L`Algérie et les perspectives de développement dans le

Commentaires

Transcription

L`Algérie et les perspectives de développement dans le
L’Algérie et les perspectives de développement dans le secteur
des transports et de la logistique
Plan de la présentation :
-
Géopolitique et Environnement interne de l’Algérie
Secteur de Transport
Opportunités du marché Algérien pour les investisseurs étrangers
1. Géopolitique et Economie de l’Algérie :

-
Superficie de 2.381.741 Km²
Population de 38,48 millions d’habitants (70% de jeunes de moins de 40
ans)
Pays voisins : Tunisie, Lybie, Niger, Mali, Mauritanie, Sahara Occidental et
Maroc

-
Géographie:
Politique de la région Maghreb :
Tensions diplomatique (Algérie/Maroc)
La coopération entre les dirigeants du Maghreb reste difficile
Accords privilégiant des partenaires non régionaux
Faible complémentarité économique
Algérie, puissance dominante au Maghreb

-
Economie en Algérie :
Contrôle de l’Etat : présence de l’état à 80% dans le secteur industriel
Marché en voie de privatisation : efforts du gouvernement vers une plus
grande libéralisation
Une économie qui repose essentiellement sur les exportations des
hydrocarbures (90% des exportations et 30% du PIB)
Perspectives économiques favorables à moyen et long terme
Investissements publics massifs et croissants, dépassant les 100 milliards USD
dans la modernisation des infrastructures
PIB de 208 milliards USD en 2012
Taux de chômage à 9% (2012/2013)
2. Secteur de Transport et Opportunités du marché Algérien:
En Algérie, le secteur du transport connaît une véritable mutation. Un grand
nombre de projets ont été réalisés ou sont en phase de réalisation, afin de
rendre ce secteur plus performant et plus efficace dans sa contribution dans le
développement économique du pays (des investissements de 106.5 milliards
USD dans le secteur du transport et plus de 40 milliards USD depuis 1999).
-
Réseau Routier :
Le réseau routier algérien demeure l'un des plus denses du continent africain,
sa longueur est estimée à 112 696 km de routes dont 29 280 km route
nationale et plus de 4 910 ouvrages d'art. Ce réseau devrait être complété par
un important tronçon de 1 216 km qui est en voie de réalisation, et qui devrait
à terme relier la ville d'Annaba de l'extrême Est jusqu'à la ville de Tlemcen à
l'extrême Ouest.
Le réseau routier algérien est en plein développement grâce au programme
de modernisation des autoroutes. Nous citons la réalisation de l'Autoroute
Est-Ouest totalisant 1 216 km et le lancement prochain des travaux de
réalisation de L'autoroute des hauts plateaux de 1020 km
Il existe aussi la route transsaharienne (nord-sud) qui a été promu par le
gouvernement pour accroître le commerce entre les six pays traversés par
cette route (Algérie, Mali, Niger, Nigeria, Tchad et Tunisie).
-
Réseau Ferroviaire :
Le réseau ferroviaire de l'Algérie est de 2.150 km, il connaît depuis peu une
électrification au niveau de certains tronçons, ce qui doit conduire
incessamment à l'installation de trains à grande vitesse qui devraient relier
les villes les plus importantes du pays. Le réseau ferroviaire est géré par la
Société Nationale des Transports Ferroviaires (SNTF). Ce réseau est doté de
plus de 200 gares couvrant surtout le nord du pays dont:



299 km de voies électrifiés
305 km de voies doubles
1 085 km de voies étroites.
Parmi les projets ferroviaires en cours figurent notamment l'électrification
de 1 000 km de voies ferrées, la réalisation de 3 000 km de chemins de fer.
A l’horizon 2014, la longueur de ce réseau ferroviaire sera de 10 515
kilomètres et 12 000 kilomètres à l’horizon 2016 et 2017 à la faveur des
projets destinés au secteur.


-
Travaux de réalisation de la ligne ferroviaire Relizane-Tiaret-Tissemsilt :
Ce projet stratégique, s'étend sur 185 kilomètres et comporte la
réalisation de tunnels de 4,5 km de long et des ponts longs de 11 km. 40
kilomètres ont déjà été aménagés.
L’Algérie prévoit de multiplier par 3 son réseau ferré en 15 ans, pour
parvenir à 10 000 km (3 200 km actuellement) de voies ferrées. La plus
grosse partie des 47 milliards de dollars réservée aux transports sera
consacrée au développement du rail.
Transport aérien :
Les aéroports ouverts à la circulation aéronautique civile sont de 32 platesformes. Depuis des années un programme de modernisation et de
réhabilitation touche les aéroports du pays. Comme les aéroports HouariBoumediene à Alger, de Tlemcen, réceptionné depuis deux ans, de Jijel, d’El
Goléa et Ghardaïa.
L’Algérie a développé son secteur du transport aérien de manière à en faire un
véritable moyen d’intégration au niveau régional et international. Une
enveloppe de 60 milliards de dinars (600 millions d’euros) sera consacrée pour
renouveler la flotte d’Air Algérie durant la période 2013-2017. L’objectif de
l’opération est de lui permettre d’arracher des parts de marché notamment
reconquérir l’Afrique. Le réseau couvert par Air Algérie est de 96 400 km. Plus
de 3 000 000 de passagers et près de 20 000 tonnes de fret sont transportés
chaque année par la compagnie.
La compagnie aérienne nationale devrait prochainement se doter de trois
nouveaux appareils d’une capacité de 150 sièges et renouveler ses trois
Boeing 767 actuellement en service. Il est également question de l’achat de
deux avions-cargos pour le transport de marchandises.
Durant la saison estivale, Air Algérie a enregistré un taux de progression de
son trafic global de l’ordre de 15%. En 2011, les recettes d’Air Algérie étaient
de 56 milliards de dinars.
L'Algérie compte 35 aéroports, dont 13 internationaux. Le plus important est
l'Aéroport d'Alger avec une capacité, de plus de 6 millions de passagers par
an. Air Algérie est la compagnie aérienne nationale, elle domine le marché
du transport aérien qui compte depuis son ouverture à la concurrence de
plusieurs autres compagnies privées. Elle s'occupe de plusieurs lignes vers
l'Europe, l'Afrique, le Canada, la Chine, le Moyen-Orient. Plusieurs compagnies
aériennes étrangères ont des vols vers l'Algérie telles que : Tunis air, Royal Air
Maroc, Air France, Air Italie, Aigle Azur, Lufthansa, Turkish Airlines, British
Airways, Qatar Airways … etc.


Alger aura une nouvelle aérogare internationale en 2018 et dont la
capacité sera de 10 millions de passagers/an, d’un coût prévisionnel de 33
milliards de dinars (317 millions d’euros).
Une enveloppe de 2,15 milliards de dinars (21 millions d’euros) a été
débloquée pour le renforcement de l’aérodrome international de
''Zaraitine'' d’In Amenas dans la wilaya d'Illizi.

L'opération de jumelage entre l'Algérie et l'Espagne en matière de sécurité
aérienne civile, devrait permettre au pays d'améliorer ses performances
dans ce domaine. Cette opération devrait contribuer à l'augmentation du
taux de mise en place du Plan national de sécurité (PNS), relatif à la
sécurité aérienne, de 42% actuellement à la moyenne mondiale qui est de
60%, d'ici à 2017.
-
Transport maritime :
La Compagnie nationale algérienne de navigation (CNAN) et l'Entreprise
nationale de transport maritime de voyageurs sont les acteurs du transport
maritime en Algérie. Plusieurs transbordeurs (navire traversier) font la liaison
des passagers vers les côtes européennes ainsi que le transport de
marchandises à travers le monde.
Le quasi totalité du commerce international est réalisé par la voie maritime,
via onze ports de commerce à savoir:
Alger, Oran, Annaba, Skikda, Arzew/Bethioua, Béjaïa, Mostaganem, Ghazaoue
t, Jijel, Ténès et Dellys.
À l'exception des terminaux gaziers et pétroliers, il y eut très peu de travaux
d'aménagements des infrastructures portuaires.
Actuellement, le littoral algérien compte 51 infrastructures maritimes : 11
ports de commerce,
2 ports pétroliers, 41 ports de pêche et un port de plaisance. Entre 2000 et
2012, 19 infrastructures portuaires (ports de commerce et de pêche) et 4
plates-formes aéroportuaires (aérodromes et pistes d’atterrissage) ont été
construites durant cette période, répondant ainsi aux plans quinquennaux
2001-2005, et 2005-2009, en plus de l’actuel plan 2010-2014.
L’Etat a dégagé une enveloppe de 160 millions d’euros pour doter les
différents ports nationaux d’un nouveau système de gestion de la sécurité
maritime et portuaire et d'échange d'informations.
Un milliard de dinars (9.6 millions d’euros) a été alloué à l’entreprise du port
d’Oran pour rénover cette infrastructure stratégique.
-
Transport urbain :
Métro d'Alger
L'Algérie a vu l'ouverture du métro d'Alger le 31 octobre 2011 d'une longueur
de 9 km et desservant 10 stations, ce dernier fera d'Alger la 1ere ville du
Maghreb à être équipée d'un métro souterrain. Son exploitation est assurée
par RATP
El
Djazaïr filiale
de
la Régie
autonome
des
transports
parisiens (RATP) pendant huit ans avec l’Entreprise du métro d’Alger. Des
extensions à l’est et à l’ouest sont programmées. La construction de deux
autres lignes est prévue pour 2020. Le métro d’Alger comptera alors une
quarantaine de stations sur un réseau de 40 km.
L'entreprise du Métro d'Alger a lancée un appel d'offres national et
international pour la réalisation des études préliminaires relatives aux
extensions de la ligne 1 du métro d'Alger.
L'Algérie vient aussi de lancer un autre projet phare dans le cadre du plan
quinquennal 2010-2014, qui est le Métro d'Oran.
Le futur métro d’Oran permettra un trafic d’environ 32 000 passagers par jour.
Le coût de ce projet est estimé à près de 138 milliards DA (1 324 milliards
d’euros).
Tramway
Dans le cadre du plan quinquennal (2010-2014), l'Algérie a lancé un autre
plan de développement et modernisation du transport en commun urbain ou
interurbain circulant sur des voies ferrées, le Tramway.
Le tramway d'Alger est un système de transport en commun desservant
l'agglomération d'Alger. En 2012, il a compris une ligne de 16,2 km et 28
stations et il devrait s'étendre sur 23 km et comprendre 38 stations.
Le tramway de Constantine est un projet de transport en commun desservant
l'agglomération de Constantine, il est en construction depuis 2008. Les
premiers essais techniques du tramway de Constantine ont été effectués en
2012, son tracé comprend une ligne de 9 km et 10 stations.




Un avis d'appel d'offres national et international restreint portant sur la
réalisation des travaux de l'extension de la première ligne du tramway de
Constantine a récemment été lancé par l'Entreprise du métro d'Alger
(EMA). Il s'agit de l'extension de la première ligne du tramway de
Constantine: Le tramway de Constantine, a coûté 44 milliards de dinars
(425 millions d’euros), et compte un réseau de 9 km avec dix stations.
Le futur tramway d'Ouargla couvrira, une fois opérationnel en 2015, une
distance de 13,2 km, jalonnée de 23 stations.
Le tramway d'Oran est un autre projet de transport en commun
desservant l'agglomération d'Oran dont les travaux de construction ont
démarré fin 2008, il sera le plus long du pays avec une distance globale
de 48 km. Les premiers essais techniques du tramway d’Oran ont été
effectués en 2012. En 2020, le tramway d’Alger s’étendra sur 40
kilomètres. 41 tramways ont déjà été commandés pour d’autres villes
(Annaba, Sétif, Sidi-Bel-Abbès, Mostaganem).
Des projets de tramways, sont sur le point d’être entamés de "manière
progressive" dans les wilayas d’Annaba, de Sétif, de Ouargla, de Batna, de
Mostaganem et de Sidi Bel-Abbès, tandis que pour la ville de Biskra, les
études de faisabilité sont en cours (il a été procédé dernièrement à
l'élaboration d'études techniques de projets de tramways concernant ces
six villes du pays et d'autres études appropriées seront entamées pour des
projets de tramways dans huit autres wilayas).
Stratégie sectorielle
La stratégie sectorielle a pour objectifs de développer l’offre de transport afin
de:




Satisfaire les besoins de mobilité des personnes et des biens;
Améliorer la qualité de service par la réduction des temps de parcours;
Répondre aux besoins logistiques des opérateurs économiques;
Assurer un développement durable tout en privilégiant l’inter-modalité et
l’interconnexion des différents modes de transport.
C’est dans cette perspective que l'état algérien a défini les programmes du
secteur des transports pour différentes périodes (1999-2004, 2005-2009,
2010-2014).
A ce titre une enveloppe budgétaire de 40 milliards de dollars a été réservée
au secteur des transports dans le programme quinquennal 2010-2014 en vue
de:



Moderniser et d’étendre le chemin de fer: 30 Milliards de dollars;
Améliorer le transport urbain avec notamment la réalisation de tramways
à travers 14 villes;
Moderniser le secteur aéroportuaire.
Ecoles et Instituts de Formation:
Il existe 32 écoles et instituts de formations dans le secteur du transport à
savoir:






Institut Hydrométéorologique
Ecole Technique de Formation et d’instruction Maritimes de Bejaia
Institut Supérieur de Formation Ferroviaire Rouiba -Alger
Institut Supérieur Maritime Tipaza
Ecole Technique de Formation et d’Instruction Maritimes De Mostaganem
Ecole Nationale d’application des Techniques.
Le nombre de projets enregistrés auprès de l'ANDI pour la période 2002- 2012
dans le secteur du transport est de:
3. Opportunités du marché Algérien pour les
investisseurs étrangers :
Les IDE (Investissements Directs Etrangers) représentent une part
relativement faible de l’investissement total en Algérie. Compte tenu de leur
importance pour le transfert de technologies et l’amélioration des capacités
d’innovation, une politique spécifique avait été définie dans le cadre de la
nouvelle
stratégie
industrielle.
Reconnaissant le rôle déterminant des IDE pour la compétitivité et la
croissance du pays, le gouvernement avait choisi d’axer son intervention sur le
développement : de partenariats entre entreprises nationales et étrangères ;
de contrats de sous-traitance entre filiales de groupes transnationaux
implantées en Algérie et PME locales.
Les mesures d’encouragement de l’investissement prévues ne manquent pas
de présenter un intérêt certain pour les investisseurs étrangers, notamment
celles portant sur : l’amélioration de l’environnement des affaires ; le
fonctionnement de l’Agence nationale de développement de l’investissement
(ANDI) ; la simplification des procédures douanières ; la fiscalité ; le marché
du travail ; et surtout, la création de zones industrielles de développement
intégré (ZDI).
Parmi les avantages que présente le marché algérien se trouvent :
-
La stabilité et boom économique
La proximité avec l’Europe
Favoriser un partenariat avec des entreprises locales et étrangères en
raison de leurs connaissances des lois, de la culture et des mœurs
Saisir l’opportunité de la croissance de l’industrie et des transports.

Documents pareils

CÉLÉBRATION DU CENTENAIRE DE L`ALGÉRIE

CÉLÉBRATION DU CENTENAIRE DE L`ALGÉRIE nécessaires, tant sur le plan financier, historique et d'information. Parfois mal informés sur l'oeuvre de la France en Algérie, les métropolitains se devaient de connaître cette partie de notre hi...

Plus en détail