Le pendentif - Le Collège Marcel Pagnol

Commentaires

Transcription

Le pendentif - Le Collège Marcel Pagnol
Le pendentif
Il était une fois une adolescente de douze ans appelée Julia. Elle était très
timide; du coup, elle avait peur de parler aux personnes de sa classe. Ses parents
disaient toujours « Aie confiance en toi » mais elle ne les écoutait pas.
Un beau jour Julia rencontra un groupe de trois filles. Ces filles étaient
méchantes et rendaient Julia encore plus paniquée qu'avant. Julia était énervée
contre elles.
Elle alla se changer les idées dans la forêt. Ce fut à ce moment là qu'elle
rencontra des fées. Elles lui donnèrent un pendentif magique. Julia retourna voir
les trois filles et réussit à affronter les pestes, grâce aux fées. En effet il y avait
deux fées avec deux pouvoirs différents, la première avait le pouvoir de la
confiance et la deuxième celui de la force.
Julia devint plus confiante et commença à répondre à ses parents, ses deux
sœurs et même à ses professeurs. Ses parents étaient très déçus de son
comportement. Ils essayèrent de discuter de son attitude, et lui demandèrent de
changer. Les explications de ses parents ne la touchèrent pas et elle continua à
être désagréable. Ainsi ses parents furent convoqués au collège cinq fois en un
mois. Julia était devenue encore plus méchante que les pestes qu'elle craignait.
Ne s'entendant plus avec personne, elle fugua dans la forêt. Soudain, elle
rencontra une licorne qui lui dit que les fées étaient maléfiques et envahissaient
l'esprit des personnes qui portaient le pendentif magique. Julia arracha son
pendentif et retrouva son ancienne personnalité.
Mais elle garda au fond d'elle suffisamment d'assurance pour se faire de
nouvelles amies.
Maelle
Il était une fois un garçon pas comme les autres qui habitait en ville. Le
garçon s'appelait Bastien Parker et il avait dix-neuf ans. Un jour, ses parents
s'étaient perdus en forêt. Depuis, il essayait de les retrouver dans la forêt
d'Amazonie.
Traversant de longues rivières, il donnait tout son cœur pour les retrouver.
Un jour, pendant qu'il recherchait ses parents, il rencontra des loups garous, des
tigres transformés en zombies, des lions. Mais il réussit à battre ces animaux
grâce à ses pouvoirs magiques. Ses pouvoirs magiques étaient de feu, de glace,
d'électricité et d'autres pouvoirs incroyables. Les animaux aussi étaient bizarres,
un animal, par exemple, était tout jaune avec une queue qui jetait de l'électricité.
C'était un Pikatchu. Un autre avait le pouvoir de glace et pouvait rester
infiniment dans l'eau, vivre dans l'eau. Il pouvait aussi marcher sur les murs et
au plafond, pouvait encore tisser des toiles d'araignée et se balancer comme
Tarzan. Les pouvoirs magiques étaient habituels dans sa famille et il les avait
reçus dans son patrimoine génétique. Et pendant de longs jours, traversant de
longues rivières, il donna tout son cœur pour les revoir.
Puis un jour, il finit par retrouver ses parents à l'aide d'animaux car ils
savaient où ils étaient. Ils lui dirent que ses parents étaient dans la plus belle
fleur d'Amazonie et que la fleur était géante et au centre de l'Amazonie. Dans
un endroit qui s'appelle Boudjy Badou. Il ne mit pas longtemps à les trouver. Ils
rentrèrent donc à New York avec un sourire éclatant et des larmes de joie aux
yeux.
Ilyes
Il était une fois une jeune fille qui s'appelait Zoé. Elle aimait faire du
camping avec ses parents et son grand frère Lucas. Un jour qu'ils faisaient du
camping, les deux enfants se mirent à jouer et s'éloignèrent de leurs parents. Ils
s'approchèrent d'un arbre qui était en fait une porte d'entrée vers une forêt
magique. Quelques minutes plus tard, ils entendirent des cris, c’était leurs
parents qui se faisaient kidnapper par un ogre. Le jeune garçon dit à sa sœur de
se cacher derrière cet arbre. Zoé avait peur et s'appuya contre l'arbre ce qui la fit
rentrer dans la forêt magique.
Lucas, qui voulait sauver ses parents, courut et vit un collier dans la main
de l'ogre. Il se rappela une histoire que tout le monde racontait sur ce fameux
collier qui réalisait tous les souhaits. Il courut et arracha le collier à l'ogre, se jeta
dans le fleuve et prononça ces paroles :
-« Je voudrais que ce fleuve se gèle avec le collier et moi et quand ma sœur sera
assez grande pour délivrer mes parents, le fleuve se dégèlera et je serais délivré. »
Le fleuve gela avec Lucas et le collier. L'ogre désespéré pleura et cria.
Comme il ne pouvait rien faire, il prit les parents et rentra chez lui.
La jeune fille passée dans l'autre monde vit la fée Ève et eut tellement
peur qu'elle s’évanouit. La fée appela au secours et des lutins arrivèrent.
- « Bonjour Ève, que se passe-t-il ?
- Une petite fille m'a vue et s'est évanouie.
- Une fille, dirent les lutins, comment est-elle rentrée ?
- Je ne sais pas. »
Le lendemain, elle se réveilla, elle ne se souvenait de rien. Avec le temps,
elle s'y habitua. La fée lui offrit un don car elle ne pouvait pas rester dans le
pays magique, elle lui donna des ailes d'aigle. Zoé était toute contente. Elle
vivait avec Pierre, Dimitri, Timotey, Paul, Tom et Grégoire, des lutins. Un jour,
elle surprit une discussion entre les lutins qui savaient toute son histoire. Elle
fut surprise, très triste mais décidée à délivrer sa famille. Elle commença par aller
vers la colline voisine qui était habitée par l'ogre et un ancien ami afin de se
renseigner sur cet ogre qui était appelé Yanis. Elle décida d'aller chez le vieil ami
de l'ogre qui s'appelait Asparkuse comme son grand-père. Il avait été porté
disparu au même endroit que ses parents, elle s'y rendit. Arrivée au vieux château
d'Asparkuse, elle rentra et vit un vieil homme qui avait l'air un peu fou. Elle lui
parla alors qu'il semblait ne pas l'avoir vu.
- « Bonjour, je viens vous voir à cause de l'ogre qui habite en haut de la colline.
Il paraît que vous étiez amis...
- C'est vrai, dit le vieux monsieur, mais je ne le vois plus depuis notre dispute.
Mais pourquoi me posez-vous toutes ces questions ? »
Elle lui raconta son histoire...
Quand son récit fut terminé, elle lui demanda s'il pouvait l'aider à délivrer
sa famille. Il lui répondit négativement. Elle le supplia mais il resta sur sa
position, bien désolé. Il lui proposa de rester dormir, elle accepta.
Le lendemain, elle lui demanda ce qui s'était passé avec l'ogre pour qu'ils ne
se parlent plus. Il lui raconta :
- « Un jour, je me promenais et j'ai vu un ogre. Il est venu vers moi et voulait me
kidnapper. Je me suis laissé faire. Arrivé chez lui, je lui ai demandé pourquoi il
avait fait ça. L'ogre n'a pas su me répondre. Nous sommes devenus amis et il n'a
plus kidnappé personne jusqu'au jour... Quand j'ai su qu'il avait recommencé, je
suis parti et on en est resté là. »
Zoé décida de partir chez l'ogre. Asparkuse l'accompagna. Lorsque l'ogre les
vit, il ne comprit pas car il en voulait encore à son vieil ami ! Il n'eut pas le
temps de parler que déjà le vieil homme exigeait qu'il délivrât sa fille et son mari !
Zoé fut surprise en entendant ces propos. Elle se jeta émue dans les bras de son
grand-père. L’ogre accepta de les délivrer. Les deux anciens amis discutèrent
longtemps pendant que la famille se reconstituait. Ce n'était qu'embrassades et
joie. Lorsqu'ils se turent enfin, ils repartirent tous vers le fleuve gelé. Ils
retrouvèrent le fils et son collier magique qui fut heureux de tous les revoir. Et ils
vécurent heureux jusqu'à la fin de leur vie.
Mona
Il était une fois un garçon qui s'appelait Mésson, ses parents étaient
morts.Il en voulait à celui qui avait fait ça et cherchait à se venger. Un soir alors
qu'il se promenait dans son village, il vit le fantôme de son père. Sans un mot,
celui-ci lui remit un médaillon puis disparut. Une semaine après, il sortit le
pendentif qui soudain se mit à briller. Une luciole apparut et Mésson la suivit.
Elle l'amena devant une église, il entra et demanda à un moine comment il devait
faire pour venger la mort de ses parents sans violence. Le moine lui dit qu'il le
savait déjà ! Mésson comprit qu'il devait chercher au fond de lui. Il sut alors
qu'il ne règlerait rien par la violence.
Le soir suivant, il suivit de nouveau la luciole, jusqu'à une maison délabrée
au fond de la forêt. Mésson vit au loin de la lumière. En s'approchant, il aperçut
un vieillard sans dent, très effrayant. Il avait autour du cou le même médaillon
que lui. Soudain, il se souvint. Ces médaillons étaient ceux de ses parents. Il
ouvrit la porte d'un grand coup de pied et s'écria :
- « Vous êtes l'assassin de mes parents ! »
Le vieillard sortit son épée et se jeta sur lui. Il esquiva et recula jusque
devant la cheminée. D'un geste rapide, il attrapa une bûche brûlante et la lança
au visage de son ennemi. Celui-ci s'enfuit, en hurlant de douleur. Il avait perdu
ses yeux, mais pas la vie.
Mésson rentra chez lui plus confiant. Même si ses parents lui manquait, il
avait donné une bonne leçon à leur assassin qui vivrait dans les remords jusqu'à
la fin de ses jours ?
Dominique
Il était une fois, un adolescent de dix-sept ans nommé Émile Dupont. Il
était gentil, élégant mais très bavard. Il vivait avec ses parents. Il n'avait pas
d'ami car il parlait pour ne rien dire. Dès qu'on lui adressait la parole, il parlait,
il parlait, et il parlait encore et encore. Un soir, il rentra chez lui en disant à ses
parents : « Je n'ai pas d'ami car je parle beaucoup trop. »
Dans la nuit, il décida de partir en Nouvelle-Zélande à la recherche d'ami
car il était sûr que là -bas, personne ne le trouverait. Il prit ses affaires, et partit.
Il avait volé la carte bancaire de ses parents. Il s’installa enfin dans l'avion dans
lequel il avait réservé une place. Il n'y avait que vingt-cinq personnes. Une de ses
personnes qui était dans l'avion lui dit de venir s'asseoir à coté de lui. Il
affirma : « Je suis magicien. » Émile lui dit : « Je souhaiterais apprendre à
écouter les personnes. » « OK, » dit le magicien. Et il exhaussa le vœu. Vers 8 h
30 du matin, sa mère voulut le réveiller mais il n’était plus dans son lit. Elle vit
une carte posée sur son lit . Il y avait écrit : « Chers papa maman, je suis parti
quelque part mais je ne vous dirais pas où. » P .S « Désolé pour la carte bleue,
j'en avais besoin. » La mère désespérée appela son mari et lui dit qu’Émile était
parti avec sa carte bleue. Il fallait appeler la police pour le retrouver.
Pendant ce temps, Émile était arrivé. Il chercha un hôtel à proximité pour
habiter. Il le trouva. Le soir, il y dormit. Le lendemain, à 13 h 42, il vit un
enfant dans la rue. Il approcha de lui et lui dit « Bonjour. Je m’appelle E mile et
toi ? » « Je m’appelle Xavier je suis français comme toi. » Pendant ce temps, les
parents avaient appelé la police et elle vint au bout de cinq minutes. Ils
localisèrent Émile et ils s’aperçurent qu'il était en Nouvelle-Zélande. Ils
réservèrent un avion pour 22h 00. Lorsqu'ils furent en Nouvelle-Zélande, ils
décidèrent d'habiter dans l'hôtel où se trouvait par chance leur fils.
Émile emmena Xavier dans son hôtel ; celui-ci lui dit que ses parents étaient
morts en voiture et qu'il n'avait pas d'autre famille. Emile sut l'écouter et le
réconforter. Le lendemain, il eut la joie de voir ses parents à l'hôtel. Il leur
expliqua le cas de son nouvel ami et ses parents le rapatrièrent et l'adoptèrent.
Émile n'eut plus jamais de problèmes pour se faire des amis.
Matéo
Jadis, un jeune prince vivait avec ses parents dans un château. Il était très gentil mais
froussard. Il était triste car aucune fille ne l'aimait à cause de son défaut. Un jour, le vieux
roi, inquiet de ne pas avoir d'héritier, dit à son fils :
« -Je connais un magicien qui pourrait sûrement t'aider.
-Super ! dit joyeusement le prince, peux-tu le faire venir ?
-Non, mon fils, il est âgé et ne peut plus marcher, répondit le roi. Il va falloir que tu passes
par la grotte du dragon, le pont des trolls et la forêt des lutins farceurs, si tu veux le voir. »
Le prince décida de partir chez le magicien. Il se munit d'une épée, de sa carte, d'une
corde et de son armure. Il dit au revoir à ses parents et alla en direction de la grotte avec des
frissons jusqu'aux orteils. Arrivé là-bas, il entendit rugir la bête. Il entra, son arme à la
main. Il avança dans le dos du dragon et lorsqu'il se retourna, il lui planta son épée en plein
cœur. Il sortit sa carte et regarda où il fallait aller sans perdre de temps.
Il reprit son chemin et arriva devant un vieux pont de pierre couvert de mousse. Le
prince tremblait. Le jeune homme avança son pied et puis l'autre et continua. Soudain, une
pierre tomba, le garçon glissa, se rattrapa mais un troll lui attrapa ses pieds. Le prince
attacha sa corde au pont et réussit avec beaucoup de mal à faire tomber le troll. Il se releva
et atteignit l'autre côté du pont.
Il se rendit dans la forêt des lutins farceurs. Il entra dans celle-ci en se demandant ce
qui allait lui arriver. Il avançait avec prudence, tournant sa tête de tous les côtés. Soudain,
il reçut des dizaines de cailloux. Il mit son bouclier sur sa tête et courut à toute vitesse. Il
sortit de la forêt et arriva devant l'immense tour du magicien. Le prince commença à monter
les escaliers. Il arriva au premier étage, puis au second, au quatrième, au septième, au
dixième et il se demanda combien il en restait. Le jeune homme arriva enfin au cinquantième
et dernier étage. Il toqua, tout essoufflé, à la seule porte qu'il vit. Un très vieil homme lui
ouvrit.
« - Bonjour Monsieur Le magicien, dit le prince, pourriez-vous m'aider, avec vos pouvoirs
magiques, à devenir plus courageux ? »
« -Mais voyons tu n'as pas besoins de moi ! répondit le magicien. Je suis aussi voyant. J'ai
vu par où tu es passé et ça c'est vraiment courageux. Maintenant pars d'ici et emmène cette
carte, le chemin est beaucoup plus rapide par là. »
Le garçon écouta le magicien et en deux heures à peine, il était chez lui. Tout le village
avait appris ses exploits et de nombreuses filles tombèrent amoureuses de lui. Le jeune
homme en choisit une ; le mariage fut célébré le lendemain. Ils vécurent heureux et eurent
beaucoup d'enfants.
Loelia
LES PARENTS INCONNUS
Il était une fois, une petite fille qui vivait seule car ses parents n'avaient
plus d'argent et l'avaient abandonnée. Elle était très triste et vivait dans une
vieille maison dans la forêt. Elle avait froid et ne mangeait pas à sa faim.
Un jour, une idée lui vint à l'esprit, lorsqu'elle alla se coucher. Elle avait
décidé de retrouver ses parents à l'aide d'une licorne. Au matin, elle alla chercher
dans la forêt une petite licorne car elle en avait entendu parler. Elle n'en trouva
pas. Le lendemain, elle retourna dans la forêt et elle en trouva une. Elle
l'emmena chez elle et se présenta, elles parlèrent longtemps. A un moment, elle lui
demanda si elle connaissait une fée qui vivait dans la forêt. Elle en connaissait
une ; alors la jeune fille lui demanda si le lendemain matin elle pourrait
l'emmener jusqu'à elle. Le lendemain, elles partirent en direction du fin fond de la
forêt. Dès qu'elles furent arrivées, elles sonnèrent à la porte. La fée vint leur
ouvrir. Alors la petite fille embrassa très fort la licorne et la remercia de tout son
cœur.
Elle était très triste de ne plus la revoir mais en même temps heureuse de se
retrouver près d'une fée. Elle lui expliqua pourquoi elle était là. Alors la fée lui
dit qu’elle avait des choses à faire et l'enverrait le lendemain chez elle. Le
lendemain la fée lui dit qu'elle allait chercher une poudre qui la ramènerait chez
ses parents. Cette poudre s’appelait « poudre d'escampette ». Elle lui en donna
une poignée et lui dit qu'elle devait en prendre une pincée dans de l'eau toutes les
cinq minutes. Elles se firent la bise puis la petite fille partit. Son voyage dura
trente minutes. La fée lui avait dit que la rue de la maison était « Rue Henri » et
que le numéro était le « dix-huit ».
Quand elle arriva dans la rue, elle trouva le numéro « dix-huit ». La maison
était très belle et il y avait un grand jardin. Elle sonna à la porte. Une dame très
chic sortit. La fille lui dit qu'elle était sa fille. La dame eut du mal à la croire.
Elle mit du temps pour la reconnaître. Quand elle eut bien réfléchi elle sauta
dans les bras de sa fille et appela son mari. Sa maman lui dit qu'ils ne
l'abandonneraient plus jamais ! Une semaine après ils ne pensaient plus au
passé. La vie redevint normale, comme si rien ne s'était passé.
ILS VECURENT ENSEMBLE TOUTE LEUR VIE !
Romane
J’ai besoin d’amis
Il était une fois une fille qui avait douze ans. Elle s’appelait Juliette
Renois. Elle vivait dans une petite maison à la campagne avec ses parents et son
frère. Elle était très intelligente mais n’arrivait pas à se faire des amis car elle
avait peur d’être rejetée.
Un jour elle décida d’aller à la recherche d’une fée qui allait lui changer
une partie de sa vie. Elle prépara un sac sans rien dire à ses parents. Le sac
contenait : un sac de couchage, une boussole, une casserole et deux tenues de
rechanges… quelques affaires au cas où. Elle monta dans le grenier. Elle trouva
dans un carton une carte. Elle représentait un long chemin qui menait à un petit
palais. Juliette s’empressa de le mettre dans son sac. Elle était persuadée que
c’était le chemin de la fée. Deux jours après, elle sortit de chez elle sans faire de
bruits pour ne pas se faire remarquer par ses parents. Une fois sortie, elle retira
la carte de son sac et prit la boussole pour trouver le Nord. Quand elle l’eut
trouvé, elle suivit le chemin. Juliette marcha au moins deux jours. Au bout du
deuxième, elle arriva devant le petit palais indiqué sur la carte. Elle hurla de joie,
elle sauta en l’air. Elle s’empressa d’y rentrer. Elle était persuadée que c’était
celui de la fée qui allait lui changer sa vie. Or devant la porte du château, il y
avait de grands costauds, peut-être des gardes. Un des deux lui posa la question :
« Qu’est ce que vous faites là ? »
Juliette répondit : « - Je suis ici pour rencontrer la fée »
Les gardes ne la laissèrent pas entrer. Alors elle partit dans un coin et
réfléchit. Qu’allait-elle faire? Tout à coup, elle eut une idée. Elle y accéderait par
l’arrière du château. Elle entra et vit une immense salle avec en son milieu un
très grand trône. Elle s’approcha et vit la fée assise dessus. Juliette n’attendit
pas, elle se présenta aussitôt et elle lui parla de son problème. La fée la comprit
et sortit d’une très grande armoire un pot qui contenait de la poudre dorée. Elle
lui en versa une poignée sur la tête et en même temps prononça des paroles dans
une langue étrangère. Au bout d’un moment elle lui dit: « - Maintenant ton
problème est réglé, rentre chez toi. »
La fille, toute heureuse, remercia de tout son cœur la fée et repartit avec le
sourire. Dès qu’elle sortit du château elle courut, courut et ne s’arrêta plus. Elle
était tellement heureuse qu’elle arriva très vite chez elle. Elle posa son sac dans
sa chambre et partit au parc où elle était sûre et certaine de trouver des enfants
de son âge. Elle y arriva et vit une fille sur un long toboggan. Juliette essaya
d’être son amie et cela fonctionna. Elles parlèrent et rirent longtemps. Elle était
heureuse, elle avait le sourire jusqu’aux oreilles. Les pouvoirs de la fée avaient
marché. Dès lors, Juliette n’eut plus peur d’aller vers les gens et de se faire des
amis. Elle vécut une vie paisible et tranquille entourée de beaucoup d’amis.
Jaïnes
Il était un fois un enfant qui faisait ce qu'il voulait. Il n'était jamais gentil
avec ses parents, car il lui manquait l'amour de ses parents. Il ne les écoutait pas.
il leur parlait tout le temps mal. Il était vraiment prêt à leur jeter quelque chose
à la figure.
Mais dans ces moments-là, il lâchait l'objet par terre et partait de chez lui.
Un jour, il alla dans la forêt. Il rencontra un elfe magique qui lui donna de la
poudre magique, dans un flacon magique.
Le garçon mangeait de la poudre chaque fois qu'il était énervé et il expliqua
à ses parents ce qu'il lui était arrivé. Ces derniers furent émus et lui promirent de
lui donner davantage d'amour et ils vécurent tous les trois heureux.
Quentin
Il était une fois, une adolescente prénommée Marie-Antoinette, très joueuse
qui vivait avec sa mère et son père. Un jour, son père partit définitivement de la
maison. Plus tard, elle décida de partir elle aussi de la maison pour aller le
chercher.
Sur le chemin, elle vit un ours. Elle eut très peur et courut de toutes ses
forces mais elle rencontra une fée qui changea l'ours en une grenouille. MarieAntoinette lui dit « Merci de tout son cœur » et partit vers le champ où habitait
son amie.
Arrivée au champ, elle vit son amie et lui demanda de venir chercher son
père avec elle. Son amie prit à manger et elles partirent vers le champ d'après.
Quelques temps après, elles virent un ogre qui cherchait de la nourriture, elles
eurent très peur car l'ogre menaçant prit leur nourriture et courut aussi vite qu'il
put. Heureusement pour elles, il tomba et les filles réussirent à reprendre leur
nourriture et à l'attacher.
Au champ d'après, les deux amies virent le père de Marie-Antoinette. Celleci courut vers lui et l'embrassa et lui dit « Je t'aime ». Et elle repartit avec son
père et son amie chez elle faire la fête avec tout le monde.
Jarod
Il était une fois une petite fille qui venait d'avoir un an. On fêtait son anniversaire
quand soudain un homme entra dans la maison et tua sa mère et son père et il partit. Il
laissa la petite fille toute seule. Le soir même, une vieille femme trouva la petite fille et la
donna au roi et à la reine car elle ne pouvait pas la garder. Le roi et la reine lui donnèrent un
prénom Lila.
En grandissant, elle voulut apprendre la magie et alla à l'école des fées. Ses parents
l'encouragèrent et l'inscrivirent dans la meilleure école des fées du pays. Lila s'épanouissait
et se faisait des amis. Elle était la première de sa classe. Au fur et à mesure qu'elle
grandissait, elle passa de classe en classe. Les professeurs pour récompenser le travail des
futures fées, offrirent de la poussière de fée. Lila choisit la poussière de fée « trouver des
personnes ». Il lui vint une idée ; elle voudrait retrouvait l'homme qui avait tué ses vrais
parents.
La poudre de fée guida ses pas jusqu’à un village lointain. La poudre s’arrêta de briller
devant une vieille grange poussiéreuse. Elle prit son courage à deux mains et ouvrit la porte
qui grinçait. La poudre lui indiqua un homme barbu aux cheveux gris, vêtu d'une salopette
déchirée, allongé sur une botte de foin. Il dormait. Elle fut surprise de voir cet homme fragile
qui avait l'air triste et malade. Elle s'approcha de lui et le réveilla.
- « Qui êtes-vous ? dit le vieil homme.
- Pourquoi as-tu tué mes parents ?
- Mais qui êtes-vous ?!
- Vous avez tué mes parents il y a dix-huit ans, pourquoi ?
- Tu es la petite que j'ai laissée en vie ! Tes parents étaient des tyrans, ils s' en sont pris à ma
famille et à mes terres. Ils n'ont eu que ce qu'ils méritaient. »
Lila ne put s’empêcher de verser une larme.
- « Maintenant tu vas payer le mal que tu as fait car tu m'as privée de mes parents. Je vais
te priver de ta vie. »
Lila fit un geste de la main en récitant la formule suivante :
- « Tu t'endormiras dans un sommeil éternel ! »
L'homme tomba sur le foin, à ses pieds et il n'ouvrit plus jamais les yeux. Satisfaite,
elle retourna au château pour retrouver ses parents adoptifs. Lila vécut heureuse tout au
long de sa vie.
Sourour
Il était une fois une jeune fille qui vivait dans un château avec une piscine.
Un jour elle alla se balader et une fée la suivit pour lui donner un peu de potion
magique pour la rendre enceinte parce qu'elle voulait tellement avoir un enfant.
Elle attendit neuf mois pour être maman. Elle était contente mais triste d'un
autre côté car son mari était parti travailler à Londres. Ses parents habitaient
aussi à Londres mais elle ne les avait pas vus depuis des années. Elle était alors
petite fille.
La jeune femme appelait souvent son mari et lui demandait souvent des
renseignements sur ses propres parents car ils n’habitaient pas très loin du
travail de son mari, leur numéro de téléphone, leur adresse et leurs prénoms. Elle
ne se souvenait de plus rien. Le mari fit des recherches. Au bout de deux
semaines, il eut des informations qu'il lui communiqua. Deux jours après, elle
accoucha et ce moment -là fut le plus beau jour de sa vie car son enfant était
venu au monde.
Cinq mois plus tard, elle partit rejoindre son mari avec son bébé qu'ils
avaient prénommé Lili-Rose et elle rechercha ses parents. Malheureusement, ce
n'étaient pas les bonnes personnes, donc la jeune fille ne fêta son anniversaire
qu'avec son mari et Lili-Rose.
Trois mois plus tard, la jeune fille se balader dans Londres, avant de rentrer
chez elle. Soudain, des gens crièrent : « Eh ! Vous, madame ! Vous ne vous
appelleriez pas Eléonore par hasard ? » et la jeune fille répondit « oui comment
vous le savez ? ».
Ils répondirent « On vous a reconnue grâce à une photo qui nous a été
transmise par une bonne fée. Dessus, il y avait marqué votre nom ».
Ils se posèrent mutuellement plein de questions pour apprendre à se
connaître car ils étaient bien les parents qu'elle avait tant recherchés depuis des
mois !
Les parents étaient heureux d'avoir retrouvé leur fille et la jeune fille était
heureuse d’avoir retrouvé ses parents. Quatre semaines après c'était Noël, ils
étaient tous heureux de le fêter en famille. Ils se réunirent tous chez Eléonore.
Ses Parents s'excusèrent de l'avoir abandonnée si jeune et de ne jamais avoir
donné de nouvelles. Les fêtes de Noël apaisèrent le climat et tous se
pardonnèrent mutuellement. Dès lors, ils partagèrent tous ensemble chaque fête
familiale sans jamais en rater une.
Maëva
Il était une fois un jeune garçon qui vivait à Paris, dans une vieille maison
en brique. Un jour, il partit se promener, il découvrit un petit chien, il l'adopta et
rentra avec lui. Le lendemain matin, il ne vit plus son chien, il partit à sa
recherche.
Il alla dans sa forêt. Il trouva son petit chien avec ses bébés chiots. Il
comprit que le chien ne pouvait pas quitter ses chiots. Il partit en laissant les
chiens.
Le lendemain, retournant dans la forêt, il trouva un chien qui avait des
pouvoirs magiques. Il lui demanda s'il pouvait l'aider à retrouver ses parents. Le
chien répondit qu'il devait répondre à une énigme pour qu'il l'aide à les trouver. Il
exposa l'énigme: « A ton avis, quelle est ma race? Tu as trois chances. » Le garçon
répondit « un pitbull, non un staff, non un staff américain. » Il avait gagné, le
chien magique voulut bien l'aider. Il lui expliqua : « Je vais te donner une carte,
il y a une croix rouge à l'endroit où tu trouveras tes parents. »
Le lendemain, il partit à leur recherche, il prit la carte et il regarda où il
devait aller. Il fit quelques pas et vit un gros château. Il était très beau, très
propre. Deux personnes s'occupaient du linge. Elles lui firent signe de
s'approcher. Il avança tout doucement et leur demanda de venir. En se
retrouvant tout près, elles le reconnurent. C'étaient ses parents. Il les avait enfin
retrouvés. Ils rentrèrent immédiatement chez eux, contents et ne se quittèrent
plus jamais.
Younes
Il était une fois, une jeune adolescente qui se nommait Nelly. Elle avait
quinze ans, possédait des cheveux blonds, des yeux bleus. Elle était toujours
seule, sans amis. Au lycée, elle restait toujours seule, à la cantine, elle restait
aussi dans son coin. En classe, elle n'osait pas parler, ni lever la main. Elle
essaya de nombreuses fois de se trouver au moins une amie qui l'écouterait, qui
lui ferait confiance… Pour ça, elle avait désormais décidé de combattre son
défaut.
Un jour, alors qu'elle était sur le chemin de l'école, elle entendit une voix.
Elle se retourna et vit une fée qui lui dit. « Je pourrais t'aider à être amie avec la
nouvelle de ton école. » C'était une toute petite fée. Elle hésita beaucoup, elle fut
surprise par la proposition de la fée. Elle n'était pas très sûre, quand elle se
décida d’accepter l'aide de la fée. Celle-ci lui donna une potion magique, qu'elle
but. Au lycée, elle alla dans la direction de la nouvelle et sortit un mot, puis une
autre ; elle n'en revenait pas. Les mots jaillissaient sans difficulté de sa bouche.
Une heure plus tard, elles se connaissaient bien plus qu'avant et elles décidèrent
d'être meilleures amies. La potion avait marché. Nelly ne fut plus jamais seule.
Sarah
Il était une fois une petite fille prénommée Rose Robois. Elle avait sept ans
et cela faisait un an que ses parents étaient décédés. Elle avait été recueillie par
sa tante qui vivait en Amérique. L'année de ses six ans, ses parents eurent un
accident en mer et se noyèrent ; ce fut un choc pour la petite Rose. Cela provoqua
un blocage car le dernier souvenir qui lui restait de ses parents était une dispute
à cause d'une punition qu'elle avait eue à l'école par rapport à un devoir qu'elle
n'avait pas rendu. Rose qui était bonne élève, devint insolente avec ses
professeurs qui ne comprenaient pas pourquoi.
Un jour en rentrant de l’école, elle vit une fée blanche et bleue qui lui fit
raconter son histoire puis lui dit : «Je compatis à ton histoire et je vais essayer de
faire réapparaître tes parents. » D'un coup de baguette ses parents apparurent.
Rose Robois fut surprise et extrêmement contente ! Le soir, sa tante ne la voyant
pas rentrer à la maison appela l'école qui lui répondit qu'elle n'était pas venue en
classe de la journée. La panique s'empara d'elle ; elle appela les gendarmes et tous
se mirent à sa recherche. Ils la retrouvèrent quelques heures plus tard au bord de
l'eau… avec ses parents.
Quand sa tante arriva sur place accompagnée des gendarmes, de ses
professeurs et de quelques camarades, la petite Rose était souriante ! La Tante
fut toute surprise de voir les parents de Rose ! Après des heures de discussions,
ils vécurent tous ensemble heureux.
Wendy
Il était une fois,une jeune fille qui s'appelait Helfie Lauriana et qui vivait
avec son père dans les bois. Ils étaient tous les deux très heureux. Mais il y avait
une chose qui les dérangeait plus que n'importe quoi : la mort de la mère. Un jour
la petite fille qui se promenait dans le bois, rencontra un elfe qui s'appelait Hulia
et qui avait le pouvoir de faire réapparaître les gens morts. Lauriana, heureuse de
rencontrer Hulia, lui demanda :
« -Peux-tu faire apparaître ma mère s'il te plaît ?
-Déjà je veux de l'argent, dit Hulia
-Mais, mais je n'ai pas d'argent »
La petite fille partit de cette forêt et alla dans la forêt de l'argent. Mais
avant de partir, elle vit son père allongé par terre. Il ne respirait pas…La petite
fille inquiète s'affola, pleura auprès de lui puis elle s'endormit. A son réveil, elle
vit un pompier qui lui dit :
«- Je t'ai entendu pleurer donc je suis venu. » Son papa était décédé.
Lauriana resta muette; une fois le pompier parti, elle alla voir Hulia et lui
dit que son père était mort. Mais l'elfe sans pitié lui demanda ce qu'elle venait
faire chez elle. Elle demeura muette et se dirigea vers une troisième forêt appelée
« La forêt des anges ». Soudain elle vit son père au loin. Elle courut dans ses bras
et elle pleura énormément en lui demandant :
« -Comment est-ce possible que tu sois là ? »
Le père lui dit: « - C'est simple on m'a réanimé ». Alors elle quitta cette forêt
et alla dans la forêt de l'argent avec un grand sac pour y mettre tout l'or qui se
trouvait au pied de l'arc en ciel. Soudain un lutin de petite taille lui dit qu'il
fallait payer mais elle ne l'entendit pas et elle emmena l'or à Hulia qui fit
réapparaître sa mère. Ils furent tous très heureux. L'elfe était aussi très heureux
pour eux. Quelques années plus tard, ses parents décidèrent de se remarier. Ils
furent très heureux et ils eurent trois enfants ce qui ne fit pas la joie de
Lauriana. Elle se sentit seule car ils ne s'occupaient plus d'elle. Après quelques
années, elle s'y habitua et se considéra comme leur seconde mère.
Manon
Il était une fois une jeune fille qui s'appelait Alizé. Elle vivait dans une
maison abandonnée, dans la forêt car elle n'avait pas assez de sous pour payer les
loyers. Son problème c'était qu'elle voulait un bébé mais elle ne pouvait pas car
elle n'avait pas de mari.
Un jour, elle se décida à partir pour en trouver un. Elle marcha, marcha des
jours et des jours. Un matin, elle trouva une maisonnette. Elle toqua, un
magicien lui ouvrit. Il lui dit : « Que voulez vous ? ». Alizé répondit : « Je
voudrais un enfant. » Le magicien dit : « Bien sûr, madame. » Cinq minutes plus
tard, il lui donna un bébé. Elle dit merci et elle demanda aussi un mari. Il dit
oui. Donc elle partit avec sa nouvelle famille. Les années passèrent et la jeune
fille qui s'appelait Angelina grandit. Quand elle eut vingt et un ans, Angelina
avait un manque dans sa vie : ses parents étaient morts dans la forêt.
Un jour, elle en eut marre ne pas avoir de parents. Elle prit son sac et
marcha, marcha des jours et des jours. Soudain, elle trouva une maisonnette où
elle toqua. Une vieille femme lui répondit et la jeune fille expliqua: « Je recherche
des parents pour remplacer les miens. » La vieille femme lui demanda comment
elle s’appelait et lui proposa de l’adopter. Angelina accepta tout de suite. Elle
retrouva une famille et Angelina raconta à sa nouvelle mère comment elle était
venue au monde et elle vécut heureuse.
Gaelflyne
Il était une fois une petite fille et sa sœur qui avaient perdu leurs parents
lors d’une tempête. Elles vivaient dans la maison de leur méchante tante Vildi.
Elles étaient riches et elles voulaient partir à leur rechercher persuadées qu’ils
étaient vivants quelque part. Leur tante ne voulait pas qu’elles partent.
Une nuit, les deux sœurs sortirent de la maison. Or, elles savaient qu'il
restait une étape à traverser. Cette étape consistait à ne pas réveiller les chiens.
Alors, elles marchèrent sur la pointe des pieds. Malheureusement, un chien se
réveilla et aboya. Vildi se réveilla en sursaut et descendit. Quand elle découvrit
les deux sœurs, elle les emprisonna dans une salle sombre, très sombre. L'une
d'elle vit une petite lumière. Elle s'approcha et elle vit une fée qui nourrissait une
petite lapine et une chatte. La fée leur demanda de l'aider. Eunice et Sami
acceptèrent de l'aider. Quand elles finirent de l'aider, elle leur demanda de les
aider à son tour, les jeunes sœurs lui racontèrent leur histoire. La fée bouleversée
par leur histoire accepta et lança une boule de paillette magique sur elle. Tout le
monde s’endormit tout doucement sauf elles, les animaux et la fée. La fée fit
apparaître la clé et elles sortirent de la salle puis de la maison. Quand elles
sortirent, tout le monde se réveilla mais elles avaient disparu.
Elles se réveillèrent dans un monde inconnu. Elles virent leur tante Vildi
qui était un démon.
Eunice
texte inachevé!!!!
Il était une fois, une jeune fille nommée Eléna, qui, malheureusement pour elle,
vivait toute seule au fond d'un volcan. Son chien qui était à moitié dragon lui
apportait beaucoup de bonheur.
Hélas, ses parents étaient morts donc elle était très triste. Mais elle avait
entendu parler d'une sorcière avec d’immenses pouvoirs qui lui permettaient de
ramener les gens à la vie. Alors elle décida d'aller trouver cette fameuse sorcière.
Sur le chemin, dans une forêt sombre et humide, elle vit une lumière bleue.
Elle la suivit donc et cela la mena jusqu'à un bâton qui flottait dans l'air.
Soudain, elle entendit une voix qui lui dit:
- «Avec ce bâton tu réussiras ta quête mais surtout ne le mouille pas, autrement
il perdra tous ses pouvoirs. Pour qu'il marche, tu devras penser à ce que tu veux
le plus et ça se réalisera. »
Alors Eléna continua son chemin, mais à la nuit tombée, elle s'endormit et le
lendemain matin, elle vit un aigle qui partait avec le bâton magique pour
l'emporter dans son nid qui était en haut de la plus haute montagne du monde.
Elle fut alors désespérée.
- « Mais je ne pourrai pas réussir à ramener mes parents à la vie sans le bâton!»
s'exclama-t-elle.
Alors elle demanda à son chien de voler jusqu'en haut de la montagne pour
récupérer le bâton magique. Une fois arrivé au sommet, il prit le bâton mais
l'aigle lui donna un coup de griffe. Le chien tomba du nid de l'oiseau en
entraînant le bâton dans sa chute. Eléna récupéra le bâton. Elle souhaita que
son chien revive. Et quelques secondes plus tard, le chien ouvrit les yeux.
- «Au mon dieu, ça a marché! » s'exclama-t-elle.
Et ils reprirent leur chemin. Puis elle aperçut un cimetière très sombre et
humide. Alors elle en fit le tour et ne trouva rien. Mais tout à coup, elle vit un
corbeau sur une tombe. Elle s'approcha. C'était celle de ses parents. Elle fut très
heureuse. Alors elle prit le bâton magique et souhaita que la sorcière apparaisse
car c'était la seule qui avait le pouvoir de ramener les gens à la vie. Et Eléna lui
expliqua tout. Alors la sorcière prit sa baguette magique et jeta un sort sur la
tombe. Soudain, Eléna vit la tombe se soulever et ses parents en sortirent.
Eléna les prit dans ses bras, puis ils rentrèrent chez eux et vécurent heureux
tous ensemble.
Amanda
Il était une fois une fille qui se nommait Rose Perrault, elle avait dit sept
ans et habitait dans un petit village de la Bretagne. Elle vivait avec sa mère et
ses deux sœurs qui la détestaient. Son père était très malade et donc hospitalisé
dans un grand hôpital de Paris. Sa mère refusait de l'amener pour le voir. Elle
était au lycée et à cause de sa timidité, elle n'avait pas d'amis.
Un jour elle se mit à pleurer s'en pouvoir s’arrêter et vit un objet tomber du
ciel. Elle partit vite le ramasser : c’était une petite figurine en forme de fée. Elle
la mit dans sa poche. Elle rentra chez elle, sortit la figurine qui se transforma
aussitôt en une vraie fée. Rose fut surprise par la transformation subite de
l'objet. La fée lui demanda pourquoi elle avait pleurée et Rose lui expliqua qu'elle
voulait voir son père, qu'il lui manquait mais qu'elle n'avait pas d'argent pour y
aller. Alors la fée réalisa son souhait en lui donnant de l'argent «Tiens ma
petite, prends cet argent et va retrouver ton père. » Rose répondit : « Merci ma
bonne fée. »
Rose rangea l'argent dans une boite qui se mit à parler et à lui dire : «Ton
argent sera en sécurité car c'est pour une bonne cause. Ne t’inquiète pas, il suffit
de me dire le mot magique pour que je l'ouvre : abracadabra.» Rose fut très
heureuse, prit des affaires, sa boite et l'objet en fée et partit à la gare la plus
proche de chez. Elle allait prendre un train pour rejoindre son père. Elle
demanda à la boite grâce au mot magique de s'ouvrir. Mais alors qu'elle voulait
acheter son billet, elle découvrit qu'il y avait grève de train, Rose, désespérée, se
remit à pleurer. La fée se manifesta et lui demanda : «Pourquoi pleures-tu ? »
Rose répondit : «Cette fois j'ai l'argent mais il y a une grève des trains. Je
souhaite que les trains reprennent leur activité. »
La fée réalisa son souhait. Même pas dix minutes après, les trains
circulaient de nouveau. Rose prit un train pour enfin rejoindre son père. Elle
savait que très vite elle pourrait se serrer dans ses bras. Rien qu'en y pensant elle
eut des larmes qui coulèrent sur son visage. La fée réapparut : « Pourquoi
pleures-tu ? » Rose répondit : « Je suis heureuse, je vais enfin retrouver mon père
mais j'aimerais vraiment qu'il guérisse et puisse rentrer vite à la maison. »
La fée réalisa de nouveau son vœu. Rose arriva à l'hôpital et trouva son
père debout près à rentrer chez lui. Elle ne réalisait pas mais qu'elle était
heureuse ! Rose et son père étaient installés dans le train pour la Bretagne. Rose
était très heureuse mais elle se mit à pleurer. La fée apparut et lui demanda : «
Pourquoi pleures-tu ? » Rose dit : « Merci beaucoup ma fée pour tout ce que tu
as fait pour moi mais il me manque l'amour de ma mère et de mes deux sœurs,
pour qu'on puisse redevenir une vraie famille. »
Ils arrivèrent en Bretagne. Ils rentrèrent chez eux. La mère et les sœurs les
prirent dans leur bras et les serrèrent très fort, les embrassèrent. Elles étaient
folles de joie et heureuses de les retrouver comme s'ils n'étaient jamais partis.
Rose ressentit la paix, la joie, le bonheur et l'amour dans leur famille, tout cela
grâce à la Bonne fée qui avait veillé sur Rose et ses proches.
Inès
Il était une fois Christine, une belle jeune femme riche, mais à son grand
désespoir tout le monde ignorait sa présence car son frère était le maire du
village, la personne la plus importante.
Un jour, sur le chemin, lorsque qu'elle rentra chez elle, la jolie fille trouva
une petite théière violette qui était à son goût. Elle la ramena dans sa maison et
l'ouvrit pour se faire un thé. Soudain une petite fée sortit de l'objet et lui proposa
de réaliser deux vœux. Christine souhaita un mari et des enfants.
Quelque mois plus tard, elle se maria avec Charles, un millionnaire. Peu de
temps après, ils eurent un héritier et une héritière qui s'appelaient Jonas et
Myrtille. La famille vivait dans une belle et grande maison, sur une île privée,
dans les Caraïbes. Elle s'occupait de sa famille et de sa maison. Cela la comblait
de bonheur. Mais il lui manquait une amitié sincère.
Elle demanda à son mari s'il pouvait revenir vivre à Toulon. Son mari
accepta et ils déménagèrent en ville. Elle partit faire du shopping parce que
c'était l'hiver. Elle rencontra Christie chez Zara à la caisse où elles étaient
entrain d'acheter la même paire de bottes. Elles discutèrent longuement et elles
devinrent amies et décidèrent de faire d'autres journées shopping. Une belle et
grande amitié s'était se former.
Quelque temps après elle fut invitée chez Christie qui faisait une fête chez
elle. Il y avait toutes les amies de Christie. Christine arriva dans une robe à
volants, tous les convives furent éblouis par sa beauté. Elle discuta longuement
avec tous et après elle eut de nouveaux amis. Christine se sentit mieux, plus libre
et plus épanouie.
Florian
Un jour, un homme habitait dans une maison à la campagne avec son chien marron.
Cet homme s'appelait Cédric Lepauvre. C'était un bûcheron du château qui avait un gros
problème. Il était pauvre mais pourtant sa maison était très jolie. Elle avait été construite
avec du bois qui provenait d'un ancien arbre immense. Tous les jours, il voyait la princesse
sur son balcon, entrain de se coiffer les cheveux; il rêvait de se marier avec elle. Pour
l'entendre chanter sur son balcon, il avait construit un petit tunnel pour accéder à une
rivière qui alimentait les douves du château où il retrouvait la princesse qu'il aurait tant
aimé épouser. Alors chaque matin, il prenait le tunnel avec son canoë et ramait jusqu'au
château pour entendre la princesse chanter sur son balcon de sa chambre. Quand il
l'entendait chanter, il prenait un oreiller pour s'endormir et faisait une sieste d'une heure. Or
un jour, surgirent les gardes du château. Alors Cédric s’enfuit pour ne pas se retrouver dans
le donjon du château.
Il remonta la rivière mais le courant était dur à remonter. Les gardes s’approchèrent de
plus en plus. Proche du bord de la rivière, il sortit de son canoë S’il rentait chez lui, les
gardes seraient. Il préféra rentrer dans une grotte sombre où l’on ne voyait rien. Il marcha
dans l’immense grotte. Mais dans seul coup, une lumière apparut dans un coin de la grotte.
Il marcha sur la pointe des pieds, des goûtes de sueurs coulaient sur les joues, son cœur
battait très vite. Il pencha la tête sur le côté. Il découvrit une immense salle recouverte de
poudres de toutes les couleurs avec un bac d'eau et un homme pas plus grand qu'un mouton,
pourvu de la même barbe que celle du Père Noël, mais en plus long. Il avait l'air d’être en
colère, il sautait de partout et il était tout rouge. Il se retourna et vit la tête étonnée de
Cédric. Il lui dit :
« - Bonjour, je m'appelle Catastrophe, je suis un magicien qui fait de la poudre d’invisibilité,
de gentillesse et plein d'autres choses ».
Cédric s'approcha doucement. Catastrophe demanda d'un air interrogateur ce que
Cédric venait faire dans sa grotte. Cédric lui résuma son histoire et lui dit qu'il se cachait. Le
magicien eut pitié de lui et affirma. « Je peux réaliser ton rêve mais tu dois me le dire ».
Cédric répondit : « Mon rêve, c'est d'être beau pour épouser la princesse du château ».
Le magicien s'approcha et prit une poudre. Il versa la poudre sur la tête et quelques
secondes plus tard, il devint beau comme un roi. Il le remercia de tout son cœur. Le magicien
lui donna une poudre qui servait à se téléporter où il voulait. Il se téléporta dans le château.
Il demanda à voir la princesse. Lorsqu’elle le vit, elle tomba directement sous son charme.
Cédric posa deux questions « Est-ce-que je suis beau ? Et si je suis beau, voulez vous
m’épouser ? » La princesse accepta d'un air heureux. Plus tard, les noces furent célébrées et
ils vécurent très heureux !
Gabriel
Il était une fois un adolescent qui s'appelait Dave Scraf. Il vivait en Inde
avec sa mère. Son père avait été capturé en Chine par un troll qui voulait en faire
son esclave. Une nuit, Dave rêva de son père. Dans ce rêve, celui-ci disait : «Je
suis l'esclave du troll, Gerbert l'Assassin. Il me retient prisonnier dans une grotte
féerique. Dave, va voir Perix l'enchanteresse, elle pourra t'aider dans ta quête
pour me délivrer.»
Au matin, sa décision était prise, il irait voir Perix, l'enchanteresse. Il
avertit sa mère de sa décision. Il fit son sac d'aventurier et partit à la recherche
de Perix l'enchanteresse. Il sut que la maison de l'enchanteresse était dans la
forêt des dragons. Il alla donc jusqu’à sa cabane. Là, un dragon cracheur d'acide
l'attaqua. Dave sortit son épée du sac et réussit à blesser le dragon. Perix était
triste mais surtout furieuse car son dragon était blessé.
Elle lui dit : « Pourquoi as-tu fait mal à mon dragon? »
Dave dit : « Il voulait me tuer, moi, je voulais juste me défendre. »
- « Que fais-tu là? Qui es-tu ? questionna-t-elle.
- Je cherche Perix l'enchanteresse. Je m'appelle Dave Scraf. Je suis à la recherche
de mon père capturé par Gerbert l'Assassin. Je pense que l'enchanteresse pourra
m'aider.
- Je suis Perix. Comme tu n'as pas tué mon dragon, je vais t'aider à retrouver ton
père. Je sais où se cache se misérable troll. Tiens, prends cette carte, elle t'aidera à
trouver sa grotte. Mais il te faudra l'épée Timouche pour tuer le troll. Cette épée
est cachée dans la grotte. »
Arrivé devant la grotte, un gardien lui posa une énigme sous forme de
charade. S'il ne la trouvait pas, il mourait. La charade était : « Mon premier est
un animal de compagnie. Mon second vit dans les égouts. Mon troisième vient
après un. Mon tout est une devinette. »
Dave réfléchit et proposa le mot charade qui était bien la solution. Le
gardien lui dit : « Tu peux rentrer dans la grotte et prendre l'épée. »
Dave alla chercher l'épée et partit pour la grotte de Gerbert l'Assassin. Au
bout de deux semaines, il arriva devant la grotte. Il y avait trois trolls qui
défendaient Gerbert l'Assassin. Dave savait qu'il devait d'abord tuer ces trois
trolls pour pouvoir passer. Soudain Perix arriva sur son dragon. Elle venait pour
l'aider à les tuer. La bataille fut courte et ils réussirent à les éliminer tous. Dave
et Périx avancèrent et virent le chef des trolls, Gerbert. Tout à coup, il entendit
une voix : « Dave, je suis ton père. » Il lui cria « Fais attention, il est armé d'une
masse. »
Dave n'en fit qu'à sa tête et attaqua le troll. Le combat dura toute la nuit.
Au petit matin épuisé, il sauta sur le troll et lui coupa la tête. Il courut ensuite
délivrer son père et les autres esclaves. Dave avait retrouvé son père, ils partirent
ensemble annoncer la bonne nouvelle à sa mère, heureux d’être enfin réunis.
David
Il y avait jadis, dans une forêt lointaine, une petite fille nommée Rose
Anime. Elle vivait avec des centaines d'animaux. Ses parents avaient disparu
lors d'une sortie et ils ne lui avaient laissé pour vivre que le don de parler et
comprendre les animaux. Ses deux meilleures amies, une souris et une chouette,
allaient lui chercher chaque jour de l'eau et de la nourriture. La souris s'appelait
Blanca et la chouette Douceur. Un jour, qu'elle jouait avec Douceur et Blanca,
elle trébucha sur un rocher qui auparavant ne se trouvait pas là. Elle trouva
sous le rocher un coffre qui apparemment était très lourd. Elle le sortit puis
l'ouvrit et trouva à l'intérieur un bout de papier où il y avait écrit : «Si tu dis
poliment ce que tu souhaites, tu l'auras.» Mais en bas, il y avait marqué: «Tout
sauf tes parents.»
Rose prit le papier dans ses mains et rentra retrouver les autres animaux
pour tout leur raconter. Ils lui dirent tous de demander comme premier souhait
d'avoir une belle maison. Elle leur répondit:
- « Pourquoi en avoir une alors que je n'en ai pas besoin ?
-Si ! Tu en as besoin ! Car nous les animaux nous vivons dans la nature, toi non.
Alors fais vite ce souhait !
-D'accord. D'accord. Je vais le faire. Mais vous resterez avec moi. Cher bout de
papier, j'aimerais avoir une jolie petite maison avec tout ce qu'il faut dedans.
Merci!»
Et la maison apparut.
-« Wouah ! s'écrièrent-ils tous en cœur
-C'est magique!
-C'est magnifique!»
Mais la grenouille, qui était en réalité la sorcière Miroisita, appela son
dragon pour brûler la maison. Il s'envola vers l'aube et revint pour le déjeuner
mais il expliqua qu'il n'avait pas pu brûler la maison car une barrière magique la
protégeait. La fille avait fait un autre souhait. Elle avait demandé au bout de
papier: «Cher bout de papier, je souhaiterais que ma maison soit protégée.
Merci!» Et voilà comment Rose avait fait protéger sa demeure.
Le lendemain Rose partit en voyage, pour chercher ses parents et demanda à
Blanca et Douceur de venir avec elle. Elle prit aussi le petit papier, et partit
pour un long et périlleux voyage. Après deux jours de marche, elle s’arrêta sous
un chêne. Quand elle s'assit elle vit tomber des branches du chêne une mini-fée.
- « Ouille! fit la fée.
- Qui est là? questionna Rose
- Je me suis fait mal! dit la fée. Tu t'appelles comment?
- Rose, et voici mes amies, Blanca et Douceur. Et toi qui es-tu?
- Valérie, je suis la fée de l'air. Suivez-moi je vais vous faire visiter mon
royaume ! »
Rose et ses amies la suivirent. Mais arrivées à l'entrée du royaume Rose s'écria :
- « Nous ne pouvons pas passer !
- Mais oui !dit la fée. J'ai oublié de vous rapetisser ! »
Et elle s’exclama en langage de l'air : « Aique aices aipersonnes airapetissent
aitout aide ai aisuite ! »
Et Rose et ses amis commencèrent à rapetisser.
- « Ça veut dire quoi cette formule ? demanda Rose.
- C'est facile il faut enlever tous les « ai »de la phrase ça veut dire en réalité - Que
ces personnes rapetissent tout de suite !- Vous avez compris ?
- Oui! répondirent Rose, Blanca et Douceur.
- Ok. Maintenant entrons! »
Et elles entrèrent une par une.
- « Maintenant je fais les présentations, dit la fée, Eaumia, fée de l'eau, Flavie,
fée de la nature, Terréna, fée de la terre, Feurénie, fée du feu, Animéla, fée des
animaux.
- Bonjour », s’exclamèrent en chœur les fées.
Ils se saluèrent tous mutuellement. La fée Flavie demanda à Rose qui
étaient ses parents et ce qu'elle faisait loin de chez elle. Elle l'écouta avec
attention et expliqua aux autres fées ce qu'elle lui avait dit. Toutes les fées
furent d'accord pour l'aider. Feurénie prit la parole et expliqua qu'elle savait où
étaient ses parents. Ils étaient prisonniers de la sorcière Miroisita et de son
dragon. Rose s'étonna car elle la connaissait : « Miroisita est le nom de mon amie
la grenouille. C'est elle la sorcière ! Ouf, heureusement qu'elle ne m'a pas volé
mon bout de papier magique ! »
Feurénie dit qu'il fallait la capturer en se servant du bout de papier qu'elle
avait elle-même déposé sous le rocher. Le lendemain, Rose demanda au bout de
papier de lui indiquer où était la sorcière. Il lui donna une carte magique qui
l'indiqua. Ses pas se dessinaient au fur et à mesure sur sa carte. Elle était dans
son château, à quelques minutes de marche. Rose et les fées partirent toutes à
l'aventure. Elles se déguisèrent en sorcières. Quand elles arrivèrent à la porte du
château, la sorcière, voyant leurs tenues, les accueillit chaleureusement. Pensant
qu'elles étaient toutes des sorcières d'une autre contrée, elle leur proposa de se
restaurer. Elle alla chercher du thé.
Elles en profitèrent pour installer un piège et quand la sorcière revint, elle y
tomba dedans. Rose lui demanda où étaient ses parents et lui promit de la libérer
lorsqu'elle les aurait retrouvés. La sorcière dit qu'ils étaient enfermés dans la
cave. Lorsqu'ils furent libres, Rose proposa aux fées de venir vivre avec eux.
Elles acceptèrent et ils vécurent tous ensemble, heureux grâce au bout de papier
de la fée Feurénie.
Elisa
Un grand frère très méchant
Il était une fois, un homme prénommé Rex Rayoté qui vivait dans un château, à la
campagne avec son grand frère et son chien. Un jour Rex Rayoté qui prit conscience depuis
longtemps de la méchanceté de son frère qui était allé jusqu'à empoisonner sa belle. Il se mit
alors en tête de se venger mais pour cela il devait, dans un premier temps, s'éloigner du
château.
Alors, il partit à l'aventure. Son premier obstacle fut une bande de mercenaires qui
vivaient dans les bois. Pour traverser la forêt, il dut les affronter. Fort heureusement pour
lui, Rex savait bien manier l'épée. Il sortit vainqueur du combat.
Une fois qu'il eut traversé la forêt, il décida de s’arrêter dans une auberge pour manger.
Rex y passa la nuit. Vers cinq heures du matin, Rex entendit du bruit. Immobile dans son
lit, il écouta. Il vit, du coin de l’œil, la porte s'ouvrir. Il surprit l'aubergiste au dessus de son
lit avec un poignard. D'un coup d'épaule, Rex esquiva l'aubergiste assassin. Ils se battirent.
Rex petit à petit s’épuisa et il était sur le point de perdre, quand tout à coup un troll
apparut et l'aida en étranglant l'agresseur. Ils s'enfuirent par la fenêtre. Laissant
l'aubergiste mort.
Au petit matin Rex arriva près d'une forteresse. Malheureusement, il se fit capturer et
enfermer dans un donjon. Il parvint à s'échapper et tomba nez à nez sur le chef de l'armée.
Rex se battit avec lui jusqu'à ce qu'il s'avoue vaincu. Le chef tomba à genou et dit: «Mais
que veux-tu de nous? »
Rex répondit : « Je veux que vous vous battiez à mes côtés. Je veux attaquer la
forteresse de mon frère! Je veux me venger de celui qui a tué l'amour de ma vie. »
Le chef et ses soldats acceptèrent devant tant d'honneur et d'amour.
L’armée se leva et marcha au pas de charge jusqu'à la forteresse. Ils donnèrent l'assaut
par surprise à la tombée de la nuit, ils se battirent sans relâche. La forteresse tomba au petit
jour. Le frère fut obligé de se rendre et demanda : « Mais pourquoi as-tu attaqué notre
empire ? »
Rex lui répondit : « Mais toi, pourquoi as-tu empoisonné ma belle ? Ta jalousie va te
coûter la vie !»
Et d'un coup franc, Rex décapita son frère avec l'aide du troll. Sa vengeance fut
assouvie. Rex pouvait ainsi débuter une nouvelle vie et retrouver un amour prochain.
Alexandre
Contes
sixième Zola
Année
2014 – 2015

Documents pareils