Collection «Transparencies

Commentaires

Transcription

Collection «Transparencies
Régis
Colombo
Collection «Transparencies »
T o k y o
-
« W e
L o v e »
S h a n g h a i
-
« M a o »
Collection «Transparencies »
Admired for over a decade for his
photos of Indochina, the Sahara and
China, Swiss photographer Régis
Colombo is back on the front stage
with a new and innovative digital
fusion project. Buddhist monk
Mathieu Ricard, the Dalai Lama’s
famous official interpreter, said of
his pictures that they are «a tribute to
the inner beauty of people and the
sparkling light of places.» The new
creations are very likely to confirm his
praise, as the artist has reinterpreted
his own negatives, gleaned through
years of travel, in an exclusive
collection titled «Transparencies.»
With their single layer of successive,
statically blended images, Colombo’s
works are at first glance disconcerting,
associating highly colorful tones
and apparent abstraction. A closer
look reveals subtle interactions
between elements straight out of a
Prévert poem: exotic trees, old cars,
natives, telephone cards, escalators,
camels, and even a gas pump...
Colombo’s compositions are like a
daydream in which the fragmented
memories of the traveller, thief of
eternity, are mixed in with all the
irrationality that makes up good
memories. They capture the rare
essence of places that human activity
will soon have reduced to silence.
D é t a i l
é c h e l l e
1 / 1
s u r
u n
O e u v r e d i m . 1 0 0 X 1 0 0 c m
1 ) T i r a g e c o l l é s u r D i a s e c
2 ) L i g h t b o x L E D
t i r a g e
a v e c
d e
1 0 0 x 1 0 0 c m
e n c r e s
à
p i g m e n t s
U l t r a c h r o m e
K 3
B a r c e l o n a
-
« L a
S a g r a d a »
L o n d r e s
P a r i s
N e w - Y o r k
-
« T h e
E n d
o f
L i b e r t y »
L a u s a n n e
-
S u i s s e
A m s t e r d a m
-
« r o u t e
6 9 »
A m s t e r d a m
-
« o p e n »
A s i e
C u b a
-
« m u e r t e
d e
r e i r »
I s t a n b u l
-
« l a
c h i c h a »
U s a
-
« r o u t e
6 6 »
P a r i s
-
« P i g a l l e »
U s a
-
« A m e r i c a n
m a d n e s s »
Q a t a r « 1 1
s e p t e m b r e
2 0 1 5 »
« Transparencies », reportage en imaginaire
Collages aux couleurs violemment expressionnistes -la souris de son
ordinateur est maniée ici avec la même liberté que le pinceau sur la toile-,
scènes de genre évoquant un Jérôme Bosch électrique, héritières digitales
du pop art: les photographies de Colombo renvoient constamment
à la peinture. Du reste, l’artiste a été peintre bien avant de devenir
photographe. Et c’est ainsi que ses impressionnistes «Transparencies»
transcendent l’image photographique et enrichissent notre regard.
Les images de la série «Transparencies», empruntent à la fois à la tradition
picturale et au procédé photographique résolument moderne de la fusion
numérique.
Tenant du reportage –moments d’éternité saisis par le photographeet du rêve éveillé –dans lequel se confondent les bons et les mauvais
souvenirs du voyageur- les compositions de Régis Colombo restituent
la quintessence des lieux visités: New York, Dubaï, Paris, Istanbul ou
Zanzibar. Les dizaines d’images assemblées en grandes fresques de pixels
racontent toujours plus d’une histoire. Vues de loin, elles attirent l’oeil,
l’hypnotisent comme un néon et s’impriment dans la mémoire avec la
puissance d’un coup de flash. Lorsqu’on s’en approche, elles révèlent
un infini de petites anecdotes, des curiosités entrevues, des clins d’oeil
volontiers provocants, des sourires.
Différentes à chaque fois que le regard s’y plonge, les images de Colombo
transportent celui qui s’y arrête à l’autre bout du monde, tout en lui
donnant la liberté du plus fabuleux des voyages, celui de l’imaginaire.
“Transparencies”, a report from imaginary
Z a n z i b a r
-
« S M »
There are collages full of violently expressionistic colours – his computer
mouse is handled here with the same freedom as a brush on canvas,
genre scenes reminiscent of an electric Jérôme Bosch, digital heirs to
pop art, indeed, Colombo’s photographs are constantly alluding to
painting. In actual fact, the artist was a painter long before he became
a photographer and this is why his impressionistic “Transparencies”
transcend the photographic image and enrich the beholder.
The images from the “Transparencies” series borrow both from the
pictorial tradition and from the very modern photographic process
of digital fusion. Régis Colombo’s compositions owe a debt both to
reportage - with moments of eternity captured by the photographer
- and to the waking dream - in which the traveller’s good and bad
memories are all mixed up - and recreate the quintessence of the places
he has visited, such as New York, Dubai, Paris, Istanbul and Zanzibar.
The dozens of images assembled into large pixel frescoes always have
more than one story to tell. Seen from a distance, they draw the eye,
hypnotise it like a neon light, and then imprint themselves upon the
memory with all the power of a flashbulb. When you draw near to
them, they reveal a never-ending stream of little anecdotes, curiosities
glimpsed, deliberately provocative winks and smiles. Colombo’s
images are different each time you immerse your gaze in them and
they transport those who linger over them to the ends of the Earth,
at the same time giving them the most fabulous of all the freedoms
offered by travel, the freedom of the imagination.
Z a n z i b a r
-
« l e
M a p i n d u z i »
B r u x e l l e s
-
h o m m a g e
à
M a g r i t t e
P r a g u e
-
« D a l i »
D u b a ï
-
« B u r j
K h a l i f a »
N e w
Y o r k
-
« C h r y s l e r
B u i l d i n g »
N e w
Y o r k
-
« L’ E m p i r e
S t a t e
B u i l d i n g »
N e w
Y o r k
-
« C h r y s l e r
B u i l d i n g »
U S A
-
« N e w
Y o r k »
U S A
-
« F l o r i d a »
L e s
P h i l i p p i n e s
-
« l a
g u i t a r e »
S a h a r a
L’invention du tableau-monde
Par Isabelle Falconnier, magazine l’Hebdo
Le photographe lausannois, célèbre pour ses paysages de vignobles
suisses ou de Zanzibar, s’est lancé dans une nouvelle aventure artistique
ambitieuse, personnelle et poétique, «Transparencies».
En quinze ans, Régis Colombo, né à Montreux il y a quarante ans,
photographe indépendant depuis 1993, a parcouru les paysages les plus
sublimes du vaste monde – Alpes, Lavaux, Sahara, Zanzibar, Birmanie,
Bali, Cuba, Shanghai. Il en est revenu avec des images tout aussi
sublimes, en a fait de très beaux livres, mais s’est lassé, se souvenant
qu’avant d’être photographe professionnel, il était peintre. «Depuis que
je suis photographe, j’ai toujours essayé d’allier ma passion du voyage et
de la découverte à mon intérêt pour l’image. Mais au bout de quelques
années, je me suis rendu compte que dans les librairies, tous les livres de
photographie de voyage finissaient par se ressembler. Je retrouvais même
chez d’autres photographes des vendeuses sur les marchés ou d’autres
gens qui m’avaient servi de modèles au bout du monde! Je trouvais que
mon travail n’était plus assez personnel ni différent des autres. Je voulais
retrouver la sensation que j’avais en faisant de la peinture à l’huile: la
sensation de faire quelque chose de personnel, rien qu’à moi.»
Ce ne sera pas le tableau, ce ne sera pas la photographie: ce sera le
tableau-photographie. Zanzibar, Lausanne, Paris, Amsterdam, la Route
66, Dubaï, le Sahara, chacun de ces lieux aimés, visités, est condensé,
résumé, synthétisé en une seule grande composition carrée d’au minimum
L e
m a s q u e
d e
V e n i s e
un mètre de large, réalisée à chaque fois à partir d’une centaine de
photographies prises pour l’occasion ou lors de voyages précédents.
Régis Colombo a commencé cet hiver à dévoiler la vingtaine d’oeuvres
réalisées à ce jour, à Paris en décembre, puis ces prochains mois à New
York, avant la Suisse. «A chaque fois, j’essaie de raconter une histoire,
de créer une ambiance. Chaque image est comme un livre résumé en un
seul regard.» Fusion d’images. Le résultat, épatant, original et poétique,
tient du rêve éveillé autant que de la plongée dans les souvenirs épars
d’un voyageur ébloui. Pas de détourage léché, mais une fusion douce
des images les unes par-dessus les autres dans un jeu de lumières et de
transparences unique. Chaque oeuvre demande une semaine de prises
de vues au bas mot, puis deux semaines devant l’ordinateur, à arranger
tons, formes, visages et objets comme une constellation d’émotions.
Par le biais de ses Transparencies, Régis Colombo capture l’essence
d’un lieu, d’une ville, d’un paysage. Tantôt poétiques, tantôt sexy,
futuristes, généreuses et enfiévrées, ses visions proposent des myriades
de clins d’oeil éparpillés dans la toile que l’on cherche avec avidité. A
Paris, les ombres de Bashung, Gainsbourg ou Funès planent autour de
la tour Eiffel dans une gerbe digne de la boulimique Ville lumière. A
Zanzibar, la nostalgie du lointain et le blues des villes oubliées du bout
du monde explosent dans une tristesse de bric et de broc. Chaque image
est un monde, avec ses recoins et ses secrets qu’on ne se lasse pas de
débusquer. Régis Colombo a inventé le tableau-monde.
L e s
P h i l i p p i n e s
-
« L e
S i n u l o g »
L e
m u s é e
d e
S h a n g h a i
« C l a n d e s t i n e ,
L o n d o n »
« B o s t o n »
Bio express
Expositions
1969 Régis Colombo est né en Suisse.
Très jeune, la photographie l’intéresse.
2011 du 26 mai au 18 août 2011, Lausanne,
Galerie La place suisse des arts, exposition individuelle
1985 à 1989, études de dessinateur architecte et
divers voyages en Europe et aux USA.
2011 du 29 avril au 3 mai, Genève, artbygeneve,
foire internationale de l’art contemporain
1989 à 1996, il travaille dans un atelier d’architecture
et simultanément, voyage et se consacre
à la peinture à l’huile.
2011 du 12 au 21 mars, Lausanne,
Salon art et formes, foire de l’art et du design
Collaboration avec différents magazines
Il passe une année en Asie.
1997 jusqu’à aujourd’hui, il ouvre son propre studio.
Ses images sont publiées dans la publicité, l’art,
les médias, la presse et dans de nombreux magazines
Internationaux, notamment européens.
Il a publié plusieurs livres consacrés au Sahara,
à Zanzibar, aux portraits d’Asie et aux vignobles suisses.
2011 Exposition individuelle ”reportage“ dans les FNAC
suisses à Lausanne et Genève
2010 du 26 novembre au 11 décembre, Paris,
Sparts Gallery, exposition individuelle
2010 du 23 au 28 novembre, Genève, Festival Project’Images,
exposition collective
2010 du 28 avril au 2 mai, Genève, artbygeneve,
foire internationale de l’art contemporain
2010 d’avril à décembre, Vevey, Musée suisse de
l’appareil photographique, exposition collective
2010 du 6 au 14 mars, Lausanne, Salon art et formes,
foire de l’art et du design
2009 du 22 octobre au 10 novembre, Paris, Sparts Gallery,
exposition collective avec cinq photographes
2009 du 31 août au 13 septembre, Paris, Hôtel de Ville de Paris:
vente aux enchères au profit d’organisations humanitaires
Publications beaux livres
2009 Chillon, 160 pages, 12x12cm,
photos de Régis Colombo,
textes de Jean-Pierre Pastori, édition Favre
2007 Mémoire du Vignoble genevois,
176 pages, 30x24cm, photos de Régis Colombo,
textes de Jean Lamotte, éditions Slatkine
2008 du 22 juin au 22 juillet, Chine,
”World Photojournalism Festival“
2005 Exposition individuelle dans les FNAC
suisses sur Zanzibar et le Sahara
2002 Genève, Organisation Mondiale de la Propriété
Intellectuelle (OMPI), exposition collective
1994 et 1996, plusieurs expositions individuelles
sur le jazz et l’Asie en Suisse romande
2006 Asie, 192 pages, 21x30 cm, préface de
Matthieu Ricard, édition Favre
2005 Zanzibar, 176 pages, 21x30cm,
photos de Régis Colombo,
textes de Jean-Blaise Besençon, édition Favre
2004 Sahara, 192 pages, 21x30 cm,
photos de Régis Colombo,
préface d’Albert Jacquard,
textes d’Antoine Blanc, édition Favre
2003 Vignobles suisses, 224 pages, 21x30cm,
photos de Régis Colombo,
textes de Pierre Thomas, édition Favre
2002 La Magie de l’énergie, 64 pages, 21x21cm,
photos de Régis Colombo,
textes de J-P Jelmini, édition EOS
Prix
2004 mention spéciale du Prix du château de Chatagneréaz pour les
images du livre ”Vignobles suisses“
2004 prix ”Monographie et études spécialisées à caractère promotionnel”
de l’Organisation internationale de la vigne et du vin décerné à Paris
2004 ”Gourmand World Cookbook Awards 2003“ du meilleur livre
mondial de photographies dans le domaine du vin pour les
photographies de ”Vignobles suisses“ décerné à Barcelone
2006 premier Prix Edmond de Rothschild destiné à récompenser ”un
ouvrage sur le vin édité en Suisse“, remis par Nadine de Rothschild
EN
efore becoming a photographer, Régis Colombo was a
painter. After years spent producing images published in the press
and books, the Swiss artist now
offers a return to the roots of his
art to issue a photographic piece
of work entitled „transparencies“
which draws on his experience in
painting.
Dream brought to life where
the fragmented memories of
the eternal thieving traveller
and all the irrational assets
that make up good memories,
Colombo’s work captures the essence of the places he has passed
through. All the images which
form a fresco come from the same
country or the same city. Whether
at 30cm or 3m away, the perspective is different. We see an image
from afar and a full story up close.
The magic is in the transparency
of the different photos used. Each
piece of work leaves a lot to the
imagination. This collection takes
the viewer on a trip round the
world for a one-way journey…
B
FR
vant de devenir photographe,
Régis Colombo était peintre.
Après des années passées à produire des images publiées dans
la presse et les livres, l’artiste
Suisse s’offre aujourd’hui un retour aux sources de son art pour
livrer une oeuvre photographique
intitulée «transparencies» qui
puise son ressort dans la peinture.
Rêve éveillé où se mélangent
les souvenirs fragmentaires du
voyageur voleur d’éternité et tout
l’irrationnel qui fait les bons souvenirs, les grandes compositions
de Colombo captent l’essence
des lieux qu’il traverse. Toutes les
images qui forment une fresque
viennent du même pays ou de la
même ville. Qu’on se place à 30
cm ou à 3 mètres, le tableau est
différent. On aperçoit une image
de loin et toute une histoire de
près. La magie est dans la transparence des différentes photos qui la
compose. Chacune des oeuvres
laisse une grande part à l’imaginaire. Cette collection transporte
le spectateur autour de la planète
pour un voyage sans retour..
A
DE
evor Régis Colombo Fotograf
wurde, malte er. Mehrere
Jahre produzierte er Bilder für die
Presse und für Bücher. Jetzt kehrt
er zu seinen Wurzeln zurück
und überrascht mit einem neuen
fotogra-fischen Werk namens
„transparencies“ bei dem er sich
von der Malerei inspirieren liess.
Tagträume, in denen sich der
Ewigkeit entwendete Erinnerungsfetzendes Reisenden mit Irrationalem als unentbehrlichem Bestandteil schöner Andenken mischen:
Colombos Kompositionen fangen
die Essenz der von ihm bereisten
Orte ein. Alle Aufnahmen eines
Werks stammen aus dem gleichen
Land oder der gleichen Stadt. Betrachtet man das Bild erst aus 30
cm, dann aus 3 Meter Abstand,
verändert sich seine Wirkung radikal. Aus der Nähe erkennt man
eine Geschichte, aus der Ferne
ein Gesamtbild. Die Magie steckt
in der Transparenz der Fotos, aus
denen die Werke zusammengesetzt sind und die viel Platz für
Fantasie lassen. Die Kollektion
versetzt den Betrachter an die
unterschiedlichsten Orte unseres
Planeten und nimmt ihn mit auf
eine Reise ohne Rückkehr.…
B
P H O T O G R A P H E
www.regiscolombo.com
L’IMPRESSION NUMERIQUE
C H -10 2 6 D e n g e s _ w w w. i n e s a . c h

Documents pareils

image - Régis Colombo

image - Régis Colombo «On n’échappe pas à ce rêve d’exposer un jour à New York» Art contemporain L’artiste lausannois Régis Colombo expose pour la première fois dans la Grande Pomme, dans une galerie à la frontière de S...

Plus en détail