) liée
à la démographie pour les 6e et au
redécoupage du secteur scolaire
qui intégre désormais Pen ar Ru au
collège Le Goffic, le collège qui
compte une équipe de 38 professeurs, dix AVS, des surveillants sur
un total de 75 personnes, affiche
une bonne santé. “ Nous avons un
demi-poste de surveillant en plus ”
se félicite Jean-Michel Lebée, principal, qui précise également l’arrivée de quatre nouveaux professeurs dans l’établissement : PierreDamien Le Guistin en musique,
Julie Guillevic en anglais, Christelle
Simon en
techno et Enora
Lejeune, professeur des écoles
spécialisée, pour l’une des deux
unités localisées pour l’inclusion
scolaire (Ulis) qui complètent les 19
autres divisions du collège qui
compte 4 sixièmes, 6 cinquièmes, 4
quatrièmes et 5 troisièmes.
Côté pédagogique, outre l’option
DP3 (découverte professionnelle),
les stages d’alternance ouverts l’an
dernier en 4e se poursuivent cette
année en 3e. Huit élèves vont ainsi
profiter de cette option pour découvrir les lycées professionnels du
secteur (Guingamp, Tréguier,
Lannion) ainsi que des entreprises
à travers des mini-stages “ avec
pour objectif de les aider à mieux
préparer leur orientation, à leur
faire découvrir le maximum de parcours possible et éviter des sorties
sans solution ” souligne le principal
qui se sent toujours aussi bien dans
son établissement du XXIe siècle.
Un outil de travail bien adapté, bien
branché numérique (vidéo-projecteur, tableau numérique) qui n’a pas
trop vieilli malgré ses 10 ans d’âge
l’an prochain et qui ne nécessite
donc aucun travaux pour l’instant.
Un établissement où il fait bon vivre
et où on travaille avec des résultats
qui s’améliorent d’année en année
puisque 70 % des élèves vont en
seconde (60 l’an dernier), 24 % en
seconde pro (30 l’an dernier) et 5 %
entre redoublement et apprentissage (10 l’an dernier).
Charles-Le-Goffic. - Hausse des
effectifs bien entendu grâce au nouveau découpage scolaire pour le
collège qui accueille les élèves de
Pen ar Ru et qui compte désormais
565 élèves contre 542 l’an dernier
en comptant les Segpa et 45 professeurs, tous nommés à la rentrée.
Bernard Flant, principal, se réjouit
toujours de la spécificité de son établissement “ bilingue et bilangue ”
avec la filière anglais-allemand qui
rebondit cette année en accueillant
28 élèves contre 11 l’an dernier en
6e et la filière bilingue breton qui
baisse avec 23 élèves en 6e contre
32 l’an dernier mais qui l’oblige à
séparer la classe en deux groupes
de 26 élèves en 5e. Une filière qui se
porte bien avec 21 élèves en 4e et
13 en 3e, soit un total de 109 élèves
qui suivent cette langue en maths,
histoire-géo, musique et EPS de la
6e à la 3e. Réconfort également du
côté du latin qui attire 95 élèves de
la 5e à la 3e (31 en 5e, 46 en 4e et 18
en 3e) et de la classe européenne
qui démarre en 4e avec une heure
d’histoire-géo en anglais et une
heure de plus en anglais. L’école est
d’ailleurs jumelée avec un collège
anglais et des échanges ont lieu
tous les deux ans avec un collège
allemand. Satisfaction également
avec sports plus (hand ball, natation
et football) mis en place en partenariat avec la mairie. Alors que le projet du nouveau collège à Nod Uhel
est tombé à l’eau à cause de la pollution du site (il faut désormais
trouvé un autre lieu pour l’accueillir),
le principal, essaie comme il peut,
de réorganiser son collège à étages,
trois fois trop grand. A cet effet, il a
décidé de mettre au cœur de la vie
scolaire, en abattant quatre classes
dans le bâtiment C, situé au rez de
chaussée, le CDI qui se trouvait
dans la partie haute et qui devrait
être inauguré après les vacances de
la Toussaint. Question résultats :
chaque année, entre 70 et 80 % des
élèves entre en seconde générale.
St-Jo-Bossuet. - Nouvelle hausse
des effectifs pour le collège et le
lycée qui totalisent 1 540 élèves
avec une stabilité à St-Jo (830
élèves comme l’an dernier) et une
hausse de 40 élèves à Bossuet
avec 710 élèves contre 670 l’an dernier. Une très bonne rentrée marquée par l’ouverture d’une classe de
6e et de seconde dont se félicite,
bien entendu, Philippe Le Faou,
directeur, qui pilote une équipe de
126 enseignants et 52 personnes
employées dans les différents services. Parmi les nouveautés pédagogiques, le collège s’ouvre sur
l’Asie avec un atelier d’initiation et
de découverte au chinois en 6e et en
5e avant un enseignement spécifique en 4e. Une option qui vient
s’ajouter aux deux langues obligatoires : l’anglais, l’espagnol ou l’italien. “ C’est une langue en plus mais
surtout une réflexion pédagogique
sur l’ouverture de l’Europe. Sur la
mondialisation. Ne pas parler
d’Asie, c’est une erreur. Avec cet
atelier, les élèves vont pouvoir s’ouvrir sur un autre continent, un autre
monde, une autre culture...”
explique le directeur qui précise que
cet atelier se poursuivra au lycée
avec l’acquisition d’éléments de culture.
Du côté du lycée, outre l’arrivée de
la réforme en terminale, le directeur
mise sur l’accompagnement personnalisé, déjà en place en seconde et
1ere, avec des séances d’approfondissement dans la discipline dominante de la section (S,L) et des
modules de préparation à l’enseignement supérieur (préparation
pour les concours dans les écoles,
etc...). “ Pour les guider ” souligne
Philippe le Faou qui annonce également que les terminales ES ont désormais deux heures d’économie
appronfondie et que les terminales
S ont également un enseignement
concernant l’informatique et les
sciences du numérique (programmation informatique, algorythmes,
etc...). Du côté enseignement supérieur, le BTS tourisme, créé il y a 22
ans, retrouve son appellation d’origine et concernera désormais tous
les métiers du tourisme et non que
la vente et la production touristique.
“ On l’élargit ainsi à l’animation touristique, à la gestion du patrimoine,
aux offices de tourisme, etc... ”
indique le directeur qui précise que
l’accent sera également mis sur l’informatique.
Du côté des travaux, le directeur
n’est pas peu fier du nouveau bâtiment administratif en bordure de la
rue de la Bienfaisance. Un espace
de 850 m2, répartis sur trois niveaux,
“ véritable trait d’union entre le collège et le lycée ”, qui va bientôt
accueillir l’administration du lycée, “
trop à l’étroit ”, des salles pour les
examens, pour les conseils de
classes et une salle pour les professeurs. Des trottoirs élargis et une
esplanade surélevée dans la continuité entre St-Jo et Bossuet permettent ainsi de sécuriser la rue et aux
Philippe Le Faou, directeur de St Jo- Bossuet, se félicite des travaux
réalisés pour sécuriser la rue devant le nouveau bâtiment administratif.
ments, 75 jeunes ont également 6
lycéens de rejoindre plus directeh d’EPS par semaine et une
ment et moins dangereusement l’inclasse sportive regroupe les élèves
ternat ou les services de restauraintéressés en seconde. Nouveauté
tion. “ C’est le résultat d’une belle
également cette année avec la
collaboration avec la Ville et les sermise en place d’une formation au
vices techniques ” souligne le direcbrevet national de sécurité et de
teur qui prévoit de terminer la mise
sauvetage aquatique (BNSSA) à
en réseau informatique des salles
partir de la seconde. “ 70 familles
du collège et un programme imporsont intéressées pour une sélection
tant de remplacement des menuisede 23 élèves qui se retrouvent dans
ries extérieures du collège et du
la même classe avec 2 h de natalycée. Le gros chantier 2013 consistion le jeudi matin et 1 h de cours
tera, quant à lui, à l’aménagement
théorique le mardi après-midi plus
d’un restaurant au lycée.
une formation à Trégastel. C’est un
projet sur 3 ans avec diplôme à la
Félix-Le-Dantec. - Malgré une
clé. Cela nécessite un professeur
légère baisse des effectifs (1 800
spécialisé et on espère un partenaélèves contre 1 834 élèves l’an derriat avec la SNSM ” précise le pronier), Franck Ogier, proviseur, est
viseur qui propose également aux
très satisfait de la rentrée puisque le
étudiants en BTS électro technique
lycée affiche complet et à même du
de préparer gratuitement en deux
refuser du monde. “ C’ est une
ans, en partenariat avec Cap plonbonne rentrée à tous les niveaux et
gée de Trébeurden, un diplôme de
on n’a pas pu satisfaire les 80
plongeur professionnel qui leur perdemandes de dérogations de
mettra plus tard de travailler, par
Tréguier, Cavan et Bégard. Des
exemple, dans le domaine offshore
dérogations en forte hausse cette
(éolien et hydrolien). 13 étudiants
année. On a 20 élèves en plus au
sur 21 sont intéressés par ce
lycée général et 10 en moins au
diplôme. “ Nous essayons de dévelycée pro. Les classes sont toutes
lopper les compétences des étupleines en seconde et on fait le plein
diants pour trouver de l’emploi.
partout même en BTS industriel . On
Dans le même but, on travaille
a également plus d’élèves en 1ere S.
C’est une tendance nationale mais
main dans le main avec la platela filière est toujours très attractive.
forme robotique du pôle Phoenix en
Par contre, on a un recrutement plus
partenariat avec l’agglo, l’IUT et
modeste au niveau de la ◊1ere STG et
l’université de Brest. Idem avec la
de la 1ere STI2D (technique et indusformation continue sur le traitement
trie), mise en place l’an dernier dans
de l’eau dans les locaux de
le cadre de la nouvelle réforme ”
Phoenix. Il y a un seul centre en
explique le proviseur qui souligne
France et on veut devenir le
les résultats excellents au bac l’an
deuxième ” insiste le proviseur qui
dernier avec une moyenne de 90 %
dit qu’il faut sans cesse développer
(96 % en S, 77 % en STG, 83,70 %
de nouveaux projets, avoir de l’imaen bac pro...). “ On a également fait
gination et de l’intuition, pour au
un carton en BTS et on a peu de
moins se positionner sur le marché.
redoublants dans l’ensemble. C’est
“ C’est le confort de cet établissebon pour recruter ” s’enorgueillit-il
ment ” qui permet aux élèves de
en précisant également que l’inters’ouvrir sur le monde d’aujourd’hui
nat, ouvert il y a 3 ans, fait le plein
et de demain comme le montrent
avec 59 étudiants de 1ere et 2e année
également l’implication dans la vie
de BTS sans qu’on refuse des
locale à travers les sports et les
élèves du lycée. Autre satisfaction,
résidences d’artistes, les expos sur
le maintien du breton en LV3 avec 8
l’Agenda 21, le concours interlyélèves et le développement du parcées de musique traditionnelle qui
tenariat pour le sport (le canoëa eu lieu dans le nouvel amphithéâkayak avec le département et la
tre qui cherche toujours un nom de
mairie, le rugby avec le centre
baptême, et même la fête organidépartemental d’entraînement, le
sée l’an dernier par les élèves qui
foot au stade René Guillou, l’athlésera reconduite cette année. “ Une
tisme, le tennis) et la culture (résisoirée qui sera plus encadrée
dence d’artiste avec le cinéaste
même s’il y a toujours, comme parMickaël Clarke). Outre les aprèstout, une prise de risque ” déclare,
midis libérés pour les entraînein fine, Franck Ogier.
rentrée%
distro%
9
“Que les fêtes
finissent bien !”
Philippe Anglade, directeur, sur le nouveau parvis de l’IUT.
Le maire et le directeur lors de l’accueil des nouveaux étudiants de Enssat.
Enseignement supérieur
L’IUT et l’Enssat ont la cote !
Avec une forte augmentation
des effectifs à l’IUT qui
compte cette année 800 étudiants avec une augmentation
de 24 % pour les premières
années et l’Enssat qui passe la
barre des 300 étudiants pour
sa 26e année d’existence, sans
oublier, bien entendu, les étudiants en BTS du lycée FélixLe-Dantec et de Bossuet,
l’Institut de formation des
soins infirmiers, l’enseignement supérieur lannionnais se
porte bien avec un total de plus
de 1 600 étudiants... IUT. - Les 800 étudiants (764 étudiants l’an dernier) dont 640 (580
l’an dernier) inscrits dans les quatre
diplômes universitaires technologiques (DUT) et environ 160 inscrits
dans les cinq licences professionnelles, ont fait leur rentrée le 3 septembre dernier en découvrant le
nouveau parvis améliorant l’accessibilité aux personnes handicapées,
la nouvelle entrée signalée par une
barre rouge ainsi que le hall flambant neuf de leur établissement qui
affiche une bonne santé avec une
hausse de 24 % des inscriptions en
première année.
“ Outre le département info-com
qui fait toujours le plein avec ses 56
étudiants, ce sont surtout les DUT
notamment informatique, mesures
physiques et réseaux et télécoms
qui connaissent les hausses les
plus sensibles de leurs effectifs. Un
bon résultat qui fait suite au succès
des différentes manifestations, aux
opérations spécifiques à destination
des lycéens et qui est également du
à l’augmentation des bacheliers ”
explique Philippe Anglade, directeur, qui insiste sur l’effort que fait
l’IUT concernant l’insertion professionnelle avec, entre autres, l’année spéciale ouverte en 2010-2011
dans le département réseaux et
télécoms, lancée grâce à un partenariat inédit entre l’université, le
monde des entreprises et la
Région, qui s’implante durablement
avec un effectif de 24 étudiants
contre 10 l’an dernier, et qui permet
à des demandeurs d’emplois et/ou
des étudiants souhaitant se réorienter de réaliser un DUT en un an et
de s’insérer directement après leur
diplôme. “ Globalement, c’est toute
la professionnalisation qui est en
progrès. Cette année encore, les
stagiaires en contrats de professionnalisation et les étudiants en formation continue sont en augmentation.
Ainsi 20 contrats de professionnalisation ont été signés par des étudiants en licence (14 l’an dernier), et
environ 35 étudiants bénéficient
d’un contrat de formation continue
en LP et DUT contre 24 l’an dernier.
L’IUT démontre ainsi sa forte
implantation dans les milieux professionnels et affiche son ambition tournée vers l’insertion de ses étudiants
”. Une rentrée extra-positive donc
sans licence pro info-com, supprimée l’an dernier, mais toujours sous
le signe de l’alternance avec un projet de partenariat avec l’IUT de
Vannes pour l’ouverture d’un DUT
informatique en alternance à la rentrée 2013. Cette formation bi-localisée s’appuiera sur les ressources et
réseaux informatiques mise en
place par la Région (campus numérique) pour permettre aux étudiants
de Vannes et de Lannion de suivre
les cours communs par visio-conférence... L’amphi devrait être entièrement équipé en 2013. Quatre
licences pro d’ailleurs fonctionnent
déjà en alternance et celle concernant le journalisme devrait s’y mettre
l’an prochain. “ On a une demande
assez forte des entreprises de
presse ” précise le directeur qui
indique que l’IUT est aussi, il ne faut
pas l’oublier, une composante universitaire à part entière et qu’elle
développe une activité de recherche
active. “ L’IUT est un acteur important de la recherche sur le site de
Lannion ”. Si l’IUT a la cote, il peine
cependant avec un bilan financier à
flux tendu avec un budget constant
de plus en plus juste de 1,9 M€ et
une dotation de 900 000 € qui n’a
pas bougé depuis 2010 malgré des
coûts plus importants. D’où des
coups de freins ça et là, des diminution de salaires et des capacités
d’investissements moindres pour ce
vieil établissement des années 6070. A l’image de cette Maison des
étudiants, tant attendue à l’IUT
comme à l’Enssat, qui ne se fera pas
faute d’apport de l’Etat. Après discussion, la majorité de l’enveloppe
acquise servira à la réfection de la
cafet et à l’accès handicapés de
l’Enssat. “ Pas de bâtiment nouveau
mais on cherche en interne à réhabiliter une grande salle de 100 m2 pour
les étudiants. L’agglo et le conseil
général ont décidé d’apporter la moi-
tié de l’enveloppe ” précise, in fine,
Philippe Anglade, fier de son parvis
tout neuf, qui prévoit, tout de même,
la mise aux normes d’un plus grand
bâtiment de l’IUT qui héberge le
département mesures physiques.
ENSSAT. - Satisfaction également
du côté de l’Enssat, née en septembre 1986, qui passe cette année le
cap des 300 étudiants dans ses quatre spécialités (électronique et informatique industrielle (EII), logiciel et
système informatique (LSI), optronique (OPT) et informatique multimédia et réseaux par apprentissage) plus une cinquantaine de doctorants en accueillant un effectif stable de 110 à 120 élèves-ingénieurs
en première année avec une tendance à un recrutement plus national voire international avec un pourcentage de Lannionnais (6 % contre
13 l’an dernier) et de Bretons en
baisse (15 % contre 22 l’an dernier).
Si la parité n’est toujours pas de
mise avec 17 % d’étudiantes, l’école
accueille cette année près d’un
quart d’étudiants étrangers dont une
grande partie en provenance des
pays du Maghreb ( 24 % contre 18
l’an dernier). “ Nous sommes sur
une trajectoire à 400 étudiants alors
que nous étions à 250 il y a
quelques années. Ceci ne va pas
sans poser des problèmes de locaux
” souligne, Jean-Christophe Pettier,
directeur, rejoint dans ses propos
par Christian Marquet, maire et
conseiller régional, qui a annoncé la
mise à la disposition des élèves de
l’école, du futur amphithéâtre de
150 places, prévu dans les locaux
de Sainte-Anne. Cette salle de
conférence, branchée sur le haut
débit et équipée d’un système de
visio-conférence dernier cri, ouverte
aux associations, à d’autres écoles
et à quelques manifestations festives, qui se trouve à proximité de
l’école, viendra ainsi compléter les
deux amphis de l’Enssat (230
places). Grâce à son positionnement en 2008 dans la conférence
des grandes écoles et au nouveau
mode de recrutement via la banque
Mine-Pont, l’école, qui a rajeuni son
équipe pédagogique et a gagné en
notoriété, se veut toujours un acteur
de la vie trégorroise. Si les diplômés au nombre de 64 cette année
se fixent majoritairement (53 %)
dans le Trégor et en Bretagne (30
% auparavant), à la grande joie du
directeur qui évoque un “ triplement
de la matière grise, acteur de l’ écosystème de la technopôle qui en a
besoin ”, l’Enssat est bien présente
sur le terrain et participe à deux
nombreux événements (projet de
management, Café sciences,
Forum entreprises/étudiants, Petits
débrouillards, site www.etudierLannion-tregor.com - lire ci-contre-,
etc...) sans oublier les manifestations plus ludiques comme le gala
annuel, le salon Jap & Trégor, le
raid Aventure, le festival des
langues, le festival du bruit qui court
et, bien entendu, la coupe robotique
du Trégor...
Alors que les premiers diplômés de
la spécialité d’ingénieurs par alternance en Informatique multimédia
et réseaux sortent cette année,
l’Enssat vient de créer un dispositif
“ d’entreprise partenaire ” dans
lequel s’insère déjà plus d’une vingtaine d’entreprises et un autre baptisé “ Passeport Avenir ”, composé
d’une dizaine d’élèves visant à
favoriser l’initiative vers les études
longues dans les milieux peu favorisés. Autre nouveauté avec le
Master en photonique désormais
unique sur la Bretagne en partenariat avec Télécom Bretagne, l’Insa
de Rennes, l’Enib et l’Ubo de Brest.
“ Cette nouvelle unité regroupe une
vingtaine d’étudiants qui travaille en
visio-conférence. Seuls Rennes et
Paris ont cette installation et
l’Enssat sera équipé en second trimestre 2013 ” qui se félicite des
conditions d’accueil des étudiants
dans notre ville à taille humaine, au
cœur de la technopole Anticipa et
du pôle Images et Réseaux.
Alors que le lycée Félix-Le-Dantec a
décidé de réorganiser, en accord
avec la Ville, une fête lycéenne aux
Ursulines malgré les débordements
de l’an dernier et que le Carré
Magique a purement enlevé de sa
programmation le projet “ Carré
Décalé ” tutoré avec l’IUT - une soirée techno, organisée par les étudiants d’info-com - Jean-Christophe
Pettier, directeur de l’Enssat et
Christian Marquet, maire de
Lannion, ont tenu à mettre en garde
les étudiants de première année sur
les “ activités hors des études ”... Si
le directeur de l’Enssat a précisé
qu’il existait une association étudiante “ pilote ” pour organiser les
fêtes en lien avec la Ville “ qui n’a
pas eu à souffrir des débordements
des élèves de l’Enssat ”, le maire a,
quant a lui, longuement épilogué sur
les dangers rencontrés lors de soirées bien arrosées.
“ Je ne voudrais pas vous gâcher
votre rentrée mais, pour un maire, il
est difficile d’être appelé à 3 h du
matin pour aller constater des faits,
parfois des drames qui se sont passés en ville. Je crois en la fête.
Lannion est un lieu de festivités. J’ai
aussi fait des études et j’ai aussi fait
la fête. Ceci étant, je souhaite que
les fêtes soient organisées et
qu’elles se tiennent dans un milieu
convivial. Nous avons connu
quelques drames sur Lannion...
Faites des fêtes qui soient agréables
et qui se finissent bien ” a-t-il
déclaré, avec émotion, en pensant
sans aucun doute aux deux étudiants qui ont perdu la vie tout en
rappelant que la Ville est une des
villes de Bretagne voire de France
qui compte le plus d’associations
(plus de 300 !) par rapport au nombre de ses habitants et qu’elle posséde des équipements sportifs de
haut niveaux comme l’espace sportif de Park Névez, la stade Miche
Condom, la piscine, la prochain complexe de tennis ainsi que des infrastructures culturelles confortables
comme le Carré Magique.
Un site web
pour étudiants
Depuis 2010, l’agglo travaille en lien
étroit avec ces établissements en vue
de définir une identité commune du
pôle universitaire lannionnais et de
réaliser des actions de promotion et
de communication en direction des
étudiants. C’est dans ce contexte
qu’est né le tout nouveau portail web
“ Etudier à Lannion-Trégor ”. Choisir
son diplôme, son école, mais aussi
son logement, ses activités sportives
ou ses loisirs, toutes ces différentes
rubriques présentes sur le site
www.etudier-lannion-tregor.com
orientent les étudiants en un clic vers
des solutions adaptées à leurs
besoins. Un agenda permet également de trouver des idées de sorties
(concerts, spectacles, manifestations
sportives, etc...) afin de profiter pleinement de la vie étudiante à Lannion
et ses environs. Une plaquette du
même nom “ Etudier à LannionTrégor ” a été éditée pour servir de
support promotionnel et reprend les
différents établissements et formations présents sur le territoire mais
constitue surtout un document d’appel pour renvoyer vers le site internet.
en ville...
E kêr...
10
Dès l’ouverture, le Forum des associations, placé cette année sous le signe du développement durable et de l’Agenda 21, a fait le plein dans la salle des Ursulines et à la Maison des sports.
Une rentrée sous le signe
du développement durable
Agenda 21, Forum des associations “ durable ”, randonnée
chantée pour découvrir le
patrimoine et renouer le lien
avec la nature, semaine de la
mobilité pour découvrir les
déplacements alternatifs et de
nouvelles applications concernant le covoiturage comme
Mobi-Breizh, énergie verte
plein pot avec le salon
Florescence et les résultats du
concours des Maisons fleuries
au cœur du parc Sainte-Anne,
rencontre autour les économies d’énergie, information sur
la gestion différenciée des
espaces verts... Plus que
jamais, pour la rentrée,
Lannion s’est mise au vert
sous le signe du développement durable...
Si le 15e Forum des associations,
véritable vitrine du dynamisme de
la vie associative, a une nouvelle
fois déplacé la foule des grands
jours, le deuxième samedi de septembre à cause de la rentrée scolaire, dans la salle des Ursulines et
à la Maison des sports, il s’est également placé sous le signe du
développement durable pour faire
écho à la démarche d’Agenda 21
initiée par la Ville (Lire ci-contre).
Les familles venues, pour la plupart, dans une ambiance festive,
inscrire leurs enfants dans des
activités culturelles ou sportives,
parmi les 170 associations présentes, ont ainsi pu découvrir les
Si certains ont emprunté le cheminement piéton en répondant au Quizz sur le développement durable, d’autres ont essayé les vélos électriques...
déplacements doux en se déplaçant entre les deux sites en vélos à
assistance électrique, en empruntant la navette gratuite (Navéo) ou à
pied à travers un cheminement piéton ludique (jalonné au sol par les
pas d’un ours blanc... Bbbrrrr !!!!
Gare au grizzly bear !) qui proposait
de rejoindre Park Névez en partant
des Ursulines en répondant à un
grand Quizz sur le développement
durable. Outre ce jeu de piste qui a
permis aux plus futés de gagner
des lots, le bar s’était mis aux gobelets réutilisables et le restaurant
proposait aux exposants des
menus estampillés “ bios ” ou “ circuits courts ”.
Une occasion également pour les
visiteurs de découvrir les nombreuses associations d’action
sociale, caritative, de prévention,
de santé ou de défense des droits,
le stand « transports » de Lannion
Trégor Agglomération et de nombreux services municipaux (démocratie de proximité, Roulez jeunesse-politique éducative locale,
vie éducative et sportive, médiathèque, police municipale), réunis
sur le « Village des collectivités ».
Un grand marché associatif qui a,
une nouvelle fois, ouvert le bal des
manifestations de l’année avant les
Journées du Patrimoine qui ont permises, l’espace d’un week-end, à
tout un chacun de découvrir ou de
redécouvrir le Lannion d’hier et
d’aujourd’hui à travers des visites
guidées de l’Arssat (le vieux
Lannion, le circuit de la charité et de
l’hospitalité avec la création de l’hôpital de Lannion et de la première
cantine scolaire en 1844... La première au monde !), la bal(l)ade de
Diseurs de mot qui nous ont rappelé
Succès de la randonnée chantée à Buhulien et de la visité guidée sur la charité et l’hospitalité à Lannion...
les vrais noms des rues et l’emplacement de la prison, l’exposition à
livre ouvert des archives municipales et de la médiathèque, la randonnée chantée de Buhulien qui a
remporté un franc succès, le
Lannion photogénique d’Hadrien
Simeray au centre Saint-Elivet.
Sans oublier les côtes ciselées, les
rivages pointilleux, et surtout ce
petit blockhaus rose, peints à la
loupe par Jacquot qu’on a rejoint à
bord d’une Jeep américaine à
défaut de la Chrysler Rose de
Dashiell Hedayat qu’on n’a malheureusement pas retrouvée parmi les
vieilles idoles rutilantes et bien
chromées parquées sur le parking
d’Aiguillon pour nous emmener
dans des balades beaucoup moins
écologiques... Voitures d’époque
obligent ! Un coup de gong final à
ces très belles Journées du patrimoine avant la Semaine de la mobilité, la ludofête, le Salon
Florescence et les résultats du
concours des Maisons fleuries au
cœur du parc Sainte-Anne où des
responsables des Lions clubs du
district Ouest, réunis en congrès
d’automne au Carré Magique ont
planté
symboliquement
un
Liquidambar styraciflua de 3,50 m.
Un arbre, bien solide, d’origine québécoise qui offre, paraît-il, un spectacle superbe en automne quand le
feuillage vert tendre s'éclaire de
teintes or, orangée et cuivrée, et qui
devrait atteindre les 20 m !
Lire également
page 2 et page 11
Agenda 21
Depuis 2009, la Ville de
Lannion s’est engagée dans
une démarche d’élaboration
d'un Agenda 21, qui a pour but
de doter la ville d’un programme d’actions en faveur du
développement durable. Cet
outil a vocation à s'inscrire sur
deux plans : un volet interne, au
sein des services de la mairie et
un volet externe en direction de
tous les citoyens du territoire de
la commune.
Il implique un travail d'élaboration collectif et participatif, afin
d'être partagé et approprié par
le plus grand nombre.
Le volet interne de l'agenda 21
est maintenant en phase opérationnelle et afin de démarrer le
volet externe, la Ville a saisi
l’opportunité du Forum des
associations pour amorcer la
phase de diagnostic partagé.
Afin de connaître l’avis et les
pratiques des associations et
du grand public, un questionnaire, que vous retrouvez ici
dans nos pages centrales, a été
distribué lors du forum.
Ce questionnaire est à remplir et à ramener à l’accueil
de la mairie. On espère un
grand nombre de réponses.
Merci d’avance !
en ville...
E kêr...
11
MobiBreizh
Remise des prix du concours des Maisons fleuries, belles plantes et manège d’antan dans la cadre magnifique du parc Sainte-Anne !
Florescence, Concours des Maisons fleuries...
Surtout avoir la main verte
En attendant le verdict du jury qui
est passé au mois de juillet dernier
et qui doit statuer sur le maintien ou
non de nos quatre belles fleurs,
Lannion s’est une nouvelle fois
mise au vert dans le parc SainteAnne en accueillant durant deux
jours lors du salon Florescence
près de 5 000 visiteurs qui ont pu,
entre autres, découvrir de belles
plantes, des décos de jardins bien
sympas, des actions concernant la
biodiversité (nichoirs en osier,
etc...) mais aussi des outils bios
comme la “ bio-bêche ” qui permet
de travailler la terre sans la retourner afin de garder l’équilibre de son
jardin. Une belle occasion pour la
Ville de remettre, en pleine nature
au cœur même de notre cité, les
lauriers aux 100 lauréats du
concours des Jardins et des
Maisons fleuries 2012 qui ont, une
nouvelle fois, participé à l’embellissement de notre cadre de vi(ll)e en
mettant l’accent sur l’environnement
à l’heure du zéro phyto !
Si personne n’a démérité, loin s’en
faut, certains se sont distingués plus
que d’autres. A l’instar de Robert
Pinson, maillot vert devant Gérard
Le Coz et Eugénie Menou dans la
catégorie jardin, Alain Calvez en
tête devant Marie-France Brignou et
Marie-Annick Soulimant dans la
catégorie parc ou encore Serge Le
Maréchal, encore premier prix dans
la catégorie façade devant Jeannine
Verlay et René Jacob. Des indétrônables qu’on retrouve en partie classés dans la catégorie jardin au naturel...
Sans oublier Marie-Françoise
Brochec, qui seule en lice dans la
catégorie commerce fleuri, a su
redonner ses blasons et ses cou-
leurs naturelles au bar des
Chasseurs de la Ville Blanche...
Une belle distinction qui mérite au
moins des fleurs et un... pot !
Goût et saveurs
Le coin idée... halles !
Quoi de mieux que les halles pour
présenter les ateliers culinaires de
la Cité du goût et des saveurs de la
chambre de métiers ? Rien. Surtout
avec un mot d’ordre bien gourmand
“ Régalez-vous ” et un menu bien
alléchant concocté, avec minutie et
pédagogie, par Marc Briand,
consultant culinaire de Trébeurden,
Sandrine Primard du restaurant La
Flambée et Thierry Fegar, de la cité
du goût de Ploufragan, qui ont épluché, ciselé, haché, émincé, taillé,
mélangé à tour de bras, quatre
heures durant, pour nous faire
découvrir leurs quatre recettes et
montrer leur savoir-faire avant de
nous faire goûter leurs mets bien
appétissants. Une opération gourmandise, organisée par la chambre
de métiers, la CCI, Lannion Cœur
de Ville et la Ville, qui a séduit bon
nombre d’habitués des halles, des
curieux et des cuisiniers en herbe,
qui ont pu se lécher les babines en
dégustant quelques morceaux bien
goûteux de filet de canette à la
vanille, fenouil et kumquat/pistache,
des bribes de tartare de thon taillé
au couteau au citron vert et au soja,
un savoureux bouillon-effeuillé de
lieu-tagliatelles de galette à l’andouille avant de finir en beauté par
un délicat chocolat liégeois.
Un avant-goût au parcours gourmand qu’on retrouve dans le cata-
logue 2012-2013 de la cité du goût
qui propose pas moins de 68 ateliers
culinaires de trois heures, basés sur
la cuisine de tous les jours (finis les
stages “ foie gras ” !), sous la houlette de 44 chefs de cuisine (cuisiniers, poissonniers, charcutiers,
pâtissier, boulangers, etc...) répartis
sur l’ensemble de notre territoire.
Des ateliers ouverts à tous, même
aux ados de 12 à 16 ans, qui se
déroulent à Ploufragan, à Dinan et à
Lannion au sein du lycée hôtelier StJoseph et qui font de plus en plus
recette auprès des amateurs de
bonne cuisine ( 2 000 personnes sur
le département, 200 à 250 sur
Lannion !). Un concept qui s’exporte
d’ailleurs en dehors de notre département. “ Une cité du goût va s’ouvrir
à Quimper et sur l’île de la Réunion.
Nous visons 6-7 départements et la
région parisienne pour créer une
association nationale/ Dom-Tom ”
souligne Louison Noël, président de
la chambre de métiers, qui “ tenait
beaucoup à présenter le nouveau
catalogue dans les halles, au cœur
de la ville qui a besoin d’être redynamisée et ainsi renforcer son soutien
aux métiers de bouche lannionnais ”.
Un beau coup d’éclairage qui a
réjoui les commerçants des halles
qui ont également réalisé quelques
belles mises en bouche pour l’apéro
offert par la mairie.
Belles démonstrations culinaires devant les halles où les élus et les
responsables de l’opération se sont mis au fourneau le temps d’une photo.
Lannion-Trégor Agglomération
expérimente actuellement une
nouvelle application pour smartphones (iphone / androïd) permettant de faciliter la mobilité
des habitants pour leur trajet
domicile-travail grâce à une
solution de covoiturage dynamique créée par la jeune start-up
Lannionnaise Haploid.
C’est dans le cadre d’un appel à
projet du Pôle de compétitivité
Images & Réseaux que les deux
sociétés bretonnes Roulez Malin
(société de covoiturage à Brest) et
Haploid (société éditrice d’applications pour smartphones et tablettes
à Lannion), se sont associées pour
proposer une solution de covoiturage performante et innovante :
MobiBreizh.
Aujourd’hui, pour covoiturer, il
existe des applications mobiles
mais elles nécessitent la plupart du
temps une organisation fastidieuse
(prise de contact entre covoitureurs, demandes de confirmation,
annulation…). Celles-ci répondent
à des attentes de trajets occasionnels mais ne permettent pas de
partager son trajet quotidien domicile-travail. L’objectif de MobiBreizh
est de tirer profit des terminaux
mobiles en proposant une solution
de covoiturage dynamique, permettant une mise en relation spontanée et instantanée. Cette application permet de créer un lien immédiat et personnel entre les utilisateurs. En proposant un tableau de
bord simple et rapide listant l’ensemble des trajets de la semaine,
MobiBreizh s’adresse à tous,
adeptes ou non du covoiturage.
« MobiBreizh est la première application dédiée au covoiturage domicile-travail. Compte tenu de notre
implantation à Lannion, il était naturel de proposer à Lannion Trégor
Agglomération d’expérimenter la
solution en avant-première »
explique Antoine Cabot, fondateur
d’Haploid. Pour toutes ces bonnes
raisons et dans le cadre de la mise
en oeuvre de son plan de déplacements, l’agglo a décidé d’expérimenter l’application à l’échelle de
son territoire.
Aujourd’hui, la mobilité est un enjeu
pour l’emploi et par conséquent
pour le développement du territoire.
Pour tester gratuitement l’application Mobibreizh, rendez-vous sur
www.mobibreizh.com.
CULTURE(S)
SEVANADUR(S)
12
Vagabondages, itinérances et bonne humeur de Bégard à Trévou-Tréguignec en passant par Lannion avec la tribu Galapiat, l’Idéal Club et notre enchanteur finlandais Jani Nuutinen !
Saison 2012 - 2013 au Carré Magique
Territoire et... humeur vagabonde !
La carte et le territoire. Encore et
toujours. Avec ses cartes bien en
main, le Carré Magique défend toujours son territoire, et plus réaliste
que jamais, veut être un interlocuteur dans les réflexions de notre
temps. Des réflexions pour des
changements ou des métamorphoses à venir qu’on retrouvera certainement au fil la la programmation
de la saison 2012-2013. Philippe Le
Gall s’y engage d’emblée dès son
édito en nous rappelant que si on
est “ à la croisée des chemins tant
sur le plan économique avec la
crise qui s’amplifie, que sur le plan
politique avec la réforme des collectivités territoriales... La culture est
bien une priorité au même titre que
l’éducation et la santé. Un bien
commun qui échappe aux lois du
marché et qui apporte aux gens,
comme le prouvent les succès des
festivals d’été et auparavant des
saisons culturelles, un supplément
de sens à une réalité des plus
oppressantes ”. Un engagement
serein et réaliste, de tous les instants, pour contribuer à un mieux
être ensemble, pour agir, partager,
enthousiasmer tout en réfléchissant
sur l’attractivité de notre territoire où
le Carré Magique, loin d’être à bout
de souffle, semble prendre de plus
en plus ses marques comme il l’a
montré d’emblée, en début de saison, en installant en résidence,
deux mois durant à Bégard, au sein
de la Fondation Bon Sauveur, les
caravanes et les chapiteaux de la
tribu Galapiat qui a offert sur un plateau, outre quatre représentations
du spectacle “ Risque Zéro ”, de
nombreux rendez-vous entre ateliers, exposition, bal, rencontres...
Cirques à tous les étages. Un beau
voyage à la croisée des cirques qui
a, en quelque sorte, donné le ton de
cette saison de plus en plus en
vagabondage. Des vagabondages
heureux pour des spectacles d’humeur vagabonde ou l’imaginaire et
l’imagination seront une nouvelle
fois au pouvoir !
A l’image des deux créations circassiennes dont les premières auront
lieu à Lannion. : “ Terrier ” de
Nedjma Benchaïb (9 et 10 novembre) et surtout “ Hirisinn ” de la compagnie Le P’tit Cirk (7, 8 et 9
février), “ notre petite compagnie lannionnaise ”, qui nous proposera une
quatrième création dans un chapiteau reconfiguré pour un nouvel univers de cirque.
Sans oublier les autres habitués de
nos terres trégorroises, les brillants
artistes toujours sur un fil de la compagnie Les Colporteurs d’Antoine
Rigot (“ Le fil sous la neige ”, “ Sur la
route ”, “ Les étoiles ” ) qui nous proposerons une création d’envergure
“ Le bal des Intouchables ” (8, 9, 10
et 11 mai), à la fois énergique et
intime, sur fond d’univers de Francis
Bacon, en mixant différentes disciplines du cirque, de l’acrobatie au
sol, du trapèze, du mât chinois, de
l’humour noir , de la musique, et bien
sûr, du fil, très haut !
Du cirque à tous les étages avec
également “ Circuits fermés ” de la
Cie Defracto (18 et 19 octobre), “ La
curiosité des Anges ” de la Cie
l’Entreprise (29 et 30 novembre),
“ Sinué ” de la Cie Feria Musica (14
et 15 mars), “ Trippo ” du Circo
Aereo (Finlande), le 19, 20 et 21
mars, “ Les beaux orages ” du collectif Petit Travers (9 et 10 avril),
Nicolas Repac et Arthur H, chercheurs de pépites et de mots noirs en or...
“ La Quincaillerie Lamoureux ” de la
Cie Max et Maurice (12 mai), et le
monde fantasmagorique de notre
lutin finlandais, l’enchanteur Jani
Nuutinen, du Circo Aereo, qu’on
retrouvera, avec grand plaisir, en fin
de saison (29, 30, 31 mai et 1er juin),
dans sa “ Trilogie cirque d’objets ”
qui nous plongera, à travers ses
spectacles sous trois chapiteaux différents, dans son monde bien extraordinaire. Une pérégrination féérique
de trois heures avec entresort culinaire qui aura lieu sur la plage de
Trestel
à
Trévou-Tréguignec.
Attention au sable show, aux crabes
et à la marée haute !...
80 représentations pour une quarantaine de spectacles. Du cirque
certes. Mais aussi de nombreuses
autres disciplines.
De la musique avec le jazz vocal de
Malia (13 octobre), l’ensemble Le
Baroque Nomade (27 octobre),
Anne Queffélec (15 janvier), le
métissage du pianiste cubain Omar
Sosa accompagné de Plaza Mayor
(2 avril), le feeling jazz d’Eric
Legnini versus Pierrick Pédron (16
mai)... De la chanson intime avec la
“ Memory ” des années 80 de
Vincent Delerm (16 février)...
De l’électro-blues tomwaitien avec
les pépites et les mots noirs d’Arthur
H et de Nicolas Repac, véritables
chercheurs d’or d’un ouest terne aux
accents créoles...
Du théâtre souvent grave (ne cherchez pas docteur, c’est la tête !) avec
“ Al Liorzhour ” du Teatr Piba (15 et
16 novembre), “ La chute de la maison Usher ” d’Edgar Allan Poe (22
novembre), “ Britannicus ” de
Racine par le Théâtre de la
Bardane (5 et 6 décembre), les
marionnettes polaires d’ “ Artik ” de
la Cie Tro-Héol en expédition périlleuse sur la banquise (10 et 11 janvier), l’ “ Hôtel Palestine ” de Falk
Richter et la la Cie 13/10e en UT (19
février) qui nous plongera dans l’univers de la guerre d’Irak,
“ Contradictions ” de Mélanie Leray
/ Théâtre des Lucioles (12 mars)
sur les réalités souvent rugueuses
du nouveau monde de l’entreprise..
De la danse avec “ Nour ” du GDRA
(22 janvier), avec “ Masculines” du
Centre chorégraphique de Caen
(31 janvier), “ Sheep ” de Mohamed
El Khalib/ Collectif Zuirlib (28
mars)... Du cinéma avec “ Ali Baba
“ Hirisinn ”, nouvelle création lannionnaise de la compagnie Le P’tit Cirk.
et les 40 voleurs ”, film muet de la
Cie La Cordonnerie avec B.O en
direct-live (22 décembre) et surtout
“ Courtoujours 7 ”, la belle soirée
courts métrages du 25 janvier...
De l’humour et de la rigolade avec
Sophia Aram (pas pour elle !) qui
nous promet une “ Crise de foi ” fantastique avant de s’prendre une
grosse bûche de Noël (22 décembre)...
Du second, du deuxième, du troisième et du quatrième degré, avec
entre autres, “ ô Carmen ” l’opéra
clownesque de l’Incroyable compagnie et surtout d’ Olivier MartinSalvan, qu’on a découvert l’an dernier dans l’excellent opéra loufoque
“ Le Gros, la Vache et le Mainate ”,
mise en scène par Bernard Menez
qu’on continue d’ailleurs de jouer à
Paris. Ou encore la folie furieuse et
le challenge loufoque, entre Jacques
Tati, les Monty Python et Tex Avery
de “ l’Idéal Club ” de la Cie 26 000
Couverts qui dressera la table,
durant 2 h 40, dans la salle des
Ursulines (16 et 17 avril) avec une
belle affiche inspirée du célèbre
“ Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club
Band ” des Beatles.
20 ans. De belles soirées en perspective sans oublier, bien entendu,
les six conférences du groupe
Rencontres, et le rendez-vous
annuel “ Il fait un temps de poème ”
d’Yvon Le Men qui fêtera ses 20 ans
au mois de mars dans le cadre du
festival “ Les Hivernales ” avec une
programmation dont fait déjà partie
Arthur H mais qui sera dévoilée
dans sa totalité au début de l’année.
Record
d’abonnés !
Avec une progression exponentielle
de son nombre d’abonnés - (1 940
contre 1 766 en 2010/2011 et 1 575
en 2009/2010) soit une progression
9,9 % en un an et de 995 depuis
2005/2006, 32 000 spectateurs qui
ont assisté à 97 manifestations pour
49 spectacles, 88,6 % de taux de
remplissage hors festival, le Carré
Magique, Pôle national des Arts du
Cirque en Bretagne, conforte son
image locale et territoriale en drainant chaque année de plus en plus
de fidèles. “ Cette évolution est
importante, elle traduit à la fois une
confiance, une fidélité, et également
une ouverture à des publics plus différenciés, notamment les lycéens
qui s’abonnent de plus en plus audelà de l’abonnement scolaire
contingenté. C’est un point extrêmement positif car le jeune spectateur
est essentiel pour la pérennité de
nos actions. On note d’ailleurs une
évolution sensible, de 16 % des
abonnés en 2007, les moins de 20
ans en représentent aujourd’hui 35 ”
se félicite Philippe Le Gall, directeur,
qui précise que les femmes sont toujours majoritaires (59 %) et que le
public est composé de 40 % de
Lannionnais. Deux nouveautés à
l’affiche cette année : la nouvelle
salle de 200 m2 au sous-sol, au service de la création et de la pratique
artistique, et la possibilité d’acheter
ses places via internet.
Informations et réservations au
02.96.37.19.20, par mail à Accueil
@carre-magique.com et sur le site
www.carre-magique.com
CULTURE(S)
SEVANADUR(S)
13
La médiathèque
à l’heure
médiévale
Philippe Guionie - Higuerote, Venezuela 2009.
Philippe Guionie - San Basilio de Palenque, Colombie, 2009.
Du 13 octobre au 24 novembre à l’Imagerie
Philippe Guionie “ Africa-America ”
L'Imagerie accueille du 14
octobre au 24 novembre l’exposition de Philippe Guionie
“ Africa, America ”... Un
voyage en noir et blanc
construit autour de portraits
photographiques qui interrogent les traces contemporaines de l’africanité chez les
diasporas noires des Andes.
Nous connaissons les influences
africaines au Brésil et dans les
Caraïbes, mais que savons-nous
de la présence de populations
noires dans la partie andine du
continent sud-américain ?
“ Africa-America ” est une itinérance construite autour de portraits photographiques qui interrogent les traces contemporaines
de l’africanité chez les diasporas
noires des Andes. En effet, à partir du XVIe siècle, l’économie de
plantation en Amérique espagnole s’est développée sur les
côtes atlantique et pacifique avec
l’importation massive d’esclaves
venus des côtes africaines.
Aujourd’hui, ces populations
noires, afrodescendantes vivent
un tournant historique exprimant
publiquement leurs cultures plurielles, syncrétisme original entre
influences indigènes, colonisation
espagnole et racines africaines
avec la volonté affirmée de trouver leur place dans des États où
elles restent largement minoritaires. À des degrés divers, elles
sont toutes à la recherche de
leurs racines africaines qu’elles
connaissent peu ou pas.
Après plus de 10 ans de voyages
en Afrique de l'ouest et en Afrique
centrale en compagnie des derniers
tirailleurs
sénégalais,
Guionie a réalisé en 2009 quatre
résidences
en
Colombie,
Vénézuéla, Equateur et Pérou y
poursuivant ses recherches sur la
mémoire
partagée
et
les
constructions identitaires qui lui
firent obtenir le Prix Roger Pic
2008.
Philippe Guionie, toulousain, historien de formation revendique
une photographie sociale et documentaire et associe souvent photographie et enregistrements
sonores.
La série “ Africa-America ” vient
d'être publiée par les éditions
Diaphane.
« Africa-America ” de Philippe
Guionie. - Du 14 octobre au 24
novembre, du mardi au samedi,
de 15 h à 18 h 30 ; le jeudi, de 10
h à 12 h et de 15 h à 18 h 30, à
L'Imagerie, 19, rue Jean Savidan.
Tel : 02.96.46.57.25.
[email protected] fr
www.imagerie-lannion.com/
Philippe Guionie - Diaz Banguero Deicy - Colombie 2009.
Du 17 novembre au 19 janvier à la Chapelle des Ursulines
Dom JY Pajot “ Ego et
origine(s) de mes mondes ”
Transformation, déformation, figuration et défiguration sont les
lignes de formes et de forces
pariétales de Dom JY Pajot. Un
pluriel singulier. Un solitaire avec
ses plusieurs dans une exposition
où le spectateur part (ou pas) en
plongée dans l’intimité, dans un
utérus géant, vers un champ
d’ovules de la création. Avec ces
synapses-utérines, le spectateur
devient voyeur de l’intime pour
appréhender les tableaux de la
série « rupestre d’aujourd’hui » et
de nombreux autoportraits. De la
mémoire artistique des grottes à
la figuration abstraite de ses
toiles, Dom JY Pajot explore des
Los indignados - 2012.
temps et des espaces avec des
univers (multivers) qui nous « cordent » à des origines au passé
composé de futurs. La matière et
les formes naissent de fulgurances et de colères face à l’état
du monde. Une révolte qui se
manifeste dans une explosion
pastellisée, acryliquée, huilée
avec de nouvelles lignes-signes
nées de « ce ciment fécond des
os, socle secret des créations et
des re-créations » (Chamoiseau,
Le vieil homme esclave et le
molosse). Des racines du passé
pour des radicelles de demain.
Ou pas...
Dom JY Pajot “ Ego et origine(s)
de mes mondes ”. - Exposition
picturale et installations, du 17
novembre au 19 janvier, dans la
chapelle des Ursulines.
Oyez braves gens ! L’espace d’un
mois, jusqu’au 27 octobre de l’an
de grâce 2012, la médiathèque
vous propose de remonter le
temps. De retrouver les messires,
les damoiseaux et les damoiselles,
les écuyers, les serfs, les vilains,
les bons et les affreux chevaliers à
travers une belle chevauchée fantastique au cœur du Moyen Age.
Un beau retour chevaleresque vers
le futur et une épopée pittoresque
qui vous ramènera à l’époque de
Jacquouille La Fripouille et de
Godefroy de Montmirail à travers
une grande exposition “ vivante ”
qui vous fera découvrir la vie quotidienne au Moyen Age au cœur
même de la chapelle Sainte-Anne
transformée en village, en champs
de bataille et en château fort où un
preux chevalier au camail étincelant, au heaume hautain et à l’épée
bien aiguisée, vous plongera, une
dernière fois, samedi 27 octobre à
11 h, dans les contes et légendes
de l’époque qu’on n’a pas encore
mis aux oubliettes. A l’instar de
cette dame Carcas qui mit en échec
Charlemagne après un siège de 5
ans en précipitant un porc depuis la
plus haute tour de la Cité au pied
des
remparts
extérieurs.
Charlemagne et ses hommes,
croyant que la Cité débordait
encore de vivres au point de gaspiller un porc, leva le siège. Voyant
l'armée quitter la plaine, Dame
Carcas décida de faire sonner
toutes les cloches de la ville. Un
des hommes de Charlemagne
s'écria alors “ Carcas sonne ! ”,
d'où le nom de la Cité. Des histoires
pluriel et extravagantes parmi tant
d’autres que vous retrouverez,
après les conférences sur “ La
musique sacrée au Moyen Age ” et
“ l’herboristerie médiévale ”, les ateliers d’enluminure, dans les nombreux livres et BD de la médiathèque, les contes des “ Chevaliers
de la Table ronde ” , mercredi 17
octobre à 15 h 30, la conférence
“ Du Péplum au mythe Arthurien ”,
samedi 20 octobre à 14 h 30, les
contes de Sagesse Médiévaux
accompagnés à la vielle à roue,
mercredi 24 à 15 h 30 ou encore le
concert de musique médiévale
“ Laudes et Cantigas : musiques du
XIIIe siècle ”, qui refermera les
portes du temps, samedi 27 octobre
à 15 h.
Renseignements à la médiathèque
au 02.96.37.68.09. www.lannion.fr
AGENDA#
DEiziataer#
Vendredi 9 et samedi
10 novembre
Terrier ou les
bienfaits de
l’ignorance
14
Vendredi 9 novembre
Samedi 17 novembre
Trashbug &
Copine Connie
Le rock des
années 80 et
90 (1983 - 2000)
Electro-punk
Pixie à 21 h.
Nedjma Nenchaïb
Compagnie Cabas
67 Ha
Histoire du rock No 6
Conférence de Christophe
Brault en partenariat avec la
médiathèque de Lannion
Chanson du monde
Pixie à 20 h 30.
Samedi 10 novembre
Carré Magique. Vendredi 9
à 20 h 30 et samedi 10 à 20 h.
Pixie à 21 h.
Jeudi 29 et vendredi
30 novembre
Expositions
Jusqu’au 27 octobre
Les curiosités
des anges
Le Moyen Age
François Cervantès
Compagnie L’entreprise
Médiathèque.
Carré Magique. Jeudi 29
à 20 h 30 et vendredi 30 à 20 h.
Jusqu’au 8 novembre
La cité d’Ys
Théâtre
Contes et conférences
les 1er, 2, 3 et 4 novembre.
Jeudi 15, et vendredi
16 novembre
Château de Kergrist.
chateaudekergrist.com
Al Liorzhour
Teatr Piba
Jusqu’au 24 novembre
Philippe Guionie
Africa-America
Imagerie.
Jusqu’au 14 décembre
Hadrien Simeray
Mon Lannion
Centre Saint-Elivet.
Du 17 novembre
au 18 janvier
Dom Jy Pajot
Ego et origine(s)
de mes mondes
Carré Magique. Jeudi 15 à 10 h
et 14 h 30. Vendredi 16 à 10 h
et 19 h 30.
Jeudi 22 novembre
Le chute de la
Maison Usher
Edgar Allan Poe
Compagnie
Carré Magique à 20 h 30.
Mercredi 5 et jeudi
6 décembre
Britannicus
Jean Racine
Théâtre de La Bardane
Carré Magique. Mercredi 5 à 20
h 30 et jeudi 6 à 20 h.
Chapelle des Ursulines.
Cirque
Cinéma
Jeudi 18 et vendredi
19 octobre
Lundi 10, mardi 11,
jeudi 13 et vendredi
14 décembre
Circuits fermés
Compagnie Defracto
Carré Magique. Jeudi 18 à 14 h
30 (séance scolaire) et vendredi
19 à 20 h 30.
Ali Baba et les
40 voleur
Compagnie La Cordonnerie
Carré Magique.
Vendredi 16 novembre
Musiques
Du 13 au 28 octobre
Festival de
Lanvellec
et du Trégor
Folies Universelles
Pour sa 26e édition, le Festival de
musique ancienne de Lanvellec et
du Trégor invite le public à partager trois week-ends de « folies
universelles » sur l’”ensemble de
notre territoire ! Présentation de
cinq créations originales inédites !
Rencontres internationales de
musique ancienne en Trégor
(RIMAT),
centre
culturel
Steredenn à Lanvellec. 02 96 35
14 14. www.festival-lanvellec.fr
Mercredi 17 octobre
Humfrey
La Compagnie Animal 2 propose
un spectacle pour marionnettes,
piano et contrebasse.
Pixie à 21 h.
Musique irlandaise
Pixie à 21 h.
Samedi 30 novembre
Corbeaux &
Volte-Face
Post-rock/ électro
Pixie à 21 h.
Danse
Mardi 20 novembre
Corps de walk
Sharon Eyal & Gai Behar
Compagnie Carte Blanche
La Passerelle à Saint-Brieuc
à 20 h 30. Voyage en car (participation de 5€ par personne) ou
covoiturage (rendez-vous sur le
site et le facebook du Carré
Magique).
Samedi 27 octobre
Humour
Eloge de la folie
Samedi 22 décembre
Ensemble Le Baroque
Nomade, sous la diurection
de Jean-Christophe Frisch
Dans le cadre d e la 26e édition du
festival de musique ancienne de
Lanvellec et du Trégor.
Carré Magique à 20 h 30.
Sophia Aram
Crise de foi
Carré Magique à 20 h 30.
Contes
Mercredi 24 octobre
Samedi 27 octobre
Etenesh Wassié
& Matthieu
Sourisseau
Ethio Jazz
Le répertoire éthiopien est revisité par des mélodies rock,
noise voir punk qui révèlent par
leur décalage l'essence de cette
musique.
Pixie à 21 h.
Samedi 27 octobre
Laudes et Cantigas
Musiques du XIIIe
siècle
Concert de musique
médiévale.
“ Sur la toise ”. Route de Perros, Lannion Servel © Hadrtien Simeray.
Dylan Gully’s
Irish Clarinet
Quartet
Médiathèque, à 15 h,
dans la salle du chapitre.
Contes de Sagesse
Médiévaux
Contes pour enfants avec
Corinne Henry, conteuse,
accompagnée par Ingrid
Bladsco à la vielle à roue.
Médiathèque, à 15 h 30,
salle du chapitre.
Conférences
Samedi 20 octobre
Du pléplum au
mythe Arthurien
Les films de chevalerie et la
légende du roi Arthur au
cinéma par C. Champclaux.
Médiathèque, à 14 h 30 (durée
2 h), salle du chapitre.
Divers
Salon
de l’habitat
Samedi 20 et dimanche 21
octobre, salle des Ursulines.
Outre le salon proprement dit, le
Point Information Habitat qui se
délocalise salle des Ursulines,
l’agglo vous propose durant ces
deux jours, de 14 h à 18 h, d’ouvrir les portes des Maisons évolutives et intelligentes du pôle
Phoenix à Pleumeur-Bodou.
La petite
chambre
Histoire de cœur entre deux
êtres face à l’inacceptable. Les
Pompes funèbres générales, en
partenariat avec l’association
JALMALV vous invitent à la projection de ce film qui sera suivi
d’un échange sur différents
thèmes. Mercredi 24 octobre, à
20 h, au cinéma Les Baladins.
Faite de la
soupe 2012
Mercredi 7 novembre, sous
chapiteau, rue Michel Gérard,
dans le quartier d'Ar Santé.
Rendez-vous dès 9 h pour préparer la soupe commune qui
sera dégustée à midi. Se munir
d'un bol et d'une cuillère.
Participation d'un euro.
Après-midi ludique et remise des
prix des meilleures soupes en fin
de journée. Inscriptions avant le
31 octobre au centre social de
Lannion, 29 bd d'armor. Tel : 02.
96.48.75.08.
Conseils
de quartier
Après le conseil de quartier de
Saint-Hugeon/ Le
Rusquet/
Pouldiguy / Petit Camp qui s'est
réuni le 27 septembre dernier,
celui de Saint-Marc/ Ar Santé/
Les Fontaines aura lieu le jeudi
8 novembre à 20 h (lieu non
encore défini), celui de Ker Uhel
/ Kerligonan/ Le Rhu, le mardi 20
novembre, à 20 h, dans l’espace
habitants de Ker Uhel, celui de
Loguivy, le vendredi 7 décembre
à 18 h 30, dans l’ancienne mairie annexe et celui de Servel/
Beg Léguer, le vendredi 14
décembre, à 20 h 30, dans l’
ancienne école de Beg Léguer.
INFO MAIRIE”
titour ti-kêr”
Le maire et ses adjoints
Christian Marquet
Maire de Lannion
Reçoit sur rendez-vous au 02.96.46.64.31.
[email protected]
Paul Le Bihan
Finances - Personnel
Permanence sur rendez-vous.
[email protected]
Isabelle Metayer
Urbanisme et Requalification urbaine
Permanence sur rendez-vous.
[email protected]
Services
Hôtel de Ville
Place du Général Leclerc.
Heures d’ouverture des
services municipaux :
8 h à 12 h et 13 h 30 à 17 h 30.
17 h le vendredi.
Standard de la mairie :
02.96.46.64.22.
Secrétariat du maire et des
adjoints : 02.96.46.64.31.
[email protected]
www.lannion.fr
État civil
Le bureau est ouvert du lundi au
jeudi de 8 h à 12 h et de 13 h 15
à 17 h 30 (17 h le
vendredi) et le samedi de 9 h
à 12 h.
Objets trouvés
Les objets trouvés sont visibles
aux heures d’ouverture de la
mairie. En dehors de ces heures
et les jours fériés, s’adresser au
commissariat.
Ccas
Le Centre communal d’action
sociale, Espace administratif
et social de Kermaria, 11 bd
Louis Guilloux, est ouvert du
lundi au jeudi de 8 h 30 à 12 h et
de 13 h 30 à 17 h 30 ;
le vendredi de 8 h 30 à 12 h
et de 13 h 30 à 17 h.
Tel : 02.96.46.13.22.
Fax : 02.96.46.13.23
Office des retraités
CCAS de la Ville de Lannion,
Espace administratif et social de
Kermaria, 11 bd Louis Guilloux
(rez-de-chaussée à droite).
Permanences les lundis et vendredis de 13 h 30 à 16 h 30 et
les jeudis de 8 h 30
à 12 h. Tel : 02.96.46.76.83.
[email protected]
Services techniques
municipaux
11, Bd Louis Guilloux.
Tel : 02.96.46.78.20.
Urbanisme
Permis de construire et affaires
foncières. Tel : 02.96.46.78.25.
Service des eaux
et assainissement
En cas de fuite d’eau
importante ou de tout accident
de ce type concernant la voirie
et les bâtiments en dehors des
heures d’ouverture des services
techniques, 11, Bd Louis Guillou.
Vous pouvez joindre le service
d’astreinte au 02.96.37.00.07.
Affaires Culturelles
5, place des Patriotes.
Tel : 02.96. 37.99.10 ou
02.96.46.57.92 (fax).
Enfance - Jeunesse Affaires Scolaires
Espace administratif et social de
Kermaria,11, Bd Louis Guilloux.
Tel : 02.96.37.76.28.
Service des Sports - OMS
Espace administratif et social de
Kermaria11, Bd Louis Guilloux.
Tel : 02.96.37.94.85.
Salles municipales
Réservation des salles de
quartier, du complexe SavidanUrsulines, place des Patriotes.
Tel : 02.96. 46.57.92 et
02.96.37.64.56.
Ateliers municipaux
du Roudour
Rue du Parc Municipal.
Tel : 02.96.46.78.30.
Médiathèque municipale
La médiathèque est ouverte le
mardi après-midi de 14 h à 19 h,
le mercredi de 10 h à 12 h 30
et de 14 h à 18 h, le jeudi de
10 h à 12 h 30, le vendredi en
journée continue de 10 h à 18 h
et le samedi de 10 h à 12 h 30
et de 14 h à 17 h. Elle est fermée
le lundi, le mardi matin et le jeudi
après-midi. Médiathèque, 2 B rue
Kérampont, 22300 Lannion.
Tél : 02.96.37.68. 09.
Fax : 02.96. 46.15.85.
mediatheque @ville-lannion.fr
Ecole municipale
de dessin et de peinture
15, place des Patriotes.
Tel : 02.96.37.03.95.
La Ludo
La ludothèque municipale
(espace de jeux) est ouverte le
mercredi, de 10 h à 12 h et de
14 h à 17 h 30, le vendredi, de
10 h à 12 h, et le samedi de
10 h à 12 h et de 14 h à 17 h.
La Ludo, ancien foyer Thos,
rue d'Artois. Tel : 02.96.48.03.86.
[email protected]
Claudine Féjean
Affaires sociales, Personnes âgées et Handicap
Permanence le mercredi de 10 h 30 à 12 h
à l’Espace de Kermaria sans rendez-vous.
[email protected]
Denis Mer
Administration générale
et Relation avec les intercommunalités
Permanence sur rendez-vous.
[email protected]
Pierre Gouzi
Cadre de vie, Travaux, Police
Permanence le samedi de 10 h à 12 h ou sur rendez-vous.
[email protected]
Christian Hunaut
Enfance Jeunesse et Sport
Permanence le lundi de 17 h à 18 h sur rendez-vous
[email protected]
Anne Berrou
Culture et communication
Permanence sur rendez-vous.
[email protected]
Delphine Charlet
Développement durable et environnement
Permanence sur rendez-vous.
[email protected]
Patrice Kervaon
Affaires scolaires et Petite Enfance
Permanence le samedi de 11 h à 12 h sur rendez-vous.
[email protected]
Permanences municipales
Permanence municipale. Groupe UMP : Yannick Guégan, Danielle
Marec, Jean-Michel Le Gall.
Local permanent au Centre Jean Savidan à Lannion.
Permanence le vendredi de 11 h à 12 h 30 et sur rendez-vous en téléphonant au 02.96.46.40.28 (Téléphone / fax).
[email protected]
Permanence de Jean-Yves Callac
Le vendredi de 18 h à 19 h dans le local situé en sous-sol de la mairie
(entrée, place des Halles). Prendre rendez-vous au 02.96.37.78.42.
Permanence du groupe Vivre et décider à Lannion
(Jean-Jacques Monnier, Joëlle Herlidou)
Second jeudi de chaque mois, de 18 h à 19 h et sur rendez-vous, au
centre socio-culturel, 19 rue Jean Savidan (salle 251).
Contact : 06.61.67.50.83. [email protected]
15
Conseils
de quartier
Le conseil de quartier est un lieu
d'information, de discussion, de
proposition... La mairie consulte
le conseil de quartier sur les
affaires de la commune. Les
habitants demandent et donnent
des informations, transmettent
des avis, font des propositions.
Ils peuvent prendre des initiatives pour mieux vivre et améliorer la convivialité dans le quartier. Le conseil de quartier est
composé des habitants, des
acteurs économiques et sociaux,
des associations intervenant sur
le quartier. Le conseil s'organise
autour d'un bureau composé de
cinq habitants désignés, pour
une durée de deux ans, par
tirage au sort et d'un élu-référent
désigné par le conseil municipal
et membre de droit du conseil de
quartier. Huit conseils de quartier
ont été mis en place. Pour faire
partie d'un conseil, il suffit d'habiter Lannion ou d'y travailler et
d'être âgé au minimum de 16
ans.
Beg Léguer - Servel
Elu-référent : Bernard Trémulot.
Président : Jacqueline Coupier.
Buhulien
Elu-référent : Pierre Gouzi.
Président : Alain Lemercier.
Centre-ville
Elu-référent : Anne Berrou.
Président : Thérèse Le Marec.
Ker Uhel - Kerligonan Le Rhu
Elu-référent : Anne Besnier.
Président : Sébastien Pillement.
Loguivy-lès-Lannion
Elu-référent : Marc Nédélec.
Présidente : Christian Vincelet.
Rive Gauche
Elu-référent : Delphine Charlet.
Président : Didier Loustaunau.
St-Hugeon - Le Rusquet -
Pouldiguy - Petit Camp
Élu-référent : Jakez Gicquel.
Président : Henri Glaziou.
Saint-Marc - Ar-Santé Les Fontaines
Élu-référent : Denis Orjol.
Président : non pourvu.
Pour recevoir les dernières informations des conseils de quartier de
votre choix directement dans votre
boîte mail, vous pouvez vous abonner aux newsletters. Rendez-vous
dans la rubrique Démocratie locale
de notre site www.lannion.fr puis cliquez dans l'encadré « bon à savoir ».
Lannion / Lannuon
Mensuel d’information de la ville de Lannion distribué gratuitement à la population.
Directeur de la publication : Christian Marquet.
Rédaction, photos et mise en page : Pierre Iglesias. 02.96.46.64.49. [email protected]
Publicité : Jean-Christophe Cosnier. 02.96.46.16.07. [email protected]
Maquette : BeNew : 02 96 48 05 21. Photogravure et impression Impram - Cavan 02.96.54.65.46.
Tirage : 10 000 exemplaires sur papier récupéré et recyclé.
TRIBUNES LIBRES:
komzoù dieub:
16
Maintien du décret Nitrates: Attirer en ville ou dissuader ?
Le Foll (dés)espoir de la
Bretagne ?
En décidant de maintenir le
décret Nitrates, adopté par le
gouvernement précédent, le
ministre
de
l’Agriculture
Stéphane Le Foll a provoqué à
juste titre l’incompréhension et
l’effroi, tant des acteurs associatifs de l’environnement, des organisations paysannes que des collectivités bretonnes qui s’accordent à dénoncer un recul “ sans
précédent ” de l'action publique
dans la lutte contre les marées
vertes.
Pour La Bretagne, il faut abroger
ce décret. Le conseil régional de
Bretagne avait d’ailleurs pris,
avec les voix écologistes, une
position ferme par l’adoption d’un
vœu en juin 2011. Celui-ci demandait un moratoire immédiat sur le
projet de décret Nitrates et les
deux arrêtés l’accompagnant. Le
président du conseil régional,
Jean-Yves Le Drian avait également saisi les ministres en charge
de l’écologie et de l’agriculture.
Une telle contradiction entre les
paroles d’hier et les actes d’aujourd’hui est injustifiable.
Isabelle Métayer
pour le groupe
Europe
Ecologie Les Verts
Lampes usagées
Lannion élu “ Meilleur
point de collecte ”
Le magasin Leclerc de Lannion a reçu le titre de “ Meilleur point de collecte
2011 de lampes usagées ” de toute la Bretagne par Récylum, l’éco-organisme à but non lucratif en charge de la collecte et du recyclage des
lampes usagées, avec 555 kilos de lampes et néons recyclés. C’est l’effort
des Lannionnais qui a permis de contribuer à l’élection de ce point de collecte exemplaire. Avec 515 lampes collectées et recyclées pour 1 000
habitants en 2011, les Bretons se placent au dessus de la moyenne nationale qui est de 387 lampes. Ils ont adopté ce nouveau geste de tri et se
mobilisent un maximum grâce notamment à l’implication des points de collecte. Cinq ans après la mise en place de la filière de recyclage par
Récylum, ce sont plus de 35 % des lampes usagées qui ont été collectées
en France en 2011 soit + 11 % par rapport à 2010. Pour plus de renseignements : 0810 001 777. www Récylum.com / www.malampe.org
En parcourant la presse locale
sur la situation économique de
Lannion et le bilan de la saison
touristique, on constate que la
décision de rendre payants dès la
première minute les parkings du
quai d’Aiguillon et de Caerphilly
à partir du 20 juillet n’a pas été
la meilleure : afficher en grand
« parkings payants à partir du 20
juillet » n’est pas fait pour attirer
les visiteurs, touristes ou non. Il y
a longtemps que les directions
des supermarchés l’ont compris.
D’autres articles titrent : « le
boom du gratuit », ou « les
grandes enseignes où chacun
peut stationner gratuitement ».
Anticiper cette situation aurait
permis d’atténuer les aléas d’une
météo capricieuse et surtout de la
crise économique et sociale.
D’autres articles montrent que les
visiteurs privilégient la gratuité. La
majorité pourra rétorquer que 10
centimes la 1ere heure, ce n’est pas
cher. Mais le tarif n’est pas affiché
en grand avant l’entrée du parking
et les horodateurs ne rendent pas
la monnaie.
On pouvait choisir des horodateurs qui maintiennent une
période de gratuité. « Trop cher à
l’achat pour la ville » nous a-t-on
répondu. Mais trop cher aussi
pour le visiteur ou le Lannionnais,
qui a déjà répondu en désertant le
centre, sauf en cas d’obligation.
Combien de commerces (et donc
d’emplois) ont déjà payé cette
politique à courte vue ?
Pour faire face à la crise, nous
suggérons la mise en zone bleue
à 1 h 30 de gratuité les parkings
du quai d’Aiguillon ou de
Caerphilly (zéro euro d’investissement). Que l’on soit riche ou
pauvre : un simple principe d’égalité et de partage.
Vivre et décider
à Lannion /
Bevañ ha dibab
en Lannuon
Réforme territoriale :
mettons les atouts de notre côté
La loi sur la réforme territoriale
du 16 décembre 2010 est une
mauvaise loi. Elle pénalise les
communes, en particulier les
plus petites, en “ stabilisant ” ou
en abaissant leurs dotations.
Ces communes ne peuvent plus
faire face à leurs charges ni réaliser de nouveaux projets pour
répondre aux besoins des habitants. Abandonnées par l’Etat,
elles ne peuvent plus exercer
pleinement leurs compétences.
Sans moyens financiers, la libre
administration des communes
est une coquille vide.
Cependant, la réforme renforce
les intercommunalités et apporte
un nouveau mode de financement avec le FNPIC (Fond national de péréquation des intercommunalités et des communes).
Celui-ci est une opportunité de
développement pour notre territoire.
Dans ce contexte, pourquoi priver notre territoire et notre propre commune des moyens
apportés par ce fond de péréquation en refusant l’ouverture aux
autres territoires (Beg Ar C’hra et
Centre Trégor) ? Pouvons-nous
accepter que Lannion perde
entre 2013 et 2016 (quatre ans)
920 000 euros ?
Il n’est pas raisonnable d’enlever
à nos concitoyens des moyens
financiers, humains, auxquels ils
pourraient prétendre pour leur
territoire.
Nous ne pouvons pas non plus
laisser des communes rurales
seules avec leurs difficultés alors
qu’elles peuvent nous apporter
des atouts économiques, financiers, supplémentaires et complémentaires à notre territoire.
Ne pas les entendre ne serait pas
compris des élus et des citoyens
de ces territoires. Mais les communes doivent décider ellesmêmes, en toute démocratie, de
ce qu’elles veulent. Ne les rejetons pas et travaillons ensemble,
dans le plus grand respect, pour
que toutes les questions en sus-
pend soient éclaircies.
Les intercommunalités sont au
service des communes. Cellesci doivent garder toute leur place
au sein de la nouvelle communauté, elles doivent garder la
compétence générale et œuvrer
pour remettre les citoyens au
cœur des décisions.
Nous espérons que de nouvelles
modifications ou au moins précisions (finances, gouvernances)
seront apportées courant 2013,
par le nouveau gouvernement et
la ministre Marylise Le Branchu.
Donnons-nous encore un peu de
temps pour travailler ensemble
sereinement afin de réussir, pour
le bien de tous les citoyens.
Claudine Féjean,
au nom du groupe
Communistes et
Républicains.
Une opération précipitée
La fusion de Lannion Trégor
Agglomération avec les communautés de communes du centre
Trégor et de Beg Ar C’hra fait
l'objet de beaucoup de débats.
Mais sa réalisation, si elle se fait
comme le demandent certains au
1er janvier 2014 serait prématurée.
En effet la pertinence du territoire
ainsi constitué n’est pas si évidente que cela. Des discussions
sont toujours en cours sur d’autres regroupements. D’autre part,
il y a une incertitude sur les perspectives financières, mises en
évidence par les associations
d’élus. A ce sujet, les gains supposés qu’apporterait cette fusion
sont mis en avant, mais il n’a
jamais été fait état des dépenses
inhérentes.
Il reste encore des questionnements sur l’organisation des services à la personne (qui seraient
obligatoirement transférés au nouvel établissement public intercommunal).
Par ailleurs, on sait qu’un projet
de loi sur la troisième phase de la
décentralisation est en préparation pour la fin de l’année : il est
encore trop tôt pour en connaître
les contours mais on sait qu’il
modifiera « les règles du jeu » :
compétence et gouvernance.
Enfin, il semble indispensable de
faire participer la population à un
projet d’une telle envergure. Un
important débat démocratique
peut naturellement intervenir à
l’occasion du renouvellement des
conseils municipaux au printemps
2014.
Une concertation, une coopération rapprochée, une solidarité
entre territoires, notamment sur
des projets économiques peuvent être nécessaires mais elles
peuvent exister sans pour autant
donner lieu à des fusions.
D’autres formules existent qui
n’ont pas été explorées.
Une intercommunalité raisonnée
et de progrès est possible. Mais
elle demande encore du temps et
du travail.
Bernard
Trémulot
Groupe
Socialiste
Vie pratique <
buhez pemdez<
Aide aux devoirs
Famille...
Personnes âgées
Comité cantonal
d’entraide
Aide, accompagnement et soins
à domicile des personnes âgées
et handicapées. accueil le matin,
de 8 h 30 à
13 h, et l’après-midi sur rendezvous. Espace social de
Kermaria, 11 Bd Louis Guilloux..
02.96.46.43.16.
cce-lannion @wanadoo.fr
www.unazz.fr
Responsables et bénévoles avant “ la rentrée ” à Ker Uhel !
Tout au long de l’année scolaire, le
service Enfance/jeunesse de la
Ville propose, en partenariat avec
les enseignants des écoles des
quartiers (Woas Wen, St-Roc’h et
Pen Ar Ru), un accompagnement à
la scolarité sous forme d’aides aux
devoirs et d’ateliers pour les élèves
du CP au CM2 à Pen Ar Ru et à Ker
Uhel. Cet accompagnement à pour
objectif d’aider l’enfant à faire ses
devoirs, à s’organiser dans son travail de classe et de lui proposer des
activités culturelles, sportives,
scientifiques sous forme d’ateliers
de découverte. Les séances
d’aides aux devoirs ont lieu le lundi
et le jeudi dans le local de proximité
de Pen Ar Ru, de 16 h 30 à 18 h 30,
et à la ludothèque de Ker Uhel, de
16 h 45 à 18 h 45. Pendant les
deux séances, les enfants, seuls ou
en petits groupes, sont accompagnés par un animateur ou un bénévole. L’atelier musique avec la
Batucadig a lieu le mardi, de 17 h
30 à 18 h 30, dans les deux quartiers. L’atelier découverte se
déroule, quant à lui, le vendredi, de
16 h 30 à 18 h 30 à Pen Ar Ru et de
16 h 45 à 18 h 45 à Ker Uhel.
“ Cette année une trentaine
d’élèves sont inscrits à Ker Uhel.
Un peu moins à Pen ar Ru. Si les
bénévoles sont à peu près les
mêmes que l’an dernier à part deux
nouveaux dont une étudiante, on en
recherche toujours. Outre le fait
qu’ils encadrent les enfants, il est
important qu’ils puissent échanger
avec les parents et créer ainsi des
liens. A cet effet, on organise des
rencontres conviviales comme les
goûters à chaque veille de vacances
scolaires et des pots plusieurs fois
dans l’année ” confie Armelle Le
Prince, coordinatrice Enfance, qui
lance un nouvel appel aux bénévoles qui peuvent contacter le service Enfance jeunesse (02.96.37.
76.28), le local de proximité de Pen
Ar Ru (02.96.46.36.10 / 06.40.20.
90.58) et celui de Ker Uhel
(02.96.48.03.86 / 06.40.20.90.53).
Des séances d’aides aux devoirs et
des ateliers de connaissance pour
les collégiens ont également été mis
en place par la maison des jeunes.
Ouvert à tous les collégiens lannionnais, cet accompagnement à la scolarité a lieu le mardi et le jeudi, de 16
h 30 à 18 h 30, dans trois salles de
l’école élémentaire de Woas Wen.
Inscriptions auprès de Thierry au
02.96.48.47.36.
Domicile
action Trégor
Aide à domicile auprès des
familles (grossesse, maladies,
naissance…) et services fami-
liaux (entretien de la maison et
du linge, garde d’enfants…).
Espace social de Kermaria,
11 Bd Louis Guilloux..
02.96.37.00.79. Domicile.action.
[email protected]
www.domicile-action-tregor.fr
Clic Ouest Trégor
Geront’ouest Trégor
Information, évaluation sanitaire
et sociale, élaboration des plans
d’aides à domicile, actions collectives de prévention et d’éducation
à la santé.
1, rue Monge, espace Chappe.
02.96.46.22.10.
clic-ouest-tregor.fr
www.clictregor.net
Action sociale...
Régie de quartiers
Améliorer la vie quotidienne des
quartiers HLM, favoriser l’implication active des habitants par le
travail salarié, la participation à
des actions communautaires,
concertation avec les institutions...
126, rue de l’Aérodrome (bât
UA). 02.96.48.35.21.
[email protected]égiede quartiers-lannion.fr
Ker-Uhel Contacts
Economie sociale et solidaire .
Services et travaux (ménage,
repassage, jardinage, bricolage,
peinture, manutention…) auprès
des particuliers, des collectivités,
des associations et des entreprises.
Espace Pégase Sud, 126, rue de
l’Aérodrome.02.96.48.11.25.
[email protected]
www.kuc.asso.fr
Trégor Jeunes
Insertion sociale et professionnelle des 16 à 30 ans.
10, rue Noël Donval.
17
Solidarité
Restaurants
du Cœur
Distribution alimentaire,
aide à la personne.
Rue du Calvaire à Servel.
02.96.47.26.18.
[email protected]
http://www.restosducoeur.org
Banque alimentaire
Aide alimentaire aux personnes en situation de précarité par l’intermédiaire des
CCAS et associations partenaires.
126, rue de l’Aérodrome.
02.96.37.13.23
[email protected]
http://pagesperso-orange.fr/
banquealimentaire22/
Secours catholique
02.96.46.37.91.
[email protected]
Association caritative
reconnue d’utilité publique.
4, rue du Petit Forlac’h.
02.96.37.98.51.
Emeraude ID
Secours populaire
Insertion sociale et
professionnelle des travailleurs
handicapés : entreprise
adaptée, centre de formation
et structure d’accueil...
17, rue Louis de Broglie.
02.96.48.40.00.
[email protected]
www.emeraude-id.fr
Aide alimentaire
et vestimentaire, solidarité
nationale et internationale.
1, rue de Beauchamp.
02.96.46.51.14.
Pass’age
Point d’accueil et d’écoute
jeunes et parents.
Anonyme - confidentiel - gratuit.
Horaires d’ouvertures
(avec ou sans rendez-vous) :
Accueil des jeunes (de 12 à 30
ans), le mercredi de 9 h 15 à 12
h 30 et de 13 h 30 à 17 h 15, le
jeudi de 13 h 30 à 20 h et le vendredi de 14 h 30 à 19 h 30.
Accueil des parents,
le vendredi de 9 h à 14 h.
17, rue Joseph Morand.
02.96.23.24.71.
Croix-rouge
française
Accueil de personnes en
difficulté, distribution alimentaire, formation secouriste
PSC1, formation d’équipiers,
tenue de postes de secours.
7, rue de Beauchamp.
02.96.37.74.18.
[email protected]
Amisep - Kerlann
Actions de solidarité : accueil,
écoute, logement, travail,
emploi, formation, santé...
64, rue de C'hra Douar.
02.96.48.15.33. [email protected]
Maison relais
Hébergement des
personnes en difficulté.
1 rue Jeanne Paranthoën.
02.96.48.11.51.maison.relais.
[email protected]
Accueil de jour
Accueil anonyme et gratuit
de personnes en difficulté,
du mardi au samedi, de
8 h 30 à 12 h. 6, rue SaintNicolas. 02.96.48.15.33.
La p'tite boutique
Chantier, collectes...126, rue
de l’Aérodrome Pégase Sud.
02.96.48.65.31. [email protected]
Vie pratique <
buhez pemdez<
18
Utile
Sous-préfecture de Lannion
Poste
Sous-préfecture de Lannion, 9, rue Joseph
Morand, B.P. 30745, 22303 Lannion Cedex. Horaires d’ouverture :
le matin, de 8 h 30 à 12 h, du lundi au vendredi.
- Tel : 02.96.62.44.22. Fax : 02.56.57.41.75.
- Information au 08 99 78 85 03. 08 99 78 60 65
- Lannion : Quai d’Aiguillon.
Lundi, mardi, mercredi et vendredi de 8 h 30 à 12 h et 13 h 30
à 18 h. Jeudi de 9 h à 12 h et
de 13 h 30 à 18 h . Samedi de
9 h à 12 h. Tel : 3631.
- Ker Uhel : 23, Bd d’Armor, bât
AC 101. Du lundi au vendredi de
9 h 30 à 12 h et 13 h 30 à 17 h.
Samedi de 9 h 30 à 12 h. Tel :
3631.
- Les Fontaines - Ar Santé , bât
B1 des Fontaines. Du lundi au
vendredi, de 14 h à 17 h .
Samedi de 9 h 30 à 12 h.
02.96.37.98.02.
Marchés
Tous les jeudis dans le centreville et le dimanche matin sur
le parking de Caerphilly.
Halles
Place du Miroir. Du mardi au
samedi, de 8 h à 13 h.
Office de tourisme
de la Baie de
Lannion
Office de tourisme de la Baie de
Lannion, 2, quai d’Aiguillon 22300 Lannion. 02.96.46. 41.00.
Ouvert toute l’année, du lundi au
samedi, de 9 h à 12 h 30 et de
14 h à 18 h ; En juillet et août,
du lundi au samedi, de 9 h à 19
h ; dimanche et jours fériés, de
10 h à 13 h. [email protected]
ot-lannion.fr.www.ot-lannion.fr
Espace
aqualudique
« Ti Dour »
Lundi (espace loisirs de 15 h 30
à 19 h 15, bassin sportif de
12 h à 13 h 30 et de 15 h 30 à 17
h 30). Mardi (espace loisirs de 17
h 30 à 21 h 30, bassin sportif 12
h à 13 h 30 et de 19 h 15 à 21 h
30). Mercredi (espace loisirs de
10 h à 12 h 30 et de 15 h à 17 h
30, bassin sportif de 10 h à 12 h
30 et de 15 h à 17 h 30). Jeudi
(espace loisirs de 17 h 30 à 19 h
30, bassin sportif de 12 h à 13 h
30). Vendredi (espace loisirs de
15 h 30 à 21 h 30, bassin sportif
de 12 h à 13 h 30, de 15 h 30 à
21 h 30). Samedi (espace loisirs
de 10 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à
18 h, bassin sportif de 10 h 30 à
12 h et de 15 h à 18 h).
Dimanche (espace loisirs et bassin sportif de 9 h 30 à 13 h et de
14 h 30 à 18 h). Se renseigner au
02.96.05.60.60.
[email protected]
www.lannion-tregor.com
Ecole de Musique
du Trégor
Enseignement spécialisé de la
musique. 40, rue Jean Savidan.
Ouverture du secrétariat : mardi,
jeudi et vendredi de 14 h à 17 h
30, mercredi de 8 h 30 à 12 h et
de 14 h à 17 h 30, samedi de 9 h
à 12 h. 02.96.46.53.70.
www.ecole-musique-tregor.fr
Centre des
finances
publiques
Service des impôts des particuliers, 54, rue de Kra Douar - BP
20735 - 22303 Lannion Cedex.
Ouvert du lundi au
vendredi de 8 h 45 à 12 h
et de 13 h 30 à 16 h 15.
02.96.48.95.94.
[email protected]
Défense des consommateurs,
des locataires, des usagers et
du cadre de vie. Permanences
tous les vendredis de 9 h à
12 h au centre social de Ker
Uhel, 29 Bd d'Armor, Lannion.
CLCV (consommation logement
et cadre de vie),
entrée B1, 5 rue de Broglie.
02.96.48.07. 46.
[email protected]
clcv-lannion.over-blog.com
Point Information
Habitat
Ce lieu d’accueil ouvert à tous
les habitants, mis en place par
Lannion-Trégor Agglomération,
est déstiné à informer et conseiller sur tout ce qui concerne le
logement (aides financières,
accession, location, rénovation,
etc...). Ce lieu accueille également les permanences de l’Adil
(centre d’information sur l’habitat) les 2e et 4e mardis du mois,
de 9 h à 12 h. Permanence d’un
conseiller en énergie, le lundi et
le vendredi.
Point Information Habitat, 21, rue
Jean Savidan.
02.96.05.93.50. [email protected]
lanniontregor.com
Horaires d’ouverture : lundi de
14 h à 17 h, du mardi au vendredi de 9 h à 12 h et samedi de
10 h à 12 h.
Côtes d’Armor
Habitat
L’agence est ouverte du lundi au
vendredi de 8 h 30 à 12 h 30 et
fr
Paiement des impôts par internet
en vous rendant sur le site
impots.gouv.fr rubriques particuliers.
Trésor public
L’Imagerie
Trésorerie principale, 2, Quai
de Viarmes. Ouverture du lundi
au jeudi de 9 h à 12 h et de
13 h à 16 h 30 (16 h le vendredi).
Ponts chômés . 02.96.46.76.10.
UFC-Que Choisir
Lannion-Paimpol
Permanences chaque mardi
après-midi de 14 h à 15 h 30 et
chaque vendredi après-midi de 15
h 30 à 18 h 30.
Espace Volta - 1 Rue Ampère.
Bâtiment B au rez-de-chaussée.
02.96.20.58.76.
[email protected]
Social
de 13 h 30 à 17 h.
21, bd d’Armor, 22300 Lannion.
02.96.48.87.60. Fax : 02.96.48.
06.62. E-Mail : ODHLM22
@wanadoo.fr
Centre social
de Lannion
Comité local pour
le logement des
jeunes (Cllaj)
Maison de
la solidarité
Permanences au 10, rue Noël
Donval (3e étage du F.J.T.), les
lundis, mardis et jeudis de 8 h 30
à 12 h et sur rendez-vous
(mêmes jours) de 13 h 30 à 16 h.
02.96.46.38.41.
[email protected]
Foyer des jeunes
travailleurs
6, rue du 73e Territorial.
02.96.46.37.91.
Auberge de
jeunesse -Adaj 22
6, rue du 73e Territorial.
02.96.37. 91.28.
[email protected]
www.ot-lannion.fr
Art et culture
Pôle régional des arts du
cirque. Spectacle vivant :
nouveau cirque, théâtre,
musique, chanson, danse...
Parvis des Droits de l’Homme.
02.96.37.19.20.
[email protected]
www.carre. magique.com.
Consommation
Union locale CLCV
Logement
Carré Magique
Impôts
- Urbanisme : 02.56.57.41.84.
- Commissions médicales/ permis de
conduire : 02.56.57.41.86. Fax: 02.56.57.41.75.
Le service des cartes grises a été transféré à la
préfecture.
[email protected]
Galerie d’expositions de
photos et d’art contemporain.
Animation de stages photo et
d’ateliers pour les scolaires.
19, rue Jean Savidan.
02.96.46.57.25.
[email protected]
www.imagerie-lannion.com.
Le Pixie
Café- concerts - expo - accès
internet. Ouvert du mardi au
samedi, de 18 h à 23 h.
De 18 h à 1 h, les soirs de
concert. Porche du 73e Territorial.
02.96.37.65.32.
[email protected]
Maison
des Jeunes
Animations diverses pour les
jeunes lannionnais. Salle de
répétition et de concert.
Point information jeunesse.
29 bd d’Armor. 02.96.48.47.36.
www.lannion.fr
Cinéma
« Les Baladins »
Sept salles de cinéma : cinq
à Lannion et deux à PerrosGuirec. 34, avenue du Généralde-Gaulle. 02.96.37.26.10
(Lannion). 02.96.91.05.29
(Perros). Horaires au
08.92.68.22.74.
www.les-baladins.com
29, Bd d’Armor. 02.96.48.75.08.
Fax : 02.96.48.20.10.
Lieu convival d’échange et
d’écoute s’adressant à tous
pour créer du lien social.
Animations, café-débat...
Centre Jean Savidan.
02.96.37.77.31.
Maison
des syndicats
15 place des Patriotes.
CFDT : 02.96.37.72.16
CFTC : 02.96.94.17.00.
CGC : 02.96.46.44.15.
CGT : 02.96.37. 64.35.
FO : 02.96.46.52.40.
Solidaires (ancienne école
de Buhulien) : 02.96.37.42.68.
Santé
Dons du sang
Association des donneurs de
sang bénévoles du Léguer
(ADSB du Léguer), centre Jean
Savidan. 02.96.38.04.13.
Pour tout savoir sur le don du
sang et le don de plasma ainsi
que sur les différents lieux de
collecte : www.dondusang.net.
Vie pratique <
buhez pemdez<
Lannion-Trégor agglomération
Urgences
La communauté d’agglomération LannionTrégor Agglomération regroupe aujourd'hui
20 communes. Ses compétences concernent le
développement économique, l’enseignement
supérieur et la recherche, l’aménagement de l’espace, les transports publics (TILT), l’habitat et la
politique de la ville, l’environnement avec le service de collecte des déchets ménagers, les équipements sportifs et culturels comme le Carré
- Médecin de garde - Maison
Magique, la voirie, l’assainissement non collectif
(Spanc) et l’assainissement collectif dès 2011...
Si vous avez des doléances concernant, par
exemple, les bus (Tilt) ou les ordures ménagères,
adressez-vous directement à la communauté
d’agglomération et non plus à la mairie.
1 rue Monge - BP 10761- 22307 Lannion
Cedex. 02.96.05.09.00. Fax : 02.96.05.09.01.
www.lannion-tregor.com
Points d’accueil de la Maison de la
formation du Pays du Trégor Goëlo
Quel que soit votre âge, que
vous soyez salarié ou demandeur d’emploi, qualifié ou non,
si vous souhaitez changer de
métier, obtenir un diplôme ou
améliorer vos compétences,
les « points d’accueil Maison
de la formation professionnelle
» sont là pour vous aider. Ils
vous donnent une première
information sur les différentes
possibilités d’accès à la formation (les dispositifs existants,
les modalités d’accès et les
aides possibles), la validation
des acquis de l’expérience
(VAE). Et, si vous souhaitez un
conseil spécialisé ou un
accompagnement, vous bénéficierez d’une mise en relation
personnalisée avec la structure compétente pour répondre
à votre besoin.
CIO Lannion Centre d’information
et d’orientation
Accueil pendant l’année scolaire, du lundi au vendredi, de
9 h à 12 h et de 13 h 30 à 17 h
30 (fermé le lundi et le mardi
matin). Possibilité de rendezvous : mercredi, jeudi et vendredi matin ; lundi et mercredi
après-midi.Pendant les
vacances scolaires, sans rendez-vous du lundi au vendredi,
de 9 h à 12 h et de 14 h à 17
h. Fermeture en été : mi-juillet /
fin août. Venelle des Écoles BP 18 - 22 301 Lannion
Cedex. 02.96.46.76.50.
Fax :02.96.37.47.58.
[email protected]
Mission Locale
Ouest Côtes d’Armor
Accueil le lundi, de 13 h 30 à
17 h 30, du mardi au jeudi, de
8 h 30 à 12 h 30 et de 13 h 30
à 17 h 30, le vendredi de 8 h
30 à 12 h 30. Lundi matin et
vendredi après-midi sur rendez-vous. Maison de l’emploi,
1 rue du Muguet.
02.96.46.40.09.
Fax : 02.96.46.50.34.
[email protected]
www.missionlocaleoca.com.
Pôle Emploi
Lannion-Trégor
Ohé Prométhée
Côtes d’Armor
Agir efficacement pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées.
Accueil : lundi, mardi, jeudi, de
8 h 30 à 18 h. Vendredi, de 8 h
30 à 17 h. Fermé le mercredi.
Maison de l’emploi,
1 rue du Muguet.
02.96.48.39.29.
Fax : 02.96.48 39.28.
[email protected]
www.promethee22.org.
Point Information
Jeunesse de la ville
de Lannion
Accueil mercredi et vendredi,
de 14 h à 19 h. Samedi, de
14 h à 18 h. Possibilité de rendez-vous en dehors des plages
horaires, sauf le lundi.
Maison des Jeunes, 29
boulevard d’Armor, 22 300
Lannion. 02.96.48.47.36.
Fax : 02.96.46.37.94.
[email protected]
www.ville-lannion.fr.
www.ij-bretagne.com.
Accueil le lundi, mardi et mercredi, de 8 h 30 à 16 h 30, le
jeudi de 8 h 30 à 12 h 30, le
vendredi, de 8 h 30 à 15 h 30.
Bornes d’accueil au fond du
hall d’accueil au rez-de-chaussée. Bureaux pour les rendezvous.
Maison de l’emploi,
1 rue du Muguet.
3949. www.pole-emploi.fr.
BGE des
Côtes d’Armor
Créé en 1980, le réseau national BGE s’est spécialisé dans
l’accompagnement de créateurs d’entreprise, avec comme
objectif de favoriser l’insertion
économique et professionnelle
des porteurs de projet. Son
champ d’action est celui de la
PME et de la TPE.
Accueil, accompagnement
et suivi de porteurs de projet
Permanences de 8 h 30 à à 17
h 30, du lundi au vendredi.
02.96.21.17.75.
[email protected]
http://www.bge.asso.fr
Certains de ces services et
d’autres sont désormais
regroupés au sein de la nouvelle Maison de l’emploi et de
la formation professionnelle,
1 rue du Muguet, à Ker Uhel
médicale : 15. Au centre
hospitalier, de 20 h à 24 h.
Samedi de 13 h à 24 h et
dimanche de 8h à 13 h et
de 14 h à 24 h.
- SAMU : 15
- Pharmacie (urgence) : 15.
- Transports sanitaires : 15.
Toutes les nuits, de 20 h à 8 h.
Samedi, dimanche et jours fériés,
de 8 h à 20 h.
- Police Secours : 17.
- Pompiers-SMUR : 18.
- Centre hospitalier PierreLe-Damany : 02.96.05.71.11.
02.96.05.71.10 (Urgences).
- Polyclinique du Trégor :
02.96.46.65.65.
- Centre antipoison
de Rennes : 02.99.59.22.22.
- Urgence dentaire,
dimanche et jours fériés :
02.96.61.80.79.
- Cliniques vétérinaires :
02.96.37.09.77 (St-Marc),
02.96.37.03.07 (St-Elivet),
02.96.47.09.77 ou au
19
06.74.29.15.39 (clinique
du Léguer)
- Centre de secours de
Lannion : 02.96.46.53.18.
- Commissariat de police :
02.96.46.69.50.
- Gendarmerie nationale
de Lannion 24 h/24 :
02.96.37.03.78.
- Police municipale :
02.96.37.27.50.
- Accueil Sans Abri : 115.
- Enfance Maltraitée : 119.
- Violences conjugales
et familiales : 3619.
Permanence d’accueil des
victimes (anonyme, gratuit et
sans rendez-vous) : Le Pas, 11,
rue Noël Donval. 06.81.95.50.16.
- Drogues Info Service :
0 800 231 313.
- Sida Info Service :
0 800 840 800.
- Ecoute alcool :
0 811 91 30 30.
- Ecoute canabis :
0 811 91 20 20.
- Ecoute cancer :
06.86.30.82.93.
Sécurité sociale
Antenne Caf
L’ antenne de la Caisse d’allocations familiales (Caf) des Côtes
d’Armor, installée à l’Espace
administratif et social de
Kermaria, 8 rue de Kermaria, est
ouverte du lundi au vendredi de 9
h à 12 h et de 13 h 30 à 17 h.
Les allocataires peuvent également consulter le site internet
www.caf.fr ou appeler au 0810
25 22 10 (prix d'un appel local
depuis un poste fixe).
Cpam
Caisse primaire d’assurance
maladie (Sécu-Cpam) de
Lannion, 39, avenue de Park
Névez.
Ouvert du lundi au vendredi, de
8 h 30 à 17 h.
Fermé chaque 2e jeudi du mois
de 8 h 30 à 10 h.
Tel : 3646. CPAM - 22024 SaintBrieuc cedex 1.
Compte personnel en ligne sur
www.ameli.fr
Cram
Permanence de la Caisse régional d’assurance maladie, Espace
« Mermoz », route de Trégastel,
du lundi au vendredi de 8 h à 17
h uniquement sur sur rendezvous.
Tel : 0821 10 35 35.
Transports
Aéroport Lannion Côte de Granit
Syndicat de l’aéroport, avenue
Pierre Marzin. 02.96.05.82.90.
[email protected]
Informations et réservations
au comptoir des ventes :
02.96.05.82.22. L’escale est
ouverte du lundi au vendredi de 5
h 30 à 12 h et de 14 h à 19 h.
www.lannion.aeroport.fr.
SNCF Lannion
1, Av Général de Gaulle.
Guichets ouverts du lundi au vendredi de 4 h 40 à 19 h 40.
Samedi de 6 h 30 à 19 h 40.
Dimanche et fêtes de 8 h 30
à 19 h. Infos-réservations
au 3635 ou www.voyagessncf.com.
Transports
Intercommunaux
Lannion-Trégor
Les transports intercommunaux
Lannion-Trégor (TILT) proposent
aux usagers une desserte de la
ville de Lannion et des communes périphériques du territoire
communautaire, via des lignes
régulières ou des lignes à la
demande.
Les horaires des bus sont disponibles à la mairie, aux services
techniques municipaux, à l’office
de tourisme, dans les bus et sur
le site www.lannion-tregor.com.
Autocars CAT
Gare routière, 1, av du Gal
de Gaulle. 02.96.46.76.70.

Documents pareils

Centre-ville : mise en place de la zone 20 et 30

Centre-ville : mise en place de la zone 20 et 30 raisonnée et de progrès. - Le conseil municipal a adopté par 28 voix pour, deux voix contre (Denis Mer et Jean-Yves Callac) et trois refus de vote (Claudine Féjean, Thérèse Hervé et Marc Nédélec) l...

Plus en détail