Matériel / Méthodes

Commentaires

Transcription

Matériel / Méthodes
TPN et colonisation
 Maria Iakova, Consultation plaies
 Xavier Jordan, Service de paraplégie
 Sion, 18.02.2016
Determination of bacterial bioburden in
negative pressure wound therapy (NPWT) foams used for treatment of chronic
wounds
A pilot study using a standardized sonication procedure
X. Jordan, M. Clauss, HJ. Mühlemann, M. Mäder, R. de Roche, A. Trampuz
REHAB Bâle, USB
2
3
4
Contenu
1.
2.
3.
4.
Prémisses
Matériel / Méthode
Résultats
Facit
5
Prémisses
La thérapie par pression négative TPN (Negative pressure
wound therapy NPWT) est utilisée en routine pour traiter des
plaies complexes.
Il n‘existe que peu d‘informations concernant les types et la
quantité de micro-organismes à l‘intérieur du matériel
d’interface (mousse)
6
7
Efficacité ?
Our result showed that vacuum assisted closure was more
effective than standard moist wound care in surgical site
infection after ankle surgery.
Wound management with vacuum assisted closure in surgical site infection after ankle surgery, Zhou, Zhen-Yu et al., International Journal of
Surgery, 2015 May; Volume 17 , 15 – 18, doi: 10.1016/j.ijsu.2015.03.008. Epub 2015 Mar 16.
8
TPN et plaies?
C. Huang et al., Effect of negative pressure wound therapy on wound healing, Current Problems in Surgery 51 (2014) 301–331 303
9
Charge bactérienne?
• Quels effets sur la charge bactérienne?
•
•
•
•
•
Controverse1
Diminution de la charge gram-négative2
Staph. Aureus augmenté3,4
Effets biomécaniques mal examinés1
Réduction des processus inflammatoires des plaies
exsudatives5
1. C. Huang et al., Effect of negative pressure wound therapy on wound healing, Current Problems in Surgery 51 (2014) 301–331
2. Morykwas MJ, Simpson J, Punger K, Argenta A, Kremers L, Argenta J. Vacuum-assisted closure: state of basic research and physiologic
foundation. Plast Reconstr Surg. 2006;117(suppl 7):121S–126S.
3. Moues CM, Vos MC, van den Bemd GJ, Stijnen T, Hovius SE. Bacterial load in relation to vacuum-assisted closure wound therapy: a
prospective randomized trial. Wound Repair Regen. 2004;12(1):11–17.
4. S. M. Levenson, Wound healing accelerated by staphylococcus aureus, Arch Surg, vol. 118, no. 3, p. 310 1983. http://dx.doi.org/10.
1001/archsurg.1983.01390030042007
5. Mrozikiewicz-Rakowska et al., Modern Alternative or First-line Treatment: How to Safely Use Negative Pressure Wound Therapy in Diabetic
Foot Syndrome?, NPWT Journal, Vol. 2, No. 1, march 2014
10
Prémisses
Le but de notre étude était de quantifier et de qualifier la
charge bactérienne à l‘intérieur des mousses de la TPN.
11
Contenu
1.
2.
3.
4.
Prémisses
Matériel / Méthode
Résultats
Facit
12
Matériel / Méthodes
Mousses V.A.C.® retirées du lit de la plaie.
Utilisation de la sonication (méthode validée) permet
l‘identification de bactéries intégrées à des biofilms
13
Population examinée
Entre mars et septembre 2008
Etude consécutive prospective
Patients ≥18 ans avec plaie sous TPN
Indication pour la TPN posée par l‘équipe traitante spécialisée
en plaies et cicatrisation:
Chir. plast. / CdC / Expert plaies et cicatrisation
Local Best Practice
14
Population examinée
Critères d‘exclusion:
Infection floride
Fasciite
Ostéomyélite
Implant visible
Insuffisance immunitaire sévère
15
Population
17 patients
27 plaies
68 mousses
Âge moyen 71 ans (range 33-88)
12 (70%) hommes, avec 59 mousses (87%)
16
Population
Localisation de la plaie:
Sacrum (n=10, 24 mousses)
Talon (n=4, 9 mousses)
Malleolus lateralis (n=2, 6 mousses)
Ischion (n=2, 7 mousses)
MI (n=2, 9 mousses)
Autres (n=7, 13 mousses)
17
Population
Types de plaies:
50 (74%) mousses provenant d‘une escarre
11 (16%) déhiscences post-chirurgicales
3 (4%) plaies chroniques mixtes
1 (1.5%) sinus pilonidal opéré
3 (4%) des 68 mousses analysées étaient des ponts entre deux
lésions voisines.
18
Population
Etiologie:
Paraplégie (SCI) : 9 (53%) patients
Spina bifida : 1 (6%)
Autres maladies neurologiques 6 (35%, SEP 1, trisomie 21 1,
polyneuropathie 1, TCC 2, Encephalopathie vasculaire 1)
1 patient avec un sinus pilonidal sans pathologie de base (6%).
19
Population
Débridement consciencieux et approfondi de toutes les plaies
effectué avant d‘initier la TPN.
Toutes les plaies présentent une évolution clinique favorable,
soit un tissu de granulation sain soit un début d‘épithélisation.
20
TPN
Les plaies on été traitées soit avec une mousses PU (n=38)
ou PVA (n=30), sans les mélanger dans une et même plaie.
Les mousses ont été changées en moyenne tous les trois
jours (range 1-6 jours).
21
TPN
La pression négative appliquée (negative topical pressure
NTP) était soit de 100mmHg (23 mousses, 34%) soit de
125mmHg (45 mousses, 66%)
L‘application de la NTP a été soit continue (n=65, 96%) soit
intermittente (n=3, 4%), selon l‘indication posée par l‘équipe
spécialisée.
Ni effet indésirable ni difficulté technique n‘ont été signalés.
22
Contenu
1.
2.
3.
4.
Prémisses
Matériel / Méthode
Résultats
Facit
23
Analyse
La charge bactérienne moyenne est de 105 cfu/ml (range 102-107 cfu/ml)
Des bactéries ont été trouvées dans toutes les mousses
Pas de différence entre les mousses PU (n=38) et PVA (n=30)
Deux mousses n‘ont pu être analysées de façon non-équivoque (mousses 53
et 54, analysées le 11.07.2008)
Une mono-colonisation a été démontrée dans 29 (42%), deux germes
différents dans 21 (31%) et trois germes ou plus dans 16 (24%) mousses.
24
Analyse
Des souches Gram-négatives (Escherichia coli, Proteus
mirabilis, Klebsiella pneumoniae, Acinetobacter baumanii,
Pseudomonas aeruginosa) ont été isolées dans 70% des
mousses, suivi par le staphylocoque doré (20%),
staphylocoques coagulase-négatifs (9%), streptocoques (8%),
et entérocoques (2%).
25
Analyse
La colonisation bactérienne n‘a pas diminué au cours de la
thérapie
Au contraire, nous avons constaté une légère augmentation de la
colonisation au cours du temps (1 log).
Pas de différence entre les localisations, les tailles et étiologies des
plaies, les pathologies sous-jacentes, les types de TPN et les
valeurs des pressions appliquées.
26
Contenu
1.
2.
3.
4.
Prémisses
Matériel / Méthode
Résultats
Facit
27
Et alors?
La méthode de la sonication a permis d‘identifier une
importante colonisation des mousses du système
V.A.C.® après 3 jours.
Notre étude démontre la présence de biofilms sur les
interfaces entre le système de TPN et le lit de la plaie,
contenant une importante colonisation bactérienne (valeur
médiane 105 cfu/ml, range 102-107 cfu/ml de liquide de
sonication).
Comme prévu, nous avons identifié une flore bactérienne
polymicrobienne, contenant principalement des souches
Gram-négatives.
Toutes les plaies ont cependant démontré une évolution
favorable, soulignant l‘effet positif de la TPN.
28
29
30
Bactéries et plaies chroniques
Notre étude montre une concentration critique de bactéries
dans les mousses, signifiant une infection. Une infection
ralentit la cicatrisation.
Toutes les plaies de notre étude ont cependant montré une
évolution favorable.
La charge bactérienne en soi ne peut donc pas expliquer
pourquoi les plaies infectées ne guérissent pas.
La réponse immunitaire de l’hôte au travers d’une
inflammation massive semble plus plausible.
31
Bactéries et plaies chroniques
Les causes de cette cicatrisation pathologique ne sont pas
claires, mais les mécanismes incriminés semblent concerner
la compétition entre cellules hôtes et bactéries pour
l’oxygène et nutriments ainsi que l’augmentation de la
production de cytokines et protéases par l’hôte en réponse
aux bactéries et leurs toxines.
32
33
Bactéries et plaies chroniques
Certaines propriétés bactériennes peuvent-elles être utiles à
la cicatrisation?
Les bactéries pourraient contribuer à augmenter le gradient
d’oxygène stimulant l’angionéogénèse en consumant l’oxygène
dans la plaie et en stimulant ainsi la prolifération des capillaires.
Certaines enzymes bactériennes aident à nettoyer les plaies
(clostridiopeptidase A : Iruxol Mono®)
34

Documents pareils