lire le texte complet - Groupe de recherche en Littératie Médiatique

Commentaires

Transcription

lire le texte complet - Groupe de recherche en Littératie Médiatique
LA LITTÉRATIE VISUELLE: GENÈSE, DÉFENSE
ET ILLUSTRATION
Monique Lebrun, Professeure, Université du Québec à Montréal (UQAM)
Résumé
La littératie visuelle est un concept nouveau, qui vient enrichir celui, mieux connu, de
littératie médiatique multimodale. À l'heure où Internet submerge divers publics
d'images de toutes sortes, il convient de se demander comment l'école peut contribuer
au développement d'une littératie visuelle qui rende l'usager à la fois actif et critique.
L'article se penche sur la nature des images et leur lecture afin de mieux définir cette
nouvelle littératie visuelle, qui doit beaucoup, entre autres, au courant des
multilittératies. Il traite également de la pertinence de la littératie visuelle à l'école et
analyse quelques exemples de projets inspirants dans le domaine.
Abstract
Visual literacy is a new concept that enriches the one better known as multimodal
media literacy. At a time when Internet overwhelms various public images of all kinds,
it is appropriate to consider how school can contribute to visual literacy’s
development, making the user both active and critical. This article examines the
nature of images and their reading in order to better define this new visual literacy,
which owes much, among others, to the multiliteracies’ current. It also discusses the
relevance of visual literacy at school, and analyzes some examples of inspiring
projects in the field.
Mots-clés : Littératie visuelle; littératie visuelle numérique; littératie médiatique
multimodale; multilittératies; lecture de l'image
Keywords: Visual literacy; digital visual literacy; multimodal media literacy;
multiliteracies; image reading
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
Introduction
L'image a un lien incontestable avec le souvenir, le rêve, le jeu, l'enfance. Nos
premiers pas en littératie ont été faits par le biais de l'image, (ou du moins
visuellement) puisque le code écrit nous était inaccessible. Nous nous sommes
socialisés par l'image, celle de nos albums, de la télévision, et avons développé grâce
à elle nos capacités affectives. Lorsque l'heure de la rentrée scolaire a sonné, nous
avons eu accès à d'autres sortes d'images, celles de nos manuels de toutes sortes. Nous
avons appris, grâce aux méthodes de lecture qu'un message se déchiffre de façon
linéaire, de gauche à droite, alors que, jusque-là, nous appréhendions les images dans
un ordre libre, en fonction de notre subjectivité. De l'image à la lettre, quel saut, qui
n'est pas sans rappeler cette différence entre les écritures idéographiques et
symboliques: toute écriture était à l'origine formée de dessins et certaines s'en sont
graduellement distancées plus que d'autres.
Avant l'ère électronique, l'école entretenait avec l'image des rapports ambigus, selon
Ardon (2002), ne la voyant parfois que comme simple auxiliaire de l'enseignant, et
parfois comme objet de réflexion et d'apprentissage. L'école des années 2000 a
résolument remis de l'avant l'importance de l'image, ou mieux, d'un langage iconique
à décoder et encoder selon des normes qui doivent tant à la tradition qu'à l'émergence
des nouvelles technologies numériques. L'étude de l'image n'est plus uniquement
cantonnée aux cours d'arts plastiques ou d'histoire de l'art. Tranquillement, elle migre
vers ce que les Anglo-Saxons appellent les «arts langagiers», traduction un peu trop
littérale de language arts, et qui réunit l'étude de tous les langages, qu'ils soient
verbaux, visuels, auditifs et autres.
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
Dans ce texte qui se veut une introduction au 1er colloque international du LIMIER, je
traiterai dans l'ordre : 1) de la nature des images et de leur lecture ; 2) de la naissance,
de la définition et des paramètres de la littératie visuelle (LITV); 3) des liens entre la
littératie visuelle et les multilittératies; 4) des raisons pour lesquelles la littératie
visuelle est nécessaire à l'école; 5) de perspectives pragmatiques en littératie visuelle.
1. Nature et lecture des images
Le mot «image» est polysémique. Le français ne dispose malheureusement pas de la
distinction que font les Anglo-saxons entre image et picture. En anglais, le mot image
a surtout le sens d'une représentation collective d'une réalité, alors que picture désigne
plutôt la représentation d'une chose par l'un des arts graphiques ou plastiques. Quant
au terme «illustration», il désigne une image qui accompagne un texte ou un discours;
l'usage même du mot «illustration» dans certains contextes laisse entendre que celle-ci
est tributaire du texte et que son rôle n'a pas à être questionné. Que l'on soit en
français ou en anglais, le concept d'images est lié à celui de représentation et implique
donc des règles de construction et de fonctionnement, qu'il faut connaître pour les
interpréter. C'est l'un des rôles de l'enseignement. En effet, l'image n'est pas un objet
atemporel: il faut la mettre en contexte et l'insérer dans une série pour la faire «parler»,
en utilisant également des grilles d'analyse diverses (picturales, idéologiques,
sociologiques, etc.). Et c'est ici qu'interviennent les spécialistes.
On connaît les travaux
sémiotiques de Barthes (1964) concernant l'image. Il a
distingué, dans le code iconique, le sous-code dénotatif
(niveau de la simple
perception de l'image, de l'information première qu'elle présente) et le sous-code
connotatif (niveau des associations de diverses natures, affectives, symboliques
idéologiques, etc.). Il a également parlé de la fonction d'ancrage de l'image par le texte
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
(par redondance ou complémentarité du texte par rapport à l'image) et par la fonction
de relais entre texte et image.
Actuellement, les approches concernant l'étude de l'image varient, comme le rappelle
Baetens (2013). Selon lui, si l'on se base sur les propriétés matérielles de l'image, on
peut parler alors d'images fixes ou mobiles, analogiques ou numériques. Si l'on
envisage ses différents usages, alors on aura la vision, le visionnage/visionnement, la
copie, l'appropriation, l'étalage, la dissimulation, la collection, etc. Il mentionne enfin
l'analyse de l'image basée sur la valeur culturelle et son statut social: on évoquera
alors les images uniques ou reproduites, originales ou banales, protégées par
copyright ou du domaine public, etc.
Certains auteurs, comme Robertson (2007), parlent également de «rhétorique
visuelle» pour évoquer la force de persuasion de l'image et sa capacité à s'adapter à
l'auditoire. La littératie visuelle (dorénavant LITV) a aussi ses figures de style (ex:
appel au pathos, au logos; usage de certaines couleurs, de certains symboles, de
certains arrangements qui évoquent la métaphore, la métonymie, etc.). La
manipulation d'images aide également à l'effet rhétorique. Il faut cependant s'en
méfier parfois. Ainsi, dans la campagne de publicité de la Peugeot, en 2004 (voir
Julliard, n.d.), la voiture est présentée comme dégageant dans son sillage un parfum
aromatique: bel oxymore qui risque de faire oublier à l'acheteur la pollution
qu'engendre l'automobile (voir figure 1).
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
Figure 1 – Exemple d'oxymore (publicité de Peugot, en 2004 (dans Julliard, n.d.)
La perspective interdisciplinaire permet d'unifier ces trois approches. Dans l'une de
ces sciences interdisciplinaires, les «études culturelles», ou cultural studies, on parle
maintenant volontiers de «culture visuelle», et ceci, autant à l'École des Hautes Études
en Sciences Sociales de Paris qu'à l'université Cambridge du Massachusetts. Les
objets manipulés par les chercheurs du domaine sont en général marqués par des
structures hybrides et l'intermédialité (la bande dessinée, le roman graphique et la
novellisation, par exemple). Ainsi, dans la perspective intermédiale de Rajewsky
(2005), on peut étudier les mots comme des images (en poésie visuelle), les mots
comme accompagnateurs d'images (dans les livres illustrés) et les mots référant à des
images (comme mentions intertextuelles de matériel non-textuel).
Pour Mitchell (1986), les images sont toujours mêlées à des mots et à d'autres
éléments issus des cinq sens. Il en est de même des média non visuels: un texte, par
exemple, produit des images mentales. Lire des images est donc pour Mitchell plus
compliqué qu'il n'y paraît et il faut recourir à diverses sciences pour y arriver. Quant
aux technologies numériques, elles apportent selon lui de nouvelles façons de
produire, d'emmagasiner, de transformer, de distribuer, voire de percevoir et
d'«expérimenter» l'image.
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
On en vient ainsi à parler de relations image-texte, ou de relations entre le linguistique
et l'iconique, si l'on veut, soit celles entre deux modes sémiotiques dont l'hybridation
est notre propos. Une image ne sera jamais considérée de la même façon dans une
discipline basée sur le texte et dans une autre basée sur l'image. Dans les «études
culturelles», par exemple, la culture visuelle renvoie à de nouveaux modes de
visualité, générés par l'apparition du numérique, et à des postures de spectateurs
associant consommation et production. Dans les études littéraires, par ailleurs,
certains chercheurs sont prêts à envisager de nouvelles façons d'aborder l'image: c'est
le cas des spécialistes en narratologie ouverts à la littératie visuelle. Ainsi, le «
narratif» est étudié non seulement dans le texte classique, mais dans plusieurs médias.
Le texte essaie actuellement de se réinventer dans l'aire iconique (ou visuelle), ce qui
ouvre la porte à de nouvelles recherches.
Même la psychologie cognitive a son mot à dire dans le domaine. Vygotsky (1972) a
affirmé la nature visuelle de la pensée en disant que le mot n'est pas un symbole direct
d'un concept, mais bien une image, une courte esquisse mentale de concept, une
courte histoire, en fait, de ce concept. Plusieurs chercheurs, dont Danesi (1993) et
Hobbs (2002), croient que le processus de pensée est enraciné dans les images
visuelles.
Les chercheurs en éducation ont pour leur part livré certaines typologies de l'image et
défini son rôle. Ainsi, Fang (1996) reconnaît six rôles aux illustrations des albums:
elles établissent le cadre de l'action, contribuent à développer les personnages et
l'intrigue, à fournir différents points de vue, ajoutent de la cohérence à l'œuvre et
renforcent le texte. Elles contribuent donc à améliorer la réception esthétique du
lecteur, à améliorer son langage et sa créativité. Quant à Levin, Anglin et Carney
(1987), ils reconnaissent quatre fonctions conventionnelles à l'image insérée dans un
texte: décorative, représentionnelle, organisationnelle et interprétative. Les images
organisationnelles constituent pour lui un cadre structurant le contenu d'un texte (ex.:
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
une carte géographique). Les images interprétatives sont celles qui aident à clarifier
un texte (cf. les schémas en biologie). Les images transformationnelles sont, pour leur
part, non conventionnelles et atypiques; ce sont celles qui procurent des clés
mnémoniques. Elles sont souvent créées par un lecteur voulant se remémorer sous
forme de synthèse différents éléments d'une information disparate.
Il existe aussi de nombreuses recherches sur l'image dans les manuels scolaires. Ainsi,
Huyhn (2008), par exemple, a analysé finement les différents rôles de l'image dans les
manuels de collèges et de lycées. Elle mentionne qu'on peut caractériser les images
selon qu’elles sont dans un rapport d’illustration muet au texte ou disert avec
médiation verbale, sous la forme d’une rubrique, d’un commentaire ou d’un
questionnaire à visée didactique. Elle parle d'image propédeutique à la lecture, qui
donne à voir le texte selon une analogie référentielle. L'image sert à donner des
repères historiques et culturels pour lire le texte: c'est un moyen de contextualisation
du texte littéraire
Jacquinot (1977) et Moles (1981) ont déploré que l'école française de leur époque se
soit centrée sur la seule utilisation de l'image comme «substitut analogique du
monde». Pour Jacquinot, le cinéma, entre autres, a trop souvent été utilisé en classe à
titre purement illustratif, en gommant les spécificités de son langage. Selon elle,
déferlement d'images mobiles de la télévision et du cinéma a un peu occulté
l'importance des images fixes telles que la photo, le dessin, la peinture, qui favorise
parfois plus une activité réflexive. Pour ces deux chercheurs, l'école française des
années 80 et 90 se méfiait de l'image, car elle pouvait s'opposer à l'écrit, sur lequel le
système d'apprentissage est fondé. L'image semblait aussi trop près de l'«imaginaire»,
ce qui semble pour certains l'antithèse du savoir, et donc de la rationalité. Avant que
n'apparaissent les écrans d'ordinateur, l'image, pour ces deux chercheurs, c'est surtout
celle de l'écran de cinéma et de l'écran de télévision, synonymes de pratiques
culturelles décriées par les élitistes de la culture.
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
2. Naissance, définition (s) et paramètres de la LITV
Après avoir décrit la naissance de la LITV, nous analyserons les nombreuses
tentatives de définitions auxquelles elle s'est prêtée, pour enfin souligner à quel point
l'arrivée des technologies de l'information et de la communication (TIC) et de la
perspective interdisciplinaire ont fait évoluer le concept.
2.1. Historique: les débuts de la LIV et les tentatives de
définition et de standardisation du champ
On s'accorde à dire que le père de la LITV telle qu'elle est actuellement connue dans
le monde anglo-saxon est John Debes, qui a mis de l'avant le concept en 1969, à la
première conférence nationale américaine sur la littératie visuelle. Il était alors
coordonnateur de projets éducatifs pour la compagnie Kodak de Rochester (NY) et
fondateur du Kodak Magazine. Cette publication commencera grâce à lui à réunir à
partir de 1967 des spécialistes de l'image et les éducateurs, qui commenceront ainsi à
dialoguer. Il est également le fondateur de la International Visual Literacy
Association (IVLA) en 1968. En 1970, le Centre de littératie visuelle de l'Université
de Rochester ouvrait ses portes. En 1969, l'émission de télévision Sesame Street,
subventionnée par la fondation Carnegie, commençait et contribuait ainsi à
développer la littératie des jeunes Américains d'âge préscolaire, dont la littératie
visuelle.
Pour Debes, la LITV réfère à un ensemble de compétences visuelles qu'un être
humain développe par le regard et d'autres expériences sensorielles. Il s'agit là, bien
évidemment, d'une définition incomplète, dont les paramètres restaient, à l'époque, à
explorer. Debes a répété en 1972 cette définition (cf. Fransecky et Debes, 1972) et a
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
mentionné que le développement de cette compétence est fondamental à
l'apprentissage. À l'époque où Debes a fait part de sa définition de la LITV, la
littératie n'était conçue que comme textuelle et c'est pourquoi la définition de la LITV
utilise des termes de la littératie classique. Par ailleurs, Debes a eu le mérite de faire
remarquer que les travaux de psychologie, des années 40 et 50, avaient porté une
grande attention aux relations entre le verbal et le visuel.
Avgerinou et Ericson (1997) retiennent pour leur part la définition de la LIV de
Curtiss (1978), qui parle d'habileté à comprendre un énoncé visuel, sur quelque
support qu'il soit et à s'exprimer dans au moins une discipline visuelle — on remarque
ici les deux volets: compréhension et production.
En 2001, la International Visual Literacy Association (IVLA), qui réunit tous les
chercheurs ayant de près ou de loin un rapport avec l'image, a mené une étude sur la
définition de la LITV et a abouti à la formulation suivante: «groupe de compétences
acquises en vue de l'interprétation et de la production de messages visuels » (Brill,
Kim et Branch, 2001, p. 9). Donc, on voit la continuité par rapport aux autres
définitions citées.
2.2. Les points de convergences des définitions selon divers
chercheurs
Tous les contributeurs à la définition de la LITV reconnaissent l'aspect
interdisciplinaire, touchant l'art, la philo, la linguistique, la psycholinguistique, la
psycho cognitive, la perception visuelle, l'imagerie mentale, la sociologie,
l'anthropologie culturelle, la technologie éducative, la sémiotique et les théories de la
communication. On trouvera dans le tableau 1, ci-dessous, les points de convergence
de toutes les définitions, selon Avgerinou (2009).
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
Tableau 1 – Les points de convergence dans les définitions de la littératie selon
Avgerinou (2009)
1- Affirmation de l'existence d'un langage visuel et de son parallélisme avec le
langage verbal;
2- LITV comme habileté cognitive touchant également le champ de l'affectif;
3- utilisation indifférenciée des termes « habiletés» et « compétences» en LITV;
4- reconnaissance des deux volets: compréhension et production;
5- affirmation que la LITV s'enseigne, s'apprend et peut se développer;
6- liens entre la LITV et les autres habiletés sensorielles;
7- liens serrés entre communication visuelle, pensée visuelle et apprentissage visuel,
en LITV;
8- affirmation de la nature interdisciplinaire de la LITV.
Par la suite, les chercheurs, dont particulièrement Avgerinou et Ericson (1997), ont
mieux défini le design visuel et l'analyse d'images. Le design visuel comporte des
éléments visuels de base : ligne, contour, direction, ton, couleur, échelle, dimension,
mouvement, à quoi il faut ajouter l'arrangement, l'équilibre, le dynamisme, l'emphase,
la fidélité et l'harmonie graphique. Pour l'analyse d'images, on procède généralement
en quatre phases: description des éléments graphiques composant l'image, analyse de
leurs combinaisons, interprétation du message communiqué et, enfin, appréciation
esthétique.
Avgerinou (2009) suggère une liste de onze compétences touchées par la LITV, qui
peut s'avérer utile pour les designs pédagogiques. On les retrouve dans le tableau 2 cidessous.
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
Tableau 2 – Les compétences en littératie visuelle, selon Avgerinou (2009)
1- Connaissance du vocabulaire visuel et de ses composantes: point, ligne, contour,
forme, espace, texture, lumière couleur, mouvement ;
2- connaissance des conventions visuelles: signes et symboles visuels et le sens que
la société leur reconnaît, en Occident;
3- pensée visuelle: l'habileté à transformer toute information en dessin, graphique,
image;
4- visualisation: processus par lequel l'image visuelle se forme;
5- raisonnement verbo-visuel: raisonnement logique et cohérent à partir d'images;
6- visionnement critique: application des habiletés en pensée critique à la LITV ;
7- discrimination visuelle: habileté à percevoir les différences entre les stimuli
visuels;
8- reconstruction visuelle: habileté à reconstruire dans leur forme originale des
images partiellement occultées;
9- sensibilité à l'association visuelle: habileté à associer des images visuelles portant
sur un même thème; liée à la sensibilité à l'association verbo-visuelle, qui porte sur
les liens entre les messages verbaux et leurs représentations visuelles pour en
rehausser le sens;
10- reconstruction du sens: habileté à visualiser et reconstruire verbalement ou
visuellement le sens d'un message à partir d'une base incomplète;
11- construction du sens: habileté à construire le sens d'un message visuel donné sur
la base d'une information visuelle ou verbale.
Des normes de compétences en LITV pour les niveaux lycées et universités ont été
adoptées en 2011, par la Association of College & Research Libraries des États-Unis,
et approuvées par une cinquantaine d'institutions d'enseignement. Le tableau 3, cidessous, résume ce que peut faire l'individu visuellement lettré, selon cette association.
Tableau 3 – Les normes de compétence en littératie visuelle pour les niveaux
secondaire et post-secondaire (Association of College & Research Libraries)
1- Préciser la nature du matériel visuel requis;
2- trouver le matériel visuel requis et y accéder;
3- analyser et interpréter le sens des images et des médias visuels;
4- évaluer les images et leurs sources;
5- utiliser efficacement les images et les médias visuels
6- produire des images et du matériel visuel significatif;
7- comprendre les enjeux éthiques, sociaux, légaux et économiques entourant la
création et l'usage des images et du matériel visuel et les utiliser de façon éthique.
Il existe également d'autres normes, dont celles de l'American Association of School
Libraries (AASL) (Standards for the 21st Century Learner). La National Council of
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
Teachers of English (NCTE) a écrit des normes pour tous les niveaux d'éducation, en
se basant sur le fait que l'étudiant du XXIe siècle doit pouvoir créer et analyser des
textes multimédiatiques. La bataille n'est pas gagnée. En effet, l'Association of
American Colleges and Universities qui avait inclus les compétences visuelles dans
ses normes en 2002 les a retirées en 2007.
2.3. La LITV, une interdiscipline moderne
Actuellement, sous la poussée des « études culturelles», la LITV s'oriente de plus en
plus vers une perspective interdisciplinaire, comme l'illustrent bien des revues
comme Visual Studies ou des sites comme «Culture visuelle. Média social
d'enseignement et de recherche». Pour Breitenstein (2013), la LITV est une
interdiscipline moderne, ce que l'on voit bien dans les travaux de l'IVLA, qui ont
permis de constituer le champ. Actuellement on voit même poindre des collaborations
transatlantiques. Ainsi, l'Université de Lille3 et le CNRS ont créé un réseau
thématique pluridisciplinaire et collaborent, depuis 2007, avec la Duke University sur
la notion de visual studies. De grandes universités américaines (comme la Cornell
University, la Chicago University et la Rochester University) ont des départements de
Visual studies de même que les universités européennes de Leuven (Belgique), de
Brighton (Grande-Bretagne), de Lund (Suède) et de Jocobs (à Bremen en Allemagne).
L'interdisciplinarité a ses forces et ses faiblesses. Ainsi, tous ne s'entendent pas sur le
concept d'interdisciplinarité. Il faut faire preuve de créativité pour surmonter les
barrières entre les disciplines traditionnelles. Souvent, on aboutit à des parallélismes
plus qu'à une véritable imbrication des disciplines affirme Dogan (2006), qui préfère
parler d'hybridation de fragments de champs disciplinaires comme en sciences
sociales (ex.: l'économie politique, la psychologie sociale...). L'hybridation n'est pas
seulement dans les termes: elle est aussi dans les méthodes. Ainsi, on peut se
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
permettre d'exporter des méthodes d'analyse quantitative comme la bibliométrie.
2.4. La redéfinition de la LITV lors de l'apparition des TIC:
LITVN
Les technologies numériques peuvent-elles augmenter les habiletés de littératie
visuelle? On ne le sait pas encore, mais, chose certaine, l'inverse est vrai: les habiletés
en lecture et en écriture aident l'usager à bien utiliser les interfaces graphiques du
Web.
Une très grande partie de l'information est maintenant numérique, réseautée et
accessible immédiatement. Les environnements virtuels se multiplient. Les modes
d'apprentissage changent donc. Les réseaux sociaux rendent floues les frontières entre
producteurs et consommateurs. En conséquence, il faut reconceptualiser la LITV qui
devient LITVN (littératie visuelle numérique), définie comme l'habileté à la fois en
compréhension et en production relative à l'information visuelle d'origine (Morgan
Spalter et van Dam, 2008. Pour ces auteurs, la LITVN, c'est l'habileté à : (1) évaluer
de façon critique le matériel visuel numérique, en deux ou trois dimensions, fixe ou
animé; (2) prendre des décisions sur la base de représentations visuelles numériques
de données ou d'idées; (3) utiliser l'ordinateur pour communiquer visuellement.
Il faut donc préparer adéquatement de nouveaux producteurs/consommateurs: ceux de
la LITVN, qui auront les habiletés et connaissances suivantes (voir tableau 4 cidessous), s'ajoutant aux connaissances et habiletés de la simple LITV.
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
Tableau 4 – Les habiletés et connaissances nécessaires en littératie visuelle
numérique (Morgan Spalter et van Dam, 2009)
1- Une connaissance fonctionnelle des éléments visuels produits numériquement;
2- une compréhension de base des éléments du design visuel et des médias qui y sont
reliés;
3- une attitude rationnelle et non dépendante des émotions, face à la perception des
éléments visuels;
4- une compréhension des aspects représentationnels, explicatifs abstraits et
symboliques des images;
5- une habileté à appliquer leurs connaissances visuelles à l'aide des médias
électroniques;
6- une capacité à être des consommateurs informés et critiques de l'information
visuelle;
7- une habileté à être des producteurs d'information visuelle;
8- une capacité à être des communicateurs visuels efficaces;
9- une capacité à être des «penseurs visuels» expressifs et innovants dans la solution
de problèmes.
Pour Morgan Spalter et van Dam (2009), il a fallu, pour que la LITVN existe, que la
science des ordinateurs progresse, surtout depuis les années 80. Il a fallu aussi que se
crée le WWW (world wide web) et son monde visuel numérique, nécessitant ainsi une
meilleure éducation visuelle, facilitant la recherche et le partage d'images. Cela a
changé, disent-ils, le rôle de l'image dans notre culture.
3. Les liens de la LITV avec les multilittératies
On peut légitimement se demander les liens qu'entretient conceptuellement la LITV
avec la multilittératie, dont la naissance, à la fin des années 90, coïncide avec l'essor
de la LITV sous l'impulsion des nouvelles technologies.
C'est en 1996 que se sont réunis aux États-Unis une dizaine de chercheurs anglosaxons (Gee, Luke, Cope, Kalantzis, etc.) provenant de diverses disciplines et tous
intéressés à reconceptualiser la littératie. Ce New London Group (1996, 2000),
comme il s'est appelé, était interpellé par les changements importants des moyens de
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
communication et, également, par l'hétérogénéisation croissante des populations
occidentales, sous l'effet des migrations. Leur manifeste de 1996 a donc pris parti
contre une conception de la littératie fondée uniquement sur la communication
graphique et proposé comme alternatives le concept de littératies multiples (ou
multilittératies).
Comme l'ont souligné les membres du New London Group (1996), dans le terme
même de «multilittératies» on retrouve l'idée de multiplicité des modes de fabrication
du sens, soit les modes visuel, auditif, textuel, etc. tout autant que les contextes
sociaux de ces modes. En conséquence, ces chercheurs insistent beaucoup sur une
pédagogie insérée dans la culture d'un groupe. L'adoption de la multilittératie donne
accès à un monde plus complexe et met l'accent sur l'engagement critique nécessaire
pour participer pleinement au futur.
Pour le New London Group, la LITV n'est que l'un des six éléments des
multilittératies, avec
la littératie tout court (linguistique), les littératies auditive,
gestuelle, spatiale et multimodale (cf. la figure 2). Plus spécifiquement, le London
Group veut tenir compte des images et de leurs relations avec l'écrit, de même que de
l'interface entre les sens linguistiques et visuels dans le multimédia. Pour eux, les
multilittératies créent leur propre pédagogie. Celle-ci doit être basée sur des
expérimentations qui supposent une manipulation d'éléments (linguistiques et visuels)
afin que les étudiants développent des habiletés et un métalangage. On doit leur faire
prendre compte du contexte sociopolitique et du but de ces éléments, qu'ils en soient
analystes ou créateurs.
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
Figure 2 – Le modèle des multilittératies du New London Group (1996, p. 24)
Parallèlement à ces chercheurs, d'autres, tels Kress (2010), Jewitt (2008), Jewitt et
Kress (2003), Hobbs et Frost (2003), Kress et Van Leeuwen (1996), stimulés par
l'apparition des nouveaux médias, s'interrogeaient sur les dimensions sémiotiques
d'une littératie en mutation. On leur doit d'avoir mis de l'avant le rôle des divers
modes (linguistique, iconique, auditif, gestuel) dans la création du sens et la mise de
l'avant du paradigme de la «multimodalité», conjugaison d’au moins deux modes
sémiotiques dans la production / émission / réception / compréhension d’un message.
C'est le fondement même de la littératie multimodale, fécondée concurremment par
les multilittératies et leur idée de prolifération des canaux médiatiques, d'où le fait que
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
cette littératie soit mieux connue sous le nom de littératie médiatique multimodale
(multimodal media literacy).
Le modèle de Kress et Van Leewen (1996) exposé dans leur Grammaire de l'image
(The Grammar of Visual Design) offre un cadre utile à la compréhension
métalinguistique. Les deux auteurs se sont inspirés de la linguistique systémique
fonctionnelle de Halliday (1994) pour bâtir leur modèle, qui rend compte du fait que
tout texte a des aspects sociaux, culturels et contextuels qu'il faut considérer, de même
que la prise en considération de leur but (intentions) et de leur auditoire. Dans leur
modèle, les images représentent des actions, des objets, un décor. Elles créent une
relation significative avec le spectateur par l'usage de la couleur, de l'angle, du type de
média employé, etc. Ainsi donc, la place de la LITV se distingue mieux, à l'intérieur
de ce modèle. Les données visuelles, et donc la LITV, ne font pas partie d'un monde à
part, mais sont bel et bien insérées à la fois dans les multilittératies et dans la littératie
médiatique multimodale. D'ailleurs, les théoriciens tant des multilittératies que de la
littératie médiatique multimodale croient que, si l’on situe la littératie visuelle dans le
cadre plus général qui est le leur, on accède à des niveaux différents et plus étoffés
d'analyse de l'image. Les multilittératies, la littératie médiatique multimodale et la
LITV partagent d'ailleurs quelques points communs: soit le fait qu'elles constituent un
«langage», qu'elles se concrétisent tant sur des supports traditionnels que numériques,
et, enfin, qu'elles se veulent critiques des contenus idéologiques sous-jacents aux
messages véhiculés, et donc, socialement responsables.
4. Pour une prise en compte de la littératie visuelle à l'école
J'ai déjà souligné le fait que l'école se méfie quelque peu de la littératie visuelle. Dans
un premier temps, je reviendrai sur les raisons de cette méfiance, pour ensuite parler
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
des objectifs d'une éducation à la LITV et, finalement, de ce qui pourrait être fait aux
niveaux primaire et secondaire.
4.1. Les jeunes et leurs habiletés avec les images
Les adolescents, plus particulièrement, sont littéralement envoûtés par l'image
(Hersent, 2003). Ils ont connu de grands bouleversements de l'offre audio-visuelle,
surtout de l'offre numérique. Les écrans occupent dorénavant une place démesurée
dans leurs loisirs. Ils se promènent dans un marécage d'informations visuelles et n'ont
aucune formation pour les déchiffrer systématiquement et les évaluer de façon
critique, aux dires de plusieurs auteurs (Metros, 2008; Sosa, 2009, etc.).
Cette omniprésence affecte inévitablement leur rapport à l'écrit, donc leur rapport aux
images et celui à l'école. Ont-ils pour autant les habiletés de décodage et de
compréhension de l'image que j'ai évoquées précédemment? Maîtrisent-ils
particulièrement celles d'analyser le mérite esthétique d'une œuvre et de la situer dans
son contexte culturel? Rien n'est moins sûr, et ceci sans parler des techniques de
production d'une image en adéquation avec les objectifs de communication recherchés
De plus, ils éprouvent de la difficulté à s'exprimer eux-mêmes visuellement, à évaluer
la valeur d'une image par rapport à une série d'autres. Ils copient des images sur le
Net, mais peinent à en dessiner une. Ils peuvent tourner un vidéoclip en accolant des
images, mais peinent à rédiger un script. Ce manque d'acuité visuelle commence dès
le jeune âge, car la LITV ne s'enseigne pas, ou tout comme (problème de la prétendue
supériorité du verbal sur le visuel, comme mentionné précédemment). Les
psychologues cognitivistes nous apprennent pourtant que l'œil humain recherche
spontanément l'ordre et la hiérarchie visuelle, et que le fait de miser sur le visuel peut
dans certains cas, clarifier des concepts complexes et réduire la charge cognitive.
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
Grâce à Brumberger (2011), on dispose d'un portrait statistique contrasté sur les
habiletés technologiques des jeunes. Devant l'absence de fondements empiriques à
l'assertion de Prensky (2001) à l'effet que les jeunes de l'ère numérique auraient
développé des connaissances certaines en littératie visuelle et numérique, Brumberger
(2011) s'est lancé dans une recherche terrain sur le sujet. Il a administré sur le web un
questionnaire portant sur la littératie visuelle à 485 étudiants du Virginia Tech, dont la
moyenne d'âge était de 19,4 ans, échantillon mâle à 59% et caucasien à 82%. La
moitié des 90 questions portait sur les usages et habiletés en littératie visuelle. Il
apparaît que dans leurs usages du web, les sujets font davantage confiance aux
informations écrites qu'à celles qui sont illustrées: ainsi, sur des sites de
géolocalisation tels que Mapquest ou Google Map, ils sont 67% dans ce cas. Leur
usage des appareils photo et vidéo numériques va dans le même sens. Ainsi, 82%
disent utiliser un appareil photo numérique, mais 55% le font moins d'une fois
semaine. Quant à leurs habiletés avec ces appareils, elles varient: 54% s'estiment
légèrement compétents dans l'utilisation d'un appareil photo numérique et 11%
seulement se trouvent très bons. Concernant l'édition de leurs photos, seuls 14% se
disent assez habiles pour les retoucher et le font fréquemment, 10% ne le faisant
jamais, et 38%, rarement.
Plus de la moitié des sujets de Brumberger (2011), soit 57%, n'utilisent pas du tout la
caméra vidéo. Des 43% qui restent, les deux tiers le font moins d'une fois par mois et
se déclarent eux-mêmes peu habiles avec l'appareil. Ils ont commencé à le manipuler
vers 13 ou 14 ans. La moitié de ces utilisateurs occasionnels ne manipule jamais les
vidéos tournées à l'aide de logiciels spécialisés.
L'enquête de Brumberger (2011) a également touché les logiciels utilisés pour les
présentations (ex.: Powerpoint), pour l'édition de photos et d'images (ex.: Adobe
Photoshop), pour le dessin (ex.: Adobe Illustrator) et pour la construction de sites web
(ex.: Adobe Dreamweaver), qui sont tous des logiciels ayant une forte orientation
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
visuelle. Les sujets se trouvent moyennement habiles ou très habiles à utiliser
Powerpoint. Les auto-perceptions en habiletés d'édition de photos et d'images sont
légèrement moindres, 38% des répondants se déclarant ici très habiles et 21%,
légèrement habiles. Pour ce qui est de la manipulation des logiciels d'illustration, les
perceptions baissent encore: 18% se déclarent très habiles et 40%, légèrement habiles.
Quant à la création de sites web, c'est une activité où 15% des sujets s'estiment très
compétents (ces mêmes sujets maîtrisent d'ailleurs les langages HTML et XML) et un
autre 11%, moyennement compétents, 53% des sujets n'y ayant jamais touché.
L'enquête a abordé la question de la confiance des sujets quant à la fiabilité des
images et illustrations diverses. Étonnamment, 87% des sujets présument que les
images vues sur le Web sont ou parfois ou souvent manipulées (altérées), et ceci, que
le site web soit reconnu ou non pour son sérieux et sa crédibilité. Ceci est très
différent de ce qui se passe pour les journaux, car seulement 35% des sujets croient
que les images qu'ils contiennent aient pu être altérées, ce qui est à peu près le même
pourcentage que pour les revues. Le questionnaire d'enquête présentait même des
exemples de photos (phénomènes naturels, actualités politiques ou sociales) en
demandant si elles étaient altérées. L'analyse des résultats démontre que le jugement
des sujets se base sur des critères subjectifs et qu'ils manquent de références ou de
culture pour interpréter correctement les photos: les pourcentages de bonnes réponses
varient selon les photos, mais sont inférieurs à 50%.
Une pareille enquête remet en question l'affirmation de Prensky (2001) et prouve que
même une interaction constante avec les nouvelles technologies ne crée pas
automatiquement des habiletés de littératie visuelle: il faut enseigner celles-ci pour les
développer optimalement.
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
4.2. Le rôle incontournable de l'école
C'est en raison de la prolifération des images auxquelles les jeunes sont exposées et de
l'inertie qui les guette face à elles qu'il faut aider la nouvelle génération à les décoder,
en insérant la LITV dans les programmes. Morgan Spalter et van Dam (2009)
s'étonnent d'ailleurs que l'institution scolaire tarde à le faire. La LITV serait-elle trop
interdisciplinaire? Les méthodes et approches pédagogiques seraient-elles trop
exigeantes pour l'enseignant? On peut aussi avoir une autre explication à l'aspect
marginal de la LITV à l'école, soit leur suspicion envers les images, leur pouvoir de
manipulation et leur subjectivité prêtant à interprétation. Cette crainte est ancienne et
toujours d'actualité: que l'on pense à l'allégorie de la caverne chez Platon, aux
iconoclastes du temps de la Réforme, aux talibans détruisant les bouddhas géants de
Bâmiyân, et ceci, près de 200 ans après la création des premiers appareils photo. Par
ailleurs, il se peut, comme le croit Bamford (2003) qu'une partie de la LITV se
développe spontanément chez l'élève, sans input professoral. Il faut cependant
l'affiner, sinon, elle reste superficielle. Le fait de l'enseigner permet de développer la
pensée critique, d'appuyer le développement des habiletés verbales et écrites, etc.
Il serait donc souhaitable d'intégrer la LITV tout au long du curriculum, par la
production d'images, la manipulation d'images à l'aide de diverses techniques,
l'analyse de valeurs contenues dans l'image, l'expérimentation de logiciels d'images
(Adobe Photoshop), des activités diverses basées sur les images (création de cartes de
vœux, examen de logos de compagnies, création d'un dico visuel, création d'images
stéréotypées).
Parmi les pays qui se sont lancés dans l'aventure, on peut mentionner l'Australie et,
dans une moindre mesure, la Grande-Bretagne et les États-Unis, dont les curriculums
audacieux font la part belle à la LITV, mais, en général, celle-ci est le fait d'esprits
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
audacieux et individualistes. Ces enseignants habituent leurs élèves à réfléchir et à
s'exprimer de façon multimodale. Ils les incitent à aller au-delà de la copie d'images
sur le Web et à comprendre le contexte culturel et social de ces images, à identifier
leur signification historique, leur style, leurs techniques de production, à évaluer avec
les termes adéquats leurs mérites esthétiques, à y réagir émotivement, à les évaluer au
plan éthique et, enfin, à les créer. En France, par ailleurs, on accorde une place
importante au cinéma et à l'audiovisuel dans le cadre plus large de l'éducation à
l'image, comme le veut le Ministère de l'Éducation Nationale. Depuis quelques années,
on élargit l'étude aux jeux vidéos et aux œuvres numériques, sans pour autant que les
expressions « littératie médiatique multimodale»
ou « littératie visuelle» soient
utilisées. Au Québec, l'étude de l'image est cantonnée aux cours d'arts plastiques et
aux rares parcours en littératie médiatique multimodale que tentent des enseignants de
français utilisant de façon créative les nouvelles technologies; les programmes
officiels, pour leur part, n'ont pas encore abordé les relations texte-image.
4.3. Les objectifs éducatifs de la LITV
En 2003, la North Central Regional Educational Library (NCREL) (Bibliothèque
éducative régionale centre-nord) (cité dans Hattwig, Bussert, Medaille et Burgess,
2013) a préparé une liste d'objectifs de littératie visuelle pour les besoins spécifiques
des éducateurs. Ces objectifs touchent à la fois l'analyse, l'interprétation et la création
d'éléments visuels. Selon la NCREL, un élève qui a des compétences en LITV peut
comprendre les éléments de base du design, des techniques et des médias visuels;
contrôler les influences émotives et cognitives dans sa perception des éléments
visuels; et enfin, comprendre une grande variété d'images: représentationnelles,
explicatives, abstraites et symboliques. C'est donc à la fois un producteur et un
consommateur d'information visuelle, de même qu'un critique de celle-ci.
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
Les chercheurs s'entendent généralement pour dire que l'enseignant doit composer
avec la complexité des images médiatiques et avec les manipulations techniques dont
elles ont fait l'objet. Son rôle est surtout de montrer aux élèves comment organiser et
évaluer l'information transmise par les images, que celles-ci soient analogiques ou
numériques. À la fin du processus, les élèves devraient être devenus plus critiques des
images que leur présentent les médias.
On peut distinguer deux grandes approches dans l'enseignement de la LITV. La
première est celle dans laquelle l'enseignant guide ses élèves dans le décodage des
éléments visuels en leur enseignant d'abord des habiletés analytiques. La production
visuelle ne vient qu'ensuite. L'autre approche mise sur la production en LITV comme
moyen d'enrichir la littératie verbale, en associant l'image à la culture populaire et à la
grande culture.
5. Perspectives pragmatiques en littératie visuelle
Il est parfois difficile d'isoler des expérimentations portant sur la LITV de celles
portant sur la littératie médiatique multimodale, où l'image joue tout de même un rôle
important. J'en citerai néanmoins quelques-unes qui me semblent porteuses.
5.1. L'expérience de Shurtleff (2006) sur la production de vidéos
et la visualisation
Le but du chercheur était d'explorer les préférences de ses étudiants pour les textes
graphiques et les films, de même que leurs associations visuelles. Il voulait également
tester les réactions de faibles lecteurs face à l'utilisation du script et de la production
vidéo. L'auteur a dû familiariser ses élèves avec la terminologie cinématographique en
début de parcours et leur en a donné des exemples dans différents films. Il a vu que le
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
script et la production vidéo aidaient les non-lecteurs à visualiser un texte écrit et que
même les lecteurs qui les utilisent ont de meilleures interactions avec un texte écrit. Il
rejoint Goodman (2003), pour lequel la création de vidéos est l'un des meilleurs
moyens pour développer
la littératie critique. Il conforte également la thèse de
Neuman (1995), selon lequel certaines habiletés cognitives propres à la lecture, telles
que la création d'inférences et la visualisation, peuvent être améliorées par des
pratiques métacognitives explicites utilisant la vidéo, le film ou tout autre matériel
non imprimé.
5.2. L'expérience de Callow (2008) sur l'utilisation des textes
multimodaux pour accéder à l'interprétation critique
S'inspirant des travaux de Kress et van Leeuwen (1996), Callow (2008) a présenté des
textes écrits, visuels et multimodaux à une classe sur le thème de la démocratie. Il a
pratiqué l'étayage auprès des élèves, de façon à ce qu'ils apprennent non seulement la
grammaire visuelle, la composition des textes multimodaux, mais également l'analyse
critique à propos de l'utilisation de ces images en politique et campagne publicitaire
électorale. Il a appliqué un modèle sémiotique fonctionnel pour décrire les textes
utilisés (soit des textes représentatifs de la situation, des participants, etc.), ayant des
aspects interactifs (concernant les relations entre l'objet vu et le spectateur) et des
aspects compositionnels (structure et poids de l'information entre les divers éléments
visuels du message).
Après avoir lu le matériel fourni, les élèves ont eu à produire un dépliant électoral, en
faisant la démonstration de leur esprit critique face aux images et en adoptant un
métalangage visuel. Ainsi, ils ont beaucoup appris à propos de la démocratie, tout en
s'initiant à la LITV. Pour l'auteur, le plaisir démontré par les élèves lors de la lecture
et de l'interprétation des images leur permet de développer des compétences
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
métalinguistiques et multimodales susceptibles d'être réinvesties dans la création de
textes multimodaux.
5.3. Le Visual Literacy Project
Junius Wright, un enseignant en Language Arts (arts langagiers) (littérature
européenne et écriture de création) à la Academic Magnet High School de Charleston,
en Caroline du sud a mis sur pied le Visual Literacy Project. Le projet en question est
doté d'un site Internet complet fournissant des exemples de leçons et de ressources. Il
est également accompagné d'un blogue et d'entrevues d'artistes. Il est destiné à aider
les enseignants à intégrer la LITV dans leurs classes. Les propositions pédagogiques
retrouvées sur ce site sont originales. Ainsi, le projet Shrek initie à la satire et le projet
Othello, à l'humanisme de la Renaissance. On présente une exploration du
romantisme à travers l'art et la poésie. Les différentes formes d'art sont touchées: non
seulement la littérature, mais aussi la musique, l'architecture et le cinéma.
Les leçons proposées font toutes appel à du matériel visuel, numérique ou non. Par
exemple, pour Shrek, on nous donne des liens vers des vidéoclips satiriques, de même
qu'une liste de sites web contenant des contes de fées à partir desquels produire une
satire. Le site de Wright n'est pas le seul sur le sujet, mais il nous semble exceptionnel
par son souci d'interdisciplinarité et d'auto-formation des enseignants.
5.4. Les projets du Groupe LITMEDMOD intégrant l'image
Ce groupe de recherche a mené plusieurs expérimentations où le rôle de la littératie
visuelle est important. Ainsi, dans un projet d'exposition virtuelle (Lebrun, 2012), des
élèves de 15 ans ont eu à créer un diaporama sur l'un des thèmes rattachés à la
Préhistoire, à la suite de la lecture du roman Pourquoi j'ai mangé mon père, de Roy
Lewis.
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
Le cadre théorique de l'expérimentation tient compte des travaux de Boubée (2007)
sur la recherche d'images numériques chez les jeunes, de même que de ceux de
Bertrand et Carion (2007) sur les opérations cognitives, telles que la comparaison et la
référence faites à partir des images. Pour la classification des images produites par les
élèves, trois typologies sont retenues, soit celle de Barthes (1964), basée sur les
différences entre les images d'ancrage et de relais, celle de Marsh et White (2003), sur
les relations plus ou moins étroites entre l'image et le texte, et celle de Salway et
Martinec (2004), de nature logico-sémantique, sur les rapports d'égalité de statut entre
le texte et l'image (voir la figure 3).
Figure 3 – Cas de relation prédominante de l'image sur le texte (Lebrun, 2012,
travaux d'élèves)
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
Une autre recherche du groupe LITMEDMOD porte sur l'écriture d'une
autobiographie multimodale sur Evernote (application permettant de combiner textes,
images et sons) d'élèves de 15 ans à la suite de la lecture du récit Un ange cornu avec
des ailes de tôle, de Michel Tremblay (Lebrun, 2013). La grille d'analyse des
productions multimodales tient compte des icônes culturelles de la culture populaire
selon les trois perspectives de Hagood, Alvermann et Heron-Ruby (2010), soit la
culture de masse, la culture folklorique et la culture de la vie quotidienne. Les icônes
culturelles étant intertextuelles et hypertextuelles par nature, on peut analyser les sens
qu'elles portent par connotation. Dans le travail d'un élève présenté en figure 4, on
voit que Harry Potter est devenu, pour l'adolescent du début du XXIe siècle, une icône
culturelle car il porte en lui des valeurs de fantaisie et de pouvoir de l'imaginaire
(transcrites tant par le texte que par l'image) qui se sont ancrées dans sa mémoire et
l'ont aidé à bâtir son identité.
Figure 4 – Harry Potter, une icône culturelle (Lebrun, 2013, travaux d’élèves)
Cette série m'a touché profondément
, tellement que je suis devenu un fanatique
des sites de fanfiction. La série est vraiment unique, parce qu'elle nous entraîne dans un monde
magique où les
coexistent avec les Moldus, individus qui n'ont aucun
pouvoir magique
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
J'aime tellement les héros de la littérature fantastique
que je me replonge sans arrêt
dans cette saga
extraordinaire
Conclusion
La technologie a vraiment changé la relation de l'école avec l'image, et ce n'est qu'un
début. L'école formera de plus en plus des êtres «visuellement lettrés». Cela signifie,
entre autres (Griffin, 2010), que les élèves devront connaître l'histoire des formes
visuelles d'expression tout autant que les pratiques de la littératie visuelle,
particulièrement les techniques visant un effet particulier. Ils seront à l'aise dans la
manipulation de la photographie, du film, de la vidéo, du design graphique. Ils auront
de l'acuité visuelle et seront capables
d'articuler tous les éléments visuels pour
développer une compétence visuelle, celle-ci étant souvent alliée à la compétence
multimodale.
Le présent collectif parle de littératie visuelle sous divers noms: littérature illustrée,
littératie illustrée, littérature de jeunesse. On passe de l'abécédaire à l'album, puis au
livre illustré, dont les bandes dessinées. Il est largement question d'accompagnement
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
de la lecture, d'analyse de manuels, de projets d'innovation pédagogique en lecture et
dans d'autres disciplines recourant à l'image, mais moins de l'image comme langage à
part entière dans une perspective multimodale et encore moins du versant numérique
de la littératie visuelle. Il faut en conclure que la littératie visuelle a encore besoin
qu'on l'explore à la fois théoriquement et empiriquement...
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
Références
Ardon, S. (2002). L'image et la pédagogie dans l'enseignement secondaire (rapport de
recherche bibliographique). Lyon, France: École nationale supérieure des sciences de
l'information et des bibliothèques.
Avgerinou, M. (2009). Re-viewing visual literacy in the “bain d’images” era.
TechTrends, 53( 2), 28-34.
Avgerinou, M. et Ericson, J. (1997). A review of the concept of visual literacy. British
Journal of Educational Technology, 28 (4), 280-291.
Association of Colleges and Research Libraries (2011). ACRL Visual literacy
competency standards for higher education. Récupéré de: http://www.ala.org/acrl/
standards/visualliteracy
Baetens, J. (2013). Image and visual culture after the pictorial turn: an outsider's note,
Visual Studies, 28(2), 180-185.
Bamford, A. (2003). Visual literacy white paper. Adobe Systems. Récupéré de
www.adobe.com/uk/education/m pdf/adobe_visual_literacy_paper.pdf. 1-3
Barthes, R. (1964). Essais critiques. Paris, France: Seuil.
Bertrand, M.-È. Et Carion, F. (2007). Image, cognition et éducation au développement.
Spirale, 40, 41-63.
Boubée, N. (2007). L’image dans l’activité de recherche d’information des élèves du
secondaire : ce qu’ils font et ce qu’ils en disent. Spirale, 40, 141-150.
Breitenstein, M. (2013) Toward an understanding of visual literacy: Examination of
conference papers of the International Visual Literacy Association, 1991-2000 (thèse
de doctorat non publiée). Long Island University, New-York, NY.
Brill, J.M., Kim, D. et Branch, R.M. (2001). Visual literacy defined: The results of a
Delphi study IVLA (operationally) define visual literacy? Dans R.E. Griffen, V.S.
Williams anetd J. Lee (dir.), Exploring the visual future: Art Design, science and t
echnology (p. 9-15). Blacksburg, VA: The International Visual Literacy Association.
Brumberger, E. (2011). Visual literacy and the digital native: An examination of the
millennial learner. Journal of Visual Literacy, 30(1), 19-46.
Callow, C. (2008). Show me: Principles for assessing students’ visual literacy. The
Reading Teacher, 61(8), 616–626.
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
Curtiss, D.C. (1978). Introduction to visual literacy. Englewood Cliffs, N.J.: PrenticeHall.
Danesi, M. (1993). Vico, metaphor, and the origin of language. Indianapolis, IN:
Indiana University Press.
Dogan, M. (1996). The hybridization of social science knowledge. Library Trends,
45(2), 296-315.
Fang, Z. (1996). Illustrations, text and the child reader. What are pictures in children's
storybooks for? Reading Horizons, 37, 130-142.
Fransecky, R. B. et Debes, J. L. (1972). Visual literacy: A way to learn – A way to
teach. Washington, DC: Association for Educational Communications and
Technology.
Goodman, S. (2003). Teaching youth media: A critical guide to literacy, video
production, and social change. New York, NY: Teacher’s College Press.
Griffin,M. (2010). Conceptualizing the visual in visual literacy education: Challenges
and shortcomings. Communication présentée au Fourth Global conference, Visual
Litteracies: Exploring Critical Issues, Oxford, Angleterre. Récupéré de:
http://www.inter-disciplinary.net/at-the-interface/education/visual-literacies/projectarchives/4th/session-7-conceptualizing-the-visual-in-studies-of-visual-literacychallenges-and-shortcomings/
Hagood, M. C., Alvermann, D. E. et Heron-Hruby, A. (2010). Bring it to class: Unpacking
popular culture in literacy learning. New York, NY: Teachers College Press.
Halliday, M.A.K. (1994). Introduction to functional grammar (2e éd.). Londres,
Royaume-Uni: Edward Arnold.
Hattwig, D., Bussert, K., Medaille, A. et Burgess, J. (2013). Visual literacy standards
in higher education: New opportunities for libraries and student learning. Libraries
and the Academy, 13(1) 61–89.
Hersent, J.-F. (2003). Les pratiques culturelles adolescentes. France, début du 3e
millénaire. Bulletin des bibliothèques de France, 48(3), 12-21.
Hobbs, C. (2002). Learning from the past: Verbal and visual literacy in modem
rhetoric and writing pedagogy. Dans K. S. Fleckenstein, L. T. Calendrillo, et D. A.
Worley (dir.), Language and image in the reading-writing classroom: Teaching vision
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
(p. 27-44). Mahwah, NJ: Lawrence Erlbaum.
Hobbs, R et R. Frost (2003). Measuring the acquisition of media-literacy skills.
Reading Research Quarterly, 38(3), 330-355.
Huyn, J.-A. (2008). L'image dans des manuels de collège et de lycée : 1990-2006.
Le français aujourd'hui, 161, 21-32.
Jacquinot, G. (1977). Image et pédagogie: analyse sémiologique du film à intention
didactique. Paris, France: Presses Universitaires de France.
Jewitt, C. (2008). The visual in learning and creativity: A review of the literature.
Londres, Royaume-Uni: Art Council England & University of London.
Jewitt, C. et Kress, G. (dir.) (2003). Multimodal literacy. New York, NY: Peter Lang.
Julliard, V. (n.d.) Sémiotique des contenus. L'image fixe. Récupéré
http://artisiou.com/vjulliar/lib/exe/fetch.php?media=7imagefixe_bis.pdf
de
Kress, G. (2010). Multimodality: A Social Semiotic Approach to Contemporary
Communication. Londres, Royaume-Uni: Routledge.
Kress, G. et Van Leeuwen, T. (1996). Reading images: The grammar of visual design.
Londres,Royaume-Uni: Routledge.
Lebrun, M. (2012). Développer des compétences multimodales en préparant une
exposition virtuelle en français. Dans Lebrun, M., N. Lacelle et J.-F. Boutin (dir.), La
littératie médiatique multimodale. De nouvelles approches en lecture-écriture à
l’école et hors de l’école (p. 141-156). Québec, Canada : Presses de l’Université du
Québec.
Lebrun, M., (2013). Cultural Icons in multimodal writing: How image and text
combine to create cultural identity. Communication présentée au Fourth International
Conference on the Image, Chicago, IL.
Levin, J.R. Anglin, G.J. et Carney, R.N. (1987). On empirical validating functions of
pictures in prose. Dans Willows, D.M. et Houghton, H.A. (dir.) The Psychology of
Illustration: Basic Research (p 51-85). New-York, NY: Springer.
Marsh, E.E. et White, M.D. (2003). A taxonomy of relationships between images and
text: additional examples illustrating its application. Journal of Documentation, 59
(6), 647-672.
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
Metros, S. E. (2008). The educator's role in preparing visually literate learners. Theory
Into Practice, 47(2), 102-109.
Mitchell, W.J.T. (1986). Iconology:Images, Text, Ideology, Chicago, IL: Chicago
University Press.
Moles, A. (1981). L'image: communication fonctionnelle. Paris, France: Casterman.
Morgan Spalter, A. et van Dam, A. (2008). Digital visual literacy. Theory into
Practice, 47(2), 93-101.
Neuman, S. (1995). Literacy in the television age: The myth of the television effect.
Norwood, NJ: Ablex.
New London Group (1996). A pedagogy of multiliteracies: Designing social futures.
Harvard Educational Review, 66(1), 60-92.
New London Group. (2000). A pedagogy of multiliteracies: Designing social futures.
Dans B. Cope et M. Kalantzis (dir.), Multiliteracies: Literacy learning and the design
of social futures (p 9-38). South Melbourne, Australie: Macmillan.
Prensky, M. (2001). Digital natives, digital immigrants. On the Horizon, 9 (5), 1-6.
Rajewsky, I. O. (2005). Intermediality, intertextuality, and remediation: A literary
perspective on intermediality, Intermédialités, 6, 43-64.
Robertson, M.S.M. (2007). Teaching visual literacy in the secondary
english/language arts classroom: An exploration of teachers' attitudes, understanding
and application (thèse de doctorat inédite). Kansas State University, KS.
Salway, A. et Martinec, R. (2004). Image-text combinations. Communication
présentée au International Multimedia Modelling Conference, Melbourne, Australie.
Récupéré
de :http://www.computing.surrey.ac.uk/personal/pg/A.Salway/pdfs/
imagetextcombinations.doc
Shurtleff, S.J. (2006). Visual literacy as a method of understanding texts in the
language arts classroom: Storyboarding and video production (mémoire de maitrise
non publié). Kent State University, Kent, OH.
Sosa, T. (2009). Visual literacy: The missing piece of your technology integration
course. TechTrends, 53(2), 55-58.
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)
Vygotsky, L. S. (1972). An experimental study of concept formation. Dans P. Adams
(dir.), Language in thinking (p. 277-305). Harmondsworth, Royaume-Uni: Penguin.
Wright, J. (s.d.). The Visual Literacy Project. Récupéré de: http://www.readingart.net/
© Tous droits réservés
Revue de Recherches en LMM (r2lmm.ca), vol. 2 (2015)

Documents pareils