Star Wars - Welcome/Bienvenue

Commentaires

Transcription

Star Wars - Welcome/Bienvenue
Star Wars
Edition 2015 - Livres pour tous (www.livrespourtous.com)
Table des matières
0.1
1
2
Star Wars . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1
0.1.1
Univers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1
0.1.2
Films . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4
0.1.3
Univers étendu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9
0.1.4
Inspirations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12
0.1.5
Postérité
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
13
0.1.6
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
14
0.1.7
Annexes
18
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Cinéma
20
1.1
Star Wars (série de films) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
20
1.1.1
Présentation
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
20
1.1.2
Trilogie originale (1977-1983) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
20
1.1.3
Prélogie (1999-2005) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
20
1.1.4
Troisième trilogie (2015-2019) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
20
1.1.5
Star Wars Anthology (2016-2018) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21
1.1.6
Accueil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21
1.1.7
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21
1.1.8
Annexes
21
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Prélogie
22
2.1
Star Wars, épisode I : La Menace fantôme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
22
2.1.1
Synopsis
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
22
2.1.2
Fiche technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
24
2.1.3
Distribution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
25
2.1.4
Personnages
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
25
2.1.5
Production . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
26
2.1.6
Accueil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
29
2.1.7
Distinctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
31
2.1.8
Analyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
31
2.1.9
Exploitation
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
32
2.1.10 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
33
2.1.11 Annexes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
37
Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
38
2.2
i
ii
TABLE DES MATIÈRES
2.3
3
2.2.1
Synopsis
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
38
2.2.2
Fiche technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
40
2.2.3
Distribution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
40
2.2.4
Personnages
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
41
2.2.5
Production . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
42
2.2.6
Accueil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
45
2.2.7
Distinctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
46
2.2.8
Analyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
46
2.2.9
Exploitation
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
47
2.2.10 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
48
2.2.11 Annexes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
50
Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
51
2.3.1
Synopsis
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
51
2.3.2
Fiche technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
53
2.3.3
Distribution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
54
2.3.4
Personnages
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
55
2.3.5
Production . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
56
2.3.6
Accueil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
59
2.3.7
Distinctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
60
2.3.8
Analyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
60
2.3.9
Exploitation
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
61
2.3.10 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
62
2.3.11 Annexes
64
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Trilogie originale
66
3.1
Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
66
3.1.1
Synopsis
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
66
3.1.2
Fiche technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
68
3.1.3
Distribution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
69
3.1.4
Personnages
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
69
3.1.5
Production . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
70
3.1.6
Accueil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
73
3.1.7
Distinctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
75
3.1.8
Analyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
75
3.1.9
Version française . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
76
3.1.10 Exploitation
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
76
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
77
3.1.12 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
77
3.1.13 Annexes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
81
Star Wars, épisode V : L'Empire contre-attaque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
81
3.2.1
Synopsis
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
82
3.2.2
Fiche technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
83
3.1.11 Postérité
3.2
TABLE DES MATIÈRES
iii
3.2.3
Distribution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
84
3.2.4
Personnages
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
84
3.2.5
Production . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
85
3.2.6
Accueil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
88
3.2.7
Distinctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
90
3.2.8
Analyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
90
3.2.9
Exploitation
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
91
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
91
3.2.11 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
92
3.2.12 Annexes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
94
Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
95
3.3.1
Synopsis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
95
3.3.2
Fiche technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
97
3.3.3
Distribution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
98
3.3.4
Personnages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
98
3.3.5
Production . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
99
3.3.6
Accueil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
3.3.7
Distinctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
3.3.8
Analyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
3.3.9
Exploitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
3.2.10 Postérité
3.3
3.3.10 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
3.3.11 Annexes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
3.3.12 Liens externes
4
Troisième trilogie
4.1
5
107
Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
4.1.1
Toile de fond . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
4.1.2
Synopsis
4.1.3
Fiche technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
4.1.4
Distribution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
4.1.5
Production . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
4.1.6
Accueil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
4.1.7
Produits dérivés
4.1.8
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
4.1.9
Annexes
Films dérivés
5.1
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
114
Star Wars : The Clone Wars . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
5.1.1
Synopsis
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
5.1.2
Fiche technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
5.1.3
Distribution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
5.1.4
Bande originale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
iv
TABLE DES MATIÈRES
5.2
6
5.1.5
Accueil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
5.1.6
Adaptations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
5.1.7
Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
5.1.8
Liens externes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
Star Wars Anthology : Rogue One . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
5.2.1
Synopsis
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
5.2.2
Fiche technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
5.2.3
Distribution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
5.2.4
Production . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
5.2.5
Accueil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
5.2.6
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
5.2.7
Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
Autres médias
6.1
6.2
6.3
119
Star Tours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
6.1.1
Le concept et l'histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
6.1.2
Le film . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
6.1.3
La technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
6.1.4
Les attractions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
6.1.5
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
6.1.6
Liens externes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
Star Wars (bande dessinée) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
6.2.1
Répartition chronologique des albums . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
6.2.2
Publications en français
6.2.3
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
6.2.4
Annexes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
Jeux vidéo Star Wars . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
6.3.1
Jeu de Plateforme - Arcade . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
6.3.2
Série des Knights of the Old Republic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
6.3.3
Série des Lego Star Wars . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
6.3.4
Série des Rebel Assault . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
6.3.5
Série des Rogue Squadron
6.3.6
Série des X-Wing . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
6.3.7
Série des Pouvoir de la Force . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
6.3.8
Jeu de tir à la troisième personne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
6.3.9
Jeu de tir à la première personne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
6.3.10 Jeu de stratégie en temps réel
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
6.3.11 Jeu en ligne massivement multijoueur
6.3.12 Autres
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
6.3.13 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
6.3.14 Article connexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
6.4
Star Wars (romans) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
TABLE DES MATIÈRES
6.5
6.6
7
v
6.4.1
Historique de publication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
6.4.2
Particularités et anecdotes
6.4.3
Liste des publications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
6.4.4
Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
6.4.5
Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
Musique de Star Wars . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
6.5.1
Listes des pistes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
6.5.2
Récompenses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
6.5.3
Suites de concert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
6.5.4
Similitudes avec d'autres compositions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
6.5.5
Montage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
6.5.6
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
Star Wars à la télévision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
6.6.1
Téléfilms . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
6.6.2
Séries télévisées
6.6.3
Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
Univers étendu
7.1
7.2
7.3
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
152
Chronologie de la saga Star Wars . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
7.1.1
Chronologie des films
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
7.1.2
Chronologie des livres
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
7.1.3
Chronologie simplifiée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
7.1.4
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
Liste des espèces de Star Wars . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
7.2.1
Espèces intelligentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
7.2.2
Espèces animales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
7.2.3
Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
7.2.4
Liens externes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
Liste des personnages de Star Wars . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
7.3.1
Jedi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
7.3.2
Sith . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
7.3.3
Droïdes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
7.3.4
Empire galactique
7.3.5
Alliance rebelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
7.3.6
Nouvelle République . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
7.3.7
Pilotes
7.3.8
Chasseurs de primes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181
7.3.9
Grande Armée de la République . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
7.3.10 Franges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
7.3.11 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
7.3.12 Liens externes
7.4
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
Liste des planètes de Star Wars . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
vi
TABLE DES MATIÈRES
7.4.1
A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.2
B . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.3
C . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.4
D . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.5
E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.6
F . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.7
G . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.8
H . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.9
I
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.10 J
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.11 K . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.12 M . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.13 N . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.14 O . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.15 P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.16 R . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.17 S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.18 T . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.19 U . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.20 V . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.21 W . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.22 Y . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.23 Z . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.4.24 Annexes
7.5
7.6
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
Technologie de Star Wars . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.5.1
Armes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
7.5.2
Droïdes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
7.5.3
Engins terrestres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
7.5.4
Technologies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
7.5.5
Les Vaisseaux
7.5.6
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
Liste des vaisseaux de Star Wars . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
7.6.1
A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
7.6.2
B . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
7.6.3
C . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
7.6.4
D . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
7.6.5
E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
7.6.6
F . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
7.6.7
H . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
7.6.8
I
7.6.9
M . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
TABLE DES MATIÈRES
vii
7.6.10 S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
7.6.11 T . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
7.6.12 V . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
7.6.13 X . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
7.6.14 Y . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
7.6.15 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
8
Sources, contributeurs et licences du texte et de l’image
194
8.1
Texte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194
8.2
Images . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198
8.3
Licence du contenu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203
0.1. STAR WARS
1
0.1 Star Wars
À son tour, le monde créé par George Lucas a influencé
une génération de réalisateurs et contribué à la création
de nouvelles techniques dans le domaine du cinéma, noVous lisez un « article de qualité ».
tamment en ce qui concerne le montage, les bruitages et
Pour les articles homonymes, voir Star Wars (homoles effets spéciaux. L'univers de Star Wars a fait l'objet de
nymie) et Guerre des étoiles.
nombreuses parodies et hommages et dispose également
Star Wars (à l'origine nommée sous son titre français,
d'une grande communauté de fans qui s’exprime par le
biais de diverses manifestations.
0.1.1 Univers
Le logo de Star Wars tel qu'il apparaît en introduction des films
et sur de nombreux produits dérivés.
L'univers de Star Wars se déroule dans une galaxie qui
se fait le théâtre d'affrontements entre les Chevaliers Jedi
et les Seigneurs noirs des Sith, personnes sensibles à la
Force, un champ énergétique mystérieux leur procurant
des pouvoirs psychiques. Les Jedi maîtrisent le Côté lumineux de la Force, pouvoir bénéfique et défensif, pour
maintenir la paix dans la galaxie. Les Sith utilisent le Côté
obscur, pouvoir nuisible et destructeur, pour leurs usages
personnels et pour dominer la galaxie[1] .
La Guerre des étoiles) est un univers de science-fiction
créé par George Lucas en 1977. D'abord conçue comme Histoires
une trilogie cinématographique sortie entre 1977 et 1983,
la saga s’est ensuite élargie de trois nouveaux films sortis Article détaillé : Chronologie de la saga Star Wars.
entre 1999 et 2005 racontant des événements antérieurs Depuis le rachat de la société Lucasfilm par The Walt
aux premiers. La première trilogie (épisodes IV, V et VI)
ainsi que la deuxième trilogie dite « Prélogie » (épisodes
I, II et III) ont connu un immense succès commercial et
un accueil critique généralement positif. Dans un souci
de cohérence et pour atteindre un résultat qu'il n'avait pas
pu obtenir dès le départ, le créateur de la saga a également retravaillé les films de sa première trilogie, ressortis
en 1997 et 2004 dans de nouvelles versions. Les droits
d'auteur de Star Wars sont achetés en octobre 2012 par
la Walt Disney Company pour un peu plus de 4 milliards
de dollars : la sortie au cinéma du VIIe épisode de la saga
est alors planifiée pour le 18 décembre 2015.
En accord avec les lois du genre space opera, l'action se
déroule « Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine » et se fonde sur la lutte entre les chevaliers Jedi et
les Sith. Le personnage central Anakin Skywalker cède
à la tentation du côté obscur de la Force pour devenir Dark Vador[Note 1] , puis connaît sa rédemption grâce
à l'action de son fils, Luke. Les nombreux personnages
emblématiques, humains et aliens, ont permis de lancer
quelques carrières d'acteurs, notamment Harrison Ford
et Natalie Portman. L'univers a été décliné dans divers
produits dérivés conçus ou non sous l'égide de Lucas :
romans, bandes dessinées, jeux vidéo, séries télévisées,
etc. L'histoire de la série est ainsi élargie et approfondie
par divers médias.
Le monde de Star Wars est inspiré de nombreuses œuvres
cinématographiques (serials, western, cinéma japonais),
mais aussi littéraires (essentiellement d'après les ouvrages
de Frank Herbert, Joseph Campbell, mais aussi d'Isaac
Asimov et de J. R. R. Tolkien) et de faits historiques réels.
La galaxie de Star Wars a fait l'objet de cartes dressées par les
fans.
Disney Company, il existe deux univers Star Wars : le
« Légendes » et l'« Officiel ». Ils ont pour point commun, les six premiers films et la série télévisée The Clone
Wars. L'univers Légendes reprend en plus les histoires
complémentaires présentées dans des livres, des bandesdessinées, des téléfilms ou des jeux sortis avant 2014.
L'univers Officiel reprend lui, les histoires des films et
des autres supports parus depuis 2014[2],[Note 2] .
Histoire commune La République galactique a été
fondée pour amener la paix dans la galaxie, mais, tout
au long de son existence, elle a été secouée par des sécessions et des guerres, notamment contre l'Empire Sith.
Les chevaliers Jedi, gardiens de la paix et de la justice,
2
TABLE DES MATIÈRES
réussissent à éliminer les Sith et la galaxie retrouve la originale[8],[a 7] .
prospérité[a 1],[3] . Mais après des millénaires d'existence,
la République montre d'innombrables failles et se trouve
Dans
fragilisée. Selon une prophétie Jedi, un « Élu » naîtra et Suite de l'histoire selon l'univers Officiel
[9]
[a 2]
l'univers
«
Officiel
»
,
la
bataille
d'Endor
a
marqué
rétablira un jour l'équilibre dans la Force .
une victoire majeure mais pas la fin des affrontements.
Un seigneur Sith, Dark Sidious, profite des faiblesses de la La galaxie est toujours secouée par la lutte entre les
République pour se faire élire Chancelier suprême[3],[a 2] forces de l'Alliance rebelle, renommée la « Résistance »,
sous le nom de Palpatine. Manipulant dans l'ombre le et l'Empire devenu le « Premier Ordre ». Ces événeSénat, l'Ordre Jedi et la Confédération des systèmes indé- ments sont ceux de Star Wars, épisode VII : Le Répendants, Palpatine déclenche la Guerre des Clones, qui veil de la Force, premier film de la troisième trilogie
oppose la République aux forces Séparatistes. C'est pen- cinématographique[10] .
dant cette période obscure que se distinguera un jeune
Jedi, Anakin Skywalker, qui sera le héros de nombreuses
batailles aux côtés de son mentor Obi-Wan Kenobi. Il se Suite de l'histoire selon l'univers Légendes Dans
murmure alors qu'Anakin pourrait bien être « l'Élu » de l'univers « Légendes », l'Empire Galactique se voit
la Prophétie. Palpatine se voit offrir les pleins pouvoirs énormément fragilisé par la mort de son empereur et
par le Sénat galactique[4],[a 3] et, lorsque la guerre prend l'Alliance rebelle se transforme en Nouvelle République.
fin au bout de trois ans, réalise un coup d'État en procla- L'Empire, qui subit de nombreux coups d'État pour
mant la naissance de l'Empire galactique. Il manipule le prendre son contrôle et qui perd la plupart de son terrijeune Skywalker et en fait son apprenti maléfique : Ana- toire au profit de la Nouvelle République, prend fin. Cekin, perverti par le Côté Obscur de la Force, assassine les pendant, les derniers Impériaux s’organisent et forment
dirigeants Séparatistes et la plupart de ses amis Jedi, de- les Vestiges de l'empire. La jeune République, aidée par
venant ainsi Dark Vador[a 4] . Lors d'un duel sur la planète le Nouvel Ordre Jedi, doit les affronter dans une guerre
Mustafar contre son ancien mentor Obi-Wan Kenobi, Va- qui dure des années avant qu'une paix ne soit signée[a 8] .
dor se retrouve brûlé, amputé et défiguré et ne devra son Elle est cependant envahie peu après par des êtres extrasalut qu'à une armure respiratoire qui seule le maintien- galactiques, les Yuuzhan Vong. Malgré la défaite de ces
dra en vie pour le restant de ses jours. Sa propre femme, derniers, la plupart des planètes de la galaxie ont été lourPadme Amidala, meurt en accouchant de jumeaux qui dement touchées ou rendues inhabitables. La Nouvelle
seront mis à l'abri des persécutions de l'Empire. Les évé- République prend fin et la Fédération galactique des Alnements de cette période sont relatés dans les épisodes I liances libres la remplace[11],[a 9] . Cependant, un Nouvel
à III, ainsi que dans les séries The Clone Wars et plusieurs Empire galactique est instauré. Aidé par le Nouvel Ordre
récits de l'Univers étendu[5] .
Sith, il provoque la chute de l'Alliance galactique et fait
Vingt ans plus tard, l'Empire fait régner la terreur dans une nouvelle fois régner la terreur et la tyrannie dans la
[12],[a 10]
.
la galaxie. Les espèces non-humaines sont opprimées, les galaxie
Jedi sont réduits à un très faible nombre d'exilés et traqués aux quatre coins de la galaxie. C'est dans ce climat
Technologie, armes
d'oppression que naît l'Alliance rebelle avec pour but de
rétablir les valeurs de la République. L'un des membres
Article détaillé : Technologie de Star Wars.
plus influents de l'Alliance est la princesse Leia OrgaL'histoire se déroule dans un univers de haute technona qui détient les plans de la nouvelle arme de l'Empire,
l'Étoile de la Mort, une station capable de détruire une
planète entière. Les rebelles lancent un assaut qui se solde
par la destruction de la station grâce à un jeune homme
maîtrisant la Force, Luke Skywalker[6],[a 5] . Entraîné par
les maîtres Obi-Wan Kenobi et Yoda, il devient un puissant Jedi. Lors d'un combat contre Dark Vador, ce dernier lui révèle qu'il est son père[7],[a 6] . Yoda confirme
à Luke qu'il est bien le fils d'Anakin Skywalker, et que
la princesse Leia est sa sœur jumelle. Au cours d'une
bataille dans les propres quartiers de l'Empereur, Luke
tente de faire revenir son père du bon côté de la Force,
mais ce dernier a juré allégeance au Côté Obscur. Finalement, alors que l'Empereur Palpatine tente de porter un
coup fatal à Luke, Vador se sacrifie en tuant son maître et
Un sabre laser, arme caractéristique aux Jedi et Sith dans la saga.
sauve son fils, rétablissant ainsi l'équilibre dans la Force.
Cette bataille marque la destruction de la deuxième Étoile
de la Mort. Ces événements sont ceux de la Trilogie logie. Les Jedi et Sith se battent au sabre laser, capable
de traverser la plupart des matières. Malgré son nom, sa
0.1. STAR WARS
3
nature reste inconnue : le nom original, « lightsaber »
(« sabre de lumière » ou « sabre lumineux »), désigne
mieux l'aspect mais est moins explicite. Une exposition
à la Cité des sciences explique qu'un laser ne pourrait
pas produire cet effet, mais que du plasma confiné par
un champ magnétique y correspondrait mieux[13] . Omniprésente dans la série, cette arme donne lieu à des duels
spectaculaires et de plus en plus épiques au fur et à mesure
de la réalisation des films, avec notamment l'apparition du
sabre à doubles lames du Sith Dark Maul[14] .
Outre leurs sabres, les Sith et les Jedi ont appris à maîtriser la Force, une énergie à la définition assez floue[Note 3] .
La Force permet notamment aux êtres qui y sont sensibles
d'avoir des réflexes plus aiguisés, des dons de prescience
et la capacité de déplacer des objets par la simple force
de leur volonté[15] .
Les voyages spatiaux sont courants dans la galaxie. Grâce
à la technologie de l'hyperpropulsion, les vaisseaux sont
capables de voyager rapidement d'une planète à l'autre.
Les différentes factions utilisent aussi des vaisseaux de
guerre tels que les destroyers stellaires, devenus dans les
films symboles de l'Empire, ou encore les chasseurs Xwing comme celui de Luke Skywalker. Les pilotes de la
galaxie ont d'ailleurs leur jargon propre, qui n'est pas toujours expliqué au spectateur[16] . Les pistolets lasers sont
les armes les plus courantes dans la saga. Des véhicules
très perfectionnés apparaissent également durant les batailles, à l'instar des gigantesques TB-TT qui marquent le
début de l'épisode V[a 6] .
Coruscant, siège du pouvoir central galactique.
la mesure où il existe effectivement des systèmes planétaires qui gravitent autour de deux étoiles. Le surnom de
« Tatooine » a même été donné à la planète HD 188753
Ab en raison de son système à trois étoiles[21] .
D'autres planètes, telles que Corellia ou Kessel, sont simplement citées dans les films par des personnages voyageurs, donnant l'impression d'un monde plus étendu que
celui qui est montré dans les films[22] . Elles ont ensuite été
détaillées dans les romans, les bandes dessinées et les jeux
Les droïdes sont également très présents, utilisés à des fins
vidéo de l'univers étendu. Ainsi, Corellia est le théâtre
civiles ou militaires. Les plus visibles sont R2-D2 et Cde certains événements des romans de La Trilogie Corel[17]
3PO, présents dans les six films de la saga . L'armée de
lienne de Roger MacBride Allen ou encore de la Trilogie
la Confédération des systèmes indépendants, dans la préde Han Solo[23] .
logie, est pour sa part entièrement composée de droïdes
de combat, tandis que les Kaminoens, qui ont développé
des techniques de clonage avancées, créent des armées
Espèces
entières de clones pour la République[18] .
Planètes
Article détaillé : Liste des espèces de Star Wars.
La galaxie de Star Wars est cosmopolite, constituée de
Article détaillé : Liste des planètes de Star Wars.
L'univers de Star Wars met en scène de nombreuses
planètes. Certaines reviennent dans la plupart des films
comme Tatooine, planète désertique où grandissent
Anakin et Luke Skywalker[19] , ou encore Coruscant,
œcumenopole, centre physique et politique de la galaxie.
Un grand nombre de planètes s’inspirent d'un type de paysage particulier comme Mustafar qui offre un paysage
volcanique de désolation ou Hoth, planète balayée par des
tempêtes de neige. Au contraire, des planètes ressemblent
fortement à la Terre, à l'image de Naboo ou Alderaan[20] .
Par ailleurs, si des planètes ou des lunes volcaniques telles
que Mustafar, ou recouvertes de forêt comme Endor,
n'ont jamais été découvertes, certaines originalités imaginées dans la saga sont scientifiquement avérées. Ainsi, Un fursuit de Wookiee (à gauche) et un cosplay de Jawa (à
le double coucher de soleil sur Tatooine est possible, dans droite).
4
nombreux peuples. La race humaine est l'espèce la plus
répandue, mais de nombreuses autres espèces sont présentées. Certaines sont humanoïdes, comme les Gungans,
ou les Neimodiens, financiers corrompus à la peau verdâtre présents dans la prélogie. D'autres s’inspirent des
animaux, à l'image des Wookiees, imposantes créatures
humanoïdes poilues et des Ewoks, sortes d'oursons[a 7] .
Certaines restent mystérieuses comme la race de Yoda :
moins d'une dizaine de représentants de cette espèce apparaissent dans l'univers de Star Wars et gardent volontairement le secret sur les origines de leur espèce. Les Jawas demeurent tout aussi mystérieux, leur visage restant
inconnu, dissimulé sous un manteau[a 5] .
TABLE DES MATIÈRES
sur celle-ci. L'apogée du film est atteinte lors de la Bataille
de Yavin qui se solde par la destruction de l'Étoile Noire
et la victoire de l'Alliance rebelle, malgré de nombreuses
pertes dont la mort de Kenobi[a 5] .
L'épisode V commence par une grande bataille, lorsque
l'Empire attaque la base rebelle de la planète Hoth. Dans
la débandade qui s’ensuit, les héros se retrouvent séparés.
Leia, Chewbacca, Solo et C-3PO doivent en effet faire
face à une panne de leur vaisseau et se réfugient chez un
ancien ami du contrebandier, Lando Calrissian, sur la planète Bespin. Dans le même temps, Luke Skywalker suit
un entraînement sur Dagobah auprès du maître Jedi Yoda
et apprend à se méfier du côté obscur de la Force. Vador s’empare de ses amis pour tenter d'attirer Luke auprès de lui sur Bespin pour en faire un puissant allié de
l'Empire. Han Solo se retrouve emprisonné dans un bloc
de carbonite, puis est offert au mafieux Jabba le Hutt sur
Tatooine. Lors d'un éprouvant duel, Dark Vador révèle à
Luke qu'il est son père. Celui-ci, plutôt que de se rendre,
choisit de se jeter dans le vide et est sauvé in extremis par
ses compagnons[a 6] .
Les espèces présentes dans la trilogie originale sont pour
la plupart des espèces humanoïdes, la technique étant
alors limitée par les effets spéciaux de l'époque. La prélogie offre des espèces plus variées grâce à l'avancée
technologique. Ainsi, Nick Dudman, qui a travaillé à la
conception des créatures sur Le Retour du Jedi et La Menace fantôme, explique que le bond de quinze ans entre les
deux films a radicalement changé la façon de concevoir
les personnages, avec notamment l'apparition des images Le début de l'épisode VI présente le plan mis au point
de synthèse[24] .
par les héros pour secourir Han Solo des mains de
Jabba le Hutt. Il se révèle être un succès et se solde
également par la mort du Hutt. Dans le même temps,
l'Empire met au point une deuxième station de com0.1.2 Films
bat, l'Étoile de la Mort, dont la construction est supervisée par l'Empereur Palpatine lui-même. L'Alliance reArticle détaillé : Films Star Wars.
belle voit donc là une occasion de frapper un coup décisif pour la victoire, d'autant que la station semble vulnérable. En réalité, cette faiblesse n'est que feinte et il s’agit
Trilogie originale (1977 à 1983)
d'un piège destiné à éliminer définitivement les rebelles.
Cependant, l'intervention du petit peuple des Ewoks sur
Articles détaillés : épisode IV, épisode V et épisode VI. Endor permet de retourner la situation. Dans les quartiers
de l'Empereur, Luke tente de faire revenir son père, Dark
Vador alias Anakin Skywalker, du bon côté. Alors que
Palpatine se prépare à achever son fils, Vador jette son
Synopsis L'épisode IV débute lorsque le croiseur de maître dans le puits de la station, non sans avoir été graDark Vador capture le vaisseau de la princesse Leia qui vement meurtri par ce dernier. Il meurt en paix dans les
détient les plans volés de l'Étoile Noire, l'arme absolue bras de Luke tandis que les rebelles détruisent l'Étoile de
du puissant Empire galactique. La princesse dissimule les la Mort. Alors que l'on célèbre la fin de l'Empire dans la
plans dans la mémoire du droïde R2-D2 qui s’éjecte sur la galaxie, les esprits d'Anakin, d'Obi-Wan et de Yoda se
planète Tatooine en compagnie de son alter ego C-3PO. réunissent une dernière fois avant de se fondre dans la
Les droïdes sont capturés par des ferrailleurs Jawas avant Force[a 7] .
d'être finalement vendus à la ferme d'Owen Lars où vit
Luke Skywalker, un jeune fermier qui rêve d'aventures.
Ce dernier intercepte un message de la princesse Leia qui Des débuts difficiles mais un succès sans précédent
cherche de l'aide d'un certain Obi-Wan Kenobi. Ce derLe scénario de Star Wars est imaginé par George Lunier est un vieux Jedi qui vit en ermite sur Tatooine de- cas au début des années 1970. Le premier scénario est
puis la fin de la Guerre des Clones[Note 4] et l'avènement écrit en 1973 sous le titre Le Journal des Whills et rade l'Empire. Il révèle à Luke qu'il était ami avec son père conte les aventures du Jedi Mace Windu[Note 5] : certains
avant que ce dernier ne soit « assassiné » par Dark Va- éléments qui y figurent, comme la structure de l'Ordre Jedor, un Jedi déchu perverti par le côté obscur de la Force. di, n'apparaîtront finalement que dans la prélogie, 25 ans
Avec l'aide d'Obi-Wan, du contrebandier Han Solo et de plus tard[26] . Le premier projet intitulé The Star Wars est
son copilote Chewbacca, Luke parvient à libérer la prin- rédigé au mois de mai : en 14 pages, Lucas résume glocesse Leia dans les couloirs de l'Étoile Noire et à apporter balement les aventures du Général Skywalker. Progressiles plans dérobés à ses alliés. Ceux-ci parviennent à iden- vement, Lucas étoffe son scénario, y ajoutant des persontifier le point faible de la station et lancent une offensive nages, des lieux, des concepts, qui n'apparaîtront parfois
0.1. STAR WARS
5
Solo. Pour jouer le rôle du sage Obi-Wan Kenobi, un acteur plus établi est choisi : Sir Alec Guinness, qui, selon
George Lucas, joue sur le tournage le même rôle de mentor que dans le film[33],[34] .
La réalisation de l'épisode IV, alors simplement titré La
Guerre des étoiles à la demande des studios qui ne veulent
pas embrouiller le public, se révèle assez désastreuse : les
studios se montrent de plus en plus pressants à mesure que
les coûts de tournage augmentent. Les séquences tournées en Tunisie sont troublées par le climat et les problèmes techniques. La suite du tournage, dans des studios londoniens, est marquée par un rythme de travail
effréné et la mauvaise volonté des équipes techniques
britanniques[35] . Qui plus est, les projections test du film
(dont il manque alors la musique et les effets spéciaux),
peinent à convaincre. L'échec semble programmé et la
sortie n'est prévue que dans 32 salles de cinéma à travers les États-Unis, en 1977[36] . Le succès est cependant
immédiat et les retombées générées par les ventes de produits dérivés permettent à Lucas d'envisager la suite de ses
films[37] . En quelques mois, diffusé dans le monde entier,
Star Wars connaît un grand succès et devient un phénomène de société[38] .
Mark Hamill, interprète de Luke Skywalker, en 1978.
que bien plus tard[27] . Il devient alors impossible de faire
tenir toute l'histoire dans un seul film. Lucas pense alors
devoir réaliser trois trilogies et décide de commencer par
la trilogie centrale[28] .
La réalisation du deuxième épisode est donc à l'ordre
du jour et Lucas surprend le monde du cinéma en décidant de le financer lui-même, par le biais de sa société Lucasfilm[39] . Cependant, l'état de santé du réalisateur
s’est fortement dégradé lors du premier tournage, en particulier à cause du stress et du calendrier serré. S'il continue à écrire le scénario et à s’impliquer dans la production, Lucas laisse donc sa place de réalisateur à un cinéaste confirmé, Irvin Kershner, qui se charge de la réalisation de l'épisode V : L'Empire contre-attaque[40] . Le film
implique des effets spéciaux plus imposants et plus de
moyens, mais le succès assuré évite les problèmes connus
précédemment. Il sort en 1980 et est un succès critique
et commercial à la hauteur de l'épisode précédent[41],[42] .
Un souci se pose cependant : le fait que le film commence,
non pas par un générique, mais par un texte déroulant
présentant l'intrigue, conduit à un procès de la part de
la Directors Guild of America et de la Writers Guild of
America que le réalisateur quitte ensuite, se mettant en
marge des règles d'Hollywood[43] . À la même époque,
Lucas fait construire le Skywalker Ranch, contenant les
locaux de postproduction et de montage où seront achevés les prochains films de la série[44] .
Cependant, l'époque n'est pas favorable aux films de
science-fiction et les studios de cinéma ne sont pas tentés par le film. Le succès de son film American Graffiti permet cependant à Lucas d'obtenir un contrat pour
Star Wars avec la 20th Century Fox[28],[29] . Pour financer son projet, Lucas parvient à défendre le potentiel en
faisant appel au dessinateur Ralph McQuarrie qui illustre
des scènes spectaculaires de son scénario et pose les bases
de l'apparence de certains personnages. Les producteurs
sont intéressés et acceptent d'investir 8 250 000 dollars
dans le projet[30] . Lucas réussit également, fort du succès
commercial de son film précédent, à obtenir les droits sur
les deux épisodes suivants, même si, comme il le craint,
le premier tournait au désastre. Il tente également un pari
risqué : tout en refusant certains privilèges que lui propose
la Fox, il demande à toucher l'intégralité des revenus des L'épisode VI est ensuite tourné. Contrairement au preproduits dérivés. Ce qui est alors une pratique dérisoire mier film, L'Empire contre attaque n'a pas été conçu pour
va se révéler, pour lui, une véritable manne financière[31] . être indépendant et sa fin implique obligatoirement une
[45]
Dans les rôles principaux, le réalisateur décide d'engager suite que le public attend . Kershner ne se sentant pas
l'expérience, la réalisation échoit à
des acteurs débutants : Mark Hamill, déjà connu à la té- capable de réitérer[46]
Richard
Marquand
. Cependant, pour éviter les retards
lévision, et Carrie Fisher, fille d'acteurs reconnus, sont fiet
dépassements
de
budget
rencontrés sur le tournage prénalement choisis pour interpréter Luke Skywalker et Leia
[32]
cédent,
Lucas
se
montre
plus
présent[47],[48] . Le film sort
Organa . Harrison Ford est pour sa part tout d'abord
[49]
rejeté (car il a déjà joué avec Lucas), mais le réalisateur en 1983 et devient le plus rentable de la trilogie . Il
change d'avis après l'avoir vu donner la réplique aux ac- marque, pour 15 ans, la fin de Star Wars, le temps que le
teurs pendant les auditions et lui donne le rôle de Han réalisateur puisse profiter de ses enfants et disposer de la
6
technologie nécessaire à ses ambitions[50] .
Prélogie (1999 à 2005)
Articles détaillés : épisode I, épisode II et épisode III.
TABLE DES MATIÈRES
pour réparer son vaisseau et y rencontre un jeune esclave,
Anakin Skywalker, qui présente de fortes affinités avec
la Force. Il rejoint finalement le groupe. Les héros se
rendent vite compte que le Sénat ne fera rien pour les
aider et repartent sur Naboo mener eux-mêmes la libération de la planète, tandis que le sénateur Palpatine profite
de la crise pour accéder au pouvoir. Sur Naboo, un mystérieux Sith, Dark Maul, tue Qui-Gon, avant d'être tué
par Obi-Wan. La planète est finalement libérée et Anakin entame une formation de Jedi, tandis que les maîtres
Yoda et Mace Windu s’interrogent sur un possible retour
des Sith[a 2] .
Dix ans plus tard se déroule l'épisode II. La République
envisage de créer une armée pour lutter contre les forces
séparatistes qui prennent de l'importance dans la galaxie.
Obi-Wan Kenobi est chargé de retrouver la trace d'un
mystérieux tueur et découvre qu'une armée de clones a
déjà été commandée par la République, de façon non
officielle. Dans le même temps, Anakin doit maintenir
Amidala, désormais sénatrice, en sécurité et tous deux
tombent amoureux. Kenobi est finalement fait prisonnier
par les séparatistes et Anakin vient à son secours avec
la sénatrice, tandis que le Sénat vote les pleins pouvoirs
au chancelier Palpatine, qui proclame la création d'une
Grande Armée de la République. Celle-ci, menée par les
Jedi, intervient pour secourir les héros, déclarant de fait
la guerre des clones. Peu après la bataille, Anakin épouse
secrètement Padmé sur Naboo, la planète natale de la
sénatrice[a 3] .
L'épisode III débute lorsque les Jedi Skywalker et Kenobi sauvent le chancelier capturé par les séparatistes durant la guerre. Peu à peu, l'influence de ce dernier devient de plus en plus forte. Dans le même temps, les Jedi
suspectent de plus en plus la présence d'un Seigneur Sith
dans les hautes sphères du pouvoir. Alors que des chevaliers sont envoyés lutter aux quatre coins de la galaxie
avec leurs bataillons de clones, Anakin découvre que le
chancelier est le Seigneur Sith en question. Cependant,
ce dernier lui explique avoir les moyens de sauver Padmé
d'une mort jugée certaine. Anakin empêche alors les Jedi
de tuer le Sith en s’interposant dans son duel contre Mace
Windu. Palpatine en profite pour éliminer le maître Jedi
et décrète ensuite l'ordre 66 : tous les chevaliers sont éliminés par les clones. Certains, cependant, échappent au
massacre, Yoda et Obi-Wan en tête. Le premier part affronter Palpatine, nouvellement autoproclamé Empereur
et échoue. Dans le même temps, Obi-Wan affronte Anakin, devenu le Seigneur Vador et le laisse pour mort, atroUn fan déguisé en clone de la 501e Légion, soldat de la Répucement brûlé. Tandis que Palpatine fait opérer Vador, déblique dans la prélogie.
sormais enfermé dans une imposante armure noire, Padmé donne naissance à deux enfants, Luke et Leia, avant
Synopsis L'épisode I débute 32 ans avant les événe- de mourir. Le premier est confié à son oncle et sa tante sur
ments de l'épisode IV. Deux Jedi, Qui-Gon Jinn et son ap- Tatooine, tandis que la seconde est élevée par la famille
prenti Obi-Wan Kenobi sont chargés d'enquêter sur une royale d'Alderaan[a 4] .
crise politique touchant la planète pacifique de Naboo.
Celle-ci est envahie et sa reine, Padmé Amidala, fuit la
planète avec les Jedi pour plaider sa cause devant le Sénat, Réalisation : le retour de Lucas aux commandes
sur Coruscant. En chemin, le groupe s’arrête sur Tatooine Le scénario de la prélogie était déjà ébauché depuis les
0.1. STAR WARS
7
La Menace fantôme sort en 1999 et marque le retour de
Star Wars sur les écrans. Cependant, la critique se montre
mitigée et même souvent négative. Certains accusent notamment l'abondance d'effets spéciaux et l'intrigue complexe, mais c'est surtout le personnage de Jar Jar Binks
qui attire les foudres de la critique[58] .
L'Attaque des clones sort en 2002. Il est l'un des premiers films de l'histoire du cinéma à avoir été tourné
en numérique et premier de la série à bénéficier d'une
sortie mondiale simultanée pour éviter de souffrir du
piratage[59] . Une nouvelle fois, l'accueil critique est très
partagé, entre ceux qui voient un essoufflement de la saga et une perte de nouveauté et ceux qui sentent un réel
retour en force après l'épisode précédent[60] .
Hayden Christensen, qui tient le rôle d'Anakin Skywalker dans
les épisodes II et III, en 2005.
années 1980. Ainsi, le fait qu'Anakin soit gravement brûlé dans un volcan, que les ennemis des Jedi soient les Sith
ou encore le fait que l'Empereur soit nommé Palpatine,
bien que non mentionnés dans les films de la trilogie originale, sont déjà expliqués dans les novélisations paru à
la même époque que les films. Le contexte politique de
la fin de la République est également clair dans l'esprit
de George Lucas[51] . De même, certains faits et lieux,
comme Kashyyyk, la planète des Wookiees (que l'on peut
déjà voir dans The Star Wars Holiday Special de 1978), ou
Coruscant, la capitale de la République, apparaissent dans
des livres antérieurs à la saga et les travaux de l'illustrateur
Ralph McQuarrie. Lucas s’attaque à la rédaction précise
du scénario en 1994. Celui-ci est terminé en 1995, bien
que, de l'aveu même du réalisateur, sa technique de travail
le pousse à poursuivre les ajouts et modifications jusqu'au
montage final[52] .
La Revanche des Sith doit enfin faire le lien entre les deux
trilogies et marquer le passage de la flamboyante République à l'ère de l'Empire[Note 6] . L’épisode, particulièrement sombre, est ainsi marqué par un très long combat
au sabre entre Anakin et Obi Wan[61] . Le scénario n'est
pas achevé et évolue entre 2002 et 2003 : une apparition
de Han Solo enfant est ainsi rayée du script, tandis que la
fin définitive de la saga se dessine[62] . Lors du tournage,
cet épisode est le seul pour lequel les acteurs ne quittent
pas les studios[63] . Le film ouvre le festival de Cannes de
2005 et connaît un grand succès commercial[64] .
Troisième trilogie (2015 à 2019)
Article détaillé : épisode VII.
Lorsqu'il a commencé l'écriture de Star Wars, George Lucas a progressivement envisagé de réaliser trois films, puis
trois trilogies. La trilogie centrale étant, selon lui, la plus
commerciale, c'est par celle-ci qu'il a débuté. La première
trilogie, ou prélogie, est pour sa part réalisée vingt-cinq
ans plus tard[65] . La troisième trilogie a été mentionnée
à de nombreuses reprises, au point de devenir une véritable légende. Ainsi, lors de la sortie du Retour du Jedi
en 1983, Time Magazine annonçait déjà les deux autres
trilogies. Si le résumé des épisodes I, II et III est déjà
ébauché, celui des VII, VIII et IX est alors décrit comme
très vague, bien que les acteurs Mark Hamill, Harrison
Ford et Carrie Fisher doivent reprendre leurs rôles pour
le tournage, à condition qu'ils aient l'air assez vieux[66] .
La trilogie romanesque de Timothy Zahn L'Héritier de
l'Empire, La Bataille des Jedi et L'Ultime Commandement,
a été annoncée à tort par des éditeurs français comme correspondant à la troisième trilogie[67] .
Contrairement à ce qu'il a fait pour la trilogie originale,
Lucas choisit cette fois-ci des acteurs jeunes, mais qui ont
déjà fait leurs preuves : Natalie Portman s’est ainsi illustrée dans Léon et Ewan McGregor dans Trainspotting[53] .
Des acteurs plus prestigieux sont également engagés :
Liam Neeson interprète Qui-Gon Jinn et joue sur le tournage un rôle proche de celui d'Alec Guinness lors de la
première trilogie[54] . Samuel L. Jackson joue Mace Windu, tandis que Christopher Lee fait son retour au cinéma dans le rôle du comte Dooku. Ian McDiarmid, après
une carrière dans le théâtre classique britannique, reprend
le rôle de Palpatine qu'il avait déjà tenu dans le Retour
du Jedi, tandis que Kenny Baker et Anthony Daniels reprennent le rôle des deux droïdes et sont les seuls acteurs
présents dans les six films[55] . Enfin, un certain nombre de George Lucas a cependant déclaré à de nombreuses repersonnages sont désormais totalement virtuels comme prises que le scénario avait été modifié et que l'épisode
Yoda ou Jar Jar Binks[56] .
VI marquait la fin réelle de la série[68] . Selon lui, l'histoire
Les trois films sont réalisés par Lucas, contrairement de Star Wars est celle d'Anakin et Luke Skywalker et
à ce qui s’était fait dans la trilogie originale. Bien que elle s’achève à la fin de l'épisode VI. De même, Gary
l'informatique et les décors virtuels soient de plus en plus Kurtz, producteur des épisodes IV et V, a dévoilé les
utilisés, des décors réels sont aussi le théâtre de l'action. scénarios prévus pour la saga en neuf épisodes. Selon
L'équipe du film tourne ainsi en Italie et en Tunisie[57] .
cette interview, la saga en neuf épisodes supposait que
8
TABLE DES MATIÈRES
l'Empereur n'apparaisse que dans le neuvième, confirmant que l'épisode VI tel que réalisé ne laisse pas la porte
ouverte aux suites initialement prévues[69] .
Lucas a également déclaré ne pas avoir de réponse quand
on lui demande ce qui se passe après Le Retour du Jedi[70] . Des rumeurs et de fausses interviews fleurissent régulièrement sur Internet pour annoncer les épisodes VII,
VIII et IX et sont condamnées par Lucasfilm qui a parfois
pris des mesures à l'encontre des auteurs des canulars[71] .
Il lui est également arrivé de dire, en 2002, qu'il pourrait reprendre le projet après avoir laissé passer vingt ans,
comme il l'a fait pour la prélogie, mais, ajoute-t-il : « ne
comptez pas trop là-dessus ». Il ajoute en 2005 : « Je ne
laisserai personne d'autre diriger les épisodes VII, VIII
et IX. C'est la fin, je ne veux pas que d'autres personnes Dès 1977, les héros de Star Wars (Dark Vador, C-3PO et R2-D2)
ont laissé leur empreinte devant le Grauman’s Chinese Theatre de
fassent d'autres épisodes de La Guerre des étoiles. Il y a
Los Angeles.
d'autres possibilités, des livres, mais des films, des longs[72]
métrages, non. C'est quelque chose qui m'appartient » .
En 2011, George Lucas entame de manière secrète
l'écriture d'une troisième trilogie Star Wars[73],[74] , et
commence dans les mêmes conditions les discussions de
ventes de son studio avec Bob Iger, PDG de la Walt Disney Company[75] . Le 30 octobre 2012, la Walt Disney
Company annonce avoir racheté Lucasfilm pour un montant estimé à 4,05 milliards de dollars. Lucas et Iger annoncent publiquement le même jour la sortie au cinéma
de Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force pour
2015[76] , suite qui initiera une troisième trilogie dont les
deux épisodes suivants sont prévus pour 2017 et 2019[77] .
Deux films dérivés sont également annoncés respectivement pour 2016 et 2018[78] . À cette occasion, la société
affirme dans un communiqué que « le septième épisode
que d'autres films devraient continuer au-delà de la saga et faire prospérer la franchise bien au-delà dans le futur »[79] . George Lucas déclare : « il est maintenant temps
pour moi de passer Star Wars à une nouvelle génération de
réalisateurs. J'ai toujours cru que Star Wars me survivrait
et je pense qu'il était important de mettre la transition en
place de mon vivant »[80] .
Accueil critique et commercial de la saga
Les films de la trilogie originale sont très appréciés par
la critique. Un nouvel espoir est nommé 11 fois pendant
la cérémonie des Oscars de 1978[81] et reçoit sept Oscars dont celui des meilleurs effets visuels, ce qui est
alors rare pour un film de science-fiction[82] . L'Empire
contre-attaque reçoit l'Oscar du meilleur son et un Oscar pour ses effets visuels[83] . Enfin, Le Retour du Jedi ne
reçoit qu'un seul Oscar, aussi pour ses effets visuels[84] .
Dans son livre Anatomie d'une saga, Laurent Jullier étudie l’accueil critique des cinq premiers films de la série
(son livre étant sorti avant La Revanche des Sith) dans la
presse française. Dès le premier film, il apparaît qu'un
clivage oppose clairement une presse élitiste qui déteste,
d'une presse plus populaire qui adhère, tout en considérant parfois que le scénario est faible. Le film n'échappe
par ailleurs pas à la comparaison avec ce qui est alors le
classique du genre : 2001, l'Odyssée de l'espace. Cependant, la plupart des critiques considèrent qu'il est impossible de comparer l'incomparable[85] .
L'Empire contre-attaque connaît un accueil similaire,
tout en étant généralement comparé à son prédécesseur.
Même s’ils trouvent souvent quelque chose à critiquer au
film, notamment son dualisme, la plupart des journaux
accueillent de façon bienveillante ce nouvel opus[86] . Le
troisième film, Le Retour du Jedi, attire des critiques plus
affirmées : une partie des journalistes commencent à s’insurger de ce qui semble être un phénomène de mode, tandis que des journaux de fans consacrés au genre font les
louanges du film[87] . Aux États-Unis, la tendance est la
même, comme en témoigne le site Metacritic : l'épisode
IV obtient une note de 91/100, avec treize critiques
positives[88] ; le V obtient 78/100, avec onze critiques
positives et quatre neutres[89] . Enfin, le VI n'arrive qu'à
52/100, avec huit critiques positives, trois neutres et trois
négatives, qui critiquent principalement la répétitivité de
la saga et l'apparition des Ewoks, jugés infantilisants[90] .
Les films de la prélogie ont été moins bien accueillis par la
presse et le public, La Menace fantôme n'ayant que trois
nominations aux Oscars sans en remporter un seul[91] . Au
contraire, il est nommé huit fois au Razzie Awards[92] et
remporte le pire second rôle pour Jar Jar Binks[93] . Les
critiques reprochent en effet à Lucas d'avoir privilégié des
effets spéciaux travaillés au détriment de l'intrigue et s’en
prennent particulièrement au personnage de Jar Jar Binks
et au jeu d'acteur de Jake Lloyd (Anakin enfant)[94],[95] .
Une version du film modifiée par un fan a par la suite été
publiée, supprimant notamment la plupart des scènes de
Jar Jar ; en créant un certain engouement médiatique[96] .
George Lucas prend les critiques en compte et réduit
ainsi fortement le rôle de Jar Jar Binks dans les films
suivants[97] . L'Attaque des clones et La Revanche des Sith
ne remportent pas d'Oscar et ne sont nommés qu'une
fois, respectivement pour les meilleurs effets visuels[98]
0.1. STAR WARS
et pour le meilleur maquillage[99] . L'épisode II reçoit des
critiques plus favorables que son prédécesseur, bien que
l'histoire d'amour soit régulièrement critiquée pour sa
naïveté[100] . Le troisième connaît un plus grand succès
critique, qui le ramène presque au niveau de l'ancienne
trilogie, aux yeux d'une partie de la critique[101] .
D'un point de vue commercial, Star Wars attire
d'immenses foules devant les cinémas. La franchise est
très rentable, avec 261 millions de dollars rapportés jusqu'à la sortie de l'édition spéciale en 1997, établissant
à l'époque un record en termes de revenus pour le jour
de sortie[49] . Ce faisant, George Lucas a contribué à
l'apparition des blockbusters et d'une industrie du cinéma centrée avant tout sur la production d'argent, alors
qu'il a lui-même toujours nié faire les films pour cela[102] .
Il a ainsi toujours cherché à rester indépendant vis-àvis des studios et a repoussé les suggestions qui visaient
à rendre les films plus commerciaux en détournant son
histoire[Note 7],[103] .
Star Wars : édition spéciale
Lorsqu'il prépare la prélogie, au milieu des années 1990,
George Lucas considère également que la technologie lui
permet de reprendre les films déjà réalisés pour mieux
correspondre à l'idée qu'il en avait, ou pour en améliorer la cohérence. Des scènes sont retouchées pour être
plus spectaculaires ou esthétiques (multiplication de personnages secondaires virtuels, ajout de scènes de liesses
sur diverses planètes à la fin de l'épisode VI), mais
d'autres sont totalement narratives[105] . Ainsi, l'épisode
IV, qui était le plus décevant aux yeux du réalisateur,
voit apparaître de nombreux changements ; la scène la
plus importante met en scène un Jabba le Hutt de synthèse en grande conversation avec Han Solo : tournée dès
1977, elle n'avait pas pu être ajoutée faute de moyens
techniques[106] . Ressortis au cinéma en 1997 dans cette
version modifiée, les films connaissent à nouveau un
grand succès ; c'est pour George Lucas le moyen de faire
connaître sa saga à une nouvelle génération de spectateurs, mais aussi d'obtenir les fonds pour réaliser sa nouvelle trilogie[107] .
En 2004, à l'occasion de la sortie de l'ancienne trilogie
en DVD, Lucas reprend à nouveau ses films pour les remettre à niveau vis-à-vis de la prélogie. Les films sont
ainsi restaurés et remasterisés et connaissent chacun leur
lot de modifications. Jabba le Hutt est ainsi amélioré dans
sa prestation de l'épisode IV, tandis que, dans l'épisode
V, l'Empereur (qui apparaissait lors d'une conversation
holographique était interprété par une vieille femme à
qui on avait superposé des yeux de chimpanzé) est réinterprété par Ian McDiarmid, qui joue Palpatine dans
les autres films. Enfin, lors du final du Retour du Jedi, l'acteur Sebastian Shaw, qui interprétait jusque là le
fantôme d'Anakin Skywalker, est remplacé par Hayden
Christensen, son alter-ego de la prélogie[108] .
9
Cette ressortie ulcère particulièrement les fans de la première heure, dont une partie considère que les Star Wars
authentiques sont ceux qu'ils ont vus jeunes, tels qu'ils
étaient à l'époque. Une scène les choque particulièrement,
dans l'épisode IV : la version originale montrait Han Solo tirant le premier sur le chasseur de primes Greedo.
Dans l'édition spéciale, il tire en réponse au tir de Greedo, puis, dans la version de 2004, les deux tirent quasisimultanément. Ce changement fait de nombreux mécontents, rassemblés derrière le slogan « Han shot first ». En
septembre 2006, Lucas cède et publie les films dans une
édition spéciale de deux DVD chacun, où la nouvelle version côtoie l'ancienne ; elles sont cependant retirées du
marché dès le 31 décembre suivant[104] . En 2011, avec
la sortie de la saga au format Blu-ray, Lucas réalise de
nouveaux changements. Ainsi, lorsque Dark Vador tue
l'Empereur à la fin de l'épisode VI, il ne le fait plus en
silence, mais accompagne son geste d'un « Nooooo ! »
qui a énervé une partie des fans[109] .
Au même moment, Lucasfilm annonce une ressortie future des films au cinéma en 3D pour l'année 2012[110] . Le
producteur Rick McCallum précise plus tard qu'elle se fera au rythme d'un film par an, entre 2012 et 2017, mais le
travail sur les épisodes II à VI se ferait sous réserve que
la ressortie du premier film soit un succès[111] . L'épisode
I est donc le premier film sorti aux États-Unis en 3D le
10 février 2012[112] . Lucasfilm annule ensuite la ressortie des autres films, officiellement pour se concentrer sur
l'épisode VII[113] .
0.1.3 Univers étendu
L'univers étendu de Star Wars désigne toute l'histoire de
la saga relatée sur un support autre que les films. En 2009,
George Lucas considère que l'univers de Star Wars se divise en trois ensembles. La première catégorie regroupe
ce sur quoi le réalisateur a un contrôle direct : les films
et séries télévisées. Cet ensemble forme le canon de la
saga. Le deuxième groupe comprend les produits officiels qui ne sont cependant pas du ressort direct de Lucas : jeux vidéo, bandes dessinées, romans… S'ils ne sont
pas en contradiction avec le premier groupe, ces éléments
intègrent également le canon. Une troisième catégorie
existe ; elle comprend tout ce qui est produit par les fans.
Il arrive quelquefois que des éléments de cet ensemble
entrent dans le canon. Par exemple, la 501e compagnie
de stormtroopers, association de cosplay, a été intégrée à
l'intrigue du jeu Star Wars : Battlefront II et à l'univers de
la saga[114] .
Suite au rachat de la société Lucasfilm par The Walt Disney Company, tous les éléments racontés dans les produits dérivés sont déclarés comme étant en dehors du canon. Ils sont alors regroupés sous l’appellation « Star Wars
Légendes »[115],[116] . Seuls les six films, le long-métrage
Star Wars : The Clone Wars, la série associée restent dans
le canon. La nouvelle série d'animation Star Wars Rebels
ainsi que tous les produits dérivés réalisés après août 2014
10
rentrent eux aussi dans ce nouvel ensemble[115],[117] .
Séries télévisées, téléfilms et films dérivés
Article détaillé : Star Wars à la télévision.
Le premier téléfilm Au temps de la guerre des étoiles (Star
TABLE DES MATIÈRES
images de synthèse se déroulant après Clone Wars apparaît sur les écrans : The Clone Wars ; elle est introduite
par un film utilisant la même technique, Star Wars : The
Clone Wars[122] . Suite à son interruption après six saisons,
une nouvelle série animée est lancée en 2014 : Star Wars
Rebels[123] .
Lors d'une convention de fans en 2005, George Lucas annonce l'arrivée d'une nouvelle série, avec de vrais acteurs,
qui se déroulerait entre les épisodes III et IV. D'abord envisagée pour 2009, elle est repoussée, tandis que son scénario s’épaissit[124] . En 2011, Lucas déclare que, pour des
raisons économiques, la série ne verra finalement pas le
jour[125] .
Avec le rachat de Lucasfilm par la Walt Disney Company en 2012, de nouveaux films dérivés sont annoncés en
même temps que la troisième trilogie. Le premier de ces
films, Star Wars Anthology : Rogue One est prévu pour
2016[78] .
The Clone Wars est l'une des principales séries de l'univers étendu.
Wars Holiday Special) fut tournée un an après la sortie
du premier opus. Les acteurs du film y reprenaient leur
rôle. Le personnage de Boba Fett y apparaissait pour la
première fois. Mais le téléfilm de facture très médiocre,
ne plut pas à George Lucas, à tel point qu'il en interdit
toute diffusion[118] . Ce programme reste un sujet de plaisanterie pour les fans, mais également pour les acteurs,
notamment Harrison Ford et Carrie Fisher (qui en nie
parfois l'existence en conférence de presse, mais qui, lors
d'une convention, a repris la chanson qu'elle y interprétait). Quant à George Lucas, il déclare que « si j'avais un
marteau et du temps, j'en traquerais chaque copie pour
l'écraser »[119] .
Romans
Articles détaillés : Romans Star Wars et Bibliographie
chronologique de Star Wars.
Dès 1977 et la sortie de La Guerre des étoiles, la saga est
adaptée en roman puisque George Lucas signe lui-même
la novélisation du premier épisode (en réalité écrite par
Alan Dean Foster), avec de multiples précisions narratives inspirées, notamment, des scènes coupées[126] . Tous
les autres épisodes font l'objet d'adaptations en roman,
par d'autres auteurs cette fois-ci. Là encore, les auteurs
s’inspirent des scènes coupées et du scénario original des
films : ainsi, la novélisation de La Revanche des Sith accentue par de nouvelles scènes le passage d'Anakin SkyEn 1984 et 1985, George Lucas produit deux téléfilms
[121]
.
pour ABC, principalement destinés aux enfants. Centrés walker du Côté obscur de la Force
sur le peuple des Ewoks présentés dans Le Retour du Je- Rapidement, d'autres romans viennent détailler des évédi, ils sont intitulés L'Aventure des Ewoks et La bataille nements qui n'étaient qu'ébauchés dans la saga cinémad'Endor et remportent un Emmy Award pour leurs effets tographique. Ainsi, l'idylle entre Han Solo et Leia Orgaspéciaux[118] . Les deux productions mettent en scène le na est conclue dans Le Mariage de la Princesse Leia, pajeune acteur Warwick Davis, découvert par Lucas lors du ru en 1994[127] . Certaines séries connaissent également
tournage de Star Wars et par la suite présent dans de nom- un franc succès en explorant le passé des personnages,
breux films de science-fiction[120] . À la même période ap- comme les deux trilogies sur la jeunesse de Han Solo :
paraissent deux séries animées réalisées par les studios les publications de ce type connaissent une grande mode
Nelvana (qui avaient contribué à Au temps de la guerre dans les années 1990[118] . Les récits s’inspirent souvent de
des étoiles) : Droïdes raconte les aventures de R2-D2 et C- la forme des films et parfois réciproquement. Les trames
3PO entre les épisodes III et IV, tandis que Ewoks raconte souvent fondées sur des personnages et éléments familiers
la vie de l'Ewok Wicket avant la bataille d'Endor. Cette creusent cependant l'histoire de la saga avant et après les
deuxième série a fait l'objet d'une deuxième saison[121] .
événements des films[128] .
Dans les années 2000 et accompagnant la sortie de la
prélogie, de nouveaux projets fleurissent. Une série animée racontant la guerre des Clones sort à la télévision en
2003 : Clone Wars. Sortie entre les épisodes II et III, elle
fait le lien entre eux, en introduisant notamment le personnage du général Grievous[121] . En 2008, une série en
Avec les années 2000 et les séries sur le sujet, la Guerre
des clones fait l'objet de plusieurs romans, notamment la
série Republic Commando de Karen Traviss. Au total, les
romans Star Wars, publiés en France aux éditions Presses
de la Cité, Fleuve noir et Pocket pour une partie, sont plus
de deux cents[129] .
0.1. STAR WARS
11
Bandes dessinées
Star Wars : Rogue Squadron en 1998, qui reste longtemps
une référence du genre[136] .
Article détaillé : Bandes dessinées Star Wars.
La sortie de la nouvelle trilogie au tournant de l'an 2000
marque l'arrivée de nouvelles adaptations de film, telles
que Star Wars, épisode I : Racer s’inspirant des courses de
modules de Tatooine, Star Wars, épisode I : La Menace
fantôme[137] et Star Wars, épisode III : La Revanche des
Sith, bien que ce dernier déçoive par sa faible durée de
vie[138] .
Dès le début de la série, George Lucas désire que Star
Wars soit adapté en bande dessinée. Marvel Comics publie ainsi une version très adaptée de l'épisode IV en prenant de grandes libertés avec les personnages de la série, par manque de documentation[130] . De façon générale, une grande partie des œuvres produites autour de
Star Wars, qu'il s’agisse des films, de séries ou de jeux
vidéo, sont également adaptées en bande dessinée. Les
films font même l'objet d'une adaptation en manga[128] .
Les autres bandes dessinées s’attachent à raconter d'autres
points de l'histoire en insistant sur des personnages peu
détaillés dans les films, comme Dark Maul, ou même
sur de nouveaux points de l'histoire. Ainsi, Star Wars
Legacy raconte les aventures de Cade Skywalker, descendant direct de Luke. L'action se passe 133 ans après
l'épisode VI et raconte une nouvelle guerre entre d'une
part les Sith et les impériaux et d'autre part l'Alliance
Galactique et les Jedi, qui se solde par la défaite de ces
derniers. Depuis le début de l'année 1991, Dark Horse
Comics a le monopole de l'édition de ces bandes dessinées. En France, elles sont distribuées par les éditions
Delcourt[131] . Néanmoins, suite au rachat de LucasFilm
par Disney en 2012, Marvel annonce que les contrats avec
Dark Horse ne seront pas renouvelés, la licence revenant
donc à Marvel[132] .
Jeux vidéo
D'autres jeux explorent de nouvelles pistes scénaristiques,
en comblant le vide entre les films, comme la série Star
Wars : Battlefront, inspirée de la jouabilité de Battlefield
1942, qui permet de revivre un grand nombre de batailles
dans différents camps[139] . Star Wars : Empire at War est
pour sa part un jeu de stratégie en temps réel aux critiques
également positives[140] . Le summum de ce concept est
atteint en 2003 avec Star Wars : Knights of the Old Republic consacré par beaucoup de magazines comme le jeu
de l'année[141] et en 2008 avec Star Wars : Le Pouvoir de
la Force, dont l'histoire, développée avec l'aval de George
Lucas, s’inscrit totalement dans la chronologie de la saga
entre les deux trilogies[142] . Apprécié par la critique pour
son scénario et ses graphismes, il se voit adjoindre une
suite jugée très décevante[143] .
En 2011 sort le jeu en ligne massivement multijoueur
(MMORPG) Star Wars : The Old Republic développé par
BioWare et édité par Electronic Arts[144] .
La plupart de ces jeux sont développés par la société
LucasArts fondée en 1982 et célèbre non seulement pour
ses adaptations vidéo-ludiques de la saga, mais également
pour d'autres séries à succès telles que les Monkey Island[145] .
Article détaillé : Jeux vidéo Star Wars.
Depuis la sortie des films, un très grand nombre de jeux
Autres produits dérivés
Dès 1977, Star Wars se décline en jouet. C’est le fabricant
américain Kenner qui obtient la licence. En 1991, suite
au rachat de cette société par Hasbro c’est sous le nom de
cette dernière que sont ensuite fabriqués les jouets de la
saga. En 2006, le livre Star Heroes Collector indique que
Jeu vidéo faisant partie de l'univers étendu
plus de mille figurines ont été réalisées par le fabricant
[146]
. Ce n’est en revanche qu’en 1999 que la sovidéo inspirés de la saga Star Wars ont vu le jour. Si cer- de jouets
Lego
obtient
la licence pour produire des jouets de
ciété
tains ont été plébiscités par la critique, d'autres ont été
[147]
construction
Star
Wars
.
de véritables déceptions pour les joueurs. Les premiers
jeux voient le jour sur Atari 2600 en 1982 et en jeux En 1987, une attraction baptisée Star Tours est lancée
d'arcades en 1983 avec Star Wars. D'autres suivent sur au parc Disneyland de Californie. Des attractions du
Amstrad, Game Boy et NES et sont des adaptations des même type sont par la suite proposées dans d’autres parcs
films, telles que le jeu Star Wars : The Empire Strikes Back Disney[148] . Toujours en 1987, c’est un jeu de rôle Star
en 1988[133] . Les années 1990 voient l'arrivée des simu- Wars qui est édité par la société West End Games[149] .
lateurs de vol avec Star Wars : X-Wing (en 1993) et ses En 1989, la même société lance aussi un jeu de figurines
suites et dérivés[134] . Les années 1990 voient également consacrée à la saga : Star Wars Miniatures[150] . De nomnaître d'autres séries appréciées par la critique : Dark breux jeux de cartes à collectionner sont également proForces et ses suites dérivées de Jedi Knight en 1995[135] et duits, le premier, réalisé par Topps, date de 1977[151] .
12
0.1.4
TABLE DES MATIÈRES
Inspirations
notamment à travers la course qui occupe une place centrale dans La Menace fantôme et qui est directement inspirée de la course de chars de Ben Hur[156] . Les films de
guerre et de pirates inspirent également de nombreuses
scènes : l'attaque sur l'Étoile Noire est réalisée par Lucas
à l'aide d'extraits de films représentant la Seconde Guerre
mondiale dans les airs pour guider le travail des sociétés d'effets spéciaux ; tandis que l'assaut sur Kashyyyk
dans l'épisode III s’inspire du film Il faut sauver le soldat
Ryan[157] .
Star Wars s’est aussi inspiré de l'univers graphique de la
bande dessinée Valérian et Laureline de Jean-Claude Mézières[158] . Lorsque fut projeté pour la première fois en
France Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir, Mézières
déclara à la fin de la projection : « On dirait une adaptation de Valérian au cinéma[159] . »
George Lucas, en 2009.
Un univers inspiré de la fiction...
Pour sa saga, George Lucas a puisé de nombreuses
sources d'inspiration dans les livres, films et séries qui
l'ont marqué. Les cycles d'Isaac Asimov posent ainsi les
bases de sa conception des droïdes, mais également l'idée
de planètes-villes comme Coruscant[152] . Un autre classique de la science-fiction inspire particulièrement le réalisateur : les serials des années 1930, notamment Flash
Gordon — c'est de là que Lucas tire ses titres (lui-même
revendique cet amour pour les titres de type La revanche
de ... et ainsi de suite) et les textes déroulants au début
des films. De même, plusieurs personnages de Star Wars
exploitent des stéréotypes déjà vus dans ces serials[153] .
Le cinéma d'Akira Kurosawa, notamment son film La
Forteresse cachée, inspire également particulièrement le
réalisateur, tant sur le fond que sur la forme. C'est en
effet de ce film qu'il tire l'idée de centrer une partie
de l'intrigue sur les deux personnages les plus insignifiants (les deux droïdes, principalement dans l'épisode
IV), mais Lucas s’en inspire aussi pour les volets qui se
rabattent sur l'image pour servir de transition entre deux
scènes, typique du cinéma de la première moitié du XXe
siècle[154] .
L'inspiration vient également d'autres types de cinéma.
Le western est ainsi à l'origine de certaines scènes, notamment sur Tatooine, tandis que le polar inspire le début de l'épisode II[155] . Le péplum joue également un rôle,
L'inspiration est, enfin, littéraire : l'étude anthropologique
de Joseph Campbell Le Héros aux mille et un visages et la
légende arthurienne sont une de ses principales sources
pour créer les archétypes de son histoire, comme le jeune
et pauvre héros appelé à l'aventure, le vieil ermite qui
le prend sous son aile, la princesse en détresse[160] ... Le
Seigneur des anneaux de J. R. R. Tolkien est également
une grande source d'inspiration pour George Lucas : les
deux sagas partagent une trame très proche et des personnages assez semblables (Obi-Wan Kenobi et Gandalf,
par exemple), mais aussi des procédés narratifs similaires (par exemple rapporter l'histoire d'amour de protagonistes hors du récit : Leia épouse Han Solo dans un
livre de l'univers étendu, Aragorn et Arwen voient leur
idylle relatée dans les appendices du livre)[161] .
...et de la réalité
Un décor de Tatooine en Tunisie pour le tournage de l'épisode I.
George Lucas s’est également inspiré de la réalité, notamment de faits historiques. Outre les scènes de combats spatiaux inspirées des films sur le Blitz, le réalisateur s’est entre autres inspiré du Moyen Âge occidental,
de l'histoire et des philosophies d'Extrême Orient. Ainsi,
les Jedi ont une philosophie teintée de bouddhisme, tandis
0.1. STAR WARS
13
que le casque de Dark Vador a été inspiré au dessinateur
Ralph McQuarrie par ceux des samouraïs[162] . Lucas explique également s’être inspiré, pour la progressive ascension de Palpatine et la transition de République à Empire,
de ce qui est arrivé à Jules César, Napoléon Bonaparte et
Adolf Hitler[163] . Il admet aussi que l'Empire dépeint dans
les premiers films s’est inspiré de l'époque de Richard
Nixon et de la guerre du Viêt Nam, qui l'a poussé à s’interroger sur la façon dont une démocratie peut se transformer en dictature. En 2005, Lucas a également déclaré :
« J'espère qu'on ne le vivra pas dans notre pays ; peutêtre que le film pourra réveiller les gens aux États-Unis,
notamment face aux menaces contre la démocratie[164] . »
un film réalisé par Mel Brooks parodiant ceux de la trilogie originale. S'il s’inspire également d'autres films du
genre comme Alien, l'influence de la saga de Lucas est très
présente : le film commence par un résumé déroulant, le
méchant est Lord Casque Noir, parodie de Dark Vador,
on croise également Pizza the Hutt, parodie de Jabba le
Hutt constituée de pizza et référence à Pizza Hut et les
héros vont rencontrer le vénérable maître Yaourt, spécialiste en produits dérivés[168] . Les références faites à Star
Wars dans des séries et sur Internet sont par ailleurs innombrables : dessins et vidéos parodiques circulent en effet sur la toile. Nombre de références à la saga sont également faites dans Les Simpson, comme dans l'épisode Boire
parodie la sortie de l'épisode I et les réacLucas s’est par ailleurs inspiré de faits de la vie quoti- et déboires qui[169]
.
tions
des
fans
dienne. Ainsi, l'idée d'un copilote alien, Chewbacca, lui
est venue par sa chienne, de taille imposante, qui se te- Par ailleurs, Star Wars a joué un rôle important pour
nait souvent sur le siège passager lorsqu'il conduisait à le cinéma, en arrivant à une époque où les genres dol'époque[165] . De même, le nom de Jar Jar Binks est venu minants étaient le film catastrophe et la comédie satid'un nom inventé par un des enfants du réalisateur[166] . Le rique et où la science-fiction paraissait dépassée. Lucas
court-métrage George Lucas in Love réalisé par Joe Nuss- lui-même produit ainsi au début des années 1980 la série
baum, parodie de Shakespeare in Love, montre d'ailleurs des Indiana Jones réalisée par son ami Steven Spielberg.
un jeune George Lucas s’inspirant du contexte du campus Pareillement, la décision de réaliser en 1979 Star Trek, le
qui l'entoure pour créer l'ambiance de son premier film. film est prise par la Paramount après avoir vu le succès
Bien que parodique, ce film a été très apprécié, y compris de Star Wars[168] . De même, l'épisode de James Bond anpar le réalisateur[167] .
noncé sous le titre Rien que pour vos yeux est retardé pour
laisser place à Moonraker, qui va jusqu'à mettre en scène
un combat spatial[168] . D'autres réalisateurs, comme Peter
0.1.5 Postérité
Jackson (Le Seigneur des anneaux), déclarent également
avoir été inspirés par l'œuvre de George Lucas. Enfin, les
Impact culturel
années 1980 voient fleurir un grand nombre de navets cinématographiques reprenant les codes de la saga (le jeune
fermier parti à la conquête des étoiles, les robots farceurs
etc.)[168] .
Mel Brooks en 2010. Il a réalisé La Folle Histoire de l'espace,
parodiant Star Wars.
Star Wars a été de nombreuses fois parodié et repris dans
des films et séries. Ainsi, La Folle Histoire de l'espace est
Star Wars a également marqué le cinéma par les avancées dans le domaine de la technique. Les effets spéciaux ont notamment été fortement développés, avec
la création d'une société par George Lucas : Industrial
Light & Magic, à l'origine par exemple des dinosaures
de Jurassic Park[170] . L'une des branches de cette société, spécialisée dans le domaine de l'informatique, a par
la suite été revendue pour devenir Pixar, à l'origine de
films d'animation par ordinateur tels que Toy Story. Par
ailleurs, la saga a également entraîné des innovations dans
le domaine du son, avec Skywalker Sound, qui a aidé à
l'élaboration de centaines de films et le système THX[170] .
Enfin, les films de la prélogie innovent fortement dans le
domaine des créatures réalisées par ordinateur, à l'image
des kaminoens ou de Jar Jar Binks. Ce genre de création devient par la suite courant dans les films des années
2000 comme Le Seigneur des anneaux ou Avatar. Lucas
l'explique ainsi : « Nous avons fait de Jar Jar, Sebulba
et Watto des personnages crédibles, capables de jouer un
rôle. [...] Nous avons ouvert une porte que n'importe qui
d'autre peut désormais franchir[170] . »
14
TABLE DES MATIÈRES
de sites web et d'encyclopédies en ligne sur l'univers de
la saga. De véritables débats naissent parfois au sujet
de certains personnages et certaines scènes. La sortie de
l'épisode I voit ainsi apparaître sur le web une vague de
haine à l'encontre de Jar Jar Binks[179] . Des polémiques
naissent également sur les versions refaites de la trilogie
originale, sorties en 1997 puis 2004, comme en témoigne
le slogan Han shot first, considérant que la retouche d'une
scène de l'épisode IV frôle l'hérésie[180] . L'implication des
fans va parfois très loin, comme avec le phénomène Jedi
de 2001 : lors de recensements dans les pays anglophones,
nombre de gens ont, généralement en signe de contestation ou par humour, répondu « chevalier Jedi » à la question « quelle est votre religion ? »[181] . Certains revendiquent également plus sérieusement leur appartenance
Des cosplayers déguisés en Jedi et Sith en 2006.
au jediisme (les chiffres allant jusqu'à 500 000 membres
de l’International Church of Jediism) et ceux-ci se sont
vus refuser l'agrément au même titre que les religions et
Dans la culture populaire
croyances, lorsqu'une commission britannique a étudié,
en 2010, les discriminations sur les opinions. La commisStar Wars a un important impact sur la culture popu- sion a en effet expliqué que « les croyances [concernées
laire. Ses répliques deviennent vite cultes, comme « que par la loi] doivent être sincères »[182] .
la Force soit avec toi »[Note 8] , ou encore le « Je suis ton
père » de Vador. Le titre même de Star Wars est réutilisé
dans le contexte pourtant très éloigné de la Guerre froide. 0.1.6 Notes et références
En effet, lorsque Ronald Reagan propose le programme
Initiative de défense stratégique visant à préparer la dé- Notes
fense du territoire contre les missiles soviétiques, son projet est très vite surnommé « Star Wars », à tel point que [1] Darth Vader en version originale.
Lucasfilm intente, et perd, un procès à ce sujet[171] .
L'enthousiasme pour Star Wars entraîne de grandes
réunions de fans de par le monde à l'occasion de la sortie des films ou dans d'autres cadres. Un fan club officiel
s’est ainsi formé aux États-Unis : Starwars Hyperspace.
Des conventions ont également lieu. Certaines sont organisées par Lucasfilm Ltd comme Star Wars Celebration
aux États-Unis dont la quatrième édition s’est tenue à Los
Angeles en mai 2007 avec notamment Carrie Fisher[172]
alors que la sixième eut lieu en août 2012 à Orlando[173] .
En France, Star Wars Reunion, organisée par Lucasfilm
Magazine[Note 9] , s’est tenue au cinéma Le Grand Rex à
Paris en mai 2005 et octobre 2007. La deuxième édition de cette convention française donna lieu à une diffusion marathon en deux jours des six films de la série
et proposait comme invités le producteur Rick McCallum et Roger Carel, doubleur français de C-3PO[174] . Des
évènements indépendants de Lucasfilm Ltd ayant parmi
leurs sujets principaux la saga Star Wars ont également
lieu chaque année comme Star Wars Fan Days (Dallas,
États-Unis), FACTS[175] (Gand, Belgique), Générations
Star Wars et Science Fiction[176] (Cusset, France) ou encore la JediCon[177] (Düsseldorf, Allemagne). Un grand
nombre de fans pratiquent le cosplay lors de ces événements, donnant parfois lieu à la naissance de véritables associations telles que la 501e légion qui tire son nom d'une
compagnie de stormtroopers et se met souvent au services
d’œuvres caritatives[178] .
Par ailleurs, l'activité des fans passe aussi par l'animation
[2] Il constitue donc le nouveau canon de Star Wars.
[3] D'abord définie comme un concept flou et surtout philosophique dans la trilogie originale, la Force gagne une justification concrète dans l'épisode I. Le maître Qui-Gon Jinn
explique en effet au jeune Anakin Skywalker que les êtres
sensibles à la Force sont ceux qui présentent un fort taux de
midi-chloriens, des micro-organismes présents dans tous
les êtres vivants. Cet ajout d'une dimension à la Force
a déçu une partie des fans originaux de la série qui appréciaient son caractère spirituel et religieux ; cependant,
George Lucas a précisé que l'idée des midi-chloriens, bien
que jamais expliquée dans la trilogie originale, existait
bien dès la réalisation du premier film.
[4] La Guerre des Clones est appelée Guerre Noire dans la
version française de 1977.
[5] Le personnage de Mace Windu inspire finalement celui du
Jedi du même nom dans l'épisode I.
[6] Il doit également marquer une transition pour les personnages : ainsi, Ewan McGregor calque son jeu sur celui
d'Alec Guinness et reprend sa toute première réplique de
l'épisode IV, « Hello there ! » (traduit par « Bonjour toi ! »
en version française).
[7] Il a ainsi rejeté la demande de ceux qui voulaient que Dark
Vador apparaisse dès l'épisode II pour pallier le manque
de succès du premier opus.
[8] « May the Force be with you » en version originale.
0.1. STAR WARS
[9] Magazine du Fan Club Officiel Star Wars en France renommé par la suite Star Wars Magazine puis disparu en
2009.
Références
• Sources primaires
[1] Drew Karpyshyn, La Règle des deux, Fleuve Noir, 2009,
377 p. (ISBN 226508784X).
[2] George Lucas, Star Wars, épisode I : La Menace fantôme,
20th Century Fox, 1999.
[3] George Lucas, Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones,
20th Century Fox, 2002.
[4] George Lucas, Star Wars, épisode III : La Revanche des
Sith, 20th Century Fox, 2005.
[5] George Lucas, Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir,
20th Century Fox, 1977.
[6] George Lucas, Star Wars, épisode V : L'Empire contreattaque, 20th Century Fox, 1980.
[7] George Lucas, Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi,
20th Century Fox, 1983.
[8] Tom Veitch, Star wars : L'empire des ténèbres, Dark Horse
France, 1998, (ISBN 2841640167).
[9] R.-A. Salvatore, Star Wars : le nouvel ordre Jedi. Vecteur
prime, Fleuve noir, 2001, 485 p., (ISBN 2265071633).
[10] John Ostrander, Jan Duursema et Al., Star Wars Legacy,
Dark Horse Books, 2007.
• Sources secondaires
15
[11] Ryder Windham 2006, p. 106 - 109
[12] Ryder Windham 2006, p. 110 - 111
[13] (fr) « Le Sabre laser », Star Wars L'expo, Cité des
Sciences, Paris. Consulté le 31 décembre 2010.
[14] Labrousse et Schall 2007, p. 255 - 256
[15] Labrousse et Schall 2007, p. 245 - 250
[16] Labrousse et Schall 2007, p. 236 - 243
[17] Jonathan W. Rinzler 2007, p. 17
[18] Labrousse et Schall 2007, p. 260
[19] Labrousse et Schall 2007, p. 224
[20] Labrousse et Schall 2007, p. 225
[21] Fabrice Nicot, « Et si les planètes de Star Wars existaient... », Science et Vie Junior, no 206, novembre 2006,
p. 52 – 57.
[22] Labrousse et Schall 2007, p. 232
[23] Dan Wallace, « Les Planètes Inédites de la Trilogie Classique », Lucasfilm Magazine, no 71, mai/juin 2008, p. 50
– 54.
[24] Jonathan Wilkins, « Maître et apprenti », Lucasfilm Magazine, septembre - octobre 2008, no 73, p. 30 – 32.
[25] Labrousse et Schall 2007, p. 208
[26] Jonathan W. Rinzler 2007, p. 8
[27] Jonathan W. Rinzler, « Aux sources de la saga »,
Lucasfilm Magazine, no 64, mars-avril 2007, p. 14 – 19.
[28] Star Wars - L'Empire des rêves ((en) Empire of Dreams :
The Story of the Star Wars Trilogy) documentaire d'Edith
Becker et Kevin Burns, 2004, chapitre 1.
[1] Patrice Girod, « L'Histoire : Toutes les grandes étapes du
film », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La
Menace fantôme, no hors série no 1, automne 1999.
[29] Labrousse et Schall 2007, p. 50
[2] « L'Univers Etendu abandonné au profit du Nouveau Canon », sur StarWars-Holonet.com, 4 juin 2014 (consulté le
9 août 2015)
[31] Labrousse et Schall 2007, p. 57
[30] Labrousse et Schall 2007, p. 56
[3] Ryder Windham 2006, p. 25
[32] Brian J. Robb, Jonathan Wilkins et Brigid Cherry, « Luke
& Leia », Lucasfilm Magazine, no 69, janvier-février 2008,
p. 14 – 22.
[4] Ryder Windham 2006, p. 48
[33] Labrousse et Schall 2007, p. 61
[5] Ryder Windham 2006, p. 52 - 59
[34] Star Wars - L'Empire des rêves ((en) Empire of Dreams :
The Story of the Star Wars Trilogy) documentaire d'Edith
Becker et Kevin Burns, 2004, chapitre 2.
[6] Ryder Windham 2006, p. 84 - 85
[7] Ryder Windham 2006, p. 95
[8] Ryder Windham 2006, p. 102 - 103
[9] (en) « Lucasfilm Unveils New Plans for Star Wars Expanded Universe », sur Yahoo.com (consulté le 10 août 2015)
[10] (en) « What’s The Political Situation Like in The Force
Awakens ? », sur ObservationDeck.Kinja.com, 18 avril
2015 (consulté le 9 août 2015)
[35] (en) « How Star Wars Surprised the World », American
Heritage. Consulté le 11 janvier 2011.
[36] Labrousse et Schall 2007, p. 78
[37] Star Wars - L'Empire des rêves ((en) Empire of Dreams :
The Story of the Star Wars Trilogy) documentaire d'Edith
Becker et Kevin Burns, 2004, chapitre 5.
[38] Labrousse et Schall 2007, p. 79
16
[39] Labrousse et Schall 2007, p. 83
[40] Ryder Windham 2006, p. 116
[41] Labrousse et Schall 2007, p. 98
[42] Star Wars - L'Empire des rêves ((en) Empire of Dreams :
The Story of the Star Wars Trilogy) documentaire d'Edith
Becker et Kevin Burns, 2004, chapitre 6.
[43] Labrousse et Schall 2007, p. 99
[44] Ryder Windham 2006, p. 117
[45] Labrousse et Schall 2007, p. 100
[46] Star Wars - L'Empire des rêves ((en) Empire of Dreams :
The Story of the Star Wars Trilogy) documentaire d'Edith
Becker et Kevin Burns, 2004, chapitre 9.
[47] Star Wars - L'Empire des rêves ((en) Empire of Dreams :
The Story of the Star Wars Trilogy) documentaire d'Edith
Becker et Kevin Burns, 2004, chapitre 10.
[48] Labrousse et Schall 2007, p. 107
[49] Labrousse et Schall 2007, p. 113
[50] Labrousse et Schall 2007, p. 121
[51] Labrousse et Schall 2007, p. 122
[52] Labrousse et Schall 2007, p. 124
TABLE DES MATIÈRES
[70] (en) « Will Lucas Extend His 'Star Wars’ Story Beyond 'Return of the Jedi' ? », Cinematical. Consulté le 18 août 2010.
[71] Pablo Hidalgo, « Demandez au maître », Lucasfilm Magazine, mars-avril 2007, no 64, p. 52.
[72] Labrousse et Schall 2007, p. 415
[73] « Les dessous du rachat de Lucasfilm par Disney », sur
Star Wars Universe, mars 2013 (consulté le 11 août 2013)
[74] « George Lucas and Kathleen Kennedy Talk STAR
WARS : EPISODE VII », Collider, 20 novembre 2013
(consulté le 4 janvier 2014)
[75] « Disney annonce la sortie d'un Star Wars 7 »
[76] « Disney rachète LucasFilm et prépare un Star Wars 7
pour 2015 », Première, 30 octobre 2012 (consulté le 30
octobre 2012)
[77] « Disney annonce la sortie de La Guerre des étoiles 7 »,
sur lesechos.fr, 30 octobre 2012
[78] « Star Wars : les dates de sortie des épisodes VIII et IX
confirmées », sur Allocine.fr, 30 janvier 2015 (consulté le
9 février 2015)
[79] (en) « Disney annonce la sortie de La Guerre des étoiles
7 », sur LePoint.fr (consulté le 30 octobre 2012)
[80] Disney rachète Lucasfilm et prévoit le nouveau Star Wars
pour 2015, consulté le 30 octobre 2012
[53] Labrousse et Schall 2007, p. 132 - 133
[54] Labrousse et Schall 2007, p. 132
[55] Labrousse et Schall 2007, p. 133
[56] Ryder Windham 2006, p. 121
[57] Labrousse et Schall 2007, p. 137 - 139
[58] Laurent Jullier 2005, p. 159 - 160
[81] (fr) « Oscars 1978 - Nominations », cinemovies.fr.
Consulté le 13 octobre 2010
[82] (fr) « Oscars 1978 - Le palmarès », cinemovies.fr. Consulté le 13 octobre 2010
[83] (fr) « Oscars 1981 - Le palmarès », cinemovies.fr. Consulté le 13 octobre 2010
[59] Labrousse et Schall 2007, p. 168
[84] (fr) « Oscars 1984 - Le palmarès », cinemovies.fr. Consulté le 13 octobre 2010
[60] Laurent Jullier 2005, p. 160 - 162
[85] Laurent Jullier 2005, p. 154 - 155
[61] Labrousse et Schall 2007, p. 175
[86] Laurent Jullier 2005, p. 156
[62] Labrousse et Schall 2007, p. 178 - 179
[87] Laurent Jullier 2005, p. 157
[63] Labrousse et Schall 2007, p. 183
[88] (en) « Star Wars : Episode IV - A New Hope », Metacritic.
Consulté le 8 décembre 2011
[64] Labrousse et Schall 2007, p. 199 - 200
[65] (en) « A novice’s guide to Star Wars », BBC News. Consulté
le 18 août 2010.
[66] (en) « Show Business : I've Got to Get My life Back Again »,
Time Magazine. Consulté le 18 août 2010.
[67] (fr) « L'univers étendu pour les nuls : les romans »,
starwars-universe.com. Consulté le 8 janvier 2012.
[89] (en) « Star Wars : Episode V - The Empire Strikes Back »,
Metacritic. Consulté le 8 décembre 2011
[90] (en) « Star Wars : Episode VI - Return of the Jedi »,
Metacritic. Consulté le 8 décembre 2011
[91] (fr) « Oscars 2000 - Nominations », cinemovies.fr.
Consulté le 13 octobre 2010
[68] (en) « No Star Wars Sequels Says Lucas », BBC News.
Consulté le 18 août 2010.
[92] (en) John Wilson, « Razzie announce worst in film nominees for 1999, the 90’s and the century ! », Razzies. Consulté le 13 octobre 2010
[69] (en) « Gary Kurtz Reveals Original Plans for Episodes 19 », TheForce.Net. Consulté le 15 décembre 2011
[93] (en) « Razzie Awards 2000 », Plume Noire. Consulté le 13
octobre 2010
0.1. STAR WARS
[94] Laurent Jullier 2005, p. 159
17
[121] Ryder Windham 2006, p. 131
[95] (en) « Star Wars : Episode I - The Phantom Menace », [122] Labrousse et Schall 2007, p. 417
Metacritic. Consulté le 8 décembre 2011
[123] « Star Wars Rebels : La nouvelle série animée annoncée ! »
[96] (en) « Mystery of Star Wars phantom edit », BBC News.
Consulté le 8 décembre 2011
[124] Labrousse et Schall 2007, p. 418-319
[97] Labrousse et Schall 2007, p. 148
[125] (en) « Star Wars : la série télé ne verra pas le jour avant
trois ans ! », Première. Consulté le 29 novembre 2011
[98] (fr) « Oscars 2003 - Nominations », cinemovies.fr.
Consulté le 13 octobre 2010
[126] Laurent Jullier 2005, p. 178
[99] (fr) « Oscars 2006 - Nominations », cinemovies.fr. [127] Laurent Jullier 2005, p. 179
Consulté le 13 octobre 2010
[128] Laurent Jullier 2005, p. 181
[100] (en) « Star Wars : Episode II - Attack of the Clones »,
Metacritic. Consulté le 8 décembre 2011
[129] Laurent Jullier 2005, p. 180
[101] (en) « Star Wars : Episode III - Revenge of the Sith », [130] Ryder Windham 2006, p. 132
Metacritic. Consulté le 8 décembre 2011
[131] Laurent Jullier 2005, p. 182 - 183
[102] Labrousse et Schall 2007, p. 201
[103] Labrousse et Schall 2007, p. 203 - 204
[104] Labrousse et Schall 2007, p. 171
[105] Labrousse et Schall 2007, p. 118
[106] Labrousse et Schall 2007, p. 117
[107] Labrousse et Schall 2007, p. 116
[108] Labrousse et Schall 2007, p. 169 - 170
[132] (en) « Les comics Star Wars reviendront chez Marvel »
(consulté le 25 janvier 2015)
[133] (fr) « Fiche de Star Wars : The Empire Strikes Back », sur
Jeuxvideo.com (consulté le 18 décembre 2010)
[134] (fr) « Fiche de Star Wars : X-Wing », sur Jeuxvideo.com
(consulté le 18 décembre 2010)
[135] (fr) « Fiche de Star Wars : Dark Forces. », sur
Jeuxvideo.com (consulté le 18 décembre 2010)
[109] (fr) « Lucas a-t-il réussi le nouveau lifting de Star Wars en
[136] (fr) Lightman, « Test de Star Wars : Rogue Squadron sur
Blu-ray ? », Le Figaro.fr. Consulté le 10 janvier 2012
PC. », sur Jeuxvideo.com, 23 décembre 1998 (consulté le
18
décembre 2010)
[110] « Star Wars en 3D pour 2012 ! », 29 septembre 2010
(consulté le 10 janvier 2011).
[137] (fr) Lightman, « Test de Star Wars, épidosde I : La Menace fantôme sur PC. », sur Jeuxvideo.com, 11 juin 1999
[111] (en) « La Menace Fantôme : seul volet Star Wars en
(consulté le 18 décembre 2010)
3D ? », 15 juin 2011 (consulté le 10 janvier 2011).
[112] « Star Wars : épisode 1 - La Menace fantôme 3D en février [138] (fr) Logan, « Test de Star Wars, épisode III : La Revanche
2012 » (consulté le 10 janvier 2011).
des Sith sur PS2/Xbox. », sur Jeuxvideo.com, 6 mai 2005
(consulté le 18 décembre 2010)
[113] « Lucasfilm annule les ressorties 3D de L’ATTAQUE DES
CLONES et LA REVANCHE DES SITH » (consulté le 14 [139] (fr) « Fiche de Star Wars Battlefront », sur Jeuxvideo.com
mai 2014).
(consulté le 18 décembre 2010)
[114] Pablo Hidalgo, Demandez au maître, Star Wars Magazine, [140] (fr) Super panda, « Test de Star Wars : Empire at War sur
janvier-février 2009, no 75, p. 28 – 29.
PC. », sur Jeuxvideo.com, 17 février 2006 (consulté le 18
décembre 2010)
[115] (en) « The legendary Star Wars Expanded Universe turns
a new page », 25 avril 2014 (consulté le 26 avril 2014)
[141] Ryder Windham 2006, p. 134
[116] « [Delcourt] Planning des parutions pour 2015 », sur
[142] (fr) Brian J. Ross et Jonathan Wilkins, « “Tu es engagé"
Starwars-universe.com, 9 février 2015 (consulté le 11 fépour être l'apprenti secret de Dark Vador », Lucasfilm Mavrier 2015)
gazine, no 69, janvier/février 2008, p. 38 – 44.
[117] (en) « Lucasfilm Unveils New Plans for Star Wars Expan[143] (fr) Dinowan, « Test de Star Wars : Le Pouvoir de la Force
ded Universe », 25 avril 2014 (consulté le 20 juillet 2015)
II sur PC. », sur Jeuxvideo.com, 29 octobre 2010 (consulté
le 18 décembre 2010)
[118] Ryder Windham 2006, p. 130
[119] (en) Amelia Hill, « The Star Wars Holiday Special », [144] (en) Steve Butts, « Star Wars : The Old Republic Preview », IGN, 14 mai 2014 (consulté le 22 octobre 2008).
About.com. Consulté le 29 novembre 2011
[120] Labrousse et Schall 2007, p. 114
[145] (en) LucasArts. Consulté le 29 novembre 2011
18
TABLE DES MATIÈRES
[146] (en+de) Fantasia-Team, Star Heroes Collector 2006 : In- [171] (en) « The Strategic Defense Initiative (SDI) : Star Wars »,
ternationale Version, Dreieich, Fantasia Verlag GmbH,
The Cold War Museum. Consulté le 31 décembre 2010.
2005 (ISBN 978-3935976329)
[172] Jonathan Wilkins, « Au cœur de Celebration IV »,
[147] Ryder Windham 2012, p. 178
Lucasfilm Magazine, septembre-octobre 2007, no 67, p.
34 – 40.
[148] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 134
[173] (en) Site officiel de Star Wars Celebration
[149] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 136
[174] André Kobtzeff, Au cœur de Star Wars Reunion II,
[150] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 144
Lucasfilm Magazine, janvier-février 2008, no 69, p. 24 –
35.
[151] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 58
[152] Labrousse et Schall 2007, p. 36
[153] Labrousse et Schall 2007, p. 38
[154] Laurent Jullier 2005, p. 45
[155] Labrousse et Schall 2007, p. 42
[156] Laurent Jullier 2005, p. 69
[157] Laurent Jullier 2005, p. 60
[175] (en) Site officiel de FACTS
[176] (fr) Site officiel de Générations Star Wars et Science Fiction
[177] (de) Site officiel de la JediCon
[178] (en) 501st Legion. Consulté le 31 décembre 2010.
[179] (en) « Jar Jar Binks Must Die ! », Scifi Movie Page. Consulté le 31 décembre 2010.
[158] Exposition à la Japan Expo 2010 des couvertures des 26 [180] Daniel Wallace, Où est-ce que tu as déniché ce vieux fossile ?, Lucasfilm Magazine, septembre-octobre 2006, no
tomes de la série Valérian et Laureline, de 16 dessins tirés
61, p. 32 – 37.
de la préparation du film Le cinquième Élément de Luc
Besson et un tableau comparatif des univers de Star Wars
[181] (en) « UK Jedi get green light », The Register. Consulté le
et Valérian. Du 1 au 4 juillet 2010
31 décembre 2010.
[159] Pierre Christin, Jean-Claude Mézières, Stan Barets, Com[182] (en) « Don’t mock my lentils : vegans to get discriminament tout a commencé » dans Valérian et Laureline, Dartion rights », The Sunday Times. Consulté le 31 décembre
gaud, 2007, p. 26
2010.
[160] Labrousse et Schall 2007, p. 278 - 292
[161] Une analyse très précise de ces similitudes est faite dans
l'ouvrage collectif Tolkien, un autre regard sur la Terre du
Milieu (2005) par Cyril Rolland, p. 42-52.
[162] Labrousse et Schall 2007, p. 45 - 47
0.1.7 Annexes
Articles connexes
• Force (Star Wars)
[163] (en) George Lucas, commentaire du réalisateur sur La Revanche des Sith, 20th Century Fox, 2005.
• Technologie de Star Wars
[164] Labrousse et Schall 2007, p. 262 - 263
• Star Wars (série de films)
[165] Documentaire Les personnages de Star Wars, DVD bonus
du coffret de la trilogie originale, 2004.
[166] (fr) « Anecdotes de tournage du film Star Wars : Episode I,
La Menace fantôme », Allociné. Consulté le 15 décembre
2011
• Jedi
• Sith
Bibliographie
[167] (en) « Interviews - Face To Face With The Masters - Joe
Levy and Joe Nussbaum », Theforce.net. Consulté le 15
décembre 2011
: document utilisé comme source pour la rédaction
de cet article.
[168] (fr) Paul Simpson, « L'effet Star Wars, 1re partie,
l'imitation est la plus sincère des flatteries », Lucasfilm
Magazine, no 66, juillet-août 2007, p. 50 – 53.
• Mary Henderson, Star Wars, la magie du mythe :
À la source des mondes fabuleux de George Lucas, Presses de la Cité, 1998, 214 p. (ISBN 978-
[169] (fr) « Références à Star Wars », The Simpsons Park.
Consulté le 10 janvier 2011.
[170] (fr) Paul Simpson, « L'effet Star Wars, 2e partie, la force
invisible », Lucasfilm Magazine, no 67, septembre-octobre
2007, p. 50 – 53.
2258048690)
• Pablo Hidalgo, Daniel Wallace et Ryder Windham,
Générations Star Wars : La Chronique illustrée de
30 ans d’aventures - Nouvelle édition, Hors Collection, 2012, 328 p. (ISBN 2-258-09895-5)
0.1. STAR WARS
• Laurent Jullier, Star Wars, anatomie d’une saga,
Armand Colin, 2005, 240 p. (ISBN 2-200-26911-0)
• Fabrice Labrousse et Francis Schall, Il était une fois
La Guerre des étoiles : La Galaxie de George Lucas, Dark Star, 2007, 443 p. (ISBN 9782914680097)
• (en) Jonathan W. Rinzler, The Making of Star
Wars : The Definitive Story Behind the Original Film, Del Rey Books, 2007, 313 p. (ISBN
0345494768)
• Ryder Windham, Star Wars, l’encyclopédie absolue,
Nathan, 2006, 144 p. (ISBN 2-09-251214-5)
• Ryder Windham, Star Wars, l’encyclopédie absolue
- Nouvelle édition, Nathan, 2012, 199 p. (ISBN 20925-4065-3)
Liens externes
• (en) Site officiel Star Wars
• (fr) Catégorie Star Wars - série de l’annuaire DMOZ
• (fr) Star Wars HoloNet, encyclopédie en ligne sur
l'univers Star Wars
•
Portail de Star Wars
•
Portail du cinéma américain
•
Portail de la science-fiction
•
Portail sur Disney
19
Chapitre 1
Cinéma
1.1 Star Wars (série de films)
2. Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones de
George Lucas, sorti en 2002 ;
Pour les articles homonymes, voir Star Wars (homonymie).
Star Wars (ou anciennement La Guerre des Étoiles en
3. Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith de
George Lucas, sorti en 2005.
Film dérivé (2008)
1. Star Wars : The Clone Wars de Dave Filoni, sorti en
2008 (ce film d'animation se situe entre les épisodes II et
III)
Troisième trilogie (2015-2019)
1. Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force de J. J.
Abrams, sortie prévue en 2015 ;
2. Star Wars, épisode VIII de Rian Johnson, sortie prévue en 2017[1] ;
Le logo de Star Wars tel qu'il apparaît en introduction des films
et sur de nombreux produits dérivés.
3. Star Wars, épisode IX, sortie prévue en 2019[2] .
français) est une saga cinématographique américaine de
space opera.
Star Wars Anthology (2016-2018)
1.1.1
1. Star Wars Anthology : Rogue One de Gareth Edwards, sortie prévue en 2016 (ce film se situera entre
les épisodes III et IV)[1] ;
Présentation
Composée de trois trilogies et de plusieurs films dérivés,
la saga créée par George Lucas comprend à ce jour sept
films sortis, un film en post-production et quatre films en
développement :
Trilogie originale (1977-1983) :
2. Film Anthology sans titre centré sur Han Solo de
Chris Miller et Phil Lord, sortie prévue en 2018[3] .
1.1.2 Trilogie originale (1977-1983)
1. Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir de George
Fiche technique
Lucas, sorti en 1977 ;
2. Star Wars, épisode V : L'Empire contre-attaque Distribution
d'Irvin Kershner, sorti en 1980 ;
1.1.3 Prélogie (1999-2005)
3. Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi de Richard
Marquand, sorti en 1983.
Fiche technique
Prélogie (1999-2005)
Distribution
1. Star Wars, épisode I : La Menace fantôme de George 1.1.4
Lucas, sorti en 1999 ;
20
Troisième trilogie (2015-2019)
1.1. STAR WARS (SÉRIE DE FILMS)
Fiche technique
Distribution
1.1.5
Star Wars Anthology (2016-2018)
21
• (en) Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir sur
l’Internet Movie Database
• (en) Star Wars, épisode V : L'Empire contre-attaque
sur l’Internet Movie Database
Fiche technique
• (en) Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi sur
l’Internet Movie Database
Distribution
• (en) Star Wars, épisode I : La Menace fantôme sur
l’Internet Movie Database
1.1.6
• (en) Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones sur
l’Internet Movie Database
Accueil
Réception critique
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Box-office
• (en) Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith sur
l’Internet Movie Database
• (en) Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force
sur l’Internet Movie Database
•
Portail de Star Wars
Distinctions
Dans ce tableau, est uniquement répertorié les récompenses obtenues par chaque film.
1.1.7
Notes et références
[1] (en) « Rogue One Title Revealed, Rian Johnson Confirmed
for Star Wars : Episode VIII », sur Starwars.com, 12 mars
2015 (consulté le 8 juillet 2015).
[2] (en) Jeff Sneider, « Disney’s Bob Iger : Star Wars : Episodes VIII, IX Coming in 2017, 2019 », sur Thewrap.com,
29 janvier 2015 (consulté le 8 juillet 2015).
[3] (en) « Christopher Miller and Phil Lord to Helm Han
Solo Anthology Film », sur Starwars.com, 7 juillet 2015
(consulté le 8 juillet 2015).
1.1.8
Annexes
Articles connexes
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Bibliographie
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Liens externes
• (en) Site officiel
•
Portail du cinéma américain
•
Portail de la science-fiction
Chapitre 2
Prélogie
2.1 Star Wars, épisode I : La Menace fantôme
des personnages en image de synthèse. Comme dans les
films Star Wars précédents, la musique est composée et
réalisée par John Williams.
Brassant de nombreux thèmes mythologiques et culturels,
Vous lisez un « bon article ».
La Menace fantôme suscite une attente considérable de
Pour les articles homonymes, voir Star Wars, épisode la part des fans de Star Wars. Malgré un accueil critique
I : La Menace fantôme (homonymie).
mitigé, c’est un succès au box-office. Le film est nomStar Wars, épisode I :
mé pour trois Oscars du cinéma, remporte deux Saturn
La Menace fantôme
Awards mais également un Razzie Awards.
Cet épisode est sorti en VHS en 2000 et en DVD en 2001.
Il est le seul de la saga à être ressorti en 3D en 2012 dans
[1]
Pour plus de détails, voir Fiche technique et les cinémas du monde entier . La Menace fantôme a également engendré un nombre important de produits dériDistribution
vés.
Star Wars, épisode I : La Menace fantôme (Star Wars
Episode I : The Phantom Menace) est un film américain
de science-fiction de type space opera sorti en 1999 écrit 2.1.1 Synopsis
et réalisé par George Lucas.
Logo du film La Menace fantôme.
C'est le quatrième opus de la saga Star Wars par sa date Toile de fond
de sortie, mais le premier dans l'ordre chronologique de
l'histoire. Sorti seize ans après Le Retour du Jedi, il ouvre
une nouvelle trilogie de préquelle, la « prélogie ». Le film
est également la quatrième réalisation de Lucas après un
hiatus de vingt-deux ans.
Le film suit le chevalier Jedi Qui-Gon Jinn et son apprenti Obi-Wan Kenobi qui escortent et protègent la reine
Amidala qui voyage de la planète Naboo à la planète
Coruscant dans l'espoir de trouver une issue pacifique
à un différend commercial interplanétaire. Il met également en scène le jeune Anakin Skywalker avant qu'il ne
devienne un Jedi. Celui-ci est alors un jeune esclave qui
semble avoir une forte prédisposition à l'utilisation de la
Force.
Les principaux rôles sont tenus par Liam Neeson, Ewan
McGregor, Natalie Portman, Jake Lloyd, Ian McDiarmid
et Pernilla August.
George Lucas commence l’écriture du scénario le 1er
novembre 1994. La préproduction du film dure deux
ans. Le tournage en lui-même se déroule de juin à septembre 1997 principalement aux studios de Leavesden en
Angleterre mais aussi en Tunisie et en Italie. La Menace
fantôme est l'un des premiers films à utiliser des environnements numériques où se côtoient des acteurs réels et
Vision d'artiste de la planète Coruscant.
L'univers de Star Wars se déroule dans une galaxie qui
se fait le théâtre d'affrontements entre les Chevaliers Jedi
et les Seigneurs noirs des Sith, personnes sensibles à la
22
2.1. STAR WARS, ÉPISODE I : LA MENACE FANTÔME
Force, un champ énergétique mystérieux leur procurant
des pouvoirs psychiques. Les Jedi maîtrisent le Côté lumineux de la Force, pouvoir bénéfique et défensif, pour
maintenir la paix dans la galaxie. Les Sith utilisent le Côté
obscur, pouvoir nuisible et destructeur, pour leurs usages
personnels et pour dominer la galaxie[2] .
Pour amener la paix, une République galactique a été fondée avec pour capitale la planète Coruscant. Mais, tout au
long de son existence, la République est secouée par des
sécessions et des guerres[2] . En 33 av. BY[Note 1] , une nouvelle crise menace la stabilité de ce régime politique[a 1] .
Depuis quelques années, une organisation montante, la
Fédération du commerce détient le quasi monopole des
échanges commerciaux dans la région de la Bordure extérieure. Sur le conseil de l'ambitieux sénateur Palpatine
de la planète Naboo, le chef d'État de la République, le
Chancelier Suprême Finis Valorum décide donc de taxer
les transactions commerciales pour affaiblir le monopole
de la Fédération. Prétextant que leurs vaisseaux commerciaux se font régulièrement attaquer par des pirates, les
dirigeants de la Fédération demandent alors au chancelier
l'autorisation de créer une armée de droïdes pour protéger
ses transports[a 1] .
Quelques mois plus tard, en 32 av. BY, la situation se
dégrade encore. Plusieurs membres du directoire de la
Fédération du commerce sont assassinés. L'ambitieux
Nute Gunray est alors nommé vice-roi de la Fédération.
Conseillé par un homme mystérieux nommé Sidious, il
décide alors d'organiser un embargo sur la planète de Naboo pour se venger du sénateur Palpatine, l'instigateur de
la taxe commerciale[a 1] .
Résumé
Intérieur du palais royal de Naboo[Note 2] .
Le chancelier suprême Valorum envoie le Jedi Qui-Gon
23
Jinn et son apprenti Obi-Wan Kenobi sur le vaisseau de
la Fédération qui commande le blocus de la planète Naboo. Ils ont ordre de résoudre rapidement le litige et
d'entamer des négociations. Ce qu'ils ne savent pas c'est
que Nute Gunray et Sidious ont un autre objectif que
la suppression de la taxe commerciale. Des droïdes de
combat essaient alors d'éliminer les Jedi, mais sans succès. Les deux chevaliers prennent donc la route du centre
de commandement du vaisseau et tentent de mettre la
main sur Gunray. Mais les Jedi, dépassés par les forces
de l'ennemi, décident de fuir et se cachent dans des transports de troupes. Ils découvrent alors que la Fédération
veut en réalité conquérir Naboo[2] .
Une fois sur la planète, Qui-Gon et Obi-Wan font la
connaissance d'un autochtone, le Gungan Jar Jar Binks
qui a été banni par les siens. Il propose alors à Qui-Gon
et Obi-Wan de les mener à Otoh Gunga, la ville subaquatique capitale de son peuple. Là-bas, les Jedi négocient un
moyen de transport avec le dirigeant d'Otoh Gunga, Boss
Nass. Qui-Gon utilise une manipulation mentale afin de
convaincre le dirigeant, qui finit par accepter en leur donnant un vaisseau sous-marin Gungan. Et, en espérant se
débarrasser à jamais de Binks, Boss Nass l'offre comme
guide aux Jedi[2] .
Le trio s’en va en passant par le noyau de la planète vers
Theed, la capitale des humains de Naboo. Arrivés à bon
port, les deux Jedi parviennent à libérer la reine des Naboos Padmé Amidala. Ils la convainquent de quitter sa
planète envahie pour aider le sénateur Palpatine à plaider
sa cause au Sénat galactique sur Coruscant[2] .
Lors de la fuite, leur vaisseau est endommagé et doit se
poser d'urgence sur la planète voisine de Tatooine. Alors
qu'il est à la recherche de pièces de rechange dans la
ville de Mos Espa, Qui-Gon rencontre un jeune humain
du nom d'Anakin Skywalker. Ce dernier est l'esclave de
Watto, le principal ferrailleur de la ville. Le Jedi découvre
alors que le garçon est peut-être l'élu d'une ancienne prophétie. Anakin conseille à Qui-Gon de parier avec Watto
sur la prochaine course de module. Watto et le Jedi arrivent à un accord : si Anakin gagne, Qui-Gon remporte
les pièces de rechange et Watto garde les gains de la victoire. En cas de défaite, Watto gardera le vaisseau de QuiGon. Le matin de la course, le Jedi fait un nouveau pari
avec le ferrailleur. Si le jeune coureur gagne, il retrouve sa
liberté, s’il perd, son module de course deviendra la propriété de Watto. Après une course acharnée et très disputée, Anakin parvient à remporter la victoire[2] .
Qui-Gon quitte alors Mos Espa avec ses pièces en compagnie d'Anakin dont il veut faire un Jedi. Mais en arrivant au vaisseau, Qui-Gon est attaqué par l'apprenti de
Sidious, le Sith Dark Maul. Le Jedi parvient à le repousser pour l’empêcher d'entrer dans le vaisseau. Arrivé sur
Coruscant, Qui-Gon fait part au conseil des maîtres Jedi de son agression sur Tatooine. Il leur indique que son
opposant pourrait être un Sith. Le maître Jedi Ki-AdiMundi a du mal à y croire car les Sith ont disparu depuis
24
CHAPITRE 2. PRÉLOGIE
Naboo pour assister aux funérailles de Qui-Gon. Ils en
profitent pour nommer Obi-Wan au rang de Chevalier
Jedi. Pour satisfaire les dernières volontés de Qui-Gon,
ils acceptent que le jeune Anakin devienne son apprenti. Windu confirme ensuite à Yoda que l'assassin de QuiGon était bien un Sith. Yoda rappelle alors que les Sith
sont toujours deux : un maître et un apprenti. L'un a été
tué, mais le survivant reste un danger pour les Jedi et la
République[2] .
2.1.2 Fiche technique
Quartier des esclaves de Mos Esley où résident Anakin Skywalker
et sa mère[Note 3] .
fort longtemps. Qui-Gon présente ensuite le jeune Anakin au Conseil indiquant qu'il semble être l'élu. Ki-AdiMundi remarque que le lien d'Anakin avec la Force est
titanesque, mais les maîtres Windu et Yoda refusent de le
former. Ils pensent qu'il est trop âgé pour se lancer dans
une formation de Jedi[2] .
Désormais à l'abri sur Coruscant, la reine Amidala plaide
la cause de sa planète au sénat galactique sans grand succès. Frustrée par la corruption et l'incapacité du sénat à
résoudre le conflit, elle propose une motion de censure
à l'encontre du chancelier suprême Valorum. Ce dernier
est alors destitué et les sénateurs nomment à sa place
Palpatine qui a profité de la sympathie engendrée par la
situation dans laquelle se trouve Naboo. Malgré cette victoire, la reine, qui n'en peut plus d'attendre l'aide du sénat,
décide de repartir sur sa planète accompagnée par QuiGon, Obi-Wan et Anakin. Sur place, elle conclut une alliance avec les Gungans de Boss Nass. Elle dévoile alors
à ses alliés son plan : les Gungans devront se battre contre
toute l'armée de la Fédération pour faire diversion pendant que les pilotes Naboos tenteront de détruire le vaisseau amiral de la Fédération et que la reine essayera de
capturer Nute Gunray[2] .
Alors que le plan d'Amidala se déroule comme prévu,
Dark Maul entre à nouveau en scène. Obi-Wan et QuiGon décident de l'affronter pour laisser le champ libre à
la reine. Quant à Anakin, il se retrouve involontairement
aux commandes d'un vaisseau spatial et participe donc à
l'attaque contre la flotte de la Fédération. La reine réussit à s’emparer de Nute Gunray tandis qu'Anakin détruit
le vaisseau amiral. Tous les droïdes qui s’opposaient aux
Gungans se retrouvent alors déconnectés. Mais Obi-Wan
et Qui-Gon continuent quant à eux de se battre contre
Maul. Après plusieurs minutes de lutte, Obi-Wan se retrouve coincé derrière une barrière énergétique et assiste
impuissant à l'assassinat de son maître. La barrière désactivée, Obi-Wan se bat avec rage et finit par vaincre Maul
en le tranchant en deux[2] .
Quelque temps plus tard, les maîtres Jedi arrivent sur
Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations
mentionnées dans cette section proviennent de la base de données
IMDb.
• Titre original : Star Wars Episode I : The Phantom
Menace
• Titre français : Star Wars, épisode I : La Menace fantôme
• Réalisation : George Lucas
• Scénario : George Lucas
• Direction artistique : Phil Harvey, Fred Hole, John
King, Rod McLean et Peter Russell
• Décors : Gavin Bocquet
• Costumes : Trisha Biggar
• Maquillage : Paul Engelen
• Photographie : David Tattersall
• Effets spéciaux : Industrial Light & Magic
• Son : Ben Burtt
• Montage : Ben Burtt et Paul Martin Smith
• Musique : John Williams
• Production : George Lucas et Rick McCallum
• Société de production : Lucasfilm
• Société de distribution : 20th Century Fox
• Budget : 115 000 000 $[3]
• Pays d'origine : États-Unis
• Langue originale : anglais
• Format : couleur - 35 mm - 2,35 :1 - son Dolby Digital EX / SDDS / DTS-ES
• Genre : science-fiction
• Durée : 136 minutes
• Dates de sortie :
2.1. STAR WARS, ÉPISODE I : LA MENACE FANTÔME
25
•
États-Unis : 19 mai 1999 ; 10 février 2012
(ressortie en 3D)
•
Belgique et
France : 13 octobre 1999 ;
8 février 2012 (ressortie en 3D)
• Silas Carson (VF : Thierry Desroses ; VQ : Pierre Chagnon) : Nute Gunray / Ki-Adi-Mundi / Lott Dodd /
pilote du croiseur Républicain
• Version française réalisée par Dubbing Brothers
avec des dialogues de Thomas Murat sous la direction artistique de Jean-Pierre Dorat[4],[5] .
• Jerome Blake : Rune Haako / Mas Amedda / Oppo
Rancisis / Orn Free Taa
2.1.3
Distribution
• Liam Neeson (VF : Samuel Labarthe ; VQ : Benoît
Rousseau) : Qui-Gon Jinn
• Ewan McGregor (VF : Bruno Choël ; VQ : François Godin) : Obi-Wan Kenobi
• Natalie Portman (VF : Sylvie Jacob ; VQ : Aline Pinsonneault) : reine Amidala / Padmé
• Jake Lloyd (VF : Julien Bouanich ; VQ : Alexis Del Vecchio) : Anakin Skywalker
• Ian McDiarmid (VF : Georges Claisse/Jean Michaud ;
VQ : Benoît Marleau/Yves Corbeil) : sénateur Palpatine
/ Dark Sidious
• Pernilla August (VF : Nathalie Juvet ; VQ : Élise Bertrand) : Shmi Skywalker
• Oliver Ford Davies (VF : Jean-Claude Balard ; VQ :
Claude Préfontaine) : Sio Bibble
• Steve Speirs : capitaine Tarpals
• Ralph Brown (VF : Michel Favory ; VQ : Raymond Bouchard) : Ric Olié
• Samuel L. Jackson (VF : Jacques Martial ; VQ : James
Hyndman) : Mace Windu
• Sofia Coppola : Saché[Note 5]
• Keira Knightley : Sabé[Note 6]
Source : Voxofilm[4] et Starwars-universe.com[6]
[7]
.
• Photos des acteurs principaux.
• Liam Neeson en 2012.
• Ewan McGregor en 2012.
• Natalie Portman en 2009.
• Jake Lloyd en 2007.
• Ian McDiarmid en 2013.
• Pernilla August en 2013.
• Hugh Quarshie (VF : Jean-Jacques Nervest ; VQ : Denis 2.1.4 Personnages
Mercier) : capitaine Panaka
• Anakin Skywalker : il est, avec sa mère, esclave de
• Ahmed Best (VF : Roland Timsit ; VQ : Sébastien DhaWatto. Il est connu à Mos Espa pour être le seul huvernas) : Jar Jar Binks
main capable de piloter un module de course. Quand
le vaisseau de la reine Padmé Amidala fait un ar• Anthony Daniels (VF : Roger Carel ; VQ : Luis de Cesrêt
imprévu sur Tatooine, le Jedi Qui-Gon Jinn dépedes) : C-3PO
couvre que le jeune homme est peut-être l'élu d'une
ancienne prophétie[8] .
• Kenny Baker : R2-D2
• Frank Oz (VF : Jean Lescot ; VQ : Ronald France) :
Yoda
• Terence Stamp (VF : Michel Derain ; VQ : Serge Turgeon) : chancelier Valorum
• Brian Blessed (VF : Med Hondo ; VQ : Hubert Gagnon) :
Boss Nass
• Andy Secombe (VF : Éric Métayer ; VQ : Yves Massicotte) : Watto
• Ray Park (VF : Marc Bretonnière ; VQ : Alain Zouvi) :
Dark Maul[Note 4]
• Lewis Macleod : Sebulba
• Warwick Davis : Wald / spectateur de la course de
module / citoyen de Mos Espa
• Obi-Wan Kenobi : l'apprenti de Qui-Gon a une fidélité sans faille envers son mentor. Après la mort
de son maître, sa valeur au combat et son intégrité se voient récompensées par sa nomination au
rang de Chevalier Jedi. Il est ensuite chargé de
l'apprentissage du jeune Anakin[8] .
• Qui-Gon Jinn : déterminé et indépendant, QuiGon est un maître Jedi respecté pour ses connaissances des voies de la nature et de la Force. Malgré
le fait qu'il a déjà un apprenti en la personne d'ObiWan, il souhaite que le conseil Jedi l'autorise à former Anakin[8] .
• La reine Amidala : âgée de quatorze ans, elle est
nouvellement élue reine de Naboo au moment où
la Fédération du commerce s’en prend à sa planète.
Elle met tout en œuvre pour protéger son peuple[8] .
26
CHAPITRE 2. PRÉLOGIE
• Boss Nass : c'est le chef des Gungans pendant
l'invasion de Naboo. Il ne souhaite pas intervenir
dans le conflit qui oppose les Naboos à la Fédération du commerce. Il change d'avis quand la reine
Amidala vient lui demander son aide[8] .
• Capitaine Panaka : il est le responsable des forces
royales de sécurité de Naboo. Il ne peut pas s’opposer bien longtemps à l'invasion de la planète par la
Fédération. Il accompagne la reine Amidala lors de
son voyage pour Coruscant[8] .
• Sénateur Palpatine : il représente la planète Naboo
au sénat galactique. Il semble digne de confiance,
mais orchestre en secret la chute du chancelier Valorum pour lui prendre sa place[8] .
• Chancelier Valorum : c'est le chef d'état de la
République galactique. Il envoie les Jedi Qui-Gon
Jinn et Obi-Wan Kenobi pour régler le conflit sur
Naboo. Par la suite, il se fait destituer au profit de
Palpatine[8] .
• Dark Maul : il est l'apprenti du Sith Dark Sidious.
Bestial et combatif, il traque sans relâche Qui-Gon
et Obi-Wan car ils s’immiscent dans les plans de son
maître[8] .
Cosplay de Dark Maul.
2.1.5 Production
• Shmi Skywalker : son amour pour son fils Anakin est inconditionnel. Elle accepte de se séparer de Scénario
lui pour qu'il accède à un avenir meilleur au sein de
l'académie Jedi[8] .
• Sio Bibble : il est le gouverneur de Theed, la capitale
de Naboo. Homme public de grande valeur, il fait
face courageusement à l'invasion de la Fédération. Il
organise la résistance de la planète pendant le voyage
de la reine Amidala pour Coruscant[8] .
• Jar Jar Binks : Gungan banni pour sa maladresse
et son indolence de la ville sous-marine d'Otoh Gunga. Il se lie d'amitié avec Qui-Gon pendant l'invasion
de Naboo. Il l'accompagne durant sa mission de
sauvetage[8] .
• Yoda : ce maître met en garde le conseil Jedi contre
la requête de Qui-Gon qui souhaite former le jeune George Lucas en 2009.
Anakin Skywalker. Il finit par céder à cette demande
après la mort de Qui-Gon[8] .
Durant le processus d'écriture des premiers films Star
Wars, George Lucas réalise que l'histoire qu'il a écrite est
• R2-D2 : simple droïde astro-mécanicien qui sauve
trop longue pour être couverte par un seul film. Un noule vaisseau de la reine Amidala d'une attaque. Pour
vel espoir (1977), le premier film, est donc conçu pour
[8]
le remercier, elle en fait un de ses compagnons .
être l'introduction d'une saga[9] . Au moment où Lucas ré• C-3PO : ce droïde a été construit par Anakin Sky- dige la troisième version de son scénario, il négocie un
walker à partir de pièces détachées. Il ne quitte pas contrat qui lui donne le droit de faire deux suites à son
Tatooine en compagnie de son créateur. Il reste avec film. Il décide alors de consacrer du temps pour dévelopShmi Skywalker. Anakin s’excuse de ne pas l'avoir per une trame de fond assez élaborée pour faciliter son
terminé[8] .
futur processus d'écriture sur les autres films[10] . Alors
2.1. STAR WARS, ÉPISODE I : LA MENACE FANTÔME
27
qu’il écrit le scénario du deuxième film, L’Empire contreattaque (1980), Lucas remanie la trame générale en faisant du méchant Dark Vador le père du héros Luke Skywalker. Il développe aussi les origines du méchant en le
présentant comme un ancien chevalier Jedi devenu Sith
après avoir basculé du côté obscur de la Force[11] . Lucas envisage alors ces deux films comme étant les deux
premiers de la deuxième trilogie de sa saga[9] . L’Empire
contre-attaque au lieu d'être l’épisode II devient l’épisode
V[12] . Quand sort Le Retour du Jedi (1983) le troisième
film de la trilogie, Vador est devenu un personnage dramatique et s’est finalement racheté. Cependant, Lucas déclare que le travail sur la première trilogie l'a « épuisé ».
Il souhaite donc mettre en pause le développement de la
saga[13] .
pour résoudre le conflit. En chemin, il rencontre le jeune
Anakin Skywalker ce qui permettra le futur avènement
des Sith[21] .
George Lucas commence l’écriture de la nouvelle trilogie
Star Wars le premier novembre 1994. Le scénario s’inspire des quinze pages écrites en 1976 par Lucas dans lesquelles il décrivait les événements qui s’étaient produits
avant la trilogie originale[17] . Le personnage d’Anakin est
d’abord décrit comme ayant douze ans, mais Lucas revoit ceci pour en faire un enfant de neuf ans. Il pense
après coup que la brutale séparation maternelle affectera plus un jeune garçon qu’un adolescent. Cette décision
oblige alors Lucas à minimiser la participation d’Anakin
à la bataille finale. Il ne pilote plus tout seul un vaisseau
spatial comme cela était initialement prévu. Pour rendre
l’histoire plus crédible, il se fait largement épauler par le
droïde R2-D2[18],[19] . Lucas donne à son film le titre La
Menace fantôme en référence à Palpatine qui cache sa véritable identité de Sith derrière le masque d'un homme
politique honnête et respectable[17] .
commence les repérages avec le chef décorateur Gavin
Bocquet[23] .
Comme avec la trilogie originale, Lucas illustre son film
de plusieurs thèmes. Celui de la dualité est le plus présent. Il y a la reine Amidala qui se travestit en servante,
Palpatine qui joue sur les deux tableaux du conflit et ObiWan qui s’oppose d'abord à l'entêtement de son maître
puis finit par le suivre. Le thème de l'équilibre est également utilisé. Anakin est censé être « l'élu » qui apporte
l'équilibre à la Force et la paix dans la galaxie. De plus,
chaque personnage semble avoir besoin d'un modèle pour
l'influencer. George Lucas dit à ce sujet : « Anakin a besoin d'avoir une mère, Obi-Wan a besoin d'un maître,
Dark Sidious a besoin d'un apprenti ». Pour lui, s’il n'y
Après avoir perdu une partie de sa fortune à la suite de son a pas d'interaction et de dialogue, « il ne peut y avoir de
divorce en 1987, George Lucas n'a plus envie de revenir drame »[22] .
sur Star Wars. Il annule alors officieusement la trilogie qui
devait se dérouler après Le Retour du Jedi. En revanche,
l'idée de préquelles se déroulant avant Un nouvel espoir Préproduction
l'intéresse toujours[14] . Au début des années 1990, Star
Wars a un regain de popularité grâce aux séries de bandes Avant que Lucas ne se lance dans l'écriture du scénario,
dessinées de Dark Horse et aux romans de Timothy Zahn. son producteur Rick McCallum se fait la main sur la séCela conforte Lucas dans son idée de réaliser des nou- rie Les Aventures du jeune Indiana Jones (1992-1993). Il
veaux films[15] . En 1993, le magazine Variety et d'autres se sert de ce travail pour repérer des acteurs, des studios
sources révèlent les plans de Lucas de réaliser une série de cinéma, recruter des jeunes techniciens de talent et
de préquelles. George Lucas a alors ébauché une trame s’essayer à la technologie numérique pour la création de
générale faisant d’Anakin Skywalker/Dark Vador le pro- décors et de paysages. En avril 1994, McCallum comtagoniste principal de la nouvelle trilogie. Il veut présen- mence à engager des dessinateurs. Pour les chapeauter, le
ter les origines de Dark Vador pour que la saga s’articule directeur artistique de la société Industrial Light & Magic
autour de ce personnage depuis son enfance jusqu’à sa (ILM[Note 7] ) Doug Chiang est nommé responsable du demort[16] .
sign du film. Puis quelques mois après, Rick McCallum
Début 1995, alors que Lucas travaille toujours sur le scénario, Chiang et son équipe de conception commencent le
processus créatif qui dure deux ans et qui permet d'établir
des milliers de dessins pour le film[24],[25] . Lucas veut que
le style soit différent des autres films, qu'il soit « plus riche
et comme un film d'époque car il se déroule historiquement avant Un nouvel espoir ». Les trois planètes sur lesquelles se déroule l'histoire ont des environnements très
variés. Mis à part la ville des Gungans qui a un aspect
visuel inédit, les autres lieux s’inspirent d'architecture du
monde réel. Les dessins conceptuels de Ralph McQuarrie utilisés pour la trilogie originale servent de base pour
la création de la ville désertique de Mos Espa. Pour cette
cité, les dessinateurs ont également pris modèle sur des
places de marchés tunisiens pour la différencier de la ville
de Mos Eisley vue dans le film Un nouvel espoir. Les
dessins de métropoles de McQuarrie servent également
de base pour la création de l’immeuble du sénat galactique sur Coruscant[26] . Gavin Bocquet concrétise ensuite
le travail de l'équipe de Chiang. Il réalise des intérieurs en
utilisant les dessins mais en leur donnant un style architectural plus réaliste[27] .
Les possibilités d'avoir recours à un budget important
et des effets spéciaux numériques font penser à Lucas
qu'il peut faire de Star Wars une grande saga épique[20] .
Il se permet alors de développer cinq intrigues qui se
joignent les unes aux autres. L'élément déclencheur est
l'ambition de Palpatine qui veut devenir chancelier suprême. Cela conduit à l'attaque de la Fédération du commerce de Naboo. Un Jedi est alors envoyé sur les lieux L’illustratrice scientifique Terryl Whitlatch est spéciale-
28
CHAPITRE 2. PRÉLOGIE
pour créer une palette de couleurs spécifique aux habitants de chaque monde. Tatooine, comme dans Un nouvel
espoir a des couleurs blanchies par le soleil. Coruscant est
grise, brune et noire. Naboo est verte et dorée. Les costumes de Jedi sont eux, directement inspirés de ceux des
films d'origines[33] . Biggar a également consulté Bocquet
pour s’assurer que les costumes seraient en accord avec
les décors. Juste avant le tournage, un énorme atelier de
confection est créé à l'intérieur des studios de Leavesden
pour créer plus de deux cent cinquante costumes pour les
acteurs principaux et cinq mille pour les figurants[34] .
Lucasfilm a aussi fait appel à une équipe de maquettistes
dirigée par Steve Gawley pour créer des décors en miniature pour agrandir certains paysages virtuels. Ce sont
eux qui ont également construit le droïde C-3PO[35] . Nick
Dudman, le responsable du maquillage des créatures et
son équipe sont quant à eux chargés de créer les masques
pour les créatures humanoïdes[36] .
C'est Robin Gurland qui est choisie pour être la directrice
de casting du film. Elle débute ses recherches en juillet
1995. En plus des acteurs principaux, elle a également
déniché des doubleurs pour les personnages en images
de synthèse[8] . En avril 1997, les noms des principaux
acteurs sont dévoilés. Il s’agit de Liam Neeson, NataL'une des robes conçue par l'équipe de Trisha Biggar spécialelie Porman et Ewan McGregor. En juin de la même anment pour le film.
née, le magazine Entertanment Weekly confirme la présence au casting de Samuel L. Jackson[37] . Enfin en juillet,
c'est le magazine Star Wars Insider qui dévoile le reste du
ment chargée de la conception des créatures car elle a étu- casting[38] .
dié la zoologie et l’anatomie animale. Beaucoup de créatures sont donc des hybrides constitués de différentes parties d’animaux existants. Whitlatch conçoit parfois ainsi Tournage
des chaînes alimentaires entières même si seulement un
petit pourcentage de celles-ci apparaissent dans le film. Le tournage débute le 26 juin 1997 et prend fin le 29 sepChaque créature reflète son environnement : celles sur tembre de la même année. Il a principalement lieu aux
Naboo sont gracieuses car la planète est « riche et plus studios de Leavesden en Angleterre. Lucasfilm les loue
respectueuse de ses formes de vies animales », celles sur pour une durée de deux ans et demi[39] . Les scènes de
Tatooine ont des mauvaises mines et une peau burinée qui forêt de la planète Naboo sont filmées près de là, à Whiples protège du climat désertique[28] .
pendell près de Watford dans le Hertfordshire[40],[41] . La
Le coordinateur des cascades, Nick Gillard, est recruté plupart des scènes d’action et des cascades ont été filmées
par Roger Christian, le réalisateur de seconde équipe[30] .
pour créer un nouveau style de combat pour les Jedi de la
« prélogie » . Les Jedi n’utilisent que les sabres lasers, des En mai 1998, George Lucas projette à ses amis une première version du montage. Des scènes additionnelles sont
armes à courte portée. Gillard s’inspire donc de styles de
tournées entre le 10 août 1998 et le 20 mars
combat d’épée comme l’escrime, le kendo et le kenjutsu. ensuite
[42],[43]
1999
.
Pour entraîner Liam Neeson et Ewan McGregor, Gillard
scénarise cinq à six séquences de combat d’une soixante
de secondes chacune[29] . Pour le combat, Gillard ne veut
pas attacher les cascadeurs et les acteurs à des câbles et
des poulies car il juge que cela ne fait pas assez réaliste. Il
préfère utiliser un dispositif pneumatique qui les propulse
dans les airs[30] .
Alors que les scènes d'intérieur sont réalisées au moyen
de décors fabriqués à Leavesden, beaucoup de scènes
extérieures sont générées par ordinateur. Comme des
effets visuels doivent être intégrés dans pratiquement
chaque plan, le superviseur des effets spéciaux John Knoll
conseille en permanence Lucas dans sa réalisation[44] .
Pour les costumes, Lucas décide d’opter pour des modèles élaborés car la société présentée dans le film est plus
sophistiquée que celle de la trilogie originale. La chef
costumière Trisha Biggar et son équipe créent plus de
mille costumes inspirés de diverses cultures[31],[32] . Biggar travaille étroitement avec le dessinateur Iain McCaig
Le désert tunisien est utilisé pour les scènes sur la planète
Tatooine. Mos Espa est construit à l'extérieur de la ville
de Tozeur[45] . Le Ksar Hadada situé dans le gouvernorat
de Tataouine sert également de lieu de tournage[46] . Dans
la nuit du troisième jour de tournage dans le pays, une
tempête de sable détruit la plupart des décors et des ac-
2.1. STAR WARS, ÉPISODE I : LA MENACE FANTÔME
cessoires. Le tournage est alors suspendu un temps pour
permettre les réparations. Malgré cela, l’équipe de tournage parvient à quitter la Tunisie à la date initialement
prévue[45],[47] . Le palais italien de Caserte est quant à lui
utilisé pour les scènes d'intérieur du palais de la ville de
Theed. Cet emplacement est loué durant quatre jours et
complétement fermé aux visiteurs. Les scènes d'action
comportant des explosions sont en revanche filmées dans
des répliques construites à Leavesden[48],[49] .
Postproduction
C'est en 1993, avec la création des dinosaures de Jurassic
Park que la société ILM commence à réaliser des créatures entièrement en images de synthèses. Et c'est en
voyant le travail réalisé dans des films comme Casper
(1995) et Cœur de dragon (1996) que George Lucas réalise que sa société est prête à s’attaquer aux décors et aux
personnages virtuels qu'il avait imaginés pour Star Wars.
Ainsi, La Menace fantôme marque l’apparition de véritables environnements numériques où se côtoient des acteurs réels et des personnages en image de synthèse. ILM
réalise pour le film près de deux mille effets visuels. Seuls
dix ou quinze minutes du film ne présentent pas d'effets
visuels[50] .
L'équipe d'ILM est divisée en trois groupes dirigés respectivement par John Knoll, Dennis Muren et Scott
Squires. Le premier est responsable des scènes de la
course de module et de la bataille spatiale finale. Le second s’occupe du monde sous-marin de Naboo et de la
bataille qui oppose les Gungans aux droïdes. Le troisième réalise les paysages de Naboo. L'animation est générée par le logiciel de modélisation tridimensionnelle
Softimage et complétée par le programme interne d'ILM
nommé Caricature. La capture de mouvements est également utilisée pour aider les animateurs à créer les mouvements des personnages en image de synthèse[50] .
De nombreux paysages sont entièrement créés en images
de synthèse comme les étendues désertiques de Tatooine
durant la course, les champs de bataille de Naboo ou le
sénat galactique. La scène de l'arrivée sur Coruscant est
elle aussi entièrement numérique. Elle a nécessité vingt
plans appelés « peintures numériques ». C'est le responsable principal des peintures numériques Yusei Uesugi
qui supervise cette scène. Il avait précédemment effectué
ce travail lors de l'édition spéciale de 1997 de la trilogie
originelle[50] .
Une fois les effets visuels terminés, les effets sonores sont
ajoutés au montage par le concepteur Ben Burtt. Ce dernier a précédemment reçu un Oscar en 1977 pour son
travail sur Un nouvel espoir. En fait, dans la saga Star
Wars seuls les dialogues enregistrés lors du tournage ne
sont pas artificiels. Tout le reste est l'œuvre de Burtt. Par
exemple, le bruit des modules de course s’inspire de celui
de voitures de course. Le champ de force des Gungans
pendant la bataille provient lui, d'un ventilateur[51] .
29
Bande originale
Article détaillé : Star Wars, épisode I : La Menace
fantôme (bande originale).
Comme dans les films Star Wars précédents, la musique
est composée et réalisée par John Williams[52] . Il a
commencé à y travailler en octobre 1998. Il débute
l'enregistrement de la musique avec l'Orchestre symphonique de Londres aux studios Abbey Road, le 8 février
1999[43] . Avec ce film, Williams a décidé de recourir à
des instruments électroniques comme les synthétiseurs
pour rehausser le son. Il a également fait appel à une
chorale pour « capturer la force magique et mystique
qu'un orchestre ordinaire n'aurait pas été en mesure de
fournir ». Il souhaite que l'atmosphère soit « plus mystérieuse et mystique et moins militaire » par rapport aux
trois premiers films[53] .
L'un des morceaux les plus connus, Duel of the Fates,
utilise la chorale pour donner un aspect religieux au
duel épique aux sabres lasers. Pour le morceau Anakin’s
Theme, Williams a essayé de refléter à la fois l'innocence
de l'enfance d'Anakin Skywalker mais aussi de préfigurer sa future transformation en Dark Vador en ajoutant
quelques bribes du morceau The Imperial March, aussi
connu sous le nom de « thème de Dark Vador »[53] .
La bande originale du film sort le 4 mai 1999 sous le label Sony Classical Records. Cet album contient une version courte de la partition, pour en faire une expérience
d'écoute originale. Les morceaux ne sont donc pas dans
l'ordre du film. Une version « Ultimate Edition » contenant deux disques est commercialisée le 14 novembre
2000. Elle comprend la quasi-totalité de la partition telle
qu'elle est entendue dans le film[54] .
2.1.6 Accueil
Sortie
La sortie du nouveau film Star Wars, après seize ans
d'absence, a suscité une attente considérable. Quand la
presse annonce que les billets ne seront vendus que deux
semaines avant la sortie, des files d’attentes se constituent
devant de nombreux cinémas nord-américains. Les fans
qui veulent voir rapidement le film ont peur d’avoir à
payer plus cher les billets au marché noir[55] . Cependant,
après avoir rencontré l'Association nationale des propriétaires de cinéma, Lucasfilm autorise la vente de billets à
l'avance, le 12 mai 1999 dans la limite de douze billets
par client[56] . Malgré tout, cela n’empêche pas les spéculations car certains billets sont revendus jusqu'à cent dollars l'unité[57] . Le magazine Variety révèle que les propriétaires de cinéma ont reçu en retour des instructions
strictes de Lucasfilm : le film doit être projeté pendant les
huit premières semaines uniquement dans la plus grande
salle de chaque cinéma, aucun billet gratuit ne devant être
30
CHAPITRE 2. PRÉLOGIE
offert, et les recettes devant être envoyées dans les sept
jours à la 20th Century Fox[58] .
Malgré certaines incertitudes, le film est terminé à temps
et deux semaines avant sa sortie, Lucasfilm avance la date
américaine du 21 au 19 mai 1999[59] . Et le 16 mai 1999,
onze avant-premières sont organisées à travers les ÉtatsUnis au profit d’associations caritatives[60] .
Constatant l'attente du public pour le film, de grandes
sociétés de production préfèrent décaler les sorties cinéma de leurs films plutôt que d'affronter La Menace fantôme. DreamWorks et Universal Pictures sortent respectivement Destinataire inconnu le 21 mai et de Coup de
foudre à Notting Hill le 28 mai[61] . Le premier film est un
échec mais le second résiste bien et se place en deuxième
position du box-office américain[62] .
Le cabinet de conseil Challenger, Gray & Christmas estime que plus de deux millions de salariés américains ne
sont pas allés travailler pour voir le film. Cela a entraîné
une perte avoisinant les trois cents millions de dollars. Selon The Wall Street Journal, de nombreux travailleurs ont
posé des congés pour voir le film et plusieurs entreprises Cosplay humoristique de Jar Jar Binks[Note 25] .
ont même fermé le jour de la sortie[63] .
L'implication des fans est telle qu’elle entraîne des dérives comme le phénomène Jedi de 2001 deux ans après
la sortie du film. Lors de recensements dans les pays anglophones, un nombre conséquent de personnes ont, généralement en signe de contestation ou par humour, répondu « chevalier Jedi » à la question « quelle est votre
religion ? »[64] .
Accueil critique
La Menace fantôme reçoit un accueil mitigé de la part des
critiques de cinéma. Sur le site Rotten Tomatoes, il obtient le score moyen de 53 % pour un total de cent quatrevingt-onze critiques[65] . Il dispose d'une note similaire, à
51 % basée sur trente-six avis, sur le site Metacritic[66] .
En France, le film reçoit également des critiques globalement moyennes, notamment sur le site Allociné, avec une
note de 3,1 sur 5 par la presse et de 3,9 étoiles sur 5 par
les spectateurs[67] .
De nombreux aspects du scénario ont été critiqués, en
particulier le personnage de Jar Jar Binks qui est considéré par de nombreux fans comme un prétexte pour vendre
des jouets[68] . Kenneth Turan du Los Angeles Times décrit Binks comme « une bévue majeure, un personnage de bande dessinée franchement pas drôle »[69] . Une
controverse naît rapidement après la sortie du film autour de plusieurs personnages exotiques qui reflèteraient
des stéréotypes raciaux. Jar Jar Binks avec ses oreilles
tombantes semblables à des dreadlocks, son esprit lent,
son style lourdaud et son phrasé proche du créole jamaïcain rappelle fortement les adeptes du mouvement rastafari[70] . Les Neimoidiens cupides et corrompus de la Fédération du commerce ont un accent d'Asie de l'Est et le
ferrailleur sans scrupules Watto est vu comme un stéréotype juif car il rappelle à certains Fagin, le personnage de
Charles Dickens. George Lucas nie s’être inspiré de ces
stéréotypes[68] . Michael Eric Dyson, professeur d'histoire
afro-américaines à l'Université de Georgetown, déclare
que les Gungan ressemblent étrangement à une tribu primitive d'Afrique. Dyson dit que : « Le chef de la tribu de
Jar Jar est un gros bouffon maladroit avec une voix grondante. Il semble être la caricature stéréotypée d'un chef
de tribu africaine »[68] .
L'introduction de midi-chloriens, des organismes microscopiques qui interviennent dans l'utilisation de la Force
fait également controverse chez les fans. Certains y voient
un concept qui nie la qualité spirituelle de la Force, bien
que le film dépeigne encore la Force comme une entité
mystérieuse qui utilise les midi-chloriens pour communier avec le corps humain[71] .
Inversement, Roger Ebert du Chicago Sun-Times, donne
trois étoiles et demie sur quatre au film. Il dit que c'est
« une réalisation étonnante du cinéma de l'imaginaire »,
et que « Lucas raconte une bonne histoire ». Ebert ajoute
que « Si certains des personnages sont moins convaincants, c'est peut-être inévitable », car il s’agit du film introductif de la nouvelle trilogie[72] . Owen Gleiberman d'
Entertainment Weekly écrit qu'il est impressionné par le
jeu d'acteur de Liam Neeson et par les scènes d'action[73] .
Andrew Johnston de Time Out New York dit : « Avouonsle, aucun film ne pourra jamais répondre aux attentes que
certains ont pour La Menace fantôme. Ce qui ne veut pas
dire que le film est une déception. Il est au contraire terriblement divertissant »[74] . Colin Kennedy du magazine
Empire déclare que malgré des problèmes de rythme et
d'écriture « on prend beaucoup de plaisir à regarder les
2.1. STAR WARS, ÉPISODE I : LA MENACE FANTÔME
Jedi dans l'action ». Il a salué également les effets visuels
et le jeu de Liam Neeson. Il déclare enfin que le duel entre
Dark Maul et les Jedi est le « meilleur combat de sabre
laser de la saga »[75] . Quant à William Arnold du Seattle
Post-Intelligencer, il est convaincu que c'est le battage médiatique autour du film qui a entraîné beaucoup de réactions négatives. Il déclare que le film est « bien fait et divertissant » et qu'il est bien mieux que les autres succès
du box-office 1999 comme La Momie et Matrix[76] .
Le magazine Empire classe La Menace fantôme dans
sa liste des « cinq cents plus grands films de tous
les temps »[77] . Au contraire, Entertainment Weekly et
Comcast l'incluent sur leurs listes des pires suites de
films[78],[79] .
Box-office
En dépit de sa réception critique mitigée, La Menace fantôme est un grand succès financier, battant plusieurs records du box-office des États-Unis. Il bat le record de Le
Monde perdu : Jurassic Park du plus gros revenu brut en
une seule journée (avec plus de 28 millions de dollars
le jour de sa sortie) et le plus rapide franchissement
de la barre des 100 millions de dollars (en cinq jours
seulement)[80] . Il devient également le film ayant atteint
le plus rapidement les barres des 200 et 300 millions de
dollars. Continuant sur sa lancée, il atteint 431 000 000
US$ aux États-Unis et frôle le milliard de dollars au niveau mondial. Il devient ainsi le film ayant le plus rapporté
pour l’année 1999[81] . À cette époque, après l’ajustement
par rapport à l'inflation du prix des billets, le film se classe
comme étant le dix-neuvième plus grand succès de tous
les temps aux États-Unis[82] .
31
supplémentaire[90] . Seuls les accidents lors de la course
de modules ont été agrémentés de débris additionnels afin
d'augmenter l'impression de relief[91] .
Lors de sa ressortie en 3D, La Menace fantôme récolte
plus de 100 millions de dollars dans le monde avec notamment plus 43 millions de dollars aux États-Unis [92] et
plus de 600 000 entrées en France[93] . Le revenu mondial brut du film dépasse alors le milliard de dollars[94] .
La conversion en 3D ne convainc cependant pas les critiques. Les journalistes de TF1 et de Première trouvent les
plans en reliefs banals et se demandent s’il est nécessaire
de « payer plus pour voir à peu de choses près le même
film »[91],[95] .
2.1.7 Distinctions
La Menace fantôme est nommée à trois Oscars du cinéma (Meilleurs effets visuels, Meilleurs mixage de son et
Meilleur montage de son) mais perd les trois, face au film
Matrix[96] . Le film remporte cependant les Saturn Awards
des meilleurs costumes et meilleurs effets visuels[97] et
d'autres récompenses comme le MTV Movie Awards de
la meilleure scène d'action[98] . Parallèlement, le film reçoit sept nominations pour les Razzie Awards : pire film,
pire réalisateur, pire scénario, pire second rôle masculin
(Ahmed Best ou Jake Lloyd), pire second rôle féminin
(Sofia Coppola), pire couple de cinéma (Jake Lloyd et
Natalie Portman)[99] .
Note : sauf mention contraire, les informations ci-dessous
sont issues de la page Awards du film sur l'Internet Movie
Database[100] . Ici sont listés les principaux prix.
En France avec 7 303 131 entrées, le film se classe en Récompenses
troisième position du box-office de l’année 1999 derrière
Astérix et Obélix contre César et le Tarzan de Walt Disney Le film obtient les récompenses suivantes :
Studios[83] .
Nominations
Ressortie en 3D
Le film obtient les nominations suivantes :
Le 28 septembre 2010, Lucasfilm annonce que les six
films de la série Star Wars seront convertis en trois dimensions. Les films devaient ainsi être présentés à nouveau dans les salles de cinéma dans l'ordre chronologique
de la saga[87] . C'est la société Prime Focus qui est chargée d'effectuer la conversion 3D sous le contrôle étroit
d'ILM[88] . Le film La Menace fantôme ressort donc le premier au cinéma en février 2012[87] . Et ce sera finalement
le seul à être présenté au grand public. Les rééditions 3D
de L'Attaque des clones et La Revanche des Sith sont reportées après le rachat de Lucasfilm par The Walt Disney
Company en octobre 2012. La raison invoquée est la mise
en chantier du septième épisode de la saga[89] .
2.1.8 Analyse
Comme les précédents films Star Wars, La Menace Fantôme fait plusieurs fois références à des souvenirs de
jeunesse de George Lucas et à ses premiers films. Les
films mélangent également différentes mythologies et
cultures[101] .
Inspirations
Les Jedi pratiquent la médiation Zen et les arts martiaux
Lors d'un entretien, George Lucas indique que la ré- comme les anciens guerriers samouraïs japonais. Le nom
édition 3D est « juste une conversion » de la ver- de Qui-Gon dérive d'ailleurs du Qi gong, une gymnassion du Blu-ray de 2011 n'incluant aucune modification tique traditionnelle chinoise et une science de la respira-
32
CHAPITRE 2. PRÉLOGIE
Il y a aussi beaucoup de références à la mythologie chrétienne dans le film, comme l'apparence de Dark Maul qui
s’inspire largement de la représentation traditionnelle du
diable chrétien avec sa peau rouge et ses cornes[101] . Les
tatouages faciaux de Maul sont en revanche inspirés de
ceux des peuples indigènes du Brésil[104] . La saga Star
Wars reprend dans son ensemble un élément de la mythologique chrétienne autour du personnage d'Anakin Skywalker. Il est l'élu issu d'une conception virginale. Il est
aussi tenté de rejoindre les démoniaques Sith. Mais sa disgrâce dans La Revanche des Sith l'empêche d'accomplir
son destin d'élu qui rétablira l' « équilibre dans la Force ».
L'histoire de la conception virginale a été inspirée à Lucas par l'essai Le Héros aux mille et un visages écrit
en 1949 par le mythologue Joseph Campbell[101] . C'est
dans ce même essai qu'il puisse le caractère de Jar Jar
Binks. Celui-ci est l'archétype du parasite des tragédies
grecques. Un personnage de gentil simplet qui s’accroche
aux héros de la mythologie[105] .
Références culturelles
Le film s’inspire ou rend hommage à plusieurs films et
séries américaines. L'écran de communication de Nute
Gunray est directement inspiré d'un appareil similaire de
la série Flash Gordon de 1936. La décharge du ferrailleur
Watto comprend le module du vaisseau Discovery One du
Cosplay d'un costume d'inspiration japonaise de la reine Padmé
film 2001, l'Odyssée de l'espace (1968). Au sénat galacAmidala.
tique sont visibles trois personnages similaires à l'extraterrestre du film E.T. de Steven Spielberg (1982). Des véhicules du film Blade Runner (1982) sont inclus dans les
[106]
. Enfin,
tion impliquant la méditation et la circulation de l'énergie scènes de circulation sur la planète Coruscant
la
course
de
modules
sur
Tatooine
est
inspirée
par
la cé[101]
vitale appelée « Qi »
.
lèbre course de chars du péplum Ben-Hur (1959)[107] .
Les films japonais tels que La Forteresse cachée (1958)
d'Akira Kurosawa ont été une source d'inspiration pour Lucas glisse également une référence à son film THX
les trois premiers films. La Menace fantôme a été égale- 1138 (1971). Le nombre 1 138 se trouve en effet au dos
ment influencée par la culture japonaise. Les historiens d'un des droïdes de la Fédération. Et, préfigurant le desfinal s’achève sur
du cinéma Geoff King et Tanya Krzywinska affirment tin d'Anakin Skywalker, le générique[106]
la
respiration
rauque
de
Dark
Vador
. La bataille de
que « Les costumes et la conception des maquillages favoNaboo
contient
également
plusieurs
similitudes
avec les
risent un mélange du gothique et de l'oriental sur quelque
films
Les
Sept
Samouraïs
(1954),
Le
Château
de
l'araignée
chose de très futuriste. Le gothique est le plus fortement
[108]
.
présent dans l'apparence démoniaque de Dark Maul. Son (1957) et Ran (1985) d'Akira Kurosawa
maquillage rouge et noir emprunte la forme des représentations des démons japonais ». King et Krzywinska
2.1.9 Exploitation
notent que « la queue de cheval de Qui-Gon et la position
d'Obi-Wan comme apprenti les fait ressembler aux tradiÉditions en vidéo
tionnels Samouraï ». Ils concluent qu' « Amidala, conformément à son statut et à son personnage, a de nombreuses
tenues officielles avec des cheveux sculptés et un ma- Le film est sorti dans le monde entier en VHS en
quillage d'inspiration japonaise »[102] . L’idée que la reine 2000. Aux États-Unis, il est disponible le 3 avril dans
se sert de ses servantes comme doublures vient elle aussi deux versions différentes, une normale et une de coldes films de Kurosawa. La scène où Amidala se fait passer lection. Durant les deux premiers jours de disponibilipour une servante pour découvrir en toute simplicité la té, la version simple s’est écoulée à plus de quatre mild'exemplaires et l'édition limitée à plus de cinq cent
planète Tatooine est également inspirée des films du réa- lions [109]
. En France, le film est édité en VHS en octobre
mille
lisateur japonais. Lucas a d’ailleurs produit Kagemusha,
[110]
2000
.
un film de Kurosawa qui comporte une scène avec une
[103]
La Menace fantôme devient ensuite le premier film Star
.
doublure royale
2.1. STAR WARS, ÉPISODE I : LA MENACE FANTÔME
Wars à sortir en DVD dans le monde entier le 15 octobre
2001. En plus des nombreux bonus (documentaires, présentation en multi-angles, documents, clip musical, galerie de photos, affiches de cinéma, etc.) ont été ajoutées sept scènes coupées terminées spécifiquement pour
le DVD[110] . La scène de la course de module est rallongée pour la sortie en DVD avec notamment la présentation de tous les pilotes. La scène de l'arrivée sur Coruscant
est également augmentée[111] . Aux États-Unis, le DVD se
vend à plus de deux millions d'exemplaires après une seule
semaine d’exploitation[112] . Le film ressort ensuite en novembre 2008 avec L'Attaque des clones et La Revanche
des Sith dans un coffret DVD « prélogie »[113] .
33
taire des chaînes de restaurants Pizza Hut et KFC) et
PepsiCo[118] . Lucasfilm aide également le fan club de Star
Wars à organiser la convention Star Wars Celebration qui
se déroule à Denver au Colorado du 30 avril au 2 mai
1999[119] .
Beaucoup de produits dérivés sont créés pour accompagner la sortie du film. Il y a notamment les jeux vidéo Star
Wars, épisode I : La Menace fantôme et Star Wars, épisode I : Racer, le guide du film sur CD-ROM Star Wars,
épisode I : La magie révélée, les bandes dessinées Épisode I - La Menace fantôme et Épisode I - Révélations, la
novélisation junior par Patricia C. Wrede, deux romans
sous forme de livres de bord présentant le film sous le
regard d'Anakin Skywalker et d'Amidala, un Monopoly,
une gamme de Micro Machines, une gamme de Lego, des
jouets sabres lasers, des masques et des peluches[120] . Le
fabricant de jouet Hasbro produit lui, de 1999 à 2001, une
gamme exclusivement consacrée au film avec cinquantecinq figurines, cinq monstres, quinze véhicules, trois sets
de jeu et quinze ensembles d'accessoires[121] .
Les films Star Wars sortent en format disque Blu-ray en
septembre 2011[114] . La Menace fantôme est ainsi restaurée pour améliorer la qualité d'image par rapport à la
précédente version DVD[115] et la marionnette de Yoda
est remplacée par un modèle en image de synthèse. Il
s’agissait en effet du seul film de la « prélogie » où le
personnage apparaissait sous cette forme[116] . En 2013,
La Menace fantôme ressort dans un coffret DVD « pré- La novélisation officielle du film Star Wars, épisode
logie » avec les modifications apportées lors de la sortie I : La Menace fantôme est écrite par le romancier
Blu-ray[117] .
de fantasy Terry Brooks qui peut en discuter longuement avec George Lucas. Celui-ci lui demande d'ailleurs
d'approfondir certains événements qu'il n'a pas le temps
Promotion commerciale et produits dérivés
de montrer dans le film. Terry Brooks termine le roman
en mai 1998[122] .
2.1.10 Notes et références
Notes
[1] Le point de référence (point zéro de la chronologie Star
Wars) est la bataille de Yavin dans l'épisode IV de la saga.
[2] Lieu de tournage des scènes d'intérieurs du palais de
Theed au palais de Caserte en Italie.
[3] Le lieu de tournage des scènes de Mos Esley se situe à
Ksar Ouled Soltane en Tunisie.
[4] Dans la version originale, c'est l'acteur Peter Serafinowicz
qui donne sa voix au personnage de Dark Maul.
[5] La réalisatrice Sofia Coppola est la fille du réalisateur
Francis Ford Coppola, un grand ami de George Lucas.
[6] Keira Knightley est choisie pour le rôle de Sabé, la doublure de la reine Padmé Amidala, car elle ressemble physiquement à Natalie Portman, l’interprète de la reine.
[7] ILM est une filiale de Lucasfilm, la société de production
de George Lucas.
L'auteur de fantasy Terry Brooks signe la novélisation du film.
[8] « Prologue de Star Wars et L'arrivée à Naboo » en français.
Lucasfilm dépense vingt millions de dollars pour la
campagne publicitaire du film mais conclut également [9] « Duel final » en français.
des accords commerciaux pour la licence Star Wars
avec entre autres Hasbro, Lego, Yum ! Brands (proprié- [10] « Thème d'Anakin » en français.
34
CHAPITRE 2. PRÉLOGIE
[11] « Introduction de Jar Jar et La nage pour Otoh Gunga »
en français.
[6] « Les doubleurs Episode I - VFQ », sur Starwarsuniverse.com (consulté le 31 mai 2014)
[12] « Le vaisseau spatial Sith et La bataille des droïdes » en
français.
[7] « Les doubleurs Episode I - VFF », sur Starwarsuniverse.com (consulté le 31 mai 2014)
[13] « Le voyage au temple Naboo et L’audience auprès de
Boss Nass » en français.
[8] Patrice Girod, « Le Casting : Les personnages », Lucasfilm
Magazine : Le Guide officiel du film La Menace fantôme,
no hors série no 1, automne 1999
[14] « L'arrivée à Tatooine et La parade du drapeau » en français.
[9] Rinzler 2007, p. 107
[15] « Il est l'élu » en français.
[10] Kaminski 2008, p. 134
[16] « Anakin bat Sebulba » en français.
[11] Kaminski 2008, p. 164
[17] « Passage à travers le cœur de la planète » en français.
[12] Bouzereau 1997, p. 123
[18] « La transaction de Watto et Jeux d'enfants » en français.
[13] (en) « I've Got to Get My life Back Again », sur Time
Magazine, 26 avril 1999 (consulté le 3 juin 2014)
[19] « Panaka et les protecteurs de la reine » en français.
[20] « La reine Amidala et Le palais de Naboo » en français.
[21] « L'invasion Droïde et L'apparition de Dark Maul » en
français.
[22] « La noble fin de Qui-Gon » en français.
[23] « La réunion du haut Conseil et Les funérailles de QuiGon » en français.
[24] « La grande fanfare municipale d'Augie et Générique de
fin » en français.
[25] La pancarte dit : Chômeur, misa n'a pas de clone.
Références
• (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu
de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Star
Wars Episode I : The Phantom Menace » (voir la liste
des auteurs).
• Sources primaires
[1] James Luceno, Vent de trahison, Paris, Presses de la Cité,
2002
• Sources secondaires
[1] « Une date pour Star Wars épisode I en 3D », sur Starwarsuniverse.com (consulté le 31 mai 2014)
[2] Patrice Girod, « L'Histoire : Toutes les grandes étapes du
film », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La
Menace fantôme, no hors série no 1, automne 1999.
[3] (en) « Budget du film La Menace fantôme », sur Box Office
Mojo
[4] « Doublage français de La Menace fantôme », sur Voxofilm
[5] Patrice Girod, « La Post-Production : Le doublage », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La Menace
fantôme, no hors série no 1, automne 1999
[14] Kaminski 2008, p. 227
[15] Kaminski 2008, p. 294
[16] Kaminski 2008, p. 299
[17] All I Need Is An Idea, première partie du documentaire du
DVD de 2001 du film La Menace fantôme.
[18] Bouzereau et Duncan 1999, p. 7
[19] Patrice Girod, « La Pré-Production : Le scénario », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La Menace
fantôme, no hors série no 1, automne 1999
[20] (en) Don Shay, « Return of the Jedi », Cinefex, no no 78,
juillet 1999
[21] Bouzereau et Duncan 1999, p. 8
[22] Bouzereau et Duncan 1999, p. 9
[23] Bouzereau et Duncan 1999, p. 10
[24] Thousands of Things, deuxième partie du documentaire
du DVD de 2001 du film La Menace fantôme.
[25] Patrice Girod, « La Pré-production : Le département artistique », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film
La Menace fantôme, no hors série no 1, automne 1999
[26] Bouzereau et Duncan 1999, p. 12
[27] Bouzereau et Duncan 1999, p. 54
[28] Bouzereau et Duncan 1999, p. 16
[29] Prime of the Jedi, sixième partie du documentaire du DVD
de 2001 du film La Menace fantôme.
[30] Bouzereau et Duncan 1999, p. 102
[31] Costume Drama, dixième partie du documentaire du DVD
de 2001 du film La Menace fantôme.
[32] Patrice Girod, « La Pré-production : Le look galactique »,
Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La Menace
fantôme, no hors série no 1, automne 1999
[33] Bouzereau et Duncan 1999, p. 23
2.1. STAR WARS, ÉPISODE I : LA MENACE FANTÔME
[34] Bouzereau et Duncan 1999, p. 60
[35] Patrice Girod, « La Pré-production : Les maquettes », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La Menace
fantôme, no hors série no 1, automne 1999
[36] Patrice Girod, « La Pré-production : Les créatures », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La Menace
fantôme, no hors série no 1, automne 1999
[37] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 186
[38] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 189
[39] Bouzereau et Duncan 1999, p. 53
[40] « Whippendell Wood (Forêt de Naboo - Episode I) », sur
StarWars-Universe.com
[41] (en) « The Park on TV », sur cassioburypark.info (consulté
le 8 juillet 2014)
[42] Bouzereau et Duncan 1999, p. 137
[43] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 205
[44] Patrice Girod, « Le Tournage : En Angleterre », Lucasfilm
Magazine : Le Guide officiel du film La Menace fantôme,
no hors série no 1, automne 1999
35
[56] (en) « Advance sale planned ; Phantom Menace tickets to
be available week before mai 19 opening », sur TheFreeLibrary.com, 24 avril 1999 (consulté le 23 juin 2014)
[57] (en) « Fans rave over Star Wars », sur News.BBC.co.uk,
19 mai 1999 (consulté le 23 juin 2014)
[58] (en) « New Star born with firm terms », sur Variety.com
(consulté le 23 juin 2014)
[59] (en) « Star of trailer wars », sur Variety.com, 11 mars 1999
(consulté le 23 juin 2014)
[60] (en) « Stars Align for Phantom Galaxy », sur Articles.LATimes.com, 25 mars 1999 (consulté le 23 juin
2014)
[61] (en) « Challenging the Force With a Love Letter », sur Articles.Latimes.com, 17 mai 1999 (consulté le 18 juin 2014)
[62] (en) « Jedi masters $200 mil mark », sur Variety.com, 1er
juin 1999 (consulté le 18 juin 2014)
[63] (en) « May 19th : A Cultural Holiday ? », sur TheFreeLibrary.com, 20 avril 1999 (consulté le 18 juin 2014)
[64] (en) « UK Jedi get green light », The Register. Consulté le
31 décembre 2010.
[45] It’s Like War Now, neuvième partie du documentaire du
DVD de 2001 du film La Menace fantôme.
[65] (en) « Star Wars Episode I : The Phantom Menace
(1999) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 16 juin 2014)
[46] « Ksar Hadada (Mos Espa - Episode I) », sur StarWarsUniverse.com
[66] (en) « Star Wars Episode I : The Phantom Menace », sur
Metacritic (consulté le 16 juin 2014)
[47] Patrice Girod, « Le Tournage : En Tunisie », Lucasfilm
Magazine : Le Guide officiel du film La Menace fantôme,
no hors série no 1, automne 1999
[67] « Critiques de Star Wars, épisode I : La Menace fantôme »,
sur Allociné (consulté le 16 juin 2014)
[48] Bouzereau et Duncan 1999, p. 57
[68] (en) « Jar Jar jars viewers, spawns criticism », sur
CNN.com, 14 juin 1999 (consulté le 16 juin 2014)
[49] Patrice Girod, « Le Tournage : En Italie », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La Menace fantôme, no
hors série no 1, automne 1999
[69] (en) « The Prequel Has Landed », sur LATimes.com, 18
mai 1999 (consulté le 18 juin 2014)
[50] Patrice Girod, « La Post-production : Les effets spéciaux », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film
La Menace fantôme, no hors série no 1, automne 1999
[51] Patrice Girod, « La Post-production : Les effets sonores »,
Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La Menace
fantôme, no hors série no 1, automne 1999
[52] Patrice Girod, « La Post-Production : La musique », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La Menace
fantôme, no hors série no 1, automne 1999
[53] « Star Wars Episode I : The Phantom Menace Composer
John Williams, sur StarWars.TalkCity.com, 6 mai 1999 »
(version du 20 septembre 2006 sur l'Internet Archive)
[54] (en) « Star Wars Episode I : The Phantom Menace - Original Motion Picture Soundtrack - The Ultimate Edition »,
sur AllMusic.com (consulté le 31 mai 2014)
[55] (en) « Arts and entertainment reports from the
times, news services and the nation’s press », sur Articles.LATimes.com, 30 mars 1999 (consulté le 23 juin
2014)
[70] (en) « Jar Jar Less Conspicuous in Clones », sur Hollywood.com (consulté le 18 juin 2014)
[71] (en) Daniel Dinello, Technophobia ! : Science Fiction Visions of Posthuman Technology, Londres, University of
Texas Press, 2005 (ISBN 0-292-70986-2), p. 211
[72] (en) « Star Wars Episode I : The Phantom Menace », sur
RogerEbert.com, 17 mai 1999 (consulté le 18 juin 2014)
[73] (en) « Movie Review : Star Wars Episode I : The Phantom
Menace (1999) », sur EW.com, 21 mai 1999 (consulté le
18 juin 2014)
[74] Time Out New York, 12–19 mai 1999, p. 13
[75] (en) « Star Wars Episode I : The Phantom Menace », sur
EmpireOnline.com (consulté le 18 juin 2014)
[76] (en) « Phantom : A Menace To Other Summer Films ? »,
sur Articles.Sun-Sentinel.net, 29 avril 1999 (consulté le 18
juin 2014)
[77] (en) « Empire’s 500 Greatest Movies Of All Time », sur
EmpireOnline.com (consulté le 18 juin 2014)
36
CHAPITRE 2. PRÉLOGIE
[78] (en) « The worst movie sequels ever – Countdown ! », sur
EW.com (consulté le 18 juin 2014)
[99] (en) « 1999 RAZZIE Nominees & Winners », sur Razzies.com (consulté le 3 juin 2014)
[79] (en) « Worst Sequels of All Time », sur Xfini- [100] (en) « Distinctions de Star Wars, épisode I : La Menace
fantôme », sur l'IMDb (consulté le 10 juin 2014)
ty.Comcast.net (consulté le 18 juin 2014)
[80] (en) « Flip the Record », sur EW.com, 24 mai 1999 [101] (en) « Cinema : Of Myth And Men », sur Time Magazine,
26 avril 1999 (consulté le 3 juin 2014)
(consulté le 11 juin 2014)
[81] (en) « Star Wars : The Phantom Menace », sur TheNum- [102] (en) Geoff King et Tanya Krzywinska, Science Fiction
Cinema : From Outerspace to Cyberspace, Londres,
bers.com, 1er décembre 2001 (consulté le 11 juin 2014)
Wallflower Press, 2000 (ISBN 1-903-36403-5)
[82] (en) « International Box Office Results », sur BoxOffice[103] (en) Bryan Young, « The Cinema Behind Star Wars : The
Mojo.com (consulté le 11 juin 2014)
Hidden Fortress », sur StarWars.com, 24 septembre 2012 :
[83] « Box-Office France », sur CBO-BoxOffice.com (consulté
« It doesn’t take much to wonder if the
le 11 juin 2014)
use of handmaidens and doubles so prevalent
in Kurosawa films, especially in this partic[84] (en) « 1999 Worldwide Grosses », sur Box Office Mojo
ular one, were inspirations for The Phantom
(consulté le 11 juin 2014)
Menace and, in particular the death of Cordé
in Attack of the Clones. And, much like
[85] (en) « 1999 Domestic Grosses », sur Box Office Mojo
Padmé in The Phantom Menace, the princess
(consulté le 11 juin 2014)
finds herself in a poor and unsavory territory,
[86] « Box-Office France 1999 », sur Cinemaffiches.com
learning how people in the world really live.
(consulté le 11 juin 2014)
These parallels make more sense when you
consider that Lucas himself produced Kuro[87] (en) « Star Wars : Episode I 3D Gets Theatrical Release
sawa’s most notable film involving the double
Date From Lucasfilm, Fox », sur The Hollywood Reporter,
of royalty, Kagemusha. »
3 mars 2011 (consulté le 16 juin 2014)
[104] (en) Don Shay, « Return of the Jedi », Cinefex, no 78,
[88] (en) « Star Wars : Episode I : The Phantom Menace », sur
juillet 1999
PrimeFocusWorld.com, 30 mars 2011 (consulté le 16 juin
[105] Star Wars - Les Origines d'une saga ((en) Star Wars : The
2014)
Legacy Revealed) documentaire de Kevin Burns, 2007
[89] (en) « Focusing on Episode VII, Lucasfilm Postpones Episodes II and III 3D », sur StarWars.com, 28 janvier 2013 [106] « Le guide des secrets de la prelogie », sur Starwarsuniverse.com (consulté le 31 mai 2014)
(consulté le 16 juin 2014)
[90] (en) « 5 Questions With George Lucas : Controversial Star [107] (en) Monica Silveira Cyrino, Big Screen Rome, Malden,
Blackwell Publishing, 2005, p. 77
Wars Changes, SOPA and Indiana Jones 5 », sur The Hollywood Reporter, 9 février 2012 (consulté le 16 juin 2014)
[108] (en) « The Influence and Imagery of Akira Kurosawa Part IV », sur FD.Noneinc.com, 10 avril 2007 (consulté le
[91] « Review - La Menace fantôme 3D : le côté obscur de la
28 mai 2015)
3D », sur Première.fr, 8 février 2012 (consulté le 16 juin
2014)
[109] (en) « Star Wars fans snap up two VHS versions despite
no DVD, sur VideoBusiness.com, 7 avril 2000 » (version
[92] (en) « Star Wars Episode I : The Phantom Menace (in
du 19 octobre 2006 sur l'Internet Archive)
3D) », sur BoxOfficeMojo.com (consulté le 11 juin 2014)
[93] « BOX-OFFICE du 7 au 13 mars 2012 », sur CineDirectors.net (consulté le 10 juillet 2014)
[94] (en) « All Time Worldwide Box Office Grosses », sur
BoxOfficeMojo.com (consulté le 11 juin 2014)
[110] « Les DVD de la saga – Episode I », sur Starwarsuniverse.com (consulté le 31 mai 2014)
[111] « Les évolutions de la Saga », sur Starwars-Universe.com
(consulté le 25 février 2015)
[112] (en) « Star Wars breaks DVD records », sur BBC News
[95] « Star Wars, épisode 1 : La Menace fantôme, faut-il y
(consulté le 11 juin 2014)
aller ? », sur Ici.TF1.fr, 26 janvier 2012 (consulté le 10
[113] (en) « Star Wars Saga Repacked in Trilogy Sets on DVD,
juillet 2014)
sur StarWars.com, 28 août 2008 » (version du 26 octobre
[96] (en) « The 72nd Academy Awards », sur Oscars.org
2008 sur l'Internet Archive)
(consulté le 3 juin 2014)
[114] (en) « The Star Wars Saga on Blu-Ray », sur StarWars.com
[97] (en) « Past Saturn Awards », sur Saturn Awards (consulté
(consulté le 11 juin 2014)
le 3 juin 2014)
[115] (en) « The Best on Blu-ray : Restoring the Star Wars Saga
[98] (en) « MTV Movie Awards Past Winners : 2000 », sur
for the HD Generation », sur StarWars.com (consulté le
MTV.com (consulté le 3 juin 2014)
11 juin 2014)
2.1. STAR WARS, ÉPISODE I : LA MENACE FANTÔME
[116] (en) « George Lucas talks about adding a digital Yoda to The Phantom Menace », sur InsideMovies.ew.com
(consulté le 11 juin 2014)
[117] « Star Wars - La Prélogie (Édition Simple) - DVD », sur
DVDFr.com (consulté le 16 juin 2014)
[118] (en) « The Media Business : Advertising - The Hype Is
With Us ; The Lucas Empire Is Invading ; Resistance Is
Futile », sur NYTimes.com, 14 mai 1999 (consulté le 23
juin 2014)
[119] (en) « Star Wars Celebration 1999, sur StarWars.com, 30
avril 1999 » (version du 3 janvier 2006 sur l'Internet Archive)
[120] Lucasfilm Magazine, vol. hors série no 1 : Le Guide officiel
du film La Menace fantôme, Paris, Courleciel, automne
1999
[121] (en+de) Fantasia-Team, Star Heroes Collector 2006 : Internationale Version, Dreieich, Fantasia Verlag GmbH,
2005 (ISBN 978-3935976329)
[122] Terry Brooks, Comme par magie, Paris, Bragelonne, 2010
(ISBN 978-2352943822)
2.1.11
Annexes
37
• Pablo Hidalgo, Daniel Wallace et Ryder Windham,
Générations Star Wars : La Chronique illustrée de
30 ans d’aventures - Nouvelle édition, Hors Collection, 2012, 328 p. (ISBN 2-2580-9895-5)
• (en) Michael Kaminski, The Secret History of Star
Wars, Kingston, Legacy Books Press, 2008 (ISBN
978-0-9784-6523-0)
• Kristin Lund Meyer, Star Wars, épisode I : Les
Lieux de l'action, Paris, Nathan, 2000, 48 p. (ISBN 20924-0441-5 et 978-2-0924-0441-6, OCLC 411709193)
• David West Reynold (trad. Alain Clément), Star
Wars, épisode I : Tout sur la Menace fantôme Personnages, créatures et droïdes, Paris, Nathan,
1999, 64 p. (ISBN 2-0924-0435-0 et 978-2-0924-04355, OCLC 468010981, notice BnF no FRBNF37097783)
• David West Reynold et Hans Jenssen, Star Wars,
épisode I : Plans secrets des vaisseaux et engins,
Paris, Nathan, 1999 (ISBN 2-0924-0434-2)
• (en) Jonathan W. Rinzler, The Making of Star
Wars : The Definitive Story Behind the Original
Film, New York, Del Rey, 2007 (ISBN 0-3454-94768)
Articles connexes
• Star Wars
• George Lucas
• Bataille de Naboo
Bibliographie
: document utilisé comme source pour la rédaction
de cet article.
• Lucasfilm Magazine, vol. hors série no 1 : Le Guide
officiel du film La Menace fantôme, Paris, Courleciel, automne 1999
• (en) Laurent Bouzereau, The Annotated Screenplays, New York, Del Rey Books, 1997 (ISBN 03454-0981-7)
• (en) Laurent Bouzereau et Jody Duncan, The Making of Star Wars : The Phantom Menace, New York,
Del Rey Books, 1999 (ISBN 0-3454-3111-1)
• (en) Jonathan Bresman, The Art of Star Wars :
Episode I - The Phantom Menace, New York, Del
Rey Books, 1999 (ISBN 0-3454-3108-1)
• (en+de) Fantasia-Team, Star Heroes Collector
2006 : Internationale Version, Dreieich, Fantasia Verlag GmbH, 2005 (ISBN 978-3-9359-7632-9)
Liens externes
• (en) Site officiel
• Star Wars, épisode I : La Menace fantôme sur
Allociné
• (en) Star Wars, épisode I : La Menace fantôme sur
l’Internet Movie Database
• (en) « Star Wars Episode I : The Phantom Menace »,
sur LucasFilm
• (en) « Star Wars Episode I : The Phantom Menace »,
sur Wookieepedia
•
•
•
Portail de Star Wars
Portail du cinéma américain
Portail des années 1990
La version du 22 juillet 2014 de cet article a été
reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle
répond à des critères de qualité concernant le style, la
clarté, la pertinence, la citation des sources et
l'illustration.
38
2.2 Star Wars, épisode
L'Attaque des clones
CHAPITRE 2. PRÉLOGIE
II
:
Toile de fond
Vous lisez un « bon article ».
Pour les articles homonymes, voir Star Wars, épisode
II : L'Attaque des clones (homonymie).
Star Wars, épisode II :
L'Attaque des clones
Logo du film L'Attaque des clones.
Pour plus de détails, voir Fiche technique et
Distribution
Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones (Star Wars
Episode II : Attack of the Clones) est un film américain de
science-fiction de type space opera sorti en 2002 écrit et
réalisé par George Lucas.
C'est le cinquième opus de la saga Star Wars par sa date
de sortie, mais le deuxième dans l'ordre chronologique de
l'histoire. Sorti trois ans après La Menace fantôme, il est le Vision d'artiste de la planète Coruscant.
deuxième volet de la trilogie de préquelle, la « prélogie ».
Le film est également la cinquième réalisation de Lucas. L'univers de Star Wars se déroule dans une galaxie qui
se fait le théâtre d'affrontements entre les Chevaliers Jedi
L'histoire de cet épisode se déroule dix ans après les évéet les Seigneurs noirs des Sith, personnes sensibles à la
nements de La Menace fantôme alors que la galaxie est
Force, un champ énergétique mystérieux leur procurant
au bord de la guerre civile. Influencés par le maléfique
des pouvoirs psychiques. Les Jedi maîtrisent le Côté luComte Dooku, des milliers de systèmes planétaires memineux de la Force, pouvoir bénéfique et défensif, pour
nacent de faire sécession de la République Galactique. La
maintenir la paix dans la galaxie. Les Sith utilisent le Côté
principale opposante à ce projet, la sénatrice et ancienne
obscur, pouvoir nuisible et destructeur, pour leurs usages
reine Padmé Amidala est visée par une tentative d’assaspersonnels et pour dominer la galaxie[1] .
sinat et se voit affecter l'apprenti Jedi Anakin Skywalker
comme protecteur. Le mentor de ce dernier, Obi-Wan Pour amener la paix, une République galactique a été fonKenobi est quant à lui chargé de démasquer les respon- dée, avec pour capitale la planète Coruscant. Mais, tout au
long de son existence, la République est secouée par des
sables de l'attentat.
sécessions et des guerres. Ce fut le cas en 32 av. BY[Note 1]
George Lucas commence l’écriture du scénario en 1999.
lors des événements narrés dans le film La Menace fanLa préproduction du film dure un an. Le tournage en
tôme[1] . Dix ans plus tard, en 22 av. BY, la République
lui-même se déroule de juin à septembre 2000 princiest une nouvelle fois menacée[2] .
palement aux studios de la Fox à Sydney Australie mais
aussi en Tunisie, en Italie, en Espagne et en Angleterre. Menés par l'ancien Jedi Dooku, des milliers de systèmes
L'Attaque des clones est l'un des premiers films à être tour- solaires menacent de faire sécession. Les chevaliers Jedi
né entièrement en numérique. Comme dans les films Star s’avèrent alors trop peu nombreux pour assurer le mainWars précédents, la musique est composée et réalisée par tien de la paix dans l'ensemble de la galaxie[2] . Sur la
planète Ansion, le Jedi Obi-Wan Kenobi et son apprenJohn Williams.
ti Anakin Skywalker parviennent à convaincre les autoS'inspirant de nombreux films américains, L'Attaque des
rités locales de ne pas quitter la République[a 1] . Mais, à
clones reçoit un accueil critique plus favorable que La MeCoruscant, de nombreux sénateurs souhaitent qu'une arnace fantôme et est un succès au box-office. Le film est
mée soit mise sur pied au cas où une guerre de sécession
nommé pour un Oscar du cinéma, remporte deux Saturn
éclaterait[2] .
Awards mais également deux Razzie Awards.
L'Attaque des clones est sorti en VHS et en DVD en novembre 2002 et a également engendré un nombre impor- Résumé
tant de produits dérivés.
La sénatrice Padmé Amidala, ancienne reine de la planète
Naboo, se rend sur Coruscant afin de discuter au Sénat la
nécessité de créer une armée de la République. À peine
arrivée sur place, elle échappe à un attentat. Le jeune Jedi
2.2.1 Synopsis
Anakin Skywalker est alors chargé de la protéger tandis
2.2. STAR WARS, ÉPISODE II : L'ATTAQUE DES CLONES
39
que son maître Jedi Obi-Wan Kenobi est missionné pour Anakin est également préoccupé car il ressent que Shmi,
enquêter sur la tentative d'assassinat[2] .
sa mère, est en grave danger. Il s’arrange donc pour que
Le soir suivant, une tueuse à gages du nom de Zam We- Padmé l'accompagne jusqu’à Tatooine, sa planète natale.
sell tente une nouvelle fois d'assassiner la sénatrice. Prise Sur place, il apprend de son ancien maître Watto que sa
en chasse par Anakin et son maître, elle est capturée. mère n'est plus une esclave, qu'elle s’est mariée et vit dans
Mais avant qu'elle ne puisse leur parler, elle est tuée par une nouvelle famille, les Lars. Mais il découvre également
un dard empoisonné lancé par un autre assassin. Tandis qu'elle a été enlevée un mois plus tôt par des Hommes
qu'Anakin reconduit Padmé sur la planète Naboo, Obi- des Sables. Anakin part alors à sa recherche et la trouve
mourante, prisonnière d’un campement d'Hommes des
Wan se rend sur la mystérieuse planète Kamino, lieu de
Sables. Incapable de la sauver, le Jedi ne peut que regar[2]
fabrication supposé du fameux dard .
der sa mère mourir dans ses bras. Dans un accès de fureur,
Sur Kamino, Obi-Wan découvre qu'une armée de clones il massacre alors les Hommes des Sables sans épargner ni
est en production pour le compte de la République. Les les femmes, ni les enfants[2] .
cloneurs lui annoncent que l'armée a été commandée il y
a dix ans par un Jedi nommé Sifo-Dyas. Jango Fett, un
chasseur de primes, a été payé pour être le modèle génétique de tous les clones. Obi-Wan rencontre alors Jango
et l'identifie comme étant le tueur qui a éliminé Wesell.
Après avoir essayé de le capturer sans succès, Obi-Wan
place un émetteur sur son vaisseau et le suit jusqu’à la
planète Géonosis[2] .
Maison de la famille Lars[Note 4] .
Villa de Padmé sur Naboo[Note 2] .
Sur Géonosis, Obi-Wan surprend des conversations entre
Dooku et Nute Gunray, vice-roi de la puissante Fédération du commerce. Il découvre que la Fédération est à
l’origine du mouvement Séparatiste et qu'elle construit
en secret une grande armée de droïdes. Il apprend également que c'est Gunray qui a commandité l'assassinat
d'Amidala, pour se venger de sa défaite à la bataille de
Naboo[Note 3] . Obi-Wan envoie donc un message enregistré à Anakin pour qu'il transmette au Conseil Jedi sur Coruscant ses récentes découvertes. Malheureusement, il se
fait capturer avant d'avoir fini son rapport[2] .
Anakin ramène le corps de sa mère chez les Lars et avoue
à Padmé qu'il est troublé par ce qu'il a fait : il est rongé
par la culpabilité, mais considère également que ses actes
étaient justifiés. Après l'enterrement de Shmi, Anakin reçoit le message d'Obi-Wan de Géonosis. Il le retransmet
à Coruscant et apprend les découvertes de son maître ainsi que sa capture. Padmé le convainc d'aller sur Géonosis
porter secours à son maître[2] .
Averti du danger, le Conseil Jedi décide d'agir contre
l'armée de Dooku. Le maître Jedi Mace Windu prend
sous son commandement tous les Jedi disponibles et se
rend sur Géonosis. Le maître Jedi Yoda lui, va sur Kamino pour y recruter la fameuse armée de clones. Pendant ce
temps, le Chancelier Suprême de la République Palpatine
se voit attribuer les pleins pouvoirs pour légitimer le recours à l'armée de clones[2] .
Sur Géonosis, le comte Dooku essaye de persuader ObiWan de rejoindre les Séparatistes, l'avertissant qu'un seigneur Sith, Dark Sidious, a un contrôle grandissant sur le
Sénat galactique. Obi-Wan refuse de le croire, rétorquant
été le cas. Devant ce
Pendant ce temps, Anakin Skywalker et Padmé Amidala que les Jedi l’auraient su si cela avait
[2]
refus,
Dooku
le
condamne
à
mort
.
passent beaucoup de temps ensemble sur Naboo. Anakin
révèle son amour profond pour la jeune sénatrice. Cepen- Anakin et Padmé arrivent sur la planète, mais sont rapidant, Padmé résiste, expliquant que leur amour est im- dement capturés et eux aussi condamnés à mort. Ils se repossible, puisqu'en tant que Jedi, il n'a pas le droit de se trouvent alors attachés avec Obi-Wan dans une arène où
marier. Anakin est irrité par cela et éprouve un conflit trois monstrueuses créatures sont lâchées sur eux, pour
intérieur entre ses désirs pour elle et son devoir de Jedi. le plus grand plaisir des autochtones. Pendant leur lutte,
Tous les deux finissent quand même par s’embrasser, in- Mace Windu arrive avec de nombreux Jedi et ils afcapables de résister à leur attirance mutuelle[2] .
frontent les droïdes des Séparatistes dans l’arène. Même
40
CHAPITRE 2. PRÉLOGIE
si Windu réussit à tuer Jango Fett, la défaite face aux
droïdes, en surnombre, semble imminente. L'arrivée de
Yoda à la tête de la nouvelle armée de clones de la République leur permet cependant de fuir l'arène[2] .
Une grande bataille s’ensuit entre l'armée de clones et
celle des droïdes. Le comte Dooku essaye de s’échapper,
mais Obi-Wan et Anakin le rattrapent dans un hangar secret, où ils entament un nouveau combat. Mais ils ne sont
pas de taille face à la grande maîtrise de la Force et du
sabre laser que possède Dooku : Obi-Wan est blessé et
Anakin se fait trancher le bras droit. Yoda apparaît juste
au moment où Dooku s’apprête à les achever. Il défie alors
Dooku qui fut autrefois l'un de ses apprentis. Dooku sousestime le maître Jedi et le défie au sabre laser. Il se rend
vite compte qu'il ne fait pas le poids face au maître Jedi
et s’échappe dans son vaisseau jusqu'à Coruscant. Il y retrouve son maître, Dark Sidious. Celui-ci est heureux que
la guerre ait commencé, « comme il l'avait prévu »[2] .
De retour à Coruscant, Obi-Wan informe le Conseil Jedi
des révélations de Dooku, à savoir que Dark Sidious a pris
le contrôle du Sénat. Yoda et Mace Windu conviennent
alors qu'il faudra à l'avenir surveiller le Sénat de près.
Rétabli et disposant d'une prothèse mécanique pour son
bras, Anakin retourne sur Naboo où il se marie dans le
plus grand secret avec Padmé[2] .
• Production : George Lucas et Rick McCallum
• Société de production : Lucasfilm
• Société de distribution : 20th Century Fox
• Budget : 115 000 000 $[3]
• Pays d'origine : États-Unis
• Langue originale : anglais
• Format : couleur - 35 mm - 2,35 :1 - son Dolby Digital EX / SDDS / DTS-ES
• Genre : science-fiction
• Durée : 136 minutes
• Dates de sortie :
•
États-Unis : 16 mai 2002
•
Belgique et
France : 17 mai 2002
• Version française réalisée par Dubbing Brothers
avec des dialogues de Thomas Murat sous la direction artistique de Jean-Pierre Dorat[4] .
2.2.3 Distribution
2.2.2
Fiche technique
Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations
mentionnées dans cette section proviennent de la base de données
IMDb.
• Titre original : Star Wars Episode II : Attack of the
Clones
• Titre français : Star Wars, épisode II : L'Attaque des
clones
• Réalisation : George Lucas
• Scénario : George Lucas et Jonathan Hales
• Direction artistique : Ian Gracie, Phil Harvey, Fred
Hole, Jonathan Lee, Michelle McGahey et Peter
Russell
• Décors : Gavin Bocquet
• Costumes : Trisha Biggar
• Maquillage : Lesley Vanderwalt
• Photographie : David Tattersall
• Effets spéciaux : Industrial Light & Magic
• Son : Ben Burtt
• Montage : Ben Burtt et George Lucas
• Musique : John Williams
• Ewan McGregor (VF : Bruno Choël ; VQ : François Godin) : Obi-Wan Kenobi
• Natalie Portman (VF : Sylvie Jacob ; VQ : Aline Pinsonneault) : Padmé
• Hayden Christensen (VF : Emmanuel Garijo ; VQ :
Martin Watier) : Anakin Skywalker
• Christopher Lee (VF : Bernard Dhéran ; VQ : Guy Nadon) : comte Dooku / Dark Tyranus
• Samuel L. Jackson (VF : Jacques Martial ; VQ : James
Hyndman) : Mace Windu
• Frank Oz (VF : Jean Lescot ; VQ : Marc Bellier) : voix
de Yoda
• Ian McDiarmid (VF : Georges Claisse ; VQ : Benoît
Marleau/Yves Corbeil) : chancelier suprême Palpatine
/ Dark Sidious
• Pernilla August (VF : Nathalie Juvet ; VQ : Élise Bertrand) : Shmi Skywalker
• Temuera Morrison (VF : Bruno Dubernat ; VQ : Sylvain
Massé) : Jango Fett
• Daniel Logan (VF : Kelyan Blanc) : Boba Fett
• Jimmy Smits (VF : Lionel Tua) : sénateur Bail Organa
• Jack Thompson (VF : Henri Poirier ; VQ : Hubert Fielden) : Cliegg Lars
2.2. STAR WARS, ÉPISODE II : L'ATTAQUE DES CLONES
41
• Leeanna Walsman (VF : Céline Duhamel) : Zam Wesell
• Ahmed Best (VF : Roland Timsit ; VQ : Sébastien Dhavernas) : Jar Jar Binks
• Rose Byrne (VF : Caroline Victoria) : Dormé
• Oliver Ford Davies (VF : Jean-Claude Balard ; VQ :
Claude Préfontaine) : Sio Bibble
• Ron Falk (VF : Marc de Georgi ; VQ : Aubert Pallascio) :
Dexter Jettster
• Jay Laga'aia (VF : Frantz Confiac ; VQ : Jean-René Ouellet) : capitaine Typho
• Andy Secombe (VF : Éric Métayer ; VQ : Yves Massicotte) : Watto
• Anthony Daniels (VF : Roger Carel ; VQ : Luis de Cespedes) : C-3PO / Dannl Faytonni
• Silas Carson (VF : Christian Pereira/Sylvain Lemarié ;
VQ : Victor Désy/Pierre Chagnon) : Ki-Adi-Mundi /
vice-roi Nute Gunray
• Ayesha Dharker (VF : Ethel Houbiers ; VQ : Christine
Bellier) : reine Jamillia
• Joel Edgerton (VF : Adrien Antoine) : Owen Lars
• Bonnie Piesse (VF : Caroline Victoria) : Beru Whitesun
• Verónica Segura (VF : Catherine Le Hénan) : Cordé
• Kenny Baker : R2-D2
• Christopher Truswell (VF : Thierry Desroses/Pierre
Dourlens) : Rune Haako / San Hill
Source : Voxofilm[4] et Starwars-universe.com[5]
• Photos des acteurs principaux.
• Ewan McGregor en 2012.
• Natalie Portman en 2009.
• Hayden Christensen en 2006.
• Christopher Lee en 2009.
• Samuel L. Jackson en 2008.
• Ian McDiarmid en 2013.
[6]
.
Cosplay de Jango Fett.
2.2.4 Personnages
• Anakin Skywalker : il est dix ans plus âgé que lors
des évènements de Star Wars, épisode I : La Menace
fantôme. Il est désormais l'apprenti Jedi d'Obi-Wan
Kenobi. Très sûr de lui, Anakin est un pilote émérite et un Jedi intrépide. Il va rencontrer l'amour en
la personne de Padmé Amidala. Cette idylle bouleversera sa destinée mais aussi celle de la galaxie[7] .
• Obi-Wan Kenobi : c'est un chevalier Jedi sage et
aguerri. Il se fait du souci pour son apprenti Anakin
Skywalker qu'il juge irrespectueux et imprévisible.
Il va se trouver mêler à un conflit majeur de la
République galactique[7] .
• Padmé Amidala : ancienne reine de la planète
Naboo, elle est désormais la représentante de la planète au Sénat galactique. Sa vie étant menacée, elle
se voit affecter comme garde du corps, le jeune
Jedi Anakin Skywalker. Elle en tombe rapidement
amoureuse[7] .
• Mace Windu : il est l'un des membres du Conseil
Jedi. Il pense qu'Anakin pourrait être l'élu qui apportera la paix dans la galaxie. Pour défendre la République, Windu doit mener ses Jedi aux combats[7] .
• Comte Dooku : c'est un ancien chevalier Jedi qui
quitte l'ordre pour une raison inconnue. Il aban-
42
CHAPITRE 2. PRÉLOGIE
donne l'ordre peu après la mort de son ancien apprenti Qui-Gon Jinn. Il devient ensuite le chef des
systèmes séparatistes. Il prépare en secret un régime
alternatif à la République galactique[7] .
• Zam Wesell : elle est un chasseur de primes qui travaille avec Jango Fett. Elle est chargée d'éliminer la
sénatrice Amidala. Elle est vite confrontée aux deux
gardes du corps Jedi de cette dernière : Anakin Skywalker et Obi-Wan Kenobi[7] .
• Poggle le Bref : c'est l'archiduc de la planète
Géonosis. Allié de Dooku, il supervise la création
de l'armée de droïdes des forces séparatistes. Il pro- George Lucas en 2007.
met à Nute Gunray, le vice-roi de la Fédération du
commerce la création d'une arme ultime qui mettra
au pas toute la galaxie[7] .
à partir du premier novembre 1994 que George Lucas
commence l’écriture de la nouvelle trilogie qui a pour
• Boba Fett : il s’agit du futur chasseur de prime le protagoniste principal le jeune Anakin Skywalker avant
plus connu de la galaxie. Le jeune Boba est le fils de qu'il devienne le sinistre et cruel Dark Vador des preJango Fett, l'homme qui donne naissance à l'armée miers films[8] . Pour Lucas « L'histoire d'Anakin Skywaldes clones[7] .
ker entre dans la tradition des aventures mythologiques
• Jango Fett : il est un guerrier redouté et un chasseur classiques. Comme tous les héros de cette mythologie, ses
que chacun porte en soi, et c'est ce qui le
de prime de premier plan. Il travaille pour le mys- défauts sont ceux
[9]
rend
humain
»
.
Dans son nouveau film, George Lucas
térieux Tyranus comme matrice pour la fabrication
veut
aborder
une
nouvelle
phase du parcours d'Anakin. Il
de l'armée des clones. Il porte une armure intégrale
lui
fait
découvrir
«
les
émotions
les plus intenses : la co[7]
et un réacteur dorsal .
lère, la haine, les sentiments de perte, de possession, de
• Taun We : elle est l'aide de camp du premier mi- jalousie »[9] .
nistre de Kamino. Elle accueille Obi-Wan lors de sa Lucas s’attelle à l'écriture du second film en 1999, peu
venue sur la planète. Elle lui fait visiter la chaîne de après la sortie américaine de La Menace fantôme. Mais
fabrication des clones et le présente à Jango Fett[7] . alors qu'il avait écrit seul le premier film, il décide cette
fois de s’adjoindre un co-scénariste. Il choisit pour ce travail le dramaturge britannique Jonathan Hales avec qui, il
avait précédemment travaillé sur la série Les Aventures
du jeune Indiana Jones de 1992 à 1993. Hales n'est pas
un familier du cinéma et s’est surtout illustré en écrivant
• Dexter Jettster : c'est le patron d'un petit restau- pour le théâtre[9] . Pour rebondir sur la réception négative
rant des faubourgs de Coruscant. Veille connais- des fans au personnage de Jar Jar Binks dans le premier
sance d'Obi-Wan Kenobi, il a effectué de nombreux film, George Lucas donne comme titre de travail à son
nouveau scénario Jar Jar’s Big Adventure[Note 5],[10] .
voyages aux quatre coins de la galaxie[7] .
• Chancelier suprême Palpatine : il est le chef suprême de la République. Manipulateur et séducteur,
il joue avec les crédules sénateurs pour obtenir les
pleins pouvoirs[7] .
• Capitaine Typho : il est le chef de la sécurité de
la sénatrice Padmé Amidala. C'est le neveu du Capitaine Panaka, le responsable de la sécurité de la
planète Naboo. Il a perdu l'usage d'un œil pendant
l'une de ses missions de protection[7] .
2.2.5
Production
Dans les premières versions du scénario, Lucas développe
essentiellement l'intrigue et la structure narrative. Il retravaille ensuite de nombreux passage avec Jonathan Hales.
Une troisième version est alors rédigée. Comme il ne
s’agit pas de la version définitive du script, Jonathan Hales
doit suivre Lucas sur le plateau du tournage du film en
Australie. Certaines scènes sont alors réécrites en plein
tournage par les deux hommes, notamment celles sur la
relation amoureuse entre Anakin et Padmé[9] .
Scénario
Article détaillé : Le scénario de Star Wars, épisode I : La
Menace fantôme.
Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones est la suite
directe de Star Wars, épisode I : La Menace fantôme et le
deuxième film de la nouvelle trilogie préquelle à la première trilogie Star Wars réalisée de 1977 à 1983. C'est
Préproduction
Doug Chiang le responsable du design du premier film supervise également le département artistique du nouveau
film. Il débute son travail début mai 1999, soit une semaine et demi avant la sortie de Star Wars, épisode I : La
2.2. STAR WARS, ÉPISODE II : L'ATTAQUE DES CLONES
Menace fantôme. Il s’entoure de nombreux dessinateurs
comme Marc Gabbana, Kurt Kaufman, Dermot Power
ou Jay Shuster. Iain McCaig, avec qui Chiang avait travaillé sur Terminator 2 en 1990, se charge tout particulièrement de concevoir les costumes et les personnages.
Ed Natividad est lui chargé de donner naissance aux décors rocheux de la planète Géonosis que George Lucas
souhaite être entre l'art nouveau et l'art gothique[11] .
43
sins du storyboard sont ensuite transformés en image
animées par l'équipe de David Dozoretz et Daniel Gregoire. Ces animatiques sont surtout nécessaires pour les
scènes d'action. Tout au long du tournage les animatiques
sont en permanence améliorées par l'ajout de décors produits par les artistes Ryan Church et Erik Tiemens. Les
deux dessinateurs sont également présents lors du tournage pour fournir régulièrement des dessins de décors
pour des scènes tournées par George Lucas sur fond bleu.
L'ajout de ces décors aux scènes facilite ensuite le travail des animateurs des effets spéciaux durant la phase de
postproduction[12],[13] .
Le dessinateur Iain McCaig chargé des costumes travaille
en étroite collaboration avec la chef costumière Trisha
Biggar dès la phase de création artistique. Le département
costume doit en effet fournir encore plus de costumes
que pour le précédent film, notamment pour les scènes
sur la planète Coruscant. La garde-robe du personnage de
Padmé Amidala a par ailleurs beaucoup changé entre les
deux films. Elle laisse donc les robes officielles de reine
pour des tenues plus « sexy » et plus « romantiques ». Le
costume d'Anakin Skywalker a lui aussi beaucoup évolué.
Bien que devenu Jedi, il ne porte pas la tenue traditionnelle de ceux-ci. Pour figurer la noirceur de son destin,
Trisha Biggar a ajouté des réminiscences du costume de
Dark Vador dans celui d'Anakin[14] .
C'est l'artiste australien Jason Baird qui est choisi pour
réaliser les masques et prothèses des créatures. Malgré
le stock important de masques réalisés pour La Menace
fantôme, Jason Baird doit créer avec son équipe ceux des
nouveaux personnages. Il réalise notamment les masques
de Kit Fisto et Shaak Ti. Les personnages comme les
Jedi Luminara Unduli, Barriss Offee ou Sly Moore,
l'assistant personnel du Chancelier Palpatine, sont, quant
à eux, maquillés de manière traditionnelle et sans prothèse faciale par l'équipe de Lesley Vanderwalt, la chef
Cosplay de Kit Fisto. Le masque est conçu par l'équipe de Jason
maquilleuse[15] .
Baird spécialement pour le film.
Des équipes de sculpteurs et de maquettistes se chargent
ensuite de réaliser des modèles réduits en trois dimensions
à partir des dessins préparatoires. Parfois, à partir d'un
simple croquis d'engin approuvé par Lucas, ils doivent
calculer les proportions et extrapoler les formes pour obtenir une maquette réaliste de trente à quarante centimètres. Le maquettiste John Goodson indique que « certains superviseurs des effets visuels, comme John Knoll,
adorent les maquettes. Même s’il s’apprête à réaliser la
séquence entièrement en image de synthèse, il se sert de
la maquette pour les références d'ombre et lumière ». Ensuite, de janvier à juin 2000, alors que George Lucas finalise le scénario, le département artistique se réunit autour du réalisateur tous les vendredis pour imaginer en
détail les décors que le chef décorateur Gavin Bocquet
doit construire avant le début du tournage[11] .
Un storyboard est aussi réalisé par le département artistique afin de définir les différents axes de caméra nécessaire pour faciliter le tournage le jour venu. Les des-
Comme pour le premier film, c'est Robin Gurland qui est
choisie pour être la directrice de casting. Elle débute les
auditions le 2 novembre 1999[16] . Elle a fait passer des
essais à plusieurs acteurs célèbres pour le rôle d'Anakin
Skywalker. Parmi eux, Paul Walker (né en 1973)[17] et
Ryan Phillippe (né en 1974) n'ont pas été retenus car
George Lucas les a trouvés trop vieux[18] . C'est finalement
le jeune canadien Hayden Christensen (né en 1981) qui
est retenu. Le choix est divulgué le 12 mai 2000 sur le
site StarWars.com[19] . Le tournage principal se déroulant
en Australie, beaucoup d'acteurs d'origine australienne ou
néo-zélandaise sont engagés pour le film. Parmi eux se
trouve Leeanna Walsman, Rose Byrne, Daniel Logan, Jay
Laga'aia, Temuera Morrison, Jack Thompson, Ron Falk,
Bonnie Piesse et Joel Edgerton[20] .
44
Tournage
CHAPITRE 2. PRÉLOGIE
la reine de Naboo c'est comme pour La Menace fantôme, le palais de Caserte qui est retenu[25],[26] . Pour
les scènes en extérieur représentant la planète Tatooine,
c'est à Nefta[27] près de Tozeur que sont tournées du 7
au 11 septembre les scènes de la ville de Mos Espa et
c'est à Matmata que sont prises les images de la ferme
des Lars[28],[29] . Enfin, le 13 septembre, est tournée dans
l'immense place d'Espagne à Séville en Espagne, la scène
d'arrivée d'Anakin et Padmé sur Naboo. Cette scène clôture le tournage principal[28],[30] . De nouvelles prises sont
effectuées plusieurs mois après en Angleterre aux Ealing
Studios, du 24 mars au 8 avril 2001. Il s’agit des scènes
se déroulant à l'intérieur de l'usine de construction de
l'armée de droïdes[31],[32] .
L'Attaque des clones est l'occasion pour George Lucas de tourner un film entièrement en numérique. Lors
du tournage de La Menace fantôme, il n'avait pu le
faire que sur une seule scène car la technologie adaptée n'était pas encore au point. Les ingénieurs des sociétés Sony et Panavision ont travaillé avec les techniciens
de Lucasfilm et d'ILM pour optimiser le déroulement du
tournage du film. Ainsi, Sony développe la technologie vidéo haute définition en créant la caméra HDW-F900[21] ,
Panavision s’occupe de créer des objectifs spécifiques
pour les caméras numériques et ILM conçoit le système d'enregistrement. Cette nouvelle technologie permet d'économiser à la production le coût du négatif, le développement, les transferts images et son et le télécinéma.
Le tournage en numérique permet également d'incruster
Postproduction
en direct la version provisoire des décors numériques. De
plus, les techniciens des effets spéciaux peuvent désormais travailler sur des images du film tournées la veille[22] . Dans La Menace fantôme, dix à quinze minutes du
film étaient dépourvues d'effets spéciaux. Pour L'Attaque
Contrairement aux précédents films Star Wars, L'Attaque des clones, l'ensemble des deux mille deux cents plans
des clones n'est pas filmé en Angleterre mais en Australie contiennent au moins un effet visuel que ce soit une
aux studios de la Fox à Sydney[23] du 26 juin[19] au 25 incrustation, une animation en images de synthèse ou un
août 2000[24] . À l'intérieur de ceux-ci, le directeur artis- effet numérique. John Knoll, Dennis Muren et Rob Cotique Gavin Bocquet construit soixante-neuf décors dont leman, déjà superviseurs de l'animation et des effets spél'ensemble des décors de la planète Coruscant comme le ciaux du premier film reprennent leurs postes. Ils sont rebar des bas-fonds, le bureau de Palpatine, le temple Jedi, joints par deux nouveaux superviseurs : Pablo Helman,
la bibliothèque Jedi et le sénat galactique. Pour la pla- responsable des effets spéciaux du DVD de La Menace
nète Kamino, ce sont les appartements de Jango Fett, les fantôme et Ben Snow ancien superviseur des films Pearl
salles de vie des clones, certains corridors mais également Harbor en 2001 et La momie en 1999. Au plus fort de
la plate-forme sur laquelle est posé le vaisseau spatial de la postproduction, la société Industrial Light & Magic
Jango. Pour la planète Géonosis, sont construit les décors compte plus de six cents techniciens[33] .
pour l'arène, la salle du conseil séparatiste et le hangar secret du Comte Dooku. Enfin pour la planète Tatooine ce Grâce à l'arrivée de l'image numérique haute définition,
sont la cuisine et le garage de la famille Lars ainsi que le les effets spéciaux bénéficient d'un meilleur rendu. Cela
permet par exemple aux techniciens d'améliorer le réacampement des Hommes des Sables[20] .
lisme des vêtements et de leurs mouvements. L'équipe
de John Knoll s’attelle en premier aux scènes sur la planète de Coruscant. Parmi elle celle qui nécessite le plus de
travail est la course-poursuite en speeder entre les gratteciels de Coruscant. L'équipe de Rob Coleman débute, elle
son travail avec les scènes des personnages entièrement en
image de synthèse Watto[Note 6] et Dexter Jettster[33] .
Pour la première fois, la marionnette de Yoda est remplacée par un personnage en images de synthèse. Dans La
Menace fantôme, deux plans larges du personnage avaient
déjà été réalisés en image de synthèse. Comme Rob Coleman souhaite « amener ce personnage dans le XXIe
siècle », il demande à trois de ses meilleurs animateurs
de modéliser un Yoda en synthèse. Pour cela il refond numériquement trois plans où apparait le personnage dans
La place d'Espagne à Séville sert de lieu de tournage le 13 sep- le film L'Empire Contre-Attaque. Ils s’appliquent alors à
faire coïncider la marionnette au modèle informatique.
tembre 2000.
Puis, en avril 2000, Coleman présente le résultat et obPour tourner les scènes de la romance entre Anakin tient l'aval de George Lucas. Une des raisons de cet acet Padmé, Lucas choisit d'aller début septembre 2000 cord est que pour la première fois, Yoda combat dans une
en Italie. Pour la résidence de Padmé c'est une villa scène du film. Une telle scène aurait été difficilement réadu Lac de Côme qui est choisie et pour le palais de lisable avec une marionnette[33],[34] .
2.2. STAR WARS, ÉPISODE II : L'ATTAQUE DES CLONES
L'Attaque des clones comporte deux nouvelles planètes :
Kamino et Géonosis. La première est submergée par un
immense océan qui subit des orages permanents. Toutes
les scènes montrant l'extérieur de la planète sont donc
crées en images de synthèse. Les équipes d'ILM avaient
déjà travaillé sur des éléments aquatiques pour le film En
pleine tempête en 2000. Les plans de la planète sont en
conséquence conçus assez facilement. La bataille finale
sur Géonosis constitue en revanche la séquence la plus
complexe du film. C'est Denis Murren, déjà responsable
de la bataille de Naboo dans La Menace fantôme qui la
supervise. Il est associé à Ben Snow qui a déjà réalisé une
séquence similaire dans le film Pearl Harbor. Dans la séquence de Géonosis interviennent des vaisseaux, des blindés, des transports de troupes et de nombreuses troupes
au sol tel que les soldats clones ou les droïdes de combat.
Pour créer les gorges rocailleuses de la planète, Murren
et Snow ont pris pour base de départ des photographies
de canyons et de formations rocheuses du sud-ouest des
États-Unis[33] .
45
2.2.6 Accueil
Sortie
Après un teaser dévoilé avant le film Monstres et Cie en
novembre 2001, la première bande-annonce du film est
diffusée sur le réseau de télévision Fox le 10 mars 2002
entre les séries Malcolm et X-Files[38] et a été mis en ligne
sur le site officiel de Star Wars, le même jour. Le cabinet de conseil Challenger, Gray & Christmas estime que
les entreprises américaines pourraient perdre plus de cent
millions de dollars en raison des nombreuses demandes
de congés de leurs employés pour aller voir le film[39] .
La première mondiale du film se déroule le dimanche 12
mai 2002 lors du premier Festival du film de Tribeca à
New York au profit de la Société d'aide à l'enfance, un
organisme de bienfaisance soutenu par George Lucas[40] .
Le film est ensuite projeté le jour de sa sortie mondiale
hors compétition au Festival de Cannes[41] . Malgré les efforts de Lucas pour convaincre les propriétaires de cinéLe montage et la conception sonore du film est assurée par mas d'acheter des projecteurs numériques pour la sortie
Ben Burtt, un fidèle collaborateur de George Lucas depuis du film, seuls quelques salles s’équipent effectivement[42] .
le film La Guerre des étoiles. Présent lors du tournage en
Australie, Burtt s’est chargé de l’incrustation des animatiques réalisés par David Dozoretz et Dan Gregoire sur
les fonds bleus du tournage. Profitant de sa présence en
Australie, Burtt a enregistré beaucoup de nouveaux sons
caractéristiques du pays pour alimenter sa bibliothèque
sonore. Le montage final lui, a lieu au Skywalker Ranch
en Californie[35] .
Bande originale
Article détaillé : Star Wars, épisode II : L'Attaque des
clones (bande originale).
Comme dans les films Star Wars précédents, la musique
est composée et réalisée par John Williams. Il a
commencé à y travailler en octobre 2001. Il débute
l'enregistrement de la musique avec l'Orchestre symphonique de Londres aux studios Abbey Road le 18 janvier
2002[36] . L'orchestre est composé de cent dix musiciens
accompagnés par une chorale de quatre-vingts chanteurs.
Pour ce film, Williams reprend quelques thèmes de la saga comme celui de la Force, ceux de Yoda et de Dark
Maul. « The Imperial March », le thème le plus célèbre
de Star Wars est également présent. « Across the Stars »,
l'un des nouveaux thèmes décrit la romance entre Anakin et Padmé. Il est répété tout au long du film. Chose
assez rare chez John Williams, il glisse dans la poursuite
en speeder plusieurs riffs de guitare[37] .
Cosplay de Padmé Amidala. L'histoire d'amour entre Padmé et
Anakin n'a pas fait l'unanimité chez les critiques.
Une copie pirate du film est enregistrée lors d'une projection privée à l'aide d'un caméscope numérique monté sur
La bande originale du film sort le 23 avril 2002 sous trépied. Selon l'expert en piratage Bruce Forest, L'Attaque
le label Sony Classical Records et sous quatre pochettes des clones a été vu par un million de personnes avant sa
différentes[37] .
sortie en salle[43] .
46
Accueil critique
Le film reçoit un accueil plutôt favorable de la part des
critiques de cinéma. Sur le site Rotten Tomatoes, il obtient le score de 67 % pour un total de deux cent dixneuf critiques[44] . Il dispose d'une note plus basse, à 53
% basée sur trente-neuf avis, sur le site Metacritic[45] .
En France, le film reçoit également des critiques globalement bonnes, notamment sur le site Allociné, avec une
note de 3,5 étoiles sur 5 par la presse et de 3,9 sur 5 par
les spectateurs[46] .
Roger Ebert du Chicago Sun-Times, qui avait fait l'éloge
de tous les autres films Star Wars a donné seulement
deux étoiles sur quatre à L'Attaque des clones. Notant que
« pour quelqu'un qui admire la fraîcheur et l'énergie des
premiers films, j'ai été étonné, qu'à la fin de l'épisode II,
je réalise que je n'ai pas entendu une seule ligne de dialogue mémorable ». À propos de la relation entre Anakin
et Padmé, Ebert déclare qu'il « n'y a pas un mot romantique, ils n'échangent que des poncifs »[47] . Leonard Maltin qui lui aussi aimait les précédents Star Wars donne
seulement deux étoiles sur quatre pour le nouveau film
dans son livre 2002 Movie & Video Guide. Maltin trouve
l'« histoire trop longue » et ajoute que « les personnages
et dialogues idiots n'aident pas »[48] .
En revanche dans Ciné Live, Philippe Paumier déclare
que « Lucas reprend du poil de la bête en signant un épisode II dont la dextérité visuelle et l'intensité dramatique
font enfin honneur à la trilogie originelle » et donne un
4/5 au film[49] .
Box-office
L’Attaque des clones est un succès commercial même s’il
n’atteint pas le niveau de La Menace fantôme, trois ans
plus tôt. Il se hisse cependant à la troisième place annuelle en Amérique du Nord et à la quatrième place au
niveau mondial. En Amérique du Nord, il est battu par
Spider-Man et Le Seigneur des anneaux : Les Deux Tours.
Au niveau mondial, il est également derrière Harry Potter
et la Chambre des Secrets. Le film rapporte presque 649
400 000 $ au box-office mondial, dont 310 676 000 $ en
Amérique du Nord[50] .
CHAPITRE 2. PRÉLOGIE
ment le seul à être présenté au grand public. Les rééditions 3D de L'Attaque des clones et La Revanche des Sith
sont reportées après le rachat de Lucasfilm par The Walt
Disney Company en octobre 2012. La raison invoquée
est la mise en chantier du septième épisode de la saga[53] .
L'Attaque des clones était initialement prévu pour être ressorti en 3D le 20 septembre 2013 aux États-Unis[54] . Le
film est toutefois bien reconverti pour la 3D, et est ainsi
projeté lors de la convention Star Wars Celebration Europe II qui se déroule du 26 au 28 juillet 2013 à Essen
en Allemagne[55] puis lors de la convention Star Wars
Celebration VII qui se déroule du 16 au 19 avril 2015 à
Anaheim, en Californie[56] .
2.2.7 Distinctions
L'Attaque des clones est nommé pour l'Oscar des
meilleurs effets visuels mais perd face au film Le Seigneur des anneaux : Les Deux Tours[57] . Le film remporte
cependant les Saturn Awards des meilleurs costumes
et meilleurs effets visuels[58] et d'autres récompenses
comme le MTV Movie Awards du meilleur combat[59] .
Le film a également été nominé aux Saturn Awards
du meilleur film de science-fiction, meilleure réalisation,
meilleure actrice, meilleur jeune acteur, et meilleure musique. Parallèlement, le film reçoit sept nominations pour
les Razzie Awards : pire film, pire réalisateur, pire scénario, pire second rôle masculin, pire second rôle féminin,
pire couple de cinéma[60] .
Note : sauf mention contraire, les informations ci-dessous
sont issues de la page Awards du film sur l'Internet Movie
Database[61] . Ici sont listés les principaux prix.
Récompenses
Le film obtient les récompenses suivantes :
Nominations
Le film obtient les nominations suivantes :
En France avec 5 713 593 entrées, le film se classe en cin- 2.2.8 Analyse
quième position du box-office de l’année 2002 derrière les
trois films déjà cités ci-dessus et Astérix et Obélix : Mission Comme les précédents films Star Wars, L'Attaque des
clones fait plusieurs fois références aux précédents films
Cléopâtre[51] .
de George Lucas. Le film s’inspire également de différents films américains mais aussi de plusieurs événements
Ressortie en 3D
politiques.
Le 28 septembre 2010, Lucasfilm annonce que les six
films de la série Star Wars seront convertis en trois dimensions. Les films devaient ainsi être présentés à nouveau dans les salles de cinéma dans l'ordre chronologique
de la saga[52] . Le film La Menace fantôme ressort donc le
premier au cinéma en février 2012[52] . Et ce sera finale-
Inspirations
Dans la version commentée du film, George Lucas indique que la montée en puissance de Palpatine est inspirée
de celle d'Adolf Hitler dans l'Allemagne d’après première
2.2. STAR WARS, ÉPISODE II : L'ATTAQUE DES CLONES
47
des Sables est inspiré d'un plan du film La Prisonnière du
désert (1956). Une partie de la scène à Naboo tournée
dans la place d'Espagne à Séville est filmée au même endroit qu'un plan du film Lawrence d’Arabie (1962). Le
plan d'ouverture reprend un plan identique du film 2001,
l'Odyssée de l'espace (1968)[65] . La séquence de poursuite
à travers les rues de Coruscant semble inspirée par le film
Blade Runner (1982). La séquence dans les chaînes de
montage de l'usine de Géonosis trouve, elle, sa source
dans le film Metropolis (1927)[63] . La bataille de Géonosis contient également quelques similitudes avec les deux
grandes séquences de bataille du film Ran (1985) d'Akira
Kurosawa[66] .
Lucas glisse également deux références à son film
American Graffiti (1973). Le restaurant où se rend ObiWan Kenobi et le speeder jaune qu’Anakin Skywalker
emprunte pour la poursuite dans Coruscant sont en effet
inspirés du restaurant et de la voiture jaune présent dans
ce film[65] .
2.2.9 Exploitation
Éditions en vidéo
Cosplay de l'empereur Palpatine lors de Générations Star Wars
et Science Fiction 2013.
guerre mondiale. En effet, alors qu’il est Chancelier du
Reich en 1933, Hitler fait voter une loi lui accordant les
pleins pouvoirs tout comme Palpatine à la fin du film[62] .
Certains critiques mettent également en parallèle l’ascension de Palpatine avec celles de Napoléon Bonaparte et
de Jules César[63],[64] .
La Guerre des clones fait quant à elle clairement référence
à la Guerre de Sécession notamment par son origine et par
la terminologie utilisée (Guerre civile, sécession, confédération, Grande Armée de la République, etc.). Le professeur de littérature anglaise Anne Lancashire indique
également que si la première trilogie Star Wars était bien
ancrée dans l’histoire politique du début du XXe siècle,
la nouvelle trilogie développe des thèmes plus proches
du monde politique et économique du début du XXIe
siècle. La première trilogie traite de la démocratie luttant
contre la dictature. La seconde s’inspire des dérives de la
mondialisation économique. En effet, si l’Empire galactique de Palpatine est une structure autoritaire proche de
Troisième Reich allemand, son accession au pouvoir est
rendu possible grâce à l’action des groupes bancaires et
des multinationales du commerce[63] .
Le film est sorti dans le monde entier en VHS et en
DVD le 12 novembre 2002. En plus des nombreux bonus (version commentée, documentaires, documents, clip
musical, galerie de photos, affiches de cinéma, etc.), huit
scènes coupées terminées spécifiquement pour le DVD et
un documentaire parodique sur le personnage de R2-D2 :
Sous le dôme, ont été ajoutés[67] . Une scène est rallongée
pour la sortie en DVD, celle où Anakin Skywalker avoue
à Padmé qu'il a massacré les Hommes des Sables[68] . Le
film ressort ensuite en novembre 2008 avec La Menace
fantôme et La Revanche des Sith dans un coffret DVD
« prélogie »[69] .
Les films Star Wars sortent en format disque Blu-ray en
septembre 2011[70] . L'Attaque des clones est ainsi restauré pour améliorer la qualité d'image par rapport à la précédente version DVD[71] . En 2013, L'Attaque des clones
ressort dans un coffret DVD « prélogie » avec les modifications apportées lors de la sortie Blu-ray[72] .
Promotion commerciale et produits dérivés
Beaucoup de produits dérivés sont créés pour accompagner la sortie du film. Il y a notamment le jeu vidéo Star
Wars Jedi Starfighter, cent quatre-vingt cartes d'un jeu de
cartes à collectionner édités par Wizards of the Coast[73] ,
la novélisation junior par Patricia C. Wrede, le roman Apprenti mercenaire qui reprend l'intrigue du film vu par les
yeux du jeune Boba Fett, la bande dessinée Épisode II L'Attaque
des clones, un Monopoly, une gamme de Lego,
Références culturelles
des tapis de souris, des coques de téléphones mobiles
[74]
[75]
Le film s’inspire où rend hommage à plusieurs films amé- Nokia, costumes et un jeu de société Ravensburger .
ricains. Le plan où Anakin surveille le camp des Hommes L'Attaque des clones révolutionne également le monde des
48
CHAPITRE 2. PRÉLOGIE
[6] Coleman avait déjà beaucoup travaillé sur Watto pour La
Menace fantôme. Il est alors son personnage préféré.
[7] « Prologue de Star Wars et Embuscade sur Coruscant » en
français.
[8] « À travers les étoiles » en français.
[9] « Zam l'assassin et Poursuite à travers Coruscant » en français.
[10] « Yoda et les jeunes garçons » en français.
[11] « Départ pour Coruscant » en français.
[12] « Anakin et Padmé » en français.
[13] « La fuite de Jango » en français.
[14] « Pique-nique dans la prairie » en français.
[15] « La poursuite du chasseur de primes » en français.
[16] « Retour à Tatooine » en français.
[17] « Le Camp des hommes des Sables et La propriété » en
français.
L'auteur de fantasy Robert Anthony Salvatore signe la novélisation du film.
[18] « Le Pacte d'amour et L'arène » en français.
[19] « Confrontation avec le Comte Dooku et Finale » en français.
jouets, car, pour la première fois, les figurines sont des re- [20] « Sur le tapis roulant » en français.
productions fidèles des personnages du film. En effet, la
société Gentle Giant a amené toute une batterie de scanners lors du tournage pour numériser le moindre person- Références
nage. Les techniciens de la société peuvent ensuite re• Sources primaires
produire en trois dimensions une miniature parfaite du
[76]
modèle original . Le fabricant de jouet Hasbro produit
lui, de 2002 à 2004, une gamme exclusivement consa- [1] Alan Dean Foster, Tempête intergalactique, Paris, Fleuve
noir, 2007
crée au film avec cent trente-deux figurines, vingt-et-un
figurines de luxe, deux monstres, seize véhicules et treize
• Sources secondaires
ensembles d'accessoires[77] .
La novélisation officielle du film Star Wars, épisode II :
L'Attaque des clones est écrite par le romancier de fantasy
Robert Anthony Salvatore qui peut en discuter longuement avec George Lucas[74] .
2.2.10
Notes et références
Notes
[1] Le point de référence (point zéro de la chronologie Star
Wars) est la bataille de Yavin dans l'épisode IV de la saga.
[2] La Villa Balbianello en Italie sert de lieu de tournage à des
scènes se déroulant sur Naboo.
[3] Voir dans le film Star Wars, épisode I : La Menace fantôme.
[4] L' hôtel Sidi Driss à Matmata en Tunisie sert de lieu de
tournage à des scènes se déroulant sur Tatooine.
[5] « La grande aventure de Jar Jar » en français.
[1] Patrice Girod, « L'Histoire : Toutes les grandes étapes du
film », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La
Menace fantôme, no hors série no 1, automne 1999.
[2] Patrice Girod, « L'Histoire : D'après le scénario de George
Lucas et Jonathan Hales », Lucasfilm Magazine : Le Guide
officiel du film L'Attaque des clones, no hors série no 2,
printemps 2002
[3] (en) « Budget du film L'Attaque des clones », sur Box Office
Mojo
[4] « Doublage français de L'Attaque des clones », sur Voxofilm
[5] « Les doubleurs Episode II - VFQ », sur Starwarsuniverse.com (consulté le 7 juillet 2014)
[6] « Les doubleurs Episode II - VFF », sur Starwarsuniverse.com (consulté le 2 août 2014)
[7] Patrice Girod, « Casting : Les personnages », Lucasfilm
Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones,
no hors série no 2, printemps 2002
2.2. STAR WARS, ÉPISODE II : L'ATTAQUE DES CLONES
[8] All I Need Is An Idea, première partie du documentaire du
DVD de 2001 du film La Menace fantôme.
[9] Patrice Girod, « Pré-Production : Le Scénario », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des
clones, no hors série no 2, printemps 2002
49
[30] « Espagne », sur StarWars-Universe.com
[31] Patrice Girod, « Le Tournage : Angleterre », Lucasfilm
Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones,
no hors série no 2, printemps 2002
[10] Kaminski 2008, p. 374
[32] « Studios Ealing (Tournage additionnel Episode II) », sur
StarWars-Universe.com
[11] Patrice Girod, « Pré-Production : Le Design », Lucasfilm
Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones,
no hors série no 2, printemps 2002
[33] Patrice Girod, « La Postproduction : Les effets spéciaux »,
Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque
des clones, no hors série no 2, printemps 2002
[12] Patrice Girod, « Pré-Production : Prévisualisation », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des
clones, no hors série no 2, printemps 2002
[34] Des marionnettes aux pixels, documentaire du DVD de
2002 du film L'Attaque des clones.
[13] State of the Art : The Previsualization of Episode II, documentaire du DVD de 2002 du film L'Attaque des clones.
[14] Patrice Girod, « Pré-Production : Les Costumes », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des
clones, no hors série no 2, printemps 2002
[15] Patrice Girod, « Pré-Production : Les Maquillages », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des
clones, no hors série no 2, printemps 2002
[16] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 210
[17] (en) « Paul Walker Remembered : Five Things You Didn’t
Know », sur GuardianLV.com, 3 décembre 2013 (consulté
le 22 août 2014)
[18] « Ryan Phillippe voulait jouer dans Star Wars », sur ActuStar.com, 6 décembre 2001 (consulté le 22 août 2014)
[19] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 215
[20] Patrice Girod, « Le Tournage : Australie », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, no
hors série no 2, printemps 2002
[21] Here We Go Again : The Digital Cinema Revolution Begins, documentaire du DVD de 2002 du film L'Attaque
des clones.
[22] Patrice Girod, « Le Tournage : Tourner en numérique »,
Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque
des clones, no hors série no 2, printemps 2002
[23] « Australie », sur StarWars-Universe.com
[24] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 216
[25] Patrice Girod, « Le Tournage : Italie », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, no
hors série no 2, printemps 2002
[26] « Italie », sur StarWars-Universe.com
[27] « Nefta, Chott el-Jerid (Ferme des Lars - Episodes II, III
et IV) », sur StarWars-Universe.com
[28] Patrice Girod, « Le Tournage : Tunisie », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, no
hors série no 2, printemps 2002
[29] « Hôtel Sidi Driss, Matmata (Ferme des Lars - Episodes
II et IV) », sur StarWars-Universe.com
[35] Patrice Girod, « La Postproduction : Montage & Son »,
Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque
des clones, no hors série no 2, printemps 2002
[36] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 228
[37] Patrice Girod, « La Postproduction : La Musique », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des
clones, no hors série no 2, printemps 2002
[38] (en) « World premiere of new Star Wars : Episode II trailer
on Mar. 10 », sur Hollywood.com, 1er mars 2002 (consulté
le 3 septembre 2014)
[39] (en) « Will Star Wars clobber business ? », sur CNN.com,
15 mai 2002 (consulté le 3 septembre 2014)
[40] (en) « The Children’s Aid Society and The Tribeca Film
Festival to Co-Host The New York City Premiere of Star
Wars Episode II : Attack of The Clones on May 12th », sur
PRNewsWire.com (consulté le 4 septembre 2014)
[41] « La Croisette attaquée par les Clones », sur FestivalCannes.com, 16 mai 2002 (consulté le 4 septembre 2014)
[42] « Reel change », sur TheGuardian.com, 16 mai 2002
(consulté le 4 septembre 2014)
[43] (en) « Clones attacked by pirate clones », sur TheAge.com,
11 mai 2002 (consulté en 4septembre 2014)
[44] (en) « Star Wars Episode II : Attack of the Clones », sur
Rotten Tomatoes (consulté le 5 septembre 2014)
[45] (en) « Star Wars Episode II : Attack of the Clones », sur
Metacritic (consulté le 5 septembre 2014)
[46] « Critiques de ""Star Wars, épisode II - L'Attaque des
clones », sur Allociné (consulté le 5 septembre 2014)
[47] (en) « Star Wars Episode II : Attack of the Clones », sur
RogerEbert.com (consulté le 5 septembre 2014)
[48] (en) Leonard Maltin, 2002 Movie & Video Guide, New
York, Signet, 2002
[49] Philippe Paumier, « Star Wars, épisode II : L'Attaque des
clones », Ciné Live, no 57, mai 2002
[50] (en) « Box Office Results », sur BoxOfficeMojo.com
(consulté le 8 septembre 2014)
[51] « Box-Office France », sur CBO-BoxOffice.com (consulté
le 8 septembre 2014)
50
[52] (en) « Star Wars : Episode I 3D Gets Theatrical Release
Date From Lucasfilm, Fox », sur The Hollywood Reporter,
3 mars 2011 (consulté le 16 juin 2014)
[53] (en) « Focusing on Episode VII, Lucasfilm Postpones Episodes II and III 3D », sur StarWars.com, 28 janvier 2013
(consulté le 16 juin 2014)
[54] « Star Wars II et III ressortiront en 3D le.. », sur Allocine.fr, 27 août 2012 (consulté le 16 juin 2014)
[55] (en) « World-Exclusive Screening of Star Wars Episode
II : Attack of the Clones in 3D at Star Wars Celebration
Europe », sur Archive.today, 3 août 2013 (consulté le 16
juin 2014)
[56] (en) « Revenge of the Sith 3D Coming to Star Wars Celebration », sur Starwars.com, 5 janvier 2015 (consulté le
6 janvier 2015)
[57] (en) « The 75nd Academy Awards », sur Oscars.org
(consulté le 3 septembre 2014)
CHAPITRE 2. PRÉLOGIE
[72] « Star Wars - La Prélogie (Édition Simple) - DVD », sur
DVDFr.com (consulté le 16 juin 2014)
[73] Lucasfilm Magazine, vol. hors série no 2 : Le Guide officiel
du film L'Attaque des clones, Paris, Courleciel, printemps
2002, p. 61.
[74] Lucasfilm Magazine, vol. hors série no 2 : Le Guide officiel
du film L'Attaque des clones, Paris, Courleciel, printemps
2002
[75] « Star Wars (2002) », sur TricTrac.net (consulté le 13 septembre 2014)
[76] Patrice Girod, « Merchandising », Lucasfilm Magazine :
Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, no hors série
no 2, printemps 2002
[77] (en+de) Fantasia-Team, Star Heroes Collector 2006 : Internationale Version, Dreieich, Fantasia Verlag GmbH,
2005 (ISBN 978-3935976329)
[58] (en) « Past Saturn Awards », sur Saturn Awards (consulté
le 3 juin 2014)
2.2.11 Annexes
[59] (en) « MTV Movie Awards 2002 », sur MTV.com (consulté le 3 juin 2014)
Articles connexes
[60] (en) « 2002 RAZZIE Nominees & Winners », sur Razzies.com (consulté le 3 juin 2014)
• Star Wars
[61] (en) « Distinctions de Star Wars, épisode II : L'Attaque des
clones », sur l'IMDb (consulté le 10 septembre 2014)
[62] Commentaires du DVD de L'Attaque des clones avec
George Lucas, Rick McCallum, Rob Coleman, Ben Burtt,
Pablo Helman, John Knoll et Ben Snow, DVD de 2002 du
film L'Attaque des clones.
• Star Wars, épisode I : La Menace fantôme
• George Lucas
• Bataille de Géonosis
• Guerre des clones
[63] (en) « Attack of the Clones and the Politics of Star Wars »,
sur Homes.chass.utoronto.ca (consulté le 31 mai 2014)
Bibliographie
[64] Star Wars - Les Origines d'une saga ((en) Star Wars : The
Legacy Revealed) documentaire de Kevin Burns, 2007
: document utilisé comme source pour la rédaction
de cet article.
[65] « Le guide des secrets de la prelogie », sur Starwarsuniverse.com (consulté le 31 mai 2014)
[66] (en) « The Influence and Imagery of Akira Kurosawa Part V », sur FD.Noneinc.com, 10 avril 2007 (consulté le
28 mai 2015)
[67] « Les DVD de la saga – Episode II », sur Starwarsuniverse.com (consulté le 31 mai 2014)
[68] « Les évolutions de la Saga », sur Starwars-Universe.com
(consulté le 25 février 2015)
[69] (en) « Star Wars Saga Repacked in Trilogy Sets on DVD,
sur StarWars.com, 28 août 2008 » (version du 26 octobre
2008 sur l'Internet Archive)
[70] (en) « The Star Wars Saga on Blu-Ray », sur StarWars.com
(consulté le 11 juin 2014)
[71] (en) « The Best on Blu-ray : Restoring the Star Wars Saga
for the HD Generation », sur StarWars.com (consulté le
11 juin 2014)
• Lucasfilm Magazine, vol. hors série no 2 : Le Guide
officiel du film L'Attaque des clones, Paris, Courleciel, printemps 2002
• Simon Beecroft, L'attaque Des Clones : Les Lieux
de l'action, Paris, Nathan, 2003, 38 p. (ISBN 978-20924-0483-6)
• (en) Jody Duncan, Mythmaking : Behind the Scenes
of Attack of the Clones, New York, LucasBooks /
Del Rey Books, 2002 (ISBN 0-3454-5624-6)
• (en+de) Fantasia-Team, Star Heroes Collector
2006 : Internationale Version, Dreieich, Fantasia Verlag GmbH, 2005 (ISBN 978-3-9359-7632-9)
• Marcus Hearn, L'Attaque des Clones : Le Guide
Illustré, Paris, Hors Collection, 2002 (ISBN 2-25805343-9)
2.3. STAR WARS, ÉPISODE III : LA REVANCHE DES SITH
51
• Pablo Hidalgo, Daniel Wallace et Ryder Windham, La Revanche des Sith
Générations Star Wars : La Chronique illustrée de
30 ans d’aventures - Nouvelle édition, Hors Collec- Logo du film La Revanche des Sith.
tion, 2012, 328 p. (ISBN 2-2580-9895-5)
Pour plus de détails, voir Fiche technique et
• (en) Michael Kaminski, The Secret History of Star Distribution
Wars, Kingston, Legacy Books Press, 2008 (ISBN
Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith (Star Wars
978-0-9784-6523-0)
Episode III : Revenge of the Sith) est un film américain de
• David West Reynold (trad. Alain Clément), Star science-fiction de type space opera sorti en 2005 écrit et
Wars, épisode II : Tout sur l'Attaque des clones - Per- réalisé par George Lucas.
sonnages, créatures et droïdes, Paris, Nathan, 2002,
C'est le sixième opus de la saga Star Wars par sa date de
64 p. (ISBN 978-2-0924-0471-3)
sortie, mais le troisième selon l'ordre chronologique de
• Curtis Saxton et Hans Jenssen, Star Wars, épisode l'histoire. Sorti trois ans après L'Attaque des clones, il est
II : Plans secrets des vaisseaux et engins, Paris, le dernier volet de la trilogie de préquelle, la « prélogie ».
Le film est également la sixième et dernière réalisation de
Nathan, 2002 (ISBN 2-0924-0470-9)
Lucas.
• (en) Mark Vaz, The Art of Star Wars : Episode II
- Attack of the Clones, New York, Del Rey Books, L'histoire de cet épisode se déroule trois ans après les
événements de L'Attaque des clones alors que la galaxie
2002 (ISBN 0-3454-3126-X)
est enlisée dans un conflit à grande échelle, la guerre des
clones. Voyant leur chance de l’emporter s’amenuiser, les
Liens externes
forces séparatistes frappent un grand coup, attaquant la
planète capitale Coruscant et s’emparent de Palpatine, le
• (en) Site officiel
Chancelier suprême de la République. Les deux Jedi ObiWan Kenobi et Anakin Skywalker se donnent alors pour
• Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones sur
mission de délivrer le dirigeant républicain, qui s’avère
Allociné
être un seigneur noir Sith manipulant les séparatistes.
• (en) Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones sur Sous l'influence de ce dernier, Anakin Skywalker bascule
progressivement du côté obscur de la Force et devient
l’Internet Movie Database
Dark Vador. Le final du film fait le lien avec l'épisode
• (en) « Star Wars Episode II : Attack of the Clones », IV, sorti au cinéma vingt-huit ans plus tôt.
sur LucasFilm
George Lucas commence l’écriture du scénario en 2002.
• (en) « Star Wars Episode II : Attack of the Clones », La préproduction du film dure un an. Le tournage en luimême se déroule de juin à septembre 2003, principalesur Wookieepedia
ment aux studios de la Fox à Sydney, en Australie. Il est
le premier Star Wars n'ayant aucune scène tournée en extérieur. De même que pour les films Star Wars précédents,
•
Portail de Star Wars
la musique est composée et dirigée par John Williams.
•
•
Portail du cinéma américain
Portail des années 2000
La version du 3 octobre 2014 de cet article a été
reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle
répond à des critères de qualité concernant le style, la
clarté, la pertinence, la citation des sources et
l'illustration.
Le film est parfois vu comme une critique de la guerre
d'Irak mais est en réalité une adaptation moderne du
mythe de Faust. La Revanche des Sith est un succès commercial et critique. Il est nommé pour un Oscar du cinéma, remporte deux Saturn Awards mais également un
Razzie Awards.
La Revanche des Sith est sorti en DVD en novembre 2005
et a également engendré un nombre important de produits
dérivés.
2.3 Star Wars, épisode III : La Re- 2.3.1 Synopsis
vanche des Sith
Toile de fond
Vous lisez un « bon article ».
L'univers de Star Wars se déroule dans une galaxie qui
Pour les articles homonymes, voir Star Wars, épisode se fait le théâtre d'affrontements entre les Chevaliers Jedi
et les Seigneurs noirs des Sith, personnes sensibles à la
III : La Revanche des Sith (homonymie).
Star Wars, épisode III :
Force, un champ énergétique mystérieux leur procurant
52
CHAPITRE 2. PRÉLOGIE
Puis, contrairement aux préceptes des Jedi, il le décapite,
poussé à perpétrer cet acte par Palpatine. Affaibli par les
tirs des escadrilles républicaines, le vaisseau prend alors
feu. Grievous s’échappe grâce à une navette de sauvetage,
laissant la charge à Anakin et Obi-Wan de faire atterrir le
vaisseau à la surface de la planète[3] .
Reconduisant le chancelier au Sénat galactique, Anakin
reçoit les félicitations des dignitaires de la République
et retrouve sa femme Padmé Amidala, après plusieurs
mois de séparation. Celle-ci lui révèle qu'elle est enceinte.
Émerveillé par cette nouvelle, Anakin est cependant troublé la nuit suivante par un rêve qu'il fait. Padmé réveillée,
il lui révèle qu'il l'a vue mourir en couches. Traumatisé
par la mort de sa mère qu'il n'a pu empêcher, Anakin se
jure de ne pas perdre une nouvelle fois celle qu'il aime.
Sauver Padmé devient alors pour lui une obsession[3] .
Le chancelier Palpatine, qui manœuvre pour conserver
les pleins pouvoirs qu’il a acquis grâce à la guerre, flatte
Vision d'artiste de la planète Coruscant.
Anakin et s’ingénie à accroître la méfiance qu'a le jeune
homme envers le conseil des Jedi. Il parvient d’ailleurs à le
faire nommer son représentant au sein de ce conseil qu'il
des pouvoirs psychiques. Les Jedi maîtrisent le Côté lusoupçonne de comploter contre lui. Les maîtres Jedi acmineux de la Force, pouvoir bénéfique et défensif, pour
ceptent cette demande car ils veulent qu’Anakin surveille
maintenir la paix dans la galaxie. Les Sith utilisent le Côté
pour eux les agissements du chancelier[3] .
obscur, pouvoir nuisible et destructeur, pour leurs usages
Palpatine commence ensuite à faire miroiter à Anakin
personnels et pour dominer la galaxie[1] .
la possibilité de sauver son épouse. Invitant ce dernier
Pour amener la paix, une République galactique a été fonà l'opéra de Coruscant, où il assiste à une représentation,
dée avec pour capitale la planète Coruscant. Mais, tout au
le chancelier lui conte l'histoire de Dark Plagueis, un Sith
long de son existence, la République est secouée par des
qui aurait acquis le pouvoir de se préserver de la mort.
sécessions et des guerres. C’est à nouveau le cas à partir
Anakin entrevoit dans cette histoire la possibilité de saude 22 av. BY[Note 1] . Une nouvelle guerre éclate entre la
ver Padmé de ses prémonitions. Le chancelier, précise
République galactique et la Confédération des systèmes
alors que les Jedi ne dispensent pas un tel enseignement
indépendants, une organisation séparatiste[2] .
et que seul un Sith peut le faire[3] .
En 19 av. BY, les Jedi Obi-Wan Kenobi et Anakin Skywalker sont chargés de retrouver le mystérieux Sith Dark
Sidious, qui aurait infiltré depuis de nombreuses années
le Sénat galactique. Ils parviennent à remonter sa trace
jusqu’à son quartier général dans une zone désaffectée de
Coruscant. Ils n’arrivent cependant pas à mettre la main
sur lui. Dans le même temps, le général Grievous, chef
de l’armée séparatiste attaque la planète capitale. Il parvient à capturer Palpatine, le Chancelier suprême de la
République et le ramène jusqu’à son vaisseau spatial[a 1] .
Informé de cet événement, Kenobi et Skywalker se
lancent à l’assaut du vaisseau du général avec leurs escadrons de chasseurs stellaires[3] .
Résumé
Une des nombreuses éruptions d'un volcan de Mustafar[Note 2] .
Après avoir rejoint le vaisseau, les deux Jedi s’avancent
jusqu'au quartier du général Grievous. Ils y découvrent
le chancelier retenu en otage par le chef du mouvement
séparatiste, le comte Dooku. Celui-ci engage le combat
contre eux et parvient à mettre rapidement Obi-Wan Kenobi hors de combat. Mais Anakin, plus fort et plus enragé que le vieux comte, parvient finalement à le vaincre.
Pendant ce temps, le général Grievous rejoint les restes
de son armée sur la planète Utapau. Il avertit le conseil
séparatiste de la mort de Dooku et l'invite à se cacher sur
la planète volcanique Mustafar. Apprenant que Grievous
s’est réfugié sur Utapau, les Jedi envoient Obi-Wan Kenobi sur la planète avec une puissante armée. Et, alors
2.3. STAR WARS, ÉPISODE III : LA REVANCHE DES SITH
qu’il est en repérage à la surface de la planète, Kenobi
découvre l’endroit où se cache le général et l’affronte en
duel. Il s’ensuit une violente confrontation qui s’achève
par la mort de Grievous[3] .
Sur Coruscant, Palpatine dévoile à son jeune protégé qu'il
maîtrise les arcanes du pouvoir Sith, seuls à même de
lui permettre de sauver Padmé. Anakin, choqué, comprend alors que le chancelier est le Sith que le conseil Jedi recherche depuis plus de dix ans. Après un moment
d'hésitation, il choisit d'en informer ses pairs. Quatre
maîtres Jedi se rendent alors à la chancellerie pour mettre
aux arrêts Palpatine. Dégainant son sabre laser, le chancelier abat en un instant trois Jedi. Il s’ensuit un long combat entre le seigneur Sith et Mace Windu, le maître Jedi
survivant. Malgré les incroyables pouvoirs du chancelier,
Windu parvient à l’emporter. Anakin pénètre alors dans
le bureau du chancelier, et n’écoutant que son obsession
à sauver sa femme, il désarme le Jedi. Reprenant alors
l’avantage, Palpatine foudroie Windu avec ses pouvoirs
Sith et le précipite vingt étages plus bas. Conscient de la
gravité de son geste Anakin accepte donc de se soumettre
à Palpatine. Ce dernier en fait son apprenti Sith et le rebaptise Dark Vador[3] .
Palpatine donne alors l'ordre, aux officiers répartis sur les
différents fronts de la galaxie, d'assassiner les Jedi qui
sont à leurs côtés. Obi-Wan et le maître Jedi Yoda sont
parmi les seuls à échapper aux massacres. Sur Coruscant,
l'élimination des Jedi est confiée au seigneur Vador, qui
prend la tête d'un régiment et tue tous les Jedi présents,
même les apprentis. Sa sombre besogne effectuée, Vador
revient auprès de Padmé pour s’assurer qu'elle va bien.
Il lui annonce que les Jedi se sont révoltés et qu'ils sont
dorénavant considérés comme des ennemis de la République. Puis il lui déclare que le chancelier l’a chargé de
mettre fin à la guerre en l’envoyant sur la planète volcanique Mustafar[3] .
Aidé par le sénateur Bail Organa d'Alderaan, Yoda et
Obi-Wan reviennent sur Coruscant. Arrivés sur place,
les deux Jedi découvrent l’horrible vérité sur Anakin et
Palpatine. Yoda charge alors Obi-Wan de retrouver et
d'éliminer le premier. Le vieux maître Jedi se charge
lui du second, qu'il devine trop puissant pour Obi-Wan.
Pendant ce temps à la tribune du Sénat galactique, Palpatine dénonce la traitrise des Jedi. Il déclare ensuite
sous les acclamations la dissolution de la République et
l'avènement d'un Empire galactique dirigé par son auguste personne[3] .
53
Se reprochant mutuellement l'origine de ce geste, ObiWan et Anakin commencent alors à s’affronter avec leur
sabre laser. Parallèlement, Yoda défie Palpatine mais se
retrouve très vite dépassé par les pouvoirs du seigneur
Sith. Yoda se résout alors à s’enfuir et rejoint le vaisseau
du sénateur Organa. Sur Mustafar, Anakin, malgré les
mises en garde d'Obi-Wan, se lance imprudemment sur
son maître, lequel lui tranche les jambes et le bras gauche
d'un seul coup. Obi-Wan lui exprime sa tristesse, ramassant son sabre laser[Note 3] , puis le laisse agonisant au bord
d'une rivière de lave où il brûle. Le Jedi transporte ensuite
Padmé jusqu'à son vaisseau puis quitte la planète. Rejoint
par Bail Organa et Yoda, Obi-Wan conduit Padmé à un
centre médical. Elle y accouche de deux enfants avant de
s’éteindre[3] .
Lac faisant face à la résidence de Bail Organa sur
Alderaan[Note 4] .
Palpatine, ayant perçu les difficultés de son apprenti, se
rend sur Mustafar et y récupère le corps presque sans vie
d'Anakin. Il le transporte ensuite sur Coruscant afin de lui
prodiguer les soins nécessaires. Brûlé et mutilé, le jeune
homme se voit confiné dans une armure noire robotisée
pour continuer à vivre. Reprenant conscience, il demande
alors à l'empereur des nouvelles de sa femme. Celui-ci lui
révèle qu'il l'a tuée, mettant Vador dans une rage folle,
détruisant tout autour de lui, ce qui provoque un rictus de
joie sur le visage de Palpatine[3] .
Bail Organa et les deux Jedi rendent le corps de Padmé
à sa famille sur la planète Naboo. Ils décident cependant
de garder secrète la naissance des enfants d'Anakin et de
Padmé. Leia, la fille, est confiée au sénateur d'Alderaan
tandis que Luke, le garçon, est caché sur la planète
Tatooine sous la protection d'Obi-Wan. Yoda, lui, choisit de s’exiler sur la planète Dagobah, alors que PalpaArrivé à Mustafar, Vador tue les dirigeants séparatistes et tine et Dark Vador à bord du vaisseau amiral de l'Empire
met ainsi fin à la guerre des clones. De son côté, Obi-Wan observent la construction d'une nouvelle arme absolue :
explique la situation à Padmé qui refuse de le croire et de l'Étoile noire[3] .
lui révéler où se trouve son mari. Troublée, elle part immédiatement le rejoindre, emmenant sans le savoir ObiWan, qui s’est dissimulé dans son vaisseau. Sur Musta- 2.3.2 Fiche technique
far, Padmé retrouve Anakin. Quittant sa cachette, ObiSauf indication contraire ou complémentaire, les informations
Wan les rejoint. Croyant qu'elle l'a trahi, l'apprenti Sith
mentionnées dans cette section proviennent de la base de données
étrangle sa femme jusqu'à la rendre inconsciente[3] .
IMDb.
54
CHAPITRE 2. PRÉLOGIE
• Titre original : Star Wars Episode III : Revenge of the 2.3.3 Distribution
Sith
• Ewan McGregor (VF : Bruno Choël ; VQ : François Godin) : Obi-Wan Kenobi
• Titre français : Star Wars, épisode III : La Revanche
des Sith[Note 5]
• Natalie Portman (VF : Sylvie Jacob ; VQ : Aline Pinsonneault) : Padmé
• Réalisation : George Lucas
• Hayden Christensen (VF : Emmanuel Garijo ; VQ :
• Scénario : George Lucas
Martin Watier) : Anakin Skywalker
• Direction artistique : Ian Gracie, Phil Harvey, David
Lee et Peter Russell
• Ian McDiarmid (VF : Georges Claisse ; VQ : Yves Corbeil) : chancelier suprême Palpatine / Dark Sidious
• Décors : Gavin Bocquet
• Samuel L. Jackson (VF : Jacques Martial ; VQ : James
Hyndman) : Mace Windu
• Costumes : Trisha Biggar
• Jimmy Smits (VF : Lionel Tua ; VQ : Marc-André Bélanger) : sénateur Bail Organa
• Maquillage : Nikki Gooley
• Photographie : David Tattersall
• Effets spéciaux : Industrial Light & Magic
• Frank Oz (VF : Jean Lescot ; VQ : Marc Bellier) : voix
de Yoda
• Anthony Daniels (VF : Roger Carel ; VQ : Luis de Cespedes) : C-3PO
• Son : Ben Burtt
• Christopher Lee (VF : Bernard Dhéran) : comte Dooku / Dark Tyranus
• Montage : Roger Barton et Ben Burtt
• Keisha Castle-Hughes : reine de Naboo
• Musique : John Williams
• Silas Carson (VF : Sylvain Lemarié/Robert Party) :
Nute Gunray / Ki-Adi-Mundi
• Production : Rick Mac Callum et George Lucas
• Jay Laga'aia (VF : Frantz Confiac) : capitaine Typho
• Société de production : Lucasfilm
• Bruce Spence (VF : Philippe Catoire) : Tion Medon
• Société de distribution : 20th Century Fox
• Wayne Pygram : gouverneur Tarkin
• Budget : 115 000 000 $[4]
• Temuera Morrison (VF : Bruno Dubernat) :
commandant Cody
• Pays d'origine : États-Unis
• David Bowers (VF : Jean-Pierre Leroux) : Mas Amedda
• Langue originale : anglais
• Oliver Ford Davies : Sio Bibble
• Format : couleur - 35 mm - 2,35 :1 - son Dolby Digital EX / SDDS / DTS-ES
• Ahmed Best (VF : Roland Timsit) : Jar Jar Binks
• Rohan Nichol : capitaine Raymus Antilles
• Genre : science-fiction
• Jeremy Bulloch : capitaine Colton
• Durée : 135 minutes
• Amanda Lucas : Terr Taneel
• Dates de sortie :
• Kenny Baker : R2-D2
•
États-Unis : 19 mai 2005
• Matt Sloan : Plo Koon
•
Belgique et
• Peter Mayhew : Chewbacca
France : 18 mai 2005
• Version française réalisée par Dubbing Brothers,
avec des dialogues de Thomas Murat sous la direction artistique de Jean-Pierre Dorat[5] .
• Rebecca Jackson Mendoza : reine d'Alderaan
• Matthew Wood (VF : Gérard Darier ; VQ : François
L'Écuyer) : voix du général Grievous
2.3. STAR WARS, ÉPISODE III : LA REVANCHE DES SITH
• James Earl Jones (VF : Georges Aminel) : voix de
Dark Vador
Source : Voxofilm[5] et Starwars-universe.com[6] .
• Photos des acteurs principaux.
• Ewan McGregor en 2012.
• Natalie Portman en 2009.
• Hayden Christensen en 2006.
• Ian McDiarmid en 2013.
• Samuel L. Jackson en 2008.
• Jimmy Smits en 2010.
2.3.4
Personnages
55
• Padmé Amidala : d'abord élue reine de la planète
Naboo, Padmé devient ensuite sénatrice. Elle s’inquiète très rapidement de la montée en puissance
du mouvement séparatiste mais s’oppose à l'escalade
qui déclenche la guerre des clones. Elle épouse en
secret Anakin. Elle tombe enceinte durant la guerre,
entre deux missions de son mari[7] .
• Palpatine : c'est un fin politicien armé d'une imperturbable patience. En tant qu'apprenti du seigneur Dark Plagueis, il reçoit les enseignements interdits des Sith. Il devient beaucoup plus tard sénateur puis chancelier. Il manigance alors avec l'ancien
Jedi Dooku pour entrainer la République dans une
guerre interstellaire[7] .
• Obi-Wan Kenobi : il est le mentor d'Anakin Skywalker. Il incarne la voix de la raison et détourne ses
amis des projets irréfléchis. Il ne parvient cependant
pas à canaliser la colère et l'imprudence d'Anakin.
Devenu à son tour Jedi, Anakin ne quitte pas réellement le giron de son ancien maître qui devient pour
lui un véritable frère d'arme durant la guerre des
clones[7] .
• Mace Windu : c'est le maître Jedi maîtrisant le
mieux le combat physique. Peu loquace, il est très
sage et toujours de bon conseil. Il ne parvient cependant pas à trouver le Sith qui se cache sur
Coruscant. Il devient malgré lui général d'une armée de clones qu'il mène dans de nombreuses et héroïques batailles[7] .
• Comte Dooku : il est issu d'une riche famille
d'aristocrates. Devenu Jedi, il est choisi par le maître
Jedi Yoda pour devenir son apprenti. Approché par
le sénateur Palpatine, Dooku accepte de se détourner des Jedi et manigance avec lui pour déclencher
la guerre des clones. Devenu le chef du mouvement
séparatiste, il charge le général Grievous de mener
ses troupes au combat[7] .
• C-3PO : ce droïde a été construit par Anakin Skywalker à partir de pièces détachées. Mais, n'ayant
pas le droit de posséder un droïde en tant que Jedi,
Anakin en fait don à sa femme Padmé Amidala[7] .
Cosplay d'Anakin Skywalker.
• Anakin Skywalker / Dark Vador : il est l'élu d'une
ancienne prophétie Jedi. Il a deux maîtres à penser :
le Jedi Obi-Wan Kenobi et le chancelier suprême
Palpatine. Même si cela est interdit par l'ordre Jedi,
il épouse en secret la sénatrice Padmé Amidala, son
grand amour. Impulsif et irréfléchi, il prouve durant
la guerre des clones ses grands talents de pilote et de
guerrier[7] .
• R2-D2 : simple droïde astro-mécanicien qui sauve
le vaisseau de la reine Amidala d'une attaque. Il devient par la suite le droïde affecté au vaisseau spatial
d'Anakin Skywalker et l'accompagne dans toutes ses
missions[7] .
• Yoda : âgé de plus de neuf cents ans, il est le plus
sage des maîtres Jedi. Tout comme Mace Windu, il
se révèle incapable à appréhender le seigneur Sith
qui se cache sur Coruscant. Durant la guerre des
clones, il mène une armée de clones sur la planète
Kashyyyk, le monde natal des Wookiees[7] .
56
CHAPITRE 2. PRÉLOGIE
• Général Grievous : ancien seigneur de guerre de la
race des Kaleeshs, il subit un terrible écrasement de
vaisseau. Son cerveau et ses organes sont implantés
dans la carcasse métallique d'un cyborg. Recruté par
Dooku, il accepte de diriger l'armée des séparatistes.
Durant la guerre des clones, il élimine plusieurs Jedi
en combat singulier et s’empare de leurs sabres lasers
comme trophées[7] .
• Chewbacca et Tarfful : ces deux gigantesques
Wookiees sont désignés pour être les gardes du
corps de Yoda durant sa campagne sur la planète
Kashyyyk. Ils lui sauvent la vie quand les officiers
clones se retournent contre lui pour l'éliminer[7] .
• Bail Organa : il est le sénateur de la planète
Alderaan. Homme incorruptible et fervent pacifiste,
il est le soutien de toujours de la sénatrice Amidala. Bien que défavorable à la politique menée par le
chancelier Palpatine, il n'ose pas s’opposer à lui[7] .
2.3.5
Production
à partir du premier novembre 1994 que George Lucas
commence l’écriture de la nouvelle trilogie, qui a pour
protagoniste principal le jeune Anakin Skywalker avant
qu'il devienne le sinistre et cruel Dark Vador des premiers
films[8] .
Georges Lucas commence l’écriture de La Revanche des
Sith début 2002, quelques mois avant la sortie de L’Attaque des clones. Dans la première version de son script,
il débute son histoire par un ensemble de sept batailles se
déroulant sur sept planètes différentes[9] . Mais, revenant
sur son scénario à l'été 2002, il décide d’en réorganiser
totalement l’intrigue[10] . Ayant trop élargie son histoire,
Lucas décide de se recentrer sur la chute d’Anakin Skywalker vers le côté obscur de la Force. Il présente alors dès
la première scène du film, une mauvaise action de son héros : le meurtre du comte Dooku[11] . À cause de ce recentrage, George Lucas doit sacrifier certains éléments laissés en suspens dans le film L’Attaque des clones comme
l’origine des clones de la planète Kamino. Plusieurs de
ces éléments sont ensuite repris et expliqués dans le livre
préquel au film, Le Labyrinthe du mal de James Luceno[12] .
Même après la fin du tournage principal en 2003, Lucas
remanie plusieurs scènes pour expliquer plus clairement
les raisons qui font basculer Anakin du côté obscur. Cette
Voir aussi les scénarios de l'épisode I La Menace fantôme
réécriture nécessite alors le tournage de scènes additionet de l'épisode II L'Attaque des clones
nelles en 2004[13] .
Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith est la suite
Scénario
Préproduction
Contrairement au deux premiers films de la trilogie, ce
n'est pas Doug Chiang qui dirige le département artistique du nouveau film mais Erik Tiemens et Ryan
Church. Ils débutent leur travail en avril 2002[14] . Leur
tâche est rendue encore plus difficile dans ce film car
ils ont sept planètes à créer et non pas trois ou quatre
comme dans les premiers films. Les planètes en question sont : l'urbaine Coruscant, la forestière Kashyyyk, la
troglodytique Utapau, la volcanique Mustafar, l'enneigée
Mygeeto, la mycologique Felucia et l'astéroïde Polis
Massa[15] . Coruscant est déjà présente dans les films Star
Wars, épisode I : La Menace fantôme et Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones. Pour l'aspect de Kashyyyk,
le département artistique s’appuie sur divers aspects de
la planète présent dans le téléfilm de 1978, Au temps de
la guerre des étoiles. Les autres planètes sont en revanche
totalement inédites[16] .
Bien que le film utilise beaucoup les images de synthèse,
le chef décorateur Gavin Bocquet doit réaliser de nombreux décors, comme la véranda de Padmé sur Coruscant
et les installations intérieures de la planète volcanique
George Lucas en 2009.
Mustafar. Au départ, George Lucas lui a donné deux ou
trois environnements pour qu'il débute le travail dès le
directe de Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones et le lancement de la préproduction. Dans un second temps, il
troisième film de la nouvelle trilogie, préquelle à la pre- travaille en coordination avec les équipes de Tiemens et
mière trilogie Star Wars réalisée de 1977 à 1983. C'est Church pour donner vie aux différents dessins qu'ils ont
2.3. STAR WARS, ÉPISODE III : LA REVANCHE DES SITH
créés. Bocquet et son équipe ont construit soixante-sept
décors dont certains sont directement inspirés de décors
du Star Wars de 1978, comme les couloirs du vaisseau
spatial Tantive IV. Le chef décorateur s’inspire de nombreux style pour la réalisation de ses intérieurs. Pour les
installations de la planète Mustafar, ce sont des fonderies
de zones industrielles. Pour Coruscant, c'est le style art
déco des années 1930 à 1950. Pour les appartements de
Coruscant, il prend pour modèle l'art italien. Enfin pour la
Main Invisible, le vaisseau spatial du Général Grievous il
s’inspire directement des vaisseaux de l'empire galactique
vus dans la première trilogie Star Wars[17] .
57
Skywalker avant qu'il devienne Dark Vador. Son habit
devient donc beaucoup plus sombre que celui qu'il porte
dans L'Attaque des clones. Biggar prend comme couleur
principale un « brun sombre virant presque au noir »[18] .
Pour les scènes de combats, le coordinateur des cascades
Nick Gillard a engagé de nombreux épéistes australiens.
Il doit cependant écrire toutes les scènes de combat avant
même de rencontrer les cascadeurs sur le plateau de tournage de Sydney. Comme il prend part à de nombreux
combats, Hayden Christensen, qui interprète Anakin, est
obligé de venir huit semaines avant le début du tournage
pour s’entraîner avec les cascadeurs. Le combat le plus
long est d'ailleurs celui qui oppose Anakin à Obi-Wan à
la fin du film. Pour cela, Gillard prépare plus de huit cents
mouvements. De nombreuses marques au sol sont donc
nécessaires pour simplifier le travail des acteurs[19] .
Les principaux acteurs sont les mêmes que ceux du précédent film Star Wars de 2002. Le 23 avril 2003, le site
StarWars.com annonce également le retour de Peter Mayhem dans le rôle de Chewbacca qu'il interprète déjà dans
les trois premiers films Star Wars de 1977 à 1983[20] . Le
18 juin, le reste du casting est dévoilé notamment la présence de Bruce Spencer dans le rôle de Tion Medon[21] .
Tournage
L'une des robes conçue par l'équipe de Trisha Biggar spécialement pour le film.
La chef costumière Trisha Biggar, débute elle, son travail en août 2002. George Lucas lui donne un objectif
très précis pour les différents costumes. Ils doivent faire
le lien entre le style des deux précédents films et celui
de la première trilogie. Le chancelier Palpatine, qui a un
rôle plus central par rapport aux autres films, se voit ainsi doté de nombreux costumes. Pour illustrer à quel point
ses pouvoirs se sont développés, Biggar utilise différentes
textures comme la laine, le velours, la broderie et les motifs imprimés. Pour le personnage de Padmé qui dissimule publiquement sa grossesse, Biggar utilise des robes
basiques qui tombent des épaules. Cependant, la pièce la
plus importante de la garde-robe de Padmé reste sa tenue
funéraire. Trisha Biggar a utilisé pour celle-ci des velours
peints à la main accompagnés d'une mousseline de soie
fine. Et pour mettre la robe en relief, la chef costumière
couvre le velours de longues trainées de paillettes. Le costume le plus attendu reste en revanche celui d'Anakin
Le tournage débute le 30 juin 2003[21] et prend fin le 17
septembre[22] de la même année en Australie aux studios
de la Fox à Sydney. Des scènes additionnelles sont tournées aux studios de Shepperton et aux studios d'Elstree
à Londres du 23 août 2004[23] au 31 janvier 2005[24] .
Mais, contrairement aux autres films Star Wars, il n'y a
pas eu de tournage en extérieur pour La Revanche des
Sith[13] . Cependant, plusieurs décors naturels sont utilisés
comme toile de fond dans le film. Pour figurer la planète
Kashyyyk, sont utilisés les îlots biscornus de la baie de
Phang Nga en Thaïlande[25] et les montagnes de Guilin
en Chine[26] . Pour la planète Alderaan c'est le lac Bachalpsee près de Grindelwald en Suisse qui a servi[27] et
pour la planète Mustafar, c'est le volcan Etna en Italie[28] .
C'est le superviseur des effets spéciaux Roger Guyett qui
est parti filmer ses endroits avec une petite équipe de
techniciens[29] .
Le directeur de la photographie David Tattersall commence les préparatifs cinq semaines avant le début du
tournage principal. Ce travaille préparatoire consiste essentiellement à mettre en place le matériel et à passer en
revue les plans avec le département artistique. Pour le
tournage, Tattersall utilise quatre caméras HDC-F950 de
Sony en haute définition. Elles sont reliées à une station de
contrôle numérique et un écran situé près du plateau. Ce
dernier permet d'effectuer immédiatement les contrôles
après le tournage de chaque plan[30] . George Lucas tourne
avec deux caméras HDC-F950 en même temps pour obtenir plusieurs angles de la même scène. Ce procédé lui
permet de raccourcir la durée de tournage en limitant le
58
nombre de prises sur chaque scène[13] .
Postproduction
Le film comporte plus de deux mille deux cents plans à
effets visuels[31] . Rien que pour créer quarante-neuf secondes du duel entre Anakin et Obi-Wan sur la planète
Mustafar, plus de neuf cents artistes et 70 441 heures de
travail furent nécessaires[13] .
CHAPITRE 2. PRÉLOGIE
douce pour son corps mais également des aras pour le plumage de son cou. Le travail le plus important de Coleman
est cependant la création du sinistre Général Grievous.
À l'origine, ce dernier était prévu pour ressembler à une
espèce de vampire mais il évolue pour devenir un personnage massif et imposant qui tousse comme s’il avait
la tuberculose. Grievous porte un masque de mort et des
organes prisonniers d'une carapace externe. Il possède la
première version de la technologie qui permettra à Dark
Vador de survivre à l’intérieur de son armure[32] .
Le superviseur des effets visuels, John Knoll, est lui chargé de concevoir la bataille spatiale qui se déroule au début du film. Cette scène est un vrai défi pour Knoll car
elle comprend des milliers de vaisseaux spatiaux qui se
déplacent, combattent et explosent au-dessus de la planète Coruscant. Il s’agit d'ailleurs de la plus longue scène
de bataille de la saga Star Wars[33] . Knoll a également supervisé les plans sur la planète Utapau. Cette planète est
figurée par plusieurs importantes maquettes construites à
différentes échelles. L'équipe de Knoll a également fourni
les effets spéciaux pour les scènes de combats d'Anakin
et Obi-Wan contre le Comte Dooku et de Yoda contre
Palpatine[31] .
Cosplay du Général Grievous.
Rob Coleman, le superviseur de l'animation numérique
indique que « L'épisode I comportait soixante minutes
d'animation, l'épisode II soixante-dix minutes et celui-ci
quatre-vingt-dix minutes » ce qui représente « la durée
d'un long métrage de Pixar ». L'équipe de Coleman est
notamment chargée de réaliser les Wookiees, les soldats
clones, le ballet aquatique et le Général Grievous. De
plus, pour certains mouvements des scènes de combat que
même des cascadeurs ne peuvent réaliser, les acteurs sont
remplacés par des doubles numériques créés par l'équipe
de Coleman. Tous les soldats clones sont également réalisés en images de synthèses. Seuls ceux qui apparaissent
sans casques ont un composant réel, la tête de l'acteur
Temuera Morrison. Celui-ci a donc dû tourner toutes
ses scènes vêtu d'un costume bleu lui remontant jusqu'au
cou. L'équipe de Coleman est également en charge de
créer Boga, la monture d'Obi-Wan Kenobi sur la planète
Utapau. Pour réaliser cette créature, les animateurs se
sont inspirés du dragon de Komodo et du crocodile d'eau
Le superviseur des effets visuels Roger Guyett, lui, se
voit confier la mission de créer les planètes Kashyyyk et
Mustafar. Pour la première, l'équipe de Guyett réalise une
maquette d'un arbre constitué de divers éléments de branchages, de feuilles et d'habitats. Pour obtenir une forêt,
ils se servent de cet unique modèle réduit en recombinant
différemment tous les éléments. Après avoir filmé tous
ses modèles, il leur suffit de les rassembler par ordinateur pour obtenir une infinité de fonds d'écran forestier.
Pour Mustaphar, de grosses maquettes sont construites
pour figurer la principale coulée de lave. Et pour simuler cette lave, l'équipe construit des grandes rivières remplies d'agent épaississant alimentaire orange. Guyett travail également sur la scène où des droïdes reconstruisent
le corps brulé et amputé de Dark Vador. Les décors et les
personnages de cette scène sont, en revanche, entièrement
en images de synthèse. Seul l'acteur Hayden Christensen
est réellement présent. Il est couvert d'un maquillage simulant ses brûlures et partiellement vêtu d'une combinaison bleue pour faire correspondre ses mouvements à divers éléments de synthèse tandis que les droïdes ajoutent
les membres de substitution[29] .
Les effets sonores du film sont l’œuvre de Ben Burtt, le
concepteur sonore de tous les films Star Wars précédents.
Le plus gros travail de Burtt sur ce film est la bataille spatiale se déroulant en scène d'ouverture. Il conçoit pour
cette scène le bruit des moteurs d'une centaine d'appareils
spatiaux. Les Jedi Obi-Wan Kenobi et Anakin Skywalker, bien que pilotant le même type d'engin, se voient attribuer un son différent. Obi-Wan qui déteste piloter, a
donc un vaisseau qui fait le bruit d'un vieux camion. Anakin, en pilote émérite, a en revanche, un vaisseau qui rugit
comme une voiture de sport. Pour la scène de reconstruction de Dark Vador, Burtt utilise des sons captés dans le
2.3. STAR WARS, ÉPISODE III : LA REVANCHE DES SITH
film Frankenstein de 1931 durant la scène du laboratoire.
Ben Burtt souhaite ainsi rendre hommage à son ami Kenneth Strickfaden, l'un des premiers concepteurs sonores
du cinéma parlant[34] .
Le monteur Roger Barton et George Lucas réalisent le
montage du film en dix-huit mois au Skywalker Ranch en
Californie. Barton avait précédemment suivi Lucas durant deux mois et demi à Sydney pour monter des scènes
durant le tournage[35] .
Bande originale
59
Une copie illégale du film est mis à disposition sur les réseaux de partage de fichiers en pair à pair quelques heures
après la sortie en salle. Cette version n'est pas filmée durant une projection mais est une copie d'une version de
travail, comme le laisse supposer l'horodatage qui apparaît tout au long du film[41] . Le 27 septembre 2005,
le district de Californie du Département de la Justice
des États-Unis indique que huit personnes ont été arrêtée pour violation du droit d'auteur et distribution illégale
de matériel. C'est l’une d’entre elles, Albert Valente, qui
a copié illégalement le film alors qu’il travaillait pour la
postproduction[42] .
La Revanche des Sith est le seul film Star Wars à avoir reArticle détaillé : Bande originale de Star Wars, épisode çu la classification PG-13 de la part de la Motion Picture
III : La Revanche des Sith.
Association of America aux États-Unis. L'association déconseille donc le film aux moins de treize ans et recom[43]
Comme dans les films Star Wars précédents et après mande l'accompagnement parental . En France, en revingt-huit ans de collaboration avec George Lucas, la vanche, le Centre national du cinéma et de l'image animée
[44]
musique est composée et dirigée par John Williams. Il classe le film dans la catégorie « tous publics » .
écrit la musique en voulant qu'elle fasse référence aux
chagrins qui découlent des horreurs que commet Anakin
Skywalker et qu'elle mette en relief un sentiment de com- Accueil critique
passion. Il enregistre la musique avec l'Orchestre symphonique de Londres et une chorale aux studios Abbey La Revanche des Sith reçoit un accueil favorable de la
part des critiques de cinéma. Sur le site Rotten TomaRoad[36] .
toes, il obtient le score de 80 % pour un total de
Pour faire le lien entre les deux trilogies Star Wars, deux cent cinquante-trois critiques[45] . Il dispose d'une
Williams fait références à certains thèmes des trois pre- note plus basse, à 68 % basée sur quarante avis, sur le
miers films. Ainsi, au moment de la naissance de la site Metacritic[46] . En France, le film reçoit également
princesse Leia il reprend la musique qui est associée à des critiques globalement bonnes, notamment sur le site
ce personnage dans la première trilogie[36] .
Allociné, avec une note de 3,9 étoiles sur 5 par la presse
[47]
La bande originale du film sort le 3 mai 2005 sous le la- et de 4,2 sur 5 par les spectateurs .
[37]
bel Sony Classical Records . Il comprend en bonus un Certains critiques indiquent qu’il est le meilleur film de la
DVD présentant plus de soixante-dix minutes d'images et « Prélogie ». D’autres vont plus loin en indiquant qu'il
de musique[36] .
est le meilleur film Star Wars depuis L’Empire contreattaque[48] . Anthony Oliver Scott du New York Times
conclut son analyse du film en indiquant que c’est le
2.3.6 Accueil
meilleur des quatre Star Wars que Lucas a réalisé[Note 20]
et qu’il égale L’Empire contre-attaque par sa richesse[49] .
Sortie
Jonathan Rosenbaum, un critique qui n'avait pas aimé
Un nouvel espoir et L’Empire contre-attaque indique qu’il
Le film est présenté en hors compétition le 15 mai 2005 aime La Revanche des Sith car il trouve que l’histoire est
au Festival de Cannes en présence du réalisateur George bien pensée. Roger Ebert du Chicago Sun-Times écrit que
Lucas, des acteurs Samuel L. Jackson, Natalie Portman, malgré l’enlisement de Lucas sur L'Attaque des Clones, il
Hayden Christensen, Ian McDiarmid, Anthony Daniels et a retrouvé sa forme en faisant de La Revanche des Sith un
du producteur Rick McCallum[38] . Le 16 mai, le cinéma excellent divertissement[50] . Marc Toullec de Ciné Live
Empire de Londres propose un marathon Star Wars avec confirme que « George Lucas, contre toute attente, afla projection des six films en une seule journée, une pa- firme une foi et un talent retrouvés » et conclut que le film
rade de stormtroopers et un concert gratuit des musiques est « plus sombre, plus dense, plus intense, le meilleur de
Star Wars donné par l'orchestre philharmonique royal[39] . la nouvelle trilogie »[51] .
Il sort quelques jours après dans salles du monde entier.
se porte sur les dialogues des
Comme tous les films Star Wars précédents, il est pré- Une partie des critiques
[48]
.
Lucas
reconnait d’ailleurs luiscènes
romantiques
senté au public au mois de mai, le mois de l'anniversaire
même
que
les
dialogues
ne
sont
pas
son fort[52] . La presde George Lucas. Le cabinet de conseil Challenger, Gray
Christensen est elle aussi parfois jugée
& Christmas estime que les entreprises américaines pour- tation d’Hayden
[48]
négativement
.
raient perdre plus de six cents millions de dollars en raison
des nombreuses demandes de congés de leurs employés En novembre 2012, la critique d'art Camille Paglia écrit
un livre intitulé Glittering Images : A Journey Through Art
pour aller voir le film[40] .
60
from Egypt to Star Wars[Note 21] dans lequel elle analyse
vingt-neuf œuvres artistiques dont La Revanche des Sith.
Elle y indique que le film est l’un des plus grands défis
artistique de ces dernières années. Elle explique que « le
long final de La Revanche des Sith a plus de valeur artistique, par sa puissance émotionnelle et son impact mondial que des œuvres artistiques classiques »[53] .
Box-office
La Revanche des Sith est un succès commercial. Avec 380
270 000 US$, il fait mieux que Star Wars, épisode II :
L'Attaque des clones mais ne parvient pas à battre le record de Star Wars, épisode I : La Menace fantôme. Il se
hisse à la première place annuelle en Amérique du Nord
et à la deuxième place au niveau mondial derrière Harry
Potter et la Coupe de feu[54] .
Aux États-Unis, le film bat le record de Spider-Man 2
du plus gros revenu brut en une seule journée avec plus
de 50 millions de dollars[55] . Après seulement cinq jours
d'exploitation, La Revanche des Sith devient le film le plus
rentable de l'année 2005 dépassant Hitch, expert en séduction et ses 177,6 millions de dollars. En seulement huit
jours il atteint les 200 millions de dollars et au bout de
dix-sept jours il dépasse les 300 millions de dollars Le
film finit sa course dans les salles de cinéma américaine le
20 octobre 2005 avec un total brut de plus de 380 270 000
dollars. Il se classe comme étant le seizième plus grand
succès de tous les temps aux États-Unis[54] .
CHAPITRE 2. PRÉLOGIE
2.3.7 Distinctions
La Revanche des Sith est nommée pour l'Oscar des
meilleurs maquillages et coiffures mais perd face au film
Le Monde de Narnia : Le Lion, la Sorcière blanche et
l'Armoire magique[62] . Le film remporte cependant les
Saturn Awards du Meilleur film de science-fiction et de
la Meilleure musique[63] et d’autres récompenses comme
le MTV Movie Awards du meilleur méchant pour la prestation d’Hayden Christensen[64] . Parallèlement, le film
reçoit le Razzie Awards du pire acteur pour le même
acteur[65] .
Note : sauf mention contraire, les informations ci-dessous
sont issues de la page Awards du film sur l'Internet Movie
Database[66] . Ici sont listés les principaux prix.
Récompenses
Le film obtient les récompenses suivantes :
Nominations
Le film obtient les nominations suivantes :
2.3.8 Analyse
La Revanche des Sith est parfois vue comme une critique
de la politique des États-Unis mais est surtout inspiré du
mythe de Faust. Pour son ultime film en tant que réaliEn dehors des États-Unis, le film dépasse les 10 millions sateur, Lucas intègre de nombreux caméos de lui, de sa
de dollars en Allemagne, en Australie, en Corée du Sud, famille et de l’équipe technique.
en Espagne, en France, en Italie, au Japon, au Mexique et
au Royaume-Uni[56] . En France avec 7 247 000 entrées,
le film se classe en deuxième position du box-office de Inspirations
l’année 2005 derrière Harry Potter et la Coupe de feu[57] .
Ressortie en 3D
Le 28 septembre 2010, Lucasfilm annonce que les six
films de la série Star Wars seront convertis en trois dimensions. Les films devaient ainsi être présentés à nouveau dans les salles de cinéma dans l'ordre chronologique
de la saga[58] . Le film La Menace fantôme ressort donc le
premier au cinéma en février 2012[58] . Il sera finalement
le seul à être présenté au grand public, les rééditions 3D
de L'Attaque des clones et La Revanche des Sith étant reportées après le rachat de Lucasfilm par The Walt Disney
Company en octobre 2012. La raison invoquée est la mise
en chantier du septième épisode de la saga[59] . La Revanche des Sith était initialement prévu pour être ressorti
en 3D le 11 octobre 2013 aux États-Unis[60] . Le film est
toutefois bien reconverti pour la 3D, et est ainsi projeté
lors de la convention Star Wars Celebration VII qui se déroule du 16 au 19 avril 2015 à Anaheim, en Californie[61] .
Cosplay du commandant Cody, l'un des nombreux soldats visibles
dans le film.
Certains conservateurs américains affirment que le film
montre un parti pris démocrate et qu’il critique l’administration du président des États-Unis George W. Bush et
la guerre d'Irak. Plusieurs personnes ont même proposé
un boycott du film. Lucas leur répond qu’il a commencé
2.3. STAR WARS, ÉPISODE III : LA REVANCHE DES SITH
61
à écrire Star Wars durant la guerre du Viêt Nam et que 2.3.9 Exploitation
s’il y a bien une critique antimilitariste dans le film, c’est
Éditions en vidéo
contre cette guerre et en aucun cas celle d’Irak[67] .
Une phrase qui a fait couler le plus d’encre est une réplique d’Anakin Skywalker : « If you're not with me,
you're against me », traduite en français par « Si tu n'es
pas avec moi, tu es contre moi ! ». Certains médias se sont
demandé si George Lucas adressait par là une critique à
George W. Bush, qui avait provoqué une forte émotion en
employant la célèbre phrase « Ou vous êtes avec nous, ou
vous êtes contre nous » après les attentats du 11 septembre
2001[68],[69] . Mark Rahner du Seattle Times spécule que
cette phrase est une dénonciation déguisée de la politique
guerrière du président Bush et de la loi antiterroriste dénommée Patriot Act[70] .
Le film est sorti dans le monde entier en DVD entre fin
octobre et mi-novembre 2005. En plus de nombreux bonus (version commentée, bande-annonce, spots publicitaires, documentaires, galerie de photos, etc.), sept scènes
coupées, terminées spécifiquement pour le DVD, ont été
ajoutées[74] . Le film ressort ensuite en novembre 2008
avec La Menace fantôme et L'Attaque des clones dans un
coffret DVD « prélogie »[75] .
Les films Star Wars sortent en format disque Blu-ray en
septembre 2011[76] . La Revanche des Sith est ainsi restauré pour améliorer la qualité d'image par rapport à la
précédente version DVD[77] . En 2013, La Revanche des
L’acteur Ian McDiarmid et le réalisateur George Lucas
Sith ressort dans un coffret DVD « prélogie » avec les
comparent le passage d’Anakin du côté obscur de la Force
modifications apportées lors de la sortie Blu-ray[78] .
au pacte passé par Faust avec le diable. Lucas indique
d’ailleurs qu'il s’agit d'un « gain à court terme où la planète
volcanique Mustafar fait figure d’enfer »[71] . L'empereur Promotion commerciale et produits dérivés
Palpatine est également comparé au serpent face à Ève
dans le jardin d'Éden, c'est le tentateur d'Anakin[69] . La
scène muette ou l’on voit Padmé Amidala et Anakin Skywalker penser l’un à l’autre sur fond de soleil couchant sur
paysage urbain, est également une illustration du changement du héros. Cette scène complétée par la musique
maussade intitulée Padmé's Ruminations est directement
inspirée d’une scène du film Rosemary’s Baby de 1968
dont le sujet est un pacte avec le diable[72] .
Padmé représente dans le film le personnage classique
de la terre nourricière de la mythologie grecque. Elle est
proche par exemple du personnage de la reine Didon de
Carthage qui supplie son mari Énée de ne pas changer
dans l'Énéide du poète Virgile[69] .
Références culturelles
Le superviseur des effets visuels Roger Guyett et le
concepteur sonore Ben Burtt disent tous deux s’être inspirés de la scène du laboratoire dans le film Frankenstein
de 1931 pour la scène de reconstruction de Dark Vador[29],[34],[69] .
Durant la scène de l’opéra George Lucas fait un caméo
dans le rôle du baron Papanoida. Sont également déguisés en figurant pour la même scène, les techniciens Jill
Brooks, Rob Coleman, Janet Lewin, Roger Guyett, Denise Ream et John Knoll. Les deux filles de Lucas, Amanda et Katie, apparaissent aussi dans le film. Elles y interprètent les sénatrices Terr Taneel et Chi Eekway. Elles
sont visibles en arrière-plan dans une scène de discussion
entre Palpatine et Mace Windu. Le Faucon Millenium,
le célèbre vaisseau de la première trilogie est lui aussi visible dans cette scène. Le fils de George Lucas, Jett a un
rôle plus conséquent que ses sœurs et endosse le costume
d’un apprenti Jedi lors de la scène de massacre au temple
Jedi[73] .
L'auteur de science-fiction Matthew Stover signe la novélisation
du film.
Beaucoup de produits dérivés sont créés pour accompagner la sortie du film. Il y a notamment la novélisation
junior par Patricia C. Wrede, une gamme de Lego, des
maquettes Revell, des accessoires pour la salle de bain,
des coussins, du linge de maison et des costumes[79] . Le
fabricant de jouet Hasbro produit lui, de 2005 à 2006, une
gamme exclusivement consacrée au film avec cinquantecinq figurines, dix-sept figurines de luxe, dix véhicules et
un set de jeu[80] .
Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith, un jeu vidéo basé sur le film sort sur les consoles de jeux vidéo
Xbox, PlayStation 2, Nintendo DS et Game Boy Advance
le 5 mai 2005. Les personnages jouables sont Obi-Wan
Kenobi et Anakin Skywalker. Ils se déplacent à travers
plusieurs niveaux qui suivent plus ou moins la trame du
scénario du film. En revanche, certains niveaux sont tirés
des scènes coupées ou sont totalement inédites. Le jeu est
62
CHAPITRE 2. PRÉLOGIE
de type beat them all et se concentre essentiellement sur Références
le combat au sabre laser[81] .
• Sources primaires
La novélisation officielle du film Star Wars, épisode III :
La Revanche des Sith est écrite par le romancier de
[1] James Luceno, Le Labyrinthe du mal, Paris, Fleuve noir,
science-fiction Matthew Stover. Le roman comprend plu2007
sieurs chapitres qui développent certains aspects du scénario comme des conversations entre le comte Dooku et [2] Matthew Stover, Star Wars, épisode III : La Revanche des
Sith, Paris, Presses de la Cité, 2005
Palpatine, entre Mace Windu, Obi-Wan Kenobi et Anakin Skywalker et entre Palpatine et Anakin[a 2] .
• Sources secondaires
2.3.10
Notes et références
Notes
[1] Le point de référence (point zéro de la chronologie Star
Wars) est la bataille de Yavin dans l'épisode IV de la saga.
[2] L'éruption du Mont Etna de fin 2002 sert à la création de
la planète Mustafar.
[1] Patrice Girod, « L'Histoire : Toutes les grandes étapes du
film », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La
Menace fantôme, no hors série no 1, automne 1999.
[2] Patrice Girod, « L'Histoire : D'après le scénario de George
Lucas et Jonathan Hales », Lucasfilm Magazine : Le Guide
officiel du film L'Attaque des clones, no hors série no 2,
printemps 2002
[3] Il s’agit du sabre qu'Obi-Wan donnera plus tard à Luke
Skywalker dans l'épisode IV.
[3] Patrice Girod, « L'Histoire », Lucasfilm Magazine : Le
Guide officiel du film La Revanche des Sith, no hors série no 3, printemps 2005
[4] Le lac Bachalpsee en Suisse sert d'arrière plan à la scène
se déroulant sur Alderaan.
[4] (en) « Star Wars Episode III : Revenge of the Sith », sur
The-numbers.com
[5] Le mot Sith du titre français suit la grammaire anglaise et
pas la grammaire française qui impose la terminaison en
« s » pour marquer le pluriel.
[5] « Doublage français de La Revanche des Sith », sur Voxofilm
[6] « Star Wars et La Revanche des Sith » en français.
[7] « Grievous et les droides » en français.
[8] « Grievous parle au seigneur Sidious » en français.
[9] « Le rêve d'Anakin » en français.
[10] « Les enseignements de Palpatine » en français.
[6] « Les doubleurs Episode III - VFQ », sur Starwarsuniverse.com (consulté le 7 juillet 2014)
[7] Patrice Girod, « Les Personnages », Lucasfilm Magazine :
Le Guide officiel du film La Revanche des Sith, no hors série
no 3, printemps 2005
[8] All I Need Is An Idea, première partie du documentaire du
DVD de 2001 du film La Menace fantôme.
[9] Rinzler 2005, p. 13
[11] « Les réflexions de Padmé » en français.
[10] Rinzler 2005, p. 36
[12] « L'introduction du seigneur Vador » en français.
[11] Kaminski 2008, p. 380
[13] « La trahison d'Anakin » en français.
[12] Commentaires du DVD de La Revanche des Sith avec
George Lucas, Rick McCallum, Rob Coleman, John
Knoll et Roger Guyett, DVD de 2005 du film La Revanche
des Sith.
[14] « Les sombres agissements d'Anakin » en français.
[15] « La bataille des héros » en français.
[16] « Anakin contre Obi-Wan » en français.
[13] En moins d'une minute, documentaire du DVD de 2005 du
film La Revanche des Sith.
[17] « La scène de l'immolation » en français.
[14] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 232
[18] « La naissance des jumeaux et Le destin de Padmé » en
français.
[15] Patrice Girod, « Les Planètes », Lucasfilm Magazine : Le
Guide officiel du film La Revanche des Sith, no hors série
no 3, printemps 2005
[19] « Un nouvel espoir et Générique de fin » en français.
[20] Star Wars, épisode V : L'Empire contre-attaque et Star
Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi sont réalisés respectivement par Irvin Kershner et Richard Marquand.
[21] « Images étincelantes : Un voyage à travers l'art de
l’Égypte à Star Wars » en français.
[16] (en) « Star Wars The Wookiee homeworld of Kashyyyk,
sur StarWars.com, 10 janvier 2005 » (version du 14 décembre 2007 sur l'Internet Archive)
[17] Patrice Girod, « Gavin Bocquet - L'architecte de la galaxie », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La
Revanche des Sith, no hors série no 3, printemps 2005
2.3. STAR WARS, ÉPISODE III : LA REVANCHE DES SITH
63
[18] Patrice Girod, « Trisha Biggar - Défilé de mode », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La Revanche des
Sith, no hors série no 3, printemps 2005
[40] (en) « Can't work today, got a nasty case of Episode IIIfever », sur Cnet.com, 10 mai 2005 (consulté le 13 octobre
2014)
[19] Patrice Girod, « Nick Gillard - Le combat historique »,
Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La Revanche des Sith, no hors série no 3, printemps 2005
[41] (en) « Revenge of the Sith Leaked Online », sur
news.bbc.co.uk, 19 mai 2005 (consulté le 13 octobre
2014)
[20] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 240
[42] (en) « Eight Charged with Copyright Infringement for
Distributing the Latest Star Wars Movie that was Stolen
from Post-Production Firm Prior to Release Two Others
Charged with Illegally Distributing Oscar Screeners, Unreleased Movies », sur news.bbc.co.uk, 27 septembre 2005
(consulté le 14 octobre 2014)
[21] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 241
[22] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 245
[23] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 250
[24] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 252
[25] « Région de Guilin (Kashyyyk - Episode III) », sur
StarWars-Universe.com
[26] « Phuket - Baie de Phang Nga (Kashyyyk - Episode III) »,
sur StarWars-Universe.com
[27] « Grindelwald - Bachalpsee (Alderaan - Episode III) », sur
StarWars-Universe.com
[28] « Mont Etna (Mustafar - Épisode III) », sur StarWarsUniverse.com
[43] (en) « Star Wars », sur Filmrating.com (consulté le 14 octobre 2014)
[44] « Rechercher une œuvre », sur CNC.fr (consulté le 14 octobre 2014)
[45] (en) « Star Wars Episode III : Revenge of the Sith (2008) »,
sur Rotten Tomatoes (consulté le 16 octobre 2014)
[46] (en) « Star Wars Episode III : Revenge of the Sith », sur
Metacritic (consulté le 16 octobre 2014)
[47] « Critiques de Star Wars, épisode III - La Revanche des
Sith », sur Allociné (consulté le 16 octobre 2014)
[29] Patrice Girod, « Roger Guyett - Vador dans tous ses
états », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La
Revanche des Sith, no hors série no 3, printemps 2005
[48] (en) « Star Wars : Episode III », sur The New Yorker, 23
mai 2005 (consulté le 20 octobre 2014)
[30] Patrice Girod, « David Tattersall - Que la lumière soit »,
Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La Revanche des Sith, no hors série no 3, printemps 2005
[49] (en) « Some Surprises in That Galaxy Far, Far Away »,
sur New York Times, 16 mai 2005 (consulté le 20 octobre
2014)
[31] Patrice Girod, « John Knoll - La création plan par plan de
La Revanche des Sith », Lucasfilm Magazine : Le Guide
officiel du film La Revanche des Sith, no hors série no 3,
printemps 2005
[32] Patrice Girod, « Rob Coleman - Encore plus de clones »,
Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La Revanche des Sith, no hors série no 3, printemps 2005
[33] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 248
[34] Patrice Girod, « Ben Burtt - Le maître du son », Lucasfilm
Magazine : Le Guide officiel du film La Revanche des Sith,
no hors série no 3, printemps 2005
[35] Patrice Girod, « Roger Barton - Dans la salle de montage », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La
Revanche des Sith, no hors série no 3, printemps 2005
[36] Patrice Girod, « John Williams », Lucasfilm Magazine : Le
Guide officiel du film La Revanche des Sith, no hors série
no 3, printemps 2005
[50] (en) « Star Wars Episode III : Revenge of the Sith », sur
RogerEbert.SunTimes, 19 mai 2005 (consulté le 20 octobre
2014)
[51] Marc Toullec, « Star Wars, épisode III : La Revanche des
Sith », Ciné Live, no 91, mai 2005
[52] (en) « George Lucas admits he’s no great writer, sur CBC,
10 juin 2005 » (version du 16 avril 2009 sur l'Internet Archive)
[53] (en) « Is Star Wars Episode III : Revenge of the Sith a work
of art », sur UK.IGN.com, 29 novembre 2012 (consulté le
20 octobre 2014)
[54] (en) « Star Wars Episode III : Revenge of the Sith boxoffice », sur BoxOfficeMojo.com
[55] (en) « Sith Destroys Single Day Record », sur BoxOfficeMojo.com
[56] (en) « Star Wars Episode III : Revenge of the Sith Results »
[37] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 256
[57] « Box-Office France », sur CBO-BoxOffice.com (consulté
le 11 juin 2014)
[38] « Conférence de presse : Star Wars , épisode III : La Revanche des Sith », sur Festival-Cannes.com, 15 mai 2005
(consulté le 14 octobre 2014)
[58] (en) « Star Wars : Episode I 3D Gets Theatrical Release
Date From Lucasfilm, Fox », sur The Hollywood Reporter,
3 mars 2011 (consulté le 16 juin 2014)
[39] (en) « Star Wars marathon marks premiere », sur
news.bbc.co.uk, 19 avril 2005 (consulté le 13 octobre
2014)
[59] (en) « Focusing on Episode VII, Lucasfilm Postpones Episodes II and III 3D », sur StarWars.com, 28 janvier 2013
(consulté le 16 juin 2014)
64
[60] « Star Wars II et III ressortiront en 3D le.. », sur Allocine.fr, 27 août 2012 (consulté le 16 juin 2014)
[61] (en) « Revenge of the Sith 3D Coming to Star Wars Celebration », sur Starwars.com, 5 janvier 2015 (consulté le 6
janvier 2015)
[62] (en) « Awards Databases », sur Oscars.org (consulté le 21
octobre 2014)
[63] (en) « The Saturn Awards Past-Winners », sur Saturn
Awards (consulté le 22 octobre 2014)
[64] (en) « MTV Movie Awards 2006 », sur MTV.com (consulté le 22 octobre 2014)
CHAPITRE 2. PRÉLOGIE
2.3.11 Annexes
Articles connexes
• Star Wars
• Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones
• George Lucas
• Bataille de Coruscant
• Guerre des clones
[65] (en) « 27th Annual Golden Raspberry (Razzie) Award
Winners », sur Razzies.com (consulté le 22 octobre 2014)
Bibliographie
[66] (en) « Distinctions de Star Wars, épisode III : La Revanche
des Sith », sur l'IMDb (consulté le 22 octobre 2014)
: document utilisé comme source pour la rédaction
de cet article.
[67] (en) « Aolitics creates a disturbance in the Force », sur
USAToday.com (consulté le 22 octobre 2014)
[68] (en) Ellen Crean, « Sith Invites Bush Comparisons Cannes Is Abuzz Over New Star Wars Themes », sur CBSnews.com, 16 mai 2005 (consulté le 22 octobre 2014)
[69] Star Wars - Les Origines d'une saga ((en) Star Wars : The
Legacy Revealed) documentaire de Kevin Burns, 2007
[70] (en) « The Force is with Lucas in his Star Wars finale »,
sur SeattleTimes.com (consulté le 22 octobre 2014)
[71] (en) « Star Wars Goes To Hell », sur CBSNews.com
(consulté le 22 octobre 2014)
[72] (en) « Star Wars III : Titanic in Space », sur
msnbc.msn.com (consulté le 22 octobre 2014)
[73] « Le guide des secrets de la prelogie », sur Starwarsuniverse.com (consulté le 31 mai 2014)
[74] « Les DVD de la saga – Episode III », sur Starwarsuniverse.com (consulté le 22 octobre 2014)
[75] (en) « Star Wars Saga Repacked in Trilogy Sets on DVD,
sur StarWars.com, 28 août 2008 » (version du 26 octobre
2008 sur l'Internet Archive)
[76] (en) « The Star Wars Saga on Blu-Ray », sur StarWars.com
(consulté le 11 juin 2014)
[77] (en) « The Best on Blu-ray : Restoring the Star Wars Saga
for the HD Generation », sur StarWars.com (consulté le
11 juin 2014)
[78] « Star Wars - La Prélogie (Édition Simple) - DVD », sur
DVDFr.com (consulté le 16 juin 2014)
[79] Lucasfilm Magazine, vol. hors série no 2 : Le Guide officiel
du film L'Attaque des clones, Paris, Courleciel, printemps
2002
[80] (en+de) Fantasia-Team, Star Heroes Collector 2006 : Internationale Version, Dreieich, Fantasia Verlag GmbH,
2005 (ISBN 978-3935976329)
[81] (en) « Revenge of the Sith : The Goods », sur UK.IGN.com
• Lucasfilm Magazine, vol. hors série no 3 : Le Guide
officiel du film La Revanche des Sith, Paris, Courleciel, printemps 2005
• (en+de) Fantasia-Team, Star Heroes Collector
2006 : Internationale Version, Dreieich, Fantasia Verlag GmbH, 2005 (ISBN 978-3-9359-7632-9)
• Pablo Hidalgo, Daniel Wallace et Ryder Windham,
Générations Star Wars : La Chronique illustrée de
30 ans d’aventures - Nouvelle édition, Hors Collection, 2012, 328 p. (ISBN 2-2580-9895-5)
• (en) Michael Kaminski, The Secret History of Star
Wars, Kingston, Legacy Books Press, 2008 (ISBN
978-0-9784-6523-0)
• James Luceno (trad. Alain Clément), Star Wars, épisode III : Tout sur La Revanche des Sith - Personnages, créatures et droïdes, Paris, Nathan, 2005, 64
p. (ISBN 978-2-0925-0749-0)
• Jonathan W. Rinzler, La revanche des Sith : Le making of, Paris, Presses de la Cité, 2005 (ISBN 978-22580-5344-1)
• (en) Jonathan W. Rinzler, The Art of Star Wars :
Episode III - Revenge of the Sith, New York, Del
Rey Books, 2005 (ISBN 0-3454-3135-9)
• Curtis Saxton et Hans Jenssen, Star Wars, épisode
III : Plans secrets des vaisseaux et engins, Paris,
Nathan, 2005 (ISBN 2-0925-0750-8)
Liens externes
• (en) Site officiel
• Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith sur
Allociné
2.3. STAR WARS, ÉPISODE III : LA REVANCHE DES SITH
• (en) Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith sur
l’Internet Movie Database
• (en) « Star Wars Episode III : Revenge of the Sith »,
sur LucasFilm
• (en) « Star Wars Episode III : Revenge of the Sith »,
sur Wookieepedia
•
•
•
Portail de Star Wars
Portail du cinéma américain
Portail des années 2000
La version du 16 novembre 2014 de cet article a été
reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle
répond à des critères de qualité concernant le style, la
clarté, la pertinence, la citation des sources et
l'illustration.
65
Chapitre 3
Trilogie originale
3.1 Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir
commercial et un succès critique. Il remporte de nombreux prix, notamment sept Oscars.
Élément fondateur de l'univers de fiction Star Wars, Un
nouvel espoir est sorti en VHS en mai 1982 puis progressivement sur d'autres supports, et a également engendré
un nombre important de produits dérivés.
Vous lisez un « bon article ».
Star Wars, épisode IV :
Un nouvel espoir
3.1.1 Synopsis
Logo du film Un nouvel espoir.
Pour plus de détails, voir Fiche technique et Toile de fond
Distribution
La Guerre des étoiles (Star Wars) est un film américain
de science-fiction de type space opera sorti en 1977 écrit
et réalisé par George Lucas. À partir de l'an 2000, il est
exploité sous le nom Star Wars, épisode IV : Un nouvel
espoir (Star Wars Episode IV : A New Hope).
C'est le premier opus de la saga Star Wars par sa date
de sortie, mais le quatrième selon l'ordre chronologique
de l'histoire. Il est le premier volet de la trilogie originale
qui est constituée également des films L'Empire contreattaque et Le Retour du Jedi. Ce film est aussi le troisième
long métrage réalisé par Lucas.
L'histoire de cet épisode se déroule dix-huit ans après
les événements de La Revanche des Sith (sorti en 2005).
L'intrigue se concentre sur l'Alliance rebelle, une organisation qui tente de détruire la station spatiale Étoile noire,
l'arme absolue du très autoritaire Empire galactique. Mêlé malgré lui à ce conflit galactique, le jeune ouvrier agricole Luke Skywalker s’engage au sein des forces rebelles
après le massacre de sa famille par des soldats impériaux. Vision d'artiste de la planète Coruscant.
George Lucas commence l’écriture du scénario en 1973.
La préproduction du film dure deux ans. Le tournage en
lui-même se déroule de mars à juillet 1976, principalement aux studios d'Elstree, en Angleterre mais aussi en
extérieur en Tunisie. La musique du film est composée et
dirigée par John Williams. Peu satisfait des trucages de
son film, le réalisateur le remonte en 1997 en y ajoutant
des effets numériques.
L'univers de Star Wars se déroule dans une galaxie qui
se fait le théâtre d'affrontements entre les Chevaliers Jedi
et les Seigneurs noirs des Sith, personnes sensibles à la
Force, un champ énergétique mystérieux leur procurant
des pouvoirs psychiques. Les Jedi maîtrisent le Côté lumineux de la Force, pouvoir bénéfique et défensif, pour
maintenir la paix dans la galaxie. Les Sith utilisent le Côté
pour leurs usages
Le film s’inspire à la fois des westerns, des films de obscur, pouvoir nuisible et destructeur,
[1]
.
personnels
et
pour
dominer
la
galaxie
sabre, des films de guerre, des séries de science-fiction,
et il utilise le concept du voyage du héros comme base Pour ramener la paix, une République galactique a été
narratologique. Un nouvel espoir est à la fois un succès fondée avec pour capitale la planète Coruscant. Mais, tout
66
3.1. STAR WARS, ÉPISODE IV : UN NOUVEL ESPOIR
67
au long de son existence, elle est secouée par des sécessions et des guerres. Pour y mettre fin, la République est
remplacée en 19 av. BY[Note 1] par un Empire galactique
autoritaire et discriminatoire. Cette nouvelle entité est dirigée par le Sith Palpatine, son apprenti Dark Vador et son
chef d'état-major Tarkin[2] .
Cependant, après plusieurs années, la brutalité du régime
provoque l'apparition d'une opposition armée : l'Alliance
rebelle. Le premier coup d'éclat de cette dernière se
déroule en 1 av. BY, lorsque des espions rebelles parviennent à mettre la main sur les plans de la station spatiale Étoile noire, une arme absolue que Tarkin construit
en secret depuis l’avènement de l’Empire. La princesse
Leia, l'une des responsables de l'Alliance, est alors charFerme des Lars où Luke a grandi[Note 2] .
gée de rapporter en lieu sûr les plans dérobés[a 1] .
Résumé
Le vaisseau spatial de Leia est arraisonné par l'énorme
destroyer Stellaire de Dark Vador alors qu'elle s’apprête à
faire escale sur la planète désertique Tatooine. Les Impériaux pénètrent à bord et font prisonniers ses occupants, considérés comme des espions. Se sentant perdue, la princesse prend la décision de confier les plans
dérobés au petit droïde R2-D2[3] . Ce dernier s’échappe
avec un autre robot du nom de C-3PO grâce à une capsule de sauvetage. Ils parviennent à atterrir sur Tatooine
sans trop d'encombres mais se font rapidement capturer
par des Jawas, petites créatures autochtones spécialisées
dans la vente de ferraille et de composants électroniques.
Ils vendent les deux droïdes à un couple de fermiers[4] .
En s’occupant de nettoyer les robots, leur neveu Luke
Skywalker, découvre par hasard un message de la princesse Leia enregistré à l'intérieur de R2-D2. Ce message
est destiné à un général dénommé Obi-Wan Kenobi. Le
jeune homme pense qu'il pourrait s’agir d'un vieil ermite,
Ben Kenobi, qui vit non loin de là. Le soir venu, R2-D2
s’échappe de la ferme pour accomplir sa mission initiale,
délivrer le message à Obi-Wan Kenobi. Luke part à sa recherche dès le lendemain matin avec C-3PO mais ils se
font attaquer par les dangereux Hommes des Sables. Heureusement, l'intervention de Kenobi les met en déroute[5] .
des droïdes. Ils remontent rapidement la piste jusqu'à la
ferme de Luke. Après avoir interrogé l'oncle et la tante
de celui-ci, ils les exécutent puis poursuivent leurs recherches. De retour chez lui, le jeune Skywalker découvre
avec horreur les corps calcinés de son oncle et de sa tante.
Il décide alors de s’enfuir avec Kenobi jusqu'à l'astroport
de Mos Eisley pour y trouver un pilote capable de les emmener à Alderaan[6] . Dans un bar de la ville, ils font la
connaissance du contrebandier Han Solo et son copilote,
le Wookie Chewbacca. Tous deux acceptent de les emmener à bord de leur vaisseau en échange d'une forte somme
d'argent. À peine le marché conclu, ils décollent en catastrophe car ils sont repérés par des soldats de l'Empire[7] .
Durant le voyage, Luke fait ses premiers pas dans la Force
avec le sabre laser de son père qu'Obi-Wan garde précieusement depuis près de vingt ans[5] . Le Jedi ressent soudainement à travers la Force un terrible événement mais
ne parvient pas à l'identifier. Il s’agit en fait d'un génocide qui vient d'être commis sur ordre de Tarkin. Celuici, pour faire avouer à la princesse Leia où se trouve la
base de l'Alliance Rebelle, n'a pas hésité à faire annihiler
la planète Alderaan par le super-laser de l’Étoile noire[8] .
Arrivé dans le champ d’astéroïdes qui marque désormais
l'ancien emplacement de la planète, le vaisseau de Solo
tombe dans le champ d'action d'un puissant rayon qui le
tracte jusqu'à l'Étoile Noire[9] .
Kenobi prend connaissance du message de la princesse,
qui le supplie de rejoindre la planète Alderaan pour
confier les précieux plans volés à son père qui est l'un
des dirigeants de l'Alliance rebelle. Le vieil homme explique à Luke qu'il était autrefois un chevalier Jedi. Il
révèle également au jeune homme qu'il connaissait son
père, un valeureux pilote et guerrier Jedi durant la Guerre
des clones, ayant été éliminé par le Jedi Dark Vador, qui
a trahi les siens. Luke est abasourdi, ayant toujours cru à
la version de son oncle selon laquelle son père avait été
un navigateur sans histoires. Obi-Wan lui apprend également l'existence de la Force et qu'après une formation, il
saura lui aussi la maîtriser[5] .
Entre temps, Vador lance ses troupes à la recherche La base rebelle de Yavin 4[Note 3] .
68
CHAPITRE 3. TRILOGIE ORIGINALE
Le groupe se dissimule dans des compartiments cachés IMDb.
pour faire croire aux impériaux que le vaisseau est vide.
Puis, ils se séparent : Obi-Wan désactive le rayon tracteur
• Titre original : Star Wars puis Star Wars Episode IV :
tandis que Luke, Han et Chewbacca délivrent la princesse
A New Hope
retenue prisonnière dans un cachot de l'Étoile Noire[10] .
• Titre français : La Guerre des Étoiles puis Star Wars,
Dark Vador sent rapidement la présence de Kenobi et déépisode IV : Un nouvel espoir
cide d'affronter au sabre laser son ancien mentor et ami.
Luke assiste impuissant à la mort d'Obi-Wan qui est faci• Réalisation : George Lucas
lement vaincu par son adversaire. En réalité, le maître Je• Scénario : George Lucas
di a disparu physiquement pour ne faire plus qu'un avec la
Force et devenir ainsi un esprit capable de guider le jeune
• Direction artistique : Leslie Dilley et Norman Reyhomme. Luke, Han, Chewbacca et Leia parviennent cenolds
pendant à regagner leur vaisseau et quittent l'Étoile Noire.
Ils se rendent à la base secrète de l'Alliance rebelle sur le
• Décors : John Barry
satellite naturel Yavin 4. Mais grâce à un mouchard élec• Costumes : John Mollo
tronique implanté dans leur vaisseau, Tarkin parvient à
localiser la base rebelle et dirige l'Étoile Noire vers cette
• Maquillage : Stuart Freeborn
destination. De leur côté les rebelles analysent les plans
• Photographie : Gilbert Taylor
dérobés et trouvent une faille à exploiter. Un missile envoyé dans une bouche d'entrée d'aération qui conduit au
• Effets spéciaux : Industrial Light & Magic
cœur même de la station peut en effet anéantir l'Étoile
Noire. Le jeune Luke Skywalker décide de se battre avec
• Montage : Richard Chew, Paul Hirsch, Marcia Lul'escadron rebelle qui part alors affronter la station[11] .
cas en 1977 et T.M. Christopher en 1997 pour
l'édition spéciale
L’assaut est donné sur l'Étoile Noire. Une partie des pilotes rebelles retiennent les vaisseaux ennemis pendant
que d'autres tentent d'atteindre la bouche d'aération. Mais
Dark Vador en personne décolle pour donner la chasse.
Les vaisseaux rebelles tombent ainsi tour à tour sous ses
coups. Luke se retrouve alors seul pour mener à bien la
mission. Il décide alors d'utiliser la Force, comme ObiWan lui a appris. Han vient alors l'aider à éliminer les
sbires de l'Empire. Tandis que le chasseur de Vador, déséquilibré par une manœuvre maladroite de son ailier, part
à la dérive dans l'espace, le jeune Skywalker parvient
à atteindre sa cible. L'Étoile Noire est alors pulvérisée.
Luke et Han reviennent après sur Yavin 4 et y sont accueillis en héros. La bataille de Yavin marque ainsi la première grande victoire de l'Alliance contre la tyrannie de
l'Empire[12] .
• Musique : John Williams
3.1.2
• Genre : science-fiction
Fiche technique
• Production : Gary Kurtz, George Lucas en 1977 et
Rick McCallum en 1997 pour l'édition spéciale
• Société de production : Lucasfilm Ltd. et 20th Century Fox
• Société de distributeur : 20th Century Fox
• Budget : 11 500 000 $[13]
• Pays d'origine :
États-Unis
• Langue originale : anglais
• Format : couleur (Deluxe) - 35 mm - 2,35 :1 - Stéréo
Dolby en 1977 et SDDS, Dolby Digital et DTS en
1997 pour l'édition spéciale
• Durée : 121 minutes en 1977 et 125 minutes en 1997
pour l'édition spéciale
• Dates de sortie :
Ancien logo français de Star Wars.
Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations
mentionnées dans cette section proviennent de la base de données
•
États-Unis : 25 mai 1977 (édition originale) ; 31 janvier 1997 (édition spéciale)
•
France : 11 septembre 1977[14] (Festival
de Deauville) ; 19 octobre 1977 (édition originale) ; 19 mars 1997 (édition spéciale)
•
Belgique : 27 octobre 1977 (Gand) ; 19
mars 1997 (édition spéciale)
• Version française réalisée par Société nouvelle de
doublage avec des dialogues d'Éric Kahane sous la
direction artistique Michel Gast[15] .
3.1. STAR WARS, ÉPISODE IV : UN NOUVEL ESPOIR
3.1.3
Distribution
69
• Mark Hamill en 1978.
• Mark Hamill (VF : Dominique Collignon-Maurin) :
Luke Skywalker
• Harrison Ford en 2002.
• Harrison Ford (VF : Francis Lax
lo[Note 5]
• Peter Cushing en 1960.
[Note 4]
) : Han So-
• Carrie Fisher (VF : Évelyn Séléna) : princesse Leia
Organa
• Carrie Fisher en 1978.
• Alec Guinness en 1973.
• Anthony Daniels en 2005.
• Peter Cushing (VF : Henri Virlogeux) : Grand Moff
Tarkin[Note 5]
3.1.4
Personnages
• Alec Guinness (VF : Philippe Dumat) : Obi-Wan
« Ben » Kenobi
• Anthony Daniels (VF : Roger Carel) : C-3PO[Note 5]
• Kenny Baker : R2-D2
• Peter Mayhew : Chewbacca[Note 5]
• David Prowse : Dark Vador
• James Earl Jones (VF : François Chaumette) : voix de
Dark Vador
• Phil Brown (VF : Claude Joseph) : oncle Owen
• Shelagh Fraser (VF : Paule Emanuele) tante Beru
• Jack Purvis : chef des Jawas
• Alex McCrindle (VF : Henri Labussière) : général Dodonna
• Eddie Byrne (VF : Georges Atlas) : général Willard
• Drewe Henley (VF : Marc de Georgi[Note 6] ) : Red leader
• Denis Lawson (VF : Pierre Trabaud) : Red 2 (Wedge)
• Garrick Hagon (VF : Jean Roche) : Red 3 (Biggs)
• Jack Klaff : Red 4 (John D.)
• William Hootkins : Red 6 (Porkins)
• Angus MacInnes (VF : Georges Atlas) : Yellow leader
• Jeremy Sinden : Yellow 2
• Graham Ashley : Yellow 5
• Don Henderson (VF : Serge Lhorca) : général Taggi
• Richard LeParmentier (VF : Pierre Hatet) : général
Motti
• Leslie Schofield : commandant impérial
Source : Starwars-universe.com[15] .
• Photos des acteurs principaux.
Cosplay de la princesse Leia alors qu'elle confie une mission à
R2-D2.
• Luke Skywalker : c'est un jeune garçon de ferme
élevé par son oncle Owen et sa tante Beru sur la planète désertique Tatooine. Il possède une affinité particulière pour les machines et des grandes aptitudes
pour le pilotage. Il n'a qu'un rêve, quitter la ferme
familiale et partir à l'aventure[16] .
• Han Solo : c'est un contrebandier travaillant pour le
puissant trafiquant Jabba le Hutt. Lors d'un voyage
de contrebande, il est arraisonné par un vaisseau impérial. Pour ne pas se faire arrêter, il expulse sa marchandise dans l'espace. Depuis lors, Jabba lui réclame un dédommagement pour avoir détruit cette
marchandise[17] .
• Princesse Leia Organa : elle est la fille adoptive
de Bail Organa, l'un des chefs de l'Alliance rebelle.
Elle grandit sur la paisible planète d'Alderaan. Leia
70
CHAPITRE 3. TRILOGIE ORIGINALE
se lance très tôt dans la politique et rejoint secrète- 3.1.5 Production
ment les forces rebelles. Devenue la sénatrice de sa
planète, elle profite de son immunité diplomatique Scénario
pour fédérer les opposants à l'Empire[18] .
• Le Grand Moff Tarkin : issu d'une puissante famille aristocrate, il choisit de suivre une carrière
d'officier militaire. Ambitieux et sans scrupule, il est
rapidement repéré par le futur empereur Palpatine
qui favorise son ascension durant la Guerre des
clones. Après la proclamation de l'Empire galactique, Tarkin est promu au grade militaire suprême
de Grand Moff. Tarkin se voit alors confier le projet de superviser la construction d'une arme secrète,
l'Étoile noire[19] .
• Obi-Wan Kenobi : ce chevalier Jedi est l'ancien
mentor et ami de Dark Vador. Après le changement de camp de ce dernier Obi-Wan se voit dans
l'obligation de l'arrêter. Leur confrontation laisse
Vador gravement blessé et handicapé. Après ce
combat, Obi-Wan s’exile sur Tatooine où il surveille
de près le fils de son ancien ami : Luke Skywalker[2] .
• C-3PO : c'est un droïde de protocole conçu pour les
relations entre les humains et les autres droïdes. Il est
le compagnon de toujours de R2-D2. Il appartient au
capitaine du vaisseau qui achemine la princesse Leia
lors de ses missions diplomatiques[20] .
Après avoir tourné le film American Graffiti en 1972, le
jeune réalisateur George Lucas envisage une adaptation
cinéma de la série télévisée de science-fiction Flash Gordon. Cependant devant les exigences de la société propriétaire des droits d'auteurs, Lucas abandonne le projet.
Il décide alors de travailler sur une histoire de sciencefiction de son invention[24] . Il rassemble ses premières
idées en janvier 1973 sur deux pages intitulées Journal of
the Whills. Il y est question d'un Jedi-bendu nommé Mace
Windy et de son disciple, le padawan C.J. Thorpe[25] .
En mai 1973, Lucas rédige un premier manuscrit de
quatorze pages intitulé The Star Wars qui raconte les
aventures du général Luke Skywalker. Il le soumet aux
sociétés de production United Artists et Universal qui le
refusent[25] . En juin, Alan Ladd Jr., un des vice-présidents
de la société 20th Century Fox, approche Lucas. Ce dernier lui fait alors part de son projet de film. Ladd est rapidement conquis mais ses associés relativement moins. En
août, alors qu'ils sont toujours en négociation, American
Graffiti sort dans les salles de cinéma. Le film rencontre
un succès critique et public. Cette réussite permet à Ladd
de convaincre ses associés de signer le contrat de financement du film[26] . La Fox annonce à Lucas qu'elle finance
le film juste après Noël 1973[27] .
• Dark Vador : il est l'apprenti de l'empereur et son
fidèle second. Ancien Jedi devenu Sith, son combat
contre Obi-Wan Kenobi le laisse gravement blessé. Il ne survit par la suite que grâce à une armure noire robotisée. Il est chargé par l'empereur
Palpatine de traquer et d'éliminer les rebelles<ref
name="AllansonVAD>Allanson 2002-2004, Vad1
et Vad2 : Dark Vador</ref>.
En mai 1974, Lucas met au point la première ébauche de
son scénario. Il y raconte le combat des pacifiques Jedi
contre les maléfiques Sith. Il introduit dans cette version
les personnages du contrebandier Han Solo et de deux
robots chamailleurs[28] . En janvier 1975, le jeune réalisateur écrit une seconde ébauche de son scénario. Il l'intitule
désormais Adventures of the Starkiller. Les deux robots
se voient attribuer les noms de R2-D2 et C-3PO[29] .
Dans cette ébauche Luke et le pirate Han Solo traversent
l'espace à la rescousse de Deak, le frère de Luke qui est
emprisonné par Dark Vador dans une ville impériale de
la planète Alderaan[30] . Il envisage ensuite de remplacer
Luke par un personnage féminin de princesse et finalement décide de garder les deux personnages[31] . En août
1975, Lucas met au point une troisième ébauche de scénario qu'il intitule The Star Wars : From the Adventures
of Luke Starkiller. Deak est alors remplacé par la princesse Leia et un vieux Jedi jusqu'alors anonyme prend le
nom de général Ben Kenobi. Luke, lui, devient un héros
solitaire, fils d'un Jedi mort au combat[32] .
• Owen et Beru Lars : ce couple de fermiers s’est vu
confier par Obi-Wan Kenobi la garde de Luke Skywalker. Owen ne dit jamais la vérité sur les origines
de Luke et préfère lui raconter que son père était
un navigateur sur un cargo d'épices. Il espère secrètement que Luke reprendra la ferme après sa mort.
Beru s’aperçoit rapidement que le jeune homme aspire à une toute autre vie[23] .
Peu de temps après avoir rédigé cette troisième version,
George Lucas négocie avec la 20th Century Fox le droit
de faire deux suites à son film. Il décide alors de consacrer du temps pour développer une trame de fond assez élaborée pour faciliter son futur processus d'écriture
sur les autres films[33] . En janvier 1976, alors que le casting du film est presque complet, le réalisateur termine
la quatrième ébauche intitulée The Adventures of Luke
Starkiller as taken from the Journal of the Whills. La pla-
• R2-D2 : c'est un droïde astromécano conçu pour la
réparation et le pilotage automatique des vaisseaux
spatiaux. Il appartient au même propriétaire que C3PO. Il se voit confier par la princesse Leia, une mission d'une importance capitale[21] .
• Chewbacca : il est le copilote et le mécanicien du
vaisseau de Han Solo. C'est un Wookiee de très
grande taille. Obi-Wan Kenobi s’adresse à lui pour
l'acheminer jusqu'à la planète Alderaan[22] .
3.1. STAR WARS, ÉPISODE IV : UN NOUVEL ESPOIR
71
nète principale de l'action précédemment appelée Utapau
devient alors Tatooine[34] . Fin mars alors que le tournage
a débuté depuis plusieurs jours, Lucas remanie une dernière fois son scénario. Il abrège le titre du film en Star
Wars et décide que l'histoire sera plus percutante si Ben
Kenobi meurt en se sacrifiant pour permettre à ses alliés
d'échapper à Dark Vador[35] .
Les auditions débutent en août 1975 dans les bureaux
de la société American Zoetrope. George Lucas auditionne avec le réalisateur Brian De Palma qui recherche
des acteurs pour son prochain film tiré du roman Carrie de
Stephen King[32] . Des auditions en Angleterre sont également réalisées car c'est dans ce pays que sera tournée
la majorité du film. Une grande partie des seconds rôles
sont donc attribués à des Britanniques. Le rôle d'ObiWan Kenobi que Lucas souhaite confier à l'acteur japonais Toshirō Mifune est lui aussi finalement donné à un
acteur anglais : le célèbre Alec Guinness. Le choix des
trois rôles principaux se fait en décembre 1975. Harrison
Ford qui au départ est engagé seulement pour donner la
réplique aux auditionnés est finalement retenu pour le rôle
d'Han Solo. Le rôle de la princesse Leia est confié à Carrie
Fisher et celui de Luke Skywalker à Mark Hamill. Les
acteurs Amy Irving, William Katt, Kurt Russell, Perry
King, Cindy Williams et Charles Martin Smith qui auditionnent pour ces rôles, ne sont pas retenus[40],[37] .
Préproduction
John Mollo et Stuart Freeborn sont engagés pour travailler respectivement aux costumes et aux maquillages
du film. Ils débutent leurs créations en janvier 1976[34] .
Mollo reçoit comme consigne d'imaginer des costumes
discrets et d'apparence pessimiste. George Lucas souhaite
que les spectateurs se focalisent sur les personnages ou
l'action plutôt que sur les costumes. Pour Luke Skywalker
qui au départ est un fermier, Mollo utilise comme tunique
un tissu bon marché conçu pour réaliser des rideaux, un
pantalon treillis et en guise de chaussures des bandages.
Han Solo est habillé de manière un peu « plus tape-à-l’œil
et plus dandy ». Le costume de Leia ressemble, lui, à une
robe de religieuse, mais en plus pratique. Obi-Wan Kenobi a un costume qui mélange des éléments de samouraï
et de prêtre catholique[41] .
Tournage
L'artiste Ralph McQuarrie en 2008.
Le tournage démarre le 22 mars 1976 en Tunisie avec
les scènes devant se dérouler sur la planète Tatooine. Les
deux premières semaines de tournage sont très éprouvantes pour les acteurs et les techniciens américains
et britanniques qui ne sont pas habitués aux intempéries et aux fortes chaleurs tunisiennes. Les costumes des
deux droïdes qui viennent à peine d'être terminés se
trouvent également être défectueux et inconfortables pour
les acteurs[37] .
George Lucas engage en novembre 1974 le concepteur
de maquettes Colin Cantwell et le dessinateur Ralph McQuarrie pour qu'ils donnent vie à ses idées de vaisseaux
spatiaux et de personnages. De janvier à mars 1975, les
deux artistes livrent leurs premières créations. Cantwell
réalise les maquettes des futurs vaisseaux Faucon Mille- Le tournage déménage ensuite aux studios d'Elstree dans
nium et Y-Wing[36] . McQuarrie peint lui, cinq des scènes la banlieue de Londres[42] . Quelques scènes sont égaleclés de l'intrigue[29],[37] .
ment tournées aux studios Shepperton dans la région du
En février 1975, le dessinateur Alex Tavoularis est chargé Middlesex[43] . Lucas trouve alors les règles de travail imde la réalisation du storyboard de la séquence d'ouverture posées par les syndicats britanniques très contraignantes ;
afin que les producteurs calculent le coût des effets spé- elles l'obligent entre autres de finir ses prises avant dixciaux qu'elle nécessitera[38] . Par souci d'économie Lucas sept heures trente sans dépassement possible. Lucas est
décide alors de fonder sa propre agence d'effets spéciaux. également déçu par les costumes, les décors et plusieurs
Pour la diriger, il engage John Dykstra. En mai, il installe autres détails. Le budget limité lui impose des comprocette société baptisée Industrial Light & Magic dans un mis qui ne le satisfont pas. Il ne parvient pas non plus à
ancien entrepôt en banlieue de Los Angeles[39],[37] .
faire entrer ses acteurs dans son univers[37] .
72
Le conseil d'administration de la 20th Century Fox inquiet à cause des retards du tournage met également la
pression sur Lucas. Pour combler le retard, le réalisateur
répartit le tournage en trois équipes[37] . Cela lui permet
de terminer le travail en Angleterre le 23 juillet 1976. Les
scènes restantes sont ensuite tournées aux États-Unis[44] .
En juin 1976, le documentariste Mike Dodds est engagé
pour filmer les coulisses des séquences tournées en Angleterre. Il filme librement à l'intérieur des studios pendant les prises et les répétitions mais aussi en dehors, notamment les discussions des acteurs sur leur rôle. Il réalise également des interviews dont l'une des seules d'Alec
Guinness sur son rôle dans Star Wars. Le travail de Dodds
est utilisé à des fins publicitaires et pour alimenter les reportages de journaux télévisés[43] .
Postproduction
En découvrant le premier montage de son film, Lucas est
en état de choc. Il le trouve désastreux et demande au
monteur John Jympson de le retravailler[45] . Mais celuici refuse. Lucas décide alors de le renvoyer et engage à
sa place Richard Chew, Paul Hirsch et sa propre femme
Marcia Lucas. Les monteurs utilisent au maximum les
meilleurs prises pour rendre le film moins « traditionnel
et plat »[37] .
CHAPITRE 3. TRILOGIE ORIGINALE
Lucas obtient ensuite que la sortie de son film soit repoussée de Noël 1976 à l'été 1977. Cela lui laisse du temps
pour intégrer les effets spéciaux réalisés par Industrial
Light & Magic[37] . Mais en découvrant que les techniciens ont dépensé la moitié de leur budget pour la réalisation d'une seule scène, George Lucas s’effondre. Il se fait
hospitaliser croyant être victime d'une crise cardiaque.
Les médecins diagnostiquent seulement de l'hypertension
artérielle et lui recommandent moins de stress[44] . Le réalisateur s’oblige alors à superviser lui-même les techniciens pour redoubler l'effort et finir à temps les effets
spéciaux[37] . Explorant tous les moyens techniques pour
réaliser les plans qu'il souhaite, les techniciens inventent
des nouveaux procédés comme le Dykstraflex, un système informatique de déplacement de caméra[46] . Pour
les combats des vaisseaux spatiaux, Lucas leur demande
de s’inspirer de batailles aériennes tirées de vieux films
de guerre. Ce qu'ils font et parfois en s’inspirant du film
image par image. Finalement après un travail acharné, les
effets spéciaux sont prêts dans les temps[37] .
Une fois les effets visuels terminés, les effets sonores
sont ajoutés par le concepteur Ben Burtt à partir d'une
sonothèque de bruit qu'il constitue depuis un an[37] . Pour
les hurlements du personnage de Chewbacca, il mélange
des cris de lions, de tigres, de morses et d'ours[39] . Pour le
droïde R2-D2, il mélange des bruits de synthétiseur avec
sa propre voix et des gazouillis de bébés. La respiration du
maléfique Dark Vador est obtenue en mettant un petit micro à l'intérieur du régulateur d'une bouteille de plongée.
Pour la voix de ce même personnage, Lucas engage James
Earl Jones car il veut une voix au timbre plus sombre que
celle de David Prowse, l'interprète de Dark Vador[37] .
Bande originale
Le concepteur sonore Ben Burtt en 2013.
Un an après avoir tourné la scène du bar, Lucas demande au dessinateur Ron Cobb d'imaginer des nouveaux
extraterrestres pour densifier la clientèle et la rendre encore plus hétéroclite. Après avoir sélectionné quelquesunes de ces créatures, Lucas tourne avec elles des plans
supplémentaires qu'il intègre au nouveau montage[31] .
Article détaillé : Bande originale de Star Wars, épisode
IV : Un nouvel espoir.
George Lucas souhaite au départ faire un montage de
musique classique et de musique de l'âge d'or du cinéma américain pour illustrer son film. Alors qu'il en parle
avec son ami réalisateur Steven Spielberg, ce dernier lui
conseille d'engager pour ce travail John Williams avec lequel il a travaillé pour Les Dents de la mer. Après avoir
rencontré le compositeur, Lucas l'engage. Williams visionne alors un pré-montage de cent quarante minutes du
film puis choisit avec Lucas les emplacements de la musique, leur durée et le style des thèmes joués. Le réalisateur souhaite un thème différent pour chaque personnage principal à la manière de Pierre et le Loup (1936)
de Sergueï Prokofiev et de la bande originale de Robin
des Bois (1938) d'Erich Korngold. Le thème Star Wars
(Main Title) ressemble d'ailleurs au motif de Crimes sans
châtiment écrit en 1942 par Korngold associé à des musiques d'Edward Elgar et de Gustav Holst. Pour le thème
des Jawas, Williams s’inspire des marches d'Igor Stravinsky. La scène du bar n'est pas prévue au départ dans
la partition de Williams. Mais, comme elle comporte un
3.1. STAR WARS, ÉPISODE IV : UN NOUVEL ESPOIR
73
Sortie
Pour faire la promotion du film, George Lucas engage le publicitaire et amateur de science-fiction Charles
Lippincott[37] . Dès juillet 1976, ce dernier présente à la
presse un diaporama promotionnel de Star Wars au salon WesterCon de Los Angeles[42] puis à la ComicCon
de San Diego[44] et à la WorldCon de Kansas City[46] . Il
gagne ainsi l'intérêt des fans de science-fiction[37] .
Comme la 20th Century Fox craint la concurrence des
films de l'été comme Cours après moi shérif, elle avance
la sortie au 25 mai 1977. Les distributeurs ne sont pas
très enthousiastes à l'idée de projeter le film, mais la Fox
ne leur laisse pas le choix. Pour qu'ils puissent projeter
l'adaptation du livre à succès De l'autre côté de minuit en
été, il faut qu'ils projettent d'abord Star Wars. Le film sort
donc dans trente-sept salles et bat le record d'entrées dans
trente-six d’entre elles. Les distributeurs multiplient alors
le nombre de salles où est projeté le film. Les Américains
se ruent en masse pour le voir. Star Wars devient l'un des
premiers Blockbusters et entraine un doublement de la
valeur des actions de la Fox[37] .
Le compositeur John Williams en 2006.
groupe de musiciens extra-terrestres, Lucas demande au
compositeur de réaliser un air de « Jazz extra-terrestre ».
Il compose alors deux morceaux, Cantina Band à la manière de Benny Goodman et Cantina Band 2 à la Duke
Ellington[43] .
Arrivé à la fin de son travail d'écriture, Williams
demande à Lucas de lui octroyer un véritable orchestre symphonique pour l'enregistrement. Le réalisateur lui répond qui n'a plus assez d'argent pour cela. Par chance, Williams est ami avec André Previn,
l'administrateur de l'orchestre symphonique de Londres.
Il parvient à convaincre celui-ci de lui laisser la direction de l'orchestre pour l'enregistrement de la musique
du film[43] . L'enregistrement se déroule au studio Denham en Angleterre du 5 au 16 mars 1977[47],[48] . Présent lors du second jour d'enregistrement, George Lucas
est enchanté par le travail du compositeur et le félicite
grandement[43],[37] .
La bande originale du film sort en CD en 1986 dans
une version écourtée sous le label Polydor[49] . Dix ans
plus tard, une version longue de la bande originale est
rematricée d'avril à juin 1996 par Dan Hersch sous la direction de Michael Matessino. Cette nouvelle version est
commercialisée en 1997 pour accompagner la sortie de
l'édition spéciale du film[47] .
3.1.6
Accueil
À Hollywood, c'est le Grauman’s Chinese Theatre qui
projette le film. Dès le premier jour de diffusion, une immense file d'attente se constitue devant ce cinéma. Cette
salle prestigieuse est plébiscitée par les fans de sciencefiction car c'est une des rares qui est munie du système
sonore Dolby Surround. Le 3 août 1977, sous le regard
de huit mille personnes, les droïdes C-3PO, R2-D2 et le
maléfique Dark Vador posent même leurs empreintes sur
le béton frais du parvis de ce cinéma[50] .
Accueil critique
Le film est accueilli très positivement par la critique américaine. Roger Ebert du Chicago Sun-Times indique que
le film est une expérience transcendantale et trouve les
effets spéciaux bien meilleurs que ceux de 2001, l'Odyssée
de l'espace (1968). Il estime également que la force du
film vient de son scénario[51] . Vincent Canby du New York
Times indique que selon lui, il s’agit du film « le plus complexe, le plus cher et le plus beau jamais réalisé »[52] . A.D.
Murphy du magazine Variety décrit le film comme « magnifique » et affirme que George Lucas a réussi dans sa
tentative de créer une « grande aventure fantastique » sur
le modèle des séries télévisées de son enfance[53] . Pour le
Washington Post, Gary Arnold écrit une critique très positive où il dit que Star Wars crée un nouveau genre cinématographique de divertissement : « le film de cape et d'épée
spatial »[54] . Cependant, le film a également des détracteurs : Pauline Kael du New Yorker reproche le manque de
pause dans le film et l'absence de lyrisme. Cela empêche
dit-elle toute « adhésion émotionnelle »[55] .
L’accueil du film par la presse du Royaume-Uni est également positif. Derek Malcolm du Guardian conclut son
analyse du film en indiquant qu'il peut même satisfaire les
74
spectateurs les plus exigeants[56] . Adrian Berry du Daily
Telegraph dit que Star Wars est le « meilleur film depuis
2001, l’Odyssée de l’espace et à certains égards est l’un
des plus excitants jamais réalisés ». Il décrit l'intrigue
comme « sans prétention et agréablement dépourvu de
tout message »[57] . Dans son analyse pour la BBC, Matt
Ford donne au film cinq étoiles sur cinq et écrit que « Star
Wars n’est pas le meilleur film jamais réalisé, mais il est
apprécié universellement »[58] .
CHAPITRE 3. TRILOGIE ORIGINALE
nouvel espoir[68] .
En janvier 1997, le film ressort au cinéma dans une version « édition spéciale »[70] . La première raison de cette
ressortie est de commémorer le vingtième anniversaire du
film. La seconde raison est que George Lucas n'est pas
content des effets spéciaux du film. Il veut également remonter le film car en 1977 il n'a eu ni le temps ni l'argent
pour finir certaines scènes qu'il juge nécessaires. Le premier travail des techniciens d'Industrial Light & Magic est
En France, la majorité des critiques découvrent le film en la reprise du négatif original pour le retraiter et améliorer
septembre 1977, en clôture du festival du cinéma amé- sa qualité[71] .
ricain de Deauville. Contrairement aux États-Unis et au Les effets spéciaux de 1977 sont ensuite repris pour être
Royaume-Uni, les avis sont très partagés. Didier Decoin améliorés. Les scènes de la ville désertique de Mos Esley
de VSD trouve que Star Wars est « un spectacle complè- sont celles qui ont poussé Lucas à refaire le film. Il veut
tement fou, ahurissant, prodigieux ». Étienne Chaume- rendre ce lieu plus exotique. Il réalise alors des plans supton de La Dépêche du Midi indique que c'est « un bain plémentaires et ajoute des vaisseaux spatiaux, des bêtes
de jouvence, un cocktail d'archaïsme et de futurisme ». de somme et des figurants dans les plans originaux. La
Claude Garson de L'Aurore se révèle visionnaire en affir- créature nommée Dewback qui dans la première version
mant que le film de George Lucas « fera rêver non seule- est un mannequin en caoutchouc que les techniciens dément la jeune génération actuelle, mais celle à venir ». placent de scène en scène est remplacé par un modèle
Robert Chazal de France-Soir dit que tout le cinéma est en images de synthèse. Une scène de Mos Esley avec le
réuni dans ce film. Robert Benayoum de Positif trouve que personnage de Jabba le Hutt est également rajoutée pour
film est une « métaphore de l'aventure adolescente » qui relier le film à Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi où
se réfugie dans « un manichéisme nu » avec une « absence le personnage tient un rôle important. La scène avait été
absolue de prétention ». Au contraire, Mireille Amiel de tournée en 1976 avec l'acteur Declan Mulholland jouant
Cinéma 77 pense que Star Wars est « le premier film com- Jabba. Lucas voulait alors en faire un personnage à fourplètement décadent de l'histoire du cinéma ». Libération rure. Dans Le Retour du Jedi, Lucas le transforme en une
trouve le film réactionnaire, Le Quotidien du Peuple obs- sorte de limace géante. Les techniciens d'ILM enlèvent
curantiste et raciste et Témoignage chrétien manipulateur l'acteur et le remplacent physiquement par un persondes foules. Anne Coppermann des Échos résume le film
nage de synthèse. Durant ce travail, ils tombent sur un
à une simple « exposition de gadgets »[14] .
problème car Han Solo contourne Jabba. Cela est imposBox-office
Un nouvel espoir est l'un des films les plus rentables financièrement de tous les temps[59] . En septembre 1978,
il devient le film ayant le plus rapporté en Amérique du
Nord[60] en battant le précédent record de 260 000 000
US$ détenu depuis 1975 par le film Les Dents de la mer de
Steven Spielberg[61] . Ce record est ensuite battu en 1983
par E.T. l'extra-terrestre[62] . Après plusieurs ressorties le
film finit en 1982 en Amérique du Nord avec une recette
de 323 000 000 US$[63] .
Dans le monde entier, le film est un succès[37] . Il engrange
en effet 530 000 000 US$[64] . En France avec 6 449 000
entrées, le film se classe en deuxième position du boxoffice de l’année 1977 derrière Les Aventures de Bernard
et Bianca[65] .
Rééditions
Aux États-Unis, le film est repris périodiquement dans les
salles de cinéma pendant quelques années. Il ressort le 21
juillet 1978[66] , le 15 août 1979[67] , le 4 avril 1981[68] et
le 13 août 1982[69] . C'est lors de la reprise de 1981 qu'il
prend pour la première fois le sous-titre Épisode IV : Un
sible car ce dernier possède une imposante queue. Pour
résoudre ce problème Lucas suggère que Solo marche volontairement sur la queue de Jabba[71] .
D'autres scènes sont rallongées comme celle de la poursuite des droïdes par les soldats impériaux. Un vaisseau et
deux dewbacks y sont rajoutés numériquement. La maison d'Obi-Wan Kenobi est remplacée par une prise de
vue d’une miniature et d'une peinture numérique. Dans
la scène du bar deux nouveaux clients sont ajoutés numériquement. Les explosions de la planète d'Alderaan
et de l'Étoile Noire sont refaites. La scène où Han Solo
court dans les couloirs de la station spatiale est modifiée.
Il tombe non plus dans un cul-de-sac mais devant un important bataillon de soldats impériaux. Une scène coupée
avec le personnage de Biggs est aussi réintégrée. Les plans
de la bataille finale sont tous retouchés. Le nombre de
vaisseaux y est considérablement augmenté et les prises
de vue sont plus dynamiques[72] .
La scène du bar où Han Solo tue le chasseur de primes
Greedo de sang-froid est également remontée. Dans la
scène d'origine, Solo dégaine le premier. Or, George Lucas fait en sorte que ce soit le chasseur qui tire le premier, pour que l'acte de Solo devienne de la légitime
défense[72] . Cette modification entraîne la colère des fans,
transmise par le slogan « Han shot first » qui veut dire en
3.1. STAR WARS, ÉPISODE IV : UN NOUVEL ESPOIR
75
Nominations
Le film obtient les nominations suivantes :
3.1.8 Analyse
Pour écrire son film le réalisateur s’aide notamment de
livres d'anthropologie mais aussi s’inspire des westerns,
des films de sabre, des films de guerre et des séries de
science-fiction. Lucas reprend également de nombreux
thèmes de la mythologie grecque.
Inspirations
T-shirt avec l'inscription HAN SHOT FIRST.
français « Han a tiré le premier ». George Lucas soutient
ces changements par le fait qu'il veut rendre clair que Han
Solo n'a « pas d'autre choix » que de tirer sur Greedo[73] .
Mais cette explication est jugée insuffisante par certains
fans de longue date. La colère de certains est telle qu'une
pétition en ligne voit le jour en 2004, demandant que ces
changements soient retirés. Leur premier argument étant
que cette modification change le caractère ambigu du personnage de Solo, et rend alors sa transition d'anti-héros à
héros beaucoup moins significative[74] . George Lucas affirme également dans une interview qu'il n'a jamais été
question que Han Solo abatte Greedo de sang-froid dans
la première version. Il s’agit en fait d'une simple erreur de
raccord lors du montage[72] .
3.1.7
Distinctions
Un nouvel espoir remporte sept Oscars sur onze
nominations[75] . Le film gagne aussi huit Saturn Awards
sur onze nominations[76] . Il est également récompensé par
de nombreux autres prix comme le Golden Globe de la
meilleure musique de film, le Prix Hugo[77] du meilleur
film dramatique et le BAFTA de la meilleure musique de
film[78] .
Note : sauf mention contraire, les informations ci-dessous
sont issues de la page Awards du film sur l'Internet Movie
Database[79] . Ici sont listés les principaux prix.
Récompenses
Le film obtient les récompenses suivantes :
Les droïdes C-3PO et R2-D2 sont le duo comique du film.
Pour écrire son scénario, George Lucas s’inspire de la
base narratologique du voyage du héros. Pour cela, il
s’aide notamment des livres d'anthropologie Le Rameau
d'or (1890) de Sir James George Frazer[81] et surtout Le
Héros aux mille et un visages (1949) de Joseph Campbell[39] . Le réalisateur reprend d'ailleurs plusieurs éléments clés du concept du voyage du héros développé par
Campbell. Ce voyage est une odyssée initiatique qui fait
passer le héros, Luke Skywalker, de l'adolescence à l'âge
adulte. Un événement inattendu pousse le héros à l'origine
simple et timide vers l'aventure. La scène du bar est ce
que Campbell appel le « passage du premier seuil ». C'est
en effet là que Luke découvre pour la première fois un
lieu étrange, dangereux et dépaysant. Pour guider le héros, un père spirituel est toujours présent. Dans la mythologie grecque il s’agit de Mentor pour Télémaque et de
Chiron pour Achille. Luke se voit attribuer comme mentor Obi-Wan Kenobi. Il est là pour transmettre un objet
ou une idée au héros. Luke reçoit d'ailleurs un sabre laser
d'Obi-Wan comme le roi Arthur qui obtient Excalibur.
Cependant le mentor ne peut pas accompagner le héros dans son parcours. Il doit disparaître pour que le héros puisse suivre seul sa voie. Obi-Wan doit donc mourir
pour que Luke puisse se réaliser. En revanche, Campbell insiste sur le fait que le héros est accompagné d'un
groupe qui possède l'esprit d'équipe comme Jason et les
Argonautes. Dans Star Wars, c'est Han Solo et Leia Organa qui endossent ce rôle. Han Solo est également inspiré
76
CHAPITRE 3. TRILOGIE ORIGINALE
des hors-la-loi des westerns louches mais bons. Le héros
est également accompagné par des partisans fidèles. Dans
l'antiquité, cette fonction est remplie par le chœur. Lucas,
lui, en fait le duo comique interprété par les droïdes C3PO et R2-D2 qui rappelle notamment Laurel et Hardy
ou Abbott et Costello[82] .
croire qu'il se prénomme Anne. Pour la plupart, ces changements ne concernent que ce premier épisode ; en effet,
dans les épisodes V et VI, seuls Z-6PO, Yan Solo et Dark
Vador conservent leur nom traduit en français. Dans les
autres films de la saga, le nom de Dark Vador est le seul
changement qui est conservé pour la version française[86] .
Des fans trouvent certains points similaires entre Un nouvel espoir et Dune, le livre de science-fiction écrit en
1965[83] . Frank Herbert, l’auteur de cet ouvrage, indique
même dans son autobiographie qu’il a découvert seize éléments analogues entre son livre et le film. Bien que troublé par cet état de fait, il n’écarte pas que cela soit une
coïncidence[84],[85] . La dernière scène du film est également parfois vue comme étant directement inspirée par
les films de propagande nazie. Il s’agit de celle où les héros
sont récompensés par la princesse Leia par l'attribution
d'une médaille. Deux critiques de la revue Film Comment
et un critique du journal Libération pensent que Lucas
s’est inspiré pour cette scène du film Triomphe de la volonté (1935) de Leni Riefenstahl, la réalisatrice officielle
du Troisième Reich[14] .
D'autres éléments changent de nom, comme le vaisseau
Faucon Millenium qui devient le Millénium Condor, la
Death Star[Note 30] qui devient l'Étoile Noire, la planète
Alderaan qui devient Aldorande et les Clone Wars[Note 31]
qui deviennent la Guerre noire[86] . Comme pour les Clone
Wars, le titre même du film voit une disparition du pluriel dans le mot « guerre » : en effet Star Wars signifie
littéralement « Guerres des étoiles[Note 32] » ou « Guerres
stellaires »[Note 33] et non pas « Guerre des étoiles »[14] ,
les guerres plurielles se transformant donc en une guerre
globale et unique[14] .
En 1977, le comédien Francis Lax est choisi pour prêter sa voix à Han Solo. Lors de la réédition du film pour
l'édition spéciale de 1997, l'acteur est recontacté pour
donner une nouvelle fois sa voix au personnage pour une
nouvelle scène et une réplique modifiée. Mais son timbre
de voix ayant vieilli, il n'est finalement pas retenu pour le
Références culturelles
rôle. C'est donc l'acteur Gabriel Le Doze qui le remplace
[87]
Pour élaborer son histoire, le réalisateur revoit notam- pour la scène .
ment le film japonais La Forteresse cachée (1958) d'Akira
Kurosawa qui l'aide à concevoir la philosophie des
Jedi[24] . Il visionne également des films de guerre comme 3.1.10 Exploitation
Air Force (1943), Les Briseurs de barrages (1955), Tora !
Tora ! Tora ! (1970) pour les combats aériens. Le film Éditions en vidéo
Métropolis (1927) lui inspire également le personnage
de C-3PO. Les Aventures de Robin des Bois (1938) fait
Le film est sorti au États-Unis en format VHS et Betamax
aussi partie des films qu'il revoit durant l'écriture du
le 27 mai 1982 uniquement à la location puis à partir du
[81]
scénario .
premier septembre à la vente. Il devient la première vidéo
Lucas s’inspire également des séries de films de science- dont la location rapporte plus d'un million de dollars[88] .
fiction Flash Gordon et Buck Rogers (1939) qu'il regardait Il sort ensuite en laserdisc en juin de la même année[69] .
durant son enfance[82] . En 1974, le réalisateur relit aussi le Le 26 août 1997, c'est l'édition spéciale du film qui sort
classique de science-fiction Une princesse de Mars (1917) en VHS[89] . Cette version ressort ensuite le 21 novembre
d'Edgar Rice Burroughs[81] .
2000 avec les mêmes graphismes que la VHS de La Menace fantôme et pour la première fois sous le nom Star
Wars, épisode IV : Un nouvel espoir[90] .
3.1.9
Version française
La version française du film est assurée par la Société nouvelle de doublage sous la direction artistique de
Michel Gast[15] . Pour réaliser cette adaptation, les traducteurs ont, pour coller aux mouvements des lèvres,
changé plusieurs noms propres. Parmi les personnages,
plusieurs sont touchés par ce changement de nom. Le
droïde R2-D2 voit ses syllabes inversées et devient D2R2. Chewbacca subit quant à lui une traduction littéraire :
son nom en anglais étant l'abréviation de Chewing Tobacco, qui veut dire « Tabac à mâcher », il devient alors
en français Chictaba. Le personnage de Tarkin devient
Tarkan, le droïde C-3PO devient Z-6PO et le grand méchant Darth Vader devient Dark Vador. Han Solo change
en Yan Solo car le « H » muet en français aurait pu faire
Un nouvel espoir sort dans un coffret « trilogie » DVD
avec L'Empire contre-attaque et Le Retour du Jedi le 21
septembre 2004[91] . George Lucas profite de cette ressortie pour effectuer quelques nouvelles retouches à son
film. Il retravaille notamment la scène du bar avec Greedo
mais aussi la scène de Jabba où il remplace la version précédente du personnage numérique[72] . Le 12 septembre
2006 le DVD ressort avec les deux versions du film :
l'original et l'édition spéciale[92] .
Les films Star Wars sortent en format disque Blu-ray en
septembre 2011[93] . Un nouvel espoir est ainsi restauré
pour améliorer la qualité d'image par rapport à la précédente version DVD[94] . En 2013, Un nouvel espoir ressort
dans un coffret DVD « trilogie » avec les modifications
apportées lors de la sortie Blu-ray[95] .
3.1. STAR WARS, ÉPISODE IV : UN NOUVEL ESPOIR
Promotion commerciale et produits dérivés
Lorsqu'il signe son contrat avec la société de production 20th Century Fox, George Lucas obtient d'avoir
le contrôle des produits dérivés. Pour Lucas, les produits dérivés sont avant tout un moyen pour arriver à ses
fins. Ils suscitent l'intérêt pour la suite de la saga Star
Wars et lui permettent une relative indépendance face aux
producteurs[37] .
77
l’empereur Palpatine et du malfrat Jabba le Hutt qui ne
sont pas présents dans la version originale du film[102] . En
mars 1978, Foster sort Splinter of the Mind’s Eye[Note 34] ,
un nouveau roman qui met en vedette Luke et Leia face
à Dark Vador dans une aventure inédite[103] . Ce roman à
unité de lieu devait être un prototype pour une suite possible du film au cinéma, mais le succès d'Un nouvel espoir pousse Lucas à produire une suite plus ambitieuse :
L'Empire contre-attaque[104] .
En mars 1981, la National Public Radio américaine diffuse une adaptation en treize épisodes du film pour une
durée totale de six heures trente. Mark Hamill et Anthony
Daniels reprennent les rôles de Luke et C-3PO. Perry
King, Anne Sachs et Brock Peters jouent respectivement
Han Solo, Leia et Dark Vador[68] .
3.1.11 Postérité
Article détaillé : Postérité de Star Wars.
Star Wars est de nombreuses fois parodié et repris dans
des films, des séries mais aussi sur internet. Le film joue
un rôle important pour le cinéma en remettant au gout
du jour les films de science-fiction. Son succès permet
la concrétisation de projets de films comme Star Trek, le
film, Moonraker, de séries télévisées comme Galactica,
L'auteur de science-fiction Alan Dean Foster écrit la novélisation Buck Rogers, San Ku Kaï et d’autres productions de plus
du film.
ou moins bonne qualité[105] . Star Wars, grâce à la création des sociétés Industrial Light & Magic et Skywalker
Beaucoup de produits dérivés sont créés pour accompa- Sound, marque également une avancée technique. Les dogner la sortie du film. Topps crée un jeu de cartes à collec- maines des effets spéciaux, du son et de l’informatique
tionner. Don Post Studios produit des masques à l’effigie sont fortement développés à la suite de ce film[106] .
des personnages. California Originals fabrique des chopes
de bière. Factors crée des badges[96] . Kenner réalise un Star Wars a un important impact sur la culture populaire.
jeu de société[97] . Texas Instruments sort des montres Au-delà des répliques du film qui deviennent vite cultes,
à affichage numérique. King-Seeley Termos produit des l’engouement entraine la création d’un fan club officiel,
valises-repas [98] . En mars 1977, Marvel Comics débute de magazines dédiés et l’organisation de réunions de fans
[107]
. Certaines de ces conventions sont
une série de bande dessinée Star Wars. Les six premiers de par le monde
organisées
par
la
société
Lucasfilm mais la majorité est
numéros sont l’adaptation du film par le scénariste Roy
[48]
issue
d’initiatives
indépendantes.
Lors de ces manifestaThomas et le dessinateur Howard Chaykin . À partir du
tions
beaucoup
de
personnes
pratiquent
le cosplay[108] .
numéro sept, Marvel publie des aventures inédites mettant en vedette les personnages du film[99] . Le fabricant Par ailleurs, les fans créent de nombreux sites web et
[109]
.
de jouets Kenner produit également, une gamme exclu- mettent en ligne des encyclopédies
sivement consacrée au film avec vingt-et-une figurines, En 1989, Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir est sésept véhicules, neuf sets de jeu et un onze poupées[100] . lectionné par le Bureau national du film américain pour
Enfin, le 17 novembre 1978, un téléfilm musical intitulé être conservé à la Bibliothèque du Congrès à Washington
Au temps de la guerre des étoiles est diffusée à la télévi- pour son « importance culturelle, historique ou esthésion. Plusieurs acteurs du film reprennent leur rôle dans tique »[110] . Le film fait également partie de la liste des
cette fiction réalisé par Steve Binder[101] .
cent meilleurs films américains de l'histoire du cinéma
[111]
et de la
La novélisation officielle du film est écrite par le roman- sélectionnés par l'Institut du film américain
liste
des
cinquante
films
à
voir
avant
d'avoir
quatorze
ans
cier de science-fiction Alan Dean Foster mais signée du
[112]
dressé
par
l'Institut
du
film
britannique
.
nom de George Lucas. L’illustration de couverture est
l’œuvre de Ralph McQuarrie. Le roman est écrit à partir des différentes versions du scénario du film. Il sort
d’ailleurs en librairie le 12 novembre 1976, soit six mois 3.1.12 Notes et références
avant le film. Il introduit nommément les personnages de
78
Notes
[1] Le point de référence (point zéro de la chronologie Star
Wars) est la bataille de Yavin dans l'épisode IV de la saga.
[2] L' hôtel Sidi Driss à Matmata en Tunisie sert de lieu de
tournage à des scènes se déroulant sur Tatooine.
[3] Le Parc National de Tikal au Guatemala sert de lieu de
tournage à des scènes se déroulant sur Yavin 4.
[4] Gabriel Le Doze pour la scène supplémentaire de l'édition
spéciale de 1997.
[5] Voir le paragraphe « Version française » pour l’explication
des différences de nom de personnages entre ce film et les
autres films de la saga Star Wars.
CHAPITRE 3. TRILOGIE ORIGINALE
[28] « La bataille de Yavin » en français.
[29] « La salle du trône et Générique de fin » en français.
[30] Littéralement « Étoile de la mort » en français.
[31] Littératlement « Guerre des clones » en français.
[32] Le mot star du titre original est bien le nom signifiant
« étoile » mais l'absence de la terminaison en « s »
n'indique absolument pas qu'il s’agisse d'un singulier. La
grammaire anglaise impose en effet la suppression d'une
marque de pluriel dans l'usage du nom en tant que qualificatif.
[33] La traduction du titre en italien a d'ailleurs opté pour ce
choix : Guerre stellari.
[6] Gilbert Levy pour la scène supplémentaire de l'édition
spéciale de 1997.
[34] « L'éclat de l'Œil de l'esprit » en français.
[7] « Musique du générique et Les rebelles forcent le blocus »
en français.
Références
[8] « Attaque impériale » en français.
[9] « Le désert de dunes de Tatooine et Le char des sables des
Jawas » en français.
• Sources primaires
[1] George Lucas, La Guerre des étoiles, Paris, Presses Pocket, 1977
[10] « La ferme d'humidité » en français.
[11] « L'hologramme et Double couché de soleil » en français.
[12] « Recherche en speeder et L'attaque des Hommes des
sables » en français.
[13] « Histoires d'un chevalier Jedi et L'apprentissage de la
force » en français.
[14] « L'incendie de la ferme » en français.
[15] « Le spacioport de Mos Eisley » en français.
[16] « Le groupe du bar » en français.
[17] « Le groupe du bar 2 » en français.
[18] « Double couché de soleil » en français.
[19] « Musique de la princesse Leia » en français.
[20] « Le Faucon Millénium et Poursuite du croiseur impérial »
en français.
[21] « Destruction d'Alderaan » en français.
[22] « L'Étoile noire et Les troupes de choc de l'Empire » en
français.
[23] « Prisonnier Wookiee et L'embuscade du bloc de détention » en français.
[24] « Échange de tirs de le couloir des cellules et Dianoga »
en français.
[25] « Le compacteur de déchets » en français.
[26] « Le rayon tracteur et Le générateur d'énergie » en français.
[27] « La mort de Ben Kenobi et L'attaque des chasseurs TIE »
en français.
• Sources secondaires
[1] Patrice Girod, « L'Histoire : Toutes les grandes étapes du
film », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La
Menace fantôme, no hors série no 1, automne 1999.
[2] Patrice Girod, « L'Histoire », Lucasfilm Magazine : Le
Guide officiel du film La Revanche des Sith, no hors-série
no 3, printemps 2005
[3] Allanson 2002-2004, Cri1 à Cri6 : Crise à bord du Tantive
IV
[4] Allanson 2002-2004, Cha1 et Cha2 : La Chasse aux
droïdes - La Chasse commence
[5] Allanson 2002-2004, Jed1 et Jed2 : La formation de Luke
Skywalker
[6] Allanson 2002-2004, Cha3 et Cha4 : La Chasse aux
droïdes - La tragédie de Tatooine
[7] Allanson 2002-2004, Cha5 à Cha8 : La Chasse aux
droïdes - L'étau se resserre
[8] Allanson 2002-2004, Cha9 à Cha10 : La Chasse aux
droïdes - La doctrine Tarkin
[9] Allanson 2002-2004, Cha11 à Cha12 : La Chasse aux
droïdes - Des échos terrifiants
[10] Allanson 2002-2004, Lei1E à Lei12E : Le sauvetage de la
princesse Leia
[11] Allanson 2002-2004, Mil1 à Mil6 : Évasion du Faucon
Millennium
[12] Allanson 2002-2004, Yav1 à Yav10 : La bataille de Yavin
3.1. STAR WARS, ÉPISODE IV : UN NOUVEL ESPOIR
79
[13] « Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir (La Guerre des
étoiles) », sur Allociné (consulté le 18 janvier 2015)
[43] Pete Vilmur, « Dans les coulisses du tournage de Star
Wars », Lucasfilm Magazine : Star Wars 30 ans - 19772007, no hors-série no 5, octobre 2007
[14] Philippe François, « La Guerre des étoiles devant la critique française », Lucasfilm Magazine : Star Wars 30 ans
- 1977-2007, no hors-série no 5, octobre 2007
[44] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 49
[45] Rinzler 2007, p. 213
[15] « Les doubleurs de Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir », sur Starwars-universe.com (consulté le 18 janvier
2015).
[16] Allanson 2002-2004, Ski1 et Ski2 : Luke Skywalker
[17] Allanson 2002-2004, Sol1 et Sol2 : Han Solo
[18] Allanson 2002-2004, Lei1P et Lei2P : Princesse Leia Organa
[19] Allanson 2002-2004, Tar1 et Tar2 : Le Grand Moff Tarkin
[20] {{harv
[21] {{harv
[22] {{harv
[23] Allanson 2002-2004, Lar5 et Lar6 : Owen et Beru Lars Valeurs familiales
[24] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 28
[25] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 29
[26] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 30
[27] Piéric Guillomeau, « Le Retour du Jedi - 20ème anniversaire », Lucasfilm Magazine, no no 41, mai-juin 2003
[28] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 33
[29] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 36
[30] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 37
[31] Catalogue d'exposition : Star Wars Identités, Lucasfilm,
2012, 132 p.
[32] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 42
[33] Kaminski 2008, p. 134
[34] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 44
[35] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 45
[46] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 50
[47] (en) Michael Matessino, The Original Motion Picture
Soundtrack : Star Wars - A New Hope, Hollywood, Lucasfilm, 1996
[48] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 54
[49] (en) « Star Wars », sur FilmTracks.com (consulté le 7 mars
2015)
[50] Pete Vilmur, « Le Mann’s Chinese Theatre », Lucasfilm
Magazine : Star Wars 30 ans - 1977-2007, no hors-série
no 5, octobre 2007
[51] (en) « Star Wars », sur RogerEbert.com, 1977 (consulté le
8 mars 2015)
[52] (en) « Star Wars - A Trip to a Far Galaxy That’s Fun and
Funny... », sur NYTimes.com, 26 mai 1977 (consulté le 8
mars 2015)
[53] (en) « Review : Star Wars », sur Variety.com, 25 mai 1977
(consulté le 8 mars 2015)
[54] (en) « Star Wars : A Spectacular Intergalactic Joyride »,
sur WashingtonPost.com, 25 mai 1977 (consulté le 8 mars
2015)
[55] (en) Pauline Kael, « Contrasts », The New Yorker, 26 septembre 1977
[56] (en) « Lucas in the sky with diamonds », sur TheGuardian.com, 27 décembre 2015 (consulté le 10 mars 2015)
[57] (en) « Star Wars : the Telegraph’s original 1977 review »,
sur Telegraph.co.uk, 16 décembre 1977 (consulté le 10
mars 2015)
[58] (en) « Star Wars (1977) », sur BBC.co.uk, 26 juillet 2001
(consulté le 10 mars 2015)
[59] (en) « All Time Box Office », sur boxofficemojo.com
(consulté le 23 février 2015)
[36] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 34
[37] Star Wars - L'Empire des rêves ((en) Empire of Dreams :
The Story of the Star Wars Trilogy) documentaire d'Edith
Becker et Kevin Burns, 2004
[38] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 40
[39] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 41
[40] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 43
[41] Alan Arnold, « 30 ans et toujours à la mode », Lucasfilm
Magazine : Star Wars 30 ans - 1977-2007, no hors-série
no 5, octobre 2007
[42] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 48
[60] (en) « Star Wars », sur boxofficemojo.com (consulté le 23
février 2015)
[61] (en) « Grease lead summer films as top box-office draw »,
The StarPhoenix, no 270, 7 septembre 1978 (lire en ligne)
[62] (en) « Top Films of All-Time - Part 1 », sur FilmSite.org
(consulté le 23 février 2015)
[63] « Star Wars, édition spéciale. La version étoffée du premier opus de la saga cosmique sort en France. George Lucas rallume ses Etoiles. Star Wars, édition spéciale (19771996) de George Lucas, avec Harrison Ford, Mark Hamill, Carrie Fisher. durée : 2h10. », sur Libération.fr, 12
mars 1997 (consulté le 23 février 2015)
80
[64] (en) Philip Wuntch, « Return of E.T. », The Dallas Morning News, 19 juillet 1985
[65] « Box-Office France », sur CBO-BoxOffice.com (consulté
le 11 juin 2014)
[66] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 68
[67] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 80
[68] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 95
[69] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 104
[70] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 182
[71] Star Wars - Édition spéciale ((en) Star Wars Special Edition
Documentary) documentaire, 1997
[72] « Les évolutions de la Saga », sur Starwars-Universe.com
(consulté le 25 février 2015).
[73] (en) « At last, Han shot first », sur Pqasb.Pqarchiver.com,
12 mai 2006 (consulté le 25 février 2015)
CHAPITRE 3. TRILOGIE ORIGINALE
[89] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 189
[90] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 219
[91] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 251
[92] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 270
[93] (en) « The Star Wars Saga on Blu-Ray », sur StarWars.com
(consulté le 11 juin 2014)
[94] (en) « The Best on Blu-ray : Restoring the Star Wars Saga
for the HD Generation », sur StarWars.com (consulté le
11 juin 2014)
[95] « Star Wars - La Trilogie (Édition Simple) - DVD », sur
DVDFr.com (consulté le 28 février 2015)
[96] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 58
[97] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 59
[98] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 60
[74] (en) « Han Shoots First », sur hanshootsfirst.org (consulté
le 27 février 2015)
[99] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 62
[75] (en) « Awards Databases », sur Oscars.org (consulté le 21 [100] (en+de) Fantasia-Team, Star Heroes Collector 2006 : Inoctobre 2014)
ternationale Version, Dreieich, Fantasia Verlag GmbH,
2005 (ISBN 978-3935976329)
[76] (en) « The Saturn Awards Past-Winners », sur Saturn
Awards (consulté le 22 octobre 2014)
[101] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 70
[77] (en) « Hugo Awards 1978 », sur SFADB.com (consulté le
[102] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 51
22 octobre 2014)
[78] (en) « Explore the BAFTA », sur BAFTA.org (consulté le [103]
22 octobre 2014)
[104]
[79] (en) « Distinctions de Star Wars, épisode IV : Un nouvel
espoir », sur l'IMDb (consulté le 28 janvier 2015)
[80] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 64
[81] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 32
Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 65
Jason Fry, « C'est un beau roman », Lucasfilm Magazine :
Star Wars 30 ans - 1977-2007, no hors-série no 5, octobre
2007
[105] Paul Simpson, « L'effet Star Wars, 1re partie, l'imitation
est la plus sincère des flatteries », Lucasfilm Magazine, no
66, juillet-août 2007, p. 50-53
[82] Star Wars - Les Origines d'une saga ((en) Star Wars : The
[106] Paul Simpson, « L'effet Star Wars, 2e partie, la force inLegacy Revealed) documentaire de Kevin Burns, 2007
visible », Lucasfilm Magazine, no 67, septembre-octobre
[83] (en) « Dune », sur MoonGadget.com, 2001 (consulté le 1
2007, p. 50-53
avril 2015)
[107] Jonathan Wilkins, « Au cœur de Celebration IV », Lucas[84] (en) James Chapman et Nicholas J. Cull, Projecting
film Magazine, no 67, septembre-octobre 2007, p. 34-40
Tomorrow : Science Fiction and Popular Cinema,
I.B.Tauris, 2013, 256 p. (ISBN 978-0-8577-3312-2, lire [108] André Kobtzeff, « Au cœur de Star Wars Reunion II »,
en ligne)
Lucasfilm Magazine, no 69, janvier-février 2008, p. 24-35
[85] (en) Brian Herbert, Dreamer of Dune : The Biography [109] « Star Wars Universe », sur StarWars-Universe (consulté
of Frank Herbert, Macmillan, 2003, 576 p. (ISBN 978-1le 3 mars 2015)
4299-5844-8, lire en ligne)
[86] « Star Wars et ses problèmes de traduction », sur GeekTonic.fr, 27 novembre 2014 (consulté le 25 février 2015)
[110] (en) « National Film Preservation Board », sur Library of
Congress (consulté le 3 mars 2015)
[87] Patrice Girod, « De Han Solo à Indiana Jones : L'aventure [111] (en) « AFI’s 100 Years...100 Movies », sur AFI.com
(consulté le 3 mars 2015)
a une voix », Lucasfilm Magazine : Dossier spécial Indiana
Jones, no hors-série no 7, novembre 2008
[112] (en) « Top fifty films for children up to the age of 14 »
[88] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 100
(version du 25 mai 2012 sur l'Internet Archive)
3.2. STAR WARS, ÉPISODE V : L'EMPIRE CONTRE-ATTAQUE
3.1.13
Annexes
Articles connexes
81
Liens externes
• (en) Site officiel
• Star Wars
• Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir sur Allociné
• George Lucas
• (en) Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir sur
l’Internet Movie Database
• Bataille de Yavin
Bibliographie
: document utilisé comme source pour la rédaction
de cet article.
• Lucasfilm Magazine, vol. hors-série no 5 : Star Wars
30 ans - 1977-2007, Paris, Courleciel, octobre 2007
• Darren Allanson et al., Dossiers Officiels Star
Wars, Évreux, Éditions Atlas, 2002-2004 (OCLC
474494070, notice BnF no FRBNF40010550)
• (en+de) Fantasia-Team, Star Heroes Collector
2006 : Internationale Version, Dreieich, Fantasia Verlag GmbH, 2005 (ISBN 978-3-9359-7632-9)
• Pablo Hidalgo, Daniel Wallace et Ryder Windham,
Générations Star Wars : La Chronique illustrée de
30 ans d’aventures - Nouvelle édition, Hors Collection, 2012, 328 p. (ISBN 2-2580-9895-5)
• (en) « Star Wars Episode IV : A New Hope », sur
LucasFilm
• (en) « Star Wars Episode IV : A New Hope », sur
Wookieepedia
•
Portail de Star Wars
•
Portail du cinéma américain
•
Portail des années 1970
La version du 5 avril 2015 de cet article a été reconnue
comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des
critères de qualité concernant le style, la clarté, la
pertinence, la citation des sources et l'illustration.
3.2 Star Wars, épisode V
L'Empire contre-attaque
:
Pour l’article homonyme, voir L'Empire contre• (en) Michael Kaminski, The Secret History of Star attaque.
Wars, Kingston, Legacy Books Press, 2008 (ISBN
Vous lisez un « bon article ».
978-0-9784-6523-0)
Star Wars, épisode V :
• James Luceno, Star Wars la Trilogie : Les Lieux de L'Empire contre-attaque
L'Action, Paris, Nathan, 2004, 48 p. (ISBN 978-20924-0483-6)
Logo du film L'Empire contre-attaque.
Pour plus de détails, voir Fiche technique et
• David West Reynold, Star Wars : Tout sur la TriDistribution
logie, Paris, Nathan, 1998, 64 p. (ISBN 978-2-09240417-1)
L'Empire contre-attaque (The Empire Strikes Back) est
un film américain de science-fiction de type space opera
• David West Reynold, Star Wars : Vaisseaux et ensorti en 1980, co-écrit par George Lucas et Lawrence
gins, les plans secrets, Paris, Nathan, 1998 (ISBN
Kasdan, et réalisé par Irvin Kershner. À partir de l'année
978-2-0924-0418-8)
2000, il est exploité sous le nom Star Wars, épisode V :
• Jonathan W. Rinzler, Aux Origines du Mythe, Paris, L'Empire contre-attaque (Star Wars Episode V : The EmHuginn & Muninn, 2013 (ISBN 978-2-3648-0123-3) pire Strikes Back).
C'est le deuxième opus de la saga Star Wars par sa date de
• (en) Jonathan W. Rinzler, The Making of Star sortie, mais le cinquième selon l'ordre chronologique de
Wars : The Definitive Story Behind the Original l'histoire. Il est le deuxième volet de la trilogie originale
Film, New York, Del Rey, 2007 (ISBN 0-3454-9476- qui est constituée également des films Un nouvel espoir et
8)
Le Retour du Jedi.
• (en) Carol Titelman, The Art of Star Wars Episode L'histoire de cet épisode se déroule trois ans après les évéIV - A New Hope, New York, Del Rey, 1979 (ISBN nements d’Un nouvel espoir. La guerre entre le maléfique
0-3452-8273-6)
Empire galactique et son antagoniste, l’Alliance rebelle,
82
CHAPITRE 3. TRILOGIE ORIGINALE
bat son plein. Les héros de l’Alliance Luke Skywalker et
Han Solo se séparent après la prise de la principale base
rebelle par l’Empire. Luke part sur la planète Dagobah
afin de suivre la formation de Jedi auprès du maître Yoda.
Solo tente lui d’échapper à la chasse spatiale que lui mène
Dark Vador, l’apprenti de l’Empereur Palpatine.
George Lucas commence l’écriture du scénario en 1977.
La préproduction du film dure un an. Le tournage en luimême se déroule de mars à septembre 1979, principalement aux studios d'Elstree en Angleterre, mais aussi en
extérieur en Norvège. La musique du film est composée
et dirigée par John Williams. Lucas profite du vingtième
anniversaire du premier Star Wars pour remonter légèrement le film en 1997 en y ajoutant des effets numériques.
Le film s’inspire à la fois des westerns, du cinéma japonais, et il utilise le concept du voyage du héros comme
base narratologique. L'Empire contre-attaque est à la fois
un succès commercial et un succès critique. Il remporte
de nombreux prix, notamment deux Oscars.
maintenir la paix dans la galaxie. Les Sith utilisent le Côté
obscur, pouvoir nuisible et destructeur, pour leurs usages
personnels et pour dominer la galaxie[1] .
Pour amener la paix, une République galactique a été fondée avec pour capitale la planète Coruscant. Mais, tout au
long de son existence, elle est secouée par des sécessions
et des guerres. Pour mettre fin à ceci, la République est
remplacée en 19 av. BY[Note 1] par un Empire galactique
autoritaire et discriminatoire. Cette nouvelle entité est dirigée par le Sith Palpatine et son apprenti Dark Vador[2] .
Mais après plusieurs années, la brutalité du régime provoque l'apparition d'une opposition armée : l'Alliance
rebelle. Sa première victoire se déroule en 1 av. BY,
lorsque les rebelles parviennent à détruire l'arme absolue de l'Empire, la station spatiale Étoile noire[a 1] . Très
contrarié par cet échec, l'empereur confie alors à son apprenti Dark Vador la tâche de traquer et d'éliminer les
rebelles[a 2] .
L'Empire contre-attaque est sorti en VHS en octobre 1984
puis progressivement sur d'autres supports, et a égale- Résumé
ment engendré un nombre important de produits dérivés.
Il reste célèbre pour sa réplique culte : « Non, je suis ton
père ».
3.2.1
Synopsis
Toile de fond
Paysage de la planète Hoth[Note 2] .
Vision d'artiste de la planète Coruscant.
L'univers de Star Wars se déroule dans une galaxie qui
se fait le théâtre d'affrontements entre les Chevaliers Jedi
et les Seigneurs noirs des Sith, personnes sensibles à la
Force, un champ énergétique mystérieux leur procurant
des pouvoirs psychiques. Les Jedi maîtrisent le Côté lumineux de la Force, pouvoir bénéfique et défensif, pour
En 3 ap. BY, l'Empire galactique lance dans toute la galaxie des milliers de sondes spatiales pour débusquer les
membres de l'Alliance rebelle. Ces derniers se sont réfugiés depuis plusieurs mois sur Hoth, une planète de glace,
dans un complexe aménagé sur le flanc d'une montagne[3] .
Alors qu'il patrouille autour de la base, Luke Skywalker,
le héros rebelle qui a détruit l'Étoile noire, repère une
météorite qui s’écrase non loin de sa position. Il s’agit
en fait d'un droïde-sonde impérial. Il prévient son ami
Han Solo qu'il va inspecter le point d'impact avant de
rentrer. Malheureusement, en chemin, il est attaqué par
une monstrueuse créature des neiges : le Wampa. Après
l'avoir assommé, la bête l'emmène jusqu'à sa grotte pour
le dévorer. Le jeune héros parvient cependant à se réveiller juste à temps. Il tranche le bras du monstre avec
son sabre laser et s’enfuit. Mais une tempête de neige s’est
levée et il se perd en tentant de regagner la base. Épuisé,
il finit par s’écrouler. C'est alors qu'il voit l'esprit de son
ancien mentor, le Jedi Obi-Wan Kenobi, se matérialiser
dans le blizzard. L'apparition fantomatique lui enjoint de
se rendre dans le système Dagobah, où il pourra poursuivre son apprentissage de Jedi grâce à l'enseignement
d'un ancien maître nommé Yoda[4] .
3.2. STAR WARS, ÉPISODE V : L'EMPIRE CONTRE-ATTAQUE
Luke est bientôt secouru par Han, qui envoie un signal de
détresse pour que son ami soit ramené à la base. Pendant
que son compagnon se rétablit, Han débusque et détruit
la sonde espionne avec l'aide de son copilote Chewbacca.
Cependant, l'appareil ennemi a déjà envoyé des informations à la flotte impériale. Dark Vador ordonne alors
une attaque immédiate. De leur côté, les rebelles se préparent à évacuer les lieux. Pendant que les soldats freinent
l'avancée des troupes impériales, les équipes techniques
s’échappent de la planète. Han Solo arrive à embarquer à
temps à bord de son vaisseau, le Faucon Millenium, avec
Chewbacca et la chef rebelle Leia Organa[5] .
83
noir fait preuve de sa maîtrise du Côté obscur et prend
l'ascendant sur le jeune homme en lui tranchant la main,
le mettant ainsi hors de combat. Luke apprend alors la terrible vérité sur son héritage : Vador lui avoue qu'il est son
père. Horrifié en découvrant la vérité, Luke se jette dans
le vide. Il est sauvé in extremis par Lando et Leia à bord
du Faucon Millenium et ils réussissent ensuite à quitter la
planète sans encombre[10] . Lando et Chewbacca déposent
alors Luke et Leia à bord d'un cargo de l'Alliance rebelle
puis partent à la recherche d'Han Solo[11] .
3.2.2 Fiche technique
Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations
mentionnées dans cette section proviennent de la base de données
IMDb.
• Titre original : The Empire Strikes Back puis Star
Wars Episode V : The Empire Strikes Back[Note 5]
• Titre français : L'Empire contre-attaque puis Star
Wars, épisode V : L'Empire contre-attaque
Le vaisseau spatial Faucon Millenium[Note 3] .
Luke, de son côté, prend place à bord de son chasseur
X-wing et se rend sur la planète Dagobah pour trouver
Yoda[4] . La fuite du Faucon Millenium s’avère plus difficile car l'hyperpropulsion du vaisseau est en panne[6] . Han
Solo parvient cependant à échapper aux chasseurs impériaux en se réfugiant dans un champ d’astéroïdes[7] . Malgré cela, il est dans l'impossibilité de rejoindre la flotte
rebelle. Il lui faut réviser son vaisseau. Il décide donc
d'effectuer les réparations sur Bespin, une planète proche.
Il y retrouve Lando Calrissian, un de ses vieux amis qui
est le gouverneur d'une cité dans les nuages[8] . Pendant ce
temps dans les marais de Dagobah, Yoda soumet Luke à
un entraînement intensif et le met en garde contre le Côté
obscur[4] . Au même moment, l'Empereur Palpatine sent
un grand trouble dans la Force et fait part de son inquiétude à son apprenti Dark Vador. Il lui révèle que Luke
est son fils qu'Obi-Wan lui a caché pendant toutes ces années. L'Empereur demande à ce que Luke soit exécuté,
mais Vador a un autre plan. Il souhaite convertir son fils
au côté Obscur pour en faire un allié de l'Empire[8] .
Luke a des prémonitions et voit ses amis en danger. Il décide alors de se rendre à son tour sur Bespin malgré les
mises en garde de Yoda et de l'esprit d'Obi-Wan. Dans
la cité des nuages, le lien entre Han et Leia se renforce.
Mais Vador et ses troupes sont en embuscade. Trahi par
Lando, Han Solo est congelé dans de la carbonite. Vador
le livre ensuite à Boba Fett, un chasseur de primes à la
solde de Jabba le Hutt[Note 4] , l'ancien employeur mécontent de Solo[9] . Pris de remords, Lando libère cependant
Leia et Chewbacca et les emmène à bord du Faucon Millenium. Luke débarque alors au cœur de la cité et se voit
contraint d'affronter Vador en duel au sabre. Le Seigneur
• Réalisation : Irvin Kershner
• Scénario : Leigh Brackett, Lawrence Kasdan et
George Lucas
• Direction artistique : Leslie Dilley, Harry Lange et
Alan Tomkins
• Décors : Norman Reynolds
• Costumes : John Mollo
• Maquillage : Graham Freeborn
• Photographie : Peter Suschitzky
• Effets spéciaux : Industrial Light & Magic
• Son : Ben Burtt
• Montage : Paul Hirsch en 1980 et T. M. Christopher
en 1997 pour l'édition spéciale
• Musique : John Williams
• Production : Jim Bloom, Gary Kurtz, George Lucas,
Robert Watts[Note 6] en 1980 et Rick McCallum en
1997 pour l'édition spéciale
• Société de production : Lucasfilm Ltd.
• Société de distribution : 20th Century Fox
• Pays d'origine : États-Unis
• Budget : 33 000 000 $[12]
• Genre : Science-fiction
• Langues : anglais
84
CHAPITRE 3. TRILOGIE ORIGINALE
• Format : couleur (Deluxe) - 35 mm - 2,35 :1 - Stéréo
Dolby et SDDS - Dolby Digital - DTS en 1997 pour
l'édition spéciale
• Durée : 124 minutes en 1980 et 127 minutes en 1997
pour l'édition spéciale
• Dates de sortie :
• Michael Sheard (VF : Jean Berger) : amiral Ozzel
• Michael Culver (VF : Daniel Russo) : capitaine Needa
• Bruce Boa (VF : Claude Joseph) : général rebelle Rieekan
• Christopher Malcolm (VF : Yves Barsacq) : rebelle
Zev (Rogue 2[Note 11] )
•
États-Unis : 21 mai 1980 (édition originale) ; 21 février 1997 (édition spéciale)
• Denis Lawson (VF : Marc de Georgi) : rebelle Wedge
(Rogue 3)
•
France : 20 août 1980 (édition originale) ;
9 avril 1997 (édition spéciale)
• Richard Oldfield (VF : Michel Paulin) : rebelle Hobbie
(Rogue 4)
•
Belgique : 4 septembre 1980 (Gand)
• John Morton (VF : Marc François) : rebelle Dak (artilleur de Luke)
• Version française réalisée par PM Productions avec
des dialogues de Christian Dura sous la direction artistique de Michel Gast[13]
• Ian Liston : rebelle Janson (artilleur de Wedge)
Source : Starwars-universe.com[13] .
3.2.3
Distribution
• Mark Hamill (VF : Dominique Collignon-Maurin) :
Luke Skywalker
• Harrison Ford (VF : Francis Lax) : Han Solo
• Photos des acteurs principaux.
• Mark Hamill en 1978.
• Harrison Ford en 2002.
• Carrie Fisher en 1978.
• Carrie Fisher (VF : Évelyne Séléna) : princesse Leia
• Billy Dee Williams en 2011.
• Billy Dee Williams (VF : Jean Roche) : Lando Calrissian
• Anthony Daniels en 2005.
• Anthony Daniels (VF : Roger Carel) : C-3PO[Note 7]
• David Prowse : Dark Vador
• James Earl Jones (VF : Georges Aminel[Note 8] ) : voix
de Dark Vador
• Peter Mayhew : Chewbacca
• Kenny Baker : R2-D2
• Frank Oz (VF : Serge Lhorca) : voix de Yoda
• Alec Guinness (VF : Philippe Dumat) : Obi-Wan
« Ben » Kenobi
• Jeremy Bulloch (VF : Georges Atlas) : Boba Fett[Note 9]
• John Hollis : l'assistant de Lando
• Jack Purvis : le chef des Ugnaughts
• Des Webb : la créature des neiges
• Clive Revill (VF : Jean Claudio) : voix de l'empereur
Palpatine
• Ian McDiarmid (VF : Georges Claisse) : l'empereur
Palpatine[Note 10]
• Kenneth Colley (VF : Jacques Thébault) : amiral Piett
• Julian Glover (VF : Jacques Ferrière) : général Veers
• David Prowse en 2006.
3.2.4 Personnages
• Luke Skywalker : ancien fermier, il est devenu pilote de vaisseau spatial et apprenti du maître Jedi
Obi-Wan Kenobi. Grâce à sa maîtrise de la Force, il
a détruit la station spatiale Étoile noire. Il est devenu
ainsi le héros de l'Alliance rebelle[14] .
• Han Solo : c'est un contrebandier qui s’est lié
d'amitié avec Luke et est secrètement amoureux de
la princesse Leia. Il s’est engagé plus ou moins malgré lui dans l'Alliance rebelle. Cependant sa tête
est mise à prix par son ancien employeur, un trafiquant nommé Jabba le Hutt qui lui réclame une forte
somme d'argent[15] .
• Princesse Leia Organa : elle est l'une des dirigeantes de l'Alliance rebelle. Elle est responsable de
la base rebelle principale sur la planète Hoth. C'est
en ce lieu qu'elle se rapproche sentimentalement du
contrebandier Han Solo[16] .
• Lando Calrissian : ami de longue date de Han Solo, il est aussi l'ancien propriétaire du Faucon Millenium. Grand joueur et surtout tricheur aux jeux de
cartes, il obtient lors d'une partie le poste de baron
administrateur d'une cité sur la planète Bespin. Il se
révèle par la suite être un très bon gestionnaire[17] .
3.2. STAR WARS, ÉPISODE V : L'EMPIRE CONTRE-ATTAQUE
85
• Boba Fett : il est le chasseur de primes le plus réputé
de la galaxie. Engagé par Jabba le Hutt pour capturer Han Solo, il est plusieurs fois très près de réussir
cette mission<ref name="AllansonFET>Allanson
2002-2004, Fet15 et Fet16 : Boba Fett - La chasse
se poursuit.</ref>.
3.2.5 Production
Scénario
Cosplay de Dark Vador.
L'immense succès critique et commercial de Star Wars,
épisode IV : Un nouvel espoir pousse la société de production 20th Century Fox à demander au scénaristeréalisateur George Lucas de mettre en chantier une suite
au film[23] . Cependant, Lucas décide de produire le film
en totale indépendance en autofinançant le film avec un
emprunt à sa banque. 20th Century Fox se contente seulement de distribuer le film dans les salles de cinéma.
George Lucas s’aperçoit alors qu'il ne peut humainement
pas s’occuper du financement, de la production et de
la réalisation en même temps. Il décide donc d'engager
un réalisateur confirmé. Son choix se porte sur Irvin
Kershner qui vient de réaliser Les Yeux de Laura Mars
(1978)[23] .
• C-3PO : c'est un droïde de protocole conçu pour
les relations entre les humains et les autres droïdes.
Il appartient à Luke. Sur la base rebelle de la planète Hoth, il est chargé d'analyser les communications extérieures[18] .
• R2-D2 : il est le droïde astromécano du vaisseau spatial de Luke. Sur la base rebelle de la planète Hoth,
R2-D2 est chargé de surveiller les équipements pendant les opérations d'excavation[19] .
• Dark Vador : c'est l'apprenti de l'empereur Sith qui
dirige la galaxie. Il a participé à la bataille de l'Étoile
noire et n'a pas pu en empêcher la destruction. Il
traque depuis lors l'armée rebelle et plus particulièrement le pilote qui a détruit l'Étoile noire. Ses recherches lui permettent de découvrir le nom de ce
dernier : Luke Skywalker[20] .
• Chewbacca : ce Wookiee est le copilote du Faucon Millenium, le vaisseau spatial de Han Solo. Sur
la planète Hoth, Chewbacca s’occupe essentiellement de la réparation du Faucon qui a subi plusieurs
avaries[21] .
• Obi-Wan Kenobi : maître Jedi du temps de la
République galactique, il est tué par son ancien apprenti Dark Vador lors d'un duel au sabre laser sur
l'Étoile noire. Il fusionne alors avec la Force, ce qui
lui permet de communiquer avec Luke, son nouvel
apprenti. Il peut également lui apparaître de temps
La scénariste Leigh Brackett en 1941.
en temps sous la forme d'un esprit[22] .
86
CHAPITRE 3. TRILOGIE ORIGINALE
En 1975, alors qu'il rédige la troisième ébauche de scénario du premier Star Wars, Lucas décide de consacrer du
temps pour développer une trame de fond assez élaborée
pour faciliter son futur processus d'écriture sur les autres
films[24] . Reprenant ces éléments, il rédige le premier manuscrit de L'Empire contre-attaque le 28 novembre 1977
en y intégrant même des événements extérieurs au film.
Ainsi, il ajoute une première scène où le héros Luke Skywalker est attaqué et frappé au visage par une créature
des neiges afin de rester cohérent avec les cicatrices que
porte Mark Hamill. En effet, en janvier de la même année, l'interprète du héros a eu un accident de voiture qui
l'a obligé à subir une reconstruction du visage[25] .
studios d'Elstree dans la banlieue de Londres pour la réalisation des storyboards des autres scènes puis pour la
mise en chantier du film avec les responsables de production, les costumiers et les acteurs. Il réalise la première version de l'histoire au brouillon puis charge un
dessinateur de le mettre en image. Il ne produit que deux
exemplaires du storyboard final, un pour lui à Londres
et un pour la société d’effets spéciaux Industrial Light &
Magic (ILM) en Californie[29] . ILM est la société créée
par George Lucas en 1975 pour réaliser les effets spéciaux du premier Star Wars. Contrairement au premier
opus, elle bénéficie d'un budget conséquent pour effectuer son travail sur L'Empire contre-attaque. Cela lui per[23]
Lucas confie ensuite à la romancière et scénariste de met de réaliser des trucages de meilleure qualité .
science-fiction Leigh Brackett l'écriture du scénario[25] . Le nouveau personnage de Yoda, est un défi technique en
Elle en termine la première ébauche le 17 février 1978[26] raison de sa petite taille (moins d'un mètre). Lucas et ses
mais meurt d'un cancer le 18 mars de la même année[27] . techniciens envisagent la possibilité d'utiliser un singe, un
George Lucas, qui trouve son scénario incohérent par nain, un enfant maquillé ou une figurine filmée image par
rapport à sa vision d'ensemble de la saga, décide alors image[23],[31] . C'est finalement une marionnette, créée par
de reprendre le travail d'écriture à zéro. Il engage donc Wendy Froud, qui est choisie en juillet 1978[30],[32] . PluLawrence Kasdan qui vient de terminer le scénario d'une sieurs visages sont également envisagés pour Yoda. C'est
autre production de Lucasfilm, Les Aventuriers de l'arche le maquilleur Stuart Freeborn qui lui donne son aspect
perdue. Comme le créateur de la saga a déjà toute définitif d'après un mélange de ses propres traits et de
l'histoire en tête, Kasdan n'a plus qu'à écrire le script[28] . ceux d'Albert Einstein. Convaincu par l'aspect, George
Le réalisateur Irvin Kershner de son côté se consacre es- Lucas lance la construction d'un système de mécanismes
sentiellement à la psychologie des personnages[29] . Du- pour animer les muscles faciaux du personnage. La marant plusieurs semaines, les trois hommes se réunissent nipulation de la marionnette est ensuite confiée à Frank
régulièrement pour des séances de réflexion suivies de ré- Oz, un spécialiste conseillé à Lucas par Jim Henson, le
écritures du scénario par Kasdan[28] . Le scénario prend créateur de la série télévisée de marionnettes Le Muppet
alors une nouvelle direction. Il met l'accent sur les émo- Show[23],[31] .
tions des personnages, avec notamment l'installation du
début d'une idylle entre Han Solo et la princesse Leia.
L'action démarre également dans une atmosphère plus Tournage
sombre qui place rapidement les protagonistes dans des
situations cauchemardesques[23] .
Plusieurs idées sont examinées puis abandonnées par le
trio. Il envisage notamment comme quartier général de
Dark Vador un château dans les neiges puis optent ensuite
pour un vaisseau spatial gigantesque, le Super Destroyer
Stellaire. Lucas pense également explorer le milieu d'où
provient le personnage de Chewbacca en situant certaines
scènes sur Kashyyyk, sa planète d'origine[30] .
Préproduction
Norman Reynolds est choisi pour être le chef décorateur
du film. Avec son équipe, il réalise de nombreux dessins
préparatoires à partir des différentes versions du scénario. Ils sont aidés par le dessinateur Ralph McQuarrie qui
peint à l'acrylique de nombreuses scènes-clés du films[30] .
En février 1978, le directeur artistique Joe Johnston réalise également un storyboard pour les premières scènes
sur la planète Hoth[29] et des douzaines d'illustrations
pour trouver l'apparence d'un nouveau personnage baptisé Minch, rebaptisé ensuite Yoda[30] .
Costume du monstre des neiges qui attaque Luke Skywalker.
Le tournage débute le 5 mars 1979 par une température
de moins trente degrés à Finse, un village situé dans un
glacier norvégien. Les premiers jours, l'équipe du film ne
peut même pas sortir car les portes de l'hôtel où elle réside sont bloquées par cinq mètres de neige. Le réalisateur
Irvin Kershner décide néanmoins de débuter le tournage.
Il place donc une caméra devant la porte arrière du bâLe réalisateur Irvin Kershner passe ensuite un an aux timent, puis demande à Mark Hamill de s’enfoncer dans
3.2. STAR WARS, ÉPISODE V : L'EMPIRE CONTRE-ATTAQUE
87
la neige pour les plans où son personnage s’enfuit pour n'est pas la bonne. Kershner enregistre surtout les réacéchapper au monstre des neiges[23],[33] .
tions d'Hamill. Ce n'est qu'en post-production que le bon
Une fois les plans en extérieur réalisés, le tournage se dialogue est prononcé par la voix de Dark Vador, l'acteur
poursuit aux studios d'Elstree à partir du 13 mars[23] . James Earl Jones. Même lui est stupéfié quand il découvre
je suis ton père ». Il pense
Malheureusement, le réalisateur ne dispose que de sept que la vraie réplique est « Non,
[23]
alors
que
Vador
ment
à
Luke
.
plateaux pour filmer les soixante-quatre décors, puisque
le huitième plateau du studio a brûlé quelques semaines Le 5 septembre, l’acteur Alec Guinness arrive sur le plaplus tôt lors du tournage du film Shining de Stanley Ku- teau pour reprendre son rôle d'Obi-Wan Kenobi[34] . Il
brick[29] .
tourne ses scènes en six heures et se voit attribuer pour
Kershner a rapidement des hésitations sur la scène où Han cela 0 25 % des futures recettes. Le tournage se termine
Solo est plongé dans la chambre de congélation. Il n'est quelques jours plus tard, le 24 septembre, par quelques
pas satisfait du dialogue écrit par Kasdan : Leia doit dire plans de la caverne habitée de Dagobah. Mark Hamill
tient le rôle
« Je vous aime » et Solo lui répondre « Moi aussi ». Le ayant fini son contrat, c'est une doublure qui
[35]
de
Luke
Skywalker
pour
ces
derniers
plans
.
réalisateur trouve que la réplique ne colle pas au caractère mauvais garçon de Solo. Il demande alors à Harrison
Ford, son interprète, d'improviser une nouvelle réponse.
Ford se contente alors de répliquer « Je sais » à la déclaration d'amour de sa partenaire. Kershner trouve cela
génial et décide de garder cette phrase[23] .
Le producteur Gary Kurtz engage le français Michel Parbot pour qu'il réalise un documentaire pour le compte de
Lucasfilm. Il suit ainsi le tournage pendant six mois en
Angleterre aux studios d'Elstree ainsi qu'à Finse. Le documentaire n'est cependant jamais diffusé en intégralité.
Durant plusieurs mois, Mark Hamill est le seul acteur pré- Seuls[36]quelques extraits sont utilisés pour la promotion du
sent sur le plateau de tournage entouré de fumées, de ser- film .
pents, de robots et de monstres. En effet, son partenaire
de jeu, le marionnettiste Frank Oz, est dissimulé sous le
Postproduction
sol. Pour lui permettre de travailler, le plateau de tournage est surélevé d'environ un mètre. Il se glisse dessous et
À la fin du tournage, George Lucas s’aperçoit qu'il dédonne ainsi la réplique à Mark Hamill. Cela s’avère phypasse déjà son budget de 10 millions de dollars. Il négosiquement très fatigant pour Oz. Il est aussi aidé par trois
cie alors avec la 20th Century Fox un prêt d'argent mais
autres marionnettistes qui s’occupent respectivement des
sans pour autant céder les droits. En effet, les dirigeants
oreilles, des yeux et de la main gauche quand c'est nécesde la Fox ont aussi intérêt à voir sortir le film le plus tôt
saire. Pour George Lucas, la prestation de Yoda est très
possible[23] .
importante. Selon lui, si la marionnette n'avait pas été crédible, le « film se serait cassé la figure à cause de ça »[23] . Le plus gros travail de postroduction est la création
des effets spéciaux par la société ILM. Pour cela, de
Lucas ne vient que deux fois sur le plateau en Angleterre.
nombreux modèles réduits sont construits car beaucoup
Une de ces visites se déroule alors qu'est tournée la scène
de vaisseaux spatiaux sont nécessaires, notamment le
où le vaisseau de Luke sort de l'eau grâce au pouvoir de
Slave 1, vaisseau du chasseur de primes Boba Fett[30] .
Yoda. Tout semble marcher correctement jusqu'au moL'assistant artistique Nilo Rodis-Jamero s’inspire pour sa
ment où les deux ailes du vaisseau tombent. Composées
création d'une antenne parabolique[37] . Les techniciens se
uniquement de bois, elles n'ont pas supporté le poids de
servent entre autres de pièces de modèle réduit de Porsche
l'eau. Les techniciens sont obligés de renforcer la strucpour fabriquer la maquette du vaisseau. Le Faucon Milture par de l'acier et dix heures après la première prise,
lenium, le vaisseau d'Han Solo, est également construit
Kershner parvient à réaliser le plan souhaité. Pour les
à nouveau bien qu'il apparaisse déjà dans Un nouvel esscènes se déroulant dans le marais, le plateau est couvert
poir. La maquette du premier film est en effet trop grande
d'un mètre d'eau. Tous les techniciens sont obligés de porpour réaliser les cascades prévues pour L'Empire contreter des bottes. Et comme le sol est glissant, plusieurs font
attaque. Le nouveau vaisseau construit représente en prodes chutes et se fracturent le bras. Kershner lui-même fait
portion la moitié de celui du premier film[30] .
un début de malaise à cause de la fumée introduite sur le
plateau. Il est par la suite obligé de porter un masque à Pour filmer les maquettes, les techniciens utilisent la technique d'animation image par image. C'est le maquettiste
gaz pour réaliser les scènes du marais[29] .
Jon Berg qui conçoit les véhicules quadripodes TB-TT
Les acteurs ne connaissent pas l’intégralité du scénario,
d'après les visuels réalisés par Ralph McQuarrie et Joe
notamment certains passages importants comme les oriJohnston. Il en réalise deux versions, l'une animée de
gines du personnage de Luke Skywalker dévoilées par
cinquante centimètres et l'autre fixe de plus d'un mètre.
Dark Vador. Même les principaux concernés, Mark HaPour leur démarche, Berg s’inspire de celle d'un éléphant
mill et David Prowse, ne sont pas au courant. Ce n'est
d'Asie qu'il filme dans un parc animalier. La substance
qu'au moment où il va tourner la scène qu'Hamill apqu'il utilise pour figurer la neige dans la scène des quadriprend la vérité. Prowse déclame « Tu ignores la vérité,
podes est du bicarbonate de soude. Cela permet de voir
Obi-Wan a tué ton père » sans se douter que sa réplique
la trace de leur passage et ainsi accréditer leur apparence
88
CHAPITRE 3. TRILOGIE ORIGINALE
sillon le 16 mai 1980 chez RSO Records[43] . Le 31 août
de la même année, elle atteint le million d'exemplaires
vendus[44] . Une version longue de la bande originale est
rematricée en 1996 par Dan Hersch sous la direction de
Michael Matessino. Cette nouvelle version est commercialisée en 1997 pour accompagner la sortie de l'édition
spéciale du film[45] .
3.2.6 Accueil
Sortie
Maquette d'un TB-TT utilisée pour le film.
grande et lourde[38] .
Le monolithe figurant Han Solo figé dans la carbonite
est également une création d'ILM. Pour le construire,
les techniciens moulent le visage et les mains de l'acteur
Harrison Ford qu'ils combinent avec le moulage du corps
de l'un d'eux[30] .
Pour la fin de la postproduction, Lucas fait appel à deux
techniciens ayant déjà travaillé avec lui sur Un nouvel espoir et ayant remporté un Oscar pour ce travail. Il s’agit de
Ben Burtt pour les effets sonores et de Paul Hirsch pour
le montage[39] .
Bande originale
L'acteur Mark Hamill, lors de la promotion du film aux Pays-Bas
en 1980.
Article détaillé : Bande originale de Star Wars, épisode
V : L'Empire contre-attaque.
En novembre 1979, la première affiche annonçant
L'Empire contre-attaque est distribuée aux cinémas améComme pour le premier Star Wars, la musique est compo- ricains. Elle est l'œuvre de Tony Seiniger et David Renesée et réalisée par John Williams[40] . Il débute la compo- ric, qui sont également les créateurs du logo du film[41] .
sition en novembre 1979. Puisque Dark Vador a une place L'affiche du film est quant à elle dévoilée début mai 1980.
plus importante dans le film, Williams lui écrit un thème Il s’agit d'une peinture de Roger Kastel qui s’inspire de
dédié, « The Imperial March ». L'enregistrement a lieu celle de la reprise en 1967 d’Autant en emporte le vent[42] .
en Angleterre avec l'orchestre symphonique de Londres
Le 17 mai, le film est projeté lors d'une avantdurant dix-huit séances de trois heures chacune, répar- première américaine caritative au Kennedy Center de
ties sur une période de deux semaines[41] . C'est la cinWashington[43] . L'avant-première européenne, elle, a lieu
quième bande originale que Williams enregistre avec cet le 20 mai à Londres en présence des acteurs Mark Haorchestre. Pour le morceau « The Battle of Hoth », le mill, Harrison Ford, Carrie Fisher, Billy Dee Williams,
compositeur fait appel à cinq piccolos, cinq hautbois, une Anthony Daniels, David Prowse, du producteur Gary
batterie de huit percussions, deux pianos et trois harpes Kurtz et du réalisateur Irvin Kershner. La presse est égasupplémentaires. Avec ces ajouts, il souhaite rendre plus lement conviée aux studios de Pinewood où des éléments
mécanique le son brutal et bizarre des quadripodes impé- de décor sont reconstitués pour l'occasion. La sortie est
riaux avançant à travers le paysage enneigé[40] .
notamment couverte en France par les animateurs Igor et
Début avril 1980, Williams est nommé chef résident de
l'orchestre symphonique de Boston. Le 29 avril, lors de sa
première représentation avec cet orchestre, Williams joue
pour la première fois deux des nouvelles compositions de
L'Empire contre-attaque : « Yoda’s Theme » et « The
Imperial March »[42] .
Grichka Bogdanoff pour l'émission de science et sciencefiction Temps X[36] .
Le film sort aux États-Unis le 21 mai au format 70 mm
dans cent vingt-sept cinémas. Cent vingt-cinq d'entre
eux battent leur record d'entrées pour un premier jour
d'exploitation. À partir du 18 juin, une diffusion plus
La bande originale du film sort en double disque micro- large est organisée au format 35 mm[43] .
3.2. STAR WARS, ÉPISODE V : L'EMPIRE CONTRE-ATTAQUE
Accueil critique
Aux États-Unis, L'Empire contre-attaque reçoit des critiques mitigées lors de sa sortie initiale. Parmi les critiques favorables, Gerald Clarke du magazine Time juge
que le film est « à bien des égards… un meilleur film »
qu’Un nouvel espoir[43] . Les autres critiques émettent
des réserves vis-à-vis du scénario. Cependant, tous soulignent la grande qualité des effets spéciaux. Par exemple,
Vincent Candy du journal The New York Times écrit une
critique essentiellement négative. Il déclare s’être ennuyé
pendant la projection. Il ne nie pas la beauté du film, ni
son côté inoffensif. Il le trouve simplement « crétin »[46] .
Judith Martin du Washington Post se plaint, elle, que le
film n’est que le milieu d’une histoire sans commencement ni conclusion réels[47] .
89
mière place des recettes de l'année 1980. Toutes années
confondues, il engrange 248 000 000 $ hors d'Amérique
du Nord et porte ainsi le total des recettes mondiales à
538 000 000 $[52] . En France avec 4 051 000 entrées, le
film se classe en deuxième position du box-office derrière
La Boum[53] .
Rééditions
Aux États-Unis, L'Empire contre-attaque ressort dans les
salles de cinéma le 31 juillet 1981 avec une nouvelle
affiche dessinée par Tom Jung[54] puis le 19 novembre
1982[55] .
En février 1997, le film sort au cinéma dans une version
« édition spéciale »[56] , un mois après la réédition d’Un
[56]
En France, les avis sont très positifs. Olivier Assayas nouvel espoir . George Lucas profite de ces ressorties
du magazine Cahiers du cinéma pense que le film est pour inclure de nouveaux passages dans les films, et en
[57]
un « adroit mélange d’humour, d’aventures et de bande- améliorer les effets spéciaux .
dessinée ». Sylvie Marcovitch du Journal du dimanche Dans la scène de l'attaque du monstre des neiges, le cosindique que ce nouvel épisode est « digne du premier tume du monstre, mal préparé, n'a pas pu être utilisé en
pour ne pas dire nettement supérieur ». Alain Garsault 1980. C'est la petite marionnette créée par Phil Tippett
de la revue Positif pense également que le deuxième épi- qui sert finalement pour deux plans, hors desquels les
sode « renouvèle la séduction du premier sans le répé- spectateurs entendent le Wampa sans vraiment le voir.
ter ». Louis Marcorelles du journal Le Monde trouve le Or, Lucas souhaite que le monstre apparaisse dans la noufilm « plus humain, plus familier et plus terre-à-terre ». velle version du film. Un tout nouveau costume est donc
Gilles Gressard du journal Libération, même s’il estime construit et de nouveaux plans sont tournés dans un déle film « à la limite de l'hystérie et du mystique », déclare cor à échelle réduite représentant une caverne[57],[58] . La
qu’il est « parfaitement adapté au public des périodes de bataille dans la neige est également améliorée. Dans cette
crise »[48] .
scène, les maquettes filmées sur un fond bleu sont incrusPour la ressortie de l'édition spéciale en 1997, les cri- tées dans un paysage blanc. Le signe révélateur d'un tel
tiques américains sont plus favorables. Bob Stephens du procédé est une ligne noire autour de la maquette. Sur
San Francisco Examiner décrit le film comme « le plus un fond noir cela est presque invisible mais sur un fond
grand épisode de la trilogie Star Wars »[49] . Le critique blanc, la moindre ligne noire devient très visible. Pour la
[57]
Roger Ebert est également de cet avis, affirmant aussi que ressortie, les lignes sont donc effacées par ordinateur .
L'Empire contre-attaque est le film de la trilogie qui invite La cité des nuages est aussi particulièrement retoule plus à réfléchir[50] . Sur le site Rotten Tomatoes, le film chée numériquement. Les trucages de l'époque ne
obtient le score de 96 % pour un total de soixante-seize plaisent pas à Lucas. Il trouve le décor très confiné et
critiques. Le site résume les avis ainsi : « plus sombre, plus claustrophobique. Il le souhaite plus ouvert sur la ville.
sinistre mais finalement encore plus impliquant qu’Un De nombreux plans pour mieux voir la ville et les véhinouvel espoir »[51] .
cules sont donc ajoutés. De plus, quand les personnages
marchent dans le palais, il y a davantage de fenêtres depuis lesquelles l'agitation extérieure est visible[58],[57] . Le
Box-office
trajet de Dark Vador de la cité des nuages jusqu'à son
vaisseau, qui dans la première version n'est que suggéré,
Le film rapporte 10 000 000 US$ lors de son week-end est intégralement montré dans la nouvelle édition. Sa réd'ouverture[52] . Après trois mois d'exploitation, George plique « Amenez ma navette » est également remplacée
Lucas récupère les 33 000 000 $ investis dans le bud- par « Prévenez mon destroyer interstellaire, qu'il se préget et peut même distribuer 5 000 000 $ de prime à pare à mon arrivée ». Pour cette occasion, c'est l'ancien
ses salariés[23] . Le 17 août 1980, les recettes du film animateur d'effets spéciaux Andrew Nelson qui revêt le
dépassent les 145 000 000 US$[44] . Le film termine sa costume de Vador[58] . De nouveaux plans du vaisseau du
course aux États-Unis fin 1980 avec 209 000 000 $ et se chasseur de primes Boba Fett sont aussi ajoutés[59] . La
hisse à la première place annuelle en Amérique du Nord. chute de Luke dans la cité des nuages, qui dans la preLa ressortie de 1982 rapporte, elle, 13 000 000 $. L'« édi- mière version est silencieuse, s’accompagne dans l'édition
tion spéciale » de 1997 engrange enfin 68 000 000 $ et spéciale d'un cri[58] .
porte l'exploitation totale américaine à 290 000 000 $[52] . Comme Lucas, le réalisateur Irvin Kershner s’est plaint
Au niveau mondial, le film se place également à la pre- durant le tournage que la cité des nuages n'est pas as-
90
sez visible. Selon lui, cela « ressemble à un décor bon
marché ». Il estime que le travail de l'édition spéciale sur
ce point est remarquable et juge que la scène où Vador
marche vers sa navette « est pas mal ». En revanche, il
déclare qu'« on n'avait pas besoin du monstre des neiges,
mais ça va cela ne gâche rien ». Kershner conclut que le
film reste essentiellement le même[29] .
CHAPITRE 3. TRILOGIE ORIGINALE
Selon Campbell, toute grande bataille est en effet une
blessure[65] .
Luke est également la figure de l’enfant dangereux, à
l’image d’Œdipe et de Persée dans la mythologie grecque.
La peur d’être évincés du pouvoir pousse les parents à
exiler leur progéniture jugée dangereuse. Luke Skywalker est lui aussi exilé aux confins de la galaxie, mais pour
sa propre protection, face à un père malfaisant. Fils d’un
tenant du pouvoir, il doit soit se soumettre à son père soit
3.2.7 Distinctions
être éliminé par celui-ci. George Lucas a choisi à dessein
le nom de Dark Vador qui est « Darth Vader » en anglais :
L'Empire contre-attaque remporte deux Oscars sur quatre
ce nom évoque « Dark father », le père sombre[66] .
nominations[60] . Le film gagne aussi, sur huit nominations, quatre Saturn Awards dont celui du meilleur Dans la scène de la grotte sur la planète Dagobah, Luke,
film[61] . Il est également récompensé par plusieurs autres dans un combat onirique face à Dark Vador, découvre
prix comme le Grammy Awards de la meilleure musique sous le masque de son opposant son propre visage. Cette
de film, le Prix Hugo[62] du meilleur film dramatique et scène est également inspirée par l’ouvrage de Campbell. Elle représente l’affrontement du héros avec ses
le BAFTA de la meilleure musique de film[63] .
propres cauchemars, ou bien avec le démon caché dans
Note : sauf mention contraire, les informations ci-dessous
son cœur[65] .
sont issues de la page Awards du film sur l'Internet Movie
Database[64] . Ici sont listés les principaux prix.
Récompenses
Le film obtient les récompenses suivantes :
Campbell note également la présence indispensable, dans
le voyage du héros, de monstres et de bouffons. La scène
où le Faucon Millénium se retrouve, malgré les efforts de
son pilote, à l’intérieur d’un ver géant dissimulé dans un
astéroïde, remplit cette fonction : elle reprend le mythe de
Jonas avalé par la baleine. Il s’agit d’une représentation du
mal sous sa forme monstrueuse[65] .
Constituant le deuxième volet d'une trilogie, L'Empire
contre-attaque correspond à la deuxième étape du voyage,
celle qui est marquée par une pause dans l’action et où les
Le film obtient les nominations suivantes :
sombres présages côtoient le souffle de la mort. La tension
dramatique est donc plus forte ; les héros sont ainsi victimes de violents conflits intérieurs et de difficultés avec
3.2.8 Analyse
leur destinée. Ils se voient dotés d'une noirceur contriPour écrire le film, George Lucas s’aide notamment d’un butive des aventures et des dilemmes moraux. Tous ces
livre d'anthropologie mais s’inspire aussi des westerns, éléments leur confèrent une densité à la hauteur des im[66]
du cinéaste japonais Akira Kurosawa et de thèmes portants enjeux auxquels ils sont confrontés .
mythologiques.
Nominations
Inspirations
Références culturelles
Comme pour le premier Star Wars, George Lucas s’inspire de la base narratologique du voyage du héros, développée par Joseph Campbell dans le livre Le Héros aux
mille et un visages en 1949. Il reprend notamment les
éléments que l’auteur décrit comme étant les épreuves
suprêmes, le paroxysme de l’aventure : le héros se retrouve face à sa plus grande peur et doit en triompher.
L’une de ces épreuves est l’affrontement avec la figure
du père, grâce auquel le personnage devient plus adulte
et plus sage, à l'image du dieu grec Zeus, qui accède au
pouvoir en éliminant son père Chronos comme lui-même
l'avait déjà fait pour son propre père. Luke Skywalker se
retrouve dans cette position lors de son combat face à
Dark Vador. Dans cette scène, Vador inflige également
à son fils la mutilation qu’il a lui-même reçue des années
auparavant, telle la marque de Caïn des récits bibliques.
L'influence du cinéaste japonais Akira Kurosawa sur
George Lucas est particulièrement perceptible dans le
film. Le caractère et la gestuelle du personnage de Yoda
semblent directement inspirés de Dersou, le héros éponyme du film Dersou Ouzala (1975). De plus, deux scènes
de films de Kurosawa sont reprises dans L'Empire contreattaque. Il s’agit d'abord de la scène où, pour protéger
Luke du froid de la planète Hoth, Han Solo invente un abri
temporaire. L'ami de Dersou fait de même. La scène de
la grotte sur la planète Dagobah semble quant à elle être
inspirée du film L'Ange ivre (1948) dans lequel le héros
fait, comme Luke, une rencontre onirique avec son double
maléfique[67] . Lucas glisse également une référence à son
premier film THX 1138 (1971) : la phrase du général rebelle Rieekan : « Envoyez Rogue 10 et Rogue 11 en station 38 » est un clin d’œil à son titre[68] .
3.2. STAR WARS, ÉPISODE V : L'EMPIRE CONTRE-ATTAQUE
91
DVD avec Un nouvel espoir et Le Retour du Jedi le 21
septembre 2004[74] . George Lucas profite de cette ressortie pour effectuer quelques retouches sur le film. Il
retravaille notamment la conversation entre l'empereur
Palpatine et Dark Vador : le visage de l'empereur, à
l'origine simple superposition des yeux d’un chimpanzé
sur le visage d’une vieille femme grimée, est remplacé numériquement par celui d'Ian McDiarmid, l'acteur
qui interprète Palpatine dans les autres films Star Wars.
Le dialogue, légèrement modifié, est réenregistré avec la
voix de l'acteur[59] . Le 12 septembre 2006, le DVD ressort avec les deux versions du film : l'originale et l'édition
spéciale[75] .
L'ensemble des films de la saga Star Wars sort en format
Blu-ray en septembre 2011[76] . L'Empire contre-attaque
est ainsi restauré pour améliorer la qualité d'image par
rapport à la précédente version DVD[77] . En 2013, le cinquième opus ressort dans un coffret DVD « trilogie » avec
les modifications apportées lors de la sortie Blu-ray[78] .
Promotion commerciale et produits dérivés
Le réalisateur Akira Kurosawa en 1953.
Beaucoup de produits dérivés sont commercialisés pour
accompagner la sortie du film. La marque apparaît notamment sur des crèmes glacées, des vêtements, des sousvêtements, des plaques d'interrupteurs, des valises-repas
et des casquettes[79] . La chaîne de restauration rapide
Burger King offre quant à elle des verres illustrés[44] . Le
fabricant de jouets Kenner produit également une gamme
exclusivement consacrée au film avec vingt-neuf figurines, neuf véhicules, sept sets de jeu et une poupée[80] .
La novélisation officielle du film est écrite par le scénariste Donald F. Glut et sort en librairie le 12 avril
1980 pour se vendre en moins de deux mois à deux millions d'exemplaires. L'illustration de couverture reprend
la peinture que l'artiste Roger Kastel réalise pour l'affiche
du film. Le livre est très fidèle au scénario, à l'exception
de quelques variantes liées aux modifications intervenues
Le personnage nouvellement introduit Boba Fett est dien cours de production[42] . En juin 1980, c'est au tour
rectement inspiré des chasseurs de primes des westerns,
d'une adaptation du film en bande-dessinée de débuter
notamment au niveau de son comportement et du bruit
chez Marvel Comics, par le scénariste Archie Goodwin
d’éperons qu'il produit en marchant. Un de ses modèles
et les dessinateurs Al Williamson et Carlos Garzon[81] .
est l’« homme sans nom » joué par Clint Eastwood dans
En juin 1982, la National Public Radio américaine difla Trilogie du dollar (1964-1966)[70] .
fuse l'adaptation radiophonique du film. Mark Hamill,
Anthony Daniels et Billy Dee Williams y reprennent leurs
rôles de Luke, C-3PO et Lando. À leurs côtés, Perry
3.2.9 Exploitation
King, Anne Sachs et John Lithgow interprètent respectivement Han Solo, Leia et Yoda[82] .
Éditions en vidéo
L’idée d’emprisonner Han Solo dans un bloc de carbonite
provient probablement de la bande-dessinée L'Empire des
mille planètes (1971). Le héros Valérian y est en effet
retenu par le même procédé, et le Faucon Millenium,
le vaisseau de Solo, semble lui aussi inspiré de celui de
Valérian[69] .
Aux États-Unis, le film est disponible à la vente en format
VHS en octobre 1984[71] , puis à partir du 26 août 1997 3.2.10 Postérité
pour son édition spéciale[72] . Cette version ressort ensuite
le 21 novembre 2000 avec les mêmes graphismes que la Article détaillé : Postérité de Star Wars.
VHS de La Menace fantôme et pour la première fois sous
le nom Star Wars, épisode V : L'Empire contre-attaque[73] . Une réplique tenue à la fin du film est devenue avec le
L'Empire contre-attaque sort dans un coffret « trilogie » temps une phrase culte. C'est Dark Vador qui la pro-
92
CHAPITRE 3. TRILOGIE ORIGINALE
nonce quand il avoue être le père du jeune Luke Skywalker, dans une anagnorisis passée à la postérité dans
la culture populaire[83] : la phrase « Je suis ton père »
est par la suite reprise dans de nombreux films comme
Austin Powers 2 (1999), Toy Story 2 (1999)[84] , Le Règne
du feu (2002)[85] , Mais qui a tué Pamela Rose ? (2003),
Jarhead (2005), Arthur 3 : La Guerre des deux mondes
(2010), Megamind (2010)[84] , Cowboys et Envahisseurs
(2011)[86] , Low Cost (2011) ou encore Astérix et Obélix :
Au service de Sa Majesté (2012)[84] .
[13] « La tanière du Wampa, vision d’Obi-Wan et Les speeders
des neiges prennent leur envol » en français.
En 2010, Star Wars, épisode V : L'Empire contre-attaque
est sélectionné par le Bureau national du film américain pour être conservé à la Bibliothèque du Congrès à
Washington pour son « importance culturelle, historique
ou esthétique »[87] . En 2014, le film est élu « plus grand
film de tous les temps » par le magazine anglais Empire
suite au dépouillement d'un sondage d'opinion effectué
auprès de 250 000 de ses lecteurs cinéphiles[88] .
[17] « Arrivée à Dagobah » en français.
3.2.11
[22] « La marche impériale (Thème de Dark Vador) » en français.
Notes et références
Notes
[1] Le point de référence (point zéro de la chronologie Star
Wars) est la bataille de Yavin dans l'épisode IV de la saga.
[2] Le village de Finse en Norvège sert de lieu de tournage à
des scènes se déroulant sur Hoth.
[14] « La sonde impériale et A bord de l’Exécuteur » en français.
[15] « La bataille de Hoth (Le canon à ions, Quadripodes impériaux, Sous le TB-TT et Fuite dans le Faucon Millénium »
en français.
[16] « Le champ d’astéroïdes » en français.
[18] « Le visiteur nocturne de Luke » en français.
[19] « Han Solo et la princesse » en français.
[20] « Le maître Jedi révélé et La grotte des Mynocks » en
français.
[21] « L’entrainement d’un chevalier Jedi et L’arbre magique »
en français.
[23] « Thème de Yoda » en français.
[24] « Attaque d'un destroyer stellaire » en français.
[25] « Yoda et la Force » en français.
[26] « Déploiement de la flotte impériale et Cité des nuages »
en français.
[3] Maquette du Faucon Millénium en briques Lego.
[27] « Palais de Lando » en français.
[4] Dans la version française du film, le personnage de Jabba
le Hutt est appelé « Jabba le Forestier ». Dans l’'Le Retour
du Jedi, le personnage retrouve son nom original.
[28] « Trahison à Bespin » en français.
[5] La mention d’ « épisode » est présente dans le texte du
prologue dès 1980. Le film n'est cependant commercialisé
avec cette mention qu’à partir de l’an 2000.
[30] « Congélation carbonique, Le piège de Dark Vador et Départ de Boba Fett » en français.
[6] Dans une interview présente dans le numéro 41 du Lucasfilm Magazine, Watts indique que son travail consiste
à s’occuper des préparatifs, du tournage, du retour de
l'équipe, du démantèlement des décors et de la gestion de
fin tournage. Il n'intervient plus après cela.
[7] Voir le paragraphe « Version française de Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir » pour l’explication des différences de nom de personnages entre ce film et les autres
films de la saga Star Wars.
[8] Robert Guilmard pour la scène supplémentaire de l'édition
spéciale de 1997 et Saïd Amadis pour la scène modifiée
de l'édition DVD de 2004.
[9] Dans la version originale, c'est l'acteur Temuera Morrison
qui donne sa voix au personnage de Boba Fett depuis la
version modifiée de l'édition DVD de 2004.
[10] Depuis la version modifiée de l'édition DVD de 2004.
[11] Luke Skywalker est le Rogue leader.
[12] « Musique du générique et La planète de glace Hoth » en
français.
[29] « Négociation avec le seigneur noir » en français.
[31] « Le choc des sabres lasers et Les troupes impériales arrivent » en français.
[32] « Sauvetage à la cité des nuages et Hyperespace » en français.
[33] « La flotte rebelle et Générique de fin » en français.
Références
• Sources primaires
[1] George Lucas, La Guerre des étoiles, Paris, Presses Pocket, 1977.
[2] Donald Glut, L'Empire contre-attaque, Paris, G. P., 1980.
• Sources secondaires
[1] Patrice Girod, « L'Histoire : Toutes les grandes étapes du
film », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La
Menace fantôme, no hors série no 1, automne 1999.
3.2. STAR WARS, ÉPISODE V : L'EMPIRE CONTRE-ATTAQUE
93
[2] Patrice Girod, « L'Histoire », Lucasfilm Magazine : Le
Guide officiel du film La Revanche des Sith, no hors série no 3, printemps 2005.
[29] Scott Chernoff, « Irvin Kershner, réalisateur », Lucasfilm
Magazine : Spécial 20ème anniversaire de L'Empire contreattaque, no no 23, mai-juin 2000.
[3] Allanson 2002-2004, Hot1 et Hot2 : La bataille de Hoth.
[30] Catalogue d'exposition : Star Wars Identités, Lucasfilm,
2012, 132 p..
[4] Allanson 2002-2004, Jed3 et Jed4 : La formation de Luke
Skywalker.
[31] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 74.
[5] Allanson 2002-2004, Hot5 et Hot6 : La bataille de Hoth La force blizzard.
[32] (en) « The Empire Strikes Back », sur WorldOfFroud.com
(consulté le 22 mai 2015).
[6] Allanson 2002-2004, Hot7 et Hot8 : La bataille de Hoth Les évadés de Hoth.
[33] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 75.
[34] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 80.
[7] Allanson 2002-2004, Hot9 et Hot10 : La bataille de Hoth
- Bataille dans les astéroïdes
[35] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 81.
[8] Allanson 2002-2004, Vad1 et Vad2 : Fuite vers Bespin.
[36] Patrice Girod, « Envoyés spatiaux sur L'Empire contreattaque », Lucasfilm Magazine, no no 77, mai-juin 2009.
[9] Allanson 2002-2004, Vad3 et Vad4 : Fuite vers Bespin Trahison sur Bespin
[10] Allanson 2002-2004, Vad5 et Vad6 : Fuite vers Bespin Duel entre père et fils.
[11] Allanson 2002-2004, Vad7 et Vad8 : Fuite vers Bespin L'héritage de Bespin.
[12] (en) Ian Nathan, « Tales from the Dark Side », sur EmpireOnline.com, 2002 (consulté le 18 mai 2015)
[13] « Les doubleurs de Star Wars, épisode V : L'Empire contreattaque », sur Starwars-universe.com (consulté le 18 janvier 2015).
[14] Allanson 2002-2004, Ski7 et Ski8 : Luke Skywalker - Un
héros émerge.
[15] Allanson 2002-2004, Sol9 et Sol10 : Han Solo - Héros
malgré lui.
[16] Allanson 2002-2004, Lei9P et Lei10P : Princesse Leia Organa - Vador attaque.
[17] {{harv
[18] {{harv
[19] {{harv
[20] {{harv
[21] {{harv
[37] Daniel Wallace, « Les Vaisseaux », Lucasfilm Magazine :
Spécial 20ème anniversaire de L'Empire contre-attaque, no
no 23, mai-juin 2000.
[38] Daniel Wallace, « Jon Berg - L'animation image par image
de l'épisode V », Lucasfilm Magazine : Spécial 20ème anniversaire de L'Empire contre-attaque, no no 23, mai-juin
2000.
[39] (en) « Star Wars, épisode V : L'Empire contre-attaque »,
sur l'IMDb (consulté le 10 mai 2015)
[40] (en) « John Williams on The Empire Strikes Back (1980) »,
sur JWFan.com (consulté le 4 mai 2015)
[41] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 82.
[42] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 85.
[43] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 86.
[44] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 89.
[45] (en) Michael Matessino, The Original Motion Picture
Soundtrack : Star Wars - A New Hope, Hollywood, Lucasfilm, 1996.
[46] (en) « The Empire Strikes Back Strikes a Bland Note », sur
NYTimes.com, 15 juin 1980 (consulté le 27 mai 2015).
[47] (en) « The Empire Strikes Back », sur WashingtonPost.com,
123 mai 1980 (consulté le 27 mai 2015).
[22] {{harv
[48] « L’Empire contre-attaque – Critique presse », sur AlloCine.fr (consulté le 23 mai 2015).
[23] Star Wars - L'Empire des rêves ((en) Empire of Dreams :
The Story of the Star Wars Trilogy) documentaire d'Edith
Becker et Kevin Burns, 2004.
[49] (en) « Blue skies, dark knights », sur SFGate.com, 21 février 1997 (consulté le 27 mai 2015).
[24] Kaminski 2008, p. 134.
[50] (en) « The Empire Strikes Back », sur RogerEbert.com, 21
février 1997 (consulté le 27 mai 2015).
[25] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 61.
[26] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 64.
[27] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 65.
[28] Scott Chernoff, « Lawrence Kasdan, scénariste », Lucasfilm Magazine : Spécial 20ème anniversaire de L'Empire
contre-attaque, no no 23, mai-juin 2000.
[51] (en) « The Empire Strikes Back », sur Rotten Tomatoes
(consulté le 5 septembre 2014).
[52] (en) « The Empire Strikes Back », sur boxofficemojo.com
(consulté le 23 avril 2015).
[53] « Box-Office France », sur CBO-BoxOffice.com (consulté
le 11 juin 2014).
94
[54] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 97.
[55] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 105.
[56] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 182.
[57] Star Wars - Édition spéciale ((en) Star Wars Special Edition
Documentary) documentaire, 1997.
[58] Daniel Wallace, « L'édition spéciale, un empire restauré », Lucasfilm Magazine : Spécial 20ème anniversaire de
L'Empire contre-attaque, no no 23, mai-juin 2000.
CHAPITRE 3. TRILOGIE ORIGINALE
[78] « Star Wars - La Trilogie (Édition Simple) - DVD », sur
DVDFr.com (consulté le 28 février 2015).
[79] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 93.
[80] (en+de) Fantasia-Team, Star Heroes Collector 2006 : Internationale Version, Dreieich, Fantasia Verlag GmbH,
2005 (ISBN 978-3935976329).
[81] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 88.
[82] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 101.
[59] « Les évolutions de la Saga », sur Starwars-Universe.com
(consulté le 25 février 2015).
[83] (en) « Luke, I am Your Father », sur Know Your Meme
(consulté le 9 juin 2015).
[60] (en) « Awards Databases », sur Oscars.org (consulté le 21
octobre 2014).
[84] « Je suis ton père » la vanne pourrie., sur SensCritique.com,
2 mars 2013 (consulté le 8 avril 2015).
[61] (en) « The Saturn Awards Past-Winners », sur Saturn
Awards (consulté le 22 octobre 2014).
[85] « Les références cinéma dans Le Règne du feu », sur CineClap.Free.fr (consulté le 8 avril 2015).
[62] (en) « Hugo Awards 1981 », sur SFADB.com (consulté le
22 octobre 2014).
[86] « Cowboys et envahisseurs…et déceptions », sur BrainDamaged.fr, 27 août 2011 (consulté le 8 avril 2015) :
[63] (en) « Explore the BAFTA », sur BAFTA.org (consulté le
22 octobre 2014).
[64] (en) « Distinctions de Star Wars, épisode V : L'Empire
contre-attaque », sur l'IMDb (consulté le 25 mars 2015).
[65] Star Wars - Les Origines d'une saga ((en) Star Wars : The
Legacy Revealed) documentaire de Kevin Burns, 2007.
[66] « L'Empire contre-attaque », sur DVDClassik.com, 6 octobre 2004 (consulté le 9 juin 2015).
[67] (en) « The Influence and Imagery of Akira Kurosawa Part III », sur FD.Noneinc.com, 10 avril 2007 (consulté le
28 mai 2015).
[68] Daniel Wallace, « 6 faits que vous ignoriez probablement
sur L'Empire contre-attaque », Lucasfilm Magazine : Spécial 20ème anniversaire de L'Empire contre-attaque, no no
23, mai-juin 2000.
[69] Pierre Christin, Jean-Claude Mézières, Stan Barets,
« Comment tout a commencé » dans Valérian et Laureline, l'intégrale volume 1, Dargaud, Paris, 2007.
« Seul Harrison Ford se démarque un peu
en ancien colonel bourru. Il est le seul à apporter un peu d’humour au film. En effet, son
« je suis ton père », arrachera un sourire aux
fans de Star Wars. »
[87] (en) « National Film Preservation Board », sur Library of
Congress (consulté le 3 mars 2015).
[88] « Star Wars, épisode V : L'Empire contre-attaque élu plus
grand film de tous les temps », Le Figaro, 2 juin 2014
(consulté le 8 avril 2015).
3.2.12 Annexes
Articles connexes
• Star Wars
• George Lucas
• Bataille de Hoth
[70] Daniel Wallace, « 5 raisons qui font de L'Empire contreattaque un favori auprès des fans », Lucasfilm Magazine :
Spécial 20ème anniversaire de L'Empire contre-attaque, no
no 23, mai-juin 2000.
Bibliographie
[71] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 120.
: document utilisé comme source pour la rédaction
de cet article.
[72] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 189
[73] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 219
[74] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 251.
[75] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 270.
[76] (en) « The Star Wars Saga on Blu-Ray », sur StarWars.com
(consulté le 11 juin 2014).
[77] (en) « The Best on Blu-ray : Restoring the Star Wars Saga
for the HD Generation », sur StarWars.com (consulté le
11 juin 2014).
• Lucasfilm Magazine, vol. 23 : Spécial 20ème anniversaire de L'Empire contre-attaque, Paris, Courleciel, mai-juin 2000
• Darren Allanson et al., Dossiers Officiels Star
Wars, Évreux, Éditions Atlas, 2002-2004 (OCLC
474494070, notice BnF no FRBNF40010550)
• (en) Alan Arnold, A Journal of the The Making
of The Empire Strikes Back, New York, Del Rey
Books, 1980 (ISBN 978-0-3452-9075-5)
3.3. STAR WARS, ÉPISODE VI : LE RETOUR DU JEDI
95
• (en) Deborah Call, The Art of Star Wars Episode
V - The Empire Strikes Back, New York, Del Rey,
1980 (ISBN 0-3452-8833-5)
3.3 Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi
• (en+de) Fantasia-Team, Star Heroes Collector Star Wars, épisode VI :
2006 : Internationale Version, Dreieich, Fanta- Le Retour du Jedi
sia Verlag GmbH, 2005 (ISBN 978-3-9359-7632-9)
Logo du film Le Retour du Jedi.
• Pablo Hidalgo, Daniel Wallace et Ryder Windham,
Pour plus de détails, voir Fiche technique et
Générations Star Wars : La Chronique illustrée de
Distribution
30 ans d’aventures - Nouvelle édition, Hors CollecLe Retour du Jedi (Return of the Jedi) est un film amérition, 2012, 328 p. (ISBN 2-2580-9895-5)
cain de science-fiction de type space opera sorti en 1983,
• (en) Michael Kaminski, The Secret History of Star co-écrit par George Lucas et Lawrence Kasdan, et réaliWars, Kingston, Legacy Books Press, 2008 (ISBN sé par Richard Marquand. À partir de l'année 2000, il est
978-0-9784-6523-0)
exploité sous le nom Star Wars, épisode VI : Le Retour
• James Luceno, Star Wars la Trilogie : Les Lieux de du Jedi (Star Wars Episode VI : Return of the Jedi).
L'Action, Paris, Nathan, 2004, 48 p. (ISBN 978-2-
C'est le troisième opus de la saga Star Wars par sa date
de sortie, mais le sixième selon l'ordre chronologique de
l'histoire. Il est le dernier volet de la trilogie originale
• David West Reynold, Star Wars : Tout sur la Tri- qui est constituée également des films Un nouvel espoir
logie, Paris, Nathan, 1998, 64 p. (ISBN 978-2-0924- et L'Empire contre-attaque.
0924-0483-6)
0417-1)
• David West Reynold, Star Wars : Vaisseaux et en3.3.1
gins, les plans secrets, Paris, Nathan, 1998 (ISBN
978-2-0924-0418-8)
Synopsis
Toile de fond
• Jonathan W. Rinzler, Le Making of de L'Empire
contre-attaque, Paris, Akileos, 2013 (ISBN 978-23557-4148-7)
Liens externes
• (en) Site officiel
• (en) Star Wars, épisode V : L'Empire contre-attaque
sur l’Internet Movie Database
• Star Wars, épisode V : L'Empire contre-attaque sur
Allociné
• (en) « Star Wars Episode V : The Empire Strikes
Back », sur LucasFilm
• (en) « Star Wars Episode V : The Empire Strikes
Back », sur Wookieepedia
•
•
•
Portail de Star Wars
Portail du cinéma américain
Portail des années 1980
La version du 22 juin 2015 de cet article a été reconnue
comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des
critères de qualité concernant le style, la clarté, la
pertinence, la citation des sources et l'illustration.
Vision d'artiste de la planète Coruscant.
L'univers de Star Wars se déroule dans une galaxie qui
se fait le théâtre d'affrontements entre les Chevaliers Jedi
et les Seigneurs noirs des Sith, personnes sensibles à la
Force, un champ énergétique mystérieux leur procurant
des pouvoirs psychiques. Les Jedi maîtrisent le Côté lumineux de la Force, pouvoir bénéfique et défensif, pour
maintenir la paix dans la galaxie. Les Sith utilisent le Côté
obscur, pouvoir nuisible et destructeur, pour leurs usages
personnels et pour dominer la galaxie[1] .
96
CHAPITRE 3. TRILOGIE ORIGINALE
Pour amener la paix, une République galactique a été fondée avec pour capitale la planète Coruscant. Mais, tout au
long de son existence, elle est secouée par des sécessions
et des guerres. Pour mettre fin à ceci, la République est
remplacée en 19 av. BY[Note 1] par un Empire galactique
autoritaire et discriminatoire. Cette nouvelle entité est dirigée par le Sith Palpatine et son apprenti Dark Vador[2] .
Quittant temporairement ses compagnons, Luke se rend
seul sur la planète Dagobah pour y retrouver Yoda, son
second maître Jedi. Très affaibli, ce dernier lui annonce
qu'il n'a plus rien à lui apprendre puis s’éteint sous les yeux
de son élève. Alors que Luke s’apprête à repartir, l'esprit
de son premier maître Obi-Wan Kenobi lui apparaît. Le
fantôme du Jedi lui apprend qu’il a une sœur jumelle et
Mais après plusieurs années, la brutalité du régime pro- qu’ils ont été séparés à leur naissance. Se fiant à son intuition, Luke découvre que cette sœur n'est autre que son
voque l'apparition d'une opposition armée : l'Alliance
[8]
rebelle. Sa première victoire se déroule en 1 av. BY, amie Leia .
lorsque les rebelles parviennent à détruire l'arme absolue Au même moment, l'Empereur Palpatine quitte
de l'Empire, la station spatiale Étoile noire[a 1] . En 3 ap. Coruscant pour l’Étoile de la mort. Officiellement, il
BY, Dark Vador contre-attaque en détruisant la base prin- fait passer ce voyage pour une inspection des travaux.
cipale des rebelles sur la planète Hoth. L'Alliance, bien Mais en réalité, il s’agit d'une manœuvre pour tendre
que dispersée, n'est cependant pas vaincue[a 2] .
un piège à l’Alliance rebelle et pour capturer le jeune
Skywalker[9] .
Résumé
Paysage de la planète Tatooine[Note 2] .
Luke retrouve ses amis au point de rassemblement de la
flotte de guerre des rebelles. Là, Mon Mothma, la chef
de l'Alliance, apprend à l’assemblée que l’Empire est en
train de construire l’Étoile de la mort. Elle informe également de la présence de l’Empereur sur les lieux. Pour
elle, l'attaque de la nouvelle station spatiale est une priorité. Sa destruction et l’élimination de Palpatine portera
un coup fatal à l’Empire. Le plan dévoilé par les officiers
de l’Alliance est simple. Dans un premier temps, un petit
groupe se posera sur la lune d’Endor pour désactiver le
champ d'énergie protégeant l’Étoile de la mort. Dans un
deuxième temps, la flotte de l’Alliance attaquera la station et cherchera à la détruire en touchant son générateur
d’énergie[10] .
Pour mettre fin au conflit armée qui l'oppose à l'Alliance
rebelle, l'empereur Palpatine lance la construction en orbite autour de la lune de la planète Endor d'une nouvelle
station spatiale de combat, l'Étoile de la mort. Pour cela,
il envoie sur place son apprenti Dark Vador, mais compte
bien superviser lui-même la fin de la réalisation[3] .
Sur la planète Tatooine, le Jedi héros de l'Alliance rebelle, Luke Skywalker tente de délivrer son ami Han Solo
qui est retenu prisonnier par le puissant trafiquant Jabba
le Hutt[4] . La princesse Leia, déguisée en chasseur de
primes s’infiltre dans le palais du criminel et tente de délivrer Solo. Mais, démasquée, elle est à son tour retenue
captive. Le lendemain, Luke pénètre à son tour dans la
salle du trône. Il menace Jabba de représailles s’il ne lui
rend pas ses amis. Mais le truand, n’est à cure et précipite le jeune Jedi dans la fosse de son monstre de compagnie. Mais contre toute attente, Luke réussit à éliminer
l’animal[5] . Courroucé par cette perte, Jabba décide alors
jeter Skywalker et Solo dans la gueule du Sarlacc, un ver
géant vivant au milieu des dunes de Tatooine[6] . Arrivé
sur le site, Luke s’empare de son sabre laser qu’il avait
dissimulé à l’intérieur de son droide astromécanicien. Il
s’ensuit une bataille tumultueuse qui voit la fin de Jabba
et d’une partie de sa cour dans l'explosion de la barge à
voile du trafiquant. Sains et saufs, Luke et ses amis retournent à leurs vaisseaux et quittent la planète[7] .
Paysage de la lune forestière d'Endor[Note 3] .
Le commandement de l'expédition d'Endor est confié
à Han Solo. Ses amis Luke et Leia se portent volontaires pour l'accompagner dans cette difficile mission.
Arrivés sur place les rebelles tombent rapidement sur
une patrouille impériale mais arrivent à la neutraliser
avant qu'elle ne donne l'alerte[11] . Ils se font ensuite
capturer par une tribu de petits êtres autochtones : les
Ewoks[12] . Mais après une démonstration des pouvoirs de
la Force par Luke, les rebelles sont vite relâchés par les
autochtones[13] . Le soir venu, Luke s’éclipse après avoir
3.3. STAR WARS, ÉPISODE VI : LE RETOUR DU JEDI
97
annoncé à Leia qu'elle est sa sœur. De plus en plus trou- 3.3.2 Fiche technique
blé d'être le fils de Dark Vador, il décide de se livrer à
Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations
l'ennemi pour la protéger. Amené devant son père, il essaye en vain de le faire changer de camp. Mais Vador mentionnées dans cette section proviennent de la base de données
est trop fasciné par le côté obscur de la Force. Ainsi, IMDb.
comme l'empereur lui à demander, il transfert Luke jusqu'à l’Étoile de la mort[14] .
• Titre original : Return of the Jedi puis Star Wars
Episode VI : Return of the Jedi[Note 4]
Le lendemain, Solo mène ses troupes à l'assaut de
la casemate où est installé le champ protecteur. Mais
• Titres français : Le Retour du Jedi puis Star Wars,
l'empereur a prévu l'assaut et à peine arrivés à l’intérieur
épisode VI : Le Retour du Jedi
du bâtiment, les rebelles sont encerclés par une multitude d'adversaires[15] . Pendant ce temps, la flotte rebelle
• Réalisation : Richard Marquand
arrive sur les lieux. L'amiral Ackbar, son commandant
• Scénario : Lawrence Kasdan et George Lucas
en chef s’aperçoit rapidement qu'il est tombé dans un
piège. Le bouclier de l’Étoile est en effet toujours actif
• Direction artistique : Fred Hole et James Schoppe
et une flotte impériale lui coupe également toute retraite.
L'Empereur annonce alors à Luke qu'ils vont observer en• Décors : Norman Reynolds
semble l'extinction des forces de l'Alliance et lui confie
• Costumes : Aggie Guerard Rodgers et Nilo Rodisque le rayon laser de la station est d'ores et déjà opérationJamero
nel : les premiers croiseurs rebelles sont désintégrés dans
de lumineuses explosions. L'Ackbar ne peut rien face à
• Maquillage : Tom Smith
cette puissance de feu et ordonne à ses navires de s’ap• Photographie : Alan Hume
procher à portée des croiseurs impériaux, pour échapper
aux tirs de l'Étoile. Fou de rage, Luke se confronte une
• Effets spéciaux : Industrial Light & Magic
nouvelle fois à son père en duel, sous le regard amusé de
[16]
Palpatine .
• Son : Ben Burtt
Mais soudainement le conflit bascule. Pour sauver les rebelles capturés, les Ewoks attaquent en masse les impériaux sur Endor. Profitant du trouble Solo arme un explosif et parvient à détruire la casemate[17] . Sur l’Étoile,
Luke, animé par la haine, parvient à désarmer son père en
lui coupant sa main. L'Empereur jubile et tente de faire
basculer Luke du Côté Obscur de la Force, en lui demandant d’exécuter Vador de sang-froid. Mais Luke refuse de
s’abandonner plus à la haine. Le seigneur Sith décide alors
de tuer le Jedi en invoquant des puissants éclairs de Force.
Voyant son fils se faire torturer par son maître Vador décide d'agir. Il soulève Palpatine avec ses dernières forces
et, non sans être foudroyé lui-même à son tour, le jette
dans un profond puits d'aération de la station. Touché à
mort, Vador demande à son fils de lui retirer son masque
pour le voir une dernière fois avec ses propres yeux. Luke
quitte ensuite la station avec la dépouille de son père[18] .
• Montage : Sean Barton, Duwayne Dunham, Marcia
Lucas en 1983 et T. M. Christopher en 1997 pour
l'édition spéciale
S’apercevant que la station n'est plus protégé par le champ
d'énergie, l'amiral Ackbar lance l'assaut. Des chasseur rebelles pénètre dans sa structure et détruise l'alimentation
du bâtiment spatial. Une réaction en chaine fait ensuite
exploser l'engin. La flotte impériale est vaincue et doit
se disperser pour survivre[19] . Sur Endor, Luke dresse un
bûcher où il brûle le corps de son père selon la tradition
Jedi. Puis après avoir rejoint sa sœur Leia ses amis de
l'Alliance rebelle, le jeune homme voit les esprits d'ObiWan, de Yoda et son père Anakin se matérialiser. Ils seront désormais tous trois réunit pour guider les pas de
Luke[20] .
• Langues : anglais
• Musique : John Williams
• Production : Jim Bloom, Howard Kazanjian, George
Lucas, Robert Watts en 1980 et Rick McCallum en
1997 pour l'édition spéciale
• Société de production : Lucasfilm Ltd.
• Société de distribution : 20th Century Fox
• Pays d'origine : États-Unis
• Budget : 32 500 000 $[21]
• Genre : Science-fiction
• Format : couleur (Deluxe) - 35 mm - 2,35 :1 - Stéréo
Dolby et SDDS - Dolby Digital - DTS en 1997 pour
l'édition spéciale
• Durée : 134 minutes en 1983 et 135 minutes en 1997
pour l'édition spéciale
• Dates de sortie :
•
États-Unis : 25 mai 1983 (édition originale) ; 14 mars 1997 (édition spéciale)
•
France : 19 octobre 1983 (édition originale) ; 23 avril 1997 (édition spéciale)
98
CHAPITRE 3. TRILOGIE ORIGINALE
•
Belgique : 10 novembre 1983 (Gand)
• Version française réalisée par PM Productions avec
des dialogues de Christian Dura sous la direction artistique de Michel Gast[22]
Source : Starwars-universe.com[22] .
• Photos des acteurs principaux.
• Mark Hamill en 1978.
• Harrison Ford en 2002.
3.3.3
Distribution
• Mark Hamill (VF : Dominique Collignon-Maurin) :
Luke Skywalker
• Harrison Ford (VF : Francis Lax) : Han Solo
• Carrie Fisher en 1978.
• Billy Dee Williams en 2011.
• Anthony Daniels en 2005.
• Peter Mayhew en 2015.
• Carrie Fisher (VF : Évelyne Séléna) : princesse Leia
• Billy Dee Williams (VF : Jean Roche) : Lando Calris- 3.3.4
sian
Personnages
• Anthony Daniels (VF : Roger Carel) : C-3PO[Note 5]
• Peter Mayhew : Chewbacca
• Sebastian Shaw (VF : Roland Ménard) : Anakin Skywalker[Note 6]
• Ian McDiarmid (VF : Henri Virlogeux) : l'empereur
Palpatine
• Frank Oz (VF : Serge Lhorca) : voix de Yoda
• David Prowse : Dark Vador
• James Earl Jones (VF : Georges Aminel) : voix de
Dark Vador
• Alec Guinness (VF : Philippe Dumat) : Obi-Wan
« Ben » Kenobi
• Kenny Baker : R2-D2 / Paploo
• Michael Pennington : Moff Jerjerrod
• Kenneth Colley (VF : Jacques Thébault) : amiral Piett
• Michael Carter : Bib Fortuna
• Dennis Lawson (VF : Pierre Trabaud) : Wedge
• Tim Rose (VF : Claude Joseph) : amiral Ackbar[Note 7]
• Dermot Crowley (VF : Guy Chapellier) : général Madine
• Caroline Blakiston (VF : Martine Sarcey) : Mon Mothma
• Warwick Davis : Wicket
• Jeremy Bulloch : Boba Fett
• Femi Taylor : Oola
• Annie Arbogast : Sy Snootles
• Claire Davenport : danseuse obèse
• Jack Purvis : Teebo
Cosplay de Chewbacca.
• Luke Skywalker : héros de l'Alliance rebelle et apprenti Jedi, le jeune Luke organise dans le plus grand
secret l'évasion de son ami Han Solo qui est retenu
par le trafiquant Jabba le Hutt[23] .
• Han Solo : c'est un ancien contrebandier qui travaillait pour Jabba le Hutt. Devenu membre de
l'Alliance rebelle, il est trahi par son ami Lando,
congelé dans de la carbonite par Dark Vador puis
livrer à Jabba par un chasseur de primes[24] .
• Princesse Leia Organa : elle est l'une des dirigeantes de l'Alliance rebelle. Luke lui demande
d'infiltrer le palais de Jabba dans le costume d'un
chasseur de primes afin qu'elle puisse délivrer Han
Solo[25] .
3.3. STAR WARS, ÉPISODE VI : LE RETOUR DU JEDI
99
• Lando Calrissian : rongé de culpabilité pour avoir
trahi son ami Han Solo, Lando se joint à la rébellion.
Il infiltre le palais de Jabba sous une fausse identité
pour préparer l'évasion de Solo[26] .
•
•
•
•
•
•
•
les fans et les critiques attendent encore plus du dernier opus de la trilogie de Star Wars. Pour surmonter
ce défit, George Lucas décide de s’entourer d'un réalisateur et de son co-scénariste Lawrence Kasdan[33] . La
première ébauche du scénario est terminée le 20 février
C-3PO : c'est un droïde de protocole conçu pour
1981. Dans cette version, Lucas parle de la capitale de
les relations entre les humains et les autres droïdes.
l'Empire galactique, une planète urbanisée qu'il nomme
Il appartient à Luke. Sur Tatooine, son maître le
Had Abbadon[34] .
charge d'aller négocier la libération d'Han Solo auEnsuite, Kasdan et Lucas travaillent ensemble sur les
près de Jabba le Hutt.[27] .
dialogues et les détails du scénario. Mais, ils ne savent
R2-D2 : il est le droïde astromécano du vaisseau spa- alors pas si Harrison Ford reprendra son rôle d'Han Sotial de Luke. Il joue un rôle crucial dans le plan de lo. L'acteur a en effet plusieurs fois indiqué qu'il souhaite
son maître pour délivrer Han Solo. Il dissimule en voir mourir son personnage lors d'une scène où il se saeffet dans un compartiment caché, le sabre laser de crifie pour ses amis[33] . Le producteur des deux premiers
Luke[28] .
Star Wars Gary Kurtz explique que « l'idée originale était
Chewbacca : ce Wookiee est le copilote du Faucon que les héros retrouvent Solo, après son kidnapping et que
Millenium, le vaisseau spatial de Han Solo. Avec ce personnage meure dans la seconde partie du film, lors
Lando, il se lance à la poursuite du chasseur de de l'attaque d'une base impériale. [...] George a décidé
primes qui doit livrer Solo à Jabba mais ne parvient qu'il ne voulait plus qu'aucun des personnages principaux
disparaisse, à cause de l'importance énorme des ventes
malheureusement pas à l'intercepter[29] .
de jouets ». Selon Kurtz, « Le marché du jouet a pris
Dark Vador : Anciennement connu sous le nom contrôle de l'empire cinématographique de Lucas. [...]
d'Anakin Skywalker, c'est l'apprenti de l'empereur Quand on se fait trois fois plus d'argent avec les jouets
Palpatine. Depuis qu'il a apprit l'existence de son qu'avec les films, il est naturel d'opter pour des décisions
fils, il est ébranlé dans ses convictions. Il envisage qui protègent ce marché lucratifs ». Quant à la fin origimême de trahir Palpatine pour régner sur l'Empire nale, elle voyait « Leia accepter ses nouvelles responsabiavec Luke[30] .
lités de reine, tandis que Luke repartait seul à la manière
Empereur Palpatine : chef suprême de l'Empire de Clint Eastwood dans les westerns spaghettis ». Kurtz
galactique, c'est un puissant Sith adepte du côté obs- n'est pas d'accord avec ce changement. Il décide donc de
cur de la force. Il met en place un vaste piège pour ne pas participer à la production. Lucas le remplace alors
pour lui Les
détruire l'Alliance rebelle et pour capturer Luke par Howard Kazanjian qui a déjà de produire
[35]
aventuriers
de
l'arche
perdue
en
1981
.
Lucas
annonce
Skywalker. Il veut en faire son nouvel apprenti à la
ensuite
au
producteur
que
le
titre
de
l'épisode
VI
est Le
[31]
place de Dark Vador .
Retour du Jedi. Ce dernier lui rétorque que cela fait plat.
Yoda : c'est le second maître Jedi de Luke. Il com- Lucas lui propose donc deux jours plus tard comme titre
plète l'apprentissage de ce dernier après la mort La Revanche du Jedi[33] .
d'Obi-Wan Kenobi. Âgé de plus de neuf cents ans,
Pour la réalisation, George Lucas envisage d’engager son
il est tombé malade peu de temps après que Luke le
ami Steven Spielberg. Mais le syndicat des réalisateurs
quitte pour aller sauver Han Solo[32] .
d'Amérique l'en empêche. En effet, Lucas et le syndicat
Obi-Wan Kenobi : maître Jedi du temps de la sont en froid depuis que le second a fait payer une amende
République galactique, il est tué par son ancien au premier pour ne pas avoir indiquer les principaux créapprenti Dark Vador lors d'un duel au sabre la- dits au début de L'Empire contre-attaque comme c'est
ser sur l'Étoile noire. Il fusionne alors avec la alors la règle[33] . Les producteurs Robert Watts et HoForce, ce qui lui permet de communiquer avec ward Kazanjian sont donc chargés de trouver un réaliLuke, son nouvel apprenti. Il peut également lui sateur pour le film. Après de nombreuses recherches, il
apparaître de temps en temps sous la forme d'un rédige un liste de douze noms. Ensuite, il interroge les
esprit<ref name="AllansonVAD>Allanson 2002- techniciens ayant travailler avec ses réalisateurs et réduit
2004, Ken35 à Ken37 : Obi-Wan Kenobi - Confron- sa liste à trois noms. Les trois candidats sont enfin inviter
tation Jedi et Obi-Wan Kenobi - Guide spiri- à rencontrer George Lucas en personne. Et, en mai 1981,
Lucas dévoile le nom de celui qu'il a retenu : Richard
tuel.</ref>.
Marquand[36] , un gallois qui vient de réaliser un film de
guerre nommé L'Arme à l'œil[37] .
3.3.5
Production
Marquand obtient carte blanche quant au choix des acteurs secondaires et de l'équipe technique. Il engage noScénario
tamment le directeur de la photographie Alan Hume et le
Après le très grand succès au box-office d’Un nouvel monteur Sean Barton qui ont tous deux travaillé sur ces
espoir en 1977 et de L'Empire contre-attaque en 1980 précédents films. Il négocie également avec Lucas que les
100
CHAPITRE 3. TRILOGIE ORIGINALE
personnages principaux bénéficient d'une courte présen- un vêtement beaucoup plus sexy que dans les précédents
tation pour que les spetacteurs qui découvrent la saga avec films : un bikini doré inspiré des illustrations de Frank
ce film ne soient pas perdus[36] .
Frazetta. Le costume de Luke Skywalker lui reflète son
évolution. Dans Un nouvel espoir, il a une tunique blanche
de fermier. Dans L'Empire contre-attaque, comme il est
Préproduction
devenu un héros de la rébellion, il porte la tenue kaki des
militaires. Pour Le Retour du Jedi, il obtient le statut de
Chevalier Jedi et arbore donc un habit noir proche de celui
de son père, Dark Vador[39] .
Tournage
Répartition des marionnettistes dans Jabba.
Norman Reynolds, le chef décorateur de L'Empire contreattaque, reprend son poste pour ce nouveau film. Avec
son équipe, il réalise de nombreux dessins préparatoires
à partir des différentes versions du scénario. Ils sont aidés
par le dessinateur Ralph McQuarrie qui peint à l'acrylique
quelques scènes-clés du films. De fin 1980 à fin 1981,
Reynold, mais aussi les artistes Joe Johnston et Nilo
Rodis-Jamero réalise de nombreux dessins conceptuels
pour les scènes se déroulant sur la planète Tatooine, notamment pour trouver l'aspect définitif du nouveau personnage de Jabba le Hutt[38],[Note 8] . George Lucas leur indique qu'il veut un extraterrestre grotesque, aussi énorme
que Sydney Greenstreet dans le film Le Faucon maltais
(1941). C'est le superviseur de la conception des créatures
Phil Tippett qui pense alors à en faire une limace géante
et gluante[33] . La marionnette en elle-même, est l'œuvre
de Stuart Freeborn. Sa manipulation nécessite cinq marionnettistes dont quatre sont dissimulés dans ou sous son
corps. Le cinquième contrôle ses globes oculaires et ses
paupières à distance grâce à une télécommande[38] .
Le tournage débute le 11 janvier 1982 aux studios Pinewood en Angleterre. La première scène tournée fait partie
de celles qui ne sont pas retenues lors du montage. Il s’agit
de la scène où les rebelles quittent la planète Tatooine
alors qu'elle est balayée par une tempête de sable. Cette
scène nécessite la reconstruction partielle grandeur nature du vaisseau spatial Faucon Millenium. Reconstruction qui est l’œuvre d'une firme d'ingénieurs maritimes
basée à Pembroke Dock au Pays de Galles[40] . Bien qu'il
confit la réalisation à Richard Marquand, George Lucas
est très présent sur le plateau : Il supervise de près le tournage pour éviter le dépassement de budget comme sur le
précédent opus[39] .
Alan Webb, l'acteur anglais qui est engagé pour interpréter le rôle de l'Empereur tombe subitement malade.
Il écrit une lettre à la production où il déclare renoncer
à jouer le rôle. Il décède d'ailleurs quelques mois plus
tard, en juin 1982. Il est donc remplacé à la dernière minute par Ian McDiarmid. Pour incarner le rôle, ce dernier se voit affubler d'une prothèse faciale qui nécessite
quatre heures de maquillage[39] . Kenny Baker, l'interprète
du droïde R2-D2 qui doit incarner également le principal
Ewok nommé Wicket, tombe lui aussi malade durant le
tournage. Il est alors remplacé sous la fourrure de l'Ewok
par Warwick Davis, un jeune nain de douze ans et de
quatre-vingt-neuf centimètres[41] . Pour son jeu d'acteur,
l'enfant copie les mouvements de son chien pour simuler
les émotions de l'Ewok[33] .
Après le retour des acteurs principaux aux États-Unis, le
tournage reprend en avril 1982 dans la Vallée impériale
près de Yuma en Arizona dans le plus grand secrets sous
le nom de code « Blue Harvest »[Note 9],[41] . La société Lucasfilm annonce en effet qu'elle lance la production
d'un film d'horreur de ce nom réalisé par David Tomblin, produit Jim Bloom et qui doit sortir pour Halloween
1983. Pour éviter toute fuite, le lieu du tournage est entouré de grillages et de grands panneaux de bois[42] . Cependant un intrus s’infiltre sur le tournage, prend des photographies et dévoile le secret à la presse[41] . Les décors
sont construits sur une plafeforme de 10 000 mètres carrés. Le principal élément est la barge à voile de Jabba,
elle mesure plus de vingt mètres de haut. A côté d'elle se
trouve l'orifice du Sarlacc. Pour lui donner une impression
Les responsables des costumes Aggie Guerard Rodgers de profondeur,tous les décors sont surélevés. Les techniet Nilo Rodis-Jamero imaginent pour la princesse Leia, ciens et les opérateurs arrivent sur le site le 8 avril. Le
Dans la première version du scénario, Lucas envisage de
mettre en avant les Wookiees lors de la bataille finale. Il
revient ensuite sur cette version, car Chewbacca, le personnage Wookiee présent depuis le début de la saga est un
mécanicien et un adepte des technologies. Cela colle mal
avec la vision de Lucas. Il souhaite que le retournement de
situation lors de la bataille soit l'œuvre d'une peuplade primitive. Il indique alors au directeur artistique Joe Johnston qu'il veut « des petits gars en fourrure avec des lances
et qui courent dans les bois ». Johnson et son équipe dessinent de nombreux croquis mais Lucas n'est pas satisfait
car il ne les trouve pas assez mignons. Le directeur artistique le prend au mot et créer les Ewoks, des personnages
ressemblants à des ours en peluche[39] .
3.3. STAR WARS, ÉPISODE VI : LE RETOUR DU JEDI
101
lendemain, ce sont les producteurs et le réalisateur. Les
acteurs débarquent le 11 pour débuter le tournage le lendemain. Ils finissent leurs scènes le 24. Les cascadeurs
restent trois jours de plus sur le site pour finir quelques
prises puis quittent à leur tour le lieu[42] .
ment de caméra contrôlé par ordinateur. Cela donne ainsi l'impression que c'est le vaisseau qui bouge. Il tourne
ensuite la même scène sur un fond noir pour obtenir un
négatif de l'image. De cette manière il obtient un vaisseau
noir sur un fond blanc, ce qui lui permet plus facilement
de visualiser la chorégraphie des sept ou huit vaisseaux et
éviter d'éventuels chevauchements[36] .
Pour certaines scènes, l'équipe supervisée par l'artiste Michael Pangrazio réalise des décors peints sur verre pour
servir de toile de fond à des plans réels tournés en studio devant un fond bleu[44] . Lors du montage, George
Lucas décide d'ajouter une élément à la scène finale,
il s’agit de Luke qui allume un bûcher funéraire pour
incinérer la dépouille de son père. Il demande donc à
Mark Hamill de venir à ses bureaux du Skywalker Ranch
pour y tourner dans les collines environnantes cette scène
additionnelle[36] .
Motojet devant des éclaireurs impériaux.
Bande originale
Le tournage déménage ensuite pour le nord de la
Californie sur un terrain proche de Smith River et dans
une forêt de séquoias géants près de Crescent City[41] . Il
prend fin le 20 mai sans dépassement de délai ni de budget avec la scène de poursuite en motojet[43] . Le responsable des effets visuels Dennis Muren a l'idée de tourner
cette dernière scène à l'aide d'une steadicam. L'opérateur
caméra marche le long d'un sentier avec une caméra qui
film une image par seconde. Une fois monté à la vitesse
normale de vingt-quatre images par seconde cela créer
une impression de vitesse. Comme le cadreur marche à
six kilomètres heure, cela donne à l'écran cent soixante
kilomètres heure[33] .
Article détaillé : Bande originale de Star Wars, épisode
VI : Le Retour du Jedi.
Comme pour les deux premiers Star Wars, la musique
est composée et réalisée par John Williams. Il l'enregistre
en janvier et février 1983 en Angleterre avec l'orchestre
symphonique de Londres. Parmi les nouvelles musiques,
Williams en crée une pour le criminel Jabba le Hutt, il
s’agit d'un thème plutôt jovial joué au tuba. Il en crée également un très gai pour les Ewoks et un plus mélancolique
pour marquer le lien de fraternité qui uni désormais Luke
et Leia. Le thème démoniaque de l'empereur Palpatine,
lui, est soutenu par un choeur uniquement masculin. Le
compositeur réutilise également de nombreux musique
Postproduction
déjà présente dans les deux premiers films comme « The
[45]
Le plus gros travail de postroduction est la création des Imperial March, », le thème dédié à Dark Vador .
effets spéciaux par la société Industrial Light & Magic. La bande originale du film sort en double disque microPour cela, de nombreux modèles réduits sont construits sillon en 1983 chez Polydor[45] . Une version longue de la
car beaucoup de vaisseaux spatiaux sont nécessaires, no- bande originale est rematricée en 1996 par Dan Hersch
tamment la navette impériale, l'intercepteur TIE et les sous la direction de Michael Matessino. Cette nouvelle
chasseurs A-wing et B-wing. Ce dernier vaisseau, avec sa version est commercialisée en 1997 pour accompagner
forme élancée se transpose mal à l'écran. En effet, l'engin la sortie de l'édition spéciale du film[46] .
disparait presque intégralement en plan frontal. Lors de la
bataille finale de nombreux croiseurs stellaires Mon Calamari apparaissent également. En réalité seuls deux mo- 3.3.6 Accueil
dèles réduits sont fabriqués : un standard qui est dupliqué
à l'écran et un plus cylindrique pour figurer le vaisseau de Sortie
l'Amiral Ackbar[38] .
C'est Ken Ralston qui est chargé de superviser les effets visuels de la bataille finale au dessus d'Endor. Pour
concevoir cette bataille et prévisualiser les scènes, il utilise des vidéomatiques où un membre de l'équipe technique recouvert de bleu d'incrustation manipule des maquettes proches de celles du film. Une fois qu'il a choisit le mouvement des vaisseaux, les engins sont fixés à
des tiges de soutien et filmés un par un avec un mouve-
En novembre 1982, une première pré-affiche de La Revanche du Jedi est distribuée aux cinémas américains. Il
s’agit d'une peinture de Drew Struzan[47] , un artiste qui
a déjà travaillé avec Lucasfilm pour Les Aventuriers de
l'arche perdue[48] . Cependant en janvier 1983, à quelques
semaines de la sortie, George Lucas décide changer le
titre du film. Il revient au nom qu'il avait choisit originellement : Le Retour du Jedi. Il explique ce revirement
102
CHAPITRE 3. TRILOGIE ORIGINALE
au producteur Howard Kazanjian par le fait qu'un Jedi ne Rééditions
se venge pas[33] .
du Jedi ressort dans les salles
Une nouvelle pré-affiche est dessinée par Tim Teamer Aux États-Unis, Le Retour[54]
de
cinéma
le
25
mai
1985
avec cette fois le titre définitif. Elle représente des mains
brandissant un sabre laser. L'affiche définitif est elle si- En mars 1997, le film sort au cinéma dans une version
gnée par Kazuhiko Sano. Il s’agit d'un montage des prin- « édition spéciale »[55] , un mois après la réédition de
cipaux personnages[48] .
L'Empire contre-attaque et deux mois après celle d’Un
[56]
Le 7 mai, le film est projeté lors d'une avant-première nouvel espoir . George Lucas profite de ces ressorties
dans les films, et en
américaine pour les employés de Lucasfilm et leurs fa- pour inclure de nouveaux passages
[57]
améliorer
les
effets
spéciaux
.
[49]
milles au cinéma Coroner de San Francisco . Le film
est ensuite projeté sur les écrans américains le mercredi Dans la scène de la barge de Jabba, George Lucas ajoute
25 mai 1983, soit six ans jour pour jour après le premier un bec et des tentacules au Sarlacc pour le rendre plus
Star Wars[33] . Il sort dans mille deux cinémas[49] .
réaliste et menaçant. Car précédemment, la créature ne
bougeait quasiment pas. Selon le créateur de la saga, cela renforce la scène. Dans le palais de Jabba, est créée
une nouvelle séquence musicale. En 1982, Richard Marquand n'a pas eu le temps de tourner cette scène dans son
Accueil critique
intégralité, notamment à cause de la marionnette de la
chanteuse qui était trop statique. Pour la nouvelle édition,
Il a reçu un accueil critique favorable, recueillant 79 % la chanteuse est recréée numériquement pour la rendre
de critiques positives, avec une note moyenne de 6,8/10 plus dynamique. Un autre chanteur est aussi incorporé
et sur la base de 68 critiques collectées, sur le site agré- pour lui donner la réplique lors d'un duo. Cela ajoute de
gateur de critiques Rotten Tomatoes[50] . Sur Metacritic, l'atmosphère et de la qualité selon George Lucas. A la
il obtient un score mitigé de 52/100, sur la base de 14 fin du film sont également inclus des nouvelles prises de
vue montrant les planètes Tatooine, Bespin et Coruscant.
critiques collectées[51] .
Une nouvelle musique composée par John Williams pour
Cette section est en cours de réécriture ou de re- l'« édition spéciale » est aussi ajoutée à la scène où les
structuration importante. Les informations peuvent être Ewoks dansent pour savourer leur victoire[57] .
modifiées à tout moment par le ou les utilisateurs ayant
apposé ce bandeau. août 2015
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou 3.3.7 Distinctions
incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Box-office
Dès le premier jour la recette des entrées est estimé à 6
200 000 de dollars, soit presque un million de plus que le
précédent record[33] . Au bout d'une semaine c'est 45 000
000 $ qui sont engrangé, soit un montant déjà supérieur à
celui du budget[49] . Le film termine sa course aux ÉtatsUnis début mars 1984 avec 252 000 000 $ et se hisse
à la première place annuelle en Amérique du Nord pour
l'année 1983[52] . La ressortie de 1985 rapporte, elle, 9
000 000 $. L'« édition spéciale » de 1997 engrange enfin
48 000 000 $ et porte l'exploitation totale américaine à
309 000 000 $[53] .
Le Retour du Jedi remporte deux Oscars sur cinq
nominations[58] . Le film gagne aussi, sur dix nominations,
cinq Saturn Awards dont celui du meilleur film[59] . Il est
également récompensé par plusieurs autres prix comme
le Grammy Awards de la meilleure musique de film, le
Prix Hugo[60] du meilleur film dramatique et le BAFTA
des meilleurs effets visuels[61] .
Note : sauf mention contraire, les informations ci-dessous
sont issues de la page Awards du film sur l'Internet Movie
Database[62] . Ici sont listés les principaux prix.
Récompenses
Le film obtient les récompenses suivantes :
Nominations
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
Le film obtient les nominations suivantes :
incomplète. Votre aide est la bienvenue !
En comptant ses trois sorties en salles (1983, 1985 et 3.3.8 Analyse
1997), le film a rapporté plus de 572 700 000 $ au boxoffice mondial. En France, il a réalisé au total 4 243 984 Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
entrées.
incomplète. Votre aide est la bienvenue !
3.3. STAR WARS, ÉPISODE VI : LE RETOUR DU JEDI
de ses iris (les seigneurs sith étant censés avoir des yeux
orangés). Un plan montrant les réjouissances sur Naboo
a également été intégré et la scène de Coruscant laisse
maintenant apparaître, en décors de fond, le Temple Jedi et le Sénat galactique, toujours debout, mais probablement physiquement dégradés par plus de vingt ans de
répression impériale.
Inspirations
Appel à
l'aventure
Retour
(Don de
la déesse)
Réparation
103
CONNU
INCONNU
Voyage
du héros
Aide
surnaturelle
Gardien
du seuil
Seuil
(début de la
transformation)
Aidant
Mentor
Transformation
Abysse
Aidant
Dans la version Blu-ray de 2011, la porte du palais de
Jabba a été élargie numériquement pour paraître plus impressionnante. Parmi les créatures présentes dans le palais, on voit désormais un Dug (comme Sebulba dans La
Menace fantôme). Les Ewoks clignent des yeux. Des accessoires supplémentaires ont été insérés sur R2-D2 au
moment où celui-ci disjoncte (après qu'un stormtrooper
lui ait tiré dessus). Enfin une réplique a été ajoutée lorsque
Vador jette Palpatine dans le puits de l’Étoile de la Mort :
Il hurle « Non ! Non ! » avant de jeter son maître dans le
vide.
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
incomplète. Votre aide est la bienvenue !
mort et
rennaissance
Le voyage du héros.
Promotion commerciale et produits dérivés
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
Comme pour les deux premiers Star Wars, George Lucas
incomplète. Votre aide est la bienvenue !
s’inspire de la base narratologique du voyage du héros,
développée par Joseph Campbell dans le livre Le Héros
aux mille et un visages en 1949[63] .
• L'Aventure des Ewoks (1984)
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
incomplète. Votre aide est la bienvenue !
• La Bataille d'Endor (1985)
• Ewoks (1985–1986)
Références culturelles
3.3.10 Notes et références
Durant le scène de l'attaque par les Ewoks des soldats impériaux, le réalisateur Richard Marquand et le producteur Notes
Robert Watt font un caméo dans le rôle des deux pilotes
[1] Le point de référence (point zéro de la chronologie Star
d'un transport de reconnaissance[36] .
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
incomplète. Votre aide est la bienvenue !
3.3.9
Exploitation
Éditions en vidéo
La séquence de fin a de nouveau été retouchée pour
l'édition DVD en 2004. Anakin Skywalker y apparaît
maintenant sous les traits de Hayden Christensen et non
plus sous ceux de Sebastian Shaw comme dans la version originale. Toutefois Shaw apparaît toujours lorsqu'Anakin est vu sans son casque, avec des retouches numériques lui enlevant les sourcils (qui sont censés avoir
brûlé dans La Revanche des Sith) et changeant la couleur
Wars) est la bataille de Yavin dans l'épisode IV de la saga.
[2] La Vallée impériale en Californie sert de lieu de tournage
à des scènes se déroulant sur Tatooine.
[3] Le parc national de Redwood en Californie sert de lieu de
tournage à des scènes se déroulant sur Endor.
[4] La mention d’ « épisode » est présente dans le texte du
prologue dès 1983. Le film n'est cependant commercialisé
avec cette mention qu’à partir de l’an 2000.
[5] Voir le paragraphe « Version française de Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir » pour l’explication des différences de nom de personnages entre ce film et les autres
films de la saga Star Wars.
[6] Hayden Christensen pour le spectre du personnage
d'Anakin Skywalker depuis la version modifiée de
l'édition DVD de 2004.
104
[7] Dans la version originale, c'est l'acteur Erik Bauersfeld qui
donne sa voix au personnage de l'amiral Ackbar.
[8] Jabba est déjà apparu dans les bandes dessinées Star Wars
de chez Marvel sous l'apparence d'une créature bipède.
[9] « Moisson bleue » en français.
[10] « Musique du générique, En approche de L'Étoile de la
mort et Rendez-vous sur Tatooine » en français.
[11] « Les droïdes sont capturés » en français.
[12] « Prime pour un Wookiee » en français.
[13] « Le retour d'Han Solo » en français.
[14] « Luke confronte Jabba, La tanière du Rancor et La peine
du Sarlacc » en français.
[15] « La fosse de Carkoon et L'assaut de la barge à voile » en
français.
[16] « L'arrivée de l'Empereur, La mort de Yoda et Révélations
d'Obi-Wan » en français.
CHAPITRE 3. TRILOGIE ORIGINALE
Références
• Sources primaires
[1] George Lucas, La Guerre des étoiles, Paris, Presses Pocket, 1977.
[2] Donald Glut, L'Empire contre-attaque, Paris, G. P., 1980.
• Sources secondaires
[1] Patrice Girod, « L'Histoire : Toutes les grandes étapes du
film », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La
Menace fantôme, no hors série no 1, automne 1999.
[2] Patrice Girod, « L'Histoire », Lucasfilm Magazine : Le
Guide officiel du film La Revanche des Sith, no hors série no 3, printemps 2005.
[3] Allanson 2002-2004, Con1 et Con2 : Une nouvelle étoile
noire.
[4] Allanson 2002-2004, Cap1 et Cap2 : Captifs de Jabba.
[17] « Assemblée de l'Alliance » en français.
[5] Allanson 2002-2004, Cap3 et Cap4 : Mauvaises surprises.
[18] « La navette Tydirium approche d'Endor » en français.
[6] Allanson 2002-2004, Car1 et Cap1 : La bataille de la
grande fosse de Carkoon.
[19] « Poursuite en motojet et Le pays des Ewoks » en français.
[20] « La lévitation et Le conte de C-3PO » en français.
[21] « Le récital baroque de Jabba » en français.
[22] « Le Rock du Jedi » en français.
[23] « L'assaut de la barge à voile » en français.
[24] « Parade des Ewoks » en français.
[7] Allanson 2002-2004, Car7 et Car8 : La mort du Hutt.
[8] Allanson 2002-2004, Dag1 et Dag2 : Promesse à tenir.
[9] Allanson 2002-2004, End1 et End2 : La bataille d'Endor.
[10] Allanson 2002-2004, Det1 et Det2 : Le briefing.
[11] Allanson 2002-2004, End13 et End14 : Poursuite mortelle.
[25] « Luke et Leia » en français.
[12] Allanson 2002-2004, End15 et End16 : Royale coursepoursuite.
[26] « Frère et soeur, Père et fils, La flotte en dans
l'hyperespace et Ewok héroïque » en français.
[13] Allanson 2002-2004, End17 et End18 : Le droïde divin.
[27] « La salle du trône de l'Empereur » en français.
[14] Allanson 2002-2004, End21 et End22 : Les débuts de Delevar.
[28] « La bataille d'Endor 1 (Dans un piège, embuscade dans la
forêt, Ruée des marcheurs de reconnaissance et Les premiers coups de feu) » en français.
[15] Allanson 2002-2004, End23 et End24 : La bataille commence.
[16] Allanson 2002-2004, End25 et End26 : Le piège est armé.
[29] « Le sabre laser et La bataille des Ewoks » en français.
[17] Allanson 2002-2004, End27 et End28 : Contre-offensive.
[30] « Labataille d'Endor 2 (Leia est blessée, Le duel commence, Rejoindre la casemate, Le côté obscur approche
et La mort de l'Empereur) » en français.
[31] « La bataille d'Endor 3 (Attaque de la superstructure, mort
de Dark Vador et Le reacteur principal) » en français.
[18] Allanson 2002-2004, End29 et End30 : Sauvetage troublant.
[19] Allanson 2002-2004, End32 : La fin de l'empire ?
[32] « Nouvelles de Leia et Lumière de la Force » en français.
[20] Allanson 2002-2004, For1 et For2 : La Force est équilibrée.
[33] « Célébration de la victoire et Générique de fin » en français.
[21] « Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi », sur Allociné
(consulté le 15 juillet 2015)
[34] « Fête Ewok et Partie de la tribu » en français.
[22] « Les doubleurs de Star Wars, épisode VI : Le Retour du
Jedi », sur Starwars-universe.com (consulté le 15 juillet
2015).
[35] « La bataille de la forêt (Suite du concert) » en français.
3.3. STAR WARS, ÉPISODE VI : LE RETOUR DU JEDI
105
[23] Allanson 2002-2004, Ski33 et Ski34 : Luke Skywalker Recherché.
[52] (en) « Return of the Jedi », sur boxofficemojo.com (consulté
le 10 août 2015).
[24] Allanson 2002-2004, Sol13 et Sol14 : Han Solo - Le retour
de Han.
[53] (en) « Return of the Jedi », sur The-Numbers.com (consulté
le 10 août 2015).
[25] Allanson 2002-2004, Lei35 et Lei36 : Princesse Leia Organa - Les amoureux se retrouvent.
[54] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 123.
[26] {{harv
[56] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 182.
[27] {{harv
[57] Star Wars - Édition spéciale ((en) Star Wars Special Edition
Documentary) documentaire, 1997.
[28] {{harv
[29] {{harv
[30] {{harv
[31] {{harv
[32] {{harv
[33] Star Wars - L'Empire des rêves ((en) Empire of Dreams :
The Story of the Star Wars Trilogy) documentaire d'Edith
Becker et Kevin Burns, 2004.
[34] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 94
[35] « Han Solo devait mourir dans La Guerre des étoiles », sur
LCI.tf1.fr (consulté le 30 juillet 2015)
[55] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 186.
[58] (en) « Awards Databases », sur Oscars.org (consulté le 21
octobre 2014).
[59] (en) « The Saturn Awards Past-Winners », sur Saturn
Awards (consulté le 22 octobre 2014).
[60] (en) « Hugo Awards 1984 », sur SFADB.com (consulté le
22 octobre 2014).
[61] (en) « Explore the BAFTA », sur BAFTA.org (consulté le
22 octobre 2014).
[62] (en) « Distinctions de Star Wars, épisode VI : Le Retour du
Jedi », sur l'IMDb (consulté le 23 juillet 2015).
[63] Star Wars - Les Origines d'une saga ((en) Star Wars : The
Legacy Revealed) documentaire de Kevin Burns, 2007.
[36] Piéric Guillomeau, « Le Retour du Jedi - 20ème anniversaire », Lucasfilm Magazine, no no 41, mai-juin 2003.
3.3.11 Annexes
[37] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 96
Articles connexes
[38] Catalogue d'exposition : Star Wars Identités, Lucasfilm,
2012, 132 p..
[39] (en) « Return of the Jedi : Behind the scenes », sur Telegraph.co.uk (consulté le 30 juillet 2015)
[40] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 98
• Star Wars
• George Lucas
• Bataille d'Endor
Bibliographie
[41] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 99
[42] Patrice Girod, « Dans un désert lointain, très lointain »,
Lucasfilm Magazine, no no 7, 1996/1997.
[43] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 100
[44] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 106
[45] (en) « Return of the Jedi », sur FilmTracks.com, 12 mars
1997 (consulté le 10 août 2015)
[46] (en) Michael Matessino, The Original Motion Picture
Soundtrack : Star Wars - A New Hope, Hollywood, Lucasfilm, 1996.
[47] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 105.
[48] Peter Vilmor, « Les affiches de l'épisode VI : Le Retour du
Jedi », Lucasfilm Magazine, no no 58, mars-avril 2006.
[49] Hidalgo, Wallace et Windham 2012, p. 110.
[50] Le Retour du Jedi sur Rotten Tomatoes.
[51] Le Retour du Jedi sur Metacritic.
: document utilisé comme source pour la rédaction
de cet article.
• Darren Allanson et al., Dossiers Officiels Star
Wars, Évreux, Éditions Atlas, 2002-2004 (OCLC
474494070, notice BnF no FRBNF40010550)
• Pablo Hidalgo, Daniel Wallace et Ryder Windham,
Générations Star Wars : La Chronique illustrée de
30 ans d’aventures - Nouvelle édition, Hors Collection, 2012, 328 p. (ISBN 2-2580-9895-5)
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
incomplète. Votre aide est la bienvenue !
• Laurent Jullier, Star Wars, anatomie d’une saga,
Armand Colin, 2005, 240 p. (ISBN 2-200-26911-0)
• Ryder Windham, Star Wars, l’encyclopédie absolue,
Nathan, 2006, 144 p. (ISBN 2-09-251214-5)
106
3.3.12
CHAPITRE 3. TRILOGIE ORIGINALE
Liens externes
• (en) Site officiel
• (en) Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi sur
l’Internet Movie Database
• Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi sur Allociné
• (en) « Star Wars Episode VI : Return of the Jedi »,
sur LucasFilm
• (en) « Star Wars Episode VI : Return of the Jedi »,
sur Wookieepedia
•
•
•
Portail de Star Wars
Portail du cinéma américain
Portail des années 1980
Chapitre 4
Troisième trilogie
4.1 Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force
lue de l'Empire, la station spatiale Étoile Noire[3] . En
3 ap. BY, l'Empire contre-attaque en détruisant la base
principale des rebelles sur la planète Hoth[4] . Au même
moment, l'Empereur Palpatine supervise la construction
Pour les articles homonymes, voir Star Wars (homo- d'une nouvelle station, l'Étoile de la Mort, en orbite aunymie).
tour de la lune forestière de la planète Endor. Guidée
Star Wars, épisode VII :
par Luke Skywalker qui tente de ramener Dark Vador,
Le Réveil de la Force
son propre père, du côté du bien, l'Alliance rassemble ses
forces pour tenter un ultime assaut. Dans la bataille, Dark
Vador se sacrifie pour sauver son fils en tuant Palpatine,
Logo du film Le Réveil de la Force.
et les forces impériales sont détruites. C'est le début d'une
Pour plus de détails, voir Fiche technique et nouvelle ère.
Distribution
Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force (Star Wars
Episode VII : The Force Awakens) est un film américain
de science-fiction de type space opera réalisé par J. J.
Abrams, dont la sortie est prévue pour 2015. C'est le septième opus de la saga Star Wars et fera suite à l'épisode
VI : Le Retour du Jedi, trente-deux ans après la sortie de
celui-ci.
4.1.2 Synopsis
Plus de 30 ans après la bataille d'Endor, la galaxie n'en a
pas fini avec la tyrannie et l’oppression. Les membres de
l'Alliance rebelle, devenus la « Résistance », combattent
les vestiges de l'Empire réunis sous la bannière du « Premier Ordre »[5],[6] . Un mystérieux guerrier Sith autoproclamé, Kylo Ren, semble vouer un culte à Dark Vador et
pourchasse les nouveaux chevaliers Jedi en formation. Au
4.1.1 Toile de fond
même moment, une jeune femme nommée Rey, pilleuse
d'épaves sur la planète désertique Jakku, va faire une renL'univers de Star Wars se déroule dans une galaxie qui
contre qui bouleversera sa vie[7] .
se fait le théâtre d'affrontements entre les Chevaliers Jedi
et les Seigneurs noirs des Sith, personnes sensibles à la
Force, un champ énergétique mystérieux leur procurant 4.1.3 Fiche technique
des pouvoirs psychiques. Les Jedi maîtrisent le Côté lumineux de la Force, pouvoir bénéfique et défensif, pour
• Titre original : Star Wars Episode VII : The Force
maintenir la paix dans la galaxie. Les Sith utilisent le Côté
Awakens
obscur, pouvoir nuisible et destructeur, pour leurs usages
personnels et pour dominer la galaxie[1] .
• Titre français : Star Wars, épisode VII : Le Réveil de
la Force
Pour amener la paix, une République galactique a été fondée avec pour capitale la planète Coruscant. Mais, tout au
long de son existence, elle est secouée par des sécessions
et des guerres. Pour mettre fin à ceci, la République est
remplacée en 19 av. BY[note 1] par un Empire galactique
autoritaire et discriminatoire. Cette nouvelle entité est dirigée par le Sith Palpatine et son apprenti Dark Vador[2] .
Mais après plusieurs années, la brutalité du régime provoque l'apparition d'une opposition armée : l'Alliance
rebelle. Sa première victoire se déroule en 1 av. BY,
lorsque les rebelles parviennent à détruire l'arme abso107
• Réalisation : J. J. Abrams[8]
• Scénario : J. J. Abrams et Lawrence Kasdan[9] ,
d'après une histoire de George Lucas[10]
• Direction artistique : Ashley Lamont, Andrew Palmer et Stephen Swain
• Décors : Rick Carter et Darren Gilford
• Costumes : Michael Kaplan
108
CHAPITRE 4. TROISIÈME TRILOGIE
• Photographie : Daniel Mindel[11]
• Mark Hamill : Luke Skywalker[18]
• Son : Matthew Wood
• Peter Mayhew : Chewbacca[24]
• Montage : Maryann Brandon (en), Mary Jo Markey
(en)
• Lupita Nyong'o[22] : Maz Kanata[23]
• Andy Serkis[18] : leader suprême Snoke[25]
• Musique : John Williams[12]
• Production : Kathleen Kennedy, J.J. Abrams, Bryan
Burk
• Coproduction : Tommy Gormley, Lawrence
Kasdan, Michelle Rejwan, Ben Rosenblatt,
John Swartz
• Production déléguée : Tommy Harper, Jason
D. McGatlin
• Sociétés de production : Walt Disney Pictures,
Lucasfilm, Bad Robot[13]
• Max von Sydow[18] : ?
• Anthony Daniels : C-3PO[26]
• Kenny Baker : R2-D2[26]
• Greg Grunberg[27] : ?
• Ken Leung[28] : ?
• Warwick Davis : ?
• Simon Pegg : ?
• Société de distribution : Walt Disney Studios Motion
Pictures International
• Photos des acteurs principaux.
• Budget : 200 000 000 USD (au minimum)[14]
• John Boyega en 2015.
• Pays d’origine : États-Unis
• Daisy Ridley en 2015.
• Langue originale : anglais
• Oscar Isaac en 2015.
• Format : couleur - 35 mm[11] - 2,35 :1 - Dolby Digital
• Adam Driver en 2015.
• Genre : science-fiction
• Domhnall Gleeson en 2015.
• Dates de sortie : Dates sujettes à modification
• Gwendoline Christie en 2015.
4.1.4
•
Italie : 16 décembre 2015 (première
mondiale)[15]
•
États-Unis /
2015[16],[17]
France : 18 décembre
Distribution
N.B. : en raison de la grande notoriété de la série, de nombreux
noms ont circulé avant toute annonce officielle, la plupart étant
de simples rumeurs. Les acteurs figurant dans la liste ci-dessous
sont ceux pour lesquels la participation au film a été confirmée.
• Harrison Ford en 2015.
• Mark Hamill en 2015.
• Carrie Fisher en 2013.
4.1.5 Production
Développement
• John Boyega[18] : Finn[19]
• Daisy Ridley[18] : Rey[19]
• Oscar Isaac[18] : Poe Dameron[19]
• Adam Driver[18] : Kylo Ren[20]
• Domhnall Gleeson[18] : général Hux[21]
• Gwendoline Christie[22] : capitaine Phasma[23]
• Harrison Ford : Han Solo[18]
• Carrie Fisher : Leia Organa[18]
George Lucas, créateur de la saga, en compagnie de J. J. Abrams,
réalisateur et coscénariste de l'épisode VII.
4.1. STAR WARS, ÉPISODE VII : LE RÉVEIL DE LA FORCE
L'annonce de ce film est faite le 30 octobre 2012, lorsque
la Walt Disney Company révèle avoir acheté la compagnie Lucasfilm (pour 4 050 000 000 de dollars)[29] . Disney indique que le film sera le premier d'une trilogie, et
que la série Star Wars continuera au-delà, avec d'autres
films dérivés de cet univers[30] . Le paiement de plus de
4 milliards de dollars pour le droit de produire ce film
(et les suivants) constitue « une des plus grosses opérations financières récentes d'Hollywood »[29] . Commentant cet achat, le Financial Times remarque : « Lucasfilm apporte [à Disney] un public […] de fans passionnés
qui se presseront très certainement en grand nombre pour
voir le septième film Star Wars, dont Disney a dit cette semaine qu'il sera en salles en 2015. Une nouvelle trilogie
suivra, et peut-être d'autres films après ça : le public déjà
prêt garantit que, en faisant un peu attention, Star Wars
sera la source de revenus conséquents pendant de nombreuses années »[31] . The Independent évoque, de même,
une marque « prête à exploiter » pour Disney, avec un
public acquis pour les nouveaux films, ainsi que pour le
merchandising qui en découlera[32] .
George Lucas sera un « consultant » pour l'épisode VII, et
a apporté son accord à ce projet : « Il est temps pour moi
de transmettre Star Wars à une nouvelle génération de cinéastes. […] J'ai pensé qu'il était important de mettre en
place cette transition de mon vivant »[29] . Kathleen Kennedy, vice-présidente de Lucasfilm qui devient dès lors
présidente, sera la productrice déléguée du film[33] .
109
pour le tournage de Star Wars, épisode VII au RoyaumeUni[41] .
Scénario
Le film sera la suite de l'épisode VI, Le Retour du Jedi, mais sans plus de précision. « L'histoire devrait se
concentrer sur une nouvelle génération de héros ». Mark
Hamill, Carrie Fisher et Harrison Ford y apparaitront
dans leurs anciens rôles respectifs de Luke Skywalker,
Leia Organa et Han Solo plus vieux d'une trentaine
d'années[18] . George Lucas a remis à Disney ses projets
d'histoires pour la nouvelle trilogie[10] . Un représentant
de Lucasfilm indique à la chaîne Entertainment Television que l'histoire de l'épisode VII sera inédite, et non
pas une adaptation des romans de l'univers étendu[42] .
Le Los Angeles Times révèle qu'au cours des mois avant
l'annonce du film, « plusieurs scénaristes connus, ayant
l'expérience de films de Hollywood à grand budget »,
informés que l'épisode VII se préparait, ont rencontré
George Lucas et Kathleen Kennedy pour leur proposer
des projets de scénario[43] . Jay Rasulo, directeur financier de la Walt Disney Company, annonce en outre que le
film a déjà un traitement (film treatment en anglais, projet
concret, avec ébauche de scénario)[43] . Peu après, Disney
confirme que le scénario est confié à Michael Arndt[44] ,
mais presque un an après sa nomination, il est remplacé en
octobre 2013 par J. J. Abrams lui-même, accompagné de
Lawrence Kasdan, déjà coscénariste de L'Empire contreattaque et Le Retour du Jedi[9] . Les deux bandes annonces
déjà diffusées respectivement en novembre 2014 puis en
avril 2015 font apparaitre Rey (Daisy Ridley), Finn (John
Boyega) et Poe Dameron (Oscar Isaac), comme les trois
principaux personnages de la nouvelle trilogie.
Différents réalisateurs (Steven Spielberg, Quentin Tarantino, Zack Snyder et Guillermo del Toro[34] ) ont été approchés par Lucasfilm avant de décliner l'offre, la plupart
d'entre eux justifiant ce choix par la poursuite de projets en cours. Le nom de Brenda Chapman circulait également à la mi-novembre 2012[35] avant que l'intéressée
ne démente cette piste. Cette dernière semblait pourtant
crédible : après avoir longtemps travaillé pour les studios
Disney puis Pixar (filiale de Disney depuis 2006), la réa- Tournage
lisatrice de Rebelle avait été engagée en tant que consultante par Lucasfilm pendant l'été 2012[36] , quelques semaines avant l'officialisation de l'achat de cette société par
Disney.
Alors que celui-ci avait dans un premier temps refusé
l'offre[34] , il est finalement annoncé le 24 janvier 2013
que c'est J. J. Abrams qui a été choisi pour la réalisation de l'épisode VII[8] , mais sans confirmer la date de
2015[37] ; celle-ci ne sera confirmée qu'au mois d'août de
la même année[38] . Cependant, à la fin du mois d'octobre
2013, des rumeurs relayées par la presse, et faisant suite
au départ du scénariste Michael Arndt[9],[39] , annoncent
que le script n'est pas tout à fait prêt et que Lucasfilm
souhaiterait reporter le film pour 2016. Ce changement
de planning aurait été refusé par Disney[40] . Quelques
jours plus tard, Disney renonce à une sortie estivale
du film en annonçant la date du 18 décembre 2015
comme date de sortie américaine[16] . Le 20 septembre
2014, le gouvernement britannique accorde une réduction d'impôts de 8 millions de livres aux studios Disney
Skellig Michael en Irlande, l'un des lieux de tournage.
En mai 2013, Lucasfilm annonce que le film sera
principalement tourné aux Pinewood Studios près de
Londres, là où la plupart des épisodes précédents ont
été tournés[45] . Il débute officiellement en mai 2014[46] .
110
CHAPITRE 4. TROISIÈME TRILOGIE
Le tournage est officiellement terminé en novembre Promotion
2014[47] .
Postproduction
Le 6 novembre 2014, la production annonce via son fil
Twitter officiel le titre de ce septième épisode de la saga :
Star Wars : The Force Awakens[54] .
Le jour même, Lucasfilm confirme que le titre qui servira à la promotion ne comportera pas la mention « épisode VII », mais que celle-ci sera bien présente dans le
texte d'ouverture du film[54] . La mention d'« épisode VII »
pourrait avoir été exclue pour des raisons commerciales,
afin de ne pas rebuter les nouveaux spectateurs potentiels
En février 2014, Industrial Light & Magic (ILM) annonce de la saga[55] .
son intention d'ouvrir un établissement à Londres, citant
les films Star Wars comme un catalyseur pour l'expansion. Le 28 novembre 2014, la première bande-annonce est
La branche d'ILM à Vancouver travaillera également sur diffusée dans une sélection de 30 cinémas à travers les
États-Unis et le Canada, puis mise en ligne sur Internet ;
les effets spéciaux du film[49] .
elle sera diffusée dans les autres salles du monde en
décembre[56] . Elle dévoile également le titre français officiel de ce nouvel épisode : Le Réveil de la Force[57] . Les
Musique
visages de trois acteurs apparaissent dans cette bandeannonce, ce qui lance les spéculations sur le rôle central
Le compositeur John Williams est annoncé, en juin
qu'ils pourraient avoir dans la nouvelle vague de la sa2013, de retour à la baguette pour la musique du film,
ga cinématographique[58] : John Boyega, Daisy Ridley et
[12]
après avoir composé celles des six premiers épisodes .
Oscar Isaac. Andy Serkis en fait la narration en version
Williams a composé la musique originale de la première
originale[59] . Le 11 décembre 2014, Abrams et Kenne[50]
bande-annonce du film . Elle sera enregistrée à Los
dy publient une série de huit cartes à collectionner Topps
Angeles durant plusieurs mois[51] .
révélant les noms de plusieurs personnages[19] .
Le 21 mai 2015, lors d'une interview avec le magazine
Le 1er janvier 2015, Disney demande à Maker Studios
Vanity Fair, John Williams déclare qu'il reviendra aux
de produire une web-série pour promouvoir la sortie du
thèmes des films précédents, tels que ceux pour Luke,
film[60] .
Leia et Han, d'une manière qui « semblera très naturelle et très juste dans les moments auxquels nous avons La deuxième bande-annonce a été diffusée le 16 avril
choisi de faire ce genre de citations. Elles ne seront pas 2015, lors du panel dédié au film et diffusé en direct
très nombreuses, mais il y en aura quelques-unes, qui en ligne à travers le monde à la Star Wars Celebration
à mon avis seront importantes et sembleront vraiment à Anaheim, en Californie[61] . Dans celle-ci, John Boyefaire partie de la structure du morceau, de manière posi- ga, Daisy Ridley et Oscar Isaac apparaissent à nouveau,
tive et constructive »[52] . De retour à l'univers Star Wars, elle dévoile un immense Destroyer Impérial crashé dans
Williams ajoute qu'il s’agit de « la continuation d'un en- le désert sur la planète Jakku et fait entendre la voix de
semble initial d'idées. C'est un peu comme ajouter des Luke Skywalker qui dit « La Force est puissante dans ma
paragraphes à une lettre en train d'être écrite depuis des famille, mon père a ce don, j'ai ce don, ma sœur l'a aussi,
années. Quand je m'attaque à un film complètement nou- et vous avez ce pouvoir vous aussi », sans qu'il soit posveau, à une histoire que je ne connais pas, à des person- sible de savoir à qui il s’adresse (cette déclaration faisant
nages que je n'ai jamais rencontrés, mon approche glo- écho à celle que prononce Luke quand il révèle à Leia
bale pour écrire la musique est complètement différente ; qu'elle est sa sœur jumelle dans Le Retour du Jedi), ni
il faut essayer de trouver une identité, des identifications de quel coté de la Force il se situe, alors qu’apparaît le
mélodiques pour les personnages si nécessaire, etc. »[52] . masque de Dark Vador carbonisé et que Luke pose sa
Il révèle également que le travail avec J. J. Abrams était main artificielle sur R2-D2. Elle dévoile également deux
très similaire au procédé qu'il a vécu avec George Lucas mains féminines se transmettre le sabre laser d'Anakin
Skywalker, transmis autrefois à Luke par Obi-Wan Kenodans les précédents films[52] .
bi dans Un nouvel espoir, puis porté disparu sur Bespin,
La première partie des sessions d'enregistrement a comdans L'Empire contre-attaque, à l'issue du combat entre
mencée en juin 2015 au Sony Pictures Studios, avec
Dark Vador et son fils. À la fin de cette bande-annonce,
[53]
William Ross menant la majorité de la musique .
celle-ci révèle Chewbacca et Han Solo, et ce dernier s’exWilliams a participé aux sessions et a mené le reste des
clame « Chewie, on est à la maison ! », car ils sont mani[53]
enregistrements .
festement à bord du Faucon Millenium[62] .
En août 2013, le directeur de la photographie, Daniel
Mindel, déclare que le film s’appuiera sur l'emploi de
lieux réels et des maquettes en plus de l'imagerie générée par ordinateur, afin de rendre le film esthétiquement
similaire à la trilogie originale[48] .
4.1.6
Accueil
Vanity Fair a été le premier magazine à sortir une couverture exclusive consacrée au Réveil de la Force. Le magazine, qui a été publié le 7 mai 2015, dispose de nouvelles
4.1. STAR WARS, ÉPISODE VII : LE RÉVEIL DE LA FORCE
111
interviews et de nouvelles photos des membres de la dis- day » et qu'il sera le jour du lancement officiel des protribution photographiés par Annie Leibovitz[63],[64] .
duits dérivés dès 00h01[70] . Il y sera possible d'acheter
des objets de collection, livres, vêtements et divers autres
produits sur le Disney Store et dans des magasins du
Sortie
monde entier[70] . Le site révèle également la boîte standard d'emballage des produits mettant en vedette le nouEn novembre 2013, le film obtient une date de sortie au 18 veau méchant : Kylo Ren[70] .
décembre 2015, ce qui en fait le deuxième film - derrière
Star Wars : The Clone Wars, sorti en août 2008 - à ne pas
sortir en mai, alors que les six premiers films l'étaient[65] . 4.1.8 Notes et références
En mars 2014, Disney confirme que l'épisode VII sortira
Notes
en IMAX[66] .
4.1.7
Produits dérivés
[1] Le point de référence (point zéro) de la chronologie Star
Wars est la bataille de Yavin dans l'épisode IV de la saga.
Références
[1] Patrice Girod, « L'Histoire : Toutes les grandes étapes du
film », Lucasfilm Magazine, Courleciel, no hors série no
1 « Le Guide officiel du film La Menace fantôme », septembre 1999.
[2] Patrice Girod, « L'Histoire », Lucasfilm Magazine, Courleciel, no hors série no 3 « Le Guide officiel du film La
Revanche des Sith », mars 2005.
[3] Star Wars, novélisation de 1977 par George Lucas chez
Presses Pocket
[4] The Empire Strikes back, novélisation de 1980 par Donald
F. Glut chez Les Presses de la Cité
Costume du personnage de Kylo Ren.
Le film sera accompagné par de nombreux livres. Le 10
mars 2015, Disney Publishing Worldwide et Lucasfilm
annoncent une combinaison de 20 titres en livre et formats e-book, intitulée « Journey to Star Wars : The Force
Awakens » avec une sortie à partir de fin 2015, avant
le film. La collection comprendra des livres édités par
Disney–Lucasfilm Press et Del Rey et des bandes dessinées éditées par Marvel Comics. Tous les titres dans le
cadre du programme sont canoniques dans l'univers Star
Wars[67] .
[5] (en) Devin Faraci, « The Galactic Empire Becomes The
First Order In Star Wars : The Force Awakens », sur Birthmoviesdeath.com, 16 avril 2015 (consulté le 9 août 2015).
[6] (en) « What’s The Political Situation Like in The Force
Awakens ? », sur Observationdeck.kinja.com, 18 avril
2015 (consulté le 9 août 2015).
[7] (en) John Saavedra, « Star Wars : The Force Awakens
News : Everything You Need to Know », sur Denofgeek.us, 10 juillet 2015 (consulté le 9 août 2015).
[8] Maximilien Pierrette, « J.J. Abrams réalisera Star Wars :
Episode VII !!! », sur Allociné, 24 janvier 2013 (consulté
le 10 août 2013).
Le premier roman, intitulé Star Wars : Aftermath, sor- [9] « Star Wars 7 sera co-écrit par le scénariste de L’Empire
contre-attaque et du Retour du Jedi », sur Première, 24 octira en septembre 2015 et est écrit par Chuck Wendig.
tobre
2013 (consulté le 25 octobre 2013).
L'histoire se déroule peu de temps après Le Retour du Jedi et traite des conséquences de la mort de l'Empereur et [10] « Les dessous du rachat de Lucasfilm par Disney », sur Star
de Dark Vador, ainsi que du vide du pouvoir formé duWars Universe, mars 2013 (consulté le 11 août 2013).
rant le règne de l'Empire sur la galaxie et les actions de
la rébellion durant les mois qui suivent. Il est destiné à [11] AG, « J.J. Abrams embarque son chef op’ sur Star Wars
VII : va y’avoir du flare… », sur Allociné, 23 août 2013
être le premier d'une trilogie de romans qui feront le pont
(consulté le 29 juin 2014).
[68]
entre la trilogie originale et Le Réveil de la Force . Lors
du panel Del Rey à la Star Wars Celebration à Anaheim, [12] Exar Kun, Night Alchemist, « Celebration Europe - John
il est annoncé qu'Alan Dean Foster écrira la novélisation
Williams confirmé sur l'Episode VII », sur Star Wars Holonet, 27 juillet 2013 (consulté le 10 août 2013).
du film[69] .
Le 3 mai 2015, le site officiel de Star Wars annonce que le [13] « Company Credits », sur IMDb (consulté le 14 avril
4 septembre 2015 sera considéré comme le « Force Fri2014).
112
[14] (en) Hugh Armitage, « Star Wars Episode 7 script still
not finalised », sur Digital Spy.co.uk, 16 décembre 2013
(consulté le 1 décembre 2014).
[15] (it) Andrea Bedeschi, « Star Wars : Il Risveglio della Forza
nelle sale italiane dal 16 dicembre ! », sur Badtaste.it, 7
avril 2015 (consulté le 1 mai 2015).
[16] PiccoloJr, « C'est officiel : l'Episode VII sortira en décembre 2015 ! », sur Star Wars Universe, 7 novembre
2013 (consulté le 17 novembre 2013).
[17] Exar Kun, « Star Wars Episode VII : Date de sortie
en France », sur Star Wars Holonet, 29 novembre 2013
(consulté le 29 novembre 2013).
[18] Thomas Sotinel, « Le casting de « Star Wars VII » mêle anciens et nouveaux », sur Le Monde, 29 avril 2014 (consulté
le 29 juin 2014).
[19] « Star Wars – Le Réveil de la Force : Voici les noms des
nouveaux personnages ! », sur Les Toiles Héroïques, 11 décembre 2014 (consulté le 11 décembre 2014).
[20] « Le Réveil de la Force : nouvelle vidéo du tournage ! », sur
Starwars-universe, 4 mai 2015 (consulté le 4 mai 2015).
[21] (en) « Comic-Con 2015 : New characters unveiled for Star
Wars Episode VII », sur Irish Examiner, 11 juillet 2015
(consulté le 11 juillet 2015).
[22] « Star Wars 7 : de nouvelles recrues féminines rejoignent
le casting ! », sur The Guardian, 2 juin 2014 (consulté le
29 juin 2014).
[23] « Le Réveil de la Force : nouvelles photos du tournage ! »,
sur Starwars-universe, 4 mai 2015 (consulté le 4 mai
2015).
[24] « Star Wars 7 : Peter Mayhew reprend son rôle de Chewbacca ! », sur Allociné, 8 avril 2014 (consulté le 8 avril
2014).
[25] (en) « Capturing a Galaxy : An Interview with Annie
Leibovitz - Exclusive », sur Starwars.com, 28 mai 2015
(consulté le 28 mai 2015).
[26] (en) « Star Wars : Harrison Ford, Carrie Fisher and Mark
Hamill reunite for latest film », sur BBC News, 29 avril
2014 (consulté le 29 juin 2014).
[27] « Le Réveil de la Force : des photos fuitées de trois résistants ? », 19 juin 2015 (consulté le 2 août 2015).
[28] « Le Réveil de la Force : photo fuitée du personnage de
Ken Leung », 30 juillet 2015 (consulté le 2 août 2015).
[29] Alain Beuve-Méry, « Disney rachète Lucasfilm et La
Guerre des étoiles pour mieux l'exploiter », sur Le Monde,
31 octobre 2012 (consulté le 9 août 2013).
[30] Phalène de La Valette, « Quand Disney transforme Star
Wars en Avengers », sur Le Figaro, 19 avril 2013 (consulté
le 8 août 2013).
[31] (en) Matthew Garrahan, « Disney plans to exploit Star
Wars galaxy », sur Financial Times, 31 octobre 2012.
CHAPITRE 4. TROISIÈME TRILOGIE
[32] (en) Neil Norman, « Walt Disney buying Lucasfilm makes
perfect sense for both parties - but for Star Wars fans especially », sur The Independent, 31 octobre 2012 (consulté
le 9 août 2013).
[33] (en) Christopher John Farley, « Star Wars Episode 7 Coming in 2015 », sur The Wall Street Journal, 30 octobre
2012 (consulté le 9 août 2013).
[34] Fiona Ipert, « Star Wars VII : Guillermo Del Toro décline
l'offre », sur Le Figaro, 9 janvier 2013 (consulté le 9 août
2013).
[35] Jennifer Lesieur, « Star Wars 7 : le cinéaste Brad Bird dit
non », sur Metro, 18 novembre 2012 (consulté le 9 août
2013).
[36] (en) « Brenda Chapman Leaves Pixar for Lucasfilm », sur
Pixar Portal, 6 août 2012 (consulté le 9 août 2013).
[37] « Star Wars 7 repoussé après 2015 ? », sur Allociné, 28
janvier 2013 (consulté le 9 août 2013).
[38] Adrien Léger, « Star Wars épisode 7 : la sortie pour l'été
2015 confirmée », sur Reviewer, 11 août 2013 (consulté le
3 novembre 2013).
[39] « Star Wars, Episode VII : le scénariste Michael Arndt
abandonne le navire », sur Metronews, 25 octobre 2013
(consulté le 29 juin 2014).
[40] « Disney refuse de repousser l'Episode 7 de Star Wars en
2016 », sur Première, 1er novembre 2013 (consulté le 3
novembre 2013).
[41] (en) Christian Sylt, « US media giant Disney handed £8m
tax break by HMRC to make next Star Wars film in Britain », sur This is Money, 20 septembre 2014 (consulté le
20 octobre 2014).
[42] Leslie Gornstein, « Le scénario de Star Wars 7 sera “une
histoire originale”, affirme une source de Lucasfilm », sur
Entertainment Television, 5 novembre 2012 (consulté le 10
août 2013).
[43] (en) Steven Zeitchik, John Horn, « Star Wars plan in
works », sur Los Angeles Times, 31 octobre 2012 (consulté
le 10 août 2013).
[44] (en) « Academy Award winning writer Michael Arndt to
pen Star Wars Episode VII script », sur Examiner, 10 novembre 2012 (consulté le 10 août 2013).
[45] (en) « Star Wars : Episode VII to Shoot at U.K.'s Pinwood », sur The Hollywood Reporter, 21 juin 2013
(consulté le 8 septembre 2013).
[46] « Stars Wars épisode VII : début du tournage en mai à
Londres », sur Culturebox, 19 mars 2014 (consulté le 29
avril 2015)
[47] Clément Cuyer, « Star Wars 7 : fin du tournage et émouvant message de J.J. Abrams », sur Allociné, 3 novembre
2014 (consulté le 5 novembre 2014).
[48] (en) Chris Taylor, « Star Wars Episode VII to Use Film,
Be More Like Original Trilogy », sur Mashable.com, 23
août 2013 (consulté le 12 novembre 2014).
4.1. STAR WARS, ÉPISODE VII : LE RÉVEIL DE LA FORCE
113
[49] (en) David S. Cohen, « Star Wars, Avengers Spawn
Industrial Light & Magic’s London Expansion », sur
Variety.com, 12 février 2014 (consulté le 12 novembre
2014).
[65] (en) Anthony Breznican, « Star Wars : Episode VII :
Release set for December 18, 2015 », sur Insidemovies.ew.com, 7 novembre 2013 (consulté le 28 novembre
2014).
[50] (en) Michael Marotta, « Welcome John Williams back
into your life with the new trailer for Star Wars : The
Force Awakens », sur Vanyaland.com, 28 novembre 2014
(consulté le 20 juin 2015).
[66] (en) Silas Lesnick, « Disney to Release Avengers : Age of
Ultron, Star Wars : Episode VII in IMAX », sur Comingsoon.net, 20 mars 2014 (consulté le 28 novembre 2014).
[51] (en) « John Williams to Record Star Wars : The Force
Awakens Score in Los Angeles », sur Starwars.com, 21
mars 2015 (consulté le 22 mars 2015).
[52] (en) Bruce Handy, « John Williams Says His New Star
Wars Score Will Include the Original Themes », sur Vanity
Fair.com, 21 mai 2015 (consulté le 20 juin 2015).
[53] (en) George Shaw, « John Williams is recording Star
Wars : The Force Awakens in LA », sur Nerdreactor.com,
5 juin 2015 (consulté le 6 juillet 2015).
[54] (en) Eric, « Star Wars : Episode VII Will Be Called
The Force Awakens », sur The Force, 6 novembre 2014
(consulté le 10 novembre 2014).
[55] « Pourquoi le titre de The Force Awakens ne contient pas
“Episode VII” », sur Star Wars Universe, 9 novembre 2014
(consulté le 10 novembre 2014).
[56] (en) Graeme McMillan, « Star Wars : The Force Awakens : Here’s Where to See the First Teaser », sur The
Hollywood Reporter.com, 24 novembre 2014 (consulté le
28 novembre 2014).
[57] Clément Cusseau, « Star Wars 7 - Le Réveil de la Force :
la bande-annonce est en ligne ! », sur Allociné.fr, 28 novembre 2014 (consulté le 28 novembre 2014).
[58] François Menia, « Star Wars VII : la bande-annonce décryptée en 7 points », sur Le Figaro, 28 novembre 2014
(consulté le 11 décembre 2014).
[59] Cyril Coantiec, « Star Wars VII : Andy Serkis est bien la
voix off de la bande annonce », sur Le Figaro, 2 décembre
2014 (consulté le 10 janvier 2015).
[60] (en) Vamien McKalin, « Disney and Maker Studios Teaming up to Bring Star Wars : The Force Awakens Series to
YouTube », sur Techtimes, 1er janvier 2015 (consulté le 6
mars 2015)
[61] « Le nouveau trailer du Réveil de la Force sera diffusé
aujourd'hui ! », sur Starwars-universe.com, 16 avril 2015
(consulté le 16 avril 2015)
[62] « Star Wars : Le Réveil de la Force s’offre un second teaser », sur Gizmodo.fr, 17 avril 2015 (consulté le 17 avril
2015).
[63] (en) Bruce Handy, « Star Wars Cover : J.J. Abrams Reveals His Idea to Kill Jar Jar Binks », sur Vanity Fair.com
(consulté le 8 juin 2015).
[64] (en) Joanna Robinson, « Adam Driver’s and Lupita
Nyong’o’s Characters Revealed in Exclusive Star Wars :
The Force Awakens », sur Vanity Fair.com, 4 mai 2015
(consulté le 8 juin 2015).
[67] (en) « “Journey to Star Wars : The Force Awakens" Publishing Program Coming Fall 2015 », sur Starwars.com, 10
mars 2015 (consulté le 16 avril 2015).
[68] (en) « What Happened After Endor ? Find Out in Star
Wars : Aftermath », sur Starwars.com, 17 mars 2015
(consulté le 17 avril 2015).
[69] (en) Alex Osborn, « Star Wars Celebration : Alan Dean
Foster Writing The Force Awakens Novelization », sur
IGN.com, 18 avril 2015 (consulté le 4 mai 2015).
[70] (en) « Star Wars : The Force Awakens Products to Arrive
on ‘Force Friday,’ September 4 », sur Starwars.com, 3 mai
2015 (consulté le 6 juillet 2015).
4.1.9 Annexes
Article connexe
• Star Wars
Liens externes
• (en) Site officiel
• (en) Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force
sur l’Internet Movie Database
• Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force sur
Allociné
•
Portail du cinéma américain
•
Portail des années 2010
•
Portail de Star Wars
•
Portail sur Disney
Chapitre 5
Films dérivés
5.1 Star Wars : The Clone Wars
jeune padawan, Ahsoka Tano aussi butée que lui, le grand
maître Jedi Yoda ayant estimé que devoir veiller sur une
Cet article concerne le film d'animation Star élève serait favorable à Anakin.
Wars : The Clone Wars. Pour la série animée sous Côté Séparatiste, Asajj Ventress est en fait la responsable
forme de dessin animé, voir Clone Wars (série télévisée de l'enlèvement. Son objectif est de profiter de la misd'animation). Pour la série animée sous forme d'images sion Jedi pour provoquer la mort du jeune Hutt en faisant
de synthèse, voir The Clone Wars (série télévisée passer les Jedi pour responsables.
d'animation).
Star Wars : The Clone Wars
5.1.2 Fiche technique
Logo de Star Wars : The Clone Wars
Pour plus de détails, voir Fiche technique et
Distribution
Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations
mentionnées dans cette section proviennent de la base de données
IMDb.
Star Wars : The Clone Wars ou Star Wars : La Guerre
des clones au Québec[1] est un film d'animation en images
de synthèse américain réalisé par Dave Filoni, sorti en
2008.
• Titre original et français : Star Wars : The Clone
Wars
Il s’agit du pilote de la série animée The Clone Wars puisqu'il s’agissait à l'origine des quatre premiers épisodes de
la série, mais George Lucas décida de les transformer en
un long métrage pour le cinéma.
• Réalisation : Dave Filoni
Le film se déroule postérieurement à deux épisodes de la
série : l'épisode 16 de la saison 2, Le Chat et la Souris,
puis l'épisode 16 de la saison 1, L'Ennemi caché, qui sont
l'ouverture du film sur la planète Christophsis.
• Montage : Jason Tucker
• Titre québécois : Star Wars : La Guerre des clones
• Scénario : Henry Gilroy, Steve Melching et Scott
Murphy
• Musique : Kevin Kiner, John Williams (thèmes originaux)
• Production : Catherine Winder
5.1.1
• Production déléguée : George Lucas
Synopsis
• Production exécutive : Mary Maffei
Dans le contexte de la guerre des clones, la République
galactique garde le contrôle des planètes du centre de la
galaxie (le noyau), mais a été pratiquement chassée de
la périphérie (la bordure extérieure) par son adversaire,
la Confédération des systèmes indépendants. Or l'empire
criminel des Hutts, neutre dans cette guerre, contrôle de
nombreuses routes de la bordure.
Quand le fils de Jabba le Hutt est enlevé par les Séparatistes, les deux camps tentent d'en profiter pour obtenir
une alliance avec les Hutts. Du côté de la République, le
Jedi Obi-Wan Kenobi est chargé des négociations avec les
Hutts, alors que son ancien élève Anakin Skywalker doit
retrouver le fils de Jabba. Anakin est accompagné d'une
114
• Société de production : Lucasfilm, Lucasfilm Animation
• Société de distribution : Warner Bros.
• Pays d'origine : États-Unis
• Langue originale : anglais
• Budget : 8 500 000 $[2]
• Format : couleur - 35 mm - 2,35 :1 - son Dolby Digital / SDDS / DTS
• Genre : film d'animation
5.1. STAR WARS : THE CLONE WARS
115
• Durée : 98 minutes
• Laura Blanc : Asajj Ventress
• Dates de sortie :
• Daniel Delabesse : Ziro le Hutt
États-Unis,
• Marie Zidi : le droïde de protocole TC-70
•
Belgique : 20 août 2008
• Jean-Luc Kayser : l'amiral Wullf Yularen et le commandant Wollffe
•
France : 27 août 2008
•
5.1.3
Canada : 10 août 2008
(première mondiale à Hollywood), 15 août 2008
Distribution
Voix originales
• Patrick Floersheim : le général Loathsom et
KRONOS-327
• Éric Métayer : le droïde espion 4A-7 et le droïde
Médecin TB-2
• Jean-Claude Donda : le narrateur
• Matt Lanter : Anakin Skywalker
• James Arnold Taylor : Obi-Wan Kenobi
• Ashley Eckstein : Ahsoka Tano
• Dee Bradley Baker : les soldats clones
• Catherine Taber : Padmé Amidala
• Christopher Lee : comte Dooku
• Anthony Daniels : C-3PO
• Tom Kane : Yoda, l'amiral Wullf Yularen et le narrateur
• Ian Abercrombie : Chancelier Suprême Palpatine /
Dark Sidious
• Samuel L. Jackson : Mace Windu
• Nika Futterman : Asajj Ventress
• Corey Burton : Ziro le Hutt
• Matthew Wood : les droïdes de combat
Voix françaises
Voix québécoises
• Martin Watier : Anakin Skywalker
• François Godin : Obi-Wan Kenobi
• Claudia-Laurie Corbeil : Ahsoka Tano
• Aline Pinsonneault : Padmé Amidala
• Guy Nadon : comte Dooku
• Jacques Lavallée : Yoda
• Yves Corbeil : Chancelier Suprême Palpatine / Dark
Sidious
• James Hyndman : Mace Windu
• Bernard Fortin : Ziro le Hutt
• Luis de Cespedes : C-3PO
• Xavier Dolan : les droïdes de combat
• Jean-François Beaupré : les soldats clones
• Pierre Chagnon : l'annonceur
5.1.4 Bande originale
• Emmanuel Garijo : Anakin Skywalker et les droïdes
Composée par Kevin Kiner, la bande originale est sortie
de combat
le 12 août 2008 en CD[3] . Elle utilise certains instruments
• Bruno Choël : Obi-Wan Kenobi
de musique jamais entendus auparavant dans une partition Star Wars : des synthétiseurs, guitares électrique,
• Olivia Luccioni : Ahsoka Tano
erhus, duduks, ouds et des taikos[4] .
• Serge Biavan : les soldats clones
Star Wars : The Clone Wars (Original Motion Picture
• Sylvie Jacob : Padmé Amidala
Soundtrack)
• Bernard Dhéran : comte Dooku
• Roger Carel : C-3PO
5.1.5 Accueil
• Jean Lescot : Yoda
Accueil critique
• Jean-Paul Pitolin : Mace Windu
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
• Georges Claisse : Chancelier Suprême Palpatine / incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Dark Sidious
116
CHAPITRE 5. FILMS DÉRIVÉS
Box-office
Le film peut être considéré comme un échec commercial en comparaison aux six autres films de la saga
Star Wars. Malgré un budget insignifiant par rapport
à un film d'animation classique (8 500 000 $ de dollars pour ce projet), les recettes ont été maigres : un
peu plus de 68 millions de dollars sur le globe, dont 35
millions aux États-Unis[6] . Le script, plus enfantin, n'a
pas convaincu de nombreux fans et les critiques ont été
violentes[réf. nécessaire] .
5.1.8 Liens externes
• Star Wars : The Clone Wars sur Allociné
• (en) Star Wars : The Clone Wars sur l’Internet Movie
Database
•
•
Portail de Star Wars
Portail du cinéma américain
• Budget du film : 8 500 000 $
5.1.6
Adaptations
5.2 Star Wars Anthology : Rogue
One
En France, le film a connu deux adaptations : l'une en livre
Pour les articles homonymes, voir Star Wars (homojeunesse et l'autre en roman.
nymie).
Star Wars Anthology : Rogue One
Livre jeunesse
Logo du film Rogue One.
Intitulé Star Wars : The Clone Wars, le roman du film,
Pour plus de détails, voir Fiche technique et
il a été écrit par Jonathan Loizel et a été publié par la Distribution
Bibliothèque verte le 3 septembre 2008.
Star Wars Anthology : Rogue One est un film américain
de science-fiction de type space opera réalisé par Gareth
Edwards, dont la sortie est prévue en 2016.
Roman
Intitulé Star Wars : The Clone Wars, paru en langue
originale le 26 juillet 2008 puis traduit et publié le 27
novembre 2008 aux éditions Fleuve noir, son auteur est
Karen Traviss, connue pour ses livres dans l'univers de
Star Wars.
5.1.7
Il s’agit d'un des trois films dérivés de Star Wars, dont le
second est prévu pour 2018 et le troisième probablement
pour 2020[1] . Ils sont regroupés sous le sigle Star Wars
Anthology[2] .
Il s’agit d'un film de guerre, dont l'intrigue se situe avant
l'épisode IV. Les personnages principaux seront des soldats rebelles. Il n'y aura pas de Jedi[2] .
Références
[1] « Star Wars : La Guerre des clones (2008) », sur Cinoche.com (consulté le 22 juin 2015).
[2] (en) « Star Wars : The Clone Wars », sur IMDb.com
(consulté le 20 mai 2014).
[3] (en) « The Clone Wars Soundtrack », sur Starwars.com,
archivé sur Web.archive.org, 9 juillet 2008 (consulté le 22
juin 2015).
[4] (en) Blake Matthews, « Music Review : Star Wars : The
Clone Wars Soundtrack », sur Blogcritics.org, archivé sur
Web.archive.org, 21 août 2008 (consulté le 22 juin 2015).
[5] (en) « Star Wars : The Clone Wars (Original Motion Picture Soundtrack) », sur AllMusic.com (consulté le 23 juin
2015).
5.2.1 Synopsis
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Une bande de combattants de l'Alliance rebelle s’unissent
pour une mission audacieuse : voler les plans de l'Étoile
noire afin d'apporter un nouvel espoir à la galaxie[3] .
5.2.2 Fiche technique
Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations
mentionnées dans cette section proviennent de la base de données
IMDb.
[6] (en)Star Wars : The Clone Wars sur Boxofficemojo.com
• Titre original : Star Wars Anthology : Rogue One
[7] Page du film sur Jpbox-office.com, consulté le 20 mai 2014
• Réalisation : Gareth Edwards
5.2. STAR WARS ANTHOLOGY : ROGUE ONE
117
• Scénario : Chris Weitz, sur une idée de John Knoll « standalone » ou « spin-off » en anglais), permettant de
et Gary Whitta[4] , d'après les personnages créés par développer un événement ou un personnage de l'histoire
George Lucas
principale. Des rumeurs veulent alors que le premier film
dérivé sera centré sur Han Solo et que les films suivants
• Décors : Doug Chiang et Neil Lamont[3]
pourraient être autour de Yoda et Boba Fett[9] .
• Costumes : David Crossman et Glyn Dillon[3]
• Photographie : Greig Fraser (en)[4]
• Son : Chris Scarabosio[3]
Le 22 mai 2014, un communiqué officiel révèle plusieurs
informations : le film sortira le 16 décembre 2016 aux
États-Unis, Gareth Edwards a été choisi à la réalisation et
Gary Whitta (en) au scénario[10] . Ce dernier sera remplacé par Chris Weitz en janvier 2015[11],[4] .
• Montage : Elliot Graham
Le 12 mars 2015, Robert Iger révèle le titre du film : Star
Wars : Rogue One[12] . Il déclare également que l'idée de
• Musique : Alexandre Desplat
l'histoire vient de John Knoll, le superviseur des effets
• Production[4] : Kathleen Kennedy et Tony To (en)
spéciaux d'Industrial Light & Magic (ILM) et que celuici sera un des producteurs délégués du film avec Simon
• Production déléguée : John Knoll, Simon Emanuel et Jason McGatlin[12] . Kathleen Kennedy et ToEmanuel et Jason McGatlin
ny To seront producteurs et Jon Swartz co-producteur[12] .
• Coproduction : John Swartz
[5]
• Société de production : Walt Disney Pictures, Distribution des rôles
Lucasfilm
Le 12 mars 2015, Felicity Jones, qui a été nommée pour
• Société de distribution : Walt Disney Studios Motion l'Oscar de la meilleure actrice après sa performance dans
Pictures International
le film Une merveilleuse histoire du temps, est annoncée
au casting dans un rôle inconnu[4] .
• Pays d’origine : États-Unis
• Langue originale : anglais
Tournage
• Format : couleur - 35 mm - 2,35 :1 - Dolby Digital
Le 19 avril 2015, lors de la Star Wars Celebration
à Anaheim, en Californie, Lucasfilm annonce que le
tournage débutera en été 2015, aux Pinewood Studios
• Dates de sortie :
près de Londres[2] . Au Comic-Con de San Diego mijuillet
2015, la productrice Kathleen Kennedy révèle que
•
États-Unis /
France : 16 décembre
le
tournage
débutera dans 3 semaines, soit début août
2016 (Date sujette à modification)
2015[13] .
• Genre : science-fiction, guerre
5.2.3
Distribution
N.B. : en raison de la grande notoriété de la licence, de nombreux noms ont circulé avant toute annonce officielle, la plupart
étant de simples rumeurs. Les acteurs figurant dans la liste cidessous sont ceux pour lesquels la participation au film a été
confirmée.
• Felicity Jones : ?
5.2.4
Production
Développement
5.2.5 Accueil
Promotion
Le 19 avril 2015, également lors de la Star Wars Celebration à Anaheim, un concept art et un teaser sont dévoilés. Le tournage n'ayant alors pas commencé, le teaser
est montré en images de synthèse[2] .
Sortie
Le 8 avril 2015, Walt Disney Studios et IMAX Corporation annoncent que le film, ainsi que l'épisode VIII, profiteront de la technologie IMAX[14] .
Le 30 octobre 2012, The Walt Disney Company annonce
le rachat de Lucasfilm pour 4,05 milliards de dollars[6] . Le
même jour, Robert Iger, PDG de Disney, annonce qu'ils 5.2.6
vont faire trois nouveaux épisodes de la saga Star Wars[7] .
En février 2013, Robert Iger confirme les rumeurs
concernant d'éventuels films dérivés[8] (aussi appelés
Notes et références
[1] PiccoloJr, « Tout sur les spin-off • Les spin-off ultérieurs », sur Starwars-universe.com (consulté le 3 mai
2015)
118
CHAPITRE 5. FILMS DÉRIVÉS
[2] « [MAJ] Teaser et concept art de Rogue One ! », sur
Starwars-universe.com, 19 avril 2015 (consulté le 3 mai
2015).
[3] (en) « Rogue One Details Revealed at Star Wars Celebration Anaheim », sur Starwars.com, 19 avril 2015 (consulté
le 16 juillet 2015).
[4] Sylvestre Picard, « Rogue One : tout ce qu'on sait sur le
premier spin-off de Star Wars », sur Première, 14 mars
2015 (consulté le 14 mars 2015).
[5] « Alexandre Desplat composera la BO de Rogue One ! »,
sur Starwars-universe.com, 16 mars 2015 (consulté le 16
mars 2015).
[6] (en) « Disney to acquire Lucasfilm Ltd. », sur The Walt
Disney Company.com, 30 octobre 2012 (consulté le 15
mars 2015).
[7] « Disney rachète Lucasfilm et produit une nouvelle trilogie
Star Wars », sur Comicsblog.fr, 30 octobre 2012 (consulté
le 15 mars 2015).
[8] (en) « New Spinoff Films Set to Expand the Star Wars
Galaxy », sur Star Wars.com, 5 février 2013 (consulté le
15 mars 2015).
[9] « Star Wars : la rumeur autour du spin-off sur Han Solo
revient ! », sur Allociné, 16 décembre 2013 (consulté le 20
avril 2015)
[10] (en) « Gareth Edwards and Gary Whitta Onboard for
Star Wars Stand-Alone Film », sur Star Wars.com, 22 mai
2014 (consulté le 15 mars 2015).
[11] Pierre-Emmanuel Mesqui, « Star Wars : l'épisode dérivé
a trouvé son scénariste. », sur Le Figaro, 28 janvier 2015
(consulté le 15 mars 2015).
[12] (en) « Rogue One Title Revealed, Rian Johnson Confirmed
for Star Wars : Episode VIII », sur Star Wars.com, 12 mars
2015 (consulté le 15 mars 2015).
[13] « Comic-Con 2015 : Le tournage de Star Wars Rogue One
débute dans trois semaines ! », sur Allociné, 13 juillet 2015
(consulté le 13 juillet 2015)
[14] (en) « IMAX® And Disney Strike New Blockbuster Slate
Deal », sur IMAX.com, 8 avril 2015 (consulté le 9 avril
2015).
5.2.7
Voir aussi
Articles connexes
• Star Wars
• Star Wars (série de films)
Liens externes
• (en) Star Wars Anthology : Rogue One sur l’Internet
Movie Database
• Star Wars Anthology : Rogue One sur Allociné
•
•
Portail de Star Wars
Portail du cinéma américain
•
Portail des années 2010
•
Portail sur Disney
Chapitre 6
Autres médias
6.1 Star Tours
Star Tours est une attraction des parcs Disney du type
cinéma dynamique. L'attraction existe actuellement en
France dans le Parc Disneyland. Elle a été remplacée par
Star Tours : The Adventures Continue dans les parcs américains Disney’s Hollywood Studios, Disneyland et Tokyo
Disneyland (depuis le 7 mai 2013).
Elle a été conçue par les équipes de Walt Disney Imagineering et de Lucasfilm sous la direction de George
Lucas. C'est un simulateur de vol dans le monde fantastique de Star Wars. Elle est aussi la première à utiliser un monde imaginaire en dehors des productions Disney. Bien que l'attraction date de 1987, elle est considérée par de nombreux fans comme le summum de ce
type d'attraction. Elle mêle une expérience de tous les
sens avec un univers déjà connu et apprécié. La première
version de l'attraction apparut dans le Tomorrowland de
Disneyland en 1987, en remplacement de Adventure Thru
Inner Space.
de leurs conditions de travail et vouloir faire grève. La
version en France semble même un peu sarcastique. Des
coupures de courants sont aussi fréquentes.
Ensuite le visiteur est dirigé vers l'un des StarSpeeder
3000, une salle de cinéma couplée à un simulateur de vol.
Après s’être installé dans l'un des sièges du vaisseau un
droïde pilote de typr RX-24, surnommé Rex (voix anglaise par Paul Reubens[1] , voix françaises par Luq Hamet), accueille familièrement le voyageur sur un écran de
télévision situé en haut à droite. Puis un panneau s’ouvre
à l'avant pour faire apparaître le cockpit avec Rex sur la
gauche et un écran/vitre donnant sur un couloir de la station spatiale. Rex nous concède qu'il est un peu stressé
pour son premier voyage.
Tout se passe bien jusqu'au moment où par erreur le pilote prend le mauvais couloir et tombe dans les zones de
maintenance situées en contrebas. Il parvient toutefois à
éviter une catastrophe en sortant dans l'espace avant qu'un
gigantesque bras mécanique ne broie le vaisseau.
Cette scène comprend un hommage à
l'attraction Adventure Thru Inner Space : le
« Formidable Microscope » est clairement
visible sur la droite de l'écran après que le
bras mécanique est évité. Il ressemble à la
machine inventée par le professeur Szalinski
dans Chérie, j'ai rétréci les gosses, qui utilise
aussi le même principe.
Depuis 2011, une nouvelle version Star Tours : The Adventures Continue a ouvert dans les parcs américains.
6.1.1
Le concept et l'histoire
Annoncée comme l'« Ultime aventure de Star Wars ! »,
Star Tours emmène les visiteurs dans le rôle d'un touriste
de l'espace en route vers la lune forestière d'Endor grâce
à l'agence de voyage Star Tours.
Tout est fait dans la file d'attente pour que l'on se sente
dans la zone d'embarquement d'un terminal spatial. La
zone compte plusieurs personnages Audio-Animatronics
qui interagissent entre eux. Ainsi sur le côté C-3PO et
R2-D2, en véritable Laurel et Hardy de l'espace, « discutent mécanique » à l'avant d'une réplique taille réelle
du StarSpeeder 3000, le vaisseau spatial/simulateur de
vol de Star Tours[1] . Selon le livre Disneyland Detective
par Kendra Trahan, les costumes des personnages seraient issus des objets du film original sur un corps audioanimatronic.
Le décollage est donc tumultueux mais même après un
saut dans l'hyperespace les aventures ne sont pas finies.
Rex désactive l'hyperespace trop tard et au lieu de rejoindre la base de destination, le vaisseau se retrouve dans
un champ de comètes. Après avoir évité tant bien que mal
les plus gros astéroïdes - certains petits ont heurté le vaisseau - il nous emmène dans le dédale des cavités d'un
énorme planétoïde. La paroi de glace plus fine à un endroit permet en la brisant de sortir du labyrinthe.
Mais ce n'est pas encore fini : un destroyer stellaire rode
dans les parages, car c'est une zone peu sûre. Il lance un
rayon tracteur sur le vaisseau pour l'attirer à lui. Grâce à
Ensuite selon les versions, une scène propose de voir un X-wing de la rébellion, sans doute piloté par Wedge
d'autres droïdes à l'œuvre dans les zones techniques du Antilles qui offre son aide, les passagers peuvent s’échapterminal spatial. On peut y voir des droïdes mécontents per.
119
120
CHAPITRE 6. AUTRES MÉDIAS
Rex décide de participer à l'assaut de la Rébellion contre
l'Étoile de la Mort, car c'est l'un de ses rêves. Le pilote utilise les lasers du StarSpeeder (étrange pour un vaisseau à
usage commercial) pour détruire les Chasseurs Tie tandis
qu'un vaisseau rebelle détruit l'Étoile de la Mort comme
Luke Skywalker à la fin de l'Un nouvel espoir.
Après l'explosion, le StarSpeeder repart grâce à un saut
hyperspatial vers la base spatiale de départ mais frôle la
collision avec un transport de fioul juste au détour d'un
couloir. Rex souhaite nous revoir bientôt pour un nouveau
périple.
• Technicien du son : Gary Summers (mixage), Gary
Rydstrom (conception)
• Effets visuels :
• équipe ILM : Dave Carson (storyboard), John
V. Fante (camera), Scott Farrar (camera),
Steve Gawley (model shop), Dennis Muren,
Richard Vander Wende (peintre)
• autres : Hal Miles, Selwyn Eddy (camera),
Joseph Thomas (camera animation), Michael
Olague, Ian Hiebert (assistant de production)
• Durée : 3 min
Star Tours II
Star Tours II est un projet de Disney remontant avant
la décision de George Lucas de faire une nouvelle trilogie Star Wars. Le principe était de renouveler l'attraction
ou plus commercialement « d'offrir de nouvelles destinations ». La nouvelle trilogie permet justement d'ajouter de
nouveaux mondes, de nouveaux décors, de nouveaux véhicules et de nouveaux personnages. Ce projet, toujours à
l'étude d'après le peu d'informations filtrées, pourrait très
certainement nous emmener sur Tatooine. Mais actuellement, des négociations sont en cours entre la WDC (Walt
Disney Company) et LucasFilm pour la réalisation d'un
(voire peut-être 2) nouveaux films.
Le 12 septembre 2009 Jay Rasulo a annoncé l'ouverture
de Star Tours II en 2011 à Disneyland en Californie
et aux Disney’s Hollywood Studios de Floride[2] . Le 13
août 2010, Disney publie une vidéo de Star Tours II
sur son blog officiel et dans les files d'attente de attractions américaines[3] . Le 19 janvier 2011, Disney annonce
l'ouverture de Star Tours II aux Disney’s Hollywood Studios pour le 20 mai 2011[4] . Le 28 février 2011, Disney
confirme la date du 20 mai pour le parc de Floride, annonce la date précise pour le parc californien au 3 juin,
et que l'attraction développée depuis 2005 est renommée
Star Tours : The Adventures Continue[5] . Le 16 novembre
2011, OLC annonce la fermeture de Star Tours à Tokyo
Disneyland pour le 2 avril 2012 et l'ouverture de Star
Tours II au printemps 2013[6] .
6.1.2
Le film
Fiche technique
• Titre : Star Tours / Star Rides (production)
• Producteur : Tom Fitzgerald
• Producteur exécutif : George Lucas
• Coproducteur : Hal Miles
• Storyboard : Dave Carson
• Animateur : Jay Riddle
Distribution
• Kenny Baker : R2-D2
• Anthony Daniels : C-3PO
• Warwick Davis : Ewok
• Steve Gawley : Red Leader
• Ira Keeler : Homme chutant à la fin du spectacle
• Jenifer Lewis : Annonciatrice Pré-Show
• Peter Mayhew : Chewbacca
• Paul Reubens (VF : Luq Hamet) : Rex
6.1.3 La technique
La technique de mouvement utilisée est celle de certains simulateurs de vol. La salle est disposée sur six
vérins en configuration hexapode qui inclinent la salle
selon les trois axes. Il existe des simulateurs n'utilisant
que quatre vérins mais les effets d'inclinaison latérale et
diagonale sont moins prononcés. Les StarSpeeder permettent d'accueillir 40 personnes tandis que le film est
projeté devant la cabine[1] . Le poids des cabines est
d'environ 25 tonnes.
L'attraction qui devint Star tours naquit d'abord comme
une proposition d'attraction basée sur le film Le Trou noir
de 1979. Mais celui-ci n'obtint pas le succès escompté.
L'attraction devait être un simulateur interactif dans laquelle les visiteurs auraient eu la possibilité de choisir
le chemin du vaisseau. Le coût estimé du projet mit un
terme à l'attraction, plus de 50 millions de dollars, augmenté par l'impopularité du film.
Disney avait concrétisé en 1986 un projet avec George
Lucas, Captain EO, le film futuriste en 3D présentant
Michael Jackson sous la direction de Francis Ford Coppola. L'idée du simulateur de vol dans l'univers de Star
Wars fut donc proposée à son créateur, qui approuva.
À la suite de cet accord, Walt Disney Imagineering acheta
quatre simulateurs à l'armée américaine, à 500 000 dollars pièce. Ils furent modifiés et pendant ce temps, George
6.1. STAR TOURS
Lucas et son équipe de spécialistes des effets spéciaux
(Industrial Light & Magic) travaillèrent sur le film avec
une vue à la première personne qui serait projeté dans les
simulateurs. Les équipes du film réutilisèrent les décors
créés pour les films de Star Wars. Quand un simulateur
et le film furent finis, un programmeur fut installé dans le
vaisseau et grâce à un joystick synchronisa manuellement
le mouvement à celui apparent du film. Disney breveta
un système permettant un embarquement/débarquement
simplifié des passagers, ce système permet d'escamoter
les passerelles au-dessus du volume permettant le mouvement du simulateur[7] .
Le 9 janvier 1987 l'attraction ouvrit à Disneyland pour un
budget total de 32 millions de $ soit deux fois plus que la
construction du parc. La cérémonie d'ouverture accueillit
de nombreux fans costumés comme leurs personnages favoris de la saga Star Wars.
121
• Type d'attraction : simulateur de vol avec audioanimatronic
• Situation : 33° 48′ 43″ N 117° 55′ 05″ O /
33.811923, −117.917995
• Attractions précédentes :
• Monsanto Hall of Chemistry (1955-1966)
• Le Hall of Aluminium Fame (1955-1960)
• Adventure Thru Inner Space (1967-1985)
• Attraction suivante :
• Star Tours : The Adventures Continue (dès le
3 juin 2011)[5]
• Entrée en 1996
Depuis l'attraction a été dupliquée dans presque tous
• Entrée en 1998
les domaines Disney. Deux autres attractions utilisent la
même technique : Body Wars à Epcot et StormRider à
Tokyo DisneySea. Cette dernière est une amélioration de Disney’s Hollywood Studios
la technique utilisée.
6.1.4
Les attractions
L'attraction en elle-même ne diffère pas quel que soit le
parc, c'est le même film projeté dans le même simulateur.
Mais autour de l'attraction le décor diffère énormément.
Disneyland
Star Tours se situait juste à l'entrée de Tomorrowland
sur la droite. Elle reprennait la file d'attente de l'attraction
Adventure Thru Inner Space mais le reste du bâtiment
a été vidé pour accueillir les quatre simulateurs. Deux
droïdes G2 situés dans la file d'attente provenaient de
l'attraction America Sings et étaient à l'origine des oies.
L'attraction disposait d'un système FastPass de 2000 à
janvier 2006. Elle a été remplacée par Star Tours : The
Adventures Continue le 3 juin 2011.
Le TB-TT à l'entrée de l'attraction.
• Nombre de simulateurs : 4
L'attraction ouvrit dans la première extension du parc,
seulement huit mois après son ouverture. Le bâtiment
aurait pu être un simple hangar accueillant six simulateurs et une boutique mais comme le veut la tradition
Disney un décor a été installé afin de thématiser le lieu.
L'extérieur de l'attraction, l'Ewok Village était une reconstruction de la forêt des Ewoks sur la Lune forestière
d'Endor, ouverte le 24 août 1989[9] . Un imposant TB-TT
trônait devant l'entrée parmi des troncs d'arbres d'un village Ewok dans la forêt de la Lune d'Endor. Un X-wing
était situé un peu plus loin avant l'entrée. Depuis 2001, la
boutique à l'entrée a été transformée en maisons de Tatooine. L'attraction a été remplacée par Star Tours : The
Adventures Continue le 20 mai 2011.
• Taille minimale requise pour l'accès : 1,02 m.
Cette attraction bénéficie du système FastPass
• Ouverture : 9 janvier 1987[1]
• Fermeture : 27 juillet 2010[8]
• Conception : Walt Disney Imagineering
• Effets spéciaux : Industrial Light & Magic
• Partenaire : Energizer (1998-aujourd'hui), M&Ms Cette attraction interagit avec les Pal Mickey
(1987-1998)
• Durée : 4 min 30 s
• Ouverture : 15 décembre 1989[1]
122
CHAPITRE 6. AUTRES MÉDIAS
• Fermeture : 8 septembre 2010
• Taille minimale requise pour l'accès : 1,02 m
• Conception : Walt Disney Imagineering
• Partenaire : Coca-Cola Company Japan
• Effets spéciaux : Industrial Light & Magic
• Durée : 4 min 30 s
• Nombre de simulateurs : 6
• Type d'attraction : simulateur de vol avec audioanimatronic
• Taille minimale requise pour l'accès : 1,02 m.
• Partenaire : Energizer
• Situation : 35° 38′ 00″ N 139° 52′ 42″ E /
35.633449, 139.878324
• Durée : 4 min 30 s
• Attraction suivante :
• Type d'attraction : simulateur de vol avec audioanimatronic
• Star Tours : The Adventures Continue (dès le
7 mai 2013)
• Situation : 28° 21′ 20″ N 81° 33′ 32″ O / 28.355475,
−81.558927
Cette version propose le même voyage que les autres. Cependant, la file d'attente de la version Japonaise est plus
• Attraction suivante :
évoluée : en plus du 1er Hall “Star Port” avec R2D2 et
C3PO ; la Salle des Droîdes avec G2-9T, l'attraction dis• Star Tours : The Adventures Continue (dès le pose d'une 3e salle, avec à l'intérieur plusieurs Starspee20 mai 2011)[5]
ders en réparation, d'autres Droîdes (types R2D2 et G29T) mais aussi des Extra-Terrestres de la mythologie Star
Wars. Elle se situe après l'entrée extérieure. Enfin à la sorTokyo Disneyland
tie, un accès permet de passer sur un passage surélevé audessus de Tomorrowland et dans ce passage, on y croise
un Extra-terrestre installé devant des écrans de contrôles,
vêtu de la tenue des Employés de Star Tours, nous remerciant d'avoir voyagé avec eux.
Disneyland Paris
L'attraction est située au fond de Discoveryland, derrière
Space Mountain, et de l'autre côté de la ligne de chemin
de fer. Une boutique en forme de station orbitale est située
à droite de l'entrée tandis qu'un X-Wing semble s’envoler depuis la file d'attente. Le distributeur de FastPass de
l'attraction, quant à lui, est inspiré du design de la barge
de Jabba le Hutt.
Entrée de l'attraction.
L'attraction prend place dans l'un des quatre grands pavillons situés en bordure du parc. Elle prend place dans le
second bâtiment depuis World Bazaar, digne des bureaux
construits dans les années 1980-1990 au Japon. Le toit
est incliné et un pont avec une verrière relie le bâtiment
à celui en face. Les couleurs sont des gris métallisés et
des noirs brillants. Des tuyaux et des verrières donnent au
bâtiment un aspect futuriste.
• Ouverture : 12 juillet 1989[1],[10]
• Fermeture : 2 avril 2012[6]
• Conception : Walt Disney Imagineering dont David
Mumford[11]
• Effets spéciaux : Industrial Light & Magic
• Nombre de simulateurs : 6
Cette attraction bénéficie du système FastPass
• Ouverture : 12 avril 1992 (avec le parc)[1]
• Conception : Walt Disney Imagineering, Intamin
AG
• Effets spéciaux : Industrial Light & Magic
• Nombre de simulateurs : 6
• Taille minimale requise pour l'accès : 1,02 m
• Partenaire : IBM (1992-2005), aucun depuis
2005[12]
• Durée : 4 min 30 s
• Voix de Rex : Luq Hamet
• Type d'attraction : simulateur de vol avec audioanimatronic
6.2. STAR WARS (BANDE DESSINÉE)
123
• Situation : 48° 52′ 30″ N 2° 46′ 44″ E / 48.874957, 6.1.6 Liens externes
2.778988
• (en) Star Tours sur l’Internet Movie Database
À la sortie de l'attraction, on trouve une salle de jeux vidéo.
•
Portail sur Disney
De 1992 à 1993, la sortie n'accueillait aucun “Post-show”
excepté RX-N (prononcer Roxanne), l'hôtesse robotique.
À partir de 1993 et jusqu'à 2005, la sortie accueillait
•
Portail des parcs de loisirs
l’Astroport Services Interstellaires sponsorisé par IBM. On
y trouvait des activités et des jeux spécialement conçus
•
Portail de Star Wars
pour Disneyland tel que :
• Photomorph : procédé qui permettait de se prendre
en photo et de la déformer à l'aide d'un écran tactile
6.2 Star Wars (bande dessinée)
• Star Course : procédé qui utilisait le grand écran sur
Pour les articles homonymes, voir Star Wars (homole mur et permettait de jouer à plusieurs, le principe
nymie).
étant de piloter des vaisseaux et d'éviter des astéroïdes.
Les bandes dessinées Star Wars ont été éditées en franAvec le retrait d'IBM en 2005, et malgré des rumeurs çais par Dark Horse France entre 1996 et 1998, puis par
avec un nouveau partenaire (qui n'arriva finalement ja- les éditions Delcourt à partir de 1999. Elles traduisent les
mais), l'Astroport ne rouvrit pas et les activités furent comics américains publiés par Dark Horse sous licence de
toutes supprimées, puis remplacées par les jeux d'arcade LucasBooks. Delcourt a réédité tous les albums de Dark
actuels. De plus, Rox-N avec qui nous pouvions interagir Horse France.
(un panneau de commande disposé près de son socle permettait de « demander à lui parler ») ne réagit plus avec La saga Star Wars en bandes dessinées est constituée
les visiteurs. Aujourd'hui, seul Rox-N, le tapis à bagages, de nombreuses séries ainsi que de deux magazines (Star
l'enseigne Astroport Services Interstellaires et l'écran de Wars, la saga en BD et Star Wars, The Clone Wars). Les
Star Course demeurent les seules traces de l'ancien post- séries sont réparties à diverses époques de la chronologie
Star Wars.
show.
Le 7 novembre 2014, Mark Stead a annoncé sur France
info, l'arrivée de Star Tours 2 pour 2017.[réf. nécessaire]
6.2.1
6.1.5
Notes et références
[1] (en) Dave Smith, Disney A to Z : The Updated Official
Encyclopedia, p. 521
[2] Disney to expand Fantasyland at Walt Disney World
Répartition chronologique des albums
Le point de référence (point zéro de la chronologie Star
Wars) est la bataille de Yavin dans l’épisode IV de la saga.
Après le nom de chaque album, figurent en petit le nom
original de l'album et des informations sur les différentes
éditions françaises.
[3] Disney Unveils Video From New Star Tours Ride
[4] Disney announces opening date for reimagined Star Tours
Période de l'ancienne République
[5] Disney Announces Opening Dates for New Star Tours
Ride
- 25793
[6] Star Tours to be Reintroduced in a New Version ! - Star
Tours : The Adventures Continue
• L'Éveil de la Force (Dawn of the Jedi : Force Storm #0-5)
[7] http://www.google.com/patents?vid=USPAT5161104
1. Février 2013, Delcourt.
[8] Fans line up for last day of Disneyland’s Star Tours
[9] (en) Dave Smith, Disney A to Z : The Updated Official
Encyclopedia, p. 192
[10] Factbook 2011, pp. 9-10
[11] (en) Dave Smith, Disney A to Z : The Updated Official
Encyclopedia, p. 389
[12]
• Le Prisonnier de Bogan (Dawn of the Jedi : The Prisoner
of Bogan #0-5)
1. Août 2013, Delcourt.
• La Guerre de la Force (Dawn of the Jedi : Force War
#0-5)
124
CHAPITRE 6. AUTRES MÉDIAS
1. Septembre 2014, Delcourt.
- 5000
• L’Âge d’or des Sith (Tales of the Jedi : Golden Age of the
Sith #0-5)
1. Janvier 1998, Dark Horse France.
- 3964
• Il y a bien longtemps (Knights of the Old Republic #0-6)
1. Prépublication janvier 2007, Star Wars, la saga en
BD no 5 (Knights of the Old Republic #0).
2. Février 2007, Delcourt.
3. Version « Légendes », avril 2015, Delcourt.
2. Mars 2008, Delcourt.
- 3963
- 4999
• La Chute des Sith (Tales of the Jedi : The Fall of the Sith
Empire #1-5)
1. (sous le titre L’Empire des Sith). Janvier 1998, Dark
Horse France.
• Ultime Recours (Knights of the Old Republic #7-12)
1. Juin 2007, Delcourt.
2. Version « Légendes », mai 2015, Delcourt.
• Au cœur de la peur (Knights of the Old Republic #13-18)
2. Juin 2008, Delcourt.
1. Février 2008, Delcourt.
- 3998
• L’Invasion de Taris (Knights of the Old Republic #19-24)
• Le Sacre de Freedon Nadd (Tales of the Jedi : Knights
of the Old Republic #1-5 & Tales of the Jedi : The Freedon
Nadd Uprising #1-2)
1. Août 2008, Delcourt.
• Vector 1 (Knights of the Old Republic #25-28)
1. Novembre 2008, Delcourt.
1. Avril 2009, Delcourt.
- 3997
• Sans pitié ! (Knights of the Old Republic #29-35)
• Les Seigneurs des Sith (Tales of the Jedi : Dark Lords of
the Sith #1-6)
1. Janvier 1996, Dark Horse France.
1. Septembre 2009, Delcourt.
• Ambitions contrariées (Knights of the Old Republic #3641)
2. Février 2009, Delcourt.
1. Février 2010, Delcourt.
- 3996
• La Guerre des Sith (Tales of the Jedi : The Sith War #1-6)
• La Destructrice (Knights of the Old Republic #42-46)
1. Mai 2010, Delcourt.
1. Janvier 1999, Dark Horse France.
2. Juillet 2009, Delcourt.
- 3986
• Rédemption[notes 1] (Tales of the Jedi : Redemption #1-5
+ Shadows and Light in Tales #23)
1. Prépublication octobre 2007, Star Wars, la saga en
BD no HS1 (Shadows and Light in Tales #23).
2. Décembre 2009, Delcourt.
• Démon[notes 2] (Knights of the Old Republic #47-50 + Unseen unheard in Tales #24)
1. Prépublication novembre 2006, Star Wars, la saga
en BD no 4 (Unseen unheard in Tales #24).
2. Décembre 2010, Delcourt.
- 3962
• Le Dernier Combat (Knights of the Old Republic - War
#1-5)
6.2. STAR WARS (BANDE DESSINÉE)
1. Janvier 2013, Delcourt.
- 3678
• Le Sang de l'Empire (The Old Republic #4-6)
1. Septembre 2011, Delcourt.
125
• Ki-Adi-Mundi[notes 3] (Republic #1-6)
1. Prépublication septembre à novembre 1999, Star
Wars Episode I, Panini et Delcourt.
2. Octobre 2011, Delcourt.
• Dark Maul[notes 4] (Darth Maul #1-4 & Old Wounds in
Visionaries)
- 3643
1. (sans Old Wounds). Mai 2003, Delcourt.
• Soleils perdus (The Old Republic #7-11)
1. Février 2012, Delcourt.
- 1032
• Ignition (Knight Errant #1-5)
2. Version augmentée (Nouvelle couverture et nouvelle
tranche). Novembre 2005, Delcourt.
3. Post publication juin 2008, Star Wars, la saga en BD
HS 2 (Old Wounds).
- 32
1. Juin 2011, Delcourt.
• La Menace fantôme (The Phantom Menace #1-4)
• Déluge (Knight Errant - Deluge #1-5)
1. Version roman photos en trois tomes. Mai 1999,
Delcourt.
1. Mai 2012, Delcourt.
2. Version comic. Septembre 1999, Delcourt.
• Évasion (Knight Errant - Escape #1-5)
1. Mai 2013, Delcourt.
- 1000
• Dark Bane (Jedi versus Sith #1-6)
1. Décembre 2007, Delcourt.
3. Version manga. Septembre 2000, Delcourt.
4. Version comic (nouvelle tranche). Mars 2006, Delcourt.
5. Avec les 6 autres épisodes en version intégrale. Octobre 2007, Delcourt.
6. Avec les 3 autres épisodes de la trilogie en version
intégrale. Décembre 2012, Delcourt.
• Révélations (Episode I - Anakin Skywalker, Obi-Wan Kenobi, Queen Amidala, Qui-Gon Jinn & #1/2 Wizard Mag)
Période des premiers troubles
1. Prépublication septembre à novembre 1999, Star
Wars Episode I, Panini et Delcourt.
- 53
• Le Destin de Xanatos (Star Wars : Jedi—The Dark Side
#1-5)
2. Prépublication novembre 2009, Star Wars, la saga
en BD 22 (Episode I - Queen Amidala).
3. Octobre 2011, Delcourt.
1. Décembre 2011, Delcourt.
- 38
• Qui-Gon et Obi-Wan (The Aurorient Express #1-2, Last
Stand on Ord Mantell #1-3 & Life, Death, and the Living
Force in Tales #1)
1. Juillet 2008, Delcourt.
- 33
• La Ballade de Jango Fett [notes 5] (Jango Fett - Open Seasons #1-4 & The Way of the Warrior in Tales #18)
1. Prépublication novembre 2006, Star Wars, la saga
en BD 4 (The Way of the Warrior in Tales #18).
2. Octobre 2009, Delcourt.
- 31
• Nomade (Nomad in Tales #21-24)
126
CHAPITRE 6. AUTRES MÉDIAS
1. Octobre 2008, Delcourt.
Période de la guerre des clones
• Mémoire obscure (Republic #19-22)
- 22
1. (sous le titre La Mémoire de Quinlan Vos). Novembre
2003, Delcourt.
• L’Attaque des clones (Attack of the Clones #1-4)
2. (nouvelle couverture et nouvelle tranche). Mai 2006,
Delcourt.
1. Mai 2002, Delcourt.
3. Avec les 3 autres albums en version intégrale. Juillet
2014, Delcourt.
• Au bout de l'infini (Republic #23-26)
2. (nouvelle tranche). Mars 2006, Delcourt.
3. Avec les 6 autres épisodes en version intégrale. Octobre 2007, Delcourt.
4. Avec les 3 autres épisodes de la trilogie en version
intégrale. Décembre 2012, Delcourt.
1. Juin 2007, Delcourt.
2. Avec les 3 autres albums en version intégrale. Juillet
2014, Delcourt.
• La Défense de Kamino (Republic #49-50 & Jedi : Mace
Windu)
1. Avril 2004, Delcourt.
- 30
• Aurra Sing (Republic #28-31 & The Bounty Hunters :
Aurra Sing)
1. Mars 2007, Delcourt.
• Ténèbres (Republic #32-35)
2. Version « Légendes », avril 2015, Delcourt.
• Victoire et Sacrifices (Republic #51-53 & Jedi : Shaak
Ti)
1. Juin 2004, Delcourt.
2. Version « Légendes », mai 2015, Delcourt.
1. (sous le titre Quinlan Vos contre ses démons). Février
2004, Delcourt.
2. (nouvelle couverture et nouvelle tranche). Mai 2006,
Delcourt.
3. Avec les 3 autres albums en version intégrale. Juillet
2014, Delcourt.
• La Guerre de Stark
[notes 6]
(Republic #36-39)
• Lumière et Ténèbres (Republic #54 et 63, Jedi : Aalya
Secura & Jedi : Comte Dooku)
1. Octobre 2004, Delcourt.
- 21
• Dernier combat sur Jabiim (Republic #55-59)
1. Mai 2006, Delcourt.
1. Août 2004, Delcourt.
- 28
• Rite de passage (Republic #42-45)
• Les Meilleures Lames (Republic #60-62 et 64 & Jedi :
Yoda)
1. Septembre 2004, Delcourt.
1. Janvier 2005, Delcourt.
2. (nouvelle couverture et nouvelle tranche). Mai 2006,
Delcourt.
• Démonstration de Force (Republic #65-68)
- 27
• Jango Fett et Zam Wesell (Zam Wesell & Jango Fett )
1. Septembre 2002, Delcourt.
2. (nouvelle couverture et nouvelle tranche). Février 2006,
Delcourt.
1. Juin 2005, Delcourt.
- 20
• Général Grievous (General Grievous #1-4)
1. Septembre 2005, Delcourt.
6.2. STAR WARS (BANDE DESSINÉE)
• Esclaves de la République[notes 7] (The Clone Wars #16)
127
Période du premier Empire
- 19
1. Août 2009, Delcourt.
• Au service de la République (The Clone Wars #7-9 &
Comic Book Day 2009)
• La Revanche des Sith (Revenge of the Sith #1-4)
1. Mai 2005, Delcourt.
2. (nouvelle tranche). Mars 2006, Delcourt.
1. Prépublication juin 2010, Star Wars - The Clone
Wars Magazine 1 (Comic Book Day 2009).
2. Août 2010, Delcourt.
• Héros de la Confédération (The Clone Wars #10-12,
Droids Deception & A Trooper’s Tale)
3. Avec les 6 autres épisodes en version intégrale. Octobre 2007, Delcourt.
4. Avec les 3 autres épisodes de la trilogie en version
intégrale. Décembre 2012, Delcourt.
• Épilogue (Republic #79-83 & Purge)
1. Prépublication octobre 2010, Star Wars - The Clone
Wars Magazine 2 (Droids Deception).
1. Juillet 2006, Delcourt.
2. Prépublication janvier 2011, Star Wars - The Clone
Wars Magazine 3 (A Trooper’s Tale).
2. Post publication juillet, septembre et novembre
2006, Star Wars, la saga en BD nos 2 à 4 (#79-80
+ Purge).
3. Mai 2011, Delcourt.
• Les Chasseurs de Sith (The Clone Wars : Strange Allies
& The Clone Wars : The Sith Hunters)
1. Avril 2013, Delcourt.
• Dark Maul : Peine de mort (Darth Maul - Death Sentence #1-4)
• Purge (Purge[notes 9] , Purge : Seconds to Die, Purge : The
Hidden Blade & Purge : The Tyrant’s Fist #1-2)
1. Pré-publication mai et novembre 2010, Star Wars,
la saga en BD nos 25 et 28 (Purge : Seconds to Die et
Purge : The Hidden Blade).
2. Pré-publication janvier 2014, Star Wars : Comics
Magazine nos 7 (Purge : The Tyrant’s Fist' ).
3. Avril 2015, Delcourt.
1. Mars 2013, Delcourt.
• L’Âge sombre (Dark Times #1-5)
• Le Temple perdu (The Clone Wars : The Enemy Within
& The Clone Wars : Defenders of the Lost Temple)
1. Novembre 2007, Delcourt.
1. Septembre 2013, Delcourt.
• Parallèles (Dark Times #6-10)
• Les Cuirassés de Rendili[notes 8] (Republic #69-71, A Je-
1. Octobre 2008, Delcourt.
di’s Weapon in Tales #12, Tides of Terror in Tales #14, Rather Darkness Visible in Tales #19 & Ghost in Tales #11)
• Vector 2 - Partie 1 (Dark Times #11-12)
1. Août 2005, Delcourt.
1. Juin 2009, Delcourt.
• Obsession (Obsession #1-5 & Free Comic Book Day
2005 : Brothers in Arms)
• Blue Harvest (Dark Times #13-17 & 0)
1. Octobre 2005, Delcourt.
1. Octobre 2010, Delcourt.
• Le Siège de Saleucami (Republic #72-77)
• Traversée du désert (Dark Times - Out of the Wilderness
#1-5)
1. Décembre 2005, Delcourt.
1. Juillet 2012, Delcourt.
128
CHAPITRE 6. AUTRES MÉDIAS
• Mission fatale (Darth Vader and the Lost Command #15)
Période de la rébellion contre l'Empire
0
1. Août 2012, Delcourt.
• Un nouvel espoir (Star Wars #1-6)
• Feu sacré (Dark Times - Fire Carrier #1-5)
1. Version comic. Octobre 1977, Super Héros, Lug.
1. Octobre 2013, Delcourt.
2. Avec L’Empire contre-attaque. Juillet 1980, Lug.
• Le Neuvième Assassin (Darth Vader & the Ninth Assassin #1-5)
3. Version roman photos en trois tomes. Janvier 1997,
Quat’sous Publishing.
4. Version comic (nouveaux dessins). Février 1999, Delcourt.
1. Mars 2014, Delcourt.
• Une lueur d'espoir (Dark Times - A Spark Remains #15)
5. Version manga en deux tomes. Novembre 1999 et
janvier 2000, Delcourt.
1. Septembre 2014, Delcourt.
6. Version comic (nouvelle couverture). Mai 2005, Delcourt.
-3
7. Version comic (nouvelle tranche). Mars 2006, Delcourt.
• Projet Éclipse (Agent of the Empire : Iron Eclipse #1-5)
8. Avec les 6 autres épisodes en version intégrale. Octobre 2007, Delcourt.
1. Septembre 2012, Delcourt.
• Nouvelles Cibles (Agent of the Empire : Hard Targets #15)
1. Juillet 2013, Delcourt.
-2
• Le Pouvoir de la Force (The Force Unleashed)
1. Septembre 2008, Delcourt.
9. Version infinities. Octobre 2007, Delcourt.
10. Version manga en un tome. Février 2008, Delcourt.
11. Avec les 3 autres épisodes de la trilogie en version
intégrale. Décembre 2013, Delcourt.
12. Version scénario originel. Novembre 2014, Delcourt.
1
• Jusqu'au dernier (Empire #13 et 16-18)
-1
• Le Pouvoir de la Force 2 (The Force Unleashed 2)
1. Avril 2007, Delcourt.
1. Novembre 2010, Delcourt.
• La Quête de Vador (Vader’s Quest #1-4)
• Dark Vador : Trahison (Empire #1-4)
1. Janvier 2004, Delcourt.
1. Août 2010, Delcourt.
2. (nouvelle couverture et nouvelle tranche). Février 2006,
Delcourt.
• Le Destin de Vador[notes 10] (Darth Vader : Extinction in
Tales #1-2, Resurrection in Tales #9, Moment of Doubt in
Tales #4 & Thank the Maker in Tales #6.)
• Dans l'ombre de Yavin[notes 11] (Star Wars #1-6 et Free
Comic Book Day 2013)
1. Novembre 2005, Delcourt.
1. Novembre 2013, Delcourt.
• Darklighter (Empire #8-9, 12 et 15)
• Haute Trahison (Star Wars #7-12)
1. Novembre 2006, Delcourt.
1. Avril 2014, Delcourt.
6.2. STAR WARS (BANDE DESSINÉE)
129
• Princesse et Rebelle (Star Wars #15-18)
1. Version comic. Juillet 1980, Super Héros, Lug.
2. Avec Un nouvel espoir. Juillet 1980, Lug.
1. Octobre 2014, Delcourt.
3. Version roman photos en trois tomes. Janvier 1997,
Quat’sous Publishing.
• La Fin du chemin (Star Wars #13-14 et 19-20 & Free
Comic Book Day 2012)
4. Version comic. Avril 1999, Delcourt.
5. Version manga en deux tomes. Février et mars 2000,
Delcourt.
1. Mars 2015, Delcourt.
• Échos du passé [notes 12] (Empire #29-30 et 32-34)
6. Version comic (nouvelle couverture). Mai 2005, Delcourt.
1. Septembre 2007, Delcourt.
7. Version comic (nouvelle tranche). Mars 2006, Delcourt.
• Du mauvais côté (Empire #36-40 & Rebellion #0)
8. Avec les 6 autres épisodes en version intégrale. Octobre 2007, Delcourt.
1. Janvier 2008, Delcourt.
9. Version manga en un tome. Mars 2008, Delcourt.
• Mon frère, mon ennemi (Rebellion #1-5)
10. Version infinities. Avril 2009, Delcourt.
1. Avril 2008, Delcourt.
• Le Sacrifice d'Ahakista (Rebellion #6-10)
11. Avec les 3 autres épisodes de la trilogie en version
intégrale. Décembre 2013, Delcourt.
• Les Ombres de l'Empire (Shadows of the Empire #1-5)
1. Novembre 2008, Delcourt.
• Petites Victoires (Rebellion #11-14)
1. En deux tomes. Octobre et décembre 1996, Dark
Horse France.
1. Janvier 2009, Delcourt.
2. Septembre 2006, Delcourt.
• Vector 2 - Partie 2 (Rebellion #15-16)
4
1. Juin 2009, Delcourt.
• Le Retour du Jedi (Marvel Super Special #27)
• Mondes infernaux[notes 13] (Classic Star Wars Devilworlds #1-2 & Tales from Mos-Eisley)
1. Version comic. Juillet 1983, Top BD, Lug.
1. Prépublication octobre 2007 à mars 2010, Star
Wars, la saga en BD nos 14 à 24 et HS1.
2. Février 2011, Delcourt.
2
• La Pierre de Kaiburr (Splinter of the Mind’s Eye #1-4)
1. Janvier 1996, Dark Horse France.
2. (Sous le titre Le Cristal de Kaiburr). Post publication
janvier à juillet 2011, Star Wars, la saga en BD nos
29 à 32.
2. Version roman photos en trois tomes. Janvier 1997,
Quat’sous Publishing.
3. Version comic. Juin 1999, Delcourt.
4. Version comic (nouvelle couverture). Mai 2005, Delcourt.
5. Version comic (nouvelle tranche). Mars 2006, Delcourt.
6. Version manga en deux tomes. Avril et mai 2000,
Delcourt.
7. Avec les 6 autres épisodes en version intégrale. Octobre 2007, Delcourt.
8. Version manga en un tome. Avril 2008, Delcourt.
9. Version infinities. Avril 2010, Delcourt.
3
• L’Empire contre-attaque (Star Wars #39-44)
10. Avec les 3 autres épisodes de la trilogie en version
intégrale. Décembre 2013, Delcourt.
130
CHAPITRE 6. AUTRES MÉDIAS
• Mara Jade (Mara Jade : by the Emperor’s Hand #1-6)
Période de la nouvelle République
1. Février 2006, Delcourt.
9
• Rogue Leader (Rogue Leader #1-3, Lucky in Tales #23
& A Day in the Life in Tales #12.)
• L’Héritier de l'Empire (Heir of the Empire #1-6)
1. Juin 2006, Delcourt.
1. En trois tomes. Juillet 1995 et juillet 1996, Dark
Horse France.
• Les Ombres de l'Empire : Evolution (Shadows of the
Empire : Evolution #1-5)
2. En deux tomes. Janvier et février 2002, Delcourt.
1. En deux tomes. Juillet 1998, Dark Horse France.
3. En deux tomes (nouvelle couverture). Décembre
2005, Delcourt.
2. Juin 2011, Delcourt.
5
4. Avec les 3 autres épisodes du Cycle de Thrawn en
version intégrale. Juin 2012, Delcourt.
• Opposition rebelle (X-Wing Rogue Squadron #1-4)
• La Bataille des Jedi (Dark Force Rising #1-6)
1. Août 2007, Delcourt.
1. En trois tomes. Novembre 1997, janvier et juin
1998, Dark Horse France.
• Le Dossier fantôme (X-Wing Rogue Squadron #5-8)
1. Janvier 1996, Dark Horse France.
2. Avril 2005, Delcourt.
2. Avril 2008, Delcourt.
3. Avec les 3 autres épisodes du Cycle de Thrawn en
version intégrale. Juin 2012, Delcourt.
• Bataille sur Tatooine[notes 14] (X-Wing Rogue Squadron
#9-12 & Special)
• L’Ultime Commandement (The Last Command #1-6)
1. (Sous le titre Tatooine : champ de bataille). Juillet 1998,
Dark Horse France.
1. En deux tomes. Mars et mai 1999, Delcourt.
2. Mars 2009, Delcourt.
2. En deux tomes (nouvelle couverture). Avril 2005, Delcourt.
• Princesse et Guerrière (X-Wing Rogue Squadron #1316)
3. Avec les 3 autres épisodes du Cycle de Thrawn en
version intégrale. Juin 2012, Delcourt.
1. Novembre 2009, Delcourt.
10
• Requiem pour un pilote[notes 15] (X-Wing Rogue Squadron #17-20 & 1/2)
• La Résurrection de l'empereur (Dark Empire #1-6)
1. Prépublication juillet 2007, Star Wars, la saga en BD
8 (X-Wing Rogue Squadron 1/2).
1. (Sous le titre L’Empire des ténèbres). En deux tomes.
Janvier 1995, Dark Horse France.
2. Avril 2010, Delcourt.
2. Janvier 2006, Delcourt.
• Fidèle à l'Empire (X-Wing Rogue Squadron #21-24)
3. Avec les 3 autres épisodes du L’Empire des ténèbres
en version intégrale. Juin 2013, Delcourt.
1. Septembre 2010, Delcourt.
• Dette de sang (X-Wing Rogue Squadron #25-27)
1. Avril 2011, Delcourt.
• Mascarade (X-Wing Rogue Squadron #28-31)
1. Novembre 2011, Delcourt.
• Fin de mission (X-Wing Rogue Squadron #32-35)
1. Mars 2012, Delcourt.
• Le Destin de la galaxie (Dark Empire II #1-6)
1. (Sous le titre L’Empire des ténèbres). En deux tomes.
Avril 1995 et juillet 1996, Dark Horse France.
2. (#1-4 seulement). Mars 2006, Delcourt.
3. Avec les 3 autres épisodes du L’Empire des ténèbres
en version intégrale. Juin 2013, Delcourt.
• La Fin de l'Empire (Empire’s End #1-2)
6.2. STAR WARS (BANDE DESSINÉE)
131
1. (Sous le titre L’Empire des ténèbres). Octobre 1996,
Dark Horse France.
• Chewbacca (Chewbacca #1-4)
2. (+ Dark Empire II #5-6). Juin 2006, Delcourt.
1. Février 2007, Delcourt.
3. Avec les 3 autres épisodes du L’Empire des ténèbres
en version intégrale. Juin 2013, Delcourt.
• Réfugiés (Invasion #0-5)
1. Mars 2010, Delcourt.
11
• Boba Fett : Mort et Destruction (Boba Fett : Bounty on
Bar-Kooda & Boba Fett : When the Fat Lady Swings &
Boba Fett : Murder Most Foul)
1. En deux tomes. Janvier et novembre 1997, Dark
Horse France.
2. Avril 2006, Delcourt.
• Trahison (Crimson Empire #1-6)
1. (Sous le titre L’Empire écarlate). En trois tomes. août
1998, Dark Horse France.
• Rescapés (Invasion #6-11)
1. Mars 2011, Delcourt.
• Vérités (Invasion #12-16)
1. Avril 2012, Delcourt.
Période du second Empire
137
• Anéanti (Legacy #1-3 et 5-7)
2. Septembre 2006, Delcourt.
3. Avec les 3 autres albums en version intégrale. Décembre 2014, Delcourt.
1. Juillet 2007, Delcourt.
• Héritage (Crimson Empire II #1-6)
• Question de confiance (Legacy #8-13)
1. Octobre 2006, Delcourt.
1. Octobre 2007, Delcourt.
2. Avec les 3 autres albums en version intégrale. Décembre 2014, Delcourt.
2. Version « Légendes », mai 2015, Delcourt.
12
• Jedi Academy (Jedi Academy : Leviathan #1-4)
1. Décembre 2006, Delcourt.
13
2. Version « Légendes », avril 2015, Delcourt.
• Les Griffes du dragon (Legacy #14-19)
1. Juin 2008, Delcourt.
• Indomptable (Legacy #20-22 et 27)
1. Décembre 2008, Delcourt.
• L'Empire perdu (Crimson empire - Empire Lost #1-6)
• Loyauté (Legacy #23-26 et 4)
1. Novembre 2012, Delcourt.
1. Prépublication juillet 2008, Star Wars, la saga en BD
no 14 (Legacy 4).
2. Avec les 3 autres albums en version intégrale. Décembre 2014, Delcourt.
2. Mai 2009, Delcourt.
20
• Vector 3 (Legacy #28-31)
• Union (Union #1-4)
1. Août 2009, Delcourt.
1. Janvier 2007, Delcourt.
• Renégat (Legacy #32-36)
25
1. Janvier 2010, Delcourt.
132
• Tatooine (Legacy #37-41)
1. Juin 2010, Delcourt.
• Monstre (Legacy #42-46)
1. Novembre 2010, Delcourt.
• Le Destin de Cade (Legacy #47-50)
CHAPITRE 6. AUTRES MÉDIAS
Parallèlement aux sorties kiosques, Lug a édité trois albums brochés La Guerre des étoiles (par Roy Thomas et
Howard Chaykin), L’Empire contre-attaque (par Archie
Goodwin, Al Williamson et Carlos Garzon) et Le Retour
du Jedi (par Archie Goodwin, Al Williamson et Carlos
Garzon).
À partir de 2010, Delcourt pour le compte des éditions
Atlas réédite l'ensemble des comics Marvel dans les
quatre-vingt numéros du magazine Star Wars Comics Collector[3] . En 2014, Delcourt réédite cette série en album
sous le titre Star Wars Classic.
1. Janvier 2011, Delcourt.
• Guerre totale (Legacy war #1-6)
1. Août 2011, Delcourt.
138
• Terreur sur Carreras (Legacy II : Prisoner of the Floating
World #1-5)
1. Janvier 2014, Delcourt.
• La Voie de la liberté (Legacy II : Outcasts of the Broken
Ring #6-10)
Dark Horse France En 1991, les éditions Dark Horse
reprennent la licence laissée à l'abandon par Marvel en
1986. Elles se consacrent au développement de l’Univers
étendu de Star Wars, en adaptant notamment les romans
de Timothy Zahn ou en créant de nombreuses séries originales. Cet éditeur est spécialisé dans les mini-séries et
c'est ce format qui est choisi pour les comics Star Wars.
En France, c'est la maison d'édition Dark Horse France
qui publie les traductions des comics en albums grand format à partir de 1995. Cette société était une filiale de la
société Cryo Interactive. En 1998, Dark Horse France
est vendue à la maison d'édition Soleil Productions. En
1999, elle perd la licence Star Wars au profit de la maison d'édition Delcourt[4] .
Une grande majorités des premières séries Star Wars de
Dark Horse ont été éditées en France par Dark Horse
1. Mai 2014, Delcourt.
France. Ont été édités quatre volumes de la série Légendes des Jedi (par Kevin J. Anderson et al.), le récit
• Fugitive (Legacy II : Fugitive #11-15)
complet La Pierre de Kaiburr (par Terry Austin et Chris
Sprouse), deux volumes de la série Les Ombres de l’Em1. Mars 2015, Delcourt.
pire (John Wagner, Kilian Plunkett et P. Craig Russell),
deux volumes de la série Les Ombres de l’Empire - Évolution (Steve Perry et Ron Randall), deux volumes de la
6.2.2 Publications en français
série X-Wing Rogue Squadron (par Michael A. Stackpole
et al.), trois volumes de L’Héritier de l'Empire (par Mike
Anciens éditeurs français
Baron, Olivier Vatine et Fred Blanchard), trois volumes
de La Bataille des Jedi (par Mike Baron, Terry Dodson
Lug La toute première bande dessinée dérivée de Star
et Kevin Nowlan), cinq volumes de L’Empire des ténèbres
Wars est l'adaptation du premier film ; elle est lancée par
(par Tom Veitch, Cam Kennedy et Jim Baikie), deux voMarvel concomitamment à la sortie de celui-ci au cinéma
lumes de Boba Fett (par John Wagner et Cam Kennedy)
en 1977. Sa réalisation débute alors que le film est encore
et trois volumes de L’Empire écarlate (par Mike Richarden phase de production et les auteurs ne disposent que de
son, Randy Stradley et al.).
quelques photos et d'un synopsis non définitif. De ce fait,
on observe dans le comics quelques éléments qui n'ont pas Tous les récits de Dark Horse France ont été réédités par
Delcourt soit en album soit dans le magazine Star Wars,
été conservés à l'écran[1] .
la saga en BD.
Les six premiers numéros contiennent l'adaptation proprement dite, puis la série propose des histoires inédites.
La série comprend cent sept numéros et trois hors série. Panini
En septembre 1999, lors de la sortie de
Elle prend fin en septembre 1986.
l’épisode I au cinéma, Delcourt, qui ne s’est pas encore
La série a été en grande partie traduite en France dans
par la maison d'éditions Lug dans Titans nos 18 à 95 .
L'éditeur n'a pas repris toutes les couvertures originales
confiant la réalisation de certaines à l'artiste français Jean
Frisano. Lug n'a pas publié la fin de la série[2] .
lancé dans la publication presse, s’associe au label « Génération Comics » de Panini pour coéditer trois fascicules
vendus en kiosque. Ces revues présentent des aventures
inédites des principaux personnages du film : Obi-Wan
Kenobi, Anakin Skywalker et Qui-Gon Jinn. Deux his-
6.2. STAR WARS (BANDE DESSINÉE)
133
toires sur le jedi Ki-Adi-Mundi sont également présentes. Le côté obscur Les plus grands méchants de la saga
L'intégralité de ces bandes dessinées seront reprises ulté- dans des aventures complètes.
rieurement dans les albums Episode I - Révélations (2012)
et Jedi 8 - Ki-Adi Mundi (2011).
1. Jango Fett et Zam Wesell (2002)
2. Dark Maul (2000 & 2005)
[5]
Albums Delcourt par série
3. La Quête de Vador (1999)
En 1999, la maison d'édition Delcourt récupère la licence
Star Wars. Elle continue les traductions dans des albums
au format comic book dans la collection « Contrebande ».
En 2006, elle lance en plus un magazine entièrement dédié à Star Wars : Star Wars, la saga en BD.
4. Général Grievous (2005)
Les séries sont classées par ordre de création et selon le
récapitulatif présent en page deux de chaque album. Pour
plus d'informations, voir l'article consacré à chaque série.
7. Boba Fett : Mort et Destruction (1995-1997)
Il est inscrit entre parenthèses la date d'édition originale des comics.
9. Dark Bane (2001)
Les Films en BD
dessinée.
Adaptation des six films en bande
5. Le Destin de Vador (1999-2001)
6. Mara Jade (1998)
8. Aurra Sing (1999 & 2001)
10. La Ballade de Jango Fett (2002)
11. Dark Vador : Trahison (2002-2003)
12. Dark Vador : Mission fatale (2011)
13. Dark Maul : Peine de mort (2012)
1. Episode I - La Menace fantôme (1999)
14. Dark Vador : Le Neuvième Assassin (2013)
2. Episode I - Révélations (1999)
3. Episode II - L’Attaque des clones (2002)
4. Episode III - La Revanche des Sith (2005)
Jedi
Des aventures complètes consacrées au plus
grands chevaliers Jedi.
1. Mémoire obscure (2000)
5. Episode IV - Un nouvel espoir (1997)
2. Ténèbres (2001)
6. Episode V - L’Empire contre-attaque (1980-1981)
3. Rite de passage (2002)
7. Episode VI - Le Retour du Jedi (1983-1984)
4. La Guerre de Stark (2001-2002)
8. Intégrale (1980-2005)
5. Au bout de l'infini (2000-2001)
6. Qui-Gon et Obi-Wan (1999-2002)
9. Intégrale première trilogie (1999-2002)
10. Intégrale seconde trilogie (1980-1997)
Le cycle de Thrawn Des aventures adaptant les romans
de Timothy Zahn, situés neuf années après l'épisode VI.
1. L’Héritier de l'Empire (1995)
2. L’Héritier de l'Empire 2 (1996)
3. La Bataille des Jedi (1997)
7. Nomade (2004-2005)
8. Ki-Adi-Mundi (1998-1999)
9. Intégrale Quinlan Vos 1 (2000-2001)[notes 16]
Clone Wars République Des aventures complètes qui
se situent entre les épisodes II & III.
1. La Défense de Kamino (2003)
2. Victoire et Sacrifices (2003)
3. Dernier combat sur Jabiim (2003)
4. L’Ultime Commandement (1997)
4. Lumière et Ténèbres (2003)
5. L’Ultime Commandement 2 (1997-1998)
5. Les Meilleures Lames (2004)
6. Intégrale (1995-1998)
6. Démonstration de Force (2004)
134
CHAPITRE 6. AUTRES MÉDIAS
7. Les Cuirassés de Rendili (2002 & 2004)
8. Obsession (2004-2005)
9. Le Siège de Saleucami (2004-2005)
Nouvelle République Des aventures complètes situées
une douzaine d'années et au-delà après l'épisode VI.
1. Jedi Academy (1998-1999)
2. Union (1999-2000)
10. Épilogue (2005-2006)
3. Chewbacca (2000)
L’Empire des ténèbres
nées après l'épisode VI.
Des aventures situées dix an-
1. La Résurrection de l'empereur (1991-1992)
2. Le Destin de la galaxie (1994-1995)
3. La Fin de l'Empire (1995)
4. Intégrale (1991-1995)
Article détaillé :
Des aventures situées près de quatre mille ans avant Star
Wars, épisode IV.
1. Il y a bien longtemps… (2006)
X-Wing Rogue Squadron Des aventures complètes
mettant en scène les pilotes de l'Alliance Rebelle.
1. Rogue Leader (2002 & 2005)
2. Ultime Recours (2006-2007)
3. Au cœur de la peur (2007)
4. L’Invasion de Taris (2007)
5. Sans pitié ! (2008)
2. Darklighter (2003)
3. Opposition rebelle (1995)
4. Le Dossier fantôme (1996)
5. Bataille sur Tatooine (1995-1996)
6. Princesse et Guerrière (1996-1997)
7. Requiem pour un pilote (1997)
8. Fidèle à l'Empire (1997)
9. Dette de sang (1997-1998)
10. Mascarade (1998)
6. Ambitions contrariées (2009)
7. La Destructrice (2009)
8. Démon (2009-2010)
9. Le Dernier Combat (2012)
Rébellion
IV.
Des aventures situées juste après l'épisode
1. Jusqu'au dernier (2003-2004)
2. Échos du passé (2005)
11. Fin de mission (1998)
3. Du mauvais côté (2005-2006)
L’Empire écarlate Des aventures complètes situées
onze ans après l'épisode VI.
4. Mon frère, mon ennemi (2006)
5. Le Sacrifice d'Ahakista (2007)
6. Petites Victoires (2008)
1. Trahison (1997-1998)
2. Héritage (1998-1999)
3. L'Empire perdu (2011-2012)
4. Intégrale (1997-2012)
Les Ombres de l'Empire
de l'Empire.
Chevaliers de l'ancienne République
Chevaliers de l'ancienne République.
Legacy
Article détaillé : Legacy.
Le futur de la saga, près de cent quarante ans après
l'épisode VI.
Article détaillé : Les Ombres
1. Anéanti (2006)
2. Question de confiance (2007)
Deux récits complets situés entre les épisodes V & VI.
3. Les Griffes du dragon (2007-2008)
1. Les Ombres de l'Empire (1996)
4. Indomptable (2008)
2. Évolution (1998)
5. Loyauté (2006-2008)
6.2. STAR WARS (BANDE DESSINÉE)
6. Renégat (2009)
135
Vector Un cross-over à travers les trois époques clés de
la saga.
7. Tatooine (2009)
8. Monstre (2009-2010)
1. Vector 1 (2008)
9. Le Destin de Cade (2010)
2. Vector 2 (2008)
10. Guerre totale (2010-2011)
3. Vector 3 (2008)
Infinities
Article détaillé : Infinities.
The Clone Wars Mission Des aventures complètes inspirées par la série animée The Clone Wars.
Des récits alternatifs des épisodes IV, V et VI.
1. Esclaves de la République (2008-2009)
1. Un nouvel espoir (2001)
2. L’Empire contre-attaque (2002)
3. Le Retour du Jedi (2003-2004)
4. Hors-Série : Mondes infernaux[notes 17] (1981-1982
& 1995)
Dark Times
Wars.
Des aventures situées juste après Clone
1. L’Âge sombre (2007)
2. Au service de la République (2009)
3. Héros de la Confédération (2009-2010)
4. Les Chasseurs de Sith (2011-2012)
5. Le Temple perdu (2012-2013)
Invasion La menace Sith repoussée, les Yuuzhan Vong
attaquent la Nouvelle République.
1. Réfugiés (2009)
2. Parallèles (2007-2008)
2. Rescapés (2010)
3. Blue Harvest (2009-2010)
3. Vérités (2011)
4. Traversée du désert (2011-2012)
5. Feu sacré (2013)
6. Une lueur d'espoir (2013)
La Légende des Jedi Des récits fondateurs situés près
de cinq mille ans avant Star Wars, épisode IV.
1. L’Âge d'or des Sith (1996-1997)
2. La Chute des Sith (1997)
Chevalier errant Des aventures situées près de mille
ans avant Star Wars, épisode IV.
1. Ignition (2010-2011)
2. Déluge (2011)
3. Évasion (2012)
The Old Republic
Article détaillé : The Old Republic.
3. Le Sacre de Freedon Nadd (1993-1994)
4. Les Seigneurs des Sith (1994-1995)
Des aventures situées près de trois mille six cent ans avant
Star Wars, épisode IV.
5. La Guerre des Sith (1995-1996)
1. Le Sang de l’Empire (2010)
6. Rédemption (1998)
2. Soleils perdus (2011)
Le Pouvoir de la Force
juste après l'épisode III.
Deux récits complets situés
1. Le Pouvoir de la Force (2008)
2. Le Pouvoir de la Force 2 (2010)
L’Ordre Jedi La jeunesse de Qui-Gon Jinn environ
cinquante ans avant Star Wars, épisode IV.
1. Le Destin de Xanatos (2011)
136
CHAPITRE 6. AUTRES MÉDIAS
Agent de l'Empire Les aventures de Jahan Cross, agent Clone Wars Episodes Des aventures complètes inspispécial de services secrets de l'Empire, situées près de rées par le dessin animé Clone Wars.
trois ans avant Star Wars, épisode IV.
1. Heavy metal Jedi (2004)
1. Projet Éclipse (2011-2012)
2. Nouvelles Cibles (2012-2013)
La Genèse des Jedi La naissance de l'Ordre Jedi, située environ trente-six mille quatre cent cinquante-trois
ans avant Star Wars, épisode IV.
2. L’Aventure des Jedi (2004)
3. Un Jedi pour une bataille (2005)
4. À vos ordres ! (2005)
5. Jedi en danger (2006)
6. La Chute des Jedi (2006)
1. L'Éveil de la Force (2012)
2. Le Prisonnier de Bogan (2012-2013)
3. La Guerre de la Force (2014)
Star Wars Des aventures se déroulant juste après Star
Wars, épisode IV.
1. Dans l'ombre de Yavin (2013)
2. Haute Trahison (2013)
7. Jedi sans peur (2007)
8. Tueurs de Jedi (2007)
9. Pas d'issue pour les Jedi (2007)
10. Jedi, clones et droïdes (2007)
The Clone Wars Aventures Des aventures complètes
inspirées par la nouvelle série d'animation The Clone
Wars[6] .
3. Princesse et Rebelle (2014)
1. Les Chantiers de la destruction (2008)
4. La Fin du chemin (2012-2014)
2. Point d'impact (2008)
3. Les Cavaliers de Taloraan (2009)
Legacy II Le futur de la saga, près de cent quarante
ans après l'épisode VI.
4. Le Colosse de Simocadia (2009)
5. L’Étreinte de Shon-Ju (2010)
1. Terreur sur Carreras (2013)
6. Le Destructeur d'étoiles (2011)
2. La Voie de la liberté (2013)
The Clone Wars BD Collection d'albums jeunesse
grand format autour de The Clone Wars.
3. Fugitive (2014)
La Guerre des étoiles
George Lucas.
D'après le scénario originel de
1. Coup de main sur Maarka (2012)
2. Traqués ! (2013)
1. La Guerre des étoiles (2014)
Dark Vador
de la saga.
Histoires centrées sur le grand méchant
3. La Planète des fauves (2013)
4. Attaque nocturne (2013)
Parutions par années
1. Purge (2005-2013)
Albums jeunesse Delcourt
Parallèlement à la publication d'albums tout public, Delcourt édite plusieurs séries de petits ouvrages destinées à
la jeunesse. Ces aventures courtes ne sont pas canoniques
par rapport au reste de la saga. Elles peuvent être lues séparément et dans le désordre.
En rouge les publications Dark Horse France, en bleu les
publications Delcourt.
Récits inédits
Les 28 recueils américains qui sont encore inédits en album, mais parus en feuilleton dans le magazine Star Wars,
la saga en BD :
6.2. STAR WARS (BANDE DESSINÉE)
6.2.3
Notes et références
Notes
[1] La seconde histoire de l'album, De l'ombre à la lumière se
situe en - 3993, soit trois ans après La Guerre des Sith.
[2] La seconde histoire de l'album, Echos de Katarr se situe
en - 3952, soit dix ans après Démon.
[3] La seconde histoire de l'album, Le Serment de justice se
déroule en −67.
[4] Blessures anciennes, la seconde histoire de l'album se situe
durant la « Troisième année d'occupation impériale » donc
en −17.
[5] La seconde histoire de l'album, La Voie du guerrier se situe
un an avant la bataille de Géonosis soit en −23.
[6] L'histoire de cet album se déroule en l'an −30, quelques
heures après la fin de l'album Ténèbres. Cependant les personnages reviennent (à partir de nombreux flashes-back)
sur des évènements intervenus quatorze ans plus tôt, en
l'an −44.
[7] Les séries The Clone Wars décrivent une nouvelle version
de la Guerre des clones totalement différente de la série
Clone Wars. Cependant, si on ne prend pas en compte le
fait qu'Anakin Skywalker a déjà une balafre dans la série
The Clone Wars, on peut placer les albums Esclaves de
la République, Au service de la République et Héros de la
République juste avant Les Cuirassés de Rendili.
[8] La seconde histoire de l'album, L’Arme d'un Jedi se situe peu de temps avant la Guerre des clones, sans doute
en −23. Les troisième et quatrième histoires Vagues de
terreur et La lumière au milieu des ténèbres se situent respectivement « plusieurs mois » et « quinze mois après la
bataille de Géonosis » soit en −21. La cinquième histoire
Fantômes du passé se situe entre les épisodes cinématographiques III & IV. Han Solo a plus ou moins 15 ans. On
peut donc la daté de −14.
[9] Histoire déjà présente dans l'album Épilogue.
[10] Cet album est constitué de quatre histoires indépendantes :
les deux principales se déroulent en l'an −1 ; les deux plus
courtes se déroulent en l'an 3 pendant les événements décrits dans L’Empire contre-attaque.
[11] L'histoire principale se déroule 2 mois après la bataille de
Yavin. La seconde histoire de l'album se situe en l'an −1.
[12] L'histoire se déroule 7 mois après la bataille de Yavin.
[13] Cet album est constitué de dix histoires indépendantes :
sept se déroulent en l'an 1 ; l'histoire Le Vol du Faucon
raconte le vol du Faucon Millenium par Lando et Han en
l'an −5. L'histoire Si j'avais un cœur se déroule peu avant
la mort de Greedo. On peut la situer en l'an −1. L'histoire
La Rouille ne dors jamais se passe alors que « Luke et ses
amis sont en train d'assiéger le flanc ouest de l'Empire ».
On peut donc dire qu'elle se déroule pendant l'année 5.
[14] La seconde histoire de l'album, Bataille sur Tandarkin se
situe après la bataille d'Endor et avant l'album Rogue Leader. On peut donc la dater de l'an 4.
137
[15] La seconde histoire de l'album, Quelques jours avant la
destruction de l’Étoile Noire… se situe comme son nom
l'indique en l'an −1.
[16] L'intégrale reprend en plus d'albums de la collection Jedi,
les deux histoires courtes Pacte avec un démon et Mauvaises Affaires et l'histoire courte Fantôme du passé déjà
publiée dans l'album Les Cuirassés de Rendili.
[17] Certaines des histoires de ce recueil sont parfois considérées comme non canoniques.
Références
[1] « Souvenez-vous les Marvel comics - Présentation » sur le
site StarWars-Universe.com
[2] « Souvenez-vous les Marvel comics - Saucisson, baguette et La Guerre des étoiles » sur le site StarWarsUniverse.com
[3] « Atlas - Delcourt, Star Wars comics collector » sur le site
StarWars-Universe.com
[4] « A la recherche des BD perdues » sur le site StarWarsUniverse.com
[5] L'Univers Star Wars, pages 4 de chaque album Star Wars
de Delcourt.
[6] Thierry Mornet, « Questions / Réponses - Univers Comic »
du site Delcourt.fr, 30 août 2012 :
« Nous mettons en stand-by la série Star
Wars The Clone Wars Aventures, dont le format ne semble pas rencontrer l'adhésion des
lecteurs. En revanche, la publication des récits de cette série se poursuivra justement, regroupés deux par deux, dans la collection SW
The Clone Wars Mission, dont un tome 4 est
prévu courant 2013. »
6.2.4 Annexes
Articles connexes
• Star Wars
• Dark Horse Comics
• Delcourt
• Marvel Comics
Bibliographie
: document utilisé comme source pour la rédaction
de cet article.
• (en) Ryder Windham et Daniel Wallace, Star Wars :
The Comics Companion, Milwaukie, Dark Horse
Comics, 2006, 144 p. (ISBN 1-5930-7312-7 et 9781-5930-7312-1, OCLC 64388013)
138
CHAPITRE 6. AUTRES MÉDIAS
Liens externes
Old Republic a rencontré un grand succès critique et public et fut élu jeu de l'année 2003 par
plusieurs magazines spécialisés. Le jeu tourne
sur PC, Mac et Xbox.
• (en) Site officiel Star Wars
• « Dark Horse »
• « Delcourt »
A
•
•
Portail des comics
Portail de Star Wars
6.3 Jeux vidéo Star Wars
•
Star Wars : Knights of the Old Republic 2 - The Sith
Lords (2005)
Star Wars : Knights of the Old Republic 2 - The
Sith Lords se déroule cinq ans à peine après la
fin des évènements du premier Knights of the
Old Republic. Ce deuxième volet a été développé par Obsidian, au lieu de Bioware, responsable du premier opus.
Cet article regroupe les jeux vidéo se déroulant dans
l'univers de Star Wars. La grande majorité de ces jeux 6.3.3 Série des Lego Star Wars
vidéo sont édités chez LucasArts[1],[2],[3],[4] .
• Lego Star Wars, le jeu vidéo (2005)
6.3.1
Jeu de Plateforme - Arcade
Consoles 8 bits
Star Wars : The Empire Strikes Back
Jedi Arena
Star Wars
Star Wars : Return of the Jedi - Death Star Battle
Ewoks Adventure (2001)
Borne d'arcade
Atari Star Wars (1983)
Star Wars : Return Of The Jedi (1984)
Star Wars : The Empire Strikes Back (1985) Arcade, Atari ST, C64[5],[6]
Sega Star Wars Arcade (1993)
Star Wars Trilogy : Arcade (1998)
Star Wars : Racer (2000)
Namco Star Wars : Starfighter (2003)
6.3.2
Série des Knights of the Old Republic
• Star Wars : Knights of the Old Republic (2003)
Star Wars : Knights of the Old Republic est un
RPG développé par BioWare et distribué par
Activision. Il est sorti en décembre 2003 en
Europe et en novembre 2003 aux États-Unis.
L'action se déroule 3956 ans avant la bataille de
Yavin pendant la guerre des Sith. Knights of the
Lego Star Wars, le jeu vidéo est un jeu vidéo
d'action/aventure se déroulant dans l'univers de
Star Wars sorti en 2005 sur PC, PS2, Game
Boy Advance, GameCube et Xbox . On peut
jouer avec une trentaine de personnages de
Anakin Skywalker, à Yoda en passant par
Jango Fett, Dark Sidious ou le général Grievous.
• Lego Star Wars 2 : La Trilogie originale (2006)
Lego Star Wars 2 : La Trilogie originale est la
suite de Lego Star Wars, le jeu vidéo, et se déroule toujours dans l'univers de Star Wars ; à
la différence de son aîné, cette suite est consacrée à la deuxième trilogie. Il est sorti en 2006
sur PC, PS2, PSP, Game Boy Advance, GameCube, Nintendo DS, Xbox et Xbox 360.
On peut jouer avec plus d'une quarantaine de
personnages, de Anakin à Yoda, en passant par
IG-88 ; et encore plus si on possède une sauvegarde de Lego Star Wars, le jeu vidéo qui permet alors de jouer avec les personnages des épisodes I à III (Dark Maul, Qui-Gon Jinn, Anakin
enfant...).
• Lego Star Wars : La Saga complète (2007)
Lego Star Wars : La Saga complète est une compilation de Lego Star Wars, le jeu vidéo et de
Lego Star Wars 2 : La Trilogie originale sorti en
2007 sur PC, PS3, Wii, Xbox 360 et Nintendo
DS. Il permet de rejouer tous les épisodes, du
I au VI, avec 6 niveaux dans chaque épisode,
plus un mode “personnages bonus”, des personnages personnalisables, des niveaux bonus
(6), des briques en or (160 au total, un niveau
6.3. JEUX VIDÉO STAR WARS
bonus quand on les a toutes est disponible), il
est possible de faire la super-histoire, qui correspond à faire les 6 niveaux de l'épisode à la
suite. Il est disponible dans un épisode quand
on a fait tous les niveaux de l'épisode. Dans la
version Wii, en bougeant la Wiimote, on peut
donner des coups de sabre laser.
• Lego Star Wars 3 : The Clone Wars (2011)
Lego Star Wars 3 : The Clone Wars est un jeu
vidéo d'action/plates-formes sorti en 2011 sur
PC, PS3, PSP, Xbox 360, Wii, Nintendo DS et
Nintendo 3DS. Ce 3e opus permet d'incarner la
plupart des personnages de la série d'animation
The Clone Wars.
6.3.4
Star Wars : TIE Fighter reprend le principe de
X-Wing, mais cette fois du côté de l'Empire.
Le joueur vole à bord du Tie Fighter, du Tie
Bomber, ou encore du Tie Interceptor.
• Star Wars : X-Wing vs. TIE Fighter (1997)
Star Wars : X-Wing vs. TIE Fighter est une simulation de combats spatiaux apportant la possibilité de jouer en réseau.
• Star Wars : X-Wing Alliance (1999)
Star Wars : X-Wing Alliance relate les aventures
de la famille Azzameen contrainte de rejoindre
les forces Rebelles.
Série des Rebel Assault
• Star Wars : Rebel Assault
• Star Wars : Rebel Assault 2
6.3.5
139
Série des Rogue Squadron
• Star Wars : Rogue Squadron (1998)
• Star Wars : Rogue Squadron 2 - Rogue Leader (2001)
6.3.7 Série des Pouvoir de la Force
• Star Wars : Le Pouvoir de la Force (2008)
• Star Wars : Le Pouvoir de la Force 2 (2010)
6.3.8 Jeu de tir à la troisième personne
• Star Wars : Shadows of the Empire (1996)
• Star Wars : Rogue Squadron 3 - Rebel Strike (2003)
6.3.6
Série des X-Wing
• Star Wars : X-Wing (1993)
Star Wars : X-Wing est la première simulation
en 3D de combats spatiaux dans l'univers de
Star Wars. Le joueur se bat aux côtés des Rebelles à bord des vaisseaux tel que le X-Wing,
le Y-Wing, ou encore le A-wing.
Jeu où l'on incarne Dash Rendar, contrebandier
affilié à l'Alliance Rebelle, chargé de protéger
Luke Skywalker contre Xizor.
• Star Wars : Battlefront (2004)
Star Wars : Battlefront est un FPS tactique,
orienté multijoueur, permettant de participer
aux grandes batailles de l'univers de Star Wars.
• Star Wars : Battlefront 2 (2005)
Star Wars : X-wing Tour of Duty : Imperial Pursuit :
Imperial Pursuit a été le premier pack d'extension
Star jeu
Wars : Battlefront 2 est la suite de
vidéo pour Star Wars : X-wing, fournissant de
nouBattlefront.
En plus d'améliorations gra•
velles missions pour les joueurs. Sorti en 1994,
il a le joueur peut désormais participer à
phiques,
même
été suivi par l'extension B-wing au cours de lades
batailles spatiales et contrôler des Jedi.
année.
• B-Wing Cette extension du
jeu Star Wars : X-Wing
présente de nouvelles missions et la possibilité de
piloter un nouveau vaisseau : le B-wing.
• Star Wars : TIE Fighter (1994)
6.3.9 Jeu de tir à la première personne
• Star Wars : Republic Commando (2005)
Star Wars : Republic Commando est un jeu de
tir à la première personne où l'on incarne au
sein d’une escouade, un commando de la République.
140
CHAPITRE 6. AUTRES MÉDIAS
Série Jedi Knight
C'est une série de jeux vidéo développée par les studios
Raven et produite par LucasArts. On y assiste aux exploits
de Kyle Katarn, fils du Jedi Morgan Katarn. Les épisodes
sont plus ou moins liés à la Vallée des Jedi. Hormis Dark
Forces, La série se déroule après la bataille d'Endor.
Elle inclut actuellement quatre jeux de renom possédant à
partir de Dark Force II à la fois une campagne de jeu pour
un joueur et d'un mode multijoueur. Dès Jedi Outcast la
série bénéficie du moteur de jeu de Quake III Arena.
6.3.10 Jeu de stratégie en temps réel
• Star Wars : Rebellion (1998)
Star Wars : Rebellion est un jeu de stratégie
dont l'action se déroule peu après la destruction
de l'Etoile Noire.
• Star Wars : Force Commander (2000)
Star Wars : Force Commander est un jeu de
stratégie qui a pour décor la seconde trilogie.
• Star Wars : Dark Forces (1995)
• Star Wars : Galactic Battlegrounds (2001)
Star Wars : Dark Forces est le premier jeu de
tir à la première personne (FPS) à se dérouler
dans l'univers de Star Wars, on y incarne Kyle
Katarn, héros de l'Alliance Rebelle devant voler les plans de l'Étoile de la mort, puis mettre
un terme au projet impérial Dark Trooper.
• Star Wars : Jedi Knight - Dark Forces 2 (1998)
Star Wars : Jedi Knight - Dark Forces 2 est la
suite de Dark Forces.
Star Wars : Galactic Battlegrounds est un jeu
de stratégie (STR) dans l'univers de Star Wars
s’inspirant des épisodes I, IV, V et VI, et basé
sur le moteur de Age of Empires II : The Age of
Kings.
Extension : Star Wars : Galactic Battlegrounds :
Clone Campaigns (2002), Clone Campaigns introduit des campagnes stratégiques se déroulant durant l'épisode II et deux nouvelles factions, la République Galactique et la Confédération des Systèmes Indépendants.
• Star Wars : Jedi Knight - Mysteries of the Sith (1998) • Star Wars : Empire at War (2006)
Star Wars : Jedi Knight - Mysteries of the Sith est
une extension pour Jedi Knight - Dark Forces
2. Elle offre de nouveaux pouvoirs et un choix
plus vaste de personnages en multijoueur
• Star Wars Jedi Knight 2 : Jedi Outcast (2002)
Star Wars Jedi Knight 2 : Jedi Outcast est le troisième volet de la saga Dark Forces. On y retrouve Kyle Katarn qui, après un laps de temps
non négligeable, a quitté l'ordre Jedi et doit retourner à l'académie pour y retrouver les pouvoirs de la Force, et ainsi sauver sa compagne,
enlevée par un seigneur Sith...
• Star Wars Jedi Knight : Jedi Academy (2003)
Star Wars Jedi Knight : Jedi Academy est la
suite de Star Wars Jedi Knight 2 : Jedi Outcast, qui permet de jouer un jeune Jedi, Jaden
Korr, ayant réussi à créer son propre sabre laser sans entrainement. Le jeu nous mène vers
l'apprentissage des voies de la force et ainsi le
choix entre le côté lumineux ou obscur de la
force...
Star Wars : Empire at War est un jeu de stratégie dont l'action se déroule entre les deux trilogies.
Extension : Star Wars : Empire at War - Forces
of Corruption (2006), Forces of Corruption permet de jouer avec une nouvelle faction, le
Consortium de Zann.
6.3.11 Jeu en ligne massivement multijoueur
• Star Wars Galaxies (2003)
Star Wars Galaxies est un MMORPG ou jeu
de rôle massivement multijoueur. L'histoire se
déroule entre les épisodes IV et V de Star Wars.
LucasArts a chargé Sony Online Entertainment
(SOE) de la création et du développement de ce
jeu sorti fin juin 2003 aux États-Unis. Afin de
renouveler l'intérêt du jeu, trois extensions ont
été développées :
• Jump To Lightspeed, sortie en
novembre 2004
• Rage Of The Wookiees, sortie
en avril 2005
6.3. JEUX VIDÉO STAR WARS
• Trials of Obi-Wan, sortie en
novembre 2005.
• Star Wars : The Old Republic (2011)
Star Wars : The Old Republic est un MMORPG développé par BioWare et édité par Electronic Arts. Le projet a
fait l'objet de nombreuses rumeurs à partir de mars 2006,
quand Bioware, dont le jeu Star Wars : Knights of the Old
Republic a été grand succès, a annoncé travailler sur un
MMO[7] . Le jeu a été officiellement annoncé à la presse
le 21 octobre 2008[8] , après avoir fait l'objet en juillet
2008 d'une annonce semi-officielle et très évasive par le
PDG d'Electronic Arts au détour d'une interview traitant
d'autres sujets[9] .
Le jeu est finalement sorti le 20 décembre 2011, après un
long développement et de nombreuses améliorations à la
suite des retours des beta testeurs.
6.3.12
Autres
• Star Wars : Masters of Teras Kasi[10],[11]
• Star Wars, épisode I : La Menace fantôme : jeu
d'action à la 3e personne basé sur le film.
141
• Star Wars : Super Bombad Racing : courses délirantes de petits véhicules conduits par des personnages de Star Wars caricaturés.
• Star Wars : Bounty Hunter : le jeu nous propose d'incarner Jango Fett avant les événements de
l'épisode II.
• Star Wars Demolition : un jeu inspiré d'autre jeux
de course et de démolition de véhicules en arènes
fermées type Twisted Metal ou Vigilante 8.
• Star Wars : Yoda Stories : jeu de stratégie en 2D aux
graphismes enfantins sortie en 1997. Le joueur y
incarne Luke Skywalker au cours de sa formation
de Jedi et doit remplir plusieurs missions confiées
par Yoda. Ces missions se déroulent sur différentes
planètes de l'univers Star Wars et le joueur sera
confronté à une multitude de personnages, de lieux,
d'armes et d'ustensiles de l'univers Star Wars.
• Angry Birds Star Wars : produit dérivé du jeu original Angry Birds, où des oiseaux doivent dégommer
des cochons verts, dans le monde de Star Wars[12] .
• Angry Birds Star Wars II : produit dérivé du jeu
original Angry Birds, où des oiseaux doivent dégommer des cochons verts, dans le monde de Star
Wars. L'inverse est aussi possible (que les cochons
dégomment les oiseaux).
• Star Wars, épisode I : Pit droids
• Star Wars, épisode I : Racer : courses de modules, 6.3.13 Notes et références
l'action prend place pendant l'épisode I de la saga. Le [1] (fr) « Top 10 des meilleurs jeux vidéo Star Wars », sur
but est de remporter toutes les courses de modules
JeuxVideoPC.com
de la galaxie. Chaque course gagnée vous donne de
l'argent ou parfois un nouveau pod racer, cet argent [2] (fr) « Liste des jeux vidéo Star Wars » sur Starwarsuniverse.com
vous permet d'améliorer vos pods.
• Star Wars, épisode I : Jedi Power Battles
• Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith : jeu
d'action basé sur les événements du film.
• Star Wars : Racer Revenge : course de modules reprenant le gameplay de Star Wars, épisode I : Racer
en plaçant l'histoire 10 ans plus tard.
• Star Wars : Starfighter : jeu de shoot spatial et terrestre nous permettant d'incarner plusieurs pilotes
lors des événements de l'épisode I.
[3] (fr) « Les jeux vidéo Star Wars », sur SensCritique.com
[4] (fr) « Jeux Star Wars PC - Consoles », sur Starwarsholonet.com
[5] « The Empire Strikes Back », Arcades Hebdo, no 12, 8
septembre 1998, p. 24
[6] http://www.arcade-history.com/?n=
the-empire-strikes-back&page=detail&id=754
[7] (en) « Bioware announces Massively Multiplayer Online
RPG project », sur Starwars-mmo.blogspot.com
[8] (en) « « The wait is over » : LucasArts and Bioware
to unveil mystery project October 21 », sur Starwarsmmo.blogspot.com
• Star Wars : Jedi Starfighter : la suite chronologique
du précédent, on y retrouve certains personnages du [9] (en) « EA confirms new Star Wars MMO », sur Starwarsmmo.blogspot.com
1er opus. Les événements se déroulent peu de temps
avant l'épisode II.
[10] « Star Wars : Masters of Teras Kasis », Consoles News, no
18, janvier 1998, p. 65
• Star Wars : The Clone Wars : dans la lignée de la séo
rie Rogue Squadron, Star Wars : The Clone Wars, dé- [11] « Star Wars : Masters of Teras Kasis », Joypad, n 75, mai
1998, p. 133
veloppé par Pandemic Studios place le joueurs aux
commandes des différents véhicules pendant les ba- [12] « Angry Birds Star Wars arrivera le 8 novembre », sur
Gizmodo.fr, 8 octobre 2012
tailles du conflit clonique.
142
6.3.14
CHAPITRE 6. AUTRES MÉDIAS
Article connexe
• LucasArts
•
•
Portail du jeu vidéo
Portail de Star Wars
19 : La Force unifiée de James Luceno, étant publié en
2005[3] .
Parallèlement à cela les éditions Pocket reprennent au format poche dans leur collection Science-fiction quelquesuns de ces livres pendant la période 1978-1998. Au total
quinze romans seront publiés dans la collection (dont une
réédition des trois films).
À partir de 1999, la parution au format poche se fait
dorénavant par les éditions Fleuve noir dans leur collec•
Portail de la science-fiction
tion Star Wars. Cette collection s’étalera jusqu'à la fin de
l'année 2011 avec la parution du no 110 intitulé, The Old
Republic 2 : Complots de Paul S. Kemp. Au départ, au6.4 Star Wars (romans)
cune numérotation ne sera apposé sur les romans mais
à partir de la parution du quarante-septième livre intitulé Point d'équilibre, un numéro fut inscrit sur la tranche.
Pour les articles homonymes, voir Star Wars (homoLa grande majorité des romans précédent furent réédités
nymie).
depuis avec la numérotation.
Enfin, l'année 2012 a vu le transfert des parutions, qui
n'existent qu'au format poche depuis 2005, aux éditions
Pocket qui reprennent la numérotation de la collection du
Fleuve noir. Cette nouvelle collection démarre donc avec
la parution du no 111, Les Nuits de Coruscant 1 : Crépuscule Jedi de Michael Reaves. À cette occasion deux
romans ont été réédités (l'année correspondant à la sortie
au cinéma de Star Wars, épisode I : La Menace fantôme
6.4.1 Historique de publication
en 3D), il s’agit tout d'abord de l'adaptation de La Menace fantôme de Terry Brooks et du roman Dark Maul :
Les premiers romans : les films
L'Ombre du chasseur de Michael Reaves mettant en scène
Les premiers romans à paraître en français furent les Dark Maul. Ces deux romans contiennent, depuis cette
adaptations des films de la trilogie originale entre 1977 réédition, des nouvelles, inédites jusque-là.
et 1983. Ils seront édités en grand format à trois reprises :
chez Presses de la Cité d'abord et chez France Loisir et
GP Rouge et Or ensuite. Ils paraitront également au for6.4.2 Particularités et anecdotes
mat poche chez Presses Pocket pour Un nouvel espoir et
chez Le Livre de poche pour L'Empire contre attaque et
Le Retour du Jedi.
• Lors de leur parution en poche chez Pocket, la trilogie de Timothy Zahn fut numérotée 4, 5 et 6 tandis
que les films étaient numérotés 1, 2 et 3.
L'univers étendu
Les romans Star Wars ont été édités en Français dès
1977 avec la parution en grand format du roman La
Guerre des étoiles par les éditions Presses de la Cité. Depuis, plus d'une centaine de romans sont parus en français
chez différents éditeurs.
• Certains romans sont le prologue ou la suite de
En 1978, Splinter of the Mind’s Eye est le premier roman
bandes dessinées.
de ce qui sera appelé plus tard l'univers étendu. Écrit par
Alan Dean Foster à qui l'on doit l'adaptation du premier
film en roman (même si son nom n'apparaît nulle part)[1] ,
• Trois romans n'ont pas eu de publication poche en
il s’agit d'un roman commandé par George Lucas qui voufrançais, il s’agit de : Tempête sur Cestus, Le Fantôme
lait avoir un roman facilement adaptable au cinéma pour
de Tatooïne et Une question de survie.
un moindre coût au cas où Un nouvel espoir ne rencontrait
pas le succès. Ce roman qui marque le début de l'univers
étendu ne fut pourtant jamais traduit en Français. Aucun
autre roman ne paraîtra durant plusieurs années aux États- 6.4.3 Liste des publications
Unis.
C'est en 1991 que la franchise Star Wars en roman renaît sous la plume de Timothy Zahn. Son premier roman
L'Héritier de l'Empire sera traduit en français en 1992, à
nouveau chez Presses de la Cité. Ces mêmes éditions ont
depuis publié au total vingt-huit livres[2] de l'univers étendu de Star Wars, le dernier roman, Le Nouvel Ordre Jedi
Le tableau ci-dessous donne les numéros de parution aux
éditions Fleuve noir ou Pocket (la numérotation est commune) pour les livres qui y sont parus (les trois romans
Tempête sur Cestus, Le Fantôme de Tatooïne et Une question de survie n'ont pas eu de parution poche et ne possèdent donc pas de numéro).
6.5. MUSIQUE DE STAR WARS
6.4.4
Références
[1] (en) « Books & Collections », sur alandeanfoster.com, 8
février 2014
[2] « Collection Star Wars (Presses de la Cité) »
[3] « La Force unifiée - James Luceno »
6.4.5
Voir aussi
Articles connexes
• Star Wars
• Bibliographie et chronologie de Star Wars
143
6.5.1 Listes des pistes
• Main title alias Star Wars Theme : générique de début
et de fin de la saga, dont la mélodie est la plus facilement reconnaissable. Elle est généralement associée
à Luke Skywalker, à l'héroïsme et à l'aventure. Ce
thème est entendu dans son intégralité au début de
tous les films, et constitue la base du générique de
fin. C'est le thème le plus répandu de l'épisode IV.
Il est utilisé comme une sorte de fanfare pour Luke.
Tout au long des films suivants il apparait de moins
en moins souvent, mais cette retenue lui donne un
plus grand impact. En dehors de la scène finale de
l'épisode III, l'usage du thème principal est essentiellement limité au titre dans la prélogie. Il est court,
déguisé, parfois en fragments.
Star Wars, épisode I : La Menace fantôme
Lien externe
• Liste exhaustive des publications sur Star Wars parues à ce jour depuis la naissance de l'Univers étendu
Article détaillé : Star Wars, épisode I : La Menace
fantôme (bande originale).
• 01 - Star Wars main title and The arrival at Naboo
•
Portail de la littérature
•
Portail de Star Wars
6.5 Musique de Star Wars
La musique des six films Star Wars est écrite par
le compositeur John Williams. La musique de John
Williams pour la saga compte parmi les plus importantes
contributions à la musique de film moderne. En effet Star
Wars est souvent considéré comme annonçant le début
de la renaissance des grands thèmes orchestraux symphoniques, à la fin des années 1970, au cinéma.
George Lucas a toujours affirmé qu'une grande partie du
succès de la trilogie ne repose pas seulement sur des effets visuels avancés, mais simplement sur l'attrait émotionnel de son intrigue, des personnages et, surtout, de
la musique. Les partitions de la saga sont de styles musicaux variés : plusieurs reflètent ainsi le romantisme de
Richard Strauss. Alors que plusieurs emprunts évidents à
Gustav Holst, William Walton et Igor Stravinski existent
dans la partition de l'épisode IV, John Williams s’appuie
de moins en moins sur les références classiques pour les
cinq autres films. L'écriture orchestrale se modernisant
de plus en plus à chaque film. Une technique de composition particulière est cependant utilisée pour toute la saga : le leitmotiv. Williams réutilise ainsi ce procédé musical d'association d'entités (lieux, personnages...) et de
musiques, tirée des opéras de Richard Wagner et, pour
ce qui est des musiques de films, des partitions de Max
Steiner.
• 02 - Duel of the fates : surnommé Dark Maul theme
par les fans, il est joué au cours de la bataille au
sabre laser. Le thème a été développé mais cette
version n'apparait pas dans le montage final du film.
Ce thème est composé de deux modes mineurs ostinati et d'interjections de chœur. Il est utilisé pour
représenter l'affrontement entre la lumière et le côté obscur. Le texte est tiré d'un poème celte “archaïque” Cad Goddeu (Battle of the Trees) traduit
en sanskrit. En français, le texte se traduit ainsi :
“Sous la langue racine une lutte plus effrayante, et
une autre qui fait rage derrière, dans la tête”. Dans
l'épisode II, il est joué lorsqu'Anakin Skywalker part
à la recherche de sa mère, évènement déterminant
dans sa lutte intérieure entre le bien et le mal. Dans
l'épisode III, il sert d'accompagnement au duel entre
Yoda et l'Empereur Palpatine.
• 03 - Anakin’s theme : un thème apparemment innocent qui contient des bribes de The Imperial March.
Son apparence chaude, mélodique et harmonique
contraste avec l'instabilité d'un certain nombre de
passages. L'arrangement orchestral rend le message
de ce leitmotiv plus explicite, se terminant ainsi par
un certain nombre de subtiles expressions du thème
de Vador, qu'il préfigure. Le développement est limité presque exclusivement à l'épisode I, avec une
petite poignée de reprises dans l'épisode II.
• 04 - Jar Jar'S introduction and The swim to Otoh
Gunga
• 05 - The Sith spacecraft and The droid battle
144
• 06 - The trip to the Naboo temple and The audience
with Boss Nass
• 07 - The arrival at Tatooine and The flag parade
• 08 - He is the chosen one
CHAPITRE 6. AUTRES MÉDIAS
est doux, mais sous-entend le trouble et l'incertitude.
Sa tonalité est ré mineur, mais il comporte quelques
modulations. Il semblerait que dans la mélodie et
dans la structure rythmique, le thème présente une
ressemblance avec le Luke and Leia’s theme de la
trilogie originale.
• 09 - Anakin defeats Sebulba
• 03 - Zam the assassin and The chase trough Coruscant
• 10 - Passage through the planet core
• 04 - Yoda and the younglings
• 11 - Watto’s deal and kids at play
• 05 - Departing Coruscant
• 12 - Panaka and the queen’s protectors
• 06 - Anakin and Padmé
• 13 - Queen Amidala and The Naboo palace
• 07 - Jango’s escape
• 14 - The droid invasion and The apearence of Darth
Maul : aussi appelé la Marche de la Fédération du
commerce, il est joué plusieurs fois quand l'armée
droïde de la Fédération du Commerce attaque
Naboo. Dans l'épisode II, il est utilisé pour représenter les clones. Il est également joué dans l'épisode III
durant la bataille de Kashyyyk.
• 15 - Qui-Gon’s noble end
• 08 - The meadow picnic
• 09 - Bounty hunter’s pursuit
• 10 - Return to Tatooine
• 11 - The Tusken camp and The homestead
• 12 - Love pledge and The arena : ce morceau est joué
lors de l'exécution dans l'arène et lors de la bataille
qui s’ensuit. On peut également retrouver un passage
de ce morceau lors de l'assaut du temple Jedi.
• 16 - The high council meeting and Qui-Gon'S funeral : un autre exemple d'une poésie en sanskrit, entendu brièvement au cours de l'enterrement de Qui• 13 - Confrontation with count Dooku and Finale
Gon Jinn et développé dans l'épisode III. Dans ce
dernier, il accompagne la mort de Padmé Amidala
• On the conveyor belt (Bonus track)
et la “renaissance” de Dark Vador. Il est chanté par
un chœur lors de la procession de l'enterrement de
Padmé et pendant la vue du squelette de L'étoile de Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith
la mort, où il est recouvert par The Imperial March,
sans disparaître. Une petite partie du Force theme Article détaillé : Star Wars, épisode III : La Revanche
est également intégrée au Funeral theme, peut-être des Sith (bande originale).
pour symboliser que la personne décédée ne fait plus
qu'une avec la Force.
• 01 - Star Wars and The revenge of the Sith
• 17 - Augie’s great municipal band and End credits
Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones
Article détaillé : Star Wars, épisode II : L'Attaque des
clones (bande originale).
• 01 - Main title and Ambush on Coruscant
• 02 - Across the stars : le thème romantique est largement associé à l'amour interdit et tragique entre
Anakin Skywalker et Padmé Amidala. Le titre est
probablement une référence à Roméo et Juliette. Il
• 02 - Anakin’s dream
• 03 - Battle of the heroes : le thème donne le ton du
duel entre Anakin Skywalker et Obi-Wan Kenobi.
Antithèse du Duel of the Fates, cette pièce est beaucoup plus épique, met l'accent sur l'action et le danger et laisse un sentiment nettement plus tragique.
• 04 - Anakin’s betrayal : longue lamentation, ce
thème est celui de l'Ordre 66, qui provoque la purge
de l'Ordre Jedi par les soldats clones. Tragique, ce
thème à cordes monte a crescendo et est rejoint
par un chœur, avant de redescendre, faisant ressentir
toute la tristesse face à la mort des Jedi.
6.5. MUSIQUE DE STAR WARS
145
• 05 - General Grievous : le thème est présent à
• 15 - A new hope and End credits
trois moments. D'abord avec l'apparition du Général
Grievous, puis il reçoit un traitement plus étendu au
• I am the Senate (Bonus track)
cours de son arrivée sur Utapau, et est enfin entendu au début du combat au sabre laser avec Obi-Wan
Kenobi. Une première partie du thème est jouée par Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir
des cuivres révélant la personnalité pataude du général, puis monte en puissance dans un second temps Article détaillé : Star Wars, épisode IV : Un nouvel
afin de mieux symboliser son statut de général en espoir (bande originale).
chef des armées droïdes.
• 06 - Palpatine’s teachings
• 01 - Main title / Rebel blockade runner :
• 07 - Grievous and the droids
• 02 - Imperial attack : ce motif représente l'Empire
et Dark Vador uniquement dans l'épisode IV, avant
d'être remplacé par The Imperial March, écrit par la
suite. Il ne serait pas déraisonnable de penser qu'il
représente le Grand Moff Tarkin. En effet, il semble
n'apparaître que dans l'Épisode IV dans lequel Vador et le reste des troupes impériales sont sous les
ordres de Tarkin. Presque militariste, il est généralement joué au basson ou au trombone et, du fait de sa
brièveté et de sa portée mélodique limitée, ne réussit
pas à évoquer la crainte comme The Imperial March.
Certains rythmes et aspects harmoniques semblent
cependant anticiper cette dernière.
• 08 - Padmé's ruminations : morceau atypique de
cette bande originale, il marque par son côté pesant
avec une voix de femme en fond, censée faire ressentir les inquiétudes que Padmé porte sur Anakin.
Parallèlement, il marque le basculement proche de
celui-ci vers le Côté obscur : déchiré entre laisser
les Jedi arrêter et tuer Palpatine alias Dark Sidious
qui lui a demandé de le rejoindre, et le défendre afin
qu'il puisse sauver Padmé qu'il croit condamnée à
mort, les deux amants se regardent chacun par la
fenêtre sans se voir, vers le bâtiment où l'autre se
trouve.
• 09 - Anakin vs. Obi-Wan
• 10 - Anakin’s dark deeds : thème des méfaits
d'Anakin, il symbolise ses exactions désormais guidées par le Côté obscur, sans pour autant évoquer le thème de Vador. Dans une première partie, des chœurs célèbrent la prise de pouvoir des
Sith, Dark Vador assassinant les derniers membres
de la CSI tandis que Palpatine/Dark Sidious se proclame Empereur au Sénat. Dans une deuxième partie, des cuivres montant lentement a crescendo traduisent la tragédie quand Padmé apprend d'ObiWan qu'Anakin est passé du Côté obscur.
• 11 - Enter Lord Vader : introduit notamment le
thème des séparatistes avant leur exécution par Anakin sur Mustafar.
• 03 - The dune sea of Tatooine / Jawa sandcrawler :
un thème enjoué et ludique, utilisé dans beaucoup
de scènes de Tatooine.
• 04 - The moisture farm :
• 05 - The hologram / Binary sunset : ou Force theme
apparait dans tous les épisodes. De tous les leitmotivs de la série c'est toujours le plus développé et,
par conséquent, il est plus difficile de lui attribuer
une signification précise. Ce thème est successivement associé à Obi-Wan Kenobi, aux Jedi et à la
Force d'où ils tirent leur pouvoir, mais surtout aux
Skywalker ainsi qu'à des idées plus abstraites telles
que le destin. En général ses apparitions marquent
des moments importants dans les films, symbolisés
par un début en mode mineur et par un crescendo
progressif.
• 12 - The immolation scene : apparaît à la fin du duel
entre Obi-Wan et Anakin, lorsque ce dernier ayant
ses jambes et bras sectionnés, prend feu. Très comparable avec Anakin’s betrayal (les deux morceaux
sont d'ailleurs souvent confondus), ce thème lent et
dépressif accentue la force des paroles d'Obi-Wan
lorsqu'il exprime sa déception à Anakin quant à son
passage vers le côté obscur.
• 06 - Landspeeder search / Attack of the sand people :
• 13 - Grievous speaks to lord Sidious
• 10 - Cantina Band : ou Mad About Me joué dans la
cantina sur Tatooine. Il est écrit pour trompette solo, saxophone, clarinette, piano Rhodes, steel drum,
• 14 - The birth of the twins and Padme’s destiny
• 07 - Tales of a Jedi knight / Learn about the Force :
• 08 - Burning homestead :
• 09 - Mos Eisley spaceport :
146
CHAPITRE 6. AUTRES MÉDIAS
synthétiseur et percussions diverses. Le livret de la
• Binary sunset (alternate) (Bonus track)
BO décrit le concept derrière cette œuvre : “plusieurs créatures trouvant, dans le futur, de la musique swing des années 1930 de Benny Goodman... Star Wars, épisode V : L'Empire contre-attaque
et comment ils pourraient essayer de l'interpréter”.
• 01 - Main title / The ice planet Hoth :
• 11 - Cantina Band # 2 :
• 12 - Princess Leia’s theme : un thème associée à
Leia Organa, un des principaux protagonistes de
Star Wars. Il donne un romantisme, voire de la naïveté, à la princesse, et par conséquent est le plus souvent entendu dans l'épisode IV. Il est néanmoins utilisé dans les deux films suivants : lorsqu'elle agit en
reconnaissance, quand elle est particulièrement vulnérable ou qu'elle est mentionnée. John Williams a
composé une version de concert de ce thème, qui a
été intégrée à la fin du générique de l'épisode III.
• 13 - The Millennium Falcon / Imperial cruiser poursuit :
• 14 - Destruction of Alderaan :
• 15 - The Death Star / The stormtroopers : présent six
fois au cours de l'épisode IV, ce thème aux trompettes annonce un tir de l'Étoile de la mort, ou simplement sa présence. Il est également présent dans
l'épisode VI lorsque le Super Destroyer Stellaire
Executor s’écrase sur cette dernière.
• 16 - Wookiee prisoner / Detention block ambush :
• 17 - Shootout in the cell bay / Dianoga :
• 18 - The trash compactor :
• 19 - The tractor beam / Chasm crossfire :
• 20 - Ben Kenobi’s death/ TIE Fighter attack :
• 21 - The battle of Yavin : est entendu avant et pendant l'attaque de l'étoile noire par les vaisseaux de
l'Alliance Rebelle. C'est un thème nerveux, accompagnant le suspens de la bataille spatiale finale.
• 22 - The throne room / End title : apparait dans tous
les épisodes. Ce petit motif représentant l'Alliance
rebelle est largement utilisé dans l'épisode IV, et
moins fréquemment dans l'épisode VI. Il est parfois joué dans l'épisode III, l'épisode V et une
partie de la fin du générique final. Le thème luimême est construit par un succession d'accords aux
cuivres progressant parallèlement par tierces, ce qui
lui donne une couleur non-diatonique. Écrit en mineur, il est souvent interprété comme un thème de
l'Empire, la dramatisation radiophonique de Star
Wars ayant souvent ouvert ou conclu des scènes impériales par ce qui est en fait The Rebel Fanfare.
• 02 - The Wampa’s lair / Vision of Obi-Wan / Snowspeeders take flight :
• 03 - The Imperial probe / Aboard the Executor :
• 04 - The battle of Hoth :
• 05 - The asteroid field :
• 06 - Arrival on Dagobah :
• 07 - Luke’s nocturnal visitor :
• 08 - Han Solo and the princess : un thème doux pour
symboliser l'amour entre Han Solo et la Princesse
Leia. Entendu dans les épisodes V et VI, il est souvent utilisé non seulement dans les scènes de romance mais aussi pour les scènes de sacrifice des
deux personnages, y compris la clôture de l'épisode
V.
• 09 - Jedi master revealed / Mynock cave :
• 10 - The training of a Jedi knight / The magic tree :
• 11 - The Imperial March : ou Darth Vader’s theme
représente le système totalitaire de l'Empire galactique dans son ensemble, et Dark Vador en particulier. Plus que les autres thèmes de Star Wars, la
Marche a atteint un statut d'icône dans l'inconscient
collectif, devenant « le thème du Mal ». Ses caractéristiques musicales comprennent des rythmes
martiaux implacables et sombres, et une harmonie
non-diatonique. Dans la trilogie originale, The Imperial march représente également tout ce qui fait
l'Empire et, par conséquent, est presque équivalente à un hymne galactique. John Williams rétablit ce thème dans la prélogie, en l'intègrant subtilement dans Anakin’s innocent theme. Il est entendu
avec une importance progressive durant les épisodes
II et III, signalant les points critiques de la chute
d'Anakin vers le côté obscur. Dans l'interprétation
finale de la Marche accompagnant la mort de Vador
dans l'épisode VI, John Williams inverse habilement
l'effet de ce thème par le biais d'une réduction de la
masse orchestrale et du volume. Il se termine par
une séries de solos (de flûtes, de clarinettes et enfin
de harpes) à mesure que Vador « redevient » Anakin, puis expire.
6.5. MUSIQUE DE STAR WARS
• 12 - Yoda’s theme : un thème sympathique pour le
Maître Jedi Yoda, qui apparaît dans cinq des six
films avec cette musique. En étroite relation avec ses
enseignements et ses capacités, mais pouvant être
lié à Luke Skywalker, il est utilisé avec parcimonie
dans la nouvelle trilogie. Il est cependant particulièrement présent pour le départ de Yoda de Kashyyyk.
• 13 - Attacking a Star Destroyer :
• 14 - Yoda and the Force :
• 15 - Imperial starfleet deployed / City in the clouds :
• 16 - Lando’s palace : ou The Cloud City march une
marche en mode majeur, entendu un certain nombre
de fois dans le palais de Lando Calrissian et lors des
séquences sur Bespin.
147
• 07 - The Emperor arrives / The death of Yoda / ObiWan’s revelation : le thème de l'empereur Palpatine
est joué à chaque fois qu'il apparait à l'écran. Il dépeint plus généralement le côté obscur lui-même.
Il consiste en une mélodie sinistre construite sur
une alternance chromatique et des accords liés, souvent chantés par un chœur masculin. Dans les épisodes I et II il est utilisé pour représenter la montée
en puissance du mystérieux Dark Sidious, et dans
l'épisode III, il est joué lors des apparitions de Palpatine après avoir été démasqué comme étant Sidious.
Ses grandes lignes mélodiques sont également utilisées ironiquement au cours des célébrations à la fin
de La Menace Fantôme, en accéléré, dans un mode
majeur, et chanté par des enfants.
• 08 - Alliance assembly :
• 09 - Shuttle Tydirium approaches Endor :
• 17 - Betrayal at Bespin :
• 10 - Speeder bike chase / Land of the Ewoks :
• 18 - Deal with the dark lord :
• 11 - The levitation / Threepio’s bedtime story :
• 19 - Carbon freeze / Darth Vader’s trap / Departure
of Boba Fett :
• 12 - Jabba’s baroque recital :
• 20 - The clash of lightsabers :
• 21 - Rescue from cloud city / Hyperspace :
• 22 - The Rebel fleet / End title :
Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi
• 01 - Main title / Approching the Death Star / Tatooine
rendezvous :
• 02 - The droids are captured :
• 03 - Bounty for a Wookiee : un thème au tuba symbolisant Jabba le Hutt, une sorte de limace. Il est joué
au cours de la première partie, au palace de Jabba.
Il est également présent au cours de la scène ajoutée
en 1997 dans l'édition spéciale de l'épisode IV, et
sous forme déguisée dans l'épisode I avant la course
de module de course.
• 04 - Han Solo returns :
• 05 - Luke confronts Jabba / Den of the Rancor / Sarlacc sentence :
• 06 - The pit of Carkoon / Sail barge assault :
• 13 - Jedi rocks : Chanson composée spécialement
pour l'édition spéciale de 1997 par Jerry Hey pour
remplacer Lapti Nek. Cette dernière, présente dans
la version originale, possède des paroles écrites par
Joseph Williams et traduit en Huttese. Elle est jouée
par le Max Rebo Band dans le palais de Jabba le
Hutt.
• 14 - Parade of the Ewoks : le thème des Ewoks. Il
est joué au Village Ewok, dans la forêt, au cours de
la bataille d'Endor et dans le générique.
• 15 - Luke and Leia : le thème sert de lien entre Leia
Organa et son frère Luke Skywalker. Il n'est entendu
que deux fois dans le film mais ce morceau est clairement plus important que cette utilisation ne pourrait laisser croire. D'une certaine façon, il traduit une
plus grande maturité que le thème romantique marquant l'amour entre Leia et Han Solo.
• 16 - Brother and sister / Father and son / The fleet
enters hyperspace :
• 17 - Emperor’s throne room :
• 18 - The battle of Endor :
• 19 - The lightsaber / The Ewok battle :
• 20 - The battle of Endor II :
148
CHAPITRE 6. AUTRES MÉDIAS
• 21 - The battle of Endor III :
• 22 - Leia’s news / Light of the Force :
• 23 - Victory celebration / End title : remplace Ewok
Celebration (paroles écrites par Joseph Williams)
que l'on peut entendre à la fin de la version originale
du film.
• 24 - Ewok feast / Part of the tribe :
• Sail barge assault (alternate) (Bonus track)
• The forest battle (concert suite) (Bonus track)
6.5.2
Récompenses
• Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones
• nomination au Saturn Award de la meilleure
musique
• Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith
• Saturn Award de la meilleure musique
• Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir
• Oscar de la meilleure musique de film
• Golden Globe de la meilleure musique de
film
• Saturn Award de la meilleure musique
• Star Wars, épisode V : L'Empire contre-attaque
• nomination à l'Oscar de la meilleure musique
de film
• nomination au Golden Globe de la meilleure
musique de film
• nomination au Saturn Award de la meilleure
musique
• Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi
• nomination à l'Oscar de la meilleure musique
de film
• nomination au Saturn Award de la meilleure
musique
Les albums de Star Wars épisode IV et Star Wars épisode
I ont été certifiés disques de platine (un million d'unités
vendues), les albums de Star Wars épisode V et Star Wars
épisode II ont quant à eux été certifiés disque d'or (500
000 unités).
6.5.3 Suites de concert
• Star Wars Main Theme (épisode IV) : Cette suite de
concert allie “Main Title” avec la plupart des “End
Title”. C'est la suite de Star Wars la plus souvent
jouée en concert.
• Princess Leia’s Theme (épisode IV) : Cette suite a
été enregistrée pour l'album original. Une partie de
celle-ci est utilisée dans la suite du générique de fin
de l'Épisode III.
• La Salle du Trône (épisode IV) : Pour les concerts,
Williams a créé une version étendue de la musique
de cérémonie entendue à la fin du film original.
Bien qu'enregistré de nombreuses fois, y compris
par Williams lui-même, ce morceau ne figurait sur
aucune bande originale avant celle de La Revanche
des Siths, dans laquelle il est présent durant le générique de fin. Cependant, à cause de contraintes de
durée, cela a été coupé au montage du film.
• La Marche impériale (épisode V) : Créée lors d'un
concert de Williams cinq semaines avant la sortie du
film.
• Yoda’s Theme (épisode V) : Créé lors d'un concert
de Williams cinq semaines avant la sortie du film.
• Han Solo et la princesse : Cette suite de concert est
basée sur le thème de l'amour de l'Épisode V. Il
contient une référence au thème de Leia. Curieusement cette pièce n'a jamais été enregistrée par
Williams, et lors des interviews il semble n'avoir aucun souvenir de ce thème.
• Jabba le Hutt (épisode VI) : Suite de concert basée
sur le thème de Jabba le Hutt, qui dispose d'un solo prolongé pour tuba. L'enregistrement original de
cette pièce a été perdu, mais un extrait de celui-ci est
utilisé dans le film, en remplacement de À la cour de
Jabba le Hutt. Cet enregistrement peut être entendu dans l'Anthologie de la Musique de Trilogie Star
Wars (1993) (en).
• Parade of the Ewoks (épisode VI) : Une suite de
concert sur le thème des Ewoks, dont une grande
partie a été utilisée pour le générique de fin. Une
version révisée de cette suite de concert ajoute une
introduction orchestrale.
• Luke et Leia (épisode VI) : Une grande partie de
cette suite de concert a été incorporée dans le générique de fin. Elle contient des références peut-être
involontaires à la fois au thème de Yoda et au thème
de Leia.
• The Forest Battle (épisode VI) : Une suite de concert
basée sur La Bataille Ewok. La section 2 :33-2 :49
emprunte des éléments de la version alternative de
Sail Barge Assault.
6.5. MUSIQUE DE STAR WARS
• Duel of the Fates (épisode I) : Cet arrangement de
concert du thème a été écrit pour le générique de
fin.
• Anakin’s Theme (épisode I) : Cet arrangement de
concert du thème d'Anakin a été écrit pour succéder à Duel of the Fates dans le générique de fin.
• The flag parade (épisode I) : Version élargie de la
musique du même nom présente dans la bande sonore originale.
• Les Aventures de Jar Jar (épisode I) : Cette suite
de concert utilise le thème de Jar Jar et le morceau
« Moving Forward » écrit pour la scène de retour des
héros sur Naboo. Elle n'a pas été enregistrée pour la
bande sonore originale.
• Across the Stars (épisode II) : Débute par une ouverture lente et tranquille, en utilisant le hautbois et
cordes lourdement. Des arpèges en triolet ponctuent
la presque totalité du morceau. La fin de cette composition offre un envoutant solo de harpe, reprenant
le thème d'ouverture avec des ornements colorés. La
plupart de cette suite de concert a été incorporée
dans le générique de fin.
• Battle of the Heroes (épisode III) : Pour créer cette
pièce, Williams a réécrit l'ouverture et la conclusion
de La Revanche des Sith, entendu dans le film lors
de la phase finale du duel entre Anakin et Obi-Wan.
6.5.4
Similitudes avec d'autres compositions
Il est parfois avancé que le travail de Williams pour
la saga Star Wars est similaire (ou même plagié) à
d'autres œuvres d'autres compositeurs. Il faut noter néanmoins qu'il est courant lors de la postproduction de films
d'utiliser des musiques temporaires (ou “temp track”),
musiques préexistantes pouvant éventuellement servir de
guide au compositeur. Lucas, en particulier pour l'épisode
IV, utilise comme temp track une partie de sa musique
classique préférée. Certains des exemples les plus notables sont :
• Star Wars main theme et Crimes sans châtiment (musique d'Erich Korngold, 1942) : des similitudes ont
été constatées entre les thèmes principaux des deux
films, à la fois concernant les structures mélodiques
et l'orchestration. Ainsi les huit premières notes sont
les mêmes, bien que les trois dernières soient jouées
plus lentement dans la pièce de Korngold, après quoi
les deux mélodies vont dans des directions différentes. Dans une moindre mesure, Star Wars Main
Theme ressemble à de nombreuses mélodies « héroïques », comme le “Siegfried Horn Call” de la
Tétralogie de Wagner : de nombreuses conventions
(instrumentation entièrement aux cuivres, utilisation
149
des intervalles parfaits) existent pour composer de
la musique pour les héros masculins et Williams
les utilise clairement dans les films de la saga. Certains passages du premier motif peuvent être entendus dans la cinquième symphonie de Carl Nielsen. Curieusement, le London Symphony Orchestra,
qui a enregistré les musiques originales des films,
avait enregistré le premier cycle complet des symphonies de Nielsen (avec le chef d'orchestre danois
Ole Schmidt) l'année précédent la sortie de l'épisode
I. Le thème est aussi présent lors du logo de la
Paramount qui contient les six premières notes dans
une version plus rapide.
• The Tatooine music et Le Sacre du printemps (par
Igor Stravinsky) : cette similitude est presque certainement intentionnelle, la composition de 1913
ayant servi de musique temporaire. L'ouverture du
second tableau du Sacre sert clairement d'inspiration
à Williams pour l'arrivée des droïdes sur la planète
désertique dans l'Épisode IV.
• Imperial Attack, The Battle of Yavin et Mars, The
Bringer of War (pour The Planets, de Gustav Holst) : cela semble susceptible d'être une coïncidence, puisque la partition de Mars contient un
grand nombre d'idées musicales associées à la
guerre (cuivres et percussions dures, martelant les
rythmes, un contenu thématique fort). Ainsi presque
n'importe quel morceau de musique de guerre
contiendra les mêmes sons dans une certaine mesure. Néanmoins on peut considérer les similitudes comme intentionnelles, “Mars” ayant été choisi comme musique temporaire par George Lucas.
Par exemple, la répétition d'accords dissonants tutti
à la fin du mouvement de Holst est étroitement liée à
la musique de Williams pour les moments culminant
de La Bataille de l'Étoile de la Mort.
• La Salle du Trône et Pomp and Circumstance
d'Edward Elgar : les marches d'Elgar sont tellement
devenues synonymes de grandes cérémonies que
des similitudes sont presque garanties lors la composition de scènes similaires. La musique du film
Richard III (1955) de William Walton, notamment
la procession triomphale de fin, peut également être
entendue comme une référence à La Salle du Trône.
Il y a aussi une forte ressemblance avec le mouvement final de la Symphonie du Nouveau Monde
de Antonín Dvořák. Par ailleurs, la descente chromatique que l'on entend à la fin de la musique de
Williams rappelle le Concerto n°22 en Mib (Eb) pour
piano de Wolfgang Amadeus Mozart.
• La Marche impériale semble tirer son inspiration
d'une séquence similaire dans le deuxième mouvement de la Symphonie n°2 de Gustav Mahler. On y
reconnait les premières notes de la Marche, mais la
suite est dans une veine tout à fait différente. Une
ressemblance encore plus étroite peut être perçue
150
CHAPITRE 6. AUTRES MÉDIAS
avec la marche (Energico Allegro, Ma Non Troppo)
du début du premier mouvement de la Symphonie
n° 6 de ce même compositeur : elle exerce ainsi la même impression que La Marche impériale,
avec une mélodie qui semble vaguement familière.
La pièce de John Williams rappelle également La
Marche funèbre de Frédéric Chopin (nom référant
au troisième mouvement de sa Sonate pour piano nº2
Op. 35).
6.6 Star Wars à la télévision
Dès 1978, soit un an après la création de la saga Star
Wars, un programme est conçu spécialement pour la télévision : il s’agit d’e Au temps de la guerre des étoiles. Par
la suite plusieurs téléfilms et séries dérivées sont réalisés
pour ce support.
• L'ouverture du Duel of the Fates présente une struc- 6.6.1 Téléfilms
ture analogue à la Sarabande de Haendel (HWV
• 1978 : Au temps de la guerre des étoiles (The Star
425). À bien des égards le morceau ressemble égaWars Holiday Special) : Ce téléfilm fut diffusé à la
lement au début du troisième mouvement Molto vitélévision américaine et canadienne un an après la
vace de la Symphonie du Nouveau Monde de Dvořák.
sortie du premier. Son histoire se situerait, dans la
Williams utilise également l'ouverture du quatrième
chronologie de la série, entre les épisodes IV et V.
mouvement de cette symphonie pour le thème des
N'ayant pas supervisé la réalisation (bien qu'il ait
Dents de la mer.
apparemment participé au scénario), George Lucas
• Le thème de Yoda est très similaire à la partition
découvre un programme qu'il juge tout à fait ridicule
du film La Justice des hommes de George Stevens
et obtient que ce dernier ne soit plus jamais diffusé.
(1942).
Ce sera bien le cas, les seules versions disponibles
de nos jours le sont sous forme pirate et proviennent
• Le thème de Luke et Leia est souvent comparé à
d'enregistrements magnétoscopés à l'époque.
l'œuvre de Claude Debussy.
6.5.5
Montage
Les compositions de Williams pour les films Star Wars
ne sont pas toujours entendues dans leur forme d'origine.
Dans le cas où le montage d'une scène est modifié une
fois le processus d'enregistrement terminé, la musique est
retouchée pour être en adéquation avec le nouveau rythme
des images. Ces modifications se retrouvent parfois dans
les bandes originales commercialisées.
Avec l'avènement de la technologie moderne et des
nouvelles techniques de montage, les préquelles eurent
la possibilité de re-construire la musique à l'extrême.
Williams et Lucas ne décidèrent cependant pas du placement de la musique à l'avance, c'est ainsi que certaines musiques sont réutilisées lors d'épisodes suivant
(par exemple, l'utilisation de “Escape from Naboo”, composé pour l'épisode I et réutilisé dans le III lors de la chute
de la Main Invisible).
6.5.6
Notes et références
• (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu
de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Star
Wars music » (voir la liste des auteurs).
•
Portail du cinéma
•
Portail de la musique
•
Portail de Star Wars
Résumé de l'histoire : Chewbacca doit venir
passer la fête de la vie dans sa famille sur
Kashyyyk, mais l'Empire contrarie ses plans...
On peut y voir réunie presque toute la distribution d'Un nouvel espoir, ainsi qu'y entendre une
chanson de Jefferson Starship.
• 1984 : L'Aventure des Ewoks (The Ewoks Adventure), réalisé par John Korty : le vaisseau de la famille Towani s’écrase sur la lune d'Endor. Les parents, Jermitt et Catarine, sont capturés par le géant
Gorax tandis que les enfants, Mace et Cindel sont récupérés par les Ewoks. Mace et Cindel partent à la
recherche de leurs parents avec l'aide des Ewoks…
• 1985 : La Bataille d'Endor (Ewoks : The Battle
for Endor), réalisé par Jim Wheat et Ken Wheat :
Suite de L'Aventure des Ewoks, l'histoire se déroule
quelques semaines après le téléfilm précédent. Toute
la famille Towani, à l'exception de Cindel, est tuée
par des barbares qui recherchent de la puissance.
Cindel et Wicket s’échappent des barbares qui les
avaient capturés et font la connaissance de Noa, un
explorateur qui s’est écrasé sur Endor il y a fort longtemps. Tous ensemble, ils vont essayer de quitter Endor...
6.6.2 Séries télévisées
• 1985 : Droïdes : Les Aventures de R2-D2 et C-3PO :
série animée qui se déroule entre l'épisode III et
l'épisode IV.
6.6. STAR WARS À LA TÉLÉVISION
• 1985 : Ewoks : série animée se déroulant avant
les événements du Retour du Jedi et des téléfilms
L'Aventure des Ewoks et sa suite La Bataille d'Endor.
• 2004 : Clone Wars : série animée qui se déroule entre
l'épisode II et l'épisode III.
• 2008 : Star Wars : The Clone Wars : film d'animation
qui sert de pilote a la série du même nom et dont
l'action se déroule entre l'épisode II et l'épisode III.
• 2008 : The Clone Wars : série animée dont l'action
se déroule entre l'épisode II et l'épisode III.
• 2013 : Lego Star Wars : Les Chroniques de Yoda : série animée se déroulant entre l'épisode II et l'épisode
III.
• 2014 : Star Wars Rebels : série animée se déroulant
entre l' épisode III et l' épisode IV.
• 2015 : Lego Star Wars : Les Contes des Droïdes : série
animée.
• ???? : Star Wars Detours : série animée qui se déroule entre l'épisode III et l'épisode IV. La série est
reportée afin que Lucasfilm puisse favoriser son développement sur l'épisode VII.
Une nouvelle série est également en projet depuis 2005 :
• Star Wars, dont la diffusion n'est pas prévue avant
2014 aux États-Unis, se déroulera entre les épisodes
III et IV et sera une série live, c'est-à-dire avec de
vrais acteurs.
6.6.3
•
Références
Portail de Star Wars
151
Chapitre 7
Univers étendu
7.1 Chronologie de la saga Star
Wars
Cet article décrit la chronologie des évènements se déroulant dans l'univers fictif de Star Wars. Star Wars
est une saga de science-fiction créée par George Lucas.
Dans l'univers de Star Wars, l'an 0 correspond à la bataille
de Yavin (BY). Les faits relatés les plus tardivement à ce
jour se déroulent durant l'an 137. En dehors des faits relatés dans les six premiers épisodes cinématographique de
la saga conçue par George Lucas, les autres faits appartiennent à l'Univers étendu de Star Wars et ne font plus Yavin 4
partie du canon officiel, dès lors que Lucasfilm a été racheté en 2012 par The Walt Disney Company et que de
nouveau films sont en préparation. La chronologie postéLes premiers affrontements eurent lieu pour récupérer les
rieure aux évènements se déroulant dans l'épisode VI : Le
plans de l'Étoile Noire.
Retour du Jedi sont donc sujets à une totale modification.
Leia Organa s’enfuit avec ces plans mais elle fut interceptée par le vaisseau de Dark Vador dans l'orbite de
Tatooine. Cependant elle réussi à envoyer R2-D2 avec
7.1.1 Chronologie des films
les plans et C-3PO pour mission de trouver Obi-Wan
• −32 : bataille de Naboo dans l'épisode I : La Menace Kenobi. Ils réussirent leur mission et lui transmirent un
message de Leia lui demandant d'emmener ces plans à
fantôme
son père adoptif Bail Organa sur Alderaan. Leia fut em• −22 : bataille de Géonosis dans l'épisode II : prisonnée sur l'Étoile Noire et torturée pour dévoiler où
L'Attaque des clones
se trouve la base secrète des Rebelles. Malgré ces tortures, elle ne dévoila rien, alors le Grand Moff Tarkin or• −22 à −19 : guerre des clones dans Star Wars : The donna la destruction d'Alderaan, sa planète natale pour
Clone Wars
la faire changer d'avis, sans succès. Obi-Wan embarqua
avec les droïdes en entrainant Luke Skywalker, le fils ca• −19 : fin de la guerre des clones et déclin de la Réché de Dark Vador, dans le Faucon Millenium commanpublique au profit de l’Empire dans l'épisode III : La
dé par Han Solo et Chewbacca. Quand ils arrivèrent près
Revanche des Sith
du lieu de la destruction d'Alderaan, ils se firent capturer
par l'Étoile Noire. Ils réussirent à sauver Leia mais Obi0 : bataille de Yavin dans Star Wars, épisode IV : Un Wan se laissa tuer par Dark Vador. Ils se dirigeaient vers
la base rebelle sur Yavin 4, cependant, un mouchard fut
nouvel espoir|épisode IV
placé sur le Faucon Millenium.
Articles détaillés : Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir et Bataille de Yavin.
En l'an 2 Av.BY, les cellules de résistance s’unirent lors
du Traité Corellien pour former l'Alliance pour la restauration de la République, mieux connu sous le nom
d'Alliance rebelle. Elle réussit à se constituer les bases
d'une flotte de vaisseaux ainsi qu'une armée de vétérans.
Après des analyses des plans, l'Étoile Noire présentait une
faille, un conduit d'aération de deux mètre. Mais la station entrait dans le système de Yavin et serait à portée de
tir dans quelques minutes. L'Alliance Rebelle mena une
attaque composée de X-wing, Y-wing et A-wing. Une
attaque négligée par Tarkin, le but des pilotes est de tirer dans le conduit d'aération ce qui déclencherait une
152
7.1. CHRONOLOGIE DE LA SAGA STAR WARS
réaction en chaine et la destruction de la station. Après
quelques tentatives manquées, Luke Skywalker grâce à
la Force réussi à tirer dans le conduit et détruire l'Étoile
Noire. La Bataille de Yavin fut un sérieux revers pour
l'Empire qui perdit de nombreux vaisseaux et un million
de soldats dont les meilleurs officiers présent sur la station
lors de sa destruction.
153
ramener son père vers le Côté Lumineux, sans succès.
Grâce à l'aide des Ewoks, les rebelles sur Endor réussissent à détruire le bouclier. Les chasseurs rebelles engagent, dès lors, l'assaut de l'Étoile de la Mort ; la flotte rebelle détruit l'Executor et de nombreux bâtiments impériaux pour gagner un maximum de temps. Dans la station,
l'empereur, voyant que Luke ne basculera pas vers le Côté Obscur, décide alors de le tuer par l'éclair de la Force ;
3 : bataille de Hoth dans Star Wars, épisode V : mais Vador, voyant son fils en train d'être tué, redevient
Anakin Skywalker et sauve son fils en tuant Palpatine, au
L'Empire contre-attaque
prix de sa vie. Luke parvient à sortir de la station avec
son père agonisant in extremis, tandis que les rebelles déArticle connexe : Bataille de Hoth.
Article détaillé : Star Wars, épisode V : L'Empire truisent la Seconde Étoile de la Mort.
contre-attaque.
Nouvelle République et déclin de l'Empire
L'Empire chercha la nouvelle base secrète des Rebelles
dans toute la galaxie jusqu'à ce qu'une sonde impériale
réussit à trouver le repère. Dark Vador avec l'Executor
attaqua la base rebelle mais l'incapacité de l'Amiral Ozzel ne permit pas de la bombarder. Dark Vador l'exécuta
et attaqua la Base Echo par voie terrestre. Même si cette
bataille marqua par la défaite des Rebelles, l'Empire y
sortit une nouvelle fois bredouille car aucun haut gradé
ne fut capturés, de nombreux convois réussirent à forcer
la flotte impériale et la flotte rebelle était cachées ailleurs.
Article détaillé : Nouvelle République (Star Wars).
Article détaillé : Vestiges de l'empire.
Un mois suivant la Bataille d'Endor, l'Alliance rebelle se
transforma en Nouvelle République. L'Empire se vit dans
l'incapacité à trouver un successeur à Palpatine et perdit
les trois quarts de son territoire au profit de la Nouvelle
République dont sa capital Coruscant. L'Empire se scindait en plusieurs empires commandé par des Seigneurs
de guerre jusqu'à la prise au pouvoir de l'Amirale Daala
4 : bataille d'Endor dans Star Wars, épisode VI : Le qui fit exterminer tous les Seigneurs de guerre et créa les
Vestiges de l'empire.
Retour du Jedi
Article détaillé : Bataille d'Endor.
Fin de la guerre
Article détaillé : Star Wars, épisode VI : Le Retour du
Jedi.
La Nouvelle République et les Vestiges de l'empire seront
en guerre jusqu'en l'an 19 Ap. BY où un traité de paix fut
Ayant appris le lieu de la construction de la Seconde signé mettant une fin définitive à la guerre.
Étoile de la Mort et le fait que l'empereur Palpatine superviserait sa construction, l'Alliance rebelle l'attaqua pour
détruire l'Empire. Les rebelles devaient tout d'abord dé- 7.1.2 Chronologie des livres
truire le bouclier situé sur la Lune forestière d'Endor, puis
pénétrer dans la structure de la station et détruire le gé- Article détaillé : Bibliographie chronologique de Star
nérateur de l'Étoile de la Mort, ce qui engendrerai sa des- Wars.
truction.
Malheureusement, les rebelles réalisèrent trop tard qu'ils
étaient tombés dans un piège tendu par l'empereur pour 7.1.3 Chronologie simplifiée
annihiler l'Alliance. Les rebelles situés sur Endor sont
• −36 400 : Des érudits de toute la galaxie se resurpris par l'arrivée supplémentaire de troupes impériales
groupent sur la planète Tython afin de partager leurs
et doivent engager un combat qui retarde la destruction
découvertes sur une mystique énergie, la Force.
du générateur de l'Étoile de la Mort. Pendant ce temps,
la flotte rebelle ne peut attaquer l'Étoile de la Mort tant
• −25 740 : Découverte du côté obscur. Il en découle
que le bouclier reste actif ; l'armement de l'Étoile de la
une scission entre les érudits qui débouche sur la
Mort, les destroyers stellaires et l'Executor empêchent
guerre de la Force. Au bout de 10 ans d'un comtoute fuite possible à la flotte qui doit engager le combat acharné, les survivants se réunissent pour fonder
bat et tenir jusqu'à ce que le générateur de bouclier de la
l'Ordre Jedi, édictant les fameux codes et préceptes
station spatiale soit détruit. Luke Skywalker est, pendant
qui doivent empêcher les membres de sombrer dans
ce temps, emmené devant l'Empereur par son père Dark
la mégalomanie.
Vador, dans la station. L'empereur tente de faire basculer Luke du Côté Obscur, tandis que ce dernier tente de
• −25 000 : naissance de la République.
154
• −24 900 : les Jedis rejoignent la République, mettant leur sagesse et leur force à sa disposition.
• −7 000 : Second Grand Schisme opposant l'Ordre
Jedi et les Jedi noirs. Ces derniers sont vaincus et
doivent partir en exil. Cent ans plus tard, ils débarquent sur Korriban et fondent l'Empire Sith
• Vers −5 000 : Découverte de l'Empire Sith et Grande
guerre de l'Hyperespace (opposant l'Ordre Sith de
Naga Sadow à la République).
• Vers −4 050 : La guerre des Sith (ordre Sith d'Exar
Kun contre la République).
• Vers −4 000 : guerres Mandaloriennes (entre la République et les Mandaloriens) Sur Taris, un pacte se
crée au sein des Jedi pour contrer un éventuel retour
des Sith.
• −3 996 : guerre civile des Jedi. Les Jedi Revan
et Malak tombent du côté obscur et prennent le
contrôle de l'Empire Sith. Destruction de la Forge
Stellaire par Revan, revenu du côté clair de la Force.
• −3 991 : chute des Seigneurs Sith de l'Académie de
Trayus, sur Malachor V, tués par l'Exilée.
• −1 000 : Seconde guerre civile entre les armées Jedi
et Sith (Confrérie Sith du Seigneur Kaan).
• Vers −600 : Confrontation entre les Jedi et les Sœurs
de la Nuit de Dathomir.
• −32 : Blocus de Naboo par la Fédération du commerce. Bataille dite « des plaines » (Fédération du
commerce contre Naboo et Gungans). Épisode I :
La Menace fantôme. Dark Plagueis est tué par son
apprenti Dark Sidious.
• −22 : Conflit d'Ansion (Jedi contre Séparatistes).
Découverte de l'armée clone. Bataille de Géonosis (République contre Séparatistes). Épisode II :
L'Attaque des clones.
• −21 : Bataille de Kamino (République contre Séparatistes). Bataille D'Ohma-D'un (Jedi contre Jedi Asajj Ventress et Durge). Bataille de Queyta (Jedi contre Séparatistes), destruction de la Faucheuse
noire par Anakin Skywalker, bataille de Saleucami
(armée de la République contre Séparatiste et morts
de deux Jedi noirs).
CHAPITRE 7. UNIVERS ÉTENDU
• An 0 : Bataille de Yavin. L'Étoile noire est détruite.
Épisode IV : Un nouvel espoir. À la suite d'un blocus
impérial, les Rebelles abandonnent Yavin 4.
• 1 : Bataille de Taanab (habitants de Taanab et Lando
Calrissian contre pirates de l'espace). « Guerres »
des chasseurs de primes.
• 3 : Bataille de Hoth (Rebelles contre Empire). Han
Solo et Leia Organa tombent dans un piège tendu par
Dark Vador sur Bespin (Rebelles contre Empire).
Épisode V : L'Empire contre-attaque.
• 4 : Bataille de la Grande Fosse de Carkoon et mort
de Jabba le Hutt (Rebelles contre Jabba le Hutt et
ses sbires). Bataille d'Endor (Rebelles contre Empire). Chute de l'empereur Palpatine et de Dark Vador. Épisode VI : Le Retour du Jedi.
Trêve de Bakura (Empire et Rebelles contre SsiRuuk).
• 6 : Bataille de Coruscant (Rebelles contre Empire).
• 8 : Mariage de Leia Organa Skywalker et de Han
Solo.
• 9 : Campagne du Grand Amiral Thrawn (Nouvelle République contre les Vestiges de l'Empire).
Thrawn périt lors de l'affrontement de Bilbringi.
• 10 : Alors que les Républicains sont aux abois, un
clone de l'Empereur prend les commandes des Vestiges. (Nouvelle République contre les Vestiges de
l'Empire). Attaque de Mon Calamari par les Dévastateurs de Mondes, nouvelle arme de l'Empereur.
(Nouvelle République contre Empire).
• 17 : Crise d'Almania (Nouvelle République contre
forces du Jedi noir Kueller).
• 18 : Insurrection Corellienne (Nouvelle République
contre Triades).
• 19 : Traité entre la Nouvelle République et les
Vestiges de l'Empire.
• 27 : Conquête Yuuzhan Vong (Nouvelle République
et Vestiges de l'Empire contre les Yuuzhan Vong).
• 40 : Seconde Guerre Civile Galactique (Alliance
Galactique contre Corellia et ses alliés). Prise de
pouvoir de Jacen Solo et début de son règne totalitaire.
• −19 : Bataille de Coruscant (République contre Séparatistes). Ordre 66 : retournement des troupes
clones contre leurs officiers Jedi sur ordre du 7.1.4 Notes et références
chancelier suprême Palpatine ; quasi-annihilation de
l'ordre Jedi. Proclamation de l'Empire galactique.
• Cet article est partiellement ou en totalité issu de
Épisode III : La Revanche des Sith.
l'article intitulé « Guerre Civile Galactique » (voir
la liste des auteurs).
• −11 : arrivée des Stormtroopers sur Tatooine.
• An 0 : La planète Alderaan est détruite par l'Étoile
noire.
•
Portail de Star Wars
7.2. LISTE DES ESPÈCES DE STAR WARS
7.2 Liste des espèces de Star Wars
Cet article recense les espèces de l'univers de Star Wars.
7.2.1
Espèces intelligentes
Biths
155
peau leur permet de filtrer les rayons UV de leur planète.
Voici le seul représentant Chagrien :
• Mas Amedda, assistant du Chancelier Palpatine.
Chiss
Article détaillé : Chiss.
Espèce native de Clak'door VII. Les Biths sont principalement tournés vers la musique et les mathématiques. Les Chiss viennent de Csilla et sont des humanoïdes à la
Dans la Cantina de Mos Eisley (épisode IV) et dans le peau bleue et aux yeux rouges luisants. Voici deux Chiss :
boîte de nuit Le Barbare (épisode II), on en voit jouer de
la musique afin de divertir les clients. Leur groupe de mu• L'Amiral Impérial Thrawn.
sique s’appelle les Modals Nodes. Par contre, ceux qui ne
• Le nébuleux Jedi Nuru Kungarama, vivant pendant
jouent pas de la musique finissent souvent ruinés.
la guerre des clones. On pense que sa découverte en
33 av.BY a convaincu Dooku de devenir Sith.
Céréens
Les Céréens sont une race d'extraterrestres humanoïdes
issus de la planète Céréa située dans la bordure extérieure. Ils sont facilement identifiables à leurs grosses prédominances crâniennes dues à leur cerveau binaire. Ainsi
cette espèce est dotée d'un avantage évolutif majeur qui
permet aux Céréens une capacité d'analyse et de résolution de problèmes largement supérieure à la moyenne.
Leur cerveau, volumineux et efficace, est irrigué par un
système vasculaire inédit, constitué de deux cœurs, indispensables à l'oxygénation d'une telle masse cérébrale.
Cette espèce est connue pour ses qualités pacifiques et,
vivant en symbiose avec la nature, ils possèdent une notion de philosophie très développée. Le 3e plus important membre du Conseil Jedi appartient à cette espèce, il
s’agit de Ki-Adi-Mundi. Ils sont obligés d'avoir plusieurs
femmes, car il y a trois fois plus de filles que de garçons et
donc, l'espèce est menacée. C'est ainsi que maître Mundi eut l'autorisation de se marier, exceptionnellement. Le
seul connu est Ki-Adi-Mundi.
Dugs
Les Dugs sont des créatures utilisant principalement leurs
mains pour marcher, leurs pieds servant à saisir des objets. Ils sont d'une nature agressive, et conservent une
haine envers les animaux de leur planète, Malastare. Il
y a notamment :
• Sebulba, le rival d'Anakin Skywalker lors de la
course de modules de Mos Espa, sur Tatooine dans
l'épisode I.
Duros
Les chalactéens (ou chalactas) sont une espèce humanoïde, à l'apparence physique très proche de celle des humains, cela explique que même un gouvernement aussi xénophobe que l'Empire galactique les considérait
comme des citoyens. On ne connaît aucune différence
physiologique significativement mesurable qui permette
de distinguer un chalactéen d'un être humain mais, en
même temps, toutes les sources affirment qu'ils sont une
espèce distincte.
Les Duros sont une espèce humanoïde de Star Wars. Ils
ont la peau verte ou bleue et des yeux allant de orange à
rouge. Ils mesurent de 1,70 m à 2,20 m et n'ont pas de
nez. Ils parlent le Durese. Ils sont connus pour être les
premiers grand explorateurs de l'univers et créèrent les
grandes routes commerciales connues. Lors de leurs explorations ils colonisèrent la planète Neimoidia dont les
descendants devinrent une espèce particulière dotée d'un
fort sens du commerce, les Nemoidiens. L'une de principales insultes des Duros est d'être appelé Némoidien
car les neimoidiens ont tendance à être lâches, avides et
à avoir peur de la mort, alors que la majorité des Duro
sont aventureux, sociables et pacifiques. Les Duros sont
ovipares, ce qui est rare chez les humanoïdes, et, après
l'éclosion des jeunes Duros dans leur nid, ils sont pris en
charge et éduqués par leur famille. C'est une autre différence entre les Duros et les Nemoidiens qui laissent leur
progéniture se débrouiller seule.
Chagriens
Ewoks
Chalactéens
Les Chagriens ou Champaliens sont originaires de la Article détaillé : Ewok.
planète Champala située dans le système de Chagri. Leur
156
CHAPITRE 7. UNIVERS ÉTENDU
Sorte d'ours en peluche mesurant environ un mètre de qu'on voit dans la série The Clone Wars, lorsque Luminara
haut, formant un peuple à la technologie primitive et ha- Unduli est enlevée.
bitant la lune-sanctuaire Endor. Le plus connu des Ewoks
est Wicket
Gorax
Gamorréens
Les Gorax sont des créatures humanoïdes géantes pouvant atteindre près de 30 mètres de haut. On les trouve
généralement sur des mondes isolé tel qu'Endor.
Grans
Les Grans sont des humanoïdes mesurant 1,60 m en
moyenne, descendants d'ongulés herbivores et originaires
de la planète Kinyen. Ils ont une tête ressemblant à celle
d'un bouc (ou d'un veau) imberbe, trois yeux noirs protubérants, des oreilles triangulaires en éventail ainsi que de
petites cornes sur le haut du crâne. Ils bénéficient d'une
excellente vision et distinguent plus de couleurs que la
plupart des espèces. Comme n'importe quels ongulés, ils
possèdent plusieurs estomacs et les femelles gran arborent
trois seins.
Gungans
Les Gungans sont originaires des marais de Naboo. Ce
sont des créatures amphibies qui occupent des cités sousmarines en forme de bulles situées dans de profonds lacs.
Leur capitale est Otoh Gunga. Leur chef s’appelle Boss
Nass. Le Gungan le plus connu est Jar Jar Binks. Après la
bataille de Naboo, le Conseil d'Otoh Gunga décide d'aller
Un Gamorréen.
peupler une des lunes de Naboo : Ohma-D'Un. Mais ils
resteront nombreux sur Naboo, et furent approchés par
Le Gamorréen apparaît dans l'épisode VI de la saga. le Général Grievous pendant la guerre des clones, mais
Étant aussi forts que stupides, ce sont des hommes de surent résister.
troupes parfaits à la fois courageux et brutaux. Ils sont utilisés par Jabba le Hutt afin de protéger son palais. Leur
planète d'origine est Gamorr. Le physique des Gamorréens (humanoïde à tête porcine) rappelle les orques du Gurlanins
jeu de rôle Donjons et Dragons.
Les Gurlanins sont une espèce de prédateur reptilienne,
vivant sur Qiillura[1] . Ces êtres ont la capacité de changer
Géonosiens
d'apparence à leur guise et de devenir indétectable dans la
Force. Leur monde, encore vierge il y a peu de temps, acArticle détaillé : Géonosiens.
cueillit des agriculteurs venus cultiver une espèce d'épice
très chère poussant en quantité importante sur la planète.
Insectoïdes ailés vivant sur Géonosis, une planète aride Cette arrivée soudaine et imprévue est vécue comme une
possédant un anneau, ce qui la fait ressembler à Saturne. véritable invasion par les Gurlanin. En effet, ceux-ci sont
L'archiduc de Géonosis, Poggle le Bref, collabore avec la obligés de réduire de plus en plus leur territoire compoConfédération des systèmes indépendants en fabriquant sé de forêts, pour laisser place aux exploitations agricoles
leurs droïdes dans des méga-fonderies, qui causeront la des colons. Les Gurlanins ont passés un accord avec la
1re et 2e Batailles de Géonosis. Les Géonosiens sont ser- République : ils deviennent des espions pour elle et en
vis par leurs drones, à l'intelligence peu développée et for- contre-partie, cette dernière s’engage à faire retirer toute
mant des ruches. Ces derniers semblent issus d'une reine, présence humaine de Qiilura.
7.2. LISTE DES ESPÈCES DE STAR WARS
157
Hommes des Sables
Ithoriens
Article détaillé : Tuskens.
Les Ithoriens possèdent quatre gorges très puissantes et
sont originaires de la planète Ithor. Momaw Nadon, la
créature de la cantina plus connue sous le nom de « tête
de marteau » est un Ithorien. Il y a aussi Rorron Korobb,
c'est un Jedi proche de Shaak-ti. Il l'accompagne pour
protéger le Chancelier Palpatine dans Clone Wars. Il possède un sabre laser bleu. Il combat le général Grievous
courageusement mais se fait tuer par celui-ci.
Ils sont aussi appelés Pillards Tuskens, ce sont des créatures vivant sur la planète Tatooine. Pour survivre au sable
et à la chaleur, ils se langent la tête dès la naissance, leur
conférant une apparence que les personnages humains des
films trouvent généralement repoussante, même si leurs
bandages cachent des êtres sensibles. Si par malheur l'un
d'eux dévoile son visage, il est aussitôt banni de son clan
ou tué, selon la tribu. Les hommes des sables attaquent
en groupe. Quand quelqu'un leur fait peur, ils s’éloignent
prudemment puis reviennent à la charge avec des ren- Jawas
forts. Ils parlent une langue inconnue des Archives Jedi
mais comprise par les droïdes anciens. Deux Hommes des Article détaillé : Jawa (cinéma).
Sables :
• Sharad Hett, Jedi Noir qui put léguer son fils à Ki- Les Jawas sont le second peuple originaire de Tatooine
avec les Hommes des Sables. Ils utilisent les chars des
Adi-Mundi avant d'être tué par Aurra Sing.
sables pour se déplacer, pratiquent le troc et la récupéra• A'Sharad Hett, fils de Sharad et qui survécut à tion de droïdes et sont parfois victimes des Tuskens. On
l'Ordre 66. Il deviendra plus tard Dark Krayt.
les voit surtout dans l'épisode IV. Ils portent des foulards
et nul ne voit leurs visages
Humains
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
Kaleeshs
incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Les Kaleeshs, natifs de la planète Kalee, sont des reptiles
aliens très intelligents. Ils sont en guerre depuis toujours
contre les Huks qui sont beaucoup plus évolués qu'eux.
Mais l'arrivée du Kaleesh Qymaen jai Shelaal (le Général
Grievous) va bouleverser les Huks. Qymaen tua des milliers de Huks et fut proclamé Seigneur de Guerre de Kalee. Un jour, San hill, dirigeant de la guilde du commerce,
proposa à Qymaen de travailler pour lui et en échange il
subviendrait aux besoins des Kaleeshs. Mais le marché ne
Hutts
fut pas respecté par San Hill. Qymaen devint Grievous à
Article détaillé : Hutt (espèce).
cause du crash de sa navette personnelle, commandité par
Sidious, Dooku et San Hill et les Kaleeshs continuèrent de
Les Hutts ressemblent à des grosses limaces vertes, jaunes crier famine.
ou brunes. Ils apparaissent dans les épisodes I, IV (édition
spéciale) et VI de Star Wars et dans la série télévisée
d'animation The Clone Wars. Les plus célèbres des Hutts :
Kaminoans
• L'incontestablement connu Jabba le Hutt.
Anciennes créatures marines, les Kaminoans s’adaptèrent
• Ziro le Hutt, grand seigneur du Soleil noir pendant
finalement et migrèrent vers la surface de leur planète
la guerre des clones. Traqué par Quinlan Vos, il sera
où ils construisirent plusieurs magnifiques cités sur l’eau
tué par son cousin Jabba pour que ce dernier puisse
comme leur capitale, Tipoca City. Mince, d'une stature
préserver sa sécurité.
longue et élégante, ils vivent principalement sur Kamino
et sont réputés pour leur savoir génétique. Ils sont à
l'origine de la grande armée de l'Ancienne République
Iktotchis
pour laquelle ils ont cloné des centaines de milliers de
Les Iktotchis mesurent en moyenne 1,88 m. Ils ont la peau soldats (et le soi-disant fils de Jango Fett : Boba Fett qui
beiges et ont deux cornes partant des côtés de leur crâne. est un clone à croissance rapide) à partir du chasseur de
Saesee Tin est un Iktotchi.
primes Jango Fett.
L'espèce humaine est l'espèce la plus répandue dans
l'univers de Star Wars. La majorité des habitants
d'Aldéraan, Chandrila, Corellia et Jabiim sont humains.
L'Empire galactique n'engage que des humains (sauf pour
certaines exceptions comme l'amiral Thrawn) et rend esclaves les autres races.
158
Kel'Dor
CHAPITRE 7. UNIVERS ÉTENDU
• Barriss Offee, padawan de cette dernière.
Les Kel Dor viennent de Dorin et sont des humanoïdes
dont la taille varie de 1,4 mètre à 2 mètres et dont la par- Mon Calamaris
ticularité est de respirer du méthane, pour vivre. Ceci leur
permet de survivre quelques minutes dans le vide spatial. Les Mon Calamari sont les habitants de la planète du
même nom en compagnie de leurs éternels rivaux, les
Le Maître Jedi Plo Koon est un Kel Dor.
Quarren. Ils ont un corps orangé, semblable à celui des
humains, mais muni d'une tête de poisson : ils vivent touKiffars
jours sous l'eau. Voici quelques Mon Calamari :
Les Kiffars sont originaires de la planète Kiffex. Ils ont la
• Nahdar Vebb, Chevalier Jedi et disciple de Kit Fisto
même apparence que les humains mais ont tout de même
• Bant Eerin, aussi Chevalière Jedi, elle fut la padawan
quelques particularités comme une peau sombre et des
de Maître Fisto
cheveux noirs. Ils ont également un tatouages doré vertical ou horizontal sur le visage, mais peuvent en avoir sur
• L'Amiral Ackbar, membre de l'Alliance rebelle et
d'autres parties du corps. Ils sont divisés en plusieurs clan
visible dans l'épisode VI.
comme le clan des Vos, Gardiens de la lune Kiffu. Les
plus célèbres Kiffars sont le grand maître Jedi Quinlan
Vos et l'une des chefs du clan des Vos, Sheyf Tinté.
Mustafarians
On ne peut pas vraiment dire que Mustafar ait des habitants car ce n'est qu'une planète principalement recouLes Lurmens sont des créatures entre l'homme, le singe verte de magma ; mais il y a des ouvriers. On peut voir
et le rongeur, de petite taille. Ils se déplacent en se met- cette espèce dans La Revanche des Sith.
tant en boule. Ce sont des pacifistes que refusent traditionnellement de s’armer, même pour se défendre. On les Muuns
rencontre dans l'épisode 14 de la saison 1 de la série The
Clone Wars.
Les Muuns viennent de la planète Muunilinst. Ils resLurmens
semblent beaucoup aux Humains mais ont un crâne très
allongé et une taille moyenne de 1,90 m. Les seuls Muuns
Maraudeurs de Sanyassan
connus sont le président du Clan Bancaire Intergalactique
Les Maraudeurs de Sanyassanse se trouvent sur la lune San Hill et le seigneur Sith Dark Plagueis.
forestière d'Endor. Ils sont dirigés par Terak qui mourut
en ayant combattu les Ewoks.
Nagais
Miralukas
Les Miralukas sont une espèce proche des humains, à la
différence que ceux-ci possèdent deux cavités creuses à
la place des yeux. Leur vue leur a été arrachée et ils voient
désormais à travers la Force. Tous leurs représentants
sont réceptifs à la Force, la plus célèbre est sans doute
Visas Marr, transformée en Sith après la destruction de
la colonie de Katarr par Dark Nihilus, environ 4 000 années avant la Bataille de Yavin.
Les Nagais viennent de la planète Nagi. Ils sont rapides
et robustes et portent souvent des vêtement sombres et
moulants. Ils ont toujours au moins une arme blanche sur
eux. La société nagai est organisée selon une hiérarchie
militaire et c'est grâce à des insignes, coiffures et autres
signes distinctifs que les différents grades et groupes se
reconnaissent. Individuellement, les Nagais sont froids et
disciplinés. Ils possèdent un sens martial et de l'honneur
très développé et respectent leurs ennemis. Leurs pires
ennemis sont les Tofs. Ils se font la guerre depuis toujours.
Dark Nihl est un Nagai.
Mirialans
Nautolans
Les Mirialans sont une espèce d'aliens proches des humains. Ils se distinguent d'eux par la couleur de leur peau
brun verdâtre et par leurs tatouages noirs sur leur visage.
On distingue comme principaux représentants de cette
espèce deux Jedi :
Les Nautolans, quelques fois désigné sous le terme de
Nautiloïds, ces êtres amphibies à la peau verte ou bleue
et aux yeux noirs globuleux. Leurs cheveux sont des lekku (queues crâniennes) qui détectent les émotions et qui
bougent selon leur excitation. Ils sont originaires de Glee
• Luminara Unduli, membre du Conseil Jedi pendant Anselm. Bien qu'ils aient établi des colonies tout autour
la guerre des clones.
de leur monde aquatique, la civilisation Nautolane a été
7.2. LISTE DES ESPÈCES DE STAR WARS
159
fondée dans la région de Sabilon. Le plus connu des Nau- des Wookies. Ils vivent sur la planète Honoghr qui fut
tolans était le maître Jedi Kit Fisto, un héros de la guerre contaminée par Trihexalophine1138, une toxine destinée
des clones.
pour Naboo, lors d'un combat spatial durant la guerre des
clones. Dark Vador promit aux Noghris l'aide de l'Empire
pour restaurer leur planète, en échange de quoi la plupart
Neimoidiens
des jeunes Noghris seront enrôlés comme assassins. Leia
parviendra à briser cette situation en leur démontrant que
Ils viennent de Neimodia et par leur aspect extérieur, les l'Empire leur mentait, ce qui eut pour conséquence diNeimoidiens sont des humanoïdes à la peau vert olive recte l'assassinat du Grand Amiral Thrawn des mains de
et grise, dont le visage possède un large nez aplati. Le son garde du corps Noghri, Rukh.
Vice roi de la Fédération du commerce Nute Gunray est
un Neimodien. Rune Haako, lieutenant de la Fédération
commercial, en est un autre. Ils ont colonisé de nomOngrees
breuses planètes tels que Cato Neimoidia, Deko Neimoidia et Koru Neimoidia.
Les Ongrees sont originaires de l’Amas de Skustell. Ils
sont caractérisés par une peau jaune et par une morphologie crânienne particulière avec des appendices oculaires
Niktos
tombant en dessous du niveau de leur bec. Ces deux apLes Niktos sont originaires de la planète Kintan. Ce sont pendices flexibles leur permettant de voir un objet sous
des humanoïdes à la peau très dure ayant quatre cornes beaucoup d'angles. Cette capacité a peut-être stimulé la
sur le crâne et de nombreux appareils respiratoires. Les mentalité commune des Ongrees à examiner une situaradiations émises par une nova proche de leur planètes a tion sous toutes les perspectives possibles. Le maître Jedi
provoqué des modifications génétiques et a créé des sous- Pablo-Jill est un Ongree apparaissant dans l'épisode II,
lors de la bataille dans l'arène de Géonosis.
espèces de Niktos :
• les Kajain’sa'Niktos ou Niktos Rouges, plus
connus sous le nom de Morgukais sont les plus com- Ortolans
muns. Ils ont une pigmentation de la peau rouge,
plus de cornes et d'appareils respiratoires et un nez Originaires de la planète Orto, les Ortolans sont
d'étranges créatures à la peau bleue et ressemblant à des
presque inexistant ;
éléphants, avec leur grande trompe et leurs oreilles surdi• les Kada’sa ou Niktos Verts ont la seule particulari- mensionnées. On en voit un notamment dans l’épisode VI,
té d'avoir de grands yeux. Ils vivent principalement Max Rebo, le chef d'orchestre et leader du groupe « Max
Rebo Band » qui se produit dans le palais de Jabba.
dans les forêts de Kintan ;
• les Esral’sa ou Niktos des Montagnes n'ont pas de
cornes et ont la peau bleu-gris. Ils ont une remar- Pau'ans
quable capacité d'adaptation aux températures grâce
Originaire d'Utapau, les Pauans sont en général plus grand
à des organes de thermorégulation ;
que les humains, ont la peau grisâtre et ridée.
• les Gluss’sa ou Niktos Pâles ont la peau blanc-gris
et vivent dans les îles de Kintan. Ils ont les mêmes
cornes que les Niktos rouges et les mêmes traits de Quarrens
visage que les Niktos des Montagnes ;
Les Quarrens sont des êtres partiellement humanoïdes
• enfin, les M'Shento’su ou Niktos du Sud ont une dont la tête est similaire au corps d'un poulpe, originaires
peau jaune ou orange. Ils ne possèdent aucune corne de la planète Mon Calamari. Ainsi, ces derniers ont de
et, comme les Niktos Rouges, ont des organes res- nombreux tentacules dissimulant une sorte de bec. Leur
grande intelligence leur vaut d'être souvent chefs d'une orpiratoires sur le cou.
ganisation, mais rarement en étant le principal cerveau.
Ils servent souvent à diriger les branches des organisaBok et Ausar Auset appartiennent à cette espèce.
tions basées sur des planètes spécifiques (comme Lopak
Slusk, chef de l'Échange sur Télos, ou encore Visquis,
responsable du Secteur des Réfugiés de Nar Shaada,
Noghris
toujours pour l'Échange, dans le jeu vidéo Star Wars :
Ce sont des humanoïdes gris, avec un talent inné pour KOTOR 2). Durant la Guerre Civile Galactique, ils se ranl'infiltration et le combat au corps-à-corps. Ils ont aus- gèrent aux côtés des Impériaux tandis que les Mon Calasi un sens de l'honneur très développé, proche de celui mari rejoignaient l'Alliance Rebelle.
160
Quermiens
CHAPITRE 7. UNIVERS ÉTENDU
Sith
Les Sith (aussi appelés Sith Rouge à l'époque de l'Ancien
Empire Sith ou Sith au sang pur lors de la résurgence de
l'Empire Sith) étaient l'espèce indigène de la planète Korriban. Ils avaient la peau rouge et une « barbe de tentacules » et avait un talent naturel pour la maîtrise de la
force. Naturellement cruels et manipulateurs, les Sith se
sont propagés dans la Bordure extérieure dans les premiers temps de l'Ancienne République, centrant leur empire sur Korriban. Quelque temps après le Grand Schisme
Jedi, des Jedi noirs déchus et en fuite ont trouvé refuge
sur la planète. Les nouveaux arrivants furent bientôt élevés comme des dieux, devenant les dirigeants des Sith.
Au fil des siècles, les croisements entre les Jedi noirs huRakata
mains et les Sith, créa une demi-espèce avec un énorme
talent pour la manipulation de la Force. Cette espèce, qui
Les Rakata vivent dans le système Lehon. Ils étaient les a également été appelé Sith, avait la peau rouge comme le
maîtres du premier empire galactique connu de la Ga- Sith original. Un membre éminent de cette demi-espèce
laxie, l'Empire infini. C'est une race ancienne ayant eu était le Seigneur Sith Marka Ragnos.
une avance technologique majeure sur le reste de la Galaxie. Ils apparaissent pour la première fois dans Star
Wars : Knights of the Old Republic.
Sullustéens
Les Quermiens sont originaires de Quermia. Ce sont des
créatures invertébrées. Ils possèdent deux paires de bras
et une paire de jambes terminées par des griffes et un long
cou terminé par une petite tête à deux cerveaux. Leur
corps est fragile et ils ont une taille qui va jusqu'à 2,3
m. Leur peau varie du blanc au gris. Dernière particularité des Quermiens, ils possèdent leurs organes olfactifs
sur les mains de l'une de leurs deux paires de bras. Les
Quermiens sont une espèce créée par les Xextos. Le plus
célèbre d'entre eux est le maître Jedi Yarael Poof.
Rattatakis
Originaires d'une planète volcanique nommée Sullust,
leurs principales caractéristiques sont de gigantesques
oreilles ainsi qu'une peau visqueuse (nien numb).
Ils viennent de Rattatak. Ce sont des ennemis jurés des
Mirialans.
Thisspasiens
Les Thisspasiens viennent de la planète Thisspias. Ils ont
la peau verte, une queue serpentiforme, quatre mains et
aucun pied. Ils ont une durée de vie de quelques centaines
Issus de la planète Rodia, les Rodiens vivent en symbiose d’années. Le maître Jedi Oppo Rancisis est thisspasien.
avec leur environnement. Cette espèce, d'une intelligence
particulièrement développée, possède plusieurs facultés
T'Landa til
étonnantes : ils peuvent se métamorphoser selon leur environnement et savent nager comme des Sirènes si ce n'est
Les T'Landa til sont des créatures quadrupèdes dotées
mieux. Ils ont une tête de mouche verte avec des yeux glod'une corne sur le front. Ils présentent des aspects combuleux bleu. Greedo est le Rodien le plus célèbre, il appamuns avec les Hutts. En gonflant les poches de leur cou,
raît dans l'épisode IV. Du temps de la guerre des clones,
ils peuvent créer de puissantes vibrations. Ils ont aussi fait
leur sénateur est Onoconda Farr, qui est assassiné par l'un
partie d'une grosse escroquerie sur Yelsia en enrôlant des
des siens.
personnes dans une religion qui n'existait pas, ceux-ci fiLes rodiens ont l'habitude de se battre clan contre clan nissaient dans des usines de raffinage d'épices.
pour l'honneur et pour des terres, c'est une guerre clanique rodienne sacrée diffusée par des vidéos droides et
regardée par une foule de spectateurs. On peut donc dire Togrutas
que chez les rodiens, la guerre est sacrée.
Êtres humanoïdes originaires de la planète Shili, on les
confond souvent avec les Twi'leks à cause de leurs lekkus.
Le maître Jedi Shaak Ti fait partie de cette espèce, ainsi
Sanyassan
que la padawan d'Anakin Skywalker, Ahsoka Tano.
Rodiens
Les Sanyassan (aussi appelés Maraudeurs de Sanyassan)
sont originaires du monde de Sanyassa, ce sont des huma- Togoriens
noïdes de deux mètres de haut, à la peau écailleuse et au
visage simiesque. La plupart d'entre eux se sont échoués Originaire de la planète Togoria, les Togoriens sont
sur la lune d'Endor et cherchent à la quitter.
des bipèdes félins recouvert d'une fourrure grise et res-
7.2. LISTE DES ESPÈCES DE STAR WARS
161
semblent à des loup garous.
Toydarians
Originaires de Toydaria, les Toydarians sont munis de
deux paires d'ailes, compensant leur petite taille (environ 1 mètre), en leur permettant de se maintenir en vol à
hauteur humaine. Ils ont sur le visage une petite trompe
et sont d'habiles négociants. Le Toydarians le plus connu
est Watto, propriétaire de l'esclave Anakin Skywalker et
de sa mère sur Tatooine. Durant la guerre des clones, ils
voulurent rester neutres dans un premier temps, jusqu'à
ce que leur roi Katunko soit convaincu par Bail Organa.
Le Comte Dooku, pour se venger, envoya Savage Opress
pour le capturer, mais il préféra le tuer. Les Toydarians
sont insensibles à la force, ils ne peuvent ni l'utiliser ni
être manipulé grâce à elle.
Trandoshans
Appelés aussi Trandosiens, ce sont des reptiliens pouvant mesurer jusqu'à 2 mètres. Habitant Dosha, planète
voisine de Kashyyyk, leurs ennemis héréditaires sont
les Wookies. Alors qu'ils étaient en pleine crise économique, la Confédération Séparatiste leur proposa un accord d'invasion de Kashyyyk. À la suite de l'avènement
de l'Empire Galactique, les Trandoshans (qui s’appellent
entre eux T'Doshok) réussirent à obtenir une autorisation
d'exploitation des Wookies comme esclaves. Les Trandoshans sont de très redoutables guerriers, étant l'une des
rares espèces intelligentes capable de rivaliser au corps à
corps avec les Wookies. Certains d'entre-eux devinrent
des chasseurs de primes réputés, comme Bossk, qu'on
Un Ugnaught
voit dans l'épisode V.
Twi'leks
Êtres humanoïdes primitifs, originaires de la planète
Ryloth, présentant deux lekku (appendice tentaculaire
crânien, ces appendices contiendraient une sorte de mémoire inconsciente), dont les femelles sont souvent utilisées comme danseuses dans les cantinas, ou comme
des esclaves. On peut noter que les femelles ont évolué
différemment des mâles, en raison de l'absence d'oreille
à proprement parler. Aayla Secura (une Jedi) est une
Twi'lek. Bib Fortuna, le second de Jabba le Hutt est un
Twi'lek mâle. Les Twi'leks peuvent se reproduire avec les
humains[2] .
Ugnaughts
Le Ugnaught est une espèce fictive de Star Wars. On peut
en apercevoir à la cité des Nuages, travaillant pour Lando
Calrissian. Il ressemble à un nain couplé à un cochon : il
possède un petit groin retroussé ainsi que des joues do-
dues. Les Ugnaughts sont des travailleurs autant acharnés
que loyaux et possèdent une riche tradition orale.
Utais
Natifs de la planète Utapau, ne dépassent pas pas le mètre
cinquante, leur peau est rose et plissée.
Vurks
Les Vurk sont une espèce reptilienne caractérisés par
leurs yeux sombres et leurs traits reptiloïdes. Leur visage est allongé avec une crête au sommet de leur crane.
Ils sont natifs et sont l'espèce dominante de la planète
océanique Sembla. Cette planète est couverte par des
mers chaudes séparées par des arêtes volcaniques qui
forment avec le temps des continents. Cette race est
amphibie et nomade et peut donc aisément traverser les
océans chauds et les îles volcaniques de Sembla.
162
Vorzydiaks
CHAPITRE 7. UNIVERS ÉTENDU
Wookies
Les Vorzydiaks, venant de Vorzyd V (supposée) sont des Article détaillé : Wookiee.
humanoïdes possédant une peau de couleur jaune, ainsi
qu'une longue antenne sur la tête, qui constitue leur prin- Êtres humanoïdes immenses et recouverts de poils, il
cipal sens.
s’agit d'une espèce arboricole provenant de la planète
forestière Kashyyyk où ils vivent dans des villages situés dans les branches d'arbres géants. Chewbacca est un
Wookiee ainsi que Tarful, le commandant Wookiees penWeequays
dant la bataille de Kashyyyk au côtés de Yoda.
Les Weequays viennent de Sriluur. Ils sont une espèce humanoïde très religieuse. Ils vénèrent de nombreux
dieux, dont le plus célèbre est Quay, le dieu de la Lune. Ils
gardent toujours sur eux de nombreuses amulettes pour
faciliter la communication avec leurs dieux. Leur société est basée sur des clans et constitue l'identité même de
chaque représentant de ce peuple. Souvent, les Weequays
ne prennent pas de nom car ils utilisent leurs phéromones
pour communiquer entre eux, à moins qu'ils ne quittent la
planète ou qu'ils ne communiquent avec des étrangers. Ils
n'ont même pas besoin de dire un mot. Lorsqu'ils quittent
Sriluur, ils se font pousser une nouvelle tresse chaque année et lorsqu'ils y retournent, ils se les coupent. Les Weequays les plus célèbres sont le chef pirate Hondo Ohnaka
et le Jedi puis Sith Sora Bulq.
Wroonians
Être à la peau bleue avec des taches de couleurs sur le
visage issu de la planète Wroona. Il s’agit de la race du
Baron Papanoida (joué par G. Lucas) ; personnage que
l'on aperçoit quand Anakin entre dans l'Opéra galactique
dans l'épisode III.
Xextos
Les Xextos habitent la planète Troiken. Ils sont les créateurs des Quermiens et leur ressemblent beaucoup. Ils ont,
comme eux, deux paires de bras, un très long cou, une petite tête et deux cerveaux. Leur couleur de peau est également semblable : elle varie entre le blanc et le gris. À
Whiphids
chaque main, ils ont six doigts et à chaque pied, ils ont dix
orteils. Leur yeux sont de grande taille par rapport à leur
Les Whiphids sont des bipèdes à fourrure dotés tête et sont d'un bleu très pur. Ils sont un peuple très fier.
d'une grande puissances. Ils ont une large tête ornée Le Xexto le plus célèbre est Gasgano.
d'imposantes défenses. Au bout de leurs mains, ils possèdes des longues et effrayantes griffes. Les membres de
leur espèce atteignent généralement 2,50 m de hauteur
et pèsent 400 kg. Les Whiphids sont considérés comme Zabraks
monstrueux et font l'objet de nombreuses moqueries à
cause de leur physique. Leur fourrure leur permet de ré- Les Zabrak sont originaires de la planète Iridonia, ils sont
sister au climat glacial de leur planète, Toola, ainsi qu'une des humanoïdes d'une taille pouvant aller de 1,60 mètre
couche de graisse. Les Whiphids sont d'excellents na- à 2,10 mètres, et dont la tête est recouverte de petites
geurs. Là encore, la fourrure a son utilité et est imper- cornes et le corps de tatouages, qui donnent à cette esméable. Sur Toola, Ils vivent en petits clans nomades e pèce un aspect parfois effrayant. Très tôt dans l'histoire
traversent les étendues de steppes et de toundra à la re- galactique les Zabraks ont atteint un niveau de technolocherche de gibier. Ce sont aussi de grands prédateurs. La gie élevé et ont pu coloniser plusieurs mondes extérieurs
chasse est une condition de survie mais aussi une pas- aux alentours de leur planète natale. On estime que cette
sion chez cette espèce. Leur odorat surdéveloppé leur per- espèce a ainsi établi huit colonies dans la Bordure Exmet de traquer les animaux à d'énormes distances et leurs térieure, et que les différents groupes coloniaux ont pu
griffes peuvent venir à bout des plus féroces créatures. prospérer de façon suffisamment importante pour que les
La chasse est aussi un élément social important. En ef- Zabraks s’identifient eux-mêmes selon les colonies d'où
fet, les différents chefs des tribus sont très souvent les ils viennent, plutôt que par rapport à Iridonia uniquement.
meilleurs chasseurs. La technologie whiphide est des plus La race de Dark Maul, Savage Opress, Eeth Koth, Maris
primitives. Les rares habitations que l'on peut trouver sont Brood, Agen Kolar ou encore Bao-Dur. En sachant que
faites de pierres, de peaux de bêtes et d'os. C'est pour ce- Dark Maul est tatoué, les zabraks ont en fait la peau beige.
la que peu des leurs ne quittent Toola et qu'ils ont des Espèce originaire de la planète Iridonia, Nar Shadaa ou
moyens de communication réduits. Le Jedi K'Kruhk est quelquefois sur Dathomir. C'est une forme particulièrel'un d'entre eux.
ment résistante à la douleur, au froid, etc.
7.2. LISTE DES ESPÈCES DE STAR WARS
Zeltrons
163
cant, alors que le Chancelier Palpatine voulut faire des
expérimentations dessus.
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou
incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Bog-wing
Les Zeltrons sont des humanoïdes à la peau rouge.Ils
vivent sur la planète Zeltros de la Bordure Extérieure,
son climat paradisiaque et ses habitants si hospitaliers accueillent depuis longtemps des visiteurs de toute la galaxie et en matière de réjouissances, de banquets, de
danse, de musique ou de sexualité, les Zeltrons ont peu de
leçons à recevoir et beaucoup de choses à apprendre aux
autres peuples. Morphologiquement, les Zeltrons sont très
proches des humains avec une carnation plus foncée tirant
vers les tons rouges et pourpres. Ils ont également les yeux
foncés et leur chevelure blanchit avec l'âge. Presque tous
les Zeltrons représentent de très beaux spécimens selon
les canons esthétiques humains mais on en connaît aussi
quelques-uns qui sont d'une laideur redoutable, ce qui ne
dérange absolument pas leurs congénères.
Animal ailé vivant dans la jungle de Dagobah qui utilise
ses serres pour attraper ses proies. Il peut porter jusqu'à
neuf fois son poids. Il se nourrit essentiellement de lézards
et de serpents.
Bubo
Malgré ce qu'en pensent les autres créatures, Buboicullaar, dit Bubo est intelligent. Il a un jour avalé le détonateur d'une bombe destinée à assassiner Jabba le Hutt.
Colo
Représentants connus : Deliah Blue, Luxa, Lyshaa, Sibyl
Le poisson à griffes colo est un monstre marin fictif appaWyrick et Zule Xiss.
raissant dans l'épisode I de Star Wars. Ce prédateur de 40
m de long sévit dans les eaux de la planète Naboo. Il se
nourrit des autres monstres dans les eaux de Naboo (de
7.2.2 Espèces animales
jeunes Opees par exemple). Il possède une peau à motifs luminescents pour attire ses proies. Il peut engloutir
Acklays
une proie beaucoup plus grosse que lui car ses mâchoires
et sa peau se dilatent. Après l'avoir désorientée à l'aide
Les Acklays sont de grands « insectes » inspirés des du cri perçant produit les structures de sa gorge et de sa
mantes religieuses et des vélociraptors. Ils sont vert, ont tête, le poisson colo la capture dans ses grandes pinces
six pattes finis par des sortes de lame et ont une grande pectorales. Ses acides digestifs étant lents, il doit d'abord
mâchoire. Leur tête est étirée en arrière. Ils sont origi- étourdir sa proie avec ses dents venimeuses, faute de quoi
naires de Felucia. Le monstre qui attaque Obi-Wan Ke- elle pourrait s’échapper en lui dévorant le ventre.
nobi sur Géonosis est un Acklay. Dans le jeu Star Wars :
Battlefront 2, on apprend qu'ils sont originaires de Felucia
Dewbacks
Banthas
Un lézard géant vivant sur Tatooine. Il peut être utilisé
comme monture et de fait, les Stormtroopers l'utilisent
ainsi sans doute parce que l'hostilité du milieu rend
l'animal plus fiable que les véhicules mécanisés plus classiques.
Les banthas sont de grands animaux se nourrissant de
fourrage et de charognes, munis de deux cornes recourbées sur le sommet du crâne et d'une épaisse fourrure
brune. Vivant dans les déserts de Tatooine, ces créatures vivent en troupeaux et sont souvent utilisées par les
Hommes des Sables comme montures, malgré leur lenteur. Une insulte bien connue dans la galaxie est de se Dianogas
faire traiter de « chair à bantha ».
C'est une sorte de pieuvre parasite avec un œil sur pédoncule. Il y avait un dianoga qui vivait dans les ordures
de l'Étoile noire où il tenta de tuer Luke Skywalker en
Bête de Zillo
l'attrapant avec ses tentacules, puis disparut soudaineMonstre quasi disparu peuplant autrefois Malastare. Son ment car le broyeur à ordures se mit en marche.
corps fait la taille d'un immeuble et son corps est fin. Il
possède quatre pattes ainsi qu'une excroissance derrière
la tête faisant office de queue. Sa carapace est invulné- Fambaas
rable, même face aux sabres lasers. Il n'est sensible qu'au
carburant issu de Malastare, qui est mortel pour lui. Le Créature de la planète Naboo, servant de transport pour
dernier représentant de l'espèce connu mourut à Corus- le bouclier Gungan générateur dans l'épisode I.
164
Kaadus
CHAPITRE 7. UNIVERS ÉTENDU
prise.
Domestiqués très tôt par des Gungan qui vivaient à la
surface de Naboo, les Kaadu sont surtout terrestres mais Sando
peuvent respirer sous l'eau. Ils font des montures rapides
pour les soldats gungans, qui les décorent de plumes Le monstre aquatique Sando est un monstre marin fictif
apparaissant dans l'épisode I de Star Wars. C'est le plus
géantes.
grand prédateur vivant dans les eaux de la planète Naboo.
Le mâle mesure 200 m de long et la femelle 150 m.
Killiks
Espèce animale ressemblant à des insectes, tête de libellule corps de mante religieuse sans les ailes, moitié
sauterelle, les Killik furent éradiqués lorsque l'Empereur
ressuscita (à voir dans les livres : La résurrection de
l'Empereur et Le Secret des Killik). Ils apparurent pour la
première fois dans le livre Le secret des Killik, ils font environ 1,5 m pour les mâles et 1,2 pour les femmes lorsqu'il
sont à quatre pattes et près de 2 m et 1,8 m debout. Les
Killik ont la carapace rude et noire pour les mâles et la
femelle a la carapace faible et noire.
Sarlacc
Le tueur des mer Opee est un monstre marin fictif apparaissant dans l'épisode I de Star Wars. C'est un prédateur
mesurant 20 m de long qui vit dans les eaux de la planète Naboo. Il possède une longue langue gluante pour
attrapper ses proies et les avaler.
Sleen
Article détaillé : Sarlacc.
On ne sait pas grand chose de cette espèce dont on trouve
un spécimen sur Tatooine ainsi qu'un autre sur Felucia.
C'est un « animal-végétal » carnivore qui se reproduit en
émettant des spores. La seule chose dont on soit sûr, c'est
que son métabolisme lui permet de garder ses proies vivantes et de les digérer pendant plusieurs siècles. Il est
considéré comme « tout puissant » par Jabba et sa cour.
Un seul humain connu a survécu après avoir été avalé par
Mynocks
un Sarlacc : le chasseur de primes Boba Fett... mais Boba
n'est pas du genre très causant et ne semble pas désireux
Une des rares formes de vie spatiale, les mynocks se de décrire les détails de son expérience.
nourrissent des minéraux des coques des vaisseaux et de
l'énergie des décharges électriques ou des radiations stellaires. Ces parasites sont appelés plus couramment « Su- Scurriers
ceur d'énergie » (Power sucker). Leur envergure (ailes déployées) est de un mètre pour les adultes.
Considérés comme une nuisance, les scurriers se nourrissent de détritus. Leur seule défense est la rapidité. Peut
attaquer l'Homme. Leur taille peut atteindre 1,2 m.
Opee
Animal lent et omnivore, vivant dans les marécages de
Dagobah. Mange essentiellement des insectes et se repose dans les endroits sombres. Ressemble physiquement
beaucoup aux Dragons de Komodo.
Rancors
Limace géante de l'espace (Space slug)
Les rancors sont d'immenses créatures originaires de Dathomir pouvant atteindre 10 mètres de haut, même si celui de Jabba n'en fait que 5. Sur leur planète d'origine, ils
ont été adoptés par les sœurs de la nuit, de mystérieuses
adeptes du côté obscur de la Force. Le Rancor de Jabba le Hutt, qui fut ramené de l'épave d'un vaisseau écrasé
dans le désert de Tatooine, est dressé par Malakili qui
se lia très vite d'amitié pour l'animal. Malheureusement
pour le rancor, Luke le tua en refermant sur lui une porte
blindée.
Han Solo se souviendra que les grottes sur les astéroïdes
ne sont pas forcément vides. Dans la vapeur des astéroïdes, de gigantesques vers attendent que leur nourriture
arrive.
Tauntauns
Animal à mi-chemin entre la chèvre et le dinosaure bipède, vivant sur la planète gelée Hoth et pouvant servir de
bête de somme. Il se déplace sur ses deux longues pattes
arrières et possède aussi de petites pattes en avant. Il parRock Wart
tage son habitat avec le wampa. Cet animal est très utilisé
Insecte d'un mètre de long, très rapide, préférant un ha- pour les transports sur les planètes glacières par la civibitat rocailleux. Se cache dans l'ombre et attaque par sur- lisation comme le cheval. Il est visible uniquement dans
7.3. LISTE DES PERSONNAGES DE STAR WARS
165
l'épisode V, où ils sont utilisés par les rebelles pour se
déplacer.
Vaapad
le Vaapad est un animal endémique de la planète volcanique Sarapin. Cette étrange créature constituée à sa naissance d'une coque cartilagineuse ignifuge absorbe des minéraux volcaniques pour se constituer une carapace et des
membres, ce qui lui confère une grande résistance et fait
qu'aucun Vaapad ne semble la copie d'un autre. Aveugles,
ces animaux peuvent se montrer très agressifs et malgré
leur aspect lourd et poussif, ils sont capables de mener des
attaques fulgurantes avec leurs multiples bras recouverts
Un Wampa
de roche.
Veermoks
intervient quand Luke tente de récupérer son sabre laser
pour se délivrer.
Veermoks sont de grands et féroces primates qui habitent
les franges du marais et des régions boisées de Naboo. Les Womp Rat
veermoks évitent l'eau profonde, car ils sont de piètres
Bête carnivore se trouvant surtout au Canyon de Beggar
nageurs.
sur Tatooine.
Vine Snake
Worrt
Serpent constricteur difficile à repérer à cause de son camouflage. Se trouve généralement en nombre dans les Créature ressemblant à une grenouille. Utilisée par les
Jawas comme garde.
mondes peu développés.
Vornskr
Ysalamir
L'ysalamir (pluriel : ysalamiri) est un reptile de la plaLe vornskr est un prédateur sensible à la Force de la planète Myrkr dont la principale particularité est de générer
nète Myrkr.
autour de lui une « bulle » où la Force est absente.
Voxyns
Les Voxyns sont des créatures créées de toute pièce par le
génie biologique des Yuuzhan Vong. Sensibles à la Force,
elles sont responsables de la mort de nombreux Jedi.
7.2.3 Références
[1] Qiilura sur Wookiepedia
[2] The Clone Wars : saison 2, épisode 10 : Le Déserteur : un
humain et une Twi'lek ont eu deux enfants.
Tous les Voxyns étant les clones d'une créature originale
appelée Reine, il était impératif pour les Jedi de tuer cette
Reine. C'est au cours de cette mission que de nombreux 7.2.4 Liens externes
jeunes Jedi, dont Anakin Solo, perdirent la vie. Toutefois,
• Star Wars HoloNet - Encyclopédie Star Wars.
la mission fut un succès car la Reine fut tuée.
Wampa
•
Portail de Star Wars
Un Wampa est un monstre des glaces carnivore vivant
dans les grottes de la planète Hoth. Ce yéti, particulière- 7.3 Liste des personnages de Star
ment friand de Tauntauns, est couvert d'une épaisse fourWars
rure blanche. Il apporte sa nourriture dans son repaire
pour la conserver mais préfère toujours la consommer vivante. Il est sensible à la force comme le prouve l'épisode La liste des principaux personnages de la saga cinématode la grotte, dans L'Empire contre-attaque, dans lequel il graphique Star Wars reprend les noms et les biographies
166
CHAPITRE 7. UNIVERS ÉTENDU
simplifiées des personnages présentés dans des encyclopédies consacrées à la saga.
7.3.1
Jedi
• Stass Allie est une femme humaine originaire de
Tholoth et la cousine du Maître Jedi Adi Gallia. Ayant atteint le rang de Chevalier Jedi vers
26 Av.BY, Stass Allie commença alors à sortir de
l'ombre de sa cousine. Bien qu'étant une guerrière
expérimentée, elle choisit de se concentrer sur le développement de ses talents de guérison et aspira à rejoindre les rangs des Jedi Guérisseurs. Alors que la
crise Séparatiste menée par le Comte Dooku commençait à diviser la République, Stass Allie conseilla
de nombreux fonctionnaires de haut rang du gouvernement. Quand l'Ordre Jedi apprit qu'Obi-Wan
Kenobi et Anakin Skywalker avaient été capturés
par les Séparatistes sur Géonosis, Stass Allie quitta
son poste de conseillère pour participer à leur sauvetage. Stass Allie fit partie des quelques Jedi qui
survécurent au massacre sur Géonosis et participa
ensuite à plusieurs des batailles qui suivirent, malgré
son désir de se focaliser sur les soins. Quand Maître
Gallia fut assassinée par Savage Opress sur Florrum, Stass remplaça sa cousine au sein du Conseil
Jedi. Alors qu'elle se préparait à envoyer des soldats
clones en renfort pour aider Aayla Secura et Barriss
Offee dans les combats qui avaient lieu sur Felucia,
Le Conseil Jedi annonça à Stass qu'elle devait partir immédiatement pour Saleucami afin de terminer
ce que les Généraux Eeth Koth, Obi-Wan Kenobi
et Quinlan Vos avaient commencés. Tandis qu'elle
se dirigeait vers la zone de bataille finale, Stass Allie fut trahie par deux de ses soldats clones lorsque
fut lancé l'Ordre 66. Le commandant Neyo ordonna
au lieutenant l'accompagnant d'ouvrir le feu sur sa
motojet, tuant le Maître Jedi dans l'explosion qui en
résulta. Quand l'Empire galactique fut proclamé, des
documents officiels rédigés par Sate Pestage déclarèrent qu'Allie avait été exécutée pour avoir projeté
de rencontrer un groupe terroriste sur Saleucami.
• Allya ( ? ~ 600 av.BY) est une humaine déchue de
l'Ordre vers 600 av.BY. Elle est exilée sur Dathomir
où elle a de nombreuses filles à qui elle transmet
l'usage de la Force et qui deviennent les Sorcières
de Dathomir.
• Ashla est une Togruta originaire de Shili, novice
au Temple Jedi pendant la Guerre des Clones et
membre du Clan de l'Ours.
• Koffi Atrana ( ? - 19 av.BY ) était un Chevalier Jedi sans histoire au temps de la Guerre des Clones.
Lorsque les soldats clones et Anakin Skywalker trahirent les Jedi et les tuèrent, il put échapper au génocide. Avec Bultar Swan et d'autres survivants, il tend
un piège à Dark Vador sur Kessel. Mais dans le combat, il bascule du côté obscur et tue Swan, qui voulait
le ramener dans le droit chemin. Croyant que Vador
le récompenserait, il a la surprise d'être éliminé par
ce dernier.
• Atris est une humaine, membre du Haut Conseil Jedi aux alentours de 3960 av.BY. Elle fait donc partie de ceux qui ont exilé Meetra Surik après la participation de celle-ci aux Guerres mandaloriennes.
Après le conclave de Katarr qui mène à la mort de
nombreux Jedi tués par Dark Nihilus, elle se réfugie sur Telos IV où elle fonde une académie. Elle est
peu à peu séduite par les holocrons Sith qu'elle possède et bascule du côté obscur. Ce n'est qu'après un
duel contre Meetra Surik qu'elle ne parvient à s’en
défaire.
• Depa Billaba est une Maître Jedi qui fut membre
du Conseil Jedi au temps de l' Épisode I et II. Puis,
elle laissa sa place au Conseil à Obi-Wan Kenobi.
• Zayne Carrick est un personnage de la série de
comics Star Wars : Chevaliers de l'ancienne République. La première apparition de Zayne Carrick a
lieu dans Chevaliers de l'ancienne République #1,
cette histoire se situant quelques années avant le
jeu vidéo Knights of the Old Republic. Zayne est un
jeune Padawan maladroit chez qui la force ne s’est
pas révélée totalement,il va l'a développer plus tard
dans les tomes suivants. Alors qu'il arrive en retard
à l'adoubement de ses camarades, il assiste à un bien
triste spectacle : les quatre Maitres Jedi consulaires
qui étaient les maîtres de ses camarades, sabre au
poing, devant les corps de ses amis gisant à terre. Par
la suite, il sera poursuivi car considéré comme coupable de ces assassinats. Il fuira Taris, cherchant des
explications auprès de Maitre Vandaar puis, constatant que celui-ci ne le croit pas, il ira sur la lune
Rogue où il trouvera le droïde LB qui lui montrera
les événements passés. Zayne retournera sur Taris,
plaidera coupable et ainsi aura plus d'explications
sur le meurtre de ses amis. Il fuira ensuite l'ordre
Jedi avec l'aide de Marn Hyerogryph, du Campeur
ainsi que de Jarael.
• Damaya, originaire de Dathomir, est une Sorcière
de Dathomir ayant intégré l'Académie Jedi de Luke
Skywalker sur Yavin IV.
• Joclad Danva ( ? - 22 av.BY) est un humain qui se
distingue par l'utilisation de deux sabres laser, pratiquant le Jar’Kai et l'art martial du Teräs Käsi. Il
meurt durant la bataille de Géonosis.
• Cin Drallig ( ? - 19 av.BY) est un humain originaire
de Lavisar, apprenti de Yoda et maître de Serra Keto. Il forme de nombreux padawan aux techniques
de combat au sabre laser dont Obi-Wan Kenobi et
Anakin Skywalker, qui le tue lors de l'exécution de
l'Ordre 66.
7.3. LISTE DES PERSONNAGES DE STAR WARS
• T'chooka D'oon ( ? - 20 av.BY) est un humain
originaire de Nubia, maître de Flynn Kybo. Il est
tué par Grievous sur Vandos lors de la Guerre des
clones.
• Dorsk 81 ( ? - 12 ap.BY) est Khommite originaire
de Khomm, apprenti de Luke Skywalker. Il se lie
d'amitié avec Kyp Durron. Par son sacrifice, il permet de sauver l'académie Jedi de Yavin IV d'une attaque impériale en 12 ap.BY.
• Adi Gallia : Issue d'une illustre famille de diplomates corelliens, notre jeune femme au teint mat
est repérée très tôt pour sa connexion avec la Force
et accède rapidement au rang de Maître. À la tenue traditionnelle des Jedi, elle choisit pour sa part
d'ajouter une coiffe Toloth. Possédant une connaissance approfondie du système politique complexe
de l’Ancienne République, elle se lie d'amitié avec
Finis Valorum, sénateur d'Eriadu, dont tous deux auraient voulu se marier si Maître Gallia n'était pas Jedi. Après qu'il a été élu Chancelier Suprême, elle lui
sauve la vie lors d'une tentative d'assassinat.
• Bant Eerin (55 av.BY - ?) est une Mon Calamari
originaire de Dac, ancienne padawan de Kit Fisto.
Elle est une amie d'enfance d'Obi-Wan Kenobi. Son
Commandant Clone est le Capitaine Herc.
• Micah Giiett ( ? - 33 av.BY) est un humain, maître
de Bultar Swan. Il est ami de Plo Koon et fait partie
de l'équipe qui fut envoyée pour mettre fin au Soulèvement Yinchorri. À sa mort, sa place au Conseil
Jedi sera remplacée par le prometteur Chevalier
Jedi Ki-Adi-Mundi. Pour sa padawan Bultar, c'est
Maître Koon qui finira son apprentissage.
• N'Kata Del Gormo est un hysalrien. Il rencontre
Yoda sur un monde marécageux et devient son
maître Jedi.
• Gungi(30 av.BY - ?) est un Wookiee, Novice au
Temple Jedi. Il fait partie des six novices qui allèrent
sur Ilum avec Ahsoka Tano pour trouver les cristaux de leurs sabres laser. En rentrant au vaisseau, il
construisit, tout comme les autres, son sabre laser, le
sien fait à partir de bois. Leur vaisseau fut alors attaqué par des pirates Weequay, menés par Hondo Onhaka. Ahsoka fut faite prisonnière et ils montèrent
ensemble (les novices) une brillante stratégie pour
sauver Ahsoka, et réussirent.
• Nejaa Halcyon ( ? - 19.5 av.BY) est un corellien
ayant participé à la Guerre des clones et notamment
à une mission sur Praesitlyn en compagnie d'Anakin
Skywalker. À l'insu du Conseil Jedi, il se marie avec
une corellienne, Scerra ; il est donc le grand-père
biologique de Corran Horn.
• Sharad Hett ( ? - 32 av.BY) est un humain, père
d'A'Sharad Hett. Il s’exile de l'Ordre après le massacre de ses parents et des habitants de sa planète
167
natale et découvre Tatooine et les Tuskens, peuple
qu'il réussit à intégrer et dont il devient l'un des chefs
de tribu. Il mène les siens à la guerre lors du conflit
- orchestré par Jabba le Hutt - qui les oppose aux
colons humains. Il est tué par Aurra Sing mais a le
temps de confier son fils A'Sharad à Ki-Adi-Mundi
pour qu'il puisse achever son enseignement.
• Corran Horn : Horn se voit offrir une X-wing, prise
à un contrebandier et repeinte aux couleurs de la
CorSec ainsi qu'un droïde astromecano qu'il surnomme Whistler. Lors de son premier voyage, il
est pris dans une embuscade, manifestement tendue par l'Empire. Il en échappe de justesse et luimême, Iella et Gil se voient contraints de s’exiler
de Corellia. Corran fini par rejoindre la Nouvelle
République où il passe les tests pour entrer dans
l'escadron Rogue avec succès, il devient ainsi Rogue
9, lieutenant et leader du vol 3 de l'escadron. Il s’intègre peu à peu dans l'escadron au cours d'opérations
diverses. Dans l'une d'entre elle il fait la connaissance de Mirax Terrik, fille de Booster Terrik, célèbre contrebandier corellien et ennemi juré de feu
Hal Horn, malgré cela les deux jeunes gens nouent
une solide amitié. L'escadron Rogue subit de lourdes
pertes lors d'une tentative désastreuse pour prendre
Borleias, voie d'accès directe pour Coruscant. Néanmoins l'escadron revient une deuxième fois et s’en
sort victorieux. Corran, pendant ce temps, se rapproche de Erisi Dlarit, séduisante pilote thyfferienne
et de Mirax. La Nouvelle République veut prendre
Coruscant, pour cela elle envoie l'escadron Rogue
sur la planète pour que ce dernier désactive le bouclier planétaire. Pour l'aider dans cette tache la Nouvelle République relâche également des criminels
du Soleil noir dont Zekka Thyne et l'ex-Moff Flirry
Vorru. Avec Erisi et sous une fausse identité Corran
inspecte le palais impérial et tombe sur Kirtan Loor
en pleine conversation avec Tycho Celchu, un autre
pilote de l'escadron : un traître. Corran en parle à
Wedge Antilles, son commandant qui n'en croit pas
ses oreilles, néanmoins Celchu tire les autres rogues
d'une situation difficile et Corran se jure de prouver la culpabilité de Tycho. Lors de la phase finale
de l'opération, Corran percute un mur à bord de
son chasseur Z-95 Headhunter dont les commandes
ne répondait plus. Tous croient à la mort de Corran. En réalité ce dernier est en vie mais prisonnier
de Ysanne Isard, dite Cœur de Glace, chef des services de renseignements de l'Empire. Il est retenu
prisonnier à Lusankya, prison mythique ou les rebelles sont reconvertis en agents impériaux. Finalement Corran s’échappe de la prison et récupère
des fichiers témoignant de l'innocence de Tycho, le
traitre n'étant autre qu'Erisi Dlarit. Lusankya était en
fait un Super Destroyer Stellaire enterré sous la surface de Coruscant. Le vaisseau rejoint alors Thyferra, centre de la production de Bacta dans la galaxie
et l'escadron, mené par Corran. Face au gouverne-
168
CHAPITRE 7. UNIVERS ÉTENDU
ment de la République désapprobateur, Corran démissionne et mène sa propre guerre contre Ysanne
Isard : la guerre du bacta. Les pilotes établissent leur
base sur une station orbitale autour de Yag'Dul et finissent par vaincre Isard. Corran abat Erisi à bord
de son chasseur.
• Ima-Gun-Di ( ? - 22 av.BY) était un Maître Jedi chargé de défendre la planète des Twi'leks
Ryloth avec sa légion pendant la Guerre des Clones.
Lorsque le chef séparatiste Wat Tambor attaqua,
la flotte de Di ne put résister et fut détruite. À
la surface, Di, assisté de sa légion et de quelques
Twi'Lek dirigés par Cham Syndulla combattirent
avec rage l'armée droïde. Di ordonna aux Twi'leks
de se sauver pendant que lui et les troupes restantes
retiendraient les droïdes. Le sénateur Bail Organa le
contacta pour lui dire qu'il viendrait livrer des vivres.
En attendant, les clones s’écroulaient sous le poids de
l'infériorité. Di eut le temps de voir des frégates républicaines traverser l'atmosphère avant de succomber sous la pluie de lasers rouges.
• Qui-Gon Jinn (92 av.BY - 32 av.BY) est un
humain, apprenti de Dooku et maître de Xanatos
et Obi-Wan Kenobi. Il découvre Anakin Skywalker sur Tatooine et parvient à convaincre le Haut
Conseil Jedi de le garder temporairement avec lui.
Après sa mort lors de son duel contre Dark Maul sur
Naboo, Anakin Skywalker devient l'apprenti d'ObiWan Kenobi.
• Zett Jukassa (29 av.BY - 19 av.BY) est un humain
originaire de Mon Gazza, apprenti de Mierme Unill.
Il est tué sous les yeux de Bail Organa lorsque
l'Ordre 66 est exécuté au Temple Jedi.
• Jurokk ( ? - 19 av.BY) est un maître responsable de
la défense des portes du Temple Jedi de Coruscant,
tué par Dark Vador lors de l'Ordre 66.
• Tenel Ka : Fille du Prince Isolder de Hapès et d'une
guerrière de Dathomir, Teneniel Djo, elle passa son
enfance sur Hapès, entre le Palais de ses et la Forteresse des Récifs. Elle rejoignit l'académie Jedi
de Luke Skywalker sur Yavin IV. Là-bas, elle fit
la connaissance de Jacen et Jaina Solo, ainsi que
de Lowbacca, et se lia très vite d'amitié avec eux.
Ainsi, ils s’entraînèrent et progressèrent ensemble.
Elle et ses amis combattirent le Second Imperium,
l'Alliance de la Diversité et le Soleil noir, sauvant la
République de ces menaces et finalement, elle accéda au rang de Chevalier Jedi. Pendant le conflit opposant la Nouvelle République aux Yuuzhan Vong,
Tenel Ka se retira sur Hapès, où sa grand-mère avait
tué sa mère parce qu'elle n'était pas satisfaite de sa
façon de gouverner, l'obligeant ainsi à reprendre le
trône.
• Kalifa ( ? ~ −20 av.BY)Elle a fait une apparition
dans The Clone Wars. Elle fut capturée par des pi-
rates Trandoshans, qui la rejetèrent sur une planete
forestière pour la chasser. Lorsque les secours arrivèrent, il était trop tard, elle était morte.
• Coleman Kcaj est un Maître Jedi, membre du
Conseil Jedi. Il a combattu durant la bataille de Géonosis aux côtés de son compatriote Pablo-Jill, et y
survécut.
• Obi-Wan Kenobi (57 av.BY - 0) est un humain
originaire de Stewjon, apprenti de Qui-Gon Jinn et
maître d'Anakin et Luke Skywalker.
• Serra Keto ( ? - 19 av.BY) est une humaine, apprentie de Cin Drallig. Maîtrisant deux sabres laser,
elle devient sa plus brillante élève. Elle est tuée par
Dark Vador lors de l'attaque sur le Temple Jedi en
19 av.BY.
• Ki-Adi-Mundi (92 av.BY - 19 av.BY)
• Agen Kolar ( ? - 19 av.BY) est un Zabrak originaire d'Iridonia, maître de Tan Yuster. Il participe
à la bataille de Géonosis, et fait partie des trois Jedi sélectionnés par Mace Windu pour arrêter Dark
Sidious, mais se fait rapidement empaler lorsqu'ils
s’affrontent.
• Eeth Koth : un membre du Conseil Jedi. Il se bat
dans l'arène de Géonosis en compagnie des deux
cents Jedi envoyés au secours d'Obi-Wan Kenobi et
de ses compagnons d'infortune.
• Pong Krell( ? - 20 av.BY) : Chevalier Jedi Besalik
à quatre bras, quatre sabres laser. Il s’engagea avec
le Comte Dooku à détruire peu à peu l'armée clone
en se faisant toujours passer pour un Jedi, devenant
alors un Jedi Noir. Il remplaça pendant la bataille
d'Umbara Anakin Skywalker, rapatrié au Temple
Jedi. Il tua (par intermédiaire) de nombreux clones
de la 501e Légion. Le Capitaine Rex et d'autres troopers s’aperçurent du méfait et, pour une rare fois, ils
défièrent les ordres en attaquant Krell. Il fut finalement tué par un Sergent de la légion, qui approchait
au génocide.
• Polvin Kut était un Maître Jedi vivant vers - 400.
C'est lui qui fut le maître de Yaddle. Lors de son
assasinat sur Koba, Yaddle voulut le venger, mais
elle fut emprisonnée pendant mille ans. À son retour,
elle devint membre du Conseil Jedi.
• Celeste Morne est un personnage de l'univers étendu de Star Wars, elle est le personnage principal de
bande dessinée Star Wars Vector, elle traversera différentes époques en croisant dans l'ordre Zayne Carrick, Dark Vador, Luke Skywalker et Leia Organa,
et enfin Cade Skywalker.
• Deran Nalual est une Togrutane, padawan de
Siadem Forte. Comme son mentor, elle fut blessée
lors de l'exécution de l'Ordre 66, mais survécut, bien
7.3. LISTE DES PERSONNAGES DE STAR WARS
qu'aveuglée en conséquence. Elle accompagna son
maître et huit autres survivants de la Purge Jedi en
s’emparant d'une navette de transport de troupe SX
sur Dallat. Après la mort de Siadem Forte, décapité
par Dark Vador sur Kashyyyk, elle décida à continuer le combat contre l'Empire en sabotant subtilement ses efforts.
• Jocasta Nu ( ? - 19 av.BY) est une humaine, maître
de Jerec et bibliothécaire en chef des Archives du
Temple Jedi à l'époque de la Guerre des clones.
• Barriss Offee (42 av.BY - 19 av.BY) est une
Mirialane, padawan de Luminara Unduli puis maître
de Zonder. Elle devient une guérisseuse Jedi très
talentueuse. Elle participa à la 2e Bataille de
Géonosis. Vers la fin de la Guerre des clones, son
enseignement étant terminé, elle prit pour padawan
un Selonien du nom de Zonder. À la suite de l'Ordre
66, elle est tuée par ses propres troupes sur le monde
végétal de Felucia où elle aidait Aayla Secura à mener les troupes.
• Leia Organa (19 av.BY - ?) est une humaine née
sur Polis Massa et ayant passé son enfance et son
adolescence sur Alderaan, fille d'Anakin Skywalker
et Padmé Amidala, sœur de Luke Skywalker, épouse
d'Han Solo, mère de Jacen, Jaina et Anakin Solo,
apprentie de Luke Skywalker. Leia est adoptée par
le sénateur Bail Organa qui l'emmène sur Alderaan.
Elle fait partie des fondateurs de l'Alliance rebelle
et participe à la Guerre Civile Galactique. Après le
conflit, elle épouse Han Solo et devient finalement
Jedi en suivant l'enseignement de son frère.
• Pablo-Jill ( ? - 19 av.BY) est un Ongree n'ayant jamais pris de padawan sous son aile. Il est reconnu
pour avoir amené une paix temporaire au sein du
monde sans loi d'Ord Mantell. Durant la Guerre des
clones, il participe à la bataille de Géonosis et à la
bataille de Coruscant, durant laquelle il décède sur
la Main Invisible, tué par Grievous.
• Kazdan Paratus ( ? - 3 av.BY) est un Aleena exilé
sur Raxus Prime à la suite de la Grande Purge Jedi.
Il devient fou et construit une réplique du Temple
Jedi. Dans le cadre de sa formation auprès de Dark
Vador, Galen Marek le tue en 3 av.BY.
• Jax Pavan (39 av.BY - ?) est un humain, fils de Lorn
Pavan, apprenti de Even Piell et maître de Kajin Savaros. Son père, travaillant au Temple Jedi, fut démis de ses fonctions lors de l'entrée de son fils dans
l'Ordre à l'âge de deux ans pour éviter à ce dernier
de conserver des liens avec sa famille qui pourraient
troubler sa formation. Jax possède un taux particulièrement élevé de midi-chloriens. Après la Grande
Purge Jedi, il vit dans les bas-fonds de Coruscant,
traqué par Dark Vador.
169
• Even Piell ( ? ~ 21 av.BY) est un Lannik, maître de
Jax Pavan. Il est membre du Conseil Jedi au moment
de la bataille de Naboo. Lorsque la planète Lannik
se voit menacée par les terroristes du Laro Rouge
(qui espèrent la chute du régime en place), Even
Piell se bat contre huit d'entre eux et en tue sept sans
aucune aide extérieure. L'opération lancée ce jour-là
par le Laro Rouge visait toutefois, en plus de la famille royale, un couple de diplomates corelliens. Adi
Gallia, fille des diplomates secourus et elle-même
Jedi, s’estime dès lors redevable envers Maître Piell.
Celui-ci garde de ce combat une cicatrice en lieu
et place de l'œil gauche qu'il a perdu en capturant
le chef du commando, Myk'chur Finux Zug. Piell
revoit Zug sur Malastare lorsque les dirigeants de
Lannik acceptent d'y rencontrer les responsables du
Laro Rouge dans le but de négocier une trêve. Aidé de quelques autres Jedi, il déjoue alors un nouveau complot et sauve la vie du jeune roi R'cardo
Sooflie IX qui se montre néanmoins beaucoup plus
ingrat que son père (au service duquel Even Piell a
passé de nombreuses années). Durant la Guerre des
clones, Piell est fait prisonnier sur Lola Sayu et y décède malgré une tentative de sauvetage menée par
Anakin Skywalker et Obi-Wan Kenobi.
• Yarael Poof ( ? - 27 av.BY) est un Quermien originaire de Quermia. C'est un spécialiste des techniques de méditation. Alors qu'il cherche à neutraliser un artefact susceptible de détruire Coruscant, la
capitale galactique, il est tué par Ashaar Khorda. Il a
toutefois réussi à rendre l'objet inoffensif. Ses funérailles se déroulent en présence du Conseil au grand
complet et des trois Jedi quermiens survivants.
• Ulic Qel-Droma : Durant l'un des conflits les plus
meurtriers entre les Jedi et les Sith, ces derniers
avaient réussi à mettre au point une arme nommée
“Faucheuse Noire”. C'était une arme terrible, destinée à absorber la Force présente en tout individu
alentour, mais aussi capable de détruire une planète
entière. Cette guerre aurait pu se conclure par la victoire définitive des Sith, mais c'était sans compter
sur un chevalier Jedi, Ulic Qel-Droma. Il avait trouvé le moyen de détruire la Faucheuse. Cependant,
cela l'avait amené à se rapprocher de trop près du
côté obscur de la Force, ce qui a eu de graves conséquences pour lui.
• Oppo Rancisis est membre du Conseil Jedi au moment de la bataille de Naboo puis de la Guerre des
clones. Il est incarné par le comédien Jerome Blake
dans Star Wars, épisode I : La Menace fantôme (Star
Wars : Episode I - The Phantom Menace) et dans Star
Wars, épisode II : L'Attaque des clones (Star Wars :
Episode II - Attack of the Clones).
• Numa Rar est une Jedi Twi'lek du Nouvel Ordre.
C'est la sœur d'Alema Rar. Elle est née sur la planète
Ryloth 10 av. BY et est morte en 27 ap. BY.
170
• Revan (~ 3994 av.BY - ?) est un humain, époux
de Bastila Shan et père de Vaner Shan, apprenti de Kreia, Zhar Lestin, Dorak et Arren Kae.
Il s’illustre notamment lors des Guerres mandaloriennes où il mène nombre de Jedi au combat malgré l'interdiction formelle du Haut Conseil. Après
le conflit, il part dans les Régions Inconnues où il
bascule du côté obscur, entraînant son apprenti Alek
Squinquargesimus - qui prend le nom de Dark Malak - dans sa chute. Il mène la Guerre Civile des Jedi
à l'encontre de la République mais est trahi par Malak qui bombarde son vaisseau lors d'une bataille. Il
est ramené par Bastila Shan - dont il tombera amoureux - en lieu sûr et est guéri par les Jedi mais souffre
d'amnésie et a oublié son ancienne identité. Il combat ensuite au côté de l'Ordre Jedi et met un terme
à la guerre en tuant Malak.
• Bolla Ropal ( ? - 21 av.BY) était un Général Jedi de
Rodia pendant la Guerre Des Clones. Pendant un affrontement, sa légion fut détruite et Ropal fut capturé par la Confédération Des Systèmes Indépendants.
Le chasseur de primes Cad Bane l'emprisonna dans
un croiseur séparatiste lui étant confié, et tortura le
Jedi pour qu'il ouvre un Holocron Jedi, dévoilant
ainsi deux enfants prometteurs à la Force. Bane devrait ensuite enlever les enfants pour les vouer au
Côté Obscur et à Dark Sidious. Ropal mourut électrocuté pendant la torture.
• Raskta Lsu vécut durant les dernières années du
conflit de la fin des Nouvelles Guerres Sith et participa au combat contre les Sith de Kaan au sein de
l'Armée de la Lumière du général Hoth.
• Tarr Seirr est un chevalier Jedi. Lors de la Guerre
des clones, il combat, aux cotés de Ki-Adi-Mundi,
Daakman Barrek, Aayla Secura, Shaak Ti, Sha'a Gi
et K'Kruhk, le général Grievous sur Hypori. Il est
tué par ce dernier.
• Bastila Shan (3979 av.BY - ?) est une humaine, originaire de Talravin, épouse de Revan et mère de Vaner Shan. Elle participe à la Guerre Civile des Jedi où elle s’illustre par l'usage de la méditation de
combat, pouvoir rare et formidable atout lors des batailles terrestres et spatiales. Elle capture Dark Revan et participe à sa rédemption. Brièvement séduite
par le côté obscur de la Force, elle est ramenée du
côté lumineux par Revan et l'épouse après la guerre,
mais cette union n'est que de courte durée puisqu'il
repart finalement dans les Régions Inconnues.
• Echuu Shen-Jon ( ? - 1 ap.BY) est un humain, apprenti de Mace Windu et maître de Stam Reath et
Naat Reath. Il mène de nombreuses actions au cours
de la Guerre des clones. Il finit cependant par trahir
ses ordres dans le but de venger son padawan, tué
par Sevr'ance Tann, l'apprentie du Comte Dooku. Il
parvient ensuite à échapper à l'Ordre 66 et s’exile
CHAPITRE 7. UNIVERS ÉTENDU
une vingtaine d'années durant. Il refait surface afin
d'aider la princesse Leia à récupérer le Vor'na'tu,
ancienne relique Jedi, au cœur de la base impériale
de Geddes. Il meurt au combat contre Dark Vador,
permettant à Leia de s’enfuir. Des années plus tard,
son esprit parvient à l'avertir de la nécessité de détruire définitivement le Vor'na'tu, afin d'empêcher
l'Empereur de mettre la main sur la puissante relique.
• Anakin Skywalker (41.9 av.BY - 4 ap.BY) est un
humain, fils de Shmi Skywalker, époux de Padmé
Amidala et père de Luke Skywalker et Leia Organa, apprenti d'Obi-Wan Kenobi. Né sans père,
il passe son enfance sur Tatooine où il montre
d'extraordinaires facultés pour les courses de podracers..
• Luke Skywalker (19 av.BY - ?) (III•IV•V•VI•UE)
H W O Luke Skywalker est un humain, né sur
Polis Massa mais ayant passé son enfance et son
adolescence sur Tatooine, fils d'Anakin Skywalker
et Padmé Amidala, frère de Leia Organa, époux
de Mara Jade et père de Ben Skywalker, apprenti
d'Obi-Wan Kenobi et Yoda et maître de nombreux
Jedi dont Leia, Corran Horn, Jacen Solo, Anakin Solo et Ben Skywalker.
• Mara Jade Skywalker (17 av.BY - 40 ap.BY)
(UE). Mara Jade est une humaine, épouse de Luke
Skywalker et mère de Ben Skywalker.
• Tionne Solusar est une des élèves de Luke Skywalker lorsqu'il fonde un Nouvel Ordre Jedi. Elle étudie beaucoup l'histoire des Jedi. Plus habile dans la
poésie et à la chanson qu'au sabre, elle aime narrer les récits d'anciens chevaliers Jedi et prend souvent le relais de Luke dans l'enseignement des autres
élèves[1] .
• Streen est un personnage de l'univers étendu de
Star Wars. C'est un ermite de Bespin prospecteur de
Gaz. Il est capable de prédire les éruptions de gaz.
Luke Skywalker cherchant à recréer le Conseil Jedi
entend parler de Streen, qui incroyablement arrive
à récolter du gaz la où personne n'aurai été cherché. Luke en déduit donc qu'il est sensible pour la
Force et lui propose de l'entraîner dans les arts de
la Force. Streen accepte et suit alors son nouveau
maître. Streen est un peu antisocial et peine à supporter la présence des autres humains. Il a la faculté d'utiliser la force sur les particules en suspension
dans l'air pour générer des petits cyclones. Il manqua de tuer Luke Skywalker lorsque les étudiants
de l'académie eurent à combattre l'esprit du seigneur
noir des Sith Exar Kun. À la suite de ces évènements,
Streen devint un des meilleurs jedi de la nouvelle
génération, le maitre Skywalker lui confiera la direction de l'académie à plusieurs reprises dans les
années qui suivirent.
7.3. LISTE DES PERSONNAGES DE STAR WARS
• Nomi Sunrider, née Nomi Da-Boda, est une
humaine, mariée à Andur Sunrider et mère de Vima.
Elle participe à la Grande Guerre des Sith menée
par Exar Kun et son apprenti, le Jedi déchu Ulic
Qel-Droma. Après avoir vu ce dernier tuer son frère
Cay Qel-Droma, elle parvient à couper définitivement son lien avec la Force, ce qui lui fait ouvrir
les yeux et provoque sa rédemption. La guerre finit
peu après. Sunrider, bien après sa mort, est considérée comme étant un des plus importants membres
de l'Ordre de l'histoire.
• Vima Sunrider ( ? ~ 4000 av.BY) est une humaine,
fille de Nomi et Andur Sunrider, apprentie de Thon,
Ulic Qel-Droma et Nomi Sunrider, et maître de
Meetra Surik.
• Anavus Svag est un Gardien Jedi à l’époque de la
Guerre de l’hyperespace (5000 av.BY). Il devient
commandant de la défense de Coruscant quand la
flotte Sith arrive pour livrer bataille. Combattant aux
côtés des Chevaliers Jedi Tuknatan et Sonam Ha’ar,
Anavus et les soldats de Coruscant la repoussent
puis la poursuivent dans les régions très reculées de
l’espace où l’Empire Sith prospère.
• Bultar Swan ( ? - 19 av.BY) est une humaine, originaire de Kuat, apprentie de Micah Giiett et Plo
Koon. Avant la Guerre des clones, elle mène une
mission de pacification sur Sepan où la guerre civile fait rage. En 22 av.BY, elle participe à la bataille de Géonosis et fait partie des Jedi survivants.
Par la suite, elle mène au front les soldats clones de
la République, entre autres sur Aargonnar aux côtés de Ki-Adi-Mundi. Elle parvient trois ans plus
tard à échapper à l'Ordre 66. Alors que l'Empire
galactique prend forme sous le commandement de
Palpatine et de son bras droit Dark Vador, Bultar répond à l'appel de Jedi survivants et est attirée à son
insu dans un piège destiné à détruire Vador. Alors
qu'elle veut empêcher un des Jedi présents, Koffi
Arana, de sombrer du côté obscur de la Force, celuici l'empale avec son propre sabre.
• Siri Tachi : elle fut un chevalier Jedi, l'apprentie
d'Adi Gallia et le Maître de Ferus Olin. Elle fut un
pilote de talent, servit durant la Guerre des clones,
et ruina même les opérations d'un tristement célèbre
esclavagiste, Krayn. Elle fut une des amis les plus
proches d'Obi-Wan Kenobi, et son grand amour.
• Tahl (92 av.BY - 41 av.BY) est une Noorian, originaire de Noori, apprentie de Yoda et maître de
Bant Eerin. Elle se lie d'amitié avec Qui-Gon Jinn
dont elle tombe amoureuse. Elle devient aveugle lors
d'une mission sur NMelida/Daan. Elle participe à
une mission sur Nouvelle Apsolon, déchirée par la
guerre civile. Malgré l'arrivée de Qui-Gon Jinn, elle
y meurt de blessures causées par Balog, membre des
Absolus, dirigeants tyranniques du gouvernement.
171
• Ahsoka Tano est une Togruta, padawan d'Anakin
Skywalker pendant la Guerre des Clones, elle a été
repéré par le maitre jedi Plo Koon à l'âge de trois
ans sur la planète Shili. Elle survivra à la Grande
Purge Jedi et réintègre le Nouvel Ordre Jedi après la
destruction de l'Etoile de la mort lors de la Bataille
d'Endor.
• Tholme (~ 95 av.BY — ?) était un Maître Jedi à l'époque où déclinait la République galactique. Contemporain de Qui-Gon Jinn, de la Femme
Sombre et de Ki-Adi-Mundi, Tholme entraîna plusieurs padawans durant sa longue carrière, dont
Quinlan Vos et Aayla Secura.
• Shaak Ti est une Togruta, membre du Conseil Jedi. Durant la Guerre des Clones, elle prit part à
la Bataille de Géonosis et supervisa la formation
des clones sur Kamino. Elle survivra à la l'Ordre
66 et s’exilera sur Felucia avec sa padawan Maris
Brood où elle sera tuée par Galen Marek, l'apprenti
de Dark Vador. Après sa mort, sa padawan Maris
Brood s’abandonnera au côté Obscur. Elle deviendra un esprit Jedi.
• Matta Tremayne ( ? - 4400 av.BY) est une humaine
originaire de Corroth, maître de Freedon Nadd.
Sous couvert d'un manque de sagesse, le statut de
chevalier Jedi est refusé à son apprenti. Celui-ci, fou
de rage, l'attaque et la tue sur Ossus.
• Tu'ala ( ? - 22 av.BY) est une humaine, apprentie de
Zuth. Elle fait partie des Jedi envoyés sur Géonosis
pour secourir Obi-Wan Kenobi et Anakin Skywalker. Elle se sacrifie en interceptant un tir destiné à
Skywalker. Son acte, bien que resté inconnu, permet à l'Élu de survivre, ce qui va considérablement
affecter le destin de la galaxie.
• Luminara Unduli : C'est une Jedi présente dans les
épisodes II et III de la saga, ainsi que dans la série
télévisée The Clone Wars.
• Tahiri Veila : Adolescente, elle fut impliquée dans
la guerre contre les Yuuzhan Vong (romans Le Nouvel Ordre Jedi). Ceux-ci l'enlevèrent et les modeleurs (ingénieurs en matière vivante) menèrent une
série de manipulations sur elle pour la rendre à moitié Yuuzhan Vong, et lui implanter de faux souvenir pour qu'elle croit être une Yuuzhan Vong endoctrinée par les Jedi. Sauvée par Anakin, elle garda comme séquelle une cohabitation avec une autre
personnalité qui donnait un fonctionnement différent à ses pouvoirs. Jusqu'à la fin de la guerre, cela
devait être pour elle à la fois une souffrance et une
arme contre les ennemis.
• Nahdar Vebb ( ? - 21 av.BY) est un Mon Calamari,
ancien apprenti de Kit Fisto. Il devint Chevalier Jedi
pendant la Guerre des Clones. Au cours d'une mission visant à retrouver Nute Gunray, il rencontre son
172
CHAPITRE 7. UNIVERS ÉTENDU
ancien maître avec surprise. Ils entrent à leur insu
dans l'antre du Général Grievous, sur Vassek. Trop
fonceur et incapable de se contrôler, Nadhar finira
tué dans un duel au sabre laser auquel Kit Fisto ne
put aider, puisqu'il étaient alors séparés.
• Vergere ( ? - 28 ap.BY) est une Fosh, apprentie
de Thracia Cho Leem. En 30 av.BY, elle part sur
Zonama Sekot sur ordre du Conseil Jedi, car une attaque y a été recensée. Vergere rencontre les envahisseurs, les Yuuzhan Vong, et prend mesure de la
menace qu'ils représentent ; comprenant que la galaxie n'est pas prête à leur faire face, elle se livre
en otage en échange d'un répit pour la planète. Elle
intègre la société Vong et participe à leur guerre
de conquête initiée en 25 ap.BY. En compagnie de
Lumiya, elle forme Jacen Solo aux voies des Sith.
Elle l'aide finalement à lutter contre les Vong. Lors
de la bataille d'Ebaq 9, elle se sacrifie pour le sauver. Elle est à la base d'une nouvelle conception de
la Force, qu'elle a partagé avec Luke Skywalker.
• Mace Windu (72 av.BY - 19 av.BY) est un humain
originaire de Haruun Kal, apprenti de Yoda et
maître de Depa Billaba et Echuu Shen-Jon. Membre
du Haut Conseil Jedi, il est considéré comme le plus
important des membres de l'Ordre derrière Yoda. Il
crée la forme VII du combat au sabre-laser, le Vaapad. Il mène un groupe de 200 Jedi lors de la Bataille
de Géonosis et tue Jango Fett. À la fin de la Guerre
des clones, il tente d'arrêter Dark Sidious dans son
bureau sur Coruscant, se bat en duel contre lui et parvient à le vaincre mais est trahi par Anakin Skywalker lorsqu'il s’apprête à tuer le Sith et est précipité
dans le vide.
• Xanatos : Ce fut Qui-Gon Jinn qui découvrit Xanatos et qui amena cet enfant au Temple Jedi. Xanatos
était un étudiant difficile. Il avait quitté Telos très
jeune, mais il n'avait pas oublié qu'il venait d'une
famille très riche et très influente. Il s’en vantait souvent. Qui-Gon ne fit pas attention à ce défaut de jeunesse, que Xanatos compensait par de très bonnes
capacités à l'entraînement, et une soif d'apprendre.
Quand Qui-Gon dut prendre un Padawan, ce fut Xanatos qu'il choisit. L'affection que Qui-Gon portait à
Xanatos était si grande qu'il ne comprit ses défauts
que trop tard. Lorsque le moment de devenir chevalier Jedi vint pour Xanatos, Yoda, qui avait encore des doutes, lui imposa une ultime épreuve : il
l'envoya sur sa planète natale. Là-bas, son propre
père était devenu gouverneur et régnait en monarque
absolu. Il projetait même d'envahir la planète voisine. Devant tant de richesse et de pouvoir, Xanatos
renonça à ses serments de Jedi, pour rester au côté de son père. Pendant le combat final, Qui-Gon
tua Crion, le père de Xanatos, sous les yeux de son
fils. Le tenant comme responsable de la mort de son
père, Xanatos retourna son sabre-laser contre QuiGon et ils se battirent jusqu'à l'épuisement. Qui-Gon
réussi à arracher le sabre-laser des mains de Xanatos, mais ne parvint pas à porter le coup fatal. Xanatos se tourna du Côté Obscur de la Force, et par
trois fois se trouva opposé à Qui-Gon et Obi-Wan.
La troisième fois, il préféra se suicider, plutôt que
de tomber aux mains des deux Jedi.
• Yoda (896 av.BY - 4 ap.BY) d'espèce et d'origine
inconnue, formé par N'Kata Del Gormo et maître de
nombreux apprentis dont Dooku, Mace Windu, KiAdi-Mundi et Luke Skywalker, est l'un des plus importants Jedi de l'histoire. Reconnu comme Grand
Maître de l'Ordre, il est membre du Haut Conseil
Jedi plusieurs siècles durant. Cependant, il échoue à
découvrir la véritable identité de Dark Sidious pendant la Guerre des clones. Il échappe à la Grande
Purge et s’exile sur Dagobah, où il forme le jeune
Luke Skywalker avant de mourir.
• Tan Yuster ( 38 av.BY - 22 av.BY) : C'était le
jeune padawan, humain, du Maître Jedi Agen Kolar. Il figure parmi les 212 Jedi de l'opération de
sauvetage d'Obi-Wan Kenobi, Anakin Skywalker et
Padmé Amidala, détenus par les leaders Séparatistes
sur la planète Géonosis. Tan Yuster fut tué par blaster durant la bataille de Géonosis qui s’ensuivit.
• Zekk (7 av.BY - ?) est un humain originaire de
Ennth. Il se lie d'amitié avec Peckhum, une sorte
de routier de l'espace, et avec les jumeaux Jaina et
Jacen Solo. Il est enlevé par la Sœur de la Nuit Tamith Kaï et emmené à l'Académie des Ombres où
il est converti au côté obscur et entraîné par le Jedi déchu Brakiss. Il devient le chef des Jedi Obscurs du Second Impérium. Il mène un raid sur la
planète Kashyyyk et se retrouve face aux jumeaux
Solo qu'il épargne en les prévenant d'une bataille
imminente sur Yavin 4. Durant celle-ci, il assiste
à la défaite du Second Impérium, à la destruction
de l'Académie des Ombres et au crash du Bâton de
Foudre, le vaisseau du vieux Peckhum impliqué dans
la bataille. Effondré, il interdit l'entrée du grand
temple aux survivants et va jusqu'à affronter Jaina.
C'est au cours de ce combat qu'il renonce au côté
obscur. Il décide de devenir chasseur de primes et
se lance sur les traces de Bornan Thul dont la tête
a été mise à prix par la Twi'lek Nolaa Tarkona. Il
s’avère que Tarkona cherche à détruire l'humanité à
l'aide d'un virus dont Thul connaît la cachette. Zekk
et les jeunes Jedi parviennent à éliminer la menace
et Zekk finit par rejoindre l'Académie Jedi. Pendant
l'invasion Yuuzhan Vong, il fait partie du commando
chargé d'éliminer la reine Voxyn sur la planète Myrkr. Il s’occupe ensuite de tenir compagnie et assistance à Jaina, poussée aux frontières du côté obscur
par la mort d'Anakin Solo et celle présumée de Jacen. Il est nommé Chevalier Jedi sur Dac peu avant
la fin de la guerre.
• Ana Zett ( ? - ? ) est une chevalier Jedi humaine,
7.3. LISTE DES PERSONNAGES DE STAR WARS
qui participa à la protection de Felucia pendant la
Guerre Des Clones. Très ressemblante à la sénatrice
Mon Mothma, de Chandrilla, elle fut souvent sa protectrice ou même sosie. Lorsque l'arme dévastatrice
du commandant séparatiste Lok Durd, le Défoliateur, ravagea Chandrilla, c'est elle qui se chargea d'y
enquêter. Elle questionna Durd, qui avait été arrêté
sur Maridun par Aayla Secura.
• Zuth ( ? ~ 22 av.BY) est un humain, maître de
Tu'ala. Il meurt au cours d'une mission visant à protéger des sénateurs galactiques victimes de tentatives d'assassinat.
7.3.2
Sith
• Ludo Kressh : Il mena une guerre acharnée contre
Naga Sadow. Il était sur le point de l'emporter quand
un vaisseau de la flotte de Sadow fit une attaque suicide en se jetant contre son vaisseau. Le choc tua sur
le coup Kressh et son équipage.
• Exar Kun : L'un des seigneurs Sith les plus puissants. Il fit régner la terreur pendant de nombreuses
années, le sol tremblait sous ses pieds à cause de
sa puissance. De nombreux Jedi avaient peur de lui
c'est pourquoi finalement presque tous les Jedi de la
galaxie l'attaquèrent en même temps d'une attaque
de force, ne lui laissant aucune chance. Il parvint
à libérer son âme de son corps avant de mourir et
s’en servit pour tenter de tuer bien plus tard Luke
Skywalker, mais les membres du nouvel ordre Jedi
détruisirent son âme. Il aurait tué plus de cinq-cent
Jedi.
• Freedon Nadd : Il tua son maître Jedi après avoir
raté les examens de chevaliers Jedi, puis rencontra
Naga Sadow qui le forma et il devint seigneur Sith.
• Ajunta Pall : Il fut le premier Sith, mais les autres
Sith formés après lui finirent par le tuer. Son esprit
rencontra de nombreuses années plus tard Revan qui
le remit alors dans le chemin du côté lumineux.
• Naga Sadow : Seigneur Sith très puissant, il mena
une guerre sans merci face à Ludo Kressh. Il gagna
mais ses armées furent défaites par d'autres ennemis.
Il se mit alors en sommeil jusqu'à ce que Freedon
Nadd le réveille. Il lui enseigna tout ce qu'il savait
puis disparut à jamais…
• Dark Malak : Il était avant Jedi mais Revan et lui
trahirent l'ordre. Il devint l'apprenti Sith de Revan,
étant moins puissant que lui, mais finit par le trahir
en faisant tirer ses croiseurs sur le sien. Il le croit
mort mais en réalité Revan a été sauvé par Bastila
Shan. Il parvient à faire tomber cette dernière dans
le côté obscur pour qu'elle tue Revan mais il la vainc
et ensuite tue Malak au terme d'un combat acharné.
173
• Visas Marr : Elle est la dernière survivante de son
espèce qui a la particularité d'être aveugle. Elle était
l'apprentie de Dark Nihilus qui l'envoya tuer l'exilé.
Cependant ce dernier la vainc et l'épargne. Elle le
suivra alors aveuglément, appuyant toutes ses décisions.
• Revan : Seigneur Sith d'une puissance phénoménale,
peut-être le plus puissant de tous les temps. Il passe
près de la mort quand son ancien apprenti Malak le
trahit et tire sur lui avec son croiseur, mais la Jedi
Bastila Shan le sauve. Le conseil Jedi lui efface la
mémoire. Cependant il/elle la retrouve, et le joueur
choisit alors de devenir un héros de la république ou
de la faire sombrer dans le chaos…
• Dark Nyriss : Dark Nyriss était une femme Sith qui
siégeait au Conseil Noir depuis plus de vingt ans (le
troisième plus long règne à l'époque). Elle fut une
femme puissante et ambitieuse, et elle afficha ouvertement son statut. Elle se fit appeler “la conquérante de Drezzi ou bien la destructrice de Melldia "
et vécu dans une citadelle bien protégé à l'extrémité
ouest de Kaas City, rempli de trésors et richement
décoré. Son emblème maison fut une étoile à quatre
branches dans un cercle large. Dark Nyriss semblait
avoir subi un vieillissement prématuré en raison des
puissants rituels du côté obscur, son apparence fut
semblable à celle d'une vieille sorcière au moment
où elle rencontra le seigneur Scourge. Nyriss fit partie d'un groupe de conspirateurs du Conseil Noir qui
avait prévu de détruire l'Empereur Sith, bien qu'elle
n'ait jamais pris des mesures. Avec Scourge, elle fut
responsable de la capture de Revan sur la planète
Nathema. Elle garda le Jedi captif pendant 5 années, jusqu'à ce qu'il ait finalement réussi à retourner Scourge contre elle. Scourge trahi Nyriss en la
dénonçant à l'Empereur Sith au sujet du complot
qu'elle préparait envers ce dernier, qui lança immédiatement une attaque contre elle et le reste du
Conseil Noir. Pendant l'attaque Nyriss fut confronté à Scourge avant d'affronter Meetra Surik dans un
violent combat. Voyant que celle-ci ne cédait pas de
terrain, Nyriss décida utiliser la puissance du Coté
obscur contre la Jedi, lorsque Revan, juste après
avoir récupéré ses souvenirs, sorti de sa cellule et intercepta la foudre avant de la retourner contre elle.
La Dame Noire fut brûlée à mort.
• Dark Bane : Il instaura la règle de “un maître, un
apprenti” après que tous les autres Sith de la galaxie
furent morts. Il fut tué par son apprentie Zannah.
• Zannah : Elle fut la première apprentie Sith à laquelle la règle “Un maître, un élève” fut appliquée.
Elle réussira à tuer son maître et elle prendra Dark
Cognus comme apprenti.
• Murk Lundi : Le professeur Murk Lundi s’est mis
à rechercher un holocron Sith sur la planète Kodaï.
174
CHAPITRE 7. UNIVERS ÉTENDU
Les deux Jedi Qui-Gon Jinn et Obi-Wan Kenobi
ont flairé le plan du professeur et l'ont arrêté avant
qu'il ne meure. Quatre ans après le décès de QuiGon, le professeur Lundi fut interné dans un hôpital psychiatrique. Cependant, Obi-Wan et Anakin
Skywalker partirent vers le monde océani de Kodaï avec le professeur Lundi enfermé pour récupérer l'holocron. Mais l'élève de Lundi, Norval, l'avait
repris avant eux. Au retour d'Obi Wan et d'Anakin
au hangar, leur vaisseau fut dérobé par Norval et
envoyé vers Ploo II. Ils empruntèrent une navette
avec le professeur Lundi pour retrouver Norval.
Alors qu'ils arrivaient aux environs de Ploo II, Norval les attaqua dans leur vaisseau. Norval et ObiWan s’affrontèrent au sabre laser, et ce dernier dut
battre en retraite. Mais Lundi était de santé fragile
et mourut à l'issue du combat. Norval, lui, mourut dans l'explosion de son vaisseau. Obi wan ramena l'holocron sur Coruscant et le confia à la bibliothèque Jedi. Le professeur Lundi apparaît dans le
roman Les Apprentis Jedi, Édition Spéciale II : Les
Disciples Noirs édité chez Pocket Jeunesse.
• Dark Plagueis : Seigneur Sith ayant trouvé le moyen
d'empêcher les gens de mourir. Il fut tué par son apprenti Dark Sidious dans son sommeil. Il pourrait
avoir créé Anakin Skywalker.
• Dark Sidious : Seigneur noir des Sith et empereur
de l'empire galactique. Il complota très longtemps
dans l'ombre et fut à l'origine de l'Ordre 66, qui tua
plusieurs Jedi. Dans l'histoire de la Galaxie, c'est lui
qui fit(par son intermédiaire) le plus de victimes.
Il s’apprête à tuer Luke Skywalker quand son disciple Dark Vador décide de sauver son fils et tue son
maître.
• Dark Maul : Premier apprenti (connu) de Dark Sidious, il affronte Qui-Gon Jinn et Obi-Wan Kenobi. Il tue le premier mais est coupé en deux par
le deuxième. Néanmoins, pendant la Guerre des
clones, son frère Savage Opress le retrouve en vie
. Savage le ramène sur sa planète natale auprès de
la mère Talzin pour qu'elle le sauve. Une fois fait,
Maul désire plus que jamais de se venger.
troupes séparatistes durant la Guerre des clones. Il
meurt tué par Anakin Skywalker sur ordre de son
propre maître qui avait nécessairement besoin qu'il
meure et l'a trahi. Ses dernières secondes à vivre, où
il est menacé par Anakin, relient les deux passés de
Dooku, Jedi et Sith.
• Asajj Ventress : Elle n'est pas réellement une Sith,
après la mort de son Maître, elle fut recrutée comme
assassin de Dooku. Elle est l'une des pièces maîtresses de la Guerre des clones et développa une
grande rivalité avec Obi-Wan Kenobi. Elle devint
chasseresse de primes lorsqu'elle sut qu'elle n'était
considérée que comme une pion, et on suppose
qu'elle réintégra le Nouvel Ordre Jedi.
• Savage Opress : Frère et apprenti de Dark Maul. Il
n'est pas Sith, mais a agi avec eux (Dark Tyranus notamment). Il est plutôt limité en intelligence, mais
son innombrable puissance lui permit de tuer Adi
Gallia et une légion entière, son général Jedi et le
Commandant Trauma y compris. Il est vaincu par
Dark Sidious, ayant peur que lui et son frère ne s’emparent du pouvoir Sith.
• Dark Vador : Ancien Jedi qui a déclenché
l'extermination de quasiment tous les Jedi. Il est
maintenant aux ordres de Palpatine. Il tente de
convertir son fils Luke Skywalker au côté obscur
mais n'y parvient pas, et finalement, en voyant son
fils en train de se faire tuer par Palpatine, lui vient
en aide, tuant Sidious mais subissant des blessures
mortelles.
• Galen Marek : Se sacrifie pour permettre aux opposants de l'Empire de s’échapper. Provoque une explosion en contrant la foudre Sith de Dark Sidious,
une explosion tellement violente qu'il en meurt. Apprenti secret de Dark Vador, il tuera des Jedi ayant
survécus à l'Ordre 66 dont Shaak Ti. Cependant il
se rendra compte qu'il n'est qu'un pion des Sith et
changea de camp trahissant son maître et Dark Sidious. Il se sacrifiera pour sauver ses compagnons de
voyage.
• Dark Tyranus : Ancien brillant Jedi apprenti de 7.3.3 Droïdes
Yoda qui a formé un grand nombre de Jedi dont QuiGon Jinn. Il avait une grande indépendance d'esprit
• C-3PO (traduit par Z-6PO en version française)
qui se retrouvera sur Qui-Gon. À la suite du blo(interprété par Anthony Daniels) : droïde protococus de Naboo et à la mort de son ancien padawan,
laire, spécialisé dans la traduction. Le nom de ZDooku, définitivement persuadé que la République
6PO a été retenu pour la traduction du film en franne fonctionne plus, quitte l'Ordre Jedi. Dark Sidious
çais pour correspondre aux mouvements des lèvres.
prend contact avec lui et le séduit de belles paroles
Construit par Anakin, sa mémoire sera complètesur un meilleur monde où il pourra mieux contrôler
ment reformatée entre les épisodes III et IV.
la galaxie. Il bascule ainsi du mauvais côté et devient
• R2-D2 (traduit par D2-R2 en version française) (inson apprenti dans le côté obscur. Il est l'un des rares
terprété par Kenny Baker) : droïde conçu pour ashommes à connaître sa véritable identité. Il manisister les pilotes de chasse et effectuer les réparagance la commande des clones sur Kamino sous le
nom de son ancien ami Jedi Sifo-Dyas et dirige les
tions des vaisseaux spatiaux en vol. Il appartient à
7.3. LISTE DES PERSONNAGES DE STAR WARS
Padmé Amidala dans l'épisode I, puis à Anakin Skywalker dans les épisodes II et III. Entre l'épisode III
et l'épisode IV, il suit Leia, puis Luke Skywalker des
épisodes IV à VI.
• TC-14 : droïde de protocole qui rencontre et sert de
guide aux émissaires Jedi Obi-Wan Kenobi et QuiGon Jinn lors du blocus de Naboo sur le vaisseau
amiral droïde.
• Z-58-O : droïde de Rihanna dans le jeu Star Wars
Legacy sur Nintendo DS et PSP.
• Droïdes d'analyse du temple Jedi : ces deux
droïdes sont des modèles uniques, ils se nomment
SP-4 et JN-66.
175
par Dark Vador pour traquer le Faucon Millenium.
Il pilotait le IG-2000.
• 4-LOM : Ce droïde s’est lui-même reprogrammé.
Il a réussi à convaincre Jabba le Hutt de lui mettre
à disposition une meilleure armure et de meilleures
armes. Il forme, avec Zuckuss, un tandem de chasseurs de primes redoutable. Ils furent convoqués par
Dark Vador pour retrouver le Faucon Millenium en
l'an 3.
• 4/NG : Droïde qui servit de majordome à Grappa le
Hutt.
• HK-47 : Droïde protocolaire et assassin. Il a appartenu à Dark Revan.
• WA-7 : ce droïde est une serveuse dans le restaurant
« Chez Dexter ».
• Bollux et Blue Max : Ces deux droïdes sont des
espions très efficaces ; ils ont servi avec Han Solo.
• R4-P17 : droïde astromécano hybride ; il est le croisement d'un modèle R4 et R2, et fut modifié par
Anakin Skywalker qui remplaça sa tête conique de
R4 par un dôme d'unité R2 à la suite d'un accident.
Il sert de droïde astromécano sur le chasseur Jedi
d'Obi-Wan. Il fut détruit par un vibrodroïde lors de
l'attaque du général Grevious au-dessus de Coruscant.
• Droïde de protocole MTD : Droïde de protocole
programmé par C-3PO, il a pour but de faciliter la
communication entre Humains et Wookiees.
• Droïde-pilote FA-4 : de conception Géonosienne,
ce modèle unique pilotait le voilier stellaire du
Comte Dooku.
• R5-D4 : apparaît dans l'épisode IV de Star Wars et
dans le jeu de rôle de West End Games et aussi dans
la bande dessinée Skippy the Jedi Droid. Owen Lars
s’apprêtait à acheter ce droïde aux Jawa, lorsque R5D4 fut victime d'une panne que R2-D2 provoqua
(R5-D4 avait reçu un message de R2-D2 disant qu'il
devait absolument suivre C-3PO, car il avait une
mission d'importance capitale : malgré les conditions des droïdes sur Tatooine quand ils sont avec
des Jawa, il accepta). Owen choisit alors d'emporter
R2-D2 en remplacement. Par la suite il devint agent
rebelle sur Tatooine auprès du préfet.
• R5-X2 : droïde qui sert Jabba le Hutt ; il prévoit
d'ailleurs que le jeune Anakin gagnera la course de
pod lors de la boonta de −32.
• OOM-9 : Droïde commandant de l'armée de la
fédération du commerce (épisode I), il est reconnaissable à ses épaules et sa tête peintes en jaune. Dans le
premier film de George Lucas THX 1138, OOM-9
est le nom donné à dieu.
• IG-101 et IG-102 : Les deux MagnaGardes qui se
trouvent à bord du vaisseau amiral du général Grievous lors de la bataille de Coruscant. IG-101 affronte Anakin Skywalker et IG-102 Obi-Wan Kenobi.
• GO-TO : Ce droïde, spécialisé dans la torture et
l'assassinat, parvint à se hisser à un haut poste au sein
de l'Echange, le syndicat du crime intergalactique,
en se faisant passer pour le messager être organique
du nom de Goto (hologramme créé de toutes pièces).
Sa forme ronde, très proche de celle de l'Étoile de la
Mort, servit de base pour bon nombre de droïdes de
tortures, comme celui utilisé par Dark Vador contre
la princesse Leia dans l'Épisode IV.
• T3-M4 : Droïde astromécano qui a appartenu à Revan puis à l'Exilée.
• 3DVO : ce droïde holo-caméra permet à la planète 7.3.4 Empire galactique
Jazbina de se rebeller contre l'Empire.
• Palpatine (interprété par Ian McDiarmid) : Séna• 2-1B : droïde médical au service de l'Alliance, il soiteur de la planète Naboo, puis Suprême Chancelier
gna Luke Skywalker à 2 reprises.
de la République et enfin Empereur auto-proclamé
de la galaxie.
• IG-88 et IG-72 : il existe quatre droïdes IG-88
dans la galaxie, ainsi qu'un modèle IG-72 ; ils sont
• Grand Moff Wilhuff Tarkin (interprété par Sir
Peter Cushing) : Humain d'Eriadu, Commandant en
tous chasseurs de primes. Ce sont certainement les
chef de l'Étoile Noire, il donne l'ordre de détruire
droïdes les plus intelligents et les plus meurtriers de
Aldérande. Il prend sur lui de laisser le Faucon Milla galaxie. Leurs constructeurs ont été les premiers
lenium s’évader de la station de combat afin qu'il
à mourir de leurs mains. L'un d'entre eux fut engagé
176
CHAPITRE 7. UNIVERS ÉTENDU
les mène droit à la base rebelle de Yavin IV. Prévenu par l'un de ses subordonnés que l'attaque rebelle pouvait être fatale à l'Étoile Noire, il refuse
d'évacuer, prétextant que les Rebelles sont condamnés. Totalement mégalomane et avide de sang et de
destruction, il meurt dans l'explosion de sa station
spatiale. Il est à l'origine de la Doctrine Tarkin, basée sur la peur.
• Grand Amiral Thrawn : Seul Grand Amiral nonhumain des forces impériales, il tente de renverser
la Nouvelle République et de rétablir la puissance
de l'Empire. Il est Chiss, très grand et très massif.
Sa peau est bleue et ses yeux rouges. Ce fut l'un des
meilleurs éléments de l'Empire. Il aurait pu redonner vie à l'ancienne dictature s’il n'avait pas trahi
la confiance de ses hommes de main, les Noghris.
Assassiné par son garde du corps Noghri lors de la
Bataille de Bilbringi alors qu'il était sur le point de
triompher des dernières forces de la Nouvelle République.
• Maximilian Veers : Humain, il est l'inventeur des
monstrueux quadripodes employés par l'Armée Impériale TB-TT.[réf. nécessaire] Il était censé être présent
en tant que colonel sur l'Étoile Noire, mais une mission l'avait attiré en dehors des lieux, ce qui lui permit de survivre à la destruction de la base sidérale.
Commandant des forces terrestres de l'Escadron de
la Mort, il mène la Force Blizzard (composée de TBTT, TR-TT et de nombreux Snowtroopers) sur Hoth
où il balaye la base rebelle mais ne parvient pas à
les capturer. Très apprécié de Dark Vador pour sa
loyauté envers l'Empire et ses capacités hors pair de
tacticien. Vador et lui avaient un respect mutuel. Son
fils, Zévulon, entra dans les rangs l'Alliance Rebelle.
• Amiral Galak Fyyar : Humain scientifique travaillant pour Palpatine. Il travailla ensuite pour
Desann. Il fut tué par Kyle Katarn dans son vaisseau
le Doomgiver.
• Amiral Kendal Ozzel : L'Amiral Ozzel, “aussi stupide qu'incompétent”, obtint sa charge de commandant de l'Escadron de la Mort grâce à ses relations.
Sa dernière erreur se produisit peu de temps avant la
Bataille de Hoth. Faisant surgir la flotte impériale de
l'hyperespace trop près de la planète, il prévient du
même coup les Rebelles de l'arrivée imminente de
l'Empire, ce qui leur permet d'activer leur bouclier
planétaire, empêchant tout bombardement orbital.
Vador l'exécuta sommairement et le remplaça immédiatement par le Capitaine de l'Executor, Firmus
Piett.
• Amiral Firmus Piett : Humain nommé amiral par
Dark Vador en remplacement d'Ozzel car il avait fait
preuve de clairvoyance en découvrant la base rebelle
sur Hoth. Relativement compétent, il meurt à la suite
de la collision d'un chasseur A-wing Rebelle contre
la passerelle de commandement de l’Executor, alors
privé de boucliers, lors de la Bataille d'Endor. S'il
avait décidé d'attaquer les vaisseaux rebelles au lieu
de suivre les ordres de l'Empereur qui consistaient
uniquement à empêcher les Rebelles de s’enfuir,
l'attaque menée par Lando Calrissian aurait surement tourné au désastre.
• Commandant Sirmus Piett : Humain nommé
Commandant par l'Amiral Galak Fyyar. Tout
comme son frère, il obtient de nombreux succès militaires. Lorsque le traité de paix entre la Nouvelle
République et les Vestiges de l'Empire est signé,
Piett trahit l'Empire et prend parti pour l'invasion
des Yuuzhan Vong, là où il trouve la mort.
• Mas Amedda est un non humain, d'origine Chagrienne. Il possède donc la peau bleue et le crâne
pourvus de deux cornes hautes qui se prolongent
plus grassement sur sa poitrine. Sa peau lui sert aussi à se protéger de la puissance du soleil et des radiations de sa planète d'origine : Champala. Il est,
de l'année 33 av. BY, à l'année 19 av. BY le VicePrésident du Sénat galactique de la République galactique et est donc arbitre partial lors des débats
(parfois houleux) qui se déroulaient au Sénat galactique sur Coruscant.
• Officier Pete Vedd : Bras droit du Commandant
Piett, il collabora avec l'Amiral Fyyar. Son succès
lui permit de monter en grade rapidement. Cependant, il fut tué durant l'invasion des Yuuzhan Vong.
• Capitaine Lorth Needa : Humain. “Excuses acceptées, Capitaine Needa” sont les derniers mots
prononcés par Dark Vador que le Commandant du
Destroyer Stellaire Avenger entendit. Il avait laissé échapper le Faucon Millenium dans un champ
d'astéroïdes.
• Commandant Gilad Pellaeon : D'origine Corellienne. Il apparait dans la trilogie La Croisade noire
du Jedi fou. Il commande le Destroyer Stellaire Chimaera sous les ordres du Grand Amiral Thrawn.
C'est un excellent officier qui applique (trop) strictement ordres et consignes. Il signera le traité de
paix avec la Nouvelle République en tant que représentant des Vestiges de l'Empire, 18 ans après
la Bataille de Yavin. Futur Grand Amiral et leader
des Vestiges, il s’allie aux forces de l'Alliance Galactique pour vaincre la menace des Yuuzhan Vong qui
s’étaient établis sur Coruscant.
• Général Moradmin Bast : Brillant analyste, ses capacités lui valurent d'avoir un poste de première importance au sein de l'état major de l'Étoile Noire.
Il était, entre autres, membre du groupe d'officiers
chargés de coordonner la défense de la station. Lors
de la Bataille de Yavin, son équipe parvient à découvrir le but de l'attaque menée par les chasseurs rebelles. Anxieux, car ce plan a de bonnes chances de
7.3. LISTE DES PERSONNAGES DE STAR WARS
réussir, Bast informe le Grand Moff Tarkin de sa découverte, mais se fait peu d'illusions, le gouverneur
étant certain de la victoire. Il reste donc aux côtés de
son supérieur lorsque ce dernier refusa d'évacuer la
station, et périt comme bon nombre d'officiers compétents lors de l'explosion.
• Colonel Wullf Yularen : Officier du Bureau de
la Sécurité Impériale (BSI) chargé de transmettre
les informations au Grand Moff Tarkin concernant
l'Alliance Rebelle, mais aussi de s’assurer par tous
les moyens la loyauté des officiers commandant
l'Étoile Noire, l'Empereur craignant une éventuelle
mutinerie.
• Amiral Conan Antonio Motti : Considéré comme
sur-estimé par ses subordonnés mais néanmoins gradé travaillant sur l'Étoile Noire. Il croit plus en la
technologie qu'en la Force et déteste Dark Vador.
• Amiral Chiraneau : Ancien pilote et expert des
communications spatiales. Conseiller personnel de
Piett.
177
• Commandant Igar : Natif de Kuat, il a servi sur
Hoth au côté du Général Maximilian Veers dans
l'attaque de la base Echo. Désigné par Dark Vador
pour coordonner la défense au sol de la lune forestière d'Endor. Son AT-AT personnel est le Tempest 1
qui utilise un système de visée adapté des chasseurs
TIE. Il a servi sur Kashyyyk.
• Sergeant Tarl : Stormtrooper originaire de Corellia,
il fut entraîné sur Corulag. Il prit part à la capture
du Tantive IV et à la protection de la lune forestière
d'Endor.
• Général Evir Derricote : Ysanne Isard reconnut
ses talents de bio-ingénieur et le mit à la tête du projet sur le virus Krytos.
• Ysanne Isard : Fille d’Armand Isard, comme lui,
elle fut Directeur des renseignements impériaux.
• Baron Soontir Fel : Voir Liste de pilotes de Star
Wars
• Commodore Praji : Aide de Dark Vador sur le Dévastator. Il dirigea la recherche des plans volés de
l'Étoile Noire sur Tatooine à la tête d'une unité de
Sandtroopers.
• Caporal Drazin : Stormtrooper assigné à la garde
rapprochée du Commandant Igar. Il a accompagné
Dark Vador sur sa planète natale de Bespin où il toucha avec succès C-3PO. Il est tué par Han Solo durant la Bataille d'Endor.
• Lieutenant Tanbris : Ancien pilote qui devint officier tactique sur l'Étoile Noire après une blessure. Il
est spécialisé dans le commandement de chasseurs
Tie.
• Sergent Major Bursk : Chef du plus brutal escadron de Snowtroopers à la bataille de Hoth. Tacticien de qualité qui coordonne les attaques et les
mouvements de troupes.
• Moff Jerjerrod : Chef important de l'Empire. Il
trouve les discussions avec Dark Vador particulièrement “motivantes”. Son expérience dans la conduite
et la supervision de projets hautement technologiques lui valurent donc d'être choisi pour superviser
la construction de la station de combat, expérience ô
combien utile sur un chantier aussi gigantesque que
celui d'une Étoile de la Mort.
• Commandant Kal-Adar : Personnage impérial qui
découvrit une relique Jedi sur Kessel. Il est tué par
Dark Vador par manque de respect.
• Capitaine Khurgee : Officier de la Sécurité sur la
baie de chargement de l'Étoile Noire. Décoré pour
avoir sauvé cinq officiers d'un crash de navette sur le
Destroyer Thunderflare.
• Lieutenant commandant Ardan : Natif de
Brentaal. Commandant de l'équipe du pont de
l'Exécuteur.
• Kir Kanos : Membre de la Garde Royale le plus
connu. Dévoué totalement à l'Empereur. Les Gardes
royaux doivent pour terminer leur formation, défier
à mort l'un des leurs.
• Lieutenant Arnet : Pilote vétéran d'TR-TT, il
coordonna l'attaque surprise sur la lune forestière
d'Endor. Au côté du Général Maximilian Veers, il
participa à la Bataille sur Hoth dans un prototype
TR-TT.
• Lieutenant Popern : Bras droit de Kal-Adar.
• Mara Jade : Mara est La Main de l'empereur. Plus
tard, alors qu'elle devait tuer Luke Skywalker, ils
tombent amoureux l'un de l'autre et Mara divulgue
tous les plans de l'Empereur à Luke, elle se fit tuer
par son neveu Jacen Solo.
• Lieutenant Janek Sunber : Recalé en tant que pilote, le lieutenant Janek Sunber est en revanche devenu un soldat loyal de l'infanterie impériale. Cet
ancien fermier originaire de Tatooine se forge peu
à peu un destin hors-normes, bien loin des préoccupations qu'il partageait alors avec son ancien ami
d'enfance un certain Luke Skywalker.
• Baron Tarko : Né sur Anaxes, planète du Noyau,
dans une famille fortement liée à l'armée et au gouvernement. Diplômé avec mention de la Citadelle
d'Anaxes, Tarko a été immédiatement assigné à
un vaisseau amiral de la République Galactique à
l'aube de la Guerre des clones. Après la chute de
la République galactique, il a rapidement gagné en
pouvoir et a été fait Moff sur ordre de Tarkin. Peu
178
CHAPITRE 7. UNIVERS ÉTENDU
de temps après, Tarko a pris le commandement de 7.3.5 Alliance rebelle
l'avant-poste impérial sur Cato Neimoidia. Là, il a
joué de son influence et de son pouvoir pour lan- Article détaillé : personnages de l'Alliance rebelle.
cer un trafic d'esclaves fructueux, qui a contribué à
constituer la majeure partie de la main-d'œuvre de
l'Empire utilisée pour construire les avant-postes sur
les planètes asservies. Afin d'accroître toujours plus 7.3.6 Nouvelle République
sa richesse, Tarko a commencé à installer des casi• Leia Organa : Princesse et ambassadrice d'Alderaan.
nos sur Cato Neimoidia. Il a utilisé l'argent généré
Héroïne de l'Alliance rebelle. C'est également la
par cette entreprise pour construire une arène géante
sœur jumelle de Luke Skywalker qu'elle n'hésitera
proposant des combats de gladiateurs pour le plaisir
pas à embrasser dans l'épisode V pour attiser la jaet le profit.
lousie de Han Solo
• Mon Mothma : Diplomate originaire de Chandrilla,
et commandante suprême de la Rébellion.
• Juno Eclipse : Eclipse est pilote de l'Empire Galactique. C'est elle qui pilote le vaisseau de l'Apprenti
de Dark Vador dans le jeu vidéo Star Wars : Le
Pouvoir de la Force. Elle aura une relation avec ce
personnage dans le jeu et l'embrassera pour la première (et la seule) fois au moment où celui-ci lui
faisait ses adieux.Née sur la planète Corulag peu de
temps avant la chute de la République à la suite de
la Guerre des clones, Juno Eclipse possède un parcours atypique, puisqu'elle intégra l'Académie Impériale à l'âge de quatorze ans, à une époque où les
femmes et, a fortiori les jeunes filles, n'étaient pas
spécialement bienvenues dans les rangs de la Flotte
Impériale. Non contente de devenir à cette occasion le plus jeune cadet accepté à l'Académie Impériale, Juno Eclipse devint une pilote d'exception
très polyvalente, versée non seulement dans le pilotage de son vaisseau, mais également dans la maintenance de celui-ci, des droïdes, ou dans le maniement
des armes. Après être sortie de l'Académie avec
les honneurs, Juno Eclipse participa à de nombreux
combats dans la Bordure Extérieure, et le nombre
d'appareils qu'elle parvint à abattre lui gagnèrent
l'estime de ses compagnons pilotes et de ses supérieurs, en plus de quelques médailles. Cette pilote
d'exception monta rapidement en grade et parvint à
prendre les rênes de sa propre escadrille de chasse.
Après la bataille de Callos, Juno Eclipse fut repérée par Dark Vador et recrutée par le Seigneur des
Sith pour son service personnel. Ce dernier la plaça aux commandes du Rogue Shadow, un vaisseauespion expérimental, afin de piloter pour le compte
de son apprenti secret et de conduire ce dernier là où
Vador l'envoyait ... À la suite d'un mauvais coup du
sort, Juno a été emprisonnée et sommairement accusée de traîtrise par l'Empire pour son association
avec l'apprenti de Vador, alors qu'elle ne faisait que
suivre les ordres. Après le sauvetage désespéré de
Starkiller à bord de l'Empirique, Juno se consacre
entièrement à son combat contre l'Empire. Elle finit par devenir l'un des premiers commandants de
l'Alliance Rebelle et capitaine du vaisseau spatial, le
Délivrance.
• Ackbar : C'est un Mon Calamari originaire de la
planète Dac. Lors de l'occupation de Mon Calamari
par l'Empire galactique, Ackbar devint l'esclave personnel du Grand Moff Tarkin. Il a été libéré avant
la destruction de cette dernière, lors d'une tentative
d'assassinat du Moff. Devenu Amiral de l'alliance
rebelle, ce fut lui qui coordonna et remporta la victoire lors de la Bataille d'Endor.*
• Afyon : Le capitaine Afyon était le commandant de
la Corvette Corellienne Eridain, et plus tard la frégate d'escorte Larkhess, qui a finalement été relégué
à des tâches de transport.
• Wedge Antilles : Pilote d'élite, héros de l'Alliance et
leader de l'escadron Rogue.
• Cal Omas : Fondateur et premier président de
l'Alliance Galactique. Il fut élu président de la Nouvelle République pendant la guerre contre les Vongs
• Tycho Celchu : Membre de l'Escradon Rogue, Commandant de l'Escadron Rogue, Second de Wedge
Antilles lors de la guerre contre les Vongs. Pilote humain originaire d’Alderaan, il se bat en la mémoire
de tous les disparus de sa planète natale.
• Cha Niathal : Conseiller de Gilad Pellaeon, cochef
d'État de l'Alliance Galactique avec Jacen Solo (An
40). Cha Niathal était une femme de Mon Calamari
et Amiral de la Force de défense de l'Alliance Galactique, siégeant en tant que conseiller auprès de Gilad
Pellaeon. Lors de la crise Corellienne, elle manipula
le système avec Jacen Solo pour prendre la tête de
l'Alliance Galactique.
• Gilad Pellaeon : Commandant en chef des forces
armées de l'Alliance Galactique (An 35- An 40).
D'origine Corellienne. Il apparait dans la trilogie La
Croisade noire du Jedi fou. Il commande le Destroyer Stellaire Chimaera sous les ordres du Grand
Amiral Thrawn. C'est un excellent officier qui applique (trop) strictement ordres et consignes. Il signera le traité de paix avec la Nouvelle République
7.3. LISTE DES PERSONNAGES DE STAR WARS
en tant que représentant des Vestiges de l'Empire, 18
ans après la Bataille de Yavin. Futur Grand Amiral et leader des Vestiges, il s’allie aux forces de
l'Alliance Galactique pour vaincre la menace des
Yuuzhan Vong qui s’étaient établis sur Coruscant.
Il prit la tête des forces armées de l'Alliance Galactique après la mort de Sien Sovv.
• Jacen Solo : Commandant de la Garde de l'Alliance
Galactique, cochef d'État de l'Alliance Galactique
avec Cha Niathal (An 40). Fils de Han Solo et Leia
Solo, frère d'Anakin Solo et jumeau de Jaina Solo. Capturé lors de la guerre contre les Vongs, peu
après la mort de son frère, il subit un entrainement
auprès de Vergere qui le changea. Par la suite, sous
l'influence de Lumiya, il succomba au Côté Obscur
de la Force et tua sa tante : Mara Jade. Durant la
seconde insurrection Corellienne, il commanda la
garde de l'Alliance Galactique.
• Elsen Barthis : Membre des Renseignements de
l'Alliance Galactique, elle fut charger d'escorter
Wedge Antilles sur Coruscant peu avant le début de
la Seconde Insurrection Corellienne. Elle fut rétrograder après que l'ancien leader de l'Escadron Rogue
se soit échapper.
• Titch : Membre des Renseignements de l'Alliance
Galactique, il était sous les ordres d'Elsen Barthis et
fut charger d'escorter Wedge Antilles sur Coruscant
peu avant le début de la Seconde Insurrection Corellienne.
7.3.7
Pilotes
• Biggs Darklighter : Les apparitions cinématographiques de Biggs Darklighter dans Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir sont peu nombreuses
car pratiquement toutes coupées au montage. Biggs
Darklighter (20 Av.BY - 0 BY) est un ami d'enfance
de Luke Skywalker lorsqu'il vivait sur Tatooine.
Son père Huff Darklighter est entrepreneur dans
l'agriculture et possède de nombreuses fermes. Avec
Luke, il s’amusa beaucoup sur les T-16 Skyhopper
dans le Canyon du Mendiant et aspirèrent tous les
deux à entrer à l'Académie Impériale de Carida.
Malheureusement pour Luke, son oncle Owen Lars
ne souhaitait pas voir son filleul entrer dans l'armée.
Biggs rejoignit donc Carida avec leur ami commun Janek Sunber. Biggs participa à la mutinerie
de l'Ecliptique de Rand avec entre autres Derek Klivian. Il retourna sur Tatooine pour confier ses plans
d'intégrer la rébellion à Luke. Après l'engagement
de Luke dans l'Alliance grâce au sauvetage de la
Princesse Leia, ils se préparèrent pour l'attaque de
l'Étoile Noire lors de la Première bataille de Yavin ;
en effet, Biggs parvient à convaincre Garven Dreis
de prendre Luke dans l'Escadron Red malgré son
manque d'entraînement au X-wing. Il sera tué par
179
Dark Vador en protégeant Luke lors de la bataille.
Son droïde astromech était R2-Q2.
• Derek Klivian :(21 ou 20 Av.BY - ?) était un
membre de l'Escadron Rogue dans l'Alliance rebelle
et la Nouvelle République. Pilote habile mais à la
mauvaise réputation à cause de ses nombreux accidents et de sa malchance. Il est aussi connu de certains en tant que Bugbite (Morsure d'insecte), nom
que lui donna Iella Wessiri après leur première rencontre sur Corellia où Klivian a été piqué par un insecte local. Pilote humain natif de Ralltiir, Klivian
a étudié à l'Académie impériale sous les ordres de
Soontir Fel avec Biggs Darklighter et Tycho Celchu. Diplômé, il fut assigné sur le Rand Ecliptic avec
Biggs. Partageant tous les deux des idéaux rebelles,
ils parviennent avec l'aide du Capitaine Heliesk à
capturer ce vaisseau impérial afin de le livrer à la rébellion. Il y perdra son bras gauche qu'il remplacera
par un bras robotisé à l'instar de Luke Skywalker. En
souvenir de cette mutinerie, ils portent l'insigne caractéristique des Ecliptic evaders (Les survivants de
l'Ecliptique). Sur la base rebelle de Yavin 4, il participe à la création de l'Escadron Rogue dont la première mission fut de voler certains prototypes des
nouveaux X-wings. Il y perdra sa jambe droite qu'il
remplacera là aussi.Malade, il ne participera pas à
la Première bataille de Yavin où de nombreux pilotes dont Biggs Darklighter mourront mais il réintégrera l'Escadron Rogue sous l'impulsion de Luke
Skywalker et de Wedge Antilles. L'escadron sera
assigné à l'Base Echo sur Hoth et Derek participa
contre les AT-AT du Général Veers. À la Bataille
d'Endor, avec son ami Wes Janson, il aida à protéger le Faucon Millenium. Klivian continua à servir
dans l'escadron jusqu'à sa dissolution. Il reviendra
dans l'escadron lorsque Tycho Celchu le reforma.
• Wes Janson : (19 Av.BY - ?) Humain de Taanab,
il fut l'un des premiers pilotes de l'escadron Rogue.
Il apparaît comme le canonnier dans le Snowspeeder
de Wedge Antilles avec lequel il détruisit le premier
AT-AT grâce à un câble de remorquage. La première victoire de Janson fut un tir ami, il s’agissait
d'abattre Kissek Doran qui mettait en péril une mission secrète. Il pilota Wraith 11. Son goût pour les
mauvaises plaisanteries est parfois la seule source de
distraction de la flotte. Grand adorateur des Ewoks,
il salue en disant “Yub Yub, Commandant !".
• Dack Ralter : (14 Av.BY - 3 Ap.BY) cet humain de
Kalist VI était le canonnier de Luke Skywalker lors
de la Bataille de Hoth où il mourut instantanément
lors de l’explosion d'un panneau d’alimentation sur
leur Snowspeeder.
• Zev Senesca : ( ? - 3 Ap.BY) pilote humain né sur la
Station Kestic dans le système de Bestine de parents
sympathisants de la rébellion. Apprenant les activités de contrebande de ses parents pour les rebelles
180
CHAPITRE 7. UNIVERS ÉTENDU
grâce à une conversation de Zev avec un de ses amis
mais informateur de l'Empire, le Destroyer Stellaire
Classe Impérial Merciless fut envoyé détruire la station. Se considérant coupable de la mort de se parents, il s’engagea dans la rébellion pour lutter contre
le régime de Palpatine. Il intégra l'Escadron Rogue
à la suite d'un acte de bravoure. Zenesca servit à la
Base Echo sur Hoth et c'est lui qui repéra Han Solo et Luke Skywalker après leur excursion malheureuse. Lors de la bataille qui suivit, son snowspeeder
sera touché par un tir de laser d'un AT-AT impérial.
• Jek Porkins : (Mort 0 BY) Ancien commerçant de
Bestine IV, il a acquis beaucoup d'expérience en pilotant des T-16 Skyhopper. Il était ami avec Biggs
Darklighter et un membre de l’escadron Tierfon Yellow Aces qu'il avait créé avec Wes Janson. Il était
particulièrement réputé pour ses attaques en rasemottes. Engagé comme Red 6 à la Bataille de Yavin, il s’écrasera sur l'Étoile Noire après un dysfonctionnement de son X-wing. Il sera le premier pilote
rebelle à mourir lors de cette bataille.
• Pash Cracken : ( ? - ?) Humain de Contruum, fils
du Général Airen Cracken le chef des Services secrets de l’Alliance et héros de guerre. Après avoir
été diplômé par l’Académie des pilotes impériaux,
il fit rejoindre l’Alliance à tout son escadron de 72
chasseurs TIE. Pash fut choisi pour commander le
premier escadron d’A-wings. Peu après la Bataille
d'Endor, il rejoignit l’escadron Rogue et vola en tant
que Rogue 4. Pash inventa une manœuvre de combat connue sous le nom de la “Torsion de Cracken”.
• Tycho Celchu : (21 Av.BY - ?) Pilote humain originaire d’Alderaan, il se bat en la mémoire de tous les
disparus de sa planète natale. Comme Biggs Darklighter et Derek “Hobbie” Klivian, il fut membre de
l’escadron Ecliptic evaders après sa désertion. Il était
présent lors de l’assaut impérial sur Hoth où il sauva Derek “Hobbie” Klivian quand son Snowspeeder
fut endommagé lors de l’évacuation. Plus tard Tycho
rejoignit l’escadron Rogue et vola sur un A-wing à
la Bataille d'Endor. Tycho suivit Lando et Wedge
dans un tunnel de l’Étoile de la Mort pour les couvrir.
Après cette bataille, il s’illustra beaucoup prouvant
sa loyauté à l'Alliance et à ses amis.
• Jon Vander : Ancien pilote de Bombardier TIE, il
déserta pour la rébellion après avoir reçu pour ordre
de bombarder sa planète natale Wayland. Il simula
une avarie sur son appareil puis échappa aux impériaux. Après avoir dirigé un escadron à la base de
Rneforra, il deviendra Gold Leader et participera à
de nombreuses campagnes pour l'Alliance rebelle.
À la bataille de Yavin, il paniqua après la mort de
son ami Tiree qui le suivait en formation serrée dans
une tranchée de l'Étoile Noire. Il se fera tuer par
Dark Vador. Pour lui, Tiree avait un brillant avenir
comme pilote de chasse.
• Tiree : ( ? - 0 BY) est un pilote humain très talentueux. Il participa à la Première bataille de Yavin en tant que Gold 2, ailier de Jon Vander dans
l'Escadron Gold. Lors d'une attaque dans une tranchée de l'Étoile Noire, son Y-wing fut touché par
Dark Vador. Il mourut sur le coup.
• Keir Santage : ( ? - 4 Ap.BY) Libéré d’un centre de
détention impérial par Wedge Antilles. Coordonne
les approvisionnements en fournitures de la Rébellion. Pilote vétéran de l’escadron Rouge, participa
à la Bataille d'Endor. Fit douze sorties contre des
chantiers de construction impériaux sur Fondor.
• Horton Salm : (36 Av.BY - ?) Grey Leader puis
Aggressor Leader. C’est un des pilotes les plus âgés
mais il réussit à convaincre le commandement rebelle de le laisser voler. Il préfère les Y-wings plutôt
que les modèles plus récents car ils lui ont toujours
« permis de revenir en un seul morceau ». Seul pilote d’Y-wing à avoir survécu à la Bataille de Yavin.
Il participa aussi à la Bataille d'Endor. Plus tard, il
sera responsable de l’escadron Defender mais pas en
tant que pilote. Il vola aussi dans l’escadron Rogue
malgré sa mauvaise entente avec Wedge Antilles.
• Myn Donos : ( ? - ?) Tireur d’élite de Corellia et ancien du CorSec. Chef du tragique escadron Talon et
seul survivant de l’embuscade, rongé par la culpabilité, il consacra sa vie à protéger son astromech R2
“Shiner” qui selon lui, lui avait sauvé la vie. Quand
“Shiner” fut détruit, Donos frôla la dépression nerveuse mais fut aidé par sa coéquipière de l’escadron
Wraith Falynn Sandskimmer. Il tua le responsable
de l’embuscade pour se racheter. Donos sera fiancé avec Lara Notsil jusqu’à découvrir sa véritable
identité. Il fut Wraith 9 avant de rejoindre l’escadron
Rogue.
• Jesmin Ackbar : ( ? - 8 Ap.BY) Nièce de l’Amiral
Ackbar. Après une erreur au Commandement des
Starfighters, elle fut placée à des positions moins
risquées. Wraith 2, spécialiste des communications
jusqu’à ce que son X-wing soit abattu au-dessus
d’une base pirate sur la lune M2398.
• Falynn Sandskimmer : (12 Av.BY - 8 Ap.BY) Humaine originaire de Tatooine qui a un problème avec
le commandement. On la surnomme donc “Insolence chronique”. Elle déteste être comparée avec
Luke Skywalker avec lequel elle partage la profession et la planète d’origine. Wraith 3. Elle sera tuée
après une mission héroïque lorsque le Star Destroyer
L’Implacable s’écrasa sur la lune d’Ession. On la
soupçonne d’être attirée par Myn Donos.
• Voort “Piggy” saBinring : ( ? - ?) Mâle Gamorrean. Malgré sa race primitive, il fut modifié dans un
hôpital impérial sous la direction du Docteur Gast
7.3. LISTE DES PERSONNAGES DE STAR WARS
181
pour être utilisé comme espion par l’Empire. Tacet fuira alors la planète avec l'aide d'Anakin Solo. On
ticien hors pair et véritable ordinateur organique.
ne sait rien de son avenir à partir de ce moment.
Pour se faire comprendre, il a un traducteur implanté dans sa gorge. Il restera Wraith 12 jusqu’à la
guerre contre les Yuuzhan Vong.
7.3.8 Chasseurs de primes
• Ace Azzameen : ( ? - ?) est le benjamin de la famille
Azzameen, son histoire est essentiellement décrite
dans le jeu vidéo X-Wing Alliance où le joueur suit
son parcours vers la rébellion. Cependant, il est aussi
visible au côté de Lando Calrissian dans le Faucon
Millenium lors de la Bataille d'Endor.
• Ooryl Qrygg : est un mâle gand de Gand, membre
de l'escadron Rogue. Il est l'ailier et camarade de
chambre de Corran Horn. Il a perdu un avant-bras
lors du premier assaut de Borleias par les forces rebelles en 6 ap.BY.
• Soontir Fel : (29 Av.BY - ?) Humain marié à
l'actrice Wynssa Starflare (de son vrai nom Syal
Antilles, la sœur du pilote rebelle Wedge Antilles)
avec qui il eut cinq enfants dont Jagged Fel. C'est
l'homme qui deviendra le pilote de chasseur TIE
le plus redouté malgré sa seule envie de piloter
des vaisseaux cargo pour l'entreprise de son père
sur Corellia. Mais son talent à l’Académie Impériale
de Carida impressionna tout le monde. Il y côtoya
Han Solo. Il monta très rapidement en grade dans
l'Empire avant de devenir instructeur à l'Académie
mais après avoir entraîné d'excellents pilotes qui
rejoignirent la rébellion (notamment Biggs Darklighter, Derek Klivian et Tycho Celchu qui créèrent
l'escadron Ecliptic evaders), il retourna au service
actif et fit du 181e escadron le plus meurtrier de
l'Empire. Fel participera aux batailles de Bataille
de Hoth et d'Endor. Capturé par le Général Salm
à la bataille de Brentaal, il deviendra membre de
l'escadron Rogue avant d'être forcé par Ysanne Isard
de repasser chez l'Empire. Il fut cloné à son insu
par le Grand Amiral Thrawn. Il collabora avec la
race des Chiss avant d'atteindre le poste de chef de
la flotte Chiss lors de la guerre contre les Yuuzhan
Vong.
• Bossk : Mâle trandoshan extrêmement fier et arrogant, il est décrit comme fort mais maladroit.
Comme tous les trandoshans, il déteste les Wookiees. Il espère se venger après avoir subi une défaite cuisante contre Chewbacca et son partenaire
Han Solo. Il a été recruté par Dark Vador pour traquer le Faucon Millenium. Il pilote l’Hound’s Tooth
(La Dent du Molosse), et fut pour toujours ennemi de Boba Fett après la dissolution d'un groupe
de chasseurs de primes composé de lui, Boba, Asajj
Ventress, Dengar et 2 autres pendant la Guerre des
Clones.
• Dengar : Humain de Corellia entraîné comme assassin par l'Empire. Ses réflexes ont été améliorés
grâce à des cyber-implants. Il a été gravement blessé dans une course de swoop dans les marais de cristaux d'Agrilat et il considère Han Solo responsable
de son accident. Il fut plus tard engagé par Dark
Vador pour traquer le Faucon Millenium. Il sauvera aussi son ancien patron pendant la Guerre Des
Clones, Boba Fett, mourant sur le sable de la Mer des
Dunes de Tatooine et sera un temps associé avec lui.
Cela lui permettra de se retirer du circuit des chasseurs de primes et de vivre une vie paisible avec sa
femme. Son vaisseau s’appelle le Punishing One.
• Boba Fett : clone de Jango Fett et élevé comme son
fils. Le plus grand chasseur de primes après son père.
Après sa mort, Boba héritera de son armure et son
vaisseau, qu'il modifiera à sa façon. Boba ne parle
que très peu et ne se sépare jamais de son armure, et
se déplace dans l'espace à bord du Slave I, son vaisseau, et sur terre grâce à un jetpack. Il passa très près
de la mort sur Tatooine lorsqu'il tomba dans l'antre
du tout puissant Sarlacc. Mais il réussit à se faire recracher en usant des multiples armes intégrées à son
armure.
• Jonus : Le Capitaine Jonus ( ? - ?) est un ancien
pilote de l'Escadron Death pendant la Bataille de
Hoth, il est désormais Scimitar 2. Il vole habituellement en assurant la couverture haute lors des bombardements de Bombardier TIE. Il se fit manger par
une limasse de l'espace mais évita de justesse la
mort. Il acquit beaucoup de victoires en attaquant
des corvettes corréliennes rebelles au début de sa
carrière.
• Valance Beilert : Membre des troupes de choc de
l'Empire, les fameux stormtroopers, Beilert Valance
faillit perdre la vie alors qu’il affrontait les forces rebelles lors d’un accrochage. Alors que son peloton
amorçait une attaque, une torpille vint pulvériser les
rangs des stormtroopers. L’impact dévasta les rangs
de l’Empire et beaucoup de soldats périrent à cause
de l’onde de choc.
• CE3K-1977, Qorl : ( ? - ?) Pilote de TIE, il s’écrase
sur Yavin 4 lors de la bataille homonyme. Il rencontrera Jacen et Jaina Solo en +23. Il sert alors le Second Imperium jusqu'à s’écraser à nouveau sur Yavin 4. Il y resta jusqu'à l'invasion des Yuuzhan Vongs
• Jango Fett : Combattant mandalorien exceptionnel
et survivant du massacre des Mandaloriens par les
Jedi, il a servi de modèle à l'armée des Clones et
collaboré avec Zam Wesell. C'est le “père” de Boba
Fett. Après avoir tué le Jedi Coleman Trebor, Mace
182
CHAPITRE 7. UNIVERS ÉTENDU
Windu se vengera en le décapitant lors de la Bataille
de Géonosis en 22 av.BY.
• Bane Malar : D'une espèce inconnue, on le suppose
être télépathe.
• Cad Bane : Duros. C'est un personnage récurrent de
la série d'animation The Clone Wars. Il se caractérise
par son grand chapeau. Il commit entre autres une
prise d'otages au Sénat pour la libération de Ziro le
Hutt, le vol d'un holocron dans les Archives Jedi et le
meurtre de Jedi comme Bolla Ropal. Malgré qu'il ne
soit pas doté de la Force, il est également très habile
au sabre laser, comme en démontre son duel contre
Quinlan Vos et Obi-Wan Kenobi.
• Greedo( ? - 0) : Rodien, il a toujours été au service
de Jabba le Hutt, pendant la Guerre des Clones pour
enlever les filles du gouverneur de Pantoria et vingt
ans plus tard pour assassiner Han Solo, mais il se fera tuer par sa cible dans la cantina de Mos Eisley. Son
père, un peu plus âgé que lui, également prénommé 7.3.9 Grande Armée de la République
Greedo (l'ancien), fut un rival et ami d'Anakin Skywalker dans son enfance.
Article détaillé : Soldats clones.
• Montross : Humain. Ennemi juré de Jango Fett et
ex mandalorien, il sera tué par Fett sur une des lune Commandants Clones :
de Bogden, ou ce dernier rencontra la première fois
Dooku, alias Dark Tyranus…
• Commandant Bacara : (matricule : CC-1138), sous
les ordres de Ki-Adi-Mundi, il remplaça le Com• Calo Nord : Humain. À l'époque de Revan, soit
mandant Jet.
4000 ans avant l'avènement de l'Empire, il était
considéré comme le meilleur chasseur de primes de
• Commandant Bly : (matricule : CC-5052), sous les
la Galaxie. Ils se rencontrèrent deux fois : la preordres d'Aayla Secura. Il participa notamment à la
mière, Calo travaillait pour Davik Kang sur Taris, la
Bataille de Quell et la Bataille de Maridun, où il côseconde, pour Dark Malak. Il n'y survécut pas.
toya pour la première fois la légion la plus connue
de la République, la 501e. Il fut impressionné par
• Aurra Sing : Originaire de Nar Shaddaa, c'est une
la vivacité du Général de cette légion, Anakin Skydes rares femmes chasseuses de primes. Il s’agit égawalker, sa padawan Ahsoka Tano et le Commandant
lement d'une des seules chasseuses de primes étant
Clone de la légion, le Capitaine Rex. Plus tard, il suisensible à la Force, car elle a été une novice avec
vra son amie, Maître Secura, avec qui il cache son
la Femme Sombre. Elle est elle aussi une collecattirance, sur Saleucami. Il y venait pour seconder
tionneuse de sabre laser. Elle tua nombre de Jedi,
la légion de Quinlan Vos dans les conflits intermicomme Sharad Hett.
nables, ayant commencé au tout début de la Guerre.
Puis, il durent se rendre sur Felucia pour sauver la
• Zuckuss : Gand (insectoïde) engagé par Dark VaJedi Barriss Offee, où Bly fit preuve de beaucoup de
dor pour traquer le Faucon Millenium. Pilote du Mist
courage en découvrant qu'elle était prisonnière du
Hunter.
séparatiste Shu Mai. C'est également lui qui la ramena saine et sauve. Son Commandant Clone, De• Snoova : C'est le seul vrai Wookiee chasseur de
viss, étant mort, il la rapatria comme seconde Géprimes. Il engendre la peur même chez les membres
nérale Jedi dans la 327e Légion. Lors du déclenchehaut-placés de l'Alliance. Son arme préférée est la
ment de l'Ordre 66, il dût contre son gré assassiner
vibro-hache.
les deux Jedi. Mais il ne faut pas croire un Sith, car
• Feltipern Trevagg : Collecteur d'impôts sur TaDark Sidious l'éliminera, tout comme les autres soltoine.
dats clones[réf. nécessaire] pour permettre l'arrivée de
nouveaux soldats, les Stormtroopers. Avant le dé• Jodo Kast : Détient une armure de bataille
clenchement de l'Ordre 66, il fut contacté par son
mandalorienne.
ancien entraîneur, le Soldat ARC Alpha-17, parce
qu'il avait découvert un antidote contre le vieillis• Zam Wesell ( ? - 22 av.BY) : Clawdite métamorphe
sement accéléré. Et Palpatine lui ordonna de tuer
de Denon, autre pôle économique de la Galaxie
Maître Secura...
après Coruscant, elle peut prendre la forme de la
plupart des espèces animales de la galaxie, ce qui ex• Commandant Cody : (matricule : CC-2224), sous les
plique son talent. Grande rivale de Jango Fett, il lui
ordres d'Obi-Wan Kenobi, dans la 212e Légion.
est arrivé de s’associer avec lui à plusieurs reprises.
Fett la tua alors qu'elle allait révéler son identité aux
• Commandant Clutch
Jedi Anakin Skywalker et Obi-Wan Kenobi, après
• Commandant Deviss : (matricule : CC-6210), sous
son échec dans la tentative de meurtre de la sénales ordres de Barriss Offee.
trice Padmé Amidala.
7.3. LISTE DES PERSONNAGES DE STAR WARS
183
• Commandant Excel : sous les ordres d'Adum Snor- Soldats Clones :
rug, dans la 507e Légion. Il refusera l'Ordre 66, sauvant son chef, et rejoindra l'Alliance rebelle.
• Boost, soldat de la 104e Légion, de Plo Koon.
• Commandant Faie : sous les ordres de Quinlan Vos.
• 99, 99 est un clone défectueux né sur Kamino. Il meLorsque ce dernier quitte, l'Ordre, il recevra l'ordre
sure 1m68. Après la fuite de Ko Sai, il est affecté à
66 mais ne pourra pas le tuer et sera décapité par
l'entretient du Complexe Militaire de Tipoca City. Il
Yoda.
y passa tout le reste de sa vie et meurt dans ce complexe militaire, par un droïde ennemi portant une
• Commandant Fil : sous les ordres de Kit Fisto, dans
Carabine E-5.
la 200e Légion. Grand ami du Commandant Excel,
il sera tué par le Général Grievous sur Vassek en 22
• Falco, éclaireur membre de la Compagnie Excelav.BY.
sior.
• Commandant Fox : c'est un Commandant clone, af• Gregor commando ayant perdu la mémoire, il fut
filié à Palpatine et la 65e légion avant qu'elle ne derepêché comme restaurateur par R2-D2. Il aida ce
vienne Légion de l'Empire. Il est le Commandant
dernier à quitter la planète, contrôlée par les séparade la Garde de Sécurité de Coruscant. Il porte fièretistes.
ment les couleur rouge de son équipement. Il est le
Commandant en Chef de tout les Clones Shock.
• Commandant Gett : sous les ordres d'Etain Tur- 7.3.10 Franges
Murkan.
• Boss Nass : C'est un Gungan vivant dans la ci• Commandant Gree : (matricule : CC-1004) sous les
té sous-marine d'Otoh Gunga dont il est le chef.
e
ordres de Luminara Unduli, dans la 91 Légion.
Son autorité s’étend jusqu'aux communautés vivant
• Commandant Jet : sous les ordres de Ki-Adi Mundi,
au-delà d'Otoh Gunga. Lui seul peut convoquer la
dans la 222e Légion.
Grande Armée Gungan, constituée de Gungan issus
de toutes implantations.
• Commandant Keller
• Capitaine Lock : sous les ordres d'Eeth Koth, dans
la 313e Légion.
• Commandant Mag : affecté à la surveillance de la
station Gild d'Orto Plutonia, il fut tué par les Talz.
• Commandant Neyo : (matricule : CC-8826), sous les
ordres de Stass Allie, dans la 41e Légion.
• Capitaine Rex : (matricule : CC-7567), sous les
ordres d'Anakin Skywalker, dans la 501e Légion.
• Commandant Salvo
• Commandant Stone : il accompagna Jar Jar Binks
sur Florrum pour sauver Obi-Wan Kenobi.
• Commandant Thire : c'est un Commandant clone,
affilié à Palpatine et la 65e légion avant qu'elle ne
devienne Légion de l'Empire.
• Commandant Vargus : chef de la Compagnie Excelsior.
• Commandant Wolffe : sous les ordres de Plo Koon,
dans la 104e Légion.
La Garde de Coruscant : c'est une Garde composé de
Soldats clones de la Grande Armée de la République portant les couleur Rouges dans la saga de Star Wars. Ils apparaissent dans l'épisode III, le film Clone Wars, et la série d'animation The Clone Wars. Cette Garde est commandée par les Commandants Clones Fox et Thire sous
les ordres du Chancelier Palpatine.
• Beru Whitesun Lars : Femme d'Owen Lars, elle
élève Luke Skywalker. Elle approuve l'envie de Luke
de rejoindre l’Académie.
• Bib Fortuna (interprété par Michael Carter dans
l'Episode VI et Alan Ruscoe dans l'Episode I[2] ) :
Twi'lek, majordome de Jabba, ancien marchand
d'esclaves et contrebandier d'épices illégales. Réputé pour sa lâcheté et sa sournoiserie, il complote
pour assassiner son employeur.
• Cliegg Lars apparaît dans Star Wars, épisode II :
L'Attaque des clones. Il achète puis épouse Shmi
Skywalker, la mère d'Anakin, ainsi que C-3PO à
Watto et est également le père d'Owen Lars, futur oncle adoptif de Luke. Lors de l'enlèvement de
sa femme par les Tuskens, Cliegg tente de la reprendre avec un groupe de vingt-neuf amis. La tentative de sauvetage sera vaine et aura pour prix la
vie de presque tous sauf quatre d'entre eux incluant
Cliegg qui s’en sort avec la perte de l'usage de ses
jambes. Par la suite il se déplacera en fauteuil roulant. Peu de temps après il recevra la visite d'Anakin
Skywalker accompagné de Padmé Amidala, Anakin
ira à la recherche de sa mère et la ramènera sans vie
à la suite de quoi ses funérailles seront organisées
dans la résidence de Cliegg en présence de toute la
famille et des amis. Il remerciera Anakin et lui permettra de repartir avec C-3PO. Il meurt des suite de
ses blessures en 20 avant BY, peu de temps avant
que Luke ne soit confié à Owen et Beru.
184
• Padmé Amidala (interprétée par Natalie Portman) : Reine, puis sénatrice de Naboo, femme
d'Anakin Skywalker et mère de Luke Skywalker et
Leia Organa.
• Jar Jar Binks (interprété par Ahmed Best) : Gungan, rencontré par Qui-Gon Jinn dans La Menace
Fantôme, souvent accusé par les puristes de « fairevaloir », a néanmoins rendu accessible la nouvelle
trilogie au nouveau jeune public.
• Dathcha : Jawa. Il souhaite quitter Tatooine pour
explorer la galaxie.
• Dice Ibegon : Apparaît dans l'épisode IV, lors de
la scène se déroulant dans la cantina de Mos Eisley,
de la planète Tatooine. Issue de l'espèce Florn Lamproid, elle a l'allure d'un serpent et est dotée d'une
bouche articulée pleine de canines acérées. Ayant
pris parti pour l'Alliance rebelle, elle périt lors de
la bataille de Hoth.
• Dr. Evazan : Ami de Ponda Baba. Défiguré par un
blaster. Condamné à mort dans plus de douze systèmes. Aussi connu sous les noms de Dr. Cornelius
et Roofoe.
• Tamtel Skreej : Nom pris par Lando Calrissian
lorsqu'il se déguisa en garde pour espionner Jabba
le Hutt sur Tatooine.
• Jabba Desilijic Tiure dit Jabba le Hutt (Jabba
le forestier) : Hutt, « parrain » de la « mafia » de
Tatooine. Il mourut sur Tatooine des mains de Leïa
Organa.
• Gardulla la Hutt : née en −700 Bataille de Yavin sur Nal Hutta, elle appartient au clan Desilijic, de l’espèce Hutt. En −654, elle part s’installer sur Tatooine. Quelques années plus tard, elle
est nommée seigneur du crime sur Tatooine, mais
elle est concurrencée par l'arrivée de Jabba le Hutt.
Elle perd Anakin Skywalker et Shmi Skywalker,
qui étaient ses esclaves, lors d'un pari gagné par
Watto. Gardulla mourra assassinée par Jango Fett,
sur l'ordre de Jabba le Hutt, jetée en pâture à son
propre dragon.
• Jerrol Blendin : Garde de la Cité des nuages sur
Bespin soudoyé par l'Empire.[réf. nécessaire]
• Kitster : meilleur ami d'enfance d'Anakin Skywalker
• Lobot : Ancien criminel. Équipé d'éléments cybernétiques. Il paye sa dette à la société en s’occupant
de la sécurité de la Cité des Nuages sur Bespin. Désorienté sans ordinateur à proximité.
• Lowbacca (né en l'an 4 ap.BY sur Kashyyyk) est un
wookiee et le neveu de Chewbacca, il est l'ami de
Jacen Solo, Jaina Solo, Tenel Ka et Zekk. Il est un
CHAPITRE 7. UNIVERS ÉTENDU
des héros de la série de roman Les Jeunes Chevaliers
Jedi.
• Salicious Crumb : Kowakian qui se délecte
d'humilier les autres pour l'amusement de Jabba le
Hutt.
• Sebulba : Dug originaire de Malastare, adversaire
d'Anakin Skywalker lors de la course de Podracer.
• Sy Snootles : Pa'lowick originaire de Lowick. Elle
est la chanteuse principale du Max Rebo Band au
Palais de Jabba le Hutt.
• Droopy McCool : Kitonak flûtiste du Max Rebo
Band.
• Max Rebo : Ortolan originaire de la planète Orto.
Sorte d'éléphant bleu jouant du piano, il dirige le
groupe de musique qui joue pour Jabba le Hutt. Il
a un contrat à vie avec Jabba contre une quantité illimitée de nourriture. Lui et son groupe réussirent à s’échapper de la barge de Jabba avant qu'elle
n'explose.
• Het Nkik : Éclaireur Jawa qui souhaite se venger de
la destruction d'un Sandcrawler par les troupes de
choc de l'Empire sur Tatooine.
• Les Sœurs Tonnika : Jumelles Twi'lek espionnes
et voleuses, Brea et Senni utilisent leur charme pour
arriver à leur fin.
• Mirax Terrik : Originaire de Corellia. Ami
d'enfance de Wedge Antilles à qui elle a promis de
venger la mort de ses parents. Capitaine du Pulsar
Skate. Marié à Corran Horn, Maître Jedi.
• Naberrie : Famille de Padmé Amidala.
• Oola (interprétée par Femi Taylor) : Esclave
Twi'lek qui fut vendue, avec une autre esclave à Jabba le Hutt. Ce dernier en fit sa danseuse préférée
et l’enchaîna à son trône. Lors d'une représentation,
elle fut jetée en pature au Rancor et dévorée.
• Owen Lars : Mari de Beru Lars Whitesun, demifrère par alliance d’Anakin Skywalker. Élève Luke
Skywalker à la demande d'Obi-Wan Kenobi afin
de le protéger de Dark Vador. Désapprouve l'envie
de Luke Skywalker de rejoindre l’Académie. Meurt
avec sa femme, tué par les soldats de l'Empire dans
l'épisode IV.
• Shmi Skywalker : Mère d'Anakin Skywalker vivant
comme esclave sur Tatooine. Libérée par le père de
Owen Lars qu'elle épouse par la suite. Elle meurt
dans les bras de son fils Anakin Skywalker des suites
des blessures infligées par les Hommes des sables qui
l'avait enlevée.
• Ponda Baba : Quara. Ami de Dr. Evazan.
7.4. LISTE DES PLANÈTES DE STAR WARS
185
• Watto : Toydarien bleu ; esclavagiste et ferrailleur 7.3.12
sur Tatooine. Immunisé à la Force ; nourrit une faiblesse pour le jeu de hasard.
• Wuher : Barman désagréable de la cantina qui déteste les droïdes. Souhaite devenir le barman personnel de Jabba le Hutt.[réf. nécessaire]
• Les Ewoks : Voir la page consacrée aux Ewoks.
• Taun We : Assistante de Lama Su, premier ministre de Kamino. C'est elle qui présente l'Armée
de Clone au Jedi Obi-Wan Kenobi dans l'Episode
II. Dans la version originale, sa voix est celle de Rena Owen et dans la version française, celle de Annie
Bertin.[réf. nécessaire]
7.3.11
Liens externes
• Star Wars HoloNet - Encyclopédie Star Wars
•
Portail de Star Wars
Notes et références
•
• Cet article est partiellement ou en totalité issu de
l'article intitulé « Taun We » (voir la liste des auteurs).(voir aussi la page de discussion)
•
7.4 Liste des planètes de Star Wars
• Cet article est partiellement ou en totalité issu de
l'article intitulé « Tasiele Shan » (voir la liste des auteurs).(voir aussi la page de discussion)
Cette liste répertorie par ordre alphabétique les planètes
et satellites majeurs de la saga de Star Wars. Elle est
•
complétée par le type de paysage qui la caractérise et par
• Cet article est partiellement ou en totalité issu de ses peuples d'origines.
l'article intitulé « Dark Nyriss » (voir la liste des au- Les différentes zones galactiques en partant du centre de
teurs).(voir aussi la page de discussion)
la galaxie sont :
•
• Cet article est partiellement ou en totalité issu de
l'article intitulé « 99 (Star Wars) » (voir la liste des
auteurs).(voir aussi la page de discussion)
•
• Cet article est partiellement ou en totalité issu de
l'article intitulé « Murk Lundi » (voir la liste des auteurs).(voir aussi la page de discussion)
•
• Cet article est partiellement ou en totalité issu de
l'article intitulé « Maximilian Veers » (voir la liste des
auteurs).(voir aussi la page de discussion)
[1] (en) Five Female Characters Who Should Star In Star
Wars Episode VII
[2] « Bib Fortuna (Character) », sur IMDb (consulté le 9 février 2015)
Carte non officielle de la galaxie.
186
CHAPITRE 7. UNIVERS ÉTENDU
7.4.1
A
7.4.2
B
7.4.3
C
7.4.4
D
7.4.5
E
7.4.6
F
7.4.7
G
7.4.8
H
7.4.9
I
• (en) Jason Fry & Al., Geonosis and the Outer Rim
Worlds, Renton, Wizards of the Coast, 2004.
• (en) Jason Fry & Daniel Wallace, The Essential Atlas, New York, Del Rey Books, 2009.
• (en) Daniel Wallace, Star Wars : The Essential Guide
to Planets and Moons, New York, Del Rey Books,
1998.
Liens externes
• (en) Site officiel Star Wars
• (en) « Liste des planètes Star Wars », sur Wookieepedia (2 072 en mars 2014).
•
Portail de Star Wars
7.4.10
J
7.4.11
K
7.5 Technologie de Star Wars
7.4.12
M
Cet article décrit les principaux élément technologique
de la saga Star Wars.
7.4.13
N
7.4.14
O
7.4.15
P
7.4.16
R
7.4.17
S
7.4.18
T
7.4.19
U
7.4.20
V
7.4.21
W
7.4.22
Y
7.4.23
Z
7.4.24
Annexes
Bibliographie
• Darren Allanson et al., Dossiers Officiels Star
Wars, Évreux, Éditions Atlas, 2002-2004 (OCLC
474494070, notice BnF no FRBNF40010550)
7.5.1 Armes
• Aiguillon de force : arme de corps à corps ; elle
équipait les gardes royaux de l'Empereur. Cette
arme de cérémonie reste assez efficace car elle est
capable de couper la pierre.
• Arbalète laser Wookiee : chaque wookiee doit
construire lui-même son arbalète laser. Sous ses airs
archaïques, cette arme tire de puissants carreaux
d'énergie meurtriers
• Arme ionique : les armes ioniques, moins puissantes, sont utilisées pour griller les circuits d'un
vaisseau avec des tourelles ioniques, ou d'un droïde
avec un blaster ionique comme ceux des Jawa, ou
aussi les canons ioniques comme celui des rebelles
sur Hoth.
• Armes soniques : type d'arme très rare (mais mortel), elles sont pourtant utilisées par l'armée géonosienne (qui ne s’en sert pas dans ses ruches à cause
de la fragilité des matériaux), on connaît le blaster
sonique qui équipe tout géonosien de la caste des
soldats qui se respecte, mais il en existe des modèles plus dangereux : les plates-formes de défense
soniques. Bien sûr, ce type d'armes ne se trouve pas
uniquement sur Géonosis, comme le prouvent les
charges soniques de Jango Fett.
7.5. TECHNOLOGIE DE STAR WARS
• Blaster : contrairement aux armes laser qui projettent un faisceau lumineux concentré, les armes
« blaster » envoient une décharge de gaz à l'état de
plasma. Elles ont pour effet de causer plus de dégâts
qu'une arme laser classique (les sabres laser n'étant
pas comptés ici dans ce type d'armes).
• Boule d'énergie Gungan :aussi appelée boumas
par les gungans arme Gungan, ce sont en fait des
boules remplies de plasma qui explosent au contact.
187
• Vibro-lame : (SoroSuub BD-1 Cutter Vibro-Ax)
arme de corps à corps très appréciée ; elle fonctionne en émettant des vibrations qui font bouger la
lame et la rendent plus mortelle. Les Gamoréens, par
exemple, utilisaient des vibro-haches.
7.5.2 Droïdes
• Canon laser : canon laser anti-infanterie utilisé notamment par les rebelles sur Hoth.
• Détonateur thermique : réputé dans toute la galaxie, le détonateur thermique produit un barrage
d'énergie et de chaleur capable de désintégrer toute
matière alentour.
• Fusil à projectiles : rare arme à utiliser des munitions à projectiles, il est pourtant très précis ; c'est
d'ailleurs pour cette raison que Zam Wesell l'utilise.
• Gaderffi : arme de corps à corps Tuskens, aussi appelé Baton Gaffi (Inspiré du Totokia, une ancienne
masse d'arme des Îles Fidji).
• Pique statique : arme géonosienne de corps à corps,
qu'ils utilisent lorsqu'ils se battent à l'intérieur des
ruches (leur armement sonique étant trop dangereux
car il pouvait faire s’effondrer les murs, le plafond
etc.).
• Sabre laser : arme de prédilection des Jedi et des
Sith pour le combat rapproché ; il se compose d'une
poignée d'où sort un faisceau lumineux d'environ un
mètre pour une personne « normale » (la longueur
de la lame varie en fonction de la taille de son propriétaire). Le sabre laser coupe et cautérise en même
temps, il peut couper n'importe quel matériau sauf
quelques métaux comme le phik ou le cortosis. Les
Jedi utilisent différents cristaux naturels, traditionnellement venus de leur planète natale, pour créer la
lame et chaque type de cristal donne une couleur différente. Ainsi, la lame est traditionnellement bleue,
verte ou mauve chez les Jedi et rouge chez les Sith.
Les Sith préfèrent les cristaux artificiels qui donnent
à la lame une plus grande puissance. Certains sabres
laser ont deux lames et d'autres une lame de longueur variable. Chaque sabre laser est construit à
la main et est donc légèrement différent suivant les
propriétaires. Certains les ont adaptés en fonction
de leur style de combat comme le sabre courbé du
comte Dooku. Logiquement dans l'ordre Jedi, les
padawans s’inspiraient des sabres de leur maître. Il
y eut toutefois une exception à la règle, le fameux
Anakin Skywalker.
Un droïde sonde.
Les droïdes sont des êtres mécaniques.
Droïdes conçus pour la guerre
La catégorie des droïdes de combat désigne l'ensemble
des droïdes armés susceptibles de détruire un autre droïde
ou de tuer un être vivant et tous les autres droïdes utilisés
à des fins militaires (pilotes, démineurs, sondes...)
• Droïde de combat : ces droïdes sont l'armée de la
fédération du commerce ; ils ont chacun leur poste
(pilote, soldat, officier, garde) et sont contrôlés par
188
CHAPITRE 7. UNIVERS ÉTENDU
un vaisseau amiral droïde de la fédération du commerce.
• Super droïde de combat de la fédération du commerce : version améliorée du droïde de combat ; ils
sont beaucoup plus résistants, indépendants et possèdent une meilleure puissante de feu : en effet, ils
sont dotés d'un blaster à haute cadence de feu et d'un
mini-lance roquette au poignet.
• Droïdeka : droïde combattant aux côtés des droïdes
de combat de la fédération du commerce. Ils ont été
créés à l'effigie des Colicoïdes. Ils sont très résistants, en partie grâce à leur bouclier individuel, ils
sont rapides et possèdent un armement très puissant.
Très efficaces contre les Jedi.
• Droïde sonde Sith « Iris Sombre » : droïdes qui
permettent à Dark Maul de retrouver les fugitifs Naboo et Jedi sur Tatooine.
• Droïde-char araignée de la guilde du commerce :
droïdes utilisés avec les droïdes araignée nains
comme armée privée de la guilde du commerce. Il
est bien plus grand que son homologue.
• Droïde Hailfire (ou Cyclotank) du clan bancaire
intergalactique : droïdes utilisés comme armée privée par le clan bancaire intergalactique. Ils sont très
rapides (du fait de leur mode de déplacement : deux
chenilles circulaires de la hauteur du droïde sur les
côtés) et très indépendants et, grâce à leur lancemissile, ont une très bonne puissance de feu.
• Droïde-Interrogateur IT-O : droïde interrogateur
utilisé par l'empire pour obtenir une information.
Leïa Organa a fait malheureusement la rencontre de
l'un d'eux dans les geôles de l'Empire. Aussi surnommés droïdes Mentaloscopes.
• Droïde laveur et droïde installeur de vitre :
droïde peu intelligent, on en trouve souvent sur Coruscant. Les modèles les plus connus sont INS-444
et NET-004.
• Droïde-mécano : droïdes souvent utilisés pour réparer les podracers.
• Droïde pilote FA-4 : droïde pilotant le voilier solaire du Comte Dooku.
• Droïde-portier TT-8L : droïde apprécié par les
personnes riches comme Jabba le Hutt.
• Droïde réparateur WED passe-partout : petit
droïde de Cybot Galacticat, c'est sûrement le plus
répandu des droïdes de réparation.
• Droïde-sentinelle Mark 4 : droïde-sentinelle utilisé par l'Empire dans leurs patrouilles, notamment
sur Tatooine.
• Droïde-sonde Viper : droïde-sonde de l'Empire qui
permet de localiser la base des rebelles sur Hoth.
• Droïde-souris MSE-6 : droïde utilitaire, notamment utilisé par l'Empire. Utilisé aussi sur l'étoile
noire pour guider les soldats à leur lieu d'opération.
Droïdes conçus pour le confort
• ASN-121, droïde-assassin : droïde assassin très
apprécié, Zam Wessell en utilise un pour essayer
d'assassiner la sénatrice Padmé Amidala, mais il
échoue grâce aux Jedi Anakin et Obi-Wan.
• Assistant médical FX : droïde médical, il doit toujours être supervisé par un autre droïde médical plus
performant ou un être organique. L'un d'eux assiste
le droïde médical 2-1B. Un autre participe à la reconstruction de Darth Vader.
• Cerveau-marcheur B'omarr : ces droïdes sont en
fait des châssis pour les membres du culte B'omarr
de Tatooine.
• Droïde astromécano
• Droïde-caméra : droïdes utilisés pour retranscrire
un évènement important comme une course de pod
ou un rassemblement du sénat.
• Droïde TCP (Transport à Courte Portée) : droïde
servant à transporter des matériaux dans les fonderies de Geonosis ; ce sont d'ailleurs les géonosiens
qui l'ont créé. L'un d'eux rencontre par mégarde C3PO.
• Magnagarde de série IG 100 ou Prototype de
Droïde de Combat Autonome à Programmation
Heuristique : droïde garde du corps du Général
Grievous, produit par HolowanMechanicals. Est
équipé de processeurs de secours qui lui permettent
de continuer le combat, même décapité. Son arme
est un bâton, qui produisant autour de lui de l'énergie
électrostatique, est capable de résister aux sabrolasers des Jedi
• Power Droïde : ce sont des générateurs de fusion
ambulants.
• Spécialiste médical MD : droïde médical performant d'Industrial Automaton.
7.5. TECHNOLOGIE DE STAR WARS
7.5.3
Engins terrestres
• Barge des sables : utilisé par Jabba le Hutt comme
transport personnel.
• CAB acronyme de Char d'assaut blindé : (AAT en
anglais pour Armored Attack Tank) : char d'assaut de
la Fédération du Commerce utilisé lors de la bataille
de Naboo contre les Gungans.
• Char des sables : Les Jawas se servent de ce char
pour parcourir le désert de Tatooine à la recherche
de matériaux, de carcasses de vaisseaux et parfois
de droïdes à récupérer. Il les protège également des
dangers du désert comme les dragons Krayt et les
Hommes des sables lors de leurs explorations. Sa
grande capacité de transport permet de véhiculer un
grand nombre de matériaux à vendre, notamment
aux fermiers de la planète. C'est de cette manière
que R2-D2 et C-3PO sont achetés par Owen Lars,
l'oncle de Luke Skywalker. Le 15 janvier 2014, le
Sandcrawler Building, un bâtiment de 22 500 m²
dont la forme et le nom s’inspirent du Char des
sables, est inauguré à Singapour et permet de regrouper sous un même toit Lucasfilm Animation Singapour, une salle de spectacle de 100 places et les filiales locales de Disney et ESPN[1],[2],[3],[4] . Il est situé au 1 Vista Exhange Green à côté de la station
Buona Vista[5] .
• Landspeeder : engin terrestre à répulsion, utilisé
dans toute la galaxie.
• Module de course : Engin de course volant (La Menace fantôme lors de la course de Boonta Eve).
189
(quadripode) et ayant globalement l'allure d'un animal quadrupède ; les TB-TT furent notamment utilisés pour l'assaut de la base rebelle de Hoth (L'Empire
contre-attaque). L'équipage se compose d'un commandant, d'un canonnier et d'un pilote ; des soldats
peuvent être transportés dans sa baie de stockage
principale. Les pilotes sont protégés grâce à 15 cm
d'armure renforcée, les mettant à l'abri de tout tir
d'armes laser (on peut d'ailleurs voir les tourelles
Rebelles anti-véhicules et les Landspeeders leur tirer dessus, sans effet !). Le seul moyen connu pour
détruire un TB-TT est d'utiliser les câbles de remorquages des snowspeeders qui, en l'enroulant autour des pattes de celui-ci, provoque sa chute s’il ne
stoppe pas sa marche, découvrant ainsi leurs seul
point faible : leurs “cou”.
• TMT acronyme de Transport Multi-Troupes : (MTT
en anglais pour Multi Troop Transport) Engin de
transport de droïdes utilisé avec le CAB lors de la
Bataille de Naboo. Il mesure 13 mètres de haut et 31
mètres de long avec une contenance de 112 droïdes
de combats.
• TR-TT acronyme de Transport de reconnaissance
tout-terrain (AT-ST en anglais pour All Terrain Scout
Transport) : Engin d'assaut de l'Empire, se déplaçant
sur deux pattes (bipode) ; ils furent notamment utilisés pour attaquer la base rebelle de Hoth et pour
contrer l'assaut des rebelles sur la lune forestière
d'Endor. Utilisé principalement dans un rôle antipersonnel. Inconvénient : manque de stabilité.
• STAP Véhicule lévitant utilisé par la CSI pour traverser rapidement le champ de bataille.
• Motojet (Speeder bike) : Utilise la même techno- 7.5.4 Technologies
logie que les landspeeders pour voler. On en trouve
• Bacta : substance chimique utilisée pour soigner les
dans toute la galaxie. Sur la lune forestière d'Endor,
blessures, stockée dans des cuves spécifiques.
l'Empire utilise des Aratech 74-Z Version Militaire
(Plafond de vol maximal 25 m).
• Bouclier énergétique : bouclier d'énergie. Il
en existe de plusieurs types (déflecteurs, anti• RT-TT acronyme de Renfort tactique tout-terrain :
rayonnement, etc.) ; ils équipent les vaisseaux, mais
(AT-TE en anglais pour All Terrain Tactical Enforpas les êtres organiques car les radiations que procer) Engin massif marchant sur six pattes appartevoque un bouclier individuel sont mortelles. Néannant à la République et utilisé pendant la Guerre des
moins, les boucliers gungans, d'une conception difclones. Il fut utilisé pour la première fois lors de la
férente, échappent à cette règle.
Bataille de Géonosis contre l'armée droïde séparatiste. Le RT-TT est armé de six canons laser ainsi
que d'un canon lourd. Il mesure 5,02 mètres de haut.
• Cage énergétique : cage équipée de répulseurs qui
permettait de capturer et de maintenir prisonnier
n'importe quel adversaire, y compris un Jedi.
• TB-TT acronyme de Transport Blindé Tout-Terrain
(AT-AT en anglais pour All Terrain Armored Transport) : Engin terrestre de l'Empire conçu par les
Chantiers Navals Kuat, véhicule d'assaut gigantesque (15,5 mètres) se déplaçant sur quatre pattes
• Comlink : les comlinks sont les téléphones portables, bien plus évolués que ceux que nous connaissons.
190
CHAPITRE 7. UNIVERS ÉTENDU
• Congélateur carbonique : appareil de grande taille
servant à congeler le gaz Tibanna pour le transporter. Dark Vador l'utilisa pour congeler Han Solo,
fonction non prévue par les constructeurs.
• Databloc : accessoire permettant de synthétiser
toute sorte de donnée (audio, vidéo, etc.)
• Holocron : objets à forme simple. Les Jedi s’en
servent pour rassembler leurs connaissances. Les
holocrons triangulaires sont ceux des Sith.
[4] Lucasfilm opens new state-of-the-art premises in Singapore
[5] 1° 18′ 25″ N 103° 47′ 19″ E / 1.306836, 103.788528
•
Portail de Star Wars
7.6 Liste des vaisseaux de Star
Wars
Cet article décrit, par ordre alphabétique, les principaux
• Holoprojecteur : appareil permettant de retransvaisseaux de la saga de Star Wars.
crire une image holographique (en 3D). Certains appareils spécialisés peuvent également projeter des
cartes stellaires holographiques.
7.6.1 A
• Hyperespace : dimension parallèle où les lois de la
physique sont différentes. En particulier, il y est possible de dépasser la vitesse de la lumière. Cependant, chaque corps de l'espace normal ayant un écho
dans l'hyperespace, il faut être très prudent lors de
l'établissement de la trajectoire afin d'éviter tous les
astres recensés et ainsi arriver à bon port.
• A-wing : le A-wing est réservé à des pilotes expérimentés capables d'exploiter sa grande maniabilité
et est surtout utilisé pour des combats éclairs dont
il se dégage très vite. Les versions de ce chasseur
utilisées pendant la bataille d'Endor ne sont que des
prototypes qui servirent de base pour le développement futur de ce qui deviendra le premier vaisseau
entièrement conçu par la Nouvelle République.
• Macrobinoculaire : les macrobinoculaires sont des
jumelles très évoluées ; elles permettent de voir très
loin.
• ARC-170 starfighter : le chasseur ARC-170 est
considéré comme un chasseur de supériorité spatiale développé par la République galactique durant
sa militarisation massive qui précède la Guerre des
clones. Il est piloté par un équipage de trois pilotes
clones, deux orientés vers l'avant, le pilote et le copilote/navigateur et un vers l'arrière, le canonnier, et
d'un droïde astromécanicien, habituellement un modèle R4. Il fut conçu par la corporation Incom pour
la République pendant la guerre des clones mais il
fut déployé seulement vers la fin du conflit.
• Rayon tracteur : les rayons tracteurs sont des engins
se trouvant souvent à bord de vaisseaux de guerre ;
ils servent à immobiliser un vaisseau de petite taille
(chasseur, cargo, etc.), puis ils permettent de rediriger le vaisseau dans l'un des hangars du vaisseau de
guerre pour le capturer.
• Répulseur : la technologie des répulseurs sert à faire
flotter des objets. Certains engins (speeders, etc.) et
7.6.2
les vaisseaux en sont équipés pour l'atterrissage.
• Vaporateur environnemental d'humidité : cet appareil était utilisé par les fermiers hydroponiques de
Tatooine pour récolter l'eau dans l'air.
7.5.5
Les Vaisseaux
Article détaillé : Vaisseaux de Star Wars.
7.5.6
Notes et références
[1] Lucasfilm Moves to New Singapore Office as It Adds
Workers
[2] Lucasfilm Inaugurates Singapore Sandcrawler
[3] George Lucas unleashes 'Sandcrawler' in Singapore
B
• B-wing : développé par les Verpines et issu de
l'imagination de l'Amiral Ackbar qui voulait un nouveau chasseur bombardier qui surclasserait le vieux
Y-Wing et qui serait assez manœuvrable pour défier les nouveaux chasseurs TIE de l'Empire tout en
pouvant causer des dommages lourds aux vaisseaux
ennemis.
• Barge à voiles de Jabba : vaisseau en forme de bateau fait pour se déplacer dans le désert de Tatooine.
• Bombardier TIE : peu maniables, mais dotés d'un
puissant armement, ces vaisseaux sont utilisés pour
le bombardement planétaire (sur la planète Hoth
et la lune forestière d'Endor par exemple) et pour
la destruction de vaisseaux lourds appartenant à
l'Alliance rebelle. Leur faible vitesse en fait une
cible facile pour des chasseurs comme l'A-Wing en
combat spatial.
7.6. LISTE DES VAISSEAUX DE STAR WARS
7.6.3
C
• Chasseur Droïde : machine complexe, à géométrie
variable, construite pour la Fédération du commerce
par les usines Xi Char. Ses longues pinces cachent
de redoutables canons laser. Au sol, ses “ailes” se
transforment en pattes quand le chasseur se met en
mode quadrupédique.
• Chasseur Jedi : engin agile mais qui possède un petit champ d'action. En effet, il y a assez d'air pour 5
heures de vol et son moteur ne comporte pas d'unité
d'hyperespace. Néanmoins les Jedi ont réglé ce problème en créant des anneaux d'hypervitesse. Ceux-ci
s’adaptent parfaitement au chasseur et lui permettent
un voyage hyperspatial. Ses boucliers sont très puissants et permettent de résister à des attaques continues pendant plusieurs minutes. Mais le chasseur
n'est pas que défensif. En effet, son aspect offensif
est aussi grandement développé. Les canons lasers
jumelés à l'avant de l'appareil, donnent du fil à retordre aux meilleurs boucliers.
• Chasseur Naboo un vaisseau qui apparaît dans les
épisodes I et II de la saga. C'est d'ailleurs un vaisseau ayant un rôle important : le jeune Anakin se
cache dans un chasseur N-1 quand il voit le combat.
Il décide alors d'y participer et, aidé du droïde astromechano R2-D2, réussit à détruire un vaisseau de
la Fédération du commerce. Ainsi, il change le destin de Naboo et fait tourner l'issue de la bataille...
C'est d'ailleurs en honneur à ce chasseur que Anakin, dans l'épisode III, fait peindre son Intercepteur
Jedi en jaune.
• Chasseur TIE : principal chasseur de l'Empire.
Il est, avec le A-wing, le chasseur le plus rapide.
Son nom TIE est formé des initiales de sa source
d'énergie Twin Ion Engine (« Moteurs Ioniques Jumelés »).
• Corvette Corellienne : ces vaisseaux sont bien plus
petit qu'un croiseur et ne peuvent pas contenir des
vaisseaux, mais sont rapides, peu couteux et armés
de puissantes tourelles automatiques.
191
comme ce dernier, il s’agissait d'un chasseur utilisant non plus le nombre mais bien un équipement
de qualité pour venir à bout de ses ennemis. Son design unique, avec trois doubles-ailes, le rendait facilement reconnaissable et d'autant plus craint par les
pilotes de l'Alliance.
7.6.5 E
• E-wing : successeur du X-wing, capable de remplir
les missions du B-wing et même du A-wing.
• Ebon Hawk : on ne connaît pas les origines
de l’Ebon Hawk, son histoire connue remonte à
l'époque où Davik Kang, un criminel, vola le vaisseau a un soldat de la république. Le vaisseau posté
sur Taris, fût bloqué à terre quelque temps à cause du
blocus de la flotte Sith autour de la planète. L’Ebon
Hawk fût volé à Davik par Revan, Canderous Ordo (un mandalorien), Zaalbar (un wookie), Mission
Vao (une twi'lek), Bastila Shan (une jedi sentinelle
disposant du don de Méditation de Combat) T3-M4
(un droïde utilitaire) et Carth Onasi qui s’enfuyaient
de Taris, forçant le blocus Sith. Le vaisseau prit une
part importante dans la recherche de la forge stellaire, il est conçu pour rappeler le Faucon Millénium.
• les escadrons célèbres sont pour la République Galactique, Bravo, Four et Seven. Pour l'Alliance Rebelle ce sont les escadrons Blue, Gold, Grey, Red,
Rogue et Yellow. Pour l'Empire Galactique il s’agit
d’Avenger, Black, Death, Saber et Sigma. Enfin
pour la Nouvelle République, les plus connus sont
Twin Suns et Wraith.
• Étoile de la mort : station spatiale sidérale mobile
de forme sphérique en construction qui sera détruite
au-dessus de la lune d'Endor.
• Executor : le premier vaisseau de type Super Destroyer Stellaire fut de l'Executor, le vaisseau amiral de Dark Vador lui-même. Il fut détruit lors de
la bataille d'Endor[1] .
• Croiseur Mon Calamari (MC80) : croiseur stellaire de combat fabriqués sur Mon Calamari. En- 7.6.6 F
gagés sous la bannière de l'Alliance Rebelle, trois
• Faucon Millenium : cargo de type YT-1300, faexemplaires participent à la bataille d'Endor. Ils serbriqué par la Corporation Technique Corellienne.
viront ensuite sous la Nouvelle République.
Ce modèle était très populaire à la fin de la
République. Avec ses 27 mètres de longueur, 20
mètres d'envergure et sa capacité de 100 tonnes de
7.6.4 D
fret, il était apprécié des transporteurs de toute la
• Destroyer Stellaire ou Croiseur interstellaire : ils
galaxie. Son équipage maximal est de 6 personnes
ont été construits par Chantiers Navals Kuat, leur
(2 pilotes, 2 navigateurs et 2 canonniers) et il peut
taille peut aller de 900 à 19 000 m.
embarquer 6 passagers.
• Défenseur TIE : vaisseau conçu peu avant la bataille
d'Endor, dans la continuité des TIE Avancés. Tout
• Frégate Nebulon B : frégate escortant les transports
impériaux afin de les protéger contre les attaques des
192
CHAPITRE 7. UNIVERS ÉTENDU
flottes rebelles, et notamment contre les vaisseaux de 7.6.11 T
moyen tonnage. Néanmoins l'Alliance rebelle s’empara très vite de plusieurs de ces frégates. Très utiles,
• Tantive IV : corvette corellienne appartenant à
elles pouvaient tenir tête à des vaisseaux de tonAlderaan de type « forceur de blocus » que Bail Ornage supérieur. Les rebelles les utilisèrent beaucoup
gana a utilisé dans la seconde partie de l'épisode III,
comme vaisseaux de commandement au début de la
puis Leia Organa au début de l'épisode IV.
guerre civile galactique.
7.6.7
H
• Home One : vaisseau personnel de l'Amiral Ackbar
de Dac. Pour services rendus, les Mon Calamariens
ont offert aux Rebelles les vaisseaux Mon Calamari.
Le croiseur a notamment été utilisée comme quartier général itinérant par l'Alliance rebelle après la
bataille de Hoth.
7.6.12 V
• Voilier Solaire Géonosien : Vaisseau personnel du
Comte Dooku. Extrêmement coûteux, il dispose
d'une technologie à énergie solaire.
• V-wing : vaisseau de guerre impérial.Il est piloté par
un pilote impérial. Ce vaisseau est très large.
7.6.13 X
7.6.8
I
• Intercepteur TIE : évolution directe du chasseur
TIE. Ce dernier, moins manœuvrable et moins docile en stratosphère, a finalement évolué en Intercepteur, en conservant toutefois son bruit caractéristique, ses Twin Ion Engine et ses panneaux solaires
latéraux. En fait, la seule modification visible de cet
engin est la forme recourbée de ses 'ailes’. Seuls les
meilleurs pilotes impériaux peuvent avoir la chance
de prendre les commandes de l'intercepteur, plus rapide et plus coûteux que le chasseur TIE.
7.6.9
M
• Main Invisible : un destroyer stellaire, un des plus
puissants vaisseaux employés par les séparatistes durant la Guerre des clones, conçu par la Fédération
du commerce. Il s’agit du vaisseau du Général Grievous.
7.6.10
S
• Sith Infiltrator ou Scimitar : vaisseau utilisé par le
Sith Dark Maul.
• Slave I : vaisseau de Jango Fett et de Boba Fett.
• X-wing : capable de voyager dans l’hyperespace, les
X-wings ont deux paires d’ailerons d’attaques -ou
volets d’attaque -, montés à l’arrière du vaisseau. En
mode normal, les ailerons de chaque côté sont verrouillés l’un contre l’autre, mais durant un combat,
ils sont déployés pour augmenter la couverture des
canons lasers situés aux extrémités des ailerons et
pour mieux dissiper la chaleur émise. Ceci donne
à l’appareil son apparence distinctive en forme de
« X » lorsqu’on le voit de face ou de dos. Les canons
des premiers modèles ne pouvaient pas tirer avec les
volets d’attaque en position fermée.
7.6.14 Y
• Y-wing : le Y-wing est plus ancien que le X-wing.
Son nom complet est : chasseur-bombardier BTLS3 Y-wing. Il constituera pendant longtemps le seul
chasseur de la Rébellion avec le chasseur de tête Z95 (l'ancêtre du X-wing). Le Y-wing est un chasseur
robuste et bien armé : ses torpilles et ses canons à
ions ont été très utiles à l'Alliance pour capturer des
convois impériaux. Malheureusement, sa médiocre
maniablité et sa faible vitesse en font une cible facile pour les pilotes impériaux. Avec l'arrivée du Xwing, le Y-wing a pu prendre sa retraite bien qu'on
le retrouve encore chez certains pirates. Il existe
d'autres versions de Y-wing, le Longprobe BLT-A4,
par exemple, qui est équipé de senseurs améliorés est
une version monoplace de ce vaisseau.
• Snowspeeder : engins civils modifiés et équipés de
deux canons laser. Ce sont des engins très maniables
qui ont été envoyés sur Hoth pour assurer la défense
de la base Écho.
7.6.15
• Super Destroyer Stellaire : Destroyer Stellaire
avec une taille (19 km) et un armement titanesques.
Notes et références
[1] http://www.starwars-holonet.com/holonet.php?fiche=
ship_executor
7.6. LISTE DES VAISSEAUX DE STAR WARS
Lien externe
• Star Wars HoloNet - Encyclopédie Star Wars
•
Portail de Star Wars
193
Chapitre 8
Sources, contributeurs et licences du texte
et de l’image
8.1 Texte
• Star Wars Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Wars?oldid=117597602 Contributeurs : Shaihulud, MichelLaglasse, FvdP, Rinaldum, Yann, Med, Ryo, Virtualblackfox, Vargenau, Nataraja, Looxix, David Latapie, Hemmer, Popolon, Orthogaffe, Vincent Ramos, Fowlalgorn clem, Fort, Traroth, Highlander, Céréales Killer, Treanna, Kelson, Yuzuru, Angela, Pontauxchats, Ske, Vacnor, Fabien1309, Ploum’s,
Cdang, Howard Drake, Moala, Greudin, HasharBot, Traeb, Raph, Xlorent, Alibaba, Zubro, Alexboom, Cœur, CR, Nikai, Jd, LitHium, P-e,
Tom~frwiki, GoA, Emmanuel legrand, Deelight, NicoRay, Samaty, Sebjarod, Michel BUZE, Jyp, ZeroJanvier, Tieno, Dhenry, Archeos,
Jerotito, THA-Zp, Spooky, Tieum, Verdy p, MrTout, Phe, Marc Mongenet, MedBot, Jaymz Height-Field, Sam Hocevar, VIGNERON,
Oblic, ChtiTux, Jmskobalt, Philou2024, Phe-bot, Dromygolo, La pinte, Turb, FH, Bibi Saint-Pol, Domsau2, MG, DJulian, Teuteul, Effco,
Baril, Markadet, Weft, Mindo, Hégésippe Cormier, Jblndl, Ci-gît le sage, Tarap, Tornad, Woww, Kokoyaya, Aither, Jean-no, Escaladix,
Serval~frwiki, Luuke, Cutter, Bap, Lulu41, Roidelapluie, Korrigan, Jonathaneo, Babybern, Brunok, Solveig, Dark Vador, Remyv, Darkoneko, CloClo, Sebcaen, Skipi, Ayin, Bradipus, Erestrebian, Z653z, PieRRoMaN, Marie-Ange, Kyle the hacker, Pixeltoo, Hipocras, Audrey~frwiki, Voodoo, Oftheball, Bestter, Meudeuleu, Bayo, Izwalito, Leag, Gemme, Sombrero~frwiki, Mmenal, Bob08, Neuceu, Witoki,
Pocout, FRED, Erine, Pseudomoi, Julien06200, Fourvin, Rima, 007, Moumou82, Emizage, Yurik, Laurent75005, Sherbrooke, Safarikas,
Bbullot, Gédé, Padawane, Visiteur76, YolanC, Anierin, Gdgourou, Laurent Jerry, Nadd~frwiki, Antoine HULIN, L'amateur d'aéroplanes,
Pallas4, Killou, DocteurCosmos, Korg, Dark Gorgoroth, Trapèze, Gede, MisterMatt Bot, Erquiel, Chobot, Charky, Holycharly, Jeremie
lefebvre, Koenig, Peter17, BRICE man, GôTô, Fimac, Stanlekub, Taguelmoust, Like tears in rain, Zetud, Belteral, Ælfgar, Romanc19s, Vader666, David Berardan, Lgd, Dereckson, Neotribal, Probot, Matieu Sokolovic, Sayan, Lmaltier, Gevehef, Calimo, AnakinSkyw, Gzen92,
Liquid 2003, Solensean, Coyau, RobotQuistnix, Iunity, Necrid Master, Draky, Nicod, Arria Belli, EDUCA33E, Poppy, Eskimbot, Zelda,
Guillom, Jerome66, B-noa, Naevus, Passoa15, Noritaka666, The jocker, Litlok, Moez, Fransoua69, Arthur Laisis, Dd, [email protected], Loveless,
Alfredo~frwiki, MagnetiK-BoT, PhS, Cyrildemont, Jean-Christophe BENOIST, Kirtap, Wikisoft*, Barbichette, KoS, Le sotré, Vador89,
Baruch, Jean Peyratout, Mr Patate, Benjism89, Oxo, Hexasoft, BeatrixBelibaste, Guil2027, SoLune, Tatadala, Lithium57, Mith, Sletuffe,
Chtit draco, Rune Obash, Pirate, Wissons, Ankneloff, Pasdideedenom, Vincen, Thunderbird~frwiki, Fabrice Ferrer, FrançoisD, Obsidian 7,
Gonioul, Xofc, Starpom, Esprit Fugace, Benoit 4, - Kamino -, Akzo, Barraki, SashatoBot, Dunderklumpen, 0000, Rpa, Maitre So, Sophocle,
Kornemuse, Téaile, MetalGearLiquid, Kilianours, Asclepias, Jaxom, 307sw136, Moumousse13, Poss Jean-Louis, Liquid-aim-bot, Thojan,
Pingui-King, GaMip, Jaas BROSS, Waudray, Erwan Corre, PieRRoBoT, ThoRCX, Gemini1980, Aërandil, Gronico, PetetheJock, WartBot,
Apollofox, Galpha, Jumbo~frwiki, Captainm, BD2412, Bzh-99, LUDOVIC, Aridd, Scorpius59, Motussa, Hle, NicoV, Pelote de laine, Goddryc, Asheka, Elemiah, Chaoborus, Thomas g, Grimlock, Jarfe, A2, Escarbot, Voxhominis, Moti-v, K'm, Unwikiman, FredD, Mc78400,
Axou, Kyle the bot, Exar Kun~frwiki, Laurent Nguyen, Graoully, Kropotkine 113, Asram, Rémih, Hayan, Deep silence, Le Pied-bot, Deeder, JAnDbot, Tulipe-qui-pagaie, Clodion, Benbories81, SWFanon~frwiki, Alankazame, Manuguf, Klow, Thesupermat, Mafiou44, Jedi
knight, IAlex, Kif34, Nono64, Sebleouf, Darth Vader~frwiki, August~frwiki, Matrix76, Lemon5, C-cube, Jahbomb, Spangle, Zouavman
Le Zouave, CommonsDelinker, RM77, Erabot, Eybot, FR, Paper icons, Siegmund, Aymeric78, Numbo3, Sok, Analphabot, Tejgad, Neo
kerberos, Jordan Girardin, Rei-bot, Catskingloves, Le Grizzly, Wikig, Salebot, MyBot, Bot-Schafter, Nebula38, Federix, Fdurif, Gscorpio,
Thecyberman, Stef48, Antonio V, Scorps, Critias, Gzzz, AlnoktaBOT, TXiKiBoT, Jmex, VolkovBot, Hacker 45, Céphide, Theoliane, Bubli, Orelec, Leguil, Ramblas, Chicobot, Evpok, Synthebot, Ptbotgourou, Docteur Saint James, Pirouette1963, AlleborgoBot, Ssx`z, Niavy,
Sisyph, Gonzolito, Xic667, SieBot, Bourrin impérial, Vates, Binabik, SuperHeron, Uhlu, Ziame, DaBot~frwiki, Pleclown, Ju gatsu mikka,
Olivier tanguy, Cgeourjon, Ambigraphe, Pymouss, Blvdofdreams, Derfel, Yohan soriano, Kyro, Springslord, OKBot, STBot~frwiki, Udufruduhu, LordAnubisBOT, Reuillois, Vlaam, Dhatier, Kelam, Mathieuw, Croc, J. Clef, Hercule, Jean-Jacques Georges, LeMorvandiau,
Bboydjmc, Rouf, Pierregil83, DumZiBoT, Mister BV, Bornerdogge, HERMAPHRODITE, Ickx6, Super Poirot, Rock07, EdwardDathura, Ir4ubot, DragonBot, Tiresias61, Glaoadare, Restefond, Trimégiste, Lmarsu, Hyliad, Fanfwah, Aquatikelfik, Rinaku, Superjuju10,
Eldest, StefBot, Sebrider, Hadrien97, Seiken Flame, Leon1789, Itachi94300, Kalldeter, Kintaro, PrOxyd, Suzelfe, Pmiize, Gaaab, HerculeBot, Speedspid, Gerardgiraud, WikiCleanerBot, Letartean, Sebletoulousain, ZetudBot, Slycooper, Dark Simon, RogueLeader, Corwin68,
Maxime Tsch, FFFFFF6, Factory, Guillaume70, Gugus15, Elfix, NjardarBot, Rammillica, Varmin, JRibaX, Larbizard, Druth, The Obento
Musubi, Mix4music, Mr. Frank, Luckas-bot, Bill moruuv, Celette, Jonathan Lauzon, LeJC, Jotterbot, InMontreal, GrouchoBot, Louisnapoleon, Gentil Hibou, Kouglof, Dark Attsios, L'Anonyme inconnu, Thechouchou, Munin75, Murthag06, TaBOT-zerem, Slrr35, XDSL,
DSisyphBot, Banzai, Pic-Sou, Benbignon, Asavaa, Le sourcier de la colline, Killer95, Kamisamades, Archimatth, Soren56, Poipoil, Xqbot, Lasl92260, EvguenieSokolov, Pyvezina, Fan-shuriken-iam, Rubinbot, Utod15, Ytrezap, Ballon845, Kanabiz, Jumias23, LittleTony87,
Alex-F, Esther Barymore, Joric~frwiki, Punkista~frwiki, Agrafian Hem Rarko, Album-montpellier, Elfast, Bib78, *SM*, Skull33, Tpt,
Antopedia, Hiob, Xentyr, Coyote du 57, Lomita, Camillalx, Xiglofre, Orlodrim, TobeBot, K-taeb, Super Bazooka, Zoldik, Heyr, Romain
194
8.1. TEXTE
195
breizh, Gkml, Tifroumi, Jbplay, Halloween6, Dinamik-bot, Paleoalexpicturesltd, Misterfranck, Patangel, CelineCrespin, AviaWiki, Cody
escadron delta, Gyrocompa, Clown triste, Igel 14, Jobal, Obirotheau, Olyvar, Lughaus, Masterdeis, Toto Azéro, Pol-m-32, Frakir, Mrs
Spock, Fandecaisses, Esnico30, Halftermeyer, EmausBot, Salsero35, Rehtse, Hoquei44, Libris, Kilith, Lionel June, SeymourGuado, Crazy runner, Gyrostat, MKK, LatinoSeuropa, IJKL, Aqw96, Hardkey, Franz53sda, Meroee, ArzhurB, Susini Jean-Nicolas, Les3corbiers,
Lucky-g, ChuispastonBot, Requin85, Jules78120, Dontomasino, Skouratov, Defeder, Max-578, Cracpass, Franck1138, QcBot, Rumble22,
Ennamon, Sapindnoel, 0x010C, YanSolo20, Monsieur Guerin, Eragon442000, Aurmegil, Kita59, Fredmag, Oscarjrodriguez, Cascade65,
Haugure, MerlIwBot, Rezabot, Fi Skirata 8015, Anakindu72, Woozz, OrlodrimBot, Le pro du 94 :), Strovonsky, BN14, Lmao, Bouriqueet, Éric Messel, Flamme-010, FDo64, Matassgateau, Titlutin, Mattho69, 5W, Christophe95, Revandrake, Barbeuk, Flizmi, Mark
Rutte, Nashjean, YANN92340, YFdyh-bot, DevilPoulet, Rome2, Quentincop, Marinlintello, L'inconnuDu75, Val8161, Zangdarc, Katouka, Housterdam, Superavenger, Clopos1, Noctemedia, Bambouche, Altmine, Addbot, Olivier LPB, Bibidu33, Christian D'AUFIN, Alexich,
LIVIOBIWAN, Perline Pinepine, Chat Wars, Simon1040, Nosfer'Atu, ScoopBot, Coco pseudo, Monfort4545, Lfjrjfjfkfk, Aricol, Jean
Martre Come back3, Pro patria semper, Do not follow, Chevaliers De La Véritée et Anonyme : 855
• Star Wars (série de films) Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Wars_(s%C3%A9rie_de_films)?oldid=117107607 Contributeurs :
Bibi Saint-Pol, Muijz, Kyle the hacker, Gdgourou, DocteurCosmos, Zelda, Loveless, Phil94, Gonioul, Dunderklumpen, Jarfe, Voxhominis,
Clodion, Matrix76, Salebot, Gz260, Glützenbaum, Hercule, EdwardDathura, Paqpaq94, Gaaab, HerculeBot, Sacamol, Guillaume70, Soren56, Coyote du 57, Halloween6, Patangel, Helgismidh, Pol-m-32, Fandecaisses, Lionel June, Aqw96, Oscarjrodriguez, Javeec, Patou225,
Anakindu72, Lacuzon25no, Éric Messel, FDo64, Croullon, Superavenger, Clopos1, Benji man 2, MithrandirXX, Luigi2904 et Anonyme :
31
• Star Wars, épisode I : La Menace fantôme Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Wars%2C_%C3%A9pisode_I_%3A_La_
Menace_fant%C3%B4me?oldid=117105475 Contributeurs : Yann, Vargenau, Nataraja, Looxix, Cdang, Moala, Alexboom, Koyuki, Samaty, Sebjarod, ZeroJanvier, Okki, Phe, MedBot, Iznogood, Hmichelon, Phe-bot, Efilguht, MG, Ticqs, Markadet, Lulu41, Darkoneko, Skipi,
Remi~frwiki, Chris a liege, MisterMatt, Georgio, MarcoVD~frwiki, Jfondecave, Bob08, FRED, Erine, Fourvin, Moumou82, Laurent Jerry,
Vincent Simar, DocteurCosmos, Chobot, Holycharly, RobotE, Like tears in rain, Zetud, Lgd, Probot, Sayan, EyOne, Gzen92, RobotQuistnix, Gpvosbot, Ultrogothe, EDUCA33E, YurikBot, LeonardoRob0t, Bulat, Eskimbot, Gehel, Klendatul, Corsaire, Jerome66, Naevus,
Askywhale, Sammyday, Loveless, Cyberugo, Mr H., SophieL, Sl, Chlewbot, Mith, Archibald Tuttle, Pautard, Wissons, Erasoft24, Cédric
Boissière, Gonioul, Esprit Fugace, DENIS 48, Barraki, Dunderklumpen, Apockle, Kornemuse, Kilianours, Liquid-aim-bot, PieRRoBoT,
Gemini1980, Peterb26, LUDOVIC, Rhadamante, Thijs !bot, Smenu, A2, Escarbot, Voxhominis, Surréalatino, Cyril-83, Savant-fou, TuvicBot, JAnDbot, Clodion, Celiapessac, Hercule200, Nono64, Le-camillou, Darth Vader~frwiki, Matrix76, CommonsDelinker, Erabot,
Jordan Girardin, Salebot, MyBot, Bot-Schafter, Speculos, Zorrobot, LPLT, Patschw, DodekBot~frwiki, DorganBot, Eliedion, WarddrBOT, Titimaster, Aibot, Montchav~frwiki, VolkovBot, Mirfak, Chicobot, Synthebot, ArsenePlus, AlleborgoBot, Sisyph, SieBot, TcheBTchev, Pilou63100, EVula, Patrick Rogel, Vlaam, Kelam, Hercule, Pierregil83, DumZiBoT, HERMAPHRODITE, DragonBot, Orphée,
Superjuju10, Paqpaq94, Mro, Neef, HerculeBot, WikiCleanerBot, ZetudBot, Kdehar, WikiDreamer Bot, Bub’s wikibot, Guillaume70,
AkhtaBot, Harmonia Amanda, Rtz-bot, JRibaX, LinkFA-Bot, Luckas-bot, LeJC, GrouchoBot, Gentil Hibou, Moipaulochon, Dark Attsios,
Ventury-Networks, Yves987, DSisyphBot, Almabot, Archimatth, Le scripteur, Sigruhn, Soren56, Abracadabra, Xqbot, Wacky25, RibotBOT, Rubinbot, Nouill, Agrafian Hem Rarko, Elfast, Skull33, Actarus Prince d'Euphor, MastiBot, Coyote du 57, Lomita, MondalorBot,
Ui-Yuki, Halloween6, Dinamik-bot, The Ghost behind the Mask, Patangel, Cody escadron delta, Ripchip Bot, Olyvar, EmausBot, Lollchand, HRoestBot, ZéroBot, Crazy runner, LatinoSeuropa, Aqw96, Loris Griot, WikitanvirBot, ChuispastonBot, Counny, Juju49, ElectTheDesert, CocuBot, Steven Rogers, Seigneur Frodon, Ennamon, 0x010C, Mohatatou, MerlIwBot, Anakindu72, OrlodrimBot, Le pro du
94 :), Pokelayton, Éric Messel, Nico58888, Lasvelor, Flizmi, Saturne160, Soboky, Awlexis, YFdyh-bot, Ordre Jedi, Clopos1, Addbot,
EwenRD, Voivod, Laurencehamel, Azertopius, Jordaaaan07, Thibaut120094, ScoopBot, AimDurNad, RobokoBot, Fulcania et Anonyme :
110
• Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Wars%2C_%C3%A9pisode_II_%3A_L'
Attaque_des_clones?oldid=117105473 Contributeurs : Vargenau, Nataraja, Cdang, HasharBot, Koyuki, Samaty, ZeroJanvier, Okki, Phe,
MedBot, Phe-bot, MG, W'rkncacnter, Thewayforward~frwiki, Raph egg, Sebcaen, Chris a liege, Pacman1897, Miniwark, Leag, FRED,
Erine, Fourvin, Bbullot, Gdgourou, Vincent Simar, Romram, Chobot, Holycharly, Stéphane33, RobotE, Like tears in rain, Romanc19s,
Vader666, Probot, Sayan, Pok148, Gzen92, TwoWings, RobotQuistnix, FlaBot, Ultrogothe, EDUCA33E, YurikBot, LeonardoRob0t, Eskimbot, Lt-wiki-bot~frwiki, Klendatul, Alecs.y, Guillou, Sammyday, Loveless, Cyberugo, MelancholieBot, SophieL, Sl, Chlewbot, Mith,
Polmars, Obsidian 7, Gonioul, Esprit Fugace, DENIS 48, SashatoBot, Dunderklumpen, Apockle, Teenage, Kornemuse, Kilianours, Bel
Adone, Liquid-aim-bot, Gaby47, PieRRoBoT, Rhadamante, Thijs !bot, Smenu, A2, Voxhominis, Surréalatino, Cyril-83, TuvicBot, JAnDbot, Clodion, Celiapessac, Hercule200, Jedi knight, Sebleouf, Darth Vader~frwiki, Matrix76, Erabot, Jordan Girardin, Salebot, MyBot,
Solsticedhiver, DodekBot~frwiki, DorganBot, Gzzz, Eliedion, Titimaster, TXiKiBoT, VolkovBot, AlleborgoBot, SieBot, Ange Gabriel, Patrick Rogel, Vlaam, Kelam, Hercule, Dricokit, Bloody-libu, HERMAPHRODITE, Ben23, Paqpaq94, Mro, Neef, HerculeBot, Speedspid,
WikiCleanerBot, Maurilbert, ZetudBot, Bub’s wikibot, Max Puissant, AkhtaBot, JRibaX, CarsracBot, LinkFA-Bot, SETIEM, Luckasbot, Celette, LeJC, GrouchoBot, Dark Attsios, DSisyphBot, XZeroBot, ArthurBot, Archimatth, Soren56, Papouf95, Abracadabra, Xqbot, RibotBOT, Rubinbot, Nouill, Agrafian Hem Rarko, Elfast, *SM*, MastiBot, Coyote du 57, MondalorBot, TobeBot, Super Bazooka,
Halloween6, Patangel, Cody escadron delta, Ripchip Bot, Olyvar, EmausBot, ZéroBot, LatinoSeuropa, Aqw96, Loris Griot, Eros16eden,
Steven Rogers, Javeec, MerlIwBot, Anakindu72, OrlodrimBot, ElphiBot, Éric Messel, Antoine Delarue, Nico58888, Christophe95, Audifax, Enrevseluj, Rtecumsehwnee, Portes~frwiki, Awlexis, Ordre Jedi, Vondutch9899, Clopos1, Addbot, Gratus, Azertopius, Jordaaaan07,
Thibaut120094, ScoopBot, Donovandave, Gil-Rock, RobokoBot et Anonyme : 78
• Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Wars%2C_%C3%A9pisode_III_%3A_La_
Revanche_des_Sith?oldid=117513816 Contributeurs : Alvaro, Vargenau, Nataraja, Mathounette, Pontauxchats, Cdang, Greudin, HasharBot, Alexboom, Koyuki, Jd, Samaty, Jyp, ZeroJanvier, Okki, Spooky, MedBot, Phe-bot, Markko, MG, Hégésippe Cormier, Jef-Infojef,
Sérénade, Z653z, Chris a liege, Pacman1897, Georgio, Kyle the hacker, Bob08, FRED, Erine, Vlad2i, Pseudomoi, Fourvin, Turbant, Franckyboy, Gdgourou, Mikabouv, Vincent Simar, Bethr128, DocteurCosmos, Aboumael, Rouss, Dark Gorgoroth, Romram, Chobot, Svarog,
Seb35, GôTô, RobotE, Taguelmoust, Sidious~frwiki, Like tears in rain, Zetud, MyStiK, Deus ex Machina, Romanc19s, Nykozoft, Probot, Sayan, Arnaud.Serander, Slasher-fun, Matpib, Gzen92, TwoWings, Liquid 2003, RobotQuistnix, Necrid Master, DC2, Ultrogothe,
EDUCA33E, YurikBot, LeonardoRob0t, Aleks, Eskimbot, Zelda, Dark Emperor~frwiki, Klendatul, Alecs.y, Sammyday, Loveless, Myst,
Cyberugo, MelancholieBot, Sl, Oxo, Mith, Pirate, Pautard, Gonioul, Xofc, Esprit Fugace, DENIS 48, Benoit 4, Barraki, SashatoBot, Dunderklumpen, Apockle, Kornemuse, Gilles MAIRET, Thermaland, Kilianours, Kingbastard, Liquid-aim-bot, Delhovlyn, Darksidus, PieRRoBoT, Keanur, Closter, LUDOVIC, Rhadamante, Thijs !bot, Jarfe, Voxhominis, Surréalatino, Ascanios, JAnDbot, Moatthieu, Clodion,
Celiapessac, Hercule200, LeFit, JM RNS, Nono64, Sebleouf, Darth Vader~frwiki, Matrix76, Victolo, FR, AdQ Bot, Jordan Girardin,
Wikig, Salebot, MyBot, Bot-Schafter, Solsticedhiver, DodekBot~frwiki, VladoubidoOo, DorganBot, Eliedion, WarddrBOT, Titimaster,
196
CHAPITRE 8. SOURCES, CONTRIBUTEURS ET LICENCES DU TEXTE ET DE L’IMAGE
TXiKiBoT, Jmex, VolkovBot, Fabrice75, Ortholam, Chicobot, Ptbotgourou, AlleborgoBot, Orthomaniaque, SieBot, Kyro, Ange Gabriel,
Patrick Rogel, Vlaam, Kelam, Mathieuw, Hercule, DragonBot, Paqpaq94, Leon1789, Neef, Spider1163, HerculeBot, ZetudBot, Bub’s
wikibot, Guillaume70, AkhtaBot, Grievous&Dooku, JRibaX, CarsracBot, LinkFA-Bot, Luckas-bot, Celette, CRJO-CRJO, LeJC, GrouchoBot, Nakor, Kevin Master, Dark Attsios, TaBOT-zerem, DSisyphBot, Pic-Sou, ArthurBot, Archimatth, Soren56, Xqbot, RibotBOT,
Rubinbot, Nouill, L'engoulevent, Tichau, Agrafian Hem Rarko, Elfast, *SM*, Skarock, Styxyn, MastiBot, MondalorBot, Zoldik, Halloween6, Dinamik-bot, BAKUJOSHUA, Patangel, Cody escadron delta, Ripchip Bot, Olyvar, SteeveB, Pol-m-32, Frakir, 62delphine,
EmausBot, ZéroBot, Ghabara, LatinoSeuropa, Aqw96, Loris Griot, Thouny, WikitanvirBot, Cracpass, Flapo, Mezigue, MerlIwBot, Denis141069, Anakindu72, OrlodrimBot, Nîmois30, Sparks2, Éric Messel, Nico58888, Cinemovieman, Christophe95, Psychosophe, Awlexis, CHAUDESAIGUES Xavier, Joanny972, Ordre Jedi, Clopos1, GerardVinci, Addbot, Trigorine, Presidef, Azertopius, Jordaaaan07,
Thibaut120094, ScoopBot, King21, Bindo, AsterTheDark, RobokoBot, Quentin Braband et Anonyme : 173
• Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Wars%2C_%C3%A9pisode_IV_%3A_Un_
nouvel_espoir?oldid=117449357 Contributeurs : Vargenau, Delorme, Kelson, Cdang, Symac, Jyp, Phe, Clm03, Phe-bot, JB, Bibi Saint-Pol,
MG, Lulu41, Bestter, Leag, Xavier Combelle, Fourvin, Gdgourou, DocteurCosmos, Chobot, Vibby, Like tears in rain, Zetud, Romanc19s,
David Berardan, Sayan, Gzen92, TwoWings, Coyau, Droopy nico, Necrid Master, Ultrogothe, EDUCA33E, Klendatul, B-noa, Litlok, Sammyday, Loveless, Bertrouf, Cyberugo, Kirtap, Copperchair~frwiki, MelancholieBot, Mith, Rune Obash, Polmars, Pautard, Buff, Gonioul,
Starpom, Esprit Fugace, DENIS 48, Esge, Barraki, SashatoBot, Dunderklumpen, Apockle, Sophocle, Kilianours, Joyce11, Liquid-aim-bot,
Grondin, Zyxwvut-Bot, PieRRoBoT, Gemini1980, Vinckie, NicoV, Bouchecl, Grimlock, Escarbot, Voxhominis, Surréalatino, Creasy,
JAnDbot, Clodion, Darth Gaut, Sebleouf, Darth Vader~frwiki, Matrix76, In the laps of the gods, Erabot, AdQ Bot, Sok, Tyrone, Jordan
Girardin, Outriggr, MyBot, Zorrobot, Stef48, Chernabog, DodekBot~frwiki, DorganBot, Enguerrand VII, Idioma-bot, Eliedion, Titimaster, TXiKiBoT, VolkovBot, Céphide, AmaraBot, Ubuntero89, Ptbotgourou, Docteur Saint James, Pirouette1963, AymF1, SieBot, Skiff,
Cgeourjon, Kyro, Byrialbot, Nabil-63, Ange Gabriel, Vlaam, Kelam, Hercule, Tinki, Jean-Jacques Georges, Darky.ben, DragonBot, PixelBot, Paqpaq94, StefBot, Mro, Neef, Colindla, HerculeBot, WikiCleanerBot, Maurilbert, ZetudBot, Linedwell, CecilF, Bub’s wikibot, Gilles
Penso, JRibaX, CarsracBot, Para Siempre, LinkFA-Bot, SETIEM, Licorne37, Luckas-bot, Mastermagma, GrouchoBot, Tomates Mozzarella, Dark Attsios, Archimëa, Yonidebot, TaBOT-zerem, DSisyphBot, Boucot, Lutinomade, Fabmafal, Cantons-de-l'Est, Archimatth,
Soren56, Xqbot, The pm show, MathsPoetry, RibotBOT, Rubinbot, Nouill, Agrafian Hem Rarko, Elfast, Boungawa, Skull33, MastiBot,
Lomita, LeVellave, MondalorBot, JettRink, Vic243, Halloween6, Dinamik-bot, The Ghost behind the Mask, Patangel, Cody escadron delta,
Pucesurvitaminee, Ripchip Bot, Husky Dream, Esnico30, Jacqueparisot69003, EmausBot, Kilith, EoWinn, Crochet.david.bot, Renaud045,
LatinoSeuropa, Aqw96, Bugmenot1992, Mathbono, WikitanvirBot, ChuispastonBot, Counny, Jules78120, Petergabriel69, Movses-bot, Ennamon, Timurbeg, Methos72, MerlIwBot, Bertol, Indeed, Anakindu72, OrlodrimBot, Cinemaville, Sampierux69, Sparks2, Éric Messel,
Flamme-010, FDo64, Matassgateau, TwoWingsCorp, Christophe95, Toulldu, Awlexis, CHAUDESAIGUES Xavier, Joanny972, Ordre
Jedi, Mowgli38150, Clopos1, AuguAugu, Bloggus1225, Addbot, Andreal90, Noatomyéè, Bécique, InfraRouge77, Azertopius, Gilles8592,
Arkelis, Macromega, Macadam1, Thibaut120094, TodLavond, Django 578, Niko67000, Broldral, RobokoBot, Obiwan1987 et Anonyme :
97
• Star Wars, épisode V : L'Empire contre-attaque Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Wars%2C_%C3%A9pisode_V_%3A_L'
Empire_contre-attaque?oldid=117448803 Contributeurs : Vargenau, Nataraja, Pontauxchats, Cdang, Howard Drake, HasharBot, Symac,
ZeroJanvier, Okki, MrTout, Phe, Marc Mongenet, MedBot, Sam Hocevar, VIGNERON, Clm03, Phe-bot, Michaël George, Turb, MG,
Tornad, MarcoVD~frwiki, Pixeltoo, Bestter, BoLingua, Izwalito, Leag, FRED, Erine, Fourvin,
, Padawane, Laurent Jerry, DocteurCosmos, Romram, Chobot, Holycharly, RobotE, Like tears in rain, Zetud, Romanc19s, David Berardan, Sayan, Gzen92, RobotQuistnix,
FlaBot, EDUCA33E, YurikBot, Eskimbot, Lt-wiki-bot~frwiki, Klendatul, Passoa15, Litlok, Sammyday, Loveless, Cyberugo, Mr H., Sl,
Mutichou, Guil2027, Mith, Rune Obash, Polmars, Pautard, Gonioul, Esprit Fugace, DENIS 48, SashatoBot, Dunderklumpen, Kornemuse,
Kilianours, Sim-neyo, Liquid-aim-bot, PieRRoBoT, Vinckie, Scorpius59, Thijs !bot, Grook Da Oger, Voxhominis, Creasy, JAnDbot, Calcineur, Clodion, Nono64, Sebleouf, Darth Vader~frwiki, Matrix76, In the laps of the gods, AdQ Bot, Sok, Tyrone, Jordan Girardin, HAF
932, Ereinon, MyBot, Chernabog, DodekBot~frwiki, DorganBot, Enguerrand VII, Eliedion, WarddrBOT, Titimaster, TXiKiBoT, Jmex,
VolkovBot, Nodulation, Ubuntero89, AymF1, SieBot, Funnyhat, Skiff, Olivier tanguy, Kelam, Hercule, Tinki, DumZiBoT, Mister BV, Estirabot, Rinaku, Paqpaq94, StefBot, Mro, Neef, Spider1163, HerculeBot, Speedspid, WikiCleanerBot, Samiori, ZetudBot, Johnlocke2342,
Ggal, RogueLeader, Bub’s wikibot, Huesca, AkhtaBot, JRibaX, CarsracBot, Para Siempre, LinkFA-Bot, SETIEM, Luckas-bot, Amirobot,
GrouchoBot, Dark Attsios, Er Cicero, DSisyphBot, Penjo, Almabot, Archimatth, Soren56, Xqbot, RibotBOT, Rubinbot, Agrafian Hem
Rarko, Elfast, Boungawa, MastiBot, Lomita, MondalorBot, Zoldik, Halloween6, Dinamik-bot, BAKUJOSHUA, Patangel, Cody escadron
delta, Ripchip Bot, EmausBot, Rehtse, ZéroBot, SibemolMajeur, Aqw96, WikitanvirBot, ChuispastonBot, Eros16eden, Ennamon, Gavin
Jak, Cascade65, MerlIwBot, Anakindu72, OrlodrimBot, Cinemaville, Vagobot, Éric Messel, Flamme-010, FDo64, Christophe95, KLBot2, JYBot, Saturne160, Awlexis, CHAUDESAIGUES Xavier, Joanny972, Ordre Jedi, Mavia, Addbot, InfraRouge77, Jacquou Féral,
Azertopius, Thibaut120094, Niko67000, Groupir !, RobokoBot, BJ1950 et Anonyme : 104
• Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Wars%2C_%C3%A9pisode_VI_%3A_Le_
Retour_du_Jedi?oldid=117604105 Contributeurs : Ryo, Vargenau, Nataraja, Mathounette, Cdang, Howard Drake, Symac, ZeroJanvier,
MrTout, Phe, MedBot, Clm03, Phe-bot, Turb, JB, MG, Jef-Infojef, Sebcaen, MarcoVD~frwiki, Bayo, Izwalito, FRED, Erine, Fourvin,
, Gdgourou, Vincent Simar, DocteurCosmos, Chobot, Holycharly, Like tears in rain, Romanc19s, Sayan, Pok148, AnakinSkyw, Gzen92,
TwoWings, RobotQuistnix, Gpvosbot, Ultrogothe, EDUCA33E, YurikBot, LeonardoRob0t, Metos, Eskimbot, Lt-wiki-bot~frwiki, Klendatul, Sand, MMBot, Sammyday, ChevalierOrange, Loveless, Cyberugo, Le sotré, Mr H., Sl, Phil94, Mutichou, Boretti, Guil2027, Mith,
Rune Obash, Polmars, Pautard, Obsidian 7, Gonioul, Tanguezo, Esprit Fugace, DENIS 48, Barraki, SashatoBot, Dunderklumpen, Kornemuse, Kilianours, Jaxom, Liquid-aim-bot, PieRRoBoT, Tfpsly~frwiki, Keips, Rhadamante, Vinckie, Thijs !bot, Bouchecl, Voxhominis,
Creasy, JAnDbot, Clodion, Sebleouf, Darth Vader~frwiki, Matrix76, Aratal, In the laps of the gods, FR, AdQ Bot, Sok, Analphabot, Jordan
Girardin, Rei-bot, Salebot, Prométhée, MyBot, Chernabog, DodekBot~frwiki, Gerakibot, DorganBot, Vincent Lextrait, Eliedion, Titimaster, TXiKiBoT, VolkovBot, Chicobot, Ptbotgourou, Gl77, AymF1, SieBot, Skiff, MystBot, Kyro, OKBot, STBot~frwiki, Kelam, Hercule,
Tinki, DumZiBoT, Ir4ubot, ZiziBot, Paqpaq94, StefBot, Neef, Spider1163, Gaaab, HerculeBot, BotSottile, Samiori, Ggal, CecilF, Bub’s
wikibot, Guillaume70, AkhtaBot, SpBot, CarsracBot, Luckas-bot, GrouchoBot, Dark Attsios, DSisyphBot, Pic-Sou, ArthurBot, Cantonsde-l'Est, Archimatth, Soren56, Xqbot, RibotBOT, Agrafian Hem Rarko, Elfast, Skull33, Actarus Prince d'Euphor, MondalorBot, TobeBot,
Zoldik, Halloween6, Dinamik-bot, KamikazeBot, Cody escadron delta, Olyvar, EmausBot, ZéroBot, Aqw96, WikitanvirBot, ChuispastonBot, Ennamon, Giorgio01, Aurmegil, Cascade65, MerlIwBot, Anakindu72, OrlodrimBot, Le pro du 94 :), Cinemaville, Éric Messel,
Flamme-010, FDo64, Titlutin, KLBot2, LoicArBreizhat, Saturne160, Awlexis, CHAUDESAIGUES Xavier, Ordre Jedi, Clopos1, Addbot,
Yanno0001, Paramid, Azertopius, Ayio13, Thibaut120094, Niko67000, RobokoBot et Anonyme : 102
• Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Wars%2C_%C3%A9pisode_VII_%3A_Le_
R%C3%A9veil_de_la_Force?oldid=117596956 Contributeurs : Fylip22, Chris a liege, Deansfa, Leag, Hektor, Gdgourou, Gzen92, Mi-
8.1. TEXTE
197
legue, Passoa15, Guil2027, Mith, Polmars, Gonioul, Esprit Fugace, Dunderklumpen, Maitre So, Aridd, Clodion, Jospe, Matrix76, Salebot,
Akeron, Zorrobot, Eliedion, Chandres, Jmex, Jesmar, Kyro, Ange Gabriel, Patrick Rogel, Kelam, Skybrewsam, SniperMaské, Superjuju10,
Paqpaq94, HerculeBot, Pe71, Ggal, CuriousReader, Arroser, LaaknorBot, Zjemily, Dark Attsios, Wacky25, Ciscocaine, Benji76, Boungawa, *SM*, Skull33, Halloween6, Patangel, Pol-m-32, Frakir, Esnico30, EmausBot, Kilith, ZéroBot, LatinoSeuropa, Aqw96, Franz53sda,
Gundan, Skouratov, Cracpass, Hunsu, 0x010C, SenseiAC, BStinson, Anakindu72, OrlodrimBot, Pokelayton, Bart27, Wings2, Éric Messel, Résident de la République, Orikrin1998, Flamme-010, Mattho69, Adonis13, Rilou du Cotentin, Contre-Nuit, Gab Leduc, Reptilien.19831209BE1, Bismarck-Schönhausen, Mouzet, YFdyh-bot, Skooinwabu, Rome2, Croullon, DadC82, Ordre Jedi, Loann, Mike K.
Zhang, Addbot, Azertopius, Thibaut120094, Cinephile1999, MithrandirXX, Kevin Miler, Pitenis7472, ChromeFirefox, LogikQ, Le Borogove, Epigraphiste, Judor92, Nosfer'Orlok, Do not follow, Rancendo, I'mstupid, RobokoBot, TheProductor, Guerbix, SolennLouedec,
Un utilisateur de Google, Mentos92 et Anonyme : 141
• Star Wars : The Clone Wars Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Wars%3A_The_Clone_Wars?oldid=117105451 Contributeurs :
MG, Chris a liege, Gdgourou, Chobot, Like tears in rain, Sayan, Coyau, Huster, Mith, Gonioul, Barraki, Dunderklumpen, Rhadamante,
Thijs !bot, Jarfe, Escarbot, K'm, Treehill, Clodion, Hercule200, Matrix76, Jordan Girardin, Eliedion, TXiKiBoT, VolkovBot, Crimson31,
SieBot, Vlaam, Hercule, Eunostos, Mister BV, DragonBot, Hyliad, HerculeBot, BotSottile, ZetudBot, Bub’s wikibot, Arcarum, Lukegogo,
Luckas-bot, Celette, BoxOfficeFrance, GrouchoBot, Dark Attsios, MathsPoetry, Elfast, RedBot, Halloween6, BAKUJOSHUA, Patangel,
Cody escadron delta, Mozartman, Olyvar, EmausBot, Crochet.david.bot, Aqw96, Anakindu72, OrlodrimBot, Thehelpfulbot, Éric Messel,
Bartlebooth63, OrikriBot, Clopos1, Addbot, Noatomyéè, NaggoBot, RobokoBot et Anonyme : 25
• Star Wars Anthology : Rogue One Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Wars_Anthology%3A_Rogue_One?oldid=117222235
Contributeurs : Dunderklumpen, Clodion, Hercule200, Paqpaq94, Julien1978, Halloween6, Patangel, Pol-m-32, Anakindu72, Musicomane7, MithrandirXX, Red Kevin, TheProductor et Anonyme : 9
• Star Tours Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Tours?oldid=117015815 Contributeurs : MedBot, Phe-bot, Jef-Infojef, Gdgourou,
Vincent Simar, Cquest, Zetud, Romanc19s, Sayan, Pok148, YurikBot, Jerome66, Guigui, Mith, Pautard, Pantoine, Dunderklumpen, Micmed, Freddo, Liquid-aim-bot, Cicatrice, Overkilled, SGC.Alex, Clodion, Hercule200, Nono64, Matrix76, CommonsDelinker, FR, AdQ
Bot, HariBot, Analphabot, Salebot, Eliedion, Shaddam 5, Ptbotgourou, The RedBot, Kyro, Vlaam, GLec, JainaToys, StefBot, Mro, HerculeBot, ZetudBot, Ggal, Elfix, Jerome234, Soren56, Gambit 1991, Esnico30, HRoestBot, Crazy runner, Philippe Rgt, Aqw96, MrInsla,
Skouratov, Lupsala, Addbot, Rikikinyr et Anonyme : 35
• Star Wars (bande dessinée) Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Wars_(bande_dessin%C3%A9e)?oldid=117015826 Contributeurs : Leag, Stéphane33, Encolpe, Gzen92, Barraki, Voxhominis, Clodion, JM RNS, Matrix76, FR, DanRoz, Salebot, Isaac Sanolnacov,
VolkovBot, Tognopop, Cbyd, Synthebot, Louperibot, Olivier tanguy, Hercule, Jean-Jacques Georges, Dozlune, Mister BV, Johrnard, HerculeBot, WikiCleanerBot, Ggal, Harmonia Amanda, Darkside22, Luckas-bot, Dark Attsios, Archimëa, Vvvedge, Asavaa, Soren56, Xqbot,
Manu Lop, Elfast, Patangel, Cody escadron delta, Pmauduit, Crazy runner, 20toto00, Javeec, OrlodrimBot, DevilPoulet, Christophe Panier,
Shane1609, Addbot, ED-209 et Anonyme : 42
• Jeux vidéo Star Wars Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeux_vid%C3%A9o_Star_Wars?oldid=117015868 Contributeurs : Samaty, Spooky, Phe-bot, W'rkncacnter, Markadet, Woww, Solveig, Oftheball, Bayo, Koko90, Stéphane33, Nykozoft, Sayan, Ropet, Pok148,
LukeSkywalker666, Jf68, Jerome66, MagnetiK-BoT, Thesnail, Mith, Pautard, Lemuca, Neogrifter, Gonioul, DENIS 48, Liquid-aim-bot,
Thijs !bot, Gretaz, StéfanLD, Blondex, Clodion, Matrix76, Zawer, FR, Cagou007, Salebot, VladoubidoOo, Shaddam 5, Edonyle Ouçien,
Gz260, Cchantep, MystBot, Guigui cmoi, Hercule, Roudet, Flot2, PixelBot, HerculeBot, Maitre obi-wan kenobi, ZetudBot, Julien1978,
Celette, Le touriste, Archimëa, Afterburner94, Soren56, Capet de Hugominie, Elfast, Lait ribot, Cody escadron delta, MattMoissa, LatinoSeuropa, Aqw96, Anakindu72, EtK00, Lyokoï88, Manga31, Vadorus70, Addbot, Archi-bot et Anonyme : 37
• Star Wars (romans) Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Wars_(romans)?oldid=117015900 Contributeurs : Laurent Jerry, Matpib, Karl1263, Fishdna, Asram, Clodion, FR, Speculos, Sacamol, Dark Simon, JackBot, LittleTony87, Lomita, Patangel, Mastergreg82,
Franz53sda, Skouratov, Fi Skirata 8015, Shane1609, Chat Wars, Pyrobarbare, Freddu12 et Anonyme : 6
• Musique de Star Wars Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Musique_de_Star_Wars?oldid=117527383 Contributeurs : Phe-bot, Vincnet, Stéphane33, Peter17, Zetud, Boréal, Arnaud.Serander, Gzen92, Huster, Loveless, Mith, Sylenius, Gonioul, Pingui-King, Escarbot, Clodion, Fm790, Matrix76, CommonsDelinker, M-le-mot-dit, Salebot, Speculos, Stef48, TXiKiBoT, TonyUSP, Kyro, Ange Gabriel, Vlaam,
Hercule, Jerome pi, Ir4ubot, Oromisor, HerculeBot, Maitre obi-wan kenobi, ZetudBot, Elfix, Mimideschamps, SpBot, Luckas-bot, Celette, Warp3, LeJC, Soren56, Papouf95, Abracadabra, Nomarcland, Elfast, Coyote du 57, Buisson, Cody escadron delta, EmausBot, Ltrlg,
Artvill, BriceJ, Enture, IJKL, Aqw96, Muggsy, BN14, YANN92340, PetrushLeFou, Ytrezq, Addbot, AméliorationsModestes, Densberg,
Keoz~frwiki et Anonyme : 37
• Star Wars à la télévision Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Wars_%C3%A0_la_t%C3%A9l%C3%A9vision?oldid=117546406
Contributeurs : Clodion et Halloween6
• Chronologie de la saga Star Wars Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_de_la_saga_Star_Wars?oldid=117015972 Contributeurs : Cdang, Solveig, Z653z, Aboumael, Zetud, Sayan, Necrid Master, Jerome66, Litlok, Pautard, Obsidian 7, Gonioul, Bludwarf, Rhadamante, ILJR, Rémih, PierreSelim, Clodion, Pleinelune, Matrix76, AdQ Bot, Diderot1, Analphabot, Jordan Girardin, Salebot, Federix,
Speculos, Sangorys, Jmex, Icesolid, Skiff, Derfel, Kyro, Hercule, ALDO CP, Ir4ubot, Hyliad, Mayayu, HerculeBot, ZetudBot, Guillaume70,
Ghislain Montvernay, Celette, Warp3, Galdrad, Dark Attsios, TaBOT-zerem, DSisyphBot, Zorlot, Cantons-de-l'Est, Soren56, Sylvaindesbois, Clemsti, Theteen, LittleTony87, Elfast, *SM*, StrangeBubble, Zoldik, Romain breizh, CaBot, Patangel, Igel 14, EmausBot, Aqw96,
Defeder, Ennamon, Aurmegil, Javeec, MerlIwBot, Anakindu72, Rene1596, Titlutin, Enrevseluj, Kagaoua, Clopos1, Addbot, Newtul et
Anonyme : 80
• Liste des espèces de Star Wars Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_esp%C3%A8ces_de_Star_Wars?oldid=117257430
Contributeurs : Olrick, Cdang, Samaty, MedBot, Oblic, Phe-bot, Domsau2, Efilguht, Hégésippe Cormier, Solveig, Ayin, Dake, Pixeltoo, Sigismund, Vincnet, Witoki, Sherbrooke, BrightRaven, Laurent Jerry, Mirgolth, Charele, Gede, Holycharly, Seb35, Like tears in rain, Zetud,
Boréal, Romanc19s, David Berardan, Sayan, Inisheer, Matpib, Gzen92, Liquid 2003, RobotQuistnix, FlaBot, Necrid Master, YurikBot,
Arnaudv, MMBot, Litlok, Seb662, Loveless, MelancholieBot, Aurelh, Silverstre, Pirate, Pautard, Cédric Boissière, Démocrite, Gonioul,
Tanguezo, Piff, Liquid-aim-bot, Milord, Sakharov, Zyxwvut-Bot, PieRRoBoT, Galpha, Rhadamante, NicoV, Thijs !bot, Bourrichon, Le
Rat, Giltir, Henriot, Quin-Wan Kenobivos, YsanneIsard CoeurDeGlace, Clodion, Sebleouf, Matrix76, PurpleHz, Zawer, CommonsDelinker, FR, Le Grizzly, Salebot, Speculos, Samleent, Aibot, Richardbl, Chicobot, Shaddam 5, Vincde 15, Orthomaniaque, SieBot, Louperibot,
ZX81-bot, MystBot, Zil, Udufruduhu, Mehdioa, Vlaam, Hercule, Tinki, Arnodino, Bub’s, DumZiBoT, Sam52, Ir4ubot, Viking59, Quéré, Rinaku, Alexbot, HerculeBot, WikiCleanerBot, SilvonenBot, ZetudBot, Ggal, Dark Simon, Corwin68, Saussure08, Harmonia Amanda, CarsracBot, Baryum, Apailana~frwiki, Dark Attsios, Sublimo69, Banzai, Penjo, Soren56, ME109, Xqbot, RibotBOT, Anaemaeth,
198
•
•
•
•
CHAPITRE 8. SOURCES, CONTRIBUTEURS ET LICENCES DU TEXTE ET DE L’IMAGE
Commandant-Fire, Agrafian Hem Rarko, Elfast, MastiBot, Lomita, Kovarn, AEIT, Zoldik, CaBot, Halloween6, Bobodu63, Cody escadron
delta, Esnico30, EmausBot, ZéroBot, Crazy runner, Aqw96, Flblbl, Starwarsfan, Autoque, Skouratov, JeSuisKatanga, Paultott, Timurbeg,
Javeec, Im1996, Anakindu72, OrlodrimBot, Darkymyzorg, Tim2495, Enzoguihotheaux, Superavenger, Clopos1, Addbot, MarsWindu,
Cow-Nahr et Anonyme : 140
Liste des personnages de Star Wars Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_personnages_de_Star_Wars?oldid=117416501
Contributeurs : Hemmer, Arnaud~frwiki, Céréales Killer, Cdang, Howard Drake, HasharBot, Raph, Cœur, Former user 1, Robbot, Samaty, Phe, MedBot, Oblic, Ne$ToR, Nyco, Phe-bot, Domsau2, Carmine, Notafish, Bap, Jef-Infojef, Sebcaen, Georgio, Voodoo, Bayo,
Deansfa, Leag, 007, Wart Dark, Angeldream, Holycharly, Stéphane33, Like tears in rain, Vad666, Zetud, Romanc19s, Vader666, Sayan,
Lmaltier, A3nm, Gzen92, Zwobot, Liquid 2003, RobotQuistnix, LukeSkywalker666, EDUCA33E, YurikBot, Triton, Jerome66, Litlok,
Seki, Seb662, Sammyday, CédricGravelle, Loveless, Dem~frwiki, Shawn, Phil94, Zertrin, Pirate, Pautard, Davy992, Baffab, Cheatman,
FrançoisD, Obsidian 7, Gonioul, Lohixx, Barraki, Emericpro, Karl1263, Tragicomix, Kilianours, NicDumZ, Sion~frwiki, Vinz1789, Simneyo, Liquid-aim-bot, Arglanir, Asabengurtza, Thojan, Sakharov, Zyxwvut-Bot, Erkethan, Pasconi, Katas, LUDOVIC, Rhadamante, NicoV, Thijs !bot, Poppi Pocketo, En passant, Azmodan~frwiki, Gretaz, Vienna Logan, Treehill, Le Pied-bot, JAnDbot, Clodion, MirgolthBot, Nono64, Sebleouf, Matrix76, Eybot, FR, AdQ Bot, PimpBot, Tejgad, Jordan Girardin, DanRoz, Salebot, MyBot, Bot-Schafter,
Critias, Chicobot, Moyg, Shaddam 5, Ptbotgourou, Tomaslespagnol, ArsenePlus, Crom1, Niavy, Tabouet, Cristophe, Yann0051, Darkness 666, Kyro, Wanderer999, EVula, Udufruduhu, Ange Gabriel, Patrick Rogel, Alecs.bot, Vlaam, Dhatier, Enerhpozyks, Hercule, Tinki,
Jean-Jacques Georges, DumZiBoT, Traleni, Alphos, Jejecam, Chatsam, Hyliad, Cymbella, Nico 380, Sougekana, Kintaro, Neef, Gaaab,
HerculeBot, BotSottile, Bibisoul, SilvonenBot, ZetudBot, Ggal, Dark Simon, Corwin68, Louisch, Guillaume70, Max Puissant, LaaknorBot,
Darkside22, Slimtwo, Luckas-bot, Kartouche, Nadin123, Galdrad, Dark Attsios, MauritsBot, Banzai, ArthurBot, YaCoUYaCoU, Soren56,
Xqbot, Remskywalker, Nouill, EpopBot, Drongou, Elfast, *SM*, Jpg1976, Wstrwald, MastiBot, Coyote du 57, Botozor, Diamond444, Patangel, Cody escadron delta, Pucesurvitaminee, Toto Azéro, Isherishen, EmausBot, Tessa piccolina, Kilith, ZéroBot, Blackcums, Strongdick,
Heavyassboy, Sebfaye86, TheMauler, DelRom1998, Skouratov, CocuBot, Ennamon, 0x010C, Timurbeg, Javeec, MerlIwBot, Anakindu72,
OrlodrimBot, Le pro du 94 :), Marco5Bazerji, Nicryc, Lmao, Rene1596, Tim2495, Éric Messel, FDo64, Mishifusa, Ordre Jedi, Superavenger, YaoFFF, Addbot, AméliorationsModestes, Le Quark, Gratus, Maldoror des Esseintes, Dragons518, Ydaos7564, Jean-Mahmoud,
Tonyepwiki, Correcteur28260 et Anonyme : 215
Liste des planètes de Star Wars Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_plan%C3%A8tes_de_Star_Wars?oldid=117378998
Contributeurs : Aoineko, Hemmer, Cdang, Moala, Cœur, NicoRay, Samaty, Sebjarod, Dhenry, Phe, Urhixidur, Sam Hocevar, VIGNERON, Iggy, HB, Phe-bot, Meodudlye, Tarap, GL, Jef-Infojef, Ayin, Bradipus, Chris a liege, PieRRoMaN, Pixeltoo, Voodoo, Vincnet,
Piku, FRED, Emirix, Laurent75005, Sherbrooke, Gédé, Padawane, Valdor65, DocteurCosmos, Korg, Wart Dark, Trapèze, Gede, Holycharly, Stéphane33, Peter17, Taguelmoust, Like tears in rain, Zetud, Paternel 1, Romanc19s, Vader666, David Berardan, Golodon, Sayan,
Lmaltier, Arnaud.Serander, Pok148, Thedreamstree, Gzen92, Liquid 2003, RobotQuistnix, N'importe lequel, FlaBot, Kielby, LukeSkywalker666, EDUCA33E, YurikBot, Gene.arboit, Eskimbot, Arnaudv, Jerome66, John Keats 78, Passoa15, MMBot, Litlok, Loveless, Thesnail,
Sigo, Ludovic89, Galile0, Phil94, Silverstre, Tatadala, Old Fred Hunter, Pirate, Pautard, Davy992, Ankneloff, Pasdideedenom, Erasoft24,
Kantekh, Gonioul, Piff, Barraki, Bakura~frwiki, Playtime, Pld, 307sw136, Leann Storm, Grondin, Linan, Milean Creor, NicoV, PunKeR,
Jackglandu, Thijs !bot, Vanrechem, Bourrichon, Chaoborus, En passant, LeChfeck, MiNiMushrOoM, Creasy, Vienna Logan, Deep silence, Le Pied-bot, JAnDbot, Kzo, Clodion, Clem23, Chtfn, Auxerroisdu68, Sebleouf, Matrix76, PurpleHz, FR, Svartkell-botte, PimpBot,
Jordan Girardin, Lord Koala, Salebot, MyBot, Speculos, VladoubidoOo, Ardus Petus, Theoliane, Fabrice75, Tengu84, Chicobot, Frankei,
Shaddam 5, Synthebot, Ptbotgourou, Orthomaniaque, Sisyph, SieBot, Louperibot, TonyUSP, Chouca, Love Sun and Dreams, Catalysebot, Udufruduhu, Ange Gabriel, William Longards, Dhatier, Kelam, Hercule, Turel~frwiki, DumZiBoT, HERMAPHRODITE, Ir4ubot,
Hatonjan, Jejecam, Chatsam, Viking59, Quéré, Hyliad, General Jalub, Cymbella, Rinaku, Asaheim, StefBot, Singeot, HerculeBot, Hevydevy81, Bibisoul, SilvonenBot, ZetudBot, Ggal, Dark Simon, RogueLeader, Qaentil, Guillaume70, Multivit78, Clonekiller, Erreeip,
LaaknorBot, Baryum, Darkside22, Celette, Micbot, GrouchoBot, Gojirallica, Dark Attsios, Banzai, Penjo, Mikefuhr, Jacques Ballieu, Soren56, MathsPoetry, RibotBOT, Skull33, 237228ser, Qymaen, MastiBot, Coyote du 57, Ui-Yuki, Botozor, Zoldik, CaBot, Halloween6,
Patangel, Cody escadron delta, Esnico30, EmausBot, Kilith, ZéroBot, Crazy runner, Big-porc, AntonyB-Bot, Strongdick, Aqw96, Havox,
WikitanvirBot, Defeder, Petron~frwiki, Deltalpha13, Gavin Jak, Timurbeg, Aurmegil, Fredmag, Anakindu72, OrlodrimBot, Rene1596,
Mario93, Baptiste7640, Zallow, Maguinic, Slamhound, Superavenger, Clopos1, Addbot, Le Quark, Bindo, Jean-Mahmoud, Hellen Abssynthe, Waylander38, VYJLM et Anonyme : 193
Technologie de Star Wars Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Technologie_de_Star_Wars?oldid=117016018 Contributeurs : Cdang,
Luk~frwiki, Iznogood, Phe-bot, Ollamh, Hégésippe Cormier, Solveig, Jef-Infojef, Rama, Bob08, Pocout, Xavier Combelle, Gdgourou,
L'nono, Stardust~frwiki, Holycharly, Stéphane33, Peter17, Like tears in rain, Vad666, Romanc19s, Vader666, David Berardan, Sayan,
Lmaltier, Dchoulette, Pok148, Gzen92, Liquid 2003, FlaBot, EDUCA33E, Jerome66, Litlok, Sammyday, Loveless, Thesnail, Pirate,
Pautard, Davy992, Gyld, Gonioul, Maitre So, Karl1263, Malta, SpiritWolF, Liquid-aim-bot, Pingui-King, WinnieBaby, Alef Burzmali, LUDOVIC, Rhadamante, NicoV, Thijs !bot, Azmodan~frwiki, Gretaz, Kyle the bot, Exar Kun~frwiki, BOT-Superzerocool, Clodion,
Auxerroisdu68, Deadrik, Matrix76, Zouavman Le Zouave, CommonsDelinker, FR, Svartkell-botte, Analphabot, Rei-bot, Salebot, MyBot, Isaac Sanolnacov, Délirius, Chicobot, El Marsupio, OKBot, Udufruduhu, Alecs.bot, Dhatier, Petiyoda bis, Hercule, Meldor, Grozila,
HERMAPHRODITE, Charlie Pinard, Redirectionneur Phou~frwiki, Ir4ubot, Francesco37, Estirabot, HerculeBot, ZetudBot, Dark Simon,
RogueLeader, Bub’s wikibot, Guillaume70, LeJC, Vyk, Dark Attsios, Archimëa, Soren56, MathsPoetry, Elfast, Esnico30, Ishtar17, Artvill,
Aqw96, Fredmag, Lmao, Ludo4969, Clopos1, Addbot, Hiro-Heremoana et Anonyme : 57
Liste des vaisseaux de Star Wars Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_vaisseaux_de_Star_Wars?oldid=117016037 Contributeurs : Phe-bot, Darkoneko, Chris a liege, Sherbrooke, Laurent Jerry, Like tears in rain, Zetud, Romanc19s, David Berardan, Sayan,
Arnaud.Serander, YurikBot, Jerome66, Litlok, Loveless, Guil2027, Kuartan, Vincen, Utilisateur 65872, Barraki, Jaypee, Gaby47, Linan,
NicoV, Thijs !bot, Chaoborus, Clodion, Sebleouf, Matrix76, CommonsDelinker, FR, Analphabot, Seskapil, Atlantis~frwiki, Peekay, Shaddam 5, Ptbotgourou, Xic667, SieBot, ZX81-bot, Punx, Kyro, Udufruduhu, Vlaam, Hercule, DumZiBoT, Nicroz, HerculeBot, ZetudBot,
Julien1978, Guillaume70, Celette, LeJC, Dark Attsios, Penjo, Soren56, Xqbot, MathsPoetry, MastiBot, Cody escadron delta, CptKeyes,
EmausBot, Schadenfreude, Cody escadron alpha, TuHan-Bot, Aqw96, WikitanvirBot, Gavin Jak, Rene1596, Fiorenzo92, Superavenger,
Addbot, AméliorationsModestes et Anonyme : 30
8.2 Images
• Fichier:AT-AT_(All_Terrain_Armored_Transport).jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/40/AT-AT_
%28All_Terrain_Armored_Transport%29.jpg Licence : CC BY 2.0 Contributeurs : Flickr : AT-AT (All Terrain Armored Transport) Artiste
8.2. IMAGES
199
d’origine : Andres Rueda
• Fichier:Akirakurosawa-onthesetof7samurai-1953-page88.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/48/
Akirakurosawa-onthesetof7samurai-1953-page88.jpg Licence : Public domain Contributeurs :
Artiste d’origine :
(Eiga no
tomo)
• Fichier:AlanDeanFoster2007-05-26.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/3b/AlanDeanFoster2007-05-26.
jpg Licence : CC-BY-SA-3.0 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Elf
• Fichier:Alcatel_9109HA.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/ae/Alcatel_9109HA.png Licence : CC-BYSA-3.0 Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Amidala_costume.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/ce/Amidala_costume.jpg Licence : CC BY
2.0 Contributeurs : Amidala costume Artiste d’origine : Ewen Roberts from San Diego, CA, United States
• Fichier:Anakin_Skywalker_costume_Retouched.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/49/Anakin_
Skywalker_costume_Retouched.jpg Licence : CC BY 2.0 Contributeurs : Anakin Skywalker costume (great resemblance) Artiste d’origine :
popculturegeek.com from Los Angeles, CA, USA
• Fichier:Animagic_2009_-_Padmé_Amidala.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/ac/Animagic_2009_-_
Padm%C3%A9_Amidala.jpg Licence : CC BY-SA 2.0 Contributeurs : Animagic 2009 : Padmé Amidala Artiste d’origine : Benjamin Claverie from Münster, Germany
• Fichier:Applications-multimedia.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a0/Applications-multimedia.svg Licence : Public domain Contributeurs : The Tango ! Desktop Project Artiste d’origine : The people from the Tango ! project
• Fichier:Ben_Burtt_Celebration_Europe_II_(Cropped).jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/98/Ben_
Burtt_Celebration_Europe_II_%28Cropped%29.jpg Licence : CC BY 3.0 Contributeurs : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ben_
Burtt_Celebration_Europe_II.jpg Artiste d’origine : User:IG-100
• Fichier:Blue_iPod_Nano.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c1/Blue_iPod_Nano.jpg Licence : Public domain Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:C-3PO_und_R2-D2_(10585302543).jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/82/C-3PO_und_
R2-D2_%2810585302543%29.jpg Licence : CC BY 2.0 Contributeurs : C-3PO und R2-D2 Artiste d’origine : Dirk Vorderstraße
• Fichier:Celebration_Anaheim_-_The_Force_Awakens_Exhibit_(17187145097).jpg Source : https://upload.wikimedia.org/
wikipedia/commons/d/d4/Celebration_Anaheim_-_The_Force_Awakens_Exhibit_%2817187145097%29.jpg Licence : CC BY 2.0
Contributeurs : Celebration Anaheim - The Force Awakens Exhibit Artiste d’origine : Amy from United States
• Fichier:Chewbacca_&_Jawa.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/fd/Chewbacca_%26_Jawa.jpg Licence :
CC BY 2.0 Contributeurs : 2007 Disney Weekends #3 : Dance Off Artiste d’origine : Official Star Wars Blog
• Fichier:Chewbacca_à_Cusset.JPG Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/8f/Chewbacca_%C3%A0_Cusset.
JPG Licence : CC BY-SA 4.0 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Clodion
• Fichier:Clone_Trooper_(7271127830).jpg
Source
:
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/15/Clone_Trooper_
%287271127830%29.jpg Licence : CC BY-SA 2.0 Contributeurs : Clone Trooper Artiste d’origine : Gage Skidmore from Peoria, AZ,
United States of America
• Fichier:Clone_trooper_cosplayer_at_WonderCon_2007.JPG Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b7/
Clone_trooper_cosplayer_at_WonderCon_2007.JPG Licence : CC BY-SA 3.0 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine :
BrokenSphere
• Fichier:Comiclogo.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/48/Comiclogo.svg Licence : Public domain Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Confusion_colour.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/6f/Confusion_colour.svg Licence : Public
domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Bub’s
• Fichier:Crystal_Clear_app_package_games.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/05/Crystal_Clear_app_
package_games.png Licence : LGPL Contributeurs : All Crystal Clear icons were posted by the author as LGPL on kde-look ; Artiste
d’origine : Everaldo Coelho and YellowIcon ;
• Fichier:D_letter_upon_three_circles.svg
circles.svg Licence : FAL Contributeurs :
Source
:
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/20/D_letter_upon_three_
• D_letter_upon_three_circles_and_a_castle.svg Artiste d’origine :
• derivative work : Gdgourou (<a href='//commons.wikimedia.org/wiki/User_talk:S%C3%A9mhur' title='User talk:Sémhur'>talk</a>)
• Fichier:Dans_Jabba_le_Hutt.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7f/Dans_Jabba_le_Hutt.png Licence :
CC BY-SA 3.0 Contributeurs : File:InsideJabba-full.jpeg Artiste d’origine : Toby Philpott
• Fichier:Dark_Maul_(body_painting).jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/cf/Dark_Maul_%28body_
painting%29.jpg Licence : CC BY 2.0 Contributeurs : http://www.flickr.com/photos/hyku/2627370979/sizes/l/ Artiste d’origine : hyku
• Fichier:Disambig_colour.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/3e/Disambig_colour.svg Licence : Public domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Bub’s
• Fichier:Emblem-question.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/48/Emblem-question.svg Licence : Public
domain Contributeurs : Renamed from File:Ambox emblem question.svg. Artiste d’origine : The people from the Tango project ! (combination
Rugby471)
• Fichier:Empereur_Palpatine.JPG Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/00/Empereur_Palpatine.JPG Licence :
CC BY-SA 3.0 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : LeVellave
• Fichier:Etnajmax20.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/ec/Etnajmax20.jpg Licence : CC-BY-SA-3.0
Contributeurs : http://jmreymond.free.fr/Etna2002 Artiste d’origine : jmax
200
CHAPITRE 8. SOURCES, CONTRIBUTEURS ET LICENCES DU TEXTE ET DE L’IMAGE
• Fichier:Fairytale_bookmark_gold.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c7/Fairytale_bookmark_gold.png
Licence : LGPL Contributeurs : File:Fairytale bookmark gold.png (LGPL) Artiste d’origine : Caihua
• Fichier:Fairytale_bookmark_gold.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/66/Fairytale_bookmark_gold.svg
Licence : LGPL Contributeurs : File:Fairytale bookmark gold.png (LGPL) Artiste d’origine : Caihua + Lilyu for SVG
• Fichier:Fairytale_bookmark_silver.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a0/Fairytale_bookmark_silver.
svg Licence : CC BY-SA 3.0 Contributeurs : File:Fairytale bookmark silver.png (LGPL) + Travail personnel Artiste d’origine : Hawk-Eye
• Fichier:Fairytale_bookmark_silver_light.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/8a/Fairytale_bookmark_
silver_light.png Licence : LGPL Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:FinseInWinter.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d7/FinseInWinter.jpg Licence : CC BY-SA 3.0
Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : CyberK no
• Fichier:Flag_of_Belgium_(civil).svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/92/Flag_of_Belgium_%28civil%29.
svg Licence : Public domain Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Flag_of_Canada.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/cf/Flag_of_Canada.svg Licence : Public domain Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Flag_of_France.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c3/Flag_of_France.svg Licence : Public domain Contributeurs : http://www.diplomatie.gouv.fr/de/frankreich_3/frankreich-entdecken_244/portrat-frankreichs_247/
die-symbole-der-franzosischen-republik_260/trikolore-die-nationalfahne_114.html Artiste d’origine : This graphic was drawn by SKopp.
• Fichier:Flag_of_Italy.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/03/Flag_of_Italy.svg Licence : Public domain
Contributeurs : There has been a long discussion on the colors of this flag. Please read the talk page before editing or reverting this image.
Pantone to RGB performed by http://www.pantone.com/pages/pantone/colorfinder.aspx Artiste d’origine : see below
• Fichier:Flag_of_Japan.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9e/Flag_of_Japan.svg Licence : Public domain
Contributeurs : Law Concerning the National Flag and Anthem (1999) URL link in English, actual law (Japanese ; colors from http://www.
mod.go.jp/j/info/nds/siyousyo/dsp_list_j.htm#Z8701 Artiste d’origine : Various
• Fichier:Flag_of_the_United_States.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a4/Flag_of_the_United_States.
svg Licence : Public domain Contributeurs : SVG implementation of U. S. Code : Title 4, Chapter 1, Section 1 [1] (the United States
Federal “Flag Law”). Artiste d’origine : Dbenbenn, Zscout370, Jacobolus, Indolences, Technion.
• Fichier:Flowerpowerportfolio.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/75/Flowerpowerportfolio.jpg Licence :
Public domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Rightleftright
• Fichier:French_Star_Wars_Logo.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/2f/French_Star_Wars_Logo.png
Licence : Public domain Contributeurs : http://89.img.v4.skyrock.net/89c/stefgamers/pics/999745926_2.jpg Artiste d’origine : LucasArt
et Cody escadron delta
• Fichier:Future_film.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9e/Future_film.svg Licence : LGPL Contributeurs :
Derived from Image:Film Reel.svg and Image:Gnome globe current event.svg (the relevant portion of which was derived from Image:
Current event clock.svg and Image:Stock alarm.svg) Artiste d’origine : Everaldo Coelho, YellowIcon, User:Fancypants09, David Vignoni,
User:Anomie
• Fichier:Galaxymap_p1.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/26/Galaxymap_p1.jpg Licence : CC BY-SA
3.0 Contributeurs : http://www.xs4all.nl/~{}wrvh/galaxymap/ Artiste d’origine : W. R. van Hage
• Fichier:Gamorrean.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/bd/Gamorrean.png Licence : Public domain Contributeurs : http://patft.uspto.gov/netacgi/nph-Parser?patentnumber=D277206 Artiste d’origine : Carson ; David L.
• Fichier:George_Lucas,_Pasadena.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/54/George_Lucas%2C_Pasadena.
jpg Licence : CC BY-SA 2.0 Contributeurs : Lucas Artiste d’origine : Joey Gannon from Pittsburgh, PA
• Fichier:George_Lucas_66ème_Festival_de_Venise_(Mostra)_5.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/4d/
George_Lucas_66%C3%A8me_Festival_de_Venise_%28Mostra%29_5.jpg Licence : CC BY-SA 2.0 Contributeurs : 66ème Festival de
Venise (Mostra) Artiste d’origine : nicolas genin from Paris, France
• Fichier:George_Lucas_cropped_2009.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a0/George_Lucas_cropped_
2009.jpg Licence : CC BY-SA 2.0 Contributeurs : Cropped version from a photo posted on Flickr as 66ème Festival de Venise (Mostra) Artiste d’origine : nicolas genin from Paris, France
• Fichier:Grindelwald_Bachalpsee.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c2/Grindelwald_Bachalpsee.jpg Licence : CC-BY-SA-3.0 Contributeurs : Transféré de de.wikipedia à Commons par Leyo utilisant CommonsHelper. Artiste d’origine : Roland
Zumbühl
• Fichier:Gtk-dialog-info.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b4/Gtk-dialog-info.svg Licence : LGPL
Contributeurs : http://ftp.gnome.org/pub/GNOME/sources/gnome-themes-extras/0.9/gnome-themes-extras-0.9.0.tar.gz Artiste d’origine :
David Vignoni
• Fichier:Han_shot_first.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/ef/Han_shot_first.jpg Licence : CC BY-SA 2.0
Contributeurs : Day 34 - Han Shot First Artiste d’origine : Kyle Flood from Victoria, British Columbia, Canada
• Fichier:Hayden_Christensen_05-2005.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/22/Hayden_Christensen_
05-2005.jpg Licence : CC-BY-SA-3.0 Contributeurs : Originally from de.wikipedia ; description page is (was) here
Artiste d’origine : User MarcoKraus on de.wikipedia
• Fichier:Heroesjourney-fr.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/69/Heroesjourney-fr.svg Licence : CC0
Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Tubezlob
• Fichier:Hotel_Sidi_Driss-underground_view_only.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/52/Hotel_Sidi_
Driss-underground_view_only.jpg Licence : CC BY 2.0 Contributeurs : 004687 Artiste d’origine : Neil Rickards from Cambridge, England
• Fichier:Icône_parc_d'attraction.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/22/Ic%C3%B4ne_parc_d%
27attraction.svg Licence : CC BY-SA 2.0 Contributeurs :
8.2. IMAGES
201
• Chair-O-Planes,_night.jpg Artiste d’origine : Chair-O-Planes,_night.jpg : Andrew Dunn
• Fichier:Imperial_sand_dunes.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/ca/Imperial_sand_dunes.jpg Licence :
CC-BY-SA-3.0 Contributeurs : Own work, Canon 10D camera, cropped using the Gimp Artiste d’origine : Pretzelpaws at en.wikipedia
• Fichier:Information_icon_with_gradient_background.svg Source :
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/eb/
Information_icon_with_gradient_background.svg Licence : Public domain Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Jango_Fett_Retouched.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/55/Jango_Fett_Retouched.jpg Licence : CC BY 2.0 Contributeurs : originally posted to Flickr as Jango Fett Artiste d’origine : Sam Howzit
• Fichier:John_Williams_2006._(2).jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b8/John_Williams_2006._%282%
29.jpg Licence : CC-BY-SA-3.0 Contributeurs : Cette image a été extraite d'un autre fichier : Johnwilliams2006.JPG.
Artiste d’origine : Nationalparks → The English-speaking wikipedia, at this page
• Fichier:Kit_Fisto_-_Star_Wars_Weekends_-_Disney_Hollywood_Studios.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/
commons/5/58/Kit_Fisto_-_Star_Wars_Weekends_-_Disney_Hollywood_Studios.jpg Licence : CC BY-SA 2.0 Contributeurs : originally
posted to Flickr as Kit Fisto - Star Wars Weekends - Disney Hollywood Studios Artiste d’origine : Josh Hallett
• Fichier:Ksar_ouledsoltane04.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9d/Ksar_ouledsoltane04.jpg Licence :
CC-BY-SA-3.0 Contributeurs : Photographie personnelle Artiste d’origine : Asram
• Fichier:Leigh_Brackett_1941.JPG Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/aa/Leigh_Brackett_1941.JPG Licence : Public domain Contributeurs : From an autobiographical essay by Leigh Brackett, published in “Amazing Stories” magazine in
July 1941. Artiste d’origine : Unknown ; most likely a professional photographer, possibly with “Amazing Stories” magazine.
• Fichier:Lightsaber_blue.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/67/Lightsaber_blue.svg Licence : Public domain Contributeurs :
• Original drawing : Lightsaber_blue.png Artiste d’origine : Lightsaber_blue.png : Nécropotame
• Fichier:Logo_Star_Wars_Battlefront.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/06/Logo_Star_Wars_
Battlefront.jpg Licence : Public domain Contributeurs : http://mojoart.mixnmojo.com/original-art/battlefront/logo/battlefront_logo_
1000x336.jpg Artiste d’origine : LucasArt
• Fichier:Logo_disney-StarTours.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/5/51/Logo_disney-StarTours.jpg Licence :
marque déposée Contributeurs :
inconnue
Artiste d’origine :
inconnu
• Fichier:Long_Beach_Comic_Expo_2011_-_Darth_Vader_and_his_stormtroopers_(5648639304).jpg
Source
:
https:
//upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d5/Long_Beach_Comic_Expo_2011_-_Darth_Vader_and_his_stormtroopers_
%285648639304%29.jpg Licence : CC BY 2.0 Contributeurs : Long Beach Comic Expo 2011 - Darth Vader and his stormtroopers Artiste d’origine : The Conmunity - Pop Culture Geek from Los Angeles, CA, USA
• Fichier:Look_out_2.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b3/Look_out_2.jpg Licence : CC BY 2.0 Contributeurs : A bit of a Star Wars moment Artiste d’origine : Chilli Head from Bristol, UK
• Fichier:LucasAbramsJI1.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/cb/LucasAbramsJI1.jpg Licence : CC BY 2.5
Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Joi
• Fichier:Lucca_Comics_2010_-_Terry_Brooks_03.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/98/Lucca_
Comics_2010_-_Terry_Brooks_03.jpg Licence : CC BY-SA 3.0 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Alessio Sbarbaro
User_talk:Yoggysot
• Fichier:Mark_Hamill_(1978).jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9b/Mark_Hamill_%281978%29.jpg Licence : CC BY 2.0 Contributeurs : Mark Hamill (right) and me (left) Artiste d’origine : Alan Light
• Fichier:Mark_Hamill_1980.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/dd/Mark_Hamill_1980.jpg Licence : CC
BY-SA 3.0 nl Contributeurs : [1] Dutch National Archives, The Hague, Fotocollectie Algemeen Nederlands Persbureau (ANeFo), 19451989, Nummer toegang 2.24.01.05 Bestanddeelnummer 931-2164 Artiste d’origine : Bogaerts, Rob / Anefo
• Fichier:Matthew_Woodring_Stover.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/3b/Matthew_Woodring_Stover.
jpg Licence : CC0 Contributeurs : The Author Artiste d’origine : Self Shot
• Fichier:MelBrooksApr10.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/94/MelBrooksApr10.jpg Licence : CC BYSA 3.0 Contributeurs : Image e-mailed to uploader by author Artiste d’origine : Angela George at http://www.flickr.com/photos/
sharongraphics/
• Fichier:Millennium_Falcon_in_LEGO.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/78/Millennium_Falcon_in_
LEGO.jpg Licence : CC BY-SA 3.0 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Robert Brink
• Fichier:Musical_notes.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/ac/Musical_notes.svg Licence : Public domain
Contributeurs : ? Artiste d’origine : ?
• Fichier:Nokia_Lumia_1020_Front.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/08/Nokia_Lumia_1020_Front.
svg Licence : CC BY-SA 3.0 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Rafael Fernandez
• Fichier:Nuvola_apps_konquest.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d7/Nuvola_apps_konquest.svg Licence : CC-BY-SA-3.0 Contributeurs : Image:Nuvola apps konquest.png Artiste d’origine : by David Vignoni (vector image made by
User:Gothika with Adobe Illustrator)
• Fichier:Nuvola_apps_ksig_horizonta.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/58/Nuvola_apps_ksig_
horizonta.png Licence : LGPL Contributeurs : http://www.icon-king.com Artiste d’origine : David Vignoni
• Fichier:Otakuthon_2014-_Grievous_(14850642180).jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/73/Otakuthon_
2014-_Grievous_%2814850642180%29.jpg Licence : CC BY-SA 2.0 Contributeurs : Otakuthon 2014 : Grievous Artiste d’origine : Pikawil
from Laval, Canada
202
CHAPITRE 8. SOURCES, CONTRIBUTEURS ET LICENCES DU TEXTE ET DE L’IMAGE
• Fichier:Padme’{}s_Balcony_Dress.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/bc/Padme%27s_Balcony_Dress.
jpg Licence : CC BY 2.0 Contributeurs : http://www.flickr.com/photos/shoshanah/67668449/in/set-1461251/ Artiste d’origine : Shoshanah
• Fichier:Probe_droid.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/20/Probe_droid.png Licence : Public domain
Contributeurs : http://patft.uspto.gov/netacgi/nph-Parser?patentnumber=D268942 Artiste d’origine : Lucas, Jr. ; George W., McQuarrie ;
Ralph
• Fichier:Queen_Amidala’{}s_Parade_Gown.jpg
Source
:
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/15/Queen_
Amidala%27s_Parade_Gown.jpg Licence : CC BY 2.0 Contributeurs : http://www.flickr.com/photos/andresrueda/3453516039/in/
set-72157616998416956/ Artiste d’origine : Andres Rueda
• Fichier:Question_book-4.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/64/Question_book-4.svg Licence : CC-BYSA-3.0 Contributeurs : Created from scratch in Adobe Illustrator. Originally based on Image:Question book.png created by User:Equazcion.
Artiste d’origine : Tkgd2007
• Fichier:RA_Salvatore,_convention.jpg
Source
:
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a9/RA_Salvatore%2C_
convention.jpg Licence : CC BY 2.0 Contributeurs : “Pinguino’s” flickr account Artiste d’origine : “Pinguino”
• Fichier:Ralph_McQuarrie.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/ba/Ralph_McQuarrie.jpg Licence : CC BY
2.0 Contributeurs : Cropped from Ralph McQuarrie 08 158 Artiste d’origine : Terri Hodges from San Francisco, CA, USA
• Fichier:Redwood_National_Park,_fog_in_the_forest.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/de/Redwood_
National_Park%2C_fog_in_the_forest.jpg Licence : CC BY-SA 2.0 Contributeurs : http://www.flickr.com/photos/schweppe/21556590/
Artiste d’origine : Michael Schweppe
• Fichier:Rubik’{}s_cube_v3.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b6/Rubik%27s_cube_v3.svg Licence : CCBY-SA-3.0 Contributeurs : Image:Rubik’{}s cube v2.svg Artiste d’origine : User:Booyabazooka, User:Meph666 modified by User:Niabot
• Fichier:SWCA_-_Scout_Troopers_and_a_Speeder_bike_(17201219292).jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/
commons/4/43/SWCA_-_Scout_Troopers_and_a_Speeder_bike_%2817201219292%29.jpg Licence : CC BY-SA 2.0 Contributeurs :
SWCA - Scout Troopers and a Speeder bike Artiste d’origine : William Tung from USA
• Fichier:Scala_Reggia_Casertana.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d2/Scala_Reggia_Casertana.jpg Licence : Public domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : User:Gallardo
• Fichier:Skellig_Michael_(6214838436).jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/6e/Skellig_Michael_
%286214838436%29.jpg Licence : CC BY 2.0 Contributeurs : Skellig Michael Artiste d’origine : Arian Zwegers
• Fichier:Star_Wars_Celebration_II_-_me_with_an_unemployed_Jar_Jar_(4878852516).jpg Source : https://upload.wikimedia.org/
wikipedia/commons/f/f7/Star_Wars_Celebration_II_-_me_with_an_unemployed_Jar_Jar_%284878852516%29.jpg Licence : CC BY
2.0 Contributeurs : Star Wars Celebration II - me with an unemployed Jar Jar Artiste d’origine : The Conmunity - Pop Culture Geek from
Los Angeles, CA, USA
• Fichier:Star_Wars_Episode_One_Village_-_05.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/3a/Star_Wars_
Episode_One_Village_-_05.jpg Licence : Public domain Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Utilisateur:Bel Adone
• Fichier:Star_Wars_Impression.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/ad/Star_Wars_Impression.jpg Licence : CC BY-SA 2.0 Contributeurs : Star Wars Impression Artiste d’origine : Fernando de Sousa from Melbourne, Australia
• Fichier:Star_Wars_Logo.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/6c/Star_Wars_Logo.svg Licence : Public domain Contributeurs : Transféré de en.wikipedia à Commons. Artiste d’origine : User:KAMiKAZOW
• Fichier:Star_Wars_The_Clone_Wars.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/02/Star_Wars_The_Clone_
Wars.png Licence : Public domain Contributeurs : http://www.comeplayhideandseek.com/images/Clone%20Wars%20logo.gif Artiste d’origine : LucasArt
• Fichier:Star_Wars_in_Guatemala.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f6/Star_Wars_in_Guatemala.jpg
Licence : CC BY 2.0 Contributeurs : Star Wars Artiste d’origine : The Lilac Breasted Roller from Sullivan’s Island, United States
• Fichier:Star_Wars_in_Guatemala_3.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/4e/Star_Wars_in_Guatemala_
3.jpg Licence : CC BY-SA 2.0 Contributeurs : Tikal Artiste d’origine : David Dennis from Pozuelo de Alarcón, Madrid, Spain
• Fichier:Star_Wars_in_Tunisia_2.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/6b/Star_Wars_in_Tunisia_2.jpg
Licence : CC BY 2.0 Contributeurs : Décors star wars Artiste d’origine : hugo nanni from I live somewhere in Normandy by Rouen, France
• Fichier:Séville_Place_d'Espagne_22.JPG Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c6/S%C3%A9ville_Place_d%
27Espagne_22.JPG Licence : CC BY-SA 3.0 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Grez
• Fichier:TDL_Star_Tours.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/66/TDL_Star_Tours.jpg Licence : CC-BYSA-3.0 Contributeurs : Photo by ARICAD Artiste d’origine : Photo by ARICAD
• Fichier:Torino_Comics_2006_Star_Wars_cosplayers.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/2a/Torino_
Comics_2006_Star_Wars_cosplayers.jpg Licence : CC-BY-SA-3.0 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : User:Dzag
• Fichier:Trantor-Coruscant.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/46/Trantor-Coruscant.jpg Licence : CC
BY 3.0 Contributeurs : Travail personnel Artiste d’origine : Dark Attsios
• Fichier:Ugnaught.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f2/Ugnaught.png Licence : Public domain Contributeurs : http://patft.uspto.gov/netacgi/nph-Parser?patentnumber=D265330 Artiste d’origine : Lucas, Jr. ; George W., McQuarrie ; Ralph,
Johnston ; Joseph E.
• Fichier:Under_construction_icon-orange.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/6a/Under_construction_
icon-orange.svg Licence : LGPL Contributeurs : File:Under construction icon-blue.svg + File:Nuvola apps important orange.svg Artiste
d’origine : File:Under construction icon-blue.svg : Dsmurat
• Fichier:United_States_film.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/10/United_States_film.svg Licence : LGPL Contributeurs : Own modification of work from Commons Artiste d’origine : Ysangkok
8.3. LICENCE DU CONTENU
203
• Fichier:VictorHugosmallColor.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/ac/VictorHugosmallColor.png Licence : CC-BY-SA-3.0 Contributeurs : Originally from commons.wikimedia ; description page is/was here. Artiste d’origine : Léon Bonnat
(1833-1922)
• Fichier:Villa_Balbianello_a_Lenno.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/97/Villa_Balbianello_a_Lenno.
jpg Licence : CC-BY-SA-3.0 Contributeurs : Transferred from fr.wikipedia ; transferred to Commons by User:Marcok using
CommonsHelper. Artiste d’origine : Travail personnel Original uploader was Yelkrokoyade at fr.wikipedia
• Fichier:Wampa.jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/25/Wampa.jpg Licence : CC BY 2.0 Contributeurs :
Originally posted to Flickr as Wampa Artiste d’origine : Andres Rueda
• Fichier:WonderCon_2012_-_R2-D2_and_Princess_Leia_(6873208644).jpg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/
commons/0/0f/WonderCon_2012_-_R2-D2_and_Princess_Leia_%286873208644%29.jpg Licence : CC BY 2.0 Contributeurs :
WonderCon 2012 - R2-D2 and Princess Leia Artiste d’origine : The Conmunity - Pop Culture Geek from Los Angeles, CA, USA
• Fichier :_Information_icon.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/35/Information_icon.svg Licence : Public
domain Contributeurs : en:Image:Information icon.svg Artiste d’origine : El T
• Fichier :_Musicfilm2.png Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c7/Musicfilm2.png Licence : CC BY-SA 3.0
Contributeurs : Image:Nuvola apps aktion.png modifiée. Artiste d’origine : Voxhominis
• Fichier :_Star_wars2_.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/ce/Star_wars2.svg Licence : CC BY 3.0 Contributeurs : Own work by uploader / adapted from Swlogo.png Artiste d’origine : Weweje
• Fichier :_United_States_film.svg Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/10/United_States_film.svg Licence : LGPL Contributeurs : Own modification of work from Commons Artiste d’origine : Ysangkok
8.3 Licence du contenu
• Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0

Documents pareils