Une cinquantaine d`entreprises privatisées de façon douteuse

Commentaires

Transcription

Une cinquantaine d`entreprises privatisées de façon douteuse
AÏN-TÉMOUCHENT
P 24
Ph : Le Courrier d’Algérie
Une tortue géante retrouvée
vivante à la plage de Béni-Saf
L’INFORMATION AU QUOTIDIEN
Quotidien national d’information - Prix Algérie 10 DA - France 1 euro
Mardi 5 janvier 2016 - www.lecourrier-dalgerie.com - N°3608 - 12e année
NPM : la tortue échouée à Béni-Saf
BOUCHOUAREB LANCE UN PAVÉ DANS LA MARE
Une cinquantaine
d’entreprises
privatisées
de façon douteuse
Ph : APS
Invité du Forum d’El-Moudjahid, le ministre
de l’Industrie et des Mines, Abdessalem
Bouchouareb, a, encore une fois, après
la sortie médiatisée de son intervention
lors du Forum de la Chaîne 1, la semaine
écoulée, remis à l’ordre du jour les
avancées sensibles qu’enregistre son
secteur, englobant les volets investissement,
industrie et PME, du moins depuis qu’il a
réoccupé le portefeuille ministériel dans le
3e gouvernement de Abdelmalek Sellal, soit
depuis le 29 avril 2014.
Lire en page 3
CRISE DIPLOMATIQUE IRANO-SAOUDIENNE
Alger appelle
Riyad et Téhéran
à la retenue
l UNE RUPTURE ET DES INTERROGATIONS
Quelles conséquences
pour le Proche-Orient ?
P2
l ILS MENACENT DE DURCIR LEUR
ACTION SI LA TUTELLE NE RÉAGIT PAS
Les distributeurs
de lait en grève
P4
l L’AFFAIRE SONATRACH 1
SE POURSUIT AU TRIBUNAL
CRIMINEL D’ALGER
Yazid Meghaoui
nie tout en bloc
P4
2
ACTUALITÉ
Mardi 5 janvier 2016
CRISE DIPLOMATIQUE IRANO SAOUDIENNE
Alger appelle Ryad et Téhéran
à la retenue
«L'exécution en Arabie
saoudite du dignitaire
saoudien chiite, cheikh
Nimr Baqer al-Nimr
continue de susciter des
réactions à travers le
monde, en premier lieu,
l’Iran, qui tout en
dénonçant l'exécution, le
président iranien Hassan
Rohani, a jugé
«totalement injustifiables»
les attaques contre
l'ambassade de l'Arabie
saoudite à Téhéran et le
consulat saoudien à
Machhad, au nord-est
du pays.
près la réaction des
États unis «exhortant»
le gouvernement de
Ryad «à permettre que s’exprime
politiquement
la
contestation» en Arabie saoudite, la Haute représentante
de l'Union européenne(UE)
pour les affaires étrangères et
la politique de sécurité,
Federica Mogherini, a fait
savoir dans un communiqué
que «Le cas spécifique du
cheikh Nimr Al-Nimr soulève
de sérieuses inquiétudes
quant à la liberté d'expression et au respect des droits
civils et des politiques de
base»
a-t-elle
souligné.
L’Allemagne, par la voix de
son porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a
A
jugé que «l'exécution de Nimr
Baqer al-Nimr renforce l'inquiétude actuelle quant à une
tension croissante» dans la
région, Paris de son côté a
«déploré profondément l'exécution, samedi, (dernier :
ndlr) par l'Arabie saoudite de
47 personnes, dont le chef
religieux chiite et a appelé
aussi les responsables du
Moyen-Orient à «tout faire
pour éviter l'exacerbation des
tensions sectaires et religieuses» dans la région.
Quant au secrétaire général de l’organisation Nations
unies (ONU), Ban Ki-moon,
celui-ci a appelé «au calme et
à la modération dans les réactions à l'exécution» et demande «à tous les dirigeants de la
région de chercher à éviter
l'exacerbation des tensions».
Hier, c’était à Alger de réagir,
par un communiqué du
ministère des Affaires étrangères. Déclarant être «préoccupée par l’escalade entre
Téhéran et Riyad», Alger précise dans le dit document,
«suivre avec une vive préoccupation l'escalade de la tension entre le Royaume
d'Arabie saoudite et la
République islamique d'Iran»
et «regrette profondément la
dégradation des relations difficiles entre les deux pays
frères en une crise ouverte»
précise-t-on. Appelant «instamment les directions politiques» des deux pays,
Téhéran et Ryad, en l’occurrence, «à la retenue» afin,
poursuit la même source
«d’éviter une détérioration
accrue de la situation qui
aurait des conséquences
dommageables graves au
double plan bilatéral et régional dans un contexte géopolitique et sécuritaire particulièrement sensible» est-il précisé. Appelant les deux pays,
«en leur qualité de membres
de l’Organisation de la
coopération islamique (OCI)
à mettre leur engagement» en
faveur, est-il souligné «des
valeurs pérennes et des enseignements fédérateurs de
notre Sainte religion musulmane» en particulier, indique
la même source «la sacralité
de la vie humaine et l’inadmissibilité de toute confrontation fratricide, au-dessus
des dissensions et des contingences, quelle qu’en soit la
nature» souligne-t-on.
Pour Alger, «le respect
scrupuleux des principes
devant régir les relations
entre les Etats» notamment,
précise-t-on «celui de la noningérence dans les affaires
intérieures des autres États»,
ainsi que, poursuit-on «la
protection de l'inviolabilité
des représentations diplomatiques et consulaires en tous
lieux et en toutes circonstances» précise le ministère
des Affaires
étrangères.
Exprimant son «vœu sincère»
que la crise dans les relations
entre Ryad et Téhéran, «soit
rapidement contenue et que
par le dialogue et la négociation, les deux pays frères
puissent parvenir à l'élimination de tous les facteurs de
tension dans leurs relations
bilatérales» et ce, conclut le
département des affaires
étrangères «dans l'intérêt de
leurs peuples, ainsi que de la
paix et de la sécurité internationales».
La crise entre l’Arabie
saoudite et la République
Islamique d’Iran
continue
de connaître de nouveaux
développements compliquant
d’avantage les relations bilatérales entre les deux pays,
engendrant par la même
occasion des conséquences
non moindre. Après l’annonce par Ryad, dimanche soir,
de rompre ses relations avec
Téhéran, après 24h, c’est au
tour du royaume du Bahrei,
d’annoncer, hier, une position similaire du royaume de
l’Arabie saoudite, à l’égard de
l’Iran, et idem, pour le
Soudan, qui à son tour, a
annoncé hier sa décision de
rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran. Après
Ryad, Manama et Khartoum,
les Emirats arabes unis
rejoignent ces pays, sur cette
même voie, mais avec une
voix différente, annonçant de
«réduire» les relations diplomatiques avec l’Iran, qui
seront désormais représentés,
au niveau «des chargés d'affaires » expliquant que «la
mesure» selon le ministère
émirati des affaires étrangères
«est dictée par la poursuite
des ingérences iraniennes
dans les affaires intérieures
des pays arabes du Golfe» estt-il précisé qui, a atteint, estime la même source «un
niveau sans précédent».
Karima Bennour
Le MAE réagit
Algérie suit avec une vive
préoccupation l’escalade de
la tension entre le Royaume
d’Arabie
saoudite
et
la
République islamique d’Iran, et
regrette, profondément, la dégradation des relations difficiles
entre les deux pays frères, en une
crise ouverte. L’Algérie appelle,
instamment, les Directions politiques des deux pays à la retenue,
afin d’éviter une détérioration
accrue de la situation qui aurait
des conséquences dommageables
graves au double plan bilatéral et
régional, dans un contexte géopolitique et sécuritaire particulièrement sensible. L’Algérie appelle également les deux pays, en
leur qualité de membres de
l’Organisation de la Coopération
islamique, à mettre leur engagement en faveur des valeurs
pérennes et des enseignements
fédérateurs de notre Sainte religion musulmane, en particulier
la sacralité de la vie humaine et
l’inadmissibilité
de
toute
confrontation fratricide, au-dessus des dissensions et des contingences, quelle qu’en soit la nature. L’Algérie souligne en outre
l’exigence du respect scrupuleux
des principes devant régir les
relations entre les États, notamment celui de la non-ingérence
dans les affaires intérieures des
autres États, ainsi que la protection de l’inviolabilité des représentations diplomatiques et
consulaires, en tous lieux et en
toutes circonstances. L’Algérie
forme le vœu sincère que la crise
actuelle soit rapidement contenue, et que, par le dialogue et la
négociation, les deux pays frères
puissent parvenir à l’élimination
de tous les facteurs de tension
dans leurs relations bilatérales,
dans l’intérêt de leurs peuples,
ainsi que de la paix et de la sécurité internationales.
L’
UNE RUPTURE ET DES INTERROGATIONS :
Quelles conséquences pour le Proche-Orient ?
uelles conséquences pour la
région du golfe et au delà pour
le monde arabo-musulman aura
l’escalade entre Riyad et Téhéran , alors
que Bahrein , monarchie a dominante
chiite mais gouvernée par une dynastie
sunnite et le Soudan, emboîtent le pas à
l'Arabie saoudite qui a décidé de rompre
ses relations diplomatiques avec l'Iran,
au lendemain de l'exécution du dignitaire chiite saoudien Nimr Baqr al-Nimr,
opposant non violent au régime des AlSaoud. Cette rupture répond à l'incendie provoqué par des manifestants à l'intérieur de l'ambassade saoudienne à
Téhéran, et à l'attaque du consulat saoudien de Machhad, dans le nord-est de la
République islamique d’Iran, après
l'exécution
du
cheikh
al-Nimr.
Manifestations de colère avec lesquelles
le président iranien Hassan Rohani avait
pourtant pris ses distances. Ainsi la
crise est désormais ouverte entre les
deux « grands » sunnite et chiite du
Moyen-Orient, opposés depuis des
années sur l’influence du monde musulman et surtout sur le devenir de la Syrie,
de l'Irak, du Yémen et de Bahreïn,
deux pays ou l’armée saoudienne n’a
pas hésité à intervenir militairement et
susciter la mise sur pied d’une coalition
de pays qui sont ses obligés, pour lui
venir en aide dans une aventure militaire dont on ne voit pas l’issue. Téhéran a
vivement réagi a la rupture des relations
diplomatiques alors que le président
Rohani a tenté de dédramatiser la situa-
Q
tion. Mais il semble bien que Ryad ou il
y a une nouvelle donne politique avec
l’émergence de jeunes princes qui veulent répondre au tac au tac et reprendre
l’initiative pour contrer l’Iran , met en
place un plan minutieusement préparé
pour empêcher Téhéran de tirer profit
des retombées de l’accord sur le nucléaire et de l’isoler , du moins des pays
arabes . Ce qui explique la rupture
diplomatique avec l’Iran de Bahrein et
du Soudan .
Les autres monarchies du golfe sous
pression devraient suivre a l’exception
de Oman . On relève d’autre part la
grande gêne du Maroc , qui a envoyé un
corps expéditionnaire au Yémen et qui
veut faire croire qu’il peut jouer les missi
dominici , pour tirer des dividendes
politiques et surtout financiers d’une
position diplomatique ambigüe . Il faut
rappeler que c’est la seconde fois que
les « frères ennemis » de l'islam rompent
leur relations diplomatiques . La première fois , c'était en 1987 après de sanglants affrontements lors du pèlerinage à
La Mecque et cela avait duré quatre ans.
Concrètement, l'Arabie saoudite a
donné « 48 heures aux membres de la
représentation diplomatique iranienne
pour quitter le pays », qualifiant de tentative d'ingérence certaines déclarations
et les violences survenues autour de ses
bâtiments officiels en Iran. Téhéran a
pourtant rappelé que « les diplomates
saoudiens à Téhéran et à Machhad n'ont
subi aucun dommage ». « Par le passé,
l'Arabie saoudite a également commis
une erreur stratégique en adoptant des
décisions précipitées et irréfléchies qui
ont provoqué l'insécurité et le développement du terrorisme dans la région », a
rappellé le vice-ministre iranien des AE
. Mais entre les deux puissances régionales le contentieux est lourd , l’Iran
reprochant a Ryad de soutenir des
groupes terroristes extrémistes, notamment en Syrie et dans certains pays
arabes apres avoir financé indirectement
Daech puis de faire marche arrière sous
la menace de son leader qui planifie des
attaques aux frontières saoudiennes .
Pour Téhéran , ce n'est pas le seul
reproche formulé contre les dirigeants
saoudiens depuis l’arrivée au pouvoir du
roi Salman , le régime des Al Saoud a
«porté atteinte aux intérêts de son
propre peuple et aux peuples musulmans de la région en complotant pour
faire baisser les prix du pétrole». Les responsables iraniens ont accusé Riyad, ces
derniers mois, d'avoir augmenté a dessein sa production pour les mettre en
difficultés et par ricochet d’autres pays
producteurs . Une politique qui dessert
d’ailleurs l’Arabie saoudite elle-même,
qui fait face a un déficit record et qui est
contrainte à une politique d’austérité .
Cette mise sur la table du contentieux
latent intervient alors que la veille de la
rupture entre les deux pays, le président
iranien Hassan Rohani avait plutôt tenté
de calmer le jeu, en condamnant les
manifestants qui avaient attaqué les
représentations saoudiennes. Des faits «
totalement injustifiables », avait-il dit.
Les propos du Président iranien, et
l'arrestation de quarante personnes
soupçonnées d'avoir participé à l'attaque
contre l'ambassade de l'Arabie saoudite
à Téhéran, n'ont cependant pas suffi. Il
faut dire que le président iranien avait
également condamné l'exécution de
Cheikh Al Nimr , estimant que cette
décapitation renforçait les divisions ainsi
que l'extrémisme et le terrorisme dans la
région. Mais rien de comparable pour
autant avec les propos du numéro un du
régime, l'ayatollah Ali Khamenei, qui
avait promis sans ambages, après la
décapitation au sabre du cheikh, que « la
main divine » vengerait le martyr tué «
injustement » par les dirigeants saoudiens. Cette différence de ton « traduit
des sensibilités politiques très différentes
»,selon des experts politiques dans la
région .Selon l’un deux , « Khamenei
s’est un peu éloigné des plus radicaux à
travers l’accord sur le nucléaire. Mais je
pense qu’à travers ses déclarations, il
essaie de regagner une certaine légitimité auprès de sa base la plus radicale. Les
plus radicaux, par exemple, sont toujours très présents au Parlement. Et ce
qu’il faut savoir, c’est que les élections
législatives sont prévues en février en
Iran . » Quoiqu’il en soit cette montée
crescendo de la tension entre les deux
pays ne pourrait mener a un conflit
armé dont les conséquences seraient
désastreuses.
M. Bendib
ACTUALITÉ
Mardi 5 janvier 2016
3
BOUCHOUAREB LANCE UN PAVÉ DANS LA MARE
Invité du Forum d’ElMoudjahid, le ministre de
l’Industrie et des Mines,
Abdessalem Bouchouareb,
a, encore une fois, après la
sortie médiatisée de son
intervention lors du Forum de
la chaine I, la semaine
écoulée, remis à l’ordre du
jour les avancées sensibles
qu’enregistrent son secteur,
englobant les volets
investissement, industrie et
PME, du moins depuis qu’il
a réoccupé le portefeuille
ministériel dans le 3ème
gouvernement de
Abdelmalek Sellal, soit
depuis le 29 avril 2014.
près la manifestation,
qui lui semble coutumière, de dresser un
tableau peu reluisant de la situation que subi de plein fouet le
pays, traduite par une baisse
dans le cours du pétrole et son
corollaire l’assèchement continu
des réserves de change, l’éclatement de la bulle du gaz de schiste, et les appréhensions populaires qui en découlent, notamment à travers l’érosion du pouvoir d’achat, le ministre de l’Industrie et des Mines convoque
les chiffres qui interviennent,
selon lui, dans la stratégie de
diversification de l’économie,
l’unique à même d’annihiler
l’option de dépendance aux
recettes des hydrocarbures qui
collait au pays comme la tunique
de Nessus.
A
LES MINES, LA
MÉCANIQUE ET LE
TEXTILE : LE TRIO
GAGNANT DE LA
PROCHAINE DÉCENNIE
à commencer par les ressources devant être induites de la
production et du développement
du phosphate et de l’azote,
minéraux inscrits dans la stratégie de valorisation des gisements
miniers, confortant l’année 2016
comme année minière, pour
reprendre la formule consacrée.
La détection d’indices de spéculation minière a été l’un des
effets incitatifs à aller de l’avant
en la matière. « Même si on est
en retard, comme certains
essaient de le colporter, l’essentiel est d’y aller », tient-il à indiquer Abdessalem Bouchouareb.
Concernant le premier minéral,
l’évolution de la réduction en
teneur du phosphate, de 0.8 à
0.03%, aspect technique réussi à
la faveur des recommandations
de l’étude faite par un bureau
canadien, débouchera sur une
production annuelle de 1 million
de tonnes, exportée, selon les
prévisions, en totalité brut. Deux
grands complexes, au Sud, aux
frontières avec le Niger, et à
Ghar-Djebilet, à Tindouf, s’en
chargeront de la politique d’exportation hors-hydrocarbures
qui fait défaut à l’Algérie depuis
une trentaine d’années, selon
l’invité du journal public. Au
cours de ce mois, une phasepilote permettra de mettre en
expérimentation la production
de 25 à 30 tonnes en phosphate.
Le deuxième minéral bénéfi-
Ph : DR
Une cinquantaine d’entreprises privatisées
de façon douteuse
Abdessalem Bouchouareb,
ministre de l’Industrie et des Mines
ciera de la réalisation de trois
complexes dans les wilayas de
Souk-Ahras, Skikda et Tébessa.
Les trois plateformes seront
fonctionnelles, selon les prévisions, dans les années 2019 et
2020, avec à la clé, en deux
phases, la production d’1 à 6
millions de tonnes et de 6 à 10
millions de tonnes. Le ministère, via l’Agence nationale des
activités minières, vient de lancer
un appel d’offres pour l’exploration de 38 sites miniers (le calcaire, l’argile, le gypse, le sable,
le tuf et le sel.). Dans le domaine
de l’exportation, deux plateformes s’en chargeront de la
faire pour le ciment, en 20162017, et du fer et du rond en
béton, en 2018. Le ministre s’en
tient également au créneau de la
« grande » mécanique, dont l’essor est illustré par les 25 000
moteurs produits annuellement
à Constantine, les 6 à 7 projets
de montage d’automobile qui
auront à mettre sur le marché
plus de 200 000 véhicules par
année. Là, le ministre rapporte
du nouveau : les Japonais ont
formulé le vœu de lancer la production
d’automobiles
de
marque Nissan, Peugeot sera
installée à Oran, quatre modèles
de véhicules y verront le jour à la
faveur de la signature du Pacte
d’actionnariat le mois prochain,
un partenariat algéro-iranien est
en voie d’être scellé ultérieurement. Le créneau renforcé par
celui de la texture, notamment le
projet de réalisation d’une usine
localisée dans la wilaya de Relizane, devant, selon les chiffres
révélés, créer plus de 10 000
emplois.
RÉDUCTION DE
L’IMPORTATION DES
VÉHICULES DE 2,599
MILLIARDS DE DOLLARS
Au sujet du marché de l’automobile, l’hôte du Forum précise
que ses services ont, hier seulement, finalisé un décret et un
cahier des charges, mettant fin à
des années de galère et d’anarchie du secteur. La finalité est de
réduire la facture d’importation
pour le même nombre de véhicules importés l’année écoulée,
d’une valeur de 2,599 milliards
de Dollars.
«En maintenant le même
nombre de véhicules, estimé à
140 000 véhicules, et en prenant
soin de, comme déjà rapporté,
lier le concessionnaire avec
chaque constructeur de véhicules, on a pu, quand-même,
revoir à la baisse la facture de
leur importation »
Ces projets, ainsi que
d’autres, dont le ministre s’abstient d’en parler exhaustivement,
élément de l’économie réelle,
rentrent dans le cadre de l’offensive de son secteur pour faire
face au risque d’endettement,
particulièrement en hiérarchisant l’investissement productif
des énergies naissantes ou émergeantes dans les priorités à matérialiser à l’horizon 2020. Le
ministre avance le chiffre de 400
millions de DA de dettes
contractées par le pays.
APPEL D’OFFRES POUR
L’AMÉNAGEMENT DE 38
ZONES INDUSTRIELLES
SUR LES 49
Les zones industrielles figurent dans les priorités de l’heure,
comme l’atteste le lancement de
l’appel d’offres dédié à l’aménagement de 38 sur les 49 à
l’échelle nationale. « Les permis
de lotir ont été signés. La superficie totale est de 12 000 hectares. L’Algérie possédait 15 000
hectares. De mon arrivée à ce
jour, le ministère que je dirige à
fait mieux que tous les départements qui m’ont précédé depuis
l’indépendance du pays », précise, fier, le ministre de l’Industrie
et des Mines.
Concernant le Sud, les
cimenteries d’Adrar et de
Béchar, qui, après avoir assuré
l’autosuffisance en la matière en
2016, procéderont à l’exportation à partir de 2017. « Pour
ceux qui tentent de présenter le
Sud comme le grand oubli de la
politique de développement
prôné par l’état, qu’ils sachent
que la plus grande zone industrielle d’Algérie se trouve à
Ouargla », rétorque Bouchouareb à ses détracteurs, ou à ceux
qui sont détracteurs de la politique du pays, comme aime-t-il à
le répéter.
Cette région verra aussi les
indicateurs de son épanouissement virer encore au vert,
comme le soulignait le ministre,
à travers notamment l’essor de
son secteur routier et autoroutier, qui contribuera à lui assurer
une fluidité dans la circulation et
rétrécir l’éloignement qui la
caractérise. En ce qui concerne
les zones d’activité, ZAC, le
ministre a, en réponse, à une
question du modérateur de la
séance citant un investisseur,
affirmé que des projets d’actualisation des sites retenus pour les
projets. Abdessalem Bouchouareb déclara que les excédents
fonciers issus des zones nonexploités seront réaffectés à
d’autres projets, menaçant, au
passage, les investisseurs récalcitrants d’une taxation industrielle
estimée à 3% de la valeur réelle
de l’assiette foncière. « Cela ne
fera que les inciter à lancer leurs
projets lorsqu’ils se voient pénalisés pour un terrain qu’il possède mais qu’il n’exploite pas.»,
précise-t-il.
PRIVATISATION : 50
ENTREPRISES
PRIVATISÉES SOUS LA
LOUPE DES SERVICES DU
MINISTÈRE
Dossier sensible. Ce fût,
d’ailleurs, le seul dont le ministre
en parle avec des réserves au
cours de ce Forum. Il parle
d’une cinquantaine de rapports
concernant des entreprises ayant
été privatisées dans des conditions de complexité extrême.
L’État en a décidé de les récupérer. Trois sont déjà dans le
viseur. De qui s’agit-il ? Le
ministre s’abstint d’en divulguer
les noms, ménageant aussi bien
les représentants du secteur
public que les partenaires étrangers.
Qu’est-ce qui leur est reproché ? Non-respect des clauses
contractuelles, répond le conférencier.
LE CRÉDIT À LA
CONSOMMATION, L’ENIE
DE SIDI BEL-ABBÈS, ELHADJAR, …..
L’ENIE de Sidi Bel-Abbès
sera opérationnelle en mars,
suite à l’acquisition de nouveaux
équipements
auprès
d’un
constructeur américain, indique
le ministre.
Du nouveau en matière
d’électronique mais aussi en
photovoltaïque. Pour le complexe sidérurgique d’El-Hadjar
dans la wilaya d’Annaba, le
ministre qui s’indigne des
concepts de privatisation et de
nationalisation dont est étiqueté
celui-ci, parle plutôt de cession
accordée gracieusement. Le Plan
de développement envisage une
production de 400 000 tonnes
par an, entre mars et décembre
2016, de 1.2 million de tonnes
en 2017 et de 2.2 millions de
tonnes en 2018. Pour le secteur
des mines et la réhabilitation
d’El-Hadjar, le ministre parle de
78 millions de Dollars consacrés.
Le crédit à la consommation
n’est pas en reste. Le ministre dit
le maintenir tant que l’échec de
sa mise en œuvre n’est pas
constaté, et ce, en dépit de l’augmentation de l’importation des
entrants qu’il aura provoquée
dans sa phase initiale. Tant que
l’objectif est de renforcer la production nationale, rappelle Bouchouareb, tout le monde doit s’y
mettre. Pour ce faire, « nous
allons obliger tous les secteurs
qui émargent du budget de
l’état, tels la Santé et l’Éducation, et ce pour ne citer que
ceux-là, d’acquérir leurs équipements produits ou fabriqués
localement », tient-il à préciser.
Zaid Zoheir
SONELGAZ
Le SNATEG monte au créneau
e Syndicat autonome des travailleurs
d’électricité et du gaz ont décidé de ne
pas emboiter le pas à l’UGTA. Alors que
l’union avait renoncé à sa grève annoncée
pour le 10 janvier, le Snateg quant à lui, prévoit l’organisation de sit-in périodiques en «
préparation d’une grève générale au niveau
national au sein de toutes les entreprises
nationales ».
Dans un communiqué rendu public,
hier, le syndicat a dénoncé ce qu’il a appelé
d’ «accord collectif illégitime» qui a eu lieu
entre la direction de Sonelgaz et «son syndicat maison». Cet accord, avait pour but
d’humilier les travailleurs des catégories
«exécution» et «maîtrise», lit-on dans le
document, et de poursuivre qu’il est passé
de manière «provocatrice» puisque cet
accord a instauré selon les représentant du
même syndicat une grande discrimination.
L
Pire, on estime que le début de cette année
2016 est catastrophique. Les salaires sont
très bats, alors que les prix ont flambé. Le
petit salarié, ajoute-t-on est privé et très
inquiet au moment où l’oppression a atteint
le seuil de l’intolérable. Toutes ces raisons
ont poussé le Snateg à aller vers des actions
de contestation en organisant des sit-in
périodiques au niveau de la direction générale d’Alger.
Une grève générale au niveau nationale
au sein de toutes les entreprises nationales
est également entrain d’être préparée.
S’agissant de la plate-forme de revendications du Snateg, on cite essentiellement
l’augmentation des salaires et la remise en
cause par un changement profond du mode
de promotion interne avec l’instauration de
l’équité entre tous les travailleurs, notamment les catégories «exécution» et «maîtrise»
qui ont été négligés dans cet accord collectif
n° 1/2015. Cet accord, doit, pour le syndicat
être immédiatement modifié avec sa participation aux négociations. Le Snateg exige
aussi l’ouverture d’enquêtes sérieuses sur
les dossiers de corruption en cours et
notamment celles concernant les fonds des
œuvres sociales et culturelles des travailleurs. «Nous voulons être informés en
tant que partenaire social avec la participation du gouvernement dans la lutte contre la
corruption qui règne au groupe sonelgaz en
général», souligne les représentants de ce
syndicat. En fin, le syndicat national autonome des travailleurs d’électricité et du gaz
appelle à décréter officiellement l’exclusion
formelle des sociétés nationales de la privatisation, notamment la Sonelgaz, la sonatrach et naftal.
Ania N. C.
4
ACTUALITÉ
Mardi 5 janvier 2016
L’AFFAIRE SONATRACH 1 SE POURSUIT AU TRIBUNAL CRIMINEL D’ALGER
Yazid Meghaoui nie tout en bloc
Le procès de
l’affaire
Sonatrach1 se
poursuit pour la
seconde semaine
consécutive au
tribunal criminel
d’Alger. La séance
d’hier a été
consacrée à
l’audition de l’un
des 15 inculpés
dans cette affaire.
l
s’agit
de
Yazid
Meghaoui, fils du P-DG
du Crédit populaire
d'Algérie et actionnaire dans
la société d’El-Smaïl et
conseiller de Funkwerk.
Yazid Maghaoui est le dernier à être auditionné par le
juge Mohamed Reggad dans
le premier groupe, qui est
composé, faut le rappeler, de
8 personnes qui sont
Mohamed-Réda Djaaffer ElIsmaïl, Hassaim Mustapha et
Cheikh Mustapha, l'ancien
vice-président
de
la
Sonatrach,
Boumediene
Belkacem, les deux fils de
l'ex-P-DG de Sonatrach,
Bachir-Faouzi Meziane et
Mohamed-Réda Meziane et,
enfin, l'ancien P-DG du
Crédit populaire algérien
(CPA),
El-Hachemi
Meghaoui et son fils YazidLyès. Ainsi, lors de l’audience
d’hier, le tribunal a posé une
série de questions à Yazid
Meghaoui, quant à la régula-
I
rité des contrats passés avec la
société allemande Contel
Algérie, spécialisée dans les
systèmes de surveillance,
notamment des virements en
euro dans ses quatre (4)
comptes bancaires et les
comptes de sa femme, sans
oublier l’achat d’un appartement à Paris d’une valeur de
50 000 euros. Néanmoins,
l’accusé a nié toutes les accusations retenues contre lui,
clamant haut et fort son innocence. Le président du tribunal lui relit quelques passages
de ses auditions et devant la
police judiciaire et le juge
d’instruction dans lesquels il
avait reconnu les faits et signé
les procès-verbaux. «J’aurais
signé n’importe quoi, dit-il,
en précisant qu’il a été malmené et menacé. «Il y avait
une vingtaine de personnes
qui m’interrogeaient. Quand
je disais non, cela n’a jamais
eu lieu, ils insistaient à me
dire non», raconte-t-il, avant
de poursuivre, «ils m’ont
menacé. Ils m’ont dit, soit tu
signe, soit tu descends en bas.
Je ne voulais guère savoir, ni
voir ce qu’ils veulent dire par
en bas», remémore-t-il, tout
en insistant qu’une pression
morale a été exercée sur lui.
Le juge voulait savoir comment Yazid Meghaoui a pu
posséder tout ces comptes
bancaires, or, son salaire ne
dépassait pas les 8 000 euros.
En effet, son travail consistait
à prendre en charge toute la
procédure de dédouanement
et de transfert des équipements depuis l’arrivée à la
frontière tuniso-algérienne
jusqu’à Hassi-Messaoud. Il a
alors
rappelé
à Yazid
Meghaoui que les virements
effectués sur son compte à
Paris ont atteint 300 000
euros. Répondant aux questions du juge, Yazid Meghaoui
a nié toutes les accusations
retenues contre lui, assurant
que ces virements sont des
bénéfices annuels, et des
retards accumulés de virements de son salaire. De surcroît, s’agissant de la raison
sur la source de ces transferts
sur le niveau de son compte
bancaire en Algérie, qui a
atteint près de 27 millions de
dinars par entreprise Contel
Algérie, bien qu'il ne fût
qu’un simple salarié, il dira
que ce montant a été versé
par la compagnie Holding
dans laquelle il détient des
actions, en ajoutant que ce
montant équivaut à un bénéfice annuel de la société.
D’autre part, le juge
Mohamed Reggad a rappelé à
l’accusé que la
Banque
d'Algérie avait envoyé une
commission d’inspection en
2010 siège de la banque qui
détient le compte de l'accusé
et a découvert que les virements ont été effectués de la
patri de Contel et non de
Holding. Sur ce point, l’accusé est resté sur ces propos,
demandant de vérifier l’origine de l’argent. Son avocat, le
maître Mokrane Aït Larbi, a
rappelé au juge que la législation des grands transferts
d’argent doivent s’effectuer
avec un document attestant
l’opération. En cas où le
document n’existe pas, il est
évident que c’est l’erreur de la
Banque. Le juge a ajouté que
l’accusé Yazid Meghaoui possède quatre autres comptes
en France d’un montant de
230 milliers d'euros qui ont
été bloqués. Sur ce point, le
prévenu a assuré que «ce
montant a été versé dans le
cadre d’un accord avec la
société allemande Funkwerk
suite à la signature d’un
contrat consultation». Ledit
contrat s’étalait sur une période de 24 mois à partir d’octobre 2007 à octobre de
2009. Répondant à une question posée par le juge quant
aux détails du contrat, il a
expliqué que la société allemande avait quelques difficultés dans la question des
transports et surtout après
avoir gagné le contrat de
Hassi-Messaoud de télésurvaillance. «Je me suis déplacé
en 2006 en Allemagne, pour
voir la Coupe du monde et
j’ai profité pour signer le
contrat», dira-t-il.
En ce qui concerne le fait
s’il existait des liens entre lui
et Meziane MohammadRhéda et Meziane BachirFawzi
aux
opérations
conclues par le complexe
Funkwerk Contel avec la
société Sonatrach, il a dit que
«Bachir-Fawzi n’a jamais
parlé de ça devant moi,
contrairement à Meziane
Mohammad-Rédha qui a
joué un rôle dans l'organisation d'une réunion entre les
gestionnaires de complexes
Contel avec le présidentdirecteur
général
de
Sonatrach, que celui-ci est
son père». Dans l’après-midi
et après avoir interrogé les
huit accusés du premier
groupe, le juge a ouvert le
champ aux questions de la
partie civile (Trésor public).
Pour rappel, lors de leur
audition, les deux fils de l’ancien P-DG de Sonatrach
Mohamed
Meziane,
Mohamed-Rhéda et BachirFaouzi, ainsi que l’ancien PDG du Crédit populaire algérien (CPA) El-Hachemi
Meghaoui. avaient nié eux
IMPORTATION DES VÉHICULES LÉGERS, DU ROND À BÉTON ET DU CIMENT
La licence à partir de demain
entrée en vigueur des licences
d’importations imposées aux
opérateurs économiques, s’appliquant dans un premier temps à trois
produits, notamment les véhicules
légers, le ciment et le rond à béton, va
intervenir demain mercredi. Cette
mesure qui sera élargie à d’autres produits sera appliquée de manière progressive. C’est ce qu’a annoncé hier un haut
responsable
du
ministère
du
Commerce. Cette disposition s’inscrit
en droite ligne avec le plan anticrise mis
en place par le gouvernement en début
2015, en vue de s’affranchir de la dépendance nationale aux importations, dont
la valeur marchande affecte gravement
la trésorerie de l’état. Cette situation
s’explique en partie par le déficit ascendant enregistré par la balance commerciale. Entre autres mesures prises dans
l’urgence pour pallier au recul des ressources publiques, les licences d’importation visent comme moyen restrictif à
substituer les importations par la promotion de la production nationale. Ce
dernier objectif cité devra être accompagné, par ailleurs, par le lancement du
crédit à la consommation, annoncé dans
les prochains jours. Ceci a été rendu
possible après l’examen des produits qui
sont soumis à cette disposition par les
rencontres du comité interministériel en
charge de traiter ce dossier qui a fait
couler beaucoup d’encre. Faut-il, à ce
titre, souligner que cette décision a fait
L’
bien des mécontents, parmi les barons
de l’importation et notamment ceux
parmi les concessionnaires automobiles
qui ont fait main basse sur le secteur du
marché automobile. La valeur marchande des importations des véhicules a
atteint quelque 2 milliards de dollars en
2014 pour un volume d’unités importées d’environ un demi-million. Au-delà
de freiner la saignée financière causée
aux ressources de l’état par un assainissement graduel du commerce extérieur
en général, il en sera question par cette
mesure, d’orienter la consommation
nationale vers le produit local.
Néanmoins, faut-il encore produire
localement ce qui est en mesure de satisfaire le marché local. Dans l’ensemble,
l’Algérie consacre quelque 60 milliards
de dollars aux importations, par année.
Les efforts consentis en ce sens ont
abouti à un recul sensible en matière du
volume des marchandises rentrant dans
le pays. S’exprimant, hier, sur les ondes
de la Chaine III de la Radio nationale,
Saïd Djellab, directeur du suivi des
accords commerciaux régionaux au
département du Commerce, revient
pour faire le point sur ces questions. En
allant plus dans le détail, le même responsable a indiqué qu’il sera question
incessamment de vulgariser les mesures
de cette décision au profit des opérateurs
du
commerce
extérieur.
Précisément, un communiqué de presse
sera publié sur le site Internet de ce
ministère pour expliquer dans le détail
la procédure inhérente à la demande et
au dépôt du dossier de la licence en
question, a précisé Djellab. Pour ce qui
est des formalités bancaires, le même
responsable a fait savoir que la domiciliation bancaire ne sera délivrée qu’une
fois les produits autorisés à l’importation sont entrés dans le pays. La mesure
ne se limite par aux trois produits cités
en haut, mais touchera, graduellement,
d’autres marchandises. à croire le cadre
du département de Bakhti Belaïb, la
liste demeure ouverte et sera élargie
pour atteindre d’autres produits agricoles, tel que le maïs, le tourteau de soja,
les aliments de bétail, les taurillons, les
viandes, a-t-il indiqué à la même occasion. D’autre part, les autorisations
d’importation toucheront le secteur
industriel (les engins, le bois, les cosmétiques…). à la question de savoir pourquoi le choix est porté sur les trois produits soumis à la licence et non pas à
d’autres, Djellab a expliqué que cette
décision est justifiée par la lourdeur des
importations de ces marchandises, qui
cause par conséquence, un déficit
important à la balance commerciale du
pays. Ceci dit, initialement, quelques 11
produits étaient concernés par les
mêmes licences. Mais, l’urgence pour le
gouvernement étant de rattraper le déficit commercial qui ne cesse de se creuser, a laissé entendre le même responsable.
Farid Guellil
ILS MENACENT DE
DURCIR LEUR ACTION
SI LA TUTELLE NE
RÉAGIT PAS
Les distributeurs
de lait en grève
2016 s’annonce rude pour les
consommateurs algériens. Après
avoir découvert les nouveaux tarifs
de carburants qui ont laissé perplexe plus d’un, ces derniers sont
confrontés à une autre problématique qu’ils croyaient avoir mis au
tiroir. Il s’agit de ce produit de
large consommation qu’est le lait
et qui viendra à manquer ces
jours-ci en vue de la grève de trois
jours annoncée par les distributeurs. Une nouvelle année qui
s’installe, donc, en apportant avec
elle de quoi vider les poches des
ménages jusqu’au dernier sous.
Les consommateurs ne seront pas
au bout de leurs surprises,
puisque l’augmentation des prix
de gaz, d’électricité et aussi de
carburant impliquera automatiquement l’augmentation des prix
d’autres
produits
de
large
consommation. Pire, au début de
cette année, le consommateur sera
confronté à une pénurie de lait
qu’il croyait ne plus avoir à
revivre. Ce qui nous rappelle, les
longues files d’attentes devant les
épiciers, et un vrai parcours de
combattant pour se procurer un
sachet de lait. En effet, les distributeurs de ce produit de large
consommation
ont
entamé
dimanche, une grève de trois jours
à travers laquelle, ils pénalisent les
consommateurs. Joint, hier, par
téléphone, le vice-président du
syndicat des distributeurs de lait
dans
la
capitale,
Adlane
Boufenkane, a fait savoir que pas
moins de 10 wilayas du centre
observaient ce mouvement de
contestation qui durera trois jours.
Il a, à ce propos, révélé qu’un préavis de grève de huit jours avait été
déposé auprès du ministère du
Commerce sans que ce dernier ne
réagisse. « Cela nous a poussé à
aller vers cette grève qui sera illimitée si la tutelle continue d’ignorer nos revendications », a-t-il soutenu. Boufenkane a indiqué que la
plateforme de revendication des
distributeurs comprend essentiellement, l’augmentation de la
marge de bénéfice qui est de 2 da
pour le sachet de lait et qui, a-t-il
poursuivi, n’a pas été ajourné
depuis 15 ans. Il s’agira également, de l’augmentation des
salaires, qui ne répondent plus à
nos besoins et de plusieurs autres
revendications ayant lien avec les
impôts, a-t-il noté. Selon notre
interlocuteur, les distributeurs de
lait attendent du ministre du
Commerce une sérieuse prise en
charge de leurs doléances, regrettant le fait que l’administration
n’a rien fait pour améliorer leurs
conditions socioprofessionnelles.
Les travailleurs de ce secteur
attendent à ce que le ministre,
Bakhti Belaib, assume ses responsabilités et s’engage à améliorer les
conditions de travail et prend en
charge leur revendication qui tardent à être résolues. Il a souligné
que leur préoccupation avaient été
déjà soulevées au prés de l’Union
générale des commerçants et artisans algériens UGCAA qui avait
promis de réagir mais en vain. À
noter que si la marge bénéficiaire
venait à être revue à la hausse, cela
impliquera l’augmentation du prix
du sachet de lait à 5%.
Ania Nait Chalal
--
ACTUALITÉ
Mardi 5 janvier 2016
5
ÉNERGIE SOLAIRE
Quatorze centrales
électriques
photovoltaïques
d'une capacité
installée de 268
mégawatts (MW)
ont été mises en
service en 2015
dans les HautsPlateaux et le Sud
du pays, a indiqué
le directeur du
Centre de
développement des
énergies
renouvelables
(CDER, Noureddine
Yassa.
année 2015 "s'est distinguée par l'accélération des réalisations
des centrales photovoltaïques
par l'entreprise “Shariket kahraba wa taket moutadjadida”
(SKTM, filiale de Sonelgaz)
dans les Hauts-Plateaux et le
Sud", souligne le même responsable. Les unités entrées en
production sont implantées à
M'sila, Djelfa, Souk-Ahras, ElBayadh, Sidi-Bel-Abbès, B j
Bou-Arréridj, Nâama, Djanet,
Adrar, In-Salah, Tindouf,
Tamanrasset, Ouargla et
Laghouat. Le coût total de ces
14 centrales est de l'ordre de
70 milliards DA, sachant que
chacune d'elles a permis de
créer au moins 250 postes
d’emploi au cours de la période de réalisation, en plus d’une
cinquantaine d’emplois durant
l’exploitation. Ces capacités
font partie d'un programme
global destiné à la production,
d'ici à fin 2016, de 400 MW
d'électricité d'origine solaire
provenant de 20 centrales,
dont treize (13) dans les
Hauts-Plateaux et sept (7)
dans le Grand-Sud du pays,
explique-t-il. Ces réalisations
font partie de la première
phase du Programme national
de développement des énergies
renouvelables (PNR) qui vise à
installer 22 000 MW d’électricité d’origine renouvelable à
l’horizon 2030, soit 27% du
Parc national de production
d’électricité, dont 4 500 MW à
installer d’ici 2020.
Ces nouvelles centrales
s’ajoutent à l’unité hybride de
Hassi-R’mel (150 MW), mise
en service en 2011, et à la
ferme éolienne d’Adrar (10
MW), ainsi qu'à la centrale
solaire expérimentale de Ghardaïa (1,1 MW) réalisée pour
l’expérimentation des technologies photovoltaïques. Ces
deux dernières installations
ont été réceptionnées en juillet
2014, rappelle-t-on. L'année
2015 a également été marquée
par l'entrée en production de
l'unité de fabrication de panneaux photovoltaïques de l'En-
L'
Phs : DR
14 centrales mises en service
en 2015 dans les Hauts-Plateaux et au Sud
treprise nationale de l'industrie
électronique (Enie) à Sidi-BelAbbès d'une capacité annuelle
de 25 mégawatts, parallèlement à la poursuite des travaux
d'installation de kits solaires
pour l’électrification et le pompage d’eau dans les Hauts-Plateaux et les sites isolés, précise
Yassa.
Cette opération a été pilotée par les services du ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la
Pêche, en collaboration avec le
CDER qui a procédé à l’installation de plus de 1 000 kits
solaires pour l’électrification
et le pompage. À rappeler
qu'un décret exécutif a été
promulgué en février dernier
fixant les modalités de certification d'origine des énergies
renouvelables et permettant
l’octroi des primes au titre de
la diversification de la production électrique.
La certification d’origine
est un mécanisme qui vise à
attester que l’énergie a pour
origine une source d’énergie
renouvelable ou un système de
cogénération (fossile et renouvelable), donnant lieu à la
délivrance d’un document
garantissant cette origine.
SORTIE DE LA 1RE PROMOTION DE DOCTEURS
EN ÉNERGIES RENOUVELABLES
Pour ce qui est de la
recherche scientifique et de la
formation, l’année 2015 a été
marquée par la sortie des premiers docteurs en énergies
renouvelables dans le cadre
des offres de formation master
et doctorat dans les universités
et les écoles supérieures, et ce,
en plus du lancement de la
filière énergies renouvelables
dans la formation professionnelle. D'autre part, la mise en
œuvre du rogramme national
de développement des énergies
renouvelables et d'efficacité
énergétique a permis à l'Algérie de gagner dix places dans le
rapport 2015 du "Climate
Change Performance Index"
en se classant à la 39e place.
L'Algérie devrait voir son
classement amélioré en 2016 à
la faveur de la mise en service
d'une capacité de 343 MW
d'énergie solaire, avance Yassa,
qui avait été désigné pour
représenter l'Algérie dans le
Bureau de l'instance scientifique onusienne, chargée des
changements climatiques, à
savoir le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du Climat (GIEC). "C'est
la première fois que l'Algérie
soit représentée à cette haute
instance internationale", précise-t-il. Adopté en 2011 par le
Conseil des ministres, le PNR
prévoit une production d'ici à
2030 de 22 000 MW d'électricité de source renouvelable,
notamment solaire et éolienne,
destinée au marché intérieur,
en plus de 10 000 MW supplémentaires à exporter. Ce qui
correspond à 27% de la production globale d'électricité
d'ici 2030, et le double de la
capacité actuelle du Parc
national de production d'électricité. Des investissements de
l'ordre de 120 milliards dollars
sont nécessaires pour atteindre
cet objectif.
En outre, jusqu'à 300 000
postes d'emplois directs et
indirects devraient être générés
à la faveur de la mise en œuvre
de ce programme.
OPÉRATION DE RELOGEMENT DANS LA CAPITALE
Éradication des plus grands bidonvilles
et relance des projets à l'arrêt
lusieurs opérations de relogement ont été enregistrées
au niveau de la wilaya d'Alger en 2015, marquée par l'éradication des plus grands bidonvilles
dans la wilaya, notamment le site
Erramli à Gué de Constantine, et
la relance de plusieurs projets à
l'arrêt. Les opérations de relogement 16, 17, 18, 19 et 20 enregistrées au niveau de la Capitale en
2015, et faisant suite à celle lancée
dans la wilaya en juin 2014, se sont
soldées par l'élimination de l'habitat précaire dans plusieurs communes et la relance de plusieurs
projets à l'arrêt. 35 000 familles ont
été relogées depuis juin 2014, soit
plus de 200 000 personnes, a affirmé le
wali d'Alger qui a supervisé les dernières
opérations de relogement programmées
au titre de l'année 2015. L'année 2015 a
été marquée par l'élimination du bidonville Erramli, dans le cadre de la 19e opération de relogement. Ledit site abritait 4
487 familles, dont
2 501 ont été relogées en octobre dernier à la cité 3 555
logements de Meftah (wilaya de Blida).
Sur près de 2 000 recours introduits par
les familles exclues 57 ont été acceptés.
Les services de la wilaya d'Alger et la
direction des ressources humaines ont
réussi, suite à la démolition du site, à
relancer le projet d'aménagement de
Oued el-Harrach, dont les travaux
avaient débuté en juin 2012 dans sa partie traversant le site Erramli (40 km). La
wali d'Alger, Abdelkader Zoukh. Il
reste un quota de 4 000 logements
sociaux destinés aux occupants
des sites précaires, selon Zoukh.
Le programme de résorption de
l'habitat précaire dans la wilaya
d'Alger est doté de plus de 84 700
logements, alors que le nombre de
familles concernées par le recasement est de plus de 73 000, selon
le recensement effectué en juillet
2007 et actualisé en juillet 2013.
P
démolition du site a permis de relancer
les travaux de l'autoroute reliant OuedOuchayeh (Bachdjarrah) et Baraki sur 3,5
km. Plus de 200 ha d'assiettes foncières
ont été récupérés par les services de la
wilaya d'Alger, destinés à la réalisation de
plusieurs projets. 70 ha ont été récupérés
lors de la 19e opération de relogement, et
130 ha lors de la dernière opération (20e)
soit un total de 334 ha d'assiettes foncières ont été récupérés depuis le lancement de la première opération de relogement en juin 2014.
VERS UNE CAPITALE SANS
BIDONVILLES DÉBUT DE 2016
Les opérations du relogement dans la
Capitale permettront l'éradication des
habitations précaires et des bidonvilles
début 2016 au plus tard, avait déclaré le
UN AUTRE PROGRAMME
POUR UN NOUVEAU VISAGE
DE LA CAPITALE
Les opérations de réhabilitation
du vieux bâti se sont poursuivies à Alger
en 2015. L'enveloppe financière consacrée à ce projet avoisine 1 milliard DA,
avait indiqué le wali d'Alger, Abdelkader
Zoukh. Les bâtisses concernées sont
reparties sur 20 communes relevant
notamment de la circonscription administrative de Sidi-M'hamed.
La rénovation consiste aussi à refaire
les façades, ainsi que l'étanchéité et la toiture, tout en procurant un soin particulier
aux balcons, ornés de gorgones, sirènes et
autres motifs décoratifs chers au style
baroque. À l'intérieur des bâtiments, il
s'agit aussi de consolider escaliers et
rampes d'escaliers, souvent en bois, ainsi
que la rénovation des ascenseurs, le tout
pour réhabiliter des immeubles, dont
beaucoup datent du XIXe et du XXe
siècles.
Mardi 5 janvier 2016
7
RÉGIONAL
OUM EL-BOUAGHI
BLIDA
Le cadavre d’une femme découvert
dans la forêt d’El-Affroun
elon des informations qui nous sont parvenues, les gendarmes de la brigade d’El-Affroun ont découvert le cadavre
mutilé d’une femme au niveau de la forêt d’El-Affroun. Le cadavre portait des traces de blessures profondes et a été
transféré vers la morgue de l’hôpital d’El-Affroun alors que les services concernés ont ouvert une enquête pour déterminer les tenants et aboutissants de cette triste affaire.
H. M.
S
BOUMERDÈS
EXPLOITATION DES CARRIÈRES
Une menace sur l'environnement
local
Saisie de près de
28 kg de corail
brut
rès de 28 kg de corail brut ont été
saisis le week-end dernier par la brigade de recherches relevant du groupement territorial de la Gendarmerie
nationale de la wilaya de Sétif, en coordination avec la brigade de sécurité et
d'intervention d'Aïn-Azal (sud de Setif),
a indiqué la Gendarmerie nationale. Sur
la base d'informations, les éléments de la
gendarmerie territorialement compétente ont procédé à l'arrestation de deux
individus en possession de près de 28 kg
de corail brut destinés à la contrebande,
précise la même source. La valeur de la
quantité de corail saisie est de 7.700.000
DA, précise la même source.
P
TIZI OUZOU
Le nouveau lycée de Tirmitine baptisé
au nom de Hocine Aït Ahmed
e nouveau lycée de la
commune de Tirmitine, à une vingtaine de
kilomètres à l'ouest de TiziOuzou, a été baptisé,
dimanche, au nom du défunt
Moudjahid
Hocine
Aït
Ahmed, un des artisans de la
Révolution du 1er-novembre
1954, a indiqué la direction
de l'éducation.
Ce nouvel établissement
qui a ouvert ses portes
dimanche
matin
pour
accueillir les élèves de cette
localité qui viennent de rentrer des vacances d'hiver, est
la première structure du secteur de l'éducation à porter le
nom de l'un des membres
fondateurs du Front des
forces socialiste (FFS), décédé le 23 décembre dernier à
Lausane (Suisse) et inhumé
le 1er janvier courant dans
son village natal Ath Ahmed,
dans la commune d'Ait
Yahia.
Présents sur place pour la
cérémonie de mise en service
L
rois personnes ont trouvé la mort
dans un accident de la circulation
survenu dans la nuit de samedi à
dimanche prés de la ville d’Oum ElBouaghi.
L'accident consiste en une collision
entre un véhicule léger et un bus qui
s’est produite au lieu-dit Bir Djedida (4
km à l’Ouest d’Oum El-Bouaghi) provoquant la mort de trois personnes âgées
entre 25 et 35 ans. Les victimes de cet
accident ont été évacuées vers la morgue
de l’hôpital Mohamed-Boudiaf du cheflieu de wilaya, tandis qu’une enquête a
été ouverte par les services de la Gendarmerie nationale pour déterminer les circonstances exactes de ce drame.
T
SÉTIF
Ph : DR
L’exploitation anarchique
des carrières de tuf et
d’agrégats dans la
wilaya de Boumerdès
continue de susciter la
colère des riverains de
ces sites miniers attribués
le plus souvent d’une
manière illégale. Cet état
de fait, issu d’une
mauvaise gestion, crée
des désagréments aux
citoyens à cause des
effets nuisibles et négatifs
pour la santé publique et
l’environnement, ne
cesse-t-on de dénoncer.
Suite en page 8
Trois morts dans
un accident de la
circulation
et de baptisation de ce nouveau lycée, le président de
l'Assemblée populaire communale (APC) de Tirmitine
et le chef de daïra de DraâBen Khedda, ont rendu hommage à Da L'Hocine en rappelant son combat pour une
Algérie libre, souveraine et
démocratique, a indiqué le
P/APC, Senaoui Saïd.
Ce lycée, premier établissement du secondaire dans la
commune de Tirmitine, permettra aux élèves de cette
localité de ne plus se déplacer
vers Maatkas, Draa Ben
Khedda et Tizi-Ouzou, où ils
étaient scolarisés jusque-là, a
souligné ce même responsable. Le lycée de Tirmitine,
réalisé pour un montant de
près de 338 millions DA, est
doté de 800 places pédagogique et d'un réfectoire servant 300 repas, qui ont été
mis en service.
Un gymnase est en cours
de réalisation, les travaux
ayant atteint un taux de près
de 30 %, selon sa fiche technique.
BOUIRA
Lancement, bientôt, des travaux
de réalisation d’un parc d’attraction
et de loisirs
es travaux de réalisation d’un parc d’attraction et de loisirs seront bientôt lancés dans la
ville de Bouira, pour une enveloppe financière de 240 millions DA, ont révélé les services de la wilaya. Devant s’étendre sur une superficie de quatre hectares, cet espace
sera aménagé près du complexe sportif Rabah-Bitat, à la sortie ouest de la ville, a-t-on précisé
à la wilaya. Le futur parc d'attraction sera doté d’aires de jeux, deux piscines dont une couverte et un lac, a précisé la même source, ajoutant que "tout est fin prêt pour que les travaux
soient lancés incessamment, dont les délais ne devront pas dépasser les 18 mois". Actuellement, Bouira ne dispose d’aucun espace d’attraction et de loisir, excepté la forêt récréative
d’Erriche qui manque, toutefois, de plusieurs infrastructures d’attraction.
L
TINDOUF
Rénovation des
réseaux d’AEP
dans plusieurs
quartiers
ne opération de rénovation des
réseaux d’alimentation en eau
potable (AEP) a été lancée récemment
dans plusieurs quartiers du chef-lieu de
wilaya de Tindouf.
Doté d'une enveloppe de 3,7 millions
DA et ciblant notamment les quartiers
de Gsabi et Moussani et les cités 350
logements et 337 logements, l’opération
devra permettre de remédier aux perturbations enregistrées, ces dernières
années, en matière de distribution de
l’eau potable, en raison principalement
de l’obstruction des canalisations, a précisé le directeur de l’unité locale de
l’ADE, Bilal Hamma. Les travaux
concernent la rénovation de la canalisation reliant le château d’eau du quartier
Moussani, a-t-il ajouté. Selon le responsable, les perturbations dans le réseau de
distribution de l’eau potable sont liées
notamment à l’obstruction des canalisations du fait des dépôts calcaires en raison du taux élevé de salinité des eaux
extraites du champ de captage de HassiAbdallah.
U
8
RÉGIONS
Mardi 5 janvier 2016
BOUMERDÈS
TIPASA
…De multiples actions de
protestation des riverains n’ont
aucunement découragé les propriétaires et encore moins fait
réagir les autorités compétentes
afin de protéger la santé des
citoyens qui est constamment
menacée. Si les habitants de la
commune côtière de Cap Djinet ont réussi à faire arrêter
l’exploitation de nombreuses
carrières érigées à l’entrée de la
ville en multipliant des actions
de protestation, les autres communes sont soumises au diktat
des exploitants qui ne respectent aucune consigne de protection, s’inquiètent les habitants des localités de Keddara,
Thénia, Ammal et Kharrouba.
Malgré les écrits adressés aux
autorités locales suivis de plusieurs actions de protestation,
la pollution, les bruits des
explosions, les va-et-vient des
camions et autres nuisances
générées par les travaux d’extraction de tuf sont l’interminable calvaire vécu au quotidien par les riverains des carrières. Timezrit, une localité de
l’extrême sud-est de la wilaya,
qui compte plus de dix carrières de tuf se trouve menacée
non seulement dans son environnement immédiat mais
Ph : DR
Suite de la page 7
aussi la santé de ses habitants à
cause de ces exploitations effrénées et anarchiques.
« Aucun bénéfice ne revient
à notre commune puisque les
propriétaires payent leurs
impôts à Alger et nous laissent
la poussière, les bruits, la
dégradation de nos routes et
surtout les maladies provenant
de ces sites qui ne respectent
pas les normes d’exploitation »,
dénoncent les citoyens.
La plupart des exploitants
ne tiennent pas compte des
études d’impact menées pour
préserver les richesses faunistiques et floristiques des alentours. En sus des bruits assourdissants des engins, de nom-
breux habitants se sont plaint
de l’usage excessif du TNT et
des détonations qui causent
des fissures à leurs habitations,
comme ce fut le cas au village
Timizar, à Ammal. « La situation continue de se dégrader
dans notre commune et l’impact sur l’environnement est de
plus en plus menaçant, » se
plaint le P/APC de Keddara
qui plaide pour la révision de la
loi sur la fiscalité locale, en
obligeant les exploitants et les
industriels à payer la TAP au
niveau des communes abritant
leurs activités et non pas au
niveau des wilayas où se trouvent leurs sièges administratifs
comme c’est le cas actuelle-
ment. Cette fiscalité qui représente 60% des recettes fiscales
des collectivités locales peut
contribuer à améliorer le budget communal de ces localités
qui font partie des 958 communes pauvres du pays. Ce
problème nourrit le sentiment
d’injustice chez de nombreux
habitants de la région qui
n’ont pas hésité à l’exprimer
par des actions de protestation
enregistrés au niveau de Thénia, Kharrouba , Ammal et
récemment au niveau du village Benmerzouga, dans la commune de Boudouaou où des
centaines de citoyens ont bloqué la route menant vers Bouzegza pour réclamer la réduction du trafic des camions via
leur localité, lequel a causé la
détérioration des routes.
Les manifestants dénoncent
également les dégâts causés par
les exploitants des carrières aux
monts de Bouzegza détruisant
en plus de l’environnement
immédiat, les vestiges de l’histoire ayant marqué cette région
durant la guerre d’Indépendance. L’exploitation anarchique
de ces carrières bannit toute
option pour le développement
touristique de ces régions qui
pourtant disposent d’atouts
non négligeable en la matière.
B.Khider
MASCARA
AGRICULTURE
Réception du périmètre irrigué de Hebra
en avril
e projet de réaménagement et
d'équipement du périmètre irrigué
de la plaine de Hebra, au nord de
la wilaya de Mascara, sera réceptionné fin
avril prochain, a annoncé dimanche le
wali. Les travaux de ce projet, lancés en
2013, ont atteint un taux d’avancement
de 70 %, pour être achevés d’ici à la fin
du mois d’avril prochain, a indiqué
M. Salah El Affani devant les agriculteurs de cinq communes relevant des dairas de Mohammadia, Sig et Bouhanifia,
lors d’une rencontre tenue au siège de la
wilaya en présence de responsables des
secteurs concernés, de représentants de
la chambre d'agriculture et de l’Union
nationale des paysans algériens (UNPA).
Ce projet vise, selon les explications four-
L
nies par les responsables de l’Office
national d’irrigation et de drainage, lors
de cette rencontre, à réhabiliter la plaine
spécialisée dans les agrumes et les cultures maraîchères, à accroître la superficie irriguée à 10.000 hectares, à améliorer la qualité des produits agricoles de la
plaine, les quantités et à lutter contre la
montée de la salinité des terres agricoles.
Doté d'une enveloppe de 11,2 milliards
DA, ce projet porte sur la réalisation d'un
réseau d’adduction en eau à travers des
canalisations sur une longueur de 43.594
mètres et d'un réseau de distribution
d’eau sur 243 km. Le wali a instruit les
directeurs des services agricoles et des
ressources en eau ainsi que l’Office d’irrigation et de drainage de procéder à l’éla-
boration des listes des 2374 agriculteurs
des communes de Mohammadia, SidiAbdelmoumen, Magtaa Douz, Bouhenni
et Hacine, concernées par les eaux d’irrigation d'une superficie initiale de 9.971
ha en attendant l’extension du périmètre.
Le même responsable a exhorté à
associer les agriculteurs dans la mise en
place d'une méthode de distribution de
l’eau destinée à l’irrigation et à les former aux systèmes modernes d’irrigation
et d'économie de l’eau.
Il a incité également les fellahs à former leurs enfants dans le domaine agricole au niveau des établissements de formation et de l'enseignement professionnels en vue de leur permettre de s’adapter aux différentes activités agricoles.
TOURISME
L’activité
touristique
continue même
en ce début
d'hiver
e secteur touristique dans la
wilaya côtière de Tipasa enregistre, depuis des mois et même
en ce début d'hiver, un fort regain
d’activité.
De nombreux restaurateurs spécialisés en poisson, ayant pignon
sur rue à Tipasa, se sont accordés
à dire que la "rentrée sociale n’a
pas beaucoup influé sur la saison
touristique 2015, qui était censée
prendre fin en septembre dernier".
En effet, un grand nombre de visiteurs continuent à affluer, chaque
week-end, vers Tipasa. Une ville
dont les restaurants, les hôtels et
les sites touristiques, comme la
ville romaine, le tombeau de la
chrétienne et le musée romain,
continuent à enregistrer un flux
considérable de touristes, encouragés en cela par le manque, ou
l’absence de pluies, en ce début
de période hivernale."La fréquentation est toujours la même au
niveau de notre restaurant", s'est
félicité Mustapha, un restaurateur
du port de Tipasa, qui n’est pas
étonné outre mesure par ce flux
de visiteurs dans sa ville, au vue
du climat propice y régnant.
Même son de cloche "heureux" au
port de plaisance de Tipasa où les
propriétaires de barques ne chôment pas et affichent de grands
sourires devant ce temps clément,
aux antipodes de celui de la même
période de l’année dernière où le
port était quasiment vide de visiteurs, se souviennent-ils. Les vendeurs de thé et les gardiens de
parkings ne sont pas en reste,
puisque les affaires marchent pour
eux aussi, au même titre que pour
les pêcheurs, dont les prises sont
jugées bonnes par ce temps clément qui leur fait oublier le "chômage technique" des temps pluvieux et tristes. En somme, il n’y
a que les agriculteurs à Tipasa,
qui se réveillent chaque jour avec
l’espoir profond de voir les pluies
enfin arriver dans cette wilaya à
vocation agricole par excellence,
en plus d’être une destination touristique de choix doublée d’une
autre vocation pour la pêche.
L
BOUIRA
EPH MOHAMED-BOUDIAF
Le service de radiologie fermé faute de... spécialistes
e service de radiologie de
l’Etablissement public
hospitalier (EPH) Mohamed Boudiaf de Bouira est
fermé en raison de "l’absence
de radiologues", selon le directeur de cette structure hospitalière.
Le service a été doté, en
2012, de tous les moyens matériels nécessaires, y compris un
scanner, mais "l’absence de
spécialistes a engendré sa paralysie", a indiqué à l’APS Djamel Boutmer. Le recrutement
de radiologues se fait par affectation ministérielle, a-t-il observé, rappelant que le "ministère
L
de tutelle avait affecté, il y a
une année et demi, deux radiologues qui ont introduit des
recours, refusant de travailler à
Bouira". "Ces deux radiologues ne se sont jamais rendus
dans cet hôpital, dont le service
de radiologie est, donc, demeuré fermé", a-t-il déploré. La fermeture de ce service contraint
les malades de se diriger vers
des polycliniques ou vers des
cliniques privées pour bénéficier des prestations concernées.
"Ce n’est pas normal qu’un
hôpital du chef-lieu de wilaya
ne dispose pas de radiologues
!", ont indiqué des citoyens,
déplorant leurs déplacements
récurrents vers d’autres structures sanitaires, alors que le service de radiologie de cet EPH,
doté de tout le matériel nécessaire, est resté fermé.
MÊME PROBLÈME AUX
SERVICES DE
MATERNITÉ ET DE
MÉDECINE INTERNE
Le manque de spécialistes
au niveau de cet hôpital est,
également, enregistré aux services de maternité et de médecine interne, ce qui se répercute
négativement sur la qualité des
prestations de soins qui y sont
offertes. Au service maternité
de cet EPH, plusieurs malades
se plaignent de la "dégradation" de la qualité des soins. Le
manque de personnel paramédical, notamment les aides-soignantes et les sages-femmes,
agace ces dizaines de femmes
qui y affluent quotidiennement
pour accouchement. Selon le
directeur de l’hôpital, le service
de maternité "n’est pas en
mesure de prendre en charge le
grand nombre de patientes" car
il "ne compte que 25 sagesfemmes, un effectif insuffisant
pour satisfaire toute la demande exprimée en la matière", a-
t-il regretté. En 2015, plus de
1800 césariennes ont été effectuées et plus de 7.000 opérations d’accouchement normal
avaient eu lieu à l’hôpital, a-t-il
rappelé. Même constat au service de médecine interne qui
accuse un manque accru en
personnel médical spécialisé. Il
n’y a, en effet, qu’un seul cardiologue, alors que les besoins
des malades nécessitent plusieurs autres spécialistes, affirme M. Boutmer, estimant que
le service nécessite un renforcement au vu du nombre de
malades qui y est pris en
charge.
RÉGIONS
Mardi 5 janvier 2016
ADRAR
TÉLEX DE AÏN-TÉMOUCHENT…
Saisie de 1071
bouteilles de vin
de différentes
marques
ARTISANAT TRADITIONNEL
Tagabou met l’accent
sur la formation
elon des témoins oculaires, les
éléments de la Gendarmerie
nationale, relevant du groupement
de la wilaya d’Aïn- Témouchent,
ont, lors d’un barrage dressé sur
une route nationale, appréhendé
un véhicule utilitaire de marque
Toyota Hillux, devant se rendre,
selon toute vraisemblance,
à
Oran. Après une fouille systématique, les gendarmes ont saisi
1071 bouteilles de vin de différentes marques. La marchandise,
transportée sans autorisation, et
destinée à l’écoulement sans
registre du commerce, a été remise
aux services des domaines de la
wilaya d’Aïn-Témouchent, avanthier. Les services habilités ont évalué sa valeur à 146 760 da. Aussi,
les personnes impliquées dans
cette affaire ont été présentées
devant le parquet de compétence
territoriale.
Boualem Belhadri
S
La ministre déléguée auprès
du ministre de
l’Aménagement du territoire,
du Tourisme et de
l’Artisanat, chargée de
l’Artisanat, Aïcha Tagabou,
a mis l’accent, dimanche,
dans la wilaya d’Adrar, sur
l’importance de la formation
dans la promotion de
l’artisanat traditionnel.
exprimant lors de sa visite
d’une exposition d’artisanat
dans la commune d’OuledSaïd, dans la circonscription administrative de Timimoune, la ministre déléguée
a souligné la nécessité de s’intéresser au
volet de la formation en tant que moyen
efficient de promotion de l’artisanat traditionnel, de sa préservation et sa perpétuation. Il appartient pour cela, a-t-elle
dit, de renforcer les opportunités de formation dans ce domaine à travers une
coordination entre les secteurs de l’artisanat et de la formation professionnelle,
afin de dégager des offres d’apprentissage pour les jeunes et de qualification des
associations activant dans le segment de
l’artisanat traditionnel, en vue de labelliser le produit artisanal traditionnel et le
rendre concurrentiel sur le marché
international.
L’exposition d’articles d’artisanat,
qu’a abrité le centre de l’Artisanat de la
commune d’Ouled- Saïd, a comporté
des modèles de création artisanale
locaux, notamment l’habit traditionnel,
la vannerie, la poterie et la céramique.
La ministre délégué chargée de l’artisanat s’est également enquise, au niveau
du centre de l’artisanat du ksar de Fatis,
des activités de l’atelier de tissage du
tapis traditionnel de Fatis, de notoriété
internationale, qui fait la fierté de cette
région du Gourara. Après avoir écouté
S’
Arrestation de
23 ressortissants
africains
Ph : DR
les préoccupations d’artisans et d’associations locales s’intéressant à l’artisanat
traditionnel, Mme Tagabou a appelé les
responsables concernés à renforcer cette
activité par tous les moyens disponibles,
afin de permettre la promotion de ce
genre d’artisanat dans les différentes
manifestations nationales, de faciliter
aux artisans l’acquisition de la matière
première et de leur prévoir des locaux et
espaces pour la commercialisation de
leurs produits.
Lors d’une exposition organisée dans
une kheima installée près du ksar de
Fatis, un exposé a été fait à la ministre
sur le rôle de l’artisanat traditionnel
dans la promotion du tourisme dans la
région, notamment en cette période
coïncidant avec la saison du tourisme
saharien. Dans la commune de Timimoune, Mme Tagabou a visité, au siège
MILA
OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ
Des missions médicales spécialisées
de proximité
inscrivant dans le plan d’actions de l’observatoire de la santé de la wilaya
de Mila, récemment installé par le chef de l’exécutif local, Abderrahmane
Madani Fouatih, une équipe de médecins spécialistes aura à accomplir des
missions médicales en faveur des malades souffrant de pathologies sévères et chroniques. C’est la louable initiative, sans précédent, prise par l’Union médicale algérienne, conjointement avec la direction de la santé, de la population et de la réforme
hospitalière de la wilaya de Mila, d’assurer une prise en charge médicale aux
malades, tout en leur évitant les peines des déplacements. Avant d’accueillir l’équipe médicale, composée de 10 praticiens en médecine, la direction locale de la sante
se chargera de la préparation des dossiers médicaux des patients au cas par cas afin
de faciliter la tâche du plateau médical émanant du CHU d’Alger. La première mission , qui s’étalera du 18 au 22 du mois courant, concernera les maladies rénales,
notamment les malades atteints d’insuffisance rénale et soumis à la dialyse. Chapeautée par le professeur Farid Heddoum , chef de service de néphrologie et transplantation rénale au CHU Mustapha- Pacha d’Alger, cette équipe aura le soin de
visiter les centres d’hémodialyse de toute la wilaya aux fins d’aider les malades et
leur prodiguer les soins nécessaires via les schémas thérapeutiques répondant aux
nouvelles recommandations de l’OMS.Le chirurgien transplanteur de cette équipe
aura à procéder à des actes chirurgicaux de fistule artério-veineuse , à placer des
cathéters et à préparer des malades à des interventions de transplantation rénale à
condition de la disponibilité de donneur. Il est plausible que l’intensification de ce
genre d’opérations aura , sans nul doute , à apaiser un tant soit peu les souffrances
qu’endurent les malades chroniques à travers le pays , surtout les cancéreux , les
diabétiques , les cardiaques et ceux atteints des pathologies uro-néphrotiques.Pour
une première, l’nion médicale algérienne et l’observatoire de la santé de la wilaya de
Mila se font distinguer par ces louables actions.
A.Ferkhi
S’
9
d’une association locale des droits de
l’enfant, de l’adolescent et de la femme
rurale, un atelier de tissage du tapis traditionnel local connu sous le nom de
Tapis de Tigourarine.
La ministre a ensuite présidé la clôture du salon national "Oasis rouge" de
l’artisanat traditionnel, auquel ont pris
part plus de 100 exposants de différentes régions du pays.Elle a remis des
distinctions aux meilleurs exposants, des
titres de qualification à des artisans
joailliers, ainsi que des décisions de soutien et d’attribution d’ateliers d’artisanat, et saisi l’occasion pour écouter les
doléances des artisans, notamment en
ce qui concerne le volet de la commercialisation.
La ministre déléguée chargée de l’Artisanat s’enquerira lundi, au deuxième
et dernier jour de sa visite de travail dans
la wilaya d’Adrar, des activités similaires
au chef-lieu de la wilaya.
eux ressortissants africains
de nationalité camerounaise
ont été arrêtés par la brigade de
recherche de la Gendarmerie
nationale (BRGN), avant-hier,
alors qu’ils étaient à bord d’un bus
de transport de voyageurs. C’est
lors d’une controle routine que les
gendarmes se sont aperçus que les
auditionnés n’étaient pas en possession de papiers réglementaires
et qu’ils sont entrés clandestinement, en Algérie. Notre source
d’information a rapporté que les
mis en cause ont été placés sous
mandat de dépôt puis présentés
devant le parquet dûment mandaté. Par ailleurs, durant la semaine
écoulée, il a été procédé, dans le
cadre de la lutte contre l’émigration clandestine, à l’arrestation de
23 ressortissants africains de différentes nationalités.
B. B.
D
ANNABA
TRANSPORT DE CARBURANT
Deux terminaux inaugurés
alah
Khebri,
ministre de l’Energie en visite à
Annaba, a inauguré deux
terminaux, allant de Skikda jusqu’à Berrahal. Le
premier, d’une longueur
de 81 km /MP servira au
transport de carburants,
et le second de 81,4 km
est destiné au GPL, dans
l’objectif de couvrir les
besoins en ces produits
énergétiques au niveau de
la région Est.
Outre la sécurisation
du transport des produits
énergétiques vers le CSD
de Berrahal, cette réalisation permet d’économiser
annuellement
environ
1,35 milliard DA représentant les frais de transport par voies routière,
ferroviaire et maritime de
S
ces produits. Des équipements de sécurité totale
ont été prévus, à l’image
des systèmes automatiques de contrôle et de
commande, de détection
et de lutte contre l’incendie, des électropompes et
des pompes d’expédition.
Le pompage des carburants se déroule à
340m3/heure et celui du
GPL à 200m3/heure pour
chacune des deux électropompes. Sur site, le
ministre a affirmé que
toutes les wilayas seront
dotées de centres de stockage identiques pour
assurer un stock de sécurité de 30 jours. Le centre
d’enfûtage de bouteilles
de butane produit plusieurs milliers de bouteilles par jour et dessert
plusieurs wilaya d’Annaba, Souk-Ahras, El-Tarf
et Guelma entre autres.
Pour ce qui est de la centrale turbines à gaz d’Annaba qui est implantée
dans la zone portuaire en
face de l’ancienne centrale à vapeur, celle-ci s’étale
sur 1,75 hectare, pour un
co^ùt de 3, 3 milliards de
dinars et 89,4 millions
d’euros. Le projet est à
100% financé par la
sonelgaz sur ses fonds
propres. Sur le site de Aïb
Amar, (commune de
Oued
El-Aneb),
le
ministre a procédé au
raccordement de 333
foyers au réseau de gaz de
ville, ce qui porte la couverture dans la wilaya à
78%.
Khadidja B.
SP RTIF
Mardi 5 janvier 2016
11
TOTTENHAM
Bentaleb retrouve la liste des 18 face à Everton
international algérien, Nabil Bentaleb, a retrouvé la liste des 18 de son équipe Tottenham, mais a suivi du banc de touche tout le match en déplacement face
à Everton (1-1), dimanche soir dans le cadre de la 20e journée de la Premier League anglaise de football. Bentaleb a été écarté de la liste des 18 lors du match
gagné en déplacement face à Watford (2-1), lundi dernier en ouverture de la 19e journée, alors qu'il était relégué au statut de remplaçant depuis son retour de
blessure à une cheville, début septembre dernier. Sa dernière apparition avec les Spurs en championnat remonte au 29 août précédent à l'occasion du match contre Everton en Premier League, un match qu'il avait joué comme titulaire.
L'
IL ANNONCE SON DÉPART DU CLUB AFRICAIN
Djabou bientôt à Tunis
pour négocier son bon de sortie
SON DOUBLÉ HISTORIQUE CONTRE
PORTO A AUGMENTÉ SA COTE
Slimani, Monsieur
38% des buts
de Sporting
cette saison
slam Slimani annonce déjà la couleur après avoir réussi un doublé
mémorable contre Porto, samedi dernier. Il entame désormais le nouvel
an sur la lancée de la défunte année
au cours de laquelle il s’était illustré
devenant tout simplement le meilleur
buteur des Verts.
L’ex-joueur du CRB conforte également, en ce début de 2016, son statut
de meilleur goleador de Sporting Lisbonne, son club qui, grâce au doublé
de son attaquant algérien, a vite récupéré son fauteuil de leader du championnat portugais.Ce n’est ainsi pas
pour rien que le joueur de 27 ans a
fait la une des journaux spécialisés au
Portugal, au lendemain de sa
démonstration face aux ‘’Dragons’’.
Une distinction somme toute méritée
pour celui qui a tout simplement inscrit jusque-là 38% des buts du Sporting en championnat cette saison.
Grâce à son doublé aussi Super Slim
se relance dans la course pour le titre
de meilleur buteur du championnat
portugais. Il occupe actuellement la
deuxième place, avec 10 buts, à trois
unités du premier, Jonas de Benfica.
Il a déjà à son actif 14 buts toutes
compétitions confondues, soit cinq
de plus que la saison dernière à la
même période et il promet de continuer sur sa lancée pour aider le Sporting à remporter le titre cette saison,
après 14 longues années de disette.
« Je suis content d’avoir contribué à la
victoire de mon équipe. Ce succès
nous hisse à la première place qu’on
veut conserver jusqu’au bout. Notre
objectif est désormais le titre de
champion », dira Slimani au micro de
BeIN Sports à la fin de ce classique
contre le FC Porto. Il a réussi à ravir
la vedette à Brahimi et à entamer la
nouvelle année en beauté. Il est en
train de vivre tout simplement un
conte de fées au Portugal.Une chose
est sûre : au train où vont les choses,
la cote de Slimani va flamber davantage. D’ici à la fin de saison, il sera
certainement courtisé de toute part,
au moment où son club a averti que
toute équipe qui désire s’attacher les
services de l’international algérien
devra mettre 30 millions de dollars
sur la table. Il n’est toutefois pas à
écarter de voir la direction du Sporting revoir encore à la hausse la clause libératoire de son buteur au vu de
ce que ce dernier est en train de réussir sur les terrains.
Hakim S.
I
L’international algérien du Club Africain, Abdelmoumen Djabou, absent des
terrains depuis mai dernier à cause d’une méchante blessure au genou, est sorti
de son mutisme pour déclarer sur les ondes de Mosaïque FM que sa prochaine
destination sera l’Entente Sportive de Sétif, en soulignant qu’il viendra bientôt à
Tunis en compagnie du président du club algérien pour discuter avec le
président du Club Africain d’une résiliation de son contrat à l’amiable.
jabou s’est dit disposé à
remettre les chèques qu’il a
reçus de la part de Slim Riahi
contre la résiliation de son contrat, en
indiquant que des problèmes familiaux
l’empêchent de poursuivre l’aventure en
Tunisie.Sur un autre plan, Djabou a
affirmé que le CA était toujours son premier choix et qu’il n’avait pas l’intention
de rejoindre l’EST, contrairement à ce
qui a été rapporté à ce propos.Dans la
foulée, Djabou a indiqué qu’il a repris
les entrainements en solitaire et commencé à toucher le ballon, mais il n’est
pas encore à 100% pour reprendre la
compétition officielle.En début de
semaines, et alors que les médias tunisiens rapportaient des informations fai-
D
sant état d'une relation compliquée
entre Abdelmoumen Djabou et la direction du Club Africain, le tout en s'appuyant sur des sources internes au club,
d'autres échos venaient alimenter les
spéculations quant à l'avenir au club de
Bab Jedid de l'Algérien.
Le Club Africain, qui a eu échos de
rumeurs donnant son joueur en négociations avec son ancienne équipe l'ES
Setif, a tenu à démentir ces dernières de
manière officielle. "Contrairement aux
rumeurs qui circulent sur Abdelmoumen Djabou, le bureau directeur tient à
préciser que le joueur est lié au club par
un contrat jusqu’au mois de juin 2017
et qu’aucun transfert vers une autre
équipe ne peut se faire sans l’accord du
Club Africain", avait précisé d'emblée le
club tunisois via un communiqué.Précisant les motifs du séjour en Algérie de
son attaquant, le Club Africain ajoute:
"Sa présence en Algérie, comme il l’a
lui-même déclaré, est pour des raisons
administratives et personnelles. À son
retour à Tunis le joueur, en accord avec
le staff médical, poursuivra sa rééducation suite à ses deux blessures aux ligaments croisés et au ménisque."Reste à
savoir maintenant si le président du
Club africain consentira à libérer son
joueur qui avait été pour beaucoup dans
le titre de champion remporté par sa
formation la saison passée après de
longues années de disette.
Hakim S.
SPORTS
12
Mardi 5 janvier 2016
MEILLEURE ÉQUIPE-2015
ATHLÉTISME
Les Olympiques distingués,
une juste récompense
pour un parcours presque sans faute
Makhloufi
(800 m) et Keddar
(1 500 m) en stage
de préparation en
Afrique du Sud
(FAA)
La sélection algérienne de football des moins de 23 ans (U23), sacrée meilleure équipe
2015 à l'issue du traditionnel
sondage Brahim-Dahmani organisé par l'agence Algérie-PresseService (APS), s'est illustrée de
fort belle manière en compostant
son billet pour les jeux Olympiques JO-2016, après 36 ans
d'absence.
L'
Phs : DR
équipe olympique a réussi son
pari en parvenant à atteindre la
finale de la dernière Coupe
d'Afrique des nations CAN-2015 de la
catégorie au Sénégal, perdue face au
Nigeria (2-1). Les Olympiques succèdent dans le palmarès de la catégorie
meilleure équipe du sondage APS à
leurs aînés de l'équipe A, sacrés en 2014,
grâce, notamment à leur historique 8e de
finale au Mondial brésilien. Les joueurs
du sélectionneur André-Pierre Schürmann ont été largement plébiscités avec
86,36% des voix, devant la sélection
militaire, médaillée d'or aux jeux Mondiaux de Mungyeong (Corée du Sud)
qui a eu 9,09%, et l'ES Sétif, vainqueur
de la supercoupe d'Afrique et de la
supercoupe d'Algérie avec 4,54%.
Ayant entamé le rendez-vous continental dans la peau d'un outsider, l'équipe
nationale a réussi à se frayer un chemin
vers les sommets dans cette compétition, marquée par l'émergence de
joueurs de talent tels que Chita, Benkhemassa, Ferhani et autres Kenniche et
Abdellaoui. Rares sont ceux qui ont
parié un kopeck sur cette équipe,
notamment en raison de la présence de
sélections aguerries pour ce genre
d'épreuves, à l'image du Mali, de l'Égyp-
te et du Sénégal, pays hôte, sortis par la
petite porte. Mais la détermination et
l'envie de se surpasser ont permis aux
coéquipiers de Ferhat de déjouer tous
les pronostics, d'abord en dominant leur
groupe avant de décrocher une retentissante victoire en demi-finales face à
l'Afrique du Sud (2-0), synonyme d'une
brillante qualification aux JO. Les Verts
ont affiché leurs ambitions dès leur première sortie face aux ''Pharaons'' en
accrochant l'Égypte (1-1), composée
dans sa majorité de joueurs ayant remporté la Coupe d'Afrique des moins de
20 ans, disputée en Algérie en 2013.
Le nul a mis en confiance les protégés du sélectionneur André-Pierre
Schürmann et boosté leur moral pour
venir à bout des Aigles du Mali (2-0),
avant de bien gérer leur troisième et dernier match de la phase de poules contre
le Nigeria (0-0). Composée totalement
de joueurs du cru, la sélection algérienne a prouvé dans cette compétition que
le joueur local était capable de relever le
défi dans les moments difficiles, relançant ainsi le débat sur la politique de
formation qui doit être prônée par les
clubs. Les Ferhat, Chita et Benkhemassa, pour ne citer que ceux-là, ont
démontré tout le talent du joueur formé
en Algérie, sur lequel il faudra compter
non seulement au sein des U-23, mais
également en équipe première, qui elle,
est composée essentiellement d'éléments formés à l'étranger, selon les
observateurs. La CAN-2015 a mis en
lumière la détermination des jeunots des
Verts à réhabiliter l'image de marque du
joueur local, après les critiques dont il a
fait l'objet de toutes parts depuis
quelque temps, notamment de certains
"spécialistes" du ballon rond.
La réponse a été "cinglante", diront
certains, d'un groupe qui aurait pu offrir
au pays un trophée continental, le premier dans les annales du football algérien. Le sélectionneur national Christian Gourcuff, en homme averti, serait
ainsi appelé à revoir sa copie dans ce
sens, en vue des prochaines échéances
qui attendent les Verts, notamment les
éliminatoires de la CAN-2017 où ils
caracolent en tête de leur groupe.
LA VIE DES CLUBS
Le MOB et le MCEE, premiers clubs
à consommer les trois licences autorisées
e MO Béjaïa (Ligue 1 algérienne
de football) et le MCE Eulma
(Ligue 2) sont devenus les premiers clubs à consommer les trois
licences autorisées par la Ligue de football professionnel (LFP) aux équipes
lors de la période des transferts d'hiver
L
ouverte le 16 décembre dernier.
Le MOB qui a déjà fait signer l'Algéro-Tchadien Morgan Betorangal (exRC Arbaâ) et Athmani Mohamed (exUSM Khenchela) a engagé, dimanche,
le milieu de terrain du MCE Eulma
Ismaïl Bentayeb pour un contrat de 18
RCR
Fançois Bracci donne son accord
pour succéder à Benyellès
e technicien français François
Bracci a donné son accord pour
diriger la barre technique du RC
Relizane (Ligue 1 algérienne de football) en remplacement d'Abdelkrim
Benyellès, démissionnaire, a appris
l'APS, dimanche, auprès de la direction
du club de l'ouest.
Le club s'est tourné vers la piste
Bracci après l'échec "à la dernière minute" des négociations avec le technicien
algérien Abdelkader Iaïche, précise la
même source. Bracci (64 ans) est attendu dans les prochaines heures à Relizane pour finaliser son engagement avec le
RCR. Le technicien français a dirigé
auparavant plusieurs clubs en Algérie à
l'image du MC Alger et du CS Constantine. Benyellès a annoncé, vendredi, sa
L
es athlètes algériens Taoufik Makhloufi (800m) et Salim Keddar
(1500 m) se rendront dimanche soir en
Afrique du Sud pour effectuer un stage
de préparation en vue des prochains
Championnats d'Afrique d'athlétisme et
des Jeux Olympiques de Rio, a-t-on
appris auprès de la cellule de communication de la Fédération algérienne d'athlétisme (FAA). "Ce stage sera de longue
durée, puisqu'il avoisine les 45 jours", a
indiqué la même source, ajoutant que
Makhloufi, champion olympique de
2012 à Londres sur 1500m sera encadré
par son entraîneur français, Philippe
Dupont. Outre le titre continental
"Makhloufi aspire à défendre son titre
olympique à Rio" indique la FAA, ajoutant que le natif d'Aïn Defla, Salim Keddar, considéré comme la "révélation" de
2015, avec entre autres une médaille de
bronze aux derniers Jeux Africains à
Brazzaville "essayera de confirmer tout
le bien qu'on pense de lui". Pour sa part,
le décathlonien Larbi Bouraâda, le seul
Algérien qualifié aux Championnats du
monde en salle, du 17 au 20 mars 2016
à Portland (Etat-Unis) a effectué un
stage de préparation de plus de 40 jours
au Portugal. "Bouraâda s'est préparé à
Monte-Gordo
(Portugal)
entre
novembre et décembre 2015 sous la
houlette de son entraîneur Ahmed
Mahour Bacha", selon la Fédération. Le
champion du 400 m haies, Abdelmalek
Lahoulou, quant à lui, se trouve actuellement en Afrique du Sud, où il effectue
un stage de préparation du 13 décembre
2015 au 21 janvier 2016, sous la houlette de son entraîneur Sid-Ali Sabour, en
vue des prochains championnats
d'Afrique d'athlétisme, prévus du 10 au
14 août, au pays de Nelson Mandela.
Enfin, Lyès Mokdel (110 m haies) a jeté
son dévolu sur la Guadeloupe pour
effectuer un stage de préparation, en
novembre et décembre 2015, en vue des
importantes échéances à venir. Sur les
38 sportifs algériens déjà qualifiés aux
JO de 2016 à Rio, dix sont issus de l'athlétisme, qui est donc la discipline sportive la plus représentée jusqu'à maintenant. Ces dix athlètes sont : Larbi Bouraâda (décathlon), Salim Keddar (1500
m), Taoufik Makhloufi (800 m), Billel
Tabti, Hichem Bouchiha et Amina Bettiche (3 000 m steeple), Miloud Rahmani et Abdelmalek Lahoulou (400m
haies), Souad Aït Salem et Kenza Dahmani (marathon).
L
démission de son poste, contestant "la
situation catastrophique dans laquelle se
trouve le club". Les joueurs ont décidé
en effet d'enclencher un mouvement de
grève pour protester contre leur situation financière. Bracci devrait donc être
le troisième entraîneur du RC Relizane
depuis le début de la saison après Omar
Belatoui et Benyellès, parti à l'USM BelAbbès (Ligue 2). Au terme de la phase
aller de la Ligue 1, le RCR pointe à la
14e place au classement avec 15 points.
La formation de Relizane s'est qualifiée
en 16es de finale de la Coupe d'Algérie
après sa victoire face à la JS Kabylie (10). Lors du prochain tour, prévu les 8 et
9 janvier, le RCR sera opposé en déplacement à la formation de l'ESB Dahmouni.
mois. De son côté, le MCEE a bouclé
son opération de recrutement en ramenant le milieu de terrain du NA Hussein
Dey Aymen Madi, qui rejoint ainsi l'attaquant de l'USM Blida Fethi Noubli et
le gardien de but du RC Arbaâ Oussama
Methazam.
JUDO
Deux stages de préparation pour l'élite
algérienne en février au Japon
L'élite du judo algérien bénéficiera, à partir de février prochain, de deux stages de
préparation au Japon, en vue des Championnats d'Afrique et des Jeux Olympiques de
Rio, a-t-on appris dimanche auprès de la Fédération algérienne de la discipline (FAJ).
"Nos athlètes vont intégrer la sélection nipponne et se préparer avec leurs homologues japonais", a indiqué à l'APS le président de la FAJ, Messaoud Mati. Quatre
internationaux algériens, à savoir Houd Zourdani (-66 kg), Abderrahmane Benamadi
(-90 kg), Lyès Bouyakoub (-100 kg) et Mohamed-Amine Tayeb (+100 kg) occupent
actuellement un bon classement mondial, susceptible de les qualifier aux JO de Rio.
"Nous mettrons tous les moyens nécessaires à la disposition de nos athlètes, particulièrement les quatre suscités, pour les aider à conserver ce classement, et se qualifier
aux Jeux Olympiques de 2016", a ajouté le président de la FAJ. Interrogée à propos
de la venue de la légende vivante du judo japonais à Alger, Yasuhiro Yamashita, la
même source a indiqué que cette visite a dû être reportée à une date ultérieure, faute
de temps. "Juste après avoir promis de venir en Algérie pour diriger des séminaires et
des stages de formation au profit d'athlètes et techniciens locaux, Yamashita a été
appelé à de nouvelles fonctions au niveau de la Fédération internationale de judo
(FIJ), ce qui a encombré un peu plus son emploi du temps, au point de devoir différer
sa visite en Algérie à une date ultérieure", a expliqué la même source. En attendant
leur départ au Japon, Zourdani, Benamadi, Bouyakoub et Tayeb vont bénéficier d'un
stage de préparation, du 4 au 16 janvier en Ouzbékistan.
LIGA
Valence ne fait pas de cadeau au Real
Madrid de Benitez
De retour à Mestalla,
Rafael Benitez a vu
son Real Madrid
concéder le match nul
(2-2) et manquer l'occasion de revenir à
hauteur du Barça, lors
de la 18e journée
dimanche soir. Les
Merengue ont mené
au score par deux
fois, grâce à Benzema et Bale, mais
Valence a su revenir.
eux fois, Rafa
Benitez a pensé
que
le
Real
Madrid avait fait le plus
dur pour repartir de Valence avec les trois points de la
victoire. Deux fois, son
ancienne équipe est venue
frustrer
l'entraîneur
merengue, toujours en
situation précaire. Pour
son retour à Mestalla, onze
ans après y avoir goûté au
succès, Benitez a finalement vu son Real Madrid
concéder le match nul (22) dimanche. Après avoir
mené au score à deux
reprises, les Merengue ont
laissé passer l'occasion de
revenir à hauteur du Barça
à l'issue de la 18e journée
de Liga.
Les Madrilènes étaient
pourtant parfaitement rentrés dans leur match, bien
emmenés par un Karim
Benzema très inspiré. Le
Français a rapidement
ouvert le score, à la conclusion d'une combinaison
parfaite de la BBC (16e).
Quand Benzema, Bale et
Ronaldo se trouvent aussi
facilement, il n'y a rien à
faire.
D
Le problème, c'est que
ça n'a pas duré longtemps.
Le Gallois, d'un joli coup
de tête sur coup de pied
arrêté (82e), a bien entretenu l'illusion. Mais l'avantage qu'il a redonné au
Real en fin de match est
resté de courte durée.
Ronaldo
et
les
Merengue frustrés par l'arbitre après sa belle entrée
en matière, le Real a perdu
de son liant offensif, le
milieu de terrain a disparu
et la défense a montré des
signes de flottement. Après
trois grosses occasions,
Valence est logiquement
revenu au score sur penalty. La faute de Pepe est difficilement discutable, le
contre-pied de Dani Parejo
est parfait (45e). C'est plutôt le début de l'action qui
donne matière à récriminations pour les Merengue :
avant le contre décisif des
Valenciens, Gareth Bale
avait été victime d'une
intervention litigieuse dans
la surface de réparation,
sans que l'arbitre intervienne. Jose Maria Sanchez est
resté sous le feu merengue
en seconde période. En
cause,
l'expulsion
de
Mateo Kovacic, pour un
tacle sur la cheville de
Cancelo… quelques instants après une chute spectaculaire de Cristiano
Ronaldo dans la surface de
réparation. Frustré, le Portugais l'est resté jusqu'au
bout du match, manquant
de promptitude pour
reprendre le ballon victorieusement sur corner dans
le temps additionnel.
Auparavant, Paco Alcacer
était venu répondre de la
tête (83e) au deuxième but
madrilène. Pour le plus
grand bonheur de Mestalla, où Benitez n'est définitivement plus le roi.
RAFAEL BENITEZ :
«Je ne peux pas empêcher qu'on spécule»
afael Benitez a une nouvelle fois dû répondre
aux questions de la presse espagnole sur son avenir à la tête du Real Madrid après le nul concédé, dimanche, à Valence (2-2).
Le nul obtenu à Valence ne suffit pas à apaiser le Real
Madrid. Rafael Benitez en a conscience. "Je ne peux pas
empêcher que certains spéculent", a-t-il concédé
dimanche soir, une nouvelle fois interrogé sur l'éventualité d'un départ précipité, six mois après son arrivée à la
tête de l'équipe merengue. "Ce que je peux faire, c'est
m'assurer que l'équipe travaille et joue comme elle l'a fait
ce (dimanche) soir, a lancé Benitez en conférence de
presse. Malheureusement, elle n'a pas pu obtenir les trois
points, mais elle a fait un grand effort et elle aurait parfaitement pu l'emporter."
Le Real a mené deux fois au score, mais a raté l'opportunité de revenir à hauteur du FC Barcelone et dans le
sillage de l'Atletico Madrid. Alors que l'entraîneur madri-
R
lène a été fragilisé par une série de contre-performances,
les médias espagnols envisagent depuis plusieurs
semaines son remplacement par le technicien de la réserve, le Français Zinedine Zidane. Mais Benitez a dit,
dimanche soir, vouloir retenir les progrès encourageants
de son équipe.
"Nous avons eu les occasions pour l'emporter, nous
aurions aussi pu perdre. J'ai la sensation que l'équipe a
fait un grand match et quand elle a été réduite à dix
(après l'exclusion de Mateo Kovacic, 69e), elle a fait des
choses positives", a analysé le technicien, regrettant seulement la déconcentration finale de ses joueurs après le
but du 2-1. "Marquer un but à dix (contre onze) puis
encaisser un autre dans la minute qui suit, on ne sait pas
si c'est mérité pour l'adversaire ou s'il nous a manqué de
la concentration. C'est comme ça, on ne peut plus changer cela, il faut seulement féliciter les joueurs pour leur
travail", a-t-il conclu.
PREMIER LEAGUE
LOIN DU FOOT
Ronaldo se voit
«vivre comme un
roi» après
sa carrière
ans un entretien accordé au journal "Papel", paru dimanche, Cristiano Ronaldo a annoncé vouloir vivre
loin du football après la fin de sa carrière. "Je vais vivre comme un roi", a
assuré le joueur du Real Madrid.
Cristiano Ronaldo pense déjà à la
suite. Dans un entretien donné au
Magazine "Papel", supplément weekend du quotidien El Mundo paru
dimanche, le joueur du Real Madrid a
assuré qu'il s'éloignerait du football une
fois sa carrière terminée. À bientôt 31
ans, le Portugais a souligné qu'il compterait "faire ce qui lui plaît", dans
quelques années. Mais avant de tourner la page, il compte encore jouer
entre cinq et dix années. "Il y a une vie
après le football. Au début je pense que
ce sera un peu difficile pour moi, mais
si on me demande aujourd'hui si je
veux devenir entraîneur, je réponds
non. Ni dirigeant d'un club, ni président", a assuré l'international portugais
qui a également souligné bien se sentir
au Real Madrid.
"Ma vie est très conditionnée par le
fait que je vis pour le football", a renchéri le Madrilène. "Mais je ne veux
pas donner l'impression que je me
plains. Non. Ma vie est géniale, mais je
pense que je prendrai plus de plaisir
quand ma carrière s'achèvera (...) Un
exemple: ce samedi, (l'entretien a été
réalisé fin novembre) il y a un combat
de boxe à Las Vegas et j'aurais aimé
emmener ma famille et mes amis le
voir. Mais je ne peux pas parce que je
n'ai pas le temps. Je ne peux pas me
plaindre maintenant parce que je me
sacrifie, entre guillemets. Mais ensuite,
je veux vivre comme un roi", a expliqué
le Portugais. Une fois sa carrière de
joueur mise de côté, Ronaldo assure
vouloir travailler dans la mode et s'investir dans l'humanitaire. "Depuis l'âge
de 27 ans, je développe ma marque de
vêtements et je veux qu'elle continue à
croître parce que le football prendra fin
dans cinq, six, sept, dix ans", a poursuivi l'ancien de Manchester United. Un
autre de ses projets est de créer une
fondation pour l'enfance. "C'est
quelque chose que nous étudions et
qui, sincèrement, me plaît (...). Je ne
suis pas obligé de faire cela, mais je me
sens bien quand j'aide les autres, un
peu ou beaucoup", a-t-il conclu.
D
Chelsea a montré un tout autre visage
our sa première sortie de
2016, Chelsea a fait voler
en éclat la défense de
Crystal Palace (0-3) en faisant
preuve de détermination et d'application ce dimanche. Grâce à des
réalisations d'Oscar, Willian et
Diego Costa, les hommes de Guus
Hiddink ont offert un visage bien
plus séduisant pour s'éloigner de la
zone rouge.
Chelsea commence 2016 de la
plus belle des manières. Les Blues
se sont largement imposés sur la
pelouse de Crystal Palace (0-3) au
terme d'un match globalement
maîtrisé, à l'exception d'un premier quart d'heure difficile. Les
joueurs de Guus Hiddink, qui
n'ont jamais été véritablement mis
en danger, doublent leur marge
sur le premier relégable avec
désormais six points d'avance sur
Newcastle.
De bons augures avant la réception la semaine prochaine de West
Bromwich Albion, autre équipe
concernée par le maintien. Sur le
papier, on savait déjà que cette
P
équipe n'a rien à faire à la 14e
place de Premier League. Ça s'est
enfin vu sur le terrain. Malgré la
sortie rapide sur blessure d'Eden
Hazard (touché à l'aine, le Belge
passera une IRM lundi), les Blues
ont montré au Selhurst Park qu'ils
avaient le talent pour être dans la
course à l'Europe. Face à une
équipe de Crystal Palace en difficulté à domicile (5e défaite de la
saison) malgré une belle septième
place au classement, les Blues ont
mis une demi-heure à rentrer dans
la partie. Bousculé par des Eagles
entreprenants, Chelsea a profité
du manque d'efficacité de Zaha
(7e) et Campbell (24e).
Les Blues hyper-réalistes sur
leur première occasion du match,
les joueurs de Gus Hiddink ont
calmé ces ardeurs. Lancé en profondeur par Fabregas, Diego
Costa a profité d'une erreur de
Delaney pour offrir à Oscar l'ouverture du score (28e). À partir de
là, les Blues ont largement dominé
la rencontre et il a fallu un grand
Hennessey pour empêcher Azpilicueta de doubler la mise avant la
pause.
Les Eagles ont eux laissé passer
leur chance lorsque Zaha a manqué son duel face à Courtois (59e).
À peine deux minutes plus tard,
Willian profitait d'un ballon mal
dégagé pour expédier un tir sans
contrôle en pleine lucarne (61e).
Un but du break rapidement suivi
par le troisième, Diego Costa profitant d'un énorme travail de
Willian et d'un ballon relâché par
Hennessey pour s'offrir son sixième but de la saison en championnat (66e).
Le score aurait pu évoluer en
fin de rencontre si Oscar (85e),
Diego Costa (87e) ou Puncheon
(91e) s'étaient montrés plus précis.
Voilà Chelsea sur une série de
quatre matchs sans défaites (2 victoires, 2 nuls). Sa meilleure de la
saison.
13
LEICESTER
Jamie Vardy
absent deux
semaines
attaquant de Leicester Jamie
Vardy, co-meilleur buteur du
Championnat d'Angleterre, va subir
une opération aux adducteurs qui
pourrait le tenir éloigner des terrains
pendant près de deux semaines, assure
la BBC dimanche.
L'international anglais (4 sél.), âgé
de 28 ans, va donc manquer les deux
rencontres contre Tottenham, le 10
janvier en Coupe, puis le 13 en Championnat d'Angleterre. Il pourrait également être absent face à Aston Villa, le
16. Les 15 réalisations de Vardy en Premier League ont permis à Leicester de
surprendre tout le monde depuis le
début de la saison et de pointer à une
belle 2e place, deux points derrière le
leader Arsenal après 20 journées. Il est
cependant resté muet, samedi, lors du
match nul des Foxes face à Bournemouth (0-0), qui a vu les hommes de
Claudio Ranieri perdre (BIEN perdre)
du terrain sur les Gunners.
L'
SPORTS
Mardi 5 janvier 2016
15
MARC VAN BOMMEL (EX-CAPITAINE DES PAYS BAS) :
«J'aime les joueurs comme Vidal ou Pogba"
Le concept de carrière
idéale est subjectif par
nature. Chaque joueur
définit ses propres rêves et
ses ambitions. Pourtant, cette
idée vient immédiatement à
l'esprit lorsque l'on se
penche sur le parcours de
Mark van Bommel. Entre
1992 et 2013, le milieu de
terrain néerlandais a porté
les couleurs des plus grands
clubs européens.
Q
Que devenez-vous ?
Je suis une formation pour devenir
entraîneur depuis deux ans et j'ai passé
tous mes diplômes. Je suis également
sélectionneur adjoint de l'Arabie saoudite. J'ai déjà reçu quelques offres pour
devenir entraîneur principal, mais il me
reste encore des choses à apprendre.
Quand je repense à mes premiers cours
et que je vois le chemin parcouru, il y a
déjà une grosse différence.
Quelle place Pep Guardiola tient-il
actuellement au Bayern ?
Il est très important, comme Jupp
Heynckes et d'autres avant eux. Il ne
faut pas oublier que Jupp a fait le triplé.
Guardiola est un excellent technicien,
qui vous garantit des titres et du spectacle sur le terrain. En plus, le contexte
est idéal. L'effectif du Bayern a de quoi
faire rêver beaucoup d'entraîneurs. Tout
le monde voudrait travailler avec une
équipe comme celle-là.
Ph : DR
ue ce soit au PSV Eindhoven, au
FC Barcelone, au Bayern Munich ou à l'AC Milan, van Bommel a toujours su faire parler son agressivité et son charisme pour s'imposer, au
point de se voir régulièrement confier le
brassard de capitaine.
Sélectionné à 79 reprises avec les
Pays-Bas, il a notamment atteint la finale de la Coupe du Monde de la FIFA
2010. Pour FIFA.com, il évoque l'absence des Pays-Bas à l'UEFA EURO
2016, le football qu'il affectionne, ses
projets, le Gala FIFA Ballon d'Or et la
seule chose qui a manqué à sa carrière
des fautes ou de chercher le contact. Ce
n'est pas le cas.
Ces joueurs lisent le jeu et peuvent
faire basculer un match. Quand l'autre
équipe a pris le dessus, un duel gagné en
milieu de terrain peut tout changer en
l'espace d'un instant. Parfois, il suffit de
hausser le ton.
Ces joueurs peuvent vous faire
gagner un match sur un ou deux coups
d'éclat. J'aime ces joueurs. Arturo Vidal
est un peu comme ça. Paul Pogba aussi.
Ils sont très doués techniquement, mais
ils ont aussi le coup d'œil. Ils savent
exactement quand et comment remporter un duel décisif.
Que pensez-vous de Carlo Ancelotti ?
Ça ne m'étonne pas que les dirigeants
l'aient choisi. Il a du sang-froid et il a
déjà prouvé qu'il savait se faire respecter
par les stars, peut-être parce qu'il a luimême déjà évolué au plus haut niveau.
C'est un avantage lorsque l'on travaille
dans un club de ce calibre. C'est un très
bon choix.
Qui va remporter le FIFA Ballon
d'Or ?
Si l'on se base sur le palmarès, ça ne
peut être que Neymar ou Messi. Barcelone a tout gagné cette année. Ce sera
l'un ou l'autre.
Que vous inspire l'absence des
Pays-Bas à l'UEFA EURO 2016 ?
On ne peut pas se contenter de dire
que nous avons une jeune équipe ou que
nous avons besoin de temps lorsqu'on
n'arrive même pas à accrocher la troisième place dans un groupe où figurent
également l'Islande, la Turquie et la
République tchèque. Les Pays-Bas n'ont
pas de temps à perdre. Nous devons
nous qualifier à chaque fois. Normalement, l'équipe nationale en a les
moyens, mais il faut reconnaître que cet
effectif n'est pas aussi bon que ceux des
années précédentes.
Avez-vous fêté la victoire de l'Alle-
magne en finale de la Coupe du
Monde 2014 ?
Il y avait encore quelques joueurs que
j'avais côtoyés au Bayern. Je sais ce que
c'est d'être en finale. Gagner un titre de
cette importance, c'est un sentiment
extraordinaire. J'ai parlé depuis à Basti
(Bastian Schweinsteiger), (Miroslav)
Klose et (Thomas) Müller. Je suis très
heureux pour eux.
Qui va remporter la Ligue des
champions de l'UEFA ?
Je pense que le Bayern et Barcelone
iront loin. On ne peut pas négliger non
plus l'Atlético et le Real Madrid. Les
clubs madrilènes ne sont peut-être pas
tout à fait au niveau du Bayern et du
Barça, mais ils restent redoutables. Si
vous posez la même question à cent personnes, vous aurez 95 voix pour le
Bayern et Barcelone.
On vous décrivait souvent comme
un leader agressif. Existe-t-il encore
des joueurs de ce type ?
Il en faut dans chaque club. Les
grandes équipes possèdent toujours une
ou deux individualités capables de donner le ton sur le terrain et de prendre les
choses en main quand la situation se
dégrade. Ils savent toujours quoi faire et
ils sont généralement très astucieux sur
le plan tactique.
Ça peut sembler étrange car on s'imagine souvent qu'ils se contentent de faire
KAKA À PROPOS DU BALLON D’OR :
"Ce n'est qu'une question de temps pour Neymar"
l suffit de montrer une
image du Gala FIFA Ballon d'Or 2007 à Kaka,
pour voir un large sourire sur
ses lèvres. Cette soirée exceptionnelle à Zurich ne représente pas seulement le sommet de la carrière du Brésilien.
Pour remporter le trophée
le plus convoité de la planète,
l'ancien joueur de l'AC Milan
et du Real Madrid notamment a dû devancer deux
adversaires très spéciaux :
Lionel Messi et Cristiano
Ronaldo.
À l'époque, personne ne se
doutait que l'Argentin et le
Portugais monopoliseraient
le FIFA Ballon d'Or pendant
les sept années suivantes. Le
11 janvier prochain, ces deux
joueurs pourraient bien porter leur série commune à huit
unités. "Il y a toujours eu une
I
rotation : Ronaldo et Zidane
ont gagné trois fois, mais il y
avait toujours un autre
joueur… Figo, Ronaldinho,
moi-même, Rivaldo, Cannavaro. Mais Cristiano Ronaldo
et Messi n'ont pas de rivaux.
Si l'on prend en considéra-
tion ce qu'ils réalisent, saison
après saison, leur hégémonie
ne se discute pas", estime le
milieu de terrain d'Orlando,
aujourd'hui âgé de 33 ans.
L'édition 2015 marque
aussi le retour du Brésil
parmi les finalistes de l'élec-
tion, en la personne de Neymar. Depuis le triomphe de
Kaka en 2007, aucun Auriverde n'avait réussi à se hisser
sur le podium.
Pour un pays qui a produit
tant d'artistes au fil des ans,
la traversée du désert a été
particulièrement longue.
"C'est difficile de mettre le
doigt sur une explication,
mais cette situation ne doit
pas nous laisser indifférents.
Pour tout dire, un candidat
au Ballon d'Or n'apparaît pas
comme par magie", poursuit
Kaka, qui compte désormais
sur Neymar pour lui succéder
un jour au palmarès.
"Heureusement, Neymar
a énormément progressé
depuis qu'il joue en Europe.
Il a gagné en maturité.
Ce n'est qu'une question
de temps avant qu'il atteigne
la première place."
Vous avez joué dans tous les
grands championnats, à l'exception
de la Premier League. On imagine
pourtant que votre style de jeu aurait
eu du succès en Angleterre. Pourquoi
ce choix ?
J'ai reçu plusieurs offres, mais il y
avait toujours quelque chose qui n'allait
pas ou bien je m'étais déjà engagé
ailleurs. J'aurais été ravi de jouer là-bas.
D'une manière générale, je suis très
satisfait de ma carrière. Tout le monde
ne peut pas se vanter d'avoir joué à Barcelone, Milan et Munich.
Quel club vous a laissé la meilleure
impression ?
C'est au Bayern que je suis resté le
plus longtemps. Là-bas, je connaissais
tout le monde, du président au responsable du matériel. J'ai encore beaucoup
d'amis là-bas. J'ai gardé des contacts
dans les autres clubs, mais c'est à Munich que je connais le plus de monde.
Vous intéressez-vous également au
football féminin ?
Aux Pays-Bas, le football féminin
n'est pas considéré à l'égal du football
masculin. Ça ne veut pas dire que le
niveau est moins bon. C'est un problème
historique. Les femmes ont réalisé
d'énormes progrès. En Allemagne, on a
déjà accompli beaucoup de choses. Un
peu partout, on investit dans le football
féminin et c'est très bien comme ça.
In Fifa.com
TRANSFERT
Une offre record
de Manchester
City pour Sané ?
e club anglais de Manchester City
est sur le point de faire une offre
de 55 millions d'euros pour l'attaquant international allemand de
Schalke 04 Leroy Sané, ce qui constituerait le tranfert le plus cher de l'histoire pour un joueur allemand, affirme le quotidien Bild lundi.
Le jeune talent de 19 ans, retenu
en novembre dernier pour la première
fois en équipe d'Allemagne par Joachim Löw, deviendrait ainsi le joueur
allemand le plus cher après Mesut
Özil, transféré pour quelque 50 millions d'euros au Real Madrid en 2013,
poursuit le journal allemand. Le
manageur de Schalke 04, club où il a
débuté sa carrière professionnelle, en
2014, Horst Heldt, avait affirmé il y a
quelques jours encore auprès de Bild,
que le joueur n'était pas à vendre et
qu'il ne voulait pas partir. Leroy Sané
est le fils de l'ancien international
sénégalais Souleymane Sané qui a fait
sa carrière en Bundesliga. Le jeune
prodige avait été retenu pour la première fois dans la Mannschaft face à
la France lors du match amical du 13
novembre, marqué par les attentats
sanglants de Paris.
L
16
MONDE
Mardi 5 janvier 2016
YÉMEN
INDE
Couvre-feu à Aden après des
combats ayant fait 17 morts
Six personnes tuées
lors d'un puissant
séisme
Ph : DR
Un couvre-feu nocturne
a été décrété à partir
de lundi, à Aden,
deuxième ville du
Yémen, après des
combats impliquant
des groupes armés
présumés jihadistes,
qui ont fait au moins
17 morts, selon
l'agence
progouvernementale
sabanews.net et des
sources de sécurité.
ar ailleurs, lundi à
l'aube, un imam
soufi, cheikh Ali
Othman, considéré comme
un modéré, a été tué par
balles à Aden, un assassinat
attribué au groupe extrémiste Etat islamique (EI) par
des responsables de la sécurité de la ville. Le couvre-feu
sera en vigueur entre 20H00
locales (17H00 GMT) et
05H00 (02H00 GMT),
selon une décision de la
Commission de sécurité de
la province d'Aden (sud du
Yémen).
L'annonce fait suite à de
violents combats dimanche
dans un des ports d'Aden,
al-Moualla, qui ont fait 17
morts (neuf membres des
forces de sécurité dont un
colonel et huit assaillants),
selon des sources de sécurité. Un porte-parole des
autorités provinciales, cité
par sabanews.net, a déclaré
que "des hommes armés"
ont encerclé le port pour
tenter d'évincer les forces de
sécurité.
Cependant, des sources
de sécurité ont dit à l'AFP
P
que
les
affrontements
avaient éclaté quand des
forces loyales au président
yéménites Abd Rabbo Mansour Hadi ont tenté de se
déployer dans le port pour le
sécuriser complètement, se
heurtant à la résistance
d'hommes armés déjà présents sur les lieux. Toujours
selon ces sources, les combats ont duré plusieurs
heures et les forces pro-Hadi
ont finalement réussi à
prendre le contrôle du port.
Selon des témoins, la ville
d'Aden a connu dimanche
un déploiement sans précédent d'hommes armés, avec
une multiplication de barrages, sans que les habitants
sachent à quels groupes ces
combattants appartenaient.
"Nous avons vécu l’horreur", a confié un témoin qui
a préféré garder l'anonymat
pour des raisons de sécurité.
Le Yémen a connu, depuis
mars, une escalade des combats entre les forces loyales
au président Hadi, soutenues par une coalition arabe
menée par l'Arabie saoudite,
et des rebelles chiites pro-
iraniens, les Houthis, qui se
sont emparés fin 2014, de la
capitale Sanaa et d'autres
régions du pays.
Des groupes jihadistes,
dont Al-Qaïda et l'EI, ont
profité ces derniers mois, du
chaos pour renforcer leurs
positions, en particulier dans
le sud du pays. Aden et
quatre autres provinces du
Sud ont été reconquises l'été
dernier par les forces progouvernementales
mais
celles-ci peinent depuis à
rétablir la sécurité.
Plusieurs secteurs de la
ville d'Aden sont occupés
par des groupes jihadistes
qui ont mené ces dernières
semaines une série d'attaques meurtrières contre
des responsables gouvernementaux et ont fermé plusieurs facultés pour empêcher la mixité entre hommes
et femmes parmi les étudiants. Depuis mars, la
guerre au Yémen a fait
quelque
6.000
morts,
28.000 blessés et 2,5 millions de déplacés.
LIBYE
Assaut de l’EI contre une importante
zone pétrolière
e groupe jihadiste Etat islamique (EI)
a mené lundi deux attaques à proximité d'importantes installations pétrolières en
Libye, dans les villes d'al-Sedra et de Ras
Lanouf (nord), a indiqué à l'AFP un
membre des forces libyennes. Nous avons
été attaqués ce matin par un convoi d'une
dizaine de véhicules armés de l'EI à alSedra et Ras Lanouf, a déclaré à l'AFP par
téléphone un colonel des forces loyales au
gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale, Bachir Boudhfira.
Il a affirmé que les assaillants avaient été
repoussés mais que deux de ses soldats
L
étaient morts dans l'attaque. Ils ont ensuite
mené une attaque par le sud de la ville de
Ras Lanouf mais n'ont pas réussi à y entrer,
a-t-il ajouté.
Un responsable du secteur pétrolier
libyen a indiqué à l'AFP qu'un réservoir
d'une capacité de 420.000 barils de pétrole
a pris feu lors des affrontements au sud de
Ras Lanouf. De son côté, l'organisation
jihadiste EI a annoncé sur son compte
Twitter que ses hommes ont mené aujourd'hui une attaque contre la région d'AlSedra et qu'un de ses membres s'était fait
exploser dans une voiture piégée.
Inde a été touchée par un puissant
séisme de magnitude 6,7 près de la
frontière avec la Birmanie et le Bangladesh.
Six personnes ont été tuées (cinq en Inde,
une en Bangladesh) et les habitants sont
sortis, paniqués, dans les rues provoquant
des bousculades. Des immeubles ont été
endommagés à Imphal, capitale de l'État
du Manipur et ville la plus proche de l'épicentre.
En Inde, «cinq personnes ont été tuées
et 33 ont été blessées », a dit Anurag
Gupta, un responsable de l'autorité de gestion des catastrophes naturelles. « Un
immeuble de six étages a été partiellement
endommagé et des fissures ont été relevées
sur de plus petites structures ». Un responsable de l'un des principaux hôpitaux d'Imphal a indiqué que plus de 50 personnes
avaient été admises dans ses services pour
des blessures à la tête et des fractures.
L'
IMMEUBLES EFFONDRÉS,
ÉLECTRICITÉ COUPÉE
Deepak Shijagurumayum, un habitant
d'Imphal dont la maison a été gravement
endommagée, a décrit des scènes de chaos
après le séisme. «Presque tout le monde
dormait quand la secousse a eu lieu et a été
jeté hors du lit», a-t-il expliqué par téléphone. «Les gens pleuraient et priaient dans les
rues. Des centaines de personnes sont restées à l'extérieur pendant plusieurs heures,
craignant des répliques», a-t-il ajouté.
Selon l'Institut américain de géologie
(USGS), le séisme a frappé tôt lundi, à 4 h
35 (23 h 5 GMT dimanche), à 29 kilomètres au nord-ouest d'Imphal. Des
immeubles se sont effondrés près de l'épicentre et l'électricité est coupée dans cette
zone, a indiqué l'agence Press Trust of
India (PTI). À Guwahati, principale ville
commerciale de l'État de l'Assam riche en
minéraux, les habitants réveillés par la
secousse étaient « en état de choc», selon
un correspondant de l'Agence FrancePresse. Le Premier ministre indien Narendra Modi a déclaré sur Twitter qu'il avait
parlé de l'impact du séisme avec les autorités locales de l'État de l'Assam. Les
secousses ont été ressenties jusqu'à Calcutta, située à environ 600 kilomètres au sudouest, dans l'État du Bengale occidental,
où les bâtiments ont tremblé. « Beaucoup
de gens sont sortis de leurs maisons dans la
panique », a déclaré un habitant, Rabin
Dev.
AFGHANISTAN
Face-à-face tendu avec des insurgés à Mazar-i-Sharif
es forces afghanes tentaient de
neutraliser, lundi, des insurgés
retranchés dans un bâtiment
proche du consulat indien de Mazar-iSharif (nord), plus de douze heures
après que ces derniers eurent tenté de
prendre le bâtiment d'assaut, en vain.
En Inde, au même moment, l'armée
bataillait pour déloger des assaillants,
soupçonnés d'être pakistanais, d'une
base militaire du nord du pays.Ces
attaques interviennent une dizaine de
jours après une visite en Afghanistan
puis au Pakistan du Premier ministre
indien Narendra Modi, et pourraient
viser à mettre à mal les efforts de rapprochement de New Delhi avec Islamabad.
La situation sécuritaire en Afghanistan, déjà gravement mise à mal par une
série d'attentats des rebelles talibans,
était encore un peu plus fragilisée par un
attentat suicide à la voiture piégée survenu lundi matin près de l'aéroport de
Kaboul. "Seul le kamikaze a été tué",
selon Sediq Sediqqi, porte-parole du
ministère afghan de l'Intérieur. Les talibans n'ont pas revendiqué cet attentat,
ni la tentative par six assaillants de
prendre d'assaut le consulat indien
L
dimanche soir, mais ils ont fréquemment visé en Afghanistan les intérêts de
New Delhi, qui soutient fermement le
régime de Kaboul. Lundi, police et
armée afghanes échangeaient des coups
de feu avec des hommes armés retranchés dans une maison adjacente au
consulat.
"L'opération de nettoyage a débuté,
le gouverneur (de la province de Balkh,
ndlr) Atta Mohammed Noor est sur
place pour la superviser", a indiqué
Mounir Farhad, porte-parole de M.
Noor. Le consulat "est dans une zone
résidentielle. Nous sommes donc très
prudents, nous voulons éviter que des
civils soient blessés", a-t-il encore expliqué. Mazar-i-Sharif n'a pratiquement
pas été touchée par l'extension de l'insurrection des talibans à l'ensemble de
l'Afghanistan ces derniers mois. Les
experts ont souvent souligné le risque
d'une guerre par procuration en Afghanistan entre l'Inde et le Pakistan, parrain
historique des talibans.
Les deux rivaux nucléaires ont
annoncé la reprise de pourparlers, et
leurs Premier ministres se sont rencontrés informellement le jour de Noël, le
premier déplacement en plus de 10 ans
d'un chef de gouvernement indien au
Pakistan.
"TIRS SPORADIQUES"
Mais ces efforts de rapprochement
sont en péril après l'attaque spectaculaire d'une base aérienne dans le nord de
l'Inde, lancée samedi, dont les auteurs
sont soupçonnés d'appartenir au groupe
islamiste Jaish-e-Mohammed basé au
Pakistan. Les soldats indiens, épaulés
par des hélicoptères, inspectaient lundi
la base de Pathankot située dans l'Etat
du Penjab, afin de la "nettoyer" de tout
insurgé, selon un porte-parole. "Il y a
des tirs sporadiques. Nous progressons
pas à pas", a expliqué un responsable
militaire. "Il est encore trop tôt pour dire
quand l'opération prendra fin", a-t-il
conclu. Au total, sept militaires et
quatre assaillants sont morts dans cette
attaque, rare, lancée samedi vers 03h30
(22H00 GMT vendredi). La base se
trouve à une cinquantaine de kilomètres
de la frontière avec le Pakistan et tout
près de la région du Cachemire, que les
deux pays se disputent depuis des
décennies. L'armée indienne avait dans
un premier temps annoncé samedi avoir
repris le contrôle de sa base, mais
dimanche les militaires ont essuyé des
tirs pendant des opérations de déminage. Les Etats-Unis ont dénoncé une
attaque "abominable", appelant les
"pays de la région à travailler ensemble
(...) pour démanteler les réseaux terroristes". Depuis leur indépendance du
Royaume-Uni en 1947, l'Inde et le
Pakistan se sont livré deux guerres pour
le Cachemire, dont chaque pays occupe
une partie et dont les deux revendiquent
le contrôle total. L'Inde accuse régulièrement l'armée pakistanaise d'effectuer
des tirs de couverture pour les rebelles
qui infiltrent la frontière et organisent
ensuite des attaques dans le Cachemire
indien.
Le Pakistan a condamné samedi l'attaque de la base aérienne, la qualifiant
d'"acte terroriste". Le Jaish-e-Mohammed, interdit au Pakistan, combat l'Etat
indien dans la région himalayenne du
Cachemire, où un conflit séparatiste a
fait quelque 100.000 morts. L'Inde avait
accusé le groupe islamiste d'avoir attaqué en décembre 2001 le parlement
indien, faisant 11 morts et déclenchant
une escalade militaire à la frontière
indo-pakistanaise au point d'entraîner
les deux pays au bord de la guerre.
MONDE
Mardi 5 janvier 2016
IRAN-ARABIE SAOUDITE
SYRIE
Jusqu'où ira la tension ?
L'EI diffuse une
nouvelle vidéo
sur des
exécutions
Des incidents opposant chiites
et sunnites pourraient se
multiplier après l'exécution,
samedi, d'un dignitaire chiite
par l'Arabie saoudite.
usqu'où ira la tension entre Téhéran
et Riyad ? L'exécution, samedi, d'un
dignitaire chiite dans le royaume,
puis les manifestations qui ont suivi à
Téhéran ont ravivé les craintes d'un
conflit majeur entre chiites et sunnites.
Des craintes alimentées par des incidents plus ou moins graves qui montrent l'extrême tension entre les deux
communautés.
Lundi avant l'aube, deux mosquées
sunnites dans le centre de l'Irak ont été
visées par des attentats à la bombe.
Selon la police et des médecins, des
hommes portant des uniformes militaires ont fait exploser des bombes dans
deux mosquées de la région de Hilla, faisant trois blessés. En outre, un muezzin
a été abattu près de sa maison à Iskandariya. À la suite de l'exécution du
dignitaire chiite Nimr al-Nimr, le Premier ministre irakien Haïder al-Abadi
avait fait part d'un « énorme choc » et
averti du potentiel déstabilisateur qui
pourrait s'ensuivre.
DES TIRS DANS LE VILLAGE
NATAL DE NIMR EN ARABIE
Dimanche soir, la police saoudienne
a essuyé des tirs dans le village natal de
Nimr condamné à mort pour « terrorisme » et exécuté samedi, a annoncé lundi
l'agence officielle saoudienne SPA.
Citant un porte-parole de la police dans
la Province orientale, l'agence a précisé
que les forces de sécurité étaient à la
recherche des auteurs de « ces mauvaises
actions terroristes », qui ont « tué un civil
et blessé un enfant de huit ans », sans
faire selon elle de victime parmi les policiers.
À 23 h 30 (20 h 30 GMT) dimanche,
alors que les forces de sécurité cherchaient à récupérer un « équipement
lourd » non spécifié, « volé » par des
inconnus dans la localité d'Awamiya,
elles ont été « la cible de tirs nourris »,
dont l'origine n'a pas été déterminée. Le
civil tué, Ali Imran Al-Dawoud, a été
qualifié de « martyr » par des utilisateurs
de réseaux sociaux, affirmant qu'il avait
été visé par les forces saoudiennes. L'enfant blessé par balle a été hospitalisé,
mais son état est « stable », a indiqué
SPA.
Une enquête a été ouverte. L'AFP n'a
pas été en mesure d'enquêter de manière
indépendante sur cet incident.
Phs : DR
« L'ERREUR » DE RIYAD SELON
TÉHÉRAN
Dimanche, Riyad avait annoncé la
rupture de ses relations diplomatiques
avec l'Iran. Ce lundi, Téhéran a réagi.
D'abord par la voix de son vice-ministre
des Affaires étrangères : « En décidant
de rompre ses relations (diplomatiques),
l'Arabie saoudite ne peut pas faire
oublier sa grande erreur d'avoir exécuté
un dignitaire religieux » chiite, Nimr
Baqer al-Nimr, a déclaré Hossein Amir
Abdollahian, selon l'agence de presse
iranienne Irna. Il a souligné que « les
diplomates saoudiens à Téhéran et à
Machhad (nord-est de l'Iran) n'ont subi
aucun dommage » lorsque des foules
furieuses ont attaqué l'ambassade et le
consulat saoudiens respectivement
situés dans ces deux villes.
En réaction à ces violences, l'Arabie
saoudite a « donné quarante-huit heures
aux membres de la représentation diplomatique iranienne pour quitter le pays ».
Pour le vice-ministre iranien des Affaires
étrangères cité par Irna, « par le passé,
l'Arabie saoudite a également commis
une erreur stratégique en adoptant des
décisions précipitées et irréfléchies qui
ont provoqué l'insécurité et le développement du terrorisme dans la région ».
« UN GRAND DIGNITAIRE
RELIGIEUX »
Téhéran accuse Riyad de soutenir les
groupes extrémistes dans toute la
région, notamment en Syrie. M. Amir
Abdollahian a également fustigé l'Arabie
saoudite pour « avoir porté atteinte aux
intérêts de son propre peuple et aux
peuples musulmans de la région avec le
complot de faire baisser les prix du
pétrole ». L'Iran estime que Riyad a joué
un rôle primordial dans la baisse des
prix du pétrole en maintenant sa production à un niveau très élevé. « Aujourd'hui, la nouvelle erreur stratégique de
l'Arabie saoudite est l'exécution de l'ayatollah martyr, le cheikh Nimr Baqer alNimr, qui était un grand dignitaire religieux qui appartenait à l'ensemble du
monde musulman et non à un seul
pays», a ajouté M. Amir Abdollahian.
Un peu plus tard, c'est le porte-parole
de la diplomatie iranienne Hossein Jaber
Ansari qui a, à son tour, jugé que l'Arabie saoudite cherchait à aggraver « les
tensions et les affrontements » dans la
région. « L'Arabie saoudite voit non seulement ses intérêts, mais aussi son existence dans la poursuite des tensions et
des affrontements et essaie de régler ses
problèmes intérieurs en les exportant
vers l'extérieur », a déclaré Hossein Jaber
Ansari.
GUERRES PAR PROCURATION
Les relations entre l'Arabie saoudite
et l'Iran évoluent en dents de scie depuis
la révolution islamique iranienne de
1979. Les deux puissances sont le plus
souvent en désaccord sur les crises dans
la région, notamment en Syrie, en Irak,
au Yémen, et s'accusent mutuellement
de chercher à élargir leur influence.
Elles avaient rompu leurs relations de
1987 à 1991, après de sanglants affrontements entre pèlerins iraniens et forces
saoudiennes lors du pèlerinage à La
Mecque en 1987. Pour les experts, la
nouvelle crise entre Riyad et Téhéran
risque d'alimenter les guerres par procuration que se livrent les deux puissances,
notamment en Syrie et au Yémen.
IRAK
Attentats dans deux mosquées
sunnites
eux mosquées sunnites en l'Irak ont été
visées lundi avant
l'aube par des attentats à la
bombe, alors que l'exécution
d'un dignitaire chiite par
l'Arabie saoudite sunnite fait
craindre une escalade entre
les deux communautés. Selon
la police et des médecins, des
hommes portant des uniformes militaires ont détoné
des bombes dans deux mosquées de la région de Hilla
(centre), faisant trois blessés.
En outre, un muezzin sunnite
a été abattu dans la nuit près
de sa maison à Iskandariya,
également dans le centre du
pays en majorité chiite.
e groupe jihadiste État islamique
(EI) a menacé la Grande-Bretagne dans une nouvelle vidéo qui
montre l'exécution de cinq "espions".
La vidéo, diffusée, dimanche, sur
des sites jihadistes et rapportée par le
centre américain de surveillance des
sites islamistes SITE, débute avec les
"aveux" devant la caméra de cinq
hommes se disant originaires de
Raqa, la "capitale" de facto de l'EI en
Syrie. Ils sont présentés par un jihadiste s'exprimant en anglais comme
étant des "espions".
À Londres, le ministère des
Affaires étrangères a réagi dans une
brève déclaration affirmant être "au
courant de la vidéo, (dont) nous examinons le contenu". Sur la vidéo, les
propos des cinq hommes ne permettent pas d'identifier le ou les pays
pour le compte desquels ils sont
accusés d'espionnage, mais un d'eux,
évoque la coalition internationale
conduite par les États-Unis, qui lutte
contre l'EI en Irak et en Syrie.
Ils disent à tour de rôle en arabe
avoir fait passer des vidéos ou des
photos dévoilant les conditions de
vie à Raqa à des individus installés en
Turquie, ou encore d'avoir surveillé
les déplacements de combattants de
l'EI. La séquence suivante montre les
cinq hommes, vêtus de la tenue
orange des détenus de l'EI, agenouillés devant cinq hommes cagoulés vêtus de treillis militaire et armés
d'un pistolet. "Ceci est un message à
David Cameron", le Premier
ministre britannique, dit l'un des
jihadistes en s'exprimant avec un
accent britannique. Il accuse les cinq
hommes agenouillés d'être des
"espions" à la solde de la GrandeBretagne, qui selon lui, ont été
"abandonnés" par le gouvernement
britannique.
Il a, notamment affirmé que l'EI
poursuivrait "le jihad" contre la
Grande-Bretagne, avant que les cinq
hommes ne soient exécutés d'une
balle dans la tête. La Grande Bretagne, qui bombardait les positions
de l'EI en Irak, effectue depuis début
décembre des frappes aériennes en
Syrie. L'EI diffuse souvent des
vidéos de propagande, quand sur le
terrain il subit des revers, estiment
des experts. Cette semaine seulement, les forces irakiennes ont repris
à l'EI la ville de Ramadi, tandis qu'en
Syrie une coalition de rebelles arabes
et kurdes a repris le contrôle d'un
barrage stratégique dans le Nord.
L
J
D
17
À Hilla, à 80 kilomètres au
sud de Bagdad, une bombe a
explosé peu après minuit
dans la mosquée Ammar ben
Yasser, a indiqué un officier
de police. "Après avoir entendu l'explosion, nous sommes
allés sur les lieux et nous
avons trouvé des engins
explosifs artisanaux", a-t-il
expliqué. "Des habitants
nous ont dit avoir vu un groupe de gens habillés d'uniformes militaires mener l'attaque". Dix maisons du voisinage ont été endommagées
par l'explosion, selon lui. La
mosquée Al-Fateh, dans un
village proche de Hilla, Sinjar, a été visée par une
attaque similaire. Selon l'officier de police, trois ou quatre
hommes seraient les auteurs
de cette attaque. À Iskandariya, une ville à 40 km au sud
de Bagdad, le muezzin de la
mosquée sunnite Mohammed Abdallah Joubouri, a été
"pris dans une embuscade
tout près de sa maison" et
abattu par des hommes
armés, selon une source policière. Iskandariya est située
dans une région mixte où
vivent des musulmans sunnites et chiites. Cette région
avait été appelée "le triangle
de la mort" au début des
années 2000 en raison de la
flambée de violences entre les
deux communautés. Aucune
des attaques commises lundi
n'a été revendiquée à ce
stade. L'exécution samedi par
l'Arabie saoudite d'un important chef religieux chiite
saoudien, Nimr Baqer alNimr, a provoqué des manifestations et des réactions
d'indignation en Irak. Le Premier ministre irakien Haider
al-Abadi a fait part d'un
"énorme choc" et a averti du
potentiel déstabilisateur de
l'exécution de Nimr. L'exécution du cheikh Nimr a été
vivement condamné par des
chefs religieux chiites irakiens
mais également par des dignitaires sunnites de ce pays.
APPEL
La
famille
AGGOUN lance
un appel aux compagnons d’armes
ou aux témoins
détenant
des
informations sur
les circonstances
de la mort, lieu
d’enterrement du Chahid Aggoun
Saïd fils d’Ahmed
né
le
25/05/1915 à Friha, daïra de Azzazga, wilaya de Tizi Ouzou. Le Chahid est tombé au champ d’honneur
en 1957 à la région 4, secteur 3,
suivant une attestation délivrée par
la 7e région militaire datée du 17
janvier 1963.
Pour toutes informations, veuillez
contacter le 0560.00.17.23 ou nous
envoyer un fax au: 021.83.72.22
18
CULTURE
Mardi 5 janvier 2016
TAHAR BÉNAÏCHA
Un acteur important de la vie culturelle en Algérie
L'homme de culture et
journaliste, Tahar Benaïcha,
est décédé, samedi à Alger,
à l'âge de 90 ans des
suites d'une longue maladie,
a-t-on appris auprès de sa
famille. Le défunt a été
hospitalisé à l'hôpital de
Douéra, dans la banlieue
Ouest d'Alger, depuis une
vingtaine de jours.
ahar Benaïcha est né en 1925 à
Oued-Souf. Des hommes de culture et de médias ont rendu hommage, dimanche, à l'intellectuel et journaliste algérien, le qualifiant d’un des
plus importants acteurs de la scène culturelle en Algérie. Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, a salué la pensée, la vision ainsi que l'esprit de critique
constructive du journaliste et de l'intellectuel. Le président de la République
Abdelaziz Bouteflika a adressé un message de condoléances à la famille de
Tahar Benaïcha dans lequel il a souligné
que le défunt était une véritable encyclopédie, un journaliste sérieux et un
illustre homme de culture. Il a écrit :
« j’ai appris avec une profonde affliction
le décès de l’illustre écrivain et homme
de culture le professeur Tahar Benaïcha.
Dans cette douloureuse épreuve, je vous
présente mes sincères condoléances et
l’expression de ma profonde sympathie,
priant Dieu Tout Puissant de lui accorder sa Sainte miséricorde et de vous
assister ainsi que l’ensemble de la famille culturelle ».
Il a ajouté que Tahar Benaïcha s’intéressait à la littérature, au patrimoine et à
la civilisation islamique. Il était une véritable encyclopédie et une référence pour
les chercheurs. Je sais la douleur incommensurable provoquée par la disparition
de Tahar Benaïcha chez ses proches,
mais aussi chez toute une génération de
chercheurs pour qui il était une référence. Le président de la République a
ajouté que la mémoire populaire algérienne est aujourd’hui orpheline et ne
trouve sa consolation que dans les milliers d’articles produits dans des
dizaines de titres de la presse depuis les
années quarante et les programmes télévisés à travers lesquels il a fait découvrir
Ph : DR
T
des pans de l’histoire de la civilisation.
Le chef de l’État a précisé que la disparition de Tahar Benaïcha nous incite à
nous remémorer sa lutte de longue
haleine dans la presse nationale aux
côtés des géants qui ont mis leur plume
au service de la libération, de l’indépendance et de la critique constructive. Le
chef de l’État, a précisé que pour l’Algérie, il n’y avait guère de différence entre
la lutte par les armes et la lutte par la
plume, les deux ayant frayé un chemin
vers l’indépendance et la gloire de l’Algérie. « En cette douloureuse épreuve
qui est également la nôtre et face à cette
peine immense que nous partageons, je
ne puis que vous exprimer ma sympathie et ma compassion, en formant le
vœu que les écrits du défunt soient perpétués par une relève tout comme il l’a
fait avec ses prédécesseurs », « Puisse
Dieu Tout-puissant accueillir le défunt
en Son vaste paradis et assister les siens
en cette pénible circonstance », a conclu
le chef de l’État. Azzedine Mihoubi a dit
aussi être porteur d’un message de
condoléances du président de la République, Abdelaziz Bouteflika à la famille
du défunt qui a tout donné pour la
Nation et sa pérennité. Le secrétaire de
wilaya de l’Organisation nationale des
Moudjahidine, Bachir Abadi, a, de son
côté, mis en exergue les qualités de feu
Tahar Benaïcha durant la Guerre de
Libération nationale et son parcours
militant aux côté des moudjahidine de la
glorieuse Révolution. D’autre part, le
ministre de la Communication, Hamid
Grine, a également présenté dans un
message de condoléances à la famille du
défunt. L'ancien ministre et Moudjahid,
Lamine Bechichi, a, de son côté, rendu
hommage à un véritable intellectuel, en
rappelant ses travaux sur la civilisation
musulmane et ses plus importantes
étapes historiques, en particulier en
Afrique et en Asie centrale. Le président
de l'association "El-Djahidhya" et ami
du défunt, Mohamed Tin, a évoqué,
pour sa part, un "brillant intellectuel
depuis les années 1950 lorsqu'il dirigeait
une troupe de théâtre, tout en rendant
hommage au moudjahid et au penseur
qui, dit-il, a défendu des vérités et des
idées, objet de polémiques parmi les
intellectuels de son époque. Tahar
Benaïcha a rejoint, après des études primaires, l'université Zeïtouna (Tunisie)
en 1942 avant de s'installer à Alger en
1949. Militant au PPA (Parti du peuple
algérien), il rejoint le FLN (Front de
libération nationale) après le déclenchement de la guerre d'indépendance en
1954. Journaliste depuis les années
1944, il s'est fait connaître à travers ses
contributions dans des journaux et
revues comme Assa Moussa dont il fut
le fondateur ou encore Révolution et
LITTÉRATURE
Romanciers distingués, pari renouvelé
sur le roman algérien
lusieurs prix littéraires
ont été remportés par
des écrivains algériens
en 2015, une année qui a été
marquée par une profusion
de publications chez la plupart des éditeurs qui ont
continué de miser sur le
roman, sans pour autant
négliger la poésie qui a connu
un essor certain. Parmi les
écrivains qui se sont distingués en 2015, on retrouve les
lauréats de la première édition du Prix Assia Djebar,
Abdelouaheb Aïssaoui pour
son roman "Sierra De Muerte", Amine Aït Hadi pour son
roman "L'Aube au-delà" et
Rachid Boukherroub pour
son roman "Tislit n'Oughanim". Autres auteurs qui ont
P
fait parler d'eux en 2015, le
romancier Miloud Yabrir qui
a reçu le Prix Sharjah de la
créativité (Emirats arabes
unis) pour "Djanoub el milh"
et la romancière Djohar Wallis avec son premier ouvrage
"L'emprunt".
L'écrivain et journaliste
Saïd Khatibi a confirmé son
talent littéraire en décrochant
le Prix Ibn-Batouta du voyage contemporain avec son
livre "Djanaine e-chark elmoultahiba : rihla fi bilad
Assakaliba" alors que l'auteur
Kamel Boulaassel a remporté
un prix au concours culturel
de Dubaï avec son romain
"Errakd bi souraât el-djorh".
Le romancier Wassiny Laâredj, un habitué des prix litté-
raires arabes, a reçu en 2015
le Prix littéraire "Katara" du
roman arabe (Qatar) et celui
de la meilleure œuvre adaptable. Le jury du Prix Al
Owais pour la créativité littéraire (Dubaï), l'un des plus
prestigieux dans le monde
arabe, a jeté son dévolu, en
2015, sur le poète et chercheur algérien établi aux
Émirats arabe unies Ayache
Yahiaoui. Dans la "shortlist"
du Goncourt, le plus prestigieux prix littéraire français,
l'écrivain algérien Kamel
Daoud s'est finalement
contenté du Goncourt du
Premier roman pour "Meursault, contre-enquête", alors
que Boualem Sensal s'est vu
attribuer le Grand Prix du
roman de l'Académie française. 2015 a également été
marquée par la polémique
suscitée par la ressemblance
des titres des romans de
Boualem Sensal "2084. La
fin du monde" et de Wassiny
Laâredj "2084, Hikayat alarabi al-akhir" (2084, L'histoire du dernier arabe).
Par ailleurs, le romancier
Lahbib Sayeh s'est placé en
tête des ventes dans de nombreuses expositions arabes
organisées en 2015 avec son
roman "Colonel Zbarbar",
publié chez un éditeur arabe
,alors que la romancière algérienne Ahlam Mosteghanemi
a été consacrée "Femme
arabe la plus distinguée dans
la création littéraire 2015".
Travail l'organe de l'Union générale des
travailleurs algériens (UGTA) après l'indépendance. Grand voyageur, notamment en Afrique de l'Ouest et en Asie
centrale, et féru d'histoire de la civilisation musulmane, il réalise également
une série documentaire sur les zaouïas
en Algérie pour la Télévision algérienne.
Le défunt était également connu pour
ses prises de position en faveur du socialisme dont il fut un des plus ardents
défenseurs parmi les intellectuels en
Algérie. Tahar Benaïcha, a été inhumé
dimanche dans la localité de Ghamra,
commune de Guemmar (14 km d’ElOued). La prière funéraire s’est déroulée en présence du ministre de la Culture-Azzedine Mihoubi, qui a évoqué au
terme de la cérémonie funéraire les qualités du défunt en qui, a-t-il dit, l’Algérie
a perdu un homme qui a su parfaitement associer entre la pensée, l’histoire,
la littérature et le journalisme. Le défunt
moudjahid Tahar Benaïcha, qui a porté
les armes contre l’occupant et combattu
pour la libération du pays, est resté fidèle, toute sa vie, à ses principes révolutionnaires et a défendu ses idées de rejet
de toute atteinte à l’unité et à la cohésion nationale.
Une foule nombreuse, composée de
proches, d’amis et de compagnons du
défunt, ainsi que des autorités de la
wilaya et de citoyens de différentes
régions est venue accompagner le défunt
de son domicile sis au quartier 5 Juillet
vers le cimetière de la localité de Ghamra, une centaine de mètres plus loin.
HOMMAGE A AÏT AHMED
L'oiseau têtu
L'hiver est long, pas le printemps.
La source pure ne tarit pas.
L'oiseau têtu ne chante plus.
Si, à toi terre de mes aïeux,
je n'ai pu faire mes adieux,
c'est que mon sang et mes passions,
et bien qu'absent, je t'en fais don.
Si je te quitte, ma terre bénite,
c'est pour passer dans tes entrailles
et pour nourrir, depuis mon gite,
tes belles fleurs et tes pépites
et rendre libres tes enfants.
Tu es parti. Tu n'es plus là,
toi Mandela de l'Algérie,
ta terre chérie, qui t'aime tant.
Qui, comme toi,
a su porter si haut la voix
pour les droits
et crier haut et fort encore,
que l'homme est né pour être libre,
libre de vivre et de rêver,
ou d'accepter ou refuser,
choisir sa vie, tout simplement,
mais dignement.
Et, si un jour, je tends la main au
lendemain,
je trouverai sur mon chemin,
les restes de tes pas jalons,
les restes de tes pas géants.
Même le Coran,
que l'on vénère et aime tant,
tu l'as appris à tes seize ans.
Face aux dangers, face aux périls
et du fin fond de ton exile,
tu récitais ton testament,
où tu disais:
Ma terre natale s'étend entre Morice et Challe.
Prenez-en soin, mes chers enfants.
Unis restez et résistez et tenez bon
et soyez sûrs qu'après les peines et
les coups durs,
après les quêtes et les tempêtes,
brille soleil et vient beau temps.
Que peut-on dire, pour te décrire,
toi le martyr du Panthéon.
Et, pour finir, sans prévenir,
tu as décidé de partir
le jour de l'an.
Mohamed Malek
CULTURE
Mardi 5 janvier 2016
BOX-OFFICE US
SORTIE
Star Wars bat Titanic
Black Panther
sera directement
lié à Avengers :
Infinity War
Le Réveil de la Force ne va pas
tarder à être le plus gros succès
de tous les temps au box-office
américain. Plus qu'Avatar (et le
taux de l'inflation) à battre.
evinez qui est en tête au boxoffice américain ? Bien vu. Star
Wars : Le Réveil de la Force
continue sa conquête implacable du palmarès cinéma. Le voilà qui rafle 88,3
millions de dollars au cours de son troisième week-end d'exploitation aux
Etats-Unis, et vient d'atteindre les 740,2
millions au compteur. L'Episode 7 vient
donc de battre Titanic (658,6 millions)
et ne devrait plus trop tarder à mettre
Avatar et ses 760,5 millions de dollars
au tapis. Le Réveil de la Force va donc
être le plus gros succès de tous les temps
au box-office américain dans les jours
qui viennent. Sans tenir compte de l'inflation, bien sûr : comme on vous l'a
analysé ici, le plus gros hit de tous les
temps aux Etats-Unis est Autant en
emporte le vent, avec 1,7 milliard de
recettes raflés depuis sa sortie en 1939,
si on ramène son score en dollars
actuels. A ce compte-là, Star Wars : Le
Réveil de la Force n'est plus que le
21ème plus gros hit américain, en-dessous des Aventuriers de l'arche perdue
(762,2 millions). Bon, ceci dit, on n'est
plus en '39, les cocos, et la comparaison
avec les aventures de Scarlett O'Hara
n'est plus vraiment de mise. L'essentiel
est ici : Star Wars va battre les deux
mastodontes de James Cameron et trôner pendant longtemps au sommet des
charts américains.
Et dans le reste du monde ? 770,5
millions de dollars de recettes pour un
total de 1,510 milliard. Pour l'instant, le
TOURNAGE
Joss Whedon en a bel
et bien fini avec les
film Marvel
e réalisateur ne souhaite pas
continuer à réaliser pour le studio. Avengers : L’Ère d’Ultron sera
donc son dernier long-métrage Marvel. Il l’avait déjà laissé entendre
après l’épuisant tournage d’Avengers
2, il le confirme. Lors d’un questions/réponses, Joss Whedon a assuré qu’il ne réalisera pas de nouveaux
films pour le compte de Marvel Studios. "Cela faisait cinq ans que je
travaillais sur Avengers ou Agents of
SHIELD. Ils m’ont fait un énorme
cadeau. Ils m’ont donné des centaines de millions de dollars et m’ont
dit : ‘Fais ce que tu sais faire’, ce qui
est très rare et j’ai été très chanceux". Mais Whedon ajoute que s’il
est important pour lui d’avoir son
autonomie et de réaliser de plus
petits projets, il a également besoin
de "nouveaux challenges", "sinon je
vais commencer à me répéter".
"J’étais un peu leur conseiller pendant un moment… J’étais impliqué
dans tous les films de la Phase 2 et
puis je me suis concentré seulement
sur Ultron. Je savais que quand ce
serait terminé, j’allais arrêter, faire
une rupture nette". Peu de chances
donc de revoir Joss Whedon à la tête
d’un blockbuster Marvel mais le studio a déjà embauché la relève,
notamment avec les frères Russo qui
réalisent Captain America : Civil
War mais également Avengers 3 et
4. Le duo semble avoir un peu repris
le flambeau de Whedon au sein de la
firme. Faisant de nouveau cavalier
seul, le cinéaste a déjà fait savoir
qu’il souhaitait se remettre à des
projets plus personnels, sans pour
autant annoncer de nouveau film.
après Kevin Feige, Black Panther explorera également des
thématiques géopolitiques.
A l'aube de son ambitieuse phase 3,
Marvel compte bien diversifier encore
son multivers mais aussi faire évoluer
ses super-héros à travers des thèmatiques un peu plus politiques. Et si on
savait déjà qu'Avengers : Infinity War
serait directement connecté à Captain
America : Civil War (dans lequel les
super-héros s'affrontent pour savoir
s'ils doivent obéir aux ordres d'un
organisme politique) on vient d'apprendre de la part d'Empire que Black
Panther sera également relié aux deux
derniers volets des Avengers et qu'il
abordera des thématiques géopolitiques. Kevin Feige, le patron de Marvel, a récemment expliqué comment il
imaginait la trajectoire de ce nouveau
personnage au sein de sa foisonnante
galaxie super-héroïque.
"Black Panther est une grande
aventure d'action d'ampleur géopolitique qui se concentre sur la famille et
le combat royal que mène T'Challa
dans le pays de Wakanda, et ce que ça
représente d'être un roi. Il est important pour nous de relier l'histoire de
T'Challa aux prochains films Avengers, et c'est pourquoi nous l'avons
poussée plus loin." Apparu pour la
première fois en juillet 1966 dans une
aventure des Quatre Fantastiques,
Black Panther est le premier superhéros noir des comics américains.
Dans l'imaginaire de Stan Lee,
T'Challa est issu du pays fictif de
Wakanda, un état d'Afrique Centrale
très en avance technologiquement.
Résolument à part dans l'univers de
Marvel, Black Panther a permis à Stan
Lee d'aborder les problèmes rencontrés par certains pays d'Afrique. Entretemps, Black Panther est devenu un
personnage emblématique de la cultre
afro-américaine et on raconte même
qu'il aurait inspiré le nom du célèbre
mouvement révolutionnaire du Black
Panther Party (fondé quelques mois
après la parution de ses premières
aventures). A l'écran, le personnage
fera sa première apparition dans Captain America : Civil War cette année
tandis que son film solo sortira en
2018. Dans tout ces longs-métrages,
T'Challa sera incarné par l'acteur
Chadwick Boseman (Gods of Egypt).
Ryan Coogler, le réalisateur de Creed,
qui serait en négociation pour réaliser
Black Panther (alias T'Challa).
D'
Phs : DR
D
L
19
film est sixième. Il lui reste à battre Fast
& Furious 7 (facile : 1,515 milliard),
puis Avengers (pépère : 1,519 milliard),
Jurassic World (les doigts dans le nez :
1,669 milliard). Restera alors à vaincre
une nouvelle fois mais à l'échelle mondiale Titanic et Avatar, qui caracolent à
2,1 et 2,7 milliards respectivement. Il
reste un atout majeur à Star Wars. Sa
sortie en Chine, le deuxième plus gros
marché cinéma du monde, reste programmée pour le 8 janvier. Et là il s'agira
de partir vers les étoiles, Chewie.
C'est sorti de l'hégémonie Star Wars
qu'on a des choses vraiment intéressantes à dire sur le box-office. Sur Daddy's Home, par exemple : la comédie
paternelle avec le duel Will Ferrell/Mark
Wahlberg ne perd que 25% de ses
recettes pour son deuxième week-end.
Avec 29 millions de dollars de mieux,
Daddy's Home a déjà largement remboursé son budget de 50 millions avec
un score de 93 millions aux USA. Prouvant ainsi la popularité toujours forte
des deux comédiens. Mais c'est du côté
de Quentin Tarantino qu'on attendait
des merveilles : l'extension de la diffusion des 8 Salopards sur l'ensemble du
territoire américain après son excellent
démarrage en limited release la semaine
dernière. Résultat, une troisième place à
16,2 millions de dollars. Et c'est un peu
décevant. En décembre 2012, Django
Unchained démarrait à 30,2 millions. Il
faut dire que Les 8 Salopards dure 3
heures tassées, et qu'il est beaucoup plus
violent et arty que Django, ce qui a de
quoi réduire son public. Même si les
fidèles de Quentin ont répondu présent,
la route vers le succès va être longue. En
dix jours, Les 8 Salopards a récolté 29,5
millions de dollars et devrait tout de
même rembourser son budget estimé à
44 millions (6 millions de moins que
Daddy's Home... Sans commentaire).
Le film devra compter sur le bouche à
oreilles pour remplir ses caisses.
Sisters n'a rien à envier à Daddy's
Home. Voire, Sisters fait mieux que
Daddy's Home. Sorti en même temps
que Star Wars : Le Réveil de la Force,
Sisters, comédie trash interdite aux
moins de 17 ans non accompagnés d'un
adulte (Daddy's Home est seulement
"déconseillé aux moins de 13 ans", ah
ah) n'a vu ses recettes baisser que de
0,1% en deuxième semaine, puis de
11,3% cette semaine. Soit 12,5 millions
de dollars en troisième semaine, et un
total de 61,7 millions pour 30 de budget. C'est un gros, gros carton, un de
plus pour Universal qui termine ainsi
son année 2015 au Valhalla. Et la confirmation que Tina Fey et Amy Poehler,
reines de la télé comique US (elles ont
été les meneuses de 30 Rock et Parks
and Recreation) sont invincibles
ensemble. Sisters a ainsi battu Alvin et
les Chipmunks : à fond la caisse, qui est
cinquième avec 11,5 millions de dollars
pour son troisième week-end. A fond la
caisse a rapporté 67,3 millions de dollars
aux Etats-Unis, le pire score des quatre
films de la franchise Alvin... Alors qu'il a
coûté 90 millions. Face à Star Wars : Le
Réveil de la Force, l'alternative "comédie
musicale avec des bestioles en 3D" n'a
pas marché. L'alternative buddy comedies trash à la Sisters) ou gentiment
piquante façon Daddy's Home, si. C'est
noté ?
POUR QUENTIN TARANTINO
Kill Bill 3 est toujours une possibilité
e réalisateur américain a
encore assez d'idées en
réserve pour inciter La
Mariée à resortir son sabre. Le
plus régulièrement possible,
Quentin Tarantino s'amuse à
entretenir les rumeurs qui
courent autour d'un éventuel
Kill Bill 3. Souvent questionné à ce sujet au fil des années,
le réalisateur d'Inglourious
Basterds a plusieurs fois révélé
qu'il n'était pas contre donner
une suite aux aventures de la
veuve la plus sanglante du 7e
art. Et voici qu'une nouvelle
déclaration pourrait bien raviver les rumeurs les plus folles.
“Je ne veux pas m'engager,
mais je ne serais pas surpris
que La Mariée fasse une nouvelle apparition avant que tout
L
soit dit et fait sur son sujet." A
tout récemment précisé le réalisateur à Variety. "Je suis en
train d'en parler à Uma
(Thurman), un tout petit peu.
Une partie de ce que j'ai écrit
n'a jamais été mis dans les
films et pourrait bien être utilisé." Si on prête foi à la
célèbre promesse de Quentin
Tarantino de prendre sa
retraite après son dixième et
meilleur film, Kill Bill 3 serait
donc l'un de ses deux derniers
projets au compteur. Mais
peut-on se retirer de manière
inoubliable avec une suite
tournée plus de dix ans après ?
De même, comment rebondir
après le final de Kill Bill 2 qui
signe la vengeance totale de
La Mariée.
Après tout, il n'est pas
impossible que le réalisateur
ne se contente de monter ce
projet de troisième volet avant
de passer la main à un autre
cinéaste s'il préfère se concentrer sur deux chef-d'oeuvres
plus "inédits". Quoiqu'il en
soit, Les Huit Salopards, le
huitième film de Quentin
Tarantino sortira le 06 janvier,
et ça, ce n'est pas une rumeur.
20
JEUX
Mardi 5 janvier 2016
PAGE ANIMÉE PAR LAZREG AOUNALLAH
Mots croisés n°871
Mots fléchés n°871
HORIZONTALEMENT
1 - Faute - 2 - Gaz rare - Groupa en liasses (des
journaux, des imprimés) - 3 - Conjonction - Malchances - 4 - Stupidité - Fin de participe - 5 En amont - Anneau marin - Réfléchi - 6 - Cheville
- Gallium - 7 - Mal accueilli au palais - Piège - 8 Meule - Mélodie - Indique le lieu - 9 - Désirs - 10 De droit - Arrivé en criant - Erbium - 11 Tranchées - Coule en France - 12 - Vieillesse.
VERTICALEMENT
1 - Emplois de paroles magiques - 2 - Moins que
rien - Manipulée - 3 - Percé - Expérience - En
attente - 4 - Sur une borne - Crier sous les bois Greffe - 5 - Joue avec le feu - Charges de baudets
- 6 - Directes - Se dilate la rate - Scandium - 7 Personnel - Conseillère secrète - 8 - Mille-pattes
- Astate - Ville d Algérie - 9 - Emportées - Timbre
- Élevé phonétiquement - 10 - Pièges à poissons Industrie.
Mots masqués n°871
Solutions du précédent
numéro
Cette grille masque tous les mots de la liste. Rayez ces mots dans tous les sens, de haut en bas, de bas en haut, de gauche
à droite et de droite à gauche, horizontalement, verticalement ou diagonalement. Les lettres restantes vous donneront la
solution qui correspond à la définition suivante :
Mille-pattes (11 lettres)
N.B : Une même lettre
peut servir plusieurs
fois
ARMEE - ARMURE ARPEGE - BAIN - BALLON - BARON - CARTE CHERE - CORAIL - DAIS
- DENSE - DIETE EMEUTE - EPARS EVENT - FOIE - FOIN FORMER - FRELE GALET - GEÖLE - GHETTO - GILET - HAINE HONTE - HORDE IMPURE - INERTE INTRUS - JAMAIS - JARGON - JARS - JEUNE LIERRE - LIMIER LIVRE - MEULE - MEUTE
- NAITRE - NERVI NORMAL - OISIVE ORIENT - ORVET PAIRE - POIRE - PONT ROUND - SAUT - SERPE
- SOUPE - TARTE TOISE - TRAITE ULTIME - USINE USURE - VAIN - VILAIN VOIE.
MOTS CROISÉS N° 870
1. Grandioses - 2. Regard - Ému
- 3. Âme - Œstres - 4. So - El - St
- 5. Suites - Et - 6. Osée - Ivres 7. Nia - La - 8. Iraniens - 9. Le Tri - Cs - 10. Lit - Ère - On - 11.
Énée - Étêté - 12. Têtes - Esse.
VERTICALEMENT :
1. Grassouillet - 2. Remous Reine - 3. - Âgé - Iéna - Têt - 4.
Na! - Éteint - EE - 5. Drôle - Aire
- 6. Ide - Si - Éire - 7. S.S - Vin Été - 8. Setter - Sc - Es - 9. Emr Tel - Sots - 10. Suée - Sas - Née.
MOTS FLÉCHES N° 870
HORIZONTALEMENT :
Décortique - Pô - Aar - St - Drus
- Levée - Item - Si - Ose - Ur Na ! - Erreur - Np - As - Assis Tm - Étier - Étain - Être - Étêté Ère - Ôter - Rasés.
VERTICALEMENT :
Reprises - Têt - Coûter - Tâte Nô - Se - Ramier - Râ - Mues Nt - Étal - Ruse - Er - Ires - Rite Eq - Vin - Sites - Usé - An - Erre
- Têtes - Purées.
MOTS MASQUÉS N° 870
PUSILLANIME
TURF
Mardi 5 janvier 2016
21
Les courses
e ndirect
HIPPODROME : KAID AHMED *TIARET*
MARDI 5 JANVIER 2016 - PRIX : ASRIA - ARABE N.E.E EN ALGÉRIE
QUARTÉ- QUINTE - QUADRIO “A” DOTATION : 310 000 DA - DISTANCE : 1 300 M - DÉPART : 15H00
Ramz El Salem - Totti à la lutte
L’hippodrome Kaid Ahmed de
Tiaret ouvre ses portes ce mardi
avec ce prix Asria qui est réservé
pour les chevaux de quatre ans et
plus arabe pur n’ayant pas totalisé la somme de 71000 DA e
gains et places depuis septembre
passé. La présence de Ramz Es
Salem et Totti qui ont laissé très
bonne impression en dernier lieu,
vont sûrement se partager les
meilleures parts du gâteau en
compagnie de Nevera du
Mehareche redoutable avec ce
poids de 48 kgs. T. Bibars qui
revient dans son jardin, suivi de
Zakhir, Tin Janette et Tanmia à un
degré moindre.
PROPRIÉTAIRE
H DU MEHARECHE
M.ASLI
A.BOUTARFA
F.METIDJI
AL.FEGHOULI
B.BOUBEKEUR
AH.FEGHOULI
AM.BETTAHAR
AH.FEGHOULI
AL.FEGHOULI
FP.TIARET
AL.FEGHOULI
H DU MEHARECHE
F.METIDJI
CHEVAUX
N°
JOECKEYS
K.DJILLAL
01 NADI EL MEHARECHE
R.BELMORSLI
02
RAMZ EL SALEM
M.DJELLOULI
03
RAFIK EL HAYET
S.BENYETTOU
04
TOTTI
T.LAZREG
05
TANMIA
JJ.WF.DJELLAOUI
06
TIN JANETTE
K.HAOUA
07
ZAKHIR
H.BELMORSLI
08
T.BIBRAS
F.AMMAR
09
SABRI
A.MOUSSA
10
DJAMOUH
L.BOUBEKEUR
11
QUOTBIA
M.BELMORSLI
12
TAMOYHA
13 NEVERA DU MEHARECHE AP.M.BENYAMINA
AP.K.BOUBEKEUR
14
SHADYDA
LES PARTANTS AU
CRIBLE:
1. NADI EL MEHARECHE :
Trp chargé, à revoir.
2. RAMZ EL SALEM: Ce poulain est sur la montante, on peut
lui faire confiance.
3. RAFIK EL HAYET : Rien
de probant
4. TOTTI : Il est bon ce
poulain, en plus il est monté par
le talentueux Jockey S.
Benyettou.
5. TANMIA : Tâche délicate.
6. TIN JANETTE : Elle peut
manquer de rythme vu son
absence des pistes.
10. DJAMOUH : En cas de
défaillance des favoris, il devient
un bon outsider.
11. QUOTBIA : Tâche
difficile.
7. ZAKHIR : Pour le choix du
jockey, il reste difficile à écarter. 12. TAMOUHA : À revoir.
Bon outsider.
8. T. BIBARS : Il revient dans
son jardin, bien qu’il n’a pas
réussi ailleurs, on ne peut l’écarter.
9. SABRI : Après six mois
d’absence il reste difficile à retenir.
PDS
57
57
56
55
54
54
54
53
53
53
51
51
481/2
481/2
CDS
11
10
01
08
03
06
09
07
12
14
05
02
04
13
ENTRAÎNEURS
PROPRIÉTAIRE
K.ASLI
H.DJELLOULI
A.BOUBEKEUR
PROPRIÉTAIRE
A.BOUBEKEUR
K.FEGHOULI
PROPRIÉTAIRE
K.FEGHOULI
H.FATMI
K.ASLI
PROPRIÉTAIRE
S.ROUANE
R.BOUBEKEUR
13. NEVERA DU
MEHARECHE : Elle a toujours été redoutable avec un
poids léger. À suivre.
14. SHADYDA : Rien à voir.
DANS LE CREUX DE L’OREILLE
MON PRONOSTIC :
2-RAMZ EL SALEM 4- TOTTI
13-NEVERA DU MEHARECHE 8- T. BIBARS 7ZAKHIR
LES CHANCES :
06- TIN JANETTE - 5-TANMIA
22
Sélection du jour
Mardi 5 janvier 2016
TÉLÉVISION
20H40 Person of Interest - Une vie normale
21H00 L'enquête
Réalisé par : Richard J Lewis
Acteurs : Jim Caviezel (John
Reese) Michael Emerson (Harold
Finch) Taraji P Henson (Joss
Carter) Kevin Chapman (Lionel
Fusco) Amy Acker (Root) Sarah
Shahi (Sameen Shaw)
Devenues les cibles de Samaritain,
Reese, Finch et Shaw tentent de
s'adapter à leurs nouvelles identités
et aux professions qui les
accompagnent. C'est le moment que
choisit la Machine pour communiquer
le numéro d'Ali Hasan, propriétaire
d'un magasin d'électronique,à Reese
et Shaw. Reese sollicite l'aide de
Finch. Mais celui-ci refuse.
20h502015 : Paris est une
cible
20H50 Insaisissables
Réalisé par : Vincent
Garenq
Acteurs : Gilles
Lellouche (Denis
Robert) Charles
Berling (Juge Renaud
Van Ruymbeke)
Laurent Capelluto
(Imah Lahoud)
Florence Loiret-Caille
(Géraldine Robert)
Christian Kmiotek (Régis Hempel)
Denis Robert, journaliste à Libération, décide de démissionner
suite à un article sur la corruption des partis politiques refusé par
son rédacteur en chef. Il découvre peu après l'existence de
Clearstream, une coopérative bancaire qui assure des
transactions financières internationales. Robert comprend que
d'importants échanges d'argent illégaux sont couverts par cette
société. Au même moment, un militaire taïwanais est assassiné
suite à l'achat de frégates à la France.
Réalisé par :
Benoît
Bertrand-Cadi
2015 fut une
année
noire
pour la France,
touchée par des
a t t e n t a t s
terroristes
sanglants dans
sa capitale en
janvier et en
novembre.
P l u s i e u r s
personnalités
témoignent, dont l'ancien ministre des Affaires étrangères
Hubert Védrine, le grand rabbin de France Haïm Korsia,
des membres du journal satirique « Charlie Hebdo », la
philosophe Elisabeth Badinter ou encore le président
malien Ibrahim Boubacar Keïta... Le document expose la
chronologie des événements et décrypte une montée de
ces attaques violentes qui ébranlent et interrogent la
société dans son ensemble.
Réalisé par : Louis Leterrier
Acteurs : Jesse Eisenberg (J Daniel
Atlas) Mark Ruffalo (Dylan Rhodes)
Woody Harrelson (Merritt McKinney)
Isla Fisher (Henley Reeves) Dave
Franco (Jack Wilder)
J. Daniel Atlas, Merritt McKinney, Henley
Reeves et Jack Wilder, qui vivotent de
leurs talents de prestidigitateurs, reçoivent
chacun une carte de tarot qui leur donne
rendez-vous au même endroit. Un plan
mystérieux leur est dévoilé. Un an plus
tard, ils effectuent un audacieux braquage
en direct d'une scène de Las Vegas,
attirant l'attention de la police et de
Thaddeus Bradley, qui se fait fort de
démystifier les magiciens.
Présenté par : Michel Drucker
Michel Drucker invite des personnalités à partager une journée avec
des hommes et des femmes qui font avancer la recherche médicale.
Patrick Timsit a passé 24 heures avec le Samu de Necker, Elsa
Zylberstein a vécu la naissance d'un bébé à Angers, Thierry Lhermitte a
partagé la vie d'un médecin chercheur à l'Oncopole de Toulouse.
Anggun s'est envolée pour Madagascar avec l'association Aviation sans
frontières. Jeff Panacloc et les Trois Mousquetaires ont créé la surprise
au service pédiatrique de l'hôpital de Créteil. Lara Fabian a passé une
journée aux côtés d'une infirmière, Mireille Darc nous emmène dans un
établissement spécialisé dans le cerveau et la mémoire. Eglantine
Eméyé est allée à la rencontre des « aidants » qui accompagnent les
malades d'Alzheimer à Nice. De nombreux artistes chantent également
en l'honneur de ces « héros ».
20H50 Daniel Balavoine : vivre ou survivre
Réalisé par : Eric Duret
Acteurs : Antoine Duléry (Vincent Becker) Claire Borotra (Marie Daguerre)
Yann Sundberg (Lucas Fournier) Héléna Soubeyrand (Suzon Chauvet) Clémence Thioly (Barbara Pasquier)
Au cours d'une enquête de routine, Marie
aperçoit la tête d'un homme fraîchement
coupée, dans un cimetière, au fond d'un
caveau dont les portes ont été forcées.
Elle repose dans le cercueil d'une fille
morte il y a quinze ans. Marie fait rapidement le lien avec une information diffusée dans tous les commissariats de
France, faisant état de la découverte du
cadavre de Victor Drosset, un paludier
retrouvé sans tête dans les marais
salants de Guérande (Loire-Atlantique).
Quotidien national d’information
Edité par l’Eurl Millénium Presse
Siège social :
Maison de la presse Kouba - Alger
R.C. : N° 01 B 00 151 30
Compte bancaire :
BNA Zirout Youcef N° 300 101 600
Réalisé par : Ang
Lee
Acteurs : Eric Bana
(Bruce Banner)
Nick Nolte (David
Banner) Jennifer
Connelly (Betty
Ross) Sam Elliott
(le général Ross)
Josh Lucas (Talbot)
Alors qu'il effectue
une expérience dans
son laboratoire de
San Francisco, le généticien Bruce Banner se retrouve exposé
par inadvertance à une surdose de rayons gamma. Au grand
soulagement de sa collaboratrice Betty Ross, Bruce en sort
indemne. Mais peu après, il constate que quelque chose a changé en lui : à chaque émotion forte, il se transforme en un monstre
incontrôlable, à la force surhumaine.
21H25 Une nuit avec les héros de la santé
20h50 Meurtres à Guérande
4
20H50 Hulk
Directeur de la publication-gérant :
Ahmed TOUMIAT
Administration-publicité :
Tél. / Fax. : 023 70 94 27
Rédaction :
Tél. :
023 70 94 35
023 70 94 22
023 70 94 30
023 70 94 31
Fax. :
023 70 94 26
Composition :
PAO Le Courrier d’Algérie
Publicité-ANEP :
1, Avenue Pasteur-Alger
Tél. :
021 73 76 78
Fax :
021 73 95 59
Impression :
- Centre : SIA
- Est : SIE
- Ouest : SIO
Diffusion : M.P. Diffusion
Réalisé par : Jean-Marie Goix
L'année 1978 marque le vrai début de
la carrière de Daniel Balavoine avec
le titre « Le Chanteur » et sa participation à l'opéra rock « Starmania ». Il fut
repéré par Michel Berger et Luc Plamondon pour le timbre unique de sa
voix. Puis, Balavoine enchaîne les
tubes : « Mon fils ma bataille », « Tous
les cris les SOS » « Vivre ou survivre
»... Engagé et populaire, il est le
porte-parole de la jeunesse française.
Mais l'artiste meurt à 34 ans, en janvier 1986, dans un accident d'hélicoptère survenu lors d'une mission
humanitaire en Afrique, en marge du
rallye Paris-Dakar.
Nos bureaux régionaux
Tizi Ouzou :
3, Rue Capitaine Si Abdellah, immeuble Belhocine
Tél. /Fax. : 026 20 20 66
Béjaïa :
Immeuble Boughrara route de Sétif
Tél : 034 22 04 06
Oran :
6, avenue Khedim Mustapha
Tél. / Fax. : 041 39 45 73
Bouira :
Rue Gherbi Guemraoui - Immeuble Kheerrouf Bouira.
Tél. / Fax. : 026 94 20 76
Les manuscrits, photographies ou
tout autre document adressés à la
rédaction ne peuvent faire l’objet
d’une quelconque réclamation
Le Courrier d'Algérie informe
ses lecteurs du changement de
ses adresses électroniques et
leur communique les nouvelles :
[email protected]
[email protected]
COURRIER EXPRESS
DU TIC AU TAC
Mardi 5 janvier 2016
23
FAUT Y CROIRE !
Bouchouareb en tournée aujourd’hui
à Alger
Dans le cadre des visites de travail et d’inspection, Abdessalem
Bouchouareb,
ministre
de
l’Industrie et des Mines effectue,
aujourd’hui, une visite dans la
wilaya d'Alger. Au cours de cette
visite, le ministre de l’Industrie et
des Mines aura à inspecter les projets relevant de son secteur. Il sera
l’occasion pour Abdessalem
Bouchouareb de rassurer les travailleurs de la SNVI quant à la
prise en charge de leurs doléances
par les pouvoirs publics.
Afsud: plus de 1.000 morts dans
les accidents de la route durant les
vacances de fin d'année
«Aujourd’hui, avec la mort de si l’Hocine, je me
sens mort moi aussi»
Si Mohand Chrif Abdelaoui, celui qui a aidé Ait Ahmed à s’évader de la prison d’El Harrach en 1966
…et tout le peuple partage le même sentiment
Plus de 1.000 personnes ont trouvé la mort sur les routes sud-africaines depuis le 1er décembre, a affirmé dimanche la ministre des
Transports Dipuo Peters.
La
ministre a dit que les autorités étaient
toujours à la collecte des informations complètes à l'échelle nationale,
pour publier le chiffre précis des victimes d'accidents de la circulation
depuis le début des vacances festives.
Les autorités ont lancé une campagne
de sécurité avant et pendant la saison
des fêtes dans l'espoir de faire baisser
le nombre élevé de victimes de la
route - au moins inférieur à celui de l'année dernière, a-t-elle indiqué aux journalistes à
Polokwane, province de Limpopo. Pendant la saison des fêtes 2014/2015, 1.118 accidents
mortels ont été enregistrés entre le 1er décembre et le 5 janvier, causant 1.368 décès. Mme
Peters a déclaré que la saison des fêtes de cette année a été marquée par le nombre élevé de
jeunes qui ont été victimes du "carnage de route". Dimanche également, le président Jacob
Zuma a demandé aux autorités concernées de renforcer la sécurité routière et d'amener les
gens à respecter les règles de la route. "Les autorités de la circulation ne sauront pas gagner
cette bataille seules. Tous les usagers de la route doivent coopérer pour rendre nos routes
plus sûres", a déclaré le président Zuma.
Deux alpinistes tués dans une avalanche
dans l'est de la France
«La déchéance de nationalité française pour les
binationaux coupables de faits de terrorisme est un
coup politique de François Hollande pour semer
confusion dans le débat»
Alain Juppé, maire de Bordeaux et candidat aux primaires des
Républicains
- Quand Hollande déc…., Juppé déc…ode !
Deux alpinistes ont trouvé la mort
dimanche après avoir été emportés
par une avalanche survenue à près de
3.200 mètres d'altitude dans le département de Haute- Savoie, dans l'est de
la France, a indiqué la gendarmerie
locale. Les deux victimes, un homme
et une femme de nationalité lituanienne, étaient des alpinistes confirmés, a
précisé le Peloton de gendarmerie de
haute montagne (PGHM) de
Chamonix, intervenu sur place pour
secourir la cordée. Un troisième alpiniste, également emporté par l'avalanche, s'en est sorti indemne, ont ajouté les gendarmes, soulignant qu'il s'agit là de la première avalanche mortelle dans les Alpes depuis le début de l'hiver.
Quatre cas suspects de décès de grippe
porcine en Turquie
«Il est très tôt pour parler de sécheresse»
Abdelouahab Nouri, ministre des Ressources en eau et de
l’Environnement
- Et pour cause : la pluie est là !
Quatre personnes soupçonnées
d'être atteintes de la grippe porcine
seraient décédées du virus dans la province d'Adana (sud de la Turquie) et
dans celle de Nigde (Anatolie centrale),
a rapporté la presse locale dimanche.
Trois personnes, deux Syriens et une
femme enceinte turque, sont décédées à
Adana du Virus H1N1. Elles faisaient
partie d'un groupe de 45 patients admis
à l'hôpital avec de fortes fièvres dont six
ont été placés sous traitement pour des
symptômes de la grippe porcine dans
des unités spéciales, a indiqué Today's
Zaman citant le gouverneur de la province. Le quatrième cas de décès a été signalé dans
l'hôpital de Nigde où une femme âgée de 61 ans est morte deux jours après son admission
dans l'établissement hospitalier avec un autre parent vivant dans le même village et qui est
dans un état critique. Un total de 30 Turcs sont morts du virus H1N1 de la grippe porcine
au premier trimestre de l'année dernière, selon le ministère turc de la Santé qui avait exclu
une propagation de l'épidémie dans le pays. La grippe porcine, signalée pour la première
fois en 1918, avait tué des milliers de personnes à travers le monde.
Avis à nos
lecteurs
Le Courrier d’Algérie informe ses aimables lecteurs du basculement des lignes téléphoniques du journal à compter du jeudi 7 mai 2015.
Commerciale : 023 - 70 - 94 - 27 (tél./fax) / Rédaction : 023 70 - 94 - 22 (tél./fax) 023 - 70 - 94 - 26 /
Standard : 023 - 70 - 94 - 30 / 023 - 70 - 94 -31 023 - 70 - 94 -32
MÉTÉO À ALGER
HORAIRES DES PRIÈRES
Mardi 5 janvier 2016
20°C / 7°C
Mardi 24 rabie al awal 1437
Dohr : 12h53
Assar : 15h26
Maghreb : 17h49
Îcha : 19h13
Dans la journée : pluie
Vent : 24 km/h
Humidité : 76 %
Dans la nuit : pluie
Vent : 23 km/h
Humidité : 79 %
L’INFORMATION AU QUOTIDIEN
Mercredi 25 Rabie
al awal 1437
Sobh : 06h29
Chourouk : 08h01
SEMAINE NATIONALE DU CORAN
«G
râce à son référent
et à la sagesse de
ses enfants, notre
société est parvenue à éteindre le
feu de la “Fitna” et à mettre fin
à l'extrémisme et à la violence.
Vigilante et aguerrie, elle saura
faire face au moindre danger
qui pourrait guetter ses enfants
et à la première des tentatives
d'endoctrinement de ses jeunes»,
a affirmé le président Bouteflika, dans un message lu en son
nom, hier lundi, à Constantine
par Mohamed-Ali Boughazi,
conseiller à la présidence de la
Mobilis ,
partenaire
de la Semaine
nationale du
Coran
M
obilis parraine la 17ème
édition de la semaine
nationale du Coran, qui se
tiendra à Constantine du 4 au
6 janvier 2016. Organisée sous
le haut patronage du président
de la République, Abdelaziz
Bouteflika, le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs,
ayant pour thème «Le travail
est une valeur coranique», cette
compétition religieuse est destinée aux jeunes de différents
âges des 48 wilayas du pays.
Cette noble manifestation, se
déroulera sous la forme d’un
colloque scientifique accompagné d’un concours de récitation du saint Coran, à l’issue
desquels des récompenses et
distinctions seront remises aux
lauréats. L’accompagnement
de cette 17e édition est une
occasion de plus pour Mobilis, de confirmer une nouvelle
fois son statut d’entreprise citoyenne, et réitère son soutien
au programme d’apprentissage
destiné aux jeunes, qui constitue un rempart pour tous les
musulmans contre les fléaux
sociaux.
Le président de la République
Abdelaziz Bouteflika
République à la faveur de l'ouverture des travaux de la 17e Semaine nationale du Coran. «Il est
de notre devoir, nous Algériens,
de défendre l'image de notre religion, car nous avons su comment
faire de notre référent un rempart contre l'extrémisme et une
voie de modération, et de notre
patrie une École universelle de
paix et de réconciliation, forte
de la maturité de notre peuple et
de son attachement aux hautes
valeurs d'unité, d'altruisme et
de cohésion sociale», a ajouté le
Chef de l'État. «Le terrorisme a
terni l'image de l'Islam, jeté les
musulmans dans l'égarement,
et permis aux non-musulmans
d'attenter au Coran et de discréditer le Prophète, dont la véracité
des paroles, la douceur de caractère et l'honneur de la prophétie
ne sauraient faire l'objet d'un
quelconque doute»' a déploré
le président de la République.
Il a appelé, dans ce contexte,
les «valeureux imams et chouyoukh à poursuivre leurs efforts
à même de prémunir nos enfants
contre les idées destructrices et
l'extrémisme religieux et battre
en brèche les thèses et références
douteuses du terrorisme qui
tente de justifier sa barbarie par
une interprétation fallacieuse des
textes du Coran et de la Sunna».
Par ailleurs, le président de la
République a affirmé que «l'élévation spirituelle de l'âme n'épouse
sa plus belle conception que dans
une assemblée où le nom d'Allah
est évoqué, Sa gloire exaltée et
Sa parole récitée par les croyants
en quête de purification de leur
âme et de rassérènement de leur
cœur».
«Votre rencontre bénie, à
l'occasion de la 17e édition de la
Semaine nationale du Coran, se
présente telle une précieuse occasion pour glorifier le Coran, cette
Constitution qui sert de guide
aux pieux de par le monde... une
halte pour se pencher sur la sagesse supérieure que renferme ce
texte, et l'ordre et l'harmonie de
ses mots qui édictent les enseignements dont nous nous imprégnons aujourd'hui», a souligné
le Chef de l'État à l'adresse des
participants.» Je souhaite à votre
rencontre le plus grand succès,
et que vos débats, recherches et
conclusions soient aussi riches,
fondés que fructueux au mieux
des intérêts de votre nation, à
laquelle vous êtes appelés -en
puisant dans le Coran et la tradition du Prophète- à offrir une
source intarissable où elle pourra
s'abreuver pour mieux appréhender les multiples et complexes questions auxquelles elle
est confrontée», a-t-il ajouté.
«Je me réjouis de voir réunis,
à la faveur de cette Rencontre
bénie, savants, imams, prédicateurs, chouyoukh de zaouias et
enseignants du Coran... enfants
de l'Algérie qui rivalisent dans
l'apprentissage et la récitation
du Coran et se concurrencent
dans son exégèse... nos enfants,
source de fierté, qui ont hissé
haut le drapeau de l'Algérie à
chacune de leurs participations
aux concours internationaux de
récitation du Coran, organisés
dans plusieurs capitales arabes»,
a affirmé le président de la République. Le Chef de l'État a aussi
tenu à «rendre hommage aux ulémas qui ne sont plus de ce monde
et qui, de leur vivant, avaient renoncé aux plaisirs de la vie pour
se vouer à Dieu, servir l'Islam et
éclairer les fidèles. Leur souvenir
est vivace dans nos cœurs et leur
legs perpétué à ce jour par leurs
disciples». «Durant le mois Rabie
el-Awal qui tire à sa fin, notre
peuple a témoigné son amour au
prophète (QSSSL), dont il a exalté les valeurs, actes et paroles», a
rappelé le président Bouteflika,
ajoutant que «le courant musulman dominant en Algérie est le
sunnisme, la société algérienne
suivant à la lettre les enseignements et la tradition du Prophète
Mohammed (QSSSL) qui prône
la modération». «C'est la raison
pour laquelle les relations de
notre société avec autrui ont de
tout temps été basées sur le respect et la considération. Agissant
de façon logique et raisonnable
et avec déférence et bienséance,
notre société demeure unie autour d'un référent religieux solide, dont les hommes sont d'éminents ulémas qui n'ont eu de
cesse de défendre l'Islam contre
les tentatives de falsification et de
mauvaise interprétation, un référent qui a pour uniques sources
le Coran et la Sunna, ainsi qu'un
legs riche d'exégèses et d'interprétations, œuvre de vaillants
ulémas algériens», a tenu à souligner le président de la République. Il a, d'autre part, appelé
à «préserver la valeur ‘Famille’
dans notre échelle de valeurs et
consolider, au sein de notre société, les valeurs ‘Éducation’ et
‘Justice’. Aussi, sommes-nous appelés à promouvoir le concept de
citoyenneté que doivent conforter les valeurs de solidarité, de
tolérance et d'acceptation de
l'opinion de l'autre, le tout soustendu par les principes de modération et d'indulgence». «Vous
n'êtes pas sans savoir que chacune de ces valeurs est citée dans
des versets du Coran et d'autres
puisées des actes et paroles du
Prophète (QSSL). Nous partageons ces valeurs qui se veulent
humaines avec les autres nations
qui y croient également et qui
vouent respect et considération
aux sociétés les incarnant», a-t-il
ajouté. «L'Islam qui apporte des
réponses aux grandes questions
existentielles avec une vision planétaire des mondes, mystique et
réel, garantit les droits physiques
et moraux des individus, dans
un monde marqué par les crises,
les conflits d'intérêts, les relations conflictuelles entre États et
peuples et un déséquilibre géostratégique», a conclu le Chef de
l'État.
M. B. et APS
AÏN-TÉMOUCHENT
Une tortue géante retrouvée vivante
à la plage de Béni Saf
U
ne tortue géante a échoué,
avant hier, sur la plage du
Puits, attenante au port de pêche.
Le premier descriptif fait par des
pêcheurs amateurs indique que
le spécimen mesure environ un
mètre de long et pèse 160 kg.
Tous, sont unanimes qu'il s'agisse
d'une Tortue-Luth. D'après les
ouvrages,»c'est la plus grosse tortue au monde pouvant mesurer
plus de 2 m de longueur, et peser
au-delà de 500 kg (jusqu'à 800 kg
pour les plus grosses). Contrairement aux autres tortues, la Tortue-Luth n'a pas un revêtement
corné. Sa carapace est constituée de nombreuses plaques osseuses recouvertes
d'une peau épaisse et coriace, donnant une apparence de cuir. Elle vit dans les mers chaudes et se
reproduit sur les côtes de la Guyane, particulièrement sur la plage sableuse des Hattes, à l'embouchure du Maroni (commune d'Awala-Yalimapo).
Quelques-unes pondent également sur les plages
de Mont Joly et de Cayenne. Faut-il comprendre
que le géant reptile s'est égaré et, suivant les eaux
tièdes de la mer Méditerranée, il a pu traverser une
aussi longue et pénible distance? Rien ne le dit ou
le contredit car les premières observations faites
Ph : Le Courrier d’Algérie
Au moment où le monde
musulman traverse une nouvelle épreuve avec la crise
entre Riyad et Téhéran, le
président Bouteflika intervient
fort à propos pour se féliciter
du pas franchi par la société
algérienne, qui est, a-t-il dit,
«parvenue, grâce à son
référent et à la sagesse de
ses enfants, à éteindre le feu
de la “Fitna”, et à mettre fin à
l'extrémisme et à la violence.»
Ph : DR
Bouteflika rappelle les fondamentaux
de la société algérienne
par l'inspection vétérinaire qui
restent toujours générales n'ont
pas décelé des blessures. Sa provenance demeure suspecte car
l'animal marin n'était ni bagué ni
portait une marque quelconque
pouvant orienter la curiosité des
chercheurs. Les causes de la
mort de la Tortue-Luth restent
inconnues. Certainement les responsables habilités devaient faire
appel aux spécialistes du Laboratoire national basé à Bou-Ismaïl.
Figurant parmi les espèces en
voie de disparition la TortueLuth fréquente tous les océans
de la planète. Elle fait l'objet de
conventions et de programmes internationaux de
protection et de conservation de la nature. Les
mêmes sources d'information disent que «près de
40 000 tortues meurent chaque année, prises accidentellement dans des palangriers et des chaluts ou
simplement tuées par les débris d'engins de pêche
qui dérivent en surface et les déchets jetés depuis
les bateaux. Derechef, les opérations de braconnage
et la chasse à grande échelle constituent désormais
des facteurs prépondérants dans la disparition de
ce grand reptile.
Boualem Belhadri

Documents pareils