Les journaux

Commentaires

Transcription

Les journaux
Les Matinées
du CBB
Les journaux pour les
filles et les garçons
e
du XIX siècle
aux années 1960
Aperçu réalisé à partir des collections du fonds Bermond-Boquié
Au XVIIIe siècle,
siècle, les journaux étaient destinés à une jeunesse vouée à devenir l’élite de
la nation. Leur but était de parfaire et de compléter l’éducation donnée par les parents. Les
histoires préparaient les jeunes à leur vie future. Elles proposaient des textes à finalité
morale et éducative.
Au XIXe siècle, le but est toujours d’instruire mais s’y ajoute l’idée de distraire les jeunes.
Les journaux reflètent ce que doit être l’ordre social et transmettent aux enfants les principes
de charité, d’honnêteté et d’indulgence.
A cette époque peu s’adressent spécifiquement aux jeunes filles, le public visé est mixte bien
que la majorité des histoires ont pour héros des jeunes garçons, les filles ayant un rôle toutà-fait secondaire.
Ces journaux font appel à des grands écrivains. On leur demande d’adapter des histoires ou
d’écrire des articles concernant des sujets divers qui soient accessibles à la jeunesse et qui les
ouvrent sur le monde extérieur.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
bm.nantes.fr
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Le Journal des enfants, 1832-1897
Il est publié par Louis Desnoyers, journaliste et romancier. Il s’entoure
de personnalités marquantes dont Georges Sand,
P.J. Stah-Hetzel. Les
illustrations sont encore assez rares.
L’introduction du premier numéro donne le ton :
« Il faudra que vous soyez des hommes bientôt, pour remplacer vos pères […] Nous vous faisons
un journal afin que bientôt vous soyez des hommes ; vous porterez un fusil, pour porter plus
tard une épaulette… Si nous nous sommes d’abord occupés des petits garçons, c’est que en
général les petits garçons ont plus besoin de leçons que les petites filles. Les petites filles auront
bientôt leur tour. C’est ici le journal de tous les enfants. »
Le grand succès du journal est dû au roman à suivre de Louis Desnoyers : les
aventures de Jean-Paul Choppart. C’est un héros turbulent, effronté,
régulièrement et sévèrement puni. Après avoir fait mille et une bêtises et subi
un nombre important de châtiments, le héros finira par se conduire en bon
garçon et obtiendra de très bons résultats scolaires.
Le roman sera publié pour la première fois en 1834 et réédité régulièrement
jusqu’en 1995 par les éditions Casterman.
Les filles ne sont pas absentes des histoires mais leur image est très
dévalorisante.
Elles sont souvent infirmes ou sujettes à tous les malheurs du monde. Elles sont
le faire valoir des garçons qui ainsi développent leur ferveur chrétienne face
aux plus démunis.
Voici quelques titres qui en disent long sur le contenu :
« Sourde-muette-aveugle ; Jeanne la boiteuse ; La jeune aveugle »…
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Le Journal des jeunes personnes, Bureau du journal, Paris, 1833-1894
Ce journal propose d’éduquer les jeunes filles, de leur donner des «
exemples et des leçons de sagesse loin des contes de fées ». Il estime que ces
dernières sont en droit de recevoir une instruction. Pendant leur enfance, elles
ont appris la vertu, enseignement que leur mère leur a transmis. Il s’appliquera
à leur donner une instruction plus large : l’histoire, la littérature, les sciences,
et la religion. Il faut que cet enseignement soit plaisant donc des anecdotes, des
nouvelles les instruiront tout en les distrayant.
On y trouve des articles sur la mode, sur les travaux manuels
essentiellement de la broderie, mais aussi sur les travaux ménagers. Pour
compléter leur éducation, des partitions de musique sont proposées.
Antoinette Dupin (1801-1844) y écrit régulièrement des articles à teneur
féministes. Par exemple dans l’article du numéro du 15 septembre 1833 qui
a pour titre Influence de l’éducation : le bonheur des femmes, elle
revendique le droit aux femmes de s’exprimer et d’avoir une place dans la
société auprès des hommes. Ces propos sont critiqués et bien qu’on
admette pour les jeunes filles la nécessité d’une meilleure éducation, on
souhaite avant tout qu’elles soient de bonnes épouses dévouées et
obéissantes.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Mon Journal, Hachette, 1881-1925
Ce mensuel créé par Hachette s’adresse aux filles et aux garçons de 5 à 10 ans.
Le contenu est axé sur des histoires réalistes, on y trouve également des
contes, des articles variés sur la géographie ou l’histoire dans chaque numéro.
L’illustration abondante se partage entre gravures pleine page et petites
vignettes. La photographie apparaitra en 1900 dans la revue et Christophe y
publiera ses premières ébauches de La famille Fenouillard.
A la fin de chaque recueil, des petites fables, devinettes, histoires sans paroles
divertissent les lecteurs.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Le petit français illustré: journal des écoliers et des écolières, Armand Colin,
1889-1905
Georges Colomb plus connu sous le nom de Christophe dominait la revue
par sa personnalité.
Les numéros se composaient de dix pages, alternance d’histoires pour les
garçons et d’histoires pour les filles.
Des articles sur des pays, des constructions, des industries complétaient le
numéro offrant ainsi une ouverture sur le monde. Un grand nombre de ces
reportages font référence aux pays colonisés d’Afrique et d’Asie.
La bande dessinée est très présente, Christophe y publie les premières
aventures de la de la Famille Fenouillard et du Sapeur Camember.
Les garçons ont droit à des articles sur le sport. Devinettes, charades sont
également au programme.
On y trouve également des romans feuilletons tel la Princesse Sarah, une
histoire de Frances Hodgson Burnett, auteur du célèbre Jardin secret, du
Petit lord Fauntleroy. Cette histoire fut l’objet d’un roman en 1905. Sarah,
arrivée d’Inde, est brillante, pleine de compassion et fait l’admiration de
toutes les élèves du pensionnat. Le roman apporte plus de détails que le
feuilleton qui survole les évènements de la vie de l’héroïne et de son
entourage.
Les garçons, eux, retrouvent les aventures d’Yves Kerhélo de Marie
Delorme, édité également en roman en 1891.
Dans le même genre,, la revue Saint Nicolas : journal illustré pour garçons
et filles, édité par Delagrave 1880-1915. Hebdomadaire.
Inspirée de la revue américaine Saint Nicholas. On y trouve en alternance
des histoires qui s’adressent soit aux filles soit aux garçons mais de façon
moins régulière que dans le précédent périodique.
C’est l’époque à laquelle Boutet de Monvel va s’orienter vers l’illustration
enfantine ; il collabore régulièrement à ce journal, notamment dans les
histoires de Saint Nicolas reprises à chaque numéro.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
La presse du XXe siècle envisage différemment la production pour les deux
sexes. Les journaux pour les filles se développent considérablement au début
du siècle notamment grâce à la création de la Semaine de Suzette en 1905
elle marque un tournant dans la presse qui différencie nettement les garçons
et les filles.
Les editions Gautier-Languereau
Les éditions Gautier-Languereau ont été créées en 1885 par Henri Gautier
qui fut ensuite secondé par son neveu Maurice Languereau auteur de
Bécassine, sous le pseudonyme Caumery. Cette maison est célèbre surtout
pour avoir publié les célèbres aventures de Bécassine dans la revue La
Semaine de Suzette
La Semaine de Suzette, 1905-1960
Cette revue s’adresse clairement aux filles. Les éditeurs la présentent ainsi :
« Sa fonction est d’amuser et aussi d’instruire en récréant vos filles entre huit et quatorze
ans. Elle va vous aider à semer dans la jeune âme de votre enfant la bonne graine qui en y
germant contribuera à faire d’elle plus tard la femme accomplie dont vous rêvez ».
Il atteint 100.000 exemplaires dès son lancement. Les éditeurs, en créant le
journal, offraient en prime la célèbre poupée Bleuette.
On y trouve un roman à suivre, des contes, des jeux de plein air et de société,
la page de la poupée Bleuette avec son trousseau et quelques recettes de
cuisine.
Ce magazine abondamment illustré voit également la naissance de Bécassine,
publiée par la suite en album.
Malgré quelques problèmes de censure, il traversera sans encombre deux
guerres mondiales.
La semaine de Suzette dans les années
années 1960
Le journal essaie de s’adapter à la modernité en commençant par un romanphoto. La publicité est présente et une mini-rubrique conseille d’écouter
certaines émissions de Radio-Luxembourg. On retrouve également la poupée
Bleuette et sa garde-robe.
De 1905 à 1960 la vision des filles n’est plus tout à fait la même. Les romans
feuilletons présentent des jeunes filles qui s’enhardissent en vivant des
aventures rocambolesques. Mais les clichés subsistent. Les filles sont encore
fragiles, pauvrettes. La charité du riche face aux pauvres est encore bien
souvent au cœur du sujet de certaines histoires. Les milieux sociaux sont très
caricaturés et l’image de la femme est encore celle de la femme au foyer. Sa
place est auprès des enfants et non au travail. Les garçons sauvent les filles des
situations dangereuses et jouent toujours un rôle de protecteur.
La longévité de cette publication reste exceptionnelle. L’éditeur justifie sa
décision d’arrêter la publication à cause de « la préférence des jeunes filles
d’aujourd’hui d’aller de plus en plus vers de grands magazines qui
s’adressent à la fois aux garçons et aux filles ».
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
La Maison de la Bonne Presse
Ce groupe français est crée en 1873 après la guerre franco-prussienne par le
père Emmanuel d’Alzon fondateur de la congrégation catholique « Les
Augustins de l’Assomption ». Il existe actuellement sous le nom de « Bayard
presse ».
A la fin du XIXème, la Maison de la Bonne Presse lance Le Noël et au début
du XXème siècle d’autres publications pour la jeunesse vont suivre :
•
•
•
•
•
Le Noel. 1895-1937
L’écho de Noël (1906-1935) devient Bayard
L’étoile noëliste (1914-1939)
Bernadette (1923-1964) devient Nade
Bayard (1936-1962) devient Record
Le Noël, publication pour les jeunes filles, 1895-1937
Elle contient de nombreuses rubriques : romans à suivre, saynètes, poèmes,
histoires bibliques et la traditionnelle lettre de l’évêque, accompagnée de sa
photo, exhortant les fillettes à la piété et à la sauvegarde de la religion
menacée par l’anticléricalisme. La revue n’oublie pas d’instruire ses lectrices
avec des exercices réguliers de calcul et d’orthographe. Il ne faut pas oublier
la rubrique du courrier où chaque « noëliste » est invitée à s’exprimer.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
L’Écho du Noël, 1906-1935
C’est un journal hebdomadaire plutôt destiné aux garçons. Il disparait entre
1914 et 1918. Le numéro de reprise symbolise la raison du conflit : un drapeau
français est tenu par un petit alsacien et un petit lorrain.
La revue contient en premier lieu « la causerie de l’écho » très orientée vers
le thème de la France chrétienne. Dans le numéro qui précède le 11
Novembre 1924 on peut lire « En cet anniversaire, les inaugurations de
monuments se multiplient……N’oubliez pas que seul Dieu a le dernier
mot…..Qu’il daigne enfin le dire ce mot béni…..et que notre nation
chrétienne reprenne au premier rang des peuples, la place que lui mériteront
sa vaillance et ses vertus ».
La revue est la première à lancer des romans cinématiques, entre texte illustré
et histoire en images. Un des dessinateurs récurrents est Eugène Damblans
(1865-1945), illustrateur et aquarelliste d’origine uruguayenne. Il a beaucoup
travaillé pour les journaux de la Maison de la Bonne Presse en illustrant
notamment ces histoires illustrées proches de la bande dessinée.
Des récits de voyage, des romans à suivre et une page scientifique
constituaient le corps de la revue sans oublier les jeux, les énigmes et les
devinettes.
Le but du journal était bien de distraire, mais l’éducation, l’instruction
restaient très importantes. L’extrait du numéro 745 du 14-12-1924 en est un
exemple, il ne fallait pas détourner le garçon du sens de l’effort : « les plus
beaux exploits….ne vont pas sans chute et sans horions. Il faut savoir les
supporter en souriant. Le joueur trop douillet est vite traité de
femmelette….L’existence n’est pas toujours une belle ronde unie, demandez
plutôt à vos parents s’il en a été ainsi pour eux ».
L’Echo du Noël reprenait aussi des lectures et des images extraites de la revue
précédente Le Noël.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
L’étoile noëliste, 1916-1939
La revue hebdomadaire s’adresse aux jeunes filles de 6 à14 ans. Le contenu
est empreint de messages très directs incitant à pratiquer la charité et
l’obéissance aux parents ainsi que le partage entre frères et sœurs. Il y a
aussi des informations sur les mouvements de jeunesse catholique.
L’illustration est bien présente dans les histoires, les romans à suivre et les
pages de jeux. Une « causerie » en guise d’éditorial est centrée
principalement sur le calendrier liturgique.
La revue propose sa poupée Nadalette.. Il en existe plusieurs modèles :
articulée ou non, avec des yeux de différentes couleurs. C’est l’occasion de
consacrer deux pages aux patrons nécessaires pour composer le trousseau de
Nadalette. Une activité bien utile pour préparer les jeunes demoiselles à
leur future vie de mère de famille.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Bernadette, 1923-1964
C’est un hebdomadaire destiné aux filles. Dans ses débuts la maquette et le
contenu sont très semblables à ceux de L’étoile Noëliste.. Il est destiné à
des filles du milieu rural. On y trouve de plus en plus d’illustrations et des
rubriques d’histoire, d’art et de sciences.
Il faudra attendre 1950 pour repérer des auteurs et illustrateurs reconnus.
Berthe Bernage (auteur à succès notamment de la série Brigitte éditée chez
Gautier-Languereau) publie quelques romans en feuilleton. Henriette
Robitaillie y crée beaucoup de récits complets et deviendra une scénariste
de bandes dessinées (Aventures d’Olivier et Priscille illustrée par Janine
Lay).
Du côté des illustrateurs on trouve Loÿs Petillot, Alain d’Orange, Manon
Iessel, Claude Dubois (qui a repris quelques temps les Aventures de
Sylvain et Sylvette) Pierre Forget et Gervy qui crée la BD Miette et
Totoche et surtout Calvo avec Moustache et Trottinette au Moyen-Age.
En 1956 Bernadette passe à l’impression offset, agrandit son format et
améliore son contenu. La bande dessinée est plus présente ainsi que
l’histoire romancée et la science. On trouve des encarts sur l’actualité, sur
le cinéma, sur les métiers. Le journal devient Nade en 1964. Il cessera
définitivement de paraître en 1973.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Bayard, 1936-1962
Cet hebdomadaire est dédié aux garçons jusqu'à 15 ans.
Les lecteurs sont encouragés à créer des « clubs Bayard » pour vivre la devise
« sans peur et sans reproche » en référence au chevalier Bayard. Ils peuvent
accéder à des grades dans le club : page, écuyer et chevalier. Ainsi, ils
montrent la capacité du garçon à être serviable à la maison, au patronage et à
l’église.
Toujours très imprégnés de religion, les articles de la revue sont variés,
instructifs et questionnent la modernité. On trouve des articles sur le
chauffage central encore peu courant, le métro parisien et son extension ou
bien sur les futures possibilités d’aller sur la lune. Il y a des pages de bricolage
à réaliser, des jeux, et des articles assez importants pour découvrir des pays
ou des régions de France.
Colonisation oblige, le racisme se retrouve au cœur de différentes histoires :
le texte ainsi que les dessins présentent souvent les Africains (avant 1960)
comme naïfs, peu intelligents et rétifs à la « civilisation ».
La bande dessinée est très présente avec la saga médiévale de Thierry de
Royaumont dessinée par Pierre Forget dont beaucoup d’anciens lecteurs sont
nostalgiques.
En 1962, ressentant la nécessité de moderniser la formule, la direction décide
de créer Record avec les scouts et guides de France et la maison Dargaud. Ce
sera une revue mixte.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Les éditions Offenstadt
Les frères Offenstadt, d'origine allemande, ont créé une maison d'édition à la
fin du XIXe siècle. Spécialisée dans la presse enfantine populaire, elle publie
des revues connues pour leur caractère truculent. Les magazines enfantins
parmi les plus connus du début du XXe siècle, sont notamment L'Épatant,
L'Intrépide, Fillette ou encore L'Illustré. Dans ces magazines ont été créés des
personnages de bande dessinée renommés comme Les Pieds nickelés ou
L'Espiègle Lili. Les frères Offenstadt ont souvent été en butte à la censure et
au moralisme de l'époque. Du fait de leurs origines juives, ils ont été
dépossédés de leur entreprise durant l'Occupation.
De leurs publications, le centre Bermond-Boquié possède Fillette..
Fillette, 1909-1964
Hebdomadaire pour les petites filles.
Dès 1909, Jo Valle et André Vallet créent pour l'hebdomadaire, un drôle de
petite fille L’Espiègle Lili, turbulente, insolente et terriblement attachante.
La revue contient un roman à suivre, des saynètes et des petites histoires en
images.
La publicité est très présente et l’image tient beaucoup de place. Entre autres
rubriques : le courrier appelé « sac à malices » qui répond aux questions des
petites lectrices.
Une chronique donne la place à deux petites filles qui livrent leurs
impressions croisées de la vie à la campagne et à la ville.
En 1935, le journal crée le club Shirley Temple, jeune actrice américaine. Pour
y adhérer « Il faut aimer Shirley Temple, avoir le sourire, plus de six ans,
aimer le ciné, être assez sage pour que Papa et Maman vous y emmènent et
dessiner de jolies images ».
Fillette essaie de s’adapter à la modernité, elle devient successivement Jeunes
filles magazine en 1964, Paul et Mique et Quinze en 1965.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Le Petit écho de la mode
Cette importante maison d’édition a choisi de reprendre le nom de leur
première revue féminine qui avait connu un grand succès à la fin du 19ème
siècle. Dans les années 60, elle est reprise par les éditions Montsouris qui
publie entre autres magazines, Rustica, Mode de Paris, Femmes
d’aujourd’hui…
Au début des années 1920, elle crée plusieurs périodiques pour la jeunesse. Le
centre Bermond-Boquié possède notamment : Lisette, Pierrot, Jeunesse
Magazine.
Extrait de leur présentation : « Un journal doit être intéressant, vivant,
amusant bien adapté aux goûts de ses lecteurs, Lisette, Pierrot et Jeunesse
magasine, perpétuellement en liaison avec leurs lecteurs, répondent à vos
désirs. »
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Lisette
Première période de 1921 à 1942. Le tirage est de 135 000 exemplaires, un des
plus importants périodiques de l’époque pour enfants en dehors des revues
confessionnelles spécialisées. L’âge reste indéterminé, bien que qu’il porte en
sous titre « Journal des fillettes ». Les histoires pourtant s’adressent plus à un
public de jeunes filles.
C’est un journal bien pensant avec des histoires morales. On retrouve comme
dans beaucoup de ces périodiques féminins des rubriques de travaux manuels
comme la couture notamment des patrons à suivre pour la poupée Lison, des
guides de tricot ou des recettes de cuisine. Plusieurs histoires à suivre
entrecoupées de jeux et d’anecdotes présentées sous forme de bande dessinée
composent la revue.
En mai 1945, la revue Lisette est rééditée, elle sera reprise plus tard par
Bayard Presse. À partir de 1970, il fusionne avec l'hebdomadaire Nade, du
groupe Bayard presse, devenant ainsi Nade-Lisette dirigé par Pierrette
Rosset.
A la fin de sa carrière, (pendant laquelle ce périodique avait absorbé le titre
Nade), Lisette ne meurt pas tout à fait, mais fusionne avec un autre journal,
Caroline pour former pendant quelques mois Lisette et Caroline puis s'éteint
définitivement en août 1974.
Le centre possède quelques numéros des années 1950. Par rapport aux
numéros des années 1930, une plus large place est faite aux bandes dessinées.
Claude Voilier auteur et traducteur du célèbre club des cinq d’Enid Blyton et
autres séries anglaises publie des histoires proches de ces séries par exemple
Pensionnat Sans Souci : quatre jeunes filles dont une américaine mènent des
enquêtes. Images de jeunes filles dynamiques cherchant à faire le bonheur de
tout le monde. Les histoires sont très souvent abracadabrantes!
Le contenu et la qualité des histoires se rapprochent de la revue La semaine
de Suzette, elles sont souvent mièvres et peu enrichissantes.
Une rubrique est consacrée à la télévision et à la radio. A la fin des années
1950, une double page les Echos de Paris fait référence à la mode, aux
chanteurs de l’époque…
Dans l’ensemble, ces quelques numéros des années cinquante rejoignent le
style des romans pour la jeunesse d’après-guerre. Ce sont essentiellement des
périodiques pour distraire, s’amuser. Après des années de guerre, on a besoin
de légèreté, le monde décrit est souvent irréel, les jeunes filles sont des
héroïnes pleine de courage et prêtes à vivre de grandes aventures. L’ensemble
est empreint de bons sentiments.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Pierrot, Journal des garçons,1925-1957
Hebdomadaire (arrêt pendant la seconde guerre mondiale). Version garçon
de Lisette.
Les numéros commencent par une double page sur l’aviation Parlons
d’aviation. Marcel JeanJean, ancien pilote de guerre et caricaturiste de talent
se chargeait de cette rubrique. Il y traite de l’actualité, des progrès de ce
domaine. Des photos illustrent abondamment ses propos.
Comme dans Lisette, des nouvelles et des histoires à suivre s’intercalent mais
cette fois on y parle d’aventures qui se passent à l’étranger. L’Amérique,
l’Afrique sont les deux continents qui suscitent l’imaginaire : combat contre
les indiens, chasse à l’ours ou expédition dans la jungle.
Ce magazine propose des rubriques dites « masculines »: les sports et les
expériences scientifiques (absent chez Lisette).
Comme tous les autres périodiques, des bandes dessinées, des jeux, un
courrier de lecteurs signé l’ami Pierrot et un peu de publicité s’ajoutent à la
revue.
Etienne Le Rallic est un illustrateur de renom très présent dans les deux
magazines et dans l’ensemble des périodiques des années 1950. Il était
également scénariste dans les bandes dessinées des revues. La vivacité,
l’élégance de son trait et la précision des costumes caractérisent son travail. Il
était également très réputé pour la qualité de ses dessins sur les chevaux.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Jeunesse magazine, 1937-1939
Cette revue donne une large place à l’actualité du monde de l’aviation, la
marine, l’automobile, la moto. En complément des maquettes sont à
réaliser. Les photographies illustrent en majorité le journal.
Nous ne possédons très peu d’informations sur ce magazine qui n’aura vécu
que 3 ans, peut-être est-ce du à la tranche d’âge à laquelle il s’adressait ?
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Les éditions Vaillant
Société française créée en 1944 dont les actionnaires sont choisis parmi les
anciens membres du Front patriotique de la jeunesse (FPJ) et dans les rangs des
militants et compagnons de route du Parti communiste de France (PCF).
Vaillant, 1945-1969
Devient par la suite Pif-Gadget
Le premier numéro du jeune hebdomadaire Vaillant porte en sous-titre Le
jeune patriote, nom du journal dont il a pris le relais. En effet les éditions
Vaillant ont déjà créé entre 1944 et 1945 un journal éphémère émanant de la
résistance communiste pour défendre les valeurs d’un humanisme laïc face au
poids lourd de la presse catholique.
La bande dessinée y occupe une place prépondérante sous l’égide du directeur
René Moreu, illustrateur de talent. On peut citer Les aventures de Placide et
Muzo de Jacques Nicolaou et José Cabrero Arnal, Les pionniers de
l’espérance de Raymond Polivet et Roger Lécureux. Sans oublier le célèbre Pif
le chien qui fait ses débuts en 1952 sous le crayon d’ Arnal. En 1956, Vaillant
passe de 16 à 32 pages, mais en 1962 il est concurrencé très fortement par Le
journal de Tintin, Spirou et surtout Pilote.
On trouve aussi dans Vaillant des pages documentaires, des jeux, des romans à
suivre. La revue s’adresse plutôt aux garçons, on y trouve très peu de
personnages féminins. Il y a cependant des lectrices et on leur donne la parole
dans la rubrique courrier. Exemple du numéro du 5 juin 1958 « Enfin une fille
qui nous écrit ! ».
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Marijac éditeur (1908-1994)
Marijac,
Marijac de son vrai nom Jacques Dumas,
Dumas est un dessinateur, scénariste et
éditeur français de bandes dessinées. Sa carrière de dessinateur commence
dans les années 1930, son principal héros étant alors le cow-boy Jim Boum.
Il s'engage dans la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale et lance
un hebdomadaire de bande dessinée qui deviendra très vite populaire : Coq
hardi. Il devient alors le scénariste de nombreuses séries, dont Capitaine
Fantôme pour Raymond Cazanave, Colonel X pour Raymond Poïvet,
Christian Mathelot et Gloesner, Alerte à la Terre pour Mathelot, Sitting
Bull pour Dut, Poncho Libertas pour Le Rallic, Roland Prince des Bois
pour Kline, et Guerre à la Terre... Il continuera ensuite parallèlement sa
carrière d'éditeur en publiant notamment le journal Mireille.
Mireille, le magazine de la fillette moderne ! 1953-1964
Bien que le journal soit lancé par Marijac en 1953, le personnage de
Mireille existe depuis 1947 et avait été crée par un espagnol, Vicente Roso
pour en faire une bande dessinée. De 1953 à 1955, les aventures de Mireille
ne sont donc que des traductions des histoires espagnoles. Après cette date
Claude Marin s’occupera du personnage de Mireille. Comme pour
beaucoup d’autres magazines destinés aux jeunes filles, les années 60 sont
difficiles. Après de nombreux rachats et des changements de propriétaire,
Mireille se lie, en 1962, à l’Intrépide pour devenir Mireille et Intrépide. Ce
nouveau modèle ne parvient pas à convaincre et Mireille disparait
complètement en 1964.
Proche des autres magazines de l’époque, il propose des pages de mode,
des jeux et des fiches métiers (infirmière ou teinturière).
Une page est consacrée au club des amies de Mireille : des lectrices
partagent des recettes, recherchent des correspondantes. Les abonnées
envoient une photo d’elle avec un surnom.
On trouve ensuite les histoires à suivre, les bandes dessinées et un romanphoto en noir et blanc. Les personnages principaux sont toujours des
jeunes filles combatives et résistantes (Peggy la journaliste qui n’hésite pas
à courir des risques ou Liliane l’hôtesse de l’air qui survit dans le désert).
Le personnage de Mireille est présent sur chaque première page à travers
des petites saynètes.
Comme beaucoup de ces magazines pour les filles, il possède également sa
poupée, appelée poupée Mireille.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
L’Union des œuvres catholiques
Cette maison d’édition deviendra plus tard les éditions Fleurus.
Création du magazine Cœurs Vaillants (officiellement en 1928 dans la
région du Nord-Pas-de-Calais) en 1929. Il est essentiellement destiné aux
jeunes garçons de 11 à 14 ans allant en école catholique ou fréquentant le
patronage.
Âmes Vaillantes créé huit ans plus tard en 1937 est destiné aux jeunes filles
catholiques.
Ces deux journaux sont indissociables et se font souvent échos. Ils sont
même parfois vendus ensembles. Certains articles sont publiés dans les deux
journaux. Ces deux revues ne vivent pas seulement sur le papier puisque des
mouvements appelés « Mouvements Âmes vaillantes/Cœurs vaillants » sont
créés et permettent aux jeunes de se réunir au sein des patronages pour des
journées d’activités mais également lors de grandes rencontres
internationales.
Âmes Vaillantes, 1937-1963
Ces deux magazines fourmillent d’informations, d’histoires. Leur contenu
répond au quotidien de ses lecteurs mais reste cependant des journaux ouverts
où de nombreux sujets sont traités.
Ames Vaillantes présente également les traditionnels travaux manuels pour les
filles : patrons pour les habits des poupées mais aussi pour les habits de jeunes
filles à réaliser par les mamans. Les histoires ont pour héroïnes des danseuses et
on trouve des bandes dessinées mettant en scène des fillettes. Pour les plus
jeunes, apparaissent dès 1940, les célèbres nains Perlin et Pinpin crées par
Maurice Cuvillier.
En 1962, le journal a évolué, les articles documentaires sont plus nombreux et
une rubrique d’actualité J2 se présente à l’intérieur comme un supplément. On
le retrouve également dans Cœurs Vaillants. Il est question de toute l’actualité
du moment avec une page sport, une page cinéma, une rubrique télévision et
des évènements du monde sont relatés.
Des concours sont également organisés qui s’adressent autant aux lectrices
d’Ames Vaillantes qu’aux lecteurs de Cœurs Vaillants. La différence de sexe
s’amenuise entre les deux magazines.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Cœurs Vaillants, 1929-1963
Le magazine change de format en 1957 et devient plus petit, par contre il
augmente son nombre de pages. En 1963, Cœurs Vaillants devient J2 Jeunes
puis Formule 1 en 1971. Il cesse complètement de paraître en 1981.
Cœurs Vaillants présente dans les années 50 la même disposition brouillonne
qu’Ames Vaillantes. Les patrons d’habits sont remplacés par des modèles
pour construire des arcs ou des cerfs-volants. On trouve dans chaque
numéro, une petite fiche sur un engin spatial, naval ou une automobile. Il
existe une rubrique sur le cinéma qui n’existait pas dans les numéros d’Âmes
Vaillantes en 1955. Le sport est un sujet également souvent traité.
En 1963, les reportages photos sont consacrés aux gros engins tels que les
bateaux, les Caterpillar ou bien les camions. Les bandes dessinées ont pour
héros des cowboys ou des aviateurs.
Seules les pages d’actualité du J2 présentaient des articles intéressant les filles
comme les garçons : dans le numéro du 21 mars 1963, le J2 consacre toute une
page aux conclusions d’un débat autour des filles et des garçons. De
nombreux lecteurs et lectrices y ont participé et le magazine conclut :
« Les garçons et les filles peuvent s’entendre. Le tout est que les garçons ne veuillent pas
imposer des jeux trop brutaux aux filles et les filles des sujets trop féminins. Les garçons
attention aux gestes brutaux, aux moqueries et au langage et les filles essayez de ne pas trop
jouer les mijaurées et les douillettes… ».
Toujours dans le J2 du numéro du 7 mars 1963, les filles peuvent découvrir les
deux cents costumes de la nouvelle poupée qui vient de l’Amérique : Barbie,
quant aux garçons on les encourage à construire une maquette : un destroyer.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Fripounet et Marisette, 1945-1969
Hebdomadaire édité par Fleurus (anciennement Union des œuvres catholiques)
proche d’Ames Vaillantes et Cœurs Vaillants, destiné aux plus jeunes (8-12 ans),
public mixte et surtout pour les jeunes des milieux ruraux.
Beaucoup de bandes dessinées dont Fripounet et Marisette de R. Bonnet alias
Herboné , Sylvain et Sylvette de Cuvillier, mais aussi "Les indégonflables de
Chantovent (Gloesner) et Zéphir de P. Brochard..
On retrouve les rubriques d’actualités J2 : télévision, sports, actualités
religieuses qui ne correspondent pas vraiment à l’âge auquel s’adresse la revue.
A l’image des deux autres magazines, il se présente comme un joyeux fourretout qui a fait le plaisir d’un grand nombre d’enfants de l’époque.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Le début des années 1960 marque la fin d’une presse pour les filles. La
Semaine de Suzette est le premier journal à disparaître en 1960. La rédaction
écrit dans le numéro de septembre.
« La préférence des jeunes filles d’aujourd’hui allant de plus en plus aux
grands magazines s’adressant à la fois aux filles et aux garçons, nous décidons
de cesser notre parution ».
C’est la fin de la presse pour les filles et pendant plus de trente ans les
journaux pour enfants ne seront plus marqués par cette sexualisation qui a
dominée après la guerre. Les groupes Bayard Presse et Milan vont dominer le
marché et créer des revues par tranche d’âge, depuis le bébé jusqu’à
l’adolescent et même le jeune adulte.
Ce n’est qu’en 1998 que renait la presse pour les filles avec le magazine Julie
lancé par le groupe de presse Milan et qui s’adresse aux jeunes filles de 9 à 12
ans.
Extrait du catalogue des
journaux anciens du
Centre BermondBermond-Boquié.
Boquié.
XIXème siècle
Journal des enfants : 1833 – 1840 – 1845 à 1846
Journal des jeunes personnes : année 1833
Mon journal : 1886 à 1890
Le petit français illustré : 1889 à 1891 (incomplet)
Saint Nicolas : 1890
XXème siècle
La semaine de Suzette : 1914 – 1917-1918 – 1920 à 1923 – 1928 – 1931 – 1933 à
1937 – 1938 – 1957-1958 – 1960. (Collection incomplète)
Le Noël : 1907
L’écho du Noël : 1924 ; 1930 (collection incomplète)
L’étoile noëliste : 1926 (collection incomplète)
Bernadette : 1938 ; 1948 ; 1957 ; 1961 à 1963 (collection incomplète)
Bayard : 1937 ; 1938 ; 1952 ; 1959 (collection incomplète)
Fillette : 1917 à 1923 (collection incomplète)
Lisette : 1956 – 1959 (collection incomplète)
Pierrot : 1931 à 1932 (collection incomplète)
Jeunesse magazine : deux numéros de 1938
Vaillant : 1958-1959 (collection incomplète)
Mireille : 1956 -décembre 1957 – février 1958 (collection incomplète)
Ames Vaillantes : 1955 ; 1958 ; 1962 ; 1967 (collection incomplète)
Cœurs Vaillants : 1950 ; 1959 ; 1961 à 1963 (collection incomplète)
Fripounet et Marisette : 1959 – 1961-1962 (collection incomplète)
Pour aller plus loin :
bibliographie
CREPIN T. BISSELLE-HACHE C. (sous la dir.), Les presses enfantines
chrétiennes au XXe siècle, Artois Presses Université, 2008
FOURMENT Alain, Histoire de la presse des jeunes et des journaux
d’enfants (1768-1988). Editions Eole, 1987
PERRIN Raymond, Fictions et journaux pour la jeunesse au XXe siècle,
L’Harmattan, 2009
MEDIONI Richard, Pif la véritable histoire des origines à 1973, Vaillant
collector, 2003
Vaillant le journal le plus captivant : 1942-1969, la véritable histoire d’un
journal mythique, Vaillant collector, 2006
Suzette et les autres : un demi-siècle de journaux pour la jeunesse : catalogue
d’exposition. Médiathèque du Pontiffroy, Metz, 2001

Documents pareils