SERVICE DE LA SANTE DE LA VILLE DE NANTERRE : PROJET

Commentaires

Transcription

SERVICE DE LA SANTE DE LA VILLE DE NANTERRE : PROJET
SERVICE DE LA
SANTE DE LA VILLE
DE NANTERRE :
PROJET DE SERVICE
Ville de Nanterre
Service de la santé- Juillet 2011
SOMMAIRE
SOMMAIRE .............................................................................................................................. 2
PREAMBULE............................................................................................................................ 6
Pourquoi un projet de Santé ? .................................................................................................... 6
La signature en 2002 d’une convention spécifique avec l’assurance maladie.......... 6
Elaboration d’un référentiel dès 2004 ........................................................................ 6
La loi du 21 Juillet 2009 : Loi Hôpital, Patients, Santé, Territoires........................... 7
Un projet de service adossé à la politique de santé de la ville de Nanterre................................ 8
Une démarche............................................................................................................................. 8
Une méthodologie ...................................................................................................................... 9
PROJET DE SERVICE DES CENTRES DE SANTE DE LA VILLE DE NANTERRE ...... 11
I. Mission générale du service de la santé et modalités de mise en oeuvre......................... 11
II. Diagnostic territorial ........................................................................................................ 14
A. Caractéristiques sociodémographiques de la population Nanterrienne........................ 14
1. Population................................................................................................................. 14
2. Age ........................................................................................................................... 15
3. Catégories socioprofessionnelles : une forte proportion d’ouvriers et d’employés . 16
4. Taux de Chômage : il est supérieur aux moyennes régionales et départementales.. 16
5. Revenu : il reste inférieur aux moyennes régionales et départementales................. 17
6. Indicateur de développement humain : Il est inférieur aux moyennes régionales et
départementales ................................................................................................................ 17
7. Niveau Scolaire ........................................................................................................ 18
8. Part des logements insalubres .................................................................................. 19
9. Etude Epidaure-CDS ................................................................................................ 19
B. Données sanitaires : des indicateurs liés à la vulnérabilité sociale .............................. 20
1. L’espérance de vie est diminuée ............................................................................. 20
2. Une mortalité plus élevée à Nanterre qu’au niveau régional ................................... 21
3. Causes de la surmortalité : cancers, alcool, maladies cardio-vasculaires ................ 22
4. La mortalité prématurée ........................................................................................... 23
5. Les indicateurs de morbidité .................................................................................... 23
b. Les Indicateurs de santé bucco-dentaire dans les écoles maternelles et
élémentaires de la ville................................................................................................. 23
c. Le surpoids des enfants scolarisés dans les écoles maternelles et élémentaires de
la ville........................................................................................................................... 26
6. La santé mentale....................................................................................................... 28
A. L’accès aux soins sur le territoire de la Ville ............................................................... 29
1. Couverture maladie des nanterriens ......................................................................... 29
2. L’offre de soins : La démographie médicale est en baisse constante....................... 29
a. Les densités des professionnels libéraux de santé................................................ 30
b. Une faiblesse de l’offre de médecine de premiers recours sur la ville................. 30
c. Densité des médecins généralistes libéraux hors MEP et hors Centres de santé
dans les Hauts de Seine au 31 décembre 2010............................................................ 31
d. L’ ’offre de soins libérale de premier recours par quartier .................................. 33
e. Centres de santé municipaux :.............................................................................. 34
III.
Synthèse de la problématique santé sur le territoire de la Ville de Nanterre ............... 37
IV.
Une politique de santé au service de la ville de Nanterre ............................................ 39
A. Un objectif fédérateur : La réduction des inégalités sociales de santé......................... 40
a. Le réseau médico-social ....................................................................................... 40
b. Des programmes vers des publics spécifiques ..................................................... 40
c. L’accessibilité financière des patients aux soins.................................................. 42
Projet de service V2
2
Juillet2011
V.
d. Les actions de prévention dans les ZUS............................................................... 42
DESCRIPTIF DES ACTIVITES DU SERVICE DE SANTE MUNICIPAL ................. 44
A. Localisation des centres municipaux de santé.............................................................. 44
B. La fréquentation des centres municipaux de santé....................................................... 51
1. Caractéristiques de la patientèle des CMS de Thorez et du Parc par l’enquête
Epidaure. .......................................................................................................................... 51
2. Les autres structures du Service de Santé ................................................................ 52
C. L’offre de soins Centres Municipaux de Santé (CMS) ................................................ 53
1. Activité par centres................................................................................................... 53
2. Personnel (équipe médicale / dentaire / paramédicale / administrative).................. 57
3. Horaires .................................................................................................................... 57
D. Détail des activités par service ..................................................................................... 58
1. Des activités de soins (médical, paramédical, radiologie, dentaire) ........................ 58
a. Médecine générale................................................................................................ 58
b. Médecine spécialisée............................................................................................ 58
c. Service infirmier................................................................................................... 59
d. Les analyses biologiques médicales ..................................................................... 59
e. Soins de Rééducation accessibles et reliés aux activités d’éducation thérapeutique
59
f. Un service d’imagerie médicale entièrement numérisé ....................................... 60
g. Un service dentaire par centre.............................................................................. 60
h. Un laboratoire de prothèse ................................................................................... 62
2. Des services délégués de l’état et du conseil général :............................................. 63
b) Le Centre de Dépistage Anonyme et Gratuit, du Dépistage des Infections
Sexuellement Transmissibles CDAG-CDIST.............................................................. 65
c) Le CPEF ................................................................................................................... 65
d). Les vaccinations gratuites ....................................................................................... 67
E. Une pratique dynamisée par une coordination au sein des centres de santé municipaux
et une coopération avec les autres structures de soins. ........................................................ 68
1. Soins de premier recours coordonnés et organisés................................................... 68
a. Permanence des soins :......................................................................................... 68
b. Développement de l’éducation thérapeutique ...................................................... 69
2. Travail avec les réseaux de santé ............................................................................. 70
3. Les actions de prévention......................................................................................... 71
a. Le service prévention ........................................................................................... 71
b. Animation dans les salles d’attente des centres de santé ..................................... 71
c. Relais des campagnes de dépistage organisé (sein, colon) .................................. 72
d. Participation des usagers aux actions de prévention ............................................ 72
e. Espace Santé Jeunes : Un lieu de prévention et d’orientation.............................. 72
f. Le centre médico sportif....................................................................................... 73
4. Les principaux programmes de santé publique ........................................................ 74
a. La santé des tous petits et de leur mère................................................................ 74
b. La santé de l’enfant .............................................................................................. 75
c. La lutte contre l’obésité et la sédentarité.............................................................. 75
d. La santé bucco-dentaire........................................................................................ 76
e. L’éducation à la vie affective, relationnelle et sexuelle des jeunes ..................... 77
f. La santé des jeunes en insertion ........................................................................... 78
g. La santé des femmes ............................................................................................ 78
h. La santé des résidents des foyers Adoma et Aftam.............................................. 78
i. La santé des personnes âgées ............................................................................... 78
Projet de service V2
3
Juillet2011
j.
k.
La santé mentale................................................................................................... 79
L’axe santé du Plan Educatif Local et du Dispositif de Réussite Educative........ 79
5. Les dispositifs transversaux ..................................................................................... 79
•
L’Observatoire Local de la Santé......................................................................... 79
l. L’Atelier Santé Ville ............................................................................................ 80
VI.
Modalités de gestion administrative............................................................................. 81
A. Missions de la gestion administrative des centres de santé :........................................ 81
B. Organisation du pole administratif............................................................................... 81
VII. Les projets du service de la santé ................................................................................. 84
A. Mise en place du logiciel de dossier médical informatisé et de gestion du tiers-payant
84
a. Les objectifs du projet .......................................................................................... 84
b. Les moyens humains ............................................................................................ 85
c. Le déploiement ..................................................................................................... 85
d. Les nouvelles procédures mises en place à l’arrivée du logiciel.......................... 86
B. Programme de développement de la qualité de l’accueil ............................................. 86
a. Moyens humains .................................................................................................. 87
b. Mise en place de la polyvalence........................................................................... 87
c. Mise en place de groupes de travail sur la qualité de l’accueil ............................ 87
d. Définition de procédures harmonisées ................................................................. 88
e. Formation du personnel........................................................................................ 88
C. Conférence Locale de Santé......................................................................................... 88
D. Communication en direction des Nanterriens .............................................................. 89
E. Rénovation des locaux des centres de santé................................................................. 90
1. Modernisation du centre de santé Maurice Thorez ...................................................... 90
Synthèse de la problématique............................................................................................... 90
F. Partenariats du service de la santé................................................................................ 91
1. Transversalité municipale ............................................................................................ 91
2. Partenaires extérieurs ............................................................................................... 92
a. Structures Nanterriennes ...................................................................................... 92
b. Structures départementales :................................................................................. 92
c. Avec les autres professionnels de santé du territoire : ......................................... 93
Avec l’hôpital :............................................................................................................. 93
Avec les libéraux de la Ville ........................................................................................ 93
Avec les médecins conseils de la CPAM ..................................................................... 94
G. Publications et comunications de la direction de la santé ............................................ 94
H. De nouveaux dispositifs ............................................................................................... 95
a. Participation du service de santé à des travaux de recherche............................... 95
b. Participation à la formation des professionnels de santé...................................... 95
c. Un chef clinique en médecine générale................................................................ 95
d. Partage de l’information médicale et télémédecine ............................................. 96
e. Intégration des nouveaux modes de rémunération dans le fonctionnement des
centres de santé............................................................................................................. 96
f. Elaboration du Contrat Local de Santé ................................................................ 97
g. Projet d’adhésion au label des villes santé de l’OMS .......................................... 97
VIII. LE BUDGET DU SERVICE DE LA SANTE............................................................. 99
A. Les soins dans les CMS : une activité aux ressources propres..................................... 99
B. Le budget prévention :................................................................................................ 100
IX.
CONCLUSION .......................................................................................................... 102
Projet de service V2
4
Juillet2011
Projet de service V2
5
Juillet2011
PREAMBULE
Pourquoi un projet de Santé ?
Les centres de santé, bien qu’existants depuis de nombreuses années (à partir de 1945, pour
ceux de la ville de Nanterre), ils ne prennent une existence législative que depuis la fin des
années 1990 avec la loi n° 99 – 1140 du 29 décembre 1999 de financement de la sécurité
sociale pour l’année 2000 (JO du 30/12/99) qui dispose :
« Les centres de santé assurent des activités de soins sans
hébergement et participent à des actions de santé publique ainsi qu’à
des actions de prévention et d’éducation pour la santé et à des actions
sociales ».
Dans les années qui suivent de nombreuses étapes sont parcourues :
La signature en 2002 d’une convention spécifique avec l’assurance maladie
Un accord national est conclu pour une durée au plus égale à cinq ans, par la Caisse Nationale
de l’Assurance Maladie et les organisations représentatives des centres de soins infirmiers
ainsi qu’une ou plusieurs organisations des centres des soins médicaux, dentaires et
polyvalents.
Dans le préambule de cet Accord National des Centres de Santé, une démarche qualité fondée
sur l’évaluation de nos pratiques organisationnelles a été établie, ce travail devant se
construire avec le soutien de l’Agence Nationale pour l’Accréditation et l’Evaluation en Santé
(ANAES) qui s’est ensuite transformée en Haute Autorité en Santé (HAS).
Elaboration d’un référentiel dès 2004
Ce travail d’élaboration d’un outil d’évaluation a été mis en place entre les représentants des
centres (dont la Ville de Nanterre) et l’ANAES, et a abouti à la création d’un « Référentiel
d’évaluation des centres de santé » finalisé en février 2007.
Le premier pilier de ce Référentiel est la mise en place d’un « projet de centre »
« En définissant des orientations explicites, le projet du centre permet de guider ses activités,
et de rassembler les professionnels autour d’une vision partagée de ses missions, de son
fonctionnement et de son développement. La mise en œuvre du projet fait appel à différentes
ressources : ressources humaines, ressources matérielles, ressources financières, système
d’information, dispositifs de gestion de la qualité. »
« Le projet d’un centre doit prendre en compte les données de l’environnement (offre de soins
sur le territoire de santé, politiques des institutions, besoins de la population), ainsi que l’avis
et les propositions des professionnels du centre. En effet, un aspect de gestion propre aux
centres tient à ce que les orientations sont définies par leurs gestionnaires (conseil municipal,
instances mutualistes, conseil d’administration d’association, etc.), la direction du centre et
les professionnels.»
« Le projet comporte des orientations stratégiques explicites à partir desquelles sont définis
des objectifs et des actions à mettre en œuvre pour les atteindre. Ces objectifs sont
hiérarchisés, quantifiés dans la mesure du possible. Des indicateurs de suivi sont définis.
Projet de service V2
6
Juillet2011
Les objectifs et les actions peuvent se décliner sur différents volets : fonctionnement en
réseau, accès aux soins, système d’information et de communication, ressources humaines,
logistique, prise en charge, pratique en équipe, qualité des soins, prévention, actions
d’évaluation. Ils sont accompagnés, lorsque cela est possible, de traductions en termes de
ressources.»
La loi du 21 Juillet 2009 : Loi Hôpital, Patients, Santé, Territoires
Portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires, dite loi HPST,
elle modifie les codes de la santé publique et de la sécurité sociale.
La loi redéfinit dans son premier article, les centres de santé par :
Leur positionnement dans le système de soins : structure de proximité
dispensant principalement des soins de premier recours
La nature de leur activité : soins sans hébergement, actions de santé publique,
de prévention, d’éducation pour la santé, d’éducation thérapeutique des
patients, actions sociales, accueil de professionnels de santé en formation
comme lieu de stage
La pratique du tiers-payant
Leur mode de gestion : ils sont créés et gérés soit pas des organismes à but non
lucratif, soit par des collectivités territoriales, soit par des établissements de
santé publics ou des établissements de santé d’intérêt collectif
Leur projet de santé : celui-ci doit inclure des dispositions tendant à favoriser
l’accessibilité sociale, la coordination des soins et le développement d’actions
de santé publique
Leurs règles de fonctionnement : l’activité des centres est soumise à des
conditions techniques de fonctionnement prévues par décret
Le décret du 30 juillet 2010 définit ce projet de santé ainsi que le règlement intérieur
« Les centres de santé élaborent un projet de santé incluant des dispositions
tendant à favoriser l’accessibilité sociale, la coordination des soins et le développement
d’actions de santé publique »
Article L6323-1
Il est accompagné d’un règlement intérieur défini par le même arrêté et qui traite des principes
généraux d’organisation fonctionnelle, des règles d’hygiène et de prévention des risques, des
modalités de gestion des dossiers des patients (médicaux et administratifs), des modalités de
conservation des médicaments et des dispositifs médicaux, de l’élimination des déchets
d’activité de soins à risque infectieux et des modalités de gestions des risques.
Enfin, arrêté par le gestionnaire, le projet de santé et règlement intérieur sont portés à la
connaissance du directeur général de l’ARS qui en accuse réception.
Projet de service V2
7
Juillet2011
Un projet de service adossé à la politique de santé de la ville de
Nanterre
Dans ce cadre, il précise la contribution du service santé aux priorités posées par la politique
de santé municipale pour répondre aux besoins de santé de la population, en s’appuyant sur un
diagnostic préalable des besoins au niveau local, tout en les ayant contextualisés dans leur
environnement.
Le projet de santé prend en compte :
1. L’ensemble des activités du service santé dans le domaine médical, dentaire
paramédical, prévention, médico-social.
2. Plusieurs niveaux d’intervention au niveau d’une ville :
• Mettre en adéquation la réponse sanitaire et sociale aux besoins de la
population :
Apporter des réponses adaptées en terme d’accessibilité aux soins, prendre en compte
la démographie médicale sur la ville, veiller à la complémentarité et à la coordination
d’action avec les autres professionnels de Santé sur la ville.
•
Mise en place des actions de promotion et d’éducation pour la santé
•
Favoriser le travail transversal avec d’autres secteurs
La santé étant « un état de bien être physique, mental et social », les déterminants de la
santé se croisent avec d’autres secteurs (Insertion, handicap, habitat, environnement,
scolaire, emploi)
Une démarche
La rédaction de ce projet de service s’est appuyée :
•
Sur l’ensemble des professionnels de santé et de prévention et administratifs. Il a
été enrichi par l’expérience de chacun au contact des usagers et du terrain.
•
Sur l’ensemble des diagnostics santé réalisés à l’échelon des quartiers, des études
réalisées dans les services et sur les données de l’Observatoire Local de la Santé.
•
Sur le programme municipal : la municipalité s’est engagée à faciliter l’accès de
tous les Nanterriens à la santé et à réduire les inégalités sociales et territoriales de
santé. Cet engagement déjà ancien est mis en œuvre selon deux axes : l’accès aux
soins et la prévention santé. Pour ce mandat municipal, des engagements
spécifiques ont été pris par les élus sur le développement d’une politique de
prévention, la modernisation du centre de santé principal Thorez, la mise en place
d’un Conseil Local en Santé Mentale, la signature d’un Contrat Local de Santé.
Le projet de service est une dynamique tant par son processus d’élaboration que par les
perspectives qu’il porte.
Projet de service V2
8
Juillet2011
Il se veut à la fois descriptif et projectif. C’est un document de référence pour les équipes de
professionnels et les élus ainsi que pour l’ensemble des destinataires. Il porte une double
finalité :
•
Poser en interne des références d’action partagées
•
Rendre lisibles en externe les prestations proposées et les modes d’intervention
La politique de santé menée par la ville de Nanterre, depuis plus de 60 ans, suit de près
l’évolution de la société et des besoins des Nanterriens. Elle a été guidée par le souhait fait
par les élus avec les professionnels des services municipaux de santé, d’offrir à l’ensemble de
la population, des prestations de santé de qualité et accessibles à tous. Dans ce sens, le projet
de service doit être régulièrement mis à jour : sa durée initiale couvre le mandat municipal
mais des mises à jour sont proposées annuellement.
Le projet de service permet de poser les principes d’actions, les orientations stratégiques pour
les six ans à venir
Une méthodologie
L’arrêté du 30 juillet 2010 relatif au projet de santé et au règlement intérieur des centres de
santé, précise dans son article 1er-II que le projet de santé est arrêté par le gestionnaire du
centre de santé qui associe l’ensemble des professionnels du centre.
Les professionnels du service santé avaient déjà été sollicités lors de la rédaction du rapport
sur les nouveaux modes de rémunération rendu à l’Agence Régionale de Santé le 30 octobre
2010 ainsi que sur l’élaboration du Contrat Local de Santé. Aussi, la réflexion certaines
parties du projet de santé étaient déjà bien abouties (parties I et II).
Plusieurs étapes ont permis d’élaborer ce projet :
Un comité de pilotage a été mis en place : il réunit l’ensemble des cadres du service de
santé (médecin directeur ; médecin coordinateur ; chirurgien-dentiste coordinateur ;
directrice administrative ; responsable service prévention ; médecin coordinateur pmisanté de l’enfant ; responsable administrative du centre du Parc).
o Une première réunion a permis d’évoquer les enjeux du projet de santé,
d’examiner le détail attendu de chaque partie du document, d’en organiser la
rédaction et de mobiliser les acteurs.
o Le comité de pilotage suit l’ensemble de la démarche.
Réalisation de travaux préparatoires : recueil des données disponibles, réalisation
d’analyses spécifiques (analyse de l’offre de soins, indicateurs de santé, évaluations
d’actions). Ce volet s’est appuyé sur les travaux de l’Observatoire Local de la Santé.
Mise en place des groupes de travail : élaboration par chaque cadre, d’une partie du
projet santé avec son équipe au cours de réunions puis rédaction par le cadre du travail
qu’il devait coordonner ; les équipes associées étaient les praticiens, les auxiliaires
médicaux et le personnel administratif.
Transmission du travail de chaque équipe à l’ensemble des cadres du service pour
relecture générale (cohérence d’ensemble, contenu détaillé de chaque partie)
Le comité de pilotage :
Projet de service V2
9
Juillet2011
a rassemblé l’ensemble des documents et a fait remonter tous les points à
retravailler
o a organisé la rédaction du projet : chaque cadre rédigeant la partie qu’il a
supervisée et le médecin directeur reprenant l’ensemble pour assurer la
cohérence d’ensemble.
Deux programmes ont contribué à l’enrichissement de ce projet de service a la fois du
point vu organisationnel, la mobilisation des professionnels et la production de
référentiels internes :
o La modification de l’’informatisation de l’ensemble des services :
administratif, Tiers Payant, gestion des rendez vous et dossier médical,
dentaire et auxiliaires de soins.
o L’amélioration de la qualité de l’accueil
Le projet de restructuration du centre principal mobilise aussi l’ensemble des
professionnels concernés sur l’évolution fonctionnelle de leur outil de travail.
Au final, le projet de service a été rédigé en prenant en compte l’ensemble de ces
éléments. Plusieurs fiches actions ont été élaborées et d’autres sont à venir.
o
Projet de service V2
10
Juillet2011
PROJET DE SERVICE DES CENTRES DE SANTE
DE LA VILLE DE NANTERRE
CMS Thorez, Bâtiment service dentaire
I. MISSION GENERALE DU SERVICE DE LA SANTE ET
MODALITES DE MISE EN OEUVRE
La mission générale du service de santé est de lutter contre les inégalités sociales et
territoriales de santé présentes sur le territoire de la commune, en améliorant l’accès à la santé
des Nanterriens.
Les enjeux sont d’améliorer les indicateurs de santé des Nanterriens (mortalité, espérance de
vie, morbidité, besoin en soins dentaire….)
Cette mission générale se décline en objectifs spécifiques :,
Améliorer l’accès aux soins
Améliorer l’accès à la prévention
Participer à la gestion des risques environnementaux spécifiques
Pour atteindre ces objectifs, le service santé s’appuie sur plusieurs outils et actions :
Des structures de soins et de prévention
Des dispositifs transversaux : Observatoire Local de la Santé et Atelier Santé
Ville
Des dispositifs spécifiques : Conseil Local en Santé Mentale
Projet de service V2
11
Juillet2011
Actions déléguées de l’état (CDAG du VIH et Hépatites1, CIDDIST2, Centre
de vaccinations)
La contribution à la recherche médicale et de santé publique (L’Observatoire
Local de la Santé )
La contribution à la formation des professionnels de santé (médecins,
psychologues, infirmières, puéricultrices, sociologues, géographes de la santé)
Le travail partenarial et intersectoriel : en effet, de nombreux déterminants de
la santé ne sont pas médicaux mais concernent d’autres domaines
(professionnel, éducation, environnement, habitat, social….)
En effet l'état de santé d'un individu est schématiquement déterminé par la confrontation de
quatre facteurs . Une ville a la possibilité d’intervenir au niveau de son territoire sur plusieurs
de ces facteurs par une démarche intersectorielle.
1 Environnement physique
Habitat
Environnement
3 Population
Préoccupation vis à vis de la Santé
Aspects économiques
Isolement social
La Santé
2 Coordination institutionnelle
Politique de Santé Nationale,
Communale...
4
1
2
Dispositif de soins
Mode de financement
Densité de l'offre de soins
Centre de Dépistage Anonyme et Gratuit pour le Virus de l’Immunodéficience Humaine et des Hépatites
Centre d’Information de Dépistage et de Diagnostic des Infections Sexuellement Transmissibles
Projet de service V2
12
Juillet2011
L’action du service s’appuie sur plusieurs principes
Elle se structure après une analyse des besoins de la population
Elle prend en compte la santé de manière globale
Elle promeut une approche intégrée alliant plusieurs stratégies d’intervention :
associant, prévention primaire, secondaire tertiaire, soins, réhabilitation pour
assurer un continuum des prises en charge.
Elle prend en compte les besoins de populations particulièrement vulnérables
pour éviter d’accroitre les inégalités territoriales de santé.
Projet de service V2
13
Juillet2011
II. DIAGNOSTIC TERRITORIAL
La nécessité pour une ville comme Nanterre de promouvoir la santé de ses habitants est plus
que jamais d’actualité, au regard des problématiques sociales, de démographie médicale et
d’accès à la santé, en particulier pour les habitants des zones urbaines sensibles (près de la
moitié des Nanterriens).
A. Caractéristiques sociodémographiques de la population
Nanterrienne
1. Population
Nanterre, en 2006, comprenait 88 316 habitants
La ville compte quatre quartiers classés en Zones Urbaines Sensibles regroupant près de la
moitié (45%) des 88 316 habitants de la ville : Chemin de l'Ile, Le Parc, Petit-Nanterre,
Provinces Françaises-Marcelin Berthelot-Anatole France.
Nanterre
Pourcentage des
45 %
habitants vivant en ZUS
Haut de seine
IDF
10.87 %
11 %
La ville comprend également 2 quartiers en rénovation urbaine :
•
Convention n° 642 : ZUS Provinces Françaises, Marcellin Berthelot, Anatole
France
•
Convention n° 299 : ZUS Petit Nanterre.
Et 8 Dispositifs relevant de la Politique de la Ville :
•
1 Mission Locale,
Projet de service V2
14
Juillet2011
•
1 Observatoire Local de la Santé,
•
1 Atelier Santé Ville,
•
1 Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi,
•
1 Contrat Local de Sécurité,
•
1 Contrat Local de Sécurité TRANSPORT,
•
1 Gestion Urbaine de Proximité,
•
1 Programme de Réussite Educative
2. Age
La population de la ville est une population jeune : 28 % des habitants ont moins de 20 ans,
voire très jeune dans les quartiers classés Zones Urbaines sensibles (plus d’un tiers de la
population au Parc Sud, Chemin de l’Ile). A l’inverse, dans le quartier Centre, les personnes
âgées sont surreprésentées (environ 10 %).
Pourcentage des
moins de 20 ans
Nanterre
28 %
Haut de Seine
24.8 %
IDF
26.9 %
L’indice de jeunesse est relativement élevé, de 2.3 contre 1.4 pour les Hauts de Seine et 1.6
pour la Petite Couronne. (Sources Insee)
Projet de service V2
15
Juillet2011
3. Catégories socioprofessionnelles : une forte proportion
d’ouvriers et d’employés
La catégorie socioprofessionnelle la plus représentée correspond aux employés. La part des
ouvriers tend à diminuer dans la population. Le taux de cadre reste très faible au regard du
département et de la région IDF
Nanterre (2006)
Ouvriers
Employés
Cadres
11 %
23 %
12%
Hauts de Seine
2008
9.9 %
16.2 %
35.8 %
Employés
Ouvriers
Cadres
Centre du Parc
médecine
générale
83. 9 %
4.3 %
7.8 %
Centre Thorez
médecine
générale
67 %
9.4 %
13.8 %
IDF
14.5 %
14.5 %
26.9 %
Differentiel
HDS/N
+ 1.1 % d’ouvrier
+ 6 % d’employés
- 23.8 % de
cadres
Les données issues de l’enquête Epidaure réalisée en 2007 dans les centres de santé du Parc et
de Thorez en médecine générale et en dentaire montrent une très forte proportion d’employés
consultants en centre de santé.
4. Taux de Chômage : il est supérieur aux moyennes
régionales et départementales
Nanterre
Taux de chômage
chez les actifs
(2010)
13.5 %
Hauts de
Seine
7.7 %
IDF
8.4 %
Le taux de chômage des jeunes est un des plus élevé du département. A l’échelle
infraterritoriale on constate des taux qui atteignent 21.6 % au Par cet 30.6 % au Petit
Nanterre.
Projet de service V2
16
Juillet2011
5. Revenu : il reste inférieur aux moyennes régionales et
départementales
Le revenu médian en 2007 atteint 15 527 euros à Nanterre, un montant très inférieur à ceux
des Hauts de Seine et de la région francilienne.
2007
Nanterre
Haut de Seine
IDF
Revenu médian
15 527 €
23 671 €
20 575 €
Foyer fiscal non
imposable
35, 5%
24 %
28 %
Source Données IAU Niveaux de vie des Franciliens en 2008
Le revenu médian des Nanterriens est inférieur de 30 % à la moyenne régionale. Plus d’un
tiers des ménages n’est pas soumis à l’impôt sur le revenu (la proportion de ménages non
imposés est supérieure de 11 % par rapport au département des Hauts de Seine).
6. Indicateur de développement humain : Il est inférieur aux
moyennes régionales et départementales
Inférieur à 0.5, il témoigne de la vulnérabilité de la population Nanterrienne.
Calculé à l’échelle communale, il serait encore probablement plus faible à l’échelle des
quartiers en ZUS.
Cet indicateur synthétique prend en compte :
• L’espérance de vie à la naissance
• Le niveau de revenu
• Le niveau d’éducation (pourcentage de plus de 15 ans)
•
On voit que l’IDH de Nanterre est inférieur à celui des communes avoisinantes, inférieur à
l’IDH de la région et du département.
Nanterre
IDH
0.427
Projet de service V2
Rueil
Malmaison
0.706
Suresnes
Colombes
0.661
0.504
17
Haut de
seine
0.63
IDF
0.57
Juillet2011
Indice de développement humain
7. Niveau Scolaire
Taux de scolarisation des 15-24 ans
74,2
76
74
72
70
68
66
64
62
60
58
56
73,2
71
66
ei
ne
-d
eS
H
au
ts
Bi
l la
nc
ou
rt
Bo
ul
og
ne
Le
va
ll o
is
-
Pe
rre
t
63
Su
re
sn
es
en
ne
v
G
N
an
te
rr
e
ill i
er
s
64
C
ol
om
be
s
65
C’est un des plus faibles du département.
Projet de service V2
18
Juillet2011
Taux de réussite au bac en 2009
LGT Boulogne
Général
LGT Levallois
LGT J Curie
Nanterre
Résultats
académie
Haut de
Seine
Résultats
France
entière
82
89
61
92
87
Technologique 73
79
60
77
86
Les taux de réussite au baccalauréat à Nanterre sont très faibles dans l’ensemble des filières
comparé au département et à la France entière.
Le niveau scolaire est un déterminant de la santé et participe à l’Indicateur de Développement
Humain et donc témoigne de la vulnérabilité de cette population qui a donc des moins bons
indicateurs de santé.
8. Part des logements insalubres
La part des logements insalubres reste globalement importante notamment dans certains
quartiers plus anciens (centre, Vieux Pont)
9. Etude Epidaure-CDS
Cette étude portée par la Fédération Nationale des Centres de Santé t réalisée en 2007 a
permis d’étudier les caractéristique des patients consultants en centre de santé notamment au
regard de la précarité. Cette étude utilise le score Epice. Ce score permet d’apprécier la
vulnérabilité des patients au-delà des seuls critères sociaux administratifs (chômeur, RSA,
CMUc, APL….) Ces données ont été comparées à une enquête réalisée par l’Assurance
Maladie (EPS 2008). Elles montrent que les personnes recourant aux centres de soins en
médecine générale et en chirurgie dentaire sont plus précaires qu’en population générale. Ces
données ont été analysées par l’IRDES.
On observe que les usagers de centre de santé sont presque deux fois plus précaires au sens
« Epice » du terme que dans la population générale. Les patients consultants en médecine
générale sont plus précaires.
Projet de service V2
19
Juillet2011
Score
epice
EPS2008
Epidaure ensemble
des centres
Thorez
Nanterre
Nanterre
Parc
Médecine
générale
Médecine
générale
Dentaire
Médecine
générale
Médecin
générale
Non
précaires
(<30.17)
65.2 %
35.6 %
38.7 %
31.3 %
33.1 %
Précaires
34.8 %
65.4 %
61.4 %
68.7 %
66.9 %
Au total, les caractéristiques socio-démographiques de Nanterre témoignent de la
vulnérabilité de sa population dans l’ensemble de ses composantes.
De nombreuses études sur les inégalités sociales et territoriales de santé montrent que dans ce
cadre, les indicateurs de santé sont dégradés, associés à des problématiques plus spécifiques
retrouvées notamment dans les Zones Urbaines Sensibles. Elles nécessitent une prise en
compte adaptée pour éviter d’accentuer encore ces inégalités.
B. Données sanitaires : des indicateurs liés à la vulnérabilité
sociale
Le diagnostic santé territorial s’appuie sur une diversité de données issues du tableau de bord
de l’Observatoire local de la Santé :
- Les indicateurs de mortalité, mortalité évitable et l’espérance de vie
- Les résultats d’enquêtes menées localement
- Les résultats des diagnostics santé menés dans les 4 zones urbaines sensibles de la
ville
1. L’espérance de vie est diminuée 3
2003-2007
Espérance de vie H-F
confondus
NANTERRE
92
IDF
79,71
82,26
81,47
Source: INSEE, exploitation ORSIF
Le tableau ci-dessus montre que l’espérance de vie à Nanterre (79.71 ans) est inférieure à
celle de la région Ile-de-France (81,47 ans) et plus encore à celle du département des Hauts-
3
Pour des raisons méthodologiques, ces résultats sont annuels mais « lissés » sur une période de cinq ans
Projet de service V2
20
Juillet2011
de-Seine (82.26 ans) sur la période 2003-2007. Par rapport aux Hauts de Seine on a un
différentiel, homme et femme confondus de 2.55 ans.
Ce constat est à mettre en lien avec le profil sociologique de Nanterre qui comprend une part
importante de chômeurs, d’ouvriers, d’employés avec un petit revenu, profils comme le
montre les études sur les inégalités en rapport avec une espérance de vie plus basse.
L’analyse départementale montre que Nanterre vit une situation défavorable au regard de cet
indicateur par rapport à la moyenne départementale.
2. Une mortalité plus élevée à Nanterre qu’au niveau
régional
La carte de la mortalité générale (cf ci-dessous)
Cette carte de la mortalité cantonale en Ile-de-France met en évidence la situation sanitaire
défavorable des Nanterriens vis-à-vis du reste des cantons franciliens du point de vue de la
mortalité ; en effet, les cantons apparaissant en rouge (dont Nanterre) sont ceux où les décès
Projet de service V2
21
Juillet2011
observés furent les plus importants au regard des décès attendus sur la période 2004-2007. On
observe une mortalité significative au seuil de 20 % à Nanterre.
Cette mortalité est particulièrement élevée pour les cancers, l’alcool, les maladies cardio
vasculaires. Elle est présente dans les deux sexes.
3. Causes de la surmortalité : cancers, alcool, maladies
cardio-vasculaires
Indicateur
hommes
Femmes
h/f
Effectifs annuels de mortalité par cancer
84,75
52,5
138
Effectifs annuels de mortalité par alcool
21,5
7
29
Effectifs annuels de mortalité par maladies
cardio-vasculaires
19,5
13,75
34
Taux de mortalité prématurée
surmortalité de Surmortalité
24% à
de 14% à
Nanterre par
Nanterre par
rapport à
rapport à
l’Ile-de-France l’Ile-de-France
surmortalité de
21% à
Nanterre par
rapport à l’Ilede-France
Pour des raisons méthodologiques, ces résultats sont annuels mais « lissés » sur une période de quatre ans permettant une
plus grande force statistique.
Projet de service V2
22
Juillet2011
4. La mortalité prématurée4
La mortalité prématurée à Nanterre est également significativement plus élevée que celle du
département des hauts de Seine ainsi que de la région Ile de France. Elle est plus élevée pour
les deux sexes.
5. Les indicateurs de morbidité
b. Les Indicateurs de santé bucco-dentaire dans les écoles maternelles et
élémentaires de la ville
2009-2010
Enfants
indemnes
Enfants
ayant besoin
de soins
Enfants
ayant besoin
de soins en
urgence
Dans les
écoles
83%
15%
2%
maternelles
Dans les
63%
24%
5%
écoles
élémentaires
Source : Observatoire Local de la Santé
Evolution dans les écoles maternelles et élémentaires ZEP et REP du besoin de soins
bucco-dentaires
4
Une mort prématurée est une mort survenue avant l’âge de 65 ans
Projet de service V2
23
Juillet2011
La santé dentaire des enfants s’est globalement améliorée depuis le début du programme
comme le montre les cartes ci-dessus. On observe cette amélioration dans toutes les écoles même
s’il reste quelques plages de difficultés liées à l’arrivée de populations particulièrement précaires
(ex école La Fontaine).
Les résultats ci dessous illustrent cette évolution :
Le nombre d’enfants indemnes de caries augmente de + 11.3 % en ZEP/REP et de 8.1 % hors
ZEP/REP. A l’inverse le besoin en soins diminue - 11.9 % en ZEP/REP et de -5.4 % hors ZEP/
REP
Projet de service V2
24
Juillet2011
Nanterre (92000) - Politique de Santé Bucco-Dentaire
(de 1998 à 2010)
AMÉLIORATION DE LA SANTÉ BUCCO-DENTAIRE
CLASSES ÉLÉMENTAIRES DE NANTERRE
INDICATEUR
Enfants indemnes de
caries
Enfants ayant besoin de
soins
Enfants ayant besoin de
soins en urgence
PUBLIC
2002
2010
TENDANCE
VARIATION
total
52,3%
63,1%
+ 10,7
ZEP REP
44,5%
55,8%
+ 11,3
hors ZEP REP
62,3%
70,4%
+ 8,1
total
34,3%
24,0%
- 10,4
ZEP REP
42,3%
30,3%
- 11,9
hors ZEP REP
22,5%
17,2%
- 5,4
total
7,7%
5,8%
- 1,9
ZEP REP
10,4%
6,7%
- 3,8
hors ZEP REP
3,5%
2,4%
- 1,1
13
Evolution dans les écoles maternelles et élémentaires ZEP et REP du besoin urgent de
soins bucco-dentaires
5%
4%
3%
2%
6%
5%
8%
7%
variation
annuelle
moins
1point
moins
1point
moins
1point
moins
1point
3%
moins
1point
2008-2009 2009-2010
Total ville
Total
maternelles
Total
élémentaires
Total
ZEP/REP
élémentaires
Total hors
ZEP/REP
élémentaires
Projet de service V2
4%
25
tendance
↓
↓
↓
↓
↓
Juillet2011
c. Le surpoids des enfants scolarisés dans les écoles maternelles et
élémentaires de la ville
Les données 2008/2009 pour les enfants scolarisés en écoles maternelles âgées de 3 à 4 ans
(bilan de santé réalisé par les médecins de PMI, source Conseil Général)
Le taux d’obésité des enfants âgés de 3 à 4 ans domiciliés à Nanterre est estimé à 8,3%, soit
un taux supérieur à celui des enfants domiciliés dans le département estimé à 5,5%.
Les résultats portent sur 1 167 sur 1 239 enfants (94%). 97 enfants parmi eux sont touchés par
l’obésité, à savoir un IMC supérieur à 18 (Les statistiques des BSEM renseignent seulement
le nombre d’enfants ayant un IMC supérieur à 18 par école).
Etude réalisée en partenariat avec le service médecine scolaire
On observe que l’obésité est plus élevée dans certaines écoles Balzac, Gorki, Robespierre)
Projet de service V2
26
Juillet2011
Cumul des pathologies
Lorsque l’on superpose sur une carte plusieurs indicateurs (ici besoin en soins dentaires et
obésité) on observe un cumul sur les mêmes territoires de problématiques de santé.
Nanterre (92000) - Politique de Santé Bucco-Dentaire
(de 1998 à 2010)
12
Projet de service V2
27
Juillet2011
6. La santé mentale
En 2007, l’enquête OMS Santé Mentale poursuivait deux objectifs conduisant à deux niveaux
de résultats :
•
Connaissance des représentations de la folie, de la dépression et de la maladie mentale
et des modes de soins
•
Mesure de la prévalence des troubles psychiques
Nanterre
1 3 .9 %
National
1 3 ,6 %
Anxiété
16%
2 1 .6 %
Problème
d’alcool
Problème de
drogue
Syndrome allure
psychotique
5 .6 %
4 .3 %
4 .2 %
2 .5 %
1 .7 %
2 .8 %
Risque suicidaire
7 .8 %
1 3 .7 %
Trouble de
l’humeur
Source : Centre Collaborateur de l’Organisation Mondiale de la Santé, Enquête
en santé mentale, 2006
Les diagnostics santé menés dans les quartiers en ZUS font tous émerger la santé mentale
comme prioritaire.
Les troubles de l’humeur sont plus fréquemment rencontrés chez les chômeurs (44 %), les
personnes dont les revenus sont faibles (37,5 %), les femmes au foyer et autres inactifs (26.5
%), les personnes séparées ou veuves.
Les troubles anxieux sont plus fréquemment rencontrés chez les personnes dont les revenus
familiaux sont les plus faibles.
La problématique alcool touche 5.6% des Nanterriens - contre 4.2% de personnes dans
l’échantillon national - et parmi eux, plus de la moitié (3.4%) sont diagnostiqués dépendants.
Les autres ne le sont pas mais ont toutefois une consommation nocive pour leur santé.
Les personnes à risque sont les hommes, les personnes séparés ou célibataires, celles qui ont
les revenus familiaux les plus bas, les ouvriers ou les chômeurs.
Pour la drogue, 4.2 % des nanterriens interrogés déclarent des consommations nocives - c’est
1.7 % de plus que dans l’échantillon national - et parmi eux, plus des 3/4 sont dépendants à la
substance consommée qui est exclusivement le cannabis.
Les problèmes de drogue sont repérés plus fréquemment chez les hommes, les jeunes adultes
de 18-29 ans, les célibataires, les personnes dont les revenus sont les plus bas, les employés
et les ouvriers, les étudiants et les inactifs. La substance déclarée est uniquement le cannabis.
Projet de service V2
28
Juillet2011
De plus, les quatre diagnostics menés par l’Atelier Santé Ville et l’ et l’Observatoire Local de
la Santé ont permis de faire émerger parmi les habitants et des professionnels le thème des
addictions comme un problème prioritaire. La consommation de cannabis est souvent
pointée comme importante sur le quartier du Parc (source : réunions 2010 relatives à la mise à
jour du plan d’actions du quartier du PARC). D’autres sources d’informations confortent ces
constats ; en effet, les enseignants et les infirmières scolaires font état de l’augmentation de
conduites addictives, notamment la consommation de cannabis et d’alcool, mais aussi le
commerce illicite sur des sites identifiés.
A. L’accès aux soins sur le territoire de la Ville
1. Couverture maladie des nanterriens
Nanterre
CMUde
base
CMU c
ALD
AME
Centre du Centre Thorez
Parc
Médecine
Médecine Générale
Générale
10.5 %
7.3 %
13.2 %
2.4 %
22.7 %
22.6 %
Centre Thorez
Tous services
Hauts de Seine
Différence
Nanterre/HD
S
3%
+ 140 %
4.3 %
12.5 %
0.6 %
+ 140 %
+6%
+400 %
La population Nanterrienne présente des taux élevés de CMU et CMUc témoignant encore
d’une vulnérabilité. Les taux d’ALD sont aussi importants et encore plus dans la patientèle
des centres da santé.
2. L’offre de soins : La démographie médicale est en baisse
constante
Pour faire face à ces différentes problématiques de santé, nous nous appuyons sur des
ressources en professionnels de santé en baisse constante rendant encore plus difficile la lutte
contre les inégalités sociales et territoriales de santé :
36 médecins sont partis depuis 2000 et 20 sont arrivés. 18 dentistes partis depuis 2000 et 12
sont arrivés.
Le solde est constamment négatif.
L’âge moyen des médecins installés est de 51 ans et 38 % ont plus de 55 ans. Les départs à la
retraite ces prochaines années vont encore accélérer ce processus de désertification.
Projet de service V2
29
Juillet2011
a. Les densités des professionnels libéraux de santé
Données sur l’offre de soins en libéral : densités médicales (année 2009) - Source : CPAM 92
Nanterre
Hauts de Seine
Nombre Densité
Densité
pour 100 000
hb
pour 100 000 hb
Différence
Médecin généraliste
54
65
80
- 20
Médecin spécialiste
51
55
120
- 65
Chirurgien dentiste
35
40
74
-34
La densité moyenne de médecins à Nanterre est de 116, inférieure à la moyenne
départementale, régionale (405) et nationale (336). Il y a une proportion plus élevée de
Médecin généralistes par rapport aux spécialistes.
Densité médicale pour
100 000 habitants
Médecine générale
Ensemble spécialistes
spécialistes
Chirurgiens dentistes
Nanterre
2004
71
60
Fin 2009
65
55
49
40
On voit que depuis 2004 la situation s’est dégradée en termes de densité médicale
b. Une faiblesse de l’offre de médecine de premiers recours sur la ville
La densité en omni praticien sur Nanterre (65) est inférieure à la densité départementale(80),
régionale(87) et nationale(99). Les patients ont des difficultés à trouver un médecin qui les
accepte en tant que médecin traitant.
Le poids des MEP est de 7.72 %, ce qui diminue encore la part des médecins généralistes
exerçant réellement leur activité.
95.8 % des généralistes sont en secteur I (données CPAM92 année 2011)
Projet de service V2
30
Juillet2011
GENNEVILLIERS
GENNEVILLIERS
GENNEVILLIERS
GENNEVILLIERS
GENNEVILLIERS
VILLENEUVE
VILLENEUVE
VILLENEUVE
VILLENEUVE
VILLENEUVE
VILLENEUVE
COLOMBES
COLOMBES
COLOMBES
COLOMBES
COLOMBES
COLOMBES
BOIS
BOIS
BOIS
BOIS
BOIS
COLOMBES
COLOMBES
COLOMBES
COLOMBES
COLOMBES
LA
LA
LAGARENNE
GARENNE
GARENNE
GARENNE
LA
LA
LA
GARENNE
GARENNE
NANTERRE
NANTERRE
NANTERRE
NANTERRE
NANTERRE
NANTERRE
COURBEVOIE
COURBEVOIE
COURBEVOIE
COURBEVOIE
COURBEVOIE
COURBEVOIE
PUTEAUX
PUTEAUX
PUTEAUX
PUTEAUX
PUTEAUX
PUTEAUX
RUEIL
RUEIL
RUEIL
RUEIL
RUEIL
RUEIL
MALMAISON
MALMAISON
MALMAISON
MALMAISON
MALMAISON
MALMAISON
VAUCRESSON
VAUCRESSON
VAUCRESSON
VAUCRESSON
VAUCRESSON
VAUCRESSON
LEVALLOIS
LEVALLOIS
LEVALLOIS
LEVALLOIS
LEVALLOIS
LEVALLOIS
NEUILLY
NEUILLY
NEUILLY
NEUILLY
NEUILLY
NEUILLY
SURESNES
SURESNES
SURESNES
SURESNES
SURESNES
GARCHES
GARCHES
GARCHES
SAINT
SAINT
GARCHES
GARCHES
GARCHES SAINT
SAINT
SAINT
SAINT
CLOUD
CLOUD
CLOUD
CLOUD
BOULOGNE
BOULOGNE
BOULOGNE
BOULOGNE
BOULOGNE
BOULOGNE
MARNES
MARNES
MARNES LA
LA
LA
LA
MARNES
MARNES
MARNES
LA
LA
COQUETTE
COQUETTE
COQUETTE
COQUETTE
COQUETTE
COQUETTE
Hauts-de-Seine : 68 généralistes
(hors MEP) pour 100 000 hab.
ASNIERES
ASNIERES
ASNIERES
ASNIERES
ASNIERES
ASNIERES
CLICHY
CLICHY
CLICHY
CLICHY
CLICHY
CLICHY
VANVES
VANVES
VANVES
VANVES
VANVES
VANVES
ISSY
ISSY
ISSY
ISSY
ISSY
ISSY
SEVRES
SEVRES
VILLE
VILLE
VILLE
D
D
AVRAY
AVRAY
SEVRES
SEVRES
SEVRES
VILLE
VILLE
VILLE D
D
D
D AVRAY
AVRAY
AVRAY
AVRAY SEVRES
MALAKOFF
MALAKOFF
MALAKOFF
MALAKOFF
MALAKOFF
MALAKOFF
CHAVILLE
CHAVILLE
CHAVILLE
CHAVILLE
CHAVILLE
CHAVILLE
MONTROUGE
MONTROUGE
MONTROUGE
MONTROUGE
MONTROUGE
MONTROUGE
MEUDON
MEUDON
MEUDON
MEUDON
MEUDON
CHATILLON
CHATILLON
CHATILLON
CHATILLON
CHATILLON
CHATILLON
CLAMART
CLAMART
CLAMART
CLAMART
CLAMART
CLAMART
BAGNEUX
BAGNEUX
BAGNEUX
BAGNEUX
BAGNEUX
BAGNEUX
FONTENAY
FONTENAY
FONTENAY
FONTENAY
FONTENAY
FONTENAY
LE
LE PLESSIS
PLESSIS
PLESSIS
LE
PLESSIS
LE
LE
PLESSIS
SCEAUX
SCEAUX
SCEAUX
SCEAUX
SCEAUX
SCEAUX
BOURG
BOURG
BOURG
BOURG
BOURG
BOURG
LA
LA
LAREINE
REINE
REINE
REINE
LA
LA
LA
REINE
REINE
CHATENAY
CHATENAY
CHATENAYMALABRY
MALABRY
MALABRY
MALABRY
CHATENAY
CHATENAY
CHATENAY
MALABRY
MALABRY
Densité de généralistes (libéraux et ETP centre de santé) au 31 décem bre 2010
omnipraticien hors MEP - densité pour 100 000 hab.
86,9 69,2 56,9 36,1 -
ANTONY
ANTONY
ANTONY
ANTONY
ANTONY
ANTONY
115
86,9
69,2
56,9
c. Densité des médecins généralistes libéraux hors MEP et hors Centres de
santé dans les Hauts de Seine au 31 décembre 2010
On constate qu’elle est peu élevée.
Le territoire « Sud » présente la plus forte densité de généralistes (72,3 généralistes pour
100 000 hab.) des Hauts-de-Seine. Les deux autres territoires présentent des densités
inférieures (65,7 pour le « Nord » et 64,8 pour le « Centre » à la moyenne départementale
(68).
Spécialistes :
La densité en spécialistes sur Nanterre est très faible (55) par rapport à celle du département
(120).
De nombreux spécialistes sont en secteur 2, rendant encore plus difficile l’accès à certaines
spécialités.
Projet de service V2
31
Juillet2011
En plus d’une densité très faible les spécialistes sont très inégalement répartis sur le territoire
au niveau des quartiers.
Soins dentaires :
A Nanterre l’offre de soins dentaires (40) est inférieure à la densité départementale(74) et
régionale (60) et nationale (54.6). Alors que les dépistages réalisés en milieu scolaire ou en
insertion professionnelle et près de 50 % de la population en ZUS montre des besoins
importants en soins et prothèses.
Soins Infirmiers
Densité/100 000hb
Projet de service V2
Nanterre
26
Haut de Seine
30
32
Région
40.6
France
81.3
Juillet2011
La densité pour 100 000 habitants est de 26 et inférieure aux moyennes départementale,
régionale et nationale
d. L’ ’offre de soins libérale de premier recours par quartier
Si le territoire nanterrien souffre d’une sous-médicalisation dans son ensemble, l’approche
infra-communale laisse apparaître de grandes disparités entre les différents quartiers de la
ville.
Du point de vue de l’offre de soins de premier recours, le quartier Centre est bien pourvu alors
que certains quartiers sont quasiment des « déserts médicaux » (République ; La bouleChamps-Pierreux).
On observe à Nanterre une sous médicalisation dans tous les domaines. Elle s’aggrave
d’année en année et est particulièrement importante dans certains quartiers (Parc Sud,
Provinces Françaises) pour les spécialités médicales et les infirmières.
Nombre de
Parc Parc
Vieux- Petit- Chemin
Centre
Université
professionnels
Nord Sud
Pont Nanterre de l'Ile
Médecins
généralistes
libéraux
Chirurgiensdentistes
libéraux
Infirmiers
libéraux
pharmacies
Total
La
Plateau
Boule
Mont- République
Champs
Valérien
Pierreux
17
8
6
5
5
5
5
3
0
0
13
10
2
1
1
3
0
3
1
1
7
2
1
0
1
8
0
4
1
0
7
44
0
20
2
11
4
10
2
9
3
19
1
6
5
15
0
2
1
2
Il existe aussi des inégalités infra territoriales : Les densités médicales sont très inégalement
réparties sur le territoire. Certains quartiers sont déserts : par exemple, on ne trouve aucun
médecin généraliste libéral dans deux quartiers (La Boule-Champs Pierreux et République)
alors que dans le centre de la ville, il y un 18 médecins généralistes pour une dizaine de
milliers d’habitants.
Au sein du quartier du Parc il y a une forte concentration de professionnels libéraux autour de
la gare de Nanterre Préfecture où sont situées beaucoup d’entreprises ; mais dans l’autre partie
du Parc (Parc Sud cf. carte), composée essentiellement de logement HLM, il y en a très peu.
Projet de service V2
33
Juillet2011
e. Centres de santé municipaux :
La zone d’attraction des centres de santé couvre tout le territoire de la ville.
17.3 % des Nanterriens (15 874) ont eu recours au moins une fois dans l’année 2010 à au
moins un des 3 centres de santé de la ville. Ces statistiques ne prennent pas en compte
l’activité du centre médico-sportif, l’ESJ, la PMI, le CPEF, le CDAG.
Médecine générale dans les centres de santé municipaux
2.9 ETP soit 5 % de l’offre en médecins généralistes sur la ville. Cela reste relativement
faible. Cependant les patients suivis en médecine générale dans les centres de santé sont plus
particulièrement vulnérables et le pourcentage de patients en ALD est élevé.
Projet de service V2
34
Juillet2011
Répartition des patients ayant consulté en médecine générale
au centre de santé Maurice Thorez en 2007
Quartier 2008
NOM
Centre
Vieux-Pont
Mairie de Nanterre
Observatoire Local de la santé
BDD Lisa/2007
")
Plateau - Mont-Valérien
La Boule - Champs Pierreux
Parc Sud
Parc Nord
Petit Nanterre
Université
République
Chemin de l'Ile
")
")
")
Centres de Santé Municipaux
Patients de Médecine Générale
0
250
500
±
1 000 Mètres
Spécialistes : spécialités médicales des centres de santé
6.22 ETP soit 11 % de l’offre de soins de spécialistes
L’offre de soins municipale en spécialités est plus élevée que celle de médecine générale. Elle
tente de répondre à la difficulté croissante de trouver des spécialistes en ville et plus encore en
secteur I. Le service municipal de santé propose 15 spécialités médicales différentes
Comparaison des taux de recours en médecine spécialisée entre le libéral et les centres
de santé
En centre de santé
En cabinet libéral
Projet de service V2
35
Juillet2011
Chirurgien dentiste
Les centres de santé disposent de 7.76 ETP de chirurgiens-dentistes soit 18 % de l’offre de
soins dentaire sur la ville, et de 2.2 ETP d’orthodontiste.
Dans le département des Hauts-de-Seine, 92,5% des consultations spécialisées sont réalisées
en cabinet libéral, 7,5% dans un centre de santé. Ces proportions sont comparables à celles
observées pour les consultations en médecine générale. Les hétérogénéités géographiques
sont également similaires. A Nanterre entre 10 et 15 % des consultations spécialisées sont
réalisées en centre de santé.
Comparaison des taux de recours en dentaire entre le libéral et les centres de santé
CMS : offre de soins dentaire
• Omnipratique : 7,76 ETP
• Orthodontie : 2,07 ETP
Ce qui donnerait pour les CMS en % de l’activité (en pourcentage de l’offre de soins globale
sur la ville : CMS + libéraux + hôpital)
Omnipratique :
Orthodontie :
% Activité en soins dentaires sur la
Ville
18,15%
67,43%
L’offre de soins en orthodontie est essentiellement portée par les CMS sur la ville. Il y a un
seul orthodontiste installé en libéral sur Nanterre et de l’orthodontie sur l’hôpital.
Dans le département des Hauts-de-Seine, 89,2% des consultations dentaires sont réalisées en
cabinet dentaire libéral et 10,8% dans un centre de santé. (Données CPAM 2010)
En cabinet libéral
Projet de service V2
En centre de santé
36
Juillet2011
Les consultations en centre de santé sont plus fréquentes dans les communes modestes telles
que Villeneuve la Garenne, Gennevilliers, Nanterre, Clichy, Malakoff ou encore Bagneux.
A Nanterre plus de 20 % des consultations dentaires sont réalisées en centres de santé
L’impact des centres de santé sur l’offre de soins dentaire est important à Nanterre.
III. SYNTHESE DE LA PROBLEMATIQUE SANTE SUR LE
TERRITOIRE DE LA VILLE DE NANTERRE
L’ensemble de ces éléments témoignent de la fragilité de la population de Nanterre au regard
de l’ensemble des déterminants de santé.
La population de la ville est donc précaire avec notamment :
-
Plus de 33.% de ménages non imposables (année 2007)
50% de logements sociaux (année 2010)
21 % de personnes non diplômées (année 1999)
Un taux de chômage de 13.4% (année 2007)
4 fois plus de bénéficiaires de l’Aide Médicale d’Etat que la moyenne des communes
des Hauts-de-Seine.
L’impact de cette précarité sur les indicateurs de santé qu’ils soient de mortalité et de
morbidité, est élevé.
L’offre de soins et de santé s’amenuise au fil des ans et s’accentue ces dernières années avec
le départ à la retraite des praticiens libéraux qui ne sont pas toujours remplacés.
Dans ce contexte, la nécessité pour une ville comme Nanterre de promouvoir la santé de ses
habitants est plus que jamais d’actualité au regard des problématiques sociales, de
Projet de service V2
37
Juillet2011
démographie médicale et d’accès à la santé en particulier pour les habitants des zones
urbaines sensibles (près de la moitié des Nanterriens)
Sur la base de ces observations, l’offre du service municipal de santé s’articule autour :
o Des centres de santé polyvalents qui permettent l’accès non seulement à des
consultations de médecine générale mais aussi à une grande diversité de consultations
spécialisées, dentaire, d’orthodontie et paramédicale.
o Divers équipements de consultation « préventive » : Centre médico-sportif, Espace
Santé Jeune, médecins de crèche et PMI, CPEF, CDAG, vaccination en gestion
déléguée.
o Des programmes de santé publique pilotés par un service de prévention
Projet de service V2
38
Juillet2011
IV. UNE POLITIQUE DE SANTE AU SERVICE DE LA
VILLE DE NANTERRE
La lutte contre les effets de la précarité sur la santé intègre de nombreuses dimensions qui
trouvent chacune leur place dans le projet de service. Le service de Santé municipal associe 5
structures accueillant le public et un service prévention menant des programmes de santé
publiques.
La présence des centres municipaux de santé (CMS) avec le panel de consultations proposées
renforce l’offre de soins locale, notamment en secteur 1 qui se désertifie chaque année un peu
plus.
Par leur organisation, les centres de santé favorisent la continuité et la coordination des
soins. Ils intègrent en outre dans leur projet d’établissement, les dépistages préconisés
nationalement, les actions de prévention individuelle ou collective, l’éducation
thérapeutique des patients avec pathologies chroniques, dans le cadre de la mise en œuvre
d’une démarche qualité avec l’évaluation continue des pratiques professionnelles5 et
organisationnelles6 telles qu’elles ont été définies avec la Haute Autorité de Santé.
Ils représentent par ailleurs un appui essentiel pour développer une politique locale de santé
prenant en compte les priorités définies avec la population et les professionnels de terrain,
dans le cadre des « Ateliers Santé Ville » (ASV), de la thématique Santé de la « Politique de
la Ville », devenue « Contrat Urbain de Cohésion Sociale » dans laquelle la Ville de Nanterre
est engagée depuis plus de 10 ans maintenant. L’L’Observatoire Local de la Santé permet
tout à la fois d’identifier les problématiques prioritaires, de mener des enquêtes
épidémiologiques et d’évaluer nos actions. Les programmes de santé publique considérés
comme prioritaires sont l’objet d’une démarche d’articulation entre soins et prévention et
allient plusieurs stratégies d’intervention : prévention primaire, secondaire, tertiaire et soins
pour une meilleure efficience globale :
Exemple Programme bucco-dentaire :
Education à la santé et dépistage dans les écoles, à l’ESJ et accompagnement aux soins
dentaires par la mise en place de consultations dédiées « enfant » dans les CMS et
accompagnement dans le cadre d’une filière de soins vers les consultations dentaires des
CMS pour les jeunes de l’ESJ. Idem pour les personnes âgées dépistées dans le cadre du
CLIC. Par ailleurs les perspectives sont de renforcer l’action précoce auprès des enfants
d’âge préscolaire en s’appuyant sur les médecins de crèche.
5
L’exercice coordonné et protocolé en maisons de santé, pôles de santé et centres santé Brochure : novembre 2007 HAS
6
Référentiel d'évaluation des centres de santé : février 2007 HAS
Projet de service V2
39
Juillet2011
Action sur les déterminants de santé bucco-dentaire
Actions toutes écoles
Prévention I aire
Actions ciblées
Populations plus
précaires
Promotion de la santé
Hygiène Buccodentaire
Petits déjeuners
pédagogiques
Actions IME
Prévention II aire
dépistage
Journée ville hôpital
Soins
Consultations de
pédodontie dans les 3
centres
Accompagnement
spécifique vers les soins
pour IME
Milieux de vie
Assistantes de
préventions issues de la
population
Fêtes de quartier
Forums prévention
Pôle animation
Nanterre plage
6
A. Un objectif fédérateur : La réduction des inégalités sociales de
santé
Le cadre général d’intervention défini par la politique municipale est l’action contre les
inégalités sociales et territoriales de santé, dans laquelle le projet de service s’inscrit.
Le service de santé municipal s’implique spécifiquement auprès des publics en situation de
vulnérabilité par différents biais :
a. Le réseau médico-social
Les centres de santé sont un partenaire actif, efficace et reconnus des services déconcentrés de
l’Etat, du Conseil Général de la CPAM, des Réseaux d’accès aux soins (ARES, PASS
psychiatrie, prématurité) et de toutes les associations locales agissant dans le champ du
médico-social et social (centres sociaux), comme plateforme d’accès aux soins, à la
prévention et aux droits sociaux pour tous. Cette mission se concrétise également par la mise
en œuvre d’actions de santé publique en direction de la population, notamment des plus
précaires.
b. Des programmes vers des publics spécifiques
C’est dans ce sens que des partenariats ont été développés pour la prise en charge de publics
spécifiques : jeunes, résidents des foyers de travailleurs, femmes isolées, et publics sans
couverture sociale et SDF.
Bien qu’organisé pour l’ensemble des usagers fréquentant nos centres de santé,
l’accompagnement des patients dans le parcours de soin prévoit des dispositifs spécifiques
pour certaines populations :
Les populations précaires.
Projet de service V2
40
Juillet2011
Une attention particulière est apportée afin de veiller à ce que les populations en situation
sociale difficile soient accueillies dans de bonnes conditions et trouvent toute leur place au
sein des CMS.
o Des bilans gratuits pour les bénéficiaires du RSA. Les patients sont pris en charge en
consultation de médecine générale et bénéficient d’une prise en charge globale (bilan
biologique et radiologique, soins dentaires, bilan social et accompagnement à
l’ouverture des droits). Ils sont orientés toujours gratuitement vers les consultations
spécialisées des CMS selon les besoins identifiés en soins.
o Les personnes SDF sont également accueillies pour des soins dans les centres de santé
en lien avec des associations d’accompagnement et de soutien. (La FRATRIE)
o Les personnes migrantes sans papiers, en demande de soins sont accueillies
régulièrement dans les centres de santé adressés par les foyers d’accueil ou les
travailleurs sociaux. Ils bénéficient aussi de la prise en charge des soins urgents et sont
orientés vers les réseaux partenaires de prise en charge de la précarité. Réseau ASDES
/ ARES.
o La cellule de veille en santé mentale, outil de coopération et de coordination
pluridisciplinaire sur des situations individuelles problématiques. Cette cellule est
encadrée par une chartre de fonctionnement. La cellule permet la mise en réseau des
professionnels du champ du social et de la santé
o Les personnes handicapées
L’accessibilité à l’ensemble des soins est possible aux personnes souffrant d’un handicap
moteur sur l’un ou l’autre des établissements de santé.
L’accueil des personnes à mobilité réduite : Un centre (ouvert en 2007) et le centre médicosportif sont totalement accessible les 2 autres centres de santé ne le sont que partiellement. Un
projet de modernisation pour le centre principal Thorez est prévu dans ce mandat municipal et
l’étude doit commencer en 2011.Dans l’attente, les centres se sont organisés pour répartir leur
offre de soins de telle sorte qu’elle puisse être accessible dans au moins l’un d’entre eux.
Le service de la santé travaille en collaboration avec la mission handicap de la ville pour
améliorer la visibilité et l’accessibilité de l’ensemble de ses locaux aux personnes handicapées
moteurs
Les parcours de santé :
Dans ce cadre les services de soins et de prévention constituent un tout unique pour les
patients et sont gérés comme un seul établissement pour assurer un continuum de la prise en
charge.
o patients handicapés (I.M.E, IMpro)
o personnes âgées
(C.L.I.C.)
o jeunes en insertion professionnelle (E.S.J.)
Projet de service V2
41
Juillet2011
c. L’accessibilité financière des patients aux soins
Beaucoup de patients (cf. diagnostic territorial) bénéficient de la CMUc et de l’AME et ou
sont en situation de précarité financière et de vulnérabilité (60 % ont un score épice supérieur
à 30), aussi l’accessibilité financière aux soins pose de réels problèmes.
Nous pratiquons des tarifs de secteur 1 avec tiers-payant systématique d’une part pour
l’ensemble des régimes obligatoires, mais aussi pour plusieurs mutuelles dont notamment
Viamedis qui gère le tiers-payant pour le compte de 70 mutuelles. Ainsi beaucoup de patients
peuvent disposer d’une dispense totale d’avance de frais. Ce service rendu à la population
impose une équipe spécifiquement chargée de la liquidation, du suivi des factures et des
encaissements des tiers, ainsi que de la gestion des impayés et des rejets. Cette pratique est la
base de la mission sociale des centres de santé qui nécessite une importante équipe d’agents
d’accueil dans chaque centre représentant en tout 17 secrétaires qui assurent la mise à jour des
justificatifs des droits (utilisation de bornes vitales), informent et accompagnent les patients
dans la plupart des démarches administratives, plus particulièrement les populations
migrantes souvent peu francophones ou françaises en grande difficulté sociale avec des
problèmes de compréhension des mécanismes de protection sociale.
d. Les actions de prévention dans les ZUS
Pour lutter contre les inégalités territoriales de santé nous menons beaucoup d’actions dans les
4 ZUS de Nanterre : Parc, Petit Nanterre, Université, Chemin de l’Ile Cf carte ci-dessous.
Projet de service V2
42
Juillet2011
Projet de service V2
43
Juillet2011
V. DESCRIPTIF DES ACTIVITES DU SERVICE DE SANTE
MUNICIPAL
Le service de la santé se répartit en cinq structures sur la ville. Il assure aujourd’hui une
palette d’activités répondant aux différentes missions définies : soins et prévention.
Au niveau des structures d’accueil, trois sont plutôt dédiées aux activités de soins (médical,
radiologie, dentaire, paramédical). Les autres sont plus orientées prévention, sans pour autant
exclure la dimension soignante.
A. Localisation des centres municipaux de santé
Du fait de leur implantation (un dans le centre ville et les deux autres excentrés), les trois
centres de santé de la ville (Thorez, Parc et Pâquerettes) recouvrent bien l’ensemble de la
population de la commune.
En effet, ils sont proches ou dans les quartiers les plus en difficulté socialement et
économiquement. Le centre de santé Maurice Thorez se trouve à proximité de la Zone
Urbaine Sensible (ZUS) du Chemin de l’Ile, les centres de santé des Pâquerettes et du Parc au
cœur des ZUS Petit-Nanterre et Parc.
Projet de service V2
44
Juillet2011
Le service de la Santé
Santé assure :
• 1. Des activités de soins avec des recettes à
l’acte ( médical, radiologie, dentaire,
paramédical).
• 2. Des activités alliant soins et prévention
subventionnées : (PMI, CPEF, CDAG,
vaccination, école du souffle, ESJ)
• 3. Des activités de prévention collective
( prévention bucco-dentaire, nutrition, santé
mentale, santé des femmes)
• 4. Dispositifs transversaux : ASV, OLS, Conseil
local en Santé mentale, Risques sanitaires
• 5. Participation à d’autres dispositifs : pôle
animation, fête de quartier, semaine de Ouf…
Centre Thorez
Le centre de santé de Thorez est situé au cœur du centre ancien de la ville de Nanterre. Il se
trouve à 5 min à pied de la station RER Nanterre ville. Il est aussi desservi par de nombreuses
lignes de bus. Ses locaux comprennent deux pavillons et des constructions adjacentes plus
récentes.
Sa patientèle provient de tous les quartiers de la ville cf. schéma ci-dessous.
Plateau
6%
Mont Valérien
Chemin de l'Ile
11%
26%
Vieux Pont
Petit Nanterre
13%
4%
Université
11%
Centre
Parc Sud
11%
Parc Nord
16%
2%
Médical
Projet de service V2
45
Juillet2011
Dentaire
Chemin de l'Ile 28%
Petit Nanterre 4,6%
Plateau 5,8%
Université 12,6%
Mont Valérien 11,7%
Parc Sud 8,1%
Parc Nord 1,6%
Vieux Pont 11,2%
Centre 16,4%
Les locaux
Le centre de santé est divisé en plusieurs bâtiments qui ont une superficie totale de 1370 m2.
Les bâtiments sont répartis en 3 pôles comme suit :
1. médecine, kinésithérapie, soins infirmiers, diététique, administration
2. radiologie, soins dentaire et laboratoire de prothèses dentaires
3. centre de PMI, consultations prénatales, planning familial, consultations en
psychologie
Offre de soins médicale et paramédicale
• Médecine générale
• Gynécologie
• Dermatologie
• Ophtalmologie
• Oto-rhino-laryngologie
• Endocrinologie
• Rhumatologie
• Psychotérapie
• Phlébologie
• Gastro-entérologie
• Cardiologie
• Kinésithérapie
• Orthophonie
• psychiatrie
• Psychologie
• Tabacologie
• Diététique
• Néphrologie
• Ateliers équilibre
Centre du Parc
Le centre de santé attire une patientèle essentiellement de proximité, du quartier où est
implanté le centre cf. Schémas ci-dessous
Médical
Projet de service V2
46
Juillet2011
Université
5%
Petit Nanterre 1%
Chemin de l'Ile 2%
Plateau
Parc Sud
4%
80%
Mont Valérien 2%
Vieux Pont 1%
Centre 2%
Parc Nord
3%
Université 7,2%
Dentaire
Petit Nanterre 2,2%
Chemin de l'Ile 2,9%
Plateau 3,2%
Parc Sud 73,1%
Mont Valérien 3,2%
Vieux Pont 1%
Centre 3,2%
Parc Nord 4%
Les locaux
La surface des locaux est de 450 m2. Le service a emménagé dans des locaux neufs en 2005,
partagés avec le centre social du Parc. A cette occasion l’offre de soins a été renforcée avec
un cabinet dentaire supplémentaire et des consultations spécialisées renforcées.
Le centre est aménagé sur 2 étages :
- la médecine au rez-de-chaussée
- le dentaire à l’étage
Offre de soins médicale
• Médecine générale
• Gynécologie
• Dermatologie
• Ophtalmologie
• Oto-rhino-laryngologie
• Rhumatologie
• Phlébologie
• Gérontologie
• Alcoologie
• Allergologie
• Gastro-entérologie, proctologie
• Psychiatrie
• Cardiologie
• CDAG
Projet de service V2
47
Juillet2011
Offre de soins paramédicale
• Kinésithérapie
• Psychologie
• Diététique enfants
• Infirmerie : prélèvements, soins et vaccins
Les salles de consultation se répartissent de la manière suivante :
Nombre de salles de consultation médicale (toutes disciplines confondues)
Nombre de salles de consultation de médecine générale
Nombre de fauteuils dentaire
Nombre de salles d'imagerie médicale
Nombre de salles pour les paramédicaux
Nombre de salles d'attente
5
1
3
3
1
2
Le centre de santé dispose également de :
- 1 salle cuisine pour l’atelier diététique
- 1 salle d’expression corporelle pour les ateliers équilibre
- 1 salle pour les examens de rétinopathie diabétique
Les équipements médicaux
Le centre de santé de Nanterre Parc possède les équipements médicaux suivants :
Equipement salle de consultation
oxymétrie
plateau ophtalmologique/ORL
audiogramme
stérilisateur
mesure de la tension artérielle
matériel d'examen gynécologique
matériel de suture
Imagerie médicale
électrocardiogramme
Laboratoire de biologie
Dentaire
Fauteuils dentaires
autres
rectoscope
rétinographie
appareil de mesure de la glycémie
scope défibrillateur
Projet de service V2
48
Juillet2011
Centre des Pâquerettes
Situé dans le quartier du Petit Nanterre, quartier en ZUS
Chemin de l'Ile 7,5%
Plateau, Vieux Pont,
Mont Valérien,
Centre, Parc Nord
4,1%
Parc Sud 3,9%
Petit Nanterre 60,5%
Université 23,9%
La proximité avec le quartier Université, amène au centre de nombreux usagers de ce quartier
du fait de l’absence d’équipement équivalent sur leur quartier cf. schéma
Actuellement, le centre de santé comprend un centre dentaire avec un fauteuil et un centre de
PMI.
Le centre comporte un aménagement pour les personnes à mobilité réduite.
Il assure des consultations de chirurgie dentaire et orthodontie sur un fauteuil dentaire.
L’orthodontie a été mise en place en 2006 devant une demande très forte et des listes
d’attentes impressionnantes sur les autres centres de santé municipaux. L’ensemble des
consultations assure 42h30 de soins dans la semaine.
Les horaires :
Ouverture du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 19h : le lundi est consacré à
l’orthodontie ; du mardi au vendredi : omnipratique
Le personnel : 1 secrétaire, 1 assistante dentaire, 1.21 ETP de praticiens (1 orthodontiste et 3
chirurgiens-dentistes)
Paquerettes
11%
Thorez
51%
Fontenelles
38%
Le centre des Pâquerettes reçoit 11 % du total des patients reçus au sein du service dentaire
municipal
Si quantitativement ce centre ne comporte qu’un fauteuil dentaire, qualitativement il a un rôle
stratégique important dans ce quartier où la précarité est élevée.
En proportion c’est le centre qui reçoit le plus de :
- Bénéficiaires de l’Aide Médicale d’Etat : 5%,
- Bénéficiaires de Couverture Maladie Universelle : 32%
Projet de service V2
49
Juillet2011
L’Espace Santé Jeunes, pour les 12-25 ans
Il s’agit d’un lieu d’accueil, d’écoute et d’orientation pour les jeunes de 12 à 25 ans ; son
fonctionnement assure la confidentialité, la gratuité et l’anonymat et son équipe est
pluridisciplinaire.
Le Centre Médico Sportif, pour la pratique d’activité physique et de sport à tout âge
Cet équipement est situé dans les locaux du Palais des sports, avenue Joliot Curie.
Ce centre assure des missions de promotion de l’activité physique et sportive à travers des
consultations médicales et infirmières
Adresse
Numéro de
téléphone
Numéro de fax
Numéro de
SIREN
Numéro de
SIRET
Numéro de
FINESS
Organisme
gestionnaire
Centre Municipal
de Santé Maurice
Thorez
18 rue Maurice
Thorez
92 000 Nanterre
01 41 37 58 88
Centre Municipal de Santé du
Parc
Centre Municipal de
Santé des Pâquerettes
79 avenue Pablo Picasso
92 000 Nanterre
20 rue des Pâquerettes
92 000 Nanterre
01 47 29 50 71
01 47 86 81 25
01 41 37 58 98
219 200 508
01 47 76 41 77
219 200 508
01 47 86 81 27
219 200 508
219 200 508
00014
92 001 0501
219 200 508 00014
219 200 508 00014
92 001 0857
92 002 0377
Collectivité
territoriale Mairie
de Nanterre
Collectivité territoriale Mairie de
Nanterre
Collectivité territoriale
Mairie de Nanterre
88/118 rue du 8 Mai 1945
92 014 Nanterre
88/118 rue du 8 Mai
1945
92 014 Nanterre
Monsieur Patrick JARRY, maire
de Nanterre
Monsieur Patrick
JARRY, maire de
Nanterre
Dr Hélène Colombani,
médecin directeur
88/118 rue du 8
Mai 1945 92 014
Nanterre
Responsable
Monsieur Patrick
de l’organisme JARRY, maire de
gestionnaire
Nanterre
Responsables
Dr Hélène
de
Colombani,
l’établissement médecin directeur
Sylvie PREVOST,
directrice
administrative
Projet de service V2
Dr Hélène Colombani, médecin
directeur
Sylvie PREVOST, directrice
administrative
Elodie Van Craeynest,
responsable administrative du
centre du Parc
50
Sylvie PREVOST,
directrice
administrative
Juillet2011
B. La fréquentation des centres municipaux de santé
Face à la sous médicalisation globale de la Ville, parfois extrême dans certains quartiers
(Provinces Françaises, Parc Sud) ou dans certains domaines (infirmiers, dentaire, spécialités
médicales), les Centres Municipaux de Santé constituent un point clé dans le dispositif de
soins au service des Nanterriens.
Cette position est reconnue qualitativement et quantitativement par la population :
Les Centres de Santé sont le service municipal « non obligatoire » le plus fréquenté par les
Nanterriens (Consultations 2004).
La fréquentation des catégories sociales défavorisées, voire marginalisées (RMI, bénéficiaires
de l’AME et CMU) est nettement supérieure à la moyenne nationale mais ne dépasse pas ¼
de la population. Les Centres Municipaux de Santé jouent ainsi leur rôle d’intégration et
d’insertion sans marginalisation des populations à risques socio-sanitaires.
1. Caractéristiques de la patientèle des CMS de Thorez et du
Parc par l’enquête Epidaure.
Territoire
Taux de cadres
Taux de
ménages avec
familles
monoparentales
Taux de HLM
Score Epice
(score de
vulnérabilité
sociale)
Zone
d’attractivité du
Parc
Dentaire
MG
4.81
4.74
Zone
d’attractivité de
Thorez
Dentaire
MG
12.82
13.87
Nanterre
92
Ile-deFrance
France
12.02
21.74
16.2
8.27
20.61
20.6
11.46
10.9
13.38
9.35
9.57
8.26
90.33
92.53
45.55
42.03
49.49
60% des
patients ont un
score
supérieur à 30
(seuil de
vulnérabilité)
24.54
22.76
14.9
On note que la population du centre du Parc cumule plusieurs indicateurs sociaux de fragilité.
En 2009, 19 797 patients différents ont fréquenté nos centres de santé, soit 69 098 passages et
158 684 actes.
L’analyse des données de l’enquête Epidaure7 permet de caractériser la population recourant
aux deux centres de Santé de Thorez et du Parc. Elles sont comparées à des données issues de
l’Enquête sur la santé et la protection sociale 2008 réalisée par sondage dans la population
générale.
7
Etude Epidaure –Caractérisation de la population recourant aux centres de santé. IRDES 2011
Projet de service V2
51
Juillet2011
Recourant en médecine générale :
Centre du Parc
Actifs occupés
46.8 %
Aucun diplôme
21.5 %
Ayant
une
assurance
76
complémentaire
Déclarent un mauvais ou très
mauvais Etat de Santé
Prise en charge par
l’Assurance Maladie à 100 %
pour une ALD
Centre Thorez
44.5 %
26.4 %
67.9
ESPS-EPAS 2008
61 %
13.8 %
95.3 %
8.9 %
11.3 %
5.1 %
22.7 %
22.8 %
18.5 %
On observe que même si le Parc est situé dans un quartier en ZUS alors que Thorez est dans
le centre ville attirant une patientèle de tous les quartiers, la patientèle du centre Thorez
présente de nombreuses caractéristiques de vulnérabilité sociale et est le moins bien couverte
en termes d’assurance complémentaire : seulement 68 % ont une assurance complémentaire.
Ces patients qui n’ont pas de couverture complémentaire sont plus jeunes, moins diplômés, de
CSP moins favorisée et en plus mauvais état de santé déclaré qu’en population générale.
Score Epice dans la patientèle de Médecine Générale :
Non précaire (<30.17)
Précaire (>30.17)
Centre du Parc
33.1 %
66.9 %
Centre Thorez
33.3 %
68.7 %
ESPS-EPAS 2008
61.7 %
38.3 %
Selon l’enquête Epidaure, 67.8 % des patients des centres de santé ont un score Epices
supérieur à 30, donc une vulnérabilité sociale importante avec tout ce que cela implique en
termes de Santé. Les patients des centres de santé sont deux fois plus nombreux à se dire en
mauvaise santé par rapport à la population générale.
2. Les autres structures du Service de Santé
Par ailleurs des patients sont aussi accueillis dans d’autres structures du service santé :
• Centre médico-sportif,
• PMI,
• CPEF,
• ESJ,
• Crèche….
Les centres de santé représentent 77 % des consultations réalisées suivis de 11 % dans les
deux PMI dont le graphique ci dessous montre la répartition.
Projet de service V2
52
Juillet2011
Répartition des accueils individualisés selon les services
5
C. L’offre de soins Centres Municipaux de Santé (CMS)
1. Activité par centres
Le centre le plus important est Maurice Thorez. Il réalise prés de 60 % de l’activité des
Centres Municipaux de Santé de la ville (38 218 consultations en 2010). Vient ensuite le Parc
avec 26 450 consultations et les Pâquerettes avec 2 533 consultations.
Nombre de patients par centre
Centre Thorez
3,39%
Centre du Parc
Centre des Pâquerettes
37,45%
59,16%
Le centre de santé Maurice Thorez a reçu près de 11 202 bénéficiaires au service médical et
radiologique en 2010, soit un peu moins des 2/3 des patients du service municipal médical. En
moyenne, les patients ont consulté 3,4 fois dans l’année. Le service médical du Parc a pour sa
part accueilli 7 091 patients soit une moyenne de 2,3 fois en 2010.
Projet de service V2
53
Juillet2011
Le service dentaire du centre de santé Maurice Thorez a accueilli environ 2600 bénéficiaires
contre 2 400 pour le centre de santé du Parc. En moyenne les patients sont revenus 4 fois.
Nombre de patients par centre et par spécialité
18 934
20 000
18 000
16 000
14 000
11 202
12 000
10 000
7 091
8 000
6 000
4 000
2 000
641
0
Centre Thorez
Centre du Parc
Médical
Centre des
Pâquerettes
Dentaire
Total
Total
Activité des CMS
2010
Nombre de
patients
Nombre de
passages
Nombre
d’actes
THOREZ
11 202
38 218
90 817
Médical
8 603
27 784
76 819
Dentaire
2 599
10 434
13 998
PARC
7 091
26 450
55 218
Médical
4 694
16 138
41 200
Dentaire
2 397
10 312
14 018
PAQUERETTES
641
2 533
3 384
TOTAL
18 934
67 201
149 419
Médical
13 297
43 922
118 019
Dentaire
5 637
23 279
31 400
Projet de service V2
54
Juillet2011
Centre de santé du Parc – Nouveaux locaux depuis 2008
Les Centres Municipaux de santé accueillent toutes les catégories d’âge, la plus importante
(10-19 ans) étant liée à l’orthodontie. Comparée à la population totale Nanterrienne, la
répartition par âge est similaire.
Repartition par âge : Comparaison avec les données de la ville
50,00%
45,00%
40,00%
35,00%
30,00%
25,00%
20,00%
15,00%
10,00%
5,00%
0,00%
0 à 29
30 à 59
60 à 89
CMS
Projet de service V2
55
Plus de 90
Ville
Juillet2011
Répartition par âge des patients
3500
3 006
2 849
3000
2500
2 204
2 698
2 304
2 007
1 904
2000
1 374
1500
1000
531
500
57
0
< 10
ans
10-19
ans
20-29 30-39
ans
ans
Centre Thorez
-
40-49
ans
50-59
ans
Centre du Parc
60-69 70-79
ans
ans
80-89
ans
Centre des Pâquerettes
90-99
ans
Total
Accès aux soins de la population précaire
La zone d’attraction du centre Thorez contient une population proche de l’ensemble de la
population de la commune de Nanterre contrairement au centre du parc qui contient une
population plus précaire.
Grace à leurs spécificités (pratique du tiers payant et respect des tarifs conventionnels de
secteur 1 c'est-à-dire sans dépassement d’honoraires) ces centres facilitent l’accès aux soins
de la population notamment des plus démunis.
La fréquentation des catégories sociales défavorisées est nettement supérieure à la moyenne
départementale. En effet, environ 33 % des patients sont bénéficiaires de la CMU et 4% de
l’AME contre respectivement 2,4% et 0,6% dans les Hauts-de-Seine. De plus, le nombre de
patients pris en charge est en augmentation par rapport à 2009. La proportion de bénéficiaires
de la CMUc est sensiblement équivalente sur les trois centres. Les Centres Municipaux de
Santé jouent ainsi leur rôle d’intégration et d’insertion sans marginalisation.
2010
CMU-C
AME
Patients
(%)
Actes
(%)
Patients
(%)
Actes
(%)
THOREZ
30,55%
8,59%
4,37%
1,52%
PARC
35,30%
9,06%
3,91%
1,29%
PAQUERETTES
34,17%
10,61%
3,43%
0,83%
MOYENNE 2010
32,45%
9%
4,17%
1,42%
Projet de service V2
56
Juillet2011
Comparaison :
MOYENNE
2009
30,22%
8,78%
3,21%
0,89%
Nanterre
Hauts-de-Seine
10,5 %
2,4 %
ND
ND
2,4 %
0,6 %
ND
ND
2. Personnel (équipe médicale / dentaire / paramédicale /
administrative)
L’ensemble des 155 personnes nécessaires au fonctionnement des centres de santé, se
répartissant en 43% de professionnels de santé, 32% de personnels médico-techniques ou
para-médicaux et 25% de personnels administratifs, sont des agents titulaires et non titulaires
de la fonction publique territoriale.
Cf. Organigramme et liste des professionnels en annexe.
3. Horaires
Les horaires sont adaptés à l’accueil d’un public diversifié :
Horaires Thorez
Du lundi au mercredi et le
vendredi : de 8h30 à 12h et
de 13h30 à 19h
Le jeudi : de 8h30 à 19h sans
interruption
Le samedi : de 9h à 18h
Horaires Parc
Du lundi au mercredi et le
vendredi : de 8h30 à 12h et
de 13h30 à 19h
Le jeudi : de 8h30 à 19h sans
interruption
Le samedi : de 9h à 18h
Du lundi au mercredi et le vendredi : de 8h30 à 12h et de 13h30 à 19h
Il existe des jours en journée continue sur le centre du Parc et Thorez.
Le samedi : de 9h à 12h en médical et radiologie et jusqu’à 18h en dentaire.
Les centres de santé sont ouvert 12 demi-journées par semaine mais ils sont fermés le
dimanche et les jours fériés et certains samedis, à la veille des jours fériés, comme pour le
lundi de Pâques. Ils sont également fermés les 4 samedis du mois d’Août.
Projet de service V2
57
Juillet2011
Le mode d’accueil des consultations est le suivant :
Centre Thorez
médecine générale
soins infirmiers
autres soins paramédicaux
médecines spécialisées
soins dentaires
biologie médicale
imagerie médicale
santé publique
Mode d’accueil
avec rendez-vous
les deux
avec rendez-vous
avec rendez-vous
avec rendez-vous
sans rendez-vous
avec rendez-vous
les deux
Centre du Parc
médecine générale
soins infirmiers
autres soins paramédicaux
médecines spécialisées
soins dentaires
Mode d’accueil
avec rendez-vous
sans rendez-vous
avec rendez-vous
avec rendez-vous
avec rendez-vous
Pour le dentaire, un créneau est prévu pour les urgences en début de matinée (9H) et d’aprèsmidi (13H30). En ce qui concerne la médecine générale, il y a également un créneau prévu
dans les consultations.
D. Détail des activités par service
1. Des activités de soins (médical, paramédical, radiologie,
dentaire)
a. Médecine générale
Dans le cadre du libre choix d’accès aux soins, en plus des 54 médecins généralistes libéraux
installés dans la ville, 8 médecins généralistes (soit 2.9 ETP) assurent dans les CMS 103
heures de consultations de médecine générale du lundi au samedi pour 12 656 actes, répartis
sur les centres Thorez et du Parc. Ces médecins généralistes sont par ailleurs médecins de
PMI, du CDAG, de l’ESJ, de crèches. Ils assurent des liens et des relais non négligeables
entre ces différents services. Deux médecins du sport assurent 1,3 ETP et s’intègrent dans le
dispositif de soins du service, en participant notamment au travail sur l’obésité.
b. Médecine spécialisée
Une importante offre de spécialités présente dès l’ouverture des centres de santé est encore en
place malgré l’évolution démographique médicale et les difficultés de recrutement.
Les spécialités présentes sont la dermatologie, l’ophtalmologie, la gynécologie, la cardiologie,
l’ORL, la rhumatologie, la néphrologie, l’allergologie, l’angiologie-phlébologie et la
tabacologie, la psychiatrie, l’alcoologie.
Des exercices particuliers comme la psychothérapie avec une prise en charge spécifique des
patients victimes de psycho traumatismes.
Projet de service V2
58
Juillet2011
Des difficultés sont à craindre à court terme sur l’ophtalmologie et la gynécologie-obstétrique.
Toutefois 19 spécialistes assurent 43 800 actes dans 12 spécialités.
Certaines spécialités sont en lien étroit avec les activités de réseau portées ou soutenues par
les praticiens des centres de santé.
c. Service infirmier
Une équipe d’infirmières dans chaque centre, soit 6 personnes au total (dont le cadre
infirmier), assure d’une part des soins et des prélèvements pendant les heures d’ouverture des
centres, une assistance médicale pour les consultations le nécessitant, le suivi en équipement,
hygiène et stérilisation des cabinets et des matériels, le suivi de certains patients en éducation
thérapeutique entre les consultations avec surveillance et délivrance parfois quotidienne des
traitements (patients avec troubles du comportement ou de la mémoire, personnes âgées, suivi
des glycémies capillaires des diabétiques avec adaptation des traitements, mise en place des
insulines vespérales, la délivrance des traitements pour les patients en CIDDIST…).
Elles assurent chacune l’animation d’une ou plusieurs actions de promotion de la santé, (école
du souffle, diabète, ateliers équilibre, CDAG, insuffisance rénale) sous la direction du
médecin coordinateur et prennent en charge les actions particulières des réseaux. Elles
organisent l’information et l’accompagnement des patients pour le dépistage des cancers.
d. Les analyses biologiques médicales
Les prélèvements se sang en vue des analyses biologiques sont assurés par les infirmières des
centres. Ce service, outre ses actes infirmiers de soins et d’éducation thérapeutique, a réalisé
en 2009, 4 374 prélèvements.
Les analyses sont ensuite réalisées par le laboratoire de la ville de Gennevilliers avec lequel
une convention a été signée garantissant la qualité des analyses selon le respect du guide des
bonnes pratiques.
Des formations et des réunions de concertation sur les pratiques professionnelles sont
régulièrement organisées entre le laboratoire et l’équipe de médecins et infirmières des CMS
de la Ville de Nanterre.
e. Soins de Rééducation accessibles et reliés aux activités d’éducation
thérapeutique
Au coté de ces professionnels, 4 rééducateurs assurent 6 394 actes, composés d’une
orthophoniste et 3 kinésithérapeutes. Ils interviennent d’une part dans l’offre locale de soins
Projet de service V2
59
Juillet2011
et en plus dans les actions d’éducation à la santé, notamment dans les actions atelier
équilibre pour les kinésithérapeutes et bientôt la réouverture de l’école du dos.
f. Un service d’imagerie médicale entièrement numérisé
Le service d’imagerie médicale comprend 3 radiologues et 2 médecins spécialistes
(gynécologue obstétricien et phlébologue). Ils assurent pour 1.52 équivalent temps plein, le
fonctionnement du service de radiologie conventionnelle et d’échographie, avec trois
manipulatrices et deux secrétaires assurant l’accueil la saisie des comptes rendus. En 2009,
14 782 actes ont été réalisés.
Le service d’imagerie médicale participe au dépistage organisé du cancer du sein programme
ADK 92. Fin 2010 il se dote d’un nouveau mammographe numérique en complément de la
numérisation de la radiographie conventionnelle.
g. Un service dentaire par centre
Le service dentaire est constitué de :
- 7 cabinets : 3 à Thorez, 3 au Parc et 1 aux Pâquerettes
- 1 chirurgien-dentiste coordinateur du programme de prévention buccodentaire (Temps
Plein) et 1 chirurgien-dentiste référent (à temps partiel)
- 15 chirurgiens-dentistes et 7 orthodontistes et 1 stomatologue
- 13 assistantes dentaires
- 1 laboratoire de prothèse (7 prothésistes dentaires)
Les Missions
du service dentaire
Prises en charge thérapeutique et préventive des pathologies bucco-dentaires
Réhabilitation des fonctions (mastication, phonation, esthétique)
Contribution à l’amélioration du bien être et de l’intégration sociale des
patients.
Réalisations:
Tous types de prothèses : fixe céramique unitaire ou plurale, adjointe mobile,
et prothèse sur implant.
Orthodontie, enfant et adulte, techniques variées : fixe quad - helix, barre
linguale, disjoncteurs et mobile, activateur, contention.
Chirurgie buccale et parodontale
Soins conservateurs
Prise en charge des urgences quand la charge de travail des praticiens le
permet.
Projet de service V2
60
Juillet2011
C’est en tout 32 723 actes qui sont réalisés, en soins et prothèses. Pour ces dernières, la
tarification des dépassements reste maitrisée et soumise à approbation du Conseil Municipal.
Une particularité est à constater dans ces services avec la plus forte prise en charge dans nos
centres des bénéficiaires de la CMU (29 % des patients) et de l’AME (3.7 %) qu’en pratique
libérale. Toutes les consultations se font en binôme chirurgiens dentistes ou orthodontistes
avec une assistante dentaire (Travail à quatre mains). Dans chacun des centres, une
assistante dentaire a en charge la stérilisation.
Les outils du service dentaire :
Accès aux soins spécifiques pour les patients
Plages horaires dédiées exclusivement aux enfants
• mercredi journée et plages horaires 17h-18h après l’école
• orthodontie : 9 journées dédiées
• Stomatologie : une demi-journée
Dispositif pour favoriser l’accès aux soins pour les populations les plus fragiles
• Parcours de santé pour les :
- Patients handicapés (I.M.E.)
- Personnes âgées (C.L.I.C.)
- Jeunes en insertion professionnelle (E.S.J.)
• Consultations spécialisées
- Qualifiées en orthodontie
- Stomatologie
• Lien avec l’hôpital : un praticien relais
Perspectives et développements :
•
•
•
•
Informatisation des dossiers et de la radiographie dentaire
Continuer et asseoir la démarche qualité
- accueil et écoute
- qualité des soins
- améliorations des compétences / Formation du personnel
Harmonisation des pratiques d’accueil en concertation avec le médical (lutter
contre l’absentéisme au rendez vous,…)
Education du patient, éducation de la santé
Projet de service V2
61
Juillet2011
•
•
•
•
Optimiser la gestion du plateau technique
Standardisation du matériel, des fournitures, des procédures de
maintenance
Développer les échanges professionnels pluridisciplinaires au sein du service
dentaire
2008 : ouverture d’un 7ème fauteuil, intégration de nouveaux effectifs,
renouvellement et changement de personnel, nécessité de stabiliser et fédérer
les équipes.
Réfléchir sur l’articulation des pratiques:
- praticiens- laboratoire
- praticiens- assistantes
h. Un laboratoire de prothèse
Une équipe de 7 prothésistes réalise l’ensemble des prothèses du service dentaire que ce soit
en omni pratique ou en orthodontie
Types de prothèses dentaires réalisées au laboratoire par familles
Adjointes ou mobiles : Plaques bases métalliques (stellites)
Prothèses adjointes partielles résines
Prothèses adjointes complètes résines
Réparations des différents types de prothèses adjointes
Conjointes ou fixes : Inlay-core (faux moignons)
Couronnes coulées
Couronnes céramo-métalliques
Bridges un ou plusieurs éléments
Couronnes coulées et couronne céramo-métalliques sur implant(s)
Orthodontie : Appareils d’orthodontie mobiles :
Contentions de fin de traitement
Activateurs
Appareils d’orthodontie Fixes :
Quad –hélix
Barres linguales soudées
Disjoncteurs
Projet de service V2
62
Juillet2011
2. Des services délégués de l’état et du conseil général :
a) La Protection Maternelle et Infantile à Nanterre
Les centres de PMI :
Les PMI sur Nanterre sont pour deux sites, gérés par la municipalité et pour deux autres, gérés
par le département (Conseil général des Hauts de Seine).
Les deux centres de PMI municipales (par convention avec le Conseil Général des Hauts de
Seine) sont situés au sein de deux sur trois des centres de santé (Maurice Thorez et les
Pâquerettes). Cela a l’avantage de présenter deux lieux de soins ou de suivis identifiés par
la patientèle, accessible à toute la famille.
La PMI municipales Maurice Thorez assure par semaine :
- 7 consultations pour les enfants de 0 à 6 ans
(5 médecins, 1 puéricultrice, 1 auxiliaire et 3 accueillantes)
- 2 consultations prénatales, pour suivi de grossesse et accompagnement social et
psychologique de la grossesse
(1 sage femme mise à disposition par le Conseil Général et un gynécologue, chef de
service de la maternité de l’hôpital Max Fourestier de Nanterre, une assistante sociale)
- une à deux consultations de psychologue pour enfant et leur famille
- 6 temps d’accueils pour les pesées, conseils en allaitement, sommeil, nutrition des
tous petits
- une permanence d’accueil téléphonique tous les jours de la semaine
La Pmi des pâquerettes assure par semaine :
- 5 consultations pour les 0-6 ans
- 5 temps d’accueil pour les pesées, conseils en allaitement, nutrition, sommeil des
tous petits
- 1 halte-jeux assistante maternelle
- 1 accueil parents enfants (0-4 ans) pour soutenir la fonction parentale, rompre
l’isolement social et offrir un espace de jeux aux enfants
Ainsi que :
- 1 consultation par quinzaine de psychologue
- une permanence d’accueil téléphonique tous les jours de la semaine
- et régulièrement un accueil massage bébé afin de favoriser le lien mère enfant
dans le cadre du Projet Social de Territoire du Petit Nanterre (secteur ZUS).
Projet de service V2
63
Juillet2011
2010
Nb de dossiers
Nb d’examens
Pmi M Thorez
Cs infantiles
1583
2696
1940 – 2ans
749 2-6 ans
1928
1340 – 2 ans
588 2-6ans
4624
Pmi
des 626
Pâquerettes
Cs infantiles
Total pmI
2209
CS
INFANTILES
Pmi
232
Cs prénatales
Nb
conseils
pesées
1462
352 (– 15 jours
de vie)
390
86 (-15 jours de
vie)
1852
438 (-15 jours
de vie)
560
Le travail de consultations de prévention et d’accueil des familles au sein des PMI est
complété par un travail avec les réseaux et les autres structures d’accueil des enfants sur le
territoire.
Au sein des 2 PMI, un médecin est en lien avec le réseau Association de Suivi des
Nouveaux nés à Risque (ASNR, association de parents) et le réseau pédiatrique du sud ouest
francilien (RPSOF, réseau de professionnels) réseau financé par l’ARH et l’URCAM
(formation régulière assurée par le réseau sur 7 ans).
Un travail engageant les 2 PMI vient de commencer pour permettre de mieux dépister
et d’offrir des perspectives de prises en charges vers des structures de soins ou d’étayage aux
jeunes mamans présentant des signes de dépression post-natale ou prénatale. Ce travail est
rendu possible par la proximité des consultations prénatales pour les mamans et postnatales pour les nourrissons, les relations développées avec la maternité de Nanterre. Il
aboutira à une mise en réseau incluant un multi partenariat à la fois en interne et en
externe (centre de santé, PMI, Maternité, Soins psychologique ou psychiatrique etc.…)
Un travail de recherche action sur la sensibilisation aux méfaits du tabac a commencé
depuis le printemps 2010 à la PMI Maurice Thorez en collaboration avec l’Office de
Prévention du Tabagisme (OPT)
Les médecins de PMI dans les crèches dépendantes de la ville
A noter que les 5 médecins de PMI travaillent toutes au sein d’une ou plusieurs
crèches municipales (16 structures multi- accueils ou haltes garderies). Elles assurent une
présence médicale en moyenne de 3 heures par semaine pour les structures de 40 berceaux et
de 6 heures par semaine pour les structures de 60 berceaux. Un médecin coordinateur PmiSanté de l’enfant garde un contact privilégié avec les puéricultrices-coordinatrices du service
de la première enfance.
Deux avantages à cette organisation
- une bonne coordination et harmonisation de travail dans l’ensemble des structures
(protocoles d’urgences, protocoles d’accueils individualisés, gestion de pharmacie, formation
aux gestes de premiers secours, gestion des épidémies, etc. …)
- un travail d’étayage à la parentalité et un suivi préventif des enfants de qualité par des
médecins compétents dans le domaine très particulier de la première enfance et formés
régulièrement dans ce domaine.
Projet de service V2
64
Juillet2011
b) Le Centre de Dépistage Anonyme et Gratuit, du Dépistage des Infections
Sexuellement Transmissibles CDAG-CDIST
Le service santé participe à plusieurs programmes organisés de prévention et de soins
(CDAG-CIDDIST, vaccinations) dans le cadre de financements institutionnels (ARS/
CRAMIF).
Depuis 2006, le service de la santé assure les consultations de prévention et de dépistage du
CDAG et CDIST au sein de la Ville. Des actions « hors les murs « à destination des publics
précaires sont menées (foyers ADOMA, Jeunes, Femmes migrantes,…) afin de faire connaitre
les risques de contamination des infections sexuellement transmissibles et les possibilités de
dépistage et de traitement.
Le dépistage du VIH et des hépatites B, C des infections sexuellement transmissibles
s’effectuent sur deux sites : au centre de santé du Parc et à la faculté de Nanterre dans le
service de soins de médecine préventive.
Le CDAG de la Ville de Nanterre s’inscrit dans les démarches de réflexion autour des
pratiques de dépistage en participant aux réunions du COREVIH et aux formations.
Les horaires du CDAG ont été déterminés en fonction de l’offre des autres CDAG sur le
territoire, en particulier celui de l’Hôpital de Nanterre.
En 2010, ces deux équipes du CDAG-CDDIST ont réalisés 709 consultations, dont 659
prélèvements et 50 consultations d’informations seules.
c) Le CPEF
Le centre de planning familial géré par le service de santé de Nanterre jour un rôle important
dans le dispositif d’accès aux soins en gynécologie pour les femmes de notre ville.
Il s’agit d’un lieu d’accueil d’écoute et de conseils d’orientation permettant aux jeunes
femmes de disposer d’un recours gratuit et le cas échéant anonyme pour leurs problèmes
spécifiques de contraception de gynécologie de psychologie relationnelle et sexuelle.
Deux gynécologues se partagent les trois consultations du CPEF (2 vacations de 3h pour
l’une, 1 vacation de 3 heures pour l’autre, 0.25 ETP)
Projet de service V2
65
Juillet2011
La présence d’une infirmière ou d’une puéricultrice est assurée pendant les 3 consultations.
Une conseillère conjugale est présente dans le même temps 3 fois 3 heures par semaine (0.25
ETP).
L’équipe de la consultation de planning familial collabore étroitement avec la consultation à
orientation gynécologique de l’Espace santé jeunes.
Le secrétariat est assuré (0.2 ETP)
Centres de santé 2010
CPEF – Parc
CPEF - M Thorez
Nb consultations
133
584
Nb examens médicaux
287
1143
Nb d’entretiens conseillère
conjugale
105
504
Nb de patientes accueillies
par l’infirmière
29
583
Le CPEF propose à la population différents horaires sont au moins deux en soirée, bine
identifiés par la population.
Projet de service V2
66
Juillet2011
d). Les vaccinations gratuites
Des plages horaires de vaccinations gratuites sont proposées dans les centres de santé depuis
juin 2006 et des actions d’information et d’incitation à la vaccination sont réalisées à
destination de différents publics.
• Vendredi de 16 h00 à 18 h00 sans RDV au centre de santé Maurice Thorez
• Tous les jours, sur RDV du lundi au samedi midi
Pour l’année 2010, 309 doses de vaccins ont été administrées.
Type de public visé :
o Migrants sans couverture social. (Tuberculose, Rougeole, dTP + coqueluche
o Patients n’ayant pas accès à une assurance complémentaire
o Vaccinations des voyageurs. (Hépatite A, Méningocoque A + C Meningocoque A,
C, Y W135, Hépatite B, Fièvre Thyphoide)
o Femmes rubéole, papilloma virus
o Population vivant en foyer Adoma.
o Enfants, adolescents, adultes Primo vaccination et Rappel de la rougeole.
o Enfants, adolescents, adultes Rappel des dTP + coqueluche
Liste des vaccins disponibles dans les centres de santé municipaux.
-
Projet de service V2
Engerix B 20 (hépatite B)
Engerix B 10 (hépatite B enfant)
Havrix Adulte (Hépatite A)
Havrix (Hépatite A Enfant)
Revaxis (dTP)
Boostrix Tetra (dTP + coq) ou Repevax
Infanrix Tetra (DTP + coq)
Rouvax (Rougeole)
Rudivax (Rubéole)
Gardasil anti papilloma virus
Tyavax (hép A et thyphoide)
Typherix (Fièvre thyphoide)
Tubertest
BCG
Mencevax (Méningocoque A + C+ Y + W135)
Meningitec (Meningo C)
67
Juillet2011
E. Une pratique dynamisée par une coordination au
sein des centres de santé municipaux et une
coopération avec les autres structures de soins.
Le service Santé développe de multiples coopérations avec d’autres institutions du secteur
sanitaire et social dont certaines sont formalisées.
1. Soins de premier recours coordonnés et organisés
Le travail médical de l’équipe médicale et paramédicale (Infirmières, kinésithérapeutes,
diététiciennes, manipulatrices d’électroradiologie) se fait sous la coordination du médecin
8
coordinateur des centres qui est aussi membre du collectif de direction .
Si les patients ont généralement un médecin coordonnateur ou un médecin traitant habituel, en
cas d’absence ou indisponibilité d’un membre de l’équipe, tous les praticiens assurent la
continuité de la prise en charge. L’équipe médicale de généralistes s’est appropriée dans le
cadre de sa démarche d’amélioration de la qualité, en pratique d’Evaluation des Pratiques
Professionnelles, « l’exercice coordonné et protocolisé en Maison de santé, pôle de santé et
Centre de Santé » tel qu’élaboré avec la HAS. En effet l’exercice en centre de santé offre aux
médecins la possibilité d’échanger entre pairs.
Les médecins généralistes ont des réunions mensuelles avec les infirmières, sur des pratiques
liées à notre travail et avec les réseaux sur la base des protocoles qui y sont élaborés.
L’exercice en équipe pluri disciplinaire permet l’échange régulier « autour d’un cas » avec les
spécialistes concernés, améliorant ainsi la prise en charge et la formation professionnelle.
8
Des rencontres organisationnelles au sein du collectif de direction sont organisées tous les
mois.
a. Permanence des soins :
S’agissant de la permanence des soins assurée par les médecins libéraux de la ville, les
praticiens des centres de santé ne sont pas associés à cette mission (ils assurent une
permanence des soins interne aux CMS). Le centre municipal de santé est ouvert toute
l’année de 8h à 19h y compris le samedi. Il assure la continuité des soins médicaux et
dentaires toute l’année y compris le samedi et au mois d’août. Une ou deux journées
continues (sans fermeture sur le temps de midi) sont proposées selon les centres.
L’Espace Santé Jeune, dispositif anonyme et gratuit qui accueille les jeunes de 12 à 25 ans est
ouvert toute l’année, y compris l’été.
Par ailleurs, il veille lors des vacances à une permanence sur le territoire du CPEF et du
CDAG-CDIST.
Le service santé participe au dispositif de veille canicule l’été.
Le médecin directeur participe à la cellule d’alerte dans le cadre du plan communal de
sauvegarde.
8
Le collectif de direction regroupe sous l’autorité du médecin directeur de la santé: le médecin coordinateur, la directrice administrative, la
responsable administrative du centre du Parc, le dentiste responsable du programme bucco-dentaire et le dentiste référent des services
dentaires, le responsable du service prévention, le médecin coordinateur de la santé de l’enfant, l’infirmière cadre.
Projet de service V2
68
Juillet2011
Le service de la santé est actuellement en lien avec les professionnels libéraux de la ville afin
de travailler aux questions de permanence des soins de l’ensemble des acteurs de santé
sur le territoire de la ville, et limiter ainsi l’embolisation des services en été.
b. Développement de l’éducation thérapeutique
En complément des soins « traditionnels », les professionnels de santé eux-mêmes se sont
attachés à développer pour leurs patients des modalités d’accompagnement comme
l’éducation thérapeutique.
Les premiers patients bénéficiaires ont été ceux souffrant de lombalgies chroniques grâce à la
mise en place de l’école du dos sous l’impulsion d’une rhumatologue et des kinésithérapeutes
(de 2002 à 2006).
Un programme d’éducation thérapeutique (2007) à destination des enfants obèses s’est mis en
place. Il est en cours d’évaluation grâce aux partenariats avec les services infirmiers scolaires,
et le relevé des indicateurs de suivi.
En partenariat avec les réseaux de santé couvrant le territoire de Nanterre, les consultations
d’éducation thérapeutique se déroulent dans les centres de santé pour les patients diabétiques
(2008) et pour les patients insuffisants rénaux (2008).
Dernièrement, dans le cadre de l’expérimentation de l’éducation thérapeutique initié et
financé par le FNPEIS, une école de l’asthme « Club du Souffle » s’est ouverte (mai 2009).
Cette activité se poursuit avec l’obtention de l’autorisation de L’ARS en janvier 2011.
Cette pratique de l’éducation thérapeutique de proximité ou ambulatoire n’est pas isolée. Elle
est souvent effectuée en lien avec les réseaux de la Ville et s’enrichit par la participation des
professionnels à des réunions d’échanges sur les pratiques d’ETP.
L’évaluation de l’impact de ces programmes est en cours ; les professionnels disent constater
une amélioration de la prise en charge de leurs patients au plan individuel.
Fréquentation du Club du Souffle depuis sa création.
2009
2010
2011
Nombre de
patients inscrits
9
33
28
sur l’année
au 30/06/11
Nombre
75
32
72
d’ateliers
au 30/06/11
2009 à 2011
70
179
De la même façon, à destination des patients diabétiques en partenariat avec le réseau
Diabète 92 ou vers les patients insuffisants rénaux en partenariat avec le réseau Rénif, des
programmes d’éducation thérapeutique sont en cours de restructuration pour obtenir
l’autorisation délivrée par l’ARS.
Projet de service V2
69
Juillet2011
2. Travail avec les réseaux de santé
Enfin des coopérations avec les professionnels du territoire sont mises en place en pratique de
Réseaux.
Pour tous ces réseaux, une convention a été passée en conseil municipal pour le partenariat
avec nos centres. Les médecins sont associés à la vie de ces réseaux, reçoivent tous les
protocoles élaborés ou validés par eux.
• Avec le Réseau Diabète 92, Réseau Ville hôpital pour les patients diabétiques. Ce
réseau assure la formation des professionnels des centres de santé de Nanterre à la
prise en charge du diabète et permet un fonctionnement commun des professionnels
sur le territoire.
Les infirmières des centres de santé assurent des consultations individuelles d’éducation
thérapeutique au sein des centres de santé et orientent vers les ateliers collectifs
d’éducation thérapeutique et nutritionnelle. Ce suivi conjoint avec infirmières et
diététiciennes (mises à disposition par le réseau) s’accompagne d’un programme d’activité
physique avec des créneaux spécifiques d’aquagym, de gymnastique, avec les services
municipaux des sports et la présence dans le bassin et sur le tapis des infirmières à chaque
séance. Le contrôle médico-sportif systématique est assuré par le médecin du sport.
• Avec le Réseau Rénif pour les patients insuffisants Rénaux Chroniques, chez les
patients hypertendus et / ou diabétiques.
De même les professionnels de santé sont formés à la prise en charge de l’insuffisance rénale
chronique, bénéficient des protocoles de soins du réseau et des structures d’accueil. Une
consultation avancée de néphrologie assurée par un praticien attaché du CHU de la Pitié
Salpêtrière permet de réduire l’évolution vers la dialyse et la greffe et en cas de besoin,
d’organiser une prise en charge rapide. Là encore les consultations d’éducation thérapeutique
sont proposées aux seins des centres de santé par les infirmières. Le réseau propose aussi un
programme complémentaire d’éducation nutritionnelle et thérapeutique.
•
Deux réseaux de lutte contre la précarité et les difficultés d’accès aux soins sont
partenaires des centres de santé municipaux.
Le Réseau ASDES implanté à l’hôpital de Nanterre reçoit les patients sans couverture sociale
que les centres de santé ne peuvent accueillir tant que la couverture sociale n’est pas établie.
Les patients sont donc orientés vers l’hôpital pour les soins urgents le temps d’établir leur
couverture sociale puis retransférer vers les structures de soins ambulatoires.
Le Réseau ARES, basé à Gennevilliers prend aussi en charge les patients précaires, ceux
porteurs du VIH, des hépatites ou souffrant d’addictions. L’avantage de ce réseau est qu’il
finance les soins délivrés par le professionnel contacté en premier lieu par le patient. Le
patient reste pris en charge par les structures de soins ambulatoires, quelque soit sa couverture
•
Le conseil local en santé mentale est co-animé par le service municipal de la santé et
l’hôpital. Il dispose de différents outils qui concourent à favoriser l’accès aux soins et
l’intégration dans la cité de personnes souffrant de troubles psychiques.
La cellule de veille et de suivi en santé mentale est un espace de concertation
pluridisciplinaire et de coopération autour de situations individuelles : personnes en difficultés
sous tendues par des troubles psychiques. Elle est une des instances du Conseil Local en Santé
Projet de service V2
70
Juillet2011
Mentale (CLSM) et fonctionne de manière autonome. C’est donc un lieu ressource qui
contribue à l’élaboration de pratiques nouvelles, et à une meilleure perception des rôles et
limites de chacun. Si besoin, elle permet de définir une méthodologie quant aux interventions
souhaitables.
Articulation entre prévention et soins
Les professionnels de santé impliqués dans les projets de prévention sont également praticiens
des centres de santé permettant une articulation entre prévention et soins.
L’objectif de médiation et de passerelle entre prévention et soins est présent au cœur de
chacune des actions menées, aussi bien dans les programmes de santé publique développés
de façon pérenne tout au long de l’année (Cf. infraE) que pour toutes les autres actions
menées dans le cadre du pôle prévention santé (ateliers d’éducation à la santé dans les foyers
auprès de travailleurs migrants âgés, lors des rencontres santés, dans les centres de loisirs,
dans les fêtes de quartier …)
Par ailleurs, dans les centres de santé, le message de prévention est relayé aussi bien à
l’échelon individuel (éducation du patient) que collectif (organisation de campagne
d’information dans les salles d’attentes et projet de visite informative des centres de santé par
les publics visés)
3. Les actions de prévention
En complément de l’offre de soins, la ville de Nanterre mène une politique de prévention et
de promotion de la santé qui s’appuie fonctionnellement sur le pôle prévention santé.
a.
Le service prévention
L’équipe est composée de médecins, chirurgiens dentistes, sociologue, assistante
administrative et assistantes de prévention, infirmières, psychologues et diététiciennes,
sociologues, géographe de la santé et secrétaire. Elle participe à l’analyse des besoins, à la
définition des priorités et à la mise en œuvre sur le territoire de la commune, de la politique
locale de santé publique.
La promotion de la santé en quelques chiffres pour une année :
6600 enfants de 3 à 11 ans bénéficiant chaque année d’un dépistage bucco-dentaire
380 enfants de 5 écoles bénéficiaires d’une action d’éducation nutritionnelle
660 jeunes fréquentant l’espace santé jeunes chaque année
340 écoutes réalisées à l’ESJ
81 entretiens dans les 4 points écoutes de 4 collèges
1097 consultations de prévention individuelles
800 collégiens bénéficiaires d’actions collectives
227 jeunes en insertion bénéficiaires d’un parcours santé
500 femmes ont participé aux Rencontres santé d’avril 2010 sur le thème de la santé des femmes et du bienêtre
b. Animation dans les salles d’attente des centres de santé
Organisé par le médecin coordinateur, les salles d’attente des centres de santé sont le lieu
d’actions de promotion de la santé en lien avec les actualités sanitaires, la période
saisonnière…Les infirmières pour leur part se font le relais de ces campagnes de promotion
de la santé, en accueil individuel spontané, en animation de salle d’attente (présentation
d’exposition)... Les thèmes : Saturnisme en 2010, santé environnementale en 2011 (bruit à
l’ESJ, pollution domestique au CMP du Parc, Protection solaire au CMS Thorez).
Projet de service V2
71
Juillet2011
c. Relais des campagnes de dépistage organisé (sein, colon)
Les professionnels de santé médicaux, infirmières, manipulatrice radio ou non médicaux sont
formés au dépistage organisé des cancers du colon et du sein. Les premiers incluent dans les
programmes de dépistage, les autres relais l’information et proposent une aide à la
réalisation du dépistage.
d. Participation des usagers aux actions de prévention
Par ailleurs, des projets pilotes en direction des PMI et des crèches sont en cours d’élaboration
(groupes de paroles de mamans, femmes relais ou intermédiaires formés à la prévention
buccodentaire en corrélation avec une alimentation équilibrée) pour l’année 2011.
e. Espace Santé Jeunes : Un lieu de prévention et d’orientation
Un programme mis en place fin 1998 dont les objectifs sont :
• Améliorer la santé des jeunes dans une approche globale
• Favoriser le développement d’aptitudes personnelles
• Articuler prévention et soins dans une démarche globale.
• Favoriser l’accessibilité à la santé : Créer des interfaces, des possibilités de rencontre
dans les lieux de vie des jeunes;
C’est un lieu d’accueil, d’écoute et d’orientation anonyme et gratuit s’appuyant sur une
équipe multidisciplinaire composée de : 1 accueillante, 2 psychologues, 1diététicienne, 1
infirmière, 1 médecin généraliste, 1 gynécologue, 1chirurgien dentiste, 1 assistante sociale.
L’Espace Santé Jeune répond bien à sa mission qui est de s’adresser particulièrement aux
jeunes en situations de vulnérabilité.
Hors ZUS
20%
Zones urbaines
sensibles
80%
Les motifs de consultation et d’écoute :
Projet de service V2
72
Juillet2011
On voit que pour les situations d’écoute, les problématiques liées à la sexualité sont
prédominantes. Ce sont souvent des situations d’urgence : pilule du lendemain, test de
grossesse, demandes d’IVG, agressions.
Pour les consultations sur rendez-vous la situation est un peu différente et les demandes de
consultations psychologiques sont importantes (37 %).
Comment les jeunes arrivent à l’ESJ ?
Près d’un quart viennent par le bouche à oreilles (24 %) et aussi envoyés par les partenaires
sociaux.
Ce dispositif permet :
• Constitution d’un réseau santé, social et éducatif ancré dans le territoire
• Accompagnement vers les dispositifs de droit commun
• Prise en compte des déterminants de la sante dans une approche globale.
• Des publics de plus en plus complexes
f. Le centre médico sportif
Le centre médico-sportif est au service de toutes celles et tous ceux qui pratiquent un sport de
loisirs ou de compétition. Il également à la promotion de l’activité physique et pilote un projet
de lutte contre l’obésité et la prise en charge du surpoids.
Une équipe médicale assure des permanences tous les jours :
•
•
•
consultations,
suivi médical des sportifs,
conseils nutritionnels,
Projet de service V2
73
Juillet2011
•
délivrance de certificat d’aptitude à la pratique sportive (gratuit pour les Nanterriens).
L’activité annuelle se répartit de la manière suivante :
4600 consultations pour
2700 patients
Une majorité d’homme: 60 %
30%
25%
25%
20%
17%
15%
15%
13%
11%
10%
8%
7%
5%
4%
0%
<10 ans
•
11 à 16 ans
17 à 25 ans
26 à 35 ans
36 à 45 ans
46 à 55 ans
56 à 70 ans
>71 ans
Motifs de consultation au centre médico-sportif:
Consultations de non contre-indications 55 %
Consultations de traumatologie 25 %
Tests divers pour le suivi de haut niveau et/ou de pratique intensive10
%
Consultations diététiques 7 %
Consultations ostéopathiques 3 %
4. Les principaux programmes de santé publique
Différents programmes transversaux sont déclinés en faveur de publics spécifiques.
Conformément à la volonté de réduction des inégalités sociales et territoriales de santé, ces
programmes s’adressent aux publics les plus vulnérables ou résidant dans les quartiers
« politiques de la ville » du territoire de Nanterre.
a. La santé des tous petits et de leur mère
Ce programme développe des actions type ateliers massage parents-bébé et sont animées par
une puéricultrice et/ou une psychologue; Ces ateliers ont pour objectifs d’améliorer le bienêtre de la mère et de l’enfant, de développer des temps de parole et de rencontres entre parents
Projet de service V2
74
Juillet2011
et professionnels, de favoriser l’instauration des liens parents/enfant et de favoriser leurs
interactions. Ils sont menés en liens avec les centres de PMI.
De façon complémentaire, une action de repérage et de lutte contre le saturnisme est menée de
façon intersectorielle avec les professionnels de l’action sociale, de l’habitat et de la PMI
(départementales et municipales) pour repérer les enfants concernés, proposer des dépistages
et accompagner les familles dans la réduction de l’exposition au plomb. Des animations en
salles d’attente sont régulièrement menées pour sensibiliser les familles au saturnisme que ce
soit dans les PMI ou dans les centres de santé.
b. La santé de l’enfant
Deux programmes se développent au sein des écoles dans le cadre du partenariat ville de
Nanterre/Education Nationale sur trois années entre le CE1 et le CM1 avec l’intervention de
professionnels de santé en amont du collège
- Education nutritionnelle en sensibilisant les enfants à la prise en main de leur santé
grâce à une alimentation et une hygiène de vie, équilibrées.
- Education à la vie relationnelle en amont des conduites à risque du collège, pour
amener les enfants au dialogue et au respect de soi-même et de l’autre et à se projeter
sur les changements qui les amèneront à devenir adultes.
Dans le même esprit avec la volonté d’associer enfants et parents dans la recherche d’un
équilibre entre alimentation et rythme de vie, des professionnels du pôle prévention santé de
la ville se déplacent dans les écoles le samedi matin régulièrement dans l’année pour
rencontrer les familles autour de petits déjeuners pédagogiques.
c. La lutte contre l’obésité et la sédentarité
Ce programme se décline au sein des centres de santé en actions d’éducation nutritionnelle, en
consultations individuelles médicales, diététiques et psychologiques, ainsi qu’en ateliers
collectifs avec les enfants et les familles tant sur le volet diététique, physique que
psychologique. Il est développé par une équipe pluridisciplinaire composée de médecins,
d’infirmières et de diététiciennes.
Les Chiffres de l’Indice de Masse Corporelle recueillis dans les écoles sur 1289 élèves dans
13 écoles différentes de Nanterre en 2006-2007 révèlent que :
o en grande section de maternelle l’obésité touche 8% des élèves.
o en CE2, elle concerne 21.2% des élèves
o en CM2 elle concerne 24,9% des élèves.
La prévalence du surpoids et de l’obésité augmente avec l’âge. A 5 ans, moins de 10% des
enfants sont en surpoids, mais à 12 ans, 37, 5% d’entre eux sont concernés
Projet de service V2
75
Juillet2011
d. La santé bucco-dentaire
Depuis 14 ans, ce programme de prévention bucco dentaire développe des actions d’éducation
pour la santé et de dépistage dans la quasi-totalité des écoles maternelles et élémentaires de la
ville de Nanterre. (6500 élèves suivis en 2010).
Il est destiné à améliorer la santé dentaire des enfants et à réduire en parallèle les
conséquences des inégalités sociales de santé sur un plan bucco-dentaire.
Un effort particulier est fait en vue de renforcer l’impact des actions de dépistage buccodentaires dans les écoles en s’assurant que les parents auront toutes facilités pour comprendre
l’importance de la démarche de soins. Ils sont encouragés à réagir au mieux dans l’intérêt de
leur enfant (envois de courrier, contacts téléphoniques directs, implication de personnes relais
pour un suivi auprès des parents, invitation à participer à des petits déjeuners pédagogiques)
Pour le programme dans les IME (IMPro Balzac, IME Romain Rolland) où une collaboration
avec les infirmières scolaires tente de parvenir au meilleur soutien possible des jeunes ou des
enfants (accompagnement physique des enfants nécessitant des soins, plages horaires
spécifiques réservées dans les cabinets dentaires des CMS si nécessaire)
Projet de service V2
76
Juillet2011
La ville a demandé et obtenu en 2008 et 2009 les labels IES et IDES du programme
ARCADE.
En 2011 le programme de prévention mis en œuvre pour la prévention bucco-dentaire à
Nanterre concernera 45 groupes scolaires du primaire (120 classes de maternelle, 200 classes
en élémentaire)
Il s’établira et s’articulera en concertation avec les actions d’éducation à la santé menées sur
certaines classes du primaire par l’assurance maladie.
e. L’éducation à la vie affective, relationnelle et sexuelle des jeunes
Ce programme développe des actions d’éducation pour la santé et des consultations gratuites.
Il est animé par une infirmière et se fait en lien avec les centres de planning familial et
l’Espace Santé Jeunes.
En effet, en 2010, 80% des jeunes qui se sont déplacés à l’ESJ souhaitaient une écoute
relative aux questions de sexualité et de contraception. Ces écoutes se sont poursuivies pour
106 par une ou deux consultations individuelles.
En lien avec le CPEF, ces consultations ont permis les actes suivants :
- 55 tests de grossesse urinaires ont été réalisés dont 17 positifs
- 28 demandes d’IVG
- 11 pilules d’urgence ont été données
- 84 distributions de préservatifs masculins ont été distribués 84
On constate une hausse des demandes d’IVG et une baisse des demandes de tests de
grossesses ou de préservatifs.
Cette consultation est également l’occasion de permettre l’encouragement à la réalisation
d’actes médicaux tels que :
- 26 prescriptions de bilan contraception
- 17 de dépistages de cancer (frottis)
- 11 prescriptions de dépistage des IST dont 7 résultats positifs
Cette activité d’écoute et de consultation concerne d’avantage les jeunes femmes de plus de
16 ans et au vu des résultats de cette activité, l’ESJ développe également une offre d’actions
Projet de service V2
77
Juillet2011
éducatives collectives dans les collèges, mais aussi au lycée, soit 356 élèves des classes de
4ème, 3ème, 2nde ou 1ère touchés en 2010. Cette action permet également de toucher les
garçons, de plus en plus concernés soit en tant que demandeurs d’information en écoute
individuelle ou en accompagnement de leurs amies
f. La santé des jeunes en insertion
Ce programme développe au sein de l’Espace Santé Jeunes des parcours santé composés de
consultations médicales et bucco-dentaires, et d’ateliers de promotion de la santé sur des
thèmes tels que la nutrition et la vie relationnelle, affective et sexuelle. Les consultations de
gynécologie, psychologues et diététiciennes ou entretien avec assistante sociale sont
disponibles sur demande des jeunes ou sur orientation du généraliste de la structure.
Les consultations (éducation à la santé, dépistage) auprès des jeunes de 12 à 25 ans tentent de
faire le point sur leur couverture sociale et sur les possibilités de réorientation qui leurs
seraient accessibles (avec encouragement dans leurs démarches voire facilitation de prise de
rendez-vous dans les CMS en cas de nécessité).
g. La santé des femmes
Ce programme développe des actions d’éducation pour la santé et d’encouragement aux
dépistages et à l’accès aux soins. Mené en partenariat avec les centres sociaux de la ville, il
permet à des groupes de femmes de bénéficier d’actions sur les thématique de leur choix
notamment la nutrition et des sensibilisations au dépistage des cancers féminins
h. La santé des résidents des foyers Adoma et Aftam
Ce programme, coordonné par l’Atelier Santé Ville, développe des actions d’éducation pour
la santé et d’accès aux soins en lien avec les réseaux partenaires : ASDES, Réseau diabéte 92,
Centre Communal d’Action Sociale, Centre Local de Coordination et d’Information
Gérontologique, NADHA…
Des programmes de vaccination ont été réalisés
i. La santé des personnes âgées
Ce programme développe des actions d’information et d’éducation pour la santé sur les
thèmes de la nutrition et proposent également des consultations de prévention bucco-dentaire
mensuelles au CLIC et des ateliers de prévention des chutes. Ce programme est animé par des
médecins, chirurgiens dentiste, diététicienne, infirmières…
Ce programme développe des actions d’information et d’éducation pour la santé sur les
thèmes de la nutrition et proposent également des consultations de prévention bucco-dentaire
mensuelles au CLIC et des ateliers de prévention des chutes. Ce programme est animé par des
médecins, chirurgiens dentiste, diététicienne, infirmières…
L’Atelier Santé Ville coordonne également dans le quartier du chemin de l’Ile des réunions
pluridisciplinaires de professionnels pour améliorer la prise en charge des personnes âgées
dans l’objectif de réduire les hospitalisations dans un contexte d’urgence.
Projet de service V2
78
Juillet2011
j. La santé mentale
La mise en place d’un Conseil local en santé mentale faisait partie des engagements
municipaux. Un des ses objectifs principaux est de favoriser la concertation entre le secteur de
la psychiatrie, les décideurs et l’ensemble des acteurs locaux impliqués ou
Depuis 2009, ces axes ont été déclinés de la façon suivante :
- Mise en place d’une cellule de veille et de suivi, se réunissant chaque mois autour de
situations nécessitant une prise en charge globale, psychiatrique et médico-sociale. 20
situations ont été traitées en 18 mois de mois de fonctionnement
- Elaboration d’une procédure d’accès au logement ordinaire
- Un travail a été initié avec les personnes souffrant de troubles psychiques autour de leurs
besoins et attentes pour un accès facilité aux activités de loisirs proposées par la ville.
- Réalisation d’un guide à l’attention des gardiens d’immeuble afin de les aider à mieux
repérer les signes de souffrance liés à la santé mentale pour orienter les orienter vers les
bons interlocuteurs
- Actions d’information en faveur des travailleurs sociaux sur les modalités de prise en
charge en santé mentale
- Construction d’un cadre de travail permettant aux professionnels de la santé, de la
psychiatrie, du social et de la police de mieux organiser une hospitalisation d’office
k. L’axe santé du Plan Educatif Local et du Dispositif de Réussite Educative
Parmi les différents dispositifs de la politique de la ville, le PEL (Plan Educatif Local) et le
DRE (Dispositif de Réussite Educative), la santé constitue un axe à part entière. Le Service
Municipal de la Santé contribue à ces programmes par diverses actions :
-
-
Animation de point-écoute dans 4 collèges par une psychologue de l’Espace Santé Jeunes
en lien avec les équipes de coordination de la réussite éducative ; environ 80 jeunes
consultent ces point-écoute
Mise en œuvre d’une consultation de psychologue axée sur la prise en compte de la
parentalité au CMS du Parc.
Elaboration en cours d’un projet avec les partenaires de la réussite éducative pour
favoriser les liens entre les besoins de soins repérés et les consultations, notamment pour
les problèmes de santé bucco-dentaire et d’obésité.
5. Les dispositifs transversaux
•
L’Observatoire Local de la Santé
L’observatoire a pour objectif de recueillir et d’analyser des indicateurs de santé pour mettre
en œuvre et ajuster des programmes adaptés aux besoins des habitants.
C’est un outil puissant pour évaluer les besoins en santé du territoire de la Ville et donner les
orientations de l’offre de soins ou des politiques de prévention.
Pour la santé de l’enfant, l’L’Observatoire Local de la Santé participe notamment au recueil
de l’indice de masse corporelle afin de suivre l’évolution de l’obésité, en lien avec les
infirmières scolaires.
Projet de service V2
79
Juillet2011
l. L’Atelier Santé Ville
L’ASV a pour objectif la diminution des inégalités sociales et territoriales de santé ; il
favorise une plus grande cohérence des actions et acteurs sur les zones urbaines sensibles du
Parc, de Petit Nanterre, d’Université, et du Chemin de l’ile.
Le service travaille en partenariat avec les institutions, les professionnels du champ médicosocial des services communaux (centres de santé et CCAS,..) mais aussi professionnels
libéraux, les associations et les habitants.
Projet de service V2
80
Juillet2011
VI. MODALITES DE GESTION ADMINISTRATIVE
A. Missions de la gestion administrative des centres de santé :
Accueil administratif des patients : prise de rendez-vous, dossier administratif,
facturation et encaissement, règlement de litiges…
Gestion du tiers-payant auprès des organismes de sécurité sociale et des mutuelles
conventionnées
Gestion du personnel médical et administratif : recrutement ; suivi des congés, des
vacations, des formations, des carrières ; évaluation
Gestion du budget fonctionnement et investissement (matériel et mobilier) pour
l’ensemble du service
Demande et suivi des travaux pour l’ensemble des équipements du service de la santé
Coordination des projets relatifs aux accueils et au tiers-payant
B. Organisation du pole administratif
L’équipe de direction
Service Municipal de la Santé
Organigramme Général
Coordinatrice
PMI / Santé Enfant
Médecin Directeur
Dr Hélène COLOMBANI
Dr V BOURRELIER
Responsable
Adm CMS du Parc
Directrice Administrative
Sylvie PREVOST
E.VAN CRAEYNEST
Secrétariat
Chef de projet
utilisateurs Informatiques
C ALLE
Service Prévention Santé
Responsable C. MICHAUD
Observatoire Local
Santé
Centre Médicosportif
Coordinateur dentaire
Dr D KUNTZ
Référent service dentaire
Dr M DAME
Services de Gestion
Services Médicaux et Dentaires
Centres de Santé
Espace
Santé Jeunes
Programmes de
Prévention
Coordinatrice médicale
Dr C TERRA
CMS Thorez
Laboratoire de
prothèse
dentaire
Services délégués
(département et Etat)
PMI
Thorez
CPEF
Thorez
PMI
Pâquerettes
CPEF
Parc
CDAG
CPEF
ESJ1
CMS Parc
Éducation
thérapeutique
CMS Pâquerettes
Centre Médico-sportif
Atelier Santé Ville
Atelier
EQUILIBRE
Médecins de crèche
Cf. organigramme joint en annexe
L’encadrement du service reste quantitativement faible et plusieurs fonctions ne reposent que
sur une personne.
Cependant depuis 10 ans l’organisation du service administratif a beaucoup évolué :
Projet de service V2
81
Juillet2011
L’arrivée d’un responsable du service de prévention en 2002 a renforcé l’équipe au niveau de
la gestion et la coordination des actions de prévention (taches qui incombaient pour l’essentiel
au médecin directeur) et qui a permis de développer cette activité.
Le site du Parc n’avait pas de responsable jusqu’en 2000; un poste de responsable a été créé.
Actuellement ce site a depuis avril 2011 une nouvelle responsable formée à la gestion
administrative dans le domaine spécifique de la santé qui assure la responsabilité de ce centre
effectuant 55218 d’actes par an avec salariés.
Au total la direction administrative est composée de 10 personnes, sous la responsabilité de la
directrice administrative, elle-même sous la responsabilité du médecin-directeur :
Une directrice administrative (cadre A)
Une assistante de direction (cadre C)
Une responsable achats/marchés publics (cadre B)
Une responsable tiers-payant (cadre B)
Un technicien tiers-payant (cadre C)
Un renfort tiers-payant pour 10 mois (cadre C)
Une responsable des accueils (cadre B)
Un responsable régie-recettes (cadre B)
Un référent utilisateur informatique
Un médiateur santé
L’encadrement général des activités médicales et dentaires a été renforcé avec l’arrivée :
D’un responsable de prévention qui encadre le service prévention dont l’espace
santé jeunes et le centre médico-sportif. Il a en charge les comptes de
fonctionnement de la PMI et du CPEF (1 ETP depuis 2002).
D’un coordinateur dentaire en 2005 (0,77 ETP)
D’un coordinateur médical en 2006 (0,65 ETP)
D’un coordinateur médical en charge de la PMI - santé de l’enfant (0,54 ETP)
D’un référent dentaire sur la gestion des cabinets dentaires et du laboratoire de
prothèse. 2008 (0,22 ETP)
Ces praticiens sont placés sous la responsabilité du médecin directeur.
L’équipe a été renforcée avec la mise en place d’un poste de référent utilisateur informatique
en 2011 dans le cadre du déploiement du projet informatique (cf infra Chapitre VI. D. 1).
Création d’un poste de médiateur santé en 2011 : Il intervient auprès des usagers des centres
de santé et des bénéficiaires des actions de prévention lorsqu’il existe des problématiques
sociales entravant l’accès à la santé.
Au cours de ces dernières années des profils de poste ont évolué substantiellement.
• Création du poste responsable des accueils suite au départ à la retraite d’un agent
• Création du poste régie- recette suite au départ d’un agent administratif. Ce poste est
en cours d’évolution. Cf. plus loin projet interface et création d’une régie unique.
La gestion du tiers payant :
Le service, composé d’un responsable et d’un technicien, ainsi que d’un renfort pour quelques
mois, gère 2,5 millions d’euros chaque année. Ce service repose sur 2 agents.
Projet de service V2
82
Juillet2011
A lui seul, le service gère 65 000 factures en direction des organismes d’assurance maladie et
11 000 factures en direction des organismes d’assurance complémentaire.
Objectifs
Faciliter le suivi des virements des organismes d’assurance obligatoire et
complémentaire
Diminuer le délai entre la date des soins et la date de facturation pour un
remboursement plus rapide et un meilleur suivi
Faciliter l’accès aux soins des patients en proposant un panel plus important de
mutuelles conventionnées
Moyens
Passer des conventions électroniques avec les mutuelles afin de faciliter la
facturation par voie électronique et, si possible, les retours électroniques pour
optimiser le suivi
Faciliter le suivi des virements grâce à une interface entre logiciel métier et
logiciel comptable
Décentraliser en partie la gestion du tiers-payant (télétransmission dans les
différents sites ; gestion des virements et rejets par la cellule tiers-payant)
Travailler dans le sens d’une régie unique recevant à la fois les recettes des
patients et les recettes des organismes de sécurité sociale et de mutuelles via un
compte de dépôt associé, afin d’améliorer le suivi des virements qui arrivent
actuellement directement sur le compte du Trésor Public
Projet de service V2
83
Juillet2011
VII. LES PROJETS DU SERVICE DE LA SANTE
A. Mise en place du logiciel de dossier médical informatisé et de
gestion du tiers-payant
Les centres de santé ont une organisation des soins qui permet, autour d’un dossier médical
commun entre les praticiens, une prise en charge en médecine de premier recours,
articulée avec une équipe pluri-disciplinaire et un plateau technique de base. Ce dossier
médical est pour la dernière année sous la forme papier, le conseil municipal ayant voté le 19
octobre 2010, un financement pour l’acquisition en novembre 2010 d’un logiciel médical
spécifique aux centres de santé pluridisciplinaire, en interface avec le logiciel de tiers payant
Le service de la santé était auparavant muni du logiciel Lisa (société Infosanté) qui gérait : le
dossier administratif du patient, les plannings de rendez-vous, la facturation au patient et son
règlement, la facturation aux organismes de sécurité sociale et de mutuelles.
Depuis le 2 Mai 2011, le service déploie un nouveau logiciel, ActeursCS (société Aatlantide)
qui couvrira à terme, en plus des fonctionnalités auparavant déployées sur Lisa, le dossier de
soins du patient (dossier médical, soins infirmiers et dossier dentaire).
a. Les objectifs du projet
Objectifs conventionnels avec l’Assurance Maladie
Le dispositif Sesam-Vitale 2 est devenu obligatoire dans le cadre de notre convention avec
l’assurance maladie ; il permet notamment d’assurer une transmission par voie électronique
des feuilles de soins des patients auprès de la sécurité sociale en mode sécurisé et quotidien.
Cette version plus récente (au lieu de la 1.4 actuelle) assurera une télétransmission
automatique vers l’ensemble des organismes d’assurance maladie. Le remboursement pour
nous et les usagers sera plus rapide. Ce sont 65 000 factures annuelles, soit environ 5 600
factures mensuelles qui sont transmises vers les caisses de sécurité sociale ainsi que 11 000
factures annuelles vers les mutuelles.
Objectifs de gestion
Ces objectifs sont multiples : alléger les charges administratives liées à la gestion du dossier
médical papier, améliorer la traçabilité des factures et des rejets de factures, améliorer la
gestion des rendez vous, renforcer les outils de coordination et de partage multiprofessionnels, diminuer les coûts liés à l’achat des ordonnances.
Objectifs de suivi des recettes
Les centres de santé encaissent actuellement 2,5 millions d’euros dont 700 000 euros de
recettes patients (le reste émanant des organismes de sécurité sociale et de mutuelles). Le
suivi de ces recettes est actuellement très difficile par l’absence d’interface avec la chaine
comptable.
Objectifs de qualité de soins et de prévention
Le dossier médical et dentaire ainsi que le dossier de soins infirmiers apporteront de nouveaux
outils pour améliorer le suivi médical des usagers (outils d’aide à la décision, alerte sur les
examens de prévention à réaliser, sur les vaccinations ; éducation thérapeutique des patients ;
Projet de service V2
84
Juillet2011
meilleure gestion des examens complémentaires des dossiers). Il permettra des échanges avec
d’autres professionnels de santé dans la perspective du dossier médical partagé ainsi que la
réception des résultats d’analyse biologique via une messagerie sécurisée.
Objectifs épidémiologiques et de recueil d’activité
Le logiciel permettra de suivre des indicateurs de santé en lien avec nos programmes de
prévention et avec l’Observatoire Local de la Santé, en fournissant les indicateurs annuels
dont nous avons besoin dans le cadre de l’expérimentation des centres de santé de Nanterre
pour les Nouveaux Modes de Rémunération lancée par l’Agence Régionale de Santé (environ
100 000 euros par an).
b. Les moyens humains
Le pilotage du projet
Une chef de projet utilisateurs (auparavant infirmière au Centre Médico-Sportif), a été
nommée, aux côtés des chefs de projets administratif (directrice administrative des centres de
santé) et médical (médecin coordinateur).
Au sein de la direction de la santé, elle pilote la mise en œuvre du logiciel.
Ses missions principales sont :
Organiser le paramétrage de l’application
Organiser les formations du personnel
Piloter le déploiement du logiciel
Piloter la mise en production du logiciel
Accompagner au quotidien les utilisateurs et faire remonter les difficultés
rencontrées auprès du prestataire informatique
La formation
Avant chaque étape du déploiement, il est prévu une journée de formation dispensée aux
référents, suivie de plusieurs jours de formation des utilisateurs, selon leur profil (secrétaires
d’accueil, praticiens, gestionnaire du tiers-payant, régisseur…).
c. Le déploiement
Le déploiement se réalise d’abord dans un site pilote, le site Maurice Thorez (CMS et PMI),
puis dans l’ensemble des autres sites.
Les fonctionnalités sont également développées par ordre :
Etape 1 : dossier administratif, facturation au patient, encaissement, facturation
aux organismes d’assurance maladie obligatoire et complémentaire
Etape 2 : gestion des plannings de rendez-vous
Etape 3 : dossier médical et infirmier
Etape 4 : dossier dentaire
Chaque phase de déploiement est précédée d’un audit de paramétrage avec le prestataire,
d’une formation des référents puis des utilisateurs. Enfin, le formateur est présent sur place
lors du démarrage de chaque site.
Projet de service V2
85
Juillet2011
d. Les nouvelles procédures mises en place à l’arrivée du logiciel
Le travail réalisé sur le paramétrage et les questions auxquelles nous avons été confrontés
depuis le début du déploiement, donnent lieu à de nombreuses réflexions et décisions sur les
procédures internes de la direction :
Le circuit du patient
Réorganisation du circuit pour améliorer :
- La fonctionnalité du circuit
- Vérifier la concordance des données de couverture maladie sélectionnées par l’accueil et
ajouter directement les actes effectués lors de la consultation pour diminuer les rejets de
sécurité sociale
Réflexion sur la mise en place d’une régie de recettes unique
Actuellement, existe une régie de recettes par centre. L’existence d’une seule régie, au lieu de
4, permettrait à un patient qui a des impayés dans un centre, de les régler dans un autre centre.
Cela nécessitera une évolution des responsabilités et du profil de poste du régisseur titulaire.
Réflexion en cours sur la gestion en régie des recettes sur les organismes :
Aujourd’hui, les virements sont effectués sur un compte du Trésor Public et font l’objet d’un
titre de recette global en régularisation ; le virement sur un compte de dépôt de la régie
permettrait de suivre les recettes de chaque journée comptable pour chaque organisme.
Une gestion décentralisée du tiers-payant
Jusqu’à présent, l’intégralité de la facturation est adressée par le responsable tiers-payant ;
avec le nouveau logiciel, les feuilles de soins seront télétransmises par chaque centre une fois
par jour. Le suivi global des virements et des rejets sera assuré par la cellule tiers-payant.
Réflexion sur l’impact du projet sur le personnel d’accueil
Le projet va entraîner des modifications relativement importantes dans l’organisation de son
travail. Ces évolutions ont été anticipées dans les fiches de poste validées par le CTP en Mai
2009 et par des formations bureautiques du personnel concerné.
Des tâches vont disparaitre au profit d’autres :
En moins : l’arrivée du dossier médical informatique va
supprimer toutes les manutentions liées à la nécessité de sortir et
de ranger les dossiers médicaux papiers et de ranger les
examens complémentaires
En plus : scanner des documents (les examens complémentaires,
compte rendus d’hospitalisation…), saisir des courriers de
comptes rendus de consultation notamment pour les spécialités
médicales
B. Programme de développement de la qualité de l’accueil
La qualité de l’accueil est un des objectifs prioritaires de la direction de la santé.
Projet de service V2
86
Juillet2011
Etre bien accueilli au téléphone ou au centre, être informé correctement des possibilités
d’accès aux soins est un élément essentiel, notamment pour les patients qui rencontrent des
difficultés dans la démarche de soins.
L’accueil est la première image qu’ils ont du centre de santé et cette image va conditionner en
partie la réussite de leur parcours de soins.
a. Moyens humains
Au total, la direction gère :
4 structures de soins (2 centres de santé polyvalents, 1 centre dentaire et 1 centre
médico-sportif)
18 secrétaires
6 accueils (le CMS Thorez ayant 3 accueils distincts en médical, dentaire, radiologie)
La dispersion géographique des accueils, notamment sur le site Thorez, ne facilite pas la
cohérence de gestion et d’harmonisation des pratiques.
b. Mise en place de la polyvalence
Afin de permettre la permanence du service en période de sous-effectifs, la direction a mis en
place une polycompétence dès l’année 2009:
Interservices : entre service médical, service radiologie et service dentaire
Intercentres : entre CMS Thorez, du Parc, des Pâquerettes, voire CMSportif
Cette polycompétence s’accompagne pour les secrétaires d’un enrichissement de leurs
fonctions, parallèlement à la formation aux saisies de comptes rendus de radiologie,
auparavant réalisées par les manipulatrices en radiologie.
c. Mise en place de groupes de travail sur la qualité de
l’accueil
En 2009, la direction a décidé de mener des groupes de travail sur le développement de la
qualité de l’accueil, accompagnés par un psychsociologue.
Objectifs des groupes
• Associer le personnel concerné par l’accueil (secrétaires médicales,
infirmières, assistantes dentaires, manipulatrices radiologie, médecin) à des
groupes de travail, afin de mettre à plat nos pratiques professionnelles et de les
harmoniser
• Elaborer des procédures communes écrites
• Elaborer une charte accueil (droits et obligations du patient et du CMS) et d’un
livret d’accueil (pour les secrétaires)
Thèmes des réunions
• Accueil téléphonique
• Accueil physique, gestion des retards et de l’absentéisme
• Gestion des rendez-vous et de l’ouverture des agendas
• Gestion de la liste d’attente et des urgences
• Traitement des impayés, échéanciers de paiement, accueil des patients sans
justificatif
• Protocole avec médecin traitant, gestion des rejets
• Archivage, classement des dossiers, secret professionnel
Projet de service V2
87
Juillet2011
•
•
•
Gestion des remplacements et polyvalence
Temps de travail, journée continue, horaires d’ouverture
Communication auprès des usagers et entre les services
Cf Synthèse des groupes de travail sur l’accueil en annexe
d. Définition de procédures harmonisées
Au cours des réunions, nous avons pu établir une liste de difficultés régulièrement rencontrées
dans les accueils, ainsi que des propositions d’amélioration.
Ces propositions ont ensuite été validées selon les cas par la direction, l’élu à la santé.
Elles ont donné lieu à des protocoles écrits et diffusés dans tous les centres, donnant ainsi aux
secrétaires une conduite à tenir dans des situations variées telles que :
Patients en absence non excusée
Patients en retard
Patients en impayés et demandant un nouveau rendez-vous
etc
e. Formation du personnel
La direction s’attache à définir des formations de groupe où les secrétaires peuvent réfléchir
en commun sur leur pratique.
Plusieurs thèmes prioritaires sont identifiés :
Respect du secret professionnel
Droits et obligations des fonctionnaires
Accueil des personnes en situation d’agressivité
Couvertures sociales et parcours de soins
C. Conférence Locale de Santé
S’enrichir de la participation des habitants d’une manière continue
Différentes expériences ont été menées au sein du service santé pour associer les acteurs et les
habitants aux actions du service, tels que les diagnostics santé menés dans les Zones Urbaines
Sensibles sous l’égide de l’Atelier Santé Ville ainsi que la préparation, l’animation et
l’évaluation des Rencontres santé d’avril 2010.
Dans le cadre du conseil local en santé mentale un groupe usagers a été mis en place avec
pour objectif de favoriser l’insertion du malade en santé mentale dans la ville au travers de ses
différents services publics.
L’implication des groupes de femmes des centres sociaux pour l’élaboration des Rencontres
Santé et ce dès le début montre que cela génère une interaction très dynamique entre les
citoyens et les professionnels. Cela a contribué à la réussite de ce projet avec une forte
présence d’une partie de la population peu présente habituellement dans ce genre de
rencontre. L’éclairage apporté par le savoir profane des citoyens permet de révéler des leviers
d’actions pour améliorer l’impact de nos programmes de santé (dépistage du cancer du sein).
Cependant ces actions montrent également la difficulté à obtenir une réflexion collective dans
la continuité
Projet de service V2
88
Juillet2011
Diverses difficultés ont été recensées :
- Comment dépasser la parole personnelle et construire une parole collective ?
- Comment maintenir la mobilisation dans la durée ?
- Comment toucher les personnes les plus isolées des actions de prévention et du soin et
à fortiori des outils classiques de la démocratie et de la participation citoyenne ?
- Comment associer une parole collective citoyenne qui ne se limite pas aux leaders
d’opinions habituels ?
- Comment, parmi les instances de concertation, repérer et déjouer les jeux d’acteurs et
les prises de pouvoir ?
- Comment prendre en compte les « temps » différents de la participation citoyenne (sur
la durée), du politique (du mandat), du professionnel.
Nous cherchons à renforcer la participation citoyenne pour l’intégrer de manière durable à
l’animation de notre politique publique de santé pour cela nous proposons de mener une
expérimentation dans le domaine de la participation citoyenne avec comme ambitions de :
- favoriser la démocratie sanitaire
- construire le futur contrat local de santé (un des 104 engagements municipaux)
- constituer un comité d’usagers du service santé
- contribuer à l’évaluation mi-mandat
Le projet comprendra plusieurs étapes :
Mobiliser des groupes homogènes
Programmer une conférence locale de santé
Suivi des engagements : engagements qui seront à déterminer
D. Communication en direction des Nanterriens
Objectifs
Revoir (sur le fonds et sur la forme) l’information diffusée aux habitants
Diversifier les supports de communication afin de toucher le plus grand
nombre d’habitants
Moyens
Plaquettes de communication sur les activités du service (réalisées en 2009)
Site internet : refonte complète su site web de la ville afin de le rendre plus
attractif, de proposer des services en ligne etc
Articles dans Nanterre info et web TV
Affichages dans les salles d’attente
Projet de service V2
89
Juillet2011
E. Rénovation des locaux des centres de santé
1. Modernisation du centre de santé Maurice Thorez
La modernisation et l’agrandissement du centre municipal M Thorez est l’un des objectifs de
ce mandat. Le projet prévoit l’intégration de l’espace santé Jeunes et du service prévention
dans les nouveaux locaux.
Actuellement le Centre de Santé Thorez est situé 18 rue Maurice Thorez. Cet équipement
comprend deux maisons de ville anciennes réaménagées et des préfabriqués sur une surface
d’environ 1360 m2.
Synthèse de la problématique
• Les locaux de Maurice Thorez ne répondent plus actuellement aux normes d’accueil :
1. Accueil des personnes handicapées impossible dans la plupart des bâtiments :
dentaire, médical 1er étage, radiologie, planning familial.
2. Mauvaise organisation fonctionnelle des espaces.
• L’organisation des espaces de travail pour les salariés des centres (praticiens et
administratifs) n’est pas satisfaisante : locaux exigus, entassement de matériel,
mauvaise isolation.
• Certains services sont situés dans des préfabriqués ne permettant pas l’accueil du
public dans des conditions de qualité thermique et acoustique.
• Le service prévention installé faute de place dans des locaux loués au chemin de l’île
pourrait être situé avec les services administratifs.
• Sur le plan organisationnel et des coûts salariaux, la multiplicité des accueils sur le site
nécessite un pool important de secrétaires pour organiser les équipes.
Intégrer le service prévention et l’ESJ :
Actuellement le service prévention est dans des locaux loués par la municipalité, rue Ernest
Renan et l’Espace Santé Jeune est dans des locaux rue impasse du chemin de fer.
L’étude de faisabilité à mener devra chercher à intégrer ces services afin d’en faciliter
l’organisation du travail au point de vue fonctionnel. De nombreux dossiers sont partagés tout
au long de l’année par les deux équipes : animations dans les écoles et associations, PEL,
fêtes de quartier, ERE, Pôle animation, semaine santé etc.
Le regroupement des équipes sur un même site favoriserait :
- Une capitalisation des ressources du service et une meilleure complémentarité.
- Elle éviterait des allées venues permanentes entre les deux sites source de perte
de temps.
- Le loyer du service prévention est élevé : 38 000 € annuels.
- Amélioration du suivi des dossiers et des actions en cours.
- L’accueil du public à l’ESJ
Le regroupement avec le service prévention permettrait une :
o Amplitude horaire plus large ;
o Amplitude annuelle (diminution des jours de fermeture par manque de
personnel) ;
o Qualité fonctionnelle de l’accueil avec meilleure confidentialité.
Le projet est prévu sur l’emplacement actuel avec une intégration dans le site des anciennes
mairies.
Les Pâquerettes :
Projet de service V2
90
Juillet2011
Le centre de santé est l’un des plus anciens équipements municipaux des quartiers.
Il comprend 2 services :
La PMI avait un rôle essentiel dans la vaccination et le suivi et le dépistage des maladies
infantiles au temps des bidonvilles. Elle jouait aussi un rôle social, veillant au développement
harmonieux de l’enfant, organisant la distribution de lait pour les bébés
Un fauteuil dentaire avec de l’omnipratique et de l’orthodontie.
Ce centre est en recherche de sens et de projet.
Il est situé dans un quartier où nous observons beaucoup d’indicateurs de précarité. La
vulnérabilité des familles et donc des enfants est élevé. Or on sait que les déterminants de
santé impactent dès le plus jeune âge la santé des futurs adultes.
Un projet se dessine qui pourrait s’inscrire dans le plan de renouvellement urbain du quartier
en faisant évoluer ce centre vers un centre mère –enfant. Nous prévoyons de répondre à
l’appel d’offre en cours Politique de la Ville
Les locaux d’architecture vieillotte ont bénéficié de quelques amélirations. Cependant au vu
de la configuration et de la non adéquation aux besoins actuels il est envisagé de profiter
d’une des opérations d’aménagement urbain dans le cadre du PRUS du Petit Nanterre pour
déménager les locaux.
F. Partenariats du service de la santé
1. Transversalité municipale
Le service de la Santé a développé de nombreuses actions transversales impliquant d’autres
services municipaux :
•
Jeunesse :
Espace Santé Jeunes, Coordination « ÉTÉ », Préparation au départ
•
CCAS :
Plan Départemental Insertion, Handicap, personnes âgées, CLIC
•
Petite Enfance :
Crèches
•
Enseignement :
EPS écoles élémentaires, dyslexie, collège, IME,
•
Vie des quartiers :
Fêtes de quartiers, diagnostics santé, femmes sans frontières
•
Sports :
Centre médico-sportif
•
Personnel :
Ecole du dos, aide aux victimes, forums retraite, santé mentale, vaccinations
antigrippe, Journée de la femme, Lutte contre les addictions
Projet de service V2
91
Juillet2011
•
Environnement :
Surveillance du saturnisme, santé et environnement
Préparation du Plan Communal de Sauvegarde
Participation à la cellule de veille canicule
•
Relations internationales
Bilans diagnostics et soins au cours de l’accueil d’un groupe d’enfants sahraouis
(Camps de réfugiés en Algérie) depuis 2007
Accompagnement au développement d’un programme de prévention buccodentaire à
Villa El Salvador (Pérou)
Partenariat avec les promotrices de santé de la Ville de Villa El Salvador
2. Partenaires extérieurs
Les actions de Santé du service s’appuient sur de nombreux partenaires dans les champs de la
santé, du social, du monde éducatif et professionnel.
a. Structures Nanterriennes
Mission locale : Espace Santé Jeune
Centres de formation : Espace Santé Jeune
Foyers Aftam et ADOMA : programme santé des résidents
Ecoles collèges et lycée : programme santé dans les écoles
Associations de la ville : pour l’ensemble des programmes
b. Structures départementales :
Pour l’ensemble des programmes développé par le service de la santé:
•
CPAM
•
Conseil général
•
ARS et services de l’Etat
•
Rectorat : programme santé dans les écoles élémentaires
•
Université paris X : Laboratoire de géographie de la Santé réalisée
dans le service
•
Faculté de médecine de Bichat : Les CMS de Nanterre sont de lieux
agréés de stage pour les internes de médecine générale.
Avec le projet des nouveaux modes de rémunération, le service de la santé
a intégré un groupe de travail sur les modalités de recueil des indicateurs
sanitaires
•
Projet de service V2
IFSI de Nanterre : Les infirmeries et les structures d’accueil du
service prévention (ESJ et CMSportif) sont reconnues comme terrain
de stage.
92
Juillet2011
c. Avec les autres professionnels de santé du territoire :
La collaboration avec les professionnels de santé du territoire se retrouve de plusieurs façons.
Cette collaboration entre les professionnels de santé de disciplines différentes (médecins,
pharmaciens, infirmiers, …) s’applique :
- dans le domaine du soin aux patients (échanges de données, le patient est
informé de ces échanges, ..)
- sur des aspects de formation commune ou d’échanges sur l’évolution de loffre
de soins.
Avec l’hôpital :
Vacations de médecins de l’hôpital de Nanterre exerçant au sein des centres de
santé municipaux, dans le cadre de convention.
(Consultations de psychiatrie, d’alcoologie, de rhumatologie, médecine in terne,
…)
- Adhésion aux réseaux implantés sur la Ville (Diabète 92, ASDES) et
collaboration autour des patients avec les professionnels adhérents.
- Projet de télémédecine : Echanges d’images de la rétine réalisées par les
infirmières de Nanterre et interprétées par les ophtalmologues du service
d’ophtalmologie de l’hôpital de Nanterre. Le principal obstacle au démarrage
de ce projet a été longtemps le transfert des images via un réseau sécurisé dont
le coût n’est pas négligeable. L’arrivée des messageries sécurisées promises
par le Conseil de l’ordre devrait solutionner ce problème.
-
-
Réflexion sur la prise en charge des personnes âgées de la Ville et les
possibilités de réduction des hospitalisations urgentes
-
Organisation de la journée Ville-Hôpital. Sur le mode d’une journée « porte
ouverte », les professionnels des centres de santé de la Ville et ceux de
l’hôpital réalisent des dépistages bucco-dentaires, des facteurs de risque cardiovasculaires, … délivrent des informations sur l’offre des soins (où se faire
soigner après le dépistage), sur les facteurs environnementaux et
comportementaux influant la santé,…
Une rencontre avec les professionnels de santé est aussi proposée aux jeunes
pour faire découvrir les métiers de la santé.
Avec les libéraux de la Ville
-
Vacations de médecins libéraux exerçant au sein des centres de santé
municipaux.
-
Participation des médecins du centre de santé aux réunions de l’Amicale des
médecins libéraux de la Ville de Nanterre et subventionnement de cette
association par la Ville.
Réflexion avec les responsables sur la permanence des soins sur la Ville.
-
Projet de service V2
93
Juillet2011
-
Réflexion sur la prise en charge des personnes âgées et les possibilités de
réduction des hospitalisations urgentes
-
Communication du service de la santé sur les besoins sanitaires de la ville et
l’offre de soins proposés par l’ensemble des professionnels de la Ville.
Interventions du service de la santé au cours des EPU.
-
Avec les médecins conseils de la CPAM
-
Communications téléphoniques avec les médecins conseils de la CPAM. Et
échanges direct au moins jusqu’en décembre 2010
G. Publications et comunications de la direction de la santé
La Direction du Service de la Santé s’est engagée depuis de nombreuses années dans une
action de communication à orientation professionnelle dans le secteur. Celle-ci s’est renforcée
dans cette dernière période.
Cette action est essentielle pour :
•
Obtenir une légitimité institutionnelle à notre action.
• Faciliter les contacts pour les actions en réseau.
En outre, elle participe au rayonnement général de la Ville et à l’action de sa Municipalité.
Principales communications institutionnelles:
•
Congrès annuel des Centres de Santé :
Interventions tous les ans sur différentes thématiques
•
Observatoire Local de la santé : Bruxelles
Johan Verstraeten, mai 2011
•
Institut Théophraste Renaudot Conseil local en santé Mentale Toulouse
Dr Hélène Colombani, Mme Lucie Ramboux Juin 2010
•
CNFPT : Elaborer une Politique de Santé Equitable. L’exemple d’une ville de
90 000 habitants : Dr Hélène Colombani, octobre 2010
•
ETS 2010 Strasbourg Politique Locale de Santé à Nanterre Quels outils pour les
Contrats locaux de santé.
Dr Hélène Colombani, Médecin Directeur. Novembre 2010
•
DIU Santé mentale dans la communauté: ASV et Conseil local en Santé Mentale.
Même enjeux ?
Dr Hélène Colombani Janvier 2010 hôpital Ste Anne Paris.
•
4e Colloque International sur le Programmes Locaux et Régionaux de Santé
Ottawa juin 2011
Deux communications présentées par le Service de la Santé de Nanterre :
Dr Hélène Colombani, Médecin Directeur : Comment favoriser l’accès à la
santé des jeunes en situation de vulnérabilité : l’expérience de l’Espace Santé Jeune ».
Projet de service V2
94
Juillet2011
Mr Cyril Michaud, responsable du service prévention santé : «La coordination
intersectorielle en santé mentale l’exemple du conseil local en santé mentale à
Nanterre ».
H. De nouveaux dispositifs
a. Participation du service de santé à des travaux de recherche
Les centres de santé de Nanterre ont participé aux projets :
•
•
EPIDAURE-CDS piloté par la fédération nationale des centres de santé (FNCS) en
collaboration avec l’Institut de recherche et de documentation en économie de la santé
(IRDES) Cf ci-dessus page 18
Enquête OMS Santé mentale avec le Centre Collaborateur OMS pour mesurer les
prévalences des principaux troubles psychiatriques et la représentation de la maladie
mentale.
L’accueil des internes de médecine générale, de stagiaires d’autres formations (Instituts de
soins infirmiers, masters de géographe de la santé, étudiants sages femmes) offre des
possibilités de travaux de recherche ou de fin de d’études qui peuvent aussi servir à
réfléchir à l’évaluation des programmes en cours ou à développer.
Actuellement une thèse de médecine générale est en cours sur la perception et l’intérêt que
portent les professionnels de santé du territoire à l’éducation thérapeutique et en particulier
suite à la mise en place de l’école du souffle. Cette thèse est menée par Mme Gail Sophie et
dirigée par le Docteur Colombani Hélène médecin de santé publique Egalement un mémoire
de maîtrise de géographie de la santé a été réalisé sur la Ville de Nanterre.
b. Participation à la formation des professionnels de santé
Il s’agit d’externes (depuis 2008), internes en médecine générale (depuis 2004), élèves
infirmiers, diététiciens, psychologues.
Les centres de santé constituent un terrain de grand intérêt de par sa multidisciplinarité. Les
internes et infirmières participent dans le cadre des conventions de stage signées avec la
faculté Diderot (Paris VII) ou avec l’IFSI de Nanterre aux soins. Ils sont invités aussi à
participer aux actions de prévention ponctuelles. Par la multidisciplinarité de l’équipe et les
différentes pratiques de soins des centres de santé, les stagiaires sont sensibilisés à l’intérêt du
travail coordonné et formés à l’éducation thérapeutique. Les stagiaires auront un aperçu des
évolutions actuelles ou imminentes de leur futur exercice professionnel.
c. Un chef clinique en médecine générale
Elle consulte depuis novembre 2010. Elle participe à la réflexion sur la coordination externe
au niveau territorial. Ses fonctions d’enseignante chercheur facilitent l’encadrement des
internes et donneront un dynamisme supplémentaire au suivi et au recueil des indicateurs des
programmes développés dans le cadre du module 2 et 3.
Projet de service V2
95
Juillet2011
d. Partage de l’information médicale et télémédecine
Un dossier commun papier existe déjà partagé par les professionnels médicaux.
Le service de santé s’engage à mettre en place un système d’information constitué de
plusieurs applications métiers communicantes. Le dossier médical sera mis en place dans
toutes les structures du service santé et sera dès lors partagé par l’ensemble des médecins,
des paramédicaux, des chirurgiens dentistes, des radiologues selon des droits définis. La
confidentialité et la sécurité des données personnelles de santé informatisées sont déjà
organisées et garanties.
L’hébergement des données médicales sera réalisé selon le cahier des charges de l’ASIP
devenu obligatoire depuis mars 2010 par un hébergeur agréé.
A ce dossier de soins partagé sera joint une messagerie sécurisée facilitant le partage
d’informations des professionnels autour d’un même patient. Parallèlement au déploiement de
ces nouvelles modalités de partage de l’information, est prévu le recueil du consentement
des patients et l’accès aux données de son dossier. Les professionnels sont sensibilisés à
l’importance du maintien du secret médical et plus largement au secret professionnel avec ces
nouvelles modalités d’échange.
e. Intégration des nouveaux modes de rémunération dans le
fonctionnement des centres de santé
En 2010, la ville de Nanterre par le biais de son service municipal de santé a répondu à
l’appel d’offre de l’ARS concernant les nouveaux modes de rémunération. Son projet a été
retenu et une convention a été signée avec date d’effet au mois de mai 2011. Nous avons
conventionné pour les modules 1(coordination des soins) et 2 (éducation thérapeutique) de
l’appel d’offre.
Cette phase sera accompagnée de relations à construire avec la Nouvelle Agence Régionale de
Santé d’Ile-de-France, signataire des contrats locaux de santé.
La mise en œuvre toute récente est suivie en interne par un comité de pilotage : Le suivi de
l’ensemble des projets élaborés dans le cadre de l’expérimentation des nouveaux modes de
rémunération sera assuré par un comité de pilotage pluri professionnel comprenant le médecin
directeur, la responsable administrative, le responsable du service prévention, le médecin
coordinateur, le médecin coordinateur petite enfance, le dentiste coordinateur, l’infirmière
cadre et le responsable de l’Observatoire Local de la Santé.
Ce comité de pilotage aura pour missions :
•
•
•
•
•
•
•
•
de suivre l’écriture des projets,
de veiller à la cohérence par rapport au projet de service
de veiller à la mise en œuvre dans le respect du cahier des charges
de veiller à l’adhésion de l’ensemble de l’équipe des centres de santé,
d’organiser l’évaluation du projet en lien avec l’équipe PROSPERE et notamment le
suivi des indicateurs.
A informer les patients de l’expérimentation des nouveaux modes de rémunération,
notamment sur la coordination et la continuité des soins
de veiller à l’information des patients par rapport à l’expérimentation
Développer les programmes selon les conditions fixées au préalable.
Projet de service V2
96
Juillet2011
f. Elaboration du Contrat Local de Santé
Après une phase de définition des modalités du projet en interne (2010), le contrat local de
santé va rentrer dans une phase d’élaboration sur la base d’un processus participatif citoyen
permettant de valider et de partager les priorités de santé locales.
g. Projet d’adhésion au label des villes santé de l’OMS
Le bureau municipal a validé début juillet 2011 le projet d’adhésion au réseau ville santé
OMS . Nous allons démarrer dès septembre la procédure de demande d’adhésion).
La définition d’une Ville-Santé :
- Les villes santé présentent les caractéristiques suivantes :
- améliorent constamment la qualité de leur environnement,
- favorisent le développement d’une communauté solidaire et qui participe à la vie de la
cité,
- agissent en faveur de la santé de tous et œuvrent pour une réduction des inégalités,
- développent une économie diversifiée et innovante,
- favorisent pour chacun l’accès à la culture et essaient de donner à chacun la possibilité
de réaliser son potentiel de créativité.
►Le réseau villes-santé en France :
- Au total 72 villes et 3 communautés d’agglomérations sont adhérentes au réseau
villes-santé OMS ; toutes les régions sont représentées, et en Ile-de-France, neuf villes
en sont membre : Aulnay-sous-bois (93), Boulogne-Billancourt (92), Conflans-SainteHonorine (78), Corbeil-Essonnes (91), Evry (91), Le Blanc Mesnil (93), Orly (94),
Saint-Denis (93) et la Communauté d'Agglomération de Saint-Quentin en Yvelines
(78).
► Intérêts pour la ville de bénéficier du label Villes santé OMS
- Les activités du réseau permettent aux villes adhérentes :
- d’échanger leurs expériences locales et leurs outils de promotion de la santé;
- de travailler dans le cadre de conventions avec la Direction Générale de la Santé,
- d’organiser des journées de réflexion, de formation, des colloques nationaux et
internationaux autour de grandes thématiques de santé publique en relation avec
l’actualité,
- de divulguer au plus grand nombre les principes de la Charte d’Ottawa et de la Santé
pour tous,
- d’entretenir un lien privilégié avec l’Organisation Mondiale de la Santé.
► Les obligations liées à l’obtention du label
- L’adhésion au réseau requiert certains engagements de la part de la ville comme :
Projet de service V2
97
Juillet2011
-
le respect des valeurs du réseau,
la volonté de répondre aux besoins essentiels des citoyens (eau, nourriture, logement,
travail, sécurité, statut social),
la qualité de son environnement,
la force de son tissu social,
l’utilisation la meilleure possible des ressources naturelles,
la richesse de la vie culturelle,
la vigueur et la diversité de son économie,
les conditions d’accès aux services publics et privés,
le degré de contrôle que les habitants exercent sur les décisions qui les concernent,
Pour adhérer au réseau, la collectivité doit rédiger une lettre sollicitant l’intégration ; un
dossier est étudié par une commission d’agrément suivi d’une audition.
Nous allons démarrer dès septembre la procédure de demande d’adhésion.
Projet de service V2
98
Juillet2011
VIII. LE BUDGET DU SERVICE DE LA SANTE
A. Les soins dans les CMS : une activité aux ressources propres
L’activité de soins des Centres de Santé a des ressources propres de deux natures :
•
Le prix des consultations réalisées au tarif conventionné de secteur I, avec
bénéfice du tiers payant pour les patients.
•
Les subventions de fonctionnement pour les activités de soins et de prévention
spécifiques réalisées par délégation (PMI et CPEF (planning familial) pour le
compte du Conseil Général), le CDAG et les vaccinations (Etat).
•
Le remboursement d’une partie des charges sociales des praticiens (Loi
Teulade : environ 200 000 euros chaque année)
L’ensemble de ces ressources propres ne couvre pas l’ensemble des frais de fonctionnement
pour plusieurs raisons :
•
Une partie de nos activités de soins sont des soins spécifiques incluant de la
prévention et de l’éducation et dans ces conditions les tarifs conventionnés
sont souvent inadaptés à la longueur des consultations. 32,45 % de patients en
CMU et 4,17 % en AME et 22 % de patients pris en charge pour une affcetion
longue durée.
•
Les populations à risques reçues dans les CMS prennent également des temps
de consultation plus longs.
•
Les choix de modération tarifaire pour les prothèses dentaires afin de permettre
un accès aux plus grand nombre.
•
L’effet taille des CMS, les modes de gestion publique, la gestion des tiers
payants, mobilisent des coûts fixes incompressibles importants de structure et
de gestion générale. Ces coûts fixes doivent donc être amortis sur un volume
suffisant d’activités avec marge brute positive.
Dans ce contexte et avec le souci constant de limiter la charge pour le budget municipal, le
Service de la Santé a mené depuis sept ans et renforcé ces trois dernières années plusieurs
actions visant à réduire cette charge :
•
Sensibilisation des professionnels vacataires intervenants sur la production de
leurs consultations en les associant à la gestion de l’absentéisme de leurs
patients.
•
Informatisation des outils de gestion visant à améliorer l’efficacité du
traitement des procédures administratives et l’efficacité des secrétariats.
•
Développer des procédures de gestion afin d’éviter les rejets des organismes de
sécurité sociale
•
Redéfinir les conventions avec les mutuelles (avec possibilité de demandes de
remboursement électronique).
Projet de service V2
99
Juillet2011
Dépenses/recettes 2010
Dépenses en
personnel
5 980 000 €
Remboursement
charges
200 000 €
Dépenses de
fonctionnement
627 675 €
Recettes usagers
2 730 600€
Dépenses en
investissement
238 000
Autres recettes
302 350 €
Subventions
programmes de
Santé Publique
435 284 €
Total
6 846 675 €
Total
3 668 234 €
Écart
3 178 441 €
1 % Budget
ville
% dépense totale
42.8%
Les dépenses en personnel représentent 87 % des dépenses totales.
La différence entre les dépenses et les recettes correspond à 1% du budget municipal
B. Le budget prévention :
L’essentiel des programmes de Santé Publique mis en place par le Service Municipal de la
Santé font l’objet de recherches de subventions externes.
Les programmes de santé publique font l’objet de multiples recherches de financement, ce qui
génère une charge de travail pour le service.
En 2010, 7 financeurs différents ont été sollicités.
Tous les programmes en cours ont une contribution extérieure et la majorité des programmes
sont couverts par ces subsides allégeant le budget municipal.
Projet de service V2
100
Juillet2011
Les montants de subventions obtenus chaque année pour les actions de prévention santé
présente l’évolution suivante :
Répartition des crédits prévention par type de financeur, de dispositif
d'appel à projet et d'actions fiancées 2009 et 2010
Atelier Santé Ville - coordination
Santé mentale
obésité
Bucco-dentaire - enfants
Espace Santé Jeune - missions
Espace Santé Jeune - jeunes en insertion
Total Préfecture CUCS
CONSEIL GENERAL Atelier Santé Ville - coordination
Santé mentale
contrat
obésité
urbain de
Bucco-dentaire - enfants
cohésion
Espace Santé Jeune - missions
Sociale
Espace Santé Jeune - jeunes en insertion
total Conseil Général CUCS
CONSEIL REGIONAL Santé mentale
obésité
animation
Bucco-dentaire - enfants
Sociale
Espace Santé Jeune - jeunes en insertion
des quartiers
PREFECTURE
contrat
urbain de
cohésion
Sociale
ARS
crédits préventions
DDASS - ARS
crédits recentralisés
CRAMIF
CPAM
Saturnisme infantile
Espace Santé Jeune - jeunes en insertion
obésité
Bucco-dentaire - enfants
total PRSP
espace santé jeunes PAEJ
subvention vaccination
supplément vaccination rougeole et VHA
subvention CDAG
total DDASS
subvention CDAG
crédits FNPEIS école de l'asthme
Projet de service V2
101
2009
35000
pas de demande
pas de demande
7000
12000
3500
57500
0
pas de demande
pas de demande
14000
0
3000
17000
pas de demande
pas de demande
pas de demande
pas de demande
0
13000
6450
54500
20000
93950
12000
16000
0
32000
60000
49760
5300
55060
283510
2010
35 000 €
7 500 €
13 000 €
1 100 €
12 000 €
3 500 €
72 100 €
25000
7 500 €
12 000 €
14 000 €
0€
3 000 €
61 500,00 €
5 000,00 €
15 000,00 €
5 000,00 €
5 000,00 €
30 000 €
0,00 €
5 000,00 €
48 500,00 €
37 440,00 €
90 940,00 €
11 522 €
18 080 €
3 539 €
38 500,00 €
71641,00 €
51 153,00 €
6 950,00 €
57 950,00 €
384 131,00 €
Juillet2011
IX. CONCLUSION
Depuis 14 ans, le Service Municipal de la Santé a poursuivi et développé son action selon les
deux axes définis par la Ville :
L’accès aux soins pour compenser quantitativement et qualitativement les carences
du dispositif sanitaire local ou général.
La prévention pour relayer, réaliser auprès de la population Nanterrienne les
campagnes de santé souvent peu accessibles aux populations les plus défavorisées (pres de
50% des habitants en ZUS) et les adapter pour plus d’efficience.
L’accès aux soins :
Renforcement des spécialités peu accessibles à Nanterre pour des raisons démographiques
(manque de professionnels de ville) ou économiques (praticiens libéraux en secteur II)
Création de consultations thématiques multidisciplinaires pour une meilleure efficacité des
soins et de l’éducation des patients (Ecole du souffle, gérontologie, consultations infirmières,
diabétologie, tabacologie, psychothérapie clinique).
Une action reconnue par la population 15 874 nanterriens (17.3%) des Nanterriens
fréquentent les CMS dans la seule ’activité de soins. C’est le service le plus utilisé après
l’état civil et concerne toutes les tranches d’âge.
La prévention santé :
Mise en place d’un Service de Prévention permettant d’organiser et coordonner les actions
auprès de plus de 10 000 nanterriens chaque année.
Environ 15 programmes différents sont développés tous les ans sur des enjeux majeurs de
santé : dépistage des cancers, bucco-dentaire, nutrition et prévention prénatales, santé en
foyers Adoma, Santé mentale.
Des dispositifs transversaux au sein du service : Observatoire local de la santé, Atelier Santé
Ville, Conseil Local en Santé mentale
Une action multi partenariale
Transversalité municipale : neuf Services Municipaux mobilisés dans le cadre d’une
vingtaine d’actions.
Partenaires externes publics, associatifs, institutionnels, privés, mobilisés autour de chacun
des projets pour une plus grande efficacité et une meilleure économie.
Une communication renforcée
Le programme de communications du Service Municipal de la Santé légitime l’action et
favorise recrutements et partenariats. Dans les trois dernières années, communications du
Service dans sept évènements de Santé Publique (locaux, nationaux et internationaux)
Les programmes de Prévention sont toujours mis en œuvre avec la contribution de
subventions externes permettant d’en minimiser le coût pour le budget municipal.
2010 : 435 284 € de subventions externes obtenues pour les actions du Service de la Santé.
Perspectives
Continuer et asseoir la démarche qualité (accueil, soins, gestion tiers payant)
Optimiser la gestion du plateau technique
Terminer l’informatisation du service santé : dossier tiers payant, agenda, dossier médical,
dentaire ;
Projet de service V2
102
Juillet2011
Suivi des indicateurs pour les nouveaux modes de rémunération en lien avec l’Observatoire
local de la santé et la mise en place du dossier médical informatisé.
Modernisation des locaux : centre Thorez, centre des Pâquerettes
Continuer à développer les programmes santé et notamment le conseil local en Santé
Mentale ;
Adhérer au réseau Ville Santé Oms
Mettre en place les conférences locales de Santé
Signer un Contrat local de Santé avec l’ARS
Signe de reconnaissance par ses pairs, le Prix Jean-François Rey 2010 est attribué au Docteur
Hélène Colombani et à l’équipe du Centre Municipal de Santé de la ville de Nanterre (Hauts
de Seine).
« A l’heure où beaucoup réfléchissent aux formes nouvelles que doit
prendre la médecine de ville (travail en équipe, lien entre soins et
prévention, éducation thérapeutique, promotion de la santé, travail en
réseau, proximité et excellence), le jury, à l’unanimité, a choisi en 2010
d’honorer le travail qui est fait depuis des années à Nanterre.
Ce centre de santé qui inscrit son activité dans une démarche
dynamique, met en œuvre une politique de santé municipale pérenne au
service de l’accès de tous à des soins de qualité. A ce titre il est
exemplaire de ce que font les centres de santé sur tout le territoire et il
illustre de façon explicite le projet qu’ils proposent face à la crise que
traverse aujourd’hui le système de santé. »
Communiqué de presse de la Fédération nationale de formation continue et d’évaluation des pratiques
professionnelles des centres de santé. 3 octobre 2010
Projet de service V2
103
Juillet2011

Documents pareils

mai 2016 - Fête de la Nature

mai 2016 - Fête de la Nature de loisirs des Bizis par les enfants du centre de loisirs qui vous feront découvrir les travaux réalisés au sein du jardin. - Projection-débat -

Plus en détail