Dossier technique lot 2

Commentaires

Transcription

Dossier technique lot 2
AGROCAMPUS OUEST
LOT N° 2
ASSURANCE "RESPONSABILITE ET RISQUES ANNEXES"
DOSSIER TECHNIQUE
Le présent dossier technique comporte :
 Page de garde .............................................................................1
page
66
 Eléments techniques ....................................................................
pages
 Statistiques sinistres .....................................................................7
pages
TOTAL ....................................
74
pages
AGROCAMPUS OUEST
ASSURANCE "RESPONSABILITE
ET RISQUES ANNEXES"
ELEMENTS TECHNIQUES
Agrocampus Ouest procède à une consultation en vue de renégocier ses contrats
d'assurance de :
 "Responsabilité civile générale".
 "Protection juridique personne morale".
Les éléments de statistiques sinistres sont communiqués sur les bases des garanties et des
franchises du contrat en cours.
Les éléments techniques comportent :
 Page de garde ............................................................................
1 page
 Fiche « contrat actuel » ...............................................................
1 page
 Questionnaire « Responsabilité et risques annexes » .................
5 pages
 Statuts .........................................................................................
7 pages
 Rapport d'activité 2014 ................................................................
48 pages
 Description des activités du site de Beg Meil ...............................
4 pages
TOTAL ....................................
66 pages
GARANTIES RESPONSABILITE
DU CONTRAT MULTIRISQUES
Intermédiaire : /
Durée, effet : 5 ans - 01/01/2012
Compagnie : MAIF
er
Echéance : 1 janvier
MONTANT DES GARANTIES PAR SINISTRE
Préavis de résiliation : 4 mois
CAHIER DES CHARGES
CONTRAT ACTUEL
 Responsabilités générales
10 000 000 €
30 000 000 €
- Dommages corporels
10 000 000 €
30 000 000 €
- Dommages matériels et matériels consécutifs
5 000 000 €
15 000 000 €
- Dommages immatériels non consécutifs
1 500 000 €
1 500 000 €
Pas de sous-limitation
Pas de sous-limitation
500 000 €
1 500 000 €
750 €
Pas de limitation
750 €
Pas de limitation
75 000 €
75 000 €
75 000 €
75 000 €

Objets confiés

Pollution accidentelle

Dommages subis par les effets ou objets personnels
des préposés hors responsabilité
- par sinistre
- par année
Garantie annexe de défense recours
- défense recours
- garantie de recours et de défense pénale

GARANTIES SPÉCIFIQUES
PROTECTION JURIDIQUE
CAHIER DES CHARGES
CONTRAT ACTUEL
OUI
OUI
FRANCHISES
CONTRAT ACTUEL
 Dommages corporels
 Dommages matériels et immatériels consécutifs
Néant
Néant
Néant
Néant
 Dommages immatériels non consécutifs
Néant
Néant
Société PROTECTAS
Conseil en assurances des Administrations Publiques
ASSURANCE
RESPONSABILITE
AGROCAMPUS OUEST
Questionnaire relatif à l'établissement du cahier des charges
 Cocher (x) la case correspondante
PREAMBULE :
Le présent questionnaire ne constitue aucun engagement d’AGROCAMPUS OUEST à
souscrire un contrat d'assurance.
Il reste strictement confidentiel.
Le soussigné déclare :
 que les réponses contenues dans le présent questionnaire sont, à sa
connaissance, exactes ;
 avoir été informé qu'elles constituent les éléments d'appréciation du risque
nécessaires à la fixation des primes et dont l'inexactitude serait susceptible de
modifier les engagements de l'assureur (article L 113.8 : nullité du contrat ;
article L 113.9 : réduction des indemnités ; Code des assurances).
AGROCAMPUS OUEST ne peut cependant pas être engagé au-delà des réponses
apportées à ce questionnaire.
Les assureurs peuvent demander tous renseignements complémentaires et, dès lors,
reconnaissent avoir une connaissance suffisante du risque à garantir.
QUESTIONNAIRE RC - page 1/5
1 / IDENTIFICATION DU SOUSCPRIPTEUR :
Dénomination complète :
AGROCAMPUS OUEST
Adresse administrative :
65 RUE DE SAINT BRIEUC
CS 84215
35042 RENNES CEDEX
2 / ACTIVITES :
2.1 - Renseignements généraux :
2.11 - Nombre de salariés : Effectif 2015 exprimé en ETPT (équivalent temps plein
annuel travaillé)
 Agents de l’Etat fonctionnaires
 Agents de l’Etat non fonctionnaires
 Agents de droit privé
TOTAL
=
=
=
=
320,96
94.48
3
418,44
2.12 - Montant de la masse salariale hors charges sociales patronales sur le
dernier exercice connu : Masse salariale 2015 chargée, hors vacations
Soit 2015
=
 Agents de l’Etat fonctionnaires
 Agents de l’Etat non fonctionnaires
 Agents de droit privé
TOTAL
=
=
=
23 719 004,58
3 567 333,16
60 182,29
=
27 346 520,03
2.13 - Nombre de membres du Conseil d’Administration =
votants
30 membres
2.14 - Nombre de membres du bureau
-
=
2.2 - Activités :
2.21 - Montant du budget de fonctionnement (total des dépenses) du dernier
exercice connu :
QUESTIONNAIRE RC - page 2/5
2.22 - Descriptif sommaire des activités d’AGROCAMPUS OUEST :
A JOINDRE DERNIER RAPPORT D’ACTIVITE
2.3 - Des risques de même nature étaient-ils précédemment assurés ?
OUI 
NON 
x
Le contrat a-t-il fait l’objet d’une résiliation par l’assureur ?
OUI 
NON 
Il s’agit d’un marché qui prend fin le 31/12/2016
3 / STATISTIQUES SINISTRES :
3.1 - Au cours des 5 dernières années, les assureurs garantissant des risques de
même nature ont-ils été amenés à régler des sinistres de plus de 5 000 € ?
OUI 
NON 
3.2 - Si OUI, en donner, ci-après, les références, la date, les circonstances détaillées et
le montant.
Ces informations devront être communiquées à défaut de celles demandées aux
assureurs.
3.3 - Au cours des 3 dernières années, les assureurs ont-ils remboursé des sinistres de
moins de 5 000 € ?
OUI 

NON 
Cocher (x) la case correspondante
QUESTIONNAIRE RC - page 3/5
3.4 - Si OUI, en donner, ci-après, la date, la nature et le montant
Ces informations devront être communiquées à défaut de celles demandées aux
assureurs.
3.5 - Certains sinistres de responsabilité ont-ils fait l'objet de répétitions particulières ?
(hors assurance dommages aux biens) :
OUI 
NON 
Si OUI, quels types de sinistres ?
Des mesures particulières ont-elles été prises pour les pallier ?
Si OUI, quelles mesures ?
4 / DESIGNATION DES BATIMENTS :
Immeubles ou installations de toute nature dont AGROCAMPUS OUEST est
propriétaire ou occupe à quelque titre que ce soit.
Voir dossier "dommages aux biens".
Surface totale développée


Cocher (x) la case correspondante
QUESTIONNAIRE RC - page 4/5
5 / ACTIVITES ou RISQUES SPECIFIQUES:
5.1 - ASSISTANCE - RAPATRIEMENT - FRAIS DE SOINS :
Pour le dernier exercice connu préciser pour chacune des missions à l’étranger :
- Le nombre de personnes
En "journée mission"
- La durée des missions
- Le pays de destination
Si des missions plus spécifiques sont prévues pour l’année à venir, donner les
informations nécessaires.
5.2 - AUTRES RISQUES :
Le présent questionnaire comporte 5 pages et
Fait à
annexes.
, le
Signature et cachet.
QUESTIONNAIRE RC - page 5/5
rapport
d’activités
2014
www.agrocampus-ouest.fr
BILAN &
PERSPECTIVES
Institut supérieur des sciences agronomiques, agroalimentaires, horticoles et du paysage
Chiffres clefs 2014
1 851 étudiants
dont 1 227 élèves-ingénieurs, 440 masters, 68 licences professionnelles et 116 doctorants
10 %
d’étudiants étrangers
62 %
d’étudiantes
42 %
de boursiers
454 personnels
dont 149 enseignants et 305 personnels administratifs, ingénieurs,
techniciens et ouvriers de service (AITOS)
2
centres de formation
et de recherche
6
départements
d'enseignement
et de recherche
521
80
chercheurs
associés
partenaires
académiques
dans une
quarantaine
de pays
1
14
6
centre d’appui
au système éducatif
unités de recherche
labellisées
écoles
doctorales
13 000
alumni
2
éditorial
Le lien étroit entre formation et recherche
constitue la raison d’être d’AGROCAMPUS
OUEST et caractérise son cœur de métier.
Ses missions et activités sont traduites par des axes
de développement stratégiques : la valorisation
de la recherche via le transfert et innovation,
le renforcement des partenariats professionnels,
l’ambition accrue à l’international, le déploiement
de la politique de développement durable et la
transformation numérique.
Ils contribuent à nourrir et renforcer l’excellence
des parcours et des dispositifs de formation et de
recherche.
Ces axes de développement seront renforcés dans
le projet stratégique d’établissement à horizon 2020.
AGROCAMPUS OUEST souhaite renforcer son identité,
favoriser ses collaborations scientifiques et partenariales,
accentuer son rôle dans l’innovation. L’établissement
participe ainsi à la résolution des questions de société
et des territoires et aux problématiques des filières
professionnelles et des entreprises.
Nos alliances, géographiques et thématiques, en pleine
évolution, restent complémentaires. Elles sont des
vecteurs d’attractivité et de visibilité.
L’évolution accrue d’AGROCAMPUS OUEST vers
l’excellence de sa recherche et de ses formations se
poursuit grâce à la mobilisation constante de ses équipes.
Cette nouvelle édition du rapport d’activité en démontre
la dynamique.
Grégoire Thomas
Directeur général d’Agrocampus Ouest
Sommaire
6
AGROCAMPUS OUEST à 360°
Missions, axes thématiques, valeurs, axes de développement 6 • Une politique partenariale et coopérative ambitieuse 8 •
Un management par la qualité à nouveau certifié en 2014 9 • Développement durable : Agrocampus Ouest s’engage 10
12
Formation : l’employabilité en ligne de mire
Recruter 14 • Former 15 • Insérer 16 • L’internationalisation des formations 17 • La formation tout au long de la vie 20
L’ingénieur agronome 22 • L’ingénieur en agroalimentaire 24 • L’ingénieur en horticulture et l’ingénieur en paysage 26 •
Masters et licences professionnelles 29 • Doctorat 30
32
Recherche : l’union fait la force
De l’alimentation au cadre de vie 34 • Développer le potentiel scientifique 39 • Anticiper, dialoguer, innover 40
42
Repères
Ressources humaines 42 • Orientations budgétaires 43 • Instances de gouvernance 44 • Organigramme 46
3
AGROCAMPUS OUEST
en 2014
Janvier
Salons étudiants
Audit CTI
Cérémonie d’hommage à
Jean-Michel Lemétayer
28e édition du Salon des
productions végétales (SIVAL)
Mai
15e Carrefour de l’eau
Renouvellement du mandat
de Grégoire Thomas dans ses
fonctions de directeur général
d’AGROCAMPUS OUEST
Mars
Gala de l’agro
8e Expo Flo
« On s’est planté d’époque »
InterAgros 2014 :
cap à l’Ouest à Carhaix
36 Fest noz de l’agro
e
Journée métiers à Rennes
2014
01
02
03
04
Avril
Séminaire interne
d’échanges
d’expériences et de
pratiques TICE
Février
Journées portes ouvertes
Salon du végétal
Lancement du groupe projet
DD&RS (développement
durable et responsabilité
sociétale) AGROCAMPUS
OUEST
Les légendes des photos sont en italique dans les textes attenants.
4
05
06
Juin
2e édition
des Journées
professionnelles
de Rennes
« Pêche et tourisme :
construisons une
dynamique »
Septembre
SPACE
Symposium international « Carotte et autres Apiacées »
Journées européennes du patrimoine
Lancement officiel du campus numérique de Bretagne
[email protected] depuis le télé-amphithéâtre Moule
d’AGROCAMPUS OUEST, en interconnexion avec les
autres salles de Bretagne
Lancement du concours
Naturapolis : Inventer
l’habitat du futur
Novembre
Colloque Enseigner à produire autrement
Journées scientifiques du GFHN
Inauguration des Installations expérimentales
mutualisées INEM à Angers
Forum emploi-métiers à Rennes
Séminaire interne dédié à la stratégie de formations
spécialisées et l’offre de M2
Audit annuel du système de management par la qualité
Signature d’une nouvelle chaire d’entreprise
AGROCAMPUS OUEST-VIF
08
09
Photo : Musée de Bretagne D.88.1.70
Photo : Archives de Rennes 350Fi254_9
Photo : Archives de Rennes 350Fi254_10
Photo : Archives de Rennes 350Fi254_2
Ça s’est passé à l’Agro
pendant la Grande Guerre ...
À partir du 15 juin 1917,
l’École Nationale d’Agriculture
de Rennes héberge un centre
de rééducation, de réadaptation
et d’adaptation professionnelles
agricoles destiné aux mutilés de la
guerre, aux militaires en traitement
dans les hôpitaux de Rennes et aux
militaires réformés après blessure de
guerre.
Il a pour but de permettre aux
mutilés anciennement agriculteurs
de s’adapter à nouveau à l’exercice
de leur profession et d’initier à la
pratique de l’agriculture les mutilés
d’une autre origine professionnelle.
La Préparation
Militaire Supérieure
vers 1910 était encore
facultative ; elle ne
deviendra obligatoire
qu’après la Première
Guerre mondiale.
Ces étudiants ne se
doutaient pas qu’ils
allaient être mobilisés
en 1914 et que nombre
d’entre eux allaient
tomber au champ
d’honneur.
10
11
Octobre
Remise des insignes de la Légion
d’honneur à Grégoire Thomas par
Jean-Yves Le Drian, Ministre de la
Défense
12
Décembre
1re rencontre annuelle de la chaire
AGROCAMPUS OUEST-Crédit agricole
« Entreprises et Économie Agricole »
Devenir métropole soutenable,
colloque organisé par l’Académie
d’agriculture de France en lien avec
AGROCAMPUS OUEST.
Élections professionnelles
Forum emploi-métiers à Angers
Remise des prix Isogone
Agrock
Panneau n°1 — Textes : Dominique Poulain — Design graphique : Direction de la communication
Août
Centenaire de l’ordre de mobilisation
générale pour la Grande Guerre.
AGROCAMPUS OUEST se souvient.
5
2014
Séminaire d’établissement sur les axes
identifiants d’AGROCAMPUS OUEST
© Pascal Xicluna / Min.agri.fr
3 missions de service public
3 sites
Agrocampus Ouest, établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP) a pour vocation :
AGROCAMPUS OUEST est implanté en Bretagne et en Pays
de la Loire, sur trois sites :
la formation, la recherche et le transfert des connaissances
vers le monde économique.
Ces missions sont déclinées dans une double approche :
• une approche intégrative et pluridisciplinaire, du gène à l’agrosystème ;
• une approche territoriale, du local au global.
3 axes thématiques
Systèmes de production végétale
et animale innovants
Mer, environnement, paysage / gestion
intégrée des ressources et des territoires
AGROCAMPUS OUEST
Centre de RENNES
(siège d’AGROCAMPUS OUEST)
• Thématiques : agronomie
et agroalimentaire
• 277 enseignants-chercheurs,
enseignants et personnels AITOS
• 1179 étudiants
AGROCAMPUS OUEST
Centre d’ANGERS
Aliment et alimentation
• Thématiques : horticulture,
semences et paysage
• 159 enseignants-chercheurs,
enseignants et personnels AITOS
• 672 étudiants
3 valeurs
Agrocampus Ouest appuie son développement sur 3 valeurs qui
irriguent toutes ses activités :
Responsabilité vis-à-vis de l’ensemble de ses parties prenantes
externes (étudiants et familles, partenaires institutionnels et professionnels) et internes (personnel et étudiants).
Diversité des acteurs, des compétences, des approches, des origines...
gage de richesse et terreau de l’innovation.
Innovation académique et scientifique, dans une logique d’évolution
permanente, de remise en jeu des pratiques et de pensée prospective.
6
AGROCAMPUS OUEST
Site de Beg Meil
• Site dédié au système national
d’appui à l’enseignement technique
• 18 personnels enseignants
et AITOS
À
travers son projet stratégique d’établissement, AGROCAMPUS
OUEST a affirmé son identité et formalisé sa feuille de route pour
2010-2015 autour d’une ambition : figurer aux rangs des universités
agronomiques européennes visibles par l’excellence de leur formation et la
qualité de leur recherche.
Dans ce cadre, la communauté de travail d’AGROCAMPUS OUEST déploie
son action avec la volonté de contribuer activement et concrètement à
une gestion intégrée des ressources et au développement durable des
ressources et des territoires.
AGROCAMPUS
OUEST À 360°
3 axes de développement
L’expansion des partenariats professionnels
3 axes transversaux orientent l’action d’Agrocampus Ouest :
La stratégie d’accélération de l’ouverture internationale de
l’école suit plusieurs axes :
Membre de trois pôles de compétitivité, Agrocampus Ouest développe une politique active de partenariats ciblés avec le monde
économique au sein de son territoire et au-delà. Des liens étroits
et réciproquement bénéfiques sont tissés avec les filières professionnelles et les entreprises dans une gamme étendue d’activités :
formation continue, interventions de professionnels dans les formations, accueil en stage d’étudiants, recrutement d’apprentis et de
diplômés, études et projets, recherche et valorisation...
Grâce au partage des expériences et des connaissances, à la
confrontation des visions et des cultures, la stratégie de partenariat
d’Agrocampus Ouest constitue un moyen essentiel d’amplifier
toutes les dimensions de sa triple mission mais également d’identifier les ressources nouvelles nécessaires à son développement.
• la mobilité sortante des étudiants, déjà effective à
100%, et des enseignants-chercheurs d’Agrocampus
Ouest ;
La construction d’une identité marquée
par le développement durable
L’international
Pionnier du processus de Bologne, riche de nombreuses
collaborations scientifiques à travers le monde, important
opérateur européen Tempus, Agrocampus Ouest
a fait de l’international une réalité depuis de longues
années. Cette volonté se traduit par une ambition forte :
positionner Agrocampus Ouest parmi les universités
agronomiques européennes de référence.
Agrocampus Ouest a naturellement posé le développement
durable comme élément clef de son identité et de son positionnement dans l’espace européen de l’enseignement supérieur et de la
recherche.
L’établissement s’est engagé dans une démarche éco-responsable,
de manière volontaire, systématique et cohérente, tendant à intégrer des considérations d’ordre social, environnemental et économique dans ses pratiques et à favoriser leur diffusion (cf. pp. 10-11).
C’est un élément central de sa stratégie de marque.
• le recrutement d’étudiants et d’enseignants-chercheurs
internationaux ;
• les collaborations scientifiques en matière de formation,
de recherche, de développement et d’ingénierie ;
• les relations avec les entreprises à l’étranger.
Elle passe notamment par le renforcement de partenariats
académiques spécifiques, l’inscription dans des réseaux
puissants et une visibilité accrue.
7
Une politique partenariale
et coopérative ambitieuse
D
ans une logique de décloisonnement des structures et des territoires anticipatrice des évolutions
actuelles, AGROCAMPUS OUEST développe depuis une dizaine d’année une politique active
d’alliances académiques, scientifiques et professionnelles. Ces alliances, géographiques ou
thématiques, pensées en termes de complémentarité et de synergies, sont autant de vecteurs de visibilité
et d’attractivité. Elles sont le creuset de projets ambitieux dans le continuum recherche–formation–
innovation (R-F-I).
Des partenariats internationaux
seignement supérieur et de recherche de s’engager dans une
politique de site dont la contractualisation avec l’État est le levier
d’impulsion et d’accompagnement. Les PRES UEB (Université européenne de Bretagne)
et UNAM (Université Nantes,
Angers, Le Mans) sont devenus
des communautés d’universités et
établissements (Comue). En janvier 2016, les PRES devraient disparaître pour laisser la place à une
Comue inter-régionale, l’Université Bretagne Loire - UBL.
En organisant les espaces de collaboration à l’échelle des deux
régions, l’UBL ambitionne de faire de ce territoire un modèle de
développement fédéral pour exploiter au mieux son remarquable
potentiel scientifique et académique. L’objectif est de favoriser, au
sein de la communauté de l’UBL, la logique interdisciplinaire aussi
bien en formation qu‘en recherche et en innovation.
En fédérant les acteurs du territoire, la Comue constituera un levier propre à renforcer la visibilité et la lisibilité du site au niveau
européen et international.
AGROCAMPUS OUEST est acteur des discussions de construction de l’UBL Loire où la thématique « agro » prend une nouvelle
dimension conforme au territoire et à notre implantation, en précurseur, dans les deux régions.
Au fil des ans, Agrocampus Ouest a établi de nombreux partenariats avec des universités à travers le monde : près de 80 dans
une quarantaine de pays. Les registres d’actions collaboratives sont
variés allant de simples accords institutionnels à une coopération
étroite en formation, recherche ou développement en passant par
des accords de doubles diplômes. À cette phase de développement
intensive, succède désormais un travail de ciblage destiné à renforcer certains de ces partenariats ou à en initier de nouveaux,
notamment dans le cadre d’Agreenium.
Une coopération thématique
pour un renforcement
stratégique à l’international
Agrocampus Ouest, membre fondateur
d’Agreenium (Consortium national pour
l’agriculture, l’alimentation, la santé animale et l’environnement) créé en 2009,
inscrit ses activités de recherche, de formation et de développement dans une
perspective nationale et internationale
thématique. Dans cet espace, l’Inra, le Cirad, Agrocampus
Ouest, AgroParisTech, Montpellier SupAgro, l’INP de Toulouse,
AgroSup Dijon et Bordeaux Sciences Agro, tous membres d’Agreenium, ont pour mission de construire une offre française consolidée en recherche et enseignement supérieur agronomiques et
vétérinaires et de la promouvoir à l’international. Agreenium porte
également des projets à l’international associant des composantes
de formation et de recherche-développement en assurant la mobilisation et la coordination des compétences de ses membres ainsi
que l’appui à la recherche de ressources externes.
Des partenariats nationaux et
régionaux dans la dynamique
R-F-I
Engagés dans de nombreux groupements
d’intérêt scientifique (GIS) et réseaux
mixtes technologiques (RMT), Agrocampus Ouest participe à une dynamique
multipartena­riale pour renforcer des axes
de recherche-développement, dans des
approches intégratives multidisciplinaires.
En cours d’installation et prévu par la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt, l’Institut agronomique, vétérinaire
et forestier de France, dans une dimension élargie, s’est substitué
à Agreenium en avril 2015. L’IAVFF a pour mission le développement des stratégies de formation et/ou de recherche que ses
membres mettent en œuvre par des projets communs, au niveau
national, européen et international.
Sur le plan des partenariats avec le monde
économique, Agrocampus Ouest est
membre de trois pôles de compétitivité à
vocation nationale (Valorial) ou mondiale
(Végépolys, Mer Bretagne), contribuant à
un ancrage territorial fort.
Les collectivités territoriales constituent
quant à elles des partenaires essentiels :
elles accompagnent au quotidien le développement d’Agrocampus Ouest et soutiennent ces éléments de
structuration recherche-formation-innovation dans le cadre des
politiques régionales.
Vers un partenariat multidisciplinaire en inter-régions :
le projet de Comue Université
Bretagne Loire
AGROCAMPUS OUEST était membre fondateur des deux PRES
UEB et UNAM, pôles d’enseignement supérieur et de recherche
de Bretagne et Pays de la Loire.
La promulgation de la loi du 22 juillet 2013 sur l’enseignement
supérieur et la recherche a fait obligation aux établissements d’en-
8
Un management par la qualité
à nouveau certifié en 2014
A
GROCAMPUS OUEST a fait le choix d’organiser son pilotage au travers d’un système de management
par la qualité dès 2006*. Ce système de gouvernance et d’organisation des activités permet l’articulation
entre les visées stratégiques et leurs déclinaisons opérationnelles. L’organisme certificateur a délivré le
renouvellement du certificat ISO 9001/2008 pour l’ensemble de l’établissement jusqu’en décembre 2016.
Fondé sur le principe d’amélioration continue et la culture de l’évaluation,
le système de management par la qualité d’Agrocampus Ouest a un
double objectif :
• l’amélioration continue des pratiques et des performances de l’établissement, afin d’assurer la satisfaction des bénéficiaires (étudiants, partenaires de la recherche, entreprises, réseaux, société…) ;
• la valorisation en interne, les interactions entre toutes les activités.
Critère majeur dans le contexte mondialisé de l’enseignement supérieur et
de la recherche, cette démarche qualité traduit les engagements de l’établissement vis-à-vis :
• des étudiants sur la qualité des enseignements : garantie d’un niveau
d’employabilité répondant aux ambitions de chacun et aux attentes du
marché du travail au plan national et international ;
• des enjeux sociétaux à travers une politique d’exemplarité en matière de
développement durable ;
• des filières professionnelles, du tissu économique et du développement
des territoires à travers la qualité des prestations de conseil, d’expertise et
de formation continue ;
• de la communauté d’Agrocampus Ouest, dans la gestion des ressources
humaines notamment.
L’évaluation externe
L’organisme certificateur a confirmé
le maintien du certificat jusqu’en
décembre 2016, suite à l’audit externe de suivi de la certification en
novembre 2014. L’audit a permis de
démontrer que le système garantit
l’amélioration des activités en conformité avec le référentiel ISO9001 : 2008. L’auditeur a relevé que les évolutions de l’environnement institutionnel, socio-économique et technique, que les audits tiers parti (CTI, Cour
des comptes…) sont intégrés à la dynamique du système
et aux activités, que l’évaluation de la satisfaction des
bénéficiaires, notamment des étudiants, est particulièrement suivie, que la conception et l’amélioration des évolutions majeures des cursus de formation sont maîtrisées
et source d’innovation. ■
Cartographie des processus
Le système de management par la qualité élaboré
par AGROCAMPUS OUEST intègre l’ensemble de ses
missions, déclinées en 11 processus transversaux.
Ces processus sont de trois types :
• des processus de management
(politique d’établissement,
planification, déploiement des
objectifs)
• des processus de réalisation,
cœur de métier (formation des
étudiants et des doctorants,
citoyenneté, partenariats,
recherche)
• des processus support
(environnement de travail,
ressources humaines,
infrastructures).
Processus de management
Décliner les orientations stratégiques
Positionner AGROCAMPUS
OUEST dans son environnement socio-économique
et institutionnel
Définir la politique RH
et RF en lien avec les
ambitions d’AGROCAMPUS
OUEST
Piloter l’amélioration
continue dans une
culture de l’évaluation
Processus réalisation
Étudiants
Entreprises
Institutions
Société
Former et accompagner des étudiants et des doctorants,
aptes à l’innovation, employables, en dimension internationale
Attentes
et besoins
à satisfaire
Développer les dynamiques partenariales d'AGROCAMPUS OUEST
avec les filières professionnelles, les entreprises et les territoires
La cartographie des processus
identifie les activités stratégiques,
suivis par des objectifs et des
indicateurs de mesure en lien avec
des objectifs généraux, déclinés du
projet stratégique d’établissement.
* Certifié ISO 9001 pour l’ensemble de ses activités en 2007,
Agrocampus Rennes a été l’un des premiers établissements de
l’enseignement supérieur français à s’engager avec succès dans
une certification globale de ce type.
Attentes
et besoins
satisfaits
Accompagner la vie étudiante : l'orienter, la soutenir, la réguler
Développer la recherche et l’activité doctorale
dans un cadre partenarial et international
Processus support
Organiser l’environnement de travail des personnels
Déployer un système d’information adapté aux activités
Développer et adapter les infrastructures
9
Étudiants diplômés
Entreprises partenaires
Institutions partenaires
Réponses aux
demandes sociétales
Développement durable :
AGROCAMPUS OUEST
s’engage
AGROCAMPUS OUEST a posé le développement durable comme élément clef de son identité et de son positionnement dans l’espace européen de l’enseignement supérieur et de la
recherche. La « soutenabilité » est inscrite en filigrane de ses priorités stratégiques : l’établissement s’est engagé dans une démarche écoresponsable cohérente qui intègre des considérations d’ordre social, environnemental et économique dans ses pratiques.
En 2010, l’établissement a décidé d’étendre son implication à l’ensemble de ses activités : il
a posé le développement durable comme axe de développement transversal de son projet
stratégique (cf. p. 7) et comme objectif général de direction piloté dans le cadre du système
de management par la qualité (cf. pp. 8-9).
En 2012, AGROCAMPUS OUEST signe « Campus responsables » et la charte RIO+20.
En 2013, un projet de pilotage de la démarche développement durable est initié en renforçant la notion de responsabilité sociétale.
En 2014, le pilotage et les projets se structurent.
Une démarche collaborative et responsable
écoles et de la Conférence des présidents d’université. L’établissement dispose des éléments pour s’autoévaluer et de se positionner
dans le paysage de l’enseignement supérieur et la recherche. Le
diagnostic réalisé a permis à l’établissement de réajuster son positionnement par rapport au référentiel national Plan vert et ainsi
d’identifier des domaines d’expertise, tels que :
• Mettre en œuvre des critères de responsabilité environnementale et sociale dans tous les achats publics,
• Favoriser l’égalité de chances des étudiants via l’accompagnement des étudiants dans leurs projets personnels et professionnels,
• Intégrer des problématiques de DD&RS dans les programmes
de formation initiale,
• Ouvrir à l’international dans un objectif de co-développement
concernant les étudiants et les personnels,
• Mettre en place une gestion durable des milieux cultivés, des
espaces verts et aménagés.
En tant qu’établissement d’enseignement supérieur et de recherche,
AGROCAMPUS OUEST a la responsabilité de former les futurs
cadres et décideurs de la société de demain, conscients des décisions qu’ils auront à assumer. La particularité des champs thématiques scientifiques couverts par AGROCAMPUS OUEST
renforcent la nécessité d’engager une démarche exemplaire s’appuyant sur l’expertise des enseignants-chercheurs et des personnels.
L’engagement des étudiants dans des projets et associations est un
levier à mobiliser pour favoriser l’innovation et la créativité des
actions portées par l’établissement.
L’ensemble des parties prenantes internes de l’établissement a été
associé en 2014 à un travail de recueil d’informations et diagnostic des actions et activités menées en matière de développement
durable et de responsabilité sociétale.
Le pilotage de la démarche développement durable s’appuie sur
l’outil Plan vert construit à l’initiative de la Conférence des grandes
Quelques actions exemplaires
Biodiversité des campus
Chacun des campus d’AGROCAMPUS OUEST mène une gestion
différenciée des espaces verts visant la préservation de la biodiversité en lien avec les partenaires du territoire.
Ainsi à Rennes, le service des espaces verts a contribué à la mise
en plage d’un espace labellisé Refuge LPO au cœur d’un espace de
bureaux et multiplie les zones préservées pour accueillir la faune
présente sur le site : nichoirs à oiseaux, arbustes épineux, zones
humides…
Les 2 campus ont cessé d’utiliser des produits phytosanitaires
depuis plusieurs années. Le travail d’entretien est réalisé manuellement. ►
10
Les étudiants :
un vivier à mobiliser
Restauration durable
Adoption du référentiel Restauration
durable de « Campus responsables »
pour toutes les prestations de traiteur :
Campus responsables a lancé cette initiative en 2011 et AGROCAMPUS OUEST est l’un des premiers
établissements d’enseignement supérieur à l’avoir adopté en 2014
afin de l’imposer pour le marché des prestations traiteur. Ce référentiel englobe la prise en compte de critères durables dans la
chaine d’approvisionnement des produits alimentaires (produits
de saison, origine géographique proche, système de production
biologique…). Au-delà des produits alimentaires, ce référentiel
impose une gestion durable des activités de la société prestataire :
formation des personnels, conditions de travail des équipes.
En 2014, les étudiants se sont mobilisés pour mettre en œuvre
leurs idées et initiatives. Ils expérimentent, se font la main verte....
Ainsi l’association rennaise ADDAO s’est constituée afin de fédérer
les étudiants autour des enjeux de mobilités (club vélo), de gestion
des déchets issus de la restauration collective (mise en place d’un
compost et création d’un carré d’herbes aromatiques), de la biodiversité du campus rennais (mise en place de refuges à oiseaux,
de ruches …). Sur Angers, différentes initiatives ont également été
mises en œuvre telles que des jardins pédagogiques permettant
des expérimentations de permaculture.
De plus, les étudiants organisent des cycles de conférences dans le
cadre des associations Agorra et Rencontres de l’horticulture et du
paysage (RHP) : Faim dans le monde et souveraineté alimentaire :
quels enjeux pour la paix ?, Impacts de la pêche et du réchauffement climatique sur les écosystèmes, Comment concilier préservation des zones humides et maintien d’une agriculture productive en zone périurbaine ?, Où sont les limites de la proximité dans
les circuits d’alimentation en produit frais ?... ■
Nouveaux équipements mutualisés
économes en énergie
Les installations expérimentales mutualisées (INEM) constituent
un outil mutualisé dédié à la recherche, à la formation et à l’innovation dans le domaine du végétal. Il s’agit de la reconstruction, et
du remplacement d’installations devenues obsolètes, par un dispositif de serres et de chambres de cultures réceptionné en avril 2014,
sur le campus d’Angers.
Ces installations sont localisées au cœur du Campus du Végétal et
gérées par une équipe technique de l’UMR IRHS (Unité Mixte de
Recherche INRA - AGROCAMPUS OUEST - Université d’Angers).
Cet équipement mutualisé a été inauguré en novembre 2014 en
présence des partenaires concernés (AGROCAMPUS OUEST,
le centre INRA Angers-Nantes, l’Université d’Angers et les organismes co-financeurs : Angers Loire Métropole, Conseil Général
de Maine et Loire, Région des Pays de la Loire, Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la Forêt, INRA et FEDER.
11
Donner à chacun les moyens de révéler ses talents
DOCTORAT
doctorat
8
7
6
MASTER
ingénieur en
agroalimentaire
5
ingénieur
agronome
ingénieur en
horticulture
ingénieur en
paysage
masters
masters
parcours
professionnel
parcours
recherche
4
LICENCE
3
licence
professionnelle
2
1
BAC
admission
12
D
epuis 180 ans, AGROCAMPUS OUEST forme des scientifiques capables de
gérer la complexité de façon opérationnelle, des professionnels responsables,
aptes à répondre de façon innovante aux grandes questions de société.
Fidèle à ses missions de service public, AGROCAMPUS OUEST poursuit :
• l’ouverture de ses formations à des candidats de profils divers mais à fort potentiel
• l’adaptation de ses programmes aux enjeux contemporains du vivant
• l’accompagnement de ses étudiants dans la construction de leur projet personnel
et professionnel
avec pour objectif général, une employabilité optimale de tous ses diplômés.
Formation :
l’employabilité
en ligne de mire
A
GROCAMPUS OUEST a choisi de placer chaque
étudiant, quels que soient son cursus et son profil
d’origine, au cœur d’une pédagogie innovante
organisée autour :
•d’une solide formation pluridisciplinaire, scientifique
et méthodologique, adossée à une recherche de 1er plan ;
•du développement de l’autonomie et de l’esprit d’entreprise
par l’individualisation des parcours ;
•d’une professionnalisation et d’une internationalisation
de la formation.
30
25
20
Portées par un corps enseignant formé d’enseignantschercheurs, de chercheurs et de professionnels fortement
impliqués dans la création de nouveaux savoirs au service
d’un développement durable des ressources et des territoires,
les formations proposées à AGROCAMPUS OUEST couvrent
la totalité du champ L-M-D.
25
20
10
15
10
5
0
1 8 51 étudiants
dont 1 2 27 élèves-ingénieurs
et 116 doctorants
1 diplôme d’ingénieur à 4 spécialités
16 spécialités de master
dont 1 Erasmus mundus
7 licences professionnelles
149 enseignants
500 intervenants professionnels
30
15
5
REPèRES
0
Effectifs 2014
licences professionnelles : 3,5%
cursus ingénieur en agroalimentaire : 14,5%
licences professionnelles : 3,5%
cursus
: 24,5%
cursusingénieur
ingénieur enagronome
agroalimentaire
: 14,5%
cursus
en horticulture
cursusingénieur
ingénieur agronome
: 24,5% et en paysage : 27,5%
cursus ingénieur
masters
: 24% en horticulture et en paysage : 27,5%
masters :: 6%
24%
doctorat
doctorat : 6%
13
Dans le cadre du système de management
par la qualité (cf. p. 9), la formation est prise en
charge de manière originale par deux processus :
• l’un dédié à l’évolution des formations
• l’autre à l’accompagnement de la vie étudiante.
Recruter
Diversité et haut niveau scientifique
Haut niveau de sélection et
diversification des voies d’accès
Le taux d’élèves boursiers croît régulièrement d’année en
année et a depuis longtemps dépassé l’objectif de l’Etat
de 30% pour atteindre, au cours de l’année 2014, 42% ,
toutes formations confondues.
Grande école publique, Agrocampus Ouest a la volonté d’accueillir les meilleurs étudiants, quelles que soient leurs origines
géographique, sociale et académique.
Enfin, les étudiants sont désormais à 62% des étudiantes,
chiffre confirmant la féminisation des effectifs étudiants, et
à 10% d’origine étrangère (cf. p. 17).
Figure singulière de l’enseignement supérieur agronomique public,
l’école a souhaité très tôt diversifier ses filières et voies de recrutement. Elle a ainsi fait le choix de développer une offre de masters
adossés aux spécialisations d’ingénieurs et co-habilités avec l’université et de proposer différentes voies d’accès pour des candidats
à bac+2 n’étant pas passés par les classes préparatoires BCPST. Enfin, trois des quatre spécialités de l’ingénieur Agrocampus Ouest
sont accessibles directement après le bac.
L’implication dans
les Cordées de la réussite
En amont des formations, Agrocampus Ouest s’est engagé avec
détermination dans deux programmes en faveur de la diversité et
de l’égalité des chances labellisés “Cordées de la réussite”. Objectif :
guider vers des parcours d’excellence des lycéens de zones
prioritaires disposant des capacités nécessaires et d’une réelle
motivation.
Depuis l’adhésion de l’école à la procédure admission post-bac en
2008, ces formations connaissent un succès croissant auprès des
bacheliers, cibles de campagnes de promotion mobilisant chaque
année plus d’une centaine d’élèves-ingénieurs.
En Pays de la Loire, l’école participe au dispositif ELAN 49 qui propose tutorat d’étudiants, accompagnement, aide méthodologique
ou projet spécifique (jardins d’école, de quartiers...).
Le nombre de candidatures déposées au printemps 2014 confirme
l’attractivité des formations d’Agrocampus Ouest accessibles
directement après le bac :
En Bretagne, elle participe au dispositif OPERA (Orienter et promouvoir l’excellence et la réussite par l’accompagnement). En 2014,
les lycéens de la 7e promotion OPERA ont ainsi pu participer à une
initiation à l’écologie, proposée par des enseignants-chercheurs du
département Écologie. ■
• cursus ingénieur en agroalimentaire :
405 candidats pour 45 places en L1 • cursus ingénieur en horticulture / ingénieur en paysage :
236 candidats pour 45 places en L1.
À la une
40 ans de PPE
Les joueurs de rugby se rhabillent
La spécialisation Protection des plantes et environnement (PPE), co-portée par
AGROCAMPUS OUEST, Montpellier SupAgro et AgroParistech a fêté ses 40 ans.
Des élèves-ingénieurs ont imaginé une exposition sur l’évolution de la protection
des cultures sur les bioagresseurs, les méthodes de lutte, la réglementation, la
recherche et la communication commerciale autour des méthodes phytosanitaires.
Le Crédit Agricole d’Ille-et-Vilaine et AGROCAMPUS OUEST se sont engagés dans
plusieurs actions au niveau pédagogique, scientifique et culturel. Le Crédit Agricole
en Ille et Vilaine a notamment choisi de sponsoriser l’équipe de rugby du campus de
Rennes en offrant un jeu de maillots.
Les rendez-vous pédagogiques
Concours d’enseignants-chercheurs
Ces rendez-vous pédagogiques proposent des rencontres régulières pour échanger
sur un thème concret et pratique issu des préoccupations des enseignants. En 2014,
ils ont été consacrés à l’utilisation des quizz/tests/questionnaires en pédagogie - le
cours magistral en amphi - l’intégration des outils Moodle dans son enseignement la motivation des étudiants - enseigner à distance en synchrone.
En 2014, 7 enseignants-chercheurs ont été recrutés par concours : 4 maîtres de
conférences et 3 professeurs.
14
Former
Permettre à chacun de révéler ses talents
Responsabilisation
et mise en situation
La formation par apprentissage
Mise en place à la rentrée 2009 pour le cursus d’ingénieur en horticulture, la voie de l’apprentissage s’est étendue à la spécialité
paysage en 2010. Initiées dans la dynamique du pôle de compétitivité Végépolys, habilitées par la CTI et soutenue par les Pays de
la Loire, ces formations organisées en trois années (de L3 à M2)
s’inscrivent parfaitement dans la politique de renforcement des
partenariats professionnels menée par Agrocampus Ouest.
En 2014-2015, 30 étudiants ont fait le choix de l’apprentissage.
Depuis 2013, la formation par apprentissage est également proposée par le cursus agroalimentaire. En 2014-2015, cette formation
compte 29 apprentis.
La pédagogie d’Agrocampus Ouest est fondée sur l’autonomie,
la responsabilisation des étudiants et la mise en œuvre des acquis
théoriques. Elle privilégie la transdiciplinarité, les projets et études
commanditées et multiplie les expériences en entreprise, en laboratoire de recherche et à l’international pour encourager l’adaptabilité des futurs diplômés et faire naître le goût de l’innovation et
de l’entrepreneuriat. Les élèves-ingénieurs séjournent obligatoirement au minimum 2 mois à l’étranger (6 mois en moyenne) et
effectuent entre 13 et 18 mois de stages suivant les spécialités.
Priorité au PPP
La vie étudiante, espace
de liberté et de responsabilité
Chaque étudiant est amené à construire son projet personnel et
professionnel (PPP). Semestre après semestre, dans une perspective d’acquisition progressive des compétences et de construction
autonome de son itinéraire, il choisit, en fonction de ses goûts et
aptitudes, des modules optionnels parmi une offre large et diversifiée, une spécialisation, les lieux et problématiques de ses stages,
les modalités de mobilité à l’étranger, les thématiques d’études et
de projets... Étape après étape, l’accompagnement d’enseignants
tuteurs assure la cohérence entre les options individuelles et les
objectifs de la formation marquée par la flexibilité et la modularité.
Placés au cœur du dispositif pédagogique, les étudiants contribuent éga­lement activement à l’évaluation et donc à l’évolution
des enseignements.
Tous diplômés d’Agrocampus Ouest, mais tous différents !
Au-delà de sa dimension pédagogique, Agrocampus Ouest est
un lieu de vie, de culture et d’échange où sont encouragés l’esprit
d’initiative et l’engagement de chacun. Agrocampus Ouest
soutient ainsi l’implication des étudiants dans les instances (conseil
d’administration, conseil de l’enseignement et de la vie étudiante)
et leur investissement dans la vie associative.
Festives, sportives, professionnelles, culturelles, humanitaires, citoyennes... Agrocampus Ouest compte une soixantaine d’associations et de clubs, reflets des engagements et des passions de ses
étudiants. Cette riche vie associative leur permet également de se
confronter à des situations de management caractéristiques de la
vie professionnelle : gestion de projets, d’équipes et de budgets. ■
Expo Flo, 18e !
Quelle offre de M2 ?
Entièrement gérée par les étudiants, l’Expo Flo mobilise, tous les 2 ans, l’ensemble
des élèves-ingénieurs du campus d’Angers. Du 21 au 23 mars 2014, le campus
s’est métamorphosé. Sur le thème du « On s’est planté d’époque », une cinquantaine de jardins thématiques ont envahi le grand hall, le toit-terrasse, les salles de
cours et le Cercle. Cette année encore, l’Expo Flo a attiré plus de 7 000 visiteurs.
En novembre, les porteurs de spécialisations d’ingénieurs ou de spécialités de masters ont échangé sur le cadrage réglementaire et institutionnel des formations, fait
un état des lieux des projets et scénarios d’évolution, identifié les interfaces entre les
projets et examiné la cohérence de l’offre, en lien avec l’identité d’AGROCAMPUS
OUEST et les partenariats académiques.
Le travail se poursuit dans le cadre d’un Comité formations.
Un séminaire pédagogique « Paysage »
Les enseignants-chercheurs de l’Unité pédagogique Paysage et d’autres enseignants impliqués dans la formation Paysage se sont retrouvés, 2 jours en juin, pour
réfléchir, débattre et proposer des perspectives d’évolution de la formation paysage
à AGROCAMPUS OUEST. Ces rencontres pour échanger sur l’enseignement et initier
de nouvelles idées existent depuis 2001.
15
Insérer
Dans la vie active
Accompagner l’insertion
professionnelle
Régulièrement au contact des professionnels dans le cadre
de la formation (interventions, stages, projets...), les étudiants
d’Agrocampus Ouest bénéficient également des services d’une
cellule d’insertion professionnelle (CIP) rattachée à la direction des
partenariats professionnels. Son rôle est de les accompagner dans
la définition progressive de leur projet personnel et professionnel
et dans leur recherche de stages et d’emploi.
Prix et récompenses
Passeport Armorique pour entreprendre
Clothilde Bois-Marchand, Nina Cha, Solène Chamigny, Alexis Couëpel, Mathurin
Heudé, Aurélie Moullec et Aurélien Vermare, élèves-ingénieurs en agroalimentaire, ont reçu leur passeport Armorique pour entreprendre par l’association du
même nom soutenue par le Club des Trente, le Centre des jeunes dirigeants, le
Crédit mutuel de Bretagne, le Crédit agricole en Bretagne, la CCI Bretagne et la
CCI Pays de la Loire. L’objectif est d’aider des étudiants porteurs d’un projet à
dimension professionnelle à entrer dans un processus de concrétisation de leur
projet grâce à l’accompagnement personnalisé d’un chef d’entreprise.
La CIP :
• met à leur disposition des ressources dédiées (diffusion d’offres
d’emploi et de stage, veille permanente sur l’évolution des métiers
et du marché du travail via un observatoire des métiers).
Stratégie Agri 5
• organise chaque année un forum emploi-métiers et des rencontres
avec les diplômés pour des temps d’échanges privilégiés avec les
professionnels. En 2014, les forums emploi-métiers ont attiré
plus de 100 structures professionnelles.
Le BDE du campus de Rennes termine 2e du jeu Stratégie Agri 5 derrière l’ISA Lille.
Simon Thuleau, L3 agronome, a gagné le 1er prix devant 1 650 joueurs en ligne.
Promotion de l’éthique professionnelle
Trois étudiantes en L3 agronome ont été primées pour leurs travaux.
« L’éthique freine-t-elle le progrès ? La recherche scientifique peut-elle s’affranchir de toute éthique ? », mention spéciale du jury, de Mathilde Riobé
« La place de l’animal dans la société : entre admiration et déni », mention pour
Hélène Flourent et Estelle Lyan.
Ce concours est organisé chaque année par le Rotary club et la Conférence des
grandes écoles.
• organise des ateliers de technique de recherche d’emploi
animés par des professionnels des ressources humaines et du recrutement, qui proposent également des simulations d’entretiens
d’embauche et du coaching.
• anime en lien avec la direction de la communication, la communauté Viadeo d’Agrocampus Ouest.
Festival Jardins d’expression
• organise des sessions de recrutement d’étudiants pour des stages
de fin d’études.
Deux équipes d’étudiants d’AGROCAMPUS OUEST concourraient, parmi les 20
groupes constitués d’étudiants du territoire angevin. La thématique 2014 était :
« Vent de folie au jardin ».Le jardin Folie verte imaginé par Guilhem Haudry
(L3i), Quentin Gouédard, Doriane Narbeburu et Marion Frangeul fraîchement
diplômés, a remporté à la fois le prix des professionnels et le prix grand public.
Chaque année, la CIP publie une enquête sur l’insertion professionnelle des diplômés d’Agrocampus Ouest (ingénieurs et masters). Cette enquête reprend la structure générale de l’enquête de la
conférence des grandes écoles (CGE), à qui elle est transmise pour
élaboration, par agrégat, d’un panorama de la situation des jeunes
diplômés issus des grandes écoles.
Les trophées Syntec des Etudes marketing et opinion
Margot Brard, Alexia Cariou, Camille Lautret, Marie Le Lay, Cécile Natchez,
ingénieurs en agroalimentaire, diplômées en 2014 ont été lauréates pour leur
mémoire « 1, 2, 3 Viens décrire ton idéal avec moi. Le parcours sensoriel : de
l’art d’interroger les enfants pour révéler leur produit idéal. »
Les taux de réponse à cette enquête, adressée en janvier / février
aux jeunes diplômés (respectivement 6 mois et 18 mois après leur
sortie de l’école) et aux diplômés sortis il y a 5 ans et 10 ans, sont
particulièrement élevés (91 % pour les ingénieurs diplômés en 2012
et 2013, alors que la moyenne CGE est de 53 %). Ceci permet une
juste représentation de la situation des diplômés d’Agrocampus
Ouest. ■
Fondation Xavier-Bernard et Académie d’agriculture de France
Morgane Roth, ingénieur agronome, spécialisation SPV, diplômée en 2012, a
été primée pour son mémoire de fin d’études intitulé « Recherche et validation
de résistances génétiques au dépérissement bactérien causé par Pseudomonas
syringae chez l’abricotier (Prunus armeniaca Linné) ».
Morgane Le Bissonnais, ingénieur paysagiste, spécialisation MOI, diplômée en
2013, pour son mémoire intitulé « Intégrer les principes agro-écologiques dans
la conception d’un parc urbain, pour une approche écosystémique de la nature
en ville : le cas du futur parc Nelson Mandela à Saint-Priest (69) ».
Festival des jardins de Chaumont-sur-Loire
Le Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire a proposé en 2014
un panorama de créations paysagères exceptionnel autour de la thématique des
sept péchés capitaux.
Romain Bardin, ingénieur paysagiste diplômé en 2013 et Manon Chevalier M2
du cursus paysage ont imaginé et réalisé le « jardin déchêné », une interprétation originale de la fable « Le chêne et le roseau » et du péché d’orgueil.
À la une
Au cours des Rencontres de la chaire AGROCAMPUS OUEST-Crédit agricole Entreprises et Économie agricole, en décembre, Julia JOUAN et Marie
BOYET, M2 cursus agronome, ont été primées pour
leurs mémoires de fin d’études. Elles ont respectivement reçu le 1er prix pour « Les AOC viticoles face
au changement climatique : exploration des voies
d’adaptation par la prospective et l’analyse économique » et le 2e prix pour
« La gestion des risques dans les systèmes de rotation blé dur/tournesol du sud-ouest de la France ».
La tête… et les jambes
Marc Nougier, M1 agronome et Sébastien Duret, L3 agroalimentaire ont obtenu
une belle 2e place en double au championnat inter-académique d’aviron, à
Angers, en avril.
Adrien Liénard, L3 agronome a remporté une médaille de bronze au championnat d’Europe de Haidong Gumdo (art martial traditionnel coréen du sabre) en
octobre.
Phuc-Loi Trinh, L2 agroalimentaire a remporté en novembre, le championnat de
Bretagne combat en Taekwondo dans la catégorie des -53 kg.
16
L’internationalisation
des formations
P
arce que les défis du vivant sont mondiaux et que les collaborations, sources
d’innovations, dépassent les frontières, AGROCAMPUS OUEST donne à ses étudiants
les moyens d’acquérir un profil international, tout en assurant la lisibilité de ses diplômes.
Conforme au processus de Bologne, adopté par 47 pays dans le cadre de l’espace européen de l’enseignement supérieur, l’offre de formation :
• est entièrement construite suivant le système LMD (licence-master-doctorat) ;
• intègre la dimension internationale (2 langues vivantes obligatoires, voyages d’études à l’étranger, mobilité obligatoire
en séjour académique ou en stage, diplômes internationaux et doubles diplômes) ;
• permet des mobilités croisées ( près de 80 partenaires académiques dans une quarantaine de pays à travers le monde,
9,5% d’étudiants internationaux ) ;
• est certifiée par un organisme externe (certification ISO 9001/2008 par l’AFAQ cf. p. 9) et est labellisée
EUR-ACE, label de qualité permettant de situer l’enseignement supérieur à l’échelle internationale.
L’international : un enjeu, une réalité
À Agrocampus Ouest,
l’international n’est pas une
option : 100% des élèvesingénieurs effectuent un
séjour (stage ou semestre
d’études) à l’étranger, de
2 mois minimum suivant
les spécialités.
Asie
Agrocampus Ouest a
8%
ainsi été l’un des premiers
établissements de
l’enseignement supérieur
FINANCEMENT DE LA MOBILITÉ SORTANTE EN 2013-2014
à pratiquer
la
FINANCEMENT
LA MOBILITÉ français
SORTANTE
EN 2013-2014
(stages et semestresDE
d’études)
(stages et semestres d’études)
mobilité systématique de
ses étudiants.
Les semestres d’étude à
Ministère de l’agriculture / DGER (bourse Inter,
Brafagri,(87
Geco
Glen) : 37%M1
l’étranger
étudiants
Ministère de l’agriculture / DGER (bourse Inter, Brafagri, Geco Glen) : 37%
Erasmus : 32%
en 2013-2014) se sont
Erasmus : 32%
Régions: :28%
28%
déroulés à 81% en Europe, à
Régions
Océanie
AGROCAMPUSOUEST
OUEST : 3%
11,5% en Amérique du Sud et
AGROCAMPUS
14,5% : 3%
à 1,5% en Amérique du Nord.
Europe
58%
Amérique
du Nord
Mobilité sortante
sortante
Mobilité
10%
Amérique
du Sud
5,5%
Afrique
4%
Les semestres d’étude à l’étranger (82 étudiants en
Les semestres
d’étude
à l’étranger
(82 étudiants en
mobilité à l’international des étudiants d’AGROCAMPUS
OUEST
2013-2014
2010-2011)
sonten
déroulés
97,5%enenEurope
Europe
2010-2011)
sesesont
déroulés
à à97,5%
et et
à à
(stages uniquement)
2,5%
en
Amérique
du
Nord.
Dans
5%des
descas,
cas,
cette
2,5% en Amérique du Nord. Dans 5%
cette
mobilitéaadonné
donnélieu
lieuà àlaladélivrance
délivranced’un
d’undouble
double
diplôme.
mobilité
diplôme.
Mobilité des personnels
TYPESDE
DEMOBILITÉ
MOBILITÉSORTANTE
SORTANTEEN
EN2013-2014
2013-2014
TYPES
(488étudiants
étudiantsont
ontfait
faitune
unemobilité
mobilité
l'étranger,
toutes
mobilités
confondues)
(488
àà
l'étranger,
toutes
mobilités
confondues)
Enseignants-chercheurs, personnels non-enseignants et doctorants
sont encouragés à participer aux activités des réseaux internationaux
et à contribuer ainsi au renforcement ou à la création de relations
institutionnelles. Leur mobilité recouvre différents objectifs :
• expertise scientifique
• enseignement
• participation à des programmes de recherche
et de développement
• ingénierie pédagogique et administrative
• organisation et suivi des échanges étudiants
• participation à des colloques et conférences.
Semestre
Semestred’études
d’études: 15,5%
: 15,5%
(dont
(dontdouble
doublediplôme
diplôme: 12%)
: 12%)
Stage
: 65,5%
Stage(entreprise
(entrepriseououorganisme
organismedederecherche)
recherche)
: 65,5%
(dont
(dontstage
stagededefinfind’étude
d’étude: 4%)
: 4%)
(dont
(dontannée
annéeinterstitielle
interstitielle: 10%
: 10%
Stage
Stagelinguistique
linguistique: 19%
: 19%
Mobilité sortante
sortante
Mobilité
FINANCEMENT
EN
2013-2014
FINANCEMENTDE
DELA
LAMOBILITÉ
MOBILITÉSORTANTE
SORTANTE
EN
2013-2014
Mobilité
Mobilité entrante
entrante
(stages
(stageset
etsemestres
semestresd’études)
d’études)
EFFECTIFS
DES
INTERNATIONAUX
ENEN
2013-2014
EFFECTIFS
DESÉTUDIANTS
ÉTUDIANTS
INTERNATIONAUX
2013-2014
Ministère
Brafagri,
Geco
Glen)
: 37%
Ministèrede
del’agriculture
l’agriculture/ /DGER
DGER(bourse
(bourseInter,
Inter,
Brafagri,
Geco
Glen)
: 37%
Erasmus
Erasmus: :32%
32%
Régions
Régions: :28%
28%
AGROCAMPUS
OUEST : 3%
AGROCAMPUS
Cursus
ingénieurOUEST
: 29% : 3%
Cursus ingénieur : 29%
Masters : 53%
Masters : 53% à l’étranger (82 étudiants en
Les
Doctorat d’étude
:d’étude
18% à l’étranger (82 étudiants en
Lessemestres
semestres
Doctorat
: 18%
2010-2011)
se sont
déroulés à 97,5% en Europe et à
En 2013-2014, 63 % des 139 missions effectuées
se sont déroulées en Europe, 15 % en Afrique.
17
2010-2011) se sont déroulés à 97,5% en Europe et à
2,5%
2,5%en
enAmérique
AmériqueduduNord.
Nord.Dans
Dans5%
5%des
descas,
cas,cette
cette
mobilité a donné lieu à la délivrance d’un double diplôme.
mobilité a donné lieu à la délivrance d’un double diplôme.
Stage
Stagelinguistique
linguistique:::19%
19%
Stage
linguistique
19%
Mobilité entrante
entrante
Mobilité
entrante
Des campus internationaux
EFFECTIFS DES
DES ÉTUDIANTS
ÉTUDIANTS INTERNATIONAUX
INTERNATIONAUX EN
EN 2013-2014
2013-2014
EFFECTIFS
EFFECTIFS DES
DES ÉTUDIANTS
ÉTUDIANTS INTERNATIONAUX
INTERNATIONAUX EN
EN 2013-2014
2013-2014
EFFECTIFS
Outre l’accueil d’enseignants-chercheurs invités à donner des
conférences et des séminaires, à participer aux activités d’enseignement et de formation et à collaborer à des projets de recherche,
Agrocampus Ouest compte 10% d’étudiants d’origine étrangère
dans ses différents programmes.
Cursus ingénieur : 29%
Cursus
: 29%
Cursusingénieur
ingénieur
29%
Cursus
ingénieur
Masters
: 53% :: 29%
Masters
Masters:::53%
53%
Masters
53%
Doctorat
18%
Doctorat : 18%
Doctorat :: 18%
18%
Doctorat
En 2013-2014, ces étudiants, majoritairement inscrits en master
(53%), étaient à 88% non-européens (Afrique : 51%, Asie : 30% ;
Amériques : 29%) et pour seulement 10% en semestre d’études.
TYPE DE
DE MOBILITÉ
MOBILITÉ ENTRANTE
ENTRANTE EN
EN 2013-2014
2013-2014
TYPE
TYPE DE
DE MOBILITÉ
MOBILITÉ ENTRANTE
ENTRANTE EN
EN 2013-2014
2013-2014
TYPE
Bénéficiant des services d’un “guichet unique”, facilitant les démarches d’admission des candidats et l’accueil des nouveaux, ils
ont également accès aux ressources du Centre de mobilité internationale (CMI) de l’Université européenne de Bretagne qui propose
tout au long de l’année des services et animations aux étudiants,
doctorants et chercheurs en mobilité à Rennes.
Semestre d’études : 10%
Semestre d’études : 10%
Formation
diplomantes
: 72%
Semestre d’études
d’études :: 10%
10%
Semestre
Formation
diplomantes
: 72%
(dont
doubles
diplômes : 7%)
Formation
diplomantes
72%
Formation
diplomantes
72%
(dont
doubles
diplômes :::7%)
Thèses
(tutellesdiplômes
et co-tutelles)
18%
(dont doubles
doubles
7%):: 18%
(dont
:: 7%)
Thèses
(tutellesdiplômes
et co-tutelles)
Thèses (tutelles
(tutelles et
et co-tutelles)
co-tutelles) :: 18%
18%
Thèses
Coopérations internationales
En s’appuyant sur les alliances à visée internationale d’Agreenium et des PRES (UEB et L’UNAM),
AGROCAMPUS OUEST développe son rayonnement international par une participation active à de multiples
réseaux et programmes académiques et de recherche : l’école mène une politique offensive de construction
de programmes, européens ou internationaux (Erasmus, Tempus, Brafagri…), de sessions de formations
intensives (Intensive Programs) et de doubles diplômes, facilitant les mobilités étudiantes à travers le monde
et les fertilisations croisées.
AGROCAMPUS OUEST est un important opérateur européen Tempus, toutes disciplines confondues.
Programmes d’ingénierie pédagogique et de développement
Programme Tempus
Tempus est un programme européen de coopération qui soutient
la modernisation des systèmes d’enseignement supérieur des pays
partenaires des Balkans occidentaux, de l’Europe orientale, de
l’Asie centrale et de la Méditerranée.
En visite
AGROCAMPUS OUEST a reçu, en 2013-2014,
30 visiteurs ou délégations provenant de 12 pays
différents.
Parmi les établissements représentés :
• Université fédérale d’Amazonie, Université Viçosa,
UFPR-Curitiba et de l’UFRGS-Porto Alegre, UNESP
Sao Paulo, Université fédérale rurale de Rio de
Janeiro, Université fédérale du Parana, Brésil
• Université de Guayaquil, Équateur
• Université catholique de Temuco, Chili
• Oregon State University, États-Unis
• Université de Laval, Québec, Canada
• Université de Sfax, Institut des hautes études
commerciales Carthage, École nationale d’ingénieur
de Tunis, Tunisie
• Université de Bejaia, Université de Tizi Ouzou,
Université de Tlemcen, Algérie
• Université du Sine Saloum de Kaolack, Sénégal
• Kyoto Women’s University, Japon
• Université de Wrocławska, Pologne
• Hochschule Weihenstephan de Freising, Allemagne
• Développement de partenariats universités-entreprises du domaine des sciences et technologies du vivant en Tunisie
Coordonnateur : Agrocampus Ouest (oct. 2012 – oct. 2015).
Ce projet vise à une meilleure employabilité des étudiants et au
développement des relations de partenariat entre les universités
et les entreprises en Tunisie.
• Création d’un réseau d’universités thématiques en sciences
appliquées et sciences économiques en Moldavie
Coordonnateur : Agrocampus Ouest
(oct. 2011 – oct. 2014).
Ce projet a pour objectif le développement de la pratique de l’elearning dans les formations des universités moldaves. ■
Réseaux thématiques
Agrocampus Ouest participe activement à des réseaux thématiques visant à promouvoir la coopération et l’innovation :
Erasmus Academic Network
• réseau Le Nôtre (architecture du paysage)
• réseau AQUA-NET (aquaculture, pêche et management des
ressources).
• Agrocampus Ouest est membre de l’EFLA (Fédération
européenne d’architectes du paysage) et de l’ICA (Association
européenne des universités des sciences du vivant). ■
18
Programmes de formation
et d’échanges
Erasmus Programmes Intensifs (IP)
Les IP sont des séminaires européens spécialisés, en anglais, rassemblant pour deux semaines des étudiants et des enseignants de différentes nationalités autour d’une thématique spécifique. En 2013-2014,
Agrocampus Ouest a coordonné 1 IP et participé à 3 autres :
Doubles diplômes et co-diplômes
Actuellement, Agrocampus Ouest propose 8 diplômes
internationaux :
• Riverscape Restoration in the Atlantic Arc
http://ip-riverscape.agrocampus-ouest.fr
Coordonnateur : Ivan Bernez, AGROCAMPUS OUEST
Session organisée du 13 au 26 avril 2014 à Rennes et Vezins et
réunissant 5 universités européennes : University College Cork,
Universidad de Oviedo, Universidade do Porto, Bournemouth
University, 24 étudiants (dont 5 d’AGROCAMPUS OUEST), 7
enseignants-chercheurs (dont 2 d’AGROCAMPUS OUEST) et 12
chercheurs INRA et experts externes.
• Allemagne : Hochschule Weihenstephan-Triesdorf
( co-diplôme / ingénieurs en horticulture et en paysage )
• Brésil : UNESP
( double diplôme / ingénieurs agronome et agroalimentaire )
• Chine : Institut de technologie d’Harbin
( co-diplôme / master en sciences et technologies laitières )
• États-Unis : Universités d’Arkansas et de Floride
( double diplôme / master en développement rural )
• Espagne : Université de Saint-Jacques de Compostelle
( double diplôme / master en sciences et technologies laitières )
• Master international en développement rural
( Erasmus mundus )
• Pays-Bas : Université des sciences appliquées de Cah Dronten
( co-diplôme / licence de conseil en élevage )
• Tunisie : Institut national agronomique de Tunisie
( double diplôme / ingénieurs agronome, en agroalimentaire
et en horticulture, master ingénierie environnementale )
• Potential Use of Biodiversity for achieving a Sustainable Horticulture - BioSusHort
Coordonnateur : Leibniz Universität Hannover
Session organisée du 12 au 23 mai 2014 à Prague, avec 4 étudiants
et 1 enseignant-chercheur d’AGROCAMPUS OUEST.
• Sustainable Livestock Housing in Europe
Coordonnateur : ISA de Lille
Session du 28 avril au 9 mai 2014 à Lille, avec 5 étudiants
d’AGROCAMPUS OUEST et 1 enseignant-chercheur d’AGROCAMPUS OUEST.
• Agent-based modelling for spatial processes in geography
Coordonnateur : Université d’Angers. ■
Erasmus Mobilité
Erasmus Mobilité est un programme européen d’échanges d’étudiants (périodes d’études ou de stage) et de mobilité du personnel
au sein d’établissements partenaires en Europe (48 conventions
signées avec des universités de 21 pays). En 2013-2014, 65 étudiants
d’Agrocampus Ouest, 6 étudiants en provenance d’établissements partenaires ont bénéficié de ce programme.
Master Erasmus Mundus
Le programme labellisé permet aux étudiants de réaliser leur
master dans au moins 2 universités étrangères partenaires du
consortium portant la formation.
• Depuis 2005, Agrocampus Ouest participe, aux côtés de
Humboldt Université de Berlin (Allemagne), de l’Université
d’agriculture de Nitra (Slovaquie), de l’Université de Pise (Italie),
et de l’Université de Wageningen (Pays-Bas), au Master Erasmus
Mundus International Master in Rural Development (IMRD)
coordonné par l’Université de Gand (Belgique).
À la une
L’IP Riverscape sur le terrain
AGROCAMPUS OUEST coordonne le programme intensif Erasmus Riverscape Restoration in the Atlantic Arc. En avril 2014, une
trentaine d’étudiants et d’enseignants d’AGROCAMPUS OUEST
et des University College Cork (Irlande), Universidad de Oviedo
(Espagne), Universidade de Porto (Portugal), Bournemouth University (Royaume-Uni) se sont retrouvés pour 2 semaines de travail sur le terrain, à Rennes et à Vezin.
• Projet complémentaire au Master Erasmus Mundus IMRD,
le programme ATLANTIS EU-USA “ Rural Development and
Agricultural Economics ” permet la délivrance d’un double
diplôme avec les universités de Floride et d’Arkansas.
Label OMJ Research Seminar in Animal Sciences
Dans le cadre du double diplôme avec l’INAT, les parcours en
sciences halieutiques d’Agrocampus Ouest ont été labellisés
par l’Office méditerranéen de la jeunesse (OMJ), qui promeut la
mobilité des étudiants.
En novembre 2014, Agreenium et Wageningen UR ont organisé
sur le campus de Rennes un séminaire en sciences animales sur
le thème “Adaptative animals and livestock farming systems in a
globally changing context”. Plus de 20 personnes ont participé à
ces travaux en séances plénières, travaux de groupe et visites de
terrain. Elles étaient pour la majorité des doctorants.
Programme BRAFAGRI Ce programme du ministère en charge de l’agriculture a pour
but les échanges d’élèves-ingénieurs et d’enseignants entre la
France et le Brésil (UNESP, UNICAMP, UFPR, UFV). En 20132014, 9 étudiants d’Agrocampus Ouest et 16 étudiants brésiliens
accueillis à Agrocampus Ouest ont bénéficié de ce programme.
Agrocampus Ouest est également engagé dans une trentaine
de conventions bilatérales avec des universités ou des centres de
recherche à travers le monde ayant pour objet la mobilité croisée
d’étudiants.
19
La formation
tout au long de la vie
A
GROCAMPUS OUEST développe ses trois missions de service public - formation, recherche,
transfert des connaissances vers le monde économique - au travers de sa politique de formation
tout au long de la vie. Au-delà du dispositif de formation continue diplômante, le choix a été fait
de développer plus particulièrement la formation courte.
Cette activité de formation continue s’inscrit dans le cadre de la direction des partenariats professionnels,
avec comme objectifs : créer du lien avec les partenaires publics et privés, contribuer au développement
des compétences, mettre la créativité d’AGROCAMPUS OUEST au service de solutions innovantes.
Formation continue :
développer les compétences des professionnels
Agrocampus Ouest dispose d’un vivier d’experts sur une grande variété
de problématiques scientifiques, techniques, socio-économiques en lien
avec les enjeux actuels. Le service formation continue écoute et propose aux
professionnels des formations adaptées à leurs besoins. Les intervenants
apportent des connaissances et des méthodes, à l’échelle de l’entreprise, de
la parcelle, du territoire, du marché, de la filière, de la cellule.
Les sessions courtes se réalisent en inter-entreprises sur les campus
d’Agrocampus Ouest ou à la demande d’une seule composante, en intra
soit sur les campus, soit sur le site du partenaire.
Forts de leur expertise scientifique et pédagogique, ce sont les enseignantschercheurs, les ingénieurs qui animent les sessions de formation. Ils proposent des interventions combinant apports théoriques, cas pratiques, visites, sorties terrain, expérimentation en laboratoire.
Le public est constitué de :
• ingénieurs et techniciens : formations centrées sur le métier, de la
production au service ;
• chercheurs : formations de perfectionnement ou avec une entrée
pluridisciplinaire ;
• cadres et responsables d’équipes : formations qui accompagnent les
évolutions métiers dans un environnement changeant.
Nos partenaires sont à la fois des entreprises privées, grands groupes, PME,
bureaux d’étude ; des collectivités territoriales ; des réseaux de recherche
publics ; des coopératives ; des services de l’État ; des interprofessions ; dans
tous les secteurs de nos domaines d’expertise.
L’activité formation continue d’Agrocampus Ouest affiche une
“croissance constante”. Entre 2013 et 2014, les chiffres montrent des
augmentations de :
18 % du nombre de sessions,
26 % de stagiaires formés,
10 % du chiffre d’affaires.
En 2014, 916 stagiaires ont été formés : 112 sessions, soit plus de 13 000 h
de formation dispensées à Agrocampus Ouest ou sur les sites des
commanditaires, en France ou à l’étranger par un réseau de plus de
120 intervenants.
2014
Types de formation
intra-entreprises : 55 %
inter-entreprises : 38 %
e-learning : 3 %
module de master : 4 %
intra-entreprises : 55 %
inter-entreprises : 38 %
e-learning : 3 %
module de master : 4 %
Les + de la formation
continue à
AGROCAMPUS OUEST
Les modules de formation continue combinent
de façon équilibrée apports théoriques et mise
en pratique (cas pratiques, visites, sorties terrain,
expérimentations en laboratoire…) dans un objectif d’opérationnalité immédiate. Aussitôt appris,
aussitôt appliqué !
Les intervenants : un concentré
d’expertises
L’ensemble de nos programmes sont conçus et
animés par des enseignants-chercheurs d’AGROCAMPUS OUEST, maîtres de conférences ou
professeurs, ou des chercheurs associés, tous
experts en leur domaine et dotés d’une forte
expérience internationale en recherche et développement, gage de la pertinence des formations.
Des fertilisations croisées
Réunissant des stagiaires de profils différents, les
formations d’AGROCAMPUS OUEST constituent
un lieu d’échanges sur les pratiques professionnelles et sectorielles favorisant les regards croisés sur les problématiques scientifiques, économiques ou managériales de chacun.
Une veille permanente pour anticiper
les besoins de formation
Spécialisé en ingénierie de formation, le service formation continue d’AGROCAMPUS OUEST
assure une veille permanente, réglementaire et
scientifique, pour anticiper les besoins des proStatut privé : 59%
Fonctionnaires du MAAF : 24%fessionnels et construire une offre adaptée aux
Fonctionnaires hors MAAF : 17%
problématiques les plus actuelles.
2014
Publics formés
Statut privé : 59%
Fonctionnaires du MAAF : 24%
Fonctionnaires hors MAAF : 17%
20
Devenir ingénieur AGROCAMPUS OUEST par la VAE et la VES
Agrocampus Ouest a mis en place, en 2004,
un dispositif de validation des acquis de l’expérience (VAE), voie d’obtention des diplômes
ouverte par la loi de modernisation sociale du
17 janvier 2002.
Depuis 2005, grâce à un suivi personnalisé,
16 salariés ont reçu le diplôme d’ingénieur par
cette voie de qualification (5 ingénieurs agronomes, 2 ingénieurs en paysage, 3 ingénieurs en
horticulture, 3 ingénieurs en agroalimentaire).
Au cours de l’année 2014, 8 candidats ont déposé un dossier de VAE : 3 visent le diplôme
d’ingénieur agronome, 3 le diplôme d’ingénieur
en paysage et 2 le diplôme ingénieur en horticulture. En outre, 4 candidats poursuivent leur
phase d’accompagnement et 1 candidat a été
diplômé en agroalimentaire.
Un diplôme d’ingénieur en paysage a également
été remis par la voie de la validation des études
supérieures (VES). ■
Profil type du candidat VAE
Homme : 79 %
Tranche d’âge :
56 % : 40-50 ans
22 % : 30-40 ans
22 % > 50 ans
Niveau d’études :
I : 54 %
III : 31 %
IV et V : 15 %
En appui à l’enseignement agricole
et au développement du territoire
International
Le site de Beg-Meil d’AGROCAMPUS OUEST développe une
activité d’appui à l’enseignement technique agricole et s’intègre
dans le système national d’appui du ministère en charge de l’agriculture, en accompagnant les équipes éducatives aux évolutions
des métiers auxquels ils forment et aux mutations en cours dans
l’enseignement.
L’activité à l’international s’est déployée dans deux directions :
l’appui à la gouvernance des dispositifs de formation agricole et rurale notamment auprès des ministères en charge de ces questions
au Togo et en Côte d’ivoire et la participation, via notre expertise
dans les métiers de la mer, au jumelage entre la France et le Maroc,
en appui au programme de développement de la filière aquacole.
Interface recherche, formation, développement
Développement économique
L’équipe de formateurs de Beg-Meil joue ce rôle d’interface autour
de pôles d’expertise tels que :
En lien avec les acteurs du territoire, le site de Beg-Meil porte le
projet de montage d’une plateforme collaborative technologique
au service des entreprises, des professionnels et des filières. Cette
plateforme comporte deux volets : un volet territorial financé par
la Communauté de communes du Pays fouesnantais destiné à
accueillir un incubateur d’entreprises aquacoles et un volet académique adossé à l’agrandissement et à la modernisation de l’outil
aquacole.
• l’agriculture et la biodiversité,
• l’aquaculture et les espaces littoraux,
• les pédagogies innovantes en lien avec la transition agroécologique,
• l’accompagnement des établissements dans la prévention du
décrochage scolaire.
L’équipe a répondu aux orientations du système national d’appui
(SNA) de l’enseignement technique agricole et aux enjeux de l’évolution des modèles de production via l’innovation technique et
pédagogique en lien avec le programme national « Enseigner à
produire autrement ».
Le positionnement auprès des acteurs économiques se situe à trois
niveaux :
• la mobilisation de l’expertise en matière de gestion intégrée des
zones côtières (GIZC) au profit du Syndicat intercommunautaire
Ouest Cornouaille Aménagement, via la réalisation d’études sur
les besoins et attentes des professionnels de la filière aquacole en
Ouest Cornouaille et l’étude de faisabilité technico-économique
d’un projet de polyculture intégrée et l’accompagnement des aquaculteurs,
Pratiques pédagogiques
Les formateurs de Beg-Meil proposent d’accompagner des changements de pratiques pédagogiques pour enseigner dans une perspective de développement durable (citoyenneté et métiers) via :
• des interventions dans les établissements et l’organisation de sessions de formation. 150 enseignants se sont formés à Beg-Meil sur
les thématiques du développement durable, de la biodiversité et
de l’analyse territoriale. L’innovation pédagogique s’appuie sur la
production de nouvelles connaissances et de ressources, support
à l’enseignement,
• la participation à plusieurs projets collaboratifs de recherche-développement-expérimentation en lien avec le développement de
la filière algues, notamment le projet Marbiotech, labellisé par le
Pôle mer, pour la production de vers arénicoles dans une perspective thérapeutique de fabrication de pansements oxygénants. ■
• la participation à l’action nationale dédiée à l’accompagnement
d’établissements volontaires à l’intégration de la biodiversité dans
leurs exploitations pédagogiques, action conduite en lien avec la
recherche département SAD paysage de l’INRA),
• l’implication dans des actions phares au niveau national telles
que la recherche action « Ancrochage » et la participation aux
travaux de promotion et d’accompagnement des pratiques innovantes dans l’enseignement technique agricole,
• la mise en place d’un dispositif de professionnalisation visant
l’écriture d’un référentiel de compétences de l’accompagnateur et
d’une plate-forme collaborative à usage des formateurs et ingénieurs du SNA.
21
L’ingénieur
agronome
Ingénieur
AGRONOME
agrocampus ouest CENTRE DE RENNES
InstItut supérIeur des scIences agronomIques, agroalImentaIres, hortIcoles et du paysage
Un ingénieur des sciences du vivant
• au service d’un développement durable
• apte à répondre aux grandes questions de société et aux attentes
du monde socio-économique en contexte international
AGROCAMPUS OUEST forme des ingénieurs agronomes capables, tout
au long de leur vie professionnelle, de
• poser et résoudre des problèmes complexes dans des approches
transdisciplinaires et sur des échelles allant de la cellule au territoire
• s’adapter à la complexité croissante des produits, des systèmes et des
organisations
• entreprendre, créer, innover
Admission
et effectifs
Formation
Cette formation représente un
flux annuel de recrutement
d’environ 132 élèves-ingénieurs au
travers de 4 concours nationaux
(concours agro-véto A, ATB, B, C
et C2) accessibles à bac+2 et d’un
concours (concours DE) accessible
avec un diplôme étranger
équivalent master 1.
En 2014-2015, 450 étudiants sont
inscrits dans ce cursus, dont
24 étudiants internationaux.
1re année • construire les bases
2014
2015
La formation d’ingénieur agronome se déploie sur 6 semestres pour les étudiants recrutés à bac+2.
La 1re année (L3) assure la transition entre la formation antérieure (classes préparatoires,
premier cycle universitaire, DUT ou BTS) et le cycle master de la formation. Elle offre une
formation scientifique pluridisciplinaire solide (sciences agronomiques, de l’ingénieur,
économiques et humaines) et confronte les étudiants à de nouvelles formes pédagogiques
(étude territoriale, conduite de projet).
2e et 3e années • développer ses compétences et se spécialiser
Au cours de ces deux années (M1 et M2), les étudiants effectuent
• un semestre « hors murs » (semestre d’études à l’étranger et/ou stages en France
et à l’étranger) ;
• un semestre sur le campus conjuguant poursuite de la formation générale
et ouverture à la spécialisation choisie ;
• un semestre pour approfondir le domaine de spécialisation ;
• le stage de fin d’études, véritable projet d’ingénieur en situation, donnant lieu
à la soutenance d’un mémoire.
concours A : 75,5%Les élèves-ingénieurs qui le souhaitent peuvent effectuer une année d’études supplémenconcours A TB : 3%
taire (dite “année interstitielle” entre M1 et M2) sous forme de stage(s), en France ou à
concours B : 10,5%
concours C : 5% l’étranger, notamment pour leur permettre d’approfondir leur projet professionnel. En 2014concours C2 : 5%
2015, 20 étudiants ont fait ce choix (12 % de la promotion).
redoublants : 1%
L3 : 32%
Spécialisations
M1 : 31%
(dont étudiants étrangers : 4,5% )
concours A : 75,5%
Origine des Étudiants
concours
EN 1RE ANNÉE
(L3)A TB : 3%
concours B : 10,5%
concours C : 5%
concours A : 75,5%
concours C2 : 5%
concours A TB : 3%
redoublants : 1%
concours B : 10,5%
L3 : 32%
concours C : 5%
concoursM1
C2: 31%
: 5%
(dont étudiants étrangers : 4,5% )
redoublants : 1%
Formé aux grands enjeux du vivant et de l’environnement, l’élève-ingénieur agronome
année interstitielle : 4%
développe, à partir de la 2e année (M1), des compétences spécialisées. En fonction de son
M2 : 33%
projet
professionnel,
il peut choisir une spécialisation :
(dont étudiants
étrangers
: 4% )
• proposée par Agrocampus Ouest (73,5 %) ;
• couplée à un master orienté recherche d’Agrocampus Ouest (13,5 %) ;
• proposée par un établissement partenaire (13 %).
L’offre de spécialisation d’Agrocampus Ouest a attiré 28 étudiants
inscrits dans des écoles partenaires.
année interstitielle : 4%
M2 : 33%
(dont étudiants étrangers : 4% )
Politiquepar
et marchés
de l’agriculture et des ressources : 11%
Effectifs
spécialisation
L3 : 32%
Génie de l’environnement : 10,5%
M1 : 33,5%
(dont étudiants étrangers : 5% )
Année interstitielle : 5%
M2 : 29,5%
(dont étudiants étrangers : 4% )
Effectifs
2014
2015
L3 : 32%
M1 : 33,5%
(dont étudiants étrangers : 5% )
Année interstitielle : 5%
M2 : 29,5%
(dont étudiants étrangers : 4% )
Politique et marchés de l’agriculture et des ressources : 11%
Sciences
et productions
végétales : 10,5%
Génie
de l’environnement
: 10,5%
Sciences
de l’alimentation
management des entreprises : 9,5%
Sciences
et productions
végétales :et10,5%
Sciences
de l’alimentation
des entreprises : 9,5%
Statistique
appliquéeet: management
8,5%
Statistique
appliquée
: 8,5% et environnement : 8,5%
Protection
des plantes
Protection des plantes et environnement : 8,5%
Ingénierie zootechnique : 8%
Ingénierie zootechnique : 8%
Sciences
halieutiques
et aquacoles
Sciences
halieutiques
et aquacoles
: 6,5% : 6,5%
Biologie
appliquée
aux productions
et àanimale
la santé
animale
(master) : 6,5%
Biologie
appliquée
aux productions
et à la santé
(master)
: 6,5%
Sciences
cellulaires
et moléculaires
du vivant :du
5%vivant : 5%
Sciences
cellulaires
et moléculaires
Modélisation
des systèmes
biologiques
: 1,5% : 1,5%
Modélisation
des systèmes
biologiques
Écologie fonctionnelle, comportementale et évolutive (master) : 1%
Écologie fonctionnelle, comportementale et évolutive (master) : 1%
Spécialisations autres écoles : 13%
Spécialisations autres écoles : 13%
22
rcées
é
2008
Taux net d’activité
69%
CDI
57%
statut cadre (France)
68%
marketing - études : 17%
enseignement - recherche publique : 6%
qualité -agroalimentaires
sécurité - certification : 7%
industries
52%
achats - approvisionnement - logistique : 2%
cabinets
d’études - conseil : 20%
informatique : 5%
commerce
distribution
process --méthode
- gestion: -14%
contrôle de production : 5%
relations internationales
: 3% : 7%
enseignement
- recherche
2009 conseil agricole 2010
2011
et territorial : 3%
administration publique
(État, collectivités)
: 3%
commercial - vente : 2%
81%
76% : 2%
78%
restauration
collective
environnement (secteur privé) - développement durable : 2%
53%
46%
agrofourniture - agrochimie
: 2% 34%
Insertion professionnelle
73%
67%
72%
L’enquête a été réalisée en janvier 2014 auprès des diplômés 2012 (pour un taux
secteur privé
59%
71%
60%
64%
de réponse de 97 %) et des diplômés 2013 (avec un même taux de réponse).
à l’étranger
11%
4%
10%
9%
Elle permet une bonne représentation de la situation des jeunes diplômés,
industries agroalimentaires : 52%
respectivement 18 mois et 6 mois après l’obtention
du diplôme.
cabinets d’études
- conseil : 20%
tivité
s
es
45 %
80 80
60 60
40 40
AGRONOME
qualité - sécurité - certification : 7%
achats - approvisionnement - logistique : 2%
informatique : 5%
études
développement
process- recherche
- méthode et- gestion
- contrôle: 32,5%
de production : 5%
conseil
- animation
: 14,5%
relations
internationales
: 3%
marketing
- études
: 10% : 3%
conseil
agricole
et territorial
études
- recherche
et développement : 28%
production
industrielle
- méthodes : 10%
commercial
venteprivé
:développement
2%
production -industrielle
: 20%
statut cadreétudes - recherche
secteur et
à :l’étranger
32,5%
commercial
vente
6%
marketing - études
:: 17%
(France)
environnement
(secteur
conseil - animation
: 14,5%privé) - développement durable : 2%
enseignement
recherche
publique
:
6%
recherche
publique
5,5%
marketing
- études : :10%
qualité - sécurité - certification : 7%
développement
durable- -méthodes
environnement
(secteur privé) : 3,5%
production industrielle
: 10%
achats - approvisionnement - logistique : 2%
commercial :- 3%
vente : 6%
informatique
informatique : 5%
recherche publique : 5,5%
process - méthode
- gestion
- contrôle de production : 5%
administration
gestion
: de
2,5%
développement-Durée
durable
- environnement
privé) : 3,5%
la(secteur
recherche
relations internationales
: 3%
erobtention du diplôme
informatique
:DU
3%- avant
qualité
sécurité
certification
: 2,5
%
: 31%
1 emploi
conseil agricole et territorial
: 3%
moins de
2 mois : 28%
administration
- gestion
: 2,5%
avant
obtention
du diplôme : 31%
direction
: 2,5%
commercial
- vente
: 22%
diplômés
de
à 42mois
qualité - sécurité -moins
certification
:28%
2,5 %
de
mois: :18%
environnement
(secteur
privé)
durable : 2%
formation
industries
agroalimentaires
:développement
52%
2012enseignement
de
4
à
6
mois
: -2%
13%
direction : 2,5% de 2 à 4 mois ::18%
de
6
à
9
mois
:
6%
de-4 àconseil
6 mois
enseignement
- formation
: 2%
relations
internationames
-: 13%
appui
cabinets
d’études
: 20%développement : 2%
de 6 à 9 mois
6% développement : 2%
relations
internationames
- appui
achats
- approvisionnement
- logistique : 1,5%
commerce
- distribution
: : 14%
achats - approvisionnement - logistique : 1,5%
production
agricole,
aquacole
- pêche
enseignement
recherche
7%
production agricole, aquacole - :pêche
: 1% : 1%
économie
- gestion
financière
: 1%:collectivités)
économie
- gestion
financière
1%
administration
publique
(État,
: 3%
industries agroalimentaires
: 52%
restauration
collective : 2%
cabinets d’études - conseil : 20%
agrofourniture
- agrochimie : 2%
commerce - distribution : 14%
AGRONOME
20 20
%
des diplômés 2013 en
emploi ont signé un
contrat d’embauche avant
l’obtention du diplôme.
2007
2008
2009
études - recherche et développement : 28%
2010
production industrielle : 20%
2011
marketing - études : 17%
2012
enseignement - recherche publique : 6%
2013
%
Taux net
d’emploi
CDI
Recherche du 1er emploi
Les principaux moyens pour
trouver un emploi en moins
de 6 mois sont le stage de fin
d’études (40% de la promotion
2013) et les sites spécialisés et
d’entreprises (19%).
tivité
ctivité
té
Durée moyenne de
recherche du 1er emploi
( diplômés 2011 ).
commerce - distribution : 14%
enseignement - recherche : 7%
100
Évolution des conditions d’entrée sur
le marché
du
travail
administration
publique (État,
collectivités)
: 3%
(diplômés enquêtés 6 mois après la sortie de l’école) restauration collective : 2%
agrofourniture - agrochimie : 2%
ercées
rcées
é
2,5 mois
Secteurs d’activité
diplômés
2012 et 2013
enseignement - recherche : 7%
administration publique (État, collectivités) : 3%
industries
agroalimentaires
restauration
collective : 2%: 22%
organisations
- instituts techniques : 16%
agrofournitureprofessionnelles
- agrochimie : 2%
industries
: 22%
cabinetsagroalimentaires
d’études - conseil - audit
: 9%
commerce - professionnelles
distribution : 9%
organisations
- instituts techniques : 16%
enseignement - recherche : 8%
cabinets
d’études
conseil
audit
: 9%
productions agricoles - pêche : 7%
commerce
- distribution
: 9%
administration
publique (État,
collectivités) : 6%
nutrition animale
: 5%
enseignement
- recherche
: 8%
développement - aménagement - environnement - eau-déchets : 4%
productions
agricoles
- pêche
agrofourniture
- agrochimie
: 3% : 7%
informatique :publique
2%
administration
(État, collectivités) : 6%
organisations
internationales
et humanitaires : 1%
nutrition
animale
: 5%
banque - assurance : 1%
développement
autres : 7% - aménagement - environnement - eau-déchets
AGRONOME
AGRONOME
ercées
es
HORTICULTURE
ercées
Fonctions exercées
diplômés
2012 et 2013
agrofourniture - agrochimie : 3%
informatique : 2%
organisations internationales et humanitaires : 1%
banque - assurance : 1%
autres : 7%
études - recherche et développement : 32,5%
conseil - animation : 14,5%
marketing
- études :et
10%
études
- recherche
développement : 32,5%
production
industrielle
- méthodes : 10%
conseil
- animation
: 14,5%
commercial - vente : 6%
marketing
- études
10%
recherche
publique ::5,5%
développement
durable - environnement
privé) : 3,5%
production
industrielle
- méthodes(secteur
: 10%
informatique : 3%
commercial
- vente : 6%
administration
gestion
:
2,5%
études - recherche et développement - projets : 26%
recherche
: 5,5%
qualité -publique
sécurité
- certification
production
- exploitation
: 18% : 2,5 %
direction : 2,5%
développement
durable
- environnement (secteur privé)
commercial
- vente
: 15%
enseignement
- formation
conseil
- animaton
: 13% : 2%
informatique
: 3%
relations internationames
développement : 2%
enseignement
- formation -: appui
administration
- gestion : 9%
2,5%
achats - approvisionnement
marketing
- commercial : 6%- logistique : 1,5%
production
agricole,
aquacole
- pêche: 2,5
: 1% %
qualité
- sécurité
- :certification
recherche
publique
6%
économie - gestion
financière
communication
- publicité
: 5%: 1%
HORTICULTURE
es
ctivité
cabinets d’études - conseil - audit : 9%
des diplômés 2013 ont choisi
de poursuivre en doctorat.
Taux net d’emploi
( y compris volontariat
et thèses Cifre )
• 87% pour les diplômés 2012
à 18 mois ( H : 85% / F : 88%)
• 73% pour les diplômés 2013
à 6 mois ( H : 80% / F : 70%)
diplômés
2013
situation 6 mois
après le diplôme
Activité professionnelle : 48%
Poursuite d’études : 30%
Recherche d’emploi : 19%
Volontairement sans activité
professionnelle : 3%
Caractéristiques des emplois
: 4%
Les jeunes diplômés agronomes
d’Agrocampus Ouest (diplômés
2012 et 2013) travaillent majoritairement dans des entreprises de
moins de 2 000 salariés (61%), en
province (61 %), dans des secteurs
d’activité liés à leur thématique de
formation, sur des fonctions recherche et développement (33 %),
d’animation et de conseil (16 %) ou
de marketing/commerce (15 %).
: 3,5%
direction : 2,5%
achats - approvisionnement - logistique : 2%
enseignement
- formation : 2%
relations internationames - appui développement : 2%
achats -- recherche
approvisionnement
- logistique
: 1,5%: 26%
études
et développement
- projets
production
aquacole
industriesagricole,
agroalimentaires
: 22% - pêche : 1%
production
exploitation
:
18%
organisations
professionnelles - instituts
économie
- gestion
: 1% techniques : 16%
commercial
- vente :financière
15%
commerce
- distribution
: 9%
conseil
- animaton
: 13%
enseignement - recherche
: 8%
23
enseignement - formation
: 9%
26 %
Les salaires du 1er emploi, très variés en fonction des secteurs, des
tailles des structures, de la localisation des emplois et des projets professionnels, sont compris
dans une fourchette large : entre
18 K€ et 55,2 K€ en France, avec
une moyenne à 29,1 K€ (primes
comprises).
Activité professionnelle
Poursuite d’études : 30
Recherche d’emploi : 1
Volontairement sans ac
professionnelle : 3%
L’ingénieur en
agroalimentaire
Un spécialiste de l’aliment
Ingénieur en
AGROALIMENTAIRE
• doté d’une double compétence scientifique et économique
• apte à répondre de façon innovante et durable aux attentes des
consommateurs en contexte international.
agrocampus ouest CENTRE DE RENNES
Spécialiste de haut niveau au cœur des grands enjeux alimentaires,
l’ingénieur en agroalimentaire d’AGROCAMPUS OUEST dispose
d’une formation pluridisciplinaire alliant
• une parfaite connaissance du produit et de la chaîne alimentaire
InstItut supérIeur des scIences agronomIques, agroalImentaIres, hortIcoles et du paysage
• la maîtrise des disciplines de gestion
• une véritable culture de l’entreprise en dimension internationale
acquise à travers 18 mois de stages et de nombreuses mises en
situation professionnelles.
Effectifs
Admission et effectifs
L1 : 16%
L1 : 16%
L2 : 19%
L2 : 19%
(dont étudiants
étrangers : 2%)
(dont étudiants étrangers : 2%)
L3 : 19%
Le cursus d’ingénieur en agroalimentaire d’Agrocampus Ouest
propose 45 places en 1re année, 10 en 2e année et 15 en 3e année par
la voie de l’apprentissage. En 2014-2015, 266 étudiants sont inscrits
dans ce cursus, dont 29 apprentis et 6 étudiants internationaux.
(dont étudiants étrangers : 2%)
L3 : 19%
L3 voie(dont
apprentissage
: 5,5%
étudiants
étrangers : 2%)
M1 : 17,5%
L3 voie
apprentissage
(dont étudiants
étrangers
: 6,5%)
: 5,5%
M1 voieM1
apprentissage
: 17,5% : 5,5%
M2 : 17,5%
(dont étudiants étrangers : 6,5%)
(dont étudiants étrangers : 2%)
M1 voie apprentissage : 5,5%
M2 : 17,5%
(dont étudiants étrangers : 2%)
Formation
La formation d’ingénieur en agroalimentaire
se déploie sur 10 semestres pour les étudiants recrutés post-bac.
La 1re année correspond à une classe pré-
paratoire intégrée : l’étudiant y acquiert les
bases scientifiques indispensables à tout
ingénieur. Le stage en entreprise agricole
lui permet de découvrir le 1er maillon de la
chaîne alimentaire.
Au cours de la 2e année, l’élève-ingé-
nieur acquiert les bases scientifiques appliquées à l’agroalimentaire et découvre la
dimension socio-économique qui fait la
spécificité de cette formation.
La 3e année débute par un stage de 5 à
Spécialisations
Les deux dernières années de la formation constituent le cycle de spécialisation.
Cette période permet à l’étudiant d’approfondir la formation scientifique généraliste
précédemment reçue, de réaliser des projets et d’acquérir des compétences spécifiques
sur certains domaines de l’agroalimentaire. Elle s’achève par le stage de fin d’études,
véritable projet d’ingénieur en lien avec la spécialisation choisie donnant lieu à la soutenance d’un mémoire.
En fonction de son projet professionnel, l’étudiant peut choisir une spécialisation :
• proposée par Agrocampus Ouest (94%) ;
• proposée par un établissement partenaire (6%).
Effectifs par
spécialisations
2014
2015
6 mois en entreprise agroalimentaire. Le
semestre suivant permet d’approfondir les
compétences technologiques et socio-économiques du secteur agroalimentaire.
Sciences de
Sciences
del’alimentation
l’alimentation
et management des entreprises : 68%
et management des entreprises : 68%
Statistique appliquée : 21,5%
Statistique
Politiques etappliquée
marchés : 21,5%
de l'agriculture
et des ressources : 2%
Politiques
et marchés
de l'environnement
: 2%
deGénie
l'agriculture
et des ressources
: 2%
Spécialisation en écoles partenaires : 6,5%
Génie
de l'environnement : 2%
Spécialisation en écoles partenaires : 6,5%
Les étudiants qui le souhaitent ont également la possibilité d’obtenir un double diplôme
en gestion (Master Administration des entreprises de l’Institut de gestion de Rennes /
IAE-IGR). En 2014-2015, 17% de la promotion avaient fait le choix de cette formation
complémentaire, suivie en parallèle des enseignements de spécialisation.
24
s
s
Insertion professionnelle
L’enquête a été réalisée en janvier 2014 auprès des diplômés 2012 (pour un taux
de réponse de 96 %) et des diplômés 2013 (pour un taux de réponse de 100 %).
Elle permet une bonne représentation de la situation des jeunes diplômés,
respectivement 18 mois et 6 mois après l’obtention du diplôme.
Évolution des conditions d’entrée sur le marché du travail
(diplômés enquêtés 6 mois après la sortie de l’école)
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
60
60
40
40
Durée moyenne de
recherche du 1er emploi
( diplômés 2012).
46 %
100
100
80
80
1,5 mois
20
20
des diplômés 2013 en
emploi ont signé un
contrat d’embauche avant
l’obtention du diplôme.
14 %
des diplômés 2013 ont
choisi de poursuivre
leurs études.
Taux net d’emploi
%
%
Taux net
d’emploi
Recherche du 1er emploi
Le principal moyen pour
trouver un emploi en moins
de 4 mois est le stage de fin
d’études (41% des diplômés
2013, hors poursuites d’études).
diplômés
2012 et 2013
CDI
études - recherche et développement : 28%
production industrielle : 20%
marketing
- secteur
étudesprivé
: 17% à l’étranger
statut
cadre- recherche
études
et développement
: 28%
(France)
enseignement - recherche publique : 6%
production industrielle : 20%
qualité - sécurité - certification : 7%
marketing - études : 17%
achats - approvisionnement - logistique : 2%
enseignement - recherche publique : 6%
informatique : 5%Durée de la recherche
qualité - sécurité - certification
: 7%
process - méthode
- contrôle de production : 5%
DU- gestion
1er emploi
achats - approvisionnement
- logistique : 2%
relations internationales
:
3%
avant
obtention
du diplôme
avant obtention du diplôme
: 46% : 46%
informatique : 5%
diplômés
moins de
: 24%
moins
de2 2mois
: 24%
conseil agricole et territorial
:mois
3%
process
méthode
gestion
contrôle
de production : 5%
2012
de 2 à 4 mois : 15%
2 à 4 mois : 15%
commercial - vente :de2%
à 6 mois : 5%
relations internationalesdede:443%
mois
de 6 ààprivé)
86mois
: 10%
environnement (secteur
-: 5%
développement durable : 2%
conseil agricole et territorial
3% : 10%
de 6 à 8: mois
commercial - vente : 2%
environnement (secteur privé) - développement durable : 2%
industries
agroalimentaires : 52%
Secteurs
d’activité
cabinets d’études - conseil : 20%
commerce - distribution : 14%
industries agroalimentaires : 52%
enseignement - recherche : 7%
cabinets d’études - conseil : 20%
administration publique (État, collectivités) : 3%
commerce - distribution : 14%
restauration collective : 2%
enseignement - recherche : 7%
agrofourniture - agrochimie : 2%
administration publique (État, collectivités) : 3%
restauration collective : 2%
agrofourniture - agrochimie : 2%
Fonctions exercées
études - recherche et développement : 28%
production
industrielle
: 20%
études
- recherche
et développement
: 28%
marketing
- études :: 17%
production
industrielle
20%
enseignement
publique : 6%
marketing
- études- recherche
: 17%
qualité - sécurité
- certification
enseignement
- recherche
publique: :7%
6%
achats
- approvisionnement
logistique : 2%
qualité
- sécurité
- certification -: 7%
informatique
: 5%
achats
- approvisionnement
- logistique : 2%
process - méthode
- gestion - contrôle de production : 5%
informatique
: 5%
relations
internationales
process
- méthode
- gestion: -3%
contrôle de production : 5%
conseilinternationales
agricole et territorial
relations
: 3% : 3%
commercial
: 2% : 3%
conseil
agricole- etvente
territorial
environnement
commercial
- vente(secteur
: 2% privé) - développement durable : 2%
études - recherche
et privé)
développement
: 32,5%durable : 2%
environnement
(secteur
- développement
conseil - animation : 14,5%
marketing - études : 10%
études - recherche et développement : 32,5%
production industrielle - méthodes : 10%
conseil - animation : 14,5%
commercial - vente : 6%
marketing - études : 10%
recherche publique : 5,5%
production
industrielle
- méthodes
: 10%
industries
agroalimentaires
: 52%
développement
durable - environnement
(secteur privé) : 3,5%
25
commercial
vente
:
6%
industries
agroalimentaires
:
52%
cabinets d’études - conseil : 20%
AGRONOME
AGRONOME
diplômés
2012 et 2013
( y compris volontariat
et thèses Cifre )
• 93% pour les diplômés 2012
(18 mois après le diplôme)
• 70% (H : 100% / F : 62%)
pour les diplômés 2013
(6 mois après le diplôme)
diplômés
2013
Situation 6 mois
après le diplôme
Activité professionnelle : 60%
Recherche d’emploi : 27%
Poursuite d’études : 13%
Caractéristiques des emplois
Les jeunes diplômés en agroalimentaire d’Agrocampus Ouest
(diplômés 2012 et 2013) travaillent
majoritairement dans des entreprises de plus de 2 000 salariés
(53%), en province (54%), en industrie agroalimentaire (52,5%), sur
des fonctions production industrielle (20%) ou marketing (17%).
Les salaires des jeunes diplômés,
très variés en fonction des secteurs, des tailles des structures, de
la localisation des emplois et des
projets professionnels, sont compris dans une fourchette large :
entre 21,6 K€ et 39,2 K€ avec une
moyenne à 30,1 K€ (primes comprises).
Activité professionnelle : 60%
Recherche d’emploi : 27%
Poursuite d’études : 13%
&
L’ingénieur en horticulture
L’ingénieur en paysage
Ingénieur en
HORTICULTURE
agrocampus ouest CENTRE D’ANGERS
InstItut supérIeur des scIences agronomIques, agroalImentaIres, hortIcoles et du paysage
L’ingénieur
en horticulture
L’ingénieur
en paysage
Ingénieur en
PAYSAGE
Un spécialiste de
l’horticulture et des
semences
• au service d’un
développement
durable des ressources
• apte à répondre aux
attentes du monde
socio-économique en
contexte international
agrocampus ouest CENTRE D’ANGERS
InstItut supérIeur des scIences agronomIques, agroalImentaIres, hortIcoles et du paysage
Un spécialiste de
l’aménagement des
espaces et du paysage
• au service d’un
développement
durable des territoires
• apte à répondre aux
attentes du monde
socio-économique en
contexte international
Admission et effectifs
Les cursus d’ingénieurs en horticulture et en paysage d’Agrocampus Ouest représentent un flux
annuel de recrutement d’environ
135 élèves-ingénieurs au travers
d’une dizaine de voies d’accès.
En 2014-2015, 511 étudiants étaient
inscrits dans ces cursus, dont 30
dans les filières apprentissage et
8 étudiants internationaux.
EFFECTIFS
L1 : 8,5%
Effectifs
L2
: 11,5%
L1 : 8,5%
cursus en 5 ans : 66,5%
cursus en 3 ans : 33,5%
2014
2015
L3
24%
L2 ::11,5%
(dont
8,5% par apprentissage)
L3 : 24%
(dont:8,5%
par apprentissage)
M1
24,5%
M1 : 24,5%
(dont
5% par apprentissage)
cursus en 5 ans : 66,5%
cursus en 3 ans : 33,5%
(dont 5% par apprentissage)
année
intersticielle
année intersticielle
: 6% : 6%
M2
25,5%
M2 : :25,5%
(dont 11%
par apprentissage)
(dont
11%
par apprentissage)
Formation
Gestion durable du végétal, en horticulture
Cursus en 5 ans
3 premières années pour acquérir et consolider le socle de connaissances scientifiques
nécessaires à tout ingénieur du végétal.
En 1re année, une série de sorties sur le
terrain favorise la compréhension des relations entre la plante et son environnement.
Les jardins d’application permettent aux
étudiants de s’exercer à la conduite de projets pratiques, de la conception à la réalisation.
En 2e année, l’économie, la sociologie et la
comptabilité de l’entreprise sont abordées
de façon globale.
En 3e année, les enseignements fournissent
les outils et les concepts nécessaires à
l’exercice du métier d’ingénieur du végétal.
Cursus en 3 ans
La 1re année fournit les outils et concepts
nécessaires aux élèves ingénieurs du végétal quelle que soit leur future spécialité.
La mise en situation professionnelle et la
confrontation aux réalités techniques, économiques et sociales font partie intégrante
de la formation des élèves-ingénieurs.
2014
2015
et aménagements paysagers
Spécialités
des 2: 18,5%
dernières années
Fruits, légumes, alimentation et marchés : 16%
À l’issue
d’une
formation
générale en végétal
Horticulture ornementale et valorisation : 6%
(tronc
commun),
les étudiants
font le choix
Sciences
et productions végétales
: 4,5%
d’une
spécialité
ou paysage) en
Protection
des plantes (horticulture
et environnement : 3%
végétale
intégrative (master)ou
: 1,5%
L3 Biologie
(filière
apprentissage)
en M1. En 2014Productions et technologies végétales : 1,5%
2015,
68 étudiants ont choisi horticulture,
Politique et marchés de l'agriculture et des ressources : 1%
55 paysage et 7 une spécialisation dans une
Maîtrise
d’œuvre et ingénierie : 18,5%
école
partenaire.
Ingénierie des territoires : 16%
Horticulture
Génie de l'environnement : 4,5%
Effectifs par
spécialisation
Horticulture
Caractérisée
uneà l'agriculture,
approche filière (fruits et
Géo-information par
appliquée
aux paysages et à l'environnement : 2,5%
légumes,
horticulture ornementale et espaces
Paysage et médiation (master) : 1%
verts)
ou disciplinaire (protection des plantes,
Spécialisation en écoles partenaires : 8%
agronomie, amélioration des plantes...), la
formation est en parfaite adéquation avec
les attentes des employeurs et les besoins du
secteur.
Gestion durable du végétal, en horticulture
et aménagements paysagers : 18,5%
Fruits,
alimentation
marchés : 16%
Gestionlégumes,
durable du
végétal, enethorticulture
> HORTICULTURE
Horticulture
ornementale
et valorisation
et aménagements
paysagers
: 18,5% : 6%
Sciences
et productions
végétales
: 4,5%: 16% Gestion durable du végétal, en horticulture et aménagements paysagers : 18,5%
Fruits, légumes,
alimentation
et marchés
Fruits, légumes, alimentation et marchés : 16%
Résolument pluridisciplinaire, la formation
Protection
plantes et et
environnement
3%
Horticulturedes
ornementale
valorisation : :6%
Horticulture ornementale et valorisation : 6%
Biologie
intégrative
(master)
: 1,5%
Sciencesvégétale
et productions
végétales
: 4,5%
Sciences et productions
végétales
: 4,5% de connaissances théoriques
s’organise
autour
Protection des plantes et environnement : 3%
Productions
et plantes
technologies
végétales : 1,5%
Protection des
et environnement
: 3%
etintégrative
pratiques
relevant
des :
Biologie végétale
(master)
: 1,5%
Politique
et marchés
de l'agriculture
des ressources
: 1%
Biologie végétale
intégrative
(master)et: 1,5%
Productions et technologies végétales : 1,5%
•
sciences
humaines
et
sociales
Productions et technologies végétales : 1,5%
Politiques et marchés de l'agriculture et des ressources : 1%
Maîtrise d’œuvre et ingénierie : 18,5%
• sciences biophysiques
Politique et marchés
de l'agriculture et des ressources : 1%
PAYSAGE
Ingénierie des territoires : 16%
• outils et savoirs de la création
> PAYSAGE
Génie
ded’œuvre
l'environnement
: 4,5%
Maîtrise
et ingénierie
: 18,5%
Maîtrise d’oeuvre et ingénierie : 18,5%
et de la construction
Géo-information
appliquée
à l'agriculture,
Ingénierie des territoires
: 16%
Ingénierie des territoires : 16%
aux
paysages
et à l'environnement
Génie
de l'environnement
: 4,5% : 2,5%
Génie de l'environnement
: 4,5%
La
distinction
opérée entre les spécialisations
Paysage
et médiation
(master)
: 1%
Géo-information appliquée à l'agriculture, aux paysages et à l'environnement : 2,5%
Géo-information
appliquée
à l'agriculture,
repose
notamment
sur l’échelle d’appréhenPaysage et médiation (master)
: 1%
Spécialisation
enàécoles
partenaires: :2,5%
8%
aux paysages et
l'environnement
Paysage et médiation (master) : 1%
sion des paysages.
Spécialisation en écoles partenaires : 8%
> Spécialisations en écoles partenaires : 8%
Paysage
> HORTICULTURE
Gestion durable du végétal, en horticulture et aménagements paysagers : 18,5%
Fruits, légumes, alimentation et marchés : 16%
> HORTICULTURE
Horticulture
ornementale et valorisation : 6%
26
cabinets internationames
d’études - conseil
: 20%développement : 2%
relations
- appui
commerce
- distribution : 14%
achats
- approvisionnement
- logistique : 1,5%
enseignement
- recherche
: 7%
production
agricole,
aquacole
- pêche : 1%
industries
22%
administration
publique
(État, ::collectivités)
: 3%
économie
-agroalimentaires
gestion
financière
1%
restauration collective
: 2%
organisations
professionnelles
- instituts techniques : 16%
agrofourniture
- agrochimie
cabinets
d’études
- conseil: -2%
audit : 9%
é
té
es
es
é
té
été
es
ées
s
commerce - distribution : 9%
enseignement - recherche : 8%
productions agricoles - pêche : 7%
industries agroalimentaires : 22%
administration
publique (État,- instituts
collectivités)
: 6% : 16%
organisations professionnelles
techniques
nutrition
5% - audit : 9%
cabinets animale
d’études -: conseil
développement
- aménagement
- environnement - eau-déchets : 4%
commerce - distribution
: 9%
L’enquête a été réalisée en mars 2014
sur les 2 dernières
promotions sorties (2012
enseignement --recherche
: 8%: 3%
agrofourniture
agrochimie
et 2013). Grâce à un taux de réponse satisfaisant (87% pour chaque promotion),
productions agricoles
informatique
: 2% - pêche : 7%
elle permet une bonne représentation
de la situation
descollectivités)
jeunes diplômés,
administration
publique (État,
: 6% : 1%
organisations
internationales
et humanitaires
respectivement 18 et 6 mois après l’obtention
du: 5%
diplôme.
nutrition animale
banque - assurance : 1%
développement - aménagement - environnement - eau-déchets : 4%
autres : 7%
agrofourniture - agrochimie : 3%
études - recherche et développement : 32,5%
informatiquesur
: 2% le marché du travail
Évolution des conditions d’entrée
conseil
- animation
: 14,5%et humanitaires : 1%
organisations
internationales
100
(diplômés enquêtés 6 mois après la sortiemarketing
de l’école)
- études : 10%
Insertion professionnelle
des ingénieurs en horticulture
AGRONOME
AGRONOME
banque - assurance : 1%
production
autres : 7%industrielle - méthodes : 10%
100
80
80
60
60
commercial - vente : 6%
études - recherche
: 32,5%
recherche
publiqueet: développement
5,5%
2007
conseil - animation
: 14,5%
développement
durable
- environnement (secteur privé) : 3,5%
2008
marketing
études
:
10%
informatique : 3%
2009
production industrielle - méthodes : 10%
administration - gestion : 2,5%
2010
commercial - vente : 6%
2011
qualité - sécurité - certification : 2,5 %
recherche publique : 5,5%
2012
direction
: 2,5%
développement
durable - environnement (secteur privé)2013
: 3,5%
enseignement
- formation : 2%
informatique : 3%
relations
internationames
- appui développement : 2%
administration
- gestion : 2,5%
qualité - approvisionnement
sécurité - certification-: logistique
2,5 %
achats
: 1,5%
direction : 2,5%
production
agricole, aquacole - pêche : 1%
enseignement
- formation
: 2% : 1% - projets : 26%
études
- recherche
et
développement
économie
- gestion
financière
relations internationames - appui développement : 2%
production - exploitation : 18%
achats - approvisionnement - logistique : 1,5%
commercial
- vente : développement
15%
études
- recherche
production
agricole,etaquacole
- pêche -: projets
1% : 26%
conseil
animaton
:secteur
13%
production
exploitation
: 18%
statut -cadre
privé
à l’étranger
économie
--gestion
financière
: 1%
(France) - vente
commercial
: 15% : 9%
enseignement
- formation
conseil - animaton
: 13% : 6%
marketing
- commercial
enseignement
- formation
industries
agroalimentaires
recherche
publique
: 6%: 9%: 22%
marketing - commercial
: 6%
organisations
professionnelles
communication
- publicité : 5%- instituts techniques : 16%
Durée
recherche
recherched’études
publique -: 6%
cabinets
conseil
-- audit
: de
9% :la
achats
approvisionnement
logistique
2%
communication
- publicité : DU
industries agroalimentaires
:5%
22%1er emploi
commerce - distribution : 9%avant obtention du diplôme : 26%
achats
- approvisionnement
- logistique
organisations
professionnelles
-avant
instituts
: 16%
de 2obtention
mois: techniques
:2%
32% du diplôme
: 26%
diplômés - recherche : moins
enseignement
8%
de 2 à :4 9%
mois : 17%
cabinets
d’études - conseil - audit
moins
de
2
mois
:
32%
2012
6 mois : 11%
productions
agricoles -: pêche
commerce - distribution
9% dede4:à27%
4 mois
de 6 à 9 àmois
: 1% : 17%
administration
enseignement - publique
recherche(État,
: 8% collectivités) : 6%
de 4 à 6 mois : 11%
nutrition
animale
: 5%
productions
agricoles
- pêche : 7%
de 6 à 9 mois : 1%
administration publique
(État, collectivités)
: 6%
développement
- aménagement
- environnement
- eau-déchets : 4%
nutrition
animale
:
5%
agrofourniture - agrochimie : 3%
développement: 2%
- aménagement - environnement - eau-déchets : 4%
informatique
agrofourniture - agrochimie : 3%
organisations internationales et humanitaires : 1%
informatique : 2%
banque
- assurance : 1%
organisations internationales et humanitaires : 1%
autres
banque: -7%
assurance : 1%
HORTICULTURE
40
40
HORTICULTURE
20
20
%
%
Taux net
d’emploi
CDI
Recherche du 1er emploi
Le principal moyen pour trouver
un emploi en moins de 4 mois
est le stage de fin d’études
(40 % des diplômés 2013,
hors poursuites d’études).
Secteurs d’activité
diplômés
2012 et 2013
autres : 7% horticoles
productions
: 36%
productions
horticolesetetsemences
semences
: 36%
organisations professionnelles
- instituts
techniques
: 21%: 21%
organisations
professionnelles
- instituts
techniques
enseignement --recherche
enseignement
recherche: 14%
: 14%
commerce - distribution : 8%
commerce - distribution : 8%
agrofourniture - agrochimie : 6%
agrofourniture
agrochimie-:environnement
6%
développement - -aménagement
- eau - déchets : 5%
développement
aménagement - environnement - eau - déchets : 5%
administration :-3%
administration
: 3%
cabinets d'études
- audit - conseil : 3%
entreprises
de paysage
: 2%- conseil : 3%
cabinets
d'études
- audit
presse - édition
- média : :2%
entreprises
de paysage
2%
presse - édition - média : 2%
HORTICULTURE
HORTICULTURE
Fonctions exercées
études - recherche et développement - projets : 26%
études
- recherche
et développement
- projets : 26%
production
- exploitation
: 18%
production
commercial -- exploitation
vente : 15% : 18%
commercial
- vente: 13%
: 15%
conseil - animaton
enseignement
- formation
conseil
- animaton
: 13%: 9%
marketing - commercial
: 6%: 9%
enseignement
- formation
recherche publique
: 6% : 6%
marketing
- commercial
communication - publicité : 5%
recherche publique : 6%
achats - approvisionnement - logistique : 2%
communication - publicité : 5%
achats - approvisionnement - logistique : 2%
PAYSAGE
PAYSAGE
diplômés
2012 et 2013
études - recherche et développement - projets : 47%
conducteur/trice de travaux : 14%
direction - gérance : 10%
administration - gestion : 9%
études
- recherche
et développement
- projets : 47%
enseignement
- formation
: 5%
conducteur/trice
travaux : 14%
commerce - ventede
: 5%
direction
: 10%
production- gérance
: 3%
27
2,4 mois
Durée moyenne de recherche
du 1er emploi ( diplômés 2012 ).
45 %
des diplômés 2013 en
emploi ont signé un contrat
d’embauche avant l’obtention
du diplôme.
11 %
des diplômés 2012 ont choisi
de poursuivre leurs études
dont 83 % en doctorat.
Taux net d’emploi
(y compris volontariat
et thèses Cifre)
• 83% (H : 93% / F : 79%)
pour les diplômés 2012
( 18 mois après le diplôme )
• 64% (H : 73% / F : 58%)
pour les diplômés 2013
( 6 mois après le diplôme )
diplômés
2013
Situation 6 mois
après le diplôme
Activité professionnelle : 58%
Recherche d’emploi : 31%
Poursuite d’études : 11%
Caractéristiques des emplois
Les jeunes diplômés en horticulture d’Agrocampus Ouest
(diplômés 2012 et 2013) travaillent majoritairement dans
des entreprises de moins de 250
salariés (80%), en province (82%),
sur des fonctions de conseil et
d’études / R&D / projets (20%), de
marketing / commercial (21%) ou
de production (18%), dans le secteur des productions horticoles et
semencières (37%) ou dans des organisations professionnelles (22%).
Les salaires des jeunes diplômés
sont compris dans une fourchette
large : entre 10,3 K€ et 40 K€, avec
une moyenne à 26,6 K€ (primes
comprises).
Activité professionnel
Recherche d’emploi :
Poursuite d’études : 1
é
té
es
s
ées
é
té
été
%
ées
s
commerce - distribution : 9%
agrofourniture - agrochimie : 3%
enseignement - recherche : 8%
informatique
: 2%
productions agricoles - pêche : 7%
organisations
humanitaires
administrationinternationales
publique (État, et
collectivités)
: 6%: 1%
banque
- assurance
: 1%
nutrition
animale : 5%
autres
: 7%
développement
- aménagement - environnement - eau-déchets : 4%
agrofourniture - agrochimie : 3%
informatique
: 2%
productions
horticoles
et semences : 36%
organisations internationales et humanitaires : 1%
organisations professionnelles - instituts techniques : 21%
banque - assurance : 1%
enseignement - recherche : 14%
autres : 7%
productions
horticoles et: semences
: 36%
commerce
- distribution
8%
organisations
- instituts techniques : 21%
agrofourniture -professionnelles
agrochimie : 6%
L’enquête a été réalisée en janvier 2014
auprès- -aménagement
des
diplômés
2012 (pour
taux: de
enseignement
recherche
: 14%
développement
- environnement
- eauun
- déchets
5%
commerce
- distribution
: 8%
réponse de 84 %) et des diplômés 2013
(pour
administration
:un
3%taux de réponse de 90 %).
agrofourniture
- agrochimie
: 6%
Elle permet une bonne représentation
de d'études
la situation
jeunes
cabinets
- auditdes
- conseil
: 3%diplômés,
développement
- aménagement
- environnement - eau - déchets : 5%
respectivement 18 mois et 6 mois après
l’obtention
diplôme.
entreprises
de paysagedu
: 2%
Insertion professionnelle
des ingénieurs en paysage
HORTICULTURE
administration : 3%
presse
- édition
- média
cabinets
d'études
- audit: -2%
conseil : 3%
Évolution des conditions d’entrée
le: 2%
marché du travail
entreprises desur
paysage
presse
édition)- média : 2%
( diplômés enquêtés 6 mois après la sortie
de -l’école 100
HORTICULTURE
100
études - recherche et développement - projets : 26%
production - exploitation : 18%
commercial - vente : 15%
conseil - animaton : 13%
études - recherche et développement - projets : 26%
enseignement - formation : 9%
production - exploitation : 18%
marketing
- commercial
: 6%
commercial
- vente : 15%
recherche
6%
conseil - publique
animaton :: 13%
communication
publicité :: 9%
5%
enseignement -- formation
achats
- approvisionnement
marketing
- commercial : 6%- logistique : 2%
8080
6060
PAYSAGE
PAYSAGE
4040
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2,9 mois
Durée moyenne de recherche
du 1er emploi ( diplômés 2012).
45 %
des diplômés 2013 en
emploi ont signé un contrat
d’embauche avant l’obtention
du diplôme.
5 %
des diplômés 2012 ont choisi
de poursuivre leurs études.
recherche publique : 6%
communication - publicité : 5%
achats - approvisionnement - logistique : 2%
2020
Taux net d’emploi
%%
Taux net
d’emploi
CDI
Recherche du 1er emploi
Le principal moyen pour
trouver un emploi en moins
de 6 mois est le stage de fin
d’études ( 45% des diplômés
2013, hors poursuites d’études ).
étudesstatut
- recherche
: 47%
cadre et développement
secteur privé - projets
à l’étranger
études(France)
- recherche
et développement
conducteur/trice
de travaux
: 14% - projets : 47%
conducteur/trice de travaux : 14%
direction - gérance : 10%
direction - gérance : 10%
administration
- gestion : 9%
administration - gestion : 9%
enseignement
5%
enseignement--formation
formation :: 5%
commerce
commerce- -vente
vente :: 5%
5%
Durée de la recherche
productions
horticoles
et semences : 36%
production
production: :3%
3%
DU 1er emploi
organisations
professionnelles
- instituts
techniques
: 21%
avant obtention
du diplôme
: 23%
recherche
:: 3%
recherchepublique
publique
3%
avant
obtention
du diplôme
: 23%
productions:horticoles
et semences
36%de 2 mois : 40%
enseignement
-2%
recherche
: 14% :moins
informatique
:2%
informatique
moins
de
2
mois
:
40%
diplômés
de
2
à
4
mois
:
8,5%
organisations
professionnelles
techniques : 21%
commerce
- distribution
conseil
animation
2% : 8% - instituts
conseil
- -animation
:: 2%
de
mois
: 8,5%
2012
de 2
4 àà64mois
: 3%
enseignement
recherche : :14%
agrofourniture
--agrochimie
6% de
de 4
6 àà96mois
: 8,5%
mois
: 3%
commerce
distribution
:
8%
développement - aménagement - environnement
- eau
- déchets : 5%
supérieur à 9 mois
: 17%
agrofourniture - agrochimie : 6% de 6 à 9 mois : 8,5%
administration : 3%
supérieur
à
9
mois
: 17% : 5%
développement - aménagement - environnement - eau - déchets
cabinets d'études - audit - conseil : 3%
administration : 3%
entreprises
de paysage : 2%
cabinets d'études - audit - conseil : 3%
presse
- édition
- média ::2%
2%
entreprises
de paysage
(y compris volontariat
et thèses Cifre)
• 84% ( H : 85% / F : 84%)
pour les diplômés 2012
( 18 mois après le diplôme )
• 53% ( H : 78% / F : 39%)
pour les diplômés 2013
( 6 mois après le diplôme )
diplômés
2012
Activité professionnelle : 48%
Recherche d’emploi : 43%
Poursuite d’études : 9%
presse - édition - média : 2%
Secteurs d’activité
bureaux d'études (paysage, architecture, urbanisme) : 26%
entreprises
de paysage
et architecture,
d'espaces verts
: 22% : 26%
bureaux
d'études
(paysage,
urbanisme)
bureaux études/conseils
aménagement
paysager) : 22%
entreprises
de paysage et(environnement,
d'espaces verts
: 22%
administration
publique :(environnement,
9%
bureaux
études/conseils
aménagement paysager) : 22%
enseignementpublique
- recherche
: 10%
administration
: 9%
organisations professionnelles - instituts techniques : 5%
enseignement - recherche : 10%
presse - média : 2%
organisations professionnelles - instituts techniques : 5%
commerce - distribution : 2%
presse - média : 2%
production agricole : 2%
commerce - distribution : 2%
production agricole : 2%
PAYSAGE
PAYSAGE
diplômés
2012 et 2013
Fonctions exercées
diplômés
2012 et 2013
études- -recherche
rechercheetet développement
développement --projets
études
projets: 47%
: 47%
conducteur/trice de travaux : 14%
conducteur/trice de travaux : 14%
direction - gérance : 10%
direction - gérance : 10%
administration - gestion : 9%
administration - gestion : 9%
enseignement - formation : 5%
enseignement
- formation
commerce - vente
: 5% : 5%
commerce
production- :vente
3% : 5%
production
3%
recherche: publique
: 3%
recherche
publique
informatique
: 2% : 3%
informatique
: 2% : 2%
conseil - animation
conseil - animation : 2%
28
Situation 6 mois
après le diplôme
Activité professionnelle : 48%
Recherche d’emploi : 43%
Poursuite d’études : 9%
Caractéristiques des emplois
Les jeunes diplômés en paysage
d’Agrocampus Ouest (diplômés
2012 et 2013) travaillent majoritairement dans des entreprises
de moins de 50 salariés (70 %),
en province (62 %), sur des fonctions d’études et projets / R&D
(45 %) en bureaux d’études (22 %),
en entreprises de paysage (22 %).
Les salaires des jeunes diplômés
sont compris dans une fourchette
large : entre 14 K€ et 34,8 K€, avec
une moyenne à 25,8 K€ (primes
comprises).
Masters et licences
professionnelles
Masters
En lien étroit avec ses partenaires universitaires, Agrocampus Ouest a
construit une offre de masters couvrant l’ensemble de ses champs thématiques.
Cette offre est double :
• des parcours orientés vers la professionnalisation et articulés avec les
formations d’ingénieur d’Agrocampus Ouest, qui attirent des étudiants
soucieux de bénéficier du dispositif professionnalisant d’une grande école ;
• des parcours orientés recherche permettant également aux élèvesingénieurs d’Agrocampus Ouest d’opter pour des cursus spécifiquement
dédiés à la recherche. Ces formations sont également facteurs d’attractivité
pour les étudiants étrangers.
2,8 mois
Durée moyenne de recherche du 1er emploi
(diplômés 2012).
12 %
des diplômés 2013 ont choisi de poursuivre
leurs études dont 7% en doctorat.
Elle est composée de :
Taux net d’emploi
• 2 masters d’école
( recrutement international et formation continue )
(y compris volontariat et thèses Cifre)
• 73% ( H : 77% / F : 69%) pour les diplômés 2012
• 1 master labellisé Erasmus mundus International Master in Rural
Development ( partenariat avec les universités de Gand, de Cordoue
et Humboldt Berlin )
( 18 mois après le diplôme )
• 69% ( H : 79% / F : 63%) pour les diplômés 2013
( 6 mois après le diplôme )
• 14 masters co-habilités
Effectifs
Situation 6 mois
après le diplôme
Alimentation, lait, innovation, management, nutraceutique : 37,5%
2014
2015
Alimentation, lait, innovation, management, nutraceutique : 37,5%
Sciences
l'animal
pour l'élevage
demain : 21%
Sciences
de de
l'animal
pour l'élevage
de demainde: 21%
Production
et technologie
du végétal
12,5% : 12,5%
Production
et technologie
du :végétal
Statistique
pourpour
les sciences
agronomiques
et agroalimentaires
: 9,5%
Statistique
les sciences
agronomiques
et agroalimentaires
: 9,5%
Économie appliquée : agriculture, mer et environnement : 9%
Économie
appliquée
:
agriculture,
mer
et
environnement
: 9%
Ingénierie environnementale : 3,5%
Ingénierie
environnementale
: 3,5% et exploitation durable : 3,5%
Écologie
des ressources
vivantes aquatiques
Géomatique
: 2%ressources vivantes aquatiques et exploitation durable : 3,5%
Écologie des
Approche
écosystémique
Géomatique
: 2% de l'halieutique : 1,5%
Approche écosystémique de l'halieutique : 1,5%
Activité professionnelle : 49%
diplômés
2013
Activité professionnelle : 49%
Recherche
d’emploi
Recherche
d’emploi
: 25%: 25%
Poursuite
d’études
: 12%: 12%
Poursuite
d’études
dont
en en
doctorat
dont60%
60%
doctorat
Création d’entreprise : 3%
Création d’entreprise : 3%
Volontariat : 5%
Volontariat : sans
5% activité
Volontairement
professionnelle
: 6%sans activité
Volontairement
professionnelle : 6%
Licences professionnelles
En 2014-2015, Agrocampus Ouest
est co-habilité pour 7 licences professionnelles, formations d’une année comprenant de 12 à 16 semaines
de stage. L’école y participe à trois
niveaux : expertise scientifique, ingénierie pédagogique et contribution
aux enseignements.
En 2013-2014, 151 étudiants sont
inscrits dans l’une des licences
professionnelles dont Agrocampus
Ouest est partenaire.
Licences professionnelles co-habilitées par AGROCAMPUS OUEST
• Biologie analytique et expérimentale des microorganismes du végétal et de l’animal
• Développement-recherche en arts culinaires industrialisés
• Gestion de la santé des plantes
• Manager en entreprise d’horticulture et de paysage
• Métiers du conseil en élevage
• Pratiques agricoles, aménagement rural, techniques alternatives
et gestion écologique des ressources
• Produits laitiers
29
Doctorat
L
e doctorat est aujourd’hui la référence internationale pour les employeurs
mais également pour les établissements d’enseignement supérieur et de
recherche, visibles en proportion de leur activité doctorale.
Habilité par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche à délivrer
le doctorat depuis 1988 et, désormais co-accrédité dans 6 écoles doctorales,
AGROCAMPUS OUEST a pour objectif de développer la formation des docteurs
pour la recherche et l’innovation, affirmant ainsi son statut de Grande école du
vivant.
Au cours de l’année 2014, l’établissement a renforcé son implication dans les collèges doctoraux internationaux de l’UEB, de l’UNAM et d’Agreenium et dans la gouvernance des écoles doctorales. Le périmètre de ces écoles doctorales est en cours de révision dans le cadre de la construction de la Comue.
Effectifs
En 2014, 116 doctorants étaient inscrits à Agrocampus Ouest dont 32 étrangers (10 co-tutelles).
32 nouvelles inscriptions ont été enregistrées sur la période.
Répartition
par école doctorale
2014
2015
Spécialités des thèses
VAS : 72%
VAS: 9,5%
: 72%
VENAM
SHOSVENAM
: 8,5% : 9,5%
MATISSE : 3,5%
SHOS : 8,5%
SHS : 2,5%
SDLMMATISSE
: 1,5% : 3,5%
2,5% : 2,5%
hors SHS
école :doctorale
2014
2015
SDLM : 1,5%
hors école doctorale : 2,5%
Thèses soutenues en 2014
école doctorale VAS
Amélie Juanchich • Implication et rôle des miARNs
dans l’ovogénèse et la différenciation sexuelle des
poissons • INRA LPGP • 23 janvier
En 2014, 40 thèses ont été soutenues
dont 3 thèses en co-tutelle et 5 thèses CIFRE.
Benjamin Choque • Acide linoléique : Ré-évaluation
du besoin physiologique minimal et conséquences
d’un excès, chez le rat • UP AGROCAMPUS OUEST
Biochimie • 8 avril
Florence Loisel • Variabilité de la production de
colostrum chez la truie : rôle de la progestérone et
de la prolactine et influence des fibres alimentaires
• UMR INRA-AGROCAMPUS OUEST Pegase • 30
janvier
Caroline Leclercq • Les effets de la castration
chirurgicale néonatale et de l’immunocastration
en phase pubertaire sur le système immunitaire,
l’axe corticotrope et le système sympathique chez
des porcs mâles, âgés de 3 à 5 mois • UMR INRAAGROCAMPUS OUEST Pegase • 22 avril
Yannick Bayona • Sensibilité de descripteurs
structurels et fonctionnels des communautés
aquatiques pour l’évaluation du risque
environnemental de substances chimiques organiques
en mésocosmes lotiques et lentiques • UMR INRAAGROCAMPUS OUEST ESE • 26 février
Felix Massiot-Garnier • Dynamique des populations
de saumon atlantique (salmo salar) a l’échelle de son
aire de répartition ; séparer les différentes échelles
dans les facteurs de forçage par une approche de
modélisation hiérarchique Bayesienne • UMR INRAAGROCAMPUS OUEST ESE • 2 octobre
Cécile Sauder • Méthodes d’analyse des données
fonctionnelles appliquées aux dynamiques de
croissance et lactation chez les bovins laitiers • UMR
INRA-AGROCAMPUS OUEST Pegase • 14 mars
Élisa Marivin • Développement de modèles d’analyse
de fonction de gènes in vitro pour l’étude de la Shbgb
chez la truite arc-en-ciel • INRA LPGP • 3 octobre
Loïc Gasche • Élaboration d’un diagnostic robuste
de mise en place d’aires marines protégées dans un
contexte d’incertitudes et de changement global •
IFREMER Nantes • 17 mars
Joël Aubin • Contribution de l’Analyse du Cycle de
Vie à l’évaluation environnementale des systèmes de
pisciculture • UMR INRA-AGROCAMPUS OUEST
ESE • 24 mars
Marie-Édith Arnal • Implication des protéines
du choc thermique intestinales dans le dialogue
hôte-microbiote et conséquences sur la résistance
intestinale aux agressions • UR ADNC INRA • 31
mars
Biologie
et agronomie
Biologie et agronomie
: 43,5%: 43,5%
Science dede
l'aliment
: 18% : 18%
Science
l'aliment
Écologie : 12%
Écologie
: 12%
Sciences économiques et de gestion : 11%
Sciences
économiques
de gestion
Biochimie - biologie
moléculaireet
et cellulaire
: 5% : 11%
Mathématiques
appliquées :moléculaire
4,5%
Biochimie
- biologie
et cellulaire : 5%
Sciences de l'environnement : 3,5%
Mathématiques
Sciences humaines etappliquées
sociales : 2,5%: 4,5%
Sciences de l'environnement : 3,5%
Sciences humaines et sociales : 2,5%
Berline Fopa-Fomeju • Impact des duplications du
génome du colza (Brassica napus L.) sur l’organisation
des régions génomiques impliquées dans la résistance
quantitative à Leptosphaeria maculans • UMR
INRA-AGROCAMPUS OUEST- Université de
Rennes 1 IGEPP • 17 octobre
Mélanie Derde • Lysozyme natif et chauffé à sec :
perturbation de l’intégrité membranaire d’Escherichia
coli • UMR INRA-AGROCAMPUS OUEST STLO •
20 octobre
Olivier Godinot • Proposition de nouveaux indicateurs
de mesure de l’efficience de l’azote à l’échelle du
système de production agricole et du territoire • UMR
INRA-AGROCAMPUS OUEST SAS • 4 novembre
30
Robi Andoyo • L’ingénierie des agrégats thermo-induits
pour la gélification acide du lait - Thermo-induced
whey protein complexes: how do they interact with
casein in acid dairy networks ? • UMR INRAAGROCAMPUS OUEST STLO • 14 novembre
Melissa Ochoa Frias • Étude des altérations
périphériques et centrales induites par des régimes
hyper-sucres (glucose, fructose) : impact sur leur
détection et leur valeur hédonique • INRA ADNC • 18
novembre
Juliana Valle Costa Silva • Influence de la
microstructure des systèmes et des caractéristiques
physico-chimiques des solutés • UMR INRAAGROCAMPUS OUEST STLO • 21 novembre
Rosangela De Freitas • Diversité génétique et
phénotypique de souches sauvages de bactéries
propioniques laitières isolées au Brésil / Genetic and
phenotypic diversity of wild dairy propionibacteria
isolated in Brazil • UMR INRA-AGROCAMPUS
OUEST STLO • 25 novembre
Mathieu Colléter • Impact de la pêche sur le
fonctionnement trophique des écosystèmes marins,
approche comparative et cartographie à l’échelle
mondiale • UMR INRA-AGROCAMPUS OUEST ESE
• 25 novembre
Paulo Henrique Reis Furtado Campos • Réponses
physiologiques et zootechniques à la chaleur en
interaction avec le statut sanitaire chez le porc en
croissance • UMR INRA-AGROCAMPUS OUEST
Pegase • 27 novembre
à la une
L’école internationale de recherche d’Agreenium (EIR-A)
a été lancée à l’automne 2011.
Financement
des thèses
Organismes de recherche : 29,5%
2014
2014
Sélectionnés sur des critères de motivation, d’ambition et de potentiel professionnel, 8 doctorants font
partie de la promotion 2014. Ils sont répartis sur les
sites AGROCAMPUS OUEST et/ou INRA de Rennes,
Angers et Nantes.
Organismes
recherche : 29,5%
Collectivités de
: 19%
Conventions:CIFRE
Collectivités
19% : 17,5%
Doctorants
étrangers
15,5%
Conventions CIFRE : :17,5%
AGROCAMPUS OUEST : 12%
Doctorants
étrangers : 15,5%
Ministères : 2,5%
AGROCAMPUS
OUEST
: 12%
Doctorants salariés
: 2,5%
Ministères
: 2,5%
Europe : 1,5%
Doctorants salariés : 2,5%
Europe : 1,5%
Comprenant des modules disciplinaires sur des «fronts
de science», des séminaires résidentiels, un séjour
scientifique à l’étranger et un accompagnement individuel dans une approche compétences, cette formation professionnalisante, complémentaire du projet de
thèse et des enseignements proposées par les écoles
doctorales, constitue un parcours d’excellence destiné
à favoriser l’employabilité des thésards et à renforcer l’attractivité du dispositif français de recherche et
d’enseignement supérieur agronomique.
Origine académique
Master ou équivalent : 70,5%
des
doctorants
Ingénieur : 29,5%
Master ou équivalent : 70,5%
Ingénieur : 29,5%
Alice Aubert a reçu le prix Henri Milon - Prix d’hydrologie 2014 pour ses travaux sur la qualité de l’eau
dans un territoire agricole. Sa thèse, soutenue fin 2013
au sein de l’UMR INRA-AGROCAMPUS OUEST SAS,
a porté sur l’analyse de 10 ans de données hydrologiques, hydrochimiques et météorologiques journalières mesurées dans le petit bassin versant de
Kervidy-Naizin (Morbihan) en vue d’établir une relation
entre la chimie de l’eau, l’activité agricole et le climat.
Origine géographique
des
doctorants
Asie : 5%
2014
Afrique
Asie: :6%
5%
Amérique : 11,5%
Afrique : 6%
Europe : 77,5%
Amérique
: 11,5%
(dont France : 93,5%)
Europe : 77,5%
(dont France : 93,5%)
VAS Vie-Agro-Santé • SHOS Sciences de l’homme, des organisations et de la société • SDLM Sciences de la matière • VENAM Végétal, environnement, nutrition, agroalimentaire, mer • MATISSE Mathématiques, télécommunications, informatique, signal,système électronique •
DEGEST Droit, économie, gestion, environnement, société et territoires.
Clémentine Le Boucher • La métabolomique : vers
une nouvelle compréhension de l’affinage du fromage
/ Metabolomics: towards a new comprehension
of cheese ripening • UMR INRA-AGROCAMPUS
OUEST STLO • 5 décembre
école doctorale SDLM
Guillaume Saubeau • Implication de la PAMPTriggered Immunity dans la résistance quantitative de Xiaobo Chen • Analyse et propagation de l’incertitude
la pomme de terre à Phytophthora infestans ? • UMR dans l’Analyse de Cycle de Vie en Agriculture • UMR
INRA-AGROCAMPUS OUEST-Université de Rennes INRA-AGROCAMPUS OUEST SAS • 31 octobre
1 IGEPP • 18 décembre
Pierre-François Roux • Apport de la détection
de polymorphismes à l’échelle du génome pour
la dissection de caractères complexes et la
caractérisation de l’éditome • UMR INRAAGROCAMPUS OUEST Pegase • 5 décembre
Laurence Fauconne • Caractérisation empirique et
détallée des captures : contribution à l’approche
écosystémique des pêches • Ifremer Nantes • 18
décembre
école doctorale SHOS
Pierre Nouhaud • Génomique de l’adaptation du
puceron du pois à ses hôtes Fabacées • UMR INRAAGROCAMPUS OUEST-Université de Rennes 1
IGEPP • 19 décembre
Xavier Gassmann • Élicitation des préférences
des agriculteurs pour le risque et l’ambiguïté
par une approche expérimentale • UMR INRAAGROCAMPUS OUEST SMART • 10 mars
Benoit Archambault • Modélisation du cycle de vie des
ressources marines exploitées : une approche intégrée
pour quantifier les effets relatifs des différentes
pressions anthropiques et environnementales.
Application à la sole commune de Manche Est • UMR
INRA-AGROCAMPUS OUEST ESE • 19 décembre
Chalachew Temesguen-Jemberie • Comprendre la
formation des prix du foncier agricole en France Understanding Price formation in French Farmland
Markets • UMR INRA-AGROCAMPUS OUEST
SMART • 30 avril
Kwami Emmanuel Tete • Dynamique intra-annuelle de
la minéralisation du carbone organique dans les sols
minéraux hydromorphes et à l’échelle d’un versant
agricole • UMR INRA-AGROCAMPUS OUEST SAS
• 9décembre
Vincent Péton • Identification de facteurs de
Staphylococcus aureus impliqués dans la sévérité
et la chronicité des mammites • UMR INRAAGROCAMPUS OUEST STLO • 11 décembre
Ruixuan Cao • Gestion financières des risques en
agriculture • UMR SMART • 3 mars
école doctorale VENAM
Na Li • Les cellules somatiques du lait : la viabilité des
différentes populations dans des matrices laitières
et leur rôle pendant l’affinage du fromage - Milk
Somatic Cells: Viability of each Population in Dairy
Matrices and Role in Cheese Ripening • UMR INRAAGROCAMPUS OUEST STLO • 12 décembre
Sarah Polin • La dynamique de la symbiose
protectrice Acyrthosiphon pisum - Hamiltonella
defensa • UMR INRA-AGROCAMPUS OUESTUniversité de Rennes 1 IGEPP • 16 décembre
Vincent Sadoul • Étude de la plasticité des réponses
adaptatives par une approche de modélisation
multicritère chez la truite arc-en-ciel • INRA LPGP •
15 décembre
Céline Rousseau • Conséquences de l’adaptation à
l’hôte sur l’évolution des répertoires d’effecteurs de
type III chez les bactéries du genre Xanthomonas
Moufida Atigui (cotutelle) • Caractéristiques Anatomo- • UMR INRA-AGROCAMPUS OUEST-Université
physiologiques de la glande mammaire chez la
d’Angers IRHS • 28 mars
chamelle en Tunisie et son aptitude à la mécanisation
de la traite • UMR INRA-AGROCAMPUS OUEST
Pegase • 19 décembre
Camille Vindras • Evaluation de la qualité sensorielle
de produits pour la sélection participative en
agriculture biologique : cas du blé et du brocoli • SAD
Paysage • 17 décembre
Jérémie Dénés • Modélisation couplée des phases
de traitement par compostage et de recyclage
agricole des matières organiques • UMR INRAAGROCAMPUS OUEST SAS • 19 décembre
31
François Barbier • Étude du rôle des sucres lors du
débourrement chez le rosier : mise en évidence des
interactions entre le saccharose et l’auxine • UMR
INRA-AGROCAMPUS OUEST-Université d’Angers
IRHS • 6 février
Cartographie de
l’occupation du sol
sur l’aire urbaine
de Rennes en 2010
(A partir d’images
satellites RapidEye)
Favoriser l’émergence de projets
coopératifs et innovants
UNITÉS DE RECHERCHE LABELLISÉES
SMART
IGEPP
PÉGASE
STLO
IRHS
IRMAR
IRHS
SAS
Biochimie
ESO
Pégase
Écologie et paysage
IRISA
Écologie et paysage
ESE
GRANEM
EPHor
P3AN
ÉCOLOGIE
SVAH
MILPPAT
EGS
STAT-INFO
DÉPARTEMENTS D'ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE
Départements
Unités de recherche
P3AN : Productions animales, agroalimentaire, nutrition
Biochimie : USC Biochimie
EPHor : UP Environnement Physique de la Plante Horticole
ESE : UMR Écologie et Santé des Écosystèmes
ESO : UMR Espaces et sociétés
GRANEM : UMR Groupe de Recherche Angevin en Économie
et Management
IGEPP : UMR Institut de Génétique, E nvironnement et P rotection
des Plantes
IRHS : UMR Institut de recherche en horticulture et semences
ÉCOLOGIE
SVAH : Sciences du végétal pour l’agriculture
et l’horticulture
MILPPAT : Milieu physique, paysage, territoire
EGS : Économie, gestion, société
STAT-INFO : Statistique, informatique
32
IRISA : UMR Institut de recherche en informatique et systèmes aléatoires
IRMAR : UMR Institut de recherche mathématique de Rennes
Écologie et paysage : UP Écologie et paysage
PEGASE : UMR Physiologie, Environnement et Génétique animale
pour les Systèmes d’Élevage
SAS : UMR Sol Agro-hydrosystèmes Spatialisation
SMART : UMR Structures et marchés agricoles, ressources et territoires
STLO : UMR Science et Technologie du Lait et de l’œuf
L
ieu de recherche multidisciplinaire bénéficiant d’un environnement
scientifique de premier plan, AGROCAMPUS OUEST mène, sur ses
campus d’Angers et de Rennes, des recherches académiques et
finalisées, en partenariat étroit avec les grands organismes de recherche et les
universités et en interaction avec les acteurs économiques et institutionnels.
Dans une volonté d’allier approfondissement des aspects les plus
fondamentaux de la recherche et développement de grands domaines
finalisés, AGROCAMPUS OUEST se mobilise pour relever les défis actuels de
la recherche agronomique : mieux nourrir le monde et gérer durablement les
ressources et les territoires.
RECHERCHE :
L’union fait
la force
A
pour l’HDR (habilitation à diriger des recherches) et/ou
des mobilités à l’international (cf. p. 39).
GROCAMPUS OUEST adosse sa formation
à une recherche d’excellence et attache une
grande importance à la double mission de
formation et de recherche des enseignants.
Chaque département s’appuie sur une ou plusieurs
unités de recherche (cf. p. 32).
AGROCAMPUS OUEST poursuit son engagement
de structuration de la recherche autour de priorités
identifiées, définies en lien avec les EPST, en particulier
l’INRA et les universités partenaires.
REPèRES
Le pilotage de la recherche se fait par une direction
dédiée dont l’organisation a été revue en 2014. La Direction de la recherche est organisée autour de 3 axes
stratégiques pour conduire et suivre les structurations
scientifiques avec nos partenaires dans le cadre de nos
grandes alliances stratégiques (Comue, IAVFF), pour
soutenir l’activité scientifique d’AGROCAMPUS OUEST
et pour développer le doctorat. Cette direction s’appuie
sur un conseil scientifique et un comité de la recherche
du grand établissement (COREGE) constitué des directeurs et directeurs adjoints d’unité et des directeurs
transversaux de l’établissement.
135 enseignants-chercheurs
116 doctorants inscrits à l’école
521 chercheurs associés en UMR
14 unités de recherche :
11 unités mixtes de recherche (UMR), 2 unités
propres (UP), 1 unité sous contrat (USC)
50 000 m 2 de laboratoires,
et d’installations technologiques
462 publications en 2013, dont 133 de rang A
et d’impact factor > à 0,5 (35 % en partenariat
avec des chercheurs étrangers)
20 conventions de recherche ANR sont en
cours, dont 5 nouvelles signées en 2014.
AGROCAMPUS OUEST compte 11 UMR, 1 unité sous
contrat INRA et 2 unités propres. Les UMR sont systématiquement co-dirigées par un enseignant-chercheur.
Tous les enseignants-chercheurs sont intégrés dans des
équipes évaluées par l’HCERES et labellisées par les
tutelles.
Le recrutement des enseignants-chercheurs est fait
sur la base de profil associant formation et recherche.
L’établissement veille au développement de son potentiel scientifique en accompagnant les enseignants-chercheurs dans leur activité de recherche et notamment
Dans le cadre du système de management par la qualité (cf. p. 9), la
recherche est prise en charge par le processus de réalisation : « Développer
la recherche et l’activité doctorale dans un cadre partenarial et international ».
33
De l’alimentation
au cadre de vie
L
a politique scientifique d’AGROCAMPUS OUEST privilégie les interfaces dans
une approche pluridisciplinaire intégrative, à des niveaux d’organisation allant
de la cellule à la population et à des échelles allant du tissu au territoire.
Dans une dynamique formation-recherche-innovation, les enseignants-chercheurs mènent
ainsi au sein d’unités labellisées, mixtes à 80%, des recherches académiques et finalisées
dans les trois grands domaines à fort potentiel applicatif que l’établissement s’engage
à développer :
• Systèmes de production animale et végétale innovants
• Mer, environnement, paysages / gestion intégrée des ressources et des territoires
• Aliment, alimentation
Loin de prendre en compte l’ensemble des activités et productions des unités de recherche
d’AGROCAMPUS OUEST, ces faits marquants illustrent l’activité des cadres scientifiques
de l’établissement, partageant leur temps entre recherche et formation.
Systèmes de production
animale et végétale
innovants
La cryoconservation des ressources génétiques de
rosiers
Le genre Rosa est constitué d’environ 200 espèces et plus de 20 000
cultivars interspécifiques. Les ressources génétiques de rosier, buisson pérenne, sont traditionnellement maintenues sous la forme de
collections en roseraie. La cryoconservation est la conservation de
matériel vivant à ultra-basse température.
L’objectif de cette étude était de développer des protocoles de
cryoconservation en étudiant la faisabilité d’utiliser du matériel
végétal ex vitro et en optimisant les étapes décisives pour la survie et la reprise de croissance après réchauffement.
Ces résultats, obtenus sur un cultivar, étaient la première étape
nécessaire pour disposer d’une référence. Il s’agira ensuite d’évaluer la variabilité de tolérance à la cryoconservation en fonction
du génotype et de réussir la mise en œuvre de ces protocoles de
cryoconservation aux accessions de la core-collection qui sera
définie à la fin du projet FloRHiGE (financé par les Pays de la
Loire) afin de venir en appui aux roseraies pour la conservation
des ressources génétiques.
L’étude s’inscrit dans FloRHiGE, projet interdisciplinaire histoiregénétique, mené par l’UMR IRHS (INRA, AGROCAMPUS OUEST
et l’Université d’Angers) financé par la région Pays de la Loire.
Le génome du colza séquencé
Un consortium international d’une trentaine d’instituts de recherche, piloté par l’INRA (et notamment par l’UMR IGEPP) et
le CEA (Génoscope) et associant le CNRS et l’université d’Évry,
a rendu publique la séquence de référence du génome complet
du colza. Cette première mondiale ouvre la voie à la compréhension fondamentale des génomes complexes polyploïdes (associant plusieurs sous-génomes), ainsi qu’à l’amélioration variétale
du colza, une grande culture récente en pleine expansion et à
fort potentiel d’amélioration. Ces travaux ont été publiés dans
Science le 22 août 2014.
Dans le cadre du projet Seq-Poly-Nap, financé principalement
par l’Agence nationale de la recherche (ANR), des chercheurs ont
produit la séquence de référence du génome du colza ainsi que
celle d’une collection de variétés représentant la diversité de cette
espèce. Une séquence de référence constitue la séquence assemblée et ordonnée de tous les gènes. La principale difficulté dans le
cas du colza a été de séquencer les deux sous-génomes et de les
distinguer. Ceci a été rendu possible par la mise au point d’une
stratégie originale de séquençage, le développement d’outils bioinformatiques et d’analyse de l’expression des gènes dupliqués et
de leur régulation.
C’est la première fois qu’un génome polyploïde récent est séquencé dans son intégralité et comparé à ceux de ses espèces
parentales, le chou et la navette.
Deux nouveaux gènes identifiés comme régulant
l’adiposité corporelle
Cette étude propose de combiner différentes approches de génétique utilisant des technologies avancées comme le séquençage
haut débit, pour faciliter l’identification des gènes causaux sousjacents à des régions génomiques (appelées aussi Quantitative
Trait Loci – QTL).
34
À la une
Du nectar pour attirer et retenir les auxiliaires de
culture
• Un cours en ligne sur l’élevage de précision
Beaucoup d’insectes auxiliaires comme les parasitoïdes de pucerons ont besoin en plus des hôtes pour leurs larves, de sources de
nectar accessibles et disponibles pour les adultes, souvent restreintes aux bordures des parcelles cultivées. Dans le cadre de la
réduction des produits phytosanitaires, des mesures agro-écologiques comme l’introduction de plantes de service produisant du
nectar accessible et disponible au sein de parcelles cultivées augmentent la longévité et la fécondité de ces auxiliaires. L’impact de
ces associations sur les déplacements des auxiliaires et les conséquences en termes de contrôle des ravageurs restent peu connus
car difficiles à étudier.
Cette étude vise à comprendre l’impact de la fourniture de nectar
extra floral via l’association d’une plante cultivée et d’une plante
de service sur les mouvements des parasitoïdes de pucerons et
les conséquences en terme de contrôle des ravageurs.
Ces résultats très prometteurs en conditions expérimentales
doivent être confirmés en conditions de production. La faisabilité
agronomique, le choix des plantes à associer, les modalités d’implantation et les bénéfices en termes de réduction de l’utilisation
des produits phytosanitaires restent à déterminer avant d’arriver
à une solution technique viable. La méthode de marquage isotopique développée peut être utilisée dans d’autres contextes de
contrôle biologique ou d’autres fonctions dépendant des mouvements des insectes dans les écosystèmes et les agrosystèmes
comme la pollinisation.
Cette étude a été réalisée par l’UMR IGEPP en collaboration avec
le laboratoire LEVA du groupe ESA, et financée par la Région
Pays de la Loire.
Justine Faure, Lucile Montagne, Anne-Lise Jacquot
et Yannick Le Cozler, enseignants-chercheurs
en sciences et productions animales travaillent
avec la Cellule TICE d’AGROCAMPUS OUEST à
l’élaboration d’un cours en ligne valorisant les
résultats d’un projet européen sur l’élevage de
précision. Le projet est piloté par Michel Bonneau,
consultant pour l’EAAP (European Federation of
Animal Science).
Ce cours sera proposé en formation initiale et en
formation continue. Sa livraison est prévue pour fin
2015.
• 2e édition du séminaire pour jeunes
chercheurs
Ce séminaire « Enjeux agronomiques pour
la recherche et l’enseignement » supérieur a
rassemblé 12 participants, 6 jeunes chargés de
recherche INRA et 6 maîtres de conférences
AGROCAMPUS OUEST.
L’objectif était de poser avec eux les grands enjeux
agronomiques pour la formation et la recherche et
qu’ils puissent, sur cette base, mieux positionner
leurs propres activités de recherche et/ou de
formation au sein de leur établissement/institut.
Ce séminaire a été préparé par Anne Le Ralec,
professeur et directrice du Département Écologie
pour AGROCAMPUS OUEST et Pierre-Yves Le Bail,
directeur de recherche pour l’INRA. Il s’est déroulé
sur le site de Beg Meil.
Securiprot : sécuriser et augmenter la production
de protéagineux grains destinés à l’alimentation
animale
L’autonomie protéique dans nos exploitations d’élevage est un
enjeu important. Les régions Pays de la Loire et Bretagne, mettant en collaboration de nombreux acteurs, ont lancé un vaste
plan d’actions ayant pour objectif de tendre vers cette autonomie
protéique. Une des actions est consacrée à la sécurisation et à
l’augmentation de la production des protéagineux grain pour les
élevages de l’ouest.
Les acteurs du projet : Chambres d’agriculture de Bretagne et des
Pays de Loire, CAB, CUMA Ouest, Réseau GAB FRAB, FREDON, FDGEDON, Réseau Agriculture Durable, Pinault, Terrena,
AGROCAMPUS OUEST, ESA, INRA, LUBEM, Vegenov, Régions Bretagne et Pays de Loire, Europe.
Le modèle d’étude était des lignées expérimentales INRA de
poulets sélectionnées de façon divergente pour un seul caractère
complexe, le poids de gras abdominal, qui est un bon indicateur
de l’adiposité corporelle. Plusieurs régions génomiques avaient
déjà été cartographiées dans ces lignées. Ces régions QTL de
taille très large contenaient toutes une centaine de gènes.
En combinant différentes approches de génétique basées sur le
séquençage haut débit, ont été mis en évidence deux très sérieux
gènes candidats pour la régulation de l’adiposité corporelle chez
le poulet. Des expériences complémentaires chez la souris corroborent ces résultats. Il s’agit de JAG2 intervenant dans la voie
Notch indispensable au bon développement embryonnaire des
vertébrés et PARK2 découvert chez l’homme comme le gène responsable d’une forme juvénile de la maladie de Parkinson.
Cette étude montre l’intérêt de combiner, dans des lignées divergentes sélectionnées sur un caractère spécifique d’intérêt, des
approches basées sur la détection de traces de sélection, l’annotation de variants génétiques à l’échelle du génome complet et
l’analyse de l’expression génique. Elle met en évidence deux nouveaux gènes JAG2 et PARK2 comme de potentiels régulateurs
clés, négatif et positif respectivement, de l’adiposité chez le poulet et la souris.
Ces travaux ont été menés dans le cadre d’une thèse, au sein de
l’UMR PEGASE.
PLURI-COOP : contribution des coopératives
agricoles à la structuration et la performance des
filières agricoles
Le projet de recherche PLURI-COOP porte sur la contribution
des coopératives agricoles françaises et québécoises à la structuration et la performance des filières agricoles. Labellisé par Végépolys, il implique pour la France, des enseignants-chercheurs
d’AGROCAMPUS OUEST, de l’Université de Rennes I, d’ONIRIS
et des chercheurs de l’INRA et pour le Québec, des chercheurs
d’HEC Montréal, de l’Université Laval et de l’Université du Québec à Montréal.
35
Les objectifs du projet sont triples :
• mesurer les contributions de coopératives agricoles à la performance de l’agriculteur
• répertorier les nouveaux modèles de gouvernance développées
par les coopératives agricoles
• comprendre les stratégies sectorielles des coopératives.
Les premières analyses montrent que l’impact des coopératives
agricoles sur le marché est multidimensionnel (économique, sociétal, environnemental) et qu’elles doivent se positionner dans
un projet plus global afin d’innover pour être concurrentielles
tout en restant au service de leurs sociétaires.
Mer, environnement,
Gestion intégrée des
ressources et des territoires
Projet expérimental participatif pour le paysage de
Villandry
Cette expérimentation porte sur l’aménagement de la commune
de Villandry (Indre-et-Loire) de façon participative. Il s’inscrit
dans le projet de recherche « Participation des populations et
renouvellement des pratiques paysagistes ». Il a été retenu par
le MEDDE dans son appel à projet Paysage et développement
durable 2. Le projet expérimental a pour finalité de mieux comprendre le fonctionnement, les avantages et les limites d’un projet d’aménagement participatif à l’échelle communale, dans la
continuité, du diagnostic à la conception d’opérations d’aménagement jusqu’à leur mise en oeuvre. L’objectif final est d’apporter
des réponses concrètes aux collectivités et améliorer la formation
des futurs paysagistes prochainement en charge de ces questions.
Commencé en décembre 2012 avec les acteurs politiques locaux
et les habitants, la démarche a pris fin en juin 2014 par un jour de
fête et de convivialité entre tous les acteurs et une exposition de
restitution du projet sur la commune.
Le pilotage a été assuré par des paysagistes et des enseignantschercheurs d’AGROCAMPUS OUEST, de l’ENSP de Versailles et
d’un paysagiste de l’association Passeurs. Le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (MEDDE) ainsi
que la Mission Val de Loire ont aussi apporté leur soutien tout au
long de la démarche.
Innovations agronomiques, techniques et organisationnelles au service de la DURabilité de la filière blé DUR
Face aux enjeux contemporains (changement climatique, volatilité des prix, évolutions de la réglementation et réduction de
l’impact environnemental), la durabilité de la filière française de
blé dur repose sur ses capacités d’organisation, d’innovation et
d’adaptation. Le projet Dur-Dur propose de développer une approche systémique pour aborder les questions de la gestion de
l’efficience de l’azote, de l’énergie et des contaminants, afin de
garantir une qualité globale des produits tout au long de la chaîne
de production et de transformation.
Les ambitions du projet peuvent se quantifier à l’échelle de la
filière : réduction des quantités d’engrais azoté (-20%), réduction
des pesticides à l’échelle de la rotation (-50%), et réduction des
consommations énergétiques des procédés (-20%). Ces actions
contribueront significativement à la durabilité de la filière blé dur
française, en améliorant son efficacité environnementale et en
renforçant sa compétitivité.
Partenaires : ARVALIS – Institut du végétal, Comité français de
la semoulerie industrielle, OPTO machines SARL, Syndicat des
industriels fabricants de pâtes alimentaires de France, AgroParisTech, UMR SMART (INRA/AGROCAMPUS OUEST).
L’ANR aide ce projet à hauteur de 874 997 €.
MEANS pour l’analyse multicritère de systèmes
Développée par l’équipe ASAE de l’UMR SAS, la plateforme
MEANS (MulticritEria AssessmeNt of Sustainability) est dédiée à
l’analyse multicritère de la durabilité des systèmes de production
animale et végétale et de transformation des produits agricoles.
Cette plateforme nationale met à disposition de la communauté
scientifique un ensemble complet et modulaire d’outils informatiques pour l’analyse multicritère de systèmes. La notion capitale de durabilité (sociale, économique, environnementale) est au
cœur du dispositif, celui-ci couvrant les champs scientifiques des
productions végétales, productions animales et de transformation des produits issus de l’agriculture.
La première version opérationnelle de cette plateforme a été présentée fin 2014.
Condensation dans un modèle de climat distribué
sous serre
Le contrôle de l’humidité est un facteur clé de la gestion climatique des serres, du fait qu’il affecte la croissance et la qualité de
la plupart des cultures sous serre. De faibles températures associées à un niveau élevé d’humidité peuvent en particulier favoriser la condensation, créant ainsi un terrain favorable au développement de maladies fongiques tel le Botrytis.
Dans la suite d’un travail de thèse mené dans l’Unité EPHOR,
ce projet a permis de développer un module spécifique intégrant
les mécanismes de condensation dans un modèle de climat distribué sous serre. La validation du modèle a été entreprise sur
la base d’expérimentations conduites dans un compartiment de
serre Venlo de 100m2 avec une culture d’Impatiens de NouvelleGuinée.
Ce travail apporte des éléments de compréhension du fonctionnement des serres qui pourront à terme être intégrés dans des
algorithmes de pilotage climatique dans l’optique de mieux maîtriser l’humidité (et la condensation) ainsi que les consommations
énergétiques.
Ce travail a été mené avec un financement ADEME et des Pays
de la Loire.
Système d’information spatialisé des sols en Pays
de Loire
Les sols constituent une ressource naturelle menacée, non renouvelable à l’échelle humaine. L’intensification des pratiques
agricoles, l’étalement urbain et l’érosion, figurent parmi les menaces qui pèsent sur leurs fonctions (épuration, recyclage, production, régulation, biodiversité, etc.). La gestion durable des sols
repose donc sur la connaissance de leur organisation spatiale et
de leurs propriétés. Les systèmes d’informations spatialisés multi-échelles, sont des outils performants de consigne et de mise
à jour des données. Ils sont également pertinents en termes de
mobilisation des informations, pour résoudre diverses problématiques agro-environnementales ou territoriales.
36
Deux inventaires cartographiques ont été menés de front à partir
de 2001 : la finalisation de la coupure d’Angers au 1/100 000e débutée en 1971, et le lancement du Référentiel régional pédologique
au 1/250 000e des Pays de la Loire. Le résultat de cette analyse
a généré le déploiement d’un plan d’échantillonnage des sols sur
le territoire (25 000 sondages à la tarière, 5 000 fosses, et plus de
300 000 analyses), et conduit à la production d’informations spatialisées et de données analytiques ponctuelles associées.
La carte pédologique d’Angers au 1/100 000e est parue en février
2014, et en août les cartes départementales au 1/250 000e de Maine
et Loire et de Vendée ont été expertisées par le GIS SOL qui leur a
attribué le label « optimum ».
Ces travaux cartographiques, par leur échelle départementale,
constituent d’ores et déjà un appui aux politiques publiques (prélocalisation des zones humides et des zones défavorisées simples).
Ils sont également valorisés dans le cadre de travaux de recherche
et développement (irrigation des cultures, aléas érosion, préservation des ressources en eau, etc.). D’ici fin 2015, les cartes de Loire
Atlantique, Mayenne et Sarthe viendront compléter les informations au 1/250 000e.
Les co-financeurs de ce travail sont le GIS SOL, la Région Pays de
la Loire, le Conseil général de Vendée, la Chambre d’agriculture de
Vendée. La Chambre d’agriculture de Maine et Loire est associée
comme partenaire technique.
AGROCAMPUS OUEST est l’un des partenaires du GIS SOL.
À la une
De nouvelles installations expérimentales
pour la formation, la recherche et
l’innovation
INEM est un dispositif de serres et chambres de
cultures localisé au cœur du Campus du Végétal à
Angers et géré par une équipe technique de l’UMR
IRHS.
Le projet a porté sur la reconstruction d’installations
expérimentales devenues obsolètes, construites
entre le début des années 60 et le début des années
80. Avec les serres d’AGROCAMPUS OUEST, ces
nouvelles serres forment un ensemble d’installations
expérimentales mutualisées, gérées par une équipe
technique mixte de l’unité IRHS.
La réalisation de ces serres a bénéficié du soutien
d’Angers Loire Métropole, du Conseil général de
Maine et Loire, de la Région des Pays de la Loire,
de l’État et de fonds FEDER.
Structuration des sols urbains par les matières
organiques
Le projet AARC (2008-2014) s’est construit sur les connaissances
biologiques et écologiques acquises durant le projet ASAP et a
développé une nouvelle approche de conservation des cours
d’eau et habitats des poissons migrateurs dans le contexte social et
culturel de l’arc Atlantique. Les travaux sont réalisés à différentes
échelles dans 5 pays : la France, l’Irlande, le Portugal, l’Espagne et
le Royaume-Uni.
Les partenaires du projet AARC ont coopéré intensivement pour
produire une stratégie de Gestion Intégrée des Ressources en Eau
(GIRE) qui sera mise en œuvre à travers l’espace Atlantique dans
des cours d’eau ciblés en lien avec les réseaux d’observatoires de
chaque état membre. L’accent a été mis sur les poissons migrateurs
d’importance culturelle et économique qui relient les environnements marins, côtier et d’eau douce, lesquels sont souvent gérés
de manière séparée.
Au niveau de l’UMR ESE, le projet AARC a permis d’étudier la
structure génétique des populations françaises de différentes espèces anadromes : le saumon Atlantique, la truite de mer, la grande
alose, l’alose feinte, la lamproie marine et la lamproie fluviatile. Les
résultats ont révélé un impact important des repeuplements sur
l’intégrité génétique des populations de salmonidés et ont permis
de délimiter des unités de gestion pour les lamproies et les aloses.
Le projet AARC a aussi permis le développement de nouvelles
perspectives en écologie de la restauration des écosystèmes aquatiques en intégrant différentes échelles spatiales dont celle du
paysage. La collaboration entre des chercheurs de notre unité et
d’autres pays impliqués dans AARC a également abouti au développement de trois Programmes Intensifs Erasmus qui se sont
déroulés à Oviedo (2012), Cork (2013) et Rennes (2014).
L’objectif de ce projet est d’estimer sur une période de 10 ans les
effets des apports de grandes quantités de matière organique (40%
en volume) sur les propriétés hydrodynamiques des sols urbains
construits.
Les recherches entreprises ont montré que les 3 produits organiques testés (compost de déchets verts, co-compost de boue de
station d’épuration et de bois de palette, et tourbe) ont amélioré les
propriétés hydrodynamiques du sol durant les 5 années d’expérimentation.
La prédiction des propriétés hydrodynamiques à l’horizon de 10 ans
(durée de vie moyenne des arbres en ville) avec le logiciel HYDRUS
a permis d’identifier des problèmes majeurs de circulation de l’eau
dans le sol s’il n’est pas amendé en produits organiques. Au bout de
10 ans de simulation, le sol ayant reçu du co-compost de boue de
station d’épuration et de bois de palette a montré la meilleure aptitude à conserver des propriétés hydrodynamiques satisfaisantes.
Ainsi, l’apport de quantités importantes de produits organiques garantit une durabilité physique des sols construits au bout de 10 ans.
La poursuite de ce programme a permis la publication d’un article
dans Soil Use and Management qui a été sélectionné par la Direction Générale de la commission Européenne pour l’Environnement.
Conservation des ressources aquatiques de l’Arc
Atlantique
Le projet Conservation des Ressources Aquatiques de l’arc Atlantique (AARC) a pris la suite du projet Saumon de l’Arc Atlantique
(ASAP 2004-2007). ASAP était un projet international multipartenaires qui a investigué la structure génétique des populations
de saumon Atlantique (Salma salar L.) dans la partie sud de son
aire de répartition en Europe de l’Ouest (depuis le Portugal jusqu’à
l’Écosse).
37
Les partenaires du projet : Centre d’études et de recherches en procédés et protections électromagnétiques, Office national d’études
et de recherches aérospatiales, PlasmaBiotics SAS, UMR STLO
(INRA / AGROCAMPUS OUEST).
L’aide de l’ANR est de 296 887 euros.
PAYTAL : dynamique des paysages en lien avec celle
de l’urbanisation.
Ce projet, mené dans le cadre du programme Paysage et Développement Durable financé par le MEDDE (2011-2014) a étudié les
liens entre l’étalement urbain et l’évolution des paysages et a permis
d’identifier des éléments de leur dynamique conjointe. Les paysages influent-ils sur l’urbanisation et si oui comment ? La finalité
de ce travail est de pouvoir analyser les conséquences économiques
et sociales de la transformation des paysages en zone péri urbaine
et d’évaluer les politiques de contrôle de l’étalement urbain et de
préservation des paysages.
Ce projet qui a mobilisé une équipe pluridisciplinaire, était avanttout méthodologique et a permis d’initier, et tester une méthodologie flexible et reproductible, applicable à l’échelle pertinente
des phénomènes d’étalement urbain (les aires urbaines) qui tienne
compte des différentes dimensions du paysage (physique et sensible). L’approche choisie a permis de coupler des méthodes d’analyse économique (économie urbaine et économétrie), spatiale
(géomatique et télédétection) et de perception paysagère (analyses
textuelles et sémantiques). En s’appuyant sur des outils informatiques (fouille et classification des données), le projet a décrit
finement les formes de l’étalement urbain et des dynamiques du
paysage. Plus précisément, une des originalités du travail a été de
générer des indicateurs des paysages perçus, de manière automatisée à l’échelle des unités paysagères, à partir des atlas de paysage
et des documents d’urbanisme. Ces indicateurs ont été enrichis de
données économiques et démographiques, mais aussi de données
physiques sur les paysages (sols, hydrologie, etc.).
Les résultats montrent que les caractéristiques physiques et sensibles des paysages jouent un rôle non négligeable sur l’étalement
urbain et qu’en conséquence les politiques de planification urbaine, les politiques de gestion des paysages et les politiques sectorielles devraient tenir compte de chacune de ces dimensions des
paysages.
De nouveaux modèles pour comprendre la digestion
des formules infantiles chez le nouveau-né
Les objectifs des travaux menés au sein de l’UMR INRA /
AGROCAMPUS OUEST STLO sont de comprendre les mécanismes de déconstruction des formules infantiles dans le tube digestif du nourrisson, d’identifier les assemblages moléculaires et
molécules bioactives libérées lors de la digestion pour déterminer
leur impact sur la santé du nouveau-né. En quoi la composition
ou l’organisation des protéines et lipides de la formule infantile
modifie les cinétiques d’hydrolyse de ces constituants ? Toutefois,
étudier les mécanismes de digestion chez l’enfant s’avère difficile
pour des raisons éthiques, d’où l’immense intérêt de développer
des modèles in vitro et in vivo physiologiquement pertinents.
Les travaux conduits au sein de l’UMR ont porté sur la mise au
point d’un modèle de digestion in vitro dynamique utilisant le
digesteur DIDGI® développé à l’INRA et sur l’utilisation du porcelet comme modèle du nouveau-né. Les cinétiques d’hydrolyse
des protéines laitières dans l’estomac et l’intestin grêle obtenues
sont similaires entre les deux modèles et permettent de simuler
le processus digestif du nouveau-né.
SD2P®, un logiciel pour la détermination des
paramètres de séchage par atomisation
Le logiciel SD2P® (Spray Drying Parameters Simulation and Determination) développé par l’UMR STLO (INRA / AGROCAMPUS OUEST) est un outil d’aide à la décision pour la maîtrise
des paramètres de séchage de produits concentrés alimentaires
et non alimentaires. Il est issu d’un travail collaboratif qui, partant
des résultats propres à l’INRA acquis dans le cadre d’une thèse,
s’est enrichi à la fois de partenariats académiques nationaux
(notamment avec AGROCAMPUS OUEST), internationaux (Monash University, Australie) et de partenariats privés (Laiterie de
Montaigu). Pour exploiter les données, le produit commercialisé
est un logiciel de calcul couplé à un dispositif expérimental, dont
la fabrication et la commercialisation ont été confiées à la société
Rotronic (Suisse).
Commercialisé depuis 2007, ce logiciel s’adressait à l’industrie
laitière, quelle que soit la nature des concentrés laitiers à sécher.
Il a depuis été étendu au séchage d’autres produits pulvérulents
agroalimentaires et pharmaceutiques. Il permet d’améliorer la
productivité des installations de séchage de poudres laitières de
5 à 25%, en offrant simultanément la possibilité de réaliser des
économies d’énergie globale du même ordre. L’accès à cette prédiction est indispensable pour fiabiliser les démarrages de production, réduire les risques de collage en tour et à termes optimiser en continu les conditions de séchage à l’échelle industrielle. ■
Aliment, alimentation
JeBBioS : pour une décontamination biologique
Ce projet (2014-2017) propose de développer un dispositif de décontamination biologique de surface basé sur un type particulier
de jets de plasma froid à pression atmosphérique appelé “plasma bullets” et d’étudier son effet sur des cibles microbiologiques
d’importance civile et militaire : bacilles, spores et coques. Le travail consistera à concevoir et à réaliser un réacteur de décharge
et un générateur d’impulsions haute-tension qui seront utilisés
à la fois pour des tests de décontamination de surfaces et pour
la compréhension des propriétés physico-chimiques des plasma
bullets. Une étude paramétrique sera menée de manière à optimiser l’effet biocide des plasma bullets et à mettre en évidence les
caractéristiques du plasma liés à ces effets. Enfin, une attention
particulière sera portée aux phénomènes d’interaction plasma/
surface en fonction des propriétés du matériau et des plasma
bullets. Le consortium est composé de microbiologistes, de physiciens des plasmas, d’experts en générateurs haute tension et
d’une PME sur la décontamination par plasma.
38
© Nathalie Quéré / INRA
Développer le potentiel scientifique
d’AGROCAMPUS OUEST
HDR
46% des enseignants-chercheurs d’AGROCAMPUS OUEST sont titulaires de l’HDR.
L’habilitation à diriger des recherches (HDR) donne la reconnaissance :
• du haut niveau scientifique du candidat
• du caractère original de sa démarche scientifique
• de son aptitude à maîtriser une stratégie de recherches dans un domaine scientifique ou technologique large
• de sa capacité à encadrer de jeunes chercheurs.
En 2014, ont obtenu l’HDR :
• Fabienne Joliet, dépt. MILPPAT - UMR ESO, « Paysages et naturalité, en images »
• Aude Ridier, dépt EGS - UMR SMART, « Risques et adoption d’innovations en agriculture : leviers micro-économiques et
enjeux pour l’action publique
• Yannick Le Cozler, dépt P3AN - UMR PEGASE, « Nouvelles approches et considérations autour de la conduite d’élevage
des génisses laitières »
Mobilités
Milieu physique, paysage, territoire / EPHOR) et Valérie Le
Clerc, maître de conférences en génétique, biologie moléculaire, pathologie végétale (département Sciences du végétal
pour l’agriculture et l’horticulture / IRHS) ont obtenu une
bourse Fulbright attribuée par la Commission franco-américaine.
L’université de l’État de São Paulo « Júlio de Mesquita Filho » au Brésil, dans le cadre du programme des chaires
françaises de Sao Paolo • Olivier Leprince, professeur en
physiologie végétale (département Sciences du végétal
pour l’agriculture/IRHS) y était de mi-avril à mi-mai 2014.
Il a encadré 2 étudiants en thèse sur le développement des
graines et la qualité germinative du soja et participé à un
cours international sur les semences.
L’université de Stanford en Californie aux États-Unis •
Dans le cadre d’un financement AgreenSkills, Julie Josse,
maître de conférences en statistique (département Statistique et informatique / IRMAR) a été accueillie de mi-novembre 2014 à mi-février 2015. Elle y a poursuivi ces travaux de recherche sur les données manquantes.
L’université de Caroline du Nord aux États-Unis, d’août
2014 à août 2015 pour des activités d’enseignement et de
recherche • Jean-Charles Michel, maître de conférences
en sciences du sol et substrats horticoles (département
39
Anticiper, dialoguer, innover
Le transfert des connaissances est au cœur des missions d’AGROCAMPUS OUEST :
• vers le monde économique par la coopération scientifique et technique, le transfert technologique
et l’aide à la création d’entreprise
• vers la société, afin de donner à tous des clés de compréhension du monde vivant et de développer
le dialogue autour de la science.
Accompagner l’innovation
et le développement économique
Le potentiel scientifique d’Agrocampus Ouest et l’importance des recherches
finalisées menées au sein des unités de recherche permettent l’émergence de nombreux
projets valorisables d’un point de vue économique. L’activité partenariale des unités
de recherche, qu’elle soit organisée avec des partenaires publics ou privés, dans le
cadre de contrats bilatéraux, d’unités mixtes technologiques (UMT), de réseaux mixtes
technologiques (RMT), de groupements d’intérêt scientifique (GIS), de plate-formes
régionales d’innovation (PRI) ou encore d’instituts Carnot, est en forte croissance et
devient une composante essentielle de leur stratégie. Cette situation est confortée par
les liens multiples et diversifiés qu’Agrocampus Ouest, moteur du développement
économique, tisse avec le milieu professionnel, favorisant ainsi une vraie réactivité
vis-à-vis de ses demandes et la constitution d’un écosystème pertinent.
Jeunes pousses
AGROCAMPUS OUEST héberge actuellement
4 jeunes entreprises sur son campus de Rennes :
• O2M : audits carbone des entreprises et
processus de compensation, créée par un
diplômé d’AGROCAMPUS OUEST
• French Elixir : création et distribution de
boissons bio et artisanales
• Laboratoire AB Activ : production et
distribution de compléments alimentaires bio
• Co-course : plateforme collaborative de
livraisons de courses.
Partager : des salons aux conférences
Salons professionnels
et grand public
commun avec le Centre INRA Nantes-Angers sur l’espace Végépolys /
Région Pays de la Loire. En 2014, l’IRHS y a présenté ses travaux et AGROCAMPUS OUEST a mis à disposition son offre de services et partenariats
pour accompagner la stratégie de développement des entreprises et des
filières.
AGROCAMPUS OUEST et ASTREDHOR, l’institut technique de l’horticulture ornementale ont signé une chaire partenariale sur la reconquête des
marchés par la qualité des végétaux.
Le Carrefour des gestions locales de l’eau
AGROCAMPUS OUEST a participé au 15e Carrefour des gestions locales de
l’eau consacré aux problématiques de l’eau et dédié à l’ensemble des acteurs
publics et privés, en janvier. L’établissement a présenté son offre de formation continue.
L’unité pédagogique Sciences humaines et territoire (dépt Milppat) est intervenu aux Rencontres de la transition écologique à l’atelier thématique Innovation et transition écologique.
MDD expo
MDD (marque de distributeurs) Expo en partenariat avec AGROCAMPUS
OUEST a proposé, via la Pépinière de talents, un panorama des nouvelles
pratiques émergentes : pépinières de cadres, académies internes, partenariats avec l’enseignement supérieur, nouveaux outils de recrutement, nouveaux packages salariaux…
Animée par des experts de la formation, des ressources humaines et du
recrutement, la Pépinière de talents constitue, sur ce salon, un lieu unique
d’échanges sur les atouts du management par les talents.
Le SIVAL
Salon professionnel dédié aux services et matériels des productions végétales spécialisées, le SIVAL est l’un des temps forts de la Plants week, en
janvier à Angers. AGROCAMPUS OUEST figurait au nombre des 600 exposants de cette 28e édition dans l’espace Végépolys, où il présentait son offre
de formation aux côtés des établissements de Valcampus et ses activités de
recherche / innovation, avec l’IRHS, le GEVES et Végépolys Innovation.
Les travaux sur l’utilisation des ressources génétiques pour l’amélioration de
la résistance aux maladies chez la carotte ont été présentés.
Comme chaque année, des élèves-ingénieurs en horticulture ont rédigé le
quotidien du SIVAL, réalisé par l’Anjou Agricole.
Des enseignants-chercheurs sont intervenus dans les conférences sur la
compétitivité des filières fruits et légumes ligériennes et les modes de commercialisation, sur les méthodes alternatives de lutte contre les insectes
dans le végétal spécialisé, sur la maîtrise de la qualité des fruits et sur les
nouveaux critères de performance des substrats horticoles.
Le SPACE
Chaque année, en septembre, le salon international des productions animales (SPACE) attire plus de 1 300 exposants et 100 000 visiteurs. AGROCAMPUS OUEST / INRA tiennent un stand commun. Les étudiants
étaient également très présents au SPACE via Agrocampus service, la job
service d’AGROCAMPUS OUEST à laquelle avait fait appel une cinquantaine d’exposants pour diverses prestations.
Forum France filière pêche
En novembre, AGROCAMPUS OUEST a participé à ce rendez-vous des
pêcheurs et scientifiques pour deux jours de partage, d’échanges et de débats, autour de « La pêche de demain ». Les équipes du Pôle halieutique
avec une vingtaine d’étudiants en spécialisation halieutique y ont présenté
AGROCAMPUS OUEST, ses formations et leurs projets.
Le Salon du végétal
Organisé par le Bureau horticole des Pays de la Loire en février à Angers,
le Salon du végétal est le salon professionnel français de la filière horticole
d’ornement. AGROCAMPUS OUEST y tient traditionnellement un stand
40
Colloques
Conférences
Nombreux sont les congrès et colloques, lieux privilégiés d’échanges
entre scientifiques et de confrontation des idées, auxquels participent
chaque année les équipes d’Agrocampus Ouest. Certains sont organisés en partenariat avec l’établissement ou portés par lui. Parmi ceux qui
se sont déroulés en 2014 :
Les conférences d’Agorra
Ces conférences et débats sur des sujets d’actualité sont organisés par les
étudiants du campus de Rennes :
« Sommes-nous déterminés par nos gènes ? » par Pierre-Henri Gouyon,
professeur au Muséum national d’histoire naturelle, à AgroParisTech et
à Sciences Po Paris
« Agriculture et médias : l’amour vache » par Rémi Mer, conseiller en
stratégie et communication des organisations agricoles, des filières et des
territoires ruraux et gestion préventive de conflits et de crises
Journée professionnelle pêche et tourisme
La 2e édition des journées professionnelles a été organisée par le Pôle
halieutique d’AGROCAMPUS OUEST, dans le cadre du programme
GIFS, en juin sur le campus de Rennes. Cette journée a rassemblé
l’ensemble les professionnels, administratifs et décideurs pour étudier
l’importance socio-économique et culturelle globale de la pêche côtière.
« Faim dans le monde et souveraineté alimentaire : quels enjeux pour la
paix ? » en association avec le Mouvement de la Paix, avec Bruno Par-
mentier, ingénieur et économiste, administrateur d’Action contre la faim
et de l’association pour une agriculture écologiquement intensive, Didier
Gascuel, professeur et directeur du pôle halieutique d’AGROCAMPUS
OUEST, membre du Conseil scientifique, technique et économique des
pêches de l’Union européenne et Gérard Le Puill, journaliste honoraire à
l’Humanité et écrivain, spécialiste des mondes agricoles.
Symposium international Carotte et autres Apaciées
Plus de 540 participants représentant 36 nationalités ainsi qu’une vingtaine d’entreprises exposantes ont montré leur intérêt pour le Symposium
international “Carot ans other Apiaceae” organisé par AGROCAMPUS
OUEST (avec IRHS), le CTIFL et Carottes de France à Angers, sous l’égide
de l’ISHS.
Producteurs, industriels et chercheurs ont partagé leurs expertises et leurs
savoir-faire dans des domaines aussi divers que les pratiques de production,
la génétique et la sélection, la biologie et la protection des végétaux, la technologie alimentaire et la qualité des produits de la carotte et autres espèces
d’Apiacées.
« Impacts de la pêche et du réchauffement climatique sur les écosystèmes marins », par Daniel Pauly, professeur à l’Université de Vancouver (Canada),
où il dirige le Sea Around Us Project, grand spécialiste des ressources
marines, titulaire de nombreux prix scientifiques internationaux, et notamment du prix Cosmos, pionnier et militant de l’approche écosystémique des pêches.
Les Rencontres de l’horticulture et du paysage
Enseigner à produire autrement : l’analyse des métiers dans
la définition des stratégies pédagogiques, métiers du vivant
et développement durable
Ce cycle de conférences, organisé par les étudiants du campus d’Angers,
a proposé en 2014 des conférences, des débats sur les sciences en lien
avec l’horticulture et le paysage :
« La gestion des zones humides : exemple des Basses vallées angevines », par
David Montembault, enseignant-chercheur en paysage d’AGROCAMPUS OUEST.
Ce séminaire avait pour fondement les résultats des travaux d’une formation action initiée par AGROCAMPUS OUEST Beg-Meil, co-coordonnée
par EDUTER Recherche, et associant enseignants et chargés de mission
impliqués dans les questions pédagogiques. Il a commencé par l’analyse
de situations professionnelles concrètes caractéristiques de quelques
métiers du vivant, en s’attachant tout particulièrement aux enjeux de la
durabilité, pour enseigner à « produire et aménager autrement ».
« Comment concilier préservation des zones humides et maintien d’une agriculture productive en zone péri urbaine ? l’importance des prairies dans le site
Natura 2000 des Basses vallées angevines », par Aloïs Artaux, chargée de
mission agriculture-biodiversité à la Chambre d’agriculture du Maine et
Loire.
39 journée GFHN : milieux poreux et transferts en contexte
urbain et péri-urbain
e
« Où sont les limites de la proximité dans les circuits d’alimentation en produit
frais ? » Café-débat animé par Pauline Tétillon, chargée de mission agri-
En novembre, sur le campus d’Angers, l’unité de recherche Environnement physique de la plante horticole d’AGROCAMPUS OUEST et le laboratoire Eau et Environnement de l’IFSTTAR ont organisé les journées
du GFHN (Groupe francophone humidimétrie et transferts en milieux
poreux).
Ces journées ont été consacrées aux méthodes, mesures, caractérisation et modélisation des processus appliqués aux milieux poreux (sols et
sous-sols urbains et péri-urbains, matériaux, supports de végétation…)
au travers de l’hétérogénéité spatiale et l’évolution des caractéristiques
physico-chimiques, du fonctionnement hydrique et biogéochimique, de
la contamination et le transfert de polluants, de la décontamination des
eaux et des sols net des matériaux poreux et altérations.
culture péri urbaine à la Chambre d’agriculture du Maine et Loire, Jeanluc Thibault, producteur à la Ronde des fruits à la Membrolle et Laurence
Hibrand-Saint Oyant, présidente d’une AMAP à Bouchemaine.
« Les jardins japonais - Historique, éléments constitutifs… » par Fabrice Célestin, architecte paysagiste.
Autonomie des usagers
et développement de ressources
numériques
2014 a été marquée par un nouvel élan donné aux réseaux documentaires. Horti’doc a fêté ses 10 ans dans le cadre du Salon du végétal. Une
nouvelle convention de collaboration a été signée par l’INRA, Astredhor,
Plante & Cité et AGROCAMPUS OUEST.
L’animation du réseau agrodoc-ouest a été relancée avec la perspective
de marquer les 10 ans du portail documentaire.
Par ailleurs, le SCD a poursuivi sa démarche de transfert de compétences
professionnelles du personnel du service. L’accès aux ressources documentaires et la complémentarité des fonds papier et numériques a été
renforcée. Une mutualisation des indicateurs recensés est en cours au
sein du campus intégré avec l’INRA. Une sensibilisation pour promouvoir l’open access aux résultats de la recherche a été proposée. L’équipe
du SCD est associée à la réflexion sur le schéma directeur du numérique
de l’établissement.
Premières rencontres internationales sur « Le lait, vecteur de
développement »
Ces rencontres “Milk, vector of development” ont été organisées par
Agreenium et notamment l’Inra, le Cirad, AGROCAMPUS OUEST et
Corfilac, en mai, sur le campus de Rennes.
L’objectif principal était d’aboutir à une meilleure coordination des actions autour du lait et de ses multiples dérivés et, notamment, à des projets conjoints de recherche, de formation et de transfert.
Dans les pays industrialisés comme dans les pays en voie de développement, le lait et ses dérivés constituent un vecteur indéniable pour le
développement local et la sécurité alimentaire.
Outre leur rôle nutritif, les produits finis issus du lait ont souvent un rôle
clé dans la micro-économie, avec de multiples déclinaisons selon les
contraintes et les opportunités locales, et ce dans un contexte toujours
plus mondialisé.
Ces rencontres ont favorisé les échanges d’expériences autour de la diversité des modèles laitiers, des défis techniques et sanitaires, de rassembler initiatives et réseaux impliqués, de mettre en évidence le rôle des
femmes et de mieux cerner le poids des politiques.
Les publications internes en chiffres :
11 thèses enregistrées
437 mémoires de fin d’études catalogués dont 85 en texte intégral
462 publications dont 75 en texte intégral. ■
41
repères
Ressources humaines
Orientations budgétaires
Instances de gouvernance
Ressources
humaines
Malgré les contraintes budgétaires fortes, le nombre des emplois à AGROCAMPUS OUEST
s’est accru.
Au 30 septembre 2014, l’établissement comptait 454 agents, au global
(contractuels sous plafond + titulaires) contre 444 agents en 2013.
Pour l’essentiel, ces 10 emplois supplémentaires sont des agents contractuels
engagés pour des missions de recherche.
Un effort sensible a été fait pour réduire les situations d’emploi précaire.
Ainsi 11 agents en CDD se sont vus proposer un contrat à durée
indéterminée en 2014.
454 agents
338 titulaires
116 contractuels
135 enseignants-chercheurs
14 enseignants
305 personnels AITOS
116 doctorants
En 2014, l’établissement a poursuivi sa volonté d’encourager les évolutions de carrière de son personnel et l’adaptation de ses compétences : 2372 heures de formation ont été dispensées, en interne ou en externe, à 159 agents.
80
70
60
50
30
80
70
CDI : 40,5%
CDD : 59,5%
Catégorie A : 62,7%
Catégorie B : 19,3%
Catégorie C : 18%
40
20
10
0
60
Typologie par catégorie
Typologie par type de contrat
50
40
30
Catégorie A : 62,7%
Catégorie B : 19,3%
Catégorie C : 18%
CDI : 40,5%
CDD : 59,5%
20
10
0
42
à la une
En 2014, les procédures de décisions en matière
d’allocation des moyens RH et finances ont été
réécrites et clarifiées, en fonction des objectifs
prioritaires du projet stratégique d’établissement.
Ces procédures ont fait l’objet d’explicitations
dans les instances, auprès des services et des
personnels. Face aux contraintes fortes de gestion,
et compte tenu des efforts particuliers demandés,
il est apparu primordial de bâtir un discours
clair, précis et adapté aux publics concernés :
administrateurs, directeurs de départements et de
directions transversales, organisations syndicales,
représentants des personnels et des usagers,
opérateurs métiers en finances, gestion, RH mais
aussi recherche et formation.
Orientations
budgétaires
En 2013, le Conseil d’administration d’AGROCAMPUS OUEST
avait approuvé le programme quadriennal 2014-2017 de redressement de la situation financière pour un retour à l’équilibre en
2015 et la reprise des investissements en 2016/2017.
Le bilan de l’exercice 2014 a renoué avec l’équilibre budgétaire
dégageant un résultat positif – le premier depuis plusieurs
années – en avance sur les objectifs fixés en 2013, dans le
schéma stratégique budgétaire triennal.
2014 a été marqué par de nombreux audits et
contrôles dont ceux de la Commission du titre
d’ingénieurs, de l’AFAQ, de l’URSSAF et de la
Cour des comptes. Les services ont été fortement
mobilisés pour répondre à ces sollicitations et pour
produire les rapports nécessaires.
Ces audits et contrôles ont permis de compléter
les objectifs stratégiques par des orientations
complémentaires souvent riches d’évolutions au
service du développement de l’établissement.
Un travail important a également été mené pour optimiser
la gestion de la TVA conduisant, pour l’exercice 2014, à une
régularisation, en recettes exceptionnelles, de récupération
de TVA et pour les exercices suivants à un gain net annuel de
l’ordre de 70 k€ à périmètre constant.
En intégrant la masse salariale rémunérée directement sur
le budget de l’État (23,6 M€), le montant du budget réalisé
2014 d’AGROCAMPUS OUEST s’établit, en charges et produits, à 38,6 M €.
Budget réalisé 2014
PRODUITS
CHARGES
Formation initiale : 16,5%
Ressources propres (droit de scolarité,
taxe d'apprentissage,
formation
continue...) : 34%
Ressources
propres (droit
de scolarité,
taxe
d'apprentissage,
Subventions
de l'Étatformation
: 32% continue...) : 34%
Subventions
de l'État :international,
32%
Contrats (recherche,
système(recherche,
national d'appui...)
: 25%
Contrats
international,
système
national
d'appui...)
Opération
d'ordre
(bourses,: 25%
formationd'ordre
par apprentissage...)
: 9%
Opération
(bourses,
formation par apprentissage...) : 9%
2014
Formation
initiale :: 16,5%
Formation continue
0.4%
Formation
continue
: 0.4%: 0,4%
Formation par
apprentissage
Recherche :par
14,4%
Formation
apprentissage : 0,4%
Appui à la formation
Recherche
: 14,4%et à la recherche : 44,6%
Vie étudiante
(bourses,etassociations…)
Appui
à la formation
à la recherche: 23,7%
: 44,6%
Vie étudiante (bourses, associations…) : 23,7%
2014
Activité budgétaire en volume
(hors masse salariale rémunérée directement sur le budget de l’État : 23,6 M€).
CHARGES
PRODUITS
CHARGES
PRODUITS
CHARGES
PRODUITS
CHARGES
PRODUITS
15 000
10 000
5 000
en k€
Budget réalisé
Fonctionnement : 8 727 k€
Personnel contractuel
établissement : 4 917 k€
Investissement : 1 730 k€
Fonctionnement : 8 009 k€
Personnel contractuel
établissement : 4 368k€
Investissement : 692 k€
Fonctionnement : 8 009k€
Personnel contractuel
établissement : 4 368 k€
Investissement : 692 k€
Fonctionnement : 8 088 k€
Personnel contractuel
établissement : 4 705 k€
Investissement : 4 431 k€
Fonctionnement : 13 625 k€
dont CAF : -19 k€
Investissement : 40 k€
Fonctionnement : 13 879 k€
dont CAF : 1 507 k€
Investissement : 725 k€
Fonctionnement : 13 879 k€
dont CAF : 1 507 k€
Investissement : 725 k€
Fonctionnement : 14 004 k€
dont CAF : 1 210 k€
Investissement : 1 090 k€
2012
Budget réalisé
Budget prévisionnel
Budget réalisé
2013
2014
43
2015
Compositions au 1er janvier 2015
Conseil
d’administration
Collège des AITOS
CFR D’ANGERS
• Lucienne Petit
• Annick Faucher – suppléante : Anita Sanguine
CFR DE RENNES
• Christine Heuzé – suppléante : Dominique Quelen
• Catherine Bonhomme – suppléante : Marie-Paule
Prodhomme
Composé de 30 membres à parité internes et
externes, le conseil d’administration est une instance
d’orientation et d’arbitrage portant sur la politique
de l’établissement, ses missions, activités et moyens.
Collège des personnels scientifiques exerçant
dans les unités de recherche
• Didier Andrivon – suppléante : Elisabeth Chevreau
Collège des étudiants et doctorants
Président : Dominique Chargé, président de LAÏTA, président
de la fédération nationale des coopératives laitières
CFR D’ANGERS
• Olivier Dufaure, M1 horticulture – suppléante : Émilie
Gauvrit, M2 horticulture
Vice-président : Valérie Mazza, directrice scientifique
du Groupe Limagrain
CFR DE RENNES
• Leslie Fruleux, L3 agronome – suppléant : Simon Thuleau,
M1 agronome
• Marion Bernard, L3 agronome – suppléant : Valentin
Grimault, M1
Membres nommés
Au titre des représentants de l’État :
• Mireille Riou-Canals, directrice générale de l’enseignement et de la
recherche, Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt
– suppléante : Valérie Baduel, chef du service de l’enseignement
supérieur, de la recherche et de l’innovation (DGER)
• Guy Cathelineau, président de l’Université de Rennes 1,
Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche
– suppléant : Erwan Hallot, directeur adjoint de l’OSUR,
Université de Rennes 1
• Sylvain Mahé, directeur adjoint du secteur Bio ressources - Écologie Agronomie, service de la stratégie, de le recherche et de l’innovation,
Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche
– suppléant : Alain Lagrange, chargé de mission au secteur
« Bio ressources - Écologie - Agronomie, service de la stratégie, de le
recherche et de l’innovation » (MESR)
CONSEIL DE
L’ENSEIGNEMENT ET
DE LA VIE ÉTUDIANTE
Au titre des représentants des collectivités territoriales :
• Michel Morin, vice-président chargé de l’agriculture et de
l’agroalimentaire, Conseil régional de Bretagne
– suppléant : Bernard Pouliquen, vice-président chargé de l’enseignement
supérieur et de la recherche, Conseil régional de Bretagne
• Dominique Tremblay, 1er vice-président de la commission Économie innovation - enseignement supérieur - recherche, Conseil régional des
Pays de la Loire
• Jean-Pierre Bernheim, vice-président, chargé du développement
économique, de l’enseignement supérieur et de la recherche, Angers Loire
Métropole
– suppléant : Michel Baslé, conseiller communautaire, Angers Loire
Métropole
• Isabelle Pellerin, vice-présidente déléguée à l’enseignement supérieur
et à la recherche, Rennes Métropole
Au titre des personnalités représentatives des professions et des
activités éducatives, économiques et de recherche présentant
un lien avec les missions de l’établissement :
Composé de 22 membres élus, le CEVE est
compétent pour toutes les questions liées
aux formations et à la vie étudiante. Il émet
des propositions qui, après avis du conseil
des enseignants, sont transmises au conseil
d’administration.
Président : Grégoire Thomas, Directeur général
Collège des professeurs
CFR D’ANGERS
• Pierre–Emmanuel Bournet – suppléante : Nathalie Carcaud
• Sylvain Charpentier – suppléant : Soulaiman Sakr
CFR DE RENNES
• Maryline Kouba – suppléant : Thomas Croguennec
Collège des maîtres de conférences
CFR D’ANGERS
• Christophe Migeon – suppléant : Rachid Boumaza
• Yann Tricault – suppléant : Patrice Cannavo
• Dominique Chargé, président de LAÏTA, président de la fédération
nationale des coopératives laitières
• Michel Conte, président du Groupe JARDILAND
• Hélène Guido-Halphen, directrice marketing stratégique IN VIVO
• Patrick Herpin, président du centre INRA de Rennes
• Jean Kérouédan, directeur honoraire Crédit Agricole, diplômé membre de
l’association Les Agros Rennes
• Valérie Mazza, directrice scientifique du Groupe Limagrain
• Jean-Paul Saint-André, président de l’Université d’Angers
• Henri Seegers, président du centre INRA Angers-Nantes
CFR DE RENNES
Membres élus
Collège des étudiants
Collège des professeurs
• Carole Deflers – suppléant : Marc Koehler
• Julie Espinasse – suppléante : Lucy Berthou
• Jonathan Charles – suppléant : Emmanuel Reverdy
• Corentin Bazetoux – suppléant : Alexandre Pereira
• Christine Bissuel – suppléante : Anne Laperche
• Cécile Le Floch–Fouéré – suppléante : Élodie Reveillac
Collège des Aitos
CFR D’ANGERS
• Claudie Auffray – suppléante : Sandra Alary–Vazeux
• Nelly Ripaud – suppléant : Yves Trémeaux
CFR DE RENNES
• Marie–Paule Prodhomme – suppléante : Annie Masson
• Michel Bozec – suppléante : Blandine Foucaud–Lemercier
CFR D’ANGERS
CFR D’ANGERS
• Olivier Leprince – suppléant : Sylvain Charpentier
CFR DE RENNES
• Maria Manzanarès-Dauleux - suppléant : Christian Walter
• Didier Gascuel – suppléant : Romain Jeantet
CFR DE RENNES
• Sébastien Lachambre – suppléant : Alicia Dufour
• Léa Lebechnech – suppléante : Emeline Cornet
• Nelson Daurelle – suppléant : Sophie Le Doussal
• Valentin Grimault – suppléant : Marie Cordonnier
Collège des maîtres de conférences
CFR D’ANGERS
• Valéry Malécot – suppléant : Armin Bischoff
• Laure Vidal-Beaudet – suppléant : Rachid Boumaza
Personnalités qualifiées au CEVE
• Hélène Guido-Halphen
• Henri Seegers
CFR DE RENNES
• Sébastien Lê - suppléant : Youssef Fouad
44
CONSEIL DEs
ENSEIGNanTs
Composé de 51 membres élus, le conseil
des enseignants est chargé de l’évolution
des programmes de formation et de la
délivrance des diplômes. Il émet des avis sur
les recrutements d’enseignants-chercheurs.
Président : Grégoire Thomas, Directeur général
Collège des professeurs
CFR D’ANGERS
• Pierre-Emmanuel Bournet
• Mathilde Briard
• Gerhard Buck-Sorlin
• Nathalie Carcaud
• Sylvain Charpentier
• Josiane Le Corff
• Olivier Leprince
• Walid Oueslati
• Besnik Pumo
• Soulaiman Sakr
CFR DE RENNES
• Thomas Croguennec - suppléante : Lucile Montagne
• Catherine Disenhaus
• Didier Gascuel - suppléant : Hervé Le Bris
• François Husson - suppléant : David Causeur
• Romain Jeantet - suppléante : Maryline Kouba
• Sandrine Lagarrigue - suppléant : Michel Gautier
• Catherine Laroche-Dupraz - suppléant : Jean Cordier
• Philippe Legrand - suppléant : Vincent Rioux
• Philippe Leterme - suppléante : Maria ManzanarèsDauleux
• Olivier Le Pape - suppléant : Yannick Outreman
• Françoise Nau
• Hervé Nicolas - suppléant : Christophe Cudennec
• Dominique Ombredane - suppléant : Jacques Haury
• Jérôme Pagès - suppléant : Philippe Le Goffe
• Christian Walter - suppléant : Pierre Aurousseau
Collège des maîtres de conférences
CFR D’ANGERS
• Véronique Beaujouan - suppléant : Sébastien Caillault
• Rachid Boumaza - suppléant : Julien Salanié
• Patrice Cannavo - suppléante : Laure Vidal-Beaudet
• Virginie Caubel-Forget - suppléant : Etienne
Chantoiseau
• Hervé Davodeau - suppléant : David Montembault
• Pascale Guillermin - suppléant : Bruno Jaloux
• Yann Le Diagon - suppléant : Raphaël Homat
• Valéry Malécot - suppléant : Hervé Daniel
• Christophe Migeon - suppléant : Rousseau Tawegoum
• Béatrice Teulat-Merah - suppléant : Damien
Rousselière
Conseil
SCIENTIFIQUE
Composé de 24 membres, le conseil scientifique
est une instance de réflexion et de proposition en
matière de politique scientifique et d’évaluation
des activités de recherche.
Président : Gilles Pinay, directeur de recherche CNRS, directeur
de l’Observatoire des sciences de l’univers de Rennes 1 (OSUR)
Membres nommés
En qualité de représentants d’organismes de recherche :
• Marie-Odile Cordier, professeur, Université de Rennes 1, responsable du
département Gestion des données et des connaissances de l’Irisa • Eric Malézieux, directeur adjoint de l’unité HortSys (Fonctionnement
agroécologique et performances des systèmes de cultures horticoles), CIRAD
• Charles Manceau, directeur de la santé végétale, Anses
• Louis-Georges Soler, directeur de recherche INRA, UR 1303 - Alimentation et
Sciences Sociales
En qualité de personnalités désignées en raison de leurs compétences
scientifiques ou professionnelles :
• Antonio Bispo, responsable de la coordination recherche du Service Agriculture
et Forêts, ADEME
• Monique Bodson, professeure émérite, Université de Liège-Gembloux
• Eric Brajeul, chef du Centre Technique Interprofessionel des Fruits et Légumes
(CTIFL) de Carquefou
• Guillaume Chesnau, directeur recherche et développement, société VALOREX
• Jacques Clavier, professeur, Université de Bretagne Occidentale, Laboratoire
des Sciences de l’Environnement Marin - UMR 6539, Institut Universitaire
Européen de la Mer
• André Le Gall, chef du département Techniques d’Élevage et Qualité,
Institut de l’Élevage
• Jack Legrand, professeur, Université de Nantes, directeur de l’UMR 6144 GEPEA Laboratoire de Génie des Procédés – Environnement – Agroalimentaire
Sur proposition du ministre chargé de l’enseignement supérieur :
• Raymonde Séchet, professeur, Université Rennes 2, vice-présidente du conseil
scientifique, recherche et valorisation de l’université Rennes 2 Sur proposition du ministre chargé de la recherche :
• Dominique Buzoni-Gatel, directrice de recherche INRA, directrice de l’UMR 1282
Infectiologie et Santé Publique
• Gilles Pinay, directeur de recherches CNRS, directeur de l’observatoire des
sciences de l’univers de Rennes 1.
Membres élus
Collège des professeurs
CFR d’Angers
• Soulaiman Sakr - suppléante : Nathalie Carcaud
CFR de Rennes
• Françoise Nau - suppléant : François Husson
CFR DE RENNES
Collège des maîtres de conférences
• Dominique Barloy - suppléant : Christophe Le May
• Ralf Bergmann - suppléante : Carol Novak
• Matthieu Carof - suppléante : Christine Bissuel
• Valérie Datin-Lechevalier
• Juliane Floury-Jordan - suppléante : Jocelyne Flament
• Catherine Guérin - suppléante : Sophie Allais
• Sophie Jan - suppléante : Vanessa Lollivier
• Julie Josse - suppléant : Sébastien Lê
• Anne Laperche - suppléante : Safya Menasseri-Aubry
• Frédéric Lecerf
• Didier Michot - suppléante : Anne Jaffrezic-Troccaz
• Frédérique Pédrono - suppléant : Erwan Beauchamp
• Carole Ropars-Collet - suppléante : Marilyne HuchetBourdon
• Sabine Tréguer - suppléante : Aude Ridier-Martos
• Florence Val - suppléant : Frédéric Hamelin
CFR d’Angers
• Jean-Charles Michel - suppléante : Fabienne Joliet
CFR de Rennes
• Marilyne Huchet-Bourdon - suppléante : Safya Menasseri-Aubry
Collège des AITOS
CFR d’Angers
• Rémi Gardet - suppléant : Alain Mével
CFR de Rennes
• Colette Désert - suppléant : Ivan Bernez
• Blandine Foucaud-Lemercier - suppléant : Daniel Catheline
Collège des personnels scientifiques exerçant dans les unités de recherche
CFR d’Angers
• Alix Pernet (UMR IRHS) - suppléante : Marie-Agnès Jacques
CFR de Rennes
• Marie-Agnès Coutellec (UMR ESE) - suppléant : Guillaume Evanno
Collège des doctorants
• Clémentine Le Boucher (doctorante CFR de Rennes)
- suppléant : Philippe Bodénan (doctorant CFR d’Angers)
45
AGROCAMPUS OUEST
Organigramme général
Organigramme
général
Au 1er janvier 2015
Au 1er mars 2015
TUTELLE
Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt
Conseil scientifique
Conseil des enseignants
Conseil de l’enseignement et de la vie étudiante
Conseil d’administration
Comité technique
Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail
DIRECTION GÉNÉRALE
MISSION
APPUI AU
PILOTAGE
DIRECTEUR GÉNÉRAL : Grégoire THOMAS
DIRECTRICE ADJOINTE : Emmanuelle CHEVASSUS-LOZZA
MISSION
QUALITÉ
DIRECTIONS TRANSVERSALES
MISSION
NUMÉRIQUE
PÔLE
HALIEUTIQUE
SECRÉTARIAT GÉNÉRAL
SECRÉTAIRE GÉNÉRAL : Sylvain BAGARIE
AGENCE
COMPTABLE
DÉPARTEMENTS D’ENSEIGNEMENT
ET DE RECHERCHE
DIRECTION DES FORMATIONS
ET DE LA VIE ÉTUDIANTE
PRODUCTIONS ANIMALES, AGROALIMENTAIRE,
NUTRITION (P3AN)
DIRECTRICE PAR INTERIM :
DIRECTRICE : Maryline KOUBA
DIRECTEUR-ADJOINT : Michel GAUTIER
Virginie FORGET
DIRECTION DE LA RECHERCHE
DIRECTRICE :
Emmanuelle CHEVASSUS-LOZZA
DIRECTION DES RELATIONS
INTERNATIONALES
DIRECTEUR :
SCIENCES DU VÉGÉTAL POUR L’AGRICULTURE
ET L’HORTICULTURE (SVAH)
DIRECTEUR : Soulaiman SAKR
DIRECTEUR-ADJOINT : Philippe LETERME
MILIEU PHYSIQUE, PAYSAGE, TERRITOIRE
(MILPPAT)
SERVICES
D’APPUI
Direction des
ressources humaines
Service de gestion
du patrimoine
Service espaces verts
- Rennes
Service travaux
Service des affaires
financières et du
contrôle de gestion
Cédric TROADEC
DIRECTRICE : Nathalie CARCAUD
DIRECTEUR-ADJOINT : Hervé NICOLAS
DIRECTION DES PARTENARIATS
PROFESSIONNELS
ÉCOLOGIE
DIRECTEUR :
DIRECTRICE : Anne LE RALEC
DIRECTEUR-ADJOINT : Hervé DANIEL
Direction des systèmes
d’information
ÉCONOMIE, GESTION, SOCIÉTÉ (EGS)
Service commun
de documentation
Cédric TROADEC
DIRECTION DES PARTENARIATS
ACADÉMIQUES
DIRECTRICE :
Service logistique
et résidentiel
DIRECTRICE : Catherine LAROCHE-DUPRAZ
DIRECTEUR-ADJOINT : Damien ROUSSELIÈRE
Joëlle CHANCEREL
STATISTIQUE, INFORMATIQUE
DIRECTION DE
LA COMMUNICATION
Domaine pédagogique
et expérimental
- Angers
DIRECTEUR : David CAUSEUR
DIRECTEUR-ADJOINT : Besnik PUMO
DIRECTION :
Valérie LE SABAZEC
MISSION Appui au système éducatif
SITE DE BEG-MEIL
DIRECTRICE DU SITE : Christine SAGE
N.B. : Le service facturier est placé sous l’autorité de l’agent comptable d’AGROCAMPUS OUEST (article 41 décret n°2012-1246).
46
“Semer l’avenir”
La fondation
AGROCAMPUS OUEST
Un lieu unique d’échange et de construction pour initier et développer
des synergies nouvelles avec ses partenaires.
Créée en 2014, la Fondation AGROCAMPUS
OUEST a pour mission de soutenir le rayonnement d’AGROCAMPUS OUEST, de favoriser
la mise en place de projets pédagogiques innovants, de favoriser l’avancement de la recherche
scientifique et d’encourager l’ouverture sociale et l’internationalisation d’AGROCAMPUS
OUEST.
Ces activités s’inscrivant désormais dans un
contexte économique mondialisé, la Fondation
vise ainsi à accroître ses ressources propres
en faisant appel aux dons des entreprises, des
associations et fondations ainsi que des particuliers.
C’est dans ce cadre que la Fondation s’applique
à épauler AGROCAMPUS OUEST via l’obtention d’un soutien financier de la part de donateurs privés et publics qui peuvent ainsi aider
un établissement dans son développement tout
en bénéficiant d’avantages fiscaux attractifs.
D’ici à 2020, une dizaine de chaires partenariales devraient voir le jour grâce à ce système
de financement. Trois ont d’ores et déjà été
mises en place :
• la chaire « Entreprises et économie Agricole »,
en partenariat avec le Crédit agricole Bretagne,
aux activités de recherche, de formation et de
diffusion scientifique ;
• la chaire « Pilotage des systèmes industriels
agroalimentaires », signée en octobre dernier
avec la société VIF, pour donner aux étudiants
un accès aux outils de simulation de pilotage ;
• la chaire « Reconquête des marchés par la
qualité des végétaux » avec Astredhor.
En parallèle, la création d’un pré-incubateur
d’entreprises innovantes pour les étudiants avec
le soutien du Club des Trente est démarrée.
Enfin, en 2014, la Fondation a accompagné
financièrement la mobilité vers les États-Unis,
pour une année, de 2 enseignants-chercheurs.
La Fondation AGROCAMPUS OUEST est aujourd’hui présidée par Jean Kerouedan, directeur
honoraire du Crédit agricole d’Ille-et-Vilaine et membre d’AGROCAMPUS OUEST ALUMNI.
Agrocampus Ouest – Juin 2015
Directeur de la publication : Grégoire Thomas – Directeur général
Conception, coordination, création graphique et réalisation : Direction de la communication
Crédits photos : © Agrocampus Ouest — sauf mentions contraires.
Toutes les images restent la propriété de leurs auteurs. Reproductions interdites sans autorisation.
Imprimé avec des encres végétales sur papier PEFC par l’Imprimerie des Hauts de Vilaine ( certifiée Imprim’Vert)
www.agrocampus-ouest.fr
MINISTÈRE
DE L'AGRICULTURE
DE L'AGROALIMENTAIRE
ET DE LA FORÊT
AGROCAMPUS OUEST Centre de Rennes
65 rue de Saint-Brieuc - CS 84215
F-35042 Rennes Cedex
Tél. 02 23 48 50 00
AGROCAMPUS OUEST Centre d’Angers
2 rue André Le Nôtre
F-49045 Angers Cedex 01
Tél. 02 41 22 54 54
AGROCAMPUS OUEST Site de Beg Meil
La cale de Beg Meil
F-29170 Fouesnant
Tél. 02 98 94 40 70
Institut supérieur des sciences agronomiques, agroalimentaires, horticoles et du paysage
APPUI AU SYSTÈME ÉDUCATIF
DE L’ENSEIGNEMENT AGRICOLE
AGROCAMPUS OUEST SITE DE BEG MEIL
INSTITUT SUPÉRIEUR DES SCIENCES AGRONOMIQUES, AGROALIMENTAIRES, HORTICOLES ET DU PAYSAGE
I
S
ur son site de Beg Meil à Fouesnant, AGROCAMPUS
OUEST développe une mission d’appui au système
éducatif de l’enseignement agricole autour de 3
centres d’intérêts :
• l’usage pédagogique des outils professionnels,
• la pédagogie des situations professionnelles,
• la mise en œuvre de situations pédagogiques
constructivistes.
Diverses prestations sont proposées : formations,
accompagnements de projets et ressources
pédagogiques et techniques.
MISSION D’APPUI
mplanté au cœur du 1er bassin agricole d’Europe,
AGROCAMPUS OUEST est un établissement
public d’enseignement supérieur et de recherche
en sciences et technologies du vivant et
de l’environnement. Sous tutelle du ministère
de l’Agriculture, de l’alimentation, de la pêche,
de la ruralité et de l’aménagement du territoire,
cet acteur agronomique de référence est certifié
ISO 9001 pour l’ensemble de ses activités.
Le site de Beg Meil d’AGROCAMPUS OUEST
est dédié à l’appui au système éducatif
de l’enseignement agricole technique
et à l’étude des espaces littoraux et de
l’aquaculture.
Les domaines d’actions concernent
l’environnement, l’agriculture, l’alimentation
et le territoire, pour une meilleure prise en compte
du développement durable.
AU SYSTEME EDUCATIF
Cette mission s’exerce dans le cadre du Système National
d‘Appui et a pour objectif d’accompagner le personnel
de l’enseignement agricole technique à s’adapter
à de nouvelles problématiques et acquérir de nouvelles
compétences.
Pour cela, une interface entre la recherche, la formation
et le développement est mise en place autour de 3 objets :
• l’usage pédagogique des outils professionnels
(exploitation agricole, exploitation aquacole, restaurant
scolaire) ;
en développant des projets techniques ou pédagogiques
avec les équipes pédagogiques, la recherche et/ou
les filières professionnelles ;
• la pédagogie des situations professionnelles,
particulièrement celles nécessaires à la prise en compte
du développement durable dans l’exercice des métiers,
en relation avec les dynamiques territoriales ;
• la mise en œuvre de situations pédagogiques
constructivistes, notamment, celles pertinentes
au regard des rénovations des diplômes.
principaux pôles d’expertise
Agriculture, territoires et environnement
• Agriculture et développement durable
• Alimentation
• Gestion des ressources naturelles et biodiversité
• Aménagement du territoire et développement local
Aquaculture et espaces littoraux
• Aquaculture marine et continentale
• Gestion intégrée des zones côtières
PRINCIPAUX
COMMANDITAIRES
• Le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation,
de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement
du Territoire / Direction Générale de l’Enseignement
et de la Recherche.
• Les directions régionales de l’Alimentation,
de l’Agriculture et de la Forêt / Service Régional
de la Formation et du Développement.
• Les établissements publics locaux d’enseignement
et de formation professionnelle agricole.
Une interface recherche-formation-développement
au service de l’enseignement agricole.
Mise en œuvre par une équipe pluridisciplinaire
d’une trentaine de personnes réparties en trois pôles
de compétences :
• formation, expertise et études
• production et centre de ressources
• accueil et services
Principaux domaines
d’interventions
Formation et pédagogie
Publics
Enseignants, formateurs et cadres du secteur de l’enseignement et de la formation professionnelle,
formateurs de formateurs.
références
En matières d’appui au systeme éducatif, AGROCAMPUS OUEST intervient principalement :
• s ur des champs techniques : introduction de nouvelles pratiques et de nouveaux concepts
(durabilité…) en aménagement, agriculture et biodiversité, aquaculture, alimentation
• s ur des champs transversaux : animation de réseaux (de personnes ou d’organisations),
management de projet, analyse de pratiques pédagogiques, formations ouvertes et à distance,
• s ur des concepts issus de la sociologie des organisations, la psychosociologie et les sciences
de l’éducation…
prestations
• Une
offre de stages « catalogue », notamment celle inscrite au programme national des
formations du Ministère de l’agriculture,
•U
ne offre de prestation « sur mesure », construite à la demande. Cette offre peut se décliner :
- s ous la forme d’une expertise ponctuelle ou d’un accompagnement dans la durée
- p our une action spécifique ou pour la construction et l’animation d’un dispositif de formation.
Animation et gestion de projets
Publics
Établissements de l’enseignement agricole ou réseaux d’établissements d’enseignement agricole,
aux niveaux national et régional.
prestations
• Réaliser des projets de formation :
- ingénierie de projet et de formation : analyse de la demande et construction du cahier des charges,
chiffrage du projet
-m
anagement général du projet : pilotage et gestion administrative, animation des équipes, planification
et suivi des actions, l’évaluation et respect des délais, des coûts et de la qualité des productions.
• Accompagner les établissements et les équipes dans la définition de leurs projets :
- a ide à l’ingénierie de projet et de formation
- a ide à l’ingénierie financière : recherche de financement, montage de dossiers européens
dossiers de mise en concurrence
- aide à la réalisation et à l’évaluation des actions
- conseil, expertise, évaluation au regard du projet.
Production de ressources
techniques et pédagogiques
Publics
• Équipes
pédagogiques et apprenants.
prestations
• D es
fiches, des livres, des films…
-m
alette pédagogique pour enseignant(e)s et formateurs/formatrices sur la thématique eau et aquaculture :
fiches pédagogiques et films
- livret d’autoformation sur les liens agriculture-société-territoire
- des repères et des outils pour enseigner le développement durable.
© 2012 • Document non contractuel. Conception : AGROCAMPUS OUEST / réalisation : K unique. Imprimé avec des encres végétales sur papier PEFC 10-31-1238, par Cloître imprimeur. Photos © AGROCAMPUS OUEST
Cette brochure a été réalisée dans le cadre de l’opération FSE « Accompagner l’enseignement agricole » à l’intégration des compétences nécessaires à la croissance verte.
Accès au site : direction Quimper > Fouesnant > cale de Beg Meil.
Parking public à 100 m du site, trajet : 1h de Brest, 45 min de Lorient
et 20 min de Quimper.
AGROCAMPUS OUEST Site de Beg Meil
La cale de Beg Meil - 29170 FOUESNANT
Tél. 02 98 94 40 70
[email protected]
www.agrocampus-ouest.fr
avec le FS
UNION EUROPÉENNE
INSTITUT SUPÉRIEUR DES SCIENCES AGRONOMIQUES, AGROALIMENTAIRES, HORTICOLES ET DU PAYSAGE
AGROCAMPUS OUEST
ASSURANCE "RESPONSABILITE
ET RISQUES ANNEXES"
STATISTIQUES SINISTRES
La statistique sinistres comporte :

Page de garde ......................................................................
1
page

Statistiques ............................................................................
6
pages
TOTAL ....................................
7
pages
RECAPITULATIF DES EVENEMENTS RAQVAM PAR ANNEE
Observation au 31/12/2015
EXERCICE
2012
SOCIETAIRE
NB EVENEMENTS
SOCIETAIRE 3643442 M - AGROCAMPUS OUEST
TOTAL 2012
2013
SOCIETAIRE 3643442 M - AGROCAMPUS OUEST
TOTAL 2013
2014
SOCIETAIRE 3643442 M - AGROCAMPUS OUEST
TOTAL 2014
COUT
3
0€
3
0€
5
15 549 €
5
15 549 €
2
1 962 €
2
1 962 €
RECAPITULATIF DES EVENEMENTS RAQVAM PAR SOCIETAIRE
Observation au 31/12/2015
SOCIETAIRE
SOCIETAIRE 3643442 M - AGROCAMPUS OUEST
EXERCICE
NB EVENEMENTS
COUT
2012
3
0€
2013
5
15 549 €
2014
2
1 962 €
LISTE DES EVENEMENTS RAQVAM
Observation au 31/12/2015
SOCIETAIRE 3643442 M - AGROCAMPUS OUEST
EVENEMENT
M 12 0986490 A
RISQUE
- Divers
EXERCICE 2012
SITUATION
Clos
MONTANT DES
DEPENSES OU DES
EVALUATIONS
DONT SINISTRES
- Responsabilité civile
- Vol
Total événement :
0
0
0
0
0
0
0
0
TOTAL EXERCICE 2012
0€
Total événement :
M 12 0986989 R
- Divers
Clos
- Vol
Clos
- Dommages aux biens
- Recours
Total événement :
M 12 1123329 K
- Divers
Nombre d'événements : 3
LISTE DES EVENEMENTS RAQVAM
SOCIETAIRE 3643442 M - AGROCAMPUS OUEST
EVENEMENT
RISQUE
EXERCICE 2013
SITUATION
MONTANT DES
DEPENSES OU DES
EVALUATIONS
DONT SINISTRES
M 13 3487114 R
- Divers
Clos
- Dommages aux biens
Total événement :
- Indemnisation des dommages corporels
Total événement :
- Dommages aux biens
- Recours
Total événement :
0
0
140
140
8 025
8 025
0
0
6 760
624
7 384
M 13 3697666 K
- Divers
Clos
- Responsabilité civile
TOTAL EXERCICE 2013
15 549 €
Total événement :
Total événement :
M 13 3972812 H
M 13 4027959 R
M 14 0134602 N
- Tempête neige grêle
Clos
- Divers
Clos
- Divers
Clos
- Dommages aux biens
Nombre d'événements : 5
SOCIETAIRE 3643442 M - AGROCAMPUS OUEST
EVENEMENT
RISQUE
EXERCICE 2014
SITUATION
M 14 0347785 J
- Divers
Clos
M 15 1066741 R
- Divers
En cours
MONTANT DES
DEPENSES OU DES
EVALUATIONS
DONT SINISTRES
- Dommages aux biens
Total événement :
1 592
1 592
370
370
TOTAL EXERCICE 2014
1 962 €
Total événement :
Nombre d'événements : 2
- Responsabilité civile
LISTE DES EVENEMENTS RAQVAM
AVEC SINISTRE SUPERIEUR A 3 000 €
Observation au 31/12/2015
SOCIETAIRE 3643442 M - AGROCAMPUS OUEST
EVENEMENT
RISQUE
EXERCICE 2012
SITUATION
MONTANT DES
DEPENSES OU DES
EVALUATIONS
DONT SINISTRES
Nombre d'événements :
SOCIETAIRE 3643442 M - AGROCAMPUS OUEST
EVENEMENT
M 13 3972812 H
RISQUE
- Tempête neige grêle
EXERCICE 2013
SITUATION
Clos
MONTANT DES
DEPENSES OU DES
EVALUATIONS
DONT SINISTRES
- Dommages aux biens
Total événement :
8 025 €
8 025 €
6 760 €
6 760 €
TOTAL EXERCICE 2013
14 785 €
Total événement :
M 14 0134602 N
- Divers
Nombre d'événements : 2
Clos
- Dommages aux biens
LISTE DES EVENEMENTS RAQVAM
AVEC SINISTRE SUPERIEUR A 3 000 €
SOCIETAIRE 3643442 M - AGROCAMPUS OUEST
EVENEMENT
Nombre d'événements :
RISQUE
EXERCICE 2014
SITUATION
DONT SINISTRES
MONTANT DES
DEPENSES OU DES
EVALUATIONS