Les projets d`aménagement de la Martinique vus à partir

Commentaires

Transcription

Les projets d`aménagement de la Martinique vus à partir
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – mise à jour juillet 2008
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
2
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – mise à jour juillet 2008
SOMMAIRE
AVANT PROPOS
3
Le contexte
Trois grandes étapes, correspondant aux trois grands objectifs de l’étude
Méthodologie de la phase 1
3
4
5
PHASE 1 : REPRESENTATION(S) DU TERRITOIRE MARTINIQUAIS A PARTIR DES PADD
7
1.
Avant de commencer : quelques rappels sur le contenu du PADD
8
Î Une liberté de contenu donnant naissance à des documents d’orientation différents
Î Des similitudes essentiellement liées à l’existence de problématiques et de politiques sectorielles supracommunales communes
8
9
2.
Le cadre de l’étude : liste des PADD étudiés
11
3.
Présentation des PADD étudiés du point de vue de la forme
13
Les priorités d’aménagement dans les PADD
Les thèmes les plus porteurs
19
19
4.
4.1.
4.1.1.
Thématiques liées aux problématiques urbaines
„ Deux thèmes majeurs : le développement urbain et l’affirmation des centralités
„ Le renouvellement urbain perçu sous l’angle de la vacance et des dents creuses
„ La politique du logement
4.1.2.
Thématiques liées à la problématique « environnement »
„ Trois visions de l’environnement
„ Le cadre de vie : réhabiliter le bâti, améliorer la qualité des réseaux et des déplacements
„ Le paysage perçu essentiellement par l’angle du cadre de vie
„ Le PPR considéré comme le principal outil de gestion du risque dans les PLU
4.1.3.
Thématiques liées à la problématique économique
Conclusion
4.2.
20
20
21
22
25
25
26
30
32
33
37
Les thèmes spécifiques
38
4.2.1.
L’agriculture : un enjeu foncier important
4.2.2.
Les équipements comme outils de renouvellement urbain et du confortement de la centralité
4.2.3.
L’axe transport et déplacement
4.2.4.
L’aménagement de la façade maritime et des espaces littoraux
4.2.5.
Thèmes divers
„ La dimension intercommunale peu évoquée
„ L’architecture dans les constructions neuves
„ Les énergies renouvelables
38
40
49
50
51
51
51
51
CONCLUSION DE LA 1ERE PHASE
52
GLOSSAIRE
53
SOMMAIRE DES ANNEXES
54
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
1
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – mise à jour juillet 2008
TABLE DES ILLUSTRATIONS
LES CARTES
Carte n°1 : Les PADD étudiés selon leur état d’avancement
Carte n°2 : Les PADD étudiés et les 6 zones du SAR
Carte n°3 : Les PADD étudiés et les structures intercommunales
12
12
12
LES SCHEMAS
Schéma n°1 : Structuration du Plan Local d’Urbanisme autour du PADD
Schéma n°2 : L’interdépendance des enjeux du développement durable
8
37
LES GRAPHIQUES
Graphique
Graphique
Graphique
Graphique
Graphique
n°1 :
n°2 :
n°3 :
n°4 :
n°5 :
Les thématiques phares selon le nombre de PADD les évoquant
Les sous-thèmes urbains les plus porteurs selon le nombre de PADD les évoquant
Les sous-thèmes environnementaux les plus porteurs selon le nombre de PADD les évoquant
Nombre de PADD mentionnant les secteurs d’activités à conforter et/ou à développer
Nombre de PADD évoquant l’agriculture selon l’angle d’approche
19
20
25
33
38
LES TABLEAUX
Tableau
Tableau
Tableau
Tableau
Tableau
Tableau
Tableau
Tableau
Tableau
Tableau
Tableau
Tableau
Tableau
Tableau
Tableau
Tableau
Tableau
Tableau
Tableau
Tableau
n°
n°
n°
n°
n°
n°
n°
n°
n°
n°
n°
n°
n°
n°
n°
n°
n°
n°
n°
n°
1:
2:
3:
4:
5:
6:
7:
8:
9:
10 :
11 :
12 :
13 :
14 :
15 :
16 :
17 :
18 :
19 :
20 :
Liste des PADD étudiés
Synthèse simplifiée des orientations des PADD
Analyse des thématiques principales repérées par poids respectifs dans les grands titres du PADD
Le renouvellement urbain dans les PADD
Approche de la diversité des logements au travers des PADD
Détail des actions et/ou intentions sur le logement mentionnées dans le PADD
Orientations liées au cadre de vie
L’angle d’approche de l’assainissement dans les PADD étudiés
Angle d’approche du paysage dans les PADD
Les mentions au risque dans les PADD
Synthèse du poids des principaux secteurs d’activités dans les orientations économiques
Les grands équipements touristiques en projet indiqués par les PADD
Les projets économiques évoqués dans les PADD
Les projets spatialisés d’équipements de superstructure indiqués dans les PADD
Les équipements publics liés aux activités
Les projets spatialisés d’équipements d’infrastructure indiqués dans les PADD
L’orientation transport et déplacement comme axe prioritaire
L’orientation transport et déplacement comme objectif secondaire ou action à mettre en oeuvre
L’intercommunalité dans les PADD
Mentions à l’architecture dans les constructions neuves
10
15
18
21
22
23
27
28
31
32
33
34
35
41
44
45
49
49
51
51
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
2
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – mise à jour juillet 2008
Avant Propos
Cette étude a été menée dans le cadre du programme partenarial de l’ADUAM.
AVERTISSEMENT
Le contexte
La loi Solidarité et Renouvellement Urbain (dite SRU) du 13 décembre 2000 a introduit
une nouvelle pièce dans le document de planification communal qu’est le Plan Local
d’Urbanisme (PLU) : le Projet d’Aménagement et de Développement Durable. Cette
pièce obligatoire (le PADD) formalise le parti d’aménagement de la commune, qui
apparaissait certes mais en filigrane dans les Plans d’Occupation des Sols (POS), axés
plutôt sur la gestion du droit du sol. En effet, le caractère obligatoire de ce document,
pièce à part entière, incite les communes à effectuer une démarche-projet avant
d’aborder l’aspect « droit à construire ».
Depuis la loi SRU, 24 Plans Locaux d’Urbanisme ont été prescrits en Martinique soit près
des trois-quarts des communes. 8 PLU ont été adoptés, et 5 sont dans une phase
relativement avancée. Or jusqu’à présent, les PADD sont restés relativement cloisonnés,
« chacun chez soi » pourrait-on dire. Après 7 années d’expérience, le moment est venu
de rassembler les PADD du département et de s’interroger sur la vision de
l’aménagement qu’ils offrent tant aux usagers qu’aux professionnels.
Cette étude ne vise pas à lister TOUS les projets d’aménagement de la
Martinique mais au contraire d’examiner COMMENT les municipalités
envisagent leur avenir et quels sont les projets qui leur semblent
prioritaires.
Le Projet d’Aménagement et de Développement Durable est un outil qui permet
une municipalité de fixer son « parti » d’aménagement sur les 10 à 15 prochaines
années. Par conséquent son objet n’est pas la constitution d’un listing des projets. Il
vise au contraire à les mettre en perspective en fonction d’une vision globale de
l’avenir. C’est d’ailleurs ce côté plus général qui va permettre au document
d’urbanisme d’évoluer dans le temps, permettant aux projets ultérieurs non
mentionnés d’exister parce qu’ils sont aussi une réponse à un objectif plus général.
Les conclusions de cette étude sont donc à prendre avec précaution car:
- le PADD reflète des intentions et priorités d’aménagement déterminées à un
temps T qui peuvent avoir évolué depuis pour la municipalité.
- le parti d’aménagement est aussi une vision « politique » au sens large du
terme : la formulation a son importance. La phase 1 de cette étude, et
notamment les tableaux de synthèse, se base donc sur l’étude des termes
utilisés : le discours tenu n’a pas été extrapolé. La méthode de cette étude
est donc proche de l’étude de texte. Cela pourra représenter une certaine
forme d’injustice pour certaines communes, notamment celles qui ont
choisi un contenu de PADD relativement synthétique sans entrer dans les
détails, alors que des actions réelles sont programmées. De même cela
peut « favoriser » certaines communes qui tiennent un discours général
sur une orientation mais ne mènent concrètement aucune action pour
réaliser cet objectif.
- l’échelle du PADD est celui de la commune : certains grands projets à
l’échelon intercommunal ou régional ne seront pas systématiquement
repris.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
3
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – mise à jour juillet 2008
Trois grandes étapes, correspondant aux trois grands objectifs de l’étude
1
Représentation(s)
du territoire à
partir des PADD
2
Projets dans les
PLU et projets
dans
le
SAR/SMVM :
quelle
cohérence ?
3
Spatialisation
des projets
- Mettre en évidence les similitudes et les différences entre les projets contenus dans ces PADD, chaque ville ayant ses priorités en matière
d’aménagement de son territoire
- Observer comment les villes et les communes imaginent l’avenir de leurs territoires au travers les grands thèmes du PLU tels que les
transports, les équipements et services publics, l’habitat, l’environnement…
- Examiner si les grands thèmes défendus dans les différents projets répondent et/ ou correspondent aux orientations fondamentales en
terme de développement, de mise en valeur du territoire et de protection de l’environnement fixées par le Schéma d’Aménagement Régional
Les PLU doivent être cohérents avec le document supracommunal qu’est le SAR/SMVM. L’objectif est de voir si les priorités à l’échelle de la
commune correspondent à celles définies dans le SAR. Par exemple des pôles urbains prioritaires et secondaires ont été définis (pôle de
desserrement, pôle secondaire d’appui….) : comment cette notion a été reprise et traduite dans les PLU ?
- Traduire spatialement ces projets d’aménagement à partir d’une légende dénominative commune faisant apparaître les grands thèmes
porteurs des PADD, à l’échelle du département, mais aussi de la ville ou de la commune. Cette cartographie s’efforcera de ne pas être une
redite du texte, ni de compenser une cartographie inexistante, mais de servir de complément visuel indispensable à la bonne compréhension
des projets.
Cette cartographie permettra en outre de dépasser la sectorisation actuelle mais inévitable des PADD, réalisés à l’échelle de la commune, alors
que les logiques urbaines ou encore environnementales peuvent dépasser les simples limites administratives. Elle donnera ainsi une vision plus
globale des projets, surtout si certains ont une portée intercommunale, et de voir comment la notion de frange a été examinée.
La présente étude concerne la 1ère étape. Une fois validée, elle permettra de définir de comparer les grands thèmes avec les orientations du SAR/SMVM et de définir la légende
dénominative en vue d’une spatialisation des projets.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
4
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – mise à jour juillet 2008
Méthodologie de la phase 1
1 Détermination des
critères de sélection
des PADD pouvant
être étudiés
2 Recueil des PADD
3 Définition d’une
grille d’analyse de la
forme des PADD
4 Réalisation d’une
synthèse de chaque
PADD
5 Examen des
priorités
d’aménagement par
thématique
Chaque étape est déterminée en fonction d’un ou plusieurs objectifs.
ETAPES
OBJECTIFS
1
Détermination des
critères
de
sélection
des
PADD
pouvant
être étudiés
L’objectif est d’obtenir une base efficace d’analyse sur des projets d’aménagement suffisamment réfléchis et concertés. Il est donc important que d’une
part le PADD ait pu être validé par les élus, et que d’autre part il ait fait l’objet d’une concertation suffisamment avancée avec les services de l’Etat, les
PPA et la population. C’est pourquoi la démarche a exclu les PADD qui n’ont pas fait l’objet de débat au sein du conseil municipal ou pour lesquels une
évaluation environnementale est prévue (Gros Morne, Sainte Anne) ou en phase de démarrage (Ducos). En effet, l’évaluation environnementale va
entraîner des aller-retours avec le PADD, ce qui va permettre de l’enrichir, ou de le modifier pour répondre aux attentes en terme d’environnement. Un
nouveau débat sera alors peut-être nécessaire.
Enfin, la présente étude est évolutive. Une fois la méthode de travail validée et expérimentée, cette liste pourra évidemment être progressivement
enrichie au fur et à mesure de l’état d’avancement des PLU.
2
Recueil des PADD
Cette phase s’est réalisée progressivement. L’ADUAM ayant participé à de nombreux PLU, les PADD ont pu être recueilli rapidement. Toutefois, il a été
décidé d’attendre que certains documents en cours soient suffisamment avancés pour enrichir le plus possible le panel : c’est le cas des PLU de Fort-deFrance et du François arrêtés en août 2007, et du St Esprit débattu récemment. Par ailleurs, le recueil de données s’est étendu aux rapports de
présentation, notamment les chapitres Diagnostic et Justification des choix contenus dans le PADD. En effet, ce document permet d’éclaircir certains
points du PADD.
3
Définition
d’une
grille d’analyse de
la forme des PADD
Deux motifs ont présidé cette analyse de la forme :
1 Le PADD est désormais le document cadre qui gère les modifications et révisions simplifiées tout au long de la vie du document d’urbanisme. En effet,
la notion d’ « économie générale du plan » est remplacée par celle de l’économie générale du PADD : si un projet ne respecte pas le PADD, la commune
devra passer par la procédure plus lourde de révision générale du PLU. Il faut donc éviter toute confusion dans l’interprétation des orientations : la
formulation est donc importante.
2 Le PADD est un document de définition des orientations politiques en matière d’aménagement: la façon de présenter ou de formuler les orientations
traduit également les priorités de la commune.
L’étude du contenu formel se base donc sur différents critères : état d’avancement et date, maîtrise d’oeuvre, réalisation avant ou après loi UH, nombre
d’axes, présence d’un diagnostic introductif, présence d’une carte ou d’un schéma, études préalables.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
5
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – mise à jour juillet 2008
4
Réalisation d’une
synthèse
de
chaque PADD
Cette synthèse a eu lieu en deux temps :
- une synthèse détaillée
Chaque PADD est composé de manière différente, le contenu étant libre. Afin de permettre une lecture plus « égale » des projets d’aménagement, le
texte de chaque PADD a été réinjecté dans un tableau à plusieurs entrées (axes et/ou orientations générales, objectifs et/ou sous objectifs, actions à
mettre en œuvre)
Afin de respecter toutefois la composition du PADD, les entrées (c’est-à-dire les colonnes) ne sont pas strictement identiques et l’ordre de présentation
des orientations est conservé. Ces entrées ont toutefois le même esprit, qui est de partir de l’orientation générale pour aboutir le cas échéant à l’action à
mettre en œuvre. Enfin, lorsque les PADD sont en deux parties (ex : Fort-de-France, Rivière Salée, St Esprit), ce choix a été repris car les prescriptions
thématiques affinent mais ne correspondent pas exactement à une seule orientation générale.
- une synthèse simplifiée
Elle reprend uniquement les « grands titres » du PADD (axes ou orientations générales selon les appellations de chaque document)
5
Examen
des
priorités
d’aménagement
par thématique
Cette partie s’appuie sur une méthode en deux temps :
1- la synthèse simplifiée a permis de porter un premier regard sur les priorités qui pouvaient ressortir en regardant uniquement les grands titres.
Cette analyse même si elle reste encore partielle, a permis de constituer les deux paragraphes qui structurent l’analyse dite de fond : l’un sur
les thèmes les plus porteurs et l’autre sur les thèmes plus spécifiques
2- la synthèse détaillée a permis de dégager les autres priorités qui n’apparaissaient pas dès le grand titre, et donc d’affiner chacune des
thématiques. C’est également la synthèse détaillée qui facilite l’élaboration de tableaux d’analyse par thème.
Cette méthode s’appuie donc sur une analyse de texte.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
6
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Phase 1 : Représentation(s) du territoire martiniquais à partir des PADD
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
7
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
1. Avant de commencer : quelques rappels sur le contenu du PADD
Le PADD ou Projet d’Aménagement et de
Développement Durable est le document cadre du
PLU. Il définit les objectifs du développement et de
l’aménagement de la commune pour les dix années à
venir. C’est à partir de ces objectifs que seront
ensuite établis le règlement et le zonage du PLU qui
porte sur l’occupation des sols et les principes de
construction.
Schéma n°1 : Structuration du Plan Local d’Urbanisme autour du PADD
Réalisation : ADUAM 2007
Î Une liberté de contenu donnant
d’orientation différents
naissance à des documents
Il n’est pas imposé de contenu ou de thématiques « types » : la loi laisse les élus entièrement libres dans
l’élaboration et l’énonciation de leurs projets et aucun contenu minimal n’est demandé. De cette liberté de contenu
naissent des documents d’orientations différents, en fonction :
- des choix stratégiques des élus
- des particularités géographiques, économiques, sociales et culturelles du territoire
- des projets ou politiques sectoriels et territoriaux établis à l’échelle supracommunale, que le PLU doit
respecter
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
8
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Î Des similitudes essentiellement liées à l’existence de problématiques et de politiques sectorielles
supracommunales communes
Si le contenu du PADD est libre, le Code de
l’Urbanisme indique toutefois des « thématiques »
que doit analyser le diagnostic.
Ö L123-1 du Code de l’Urbanisme
« Les plans locaux d'urbanisme exposent le diagnostic établi
au regard des prévisions économiques et démographiques
et précisent les besoins répertoriés en matière de
développement économique, d'agriculture, d'aménagement
de l'espace, d'environnement, d'équilibre social de l'habitat,
de transports, d'équipements et de services . »
Ainsi la formulation du PADD est intimement liée à
celle du diagnostic du rapport de présentation : la
politique d’ensemble que le PADD définit doit pouvoir
apporter des réponses aux problèmes soulevés par
l’analyse du territoire et de ses composantes. Par
conséquence, les projets d’aménagement de la
Martinique rencontreront également des points
communs liés à la similitude de certaines
problématiques et la présence de politiques
sectorielles supracommunales (en Martinique :
SAR/SMVM, SDAGE, Charte du PNRM, PDU pour la
CACEM d’une part, PPR et autres servitudes d’utilité
publique d’autres part).
Enfin le contenu du PADD est guidé par son propre intitulé : le PADD est encadré par les principes du
développement durable définit par la loi Solidarité et Renouvellement Urbain :
Ö L123-3 du Code de l’Urbanisme
« Le projet d'aménagement et de développement durable définit, dans le respect des objectifs et des principes énoncés aux
articles L. 110 et L. 121-11, les orientations d'urbanisme et d'aménagement retenues pour l'ensemble de la commune. »
Le développement durable s’exprime au travers de quelques principes fondamentaux : équilibre, diversité des
fonctions urbaines et mixité sociale, respect de l’environnement et des ressources naturelles, maîtrise des besoins
en déplacement et de la circulation automobile, préservation de la qualité de l’eau, de l’air, des écosystèmes. Le
développement durable avec la loi SRU s’affirme dans l’ensemble du document de planification et en particulier dans
le Projet d’Aménagement et de Développement Durable qui fait partie intégrante de la démarche de planification.
Le tableau n°1 ci-après indique un certain nombre d’informations sur la « forme » du contenu des PADD retenus
dans le cadre de l’étude, suite à une première lecture des documents.
1
Cf. extraits du Code de l’Urbanisme en annexes
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
9
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Tableau n° 1 :
Liste des PADD étudiés
Anses d’Arlet
Etat
d’avancement du
PADD
débattu
/
Nombre d’axes ou
grandes
orientations
3
Diagnostic
synthétique
introductif
Oui (par axes)
25/06/2007
ADUAM
Oui
Bellefontaine
Approuvé
11/12/2006
ADUAM
En partie
2
Oui
Oui
Fort-deFrance
Approuvé
24/06/2008
ADUAM/
Fazincani
/
4 ambitions
7 orientations
Non
Oui
pour
l’orientation urbaine
Réalisation
d’une
environnementale
par
environnement
François
Arrêté – en phase
d’approbation
26/07/2007
ADUAM
/
4
Oui
Oui
Réalisation
d’une
environnementale
Rivière Salée
approuvé
15/12/2004
ADUAM
En partie
5
Oui
Schéma
sur
dynamiques
urbaines
Robert (Le)
Approuvé
révision
01/08/2002
ADUAM pour PADD
oui
8 axes généraux
6
prescriptions
spécifiques
Oui
Non
Lamentin (le)
Approuvé
24/01/2008
Equipe
RousseauGestin/
Hubert
Consultants/ Tropisme
/
10
Non
Oui
Lorrain (le)
Approuvé
26/10/2006
Urba97
/
3
Oui
Oui
Le Marin
Approuvé
26/10/2006
Urbaspace
/
4
Oui
Non
St Esprit
débattu
11/12/2007
ADUAM/ Scure
/
5 axes
8 thèmes
Oui (par axes)
Oui
Schémas illustratifs
Ste Luce
débattu
27/10/2006
ADUAM
/
4
Oui (par axes)
Oui
Schoelcher
approuvé
14/03/2006
ADUAM/
Fazincani
/
3
Oui
Oui
Trinité
approuvé
17/06/2007
ADUAM
/
3
Oui
Non
approuvé
10/12/2003
modifié
le
20/12/2004
ADUAM
/
3
Oui
Non
Commune
Trois
(Les)
Ilets
et
en
Date
Forme
avant la
loi UH*
Maîtrise d’oeuvre
Alain
Alain
Spatialisation des
projets
Commentaires
étude
CETEM
évaluation
les
Elaboration
d’un
Schéma
de
Développement Communal (Léoture
pour le diagnostic / Orville pour le
Schéma
d’Urbanisme
Communal)
préalablement au PLU
*orientations générales et particulières dans un même document
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
10
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
2. Le cadre de l’étude : liste des PADD étudiés
Rappel méthodologique
L’objectif est d’obtenir une base efficace d’analyse sur
des projets d’aménagement suffisamment réfléchis et
concertés. Il est donc important que d’une part le
PADD ait pu être validé par les élus, et que d’autre
part il ait fait l’objet d’une concertation suffisamment
avancée avec les services de l’Etat, les Personnes
Publiques Associées (PPA) et la population. C’est
pourquoi la démarche a exclu les PADD qui n’ont pas
fait l’objet de débat au sein du conseil municipal ou
pour lesquels une évaluation environnementale est
prévue (Gros Morne, Sainte Anne) ou en phase de
démarrage (Ducos). En effet, l’évaluation
environnementale va entraîner des allers-retours avec
le PADD, ce qui va permettre de l’enrichir, ou de le
modifier pour répondre aux attentes en terme
d’environnement. Un nouveau débat sera alors peutêtre nécessaire.
Enfin, la présente étude est évolutive. Une fois la
méthode de travail validée et expérimentée, cette
liste pourra évidemment être progressivement
enrichie au fur et à mesure de l’état d’avancement
des PLU.
Cet échantillon représente un total de 14 communes pour 24 PLU prescrits (dont 10 ont été approuvés),
ou plus généralement 14 PADD pour 34 communes que compte la Martinique (un rapport de 4 pour 10 environ).
Au regard des structures intercommunales, cela correspond à la répartition suivante :
• Communes de l’Espace Sud : Anses d’Arlet, Le François, Le Marin, Rivière Salée, St Esprit, Ste Luce, Trois Ilets
soit 6 communes sur 12 que compte l’intercommunalité
• Communes de la CACEM : Fort-de-France, le Lamentin et Schoelcher soit 3 communes sur 4
• Communes de la CCNM : Bellefontaine, le Lorrain, le Robert, Trinité soit 4 communes sur 18
Chaque intercommunalité est donc représentée, avec toutefois une légère prééminence pour
intercommunalité de Martinique qui a lancé le plus de révision de ses Plans d’Occupation des Sols (POS)
Solidarité et Renouvellement Urbain. C’est aussi l’intercommunalité qui a connu la plus forte
démographique au dernier recensement général de population de 1999. La quasi-totalité de la
représentée (le PADD de Saint-Jospeh n’a pas encore été débattu).
la CAESM,
depuis la loi
progression
CACEM est
L’étude portera également sur la cohérence des projets d’aménagement avec les orientations du Schéma
d’Aménagement Régional. Par rapport aux zones géographiques définies dans le cadre du SAR, les zones Nord
Atlantique et Nord Caraïbes sont faiblement représentées (une commune par micro-région).
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
11
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Carte n°1 : Les PADD étudiés selon leur état
d’avancement
Carte n°2 : Les PADD étudiés et les 6 zones du SAR
Carte n°3 : Les PADD étudiés et les structures
intercommunales
Cartes à mettre à jour (le Lamentin et FdF)
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
12
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
3. Présentation des PADD étudiés du point de vue de la forme
Rappel méthodologique
Le PADD est désormais le document cadre qui gère
les modifications et révisions simplifiées tout au long
de la vie du document d’urbanisme, la formulation
des orientations est donc importante. En effet, la
notion d’ « économie générale du plan » est
remplacée par celle de l’économie générale du PADD.
Il faut donc éviter toute confusion dans
l’interprétation des orientations. Par ailleurs, le PADD
est un document de définition des orientations
stratégiques : la façon de présenter ou de formuler
les orientations traduit également les priorités de la
commune.
Un premier exercice d’analyse consiste à observer
comment les PADD se constituent d’un point de vue
formel.
6 Etat d’avancement
Cf. carte n°1
10 PADD ont été approuvés : Bellefontaine,
Fort-de-France, le Lamentin, le Lorrain, le Marin,
Rivière Salée, le Robert, Schoelcher, Trinité et
Trois-Ilets. La révision du PLU du Robert a été
prescrite.
3 PADD ont été débattus en conseil municipal
et ont été présentés lors de différentes réunions
aux services de l’Etat, aux Personnes Publiques
Associées et aux habitants
1 PADD a été arrêté, passé à l’enquête
publique et actuellement en attente de son
approbation (le François)
6 Maîtrise d’œuvre
La colonne sur la maîtrise d’œuvre permet de voir qui est intervenu sur l’aspect technique du document, et a ainsi
insufflé une certaine vision du territoire aux élus. Interlocuteur privilégié des communes, l’ADUAM a réalisé la
majorité des documents. Certaines collaborations ont eu lieu entre l’ADUAM et des architectes (Alain Fazincani pour
Schoelcher et Fort-de-France) ou un bureau d’étude spécialisé (l’agence SCURE pour St Esprit). Parmi les 14 PADD
communaux étudiés, 3 ont été réalisés par des bureaux d’études privés. Pour la commune du Marin, il est toutefois
précisé que le bureau d’études a complété et adapté un dossier préexistant réalisé par la commune.
6 Contenu réglementaire
Un seul document d’urbanisme, celui du Robert, a été approuvé avant l’application de la loi Urbanisme et Habitat
(UH) du 2 Juillet 2003. Avant la loi UH, le PADD pouvait comporter deux parties :
- une partie obligatoire qui exprime les orientations générales d’aménagement et d’urbanisme. Cette partie est
courte et synthétique.
- une partie facultative qui définit les orientations et prescriptions spécifiques concernant plus spécifiquement
des espaces ou quartiers, ou des actions publiques. Elles se présentent soit sous forme thématique soit
sous forme sectorisée
Le PADD par ailleurs était directement opposable aux autorisations de construire, ce qui était source de contentieux.
La loi Urbanisme et Habitat est venue simplifier les PADD :
1- le PADD a désormais pour fonction exclusive de présenter le projet communal pour les années à venir, de
manière simple (quelques pages) et accessible à tous les citoyens. Il est allégé de son contenu juridique
inutile et risqué. Il demeure toutefois le document cadre du PLU, notamment en cas de modification ou de
révision simplifiée
2- la partie orientations particulières est désormais dans un document à part, facultatif toujours, mais auxquels
tous projets ou travaux doivent être compatibles. Par ailleurs ces orientations particulières concernent
désormais uniquement des secteurs particuliers du territoire.
Dans le cas du PLU de la commune du Robert, approuvé avant la loi UH, la partie facultative a été traitée sous
forme de prescriptions thématiques. Celles-ci abordent plusieurs sujets en rapport avec un des 6 items de l’article
R.123-3 du Code de l’urbanisme2, sans pour autant que cela concerne un secteur en particulier. Cela explique en
partie la particularité du contenu du PADD par rapport aux autres communes. Les axes de la partie obligatoire sont
ainsi peu développés (il s’agit plutôt de la description des axes prioritaires du PADD), en contrepartie la partie
facultative est plus détaillée afin de préciser les objectifs d’aménagement. On note également que les titres des axes
du PADD de Rivière Salée évoquent les 6 alinéas de l’article R123-3 du Code de l’Urbanisme qui ont été supprimés
suite à la loi Urbanisme et Habitat, ainsi que deux des objectifs du PADD de Bellefontaine.
2
Cf. Annexe 2
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
13
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
6 Nombre d’axes
La structuration en axes peut refléter une vision
tantôt analytique, tantôt synthétique, parfois alliant
les deux.
- 8 PADD sur 13 présentent 3 ou 4 axes.
- Le PADD de Bellefontaine s’est concentré sur
2 thématiques (urbain et environnement).
- Les PADD de Fort-de-France et de St Esprit se
structurent en deux temps : une première,
présentant les ambitions (4 pour Fort-deFrance) et axes généraux (5 pour St Esprit),
la deuxième déclinant ces orientations
générales
en
thématiques
plus
« techniques » (7 pour Fort-de-France, 8
pour St Esprit).
- Le Robert comprend deux parties : 8 axes et 6
prescriptions. Le PADD du Robert comprend
le plus d’axes, qui se retrouvent de manière
indirecte dans les prescriptions particulières.
- Le PLU de Rivière Salée comprend 5 axes,
dont un « original » par rapport aux autres
communes sur le sport et la culture
- Le PLU du Lamentin se structure autour de 10
axes
6 Présence d’un diagnostic introductif
La formulation du PADD est intimement liée à celle du diagnostic du rapport de présentation : la politique
d’ensemble qui est définie doit pouvoir apporter des réponses aux problèmes soulevés par l’analyse du territoire et
de ses composantes. Plusieurs choix ont été effectués :
- certains PADD présentent un diagnostic synthétique permettant de re-situer les enjeux qui déterminent le
projet. Les PADD des Anses d’Arlet et de Sainte Luce présentent préalablement à chaque axe la synthèse
du diagnostic le concernant. Le PADD du François présente en introduction les éléments clefs du
diagnostic, et se concentre sur la notion de développement durable. Les autres PADD présentent une
synthèse rapide.
- la ville de Fort-de-France n’expose pas de diagnostic synthétique mais elle a choisi de partir de ses 4 grandes
ambitions pour présenter les orientations. Ces « ambitions » sont les reflets des enjeux de la commune
issus du diagnostic. De même, le Lamentin expose les grands principes législatifs, donne la définition du
développement durable et explicite les composantes du développement durable du projet du Lamentin.
6 Choix d’une spatialisation des orientations
Il est possible de formuler les orientations d’aménagement de manière uniquement écrite. Elles peuvent être
complétées par une représentation graphique sous forme de schémas ou cartes. Il n’y a là encore aucune
d’obligation. Toutefois, la spatialisation des orientations facilite également la lecture du document, surtout pour des
personnes extérieures au territoire.
Plus de 70% des communes ont choisi la spatialisation de toutes ou de certaines orientations. La commune de Ste
Luce présente une cartographie par axe, celle de Fort-de-France uniquement sur l’orientation urbaine. De manière
générale, ces cartographies ne concernent que certaines orientations et sont relativement schématiques. Les 4
communes du Marin, Robert, Trinité et des Trois Ilets ne disposent pas de spatialisation des orientations.
6 Présence d’études préalables ou complémentaires
Deux PADD ont fait l’objet d’une évaluation environnementale : Fort-de-France et François. La démarche
d’évaluation environnementale est récente pour les PLU : ainsi en Martinique, seule deux communes ont fait l’objet
d’une évaluation environnementale, toutes les deux suite à un premier arrêt du projet. Cette démarche a permis de
réajuster le PADD aux enjeux environnementaux.
Le PADD qui est retenu par la commune du Robert tient compte d’un long travail de réflexion sur l’aménagement
commencé depuis 1990 et qui s’est traduit par l’élaboration d’un Schéma de Développement Communal comprenant
deux volets :
- un volet « Diagnostic » (confié à l’Atelier d’Architecture Léoture)
- un volet « Schéma d’Urbanisme Communal » (confié à l’Atelier d’Architecture Orville).
Le Schéma de Développement Communal a été conçu, dès le départ, comme un document d’orientation de
l’urbanisation, à moyen et long terme.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
14
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Tableau n° 2 : Synthèse simplifiée des orientations des PADD
Anses d’Arlet
1- Valoriser et aménager les espaces bâtis de la commune
2- Impulser le développement économique sur le territoire, créateur d’emploi
3- Désenclaver la commune
Bellefontaine
1- Favoriser le développement urbain
2- Préservation et valorisation de l’environnement comme base du développement
Fort-de-France
4 ambitions :
- Développer une cohésion spatiale facteur de cohésion social
- Assurer un développement urbain efficace et solidaire
- Une ville attractive et rayonnante
- Une ville agréable à vivre, moderne et réactive
Les orientations
1- Recentrer le développement urbain
2- Améliorer quantitativement et qualitativement l’offre de logements
3- Rendre le centre ville plus attractif
4- Mettre en place une politique de déplacements privilégiant les transports collectifs (avec lien avec le PDU)
5- Prendre en compte le territoire communal dans son ensemble et comme partie d’un tout plus vaste (lien avec le SAR et le SCOT)
6- Favoriser le développement économique, commercial et touristique
7- Une meilleure prise en compte de l’environnement et de la gestion des ressources dans le développement urbain
François
1234-
Poursuivre en l’intensifiant, le renouvellement de la ville Basse
Accompagner la mutation des quartiers hauts et littoraux en futurs pôles urbains secondaires, tout en limitant l’étalement urbain
Actionner le levier économique en consolidant les acquis des secteurs traditionnels et en impulsant une dynamique favorisant l’implantation de nouvelles activités
Utiliser tous les atouts du patrimoine naturel et culturel en prenant en compte les risques
Lamentin (Le)
1- Reconquête du centre bourg
2- Aménager le Grand Bourg Lamentinois
3- Organiser la desserte du Grand Bourg
4- Organiser la multipolarité urbaine
5- Adapter la politique du logement
6- Le Lamentin : ville détente
7- La requalification des zones d’activités
8- Pérenniser les espaces agricoles et naturels
9- Repenser les déplacements
10- Promouvoir l’action écocitoyenne
Lorrain (Le)
1- Les principes de fonctionnement (mobilité et infrastructures routières)
2- Les principes de développement et de renouvellement urbain
3- Les principes de protection et de mise en valeur paysagère
+ Mesures spécifiques de protection
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
15
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Marin (Le)
1234-
Affirmer la cohérence équilibrée du territoire
Encourager la dynamique économique
Rééquilibrer l’implantation des équipements collectifs
Donner à la composante environnementale une dimension transversale
Rivière Salée
1234-
Développer et réaffirmer la centralité des deux bourgs au travers d’actions qui relèvent de l’article R.123.3, alinéa 1
Accompagner le développement économique
Actions spécifiques logement et habitat relevant de l’article R 123-3 alinéa 1
Actions spécifiques sur la dynamique sportive et culturelle de la ville relevant des dispositions de l’article L 110 qui confie à chaque collectivité publique d’assurer sans
discrimination aux populations résidentes et futures les conditions d’habitat, d’emploi, de services et de transports répondant à la diversité de ses besoins et de ses
ressources
Aménagement et protection des espaces naturels remarquables au travers d’actions qui relèvent de l’article R123.3 sixième alinéa
Le traitement et la mise en valeur de la baie, au travers d’actions qui relèvent de l’article R 123.3.2° et 3°
Restructuration de quartiers
Renforcement des pôles urbains
Rééquilibrage du développement Nord/ Sud
Amélioration du logement et de l’habitat
Accompagnement de la dynamique sportive et culturelle de la ville
Développement de l’activité et des productions agricoles
Assurer la protection des paysages et des ressources
Robert (Le)
512345678-
Prescriptions spécifiques
1- Mise en valeur de la baie
2- Restructuration de secteurs particuliers (R 123.3.2°) autour de deux volets, économique et social
3- Amélioration des entrées de ville (article R 123-3-5)
4- Sauvegarde de la diversité commerciale des quartiers (article R123-4) autour de deux actions spécifiques (implantation d’un centre commercial à Cité la Croix et
renforcement du commerce de proximité et émergence de commerces liés au tourisme)
5- Renouvellement et renforcement des pôles urbains
6- Mesures destinées à assurer la protection des paysages et des ressources (article R 123-3-6)
St Esprit
5 axes
1- Développer la ville,
2- Renforcer le rôle central du bourg,
3- Favoriser la cohésion sociale,
4- Valoriser l’identité spiritaine,
5- Préserver l’environnement
8 thèmes
1- Habitat
2- Equipements,
3- Activités économiques,
4- Déplacements,
5- Patrimoine bâti,
6- Agriculture,
7- Espaces naturels,
8- Risques et nuisances
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
16
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Ste Luce
1234-
Améliorer la fonctionnalité du bourg et renforcer la desserte entre les quartiers et le bourg
Favoriser le développement et renouvellement urbain
Maintien et développement de l’activité économique – créer des espaces d’accueil pour les entreprises
Protéger et mettre en valeur les paysages
Schoelcher
1- Le Grand Est, secteur prioritaire de développement
2- Aménager la façade maritime
3- Valoriser l’environnement urbain et naturel
Trinité
1- La structuration de l’espace urbain central
2- La valorisation des espaces littoraux
3- La préservation des ressources naturelles et du patrimoine
Trois Ilets
1- Les opérations de renouvellement urbain
2- L’accueil de l’urbanisation nouvelle : description des zones AU
3- La protection de l’environnement
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
17
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Tableau n° 3 : Analyse des thématiques principales repérées par poids respectifs dans les grands titres du PADD
Note de lecture : ce tableau a été réalisé uniquement au regard des orientations révélées par les grands titres (tableau n°2), sans rentrer dans le détail des orientations (annexes 1).
Anses
d’Arlet
Bellefon
-taine
Fort-deFrance
François
Lamentin
(le)
Lorrain
(le)
Marin
(le)
Rivière
Salée
Robert
(le)
St
Esprit
Ste
Luce
Schoelcher
Trinité
Trois
Ilets
Environnement
Risque
Paysage
Patrimoine
Environnement urbain
Ressources naturelles
Aménagement
des
espaces
littoraux/
façade maritime
Transport
déplacements
et
Economie
Agriculture
Equipements publics
Urbain
- Développement urbain
- centralité(s)/ pôles
urbains
- Renouvellement urbain
Actions sur le logement/
habitat
Cohésion sociale
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
18
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
4. Les priorités d’aménagement dans les PADD
Rappel méthodologique
Cette partie s’appuie sur une méthode en deux
temps :
Graphique n°1 : Les thématiques phares selon le nombre de PADD les évoquant
1
la synthèse simplifiée permet de porter un
premier regard sur les priorités qui ressortent
uniquement à partir des grands titres. Cette analyse
même si elle reste encore partielle, a permis de
constituer les deux paragraphes qui structurent
l’analyse dite de fond : l’un sur les thèmes les plus
porteurs et l’autre sur les thèmes plus spécifiques.
2
la synthèse détaillée permet de dégager les
autres priorités qui n’apparaissaient pas dès le grand
titre, et donc d’affiner chacune des thématiques.
C’est également la synthèse détaillée qui facilite
l’élaboration de tableaux thématiques.
Réalisation : ADUAM
4.1. Les thèmes les plus porteurs
Les thèmes les plus importants sont liés aux problématiques urbaines et environnementales. C’est parce que ces
thématiques sont importantes, et très riches que le tableau n°3 détaille les sous-thèmes (ex : pour
l’environnement : risque, patrimoine, paysage et ressources naturelles) qui sont réellement abordés au travers de
ces thématiques très générales.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
19
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
4.1.1. Thématiques liées aux problématiques urbaines
„ Deux thèmes majeurs :
développement
urbain
l’affirmation des centralités
le
et
Ce sont les deux notions majeures qui se dégagent
du tableau n°3. Dans le cadre du développement
urbain, il s’agit pour les communes de mettre en
avant leur volonté d’étendre l’urbanisation existante
afin de répondre aux besoins en terme de logements
mais aussi d’activités, de services et d’équipements.
Sont affichés dès l’orientation générale :
- la volonté de mener des actions directes sur le
logement pour Fort-de-France, le Lamentin,
Rivière Salée et le Robert
- la position spatiale de ce développement futur
pour Schoelcher (Grand Est), François
(Pointe Courchet), le Marin (densifier
quartiers Est et Ouest), St Esprit (au sud de
la rivière des coulisses et de la rue
Schoelcher, au lieu-dit de « l’Avenir »), le
Lorrain et le Lamentin (carte PADD) et Le
Robert (Rééquilibrage Nord/ Sud, en
direction du Sud). Pour Ste-Luce : ZAC de
Pont Café et Deville, pour les Anses d’Arlet,
des densifications de quartiers mais pas de
véritable différentiation entre « dents
creuses » et « extensions urbaines ».
Si l’introduction de notre étude a permis d’insister sur
le fait que les PADD n’étaient pas des listings de
projets, on peut regretter que les projets
d’extension urbaine soient spatialisés de
manière peu précise (Cf. lisibilité des orientations).
Le renforcement de centralité(s)
Graphique n°2 : Les sous-thèmes urbains les plus porteurs
s’exprime également de manière forte
selon le nombre de PADD les évoquant
dans les PADD : pour beaucoup de
communes de Martinique, la polarité
n’est pas ressentie comme évidente ni
facile. « Réaffirmer », « renforcer »,
« développer » les centralités sont des
mots récurrents. Par ailleurs le pluriel
est important pour la Martinique car au
sein d’une même commune se dessine
toujours plusieurs polarités. Cette
notion se retrouvera également dans
l’idée de restructuration du bourg
centre mais aussi des quartiers ruraux.
Fort-de-France et le Marin mettent
particulièrement l’accent sur cette
notion de centralité : Fort-de-France par
Réalisation : ADUAM
rapport à son double rôle dans
l’agglomération Centre et dans l’ensemble de la Martinique, le Marin en tant que pôle récepteur et pôle rayonnant
dans le sud. La notion de polarité pour le Marin est reliée à l’axe économique : « Encourager la dynamique
économique (favoriser et encourager la dynamique bipolaire) ». Pour Fort-de-France, la notion est élargie à tous les
domaines.
Cette recherche de centralité(s) se traduit également indirectement par la notion de gestion de l’ « étalement
urbain » :
" le terme apparaît dès le grand titre pour le François (accompagner la mutation des quartiers hauts et littoraux en futurs
pôles urbains secondaires, tout en limitant l’étalement urbain).
" le terme « étalement urbain » est, au sein des objectifs et actions à mettre en œuvre, utilisé ainsi dans 4
communes : Anses d’Arlet (en parlant des quartiers de l’arrière pays), le Lamentin, le François (dès le grand titre) et
Schoelcher. Le Marin ne cite pas exactement ce terme mais l’idée s’exprime au travers de la volonté de réaffirmation
du gel de l’urbanisation par rapport aux espaces agricoles et naturels mités (orientation 1). Pour St Esprit, l’idée de
fixer des limites à l’urbanisation étalée s’exprime au travers du thème environnemental, par la volonté de maintenir
des coupures d’urbanisation.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
20
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
„ Le renouvellement urbain perçu sous l’angle de la vacance et des dents creuses
« La notion de renouvellement urbain, avec l’idée de « faire
la ville sur la ville », s’impose (…) aux municipalités qui
réfléchissent à une démarche de reconquête. Le souhait
d’un ralentissement de la croissance urbaine et l’accent
clairement mis sur le développement durable par l’intitulé de
la loi offrent des perspectives favorables à une politique de
renouvellement urbain. Il faut « remettre en état » les
zones urbaines abandonnées, en cours de dégradation, pour
permettre leur revitalisation. »
Si la notion de « développement urbain » domine, celle de « renouvellement urbain » - c’est-à-dire la gestion de
l’urbanisation existante – apparaît également prioritaire. Elle l’est dès le titre pour 5 communes : François, le
Lamentin, le Lorrain, Ste Luce et Trois Ilets. Toutefois cette analyse sera partielle si on ne s’en tient qu’aux grands
titres : en réalité la gestion de l’existant apparaît pour les autres communes au moins dans un sous-objectif ou une
action à mettre en œuvre (Cf. tableau n°4). Le renouvellement urbain est considéré majoritairement par les
communes concernées comme un outil de l’aménagement urbain essentiellement au travers de la gestion des
dents creuses, de l’habitat insalubre et de la vacance. La question du renouvellement urbain est sous-tendue
par celle de la gestion de la densité.
CERDD (Centre Ressource du Développement Durable) du
Nord Pas-de-Calais
Tableau n° 4 : Le renouvellement urbain dans les PADD
Communes
Priorité dès le Observations
grand titre
: la réhabilitation du patrimoine urbain vacant ou à l’abandon et de manière plus général, la densification du bourg et des quartiers de l’arrière-pays
Anses d’Arlet
: traitement des « dents creuses » dans le cadre de la réaffirmation de la centralité, accompagner le renouvellement urbain par la création des équipements
Bellefontaine
Fort-deFrance
François
Le Lamentin
Le Lorrain
Le Marin
Rivière Salée
Le Robert
St Esprit
Ste Luce
Schoelcher
Trinité
Trois-Ilets
nécessaires, densification programmée et progressive des quartiers ruraux
: « réurbaniser les territoires », rendre le centre ville plus attractif en remédiant à la vacance, « reconquête urbaine », opération ANRU et GPV etc.
: 4 objectifs pour le renouvellement urbain (requalifier des espaces publics, inciter au renouvellement urbain (espaces libres, délaissés…), solidariser « les
morceaux » de la ville Basse en les reliant à la vieille ville au-delà des berges du canal et avec une ouverture sur la mer, améliorer les conditions de
déplacements)
: 1ère orientation « Inventer un nouveau centre ville ! »
Actions : sur le foncier (réserves foncières), sur la trame urbaine (recomposition du tissu urbain), sur le bâti (résorption de l’habitat insalubre, requalification
du patrimoine bâti et réalisation de petites opérations mixtes), sur les équipements (création de lieux publics ouverts et attrayants) et
sur la desserte (aménagement des « portes d’accès » à la ville, des traversées et de l’organisation des déplacements)
: 2ème orientation « aménager le Grand Bourg » - lien avec les dispositifs de rénovation urbaine
: Favoriser le renouvellement et le renforcement du front de mer de la ville, conforter les équipements de la commune, développer l’économie rurale
: réintroduire du logement dans le centre ancien, favoriser le logement intermédiaire privé dans les espaces interstitiels du Bourg, et de manière générale
densifier l’habitat groupé ou aggloméré
: densification des secteurs bâtis du Grand Bourg et de Petit Bourg (dents creuses)
: prescription spécifique n°5 sur le renouvellement et renforcement des pôles urbains (traitement des dents creuses, amélioration du cadre de vie,
opérations urbaines au contact de l’existant, création et renforcement de nouvelles centralités)
: le thème de l’habitat permet d’aborder le renouvellement urbain comme un outil pour diversifier les espaces urbains déjà constitués
: Augmentation du COS dans le bourg, traitement de l’habitat insalubre, possibilité de réaliser une OPAH, acquisition par la commune de réserves foncières
peu ou pas utilisées dans le centre bourg afin de réaliser de petites opérations de logement, réalisation de projets immobiliers encadrés par la municipalité
(projets LES aux Coteaux et à Pavillon), accompagnement des initiatives individuelles pour la construction de logements (logements intermédiaires)
: la notion de renouvellement urbain n’apparaît véritablement qu’au travers les actions à mettre en œuvre pour l’extension urbaine vers des quartiers
existants (Ravine Touza Sud/ Case Navire et plateau Fofo/ Donatien)
: la restructuration de l’espace urbain central
: 3 secteurs identifiés : le Bourg (Interventions sur le tissu existant, renforcement de la fonction de centralité, actions d’accompagnement), l’Anse Mitan et
Anse à l’Ane (requalification d’espaces publics et d’équipements)
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
21
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
„ La politique du logement
5 communes soit un peu plus d’un tiers de
l’échantillon, posent la question du logement
comme majeure dès le grand titre :
Fort-de-France :
orientation n°2 « Améliorer quantitativement et
qualitativement l’offre de logements »
orientation 1, objectif 2 : « Favoriser la réhabilitation et la
construction de logements tout en préservant l’équilibre de
la ville »
-
-
Le Lamentin : 5ème orientation « Adapter la
politique de logement »
St Esprit : thème n°1 « Habitat » et deux
objectifs « augmenter et diversifier l’offre de
logement » et « lutter contre l’habitat insalubre »
Rivière Salée : Orientation 3 « Actions
spécifiques logement et habitat relevant de
l’article R 123-3 alinéa 1 »
Le Robert : Orientation 5 « amélioration du
logement et de l’habitat »
Ö La question de la diversité des logements : l’accent sur le logement social
3 angles d’approche peuvent être pris en compte à la lecture des différents PADD : le type d’habitat (lorsqu’il est
mentionné), le type de logement précisé dans le PADD (lié sa « catégorie sociale ») et les publics spécifiques visés.
Cette méthode s’appuie uniquement sur la lecture des documents : si le terme n’est pas évoqué dans le texte, la
case correspondante ne sera pas remplie. Toutes les communes étudiées évoquent au moins une fois le terme de
diversité de logements, en dehors du Marin qui n’utilise pas ce terme. Par contre Le Lorrain et Trinité n’apparaissent
pas dans le tableau ci-dessous, car ces communes n’évoquent pas d’orientations ou d’actions correspondant à notre
grille d’analyse.
" St Esprit et Fort-de-France sont les seules communes à aborder la cohésion sociale comme un axe majeur et
défini à part entière. Par contre toutes les communes évoquent le terme de logement social
Tableau n° 5 : Approche de la diversité des logements au travers des PADD
Communes*
Type d’habitat
Collectif
Individuel
Anses d’Arlet
Bellefontaine
20% parc
Fort-de-France
François (lLe)
Lamentin (le)
Marin (le)
Rivière Salée
Robert (le)
St Esprit
Ste Luce
Schoelcher
Petits collectifs
Trois Ilets
* hors Lorrain et Trinité qui n’évoquent pas d’orientations ni
d’actions spécifiques sur ce thème
Mixité sociale
Type de logements
Termes évoqués précisément dans le PADD*
Social
Accession à la Intermédiaire/
propriété
moyenne
gamme
Publics spécifiques
Haut
gamme/
standing
de
Personnes
âgées
Jeunes
ménages
Etudiants
* termes par conséquence non exhaustifs
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
22
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Tableau n° 6 : Détail des actions et/ou intentions sur le logement mentionnées dans chaque PADD3
Anses d’Arlet
: logements sociaux, reconstruction maison de retraite, pour une « diversification des logements », accessibles à tous
Bellefontaine
: favoriser des programmes de logements en veillant à la mixité sociale et au logement collectif (20% du parc), logements spécifiques pour personnes âgées
Fort-de-France
: favoriser sur le territoire communal des implantations variées de typologies de logements et par là même d’ouvrir le panel des catégories sociales résidant dans la
commune, soit :
Favoriser l’accession à la propriété et la construction de logements destinés à accueillir les diverses couches sociales. Dans les grands ensembles d’habitat social (Dillon,
Godissard-Floréal, Cité Trénelle, Cité Bon Air) la priorité va à la réhabilitation du parc et la diversification de l’offre de logement (décohabitation, résidentialisation).
Développement de « petits » programmes en centre-ville, reconquête des îlots anciens ou insalubres, des bâtiments vacants, incitation à l’occupation des étages des
commerces par du logement. Prise en compte des publics spécifiques : personnes âgées, étudiants, ménages précaires, habitants du centre ville
Le François
: répondre à la demande de certains types de population à la recherche de petits logements (tels que jeunes décohabitants ou personnes âgées mais également couples
avec ou sans enfants), veiller à favoriser la mixité, construction de logements sociaux (restructuration cité La Jetée)
Le Lamentin
: Créer une nouvelle offre de logements intermédiaires et de standing (Réalisation de petites opérations de logements locatifs ou en accession offrant des prestations de
qualité supérieure)
: Faire évoluer l’offre de logements sociaux (Réalisation de petites opérations de logements sociaux « intégrées » en milieu urbain, dans le Grand Bourg, dans le pôle urbain
secondaire ou dans les quartiers)
Le Marin
: réintroduire du logement dans le centre historique en l’adaptant quantitativement et qualitativement aux contraintes du site et aux nouvelles exigences de la demande,
inciter à l’implantation de logements intermédiaires et privés dans les espaces interstitiels du Bourg, promouvoir et réaliser des lotissements et des logements moyen à haut
standing dans les quartiers périphériques, limitation de la « prolifération » des logements sociaux en particulier dans les quartiers périphériques et les écarts
Rivière Salée
: création d’une structure d’accueil privée pour personnes âgées (Village d’or) offrant des services diversifiés, recherche d’une plus grande diversification de l’offre afin de
favoriser la mixité sociale (inciter à la création de logements intermédiaires)
Le Robert
: recherche d’une plus grande concordance entre l’offre et la demande de logements, et d’une meilleure cohésion sociale. Ralentissement des efforts consentis en matière
de construction de grands ensembles de logements sociaux en locatif, avec recherche d’une plus grande diversification de l’offre afin de favoriser la mixité sociale. En
particulier il s’agira de mettre l’accent sur l’accession à la propriété
St Esprit
: réalisation d’environ 500 logements pour atteindre l’objectif de population. Production de logements diversifiés. Réalisation d’opérations de logements sociaux, dans le
centre comme dans les quartiers (tout en veillant à ce qu’elles ne comportent pas plus d’une cinquantaine de logements). Actions en faveur de l’habitat des personnes
âgées (création d’une résidence services dans le secteur de l’Avenir). Résorption de l’habitat insalubre sur des secteurs ciblés (à Grand-Bassin où une cinquantaine de
logements sociaux sont en cours de construction). Réhabilitation d’une cinquantaine de logements avec en retour sur le marché locatif de logements vacants dans le cadre
de l’Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat (OPAH) mise en place en 2006. Un Projet d’Intérêt Général (PIG) en faveur du parc locatif privé, et sa prorogation
sur 2008, mise en œuvre d’une OPAH de renouvellement urbain (OPAH-RU). Mesures plus coercitives telles que des arrêtés de ravalement obligatoire, des procédures
d’abandon manifeste, des arrêtés d’insalubrité et de péril.
Ste Luce
: programme de relogement dans LES à Morne Pavillon, réalisation de projets immobiliers encadrés par la municipalité (projets LES aux Coteaux et à Pavillon),
accompagnement des initiatives individuelles pour la construction de logements (logements intermédiaires)
Schoelcher
: préserver l’identité en favoriser le développement des maisons individuelles et des petits collectifs, Adapter la production de logements sociaux à la croissance de la
commune (Développement en priorité de petites opérations insérées dans le tissu urbain, par ex le bourg ou Fond Lahayé, permettant notamment de répondre aux
demandes des personnes âgées ou des étudiants), répondre aux besoins spécifiques des populations âgées
Trois Ilets
: programme de 36 logements collectifs sociaux près du centre
3
En dehors Lorrain et Trinité qui n’évoquent pas d’orientations ni d’actions spécifiques sur ce thème
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
23
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
" Le terme de « mixité sociale » est employé dans
les orientations de 6 PADD : Anses d’Arlet,
Bellefontaine, François, le Lamentin, Rivière Salée et
le Robert
Pour le logement social, 4 communes affichent une
volonté de changement et de diversification :
- Le Lamentin : après une grande période de
construction de logements sociaux, répondre
aux
besoins
des
couches
sociales
intermédiaires voire à terme de standing
dans l’objectif de la mixité
- Le Marin : limitation de la « prolifération » des
logements sociaux en particulier dans les
quartiers périphériques et les écarts
- St Esprit : aider le parc locatif social classique
mais aussi le parc locatif privé (Projet
d’Intérêt Général (PIG)
- Le Robert : ralentissement des efforts
consentis en matière de construction de
grands ensembles de logements sociaux en
locatif
" La mention spécifique à des actions pour les
personnes âgées se retrouve pour 7 PADD : Anses
d’Arlet, Bellefontaine, Fort-de-France, le François, St
Esprit, Schoelcher et Rivière Salée. D’ailleurs, la
mention aux personnes âgées est plus récurrente que
celle aux jeunes ménages et/ou étudiants
" La volonté de résorption de l’habitat insalubre
est exprimée par plus des 3/4 des communes : Anses
d’Arlet, Bellefontaine, Fort-de-France, Le François, le
Lamentin, le Marin, le Lorrain, Le Robert, St Esprit,
Ste Luce, Trinité et Trois Ilets. L’outil opérationnel de
RHI est évoqué pour 7 de ces communes (Anses
d’Arlet, Fort-de-France, le Lamentin, le Lorrain, St
Esprit, Ste Luce et Trois Ilets).
St Esprit mentionne l’outil OPAH – RU (OPAH de
renouvellement urbain)
Ö Une politique foncière abordée par un PADD sur deux
Les conclusions qui vont suivre sur la politique foncière des communes sont à interpréter avec précaution. En effet,
certaines communes utilisent l’outil foncier du PLU dans le zonage mais parfois ne le mentionnent pas dans le PADD,
le foncier restant un outil pour le projet. D’autres communes vont l’aborder dans le PADD sans autres précisions
mais on ne sait pas dans quelle mesure cette politique s’est concrétisée dans le zonage du PLU, au travers
d’emplacements réservés et de servitudes de logements au titre de la loi ENL notamment.
La politique foncière est mentionnée dès le PADD pour 7 communes (la moitié de notre échantillon) :
- Le Robert affiche sa volonté de mettre à profit une réserve foncière de 4 ha à Vert Pré ainsi que la réalisation
à Derrière bourg d’une opération communale d’aménagement, véritable pôle d’animation de la commune
sur un vaste terrain de près de 7 ha déjà en quasi-totalité libéré ;
- Anses d’Arlet, le François et Ste Luce : volonté de poursuivre la recherche de foncier déjà amorcée ;
- Le Lamentin, Le Lorrain : la politique foncière comme outil de la rénovation urbaine (traiter les dents creuses
et les espaces sous-occupés)
- Trinité : accent fort mis sur la politique foncière (outils présentés par la commune comme liés au foncier :
moyens habituels d’acquisition du foncier, procédure d’abandon manifeste, d’intervention sur le bâti privé
urbain dans le cadre d’une convention d’OPAH, opération de résorption de l’habitat insalubre confiées à la
CCNM, opérations de réorganisation foncière dans les secteurs littoraux occupés par une urbanisation
diffuse en coordination avec l’Agence des 50 pas).
La procédure d’Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat (OPAH) est évoquée par un peu plus de la moitié
dans les PADD (8 PADD sur 14). Les PADD de St Esprit et Fort-de-France se distinguent par la mention à l’OPAH dite
de « renouvellement urbain ».
Ö Une quantification des besoins rarement définie
En conclusion, il semble que peu de communes abordent la politique du logement à part entière : elle reste
en filigrane derrière la problématique du renouvellement urbain et de recherche de centralité. Il est vrai d’ailleurs
que le PLU ne peut remplacer un PLH (Programme Local de l’Habitat) dont le rôle est bien de définir cette
politique. Or aucune commune de Martinique n’est dotée de PLH.
Les PADD de manière générale évoquent peu la quantification des besoins en logements. Ainsi, seule les communes
de Fort-de-France, du Lorrain, du St Esprit et de Bellefontaine affichent des objectifs de population :
- Bellefontaine : multiplier par 3 la population en 10 ans (4 à 5000 habitants)
- Fort-de-France : dépasser les 100 000 habitants
- Le Lorrain : gain de 800-850 habitants soit une population estimée à 9000 à 9100 habitants en 2013 (voir
rappels des objectifs)
- St Esprit : dépasser les 10 000 habitants d’ici 10 ans. Cela suppose une croissance plus forte (1,39 % annuel)
que celle qu’elle a connu durant la période 1999/2005 (1,02 % annuel). La réalisation de cet objectif
suppose la réalisation d’environ 500 logements.
Toutefois ces objectifs ne sont pas toujours associés dans le PADD à un objectif en terme de logement (quantité,
rythme), en dehors de la commune du Lorrain (entre 750 et 800 logements) et de St Esprit (500 logements, et
veiller à ce que les opérations de logements sociaux ne dépassent pas 50 logements par opération).
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
24
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
4.1.2. Thématiques liées à la problématique « environnement »
L’environnement dispose d’un poids identique à celui
de l’urbain dans le cadre des grands titres du PADD.
Au sein de l’intitulé des grands titres qui définissent
les priorités de la commune sur l’environnement (Cf.
tableau n°3 p.18), on retrouve des « précisions » sur
la notion, ce qui dessine un certain nombre de
priorités4 :
- le risque (Le François, St Esprit et Le Robert)
- le paysage (Le François, Le Lorrain, Robert et
Ste Luce)
- le patrimoine (Le François, St Esprit et Trinité)
- l’environnement
urbain
(Fort-de-France,
Schoelcher)
- les ressources naturelles (Fort-de-France, Le
Robert et Trinité)
Cela ne signifie pas évidemment que ce sont les
seules thématiques abordées ultérieurement. Par
contre, cela souligne quels sont les thèmes porteurs
pour les communes.
Graphique n°3 : Les sous-thèmes environnementaux les plus
porteurs selon le nombre de PADD les évoquant
Réalisation : ADUAM
„ Trois visions de l’environnement
Trois grandes typologies se dessinent :
Environnement sous l’angle
urbain
Fort-de-France, Schoelcher
4
Le Marin évoque la notion de transversalité de la notion
environnement (cf. l’intitulé de sa 4ème orientation)
Environnement comme outil
de Développement
Bellefontaine, Anses d’Arlet
Préservation
et
valorisation
de
l’environnement
Le François, le Lamentin, le Lorrain, le Marin,
St Esprit, Rivière Salée, le Robert, Trinité, les
Trois Ilets
1- Environnement pris sous l’angle urbain
Les deux communes de Fort-de-France et Schoelcher lient intimement l’environnement et l’urbain : il s’agit de
prendre en compte l’environnement dans le développement urbain pour Fort-de-France, et de s’attacher à
l’environnement urbain pour Schoelcher. Cette vision est originale par rapport aux autres PADD, mais reflète
également le caractère très urbain de ces deux territoires.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
25
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
2Environnement
développement
comme
outil
de
Pour Bellefontaine et les Anses d’Arlet,
l’environnement est relié de manière plus globale
avec la notion de développement : l’environnement
doit servir de base au développement (touristique et
agricole notamment) pour Bellefontaine. Pour les
Anses d’Arlet, l’environnement est traité comme le
« levier de l’attractivité touristique à préserver ».
Dans ce cadre, aux Anses d’Arlet, les espaces
naturels et le patrimoine bâti sont abordés au sein de
l’orientation économique.
3- Environnement naturel : préservation et
valorisation (le cas le plus courant)
Le François : l’environnement est traité sous ses
deux dimensions. Ses atouts à préserver et valoriser :
paysage, mer, patrimoines bâtis et naturels. Ses
contraintes à prendre en compte : les risques
naturels. Préservation et mise en valeur sont liés.
Le Lamentin : l’approche « éco citoyenne » de la
thématique environnementale est originale. Elle met
en avant la notion de politique économe des
énergies, outre la gestion de l’assainissement et des
zones inondables.
Le Lorrain : les 4 objectifs liés à l’orientation sur les
« paysages » portent sur les espaces naturels à
protéger, les espaces voués à l’agriculture, les zones
à risques naturels et la valorisation des paysages
communaux
« espaces naturels » à préserver mais aussi à mieux aménager (entrées de ville).
Rivière Salée : l’environnement est abordé sous le thème de l’aménagement et de la protection (encadrer la
découverte des milieux)
Le Robert : l’environnement est traité sous l’angle de la protection des espaces remarquables et des ressources. Sa
dimension « aménagement » et mise en valeur est évoquée uniquement pour le projet d’aménagement de la façade
maritime.
Trinité : à l’instar du Robert, l’axe de valorisation des espaces naturels porte spécifiquement sur les espaces
littoraux. L’accent est mis sur l’objectif de coexistence harmonieuse entre les différentes fonctions de l’espace
littoral.
Trois Ilets : outre l’orientation générale sur la protection de l’environnement, les élus ont souligné plus
particulièrement pour les quartiers ruraux la nécessité du maintien de l’équilibre entre développement et protection.
Une spécificité dans les actions à mettre en oeuvre : la volonté d’élaboration d’une charte paysagère avec le PNRM
„ Le cadre de vie : réhabiliter le bâti, améliorer la qualité des
réseaux et des déplacements
Le tableau ci-après n’a pas pour objectif de lister toutes les thématiques liées au cadre de vie. Au contraire, il s’est
basé sur la lecture des orientations liées au cadre de vie qui étaient les plus récurrentes et les plus révélatrices dans
les PADD étudiés.
6 Espaces publics :
Le tableau n°13 détaille dans sa colonne « espaces publics et sportifs » les divers projets liées à ces orientations.
Les espaces publics du front de mer sont évoqués de manière très fréquente pour les communes littorales. Les
projets liés aux espaces verts et/ou de jeux sont moins nombreux.
La question des entrées de ville par contre est évoquée en terme de réaménagement par 8 communes, signe que
cette question est importante pour les collectivités. Il s’agit surtout de son aménagement paysager et de sécurité.
Le Marin : l’angle d’approche est celui de la
préservation et la protection. Il n’y a pas de projets
mis en avant dans le PADD liés à la valorisation des
espaces naturels.
St Esprit : l’environnement est plutôt affiché dans
les axes généraux sous l’angle préservation. Dans les
thèmes, il est abordé par les angles du risque et des
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
26
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Tableau n° 7 :
Commune
Orientations liées au cadre de vie
Entrée(s)
de ville
Espaces publics
Espaces
Espaces
verts/
de
publics
jeux*
(places,
bord
de
mer…)
Assainisse
ment
Eau
Réseaux divers
Bruit
Déchets
Patrimoine bâti
Bâti
à Réhabiliprotéger
tation bâti
Anses d’Arlet
Amélioration des déplacements
AmélioraAménaAmélioration voirie
gements
tion
piétons
stationnement
randonnée
Bellefontaine
randonnée
Fort-de-France
OPAH-RU
François
OPAH
Lamentin (le)
Lorrain (le)
+ randonnée
Marin (le)
Rivière Salée
OPAH
Robert (Le)
OPAH
St Esprit
OPAH-RU
Ste Luce
OPAH
randonnée
+randonnée
Schoelcher
Trinité
OPAH
Trois Ilets
OPAH
* sont exclus les espaces sportifs purs
6 Réseaux :
Parmi les éléments de cadre de vie liés aux
« réseaux » en général, l’eau et l’assainissement sont
abordés de manière relativement récurrente.
Toutefois l’électrification n’est évoquée que par une
commune (Les Anses d’Arlet). Les questions liées à la
qualité de l’air ne sont pas du tout abordées dans les
PADD.
question. Fort-de-France évoque la question de déchetteries de proximité. Le Marin et le Lamentin parlent du
développement d’une politique de gestion des déchets mais sans autre précision.
L’assainissement est abordé de manière relativement récurrente. Trinité et Le Lorrain sont les seules communes
où l’assainissement en tant que tel n’est pas évoqué. On parle pour Trinité seulement d’installations sanitaires dans
le cadre de l’aménagement des sites touristiques.
Il faut rappeler que la programmation en assainissement n’est pas du domaine du PLU mais du schéma directeur
d’assainissement élaboré par la structure compétente en matière d’assainissement.
La question du bruit est traitée uniquement à Fortde-France.
Pour ce qui concerne les déchets, seuls Fort-deFrance, Le Lamentin et le Marin s’attachent à la
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
27
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Deux angles d’approches de l’assainissement ont
sous-tendu la structuration du tableau ci-contre :
l’angle urbain (assainissement en tant qu’élément de
cadre de vie) et environnemental. Les deux angles
ont pu être abordé de front, comme c’est le cas pour
le Robert et Schoelcher. L’angle environnemental a
été toutefois privilégié dans les diverses approches :
l’assainissement y est perçu comme un enjeu
important, notamment pour les questions de
pollution, de qualité des eaux et de risques.
Les actions liées à l’eau sont abordées de différentes
manières :
- réseau d’eau potable à conforter et améliorer en
lien avec l’urbanisation existante et future : Anses
d’Arlet, François, le Lamentin, Ste Luce
- qualité de la ressource en eau à préserver et
améliorer : Fort-de-France, le Marin (eaux
souterraines en particulier), Rivière Salée, le
Robert, Ste Luce et Schoelcher (protection nappe)
- quantité de la ressource en eau : le Robert
évoque la question de la suffisance en eau liée à
l’irrigation
- aménagements de rivières ou de sources
(hors littoral) : Anses d’Arlet (route des Puits, mise
en valeur de l’eau ferrée à Petite Anse par
l’amélioration de l’accès au bassin), Le Lamentin
(mise hors d’eau des zones bâties inondables)
Rivière Salée (l’aménagement des berges et front
de la rivière à Petit Bourg), St Esprit
(l’aménagement des abords de la source caraïbe,
poursuite des actions d’aménagement et de
revégétalisation des rivières des Coulisses et des
Cacaos), et Le Lorrain (action spécifique sur les
berges des 3 principaux émissaires (le Lorrain,
Grande Anse, La Capote)
Tableau n° 8 : L’angle d’approche de l’assainissement dans les PADD étudiés
Angle
d’approche :
Anses d’Arlet
Bellefontaine
Fort-deFrance
François
Lamentin (le)
Marin (le)
Rivière Salée
Robert (le)
St Esprit
Ste Luce
Schoelcher
Trois Ilets
(les)
Urbain
Environnemental
Mentions dans les PADD
: assainissement vu au travers des orientations 1 et 2
(contexte de renouvellement urbain et contexte de
développement touristique)
: améliorer assainissement comme action à mettre en
œuvre pour le renouvellement urbain
: poursuite des efforts engagés en faveur de
l’assainissement public (un des objectifs de l’orientation 7
sur l’environnement)
: assainissement comme action à mettre en œuvre pour
l’aménagement des quartiers littoraux
+ comme un des critères de
délimitation des zones d’urbanisation
: Traiter de manière rationnelle et conforme au cadre
juridique les eaux usées et les eaux vannes
: rappel de l’obligation de se conformer au zonage
d’assainissement
: accent sur les pollutions liées aux eaux vannes
(assainissement collectif et autonome)
: amélioration de la qualité des eaux par l’assainissement
: élément important de mise en valeur de la baie
(prescription 1)
: une meilleure gestion de l’eau avec, notamment, des
préoccupations accrues en matière d’assainissement
: améliorer le réseau assainissement pour réduire les risques
naturels
: assainissement comme outil de l’orientation 3 sur la
protection et de mise en valeur des paysages (évoqué dans
les objectifs liés à la faune/ flore et au patrimoine)
: améliorer les réseaux d’assainissement et de collecte des
eaux pluviales (objectif) afin de valoriser l’environnement
urbain pour améliorer la qualité de vie de chacun
(orientation générale)
: mise en place du zonage d’assainissement comme action
complémentaire de l’orientation n°3 de protection de
l’environnement
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
28
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
6 Le patrimoine
Un peu moins de la moitié des communes
évoquent la question de la préservation du
patrimoine bâti au travers le PLU. Les communes
des Anses d’Arlet, Fort-de-France, François, St Esprit,
Ste Luce et Trinité affichent ainsi cette volonté. De
manière générale, le patrimoine bâti est abordé dans
les PADD au travers des maisons de bourg et les
maisons de maître (Habitations). Le Lorrain et Ste
Luce évoquent un patrimoine moins « visible » : le
patrimoine archéologique précolombien (site du Vivé
pour le Lorrain, roches gravées pour Ste Luce).
PADD, même si elles ne se traduisent pas nécessairement par la démonstration d’une action concrète. Le tableau
n°13 détaille ces actions. Le chapitre p. 49 sur les transports et les déplacements indique cependant que 5
communes ont placé la question comme une priorité dès son grand titre. Ainsi les actions liées aux améliorations de
voies et du stationnement sont ramenées souvent à des actions plus générales sur le renouvellement urbain.
Seules 2 communes prennent en compte le
patrimoine végétal (Fort-de-France, François)
comme élément à préserver dans le PLU. Ste
Luce indique sa volonté d’intégrer le végétal dans la
ville.
Le terme patrimoine est également usité, mais plus
rarement, pour désigner le patrimoine naturel (les
espaces remarquables) : Fort-de-France, François et
Trinité.
L’aspect touristique domine dans les propos liés à la
valorisation du patrimoine. Toutefois, St Esprit
évoque de manière également originale la
réhabilitation du patrimoine comme un appui pour un
artisanat développé autour des métiers du bois et du
fer forgé.
6 L’amélioration
stationnement
de
la
voirie
et
du
La question du cadre de vie autour des déplacements
est évoquée principalement autour de la question de
l’amélioration de la voirie, des aménagements pour
les piétons, et de l’amélioration du stationnement. Au
regard du tableau, on remarque que la plupart de ces
questions est évoquée au moins une fois dans les
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
29
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
„ Le paysage perçu essentiellement par l’angle du cadre de vie
Dans son sens étymologique, le paysage est l'ensemble des traits, des caractères,
des formes d'un territoire, d'un "pays", perçu par un observateur: il est donc une
création, une interprétation de l'espace. Le paysage est une question de regard mais
cette notion ne peut-être aujourd'hui réduite à sa connotation picturale car elle
recouvre de nombreuses acceptions.
La notion de paysage oscille entre deux pôles :
- un pôle dit « objectif » (le paysage comme la résultante de l'action conjointe de
l'Homme et du monde vivant (animal, végétal, fongique, etc.).
- un pôle plus « subjectif » : le paysage considéré comme la perception visuelle
qu'on a de son environnement à perte de vue, à l'exception des points d'intérêts
proches de l'observateur, variant selon l’époque et les acteurs.
Les PADD reflètent les différences de la notion.
L’angle « cadre de vie » prédomine avec l’idée d’aménagement d’abords et d’entrées
de ville. Toutefois seuls les PADD du François, Lorrain, St-Esprit et Fort-de-France
évoquent clairement la notion de coupures d’urbanisation, et seule une commune
traite de la nécessité de l’intégration paysagère des habitations (Ste-Luce). De même
l’importance du paysage pour l’économie touristique est évoquée par 35% des
communes. Ainsi l’approche urbaine se limite à la notion du cadre de vie,
d’aménagement d’abords, et rares sont les communes qui intègrent la notion du
paysage dans la construction neuve.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
30
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Tableau n° 9 : Angle d’approche du paysage dans les PADD
Angle
d’approche :
Naturel
(protection)
Urbain
(cadre de
vie)
Economique
(tourisme)
Mentions au sein du PADD
Anses d’Arlet
-
pour un tourisme respectueux des paysages
Fort-de-France
-
Recherche des dispositions les mieux adaptées à la spécificité du paysage urbain du centre,
Prise en compte du patrimoine naturel et des paysages (mettre en valeur certains reliefs et favoriser l’ouverture de la ville sur la
baie, notamment à l’occasion de l’opération Malecon, Savane, Port ; préserver les vues proches et lointaines sur le paysage des
reliefs, écrin vert de la ville et sur la mer ; sensibiliser certains acteurs à cet enjeu important. Mettre en œuvre un « volet
paysager » du permis de construire qui ne soit pas qu’une feuille alibi rédigée à la hâte)
Tourisme = améliorer l’esthétique urbaine
Objectif 1 de l’orientation 4 : Identification et préservation des paysages d’intérêt particulier (Préserver les points de vue non
seulement remarquables mais aussi intéressants pour la qualité du cadre de vie local ; marquer les coupures paysagères
(éléments structurants du paysage)
Préserver la trame verte, créer de nouveaux espaces verts en ville
Accent sur le paysage urbain des ZA (abords et bâtiments)
Aménager des points de vue (dans l’orientation sur le tourisme)
3 types de sentiers pour valoriser les paysages communaux
Maintien des espaces boisés notamment pour leur valeur paysagère (coupure naturelle des vallons encaissés)
Aménagement et mise en valeur des entrées de ville
Aménagements paysagés des entrées de ville (Grand Bourg et Petit Bourg),
Aménagement paysager des abords du Hall des sports, des talus à la rue Paul RANO, de la rue Stephen ROSE et l’accotement de
la station service.
Création d’un produit touristique orienté vers la découverte des paysages naturels et des panoramas offerts par la Commune sur
la baie de Fort-de-France et le Rocher du Diamant
Orientation 8 : « assurer la protection des paysages et des ressources » (Identifier les espaces naturels présentant un intérêt
majeur sur les plans de l’écologie et des paysages et de décrire les mesures envisagées par le PLU pour assurer leur protection
et leur mise en valeur)
création d’un espace libre public paysager, en contact avec la mer (dans le cadre de la mise en valeur de la baie), traitement
paysager des abords de la route nationale et des bretelles d’accès à la zone urbaine
François (Le)
Lamentin (le)
Lorrain (le)
Rivière Salée
-
Robert (le)
-
St Esprit
-
Coupures d’urbanisation comme nécessaires à la qualité des paysages en évitant leur banalisation par un trop grand étalement
urbain
traitement des RD5 et RD6 dans leur fonction de porte d’accès au bourg pourrait être amélioré, tant pour le fonctionnement du
bourg que pour la qualité du paysage urbain
Ste Luce
-
Schoelcher
-
Maintien et protection des espaces boisés ayant une valeur paysagère, écologique ou patrimoniale par l’inscription d’une zone
naturelle stricte (EBC, espaces remarquables SAR/SMVM, ZNIEFF)
Veiller à la bonne insertion des habitations dans le paysage
Aménager l’ensemble de la bordure littorale en aménageant des espaces publics de promenade et des secteurs paysagers
-
Aménagements paysagers des entrées et sorties de ville
Protection des espaces naturels notamment en raison de leur intérêt paysager
Trois Ilets (Les)
Rappel : Le François, Robert et Ste Luce citent le paysage comme un objectif majeur -
Bellefontaine, Le Marin et Trinité n’évoquent pas la problématique du paysage.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
31
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
„ Le PPR considéré comme le principal outil de gestion du risque dans les PLU
Le risque est évoqué dans la très grande majorité des PADD. La grande majorité des communes se réfèrent au document supra-communal qu’est le PPR, voire pour certaines, se
limitent dans leur orientation à sa seule prise en compte.
Toutefois les 3 PADD du Marin, Rivière Salée et du Robert ne traitent pas de cette problématique. A noter que le PADD de Rivière Salée et du Robert a été débattu avant
l’approbation du PPR les concernant. La question du risque est devenue de plus en plus prégnante de manière relativement récente auprès des élus, suite notamment aux
évènements naturels proches (cyclone, séisme…).
Quant à Bellefontaine, le terme de risque n’est pas utilisé en tant que tel. Est toutefois évoqué l’importance du rôle régulateur de l’occupation agricole sur la stabilité des sols.
Ce sont les PADD de St Esprit, Ste Luce et du Lorrain qui abordent la notion de risque de la manière la plus transversale. En effet, la notion de risque n’est pas simplement
renvoyée au simple respect du PPR. D’autres outils propres au PLU en terme d’occupation du sol sont évoqués.
Tableau n° 10 : Les mentions au risque dans les PADD
Anses d’Arlet
: le risque est évoqué comme un des critères de (re)définition des limites des nouvelles zones urbaines issues des zones NB
Fort-de-France
: les risques naturels et technologiques sont abordés comme des éléments à prendre en compte dans les opérations d’urbanisme
François (le)
: prise en compte du PPR et plus particulièrement du risque inondation dans le cadre de l’aménagement de la ville basse
Lamentin (le)
: risque évoqué au travers la problématique des zones inondables et de la mise hors d’eau des zones d’habitat et d’activités situées à proximité des
berges des rivières La Lézarde, le Longvilliers et le Canal Mamin
Lorrain (le)
: Inconstructibilité des zones répertoriées par le PPR
: Principe de recul obligatoire minimum des constructions à proximité des cours d’eau et du littoral
: Protection des espaces boisés et des terres cultivées pour leur action concernant la régulation du régime d’écoulement des eaux et le maintien des sols
: Se référer au PPR, avant tout projet d’aménagement
St Esprit
: rendre inconstructibles les espaces en trop forte pente, limiter l’imperméabilisation des sols, sécuriser les infrastructures routières, améliorer le
drainage des eaux pour canaliser les eaux de ruissellement et les acheminer plus efficacement vers les rivières
: pour tous les quartiers qui ne sont pas desservis par un réseau d’assainissement collectif, d’engager des actions d’une part pour réduire les
ravinements induits, d’autre part pour réduire efficacement les risques liés à des systèmes d’assainissement défectueux
Ste Luce
: risque abordé dans deux axes. Dans l’axe urbain, le risque est évoqué comme un des critères de (re)définition des limites des nouvelles zones urbaines
issues des zones NB. Dans l’axe environnement, la prise en compte du risque est évoqué au travers d’un objectif qui traite à la fois de l’inconstructibilité
des zones rouges, de la nécessité de recul par rapport aux cours d’eau et la protection des boisements pour la stabilité des sols.
Schoelcher
: prise en compte du PPR
Trois Ilets
: prise en compte de l’Atlas des Risques du BRGM (le PPR n’ayant pas été encore approuvé au moment de l’approbation du PLU)
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
32
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
4.1.3. Thématiques liées à la problématique économique
Elle est abordée par 9 communes sur 14 comme une
orientation à part entière (Cf. tableau n°3 page 18).
Par ailleurs, les communes de Bellefontaine, Trinité,
Schoelcher et Trois Ilets l’abordent uniquement de
manière indirecte (objectif lié à une orientation ou
action à mettre en œuvre). Le Lamentin traite cette
question sous l’angle de la qualité des zones
d’activités.
Les activités industrielles sont évoquées dans 3
PADD. Il s’agit essentiellement des industries
portuaires (Fort-de-France et le Robert), les Trois Ilets évoquant l’industrie de la poterie. Cela s’explique par le poids
secondaire de l’industrie dans l’économie martiniquaise, alors qu’effectivement le poids des activités dites
résidentielles est souligné dans de nombreux rapports de présentation.
Toutefois, la question des activités de services, bureaux est abordée par un peu plus de la moitié de notre
échantillon. Souvent il s’agit d’une intention générale de favoriser les services, souvent associés aux commerces,
mais sans véritable mention à un projet concret. Le tertiaire supérieur est une priorité pour deux PADD
seulement : Fort-de-France et Schoelcher (CACEM). Le Lamentin évoque toutefois la question de la synergie à créer
pour les TPE et PME. Les deux pôles du Sud et du Nord (le Marin et Trinité) ne l’évoquent pas.
Par ailleurs, les zones d’activités envisagées par les collectivités tournent autour des deux typologies commerciales
et artisanales.
Tableau n° 11 : Synthèse du poids des principaux secteurs d’activités évoqués dans les orientations économiques
Types d’activités
Anses d’Arlet
Commerces
Artisanat
services,
bureaux
Industries
Tourisme
Agriculture
Pêche
Graphique n°4 : Nombre de PADD mentionnant les
secteurs d’activités à conforter et/ou à développer
Bellefontaine
Fort-de-France
François (le)
Lamentin
Lorrain (le)
Marin (le)
Rivière Salée
Robert (le)
St Esprit
Ste Luce
Schoelcher
Trinité
Réalisation : ADUAM
Trois Ilets (les)
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
33
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
La pêche et l’agriculture5 sont évoquées comme
des activités traditionnelles à faire perdurer voire
moderniser, surtout pour les activités portuaires (les
projets d’APID sont souvent mentionnés même
lorsqu’ils ont déjà été réalisés). Ces activités
connaissant des difficultés, les 3/4 des PADD
évoquent le thème agricole, 2/3 le thème « pêche ».
La mer apparaît de manière récurrente comme un
axe de développement important pour les communes
littorales permettant des activités transversales.
Commerce
Les PADD s’expriment peu sur le commerce de
proximité dans les quartiers et se concentrent plutôt
sur la nécessité de revitaliser le commerce de centre
bourg. Seules les communes du Lorrain et du Marin
évoquent le confortement du commerce rural.
Tableau n° 12 : Les grands équipements touristiques en projet indiqués par les PADD
Anses d’Arlet
: EAT (espace d’aménagement touristique) axé sur la mer et la découverte
du monde marin : maison de la plongée, parc d’aquarium, appontement,
espace commercial, jardin botanique, havre artificiel, structures
d’hébergement, lotissement paysager…
Bellefontaine
: base nautique à Fond Boucher
Fort-de: infrastructures autour du terminal croisières dans le cadre de
France
l’aménagement du front de mer
Lorrain (le)
: centre archéologique et touristique axé sur le patrimoine historique
communal (vestige de la période précolombienne) sur le site du Vivé
Schoelcher
: pôle d’activités tourné vers le tourisme et les loisirs à Madiana
Trinité*
: espace ludique localisé dans le SMVM à l’anse Spoutourne en délimitant un
espace à urbaniser particulier
* Son PADD spécifie que la localisation d’un espace d’aménagement touristique lié à la mer (EAT) délimité dans le SMVM dans la
contiguïté de Beauséjour n’a pas été prise en compte par les élus.
Tourisme
Le thème du tourisme est évoqué dans tous les PADD
étudiés. C’est d’ailleurs le seul type d’activité
mentionné de manière systématique dans toutes les
communes. L’idée de tourisme « vert » est d’ailleurs
souvent reprise.
5
Thématique abordée p. 38
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
34
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Tableau n° 13 : Les projets économiques évoqués dans les PADD
Types
d’activités
évoqués
Anses d’Arlet
Mentions spécifiques sur les zones d’activités (extension, création)
Observations
- Création d’une ZA à l’entrée du bourg (services et artisanat)
- Création d’un mini centre commercial
- Création d’un EAT à Grande Anse (Espace d’Aménagement Touristique)
Préservation et valorisation de l’environnement liés à la
thématique économique au travers du tourisme
Bellefontaine
+ création d’une base nautique à Fond Boucher (public :
jeunes et familles)
+ innovation en général : NTIC, recherche, formation
+ activités portuaires (logistique)
+ activités créatrices d’emploi et de lien social dans les
quartiers en difficulté (zones artisanales de Dillon, de Volga
Plage, …)
Fort-deFrance
-
François (le)
- création d'un pôle mixte à Trianon
- réflexion sur la faisabilité d’une zone d’activité à l’entrée de Réunion (activités existantes mais spontanées)
- extension et requalification de la zone d’activités de Trianon
- Aménager et traiter les zones d’activités existantes
- Conformer la localisation et la vocation de ces zones avec les orientations retenues par la CACEM
+ développer l’activité économique autour du sport
+ développement des activités maritimes en général
(plaisance, artisanat, pêche)
La requalification des zones d’activités comme objectif phare
Lorrain (le)
- Dynamisation de la zone artisanale de Séguineau
- Création d’une zone d’activité dans le cadre d’une opération d’aménagement, projet qui engage les compétences de la
CCIM (pépinière d’entreprise)
Marin (le)
- améliorer les centres commerciaux existants
Rivière Salée
- création d’une ZA à Mapéou confortant l’existant (9ha)
- suppression du COS dans les ZA de Laugier pour dynamiser le foncier
- créer une nouvelle ZA artisanale et commerciale à Mansarde
- renforcer et développer le parc d’activité de Fonds Nicolas
- créer un Centre Caribéen de la Mer (tourisme)
- réaliser un véritable port public à Reynoird pour mieux desservir le parc d’activités industrielles déjà installées et les
entreprises tournées vers l’import/ export
- à proximité du bourg, un espace commercial comprenant un supermarché est en cours de réalisation
- réserver des espaces à l’accueil d’activités économiques, plus précisément, une zone artisanale dans le cadre du
développement urbain du secteur de l’Avenir
- Extension de la zone d’activités artisanales de Deville
- Création de zones d’activités (ZI éloignée des habitations à proximité de Trois-Rivières/ Céron, à Monésie pour diversifier
les activités, A Trois Rivières espace d’accueil pour les commerces artisanaux en lien avec distillerie)
- Possibilité d’accueillir des activités économiques dans la ZAC de Pont Café (dont supermarché) en plus des logements
- Implantation de moyennes surfaces commerciales (hard discount…) à proximité RN5
Objectif : Développer l’économie rurale
+ politique de soutien aux commerces, services et artisans
(FISAC)
+ volonté de revitalisation du commerce du bourg en le
mettant en liaison avec la future déviation de la RN1
- développement des activités maritimes en général (plaisance,
carénage, pêche)
- Commerce comme activité principale valorisant le « pôle
récepteur »
- maintien du commerce rural
+ volonté d’inciter à la réutilisation des friches industrielles de
l’ancienne usine
Port vu comme un équipement complémentaire du port de
Fort-de-France
Lamentin
(le)
Robert (le)
St Esprit
Ste Luce
ZAC Pointe Simon = centre d’affaire
l’espace Perrinon = centre commercial
ZAC Etang Z’Abricot = un espace d’affaire et un port de plaisance
l’achèvement de la rue piétonne de la ZAC Rivière Roche
réhabilitation des ZA 1ère génération (ex : Kerlys)
+ exploiter l’artisanat lié au patrimoine (fer forgé)
+ agrotourisme
+ un objectif spécial formation
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
35
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Schoelcher
- Créer une zone d’activités tertiaires supérieures à Case navire en liaison avec l’Université (pôle d’intérêt communautaire)
- Renforcer le pôle d’emploi de Cluny avec l’urbanisation des terrains dits Donatien, notamment en lien avec les services
- Constituer un pôle d’activités tourné vers le tourisme et les loisirs à Madiana
+ activités nautiques (front de mer)
+ travailler avec SAFER pour des exploitations agricoles
économiquement viables
Trinité
- localisation des principales infrastructures liées à la pêche : Port de Pêche de Cosmy, APID de Tartane, zones de la
Crique, Fonds Bazile
Trois Ilets
(les)
- prévision d’une zone d’extension de l’industrie de terre cuite (espace vitrine le long de la RD7)
Economie abordée par l’axe « valorisation de l’espace
littoral »,
1- fonction est la mise en valeur des ressources de la mer
(pêche, cultures martines, plaisance, sports
nautiques)
2- fonction ludique et touristique
+ aménagement du marché couvert du bourg (vente de
produits artisanaux, diversité commerciale)
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
36
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Conclusion
Ces premiers PADD de la Martinique depuis la loi SRU
expriment une dualité importante que l’on constate
sur le terrain : développer la Martinique en habitat et
activités tout en préservant son environnement. C’est
pourquoi se sont les deux thématiques prioritaires de
tous les PADD, que l’on a traduit ici dans l’analyse et
presque ”sans y réfléchir“ en 3 temps (urbain,
environnement, économique).
Au travers les thèmes les plus abordés (urbain,
environnement, économie) le lecteur retrouve deux
des thématiques du développement durable:
l’économique et l’environnement. La thématique
sociale, quant à elle, est traitée de manière
indirecte au travers des actions sur le logement ou de
l’accessibilité (déplacements). En effet, ce plus faible
poids du « social » s’explique aussi par les outils réels
dont dispose le PLU : ce sont avant tout des outils
d’aménagement.
Schéma n°2 : L’interdépendance des enjeux du développement durable
Le développement durable place l’homme au
centre de 3 enjeux interdépendants :
- le respect de l’environnement
- l’équité sociale et la solidarité
- l’efficacité économique
Equitable : pour que le développement
économique ne se fasse pas au détriment des
hommes et des sociétés y compris les plus
fragiles
Vivable : pour que la protection de
l’environnement intègre aussi la dimension
humaine du milieu
Viable : pour que la pauvreté ne soit pas un
facteur de dégradation de l’environnement,
pour que la prise en compte de
l’environnement ne soit pas non plus source
de déséquilibre de richesses
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
37
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
4.2. Les thèmes spécifiques
Il a été considéré qu’avec moins de 5 occurrences dans les grands titres, le thème était spécifique. Il a été abordé de manière transversale, ou comme un sous-thème.
4.2.1. L’agriculture : un enjeu foncier important
L’agriculture est traitée en tant qu’une de ses
orientations principales (Cf. tableau n°3) par trois
communes : le développement de l’activité et des
productions agricoles est l’orientation n°7 du PADD
du Robert, la 8ème pour le Lamentin et la 6ème
thématique du PADD de St Esprit. L’agriculture est
cependant une problématique particulière, très
transversale, car elle peut être abordée dans le PLU
sous quatre angles :
- l’angle économique (l’activité agricole)
- l’angle foncier (face à la pression foncière par
exemple)
- l’angle environnemental (le rôle de maintien
des sols par exemple)
- l’angle touristique (l’agrotourisme)
Ainsi 6 communes (Ste Luce, Rivière Salée, François,
le Robert, St Esprit, Anses d’Arlet) abordent
clairement
l’agriculture
en
tant
qu’activité
économique à maintenir et/ou développer en
l’intégrant dans l’orientation économique. Pour
Schoelcher, l’aspect économique intervient en
filigrane comme action à mettre en œuvre. Toutefois,
au sein de l’axe économique, l’évocation de l’aspect
foncier est souvent abordée en parallèle.
Rivière Salée évoque également l’aspect social au
travers un projet d’insertion avec un projet (création
d’une ferme d’insertion à Desmarinières).
Pour les autres communes, les angles
d’approche sont mixtes :
- Bellefontaine : angle foncier (pression
urbaine) et environnemental (lien entre types
de culture et stabilité des sols)
- le Lamentin : l’angle foncier prédomine : le
terme utilisé de « terres » ou secteur agricole
met le foncier au 1er plan. L’angle
environnemental et économique apparaît
uniquement en filigrane
- le Lorrain : angle foncier (Favoriser l’accès des
agriculteurs à la terre en rendant ces espaces
inconstructibles, sauf
pour l’évolution
des
bâtiments d’exploitation et les habitations des
agriculteurs), environnemental (Protection des
espaces boisés et des terres cultivées pour leur
action concernant la régulation du régime
d’écoulement des eaux et le maintien des sols)
Graphique n°5 : Nombre de PADD évoquant
l’agriculture selon l’angle d’approche
Réalisation : ADUAM
- le Robert : angle économique (développement de l’activité et des productions agricoles) et foncier (préserver le
foncier agricole)
- Schoelcher :
3 en objectif : angle environnemental (agriculture respectueuse de l’environnement) et spatial (protéger les
espaces agricoles structurés en limitant l’étalement urbain)
3 en action à mettre en œuvre : angle économique (soutenir la réalisation d’unités de production
économiquement viable) et angle équipement (mise en place d’une ferme-école en limite de Terreville
(expérimentation de cultures maraîchères, sensibilisation)
- Trinité : on ne note pas d’orientations sur l’agriculture. Seule est mentionnée l’aquaculture (préserver la possibilité de
développer l’aquaculture marine)
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
38
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
- Trois Ilets : angle spatial (« les terres agricoles »).
Le PADD exprime uniquement un classement en
fonction des vocations du SAR, sans autres
précisions.
Agritourisme
6 communes évoquent l’agritourisme dans leur
PADD :
Anses d’Arlet : ferme agritouristique sur des
terrains communaux nouvellement acquis et de
sentiers autour de la ferme + dégustation
vente
-
Le François : dans l’axe économique, volonté
de
diversification
du
tourisme
vers
l’agritourisme
-
Le Lorrain : encourager l’agritourisme dans
les zones à potentialités agricoles moyenne ou
l’agriculture est exercée par des polyactifs
-
Rivière Salée : création d’un produit
touristique orienté vers la découverte des
paysages naturels et des panoramas offerts
par la Commune sur la baie de Fort-de-France
et le Rocher du Diamant
-
St Esprit : créer les conditions d’accueil pour
le développement d’un agrotourisme et pour
que la ville de Saint-Esprit devienne la vitrine
des savoirs faire martiniquais
-
Ste Luce : développement du tourisme vert/
agritourisme (découverte mangrove de TroisRivières, favoriser le développement des gîtes
ruraux en association avec l’activité agricole
sans protection stricte.)
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
39
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
4.2.2. Les équipements comme outils de renouvellement urbain et du confortement de la centralité
L’axe équipement n’apparaît que dans quatre
PADD comme une orientation à part entière (en
« grand titre »), et pour deux de ces PADD cette
priorité s’exprime au travers du sport et de la culture.
Les équipements en général dans les PADD sont plutôt traités en lien avec un objectif supérieur, soit de
confortement d’une centralité soit comme outil de renouvellement urbain :
- Anses d’Arlet : en lien avec la volonté de relancer la dynamique du bourg et la centralité des quartiers
(créations, améliorations, réaménagements…)
" Les communes de Rivière Salée et du Robert ont
- Bellefontaine : équipements comme accompagnement du renouvellement urbain et du développement des
quartiers (orientation n°1, axe 3), équipements de support du développement touristique et du
réaménagement du front de mer
décidé d’ériger le sport et la culture en tant qu’un des
axes de développement prioritaire. De manière
indirecte, d’autres communes actent également cette
priorité en tant qu’un des objectifs de l’orientation
économique (François) et de loisirs (le Lamentin).
" Le Marin exprime la volonté de « rééquilibrer
l’implantation des équipements collectifs » en 3ème
orientation. Si le PADD ne retranscrit pas de projets
spécifiques, il évoque :
1- les types d’équipements (portée infra et
supracommunale). Le PADD insiste sur la
priorité pour les écarts (infra) et sur les
domaines de la culture et des loisirs (supra).
2- l’idée que ces équipements doivent faire
l’objet d’un transport en commun
" St Esprit : le PADD exprime la volonté de
compléter les équipements existants, tant à l’échelle
communale qu’à l’échelle des quartiers.
- Fort-de-France : au sein de l’ambition « une ville agréable à vivre, moderne et réactive », on note le défi de
l’adaptation des services publics. Au sein de l’orientation n°5 sur la notion de territoire plus vaste, les
équipements renforçant la ville centre
- François : équipements de quartiers (lié à l’accompagnement des quartiers), équipements sportif (liés à la
volonté de valoriser la « Ville Sportive »)
- Le Lamentin : équipements liés à l’orientation « ville détente » (sport, culture, loisirs, espaces publics), et
l’orientation sur les déplacements (PDU)
- Le Lorrain : conforter les équipements de la commune pour répondre au principe de développement et de
renouvellement urbain
- Rivière Salée : transversalement sont cités des équipements en projet visant à conforter le Grand Bourg et le
Petit Bourg et à répondre aux besoins de toute la population
- Le Robert : équipements comme un des moyens du rééquilibrage Nord/Sud, et de l’épanouissement des
fonctions urbaines (détail du contenu de ces équipements dans les prescriptions spécifique n°2-b)
- Ste Luce : création d’équipements publics pour conforter les quartiers secondaires
- Schoelcher : équipements liés à l’aménagement de la façade maritime (nautisme, pêche), équipements liés à
l’amélioration du cadre de vie (pour les personnes âgées, équipements de proximité, équipements de
loisirs)
- Trinité : second collège à réaliser comme élément d’organisation de l’espace urbain central
- Trois Ilets : équipements à réaliser renforçant la fonction de centralité pour le Bourg, participant à
l’amélioration du cadre de vie pour l’Anse Mitan et Anse à l’Ane
Les tableaux suivants détaillent les projets d’équipements de superstructure et d’infrastructure uniquement lorsqu’ils
sont suffisamment spatialisés ou précis.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
40
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Tableau n° 14 : Les projets spatialisés d’équipements de superstructure indiqués dans les PADD6
Type
d’équipement
Anses d’Arlet
Bellefontaine
Fort-deFrance
François
Le Lamentin
6
scolaire
• Démolition/
reconstruction/
agrandissement de l’école
Lucéa devenue vétuste
• Création du Lycée
administratif
socio culturel
sportif et de loisir
• Aménagement d’un EAT
(Espace
d’Aménagement
Touristique) à Grande Anse
• Ferme agritouristique
• Création d’une médiathèque
• Création d’un petit centre culturel
qui intégrera le cinéma Atlas Rénové
• Construction d’une maison des
associations à proximité du complexe
sportif
Création d’une deuxième cyberbase
• Création d’une maison pour tous à
proximité du complexe sportif et
d’une maison des associations à
Fonds Fleury/ Palmiste
• Créer une médiathèque à côté de
l’Eglise pour les scolaires
• valorisation des musées de Fortde-France,
des
Ecoles
d’art
(Conservatoire, CMAC, SERMAC)
repositionnement
des
espaces
scéniques (Atrium, Soif Nouvelle,
Grand Carbet, Théâtre Municipal,
espaces de plein air)
• Reconstruction de l’Eglise
• Foyer rural à Dumaine
• Requalifier
les
équipements
culturels existants
• centre culturel multimédia à créer
touristique
lié à la santé
• Reconstruction de
maison de retraite
la
• Reconstruction
de
l’hôpital sur le site de la
Pointe Courchet
• Mettre à niveau
les
équipements
sportifs
(piscine
olympique)
Le Marin ne figure pas dans ce tableau car le PADD n’évoque pas de projets précis sur des équipements de superstructure
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
41
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Type
d’équipement
Lorrain (le)
scolaire
administratif
socio culturel
sportif et de loisir
• Construction
d’un
collège et de classes
maternelles sur le
quartier de Séguineau
en entrée de ville
• Projets de construction d’une salle de
spectacle, d’une médiathèque et d’un
espace de loisirs dans le cadre du projet
urbain
• Création d’une salle polyvalente sur le
secteur de Carabin
• Construction envisagée
d’un complexe sportif à
proximité
du
centrebourg,
Rivière-Salée
• Reconstruction
l’école maternelle
• Construction
d’une
bibliothèquemédiathèque sur un terrain municipal
• Création d’une ferme d’insertion à
Desmarinières
• Création d’un centre
d’hébergement à Thoraille
Robert (le)
• A moyen terme,
l’implantation
d’un
collège à Pontaléry à
la périphérie du bourg
• Construction
d’un
collège à Vert Pré
• Maison pour tous à Duchêne et la
Monnerot
• Une médiathèque dans le bourg,
• Un Centre Culturel à Derrière Bourg
• Un Palais des Sports et
des
spectacles
comprenant
notamment
un gymnase d’au moins
1200 places et différentes
salles de sports (judo,
danse,
karaté,…)
à
proximité du carrefour
Maternité
• Un
grand
stade
d’honneur d’environ 5000
places assises à Pointe
Lynch
• Un Centre Nautique à
Pointe Fort
St Esprit
• Création
d’un
groupe scolaire au
sein de la ZAC de
l’Avenir
• Au
Morne
La
Valeur, la réalisation
d’une nouvelle école
primaire de 10 classes
de
A
« Derrière
Bourg »
• Le nouveau
centre
administratif,
• Les
locaux
des
services
techniques
municipaux
.
touristique
lié à la santé
• Réalisation d’un centre
archéologique
et
touristique axé sur le
patrimoine
historique
communal (vestige de la
période précolombienne)
sur le site du Vivé
• Reconstruction
du
centre de secours à
Laugier
• Création
d’une
structure
d’accueil
privée pour personnes
âgées (Village d’or)
offrant des services
diversifiés
• Création à Pointe-Melon
d’un Centre Caribéen de la
Mer
• développement
d’un
pôle touristique à Pointe
La rose
• Construction d’une médiathèque dans le
bourg
• Reconstruction/réhabilitation en vue
d’une destination culturelle de certains
bâtiments emblématiques (les anciens
abattoirs rue Schoelcher et l’ancien
collège, abritant déjà le musée d’arts et
des traditions)
• L’aménagement du foyer rural avec un
podium
pouvant
accueillir
diverses
manifestations
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
42
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Type
d’équipement
Ste Luce
Schoelcher
Trinité
Trois Ilets
scolaire
• Création d’un collège à Gros
raisin d’une capacité de 600
élèves extensible à 700
administratif
socio culturel
• Agrandissement de la
mairie et aménagement
de la place de la mairie
• Conforter
le
pôle
de
formation et de recherche
constitué par le campus et le
centre de formation de la
CCIM
• Mise en place d’une fermeécole en limite de Terreville
(expérimentation de cultures
maraîchères, sensibilisation)
• La localisation d’un second
collège à Beauséjour
• Construction d’un collège
400 à la sortie ouest du
Bourg
• Au
bourg :
création
d’une
médiathèque (ex cinema des
Moubins) avec une salle des fêtes
d’une capacité de 200 à 300
places ; aménagement d’aires de
jeux)
• Bellay :
construction
d’une
maison pour tous
• Lépinay : amélioration de la
maison pour tous
• Construction de cyberbases dans
les quartiers les plus importants
(Trois-Rivières et Lépinay)
• Construction de maisons de
quartiers, en particulier à Fond
Bernier et dans le quartier la
Démarche
• Création de cyber-espace à
Batellière et dans le bourg
sportif et de loisir
touristique
lié à la santé
• Création
d’un
camping à Corps de
Garde afin de limiter
le camping sauvage
• Des équipements à
destination des activités
nautiques
et
de
baignade sur le front de
mer
• Repositionnement
de l’hôpital
• Aménagement
nouvel hôtel de ville
du
Bourg
• Construction d’un espace culturel
dans le bourg
• Création d’un espace inter
génération
• Réhabilitation
l’hôpital
de
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
43
Bourg
• Construction
gymnase
d’un
Anse Mitan et Anse à l’Ane
• Construction d’une maison des
associations
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Tableau n° 15 : Les équipements publics liés aux activités
Type
d’équipement
Anses d’Arlet
Equipements publics liés aux activités
• La Plaine : création d’un centre de tri postal
• Petite Anse : aménagement du Port
• Mise à disposition d’équipements spécifiques pour la profession pêche venant accompagner une profession qui se développe depuis l’installation du DSP (dispositif
concentrateur de poisson)
Bellefontaine
Fort-de-France
François
/
/
Lamentin (le)
/
• Création d’un centre de tri postal à Maxime, à proximité de la RN1
Lorrain (le)
Marin (le)
Rivière Salée
Le Robert
St Esprit
Ste Luce
Schoelcher
Trinité
Trois Ilets
/
/
• restructuration dans le secteur de l’usine, d’un port de plaisance existant en augmentant les capacités de mouillage
• création d’un village de pêcheurs sur le Front de Mer
• Permettre la réalisation d’un véritable port public en lieu et place de l’appontement existant à Reynoird
• réhabilitation de la halle du marché
• mise en place de navettes entre les hôtels et le bourg
• Création d’une réserve marine en lieu et place de la zone de cantonnement de pêche
• Mise en valeur des roches gravées de Montravail (en collaboration avec l’ONF)
• Mise en place en complément de l’APID de petits équipements tels la création de petites unités de chambre froide, l’aménagement des quais et pontons, construction de
points de vente
• espace ludique à Spoutourne localisé dans le SMVM
• l’installation de mobiliers, d’équipements non pérennes et d’installations sanitaires à Cosmy, la Brèche, les Raisiniers, Anse L’étang
• Aménagement du marché couvert (vente de produits artisanaux – diversité commerciale)
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
44
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Tableau n° 16 : Les projets spatialisés d’équipements d’infrastructure7 indiqués dans les PADD
Type
d’équipement
Anses d’Arlet
Infrastructures routières et maritimes
Chemins, liaisons douces
Espaces publics et sportifs
Réseaux
• Réfection du chemin rural de Bas Morne (en
cours)
• Organisation du mouillage (en cours)
• Réalisation d’une voie de désenclavement à
Grande Anse
• Voie de contournement + et accès à la plage
à améliorer à Anse Dufour
• Création d’une gare maritime favorisant la
desserte vers le sud et le nord
• Repenser la traversée de la RN2, interface
entre le bourg et le front de mer, ainsi que les
entrées de ville
• Aménagement d’un sentier pédestre
permettant la découverte du volcanisme
• Balisage de sentiers de randonnées pour
découvrir le patrimoine historique, naturel
et géologique
• Amélioration de l’accès au bassin d’eaux
ferrée à Petite Anse
• Baliser le sentier de crête de Morne Potin
afin de relier le Château d’eau du bourg à
Morne Capot
• Réouverture de l’ancien tracé qui relie
Morne Rose à Fond Boucher
• Aménagement du « coin des
pères »
• rénovation de terrains de sport
• Aménagement d’un terrain de
Beach Volley sur la plage du bourg
• Enfouissement des réseaux électriques
• Bas Morne : électrification du quartier
• Assainissement Anse Dufour
• Nouveau quartier cheval blanc :
aménagement de la plage, piste de
jogging, pétanque
• Projet de nouveau cimetière
• Création d’espaces publics et en
particulier réaménagement de la
place
• L’assainissement et le désenclavement
de l’ensemble du bourg
Fort-deFrance
• Circulaire autour de l'hyper-centre, le TCSP,
les navettes maritimes, le lien Est / Ouest au
Nord de la zone agglomérée
• Réalisation du pont reliant les berges de la
rivière Madame au niveau du marché aux
poissons
• Restructuration de l’avenue Maurice Bishop
et l’aménagement du périmètre Sainte-Thérèse,
Renéville, Saint-Christophe
• Amélioration et création de certaines
infrastructures : traitement des «entrées de
ville», traitement de certaines radiales.
• Se positionner par rapport au projet de 2ème
rocade.
• Liaisons interquartiers : Ste Catherine /
Plateau Fofo à l’Ouest, éventuellement plus au
Nord au niveau de Didier ; Liaison transversale
Est Ouest au Nord de la Meynard
• Poursuite de la piétonisation (rue de la
République, rue Schœlcher, rue Victor
Hugo)
• Projet d’aménagement du Grand
Caraïbe,
associant
les
sites
Almadies, Régatier et Alizés depuis
la Pointe des Nègres jusqu’à Rive
Droite, ainsi que le projet du
Malecon
• Espaces publics renouvelés et
nouveaux
(Savane,
Malecom,
Almadies seront les premiers)
• Localisation de déchetteries de proximité
• Raccordement des micro-stations
• Mise en lumière des points stratégiques
et des monuments (église du Sacré Cœur,
Fort St
Louis, Cathédrale,
théâtre
municipal, fontaine Gueydon, chapelle du
Calvaire, etc.).
François
• Rénovation de la rue Homère Clément
• Réaménagement de la traversée du bourg,
du carrefour Martienne à la Gendarmerie,
aménagement de l'entrée de ville, de Trianon à
Pont Martienne où sera réalisé un boulevard
urbain
• Création d’une route des Sources
• Aménagement de ponts piétons et de
circulations le long des berges des canaux
• Créer des cheminements piétons qui
relient les deux parties de la ville Basse
• Parc urbain entre la Pointe
Courchet et le bourg
• Aménagement de places à
Mansarde Rancé Nord et Sud
• Réalisation d’un square/jardin
d’enfant dans le bourg
Bellefontaine
7
Le Marin ne figure pas dans ce tableau car le PADD n’évoque pas de projets précis sur des équipements de superstructure
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
45
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Type
d’équipement
Lamentin
Lorrain
Infrastructures routières
Chemins, liaisons douces
Espaces publics et sportifs
• Transformer les voies périphériques qui
ceinturent le bourg en boulevard urbain
• Mise en œuvre de nouveaux plans de
déplacements et de circulation à l’échelle du
Grand Bourg
• Aménager les principales entrées de ville
(carrefours
giratoires
de
Calebassier,
Mahault, Petit Manoir, Four à chaux, Mangot
Vulcin, échangeur de ZI Lézarde)
• Interventions à favoriser dans les voies de
desserte interne et externes des ZA
• Aménager la trame viaire du bourg et des
quartiers
• Réalisation
de
nouvelles
voies
de
contournement (rocade nord, Traversée de
Bois Carré, Voie de liaison Carrère-Union)
• Mise en place à la fois d’un réseau de
transport urbain d’agglomération (bus) et
d’un réseau de TCSP conçu pour desservir à
terme les communes du proche Sud (Ducos,
Rivière Salée) et de l’Est (Robert, Trinité)
• une réflexion visant à mettre en place une
desserte maritime dans la baie des Flamants
(réseau de cabotage transrade)
• Création de parking de dissuasion et de
parkings relais, directement reliés aux
principales voies d’accès et de desserte ainsi
qu’aux principales gares de TC et du futur
réseau de TCSP
• Créer des sentiers pédestres à
travers les quartiers, la campagne ou
les espaces boisés
• Créer des circuits pour la pratique
du VTT dans les limites de la
réglementation
s’appliquant
aux
espaces traversés
• Créer des circuits aquatiques dans
la mangrove dans les limites de la
réglementation en vigueur
• Aménager les berges du Longvilliers
et de la Lézarde
• Traiter les espaces publics et les
fronts bâtis des nombreuses zones
d’activités
• Doter le centre ville et le pôle
urbain
secondaire
d’espaces
ouverts, verts, ludiques et de loisirs
(square, jardin, tels les futurs
jardins d’Adèle)
• Aménager la plaine de Carrère en
créant des zones de découverte
touristiques et sportives
• Projet de déviation de la RN1 du centre
ville, en faveur d’un boulevard urbain sur le
front de mer
• Mettre en place une liaison routière entre
le quartier Morne Capot et la commune de
Morne Rouge
• Aménagement de certains carrefours
problématiques
et/ou
stratégiques
principalement le long de la RN1
• Aménagements entrées ouest et est
• 3 types de sentiers
Littoral : deux sentiers d’accès
pédestres sur la côte au Vent, un
existant – la Crabière – l’autre à
créer – depuis RN1 vers Anse
Massé sur la Pointe Châteaugué
Autour du Bourg = circuit
pédestre
découverte
en
« marguerite » du centre bourg
et de ses alentours
Forestier : dans les Mornes (2
circuits envisageables)
• Sécurisation des arrêts de bus
(mise aux normes)
• Réaménagement en priorité des
environs d’écoles, mais également
des abords des sites sportifs et de
loisirs
• réhabilitation
de
certaines
infrastructures
sportives,
établissement d’un parcours santé à
Fonds Brulé
Réseaux
• Privilégier l’utilisation des énergies renouvelables
pour l’équipement des bâtiments publics – pour les
nouveaux bâtiments utiliser les recommandations
(Eco Dom), des normes (HQE), des systèmes solaires
thermiques et électriques sur les bâtiments existants
ou à construire
• Mettre à niveau les réseaux (eau potable,
assainissement) dans le pôle urbain secondaire
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
46
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Type
d’équipement
Rivière Salée
Le Robert
St Esprit
Infrastructures routières
• Aménagements paysagers des entrées de bourg
• Pour les quartiers traditionnels, créer les
conditions
de
l’amélioration
de
la
voirie
(emplacements
réservés
pour
création
ou
élargissement, institution d’un reculement)
• l’amélioration de la R.D.1 permettant d’accéder à
Pointe la Rose
• création d’une gare maritime mixte sur le front de
mer et d’une gare routière à Cité Lacroix pour le
transport inter-urbain
• Le traitement paysager des abords de la route
nationale et des bretelles d’accès à la zone urbaine
• La réalisation d’un merlon végétalisé le long de la
route nationale 1 en provenance de Trinité du
carrefour Maternité au carrefour Gaschette.
• A Vert Pré : réalisation d’une voie de
désengagement, amélioration de l’offre de
stationnement
• réalisation en cours d’une voie nouvelle de
contournement sud, en déviation de la RD 5
Chemins, liaisons douces
• Réalisation de parcours
dans la mangrove
Espaces publics et sportifs
découverte
• création
de
nouveaux
parcours,
notamment :
- en franchissement de la rivière des
Coulisses pour relier le nouveau
quartier sud avec le centre-bourg ;
- à l’ouest du bourg, approximativement
le long de la rivière des Cacaos, entre
la route du François et la rue Gueydon
• L’aménagement du parvis de
l’église de Petit Bourg et du
grand Bourg
• Aménagement de la place de
la mairie
• Aménagement de la place
des fêtes et de la cité
Desgrottes
• Aménagements
paysagers
des entrées de bourg
• La création d’un « parc
sportif » (projet privé)
• création d’un espace libre
public paysager sur le front de
mer
• réalisation d’aires de jeux à
proximité de la résidence «les
ananas »
• Un grand stade d’honneur
d’environ 5000 places assises
à Pointe Lynch,
• Un Centre Nautique à Pointe
Fort
• La piste d’athlétisme à Cité
Lacroix
• Un parcours sportif à Cité la
Croix
Réseaux
• mise en valeur et éclairage du pont Bac en
collaboration avec l’Architecte des Bâtiments de
France
• Secteur littoral insalubre = raccorder le
maximum de constructions sur le réseau
d’assainissement général
• Politique de l’assainissement visant à équiper
en dispositif collectif le Vert Pré et à créer au
niveau du littoral une station de forte capacité
(30 000 éq/h)
• rénovation du parcours de
santé
• l’aménagement des abords
de la source caraïbe,
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
47
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Type
d’équipement
Ste Luce
Schoelcher
Trinité
Trois Ilets
Infrastructures routières
• Aménagement de la gare routière
• réfection de certaines routes (route
des bambous)
• réalisation d’une voie communale de
désenclavement du quartier Lépinay
• modernisation de la RD36 (C.
Général)
• Désenclavement
de
la
zone
artisanale de Deville
• Mise en place d’un « parcours » de
circulation dans le centre bourg
• création d’une voie nouvelle de
désenclavement entre le rond point de
l’université- Ravine Touza et Terreville
• Implantation d’une gare multimodale
à Madiana
• Construction
d’un
équipement
destiné à accueillir des activités de
loisirs liés à la mer et à la restauration
• Compléter la trame viaire par des
voies nouvelles à créer :
- Bac vers Beauséjour en passant par
la pointe Marcussy
- Petite rocade desservant la Crique et
délestant la rue J. Lagrosillière
• Amélioration de la voirie urbaine et
des trottoirs, de l’éclairage public dans
le bourg
• Aménagements
paysagers
des
entrées et sorties de ville
Chemins, liaisons douces
• Construction de trottoir et amélioration de
l’éclairage dans le bourg
• création d’une piste cyclable
• développement et entretien du sentier
longeant le littoral (jusqu’au quartier de Trois
Rivières, de manière à couvrir tout le littoral
urbanisé de la commune)
• découverte des sentiers de randonnées des
Mornes d’Orient et Préfontaine en lien avec la
ZNIEFF de Ravine St Pierre
Espaces publics et sportifs
Réseaux
• Aménagement de l’esplanade du
Bas du bourg
• Aménagement du front de mer
• Monésie :
construction
d’une
placette en face de l’école
• Bellevue :
aménagement
d’un
espace de jeux
• Lépinay : amélioration du terrain de
jeux
• Monésie : amélioration du terrain
de foot
• Raccordement des quartiers littoraux au
réseau d’assainissement du bourg pour un
meilleur fonctionnement et une utilisation plus
rationnelle
• Aménagement des espaces publics
et en particulier du front de mer
• Aménagement de la plage à
Madiana
• Renforcement du réseau des
équipements sportifs de proximité
(plateau Fofo, près de la piscine)
• Possibilité d’accueillir à l’arrière du
palais des congrès de Madiana des
équipements tels parcours de santé,
golf
• espace ludique à Spoutourne
• Développement de l’assainissement collectif
dans la plupart des zones urbanisées (définition
de 3 quartiers prioritaires Anse Collat, Terreville
et Fond Bernier)
Bourg
• Réalisation d’une piste d’athlétisme
en complément du stade de foot
• remise à niveau équipements +
espaces publics sur la Xavier
• aménagement du front de mer
• Aménagement de la place Gabriel
Hayot
Anse Mitan
• Aménagement d’un plateau sportif
polyvalent
Anse à l’Ane
• Aménagement d’un terrain de
football
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
48
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
4.2.3. L’axe transport et déplacement
Il est abordé comme une priorité par 6 communes (un peu moins de la moitié de l’échantillon) : Anses d’Arlet, Fort-de-France, le Lamentin, Le Lorrain, St Esprit et Ste Luce.
Tableau n° 17 : L’orientation transport et déplacement comme axe prioritaire
Anses d’Arlet
Les élus insistent sur la notion de désenclavement de la commune (transport maritime, urbain, amélioration de l’accès aux sites)
Fort-de-France
La commune rappelle plus spécifiquement la compatibilité avec le PDU et son ambition de privilégier les transports collectifs (TCSP comme projet central)
Le Lamentin
Deux orientations majeures : organiser la desserte du Grand Bourg (3ème) et repenser les déplacements (9ème) – lien fort avec le PDU
Le Lorrain
La commune évoque le principe de « fonctionnement » qui traite de tout ce qui est lié à la mobilité et aux infrastructures routières (hiérarchisation du
réseau viaire, insertion de liaisons douces…)
St Esprit
3 objectifs sont définis. Il s’agit de réduire la circulation en centre bourg au travers la réalisation du contournement sud, donner plus de place aux
piétons, développer les transports en communs.
Ste Luce
La commune a exprimé sa volonté d’améliorer les relations et dessertes inter-quartiers
Les deux communes qui disposent d’un Plan de Déplacement Urbain intercommunal (Fort-de-France et le Lamentin) intègrent les grands projets de ce dernier comme un élément
important du PADD.
L’axe transport et déplacement apparaît soit comme un objectif ou une action à mettre en œuvre pour les communes du Bellefontaine, François, le Robert, Schoelcher et Trinité.
Tableau n° 18 : L’orientation transport et déplacement comme objectif secondaire ou action à mettre en oeuvre
Bellefontaine : améliorer la traversée de la RN2, interface entre le bourg et le front de mer
François
: améliorer les conditions de déplacements comme un objectif de l’orientation n°1, tant par la réutilisation du canal, l’offre en stationnement, l’amélioration
des déplacements piétons, le traitement des infrastructures
Le Robert
: de manière indirecte, la thématique est abordée
- au travers la prescription sur les entrées de ville, avec la volonté de création d’une gare maritime mixte sur le front de mer et d’une gare routière
- au travers la prescription sur le renouvellement et renforcement des pôles urbains, au niveau des actions sur le cadre de vie (améliorer l’offre de
stationnement, le confort des piétons)
Schoelcher
: futur réseau de transport en commun affiché comme l’armature de l’urbanisation, et divers aménagements liés au front de mer
Trinité
: stationnement et déplacement abordés pour évoquer la structuration de l’espace urbain central
Trois Ilets
: création d’aires de stationnement ou aménagement d’aires existantes reliés aux opérations de renouvellement urbain dans le bourg
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
49
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
4.2.4. L’aménagement de la façade maritime et des espaces littoraux
Le Robert, Schoelcher, Trinité ont affiché cette
orientation en tant qu’axe prioritaire dès le grand
titre.
Le Robert évoque cet axe tant dans les orientations
générales qu’en prescription spécifique. Schoelcher et
Robert utilise d’ailleurs la même terminologie de
« façade maritime ».
Pour Trinité le terme est pluriel puisqu’il s’agit de
« valoriser les espaces littoraux » : c’est-à-dire la
multiplicité des fonctions ou plutôt vocations de ces
espaces (habitat, tourisme, loisir, mise en valeur des
ressources de la mer, espace naturel)
Projets de (ré)aménagement du front de mer/ bord de mer :
- Les Anses d’Arlet,
- Bellefontaine,
- Fort-de-France,
- le Lorrain,
- le Robert,
- Schoelcher,
- Ste Luce et
- Trois Ilets
Le PADD du François exprime indirectement cet
objectif au travers de sa volonté d’ouverture vers la
mer. Le Lorrain l’évoque dans le cadre d’action à
mettre en œuvre pour favoriser le renouvellement et
le renforcement du front de mer de la ville.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
50
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
4.2.5. Thèmes divers
„ La dimension
intercommunale peu évoquée
Cette dimension est abordée en tant qu’orientation à
part entière pour le PADD de Fort-de-France :
orientation 5 « Prendre en compte le territoire
communal dans son ensemble et comme partie d'un
tout plus vaste (liens avec le SAR et le SCOT) »,
notamment au travers l’objectif d’ « inscription dans
un tout plus vaste » à la fois en terme de
rayonnement de la ville sur l’agglomération, que dans
le sens du développement de complémentarité et le
renforcement des liaisons intercommunales.
Quatre autres PADD évoquent la dimension
intercommunale : Anses d’Arlet, le Lamentin, le Marin
et Schoelcher. Le tableau n°19 met en exergue les
phrases mentionnant cette thématique pour les 4
PADD concernés.
La dimension intercommunale et les projets
intercommunaux apparaissent donc faiblement dans
les PLU, et elle se concentre autour des communes
de la CACEM.
„ Les énergies renouvelables
Seuls Fort-de-France, le Lamentin et Ste Luce
évoquent le thème des énergies renouvelables et du
HQE (Haute Qualité Environnementale). C’est le
Lamentin qui l’évoque de la manière la plus précise
au travers de l’orientation 10, objectif 10.1 sur l’éco
citoyenneté, notamment pour les bâtiments publics.
Tableau n° 19 : L’intercommunalité dans les PADD
: réflexion à engager sur les transports terrestres avec le concours de la CAESM sur le périmètre de
Anses
transport urbain
d’Arlet
: orientation 5 « Prendre en compte le territoire communal dans son ensemble et comme partie d'un tout
Fort-deplus vaste (liens avec le SAR et le SCOT) », notamment au travers l’objectif d’ « inscription dans un tout
France :
Le Lamentin
Le Marin
Schoelcher
plus vaste » à la fois en terme de rayonnement de la ville sur l’agglomération, que dans le sens du
développement de complémentarité et le renforcement des liaisons intercommunales
: orientation 9 sur la desserte urbaine et inter urbaine : cohérence avec le PDU intercommunale
(intercommunalité au travers du transport) – orientation sur les zones d’activité : définir la localisation des
zones d’activités en cohérence avec la CACEM
: encourager la dynamique économique en favorisant la bipolarité : le Marin comme pôle récepteur vis-àvis des communes environnante, et le Marin comme pôle rayonnant économique, touristique et maritime
de l’extrême sud
: créer un pôle d’intérêt communautaire autour principalement des activités du tertiaire supérieur
„ L’architecture dans les constructions neuves
Tableau n° 20 : Mentions à l’architecture dans les constructions neuves
: attention particulière au caractère architectural des nouvelles constructions afin de préserver le bourg,
Anses
site inscrit
d’Arlet
: favoriser l’audace architecturale dans le patrimoine bâti de demain, utiliser la HQE (Haute Qualité
Fort-deEnvironnementale), introduire de la qualité architecturale dans les Zones d’Activités
France
: qualité architecturale dans les Zones d’activités (cahier de recommandations à créer)
Le
Lamentin :
: recommandations architecturales pour les exploitations agricoles à mettre en place
Le Lorrain
: dans l’objectif de mise en valeur des espaces urbanisés, inscrire des recommandations architecturales et
Ste Luce :
Schoelcher
urbaines dans le règlement pour les constructions neuves et extensions
: veiller à la bonne insertion des habitations dans le paysage
: encourager le recours aux énergies renouvelables et inciter au HQE dans les constructions
: « respecter la forme urbaine », notamment avec mise en place prochaine d’une charte urbaine et
architecturale sur le secteur centre ancien, et le respect des formes existantes
Seule la commune de Fort-de-France aborde la question de l’innovation architecturale dans le bâti nouveau. Les
communes des Anses d’Arlet et de Schoelcher affichent plutôt la notion de continuité de style architectural. La
commune de Ste Luce évoque de manière originale les deux aspects (innovation et tradition). Le Lamentin s’attache
plus particulièrement à la qualité architecturale dans les zones d’activités. Le lorrain est la seule commune à parler
de l’architecture des bâtiments agricoles.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
51
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Conclusion de la 1ère phase
Cette première phase de l’étude globale sur les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PADD nous a permis de dessiner les thèmes porteurs pour les élus et
techniciens ayant participé à leur réalisation. La mise en commun et sur le même niveau de lecture des PADD des diverses communes facilite également une vision plus globale du
territoire et de ses enjeux. Par ailleurs, elle a une vertu « positive »: on a pu reprocher aux communes de Martinique de ne pas suffisamment se projeter dans l’avenir : cette
étude montre que des projections sont en œuvre.
La prochaine étape est l’analyse de la cohérence entre les projets dans les PADD et les projets dans le SAR. Il ne s’agit pas d’analyser la compatibilité juridique des PLU avec le
SAR, ce contrôle ayant été effectué pour les PLU approuvés et étant du ressort de l’Etat. Cette 2ème phase consiste à examiner si les grands thèmes défendus dans les différents
projets répondent et/ ou correspondent aux orientations fondamentales en terme de développement, de mise en valeur du territoire et de protection de l’environnement fixées par
le Schéma d’Aménagement Régional. Cette analyse se situe également dans un contexte plus large, celui du bilan et de l’évaluation du SAR de la Martinique actuellement
en cours de réalisation.
D’autres possibilités d’ouvertures s’offrent également :
- perfectionner la méthodologie de l’ADUAM en termes de planification : en effet, cette étude a une vertu pédagogique pour l’Agence car elle permet d’enrichir le contenu et la
forme des futurs PADD au regard du bilan des diverses expériences
- faire le lien avec l’étude d’évaluation du SAR qui fait partie du programme partenarial 2008 (phase 2 de notre étude)
- examiner comment les orientations se sont traduites concrètement dans le zonage du PLU (c’est-à-dire si les outils utilisés sont à la mesure des intentions formulées dans le
PADD)
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
52
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Glossaire
ADUAM : Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique
ANRU : Association Nationale pour le Renouvellement Urbain
APID : Autre Port d’Intérêt Départemental
CACEM : Communauté d’Agglomération du Centre de la Martinique
CCNM : Communauté de Communes du Nord Martinique
CAESM : Communauté d’Agglomération de l’Espace Sud Martinique
COS : Coefficient d’Occupation des Sols
GPV : Grand Projet de Ville
HQE : Haute Qualité Environnementale
Loi UH : Loi Urbanisme et Habitat
Loi SRU : Loi Solidarité et Renouvellement Urbain
OPAH : Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat
PADD : Projet d’Aménagement et de Développement Durable
PDU : Plan de Déplacement Urbain
PIG : Projet d’Intérêt Général
PLH : Programme Local de l’Habitat
PLU : Plan Local d’Urbanisme
PPA : Personnes Publiques Associées
POS : Plan d’Occupation des Sols
PPR : Plan de Prévention des Risques
RHI : Résorption de l’Habitat Insalubre
SAR : Schéma d’Aménagement Régional
SDAGE : Schéma Départemental d’Aménagement et de Gestion des Eaux
SCOT : Schéma de Cohérence territoriale
SMVM : Schéma de Mise en Valeur de la Mer
TC(SP) : Transport en commun (en Site Propre)
ZA : Zone d’Activité
ZAC : Zone d’Aménagement Concerté
ZI : Zone Industrielle
ZNIEFF : Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique
ZPPAUP : Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
53
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Sommaire des annexes
ANNEXE 1 : SYNTHESE DETAILLEE DES PADD
55
Anses d’Arlet
56
Bellefontaine
60
Fort de France
62
Le François
68
Le Lamentin
71
Le Lorrain
75
Le Marin
78
Rivière-Salée
80
Le Robert
84
Saint Esprit
91
Sainte Luce
98
Schoelcher
102
Trinité
106
Trois Ilets
109
ANNEXE 2 : TEXTES LEGISLATIFS MENTIONNES DANS L’ETUDE
111
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
54
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Annexe 1 : Synthèse détaillée des PADD
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
55
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Anses d’Arlet
Orientation
Orientation n°1 : Valoriser
et aménager les espaces
bâtis de la commune
Axe
Relancer la dynamique du
bourg
Objectifs
Repeupler le centre bourg en y accroissant
l’offre en logements
Actions à mettre en œuvre
• Favoriser le renouvellement urbain par le biais de la réhabilitation du patrimoine urbain
vacant ou à l’abandon – attention particulière au caractère architectural des nouvelles
constructions afin de préserver le bourg, site inscrit
• Utilisation de réserves foncières communales afin de mettre à disposition de la
population des terrains viabilisés à proximité du bourg
• Satisfaire au mieux les demandes et besoins de logements sociaux émanent des
Arlésiens et permettre l’installation de ménages à faibles revenus
Améliorer le cadre de vie en centre bourg
afin de la rendre attractif pour les
populations nouvelles
• Améliorer le réseau viaire grâce à l’élargissement des routes du bourg et sécurisation
des déplacements piétons
• Enfouissement des réseaux électriques garantissant sécurité et esthétique
• Poursuite de l’aménagement des espaces publics à l’image de celui du front de mer
(espace piéton, marché, transformation du « Coin des Pères » en « mini station
balnéaire » et mini marché)
• Requalification de l’entrée du bourg (giratoire, aire de stationnement en entrée de
bourg pour limiter l’entrée des voitures dans le centre et favoriser les déplacements
piétons)
Apporter de nouveaux équipements et
améliorer les équipements existants afin de
prendre en compte les besoins des
Arlésiens et anticiper les évolutions futures
de la population
• Reconstruction de la maison de retraite
• Démolition/ reconstruction/ agrandissement de l’école Lucéa devenue vétuste
• Création d’une médiathèque
• Création d’un petit centre culturel qui intégrera le cinéma Atlas Rénové
• Construction d’une maison des associations à proximité du complexe sportif
• Création d’une zone d’activité entre Grande Anse et le bourg
• Aménagement d’une aire de stationnement à l’entrée du bourg afin de désengorger le
centre bourg
• Réfection du chemin rural de Bas Morne (en cours)
• Aménagement d’un terrain de Beach Volley sur la plage du bourg
• Organisation du mouillage (en cours)
• Création d’un petit centre commercial
Protéger et mettre en valeur le patrimoine
bâti important du bourg
• Restauration de l’Eglise Saint Henri, MH
• Recensement des constructions présentant un intérêt architectural à préserver et
maintien du style architectural typique du centre bourg
• Possibilité de classement du centre bourg en ZPPAUP
• Mise en valeur des puits recensés dans le cadre de la « routes des puits »
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
56
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Aménager et développer les
quartiers littoraux
Maîtriser l’étalement urbain
des quartiers de l’arrière
pays arlésien
Aménagement du front de mer de Petite
Anse
• Embellissement et protection du front de mer contre la houle, développement de
restaurants existants en terrasse
• Des équipements publics plus adaptés (rénovation de terrains de sport, reconstruction
de l’école) et amélioration des réseaux (notamment assainissement)
• Diversifier le parc de logements et créer des logements sociaux après acquisition
foncière
• Création d’une deuxième cyberbase pour réduire la fracture numérique
Poursuite et achèvement de la RHI de
Grande Anse pour créer de nouveaux
logements sociaux et introduire davantage
de mixité sociale
Réhabilitation du quartier de l’Anse Dufour
avec l’aide de l’Agence des 50 Pas
Aménagement
d’un
EAT
(Espace
d’Aménagement Touristique) à Grande
Anse sur la partie basse de Morne
Champagne jusqu’à la limite de l’espace
remarquable
Densifier les quartiers de l’arrière pays
(pôles tertiaires) afin de limiter l’étalement
de l’urbanisation et le mitage des espaces
naturels et agricoles
• Création d’une maison pour tous
• Réalisation d’une voie de désenclavement et développement
stationnement pour fluidifier et désengorger le quartier
Conforter la centralité des quartiers par
l’implantation de nouveaux équipements
publics
•
•
•
•
•
de
l’offre
de
• RHI, assainissement et accès à la plage à améliorer, lotissement nouveau, voie de
contournement
• Redéfinition de nouvelles zones urbaines en partie issues des zones NB au POS, en
fonction du bâti existant, des réseaux existants, des équipements présents, de la
topographie et du risque (exclusion des zones rouges voire orange)
• Délimitation des cœurs de quartiers, dans lesquels l’objectif sera la densification de
l’habitat et le renouvellement urbain, tout en offrant une diversité de logements,
accessibles à tous
• Les autres zones urbaines moins densément bâties issues des zones NB du POS auront
pour vocation de garder un caractère rural et donc de limiter la densification
• Poursuite de la recherche de réserves foncières et mise en place de diverses
opérations immobilières (lotissements communaux…)
• Développer Gallochat en l’étendant vers le quartier du Chalet et l’anse Mathurin, dans
la continuité des zones bâties
Compléter et améliorer le maillage des voiries
Amélioration des dessertes en eau et électricité, tout comme le réseau assainissement
Fonds Fleury/ Palmiste : création d’une maison des associations
La Plaine : création d’un centre de tri postal
Bas Morne : électrification du quartier
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
57
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Orientation
Orientation n°2 : Impulser
le
développement
économique
sur
le
territoire, créateur d’emploi
Axe
Faire des Anses d’Arlet la
vitrine du tourisme haut de
gamme à la Martinique,
respectueux
de
l’environnement,
des
paysages et de l’authenticité
de la commune
La pêche, une activité
traditionnelle
et
complémentaire
à
développer
Maintenir l’agriculture et
diversifier l’activité
Offrir
des
services
marchands de proximité à la
population arlésienne
Objectifs
Grande Anse, le pôle balnéaire, le bourg, le
pôle nautique
Actions à mettre en œuvre
• Réalisation de l’EAT – espace à vocation ludique et d’hébergement- axé sur la mer et
la découverte du monde marin : maison de la plongée, parc d’aquarium, appontement,
espace commercial, jardin botanique, havre artificiel, structures d’hébergement,
lotissement paysager…
• Aménagement du Coin des Pères
de
• Protection des espaces naturels par un classement en zone naturelle de protection
stricte (aucune construction sauf aménagements légers)
• Maintien de la quasi-totalité des EBC
• Mise en œuvre du zonage d’assainissement
• Mise en valeur de l’eau ferrée à Petite Anse (amélioration de l’accès au bassin)
Le patrimoine culturel de la commune à
valoriser
• Mise en place d’une signalétique touristique sur l’ensemble de la commune
• Aménagement d’un sentier pédestre permettant la découverte du volcanisme
• Balisage de sentiers de randonnées pour découvrir le patrimoine historique, naturel et
géologique de la commune + mise en valeur des nombreuses batteries, forteresses et
puits le long du littoral
Petite Anse, le pôle pêche des Anses d’Arlet
• Aménagement et développement du port
• Développement de l’aquaculture
• Préservation des pratiques traditionnelles
Développer un projet d’agritourisme à la
Plaine
Préservation des terres agricoles afin de
maintenir l’activité et de préserver les
paysages
Encouragement à la diversification de
l’activité
agricole
(gîtes
ruraux,
agritourisme, cultures maraîchères…) et à
l’installation de jeunes agriculteurs
• Implantation d’une ferme agritouristique sur des terrains communaux nouvellement
acquis et de sentiers autour de la ferme + dégustation vente
• Contenir les poches de constructions sans lien avec l’activité agricole au sein de la
zone naturelle à constructibilité limitée
L’environnement arlésien, le levier
l’attractivité touristique à préserver
• Création d’une zone d’activités à l’entrée du bourg (services et transformation)
• Création d’un mini centre commercial
• Pérennisation des commerces en centre bourg
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
58
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Orientation
Orientation
n°3 :
Désenclaver la commune
Axe
Développement du transport
maritime entre les anses,
mais également avec les
communes du Diamant, des
Trois-Ilets et Fort de France
Réflexion à engager sur les
transports terrestres avec le
concours de la CAESM sur le
périmètre
de
transport
urbain
Amélioration de l’accès à
certains sites (notamment
en
direction
de
l’agritourisme)
Objectifs
Actions à mettre en œuvre
Relier les 3 pôles urbains du territoire
Voir pour associer transport terrestre et maritime
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
59
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Bellefontaine
Orientation
Orientation n°1 : Favoriser
le développement urbain
Axe
Réaffirmer la centralité du
bourg au travers d’actions
qui relèvent de l’article
R.123-3 alinéa 1,2 et 3
Objectifs
Réalisation d’un projet concerté
d’aménagement global comprenant :
Organisation le second pôle
urbain de la commune :
création
d’un
nouveau
quartier à Cheval Blanc
(article R.123-3, alinéa 1)
Multiplier par 3 la population en 10 ans (4 à 5000 habitants)
Retenir les jeunes ménages qui ne trouvent pas à se loger dans de
bonnes conditions
accueillir de nouveaux habitants du Nord et en priorité les
Bellifontains qui souhaitent revenir
Faire de cette ville nouvelle « un lieu de vie résolument tourné vers
l’avenir, un quartier moderne qui mêle à la fois « modernité,
tradition et préservation de l’environnement »
Des infrastructures
Accompagner
le
renouvellement urbain par la
création des équipements
nécessaires
et
le
développement des autres
quartiers
Développement des quartiers existants
L’organisation des activités
à
partir
d’un
schéma
Actions à mettre en œuvre
• L’assainissement et le désenclavement de l’ensemble en tenant
en compte les contraintes du PPR (zone liquéfiables et
inondables)
• La suppression de l’insalubrité et des logements vétustes (cour
Tamarin et Autre Bord)
• Réhabilitation des constructions par leur mise aux normes et
ravalement de façades
• Traitement des « dents creuses » en les réaffectant à l’habitat,
aux commerces de proximité et aux activités de services
• Création d’espaces publics et en particulier réaménagement de
la place
• Création d’un nouveau quartier à Cheval Blanc
• Favoriser les programmes de logements en veillant à la mixité
sociale et au logement collectif (20% du parc)
• Logements spécifiques pour personnes âgées
• Compte tenu des enjeux, mener une réflexion avec CCNM et
Région
• Créer une médiathèque à côté de l’Eglise pour les scolaires
• Création du Lycée
• Repenser la traversée de la RN2, interface entre le bourg et le
front de mer, ainsi que les entrées de ville
• Création d’une gare maritime favorisant la desserte vers le sud
et le nord
• Projet de nouveau cimetière
• Densification organisée et progressive des quartiers ruraux
(Jeannot et Verrier) en favorisant la construction de logements
collectifs (20% du parc) tout en préservant le potentiel agricole
• Aménagement d’une zone d’activités à l’entrée du bourg
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
60
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Orientation
Orientation n°2 :
Préservation et valorisation
de l’environnement comme
base du développement
Axe
Utiliser tous les atouts de la
façade atlantique
Objectifs
Réaménagement du front de mer
Actions à mettre en œuvre
• Mise à disposition d’équipements spécifiques pour la profession
pêche venant accompagner une profession qui se développe
depuis l’installation du DCP (dispositif concentrateur de poisson)
• Réalisation d’espaces publics de convivialité et de rencontre
pour toute la population, y compris celle qui résidera dans le
nouveau quartier Cheval Blanc : aménagement de la plage, piste
de jogging, pétanque
• Equipements touristiques, restaurant
Création d’une base nautique à Fond Boucher pour accueillir les
jeunes du nouveau lycée et les familles le week end
Valoriser et protéger
zones naturelles
les
Regard particulier sur l’activité agricole, à la fois sur le choix des
terres classées en zone agricole et leur mode d’exploitation (Cf.
instabilité des sols liée aux déboisements)
• Réorganiser le foncier afin de limiter les pratiques agricoles sur
les fortes pentes, l’objectif étant de stabiliser les terrains
concernés
• Terres cultivables devraient être disposées parallèlement aux
courbes de niveau et séparées par des coulées arborées
naturelles ou plantées
• Plantation d’herbacées fourragères de meilleure productivité
tout en réduisant le pâturage, permettant une charge animale
plus élevée à l’hectare et une couverture plus importante du sol
Valorisation des forêts existantes et développement de l’offre en
hébergements touristiques
• Aménagements de sentiers jalonnés de paysages variés,
pouvant pour certains s’adresser aux activités équestres (ex :
réouverture de l’ancien tracé qui relie Morne Rose à Fond
Boucher, baliser le sentier de crête de Morne Potin afin de relier
le Château d’eau du bourg à Morne Capot)
• L’offre hôtelière : gîtes, appartements, mais aussi inciter à
d’autres produits
Une protection forte sera proposée par certains élus pour certains
versants forestiers de qualité avec une option très restrictive pour
la chasse
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
61
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Fort de France
Ambition n°1 :
Développer une cohésion
spatiale facteur de
cohésion social
Ambition n°2 :
Assurer un
développement urbain
efficace et solidaire
Ambition n°3 :
Une ville attractive et
rayonnante
Thèmes prioritaires à développer dans les orientations du PADD
Ressouder le tissu urbain et social de la ville
Reconquérir un niveau de population au dessus des 100 000 habitants
Priorité au Programme de Développement et de Rénovation Urbaine. Celui-ci est focalisé sur deux « territoires » (le Grand Projet de Ville et les Zones Urbaines
Sensibles) le centre ville d’une part et les grandes cités d’habitat social construites dans les années 60
Renforcer l’équilibre du peuplement, la sécurité et la convivialité
Favoriser sur le territoire communal des implantations variées de typologies de logements et par là même d’ouvrir le panel des catégories sociales résidant dans la
commune
Consolider les lieux majeurs de centralité
Réurbaniser certains territoires en gérant l’espace de façon économe
Préserver des secteurs résidentiels de faible densité au contact des secteurs urbains denses ; ne permettre la densification que sur certains secteurs et préserver
ailleurs
Agir sur les lieux publics
Penser les relations avec les quartiers des communes limitrophes
5 volets de son rayonnement :
• Economique
• Culturel
• Universitaire
• animation tourisme
• service rendu à la population
Concilier la valorisation du patrimoine naturel (Forêt tropicale, coulées vertes le long des rivières et des reliefs, littoral) et architectural (patrimoine remarquable,
patrimoine diffus, docks portuaires) et la reconstruction de la ville sur elle-même.
Une stratégie d’image associant tous les volets de son rayonnement
Ambition n°4 :
Une ville agréable à
vivre, moderne et
réactive
Le plaisir de vivre ensemble se mesure à plusieurs niveaux :
• la qualité des espaces publics (rues et places, éclairage, espaces verts et plantations, mobilier urbain)
• la sécurité des allées et venues qui suppose le partage pacifique des divers espaces de la ville
• l’animation de la ville (autour du patrimoine, sa valeur la plus sûre, des musées et des événements festifs).
• les espaces publics renouvelés et nouveaux (Savane, Malecom, Almadies seront les premiers)
• la rénovation des façades, accélérée depuis un an,
• la mise en lumière des points stratégiques et des monuments
• la poursuite de la piétonnisation (rue de la République, rue Schœlcher, rue Victor Hugo)
• la nouvelle prise en compte du stationnement résidentiel et rotatif
• le mode de vie plus urbain rend plus aigu le besoin de contact avec la nature (nature domestiquée) et induit une demande spécifique en espaces de détente y
compris des espaces urbains de convivialité.
Défi de l’adaptation des services publics aux besoins nouveaux de notre temps. Les priorités découlent des attentes des citoyens :
La petite enfance, les écoles, La démocratie locale, le rayonnement sportif et culturel. Ces thématiques sont aujourd’hui porteuses d’ouverture à la solidarité locale, y
compris au travers de la solidarité internationale
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
62
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Orientations du PADD
Orientation n°1 :
Recentrer le
développement urbain
Objectifs du PADD
L’objectif de population défini par la municipalité est de
dépasser les 100 000 habitants.
Favoriser la réhabilitation et la construction de logements
tout en préservant l’équilibre de la ville.
Le développement urbain sera organisé autour de pôles
de centralité et des axes structurants en mobilisant le
potentiel des zones urbanisées.
Dans l’espace péri-urbain, le PLU établira un équilibre
entre maintien d’un tissu pavillonnaire et constructions
nouvelles
Favoriser l’offre diversifiée de logements aux habitants
actuels et futurs dans chaque partie du territoire
communal
Orientation n°2 :
Améliorer
quantitativement et
qualitativement l’offre de
logements
répondre simultanément aux enjeux suivants :
- la prise en compte des demandes des habitants et
l’évolution des modes de vie ;
- la mixité urbaine et sociale ;
- la transformation du bâti et de la trame urbaine.
Actions spécifiques
• répondre à l’essor démographique tout en préservant l’équilibre entre zones urbanisées et zones
naturelles
• La réalisation d’un axe lourd de transport en site propre, prévu par le Plan de Déplacement Urbain
permet d’envisager à plus long terme, la restructuration de l’avenue Maurice Bishop et l’aménagement
du périmètre Sainte-Thérèse, Renéville, Saint-Christophe.
• A l’exception du secteur Morne Coco dont, l’urbanisation est prévue de longue date, la 4ème Couronne
n’accueillera pas de pôle de développement urbain
• Afin de maîtriser la densification des quartiers résidentiels de la 3ème couronne, des secteurs de
faibles densités seront préservées, au contact de secteurs plus denses le long des axes de circulation
• Favoriser l’accession à la propriété et la construction de logements destinés à accueillir les diverses
couches sociales
Dans le centre ancien et ses faubourgs, les outils suivants seront privilégiés :
• la densification et le remodelage des dents creuses dans le tissu existant, la reconquête des friches
urbaines (revitalisation de l’ex Hôpital Civil);
• la valorisation du parc de logements existants à travers, l’incitation des propriétaires occupants ou non
à améliorer les logements existants ;
• la coordination entre réhabilitation de l’habitat, lutte contre l’insalubrité et restructuration urbaine.
• Dans les grands ensembles d’habitat social (Dillon, Godissard-Floréal, Cité Trénelle, Cité Bon Air) la
priorité va à la réhabilitation du parc et la diversification de l’offre de logement (décohabitation,
résidentialisation).
• La relance des opérations RHI, outre l’éradication de l’insalubrité, intégrera les quartiers d’habitat
précaire au fonctionnement de la Ville
• Créer un nouveau quartier autour de la ZAC Etang Z’Abricot
• Aménagement des Terrains Pélage à Morne Coco pour accroître l’offre de logements
Prise en compte des publics spécifiques :
• en favorisant l’accès et le maintien des personnes âgées dans le parc social et en améliorant la
situation des ménages vivant dans le parc ancien du centre ;
• en développant une offre de logement accessible au public jeune et étudiant ;
• en facilitant l’accès au logement des ménages précaires
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
63
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Orientations du PADD
Objectifs du PADD
Remédier au phénomène de désertification et à la vacance
Prendre en compte l’enjeu bord de mer
L’amélioration de la sécurité
L’embellissement du centre et amélioration du cadre de
vie des citadins
La redynamisation du commerce :
Orientation n°3 :
Rendre le centre ville
plus attractif
Reconquête urbaine
La promotion du patrimoine bâti :
Préserver et mettre en valeur le patrimoine historique
Permettre l’éclosion du patrimoine bâti de demain en
favorisant l’audace architecturale, les constructions Haute
Qualité Environnementale, sans jamais perdre de vue la
préoccupation majeure d’une bonne agrégation à
l’existant (notion de continuité urbaine).
Actions spécifiques
• Programmation de grande ampleur portant tant sur le bâti que les espaces publics
• poursuite de la mise en œuvre du Grand Projet de Ville
• projet d’aménagement du Grand Caraïbe, associant les sites Almadies, Régatier et Alizés depuis la
Pointe des Nègres jusqu’à Rive Droite, ainsi que le projet du Malecon. Ils ouvrent magistralement la Ville
sur la baie et valorisent tout le potentiel résidentiel du centre ville
• piétonisation, plan d’éclairage, lutte contre l’errance, etc.
• traitement de l’accessibilité au centre, politique de ravalement de façades, protection restauration et
mise en valeur du patrimoine, modernisation des équipements publics, qualité architecturale des
projets
• traitement de l’accessibilité notamment par les personnes à mobilité réduite,
• prise en compte du PDU,
• application de la réglementation de la publicité,
• soutien aux actions d’animations commerçantes, etc.
• développement de « petits » programmes en centre-ville, reconquête des îlots anciens ou insalubres,
des bâtiments vacants, incitation à l’occupation des étages des commerces par du logement
• Pour pérenniser ces projets phares et renforcer leurs effets d’entraînement, notamment sur le
commerce, l’embellissement du centre, la promotion du patrimoine bâti, le traitement et la protection
des espaces publics, constitueront des actions prioritaires.
• Protéger le patrimoine bâti, qu’il s’agisse d’éléments architecturaux de qualité ou d’ensembles bâtis
cohérents
• Préserver l’identité des rues, des alignements ou des îlots qui présentent une unité architecturale ;
être attentif aux « fonds de perspectives »,
• Poursuivre la politique de réhabilitation et de ravalement des façades.
• Organisation régulière d’un palmarès de l’architecture
• Etablir des cahiers de recommandations pour les travaux de restauration.
• Privilégier la réutilisation des constructions qui présentent un intérêt patrimonial (habitat rénové,
anciens commerces de gros, autres commerces).
• Une attention particulière sera portée dans les constructions nouvelles et pour tout aménagement, à la
recherche des dispositions les mieux adaptées à la spécificité du paysage urbain du centre :
- pour éviter l’appauvrissement des rez-de-chaussée ;
- pour poursuivre la reconquête des espaces publics (trottoirs élargis, galeries)
- pour assurer l’accessibilité notamment pour les personnes à mobilité réduite.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
64
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Orientations du PADD
Objectifs du PADD
Développer les circulations douces en créant
continuités des trajets et des cheminements,
Favoriser et développer les transports en commun
Orientation n°4 :
Mettre en place une
politique de
déplacements privilégiant
les transports collectifs
(avec lien avec le PDU)
Dissuader l’automobile en centre urbain dense
Orientation n°5
Prendre en compte le
territoire communal dans
son ensemble et comme
partie d'un tout plus
vaste (liens avec le SAR
et le SCOT)
Le territoire dans son ensemble
L’inscription dans un tout plus vaste
des
Actions spécifiques
• Aménager la voirie en appréhendant la marche à pied comme le principal mode de déplacement dans
la ville basse et certains secteurs denses,
• Favoriser sur la voirie les modes de transport non motorisés, notamment la bicyclette,
• Poursuivre l’engagement d’espaces piétons de qualité tels que trottoirs élargis, possibilité de trouver
ombre et abri vis-à-vis de la pluie (dispositions architecturales réglementaires de retraits, galeries, etc.).
• Améliorer l’offre de transport en commun de façon quantitative et qualitative en particulier en terme
de fréquence,
• Créer les conditions de mise en oeuvre de l’intermodalité.
• Repenser les conditions du stationnement sur les voies publiques et dans les propriétés privées, au
travers de l’utilisation d’autres modes de stationner (parkings de « dissuasion », parking silo, principe du
stationnement de courte durée, principe du coût du stationnement, etc.).
• Retrouver un statut urbain pour certaines pénétrantes (capacité, traitement urbain)
• Hiérarchiser les voies.
• Faire se développer des comportements citoyens (lutte contre le stationnement sauvage y compris de
courte durée entravant l’usage de l’espace, etc.)
• La création d’infrastructures support de ces transports : le circulaire autour de l'hyper-centre, le TCSP,
les navettes maritimes, le lien Est / Ouest au Nord de la zone agglomérée.
• Le développement de l’inter modalité : aménagement des liaisons entre les modes de transport;
• le redéploiement du transport urbain dans les quartiers périphériques ;
• la mise en place d’une politique de stationnement cohérente (en faveur des riverains et de dissuasion
pour l’extérieur)
• Considérer le territoire communal comme un territoire sur lequel se construit l'avenir (la reconstruction
de la ville sur elle-même)
• Amélioration et création de certaines infrastructures : traitement des «entrées de ville», traitement de
certaines radiales.
• Se positionner par rapport au projet de 2ème rocade.
• Valoriser des entités de quartiers (traduction de l'engagement municipal sur les "5 circonscriptions").
• Dans son programme de campagne pour les élections municipales, le maire et son équipe ont exprimé
des volontés d'actions au travers de 4 thèmes variés dont certains ont des incidences sur la politique
urbaine de la ville. Deux de ces thèmes sont plus particulièrement porteurs d'actions sur la ville:
"Ensemble, renouvelons notre ville" et "Ensemble, développons notre ville".
• Développement de la complémentarité par la mise en place de démarches intercommunales ;
• En particulier pour l’implantation d’équipements dont le rayonnement s’étend au territoire de
l’agglomération ou de l’ensemble de l’île.
• Renforcement des liaisons intercommunales : infrastructures et transports ;
• Affirmation du rôle de Ville centre dans l’agglomération
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
65
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Favoriser l’activité commerciale
Favoriser l’émergence d’activités tertiaires
Soutenir le développement de certains secteurs phares
d’activité
Orientation n°6 :
Favoriser le
développement
économique,
commercial et touristique
Implanter des activités créatrices d’emplois et de lien
social dans les quartiers en difficulté
Créer les conditions de développement du tourisme
Créer les conditions qui permettront de conforter et de
dynamiser les activités à Fort de France
Orientation n°7 :
Une meilleure prise en
compte de
l’environnement et de la
gestion des ressources
dans le développement
urbain
Diminuer les nuisances dues au bruit
Réduire les risques liés aux déplacements en milieu urbain
dense
Réduire les risques naturels
• Soutenir le dynamisme commercial de la ville basse et des rues commerciales structurantes
• Développer le commerce de proximité dans les quartiers.
• Maintenir la compétitivité des centres commerciaux existants
• Augmenter l’offre de bureaux par construction de bureaux neufs et réhabilitation des surfaces existantes
• Créer les conditions d’émergence de nouveaux services en particulier dans le domaine des technologies de
l’information et de la communication.
• Privilégier le développement de pôles industriels d’excellence
• Conforter la vocation logistique de Fort de France.
• Augmenter l’activité portuaire et l’ouvrir sur de nouvelles perspectives comme la croisière et la plaisance
• Affirmer, à côté des projets structurants porteurs d’emplois, d’activités plus traditionnelles (la réhabilitation
des marchés va dans ce sens).
• Veiller à l’intégration urbaine et architecturale des locaux d’activité.
• Mettre en oeuvre des projets participant au rayonnement culturel et intellectuel de la ville, tels que musées
et autres lieux culturels en particulier ceux mettant en valeur le savoir-faire local et le patrimoine commercial
et artisanal.
• Mettre en valeur le patrimoine historique de la ville
• Améliorer l’esthétique urbaine
• Accueillir les touristes dans des conditions optimales
• En confortant et améliorant les activités existantes.
• En valorisant, en développant et en favorisant le renouvellement bâti des sites d’activités existants.
Préserver le niveau d’attractivité et le dynamique des sites d’activité de la première génération.
• En encourageant à l’émergence de pôles de compétences (santé, presse, musique, métiers d’art, marine,
etc.).
• En affirmant la présence du port ancien comme une des composantes majeures de la ville (mise en service
du terminal conteneurs), en bénéficiant de la restructuration du port pour favoriser un certain nombre
d’aménagements et en traitant des perspectives ; plus généralement en ouvrant des vues vers le port et la
mer.
• En améliorant les conditions d’accueil touristique : terminal inter îles, infrastructures autour du terminal
croisières dans le cadre de l’aménagement du front de mer, gares maritimes multimodales, restructuration du
port et aménagement de l’accueil pour les croisiéristes
• Prendre en compte l’isolation phonique dans la construction :
• A la source en limitant les émissions sonores des activités, des flux routiers, etc.
• En protection entre les logements, vis-à-vis des bruits extérieurs (orientation des ouvertures par ex.)
• En protection par rapport aux sources extérieure (principalement bruit issu des infrastructures.
• Mesurer l’impact des nuisances sonores des aménagements projetés
• Créer les conditions d’amélioration de la sécurité routière
• Limiter la pollution et les nuisances sonores liées aux automobiles et aux camions (cf 3.2) fluidité de la
circulation, limitation du nombre de véhicules, performances énergétiques des véhicules, qualité des
revêtements routiers, etc.
• Assurer la protection des personnes et des biens en cas de phénomène naturel destructeur, en particulier
d’inondations littorales, de rivières de ruissellement urbain ou de mouvement de terrain et d’éboulement.
• Prévenir les risques naturels, notamment
- en restreignant l’imperméabilisation des sols, en gérant les vitesses d’écoulement des eaux de ruissellement
tout en maîtrisant leur évacuation (lutte contre les eaux stagnantes)
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
66
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
- en respectant les prescriptions du Plan de Prévention des Risques Naturels prévisibles.
- mesures relatives à la santé publique (pandémie de dengue, plomb, amiante dans la construction,
prolifération des parasites, etc)
• Ecarter les risques liés à l’activité industrielle
- Limiter l’exposition aux risques industriels en limitant la construction
- dans les zones à risque et si besoin en les dédensifiant
- Favoriser la réduction des risques industriels
- Assurer la dépollution des sols avant toute urbanisation d’anciens sites industriels.
- Assurer la sécurité du transport des matières dangereuses.
La poursuite des efforts
l’assainissement public
engagés
en
faveur
de
• Développement du réseau ; raccordements des microstations
• Poursuite de la sensibilisation de la population en matière de rejets individuels.
La poursuite des efforts engagés en faveur de l’élimination
et la valorisation des déchets
• Poursuite de la sensibilisation de la population en matière de tri sélectif.
• Localisation de déchetteries de proximité.
• Réflexion sur la réalisation de locaux adaptés dans les constructions nouvelles, dans les constructions
existantes, avec un cahier des charges adaptés en fonction de la destination des constructions (habitat,
commerce, activité, etc.).
La prise en compte du patrimoine naturel et des paysages
• Valoriser un site urbain exceptionnel
- Mettre en valeur certains reliefs et favoriser l’ouverture de la ville sur la baie, notamment à l’occasion de
l’opération Malecon, Savane, Port.
- Préserver les vues proches et lointaines sur le paysage des reliefs, écrin vert de la ville et sur la mer.
- Sensibiliser certains acteurs à cet enjeu important. Mettre en œuvre un « volet paysager » du permis de
construire qui ne soit pas qu’une feuille alibi rédigée à la hâte.
• Revaloriser les entrées de ville
• Recenser et préserver les espaces verts publics et
privés existants et en créer de nouveaux
• Mettre en valeur les cours d’eau, par :
• en prenant en compte leurs spécificités géographiques et naturelles en continuité avec les communes
voisines
• Les ouvrir à la fréquentation dans le respect de leur sensibilité écologique.
• L’amélioration de la qualité des eaux (des ravines, rivières et de la baie de Fort de France)
• Création de coulées vertes par renaturation des berges et des fronts de falaises,
• Aménagement d’axes de cheminement piétons et cyclistes le long des berges. Aménagement de sites
spécifiques comme l’extrême amont de la route de Fontaine Didier.
• Prendre en compte le végétal dans la ville
• Protéger les végétaux remarquables, les alignements urbains, certaines zones de jardins privatifs,
promouvoir une palette végétale (espèces conseillées et à proscrire) ;
• Aménager de façon végétale les espaces de proximité (logements collectifs, micros espaces publics)
• Créer des espaces de jeux et de loisirs.
• Les sites de Balata Tourtet, Tivoli, Montgéralde feront l’objet de traitements particuliers orientés vers la
protection, la création de lieux d’éducation et d’animation autour des préoccupations liées à l’environnement.
• La protection et la mise en valeur des espaces naturels
et sensibles, notamment :
• Le massif exceptionnel de la forêt humide ; actions sur les boisements, (actions en faveur du maintien et du
développement de l'agriculture)
• terrain Bernus, Tivoli, devenir des zones NC du POS.
• La préservation des boisements de berges et versants de reliefs identifiés comme participant fortement à
une image qualitative du territoire urbain.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
67
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Le François
Orientations du PADD
Objectifs du PADD
Retrouver un cœur de ville historique par la requalification
des espaces publics
Inciter au renouvellement urbain
Orientation 1 :
Poursuivre en
l’intensifiant, le
renouvellement de la
ville Basse
Solidariser « les morceaux » de la ville Basse en les reliant
à la vieille ville au-delà des berges du canal et avec une
ouverture sur la mer
Améliorer les conditions de déplacements
Actions
•
•
•
spécifiques
Reconstruction de l’église, opportunité pour le réaménagement de la place Charles de Gaulle
Rénovation de la rue Homère Clément
Création d’un parc urbain, poumon vert de la ville Basse (cheminements piétons, aires de jeux et
de pique nique, parcours sportifs, découverte de la mangrove
• Réalisation d’un square / jardin d’enfant entre les berges du canal Desroses et l'ancien canal
• Densification et restructuration de la trame urbaine (dents creuses et logements vacants
• Répondre à la demande de petits logements (tels que jeunes décohabitants ou personnes âgées
mais également couples avec ou sans enfants)
• Mettre en place une politique de stationnement résidentiel attractive
• Veiller à favoriser la mixité sociale (programmes HLM pour personnes âgées
• Poursuivre l’élimination des poches d’insalubrité (RHI, PIG suite à l’OPAH achevée, restructuration
de la Cité La jetée)
• Faire du futur parc urbain un lieu de rencontre et d’échange entre le bourg ancien et le
développement urbain récent au nord (étudier notamment les continuités piétonnes Nord/Sud
du bourg traversant ce parc, permettant de relier les divers équipements communaux entre
eux)
• Aménager les traversées des canaux (ponts piétons) ainsi que les berges
• Ouvrir la Ville basse vers la frange littorale qui sera aménagée entre la ZAC de la Pointe Courchet
et Presqu’Île
• Organiser le développement urbain de la Pointe Courchet et Trianon afin qu’il soit pleinement
intégré à la ville (reconstruction de l’hôpital, ZAC)
• Renforcer l’urbanisation dans le centre ville et ses faubourgs périphériques par une politique
communale de réserve foncière en limite du péri-urbain
•
•
•
•
•
Réutiliser le canal comme moyen de déplacement navigable Est/Ouest dans le bourg
Favoriser les alternatives au ‘tout » automobile
Développer le parc de stationnement
Ne pas négliger les potentialités de déplacements piétons ou personnes à mobilité réduite
Traitement des infrastructures (aménagement et réaménagement de voiries)
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
68
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Orientations du PADD
Orientation 2 :
Accompagner la
mutation des
quartiers hauts et
littoraux en futurs
pôles urbains
secondaires en
limitant l’étalement
urbain
Objectifs du PADD
Fixer la population des quartiers hauts en les structurant
en pôles urbains secondaires
Créer des secteurs à urbanisation
l’urbanisation est récente et diffuse
limitée
quand
Maîtriser l’urbanisation des quartiers littoraux
Orientation 3 :
Actionner le levier
économique en
consolidant les acquis
des secteurs
traditionnels et en
impulsant une
dynamique favorisant
l’implantation de
nouvelles activités
Le François, Ville Centre au Sud : une attractivité
économique à renforcer
Le François, Ville sportive
Actions spécifiques
• Définir les pôles secondaires en fonction de leur densité urbaine actuelle et de leurs équipements
existants de superstructure comme les écoles, mais aussi d’infrastructures comme les réseaux d’eau
et d’assainissement (Chopotte/Monnerot/Bonny ; Morne Pitault/Morne Pavillon, Morne
Acajou/Dumaine/Perriolat, Bois Soldat/Beauregard)
• Préserver les coupures urbaines et paysagères entre les quartiers
• Maintenir l’attractivité des quartiers en assurant diversité et qualité urbaines (petite opérations de
logements de qualité sur les terrains communaux (Dumaine, Pierrolat), politique communale de
réserve foncière, réalisation de logements sociaux)
• Favoriser l’implantation de commerces et des équipements de quartiers
• Maintenir l’effort d’organisation de la desserte de transport en commun, surtout dans les zones
densément peuplées
• Prendre en compte le risque dans la définition des limites urbaines
• Eviter le mitage des terres agricoles et des terres encore vierges
• Restructurer et réhabiliter les quartiers construits sur les 50 pas géométriques (assainissement,
voiries…) – en priorité Mansarde Rancée (Nord/Sud) et Thalémon :
Régulariser par des actes de propriété, l'occupation des 50 pas géométriques
Equiper en réseaux (assainissement, eau potable…) et désenclaver les zones d’habitat (desserte
et accès).
• Extension et requalification de la zone d’activité du Trianon
• Réflexion sur la faisabilité d’une zone d’activité à l’entrée de Réunion
• Création d’un pôle mixte à Trianon (dans le cadre de la modernisation du stade de Trianon en
combinant la pratique d'activités sportives avec des activités commerciales et des services spécialisés
dans le domaine du sport)
• Poursuite de l’aménagement du Port
Confortement de l’activité pêche et notamment es zones de cantonnement, en rappelant que
François est la 2ème commune en nombre de pêcheurs enrôlés de Martinique.
Accompagnement de l’activité d’excursions en direction des Ilets et des Fonds Blancs.
Création d’activités artisanales et de services tournées vers la mer : réparation de bateaux,
voilerie, services divers…
• Poursuivre le confortement des espaces sportifs
restructuration du complexe sportif du quartier Trianon
aménagement de l’espace ludique au Mole (Pointe Courchet)
réalisation d’un parcours de santé, vers la sortie de la route du Vauclin
• Développer des pôles d’activités sportifs
zone d'activités ludiques et sportives de la Jetée
développement de commerces autour du sport dans la continuité du complexe sportif de Trianon
• Aménager la plaine humide comme un espace sportif (aménagements légers adaptés au caractère
inondable et mise en valeur du cycle de l’eau)
• Accompagner les manifestations sportives d’envergure (ex : yoles)
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
69
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Le François, une richesse agricole à préserver
Le François, une destination touristique à diversifier et
renforcer
Identification et préservation des paysages d’intérêt
particulier
Protéger et valoriser la baie, la mer et les îlets
Orientation 4 :
Utiliser tous les atouts
du patrimoine naturel
et culturel, en prenant
en compte les risques
naturels
Prendre en compte les risques naturels
Préserver et valoriser les patrimoines
Le Barrage de la Manzo
• Préserver les terres agricoles
• Conforter et développer les activités liées au rhum
• Faciliter la diversification des exploitations agricoles, notamment vers les activités touristiques
• Mise en valeur et préservation des sites
Aménager des points de vue et des lieux pittoresques
Mettre en valeur les sites classés en ZNIEFF par des actions en lien avec l’Office National des
Forêts
Créer des aménagements légers sur les Ilets et à proximité des Fonds blancs
• Création de nouveaux sites :
Création d’une route des Sources
Construction d’une plage artificielle ouvrant la commune sur les activités balnéaires
Renforcement des activités liées à l’eau (plaisance, kayaks, yoles notamment dans le cadre du
réaménagement de Presqu’Ile…)
• Diversification vers des nouvelles formes de tourisme :
Le tourisme « vert » : agrotourisme, tourisme rural
Le tourisme d’affaires : inciter à la création d’équipements d’accueil de séminaires, colloques et
congrès
Capter les retombées économiques des manifestations sportives ou culturelles (ex. course des
yoles, festival de la Haute Taille)
• Préserver les points de vue non seulement remarquables mais aussi intéressants pour la qualité du
cadre de vie local
• Marquer les coupures paysagères (éléments structurants du paysage)
• Protéger la mangrove en la faisant connaître (parcours pédagogiques)
• Protéger le littoral et les fonds blancs
• Valoriser l’ouverture sur la mer
Création d’une plage artificielle près de Presqu’Ile accessible à tous,
revalorisation des vues sur la mer par le retraitement de la rue principale du bourg en boulevard,
création d’une promenade piétonne du Pont Martienne (entrée ouest bourg) au Quartier
Presqu’Ile.
• Prendre en compte le PPR, en veillant à ne pas aggraver le risque par une urbanisation non maîtrisée
• Prendre en compte le risque inondation, notamment dans la ville basse
• Elargir le champ de protections en recensant et préservant des bâtis non classés d’intérêt patrimonial,
marqueur de l’identité locale
• Préserver et valoriser les patrimoines naturels
les terres agricoles à fortes potentialités
l’eau : canaux, mer, mangroves, plaine inondable, rivières et réserves d’eau potable
les espaces naturels remarquables : forêts, mangroves, massifs coralliens, ZNIEFFs
• développer une vocation ludique le long de la rive sud est du lac sur un ensemble foncier de près de 9
ha : espace ludique et paysager comportera l’aménagement de sentiers de promenade, de parcours
santé et de points de vue, la création d’aires de pique nique et de sports
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
70
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Le Lamentin
Principes du PADD
1- Reconquête du
centre bourg
2- Aménager le Grand
Bourg Lamentinois
Objectifs du PADD
Inventer un nouveau centre ville !
Enjeux double :
- créer un espace urbain central dans lequel coexistent
différentes fonctions urbaines adaptées à une demande
intra muros, infra communale et supra communale
- réhabiliter la ville à travers son image, en tant qu’espace
privilégié de vie, de production et de rencontres
Mettre en forme le Grand-Bourg Lamentinois (= former un
Grand
Bourg
Lamentinois
fonctionnellement
et
esthétiquement cohérent)
Qualifier les espaces urbains du Grand Bourg
Traiter les « boulevards périphériques » et les entrées de
ville
3- Organiser la
desserte du Grand
Bourg
Réorganiser la desserte dans le Grand Bourg
Actions spécifiques
• Reconstruire le nouveau centre ville sur les « vestiges » du bourg actuel : conserver le caractère, la
morphologie et l’échelle urbains
• Actions de revitalisation tant économique (relance des commerces et services) que
sociodémographique (accueil de nouvelles populations résidentes)
• Actions de rénovation du bourg :
sur le foncier (réserves foncières),
sur la trame urbaine (recomposition du tissu urbain),
sur le bâti (résorption de l’habitat insalubre, requalification du patrimoine bâti et réalisation de
petites opérations mixtes),
sur les équipements (création de lieux publics ouverts et attrayants) et
sur la desserte (aménagement des « portes d’accès » à la ville, des traversées et de l’organisation
des déplacements)
• Mettre en relation effective le nouveau centre ville avec les quartiers anciens de la proche périphérie
(Petit Manoir, Place d’Armes, Vieux Pont, Bas Mission, Four à chaux, Floraindre) et avec les nouveaux
(Bois Carré, Marigot Vauclin, Bois d’Inde)
• Des interventions ciblées dans les quartiers anciens (Place d’Armes, Vieux Pont, Bas Mission, Four à
chaux) qui regroupent un ou plusieurs secteurs prioritaires qui requièrent la mise en œuvre ou la
poursuite de dispositifs de rénovation urbaine (amélioration de l’habitat, résorption de l’habitat
insalubre, renouvellement urbain)
• Mettre à niveau ces espaces différents mais complémentaires par des actions préventives et curatives
dans un cadre global (programme de rénovation urbaine) permettant à la fois des interventions ciblées
mais répondant à une même logique de développement urbain
• Transformer les voies périphériques qui ceinturent le bourg en boulevard urbain au travers un
traitement d’ensemble (abords, accotements paysagers, trottoirs, chaussés, signalisation et éclairage)
• Aménager les principales entrées de ville (carrefours giratoires de Calebassier, Mahault, Petit Manoir,
Four à chaux, Mangot Vulcin, échangeur de ZI Lézarde)
• Organiser une trame viaire hiérarchisée (boulevards, avenues, rues) et multimodale (transport en
commun, véhicules particuliers, piétons, cycles) et des équipements complémentaires (gares et points
d’arrêt, parkings)
• Mise en œuvre de nouveaux plans de déplacements et de circulation à l’échelle du Grand Bourg
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
71
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Principes du PADD
Objectifs du PADD
Encadrer le développement du pôle urbain secondaire
4- Organiser la
multipolarité urbaine
Limiter l’essaimage du bâti hors des pôles urbains
Organiser la desserte dans les « quartiers »
5- Adapter la politique
du logement
Créer une nouvelle offre de logements intermédiaires et
de standing
Faire évoluer l’offre de logements sociaux
Créer une offre « sports et culture » ambitieuse, à
l’échelle de la Martinique et de l’agglomération
6- Le Lamentin : ville
détente
Créer des espaces publics ouverts répondant aux attentes
de la population du Lamentin et des autres communes de
l’agglomération
Développer le tourisme vert de découverte
Actions spécifiques
Densifier et équiper la partie sud du secteur de l’Ouest (Acajou, Jeanne d’Arc, Gondeau) de manière à
devenir un véritable pôle urbain secondaire
• Exploiter rationnellement les opportunités foncières (réserves foncières et encadrement des initiatives
privées)
• Définir une armature urbaine autour d’un ou plusieurs lieux de centralité existant ou à créer
• Réaliser des petites opérations de logements intermédiaires et de standing
• Implanter des équipements et des espaces publics, et des services de proximité
• Calibrer et traiter la maille viaire pour l’amélioration de la desserte
• Mettre à niveau les réseaux (eau potable, assainissement)
• Mettre en relation directe ce secteur avec le Grand Bourg (aménagement de voies de liaison)
• Les secteurs d’habitat ou mixtes situés en zone rurale (Morne Pitault, Roches Carrés, Sarrault,
Pelletier, Palmiste et Bélème) devront :
soit être densifiés et équipés dans la limite de leur capacité d’accueil,
soit être maintenus dans leur état actuel et réintroduits en zone naturelle
• Favoriser dans ces espaces mités la création de centres de quartiers moyennement denses et équipés
là où il existe des écarts déjà constitués
• Etoffer et hiérarchiser la voirie interne des écarts devant évoluer en « quartiers » pour donner du liant
aux tissus urbains nouvellement créés (réseau capillaire à créer : un ou plusieurs voies principales, voies
secondaires, chemins)
• Réalisation de petites opérations de logements locatifs ou en accession offrant des prestations de
qualité supérieure
• Réalisation de petites opérations de logements sociaux « intégrées » en milieu urbain, dans le Grand
Bourg, dans le pôle urbain secondaire ou dans les quartiers
• Créer une programmation diversifiée et cohérente
• Rencontrer les grands évènements culturels sur le centre ville
• Mettre à niveau les équipements sportifs (piscine olympique)
• Requalifier les équipements culturels existants
• Exploiter rationnellement les équipements existants
• Créer de nouveaux équipements (centre culturel multimédia, parcours sportifs et pistes cyclables)
• Doter le centre ville et le pôle urbain secondaire d’espaces ouverts, verts, ludiques et de loisirs
(square, jardin, tels les futurs jardins d’Adèle)
Mise en valeur (aménagements) et mise en réseau (circuits) des espaces potentiels de découverte,
correspondant à des sites ou lieux remarquables (mangrove, littoral maritime, espaces boisés, dans les
mornes ou dans les plaines agricoles)
• Créer des sentiers pédestres à travers les quartiers, la campagne ou les espaces boisés
• Créer des circuits pour la pratique du VTT dans les limites de la réglementation s’appliquant aux
espaces traversés
• Aménager des points de vue
• Créer des circuits aquatiques dans la mangrove dans les limites de la réglementation en vigueur
• Aménager les berges du Longvilliers et de la Lézarde
• Aménager la plaine de Carrère en créant des zones de découverte touristiques et sportives
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
72
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Principes du PADD
Objectifs du PADD
Aménager et traiter les zones d’activités existantes
7- La requalification
des zones d’activités
Créer de nouvelles zones d’activités mixtes
Repenser la desserte des zones d’activités
Conforter les terres « sucrières »
8- Pérenniser les
espaces agricoles et
naturels
Préserver les secteurs agricoles
Préserver la trame verte
Actions spécifiques
• Traiter les espaces publics et les fronts bâtis des nombreuses zones d’activités
• Equiper et mettre à niveau les accès et voies internes pour permettre une desserte optimale pour les
piétons, TC, poids lourds et autres véhicules utilitaires, et les véhicules légers
• Traiter spécifiquement les façades des bâtiments qui donnent sur une voie ou un espace public (cahier
de recommandations architecturales)
• Traitement spécifique paysager des abords des espaces publics et des bâtiments (mobilier urbain,
signalétique, trame verte)
• Privilégier l’offre en services aux entreprises et aux particuliers en complément des actuelles ZA
« traditionnelles »
• Apporter les services requis pour les TPE et PME désireuse de démarrer ou de se développer sur un
site à fort effet de synergie
• Conformer la localisation et la vocation de ces zones avec les orientations retenues par la CACEM
• Desserte interne : interventions à la fois sur les infrastructures (traitement de la voirie et des abords)
pour améliorer la circulation et le stationnement dans ces zones, et sur les services (mise en place de
TC) pour améliorer et optimiser la desserte
• En externe, mise en place de voies de connexion entre les différentes zones d’activités (voiries
d’interzones) et leur desserte par un ou plusieurs réseaux de transport en commun pour accroître
l’accès et la mobilité des usager
• Préserver les terres plantées en canne à sucre servant à la fabrication du rhum AOC ou du sucre afin
que les superficies soient maintenues voire augmentées
• Protéger ces sols contre toute pollution
• Permettre pour les exploitations agricoles situées dans les zones ou « sévit le mitage » ou en bordure
de celles-ci de conserver voire d’étendre leurs espaces cultivés (que ce soit les exploitations de petite
taille – maraîchage- ou de taille moyenne – banane)
• Face à la pression foncière sur les exploitations des secteurs Est et Nord, geler l’urbanisation hors des
quartiers
• Priorité à la protection des espaces boisés et de la mangrove
• Affirmer la vocation naturelle de ces espaces par des équipements de loisirs et de détente en relation
directe avec la nature de la zone, et garantissant tout débordement de l’urbanisation
• Création de nouveaux espaces verts en ville (parc, jardin, mail planté) pour introduire du végétal dans
le paysage urbain
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
73
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Principes du PADD
Objectifs du PADD
Organiser la desserte urbaine
9- Repenser les
déplacements
Améliorer la desserte inter urbaine
Organiser le stationnement et hiérarchiser sa fonction
Promouvoir une politique économe
10- Promouvoir
l’action écocitoyenne
Améliorer l’assainissement et le traitement des déchets
Gestion des rivières et zones inondables
Actions spécifiques
• Mise en place de plans de déplacement de zone pour préciser les objectifs et les moyens à mettre en
œuvre pour un système de transport efficace
• Aménager la trame viaire du bourg et des quartiers pour améliorer la circulation automobile et
piétonne, et aussi pour favoriser la restructuration du réseau de transport urbain (réservation d’espaces
pour les points d’arrêt, les pôles d’échange et les couloirs réservés)
• Pour les transports en commun, améliorer les itinéraires, les horaires, la tarification et les connexions
au réseau intra-urbain : en cohérence avec le PDU intercommunal
• Dans le cadre du PDU, le territoire va se constituer en véritable nœud d’échanges, notamment en
matière de TCSP
• Réalisation de nouvelles voies de contournement (rocade nord, Traversée de Bois Carré, Voie de
liaison Carrère-Union) pour aider à désengorger les principaux axes routiers
• Mise en place à la fois d’un réseau de transport urbain d’agglomération (bus) et d’un réseau de TCSP
conçu pour desservir à terme les communes du proche Sud (Ducos, Rivière Salée) et de l’Est (Robert,
Trinité)
• La Ville devrait participer à une réflexion visant à mettre en place une desserte maritime dans la baie
des Flamants (réseau de cabotage transrade) au côté des autres communes concernées et des
collectivités organisatrices
• Adapter l’offre en stationnement en terme de localisation et de capacité dans le Grand Bourg
• Création de parking de dissuasion et de parkings relais, directement reliés aux principales voies d’accès
et de desserte ainsi qu’aux principales gares de TC et du futur réseau de TCSP
• Mise en œuvre d’actions citoyennes telles que l’éducation à l’environnement et la sensibilisation à
l’économie d’énergie
• Privilégier l’utilisation des énergies renouvelables pour l’équipement des bâtiments publics – pour les
nouveaux bâtiments utiliser les recommandations (Eco Dom), des normes (HQE), des systèmes solaires
thermiques et électriques sur les bâtiments existants ou à construire
• Traiter de manière rationnelle et conforme au cadre juridique les eaux usées et les eaux vannes
• Rappel de l’obligation de se conformer au zonage d’assainissement
• Respect des prescriptions en matière d’assainissement collectif ou autonome, et de traitement des
déchets
• Protéger des effets des crues les zones d’habitat et d’activités situées à proximité des berges des
rivières La Lézarde, le Longvilliers et le Canal Mamin (mise hors d’eau)
Traiter et/ou aménager les berges desdits cours d’eau, réaménager les espaces voisins, disposer
de systèmes d’alerte et de détection des crues
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
74
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Le Lorrain
Principes du PADD
Objectifs du PADD
Améliorer la pratique du centre-ville
- sécuriser la RN1 : d’une fonction de route nationale à un
boulevard urbain
- désengorger le centre (la rue Schoelcher) en raison de
son tracé sinueux et étroit
- redéfinir l’organisation et l’offre de stationnement en ville
Encourager les déplacements alternatifs à l’automobile
1- Les principes de
fonctionnement
(mobilité et
infrastructures
routières)
Intégrer les opérations d’urbanisme aux voies existantes
Sécuriser les abords des principaux équipements publics
Améliorer les liaisons entre les quartiers
Actions spécifiques
• Projet de déviation de la RN1 du centre ville, en faveur d’un boulevard urbain sur le front de mer
• Mettre en liaison ce nouvel axe et les tissus commerciaux encore en place le long de l’ancienne voie
(revitalisation commerciale)
• Rendre plus confortables et sécurisés les espaces publics mixtes voitures-piétons, notamment dans le
centre et les quartiers dynamiques
• Mise en œuvre d’un schéma de transport afin de structurer les réflexions en vue d’une redéfinition des
lignes de bus
• Création d’un cheminement doux piétons/cyclistes longeant Grand Anse, Pointe Châteaugué à la
Pointe Burgaux (reprise d’un sentier littoral déjà existant de manière plus ou moins continu) reprenant 2
formes de pratiques (fonctionnelle et touristique)
• Création de sentiers pédestres de découvertes des paysages communaux (réflexion intercommunale
possible)
• Définir des points de passage obligés dans le cadre d’opérations programmées, ou d’extension de
zones existantes, afin de limiter l’urbanisation en vase clos
• Définition d’une hiérarchie plus claire du réseau viaire sur les zones d’urbanisation futures : réserver
les axes départementaux (voies primaires) à une fonction d’échange intercommunale, et favoriser le
maillage des voies de desserte permettant l’accès à un parcellaire constructible
• Sécurisation des arrêts de bus (mise aux normes)
• Réaménagement en priorité des environs d’écoles, mais également des abords des sites sportifs et de
loisirs
• Aménagement de certains carrefours problématiques et/ou stratégiques principalement le long de la
RN1
• Mettre en place une liaison routière entre le quartier Morne Capot et la commune de Morne Rouge,
afin de désenclaver les quartiers Sud-Ouest du Lorrain
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
75
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Favoriser le renouvellement et le renforcement du front de
mer de la ville
2- Les principes de
développement et de
renouvellement
urbain
• Aménagement et valorisation du front de mer
o créer un espace public paysager, en contact avec la mer (Amélioration du cadre de vie urbain en
augmentant l’offre en stationnement, en améliorant le confort des piétons par l’élargissement des
trottoirs et la réservation de voies à leur usage et en valorisant les espaces publics)
o traitement de l’habitat insalubre et du bâti dégradé
o Protection du bourg contre la houle (risque par rapport aux petits commerces + pêche)
• Traitement des dents creuses et des espaces sous-occupés, au travers notamment une politique
foncière active de façon à libérer des espaces pour l’accueil des constructions nouvelles + suppression
du COS
• Valorisation et remise sur le marché du bâti par :
o des opérations de rénovation et d’embellissement des façades
o mais également par des opérations plus lourdes pour remettre sur le marché le parc vacant ou
insalubre (RHI, procédure d’abandon manifeste)
• Encadrer le développement de l’urbanisation essentiellement par une redéfinition des modalités et
principes d’urbanisation (classement de la plupart des zones NB en U en prenant en compte l’existence
du bâti – évolution de l’urbanisation sera réglementée par la capacité des nouvelles constructions à se
greffer aux réseaux publics existants selon des modalités de mise en œuvre définies par la collectivité –
supprimer le COS pour relancer l’offre privée)
3 projets majeurs :
• Réalisation d’un centre archéologique et touristique axé sur le patrimoine historique communal
(vestige de la période précolombienne) sur le site du Vivé
• Création d’un centre de tri postal à Maxime, à proximité de la RN1
• Construction d’un collège et de classes maternelles sur le quartier de Séguineau en entrée de ville
Conforter les équipements de la commune
Développer l’économie rurale
Politique de modernisation et de développement de ses équipements publics par :
- la réhabilitation de certaines infrastructures sportives, construction envisagée d’un complexe sportif à
proximité du centre-bourg, établissement d’un parcours santé à Fonds Brulé
- renforcement des équipements socio-culturels (projets de construction d’une salle de spectacle, d’une
médiathèque et d’un espace de loisirs dans le cadre du projet urbain)
- création de réserves foncières afin d’anticiper l’extension du CAT
- création d’une salle polyvalente sur le secteur de Carabin
• Dynamisation de la zone artisanale de Séguineau
• Création d’une zone d’activité dans le cadre d’une opération d’aménagement, projet qui engage les
compétences de la CCIM
• Et par une politique de soutien aux commerces, services et artisans de la commune (mobilisation du
Fonds d’Intervention pour la Sauvegarde de l’Artisanat et du Commerce FISAC)
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
76
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Protéger les espaces naturels de qualité
3- Les principes de
protection et de mise
en valeur paysagère
Maintien des espaces voués à l’agriculture pour
• Préserver le foncier agricole
• Favoriser l’accès des agriculteurs à la terre en rendant
ces espaces inconstructibles, sauf pour l’évolution des
bâtiments d’exploitation et les habitations des
agriculteurs
Prendre en compte les zones à risques naturels
Des circuits thématiques au service de la valorisation des
paysages
Les mesures
spécifiques de
protection/ mesures
compensatoires
Protection et valorisation des berges des cours d’eau
Aménagement et mise en valeur des entrées de ville
• Maintien et protection des espaces boisés ayant une valeur paysagère, écologique ou patrimoniale
(maintien de leur surface et EBC) pour plusieurs motifs (coupures naturelles déterminées par des vallons
encaissés, règles des 50 pas…)
• Inscription d’un site en ZNIEFF reportés au PLU (boisement à cheval sur le Morne Rouge et le Lorrain, dans le
secteur de Morne Jacob, la plus grande surface hygrophile de la Martinique),
• 3 catégories de protection
N1 de protection stricte (espaces naturels à protéger en raison du risque ou de la qualité du site et des paysages,
pour l’intérêt écologique, ou pour des plantations à créer : zones 50pas, EBC, ZNIEFF, espaces forestiers…)
N2 de protection forte (toute construction, reconstruction ou reprise de gros œuvre est interdite)
N3 site du Vivé inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques
• Maintenir le caractère rural et encourager l’agritourisme
Dans les zones à potentialités agricoles moyenne ou l’agriculture est exercée par des polyactifs,
des autorisations très limitées permettant l’amélioration de l’existant et encourageant la
création de structures d’agritourisme
des recommandations architecturales pour toute nouvelle construction
• Sauvegarder les potentialités agricoles :
Le PLU limite toute construction dans les zones de grande valeur agronomique en autorisant que dans les
limites strictes les constructions strictement liées à l’activité agricole
• Inconstructibilité des zones répertoriées par le PPR
• Principe de recul obligatoire minimum des constructions à proximité des cours d’eau et du littoral
• Protection des espaces boisés et des terres cultivées pour leur action concernant la régulation du régime
d’écoulement des eaux et le maintien des sols
• Se référer au PPR, avant tout projet d’aménagement
• 3 types de sentiers peuvent faire l’objet d’un aménagement spécifique, compatible pour la plupart avec un
usage sportif type piste cyclable VTT
le paysage littoral (deux sentiers d’accès pédestres au littoral sur la côte au Vent, un existant
– la Crabière – l’autre à créer – depuis RN1 vers Anse Massé sur la Pointe Châteaugué
le paysage et le patrimoine urbain (circuit pédestre découverte en « marguerite » du centre
bourg et de ses alentours)
le paysage forestier des Mornes (signalétique à mettre en place et élargissement de certaines
parties de routes, 2 circuits envisageables)
• la commune souhaite engager une action spécifique sur les berges des 3 principaux émissaires (le Lorrain,
Grande Anse, La Capote)
Plusieurs enjeux :
o
Ecologique et hydraulique
o
Paysager
o
Pédagogique et de loisir
o
Touristique et économique
• entrée Ouest, le long de la RN1, entre le carrefour Fonds Brûlé/RN1 et la rivière Grande Anse
• entrée Est, le long de la RN1, entre la zone artisanale et la ravine Souris
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
77
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Le Marin
Orientations du
PADD
Axe
Objectifs du PADD
Actions spécifiques à mettre en oeuvre
• Un bourg et ses extensions à consolider
Conserver
dynamique
communal
voire
retrouver
la
naturelle du territoire
Orientation n°1 :
Affirmer la
cohérence
équilibrée du
territoire
communal
• densifier les quartiers Est et Ouest
• se développer autour d’un centre historique adossé à son
port et revalorisé
• Des quartiers résidentiels à revaloriser en visant à ce qu’ils
ne soient pas dissociés du bourg
• Des écarts à considérer comme de potentiels villages
conduisant à la définition d’une véritable armature urbaine,
à une exploitation rationnelle de leurs opportunités
foncières et à une diversification des offres de logements
• Réaffirmation du gel de l’urbanisation par rapport aux
espaces agricoles et naturels mités, afin de conduire à la
revalorisation de ces espaces indispensable à la
préservation et à l’entretien de la composante paysagère
du territoire communal
• La maîtrise de l’implantation des constructions nouvelles
dans le respect de la cohérence territoriale
Equilibre social décliné en 3 impératifs
d’urbanisme
Orientation n°2 :
Encourager la
dynamique
économique
(favoriser et
encourager la
dynamique
bipolaire)
Le Marin pôle récepteur
Le Marin pôle rayonnant économique
et touristique maritime de l’extrême
sud
• Limitation de la « prolifération » des logements sociaux en
particulier dans les quartiers périphériques et les écarts
• Poursuite de l’amélioration de l’habitat traditionnel en
particulier en milieu rural
• Redéploiement de l’activité commerciale, véritable enjeu
économique (objectif en complémentarité avec l’objectif de
cohérence territoriale)
• Réintroduire du logement dans le centre historique en
l’adaptant quantitativement et qualitativement aux
contraintes du site et aux nouvelles exigences de la
demande
• Incitation à l’implantation de logements intermédiaires et
privés dans les espaces interstitiels du Bourg
• Promotion et réalisation de lotissements et de logements
moyen à haut standing dans les quartiers périphériques
Etoffer davantage le tissu commercial du Marin de manière
à proposer à l’ensemble de la clientèle communale,
résidente ou de passage, une offre diversifiée et attractive :
• Amélioration des centres commerciaux existants,
• développement du point marchand
• Maintien du commerce rural
• Promouvoir le développement cohérent de plusieurs secteurs
d’activités liées à la mer (plaisance, carénage, pêche) et à
inciter à la création de structures d’hébergement de qualité
en matière de tourisme
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
78
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Orientations du
PADD
Orientation n°3 :
Rééquilibrer
l’implantation des
équipements
collectifs
Axe
Des équipements
communale
à
portée
Actions spécifiques à mettre en oeuvre
Implantation en priorité dans les écarts de manière à ce
que leur destination et leur lieu d’implantation soient
adaptés aux perspectives d’évolution du ou des quartiers
concernés
Implantation en priorité dans le bourg et ses extensions, ou
dans la proche périphérie
L’ensemble de ces équipements devront faire l’objet d’une
desserte en transport en commun
infra
Des équipements à portée supra
communale (notamment dans les
domaines de la culture et des loisirs)
Protection
et
l’environnement
Orientation n°4 :
Donner à la
composante
environnementale
une dimension
transversale
Objectifs du PADD
conservation
de
Densification des zones bâties à
l’intérieur
de
périmètres
bien
délimités, et dont les caractéristiques
intrinsèques
(topomorphologie,
fonctionnelle,
paysagère,
environnementale)
permettront
d’accueillir des constructions neuves
et/ou
de
faire
évoluer
celles
existantes
dans
les
meilleures
conditions pour les hommes et pour la
Nature
• Préservation des massifs boisés, des rivages maritimes, des
espaces agricoles exploitables, de la qualité des eaux de
surface (ravines et rivières), de la qualité des eaux
souterraines (nappes phréatiques), protection renforcée
par la prévention de l’érosion des sols, la pollution liées
aux eaux vannes (assainissement collectif et autonome) et
par le développement d’une politique de gestion des
déchets
• Densification de l’habitat diffus :
Intégration la meilleure possible des bâtiments et des
abords dans le site existant, que celui-ci soit naturel ou
aménagé
• Densification de l’habitat groupé ou aggloméré :
Veiller à l’application de recommandations architecturales,
chromatiques et paysagères destinées à améliorer ou à
préserver la qualité des sites concernés
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
79
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Rivière-Salée
Orientations du PADD
Objectifs du PADD
Actions spécifiques à mettre en oeuvre
• Densification des zones bâties : la mise en œuvre de la philosophie de la loi S.R.U. se traduit au
niveau de la commune par le traitement des dents creuses qui pourraient être réaffectées à
l’habitat, aux commerces de proximité et aux activités de services.
• Le traitement architectural des constructions de la rue principale (rue Schoelcher). Il s’agit
d’inciter les propriétaires, à participer à la politique de valorisation du patrimoine bâti déjà
amorcée par l’OPAH, par la réhabilitation des façades de leur bâtiment et, de permettre à la rue
principale de présenter un aspect soigné. La collectivité participera au financement de ces
ravalements.
•
Orientation 1 :
Développer et
Réaffirmer la
Centralité des deux
Bourgs au travers
d’actions qui relèvent
de l’article R. 123 ,3
alinéa 1
l’aménagement du secteur de Laugier-Thoraille doit permettre d’assurer la liaison entre
l’agglomération de Grand Bourg et la cité de Thoraille. Un schéma d’organisation a été réalisé
en ce sens pour y implanter des services publics, un collège….La Commune fera l’acquisition
d’une partie des parcelles du secteur
• l’aménagement du parvis de l’église afin de mettre en valeur cet élément du patrimoine Saléen
situé dans la rue principale par des travaux de mise aux normes de l’édifice et un
réaménagement du parvis.
A – Grand Bourg
• l’aménagement de la place de la mairie : pour marquer sa vocation d’espace pivot, par un
aménagement paysager des espaces publics, la reconstruction des ateliers municipaux, la
création d’une voie piétonne entre la rue Schoelcher et la rue du Général De Gaulle et d’une
liaison entre les différents bâtiments administratifs : mairie, mairie annexe, centre culturel.
• Aménagement paysager de l’entrée nord de Grand-Bourg
« une étude
du PNRM, projet
urbain au sens de l’article l.111-1-4 du Code de l’Urbanisme, définit les enjeux paysagers le
long de la RN5 et les dispositions à mettre en œuvre afin de promouvoir un urbanisme de
qualité le long de cette voie. »
•
Plantation et aménagement des berges de la ravine Laugier
•
L’aménagement paysager des abords du Hall des sports
•
L’aménagement de la place Joinville SAINT-PRIX permettra à la population de la commune de
toutes générations de se retrouver en un lieu de détente et de convivialité.
• Reconstruction du centre de secours à Laugier
•
La construction d’une bibliothèque-médiathèque sur un terrain municipal pour répondre aux
besoins culturels de la population dans laquelle les nouvelles technologies de communications
seront accessible.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
80
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
• Le traitement des dents creuses qui pourraient être réaffectées à l’habitat, aux commerces de
proximité et aux activités de services,
• Le traitement architectural des constructions de la rue principale (rue de la Liberté). Il s’agit
d’inciter les propriétaires, à participer à la politique de valorisation du patrimoine bâti déjà
amorcée par l’OPAH, par la réhabilitation des façades de leur bâtiment et, de permettre à la rue
principale de présenter un aspect soigné. La collectivité participera au financement de ces
ravalements.
• L’aménagement du parvis de l’église afin de mettre en valeur cet élément du patrimoine Saléen
par des travaux de mise aux normes de l’édifice et un réaménagement du parvis.
• L’aménagement paysager des entrée Est (vers St-Esprit) et Ouest (RN5) de Petit-Bourg
« une étude du PNRM, projet urbain au sens de l’article l.111-1-4 du Code de l’Urbanisme, définit
les enjeux paysagers le long de la RN5 et les dispositions à mettre en œuvre afin de promouvoir un
urbanisme de qualité le long de cette voie. »
B- Petit Bourg
• La mise en valeur et éclairage du pont Bac en collaboration avec l’Architecte des Bâtiments de
France
• L’aménagement paysager des talus à la rue Paul RANO, de la rue Stephen ROSE et l’accotement
de la station service.
• L’aménagement de la place des fêtes et de la cité Desgrottes permettra à la population de la
commune de toutes générations de se retrouver en un lieu de détente et de convivialité.
• L’aménagement des berges et front de la rivière
• La reconstruction de l’école maternelle
• La création d’un « parc sportif » (projet privé)
• La création d’une structure d’accueil privée pour personnes âgées (Village d’or) offrant des
services diversifiés
• La relance de l’activité économique par l’incitation à la réutilisation des friches industrielles de
l’ancienne usine.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
81
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Orientations du PADD
Orientation 2 :
Accompagner le
développement
économique
Objectifs du PADD
1 - Restructuration économique relevant des dispositions
de l’article R 123-3 alinéa 3 et 4 du Code de l’urbanisme
2- Action relevant de l’article R 123-3 alinéa 6 du Code de
l’urbanisme
3- Autres actions
Orientation 3 :
Actions spécifiques
logement et habitat
relevant de l’article R
123-3 alinéa 1 :
Orientation 4 :
Actions spécifiques
sur la dynamique
sportive et culturelle
de la Ville relevant des
dispositions de
l’article L 110 qui
confie à chaque
collectivité
publique d’assurer
sans discrimination
aux populations
résidentes et futures
les conditions
d’habitat, d’emploi, de
services et de
transports répondant
à la diversité de ses
besoins et de ses
ressources
Actions spécifiques à mettre en oeuvre
• La création d’une zone d’activité d’environ 9 hectares à Maupeou accompagnée de la suppression
du COS dans les zones d’activité de Laugier. Cette mesure est destinée à favoriser le
développement des activités déjà en place
• La protection des terres agricoles sur la base de l’étude de développement agricole durable
conduite par la SAFER doit permettre d’assurer la préservation des territoires agricoles
existants, la reconquête d’espace agricoles, un développement raisonné intégré des zones
constructibles et de limiter les conflits d’usage.
• La création d’un produit touristique orienté vers la découverte des paysages naturels et des
panoramas offerts par la Commune sur la baie de Fort de France et le Rocher du Diamant
• La création d’une ferme d’insertion à Desmarinières
• La recherche d’une plus grande diversification de l’offre afin de favoriser la mixité sociale (inciter
à la création de logements intermédiaires)
• La création d’équipements publics d’accompagnement autour et à proximité des groupements
d’habitations existants.
• La création d’un centre d’hébergement à Thoraille sur un terrain communal
• La spécialisation d’activités culturelles et sportives par quartier
• Des mesures incitatives pour l’utilisation des équipements de quartier (animation des quartiers)
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
82
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Orientation 5 :
Aménagement et
protection des
espaces naturels
remarquables au
travers d’actions qui
relèvent de l’article R
123-3 sixième alinéa
• La protection et la mise en valeur de la mangrove : il s’agit d’encadrer la découverte de ce
biotope exceptionnel par la création d’une réserve naturelle, la réalisation de parcours
découverte, d’aménagements divers : appontements, miradors… une maison de la mangrove.
(cf. étude du PNRM 2000)
• L’amélioration de la qualité de l’eau : le schéma d’assainissement qui délimite les zones
d’assainissement collectif, non collectif, semi-collectif devra à court terme garantir l’amélioration
de la qualité des eaux de surface
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
83
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Le Robert
Orientations du PADD
Orientation 1 :
le traitement et la
mise en valeur de la
baie, au travers
d’actions qui relèvent
de l’article R 123.3.2°,
3° et 6°.
Orientation 2 :
restructuration de
quartiers
Orientation 3 :
renforcement des
pôles urbains
(SAR : le Robert est
proposé au statut de pôle
de desserrement de
l’agglomération foyalaise)
Orientation 4 :
rééquilibrage du
Développement
Nord/Sud
Objectifs du PADD
Restaurer et aménager les espaces littoraux,
Actions spécifiques à mettre en oeuvre
Protéger l’environnement (par la mise en place de
protection passive contre les rejets et d’une protection
active par la gestion des espaces naturels)
Mettre en valeur l’espace sur les plans touristiques et
économiques dans le respect des deux premiers points
Optimiser en les transformant les principaux quartiers en
véritables secteurs urbains dotés de tous les équipements
d’accompagnement
• classer la plupart de ces quartiers classés en NB au POS dans une catégorie de zone urbaine
(UD). Ceci est rendu possible dans la mesure où, l’article R 123-5 ne définit plus les zones
urbaines par la seule référence aux équipements publics existants ou à construire, mais prend
en compte l’existence d’un bâti
• mesures destinées à la revitalisation économique de certains quartiers
• Le Vert Pré verra son rôle de pôle urbain communal renforcé.
Apporter dans le bourg actuel élargi à ses zones
périphériques les équipements et éléments d’organisation
susceptibles de permettre l’épanouissement des fonctions
urbaines.
Rééquilibrage visant à favoriser dans le secteur sud
• rééquilibrage alimenté essentiellement par le parc d’activités de Fonds-Nicolas et le port de
Reynoird, l’implantation d’équipements scolaires et touristiques et des équipements portuaires
conformément au SMVM.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
84
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Orientations du PADD
Orientation 5 :
l’amélioration du
logement et de
l’habitat
Objectifs du PADD
Actions spécifiques à mettre en oeuvre
Recherche d’une plus grande concordance entre l’offre et
la demande de logements, et d’une meilleure cohésion
sociale en favorisant le développement de l’habitat dans
les zones urbaines et les quartiers plutôt que sur des sites
naturels.
Ralentissement des efforts consentis en matière de
construction de grands ensembles de logements sociaux
en locatif, avec recherche d’une plus grande diversification
de l’offre afin de favoriser la mixité sociale. En particulier il
s’agira de mettre l’accent sur l’accession à la propriété.
• Ces orientations se traduisent dans le PLU par les dispositions proposées pour les zones déjà
urbanisées. Ainsi dans certaines parties de la zone urbaine il a été décidé de supprimer
certaines limitations au droit à bâtir afin notamment de relancer l’offre privée (suppression du
COS) tandis que les quartiers classés désormais en zone U pourront accueillir des opérations de
taille limitée, mais qui permettront de mettre en œuvre l’orientation de densification des
secteurs déjà urbanisés exprimée dans le SAR.
Résorption de l’insalubrité.
Orientation 6 :
l’accompagnement de
la dynamique sportive
et culturelle de la Ville
Orientation 7 :
développement de
l’activité et des
productions agricoles
Préserver un foncier de bonnes potentialités agricoles
pour favoriser l’accès des agriculteurs à la terre en
rendant ces espaces inconstructibles
• reclasser des parcelles en zone agricole, se rapprochant ainsi du POS de 1990
• création si nécessaire de zones agricoles protégées sur le territoire communal arrêtées après
l’étude en cours sur le foncier agricole menée avec l’assistance de la DAF
Orientation 8 :
assurer la protection
des paysages et des
ressources
Les objectifs visés dans cet axe sont complémentaires de
l’axe majeur de la politique communale qui concerne la
valorisation de la baie.
• Identifier les espaces naturels présentant un intérêt majeur sur les plans de l’écologie et des
paysages et de décrire les mesures envisagées par le PLU pour assurer leur protection et leur
mise en valeur. Les mesures devront également être mises en cohérence avec les objectifs
supra communaux dévolus à ces espaces (Espaces remarquables du littoral délimités par le
SMVM, Espaces sensibles du Département).
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
85
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Prescriptions spécifiques
Prescriptions spécifiques
Actions d’aménagement
• Lancer une étude de programmation pour le
réaménagement du Front de Mer
• le traitement de l’habitat insalubre longeant le
littoral du Nord au Sud
Commentaires/ objectifs
création d’un espace libre public paysager, en contact avec la mer, lieu privilégié de l’exercice des
manifestations festives, mais aussi lieu de promenade au quotidien, de rencontre et d’échanges entre
les populations natives du Robert et les apports récents qu’il y a lieu d’intégrer au sein de la
communauté
Articuler la programmation de ses interventions avec le programme arrêté par l’Agence pour la mise en
valeur des espaces urbains des 50 pas géométriques.
Raccorder le maximum de constructions sur le réseau d’assainissement général. Les quartiers les plus
dégradés ont été classés en zone UX ce qui limite la possibilité de reconstruire avant aménagement de
la zone.
• gestion et protection des îlets
valorisation respectueuse des milieux associant
sanctuarisation et ouverture raisonnée des sites à la
fréquentation du public
• assainissement des eaux usées
1- Mise en valeur de la
baie
Se traduit par une réglementation spécifique au sein de la zone N, qui prend entre autres en compte
les servitudes existantes
Politique de l’assainissement visant à équiper en dispositif collectif le Vert Pré et à créer au niveau du
littoral une station de forte capacité (30 000 éq/h) à laquelle seront raccordés progressivement tous les
quartiers littoraux. Ceci permettra de supprimer les dispositifs existants pour la plupart insuffisants
• développement des activités touristiques tournées
vers la mer
démarche de réanimation du secteur touristique à partir de l’étude d’un schéma de développement
touristique
Dans l’attente des propositions opérationnelles, le PLU affecte quelques espaces littoraux à
l’accueil d’activités touristiques liées à la mer et identifie la zone d’accueil du centre caribéen de
la mer, localisé sur son territoire par le SMVM. Par ailleurs les installations légères destinées à
favoriser la fréquentation des espaces littoraux naturels ou urbains sont admises dans de
nombreux secteurs
• l’organisation des activités de plaisance
Organisation du mouillage autour d’un ou plusieurs sites dans le cadre d’un véritable Port de plaisance.
En application des orientations du SMVM, restructuration dans le secteur de l’usine, d’un port de
plaisance existant en augmentant les capacités de mouillage.
• La création d’un village de pêcheurs sur le Front
de Mer
L’activité pêche est mal organisée et éparpillée sur l’ensemble du littoral, ce qui ne permet pas
d’optimiser le rendement.
Le regroupement en un lieu précis (front de mer) d’un bon nombre de pêcheurs ainsi que la mise à
leur disposition d’infrastructures adaptées permettra de redynamiser ce secteur.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
86
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Prescriptions spécifiques
2- Restructuration
de secteurs
particuliers
- Une restructuration
économique autour de
quatre actions
spécifiques
Actions d’aménagement
• le développement des infrastructures portuaires à Reynoird,
• le développement et le renforcement du parc d’activités de Fonds Nicolas.
Commentaires/ objectifs
Permettre la réalisation d’un véritable port public en lieu et place de
l’appontement existant pour mieux desservir le parc d’activités industrielles
déjà installé et les entreprises tournées vers l’import /Export.
Equipement complémentaire du Port de Fort –de France pour relancer les
activités économiques dans le secteur Nord Atlantique.
- Achat récent par la commune de l’actif immobilier de la société SEMEIR
gérant le site et liquidation (terrains nus, bâtiments finis ou inachevés) afin de
relancer la politique d’accueil d’entreprises.
- Extension limitée du périmètre de la zone d’activité.
• la création à Pointe-Melon d’un Centre Caribéen de la Mer : un des
éléments moteurs du développement touristique de la Ville
• la création d’une nouvelle zone artisanale et commerciale à Mansarde en
bordure de la RN1,
Le site de ce projet est un terrain déjà affecté à l’accueil de l’urbanisation
future dans le document d’urbanisme antérieur. L’objectif est d’offrir aux
artisans de la commune la possibilité de s’implanter sur un site « vitrine » à
l’entrée de la ville, bien desservi à partir d’un futur carrefour giratoire sur la
Route Nationale
• Pour les quartiers dégradés comme : Pointe Jean Claude, Pointe Rouge,
Marlette, etc, les opérations de restructuration seront lancées ou
poursuivies
• Pour les quartiers traditionnels,
- créer les conditions de l’amélioration de la voirie (emplacements réservés pour création
ou élargissement, institution d’un reculement).
- implanter des équipements de proximité (abri-bus, cabines téléphoniques, petits
équipements sportifs…) tandis que les plus importants recevront des infrastructures
aptes à créer une forme de centralité : maison pour tous à Duchêne et la Monnerot.
- une restructuration
sociale visant à
privilégier certains
quartiers dans le cadre
du rééquilibrage Nord
Sud et à créer les
équipements sportifs
et scolaires
manquants
• à moyen terme, l’implantation d’un collège d’enseignement secondaire à
Pontaléry à la périphérie du bourg,
• la mise aux normes des poches d’habitat existant à Pointe Royale, Pointe
Hyacinthe, Sable Blanc, Pointe La rose,
• l’amélioration du réseau routier de Pointe La rose,
• l’amélioration de la R.D.1 permettant d’y accéder
• le développement d’un pôle touristique à Pointe La rose,
• Un grand stade d’honneur d’environ 5000 places assises à Pointe Lynch,
• Un parcours sportif à Cité la Croix,
• Une médiathèque dans le bourg,
• Un Centre Nautique à Pointe Fort,
• Un Centre Culturel à Derrière Bourg,
• La piste d’athlétisme à Cité Lacroix
• Un Palais des Sports et des spectacles comprenant notamment un
gymnase d’au moins 1200 places et différentes salles de sports (judo,
danse, karaté,…) à proximité du carrefour Maternité,
• Une Maison des Citoyens à Cité Lacroix
Tous les terrains d’accueil de ces équipements sont propriété de la commune,
ce qui explique qu’il n’ait pas été nécessaire de les faire figurer sur les plans
comme emplacements réservés
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
87
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Prescriptions spécifiques
3- L’amélioration des
entrées de ville (article
R 123-3-5)
Actions d’aménagement
• la création d’une gare maritime mixte sur le front de mer et d’une gare
routière à Cité Lacroix pour le transport inter-urbain , équipements de
nature à assurer de meilleures liaisons entre le bourg , les quartiers les
autres communes de la zone Nord Atlantique
• Le traitement paysager des abords de la route nationale et des bretelles
d’accès à la zone urbaine
• La réalisation d’un merlon végétalisé le long de la route nationale 1 en
provenance de Trinité du carrefour Maternité au carrefour Gaschette.
Commentaires/ objectifs
• L’implantation d’un centre commercial à Cité la Croix (hôtel, parcours
sportif, gare routière intercommunale et centre commercial)
- combler l’insuffisance de l’armature commerciale de la commune en la
dotant d’un équipement à la hauteur des besoins d’une commune que son
évolution naturelle conduira à moyen terme aux environs de 30 000
- position charnière entre le vieux bourg et les quartiers en développement du
Nord à proximité immédiate des ensembles de logements collectifs.
- bonne connexion sur la RN par l’intermédiaire de la voie sur berges de la
rivière Gaschette
- La politique de réorganisation commerciale de la commune est conduite en
cohérence avec sa politique de transports et déplacements d’une part et celle
d’aménagement de « l’espace cité la Croix ».
- espace resté longtemps peu valorisé car humide, (réceptacle des eaux de
ruissellement piégées par les remblais effectués sur le bord de mer) et au sol
peu porteur
• Le renforcement du commerce de proximité et l’émergence de commerces
liés au tourisme
grâce aux actions de revitalisation des pôles urbains, à l’aménagement des
espaces publics, à l’augmentation de l’offre en stationnement dans le bourg et
à une meilleure organisation de la circulation centre-ville/quartiers.
4- La sauvegarde de la
diversité commerciale
des quartiers (article R
123-4) autour de 2
actions spécifiques
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
88
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Prescriptions spécifiques
Actions d’aménagement
• le traitement des dents creuses et espaces sous occupés
• l’amélioration du cadre de vie urbain
5- Renouvellement et
renforcement
des
pôles urbains
• la
réalisation à Derrière bourg d’une opération communale
d’aménagement, véritable pôle d’animation de la commune sur un vaste
terrain de près de 7 ha déjà en quasi-totalité libéré
• Renforcer le rôle de pôle urbain secondaire de Vert-Pré grâce à des
opérations visant à élargir son aire urbaine, à la construction d’un
collège, à la réalisation d’une voie de désengagement, à l’amélioration de
l’offre de stationnement et à la réalisation d’aires de jeux à proximité de
la résidence «les ananas »
Commentaires/ objectifs
politique foncière communale en cours active de façon à libérer des espaces
pour l’accueil de constructions nouvelles qui pourraient être réaffectées à
l’habitat, aux commerces de proximité et aux activités de services
- par l’augmentation de l’offre de stationnement, l’aménagement des places
publiques, l’amélioration le confort des piétons grâce à l’élargissement des
trottoirs et à la réservation de voies à leur usage.
-par la suppression du COS
- par trois secteurs d’intervention identifiés et repérés sur les documents
graphiques : instauration d’une servitude consistant à interdire pour une
durée de cinq ans à compter de l’approbation du PLU les constructions
nouvelles de plus de 20 M2 de surface hors œuvre nette.
- par une procédure d’O.P.A.H. (Opération Programmée d’Amélioration de
l’habitat) sur les deux bourgs, comme élément de mise en œuvre du projet
urbain global
Ce terrain devra recevoir à court terme :
Le nouveau centre administratif,
Les locaux des services techniques municipaux
Les autres équipements que pourrait nécessiter l’administration d’une
ville moyenne.
Ces équipements s’intégreront dans un espace vert ouvert au public
- la municipalité a engagé l’acquisition d’un terrain de 4 ha environ à
Providence et institué un emplacement réservé sur un ensemble de terrains
vides situés au cœur du hameau afin de disposer des réserves foncières
nécessaires.
Dans le cadre du renouvellement urbain, le PLU opère une répartition dans le
temps des zones d’accueil de l’urbanisation future (habitat, activités,
équipements)
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
89
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Prescriptions spécifiques
Actions d’aménagement
Plusieurs espaces feront l’objet de protection particulière :
6. Mesures destinées à
assurer la protection
des paysages et des
ressources (article R
123-3-6)
Gestion et préservation de l’eau
prendre en compte la rareté de la ressource et la recherche de l’amélioration de la
qualité des eaux terrestres
Commentaires/ objectifs
• Bois-Pothau / Pointe Banane : une place particulière dans la politique
de valorisation des espaces naturels articulant protection et
ouverture au Public.
Les dispositions du PLU prennent en compte cette double vocation en
classant ces espaces en zone N tout en y admettant les aménagement
légers destinés à favoriser la fréquentation du public ainsi que les
constructions publiques indispensables pour la gestion de la zone.
• Pointe-la-Rose.
La politique communale exprimée dans le PLU vise à limiter les nouvelles
constructions et à favoriser l’accès au littoral (Cf emplacement réserves
portés sur les plans du PLU)
• Les îlets. Tous ces espaces qu’ils soient publics ou privés reçoivent
dans le PLU le classement en zone N. Certains d’entre eux sont
couverts par une servitude relative à la protection des espaces
boisés classés. Ceci n’exclut pas pour L’Ilet Madame la possibilité
d’accueillir conformément aux prescriptions du SMVM des
appontements publics et des équipements légers.
• Une mesure identique pourra être admise pour l’Ilet Chancel, classé à
l’inventaire des sites et vestiges archéologiques, pour permettre la
visite des vestiges et l’observation des iguanes.
• Les mangroves : le PLU classe en espace boisé à protéger les
mangroves existantes.
• La protection des milieux marins s’inscrit dans la recherche du label
haute qualité environnementale annoncée ci-dessus. Elle repose
d’une part sur la mise en place d’instruments de contrôle et
d’observation des milieux et de l’autre une collaboration étroite
entre la commune et les milieux scientifiques
• Le rappel de l’institution d’un recul de dix mètres à compter des
bords des cours d’eau non canalisés,
• La protection forte des terres voisines de la retenue collinaire de Mont
Vert et celle de Mansarde,
• L’institution de mesures de protection en faveur des espaces boisés
en les justifiant par le rôle qu’ils jouent au niveau de la régulation
du régime des eaux
• Enfin, l’analyse du territoire a mis en évidence la nécessité d’un
dispositif d’irrigation des terres agricoles du Sud. Dans l’attente
d’études techniques, le PLU prend en compte la demande des
professionnels de l’agriculture de disposer de ressources d’appoint
en eau en autorisant au titre des travaux divers, la construction de
retenues collinaires.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
90
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Saint Esprit
Axes du projet
1- Développer la ville
Objectif
Renforcer la place centrale de Saint-Esprit au cœur de sa micro-région en
augmentant son offre dans chacune des grandes fonctions urbaines au
service des spiritains actuels ou futurs, des habitants du bourg et ceux de
ses alentours
Orientations générales
• développer l’offre de logements, tant du point de vue quantitatif pour
répondre aux besoins de la croissance, que du point de vue qualitatif avec
un habitat diversifié
• élargir l’offre commerciale avec davantage de diversification et de
complémentarité sans pour autant nuire au maintien du commerce local qui
existe en centre bourg notamment
• augmenter l’offre d’emplois en faisant en sorte d’attirer davantage
d’activités et d’élargir l’éventail des domaines de compétences présents sur
la commune
• renforcer l’offre d’équipements dans l’ensemble des domaines qui le
nécessitent, tant dans leur diversité que dans leur répartition spatiale entre
le bourg et les quartiers
2- Renforcer le rôle central du
bourg
Développer le bourg au sud de la rivière des coulisses et de la rue
Schoelcher, au lieu-dit de « l’Avenir », afin de créer une dynamique de
complémentarité entre deux pôles de centralité l’un historique et
traditionnel, l’autre conçu sur une organisation urbaine répondant aux
exigences des modes de vie moderne
3- Favoriser la cohésion sociale
Maintenir l’organisation multipolaire de la commune, vecteur de cohésion
sociale, en organisant un développement équilibré entre le bourg centre, ses
quartiers périphériques et ses quartiers éloignés
• développer le centre bourg en le confortant sur deux pôles
complémentaires :
le centre bourg historique et traditionnel dans sa morphologie comme
dans sa fonctionnalité en conservant ses équipements, ses
commerces, son habitat ;
l’extension du centre, qui comporte, outre de l’habitat, des activités,
des commerces et des équipements
• définir une complémentarité physique et fonctionnelle afin de créer une
synergie valorisant l’ensemble du centre bourg :
réalisation d’un boulevard urbain desservant les deux parties du
centre ;
offre commerciale différenciées et complémentaire ;
liaisons piétonnes et automobiles par la réalisation de ponts et
passerelle au-dessus de la rivière des coulisses ;
création d’aires de stationnement en interface
• développer les quartiers, qu’ils soient proches ou éloignés, en y
renforçant leur niveau d’équipements dans la mesure du possible et en y
menant une politique de l’habitat orientée sur deux axes : l’amélioration de
l’habitat existant et la création d’un habitat diversifié
• améliorer les liaisons de transport entre les quartiers et le bourg pour
rendre ce dernier plus facilement accessible à tous les spiritains
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
91
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Axes du projet
4- Valoriser l’identité
Objectif
Valoriser son patrimoine bâti et naturel, non seulement dans le but de le
préserver mais aussi qu’il serve à sa notoriété
5- Préserver son environnement
Le développement durable de Saint-Esprit ne peut s’envisager sans, en
premier lieu intégrer la dimension de la préservation de la qualité de son
environnement
Il s’agit conjointement :
o de mener une politique en faveur de la protection des sites et des
espaces ;
o de faire en sorte que le nécessaire développement global de la ville
ainsi que celui, plus modéré, de chacun des quartiers, prennent en
compte l’ensemble des prescriptions environnementales et contribue
même, par les travaux effectués, à améliorer la situation lorsqu’elle
le nécessite
Orientations générales
• le maintien et le développement de l’activité agricole dans tous ces
aspects, apportant de la richesse économique mais également évitant les
mutations des sites et des paysages vers des sites, certes beaux, mais
dénués de vie
• l’encouragement à la transformation des produits issus de l’agriculture
locale pour faire connaître leur diversité et les traditions culinaires (chelou,
macadam…) et à la création d’hébergements touristiques, notamment de
gîtes ruraux
• la préservation et la mise en valeur le patrimoine bâti dans la poursuite
des actions déjà engagées et en évitant sa muséification
• la prise en compte et la lutte contre les risques
• une meilleure gestion de l’eau avec, notamment, des préoccupations
accrues en matière d’assainissement
• la préservation forte des sites et espaces naturels les plus remarquables
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
92
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Thèmes
1- L’habitat
Objectifs
Augmenter et diversifier l’offre de logements
Lutter contre l’habitat insalubre
Actions à mettre en oeuvre
En diversifiant les espaces urbains déjà constitués :
- par des opérations de renouvellement urbain,
- en favorisant la constructibilité des espaces libres interstitiels,
- en améliorant la qualité de l’habitat existant de façon à remettre sur
le marché du logement des constructions aujourd’hui dégradées
En ouvrant à l’urbanisation de nouveaux espaces :
- dont le dimensionnement doit permettre de répondre aux besoins à
court, moyen et long terme ;
- dont la localisation, doit répondre aux besoins de la ville-centre et à
ceux des quartiers périphériques ou éloignés
Les actions menées concernent :
- La résorption de l’habitat insalubre sur des secteurs ciblés, comme à
Grand-Bassin où une cinquantaine de logements sociaux sont en
cours de construction ;
- La réhabilitation d’une cinquantaine de logements, avec en retour
sur le marché locatif de logements vacants, sans le cadre de
l’Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat (OPAH) qui s’est
déroulée de 1999 à 2004 et qui portait sur le bourg ;
- La mise en place en 2006, sur l’ensemble du territoire de la
commune, d’un Projet d’Intérêt Général (PIG) en faveur du parc
locatif privé. Dans ce cadre des aides bonifiées pour les travaux
devraient permettre de réhabiliter une vingtaine de logements.
Prorogation du PIG sur 2008 et par la mise en œuvre d’une OPAH de
renouvellement urbain (OPAH-RU), nouvelle procédure particulièrement bien
adaptée aux problématiques du bourg-centre (aide financière aux
propriétaires)
Des mesures plus coercitives telles que des arrêtés de ravalement
obligatoire, des procédures d’abandon manifeste, des arrêtés d’insalubrité et
de péril pourront être mise en place
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
93
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Thèmes
2- Les équipements
Objectifs
Répondre à la question des besoins en équipements :
- d’une part, pour les grands équipements nécessaires à l’échelle de la
commune entière ;
- d’autre part, pour les équipements de proximité nécessaires à la vie
des quartiers
Actions à mettre en oeuvre
• la construction d’une médiathèque dans le bourg, rue Schoelcher en face de
la mairie
• la reconstruction/réhabilitation en vue d’une destination culturelle de
certains bâtiments emblématiques du bourg dans une perspective culturelle
(les anciens abattoirs rue Schoelcher et l’ancien collège, abritant déjà le
musée d’arts et des traditions)
• la création d’un groupe scolaire au sein de l’extension du bourg (secteur de
l’Avenir), dans le prolongement de la rue Pierre Rose
• la rénovation du parcours de santé, qui se déploie derrière la mairie autour
du stade municipal, par l’élargissement de la piste, l’ajout de divers agrès
sportifs et l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite
• à Régale, l’aménagement du foyer rural avec un podium pouvant accueillir
diverses manifestations
• à Morne La Valeur, la réalisation d’une nouvelle école primaire de 10 classes
3- Les activités
Compléter l’offre commerciale
• Le commerce du Saint Esprit doit être revitalisé pour que le bourg conserve
son attractivité. Ceci passe par :
- l’amélioration de la qualité des espaces publics ;
- une meilleure accessibilité,
- la réhabilitation de la halle du marché, constituant l’élément fédérateur
de l’animation commerciale, à l’achèvement des travaux de l’église
paroissiale ;
- par le développement d’une offre commerciale complémentaire
• à proximité du bourg, un espace commercial comprenant un supermarché
est en cours de réalisation. Il s’agit de créer une synergie avec les
commerces existants du bourg centre et doter le Saint-Esprit d’une offre
commerciale plus étendue
• Parallèlement le programme d’actions pour la redynamisation du commerce
dans le bourg ancien est engagé dans le cadre d’une intervention du FISAC
(fonds d’intervention pour les services, l’artisanat et le commerce)
• Les deux domaines d’activités agriculture et économie résidentielle doivent
bien évidemment être maintenus et renforcés
Augmenter et diversifier l’offre d’emplois
• Des emplois nouveaux et diversifiés doivent pouvoir être créés sur la
commune. Dans cette perspective, il est nécessaire :
- de réserver des espaces à l’accueil d’activités économiques, plus
précisément, une zone artisanale dans le cadre du développement
urbain du secteur de l’Avenir ;
- de développer des emplois autour de l’agrotourisme ;
- de soutenir les actions d’insertion professionnelle et faciliter la création
de petites entreprises
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
94
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Thèmes
4- Les déplacements
Objectifs
Réduire la circulation en centre bourg
Actions à mettre en oeuvre
• réalisation en cours d’une voie nouvelle de contournement sud, en
déviation de la RD 5 (Cette voie, dont les premiers travaux ont commencé,
reliera le rond-point Saint Nicolas à l’est avec le carrefour du quartier Petits
Fonds à l’ouest)
• mieux aménager les aires de parkings existants pour les rendre plus
rationnels et plus attractifs
• créer de nouveaux stationnements
Donner plus de place aux piétons
Développer les transports en communs
• L’aménagement des trottoirs, comme cela a déjà été réalisé en partie rue
Schoelcher, sera poursuivi
• la place du piéton sera renforcée en centre-ville grâce à la création de
nouveaux parcours, notamment :
- en franchissement de la rivière des Coulisses pour relier le nouveau
quartier sud avec le centre-bourg ;
- à l’ouest du bourg, approximativement le long de la rivière des Cacaos,
entre la route du François et la rue Gueydon
• mettre en place progressivement un réseau reliant tous les quartiers au
centre bourg :
- Dans une première phase, dès 2008, les quartiers principaux seront
desservis,
- Dans un second temps, c’est l’ensemble de la commune avec ses sousquartiers qui sera reliée au bourg par ces réseaux de transports
• à l’échelle du bourg, il est prévu la mise en place d’un véhicule qui
permettra de desservir tout le tour de ville y compris les nouveaux
quartiers de l’Avenir actuellement en projet
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
95
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Thèmes
5- Le patrimoine bâti
Objectifs
Préserver la richesse du patrimoine spiritain
Actions à mettre en oeuvre
• de nombreuses actions ont été ou sont actuellement conduites :
- L’engagement d’une opération programmée pour l’amélioration de
l’habitat qui a permis de réhabiliter une cinquantaine de logements ;
- La mise en place d’un projet d’intérêt général visant à la création de
logements locatifs sociaux dans le parc privé ;
- L’engagement de procédures d’abandon manifeste qui permet de
racheter des biens pour les revendre dans le cadre d’un projet qui vise à
remettre ces biens sur le marché du logement et à contribuer ainsi à la
réanimation du bourg ;
- La réhabilitation de bâtiments publics remarquables : la mairie
récemment, l’église en cours, la halle et l’ancien collège prochainement.
• Préserver les maisons de maîtres, témoins des nombreuses habitations
implantées sur le territoire au 19ème siècle, telles que les habitations
Providence, Moulin à vent, de l’Avenir, ou encore la maison Cotterel à la
Carreau
• au regard de l’état de vétusté des bâtiments, la préservation peut se
traduire par une reconstruction dès lors que les principes architecturaux et
les volumétries sont préservés, et qu’elle s’inscrit dans le programme de
revitalisation du bourg
• Projet de l’Habitation Cotterel : un lieu d’expérimentation de cette
architecture à la fois traditionnelle et moderne dans le sens de la démarche
HQE
Faire vivre le patrimoine
• La réhabilitation du patrimoine peut également constituer un appui pour
un artisanat développé autour des métiers du bois, du fer forgé, si bien
représentés à la fin du 19ème et au début du 20ème siècle au Saint-Esprit
• la valorisation du patrimoine bâti spiritain et sa renommée grandissante
serait très certainement un des éléments moteurs pour le développement
de l’agro-tourisme au Saint-Esprit
• Délimiter des secteurs stratégiques dans lesquels des investissements
importants peuvent être mis en œuvre pour valoriser les terres agricoles
6- L’agriculture
Maintien de l’agriculture
• Préserver autour des quartiers les espaces nécessaires aux activités
agricoles vivrières
• Délimiter des contours précis et rationnels de l’urbanisation actuelle et
future pour éviter toute ambiguïté sur le statut des terrains quant à leur
constructibilité
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
96
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Thèmes
7- Les espaces naturels
Objectifs
Préserver les espaces naturels les plus remarquables
Maintenir les coupures d’urbanisation
Mieux aménager les entrées de ville
8- Risques et nuisances
Prévenir les risques naturels
Actions à mettre en oeuvre
• Deux ZNIEFF (Bois La Charle et Morne Monésie) sont identifiées sur la
commune, c’est notamment au sein de ces zones qui ont fait l’objet
d’inventaires scientifiques que les espaces à préserver doivent être
délimités
• mettre en valeur les sites et les paysages de qualité et d’en tirer profit
pour développer l’attractivité touristique de Saint-Esprit, par exemple :
- l’aménagement des abords de la source caraïbe,
- la poursuite des actions d’aménagement et de revégétalisation des
rivières des Coulisses et des Cacaos,
- la poursuite de la signalétique mise en place sur l’ensemble du territoire
par l’établissement de parcours touristiques de découverte
• Ces coupures naturelles doivent être préservées pour deux
raisons essentielles :
- Elles sont nécessaires à la qualité des paysages en évitant leur
banalisation par un trop grand étalement urbain ;
- L’organisation urbaine autour d’une cinquantaine de quartiers est
porteuse de lien social en favorisant notamment le rapprochement des
familles et identitaire : « on est spiritain mais on habite à Morne Babet
ou à Rivière Moquette » par exemple
• tirer parti de la confluence des rivières des Coulisses et des Cacaos en
traitant mieux leurs abords et en créant des ouvertures paysagères sur
celles-ci
• développer des parkings qui, outre leur fonction de désengorgement du
centre bourg, seraient des invitations à la promenade en étant des points
de départ de parcours touristiques
• L’urbanisation dans les quartiers, notamment ceux qui sont situés sur des
reliefs escarpés doit être organisée :
- en rendant inconstructibles les espaces en trop forte pente,
- en limitant l’imperméabilisation des sols,
- en sécurisant les infrastructures routières,
- en améliorant le drainage des eaux pour canaliser les eaux de
ruissellement et les acheminer plus efficacement vers les rivières.
• pour tous les quartiers qui ne sont pas desservis par un réseau
d’assainissement collectif, d’engager des actions :
- d’une part pour réduire les ravinements induits,
- d’autre part pour réduire efficacement les risques liés à des systèmes
d’assainissement défectueux.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
97
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Sainte Luce
Orientation
1- Amélioration de la
fonctionnalité du bourg et la
desserte entre les quartiers et
le bourg
Objectifs
Améliorer la fonctionnalité du bourg
Actions à mettre en œuvre
• Aménagement de l’esplanade du Bas du bourg
• Aménagement du front de mer
Améliorer l’accessibilité du bourg
• Aménagement de la gare routière
• Développement de l’offre en stationnement
• Construction de trottoir et amélioration de l’éclairage dans le bourg
• Désenclavement de la zone artisanale de Deville
• Mise en place d’un « parcours » de circulation dans le centre bourg
Renforcer la desserte entre le bourg et les quartiers
• Réorganisation du réseau de transport urbain (compétence Espace Sud)
o régularité des liaisons entre les quartiers du centre bourg
o renforcement de la centralité du bourg (en rapprochant les quartiers
les plus éloignés)
o mise en fonction du pôle d’échange (gare routière)
o mise en place d’un axe principal et de 3 axes secondaires vers les
quartiers
o création d’arrêt de bus
• Amélioration du réseau routier communal
o entretien régulier des voies communales
o réfection de certaines routes (route des bambous)
o réalisation d’une voie communale de désenclavement du quartier
Lépinay
o modernisation de la RD36 (C. Général)
• Incitation à l’utilisation des modes de déplacements alternatifs à
l’automobile (« liaisons douces »)
o construction de trottoirs et éclairage public le long de la RD7 afin
d’assure une liaison piétonne avec le bourg
o création d’une piste cyclable
o développement et entretien du sentier longeant le littoral (jusqu’au
quartier de Trois Rivières, de manière à couvrir tout le littoral
urbanisé de la commune)
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
98
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Orientation
2- Favoriser le développement
et le renouvellement urbain
Objectifs
Favoriser le renouvellement urbain
Actions à mettre en œuvre
• Augmentation du COS dans le bourg afin d’encourager au renouvellement
urbain et faire revenir la population dans le bourg
• Traitement de l’habitat insalubre (îlot RHI pour accueillir Office de
tourisme et programme de relogement dans LES à Morne Pavillon
• Possibilité de réaliser une OPAH
• Acquisition par la commune de réserves foncières peu ou pas utilisées
dans le centre bourg afin de réaliser de petites opérations de logement
• Réalisation de projets immobiliers encadrés par la municipalité (projets
LES aux Coteaux et à Pavillon)
• Accompagnement des initiatives individuelles pour la construction de
logements (logements intermédiaires)
Encadrer le développement urbain notamment à travers le confortement des
pôles secondaires existants (création d’équipements publics dans les
quartiers afin de fixer la population dans leurs lieux de vie)
• Au bourg : création d’une médiathèque (ex cinema des Moubins) avec
une salle des fêtes d’une capacité de 200 à 300 places ; aménagement
d’aires de jeux)
• Agrandissement de la mairie et aménagement de la place de la mairie
• Création d’un collège à Gros raisin d’une capacité de 600 élèves
extensible à 700
• Trois-Rivières : aménagement de l’avenue des pêcheurs (espaces de jeux
et de loisirs, marché aux poissons et maraîchers, cyberbase)
• Bellay : construction d’une maison pour tous
• Bellevue : aménagement d’un espace de jeux
• Lépinay : amélioration de la maison pour tous et du terrain de jeux
• Monésie : amélioration du terrain de foot et construction d’une placette
en face de l’école
• Corps de Garde : rendre la plage plus fonctionnelle et une meilleure
intégration paysagère
Maîtriser le développement de l’urbanisation
• Densification de l’urbanisation dans les zones urbaines (augmentation de
COS…) et priorité à la continuité des principaux axes urbains existants
(Désert,…) afin d’absorber la hausse préalable de population lucéenne dans
les années à venir
• Définition de nouvelles zones urbaines en partie issues des anciennes
zones NB du POS en fonction des risques, des protections naturelles, des
densités bâties, présence de réseaux de capacité suffisante
• Régularisation de la situation des occupants permanents des terrains du
bourg et surtout à Blanchard en y mettant en place un secteur de taille et
de capacité d’accueil limité, correspondant à une zone naturelle dans
laquelle les constructions sont autorisées sous certaines conditions
• Contrecarrer le développement de l’habitat non autorisé (sans permis)
dans les zones d’habitat diffus en classant certaines zones en « N » dans le
PLU
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM
99
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Orientation
3- Maintien et développement
de l’activité économique
Objectifs
Développement du commerce et de l’artisanat
Agriculture et pêche
Tourisme
Formation
Actions à mettre en œuvre
• Extension de la zone d’activités artisanales de Deville
• Création de zones d’activités économiques afin de diversifier les activités
dans la commune et créer des emplois (ZI éloignée des habitations à
proximité de Trois-Rivières/ Céron, à Monésie pour diversifier les activités,
A Trois Rivières espace d’accueil pour les commerces artisanaux en lien
avec distillerie)
• Possibilité d’accueillir des activités économiques dans la ZAC de Pont Café
(dont supermarché) en plus des nombreux logements
• Implantation de moyennes surfaces commerciales (hard discount…) à
proximité RN5
• Pérennisation et confortation des commerces à vocation touristique, bars
et restaurants en centre bourg
• Maintien de l’activité agricole (création d’une ZAP et d’une zone agricole
de protection stricte)
• Maintien des jardins et prairies destinées à l’élevage dans les quartiers de
l’arrière pays en limitant l’enveloppe urbaine dans ces zones
• Développement de l’activité pêche par :
le classement du port de Trois-Rivières en APID
aménagement du front de mer (village de pécheurs)
projet de vivier à Trois-Rivières
réalisation d’abris de pêche à Corps de Garde
• classement en commune touristique classée (prioritaire)
• amélioration de l’accueil et création d’une synergie de développement du
tourisme à Sainte Luce
• création d’un site internet officiel
• mise en place de navettes entre les hôtels et le bourg
• mise en valeur du patrimoine (tourisme culturel) notamment avec les
pétroglyphes et la distillerie Trois-Rivières
• développement du tourisme vert/ agritourisme (découverte mangrove de
Trois-Rivières, favoriser le développement des gîtes ruraux en association
avec l’activité agricole sans protection stricte
• mise en valeur de la forêt de Montravail et ses pétroglyphes
• signalétique de parcours de santé le long littoral
• découverte des sentiers de randonnées des Mornes d’Orient et
Préfontaine en lien avec la ZNIEFF de Ravine St Pierre
• Développement de la formation DAEU
• Construction de cyberbases dans les quartiers les plus importants (TroisRivières et Lépinay)
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM 100
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Orientation
4- Protéger et mettre en valeur
le paysage
Objectifs
Protection des espaces boisés de qualité
Maintien des espaces voués à l’agriculture
Prise en compte des risques
Mise en valeur des zones urbanisées
Actions à mettre en œuvre
• Maintien et protection des espaces boisés ayant une valeur paysagère,
écologique ou patrimoniale par l’inscription d’une zone naturelle stricte
(EBC, espaces remarquables SAR/SMVM, ZNIEFF)
• Maintien des EBC
• Maintien des zones naturelles du littoral et coupures vertes
(conformément au SAR/SMVM)
• Création d’un camping à Corps de Garde afin de limiter le camping
sauvage
• Création d’espaces protégés au sein des forets publiques (projets de
réserves avec l’Etat et l’ONF)
• Prise en compte des zones habitées au sein des espaces naturels de
protection stricte (anciennes zones NA du ¨POS) par création de secteur de
taille et capacité limitée autorisant les constructions dans la mesure où
elles s’insèrent dans la paysage
• Création de zones agricoles de protection stricte pour lesquelles les
potentialités agricoles sont élevées (AOC pour l’essentiel)
• Inconstructibilité des zones rouges du PPR
• Instauration d’un principe de recul obligatoire des constructions à
proximité des cours d’eau
• Protection des espaces boisés et terres cultivées au regard du rôle qu’ils
jouent au niveau de la régulation du régime des eaux
• Atténuation de l’impact de l’activité économique (inciter l’agroalimentaire
à respecter les normes) – regroupement des activités nuisantes dans une
même zone
• Intégration du végétal en ville dans le cadre des différents projets de
valorisation des espaces publics
• Recommandations architecturales et urbaines dans le règlement pour les
constructions neuves et extensions
• Veiller à la bonne insertion des habitations dans le paysage
Protection de la faune et de la flore aquatiques
• Création d’une réserve marine en lieu et place de la zone de
cantonnement de pêche
• Création d’une ZNIEFF marine (récif corallien)
• Mise en œuvre du schéma d’assainissement (un seul rejet en mer à 1km)
Mise en valeur du patrimoine
• Mise en valeur des roches gravées de Montravail (en collaboration avec
l’ONF)
• Raccordement des quartiers littoraux au réseau d’assainissement du
bourg pour un meilleur fonctionnement et une utilisation plus rationnelle
• Encourager le recours aux énergies renouvelables et inciter au HQE dans
les constructions (ex : nouveau collège)
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM 101
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Schoelcher
Orientations du PADD
Objectifs du PADD
Utiliser le futur réseau de transport en commun comme
armature de l’urbanisation
Orientation n°1 :
Le « Grand Est »,
secteur prioritaire de
développement
Orienter l’extension urbaine vers le quartier de Ravine
Touza/ Case Navire et de plateau Fofo/ Donatien
Créer une zone d’activités tertiaires à Case navire en
liaison avec l’Université
Renforcer le pôle d’emploi de Cluny avec l’urbanisation
des terrains dits Donatien
Constituer un pôle d’activités tourné vers le tourisme et
les loisirs à Madiana
Actions spécifiques
• Prendre en compte le PDU notamment la création d’un réseau de transport en commun structuré
autour des différents axes lourds en site propre
• Implanter les nouveaux pôles de développement en liaison avec les lignes « en site propre »
• Amélioration des liaisons inter quartiers par l’amélioration du maillage de réseau de voirie,
notamment par la création d’une voie nouvelle de désenclavement entre le rond point de
l’université- Ravine Touza et Terreville
• Création de micro parkings dans les quartiers les plus urbanisés afin de limiter le stationnement
sur les voies principales
• Réaménagement des trottoirs sur les axes principaux afin de faciliter les déplacements piétons
• Densification de Ravine Touza Sud dans le cadre d’un plan d’aménagement cohérent prévoyant
une refonte des réseaux
• Relier ce secteur au développement de la zone d’activité de Case Navire mais aussi avec le
réaménagement de la vallée de Case Navire qui accueillera un espace protégé destiné au sport
et aux loisirs
• Compléter l’offre de logements sur le site de Donatien, par l’accueil de petits collectifs et
d’équipements de proximité
• Créer un pôle d’intérêt communautaire autour principalement des activités du tertiaire supérieur
• Prendre également appui sur le pôle de formation et de recherche constitué par le campus et le
centre de formation de la CCIM
• Accueil d’activités artisanales afin de maintenir une mixité des activités et de créer un dynamisme
économique gage de réussite d’un véritable développement durable
• Possibilité d’accueil de services, en liaison avec l’opération sur les terrains Donatien à proximité
• Valoriser au mieux la qualité exceptionnelle du site et la desserte par le réseau de transport en
commun en site propre
• Apporter des réponses à des besoins complémentaires en accessibilité du Palais des Congrès
• Implantation d’une gare multimodale en tant qu’évènement majeur
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM 102
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Orientations du PADD
Objectifs du PADD
Renforcer le pôle central
Orientation n°2 :
Aménager la façade
maritime
Aménager l’ensemble de la bordure littorale
Préserver les activités économiques liées à la pêche
Actions spécifiques
Pôle central
• Aménagement des espaces publics et en particulier du front de mer
• Implantation d’activités économiques liées au commerce, à la restauration, aux loisirs…
• Traitement des circulations internes qu’elles soient piétonnes ou motorisées
Réaménagement du secteur de Madiana
• Aménagement de la plage
• Intégration de la gare multimodale
• La desserte maritime
• Construction d’un équipement destiné à accueillir des activités de loisirs liés à la mer et à la
restauration
• En proposant des équipements ou des espaces aménagés à destination des activités nautiques et
de baignade
• En développant les activités économiques liées à la mer qu’elles soient orientées vers le tourisme
ou la pêche par exemple
• En aménageant des espaces publics de promenade et des secteurs paysagers
• Par la mise en place d’un plan de développement de l’espace littoral traduisant la destination
principale de 7 secteurs de littoral, correspondant aux plages, sous l’égide de l’association
Schoelcher station nautique
• Mise en place en complément de l’APID de petits équipements tels la création de petites unités de
chambre froide, l’aménagement des quais et pontons, construction de points de vente
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM 103
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Orientations du PADD
Orientation n°3 :
Valoriser
l’environnement
urbain pour améliorer
la qualité de vie de
chacun
Objectifs du PADD
Actions spécifiques
• Les modalités de prises en compte sont définies dans le PPR
Tenir compte des risques naturels
•
•
•
•
•
Respecter la forme urbaine
Créer un réseau organisé de zones artisanales et de
proximité
Améliorer les réseaux d’assainissement et de collecte des
eaux pluviales
Protéger les ressources en eaux
Limiter l’extension des quartiers d’habitat diffus
•
•
•
•
Traiter l’habitat dégradé
Réhabiliter les secteurs d’habitat social les plus anciens et
les copropriétés dégradées
Adapter la production de logements
croissance de la commune
•
•
•
•
•
sociaux à la
Répondre aux besoins spécifiques des populations âgées
Renforcer le réseau des équipements de proximité
Renforcer la vocation de pôle de loisirs de l’agglomération
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Préserver l’identité en favoriser le développement des maisons individuelles et des petits collectifs
Respect tant dans les quartiers existants que dans les quartiers nouveaux
Mise en place prochaine d’une charte urbaine et architecturale sur le secteur centre ancien
Impulser les conditions du développement d’un secteur animé sur la frange littorale
Privilégier les commerces et services se rapportant aux publics des familles, étudiants, pratiquants
de sports nautiques
Respecter le style créole
Création d’une zone d’activité à l’emplacement des anciennes carrières du quartier Batelière
Aménagement de micro zones artisanales intégrées dans le tissu urbain
Le pôle économique d’intérêt intercommunautaire de Case Navire
Développement de l’assainissement collectif dans la plupart des zones urbanisées (définition de 3
quartiers prioritaires Anse Collat, Terreville et Fond Bernier)
Restructuration du réseau de collecte des eaux pluviales
Protection de la nappe phréatique, l’une des plus grandes de l’île en veillant au type d’activité
implantées dans la vallée de Case Navire et par l’institution de périmètres de protection des
zones de captage
Favoriser une densification limitée de ces secteurs (Ravine Touza, Démarche, Hauteurs de
Terreville) en permettant à la commune d’améliorer les équipements d’infrastructures de ces
quartiers
Intervention en particulier dans les secteurs de Fond Batelière, de Fond la Rivière, Cité Beulahet
de Consolation avec notamment la régularisation foncière de l’occupation et la mise en place de
réseaux
Mise en place d’une politique de la ville à l’échelle intercommunale
Aménagements spécifiques de ces secteurs notamment par la création d’équipements de quartier
mais aussi la rénovation des infrastructures
4 secteurs plus particulièrement concernés
Développement en priorité de petites opérations insérées dans le tissu urbain, par ex le bourg ou
Fond Lahayé, permettant notamment de répondre aux demandes des personnes âgées ou des
étudiants
Favoriser le développement des équipements, y compris privés ou parapublics
Intégrer cet aspect dans la politique globale mise à l’échelle de l’agglomération
Construction de maisons de quartiers, en particulier à Fond Bernier et dans le quartier la
Démarche
Création de cyber-espace à Batelière et dans le bourg
Renforcement du réseau des équipements sportifs de proximité (plateau Fofo, près de la piscine)
Modernisation des équipements existants
Création de nouveaux espaces de détente
Déplacement des activités implantées de manière irrégulière en zone inconstructible pour
favoriser la création d’un pôle dans la vallée de Case Navire
Possibilité d’accueillir à l’arrière du palais des congrès de Madiana des équipements tels parcours
de santé, golf
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM 104
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Développer
une
agriculture
respectueuse
de
l’environnement et protéger les espaces agricoles
structurés en limitant l’étalement urbain
• Délimiter et fixer les zones d’extension urbaine afin de protéger les espaces destinés à
l’agriculture
• Soutenir la réalisation d’unités d’exploitation économiquement viables notamment par
l’intervention de la SAFER et la Région
• Mise en place d’une ferme-école en limite de Terreville (expérimentation de cultures maraîchères,
sensibilisation
• Elargissement de la zone agricole dans les Hauts de Terreville afin d’accueillir de nouvelles
exploitations avec contrôle toutefois du déboisement pour limiter l’érosion
• Préservation des espaces naturels aux écosystèmes riches par une réglementation stricte
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM 105
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Trinité
Orientation
1- Structuration de l’espace
urbain central
Objectifs
Organiser cet ensemble pour lui permettre d’accueillir des populations
supplémentaires soit en optimisant l’utilisation du tissu urbain existant, soit
en positionnant des zones d’extension dans la continuité des zones bâties
Organiser la nouvelle organisation urbaine sur l’ossature de la RN1 et de la
RD2
Prend également appui sur des politiques ou des outils complémentaires :
Actions spécifiques
• Augmentation des densités admises pour inciter
• la délimitation des zones d’extension (AU) répartis sur 4 secteurs
• Le repositionnement de l’hôpital
• La délimitation de secteurs d’intervention sur le bâti insalubre
• La localisation d’un second collège à Beauséjour
• Nouveaux giratoires
• Compléter la trame viaire par des voies nouvelles à créer :
- Bac vers Beauséjour en passant par la pointe Marcussy
- Petite rocade desservant la Crique et délestant la rue J. Lagrosillière
• La politique de transports - déplacements - stationnement. Déjà
largement mise en œuvre, la politique de stationnement dans le vieux
bourg a permis d’offrir des possibilités bien réparties dans la ville. Les
transports sont encore totalement
privés. Toutefois, la ville s’est
engagée dans un programme d’organisation qui
vise à mieux
satisfaire la population rurale dans ses déplacements vers le centre.
• La politique foncière. Outre les moyens habituels d’acquisition du
foncier, la ville s’est lancée dans la procédure d’abandon manifeste
• L’intervention sur le bâti privé urbain dans le cadre d’une convention
d’OPAH
• Des opérations de résorption de l’habitat insalubre confiées à la CCNM.
• Des opérations de réorganisation foncière dans les secteurs littoraux
occupés par une urbanisation diffuse en coordination avec l’Agence des 50
pas.
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM 106
Futur cimetiè
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Orientation
2- La valorisation des espaces
littoraux
pour une coexistence
harmonieuse entre diverses
fonctions :
Objectifs
La fonction habitat : organiser l’existant et limiter la consommation des
espaces littoraux par l’habitat
La fonction ludique et touristique : Renforcer l’attractivité de la
commune, d’améliorer le cadre de vie de ses habitants et de conforter son
économie touristique
Actions spécifiques
• restructuration ou l’équipement des quartiers Fonds Bazile, Anse Bellune,
Cosmy, la Crique (les actions à y conduire pourront le cas échéant être
précisées dans les orientations particulières).
• Dans les secteurs plus urbains, optimiser l’usage des terrains déjà
équipés par le choix de règles (hauteur, prospects, COS)
• Classement permettant l’installation de mobiliers, d’équipements non
pérennes et d’installations sanitaires en rapport avec la fréquentation
attendue dans les espaces les plus fréquentés (ex : Cosmy, la Brèche, les
Raisiniers, Anse L’étang)
• Prise en compte d’un espace ludique localisé dans le SMVM à l’anse
Spourtourne en délimitant un espace à urbaniser particulier
• N’est pas prise en compte la localisation d’un espace d’aménagement
touristique lié à la mer (EAT) délimité dans le SMVM dans la contiguïté de
Beauséjour
La fonction mise en valeur des ressources de la mer
Définir les usages principaux de l’espace côtier pour éviter
les conflits
• Localisation sur les espaces terrestres des zones d’accueil des principales
infrastructures liées à la mer (Port de Pêche de Cosmy, APID de Tartane,
zones de la Crique et Fonds Bazile)
• pour préserver la possibilité de développer l’aquaculture marine, sur les
terrains de la bande des 50 pas géométriques non situés à proximité des
espaces de protection forte délimités dans le SAR/SMVM pourront être
autorisées des installations strictement nécessaires à l’exercice des activités
de cultures marines.
• Les sports nautiques connaissent un fort développement sur la commune.
Il sera nécessaire d’aménager en bordure de certaines côtes des aires de
stationnement et d’organiser l’accès à la mer.
• Les mouillages
La fonction d’espace naturel
principe de protection de ces espaces ce qui n’exclut pas la
possibilité de les mettre en valeur à des fins touristiques ou
pédagogiques.
Plusieurs catégories d’espaces sont concernées par ce principe de
protection :
* Les espaces remarquables du littoral sur lesquels le SMVM institue une
protection forte (Pointe de la Caravelle, Pointe Marcussy,...) Sur ces
espaces, le règlement du PLU définit le niveau de protection.
* Les espaces agricoles littoraux représentés sur les documents graphiques
du SMVM
* Les autres espaces naturels boisés ou non
* Les terrains acquis par le conservatoire du littoral...
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM 107
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Orientation
3- Préservation des ressources
naturelles et du patrimoine
Objectifs
Actions spécifiques
• Le PLU confirme l’essentiel de protections déjà instituées par le POS et
limite les ponctions sur les terres agricoles au strict nécessaire pour les
équipements, l’organisation urbaine et le développement des quartiers.
• Les éléments caractéristiques du patrimoine historique (Château Dubuc,
Spoutourne, Pointe de la Batterie, Fort Sainte Catherine) sont protégés au
titre du PLU en complément des protections édictées en application
d’autres législations
• Il en est de même des éléments du patrimoine naturel comme la
mangrove lacustre du Bac ou la réserve naturelle de la Caravelle
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM 108
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Trois Ilets
Orientation
Orientation n°1 : Les
opérations de
renouvellement urbain
Espace
Le Bourg
Sous-thème
Interventions sur le tissu existant
Renforcement de la fonction de centralité
Actions d’accompagnement
Actions à mettre en œuvre
• Constructions vétustes isolées seront traitées dans le cadre
d’une OPAH
• Intervention lourde RHI sur la rue Neuve et Magazin Zéline,
remise à niveau équipements + espaces publics sur la Xavier
• Programme de 36 logements collectifs sociaux près du centre
(D5, 6, 8, 82 et 83)
• Augmentation du COS dans le bourg pour relancer la
construction et densifier le tissu
Assurer le développement harmonieux des extensions du
bourg sur l’habitation Des Grottes par :
• La construction d’un espace culturel
• L’aménagement du front de mer
• Construction d’un gymnase
• Aménagement de la place Gabriel Hayot
• Aménagement du nouvel hôtel de ville
• Réhabilitation de l’hôpital
• Réalisation d’une piste d’athlétisme en complément du stade
de foot
• Création d’un espace inter génération
• Construction d’un collège 400 à la sortie ouest
• Création d’aires de stationnement ou aménagement d’aires
existantes
• Aménagement du marché couvert (vente de produits
artisanaux – diversité commerciale)
• Amélioration de la voirie urbaine et des trottoirs, de
l’éclairage public
• Aménagements paysagers des entrées et sorties de ville
Anse Mitan : vocation de
tourisme
balnéaire
international
Améliorer le cadre de vie et l’environnement tant naturel que
bâti
• Restructuration du secteur de Glacy en agissant sur la voirie,
les espaces publics et les équipements publics
• Aménagement d’un plateau sportif polyvalent
• Construction d’une maison des associations
• L’aménagement du Trou Etienne
Anse A l’Ane : lieu de
résidence dans lequel
sont
étroitement
imbriqués des petites
structures touristiques
type meublé, et habitat
permanent ou saisonnier
Le PLU prend en compte les objectifs déjà traduits dans le POS
en termes d’extension de l’urbanisation mais prévoit
l’affectation d’espaces pour :
• Aménagement d’un terrain de football
• Création d’une maison des associations
Confirmer la vocation des zones d’urbanisation futures à
accueillir des opérations mixtes tourisme / habitat en évitant
que l’implantation de structures importantes viennent troubler
la quiétude des habitants
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM 109
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Orientation
Espace
Les
autres
quartiers
ruraux :
assurer
le
maintien de l’équilibre
entre la protection des
espaces naturels et le
nécessaire
développement
de
l’habitat
dans
ces
quartiers
Orientation n°2 : L’accueil
de l’urbanisation nouvelle
Orientation n°3 : La
protection de
l’environnement
Sous-thème
Doter les quartiers principaux d’équipements de proximité en
fonction des insuffisances mises en lumière dans le diagnostic
Actions à mettre en œuvre
• Ferme : vocation à recevoir des opérations nouvelles de
logement en maintenant les secteurs d’extension prévus dans
le POS et en prévoyant des espaces pour la réalisation
d’équipements socio-éducatifs ainsi qu’un plateau sportif
• Pagerie : développer des activités touristiques en liaison avec
ces 2 structures que sont le parc des floralies et le musée
• Poterie : prévision d’une zone d’extension de l’industrie de
terre cuite (espace vitrine le long de la RD7)
• La Pointe Bois d’Inde et Wallon : concilier les intérêts des
propriétaires et la protection de l’environnement (délimitation
en continuité de l’habitat existant d’une zone AU pour
regrouper les constructions et classement en zone naturelle
des autres terrains)
• Passe Mon Temps – Papias – Le plaine – La Bigote –
Desloges
• Concilier la protection des espaces et la demande des
habitants en délimitant en bordure des voies publiques des
secteurs limités pour l’accueil des constructions
Optimiser les capacités d’accueil en logement importantes en
transformant les principaux quartiers en véritables secteurs
urbains dotés de tous les équipements d’accompagnement
• Amélioration de la voirie et de la desserte, obligation de recul
des constructions par rapport aux voies
Descriptions des zones AU
Les terres agricoles
• Classement en A de la zone agricole du SAR
• Distinction entre les espaces agricoles littoraux qui
bénéficient d’une protection renforcée en application du SMVM
• Intégration de l’activité d’extraction de l’argile en A
Les espaces naturels
• Classement en zone naturelle au PLU
• 1 en raison de la qualité des milieux :
• Ilets, mangroves et espaces remarquables
• 2 en raison de leur intérêt écologique et paysager
• Site de la Bertrand, principaux mornes et espaces forestiers
privés ou gérés, espaces des 50 Pas
• Le patrimoine architectural
• Instauration de règles de construction à l’article 11
notamment dans la zone UA
• Localisation aux annexes des sites archéologiques et des MH
Actions
complémentaires
• Mise en place du zonage d’assainissement
• Elaboration d’une charte paysagère par le PNRM pour la
commune
• Prise en compte des aléas (atlas BRGM)
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM 110
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Annexe 2 : Textes législatifs mentionnés dans l’étude
L110 du Code de l’Urbanisme :
Le territoire français est le patrimoine commun de la nation. Chaque collectivité publique en est le gestionnaire et le garant dans le cadre de ses compétences. Afin d'aménager le
cadre de vie, d'assurer sans discrimination aux populations résidentes et futures des conditions d'habitat, d'emploi, de services et de transports répondant à la diversité de ses
besoins et de ses ressources, de gérer le sol de façon économe, d'assurer la protection des milieux naturels et des paysages ainsi que la sécurité et la salubrité publiques et de
promouvoir l'équilibre entre les populations résidant dans les zones urbaines et rurales et de rationaliser la demande de déplacements, les collectivités publiques harmonisent, dans
le respect réciproque de leur autonomie, leurs prévisions et leurs décisions d'utilisation de l'espace.
L121-1 du Code de l’Urbanisme
Les schémas de cohérence territoriale, les plans locaux d'urbanisme et les cartes communales déterminent les conditions permettant d'assurer :
1º L'équilibre entre le renouvellement urbain, un développement urbain maîtrisé, le développement de l'espace rural, d'une part, et la préservation des espaces affectés aux
activités agricoles et forestières et la protection des espaces naturels et des paysages, d'autre part, en respectant les objectifs du développement durable ;
2º La diversité des fonctions urbaines et la mixité sociale dans l'habitat urbain et dans l'habitat rural, en prévoyant des capacités de construction et de réhabilitation suffisantes
pour la satisfaction, sans discrimination, des besoins présents et futurs en matière d'habitat, d'activités économiques, notamment commerciales, d'activités sportives ou culturelles
et d'intérêt général ainsi que d'équipements publics, en tenant compte en particulier de l'équilibre entre emploi et habitat ainsi que des moyens de transport et de la gestion des
eaux ;
3º Une utilisation économe et équilibrée des espaces naturels, urbains, périurbains et ruraux, la maîtrise des besoins de déplacement et de la circulation automobile, la
préservation de la qualité de l'air, de l'eau, du sol et du sous-sol, des écosystèmes, des espaces verts, des milieux, sites et paysages naturels ou urbains, la réduction des
nuisances sonores, la sauvegarde des ensembles urbains remarquables et du patrimoine bâti, la prévention des risques naturels prévisibles, des risques technologiques, des
pollutions et des nuisances de toute nature.
Les dispositions des 1º à 3º sont applicables aux directives territoriales d'aménagement visées à l'article L. 111-1-1
R 123-3 du CU avant la loi UH
Le projet d’aménagement et de développement durable définit, dans le respect des objectifs et des principes énoncés aux articles L.110 et L.121-1, les orientations d’urbanisme et
d’aménagement retenues pour la commune, notamment en vue de favoriser le renouvellement urbain et de préserver la qualité architecturale et l’environnement. Dans ce cadre, il
faut préciser :
1° Les mesures de nature à préserver les centres-villes et les centres de quartiers, les développer ou en créer de nouveaux ;
2° Les actions et opérations relatives à la restructuration ou à la réhabilitation d’îlots, de quartiers ou de secteurs, les interventions destinées à lutter contre l’insalubrité et à
restructurer, restaurer ou réhabiliter des îlots ou des immeubles
3° Les caractéristiques et le traitement des rues, sentiers piétonniers et pistes cyclables et des espaces et ouvrages publiques à conserver, à modifier ou à créer
4° Les actions et opérations d’aménagement de nature à assurer la sauvegarde de la diversité commerciale des quartiers
5° Les conditions d’aménagement des entrées de ville en application de l’article L.111-1-4 ;
6° Les mesures de nature à assurer la préservation des paysages »
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM 111
Les projets d’aménagement de la Martinique vus à partir des PLU et de leurs PADD – phase 1 (mise à jour juillet 2008)
Etude réalisée par Gaëlle Dupuy
Chargée d’études
Sous la direction de Joëlle Taïlamé, Directrice de l’ADUAM
Dans le cadre du programme partenarial 2007.
Mis à jour en juillet 2008 avec le PADD du Lamentin
Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de la Martinique - ADUAM 112

Documents pareils