VLE 112 Mai 2014_Journal

Commentaires

Transcription

VLE 112 Mai 2014_Journal
www.lavoixletudiant.com
Etudes - Métiers - Société - Culture - Internet
Bimestriel - n° 112 - Mai - Juin 2014 - 0,95 €
QUE FAIRE
APRÈS UN BAC
MÉTIERS
Les métiers du social.
p10
+2/3 ?
ÉTUDES
INTERNET
Révisions : Objectif bac !
p11
Netflix, la révolution
des soirées télé. p15
NEWS
Réalisé par Stéphnaie Morelli
réagissez à cet article :
[email protected]
Nouveautés
Edhec
L’EDHEC Business School signe un
nouvel accord de partenariat avec
Boston University School of Management. Dans le cadre du Master of
Science in Global Business, dès la
rentrée de septembre 2014, les
étudiants peuvent choisir de suivre
le programme IT Stratégies for a
Networked Economy et étudier les
problématiques liées à l’information et le traitement de données.
Autre nouveauté : un master «Master of Science in Creative Business», qui remplacera le «Master
of Science in Art & NGO Management». Ce nouveau master, enseigné totalement en anglais, propose
une spécialisation dans le domaine
des arts, du divertissement et de
l’innovation culturelle et sociétale.
L’Edhec a de nouveau obtenu l’accréditation AACSB, pour cinq ans,
ce qui la place parmi les 5% d’établissements distingués dans le
monde par ce label d’excellence.
IPHC nouvelle
version
L’IPHC change d’identité : un nouveau nom et un nouveau logo pour
l’école. L’IPHC devient inGHenia,
ingenia pour l’intelligence, l’esprit,
le savoir-faire, le génie, «GH»
comme Grand Hainaut, son territoire d’origine et un logo aux cou-
2
leurs de la CCI Grand Hainaut et de
Mines Douai. Cette nouvelle identité veut renforcer le rayonnement
de l’école et offrir aux apprentis-ingénieurs et aux diplômés une meilleure visibilité au travers d’un partenariat fort avec Mines Douai. Par
la création d’un campus alternance, Mines Douai et la CCI Grand
Hainaut se dotent d’un nouvel outil
qui permettra la mise en œuvre de
nouvelles filières à même de garantir le développement pérenne
de l’IPHC. Pour mener à bien ce
nouveau projet, un nouveau directeur, Stéphane Bette, a été nommé
à la tête de l’établissement.
Entrepreneuriat :
Lille 1 s’associe à
la CCI Grand Lille
Lille 1 et la Chambre de Commerce
et d’Industrie (CCI) ont signé une
convention cadre formalisant leur
partenariat sur le long terme. Leur
accord a pour objectif de renforcer
la coopération de Lille 1 avec le
monde professionnel (développement d’un modèle de formation
tout au long de la vie, recrutement
des diplômés et des stagiaires) et
permettre à la CCI de contribuer à
l’émergence d’un pôle d’enseignement supérieur d’envergure européenne. Selon François, étudiant en
Master Informatique à Lille 1, elle
représente «un avenir plus radieux
pour les jeunes entrepreneurs de la
région. Au sein de l’université, cela
va se traduire par des interventions
encore plus professionnelles et des
stages plus nombreux. C’est une
très bonne nouvelle pour les étudiants».
Lille 2 : nouvelle
vice-présidence
L’Université Lille 2 promeut Damien Cuny comme vice-président
Développement Durable. Cet enseignant-chercheur en sciences de
l’environnement et en physiologie
œuvrait déjà comme membre élu
du Conseil des Etudes et de la Vie
Universitaire et responsable du
groupe «biosurveillance environnementale». Celui-ci devra faire
face à plusieurs missions ayant
pour but de poursuivre la démarche de Développement Durable entreprise par l’université depuis mars 2010. Ses objectifs
principaux seront de continuer le
«Plan Vert» : feuille de route de la
démarche de l’Université, ainsi que
sa TRI : Troisième Révolution Industrielle, qui a pour objectif d’opérer
une transition énergétique mais
aussi de créer des «Universités
Zéro Carbone» et de définir une
positon commune du Campus
Lille 2. Damien Cuny se donne une
année pour réaliser plusieurs actions concrètes emblématiques de
cette politique.
Prix de l’étudiant
à Lille 3
A NE PAS MANQUER !
Mai
✔ Admissions postbac :
vous avez jusqu’au 10 juin pour modifier l’ordre
de vos vœux sur le site www.admission-postbac.fr.
Juin
✔ Admissions postbac :
Les phases d’admission dans les établissements
s’échelonnent du 23 juin au 14 juillet sur le site
www.admission-postbac.fr. Répondez «oui
définitif» si vous acceptez la formation
proposée, «oui, mais» si vous acceptez la
proposition mais espérez avoir l’un de vos autres
vœux mieux placé, «non mais» si vous refusez la
proposition mais maintenez vos demandes
mieux placées, «je renonce à tous mes vœux» si
vous ne voulez pas être candidat.
✔ Bac :
Les épreuves du bac commenceront le 18 juin.
Juillet
✔ Salon du Bac : le 5 Juillet de 12h à 19h,
Gare Saint Sauveur à Lille.
Plus d’info sur www.lavoixletudiant.com
✔ Vacances :
Les vacances d’été débuteront samedi 5 juillet
Le comité de pré-sélection a retenu
pour cette 1re édition 9 projets sur
17 dossiers déposés. Résultats du
travail d’associations étudiantes
ou d’étudiants, ces projets pré-sélectionnés vont concourir tout au
long de cette année, avant la finale
qui aura lieu en octobre. Faisons les
présentations : cinq étudiantes en
DUT carrières sociales ont décidé
de mener un projet sur des enfants
sénégalais : les Talibés (enfants des
rues). Le projet consiste en la création d’une bande dessinée francowolof. Agathe Midy, étudiante en
La Voix - l’Etudiant • Mai - Juin 2014 • Plus d’infos sur www.lavoixletudiant.com
histoire, sociologie, développement
social est membre de l’association
Les Films au Clair de Lune qui crée
des vidéos de prévention. Sandrine
Coletti, étudiante au centre de formation des musiciens, veut monter
une association pour créer des
spectacles et des ateliers réguliers
à destination des enfants. La cie A
Tort et à Travers veut promouvoir le
théâtre de rue dans un nouvel espace, ce qui donne théâtre de couloir. Élise Pergoux, étudiante en
science de l’éducation, veut élaborer le Récup’lab. Marie Navecth,
étudiante en licence d’histoire de
l’art, veut créer une librairie solidaire. Lucile Christoffel veut organiser un concert caritatif dans le
but de récolter des fonds pour
l’AFA (Association François Aupetit). Gael Lechâble, étudiant en licence Information, Communication
parcours Culture & Médias, propose de créer un jeu vidéo fiction
dans lequel on entrerait dans la
peau d’un entrepreneur. Jérémy
Fievet, François Carton, et Eldin
Smakic ont le projet de créer H.S
Repair : l’association répare votre
matériel informatique et multimédia pour un faible coût.
Un microscope
unique en
Europe
L’Université Lille 1 a inauguré en
avril le microscope électronique
cryo-analytique : un équipement
scientifique unique en Europe. Un
grand pas en avant pour la recherche lilloise : cet équipement de
2,4 tonnes permet notamment
d’étudier la morphologie et l’ultrastructure des cellules grossies
jusqu’à 1 million de fois. L’impact
est de taille, puisqu’il répondra aux
besoins de nombreux projets scientifiques dans les domaines du cancer, des neurosciences (maladie
d’Alzheimer, de Parkinson…) ou
encore du diabète. Avec cet équipement, le BioImaging Center Lille
Nord de France devient l’une des
plate-formes les plus importantes
d’Europe.
Création du BTS
Systèmes
numériques
Dès la rentrée 2014, un nouveau
BTS ouvrira dans le domaine de
l’informatique : le BTS Systèmes
numériques (SN). Née de la fusion
du BTS IRIST (Informatique et réseaux pour l’industrie et les services techniques) et du BTS SE (Systèmes
électroniques), cette
nouvelle formation vise à s’adapter
à l’évolution effrénée des nouvelles
technologies mêlant informatique
et électronique tels que les objets
connectés montres intelligentes,
GPS…) Le BTS se décline en deux
options : Informatique et réseau
(IR) et Électronique et communications (EC). La plupart des établissements ne proposeront d’abord que
l’une des deux. À terme, les deux
options devraient être accessibles
dans les établissements. Le BTS
s’adresse en priorité aux bacheliers
technologiques STI2D, mais aussi
aux bacheliers professionnels sur
examen du dossier scolaire. Dans la
région, 11 lycées dispenseront ce
nouveau BTS.
Lille, meilleure
faculté de
médecine de
France
L’Intersyndicat national des internes (ISNI) a récemment publié le
palmarès des facultés et hôpitaux
qui forment le mieux les internes.
En première position : Lille. Près de
6 000 internes on été consultés sur
différents critères tels que la qualité des enseignements, les intervenants, l’organisation, les financements ou encore les modalités
d’évaluation. Sur la base de cet ensemble de critères, Lille est la ville
où les internes reçoivent la meilleure formation devant Angers et
Nantes (2e et 3e), Paris (4e) puis Toulouse. Marseille se classe en 28e et
dernière position.
Numerus clausus 2014 à Lille 2 :
448 (médecine), 90 (odontologie),
195 (pharmacie) et 40 (maïeutique).
d’examen plus proche de son domicile et équipé d’une installation
audiovisuelle habilitée par le Rectorat. Un surveillant désigné par le
centre l’accompagne durant toute
la durée de l’épreuve afin de vérifier son identité, lui remettre le sujet et empêcher toute tentative de
fraude. À noter que si le candidat
est en situation de handicap, les
personnes chargées de lui apporter
de l’aide peuvent être présentes.
Dans le cas où le candidat est dans
l’incapacité de se déplacer (en cas
d’hospitalisation ou d’incarcération par exemple), l’examinateur
est directement envoyé auprès du
candidat et l’épreuve se déroule de
façon classique, sans ordinateur interposé.
Nouveau BTS
Notariat
Le Lycée Giraux Sannier de Saint
Martin Boulogne ouvre, en septembre prochain, un BTS Notariat : il
est ainsi le premier établissement
public de l’académie de Lille à proposer cette formation. Destiné aux
titulaires d’un bac général ou technologique, le programme s’articulera autour de trois domaines : juridique, économique et managérial,
et technique. 18 places sont disponibles pour cette première rentrée.
Si la vocation première du BTS est
l’insertion professionnelle en tant
que collaborateur de notaire, les
meilleurs profils pourront envisager une poursuite d’études en licence pro «activités juridiques spécialité métiers du notariat»,
dispensée à l’université du Littoral
et l’université Lille 2.
Des ruches
à Lille 2
Le 25 Mai,
Retenez bien cette date, ce sont les élections européennes ! On n’insistera jamais assez sur le fait qu’avoir
le droit de voter est une chance et un devoir. Ne laissons
pas les enjeux de notre avenir, de VOTRE avenir se jouer
sans y participer. Informez-vous et si vraiment rien ne
vous tente et que vous voulez manifester votre mécontentement par rapport aux propositions, aux candidats
ou autre, pour la première fois, le vote blanc sera pris en
compte. Il ne sera, surtout, plus comptabilisé comme un
vote nul. Ne pas aller voter peut-être compris par certains comme une manifestation de satisfaction de la vie
politique de nos sociétés, des décisions prises. Cela peut
signifier aussi un total désaccord avec tout, mais si vous
voulez influer il faut pendant la campagne vous manifester auprès des candidats et leur communiquer vos
souhaits. N’est-ce pas vous, qui bientôt, allez bénéficier
de programmes ERASMUS, qui ferez un stage en Europe
ou trouverez un job au coeur de l’union ?
Prune Richmond
Sommaire
Quoi de neuf sur les campus . . . . . . . . . . . . 4
Votre avis sur les élections européennes . . 5
Quelle poursuite d’études
après un Bac+2 ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6-9
Les métiers du social . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
Révisions : objectif bac ! . . . . . . . . . . . . . . . 11
Les bons plans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Ils se bougent. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
Concerts, expos, livres, CD et DVD. . . . . . . 14
Internet : Netflix : la révolution TV . . . . . . 15
Parcours : Fareen Altaf, plaider à la cour
des droits de l’homme . . . . . . . . . . . . . . . . 16
LA VOIX-L’ETUDIANT (Bimestriel d’information sur les études)
24, Façade de l’Esplanade - 59000 Lille Tél. 03 20 63 67 17
Directeur de la publication : Prune Richmond • Directrice de la rédaction : Prune Richmond • Rédaction :
Khadija Abouchan, Stéphanie Morelli, Alexandre Haslin, Aymeric Ramanakasina, Marion Amsellem • Maquette : Audrey Liagre, Mathieu Pype • Publicité : Flavie Descamps, Nathalie Jarzebowski, Sylvie Beauvois,
Antoine Bagnaninchi, Corinne Maurier, Charlotte Denorme • ISSN N° : 1282-0326 • Principaux associés : La
Voix du Nord, Groupe l'Express Roularta• Imprimerie : Imprimerie Presse Flamande - Hazebrouck • Abonnement : 5,7€ - 37,39 Frs (un an : 6 numéros).
Toute reproduction des images ou textes est interdite sans autorisation préalable. Dépôt légal à parution
Le bac par
visioconférence
Passer les épreuves orales du baccalauréat via une webcam ? Ce
sera possible dès la session 2014
de l’examen grâce à la publication
d’un arrêté et d’un décret soutenus
par le ministère de l’Éducation Nationale. Tous les lycéens ne pourront cependant pas bénéficier de
cette nouveauté… Sont concernés
par ce dispositif les candidats des
bacs généraux, technologiques ou
professionnels de première et de
terminale qui ne peuvent se rendre
à leur centre d’examen «en raison
de leur handicap, hospitalisation,
incarcération ou situation géographique». Leur profils sont alors étudiés par le Rectorat qui décide s’ils
peuvent, ou non, recourir à des
moyens de communication audiovisuelle pour passer une ou plusieurs épreuves. Deux cas de figure
sont possibles en fonction de la situation du lycéen. Si le candidat est
en mesure de se déplacer, il est
alors dirigé vers un autre centre
Édito
Sur le campus santé de Lille 2, quatre ruches ont pour mission de sensibiliser les étudiants au développement durable. C’est grâce à leur
association «le Club Ilisien du Développement Durable» (CIDD) et
de plusieurs actions (soirées étudiantes, ventes..) que les élèves de
Licence 1 ont pu mener à bien ce
projet. Sur le toit de la Faculté d’Ingénierie et Mangement de la
Santé, la ruche sera entretenue par
l’apiculteur Didier Houlette, de la
ferme «Ruches et Nature» à MontBernenchon. Sur celui de la Faculté
des Sciences Pharmaceutiques et
Biologie, c’est un ancien étudiant
devenu apiculteur amateur, Hubert
Odaert, qui se chargera des trois
autres.
La Voix - l’Etudiant • Mai - Juin 2014 • Plus d’infos sur www.lavoixletudiant.com
3
ACTU
Réalisé par Stéphanie Morelli
réagissez à cet article :
[email protected]
Quoi de neuf
SUR LES CAMPUS ?
nomC’est la baisse du ps d’a
bre de contrat
2013,
prentissage en
contrats
5,7% pour les
qui
n mouvement
U
n.
io
at
lis
na
de profession
d’apprentis% de contrats
20
:
e
m
ir
nf
de 2014
se co
remiers mois
p
x
eu
d
s
le
r
sage su
)
(chiffres DARES
8%
Universités
Un pas supplémentaire dans
le rapprochement des lilloises
Le rapprochement des trois universités de Lille a désormais pour but la fusion, au plus tard à
la fin du prochain contrat quinquennal. Cette démarche a été approuvée par les trois conseils
d’administration. Les six grandes écoles (Centrale, ENSAIT, ENSCL, ESJ, Sciences Po, Télécom),
sans être incluses dans la fusion, participent pleinement aux groupes de travail. Cette coconstruction s’organise selon un « mode projets ». Pour leur mise en œuvre, une convention
d’association entre les trois universités sera soumise aux conseils d’administration, et définira les modalités vers la fusion. Avec notamment la mise en place d’un comité stratégique
dans lequel siégeront des élus des trois universités. In fine, l’Université de Lille se veut un acteur majeur des grands projets européens et du nouveau PIA, notamment IDEX.
Stages en Start up
Nord France Innovation Développement permet, depuis janvier 2013, à des étudiants de tout niveau et de
toute formation de réaliser leur stage dans une start
up, et bénéficier d’une gratification. Les jeunes accompagnent le créateur d’entreprise, une expérience enrichissante, tout de suite dans l’action, travail collectif
en équipe restreinte, qui fera, peut-être, naître des vocations d’entrepreneur ! Quant au créateur d'entreprise, il trouve ainsi des talents répondant à ses besoins spécifiques (ingénierie, marketing, com’...),
s’exerce au management, et, pourquoi pas, trouve
ainsi ses futurs collaborateurs !
Si une réduction des dépenses est
nécessaire, le domaine des APL*
doit, lui, rester préservé.
Les secrétaires d'Etat à l'enseignement supérieur, Geneviève
Fioraso (photo), et à la jeunesse,
Najat Vallaud-Belkacem
* Aide personnalisée au logement
www.jinnove.com/STUP
Sport
Arts
Des étudiants handicapés en lice
pour la course croisière Edhec
Pour la première fois, une vingtaine d’étudiants porteurs de handicaps étaient sur la ligne de départ de la course croisière Edhec
(Sables-d’Olonne), 6 des 170 bateaux présents ayant été spécifiquement aménagés. Une initiative soutenue par la société de
services en ingénierie informatique Sopra et le groupe de
conseil et d’audit EY. Par ailleurs,
Sopra a installé un « dark lab »
dans le village de la course : une
chambre noire où les visiteurs, guidés par des personnes aveugles, expérimentent la privation de la vue, mais pas du goût puisqu’ils sont amenés à déguster des produits régionaux.
La société a également monté « la régate du silence » : des personnes sourdes initient les
jeunes au langage des signes, qui peut s’avérer très utile pour communiquer en mer.
4
Nouvelle école
L’école d’art du Calaisis fait peau neuve et s’installe
dans de nouveaux locaux, 2 500m2 sur l’ancienne
friche Monoprix. Les activités de l’école seront également repensées, avec notamment une classe préparatoire aux écoles supérieures d’art, qui ouvrira à la
rentrée 2014. Trente places disponibles, accessibles
sur concours, qui aura lieu les 25 et 26 juin, sous
forme d’un entretien devant un jury d’enseignants, et
une épreuve d’arts plastiques. [email protected] agglo-calaisis.fr ou 03 21 19 56 64
La Voix - l’Etudiant • Mai - Juin 2014 • Plus d’infos sur www.lavoixletudiant.com
Réalisé par Aymeric Ramanakasina
réagissez à cet article :
[email protected]
TRIBUNE
VOTRE AVIS SUR :
les élections européennes
À l'approche des élections européennes, les étudiants se sentent-ils concernés par la politique ?
Que représente le droit de vote pour eux ? Connaissent-ils l'enjeu de ce prochain scrutin ?
Mathilde, 23 ans
L3 de Droit à Lille 2
“Je ne sais pas si je me déplacerai !”
Jordan et Kévin, 20 ans
1ère année de SVTE à Lille 1
N'étant ni syndiquée, ni politisée et ne participant que rarement à des actions politiques, je ne me considère pas comme quelqu'un d'engagé. Le droit de vote est selon
moi le symbole de la démocratie et de la République, cependant, le phénomène de
l'abstention me laisse indifférente : il est aussi un mode d'expression et donc de
choix. Je n'avais pas entendu parler des élections européennes mais, grâce à mes
cours, je sais qu'elles vont servir à élire les députés européens. Maintenant, je ne sais
pas si je me déplacerai pour aller voter car ce sont les élections qui m’intéressent le
moins a priori.
Pierre, 22 ans
3e année à l'IESEG
Pierre, 21 ans
M1 à l'ISEN
“Il est important
d'aller voter”
“Un devoir
citoyen”
“Un manque de
communication ”
La politique ne m'attire pas vraiment …
En regardant son actualité, j'ai plus l'impression d'assister à des histoires de
conflits personnels plutôt qu'une véritable envie de changer les choses.
J'use néanmoins de mon droit de vote et
je suis contre l'abstention : si une personne ne veut pas voter pour un parti,
elle est toujours libre de déposer un bulletin blanc dans l'urne. Les élections européennes, je ne sais pas du tout à quoi
elles vont servir et je ne crois pas être le
seul dans cette situation : j'explique cela
à la fois par un manque de communication envers les étudiants et un désintérêt
du sujet de leur part.
Je ne suis pas vraiment engagé
même si d'une manière générale, la
politique m'intéresse.
Le droit de vote est nouveau pour
moi mais je conçois son usage comme un devoir citoyen : pouvoir voter et
s'abstenir, je trouve cela vraiment dommage. J'ai d'ailleurs voté par procuration lors des municipales.
Les élections européennes servent à élire les députés européens qui voteront les lois et le budget de l'Union Européenne. Toutefois, que ce soit dans
mon cercle familial ou auprès de mes amis, je n'avais pas du tout entendu
parler de ces élections : cette information n'est pas venue spontanément
vers moi. Ça ne m'empêchera pas d'aller voter en mai !
K : Même si ne suis pas quotidiennement
l'actualité politique, je trouve qu'il est important d'aller voter. Après je ne porte pas
de jugement sur les personnes qui s'abstiennent : certaines pensent que voter est inutile
et d'autres ne se sentent tout simplement
pas concernées.
J : Je fais partie de cette catégorie car la politique ne m’intéresse pas du tout. Je ne suis
pas allé voter ni aux présidentielles, ni aux
municipales.
K : Concernant les élections européennes, je
sais que nous allons élire les députés qui siégeront au Parlement Européen. Que ferontils concrètement ? Je n'en ai aucune idée
mais je me rendrai tout de même à mon bureau de vote pour les élire !
Juliette, 21 ans
2e année à l'EFAP
“Il est important d’être bien représenté”
Je me considère comme engagée politiquement ! J'adhère à un parti et j'étais sur une
liste électorale (sans étiquette) lors des élections municipales.
Quand on habite dans une ville, je trouve qu'il est important d’être bien représenté : des
personnes se sont battues pour que l'on ait le droit de vote et je regrette que l'abstention soit si importante.
Très occupée par les récentes municipales, je n'ai pas eu beaucoup de temps pour me
renseigner à propos des élections européennes. Je connais globalement ses enjeux mais
je compte me rendre aux meetings organisés par mon parti pour en savoir plus.
La Voix - l’Etudiant • Mai - Juin 2014 • Plus d’infos sur www.lavoixletudiant.com
5
ÉTUDES
Réalisé par Khadija Abouchan
réagissez à cet article :
[email protected]
QUELLE
POURSUITE
D’ÉTUDES
après un Bac+2 ?
Vous êtes, chaque année, plus nombreux à poursuivre
vos études après un BTS, un DUT ou une licence. Il faut
avouer que l’offre de formations a de quoi séduire :
entre licences professionnelles et admissions parallèles
en école d’ingénieurs ou de commerce, les opportunités
ne manquent pas.
Objectif : poursuite d’études
Destinés à l’origine à l’insertion
professionnelle, le brevet de technicien supérieur (BTS) et le diplôme universitaire de technologie (DUT) sont devenus pour
certains étudiants un véritable
tremplin vers la poursuite
d’études. «Certaines filières ont
été détournées de leur vocation initiale pour servir d’accès
à un bac+3 voire un diplôme
d’ingénieurs ou de commerce»
analyse Yahia Bossoualem, Pro-
fesseur en Génie Industrie &
Maintenance à l’IUT Saint Omer –
Dunkerque. C’est ce que confirme
une enquête du Centre d'Etudes
et de Recherches sur les Qualifications (CEREQ). Selon l’étude, on
constate que ce phénomène n’a
cessé de progresser ces dernières
années. Si 25 % des titulaires d'un
DUT en 1980 poursuivaient leurs
études, ils sont plus de 80% aujourd’hui. Cette tendance s’observe également chez les diplô-
més du BTS mais dans une moindre mesure ; les taux de poursuite
d’études de ces diplômés plus de
65% contre 16% en 1980. «A côté
de la logique de formation terminale
à finalité professionnelle, se développe donc une logique de poursuite
d’études transformant les formations BTS et DUT en crypto-licence2,
ou en séquences de formation, vers
des niveaux supérieurs d’enseignement» conclut l’enseignant de
l’IUT Saint-Omer.
Les PME-PMI sont très friands des profils BTS, principalement parce que
ces derniers sont rapidement opérationnels.
Alban, 23 ans
Depuis le lycée, Alban a en tête
de suivre un cursus long. Pourtant, après son bac S, ce n’est ni
l’université, ni la prépa qu’il choisit : il opte pour un DUT Génie
Mécanique à l’IUT A de Villeneuve d’Ascq. «Je voulais assurer le bac+2 et procéder
par palier, avec en ligne de mire un
bac+5» explique-t-il. Il se donne donc les
moyens de réussir et termine 5e sur 80 de son
DUT. Après une sélection sur dossier, il décroche sa place à HEI en option Conception
Mécanique. «La formation d’ingénieur à
HEI me permet d’obtenir davantage de
compétences techniques. J’élargis et
j’approfondis ce que j’ai vu en DUT». Si
son profil technique est un vrai plus, Alban
avoue avoir eu quelques difficultés à trouver
son rythme : «la charge de travail est bien
plus soutenue qu’en DUT !». Après son diplôme d’ingénieur, il ambitionne de décrocher un poste d’ingénieur en bureau d’études
dans la conception.
PRREL Ambition
Le Conseil régional Nord - Pas de calais a créé un dispositif unique en France «le Programme Régional de
Réussite en Etudes Longues» (PRREL) Ambition. Sa
vocation : inciter les élèves de conditions modestes à poursuivre des études supérieures
longues ! Grâce au dispositif, chaque étudiant (issus
de BTS, DUT ou DEUST) bénéficie d’un accompagnement : un suivi pédagogique personnalisé par
un enseignant reférent, une aide méthodologique grâce à un tutorat dispensé par des étudiants des grandes écoles de la région, des activités liées à des journées de découverte et de
participation à la vie d’un établissement de l’enseignement supérieur…. Les sept universités de la
région, Centrale Lille, le CESI d’Arras, les Mines-Douai,
l’ENSIAME, HEI, l’ICAM, l’EDHEC, l’IESEG, SKEMA,
l’IEP et l’ENSAP sont quelques-uns des établissements
partenaires du PRREL Ambition.
Les 3/4 des diplômés d’une licence professionnelle s’insèrent directement dans l’emploi.
Leur temps moyen de recherche est inférieur à 3 mois.
6
ww.nordpasdecalais.fr.
La Voix - l’Etudiant • Mai - Juin 2014 • Plus d’infos sur www.lavoixletudiant.com
L’émergence de diplômes
intermédiaires
“Cette tendance a favorisé
le développement de
formations intermédiaires.”
Cette tendance à la poursuite
d’études a favorisé le développement des licences professionnelles
mais aussi l’apparition de formations intermédiaires. Un peu plus
de 1 900 licences profession-
nelles sont répertoriées en
France, dont plus de 200 dans
la région. Sachez qu’il existe
d’autres cursus accessibles après
un bac+2/3. Le lycée Gaston berger de Lille, réputé pour ses BTS, a
développé plusieurs formations,
de la licence au master, en partenariat avec la Faculté de financebanque-comptabilité (FFBC) et
l’Institut du marketing et du management de la distribution
(IMMD), toutes deux composantes de Lille2. «Les diplômes que
nous avons mis en place avec l’aide
de la FFBC et de l’IMMD, notamment
les licences générales (en alternance) représentent ce chaînon
manquant entre le bac+2 et le master. Ces diplômes répondent à la fois
aux besoins des étudiants et des entreprises» explique Marc Géronimi,
Chef des travaux à Gaston Berger.
Les admissions parallèles ou sur titres
L’idée de rejoindre une grande
école de commerce ou d’ingénieurs après un bac+2 vous
tente ? Dans ce cas, à vous les
admissions parallèles ! Ce
mode de recrutement s’est
développé au milieu des années 90 afin de diversifier le
profil de ces étudiants et de
créer un partage d’expériences et d’enrichissements
culturels. Il a également
permis aux écoles d’augmenter les effectifs de
leurs promotions et de
pallier à la baisse de candidats préparationnaires aux
concours. Depuis, chaque année, un tiers des entrants en
école d'ingénieurs ou de com-
merce sont titulaires d'un DUT
(Diplôme Universitaire de
Technologie), d'un BTS (Brevet de Technicien Supérieur)
“Organiser en
commun les
concours de
recrutement.”
ou d'une Licence 2. De nombreuses écoles ont choisi de s’associer et d’organiser en commun
leurs concours de recrutement.
Selon votre spécialité de BTS ou
de DUT, vous pourrez vous présenter à un ou plusieurs de ces
concours organisés par desbanques d’épreuves soit pour les
écoles de commerce ou d’ingénieurs.
Sachez toutefois que la sélection des concours d’admission parallèle est grande et
que le passage par une CPGE
reste la voie royale. À noter
que d’autres établissements organisent leurs propres recrutements à bac+2/3 (EDHEC,
SKEMA, IESEG, ISCID-Co, ISEG,
EGC, EILCO, ENSAIT, InGHenia
(ex-IPHC), ISIV, ITIAPE, Télécom
Lille… Renseignez-vous !
Moins de masters
pour plus de lisibilité
Le diplôme national de master
(DNM), est délivré par l’université.
Il est Habilité par le ministère
de l'enseignement supérieur et
de la recherche. Le diplôme qui
cords de Bologne et l’harmonisation de l’enseignement supérieur
européen, le master est devenu le
diplôme de référence à bac+5.
Seules les universités et les grandes
écoles
peuvent
remettre
des masters. L’accès est de
droit en
M1 pour
les titulaires d'une licence dans le
même domaine. En revanche, l'entrée en M2 est sélectif (une réforme en cours pourrait cepen-
“Rendre les diplômes
plus lisibles.”
confère le grade de master, est
délivré quant à lui par les
grandes écoles (commerce,
d'ingénieurs…). Depuis les ac-
dant déplacer cette sélection à
l'entrée en M1). Elle sanctionne
120 crédits européens. On dénombre dans l’hexagone plus de
10 000 masters, dont 7 700 universitaires (1 841 en mentions et
5 806 en spécialités). Jugé trop
«foisonnante» et «illisible»
par le ministère de l'Education
nationale, de l'enseignement
supérieur et de la recherche,
leur nombre devrait diminuer
à l’horizon 2015-2016. La réforme va permettre de faire passer
les mentions de 1841 à 246, et
ainsi rendre les diplômes plus lisibles sur le marché du travail.
La Voix - l’Etudiant • Mai - Juin 2014 • Plus d’infos sur www.lavoixletudiant.com
En savoir plus...
• Le guide des admissions parallèles en écoles de
commerce, Editions les guides de l’Etudiant, 12,9€
• Le guide des masters, mastères et MBA, Editions
l’Etudiant, 12,9€
• Le Guide de l’enseignement supérieur Nord - Pas
de Calais, Editions La Voix l’Etudiant, 9€
7
Master, mastère ou Msc ?
Sciences, les Master of
Business Administration
et les Masters of Arts qui
sont des programmes délivrés partiellement ou
totalement en anglais.
Pour les mastères, la situation devient compliquée
quand ils ne sont pas spécialisés. Il existe, en effet,
des mastères spécialisés, plus
communément
dénommés
«Ms», qui correspondent à un
label créé par la Conférence
des grandes écoles (CGE). Leur
“Apporter une
spécialisation
haut niveau.”
En plus de désigner un diplôme
universitaire, le master compte
des homonymes en tout genre
qui ajoutent un peu plus de
confusion. Ce sont les mastères, mais aussi les Masters of
Marie, 21 ans
vocation est d’apporter une spécialisation de haut niveau à des titulaires d’un bac+5, voire d’un
bac+4. La marque «mastère spécialisé», est d’ailleurs déposée auprès de l’Institut national de la
protection industrielle (INPI). Mais
cela n’empêche pas l’existence de
«mastères» ou de «mastères professionnels» qui sont, quant à eux,
des diplômes d’école. Ceux-là ne
font l’objet d’aucune accréditation
par l’Éducation nationale et ne
permettent donc pas de faire valoir une équivalence.
Au sortir de son bac STT, Marie se
dirige vers un BTS Management
des Unités Commerciales à LICP
de Tourcoing. «J’ai choisi ce
BTS car il reprend tout ce qui
touche au domaine commercial : la communication, le
marketing, le management ».
Elle entend ensuite parler de la licence pro DISTECH - Commerce option Distribution mention management et gestion de
rayon préparée à l’IAE Lille. Les informations
glanées sur le Salon du Lycéen et de l’Etudiant
et aux portes ouvertes de l’IAE ne font que
confirmer son choix. «Cette licence pro me
permet de passer progressivement au
monde professionnel. Il y a un vrai lien
entre les cours et l’entreprise. Je travaille avec un manager de rayon à Simply
Market. Je suis régulièrement amenée à
gérer une équipe de sept personnes.
Cette licence pro me donne donc une expérience professionnelle que je n’aurais
pas eue avec le seul BTS !»
Le DEES :
un diplôme européen
Le Diplôme européen d'études supérieures (DEES)
sanctionne une 3ème année d’études supérieures. Géré
par la FEDE (Fédération Européenne des Ecoles), le
DEES valide une qualification professionnelle et une
aptitude à occuper un poste de cadres intermédiaires
dans la spécialité concernée. Accessible après un
BAC+2 ou un niveau BAC+2, ce diplôme est proposé
dans plusieurs établissements privés de la région
(ESUPCOM, ISCOM, KIENZ, EFAP, MAESTRIS, ISEFAC,
EFFICOM…). La plupart des DEES ont pour options : le
Marketing (DEES MA), la Communication (DEES COM) et
les RH ( DEESARH - Assistant Ressources Humaines).
Sachez qu’il existe d’autres spécialités comme la Gestion et Management, l’immobilier, le Journalisme, l’Informatique et Réseaux, Tourisme et hôtellerie. Attention,
même si le DEES bénéficient d’une bonne notoriété
auprès des entreprises, ce n’est pas un diplôme reconnu par le Ministère de l'éducation nationale, de
l'enseignement supérieur et de la recherche.
Parmi les 80% de titulaires d’un DUT qui poursuivent leurs études, 1/3 opte pour une licence professionnelle.
Les écoles universitaires
de management
En quelques années les Instituts
d'Administration des Entreprises
(IAE) se sont imposés comme de
véritables «Business Schools» publiques dans le
paysage de l’enseignement supérieur
français.
Nés sous l’impulsion de Gaston
Berger alors directeur Général
des Enseignements supérieurs au Ministère de
l’Éducation, les premiers IAE ont
vu le jour au milieu des années 50.
Aujourd’hui, ils sont une trentaine répartis sur l’hexagone,
dont ceux de Lille (Lille1), Valenciennes (UVHC) et Amiens
(UPJV), regroupés à travers le
Réseau des IAE. Composantes
des Universités, les IAE réunissent
45 000 étudiants, 400 000 diplômés et proposent près de 1 000
avec les grandes Ecoles de commerce. Pour preuve : frais de scolarité universitaire, premier réseau
français de formation au management, équipes pédagogiques composées
d’enseignantschercheurs et de
professionnels, labels prestigieux
pour certains IAE
(EQUIS,
AMBA,
EPAS, Qualicert), Recherche,
échanges internationaux. A
l’image des IAE, il existe d’autres Business School publiques
: la FFBC et l’IMMD toutes
deux rattachées à Lille2.
Plus d’infos :
www.reseau-iae.org
“De véritables «Business
School» publiques.”
8
diplômes d'État en sciences de
gestion, de la licence au doctorat
dont le célèbre Master Administration des Entreprises (ex CAAE).
Ces Ecoles universitaires de management, qui s'inspirent des Business schools anglo-saxonnes
ont de quoi séduire et rivaliser
La Voix - l’Etudiant • Mai - Juin 2014 • Plus d’infos sur www.lavoixletudiant.com
Les certificats d’écoles
En dehors des diplômes nationaux
(baccalauréat, BTS, DUT, licence,
master, doctorat…), délivrés au
nom de l’État, tous les autres diplômes sont des certificats d’établissements (sauf convention
avec une université). Aucune
école ne peut vous délivrer en
son nom une licence ou un
master. Les «diplômes d’écoles»,
ou «européens» sont des certificats sans label officiel, sans
contrôle de l’état sur le contenu et
le déroulement du cursus. Ils n’entrent pas dans la catégorie des diplômes nationaux. Ce ne sont pas
pour autant des filières «au ra-
bais», mais renseignez-vous toutefois sur la qualité des formations délivrées (programme péda-
sionnelle, où sont les anciens…). Le
saviez-vous ? Les titres et diplômes inscrits au Répertoire
National des Certifications Professionnelles
(RNCP) sont certifiés
par la Commission Nationale de la Certification
Professionnelle
(CNCP), placée sous
l’autorité du ministère
du travail. Les diplômes
et titres certifiés par la
CNCP sont classés par niveau : Niveau I (Master Bac+5), Niveau II(Licence - Bac+3),
Niveau III (BTS, DUT - Bac +2).
“Aucune école
ne peut délivrer
une licence ou
un master.”
gogique, équipe enseignante…) et
des débouchés (insertion profes-
Sébastien,
24 ans
Sébastien n’était pas encore titulaire de son DUT Génie électrique et informatique industrielle (IUT de Boulogne) qu’il
avait déjà signé un CDI dans la
SSII calaisienne où il effectuait
son stage de fin d’études. «Comme la majorité de mes camarades de promo, aucun des étudiants de notre département n’a eu de difficultés pour trouver
un emploi à l’issue de la formation. Les
rares cas d’étudiants à n’avoir pas eu
de contrats, sont ceux qui ont fait la
fine bouche en déclinant des propositions pourtant intéressantes» soulignet-il. Sébastien, précise qu’une petite dizaine
de ses camarades de promo a fait le choix
de poursuivre des études en écoles d’ingénieurs ou en Licence pro.
Les tendances actuelles du marché
Les résultats de l’enquête «Panel Apec entreprises» annonce
une année 2014 en demi-teinte
entre des secteurs porteurs d’emplois et d’autres fortement affaiblis. Rassurez-vous selon une autre étude sur «Le Marché de
l’emploi des jeunes diplômés» réalisée par le cabinet de conseil en
recherche, sélection et management des ressources humaines
Mercuri Urval les opportunités
existent. «Les entreprises se disent plus optimistes et plus
confiantes. Même si les niveaux de recrutement n’atteindront pas ceux connus avant la
crise, ils devraient toutefois
augmenter cette année» souligne-t-on chez Mercuri Urval. Les
services sont restés le premier secteur recruteur de jeunes diplômés
et, à eux seuls, ils totalisaient 67%
des embauches de jeunes diplômés, en «commercial, marketing»,
«gestion, finance, administration»
et «communication, création».
D’une manière générale, le boom
de l’environnement, l’énergie, le
service public, la santé, le secteur
sanitaire et social se traduira cette
année par de nombreux recrutements.
La Voix - l’Etudiant • Mai - Juin 2014 • Plus d’infos sur www.lavoixletudiant.com
Partir à l’étranger
Le Volontariat International en Entreprise (VIE) est
une formule désormais plébiscitée par les jeunes diplômés en quête d’une expérience à l’international. Le VIE
permet à des jeunes de 18 à 28 ans d’effectuer une mission professionnelle à l'étranger pendant une période
de 6 à 24 mois. Ce dispositif est un véritable plus en faveur de l’emploi puisque 94% des candidats se voient
proposer un poste en fin de mission.
www.ubifrance.fr
9
MÉTIERS
Réalisé par Stéphanie Morelli
réagissez à cet article :
[email protected]
LES MÉTIERS
DU SOCIAL :
engagement
et implication
D’auxiliaire de vie sociale à directeur d’établissement, les
métiers du social offrent de belles carrières, avec de
nombreux recrutements en perspective, notamment
dans l’accompagnement des personnes vieillissantes.
Selon Hélène, l’éducateur se doit «d’être posé, posséder un langage et
une posture bien établis, ne pas douter et être rassurant. Et savoir aussi
bien gérer l’oral que l’écrit.»
Diversité de métiers
pétences. L’aide
médico-psychologique
(CAP) accompagne des personnes âgées ou
handicapées
dans leur vie
quotidienne, les
épaule pour s’habiller, se nourrir, se
déplacer... Des gestes techniques,
mais
également
beaucoup
d’échanges. Le moniteur-éducateur a pour rôle de préserver l’autonomie et le lien social chez ces
personnes. D’autres métiers s’avèrent plus administratifs, moins ancrés à domicile : l’assistant de
service social, par exemple, accueille les personnes en difficulté
et les oriente dans leurs démarches. Le conseiller en économie sociale et familiale peut
également désamorcer des situa-
“Les métiers du
social, accessibles
du CAP à BAC+5”
L’éventail de métiers proposé dans
le secteur social se révèle très
large, avec des niveaux de formations divers. Sans le bac, on peut
devenir assistant familial, auxiliaire de vie sociale, ou encore
technicien de l’intervention sociale et familiale. Après le bac, on
peut opter pour éducateur spécialisé, éducateur technique
spécialisé, médiateur familial...
Un à trois ans de formation au
contact du terrain (nombreux
stages), pour découvrir le monde
du social, à aborder selon ses ap-
tions problématiques autour de la
consommation, du logement, de la
santé, de l’alimentation... Des métiers qui requièrent implication
et engagement, une sensibilité
mais sans fragilité. Cyrille Sauvage, conseiller insertion professionnelle à l’Institut Régional du
Travail Social de Loos, lève
quelques idées reçues : «l’assistante
sociale ne réalise pas que des tâches
administratives, vissée à son bureau,
elle est amenée à se déplacer dans les
familles. L’assistant familial n’a rien à
voir avec ces religieuses qui enlevaient les enfants à leurs familles : son
but est, justement, de préserver la cellule familiale !» Il poursuit dans sa
chasse aux clichés : «quelque soit le
bac, généraux ou professionnels, tout
bachelier peut postuler aux concours.
Et dès 18 ans, on peut venir se former
aux métiers du social ! Le concours
n’est pas inaccessible», lancez-vous !
Sur concours
Les formations des métiers du social s’ouvrent sur concours, Angélique Zériri, chargée de com’ de l’IRTS,
donne quelques conseils : «nous ne
sommes pas sur APB, renseignez-
vous directement dans les écoles, et venez aux portes ouvertes !» Une orientation à prévoir en 1ère, pour une inscription dès l’entrée en terminale. Le
concours se compose d’un écrit et d’un
oral, «la motivation est primordiale !
L’écrit traite de l’actualité sociale, il faut
rester en permanence à l’écoute des
grands thèmes de société », sans oublier
de bien réviser ses cours de français !
Évolution tout au long de la vie
De façon générale, les métiers
du social recrutent : «plus de
80% de nos étudiants trouvent des
CDD longs ou des CDI dans les six
mois suivant leur diplôme»,
constate Cyrille Sauvage. Le service à la personne, l’accompa-
10
gnement du handicap, des problématiques de société prégnantes, avec des emplois à la
clé. Et de belles carrières : «on
peut tout à fait évoluer dans ces métiers, jusqu’au poste de directeur
d’établissement par exemple. De fa-
çon générale, les professionnels du
secteur doivent se former tout au
long de la vie pour suivre les évolutions du secteur social, l’occasion
souvent de bénéficier d’une ascension professionnelle», conclut Angélique Zériri.
Hélène,
1ère année
IRTS
Grande-Synthe
Avant d’opter pour un parcours
d’éducatrice spécialisée, Hélène a travaillé, «au contact avec les autres», dans l’animation, la vente, a été assistante d’éducation, où elle est interpellée par
les jeunes de SEGPA : «un peu mis à part,
dénigrés, ils ont besoin d’attention, j’avais
envie de les défendre. J’aimais faire le lien
entre les publics et l’administration». Le
concours d’éducatrice spécialisée vient
comme une suite logique. Ses conseils pour
réussir : «le plus important, trois mois
avant, reste de se tenir au courant de l’actualité sociale, et même médicale, lire Libé,
Le Monde, le Nouvel obs. Il faut consolider
sa culture générale, et savoir argumenter,
et étayer ses propos. Après, pas de piège,
le concours reste très accessible ! » Hélène
apprécie de pouvoir «travailler auprès de divers publics : familles, étrangers isolés, enfants, personnes âgées, handicapées... Et
au cours de sa carrière, on peut devenir cadre, ou se réorienter vers d’autres métiers
du social.» En attendant, la jeune fille commence à faire ses armes lors des stages, et
constate «autant de profils d'éducateur que
de publics et d'usagers différents» !
En savoir plus...
• Le Guide de l’enseignement supérieur Nord - Pas
de Calais, Editions La Voix l’Etudiant, 9 €
• www.lavoixletudiant.com «carrières et métiers»
• www.social-sante.gouv.fr dossier «travail social»
• www.lesocial.fr
• Les carrières sociales : Guide de l’Etudiant
La Voix - l’Etudiant • Mai - Juin 2014 • Plus d’infos sur www.lavoixletudiant.com
RÉVISIONS :
Réalisé par Alexandre Haslin
réagissez à cet article :
[email protected]
ÉTUDES
Objectif bac !
Coup d’envoi le 16 juin avec la traditionnelle épreuve de
philo. Pas encore prêt ? Stressé ? Vous faites alors partie
de l’immense majorité des candidats au baccalauréat !
Quelques conseils pour vous faciliter la tâche…
Or-ga-ni-sa-tion
Tel est le mot d’ordre. L’organisation
des révisions permet à la fois de travailler mieux, mais aussi de diminuer le stress en vous permettant de
visualiser votre charge de travail, et
d’élaborer une stratégie pour l’aborder. Rien n’est plus stressant que de
s’apercevoir à quelques jours de
l’échéance que l’on a oublié tout un
chapitre et qu’en plus, c’est le plus
volumineux ! Vous souhaitez un
modèle de planning à compléter ? Rendez-vous sur lavoixletudiant.com, rubrique «Conseils
Révisions» pour télécharger notre
tableau Excel, à compléter et imprimer chez vous. Votre organisation
établie, rappelez vous une chose : la
bonne façon de réviser, c’est la
vôtre. Faire des fiches ne vous aide
pas ? N’en faites pas. Vous préférez
travailler en musique qu’en silence ? Ouvrez iTunes. Vous pouvez
aussi préférer visualiser vos cours
ou les enregistrer et les réécouter,
travailler seul ou bien en groupe…
Votre méthode vous appartient.
Pour préparer une épreuve orale, rien ne vaut l’entrainement, devant un
miroir ou entre amis.
Gardez la forme !
lité de votre sommeil,
essentiel à vos performances. Enfin, apprenez à gérer votre
stress. Soyez sérieux
tout en prenant du recul. Si l’enjeu est important, l’exercice
vous est familier : les épreuves du
baccalauréat ne sont ni plus, ni
moins compliquées que les multiples DS que vous avez eu à faire
tout au long de l’année. Rappelezvous ceci : le taux de réussite au
bac 2013 a atteint un niveau record à 86,8%. Relativisez !
“N’hésitez pas à
faire du sport”
Trier ses cours avant de commencer les révisions est un bon moyen d’y voir plus clair.
Halte aux idées reçues !
“Faire l’impasse
sur un sujet est
très risqué”
Ce sont de petites phrases que
vous avez peut-être vous-même
prononcées ou, à coup sûr, entendues au moins une fois autour de
vous. Florilège :
«J’attends le dernier moment, je suis
plus efficace dans l’urgence» - Vous
pouvez en être persuadé, et c’est
parfois vrai pour certains, quand il
s’agit par exemple de rendre un
dossier dans un délai très court.
Lorsqu’il s’agit d’assimiler le pro-
gramme d’une année
entière, c’est autre
chose. Le processus
d’apprentissage demande du temps : n’attendez plus !
«Je m’enferme dans ma
chambre
jusqu’aux
épreuves» - Le cerveau, même s’il
n’en est pas un, fonctionne
comme un muscle. Si vous le sollicitez non-stop des heures durant,
il fatigue. Comme au sport, les
pauses lors des révisions font partie du jeu. Alors permettez-vous de
sortir avec vos amis, de continuer
vos activités habituelles (sport,
musique, peinture...)
«Je boirai du café pour tenir tard le
soir» - La caféine maintient éveillé,
Commencez par bien manger. Votre alimentation est votre principal carburant, elle doit donc être
saine et variée. N’hésitez pas à
faire du sport : aller à la piscine,
faire un tour à vélo, courir… tout
ce qui peut faire marcher le corps
en reposant la tête est bon à prendre. Veillez au temps et à la qua-
Une appli spéciale bac
et peut vous permettre de réviser
plus longtemps. Mais ses effets ne
s’arrêtent pas au moment où vous
décidez d’aller dormir, et le risque
d’insomnie est grand, avec la promesse de lendemains difficiles. Or,
les capacités d’un cerveau fatigué
sont bien moindres qu’après une
nuit de sommeil correcte.
«Apparemment, ce sujet ne tombera
pas» - Vous ne pourrez jamais le
savoir. Le pire qu’il puisse arriver,
c’est une vraie fuite. Et si tel est le
cas, le sujet sera immédiatement
remplacé par un autre de secours.
Tout est prévu pour que le secret
soit gardé jusqu’au jour J. Faire
l’impasse sur un sujet entier, c’est
prendre un très gros risque à
l'examen.
La Voix - l’Etudiant • Mai - Juin 2014 • Plus d’infos sur www.lavoixletudiant.com
Les nouvelles technologies dont vous
disposez ne servent pas qu’à la détente
et au divertissement (même si c’est
aussi le cas, et tant mieux). Ce sont des
outils souvent très pointus, aux possibilités multiples et intelligemment
conçus pour décupler la productivité.
C’est le cas des applications «Bac
2014» développées cette année par l’Etudiant en collaboration avec des enseignants. L’objectif : vous permettre de réviser où vous voulez, quand vous
voulez, depuis votre Smartphone ou votre tablette. Dès le téléchargement (gratuit !), l’application
est opérationnelle (aucune inscription requise) et vous
propose une gamme complète d’outils pour réviser :
des conseils méthodologiques, des exemples de sujets, des fiches de révisions par matières, des quiz pour
tester votre avancement, les dates des épreuves ou encore des vidéos d’experts, le tout quotidiennement mis
à jour ! Disponible sur iOS et Android.
11
BONS PLANS
Réalisé par Aymeric Ramanakasina
réagissez à cet article :
[email protected]
LES BONS PLANS
Sorties, loisirs, santé, web... Profiter de la vie étudiante,
ça se travaille ! Voici quelques infos qui devraient vous y aider.
CULTURE
CENTENAIRE DE LA GUERRE
La mission du Centenaire de la Première
Guerre mondiale accompagne et encadre la
mise en œuvre des actions commémoratives
de ce conflit international. Créée en 2012 à
l'initiative du Gouvernement, elle a affiché
son soutien à plus d'une centaine de projets
issus de France et d'ailleurs.
Dans le Nord-Pas Calais, région particulièrement touchée par les affrontements, beaucoup de projets ont été labellisés par la Mission : de Valenciennes à Calais en passant
par Arras, un vaste ensemble de concerts,
d'expositions et de séminaires sont programmés cette année.
A Lille, l'Espace le Carré accueille Young Erfurt Artists, un événement culturel dans lequel six jeunes « revisitent et mettent en
abîme les images » de la Première Guerre
mondiale. L'entrée est gratuite et l'exposition aura lieu jusqu'au 15 juin.
Tous les projets labellisés sur :
centenaire.org/fr
INTERNET
PRATIQUE
UN SITE PARTICIPATIF DÉDIÉ
AUX JEUNES
Vêtements contre
Bons d'achat
Plus besoin d'écumer le web pour être au courant
de ce qu'il se passe autour de vous : generationnpdc.fr regroupe toutes les informations susceptibles d'intéresser le quotidien du million de jeunes
habitant dans le Nord - Pas de Calais.
Bons plans, salons, concerts, éducation ... tout est
listé sur ce site participatif créé à l’initiative du
Conseil Régional. Vous souhaitez diffuser une information ? Faire découvrir un blog artistique ou donner la parole à une association ? Il vous suffit de
proposer votre article en remplissant un formulaire.
www.generation-npdc.fr/
SPORT
COIFFURE
LA HALLE DE GLISSE
2014 est marquée par le retour en force du skateboard !
Plus courte, plus flashy, plus tendance, la planche à roulettes fédère un nombre grandissant d'adeptes et redevient l'un des moyens de locomotion préférés des étudiants de la métropole.
Pour découvrir, ou redécouvrir, les joies du Ollie et des
slides dans les meilleures conditions possibles, la ville de
Lille a conçu la Halle de Glisse : un complexe de 4.000m²
abritant une patinoire pour rollers ainsi qu'un skate-park
divisé en deux zones (débutant et expert).
Il est possible de louer du matériel (rollers, skate et protections) sur place et le prix de l'entrée est réduit pour les
étudiants.
www.lille.fr/cms/halle-de-glisse
12
Envie de renouveler votre garde-robe à l'approche du
beau temps ? H&M vous propose de troquer les vêtements que vous n'utilisez plus contre un bon de 5 euros, valable à partir de 30 euros d'achats dans leurs magasins. Les vêtements échangés peuvent être usés et
provenir de n'importe quelle marque : selon leur état et
leur matière, ils seront utilisés pour produire de l'énergie, redistribués dans des pays en développement, ou
leurs fibres pourront être extraites pour créer de nouveaux habits. Ce programme permanent, destiné à «fermer la boucle textile», a été lancé dans les H&M de
tous les pays.
Une coupe
à moindres frais
Une solution pratique pour tester une nouvelle coupe
de cheveux sans forcément dépenser des dizaines d'euros : devenir modèle pour des apprentis ou des professionnels en perfectionnement. Le principe est simple,
vous prenez rendez-vous à l'avance dans une école de
coiffure, vous vous acquittez d'une somme modique , et
confiez vos cheveux aux mains de professionnels le
temps d'un après-midi. Dans la métropole Lilloise, plusieurs salons proposent ce genre de service gagnantgagnant, à l'image de l'académie l'Oréal professionnel
et du centre de formation formul'A. Attention, la couleur et la coupe sont parfois imposées.
formula-formation-coiffure.fr - lorealprofessionnel.com
La Voix - l’Etudiant • Mai - Juin 2014 • Plus d’infos sur www.lavoixletudiant.com
Réalisé par Aymeric Ramanakasina
réagissez à cet article :
[email protected]
PROJETS
ILS SE BOUGENT
Envoyez nous un mail pour présenter votre projet : [email protected]
APPIC
Orient'Action
L'Association des Psychologues pour la Pratique, l'Information et la
Communication (APPIC) a été créée en 2004 par des étudiants de
l'université Lille 3 : « Son but est de créer du réseau entre les professionnels et les différentes promotions du Master de psychologie, de défendre le titre de psychologue, et surtout, d'organiser une journée
d'étude ouverte à toutes les personnes souhaitant s'informer sur les
avancées en psychologie », explique Cédric, le président.
Le 20 juin, la 8e édition de cette journée d'étude réunira des psychologues et des neurologues au cours de conférences et d'ateliers portant sur les apports et les conséquences des écrans en psychologie.
« La journée est entièrement auto-financée par l'APPIC. Pour trouver
des fonds, nous organisons des petits évènements tels que des soirées
étudiantes, des réunions d'informations, des tournois sportifs et des
séances de relaxation, où l'on met en pratique ce que l'on a appris en
cours », détaille Cédric. L'organisation de la fameuse journée demande un investissement conséquent de la part des bénévoles
tout au long de l'année. Pourtant, Cédric ne regrette pas une seconde sa première expérience associative : « Que ce soit comme président ou membre, faire partie d'une association apporte des compétences, comme le travail en équipe, qui me serviront forcément
professionnellement ».
Wine not
Derrière ce petit jeu de mot se cache une association ayant pour
but « de faire découvrir la richesse du monde de l’oenologie au sein
de l'université catholique ». Au cours de l'année, ses bénévoles organisent une série de salons, de dégustations et de conférences
aux thèmes à chaque fois différents (découverte de Bordelais, de
vins de Bourgogne, d’effervescents...). «Tous nos évènements se
déroulent en présence de professionnels. Eric Dugardin, par exemple,
est un sommelier de renom. Il anime la majeure partie de nos conférences et nous est d'une grande aide dans la sélection des vins », explique Yannis, du pôle communication. Les soirées ont systématiquement remporté l'adhésion des étudiants : lors de la soirée consacrée aux Grands Crus du Bordelais, 250
personnes ont fait le chemin jusqu'à Fournes-en-Weppes. Ils ont pu déguster six vins tout en ayant accès à un buffet campagnard de qualité, grâce aux partenariats développés avec Lions Club et le Restaurant « La Part des Anges
». Fier du succès de son association, Yanis espère avoir transmis les bases de la dégustation en oenologie à ses
camarades d'université. De son côté, il est devenu un véritable expert : « Aujourd'hui, je peux vous parler de la robe
d'un vin, de l'importance que peut avoir le verre sur son goût et des associations de mets que l'on peut faire avec ! ».
La Voix - l’Etudiant • Mai - Juin 2014 • Plus d’infos sur www.lavoixletudiant.com
Fondée par des étudiants de l'IESEG en 2013, Orient'action
est une association venant en aide aux collégiens issus de
milieux défavorisés : « Notre but est de faire découvrir de
nouveaux métiers à des élèves de troisième et de soutenir leur
projet professionnel», explique Mihail, le responsable de la
communication.
Depuis septembre, Orient'action multiplie les interventions
à destination de ses protégés : aide à la recherche de
stages et à la réalisation de CV, séances de coaching, interventions de professionnels...
L'asso agit principalement au sein du collège Louise Michel à Lille : « Dans cet établissement, il y a des classes avec un
fort potentiel et ne pas l'exploiter serait un véritable gâchis.
Nous avons remarqué que les métiers du social et du médical attirent beaucoup les élèves, c'est pourquoi nous avons invité une
puéricultrice à parler de son métier au mois d'avril ».
Et les collégiens se montrent très réceptifs aux interventions : « Ils sont parfois un peu timides, mais nous avons eu plusieurs retours positifs de la part des jeunes. Certains sont très intéressés par ce qu'ils découvrent et nous espérons avoir
confirmé ou suscité de nouvelles vocations ! ».
Avant de passer le flambeau à de nouveaux étudiants, les
membres d'Orient'Action ont un dernier
projet : celui d'organiser, à Louise Michel, un forum des
métiers où il y aura « des ateliers et des professionnels qui
viendront présenter leur activité ».
13
CULTURE
Réalisé par Khadija Abouchan
réagissez à cet article :
[email protected]
AGENDA
Meret Oppenheim
CONCERTS.EXPOS...
Où sortir dans la région...
Le Lille Métropole Musée d'art
moderne, d'art contemporain et
d'art brut accueille une rétrospective de cette artiste inclassable,
qui n’a pas été montrée en France
depuis 1984. Meret Oppenheim
(1913, Berlin - 1985, Paris) a marqué l’art du XXe siècle de manière
aussi importante que secrète.
Jusqu’au 1er juin au LAM de
Villeneuve d’Ascq.
www.musee-lam.fr
CONCERT
À GAGNER
Imagine
Dans le cadre de son partenariat
avec les Jeunesses Musicales de
France, Les 4 Ecluses accueillent la
finale régionale du tremplin Imagine. Ce dernier est ouvert à tous
les groupes de la région (quel que
soit le style) dont les musiciens
sont âgés de 12 à 20 ans.
Samedi 7 juin aux 4 Ecluses
de Dunkerque. 4ecluses.com
CONCERT
Air au Palais
des Beaux Arts
Open Museum est une invitation
donnée chaque printemps à un
artiste que l'on n'attend pas
dans un musée : réalisateur de
cinéma, créateur de mode, musicien… Passionné par l'art, celuici proposera sa vision du musée
en l'investissant de toutes les
manières imaginables.
Jusqu’au 24 août.
www.pba-lille.fr
Kool & the Gang, Earth
Wind & Fire Experience
feat. Al McKay
SPECTACLE
Nawell Madani
C’est un concert exceptionnel qui réunira sur scène du Zénith de
Lille, les deux groupes mythiques de la scène funk. Avec plus de
180 millions d'albums vendus dans le monde à eux deux, et 40 ans
de carrière, Kool & the Gang, Earth Wind & Fire sont les plus grands
producteurs de HITS sur la planète ! Pour les nostalgiques des années funky, comme pour les nouvelles générations fans des samples repiqués à ces groupes, cette soirée est l'occasion de groover
sur des sons que tout le monde connaît.
Lundi 2 juin au Zénith de Lille. EZasABC et la Voix-l’Etudiant vous offrent des places pour ce concert. Un tirage
au sort déterminera les gagnants qui enverront leurs coordonnées par mail à [email protected]
Plaza Francia
Plaza Francia est un nouveau projet musical formé par Catherine
Ringer (des Rita Mitsouko) et Makaroff & Müller (de Gotan Project). Plaza Francia est née d’une envie commune de partager
une expérience musicale singulière, avec, d’un côté, Eduardo
Makaroff l’Argentin, Christoph H.Müller l’Helvète, deux des piliers de Gotan Project, et de l’autre, Catherine Ringer, au talent
indiscutable et qui se faisait rare depuis la disparition de son
duo et compagnon dans la vie, Fred Chichin (disparu en 2007).
Le résultat, c’est un mariage unique de tango organique et de
pop habitée, sorte de ping-pong France-Argentine.
Mardi 13 mai au Théâtre Sébastopol de Lille. www.veroneproductions.com
...LIVRES.DVD.CD
À lire...
À GAGNER
«Le docteur Eric
Searl du Good Samaritan
Hospital de Los Angeles ne
vit que pour les «endormis». Ceux qu'un accident
ou une maladie a plongé
dans un coma profond et
qu'il faut accompagner vers
le réveil... ou la mort. Searl
serait un héros s'il s'occupait aussi des «éveillés», et en particulier de
sa propre famille. C'est bien pour cela que Rebecca, sa nouvelle compagne, le maudit
lorsqu'il rate leur avion à la veille de Noël et
qu'elle se retrouve à conduire les trois enfants
de Searl dans le chalet familial...»
«Ces lieux sont morts», Patrick Graham,
Editions Fleuve, 20,9€
Les éditions Fleuve et
La Voix-L'Étudiant vous offrent
10 exemplaires de ce livre.
Un tirage au sort déterminera les gagnants qui
enverront leurs coordonnées sur carte postale à :
LA VOIX L’ÉTUDIANT •
24, Façade de l’Esplanade - 59000 Lille
14
À voir...
Après trois mois complets au Théâtre des Feux de la Rampe, quelques
dates dans la grande salle du Palais
des Glaces à Paris... Miss Madani
vient nous régaler de son humour
«Brut de décoffrage». Dans son
premier spectacle «C'est moi la plus
belge», la danseuse, animatrice télé
et comédienne nous raconte avec
son humour bien à elle, son parcours depuis son enfance à Watermael-Boitsfort en Belgique, jusqu’à
son arrivée à Paris afin d’y devenir
danseuse professionnelle et chorégraphe. Pétillante, drôle, belle, énergique, généreuse, Nawell est sans
aucun doute l’une des humoristes
les plus douées de sa génération !
Mercredi 21 mai au Splendid
de Lille-Fives
À GAGNER
Mandela : un long chemin vers la liberté
Genre : Biopic, Distributeur : Pathé Films
De Justin Chadwick avec Idris Elba, Naomie Harris, Tony Kgoroge
Né et élevé à la campagne, Nelson Mandela gagne Johannesburg où il devient l'un des jeunes leaders
du Congrès National Africain, l'ANC. Adepte de la non-violence et de la résistance pacifique dans
un premier temps, il passe dans la clandestinité et prône l'action armée en réaction aux massacres
de la population noire dans les «townships». Son arrestation le sépare de Winnie, l'amour de sa vie,
qui le soutiendra pendant ses longues années de captivité et deviendra à son tour une des figures
actives de l'ANC. Sous la pression intérieure et internationale, il est libéré par le président De Klerk.
Pathé Distribution et La Voix-L'Étudiant
vous offrent 10 exemplaires du film.
Un tirage au sort déterminera les gagnants qui enverront leurs coordonnées sur carte postale à :
LA VOIX L’ÉTUDIANT • 24, Façade de l’Esplanade - 59000 Lille
À écouter...
Après des années d’absence, «Lisa Stansfield» effectue son grand retour. «Seven» est, comme son
nom l’indique, le septième album studio de la belle
anglaise. Coproduit et coécrit avec son mari, Ian Devaney, «Seven» rassemble une dizaine de morceaux
inédits enregistrés entre Los Angeles et Manchester.
On l’attendait, le voilà : le nouvel album des lillois
Skip the Use «Little Armaggedon» (Polydor). Les 12 titres de l'album ont été
écrits et composés par Mat Bastard. Pour
parfaire la production, le groupe s'est entouré du
producteur Dimitri Tikovoï (Placebo, Goldfrapp...) et
d'Adrian Bushby (Muse, Jamiroquai…) mixeur aux
multiples Grammy Awards.
La Voix - l’Etudiant • Mai - Juin 2014 • Plus d’infos sur www.lavoixletudiant.com
Réalisé par A. Ramanakasina et
M. Amsellem, réagissez à cet article :
[email protected]
INTERNET
NETFLIX,
la révolution
des soirées télé
Déjà présente aux États-Unis, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas,
Netflix s'apprête à s'installer en France. L'arrivée de ce géant de la
vidéo à la demande a-t-elle le potentiel de bouleverser notre
manière de consommer des films et des séries ?
L’actu du web
Location illimitée
Fondée en Californie en 1997, Netflix est à l'origine
une entreprise louant des cassettes et des DVD par
correspondance. Progressivement, l'enseigne a fait
évoluer son offre, en proposant à ses clients un
abonnement mensuel permettant de louer des films à
volonté en 1999, puis en lançant son service de vidéo
en streaming en 2007, soit dès la démocratisation de
l'ADSL. Aux côtés d'Hulu et d'Amazon, Netflix est l'un
des plus importants services de VOD existants :
de 2007 à aujourd'hui, l'enseigne est passée de 7,5
millions d'utilisateurs à 48 millions d'utilisateurs à travers le monde ! Ce chiffre colossal s'explique par la très grande compétitivité de son offre :
là où la majorité des services actuels proposent de
louer une vidéo à la carte pour un temps défini, Netflix se différencie par son abonnement sans engagement (environ 8 dollars par mois) donnant un accès
illimité à un immense catalogue de programmes
anciens et récents. De Game of Thrones à Skyfall en
passant par la version sixties de la Famille Addams, le
choix est vaste et tous les films et séries peuvent se
visionner en intégralité et sans surcoût.
Un outil contre le piratage ?
La stratégie audacieuse de Netflix, c'est de ne pas
nier la pratique du téléchargement illégal : si une série est fortement téléchargée, elle sera proposée sur
Netflix. De même, tout a été fait pour que l'outil soit
le plus ergonomique possible. Selon Reed Hastings, le PDG de l'entreprise : « Netflix est bien plus facile à utiliser qu'un logiciel de Torrent (…) Vous n'avez
qu'à cliquer et à regarder ». Et le PDG de déclarer fièrement : « Quand on s'implante quelque part, le trafic
La plus grosse faille de sécurité
jamais vue sur le web
de Bittorent baisse ». Dans les faits, il faut prendre
bien d'autres paramètres que la présence de Netflix
pour mesurer le recul du piratage, mais l'offre a tout
de même le pouvoir de faire évoluer les habitudes
des internautes : Outre-Atlantique, aux heures de
pointe, près d'un tiers du trafic Internet serait
consacré au téléchargement de données sur Netflix.
Un obstacle : l'exception
culturelle française
A l'image de Free, cassant les prix de la téléphonie
mobile en 2012, l'arrivée de Netflix en France est une
bonne nouvelle pour les consommateurs. L'offre
du diffuseur, qui produit aussi ses propres séries
(House of Cards, Orange is the New Black), pourrait
radicalement transformer le marché de l'audiovisuel français. En France, cependant, ce marché est
fortement protégé par un ensemble de législations et
de contraintes : « S'il veut s'installer ici, Netflix doit se
plier aux régulations qui font le succès de nos industries,
notamment en matière de financement de la création »,
déclarait Aurélie Filippetti au JDD après avoir reçu les
représentants de l'entreprise en décembre.
La Voix - l’Etudiant • Mai - Juin 2014 • Plus d’infos sur www.lavoixletudiant.com
Découverte en septembre
2011 mais dévoilée en avril,
Heartbleed se traduit comme
une faille de sécurité Internet. Une erreur de codage
qui a donné aux pirates l’accès à des millions de données personnelles. Le problème vient du logiciel Open
SSl, censé garantir la confidentialité des échanges d’information
avec un serveur. Utilisées par la plupart des sites, toutes les données
transmises (mots de passe, coordonnées bancaires) peuvent être
lues en temps réel. Le site https://filippo.io/Heartbleed permet de
tester la vulnérabilité d’un site.
2048, le jeu qui va détroner
Candy Crush ?
Créée en un week-end par un adolescent de 19 ans, la nouvelle application
qui rend tout le monde accro s’appelle
2048. À l’écran apparaissent des chiffres qu’il faut faire disparaître en les
combinant. Entre Tétris et le Sudoku,
le but est d’additionner les multiples
de deux pour arriver à 2048. D’abord
conçu uniquement pour le web, le jeu
s’est ensuite développé sur les smartphones et les tablettes, faisant plus de
4 millions d’adeptes. Sa particularité
est que l’échec n’est pas frustrant. Au
contraire, il donne envie de recommencer, encore et encore.
15
PARCOURS
Réalisé par Stéphanie Morelli
réagissez à cet article :
[email protected]
Fareen Altaf,
plaider à la Cour
des droits de l’Homme.
Les étudiants en droit de l’université de Valenciennes
ont réussi un bel exploit : remporter le prestigieux
concours de plaidoirie René Cassin, organisé à
Strasbourg par la Cour européenne des droits de
l’Homme.
Fareen Altaf
: « le
« Le droit, une matière très concrète ! »
Lors du concours Cassin, soixante
équipes de toute l’Europe s’affrontent sur des cas autour des droits
de l’Homme, deux jours durant.
Plusieurs prix sont décernés par un
jury d’experts : meilleur mémoire,
meilleure plaidoirie et classement
des différentes équipes. L’université de Valenciennes se classe troisième meilleure université (première université française),
remporte le prix de la deuxième
meilleure plaidoirie, décroché par
Fareen Altaf. Mais ce qui ravit le
plus nos étudiants, c’est d’avoir obtenu le titre de meilleur mémoire,
face à des universités européennes
surentraînées. Fareen nous raconte
cette incroyable aventure. Mais
avant, faisons connaissance avec
cette brillante étudiante en droit :
avec un papa dans la légion étrangère française, Fareen voyage
beaucoup durant son enfance. Puis
sa famille pose ses valises à Valenciennes, où elle fera sa scolarité à
partir du collège. Au moment de
choisir son orientation pour le lycée, Fareen trouve un écho dans le
discours tenu autour des filières
scientifiques et techniques manquant de filles : « je me suis dit que
je trouverais plus facilement du travail à la sortie, cela a motivé mon
orientation vers un bac S. » La jeune
fille obtient les meilleures notes
notamment en matières littéraires :
« le proviseur du lycée du Hainaut me
convoque en fin de 1ère, et me dit : « tu
es en train de gâcher tes capacités ! » Il
téléphone au lycée Watteau, et j’ai pu
passer directement en terminale L
sans redoubler. » Un changement
de dernière minute que Fareen
ne regrette pas, une voie qui répond à sa personnalité et ses
compétences, elle y réussit
haut la main.
L’amour du droit
Après le bac, ne sachant trop que
faire, elle opte pour une prépa
sciences po à Lille 3. Si la filière ne
lui correspond pas, elle tombe
« amoureuse du droit » ! Retour à
Valenciennes pour une licence
dans ce domaine ; aujourd’hui, elle
y termine un M2 contrats publics
en alternance. Elle apprécie l’ambiance familiale de l’université va-
lenciennoise, les professeurs toujours disponibles, l’entraide entre
étudiants. Un soutien bien apprécié lors du concours Cassin, ce pari
un peu fou !
L’équipe Valenciennoise en compagnie de David Douillet, président invité du concours.
juriste doit être
curieux, aimer
chercher des
réponses. »
Un pari fou !
enfant, nos Valenciennois sympathisent avec leur
camarades belges
et
luxembourgeois, saluent le
courage des Turcs
ou des Bulgares,
qui doivent plaider en français – la
langue de la cour -,
« ils avaient encore
plus de mérite que
nous », salue Fareen. Quel apport
d’avoir brillé à ce concours ? « La
découverte de mon amour pour l’art
oratoire, une arme à notre disposition, c’était jouissif. De la confiance
en moi ; en plaidant devant un tel
jury d’experts, nous avons fait un
grand bond en avant. Cela va aider
sur le CV. Je veux m’orienter vers la
recherche, mais de nombreux professionnels m’ont dit que je devais cultiver mon talent d’oratrice... et m’ont
laissé leur carte si je changeais d’avis !
Et puis cela démontre qu’à Valenciennes, on forme des juristes polyvalents ! » Fareen Altaf se montre totalement passionnée par le droit,
ce qui lui plaît le plus dans cette
matière : « la capacité à être réactif
sur des situations concrètes. Contrairement à ce que l’on pourrait penser,
on trouve dans le droit des réponses
à des problématiques réelles, dans
des domaines variés : finance, management... Au-delà de l’exigence et de
la rigueur, il faut être en demande,
loin de l’étudiant consommateur :
aucune obligation d’avoir une
grande mémoire, dès la deuxième
année, on a droit au code durant les
examens. On ne peut pas tout ingurgiter ! Mais il faut fournir de la réflexion, et aimer aller chercher les réponses. On vous donne les outils, à
vous de vous en servir ! »
« L’université de
Valenciennes
forme des juristes
polyvalents »
En début d’année, les étudiants de
master de droit de l’UVHC décident de relever un défi insensé :
s’inscrire au concours Cassin, « le
plus prestigieux au plan européen,
voire mondial ! » Le cas pratique est
dévoilé fin novembre. Là où d’autres universités ont inscrit ce
concours dans leurs cours et
font appel à des professionnels
pour préparer les jeunes, nos
étudiants valenciennois travaillent sur leur temps libre ! Et
comme, contrairement à la majorité des concurrents, ils ne sont pas
spécialistes en droit européen, ils
doivent commencer par un travail
de recherche harassant ! Fareen se
remémore les longues heures de
travail « d’appropriation du droit,
avant de pouvoir nous pencher sur le
cas pratique, au début, nous nagions.
Nous sommes partis avec un handicap énorme ! » On se rend
compte à quel point le fait de
décrocher le titre du meilleur
mémoire relève presque de
l’exploit ! Être sélectionné dans
les seize finalistes pour plaider à
Strasbourg était déjà une victoire,
« on n’y allait pas pour gagner, même
si on finissait derniers, c’était déjà du
bonheur. Imaginez dans quel état
nous étions quand les places ont été
dévoilées, 16ème... 15ème... jusque 3ème ! »
L’ambiance au concours est bon

Documents pareils