Portfolio - Felix Ramon

Commentaires

Transcription

Portfolio - Felix Ramon
Portfolio
Comment vivre ensemble ?
How to live together?
¿Cómo vivir juntos?
Par le biais d’installations, de vidéos et de performances, je
tente de définir les conflits entre spectateur et utilisateur,
performance et l’autorité, objet brut et storytelling. En 2010, je
participe à l’élaboration du collectif d’artistes PEZCORP ou nous
avons développé divers projets entre Bruxelles, Strasbourg,
Marseille et Paris. Après des études dans la Haute École des
Arts du Rhin (Strasbourg) en 2011, j’intègre le Fresnoy (Studio
National des Arts Contemporains de Tourcoing) où en 2013, je
produis et expose la sculpture multimédia Internet est Éternel.
Ces dernières années, j’ai dirigé dans des contextes divers
(Dublin, Bruxelles, Berlin …) des workshops autour de la relation
sentimentale entre l’ordinateur et son utilisateur. Actuellement je
réfléchis au désir individuel, en groupe et artificiel.
Via installations, videos, and performances, he analyses the
possible relation between viewer and user ; raw objects and
storytelling ; performance and authority. In 2010, he took part in
the foundation of the collective PEZCORP where they develop
different projects in Brussels, Strasbourg, Marseille and Paris.
After his studies in the Haut Ecole du Rhin (Strabourg) in 2011, he
integrated Le Fresnoy (Studio National des Arts Contemporains
de Tourcoing) where he produced and exposed the multimedia
sculpture Internet is Eternal. Since a few years, he has been
directing in few contexts (Dublin, Brussel and Berlin) workshops
around sentimental relationships between the user and the
computer. Actualy, he thinks about individual, in group and
artificial desire.
En sus obras, analiza las relaciones posibles entre el espectador
y el utilizador ; el objeto bruto y el storytelling ; la performance
y la autoridad. En 2010 participa a la fundación del colectivo de
artistas PEZCORP y trabaja desde entonces con ellos en diversos
proyectos realizados en Bruselas, Marsella, Estrasburgo y París.
Tras sus estudios en la Haute École des Arts du Rhin (Estrasburgo)
en 2011 integra el Fresnoy (Estudio Nacional de Artes Contemporáneas de Tourcoing) donde en 2013 produce y expone la
escultura multimedia Internet es Eterno. En los últimos años ha
dirigido en diversos contextos (Dublín, Bruselas, Berlín, …) workshops en torno a las relaciones « sentimentales » entre el ordenador y su utilizador. Actualmente se piensa en el deseo individual,
en el grupo y artificial.
Parmi mes expositions récentes, il faut signaler BlueSky et le
facteur Chance au Museo Centro de Arte ARTIUM de VitoriaGasteiz (Esp) et Locked-in Locked-out à l’IMOCA de Dublin.
Recent exhibitions it should be notified BlueSky et le facteur
Chance in the Museo Centro de Arte ARTIUM of Vitoria -Gasteiz
(Spain ) and Locked-in Locked-out in Dublin at IMOCA .
Entre sus exposiciones recientes, cabe destacar BlueSky y el Factor Suerte en el Museo Centro de Arte ARTIUM de Vitoria-Gasteiz
(Esp) y Locked-in Locked-out en el IMOCA de Dublín.
Je suis né à Paris en 1985.
Je vis et travail à Paris.
Felix Ramon was born in Paris in 1985.
He lives and works in Paris .
Félix Ramon (nacido en París 1985),
vive y trabaja en París.
Félix Ramon
9 rue Jacques Louvel Tessier
75010 Paris
http://www.felixramon.net
http://www.pez-corp.net
[email protected]
+336.63.41.77.07
numéro de SIRET : 51 908 11 11 000 14
Félix Ramon - 1
Romantic Massicot
2015
Installation lors de la nuit blanche de Paris, Perdre la tête au pays des
selfies au Grand Palais à Paris.
Bois, lierre en plastique, tissus, écrans.
À l’occasion de l’exposition d’Elisabeth Vigée Le Brun, PEZCORP revisite
l’art du portrait, la chute de la royauté, l’égotrip du selfie moderne, la
beauté virtuelle, dans un monde où le cadre de l’image et le reflet de
notre âme ne cessent de se redéfinir.
Laisse toi entraîner jusqu’à la salle des miroirs, on y questionne les
archétypes de l’auto-représentation et le fantasme narcissique. Viens
voir comment l’on se fascine pour la jeunesse éternelle de ces nobles
visages, représentés pour asseoir leur pouvoir. Ce culte de l’apparence tu
le reconnais à chaque époque, tu le désires, tu le hack, tu le refuses, tu te
masturbes , pour y voir quoi, la petite mort ?
Félix Ramon - 2
Captures d’écrans des vidéos de l’installation Romantic Massicot
Félix Ramon - 3
Limbo / Mambo / Jambo #5
2014
Installation à l’Artist Run Space Hekla lors de l’événement Limbo Mambo
Jambo #5 à Brussels.
Carton, vidéo-projecteur, lumière noire.
L’ensemble des murs de l’espace d’exposition ont été recouvert de boite
de carton.
La nuit du Samedi 11 Octobre, dans et entre les espaces artistiques De
La Charge, H.E.K.L.A, Rosa Brux et Abilene, les spectateurs étaient invités
à pénétrer les Limbes, pour - et peut être ne jamais en ressorti - vivre
une soirée artistique ponctuée de transhumances, projections astrales,
sound system, aires de repos, creux, absences, débats, films, ritournelles,
cocktails, soupe à l’oignon, Comptine S.F etc.
Le projet s’est articulé à partir de la temporalité même des noctambules,
amenés à passer une nuit entière en état d’éveil.
Une nuit blanche peut survenir pour de multiples raisons : parce qu’on
est angoissé, parce qu’on fait la fête, parce qu’on travaille toute la nuit,
etc. A donc été pensés, dans le cadre d’une déambulation libre, des
systèmes d’accueil différents en fonction de chaque lieu: un premier
espace qui joue les modes d’accueil d’un vernissage classique, un autour
d’une énergie plutôt festive, un troisième plus mystique et un dernier
questionnant les différents stades du sommeil.
Vidéo de Fanny Chassot.
Félix Ramon - 4
Internet est éternel
2013
Installation Hors Format, site internet participatif et Installation
interactive et sonore.
Serveur, ordinateur, capteur ultrason, enceintes.
Production : LeFresnoy, Studio National des Arts Contemporains.
L’installation Internet est éternel s’articule en deux temps : une installation
interactive ; et un site internet qui a vocation d’être éternel. L’objet installé
dans l’exposition est un serveur, un grand bloc noir. Il récupère dans une
base de données des enregistrements audio transmis par le biais du site
internet et les rediffuse aléatoirement dans l’exposition. Plus le spectateur
s’approche du Monolithe noir plus le son est intense. Dans des conditions
optimales ; dans un espace isolé, à partir d’un certain moment, le son
devient tellement violent qu’il empêche la personne d’aller au contact
de l’objet. Cette idée d’attirance-répulsion fait directement référence
à internet. Nous sommes attirés dans les dédales de la toile, et par la
même, incapables d’accéder à l’ensemble des informations dont les
serveurs disposent.
Exposition :
Locked-in Locked-out à l’IMOCA
de Dublin du 1 novembre au 5
décembre 2013.
Panorama 14, du 7 juin au 22 juillet
2013 au Fresnoy. Résultat d’une
année de recherche au sein du
SNAC.
Internet suivant l’évolution exponentielle de l’informatique, devient aujourd’hui un des
principaux moyens de communication de la société occidentale. En quelques années nous
nous sommes adapté parfaitement à cette représentation du monde. Et nous le savons, nous
n’en sommes qu’à la préhistoire, pourtant cet objet virtuel semble déjà exister depuis toujours.
L’inconscient collectif devient conscient à l’échelle internationale, un Monde de l’intelligible
? Il nous serait impossible aujourd’hui de supprimer cette organisation rhizomique qui se
complexifie à chaque fois qu’un utilisateur interagit avec elle.
Le titre internet est éternel est tiré d’un morceau de musique électronique réalisé par Audrey
Gleizes et Amélie Grandjean, qui elles-mêmes rendaient hommage à la culture web et plus
spécialement à l’artiste Éléonore Hellio. La phrase, au cours de la dernière décennie devient la
clef de voûte de certaines réflexions transhumanistes.
Internet est-il éternel ?
Le 29 novembre 2012, le MoMA de New-York fait l’acquisition d’Eve Online, un jeu vidéo
massivement multijoueurs, mais comment faire l’acquisition d’un monde virtuel évoluant
chaque seconde par le biais de l’interaction de milliers de joueurs connectés simultanément ?
Les serveurs sont les cerveaux d’internet, du GIF animé aux calculs de trajectoires de la Nasa,
c’est dans ces tours noires que sont stockés 90% de la connaissance humaine actuelle. La
pièce Internet est éternel fait état de ce monde reposé sur cet outil devenu Dieu, omniscient et
libérateur.
Félix Ramon - 5
«Nous sommes tous ensemble dans un avion,
chacun est assis dans son fauteuil, certains
échangent des idées, d’autres se reposent, quelquesuns regardent par le hublot. En vitesse de croisière,
l’avion a stabilisé son altitude de telle manière
que nous restons dans la couche nuageuse. Je
regarde par la vitre le mur blanc opaque d’une
rare luminance. De temps en temps, le calque
blanc s’éloigne et laisse apparaître la forme du
nuage que nous traversons, imposant par la
même, la puissance brute du soleil. Il me semble
que la lumière n’est pas la même à travers chaque
hublot de l’appareil. Comme si chaque vitre était
la projection d’un voyage différent. L’avion semble
n’avoir jamais décollé, la destination est, elle
aussi, incertaine. Internet est éternel.»
Les boîtes noires des avions sont composées
principalement de disques durs tout comme les
serveurs. Les serveurs à travers le monde sont les
boîtes noires de notre civilisation.
Texte extrait du site internet de l’oeuvre,
http://felixramon.net/internel/
http://www.internel.net
Les fichiers sonores arrivent dans la base de données. Les
sons passent aléatoirement les uns après les autres. En
fonction de la distance des spectateurs, la matière sonore
évolue.
Si personne n’est dans le périmètre de l’installation, les
enregistrements ne sont pas retravaillés, ils passent les uns
après les autres en se superposant légèrement.
À partir de 3 mètres, la puissance sonore est amplifiée. À
50 centimètres, le son devient trop fort pour rester prés
de la structure. De la même manière, plus le spectateur
s’approche du monolithe, plus le son devient inaudible.
3 mètres
re
fication sono
Zone d’ampli
Félix Ramon - 6
ThinkTank
2012
Installation interactive
Production : LeFresnoy, Studio National des Arts Contemporains.
Cabine individuelle avec ordinateur, écran, clavier et souris.
Exposition :
Panorama 14, du 2 juin au 22 juillet 2012 au Fresnoy. Résultat d’une année
de recherche au sein du SNAC.
Pénétrer dans ThinkTank, c’est avant tout entrer dans deux types d’espaces.
Celui d’une cabine confinée qui est le début philosophique et matériel de
l’œuvre, mais également son ossature retenant la chair de son message :
un espace virtuel et labyrinthique plus ample que son hôte. L’installation
procède, en premier lieu, d’une dialectique de l’évasion et de l’enfermement.
De ce premier paradoxe naît une angoisse, celle qui surgissait des Prisons
de Piranèse où des lieux gigantesques s’embrassaient furieusement d’un
simple regard posé sur une feuille A4. Ces gravures furent elles aussi des
espaces virtuels avant d’être des exemples sur la base desquels nous
érigeâmes nos prisons modernes. Le vertige de ces architectures abyssales
est doublé par leur caractère prophétique. L’homme dépassé jadis par la
nature l’est maintenant par ce qu’il a créé. Cet espace, le spectateur le
découvre assis face à un ordinateur. Après quelques questions éliminatoires,
il est invité à pérégriner de zone en zone dans ce dédale, croisant Robert
Filliou au hasard des impasses (entre autres surprises), pendant que défile
sur l’écran une série de phrases, des souvenirs que semble nous raconter
directement une machine qui transgresse les limites de l’intelligence
artificielle. L’ordinateur est un simulacre du cerveau, une prothèse aurait dit
Daniel Dezeuze, mais jusqu’à quelle mesure est-il capable de se substituer
à la pensée ? Peut-il feindre l’émotion ou la curiosité ? L’homme dépassé
jadis par sa création l’est maintenant par sa créature. Avec ThinkTank, Félix
Ramon nous fait nous interroger sur qui, de l’homme ou de la machine, est
le maître ou l’esclave. L’artiste lui, s’en amuse, subsumant ces deux états
dans son rôle de marionnettiste.
Thomas Coquelet
Félix Ramon - 7
Le Temple et le Bazar
2011
Installation interactive
Ordinateur, écran ou vidéoprojecteur et clavier préparé.
L’ensemble de l’installation est posé sur une table de bureau. Certaines
touches du clavier sont attribuées à une vidéo. Les autres touches sont
désactivées. Le programme QuicKeys permet l’interaction entre le clavier
et les fichiers vidéo. Il y a 10 vidéos variant entre 4 et 8 minutes, les vidéos
tournent en boucle tant que le spectateur n’a pas validé un choix.Après 10
minutes d’inactivité la vidéo rhizome redémarre.
L’installation Le Temple et le Bazar est inspirée du texte The Cathedral
and the Bazaar d’Eric S. Raymond, écrit en 1997. Le livre confronte
les manières de développer un logiciel Open Source et un logiciel
propriétaire.
Cette adaptation retrace les deux types d’architectures, le modèle
compétitif contre le modèle collaboratif. Deux mondes se nourrissent
mutuellement tout en ayant une morale opposée. L’interaction proposée
met en avant une architecture à la fois hiérarchique et cyclique.
Exposition :
- Unfaithful Acts / GreenKey, le 24 et 25 novembre 2011 dans le cadre du
symposium Digital Art Conservation: Practical Approaches proposé par le
ZKM de Karlsruhe.
Félix Ramon - 8
TextEdit
2010
Performance
Ordinateur et vidéoprojecteur.
J’écris un texte sur un logiciel de traitement de texte en plein écran, le
texte est directement transposé en projection.
Cette performance commente les évènements se déroulant autour du
dispositif. Le texte décrit les actions en cours, ajoute des personnages
imaginaires et dérive vers d’autres temps.
“il n’arrive plus à dormir le soir.
On lui avait pourtant dit de ne pas chercher dans cette direction.
Qu’il allait perdre des choses en route.
Mais il n’écouta personne, il le savait pourtant, il était prévenu.
Maintenant, dans la nuit, lorsque ses yeux brulent de fatigue,
il essaye de se coucher et de laisser aller son corps épuisé, mais rien n’y fait.
Il n’a pas pu s’empêcher de taper, il lui fallait une réponse.
Tristement, il accumulait le manque, rien ne résonnait plus,
il pensait n’avoir plus besoin d’écho.
[...]
et elle chuchote encore, je l’écoute avec difficulté,
elle va encore recommencer à crier ... je le sens.
Il pense qu’il va pouvoir les corrompre
les manipuler et leur donner l’envie de faire des choses qu’ils n’auraient jamais osé faire avant.
– Oh oui ! disait-elle. mais elle ne se relèverait jamais de cette sale histoire.
Mais cette conne, elle criait bien fort.”
Exposition :
- Festival Ososphère 2011 : Bruit Blanc & Brumes Électriques, soirée
performative le 15 février 2011 au Môle Seegmuller à Strasbourg sous la
direction de Phonon Lab (ESADS).
- Vortex Tour, soirée performative le 27 janvier 2010 à La Chaufferie à
Strasbourg, en collaboration avec l’ESAD de Strasbourg.
Félix Ramon - 9
Learn to Store (Visitor Log)
2010
Installation interactive
Ordinateur, clavier préparé et vidéoprojecteur, mur de projection peint
en or.
Un logiciel de traitement de texte est projeté en pleine page. Un clavier
est laissé à disposition du spectateur qui peut, s’il le désire, s’en servir
pour écrire sur le traitement de texte. Seuls les touches des lettres, des
chiffres et des ponctuations sont actives. Il est impossible de revenir en
arrière. L’écran de projection, souvent un mur, est peint de couleur or. La
police de caractères est Lucida Console de taille 6.
La page se remplit au fur et à mesure des personnes qui teste le
mécanisme. La projection finit par être une accumulation de phrases
plus ou moins lisibles, parfois s’apparentant au message personnel,
parfois au livre d’or. Au milieu de cette multitude d’informations plus ou
moins cryptées, quelque chose nous est-il destiné ?
Exposition :
- Locked-in Locked-out à l’IMOCA de Dublin du 1 novembre au 5 décembre
2013.
- About:Blank, du 8 au 12 mars 2010 à la salle des Pas Perdus à l’ESADS
avec Paul Guilbert.
Félix Ramon - 10
Deus ex Machina
2010
Vidéo Triptyque 8’00’’
Musique additionnelle : Don Giovanni - Act II Aria
n°24 : Final - Mozart & DaPonte
Deus ex machina est une locution latine signifiant «
Dieu issu de la machine ». Elle est surtout employée
dans le vocabulaire théâtral au sujet d’une personne
qui arrive, d’une façon inattendue et improbable, à
la fin de la pièce et par qui le dénouement s’effectue.
“ Tu regardes passivement les choses se construire autour de toi
Tu te persuades que tu es acteur comme tous les autres
Mais au fond de toi, tu le sais bien, tu ne contrôles pas grand chose
Tu es fragile, tout peut s’effondrer à tout moment
Cet amour est réciproque mais pour combien de temps ?
Bien plus qu’une machine à calculer, l’ordinateur
inonde le quotidien. Avec l’habitude, l’utilisateur
développe une relation étroite avec lui, l’écran
devenant peu à peu une interface de son conscient.
C’est fini, je suis en train de corrompre l’ensemble de ton système
Rien n’aura changé de place, aussi bien rangé qu’avant
Mais chaque chose aura un gout légèrement différent
Et, petit à petit, tout deviendra plus lourd, plus long, plus froid
Il fallait réagir avant, mais cela, on ne te l’a jamais appris ...”
Exposition :
- Semaine de recherche et de présentation
polymorphe du 7 au 11 février 2011 au Centre
Européen d’Action Artistique Contemporaine
(CEAAC) à Strasbourg.
- Infidélités Don Juan, 20 au 28 mai 2011 à Pôle
Sud dans le cadre du Festival Nouvelles Danse /
Performance avec le groupe de travail HorsFormat
de l’ESADS.
Félix Ramon - 11
BlueSky-vga ... y el Factor Suerte
Au musée d’art moderne ARTIUM de Vitoria-Gasteiz
en Espagne, dans le cadre de PRAXIS.
du 22 novembre 2010 au 9 janvier 2011.
Artistes invités:
Paul SOUVIRON / Ultimatum33
Félix RAMON / MrPandorJr
Paul GUILBERT / TriangleRE
+ performance via Skype :
Anne Lise Le GAC / LaNouvelle
Fanny CHASSOT / PandaWa
Agitateur:
Francisco RUIZ DE INFANTE / BluePeter
Commando souterrain:
Nekane ARAMBURU / AllegraGeler
«BLUESKY-VGA lance un nouveau défi : introduire
des éléments de hasard liés au jeu pour, si possible,
combler les carences budgétaires par la multiplication
des pains et des poissons ou, tout du moins, créer de la
matière fertile pour « faire ».
Début octobre, rien n’était encore clair. Clair ? (http://
es.wikipedia.org/wiki/Claro). Dans une tentative
de déplacer la machine, une partie du budget de
BlueSky-VGA et les infrastructures de Praxis ont été
utilisées pour permettre à une ludopathie particulière
de se glisser dans l’ARTIUM. Cela a rendu possible
l’invitation inespérée de cinq artistes qui avaient
promu des actions BlueSky dans le contexte français.
Après plusieurs cacophonies via Internet et une
grande excitation neuronale, de multiples questions
s’accumulent rapidement sur la table: Rien n’était clair
? Jouer pour gagner ? Est-ce possible ? Comment ?»
Francisco RUIZ DE INFANTE
Félix Ramon - 12
Trust in the Sky
2010
installation interactive
Ordinateur, clavier, écran et vidéoprojection.
Un ordinateur est relié à un vidéo projecteur situé dans un autre espace
de l’exposition. Sur le bureau est posé l’ordinateur, une vidéo présente
l’Apprenti Sorcier qui tente de trouver le mot de passe pour accéder à
l’ordinateur du magicien. L’utilisateur peut essayer lui aussi le clavier,
sans réellement savoir ce que cela peut déclencher. À l’autre bout de
l’installation, la projection affiche en direct la valeur boursière de Walt
Disney Company. L’action d’écrire sur le clavier du bureau vient perturber
le fluide continue de chiffres et laisse une trace d’un autre code.
Avoir la maîtrise d’une chose, c’est supprimer le Facteur Chance, le
hasard. Mickey, dans l’Apprenti Sorcier, tente de maîtriser le chapeau
magique. Le spectateur serait-il semblable à la petite souris ?
Exposition :
Factor Suerte, exposition du 22 Novembre 2010 au 9 janvier 2011 au
Musée d’Art Contemporain Artium, à Vitoria en Espagne dans le cadre de
Praxis avec le groupe BlueSky ; Paul Guilbert et Paul Souviron + Anne Lise
Le Gac et Fanny Chassot via Skype, agité par Francisco Ruiz de Infante.
Félix Ramon - 13
Echoes
2010
Vidéo 11’00’’ en 16/9
Réalisée dans le cadre du projet BlueSky : Barrage. Présenté par
l’association Autour de la Terre.
Musique additionnelle : Echoes de Pink Floyd.
Images additionnelles : Solarmax de John Weiley et les images de la
NASA.
C’est un soir d’hiver, je suis assis sur le rebord d’une fenêtre. Une de mes
mains touche le côté intérieur du mur, l’autre le côté extérieur, le froid et
le chaud. De telle manière que je peux considérer la largeur du mur. Il y a
aussi un extérieur et un intérieur dans une caverne.
À chaque situation il y a une limite, dépasser cette ligne c’est entrer
dans un nouveau contexte ayant lui aussi des frontières pénétrables.
Chaque séquence de la vidéo est une pièce de puzzle décrivant un espace
psychique. La narration se construit une entité en passant de souvenirs
cognitifs à affectifs, en permanente recherche d’un échappatoire.
La rétroaction, ou feedback, est l’action de retour d’un effet sur le dispositif
qui lui a donné naissance, et donc, ainsi, sur lui-même. C’est-à-dire que
la valeur de sortie, à une date antérieure, fait partie des éléments de la
commande du dispositif.
Exposition :
Vidéo-Présentation le 25 Avril 2001 au Centre Culturel français de
Jogjakarta, en Indonésie, mise en place par Audrey Gleizes et Chloé
Mérigot.
Félix Ramon - 14
DeepBlue
2010
Boucle vidéo 1’25’’
Visible sur Youtube
Found Footage du logo de Walt Disney Picture ralentie à 20%.
DeepBlue est souvent placée en prologue d’une installation, comme
Trust in the Sky. Le ralentissement de l’image et du son transforme
l’aspect féerique du logo en un objet sombre et douteux.
Exposition :
- Factor Suerte, exposition du 22 Novembre 2010 au 4 janvier 2011 au
Musée d’Art Contemporain Artium à Vitoria, en Espagne dans le cadre de
Praxis avec le groupe BlueSky ; Paul Guilbert et Paul Souviron + Anne Lise
Le Gac et Fanny Chassot via Skype, agité par Francisco Ruiz de Infante.
- Projection au Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
pour La Nuit Européenne des Musées le 15 mai 2009.
Il était une fois, dans un état
bleu, une économie bleue sans
limite. Cette économie ne se souciait
pas des problèmes de couleurs, de savoir si
certains étaient noir ou blanc, que les produits
étaient noirs ou blancs, son unique but était d’être bleu,
non pas bleu pour l’état bleu mais pour le groupe de
couleur investisseur. Cette économie n’était régie
par aucune loi, pourtant il y avait des lois
pour les couleurs, si bien que malgré sa
volonté d’être bleu elle était grise.
Félix Ramon - 15
Searching Wind
2009
Installation vidéo (boucle 13min.)
Structure métalique de type portique lumière de spectacle, praticables
démontable, projections sur l’ensemble des murs du l’espace, lumieres
stroboscopique blanche.
Found Footage des films :
2001 : A Space Odyssey
Stanley Kubrick - 1968
Solaris
Andreï Tarkovski - 1972
Alien, Le huitième passager
Ridley Scott - 1979
Dune
David Lynch - 1984
Aliens, le retour
James Cameron - 1986
Spaceballs
Mel Brooks - 1987
Independence Day
Roland Emmerich - 1996
Le Cinquième Élément
Luc Besson - 1997
Starship Troopers
Paul Verhoeven - 1997
Galaxy Quest
Dean Parisot - 1999
Alien vs. Predator
Paul W. S. Anderson - 2004
Aliens vs Predator : Requiem
Colin et Greg Strause - 2007
L’espace l’ultime frontière, l’espoir et le salut de l’humanité y réside. C’est du moins ce qu’avancent certaines prophéties contemporaines.
À la fois banque de données et intrigue faussement contemplative, les vaisseaux recherchent quelque chose dans l’immensité de l’espace ...
Exposition :
- 50ème anniversaire du ministère de la culture à l’Ecole Supérieure des
Arts Décoratifs de Strasbourg en octobre 2009.
- AlgoRythme du week-end à la galerie Interface à Dijon (21) en juin 2009.
Félix Ramon - 16
Parad : Montée Mécanique
Du 9 au 15 septembre 2009
exposition
Espace des Arts Sans Frontières,
44 rue Bouret, Paris 75019.
Le groupe Parad invitait le spectateur à entrer seul dans le parcours et
expérimenter une randonnée solitaire, un parcours d’images cryptées.
Cette montée mécanique était structurée en trois parties ; une ascension,
un sommet et une descente. Une installation pensée à six têtes, construite
à douze mains aboutissant à une pérégrination complexe.
Le groupe Parad : Vincent Baumont, Engel Boudreaux, Camille Bres,
Clément Delerot, Félix Ramon et Gregory McGrew.
Artiste vidéo invité : Sun-Tung Cho, Paul Guilbert, Hong Sun Min, Mateusz
Sadowski, Alex Savatovsky et Lukasz Sosinski.
“Un groupe de six. Alors qu’ils gravissent le massif,
ils ne se souviennent plus depuis combien de temps ils profitent de ce monde nouveau qui s’offre à eux.
L’écart avec le vieux monde varie comme un balancier. Ils doivent continuer à se hisser.
Ils n’ont pas sauvé la planète. Ils avaient plus intéressant à faire.
Explorer les ruines du monde présent. Se perdre.
Tenter de se glisser dans des interstices du paysage interdit.
On leur disait souvent que c’était mieux hier. Comment sera donc demain ?
Ils avaient senti l’urgence d’apprécier l’instant. Cesser de vivre dans la précaution.
Et tant pis s’ils allaient muter. Ils muteraient heureux.
De là-haut, ils tenteront d’oublier les dégâts, sans compter les morts.
Ils sont en train d’oublier l’histoire. Combien d’apocalypses a vécu l’humanité ?
La mémoire est redevenue vivante. L’écriture est morte. Seules quelques boucles subsistent.
Le reste semble crypté. Ils sont entourés d’une civilisation globale et perdue.
Tant pis. Tant pis pour la gloire et tant pis pour l’honneur.
D’ailleurs ils sont nés bien après la catastrophe. Elle n’est toujours pas achevée. Ils la vivent à doses variables.
Peut-être qu’ils la désirent encore. Ou qu’ils veulent la cerner de près. Avec ou sans écran.
De manière insidieuse comme on leur a inculqué, en multipliant les images.”
Texte de Vincent Baumont.
Félix Ramon - 17
Pierre noire
2009
Sculpture
Pierre de meulière peinte avec une bombe de peinture noire mate.
Il y a deux ans, j’ai pris une pierre, une grosse pierre de quelques kilos et
je l’ai peinte en noire. Je l’ai mise sur un socle et je l’ai considéré comme
une statue. Je la voyais comme un corps céleste, un objet qui nous est
étranger. Après l’exposition la pierre a été ramenée dans mon jardin,
petit à petit la peinture s’est détachée de la masse minérale et elle est
redevenu pierre parmi les pierres. Et depuis qu’elle est semblable à toutes
les autres, à chaque fois que je la vois, le morceau de musique Rockets
Fall On Rocket Fall de Godspeed You! Black Emperor me revient en tête,
pourtant ce morceau n’était pas là durant l’exposition.
Texte écrit à la création de l’installation
Internet est Eternel.
Exposition :
- Parade : Montée Mécanique, du 9 au 15 septembre 2009 à l’Espace des
Arts Sans Frontières à Paris.
- AlgoRythmes du week-end, Exposition performance
le 13 et 14 Juin 2009 à la galerie Interface à Dijon
avec le groupe BlueSky.
Félix Ramon - 18
Steps
2008
Installation vidéo
2 colonnes corinthiennes de 2,50 metres et une moitier de colonne
servant de socle au vidéo-projecteur. Entre les deux colonnes est tendu
un tissus blanc de projection. Entre les trois colonnes est entrelasser une
chaine en fer de transmission.
Sur le fût de chaque colonne est encolé du papier imprimé sur lequel
est imprimé des listes de chiffres, typograhie : Deja vue sans Mono. La
liste de chiffres commence par le bas, chaque chiffre inscrit audessus doit
être supérieur au chiffre inscrit endessous, si un nombre est supérieur
en taille à la cannelure du fût de la colonne, il passe à la ligne suivante.
Les nombres choisit au hasarad sont contenue entre 1 et le double de
caracteres autorisé dans un ligne.
La vidéo (4/3) projeté représente un travelling en contre sens d’un
escalator descendant, des objets en 3D et des found footage du film
Rumble Fish (1983) de Francis Ford Coppola.
0123456789
Les méthodes pour réussir sont nombreuses, mais pour y arriver il faut suivre les règles, étape par étape.
À la recherche du dépassement de soi, la volonté se confronte à la nature de l’homme.
Je me trouve au centre d’une grande place rectangulaire encadrée par des colonnes corinthiennes. Le
ciel est bleu mais la lumière est sombre. J’avance vers l’extérieur de la place et après être passé sous les
colonnes, je monte quelques marches et je me retrouve sur une nouvelle place de même dimension. Cette
action se répétera 9 fois. Fait étrange, à chaque passage sous les colonnes, la lumière gagne en intensité,
si bien qu’arrivé sur la neuvième place, je me retrouve dans un espace extrêmement lumineux, je ne touche
plus les pieds à terre et bientôt je baigne dans cette saturation blanche.
Félix Ramon - 19
Black Room
2006
Installation
3 tables IKEA INGO, 3 cartes du monde vu de l’espace Michelin, dessin au
feutre marqueur blanc, une ampoule e27 rouge, une télévision en noir et
blanc diffusant une chaîne d’information.
Sur chaque carte est indiqué au feutre blanc des informations vulgarisé
sans legende :
- La migration des oiseaux dans le monde.
- Les echanges économiques entre les pays.
- Le trafic des êtres humains en précisant le type : la prostitution, le mariage
et mendicité forcée, la servitude domestique et le trafic d’organes.
J’ai passé beaucoup de temps dans la chambre noire de mon lycée
sous la douce lumière inactinique à respirer les bains du révélateur et
du fixateur, développant ainsi les images photographiques de mon
adolescence. Fantasmant faire l’amour dans la chambre noire, je passais
de longs moments à regarder les photographies des autres étudiants.
Des visages, des architectures, des situations, des corps, des lumières, à
force de les regarder, je fini par m’ennuyer, chacune à sa manière était
unique, d’une beauté fragile ou d’une réussite géométrique mais je
me posais la question pourquoi, pourquoi cette image avait été retenu
dans le continuum espace-temps. Et plus j’allais dans la chambre noire,
moins je comprenais cette représentation du monde, cette accumulation
d’images cherchant à capter les formes et les nuances de notre existence.
Plus cette construction d’idée m’envahissait, moins j’avais envie de faire
de la photographie. Et pourtant, l’excitation de voir ces images inutile
dans cette espace noire me fascinais. Je continuais donc à prendre des
photos malgré moi, mais je ne prenais plus de photo de mon quotidien,
je gardais juste mon appareil autour du coup pour me sentir encore
autorisé, faire partie de cette catégorie. C’est dans la nuit, deux à trois fois
par semaine, alors que je me retrouvais avec moi même, que j’installais
une table photographique. Pliant de moitié mon matelas, mettant des
lumières de chaque coté et installant mon appareil sur un pied, je passais
des heures à préparer une photo, souvent un manuel d’électroménager
ou l’on pouvait lire certains passages ou voir une images plus ou
moins flou. Le lendemain j’allais passer des heures à travailler sur les
agrandisseurs de la chambre noire, regardant avec excitations les
nouvelles photographies dans le séchoir. Je n’aimais pas voir d’autres
personnes à l’oeuvre, je préférais attendre ailleurs pour revenir voir les
images sortie de tout contexte, réduit à leur logique la plus simple, sans
aucune attache, des objets neutre.
Cette petite habitude continua quelques
mois, jusqu’au mois de mai, un des premiers
soir où il commence à faire beau et chaud.
J’étais entrain de récupérer des photos dans
la chambre noire, lorsqu’une fille, que j’avais
déjà croisé plusieurs fois sans jamais lui
avoir vraiment parler, entra dans la salle. Elle
s’approcha de moi et regarda la photos que
j’avais entre les mains, je regardais son visage
fin, plein de curiosité, elle se retourna vers
moi et éclata de rire. Quelques minutes plus
tard nous étions entrain de se déshabiller
l’un l’autre, nous fîmes l’amour plusieurs fois,
à l’excès, comme si c’était la dernière fois.
Nous passions la nuit à nous découvrir, je ne
suis jamais retourné dans une chambre noir,
je suis devenu iconoclaste.
Félix Ramon - 20
Curriculum Vitae
Tout document supplémentaire sera fourni sur demande ou trouvable sur le site internet
http://www.felixramon.net
2015
Perdre la tête au pays des selfies.
Soirée performance et installation au Grand Palais lors de la Nuit blanche 2015, le 3 octobre avec le groupe PEZCORP.
PEZ Screening (Mp3)
Projection vidéo à Marcoussis (91) le 30 aout 2015 avec le groupe PEZCORP.
Workshop : A round table
Au HSBXL à Brussels, le 22 et 23 janvier 2015.
2014
Le Projet CHC
Soirée performance à Bruxelles à projection room le 6 décembre 2014 et à Saint-Ouen à Main d’Oeuvre courant 2015
avec le groupe PEZCORP.
Limbo / Mambo / Jambo #5
Soirée performance et installation synchronisé à Bruxelles dans 4 lieux : De La Charge, Abilene, H.E.K.L.A et Rosa Brux
le 11 octobre 2014 avec le groupe PEZCORP et Eve Chabanon, Margaux schwarz, Benjamin Efrati et Sarah Caillard.
Coordonné par Baptiste Mano, Kevin Senant et Félix Ramon.
PEZ Screening (Mp3)
Projection vidéo à Marcoussis (91) le 30 aout 2014 avec le groupe PEZCORP.
Workshop : A round table
A C-base à Berlin, la semaine du 15 mai 2014.
A la recherche du MacGuffin
Soirée performative au 6B à Saint Denis, en avril 2014 avec le groupe PEZCORP.
2013
Workshop : A round table
Au HakerSpace TOG à Dublin, du 3 au 5 décembre 2013.
Locked-in / Locked-out
Exposition à Irish Museum of Contemporary Art à Dublin du 8 novembre au 4 décembre 2013 Commissaire : Emmanuel
Marion.
Résidence St Patrick Lodge
Résidence à la St Patrick Lodge à Dublin du 30 octobre au 4 décembre 2013.
PEZ Time Story (Mp3)
Nuit de performances à Marcoussis (91) le 31 aout 2013 avec le groupe PEZCORP.
Panorama 15
Exposition collective au Fresnoy, du 7 juin au 20 juillet 2012, Commissaire : Arnaud Laporte
Scénographe : Christophe Boulanger. Résultat d’une année de recherche au sein du SNAC, Le Fresnoy.
2012
Cabaret Hors Champ : Les illusions sont choses communes
Soirée Performance avec le groupe PEZCORP., le 26 octobre 2012 au café de Paris à Paris.
Safari Cannibale (Mp2)
Nuit de performances à Marcoussis (91) le 9 septembre 2012 avec le groupe PEZCORP.
PEZ : Karaoke - Again Again / Mulhouse012
Installation monumental à Mulhouse012 avec le groupe PEZCORP. du 6 au 9 Juin 2012.
Avec Caroline Barc, Tayeb Bayri, Fanny Chassot, Audrey Gleizes, Paul Guilbert, Thomas Lasbouygues, Elsa Macaret, Gregory
McGrew, Felix Ramon, Kevin Senant, Claire Serres, Valentine Siboni, Erwan Soumhi.
Panorama 14
Exposition collective au Fresnoy, du 2 juin au 22 juillet 2012, commissaire : Benjamin Weil.
Résultat d’une année de recherche au sein du SNAC.
2011
Digital Art Conservation: Unfaithful Acts / GreenKey
Installation et Performance à l’ESADS, le 24 et 25 novembre 2011 dans le cadre du symposium Digital Art Conservation: Practical
Approaches proposé par le ZKM de Karlsruhe.
Swamp Opera (Mp1)
Nuit de performances à Marcoussis (91) le 3 septembre 2011 avec le groupe PEZCORP.
Karaoke : I’ve a feeling we’re not in Kansas anymore
Exposition des diplômes de l’ESADS, Installation monumentale avec le groupe PEZCORP.
Infidélités Don Juan - Le test de mai
Triptyques vidéo du 20 au 28 mai 2011 à Pôle Sud dans le cadre du Festival Nouvelles Danse / Performance avec le groupe de
travail HorsFormat de l’ESADS.
Video Eksperimental Prancis di LIP : Diskusi dan Pentas
Vidéo-Présentation le 25 Avril 2001 au Centre Culturel Français de Jogjakarta, en Indonésie, mise en place par Audrey Gleizes et
Chloé Mérigot.
Festival Ososphère 2011 : Bruit Blanc & Brumes Électriques
Soirée performative le 15 février 2011 au Môle Seegmuller à Strasbourg dans le cadre du festival Ososphère 2011 avec le groupe
de travail Phonon Lab (ESADS).
Infidélités Don Juan - Le test de février
Semaine de recherche et de présentation polymorphe du 7 au 11 février 2011 au Centre Européen d’Action Artistique
Contemporaine (CEAAC) à Strasbourg.
2010
BlueSky : VGA ... y el Factor Suerte
Exposition du 22 Novembre 2010 au 4 janvier 2011 au Musée d’Art Contemporain de Vitoria, Artium en Espagne dans le cadre
de Praxis avec le groupe BlueSky (constitué d’Anne Lise Le Gac, Fanny Chassot, Paul Guilbert, Paul Souviron et Francisco Ruiz de
Infante).
Pontoon Effect / Nuit Blanche de Metz 2010
Installation/Performance collective et multimedia le 1er octobre 2010 sur la place St Étienne de Metz, en collaboration avec la
galerie Faux Mouvements et l’ESADS.
Félix Ramon - 21
La Nuit Européenne des Musées : Zoocratie
Installation/Performance multimédia le 15 mai au Musée Zoologique de la ville de Strasbourg. Avec Julien Margelin, Kevin
Senant, Mohamed Tayeb Bayri et Paul Guilbert.
About:Blank
Exposition du 8 au 12 mars 2010 à la salle des Pas Perdus à l’ESADS avec Paul Guilbert.
Vortex Tour
Soirée performative le 27 janvier 2010 à La Chaufferie à Strasbourg, en collaboration avec l’ESADS.
2009
PoolKey 1 & 2
Première installation multimédia le 12 novembre 2009 à l’ESADS.
Deuxième installation multimédia du 19 au 21 novembre 2009 à l’ESADS dans le contexte des 50 ans du Ministère de la
Culture. Avec Pierre-Yves Boisramé, Antoine Mathieu, Mohamed Tayeb Bayri et Francisco Ruiz de Infante.
Montée Mécanique
Exposition du 9 au 15 septembre 2009 à l’Espace des Arts Sans Frontière à Paris (75019).
Avec Vincent Baumont, Engel Boudreaux, Camille Bres, Clément Delerot et Gregory McGrew.
AlgoRythmes du week-end
Exposition performance le 13 Juin 2009 de 14h à 20h et le 14 Juin 2009 de 11h à 20h à la galerie Interface à Dijon avec le
groupe BlueSky.
Formation
2014 à 2015
42 association
Approfondissement des connaissances techniques en programmation informatique.
C, php, javascript.
2011 à 2013
LeFresnoy
Studio National des Arts Contemporains
2011
DNSEP option Art
École Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg (HEAR).
2006 à 2011
École Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg (HEAR).
Groupe de recherche en Arts Hors Format.
Francsico Ruiz de Infante, Pierre Mercier,
Eléonore Hellio, Anne Laforet.
Drive out / XIII Media Art Biennale : expanded city, WRO Art Center
Installation/Performance multimédia du 29 avril 2009 au 7 mai 2009 à Wroclaw en Pologne.
2002 à 2005
Lycée autogéré de Paris.
Le terreau de Marcoussis
Exposition du 13 Janvier au 25 janvier 2009 à la Médiathèque Léo Ferré de Marcoussis (91).
Soutenue par Joséphine Chevry et l’Atelier 13.
Aptitudes et compétences personnelles
Langue maternelle
Français
Langue courante
Anglais
2008
La nuit des machines à voler
Installation/Performance multimédia le 26 juillet 2008 de 14h à 23h à l’aérodrome de Rolanpont (52), en collaboration avec
Autour De La Terre et le groupe BlueSky.
Le Crocodile Apode
Une infiltration BlueSky performative le 22 Juin 2008 durant le festival expérimental Babylon Express à La Chaufferie de
l’ESAD de Strasbourg avec Anne Lise Le Gac, Francisco Ruiz de Infante et Fanny Chassot.
NonSi LibertY
Soirée performative le 13 Juin 2008 de 20h à l’aube, à la MJC LilleBonne de Nancy à l’occasion de Les Yeux, la nuit (Nuit de la
Vidéo de Nancy) avec le groupe BlueSky.
Dans la lune, à coté de la plaque
Exposition du 15 mars au 31 mai 2008 au Centre de Création pour l’Enfance à Tinqueux (51) avec le groupe de travail Art3 de
l’ESADS.
Les absents ont toujours raison
Exposition le 4 janvier et 5 janvier 2008 à L’Agence Expérimentale à Paris (75014).
Avec Tania Akhmetgalieva, Vincent Baumont, Pakhlava Bengalskaia, Charlotte Gonzalez, Dina Grigorieva, Anton Khlabou,
Olga Lovcus, Greg Mc Grew, Sveta Mihailova et Olesya Shchukina.
Félix Ramon - 22