Telecharger - Outils RRD

Commentaires

Transcription

Telecharger - Outils RRD
Pages
Titres
TABLES DES MATIÈRES
REMERCIEMENTS.........................................................................................5
PREFACE DE PLAN-HAÏTI..............................................................................6
CHAPITRE I
COMMENT UTILISER LE GUIDE DE FORMATION
1.1
1.2
1.3
1.4
Introduction...................................................................................................................8
Organisation du Guide.....................................................................................................8
Public visé et But du Guide...............................................................................................9
Les méthodes de formation privilégiées.............................................................................9
CHAPITRE II
LE FORMATEUR ET LES PROCÉDÉS DE TRANSMISSION DE SAVOIR ET DE SAVOIR-FAIRE
2.1
2.2
2.3
2.4
2.4.1
2.4.
2.4.3
2.4.4
2.4.5
2.4.6
2.4.7
Qu'est ce qu'un Formateur ?...........................................................................................11
L'importance de la définition des objectifs pédagogiques....................................................11
Comment construire un plan de leçons ?..........................................................................11
Quelques procédés de transmission de connaissances.......................................................12
L'exposé....................................................................................................................12
La démonstration.........................................................................................................13
La manipulation d'objets................................................................................................14
L'expérimentation.........................................................................................................14
La discussion..............................................................................................................14
Les travaux en Atelier.....................................................................................................14
Les aides pédagogiques.................................................................................................14
CHAPITRE III
INITIATION A L'EDUCATION ENVIRONNEMENTALE RELATIVE A LA GESTIONDES
RISQUES ET DÉSASTRES
3.2
Titres
3.3
3.4
3.5
3.6
3.7
3.8
Pourquoi une Education Environnementale Relative à La Gestion des Risques et
Désastres ?.......................................................................................................17
Qu'est ce que l'Environnement et pourquoi est- il nécessaire de comprendre ses
composantes ?............................................................................................................18
Comprendre l'atmosphère et les changements climatiques ................................................19
Se préoccuper des Ecosystèmes.....................................................................................23
Prendre soin de la biodiversité........................................................................................24
La dégradation des sols et la désertification......................................................................27
Les ressources naturelles et l'énergie...............................................................................28
Les établissements humains et l'environnement..............................................................30
Page
3.1
Pages
Titres
3.9
TABLES DES MATIÈRES
Quelques exemples d'activités de formation à conduire autour du Chapitre..........................30
CHAPITRE IV
LES PREMIERS PAS DANS L'UNIVERS DES RISQUES ET DES DÉSASTRES
4.1
Qu’est ce qu'un phénomène naturel ?..............................................................................39
4.2
Qu'est ce que le Risque ?................................................................................................39
4.3
Qu'est ce que la Vulnérabilité ?.....................................................................................40
4.4
Qu'est ce qu'un Désastre ?.............................................................................................41
4.5
Définition d'autres concepts clés ...................................................................................41
4.5.1 Cyclones tropicaux........................................................................................................41
4.5.2 Onde de tempête..........................................................................................................42
4.5.3 Tsunamis....................................................................................................................43
4.5.4 Inondations.................................................................................................................43
4.5.5 Sécheresse....................................................................................................................3
4.5.6 Tremblements de terre..................................................................................................46
4.5.7 Glissements de terrain...................................................................................................46
4.6
Histoire des Désastres en Haïti.......................................................................................46
4.7
Pourquoi le Nord-Est est il exposé aux Risques et Désastres ?............................................47
4.8
Quelques exemples d'activités de formation à conduire autour du Chapitre..........................47
CHAPITRE V
ETRE INFORMÉ ET PRÉPARÉ
5.1
5.2
5.3
5.4
5.5
5.6
5.7
Considérations préliminaires.........................................................................................52
Cyclones et inondations.................................................................................................52
Sécheresse..................................................................................................................52
Tremblements de terre..................................................................................................53
L'organisation des premiers secours................................................................................53
Les mesures d'assainissement et de lutte contre les maladies transmissibles à prendre..........53
Quelques exemples d'activités de formation à conduire autour du Chapitre.........................53
CHAPITRE VI
ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET
6.1
6.2
6.3
6.4
6.5
6.6
Qu'est ce que la Gestion des Risques et Désastres............................................................55
La roue de la Gestion et la trilogie des consignes................................................................56
Les dispositions et structures envisagées par l'Etat pour gérer les risques et désastres en
Haïti............................................................................................................................56
Les systèmes d'alerte précoce........................................................................................58
La Gestion des Risques et Désastres à l'échelle communautaire : Préparation et mise en œuvre
d'un Plan de Réponse Communautaire aux Désastres Naturels...........................................59
Quelques exemples d'activités de formation à conduire autour du Chapitre..........................70
Page
Titres
BIBLIOGRAPHIE............................................................................................................73
REMERCIEMENTS
L'élaboration de ce Guide de Formation des
Formateurs a été financée par PLAN-HAÏTI en
association avec l'European Commission
Humanitarian Office (ECHO), à travers son
Programme de Prévention des Désastres dans
la Caraïbe (DIPECHO). Ce module de formation
a bénéficié de l'input des responsables de la
Direction de Protection Civile (DPC), du
Ministère de l'Intérieur tant par leurs
commentaires directs que par la mise à profit
de matériels de vulgarisation préparés par cette
Institution.
Ce Guide a été réalisé dans le cadre d'un
contrat liant PLAN-HAÏTI au Groupe de
Recherche et d'Action pour le Développement
Durable (GRADED). Les auteurs souhaitent
remercier l'ingénieur agronome Roosevelt
COMPERE de la DPC et les responsables de
Plan-Haïti, Madame Michaela KELLY, Messieurs
Gempsy FILS-AIME et Caton PAUL DENIS pour
leurs commentaires sur le texte.
Les remerciements s'étendent également à la
Direction Départementale de PLAN-HAÏTI
dans le Nord-Est pour avoir facilité le travail des
auteurs sur le terrain, en particulier la Directrice
régionale, Madame Myriam Joseph Valmé. Les
auteurs ne sauraient oublier les membres des
différents Comités Locaux de Protection Civile
mis sur pied par l'institution, les KPLS.
Les services d'édition comprenant le format et
le design ont été assurés par Edouard Dorval et
Frédéric Farah. La photographie de couverture a
été gracieusement fournie par l'ingénieur
agronome Yves-Robert PERSONNA du Groupe
RECEF.
5
PREFACE
naturelles, une emphase particulière a été placée
dans la gestion des risques et désastres naturels
pendant que l'institution
poursuit ses actions
structurantes dans les domaines précités. Plan-Haïti
a ainsi lancé le Projet d'Etablissement de Structures
de Préparation aux Désastres Naturels dans le
Nord-Est qui a touché 75,000 personnes dont 50%
d'enfants.
PREFACE DE PLAN-HAÏTI
Depuis près de dix ans, les populations d'Haïti vivent
dans une inquiétude angoissante liée à des
phénomènes météorologiques extrêmes qui
semblent augmenter de fréquence et d'intensité.
Cyclones, tempêtes, inondations, sécheresses
représentent de plus en plus un risque majeur pour
les huit millions d'haïtiens déjà confrontés à de durs
problèmes existentiels de tous les jours. Plusieurs de
ces évènements naturels ont tendance à se muer en
tragédies humaines.
Le Nord-Est d'Haïti est, en effet, considéré comme un
Département à haut risque en raison des
insuffisances en infrastructures sanitaires, d'eau
potable, de la présence de maisons mal construites et
des carences en infrastructures de communication ;
ce qui rend la population locale vulnérable. La
vulnérabilité de celle-ci est aussi exacerbée par
l'insécurité alimentaire et leur manque de
sensibilisation aux principes de base de la gestion
des risques et des désastres. Chaque année, lors de la
saison pluvieuse, des pans entiers de communautés,
notamment celles qui vivent le long des rivières,
demeurent isolés du reste du pays.
Dans ce contexte, l'année 2004 a été une année
particulièrement éprouvante pour les haïtiens. Dans
la nuit du 23 au 24 Mai 2004, une pluie de trois
heures a rasé, de la carte, la bourgade de Fonds
Veretttes, détruit le village de Mapou et occasionné
plus de 2,000 morts. En Septembre 2004, à l'occasion
du passage de la Tempête Jeanne, plus de 3,000
personnes ont péri en quelques heures aux
Gonaïves, la troisième ville du pays.
La publication de ce Guide de Formation des
Formateurs à la Gestion des Risques et Désastres
Naturels dans le Nord-Est d'Haïti rentre dans le
cadre du projet cité en référence. Elle représente une
étape importante dans les efforts de Plan-Haïti visant
à appuyer les communautés dans la préparation, la
prévention et la mitigation des désastres ainsi que
leur renforcement en vue de réduire la vulnérabilité
des couches marginalisées les plus pauvres.
Presque tout le pays devient pratiquement
extrêmement vulnérable et les populations pauvres et
défavorisées sont les plus exposées. Aujourd'hui, il est
admis que, pour favoriser le développement durable
des haïtiens, il faut impérativement réduire les
risques aux désastres
Haïti est l'un des 45 pays programmes de Plan
International. La vision de Plan est celle d'un monde
dans lequel tous les enfants peuvent réaliser leur
potentiel au sein des sociétés qui respectent leurs
droits et leur dignité. Tout le travail de l'institution
s'articule autour de l'amélioration de la vie des
enfants, afin de leur permettre de changer
durablement leur vie et leur avenir. Plan- Haïti
intervient principalement dans cinq domaines clés :
la santé, l'éducation, l'habitat, la sécurité alimentaire,
et la micro finance et la promotion des droits des
enfants.
Plan Haïti est convaincu qu'il est important d'initier
les communautés aux connaissances de base se
rapportant à l'environnement dans lequel se
produisent les catastrophes naturelles, de les
apprendre à recenser les dangers naturels, à évaluer
les menaces qui pèsent sur elles et leurs biens en vue
d'adopter des mesures susceptibles de diminuer
l'impact des désastres lesquelles doivent disposer de
solides connaissances à même de les aider à bien
comprendre comment et pourquoi les dangers
naturels se produisent et comment ils peuvent se
transformer en catastrophes.
Durant les années 2003 et 2004, face à
l'augmentation et à l'ampleur des catastrophes
6
PREFACE
Dans ce Guide de Formation des Formateurs, le
lecteur y trouvera des informations techniques et de
sensibilisation très importantes sur les cyclones, les
sécheresses, les inondations et d'autres catastrophes
naturelles et sur ce que les communautés peuvent
faire pour se donner les moyens d'y faire face.
Le présent Guide de Formation a été conçu pour
fournir aux formateurs, professeurs et aux élèves que
ces derniers vont former une bonne base en
environnement et couvrir les aspects les plus
fondamentaux de la Gestion des Risques et Désastres
Naturels. Nous espérons que le Gouvernement de la
République d'Haïti, les opérateurs de développement,
les organisations humanitaires, les organisations
communautaires de base, les professionnels, les
formateurs et animateurs en développement
communautaire le trouveront utile et instructif.
Rezene TESFAMARIAM
Directeur National
PLAN HAÏTI
7
COMMENT UTILISER LE GUIDE DE FORMATION
l'environnement global qui n'est pas bien géré et bien
maîtrisé. Il est inconcevable d'entrer de plein fouet
dans la question sans prendre le temps de
familiariser le public visé à la maÎtrise de ce prérequis fondamental que constitue l'Environnement.
CHAPITRE I
COMMENT UTILISER LE GUIDE DE FORMATION
1.1
Introduction
Ce Guide de Formation des Formateurs contient des
techniques et méthodes d'Education
Environnementale centrées sur la problématique de
la Gestion des Risques et Désastres Naturels.
Il existe une relation réciproque et interdépendante
entre Environnement et Prévention des Risques et
des Désastres. Cette relation se traduit par un cycle où
se trouve au centre, l'aggravation de l'environnement.
En périphérie gravitent de manière continue
désastres, pauvreté et vulnérabilité. L'interaction de
ces éléments est une réalité historique et permanente
en Haïti et une telle situation augmente de manière
dramatique la vulnérabilité et donc le risque dans le
pays. C'est pourquoi le Chapitre III est consacré à la
présentation d'un ensemble de sujets et d'enjeux
importants liés à l'Environnement que les élèves et
les membres de la communauté doivent maîtriser.
Il traite d'un ensemble de désastres qui ont l'habitude
de frapper ou sont susceptibles d'affecter les
populations du Département du Nord-Est d'Haïti où
PLAN-HAÏTI met en œuvre un Projet d'Etablissement
de Structures de Préparation aux Désastres. Ce Guide
représente l'un des extrants du Plan de
Communication et de Mobilisation Sociale conçu
dans le cadre de ce Projet.
La conception et l'exécution de ce Plan de
Communication et de Mobilisation Sociale ont été
confiées au Groupe de Recherche et d'Action pour le
Développement Durable (GRADED).
1.2
Le Chapitre IV initie le public à une série de concepts
qu'il importe de connaître dans le domaine des
risques et désastres. Il définit également les différents
phénomènes naturels à l'origine des désastres ainsi
que leurs mécanismes d'action.
Organisation du Guide
Le Chapitre V met l'accent sur un certain nombre de
consignes à appliquer pour une bonne préparation
des populations, de manière à réduire les
conséquences des désastres.
Le Guide est organisé en six (6) Chapitres.
Le Chapitre I, avec lequel le lecteur prend
présentement connaissance, introduit le formateur
au domaine de l'Education Environnementale : les
méthodes de formation privilégiées dans le contexte
de ce Guide. Il décrit également, la structure de ce
Guide.
Le Chapitre VI présente les ABC de la gestion des
risques et désastres liés aux phénomènes naturels
ainsi que la démarche d'élaboration d'un plan de
réponses des communautés par rapport à ces
problèmes.
Le Chapitre II a été conçu pour permettre aux
formateurs de perfectionner leurs talents en tant
qu'enseignants. Pour cela, le Chapitre leur offre
l'occasion de découvrir ce qu'est un Formateur et les
procédés généralement utilisés pour communiquer,
transmettre des connaissances, de nouveaux
comportements de manière à exécuter avec efficacité
leur travail de formateur en Gestion des Risques et
Désastres.
Le lecteur notera que pour les Chapitres III, IV, V et VI
la même organisation a été adoptée. La base
technique est présentée dans un premier temps. Les
dispositions pédagogiques, devant aider le formateur
à organiser ses leçons, concluent le Chapitre. Le
lecteur pourra observer, en outre, quand un terme
technique est utilisé pour la première fois, il est mis
en gras et sa signification est donnée.
Risques et Désastres représentent un aspect de
8
COMMENT UTILISER LE GUIDE DE FORMATION
1.3
Public visé et But du Guide
Le Guide est conçu pour introduire à la Gestion des
Risques et Désastres Naturels, les professeurs de
l'école primaire et les formateurs de Plan Haïti. Ce
sont des gens qui sont déjà impliqués dans une
situation de formation : ils donnent des cours ou ils
animent des sessions de formation pour des
personnes (élèves ou adultes) que nous appelons des
apprenants.

fois ;
20% de ce que nous voyons et entendons à la
40% de ce que nous discutons avec les autres ;

80% de ce que nous expérimentons
directement au travers d'activités pratiques ;

90% de ce que nous nous efforçons de
transmettre aux autres à travers des activités
pratiques.
Le Guide a dès le départ, pris une orientation très
pratique et focalisée sur les apprenants. Chaque
activité de formation est structurée selon les
composantes suivantes :

un titre donnant une idée du sujet et de
l'activité à conduire ;

Bien que ce Guide soit destiné principalement aux
professeurs et formateurs de Plan Haïti, il peut être
aussi utilisé comme un document de départ, pour un
curriculum et la promotion de l'Education
Environnementale centrée sur la problématique des
risques et désastres, par un public plus large
constitué de professionnels opérant dans les activités
de développement en Haïti.
l'objectif de l'activité formulé en termes de
capacités cognitives, de savoir faire et de valeurs à
être accomplies par les élèves ;

une idée principale pour aider le formateur à
rester centré;

une liste de matériels nécessaires pour
conduire chaque activité ;

une description étape par étape, de la
procédure à suivre pour mener les activités ;
Les méthodes de formation privilégiées
L'approche pédagogique utilisée accorde une large
part aux méthodes de formation et aux techniques de
l'apprentissage actif basées sur l'observation, la
lec ture, la discussion, la manipulation,
l'expérimentation et la participation.

des suggestions sur la façon d'évaluer
l'activité et les performances de l'élève.
Le Guide accorde également une grande importance
au feedback: une façon de vérifier si le message a été
bien transmis. Si les élèves constituent le principal
groupe cible au niveau des activités de formation à
conduire, des activités relatives au développement
d'un plan de réponse par les communautés aux
Les expériences menées en matière d'éducation
montrent en effet que nous apprenons et nous nous
souvenons de :

15% de ce que nous voyons ;

La formation est conçue pour accroître la
connaissance de cet auditoire sur l'environnement, la
nature des catastrophes et leur gestion. Ce qui devrait
déboucher sur de meilleures prestations dans les
activités de formation que les apprenants sont
appelés à animer dans la perspective de préparation
des populations locales (élèves, enfants, agriculteurs,
Comités locaux de Protection Civile, utilisateurs de
ressources locales etc.) contre les catastrophes
naturelles et dans les actions de réponse.
1.4

10% de ce que nous entendons ;
9
COMMENT UTILISER LE GUIDE DE FORMATION
désastres, seront cependant développées avec les
Comités Locaux de Protection Civile, eu égard au
niveau de responsabilités inhérentes à une telle
opération.
Les exemples d'activités développés le sont à titre
indicatif. Les formateurs, après maîtrise du contenu
de la base technique de ce Guide de Formation, sont
encouragés à faire preuve d'imagination en
proposant leurs propres activités.
10
TRANSMISSION DE SAVOIR ET DE SAVOIR-FAIRE
d'une formation. Les objectifs pédagogiques
indiquent de manière détaillée des aptitudes que
l'apprenant va acquérir au cours de la formation.
CHAPITRE II
LE FORMATEUR ET LES PROCÉDÉS
DE TRANSMISSION DE SAVOIR ET DE SAVOIR-FAIRE
Ce Chapitre vise à aider les Formateurs à savoir
comment concevoir ses activités de formation à
l'intention des représentants de la population qu'ils
vont former à la Gestion des Risques et des Désastres
Naturels. Les Formateurs y trouveront des outils leur
permettant d'utiliser de façon appropriée les
informations techniques contenues dans les
Chapitres 3 à 6 de ce Guide de Formation.
2.1
Dans les objectifs pédagogiques se cachent, comme
on l'a vu plus haut dans le point traitant de la
définition du Formateur, trois catégories d'objectifs :
 Les objectifs de savoir ou objectifs cognitifs :
le savoir, ici, n'est pas uniquement se souvenir des
informations c'est aussi comprendre et interpréter
une situation et résoudre un problème posé. Exemple
: observer une zone après le passage d'un cyclone,
interpréter ce qui s'est produit et décider que la
communauté va faire quelque chose à ce sujet ;
Qu'est ce qu'un Formateur ?
Un Formateur est une personne qui enseigne avec
méthode, c'est à dire, de façon structurée, planifiée et
organisée. On dit que le Formateur forme. Ce qui veut
dire qu'il est appelé à transmettre une connaissance
intellectuelle qui est le savoir, un comportement ou
une action qu'on appelle un savoir-faire, des
attitudes qu'on désigne souvent par le terme savoir
être.

Les objectifs de savoir-faire ou objectifs
psychomoteurs : ils concernent l'habileté, la dextérité
dans la manipulation d'éléments, l'acquisition
d'automatismes. Exemple : La communauté dispose
d'un Plan de réponse communautaire aux
désastres et chacun sait ce qu'il doit faire lorsque
se produit cette situation d'urgence ;
Rôle du Formateur

Les objectifs de savoir-être ou objectifs
affectifs : ils désignent les attitudes et les valeurs que
les apprenants doivent prendre en considération.
Exemple : Nous devons être imbus de la nécessité
de protéger notre Environnement pour limiter les
dégâts lors du passage d'un phénomène naturel :
inondation, cyclone etc.
Le Formateur disposera d'une connaissance
technique du contenu de l'activité de formation qu'il
va conduire. Il planifiera une démarche pour exécuter
cette activité. Sa démarche indiquera comment il fixe
ses objectifs de formation, comment il va organiser
les différents savoir à transmettre et comment il va
évaluer la formation donnée.
Un objectif pédagogique bien rédigé doit comprendre
a) une action qui sera réalisée par l'apprenant b) les
conditions dans lesquelles la performance doit se
réaliser c) les critères de performance pour situer les
résultats acceptables.
Dans le contexte de ce Guide de Formation, le
Formateur va transmettre un savoir, un savoir-faire
et un savoir-être en matière de Gestion des Risques
et Désastres naturels.
Pourquoi est-ce nécessaire que le Formateur
définisse des objectifs pédagogiques ?
2.2
L'importance de la définition des objectifs
pédagogiques
1.
Les objectifs pédagogiques facilitent
l'évaluation : tant que vos objectifs ne sont pas
définis, on ne saurait parler de l'efficacité de
l'enseignement ou de la formation.
En matière de formation, les objectifs sont des
descriptions des résultats que le Formateur ou les
personnes en formation souhaitent atteindre à la fin
11
TRANSMISSION DE SAVOIR ET DE SAVOIR-FAIRE
2.
Les objectifs aident à communiquer avec
l'apprenant : il est important que les apprenants
soient au courant des objectifs poursuivis. Cela leur
permet de mieux s'orienter.
2. ______________________________
3. _______________________________
4. _______________________________
3.
Les objectifs aident le Formateur à
construire de meilleures actions de formation : il
peut choisir ses méthodes de formation et planifier
ses séquences.
5. _______________________________
Evaluation :
2.3
Comment construire un plan de leçons ?
NB : L'idée principale est le message principal que
contient la leçon. Il devra aider le Formateur à rester
centrer sur ce qu'il a à faire et à ne pas dévier de son
objectif. Les matériels nécessaires désignent ce dont
le Formateur a besoin pour exécuter la leçon :
tableau, craies etc. Les procédures sont les différentes
tâches à accomplir par le Formateur et les apprenants
pour faciliter l'exécution de la leçon. L'évaluation sert
à mesurer si les objectifs, les aptitudes ont été
atteints.
La leçon est ce que nous appelons dans ce Guide,
l'activité de formation à conduire. Le Formateur y
trouvera des exemples ou des modèles à la fin des
Chapitres III, IV, V et VI de ce Manuel. Ils peuvent s'en
inspirer pour organiser leurs propres leçons. Le
modèle type d'un plan de leçons est présenté dans
l'encadré ci-après. Il est réparti en six (6) étapes :
LA CONSTRUCTION DU PLAN DE LEÇONS
Titre de la leçon ou
de l'activité : _________________________________
2.4
Quelques procédés de transmission de
connaissances
Objectifs : 1. _________________________________
Le Formateur, dans son métier, peut utiliser une
variété de procédés pour enseigner, transmettre les
différents types de connaissances. Dans ce Guide de
Formation, nous présentons quelques-uns d'entre
eux. Le Formateur pourra choisir les démarches
d'enseignement qui lui conviennent.
2. _________________________________
Idées principales :
1. __________________________________
2.4.1 L'exposé
2. __________________________________
L'exposé est le procédé généralement utilisé par les
Formateurs et les enseignants. C'est l'exemple des
cours magistraux où le professeur parle et les élèves
écoutent. Mais en matière de formation, il existe des
règles à suivre pour que l'exposé produise des
résultats recherchés. Voici quelques conseils à suivre :
Matériels nécessaires :
Procédures :
1.
1. _________________________________
12
Les objectifs de l'exposé
TRANSMISSION DE SAVOIR ET DE SAVOIR-FAIRE
2.
3.
4.
La présentation des concepts
La règle de trois
Les exigences de la communication orale
les choses trois fois.
Une première fois, il faut qu'il annonce qu'il va parler
de ce sujet : “Je vais vous parler de ce que c'est un
Risque”
Bien préciser les objectifs de l'exposé :
La deuxième fois, il faut qu'il en parle effectivement : “
On peut définir le Risque comme …”
Nous avons déjà vu les avantages de la formulation
des objectifs en pédagogie (l'art d'enseigner). Même
pour un simple exposé, il est utile de préciser ses
objectifs car il rassure l'apprenant et lui permet de
bien suivre l'exposé pendant qu'il se déroule.
La troisième fois, il faut que le Formateur dise qu'il en
a parlé : “Je viens de vous dire ce qu'il faut
comprendre par le concept du Risque”
Bien présenter les concepts :
Respecter les exigences de la communication
orale :
Un concept est une présentation abstraite (contraire
de concret) d'un certain nombre de phénomènes ou
de réalités. Exemple de concepts : Risque, Désastre
naturel, Menace, Vulnérabilité etc.
Il faut savoir que la communication orale a ses
exigences et que le style écrit est complètement
différent du style oral. Par exemple, le style écrit utilisé
pour présenter les bases techniques de ce Manuel,
dans les Chapitres III, IV, V et VI, n'est pas du tout celui
qui peut être compris spontanément par l'oreille.
Les concepts associés à la leçon doivent être bien
présentés. Permettre à quelqu'un de bien maîtriser un
concept c'est lui faciliter une double démarche de
l'esprit :
En général, on recommande :
1.
Tout d'abord on effectue un mouvement de
généralisation c'est à dire, on prend des exemples
auxquels s'applique le concept. Exemple : Les
désastres naturels recouvrent tous les désastres
résultant de la colère de la Nature où l'homme n'a pas
un rôle premier dans son déclenchement. Il s'agit par
exemple de cyclones. Pour comprendre la
vulnérabilité, nous allons utiliser l'image d'un œuf et
d'un gallon. Un œuf est beaucoup plus fragile qu'un
gallon et peut s'écraser plus facilement etc.

D'utiliser des phrases courtes, simples et
indépendantes. Soyez affirmatif : “L'Environnement
est tout ce qui nous entoure ” ;

D'avoir recours à des images pour faciliter la
compréhension, la rétention de l'information et
obliger l'esprit à un effort de décryptage. Exemple :
L'image de l'œuf et du gallon pour décrire la
vulnérabilité ;

De gérer son regard (regarder le public-cible
en face), sa voix (éviter des tremblements de voix,
adopter une voix grave qui rassure), sa posture (bien
se tenir, éviter des appuis au dos, aux épaules et à la
poitrine)
2.
Ensuite, on l'apprend à éviter la confusion
avec d'autres concepts apparentés. Par exemple, ne
faites pas la confusion entre désastres naturels et
désastres provoqués par l'homme.
Respecter la règle de trois :
2.4.2 La démonstration
La règle de trois que l'on connaît si bien en
Arithmétique s'applique également à l'exposé. Pour
qu'il y ait une bonne communication entre le
Formateur et les apprenants, le Formateur doit répéter
Le Formateur présente un processus, une opération et
l'apprenant observe. Par exemple, le Formateur
13
TRANSMISSION DE SAVOIR ET DE SAVOIR-FAIRE
présente comment on va organiser la visite d'une
localité frappée par un désastre, quels aspects on va
observer et sur quoi va se dérouler la prise de notes.
concevoir un exercice de discussion.
2.4.6 Les travaux en Atelier
On se référera au modèle du plan de leçons pour
présenter une démonstration.
Un Atelier est un lieu où les gens se réunissent en
petits groupes pour exécuter un travail bien précis. Il
facilite mieux les échanges que lorsqu'on est en
grand groupe et les participants donnent un meilleur
rendement.
2.4.3 La manipulation d'objets
L'apprenant est amené à développer une habileté
manuelle ou perceptuelle, en manipulant des
éléments. Exemple : La manipulation des objets pour
se représenter l'Effet de Serre.
Pour bien réaliser les travaux d'atelier, le Formateur
suivra les séquences ci-après :
1. Il détermine le nombre de groupes à former et qui
fera partie de tel ou tel groupe. On se sert
généralement de la technique de comptage de 1 à 5
ou de 1 à 10 dépendamment du nombre de
participants. On commence à compter et on demande
à chacun de se rappeler son numéro d'affectation et à
tous les participants ayant les mêmes numéros de se
rassembler. Les groupes sont ainsi formés.
On se référera au modèle du plan de leçons pour
présenter une manipulation d'objets.
2.4.4 L'expérimentation
L'apprenant s'engage dans une activité en suivant
certaines consignes. L'analyse des résultats lui
permettra de tirer certaines conclusions. Exemple :
l'observation de l'air dans l'atmosphère, au travers de
l'activité de construction d'un cerf volant et de l'action
de le faire voler.
2. Il définit clairement la tâche à accomplir : en
général, ce sont des questions auxquelles les
participants doivent apporter une réponse ;
3. Il indique les résultats qu'on attend du groupe ;
On se référera au modèle du plan de leçons pour
présenter une expérimentation.
4. Il fixe la durée des travaux ;
2.4.5 La discussion
5. Il explicite les règles de fonctionnement des
groupes. Chaque groupe aura un animateur qui
conduit les discussions. Il donne la parole et s'assure
qu'il y ait consensus sur ce que le groupe retient
comme décisions. Un secrétaire qui transcrit les
notes et présente les travaux en plénière ;
La discussion est un échange d'informations ou de
points de vue sur un sujet ou un problème, dans le
but d'arriver à des conclusions ou à des décisions. La
discussion peut se dérouler au sein d'un groupe
d'élèves ou encore entre le Formateur et les
participants.
6. Il passe entre les groupes pour répondre à des
questions d'éclaircissement et fournir de plus amples
orientations sur les objectifs à atteindre.
En général, on démarre la discussion en posant des
questions. On prend soin de choisir un modérateur.
On s'assure que la discussion reste bien dan le cadre
du sujet proposé et qu'il n'y ait pas de débordements.
Le Formateur réalise un résumé ou une synthèse. Ill
met en évidence les principaux points de conclusion.
2.4.7 Les aides pédagogiques
Les aides pédagogiques sont des outils utilisés
comme auxiliaires de formation pour permettre au
Formateur d'être plus efficace. On distingue
On se référera au modèle du plan de leçons pour
14
TRANSMISSION DE SAVOIR ET DE SAVOIR-FAIRE
différentes sortes d'aides pédagogiques. Le
Formateur y fera un choix selon les objectifs
pédagogiques qu'il poursuit. Ill est important qu'il soit
formé à l'utilisation de ces aides. Par ailleurs,
beaucoup de ces aides peuvent ne pas être à la
portée des Formateurs dans le Nord-Est. Le PLANHAÏTI pourra s'aviser à apporter un appui en ce sens :
de savoir-être. Il a l'avantage d'introduire la vie et la
réalité que l'on veut présenter. En formation, projeter
un film ce n'est pas comme lorsqu'on va au cinéma
pour se distraire.
Sa projection est préparée par un travail de
discussion pour repérer les perceptions que les
apprenants ont du sujet qui sera présenté, un
questionnaire pour situer les connaissances, un
travail de présentation du film par le Formateur afin
de préparer un terrain d'écoute.
Les documents écrits :
Les supports écrits peuvent être nombreux : livres,
texte à analyser, notes de synthèse etc. Ils sont
particulièrement utiles pour atteindre les objectifs du
savoir. Le Formateur peut utiliser le texte écrit comme
un rappel et un prolongement de ce qu'il dit ou
comme une source de savoir.
La projection du film peut être interrompue par des
arrêts pour effectuer, avec les apprenants, les
analyses partielles.
B) Le rétroprojecteur :
L'utilisation des tableaux :
Le rétroprojecteur est un appareil qui sert à projeter
sur un écran des informations (textes, dessins, photos
etc.) inscrites sur de feuilles de papier plastique
spéciales qu'on appelle transparents, des acétates.
On a tendance à remplacer le tableau noir par un
tableau de papier soutenu par un chevalet (un
support) que nous appelons en Haïti Flip Chart. Le
tableau vient en appui et illustre les objectifs du
savoir. Pour une bonne utilisation du tableau, voici
quelques consignes à respecter :
Le rétroprojecteur est conçu pour une utilisation
animée. En général, on décompose l'information à
transmettre en utilisant une cache et on dévoile le
document par étapes. Il vient en appui à l'atteinte des
objectifs de savoir et de savoir-être. La mémoire
retient peu ce qui est simplement entendu.
1. Ne parlez pas en écrivant, ce qui vous empêche de
vous adresser au groupe.
2. Ne masquez pas ce qui est écrit en vous
Interposant entre le tableau et les apprenants.
Le Formateur se placera à coté du rétroprojecteur.
L'appareil ne doit pas s'interposer entre lui et les
apprenants. L'image est projetée, soit sur un écran,
soit sur un mur blanc.
3. Utilisez de grands caractères.
4. Dans le cas d'un Flip Chart, utilisez des feutres de
différentes couleurs et afficher sur les murs de la
salle certaines feuilles auxquelles il est utile de se
reporter durant la séance : objectifs, idées principales,
procédure ou plans de travail etc.
Les enregistrements :
L'instrument type est le magnétophone que les gens
en Haïti désignent sous le nom d'appareil de tape. Le
magnétophone peut être utilisé pour présenter des
enregistrements de radio des enregistrements
originaux sur les désastres. Le formateur peut alors
utiliser ces enregistrements et analyser avec les
apprenants le contenu d'une activité de formation.
Les projections :
Elles peuvent prendre diverses formes :
A) Le film :
Le film est un bon moyen pour accomplir les objectifs
15
TRANSMISSION DE SAVOIR ET DE SAVOIR-FAIRE
L'utilisation des ressources locales en matière
De formation :
Le recours à des objets locaux peut aider
énormément à illustrer les activités de formation et à
faciliter la transmission de messages, de consignes
appropriés notamment en matière de risques et de
désastres. Dans ce contexte, les Formateurs peuvent
s'aviser à utiliser le bambou ou vaksin-n, le sifflet, la
cloche, le lambi etc. Toutefois, ils doivent s'entendre
avec les membres de la communauté sur un code
commun c'est à dire, sur la signification de chacun
des instruments pour la gestion d'un aspect
particulier d'un désastre. Exemple : La cloche pour le
rassemblement, le lambi pour signaler un danger etc.
16
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
nous devons être à même de faire face aux problèmes
qu'ils suscitent par le biais de mesures de prévention
et de préparation appropriées.
CHAPITRE III
INITIATION A L'EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
RELATIVE A LA GESTION DES RISQUES ET
DÉSASTRES
3.1
Pourquoi une Education Environnementale
Relative à la Gestion des Risques et Désastres ?
Le sens et le rôle d'une Education
Environnementale Relative à la Gestion des
Risques et des Désastres
L'Education Environnementale (EE) est un processus
d'apprentissage et de formation qui nous apprend à
ne pas détruire notre Environnement et nous
enseigne comment le protéger et le maintenir dans
un état d'équilibre où tous les êtres vivants et les
éléments non vivants qui y existent, trouvent leurs
comptes.
Introduction
C'est avec préoccupation qu'on assiste que ce soit
dans le monde entier et en Haïti, à la recrudescence
de phénomènes météorologiques et climatiques
extrêmes ( inondations, cyclones tropicaux,
sécheresses etc.) d'une ampleur sans précédent.
En Haïti, les années 90 et 2000 dans leur ensemble,
notamment l'année 2004, ont été les années les plus
terribles jamais enregistrées depuis le début des
relevés sur les catastrophes naturelles dans le pays.
Les phénomènes naturels tels cyclones, sécheresses
et inondations ont toujours existé. Mais, ce qui a
changé, c'est l'ampleur des dégâts qu'ils
occasionnent et qui nous indique que quelque chose
de grave s'est produit au niveau de l'environnement.
Chaque année, les haïtiens sont de plus en plus
exposés à des dizaines de dangers naturels. Le
nombre de victimes a tendance à augmenter et les
conséquences économiques ne cessent de prendre
de l'importance.
La Nature c'est à dire les Montagnes, les arbres, les
roches etc. ne peut plus nous protéger. Nous sommes
victimes du déchaînement des forces de cette Nature.
L'EE offre des opportunités à chaque personne :
Les catastrophes naturelles privent Haïti de
ressources financières qui auraient pu être
consacrées au développement économique et social
c'est à dire à la construction de routes, d'écoles,
d'hôpitaux, de centres de santé etc.

d'acquérir la connaissance, les valeurs, les
attitudes, l'engagement et les compétences
nécessaires pour protéger et améliorer
l'environnement ;

d'adopter de nouveaux schémas de
comportement individuels, de groupes et de société
vis à vis de l'environnement.
Le Gouvernement, les autorités locales, les
organisations à caractère humanitaire, les ONG, les
organisations communautaires, bref la société
haïtienne dans son ensemble commencent à se
rendre compte que les collectivités ont tout intérêt à
réduire les impacts et les coûts des dangers naturels
pour la santé, la société, l'économie et
l'environnement.
Une Education Environnementale centrée sur la
Gestion des Risques et Désastres Naturels, devra
s'attacher à développer en nous, quatre (4) groupes
de capacités que nous appelons les quatre piliers
d'une EE sur les Risques et Désastres :
Nous ne pouvons empêcher un cyclone tropical de se
former. Mais nous sommes cependant capables par
l'éducation à nous prémunir de ses effets. Et comme
les phénomènes naturels ne sont pas près de cesser,

L'Information : les individus et les groupes
sociaux doivent être au courant et être sensibles à ce
qui se passe au niveau de l'environnement et des
17
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
problèmes associés notamment les risques et les
désastres ;
dommages à l'une de ces sphères, nous mettons
notre vie en danger ainsi que celle d'autres formes de
vie. Nous devons donc respecter et protéger cette
interdépendance.

La Connaissance : elle aidera les groupes
sociaux et les individus à acquérir des expériences
diversifiées et une compréhension de base sur
l'environnement et les problèmes associés ;
Les composantes de l'Environnement ou
l'Environnement vu comme un système

Les Attitudes : l'acquisition de nouvelles
compétences pour identifier et résoudre les
problèmes environnementaux ;
Les roches, les sols, l'eau, l'air, les plantes, les
animaux et les hommes ont des effets l'un sur l'autre.
L'Environnement doit être vu dans sa globalité
comme un ensemble de systèmes interconnectés naturels ou biophysique, anthropique ou social, à
l'intérieur desquels, tous les organismes vivants interagissent.

La Participation : être impliqué à tous les
niveaux des efforts ou du travail de résolution des
problèmes environnementaux.
Un système est un ensemble de composantes ou de
processus qui fonctionnent comme des parties
coordonnées d'une seule structure. Par exemple, une
voiture est un système mécanique dont chaque pièce
a des fonctions spécifiques et dont le fonctionnement
de l'ensemble fait rouler le véhicule. Un problème
dans le plus petit élément, le filtre à gaz ou le filtre à
Huile par exemple, peut empêcher le véhicule de
rouler.
3.2
Qu'est ce que l'Environnement et pourquoi
est-il nécessaire de comprendre ses composantes ?
Introduction
L'Environnement est un ensemble d'éléments qui
nous entourent, biotiques et abiotiques (c'est à dire
vivants et non vivants) et de conditions qui
influencent la vie d'un individu, des organismes et
populations incluant les hommes. En d'autres termes,
l'environnement est constitué de différentes
composantes et de processus qui sont reliés les uns
aux autres avec l' homme au centre des activités qui
exerce une influence majeure sur le devenir de
l'environnement.
On a pris l'habitude de diviser l'environnement de la
Terre en zones ou couches appelées sphères. Les sols
en surface et les roches de la Terre forment la
lithosphère. L'eau dans toutes ses formes est
désignée par l'hydrosphère. L'air qui entoure la Terre
est appelée atmosphère. Les portions de la Terre et de
l'atmosphère qui sont capables de supporter la Vie,
sont connues sous le nom de biosphère. On définit
également la biosphère, comme l'ensemble des
écosystèmes (voir plus loin) qui permettent la vie.
Les préoccupations pour l'environnement doivent
être vues comme un ensemble qui s'intègre. Quand
un stress (effet extérieur) est exercé sur un système
environnemental (physique, biologique ou social), les
répercussions sont ressenties sur les autres systèmes.
Ex: Les méthodes de culture inappropriées sur
terrains déclives ( en pente) provoquent de l'érosion.
Celle-ci à son tour, affecte la croissance des plantes et
des animaux.
Ces sphères sont connectées à travers une variété de
processus. Par-dessus tout, ces sphères affectent la
Vie. Ceci signifie quand nous causons des
18
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
Environnement
Physique
Evaporation
Evapo-transpiration (ET)
Environnement
Biologique
- Atmosphère
- Hydrosphère
- Pédolithosphère
- Faune
- Flore
- Ecosystème
Précipitation (P)
Nappe phréatique
ENVIRONNEMENT
Ruisselement (R)
Océan
Infiltration (I)
Environnement Social
- Socio-économique
- Socio-culturel
- Infrastructure
- Humain
Fig 2 – Le cycle de l’eau
Fig 2.-Le cycle de l’eau
Source GRADED 2005
C - lithosphère
Fig 1 – L’Environnement vu comme un ensemble de systèmes
Se réfère aux formes de terrain, à la création de sols et
aide à supporter les formes de vie. La lithosphère se
rapporte également aux roches (Quartz, Feldspath,
Mica) où, selon l'origine, l'on distingue les roches
ignées, sédimentaires, métamorphiques.
Fig 1.-L’environnement vu comme une ensemble de systèmes
Source GRADED 2005
L'Environnement physique
L'Environnement physique inclut l'atmosphère,
l'hydrosphère et la lithosphère
L'Environnement biologique
L'environnement biologique inclut la flore (ensemble
des plantes), la faune (ensemble des animaux) et les
micro-organismes comme les bactéries. La
Flored'Haïti est composée de 5,000 espèces de
plantes vasculaires (plantes complètes à racines,
tiges, feuilles) tandis que la faune est constituée de
plus de 2,000 espèces animales.
A -Atmosphère
L'existence de tous les êtres vivants, dépend de
l'atmosphère. L'air que l'on respire, contient un
certain nombre de gaz naturels. L'air peut être
contaminé par des gaz et fumées toxiques provenant
de l'industrie et du trafic routier.
L'environnement social
B- Hydrosphère
L'environnement social est le résultat de l'effet des
activités humaines sur l'environnement naturel:
habitats humains, technologie utilisée.
L'hydrosphère comprend les océans, les lacs, rivières,
étangs etc. L'eau couvre presque 71% de la surface de
la planète. L'eau est en mouvement permanent de la
terre vers la mer et l'atmosphère et forme le cycle de
l'eau. Quand le cycle de l'eau est rompu,
l'environnement s'en ressent. Les principaux
désastres naturels enregistrés ces derniers temps en
Haïti peuvent être, à juste titre, interprétés comme une
manifestation de la rupture du cycle de l'eau.
Pluie = ET + R + I où ET : Evapo-transpiration ; R
Ruissellement I : Infiltration
3.3
C o m p r e n d r e l ' at m o s p h è r e e t l e s
changements climatiques
Introduction
L'atmosphère, on l'a vu, est une couche d'air qui
entoure la Terre. Cette couche s'étend verticalement,
de plusieurs kilomètres au-dessus de la surface de la
:
19
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
Terre. L'Atmosphère est divisée en deux grandes
composantes : la basse atmosphère et la haute
atmosphère. Les composantes de l'atmosphère sont à
l'origine des changements de temps.
Les couches de l'atmosphère :
100
L'atmosphère de la terre est une structure complexe
qui soutient toutes les formes de vie sur terre. L'air
que nous respirons provient de cette couche. Les
hommes, les animaux et les oiseaux ont besoin de
l'oxygène qui représente près de 21% des gaz dans
l'atmosphère. Les réactions chimiques au niveau de
certains organismes nous procurent ce gaz essentiel.
Par exemple, les plantes dans le processus de
photosynthèse, libèrent de l'oxygène comme sous
produit. Les êtres humains et les autres organismes
qui ont besoin de l'oxygène pour vivre, respirent cet
oxygène dégagé par les plantes. Lorsque les êtres
humains respirent, ils relâchent du gaz carbonique
comme produit de déchet.
Thermosphère
80
Mesosphère
60
-----------Stratopause------------------------------------------
Haute
atmosphère
40
Stratosphère
ozone
Basse
atmosphère
20
--------Tropopause--------------------------------------------Km 0 Troposphère
Fig 3.- Représentation schématique des couches de l'atmosphère
Source: GRADED 2005
L'environnement immédiat est la troposphère
(atmosphère la plus basse) en contact avec la surface
de la terre : la vapeur d'eau, les phénomènes du
temps, zone de concentration des polluants.
La prochaine couche est la stratosphère: 50 km audessus de la terre : au-dessus des nuages, vol des
avions . Présence de l'ozone.
Dans la haute atmosphère se retrouve un manteau
protecteur composé d'un oxygène spécial connu sous
le nom d'ozone. Ce manteau protège la terre des
rayons ultra-violets du soleil. Le chauffage direct de la
terre par ces rayons, est une menace pour la Nature et
la santé. Il peut causer le cancer de la peau chez les
animaux, les humains et endommager les plantes.
Mésosphère : 3ème couche : 80 km au dessus de la
surface de la terre ; l'ozone est également présent.
Thermosphère
ou hétérosphère (Haute
atmosphère) : au dessus de 80 km ; abondance de
gaz en couches séparées
Composition de l'Air :
Ionosphère (Haute + basse atmosphère) : On retrouve
les particules électriques appelées ions (ondes de
radio). Cette couche rend possible la communication.
L'Air est une collection de gaz invisibles retrouvés
dans l'Atmosphère. L'Air contient de l'énergie ; c'est ce
qui le fait bouger les objets. Il est constitué d'éléments
suivants :
Azote:
78.03%
gaz inertes :
Oxygene:
20.99
Argon
0,84
Gaz carbonique
0.03
Hydrogène
0.01
Vapeur d'eau (quantité infinitésimale)
Le climat et les changements climatiques
Le climat est défini comme l'état moyen de
l'atmosphère sur une période de temps donnée en un
lieu géographique particulier. En général, nous avons
une idée du climat à travers un certain nombre de
paramètres ou caractéristiques météorologiques
comme la température, les hauteurs de pluie, la
vitesse et la direction du vent, l'humidité, la
nébulosité (caractère nuageux du ciel), et les
phénomènes météorologiques extrêmes tels que les
Autres
Helium
ozone
xenon
20
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
Un qualificatif est souvent attribué au climat pour le
désigner : climat tropical, subtropical, tempéré, sec,
humide, froid, maritime.
L'effet de serre est une caractéristique naturelle de
certains gaz de l'atmosphère. Cependant, l'homme va
contribuer, en modifiant la composition de
l'atmosphère, à augmenter la quantité d'énergie
retenue par elle. Il survient alors, un phénomène de
déséquilibre climatique dit de réchauffement global
qualifié aussi de changements climatiques
Pour comprendre le changement climatique, il faut
avoir une idée claire sur ce que c'est le système
climatique terrestre. Ce système comprend
l'atmosphère, les océans, les terres émergées, la
cryosphère (la neige et la glace) et la biosphère. Il
existe d'étroites relations entre ces diverses
composantes du système climatique. Des
changements dans l'un de ces systèmes, ont des
répercussions sur les autres et ont de lourdes
conséquences pour le genre humain et bien d'autres
organismes vivants.
Au niveau de notre Planète, le principal Gaz à Effet
de Serre (GES) est le gaz carbonique ou dioxyde de
carbone ou C02, produit final de la combustion des
matériaux contenant du carbone et ultime
destination des composés carbonés digérés par les
cellules vivantes en présence d'oxygène. Sa
contribution aux changements climatiques, est
extrêmement grande, car il est le principal GES
anthropique (c'est à dire d'origine humaine) qui
influe sur le bilan d'énergie de la Terre. La vapeur
d'eau joue aussi un rôle très important, mais ses
effets sont surtout perceptibles à l'échelle locale.
Le méthane (CH4) est le deuxième GES en importance
qu'on trouve dans les endroits à rareté d'oxygène
comme les sédiments des lacs ou des océans, le sol
des rizières, les endroits où l'on retrouve de grandes
quantités de matière organique comme les sites
d'enfouissement sanitaire. Il est aussi le principal
composant du gaz naturel où, dans les gisements
pétroliers, il est le produit de la dégradation par les
bactéries des molécules organiques précédant la
formation de pétrole.
PHOTO 1 - Le climat de demain
Source: OMM 2003.-
Normalement, la vie humaine n'est possible sur terre
qu'en raison de l'énergie émise par le Soleil et d'un
phénomène connu sous le nom d'Effet de Serre par
lequel des gaz tels que la vapeur d'eau ou le gaz
carbonique retiennent une partie de l'énergie
réfléchie par la surface de la Terre. On dit Effet de
serre parce qu'à l'image d'une serre l'énergie
calorifique est retenue dans l'atmosphère et ne peut
pas s'échapper.
La concentration du méthane dans l'atmosphère est
influencée par l'activité humaine. C'est l'agriculture,
en particulier l'élevage et la production de riz qui
représente la principale source anthropique de
méthane. Elle est suivie par la décomposition dans
les sites d'enfouissement sanitaire et les fosses à
fumier.
L'effet de serre est un phénomène physique naturel
propre au système terrestre. Il permet d'équilibrer la
température moyenne de la Terre à un niveau
suffisant pour que la majeure partie de l'eau
demeure sous forme liquide.
C'est à travers le cycle du carbone que se réalisent les
augmentations planétaires de méthane et de gaz
carbonique. Le cycle du carbone est l'expression
utilisée pour décrire le mouvement de carbone (sous
diverses formes, telles que le dioxyde de carbone)
dans l'atmosphère, les océans, la biosphère terrestre
Il participe ainsi au maintien de la vie sur Terre,
compte tenu du fait que la plupart des formes de vie
ont besoin d'eau sous forme liquide, pendant au
moins une partie de leur cycle vital.
21
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
et la litosphère.
D'autres gaz, en dehors du gaz carbonique et du
méthane, contribuent à l'effet de serre et sont
susceptibles de participer au changement du climat.
Il s'agit particulièrement de l'oxyde nitreux et les
Chlorofluorocarbones (CFC).
En dehors de l'atmosphère, le carbone est stocké dans
la végétation, les sols et les océans. Les océans
contiennent la plus large quantité de carbone,
environ 50 fois plus que les écosystèmes terrestres.
De toutes les unités biologiques, l'océan représente
donc le plus grand lieu de stockage de carbone. La
végétation et les sols forment la majeure source de
stockage de carbone dans les terres avec un quart
stocké dans la végétation et trois quart dans les sols.
Les forêts, en particulier les forêts tropicales, sont les
plus importants lieux de stockage du carbone
terrestre. Ce sont des réservoirs c'est à dire des lieux
où le carbone est potentiellement disponible en
grande quantité sous une forme stable.
L'oxyde nitreux (N2O) est un gaz hilarant utilisé
comme gaz anesthésiant au début du 19ème siècle.
L'agriculture est la principale source d'oxydes nitreux,
avec plus de la moitié (52%) des émissions. L'oxyde
nitreux contient un fort potentiel d'effet de serre (150
fois plus que le C02) et peut durer jusqu'à plusieurs
siècles dans l'atmosphère.
Les CFC sont des molécules synthétisées par
l'industrie qu'on retrouve dans l'ensemble du parc de
réfrigérateurs d'avant 1994 à travers le monde et dans
des bombes aérosol des déodorants. Les CFC ont un
potentiel de réchauffement global plus de 10,000 fois
supérieur à celui du gaz carbonique.
Le cycle du carbone ou les mouvements du carbone
de l'atmosphère, de l'hydrosphère et de la lithosphère
vers l'atmosphère peuvent être appréhendés à travers
les notions de puits et de source. Une source de
carbone est un processus qui débouche nettement
sur une augmentation de la quantité de carbone
dans l'atmosphère (Ex : un volcan). Le puits, au
contraire, est un processus par lequel une quantité
nette de carbone est retirée de l'atmosphère (Ex :
dissolution du C02 à la surface des océans,
sédimentation de carbonates dans les fonds
océaniques). Il y a problème quand des activités
humaines entraînent des modifications dans le
fonctionnement des puits, contribuant par ainsi, à
augmenter les concentrations de GES dans
l'atmosphère.
Voici les changements que les experts ont prévu pour
ce qui concerne le climat et quelques conséquences
de ces changements sur la vie des gens.
Les experts prévoient que :

La température moyenne à la surface de la
Terre devrait augmenter de 1,4 à 5,8 0 C d'ici la fin du
ème
21 siècle ;

Le niveau de la mer devrait s'élever de 9 à 88
cm d'ici la fin du 21ème siècle par rapport au niveau
enregistré dans les années 1990 ;
Normalement, le moyen de régulation, par excellence,
de la quantité de C02, est représenté par la
photosynthèse, un processus réalisé pour la plupart
par les plantes dans les écosystèmes terrestres. La
photosynthèse libère une grande quantité d'oxygène
dans l'atmosphère.

Le niveau et la hauteur des pluies devraient
augmenter ou diminuer selon les régions ;

Les jours et les vagues de chaleur devraient
augmenter.
Comme on l'a vu pour l'eau précédemment, le cycle
du carbone est de plus en plus perturbé en raison des
facteurs anthropiques tels la destruction des forêts,
les changements d'affectation des terres (agriculture
intensive, surexploitation des eaux souterraines).
L'élévation de la température pourrait avoir pour effet
de réduire le rendement des cultures dans la plupart
des régions tropicales. Les zones sèches devraient
être les plus touchées et on enregistrerait de sérieux
2
22
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
Certaines parties terrestres et côtières comme les
Gonaïves, Les Cayes, Miragoâne, Jérémie et St Marc etc.
pourraient se trouver à moins de 1,50 mètres au dessous
du niveau de la mer avec toutes les conséquences
possibles et imaginables pour les secteurs économiques
en particulier l'agriculture ;
problèmes de sécurité alimentaire (Voir 3.5.5 au
sujet de ce terme).
La hausse des températures accentuera la
vulnérabilité (voir 3.3) des citadins en particulier des
personnes âgées et des gens les plus pauvres aux
vagues de chaleur.
Certaines installations portuaires pourraient être
submergées si l'élévation du niveau de la mer atteint les
1,50 mètres.
L'élévation du niveau de la mer fera peser des
menaces de déplacement et de destruction
d'infrastructures des populations habitant les zones
côtières des îles comme Haïti.
L'étude conclut à un accroissement notable, pour l'instant
(2000), de l'aridité des terres à travers tout le pays et qu'au
début de la seconde moitié du 21ème siècle, plus de la
moitié de la superficie d'Haïti seront en grand danger de
désertification à cause des conditions climatiques
adverses.
Les changements climatiques en Haïti
Selon une étude réalisée par le Ministère de
l'Environnement relative aux possibilités de changement
du climat en Haïti et l'impact de telles possibilités sur
l'agriculture, les changements climatiques :
Source: Ministère de L’environnement Haïti, 2004
3.4
Se préoccuper des Ecosystèmes
Introduction
Auraient des impacts négatifs sur les conditions
d'alimentation en eau pour d'importantes cultures comme
la production de haricots (Phaseolus vulgaris). Haïti est
normalement affecté par la sécheresse chaque cinq ans
mais les changements climatiques pourraient changer la
périodicité et la fréquence de celle-ci ;
Un écosystème est une unité naturelle composée
d'éléments vivants et non vivants interagissant
ensemble pour former un système stable et autoentretenu. Les écosystèmes représentent, en règle
générale, le cadre dans lequel se raisonnent le plus
souvent les problèmes environnementaux et où l'on
prend les décisions.
Augmenteraient la manifestation des pestes et maladies.
Ceci se traduirait par une expansion de certains
champignons et bactéries comme Ustilago scitaminea sur
la canne à sucre (la maladie du charbon chez la canne),
Hemileia vastatri sur le café, Pseudomonas salacearium
sur les solanaceae comme la tomate et le tabac;
Il existe différents types d'écosystèmes : naturels et
créés par l'homme. Là où nous vivons est à l'intérieur
d'un écosystème. Quand nous nous déplaçons d'un
endroit à un autre, nous pouvons trouver d'autres
écosystèmes.
Augmenteraient la fréquence des feux incontrolés à la
Forêt des Pins (Pinus occidentalis) et affecteraient la
répartition et l'abondance des formations de mangroves
en Haïti.
Nous dépendons des plantes, des animaux et des
éléments non-vivants. Nous sommes aussi
influencés par les écosystèmes dans lesquels nous
vivons. La façon dont nous nous habillons, la
nourriture que nous mangeons, nos cultures et nos
activités économiques sont largement dépendantes
de nos écosystèmes
D'autres impacts possibles sur l'économie haïtienne ont
été mis en avant. L'étude soutient particulièrement que :
L'élévation des plans d'eau, associée à de fréquentes
inondations, aura des impacts négatifs sur les systèmes de
production en particulier les infrastructures routières et la
valeur de l'immobilier ;
Les populations humaines affectent également les
2
23
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
écosystèmes par leurs différents activités et besoins.
La valeur des écosystèmes a été longtemps
méconnue et beaucoup d'entre eux ont été
endommagés et modifiés. Il existe un grand besoin de
mieux comprendre les écosystèmes et leurs fonctions
de manière à les utiliser de manière durable, c'est à
dire en jouir sans compromettre l'existence des
générations futures.
Il est impérieux de comprendre le fonctionnement et
le rôle de nos écosystèmes, de les conserver et de
réduire ainsi la menace qui pèse sur eux et sur les
gens qui y vivent. Ce n'est pas parce qu'on est pauvre
et qu'on a besoin de manger qu'on est obligé de les
détruire. Beaucoup de catastrophes naturelles qui se
sont produites dans le pays, sont liées au fait que les
écosystèmes d'Haïti ne sont plus en mesure de jouer
leur rôle de protection.
Par exemple, dans le passé, les zones humides, c'est
à dire ( mangroves, lacs, étangs, plaines inondées,
marécages etc.) où il y a toujours de l'eau de manière
permanente ou saisonnière, ont été toujours perçues
comme des zones indésirables, sources de
moustiques et de mauvaise odeur. Comme résultat,
ces zones humides sont le plus souvent drainées,
remblayées et converties en zones agricoles, zones de
construction de maisons ou sites de décharges pour
les ordures ménagères des villes. L'étang Bois neuf
du coté de Saint Marc a été asséché en raison du
détournement des eaux en amont, par un particulier.
3.5
Prendre soin de la biodiversité
La diversité biologique ou biodiversité est le terme
qui désigne toutes les formes de la vie sur Terre et les
caractéristiques qu'elle présente. La biodiversité est le
fruit d'une évolution qui s'est façonnée pendant des
milliards d'années, au gré des processus naturels et,
de plus en plus sous l'influence des êtres humains.
La diversité biologique s'entend généralement, en
termes de :
Maintenant, on comprend mieux le rôle de ces
écosystèmes. Les mangroves par exemple, aident à
améliorer la qualité de l'eau, réduire les inondations.
Ces mangroves fournissent des habitats pour
certaines espèces aquatiques. Les habitants de la
Forêt des Pins reconnaissent le rôle qu'a toujours
joué cette forêt comme manteau de protection contre
les désastres naturels. Cette forêt a toujours brisé les
forces du vent et facilité l'infiltration de l'eau. Comme
elle a été sévèrement détruite par la population
depuis la période post 1986, la population locale est
en train de payer les conséquences. Dans la nuit du
23 au 24 Mai 2004, une pluie de trois heures a rasé,
de la carte, la bourgade de Fonds Veretttes (Ouest du
pays), détruit le village de Mapou (Sud-Est du pays) et
occasionné plus de 2,000 morts.
- grande variété de plantes, d'animaux et de
microorganismes. Les scientifiques évaluent le
nombre d'espèces existant actuellement dans le
monde à environ 13 millions bien que les estimations
varient de 3 à 100 millions. Environ 1,75 millions
d'espèces ont été identifiées par les scientifiques ;
- de différences génétiques à l'intérieur de chaque
espèce (différences entre les variétés de plantes
cultivées et de races de bétail) ;
- variétés des écosystèmes que l'on rencontre dans les
déserts, les forêts, les zones humides, les montagnes,
les lacs, les fleuves et rivières et les paysages
agricoles.
La Convention sur la Diversité Biologique (CDB)
adoptée lors de la Conférence des Nations Unies sur
l'Environnement et le Développement au Brésil en
1992 dite Conférence de Rio définit la diversité
biologique comme la variabilité des organismes
vivants de toute origine y compris entre autres, les
écosystèmes terrestres, marins et autres écosystèmes
aquatiques et les complexes dont ils font partie; cela
2
24
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
comprend la diversité au sein des espèces et entre
espèces ainsi que celle des écosystèmes.
terrestre, plus de 500 crocodiles américains
- Oiseaux : 215 formes d'oiseaux connues
- Ichtyofaune dans les écosystèmes d'eau intérieure : 32 espèces
: 32 espèces de poisson sur toute l'île
- mammifères : 3 espèces- Plagiodontia aedium ( Zagouti),
Solenodon paradoxus ( Nez long) et le Lamantin des Antilles,
mammifère marin que l'on retrouve dans la plupart des Antilles
dont Haïti
- 84 espèces d'oiseaux à la Gonave et 47 à l'île de la Tortue
- Etang de Miragoane : 8 espèces de poissons endémiques
- Grenouilles terrestres : 49 espèces d'Eleutherodactylus sur l'île
d'Hispaniola. De ces 49 espèces, 20 provienent de Castillon, un
petit village à Léon/Grande Anse. L'Eleutherodactyles thorectes,
la plus petite espèce connue d'Hispaniola, et l'une des plus
petites du genre a été découverte en Haïti
ECOSYSTEMES
NATURELS
MODIFIES PAR L'HOMME

Monoculture , Terres
Irriguée, Zones urbaines
Système de Communication
TERRESTRES

3. Ecosystèmes
Forêts, prairies, déserts
- Reliques de forêts pluviales et sèches
- Aires boisées éparses
- Agrosystèmes
- Ecosystèmes d'eau intérieure : lacs, étangs, rivières, chutes
d'eau et d'autres zones humides
- Ecosystèmes côtiers et marins : mangroves, récifs coralliens,
estuaires, herbiers marins
AQUATIQUES
EAUX INTERIEURES
MARIN
 Rivière
COTIERES
 Océan
 Lacs
Etangs
Estuaire
 Mers
Lagon
4. Gènes
Herbiers Marins
 Sources
- Diversité des gènes peu connue et étudiée
Etc
Source : PNUD 1997 et autres références
Fig 4.- Les différents types d’écosystèmes
Source GRADED 2005
Fig 3 Les différents types d'écosystèmes
Haïti, malgré les problèmes environnementaux,
abrite une diversité biologique exceptionnelle
caractérisée par un haut degré d'endémisme (c'est à
dire, des espèces qui lui sont propres et qu'on ne
trouve nulle part, ailleurs) et par des écosystèmes
terrestres incluant diverses formations végétales
allant de broussailles semi-désertiques aux forêts
nébuleuses (forêts en haute altitude dont les feuilles
des arbres ont la capacité de capter l'humidité des
vents humides ; on dit que ces forêts peignent les
nuages pour capter l'eau d'où le nom de forêts
nébuleuses), mangroves, récifs coralliens, herbiers
marins, écosystèmes d'eau intérieure (lacs, étangs,
rivières, zones humides etc.). La flore naturelle
comporte plus de 5000 espèces de plantes
vasculaires. 30 % des espèces végétales endémiques
à l'île d'Hispaniola sont imputables à Haïti, alors que
LA BIODIVERSITÉ D'HAÏTI EN FILIGRANE
1. Flore
- 5,000 espèces de plantes vasculaires (36% endémiques)
- 300 espèces d'orchidées, de rubiacées
- 330 espèces de composées
- 3 conifères dont le Pinus occidentalis et 2 du genre Junipérus
- Ile de la Gonave (684 km2) : 938 plantes dont 17 endémiques
- Ile de la Navase (7km2) : Plus de 800 espèces dont plus de 250
nouvelles à la science ( c'est à dire endémiques)
- Ile de la Tortue (193 km2) : 889 plantes dont 24 endémiques
- 14,243 ha de mangroves : les formations les plus importantes
sont celles de l Estère avec 8,940 ha et cellle de Caracol avec
3,990 ha
2. Faune
- plus de 2,000 espèces animales dont 75 % endémiques
- Reptiles : 217 espèces de reptiles et d'amphibiens dont 5
tortues marines, 2 torrutes d'eau douce, 2 espèces d'iguane
2
25
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
le pays n'occupe que le tiers de ce territoire. La faune
d'Haïti comprend plus de 2000 espèces animales
dont 75 % sont endémiques.
sur-exploitation des mangroves, mais aussi, en raison
de la pollution d'origine tellurique c'est à dire terrestre
(érosion dans les bassins versants, déchets
domestiques et industriels) et des rejets indésirables
en provenance des navires et des bateaux. Les
espèces internationalement protégées comme le
lamantin (boeuf de la mer), les tortues de mer, les
flamands, les requins et les dauphins sont très
menacées notamment en raison du commerce
illicite et de l'extrême pauvreté de la population. Les
récifs coralliens sont exploités pour fabriquer de la
chaux et détruits à l'explosif en vue d'extraire les
poissons ornementaux. La vie urbaine, les activités
agricoles et le tourisme sont concentrés sur les côtes,
exerçant ainsi une pression accrue sur les
écosystèmes côtiers et marins.
L'essentiel du reste de forêts encore existant en Haïti,
se trouve dans les trois principaux parcs nationaux
forestiers (Parc National de Macaya à cheval dans le
Sud et la Grande Anse, Parc National La Visite dans le
Sud-Est, la Réserve Forêt des Pins à cheval dans
l'Ouest et dans le Sud-Est).
Un parc national est une aire protégée gérée
principalement dans le but de protéger les
écosystèmes et à des fins récréatives
Il est important de protéger la biodiversité. Les
ressources biologiques (vivantes) sont les piliers sur
lesquels ont été bâties les civilisations. Les produits
de la nature sont à la base d'activités aussi diverses
que l'agriculture, les cosmétiques, la pharmacie,
l'horticulture, les papiers, le traitement des ordures.
Les biens et services fournis par les écosystèmes
comprennent notamment la fourniture de bois, de
carburant et de fibre (fabrication du papier), la
purification de l'air et de l'eau, la détoxication et le
traitement des déchets, la stabilisation et la
modération du climat, la modération des inondations,
de la sécheresse, des températures extrêmes et de la
force des vents, la lutte contre les parasites et les
maladies etc.
PHOTO 2 - Source: MDE 1999, Plan d’action pour l’Environnement
Les écosystèmes côtiers et marins sont en voie de
dégradation accélérée, non seulement à cause de la
sur-pêche dans les zones les plus accessibles et de la
PHOTO 3 - Source F.E. Sergile et J. R. Mérisier, 1993
2
26
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
3.6
La dégradation des sols et la désertification
Une partie du sol est liquide : l'eau de pluie s'infiltre
dans le sol. Une partie passe pour aller dans la
profondeur de la terre : c'est l'eau libre. L'eau libre va
former en profondeur les réserves d'eau appelées
nappes phréatiques. Une autre partie s'accroche aux
grains de limon, d'argile et de matières organiques. Il
s'agit de l'eau fixée. Cette eau fait fondre les sels
minéraux et met ceux-ci à la disposition des racines
des plantes comme nourriture. C'est pourquoi sans
eau, la vie des plantes est impossible.
Introduction
Le sol est la couche de la surface de la terre où vivent
les plantes, les animaux et les hommes. Il est
composé d'éléments solides, d'autres sont liquides,
d'autres gazeux.
La partie solide du sol est constituée de deux sortes
de matière :
Un sol fertile présente un bon équilibre en sable,
argile, humus, éléments vivants, sols, eau, air. La
dégradation du sol est la réduction de la fertilité et
d'autres bonnes qualités du sol. Elle est causée par
les différentes activités humaines à l'origine de
l'érosion accélérée des sols et la pollution. L'érosion
du sol se définit comme l'arrachage et le transport
des sols de la surface de la terre par les eaux de pluie
et le vent. En Haïti prédomine l'érosion pluviale c'est à
dire l'érosion causée par les eaux de pluie. On
distingue l'érosion en splash désignant les premiers
impacts des gouttes de pluie sur le sol, l'érosion en
nappe emportant la couche superficielle du sol où
s'accumule les matières organiques ( on la reconnaît
au travers des signes suivants : racines des plantes à
nu, roches à découvert etc.), l'érosion en filets ou
rigoles créant de petites rigoles facilement
remodelées par les instruments aratoires (houes),
l'érosion en ravines dont le creusement du sol est
suffisamment avancé que l'on ne peut plus le
corriger par les travaux des houes, l'érosion en
masse (glissement, éboulis ou blocs de gros pierres)
désignant des mouvements spectaculaires et
importants de sols.
1)
les éléments minéraux c'est à dire provenant
des roches. Ce sont les cailloux, les graviers et le sable
formés de grains épais. On retrouve aussi le limon et
l'argile formés de grains extrêmement fins. Les sels
minéraux sont contenus dans les cailloux, les
graviers, le sable et l'argile. C'est eux qui sont
absorbés par les racines et qui constituent la
nourriture des plantes. C'est comme le sel de cuisine
mélangé à l'eau ; ils sont invisibles. Les cendres sont
une forme de sels minéraux.
2)
les éléments organiques appelés souvent
matières organiques. Ils sont formés par les déchets
de tout ce qui vit au-dessus et en-dessous de la
surface du sol c'est à dire les déchets provenant des
plantes, des animaux vivant à la surface de la terre,
les vers de terre, les champignons. Ce sont des êtres
visibles. Mais il existe également des êtres invisibles
c'est à dire que l'on ne peut voir à l'œil nu. On les
reconnaît uniquement par leurs effets : pourriture ou
moisissure. On les appelle des micro-organismes
c'est à dire observables au microscope. Les
excréments et les cadavres de ces êtres vivants
pourrissent dans le sol et forment l'humus, de
couleur noire ou brun foncé. On retrouve l'humus
dans les zones où le sol est couvert d'une épaisse
couverture de feuilles mortes ou de déchets de
ménage. La matière organique et l'humus sont une
excellente nourriture pour les plantes.
Dégradation et désertification en Haïti
Selon la Convention des Nations Unies sur la
Désertification, la désertification correspond aux
processus de dégradation des terres dans les zones
arides, semi-arides et sèches par suite de divers
facteurs parmi lesquels les variations du climat et les
activités humaines.
Une partie du sol est gazeuse : l'air est présent dans
les fentes du sol, si celles-ci ne sont pas envahies par
l'eau.
Aujourd'hui, Haïti est confronté à un processus de
2
27
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
désertification assez avancé. Ce pays a vu depuis les
dernières décennies son potentiel forestier diminuer
très rapidement. En effet, on estime par exemple que
la couverture forestière est passée de 20% au début
des années 1960 à moins de 10 % dans les années
1980 et aujourd'hui celle-ci ne dépasserait pas 1,5 %
du territoire national (à comparer avec 19% en
République Dominicaine). En effet la forêt des pins
dont le peuplement forestier occupait effectivement
plus de 32.000 ha n'a guère que 15.000 ha
Aujourd'hui.
chiffre par 4. Il faut rappeler que selon les experts, le
seuil d'érosion admissible pour 1 ha/an est de 12
tonnes. Rappelons également que dans les
conditions de zones tropicales comme Haïti, la FAO
estime que 1 cm de sols prend 300 à 400 ans à se
former. Cette figure doit nous faire frémir sur le temps
que prendront les sols agricoles haïtiens, soumis à
l'érosion, à se renouveler.
A cette dégradation physique, il faut ajouter la
salinisation (concentration de sels dans les terres les
rendant impropres à la culture) des terres. L'impact
direct de cette dégradation des terres se traduit en
Haïti par la famine, la réduction des terres cultivables
(des deux tiers depuis les années 40), la réduction des
rendements des cultures, l'ensablement des cours
d'eau, les inondations, la recrudescence de
l'exploitation des terres agricoles en pente ;
l'accroissement du déboisement pour satisfaire les
besoins en énergie, la sur-exploitation des gisements
de matériaux (sables et carrières), l'augmentation de
la vulnérabilité aux désastres naturels.
Parcelle agricole degradée a savane longue (Source: Graded 2004)
Parcelle agricole degradée a savane longue (source: graded 2004)
3.7
Les zones en Haïti qui sont reconnues comme des
endroits touchés par la désertification sont
représentés par le Département du Nord-Ouest, une
grande partie du Nord-Est et une partie de l'Artibonite
et du Plateau Central et une bonne partie du Sud-Est.
Les ressources naturelles et l'énergie
Introduction
Les ressources naturelles représentent les éléments
que l'on trouve dans l'environnement mais qui ne
sont pas crées par l'homme. On peut les décrire
comme les créations de la Nature. Elles se présentent
sous forme de matière ou d'énergie. Des exemples de
ressources naturelles incluent les sols, les minéraux,
les carrières, les sables, les forêts, les plantes
cultivées, les animaux, l'eau, l'air etc. L'énergie peut
être définie comme une habileté à faire un travail. Elle
peut se présenter sous différentes formes : énergie
mécanique (Ex : un moulin à maïs, le moteur d'une
voiture, une génératrice), énergie chimique (Ex :
batteries de voiture, piles), énergie électrique (Ex :
une ampoule électrique).
Le processus de désertification met en jeu une
interaction de facteurs assez variés. Les causes
primaires de cette situation sont liées à
l'accroissement des besoins en terres pour
l'agriculture mais aussi à la forte demande en bois
de feu, bois de service (poteaux, planches, madriers)
et charbon de bois.
On estime que l'agriculture occupe environ 43% des
terres d’Haïti, mais que plus des deux-tiers de ces
terres sont en fait impropres à l'agriculture. L'érosion
à elle seule représente une perte de plus de 1.600
tonnes (métriques) de terre par hectare et par an.
Quand on sait qu'un camion est l'équivalent de 4
tonnes, on peut imaginer sur une année la perte de
sols qui survient pour 1 ha de terres en divisant ce
Il s'agit donc de toute forme de matière et d'énergie
naturellement disponible et que les hommes peuvent
utiliser.
2
28
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
Ce sont des ressources cruciales parce qu'elles sont
utilisées par les gens pour satisfaire une diversité de
besoins : physiques, biologiques et culturels. C'est
souvent sur ces ressources dont dépend le
développement économique de bon nombre de pays
notamment Haïti.
normalement les besoins en eau potable ont été
3
estimés à 2150 m /habitant/an.
Ce mode d'utilisation détruit la base des ressources et
ne peut plus continuer. Il faut projetter une nouvelle
vision sur les ressources. Chacun s'efforcera donc de
réviser ses anciennes valeurs et de modifier ses
comportements. On adoptera des modes de vie et de
développement qui tiennent compte des limites du
milieu (pa boule tè, pa peche ti pwason , pa kaptire
oma lè -l nan peryod pondezon ) .
Les ressources naturelles, qu'elles soient sous forme
d'énergie ou de la matière, sont généralement
classées en ressources renouvelables et ressources
non renouvelables. Les ressources renouvelables
sont celles qui peuvent se régénérer elles-mêmes de
manière naturelle.
Les ressources non renouvelables se réfèrent à celles
qui prennent des millions d'années pour se régénérer
elles-mêmes ou être régénérées par les hommes. On
retrouve dans cette catégorie le pétrole, les gaz
naturels, les carrières, le sable.
Les ressources renouvelables constituent la base de
toute économie. Quel que soit le degré d'avancement
des sociétés, elles en ont besoin pour survivre. Les
ressources renouvelables comprennent les sols , les
eaux , les produits prélevés dans la Nature tels que les
plantes médicinales, le bois, la viande, les poissons,
les espèces domestiquées pour l'agriculture , les
écosystèmes forestiers et aquatiques etc.
Quand nous utilisons de manière inconsidérée les
ressources naturelles pour satisfaire nos besoins en
énergie, des problèmes environnementaux sérieux
peuvent apparaître. C'est par exemple le cas pour
l'utilisation du bois en Haïti en vue de satisfaire les
besoins en énergie. Couvrant près de 80% des
besoins en énergie, l'utilisation du charbon de bois
exerce une pression démesurée sur les ressources
ligneuses c'est à dire en bois. Le prélèvement est plus
de 4 fois supérieur au rendement des formations de
forêt. A mesure que s'amenuisent dans le pays les
rares forêts qui existaient, les biens et services
qu'elles peuvent offrir diminuent, en particulier le
bois de feu. La déforestation aggrave donc
directement la crise énergétique du pays, mais a
également un impact croissant sur les ressources en
eau et en aval sur les zones côtières.
Elles conservent leur caractère renouvelable si
uniquement nous les utilisons de manière avisée. En
Haïti, la pauvreté pousse à des comportements qui
favorisent la survie au jour le jour mais
compromettent la disponibilité des ressources dans
le futur. Pour produire 4 à 5 sacs de maïs de 100
livres, nous sommes amenés souvent à abattre une
vingtaine d'arbres adultes qui entretenaient la
fertilité du sol. Après un certain temps, l'érosion
s'accélérant, la terre est abandonnée car devenue
impropre à la production.
En principe, l'eau est la ressource renouvelable par
excellence. Ses réserves peuvent être réalimentées
soit par l'intermédiaire du cycle hydrologique naturel
(voir cycle de l'eau) soit par interventions humaines.
Mais il arrive trop souvent qu'elle soit utilisée comme
une ressource non renouvelable. En Haïti, nous
utilisons de manière trop inadéquate nos ressources
en eau. Selon les Nations Unies, au point où en vont
les choses, Haïti fera partie d'un groupe de neuf (9)
pays dont la population manquera d'eau en 2025 soit
une prévision de 1000 m3/habitant/an alors que
La pression sur le bois, en Haïti, est extrêmement
forte. On peut s'aviser à réduire cette pression. En ce
sens, il existe des modèles de réchaud, comme le
réchaud Mirak, qui utilise moins de charbon et dont
l'efficacité en rendement calorifique (en chaleur) est
beaucoup plus élevée que les réchauds traditionnels.
29
2
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
PHOTO 5 - Vue d’un Bidonville (Source: Graded 2004)
PHOTO 4 - Rechaud Miracle (Source: Google.com)
Mais il arrive que ces établissements humains sont à
l'origine des transformations négatives sur
l'environnement. C'est le cas des constructions sans
plan d'urbanisme. L'exemple typique est représenté
par les bidonvilles ou les maisons précaires
construites au bord des rivières ou en amont d'une
source.
On peut également faire la promotion d'énergie
renouvelable en mettant à la disposition des
communautés de l'énergie solaire. Le soleil est en
effet la première source d'énergie sur la Terre. D'autres
formes d'énergie renouvelable peuvent être
également utilisées : l'énergie éolienne c'est à dire
l'énergie générée par le vent, l'hydro-énergie c'est à
dire l'énergie générée par l'eau (Exemple le Barrage
de Péligre) etc.
3.8
Les établissement s
l'environnement
humains
De telles constructions changent le profil naturel de
l'environnement et le modifient donc dans ses
aspects sociaux, physiques et biologiques. Les
établissements humains dans les zones urbaines qui
n'ont pas intégré les considérations
environnementales augmentent en règle générale la
magnitude c'est à dire l'ampleur des dommages en
matière de risques et désastres naturels. Nous devons
être attentifs à ces transformations. Là où ces
établissements humains ont un impact négatif, nous
devons prendre des mesures correctives appropriées
pour protéger l'environnement.
et
Les établissements humains sont définis comme les
zones ou localités où les gens vivent et exercent leurs
activités. On les retrouve en milieu rural (à la
campagne), urbain ( en ville) et périurbain ( à coté
des villes). L'expression inclut les gens et leurs
interactions : édifices ( écoles, hôpitaux, centres de
récréation), les réseaux ( routes, infrastructures
hydrauliques, services de communication) et
l'environnement naturel dans lequel ils sont placés, y
compris les terres, l'eau et l'air.
3.9
Quelques exemples d'activités de formation
à conduire autour du Chapitre
Activité 1 : Identifier les éléments vivants et non
vivants dans l'environnement
Ces établissements modifient les interactions des
composantes de l'environnement c'est à dire
physiques, biologiques et socio-culturelles.
Normalement, leur création répond à des besoins de
développement social.
Objectif :
Les élèves seront capables de reconnaître l'existence
des éléments vivants et non-vivants dans
l'environnement.
2
30
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
Idée principale :
Procédure suggérée :
L'Environnement peut être divisé en éléments vivants
et non-vivants.
1.
Représenter bien avant le cours le diagramme
de la figure 1;
2.
Demander à un (e) élève de le reproduire sur
le tableau;
3.
Demander à l'ensemble de la classe de bien
se rappeler le sens des composantes qui
figurent dans le diagramme;
4.
Représenter bien avant le cours, sur de petits
morceaux de bristol découpés sous forme de
cartes de jeu les exemples illustrant les
composantes;
5.
Distribuer des cartes aux élèves et demandezleur de les classer dans la section appropriée
du diagramme;
Matériels :
Tableau et craies
Procédure suggérée :
1.-
Expliquer les termes vivants et non vivants;
2.
Représenter sur le tableau un cadre dans
lequel les élèves seront invités à placer dans la
colonne correcte du tableau les éléments vivants et
non-vivants.
ELEMENTS VIVANTS
ELEMENTS NON VIVANTS
PLANTES
ANIMAUX
ROCHES
ETC
Evaluation :
Evaluation :
Evaluer l'habileté des élèves à placer les éléments
dans les colonnes appropriées.
Evaluer l'aptitude des élèves à placer les cartes dans
les sections appropriées du diagramme
Activité 3 : Décrire le cycle de l'eau
Activité 2 : Préparer un diagramme
environnemental
Objectif : Les élèves seront capables de bien
représenter les mouvements de l'eau et comment
l'eau change de formes dans l'environnement.
Objectif :
Idée principale :
Les élèves seront capables d'identifier les
composantes de l'environnement
Il existe à la fois des éléments naturels et ceux créés
par l'homme dans l'environnement
La Nature ne gaspille pas les ressources naturelles de
l'environnement. L'eau, à travers son cycle est
continuellement réutilisée. Les hommes par leurs
actions sont en train de modifier les mouvements de
l'eau.
Matériels :
Matériel :
Idée principale :
Tableau + craies +
morceaux de bristol
Une grande affiche
1 grande feuille de papier +
321
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
Procédure suggérée :
1.
2.
3.
4.
Préparer une grande affiche sur le cycle de
l'eau sur la base du schéma de la figure 3 et
déployer la devant la classe. Prendre soin de
laisser des espaces vides relatifs aux
mouvements de l'eau;
3.
Les élèves tiennent le cerf-volant avec la
Ficelle et courent;
4.
Passer, bien avant, des instructions pour que
les élèves observent le mouvement du cerfvolant, notent leurs observations et illustrer
avec des dessins;
5.
Le professeur engagera une discussion avec
les élèves pourquoi le cerf-volant vole.
Répartir les élèves en petits groupes;
Préparer un petit texte sur le cycle de l'eau où
les groupes d'élèves auront l'occasion de
remplir les espaces vides;
Evaluation :
Inviter les groupes à présenter, en utilisant
l'affiche, les résultats du travail tout en
fournissant des explications appropriées;
Observer la participation des élèves et analyser leurs
prises de note.
Evaluation :
Activité 5 : La respiration chez les êtres humains
Demander aux groupes de justifier leurs réponses
Objectif :
Activité 4 : Faire voler un cerf volant
Les élèves partageront les expériences relatives à
l'importance de l'air en support à la vie.
Objectif :
Idée principale :
Les élèves seront capables d'observer l'air dans
l'atmosphère.
Combien de temps quelqu'un peut rester
oxygène ?
sans
Idée principale :
Matériels
L'Air intervient dans le mouvement des objets.
1 boite d'allumette
Matériels :
Procédure suggérée :
Ficelle, papier fin ou plastic, colle, bâtons fins de
feuille de cocotier
1.
demander aux élèves de se mettre debout
dans la salle de classe. Les élèves malades
devraient être exempts de cet exercice;
Procédure suggérée :
1.
Demander la veille aux élèves de construire
leurs cerfs volants;
2.
Les laisser former un cercle et leur demanderr
de retenir leur souffle autant qu'ils peuvent;
2.
Les élèves sortent de la classe pour faire voler
le cerf-volant. NB : L'activité se déroule mieux
lors d'un jour venteux;
3.
Les élèves devraient observer qu'il est
impossible de retenir pendant longtemps leur
souffle;
2
32
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
4.
On leur demandera de traverser un nuage de
fumée où la litière est en train de brûler;
à l'origine des changements climatiques et des
impacts prévus de tels changements pour Haïti
5.
Les élèves observeront que l'air est impropre
à la respiration et voudront vite s'en éloigner.
Objectif :
Les élèves citeront les différents types de gaz
responsables des changements climatiques et les
activités à l'origine de la concentration de ces gaz
dans l'atmosphère.
Evaluation :
Evaluer l'habileté des élèves à expliquer pourquoi ils
n'ont pas pu retenir leur souffle aussi longtemps
Les élèves identifieront et commenteront les
éventuels impacts de tels changements pour Haïti.
Activité 6 : Simulation de l'Effet de Serre
Idée principale :
Objectif :
La concentration anormale de certains gaz dans
l'atmosphère, comme le gaz carbonique, le méthane,
le CFC, l'oxyde nitreux et l'oxyde sulfureux, est à
l'origine des bouleversements enregistrés pour le
climat. Une étude du Ministère de l'Environnement
fait état, pour Haïti, de lourdes répercussions de ces
changements sur l'agriculture et certaines
infrastructures économiques.
Se représenter l'Effet de Serre dans l'atmosphère.
Idée principale :
La couche d'ozone protège la vie sur la Terre tout
comme une Serre protège les pantes.
Matériels :
Poteaux, sachet de polyéthylène, clous
Matériels :
Flacons de déodorant , Photo d'un ancien
réfrigérateur.
Procédure suggérée :
1.
Avec les poteaux, délimiter une figure carrée
sur les cotés et la toiture et recouvrir avec un
sachet de polyéthylène;
Procédure suggérée :
2.
Planter quelques plantes à l'intérieur;
1. Préparer un texte simplifié sur les changements
climatiques et les impacts prévus sur Haïti pour
distribution aux élèves;
3.
Le toit en polyéthylène agit comme un
manteau protecteur permettant seulement la
pénétration d'une certaine quantité de
chaleur dans ce petit jardin. Il empêche aussi
à la chaleur de s'en échapper.
2. Engager une discussion de classe sur les
changements climatiques et les impacts prévus pour
Haïti;
3. Recueillir des suggestions sur les comportements à
avoir par rapport à ces problèmes.
Evaluation :
Evaluation :
Observer la participation des élèves, analyser leurs
observations et poser des questions orales.
Observer la participation des élèves et évaluer leurs
suggestions.
Activité 7 : Enumération des différents types de gaz
2
33
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
Activité 8 : Notre écosystème local
notent leurs observations en faisant des
dessins, préparer des diagrammes etc.
Objectif :
5.
Reconnaître les différents plantes, animaux et
l'environnement physique constituant un
écosystème.
Les élèves décrivent leur écosystème et
peuvent échanger les informations avec des
élèves d'une école dans un écosystème
différent.
Idée principale :
Evaluation :
Il existe des plantes et des animaux uniques que l'on
retrouve dans chaque environnement physique. Les
plantes et les animaux s'adaptent à l'environnement
physique.
Observer la participation des élèves et analyser leurs
recommandations, dessins et diagrammes.
Matériels :
Activité 9 : Observer un écosystème de zone
humide et ses divers usages dans le Nord-Est
d'Haïti
Crayons de dessin + petits sachets en plastique pour
des échantillons + filet pour piéger les insectes
volants.
Objectifs :
!Identifier et décrire un écosystème de zone humide
(un lagon, une baie ou une rivière);
Procédure suggérée :
1.
2.
3.
4.
!Enumérer les principales utilisations d'un
écosystème de zone humide;
Une reconnaissance préliminaire de
l'écosystème en question par le professeur est
essentielle pour une bonne exécution de
l'activité.
!Identifier les fonctions d'un écosystème de zone
humide.
Les élèves sortent dehors pour préparer un
inventaire simplifié des plantes, des animaux
et des éléments non vivants. Ils identifieront
un lieu d'observations et prendre une dizaine
de minutes, observer et noter les animaux
qu'ils voient. Les élèves feront un petit tour
pour collecter, de manière limitée, les espèces
de plantes, d'animaux et d'éléments non
vivants.
Idées principales :
1.
Les zones humides sont l'habitat et le refuge
d'une large variété de plantes et d'animaux.
2.
Les plantes, animaux, le sol peuvent être
utilisés comme source de matériaux de construction,
de nourriture et servir à d'autres choses.
Les élèves observeront comment chaque
plante et animal dépend de l'environnement
physique. Le professeur peut en profiter pour
attirer l'attention des élèves sur les
caractéristiques uniques ou des observations
particulières qui auront pu leur échapper.
3.
Les zones humides purifient l'eau, contrôlent
les inondations et représentent des zones de
reproduction pour certaines espèces animales.
Matériels :
Crayons de dessins + couteaux suisses + photos et
plantes d'une zone humide
Les élèves sont divisés en petits groupes et
2
34
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
Procédure suggérée :
1.
Le professeur a besoin de visiter la zone
humide avant le déroulement de cette activité.
2.
Les élèves observent les plantes et animaux
présents dans la zone humide.
3.
Les élèves sont divisés en petits groupes selon
les ressources et les fonctions de la zone
humide.
4.
sources de médicaments, nourriture et de matériaux
de construction. Certaines d'entre elles peuvent être
des plantes ornementales ; d'autres peuvent être des
pestes (causer des maladies, d'autres ravages).
2.
Il existe des animaux domestiques et des
animaux sauvages. Les animaux pourraient être à la
fois une ressource ou des pestes.
Matériels :
Une personne ressource : un homme ou une femme
âgé (e) de la zone
Les élèves observent et décrivent l'utilisation
de chaque ressource et
les fonctions
attachées.
5.
Les élèves, guidés par le professeur, discutent
et notent la valeur des ressources de la zone
humide et comment l'activité humaine les
détruit ou peut les détruire;
6.
Les élèves résument leurs discussions sous la
direction du professeur
Procédure suggérée :
1.
La personne ressource parle des plantes et
des animaux : où les trouve t-on et leur
importance pour la communauté?
2.
Les élèves préparent une liste de plantes et
d'animaux et leurs utilisations dans la
communauté.
Evaluation :
3.
Observer la participation des élèves et analyser la
pertinence des informations contenues dans les
rapports
Les élèves seront encouragés à écrire des
slogans et messages pour montrer
l'importance de conserver ces organismes.
Evaluation :
Le professeur évaluera la pertinence des messages
de conservation.
Activité 10 : La valeur des plantes et des animaux
au niveau de la petite région
Activité 11 : Identification sur le terrain des
différentes formes d'érosion causées par l'eau
Objectifs :

Identifier certains types de plantes et
d'animaux présents dans l'aire de l'école près d'un
buisson ou d'une petite forêt (un rak bwa);
Objectif :
Observer et tirer une première conclusion sur la
nature, l'ampleur et l'importance des différents types
d'érosion causés par l'eau.

Découvrir la valeur des plantes et des
animaux pour la communauté.
Idée principale :
Idées principales :
1.
L'érosion causée par l'eau se produit sous différentes
formes principalement en nappe, rigoles, par
Les plantes pourraient être utilisées comme
2
35
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
ravinement et en masse.
Idées principales :
Matériels :
1.
Il existe différentes méthodes de mise en
valeur des terres : certaines sont traditionnelles et
parfois très adaptées ; d'autres relèvent de
l'agronomie moderne
Cahiers de notes + plumes/crayons
Procédure suggérée :
1.
Le professeur fera auparavant une visite de
reconnaissance sur une petite zone affectée
par ces différents types d'érosion.
2.
Le professeur expliquera aux élèves ce qu'ils
vont observer et ce qu'ils doivent reporter
après la visite.
3.
Les élèves répartis en petits groupes et guidés
par le professeur participent à l'observation et
l'évaluation de la portée des formes d'érosion
4.
Chaque petit groupe produira un rapport à la
classe
5.
Le professeur synthétisera les résultats des
rapports et fera des commentaires appropriés
2.
Les méthodes traditionnelles comprennent
l'enfouissement des mauvaises herbes, la
préparation de buttes, le sarclage en rouleau, le brûlis,
la plantation dans le sens de la pente, le fascinage ou
la rampe de paille etc. Parmi les méthodes relevant de
l'agronomie moderne, on peut citer le mulch ou le
paillage systématique, la rotation de cultures,
l'installation de bandes anti-érosives (haies vives en
courbes de niveau, canaux de contours),
l'agroforesterie ( combinaison de cultures et d'arbres
et/ou d'animaux) etc.
Evaluation :
Le professeur évaluera la pertinence des rapports des
élèves en relation avec les observations de terrain
PHOTO 6 - Parcelle Agricole en pente aménagée (Source: Graded, 2004)
Matériels :
Cahiers de note + plumes/crayons
Activité 12 : Visite de terrain pour observer les
bonnes et mauvaises pratiques de mise en valeur
des terres sur les jardins des communautés aux
alentours de l'école
Procédure suggérée :
1.
Le professeur effectue une pré-visite des
jardins autour de l'école et repère ceux où les
méthodes de mise en valeur des terres sont bien
faites et ceux où il y a des problèmes.
Objectifs :

Observer et décrire les différentes méthodes
de mise en valeur des terres
2.
Le professeur explique aux élèves la nature
des observations à faire.

Faire la distinction entre bonnes et mauvaises
pratiques de mise en valeur des terres
3.
Le professeur oriente les élèves vers les
Jardins qui feront l'objet d'observations.
2
36
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
4.
Les élèves, en petits groupes, observent et
notent les bonnes et mauvaises méthodes de
mise en valeur des terres utilisées dans les
différents jardins.
5.
En classe, les élèves reportent les résultats de
Leurs observations en plénière.
6.
Le professeur synthétise les résultats des
travaux de petits groupes et les résume avec,
si nécessaire, des clarifications.
7.
les ressources naturelles dans des colonnes
appropriées;
3.
En posant des questions aux élèves, une liste
de chaque catégorie de ressources est dressée
et les élèves copient cette liste dans leurs
cahiers de devoir.
Evaluation :
Observer la participation des élèves lors du
déroulement de la leçon ; vérifier leurs cahiers de
devoir.
Les élèves notent le résumé du professeur.
Evaluation :
Activité 14 : Formes d'énergie utilisée à la maison
et dans la communauté
Le professeur évalue et analyse la pertinence des
résultats des travaux des différents groupes.
Activité 13 : Classification des ressources
naturelles aux alentours de l'école
Objectif :
Explorer l'existence de différentes formes d'énergie et
leurs utilisations.
Objectif :
Idée principale :
Reconnaître la diversité des ressources naturelles aux
alentours de l'école.
L'énergie utilisée à la maison et dans la communauté
se présente sous diverses formes.
Idée principale :
Matériels :
Les ressources naturelles peuvent être classées en
différentes catégories : renouvelables et nonrenouvelables.
Cahiers de devoir + crayons + plumes
Procédure suggérée :
Matériels :
Le professeur prépare un cadre sur le tableau
montrant la forme d'énergie et les utilisations qui en
sont faites à la maison. Il/elle donne quelques
exemples et les rentre dans le cadre. Il/elle demande
aux élèves d'entrer d'autres exemples dans le cadre.
Tableau + craies
Procédure suggérée :
FORMES D’ENERGIE
1.
Le professeur, avec la participation des élèves,
dresse une liste de ressources naturelles,
toutes confondues, sur le tableau;
2.
Le professeur aide les élèves à définir les
ressources renouvelables et les ressources
non-renouvelables, dessine un cadre et place
UTILISATIONS A LA MAISON
UTILISATIONS
COMMUNAUTÉ
DANS
LA
Evaluation :
Le professeur vérifie les cahiers de devoir relatifs à la
leçon.
2
37
EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
Activité 15 : Exploration des conséquences des
agglomérations humaines sur l'environnement
agglomérations humaines sur
L'environnement.
Objectif :
Evaluation :
Analyser les façons par lesquelles les agglomérations
humaines affectent l'environnement immédia.
T
Idée principale :
Vérifier le rapport des élèves, évaluer la diversité et la
profondeur des observations.
Le s ag g l o m é rat i o n s h u m a i n e s af f e c t e n t
l'environnement immédiat de différentes manières
Matériels :
Visite d'un site + cahiers + plumes/crayon
Procédure suggérée :
1.
Le professeur identifie un site approprié pour
l'exercice.
2.
Le professeur prépare une grille sur ce qui va
être observé et noté lors de la sortie
3.
Le professeur aide les élèves à planifier ce qui
va être observé, noté, reporté et comment faire
le rapport. Des questions types ci-après
pourraient être considérées :
L'agglomération humaine a-t-il des
répercussions sur les écosystèmes, la
biodiversité ?
Représente t elle une source de pression sur
les environnements immédiats ?
Y-a-t-il des manifestations visibles de
dégradation indiquant cette pression ?
Existe-t-il des menaces immédiates pour la
disparition de quelques ressources que ce
soit dans les environs ? etc.
4.
Les élèves préparent un rapport de leurs
observations sur les conséquences des
2
38
UNIVERS DES RISQUES ET DÉSATRES
CHAPITRE IV
ATMOSPHERIQUE
HYDROLOGIQUE
LES PREMIERS PAS DANS L'UNIVERS DES RISQUES
ET DES DÉSASTRES
Cyclones tropicaux
Ondes de tempête
Inondations de zones côtières
Inondations de rivière
Sécheresse
Désertification
Salinisation des terres
Erosion et sédimentation
Glissements de terrain
4.1
Qu'est ce qu'un phénomène naturel ?
Dans le domaine de la Gestion des Risques et
Désastres, le phénomène naturel est souvent perçu
comme une Menace. Dans ce Guide, nous utilisons
invariablement l'une ou l'autre de ces deux
expressions.
GEOLOGIQUE
Tremblements de terre
Tsunami
Glissements de terrain
L'Organisation des Etats Américains (OEA1990)
définit un phénomène naturel comme “les éléments
de l'environnement physique, dommageables à
l'homme et causés par des forces externes à lui”
Fig 5 La classification des phénomènes naturels
4.2
Plus spécifiquement dans ce Guide, l'expression
phénomène naturel, pour reprendre l'OEA, se réfère
aux phénomènes atmosphériques (faisant
intervenir les éléments de l'atmosphère),
hydrologiques (provoqués par l'eau), géologiques
(liés à des mouvements de la Terre) qui, en raison de
leur lieu, de leur sévérité et de leur fréquence, ont le
potentiel d'affecter de manière défavorable les
hommes et leurs activités. Certains phénomènes
naturels peuvent avoir une double origine (Ex :
glissements de terrain).
Qu'est ce que le Risque ?
Le Risque est en général considéré comme une
évaluation, par les hommes, de la perception d'un
danger qui peut provoquer un dommage. Le
Dictionnaire du Développement Durable de
l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF
, 2003) en propose trois (3) définitions :
“Le Risque est une évaluation quantifiée de la criticité
d'un événement indésirable (probabilité et gravité) ”
“Le Risque est la mesure d'un danger associant une
mesure de l'occurrence d'un événement indésirable
et une mesure de ses effets ou conséquences”
Le qualificatif naturel indique que le phénomène
n'est pas causé par l'homme. Il est le résultat d'un
processus naturel. Toutefois, l'implication de l'homme
peut aggraver ses impacts et conséquences. Il est
donc important de comprendre que l'intervention
humaine peut accroître la fréquence et la sévérité
d'un phénomène naturel : construction de maisons et
de routes là où l'on n'aurait pas dû, déforestation,
destruction de récifs coralliens etc.
“Le Risque est la combinaison de la probabilité d'un
dommage et de la gravité de ce dommage”
Un examen attentif des définitions proposées permet
de se rendre compte que le risque est en étroite
corrélation, on dirait même est une fonction d'un
événement qui peut se produire ( cet événement est
évidemment un phénomène naturel ou une menace)
et des dégâts ou dommages que cet événement
pourrait éventuellement causer. Il s'agit donc d'une
estimation de la probabilité de pertes (humaines,
économiques) attendues lors de l'occurrence d'un
phénomène naturel donné. C'est la probabilité qui est
39
2
UNIVERS DES RISQUES ET DÉSATRES
ici prise en compte et évaluée et non le degré de
pertes.
4.3
indiquera où se trouvent les populations vulnérables,
quelles sont les menaces pour leur bien-être et quel
est le degré de leur vulnérabilité. Les techniques
employées incluent la cartographie et les analyses de
la vulnérabilité par secteurs tels l'agriculture, le
transport, l'habitat etc.
Qu'est ce que la Vulnérabilité ?
La Vulnérabilité est une notion qui mesure le degré
selon lequel une communauté, un système, un
secteur d'activités etc. peut être endommagé par le
passage d'un phénomène naturel.
Presque tout le territoire d'Haïti est vulnérable aux
risques et désastres et aux changements climatiques.
Les paramètres suivants expliquent la grande
vulnérabilité du pays :
La notion renseigne sur les dégâts potentiels dus au
degré d'exposition et de fragilité. Ici ce qui compte
c'est la manière dont on est exposé, sa fragilité, sa
sensibilité pouvant déterminer que l'on sera
sévèrement affecté, que le degré de pertes sera élevé.
On peut être moins exposé ou plus exposé par rapport
à un phénomène naturel. Le rôle des facteurs socioéconomiques, l'état de l'environnement sont ici
importants.

L'extrême pauvreté de la population : 72%
de la population en-dessous du seuil de pauvreté et
65% en-dessous du seuil de pauvreté extrême ;

La forte densité de population
(286 Hab/km2.). Celle-ci constitue un facteur de
vulnérabilité majeur. Haïti compte, selon les derniers
recensements près de 8 millions d'habitants soit
exactement 7,929,048. Les estimations indiquent
que, si aucune mesure n'est prise, la population
s'élèvera d'ici l'an 2010 à 10 millions d'habitants, et à
20 millions en l'an 2040. Même le Nord-Est qui était
réputé comme le Département pas réellement peuplé
a vu sa population augmenter. Les dernières
statistiques montrent que le Nord-Est a une
population de 300,493 et une densité de 166
Hab/km2 ;
Selon que l'on est pauvre ou riche, il y aura
amplification ou atténuation de l'impact du
phénomène naturel. Par exemple, on dira que les
populations vivant dans des bidonvilles où abondent
des maisons précaires, les populations habitant près
des rivières ou dans le lit des ravines sont
extrêmement vulnérables aux phénomènes naturels.
Extrêmement vulnérable veut dire que c'est dans ces
couches de population que l'on risque d'enregistrer le
plus de morts et d'autres dégâts.
De la même manière, en milieu rural ou dans les
villes, il existe certains groupes qui sont plus
vulnérables que d'autres en matière de risques et
désastres. Ce sont en particulier les enfants, les
femmes veuves, les femmes enceintes, les personnes
âgées, les personnes handicapées. Ces gens, en
raison de leur statut, sont en règle générale
dépendants d'une autre personne et n'ont pas les
mêmes atouts que les autres pour s'en sortir.
PHOTO 7 - Explosion démographique (Source: Graded, 2004)
D’autres facteurs socio-économiques doivent être
signalés : la migration massive vers les villes, la
bidonvilisation marquée, la faiblesse du système
éducatif, la situation sanitaire critique (en termes de
couverture sanitaire, vaccinations infantiles,
La Vulnérabilité est généralement évaluée.
D'ordinaire, on procède donc à une évaluation de la
vulnérabilité tant pour les populations que pour les
systèmes environnementaux qui fournissent les
biens et les services. L'évaluation en question
2
40
UNIVERS DES RISQUES ET DÉSATRES

Le Désastre détériore le processus de la vie
normale ;
approvisionnement en eau potable, assainissement
de base) : espérance de vie de 53 ans, mortalité
infantile de 80 pour 1000, 5% de la population
affectée de VIH/SIDA, 50% de la population sans
accès à l'eau potable et plus de 50% de la population
touchée par l'insécurité alimentaire ( voir 3.5 pour ce
terme).

Les besoins fondamentaux comme le manger,
le logement, la santé etc. sont affectés et sont
difficilement couverts.
On distingue deux types de Désastres :
1.
2.
PHOTO 8 - Corvée de l’ approvisionnement en eau potable
(Source: Graded, 2004)
4.4
Qu'est ce qu'un Désastre ?
Naturels
Causés par l'homme
DESASTRES NATURELS
DESASTRES CAUSÉS PAR L’HOMME
Inondation
Cyclones
Tremblements de terre
Tsunamis
Ondes de tempête
Sécheresse
Eruption d’un Volcan
Vagues de froid
Vague de chaleur
Tempête
Déforestation
Feux
Pollution de l’environnement
Empoisonnement alimentaire de masse
Explosion dans une usine
Explosion d’une pompe à essence
Fig 6 Les types de désastre
Pollution : processus consistant à introduire ou à
ajouter du matériel (substances chimiques, sachets
plastic etc.) dans l'environnement. Ce matériel,
délibérément ou accidentellement introduit dans
l'environnement, cause des dommages et des
préjudices aux éléments vivants y compris aux
humains.
Dans certains ouvrages ou littératures, on utilise le
terme catastrophe. C'est la même chose et on peut
dire invariablement Désastre naturel ou Catastrophe
naturelle. Un Désastre, à bien y regarder, est la façon
dont le Risque se manifeste. On peut le considérer, en
fait, comme un risque mal géré.
Le Désastre peut être aussi défini comme la situation
résultant d'un événement impulsif causant un large
spectre de dévastation ou de dommages à la vie et
aux propriétés. Le dommage causé par un Désastre
est généralement énorme et incommensurable c'est
à dire on a du mal à chiffrer, quantifier exactement
ses effets et conséquences.
Les cyclones tropicaux ont diverses appellations
selon leur lieu de formation. On les appelle :
En général, un Désastre a les répercussions suivantes
sur une zone affectée :

Ouragans, en Occident, ce qui signifie en
langue Taïna (une tribu d'indiens) Dieu de l'orage ;

Le Désastre dérange complètement la vie
normale de tous les jours ;

4.5
Définition d'autres concepts clés
4.5.1 Cyclones tropicaux
Typhon en Asie ;

Cyclone en Haïti, dans les Caraïbes et l'océan
indien (Iles Maurices, Iles Seychelles, Madagascar
etc.) ;

Le Désastre influence négativement les
systèmes d'urgence : les gens sont généralement
dépassés ;
421
UNIVERS DES RISQUES ET DÉSATRES

Willy-Willy en Australie.
haïtienne sont exposés aux cyclones tropicaux. En
Haïti, la saison des cyclones commence de Mai à
Novembre.
On a aussi pris l'habitude de leur donner des noms ou
des codes distinctifs courts pour faciliter la
communication. Ce sont en général des prénoms :
Ivan, Gordon, Georges, David, Flora, Inès, Azèle etc
Notons qu'une Tempête tropicale est une forme de
cyclone tropical caractérisé par des vents dont la
vitesse soutenue est comprise entre 63km/h et 119
km/h.
Les Cyclones tropicaux sont, selon l'Organisation
Météorologique Mondiale, des pertubations
météorologiques ayant leur origine dans les océans
tropicaux et caractérisés par des vents d'une vitesse
supérieure à 63 km/h.
Tous les cyclones ne pénètrent pas forcément les
terres. Quand ils le font, ils causent des dégâts de
gravité variable selon la vulnérabilité du pays et des
communautés. Par exemple, la Tempête tropicale
Jeanne a fait moins de 10 morts en République
Dominicaine. Par contre, elle a occasionné plus de
3,000 morts aux Gonaïves (Artibonite/Haïti) et plus
de 100 morts à Chansolme (Nord-Ouest d'Haïti).
Il s'agit de pertubations qui se forment au-dessus
des mers tropicales pour devenir une énorme
masse de vents et d'orages, dont le diamètre peut
atteindre plusieurs centaines de kilomètres qui se
déplace
4.5.2 Onde de tempête
L'Onde de tempête est un effet secondaire des
cyclones tropicaux qui peut être aussi destructeur
que ceux-ci. IL s'agit d'un mur d'eau qui se forme et
monte à l'arrivée d'un cyclone. Lorsque le cyclone
atteint la côte, les vents forts font monter la mer et
poussent cette masse d'eau sur les terres avec un
effet extrêmement destructeur. Ce phénomène a fait
300,000 morts au Bangladesh (pays d'Asie) en 1970.
PHOTO 9 - Ouragan Mitch, 1998 (Source: OMM)
En surface, les vents peuvent atteindre 200
kilomètres à l'heure alors que l'«oeil », au centre, ne
dépassant pas généralement quelques douzaines
de kilomètres de diamètre, est généralement calme.
Chaque année, presque une centaine de cyclones se
forment. Les mers où ils se forment sont aussi
désignés sous le nom de bassins et on en compte
sept. Haïti fait partie du Bassin atlantique (y compris
Atlantique Nord, Golfe du Mexique et Mer des
Caraïbes), un des sept bassins de cyclones tropicaux
qui déterminent les régions vulnérables aux cyclones
tropicaux. Selon le PNUD, 90% de la population
PHOTO 10 - Cyclone Tropical, 1998 (Source: OMM)
Il peut détruire les navires, les bateaux de plaisance,
causer de graves inondations dans les zones côtières,
provoquer une forte érosion des plages et des routes
côtières. Les ondes de tempête constituent un risque
2
42
UNIVERS DES RISQUES ET DÉSATRES
naturel majeur dans beaucoup de régions côtières et
dans des îles comme Haïti.
évacuer. Elles prennent toutes sortes de formes :
crues soudaines (grosses pluies courtes) d'ampleur
limitée, nappes d'eau couvrant d'énormes surfaces.
Elles peuvent être provoquées par de gros orages et
des cyclones tropicaux.
4.5.3 Tsunami
Tsunami est un terme japonais qui signifie une vague
d'eau s'avançant vers les ports. Le Tsunami est un raz
de marée (une énorme vague d'eau ) se déplaçant
rapidement et qui est le résultat d'un tremblement de
terre, d'une éruption d'un volcan ou d'une
déformation dans le fonds de la mer.
Le Tsunami se déplace à une vitesse de plus de 1,000
kilomètres à l'heure en haute mer. Il est si long qu'il
est à peine visible. Lorsqu'il se produit, on constate
subitement que la mer se replie sur elle-même ; on
dirait qu'elle s'assèche. Mais ce n'est qu'un leurre.
L'eau de mer va revenir sur les côtes et quand elle
arrive, le Tsunami heurte le fond de la mer et rebondit
à une hauteur fantastique. Cette vague d'eau détruit
tout ce qu'elle trouve sur les plages et rentre dans les
rues des villes côtières. C'est ce qui s'est passé dans
les pays d'Asie à la fin de l'année 2004.
PHOTO 11 - Inondation dans le Nord-Est (Source: Graded, 2004)
Dans les zones côtières, les inondations peuvent être
provoquées par des ondes de tempête produites par
les cyclones tropicaux, par des tsunamis ou par le
gonflement de fleuves ou de rivières résultant de
marées d'une hauteur exceptionnelle. Les ruptures de
barrage peuvent aussi occasionner des inondations
catastrophiques. Cependant l'une des causes
premières est la déforestation. Quand il n'y a pas
assez d'arbres en amont des points de départ des
rivières, le sol ne peut plus absorber l'eau en raison
de la rareté de matières organiques fournies par les
feuilles des arbres. L'eau ruisselle et va gonfler les
rivières qui ne peuvent plus drainer toute cette
quantité d'eau. Les rivières débordent c'est à dire
sortent de leur lit et vont s'attaquer aux
agglomérations humaines et détruire les
infrastructures (ponts, routes, écoles, maisons etc.)
Le Tsunami a fait, en Décembre 2004, plus de 220,000
morts dans les pays de l'Indonésie, du Sri Lanka, de la
Thaïlande et de l'Inde. Selon les experts du Bureau
des Mines et de l'Energie en Haïti, il y a des chances
qu'un tel phénomène se produise dans les pays de la
Caraïbe et particulièrement Haïti. Un Tsunami s'est
produit dans le passé en Haïti, il y a trois siècles en
1735. La Jamaïque, au Sud d'Haïti, a aussi connu un
Tsunami dans les années 1830. On estime que dans
la région des Caraïbes, les pays comme Guadeloupe,
Haïti, la Jamaïque sont les plus exposés par rapport
au Tsunami.
Les inondations qui ont ravagé Gonaïves ont été le
résultat du gonflement des eaux du bassin versant de
la Rivière la Quinte : zone drainée par la Rivière la
Quinte et ses affluents c'est à dire ses
embranchements (Rivière Ennery, Rivière Bayonnais,
Rivière la Branle) et constituée par la Chaîne des
Cahos, la Vallée d'Ennery et la Plaine des Gonaïves.
4.5.4 Inondations
Les inondations sont identifiées par les populations
locales du Nord-Est comme la toute première menace
d'origine naturelle affectant le Département. Les
inondations se produisent quand les eaux de pluies
s'accumulent plus vite que les sols ne peuvent les
absorber ou les rivières et les fleuves ne peuvent les
4.5.5 Sécheresse
La sécheresse est après, les inondations, le deuxième
2
43
UNIVERS DES RISQUES ET DÉSATRES
phénomène naturel, qui frappe les populations du
Nord-Est. La sécheresse est un terme difficile à définir
et les définitions différentes abondent.
une période spécifique (jour, mois, saison ou année)
et descendant en-dessous d'une certaine quantité
spécifiée.
Quelque soit les approches, la sécheresse résulte en
effet d'un manque d'eau et non de son excès. La
Convention des Nations Unies sur la Lutte contre la
Désertification retient comme définition de la
sécheresse :
La sécheresse hydrologique : une réduction dans les
ressources en eau (débit des rivières, niveau des lacs,
nappes phréatiques) ; réduction qui descend audessous d'un niveau spécifié.
La sécheresse agricole : l'impact des sécheresses
météorologiques et hydrologiques sur le rendement
des cultures. Il faut savoir que pour atteindre un
développement maximum, les cultures ont des
besoins spécifiques en température, humidité et
nourriture durant le cycle de leur croissance. Si durant
la phase de croissance, l'humidité disponible
descend en-dessous de la quantité requise, le
développement des cultures sera compromis et la
récolte réduite.
“Phénomène naturel qui se produit lorsque les
précipitations ont été sensiblement inférieures aux
niveaux normalement enregistrés et qui entraîne de
graves déséquilibres hydrologiques préjudiciables
aux systèmes de production des ressources en terres”
On désigne par précipitations l'eau qui tombe sous
forme de pluie, d'humidité (rosées). La définition de la
Convention indique qu'il y a réduction de l'eau par
rapport à une norme c'est à dire la quantité d'eau
normalement attendue. Elle nous renseigne en plus
que cette réduction a des effets dramatiques sur les
terres de manière générale : terres agricoles, terres
forestières etc.
Les causes de la sécheresse sont nombreuses. Dans
certains cas, elle est causée par un phénomène
climatique global connu sous le nom de phénomène
El Niño. El Niño se définit comme l'invasion
temporaire d'une masse d'air chaude dans les eaux
de mer dans l'Océan Pacifique accompagnée
d'oscillations (mouvements de haut et de bas) de
différentes pressions. Dans ce cas, des courants d'air
chaud sans humidité traversent les pays ou régions
exposés et ne donnent pas de pluies.
Les pays sont baignés par différentes mers ou Océans
: Océan Atlantique (au Nord d'Haïti par exemple),
Océan Pacifique ( certains pays de l'Amérique
centrale, de l'Amérique du Sud et de l'Asie), Océan
indien ( pays comme l'Inde et certaines îles comme
l'île Maurice, les Séchelles, la Papouasie Nouvelle
Guinée, les îles Maldives etc.)
PHOTO 12 - Manifestation de la sécheresse (Source: FEM, 2003)
La sécheresse peut être courte ou de longue durée.
On parle alors d'épisodes de sécheresse ou de
régimes de sécheresse.
El Niño est la cause de nombreuses épisodes de
sécheresse en Afrique, dans certaines parties des
Etats-Unis, au Pérou etc. On suppose que les
sécheresses qui se produisent régulièrement dans le
Nord Ouest d'Haïti sont certaines fois indirectement
associées à ce phénomène.
Il existe différents types de sécheresse :
La sécheresse météorologique : situation
comportant une réduction des chutes de pluie durant
2
44
UNIVERS DES RISQUES ET DÉSATRES
Le plus souvent ce sont les activités humaines qui
amplifient les incidences de la sécheresse ou
accroissent sa durée. Par exemple, les mauvaises
pratiques d'utilisation de terres dans les écosystèmes
marginaux de terres sèches peuvent intensifier les
conditions de la sécheresse. Le Nord-Est, comme on
l'a vu est considéré comme un Département qui
abrite des écosystèmes de terres sèches (quantités de
pluie faibles, présence de végétation de zone sèche
comme bayaronde, cactus etc.)
conséquence du manque d'eau dans le sol et de la
nourriture, la famine s'ensuit et il y a pertes en vies
humaines et de bétail. Dans le Nord-Est, quand la
sécheresse sévit, la population migre vers la
République Dominicaine.
La famine est le plus souvent liée à des images de
masses de gens affamés et qui se meurent. Un auteur
(Downing 1990) la définit comme le résultat d'une
série de processus et d'évènements provoquant une
réduction de la nourriture disponible ou la perte d'un
accès garanti à la nourriture, et causant un
accroissement généralisé et substantiel de la
mortalité.
Certaines activités comme le surpâturage (trop
d'animaux sur une surface réduite qui ne produit pas
assez de fourrage pour les bêtes), le déboisement
expliquent également la persistance de la sécheresse
dans une région comme le Nord-Est. La destruction
du couvert forestier affecte le bilan de l'humidité dans
l'atmosphère et accroît les épisodes de sécheresse.
Les interférences avec le cycle de l'eau peuvent
également intensifier les conditions de sécheresse.
Les haïtiens se rappellent bien la sécheresse à
l'origine de la famine qui a frappé, en 1976, le NordOuest d'Haïti en particulier les communes du Far
West comprenant Jean Rabel, Bombardopolis, Môle
Saint Nicolas et Baie de Henne. La situation était
tellement terrible, à l'époque, que les gens se
nourrissaient de racines amères de certains arbres.
De nombreux compatriotes ont payé de leurs vies de
cette triste épisode.
Variation du climat
Mauvaises pratiques
d’utilisation des terres
Cycle de l’eau interrompu
En plus de la sécheresse, Le Nord-Est est un
Département extrêmement vulnérable à la famine. IL
s'agit d'une menace importante pour la zone. C'est
pourquoi de nombreuses organisations humanitaires
procèdent souvent à des distributions de nourriture.
Causes sécheresse
Surpâturage
déboisement
Modifications des écosystèmes naturels
Fig 7 Les causes de la sécheresse
Par rapport à de nombreux problèmes causés par la
sécheresse et la famine, le concept de sécurité
alimentaire est de nos jours utilisé par les
gouvernements pour tenter d'aborder le problème.
Les effets de la sécheresse :
La sécheresse affecte l'environnement de différentes
façons mais l'effet le plus pernicieux est sur les
conditions de sols. Lors des longues périodes de
sécheresse, la terre se dessèche, se fend. On parle
dans des cas d'une terre morte dépourvue de vie ou
de réactions biologiques (pas de vers de terre, pas de
microorganismes). Il n'y a pas suffisamment d'eau
libre (voir 2.6). Les plantes se meurent et les récoltes
seront mauvaises.
La sécurité alimentaire est définie par la Banque
Mondiale comme la possibilité d'accès à une
nourriture suffisante pour une vie active et en bonne
santé pour toutes les personnes et en tout temps. Les
conditions fondamentales sont la disponibilité de la
nourriture et la capacité de l'acquérir.
Le contraire de la sécurité alimentaire est l'insécurité
alimentaire. On peut dire que la majorité de la
population du Nord-Est vit dans des conditions
Les effets les plus dramatiques de la sécheresse se
ressentent cependant sur la vie des gens. Comme
2
45
UNIVERS DES RISQUES ET DÉSATRES
d'extrême insécurité alimentaire.
Mai 1842 qui a entièrement détruit la ville du Cap. En
1954, un tremblement de terre a frappé la ville des
Cayes. Il y a eu donc de gros tremblements de terre
et il y en aura à l'avenir même s'il est difficile de
déterminer avec exactitude le temps de retour de
ces évènements. La région du Nord où se trouve le
Nord-Est est assise sur une faille active qu'on
appelle la marge nord haïtienne. Notons que ces
dernières cinq années, il y a eu une forte tendance à
répétition de petites secousses. Ce qui devrait nous
inviter à être sur notre garde.
L'insécurité alimentaire est la privation de l'accès à
une nourriture suffisante. Il existe deux types
d'insécurité alimentaire :
Insécurité alimentaire chronique (c'est à dire qui
dure) : régime alimentaire continuellement
inadéquat, causé par une incapacité persistante
d'acheter ou de produire de la nourriture en quantité
suffisante.
Insécurité alimentaire temporaire (c'est à dire pour
un temps) : diminution temporaire des possibilités
d'accès d'un ménage à une nourriture suffisante. Elle
est fréquemment le résultat d'une instabilité du prix
des denrées alimentaires, d'une diminution de la
production alimentaire ou d'un déclin du revenu des
ménages. Dès fois cette insécurité temporaire conduit
à la famine.
4.5.7 Glissements de terrain
Les glissements de terrain sont des phénomènes qui
se produisent quand les masses dissociées de terres
deviennent instables du fait d'une saturation
résultant de pluies. Ces masses se déferlent le long
des pentes et peuvent ensevelir, broyer ou emporter
des personnes, des habitations.
4.5.6 Les tremblements de terre
Les glissements de terrain ont tendance à se produire
en Haïti sur les sols de schiste (roches de glacis)
quand les roches sont orientées dans le même sens
que la pente, au pied de fortes pentes et de flancs de
collines.
Les tremblements de terre sont des mouvements de la
Terre causés par une brusque libération de l'énergie
accumulée patiemment le long d'une faille de la
croûte terrestre. Dans la partie souterraine de la Terre,
il existe des parties creuses qu'on appelle des failles.
Quand celles-ci bougent, elles libèrent de l'énergie
qui fait trembler et craquer des fois la Terre et causer
des fentes énormes à l'origine de l'effondrement des
routes, des maisons et de l'ensevelissement des
personnes. Le phénomène est fonction de l'activité
des failles. Il existe des failles très actives et celles qui
le sont moins.
4.6
Histoire des Désastres en Haïti
Haïti est un pays en situation d'extrême vulnérabilité
face aux désastres naturels. L'environnement qui est
très dégradé et la grande pauvreté des gens
expliquent cette grande vulnérabilité. Il faut aussi
mentionner les difficultés qu'ont les autorités du pays
à maîtriser l'espace rural et urbain. Les gens
construisent n'importe où même au milieu des
ravines.
Les tremblements de terre représentent une menace
particulièrement sévère due à l'irrégularité de
l'intervalle de temps entre les évènements. Les
générations ont tendance à oublier et les autorités
baissent leur garde. Quand l'événement arrive, il
prend tout le monde au dépourvu.
Les menaces ont une double origine :
hydrométéorologique (combinant les éléments de la
météorologie et de l'eau : cyclones, sécheresses) et
sismique (tremblements de terres, tsunami). Et
comme le pays est constitué de trois quart de
montagne, il y a souvent de fréquentes inondations,
glissements de terrain et éboulements.
Il y a eu en Haïti des tremblements de terre énormes
dans le passé. Rappelons le tremblement de terre de 7
2
46
UNIVERS DES RISQUES ET DÉSATRES
De 1900 à 2004, Haïti a été victime de 50 catastrophes
provoquée par l'impact de phénomènes d'origine
climatique, dont 18 cyclones et tempêtes, 28
inondations majeures et 7 sécheresses. Haïti est
située, comme beaucoup de pays voisins des
Caraïbes, dans une zone en proie aux cyclones
tropicaux. Ces menaces météorologiques pourraient
être aggravées dans les prochaines décennies sous
l'effet du changement climatique.
4.8
Quelques exemples d'activités de formation
à conduire autour du Chapitre
Activité 1 : Le risque dans l'imaginaire local
Objectif :
Identifier les proverbes locaux associés à la notion de
risque
Cumulées au long du XX siècle, ces catastrophes ont
fait 14 761 victimes et plus de 5 980,983 sinistrés. La
tempête la plus récente en date, Jeanne en Septembre
2004 a provoqué la mort de 3,000 personnes, laissant
derrière lui plus de 300,000 sinistrés et plusieurs
centaines de millions de dollars (US) de dommages
pour les infrastructures.
4.7
Pourquoi le Nord-Est
Risques et Désastres ?
est
Idée principale :
Le risque est une probabilité de l'imminence d'un
danger représenté par un phénomène naturel
considéré comme une menace. L'expression locale
consacrée pour désigner le risque est “Malè pandye”
littéralement le malheur qui vous guette
il exposé aux
Matériels :
Le Département abrite un certain nombre de failles
de direction NNW-SSE recoupées par d'autres failles
de direction NW-SE assez actives. La présence de
niveaux de calcaires coralliens soulevés et fracturés
près du village de Borgne (à l'Ouest de la Baie de
l'Acul et de Fort Liberté) montre que la zone au plan
de la tectonique (la zone bouge) est une zone en
mouvement qui pourrait être sujette à des
tremblements de terre.
Personnes âgées et notables où habitent les élèves
Procédure suggérée :
La présence de collines basses ciselées par l'érosion
et de plaines alluviales inondables ajoutent leur
marque à la vulnérabilité du Département. La
vulnérabilité est aussi caractérisée par les
insuffisances en infrastructures sanitaires, d'eau
potable, la présence de maisons mal construites et les
carences en infrastructures de communication ; ce
qui rend la population locale extrêmement exposée.
La vulnérabilité de celle-ci est aussi exacerbée par
l'insécurité alimentaire et son manque de
sensibilisation aux principes de base de la gestion
des risques et des désastres. Chaque année, lors de la
saison pluvieuse, des pans entiers de communautés,
notamment celles qui vivent le long des rivières,
demeurent isolés du reste du pays.
2
47
1.
L'activité se déroulera en deux temps,
2.
Dans un premier temps, le professeur clarifie,
à l'intention des élèves, le concept du risque et
porte à leur connaissance le terme consacré
au niveau local pour désigner le risque,
3.
Dans un deuxième temps, les élèves sont
invités à recueillir des personnes-ressources
de leurs localités les proverbes haïtiens
associés au concept risque,
4.
Le lendemain, les élèves présentent les
résultats de leur recherche,
5.
Le professeur compile les différents proverbes
et établit les similitudes et différences,
6.
Les élèves prennent note des différents
proverbes liés au concept.
UNIVERS DES RISQUES ET DÉSATRES
Evaluation
un croquis de la localité avec, en marge, des
légendes illustrant ce qui rend la zone
vulnérable.
Evaluer le sérieux, en termes d'engagement, avec
lequel les élèves ont pris à cœur le travail de
recherche.
Evaluation :
Le professeur notera la qualité des croquis et les
légendes associées.
Activité 2 : Exploration d'une localité vulnérable
dans le Nord-Est
Activité 3 : Distinguer les différents types de
désastre
Objectif :
Caractériser la vulnérabilité d'une localité donnée.
Objectifs :
Idée principale :

Faire ressortir les caractéristiques clés d'un
désastre;
La vulnérabilité se réfère aux aspects de sensibilité,
de fragilité et d'exposition d'une zone ou d'une
communauté ; lesquels peuvent déterminer des
degrés de pertes variables selon les conditions socioéconomiques et l'état de l'environnement.

Les élèves identifieront les principaux types
de désastres.
Idée principale :
Matériels :
Un désastre, quand il se produit, imprime sa marque
à la communauté au travers d'un certain nombre de
ses effets. Il existe différents types de désastres et
l'action de l'homme est dans bien des cas un facteur
aggravant.
Crayons de dessins + cahiers + plumes
Procédure suggérée :
1.
Repérage de la localité à visiter par le
professeur la veille de l'activité;
Matériels :
2.
Tableau + craies
3.
4.
5.
Le professeur expose le concept de
vulnérabilité ainsi que les éléments qui vont
faire l'objet de l'observation. Le professeur
utilisera des images pour faire comprendre le
concept : un œuf est plus fragile qu'in gallon
plastic etc;
Procédure suggérée :
1.
Le professeur anime une discussion de classe
sur le sens du concept désastre, les traits
communs à un désastre et le rôle de l'homme;
Le professeur aide les élèves à planifier ce qui
va être observé et noté;
2.
Sur le site, le professeur attire l'attention sur
les déterminants de la vulnérabilité de la
localité;
Le professeur, avec la participation des élèves,
dresse une liste de désastres, tous confondus,
sur le tableau ,
3.
Le professeur dessine un cadre selon les types
de désastre;
Les élèves, répartis en petits groupes, dressent
2
48
UNIVERS DES RISQUES ET DÉSATRES
4.
En posant des questions aux élèves, une liste
de chaque catégorie de désastre est dressée et
les élèves copient cette liste dans leurs
cahiers de devoir
définissent les phénomènes naturels
mentionnés
3.
Les élèves sont responsabilisés dans la
présentation des jeux d'histoire
Evaluation :
Evaluation :
Observer la participation des élèves lors du
déroulement de la leçon ; vérifier leurs cahiers de
devoir.
Le professeur vérifiera si les élèves arrivent à désigner
les phénomènes naturels à partir des jeux d'histoire
Activité 4 : Qui suis-je ?
Activité 5 : Histoire des désastres naturels dans
une commune du Département du Nord-Est
Objectif :
Objectif :
Les élèves feront, au travers des devinettes,
l'apprentissage des définitions et des manifestations
d'un ensemble de phénomènes naturels comme les
cyclones tropicaux, l'onde de tempête, les
inondations, la sécheresse, le Tsunami, les
tremblements de terre et les glissements de terrain
Faire prendre conscience aux élèves que le
Département a toujours été une zone exposée au
plan des désastres
Idée principale :
Idée principale :
L'histoire des évènements peut nous rapporter des
renseignements extrêmement utiles sur le rythme
d'occurrence des désastres, leurs conséquences et
devrait créer un premier sentiment d'alerte parmi les
citoyens sur les impacts des désastres.
Pour se prémunir contre les dégâts des phénomènes
naturels, le premier pas est de savoir à quel
phénomène naturel on a affaire et quel est son
mécanisme d'action
Matériels :
Matériels :
Affiche + photos illustrant les phénomènes naturels
indiqués
Un groupe de personnes âgées viendra entretenir les
élèves sur les désastres naturels passés dans la
commune
Procédure suggérée :
Procédure suggérée :
1.
Le professeur prépare la veille, sur la base des
notes techniques figurant dans ce Guide de
Formation, une petite histoire en créole sur
chaque phénomène naturel en la terminant
par la question Qui suis-je ?
1.
Le professeur préparera un cadre pour aider à
recueillir les informations fournies par les personnesressources invitées
2.
Le professeur, aidé des supports visuels
indiqués dans la partie Matériels, expose
graduellement les principaux éléments qui
2
49
UNIVERS DES RISQUES ET DÉSATRES
DESASTRES
CYCLONES
ANNÉE
géographique a le plus grand impact économique et
social et affecte le plus grand nombre de personnes.
IMPACTS SUR LA ZONE
Matériels :
Cahiers de notes + tableau + craies
Procédure suggérée
INONDATIONS
1.
Le professeur définit la sécheresse et explicite
pour les élèves les causes de ce phénomène
2.
Le professeur engage une discussion avec les
élèves sur la ou les période (s) de l'année où
les galatas des ménages sont vides
SECHERESSE
Fig 8- Répertoire de désatres (Source: GRADED ,2004)
2.
Le professeur aidera les élèves à préparer et à
poser les questions appropriées
3.
4.
3
Le professeur dresse une liste d'effets possibles
(présentés ci-dessus) de la sécheresse sur la vie des
gens et demande aux élèves de dire si ces effets sont
réels. Il les demande ensuite de classer les effets
selon leur gravité par attributions d'une note de 1 à 5
Le professeur pourra intervenir s'il observe
que le dialogue entre personnes-ressources et
élèves est en train de dévier de l'objectif
recherché

La sécheresse diminue les rentrées d'argent
des paysans ;
Les élèves rempliront le cadre au fur et à
mesure que les informations sont disponibles

Evaluation :
La consommation de la nourriture est réduite ;

Certains groupes de la population tels les
femmes veuves, les personnes âgées ont beaucoup
de problèmes à acheter de la nourriture ;
Le professeur observera la participation et
l'enthousiasme des élèves à la réalisation de
l'exercice

L'eau des sources diminue et les enfants
parcourent de plus grande distance pour aller
chercher de l'eau ; Les gens partent en masse vers la
République Dominicaine pour aller chercher du
travail ;
Activité 6 : La situation des galatas (greniers) des
ménages dans le Nord-Est d'Haïti
Objectif : Identifier les impacts et caractériser la
gravité de la sécheresse sur la vie des gens dans le
Département

Les paysans sont obligés de vendre leurs
bétails à bas prix ;
Idée principale :

Les paysans ont tendance à contracter des
dettes ;
Lorsqu'on considère les principales catastrophes
naturelles qui frappent chaque année le Nord-Est, la
sécheresse est en réalité le phénomène naturel qui de par sa durée, sa répétition tous les ans et sa portée

Il arrive que les gens meurent par suite des
difficultés de trouver de la nourriture.
2
50
UNIVERS DES RISQUES ET DÉSATRES
Evaluation :
Le professeur évalue l'aptitude des élèves à accorder
une note à chacun des effets présentés dans la liste
ci-dessus
521
ETRE INFORMÉ ET PRÉPARÉ
CHAPITRE V
8. S'informer des mesures prônées par les Comités
Communaux ou Locaux de Protection Civile;
ETRE INFORMÉ ET PRÉPARÉ
9. Attacher les embarcations à des endroits sûrs;
5.1
Considérations préliminaires
Les informations traitées dans ce Chapitre
proviennent essentiellement des directives
(instructions à suivre de manière obligatoire)
préparées par la Direction Protection Civile
conjointement avec l'Organisation Panaméricaine de
la Santé et l'Organisation Mondiale de la Santé dans
son livret de vulgarisation “La Communauté face aux
désastres”. Ces directives ont pour but de faciliter une
bonne préparation de la communauté en vue de
réduire les conséquences des désastres.
10. Etre attentif au signal d'alarme retenu (voir plus loin :
Plan de réponse communautaire).
A NE PAS FAIRE :
1. Ne pas vous déplacer d'un endroit sûr;
2. Ne pas traverser des rivières ou des torrents (grandes
ravines) en crues (lorsque les eaux sont fortes);
3. Ne pas traverser des ponts peu sûrs (ponts en bois par
exemple) qui peuvent être détruits;
Ces directives sont reprises mais elles sont mises
sous une forme pédagogique adaptée aux exigences
de ce Guide de Formation.
5.2
4. Ne pas piétiner les décombres;
5. Ne pas bouger les décombres avant d'être sûr de ne pas
provoquer d'autres effondrements ou chutes de matériels.
Cyclones et inondations
A FAIRE :
5.3
Sécheresse
1. Ecouter régulièrement la radio pour des informations
sur l'événement et des conseils pratiques;
MESURES PRÉCONISÉES
2. Emonder les arbres (couper les branches) afin d'éviter
les accidents occasionnés par de forts vents;
1. Dispositions pour constituer, avant la sécheresse, un
stock de réserve de denrées alimentaires et d'aliments
pour le bétail;
3. Mettre les papiers importants (actes de naissance,
mariage, titres de propriété etc) dans des sacs en plastique
pour éviter leur destruction ou leur perte;
2. Assurer l'approvisionnement de l'eau potable dans les
zones rurales pour les populations et animaux dans les
localités affectées par la sécheresse;
4. Débrancher les appareils électriques;
3. Promotion de cultures résistantes à la sécheresse
(gingembre, millet, manioc etc.);
5. Avoir une quantité d'eau potable équivalant à 3 jours de
consommation ; stocker cette eau dans des récipients
fermés;
4. Gestion du bétail pour éviter le surpâturage dans les
écosystèmes secs et fragiles;
6. Avoir à la maison un stock d'aliments de conservation
facile (hareng, conserve etc.);
5. Encourager des mesures de restauration des terres
dégradées (mesures anti-érosives, agroforesterie etc.).
7. Mettre le bétail à un endroit où il sera à l'abri des
inondations afin d'éviter qu'il ne soit emporté par les
courants d'eau;
2
52
ETRE INFORMÉ ET PRÉPARÉ
5.4

On dot éviter les arrêts intempestifs ; on
évitera d'incliner le brancard.
Tremblements de terre
MESURES RECOMMANDÉES
1. Rester loin des maisons anciennes menacées de
destruction
5.6
Les mesures d'assainissement et de lutte
contre les maladies transmissibles à prendre
2. Garer les véhicules loin des maisons et des arbres
Elles concernent entre autres :
3. Si votre maison est sévèrement endommagée, vous
devez la laisser.
L'ASSAINISSEMENT DE L'EAU :

Bouillir l'eau pendant 20 minutes et ajouter 1
goutte de chlorox pour chaque gallon utilisé ;
4. Eviter de rentrer dans les édifices ou maisons
endommagés ou de rester près d'eux ; ils risquent de
s'affaisser
5. Eviter les endroits où il y a des fils électriques qui
traînent

Désinfecter l'eau par une solution de Javel (Jif
+ Chlorox) : 4 gouttes pour 1 gallon et laisser reposer
pendant 30 minutes avant consommation;
6. Ne pas toucher aucun objet métallique
LA GESTION DES CADAVRES :
7. Ne pas piétiner les décombres
8. Ne pas bouger les décombres avant d'être sûr de ne pas
provoquer d'autres effondrements ou chutes de matériels
Selon la DPC :

Le décès doit être constaté et le relevé du
corps doit être fait en présence d'un Juge de paix ;
5.5

La déclaration de décès se fera après
identification formelle de la personne ;
L'organisation des premiers secours

Le transport des cadavres, en cas de
nombreuses pertes, se fera vers une zone de
regroupement (fosse commune) ;
L'organisation des premiers secours est en règle
générale assurée par du personnel spécialisé
(infirmières, secouristes ou volontaires ayant reçu
une formation appropriée). La DPC recommande les
mesures ci-après pour les cas de figure suivants :

Les cadavres des animaux seront détruits en
les arrosant d'essence (de gaz blanc).
MANIPULATION DES BLESSÉS :

5.7
Quelques exemples d'activités de formation
à conduire autour du Chapitre
Maintenir et faciliter la respiration ;
Activité type pour ce Chapitre à reproduire pour les
différents phénomènes naturels étudiés :
Conférence- débats sur les cyclones/inondations
sécheresse, et tremblements de terre

Dégager les voies aériennes en nettoyant la
bouche et la gorge avec 2 doigts ;

Eviter le refroidissement des blessés en les
recouvrant de couvertures ;
Objectif :

Tout brancard (équipement utilisé pur le
transport des blessés) doit avancer la tête la première ;
Communiquer un ensemble de consignes sur le
comportement
2
53
ETRE INFORMÉ ET PRÉPARÉ
à avoir lors d'une situation d'urgence résultant du
passage d'un phénomène naturel (cyclones,
inondations, sécheresse, tremblements de terre)
Idée principale :
Lors de l'occurrence éventuelle d'un désastre, il est
important d'être en alerte et de suivre les consignes
passés par les autorités compétentes : Les Comités
communaux et les KPLS
Matériels :
Projection documentaire approprié (Exemple Malè
pandye nan Nòdès) + mégaphone+ Flip Chart ou
tableau noir
Procédure :
1. Les formateurs/professeurs lancent les invitations à
un public large composé d'élèves et de membres de la
communauté
2. Choix d'un lieu non conflictuel où les gens
n'auraient pas de problèmes de le fréquenter
3. Exposé des différents consignes pour chaque type
de menaces
4. Brainstorming (brasé lidé) autour de l'application
de ces consignes au niveau de la communauté
5. Conclusion de la Conférence
Evaluation :
Séance de questions et réponses
2
54
ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET
personnes et aux propriétés individuelles c) la
sensibilisation, la formation, la reforestation, la
préparation de plans de réponse, le développement
des procédures, l'installation de systèmes d'alerte
précoce, de systèmes d'information communautaire,
des exercices pour tester les procédures
opérationnelles d'urgence etc.
CHAPITRE VI
ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET
6.1
Qu'est ce que la Gestion des Risques et
Désastres
L'expression Gestion des Risques et Désastres peut
prêter à divers cas de figure. La Gestion peut consister
à déterminer ce qu'il y a lieu de faire en termes de
mesures à promouvoir, d'activités de préparation et de
prévention à implanter, de mesures de mitigation ou
d'atténuation, de réhabilitation à opérationaliser et
les moyens à se donner pour réduire ou diminuer les
impacts d'un désastre.

les activités de réponse pour adresser les
besoins urgents des victimes des désastres :
opérations de sauvetage, évacuation, soins médicaux,
programmes d'aide alimentaire et de lieux de refuges,
appui à la reconstruction et à la recapitalisation des
ménages etc.

les activités de réhabilitation mises en place
après les désastres en vue d'aider à restaurer les
conditions de vie normales dans la communauté :
eau, réparation d'une route coupée, restauration du
service d'eau et de l'électricité etc.
En gros, c'est de décider comment on va raisonner et
concrétiser la prise en charge d'une zone ou des
communautés, objet de la gestion suite à la présence
d'un risque et à l'occurrence d'un désastre.
En règle générale, la Gestion englobe des aspects de
planification , d'aménagement , de législation , de
rapports avec la population , de contrôle d'activités à
impacts , de cadre institutionnel (organe de gestion ,
ressources humaines et financières, infrastructures,
mise en place de structures spécifiques comme des
Comités Locaux de Protection Civile ) etc.

les activités de mitigation pouvant être
appliquées avant, pendant et après et destinées à
réduire ou éliminer les dommages : plans d'utilisation
des terres, zonage, construction de structures
résistantes aux désastres, incitations/mesures pour
décourager les implantations humaines dans les
zones à haut degré de risque etc.
La Gestion des Risques et Désastres peut vouloir dire
de nombreuses choses à la fois. Mais pour faire court,
nous retenons comme définition dans ce Guide “La
Gestion des Risques et Désastres désigne un
ensemble d'activités destinées à préparer, garder le
contrôle sur les évènements et fournir un cadre de
travail et d'interventions pour aider les personnes à
risque ou exposées à éviter ou à récupérer de l'impact
d'un désastre ”
(1) Planification
- Identifier le phénomène
susceptible de se produire
- estimation de l’impact
- Déterminer les mesures
pour réduire les risques
(2) Gestion des pertes
- Maintenir les pertes au minimum
- Réduire la vulnérabilité
(3) Leadership
(4) Equité de l’Aide
- Contrôle des évènements
durant et après les urgences
- Distribution juste et équitable
Les objectifs de la Gestion d’un Désastre
La gestion des risques et desatres recouvre toute une
gamme de mesures:
(5) Gestion des
ressources

les activités de préparation et de prévention
pouvant comprendre : a) des actions structurelles
destinées à préparer la population à l'imminence
d'un phénomène naturel b) des actions non
structurelles pour minimiser les dommages aux
(6) Réhabilitation
- Prompt recouvrement
- Utilisation efficiente de l’argent,
de l’énergie et de l’aide
Fig 9 Les objectifs de la Gestion d'un désastre (Sources combinées et adaptées
des auteurs)
2
55
ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET
6.2
La roue de la Gestion et la trilogie des
consignes
événement qui a de fortes chances de causer une
situation d'urgence.
La Gestion d'un désastre peut être assimilée à une
roue qui tourne. Son succès dépend de la révision
continue de l'implantation des différents aspects qui
apparaissent dans la figure 8 tout en prenant soin de
ne pas briser le cycle. Chaque étape de la gestion
requiert des choix judicieux dans les stratégies
d'intervention. A chaque étape se retrouvent aussi un
certain nombre d'acteurs. En général, les ONG aiment
privilégier les étapes liées à la préparation, la
prévention et la gestion de l'aide aux populations
sinistrées.
Mitigation : l'application de mesures pour réduire les
effets qui pourraient être causés par l'occurrence
d'un événement.
6.3
Les dispositions et structures envisagées
par l'Etat pour gérer les risques et désastres en
Haïti
Face à la grande vulnérabilité du pays aux
catastrophes naturelles, l'Etat haïtien, représenté par
le Ministère de l'Intérieur / Direction Protection Civile,
a adopté des mesures de politique pour gérer les
risques selon une approche double : la prévention
des désastres et la réduction de la vulnérabilité. Cette
politique veut résoudre le problème selon deux
angles d'attaque : elle veut prévenir les désastres et
diminuer la vulnérabilité des populations exposées
aux malheurs.
En matière de gestion d'un désastre, il y a ce qu'on
appelle en général la trilogie des consignes et des
actions s'agissant des instructions à passer aux
populations et les mesures à prendre. Il convient
toujours de se rappeler de la formule : AVANT,
PENDANT ET APRÈS (LES CATASTROPHES
OU L'EVÈNEMENT)
PREPARATION
GESTION DE L’AIDE
OU DE L’ASSISTANCE
Une politique est un instrument de planification
qu'un pays, que l'Etat se donne pour tracer le chemin
et dire quelle direction le pays veut prendre et quelles
sont les actions à mettre en place pour résoudre tel ou
tel problème.
PREVENTION
 Etat
 ONG
 Bailleurs
LE CYCLE DE LA
GESTION DU
DÉSASTRE
REHABILITATION
Cet instrument offre un cadre d'interventions pour
faciliter la mise en œuvre des activités à conduire par
les acteurs concernés dans le domaine : Ministères et
autres agences étatiques, collectivités territoriales,
ONG, organisations communautaires etc. Tout le
monde doit suivre cette politique. Par exemple, le
Projet d'Etablissements de structures de prévention
aux désastres de PLAN-HAÏTI rentre dans le cadre de
la politique de l'Etat haïtien en matière de risques et
désastres.
MITIGATION OU
ATTENUATION
REPONSES
Fig 10 La roue de la Gestion d'un désastre (Source: combinées adaptées des
auteurs)
Préparation : l'application de mesures visant à
préparer les communautés à faire face à l'imminence
d'un événement susceptible de causer des
dommages aux biens et à la vie
Par rapport à la question qui nous intéresse, le
Ministère de l'Intérieur par le biais de la Direction de
la Protection Civile (DPC) a préparé et publié, pour le
compte de l'Etat haïtien, le Plan National de Gestion
des Risques et des Désastres (PNGRD).
Prévention : l'application de mesures pour éviter un
2
56
ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET
Le PNGRD est lié aux priorités définies dans le Plan
d'Action pour l'Environnement (PAE), la politique
environnementale globale du pays, qui présente une
base d'actions à long terme pour des interventions
adéquates et intégrées de gestion des risques. Le PAE
vise aussi une réponse adéquate aux catastrophes.
Groupe d'Appui de Coopération Internationale :
instance de consultation venant en appui au travail
du SPGRD et dont l'une des principales tâches est
d'aider, en cas d'une catastrophe, à la coordination de
l'aide en nourriture et la mobilisation des ressources
financières.
Le PNGRD poursuit deux objectifs généraux :
4- Les Comités Départementaux, Communaux et
Locaux : entités chargées des aspects opérationnels
du PNGRD à l'échelle de la commune et des sections
communales.
1-
Agir sur les causes et les facteurs qui génèrent
l'état de risques afin de réduire l'impact des
désastres ;
La mise sur pied par PLAN-HAÏTI dans le Nord-Est des
Comités Locaux de Protection Civile appelés en créole
KPLS rentrent dans le dernier palier. La DPC confie
aux KPLS les responsabilités suivantes :
2- Renforcer la capacité de réponse en cas de
désastre au niveau national, départemental,
communal et local.
Pour appliquer sur le terrain le PNGRD, l'Etat haïtien
a aussi mis en place un certain nombre de structures
avec un mandat bien défini :
1- Le Comité National pour la Gestion des Risques
et des Désastres (CNGRD) qui est constitué
destitulaires des Ministères (Intérieur, TPTC,
MSPP,MARNDR, Planification et Environnement,
Affaires Sociales, Justice/Police) et de la Croix-Rouge
haïtienne. Il est présidé par le Premier Ministre ou par
le Ministre de l'Intérieur par délégation du Premier
Ministre.
PHOTO 13 Comité communal de protection civile (Source: Graded, 2004)
Responsabilités générales :
Le CNGRD est l'instance responsable des grandes
orientations, des décisions, de la mise en place, de
l'application ainsi que du suivi des actions du Plan.
La direction du processus de gestion d'urgences dans
la communauté en articulation et en collaboration
avec les Comité Communaux
2- Le Secrétariat Permanent de Gestion des
Risques et des Désastres (SPGRD) qui est constitué
de techniciens issus des différents Ministères
concernés, de la Croix-Rouge Haïtienne (CRH) et
certaines ONG intervenant dans la question des
risques et désastres.
Responsabilités spécifiques :
La préparation et l'exécution des actions d'évaluation
des besoins et des dommages dus à une urgence, la
sensibilisation et l'information de la communauté, la
préparation de plans communautaires de réponse,
l'appui aux activités de protection de bassin versant
etc. Le bassin versant est l'ensemble des eaux
provenant des mornes et qui viennent se déverser
dans un lieu unique, appelé axe de drainage, qui peut
Le SPGRD est chargé de la mise en œuvre, au niveau
national, du Plan National de Gestion des Risques et
des Désastres.
3- Le Comité Consultatif de la Société Civile et le
57
2
ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET
être une rivière ou une ravine. Par exemple,
l'ensemble des mornes qui alimentent en eau la
rivière Massacre et la rivière elle-même forment le
bassin versant de la Rivière Massacre.
national. Les organismes responsables des alertes
publient alors des messages d'avertissement, des
bulletins spéciaux.
L'alerte est généralement raisonnée à deux niveaux :
technique et politique. En Haïti, l'Organisme chargé
de lancer techniquement les alertes et de donner des
consignes aux populations, pour ce qui concerne les
cyclones tropicaux et les inondations, est le Centre
National de Météorologie (CNM).
La structure qui donne suite aux messages d'alerte à
l'échelon politique est le Comité National pour la
Gestion des Risques et des Désastres (CNGRD) qui
passe ensuite le relais au Secrétariat Permanent de
Gestion des Risques et des Désastres (SPGRD).
PHOTO 14 - Réunion de KPSL (Source: Recef Group 2004)
Plusieurs secteurs sont représentés à l'intérieur des
KPLS : CASEC, organisations paysannes, cultes
religieux etc. La DPC recommande en règle générale
un organigramme-type pour les Comités locaux
constitué d'un Comité Directeur, un Comité logistique,
un Comité Communication etc.
6.4
Le CNM et le SPGRD prennent alors les dispositions
pour appliquer les alertes précoces à l'échelle
nationale et locale en recourant aux Comités
Départementaux, Communaux et Locaux.
Les précautions doivent être prises pour que le
système fonctionne :
Les systèmes d'alerte précoce

Les messages d'alerte doivent être fiables et
faciles à comprendre ;
Les systèmes d'alerte précoce se réfèrent à un
ensemble de dispositions ( matériels techniques,
postes d'observation, enquêtes etc.) destinées à
obtenir des informations météorologiques,
climatiques et socio-économiques en temps réel en
vue d'établir des prévisions au sujet de l'occurrence
d'un phénomène naturel ou d'une menace. Ces
systèmes reposent sur la mise en place de
mécanismes appelés Observatoire.

On élabore les messages d'alerte en se
fondant sur une analyse des risques et on les
communique aux groupes les plus exposés ;

On surveille et prévoit les variations possibles
des facteurs de vulnérabilité à l'échelle locale ;

On communique des renseignements
détaillés sur les risques à l'échelle locale.
Ces systèmes jouent un rôle important en matière de
gestion des risques et désastres. Outils
indispensables pour la prise de décisions, ils
permettent aux individus d'agir en temps voulu pour
réduire les risques de pertes en vies humaines, de
blessures et de dommages causés aux biens et aux
milieux fragiles.
Pour ce qui concerne les systèmes d'alerte précoce
relatifs à la sécheresse, les ONG sont assez actives et
viennent en appui aux autorités haïtiennes pour les
aider à faire des prévisions sur la production
alimentaire à l'échelle d'un Département. Le travail
consiste alors à recueillir des données sur les chutes
de pluie, la production alimentaire, réaliser des
études sur le marché des récoltes et des enquêtes sur
Pour être efficace, les dispositifs d'alerte doivent avoir
une bonne couverture géographique au niveau
2
58
ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET
l'état nutritionnel etc.
C'est un instrument qui doit montrer comment la
communauté compte s'organiser et quelles actions
elle entend mener pour faire face à une situation
d'urgence, créée par un phénomène naturel,
indépendamment de l'assistance qu'elle peut
recevoir de l'extérieur. Il s'agit, en fait, d'un Projet
communautaire de gestion du territoire focalisé sur la
question du risque et des désastres. Ce projet devrait
être le fruit de l'expression, par les acteurs locaux, de
l'identification et de la localisation des principales
menaces, de leur vision de la vulnérabilité, de la
formulation d'un plan d'actions avec des étapes clés
et précises.
Le développement du Plan de Réponse
communautaire se fera avec la participation et les
efforts coordonnés de tous les membres de la
communauté. Les étapes suivantes sont
recommandées pour son élaboration.
Ces Organisations publient alors des bulletins pour
attirer l'attention et prédire comment va être la
production ? Est-ce qu'il y aura assez de nourriture au
niveau local ? Est ce qu'il faudra procéder à
d'éventuelles distributions alimentaires ? Faut il
organiser des cantines scolaires etc.
Par exemple, dans le Nord-Ouest, l'ONG CARE anime
un système d'alerte précoce sur la sécheresse et
publie un bulletin trimestriel dénommé Early
Warning System. On retrouve aussi d'autres initiatives
associées qui sont l'œuvre de plusieurs autres
institutions. Aussi, distingue-t-on :

L'Observatoire socio-économique de l'Institut
Haïtien de Statistiques (IHSI) fournissant par
commune des données à caractère socioéconomique permettant de suivre l'évolution de la
pauvreté ;
1 IDENTIFICATION DES PRINCIPALES
MENACES POUR LA COMMUNAUTÉ

L'Observatoire de la Commission Nationale
sur la Sécurité Alimentaire (CNSA) finalisé sur la
publication de notes de conjoncture trimestrielle sur
la sécurité alimentaire d'où l'on peut sortir des bilans
et d'analyse de l'évolution de la situation de sécurité
alimentaire ;
2
EVALUATION DE LA
VULNÉRABILITÉ ET DES RISQUES

L'Observatoire de l'Association Nationale des
Agronomes Haïtiens (ANDAH) destiné à assurer un
suivi par zones de la situation de l'agriculture
nationale et de son évolution.
3
6.5
La Gestion des Risques et Désastres à
l'échelle communautaire : Préparation et mise en
œuvre d'un Plan de Réponse Communautaire aux
Désastres Naturels
LE PLAN D'ACTIONS
4
LE TESTAGE ET L'EVALUATION DU
PLAN
Parmi les diverses initiatives que les autorités et les
organisations de développement peuvent être
amenées à prendre pour prévenir les désastres et
réduire la vulnérabilité des populations, le Plan de
Réponse communautaire est un élément crucial
dans la stratégie globale de réduction des risques.
2
59
ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET
ETAPE 1 : IDENTIFICATION DES
PRINCIPALES MENACES POUR LA
COMMUNAUTÉ
La communauté, aidée des orientations des
formateurs et/ou animateurs, détermine par après
quelles sont les principales menaces susceptibles de
créer une situation d'urgence pour les gens. Ici la
communauté procède à une priorité et établit les
causes de telles menaces et discute les voies et
moyens pour réduire leurs effets. La réponse aux
voies et moyens devrait être trouvée dans le Plan
d'action (voir plus loin), un élément du Plan de
Réponse communautaire global. Les schémas ciaprès peuvent être utilisés pour illustrer les causes :
A ce stade, les leaders de la communauté et la
population se réunissent pour déterminer la nature
exacte des menaces auxquelles est exposée
l'ensemble de la communauté. Quelles sont les
menaces naturelles et celles causées par l'homme ?
L'exercice est conduit et animé par des formateurs
qualifiés de PLAN-HAÏTI assistés par leurs
superviseurs (Ingénieurs-agronomes, sociologues,
ingénieurs civils etc.)
Déboisement
LES MENACES NATURELLES AUXQUELLES
LA COMMUNAUTÉ EST EXPOSÉE
Cultures des terrains déclives en amont des rivières
Erosion accélérée des sols
en amont
Des rivières et sur les berges de celles-ci/crues
 INONDATIONS
Envasement de la rivière lié au dépôt de sédiments
 CYCLONES TROPICAUX
Incapacité de la rivière à garder l’eau
Celle-ci sort du lit
 SECHERESSE
 GLISSEMENTS DE TERRAIN
GRANDES INONDATIONS
Fig 10- Sources Combinées et adaptées des auteurs
A cela s'ajoutent les menaces liées à l'action de
l'homme :
LES MENACES CAUSÉES PAR L'HOMME
 DÉBOISEMENT
 CONTAMINATION DES SOURCES ET DES
RIVIÈRES PAR LA MATIÈRE FÉCALE
(POLLUTION FÉCALE)
FEUX DE JARDINS/FEUX DE FORÊT
2
60
ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET
ETAPE 2 : EVALUATION DE
LA VULNÉRABILITÉ ET DES RISQUES
A.1.1.2
Caractère saisonnier
des désastres
A) EVALUATION DE LA
VULNÉRABILITÉ
Commune/section communale ou localité
______________________________
TYPE
DÉSASTRE
On se rappelle qu'on avait défini la vulnérabilité
comme le degré d'exposition des populations, de leur
travail et de leur environnement aux effets d'un
phénomène naturel ou d'une menace donnée.
M= MORTS
Le passé peut aider à la communauté à se faire une
idée du degré d'exposition de la zone aux menaces.
Les outils ci-après aideront à organiser les
informations. L'exercice se fera de préférence avec
des personnes âgées.
Historique des désastres
MAISONS
ENDOMMAGÉES
OU DÉTRUITES
INFRASTRUCTURES
MOYENS
D’EXISTENCE
AUTRES
CYCLONE
INONDATION
SECHERESSE
M= MORTS
MOYENS
D’EXISTENCE
AUTRES
B= BLESSÉS
Le Comité communal + les KPLS + des représentants
de la communauté ou des personnes ressources
locales (notables, éducateurs, responsables des
organisations paysannes, leaders religieux etc.)
TYPE DE DOMMAGES
JARDINS
INFRASTRUCTURES
Avec qui réaliser la carte ?
Commune/section communale ou localité
______________________________
Vies
Humaines
(M OU B)
MAISONS
ENDOMMAGÉES
OU DÉTRUITES
Il existe des techniques sophistiquées de préparation
de cartes. Mais dans le cas qui nous concerne, il s'agit
d'une carte communautaire c'est à dire une carte
tracée par les populations qui renseigne sur la
perception des populations sur les zones les plus
vulnérables identifiées au regard de la destruction
des vies, des propriétés, des infrastructures et les
activités économiques.
A.1.1 HISTOIRE DES DÉSASTRES
ANNÉE (S)
OÙ
LE
DÉSASTRE
S’EST
PRODUIT
JARDINS
La communauté reportera sur une carte les menaces
qu'elle a identifiées au cours des exercices
précédents. Une carte est une représentation plane et
réduite d'une portion de la terre (une commune, un
département, un quartier etc.) ou de choses ayant
une expression dans l'espace (forêt, routes, ravines,
marécage, rivière etc.) que l'on effectue selon
certaines conventions. C'est un instrument qui donne
une vision aérienne de l'espace.
A.1 UN COUP D'ŒIL SUR L'HISTOIRE
DE LA ZONE
DE
TYPE DE DOMMAGES
Vies
Humaines
(M OU B)
A.1.2 METTONS SUR UNE CARTE LES
MENACES IDENTIFIÉES
La réponse à ces questions requiert que l'on
emprunte les démarches suivantes :
TYPE
DÉSASTRE
ANNÉE (S)
OÙ
LE
DÉSASTRE
S’EST
PRODUIT
CYCLONE
INONDATION
SECHERESSE
Pour déterminer la vulnérabilité, la communauté doit
se demander : quels sont les populations, les édifices,
agglomérations etc. exposés à la menace ? Quelle est
la capacité de la communauté à gérer une situation
d'urgence résultant d'un phénomène naturel ?
A.1.1.1
DE
B= BLESSÉS
621
ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET
Comment ?

Les principales écoles, les églises ;
 1 feuille Flip chart ;
En marge de la carte, on fera figurer :
 4- feutres (bleu, vert, noir, rouge) ou la craie


Les abris ou refuges ne présentant pas de
danger ;
Présenter l'objectif de l'exercice ;

Les routes qu'on peut utiliser pour des
évacuations sans danger ;

Inviter les participants à venir mettre des
points de repère sur le papier (lever du soleil par
exemple) ; le lever du soleil, qui est l'Est, sera
l'équivalent du Nord sur une carte conventionnelle
pour les participants ;

Les zones en hauteur à utiliser comme zones
de refuge ;


Les sites pour l'entreposage de nourriture ; etc.
Inviter les participants à préciser les limites
connues (ravines, routes, collines , rivières, etc)
Quelles informations mettre sur la carte?
Quelques précautions à prendre :
Voici à titre indicatif les informations qui peuvent
apparaître sur une carte communautaire. Les
formateurs/animateurs feront preuve de jugement
pour les adapter selon les réalités de chaque
commune :
Choix des personnes-ressources locales: En dehors
des Comités de protection civile, il faut s'assurer que
le choix soit aussi diversifié que possible : équilibre
entre représentants de la ville et ceux des sections
communales, équilibre entre les centres ou secteurs
d'intérêts ( organisations de femmes, éducateur
houngans etc. L'exercice se réalisera avec 20 à 30
leaders et un minimum de planification est
indispensable ;

Des zones susceptibles d'être inondées par
l'eau, touchées par les glissements de terrain et la
sécheresse ;

Les rivières, ravines, la mer etc.
Faire attention au langage utilisé pour présenter,
des les premiers contacts, l'objectif de l'exercice.

Ecosystème particulier: petites forêts, lacs,
étangs, lagons, cascades, marécages etc.
La carte communautaire est une clé d'entrée pour
une première discussion sur les problèmes relatifs
aux risques et désastres. Le but n'est pas tant la
recherche de limites exactes, de report sans faille de
la réalité de la zone sur une feuille de papier.
 Les sources d'eau et les captages (réservoirs,
fontaines ) ;

Les routes et d'autres moyens de
communication;

Il faut consacrer, avec les représentants des
communautés, une égale proportion de temps à la
définition des limites du territoire (la commune), à la
représentation, à l'intérieur de la Carte des
infrastructures, des écosystèmes et des zones à
problèmes etc.
Les bâtiments publics et d'autres structures ;

Les moyens d'existence des populations : les
petits embarquements, les zones agricoles, les
marchés, les petites entreprises etc.
2
62
ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET
A.1.3.2 Professionnels privés
A.1.3.3 Liste des ONG, des Organisations
Communautaires de Base (OCB) et des
Bureaux de la Croix Rouge
NOM DES ONG, DES OCB
ET DES BUREAUX CROIX
ROUGE
A.1.3 INVENTAIRE ET
LOCALISATION DES RESSOURCES
TYPES D’ENERGIE
ADRESSE
PERSONNE DE CONTACT
ET ADRESSE
TYPES D’EQUIPEMENTS
NUMERO
DE TELEPHONE
(SI APPLICABLE)
REMARQUE
PERSONNE DE CONTACT
ET ADRESSE
NUMERO
DE TELEPHONE
(SI APPLICABLE)
REMARQUE
ECHELLE
HACHE
CORDES
PELLES
PIOCHES
SCIES
TROUSSES MEDICALES
DE PREMIER SECOURS
AUTRES
REMARQUES
A.1.3.5 Zones d'abri ou de refuge
TYPES
D’ABRIS
NOM ET PRENOM
DE
A.1.3.4 Equipements de protection et de
secours
BUS
PICK-UP 4X4
EMBARCATIONS
A MOTEUR
MOTOCYCLETTES
AUTRES
EXPERTISE OU
COMPÉTENCE
ADRESSES
CONTACT
GENERATRICE
RECHAUD A GAZ
LAMPES A GAZ
TORCHES DE NUIT
FOUR A GAZ
PANNEAUX SOLAIRES
AUTRES
L'inventaire des ressources permet d'avoir une idée
des ressources que la communauté peut mobiliser
si elle doit répondre à une situation d'urgence. Il
renseigne aussi sur le niveau d'organisation de
celle-ci et de ses besoins en cas d'une urgence.
Les outils ci-après peuvent faciliter l'organisation
des informations pour ce qui concerne cet
inventaire :
TELEPHONE
(BUREAU ET
RÉSIDENCE)
SI APPLICABLE
# DE VOLONTAIRES
QU’ELLES
PEUVENT
FOURNIR
A.1.3.4 Sources d'énergie
PHOTO 15 - Carte communautaire (Source Graded, 2004)
TYPES DE VEHICULES
PERSONNE CONTACT
A.1.3.1
Transport
ET ADRESSE
ZONES D’INTERVENTION
CAPACITÉ
(
#
DE
CHAMBRES)
LOCALISATION
PERSONNES
CONTACT
(ADRESSE
TELEPHONE)
ET
FACILITÉS
DISPONIBLES
(EQUIPEMENTS
DE CUISINE, LITS,
DRAPS ETC)
REMARQUE
A.1.3.6 Identif ication des facilités
d'entreposage (dépôts)
TELEPHONE
(SI APPLICABLE)
MEDECIN
AGRONOMES
AVOCAT
MECANICIEN
INFIRMIÈRE
AGENTS DE SANTÉ
ANIMATEURS
TECHNICINES AGRICOLES
INGÉNIEUR CIVIL
CHAUFFEURS ( VEHICULES DE ROUTE
ET EMBARCATIONS)
VOLONTAIRES DE PREMIER SECOURS
PROFESSEURS
AUTRES
TYPES DE STRUCTURE
D’ENTREPOSAGE
CAPACITÉ
LOCALISATION
PERSONNE
CONTACT
ADRESSE
TELEPHONE
(SI APPLICABLE)
A.1.3.7 Liste des Comités de Protection
Civile
TYPES DE COMITÉS
DEPARTEMENTAL
COMMUNAL
LOCAUX
2
63
PERSONNES CONTACT
ADRESSE
TELEPHONES
(SI APPLICABLE)
ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET
Suite
A.1.3.8 Grossistes et détaillants
TYPES DE GROSSISTES ET
DE DÉTAILLANTS
PERSONNES
CONTACT ET
ADRESSE
FEMMES CÉLIBATAIRES
CHEFS DE MÉNAGES
PERSONNES AGÉES
HANDICAPÉS
PERSONNES MALADES ET ALITÉES
PERSONNES HABITANT PRÈS D’UNE RIVIÈRE
OU D’UNE RAVINE
AUTRES
TELEPHONE
(SI APPLICABLE)
EPICERIES
RESTAURANTS
BOUTIQUES DE MATÉRIAUX
DE CONSTRUCTION
BOUTIQUES DE
PRODUITS AGRICOLES
PHARMACIE
AUTRES
B.3 Les infrastructures sujettes à risque
TYPES
D’INFRASTRUCTURE
On se rappelle qu'on avait défini le risque comme une
évaluation, par les hommes, de la perception d'un
danger qui peut provoquer un dommage. Les
analyses formelles de risques sont généralement
coûteuses et grandes consommatrices de temps.
Mais il existe des méthodes rapides et simplifiées que
les communautés, sous la direction des encadreurs (
agronomes, ingénieurs, animateurs, professeurs etc.)
peuvent utiliser pour élaborer un Plan de réponse
communautaire tenant compte des risques. Ci-après
quelques outils pouvant aider à se faire une idée des
risques encourus par la communauté :
DISTANCE
DU POINT DE RISQUE
PAR RAPPORT A L’AGGLO
MERATION HUMAINE
TOTAL
Dans le contexte de ce Guide de Formation, nous
allons considérer deux (2) cas de figure pour lesquels
nous proposons une démarche devant aider la
communauté à identifier et à mettre en œuvre les
actions nécessaires en vue de faire face aux risques :
1) Cas d'un cyclone et d'une inondation 2) cas d'une
sécheresse
REMARQUE
1
DÉMARCHE D'IDENTIFICATION DES
ACTIONS NECESSAIRES DANS LE CAS
D'UN CYCLONE ET D'UNE INONDATION
B.2 Identification des groupes à risque et
vulnérables
Cyclone et inondation sont ici combinés en raison de
leur étroite interrelation. Il est vrai qu'on peut avoir
une inondation sans nécessairement qu'il y ait
cyclone.
Commune/section communale/
localité _____________________________
NOMBRE
LOCALITÉ
IV
Le Plan d'Actions se réfère à la planification et à
l'exécution d'activités permettant d'éviter ou de
réduire la vulnérabilité à laquelle est exposée la
communauté et décider comment réagir quand la
situation d'urgence se produit.
RIVIÈRE
LA MER
RAVINE
CARRIÈRES DE SABLE
AUTRES
TYPES DE GROUPES
LOCALITÉ III
ETAPE 3 : LE PLAN D'ACTIONS
B.1 Identification des points de risque
NOMS DE LA LOCALITÉ
LOCALITÉ
II
ROUTES
PONTS
ECOLES
CENTRES DE SANTÉ
TELECOMMUNICATION
HOPITAL
STRUCTURES
D’ENTREPOSAGE
AUTRES
B) EVALUATION DES RISQUES
DANGER ET POINTS DE RISQUE
LOCALITÉ
I
NOMS ET PRE NOMS
FEMMES ENCEINTES
OU ALLÉTANTES
ENFANTS EN BAS AGE
( AU-DESSOUS DE 5 ANS)
Pour une menace représentée par un cyclone ou une
2
64
ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET
inondation, n'oubliez jamais ce que nous avons
appelé au point 5.2 de ce Guide la trilogie des
consignes et des actions. Celles-ci seront raisonnées
en trois (3) phases : Avant, Pendant et Après. Les
lignes ci-après s'inspirent des gammes d'actions
recommandées par le Caribbean Disaster
Emergency Response Agency, le CDERA.
1.1 A V A N T
L'INONDATION
LE
CYCLONE
RENFORCEMENT DES STRUCTURES DE MAISONS OU
BAT I M E N T S E N MA U VA I S E TAT E N V U E
D'AUGMENTER LEUR RÉSISTANCE À UN EVENEMENT
SPÉCIFIQUE
OU
Prédominent dans cette phase les actions de
préparation et de prévention. On peut cependant
retrouver quelques mesures de mitigation.
L'Animateur ou le Formateur aidera la communauté à
consigner un certain nombre d'actions autour des
aspects ci-après :
IDENTIFICATION ET LOCALISATION DES ZONES
DANGEREUSES SUR LA BASE DE
LA CARTE
COMMUNAUTAIRE
PHOTO 17 - Renforcement de maisons (Source : CDERA, 1994)
REFORESTATION DES BASSINS VERSANTS POUR
EVITER L'EROSION, LES INONDATIONS ET PROTÉGER
LES SOURCES D'EAU ET LES CAPTAGES
RELOCALISATION DES GENS ET LEURS EFFETS
PERSONNELS EN DEHORS DES ZONES
DANGEREUSES
Zone dangereuse
PHOTO 18 - Reforestoration d’une zone
degradée(Source : CDERA, 1994)
L'ANALYSE DE LA VULNERABILITÉ POUR UN
INVENTAIRE ET LA LOCALISATION DES RESSOURCES
PHOTO 16 - Replacement des gens(Source : CDERA, 1994)
2
65
ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET
HUMAINES ET MATÉRIELLES LES PLUS IMPORTANTES
AU NIVEAU DE LA COMMUNAUTÉ
Extincteur
Echelle
DETERMINATION DES POINTS DE RENCONTRE ET DES
ABRIS TEMPORAIRES ( VOIR EVALUATION
VULNERABILITÉ) EN CAS D'UNE URGENCE
Corde
Scie
Pelles
Pioches
Hache
Flash
Rechaud
Lampe
Génératrice
Bombone à gaz
PHOTO 19 - Inventaire des Ressources Humaines et Matériels
dans la communauté(Source : CDERA, 1994)
PHOTO 20 - Vue de l’eglise de Capotille: (Source : GRADED, 2004)
ELABORATION D’UN PLAN D'EVACUATION DE LA
POPULATION VERS LES ZONES SURES TOUT EN
METTANT EN RELIEF LES VOIES D'ACCÈS
DEFINITION CLAIRE DES FONCTIONS DE COMITE
COMMUNAUX, DES KPLS ET DES GROUPES DE
SUPPORT AU MOMENT DE L'URGENCE : COMITÉ
SANTÉ, COMITÉ COMMUNICATION, COMITÉ
LOGISTIQUE ETC
le comité de santé
est formé de
Jacques, André,
Charles, Angela.
Jeanne assurera le
rôle de surveillance
du comité
PHOTO 21 - Plan d’evacuation (Source : CDERA, 1994)
SOLLICITATION PLAN HAÏTI OU DES INSTANCES
COMME LA CROIX ROUGE POUR FORMER LES
MEMBRES DE LA COMMUNAUTÉ AUX SOINS DE
PREMIERS SECOURS
PHOTO 20 - Plan d’evacuation (Source : CDERA, 1994)
2
66
ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET
POUR QU'ILS PUISSENT APPORTER LEUR AIDE AVANT
L'ARRIVÉE DU PERSONNEL SPÉCIALISÉ ( MEDECINS,
INFIRMIÈRES)
I
ETABLISSEMENT D’UN SYSTÈME D'INFORMATION ET
DE COMMUNICATION COMMUNAUTAIRE : OÙ LA
COM MUNAUTÉ TROUVERA-T-ELLE DE
L'INFORMATION (RADIO COMMMUNAUTAIRE DE LA
ZONE OU CHEZ COMÈRE TI DJO) ? QUEL EST LE
SYSTÈME D'ALARME QUI SERA UTILISÉ POUR
ALERTER LA POPULATION : MEGAPHONE, LAMBI OU
BAMBOU ? EST CE QUE LES GENS SONT AU
COURANT DES TYPES D'LARME QUI ONT ÉTÉ
PRIVILÉGIÉS ?
PHOTO 22 - Premiers soins en cas d’urgence
(Source : CDERA, 1994)
INFORMATION À LA POPULATION DES MESURES QUI
DOIVENT ETRE PRISES EN CAS D'URGENCE
(STOCKAGE D'EAU PROPRE ET DE NOURRITURE,
RÉCIPIENTS HERMÉTIQUES POUR SAUVEGARDER
LES PAPIERS IMPORTANTS ETC) ET SUR LE PLAN DE
RÉPONSE QUE S'EST DOTÉE LA COMMUNAUTÉ
.
PHOTO 24 - Système d’information et de
communication communautaire
(Source : CDERA, 1994)
1.2 P E N D A N T
L'INONDATION
LE
CYC LO N E
OU
Les actions à concevoir et à mener à ce stade auront
pour but de sauver les vies et de réduire la souffrance
des gens et la perte de propriété.
RECHERCHE ET SECOURS AUX GENS AFFECTÉS
PHOTO 23 - Mesures de sécurité en cas d’urgence
(Source : CDERA, 1994)
PHOTO 25 -Recherche sur des decombes
(Source : CDERA, 1994)
2
67
ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET
DISTRIBUTION DE LA NOURRITURE
MESURES DE SÉCURITÉ POUR PROTÉGER LES EFFETS
PERSONNELS DE LA POPULATION ET ÉVITER LES
ACTES DE PILLAGE
Nous devons être très
vigilants
PHOTO 26 - Distribution de nourriture
(Source : CDERA, 1994)
EVACUATION DES GENS AFFECTÉS
PHOTO 29 - Mesures de sécurité citoyenne
(Source : CDERA, 1994)
ETABLISSEMENT DE RAPPORTS SUR LES
POPULATIONS AFFECTÉES, LES PERTES SUBIES ETC
Nous devions
connaitre les
problèmes immédiats à
résoudre
PHOTO 27 - Evacuation de gens affectés
(Source : CDERA, 1994)
ASSISTANCE MÉDICALE AFOURNIR AUX GENS PAR
LE PERSONNEL SPÉCIALISÉ
PHOTO 30 - Problèmes prioritaires
(Source : CDERA, 1994)
1.3 A P R È S
L'INONDATION
LE
CYCLONE
OU
A ce stade sont privilégiées les actions de
réhabilitation c'est à dire orientées vers le
rétablissement des besoins vitaux de la communauté
(santé, énergie, eau potable, communication
PHOTO 28 - Assistance Médicale (Source : CDERA, 1994)
2
68
ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET
transport etc.) et de reconstruction c'est à dire les
actions visant à restaurer les structures touchées par
le cyclone ou l'inondation (maisons, services etc.)
CHOSES QUI SONT IMPORTANTES POUR LEUR
EXISTENCE
Nous sommes venus
apporter notre appui
Ainsi, le problème de
l’eau va être résolu
rapidement
EVALUATION DES DOMMAGES ET DES BESOINS
Suite à la catastrophe,
il convient de faire un
bilan exhaustif des
dégats
PHOTO 33 - Restauration d’infrastructure hydraulique
(Source : CDERA, 1994)
2
DÉMARCHE D'IDENTIFICATION DES
ACTIONS NECESSAIRES DANS LE CAS
D'UNE SÉCHERESSE
PHOTO 31 - Bilan des dégats
(Source : CDERA, 1994)
APPUI AUX ORGANISATIONS LOCALES DANS LA
RECONSTRUCTION DES INFRASTRUCTURES ET DES
SERVICES (ECOLES, HÔPITAUX, ROUTES ETC.)
Les actions à envisager se donneront pour objectifs
de a) diminuer l'impact des situations de sécheresse
b) offrir, au travers de mesures de sécurité
alimentaire, la possibilité aux populations d'avoir un
accès garanti aux denrées alimentaires. Tout comme
pour le cyclone ou l'inondation, la trilogie des
consignes et des actions sera appliquée :
2.1
AVANT LA SÉCHERESSE
SEMER DES CULTURES RÉSISTANT A LA
SÉCHERESSE
AVEC L'AIDE DES AGRONOMES, DES TECHNICIENS ET
ANIMATEURS, PRÉPARER ET METTRE EN PLACE DES
PROJETS PRÉCONISANT DES MESURES DESTINÉES A
COMBATRE LA DÉGRADATION DES TERRES COMME
PHOTO 32 - Réhabilitation des infrastructures
(Source : CDERA, 1994)
ASSISTER LES VOISINS TOUCHÉS DANS LA
RECONSTRUCTION ET LA RESTAURATION DES
2
69
ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET
LE CONTRÔLE DE L'ÉROSION, LA PLANTATION
D'ARBRES, L'ÉRECTION DE BRISE-VENT ET DE
BARRIÈRES ETC.
il faut s'assurer qu'au moment où l'on va le mettre en
pratique, tout marche comme on l'avait anticipé. C'est
l'objectif de cette dernière étape.
AMÉLIORER LA GESTION DES PÂTURAGES
INFORMER LA COMMUNAUTÉ SUR L'EXISTENCE DU
PLAN A TRAVERS DES RÉUNIONS, DES ATELIERS DE
FORMATION ET D'AUTRES ACTIVITÉS POUR
EXPLIQUER CE QU'IL Y A DANS LE PLAN, LES
RESPONSABILITÉS DE CHACUN ETC
2.2
PENDANT LA SÉCHERESSE
ENTREPRENDRE DES DÉMARCHES AUPRÈS DU
PROGRAMME ALIMENTAIRE MONDIAL, DE PLAN
HAÏTI OU D'AUTRES ORGANISATIONS HUMANITAIRES
POUR L'OBTENTION DE PROJETS DE DISTRIBUTION DE
DENRÉES ALIMENTAIRES
EXERCICES DE SIMULATION TENTANT DE RECRÉER
LES CONDITIONS D'UNE URGENCE, CECI POUR
VÉRIFIER L'EFFICACITÉ DU PLAN ET APPORTER DES
CHANGEMENTS APPROPRIÉS
ENTREPRENDRE DES DÉMARCHES AUPRÈS DES
INSTITUTIONS ETATIQUES OU DES BAILLEURS DE
FONDS POUR LE FINANCEMENT DE PROJETS DE
CRÉATION D'EMPLOIS ET DE GÉNÉRATION DE
REVENUS
Voici la
trousse
médicale
MESURES DE STABILISATION DES PRIX DES DENRÉES
ALIMENTAIRES
L’alerte est
donnée allons
aux points de
SOLLICITER AUPRÈS D'INSTITUTIONS SPÉCIALISÉES
DES APPUIS POUR FOURNIR DES SOLUTIONS DE
RÉHYDRATATION PAR VOIE ORALE AUX ENFANTS ET
D'AUTRES SOINS DE SANTÉ PRIMAIRE COMME LA
VACCINATION, LA DISTRIBUTION DE VITAMINES POUR
PRÉVENIR LA CÉCITÉ LIÉE A LA CONSOMMATION
INSUFFISANTE DE MICRO-ÉLÉMENTS NUTRITIFS
2.3
Rassemblement et soyons
quiets
Les tentes
sont
installées
PHOTO 34 - Prévention et Préparation
(Source : CDERA, 1994)
6.6
Quelques exemples d'activités de formation
à conduire autour du Chapitre
APRÈS LA SÉCHERESSE
PRÉPARER LES ACTIONS A LA LUMIÈRE DE
L'ARRIVÉE DE LA PROCHAINE SAISON DE
SÉCHERESSE
Activité 1 : Ecosystèmes, populations et désastres
naturels
Objectif :
ETAPE 4 : LE TESTAGE
ET L'EVALUATION DU PLAN
Expliquer l'impact des désastres naturels sur les
écosystèmes et les populations
Maintenant que la communauté a préparé son Plan,
2
70
ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET
Idée principale :
Public cible :
Les désastres naturels tels cyclone, inondation et
sécheresse peuvent occasionner de sévères
dommages aux écosystèmes et aux populations
Comités communaux, les KPLS et certains élèves
matures
Objectif :
Matériels :
Aider le Comité communal et les KPLS à préparer un
Plan de réponse communautaire aux désastres tout
en les familiarisant aux techniques et méthodes
d'approche d'élaboration de ce plan
Projection du vidéo Malè pandyé nan Nòdès
préparé par GRADED et financé par PLAN-HAÏTI
Procédure :
Idée principale :
1.
les élèves feront une petite recherche sur un
désastre naturel qui s'est produit dans la zone autour
de l'école dans un passé récent
2. Les élèves décrivent les plantes, les animaux, l'eau,
l'air, les roches et la vie des gens dans leurs
écosystèmes
La meilleure façon pour la communauté de lutter
contre les effets dévastateurs des désastres naturels
est de se doter d'un Plan de réponse indiquant ce
qu'elle envisage de faire lors d'une situation
d'urgence.
3. Les élèves décrivent le désastre naturel
4. Les élèves explorent l'effet du désastre sur les
plantes, les animaux, l'eau, l'air, les roches, les sols et
la population vivant dans leurs écosystèmes. Ils
notent leurs observations
Matériels :
Un Atelier de formation étalé sur cinq (5) jours avec
les équipements appropriés : 1 Flip Chart + feutres de
différentes couleurs + blocs-notes + Vidéo de Plan
Haïti (Konbat Malè pandye nan Nòdès) + nourriture
5. Les élèves composent un poème ou une chanson
relatif au désastre naturel
6. Les élèves rapportent ce que les adultes disent à
propos du désastre naturel
Procédure :
7. Les élèves, aidés de l'orientation du professeur,
discutent des voies et moyens pour éviter les effets
négatifs des désastres naturels dans la zone
1. Les formateur et professeurs préparent un
programme pour l'Atelier. Un programme-type
pourrait être le suivant :
Evaluation :
JOUR I :
Observer la participation des élèves et analyser leurs
rapports
THÈME : CREATION DE L'ESPRIT DE GROUPE ET
INTRODUCTION A L'ATELIER
Activité 2 : Combattre les désastres naturels dans
la commune de Ouanaminthe
721
Inscription des participants
Mots de Bienvenue
Exercices d'échauffement (Chants
ENTRONS DANS LE VIF DU SUJET
d'animation)
Attentes des participants
Présentation des objectifs de l'Atelier
- Informations et consignes en présence des
phénomènes naturels comme cyclones, inondations,
sécheresse etc.
T H È M E : Q U E LQ U E S C O N N A I S S A N C E S
ESSENTIELLES SUR L'ENVIRONNEMENT
THÈME : LA GESTION DES RISQUES ET DÉSASTRES
ET L'ELABORATION D'UN PLAN DE RÉPONSE
COMMUNAUTAIRE
Pourquoi faut il avoir une connaissance sur
l'Environnement avant d'étudier les risques et
désastres naturels
Définition du concept Environnement
Les composantes de l'environnement
Les facteurs et les manifestations de la
dégradation de l'environnement en Haïti (pauvreté,
population et environnement, atmosphère et
changements climatiques, dégradation des sols et
désertification, énergie et ressources naturelles etc.)
Qu'est ce que la gestion des risques et des
désastres
Le cycle de la gestion des risques et désastres
La trilogie des consignes et des actions
Les étapes de l'élaboration d'un Plan de
réponse communautaire
JOURS IV ET V :
THÈME : MISE EN ŒUVRE DES ÉTAPES DU PLAN DE
RÉPONSE COMMUNAUTAIRE
JOUR II :
-
THEME : INTRODUCTION AUX RISQUES ET
DÉSASTRES NATURELS
-
Qu'est ce qu'une menace ?
Qu'est ce que la Vulnérabilité ?
Qu'est ce que le risque ?
Qu'est ce qu'un désastre ?
Les divers types de désastre
Evaluation :
A la fin de la journée, les formateurs et professeurs
font un résumé des principaux points abordés et
posent des questions appropriées aux participants
THÈME : ETUDE RAPIDE DES PHÉNOMÈNES
NATURELS A L'ORIGINE DES DÉSASTRES ET LEURS
CAUSES
-
Présentation et manipulation des outils
Collecte de l'information
Préparation du Plan
Cyclones tropicaux
Ondes de tempête
Inondations
Sécheresse
Tsunami
Tremblements de terre
JOUR III :
THÈME : PREPARATION FACE AUX DÉSASTRES
NATURELS
2
72
BIBLIOGRAPHIE
BIBLIOGRAPHIE
Côtier du Nord-Est d'Haïti : Environnement et
patrimoine culturel de la région de Fort Liberté. Projet
Route 2004, Ministère de la Culture/PNUD
1.
ASSODLO, non daté Etude de la vulnérabilité
de la ville de Fonds-Verettes
15.
MDE 2004.- Programme d'Investissement
Public en Environnement 2004-2006
2.
ASSODLO, 2004.- Projet de Prévention aux
Désastres Naturels, Rapports Narratifs de Janvier à
Septembre 2004
16.
MORA Sergio 2000 Le défi : réduire l'impact
des désastres en Haïti
3.
ASSODLO/Helpage International 2004.- Focus
Groups and Workshop Reports on Prevention and
Management of Natural Disasters. Organisation Plus
17.
MORA Sergio 2002. - Variables politiques
pour l'inclusion de la gestion du risque dans l'agenda
du développement durable
4.
CCI 2004. - Rapport du groupe Thématique
Environnement
18. Mutoka Margaret et al 1998.knowledge for environmental education
5. CDERA et al 1994.- Community Emergency Plan
19.
OAS 1990 .- Disasters planning and
development : Managing natural hazards to reduce
loss
6. CFET 1999 .- Les Réserves d'Haïti : Manuel de
formateur en Gestion des Zones Protégées
Essential
7. Didier Noyé et Jacques Piveteau 1985 : Guide
Pratique du Formateur : l'art de concevoir et d'animer
une formation
20. Organisation Météorologique Mondiale 1999.Les systèmes d'alerte précoce applicables à la
sécheresse et à la désertification : rôle des Services
Météorologiques et hydrologiques nationaux
8.
DPC 2000 Plan National pour la Gestion des
Risques et Désastres en Haïti
21. Organisation Météorologique Mondiale 2003.- Le
climat de demain
9.
DPC/OMS.OPS 1999.- La Communauté face
aux désastres : Inondations et cyclones. Dr Yolène
Surena, Mme Myrtha Jean-Baptiste, Dr Maria Dolores
22. Organisation Météorologique Mondiale et al
2004 - L'eau et les catastrophes
23. Organisation Internationale de la Francophonie
2003 Dictionnaire du Développement Durable
10. Dupriez Hugues et Philippe de Leener 1983
Agriculture tropicale en milieu paysan africain
24. MDE, 1998.- Plan d’action pour l’environnement.
11.
ECHO 2002.Natural Disaster Risk
Management Program : DIPECHO in the Caribbean.
Annex
25.PNUD/DHA 1994.- Sécheresse et famine:
Programme de formation à la gestion des
catastrophes
12. FEM, 2003, Quelle Planète?
26. Plan International 2001.- How we spent your
money around the world : financial report
ème
13.
IHSI 2004 4
recensement général de la
population haïtienne : Résultats préliminaires
14.
27. Toussaint J. Ronald 2004.- Evaluation du Projet de
Prévention des Inondations à Fonds-Verettes.
MENANTEAU L. & VANNEY J. R. 1997.- Atlas
2
73
BIBLIOGRAPHIE
ASSODLO/HELP AGE INTERNATIONAL
28.
USAID/OAS et al 1997.- Planning to mitigate
the impacts of natural hazards in the Caribbean
29.
USAID/OAS et al 1997.- Planning to mitigate
the impacts of natural hazards in the Caribbean
2
74