La Gazette de - Montmartre

Commentaires

Transcription

La Gazette de - Montmartre
La Gazette de
Montmartre
T HE O F F I C I A L TO U R I S M O F F I C E O F M O N TM A R T R E
ON EN PARLE
l
N° 55
Terrass’’ Hôtel
l Romain Binet à la tête
du Terrass’’ Hôtel
l
Les rues de Montmartre :
de Verlaine à Sabatier
l Un nouveau chef au
Moulin Rouge
l La Fête des vendanges
L’AGENDA
l
l
La Fête des vendanges
L’exposition du Musée
de Montmartre
Daum à l’Espace Dali
l Nuit de Montmartre au ciné 13
l
DR
O C T O B R E - D É C E M B R E 2 0 15
La réouverture du
FOCUS SUR
L’ANNIVERSAIRE
DU JUMELAGE DE
KITANO YAMAMOTO
ET MONTMARTE
>> P.9
Dossier
L’HISTOIRE
DE L’ABSINTHE
SA MODE ET SON SUCCÈS
À MONTMARTRE,
DE LA PLANTE À L’APÉRITIF...,
LES CUILLÈRES,
LES AFFICHES.
MONTMARTE AU JAPON
>> P.6
LA SOIRÉE VAN GOGH
Frédéric Loup
>> P.8
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé
La Gazette de Montmartre N°55
Sommaire
04
LA VIE DU SYNDICAT
11
21
LA VIE DU VILLAGE
Un nouveau logo qui parle
à l’international.
lLa nouvelle équipe.
lMontmartre au Japon.
3
Édito
La fête des vendanges 2015.
MONTMARTRE
DES MONTMARTROIS
Romain Binet, un montmartrois de
toujours, à la tête du Terrass’’ Hôtel.
23
LA VIE DE MONTMARTRE
24
LA VIE DES ASSOCIATIONS
26
DOSSIER
Vies de rues à Montmartre :
de Verlaine à Sabatier.
Les nouveaux arrivants et les
événements dans notre quartier.
Histoire de l’absinthe : l’absinthe, une
envoûtante fée verte ou une sorcière
maléfique ?
Directeur de la publication et rédactrice en chef :
Sylvie Fourmond.
Comité de rédaction :
Jacques Bachellerie, Françoise Bensignor, Gilles Chiriaux, Willy Descamps,
Sylvie Fourmond, Nadia Laraba, Anick Lhote, Mélanie Moya, Philippe
Simon, Victoire Tixier, Marielle-Frédérique Turpaud.
Ont participé à ce numéro :
Jacques Bachellerie, Françoise Bensignor, Sylvie Fourmond, Géraldine
Dujat, Nadia Laraba, Marielle-Frédérique Turpaud, Catherine Loup.
Photographe : Willy Descamps, Frédéric Loup.
Création­: Philippe Simon, Willy Descamps.
Réalisation : Philippe Simon.
Impression : DCFA 34 allée des Soudanes 78430 Louveciennes
Commission paritaire : en cours ISSN : 1626-9640
DR
l
A l’Assemblée Générale de juin 2015, les adhérents du Syndicat d’Initiative de
Montmartre ont validé, par leur vote, 2 nouveaux axes de communication :
• « Montmartre Village – Official Tourism Office of Montmartre » devient
la nouvelle dénomination commerciale compréhensible tant au niveau
national qu’international.
• Un nouveau logo mettant en avant les spécificités de Montmartre en terme
touristique (voir page 4).
Ils ont élu, pour 3 ans, une nouvelle équipe (voir page 5) qui continuera le
travail des leurs prédécesseurs dans l’objectif d’impulser un nouvel élan pour
répondre aux exigences touristiques des années à venir.
Ce début 2015 est intense et riche en rencontres et en actions :
• Lancement de l’année Van Gogh et de l’Impressionnisme par la soirée
du 17 avril.
• Communication auprès des touristes à travers les panneaux Van Gogh
installés rue des Saules.
• Lancement de l’Absinthe « Cuvée de Montmartre ».
• Concrétisation des échanges touristiques et culturels entre
Kitano-Yamamoto (quartier de Kobé au Japon) et Montmartre par un
voyage au Japon en mai 2015 et une soirée organisée à Montmartre pour
le Gouverneur et son Bureau des Affaires Touristiques de la région de
Hyogo, afin de renforcer un tourisme japonais de qualité sur notre Butte.
Je tenais à rappeler que « Montmartre Village » est partie prenante dans
les actions du Collectif des Associations Montmartroises et en particulier pour
le projet d’une « Villa Médicis » à Paris (Montmartre). Nous devons tous rester
vigilants et actifs pour que la Cité des Arts, ce lieu magnifique, soit rénovée
et protégée.
Et n’oubliez pas que la fête des vendanges 2015 « Montmartre fête la
planète » a lieu le 2ème week-end d’octobre. Toute l’équipe de « Montmartre
Village » se fera un plaisir de vous accueillir au 21, place du Tertre et sur son
stand situé à l’angle des rues Azaïs et Saint-Éleuthère » (page 11).
Vous retrouverez toutes ces informations détaillées et bien d’autres sur la
vie de Montmartre dans ce numéro de la Gazette 2015 ainsi que sur le
site internet : www.montmartre-guide.com qui est actualisé chaque jour.
N’hésitez-pas à nous envoyer vos événements que nous publierons.
Au plaisir de se retrouver.
La présidente
Sylvie Fourmond
4
La Gazette de Montmartre N°55
Le logo
qui parle à
l’international
Signification de notre logo
L A V I E D U SY N D I C AT
l
LE CŒUR En matière de promotion, « Montmartre Village » s’est donné
pour but de « convaincre les professionnels du Tourisme que
Montmartre peut être une destination de city-trip, comme d’autres
Rappel de la Basilique du Sacré-Cœur mais également une évocation
villes européennes. Et, dans le même temps, d’y attirer des
à l’Amour, « quartier romantique », (mur des je t’aime…). Le rouge
congressistes, touristes en puissance.
est la couleur de l’activité, de l’ambition et de la passion…
l
LE DÔME DE LA BASILIQUE ET LES MOULINS
Deux symboles très marqués de la Butte.
LA LETTRE « T » MARQUANT LA SÉPARATION
DANS LE MOT « MONTMARTRE » MET L’ACCENT
SUR LES ORIGINES DE LA BUTTE D’où une forte présence sur les réseaux sociaux, également un
grand investissement dans la politique de la région : signataire
du Contrat « Normandie – Paris Ile-de-France destination
Impressionnisme » (16 décembre 2014) et acteur sur le réseau
Van Gogh Europe. C’est un véritable engagement.
l
Participation dans de nombreux salons professionnels (Map Pro,
Culture au quai, Forum des Loisirs, etc.), réunions de travail avec le
« Montmartre, Mont des Martyrs » ou les Dieux Mars et Mercure
Comité de la Destination Paris à l’Hôtel de Ville ayant pour thème :
(référence à l’antique Temple Romain), aujourd’hui, emplacement
« Comment accroître et diversifier notre offre pour répondre à la
de l’Eglise Saint-Pierre et rappelle le dénivelé des escaliers, célèbres
demande » sous l’égide de Madame Anne HIDALGO,Maire de Paris
dans le monde entier et… si précieux aux amoureux de la Butte !
et Monsieur Jean-François MARTINS Adjoint à la Maire de Paris
Chargé des Sports et du Tourisme.
l
VILLAGE
Se lit en français mais se traduit aussi à l’international et renforce
l’identité et l’authenticité de la Butte que l’on retrouve également
dans le rouge et le vert, couleurs de Montmartre.
La police d’écriture se veut contemporaine et dynamique.
Développer également les partenariats et créer une synergie en
commun avec d’autres professionnels du Tourisme comme
Auvers-sur-Oise par exemple et travailler bien sûr en étroite
collaboration avec l’Office du Tourisme et Congrès de Paris, Atout
France, notamment pour l’accueil de la presse étangère.
Pérenniser nos relations avec le Japon (cf art. accueil du Gouverneur
Cette nouvelle identité est un élément phare de notre nouvelle
du HYOGO) et développer d’autres échanges à l’international.
stratégie de « city marketing ». « Plus les villes sont lisibles dans leur
stratégie, plus elles communiquent vers l’extérieur, mieux elles sont
« Montmartre n’est pas qu’un lieu que l’on traverse. C’est un
perçues et mieux elles sont classées. L’idée est donc de renforcer le
véritable village qui offre un potentiel culturel, gastronomique,
positionnement international au bénéfice des Montmartrois ».
commercial suffisant pour remplir 3 jours. » En 2014, Montmartre
a accueilli 11 millions de touristes dont 65% d’étrangers. Une part
que «Montmartre Village» aimerait voir grossir.
Nadia Laraba
La Gazette de Montmartre N°55
La nouvelle équipe
Petit rappel de l’Association
Le Syndicat d’Initiative de Montmartre, créé en 1985, régi par la
loi du 1er juillet 1901, a pour objet l’accueil, l’information et la
promotion de la Butte Montmartre.
L’Association est administrée par un Conseil d’Administration
composé de 20 membres élus pour trois ans par l’Assemblée
Générale et choisis dans les différentes catégories de membres
composant l’Association. Peuvent faire partie du Conseil,
5 personnes au plus désignées es-qualité par les collectivités
publiques, les personnes morales ou les associations.
Lors de l’assemblée Générale du 22 juin 2015 à la Mascotte, un
nouveau Conseil d’Administration a été élu.
Ce même jour, le Conseil d’Administration a élu un nouveau
Bureau dont la Présidente est Sylvie Fourmond pour la deuxième
année consécutive.
Le Conseil d’Administration est une équipe d’hommes et
de femmes représentatifs de la diversité des Adhérents de
l’Association tant au niveau de leur secteur d’activités que de leur
localisation sur la Butte.
5
LA SORTIE DE LA GAZETTE N°54 >
au restaurant Le Bon Bock
1
Le Bureau
Membre d’honneur
Membre d’honneur : Claude DEVERS
Membres associés au conseil d’administration
Adjoint au Maire de Paris, chargé du tourisme : Jean-François MARTINS
Chargée tourisme Mairie 18ème : Evelyne DAMS
Directeur Général du CRT Paris IDF : François NAVARRO
N.L.
2
3
4
Photo 1 : de gauche à droite, Marielle Frédérique Turpaud, Andréa Lala,
Sylvie Fourmond, Jacques Bachellerie et nos amis lecteurs de La Gazette.
Photo 2 : Laurent Guérin et Sylvie Fourmond.
Photo 3 : Sylvie Fourmond, Pierre Yves Bournazel, Roger Dangueuger.
Photo 4 : Roger entourant l’équipe du Bon Bock.
Nous vous invitons à découvrir et déguster l’ABSINTHE DE
MONTMARTRE au Bon Bock, un des restaurants sur la Butte qui
propose la dégustation dans la pure tradition, un joli voyage
dans le temps…
LE BON BOCK : 2, rue Dancourt 75018 Paris Tél. : 01 46 06 43 45
Le lieu était idéal pour fêter le n° 54 de la Gazette de Montmartre
ayant pour dossier principal « Sur les pas de Van Gogh à
Montmartre ». L’ensemble de nos annonceurs, adhérents et
partenaires était invité le 31 mars dernier à partager cette soirée
conviviale dans l’historique restaurant Le Bon Bock, plus vieux
restaurant de Montmartre (1879) ou règne une magnifique
authenticité. Le S.I Montmartre remercie chaleureusement Madeleine
Guérin et Laurent Guérin (Nouvel Administrateur de Montmartre
Village-Office du Tourisme) pour leur accueil chaleureux ainsi que
toute leur équipe.
N.L.
Photos : Frédéric Loup
Présidente : Sylvie FOURMOND
Secrétaire Général : José ALGABA
Vice-Trésorier : Gilbert LHOTE
Vice-Président : Frédéric LOUP
Vice-Président : Brice MOYSE
Vice-Président : Thierry CAMPION
Vice-Président : Gilles CHIRIAUX
Trésorier : Xavier CASTEX
Secrétaire adjointe : Christine THOUMIEUX
Responsable Commission : Jacques BACHELLERIE
Responsable Commission : Michel COULON
Responsable Commission : Roger DANGUEUGER
Responsable Commission : Willy DESCAMPS
Responsable Commission : Jean Manuel GABERT
Administrateur : Georges BEHRAKIS
Administrateur : Patrick FRACHEBOUD
Administrateur : Jean Luc PEHAU RICAU
Administrateur : Catherine MOUREAU
Administrateur : Laurent DESMARS GUERIN
Administrateur : Luc FRACHEBOUD
6
La Gazette de Montmartre N°55
Montmartre au Japon
Sylvie Fourmond, Présidente de Montmartre Village, et Frédéric Loup, Vice-Président ont été invités à Kobé, au Japon par
Madame Asaki Takako, Présidente de l’Association Kitano Cho, en mai dernier.
L A V I E D U SXYXNXDXI XC XAXT
Pour fêter le 10ème anniversaire
du jumelage entre Kitano, ce
magique quartier de Kobé et de
notre village de Montmartre,
la délégation Montmartroise a
participé entre autre à l’ouverture
de l’INFIORATA.
La Fête de l’INFIORATA à Kitano.
La rue principale étant recouverte
de dessins créés par des artistes
aidés par les habitants bénévoles
et réalisés en pétales de tulipe
fraiches. Ce street’art flower
éphémère est fabuleux à voir et
laisse l’imagination s’envoler à
chaque tableau réalisé le long
des pentes de Kitano.
Catherine Loup, Osamu Kuroi (chemise bleue) et au second plan, Monsieur Takako, Sylvie Fourmond, Asaki Takako,
M. Hisamoto Kizo, au premier plan : Frédéric Loup.
Le Musée de Montmartre à Kitano.
$
Remise de la « Clef symbolique »
de l’Espace Van Gogh à Montmartre
par Sylvie Fourmond à
Madame Asaki Takako.
La plaque du Musée de Montmartre.
IL faut rappeler que Madame
Asaki Takako qui adore
Montmartre a créé à Kitano un
très beau musée sur Montmartre.
Sylvie Fourmond lui a remis la
« clef symbolique » de l’Espace
Van Gogh d’Auvers-sur-Oise
en présence de Monsieur
Osamu Kuroi du Bureau de
Représentation du département
du Hyogo en Europe et de
nombreuses personnalités de
Kobé lors des festivités, ainsi que
la médaille du droit de cité de
Montmartre.
La Butte Montmartre
est mise à l’honneur pour
ce 10ème anniversaire.
La Gazette de Montmartre N°55
7
M. Hisamoto Kizo, Madame Sylvie Fourmond, Madame Asaki Takako.
M. Osamu Kuroi, Catherine Loup, Frédéric Loup, Sylvie Fourmond,
M. Hisamoto Kizo, Madame Asaki Takako.
La rue principale de Kitano.
La soirée du Saké.
Ce voyage a renforcé l’accord
visant notamment à mettre
mutuellement en valeur les
atouts touristiques respectifs
et à réaliser des échanges
culturels en organisant des
manifestations sur des thèmes
communs. Les deux partis se
sont promis de renforcer leur
coopération à l’avenir.
La soirée officielle à Kitano.
DR
Sylvie Fourmond a également
remis à Monsieur HISAMOTO
KIZO , Maire de Kobé, lors de
l’inauguration des festivités le
4 mai 2015 la médaille du droit
de cité de Montmartre.
Photos ; Frédéric Loup
La soirée du Saké.
La soirée officielle à Kitano.
Dessin de Bernard Deubelbeiss Kobé/Montmartre.
8
La Gazette de Montmartre N°55
Soirée Van Gogh
DR
Sylvie Fourmond, Isabelle Mezières,
Dominique-Charles Janssens, Eric Lejoindre
Maire du 18ème et François Navarro.
De gauche à droite : François Navarro,
Directeur Général du CRT Paris Île-de-France,
Alain Bertet, Directeur de l’Office de Tourisme
de Versailles, Jean Pierre Blat, Ex-Directeur
du CRT Île-de-France, Dominique-Charles
Janssens, Président Fondateur de l’Institut
Van Gogh. Au premier plan : Sylvie Fourmond,
Isabelle Mezières, Maire d’Auvers-sur-Oise.
En effet, le 17 avril dernier,
dans le cadre des 125 ans
de la commémoration de la
disparition de Van Gogh et du
Contrat « Normandie- Paris
Île-de-France destination
impressionnisme » a été
organisée par Montmartre
Village –Office du Tourisme
en partenariat avec le Comité
Régional du Tourisme Paris
Île-de-France représenté
par son Directeur Général
François Navarro (bien sûr
au côté de notre Présidente,
Sylvie Fourmond), une soirée
exceptionnelle « Sur les pas de
Van Gogh à Montmartre ».
Exceptionnelle par son contenu
mais également par la présence
de nombreuses personnalités
du tourisme francilien qui ont
répondu présents à l’invitation :
Eric Lejoindre, Maire du 18ème,
Isabelle Mézieres, Maire
Inauguration des 5 panneaux rue des Saules
« Van Gogh le Voyageur » par Isabelle
Mézieres, Maire d’Auvers/Oise et
Eric Lejoindre, Maire du 18ème.
d’Auvers-sur-Oise, DominiqueCharles Janssens, Président
Fondateur de l’Institut Van Gogh,
Alain Bertet, Directeur de l’OT
de Versailles, Nicolas Lefevre ,
Directeur de l’Office du Tourisme
et des Congrès de Paris, Evelyne
Dams, Chargée du Tourisme à la
Mairie du 18ème, etc.
Nous avons eu également
l’honneur de la présence
de M. Wouter Van Veen,
historien d’Art et spécialiste de
Van Gogh.
Au programme >
de cette soirée :
Inauguration de 5 panneaux
retraçant le parcours de Van
Gogh, installés rue des Saules
et permettant ainsi à nos
visiteurs de suivre le parcours
de Vincent Van Gogh, le Grand
Voyageur. Remerciements à
Dominique-Charles Janssens.
l
DR
Traditionnelle
fontaine
d’absinthe,
cuillères et verres.
DR
DR
DR
L A V I E D U SY N D I C AT
Dîner Van Gogh à la Bonne Franquette.
Remise des Diplômes et de la Médaille « Le Droit de
cité de Montmartre » par Sylvie Fourmond et José
Algaba, Secrétaire Général de Montmartre Village à
Patrick Fracheboud, propriétaire de la Bonne
Franquette, Roger Dangueuger, Dominique-Charles
Janssens et François Navarro.
DR
DR
Vincent Van Gogh est retourné le temps d’une soirée à la Bonne Franquette, anciennement l’auberge « Le billard en bois »,
peinte en 1886 et intitulé « La Guinguette à Montmartre »...
L’artiste Véronique Foucault,
descendante de Toulouse Lautrec.
découverte et dégustation de
l’absinthe de Montmartre,
l lecture d’extraits de lettres
échangées entre Vincent
et Théo par le comédien
Alexandre Bonneau costumé
pour l’occasion en un Van Gogh
très réaliste et particulièrement
touchant…
l Chansons de l’époque
interprétées par une
descendante de Toulouse
Lautrec, Véronique Foucault,
l Découverte du film
« Sur les pas de Van Gogh »
aimablement prêté par l’Institut
Van Gogh,
l un excellent dîner orchestré
par Patrick et Luc Fracheboud,
maîtres des lieux de la Bonne
Franquette.
l
Créer « une dynamique
de partenariat » autour de
l’impressionnisme a été un des
objectifs de cette soirée.
Nous remercions
chaleureusement Catherine
Barnouin, Responsable des
Relations Presse & Evénements
du CRT Paris Île-de-France avec
qui nous avons étroitement
collaboré pour l’organisation
de cette soirée, ainsi que Sam
Harfouche (à la création des
panneaux), nos stagiaires,
Nicolas, Joanna ainsi que
toute l’équipe de Montmartre
Village – Office du Tourisme
sans qui cette soirée n’aurait pu
remporter ce grand succès.
Et bien sûr, plus particulièrement
François Navarro, qui nous
soutient et nous aide dans la
réalisation de nos projets et
surtout dans la concrétisation
du Contrat « Normandie- Paris
Île-de-France destination
impressionnisme ».
N.L.
La Gazette de Montmartre N°55
9
KITANO- YAMAMOTO - MONTMARTRE
Quand deux collines
se rencontrent…
En Avril 2005, à 10 000 km de la Butte, a été signée une >
Charte d’Amitié entre l’Association Kitano Sho représentée par >
Mme Takako Asaki et le Syndicat d’Initiative de Montmartre.
Dégustation du Clos Montmartre dans la vigne de Montmartre. Au premier plan
Sylvie Fourmond et Monsieur le Gouverneur de la région du Hyogo, M.Toshizo Ido.
Sylvie Fourmond remettant à
M. Toshizo Ido le diplôme et la médaille
« Le Droit de cité de Montmartre ».
Délégation du Hyogo et toute l’équipe de Montmartre Village dans la vigne.
Dîner à la Mascotte.
de bienvenue avec un accueil
par les Poulbots puis, visite de
la vigne avec dégustation du
Clos par Jean Manuel Gabert.
Dans ce cadre exceptionnel,
Madame Sylvie Fourmond,
Présidente du S.I. Montmartre,
a remis solennellement
au Gouverneur du HYOGO,
Monsieur TOSHIZO IDO la
médaille officielle de « Droit de
Cité de Montmartre ».
Cette journée s’est terminée
par un somptueux dîner à
la Mascotte coordonné par
Thierry Campion et offrant à
nos hôtes une découverte de la
gastronomie française et une
dégustation de vins blancs des
différents terroirs français, très
apprécié par le Gouverneur.
Nous remercions le Bureau
du HYOGO à Paris et tout
particulièrement Monsieur
Osamu Kuroi pour son aide
et son amitié qui renforcent
les liens entre nos deux
villages : Montmartre et KitanoYamamoto.
N.L.
Photos ; Frédéric Loup
Depuis, Montmartre est lié à
Kitano - Yamamoto, quartier
situé sur les hauteurs de la
ville de Kobé, au Japon par
des liens inaugurant de
nombreux échanges culturels et
touristiques.
Sylvie Fourmond, Présidente du
S.I. Montmartre , Frédéric Loup,
son Vice-Président et toute son
équipe perpétuent étroitement
les échanges avec ce quartier.
Lors de ce son voyage au Japon,
notre Présidente avait rencontré
le Maire de Kobé, mais n’avait
malheureusement pas pu
rencontrer le Gouverneur de
la région du HYOGO, elle avait
donc demandé à Monsieur
Osamu KUROI, Directeur Adjoint
du Bureau du HYOGO à Paris
d’organiser une rencontre en
France à Montmartre.
Ainsi, pour célébrer ces dix
ans d’amitié nous avons
eu l’honneur et l’immense
plaisir d’accueillir sur la Butte
Montmartre Monsieur le
Gouverneur de la région du
HYOGO : TOSHIZO IDO ainsi que
4 membres de son Bureau le
mardi 14 juillet 2015.
Au programme de cette
journée, une belle cérémonie
Sylvie Fourmond et M. Toshizo Ido
devant un des panneau Van Gogh,
rue des Saules.
10
La Gazette de Montmartre N°55
PACOURS JOURNALIER DE L’ILLUSTRE … BERNARD
DIMEY
En hommage à cette grande
figure montmartroise, plusieurs
dates de visites sont prévues
pour partager les textes de ce
grand poète et parolier.
Tous les 2ème et 4ème samedis
de chaque mois vous pouvez
découvrir, avec Jean-Jacques
Saquet, l’univers des chansons
de Bernard Dimey dans des
lieux montmartrois qui l’ont
inspiré.
Participation : >
12 € par personne >
RDV 15h métro PIGALLE
Réservations au >
01 47 57 34 83
ou sur >
www.montmartreguide.com et >
directement au >
21, place du Tertre. N.L.
DR
L’itinéraire comprenait 11 étapes,
partant du métro Pigalle, chaque
arrêt étant ponctué d’un texte
du poète en rapport avec le lieu.
Bernard Dimey, surnommé le
« Roi de Montmartre » à cause
de son amour pour la Butte, est
l’auteur d’un grand nombre de
chansons et de poèmes inspirés
de Montmartre et de Paris.
Ses chansons ont été chantées
et reprises par de nombreux
interprètes tels que Charles
Aznavour, Yves Montand, Henri
Salvador, Patachou et même
Iggy Pop.
SUR VOTRE SMARTPHONE ET/OU TABLETTE
Chasse au Trésor
interactive
Idéal pour les
anniversaires
et autres
animations,
les Chasses au
trésor sont un
moyen ludique
et amusant de
découvrir ou
redécouvrir la
Butte, pour les
petits comme
pour les grands.
DR
L A V I E D U SY N D I C AT
Village Montmartre Official Tourism Office, en association avec Jean-Jacques Saquet,
vous proposait samedi 5 Septembre 2015 de découvrir l’univers de Bernard Dimey à
travers une visite guidée par un comédien.
Nous vous en proposons trois
Chasse au Trésor LES POULBOTS S’AMUSENT A MONTMARTRE :
8 - 16 ans - 4,49 € :
http://www.montmartre-guide.com/boutique/chasses-au-tresor/
l
les-poulbots-samusent-a-montmartre-8-12-ans/
Montmartre Village vous propose de télécharger nos deux Chasses
au Trésor à imprimer.
Chasse au Trésor DES PEINTRES : 8 - 12 ans - 3,00 € :
http://www.montmartre-guide.com/boutique/chasses-au-tresor/
chasse-au-tresor-a-montmartre-chasse-du-chat-noir/
l
Chasse au Trésor DES MOULINS : 4 à 6 ans - 3,00 € :
http://www.montmartre-guide.com/boutique/chasses-au-tresor/
chasse-au-tresor-a-montmartre/
l
La Gazette de Montmartre N°55
11
LA FÊTE DES VENDANGES
Montmartre fête la planète
du 7 au 11 octobre 2015
LA VIE DU VILLAGE
DR
JEAN-BAPTISTE MONDINO
On doit la protéger, la soigner, la guérir et la sauver mais aussi la
respecter, l’embellir, l’honorer, la partager et la célébrer.
La Fête des Vendanges veut s’inscrire dans cet élan mondial au service de l’avenir de notre Terre, d’autant que se tiendra à Paris la
Conférence Internationale sur le climat CAP 21, en décembre 2015.
Elle nous fait rêver notre planète, monde animal et humain, végétal
et minéral, d’une richesse infinie, un lieu de rencontres et de partage
riche de ses paysages, de ses visages et de ses différences.
Dans notre quartier, on célèbre déjà la nature au quotidien puisque
le 18ème arrondissement, ce sont plus de 100 espaces verts protégés,
39 squares, 2 petites vignes et le Clos Montmartre labellisé Oasis
Nature en 2014 par Hubert Reeves mais aussi une quinzaine de
jardins partagés, beaucoup de jardins particuliers et des ruchers !
Le parcours du goût, au pied de la Basilique, va accueillir des publics
du monde entier et l’école du goût se fera messagère d’une cuisine
respectueuse de la planète.
Beaucoup d’autres animations se dérouleront en de nombreux
points de notre arrondissement : des réservations, à partir du
14 septembre, sont obligatoires pour certaines d’entre elles.
Les informations sont sur le site :
www.fetedesvendangesdemontmartre.fr.
Les Montmartrois Mélanie Thierry et Raphaël seront marraine et parrain de cette 82ème édition.
DR
La planète, comment lui faire sa fête ?
Nous souhaitons à tous, visiteurs et participants,
une excellente Fête des Vendanges.
Jacques Bachellerie et Françoise Bensignor
Venez nous retrouver sur
notre magnifique stand de
La Fête des Vendanges
Chez ma Cousine
A deux pas du Sacré-Cœur. Ouvert tous les jours
Restaurant-cabaret depuis 1928. Un vrai dîner spectacle,
Chansonniers, Magiciens, Imitateurs, Humoristes…
Tél. : 01 46 06 49 35 - Fax : 01 42 64 27 87
12, rue Norvins 75018 Paris
E mail : [email protected]
Site : cabaretchezmacousine.com
Bonne nouvelle, cette année
notre stand se situe à l’angle de
la rue Azaïs et Saint-Éleuthère.
Nous vous y attendons
nombreux !
Durant ces trois jours de fête,
vous pourrez déguster le
Clos Montmartre qui sera en
vente entièrement au profit
des œuvres sociales du 18ème
arrondissement.
Laissez-vous également tenter
par la dégustation de l’Absinthe
de Montmartre et par des
douceurs aux couleurs de
l’impressionnisme…
Et venez découvrir
en exclusivité, nos
nouveaux produits signés
« Montmartre »…
N.L.
DR
Montmartre Village – Official Tourism Office of Montmartre
tiendra un magnifique stand durant les trois jours de la Fête
des Vendanges, les 9 – 10 – 11 octobre prochains.
Toute l’équipe de Montmartre
Village – Official Tourism
of Montmartre et ses amis
bénévoles seront présents pour
vous accueillir dans un esprit de
fête et de convivialité.
La Gazette de Montmartre N°55
FESTIVAL
BERNARD OGER ET
LE PARIS-ALSACE À LA MARCHE
Cinéma au clair de lune
Pique-nique, transat et plaid moelleux : c’est devenu la panoplie estivale
par excellence, dès la tombée de la nuit, quand on file se faire une toile
sous les étoiles.
LA VIE DU VILLAGE
Le festival “Cinéma au clair de lune”
est revenu pour sa quinzième édition du 24 juillet au 9 août 2015 :
le Forum des Images s’encanaille et
s’invite dans divers lieux parisiens
pour proposer des séances de cinéma en plein air gratuites. On adore !
Qu’on est bien au clair de lune (avec
ou sans Pierrot ou Colombine)... C’est
ce qu’on se dit chaque année, bien installé sur l’herbe fraîche d’un jardin ou
sur les marches et les pelouses de la
Butte Montmartre devant l’un des films
sélectionnés par le Forum des Images
Le festival Cinéma au clair de lune
propose une programmation éclectique et grand public.
C’est le Vendredi 24 juillet, que le
festival a commencé sur la Butte
Montmartre avec le film américain
Drôle de frimousse (Funny Face), de
Stanley Donen (1957), une comédie
musicale rythmée par la musique de
George Gershwin qui se déroule à
Paris lors d’un défilé de mode et dans
le milieu littéraire existentialiste.
Tout au long de l’été ce festival s’est
poursuivi dans divers lieux parisiens
avec une programmation de grands
films classiques ou plus contemporains
mais se déroulant toujours à Paris.
Comme chaque année depuis
15 ans ce furent de belles soirées cinématographiques offertes aux parisiens et aux touristes. Souhaitons
encore de longues années au festival Cinéma au clair de lune.
J. B. et F. B.
Pour sa 20ème participation en tant
qu’accompagnateur, il s’est occupé
personnellement de la préparation
et de l’entraînement de la gagnante
de l’édition 2015 : Tatiana Maslova,
originaire de Saint-Pétersbourg
et admiratrice de notre village.
Les vainqueurs sont récompensés par la remise d’un vase de la
manufacture de Sèvres, au nom
de la République Française et de
son Président. PARIS-ALSACE à la
marche s’est tenu début juin 2015
entre Neuilly/Marne et Ribeauvillé
(Alsace) où elle a été accueillie
triomphalement par notre ami
Jean-Louis Christ, Député Maire de
cette très belle cité alsacienne.
DR
Tatiana Maslova, vainqueur du
Paris- Alsace à la marche et Bernard Oger.
DR
DR
Bernard Oger, Chef d’équipe
du Nettoiement de la Butte
Montmartre, principalement
de son secteur touristique,
bien connu sur la Butte pour sa
disponibilité et sa gentillesse a
une grande passion la marche
athlétique de grand fond.
Arrivée de Tatiana Maslova.
Toutes nos félicitations à Bernard
Oger, grand amoureux de la Butte,
omniprésent dans toutes les manifestations de Montmartre et qui
contribue de par sa profession à la
propreté de notre village.
N.L.
NOUVEL ADHÉRENT
IRÉALE, LA BOUTIQUE/ATELIER
incontournable de la butte Montmartre !
Nous sommes très heureux de
vous présenter notre
« coup de cœur » : La boutique/
atelier IREALE, coup de cœur
pour le lieu mais également
pour les propriétaires Irène et
Aleksandra, passionnés par leur
métier et… par Montmartre,
qu’elles ont totalement adopté.
Lorsque l’on rencontre Irène et
Aleksandra, on est vite sous le charme,
par leur enthousiasme contagieux et
surtout pour leur talent !
Iréale : Des pièces uniques, réalisées
par des Maîtres et Artisans d’art (couteliers, forgerons, verriers, marqueteurs…), dont certains sont « Meilleurs
Ouvriers de France », dénichées aux
quatre coins de l’hexagone. Vous ne
resterez pas insensibles à la beauté
de ces vases, couteaux, vaporisateurs
à parfum, lampes, coffrets, boîtes à
musique, stylos… Découvrez, admirez,
touchez, succombez à ces créations
d’exception pour ravir vos proches ou
vous faire plaisir. Pour les nostalgiques
d’un temps que les moins de vingt ans
DR
12
ne peuvent pas connaître, la boutique
propose aussi des objets décoratifs
« vintage ».
IREALE c’est aussi plus de 20 ans d’expérience dans la tapisserie d’ameublement. Les matériaux nobles, les
étoffes, les passementeries accompagnent un savoir-faire pour confectionner, restaurer le mobilier mais
aussi pour réaliser l’habillage des
murs et des fenêtres. Venez découvrir
cet atelier où Irène et Aleksandra se
feront un plaisir de vous expliquer leur
métier issu d’un savoir-faire ancestral.
« Si vous passez devant le Moulin
Rouge, faites un petit détour dans
leur boutique située à deux pas ».
N.L.
La Gazette de Montmartre N°55
7ème Biennale du Livre de
la République de Montmartre
13
NOUVEL ADHÉRENT
LE TRIANON de Paris
DR
La 7ème Biennale
du Livre s’est tenue
dimanche 5 juillet
2015 de14h à
18h dans la salle
paroissiale et dans
les jardins de
l’église Saint-Pierrede-Montmartre,
Place du Tertre,
2, rue
Saint-Éleuthère.
C’est la République de Montmartre,
en partenariat avec la Librairie
des Abbesses avec le soutien de
l’agence immobilière Immopolis, de
la banque BNP PARIBAS et de l’imprimerie Martin qui l’a organisée.
Cet événement exceptionnel a
réuni 50 écrivains, romanciers,
essayistes, nouvellistes, historiens,
photographes, professeurs, auteurs
et illustrateurs de BD… des auteurs
célèbres comme des auteurs à
découvrir, venus à la rencontre de
leurs lecteurs pour dédicacer leurs
dernières œuvres.
C’est Alain Coquard, Président de
la République de Montmartre
et Christine Haydar Ministre des
Belles Lettres de la République de
Montmartre qui eurent le plaisir,
d’accueillir l’invité d’honneur et parrain de cette édition 2015, David
Foenkinos Prix Renaudot et Prix
Goncourt des lycéens 2014 pour son
13ème roman « Charlotte ».
L’œuvre de David Foenkinos, Charlotte,
est un portrait saisissant d’une femme
exceptionnelle, évocation d’un destin
tragique, arrêtée après dénonciation avec son mari le 24 septembre,
ils sont transférés à Drancy d’où le
7 octobre, par le convoi n° 60, ils sont
acheminés vers Auschwitz… C’est
aussi le récit d’une quête, celle d’un
écrivain hanté par une artiste et qui
part à sa recherche.
Cette œuvre fut un succès en librairie avec 380 000 exemplaires
vendus en quatre mois malgré
F. L.
DR
Classé monument historique, ce grand théâtre italien construit en
1902 a été entièrement rénové en 2010, grâce à Abel Nahmias et
Julien Labrousse, qui sont à l’origine de la Renaissance du Trianon.
Pierre Passot et Jean Claude
Gouvernon dédicacent de leurs
ouvrages.
quelques sévères critiques de l’Obs
et des Inrockuptibles.
À l’occasion de cette biennale le
Président de la République de
Montmartre a rendu hommage à
Georges Wolinski Citoyen d’Honneur
de la République de Montmartre,
Parrain de la 5ème édition et mort en
janvier dernier à Charlie Hebdo.
Quelques personnalités aux noms
connus faisaient partie des auteurs
pour la publication d’un livre :
Géraldine Beigbeider, cousine de
Frédéric, Alain Depardieu, frère de
Gérard et Annabelle Mouloudji,
fille du chanteur et comédien
Mouloudji.
Comme à son habitude et pour
sa septième édition, la Biennale
du Livre de la République de
Montmartre remporta un vif succès.
Bravo à la République de
Montmartre, à son président et à
toute son équipe.
J. B. et F. B.
Cet établissement qui a exploré tous
les arts de la scène a déjà accueilli
de nombreuses têtes d’affiches tels
que M.I.A., Rihanna, Die Antword,
Devendra Banhart, Nicolas Jaar,
Scissor Sisters, Janelle Monae,
Vanessa Paradis, ou -M- et aussi plénières, spectacles, cocktails et soirées
dansantes jusqu’à 1000 personnes,
dîners assis jusqu’à 350 personnes,
avant premières, lancements de produits, défilés peuvent s’y dérouler...
Sous ses moulures et ses plafonds
peints, laissez-vous transporter dans
la salle de bal et enivrez-vous des
odeurs du bar, ouvert durant toutes
les représentations.
Le Trianon
80, boulevard de Rochechouart,
75018, Paris
Tél. : 01 44 92 78 02
[email protected]
http://www.letrianon.fr
N.L.
14
La Gazette de Montmartre N°55
NOUVEL ADHÉRENT
PORTES OUVERTES DES ATELIERS
D’ARTISTES D’ANVERS AUX ABBESSES
A bord d’un
cabriolet
décapotable,
découvrez Paris
et ses quartiers
sous toutes leurs
coutures, dans un
esprit Seventies
et Parisien.
20ème anniversaire, du 20 au 22 novembre 2015.
moment très agréable. Avec plusieurs circuits variables de 30 mn à
3h00, cette découverte atypique de
la capitale associant folie et liberté,
vous propose une expérience horsnorme que vous n’êtes pas prêt
d’oublier.
Coxinthecity
Tél. : 06 82 60 75 53
[email protected]
http://coxinthecity.fr/
N.L.
Elle s’appelle Lola
Pearl Chodez, née
le 31 mars 2015,
elle est née le jour
de l’anniversaire
de sa grand-mère
maternelle. La
maman s’appelle
Valentina Carey
et est d’origine australienne, le papa
Vincent Chodez .
DR
NAISSANCES
Blandine et
Sébastien
ALEXANDRE
sont très
heureux
de vous
annoncer la
naissance
d’Adrien, frère
de Maxime
et de Victor.
Cette année, plus de 100 artistes
plasticiens, photographes, sculpteurs, dessinateurs, graphistes,
céramistes, maîtres verriers, mosaïstes ouvrent leurs ateliers afin
de favoriser les rencontres avec le
public.
L’association AAA est née en 1995
de la volonté d’artistes comme
Frédéric Ardiet, Thierry Grave,
Isabelle de Pavant, Anne de Seynes
entre autres et non des moindres,
regroupés dans le 18ème arrondissement.
Depuis 2006 quelques dizaines
d’artistes du 9ème arrondissement
ont rejoint notre collectif Anvers
Aux Abbesses.
Comme chaque troisième weekend de novembre, les artistes
ouvrent leurs portes le vendredi 20
de 18H à 21H et le samedi 21 et
le dimanche 22 entre 11H et 19H.
Pour visiter, il suffit de se munir de
l’affiche/plan remise dans les ateliers ou téléchargeable sur le site
www.anversauxabbesses.fr
Bonne Visite !
J. B. et F. B.
Ouverture exceptionnelle
du Cimetière du Calvaire
DR
Accompagnés de nos guides charmants, dans nos voitures vintage des années 70, vous pourrez
contempler les majestueux monuments et parcourir les prestigieuses
avenues de Paris cheveux au vent.
Vous serez agréablement séduits
par le charme et le confort de nos
coccinelles cabriolets et par la gentillesse de nos chauffeurs-guides
qui viendront jusqu’à votre hôtel
pour vous permettre de passer un
DR
LA VIE DU VILLAGE
DR
COXINTHECITY
Comme chaque année, le Cimetière du Calvaire de Montmartre sera ouvert
pour la fête de Toussaint, le dimanche 1er novembre de 8h 30 à 17h.
Situé au sommet de la butte
Montmartre, le cimetière du
Calvaire est l’un des deux derniers
cimetières parisiens avec celui
de Charonne jouxtant une église
paroissiale. Avec une superficie
d’environ 600 m2, il est le plus petit
et le plus ancien de tous les cimetières parisiens.
Édifié sur le côté nord de l’église
Saint-Pierre-de-Montmartre,
le
cimetière du Calvaire fut officiellement créé en 1688. Lors de la
Révolution, il est entièrement
saccagé car il faisait partie de
l’ensemble monastique de l’abbaye
royale de Montmartre qui fut alors
totalement démantelée à l’exception de l’église Saint-Pierre.
Il est rouvert en 1801 pour accueillir les sépultures des habitants du
quartier et en 1831, il est définitivement fermé, corrélativement à la
création du cimetière Saint-Vincent
par la commune de Montmartre.
Les tombes ayant été données à
perpétuité, les tombeaux ne sont
plus utilisés que pour l’enterrement
des descendants des familles qui
ont acquis les droits.
Quatre-vingt-sept tombes y sont
répertoriées parmi lesquelles celle
des Debray, famille légendaire de
meuniers de Montmartre, celle
des Lécuyer, famille de carriers de
Montmartre, celle de Félix Desportes,
premier maire de Montmartre, à
l’âge de 27 ans, en 1790, celle des
Bougainville contenant le cœur
du navigateur Louis-Antoine de
Bougainville ainsi que la dépouille de
son fils et de sa femme.
Profitez de ce dimanche pour
découvrir ce lieu paisible de
notre patrimoine montmartrois,
loin des rumeurs et de l’agitation
de la ville.
J. B. et F. B.
La Gazette de Montmartre N°54
15
DEUX MONTMARTROISES
BIEN EXPOSÉES
NOUVEL ADHÉRENT
C’est le samedi 9 mai 2015 pour
fêter le printemps et un peu avant la
Fête des Mères et la Fête des Pères
que Christine et Andréa avaient
convié leurs connaissances de
Montmartre et d’ailleurs à l’atelier
Arts et Créations, rue Lamarck pour
découvrir leur dernière production
artisanale et artistique.
Boudoir baroque du 18ème arrondissement, cet établissement plein
de charme vous transportera dans une ambiance féminine, colorée
et raffinée.
Petit « clin d’œil » à Jacques, originaire de
Normandie qui nous a rendu visite dans la vigne
de Montmartre et… qui porte merveilleusement
bien le tablier des vendanges !
Grenats et Taffetas,
25, rue Houdon, 75018 PARIS
Tél. : 06 85 22 14 24
[email protected]
http://grenats-et-taffetas.fr/
Mardi au Samedi : 11h à 19h
Dimanche : 12h à 18h
N.L.
N.L.
A NOS AMIS
DE NORMANDIE…
DR
DR
DR
nées dans de nombreux modèles
originaux : plaids, coussins, nappes,
pochons, tabliers, sacs à bouteille,
sacs de plage, sacs à tarte ou à
pizza, pochettes de lavande, tabliers
de cuisinier, petits mulots pour les
très jeunes et… un superbe tipi en
lin blanc brodé pour décorer une
grande chambre d’enfant.
Une belle réussite pour cette
exposition qui mérite d’être
renouvelée. J. B. et F. B.
Grenats et Taffetas propose un large
choix de bijoux haute fantaisie,
d’objets de décoration d’intérieur,
de trousses, pochettes et autres
petites maroquineries accessoires
et petites décorations baroques et
romantiques.
Une large partie de la sélection
des produits se fait par la créatrice
Michal Negrin, connue pour son
goût pour les couleurs et son style
sophistiqué.
La boutique est tenue par Corinne,
qui sera enchantée de vous recevoir et de vous aider à trouver le
cadeau idéal pour faire plaisir ou
pour vous faire plaisir.
Faites un détour au Syndicat d’Initiative de Montmartre et recevez
un coupon de réduction valable sur
l’ensemble de la boutique !
DR
Christine nous présenta son exposition de photos originales et insolites,
souvenirs de voyages de toutes destinations ainsi que quelques objets
artisanaux, bijoux fantaisie, émaux
sur cuivre et coussins d’ameublement. Andréa nous permit de découvrir ses dernières créations, de fil
en aiguille, à base de lin, et décli-
GRENATS ET TAFFETAS
16
La Gazette de Montmartre N°55
LE PRIX WEPLER FONDATION LA POSTE
LA VIE DU VILLAGE
Ce Prix apparaît comme une belle
réponse du berger de la rive droite
aux bergères de la rive gauche.
Aussi parisien que ses devanciers,
le prix Wepler renoue avec une
autre histoire littéraire de Paris
marquée par Montmartre et également avec son propre passé
puisque le Wepler fut l’un des refuges de l’écrivain Henry Miller, auteur de “Jours Tranquilles à Clichy”
et du peintre Pierre Bonnard.
De par les origines rouergates de
Michel Bessière, ce prix est dans
la plus pure tradition “parigo-aveyronnaise”, dans la mesure où l’un
des premiers du genre fut créé
par Marcellin Cazes, le légendaire
patron de Lipp, qui devint le prix
Cazes, avant d’être suivi par ceux
des Deux Magots et du Flore.
Avec le soutien de la Fondation La
Poste, ce Prix, devenu en peu de
temps une institution de la vie littéraire parisienne, souhaite redonner
à la Butte une aura littéraire à la mesure de sa tradition libertaire. Un des
principes fondateurs du prix est de
remettre la littérature au centre du
débat en primant des écrivains qui
mettent à l’épreuve la forme romanesque et défrichent la langue, des
écrivains qui sortent du marketing.
Il fallait être non seulement motivé mais également audacieux
pour que, de l’alliance de MarieRose Guarnieri, ex-du Larzac, vraie
libraire contestataire du quartier
de Montmartre qui entend redonner aux livres leurs éclats, et de
Michel Bessière, homme aux multiples facettes, faisant preuve d’une
DR
Créé en 1998, par Marie-Rose Guarnieri, célèbre libraire de la Place
des Abbesses à Montmartre et Michel Bessière, patron de la brasserie
Le Wepler, reine de la Place Clichy et mythique lieu d’ancrage
d’écrivains et d’artistes contemporains ou du passé comme Céline,
Prévert, Max Jacob, Boris Vian, Verlaine…, le prix est décerné chaque
année en pleine saison des prix littéraires.
Marie-Rose Guarnieri, de la Librairie des Abbesses, Michel Bessière, patron du
Wepler et Dominique Blanchecotte de la Fondation La Poste.
large ouverture d’esprit et mettant
la culture en avant, naisse un prix
littéraire sur la rive droite, bien loin
des chapelles germanopratines.
“Un prix qui naît de l’association
d’une brasserie et d’une libraire ne
peut pas être forcément mauvais”,
soulignait un des participants à la
sixième édition du Prix WeplerFondation La Poste, en novembre
2003. Le pari est gagné et ce prix
est unanimement reconnu.
En mai 2015 , le jury du Prix Wepler
- Fondation La poste a annoncé sa
première sélection qui compte 12
auteurs. Les récompenses seront
remises le lundi 9 novembre 2015 à
la Brasserie Wepler, Place de Clichy.
Le lauréat remportera un chèque
de 10 000 € et 3 000 € seront donnés pour la mention spéciale. En
2014 , le prix avait été décerné à
Jean-Hubert Gaillot pour son livre
«Le soleil», édition de L’Olivier.
Félicitations aux créateurs
de ce prix et longue vie au
Prix Wepler - Fondation La Poste.
J. B. et F. B.
La Gazette de Montmartre N°55
17
MUSÉE DE MONTMARTRE
NOUVEL ADHÉRENT
À L’ATELIER 12, RUE CORTOT DE 1912 À 1926.
C’est un bien célèbre pizzaiolo qui
vient s’installer à Montmartre !
Suzanne Valadon, Maurice Utrillo et André Utter ALICE PIZZA
DR
DR
Le «Trio Infernal » Suzanne Valadon, Maurice Utrillo et
André Utter vous attend au Musée de Montmartre-Jardins
Renoir du 16 octobre au 15 février 2016 .
À l’occasion du 150ème anniversaire de la naissance de Suzanne
Valadon, le Musée de Montmartre
présente une exposition phare. Au
tournant du XXème siècle, les ateliers
du 12-14 rue Cortot furent d’importants lieux de création où vécurent
de nombreux artistes. Après y avoir
habité jusqu’en 1905 avec son
premier mari, Suzanne Valadon
retourne à l’atelier de la rue Cortot
en 1912 et s’y installe avec son fils
Maurice Utrillo et son compagnon,
André Utter.
Malgré les disputes avec son jeune
amant et les frasques de son fils,
Suzanne Valadon y passe les années les plus productives de sa vie.
Rapidement surnommés le «trio
infernal», ces peintres ont marqué les esprits du monde de l’art.
De ces tensions et passions naquit
ainsi une énergie créatrice qui permit aux œuvres des trois artistes
de s’intensifier, s’épanouir et se
renouveler durant cette période.
Un espace est dédié à chacun des
artistes dans un parcours organisé
autour de l’atelier-appartement,
dont la restitution a été inaugurée
en octobre 2014.
Ce lieu fut le témoin des rivalités
mais également de l’estime, de
l’admiration, de la complémentarité et de l’inspiration mutuelle
de ces trois locataires avant que
le couple ne se sépare et que
Suzanne Valadon et son fils Maurice
ne déménagent avenue Junot alors
qu’André Utter y resta jusqu’à sa
mort en 1948.
L’exposition, à travers une sélection
de près de 150 œuvres, témoigne
de leur complicité créative et intime dans ces lieux, malgré les tensions et les passions qui existaient
entre eux.
On pourra, en particulier, y admirer
les célèbres tableaux de Suzanne
Valadon La tireuse de cartes (Petit
Palais de Genève), Le lancement
du filet (Centre Pompidou)...
Pour finir votre visite, passez par la
salle Claude Charpentier où vous
pourrez voir la maquette du quartier mise en scène dans un diaporama retraçant quelques pages
d’histoire de Montmartre à travers
la vie de Suzanne Valadon.
Par ailleurs, le Musée de
Montmartre aura une programmation spéciale pour la Fête des
Vendanges :
samedi 10 et dimanche 11 octobre
de 14h à 18h :
l Les Jardins Renoir en fête
Comédie, musique, magie, jeux anciens pour tous ! Auguste Renoir et
ses acolytes vous convient dans les
jardins du Musée de Montmartre.
L’atmosphère festive sera assurée
par plusieurs moments de spectacles. Des jeux de bois d’antan
seront à la disposition des petits et
des grands et vous pourrez profiter
du salon de thé extérieur, non loin
de la balançoire.
l Atelier dégustation de vin animé
par Oenodyssée
l Exposition « Du pain et du vin
pour Paris. Moulins et vignes à
Montmartre » présentée dans la
salle Poulbot.
J. B. et F. B.
DR
DR
Soyez nombreux à vous rendre au Musée de
Montmartre – Jardins Renoir pour cette nouvelle
exposition ou lors des animations durant la Fête
des Vendanges. Vous apprécierez beaucoup ce lieu
et cette visite vous ravira.
En effet, élu le meilleur pizzaiolo de
Paris, pour M.Belkadi, la pizza c’est
une affaire de famille : son père était
déjà le roi de la pizza sur la Côte
d’Azur. Avec son talent et sa volonté
de perfectionniste, Tahar Belkadi
réinvente la pizza !
Toujours à la recherche de créations, il œuvre pour vous proposer une carte de plats, salades et
desserts faits uniquement avec des
produits frais cuisinés chaque jour.
Sa carte qui évolue au gré des
produits de saisons vous surprendra par sa
finesse et son
authenticité.
Leur devise : Le
Goût, la qualité,
le délice.
M. Tahar Belkadi.
Alice Cucina,
4, rue Dancourt, 75018 PARIS
Tél. : 06 10 37 02 75
[email protected]
http://alicepizza.com
N.L.
18
La Gazette de Montmartre N°55
LA VACHALCADE :
BILLET D’HUMEUR >
DE JEAN-JACQUES SACQUET
carnaval de Montmartre
C’est en 1896 que la Vachalcade voit le jour à Montmartre sous la
houlette de Rodolphe Salis et de Joseph Oller, mais très vite, faute de
moyens et d’appuis économiques, elle ne connaîtra que 2 éditions.
C’était une sorte de provocation d’artistes contestataires se nourrissant
de vache enragée et voyant plus souvent l’aloyau sur l’étal du boucher
que dans leur assiette. Cette cavalcade de vache était l’occasion de
partager le plaisir du rire et de la fête, grande tradition montmartroise.
DR
Les petites querelles de clocher.
Je suis enfant du Rochechouart
Où gueulait la Fête Foraine
Qui savait si bien recevoir
Les gosses des rues sur son domaine
que le soleil était au rendez-vous
accompagné d’une foule importante de spectateurs, montmartrois et touristes, massée tout
au long du parcours du défilé.
C’est la vache cavaleuse Rosalie
qui ouvrait le cortège suivie par
des chars, des musiciens et des
groupes folkloriques.
Mais je ne revendique pas
L’appellation de Montmartrois.
DR
La renaissance de cette manifestation a eu lieu en 2010 sous l’égide
de l’association « Montmartre à la
Une » représentée par son Président
Michel Langlois, Catherine Moureau
et toute leur équipe.
La quatrième nouvelle édition
s’est déroulée le 6 juin 2015 et
connut un franc succès d’autant
Je me refuse à arbiter
Cette sympathique fête populaire
se termina par un concert gratuit
sur le podium installé sur la
place Anne-Marie Carrière.
J. B. et F. B.
Encore qu’ayant traîné mes guêtres
De Pigalle au sommet du Tertre,
Du Gaumont à la Crémaillère
Et de Clichy jusqu’à Anvers
Du temps où j’étais écolier,
Est-ce assez pour revendiquer
NOUVEL ADHÉRENT
Et de porter comme une croix
L’identité de Montmartrois ?
C’est la rentrée à art-exprim, tous les artistes plasticiens vous attendent de pied ferme pour célébrer la
création et vous offrir l’opportunité d’acquérir un savoir-faire artistique !
les artistes professionnels sont à
l’écoute de vos désirs et vous permettent d’approfondir votre travail
artistique. Occupant l’espace laissé
vacant entre l’art professionnel et
la pratique amateur, les Ateliers
Marcadet sont l’occasion pour tous
d’échanger avec passion.
Pour plus d’informations,
contactez : art-exprim !
Tél. : 01 42 62 18 08
[email protected]
87/89, rue Marcadet
75018 Paris
www.art-exprim.com
M° Jules Joffrin et
Marcadet-Poissonniers
Bus Mairie du 18ème Marcadet et
Damrémont-Marcadet
Quelle que soit notre provenance,
Le sol ne nous appartient pas,
Montrons un peu plus de décence,
Un peu moins de mauvaise foi !
Ceux qui sont venus de Provence
De l’Auvergne ou des deux Savoie,
Du Maghreb ou de Casamance…
Sont aussi Montmartrois que moi !
Jean-Jacques Sacquet
N.L.
LES PETITES HISTOIRES DE MARIELLE
Un artisan de proximité
NOMELEC
Nicolas Alexis (le
père) et Mathieu
Alexis (le fils) se
sont installés depuis le 1er janvier
2015 au 41, rue
des Trois Frères
dans notre village
pour servir tant les
particuliers que les professionnels.
Trente ans d’expérience dans le domaine de l’électricité
pour de l’installation et du dépannage avec des devis
gratuit sur rendez-vous.
Un magasin de vente ouvert de 9h00 à 18h00.
NOMELEC : 41, rue des Trois Frères 75018 Paris
Père & Fils
Tél. : 01 53 09 23 64
email : [email protected]
DR
Comment faire aimer l’art à vos
enfants ? En les inscrivant aux
Ateliers Marcadet où ils exploiteront leur potentiel artistique et
développeront leur imaginaire au
contact d’artistes plasticiens professionnels. Petits peintres, dessinateurs, illustrateurs, sculpteurs,
vidéastes ou photographes, ils sauront vous épater !
Pour les plus grands, art-exprim
s’adapte à votre niveau ! Dans une
atmosphère chargée de créativité,
au pied de la butte Montmartre,
DR
LA VIE DU VILLAGE
LES ATELIERS MARCADET
La Gazette de Montmartre N°55
19
Un nouveau Chef
au Moulin Rouge !
Depuis le 1er avril 2015, David Le
Quellec a posé ses casseroles place
Blanche pour assurer le pilotage
des cuisines du Moulin Rouge, suivant les standards et l’exigence de
qualité souhaités par le très célèbre
établissement parisien.
Né au Mans, David Le Quellec se
passionne dès l’âge de 5 ans pour
la cuisine. Il sortira 1er de sa formation avant de débuter une longue
carrière derrière les fourneaux.
Cuisinier personnel d’un général
5 étoiles durant son service militaire, le chef gravit très vite les
échelons. Passant par de nombreuses maisons étoilées au guide
Michelin telles que les restaurants
parisiens Ledoyen, Taillevent ou
encore Le Cinq du George V, il enrichit aussi son expérience à l’étranger au restaurant Le Reform à
Manchester. Il devient ensuite Chef
exécutif de l’hôtel Concorde Opéra
à Paris.
De belles rencontres ont jalonné sa
carrière : le Chef Philippe Legendre,
Meilleur Ouvrier de France et
3 étoiles au guide Michelin et le
Chef Philippe Jourdin, lui aussi
Meilleur Ouvrier de France avec qui
il a collaboré pendant 8 ans au Four
Seasons Terre Blanche. En le faisant
travailler sur son propre style, ces
Chefs lui apportent le sens de la
créativité, l’excellence du geste et
la recherche de produits d’exception.
Au poste de Chef exécutif, David Le
Quellec met en avant ses talents
pour éveiller les papilles du public
du Moulin Rouge.
Pour relever ce nouveau défi, le
Chef, secondé par Alexis Mathey, a
formé une équipe de 25 personnes
pour élaborer la Carte pensée pour
la clientèle.
Une brigade de salle de 120 personnes est également présente
à ses côtés pour les 600 couverts
®Moulin Rouge-B.Winkelmann
Pour la 1ère fois de son histoire, le Moulin Rouge intègre sa cuisine et
met à sa tête le Chef David Le Quellec
David Le Quellec
servis tous les soirs dans la salle
mythique du Moulin Rouge.
Pour le Moulin Rouge et sa revue
« Féerie », l’arrivée de David Le
Quellec symbolise la parfaite
alliance de l’élégance d’un spectacle à couper le souffle avec une
cuisine raffinée au service des
600.000 spectateurs qui viennent
chaque année de tous les pays
pour 2 heures d’éblouissement
total et de bonheur inoubliable.
« Avec David Le Quellec, nous
voulons que sa cuisine exprime
et perpétue cette image d’une
fête raffinée et parisienne que le
Moulin Rouge donne à ses clients
depuis plus de 125 ans » déclare
son Président, Jean-Jacques Clerico.
« Le Moulin Rouge représente pour
moi à la fois cette alliance de tradition et de modernité d’un spectacle
vivant, tout ce que je recherche
dans la composition de ma cuisine
que je veux toujours évolutive »
complète le nouveau Chef, David
Le Quellec.
“Le Moulin Rouge”
20
La Gazette de Montmartre N°55
RÉOUVERTURE DU
TERRASS’’ HÔTEL
DR
DR
C’est un chantier titanesque qui a été
entrepris au Terrass’’ Hôtel puisque
tout y a été cassé – du sous-sol au
dernier étage – offrant à l’établissement une nouvelle allure.
Pour proposer une architecture
d’intérieur moderne, axée sur le
côté artiste si cher au quartier de
Montmartre, l’hôtel parisien a fait
appel à l’Atelier Jérôme Verzegnassi.
L’accueil est installé dans la rotonde où se trouve la table de
la réception en forme de piano
qui permet un contact plus chaleureux avec les hôtesses, côte à
côte. Une table haute est dédiée
à la conciergerie.
Ici, l’une des missions du personnel
est bel et bien d’incarner les véritables ambassadeurs du quartier et
d’en donner les clés aux clients !
La réception accueille également
une bibliothèque où des livres d’art
et ouvrages, retraçant l’histoire du
quartier, ont trouvé leur place.
DR
DR
DR
LA VIE DU VILLAGE
DR
Après sept mois de travaux,
le Terrass’’ Hôtel, le célèbre
hôtel parisien niché dans
le quartier de Montmartre
depuis 1911, dévoile un
nouveau visage : chambres
plus spacieuses, bureau
d’accueil plus ouvert sans
oublier le restaurant et le
bar perchés au 7ème étage
avec un magnifique rooftop !
Dans les couloirs, le Terrass’’ Hôtel
laisse place à la surprise avec, sur
certains murs, des « réclames »
datant du début du XXème siècle,
retrouvées pendant les travaux et
soigneusement restaurées.
Place ensuite au nouveau restaurant, déplacé au 7ème étage, à côté
du bar et du fameux rooftop d’où
la vue sur les toits de Paris est toujours aussi magique.
Félicitations pour cette remarquable rénovation du Terrass’’
Hôtel et bravo à toute l’équipe
familiale du groupe Hôtel Maurice
Hurand soudée autour de Romain
Binet, le jeune directeur général
du Terrass’’ Hôtel, dynamique chaleureux et très accueillant, natif de
Montmartre.
Terrass“ Hôtel
12-14, rue Joseph de Maistre,
75018 Paris
Tél. : 01 46 06 72 85
[email protected]
J. B. et F. B.
La Gazette de Montmartre N°55
21
Romain Binet
UN MONTMARTROIS DE TOUJOURS,
À LA TÊTE DU TERRASS’’ HÔTEL
Romain est le brillant
représentant de la cinquième
génération familiale à prendre
la direction de ce prestigieux
établissement hôtelier de
Montmartre. En effet, la
vocation familiale remonte à
1909 quand Edmond Hurand,
arrière-arrière grand-père
de Romain, achète plusieurs
brasseries parisiennes dont le
célèbre Elysée-Montmartre et
un terrain sur lequel, dès 1911,
un hôtel de 120 chambres est
construit.
Edmond le vend, puis, sous la
pression de son fils Maurice, le
rachète en 1923. Depuis cette
date il n’a plus quitté la famille.
En 1954, Jean-Max Hurand, fils
unique de Maurice, procède à
une rénovation et en fait un
lieu de rencontres d’artistes
et d’écrivains comme Colette,
Michel Simon, Pierre Brasseur…
En 1994, la fille de Jean-Max
Hurand, Christine et son époux
Jean-Luc Binet, les parents
de Romain, reprennent
l’exploitation familiale et créent
un jeune groupe de cinq hôtels
parisiens de prestige.
Romain Binet
Avec l’arrivée de Romain en
2014 au Terrass’’ Hôtel, c’est la
5ème génération qui perpétue la
tradition familiale. Après une
formation d’ingénieur dans
la compétition automobile
durant trois ans, Romain
reprend des études à l’ESSEC,
dans le management hôtelier
et effectue un an de travail
dans un grand hôtel de
prestige à Monaco, avant
DR
Une affaire de famille
Romain Binet
que ses parents ne fassent
appel à ses services et à ses
compétences. Romain, tout
de suite s’implique dans les
groupes de réflexion globale
sur l’avenir de l’établissement
et l’organisation de travaux qui
s’engagent au début de 2015
durant plus de 6 mois.
Une totale rénovation
Romain suit l’évolution du
chantier au jour le jour avec le
maître d’œuvre, l’atelier Jérôme
Verzegnassi : l’installation de
nouveaux ascenseurs oblige
à renforcer la structure du
sous-sol avec un pieu en béton
profond de 25 m et de 1,60 m
de large qui est ancré au rocher.
Afin de remettre en valeur la
façade et de mieux intégrer
le bâtiment au quartier, la
verrière donnant sur la rue
Caulaincourt est supprimée.
Passée la superbe marquise
de la rotonde, on accède à
la réception où une table en
forme de piano permet un
accueil très chaleureux des
clients. En prolongement, un
espace cosy très lumineux
est doté d’une bibliothèque
contenant livres d’art et
ouvrages retraçant le passé
historique de Montmartre. Les
92 chambres, dont 6 suites,
sont plus spacieuses. La
décoration intérieure est axée
sur le côté artistique si cher
au quartier avec une mise en
scène moderne : des fauteuils
de réalisateurs de cinéma
apportent un certain cachet
ainsi que le mobilier en forme
de bagages empilés. Les salles
de bain, séparées des chambres
par une verrière métallique
“Eiffel” dépolie, au carrelage
style métro, ont des miroirs
avec de grosses ampoules dans
l’esprit loges d’artistes.
Café et restaurant >
sur le toit terrasse
Le nouveau restaurant
s’ouvre sur une salle où l’on a
conservé de hauts plafonds et
de grandes baies vitrées. La
vue balayant tout Paris et La
Défense est grandiose. Le Chef
Éric Lurthy vous propose une
cuisine bistronomique française
saine et de saison.
À côté est installé un bar
intérieur où vous attendent les
cocktails du chef barman Emeric
Aguilar ainsi que, pour les
amateurs, un mélange spécial
Terrass’’ Hôtel du café Lomi, le
célèbre artisan torréfacteur de
la rue Marcadet.
Enfin, dans le prolongement,
un toit terrasse est aménagé
de parois vitrées protégeant du
vent, avec quelques arbustes,
fleurs et pieds de vigne.
Transats, fauteuils, parasols et
tables offrent l’occasion de se
désaltérer et d’admirer une vue
à couper le souffle côté Paris
et, côté Montmartre, les vieux
toits, le Moulin de la Galette et
le Sacré-Cœur.
Été comme hiver, Romain
Binet et toute son efficace et
chaleureuse équipe seront
heureux de vous accueillir,
vous Montmartrois, soit pour le
petit-déjeuner, le déjeuner ou
le dîner (sur réservation pour
les non clients de l’hôtel). Une
soirée dénommée “Soirée des
Gourmets” aura lieu chaque
mois avec la participation des
commerçants du quartier et
dégustation de leurs produits
sublimés par le Chef du
restaurant.
Le Terrass’’ Hôtel niché depuis
1911 sur les pentes de la Butte
Montmartre, hôtel mythique
de par son histoire liée au Paris
de la Belle Époque, deviendra
un lieu incontournable de notre
quartier pour les touristes
comme pour les Montmartrois.
Jacques Bachellerie
Un très grand merci à
Romain Binet qui a réservé
un chaleureux accueil à
La Gazette de Montmartre.
MONTMARTRE DES MONTMARTROIS
Suivez-nous à la rencontre d’un jeune cadre dynamique chaleureux et très accueillant, Romain Binet, natif de Montmartre
et directeur général du Terrass’’ Hôtel, qui nous reçoit sur la terrasse de son établissement.
22
La Gazette de Montmartre N°55
New-York Montmartre !
DAUM VARIATIONS D’ARTISTES
à l’Espace Dali
Le Moulin Rouge a participé au salon « Best of France », destiné à mettre
en valeur le savoir-faire des grandes entreprises françaises, les samedi 26
et dimanche 27 septembre sur Times Square et Broadway.
DU 11 SEPTEMBRE 2015 AU 3 JANVIER 2016
Un évènement historique pour le
mythique cabaret car c’est la première fois que le Moulin Rouge
s’est rendu à New-York, où 17 des
talentueux artistes se sont produits
notamment pour un French Cancan
endiablé !
Un stand spectaculaire customisé
aux couleurs du cabaret était également installé afin de présenter le
Moulin Rouge au grand public : un
petit peu de Moulin Rouge en plein
centre de New-York.
Pour les informations sur
l’événement, suivez-nous sur
la page Facebook officielle du
Moulin Rouge :
facebook.com/
lemoulinrougeofficiel
Mélanie MOYA
NOUVEL ADHÉRENT
LES JARDINS DE MONTMARTRE
DR
Laissez-vous charmer par ce cadre paradisiaque à 100 mètres de la
Basilique du Sacré-Cœur.
DR
LA VIE DU VILLAGE
Au cœur du quartier Montmartre
à Paris, au numéro 12 de la rue
Chappe, une adresse confidentielle…. que l’on se serait donnée
de bouche à oreilles.
Une maison d’hôtes de luxe ouverte sur un jardin arboré, rénovée
dans un esprit contemporain pour
accueillir des voyageurs privilégiés.
Avec un service sur-mesure, le petit
déjeuner est compris dans le prix
des chambres. Il est servi avec du
pain frais, des viennoiseries, café
ou thé et jus de fruit frais.
Envolez-vous pour un univers enchanteur, dans lequel vous passerez une nuit que vous n’oublierez
jamais.
LES JARDINS MONTMARTRE
12, rue Chappe, 75018 PARIS
Tél. : 06 12 71 38 60
[email protected]
http://www.hoteljardins
demontmartre.com/
N.L.
Daum, le célèbre maître-verrier
lorrain de Nancy est partenaire des
artistes depuis plus de 130 ans : les
rêves des artistes mordent dans la
pâte de cristal à la fois souple et
figée par la fusion qui surgit, translucide et diaprée, à la caresse de
l’œil et au toucher du visiteur.
Le paradoxe et le charme de
cette exposition se trouvent dans
la rencontre entre une technique
ancestrale et la liberté laissée aux
artistes d’y imprimer leurs visions.
C’est sur les conseils d’un ami que
Jacques Daum rendit visite à Salvador
Dali à Cadaquès en 1968 pour lui
proposer de composer quelques modèles à trois dimensions que la maison Daum se chargerait de produire
en pâte de cristal colorée.
La collaboration de Dali avec Daum
fut une des plus fécondes de
l’histoire du cristallier lorrain : en
20 ans, 21 pièces sont sorties de
l’imagination de l’artiste surréaliste
et des mains des artisans de la
Maison Daum.
“La pâte de verre est un matériau
Dalinien. Je l’ai donc utilisée pour
DR
k©Moulin Rouge-J.habas
À l’espace Dali, l’art est
translucide. Une exposition
originale réunit pour la
première fois des œuvres d’art
exceptionnelles : elle rassemble
Arman, Ben, César,
Paella Chimicos, Louis Derbré,
Etienne, Carlos Mata,
Hilton Mc Connico, Jérôme
Mesnager, Alain Séchas, Richard
Texier et… Salvador Dali.
réaliser ces chefs-d’œuvre ; je
suis enchanté de cette nouvelle
matière qui comporte l’élasticité
moléculaire d’un escargot et, tout
à la fois, la consistance de la gare
de Perpignan” a écrit Salvador Dali.
À l’occasion de cette exposition
Daum édite pour l’Espace Dali une
pièce en pâte de cristal Dance of
Time, dont la couleur bleue intense
contraste avec la mollesse de la
forme.
Souhaitons que l’exposition originale et exceptionnelle “Daum
variations d’artistes” à l’Espace Dali,
en partenariat avec Daum et avec
le soutien de la Ville de Nancy, rencontre auprès du public le succès
qu’elle mérite.
Espace Dali
11, rue Poulbot 75018 Paris
Tél. : 01 42 64 40 10
www.daliparis.com
Nuit de Montmartre
D’APRÈS JOSEPH KESSEL DE L’ACADÉMIE FRANÇAISE
LECTURE MUSICALE THÉÂTRALISÉE
Mardi 8 décembre à 19 heures
Un comédien, une chanteuse, tous deux s’accompagnant à la Balalaïka, et
deux guitaristes ouvrent le rideau sur une aventure d’une heure dix. Mélange
bondissant de musiques, illustrée par des chansons du répertoire des cabarets
russes et tziganes. Une galerie de personnages émigrés russes émouvants et
drôles sont décrits avec tendresse par Joseph Kessel.
« Nuits de Montmartre» est organisée par le Centre Culturel de la Société
d’Histoire et Archéologie Le Vieux Montmartre
Cine 13 Théâtre : 1, avenue Junot, Paris 18ème
13 € pour les adhérents
18 € pour le public extérieur
La Gazette de Montmartre N°55
23
Vies de rues à Montmartre
DE VERLAINE À SABATIER
L’été est en pente douce, comme le dit le café de la rue Muller. Pendant que les ruelles et les places consacrées aux
touristes sont écrasées à coup de smartphone (et de sa perche à selfies), allons vers le silence et le rêve...
Un dernier resserrement et
voilà c’est la rue Ramey.
Une remise en forme et on
remonte.
La rue Nicolet est paisible
en été. À peine y reste, de
quart à la dunette déserte,
une gentille stagiaire dans
une boutique sans devanture.
Des décorateurs créateurs sont
à connaître plus tard. Cette
boutique est au numéro 14, à
droite d’un perron. À gauche
du perron, les traces d’un
panneau historique de Paris,
volé. Le perron derrière sa
grille, la maison blanche de
quatre étages isolée et sereine,
historique en effet, c’est là
que résidèrent les Mauté de
Fleurville, leur demi-frère
musicien Charles de Sivry, et
leur fille Mathilde.
Un ami de Sivry est Paul
Verlaine. En juin 1869, il
rencontre Mathilde, qui a
16 ans, en tombe amoureux,
se fiance en octobre, publie
La Bonne chanson en juin
1870, se marie le 11 août,
avec comme témoin la
maîtresse d’école de Mathilde,
mademoiselle Louise Michel. La
mairie, en 1870, est aujourd’hui
le square Jehan-Rictus. La
suite ? des refoulés et des
parallèles...
Rue Bachelet (horizontal)
et déjà c’est la rue Labat
(descente).
Numéros 77 et 78, c’est le
sommet de la montagne où
zigue-zague un gamin de rue
aux vingt mondes enchevêtrés.
Les années 30, les joies, les
peines. Francisque Poulbot
aime ces gosses, les dessine,
les aide.
Le gamin né en 1923 s’appelle
Robert Sabatier. Plus tard il
Le 14 rue Nicolet.
Le Passage Cottin.
est poète en 1952, écrivain et
romancier dès 1953. Entre deux
ouvrages, il se souvient de son
enfance de poulbot et en fait
un livre, en 1969, intitulé Les
Allumettes suédoises.
C’est votre émotion qui, intacte,
se réveille hors du papier et
hors de la rue pour évoquer
le môme de Montmartre. Les
suites du livre deviennent une
trilogie, puis parcourant la
Guerre une épopée, « le roman
d’Olivier » en 8 volumes de
1969 à 2007.
Descendez la rue Labat. Audelà des boutiques closes, des
magasins en vacances, des
restaurants fermés, croisez
la rue Lambert, passez dans
l’imposante rue Custine
qui monte, un salut au
Montmartrobus (un sens), vous
passez, eh oui, rue Ramey qui
descend, et vous continuez la
rue Labat : c’est encore la lisière
du royaume d’Olivier.
Au numéro 44, un de ces
immeubles caritatifs comme
la bonté indépendante sut en
ériger. Au fronton : SOCIÉTÉ
PHILANTHROPIQUE - Fondation
Albert Hartmann - 1887. La
façade signale : Dispensaire Asile de nuit - Fourneau.
La beauté du bâtiment
m’émeut. Je pense à l’asile de
nuit du croisement LamarckChevalier de la Barre (tout près
du passage Cottin), je pense au
dispensaire La Providence du
lieutenant La Vieuville, je pense
aux organisations de Poulbot...
Juste à côté et en face, deux
maisons étranges et biscornues,
cloîtrées dans leurs grilles
et leurs terrasses. Elles sont
le poste-frontière sur la rue
Clignancourt.
Je flâne vers un troquet ouvert.
Je sors de ma poche deux
livres : Romances sans paroles
et Les Allumettes suédoises.
Et je bois à Montmartre...
Marielle-Frédérique Turpaud,
cinquième maire
de la Commune Libre de
Montmartre.
LA VIE DE MONTMARTRE
Donc descendre de la rue
Lamarck, vers l’escalier Utrillo
et ensuite, après le Soleil de la
Butte, monter la rue Paul Albert
- où est né un poulbot célèbre,
Alain Turban - descendre vers
la suite de la rue du Chevalier
de la Barre et ensuite... ah
non, pas si vite ! un fantôme,
un espoir d’escalier entre deux
maisons, alors que la rue va
voguant tranquille.
Descendre cet escalier. Décider
d’avancer quand même entre
ces minces parois. Grilles
closes de jardins secrets,
paliers intermittents longeant
les 107 marches. Ce que vous
vivez c’est le passage Cottin.
Large de 2,2 mètres, moins
les branches d’arbustes. Long
de 130 mètres, du moins une
partie escalier et une partie
ruelle bien sage, presque
plate, avec des trottoirs et des
réverbères.
En arrière, vous voyez comment
l’escalier remonte au ciel, sans
rien qui soit visible vers les
immeubles ni vers la basilique.
Tout a disparu !
Puis on comprend que les
détails en haut s’élaborent au
fur et à mesure qu’on s’éloigne.
Utrillo (1883-1955) est fasciné
par le passage ; un de ses
tableaux de février 1922 , avec
quelques silhouettes épuisées,
est considéré en été, un autre
est hivernal. Renoux (19392002) au contraire ne ressent
que le vide pur de l’escalier
rétréci. De grands peintres
frôlent cette entrée, comme
Gazi, le passionné de NotreDame de Beauté (1900-1975)
ou Charles Féola, aux tableaux
gardés dans la Galerie Sans
Nom, 9 rue du mont Cenis
(1917-1994).
24
La Gazette de Montmartre N°55
L’ASSOCIATION DES COMMERÇANTS DU HAUT MONTMARTRE EST PRÉSIDÉE PAR FRÉDÉRIC LOUP
SIÈGE SOCIAL : 1, RUE CORTOT 75018 PARIS TÉL. : 01 46 06 74 14 - [email protected]
L’ASSOCIATION DES COMMERÇANTS DU HAUT MONTMARTRE
VOUS DONNE RENDEZ-VOUS POUR
les prochaines illuminations
Le spectacle des
illuminations de Noël
ravit chaque année
les visiteurs, petits et
grands, émerveillés par
les couleurs féériques
données aux rues de
Montmartre.
Tout sera mis en œuvre
par l’Association des
Commerçants du Haut
Montmartre pour
faire ressentir aux
Montmartrois et aux
visiteurs du monde entier l’ambiance de Noël et faire
de leurs promenades un vrai moment de plaisir.
DR
DR
L A V I E D E S A S S O C I AT I O N S
Plein phare sur le haut de la Butte ! Cette année, pour le plaisir des yeux,
la place du Tertre et les rues adjacentes scintilleront de nouveau !
L’ASSOCIATION DES COMMERCANTS DU QUARTIER ORDENER EST PRÉSIDÉE PAR XAVIER CASTEX
SIÈGE SOCIAL : 135, RUE ORDENER - 75018 PARIS TÉL. : 06 49 47 74 41 - www.acqoparis.fr
L’ASSOCIATION DES COMMERCANTS DU
Quartier Ordener
Ce sont les commerçants du bas de Montmartre qui s’impliquent et font vivre le quartier
Ordener de Paris 18ème.
Lancement de la 1ère édition de Vitrin’ Art
Le samedi 26 septembre 2015
l‘Association des Commerçants
du Quartier Ordener (ACQO),
en partenariat avec les
associations d‘Artistes-Peintres
du 18ème et le magazine
Paris-Montmartre, lance sa
1ère édition de Vitrin’ Art. Du
26 septembre au 4 octobre 2015,
l‘Art s’invite dans les boutiques
des commerçants de l’ACQO.
Email :
[email protected]
www.acqoparis.fr
www.facebook.com/acqoparis.fr
Les œuvres des ArtistesPeintres du 18ème seront
exposées dans les vitrines des
commerçants de l’ACQO et
accessibles à tous. Ce sera une
occasion originale de découvrir
Du 26 septembre au 4 octobre :
ces artistes de talent et de fêter
• Parcours culturel,
les 3 ans de l’ACQO.
• Jeu-concours,
• Election de la Toile Préférée.
Au programme :
3 BONNES RAISONS >
Samedi 26 septembre 2015 :
DE NOUS REJOINDRE
• Vernissage en présence des
• Redynamiser la vie de
élus, des commerçants, des
quartier,
artistes, des associations, des
• Agir ensemble pour mieux
habitants et des visiteurs.
vivre,
• Sortie du Paris-Montmartre
avec «Numéro Spécial ACQO». • Créer de échanges...
La Gazette de Montmartre N°55
25
L’ASSOCIATION DES COMMERÇANTS LEPIC ABBESSES EST PRÉSIDÉE PAR BRICE MOYSE
SIÈGE SOCIAL : 7, RUE RAVIGNAN TÉL. : 01.53.28.98.98 - [email protected]
L’ASSOCIATION DES COMMERÇANTS LEPIC ABBESSES (ACLA)
vous présente deux adresses
On aime rue des Martyrs, ce bistrot
à l’ancienne et à la fois moderne
avec un décor très sympa. Il sert des
classiques revisités de la brasserie
française. Le Chef Sébastien
Guénard, “élève de Ducasse” vous
régalera par sa cuisine originale.
Selon lui la qualité du produit est
un impératif : légumes bio, poisson
sauvage, viande d’origine France...
Sa cuisine du marché régale, comme
le choix de belles bouteilles.
Ouvert 7 jours sur 7 de 12h à 14h et
de 19h30 à 22h.
94, rue des Martyrs - 75018 Paris
Tél. : 01 46 06 50 73
La cave du Miroir
Une cave en face du restaurant, très belles sélections de vins, le
lieu séduit aussitôt les amateurs de bonnes bouteilles, que l’on peut
également boire sur place accompagnées d’une assiette de produits
choisis – charcuterie de concours et fromages bien affinés.
91, rue des Martyrs - 75018 Paris
Tél. : 01 46 06 50 73
LICENCE NOIRE
DR
DR
LE MIROIR
Où créativité et
féminité s’allient
dans un concept
store de lingerie
moderne et sensuelle. Dans sa boutique écrin du quartier
des Abbesses à Paris au 7 de la rue Ravignan, Sophie
Roqueplo distille dentelles et rubans d’une lingerie
précieuse et sophistiquée. Joyaux tout contre la peau, les
pièces de lingerie rivalisent de dentelle et d’élégance.
Licencieuse lingerie, parfois indécente, elle laisse entrevoir
votre sensualité à travers les maillons d’une parure d’or.
Convoitez nos dessous pour vous-même ou pour séduire,
pour sublimer la femme libertine ou farouche. Vous
trouverez, chez Licence noire des marques françaises
fabriquées en France comme : Paloma Casile qui flirte
délicatement avec la provocation, Maud & Marjorie et leurs dentelles raffinées, Dément
lingerie et ses petits nœuds aimantés, Maison close qui détourne les codes de l’érotisme,
les bijoux de corps Absainte, des ouvrages photographiques célébrant la féminité et les
parfums Etat libre d’Orange aux noms effrontés, évocateurs de séduction.
7, rue Ravignan - 75018 Paris.
M° Abbesses - Tél. : 01 70 69 27 03
Du mardi au samedi de 11h à 19H30 et le dimanche de 14H à 19H
https://www.facebook.com/LicenceNoire
www.licencenoire.fr
https://instagram.com/licencenoire/
L’ASSOCIATION DES COMMERÇANTS LAMARCK CAULAINCOURT EST PRÉSIDÉE PAR SYLVIE FERRET
SIÈGE SOCIAL : 125, RUE CAULAINCOURT 75018 PARIS - 75018 PARIS - [email protected]
L’ASSOCIATION DES COMMERÇANTS LAMARCK CAULAINCOURT
Le dimanche 4 Octobre,
le loto est de retour !
Pour sa 4ème édition
L’ACLC (Association des Commerçants
Lamarck-Caulaincourt-Custine)
vous promet un superbe dimanche
après-midi à la Salle Paroissiale des
Abbesses, dès 15 heures, avec des
cadeaux incroyables à gagner :
l1 IPAD
ldes invitations pour 2 dans les restaurants de Montmartre
ldes paniers de dégustation
ldes coffrets beauté
ldes coffrets déco
l …
Boissons et pause gourmande accompagneront les jeux.
Il est conseillé de réserver vos cartons.
t
26
La Gazette de Montmartre N°55
HISTOIRE DE L’ABSINTHE
L’absinthe, une envoûtante fée verte ou une sorcière maléfique ?
DR
DOSSIER
De Baudelaire à Verlaine et Picasso, de Toulouse-Lautrec à Modigliani et Van Gogh, ils sont nombreux, les écrivains et les
peintres qui recherchèrent l’inspiration dans la fréquentation immodérée de la Fée Verte. Degas la peignit sur une de ses
toiles et Zola l’a rendue tristement célèbre dans son roman L’Assomoir.
La mode et le succès de
l’absinthe à Montmartre
Entre cinq et sept heures, dans
les cafés, on respire cette odeur
d’absinthe qui flotte et parfume
l’air. Ces lieux de plaisir très
fréquentés sont colorés et animés,
messieurs en chapeau haut de
forme et gilet côtoient femmes
du monde et demi-mondaines.
Rapidement, peintres,
musiciens et écrivains qui se
sont installés à Montmartre
vont la découvrir et l’apprécier.
Bars, cafés, bistrots >
et guinguettes
Ainsi naît la terre des artistes
et de nombreux bars, cafés,
bistrots, guinguettes, et
cabarets se multiplient du côté
de Montmartre.
Pour les artistes, l’absinthe est
la Fée Verte ou la Dame Verte.
Avec la grande diversité des
cafés littéraires et artistiques,
chaque groupe a ses
préférences et ses fidélités.
C’est dans le Bas-Montmartre,
sur les boulevards et les
places que se trouvaient ces
cafés : hommes de plume,
poètes et écrivains comme
François Coppée mais aussi le
chansonnier Émile Goudeau
et le peintre Camille Corot se
retrouvaient au Café Pigalle
surnommé Le Rat Mort où
parfois rimaient Verlaine et
Rimbaud.
L’autre lieu de rendez-vous,
sur la Place Pigalle était le
café de La Nouvelle Athènes
fréquenté par d’autres artistes.
Degas et Manet avaient
l’habitude de s’y rencontrer. Ils
y venaient presque chaque soir
et y retrouvaient entre autres
les peintres Gervex, Béraud,
Forain, Renoir. C’est là que le
peintre Desboutin qui présidait
DR
Edgar Degas, Au café.
Jean Béraud, Au café dit l’absinthe 1935.
les réunions et dirigeait les
conversations avait sa place
réservée sur la banquette de
moleskine, sur laquelle il posa
pour le tableau de Degas,
L’Absinthe.
En 1885 s’ouvrit, boulevard de
Clichy, le café Le Tambourin.
Tenu par la belle Agostina
Segatori, modèle de Corot,
Manet et Van Gogh avec
qui elle eut une relation
amoureuse, ce café devint
aussi un lieu où se retrouvaient
écrivains et artistes comme
Allais, Rollinat, Gérôme, Forain
et Steinlen qui y avaient leurs
habitudes.
27
DR
La Gazette de Montmartre N°55
DR
Jean-François Rafaelli, Les buveurs d’absinthe.
Edgar Degas, L’absinthe.
Gauguin et Toulouse-Lautrec,
avec sa canne creuse contenant
toujours un verre d’absinthe,
y passaient parfois des nuits
entières, entraînant Van Gogh
qu’ils initièrent à l’absinthe.
C’est là que Toulouse-Lautrec
réalisa, au pastel, le superbe
portrait de Vincent, son ami de
l’atelier Cormon et son ami de
bistrot.
Près de la Place de Clichy, le
café Guerbois était aussi un
autre lieu de rendez-vous des
Artistes : c’est Manet, dont
l’atelier était tout proche, qui
lança, à partir de1866, les
réunions des impressionnistes.
Là, chaque soir on voyait FantinLatour, Bazille, Guillaumin,
Pissarro, Monet, Sisley, Renoir
et parfois Cézanne. C’est de
là que sont sortis les critères
d’un nouvel art et que s’est
accomplie l’alchimie de la
touche impressionniste, une des
plus remarquables révolutions
artistiques.
Plus tard, le monde des arts
et de la littérature se retrouva
aussi au Cabaret du Père
Lathuille et au restaurant
Boivin, tous deux proches du
café Guerbois.
Artistes et absinthe
L’absinthe a accompagné
tous les grands mouvements
poétiques et artistiques
riches en talents qui peuvent
s’exprimer et discuter dans les
cafés et cabarets littéraires
où la Fée Verte est toujours
présente. C’est ainsi que de
Daumier à Picasso, les scènes
de cafés se succèdent sur leurs
toiles et dans leurs croquis
même si l’ambiance varie
selon les artistes et suggère
que l’homme a besoin du café
comme milieu social et comme
l’a écrit Huysmans dans son
texte Les habitués des cafés,
“l’important n’est pas tant ce
que l’on boit que l’endroit où on
le boit”.
“L’absinthe apporte l’oubli…Le
premier verre vous montre les
choses comme vous voulez les
voir, le second vous les montre
comme elles ne sont pas, après
le troisième vous les voyez
comme elles sont vraiment”,
écrit Oscar Wilde.
L’absinthe : >
de la plante à l’apéritif
Une plante médicinale
Depuis l’antiquité jusqu’à
son avènement au XIXème
siècle, l’Artemisia Absinthium
entre dans la composition
de nombreux remèdes :
décoctions, teintures, eaux
distillées, cataplasmes...On
l’emploie pour soigner les
maux d’estomac, les fièvres,
la malaria, la dysenterie, les
douleurs menstruelles...
La rebouteuse et le courtier
Son usage médicamenteux
aurait pu continuer longtemps
si un beau jour, une rencontre
étrange ne s’était pas faite en
Suisse, dans le Haut-Jura, à la
fin du XVIIIème siècle. En effet,
c’est à Couvet qu’un certain
major Dubied, courtier en
dentelles, rencontre une vieille
rebouteuse, la mère Henriod.
Il lui rachète la formule
d’un élixir de santé,
vraisemblablement de sa
composition, qu’elle vend
habituellement aux colporteurs !
Fort de son achat, le major
Dubied qui a dû remarquer
que le médicament n’était
pas toujours consommé
uniquement pour se soigner,
met à profit le remède pour en
faire une boisson !
Il s’associe avec son beau fils
Henri-Louis Pernod, fils d’un
bouilleur de cru local et ouvre
une distillerie : la maison
Dubied Père & Fils en 1798.
La boisson rencontrant un
certain succès, Henri-Louis
Pernod prend ses distances
avec son beau-père et monte
rapidement sa propre distillerie
à Pontarlier, en 1805.
La boisson du soldat
Pendant une trentaine
d’années, l’absinthe reste une
boisson régionale jusqu’à la
conquête de l’Algérie. Réputée
efficace contre la malaria et la
•••
La Gazette de Montmartre N°55
DR
DOSSIER
28
dysenterie, l’absinthe embarque
avec les colons pour les suivre
dans plusieurs campagnes.
C’est aux officiers que l’on doit
l’émancipation de l’absinthe
puisqu’à leur retour, forts
de leurs succès, ils la font
découvrir à la bonne société
qui ne tarde pas à s’enticher
d’elle.
L’heure verte
Entre cinq et sept heures, l’air
des grands boulevards parisiens
s’emplit d’absinthe : l’Heure
Verte comme on l’appelle,
sonne dans la ville !
La boisson s’installe aussi
partout en France pour plus
d’un demi-siècle, avec son
rituel de la préparation et de la
dégustation.
Peu à peu, elle se
démocratise tellement que
tous les milieux sociaux
tombent sous son charme et
l’absinthe devient un art de
vivre. Qu’on la consomme
dans les cafés ou chez soi,
c’est toujours un apéritif au
cérémonial unique.
À partir de 1870, l’engouement
est général : la publicité est
énorme, les artistes en font
leur muse, les journaux en
parlent et les distilleries se
multiplient.
On comprend mieux pourquoi
l’absinthe est dite «boisson
nationale» en 1880 : elle
fait travailler des milliers de
personnes et s’exporte même à
l’étranger.
Le revers de la médaille est
la profusion d’absinthes de
mauvaise qualité très peu
chères que l’on surnomme alors
les «sulfates de zinc» et qui se
montrent ravageurs.
La disgrâce
La demande et la
consommation d’absinthe ne
cessant de croître, au détriment
des vins, notamment dans
les milieux artistiques, elle
DR
Pablo Picasso, La buveuse d’absinthe.
Edouard Manet, Le buveur d’absinthe.
devient peu à peu le symbole
de l’alcoolisme et s’attire les
foudres des ligues de moralité
qui voient en elle le vecteur de
la criminalité, de la tuberculose,
de la violence conjugale, de
l’aliénation et de la baisse de la
natalité !
En 1901, la création de
la Ligue Nationale Contre
l’Alcoolisme cherche à
sensibiliser l’opinion et
multiplie les affiches, tracts,
campagnes, pétitions…
La croisade contre l’absinthe
se poursuivra pendant 14
ans et la Ligue trouve en
1907 des alliés inattendus :
ce sont les viticulteurs qui
souffrent économiquement de
l’engouement pour l’absinthe.
La prohibition
L’absinthe aura été victime
de son succès: décriée par les
ligues de moralité et dévaluée
par les distilleries sans
scrupules et leurs «sulfates de
zinc» de très mauvaise qualité.
En France, un décret demande
d’interdire la vente d’absinthe
dans les établissements publics
en 1914. Mais la fraude restant
possible, le gouvernement
interdit finalement un an
plus tard la fabrication et la
circulation d’absinthe.
Raoul Ponchon, le poète
absintheur, dira à ce sujet
avec humour : «l’interdiction
de l’absinthe a causé plus de
malheurs que l’instruction
primaire».
DR
La Gazette de Montmartre N°55
Verlaine au Café Procope, d’après Cesare Bacchi.
DR
Fabrication de l’absinthe
Il existe deux types de
fabrication :
• soit par la distillation de
plantes aromatiques ayant
préalablement macéré dans de
l’alcool.
• soit par l’addition d’essences
de plantes à de l’alcool.
L’absinthe obtenue par
distillation est la meilleure car
cela donne un produit chargé
de la partie aromatique la plus
subtile des plantes, tout en
éliminant les huiles volatiles
lourdes appelées flegmes.
L’absinthe obtenue par addition
d’essences est le mode de
fabrication le plus économique
mais aussi le plus dangereux
car il peut faire intervenir
des huiles essentielles de
provenance inconnue et de
l’alcool de basse qualité.
Pablo Picasso, Le buveur d’absinthe.
Aujourd’hui
En 1988, une directive
européenne autorise la
présence de thuyone à un
faible taux dans l’alimentation
et les alcools : la thuyone
est la molécule de l’absinthe
qui aurait créé des troubles
cérébraux.
En 1994, on voit réapparaître le
mot absinthe sur des bouteilles
d’alcool tchèque, comme
l’horrible «absinthe» Habsburg,
puis la française, la Versinthe.
En France, la directive
européenne a été aménagée
et elle a retrouvé son nom en
2011.
Les plantes de la Dame Verte
Les plantes entrant dans la
composition de l’absinthe
sont assez variées et certaines
se retrouvent dans toutes
les formules et en forment
la base : grande et petite
absinthe, badiane ou anis
étoilé, anis vert et fenouil.
D’autres telles que l’hysope, la
mélisse, la coriandre viennent
29
compléter la formule et sont
associées très différemment.
Ce n’est pas la grande variété de
substances dans la composition
qui constitue la qualité d’une
absinthe mais plutôt la
juste combinaison d’un petit
nombre possédant des vertus
particulières : l’anis augmente
le trouble, le fenouil corrige la
saveur piquante et sucrée de
l’anis, l’hysope et la mélisse
donnent une belle couleur verte.
Toutes les plantes utilisées
renferment des quantités très
différentes d’huiles essentielles :
leur teneur varie d’une espèce
à l’autre et suivant la nature du
sol, l’exposition, le climat et la
saison de la cueillette.
Les huiles essentielles étant
solubles dans l’alcool et
insolubles dans l’eau, c’est ce
qui provoque une émulsion
laiteuse, le sucre empêchant ou
diminuant beaucoup le trouble.
C’est la raison pour laquelle,
l’absinthe n’étant pas sucrée, il
est nécessaire de la sucrer au
moment de la préparation.
Les cuillères à absinthe >
et objets divers
Tout un chacun possède
quelque chose qui lui est très
cher car lié à son histoire
familiale personnelle. Ce
sont pour moi, entre autres,
les objets liés à l’absinthe
comme les verres anciens et
les cuillères : mes grandsparents paternels et maternels,
cafetiers corréziens, servaient
les boissons à leurs fidèles
clients, dans leur Café de
la Paix du quartier de la
Promenade et aux ouvriers de
la Manufacture d’Armes de
Tulle, dans leur Café du Tir, du
quartier de Souilhac.
Ma première cuillère à
absinthe, je l’ai découverte dans
l’argentier de mes parents, il
y a déjà quelques décennies ;
depuis je m’y suis intéressé
et j’en ai trouvé dans des
puces, des vide-greniers et des
brocantes. Sans être devenu
•••
La Gazette de Montmartre N°55
DR
DR
30
Cuillères à absinthe.
Les premières cuillères à
absinthe ne peuvent pas être
antérieures aux années 1840 car
le sucre en morceaux ne fut créé
qu’en 1843 ; avant cette période,
le sucre était vendu sous forme
de pain de sucre découpé à l’aide
de ciseaux à sucre.
La cuillère à absinthe est plate
et percée de quelques trous qui
peuvent avoir des formes très
particulières… Avec l’arrivée de
la publicité, des cuillères aux
noms de fabricants d’absinthe
DR
DOSSIER
arthémisophile, je me suis
plongé dans l’histoire de ces
objets de cafés et de bistrots.
Placée sur un verre, une
cuillère à absinthe est utilisée
pour faciliter la préparation
qui est un véritable rituel :
pour atténuer l’amertume de
l’absinthe, on met un morceau
de sucre sur la cuillère et on
verse l’eau goutte à goutte
en ouvrant le robinet de la
fontaine à absinthe contenant
eau et glaçons.
DR
DR
DR
À LA DÉCOUVERTE DE L’ABSINTHE DE MONTMARTRE
Montmartre Village vous propose à la vente au sein de ses locaux
L’Absinthe de Montmartre :
l La bouteille de 55 cl. : 33 €
l Le coffret mignonnette + cuillère à absinthe : 12 €
La cuvée « Absinthe de Montmartre » est en vente également dans
certains établissements de la Butte.
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé.
Affiches publicitaires.
DR
N’hésitez pas à réserver directement votre dégustation sur notre site :
http://www.montmartre-guide.com /decouverte-de-labsinthecuvee-de-montmartre/
DR
Nos restaurants partenaires : La Mascotte, Le Cadet de Gascogne,
La Bonne Franquette, Le Bon Bock, La Pomponnette et L’Entracte
seront également très heureux de vous accueillir et de vous
proposer une dégustation traditionnelle de l’Absinthe :
Tarif : 7,50 € par personne
Une cuillère inclassable
Un très célèbre artiste
montmartrois, grand
amateur d’alcool et habitué
du Moulin-Rouge, Henri de
Toulouse-Lautrec, a beaucoup
bu d’absinthes au sucre et
de tremblements de terre
(mélange d’absinthe et de
cognac).
Buvant peu à chaque fois, mais
très souvent, il avait toujours
avec lui sa canne creuse
équipée d’une fiole et d’un petit
verre.
D’une famille riche de la
noblesse du Midi, il est un des
rares artistes de l’époque à
avoir pu s’offrir son service de
cuillères à absinthe en métal
argenté non poinçonnées mais
monogrammées à ses initiales.
Verre, cuillère et sucre
participaient à la magie et
au rituel de la consommation
de la Fée Verte que Verlaine
traitait “d’atroce sorcière verte”
se demandant “quel imbécile
l’avait magnifiée en fée, en
muse verte ?”
Affiches sur l’absinthe
Avec la vie culturelle intense
et l’arrivée dans le commerce
de nouveaux produits, la
deuxième moitié du XIXème
siècle vit l’essor de cette
Sources : L’absinthe, son histoire de
Marie-Claude Delahaye, édition Musée
de l’absinthe Auvers-sur-Oise.
DR
apparurent et d’autres furent
créées en forme de Tour Eiffel
pour fêter la construction de la
Dame de Fer en 1889.
LE MUSÉE DE L’ABSINTHE À AUVERS-SUR-OISE
Situé à deux pas de l’Auberge
Ravoux, le Musée de l’Absinthe
évoque ce qu’était la vie de café
à l’époque des impressionnistes.
Pour faire découvrir l’importance
de l’absinthe dans la vie sociale
et culturelle du XIXème siècle, le
Musée de l’Absinthe présente
une collection unique et
authentique d’objets nécessaires
au rituel de la consommation
La visite est complétée par
l’exposition de dessins de presse,
eaux-fortes et tableaux sur le
thème de l’absinthe.
Dans le jardin du musée, les
plantes aromatiques constitutives
de l’absinthe libèrent leurs arômes
et invitent à la dégustation.
C’est Marie-Claude Delahaye,
grande spécialiste de l’absinthe,
directrice et fondatrice du musée
qui vous accueillera et vous
guidera pour vous présenter les
riches collections de son musée
et vous fera participer au rituel
d’une dégustation d’absinthe dans
la plus pure tradition de la grande
époque de la Fée Verte.
Marie-Claude Delahaye, maître
de conférence à l’université Pierre
et Marie Curie à Paris, après
avoir organisé de nombreuses
expositions, a créé le Musée de
l’Absinthe en 1994 à Auvers-surOise, le village célèbre pour ses
peintres où Vincent van Gogh et
son frère Théo reposent.
Devenue historienne de l’absinthe
avec la publication de nombreux
ouvrages qui ont progressivement
dévoilé la signification de
l’absinthe dans la société du 19ème
siècle et surtout son influence
sur l’art, dans le même temps,
DR
Une fontaine à absinthe.
nouvelle forme de publicité : en
1840, un imprimeur de papiers
peints, Jean-Alexis Rouchon
applique sa technique à des
sujets publicitaires et triple la
taille des affiches jusque-là
existantes.
Il faut attendre 1870 pour
voir apparaître les premières
affiches publicitaires artistiques
proprement dites, avec les
premières lithographies de Jules
Chéret, graphiste et lithographe
à l’origine de plus d’un millier
d’affiches, dont celle qu’il
créa pour le Moulin Rouge. Il
va ouvrir la voie à toute une
génération d’artistes de talent
séduits par ce nouveau mode
d’expression.
De 1880 à 1900 l’affiche
connaît son âge d’or avec des
réalisations de peintres comme
Bonnard, Denis, Valloton,
Vuillard sans oublier ToulouseLautrec.
Puis c’est l’avènement de la
grande affiche lithographique
de publicité comme média
commercial et artistique
essentiels, pour la promotion
des marques d’absinthe.
Quand la publicité touche le
monde de la gastronomie, on
l’associe aux plaisirs sensuels ;
c’est pourquoi les grands
affichistes comme Cappiello,
Cassandre, Belon, Faria,
Tamagno… créèrent des images
célèbres en ajoutant l’érotisme
au plaisir gustatif.
À la Belle Époque de la Fée
Verte, dans les cafés existaient
les “professeurs d’absinthe” qui
apprenaient aux novices à bien
préparer leur verte.
Aujourd’hui, avec modération
dans la consommation, vous
pourrez participer au rituel de
la préparation de l’absinthe
Cuvée de Montmartre dans les
six bars-restaurants de notre
quartier qui vous proposent
une dégustation de la Fée Verte
comme à son âge d’or.
Jacques Bachellerie
31
DR
DR
La Gazette de Montmartre N°55
Le rituel de la dégustation
de l’absinthe.
elle a chiné chez les antiquaires
et sur les brocantes pour établir
une impressionnante collection
de souvenirs liés à l’absinthe :
cuillères, verres, gravures, dessins
et peintures ...
L’absinthe et son véritable esprit
est ravivée dans ce musée.
Alors rendez-vous à Auverssur-Oise pour visiter le Musée
de l’Absinthe et tous les lieux
d’histoire de ce pittoresque
village à la porte du Vexin et à
deux pas de Montmartre.
Musée de l’Absinthe
44, rue Callé
95430 Auvers-sur-Oise
Tél. :01 30 36 83 26
[email protected]
Office du Tourisme
d’Auvers-sur-Oise
38, rue Charles de Gaulle
95430 Auvers-sur-Oise
Tél. : 01 30 36 71 81
www.tourisme-auverssuroise.fr

Documents pareils