clowns biographies

Commentaires

Transcription

clowns biographies
Biographies des CLOWNS…
Étienne Decroux
De Wikipedia, la enciclopedia libre
Étienne Decroux (París, 19 de julio de 1898 - Billancourt, 12 de marzo de 1991); actor y
mimo francés.
Biografía
Etienne Decroux nació en París en 1898. Comenzó su formación de actor en la Escuela del
Vieux-Colombier de Jacques Copeau. Trabajó en teatro con Antonin Artaud, Charles Dullin,
Louis Jouvet y en el cine con Carné y Jacques Prévert.
Estudió teatro en el Vieux-Colombier en 1923. En la escuela de Jacques Copeau, tuvo la
intuición de un arte corporal del actor. Durante los años treinta desarrolló su proyecto de vida
en torno a la investigación sobre la creación del mimo corporal dramático.
El objetivo del mimo corporal dramático es de introducir el drama dentro del cuerpo. El mimo
corporal debe aplicar al movimiento físico esos principios y valores de la vida que están en el
corazón y en el alma del drama: pausa, vacilación,tiraera, peso, resistencia y sorpresay
emocion El mimo corporal dramático quiere representar lo invisible; emociones, tendencias,
dudas, pensamientos .
Cuando el Vieux Columbier se cerró en 1927, Decroux dio clases en la escuela de
interpretación(actuación) de Charles Dullin, el Atelier. A la escuela vino Jean-Louis Barrault
y los dos trabajaron estrechamente durante dos años, produciendo piezas de Mimo corporal
dramático juntos.
Étienne Decroux fue profesor de Marcel Marceau, Jean-Louis Barrault, Thomas Leabhart
Steven Wasson, Anne Dennis, Tere Mendez, Frederik Vanmelle,Ángel Elizondo, Roberto
Escobar e Igón Lerchundi, entre muchos otros.
Volviendo de los Estados Unidos a París en 1962, abrió su escuela en Boulogne-Billancourt
donde dio clases casi hasta su muerte. Cientos de estudiantes pasaron aunque su escuela, y
una generación nueva de mimos siguen hoy sus investigaciones.
La forma de arte Decroux creado a lo largo de estos años se diferencia completamente de la
pantomima tradicional. No desarrolló el arte de silencio, sino un verdadero arte del
movimiento dramático.
Escribió un libro: Paroles sur le Mime, de recomendada lectura.
Filmografía
DVD - "Enfin voir Etienne Decroux bouger"
LIBRO - "Le Silence des Mimes Blancs" by Daniel Dobbels the story from Debureau
to Decroux (144 páginas) solo in frances
BANDA ANUNCIO
Please order: http://www.lamaisondacote.com
Clochemerle (1948)
Voyage surprise (1947)
Los niños del Paraíso (1945)
Le Corbeau (1943)
Macao, l'enfer du jeu (1942)
La Belle étoile (1938)
L'Affaire est dans le sac (1932)
Enlaces externos
http://www.mime-corporel.net
Escuela internacional de mimo corporal dramatico de Barcelona
http://www.hippocampe.asso.fr/pages/english.html
http://www.mime.info/artists.html
Jean-Louis Barrault
De Wikipedia, la enciclopedia libre
Nacimiento
8 de septiembre de
1910
Le Vésinet
Nacionalidad
francés,
Ocupación
actor, director de cine ,
mimo
Jean-Louis Barrault es un conocido actor, director de cine y mimo francés, nacido en Le
Vésinet el 8 de septiembre de 1910 .
Aunque reconoce que Charles Dullin fue su verdadero maestro, también fue discípulo de
Étienne Decroux, que al finalizar la segunda guerra mundial, presenta junto con él la llamada
pantomima de estilo, que se reduce a la más sencilla expresión. Pronto le dan un papel en la
película Les enfants du paradis, luego en el teatro Marigny encarna un Pierrot, recreación de
Baptiste un asesino de comerciante de telas. Barrault llega a ser director del teatro Nacional
Popular de París. En 1975 la editorial Fundamentos, publica su libro de memorias, "Mi vida
en el teatro" de J.L. Barrault.
Jean-Louis Barrault
(Le Vésinet, 1910 - París, 1994) Director y actor teatral francés. Con una energía vital y una
pasión por el teatro poco comunes, Barrault, que se consideró discípulo de Artaud y de su
"teatro de la crueldad", intentó realizar un teatro total, abierto al lenguaje del cuerpo y a todas
las posibilidades de expresión, así como a todos los tipos de escritura teatral. Famoso a nivel
internacional por su trabajo de mimo, su reputación como director y actor descansó en
extraordinarias puestas en escenas que van de Shakespeare a los clásicos franceses, pasando
por la comedia contemporánea y los trabajos experimentales de vanguardia.
Estudió arte y asistió a la École du Louvre, de París, hasta 1931. Ese año se matriculó en la
escuela de teatro Théâtre de l'Atelier, de Charles Dullin, donde permaneció hasta 1935.
Después se dedicó con particular empeño al estudio de las técnicas de pantomima junto con
Étienne Decroux. Su primer espectáculo, Autour d'une mère, basado en una obra de Faulkner,
era esencialmente gestual, y mereció la admiración de Artaud.
Su puesta en escena de Numance (1937) le hizo conocer a Claudel, autor muy importante en
su carrera posterior. Entre 1940 y 1946 estuvo integrado en la Comédie Française, primero
como pensionnaire, y luego como sociétaire, debutando como Rodrigo en Le Cid. Montó allí
obras como Le Soulier de satin (El zapato de raso) de Claudel, y Phèdre, de Racine.
Paralelamente, Barrault participó en clásicos del cine como la película de Carné Les enfants
du paradis (Los niños del paraíso, 1944) en la cual apareció como Jean-Gaspard Debureau,
un mimo del siglo XIX.
En 1946 él y su esposa, la actriz Madeleine Renaud, abandonaron la Comédie y formaron la
compañía Renaud-Barrault en el Théâtre Marigny de París, donde permanecieron diez años.
Fue famosa su interpretación de Hamlet en la traducción de André Gide. Fue nombrado
director del Odéon-Théâtre de France en 1959 y del Théâtre des Nations en 1965, ambos
patrocinados por el gobierno francés.
Durante todo este periodo, Barrault constituyó un verdadero repertorio sobre los criterios de la
estabilidad de la compañía, las reposiciones y la alternancia. Sus espectáculos más notables
fueron Hamlet, Les Fausses Confidences (1946), Le Procès (1948), L'Orestie (1955) y obras
de Claudel como Partage de midi, L'Échange, Christophe Colomb, Le Soulier de satin y Tête
d'or (1959).
Montó asimismo obras de vanguardia como Le Personnage combattant, de Vauthier (1956) y
Rhinocéros (1960), de Ionesco, e invitó a otros directores. Roger Blin montó Oh les beaux
jours, de Beckett (1963) y Les paravents, de Genet (1966), que provocó mucha controversia;
Maurice Béjart dirigió un experimento de teatro total, La Tentation de saint Antoine (1967).
Entre 1966 y 1968 se hizo cargo también del Théâtre des Nations, y llevó allí a Jerzy
Grotowski, el Living Theatre, Peter Brook, y el Teatro Campesino.
Tras una disputa sobre su apoyo a los estudiantes que habían ocupado el teatro en mayo de
1968, Barrault dimitió como director del Théâtre des Nations, y junto con su mujer, retomó la
compañía Renaud-Barrault. En 1968 montó Rabelais y Jarry en el Élysée-Montmartre
(antigua sala de boxeo), y pasó por el Orsay antes de llevar, en 1981, al Théâtre du Rond
Point (hoy Théâtre Renaud-Barrault) un teatro móvil que se había hecho construir. En este
último periodo de su creación artística montó espectáculos a partir de una dramaturgia de
textos no teatrales, como Ainsi parlait Zarathoustra (1974), Les Nuits de Paris (1976), Zadig
(1979), y L'Amour de l'amour (a partir de textos de Apuleyo, La Fontaine y Molière, 1981).
Después de tres giras importantes, la compañía Renaud-Barrault adquirió fama internacional.
Aunque Barrault sea famoso a nivel internacional por su trabajo de mimo, su reputación como
director y como actor abarca campos más amplios. Para él, el teatro es un acto de amor; de
amor al texto, que le hace entregarse a su personaje y a su público. No entiende un teatro que
divida, sino que busca la comunión con el espectador. Por eso los textos que seleccionaba
para montar hablaban sobre la pasión y la vida en todas sus formas, especialmente a través del
lenguaje del cuerpo, que él magnificó a lo largo de toda su carrera.
La importancia que daba al actor, "atleta afectivo" según la definición de su maestro Antonin
Artaud, no le impidió utilizar medios escénicos tradicionales y contemporáneos (máscaras y
danzas; luces, sonido, cine), renovando las imágenes teatrales. Su deseo de un teatro total
explica el repertorio ecléctico al que se dedicó, y que abarcó todos los géneros y toda la
historia del teatro, de la tragedia griega al teatro de boulevard, pasando por Shakespeare y el
teatro del absurdo.
En este rasgo radica su interés por llevar a la escena obras completas (Rabelais, Jarry, Restif).
Su contacto más fructífero fue con Claudel, cuya obra dio a conocer de manera esencial, y no
tuvo inconveniente en abrir las puertas de su compañía a otros directores en creaciones más
arriesgadas. Dirigió asimismo producciones para la Opera Metropolitana de Nueva York, y
sus compañías hicieron giras por Estados Unidos. Entre sus libros destacan Reflexiones sobre
el teatro (1959) y El teatro de Jean-Louis Barrault (1961), que expresan su devoción total por
el teatro.
GROCK CLOWN SUISSE
Grock, né Charles Adrien Wettach le 10 janvier 1880 à Loveresse, canton de Berne, Suisse,
mort le 14 juillet 1959 à Imperia, Italie, est un clown suisse.
Grock est considéré par ses pairs comme le plus grand clown musical du XXe siècle. Parti de
rien, il a conquis en 60 ans de music-hall mondial, en 15 langues et sur autant d’instruments,
quelque 35 millions de spectateurs bien avant l’invasion de la TV. Il a composé plus de 2 500
mélodies.
Biographie
Enfance [modifier]
1880 Naissance à Loveresse
1880 déc. - 1882 avril : La Neuveville
1882 avril - automne : Le Landeron, Moulin-de-la-Tour
automne 1882 - 1885 octobre : Le Landeron, Rue de Soleure 4
1885 octobre - 1887 Le Locle, Rue de France 12
1887 - fin 1889 Col-des-Roches, Café National et bureau postal tenu par la mère.
Fasciné par le cirque Wetzel, il joue au cirque pour ses copains.
fin 1889 - été 1891 : Les Replattes
été 1891 - 1892 printemps Bienne, Rue Haute 9
1892 printemps - 1893 février : Bienne, Rue du Milieu 49
Premier spectacle (il a 13 ans)
1893 février - 1894 avril : Bienne, café «Paradiesli», Faubourg du lac 19
o 1ères représentations avec sa sœur Jeanne, les « Paradiesli-Folies »
 numéro musical en frappant sur des bouteilles plus ou moins remplies
d'eau
 homme serpent
 morceau d'acrobatie avec sa sœur au piano
 mange une portion de spaghetti avec les pieds
1894 avril - 1895 mai Villeret, Auberge du Cerf
1894 il fait quelques stages au cirque Weitzel, qui a ses quartiers d'hiver dans la
région ; il observe les artistes
1894 mai : Il traverse la place du marché neuf de Bienne en marchant sur un câble.
o Début d'un apprentissage d'horloger (6 semaines)
1895 mai - 1895 juillet Villeret, La petite copè
1895 juillet - 1896 juillet Malleray, rue Schäublin 3
1896 - 1897 octobre Bienne, Rue Franche 29
1896 1re tournée avec sa sœur Jeanne à Berne, Lucerne, Zurich, Saint-Gall ,
Schaffhouse et Soleure
La Hongrie
1897 juillet Départ avec sa sœur Jeanne pour la Hongrie.
o 1897 Professeur de français pour les 3 fils d'un baron.
o 1899 Travaille à Budapest chez un fabricant d'instruments et comme
violoniste.
Premiers pas de clown
1900 - Premiers pas comme partenaire du clown Alfred Prinz sous le nom
d'« Alfrediamos »
o
o
Hiver : Accordeur de piano itinérant.
Engagé par le cirque Krateily avec Prinz
1902 - Fin du travail avec Prinz, qui se marie.
o
Lyon avec Achille Conche. Cirque des frères Barazetta.
1903 - Cirque national suisse comme caissier, puis numéro avec Marius Galante qui
avait eu du succès avec l'espagnol Brock. Il n'est pas enthousiaste de ce nom, il le
change en Grock
re
o Octobre à Nîmes : dans les arènes, 1 représentation de Brick et Grock
1904 - Brick et Grock sont engagés par le cirque Medrano
1906 - avril Buenos Aires où il rencontre les célèbres Antonet (1er clown du « Cirque
de Paris ») et little Walter
1907 : Il tombe amoureux de Inès Della Casa, une chanteuse italienne de 17 ans (avec
qui il se mariera plus tard). Il tombe amoureux de Louise Bullot, artiste de Paris.
o
Marseille Grock & Antonet remportent un gros succès. Tournée en Espagne
1909 : Il sait négocier son succès, les gages augmentent. Il s'achète une voiture de luxe
de marque «Grégoire».
1911 : Achat pour ses parents d'une résidence à Saint-Maur-des-Fossés près de Paris.
Variété et music-hall
1911 août Théâtre de Variété de Berlin «Wintergarten». La première est un
désastre. Grock remanie le programme, après un mois ils sont l’attraction.
1912 déc. Folies Bergère à Paris
1913 Rencontre avec Géo Lolé qui prend le rôle de « conférencier du sérieux ».
Tournée en partant de Copenhague et ensuite l’Allemagne, la Hongrie et l’Autriche.
1914 Tournée en Russie, arrêtée car la guerre éclate.
1914 août Mariage avec Loulou à Copenhague et retour en Suisse (où il est déclaré
inapte au service militaire)
1914 voyage à Paris chez ses parents.
1914 noël Olympia (musical-hall alors proche de la banqueroute) à Paris et tournée en
province. Gros succès, l’Olympia est sauvé.
1915 sept. - 1916 mai Engagement avec Hayem Friedmann(qui sera mobilisé) au
« Coliseum » à Londres
1916 Fondation avec le musicien Leon Silbermann de la maison d’édition « L.
Silbermann & A. Grock ». Grock écrit toutes les chansons dont quelques unes seront
interprétées par des stars anglaises
1916 Sa sœur Jeanne se marie avec son ancien partenaire Geo Lolé qui se trouve sur le
front.
1916 mai Rencontre avec le Hollandais Max van Embden (21 ans). Grock & Max font
une tournée en Angleterre et Écosse.
1918 4 septembre, sa femme Loulou meurt de la tuberculose.
1919 A nouveau les « Folies Bergère », Grock & Max font un triomphe. La solitude
lui pèse, il se souvient d'Inès Della Casa qu'il avait aimée en 1907 en Amérique du
Sud et qui vit séparée de son mari, il ne pourra l'épouser qu'en 1923.
1919 3 décembre, tournée au USA avec Inès et Max jusqu'à fin décembre 1920. Il est
déçu du public américain. « ..Pour les Yankees j’étais trop doux, trop peu excité et
excitant... »
1921 Grande-Bretagne jusqu’au 21 avril 1924 (départ à cause de problèmes fiscaux).
1922 Il construit une villa pour ses beaux-parents à Oneglia/Imperia en Italie. Il y
habite dès 1924.
1922 Tournée en France et en Allemagne en commençant par L’Empire à Paris, il
reprend Lolé comme partenaire.
1925 Film réalisé par Jean Kemm.
1927 Il joue de nouveau avec Max. Leur numéro est filmé et ils sortent un disque.
Il doit se séparer de Max qui demande des cachets plus élevés. Il joue à nouveau avec Lolé.
1927, Rencontre avec le fabricant d’accordéon Hohner qui lui demande de faire son
numéro avec cet instrument. Il accepte à condition que ce dernier ait un clavier de
piano. Hohner développe un tel instrument.
1930 Déménagement dans la maison qu’il s'est fait construire à Oneglia quartier
d'Imperia en Italie, la villa Bianca (nom de sa fille adoptée). Cette construction est un
mélange de style perse, baroque, liberty et rococo, entourée par un jardin fascinant.
1930 Automne, commencement du tournage d’un film produit par lui-même en 5
langues.
1931 24 février, première à Berlin.
1931 Juillet il se rend compte que les propriétaires de la société de distribution sont
partis avec son argent. Son film ne peut pas être distribué en Grande-Bretagne à cause
de ses arriérés fiscaux. Il est couvert de dettes.
Avant-guerre
1934 - 24 janvier, Hitler voit son spectacle au « Deutsche Theater » à Munich et le
félicite. Il revient 13 fois ! Grock pend des portraits d'Hitler dans sa villa.
1934 - Noël Les nazis ne plaisent pas à Lolé, qui part chez sa femme à Paris
1938 Tournage d'un film publicitaire en couleur pour Hohner. Grock ne peut présenter
le film qu'à condition de présenter un « certificat d'arianité ». Hitler commence à lui
déplaire.
La guerre
1939 6 mai, il décide mettre fin à sa carrière, il se retire dans sa villa.
1940 17 avril, Goebbels lui demande de faire des représentations dans les hôpitaux de
guerre.
1943 Oneglia est bombardée mais sa villa est épargnée.
1944 31 août, fuite en sécurité en Suisse à Zurich.
1944 Automne, il remonte sur scène.
1945 janvier, Lausanne où il prend domicile.
Après-guerre
1945 8 mai, capitulation de L'Allemagne nazie, il reprend ses tournées, gros succès
malgré les accusations de nazisme.
1946 Il est proche de la ruine, sa fortune en marks allemands et lires italiennes ne vaut
plus rien.
1950 Nouveau film « Au revoir, Mr Grock ». 1re mondiale au cinéma Métropole à
Lausanne dans l'immeuble-même où il habite.
1951 Création d'un cirque de variété, grâce à un manège tournant de 9 mètres de
diamètre (4 500 places) qui permet de le voir de tous les côtés. Première à Hamburg le
24 mars 1951 avec Schatz, gros succès.
1953 Mai, à Zurich commence sa dernière tournée en Suisse.
1954 10 octobre, dernière représentation dans son manège à Hamburg.
1957 Représentations à la télévision italienne.
L'homme
Il parlait 6 langues couramment : français (maternelle), anglais, italien, allemand,
espagnol et hongrois.
Il jouait de 24 instruments en particulier le violon miniature.
De son Jura bernois natal, il a gardé une formation de sourcier, qu'il a utilisé de temps
en temps.
Féru d'automobiles, il s'y ruinera, aura plusieurs accidents plus ou moins graves.
Famille
Son père Jean Adolphe Wettach, (Reconvilier 1853-France 1921) horloger, aubergiste,
cabaretier (chanteur de jodle, guitariste,...), s'était distingué jeune en faisant l'acrobate
et le pitre
o 1876-1880 Horloger rhabilleur et paysan
o 1891 Bienne, Horloger remonteur chez Brandt & Cie (futur Omega)
o 1893 Bienne, Restaurant Paradiesli faillite en 1894
o 1894 Villeret, Hôtel du Cerf
o
o
o
o
1895 Malleray,
1896 Bienne,
dès 1896 pas d'emploi fixe
1911 St Maur des Fossés France
Sa mère Cécile née Péquegnat (Loveresse 1853-Oneglia 1951)
Sa sœur Jeanne (1881-1971)
o fait du piano dans les cafés-concerts en Russie
o travaillera dans sa maison d'édition
o Son beau-frère et partenaire Geo Lolé (-1969)(marie sa sœur Jeanne en 1916)
Sa sœur Fanny (1883-1955) Lucerne chez qui il habite en automne 1944
o Sa nièce Madeleine (Zurich chez qui il habite en été 1944)
 son petit neveu Raymond Naef (1948-)(a écrit « Grock ein
Wiederentdeckung des Clowns »)
Sa sœur Cécille (1889-1970) marie Georges Bessire
Son frère Adolphe (1891-1892), qui s'est noyé dans un ruisseau
Sa 1re femme Louise Bullot dite Loulou (1875-4 septembre 1918 )
Sa 2e femme Inès Della Casa(1890-1974) née Ospiri
o Sa fille adoptive Bianca (1909-1978) fille d'Inès Della Casa
 Suit des cours au conservatoire de Turin
 Sa petit fille Adrienne
Partenaires
Sa sœur Jeanne (1893-août 1897).
Alfred Prinz « duo Alfrediamos » (1899-mars 1900)
Marius Galante dit Brick Brick & Grock (oct. 1903-juin 1907)
Umberto Guillaume dit Antonet (sept. 1907-sept. 1913)
Georges Laulhé dit Lolé (sept. 1913-juin 1914), en 1914 mobilisé, en 1916 marie sa
sœur Jeanne,(1924-1926) (1927-1935)
Moretti (déc. 1914-juin 1915)
Hayem Friedmann (juin 1915-mai 1916)
Belin Fante (mai 1916-juin 1916)
Max von Embden (juin 1915-avril 1924) Grock & Max
Lolé (sept. 1924- sept 1925)
Louis Allary (sept. 1925- déc 1926)
Max von Embden (janv 1927-Févr 1932) Grock & Max
« professeur » Jean Niard (1932-1945) (remplacement)
Lolé (mars 1932- déc. 1935)
Alfred Schatz (janv 1936- avril 1939)
Jérôme Medrano (janv 1937- oct 1937)(remplacement)
Alfred Schatz (automne 1941- printemps 42) (camps de blessés)
Sisto Lorrenzoni (1944-avril 1945)
Max von Embden (noël 1945) Grock & Max
Max von Embden (mars 1947-mars 1949) Grock & Max
Louis Maïss (mars 1949-oct. 1949)
Alfred Schatz (nov. 1949- oct. 1954)
Max von Embden (août-sept 1957) 5 shows TV italienne
Impresarios
1911 Marinelli
1914 Percy Riess
1924 Henri Lartigue
Entreprises
La maison d'édition « L. Silbermann und A. Grock » fondée avec le musicien Leon
Silbermann en 1916. Sa sœur Jeanne y travaille.
Son manège tournant -9 m de diamètre - 4500 places (trouvé par son neveu JeanJacques Bessire) + une tente à 4 mats , 14 roulottes, 7 tracteurs, une grue et quelques
camions.
L'entreprise Perfectone à Bienne, spécialiste en appareils acoustiques de précision,
créée par se neveux Henri et Jean-Jacques Bessire, il est l'actionnaire principal.
Gags
son expression « Sans blague... »
son numéro: être debout dans une chaise percée, par un saut il se retrouve assis sur le
dossier, un pied sur le bord de la chaise et l'autre jambe sur le genoux.
Avant de se mettre au piano, rapprocher ce dernier au lieu de pousser la chaise.
Le petit violon qu'il prend dans une immense valise.
Bricolages, inventions
Machine à mélanger les cartes
L'accordéon à touches silencieuses, trop cher pour être fabriqué!
L'idée d'ajouter un clavier de piano à un accordéon, réalisé par Hohner
La piste tournante de son cirque
sa serrure antivol
et d'autres
Maisons
Achat pour ses parents d'une résidence dans Le Parc Saint Maur France
1922 Construction d'une Villa à Oneglia/Imperia
1928 Achat de la propriété voisine pour éviter la construction d'un tullière devant sa
maison qu'il transforme en parc.
1930 Construction d'une nouvelle Villa (50 chambres)("Villa Bianca" nom de sa fille)
1944 Occupation par les nazis
1945 Occupation par les partisans
1975 Vente par sa fille Bianca.
1999 The Grock Foundation tente de sauver la maison qui est abandonnée et a été
vandalisée [1]
Voitures
1908 Grégoire.
1912 Berliet torpedo décapotable
1915 Daimler Benz
1924 Isotta Fraschini
1920~ Lancia
1930~ Mercedes-Benz
1930-1940 Citroën
1950 Studebaker
et d'autres
Films
Ses films
Grock - son premier film (1926) film muet
Grock, la vie d'un grand artiste (1931)
DVD avec le sketch de Grock, extrait du film de 1931 (45 min., français/allemand):
www.clown-grock.ch
Revue-Film der Akkordeon-Fabrik Hohner (1939) film en couleur
Au revoir, Mr. Grock (1949)
Le dernier spectacle de Grock (1954)
5 séquences du programme de Grock (télévision italienne RAI 1957)
Films sur lui
Grock - König hinter der Maske (télévision allemande ZDF 1965)
Grock - roi des clowns (télévision suisse 2003)
'David Larible a Villa Grock Il più grande clown del 2000 incontra il più grande clown
del Novecento'un film di Roberto Bianchin e Silvio Giulietti
Disques
Plusieurs disques produit par la maison Odeon
Littérature
Grock - Seltsamer als die Wahrheit (2006) avec DVD Editions ArtsEdition, Zurich
Grock – eine Wiederentdeckung des Clowns (2002) de Raymond Naef, Benteli Verlag
Grock un destin hors norme (1999) de Laurent Diercksen, Ouvrage de référence
Grock raconté par Grock, Editions de la Baconnière-Spes, 1931.
Sans blague! Ma carrière de clown, Editions Flammarion, 1948.
Ma vie de clown - Sans bla-a-a-gue ! Editions Pierre Horay, 1954.
Grock raconte sa vie de clown
Grock raconté par Grock, Editions du Pré-Carré, 1980. Préface de Pierre-Olivier
Walzer, postface de Polper.
Im Schatten eines Clown, de Max Van Embden.
Musique
Il composera plus de 2500 mélodies
De nombreuses chansons publiées par sa maison d'édition « L. Silbermann und A.
Grock », par Hohner
Ces chansons seront chantées par de grandes vedettes: Fred Barnes, Émilie Hayes,
Florrie Forde, George d'Albert,...
Organisations
Association des Amis de Grock CH-2732 Loveresse (Suisse)
Association Grockland, organisatrice du concours "le Grock d'or"
Liens externes
[http:www.grock.ch] Grock-News
[http:www.clown-grock.ch]
Article dans le Dictionnaire Historique de la Suisse

Documents pareils