«ni remaniement du gouvernement, ni report des

Commentaires

Transcription

«ni remaniement du gouvernement, ni report des
Horizons
Q
U
O
T
I
D
I
E
N
N
A
T
I
O
N
A
FOOTBALL : HALILHODZIC
«FAIRE
DU MATCH FACE
À L A GAMBIE
LE DÉ CLIC» .
L
PAGE 31
JEUDI 26 JANVIER 2012 - 2 RABIE EL AOUEL 1433 - N° 4510 - PRIX 10 DA
OULD KABLIA, MINISTRE DE L’ INTÉRIEUR
«NI REMANIEMENT DU
GOUVERNEMENT,
NI REPORT DES
ÉLECTIONS»
e ministre de l’Intérieur et des Collectivités
L
locales, M. Daho Ould Kablia, a réfuté, hier,
en marge de la présentation et l’examen du pro-
jet de loi relatif à la wilaya au Conseil de la nation,
tout remaniement ministériel. Il a, également,
répondu par la négative quant à la demande de
report des prochaines élections législatives exprimée par certaines parties. Le ministre a, à cet
effet, rappelé que la convocation du corps électoral relevait des prérogatives du président de la
République et intervenait 90 jours avant le ren-
dez-vous électoral prévu, selon lui, quelques
jours avant le 17 mai prochain. M. Ould Kablia a,
en outre, indiqué que les services de son ministère n’avaient refusé aucun dossier de demande
d’agrément des nouveaux partis. «Nous attendons la finalisation des dossiers de certains partis, mais nous n’avons fermé la porte devant
aucun parti», a-t-il déclaré. «Tous les dossiers
seront examinés conformément à la loi», a-t-il
ajouté. Le représentant du gouvernement a, dans
ce cadre, rappelé que la loi stipule que l’obtention
d’un agrément est conditionné par la présentation
des résultats du congrès constitutif.
Interrogé sur le sort des partis qui ont tenu leurs
congrès constitutifs avant la publication du communiqué du ministère, M. Ould Kablia a fait
savoir que «ces partis doivent tenir de nouveaux
congrès» après l’obtention des autorisations.
.LIRE EN PAGE 3
NOUVELLE GRILLE DE RÉFÉRENCE DES SALAIRES DES JOURNALISTES
LES PRÉCISIONS
DU MINISTRE DE LA
COMMUNICATION
.PAGE 4
UNE
AUGMENTATION
ET DES
INTERROGATIONS
Les yaourts connaissent, depuis hier,
une hausse des prix de 1 DA, selon
certains détaillants, en dépit de la
subvention indirecte de l’Etat au lait
cru collecté auprès des éleveurs
algériens pour encourager la
production locale. Cette
augmentation semble échapper aux
producteurs de ces produits dérivés
du lait.
Photo: Horizons
La nouvelle grille de référence des salaires des journalistes et assimilés permettant
d’entrevoir une cohérence dans les secteurs des médias publics, a été «le résultat
d’une large concertation», a indiqué, hier à Alger, le ministre de la Communication, M.
Nacer Mehal. «Dès l’installation de la commission (commission de la grille de référence
des salaires), j’ai appelé à un dialogue entre les journalistes, leurs représentants
syndicaux, afin de se réunir autour d’une table en présence de la tutelle, de
représentants de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), du Syndicat
national des journalistes (SNJ), ainsi que du ministère du Travail, de la Sécurité sociale
et de l’Emploi», a souligné le ministre de la Communication dans un entretien à l’APS.
HAUSSE DU PRIX
DU YAOURT
.PAGE 5
SUSPENSION
DE MEGAUPLOAD
SOUS LE SLOGAN
«ENSEMBLE POUR VAINCRE LE FLÉAU»
TIPASA S’ ATTAQUE AU MONDE DE LA DROGUE
.
PAGE 9
UNE AUTRE PREUVE
DE L’ EMPRISE US
SUR LE NET
.PAGES 16-17
AGENDA
Agenda
APN : Clôture jeudi 2 février
de la session ordinaire
d’automne
Agenda
Agenda
Agenda
Agenda
2
HORIZONS • Jeudi 26 Janvier 2012
L’Assemblée populaire nationale
(APN) clôturera sa session ordinaire
d’automne 2011-2012 jeudi 2 février,
indique hier un communiqué de
cette institution. La date a été fixée
au terme de la
réunion du
bureau de l’assemblée conformément aux dispositions de l’article 118 de la
Constitution et de
l’article 5 de la loi
organique régissant les relations
entre le parlement
et le gouvernement.
CONSEIL DE LA NATION
Reprise des travaux lundi
en séance plénière
Le Conseil de la nation reprendra ses
travaux lundi prochain en séance plénière consacrée à la poursuite de l’examen
du projet de loi portant règlement budgétaire de 2009, indique hier un communiqué du Conseil. Il s’agira également
d’adopter le projet de loi sur la wilaya,
avant l’installation des responsables des
structures des assemblées lors d’une
séance spéciale, ajoute le communiqué.
ww Questions orales à l’APN
L’APN tiendra, demain à
10h, une séance plénière
consacrée à des questions
orales. Ces questions, au
nombre de huit, concerneront
les secteurs de l’Energie et
des Mines, l’Habitat et
l’Urbanisme, la Santé, la
Population et la Réforme
hospitalière ainsi que la
Poste et les Technologies de
l’information et de la
communication, indique,
hier, un communiqué de
l’Assemblée.
ww Parti des
Travailleurs
La secrétaire générale du
PT, Mme Louisa
Hanoune, présentera,
demain à 10h, son rapport au Centre national
d’études et des recherches
syndicales à Oued
Romane (El-Achour).
ww Ministère de
l’Aménagement du territoire
et de l’Environnement
Le ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, Chérif
Rahmani, procédera, aujourd’hui à
10h30, à l’installation officielle du comité de suivi de l’étude de vulnérabilité et
l’adaptation de la ville d’Alger au changement climatique.
Cérémonie de recueillement
à la mémoire de Abdelhak
Benhamouda
ww Parti de la
Liberté et de la
Justice
Le Parti de la Liberté et de
la Justice (PLJ) organisera, demain à 9h, au centre
familial de la mutuelle
des travailleurs du secteur
de la construction à
Zéralda, l’ouverture des
travaux de son congrès.
Elle sera suivie d’une
conférence de presse.
CABLES
ww
ww Ministère de la Solidarité
Le ministre de la Solidarité nationale et
de la Famille, Dr Saïd Barkat, procèdera, aujourd’hui à 9h30m au siège de son
département ministériel, à l’installation
de la Commission nationale du sport
scolaire adapté (pour élèves et enfants
handicapés pris en charge dans les établissements spécialisés relavant de la
solidarité.
LES CABLES
ADRAR
Projet de création
de deux centres de vie
dans le Tanezrouft
Deux nouveaux centres de vie seront
créés dans la région déserte du
Tanezrouft, à proximité de la RN6 reliant
les communes de Reggane et de Bordj
Badji Mokhtar (600 km sud d’Adrar), a-ton appris auprès de la Direction de
l’Urbanisme et de la construction (DUC)
de la wilaya. Retenus dans le cadre du
Schéma régional d’aménagement du
territoire (SRAT), au niveau du PK-200,
commune de Reggane, et du PK-400
dans la commune frontalière de Bordj
Badji Mokhtar, ces deux centres de vie
seront réalisés sur des superficies de
100 ha chacun, en plus d’une superficie
de 50 ha destinée à l’exploitation agricole, a précisé le directeur de la DUC, M.
Hamid Dahmène. Une étude technique
d’aménagement, prévoyant le choix des
terrains d’assiette, l’élaboration des
plans et des sites devant accueillir les
édifices publics, vient d’être lancée par
un bureau d’étude spécialisé pour être
livrée en 2013, a-t-il ajouté.
Horizons
Quotidien d’information édité
par la SPA "HORIZONS"
au capital social de 16.000.000,00 DA
ww
LES CABLES
ww
L’Union générale
des travailleurs
algériens
(UGTA), organise, le samedi 28
janvier à 10h au
niveau de l’enceinte du siège
de la Centrale
syndicale, une
cérémonie de
recueillement à
la mémoire du
chahid Abdelhak
Benhamouda.
LES CABLES
ww Le ministre de la Formation
et de l’Enseignement
professionnels à Médéa
El-Hadi Khaldi entamera, aujourd’hui,
une visite de travail dans la wilaya de
Médéa.
ww
LES CABLES
ww
CHEIKH FERHAT.COM
Un site web dédié à la météo, l’environnement, le tourisme
et l’événementiel
Désormais, un site web est mis à la disposition des Algériens. Il s’agit de Cheikh Ferhat.com, initié
par l’animateur de la radio et expert météorologue. Dans ce site, il est traité toutes les informations
relatives à la météo, l’environnement, le tourisme et l’événementiel algérien. Ce site, selon son promoteur, a pour objectifs de rapprocher encore plus les nombreux auditeurs. Il permet de garder et
d’entretenir une relation quasi quotidienne avec Cheikh Ferhat vu son large éventail de services
dédié aux professionnels, aux étudiants, chercheurs ou simples anonymes. Concernant le côté technique, c’est une équipe jeune qui assure la mise à jour quotidienne et son amélioration continue.
Enfin, l’ambition de Cheikh Ferhat est d’intégrer de nouvelles mœurs chez l’internaute algérien.
ENSEIGNEMENT
SUPÉRIEUR
Les USA veulent approfondir le partenariat
avec l’Algérie
L’ambassadeur des USA à Alger, M.
Henry S. Ensher, a indiqué, hier à Ouargla,
que son pays «œuvre à approfondir le partenariat avec l’Algérie dans le domaine de
l’enseignement supérieur». Dans une
déclaration faite en marge de la cérémonie
d’inauguration du «Career Center» (Centre
des Carrières) au niveau de l’Université de
Ouargla, le diplomate a affirmé que son
pays «s’attèle résolument à l’approfondissement du partenariat, dans le domaine de
l’enseignement supérieur, avec l’Algérie
PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL
Larbi TIMIZAR
DIRECTEUR DE LA RÉDACTION
Liesse DJERAOUD
REDACTION ADMINISTRATION
20, rue de la Liberté - Alger
Tél. : 021-73.67.24 / 73.59.69 /
73.63.05
Téléfax : 021-73.61.34 / 73.67.29
HORIZONS SUR INTERNET : http://www.horizons-dz.com
dans le cadre global du renforcement de la
coopération culturelle entre les deux
pays». M. Ensher a salué, dans ce cadre,
«l’acceptation par le gouvernement
Algérien du concept de partenariat pour
asseoir cette coopération, au service
mutuel des deux peuples, algérien et américain». Lors de l’inauguration du Career
Center, le diplomate américain a estimé
que l’ouverture de ce type de centres
«constitue un pas important dans le développement de l’Université en Algérie».
LES CABLES
ww
LES
Hausse de plus
de 36% des importations
de véhicules en 2011
L’Algérie a importé 390.140 véhicules en
2011 contre 285.337 véhicules en 2010, en
hausse de 36,73%, due essentiellement à
l’augmentation de plus de 37% des importations des concessionnaires, a appris l’APS
auprès des Douanes algériennes. La facture
des importations des véhicules a ainsi augmenté de 30,85%, passant de 270,66 milliards de DA en 2010 à 354,17 milliards de
DA en 2011 (près de 4,8 milliards de dollars
au taux de change fixé par la loi de finances
de 2011), précise le Centre national de l’informatique et des statistiques (Cnis) des
Douanes. La quarantaine de concessionnaires activant en Algérie ont importé
365.948 véhicules en 2011 contre 265.859
véhicules, en hausse de 37,65%, pour une
valeur de 322,24 milliards de DA (+32,70%),
contre 242,83 milliards de DA en 2010, note
le Cnis. Les importations des véhicules par
les particuliers ont également connu une
hausse en termes de nombre et de valeur.
Elles sont passées de 19.478 unités en
2010 à 24.192 véhicules, soit une hausse de
24,20%.
BUREAU DE TIZI-OUZOU : Cité GENICIDER 600 Logts Bt 7 n°12 Nouvelle ville — Tél. : 026 21.28.28 —
PUBLICITE : S'adresser à HORIZONS 20, rue de la Liberté Alger Tél : 021 - 73.59.69 ou à : l’Agence Nationale
d’Edition et de Publicité “ANEP” ALGER : 1, avenue Pasteur — Tél. 021 - 73.76.78 73.71.28 — Fax : 021- 73.95.59
IMPRESSION : Centre : S.I.A. — Est : S.I.E. — Ouest : S.I.O. — Sud : S.I.A. Unité Ouargla Fax : 029.76.38.82
DIFFUSION - HORIZONS — Tél : 021- 73.59.69 — MPS : Oran : 041 53 81 19 - 07 71 98 39 04
SODIPRESSE Est : Constantine : 031 68 39 84 - 031 68 38 28— Sarl «T.D.S»
Diffusion «sud» - Tél : 06 61 24 29 10 — 029 71 38 25
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont
pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclatamtion.
NATION
3
HORIZONS • Jeudi 26 Janvier 2012
Propos recueillis par : Mokhtar Kedada
Djamel Benabdeslam,
président du Front de l’Algérie
nouvelle (FAN)
« Dieu merci, notre dossier a été vite traité par le
ministère de l’Intérieur. Cela nous permettra de
participer légalement à la vie politique et
partisane, surtout après notre congrès qui sera
tenu le 11 février. Nous sommes prêts pour les
prochaines législatives mais nous ne sommes pas
contre l’idée de reporter leur date. Cela nous
donnera la chance de bien se préparer et de
vulgariser notre programme afin de convaincre
les électeurs de notre action politique.
L’ouverture des médias lourds est primordiale
pour nous afin de pouvoir présenter notre
programme politique aux Algériens et ceux de la
communauté algérienne a l’étranger».
Djamel Abdeslam attend lui aussi des
subventions de l’Etat pour financer son congrès
comme le prévoit la loi. « L’Etat doit intervenir
pour venir en aide aux nouveaux partis afin
d’éviter qu’ils soient soutenus par l’argent sale
ou qu’ils soient aidés par des pays étrangers »,
estime-t-il.
Mustapha Boudina,
président du Mouvement des
citoyens libres (MCL)
« Nous sommes satisfaits de cette autorisation
qui va nous permettre d’organiser notre congrès
constitutif même si on a attendu 13 années pour
l’obtenir », souligne-t-il avant d’émettre le vœux
de voir la date des législatives annoncées pour
la mi- mai soit reportée. « Il y va de l’intérêt de
l’Algérie qui doit se donner la chance afin
d’éviter l’abstention et permettre aux nouveaux
partis de bien s’organiser. Nous n’avons même
pas les moyens pour organiser notre congrès
prévu entre le 15 et le 20 février. Maintenant,
nous devons attendre que l’Etat nous octroie
cette subvention pour pouvoir participer
convenablement à ces élections, car sans cette
aide, je ne vois pas comment on va entamer
notre campagne électorale ».
Abdelaziz Mansour,
Front pour le changement national
(FCN) dissident du MSP
«Le ministère de l’Intérieur ne nous a pas
accordé l’autorisation pour organiser notre
congrès constitutif mais il ne s’agit que d’une
question administrative. Le ministère nous a
exigé quelques autres documents pour compléter
le dossier et nous l’avons fait. C’est logique.
L’administration a donné des agréments pour
dix partis politiques et nous espérons qu’ont
sera parmi les prochains. Je pense que c’est une
question de jours. Notre congrès est maintenu
pour les 17 et 18 février prochain. Nous sommes
prêts pour les législatives même en formant une
coalition avec tous les Algériens qui partagent
nos points de vue et même avec Aboudjerra
Soltani, à condition qu’il se retire entièrement de
l’Alliance.
DÉBAT AUTOUR DE LA LOI SUR LA WILAYA
Les sénateurs plaident pour
une réelle décentralisation
APRÈS SON ADOPTION LE 18
JANVIER À L’APN, LE TEXTE A ÉTÉ
AU MENU, HIER, DES TRAVAUX
DU CONSEIL DE LA NATION.
I
l a suscité un vif intérêt
auprès des élus. Près d’une
vingtaine de sénateurs ont
pris
la
parole
pour
défendre essentiellement
les prérogatives des élus à
l’assemblée locale. Celle-ci devrait
bénéficier de moyens supplémentaires pour remplir ses missions de
représentation des citoyens. La
majorité a plaidé pour une traduction sur le terrain «d’une réelle et
efficace décentralisation», dira
Rachid Hassas du FLN.
Cette attente sera relayée par un
élu du MSP qui a estimé que « la
plupart des APW ne sont même
pas dotées de véhicules de service
suffisants ». Abdelkader Gaci du
RND note de son côté que « l’élargissement des prérogatives des élus
prévu dans la nouvelle mouture
n’est que formel. Selon lui, « il ne
faut pas que ceux-ci aient seulement la possibilité d’interpeller et
de contrôler les directeurs de l’exécutif mais aussi d’interroger le
wali ». Il a été beaucoup question
de ce dernier tantôt pour regretter
ses pouvoirs étendus et tantôt pour
souligner, comme le fera Lamri
Lakhal, « la nécessité de déterminer
avec exactitude ses missions ».
Le ministre a tenu à répondre
aux députés Ali Brahimi et Hadibi
d’Enahda qui avaient saisi le président du Conseil pour s’élever
contre les pouvoirs jugés exorbitants du wali. Dans ses réponses
aux sénateurs, le ministre de
l’Intérieur et des Collectivités
locales, Daho Ould Kablia a de
nouveau expliqué que l’APW est
appelée à jouer un rôle efficient
dans le développement socio-éco-
Photo : Makine F.
RÉACTION APRÈS
L’AUTORISATION DES PARTIS
À TENIR LEURS CONGRÈS
CONSTITUTIFS
nomique et la gestion du service
public. Il a par ailleurs réitéré « la
volonté des pouvoirs publics de
mettre en place des instances fortes
qui garantiront la consécration
d’une véritable volonté populaire
dans le cadre des assemblées
élues». «Tout ce travail doit se faire
toutefois en conformité avec les dispositions de la Constitution», a-t-il
insisté. Le vote des membres du
Conseil de la nation devrait intervenir lundi prochain.
n R. Hammoudi
n n M. OULD KABLIA L’A AFFIRMÉ HIER
«Le gouvernement ne sera
pas remanié et les élections ne seront
pas reportées»
La déclaration a été faite hier par le ministre de l’Intérieur en marge de la
séance plénière du Conseil de la nation. Le calendrier électoral ne sera
pas par conséquent perturbé et « le président de la République va convoquer le corps électoral dans le délais prévus par la loi », a-t-il ajouté. Daho
Ould Kablia est revenu ensuite sur le communiqué diffusé la veille par
son département ministériel qui rappelait que dix partis étaient autorisés
à tenir leurs congrès constitutifs. « Le FD fondé par Ghozali n’a rien
demandé alors que M. Menasra a été saisi pour s’adapter aux dispositions
de la nouvelle loi », a-t-il affirmé. « Nous continuons de recevoir des dossiers qui seront étudiés au fur et à mesure ». Ainsi, concernant la nonautorisation du Front du changement national (dissident du Mouvement
de la société pour la paix - MSP) à tenir son congrès constitutif, il a précisé
que les services du ministère «n’ont pas rejeté le dossier du fait de l’existence de membres liés à l’ex FIS, mais exigé qu’il soit conforme à la loi».
n R. H.
APRÈS AVIS DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL
L’APN abroge les articles 44 et 66
L’Assemblée populaire nationale (APN) a abrogé les
articles 44 et 66 du projet de loi relatif à la wilaya après
publication de l’avis du Conseil constitutionnel, a
déclaré, hier, le ministre de l’Intérieur et des
Collectivités locales, M. Daho Ould Kablia.
Le ministre qui présentait le projet de loi relatif à la
wilaya en séance plénière devant les membres du
Conseil de la nation a indiqué que «l’APN a abrogé,
après publication de l’avis du Conseil constitutionnel,
l’article 44 qui met fin au mandat de tout membre d’une
Assemblée populaire de wilaya (APW) dont le parti a
fait l’objet d’une dissolution». «L’article 66 portant sur
le retrait de confiance au président de l’APW a également été abrogé, une disposition également retirée du
code communal», a-t-il ajouté.
Par ailleurs, «l’APN a approuvé une nouvelle proposition portant adoption de la question écrite adressée
aux directeurs de secteurs décentralisés ainsi que l’utilisation de la langue nationale lors des débats», a précisé le ministre.
DROITS DE L’HOMME
Atelier à Alger sur la mise en œuvre par l’Algérie
des recommandations de l’examen périodique universel
La Commission nationale consultative pour la promotion et la protection
des droits de l’Homme (CNCPPDH)
organisera, dimanche prochain, à
Alger, un atelier sur la mise en oeuvre
par l’Algérie, des recommandations de
l’Examen périodique universel (EPU),
a annoncé hier la commission dans un
communiqué. A l’approche du second
cycle du mécanisme de l’EPU, pour
lequel l’Algérie est programmée pour
le mois de juin prochain en vue de
présenter son rapport national, un atelier sera organisé, afin d’associer les
parlementaires composants de la
société civile en leur qualité de
«maillons importants» en matière des
droits de l’Homme, a indiqué la
CNCPPDH. Les participants à cette
rencontre auront l’occasion de s’infor-
mer et de développer leurs connaissances au sujet du mécanisme de
l’EPU, des changements dont il a fait
objet, et de débattre également des
recommandations
adressées
à
l’Algérie lors du 1er cycle, a ajouté la
même source.
En plus des parlementaires, plusieurs participants sont attendus à
cette rencontre, dont des représentants
de la société civile et des membres de
la CNCPPDH, ainsi que des experts
nationaux et étrangers en matière des
droits de l’Homme, a-t-on souligné.
L’élaboration du second rapport
national sur les droits de l’Homme est
confiée à une commission interministérielle représentative de l’ensemble
des secteurs impliqués dans ce cadre
dont la CNCPPDH, rappelle-t-on.
4
NATION
HORIZONS • Jeudi 26 Janvier 2012
Mehal assure que c’est
le résultat d’une
«large» concertation
LA NOUVELLE GRILLE DE RÉFÉRENCE DES SALAIRES DES JOURNALISTES ET ASSIMILÉS PERMETTANT
D’ENTREVOIR UNE COHÉRENCE DANS LES SECTEURS DES MÉDIAS PUBLICS, A ÉTÉ «LE RÉSULTAT D’UNE
LARGE CONCERTATION», A INDIQUÉ, HIER À ALGER, LE MINISTRE DE LA COMMUNICATION,
M. NACER MEHAL.
D
«
ès l’installation de la commission
(commission de la grille de référence des salaires), j’ai appelé à un dialogue entre les journalistes, leurs
représentants syndicaux, afin de se
réunir autour d’une table en présence de la tutelle, de représentants de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), du Syndicat national des journalistes (SNJ), ainsi que du ministère du
Travail, de la Sécurité sociale et de l’Emploi», a souligné
le ministre de la Communication dans un entretien à
l’APS. Il a ajouté, dans le même cadre, que le ministère
«avait pris conseil auprès de tout le monde, pour voir
de quelle manière nous allons aborder l’harmonisation
des salaires dans le secteur public, au regard de l’anarchie totale qui caractérise ce volet dans ces établissements et les disparités constatées dans ce domaine entre
les différents établissements».
Pour M. Mehal, le résultat de cette commission «est
l’aboutissement d’un travail de sept mois qui a pris
toute l’année 2011, et qui permet d’entrevoir, enfin, une
certaine cohérence dans le secteur des médias». Il a également précisé, à cette occasion, que cette commission
avait aussi évoqué des considérations autres que celles
se rapportant aux salaires, à savoir, a-t-il énuméré, l’organisation de la carrière des journalistes, la nomenclature des postes ainsi que des dispositions régulant le
passage d’une catégorie à une autre. «Nous avons placé
le mérite et la compétence comme un critère fondamental dans l’évolution de la carrière du journaliste», a-t-il
encore expliqué. Le ministre de la Communication a,
cependant, déploré qu’à l’aboutissement de ce travail, il
y a eu «quelques perturbations» qui sont, a-t-il dit, de
moindre importance. «Je n’ai pas compris ce type de
mouvement, à moins qu’il y ait des manœuvres politiciennes qui viennent contre tout ce qui a été décidé par
consensus dans la commission», a-t-il déclaré en allusion au sit-in organisé, dans la matinée de mardi, dans
EAU POTABLE
L’alimentation à l’ouest
du pays est sécurisée
L’alimentation en eau potable (Aep) des régions
ouest du pays est sécurisée, a assuré hier M.
Messaoud Terra, directeur de l’Aep au ministère
des Ressources en eau qui fait état, néanmoins, de
«problèmes» dans l’approvisionnement des terres
agricoles. «A l’ouest, nous avons le triplex de
Mascara (un système composé de trois barrages)
qui est dans un niveau critique pour l’irrigation.
Mais pour l’eau potable, nous avons sécurisé l’approvisionnement de cette région», a précisé M.
Terra dans une déclaration à la radio nationale.
Affirmant que le département des Ressources en
eau affecte des quotas d’irrigation d’appoint des
terres agricoles à l’est et à l’ouest du pays, M.
Terra a fait savoir qu’en 2011, plus de 500 millions
de m3 d’eaux ont été destinés à l’irrigation.
L’Algérie consomme chaque année entre 1 et 1,2
milliard de m3 d’eau, a-t-il ajouté.
«Nous maîtrisons la répartition de la ressource, et
nous examinons chaque mois la situation des barrages pour essayer de réguler la distribution et la
dotation de la population en eau potable», a-t-il
encore indiqué.A fin décembre 2011, le taux de
remplissage des barrages en exploitation à travers
le territoire national avait atteint 64,58%, avait souligné le ministre des Ressources en eau, M.
Abdelmalek Sellal. Ce taux est «très bon» sachant
que la saison des pluies (février et mars) n’est pas
encore arrivée, a estimé le ministre.
l’enceinte commune de la Radio et de la Télévision. «J’ai
remarqué même que l’Union locale de l’UGTA du
centre d’Alger (Sidi M’hamed) a dénoncé ce mouvement parce qu’il est en fait illégal», a-t-il encore relevé à
ce sujet. C’est ainsi qu’il a qualifié cette protestation de
«mouvement qui n’a pas du tout respecté les jalons du
dialogue social», estimant toutefois que cette protestation «n’a pas affecté le travail habituel dans ces deux
entreprises». Tout en rendant hommage aux membres
de la commission qui avaient fourni un travail «extrêmement extraordinaire», il a expliqué que le projet
devait être déposé au niveau des services du Premier
ministère pour examen, avant l’aval des autorités du
pays, pour l’évaluation des charges importantes qui
seront induites par sa mise en œuvre.
SI ON VEUT RÉHABILITER LA DIGNITÉ
DU JOURNALISTE, NOUS DEVONS TRAVAILLER
TOUS EN COMMUN
S’agissant de la valeur du point indiciaire du projet
de la nouvelle grille de référence des salaires des journalistes et assimilés, le ministre a rappelé que «lors de
la réunion de la commission, lundi passé, le ministère
avait avancé une valeur de 40 DA qui est, a-t-il estimé,
le résultat d’un travail «extraordinaire» obtenu grâce à
des calculs faits au niveau des entreprises. Il s’est interrogé, dans ce cadre, si le traitement proposé n’était pas
honorable, à savoir une grille dans laquelle un journaliste qui commence avec un salaire net de 56.000,00 DA
et qui termine sa carrière avec un salaire net de près de
140.000,00 DA. «Le point indiciaire est évolutif et peut
augmenter dans des négociations futures», a-t-il encore
fait remarquer. Répondant à une doléance formulée collectivement par les représentants des sections syndicales de l’ENTV, l’ENRS et l’APS, lors de la dernière
réunion de la commission, à savoir la réévaluation du
point indiciaire de 40 à 45 DA, le ministre de la
Communication a estimé qu’il est du droit le plus absolu des syndicats de revendiquer, mais l’approbation
Photo : Makine F.
NOUVELLE GRILLE DE RÉFÉRENCE DES SALAIRES
DES JOURNALISTES
d’une telle doléance dépend du Premier ministère. «La
porte n’est pas fermée et tout dépendra de la discussion
avec le Premier ministre et des disponibilités financières», a-t-il soutenu, précisant cependant, que les pouvoirs publics «prennent en considération l’équilibre
budgétaire des entreprises sous tutelle». M. Mehal s’est
toutefois interrogé sur les raisons ayant poussé la section syndicale de la Télévision algérienne à revendiquer
une valeur du point indiciaire à 71 DA. «Nous ne pouvons pas aussi avancer ce type «irréfléchi» de revendications», a-t-il dit, appelant les concernés à être «clairs
et raisonnables». Il a estimé, dans ce cadre, que «le relèvement à l’étape actuelle du salaire tel qu’il a été prévu
est une avancée importante», rappelant, en outre, que la
«deuxième étape des négociations qui va s’ouvrir, dans
dix jours, va concerner les autres corps de métiers du
secteur de la communication».
C’est ainsi qu’il a souligné que la commission a plutôt besoin, à ce stade de son travail, «de réalisme, de
pragmatisme et de sérénité». «Il faudrait qu’on sache
définitivement que si on veut réhabiliter la dignité du
journaliste, nous devons travailler tous en commun
parce qu’il n’y a pas uniquement la question des
salaires qui importe dans ce cas», a-t-il encore estimé,
expliquant, à ce propos, que la réhabilitation de la profession passe par «l’amélioration de la qualité de la formation du journaliste, le respect de l’éthique et des
valeurs liées à ce métier ainsi que la réhabilitation de la
notion de service public dans le secteur de la presse».
Pour M. Mehal, «il existe beaucoup de domaines qui
interpellent les journalistes pour pouvoir organiser
cette profession et la mettre réellement au service du
développement démocratique dans notre pays». Il a
remercié, à cette occasion, l’UGTA pour son aide et le
ministère du Travail pour son «implication dans la commission», assurant que cette démarche «aboutira sur
une convention de branche» qui concernera l’ensemble
des travailleurs du secteur et qui prendra effet du 1er
janvier 2012.
SALON INTERNATIONAL
DES INDUSTRIES PÉTROLIÈRES ET GAZIÈRES
55 exposants étrangers
ont confirmé leur participation
La 4e édition du salon
international des industries pétrolières et gazières,
qui aura lieu du 31 janvier
au
3 février, à Hassi
Messaoud, sera rehaussée
par «une participation
importante de 118 exposants dont 55 étrangers», a
déclaré M. Slimani, directeur à la Safex, hier, dans
une conférence de presse.
Ce rendez-vous, qui
remonte à 2009, organisé
en partenariat avec la
Chambre de commerce
Marseille-Provence
et
Ubifrance ainsi que la
Cambre de commerce et
d’industrie
algérienne
Oasis, s’avère aujourd’hui
incontournable, de par le
nombre de partenaires qui
le fréquentent, à tel point
qu’« une dizaine de socié-
tés n’ont pu avoir de place
», précise encore M.
Slimani qui fait part de «
demandes de participation
qui se poursuivent encore
». C’est dire que pour la
Safex se pose un vrai problème
d’infrastructures
que la société qui dépend
du
ministère
du
Commerce est prête « à
régler par des investissements pour peu que la
tutelle lui donne l’aval et la
soutienne ».Quatre pays
sont là, il s’agit des USAn
du Maroc, de l’Allemagne
et de la France qui compte
le plus grand nombre d’exposants. Mais les responsables de la Safex sont
conscients de la nécessité
d’« un élargissement » de
ce salon qui devra compter
aussi des grands pays
connus dans le domaine de
la maintenance des installations
pétrolières
et
gazières et qui ont un carnet de commandes assez
consistants en Algérie.
C’est le cas du Japon, de la
Corée du Sud, de la Chine.
Car ce type de manifestations ne sont pas de
simples rencontres mais «
des espaces de contacts
très utiles pour de gros
contrats », comme l’a
confirmé la représentante
de la Chambre de commerce de Marseille, pour qui «
l’Algérie compte beaucoup
». Cette année, le salon
promet des nouveautés
puisque l’animation sera
très présente avec des
conférences techniques sur
la sécurité industrielle et
l’environnement. En plus,
un invité de marque sera
lui aussi présent, en l’occurrence l’organisme de
gestion de la nouvelle ville
de Hassi Messaoud. Son
inscription dans l’agenda
des journées du salon
tombe à pic puisque les
responsables de cet établissement (EGNVHM) auront
à faire le point sur ce
mégaprojet de délocalisation de toute la région
pétrolière avec ses enjeux
et « ses grandes retombées
économiques aussi sur
toute la région », observe
le directeur de la Safex. Ce
dernier nous révèle que le
débat est très utile en ce
sens que le salon coïncide
avec « la décision récente
des pouvoirs publics de
relancer ce projet ».
n K. Daghefli
NATION
5
HORIZONS • Jeudi 26 Janvier 2012
HAUSSE DU PRIX DU YAOURT
Une augmentation
et des
interrogations
U
n tour dans plusieurs
commerces d’alimentation générale a permis
de connaître les prix de
vente aux consommateurs des différentes
marques de yaourts. Le produit
Soummam coûte entre 15 et 17 DA alors
que ceux des marques Trèfle et Danone
sont à 20 DA.
Interrogés sur cette augmentation,
certains commerçants indique «qu’elle
est intervenue depuis un certain temps»,
tandis que d’autres affirment qu’elle est
«récente».
Contactés, les producteurs sont injoignables, seul le directeur de collecte de
lait cru du producteur Soummam, M.
Alaouchiche a relevé que l’entreprise n’a
pas augmenté les prix de ses yaourts.
«Les détaillants sont libres de fixer les
prix des produits Soummam», observe-til. Toutefois, il précise que ce produit
fabriqué à base de lait cru subventionné
à 12 DA/litre et donc acheté à 34 DA au
lieu de 46 DA à l’éleveur revient en réalité à 50 DA avec tous les frais. Pour sa
part, le porte-parole de l’Union générale
des commerçant et artisans algériens
(UGCAA), Hadj Tahar Boulenouar, a
indiqué que l’Union avait annoncé une
augmentation des prix des produits
agroalimentaires durant les trois premiers mois de 2012, à hauteur de 20% à
30% et ce, en raison de la dépendance du
marché algérien de l’international à hauteur de 50%. «La majorité des produits
alimentaires sont cotés en bourse, leur
importation a atteint 6 milliards de dollars en 2010, plus de 8 milliards de dollars en 2011 et plus de 10 milliards de
dollars attendus pour 2012», précise M.
Boulenouar.
A cette raison viennent s’ajouter
d’autres motifs : le déficit de la production nationale en la matière avec une
demande supérieure à l’offre, la spéculation et les pratiques manipulatrices de
certains producteurs et importateurs qui
détournent, selon le responsable de
l’UGCAA, une partie de la poudre de lait
acquise auprès de l’Office national interprofessionnel du lait (ONIL) par des
transformateurs pour la fabrication des
produits dérivés du lait. Pour lui, les services de contrôle sont défaillants et n’in-
Photo: Fouad S.
LES YAOURTS CONNAISSENT, DEPUIS HIER, UNE HAUSSE DES PRIX DE 1 DA,
SELON CERTAINS DÉTAILLANTS, EN DÉPIT DE LA SUBVENTION INDIRECTE DE
L’ÉTAT AU LAIT CRU COLLECTÉ AUPRÈS DES ÉLEVEURS ALGÉRIENS POUR
ENCOURAGER LA PRODUCTION LOCALE. CETTE AUGMENTATION SEMBLE
ÉCHAPPER AUX PRODUCTEURS DE CES PRODUITS DÉRIVÉS DU LAIT.
terviennent qu’au niveau des vendeurs
détaillants au lieu de remonter à la source, soit les producteurs. En outre, la filière lait n’est pas organisée, ce qui rend
caduque toute tentative de traçabilité.
DE LA POUDRE DE LAIT DÉTOURNÉE
«Par ailleurs, certains producteurs
mélangent le lait cru à la poudre de lait
tout en bénéficiant de la subvention de
12 DA par litre de lait cru. Ils se font ainsi
une double marge bénéficiaire», signale
M. Boulenouar. Chose confirmée par certains éleveurs qui dénoncent les pratiques de leurs confrères.
«L’Etat doit revoir sa politique de subvention qui doit aller plutôt vers le
consommateur (nécessiteux) au lieu du
producteur, car elle ouvre la voie à la
fraude», estime le responsable de
l’UGCAA. Une situation que reconnaît à
demi-mot le DG de l’ONIL, Fethi Messar
tout en minimisant sa portée. «L’ONIL
contrôle ses clients grâce à un logiciel et
des visites inopinées au niveau des laiteries, mais cela n’empêche pas le détournement de la matière première», dit-il.
S’agissant des prix de la poudre de lait, il
indique que l’Office importe plusieurs
catégories : la poudre avec 26% de
matières grasses pour le lait entier au
prix de 4 000 à 4 700 dollars la tonne, la
poudre écrémée entre 3 200 et 3 700 dollars et la MGLA entre 4 500 et 5 000 dollars la tonne.
Les deux catégories de poudre pour le
lait entier et la poudre de lait écrémé sont
utilisées à la fabrication des yaourts.
L’ONIL approvisionne 144 laiteries, à
travers le territoire national dont 99 privées et 15 publiques pour des besoins
nationaux de 1,4 milliard de litres par an
couverts, selon lui, à 100%. Le stock de
sécurité peut assurer l’approvisionnement jusqu’après le mois de Ramadhan
2012.
n Fella Midjek
IMPORTATION DE PRODUITS
PYROTECHNIQUES
Le dispositif d’approvisionnement
en produits pharmaceutiques au menu
Le CNRC ne délivre pas
de registre de commerce
pour cette activité
Le docteur Djamel
Ould Abbès, ministre de la
Santé, de la Population et
de la Réforme hospitalière, a présidé, hier aprèsmidi au siège de son
département ministériel,
une réunion de travail
regroupant les Directeurs
de la santé et de la population (DSP) de l’ensemble
des wilayas du pays.
Parmi les nombreux
points abordés lors de
cette rencontre, le dossier
relatif aux nouvelles procédures de gestion et d’approvisionnement des établissements publics de la
santé en produits pharmaceutiques,
y
compris
vacins et produits contraceptifs, a constitué l’axe
central des débats. En
effet, cette rencontre a été
l’occasion de notifier et
d’expliquer aux DSP l’instrcution ministérielle relative à la mise en œuvre
des nouvelles procédures
induites par les mesures
retenues par le récent
Conseil
interministériel
consacré au dossier du
médicament. Ainsi, adossé
à une nomenclature spéci-
fique à chaque établissement en fonction de ses
besoins réels générés par
ses missions et les spécialités dispensées, le nouveau dispositif permettra
aux établissements publics
de santé de contracter,
dans la limite de 50% de
leur dotation budgétaire
globale pour les titres 4 et
5, des marchés selon la
formule du gré à gré
simple avec la Pharmacie
centrale des hôpitaux
(PCH, EPIC sous tutelle
du ministère de la Santé)
et avec l’Institut Pasteur
d’Algérie (IPA, EPIC sous
tutelle du ministère de la
Santé) et selon la formule
de l’appel d’offres pour le
reste de leurs fournisseurs.
Les 5% restants de la
dotation globale des établissements publics de
santé pour les titres 4 et 5
seront gérés de manière
centralisée sous forme
d’un achat groupé auprès
de la PCH et de l’IPA au
profit de l’ensemble des
établissements publics de
santé et ce, selon les procédures réglementaires en
vigueur. Dans son intervention, le ministre a
insisté sur le fait que ces
nouvelles
procédures
«vont non seulemenmt
assurer une disponibilité
totale et durable de l’ensemble des produits pharmaceutiques mais généreront d’importantes économies d’échelle du fait de
l’achat
groupé».
Le
Docteur Ould Abbès a mis
aussi en exergue le fait
que ces procédures «introduiront des normes plus
précises en matière de
maîtrise des besoins de
chaque
établissement,
voire de chaque service».
Le ministre a aussi précisé que la promulgation
récente du nouveau décret
élargissant les missions de
la PCH va au-delà de ce
nouveau dispositif, dont
la finalité est d’assurer un
approvisionnement
durable, régulier et au
meilleur coût des établissements publics de santé,
en donnant à PCH les
moyens d’assurer cette
même disponiblité au
niveau des officines pharmaceutiques.
Les activités liées à l’importation
des produits pyrotechniques ne sont
pas répertoriées dans la nomenclature des activités économiques soumises à inscription au registre du
commerce, indique hier le Centre
national du registre du commerce
dans un communiqué.
«Les activités liées à l’importation
pour la revente en l’état, le commerce de gros ainsi que le commerce de
détail des produits pyrotechniques
ne sont pas répertoriées dans la
nomenclature des activités économiques (NAE) soumises à inscription au registre de commerce», lit-on
dans le communiqué. Le Centre précise, en outre, qu’il «ne délivre en
aucun cas des registres de commerce
pour l’exercice de ces activités prohibées pour des préoccupations et des
conditions particulières liées à
l’ordre public, à la sécurité des biens
et des personnes ainsi qu’à la préservation de la santé publique et de
l’environnement et à la protection de
l’économie nationale. Les services
des Douanes algériennes du port
d’Alger avaient saisi, récemment, 8
conteneurs de produits pyrotechniques, provenant de Chine, rappelle-t-on. Les produits pyrotechniques
qui entrent en Algérie sont générale-
Ph: Slimene SA.
OULD ABBÈS RENCONTRE
LES DIRECTEURS DE WILAYA
ment dissimulés dans des conteneurs de marchandises, objets de
fausses déclarations.
L’intérêt grandissant pour ce créneau de fraude, florissant à l’occasion de chaque Mawlid En Nabaoui,
est motivé par les gains énormes que
procure cette activité. Pour un conteneur de pétards d’une valeur de 2
millions de DA, les profits réalisés
peuvent atteindre les 28 millions de
DA, selon des estimations avancées
par les services des Douanes.
Durant le premier semestre 2011,
les services des Douanes ont procédé à la destruction de plus de 78 millions d’unités pyrotechniques qui
varient du simple pétard jusqu’au
fusil de divertissement pouvant
occasionner de sérieux dégâts.
NATION
7
HORIZONS • Jeudi 26 Janvier 2012
Le ministre de la santé, de la population et de
la reforme hospitalière, M. Djamel Ould Abbès
s’est engagé mercredi à Alger à doter
l’Etablissement hospitalier spécialisé (EHS) en
neurologie «Ait Idir», d’un scanner «128 barrettes». Lors d’une visite d’inspection effectuée
dans cet établissement, M. Ould Abbès a dit
qu’il veillerait «personnellement» à l’acquisition de ce type d’appareil qui assure des examens approfondis aux patients de cette spécialité. Concernant le problème posé par les responsables de l’ EHS relatif à l’acquisition de
certains médicaments très onéreux dont deux
coûtent 12 % du budget de l’établissement, le
ministre s’est engagé à les acheter dans le
cadre de l’enveloppe allouée par le ministère
de tutelle en vue de faire face à la pénurie des
médicaments. Il a, en outre, affirmé le souci du
ministère d’»éradiquer, à tout prix, le problème
de pénurie». M. Ould Abbès s’est enquis lors
de sa visite du fonctionnement des différents
services de l’ESH, tout en prenant connaissance des préoccupations des médecins et des
patients. Le directeur de l’EHS «Ait Idir», M.
Yacine Khaldi a présenté un exposé sur la gestion de cet établissement. En 2011, 1126
patients ont et pris en charge au niveau du service de neurochirurgie et 373 au niveau du service de neurologie, outre 10.185 examens médicaux effectués au niveau des deux services et
3157 consultations au niveau des urgences.
Parmi les préoccupations posées par les professeurs de cet EHS, il y a lieu de citer le transfert
à l’étranger des patients pour une chirurgie
musculaire en raison du manque de moyens
dans ce domaine, outre une longue liste d’attente.
RENCONTRE DIRECTION
D’AIR ALGÉRIE-PNC
Vers l’annulation du
mot d’ordre de grève
Le syndicat du personnel navigant commercial
(PNC) représentant les chefs de cabine, stewards
et hôtesses de l’air renoncera, fort probablement, à
sa démarche de grève illimitée prévue pour le 31
janvier prochain. C’est du moins la tendance des
pourparlers entamés, hier, entre le syndicat et la
direction de la compagnie Air Algérie, autour des
revendications du PNC, affirme un membre du
syndicat.« Nous avons entamé ce matin la finalisation du document portant sur l’accord conclu l’été
dernier avec la direction et les choses commencent
à s’éclaircir même s’il y a quelques divergences
autour de certains points. La réunion n’est pas
encore terminée et se poursuivra encore cet aprèsmidi », a indiqué le syndicaliste. « On espère, bien
sûr, parvenir à un terrain d’entente, et, si ça sera le
cas, le préavis de grève déposé sera retiré », précise-t-il. Le service de communication de la compagnie nationale s’est abstenu de toute
déclaration arguant que « pour le moment, nous
n’avons rien reçu d’officiel au sujet de cette rencontre ».
La direction générale avait invité le syndicat du
PNC à une rencontre pour débattre des revendications après que ce dernier a brandi la menace de
grève. Et pour cause, il a relevé des lenteurs dans
la mise en application des engagements pris à leur
égard. Toutefois, le secrétaire général de la compagnie, Abderrahmane Halimi a affirmé, à la veille
de la rencontre, que la direction reste déterminée à
respecter ses engagements vis-à-vis de son personnel. « Nous réaffirmons que nos engagements
visant la prise en charge des revendications de
notre personnel commercial navigant ainsi que
l’ensemble des travailleurs sont respectés et seront
bel et bien concrétisés ».Notons qu’au moment où
nous mettons sous presse, la réunion entre les
deux parties se poursuit
n M. K.
Les hospitalouniversitaires gèlent
la protestation
LA GRÈVE CYCLIQUE DE DEUX
JOURS QUE DEVAIENT
ENCLENCHER, À PARTIR D’HIER, LE
SYNDICAT NATIONAL DES
ENSEIGNANTS CHERCHEURS
HOSPITALO-UNIVERSITAIRES
(SNECHU) N’A PAS EU LIEU.
E
lle a été gelée la veille au
terme d’une réunion
ayant regroupé les délégués des protestataires
ayant appelé à ce
débrayage
et
les
ministres de la Santé et de
l’Enseignement supérieur. Selon le
secrétaire général du SNECHU, le Pr
Rédha Djidjik, les deux ministres se
sont engagés à régler les problèmes
soulevés par la corporation, dans un
délai ne dépassant pas les 15 jours.
En cas de manquement à ces engagements, le syndicat reconduirait le
mouvement de protestation. Il est,
donc, convenu l’augmentation de
20% de la prime d’amélioration des
prestations de soins avec effet rétroactif, à partir de 2008.
Les autres primes transversales
sont à l’étude avec les professionnels
du secteur de la santé. Autre revendication satisfaite, celle des chefferies
de services par intérim et la régularisation de toutes les chefferies d’unité. Le consensus, auquel sont parvenues les trois parties, porte également sur la mise en place de nou-
veaux mécanismes, afin de régler
définitivement le problème des
pénuries cycliques de médicaments
et de consommables. Les protestataires, ont réclamé lors de leur
débrayage cyclique, la création d’une
commission d’enquête indépendante
sur la pénurie de médicaments. Une
situation mettant en danger de mort
les patients.
Pour sa part, le département de
l’enseignement supérieur et de la
recherche scientifique, s’est engagé à
déployer tous les efforts pour améliorer les conditions de travail et la
réfection des amphithéâtres. Il est
même prévu l’attribution des
moyens pédagogiques au sein des
CHU. Les enseignants hospitalo-universitaires disposeront d’un code
d’accès individuel aux revues électroniques. De l’avis des protestataires, il est impératif d’accorder au
médecin ce dont il a besoin pour
mener à bien la noble mission pour
laquelle il a été formé et de mettre un
terme à l’attitude méprisante que
leur affiche la tutelle. «La tutelle doit
comprendre, qu’on ne peut pas faire
de médecine sans médecin», estiment-ils.
n Safia D.
CONSEIL DE L’ORDRE DES ARCHITECTES
Une marche nationale prévue
Ph: M.F.
M. Ould Abbès
s’engage à doter
l’EHS «Ait Idir»
d’un scanner
128 barrettes
SUITE À LA RÉUNION AVEC LES MINISTRES
DE LA SANTÉ ET DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR
Ph:oto Makine F.
SANTÉ
Les architectes passent
à l’acte. Ils comptent organiser dimanche prochain
une marche nationale.
C’est ce qu’a annoncé,
hier, le président du
Conseil national de l’ordre
des architectes (CNOA),
Athmane Touileb lors
d’une conférence de presse à Alger.
« Cette manifestation
qui se veut pacifique
s’ébranlera du siège du
CNOA de la rue Didouche
Mourad vers le palais du
gouvernement.
Notre
objectif est de soumettre
au Premier ministère une
plateforme de revendica-
tions », précisent M.
Touileb. Les architectes
exigent le respect du
décret législatif n°94/07
portant conditions de la
production architecturale
et de l’exercice de la profession.
Ils demandent la révision du cahier des charges
« élaboré d’une manière
unilatérale par le ministère de l’Habitat ». Les
contestataires dénoncent,
également, leur exclusion
de la commande publique.
Enfin, ils estiment que le
recours à l’expertise étrangère doit s’opérer dans un
cadre de respect des lois,
« ce qui n’est pas le cas
aujourd’hui ». Précision :
« nous ne sommes nullement contre ces bureaux.
Nous avons besoins de
leur expertise. Seulement,
il faut que ces derniers
soient soumis aux procédures légales et doivent
avoir l’aval du Conseil de
l’ordre pour pouvoir travailler en Algérie »,
indique le conférencier. Le
Conseil a-t-il déposé une
demande d’autorisation
pour l’organisation de
cette marche auprès du
service de la réglementation de la wilaya ? La
réponse est affirmative.
Selon son président, une
demande dans ce sens a
été déposée dimanche
dernier. Note : les marches
sont interdites dans la
capitale depuis juin 2001.
Réponse de M. Touileb :
«nous n’avons rien reçu
de la part de l’administration, il n’en reste pas
moins qu’il est trop tôt
pour en parler ». Il faut
dire qu’avant de prendre
cette décision, le Conseil a
eu à saisir à maintes
reprises le ministère de la
l’Habitat.
« Toutes nos tentatives
sont restées lettre morte »,
a-t-il regretté. Sur les
12.000 architectes, seuls
5%
travaillent d’une
manière régulière, selon le
président du CNOA. C’est
pourquoi, les architectes
ont souligné qu’il est
temps de « placer l’Ordre
des architectes auprès du
président
de
la
République ou auprès du
Premier ministère ».
n Amokrane H.
CLÔTURE DU COLLOQUE
DE SIDI BEL-ABBÈS
MESURES POUR
PROTÉGER LE SECTEUR
ÉLECTRONIQUE
REGIONS
9
Une série de recommandations a clôturé le Colloque national sur la promotion du secteur
électronique à Sidi Bel Abbès, parmi lesquelles, la mise en place des mesures de protection (tarifs
douaniers) ainsi que la création d’une synergie de sous-traitance groupée entre les entreprises
algériennes. Les intervenants ont également insisté sur l’accélération de la mise en place de
laboratoires de contrôle dans le domaine. Les participants ont évoqué la question de la stratégie
industrielle, tout en mettant l’accent sur le développement de la coopération entre l’entreprise et les
laboratoires de recherche à travers les universités algériennes. Les séminaristes appellent
également à la création d’un comité ad hoc qui se chargera d’élaborer les termes de référence,
pour engager les études sur la configuration du pôle technologique et industriel dédié à
l’électronique. Cette rencontre, à laquelle ont pris part des représentants du ministère de l’Industrie,
les directeurs des PME/PMI, a également traité les mutations économiques que connaît
actuellement notre pays, l’émergence de nouveaux métiers, notamment dans le domaine de
l’électronique qui interpelle le secteur de la formation et de l’enseignement professionnel à
participer à l’amélioration des performances de l’entreprise à travers l’adaptation permanente des
qualifications aux besoins du secteur productif. En marge de ce symposium, plusieurs conventions
de partenariat ont été signées entre l’Enie et l’université, l’Enie et la Direction de la formation
professionnelle, et l’Enie et l’Emps relevant du secteur des TP.
n Mohamed Medjahdi
HORIZONS • Jeudi 26 Janvier 2012
SOUS LE SLOGAN «ENSEMBLE POUR VAINCRE LE FLÉAU»
t
PAR MONTS
ET PAR VAUX
TLEMCEN
LA PROTECTION CIVILE
EN CAMPAGNE
t
MILA
CINQ NOUVEAUX LYCÉES POUR
LA PROCHAINE RENTRÉE SCOLAIRE
Cinq nouveaux
lycées viendront
renforcer, dès la
rentrée scolaire
2012-2013, le secteur de l’Education
nationale dans la
wilaya de Mila,
selon le directeur
du secteur.
Ces nouvelles
infrastructures
d’enseignement secondaire sont en phase
d’achèvement dans les communes de
Ferdjioua, de Rouached, de TessalaLamtaï, de Hmala et de Djebel Aougab
(commune d’Oued Athmania), a précisé
M. Amar Benflis. Les travaux de réalisation de ces nouveaux lycées avancent sur
un «rythme accéléré», a affirmé le même
responsable, précisant que les efforts sont
actuellement concentrés sur la réception
de ces projets dans les délais contractuels,
soit avant le début de la prochaine rentrée
scolaire. Le secteur de l’Education nationale doit être doté, d’ici au mois de septembre prochain, de 5.000 nouvelles
places pédagogiques destinées à améliorer
les conditions de scolarisation des élèves
dont le nombre est appelé à augmenter en
raison du passage vers le cycle secondaire
de deux groupes scolaires du palier
moyen, a souligné M. Benflis.
n APS
TIPASA S’ATTAQUE
AU MONDE DE LA DROGUE
L
a synergie qui en résulte
s’est traduite, au grand
bonheur des citoyens, par
l’organisation de portes
ouvertes de deux jours
dans la salle omnisports
de la wilaya, dont la clôture est intervenue hier. C’est, en effet, sur l’initiative
de la Direction de la Sûreté de wilaya
que cette louable action a pu voir le
jour. Placée sous le thème de Journées
de sensibilisation contre le fléau de la
drogue dans le milieu juvénile, la manifestation en question a comporté, en
plus des stands ouverts pour la circonstance, un programme riche en activités.
Outre les projections traitant le sujet,
des conférences y ont été tenues. Cellesci ont été animées par des représentants
de la police, de la gendarmerie nationale ainsi que de l’imam de la mosquée de
Tipasa, notamment.
Avec un langage simple, accessible
aux jeunes, les conférenciers, chacun en
dans son domaine, ont décortiqué sans
tabous, et mis en exergue ce fléau et ses
dangers, ainsi que son impact nuisible à
la fois sur le toxicomane et la société, le
tout devant une assistance attentive.
Afin de secouer les jeunes sur le danger
de la drogue, les organisateurs ont collé
des photos chocs, illustrant notamment
de jeunes toxicomanes morts après une
overdose. Aussi, des projections vidéo
ont été diffusées sur le même thème.
Parmi les stands érigés, celui du laboratoire de la police attire vraiment l’attention. En son sein, des plantes de coca de
l’opium ainsi que des échantillons de
drogues dures et de psychtropes y ont
POUR LA PREMIÈRE FOIS À TIPASA,
L’ENSEMBLE DES DIRECTIONS,
SERVICES ET ASSOCIATIONS DE LA
WILAYA IMPLIQUÉS DE PRÈS OU DE
LOIN DANS LA LUTTE CONTRE LA
DROGUE ONT FAIT FRONT UNI POUR
SENSIBILISER LA JEUNESSE LOCALE
SUR LES DANGERS DE LA
TOXICOMANIE.
été exposés. L’exposition de ces produits prohibés a eu, si l’on peut dire,
l’effet escompté, puisque nombreux
sont les visiteurs qui s’y sont intéressés.
Toujours avec un langage accessible, les
policiers tenant le stand en question
n’ont pas raté l’occasion d’expliquer
dans le détail les dangers que ces
drogues peuvent provoquer.
Dans un autre stand, celui tenu par le
Centre intermédiaire de soins contre la
toxicomanie de Fouka, structure ouverte en février dernier, les statistiques qui
y sont exposées sont pour le moins
encourageantes. Et pour cause, 70% des
106 toxicomanes ayant effectué un
séjour en son sein ont arrêté la consommation de la drogue.
Pour que cet événement soit une
véritable réussite, il aura fallu la conjugaison des efforts de tout le monde, à
savoir ceux des directions de la Santé,
de l’Action sociale, de l’Education, de la
Formation professionnelle, des Affaires
religieuses, de la Jeunesse et des Sports
ainsi que ceux de la police, de la gendarmerie, du mouvement associatif
local et enfin le Centre de soins contre la
toxicomanie de Fouka. «Je souhaite
vivement que ce genre d’initiative
devienne une tradition dans notre
wilaya», espère un père de famille de
Tipasa.
n Amirouche Lebbal
“
“
Le bilan de l’activité des services de la
Protection civile à travers la wilaya,
durant l’année 2011, fait état de 13.408
interventions. Parmi elles figurent des
interventions dans le cadre de la lutte
contre les incendies où la forêt a perdu
quelque 600 ha dont plus de 20 ha de
champs céréaliers.
Pour les accidents de la circulation, la
Protection civile a enregistré 802 interventions faisant état du décès de 77 personnes et plus de 7.350 blessés.
Concernant le suicide, les mêmes services
relèvent 13 cas par pendaison, 6 morts
par asphyxie, ainsi que 1.290 interventions au niveau des plages avec 4 noyés.
Il est à noter que dans le cadre de la prévention contre les accidents domestiques
dus au gaz ou à l’électricité, la Direction
de la Protection civile de la wilaya de
Tlemcen entame depuis quelques
semaines, une campagne de prévention et
d’information. «Informations et conseils
pratiques pour utiliser le gaz naturel», est
le thème central de cette rencontre qui
cible les établissements scolaires.
Les responsables de la Protection civile,
en collaboration avec des agents de la
Sonelgaz, évoqueront durant cette campagne le volet des équipements qui
nécessitent désormais une installation de
qualité, compatible avec les caractéristiques de la construction et un entretien
régulier des dispositifs de sécurité.
n Mohamed Medjahdi
Les policiers tenant le stand
en question n’ont pas raté
l’occasion
d’expliquer dans le détail les
dangers que ces drogues
peuvent provoquer
SOCIÉTÉ
11
HORIZONS • Jeudi 26 Janvier 2012
VENTE DE PRODUITS ALIMENTAIRES SANS EMBALLAGE
Quel impact sur la santé ?
L
a vente des produits alimentaires au marché noir, de surcroît sans emballage, est un
véritable désastre pour la
santé du consommateur et
menace la stabilité de l’économie. Il s’agit notamment de la pâtisserie, la
viennoiserie et autres confiseries qui sont
proposées à l’air libre. «J’ai une famille à
nourrir et je n’ai pas un boulot stable, alors
je me débrouille comme je peux. Je vends,
parfois, des produits alimentaires, des
vêtements, des chaussures… Tout dépend
du marché», raconte un vendeur ambulant
à la place des Martyrs à Alger. Ahmed
renchérit de son côté : «Je suis issu d’une
famille nombreuse. Mon père ne travaille
pas. Je dois me débrouiller pour aider mes
frères, eux aussi vendeurs ambulants».
Pour la marchandise, poursuit-il, «cela
dépend des saisons. A titre d’exemple,
pendant le mois de ramadan, la pâtisserie
et les gâteaux traditionnels sont très prisés. Nous nous convertissons, alors, tous
en pâtissiers».
«Pour le porte-monnaie du consommateur, déjà fragilisé et qui doit en plus subir
les effets de l’inflation (4,27% fin 2011 pour
les biens alimentaires), ces marchés sont,
souvent, un véritable refuge». «Les
couches moyennes se retournent forcément vers ces marchés. Au lieu de se procurer des produits alimentaires dans les
superettes ou autres échoppes, les familles
à bas salaires se rabattent sur ces étals qui
proposent des prix attractifs», explique M.
Ramdane, spécialiste en économie agroalimentaire.
Un petit tour dans les marchés d’Alger
confirme les dires de M. Ramdane. Fatima
atteste que les prix proposés par ces vendeurs sont beaucoup plus abordables. «Je
ne peux acheter de la pâtisserie, par
exemple, chez un pâtissier. Une génoise
est cédée à pas moins de 500 DA. Ici, je
peux en acheter à seulement 250 DA», soutient, pour sa part, Fadhila qui achète au
passage une barre de nougat sans emballage pour son fils. Pour autant, elles ne
Photos : Mahdi I.
LE MARCHÉ INFORMEL N’OBÉIT À
AUCUNE LOGIQUE. SAUF LA SIENNE,
QUI VOUDRAIT QUE LES VENDEURS,
INSTALLÉS AU NIVEAU DES RUELLES
DANS LE VIEIL ALGER ET AILLEURS, EN
FIXENT LES LOIS ET LES PRIX, AU
GRAND DAM DU CONSOMMATEUR.
sont pas les seules à se procurer des biens
alimentaires sans emballage dans ces étals
de fortune. Le phénomène n’est pas caractéristique à la seule ville d’Alger. A Oran,
Annaba, tout comme à Blida, Chlef ou
encore Médéa ou Adrar, la vente de produits alimentaires sans emballage est
devenue en « vogue ».
Pour M. Mahfoud Herzelli, président
de l’Union nationale de la protection du
consommateur, «c’est de la pure arnaque».
«En Algérie, le client n’a pas une culture
de consommation. Il est le plus souvent
attiré par le prix du produit que par sa
qualité», déclare-t-il. Il explique que «le
consommateur ne jette même pas un coup
d’œil sur les étiquettes des produits. La
vente des produits non étiquetés est illégale. La réglementation oblige le fabricant à
mettre des étiquettes sur les produits.
Mais nos consommateurs ne prennent pas
ces mesures en considération». Il a, dans
ce sens, expliqué que les associations de
protection du consommateur en collaboration avec le ministère du Commerce ont
mis sur pied des programmes de sensibilisation au profit des consommateurs,
notamment des caravanes qui sillonneront
l’ensemble du territoire national.
LES CAS DE TOXICITÉ SONT
DE PLUS EN PLUS FRÉQUENTS
Les associations de protection du
consommateur et le ministère du
Commerce ont aussi élaboré un portail sur
Internet «onso-algerie.net» qui vise «à
orienter et à informer le consommateur
sur ses droits, à le sensibiliser sur son rôle
dans une économie ouverte et à renforcer
le dialogue existant entre consommateurs,
entreprises et autorités publiques», peuton lire sur la page d’accueil du site.
Concernant le volet sanitaire, le Pr
Abdelouahab Bengounia, spécialiste en
médecine préventive au CHU Mustapha
Pacha, dira que la vente des produits alimentaires, avec ou sans emballage, au
marché noir a un réel impact sur la santé
humaine.
«D’ailleurs, les cas de toxicité et d’infections alimentaires sont de plus en plus
fréquents ces derniers temps», a-t-il affirmé, citant au passage des cas d’intoxication après une consommation de produits
laitiers périmés. Le docteur Nadia O.
abonde dans le même sens et précise que
ce type d’aliments se détériore plus facilement que les produits emballés. «Les
pâtisseries sont faites essentiellement, de
crème et de sirop, deux composants, dont
la détérioration est très rapide. Ajouter à
cela les conditions de vente et de conservation, le produit devient un véritable poison pour le consommateur», a-t-elle
expliqué.
Le ministère du Commerce, après établissement de son bilan pour l’année 2011,
a aussi annoncé de nouvelles mesures
visant une meilleure protection du
consommateur, en plus des instructions,
des lois, des réductions de taxes et du renforcement des équipes de contrôle. Pour
plus d’informations, la cellule d’information du ministère était injoignable.
n
Rym Boukhalfa
TOMBOLA AU MÉTRO D’ALGER
ne S.A.
Photo : Slime
Pour la promotion de la vente
des abonnements
Dans le cadre de sa politique de
vente, l’exploitant du métro d’Alger
RATP El Djazaïr, organise, du 22 janvier au 5 février 2012, des animations commerciales au sein même
des stations. Ce sont les stations de
la Grande-Poste et celle des Fusillés
qui inaugureront le bal du 22 au 29
janvier. Elles seront suivies par la
station du 1er-Mai et celle de Hai ElBadr du 30 janvier au 5 février.
Objectif : promouvoir les abonnements mis à la disposition des
voyageurs depuis le 13 novembre
dernier. Il s’agit de l’abonnement
hebdomadaire (540 DA) valable
pendant 7 jours consécutifs à partir de sa première utilisation, avec
un nombre illimité de voyages. De
l’abonnement mensuel (1820 DA)
valable pendant 30 jours consécu-
tifs, à partir de sa première utilisation,
avec un nombre illimité de voyages.Cette
animation commerciale qui se veut conviviale et de proximité, fait ressortir les
abonnés à tous les coups gagnants, et ce
pour les avantages tels que la rapidité,
modernité, durée de vie de la carte...
Pour cette première opération du genre,
une tombola est également motrice de
cette animation commerciale, avec un tirage au sort sur les dossiers déposés durant
cette période d’animation, avec à la clé, un
mois complet d’abonnement gratuit aux 4
gagnants (un gagnant pour chacune des 4
stations concernées). Pour rappel, le voyageur doit déposer un dossier aux guichets
d’une des quatre stations citées. Le dossier
doit contenir une photo d’identité, une
copie de la pièce d’identité légalisée valide
et remplir un formulaire remis à la station.
n Rabea F.
SACS À PAIN
EN PAPIER
L’opération
relancée
au courant
2012
L’opération d’approvisionnement des boulangers en sacs à
pain alimentaire, «Ecobag»,
tarde à voir le jour. Lancée en
août 2011, cette action a accusé
un retard considérable. Selon El
Hadj Tahar Boulanouar, porteparole de l’Union générale des
commerçants et artisans algériens (UGCAA), la convention
signée entre les deux partenaires, à savoir l’entreprise
Ahagar et l’UGCAA n’a pas été
appliquée. Les raisons ? Le
même responsable a précisé
que la première cause est le
manque de papier destiné à la
fabrication des sacs en question. «L’entreprise n’a pas pu
assurer la fabrication du
nombre de sacs demandé», a-til précisé. D’autant, a-t-il ajouté,
que les deux partenaires n’ont
pas tenu une seconde réunion
pour le suivi et l’application de
cette opération. Il a certifié que
jusqu’à présent, les boulangers
n’ont rien reçu et ils continuent
d’empaqueter le pain dans des
sacs alimentaires blancs en
plastique dont la substance est
nocive pour la santé des
consommateurs, particulièrement quand le pain est chaud.
Pour rappel, sur les 14 000 boulangeries opérationnelles à
l’échelle nationale, un quart
seulement a eu recours aux sacs
Ecobag. «Certaines boulangeries l’utilisent, occasionnellement, juste pour échapper aux
contrôleurs vu que la quantité
qui leur a été distribuée reste
insuffisante pour répondre aux
besoins des consommateurs», a
révélé M. Boulanouar. Pour sa
part, M. Hamid Guettaf, président de l’entreprise Ahagar, a
écarté le manque de papier et le
non-suivi de l’opération. Selon
lui, celle-ci a connu un «relâchement» parce que son entreprise et l’annonceur, Hammoud
Boualem, ont atteint le seuil de
fin de budget en 2011.
«L’opération vient d’être relancée avec un autre annonceur
Alliance Assurance en ce début
2012», soutient le même responsable. «Un réseau de distribution a été installée récemment à
l’échelle nationale pour faciliter
la dotation des boulangeries», a
ajouté M. Guettaf. Au total,
dira-t-il, 400 000 paquets
Ecobag ont été distribués
depuis le lancement de l’opération au niveau de quelque 250
boulangeries d’Alger, Blida,
Boufarik et Oran. Un chiffre qui
n’est pas tout à fait reconnu par
M. Kalafat, président de
l’Union Nationale des
Boulangers (UNB). Selon le
même responsable, 1500 boulangeries fonctionnelles à Alger
ont, soi-disant, été dotées de ces
sacs. «Rien n’a été signalé jusqu’à présent d’autant que ces
boulangeries n’ont pas encore
utilisé les sacs en papier», dirat-il. Pour rappel, un total de
2500 sachets écobag devait être
distribués dans un premier
temps avant de généraliser progressivement l’opération, à travers le pays et à titre gratuit.
n Rym Harhoura
S
E
M
M
B EAUTÉ
E
F
12
S
Page réalisée par Leïla N.
DÉMAQUILLAGE
NS S
A
D CA
S
E
É
ANT
ELL S DES
U
ÉQ TIER
S
,
S
DE EUX les fembmleeds e
:
C E D ité chezesponsavie denst
V
A S D mortal vent ralité detes étaire.
o
u
e
en
ou
È
PRière causeestdaufsfesictsenst plaluqs ftrédqeula emlléems, 51u %ne
m l'AVC qui a es le bre e séqu ltés o e la
Pre
ell uili
ec
sd s
icu
les
uel s séqu e l'éq nes av e diff et prè our le e
q
é
d
s . Le es d son
l
s
up ètre tés p tte
l
r
ts
ien troub les pe eauco 00 m ifficul la toile ébral
t
a
p les mi
cér nt,
e,
ir b er 5 s d
Par t avo arch nt de dienn ulaire réque lii
n
m
o
f
t
c
e
et
orta s
uo vas
%)
oir
lar
déc pouv (45,3 a vie qident gravee de mhez le .
pas oitié s de l L'acc ment caus ière c mmes
e
m ité
.
e em
fe
v
r
ent vén èm
acti souv t un é troisi et la p
s
a
s
l
s
plu C) e ente
me
(AVeprés s hom
r
le
qui chez
té
A la fin de la journée, il est très important de
se démaquiller, alors si vous n'avez pas ou
plus de démaquillant, sachez qu'une noix de
beurre peut faire l'affaire. Cette technique
simple consiste à s'étaler un morceau
de beurre sur le visage avec les doigts.
Passez ensuite un coton légèrement imbibé
d'eau de rose. Le beurre a des propriétés hydratantes et même un pouvoir antirides. Autre
technique pour se démaquiller les yeux : utiliser
des sachets de thé infusés refroidis au réfrigérateur. Ils permettent aussi d'atténuer les cernes et
de dégonfler les yeux.
T
HORIZONS • Jeudi 26 Janvier 2012
CLIN D’ŒIL
«Les femmes sont des fleurs offertes à nos désirs,
mais il faut prendre leur cœur avant de les cueillir»
ENDANCE
C
WA
MIE
O
N
O
C
HI
JJ GOLDMAN
H A Aérobic et caisse
nationale de retraite
Après la rigueurista, un
nouveau terme est né
dans le lexique mode de
cette période de crise :
la chiconomie. Mais
qu'est-ce donc ? Aussi
chic qu'économe, cette
nouvelle espèce de
modeuse part chaque
jour en quête de bonnes
affaires, budget restreint
oblige. Adepte du vide
dressing, la chiconomie
galope de friperies en
ventes privées, en passant par les commerces
de friperie et les
dépôts-ventes via internet. Alger a ainsi
quelques sites de points
de ventes à travers ce
réseau.
C
OIN
V
ERT
FLORE DU TASSILI
Les gueltas ou Adjelmam, constituent un
milieu favorable au développement d’espèces
végétales et animales. Ce sont des abreuvoirs
naturels pour les animaux sauvages et un port
d’attache pour les nomades qui viennent s’alimenter en eau et abreuver leur cheptel. Au cours
des ères géologiques, la flore tassilienne a connu
des changements, marquées essentiellement par des
périodes, des espèces d’origine méditerranéenne dont
subsiste quelques espèces reliques comme la myrte, la lavande, l’olivier et le
cyprès. Ce dernier a été classé sur la liste rouge de l'Union internationale pour
la conservation de la nature (UICN) en 1984, parmi les douze espèces à sauvegarder. Dans le biotope tassilien s’est installé une végétation qui a développé
d’ingénieux mécanismes d’adaptation à l’aridité. Cette végétation a favorisé
l’existence de nombreuses espèces animales telles que les gazelles, le mouflon à
manchettes, le guépard, le fennec, le daman des roches et le varan.
Q
uel est le lien entre ce sport
et la caisse nationale de
retraite (CNR) ? Aucun.
Peut-être si par l’intermédiaire d’une dame qui se
faisait rappeler à l’ordre
affectueusement par sa fille. Dans l’histoire il y a de l’humour fort heureusement que l’on va essayer de partager.
La salle d’attente de la CNR. Il est onze
heures et quelques miettes de
secondes. Madame A arrive, prend
un jeton et s’assoit, son numéro est
le 231. Durant son attente elle
regarde discrètement autour d’elle, puis son regard est attiré par
une pancarte lumineuse où l’on
peut
lire
cette
phrase «Bienvenue.
Bonjours soyez les bienvenues». Le réflexe de la maîtresse d’école et celui des
corrections des devoirs des
élèves revient au galop.
Quand vient son tour
incorrigible correctrice, elle dit gentiment au
préposé au guichet : «monsieur je m’excuse
de faire cette remarque mais vous pourriez
corriger les fautes de la pancarte pour l’accueil, vous avez mis un s à bonjour et un e de
plus à bienvenu ».
Le bureaucrate fatigué, la regarde d’un œil
«inintéressé». Les fautes d’orthographe c’est
son dernier souci. Il a d’autres chats à fouetter et peut-être bien la prend-il pour une personne singulière, originale. Indifférence totale. Il aurait pu rire, prendre cette remarque
avec humour. Mais non. Il s’en débarrassa
presque : « Oui, oui, c’est ça !».
Plus loin, elle passa devant une salle de
sport où étaient peintes en gros caractères
«Aéro-biques femmes». Elle jeta un regard
complice vers sa fille : «Ne dis rien, s’il te
plaît», lui dit cette dernière.
«Non, non, simplement je tiens à faire ce
rappel. C’est une salle de gym pour les
chèvres que nous sommes. Tu vois que vérifier les fautes et mettre le point sur le i, évite
certains quiproquos».
n L. N.
NDE
LIBYE : LE MINISTRE DE
LA DÉFENSE À BANI WALID
Le ministre libyen de la Défense, Oussama Jouili
s’est rendu, hier, à Bani Walid, un ancien bastion
de Mouammar Kadhafi où des violences attribuées à des partisans du régime déchu ont fait
cinq morts lundi dernier. La puissante brigade de
Zenten, qui avait combattu le régime, menace de
combattre si ce responsable ne trouve pas de
solution avec la partie adverse. Le ministre de
l’Intérieur, Faouzi Abdelali, qui avait d’abord
démenti avant de reconnaître que les autorités
n’étaient pas sûres de ce qui s’était passé, était
présent avec lui.
BAHREÏN : DISPERSION
DE MANIFESTATIONS
La police a dispersé par la force des manifestants
dans des localités chiites de Bahreïn, arrêtant
plusieurs «saboteurs», ont indiqué les autorités
de ce royaume. Le site du principal mouvement
d’opposition chiite, al-Wefaq a mis en ligne des
vidéos montrant des membres de la police antiémeute dispersant violemment des manifestants.
SOUDAN : DISCUSSIONS
SUR LES REVENUS PÉTROLIERS
Les présidents soudanais, Omar el-Béchir et sudsoudanais, Salva Kiir, devront se rencontrer dans
la capitale éthiopienne, Addis Abeba, demain, une
semaine après que le gouvernement sud-soudanais eut décidé de suspendre sa production
pétrolière en raison du différend entre les deux
pays. Avant de conclure un accord sur ce problème, le Sud a signé, mardi soir, un accord de principe avec le Kenya pour la construction d’un
oléoduc.
IRAK : LE RESPONSABLE DE
LA TUERIE DE HADITHA ACQUITTÉ
Le militaire américain responsable de la tuerie de
Haditha en Irak qui avait fait 24 morts en 2005, le
sergent Frank Wuterich, a été ravalé, mardi, par la
justice militaire au rang de simple soldat et
condamné à «90 jours de détention», peine qu’il
n’effectuera pas. Les habitants de Haditha se
sont dit, hier, stupéfiés et écœurés. Ali
Moussaoui, conseiller de presse du Premier
ministre irakien, a fait savoir que le gouvernement fera valoir par les canaux légaux les droits
des citoyens.
JORDANIE : DERNIÈRE RENCONTRE
ISRAÉLO-PALESTINIENNE
Les négociateurs palestiniens considèrent que la
réunion exploratoire d’hier avec la partie israélienne en Jordanie, serait la dernière du moment
que le Quartette avait appelé le 26 octobre les
deux parties à présenter leur position dans un
délai de trois mois. Le président Mahmoud Abbas
a donné des instructions pour la relance de la
candidature palestinienne à l’ONU. Le gouvernement israélien affirme que le délai a commencé
le 3 janvier et arrive donc à échéance le 3 avril.
HORIZONS • Jeudi 26 Janvier 2012
BARACK OBAMA, LE PRÉSIDENT AMÉRICAIN
dixit
M
13
‘‘
Une vague de changement déferle sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord,
de Tunis au Caire, de Sanaa à Tripoli. Nous ne savons pas exactement
comment s’achèvera cette incroyable transformation. Nous soutiendrons
les politiques qui favorisent l’émergence de démocraties fortes et stables
ainsi que des marchés ouverts.
’’
ÉGYPTE
UN AN APRÈS,
LES MÊMES SLOGANS
L’ÉGYPTE A INAUGURÉ, HIER, UN
NOUVEAU JOUR FÉRIÉ :
L’ANNIVERSAIRE DE
LA «RÉVOLUTION DU NIL».
L
es Cairotes ont marqué,
hier, autrefois «jour de la
police», le premier anniversaire
de
la
«Révolution du Nil»
dans un contexte politique flou et tendu, avec un sentiment de déception pour les habitués
de la place Tahrir, épicentre de cette
révolution. Entre ambiance de fête
et appels au départ des généraux du
Conseil suprême des forces armées
qui dirige le pays, dans les autres
villes (Alexandrie,
Suez et
Ismailiya), les Egyptiens, qu’ils
soient islamistes, libéraux, partisans de gauche ou simples citoyens,
ont marqué cette «journée» qui a
mis fin, en 18 jours, à trente ans de
règne
de
Hosni
Moubarak.
Naturellement, les Islamistes, ont
célébré cette «révolution» qui leur a
offert 71 % des sièges au Parlement.
Les démocrates, à la recherche d’un
nouveau souffle pour relancer la
contestation et ancrer une démocratie réelle, aussi.
Pour rappeler, d’abord, les objectifs de la révolution, qu’ils estiment
non achevée, et demander, ensuite,
le départ des généraux qu’ils soupçonnent de chercher à s’accrocher
au pouvoir depuis l’arrivée des
«nouveaux élus». Certains ont ressorti les mêmes mots d’ordre et
banderoles que l’an passé. D’autres
ont manifesté pour rappeler leurs
objectifs : le pain, la liberté, la justice sociale.Redoutant un remake du
scénario de 2011, le Parti Liberté et
Justice demande au peuple de soutenir la transition que conduit l’armée.
Celle-ci pour redorer son image
écornée par les 850 morts par balles
réelles, lâche du lest. Elle annonce
une amnistie pour 3 000 des 12 000
prisonniers politiques, une levée
«partielle» de l’état d’urgence, en
vigueur depuis octobre 1981, le
transfert du pouvoir législatif aux
députés, une restitution du pouvoir
aux civils en juin, soit après l’élection présidentielle et … des parades
militaires et des feux d’artifice pour
célébrer
cet
anniversaire.
«Insuffisant», lui répondent certains
parmi ceux qui ont mené la révolution du Nil qui ne doit rien aux isla-
mistes. Les analystes se demandent
jusqu’à quand durera le deal entre
les islamistes et les militaires.
Surtout si les islamistes continuent
à souffler le chaud et le froid sur
certaines questions clés.
Comme les accords de paix avec
Israël, les droits des minorités, la
poursuite des responsables de la
mort de manifestants pendant les
mois de révolution, les privilèges de
l’armée. «La situation est extrêmement difficile. Elle nécessite une
vision et un travail nouveaux et différents», estiment certains médias.
D’autres parlent de transition
démocratique incertaine. «Qui saisira l’âme de la révolution ?» s’interroge Al-Ahram Hebdo.
n Djamel B.
SYRIE
L’ONU prend le relais de la Ligue arabe
Après moult tergiversations, Arabes
et Européens passent à l’offensive sur le
dossier syrien. En dépit de l’opposition
farouche des Russes et des Chinois,
alliés traditionnels de Damas, la
Grande-Bretagne,
la
France
et
l’Allemagne (en coordination avec les
pays arabes) veulent un vote au Conseil
de sécurité de l’ONU lundi ou mardi
prochain sur un nouveau projet de
résolution basé sur le plan de la Ligue
arabe.
Un porte-parole de l’ONU a confirmé une demande d’entrevue sollicitée
dans ce sens par le secrétaire général de
la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, auprès
de Ban Ki-moon, le SG de l’ONU. La
nouvelle mouture «prend note des
mesures imposées par la Ligue arabe»
au régime syrien le 27 novembre dernier et «encourage tous les Etats à
adopter des mesures similaires et à
Ni les réformes «démocratiques» mises en
œuvre par les autorités syriennes, ni le
prolongement d’un mois supplémentaire de
la mission des observateurs,
ne sont venus à bout de la «détermination»
de certains pays arabes.
coopérer pleinement avec la Ligue
arabe dans l’application de ces sanctions économiques». Ni les réformes
mises en œuvre par les autorités
syriennes, ni le prolongement d’un
mois supplémentaire de la mission des
observateurs, ne sont venus à bout de la
«détermination» de certains pays
arabes, les pays du Conseil de coopération du Golfe, en tête, à saisir le Conseil
de sécurité. Ces derniers avaient montré la couleur en retirant, lundi, leurs
observateurs.
Mais selon le secrétaire adjoint de la
Ligue arabe Ahmed Ben Halli, ces derniers seront remplacés par des experts
d’autres pays arabes et islamiques.
Devant cette offensive anti-syrienne, la
Russie est montée, une nouvelle fois,
hier, au créneau pour faire barrage à la
nouvelle résolution. Son ministre des
Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a
déclaré que son pays reste opposé à
l’usage de la force et à toute résolution
de l’ONU qui soutiendrait des sanctions unilatérales prises contre Damas.
«Nous ne pouvons pas soutenir une proposition qui aboutirait à ce que des sanctions
introduites de manière unilatérale, sans
aucune consulatation avec la Russie, la
Chine et d’autres pays des BRICS (Brésil,
Inde, Afrique du Sud) reviennent rétroactivement une décision du Conseil de sécurité», a-t-il précisé.
M. Lavrov a, néanmoins, indiqué
que Moscou reste ouvert «à toute proposition constructive visant à mettre fin
aux violences» en Syrie. Notamment
aux amendements au projet de résolution qu’il a déposé à l’ONU, qui
condamne l’usage de la force et par le
régime de Bachar al-Assad et par l’opposition.
n Amine Goutali
CULTURE
15
HORIZONS • Jeudi 26 Janvier 2012
EXPOSITION «NOUBA, HOMMAGE AUX MAÎTRES DE L’ANDALOU
L’histoire de la musique
andalouse revisitée
L’EXPOSITION «NOUBA, HOMMAGE AUX
MAÎTRES DE LA MUSIQUE ANDALOUSE»,
ORGANISÉE AU PALAIS DE LA CULTURE
DEPUIS PRÈS D’UNE SEMAINE, CONTINUE
DE DRAINER LA FOULE.
D
ans l’après-midi de lundi
dernier, les amoureux de la
musique andalouse ont été
nombreux à envahir les
lieux. L’admiration se lit
sur les visages. Les
tableaux chronologiques qui retracent les
différentes écoles algériennes de musique
andalouse ont permis à la foule de mieux
connaître cette musique qui a bercé des
générations entières. C’est dans une grande
joie qu’on découvre, grâce aux nombreux
portraits accrochés aux murs, les fondateurs
des écoles de la musique andalouse d’Alger,
de Constantine, de Blida et de Tlemcen.
Sur fond musical, on peut aussi s’attarder dans la lecture de la biographie des
grandes figures de la musique andalouse et
de son évolution. La mine débonnaire, des
étudiants en musique ne cachent pas leur
admiration. Ils affirment être agréablement
surpris par la somme d’informations
qu’offre cette exposition. Une occasion,
disent-ils, qui leur donne la possibilité d’enrichir leurs connaissances en la matière et
de mieux connaître ce genre musical et ses
fondateurs. Près d’eux, deux vieilles
Algéroises nostalgiques. Pour elles, visiter
cette exposition est une sorte de ressourcement. Un voyage à travers le temps et la
musique andalouse qui a bercé leur enfance.
«La musique andalouse fait partie de nous»,
disent-elles avec un brin de nostalgie. Par
ailleurs, l’exposition offre l’occasion de
mieux connaître Ziryab. Une légende née de
la synthèse de la culture mésopotamienne,
le faste et l’élégance de la cours abbasside
avec l’esprit omeyyade et andalou.
Musicien et esthète, il reçoit, à Cordoue, un
accueil à la hauteur de sa réputation et de
son talent. Inventif, il invente plusieurs procédés pédagogiques relatifs à l’enseignement pratique de la musique et du chant,
selon une méthode rationnelle, procédant
par degrés. En outre, cet espace offre aux
musicologues de précieuse informations.
La musique andalouse représente, historiquement, une mosaïque de styles venus
d’horizons différents, des prémices du
chant arabe ancien jusqu’au chant élaboré
de la cour de Bagdad, à la grande nouba
actuelle. C’est également le résultat d’un
grand travail qui a fédéré des générations
de musiciens dans les deux rives de l’occident musulman. Née d’une rencontre har-
monieuse de plusieurs civilisations, la
musique andalouse est un patrimoine commun des pays du Maghreb. Plus qu’une
musique, le patrimoine andalou est l’écho
de l’âme d’une civilisation qui continue de
marquer l’humanité.
Pour saisir la richesse de cette musique, il
faudra l’appréhender dans la diversité de
ses racines et dans la durée exceptionnelle
de sa formation et de ses évolutions. La
musique andalouse serait tombée en désuétude ou reléguée au rang de folklore si elle
n’avait pas été le produit et le reflet de ce
que la civilisation arabo-musulmane a de
plus précieux et de plus dynamique. C’est
dire que cette exposition est riche à plus
d’un titre.
n Djamel O.
Sidi Bel Abbés
Projection du film «le dernier SAFAR» de Djamel Azizi
Sorti en 2009, et nominé lors
de nombreux de festivals, le
film intitulé «Le dernier Safar»
de Djamel Azizi a été projeté
mardi dernier au soir à la cinémathèque de Sidi Bel-Abbes,
suivi d’un débat en présence du réalisateur. Ce
film d’une durée de 78
minutes évoque, selon
Djamel Azizi, le parcours de Amou Salah, un
vieux
projectionniste
dans une salle de cinéma
à Alger. Retraité et mis à
l’écart malgré lui, Si
Salah ne supportant pas
de rester sans occupation, décide
malgré
son
âge et sa
maladie de
sillonner
l’Algérie à
bord d’un
camion
pour projeter des films.
Une mission
délicate
pour
Amou Salah, qui
tente de conquérir les contrées
les plus reculées de l’extrême
Sud algérien. Il s’agit d’un
véritable défi que Si Salah se
lance. Le réalisateur a financé
ce film par ses propres
moyens. D’autant que son
souci est de rendre hommage
à ce métier, et en particulier à
cet homme.
Ce film dans le genre drame, a
été primé selon le réalisateur
au festival de Maghreb des
Films, à Paris, à Mostra de
Valencia, au festival du Film
Arabe, Fameck, au festival du
monde, Montréal, ainsi qu’à
Rabat (Maroc)
Auteur de plusieurs films
(longs et courts métrage) entre
autre, «la colombe», «Le
blouson vert»,
«Message
d'Alger»
Lors de notre bref entretien
avec Djamel Azizi, il n’a pas
manqué de critiquer la télévision qui a refusé d’acheter son
film, parce que le film met le
doigt sur une vérité qui fait
mal. «La télévision refuse
d’ouvrir ses portes à de nou-
velles têtes, à de nouveaux
projets» dit-il tout en précisant
que de la TV a souvent boudé
les réalisateurs qui ont fait
d’excellents films.
Le cas pour ce film, qui a vu
plusieurs tentatives se faire
auprès de la télévision, en
vain «le dernier Safar», a été
catégoriquement rejeté a souligné le réalisateur avec amertume qui a de nombreux films
à son actif. Par ailleurs,
Djamel Azziz, travaille actuellement sur un autre film intitulé «Le coursier de l’abondance» qui relate l’ampleur de
l’économie informelle née
dans la région Est, où la
contrebande fait fureur.
«Il faut que l’Etat Algérien
intervienne pour que la télévision achète la production algérienne, car il s’agit d’un travail
qui a été fait par des réalisateurs. » conclut-il
n Medjahdi
Mohamed
Patrimonial
Benachour un
chantre au
grand cœur
Il a été de tous les évènements qui
on propulsé le mouvement culturel
algérien au rang des précurseurs
des grandes écoles de musiques
andalouses. Sans lui, la ville des
Roses n’est que souvenir d’un
passé éphémère. Aâmi Dahmane
sort tout droit d’une fresque ottomane avec un quart de temps qui fait
sa force dans l’exécution des noubas andalouses. Un style particulier
qui lui vaut la chair de l’école de
Cordoue, dont Blida s’en orgueillie
aujourd’hui. Un parcours musical
digne des grands chantres. De son
vrai nom, Achour Abderrahmane,
Dahmane Ben Achour est né le 11
mars 1912 à Blida. C'est dans ce
salon de coiffure qu'il débute musicien, jouant d'abord du mandole,
accompagné par l'un de ses amis,
Ali Mili. Issu des grandes écoles de
l'art classique, il se fait remarquer
en 1931, par sa belle voix au sein
de la société Blidéenne de musique
El-Adabia, que préside Chérif
Bencherchali. C'est au sein de
cette association qu'il côtoya des
musiciens plus rôdés que lui,
comme par exemple Hadj Medjbeur
qui deviendra par la suite son bras
droit sur violon, dans l'orchestre
.Khellil, Boualem Stamairo ainsi
que d'autres musiciens qui avaient
acquis, en leur temps, le sens du
métier pour avoir travaillé sous la
conduite d'un grand maître du
aroubi de la Mitidja, Mahmoud
Oulid Sidi Saïd. Pris en estime par
Hadi Medjbeur, Dabmane fait beaucoup de progrès et supplanta tous
les jeunes de sa promotion. Il
adhère à El-widadia dès sa création en 1934. Guidé par le grand
musicologue Mahieddine Lakchal,
Dahmane apprit les noubas, les
rythmes, le sens des poésies. Il
connaît les meilleurs moments de
sa carrière à partir de l 940, même
si sa participation en 1939, à la fête
du Trône, au Maroc n’est pas passée inaperçue Dès 1946, il acquiert
au sein de l'orchestre dirigé par
Mohamed Fakhardji une connaissance encore plus solide de la
musique andalouse et très vite,
devient un spécialiste du hadri
(Hadhra) traditionnel. Dahmane
Benachour jouait de tous les instruments et maîtrisait bien les styles
Aroubi et Hawzi Son orchestre se
composait de Hadj Medjbeur au
violon, Benchoubane au mondole,
Barabas à la flûte, Challal et BabaAmeur au tambourin. Cet orchestre
élevée dans la bohème, s’empara
de la rue et des fêtes traditionnelles
pour trôner sur le mode Haouzi, si
bien que les foules entières attendaient patiemment le passage rituel
de Benachour à la TSF à une
heure d’écoute rappelant le faste
andalou du Btaihi (Mode musical
joué après la pause de Midi).
Heureux qui comme Benachour
aura achevé la noble mission d’artiste pour léguer un patrimoine qui
demande à être travaillé corps et
âme. Aujourd’hui, le tout Sidi El
Kebir et les sept portes de la médina portent en elles les traces indélébiles d’échos qui en disent long
sur Benachour. Les derniers templiers de l’école de Blida reprennent avec amour les mélodieuses
envolées sur fond de coucher de
soleil rappelant la chute de
Cordoue dont Benachour en garde
souvenance.
n Mohamed Bentaleb
ART
Le mécontentement
de la commissaire européenne
et
MEDIA
16
17
Par Rachid Moussa
HORIZONS • Jeudi 26 Janvier 2012
SUSPENSION DU SITE MEGAUPLOAD
EN MOBILISANT LES
BARBOUZES DU FBI
POUR SUSPENDRE LE
SITE MEGAUPLOAD DE
TÉLÉCHARGEMENT DES
PRODUITS CULTURELS,
LE GOUVERNEMENT
AMÉRICAIN SOUTIENT LA
CAUSE DES TITULAIRES
DE DROITS ET APPORTE,
PAR LÀ MÊME, DE L’EAU
AU MOULIN DE CEUX QUI
DÉNONCENT SA
MAINMISE SUR LA
GESTION DE L’INTERNET.
Les droits d’auteurs e
r
t
en LÉGALITÉ
ET LÉGITIMITÉ
aucuns seraient de désormais morcelé en segments que le sible jeudi dernier par le gouvernetenter de dire que logiciel va chercher chez tous les pos- ment américain, accusé de violation
c’est juste la suite du sesseurs du fichier connectés. La du droit d'auteur. Ses fondateurs ont
feuilleton de la réplique judiciaire viendra de Suède. été arrêtés en Nouvelle-Zélande.
guerre déclarée par C’est dans ce pays qu’est hébergé The Megaupload est un site Internet qui
les
majors
des Pirate Bay, leader mondial des ser- propose à ses utilisateurs de stocker
industries culturelles, commen- veurs torrent, qui revendique en 2006 leurs fichiers sur Internet. Ces dercée par le retentissant «succès» plus d’un million de visites par jour. niers peuvent ensuite y accéder
obtenu au début des années 2000 Les ennuis judiciaires débutent en depuis n’importe quel ordinateur en
contre Napster, le
site des 2006, à l’instigation du ministère de la ligne ou envoyer un lien internet à
échanges gratuits de fichiers en Justice suédois, sous la pression de leurs connaissances pour qu’ils puispeer to peer. Après deux ans de l'industrie cinématographique améri- sent télécharger un document. Ce site,
bataille judiciaire, le logiciel, caine. Finalement, le 26 novembre dont le siège est à Hong-Kong, s’est
pourtant utilisé par des millions 2010, la cour d'appel suédoise rapidement imposé car il permet de
d’internautes à travers le condamne les trois fondateurs à des stocker en ligne des fichiers lourds et
offre une vitesse élevée de transmonde, est finalement retiré en peines de prison
fert. Mais Megaupload n’est pas
juillet 2001. Pour
isolé : une myriade de sites simiautant,
Napster
laires existent, tels Mirorii,
continue d’exister
FileSonic, Rapidshare, ou encore
en tant que plateFileserve. Le système est toujours
forme de téléchargele même : l’offre est gratuite mais
l
pe
ment légal jusqu’en
10, la cour d'ap
limitée, un abonnement payant
décembre 2011, quand
Le 26 novembre 20 s trois fondateurs
permettant de télécharger sans
le
ne
am
la fusion avec le site de
nd
suédoise co
prison
limite. Megaupload permet
de
es
in
streaming
légal
pe
s
de
à
y
de Pirate Ba
donc à un utilisateur lambda de
es
ag
m
m
Rhapsody signe la fin
do
s
s et à de
mettre en ligne des photos de
de la marque. A
ferme de 4 à 10 moi eur de 5 millions
vacances puis de permettre à
ut
ha
à
ts
Napster succèrê
té
in
et
ses amis de les télécharger.
s.
ro
de ainsi Kazaa
d’eu
D’autres y stockeront des docuen 2001, auquel
ments qu’ils ne veulent absoluse
substitue
ment pas perdre, des docueMule en 2003.
ments officiels par exemple, au
D’autres logiferme de 4 à 10 mois et à cas où leur ordinateur personnel
ciels voient le
jour, tels que LimeWire, des dommages et intérêts à hauteur serait détruit ou volé. Ce site propose
Morpheus ou Gnutella. de 5 millions d’euros. Avec la fermetu- donc un service utile et tout à fait
C’est l’arrivée du proto- re de Megaupload, les ayants droit légal. Sauf que d’autres utilisateurs y
cole BitTorrent qui semblent donc avoir gagné une ont stocké des films et de la musique
change la donne. Le bataille d’importance. Le site de télé- pour ensuite donner sur des forums
de
fichiers
fichier à télécharger est chargement
Megaupload.com a été rendu inacceslll
D
’
”
”
Une autre
preuve de
l’emprise US
Le nom de domaine - soit l'identifiant de Megaupload se terminant par .com,
la plateforme tombe sous le coup du
droit américain. C'est en effet une
société américaine basée en Californie,
Verisign, qui gère les 95 millions de
noms de domaine en .com (sur un total
de 220 millions, les autres se terminant
par exemple en org, uk, fr, etc.). «Une
fois que la justice américaine prend
une décision et qu'elle enjoint à
Verisign de couper le nom de
domaine, l'action elle-même ne prend
que quelques minutes, même s'il y a
ensuite un «délai de propagation qui
peut prendre plusieurs heures»,
souligne M. Damilaville, directeur
général adjoint de l'Association
française pour le nommage internet en
coopération (Afnic), l'office
d'enregistrement officiel du .fr.
«C'est une démarche judiciaire, mais
l'action est unilatérale», renchérit
Stéphane Van Gelder, à la tête du
GNSO, instance décisionnelle de
l'Icann, discret organisme privé
américain qui assure un rôle clé dans
la régulation d'internet en attribuant
les noms de domaine. Le
gouvernement américain «agit pour
empêcher une atteinte juridique, en
l'occurence le partage de fichiers
illégaux niant les droits de propriété
intellectuelle. Mais au lieu d'aller vers
les gestionnaires du .com, ils
pourraient venir à l'Icann pour tenter
de faire arrêter ce genre d'activités»,
souligne-t-il. Ce n'est pas la première
fois que les autorités américaines
passent outre les instances
mondialement reconnues pour
désactiver de leur propre chef des sites
internet. Elles avaient ainsi
«débranché» par erreur en 2010
quelque 84 000 sites lors de l'opération
«In our sites» destinée à fermer des
sites liés à la pornographie, ou encore
saisi en 2011 le nom de domaine du
site espagnol de football rojadirecta
dont elles jugeaient les activités
illégales, ces mêmes activités ayant
pourtant été déclarées totalement
légitimes par la justice espagnole. «Les
autorités américaines ont clairement la
mainmise sur toutes les extensions
numériques qui sont gérées par des
prestataires américains ou situés aux
Etats-Unis. On est en plein cœur de la
problématique sur le droit applicable
lorsque l'on parle de nom de domaine,
il y a un vrai conflit de juridiction»,
selon Loïc Damilaville.
La commissaire européenne en charge des
nouvelles technologies, Neelie Kroes, a
jugé «mauvais» les projets de loi antipiratage aux Etats-Unis et la décision de fermer Megaupload.com, la plateforme
controversée de téléchargement direct sur
l'internet. «Nous n'avons pas besoin d'une
mauvaise législation mais plutôt de protections pour un réseau ouvert», a-t-elle
affirmé dans un message sur son compte
tweeter en référence au SOPA, le projet de
loi antipiratage en discussion aux EtatsUnis pour renforcer la protection des
droits d'auteurs. «La réglementation sur
l'internet doit être efficace, proportionnée
et préserver les bénéfices d'un réseau
ouvert», a-t-elle estimé dans un second
message en réaction à la fermeture de
Megaupload. «Les excès de vitesse sont
illégaux, mais on ne place pas des ralentisseurs sur une autoroute», a-t-elle commenté dans un troisième message. Ces trois
commentaires sont «officiels et sont faits
sur le site tweeter officiel de Mme Kroes», a
confirmé son porte-parole. Les prises de
position servent à «ouvrir un débat européen», mais «aucune action n'en découlera», a-t-il insisté. «Cela ne veut pas dire
que Mme Kroes défend le téléchargement
illégal», a-t-il relativisé.
lll
ou des blogs l’adresse Internet
pour les télécharger directement.
Megaupload et ses homologues
permettent alors de télécharger
directement des fichiers piratés à
une vitesse bien supérieure que ce
que proposent les systèmes de
peer-to-peer, ce qui explique en
partie son succès. Pourtant, le
directeur technique du site,
Emmanuel Gadaix, l’assure :
«Nous ne sommes pas un site pirate.» «Nous sommes de simples
intermédiaires techniques, et il ne
nous appartient pas d'examiner la
légitimité des contenus qui nous
sont confiés», a-t-il déclaré au
Nouvel Observateur. Profitant de
cette ambiguïté, le site a vu sa fréquentation exploser, les téléchargements légaux et illégaux n’étant
pas séparés. Face aux critiques des
maisons de disques et des distributeurs de films, Megaupload
s’est engagé à supprimer tout
fichier frauduleux qui leur est
signalé. Megaupload a trouvé un
filon : le site a attiré en 2011 près de
100 millions de visiteurs par mois,
incitant ses créateurs à multiplier
les dérivés : après Megaupload
apparaît Megavideo (streaming),
puis
Megabox
(musique),
Megalive (vidéo en direct) ou
encore… Megaporn. Après des
années d’enquêtes, le couperet
vient donc de tomber ; la justice
américaine
évoque
une
«MegaConspiracy». Le dossier
d’accusation rendu public la
semaine dernière accable les responsables de Megaupload.com.
Nicolas Sarkozy, dans une
g
dépêche transmise à l'AFP
et à certains journalistes poli-
Ce site permettait d'héberger des
fichiers et de les partager sur
Internet. L’acte d’accusation comprend 72 pages. Il vise sept cadres
jugés responsables d'un piratage
considérable de contenus protégés
par les droits d'auteur via le site
Megaupload.com, décrit comme
«une entreprise criminelle internationale organisée». Au total, les
responsables du site sont accusés
d'avoir entraîné plus de 385 millions d’euros de perte pour les
ayants droit et d'avoir généré 135
millions de d’euros de profit via
les abonnements et la publicité.
Des mouvements financiers ont,
en outre, été répertoriés sur au
moins 64 comptes bancaires, qui
ont été saisis. Selon l’acte d’accusation, Megaupload aurait au total
reversé 9 millions de dollars aux
internautes qui alimentaient le site
en y déposant des fichiers souvent
piratés, donc illégaux. Un «uploader» aurait par exemple reçu à lui
seul 55.000 dollars, soit 42.000
euros, relève le site français
Numérama, qui a mis en ligne
l’acte d’accusation. La justice américaine reproche aux fondateurs de
Megaupload de ne pas avoir respecté la loi DMCA - Digital
Millennium Copyright Act - (loi
de protection des droits d'auteur),
qui permet aux ayants droit de
réclamer le retrait d’un contenu.
Face à de telles demandes, l’acte
d’accusation indique que les responsables se contentaient de supprimer les liens renvoyant vers ces
fichiers, mais pas les fichiers eux-
SARKOZY
APPLAUDIT
tiques, s'est félicité dans la nuit
de jeudi à vendredi de l'opération menée par le FBI et le
département de la Justice américain pour fermer
Megaupload. «La mise à disposition illégale, par ce
service, d'œuvres protégées par le droit d'auteur,
permettait à ses promoteurs de réaliser des profits
criminels sous la forme de recettes publicitaires ou
d'abonnements de ses usagers», affirme Nicolas
Sarkozy. On note que contrairement au communiqué officiel des autorités américaines, qui prennent le soin d'utiliser le mot «allegedly» («prétendûment») pour décrire les faits, le président français ne s'embarrasse pas de la présomption d'in-
mêmes. Le cofondateur du
Megaupload, Kim Dotcom, a touché à lui seul près de 42 millions
de dollars grâce à ce juteux commerce, selon les nombreux chiffres
compris dans le document. Les
enquêteurs ont pu constater son
imposant train de vie lors de son
arrestation dans sa maison
d’Auckland, présentée comme «la
plus chère de Nouvelle-Zélande»,
la police y a saisi plusieurs voitures de luxe, dont une Rolls
Royce. Les courriers électroniques
contenus dans l’acte d’accusation
révèle en outre que les fondateurs
du site interrogeaient eux-mêmes
leurs serveurs pour y trouver les
contenus qui les intéressaient personnellement. Un élément qui
démontre qu’ils ne cherchaient en
rien à empêcher le piratage. Les
fichiers hébergés par Mégaupload
représentent un total de 25 pétaoctets, stockés sur plus de 1.000
serveurs dans le monde. Outre
Kim Dotcom, le cofondateur du
site, Finn Batato, le responsable du
marketing, Mathias Ortmann, le
cofondateur et responsable technique du site, et Bram van der
Kolk, un Néerlandais, ont été
interpellés à Auckland. 525 d’entre
eux étaient basés dans la ville américaine d’Ashburn, en Virginie. Les
quatre hommes interpellés encourent jusqu'à 20 ans de prison pour
conspiration de racket, conspiration de violation de copyright et
conspiration de blanchiment d'argent.
n R. M.
nocence. Et qu'il commet au
passage une erreur de qualification juridique : en France, la
contrefaçon n'est pas un crime
mais un délit. Le président de
la République française estime
«que la lutte contre les sites de téléchargement
direct ou de streaming illégaux, qui fondent leur
modèle commercial sur le piratage des œuvres,
constitue une impérieuse nécessité pour la préservation de la diversité culturelle et le renouvellement de la création». «C'est le financement des
industries culturelles dans leur ensemble qui est
mis en cause par ce type d'opérateurs», dit celui qui
avait demandé, lors du Forum d'Avignon, que les
autorités françaises s'attaquent au streaming et au
téléchargement direct.
Le malheur des uns…
le bonheur des autres
«C'est une très bonne
nouvelle», un «signal très fort
à tous ceux qui pensent se
jouer de la justice», car cela
montre qu’«internet n'est pas
un espace de non-droit», s'est
félicité David El Sayegh, directeur général du Syndicat national de l'édition phonographique (Snep), principal syndicat français de producteurs
de disques, dont les propos
sont rapportés par l’AFP.
«C'est très positif qu'un site
qui avait un modèle commercial mondial pour appuyer la
contrefaçon massive des
œuvres cesse son activité»,
renchérit Frédéric Goldsmith,
directeur général de
l'Association des producteurs
de cinéma (APC). «Il faut évidemment contrer la piraterie
quand elle est commerciale»,
même si «la méthode est un
peu brutale», juge de son côté
l'Adami, qui gère les droits de
propriété intellectuelle pour
les artistes interprètes. Pascal
Rogard, directeur général de la
Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD),
estime, lui, que la fermeture
de Megaupload est «un tournant» parce que «ça marque la
détermination d'un grand pays
à mettre fin aux activités illicites sur le dos des créateurs».
Le consensus semble donc
général dans les milieux culturels pour saluer la fermeture
ordonnée par la justice américaine de cette plateforme de
partage de fichiers, emblématique du téléchargement direct
sur internet et de la violation
des droits d'auteurs.
Pour une réforme
du droit d’auteur
Pour les acteurs de l’internet
libre, cette HYPERLINK
«http://www.ouestfrance.fr/actu/actuDet_Megaupload.com.-Raid-de-lapolice-neo-zelandaise-chez-lefondateur_393822034183_actu.Htm», intervention plutôt musclée de la justice américaine, en dehors de
son territoire, met en évidence
la violence de la guerre menée
au nom d’un droit d’auteur
dépassé.
«L’industrie s’est retrouvée
face à un monstre qu’elle a
créé elle-même, explique
Jérémie Zimmermann, porteparole de la Quadrature du
net, organisation de défense
des droits et libertés des
citoyens sur Internet.
Reste la question du financement de la création. «Il faut
une réforme positive du droit
d’auteur prenant en compte les
nouveaux usages», explique
Jérémie Zimmermann.
«Il faut mettre en place de
nouveaux mécanismes de
financement pour une économie culturelle qui soit compatible avec ce partage. Cela
garantira une juste rémunération des artistes et auteurs,
mais aussi le droit du public à
partager la culture», précise
Philippe Agrain, cofondateur
de la Quadrature du Net.
ACCUSÉ DE VOL ALORS QU’IL SE TROUVAIT PAR HASARD DANS LA CAFÉTÉRIA
UN LYCÉEN ACQUITTÉ, FAUTE DE PREUVE
Mourad 18 ans, est accusé d’un vol qu’il n’a pas
commis. Il jure par tous les saints que c’est un coup
monté et qu’il est innocent. Son unique tort, c’est d’être
sorti à 21 heures pour faire quelques pas, question de
digérer et humer l’air frais. Mais entre temps, il entre
dans la cafétéria du quartier et commande un chocolat
tout en ignorant que sous la chaise sur laquelle il est assis
il y a un poste-cassette volé. La police entre dans la
cafétéria, fait une perquisition, récupère le butin et
emmène Mourad au poste de police. Dans le procèsverbal du commissariat de police de Bourouba, il est écrit
noir sur blanc que Mourad est le voleur puisque le poste
cassette a été trouvé sous son siège. Lorsqu’il trouve
VOL DE VÉHICULES
UN RÉSEAU
NATIONAL
DÉMANTELÉ
À BOU-ISMAIL
dans la boîte aux lettres la convocation du tribunal, pas
une seule seconde, il a pensé que c’était par rapport à
l’incident de la cafétéria, il s’est dit il s’agit sûrement du
service national qu’il doit accomplir ou bien il doit
justifier qu’il est sursitaire étant donné qu’il est lycéen en
classe terminale. Dans la salle d’audience, sa maman, en
pleurs, exhibe à celui qui veut lire les bulletins de notes.
Douze sur vingt, la moyenne générale pour le trimestre
dernier. Ses professeurs attestent que c’est un élève
sérieux et assidu et possède les capacités de faire mieux,
est t-il écrit dans le bulletin. Lorsque le président de
séance lui demande de se défendre, il répondra que c’est
une tuile qui lui tombée sur la tête. «Mon casier judiciaire
est vierge, je me prépare pour passer le bac et tout le
quartier est prêt à témoigner sur ma rectitude et ma
loyauté, jamais je n’oserais faire entrer chez moi le
«haram» (le prohibé). «Essayer de voir s’il y a mes
empreintes sur le poste cassette et vous verrez que je suis
innocent» tient-il à préciser. Son avocate plaide pour
l’inculpation du véritable voleur que la police doit
rechercher et mettre sous les verrous. «Mon client est
innocent, c’est pour cela qu’il doit être acquitté pour se
consacrer à ses études » a-t-elle ajouté. La relaxe a été
prononcée au grand soulagement de sa famille venue en
force le soutenir.
n R. F.
AIT
F DIVERSS 23
CONSTANTINE
UNE
QUINQUAGÉNAIRE
ASSASSINÉE
CHEZ ELLE
HORIZONS • Jeudi 26 Janvier 2012
force, TB n’a pas nié son
icule où il s’est introduit de
véh
de
ns de voler le véhicule en
ic et le vol
méfait et a avoué ses intentio a endommagé la portière
n réseau spécialisé dans le traf
ns
mai
T.B
les
re
ire,
ent
odu
question. Pour s’y intr
e
véhicules vient de tomber
Le groupe en avant et a saboté le système d’alarme» ajoute le mêm
de la police de Bou-Ismail.
interlocuteur.
q u e s t i o n
Lors de l’interrogatoire du
de
é
a
compos
criminel arrêté, ce dernier
huit criminels,
é les autres éléments
onc
dén
des
et
dont quelques uns sont
du réseau dont il fait partie
r
pou
s
issu
t
son
ice,
just
de
repris
le lieu où les voitures
é
iqu
ind
a,
la majorité de Khemis Milian
volées sont acheminées. «C’est
e
rest
le
et
s
la
Def
Ain
de
aya
wil
suite aux renseignement
.
des wilayas de Chlef et Tipasa
s que nos enquêteurs,
enu
obt
ille
C’est suite à une patrou
ont pu perquisitionner un
des
t
ien
is
ctua
effe
qu’
routinière
garage situé à Khem
policiers dans le quartier des
a.
Mélian
ail
256 logements de Bou-Ism
A l’intérieur du local, ils ont
té
arrê
fut
ts
de
qu’un des suspec
trouvé deux véhicules
un
sur
vol
été
de
it
ont
dél
x
t
deu
ran
s
flag
tou
en
marque Kia,
un
été
pick-up appartenant à
signalés volés. Le premier a
la
t
itan
à
e
xièm
deu
le
et
retraité de 67 ans hab
ef
volé à Chl
même cité.
«Ce dernier appartient
aia.
Bej
les
«Il était 5h15 du matin
à un trafiquant de véhicu
en
lorsque des policiers
par nos services. Il
nus
con
ra
e
patrouille de la sûreté de daï
s’agit de Z. F» affirme la mêm
une
nt
ctua
au
effe
ail
te
-Ism
Sui
Bou
de
source.
r
en
ronde au niveau du quartie
démantèlement du réseau
ont
s
q
cin
té
arrê
a
ice
pol
des 256 logement
la
question
présence
la
remarqué
à savoir, TB 49 ans,
s,
ent
élém
s
s
suspecte d’un individu dan
les frères M et A. R, âgé
e
rqu
ma
,
de
ans
26
et
ture
25
voi
de
une
respectivement
e,
in,
enf
Et
.
ans
26
to,
Hyundai. Pris par surpris
Mo
dit
B,
Z.
is
T.B, commerçant à Khem
A. R âgé de 31 ans.
,
ans
49
de
, H.
âgé
Miliana,
«En revanche, M. A, 38 ans
il
, le
ans
38
M,
T.
in
puisque c’est de lui qu’
enf
et
A, 36 ans
s’agit, a été pris sur le fait
réside dans la wilaya de
qui
l
seu
éa, sont en état de
alors que ses deux complices, poudre d’escampette» nous
s le quartier Kerkouba de Kol
la
dan
,
pris
asa
ont
Tip
t
gue
le
t
aien
fais
qui
ent par la police» affirme le
fuite et sont recherchés activem
confie une source policière.
des
,
ille
ont trouvé une cisa
même vis-à-vis.
Dans le Pick-up, les policiers
n Amirouche Lebbal
che-clou. C'est-à-dire,
arra
un
et
ues
triq
élec
fils
clefs, des
le
s
dan
incé
vol de véhicule. «Co
toute la panoplie servant au
U
Une femme âgée de 53 ans a été
assassinée chez elle, dans son domicile, sis rue Belkacem Tatache (ex-rue
Thiers), en début de semaine à
constantine. C’est la fille de la victime qui a découvert le corps sans vie
de sa mère, gisant dans un bain de
sang. D’après les premiers éléments
de l’enquête, le corps de la femme
porte plusieurs coups de couteau.
Même la police qui a communiqué le
meurtre, n’a divulgué aucun détail
sur les circonstances et le mobile du
crime, mais tout porte à croire qu’il
s’agirait d’un vol qui a mal tourné,
plusieurs bijoux et une importante
somme d’argent auraient disparu du
domicile. La victime vivait toute
seule depuis des années. Rappelons
que le même quartier a vécu un
crime similaire il y a à peine
quelques mois, lorsqu’un jeune gardien de parking âgé de 32 ans a été
assassiné chez lui par une arme
blanche.
n Kais B.
IMMIGRATION CLANDESTINE
«NOUS DEMANDONS LE STATUT
DE RÉFUGIÉ POLITIQUE»
«M. le président, je suis persécuté dans mon pays car je suis un partisan du président déchu, Laurent
Gbagbo, je demande le statut de
réfugié politique dans votre pays»,
dira Siko Dialo au président de la
cour pénale du tribunal de Sidi
M’Hamed. Son ami abondera dans
le même sens. Il s’appelle Keita.
Tous les deux ont 22 ans, chômeurs,
et ont fui la Côte d’Ivoire car, disentils, «la milice du nouveau président
élu persécute ceux qui ne reconnaissent pas la légitimité par les urnes
de l’actuel président Alassan
Outtara». N’ayant aucun papier qui
confirme leur dire, aucun passeport,
ils sont entrés clandestinement sur
le territoire algérien par les frontières terrestres, via la wilaya de
Tamanrasset. «Nous voulons préser-
ver notre vie, c’est pour cela que
nous sommes ici», dira le premier.
«Si j’ai fui mon pays c’est pour éviter le harcèlement, la torture et la
mort», a ajouté Siko.
Lors d’une vérification de routine par la police judiciaire, sur les
hauteurs d’Alger, les deux Ivoiriens
ont été arrêtés pour non justification
de leur présence sur le sol algérien.
Présentés au magistrat instructeur,
ils ont été inculpés pour défaut de
présentation de papiers d’identité et
séjour illégal. Dans le box des accusés, les deux amis ont demandé officiellement le statut de réfugié politique. N’ayant pas d’avocat, le président de la cour a renvoyé cette affaire pour un complément d’informations. Car depuis qu’ils sont entrés
en Algérie, ils n’ont contacté ni le
service des étrangers, ni le haut
commissariat aux réfugiés, ni la
famille et les amis. Comment ils faisaient pour circuler sans papier
d’identité, qui leur a assuré le gîte et
le couvert, c’est la grande interrogation. «Allah est grand, nous n’avons
pas volé pour manger et le peuple
algérien est hospitalier», dira l’un
d’eux. «Notre souhait est de bénéficier du statut de réfugié politique
dans votre pays, car la situation
dans notre pays ne nous permet pas
de rentrer et de jouir de notre
citoyenneté comme stipulé par notre
constitution», a expliqué Keita. Le
président de la cour a demandé le
renvoi de cette affaire pour complément d’information avant de statuer
sur ce cas.
n Rabéa F.
Turf
LE PRONOSTIC
VÉRITÉ - ZEMMOURI
HORIZONS • Jeudi 26 Janvier 2012
27
3-KAOLIC DE BELIN
11-STAR LA NOIRE
5-ODILE GALBE
7-NEW JIHAIME
2-SAPHIR DU RU
6-NIKITA CEPE
4-JUSTIN DES GOSSETS
En H.S : 3-11-5-7-X
S
Les plus joués
11-7-5-9-12-4-8
APTITUDE
Les outsiders
2-3-6-13-10
MEILLEURE
CHANCES
2-Saphir du Ru
3-Kaolic de Belin
4-Justin des Gossets
5-Odile Galbe
7-New Jihaime
8-Love Fortuna
11-Star la Noire
12-Nottambula
FORME
2-Saphir du Ru
4-Justin des Gossets
3-Kaolic de Belin
5-Odile Galbe
7-New Jihaime
8-Love Fortuna
11-Star la Noire
6-Nikita Cepe
LES COURSES À ZEMMOURI
Les trotteurs à l’honneur
MEILLEURES
PERFS 13-Leslie du Hauzey
11-Star la Noire
12-Nottambula
8-Love Fortuna
7-New Jihaime
6-Nikita Cepe
5-Odile Galbe
L'hippodrome Emir Abdelkader de Zemmouri sort le grand jeu en organiCLASSE sant une fort belle épreuve à caractère qui aura de quoi satisfaire même le
3-Kaolic de Belin
plus exigeant de nos amis turfistes, car elle aura le mérite de mettre sous les
5-Odile Galbe
feux de la rampe treize spécialistes trotteurs français, connus aux mérites
7-New Jihaime
reconnus qui reprennent du services à la réunion hippique d’aujourd’hui
9-Kemia
après une absence momentanée des pistes et qui vont tout de même réussir
11-Star la Noire
à nous épater, c'est évidemment la distance qui a été retenue, mais surtout la
12-Nottambula
composante de l'épreuve dont une grande partie des concurrents engagés se
13-Leslie du Hauzey
tient de près, car à l’exception d’Onesty qui tarde à retrouver ses marques, les autres concurrents
CONCLUSION possèdent chacun à sa façon des arguments pour venir démêler l’écheveau de ce pari mutuel,
qui sont à l'origine de ce contexte incertain. Il faudra donc ratisser large afin de pouvoir dégager
7-New Jihaime
11-Star la Noire
la bonne combinaison de l'épreuve phare de la journée.
2-Saphir du Ru
Cependant, la logique voudrait qu’on accorde les faveurs du pronostic à la pensionnaire de
4-Justin des Gossets
l’écurie A. Boukhenoufa Odile Galbe et au hongre de 11 ans New Jihaime qui, il faut le recon5-Odile Galbe
naître, sont les mieux lotis pour venir s’accaparer des premières places de ce prix Uborina, sup8-Love Fortuna
port au pari Quarté et Quinté, et qui s’adresse aux chevaux de 3 ans et plus trotteurs français
12-Nottambula
n’ayant pas totalisé la somme de 220.000 DA en gains et places depuis le 01/09/2011 à ce jour.
Recul de 25 m par tranche de
75.000 DA cumulée en gains et
SOCIÉTÉ DES COURSES HIPPIQUES ET DU PARI MUTUEL
places depuis le 01/09/2011 à
ce jour. Une avance de 25 m est
JEUDI 26 JANVIER 2012
PRIX : UBORINA - TROT ATTELE
accordée aux chevaux de
4 ans, et de 50 m pour les pouQUARTÉ-QUINTÉ
2 e course l 300.000 DA l 2.200 mètres
lains et pouliches de 3 ans.
PROPRIÉTAIRES N°
CHEVAUX
DIST.
ENTRAÎNEURS
NOTRE AVIS
JOCKEYS
n Y. S.
01
R. Meziani
Onesty
T. Meziani
2200
SM. Meziani
Difficile
S. Fouzer
Aek. Nougha 02
Saphir du Ru (0)
2200
Proprietaire
Bien placé
03
N. Meziani
R. Meziani
Kaolic de Belin (0)
2200
SM. Meziani
Bel engagement
04
A. Zerougui
A. Chabane
Justin des Gossets
2200
MS. Chabane
Son parcours
F. Boukhenoufa
A. Boukhenoufa 05
Odile Galbe (0)
2225
Proprietaire
Peut gagner
R. Filiri
C.f. Zemmouri 06
Nikita Cepe (0)
2225
Proprietaire
Ne pas négliger
N. Tiar
Aek. Nougha 07
New Jihaime
2225
Proprietaire
Belle carte
08
N. Tarzout
S. Chaabi
Love Fortuna
2225
S. Filiri
En bon rang
09
C. Safsaf
B. Safsaf
Kemia (0)
2225
C. Safsaf
Possible
Y. Meziani
Aléatoire
10
F. Hamiane
Hinacala
2225
Proprietaire
Des moyens
A. Benayad
Aek. Nougha 11
Star la Noire (0)
2250
Proprietaire
Pourquoi pas ?
S. Mekkaoui
12
A. Kadri
Nottambula (0)
2250
Proprietaire
Sur sa valeur
S. Meziani
Kadri/O.Meziani 13
Leslie du Hauzey (0)
2250
S. Meziani
NB : (0) ces chevaux portent des œillères
S
TE
TOUR DE PIS
HIPPIQUE
ZEMMOURI
15h30
A Khenchela, le plus estimé de ces
médecins traditionnels fabrique une pommade spéciale pour les luxations du
genou : une décoction de racines de
tapisa (on l’appelle «bounafa») mélangée
à du beurre et refroidie toute une nuit
dehors. Le lendemain, le beurre est
égoutté : reste à en enduire le genou trois
ou quatre fois, après avoir enlevé les
poils. Une ancienne croyance veut que
les chevaux de course soient menacés
de troubles sanguins au niveau des
épaules. En prévention, on pratique souvent à cet endroit des cautérisations au
fer rouge en forme de palme.
LES FRACTURES sont encore,
quoique de plus en plus rarement,
traitées empiriquement avec un plâtre fait
de farine d’orge ou de semoule de blé,
mélangé à de l’œuf et du sel. La jambe
est immobilisée dans des attelles en bois
et le cheval placé pendant un mois dans
un filet qui surélève le membre cassé et
Hippiatrie
QUARTÉ-QUINTESCOPE
1-ONESTY : en méforme chronique, ce pensionnaire de l’écurie R. Meziani devra consentir de
gros progrès pour espérer briser son écart, mais
attention il est bien placé au premier poteau.
2-SAPHIR DU RU : ce trotteur de 6 ans qui se
recommande de quelques bons essais, devra faire
l’objet de la plus grande attention à l’heure des
choix, surtout qu’il est bien monté.
3-KAOLIC DE BELIN : très bien placé de par les
conditions de la course du jour, ce hongre de 14 ans
ne devrait pas laisser passer une telle opportunité
pour tenter de mettre tout ce beau monde d’accord.
4-JUSTIN DES GOSSETS : ce n’est pas un modèle
de régularité, se plaçant par à-coup, il faudra néanmoins lui accorder du crédit car il se produira sur sa
distance de prédilection.
5-ODILE GALBE : elle vient de se distinguer de fort
belle manière lors de ses dernières sorties, ce qui
en fait une favorite logique pour venir prendre une
part active lors du déclenchement des hostilités aux
abords du disque d’arrivée.
6-NIKITA CEPE : coursière réputée pour sa combativité, qui sans trop briller, arrive toujours à tirer son
épingle du jeu, mérite qu’on s’attarde encore une
fois sur ses chances pour figurer
utilement à l’arrivée.
7-NEW JIHAIME : il vient de réaliser une belle performance au cours de sa dernière tentative, démontrant par là qu’elle a retrouvé tous ses automatismes, ce qui lui confrère une belle
chance au sprint final.
8-LOVE FORTUNA : cette jument de bonne qualité,
qui s’est déjà frottée aux meilleurs avec
succès, s’élancera encore une fois avec de
sérieuses ambitions pour venir occuper une place
de choix à l’arrivée.
9-KEMIA : cette brave jument qui a déjà fait ses
preuves dans des lots similaires à celui du jour,
mérite qu’on lui accorde crédit pour un accessit malgré ses derniers essais en dents de scie.
10-HINACALA : très bien placée de par les conditions de la course, cette vieille jument de 17ans qui
est très bien montée en la circonstance, fera partie
des meilleures possibilités pour venir décrocher un
accessit malgré son âge avancé.
11-STAR LA NOIRE : en gros progrès, cette jument
de bonne qualité qui a déjà été vue à son avantage
dans des lots similaire à celui du jour, demeure compétitive pour un accessit.
12-NOTTAMBULA : cette pensionnaire de la grande
écurie A. Kadri, ne devrait pas se montrer ridicule
dans une telle épreuve malgré son départ du troisième poteau.
13-LESLIE DU HAUZEY : sa dernière course ne
reflète pas sa vraie valeur, car ce poulain de métier
qui a déjà fait ses preuves, reste en mesure au
mieux de sa forme de venir concurrencer les
meilleurs au poteau d’arrivée.
après la brûlure. Près de Tiaret, on
emploie une méthode particulière :
on passe, plusieurs fois, à l’aide
e
longue aiguille, une fibre de
(2 Partie) d’une
laine rouge au niveau de la
déchirure et on laisse le cheval au
pilée, tamisée finement, et de beurre... A
repos pendant une semaine. Il assure, en
l’Est du pays, pour cicatriser les plaies, on
outre, que le traitement est beaucoup
les enduit de goudron végétal et de
plus efficace, s’il est fait un samedi.
semoule de blé bouillis. Au Sud, on les
Les traitements privilégiés des tenrecouvre de cendre de racines de tapsia
dinites, préventifs et curatifs, est la
brûlées ou on y insère un morceau de
cautérisation. Pour augmenter son efficette même racine, taillé en clou. A
cacité, on met souvent du miel pur ou de
l’Ouest, les éleveurs mâchent des feuilles
l’huile avant d’appliquer le fer brûlant.
de noyer qu’ils posent ensuite sur la plaie
Dans ce cas, on protège la peau du
pendant un quart d’heure, puis appliquent
cheval par une pièce de tissu pour qu’elle
une toile d’araignée dont ils prétendent
ne soit pas en contact direct avec le fer.
qu’elle a un haut pouvoir cicatrisant.
Les feux sont de deux sortes : des scariLES DÉCHIRURES MUSCULAIRES
fications faites au couteau ou au stylet, ou
sont généralement soignées par des
bien de petits cercles dessinés par l’excautérisations locales, précédées ou non
trémité de tubes en métal.
d’une application de goudron végétal
pour permettre la repousse des poils
LES SOINS TRADITIONNELS
lui interdit de le poser au sol. Les plaies
diverses, notamment celles qui sont dues
aux blessures causées par la selle ou aux
coups d’étriers, sont traitées de différentes façons. On les désinfecte avec
un mélange d’huile tiède et de sel, ou
d’huile d’olive ou de résine de pin, ou
encore de racines de tapsia bouillies
dans du lait. En Oranie, on utilise aussi du
miel pur ou additionné de souffre en
onguent, ainsi qu’une curieuse préparation obtenue à partir de verre pulvérisé
ajouté à du miel et à du beurre. Dans la
région de Tébessa, pour désinfecter les
blessures plus graves, on applique un
mélange à parts égales de bleu de
méthylène, d’alun pilé, d’écorce de pin
Les abandonnés
1
REAL MADRID
Le limogeage
de Mou coûterait
une fortune
SPORTS
30
HORIZONS • Jeudi 26 Janvier 2011
HANDBALL : l’entraîneur de l’Egypte, Lommel,
démis de ses fonctions
L’entraîneur de la sélection égyptienne de handball (messieurs), l’Allemand Joern-Uwe
Lommel, a été démis de ses fonctions après son échec à qualifier l’équipe aux jeux Olympiques
2012 (JO-2012) de Londres, a rapporté, hier, la presse locale. La Fédération égyptienne de handball a décidé de confier au technicien allemand le poste de responsable des jeunes catégories,
fonction qu’il avait occupée précédemment et ce, jusqu’à l’expiration de son contrat, en juin prochain, selon la
même source. Les responsables de la Fédération égyptienne ont gardé Joern-Uwe Lommel en raison de la présence d’une clause dans son contrat qui lui permet d’obtenir, en cas de limogeage, un salaire de deux mois,
atteignant les 200.000 livres égyptiennes, explique la presse. Battue en demi-finale par l’Algérie (26-25), l’Egypte
s’est consolée en remportant le match de classement pour la 3e place contre le Maroc (29-15), synonyme de qualification au Mondial 2013 en Espagne, aux côtés des Algériens et des Tunisiens.
DROIT TÉLÉ
De plus en plus critiqué au Real Madrid,
José Mourinho n’est pas assuré de rester
dans la capitale espagnole, la saison prochaine. Le quotidien espagnol As indiquait
même mardi que le Special One songerait à
quitter le club l’été prochain. Si les envies
de départ du technicien portugais sont
actuellement que de simples rumeurs, un
limogeage semble, en revanche, très difficile à envisager. Selon Marca, les Merengue
devraient payer 20 millions d’euros à leur
entraîneur s’ils souhaitent le virer. Sous
contrat jusqu’en juin 2014, le Mou a donc
visiblement peu de soucis à se faire ...
FC BARCELONE
Iniesta : «C’est difficile
de croire que le geste
de Pepe ne soit pas
sanctionné»
Le milieu offensif du FC Barcelone, Andrés
Iniesta, estime que le geste de Pepe méritait
d’être sanctionné par la Fédération espagnole
de football. Le champion du monde 2010 n’a
pas digéré les provocations de Pepe et surtout
son geste sur Lionel Messi: «On a tous vu les
images. Pepe a dit que c’est un geste involontaire, mais je pense que la commission de discipline devrait étudier certaines actions. Il faut se
rappeler que ce n’est pas la première fois que
cela se produit», a indiqué le joueur formé à la
Masia dans les colonnes du journal Sport avant
de préciser : «Je pense que des personnes
devraient étudier ces images lorsque l’arbitre
ne voit pas des agressions pendant une rencontre. Je dois avouer que c’est difficile de croire que le geste de Pepe ne soit pas sanctionné.»
A L’HEURE OÙ LA
CRISE ÉCONOMIQUE
SE FAIT RESSENTIR
DE PAR LE MONDE,
L’OPIUM DU PEUPLE
POURRAIT BIEN
DEVENIR DE MOINS
EN MOINS
ACCESSIBLE. EN CES
TEMPS DIFFICILES, LE
FOOTBALL, SPORT
POPULAIRE PAR
EXCELLENCE, N’EST
PLUS VRAIMENT EN
PHASE AVEC CEUX
QUI L’ADULENT, EN
L’OCCURRENCE SES
PROPRES FANS. Le foot va-t-il devenir
un luxe ?
L
a soif de visibilité du
Qatar pourrait bien être
intarissable. Sur le terrain de la Ligue 1, Al
Jazeera, la chaîne qatarie
dont on entend de plus
en plus parler et particulièrement
depuis le rachat du PSG par QSI, a
obtenu le droit de diffuser 6 matches
de Ligue 1 à la carte, deux matches
de second choix ainsi que deux
magazines hebdomadaires. Et cela
pour chaque journée de championnat, à compter de la saison 20122013. En sus, les Qataris, qui souhaitent faire du PSG un grand club
d’Europe sous peu, et qui pourraient, d’ailleurs, voir leur nouveau
club rejoindre la Ligue des
Champions dès l’année prochaine,
ont décidé d’investir dans la plus
prestigieuse des compétitions européennes en s’adjugeant les droits de
retransmission
de
celle-ci.
Concrètement, Al Jazeera diffusera
133 matches de Ligue des
Champions par an, après obtention
de 4 des 5 lots disponibles.
La conséquence majeure de la
volonté d’omniprésence qatarie est
que TF1 n’aura plus rien à se mettre
sous la dent l’année prochaine, ce
qui ne permettra plus aux fans de
football français de pouvoir visualiser la C1 gratuitement comme cela a
toujours été le cas jusqu’à présent. Si
Charles Biétry, directeur de la filiale
française de la chaîne qatarie, en
l’occurrence Al Jazeera Sport, parle de
prix attractifs pour les Français, à
l’inverse, le patron de Canal Plus,
Bertrand Méheut, évoque «une mauvaise nouvelle» et dénonce «un acteur
économiquement irrationnel.»
LE FOOT : UN SPORT DE NOBLES ? Alors, voilà, le fait que la Ligue
des Champions ne soit plus diffu-
sée gratuitement à la télévision dès
la saison 2012-2013, est révélateur
d’un football gangrené par l’argent. Les extrêmes se donnaient
déjà rendez-vous tous les weekends dans les stades du monde
entier où supporteurs aux revenus
généralement modestes et joueurs
aux salaires indécents se retrouvaient. Mais ces îlots de gratuité
footballistique tendent à disparaître. Faute de pouvoir aller au
stade, assister à un match de football devant sa télévision risque bel
et bien de devenir un luxe pour
beaucoup de gens. Ce genre de fantaisie que l’on s’octroie avec parcimonie pourrait à l’avenir relever
de l’anecdote.
L’OPIUM DU PEUPLE :
UNE DROGUE HORS DE PRIX ?
Le sport populaire commençait
déjà à devenir de moins en moins
accessible au stade, où en
Angleterre par exemple, sous prétexte d’une volonté d’éradication
d’une
minorité
dénommée
Hooligans, les dirigeants de bon
nombre de clubs ont considérablement augmenté le prix des places,
éloignant un peu plus, par la même
occasion, les classes populaires de
leur attraction favorite.
Plus en rapport avec nos
contrées françaises, la rénovation
des stades en vue de l’Euro 2016, si
tant est qu’elle soit positive en
termes de confort, d’image et de
compétitivité ne devrait pas entraîner pour autant une accessibilité
aux stades plus généralisée, loin
s’en faut.
Le football est, au préalable, un
sport populaire plébiscité par des
millions de gens, à travers le
monde. On peut d’ailleurs, émettre
le constat suivant : s’il y a autant
d’argent qui circule dans le domaine du football, c’est intimement lié
au fait que beaucoup de gens aux
cultures très différentes s’y intéressent. Cependant, on doit relever
que, paradoxalement, ce sport
s’éloigne de plus en plus des
valeurs populaires et simples qu’il
véhiculait. En demandant aux gens
de payer pour voir les matches de
la Ligue des Champions, la fracture sociale qui s’opère pourrait bien
être irréversible. Le football pourrait désintéresser, écoeurer, voire
révolter certains de ses plus fidèles
admirateurs.
LE FOOT EST DÉJÀ SUR UNE
PENTE DESCENDANTE En France, ces dernières années,
le football n’est plus aussi adulé
qu’il ne l’a été et ce, pour plusieurs
raisons. L’épisode de Knysna à
l’occasion de la Coupe du Monde
2010, en tête d’affiche, a beaucoup
entaché sa popularité. Le nombre
de licenciés s’est étiolé, ces derniers temps.
En vérité, moins de 2 millions
de licenciés ont été recensés sur la
saison 2010-2011, enregistrant une
baisse de près de 6% et passant
sous la barre symbolique des 2 millions d’adhérents. Comme on a pu
le dire précédemment, l’abondance
d’argent dans le milieu n’est pas
gage de popularité. En outre, lors
de la saison 2010-2011, le taux d’affluence dans les stades de Ligue 1
est passé sous la barre des 20 000
spectateurs par match. On n’avait
pas vu aussi bas depuis 1998.
La nécessité de devoir payer
toujours plus pour voir le football à
la télévision pourrait bien éloigner
davantage le public d’un football
plus vraiment en odeur de
sainteté...
SPORTS
31
HORIZONS • Jeudi 26 Janvier 2012
Halilhodzic
content
pour Yahia
et Mesbah
Antar Yahia s’est engagé, hier, avec la formation allemande
du FC Kaiserslautern (Bundesliga) pour un contrat de trois
ans et demi (jusqu’en juin 2015), indique le site officiel du club.
L’entraîneur de Kaiserslautern , Marco Kurz a salué l’arrivée
du capitaine des Verts ( 49 sélections pour 5 buts), estimant
que «le joueur apportera au club sa longue expérience dans la
Bundesliga. «Nous misons beaucoup sur l’expérience de
Antar Yahia. Je suis persuadé qu’il va nous aider dans la lutte
pour le maintien», a déclaré le coach du club allemand.Après
leur transfert au Kaiserslautern et au Milan AC, Halilhodzic
s’est montré content pour Antar Yahia et Djamel Mesbah.
« C’est une très bonne nouvelle. Antar m’a appelé mardi à
minuit pour m’en informer. Ce sera bénéfique pour lui et pour
l’équipe nationale. Cela est aussi valable pour Mesbah qui va
jouer dans les rangs d’un grand club comme le Milan », a-t-il
affirmé. Par ailleurs, le coach de l’EN a révélé qu’il est très difficile d’élaborer la liste des 23 pour le match de la Gambie.
n A. K.
FOOTBALL
Photos : Fouad S.
HALILHODZIC (SÉLECTIONNEUR NATIONAL)
«FAIRE DU MATCH
DE LA GAMBIE UN DÉCLIC»
LE SÉLECTIONNEUR DE L’ÉQUIPE
NATIONALE DE FOOTBALL,
VAHID HALILHODZIC, A INDIQUÉ
QU’IL VEUT «FAIRE DU MATCH
DE LA GAMBIE UN DÉCLIC».
D
LIGUE 1 (17e JOURNÉE)
Le plein de chocs
Victorieux le week-end
dernier, loin de leurs bases,
les deux co-leaders sétifien
et usmiste vont devoir se
livrer une nouvelle lutte à
distance demain à l’occasion des deux matchs avancés de la 17e journée prévue
samedi.Ce
sera
d’abord l’USMA qui ouvrira le bal en affrontant le
voisin harrachi dans un
derby indécis. Mais, les
Rouge et Noir revigorés
par le dernier succès arraché en terre batnéenne, ont
largement les moyens de
disposer d’une équipe harrachie confrontée ces derniers temps à de sérieux
problèmes. L’on a appris
en effet, que le boss Laïb et
le coach Charef, veulent
quitter le club en fin de saison.Un peu plus tard, le
stade du 08-Mai 45 de Sétif
sera le théâtre d’une somptueuse affiche. Il s’agit du
classique entre l’Entente et
le MCA.Une aubaine pour
les Sétifiens de rester au
sommet du classement.
Toutefois les coéquipiers
de Djabou doivent faire
très attention à cette forma-
tion algéroise capable du
meilleur comme du pire.
L’autre choc de ce 17e
round mettra aux prises au
stade du 1er-Novembre de
Tizi Ouzou, la JSK et le
CRB, deux formations en
quête d’une victoire pour
rester au contact des leaders.Idem pour l’ASO et la
JSMB dont la tâche ne s’annonce guère aisée du côté
de Constantine et du 20
Août 55 face au NAHD. Ce
dernier n’a plus droit à l’erreur s’il veut garder un
mince espoir de se maintenir en Ligue 1.De son côté,
le WAT, auteur ces dernières
journées
d’une
remontée spectaculaire au
classement, veut poursuivre son ascension.Les
Zianides peuvent même
rêver d’une place sur le
podium en cas de victoire
face au MCEE.En bas de
tableau, MCO-ASKet MCSCAB ne manqueront guère
d’intérêt. L’enjeu est de
taille pour les locaux,
condamnés à l’emporter
pour revenir à une longueur de leurs adversaires
du jour.
Programme
Vendredi 27 janvier
Alger (5-Juil)
Sétif
: USM Alger- USM Harrach
: ES Sétif- MC Alger
Samedi 28 janvier (15h00):
Tizi-Ouzou
: JS Kabylie- CR Belouizdad
Alger (20-Août) : NA Hussein Dey- JSM Béjaia
Constantine
: CS Constantine- ASO Chlef
Saida
: MC Saida- CA Batna
Oran
: MC Oran- AS Khroub
Tlemcen
: WA Tlemcen- MCE Eulma
ans une conférence
presse animée hier
au
complexe
Mustapha-Tchaker
de Blida juste après
une séance d’entraînement des joueurs locaux, il a
révélé que malgré sa difficulté, la
rencontre du 29 février rentrant
dans le cadre du tour préliminaire
de la CAN 2013 doit être abordée
avec un esprit de gagneur. «Ce
sera un match très difficile.
Nous nous déplacerons pour
essayer de gagner. Ce qui va nous
permettre de mettre fin à la disette
que connaît l’EN quand elle joue à
l’extérieur. Je veux faire de ce
match un déclic», a-t-il déclaré.
Concernant la préparation de cette
première manche, l’ancien buteur
du FC Nantes a fait savoir qu’il
n’aura pas assez de temps pour
préparer ce rendez-vous crucial.
«On n’aura un regroupement le 26
février à Paris. Malheureusement,
une seule séance est programmée
le mardi 28 en Gambie. Je trouve
cela insuffisant», ouligne-t-il.
LES STATISTIQUES
À L’EXTÉRIEUR SONT
TERRIBLES
A propos des statistiques des
résultats de l’EN à l’extérieur, le
Franco-Bosnien a noté que c’est
terrible. «En 8 ans, l’équipe n’a
gagné qu’une seule fois à l’extérieur en 20 matches. Durant les 4
dernières années, seulement 4 buts
ont été inscrits. 12 buts ont été
encaissés depuis janvier 2010», a-til déclaré. Une situation qui a
poussé le technicien à menacer de
remettre le tablier, en cas où il n’y
ait pas de progression. « Si les
choses ne s’améliorent pas, je vais
dire au président merci et je m’en
vais », dira-t-il. Halilhodzic a également rappelé que les Gambiens
ont battu à deux reprises les Verts
à Banjul. «Je prépare un groupe
courageux pour aller gagner làbas. Le moment est venu pour
libérer la sélection à l’extérieur. Il
faut changer la mentalité de perdant», affirme-t-il.
Pour ce qui est des matches des
adversaires de l’Algérie lors de la
CAN 2012, il pense que le Mali
renferme sur de très bonnes individualités. « Il y a de nouveaux
dans leurs rangs. On les affrontera
dans 5 ou 6 mois. C’est une bonne
équipe face à laquelle on aura des
problèmes», estime-t-il.
LA FORME PHYSIQUE,
LE SOUCI MAJEUR
Le coach des Verts a exprimé
une nouvelle fois son inquiétude
par rapport à la forme physique
des locaux. Ces derniers manquent, selon lui, de fraîcheur physique. Les blessures sont dues au
manque
de
travail.
«Physiquement, ça ne va pas du
tout bien. Aucun joueur n’est prêt
pour jouer un match. La situation
est très compliquée.
Je ne sais pas ce qu’ils sont en
train de faire dans leurs clubs. Ils
manquent de discipline sur le terrain. Il ne cesse de contester les
décisions des arbitres. Malgré cela,
je suis en train d’essayer d’améliorer les choses », dit-il. Et d’ajouter :
«J’ai fait un constat. Peut-être que
leur forme est suffisante pour évo-
luer en championnat d’Algérie.
Moi je veux qu’ils soient au top sur
ce plan. C’est ce qu’il faut pour
pratiquer le football que je demande». Concernant le choix des
joueurs qui seront en Gambie,
l’ancien coach de Lille a expliqué
ce qu’il attend des joueurs ocaux.
«Ils seront suivis.
S’il y a un qui peut apporter un
plus à l’EN, il sera retenu », a-t-il
répondu. Au sujet de ses déplacements pour superviser ses éléments à l’étranger, Halilhodzic a
justifié cela par le fait que 95% des
titulaires du onze national jouent à
l’étranger. «Je ne dois pas être tout
le temps. Je dois discuter avec les
nouveaux, tel Cadamuro pour
connaître la mentalité de tout le
monde», explique-t-il.
CHOQUÉ PAR
CE QUI S’EST PASSÉ
AVEC LES OLYMPIQUES
A propos des accusations à son
encontre, le culpabilisant d’être le
responsable de l’élimination des
U-23 dans la course aux jeux
Olympiques, l’ancien driver des
Eléphants n’a pas caché son
mécontentement. Il s’est dit surpris, parce que son déplacement
visait essentiellement à aider, non
à casser l’équipe.
«Lors du tournoi préolympique
au Maroc, ce fut la honte. On m’a
culpabilisé de mettre la pression
sur les joueurs. Tout entraîneur se
prend pour le meilleur de la planète», a-t-il réagi. Et de renchérir :
«J’étais sur place pour les encourager. J’ai été déçu par le comportement de certains joueurs face au
Nigeria. Trois remplaçants ont
quitté le banc, après que les
Nigérians aient marqué le second
but».
n Adel K.
IL DEVRAIT DONNER UNE CONFÉRENCE DE PRESSE CE SAMEDI
Amrous : «La démarche de Zedek est illégale»
Décidément, l’affaire qui oppose depuis quelques
années Sadek Amrous à Abdelhamid Zedek au
sujet de la présidence du club sportif amateur CSA/MCA, n’est pas près de
connaître son épilogue. Amrous continue de clamer haut et fort qu’il reste
le président du CSA/MCA, qualifiant la démarche de Zedek d’illégale. « Jusqu’à preuve du contraire,
je suis le président du CSA/MCA.
Je voudrais simplement sensibiliser
la famille mouloudéenne pour dire
que l’AG que compte organiser prochainement Zedek est illégale », nous at-il déclaré et de poursuivre : « Zedek a
officiellement présenté sa démisson et nous
l’avions acceptée. J’ai les documents qui le prouvent.
A partir de là, et aux yeux de la loi, il n’a guère le droit
de se porter candidat aux élections. Zedek devrait
attendre la fin du cycle olympique pour pouvoir prétendre à la présidence. C’est la réglementation qui
l’exige. Quelqu’un qui démissionne n’a pas le droit
de se porter candidat avant la fin du mandat en
cours». Sadek Amrous ne s’est pas empêché
de tirer à boulets rouges sur Zedek qu’il
accuse d’user de tous les moyens afin
d’accéder à la présidence du club.
«Zedek veut à tout prix organiser
l’AG du club amateur ces jours-ci, car
il compte sur le soutien de ses amis
pour récolter la majorité des voix».
Amrous s’est également dit étonné
par la manière dont le Drag a traité
cette affaire. «Je n’arrive pas à comprendre comment le Drag a pu accorder
l’agrément à Zedek alors que l’ancien
DRAG le lui avait refusé. C’est vraiment inconcevable », s’est-il interrogé. En tout cas, notre interlocuteur a promis de faire la lumière sur cette affaire
lors de la conférence de presse qu’il tiendra samedi à
la villa de Chéraga à partir de 10h.
n M. F.
La Météo
du jour
n
Alger 19° n Annaba 20°
n
Constantine 15°
n
Oran 17°
Fedjr....................6.25
Dohr ..................13.00
Assar .................15.46
Maghreb.............18.09
Ichaâ .................19.31
n
Ouargla 19° n Tamanrasset 22°
VENTE
ACHAT
6
1 €6
6
1 €6
1$
1$
75,52 DA
80,14 DA
104,31 DA
110,69 DA
Horizons
AMAR GHOUL
Un projet de
dédoublement
du tronçon sud
de la RN6
reliant Bechar
à Adrar
Horizons : http://www.horizons-dz.com
R.C.97B 36181
n
Tindouf 21° n Illizi 23° n
B
SERVICE PU
Tél: (021) 73 67 24 - 73 59 69 - 73 59 04
Fax: (021) 73 61 34 - 73 67 29
FOOTBALL - JSK
s qualifié
Dembélé toujours paK n’avait pas encore
e d’hier, la JS
Jusqu’en fin de journé isant la recrue malienne Makam
tor
au
S
TM
x
eu
direction du
reçu le fam
e licence. Aussi, la
Dembélé à obtenir untte procédure, a contacté l’attaché
club, pour accélérer ce ssade à Téhéran afin de prendre
ba
ll. Le diploculturel de notre am
ion iranienne de footba
langue avec la Fédérat s de les rappeler au plus tard
mi
mate leur aurait pro rer le fameux document.
cu
tène
aujourd’hui et leur pro
n R. Hammou
Un projet de dédoublement du tronçon sud de la RN6 sur 50 km, reliant
Bechar à Adrar, sera lancé dès la
finalisation des études techniques,
en cours, de cet important projet
routier, a annoncé, hier, le ministre
des Travaux publics, M. Amar
Ghoul. Le ministre, qui a fait cette
annonce en marge d’une visite de
travail dans la wilaya de Bechar, a
indiqué que ce projet s’inscrit dans le cadre de la «stratégie nationale de modernisation et d’extension du
réseau national», notamment dans les régions du sud
du pays. Le projet vise aussi le désenclavement des
localités et zones d’habitations situées le long de cet
important axe routier et ce, à travers la réalisation de
bretelles de connexion de ces localités à cette route
nationale, a-t-il précisé.
La découverte d’ossements
d’hommes préhistoriques n’est pas
à écarter
Le site archéologique de
Aïn Lahnèche, prés d’El
Eulma, à l’est de Sétif,
pourrait fort bien abriter
des ossements fossilisés de
l’homme préhistorique, a
estimé le Dr Youcef Abiche
du département d’Histoire
de l’université de Sétif.
S’exprimant en marge du
1er colloque national «Sétif
histoire et civilisation» qui
se tient depuis mardi au
pôle universitaire El
Hidhab, le Dr Abiche a
indiqué que les résultats
des fouilles effectuées en
juillet dernier sur ce site
archéologique seront
rendus publics
«prochainement». Ces
fouilles avaient été
conduites par le Pr
Mohamed Sahnouni,
chercheur activant en
Espagne, qui a dirigé une
cinquantaine d’étudiants
des universités d’Alger et
de Sétif, avec la
collaboration d’une équipe
pluridisciplinaire de
chercheurs. Le site de Aïn
Lahnèche (30 km à l’est de
Sétif), fait l’objet de fouilles
périodiques qui ont déjà
donné des résultats
Photo : Fouad S.
AÏN LAHNÈCHE (SÉTIF)
MESSAHEL À NOUAKCHOTT
«HALTE À LA MULTIPLICATION
DES INITIATIVES»
intéressants, de l’avis des
archéologues.
Ce site témoignant des plus
anciennes présences
humaines en Afrique du
Nord (elles remontent
probablement à quelque 2
millions d’années), a été
mis au jour en 1947 par
Camille Armbourg qui
avait dirigé des fouilles sur
tout le bassin de Béni
Fouda dans la région de
Sétif où il avait découvert
notamment, une corne d’un
animal préhistorique. En
2006, le Pr Sahnouni avait
pris la tête d’une équipe de
chercheurs à Ain Lahnèche
où pas moins de 884 pièces
d’ossements d’animaux
avaient été sorties de terre.
LES PAYS DU CHAMP (ALGÉRIE, MALI, MAURITANIE ET NIGER) PARTAGENT LA MÊME ANALYSE SUR LA
SÉCURITÉ AU SAHEL : UNE LUTTE SANS MERCI CONTRE AL-QAIDA AU MAGHREB ISLAMIQUE (AQMI) ET
LE CRIME TRANSNATIONAL ORGANISÉ DEVENUS «UNE MENACE POUR L’UNITÉ ET LA SURVIE» DES PAYS
DE LA RÉGION ET LA MULTIPLICATION DES PROGRAMMES DE DÉVELOPPEMENT ET D’INTÉGRATION.
L
e Nigeria, qui a été
invité comme membre
observateur à la rencontre des ministres
des Affaires étrangères
des quatre pays à
Nouakchott pour «exposer», la
relation entre l’AQMI et Boko
Haram, une organisation qui
mène des attentats meurtriers
contre les chrétiens du pays le
plus peuplé d’Afrique, aussi.
Ceux qui cherchent à intervenir
au Sahel, les puissances occidentales notamment, sous prétexte de
lutter contre le terrorisme, prendront-ils acte de ce rappel ?
« Toutes les initiatives en direction du Sahel doivent venir en
complément et non en substitu-
ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L’UPM
Le Conseil de la nation
prend part aux travaux de la réunion
Le Conseil de la nation prendra part aux
travaux de la réunion de la commission des
affaires politiques, de la sécurité et des
droits de l’Homme de l’assemblée parlementaire de l’Union pour la Méditerranée
(UPM), prévue jeudi au siège du Parlement
européen en Belgique. Les participants à
cette réunion se pencheront sur la question
des élections et des changements constitutionnels dans les pays du sud de la
Méditerranée. Ils auront également l’occasion d’échanger leurs vues avec les parlementaires tunisiens et égyptiens.
Les membres de la commission examineront en outre les moyens d’assurer une base
économique pour accompagner la transition politique au sud de la Méditerranée.
La réunion sera sanctionnée par des recommandations autour du thème «Quel partenariat euroméditerranéen pour répondre
aux exigences de la transition démocratique dans les pays du sud méditerranéen».
Le Conseil de la nation sera représenté, lors
de cette réunion, par MM. Benyounes
Mohand Akli et Dramchini Boualem, en
leur qualité de membres de la commission.
tion à notre démarche régionale »
et « la multiplication des initiatives et des idées, aussi louables
soient elles dans leur intention, ne
fait que créer des duplications
inutiles et contre-productives »,
affirme Abdelkader Messahel,
convaincu qu’il n’y a pas d’autre
« alternative viable et efficace ».
Surtout depuis l’engagement
des « quatre » à assumer leurs
responsabilités
nationales
et
régionales « patiemment et
méthodiquement » et prohiber le
payement des rançons, cette
« source de financement essentielle pour les groupes terroristes » et
la libération des terroristes
condamnés ou poursuivis par la
justice.
Autre fléau qui pourrait « compliquer » la situation dans la
région : la circulation des armes
et le « retour massif des migrants
et d’hommes armés de la Libye
vers leur pays d’origine ». Selon
Messahel, les partenaires du
champ sont interpellés. Ils doi-
vent, dit-il, trouver une réponse
« idoine » à ces questions. En
attendant ces réponses, les pays
affectés par l’AQMI s’entendent
sur un budget pour leur unité
commune de renseignements,
basée à Tamanrasset et créent
deux comités, l’un politique et
l’autre technique. Le premier planifiera le suivi et la mise en
œuvre de toutes les actions des
quatre ministres des Affaires
étrangères. Le second sera chargé
d’animer et de coordonner l’action des quatre pays dans les
domaines des grands projets
structurants, notamment ceux
ayant un impact direct sur la vie
des populations dans les zones les
plus enclavées. Fait nouveau et
attendu : cette stratégie des pays
du champ qui dérange les calculs
de certains en Occident est en
passe d’être préconisée par
l’Union africaine comme
un
« modèle » pour le reste du continent.
n Djamel B.
Condoléances
Les membres de l’UFAC (Union des universitaires algériens et francoalgériens) et militants du Front de libération nationale de la zone (II) Sud
de France, ayant appris avec beaucoup d’émotion et de tristesse le décès ce
lundi 23 janvier 2012 à Marseille de l’époux d’une grande amie et une militante FLN très engagée, Ghania Mehleb, secrétaire de l’UFAC, tiennent à
témoigner, au nom de l’ensemble des membres de l’UFAC et des militants
de leur famille politique de la zone II, à Madame Mehleb, en cette douloureuse épreuve, leurs sincères condoléances et leur profonde
compassion.
Que Dieu accorde au défunt une place dans Son Vaste Paradis.
A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.

Documents pareils

les fondamentaux

les fondamentaux en vertu de la loi de finances complémentaire pour 2015 commencent à donner des résultats à même de renforcer les recettes de la Caisse et de recouvrer le maximum de cotisations. Au 28 janvier 2016...

Plus en détail