dossier - Saint-Jean-de

Commentaires

Transcription

dossier - Saint-Jean-de
82
I OCTOBRE 2009 I N°
Le
Magazine
municipal des Montois
DOSSIER
1999-2009 :
un territoire
en mouvement
2
3
I N°82 I octobre 2009
Événements
Sommaire
à Saint-Jean-de-Monts
Les jeunes montois sont les citoyens de demain et le rôle
d’une société adulte est de les préparer à assumer
ces responsabilités tout en leur procurant un cadre de vie
épanouissant. Les initiatives municipales prennent la forme
de projets qui articulent ces deux dimensions.
Les jeunes Montois
ont la parole
Le Conseil d’Enfants
C’est au cours des dernières semaines de
novembre que seront renouvelés les mandats
des élus au Conseil d’enfants. Ce temps des
candidatures et des nouvelles propositions
est également celui du bilan des réalisations
d’un mandat particulièrement actif. Rappelons
l’organisation de la journée sans voiture de
novembre 2008 ou encore la réalisation de la
vidéo sur le thème des droits de l’enfant. Ce film
avait fait l’objet d’une présentation lors de la
cérémonie des vœux 2009 et, surtout, lors de la
rencontre nationale Unicef Ville amie des enfants,
dans les locaux du Sénat, en février dernier.
Mais d’autres réalisations resteront dans
la mémoire de la ville : des supports visuels
(skrapbooking, photos ou dessins) ont rejoint
la destination de Mahazaza (Madagascar) pour
Nos quatre jeunes montois remportent la Biennale
de la cité en présence de Yann Arthus-Bertrand
faire connaître Saint-Jean-de-Monts aux jeunes
malgaches.
Quelques semaines avant la période des grandes
vacances, les élus du Conseil d’enfants sont
allés à la rencontre des élus de la Région des
Pays de la Loire et ont visité avec beaucoup
d’intérêt l’Hôtel de Région.
Les conseillers d’enfants qui furent souvent
présents lors des réunions et cérémonies
officielles seront prochainement relayés par de
nouveaux élus.
Droits de l’enfant : vingt ans !
Le millésime 2009 coïncide avec le vingtième
anniversaire de la Convention internationale des
droits de l’enfant. C’est, en effet, le 20 novembre
1989 qu’étaient publiés les 54 articles qui seront
signés ensuite par 192 pays (seuls les Etats-Unis
Événements
4
En bref
6
DOSSIER
1999-2009 : photographie
d’un territoire en mouvement
Du 18 au 26 novembre, Saint-Jean-de-Monts célèbre
les 20 ans des droits de l’enfant
avec l’exposition anniversaire 20/20 réalisée
par Gilles Porte et l’Unicef.
De l’action
avant tout !
2
Édito
9
et la Somalie n’ont pas encore, à ce jour, ratifié
ce texte).
Sous l’égide de l’Unicef, de nombreuses manifestations jalonnent l’année, s’appuyant sur les
réalisations que la Convention internationale des
droits de l’enfant a permis de mettre en œuvre,
mais également sur l’importance de ces droits
dans le monde.
La semaine anniversaire du 20 novembre sera
ainsi tout naturellement dédiée au thème des
Droits de l’enfance. Odysséa accueillera, du
18 au 26 novembre, une exposition de Gilles
Porte consacrée à des dyptiques mettant en
scène des portraits photographiques d’enfants
et leurs autoportraits. Cette démarche artistique
et citoyenne mettra en valeur, au travers de la
créativité des enfants, leur droit à l’expression,
leur droit à l’identité et, au-delà, l’ensemble des
droits de l’enfant.
L’événement, organisé en partenariat avec
l’Unicef, Solidarité laïque, Clowns sans frontières
et la Ligue des droits de l’homme, a été filmé
dans sa préparation par Gilles Porte. Des extraits
seront prochainement diffusés sur une chaîne
de télévision nationale.
En action
15
Perspectives
16
Portrait
Élie et Marlène Caillé :
le bénévolat comme passion
17
Pourquoi ?
Questions-réponses
sur la commune
18
À savoir...
19
Rendez-vous
L’agenda des manifestations
20
Environnement
Biennale d’architecture
Comment rendre les écoles éco-responsables ? Comment dessiner une ville plus durable et mieux
adaptée aux jeunes ? Ne faut-il se poser ces questions qu’entre adultes ? « Non », a décidé le
jury du concours de la Biennale « Les jeunes dans la cité », organisé les 22 et 23 juin derniers.
Futurs citoyens et pas tout à fait architectes, les jeunes (11 - 17 ans) ont planché sur le sujet et
nombreuses furent les idées novatrices et intéressantes relevées par le jury présidé par l’architecte Dominique Gauzin-Müller.
Les projets préparés et argumentés par les jeunes Montois étaient variés puisqu’ils concernaient
des projets d’éco-quartier, de lycée « éco-logique » ou encore de réaménagement de parcs ou
de pistes cyclables. Krys Café, Louis Vigneron, Pauline Gourdon (Florian Burgaud n’ayant pu
se rendre à Paris) sont allés présenter leurs projets et leur équipe remporta le grand prix aux
côtés des jeunes de Fléac (16) et du Grand Charmont (25).
Les lauréats se virent remettre un cadeau lié au développement durable puisqu’il consistait en
un voyage à Barcelone à la découverte d’un éco-quartier. C’est le parrain du concours, Yann
Arthus-Bertrand, qui a remis les Trophées lors de la cérémonie de clôture.
71 jeunes « urbanistes » ont ainsi fait entendre leur voix et leurs idées sur leur manière de
concevoir une ville encore plus durable, mais également adaptée aux besoins et aux attentes
de jeunes. Saint-Jean-de-Monts est l’une des douze villes pilotes chargées du suivi et du
programme d’actions 2009 – 2014 pour les droits des enfants dans la ville.
Directeur de la publication :
André Ricolleau
Crédits photos :
Pascal Grillot, Ville de Saint-Jean-de-Monts (Frédéric
Lambert, Accueil de Loisirs Bord à Bord), G. Rossini,
Commune d’Antanetibe-Mahazaza (Madagascar),
SEM Saint-Jean Activités, Région Pays-de-la-Loire,
Francine Guiet, SyDEV, SIEGA.
Rédacteur en chef : André Pereira
Rédaction : Esperluette (Jean-Michel Luquet,
Émilie Giraudet)
Conception :
Impression : Novéprint – 12, rue Paul Doumer
BP 194 – 85005 La-Roche-sur-Yon Cedex.
Contact : Ville de Saint-Jean-de-Monts
Service communication et culture
18, rue de la Plage • BP 706
85167 Saint-Jean-de-Monts Cedex
Tél. 02 51 59 97 00 • Fax 02 51 59 39 83
E-mail : [email protected]
www.mairie-saintjeandemonts.fr
Magazine imprimé sur papier certifié PEFC
(bois issus de forêts gérées durablement)
Dans un contexte où la morosité et
l’incertitude liées à la crise se traduisaient
par de légitimes inquiétudes, notre station
a su maintenir sa fréquentation, cette année
encore, à un très bon niveau.
André Ricolleau
Maire de Saint-Jean-de-Monts,
Conseiller général de la Vendée.
Nos efforts de promotion, additionnés à ceux du pôle touristique
du Pays du Pont d’Yeu, ont su gagner la confiance des vacanciers.
Nos indicateurs confirment le choix des touristes français ou des pays
voisins ; lors des sondages des 8 et 14 août derniers, tous les pays habituels
étaient présents et seuls deux départements français n’étaient pas représentés
à Saint-Jean-de-Monts (la Lozère et la Corse du sud).
Tous les professionnels peuvent être fiers de ce constat. Leur adhésion
aux actions initiées par la SEM Saint-Jean Activités, dans sa recherche
permanente de qualité, est récompensée.
Ces actions nécessitent une détermination et une cohérence sans failles afin
de mettre en évidence les nombreux atouts de notre territoire, et de bien les
communiquer.
Ainsi cette volonté nous a conduits à opter pour un nouveau logo dont vous
aurez un autocollant dans le prochain numéro de ce magazine.
De même, il nous faut poursuivre dans cette direction en offrant un nouveau
site internet aux internautes de plus en plus nombreux. Il est indispensable
d’être très attractif face aux attentes du touriste ou du vacancier potentiel
dont le choix s’effectue en temps réel.
C’est pour cette raison, enfin, que notre programme d’investissements se
poursuit à un rythme soutenu. En apportant notre contribution au maintien
de l’économie locale, nous anticipons également les futures décisions
gouvernementales qui risquent de réduire l’autonomie des collectivités locales.
En effet, sous couvert d’une réorganisation de la pyramide administrative
française, la décentralisation est remise en cause pour ne compter que
des communes et des intercommunalités suffisamment importantes.
Aussi, avons-nous le souhait de vous proposer, quoiqu’il en soit, des équipements
de qualité en rapport avec notre population à l’année et notre capacité d’accueil
dans le cadre d’un développement raisonnable et raisonné.
L’évolution, dont la croissance est constante dans ce territoire solidaire depuis près de 20 ans, nous oblige à prévoir l’avenir lors de l’élaboration
du PLU (Plan Local d’Urbanisme).
Plusieurs réunions de travail, avec les services de l’Etat sous la présidence
de Monsieur le Préfet et en présence de Madame le Sous-Préfet,
nous ont permis de rédiger le document définitif qui vous sera soumis
à l’enquête publique début 2010.
Ce projet ne reprend certes pas toutes nos aspirations mais n’hypothèque
pas l’avenir. Nous sommes persuadés que les secteurs qui prennent en
compte les préoccupations économiques, sociales et environnementales
resteront des directions privilégiées pour les populations urbaines.
Nous continuons à engager Saint-Jean-de-Monts vers cette qualité
de vie que nous avons façonnée ensemble depuis plusieurs années.
4
5
I N°82 I octobre 2009
En bref
Triathlon
à Saint-Jean-de-Monts
Fête de la musique
La remise
des dictionnaires
Il y a des traditions qui sont toujours autant appréciées : celle de la
remise des dictionnaires remonte à une quinzaine d’années. Elle
concerne l’ensemble des établissements scolaires de la commune et,
plus précisément, les élèves qui passent en sixième. Même à l’heure
numérique, ce gros ouvrage « papier » demeure un symbole : celui de
l’accompagnement dans le parcours éducatif et scolaire.
La Saint-Jean et la fête de la musique n’ont fait
qu’une seule et belle fête sous les auspices d’une
belle soirée de début d’été. La musique malgache
était à l’honneur avec Charles Kely Quintet, rappelant
les liens forts qui se tissent entre Saint-Jeande-Monts et Antanetibe - Mahazaza, à Madagascar.
Percussions afro-brésiliennes (Bahiafro), jeunes talents
du rock et de la chanson française (Epsylon et les
Fées dopent l’air) prolongeaient les concerts offerts
par Vibrato, l’école de musique intercommunale.
Cette discipline sportive à la fois complète
et spectaculaire est presque née à SaintJean-de-Monts si l’on en croit la fidélité des athlètes, familles et supporters.
Ceux-ci ne manqueraient pour rien au
monde cette grande fête qui a fait des
émules un peu partout.
Une organisation signée par le club de
Saint-Jean-de-Monts et ses bénévoles
enthousiastes et expérimentés !
La Déferlante d’été
Les camps de vacances
Qui, du Son de Los Diablos (Compagnie la Belle Image)
ou de Glissendo (sans oublier les « s » entre les
« s » !) aura le plus marqué les esprits d’un public
enthousiaste ? Les arts de la rue savent séduire leur
public, subjugué par neuf personnages qui virevoltent
en jouant de la musique parmi la foule ; à moins qu’il
ne se laisse captiver par ce masque en fer forgé qui
annonce l’apparition de ce diable musicien, plutôt
charmeur et assez jovial.
Enfants et adolescents se sont précipités
sur les camps de vacances proposés par
le service enfance jeunesse de SaintJean-de-Monts. Les quatre camps pour
les adolescents, six pour les enfants (cinq
jours) et un pour les petits ont remporté
un vif succès, comme chaque année. Ni
loin, ni longtemps, mais avec un contenu
thématique et pédagogique : telle serait
la recette d’une assiduité récurrente…
« La symphonie mécanique »
Si ce spectacle, produit par la compagnie La Machine,
elle-même soutenue par la Région des Pays de la Loire,
a remporté un immense succès en centre-ville, c’est
sans doute parce que son approche était originale.
Sitôt l’installation, le public était invité à pénétrer au
cœur de « La Machine » pour assister à la répétition.
Emotion garantie !
Rassemblement
du 1 er Régiment
d’Infanterie Motorisée
Plus de sept cents participants formaient la
procession qui, partant de l’église se rendit
jusqu’à la flamme du souvenir, le 17 juin
dernier à Saint-Jean-de-Monts.
Honorant la mémoire des 44 soldats de ce
régiment morts pour la France, ces participants ont évoqué les souvenirs forts d’une
période difficile.
Vendée Beach Rugby
Au-delà du sport, ce sont les valeurs du
rugby qu’avaient entrepris de promouvoir
ensemble l’Education Nationale et la
Fédération Française de Rugby. Quelques
jours avant la fin de l’année scolaire, plusieurs centaines d’enfants ont découvert
le beach-rugby grâce aux tournois, aux
animations ou aux parcours d’initiation.
Une belle initiative sur la plage de SaintJean-de-Monts !
6
07
I N°82 I octobre 2009
DOSSIER
Anticiper pour aménager
Le Plan Local d’Urbanisme
Succédant au POS (Plan d’Occupation des Sols), le Plan Local d’Urbanisme (PLU) sera le nouveau document de référence pour tous les projets de constructions
ou d’aménagement sur la commune. Le PLU définit également les grands principes retenus pour l’évolution urbaine de Saint-Jean-de-Monts sur les dix
années à venir.
À partir de 1982, et jusqu’à 2006, la population montoise a augmenté de 44 % sur un rythme pratiquement constant. Elle est aujourd’hui estimée à 8 000
habitants. Fin 2021, il est possible d’envisager une population qui serait de 9450 habitants sur la base d’une progression annuelle de 1,50 %.
Maîtriser l’urbanisation
Ces besoins démographiques impliquent une maîtrise de l’urbanisation qui préservera
l’équilibre entre l’urbain et le rural.
Le premier dossier du PLU avait imaginé la création d’une nouvelle zone urbaine (au-delà
de la rocade de contournement de Saint-Jean-de-Monts), caractérisée par un habitat aux
normes écologiques adapté à la proximité de zones naturelles protégées.
La publication des derniers résultats INSEE du recensement
de la population conforte l’hypothèse de croissance retenue
par les élus de Saint-Jean-de-Monts. Ces précieux éléments
ont permis d’actualiser les documents de mise en place
du Plan local d’urbanisme qui fera l’objet d’une seconde
enquête publique dans les prochaines semaines.
Les services de l’État ont formulé des remarques sur cette proposition. C’est ce qui justifie
la seconde enquête d’utilité publique portant sur d’autres solutions d’urbanisation. En effet,
la Ville de Saint-Jean-de-Monts, soucieuse du respect de la légalité, a fait le choix de
satisfaire aux besoins exprimés en explorant des possibilités liées à certains « îlots »
susceptibles de se prêter à des opérations de renouvellement urbain.
Tout en poursuivant un développement raisonné
et raisonnable, Saint-Jean-de-Monts confirme
son attractivité démographique.
Démographie et urbanisme
1999-2009 : photographie d’un
territoire en mouvement
Saint-Jean-de-Monts,
un développement harmonieux
Le recensement
de la population
Suite au recensement de la population réalisé en 2006, l’INSEE vient de publier les données
chiffrées liées à l’évolution de la commune depuis 1999. Les décisions d’investissement
d’une commune doivent anticiper ces évolutions pour mieux répondre aux attentes d’une
population qui se transforment. Telle est la logique dans laquelle s’inscrivent les ambitions
de la Ville de Saint-Jean-de-Monts.
Le recensement est une photographie régulière
des territoires qui reflète fidèlement les réalités.
Le recensement, annuel depuis 2004, permet
de mesurer les évolutions démographiques et
les mutations de la société, facilitant ainsi la mise
en œuvre de politiques adaptées. Il permet aussi
d’établir les populations légales de chaque
circonscription administrative.
Le dernier recensement sur Saint-Jean-de-Monts
a eu lieu en 2006 et concerne la période s’étalant
de 1999 à 2008. Les résultats de cette enquête
sont disponibles gratuitement sur le site de
l’INSEE : www.insee.fr, rubrique « Résultats
et recensement, calendrier et produits ».
Une nouvelle campagne de recensement, qui
concerne la période 2009 - 2015, aura lieu
à compter du 1er janvier prochain. Les agents
recenseurs, recrutés par la Ville, sillonneront
la commune pour déposer les enquêtes auprès
de la population et ensuite les collecter. Pour que
les résultats du recensement soient de qualité,
il est indispensable que chaque personne
enquêtée remplisse les questionnaires qui
lui sont fournis par les agents recenseurs.
Participer au recensement est un acte civique.
Aux termes de la loi du 7 juin 1951 modifiée,
c’est également une obligation.
En affirmant l’image d’une « ville en mouvement », notre ville a toujours réfuté l’idée que
les choses pouvaient rester figées. Plusieurs facteurs sont perpétuellement pris en compte
pour ne pas se satisfaire de l’existant, mais, au contraire chercher à améliorer ce qui peut
l’être, tenant compte des attentes, évolutives elles aussi, de la population.
Les investissements structurent cette préoccupation. Tel fut le cas, par exemple, de la
construction du nouveau Centre de Médecine Physique, maintenant activité et emplois
sur le territoire de la commune. On pourrait citer les aménagements réalisés dans la zone
artisanale du Clousis, la décision de réhabilitation du Palais des Congrès, et tant d’autres
projets construits sur une attractivité croissante de la commune.
Un essor maîtrisé
Entre études, projets et réalisations, ce « mouvement perpétuel » se situe toujours à la
croisée de l’amélioration des services offerts à la population, de l’harmonie de cette offre
(en direction de toutes les catégories de population) et surtout dans l’échelle du temps qui
jalonne les possibilités financières d’une saine gestion économique.
Le 8 septembre dernier, le projet de nouveau PLU était présenté
à la population lors d’une réunion publique à Odysséa.
Évolution démographique : Tendances...
Selon l’INSEE, qui s’appuie sur un scénario central pour prolonger les tendances récentes
en matière de fécondité, de mortalité et de migrations externes, la population de la France
progresserait de 10,70 % de 2005 à 2030. Les Pays de la Loire figureraient dans le peloton
de tête des régions à forte croissance démographique.
Autre caractéristique de cette prévision : le vieillissement de la population est le changement
inéluctable à l’horizon 2030, et ce dans toutes les régions de France.
Cette tendance se dessine également pour Saint-Jean-de-Monts avec une nette progression
des 45 - 59 ans (les « futurs jeunes retraités ») sur la période 1999/2008.
Toutefois la commune bénéficie également d’un accroissement de toutes les tranches
d’âge sur la même période. Cette hausse se traduit dans le fonctionnement des services
municipaux par une forte croissance de leur fréquentation. En 2008, le taux d’occupation du
Multi-Accueil s’élevait ainsi à 75 %. En 2009, il devrait dépasser ce seuil malgré la création
de 20 places supplémentaires.
Autre signe de l’attractivité démographique du territoire : les effectifs scolaires en hausse
constante depuis 2000.
Regard d’expert
Questions à Jean-Philippe Barreau, consultant du cabinet SCE,
chargé de rédiger le dossier de consultation du PLU.
Monsieur Barreau, comment avez-vous intégré dans le
PLU les données issues du dernier recensement ?
« Les résultats du recensement de 2006 sont assez proches
des premières estimations. Certaines évolutions méritaient
toutefois d’être prises en compte pour la décennie qui s’achève.
Elles nous ont conduit à retravailler les scénarios sur les évolutions démographiques et les besoins en logements pour les
dix ans à venir, un peu moins élevés que dans les précédentes
hypothèses. »
Le PLU est-il un document qui permet d’adopter de nouvelles
orientations lorsque ce sera nécessaire ?
« Un PLU est approuvé à un instant T en fonction de multiples
critères : la conjoncture socio-économique locale, le niveau
des préoccupations environnementales, le contexte juridique
qui évolue sans cesse, les modes de vie, etc. Par ailleurs, au
cours des études (depuis 4 ans déjà), les positions de chacun
- élus, habitants, DDE… - ont pu évoluer. Ce PLU a vocation
à durer une dizaine d’années. Il sera alors révisé en fonction
des critères qui auront sans doute encore évolué.
En l’attente, des procédures plus simples permettront de faire
des ajustements. »
Quel regard portez-vous sur le réalisme des équilibres
souhaités entre développement et cadre de vie à SaintJean-de-Monts ?
« Au regard du POS actuel et des tous premiers scénarios
d’extension de l’urbanisation, le développement sera très
respectueux de la nature et de l’agriculture. Saint-Jean-deMonts dispose d’un patrimoine naturel rare qu’il est important de
sauvegarder. Les extensions urbaines devront être davantage
organisées dorénavant, avec une réflexion plus poussée sur les
voies nouvelles, les cheminements, les espaces communs, la
qualité architecturale… De même, dans le bourg, une charte
architecturale visera à bien en préserver les caractéristiques
tout en y autorisant la cohabitation avec des projets contemporains de qualité. Enfin, la réalisation continue d’équipements
collectifs (après la base nautique, le Multi-accueil, Odysséa et
la Médiathèque viendra la réhabilitation de l’estacade, etc.)
participe à ce cadre de vie de qualité. »
8
9
I N°82 I octobre 2009
Plus d’accueil
Un enjeu citoyen
Hormis ses aspects quantitatifs, l’évolution démographique de la commune se traduit qualitativement, tant en termes de logements que de
services à la population. L’accroissement de la population, mesurable
de façon constante depuis la fin des années 1980, a permis de réaliser
des investissements qui trouvent leur rythme de fonctionnement sitôt leur
mise en service (Multi-Accueil Frimousse, Accueil de Loisirs Bord à Bord,
Centre d’activités sociales La Passerelle, Odysséa…). L’une des préoccupations reste la maîtrise du foncier et la mise en œuvre de parcours
résidentiels adaptés aux nouvelles demandes.
Le lotissement de La Mourette illustre l’effort de la commune
en faveur de la mixité résidentielle.
Saint-Jean-de-Monts
en action
L’ambiance de crise pèse sur la vie à Madagascar. L’incertitude
et les tensions politiques qui règnent dans le pays depuis
le début de l’année sont à l’origine de difficultés économiques
dont les effets sont très divers. L’énergie exprimée par les jeunes
montois n’est pas atteinte !
Opération Mahazaza 2009
où en sont les projets ?
Un projet généreux
et construit
Questions à
Annie Banchereau…
En tant que première adjointe au Maire, vous travaillez en
permanence sur ces aspects de l’évolution démographique,
car, au-delà des chiffres, il y a la réalité des habitants…?
« Il faut, en effet, rappeler que, même au cœur de fortes poussées
du prix du foncier, la Ville de Saint-Jean-de-Monts a poursuivi, et
de façon extrêmement sensible, ses efforts en matière de logement social et plus particulièrement dans la recherche de solutions
mixtes, dites de parcours résidentiel. Précisons que choisir d’habiter à Saint-Jean-de-Monts, c’est souvent avoir la certitude que
la solution du logement s’adaptera le plus facilement possible à
l’évolution et aux aspirations de la famille.
On ne peut accueillir favorablement des données de croissance
positive que si l’action publique les anticipe et les accompagne.
Ces deux dernières années, les efforts de la Commune ont ainsi
permis la réalisation de deux nouveaux lotissements à vocation
sociale, La Mourette et Les Ouches. Ce sont au total 17 nouveaux
logements en location - accession et 19 locatifs sociaux. Cet effort
sera poursuivi. De nouveaux projets devraient voir prochainement
le jour dans le secteur du Vasais. Des orientations seront également fixées dans le cadre du PLU.
Aux préoccupations de logement, il faut ajouter les équipements
structurants qui offrent à la population des services de qualité :
éducation, culture, loisirs, santé, solidarité… Jusqu’à présent, tous
les grands projets de la commune ont parfaitement répondu aux
attentes si l’on en croit le rythme d’utilisation. »
Questions à
Jean-Yves Gaborit…
Le PLU a déjà fait l’objet d’une enquête publique. Il a fait l’objet
d’une nouvelle réunion publique le 8 septembre et sera de
nouveau soumis à la consultation de la population à l’automne
prochain. Pouvez-vous nous en donner les explications ?
« Le PLU avait fait l’objet d’un dossier établi sur la base d’un
diagnostic, qui émettait des propositions. L’évolution démographique de Saint-Jean-de-Monts se posait, par exemple, dans sa
problématique d’urbanisation. Nous avions imaginé mettre à profit
des zones actuellement disponibles pour développer des zones
d’habitat accessibles à des jeunes montois, donc à prix raisonnables,
tout en les intégrant parfaitement dans leur environnement.
Or, les services de l’État, partie prenante de la consultation
publique, ont formulé des réserves sur la disponibilité des territoires
repérés, avec des critères de sauvegarde des espaces naturels.
Nous avons choisi de respecter les remarques formulées afin de
rester dans le cadre légal nous permettant de délivrer des autorisations d’urbanisme sans courir le risque de les voir contestées. »
Ce qui donne lieu à un dossier actualisé ?
« Nous avons recherché de nouvelles solutions pour travailler sur le
renouvellement urbain, notamment dans des espaces (certes plus
morcelés) disponibles sur le territoire. L’évolution de la population
montoise est inéluctable, mais, de plus, elle témoigne d’une attractivité qui se traduit dans les aspects économiques. La population
active est passée de 69,1 à 71,3 % de 2006 à 2009. Signe que tout
est lié et qu’il faut penser l’aménagement du territoire simultanément en termes d’habitat, mais également en termes d’activités
économiques, du commerce à l’industrie en passant par l’artisanat, les services et l’agriculture.
Je suis convaincu que si nous savons conserver les équilibres qui
sont les nôtres, nous ferons la preuve, dans un proche avenir, que
le développement est non seulement possible, mais souhaitable.
De plus, ces préoccupations d’aménagement commencent à se
faire jour à l’échelle intercommunale, ce qui laisse penser que le
développement de la commune pourrait passer, dans les prochaines décennies par des projets plus vastes que les contours actuels
de Saint-Jean-de-Monts… »
Les jeunes montois qui avaient décidé, en 2005,
de monter un projet interculturel de reboisement
et d’animation au sein du collège de Mahazaza,
à Madagascar, ne devaient pas imaginer le
développement de cette coopération entre nos
deux pays. En effet, au fil des échanges, la nécessité de mettre en place un service de restauration
au sein du collège de Mahazaza s’impose et
deviendra le thème d’une coopération entre les
communes de Saint-Jean-de-Monts et Mahazaza, portée par une association de solidarité
internationale : Dona Kely (qui signifie accord,
partenariat, amitié en malgache).
En étroite collaboration avec la Ville de SaintJean-de-Monts, la coopération se traduit par de
nombreuses initiatives basées sur l’échange :
le mise en place d’une commission extramunicipale accompagnant le projet, la participation de Charles Kely, musicien malgache
réputé, à la fête de la musique et la part faite à la
musique malgache lors des nocturnes musicales
en Pays de Monts.
Au nombre des objectifs visés par ces actions
à dimension « transversale », on peut citer la
découverte d’une culture différente et la création
de passerelles culturelles entre Saint-Jeande-Monts et Antanetibe - Mahazaza.
De l’avis de tous les partenaires impliqués dans
ce rapprochement, l’un des points les plus
intéressants est le partage d’expériences issues
des différentes étapes.
Un voyage interculturel
différé
C’est pendant les vacances de la Toussaint
que quatorze membres de l’association avaient
prévu de se rendre à Mahazaza : ce voyage
interculturel, préparé de longue date, contient
un projet complet d’animation.
Cependant, les conditions politiques que connaît
actuellement Madagascar ont de lourdes incidences sur la vie sociale et économique. Les
phases de préparation et de mise en œuvre du
projet de coopération deviennent beaucoup plus
complexes que le projet initial ne le prévoyait.
Toutefois, le capital « motivation » de l’association
Dona Kely et de ses partenaires n’est absolument
pas entamé. Bien sûr, la déception existe : certains
jeunes ne pourront pas reporter leur disponibilité
sur la période d’avril, hypothèse actuelle pour la
réalisation du voyage. Mais ces impondérables
font partie des aléas que peut présenter tout
projet. C’est la leçon que tirent les membres de
Dona Kely qui redoublent d’ardeur pour mener à
bien leur action dans un environnement malgache
très perturbé.
Le collège de Mahazaza (Madagascar) fait l’objet d’un partenariat avec
la Ville de Saint-Jean-de-Monts pour la construction d’une cantine scolaire.
Ainsi, il faudra reconsidérer certaines animations
et en suggérer d’autres. L’équipe multiplie ses
interventions locales afin de constituer l’auto
financement de leur initiative par différentes
interventions et mobiliser les partenaires qui
soutiennent le projet. Un potier, Nouche, les
forme à la technique de la poterie. Le Lycée
Truffaut met à leur disposition le labo photo pour
développer les documents.
Le Collège des Lauriers et l’écomusée du Daviaud
mettent en place un projet de collectage
autour de la cuisine « d’ici et de là-bas ». OPS,
entreprise d‘architecture, donne des conseils en
matière de décoration de la cantine. Ciné-monts
organise des soirées sur le thème de la solidarité
internationale avec Madagascar. L’association
Loisirs et Culture autorise les jeunes à vendre des
pâtisseries après les séances « Connaissances
du Monde ».
Toute cette énergie redonne quelque espoir
à la population de Mahazaza qui traverse une
période difficile.
Les jeunes de Dona Kely redoublent
d’effort dans leur action pour Mahazaza.
La cantine est construite
La construction de la cantine en est à sa phase d’achèvement. Elle devrait ainsi ouvrir ses portes
avant la fin du mois d’octobre. Les contacts en cours permettent d’échanger des photos et des
messages encourageants.
Initialement, le voyage que devaient réaliser les membres de l’association Dona Kely concernait la
mise en place du service de restauration et un programme d’animation autour de l’ouverture de
la cantine. Bien sûr, les priorités, à Madagascar, sont un peu différentes depuis les conséquences
des événements politiques qui secouent le pays.
Mais la volonté partenariale reste intacte et, même si les chemins sont un peu plus tortueux, les
objectifs de la coopération se réactualisent au gré des nouvelles échangées. « C’est un apprentissage
de la réalité quotidienne », comprennent les responsables de l’association qui mesurent les difficultés
des projets à cette échelle.
10
11
I N°82 I octobre 2009
Saint-Jean-de-Monts
Saint-Jean-de-Monts
Au cœur de l’Accueil de Loisirs Bord à Bord, un service
est entièrement consacré au prêt et à la pratique de jeux.
Une autre méthode pour aider au développement
des enfants mais aussi contribuer au lien social.
Après deux années de travaux, Odysséa vient de dévoiler
le nouvel auditorium. Il dispose désormais d’une nouvelle
décoration et d’un meilleur confort.
Mais, c’est surtout l’espace scénique qui a fait l’objet
d’attentions particulières pour accueillir des spectacles
variés et particulièrement sélectionnés.
en action
en action
La ludothèque de Bord à Bord, un service dédié
au développement de l’enfant et au lien social.
La ludothèque
un espace dédié au jeu
Jouer et partager
Face à ses concurrents électroniques et informatiques, les jeux de société ne se démodent
pas. C’est ce que constate quotidiennement la
ludothèque qui propose un service de location
de jeux au tout public. Elle dispose d’un fonds
important dans ses rayons qui s’enrichit régulièrement de nouvelles éditions. Durant ses
horaires d’ouverture, on peut y venir jouer,
seul, entre amis ou en famille, car un animateur
se rend disponible pour accompagner les parties.
On peut également emprunter un jeu pour le
partager chez soi, à l’occasion d’une fin de
semaine, d’un anniversaire ou de toute autre
circonstance.
Il arrive fréquemment que des enfants décident
de « faire une partie » durant l’accueil du soir, ou
que des parents s’informent sur les nouveaux
jeux en attendant la fin de la journée scolaire.
L’état d’esprit de la ludothèque est principalement fondé sur le partage et le jeu comme
outil d’éducation et de socialisation.
Le jeu devient un support au développement
psychique et moteur des plus petits. Il est aussi
générateur de lien social ou familial grâce au
partage et à l’échange qu’il produit.
Après le bronzage
du corps,
Odyssea, sitôt sa réouverture, a renoué avec la tradition des
expositions artistiques de l’été. « Les nouveaux pastellistes »
se sont offerts aux regards de plus de quinze mille visiteurs
Un service pour
tous les âges
La ludothèque est ouverte à l’Accueil de Loisirs
Bord à Bord, rue Neuve, tous les mercredis de
10h à 12h30 et de 14h à 18h. Le mardi et le
vendredi, elle est accessible de 16h30 à 18h.
Il est possible de jouer sur place pour une participation forfaitaire de 1,60 euros. Certains jeux
peuvent être empruntés pour deux semaines
moyennant une « location » de 0,85 euro pour
les habitants de Saint-Jean-de-Monts.
l’ensoleillement
de l’esprit
Pastel et sensualité
L’apport du pastel dans la création contemporaine méritait incontestablement l’hommage
présenté par seize artistes au travers d’une
centaine d’œuvres. « Originale, surprenante,
riche, variée… » : nombreux furent les qualificatifs relevés sur le livre d’or nourri durant
ces deux mois d’été par des visiteurs conquis.
« L’expo passe tel un soleil dans le ciel de SaintJean-de-Monts : un bonheur de beauté ! ».
Un sondage réalisé auprès d’un millier de
personnes a permis de mieux connaître le profil
des visiteurs, dont le tiers était originaire des
Pays-de-la-Loire. La grande majorité du public
est fidèle aux expositions organisées à SaintJean-de-Monts (pratiquement les deux tiers).
Trois caractéristiques, hormis la qualité artistique
des œuvres présentées, ont été soulignées :
internationale n’aurait pu avoir lieu sans les
améliorations apportées à l’auditorium.
Spectacles
La ludothèque est également en étroite relation
avec les écoles de Saint-Jean-de-Monts qui
testent certains jeux comme outils pédagogiques
et les adaptent à leurs programmes et aux
calendriers scolaires (apprendre à compter,
jeux autour des mots pour débuter l’année par
la lecture par exemple).
La saison d’hiver
Plus de variété
La configuration de l’ancien auditorium ne permettait pas l’accès à certaines productions
car les dimensions de la scène et les espaces
nécessaires aux aménagements techniques
(décors, mise en scène) étaient insuffisants.
La longue réhabilitation qui a transformé le
palais des congrès en Odysséa a permis de
remédier à ces inconvénients.
Des espaces plus vastes et un accès plus
fonctionnel répondront plus facilement aux
« fiches techniques » soumises par les artistes
ou leurs représentants.
La nouvelle configuration de l’auditorium permet désormais de programmer des affiches
plus variées, dans des styles et des répertoires différents, alternant humour et émotion, classiques et contemporains, connus
et moins connus. Tandis que résonnaient encore les bruits de chantier, la programmation
de l’hiver 2009-2010 trouvait sa confirmation.
Tous les détails de cette programmation sont,
bien sûr, disponibles sur le site de d’office de
tourisme : www.saint-jean-de-monts.com.
Julien Cottereau : « Imagine toi »
Samedi 24 octobre
C’est par un clown mime, bruiteur et poète
qui a fait ses classes au Cirque du Soleil que
débutera la saison d’hiver. Julien Cottereau,
Molière de la révélation théâtrale masculine
2007, présentera une parenthèse enchantée
et enchanteresse aux petits comme aux grands.
Ce digne héritier du mime Marceau entraîne le
public dans son univers féérique avec émotion
et fous rires.
« Casse-Noisette » par le Cirque National
de Chine - Samedi 21 novembre
L’une des pièces maîtresse de cette programmation sera indéniablement la création
époustouflante du ballet Casse-Noisette
par le Cirque national de Chine et sa troupe
acrobatique de Dalian : une synthèse parfaite
entre l’art acrobatique, le ballet classique, le
conte féerique et la musique de Tchaïkovski !
Une trentaine d’acrobates, un plateau rempli
de lumières, de costumes et d’accessoires…
Ce spectacle encensé par la presse
Nouveautés 2009 : avantages
et réductions tarifaires
- la mise en scène de l’exposition
(mise en valeur des œuvres) ;
- la gratuité de l’accès ;
- la démarche pédagogique
réalisée en direction des enfants.
Plusieurs commentaires consignés sur le livre
d’or apprécient l’éclectisme des œuvres et la
complémentarité des artistes. L’hommage
souligné à Ben Ami Koller, récemment disparu,
a été particulièrement remarqué, y compris par
des admirateurs surpris de retrouver ses œuvres
à Saint-Jean-de-Monts.
Une expo qui ne mérite que
le plus doux des regards…
Ce commentaire extrait des témoignages du
public pourrait résumer bien des pensées qui
ont accompagné les visites estivales.
Une fois de plus, la salle d’exposition d’Odysséa
s’enrichira d’une mémoire de création et
d’émotion partagées par un public attentif et
sensible venu trouver encore un peu plus que
du soleil et de la mer
Carte Privilège Odysséa
En demandant votre Carte Privilège Odysséa
auprès de l’office de tourisme, vous obtiendrez de nombreux avantages tout au long
de l’année : un spectacle « Coup de cœur »
offert pour trois entrées achetées (dont
deux spectacles au moins dans la catégorie A), des accès aux « après spectacles »
et encore beaucoup d’autres cadeaux
« Privilège ».
Renseignements auprès de l’office de tourisme,
Odysséa, 67 Esplanade de la Mer,
0 826 887 887.
Casse Noisette par le Cirque national de Chine, la pièce
maîtresse de la saison 2009 - 2010 d’Odysséa.
Des réductions de tarifs avec la Carte Plus
Afin de rendre accessible sa programmation
culturelle aux revenus modestes, la Ville
propose une « Carte Plus » donnant accès à
des tarifs réduits sur les spectacles d’Odysséa.
Cette carte est gratuite et accordée uniquement, sur présentation d’un justificatif, aux
scolaires, étudiants de moins de 26 ans,
bénéficiaires du RSA, retraités de plus de
60 ans non imposables, aux familles nombreuses et aux bénéficiaires de l’Allocation
aux Adultes Handicapés.
Informations et obtention de la carte en
mairie, 18 rue de la Plage, 02 51 59 97 00.
« Je m’voyais déjà » - Mardi 15 décembre
Ce spectacle mis en scène par Laurent Ruquier
retrace, à l’aide des chansons originales de
Charles Aznavour, le parcours de six jeunes
artistes, rejetés une énième fois d’un casting.
Ils sont décidés à se battre, comme l’avait fait
Charles Aznavour, avec l’aide d’une chanteuse
un peu oubliée, rêvant d’une seconde chance.
Un spectacle musical drôle et émouvant avec
des personnalités aussi différentes que Véronique Rivière, Jonatan Cerrada ou Arno Diem,
Pablo Villafranca, ...
La programmation se poursuivra, de janvier
à mars, avec des affiches tout aussi variées.
Nous reviendrons dans notre prochaine édition
sur ces spectacles et les suivants…
12
13
I N°82 I octobre 2009
Saint-Jean-de-Monts
en action
De nouveaux modes de locomotion sont apparus durant
la période estivale. Les transports en période d’hiver font
l’objet d’une attention particulière. En lien avec l’ASLO
et les partenaires départementaux, de nouvelles solutions
seront expérimentées prochainement.
Transports
améliorations
en vue
Après deux étés passés dans les modulaires installés
sur l’espace des Oiseaux, l’office de tourisme
a réintégré la cabine avant du vaisseau Odysséa.
Cap sur de nouveaux horizons !
Le nouveau bus urbain de la Commune
est en circulation depuis le début de l’été.
journée à Challans. La ligne Saint-Jean-deMonts Saint - Gilles-Croix-de-Vie, dans le projet
de renforcement de l’axe Fromentine - Les Sables
d’Olonne, sera doublée en fréquence (8 trajets
au lieu de 4).
Pour stimuler ces efforts logistiques, une nouvelle
politique tarifaire élaborée au niveau du département de la Vendée sera plus simple et moins
chère : trois zones, des ventes de tickets à
l’unité, au carnet et des abonnements.
Enfin, le nouveau bus urbain de la Commune,
plus confortable et plus performant, arbore depuis juillet dernier les couleurs de Saint-Jeande-Monts pour relier les quartiers les plus
éloignés du centre entre eux, mais également
avec les zones commerçantes.
Pour en savoir plus sur ces nouvelles possibilités de se déplacer dans Saint-Jean-de-Monts
comme à partir de Saint-Jean-de-Monts, la
gare routière, l’office de tourisme et la mairie
proposent, sur demande, des supports d’information édités par l’ASLO (Association Sud
Loire Océan).
La gestion des liaisons locales implique de
nombreux acteurs. C’est, par exemple, à l’initiative du Conseil régional que le Comité de ligne
Nantes – Pornic – Noirmoutier - Saint-Jean-de
Monts - Saint-Gilles-Croix-de-Vie rassemble
élus, usagers et professionnels autour des
améliorations à apporter aux transports en
commun entre la Loire-Atlantique et la Vendée.
Il a décidé, juste avant l’été, de restaurer et
d’amplifier les liaisons à partir de Nantes, dont
celles en direction de Saint-Jean-de-Monts. Il a
notamment engagé une étude pour intensifier
les navettes sur ce trajet, incluant des points
d’arrêts plus fréquents pour mieux répondre
aux besoins de la population. Ces réalisations
seront effectives dans les prochains mois et
viseront, à l’horizon 2010, une dizaine de trajets
au lieu des sept actuels.
Plus proche, la liaison Saint-Jean - Challans
connaîtra une amélioration (augmentation de
la fréquence) pour mieux correspondre aux
lignes Challans - Nantes et Nantes - Paris,
mais également pour desservir des secteurs
dédiés aux prestations médicales (boulevard
Schweitzer, hôpital).
Il a été décidé la mise en place de trois allersretours quotidiens qui permettront un séjour
d’une journée ou simplement d’une demi-
Espaces de vie
Les deux structures d’accueil des personnes âgées ont le privilège
d’occuper un site privilégié, entre forêt, mer et centre-ville. Ce cadre
est régulièrement entretenu par le service des espaces verts de
la ville pour que la vie y soit encore plus douce et plus agréable…
Des aménagements « nature »
Le centre gériatrique et le foyer logement
sont deux structures qui, sous une tutelle
différente, accueillent les personnes âgées.
Géographiquement proches, elles poursuivent un objectif identique : participer
à l’individualisation des parcours de vie en
s’adaptant à toutes les circonstances, de
l’autonomie totale à la médicalisation.
Le récent aménagement paysager qui vient
d’être réalisé au centre gériatrique illustre
la volonté d’améliorer le cadre de vie des
usagers. En effet, un espace de pelouse a
été transformé en un charmant jardin qui a,
semble-t-il, beaucoup plus de vertus qu’on
ne le pense ! Il est devenu un parcours de
marche et de repos qui permet aux pensionnaires de passer de l’intérieur à l’extérieur
en toute sécurité. Reliant deux bâtiments,
il confirme ainsi que le cloisonnement n’est
pas de mise.
Equipé d’une fontaine, il constitue une halte
sensorielle particulièrement appréciée des
résidants et de leurs familles : le regard peut
vagabonder sur les essences de plantes,
les odeurs rythment les saisons, l’eau de
la fontaine distrait l’ouïe taquinée par les
arbustes sélectionnés pour leurs formes,
mais également pour le bruissement qu’ils
procurent par tous les temps. Les familles
apprécient la convivialité de l’endroit en
profitant des tables de pique-nique.
Ces aménagements contribuent au confort des
pensionnaires et permettent de conserver
un lien précieux avec le monde extérieur.
Le nouvel office de tourisme, installé depuis le 20 juin à Odysséa,
est un des seuls à bénéficier des quatre étoiles en Vendée.
Objectif atteint :
l’office de tourisme
a réintégré Odysséa
Comme prévu, l’office de tourisme de SaintJean-de-Monts a repris ses marques dans un
espace soigneusement agencé pour répondre
aux attentes d’une clientèle touristique toujours
plus attentive à l’accueil et à la qualité des
informations reçues.
C’est donc avec un certain plaisir que l’équipe
professionnelle a pris place derrière cette
banque unique, dont tous les postes sont
équipés d’informatique. « Plus ergonomique,
Centre aquatique
Océabul
plus fonctionnel pour optimiser nos prestations »,
conviennent les responsables de la structure.
Il est également accessible à tous les publics
avec des aménagements pour les personnes
à mobilité réduite. La boutique présente de
nombreux produits « marqués » aux couleurs de
Saint-Jean-de-Monts. Une initiative particulièrement appréciée comme le fut celle de la mise
à disposition d’un point d’accueil internet, grâce
au Conseil général de la Vendée.
Faisant partie des deux seuls établissements
repérés par quatre étoiles sur le territoire de
la Vendée, l’office de tourisme de Saint-Jeande-Monts a reçu, en début de saison, la visite
de Joseph Moreau, président de la Chambre
de commerce et de l‘industrie. En signant
une convention avec des professionnels
hébergeurs de la station, il rappelait le rôle du
tourisme d’affaires dans l’économie locale, se
félicitant de la qualité de la structure montoise.
« Plus et mieux » sont des adverbes qui pourraient
résumer la volonté des acteurs économiques,
à l’instar de l’initiative prise durant cette saison :
mettre à la disposition du public des « experts
maison » capables de personnaliser des réponses à des demandes précises (une sortie
GPS spécifique, une visite insolite, une activité
adaptée à une tranche d’âge…).
Alors que le Centre aquatique intercommunal Océabul
rencontre le succès escompté auprès du public, un jugement
vient de confirmer la légalité de son permis de construire
et de l’aménagement de ses abords.
le permis de construire est légal
Lors de son audience du 26 mai dernier et en
lecture le 23 juin, la Cour administrative d’appel
de Nantes a donné raison à la Commune et
annulé un premier jugement du Tribunal administratif en date du 4 novembre 2008. Celui-ci
avait considéré que la Commune ne devait
pas affecter au stationnement des usagers
du centre aquatique une partie de la voie
publique, place de l’Europe. Le Plan d’Occupation des Sols (POS) prévoit en effet que les
places de stationnement requises pour des
équipements privés doivent être aménagées
en dehors des espaces publics.
La Cour administrative d’appel a considéré
que c’est à tort que le Tribunal a prononcé ce
jugement et annulé le permis de construire pour
la réalisation du centre aquatique. En effet,
il est de bon sens qu’une collectivité puisse
utiliser la voie publique pour les besoins d’un
équipement collectif. Le premier jugement,
qui avait été accueilli avec surprise, s’appuyait
sans doute sur une interprétation trop rigoureuse du POS de la commune. D’autant plus
que de nouvelles places de parking, libérées
par la démolition de l’ancienne piscine, sont
venues compléter, depuis l’ouverture de
l’équipement, les aménagements de la Place
de l’Europe.
Ce nouveau jugement, associé au succès de
fréquentation du centre aquatique, qui s’élève
à plus de 192 000 entrées depuis son ouverture
en juillet 2008, conforte les décisions de
la Commune d’accueillir des équipements
structurants et de s’adapter en permanence
aux besoins de la population et de la demande
touristique. Rappelons que s’il est un équipement réalisé et géré par la Communauté
de communes Océan – Marais de Monts,
le Centre aquatique Océabul a toutefois a été
cofinancé par la Ville à hauteur de 2,1 millions
d’euros.
14
15
I N°82 I octobre 2009
Saint-Jean-de-Monts
en action
Perspectives
Ce ne sont ni Julien Arnaud ni Jean-Guy Palvadeau qui diront
le contraire : l’apprentissage est une excellente solution
pour apprendre un métier, faire carrière et, pourquoi pas,
créer son entreprise ! Et ils sont nombreux, à Saint-Jeande-Monts, pour le confirmer…
S’il n’existe pas de solution toute faite pour résoudre
les préoccupations liées au chômage des jeunes, certaines
initiatives peuvent avoir du sens si elles prennent une
dimension locale et concrète à partir d’un partenariat
professionnel. Tel est le challenge que relève l’organisme
de formation FAIRE à Saint-Jean-de-Monts.
Apprentissage
Une voie pour
la réussite
Un parcours prometteur
Julien Arnaud n’avait que 15 ans lorsqu’il se
présentait à l’entreprise de Jean-Guy Palvadeau
pour lui proposer de le recruter par le biais
d’un contrat d’apprentissage. « Il est difficile,
d’emblée, de savoir si cette proposition est
durable », confie Jean-Guy Palvadeau. En effet,
il n’est sans doute pas évident, à 15 ans, de
savoir ce que l’on a envie de faire. C’est certainement l’un des principaux avantages de
l’apprentissage. « Le métier de maçon n’est
pas facile », témoignent les collaborateurs de
l’entreprise : l’alternance entre le centre de
formation et le milieu du travail permet d’y voir
clair. Tel fut le cas pour Julien, mais également
pour François Tsi, plâtrier plaquiste (salarié
chez Jean-François Soret à Saint-Jeande-Monts), récompensé par une médaille
d’argent au concours des meilleurs apprentis
de Vendée en 2008.
« Et puis, ça s’est vu très vite ! », se réjouit
Jean-Guy Palvadeau. Beaucoup d’intérêt
pour le travail réalisé, pour l’entreprise et son
fonctionnement, de réels encouragements de
la part des parents (très important, souligne
le chef d’entreprise). À 17 ans, Julien vient
d’obtenir son BEP, première étape de son
parcours (il va préparer un Brevet Professionnel). Mais, entre temps, il avait décidé de
s’inscrire au concours des meilleurs apprentis
de France. « Challenge pour tout le monde »,
se souvenaient employeur, équipe et salarié,
pendant que le journaliste de TV Vendée
réglait sa caméra sur la pièce réalisée par
Julien.
« Plus de deux cents heures passées dans
l’entreprise en plus du travail quotidien »,
ajoutent-ils. Du coup, pour Julien, plus de
sorties, plus de copains pendant deux mois !
Ce qu’il a appris ? « Constater ce que l’on
est capable de faire et le faire seul. » Le rôle
du maître d’apprentissage est essentiel, à la
fois guide et transmetteur de savoir comme
de savoir-faire.
Julien Arnaud, meilleur apprenti de France : un sujet
traité par TV Vendée à Saint-Jean-de-Monts.
Le « petit plus »
Comme dans tout concours, il y a forcément
un petit plus qui permet de passer la barre.
Julien l’a mis en évidence dès le niveau
départemental (or et argent, en avril dernier),
puis au niveau régional (or) pour décrocher
le titre national de meilleur apprenti. Il figure
parmi les treize vendéens illustrés dans
cette épreuve nationale. Alors, ce plus ? Il est
dans la taille de la pierre. Une spécialité qui
se perd. Julien l’a travaillée avec Jean-Guy
Palvadeau et un de ses collaborateurs. La
caméra du journaliste de TV Vendée explore
la précision du geste qui donne à la pierre
son aspect parfaitement plan, dont le relief
est soigneusement façonné pour donner une
impression de régularité et de symétrie. Pour
la circonstance (être un meilleur apprenti de
France le vaut bien), Julien repositionne ses
lunettes de sécurité et refait ce geste ancestral
peu connu. « Un coup de trop et la pierre
part en éclats ! »
Apprentissage, mode d’emploi
Trop souvent (et sans doute trop longtemps)
relégué au rang des « solutions par défaut »
(« Si tes résultats scolaires ne s’améliorent pas,
tu seras apprenti... »), l’apprentissage semble
avoir retrouvé ses lettres de noblesse. Basé
sur l’alternance (un temps en entreprise et un
temps en centre de formation), il peut répondre
à de véritables aspirations de jeunes. Il peut
également s’imposer dans des parcours allant
jusqu’au diplôme d’ingénieur puisque cette
proximité avec le monde de l’entreprise donne
souvent une préférence dans les recrutements.
Désormais parfaitement organisé par filières,
l’apprentissage est ainsi accessible dès l’âge
de 16 ans (âge légal de l’entrée dans la vie
active) et son organisation, régie par le droit
du travail, s’articule entre le jeune (et sa famille
lorsqu’il est mineur), l’entreprise et le centre
de formation. La rémunération de l’apprenti
progresse selon son âge et le coût de la formation est pris en charge.
De récentes statistiques évoquent un taux
d’emploi de 75 à 80 % pour les jeunes issus de
l’apprentissage. Des aides spécifiques viennent
encourager les entreprises à recourir à cette
formule (aide à l’embauche, exonérations de
charges sociales…).
Pour en savoir plus, il peut être utile de contacter
les services du Pôle Emploi, les centres de
formation, les services de la Chambre des
métiers et de l’artisanat ou de la Chambre du
commerce et de l’industrie ainsi que les dispositifs locaux emploi-formation.
Jeunes en recherche d’emploi
Faire découvrir
les métiers
Pour Bernard Voisin, directeur de l’organisme de
formation FAIRE, « pour découvrir des métiers,
mieux vaut organiser et animer des séquences
de formation réparties sur le terrain, avec l’appui
des professionnels, que de rester hébergé dans
un centre de formation en centre-ville ». C’est
sur cette base qu’il organise et propose des
initiatives originales. Il avait répondu à un projet
demandé par le Conseil régional des Pays
de la Loire dans ses interventions « Offre de
formation territorialisée ». Il s’agissait, en
gros, de créer une sorte de chantier-école qui
devienne le prétexte à des échanges avec
les professionnels, autour d’une réalisation
concrète.
Reposant sur l’alternance (une période sur le
chantier et une période en centre de formation),
le thème de l’action tournera autour de travaux
de rénovation des logements de service de
la gendarmerie de Saint-Jean-de-Monts. Le
centre de formation sera, pour la circonstance,
implanté dans les logements déjà rénovés qui
se trouvent sur le même palier.
Le public sera composé de jeunes (une douzaine
au maximum) de Saint-Jean-de-Monts et des
environs qui se seront fait connaître auprès de la
Mission locale Vendée Atlantique chargée d’instruire des dossiers d’accès et de financement.
L’action se déroulera du 19 octobre au 5 février.
Formations et chantiers-école confrontent
les jeunes à la réalité des métiers.
métiers. Les jeunes seront ainsi moins tentés
de se laisser distraire par l’environnement
commercial ! ».
Le fait de travailler dans des appartements
occupés par la gendarmerie impliquera des
échanges intéressants autour du civisme, de
la citoyenneté, de l’éducation et des métiers
liés à la sécurité. « Ce sera certainement une
occasion de voir les choses différemment »,
prévoit Bernard Voisin.
Le contenu de la formation inclut des visites
auprès d’entreprises artisanales ou liées à la
fabrication d’outils et de matériaux (dont celle
d’une fabrique de parpaings). L’accent sera
mis sur l’utilisation des nouvelles énergies
renouvelables et les techniques qui y sont liées.
Une approche actuelle pour des solutions
d’emploi et de formation imminentes !
Partenariat et synergie
Plusieurs partenaires professionnels seront
associés comme intervenants à la formation,
notamment pour le suivi des travaux. « Plus
qu’apprendre à faire, il s’agit de se confronter
à la réalité de ces métiers. Qui, mieux qu’un
professionnel, peut faire partager sa passion ? »
Les jeunes seront en permanence sur le site.
Cette unité de lieu est voulue par l’organisme
de formation, « pour mieux se concentrer sur
l’objectif même de la formation : découvrir les
Formation des jeunes :
une priorité pour la Région des Pays de la Loire
La Région des Pays de la Loire consacre 25 %
de son budget annuel (302 millions d’euros)
à la formation professionnelle destinée aux
jeunes et aux demandeurs d’emploi. Dans un
Schéma régional éducation et formation, elle a
défini un programme ambitieux sur la période
2007 - 2011.
L’offre de formation territorialisée veut « réduire
les inégalités d’accès aux dispositifs de formation et consolider l’autonomie des individus
dans l’édification de leur identité personnelle et
professionnelle », illustrant le droit à la formation
tout au long de la vie mis en œuvre au travers
C’est pour offrir une continuité urbaine aux
de parcours individualisés et sécurisés.
aménagements réalisés le long de l’Esplanade
La formation FAIRE s’inscrit dans cette volonté
de la mer que la promenade en forme de vagues,
de faire connaître et choisir des métiers et des
qui longe le pied des immeubles aux abords
emplois, de maîtriser des savoirs de base,
de l’estacade, sera restructurée.
de préparer à l’accès à la qualification et de
socialiser les publics. La synergie partagée
Les voies de circulations piétonnes et cyclistes
avec les intervenants locaux confortera ces
seront prolongées jusqu’à la base nautique.
objectifs autour d’un projet concret et réaliste :
La réalisation vise à conserver un espace
une rénovation de logements de service.
public qui soit à la fois sauvage et structuré
avec une transition naturelle entre l’esplanade
et la dune. Le choix des matériaux s’est ainsi
porté sur des éléments naturels comme le bois
et l’enrochement.
Le confort des promeneurs sera particulièrement soigné. Le parcours sera agrémenté
d’une grande place publique et de mobilier
de repos. Il sera aménagé par un platelage
en bois, le long de la circulation cycliste, et
la plantation d’essences adaptées à la dune,
économes en eau. En attendant son chantier
de reconstruction, l’arrivée jusqu’à l’estacade
sera également modifiée avec l’aménagement
de gradins similaires à l’Espace des Oiseaux.
Le projet prévoit également la mise aux normes de
l’accessibilité et de la circulation aux personnes
handicapées. En outre, conformément à la
nouvelle réglementation en vigueur, une voie
d’accès de 6 mètres de large sera aménagée
le long des immeubles afin de faciliter l’accès
16
17
I N°82 I octobre 2009
Portrait
Pourquoi ?
Le forum des associations est toujours un événement fort de la vie
associative à Saint-Jean-de-Monts. Chacun peut y mesurer le sens que
prend l’engagement associatif dans la vie de la cité. Elie et Marlène
Caillé, bien connus pour leur implication dans la vie associative montoise, ont accepté de témoigner à propos de cet engagement bénévole.
Cette rubrique vous propose
une sélection de questions
les plus régulièrement posées
à la Commune…
Élie et Marlène Caillé
Le bénévolat
comme passion
Echange et complémentarité
Même s’ils se défendent d’être une référence
(l’humilité est, pour eux, l’une des principales
qualités du bénévole), ils ont, à la demande de
leurs enfants, reconstitué l’essentiel de leurs
parcours au sein d’associations montoises.
Car c’est en couple qu’ils ont décidé de consacrer
du temps et de l’énergie au service des autres.
« Pour nous, c’était très important », souligne
Marlène Caillé, « car nos engagements ne
devaient pas prendre le pas sur notre vie de
famille ».
C’est donc dans les années 70, tandis qu’Elie
s’occupe déjà des Cousins de Monts, qu’il
participe, avec Marlène, à la mise en place de
l’aide ménagère à domicile. Ce qui les motive ?
« Tout simplement parce que l’on vit dans une
commune, on vit ensemble : on reçoit et on
doit savoir donner. » La coïncidence voulait
qu’à une certaine époque Marlène s’occupait
d’une personne âgée qui était la maman d’un
dirigeant des Écureuils. Ce dernier ne manquait
jamais une occasion de la remercier pour son
action, ce à quoi elle répondait : « Je m’occupe
de votre maman et vous vous occupez de nos
enfants ! »
C’est cet échange permanent qui anime l’état
d’esprit du bénévole associatif (et qui domine
durant le forum des associations) : participer
au bien-être d’autrui a toujours une réciproque
grâce à l’échange et la complémentarité.
Passionnée par les initiatives sociales auxquelles elle a collaboré, Marlène s’est ensuite
engagée en devenant élue municipale. « Sans
doute un prolongement de mon engagement,
avec l’idée de pouvoir faire plus encore. » Mais,
là encore, Marlène tenait à affirmer qu’il était
essentiel de faire avec les autres. « Seul, on ne
peut rien faire. C’est en réunissant des compétences que l’on peut atteindre des objectifs et,
surtout, en fixer de nouveaux ! ». Pendant son
action municipale comme durant son action
associative, elle s’est attachée à réunir des
personnes convaincues (indépendamment
de tout clivage personnel), privilégiant les
compétences et leur complémentarité.
« Et c’est valable également à l’échelle intercommunale puisque nous avions même réussi
à fédérer tout le canton sur la problématique
de l’aide à domicile. »
Une synergie à la mesure
de ses moyens
Aujourd’hui, c’est Ciné Monts qui est au cœur
de l’action. « Encore un exemple qui illustre le
partenariat avec la ville et ses services, mais
également avec les autres associations. »
Petit à petit, grâce à la volonté de la Ville de
Saint-Jean-de-Monts, le cinéma local crée
le lien entre actions et événements locaux.
« Que ce soit avec la bibliothèque, avec l’animation touristique ou en lien avec les scolaires,
Marlène Caillé et les Cousins de Monts,
ici aux côtés d’Isabelle Autissier.
nous sommes toujours en veille pour apporter
notre concours avec la dimension cinématographique. »
Au sein de l’association cohabitent plusieurs
compétences. Avec plus de 10 000 spectateurs
durant la saison (la moitié de la fréquentation
annuelle de Ciné Monts), le cinéma vient
compléter les différents modes d’expression
encouragés par les initiatives municipales,
comme la musique, le théâtre, les arts plastiques
ou la lecture.
L’association argumente un dossier pour
bénéficier d’un emploi aidé et consolider le
travail des bénévoles. N’y aura-t-il pas alors
risque de substitution ? « Non », affirment Elie et
Marlène Caillé, « car c’est toujours l’engagement
des bénévoles qui sert de locomotive à
l’association ».
En reconstituant leur « mémoire associative »,
ils établissent un bilan positif : « Nous avons
le sentiment d’avoir été utiles sans que nos
enfants en pâtissent. » Une recette pour bien
vivre le bénévolat ? « Toujours agir selon ses
moyens. Dans un train, il y a une locomotive
et des wagons. Les wagons sont aussi indispensables que la locomotive. Même si nous
sommes moins actifs, nous adaptons notre
participation à ce que nous pouvons faire :
donner en échange de ce que nous avons
reçu… »
POURQUOI
les circuits de
transports en
commun ont été
modifiés cet été ?
Cette année, la Commune a modifié
en accord avec les services du Conseil
général, les circuits des transports
urbains (navettes électriques « EMMA »
et bus urbain).
L’objectif était double :
• d’une part, permettre aux usagers
d’utiliser pour un tarif unique de 0,50 €
les trois modes de transport (navettes,
bus urbain et bus Sovetours pour le
compte du Conseil général) ;
• d’autre part, assurer une complémentarité entre les trois circuits afin de
permettre une plus grande fréquentation des passages.
Comme après toute première expérience,
il sera nécessaire de tirer un bilan de
ce fonctionnement. Les remarques de
chaque usager et des organisateurs
seront prises en compte afin d’effectuer
des ajustements pour la saison 2010.
La mise en place des transports en
commun s’inscrit dans une logique de
développement durable à laquelle la
Commune est attachée. Toutefois elle
admet que le système mis en place est
perfectible et qu’elle entend poursuivre
son effort afin d’obtenir de meilleurs
résultats en termes de fréquentation.
EN quoi consiste
le chantier de
déconstruction
de la salle
omnisports ?
Les riverains de la route du Both ont
pu constater le démarrage du chantier
de réalisation du nouveau complexe
sportif depuis juin dernier. Celle-ci a
débuté par une imposante opération
de déconstruction de l’ancien équipement.
La Commune préfère aujourd’hui déconstruire ses anciens équipements plutôt
que de les démolir. Ce fut déjà le cas
par exemple de l’ancienne piscine et de
la Place de l’Europe. Ce choix s’inscrit
dans le cadre de ses engagements
environnementaux et de sa certification
ISO 14001.
La déconstruction consiste à démanteler et à extraire d’un ancien ouvrage
les matériaux réutilisables afin de les
affecter à un autre usage. Dans le cas
de la salle omnisports, le béton a ainsi
été conservé, concassé sur le site du
chantier par des engins spéciaux puis
réutilisé pour la structure de remblais
du futur complexe. Une partie de la
charpente métallique et des murs de
l’ancienne structure a également été
conservée pour la construction du
nouvel édifice.
L’intérêt de cette démarche est double.
Elle permet, d’une part, de réduire le
volume de déchets. D’autre part, elle
diminue l’achat et le transport de
nouveaux matériaux, coûteux pour
la collectivité. La déconstruction est
donc un choix à la fois économique et
environnemental.
comment
s’organisent les activités sportives sans
la salle omnisports ?
La construction du nouveau complexe
sportif répond au souhait de la Commune
de se doter d’un équipement performant
et adapté aux nouvelles pratiques sportives de la population.
Le chantier, qui a débuté en juin dernier,
devrait durer deux ans. Durant cette
période, toutes les activités sportives
pourront s’effectuer normalement.
En effet, la Commune a répondu à l’ensemble des besoins en proposant une
répartition des pratiques sur différents
sites.
Deux modulaires ont été installés
et aménagés rue de la Rivière afin
de pourvoir aux besoins des associations et des établissements scolaires.
La modulaire A accueille en particulier
le dojo et les activités dédiées aux arts
martiaux (judo, qi gong, yoga…).
Le modulaire B accueille majoritairement les activités des collèges et les
nouveaux besoins associatifs (step,
danse, tai-ji, capoeira, danse country,
fitness,….)
D’autres sites existants sont également
mobilisés pour répondre aux besoins
de l’ancienne salle : le Parc des sports
(basket, badminton, tennis de table, tir
à l’arc…) ; la salle Charles Milcendeau,
ex-halte garderie, située rue de l’Avenir
(danse de salon, tai-ji, maintien en forme…)
et enfin le stade scolaire (athlétisme).
Outre ces solutions, le souhait de la
municipalité était que le calendrier des
travaux soit établi de sorte à en minimiser l’impact. La livraison de l’équipement s’effectuera ainsi en deux temps.
A l’issue d’une première phase, la nouvelle
salle A du complexe sportif sera accessible
dès le mois de juin 2010. Le restant de
l’équipement devrait être achevé au
plus tard en juin 2011.
18
19
I N°82 I octobre 2009
A savoir
Entresol de l’Hôtel de Ville
Permanence n°1 - 1re porte à droite
à Saint-Jean-de-Monts
Habitat indigne
> Caisse Régionale Assurance Maladie (CRAM) :
sur rendez-vous uniquement, les 2e et 4e jeudis
du mois. Tél. 0 821 100 110.
> Centre Information et Coordination de l’Action
Sociale des régimes de retraites complémentaires
(CICAS) : uniquement sur rendez-vous,
le 1er et le 3e mercredi. Tél. 0820 200 246.
> Conciliateur de justice : uniquement sur rendezvous auprès de la Mairie au 02 51 59 97 00.
> Impôts : 4e mercredi du mois, de 9h à 12h.
> Syndicat mixte du marais : uniquement sur
rendez-vous, le 1er mardi du mois, de 10h à 12h.
Rendez-vous
à Saint-Jean-de-Monts
Voici quelques dates à repérer sur l’agenda de l’automne à SaintJean-de-Monts. Pour en savoir beaucoup plus sur ces temps forts,
programme et renseignements à l’Office de Tourisme 0826 887 887 (0,15 euros TTC/mn à partir d’un poste fixe)
ou sur le site : www.saint-jean-de-monts.com
Infos tarifs
Aide technique et financière
Expo 2010
Appel à participation du public
Dans le cadre de leur projet d’exposition estivale sur
Saint-Jean-de-Monts, les plasticiens Francine Guiet
et Jean-Claude Artaud appellent les Montois à participer à la réalisation de deux œuvres collectives.
Un premier projet porte sur la création d’une rivière
en « pierres de papier ». Plusieurs ateliers publics
seront organisés à compter d’octobre.
Le second projet porte sur la création d’une fresque.
A compter du 15 octobre, chaque personne intéressée
pourra retirer une volige en bois de 20 cm auprès de
la mairie ou de l’office de tourisme.
Elle pourra ensuite y apporter librement sa création
en peinture. La totalité des éléments seront recueillis
avant le 15 décembre et seront assemblés au sein
d’une œuvre monumentale exposée au cours de
l’exposition estivale d’Odysséa.
Renseignements sur les deux projets en mairie
ou auprès de l’office de tourisme.
Audiovisuel
Saint-Jean-de-Monts passe
au « tout numérique »
Le 18 mai 2010, la télévision analogique aura cessé
d’émettre sur la Région des Pays-de-Loire. C’est
l’aboutissement du déploiement de la télévision
numérique terrestre (TNT) sur le territoire national.
Saint-Jean-de-Monts devrait disposer d’une couverture
minimale pour l’ensemble des chaînes nationales.
La réception des services de télévision ne devrait
souffrir d’aucune rupture à votre domicile, à condition
de remplir les conditions suivantes :
• vérifiez que votre installation est compatible avec
une réception numérique ;
• recherchez les canaux des chaines lors de la mise
en service de votre installation.
Le passage à la TNT peut nécessiter l’installation
d’un équipement de réception adapté.
Toutes les informations et questions utiles sur le passage
au tout numérique sont disponibles sur le site :
www.francetelenumerique.fr.
Dans le cadre de son programme de résorption de l’habitat indigne, le Conseil général de la Vendée met à disposition des propriétaires occupants et bailleurs, une
assistance technique et administrative permettant un
diagnostic de la nature des travaux à réaliser et leur coût,
ainsi qu’un soutien financier.
L’organisme PACT VENDEE a été missionné pour le suivi
de ce programme. Celui-ci assure une permanence le
premier mercredi du mois au centre médico-social de
Challans situé 10, boulevard René Bazin.
Pour toute question, contacter PACT VENDEE,
20 rue Jean Jaurès, BP 762, 85020 La-Roche-sur-Yon Cedex,
Tél. 02 51 44 95 00.
Permanence
Conciliateur de justice
Les prochaines permanences en mairie du conciliateur
de justice auront lieu les jeudis 17 septembre, 15 octobre,
19 novembre et 17 décembre.
Permanence uniquement sur rendez-vous auprès de la
Mairie au 02 51 59 97 00.
ARDAVI
L’association d’aide aux victimes ARDAVI a cessé ses
permanences sur Saint-Jean-de-Monts depuis septembre.
Les personnes désirant bénéficier des services de l’association doivent désormais s’adresser directement à son
siège : 55 bd Aristide Briand, La Roche sur Yon,
Tél. 02 51 37 94 56.
Erratum
Magazine municipal n° 81
Une erreur matérielle s’est glissée dans le dossier du
précédent magazine portant sur la présentation du nouvel
équipement de la ville, Odysséa.
A la page 7, dans l’encadré relatif à l’éclairage nocturne
de l’édifice, la puissance nécessaire aux 93 luminaires
de la façade sont équivalents à seulement 3200 w et non
3200 Kw.
Permanences en mairie
Hall de l’Hôtel de Ville
> Horaires d’accueil : du lundi au vendredi,
de 8h30 à 12h et de 14h à 17h30 et le samedi,
de 9h à 12h. Tél. 02 51 59 97 00.
> Maison de l’emploi : du lundi au vendredi
de 9h à 12h. Tél. 02 51 59 85 49.
> Mission Locale Vendée Atlantique (MLVA) :
accueil jeunes 16/25 ans (sortis de l’école de + 6 mois) :
uniquement sur rendez-vous, le lundi toute la journée ainsi
que le mercredi et le jeudi matin.
Tél. 02 51 26 96 18.
> Les 3A - Aide Assistance Alcool :
1er samedi de 9h30 à 11h30
> La Croix d’Or : 3e samedi de 9h30 à 11h30
Carte privilège Odysséa : avantages et possibilité
d’un spectacle offert sous conditions.
Renseignements à l’office de tourisme.
Tél. 0 826 887 887
Réductions de tarifs avec la Carte Plus : possibilités
de tarifs réduits pour certaines catégories de public
et sous conditions. Renseignements en mairie.
Tél. 02 51 59 97 00
Permanences hors mairie
Centre d’activités sociales
« La Passerelle »
27, av. du Maréchal Leclerc.
> Caisse d’Allocations Familiales : le 1er vendredi
de chaque mois sans rendez-vous, de 9h30 à 12h
sans rendez-vous et de 13h30 à 16h.
> Conseillère en économie sociale et familiale (CAF) :
uniquement sur rendez-vous, les 2e et 4e vendredis du
mois. Tél. 02 51 35 20 72 ou 02 28 10 52 94.
> Caisse Primaire Assurance Maladie (CPAM) :
tous les jeudis de 9h à 11h30.
> Centre de soins et de prévention en toxicomanie
« la Métairie» : uniquement sur rendez-vous.
Tél. 02 51 05 23 39.
Centre médico-social
10, rue Jean Launois
> Assistantes sociales : uniquement sur rendez-vous,
le mardi et le jeudi de 9h à 11h30. Tél. 02 51 58 21 57.
> P.M.I (Protection Maternelle Infantile) : le mardi
de 14h à 17h sans rendez-vous ; consultation nourrissons : les 2e et 4e jeudis du mois sur rendez-vous.
Tél. 02 51 58 21 57.
> Parent’aise (Accueil parents-enfants de 0 à 3 ans) :
le 1er jeudi du mois, de 15h à 17h.
Communauté de Communes
Océan-Marais de Monts
> Habitat et Développement (aides pour l’habitat) :
2e et 4e mardis du mois, de 14h à 16h.
Services d’aides à domicile
> ADMR - Rue des Glajous : du lundi au samedi
sauf le vendredi, de 10h à 12h. Tél. 02 51 59 02 15
> AMAD - Rue des Glajous : du lundi au vendredi,
de 8h30 à 12h30 et de 14h à 17h. Tél. 02 51 59 16 96.
> RDS – 2, rue des Libellules. Tél. 02 51 59 15 16.
ESNOV (Emploi Solidarité Nord Ouest
Vendéen) - 13, rue du Cardinal de Richelieu
Lundi, mercredi et vendredi de 8h à 12h, mardi et jeudi
de 13h à 17h. Tél. 02 51 59 36 42.
Ci t’as la trouille
du 26 octobre au 4 novembre, Odysséa
Mais oui : à Saint-Jean-de-Monts, Halloween, c’est
d’abord des citrouilles, puis des cucurbitacées, puis
des animations pour toute la famille ! Du 26 octobre
au 4 novembre, des ateliers, de la cuisine (version
ludique), du bricolage, de la déco, un cyber espace
et de magnifiques expositions de cucurbitacées,
dont celle de Martin, l’épouvantail qui a rendez-vous
avec la lune.
Parmi les événements à ne pas manquer, le rallye
des citrouillettes et le bal des citrouillettes…
Atlantic Zen
les 14 et 15 novembre,
Odysséa
Le bien-être dans
toutes ses dimensions
avec pour invité d’honneur
le Tibet, un pays fascinant et riche en secrets. Odysséa offrira pour la circonstance ses mille mètres
carrés pour rencontrer des professionnels du développement personnel, du bien-être et de la zenattitude. Ateliers, conférences et démonstrations se
succéderont pour adopter la zen attitude de SaintJean-de-Monts.
Téléthon 2009
C’est sur le thème
« Tous plus forts que tout »
que Daniel Auteuil
lancera l’édition 2009 du
téléthon. Localement, de
nombreuses associations
se mobilisent pour faire des
4 et 5 décembre prochains
deux grandes journées de
générosité et de solidarité.
85, boulevard Albert Schweitzer. Du lundi
au vendredi, de 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 16h30.
C.A.F de Challans
8, rue du Petit Bois
« Imagine toi », spectacle
du clown-mime Julien Cottereau,
Mutualité Sociale Agricole (M.S.A)
24 octobre, Odysséa
Molière de la révélation théâtrale masculine 2007,
prix SACD catégorie one-man-show en 2008, il fut
présenté par Michel Boujenah (un autre invité de
Saint-Jean-de-Monts) dans l’émission Vivement
Dimanche de Michel Drucker : Julien Cottereau est
à la fois clown, bruiteur et poète. Comment ne pas
évoquer le mime Marceau en succombant à la magie de ses interprétations ?
Voici un spectacle à voir en famille, à partir de 7 ans.
Les enfants invisibles
20 novembre à 20h30, Ciné-Monts
Ce long métrage a été réalisé avec le soutien de
l’UNICEFetduPAM(Programmealimentairemondial).
Il accompagne la semaine des droits de l’enfant
organisée par la Ville de Saint-Jean-de-Monts.
Réalisé par huit grand noms du cinéma international
(dont Emir Kusturica, Spike Lee et John Woo ),
il relate les destins d’enfants issus des quatre coins
du monde : des vies contrariées, des enfances mal
aimées ou maltraitées comme autant de témoignages et de prises de conscience de la part des
adultes.
Casse-noisette
le 15 décembre, Odysséa
Une comédie drôle et émouvante écrite par Laurent
Ruquier. Le répertoire de Charles Aznavour est
évoqué dans une belle histoire qui raconte…
la création d’une comédie musicale. On y retrouve
des personnalités très différentes, comme celles de
Véronique Rivière, Jonatan Cerrada ou Arno Diem et
Pablo Villafranca.
C.P.A.M (Caisse Primaire
Assurance Maladie) de Challans
85, boulevard Albert Schweitzer à Challans,
Tél : 02 51 36 88 14. Le mardi de 9h30 à 12h et le
mardi après-midi uniquement sur rendez-vous.
du 17 au 26 novembre, Odysséa
Ils s’appellent Valentin, Syrine, Malo ou encore
Ibrahim… Au travers de dyptiques conçus à travers
20 pays par le photographe Gilles Porte, ils se sont
dessinés à côté de leur portrait. Un portrait photographique et un autoportrait ? Voici la superposition
de la réalité d’être d’un enfant et de son pouvoir
créatif.
Dans le cadre de la semaine des droits de l’enfant,
Saint-Jean-de-Monts accueille cette exposition
composée de 60 panneaux imprimés sur toile. Elle
est réalisée en partenariat avec Solidarité Laïque,
Clowns Sans Frontières et la Ligue des Droits de
l’Homme.
« J’me voyais déjà » Spectacle
musical drôle et émouvant
Permanences
hors Saint-Jean-de-Monts
Sans rendez-vous : les mardi, mercredi et vendredi
de 9h30 à 12h et le mercredi, jeudi et vendredi
de 13h30 à 16h. Sur rendez-vous : les mardi aprèsmidi et jeudi matin.
Expo 20/20 UNICEF
le 21 novembre, Odysséa,
Ballet d’après le conte d’Hoffmann sur la musique
de Tchaïkovski par le cirque National de Chine
Ballet féérique réinventé pour l’acrobatie, sur la
musique de Tchaïkovski : une création époustouflante par l’une des meilleures troupes du monde.
Ce petit bijou rend hommage à l’enfance, à ses
peurs et à ses rêves. Le programme allie danse,
acrobatie, équilibre et magie. Il s’agit d’un spectacle encensé par la presse internationale, véritable
débauche de couleurs, de costumes, de lumières
et de prouesses en tout genre.
I N°82 I octobre 2009
© SIEGA
Environnement
à Saint-Jean-de-Monts
Utiliser l’énergie solaire pour réduire la facture énergétique
globale ? C’est une réalité à Saint-Jean-de-Monts, puisque
le partenariat avec le Syndicat Départemental d’Energie
et d’Equipement de la Vendée conforte les options prises
en matière d’économie d’énergie.
Chaleur, lumière et énergie
Un trio gagnant
pour l’économie
Des panneaux
photovoltaïques pour capter
les rayons du soleil
La Ville de Saint-Jean-de-Monts s’est résolument
engagée à réduire la facture énergétique de ses
bâtiments communaux. Ainsi, le programme
de construction du complexe sportif intégrera,
en toiture, des cellules photovoltaïques souples
intégrées à des membranes d’étanchéité
destinées à transformer les rayons du soleil
en énergie. Plus précisément, la toiture du
complexe est mise à la disposition (contre un
loyer annuel) de la Régie d’Electricité de Vendée régie créée par le Syndicat Départemental
d’Energie et d’Equipement de la Vendée - qui a
réalisé cet investissement et qui vendra à EDF
la production ainsi obtenue. La convention
partenariale portant sur cet ouvrage sera signée
le 23 octobre prochain. Cet engagement porte
sur vingt ans au terme desquels la propriété et
l’exploitation des panneaux reviendront à la Ville
de Saint-Jean-de-Monts
En attendant, propriétaires et bailleurs se répartiront les gains issus de l’exploitation de cette
centrale solaire, ce qui contribuera à alléger la
facture énergétique du bâtiment.
Techniquement, cette installation prend la forme
de panneaux souples qui ont la double fonction
d’étanchéité et de générateur. Cette caractéristique permet une implantation sur des surfaces
courbes telles que celles de la future toiture du
complexe et lui confère un indéniable aspect
esthétique.
Les premières approches économiques du
projet de centrale mettent en évidence la
rentabilité de la centrale photovoltaïque réalisée
sans apport de capitaux propres de la part de la
commune de Saint-Jean-de-Monts.
La production obtenue devrait en effet être de
l’ordre de 60 000 kWh par an.
Le partenariat avec le SyDEV
C’est sur l’utilisation de nouvelles énergies que
porte l’essentiel du partenariat conclu avec la
structure départementale qu’est le SyDEV. Depuis
plusieurs années, l’éclairage public évolue dans le
sens des économies réalisées tout en maintenant
un excellent niveau de qualité. L’installation de
techniques et d’équipements novateurs illustre
la démarche engagée pour éclairer « juste ».
« L’éclairage public représente 30 à 40 % des
dépenses d’électricité d’une commune » confirment
les responsables du SyDEV. Saint-Jean-deMonts est l’une des premières communes à
participer aux avancées réalisées telles que, par
exemple, l’installation de variateurs de tension
au profit des candélabres de rues, la mise en
place d’un Schéma Directeur d’Aménagement
Lumière, l’utilisation de leds, ampoules dernière
génération à très faible consommation d’électricité pour la valorisation du patrimoine par la
lumière : tel que ce fut le cas, récemment, pour
la mise en lumière d’Odysséa, opération menée
en concertation avec le SyDEV.
« Saint-Jean-de-Monts est souvent volontaire
pour expérimenter des solutions dont nous
avons vérifié la fiabilité technique et économique »
confie Jean-Marc Guilbeau, responsable de
l’activité Eclairage du SyDEV, citant la présentation récente, au Salon des Maires, du mât
autonome avec éolienne (prototype) qui éclaire
l’esplanade de la Mer, au niveau d’Océabul.
Prochainement, une autre étape devrait être
franchie avec la réflexion en cours sur l’élaboration d’un Plan Climat Energie Territorial.
Le SyDEV
Historiquement, le Syndicat Départemental d’Energie et d’Equipement de la Vendée est un syndicat mixte créé en 1950, à qui les 282 communes de Vendée ont transféré leurs compétences
pour assurer la bonne exécution du service public de distribution de l’électricité.
Il participe à l’essor économique du département et son intervention est assortie de subventions
qui permettent d’optimiser les réponses aux besoins exprimés par les collectivités.
En Vendée, le SyDEV est l’acteur majeur pour le développement des énergies propres et la mise
en œuvre d’actions concrètes de maîtrise de la consommation d’énergie. A ce titre, il apporte
ses préconisations pour le renouvellement de matériel offrant la meilleure technique alliée à un
juste prix.
Les élus du SyDEV ont décidé de mettre en place un programme d’aide aux mesures favorisant
la maîtrise en énergie et le développement des énergies renouvelables. C’est dans ce contexte
qu’un étroit partenariat avec la Ville de Saint-Jean-de-Monts se traduit par des réalisations
innovantes technologiquement et économiquement performantes.
© SyDEV
20

Documents pareils