Tribunal Instance Melun - 22 octobre 2001 - condmnation BRED

Commentaires

Transcription

Tribunal Instance Melun - 22 octobre 2001 - condmnation BRED
Tribunal Instance Melun - 22 octobre 2001 - condmnation BRED
Tribunal d'Instance de Melun
22 octobre 2001
condamnation de la BRED
ref : AFUB - TI - 011022A
Chéquier, envoi postal,
courrier simple,
responsabilité bancaire.
Alors que des usagers viennent d'ouvrir un compte en ses livres, la BRED leur expédie par voie postale simple des
chéquier.
Ceux-ci ne parviendront jamais à leurs destinataires. Et ultérieurement leur compte sera débité au titre des chèques
utilisés frauduleusement par les auteurs du détournement.
Les clients de la BRED réclament réparation des préjudices résultant de cette situation.
La banque fait valoir notamment qu'aucune disposition légale ou réglementaire ne lui impose d'adresser les chéquiers
en recommandé avec accusé de réception. Elle soutient aussi avoir remboursé les victimes.
C'est cette interprétation que condamne le Tribunal au terme de la motivation suivante :
1°) sur la faute :
" Il résulte de l'application des dispositions de l'article 1927 du Code Civil que la banque dépositaire des fonds appartenant
à ses clients doit leur garantir la libre disposition et la sécurité des dépôt et est tenue pour ce faire à une obligation
générale de prudence ;
L'envoi de chéquiers sous pli simple constitue un manquement à cette obligation de prudence, un tel procédé ne pouvant
garantir que lesdits chéquiers parviennent à leur destinataire ;
Conformément aux dispositions de l'article 1147 du Code Civil, la banque doit répondre de la faute qu'elle a commise dans
l'exécution de ses obligations. "
2°) sur les préjudices :
" Il résulte des pièces versées aux débats que si effectivement les sommes indûment prélevées ont été remboursées, force est
de constater qu'elles ne l'ont été que le 20 mars 2000 alors que l'opposition date du 8 février 2000 ;
En outre les remboursements n'ont été effectués qu'après de nombreuses interventions des usagers qui justifient s'être à
plusieurs reprises rendus à l'agence et avoir adressé des lettres en recommandé avec accusé de réception pour lui rappeler
ses obligations ;
Par ailleurs pour faciliter le contrôle des opérations sur le compte bancaire de sa cliente, la banque lui a fait ouvrir un
autre compte de dépôt. Pour autant, la banque au lieu d'opérer un simple transfert a clôturé les comptes pour en ouvrir de
nouveaux faisant de ce fait perdre à sa cliente le bénéfice de trois jours d'intérêts et réduit la provision du CODEVI au
plafond de 30 000 francs alors que le solde de l'ancien s'élevait de 30 431,82 francs avec les intérêts acquis. Certes la
cliente a pu obtenir la remise en état de ses comptes mais à la suite de démarches faites auprès du directeur de l'agence et
de responsable qualité de la société BRED ;
Enfin et contrairement aux engagements pris par l'agence gérant les comptes des demandeurs, cette dernière n'a pas
adressé aux commerçants et autres victimes d'utilisations frauduleuses des chéquiers les courriers pour exposer le motif du
rejet du chèque ou du prélèvement pour faire cesser les relances et mises en demeures adressées au domicile des
demandeurs ; ainsi, ces derniers justifient avoir exposé des frais d'avocat pour la rédaction de ces courriers et dû effectuer
eux-mêmes les démarches auprès des victimes ; et les requérants justifient avoir exposé des frais téléphoniques, postaux, de
déplacements et d'honoraires d'avocat pour un montant total de 5790 F;
- 84,53 francs
- 5 709,04 F
http://www.afub.org/AFUB_TI_011022A.php (1 sur 2)21/04/2006 19:28:21
Tribunal Instance Melun - 22 octobre 2001 - condmnation BRED
La cliente est donc fondée à réclamer le complément soit la somme 4 209,04 francs ;
En outre l'usager a manifestement subi un préjudice moral du fait de l'utilisation frauduleuse de son chéquier et des
désagréments occasionnés par les nombreuses démarches qu'il a dû effectuer auprès de la banque pour obtenir la
restitution des fonds et auprès des victimes de l'utilisation frauduleuse de son chéquier ; qu'ainsi il s'est vu notifier un avis
à tiers détenteur par le trésor public sur son lieu de travail et auprès d'autres organismes bancaires ;
En conséquence, les usagers peuvent donc prétendre à l'octroi de dommages et intérêts. "
Le Tribunal condamne la BRED au paiement de 4209 F pour le dommage matériel et 6 000 F pour les préjudices
moraux, outre aux dépens entiers et à 2 500 F (cf. article 700 NCPC).
Pour une copie intégrale de la décision.
Retour à la page précédente
procédure règlement des conflits,
comment faire valoir ses droits
www.afub.org © 1999/2006 AFUB
Tous droits réservés, reproduction partielle ou totale interdite sans l'avis préalable de l'auteur
Dernière révision : 25 juillet, 2004
http://www.afub.org/AFUB_TI_011022A.php (2 sur 2)21/04/2006 19:28:21

Documents pareils

Tribunal Instance Neuilly - 18 décembre 2002 - condamnation

Tribunal Instance Neuilly - 18 décembre 2002 - condamnation Ayant souscrit un crédit de 280 000 F auprès de la CAIXABANK les 2 emprunteurs ont adhéré à l'assurance de groupe proposée par le prêteur et conclue auprès de la Paternelle au titre de la garantie ...

Plus en détail

Tribunal d`Instance de Vanves -référé 9 juin 2009 Banque Populaire

Tribunal d`Instance de Vanves -référé 9 juin 2009 Banque Populaire à raison de 1 000 € par mois en plus de celui souscrit auprès de la société BANQUE POPULAIRE RIVES DE PARIS, de sorte que par ces motifs, ils sont bien fondés à réclamer en application des disposit...

Plus en détail

Tribunal Instance Angouleme - 20 juillet 2001

Tribunal Instance Angouleme - 20 juillet 2001 Au titre du préjudice moral, il convient d'allouer une somme de 40 000F pour tenir compte de l'ampleur et de la durée (plus de 7 ans) de préjudice. " Le Crédit Agricole est condamné à payer à sa cl...

Plus en détail

Cour Appel Rennes - 21 septembre 2001 - condamnation

Cour Appel Rennes - 21 septembre 2001 - condamnation permanents. Sont intérêt réside aussi, voire essentiellement, dans l'application de ces dispositions à une carte privative, carte de commerçant. " Selon l'article L 311-4 du Code de la Consommation...

Plus en détail