dossier Michel 2014.indd

Commentaires

Transcription

dossier Michel 2014.indd
Ariane Michel
18, rue du Mont Cenis 75018 Paris
[email protected]
www.arianemichel.com
+33 (0)6 07 24 25 27
Oeuvres
Imago
Photo print, 2014
Production: Hors Pistes / Centre Pompidou, 2014
Imago est la trace d’un événement
survenu dans une salle de cinéma du
Centre Pompidou.
Imago is the remain of an event that
took place in Pompidou Center’s film
Theatre.
Le Dernier Voyage
Video, 24 min, 2013
Production: Musée Eclaté de la Presqu’ile de Caen
Un habitant des marais rencontre une
paire de conteneurs abandonnés. Il
tnte de leur redonner vie avec ses
mains
avec: Dominique Mahut
A swamp Man meets a couple of
abandonned containers. Using his
hands, he tries to bring them back to
life.
With: Dominique Mahut
Tube Safari
Oeuvre in situ
49 affiches quadrichromes 2m x 1m50
Couloir de métro, station Concorde / 18 Avril - 1er Mai 2012
Production: RATP, Le Pavillon-Neuflize, La Fondation d’Entreprise Ricard et Jousse Entreprise.
Avec l’aimabe collaboration de Métrobus
Courtesy Jousse Entreprise
A partir de fragments de nature
systématiquement photographiés sur
des affiches du métro, Ariane Michel a
recomposé, dans le couloir principal
d’une grande station parisienne, une
sorte de voyage visuel : Depuis le
haut de montagnes jusqu’à des plaines
nocturnes en passant par le fond des
mers, le voyageur du métro, en même
temps qu’il devient par surprise visiteur
d’une exposition, expérimente un
pseudo-déplacement sensoriel. Si les
horizons sont là, savamment recomposés
pour en rétablir la continuité, les trames,
reflets et imperfections des images
photographiées subsistent toujours pour
rappeler qu’il ne s’agit là que d’un
réaffichage.
Images : Vues de l’installation station Concorde, Paris 2012 © A. Michel
Images : Vues de l’installation station Concorde, Paris 2012 © A. Michel
Images : Vues de l’installation station Concorde, Paris 2012 © A. Michel
La Ligne du Dessus
THE Top Line
Quadriptyque vidéo / 4 channel video installation
4 HD projections, synchronized, with sound.
dimensions variables (mini 12m/L)
Durée / Duration : 24 min. 2010.
Production: Espace Croisé, Roubaix.
Avec le soutien de l’association Takh (www.takh.org)
Image : Vue d’Installation à la Fondation Ricard, Paris, © Marc Domage & Fondation Ricard.
les chevaux des grottes préhistoriques,
sauvages et miraculés, se réveillent chez
eux. Leur présence intense et leurs pas
redessinent les lieux de la Préhistoire.
De l’agression du soleil à l’impassibilité
de la lune, le visiteur est invité à les y
rejoindre. un film en quatre écrans.
This video is a rereading rock paintings:
miraculous survivors, the horse that the
prehistoric painters of Lascaux took
as their models have returned to the
wild into their ancestral landscape.
From the aggression of the sun to
the impassiveness of the moon, from
the burning sand of the hills to the
cool water of the plain, the viewer is
invited to join them. A 4 channel film.
Images : Vue d’Installation à la Fondation Ricard, Paris, © Marc Domage & Fondation Ricard.
Le Faisceau
The Beam
Video, 1’50’’, silent, 2010
A projeter sur surface noire / To screen onto black wall
Le faisceau d’une lampe cherche
quelque chose dans la savane.
A torchlight’s beam searches for something into the savannah.
L’Aube
THE Dawn
Triptyque Photographique
Trois tirages argentiques mats contrecollés sur aluminium
Les Lutétiens
THE Lutetians
Aquarium, escargots aquatiques,
dalles de Calcaire du Bassin Parisien - étage Lutétien.
L: 211 cm x h: 90 cm x p: 35 cm
Pièce Unique, 2010.
Cet
aquarium
d’un
format
2:35
(cinémascope) rassemble des mollusques
aquatiques céridés et des dalles de
pierre de taille du bassin parisien
de l’étage dit «Lutétien», où figurent
de nombreuses empreintes fossiles de
leurs ancetres, qui vivaient là il y a 40
millions d’années. Cette pierre de taille
a servi et sert encore aux constructions
haussmaniennes et classiques typiques
de Paris.
This fishtank is shaped as a
cinemascope image, according to the
2:35 ratio. It gathers together a series
of specific molluscs with the fossile
remains of their ancestors who lived in
paris 40 thousand million years ago.
These fossiles appear into specific
a «Lutetian» limestone which is a
typical material of Paris’classical and
haussmanian buildings.
72°26’37’’/107°15’54’’
Photographie, 2010.
tirage argentique couleur
LE CAMP
THE CAMP
Installation
Triptyque de Projections vidéo HD, sonores.
revêtement de sol, matériel de camping
Au milieu d’une nature plate, un
campement. L’air est tapissé de
moustiques. Le visage carapaçonné
derrière des filets verts, les humains
travaillent à leur survie mais tentent
d’autres activités : un indien débite de
la viande fraîche, des types manipulent
des ossements, il y a des enfants, un feu,
un chien. Toujours les moustiques sont
là, veilleurs avides, en multitude.
Le Camp propose au visiteur de s’installer
dans une situation apparemment irréelle,
aux confins du rêve et du cauchemar.
In the middle of a flat landscape,
a camp. The air is totally filled with
mosquitos. Hidden behind protective
nets, people work for their survival. A
man slices a fresh meatloaf, another
one installs a mosquito net, there is
a child, a fire, a dog... The mosquitos
being there, constantly, surrounding
them.
THE CAMP is a 3 channel video installation
that invites the viewer to experience a
strange reality between dream and
nightmare.
Dans la pièce, du matériel de
camping joue les effets miroir avec les
éléments du décor qui apparait dans
la vidéo. Le son du bourdonnement
des moustiques est incessant et
enveloppe le visiteur.
The room is installed with camping
furniture so as to create a
continuity with the video’set. The
mosquitos’buzz is never ending and
sound surrounds the visitor.
Les Ancêtres
THE Ancestors
Série de photographies, nombre et dimensions variables.
Tirages aux sels d’agrent réalisés par l’artiste, 2010.
Mammouth, bison, cheval, boeufs
musqué, renne,... «Portraits» d’ossements
préhistoriques datant de 18 000 à 23000
ans, découverts au Taïmyr, Sibérie.
Mammoth, bison, horse, muskox, reindeer,... «Portraits» of prehistoric bones,
dated 16000-21000 BC, and discovered
in Taimyr, Siberia.
LA CAVE
THE CELLAR
installation video.
Video HDV, stereo & container de bois / wooden crate
(durée du film / duration of the film : 13 min).
Dans une cave de glace, un homme
travaille à la lueur d’une lampe. Il
réchauffe patiemment un grand bloc
de terre gelée. Peu à peu Des poils
apparaissent, de la chair, des défenses...
il révèle le corps de Jarkov, un Mammouth
de 19000 ans conservé intact dans le
pergélisol de Sibérie.
Inside an icy cellar, a man is working lit
by lamplight. He is patiently thawing a
huge block of frozen earth. Around him,
some bones glitter. They are enormous.
One gradually discovers that he is
bringing a thick fur back to life. It’s a
mammoth, remained intact after 19000
years in Siberia’s permafrost.
Avec/with : Bernard Buigues; Production : Ariane Michel; Son/sound : Georges-Henri Guedj
THE SCREENING
Performance & installation.
Video DVCPro HD, stereo
(durée du film / duration of the film : 24 min).
“The Screening” est une performance
qui met en scène un film.
The Screening is a performance that
features a film.
“Une nuit, dans une forêt. Hiboux, furets,
renards... l’activité des bêtes bat son
plein, quand des rais de lumière percent
l’obscurité : des humains approchent. Ils
se rassemblent devant une grande surface blanche qui plongée dans le noir,
s’anime.”
“One night, in a forest. Owls, furets,
foxes... The usual activities of the
beasts are disrupted by rays of lights:
it’s a group of humans. They gather in
front of a white surface onto which,
when it’s dark again, shadows start
moving.”
Ce synopsis est à la fois le résumé de
ce qui apparaît sur l’écran, et celui de
la soirée vécue.
This synopsis is both the narration of
what appears on the screen, and the
one of the whole evening.
Un public est effectivement guidé à
la lampe-torche à travers une forêt.
Invité à s’installer dans une clairière
aménagée en “cinéma”, il y découvre un
film nocturne qui commence à la manière
d’une sorte de fiction animalière, mais propose peu à peu un trouble sur le moment
vécu. Au fur et à mesure qu’il se déroule,
une continuité avec présent se profile,
jusqu’à ce que des silhouettes humaines apparaissent sur l’écran: les gens
ont alors l’impression qu’il s’agit d’euxmêmes.
Le film représente en effet la situation
vécue, mais dans le point de vue de
la nature environnante. C’est une mise
en abyme; pas tout à fait un reflet, plutôt un miroir déformant : la réalité et sa
temporalité sont légèrement tordues, étirées par le fond du bois.
Ainsi le public se voit vu par des bêtes
sauvages, et peut penser qu’elles sont
là, tapies dans le noir. Ainsi, lorsqu’à la
fin de la projection, les yeux d’un hibou
regardant le public du film emplissent
l’écran, un hibou réel apparaît justement
derrière le groupe qui assiste à la performance... Le trouble peut alors prendre
toute son ampleur.
This synopsis is both the narration of a
performance, and the one of the film it
featured.
An audience is guided into a forest by
torchlight. They sit in a glade, before a
screen, and a film projection starts.
At first reminiscent of a wildlife film, as it
progresses a certain continuity with the
truth emerges, people having the feeling
of watching themselves on screen - the
film, The Screening, depicting the situation as experienced, but from the specific viewpoint of the natural, surrounding
world - is a ‘mise en abyme’. Not quite a
duplicate, it is, rather, a distorting mirror,
one that stretches reality from behind the
bushes.
Fox, hedgehogs, owls... The audience witnesses the fact of being watched, and
one might think the animals are there for
true, staring at humans from the darkness. So, when at the end of the film, as
the eyes of an owl are like fighting with
a bright light and filling up the screen,
a real owl appears behind the audience
in the ray of a torchlight, the trouble can
remain entire and stay in memories.
Une expérience qui, dans sa petite
schizophrénie, offre à la fois un écho au
chamanisme et un jeu conscient avec un
lieu, avec un film, et avec le monde sauvage.
A kind of schizophrenic experience
that is both an echo to chamanisn and
a pleasing game of conciousness with a
place, with the wild, and with a film.
DVD disponible / DVD available on the website: www.potemkine.fr
LES HOMMES
MAN ON LAND
Long-métrage / Feature film
Digital Video transferred on 35 mm,
Dolby surround sound.
95 min, 2006
Grand Prix de la Compétition Française, FID Marseille 2006
Great Prize of French Competition International Documentary Festival Marseilles 2006
Sortie Nationale en France, 2008, shellac Distribution.
National Theatrical release, France, 2008
“Aux confins d’une mer gelée, un bateau
s’approche de la terre. Des silhouettes
humaines en sortent, elles paraissent
étranges. La glace, les pierres et les
bêtes du Groënland assistent depuis
leur monde immuable au passage de
scientifiques venus un été pour les étudier.”
“At the furthermost bounds of a frozen
sea, a boat approaches a land. Human
silhouettes come out of it, they appear
strange. From their immutable world,
the ice, the stones and the animals of
Greenland witness the arrival of scientists
who come a summer to study them.”
Ce film propose une expérience au
spectateur : se caler dans le regard
d’une ile sauvage pour observer la
présence des Hommes. Il tente d’adopter une autre vision du monde pour permettre un voyage au coeur des choses,
un rêve éveillé dans lequel la nature
observe.
Ainsi les boeufs musqués, l’ours polaire,
les stern arctiques... mais aussi les galets
de granit, la toundra, la banquise et le
vent, sont avec nous. Ils encadrent le
regard et nous sentons leur respiration.
Comme sur une autre planète mais pourtant bien sur la Terre, inquiets ou curieux,
nous devrions ainsi assister à la venue
des humains, nos semblables pourtant,
comme si on ne les avais jamais vus.
Inattendue, intrusive mais finalement
délicate, leur présence sera fragile.
Depuis le temps des pierres, on se
demandera ce qu’ils sont, ce qu’ils font
et pourquoi. A mesure que la nature va
les accueillir dans son domaine, l’étrangeté et la singularité de leurs gestes
empliront le film. Puis leur parole. Mais
alors qu’on pensera comprendre leurs
intérêts de scientifiques et que nous
croirons assister au retour de l’humain
dans sa place à la tête du monde, les
Hommes du film joueront à nous laisser
entrevoir à quoi pourrait ressembler leur
disparition.
This film proposes an experience to the
viewer : to lie inside the lookout of a
wild island so as to observe the presence of human beings. To adopt another
vision of the world that allows a trip in
the heart of things, an eyes-open dream
in which Nature observes.
Although the musk oxes, the polar bear,
the arctic Sterns... but also the rocks, the
Toundra, the ice-shelf and the wind are
with us. They frame the lookout and one can
feel their breathing. Like on another planet,
but still on Earth, one shall witness, worried
or curious, the arrival of humans, seeing
them, even if they are one’s fellow, as
creatures never seen before.
Unexpected, intrusive, but finally delicate, their presence will be fragile. From
the time of stones, one should wonder
what they are, what they do and why.
As Nature gradually welcomes them into
its domain, the oddness and the singularity of their gestures will fill up the film.
Then their speech. In the end, while the
spectator will think to finally understand
their scientists’ interests and witness the
return of man at its leading position in
the world, the men of the film will let us
imagine what their diseappearance could
look like.
LES YEUX RONDS
THE ROUND EYES
Installation vidéo In Situ
& Vidéo, 4’30 et 6’30, 2006
Un soir d’hiver, la place de la Concorde.
L’activité humaine bat son plein, et la ronde
incessante et bruyante des voitures scintille
sur le bitume. Un oiseau au plumage clair
se détache dans la nuit des Tuileries. Une
chouette. Elle scrute cette ronde mécanique,
ce qui semble lui donner le «tournis» : son
visage tourne et se tourne, comme pour
poser une question.
A winter evening, on Place de la
Concorde. Human bustle is at its height
and the endless, noisy conga of cars
glistens on the tarmac. A bird with lightcoloured feathers stands out in the
darkness over the Tuileries. An owl. It
stares at this mechanical dance, which
seems to make its “head spin”: its face
turns and turns, as if to ask a question.
La première version de cette vidéo a
été Conçue pour être projeté de nuit
sur le fronton du Musée du Jeu de
paume, place de la Concorde à Paris.
Il y jouait en champ-contre champ au
miroir déformant.
This video’s first version was made to be
screened at night on the frontage of the
Jeu de Paume museum (Concorde Square,
Paris). The film, by playing a shot-reverse
shot mechanical game, becomes a kind of
distorting mirror.
APC KARAOKE
Collaboration avec / with
Jean Touitou
DVD unlimited edition. 2007
see: www.apc.fr
La partie instrumentale de morceaux du
répertoire populaire (Les Ramones, les
Kinks, M. Jackson, Madonna, les Spice
Girls...), rejouée sur le défilement improbable
d’un paysage de banquise. Les paroles
apparaissent, synchronisées.
Un voyage dissonant entre la temporalité
d’une nature irréelle, inaccessible, et
les strates que notre mémoire a formées,
l’oreille collée à la radio.
Conçu pour être chanté ou non, selon son
bon plaisir.
The instrumental part of great pop &
rock songs (The Ramones, the Kinks, M.
Jackson, Madonna, The Spice Girls...), rerecorded, and the lyrics as titles, lied
on surreal tracking-in on an icy sea.
A travel between the temporality of an
unaccessible nature and the layers that
our memory has accumulated, listening
to radio.
To be sang or not, according to each
one’s pleasure.
LÀ BAS SI J’Y AI ÉTÉ
WHETHER I’VE BEEN THERE
Installation. 2007
Poupée, caméra, dvd du film Les Hommes
et bande sonore environnante.
Doll, camera, DVD of Les Hommes
and additionnal soundtrackDVD unlimited edition.
Une silhouette est couchée sur le sol,
hyperréaliste, en action de filmage.
Dans l’écran vidéo de la caméra qu’elle
tient dans ses mains, les images du film
Les Hommes, prises au ras du sol. Le
son du film emplit les lieux. Retour
factice sur une situation.
A hyperrealist figure lies on the ground,
in a filming position. In the LCD screen of
the camera “she” hangs, the images of
the film Man on land, mostly taken from
the ground level. Its soundtrack fills up
the space. Fake return to a past situation.
SUR LA TERRE
ON THE EARTH
Video, DV, beta et dvd, 13 min, 2005
son Stereo.
A présenter avec lit de repos ou sur du sable.
to be installed with a rest bed or on sand.
Sur une rive sauvage, dans un calme
si absolu que l’eau ondule comme de
l’huile, une respiration profonde s’élève.
Hors du temps et du monde humain, le
sommeil des morses est vieux comme la
pierre, et se laisse à peine troubler par
l’approche d’un intrus.
On the wild shore of a remote land,
everything is quiet. One can ear a deep
breathing. Far from the human world
and out of time, the sleep of the walruses, as old as the stones around, will
hardly be troubled by the intruder that
approaches.
Projet d’installation nocturne de Sur la terre sur une plage.
Project for One the earth on a beach.
“ICI,”
“HERE,”
Video, 13 min, 2005
Stereo sound
Un voyage dans nos paysages familiers,
ou comment fabriquer un espace continu
à partir de cartes postales, des icônes
qui disent leur nature.
A trip through our landscapes made
from postcards and ambient sounds.
Our iconic landscapes re-transformed
into spaces.
LES FOURMIS
THE ANTS
Serie of 5 Enlarged postcards
Plastified digital prints on cardboard
130 x 90cm. 2005
Des images fixes et des objets:
des cartes postales sont agrandies.
La trace humaine d’un point de vue
touristique.
Still images that are objects:
some enlarged postcards.
Human traces from a touristical point of
view.
RÊVE DE CHEVAL
HORSE DREAM
Vidéo, 10 min, 2004
son Prologic 5.1
Ils sont là, ils dorment. Des chevaux.
D’une jambe sur l’autre, calmes et
solides, tapis dans l’hiver. Une rumeur
monte au loin. Les oreilles se dressent,
tous l’ont entendu.
Dans leur langage secret, ils se mettent
d’accord: ils ont peur et il faut courir.
De la panique surgit un animal rayé: un
zhorse, hybride et inquiétant comme une
énigme.
Here they are, sleeping. Horses.
From one leg onto the other, strong and
quiet, hidden in the winter. From far
away, a rumor comes up. Ears straighten-up: all of them have heard.
In their secret language, they all come
to an agreement: they are scared and
have to run away. A weard animal will
appear in their panic, a zhorse, hybrid
and worrisome like an enigma.
APRÈS LES PLUIES
AFTER THE RAIN
Vidéo, 8 min, 2003
Stereo sound
Par une nuit incertaine, un animal errant
arpente des terres, humant l’athmosphère
etrange de l’après.
In an uncertain night, a wandering
wolf-hound, and the athmosphere of
the “after”.
Dans le Gard, après les inondations de
Septembre 2002. Quand un instant a
transformé des lieux familiers en territoires
fantastiques. Quand le chien devient une
bête, la seule qui subsiste parmi toutes
celles qui vivaient là.
South of France, after the 2002 floods.
When a single moment has turned
familiar places into sets of fantasy.
When the dog becomes a beast, the
only one left of all the ones that lived
there before.
Biographie
Biography
Ariane Michel, née en 1973 à Paris où elle
vit aujourd’hui.
Après des études à L’Ecole Nationale
Supérieure des Arts Décoratifs (Paris)
et un passage au Pavillon - cellule
de recherche au Palais de Tokyo,
Ariane Michel a réalisé des travaux en
vidéo qui s’inscrivent le plus souvent
dans des dispositifs d’installation ou,
plus récemment, de performance (The
Screening). Son long-métrage Les
Hommes, qui a reçu le Grand Prix de la
Compétition Française au FID Marseille
2006, est sorti en salles de cinéma en
France en 2008, et édité depuis Mars
2010 en dvd (http://www.potemkine.fr/).
Qu’ils soient visibles en galerie, au
cinéma, dans une forêt ou chez soi,
ces travaux s’inscrivent dans une même
recherche : offrir à celui qui les approche
une expérience perceptive.
Ariane Michel lives in Paris where she
was born in 1973, and graduated from
the École Nationale Supérieure des Arts
Décoratifs (Paris). Her work has been
shown in the contemporary art field
(FRAC in Reims, MoMA, New York) as well
as film world, (Locarno, IFF Rotterdam or
FID Marseilles). Her recent project, THE
SCREENING, which is both a performance
and a film, was shown as an «Art
Statements» project at Art Basel 38, and
on the Piazza Grande at Locarno 60th
Film Festival. Her latest personal show
took place in the Atelier du Jeu de
Paume, Paris. Her feature film LES HOMMES
(95’, 2006, Grand Prize for french
competition at FID Marseilles 2006) will
be released in France in 2008 (Shellac
Distribution).
Whether she makes installations,
performances or simple screenings, video
(or film) is recurring in Ariane Michel’s
work that intends to create perceptive
experiences.
TRAVAUX / WORKS :
2013.
2012.
2011.
Le Dernier Voyage
Tube Safari
Stéréoscopie
Rainforest
2010. La Ligne du dessus
Le Faisceau
Les Lutétiens
L’Aube
72°26’37“N / 107°15’54“E
2009. La Cave Jarkov
Le Camp
Les Ancêtres
Metamorphosis
2008. Les Oiseaux de Céleste
The Footpath
2007. The Screening
Là bas si j’y ai été
2006. Les Hommes
Les yeux ronds
2005. «Ici,»
Sur la terre
Les fourmis
2004. Rêve de cheval
2003. Après les pluies
2001. Dans les murs
2000. Petite d’Homme
EXPOSITIONS PERSONNELLES / SOLO SHOWS :
2011.
- Loop Art Fair, Barcelona. Ariane Michel représentée par la galerie
Jousse Entreprise.
2010. -
Paleorama, Fondation d’Entreprise Ricard, Paris
La Ligne du Dessus, Espace Croisé, Roubaix
Le Camp, Galerie Jousse Entreprise, Paris
Ariane Michel, Centre André Malraux @ Int. Film Festival Sarajevo, Bosnie
2009. - Parmi nous. Ariane Michel, Stolac, Bosnie Herzégovine
2008. - Ariane Michel, The French May / Alliance Française de Hong Kong
& agnès b.’s librairie Gallerie, Hong Kong, Chine
2007. - “The screening”, galerie Jousse Entreprise, Paris
- “The screening”, Art Statements project, Art Basel 38
- “Ici, Sur la terre, Les yeux ronds, Les Hommes et Les fourmis...”,
E.R.B.A. Valence.
2006. - Parmi nous, L’Atelier du Jeu de Paume, Paris.
2005. - Sur la terre, Exposition à la Galerie Où / FID Marseille, Marseille, France.
2004. - Rêve de cheval, Espace Croisé, centre d’art contemporain, Roubaix.
- D’ICI-LA, exposition personnelle sur une invitation de Claire Staebler,
Miss China Beauty-Room, Paris.
EXPOSITIONS DE GROUPE / GROUP SHOWS :
2013.
-
Musée Eclaté de la Presqu’ile de Caen, site de Sallenelles, Calvados.
Vertiges et Mythes du Périurbain, Maison Rouge, Paris
Rives Imaginaires, sur les pas d’Ulysse. Château de Tarascon, France
Art en plein air Malbuisson 2013. Malbuisson, France.
2012.
- Les Explorateurs, Soirée Nomade, Fondation Cartier, Paris
2012.
- This and There Les 10 ans du Pavillon Neuflize. Fondation d’Entreprise Ricard.
- Bêtes Off. La Conciergerie, Paris
2011.
- Apartés. Musé&e d’Art Moderne de la Ville de Paris.
- Entre Temps. Collection du Musee d’Art Moderne de la Ville de Paris
Minsheng Museum, Shanghai.
- naked Nature. Château de Vert-Mont, Rueil-malmaison
- L’artiste narrateur. Coll MAMVP. Musée des Beaux Arts de TaÏpeh.
- Dedans - Dehors. Château de Lacaze, Marmande.
- Paris et Création. Vitrines Sur l’art. Galeries Lafayette, Paris.
- Les Nouveaux explorateurs, Crypte Sainte Eugénie, Biarritz
2010. - Nuit Blanche, Paris & Nuit Blanche Gaza, Palestine
- Exhaustion. The Jerusalem Show, curator: Jack Persekian. Palestine
- Scavi. Group Show. Curator: Simone Menegoi. CCF, Milano, Italy
- Biennale de Belleville, Paris
- Entre Temps. Coll; MAMVP. Loft Project Etaghi, Saint Pétersbourg
2009. - ENTRE TEMPS / A decade of French Videoart in the collections of
le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris / ARC. Oi Futuro, Rio de Janeiro
- NUIT BLANCHE 2009, Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, Paris
- Le Vent des Forêts, Lahaymeix, Meuse. Sur une invitation du FRAC Lorraine.
- Etrange Familiarité, Familière Etrangeté, FID Marseille, Gal.Montgrand, Marseille
2008. - “Observing beast, time, evolution”. Art and Science. Kunstverein
Hildesheim und Roemer- Paelizaeus Museum, Hildesheim, Allemagne
- “In the cinema”. Centro de Memoria, Vila do Conde, Portugal
2007. - L’Atelier du Jeu de Paume : une nouvelle génération d’artistes,
Maison d’Art Bernard Anthonioz, Nogent sur marne.
- Drôles de bêtes !, Salle Bérégovoy, Guyancourt, Yvelines
- Around the Gallery, Jousse Entreprise, Paris
2006. - L’Usage du Monde. Rijeka. Croatie
- Pelouses autorisées. Videothèque Mobile Fabrice Gygi.
Parc de la Villette / Le Plateau – FRAC Ile de France. Paris
2005. -
Biennale de l’Image en Mouvement, Genève, Suisse.
VOIX OFF. Centre Régional d’Art Contemporain de Sète.
“Poesia in forma di rosa: tribute to Pasolini”. G.A.C. Monfalcone, Italie.
Jeunisme 2. FRAC Champagne-Ardenne, Reims.
2004. - «Je m’installe aux abattoirs», la collection d’Agnès b.
Musée des Abattoirs,Toulouse, France.
2003. - Prix Jaune Tonique, espace Paul Ricard, Paris.
- Free Style, Espace Croisé, centre d’art contemporain, Roubaix
2001. - Drive-in, exposition collective «off» la Biennale de Lyon.
1998. - AR, exposition collective, Galerie CROUS-Beaux Arts, Paris.
PROJECTIONS & FESTIVALS / SCREENINGS :
2011.
- A. Michel. Retrospective at Anthology Film Archive, New York, USA.
- The Screening. Crossing The Line Festival. New York, USA.
- Les Mardis du Documentaire. Les Yeux de l’ouïe, Nancy.
2010. - Rencontres Paris Berlin Madrid.
- One day screening. Curtas. Vila do Conde, Portugal
2008. - Les Hommes Sortie Nationale France, Shellac distribution
- “Paradise Now !”. Essential french avant-garde cinema. 1890-2008,
Tate Modern, Londres
- Ciné Français. zita / institut culturel français, Stockholm, Suède
- Soirée Flare / 1. : Les Hommes, Musée Fabre, Montpellier
- Rencontre avec Ariane Michel. Les temps forts d’Heure Exquise,
Palais des Beaux Arts, Lille
- Indie lisboa. Lisbon Independent Film Festival, Portugal
2007. - Locarno Film Festival, Piazza Grande, Special Event, Suisse.
- Scanners. Lincoln Center, New York.
- Documentary fortnight expanded, Museum of Modern Art, New York
- Cinema of the future, International film Festival Rotterdam, Pays Bas
- Indie lisboa. Lisbon Independent Film Festivall, Portugal
- Vancouver Intl Film Festival, Section “Climate for change“.
2006. - “Le documentaire: une tendance de la vidéo française contemporaine”.
Guggenheim Bilbao. Espagne
- Doc. sur Grand Ecran / Carte blanche aux Cahiers du Cinéma.
Cinéma des Cinéastes. Paris
- Rencontres Int. du Documentaire de Bogota, Colombie.
- Demain dès l’aube / Point ligneplan. Centre Pompidou. Paris
- Festival international du documentaire de Marseille.
(Grand Prix de la Compétition Française)
- L’Autre Ecran. Paris.
- Desert Nights Festival, Sous l’égide des Nations Unies (UNCCD), Rome, Italie.
- Indie lisboa Lisbon Independent Film Festival, Portugal.
2005 . - Festival du film de Bilbao, ZINEBI compétition officielle. Espagne.
- Fenêtre sur le court-métrage contemporain, La Cinémathèque
Française, Paris.
- Pointligneplan. Cinéma contemporain. MAC/VAL, Vitry sur Seine.
- Festival du film de Locarno, section “in progress“, Suisse.
- Manifesto, Pointligneplan au cinéma l’Entrepôt, Paris.
- Alchimicinéma. FRAC Champagne-Ardenne, Reims.
2004. -
Premieres, Museum of Modern Art, New York
Festival du film de Locarno, section “in progress“, Suisse.
Festival international du documentaire de Marseille (hors compétition).
Missing time, Programme par Laurent Grasso, Agnès b. cinéma!, Hong Kong
2003. -
International SASA awards, Catane, Italie
Rencontres internationales du cinéma à Paris, Forum des Images.
Festival international du documentaire, Marseille, section caméra Nova.
One minute before festival, Macao
Manifesto, projection Pointligneplan, La Femis, Paris
2002. - Bliss and whim, programme vidéo, Espace Croisé, Roubaix.
- Festival Videoformes, Carte blanche à Eric de Neuville, Clermont-Ferrand.
COMMISSARIAT & PROGRAMMATIONS / PROGRAMMING:
2006. - Le tour de l’île. Un programme de vidéos.
Festival du Film Insulaire de l’île de Groix, Morbihan.
2003. - L’Alchimicinéma / JM Chapoulie. carte blanche à Ariane Michel,
FRAC de Reims, France.
CONFERENCES - DEBATS
2012.
- Ce qui regarde dans la forêt / Conversation entre Ariane Michel
et Philippe Descola Museum National d’Histoire Naturelle, Paris
2010. - Ariane Michel, E.R.B.A. Nantes.
2008. - DE LA SALLE AU MUSÉE : QUELLE VISIBILITÉ POUR LE CINÉMA ? Centre Pompidou, Paris.
- Soirée Flare 1. Dialogue avec Corinne Rondeau. Musée Fabre, Montpellier.
- le Mouvement de l’Image: la création cinématographique en dialogue
avec les arts. Teatro Municipal Maria Matos, Lisbonne, Portugal
- Séminaire “Territoires du paysage” Ecole Supérieure d’Art de Metz
- Ariane Michel. Ecole Nationale des Beaux Arts, Lyon
- Ariane Michel. ENSAD et ENSBA à l’Auditorium du Jeu de Paume, Paris
2007. - Cinéma et Art Contemporain. Table ronde. Festival de Locarno.
- Devenir Animal. ECAV. Sierre Suisse.
- Ariane Michel. Ecole des Beaux Arts de Nîmes
JURYS
2008. - CURTAS. SHORT FILM Festival OF Vila do Conde, Portugal
2006. - Festival du Film Insulaire de l’île de Groix, Morbihan.
ETUDES
2002. - Le Fresnoy - Studio National, Tourcoing, France
2001. - Le Pavillon, cellule de recherche du Palais de Tokyo, Paris
1995-2000. -Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, Paris.
Diplôme en section vidéo. félicitations du jury.
1992-94. Deug de sciences humaines, mention sociologie, paris Descartes.
POUR UNE MISE À JOUR DE CES INFORMATIONS, CONSULTER:
http://www.arianemichel.com/