sensibiliser

Commentaires

Transcription

sensibiliser
Le Centre de Prévention du Suicide organise un
concours photos :
DOSSIER DE PRESSE
I. Présentation du contexte dans lequel prend place ce concours
3
II. Présentation du jury, du président du jury
et commissaire d'exposition
5
III.Présentation du concours dans ses exigences « techniques » et
pratiques
6
IV.Exposition des photographies sélectionnées, du 5 au 12 février 2015,
dans le cadre des actions de sensibilisation à la souffrance au travail
organisées par le C.P.S.
7
V. Présentation du Centre de Prévention du Suicide
8
VI. Nos partenaires
8
VII.
9
Annexes
2
I. Présentation du contexte dans lequel prend place ce concours
« Mon métier et mon art, c'est vivre. »
Montaigne
L'EU-Osha (Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail) vient de publier
une synthèse d'études sur le coût des risques psychosociaux. Les résultats illustrent la
nécessité d'agir. En Europe, le chiffre le plus récent parmi les données synthétisées par
l'EU-Osha date de 2013 : les dépressions dues au travail coûtent 617 milliards d'euros
par an, soit quatre fois le budget de l'Union européenne (151 milliards d'euros en
2014).
Après les 30 glorieuses (1950-1978) où l'on a connu le plein emploi, une valorisation en
dehors du monde du travail et une syndicalisation forte, ont suivi les années 80-90 où le
travail était un vecteur fort de valorisation de soi et dans la société.
Depuis 2000 cependant, et le basculement par la mondialisation, on assiste à une course
à la productivité, aux délocalisations et désindustrialisations, dans un contexte où le
progrès technique est bien plus perçu comme une menace qu'un soutien. Face à ces
changements, le syndicalisme peine à s'adapter et sortir du modèle taylorien. Le
chômage est devenu un risque potentiel pour tous.
Le souhait du Centre de Prévention du Suicide est de pouvoir se pencher sur ces
changements radicaux qui broient de plus en plus d'individus, allant jusqu'à pousser
certains jusqu'au suicide.
Le Centre se propose donc d'ouvrir les discussions et réflexions non pas tant aux seuls
salariés mais bien aussi aux professions indépendantes et aux chômeurs
(proportionnellement plus touchés encore par les passages à l'acte suicidaire).
L'angle d'approche privilégié sera de se pencher sur les facteurs liés à l'organisation et
non les facteurs individuels car nous soutenons l'idée qu'il s'agit d'agir de façon collective
en menant une action préventive organisationnelle et managériale avant tout. Tout ceci,
sans faire l'impasse sur une analyse plus globale du système économique et social dans
lequel nous évoluons.
Contexte dans lequel ce projet s'inscrit et finalités
Les événements organisés annuellement par le Centre de Prévention du Suicide ont pour
vocation de sensibiliser les citoyens à la problématique du suicide, expression extrême
de la souffrance qui s'exprime dans tous les milieux familiaux et socio-économiques, tout
comme dans toutes les professions.
Le Centre de Prévention du Suicide, en parallèle de l'actualité, est régulièrement
sollicité pour intervenir dans les collectivités professionnelles en matière de
sensibilisation mais aussi pour mener des actions dites de « postvention », soit après un
passage à l'acte suicidaire et ce, afin de soutenir « ceux qui restent ». La sensibilisation
a valeur d'information mais aussi de réflexions à mener collectivement, dans une
perspective de prévention, en tenant compte des spécificités de chaque milieu
professionnel concerné.
3
Si certains milieux professionnels sont plus exposés que d'autres à des facteurs
extérieurs fragilisants, aucune profession n'est cependant à l'abri de ce qui est
maintenant appelé communément un « burn-out », voire pire, un passage à l'acte
suicidaire.
Or, ce que les différents chercheurs et praticiens s'accordent à dire, se faisant par là
l'écho des travailleurs, c'est qu'il s'agit, avant tout, des effets et symptômes d'un
changement managérial destructeur. Pris au sein de celui-ci, comment encore trouver le
sens de son travail ? Comment valoriser, faire valoir et se faire reconnaître pour son
« savoir bien faire » ?
Le Centre de Prévention du Suicide souhaite, dans ce contexte, ouvrir une réflexion
collective en donnant la « parole » aux travailleurs concernés, non pas en exposant leurs
souffrances mais justement en les invitant à montrer la beauté de leur métier, le sens
qu'ils y trouvent (ou espèrent retrouver), voire, par l'absurde, les conditions de travail
qui les en empêchent.
Pourquoi l'outil photographique ?
Le souhait du Centre de Prévention du Suicide était de trouver un média qui puisse
« parler » à presque tous, qui puisse libérer la parole sans trop exposer celui qui en fait
usage.
"Maintenant tout le monde fait de la photo". Ce n'est pas faux. Le média
photographique s'est "vulgarisé" dans son usage et endosse, là, un habit, si pas universel,
à tout le moins largement emprunté. Mais il reste, en dehors de considérations
"artistiques" (soit ce qui fait, dans la communauté des professionnels, qu'une
photographie relève de l'art), le reflet d'une singularité unique (le pléonasme est
volontaire).
Car peu importe la "qualité" de la photo, elle est toujours le résultat du choix de celui
qui la prend, soit motivée par ce petit quelque chose qui a touché l’œil (et le cœur et
l'esprit) du photographe et qu'un autre ne percevra peut-être pas en la regardant une
fois imprimée.
Si, dans le processus thérapeutique, il y a des lapsus de langage, il y a en quelque sorte,
dans la photographie, des "lapsus de l’œil". Dans les 2 cas, il s'agit de réinscrire ceux-ci
dans l'histoire personnelle du preneur d'images pour en saisir la portée mais, dans les
deux cas, cela dit quelque chose de lui... à l'insu même de son plein gré!
4
II. Présentation du jury, de son Président et Commissaire d'exposition
Commissaire d'exposition et Président du Jury:
Serge Anton – photographe professionnel – www.serge-anton.com
Jury à 4 voix :
Voix 1 : Photographes professionnels:
Bruno Stevens – www.bruno.photoshelter.com
Denis Erroyaux – www.deniserroyaux.be
Philippe Lermusiaux – www.lermusiaux.be
Benoît Weisgerber – www.benweisgerber.com
Mikael De Plaen Kawende – www.deplaen.net
Stephan Darding – www.stephandarding.com
Voix 2 : Professionnels du champ psycho-médico-social :
Dan Kaminski – criminologue
Thomas Périlleux – sociologue
Daniel Desmedt – psychiatre
Philippe Woitchik - ethnopsychiatre
Voix 3 : Journalistes :
Nicole Debarre (RTBF)
Chloe Andries - http://canalordinaire.wordpress.com
Anne-Cécile Huwart - http://canalordinaire.wordpress.com
Géraldine Vessière - http://canalordinaire.wordpress.com
Voix 4 : Membres du C.P.S. :
Stéphanie De Maere – psychologue
Sylvie-Anne Hye – psychologue.
A l'issue du concours, les photos primées seront exposées du 5 au 12 février 2015 à
Tour et Taxis.
5
III.Présentation du concours dans ses exigences « techniques » et
pratiques
Le concours de photos La « beauté » du travail se déroulera du 10 septembre au 30
novembre 2014 (date limite de remise des photographies). Il est gratuit et est ouvert à
toute personne de plus de 18 ans. Une page internet sera consacrée au concours,
reprenant toutes les informations pratiques et les modalités d'inscription.
www.preventionsuicide.be/concours
Voir aussi : Règlement du concours, en annexe.
Les participants sont invités à présenter une image représentant le sens qu'ils donnent
au travail en général et/ou à leur travail propre. Que ce soit en montrant l'expertise du
geste, la beauté du résultat, l'importance des pairs, la qualité du milieu de travail,...
ou, au contraire, tout ce qui fait défaut à ces mêmes niveaux et empêche le travailleur
de (re)trouver ce même sens.
Un regard ironique, absurde, voire décalé, est aussi le bienvenu.
Les photographies seront soumises à l'appréciation du jury mais aussi présentées sur une
page Facebook afin que chaque participant puisse valoriser son travail, son regard.
Les membres du jury seront invités à présenter, s'ils le souhaitent, une de leurs œuvres
représentant leur vision propre de l'univers du travail, que ce soit le leur ou celui dont
ils ont pu être témoins dans leurs pratiques professionnelles. Une partie de l'exposition
leur sera réservée.
6
IV.Exposition des photographies sélectionnées, du 5 au 12 février 2015,
dans le cadre des actions de sensibilisation à la souffrance au travail
organisées par le C.P.S.
A l'occasion des Journées Francophones Internationales en Prévention du Suicide, les
photographies des lauréats du concours, ainsi que celles des membres du jury qui
souhaiteront y participer seront exposées sur le site de Tour et Taxis du 5 au 12 février
2015. Le vernissage de l'exposition est prévu pour le jeudi 5 févier 2015 et
s'accompagnera de la remise des Prix aux lauréats.
En marge de l'exposition, des conférences seront proposées sur des thématiques en lien
direct avec la question de la souffrance au travail (souffrance des demandeurs d'emploi,
souffrance des fonctions dirigeantes, isolement des pratiques indépendantes,...). Le
programme complet de ces interventions sera annoncé dans le courant du mois de
novembre 2014. Ces conférences auront lieu sur le site de Tour et Taxis.
Parallèlement à ces actions, le Centre de Prévention du Suicide s'associe au Théâtre
Marni à l'occasion de la présentation de la pièce d'Isabelle Sorente, « Hard Copy »,
traitant de la question du harcèlement moral au travail (semaine du 9 février 2015).
Les suites de l'exposition
Dans les mois qui suivront cette exposition temporaire, celle-ci sera retravaillée et
construite pour devenir une exposition « itinérante » dont toute collectivité pourra se
saisir afin de sensibiliser son public à la question de la souffrance au travail.
De plus, d'autres actions, axées toujours sur la question de la souffrance au travail,
seront menées en continuant à utiliser le média culturel dont, notamment, une
exposition de peinture sur la thématique des « vêtements de travail ».
7
V. Présentation du Centre de Prévention du Suicide
Veillant à offrir un accompagnement particulier à toute personne qui, dans sa vie
personnelle ou professionnelle, se trouve questionnée par la problématique du suicide,
le Centre de Prévention du Suicide développe depuis quarante ans des projets à la fois
spécifiques et complémentaires :
•
•
•
•
•
•
•
•
•
une écoute téléphonique, accessible 24h/24, dans l’anonymat, au 0800 32
123,
des sensibilisations et formations pour professionnels,
des interventions d’information et de postvention dans des institutions suite à
un passage à l’acte,
un suivi de crise pour les personnes suicidantes et leurs proches,
un accompagnement des personnes endeuillées suite au suicide d’un proche, en
individuel ou en groupes, pour adultes, adolescents et enfants,
une bibliothèque,
des journées d’étude,
de rencontres grand public,
un espace forum sur Internet.
VI. Nos partenaires
Cocof – www.cocof.be
Bruxelles Laïque – www.bxllaique.be
Centre Popincourt (Paris) – www.centrepopincourt.fr
Tour et Taxis – www.tour-taxis.com
Labo JJ Micheli – www.jjmicheli.be
_________________________________________
Contact :
Centre de Prévention du Suicide
Avenue Winston Churchill 108 à 1180 Bruxelles
02 650 08 69
[email protected]
www.preventionsuicide.be
Pour le Centre de Prévention du Suicide ASBL,
Stéphanie De Maere
Directrice
8
VII.
Annexes
9

Documents pareils